<%BANNER%>







PAGE 1

w* *W^ f • V, ds 1H Cour Suprme du Cor grs et •elles des gtuvtrufii.ei.lt trangers et de l'Etal. Trois prsidents pren droi.t part BU collge tuubre qui >e formera dtir're le coi pi> mercredi quand il st-ia tfiospott de la .Mai IOO Blanche au Capitol.. Le service fu. hie a la maison commencera vendredi 3 lu un de 1 api es midi. Homlies Diverses LONLUŒS Sullivan de Lowell, Ma-snchusett. a russi traverser la Manche la nage. Il et arriv Ca lais 8 henni 5 aprs avoir nug pendant une distance de 96 kilom trs. Il a atteint le rivage prs du l!. S. Navy News U f|g \ Ji 6 aot WASHINGTON — Le train qui transprl .it I. cadavre du Prsident Haidlog a WashiogtOO a travers les Liai* de l Ou si aujourd'hui. Des millier* da p-r oe ns s'taient mis-ses tout le long de la voie pour payer leui tribal en mettant de cill tout sendra nt personnel. bMs taieul venues de toules le directions et appartiennent a toutes les classes sociales. A Ombli.ua, o le Irain s est arr Il nous a l donn tout do. niiemenl de fai e une visite au nouvel aqueduc de Lee erc dont les travaux sont en cours d'excution, sur l'invititi.n du Min.-tre des Ti %  • vaux Pub i s qu'ac&iuipafnaia t les ingnieurs reillgreu et vzor et le chef de division, P. Llhart. On loil se rappeler qu'un crdit de i.O'JJ dollars avait M* vot cet •ff.t. C travail est splendiV et mrita une mention spciale. L'ancien cacasino de Calai* aprs 3! heures tf (J i heures 50 pendant une heure D | qui d ite de f Uoao, œuvre la minutes de nage. Sullivan en tait d. te nps, plus de lS.OnO personnes l'ingnieur Ltfortttrit est envoie 4 a tPiiiiPiiie tentative taient ac-oumes. d'tre chang compltement. .a seplie ne lenlal.ve. w ^ ^^ Qn flnnonce |e ^ ^ B ^ ^ ^ ^ BRUXBLLC8 M. Foithome.noa veau luio.Bire deladefeosa national" !e, a prt serment en prsence du Hoi Albert. M. Forlliome succde M. DsvZtt qui • donn hier sa d* %  ieaion paiceqne le Parlement n'ep prouvait pas ses ides d'une forte anne dfensive. Dans la Rliur PARIS Le directeur de mines de charbon de I Hliur M sont enlen du-* avec ta sutoriisfranco b-ige-, •xploilant lei chaib.'M de la llhu pour cess r l'opposition aux i xpdi* tions de charbon au compte des r paradons pour l'Italie sur les lign l exploites ^ar les ailles. Cal BCCO d dans les milieux ollici.lslranC.ai, est considre comme un signe d affaiblissement de la rsistance passi ve envers l action des aines laus la Rhur Le eonlact direct entre les au dense que la Vil ss: du tram i'it tontes loeeies les manufacturiers et tre raleulie eu pluai tire eu lroils les mineurs allemands et les repr el bien qu il re'.ra I 16 oflio-ieri de lous rangs d'accord avec l'arrangea) ut militai re. LAUSANNE Aprs des ngocia tions longues et difficiles le trait lurco amricain a t eign anjour d tini. 7 Aol A bord du train funraire du Prsident llarding Dque le tram p ) tant le corps du Prsident n'avana aujourd'hui deChicagj des l'oues aux proportion* saut prcjdunt s'lancereat sa rencontre* L) ;s raiUiora et 1 -s mi lieisd'li ui il s, d %  touiiii.s el dtfufauts piyeut un muet, unis impressionnant tri >ul au IV s. I i.it ii litLi finie lut si sentants do la KrauCS el d" la Ile inique dans ies relions occupes, de vient do plu 3 en plus licqueut. Un gouvernement rvolutionnaire a la tte des affaires el bien qu il dl arriuer vV shiiigtoua 1 bra Aldel'apre-rai li, il SeraproOaltl ni illt iiiiuinl avi it qu'il atteigne la Cipilole. A Pillsburg, a ceux habitus voir de larges r.i^enibl-'iueuis, il semb ait que ta popul.iti m de. 1 • ville entire s'tait misse. Lu trs rair en ciment arm de if 1 pouc-s. C lie eanalisaiiou doit se.vir pour l'eau de LeclsVc, che de Diquini, une pirtie de Chaud d'fcUu ai peut tre mme plus tard, une partie des eaux de la nivirs Froide. Elle est de me ne grandeur que celle des goMs de Potl-aii-Prhice. Elle passe entirement gaucho da la route, au pied du morue (irainm >nl. ce qui p. rm t d agrandir consiirablement la voie ei s tend sur une longueur de deux kilomtres. Il v aura deux sypuons pour franchir les ravines le Dcayette el de BJI -sse; celui de L) eaystts aura 3 mires de longneur.avec deux ligues de tuyaux pirallel ;s le 16 pouce-. L'aocieu canal tait trop petit et en mauvais tat. Ce qui empch il leiu de Uipimi d'tre au n entire nem eu ville. Le no iv au canal plus laip'e et plus soiidamaot eons rail, oonluirs la totalit des %  aux le Leelero et de Di | uni. 0';t un travail perdurable en omeut arm. i^e Dpartsmsnt des Travaux Publics dans s JII I m b.e souci de fournir li plui grande i itulit l'eau po ib e, ie uent in hspensabls a la vie de> populalions, a'IUlretSS au ATIILNKM. W, .U pautl.,,^.,^ avance r. H Jup;r ^"^'^'^^ des fonds lui s ml allous, de la capt.tiou tle la source vliliet 4 kilomeA flIL.MaS — •"• #.•1.111'". "' "=• pain ii'JUiuiii^c aiau tii; iwuu ^ prsident du conseil, ministre des le9 ouvriers d'aciries eoinine le allaites trangres, a dclare aux re |rnta passait devatll l usine indus nraeiitauts de la presse q 'lUla.t trielle sur la rivireL'usine endispos a accepter l ollre du gouver j^ ^ m S1 l l lic eu3e ta idiS qUJ nemeul rvolutionnaire de pren 1rs j fi j u , r s ,J e nl S avanait et la direction lu gioupe dS coalition nationale. Le gouvernement rvolu r^s uu i'rsident s avant I ouvriers sans penser leurs vlements souills, leurs mains trs do l'tioiiville. yaant au travail de la canalisalio.i de Leclerc, no is le repjtjns, personne ne peut trouver redira SOIM ie double rapport de sa solidit ^wTation^it^trU et leurs faces d une propret et de son utilit pratique. nouveau groupe lomp.enLan les douleus. se tenaient deuout,_ la TMGiUO CJMiaJ nouveau group_ modrs do parti veuuoloe tl antive lte InellUe, croisant Bisliate et le gouver..meut de .M. quelle sur leur poitrine. Zarois. Il aurait pour but de rla btir paisibleaiciit te gouveru-.ment constitutionnel. L'n acte d'humanit ATHL.SLS—Cent jeunes orphelins rfugies, le premier do nnq groupes ae.i.idaui-s st.nl rU poui Iss 1er mes d.l-'r uce n is guveruement franais a couse • i >•• pi*osi al ie^ levtr. 5i l'sapri u e si satisfai S fie, la France SCMptora U I ptUS grand no.nbie ds jeunes gai6/us gr-cs el armnien i soigneusement choisis. L'Italie es la tirande Llretalh.M — La rponss Elalisnne ;i la rcente note britannique, sui les r pnratlons tslls qu'eue vient detre pub.ic Home, exp se que la poli tique italienne s'inspire encore des principes exposs a la confres B de Londres en llttl o Je Premier ministre Mussolini a l'ail ressortir les deux importantes questions dsi dlies infesrallias et des garanties productives. Le geueertiemenl Itaiisn, quoiqus enl evov ml 1 s dil'ii ull-. l'une en qute par une commission d experts sur la capacit de I \lieinigne de payer. b'slOtUt pas Is prop 'sinon, mais reserve lous ses droits pour se mettre d'accord avec les a Uies al lis el dterminer la composition, le caractre et l<-s allriiiunous d une p.reille commission, ainsi que les principe* foodsmeutaui surlesques ses travaux devront tre bass. Le gouveruem.nl italien est oppos la rsiaauca passive, li est oppose touie uo >vi I e occupation mdiUirs ds 11 fin i el e-t sn ivsur ds IS i du Gon&eil d'Etat C'est la sance d aujourd'hui que le Uousvil u ci >l feotsvuie ia u.s cus:iou cl le v.*le du projet de oi dep >e p r le m nuira BSuUcnStOS <• Je pi >joi dd i .i est iiVUS eu i %  ux services %  .. service ditiiatairatii i ua servicj ISSU aq-ie. .. %  pieinur dduit le oie des p.i.ic.paux eu is SSserViOe au Depaiuiuo.it ae I tuSiTUCtlOO Publions Le seconda Irait ua servies teciinique eOUSUluS par trois Uireoieuis d'cuseig meut : I" un Directeur d Liiseignemeul suprieur, un Directeur d'fciaeignement ssc ud ue cl un Directeur d'Enseignement Piiuiaire' Ciiaque Dueccur d'enseigicmont a l a imiuis rai.ou de tontes les coles de la itepublique dpendent du degr d'euseigutmsnt dont il a >a direction, da juridiciiou s tend sur toutes les eirsoiMcripuons s oi.ur.s. ce projet de .oi a , o.e a la saiue u ce jour. .Nous v r*vieudroua. Aux IU d iluas a 5t Aarc L'Agtnte de Ht Mure dont ta ditcit %  uiuu tsi-'. cuiifiee Ai> Mu.i Juiitvu U uu 11/ . *tipfji'ttft$ i\Ui cwiuefl Ut' 0stue Vui sont pria de 'tMftUff directement d noua l'#is veulent conttnnee a r, %  oeiuir leur journal. Port-nu-h-ince, S Aot 1923. Je n'aime P*I on granJ clnociu O il n'y i ua une ^crbj •rtlflcictts... Il tau daosr 03 d'omo'e tur ta peau... Il rnei trop de uysifc ca ta prune.le. QuaoJ tu 1 i.brei, ton outire mi a: en uevi.-ot de.acn, d4>i(iiieui ci lointain et )'ai ta ccnr.ud.aiori ^e, si lu m aiine, w u et. pim que J'ua a.aour r ..uvie,--ei incertain. Il te va Has, cV,t entenlu. Si for ne o/ale a, Ml tuu Irooi, u -ua M dun uiieau MSSaC Lor>juc 11a JJIMI WMSj ou l'ou tait uo jd savant de l'Amour cl t'toccrclc, a icovi, des grAces de coquette. Personne alors en tes vous, ne peut plus rien lire. Meior a moi, ton regard est un secret, et ion sourire kcciifr ton a,ne, ainsi qu: d'un pourpre cachet. Il te va bien, c'est entendu, ton grand chapeau, — O ailleurs, trop souvtni, on te le rCpce, — b; c ex un cuarnie uuand, pour rpondre aux %  propos tailleurs, tu sounes et ptnehes un peu la tfte. Tu sais trs biea que je te trouve mieux quant 11 l'lrennct... Mais voila, |e ae l'an: pas. Ce n est pas la pein uc IU'CU /julo.r.ic n'y puis ne.i .. Ji ns lis p; jaljix. Soi vta.s c ci: co 0 ..e ;i. ]c n airn: pa> ce lBapMu4i, %  m uuute, cela p.i,str... tu -nci.dioi Juiani q JCI^UCI jojr>.a.m.t, gfm ton graud enapeau, vui-u ? 37 DsSj 192a. lotte aux lettres Notre confrre et ami Tnnothe Paret nous demande deptiOlter ta lettre suivante. Fort au-Prince, le 8 d'Aot 1923. Au Directeur du "Ma'in" En Ville. Mon cher Directeur. Lat.teur des Simples Propo*" du Tant* d hi-r, rpondant A ua srtic e de voir quotidien intitula "Ls Gouvernement'' a cru devo r parler du journal LA PRESSE, dont j'ai t le Directeur-fundatanr, • odes termes si malveilants que je ne saurais garder le silence cl gnjd. Je me contenterai de relever rapidement 1rs allgations mensongres de l'crivain d L'emps" en rappelant faicueit sympathique fuit mon jojinui p..r toute la presse port nu prmeienne. "La Press M n eu dos bonnes il .us les pi m ipales villes du pays, voire daua csrtaiues petites communss. A Pott-au-Prince, nous sn eom .tion plus de deux cents, et dOQ environ dans les provinces. Le journal que je dirigeais n'tait point distribu gratis comme 1 osa avancer '' Le l'emps ", puisque celui ci tout OUOlid.en bien tenu qu'il est faiaait l'change avec mou Li Lbdo madaiis dont le crime, aux yes du calomniateur, est tout simplemeut d avon sans craiule allirm s* ym> pathie pour Mr Boroo. •• La PtUms", 8V Snrie a Lit n l occu, a lo.iiiisle ci d.irligueuuviste ; Hl-CS parc q l'on en faisait uu sir vue gral .il p tir fa re apprcier les • biautaits Ue l Iule, venlioil qu'on pense que mon journal a du tredis IriLue de la un nie faon V Celui qui nie succda a la diieclion de La ne.-se a encore nos livres: nos adversaire! s'il i n ont la curiosit — peuvent y trouver les noms de nos tb agenu et ie nos abonus des dilleienies localits. Celui qui a cru devoir parlerdu p riodique que j'avais fond el qu il d tt-slait pour cause, a cru Se venger ; mais il n'a russi qu' se montrer bussiuaeiit nicclianl, ce qu'il %  ssaye ue me luncer comme uns injure n avant pu m'aiteimire Agrez, mon cher Duecteur, a*M mes reiuercieuieuls, mes cordiales civilits. Timotlice PARIT Avez-voua vu lea CASQ U fclf b*** 6tra tigrea Chez lsac Dishj t'/SS Hue Courbe Elles sont trs ca gante Cl au prix seulement, ue gourde 3,50. AQCOUattttZ? 1 ianaillen Nous avons reu avto beaucoup ds plni-ir la carte deliaiicaiiles de Melle Lydie Cani el Mr AiireJ \iau. .Nos compiiineuls au eharmant couple. Loterie de la t Mutualit Scolaire s Le tirage de celle loterie aura lieu le J %  > ae ce mois. bu couoeq ieiice. il est laiss se iismeat uu uoiai d'i 8 jours aux p.-iBOOUSS q u oui eu a placer dis biilt. p ui verser le montant des v le ua cet ue lues a Mr le l'rsorief 1. i'. itiAiie. Ici r\ ,i IW2J LE COMIT Ecole lihni Je Co.imerce Nous avon* i't heureux d'appren die que l'Ecole libre de Commerce fonde pnr.M. M B-louard Estve, prs -lent le la Ch imbre leCoinmer ce d M titi. Ilipti ici llt'o larj et Si nio Vu.eut, sera bientt ••ncouragee par uu.; -uli>>li, m d 1 Ki u. : lpo Sri u mie s ,i ; par le le Sacr Convocation [.es mein'jres du Comit haitton ui i v .-. met Fran&iM $'ni |r,oeo-be"gsqoaud uu|acCorJ gi. e hll tJ ( w tlll ainanae i! aot t.i •• d Kiatd'i'coinin rai m inlarvenustsur* l garanti. ,,,,,,, ., ,; hsa PARIS 7 Dollar 17.43 prsidente. octobre prochain a. pins tard. Wvn 79.ifl Le Mali FondU 1er ArU f J Abonnement! rori.auPiinte ^ Dparlements Etranger Boite Postale: U$] Tlphone 2 Bureau: iwe Amhmt'i Bonne rcom| Est promise qui r/ aubureau du journal une] en or, orne do perles, en lettres a iglaisos : L'L, Avis en est donn ceuxj ce bijou perdu dans la inatij, 0 Aot pourrait -Hre olierTl Panama Railroad Steamsbip Bureau de l'Agent Port au Prince le 1 aot II Bu letiu >o 299 Le SS. L keFlatteryij tendu t J oi t-aii PYince York via les Torts ilaUeni] Nord le Jeudi Aot 1"A( 1 >U Tonnes de Marchai; Hl S.n> de Lettres et partira le mme jour Ports Hatiens du 6ud. • Port-aii-l'iiiKe, Hati te0J 1923. BULLETIN .No 300 Le S/S Oistobal est Port-au Prince de New-Yt rel le jeudi y Aot 1 venant de la Martinique via IPS ports du Sud est attendu le 13 ivur nu 11 repartira le menis jour pour Santiago Je Cuba. La suite des iliiir.iir.-s se a fixe l'ai riv" des paquebots. Port-au-Prince, le b aot 1923. L'Agont, E. R0BEI4N. JL i letnercietnenti Mr baviuicii allaitai et fauia ; Mr et .Unie J 8 .lictie r<*uy Weuiwoiui; lippe A. >v eiiiwoiiu; f J il. ficaid ; aiir le ur trt Uovic tti^auu el leur MuUeuioiaciie aVlaiie ilU Mr ei aille uaaton lioueJ el leurs eiuauis; Meiie i Mai Un, M.il. MuAiine el M Mai un ei tuu ies autres P remercient uu lotd dui Ceux qui Ina oui asiisi* perle nieparaole qu'Us U'eyrouvei eu ia ,iSJiiaei Madame bxvisms fo* ieeliegiUH-Weiitwwy leur pouse, iiicre.pctiW-lii'*' mece, cousine et Ml'****] vee a leur allection, le premier Aot dernier. PoUt-Gjuv},ieJAolH i coeorl oontre ls OON8TIPATI prine* OOMPJirA d, DELORT. PT UO, %  • al -a TaaWXS C E n PUROATIfl Ittfl* DES PUBg AT^TPBTBOSJPJ'SWJJ,' Phnl* ul '" -• xo r.l (.• %  i*. Mniia Irevet limpta de cl Brevet suprieurde^ A venire JIW PH1X-UU tm*# Am j



PAGE 1

IE :s IVH mm-imm JOHIQUE, RECONSTITUANT, FEBRIFU6E Recommand pr tous Us Mdecine %  • %  U 9UIMA-LAROOHI tr*e agrable au ot eonUent loi lee orlncipee d" trou meilleures eoriee de tumquina. n i Jin-irleor a tone les nutres tlne de qiiinqiilnn et Ml reeommi rid par les ealbrllaa mdicalee du monde entier uomm le Ton que „ u IfooD'tttvat pmr acMiJenoe daui les en a LAHOOK: uni S M* [vis aux Commerce ajmaur d'aviser aux honorables commerants et savoir t nomm Agent pour Hati par MOKHlScVUJ.UFA.NY, l'AUvLHS, CHICAGO lit depuis Soixante oinq ans et fabricants de f:Bœuf en saumure, Messpork, Clearpork, JlPork AJantegue pure i ara, Mante jne de l'aicalese& en boquittes, Fromage, Saucissons, u, li, MUano, JJolaleiner, eto, \ lanaes conserves ^c, etc. buprtme Jambons de 4il(J lbs& antres viandes LLw produite Marris sont favoiablement connus lit an sollicitant le patronage Un Commerce, je ^entirement sa disposition pour tout russituuiu i. i'rteizni'tnnmAyiierholm iiue Ut Quai %  *' %  i *— MIS MICHELIN DE Jermont Ferraiid France %  weau pix i partir du 6 'oui 1923 [} i 1/2 3| x 4 Oversize COUD Or 15 abres a Air rouges Or 2 lest celui qnijnsqu' prsent a fourni les meiljwt comme Kilomtrage et comme dure, ifrachr so,lants du d P ot • 0Ilt aarantis ds idi*n t,larg< de fournlr <'" %  *• pins brefs d^iniensions demandes et de faire la dmons i u le c nts qui sont Intresss. f { fienral Chez Ri'Mib or au Piicce ENTRITES JALAOUt ASTRO> INTCSTINAk.lt |OUiraeev*ne<-inouniMont.ErMiite mioo1 PMUlirtiwuH, uttr.ulniH; Conatl nation, ^"* 1 aspendle-alalree, Fivre typholda, | MtltdlM H u Peau, Agn.Bocma. Furoncle, M. | sviwiaow caaTAiwa per ratage d* r LafLUS POISSANT 4NTISEPTIQ0EI ,. „•* %  • *erenre ni Cuivre ".,'*• %  • %  '•"•••i l'anminu inufiina!. lia M il SO1100 goulu, par tour 0. NIODOL INTERNE _, daaa oua tjs d< Of art d crr.r. I *' t rejAoUOUM. Re u Vanwrl, Parti I Du h occasion Royal Caf 'ace de la Banque Nationale I ^Pritaire : Annaoius INXOCKNT yablissement se recommande par un service We, des consommations de premier choix, sa %  **lgiee. • uiusirnic atlrayante diriefe par des proiesp'andnuiite. fellation parfaite. — Prix moddi es. *-.^ ^Tlphone X 395_ I l'orOau.Prlnce — Vf" H TM. pour Laboratoire ** ( %  A| 0 o 0 r 1 ; i ,Ullon,env r r. Verres gradus, Tubes *Jl JJtritt,, 'nt nnoirs en verra, Papier filtrer k, *-.u,iUjSi ds5 C t : .et Supportburettes ttr, d 'anii."' i *" •'• — A -i'-rtcwJ n s M a et ractif. ** Uoi da y 8 ^ rune ald t tablettes de Jenner pour %  ** • 1 25 t je i 100 CmUqnmmm Foysl t'ai' lit m Fackel Company Noirs ilefimer CtiLJTP.A venant de Kingsinn et de*Porta du I, LI ststtdu ici, le i i in courent.—. Il pertiis le mme jour prcstol le M\ pour les port du Nord et l'Eu ropt. t'oil nu Prince, le 8 non' Iet3 K0BERT8. DLTTON & C.Jnc Agents gi'ii'ianr • —TU" T . e a —S Enipretia H;iviera de Cuha Le 'lemiit i 11AL1\N.\ eel aitenlu vers le 2U ruinant de Puerto l'ai et prendra lis paceagra ^ l'ifii f'Ou r les poils de Cuba. S'a'Irfsst r ii L. PKBETZtfANX 46GERHOLM Aiient Ellets adire La louraigas I cl ir • adir le r" ce, i-s No (1 896 le Deux cenl dix go i des de la (loin-ni-.-ion Kquifa duplicata rtevsal en Mie dlivr. Petit Gov., le 7 aot 1 ( .l2:j Dm* E. HODR1GLEZ —Le soussign dclare adir le rc piss Mo G.723de Suixante dix neuf gourde*, vingt centime, G. 7!(,iO de laCommissiun Fquire,duplicata devant tre dlivi. Petit Guve. la 7 aot 102 0. BLEAIRE —Le ropihs mit au Nu G. 431 par la Coin DSftion Fquire en Ta veurA. Beovignoa tant gar, le aoussign ion Fquire ayant t a lire, il les d •1re nais, dupiicita devant lui en re dlivr Savoir : to Repiasi .Nu 83 en faveur Jh Malehran he s-, levant a GI80. 2o Hcpis No A 52i en fsflir JhAngale levant Ali. 42.00. 3o nepita .No IJOI en faveur M Morg n 'ievant G. 2 47.00 4u No D 138 en faveur Poncv PrSDQOil s'li-vant G. 1(15.45 5o Mec pi-s 4ii3 m faveur Paul Philippi b'leAHnt 0. U 55 •M 0 ux Uon< d 20 0|0 d R arleineut de l'Iul ieur faveur M. lurgin pour l-s nnis d'avril at mai |ui4 a'ietsnl a 24.00. Port au Prince b aot 1023. M.MORGAN —Le soussign, porte la connaissance du public avoir g.n un afftt au No bH de la Commission Fquire.— Il le dclare nul duplicata devant lui eu tre donn. bugi.e DEGAXO Je soussign donne avis nu public qu'un rcpiss mis en ma faveur a t u'ar. Il porte le .\o A tX25 ; un eavt l'levanl vingt'-pt gourdes 72/10 ', accept par In Conimission require. Par la prsente, j veux obtenir duplicata. Aquin, le 23 Juillet 1921 il.GtUll DE T.Ionde de pouvoir, Acsse de Retjuicm Il sera chante, en l'Eglise Sle An ne, le mercredi huit aoi courant six heures du matin, une messe so lennelle de Heqiiiem pour le rppos de Pme de M. JoSIPM CSAR ALCI.I DUR. La famille lu regrett dfunt prie loinse amis de considrer le pr si ni avicomme invitation. e % teamer W.ildlmul Uuru venant di ll.objiig vu Caracas, Ju.uel i ,i i 1.1 .t nue i. 1 ,8 coura U. Il repirtira !•• mme jour po..r Si Marc, Puerto PUla et l'En rupe, pren.mi fret. Pour plu ample? renseignements prire de s'adrei.er a 0LOFFS0N LUC AS s Co, Agent! Le eanio' Wmesis ^eiiaiit de Santiago de Cuba esta!lendu;iici,jeu di.9 du^coiiianl. lllparlira ie mme jour pour Kiiii|Sloii (Jamaca). Les passagers sonl pris de s'inscrire l'avance; Porl-au-Piiuce, le 8 \oii 1923 ROBUTS,HUTT0N& tf, lilC. Agent* Pharmacie F, Sjourn Doits aria I ta olUotlt atu na*l%ctnjjet au publie n'iQl • Ira itnr.n ion Liboratolr^ d'Uni>H sa un Laboratoire (I e b oli y e appliqua stoi n Dirseu >a i i Dr Hicoi ei t. Sajou, < Le laboratotrd es ouvert tous les jour de 7 hrei da M*** ti eure. du air pour toutes les recherenea ei analyses prvaos RM laonuoc^ ci IOIUH, saut pour la Wdsstj m uni et u CIMI*'*HI ite llf* Scrterie Sir n reies qiid le inrti d chajuese nan-. S'adrca >r n r'uar n.-.cie poarlfj rsaseitf isdMuif 4ua ea -i u nids m Nu.; uastnque Riction de Wassermau'i Bft'Ciion de Tiiboulet, biiauieu du sau^ e du pu baeiiittri d a .iHiires fealea examen e cratat Mibnuiino Irwcnoi: Cons-an'e L'r" S^*>tairs Haeherr.he de Svimhtrs et Cf> de norrOQues, a/o, etr. Paul EAuxil Avec ls atr-vayen dtt denutiVbtt ux. lotrs iftsk sfJ p r eaq'i \ nouvphu Nous u'euumeroflB DS. SJU il vous s LVe d<' .-avoir q je vea-ps> vez trou v< r tout c que vOtN ave; b^oin si i de mouleur as enci-l tio_' que Una lu liq udation ex raurdtnaire s ,ou dan* i Maisons qui rlounerii p'mr rien. Epat ni ? sonl noa crpas H" cbine up rieur, Soie lafthl% Twa.^ eoougi* taniaiM Pl-nne'ia c >al


PAGE 1

' i tt_"~'l ^iL > L I %  s L'- [? •: ,i rGY $LL# pour les soins foffmas de la femme M La eWlALDOSf. en l l >jtis*£lque Heal peur !• voyage. SUe w> prsate MI eoayKaoc tabler et hon-iogonea. Chtra* doit )ate dana dewx livres eVMii MOUS donne la soiurien parltunee qm :a Perbrier.** a adeptea pour las olna ri lofte* de M pei aortna. ta eTWULDOn ai an p'oeult an'laaptlqoa. ann Mocutta, 4t*cMotH<:ite. Se prend aui.r si clrai u\i!£ famms aoualMue de ion hyfWae. fu*. PDaii-ia, t, r o Vni/hi aVenh'sa***/** uf (rate tsmrae ditit a.tt'.f sur sa table de toWAti. tatsit tndnpMaat I U •TRALBOIB E i'f;i ibi.Mur ••'.; %  • mnnvi t li %  ..IT : .: dt .6c I X S Ovolit la OYRALDOSE fcQjigMIIor.nanu M aJBi* miqu-i-.afiFANOORIRB ••• l* MMirrfU. 'it>prlB to • lu-, miftarati inliipo.' .* BUDWLISR BEEB Did you ever drlnk 11 1 Then avvail the ahlpment ol Fronleuac Bluc Labal Ber tlial vvil baliere uaxi vveck. Evary Caf and Htel vvill stuck H. This ia the last vvord lu ber a ..d every bottla brings a nevv cuatomer. W. Quinlin Williams, A genl tiudwftiser Bire Avez-vons dj goiU cette Hire?.Vttendez dono la Frontenac Unie i ;ib. i iUj;il qui sera ici la semaine prochaine, l'amande/ dans les aies el Ilot. s en vihe. La qualit de . bire est une rclame mme. W. Quiulin Williams, agent jroenTtiaiie aarwianTe Hitela'.". t Usa A r>t€***>i** ^ftttj irgr h'wii %  y wV • Tulle poi r 1er Communion 'loue u voile pour cadre ___ '1 ussor J a panais pour Cliemlsea homme. Toile voile pour voilier etc, etc, aie. Une visite i la Maison Silvera vous conTaineri Luiine qualit de no article et de no prix Mil ii plu bu de ia place;est-ce pourquoi il noua ue juui eu joui de nom eau\ clients. il ALUMINUML1NE New-Orlans el Soulli American SCeampship C Inc. FrochalQS dparts diracls pour rort-Jii-Pfinc? — Il ti 8/8 iJvo. H UacknBl* lai***ra N'UmOrians le 4 < t et Mobile le 6 t otl', 6|S u Jchn Haike" laissera New Or iuns le J8 aoilt et Mobile le 24J aint. A partit d cvtle dernire date, y aura une oceatUmchaque qainxi jour* pour Us ports suivants : cariliuy*e 9 sono, Volombia, Curano, Poro-Cf* beiio,Li (MiMyra 9 P oiite* m t*itre 9 fo t entrante, btidytOum t Uuibidu, fo l of Spam, liimaad, ueoryetuwn. A. de AiATlLlS c\ Co Atnu tti.aux — a ^%  ,-- 5E^ E^favara "SOEt^: :;i r --? ; S I/ABmie Notre **r.r, aat compost da globule lOBg** et blancs— les rougrt iatvent i 'ourrir ! cAip, le bbr.c t combattra I i-.-'lsrli'. Qwisd il y a Aomia—ea Basqoi d sang -~Ics glabolaaiousa maaqaaBl p'ij ou i;io:n. Da cotte asor; lr nf M %  i" a ''t* T J "" da aoerrltara ta oatal Ceal rur<;uni l > l| ara dancnl { %  Aie et !• • 1*1 i]evl< i net • ••• "IOOIUI —et nui ia latlan d %  • \n>m eavkii t' % % %  '3 %  T VA %  '<'"•<• il •'•II' i it, i> >••''!"• h ang i • ut ratigi C u 1 i ; i r* fr%, — T ~ .. lus !li -r r . KIN %  t > i r : ia! l. ,i %  | i ;ne p||M .! |l i raeon manda ci '' Au,c IU A.-I i '• d'tre mrf Pluneura foyers, ivie t->is sans enfants, aOlt niaintensntg^yspar Ift ;;;-fice d'enfmta aaini et heureux. La Compoi i t i o n V tT Composition ^4gtaio de Lydla E. RnkKam r >i



PAGE 1

** • MM&K PROPRITAIRE IMPfUMEUH lent Alayloire BOIS VfiRNA |t Hl Rue % mrioe.iaa ao IJLYliUJflai Quotidien Apprendre H un enfant produire et utiliser, est mieux que de lui apprendre conemiser. IJien des hommes qui, avec beaucoup a peine parviennent conomiser quelque* dollars, feraient bien mieux de laire produire oesdol 1er, ou bien par leur propre travail, on bien dans un travail utile. FORD ci bips Propos tris simples Jile confrre le Temps paiii hier: — pourjque nous nous y athu iqiiH peu? — pro'iraious de pnn. ip. s pnui,!.laites I'.IUIIV juur l l'attitude politique tranget pour ne — de lire, sous la I notre confrre, tout ce Issuifgreice que nous piiOus-iiiOiii'-. Lu pro lit taire croire pie no* conlrre nous conique nous-mmes Mais [jueiiieiii. Il ne lait qu': soito (Je m.uiH, — wve. — en censurant jn'abonde p s dans i>on iquaux Mlencesilutti^ant hier du prowueiital ue modilier loilains poils ouverts, "tt signalait Je silence ianus du gouverneuignitiaiit une dsap itou* le compte-rendu du Conseil d'fctat, lue se contente pas les opiiiions des loin pane il signale m,~ comble du rehWuquinW pas pris P le Uuseiiltr d'Ltat I t l'objet de ce problme si tatillon, no*M couti re verse lacila censure et c'est pprotesso hier, nouu vritable cours Nous i.'cn sotnon apprend i il nous faut xainipcuuiem.-iit, si, dans ^•dit, dans noire pro Qui uous avons fdire conservateur ^*[gouvernement ela*" rer 'ort nue uetiJJ* 'ConsuvaUur , couvaincre que "* coiiaervaleur* wiuwital > fiance de la disjm le danger de l V** que iio U9 avions <* nellement avoir 7* gouvernement £> UI la>ous lait en •^teurouuegou il,! co,unie le vou^comptel-u-meme wJ?l nols e n ,a VL n amVcr <** X * tl la criu^ el ' tr it or aS? nt dl,t de wquil crit ceci: C^'tsgonverBS'^re distingu '"'t*^! Rattach S *?£ fend la poliK.r n e dire i ue Ki u n ,rel ^ *t "ne Ufci^PfaUques par Nous avons pris soin de dire qu.i le c Matin est ce point dispos accepter le gouvernement talili qu'il s'est toujours abstenu de combattre le pouvoir du jour, meine lorsque I opinion personnelle des meuiores de notre maison ne lui lan pas favorable. >^e que vient de dire notre confrre nous donne raison, au lieu de nous contredire. il uous contredirait s'il pouvait faire la preuve que, de notre fondation jusqu' ce jour, nous avons fait aucun gouvernement la guerre qu t, par exemple, la laveur dvs temps lui permet de faire actuellement ao prsent gouvernement Le • Malin , en tant que journal,—et n D'est pas aune chose, — n'a jamais connu l'exil. Si notre symp ithique confrre, dans l'application prsente de son esprit de censeur, veut prtendre, comme il semble le faire, que nous n'avons pas toujours dtendu la politique ou gouvernement tabli, comment lie s'aperon-il pas qu'n ne lait qu. ren.orar toul ce que nous avons dit ? — En effet, iiOu.s n av us pas tou jours actep.* le prima) < s 11 les [ues des gouvei uemeutsiuje nous acceptons; noii> avons UelenJii et soutenu lesgouvernenieiils.iau* celles de ses ides qui taient ntres, sans ire oblige de le faire e i ce qui concerne les idem qu a nous ne partagions pas. En d'autres termes, nous n'avons jamais connu le systme, si en honneur aujourd hui, di taira quand nime l'lude de Co qui peut dplaire au gouvernement, ou de tomber quand mme tout ce qui mane ue 1.1. S'olrc couIrre peut ue p..s nous approuver, ni iious imiter ; mais unus ne vu om dans c tte Jaon de faire rien d'inavouable. Le Temps dit du gouvernement actuel qu'il est < le plus discut, sinon le plus dcri qui Soit *. il dit encore que c'est l'opinion publique qui seule fait la force morale d'un gouvernement 9 et que c'est pour ue pas le reconnatre que le gouvernement actuel vgte . iNous ue pouvons p que. comme il n'accorde pas si S inpnthi au gouvernement actuel, il eu inlere que l'o| i mon puhliqu est contre le gou vernem ni. En acceptant que l'opinion publique se piri.ig,! les journaux existant*, il bu Irait faire remarquer que deux de nos honorables confrres, la Poste et le Temps n'existaient pas meure lors de l'lection de M. Borno. Os eonfrree sont donc venus se dr< Mai"contre le gouvernement aprs sa naissance et prcisment pour le combattre. C'est peut-tre de bonne guerre ; mais c'est lorcer un peu les choses de venir dire, aprs cela, que le pouvoir est l'index parce que ('opinion publique est contre lui. Alors que chacun rclamo.avec raison d'ailleurs, la libert d'crire et de coin! dire, il faut recon* naitte .ai moins au gouvernement la libert • d'exister el celle de gouverner. Voyons 11 %  ' —a—--^-i Paul Sals Par Cable AVOCAT Rpcauvreme; ts Cojmp.Tiaiix, ..liai; c i 1 tU.j i. Correspondants WaaJstaf ton, .Nsvv-Vo.K, djii. n, l.onies, l'arie. 17e RueRoux2l7,l'ovt-uu f'rince lue drogue dont remploi l'ail avouer les criminels Elle aurait t exprimente avac edooa daus une prison a.njrioaiae NEW YO.tK, 2J j i. L docleur iticii.ud c. Uuu>e. le tFvrru ( Texas ), dc aro q 11: U SCOpoUmiuS, douJ on se sert peur provueusr un deiui-auintueil die/, les leiuiiie en cou :lies, prive 161 •• 1.<• 1 J .j .1 eitii •dt 1 lmmi-U % % %  du u MI voir (Je r.ii sonner, yfl Je b.iv.irJ i^.'s liiilasina^oriqu. s l-s p^r lounes s-us l'influeuce de c-lte dro gue. tait simplement aborde. {Chicago Tribune) Nouvelles tnaufres A la Socit des Nations Les reprsentants des prtites nations ne sont pas partisans de pactes partiel PARIS 6— La commission provisoire de la ligue des nations charge d tudier ies moyens d arriver une rduction des armements, est cuibarraaafl au sujet du pacte d'assistance gnrale mutuelle propose par cei l liua .11 brus Les r.-prsen tautl depetites nations ne semblent pis partisans de pactes partiels qui obligeraient participer un blocus et ceci c-d le principal obstacle qui divise la commission. Les repr tenta Us des grandes DftteoS qui sont le plus expos..u a mi daofer etlerieur dclarent qu'ils ne peuvent accepter une si,nation, qui, par suite de u dtection des petites nain.is, les lai-serait expose a une attaque.Les reprsentants .le la Peso ce iusistent pour des pactes de garan lie partiels, les reprsentants de 11lalie se sont rangavec les reprj sentants des petites nations qui de* nia u de ut que les signataires des pic te p.i. liels. en cas de menace de gurit, "c noient .bh^.s d'agir que s if 1.1 lecsiou du coi.j.-il de la ligue 1 s u ti us. u • 1. | an. 11 Pr 1 ,• et I Grau de Urelagua ont dcid q 1e les signa i.nies d'un traite partiel ou lgionai ne pouvaient aiieiidie eu SUS de HiHuace immiiiente la dcision ou conseil. La discussion se trouve donc prol .nge par l'opposition de l'itali qui rsfuM de se rallier au coinpiouiis a cepi rcemment Uo ires par la U aude tiretsgne et la Fi ai.ee. Les Etats-Uni, et la Turquie liguent des traite LAUSANNE Deux traits entre la rurpiie et les Ktats Uns : un Irai e commre al et ,.u trait sur I extra I. lion, ont t signes sans ce remonte eu prsence d'un petit grou pe d amricains dois le salon do lliotel i'J icliy o les Jlg ts arn ricins ont lauii leur re.-i lence. Is met, tli/,i ,jey 1 il.s.an ont -ign pour la t'urqaia et M. Oreor, mi.iis tre des Biais C us en S. u-.se, a >\tn pour las Btals Lui.. Apres quoi h motel l (j evv ont pro.iunc: une courte allocution pour exp imer leur sati fiction m ueiie. Le trait co.u n irci d scoor le aux Etats Unit le tra.te nent des nations l"s plus favoiis-s et remplace leur vieil accord de ItfJO. Il rgle eu d i tail les relations ollieielles et coin nieictiles entre les deux pays, don ne satisfaction aux intrts" ameri cains eu Turquie et met fin la si tuation quivoq ie cre par l'aboli lion parla Turquie d**capitulation. Les de ix Kouverncmeota retirent du nouvel 1 tr it de* bnfices mu t els, la Turquie accepte de nommer des conseillers lgnux dans les aflfai res, plaintes, arreatati fis ou empii •oiiuein -ni concern^iit les trangers. Les Ktata Uni ont rserv tous les droits aux amrioaloi en Turquie q ils -oient soi ne iiu. de naissiuce ou par nationalisation. La siiiuiion financire de l'ill.•111,1 pie BERLIN Lcm>rcu des devise elrauges • t ouvert de nouveau par le |ouvsrnm9ut, Vpri U bour se le mark a t cot" 2 millions nu dell ir I |ue le 1 ours ofSettl eut t ii\.'i l.ttSO.000. l.c manqua de billets continue se l'.n're sentir avec le dprciation du mark et les uou rellaa co ipurea da la Etsichbeok comprennent .les billets de 10. 20, BU et 100 j millions de marks. Lee coupures infrieures auol consid rees comme pulit: monnaie. Y aui;i t-il un • session ex* traortlinaire du Congra ? WASHINGTON -Le prsiJent Co 1 nlile n %  pas avoir l'inlen lie 1 pour la m iment le con tqoaf en tesaioo axtraordioairc le congrs. Ues petoiiu-squi ont .'-t reauespar lui oui l'i iijires-uon que li d-i>iou du prsident n'est pas ddoitiva. Mine Hanlintf est toujours (erme GRAND RAPIDS ,IU\VA;Mme Marding %  'est repose dans sa eh nu bre *d i wagon priv qui porte le corps .h ion mari. Llle eonoentns lui es g M foras pour faire face aux nfurea donloureuaei qu'elle aura au bit mercredi lors des funrailles n it'ooalei ^ Washington et celles ni s doulo ireiises encore qui latten dent vendredi au moment suprme de la sparation* Le gouvernement franais dsigne le ijnral Gouraud pour assister aux funrailles du Prsident Har dinjj PAUIS— Lo goiivernenient Iran sais sera reprsent ans funrailes du prsid ni Hardies;par le gnral G ..ir.iti 1, gouverneur de Paris, dsi gue corn ne envoy extraordinaire aux Buta L'nis. (J e foula considrable attttni l'qrrive du train fuiio'ora CHI 'A i ) I. 11 foula estime plu. 1 1 1 000 personnes s'tait as se.nl. e U g .1 de Ke Isic avenue de Lbicagi uuS demi heure avant l'arrive ii train transportent la d pouilla du prsident II nding. L* foule qui avait envahi les voies fer res tait si nombreuse que la Compe gnieadutaira partir tes train* de banlieue. Ues milliers de personnes ao lenai ni le long des voies dans toutes IJS communes avoisinautea. Mesures prises pour les lun^t J illosdu prsident Har ding WASHINGTON Le gouverne me il amricain, *e faisant I itltorpr te de la douleur .le centaines d a mil liona de personnes, a pieusement prpar les derniers hom nages de a nation k la mmoire du Praident Hir ling. Le travail sera entirement arrt pan tant uneiiiure au momant o le triin funbre terminera son loog royags et ne ser* repria qu'aprs que le coi -os du Praideat d root aura t lpoa dana le salon Kst de la Maison Blanche o il reste rajuequ' dis heures mercredi ma tin.Sur le wercu il isronl placeaaan lement lea couronnas dt Muta Har ding, du prlat at Mms Coolidiej


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05996
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 08, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05996

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
**
MM&K
PROPRITAIRE
IMPfUMEUH
lent Alayloire
BOIS VfiRNA
|tHl Rue ?mrioe.iaa
ao
IJLYliUJflai
Quotidien
Apprendre h un enfant pro-
duire et utiliser, est mieux
que de lui apprendre cone-
miser. IJien des hommes qui,
avec beaucoup a peine par-
viennent conomiser quel-
que* dollars, feraient bien
mieux de laire produire oesdol
1er, ou bien par leur propre
travail, on bien dans un travail
utile. FORD
ci
bips Propos tris simples
Jile confrre le Temps
, paiii hier: pour-
jque nous nous y at-
hu iqiiH peu? pro-
'iraious de pnn. ip. s
pnui,!.laites i'.iuIiv juur
l l'attitude politique
tranget pour ne
de lire, sous la
I notre confrre, tout ce
Issuifgrei- ce que nous
piiOus-iiiOiii'-. Lu pro
lit taire croire pie no*
conlrre nous con-
ique nous-mmes Mais
[jueiiieiii. Il ne lait qu'-
: soito (Je m.uiH,
wve. en censurant
jn'abonde p s dans i>on
iquaux Mlences-
ilutti^ant hier du pro-
wueiital ue modilier
loilains poils ouverts,
"tt signalait Je silence
ianus du gouverne-
uignitiaiit une dsap
itou* le compte-rendu
du Conseil d'fctat,
lue se contente pas
les opiiiions des
loin pane il signale
m,~ comble du re-
hWuquinW pas pris
P le Uuseiiltr d'Ltat
I t l'objet de ce pro-
blme si tatillon, no-
*M couti re verse laci-
la censure et c'est
pprotesso hier, no-
uu vritable cours
Nous i.'cn sotn-
on apprend
i il nous faut xaini-
pcuuiem.-iit, si, dans
^dit, dans noire pro
Qui uous avons
fdire conservateur
^*[gouvernement ela-
*"rer'ort nue ueti-
JJ* 'ConsuvaUur ,
* couvaincre que
"* coiiaervaleur*
wiuwital >
fiance de la dis-
jm le danger de l
V** que iioU9 avions
- <* nellement avoir
7* gouvernement
>UI la>ous lait en
^teurouuegou
il,! co,unie le vou-
^comptel-u-meme
wJ?-lnols'en ,a
VL n amVcr <**
X * tl la cri-
u^ el ' trit
or aS?nt dl,t de
wquil crit ceci:
C^'tsgonver-
BS'^re distingu
'"'t*^! Rattach
S *?fend" la poli-
K.rn.e dire iue
Ki un,rel^ *t "ne
Ufci^PfaUques par
Nous avons pris soin de dire
qu.i le c Matin est ce point
dispos accepter le gouverne-
ment talili qu'il s'est toujours
abstenu de combattre le pou-
voir du jour, meine lorsque I opi-
nion personnelle des meuiores de
notre maison ne lui lan pas favo-
rable. >^e que vient de dire notre
confrre nous donne raison, au
lieu de nous contredire.
il uous contredirait s'il pouvait
faire la preuve que, de notre fon-
dation jusqu' ce jour, nous avons
fait aucun gouvernement la
guerre qu t, par exemple, la laveur
dvs temps lui permet de faire ac-
tuellement ao prsent gouverne-
ment Le Malin , en tant que
journal,et n D'est pas aune
chose, n'a jamais connu l'exil.
Si notre symp ithique confrre,
dans l'application prsente de son
esprit de censeur, veut prtendre,
comme il semble le faire, que
nous n'avons pas toujours dten-
du la politique ou gouvernement
tabli, comment lie s'aperon-il
pas qu'n ne lait qu. ren.orar
toul ce que nous avons dit ?
En effet, iiOu.s n av us pas tou
jours actep.* le prima) < s 11 les
[ues des gouvei uemeutsiuje nous
acceptons; noii> avons UelenJii
et soutenu lesgouvernenieiils.iau*
celles de ses ides qui taient n-
tres, sans ire oblige de le faire e i
ce qui concerne les idem qu a nous
ne partagions pas.
En d'autres termes, nous n'a-
vons jamais connu le systme, si
en honneur aujourd hui, di taira
quand nime l'lude de Co qui
peut dplaire au gouvernement,
ou de tomber quand mme tout
ce qui mane ue 1.1. S'olrc cou-
Irre peut ue p..s nous approuver,
ni iious imiter ; mais unus ne
vu om dans c tte Jaon de faire
rien d'inavouable.
Le Temps dit du gouverne-
ment actuel qu'il est < le plus dis-
cut, sinon le plus dcri qui
Soit *. il dit encore que c'est
l'opinion publique qui seule fait
la force morale d'un gouverne-
ment 9 et que c'est pour ue pas
le reconnatre que le gouverne-
ment actuel vgte .
iNous ue pouvons p tres, nous mettre couti e un gou-
vernement, .supposer que nos
principes nous l'aurai'ut pet mis,
rien que par ce qu il serait d-
cri.
On disait une fois Edmond
l'aul de lcher Bazelais parce
qu'il tait trop discut : il rpon-
dit liremuii que, s il suffisait l'u-
ne cabale contre tout citoyen res-
pectable pour le taire abandonner,
a quoi servirait d'tre honorable ?
Nous pouvons d'autant moins
le faire que ^e sont prcisment
ceux qui le dcrient qui voudraient
le voir lcher ; nou-restons atta-
chs au gouvernement parce que
nous n'avons pas sur l'indpen-
dance les mmes ides que notre
confrre.
Au surplus, il a tendance con
lidrer l'opinion puaii |Ud comme
tant toujoun au ion 'v. da
sort.> que. comme il n'accorde
pas si s inpnthi au gouverne-
ment actuel, il eu inlere que l'o| i
mon puhliqu est contre le gou
vernem ni.
En acceptant que l'opinion pu-
blique se piri.ig,! les journaux
existant*, il bu Irait faire remar-
quer que deux de nos honorables
confrres, la Poste et le Temps
n'existaient pas meure lors de l'-
lection de M. Borno.
Os eonfrree sont donc venus
se dr< Mai"contre le gouvernement
aprs sa naissance et prcisment
pour le combattre. C'est peut-tre
de bonne guerre ; mais c'est lor-
cer un peu les choses de venir
dire, aprs cela, que le pouvoir
est l'index parce que ('opinion
publique est contre lui.
Alors que chacun rclamo.avec
raison d'ailleurs, la libert d'cri-
re et de coin! dire, il faut recon*
naitte .ai moins au gouvernement
la libert d'exister el celle de gou-
verner. Voyons !
11 ' a--^-i
Paul Sals
Par Cable
AVOCAT
Rpcauvreme; ts Cojmp.Tiaiix,
..liai;ci 1 tU.j i.
Correspondants WaaJstaf
ton, .Nsvv-Vo.K, djii. n,
l.onies, l'arie.
17e RueRoux2l7,l'ovt-uu f'rince
lue drogue dont remploi
l'ail avouer les criminels
Elle aurait t exprimente
avac edooa daus une
prison a.njrioaiae
NEW YO.tK, 2J j i. L doc-
leur iticii.ud c. Uuu>e. le tFvrru
( Texas ), dc aro q 11: U SCOpoUmiuS,
douJ on se sert peur provueusr un
deiui-auintueil die/, les leiuiiie en
cou :lies, prive 161 1.< 1 j .j .1 eitii
dt 1 lmmi-U du u mi voir (Je r.ii
sonner, bea de me m ir, alors ans toutes Iurs
autivi laciiltes derm'uienl intSclM.
A U |ui-ui de Bol Qucutia, un
dtenu, soupvunu Je meurtre, a qui
celte drugue lui Hdiuinstr-. a pi ou
T non iiiiioceuce, .il.je que deux
autrtkdtuiius, assure l on, non --u
lemeut oui rvl leurs crime, mais
en oui confesse d'autres pour lesquels
ils n taient pas inculpes.
Plus eurs--xjjeils qiw yorkais, par
mi lesquels lu docteur CUSiSuos Oal
ton, de la eoOMBMeiea n.ttuoule d liy
gine uieiiiale. oui dclar que leurs
observations les avaie.it convaincus
q .e les patients, sou- l'influence de
la scopolami 1 eluioui amens ,i un
tal semi-livuiiolique, dans le |ttl ils
se trouvaient hors d tat de rpondre
aux questions qui leur tat-ut poses
autrement qu'eu dis.ni U viit
Par c m.-, le lo;leur Schlapp,
p ychiAns tii lu a luepitai intro
poli aiu Je SnW Vork, a dclar que
l'iles d'essayer de Mtoudlf l.s pro
blmes decnininol gieau 111 >yfl Je
b.iv.irJ i^.'s liiilasina^oriqu. s l-s p^r
lounes s-us l'influeuce de c-lte dro
gue. tait simplement aborde.
{Chicago Tribune)
Nouvelles tnaufres
A la Socit des Nations
Les reprsentants des prti-
tes nations ne sont pas
partisans de pactes partiel
PARIS 6 La commission provi-
soire de la ligue des nations charge
d tudier ies moyens d arriver une
rduction des armements, est cui-
barraaafl au sujet du pacte d'assis-
tance gnrale mutuelle propose
par cei l liua .11.....brus Les r.-prsen
tautl de- petites nations ne semblent
pis partisans de pactes partiels qui
obligeraient participer un blo-
cus et ceci c-d le principal obstacle
qui divise la commission. Les repr
tenta Us des grandes DftteoS qui
sont le plus expos..u a mi daofer
etlerieur dclarent qu'ils ne peu-
vent accepter une si,nation, qui, par
suite de u dtection des petites na-
in.is, les lai-serait expose a une
attaque.Les reprsentants .le la Peso
ce iusistent pour des pactes de garan
lie partiels, les reprsentants de 11-
lalie se sont rang- avec les reprj
sentants des petites nations qui de*
nia u de ut que les signataires des pic
te p.i. liels. en cas de menace de
gurit, "c noient .bh^.s d'agir que
s if 1.1 lecsiou du coi.j.-il de la ligue
1 s u ti us.
u 1. | an. 11 Pr 1 , et I Grau
de Urelagua ont dcid q 1e les signa
i.nies d'un traite partiel ou lgio-
nai ne pouvaient aiieiidie eu SUS de
HiHuace immiiiente la dcision ou
conseil. La discussion se trouve
donc prol .nge par l'opposition de
l'itali qui rsfuM de se rallier au
coinpiouiis a cepi rcemment
Uo ires par la U aude tiretsgne et
la Fi ai.ee.
Les Etats-Uni, et la Turquie
liguent des traite
LAUSANNE Deux traits entre
la rurpiie et les Ktats Uns : un
Irai e commre al et ,.u trait sur
I extra I.lion, ont t signes sans ce
remonte eu prsence d'un petit grou
pe d amricains dois le salon do
lliotel i'J icliy o les Jlg ts arn
ricins ont lauii leur re.-i lence. Is
met, tli/,i ,jey 1 il.s.an ont -ign
pour la t'urqaia et M. Oreor, mi.iis
tre des Biais C us en S.u-.se, a >\tn
pour las Btals Lui.. Apres quoi h
motel l (j evv ont pro.iunc: une
courte allocution pour exp imer leur
sati fiction m ueiie.
Le trait co.u n irci d scoor le aux
Etats Unit le tra.te nent des nations
l"s plus favoiis-s et remplace leur
vieil accord de ItfJO. Il rgle eu d i
tail les relations ollieielles et coin
nieictiles entre les deux pays, don
ne satisfaction aux intrts" ameri
cains eu Turquie et met fin la si
tuation quivoq ie cre par l'aboli
lion parla Turquie d**capitulation.
Les de ix Kouverncmeota retirent
du nouvel 1 tr it de* bnfices mu
t els, la Turquie accepte de nommer
des conseillers lgnux dans les aflfai
res, plaintes, arreatati fis ou empii
oiiuein -ni concern^iit les trangers.
Les Ktata Uni ont rserv tous les
droits aux amrioaloi en Turquie
q ils -oient soi ne iiu. de naissiuce
ou par nationalisation.
La siiiuiion financire de
l'ill.111,1 pie
BERLIN Lcm>rcu des devise
elrauges t ouvert de nouveau
par le |ouvsrnm9ut, Vpri U bour
se le mark a t cot" 2 millions nu
dell ir I.....|ue le 1 ours ofSettl eut
t ii\.'i l.ttSO.000. l.c manqua de
billets continue se l'.n're sentir avec
le dprciation du mark et les uou
rellaa co ipurea da la Etsichbeok
comprennent .les billets de 10. 20,
BU et 100 j millions de marks. Lee
coupures infrieures auol consid
rees comme pulit: monnaie.
Y aui;i t-il un session ex*
traortlinaire du Congra ?
WASHINGTON -- Le prsiJent
Co 1 nlile n pas avoir l'inlen
lie 1 pour la m iment le con tqoaf
en tesaioo axtraordioairc le congrs.
Ues pet- oiiu-squi ont .'-t reauespar
lui oui l'i iijires-uon que li d-i>iou
du prsident n'est pas ddoitiva.
Mine Hanlintf est toujours
(erme
GRAND RAPIDS ,IU\VA;- Mme
Marding 'est repose dans sa eh nu
bre *d i wagon priv qui porte le
corps .h ion mari. Llle eonoentns
lui es g m foras pour faire face aux
nfurea donloureuaei qu'elle aura
au bit mercredi lors des funrailles
n it'ooalei ^ Washington et celles
ni s doulo ireiises encore qui latten
dent vendredi au moment suprme
de la sparation*
Le gouvernement franais
dsigne le ijnral Gou-
raud pour assister aux fu-
nrailles du Prsident Har
dinjj
PAUIS Lo goiivernenient Iran
sais sera reprsent ans funrailes
du prsid ni Hardies;par le gnral
G ..ir.iti 1, gouverneur de Paris, dsi
gue corn ne envoy extraordinaire
aux Buta L'nis.
(J e foula considrable
attttni l'qrrive du train
fuiio'ora
CHI 'A i ) I. 11 foula estime
plu. 1 1 1 000 personnes s'tait as
se.nl. e U g .1 de Ke Isic avenue
de Lbicagi uuS demi heure avant
l'arrive ii train transportent la d
pouilla du prsident II nding. L*
foule qui avait envahi les voies fer
res tait si nombreuse que la Compe
gnieadutaira partir tes train* de
banlieue. Ues milliers de personnes
ao lenai ni le long des voies dans
toutes Ijs communes avoisinautea.
Mesures prises pour les lu-
n^t j illosdu prsident Har
ding
WASHINGTON Le gouverne
me il amricain, *e faisant I itltorpr
te de la douleur .le centaines d a mil
liona de personnes, a pieusement
prpar les derniers hom nages de
a nation k la mmoire du Praident
Hir ling. Le travail sera entirement
arrt pan tant uneiiiure au momant
o le triin funbre terminera son
loog royags et ne ser* repria qu'a-
prs que le coi -os du Praideat d
root aura t lpoa dana le salon
Kst de la Maison Blanche o il reste
rajuequ' dis heures mercredi ma
tin.Sur le wercu il isronl placeaaan
lement lea couronnas dt Muta Har
ding, du prlat at Mms Coolidiej


w* *W^
f

V,
ds 1h Cour Suprme du Cor grs et
elles des gtuvtrufii.ei.lt trangers
et de l'Etal. Trois prsidents pren
droi.t part bu collge tuubre qui >e
formera dtir're le coi pi> mercredi
quand il st-ia tfiospott de la .Mai
ioo Blanche au Capitol.. Le service
fu. hie a la maison commencera
vendredi 3 lu un de 1 api es midi.
Homlies Diverses
LONLUS Sullivan de Lowell,
Ma-snchusett. a russi traverser la
Manche la nage. Il et arriv Ca
lais 8 henni 5 aprs avoir nug
pendant une distance de 96 kilom
trs. Il a atteint le rivage prs du
l!. S. Navy News U f|g \ Ji
6 aot
WASHINGTON Le train qui
transprl .it I. cadavre du Prsident
Haidlog a WashiogtOO a travers
les Liai* de l Ou si aujourd'hui.
Des millier* da p-r oe ns s'taient
mis-ses tout le long de la voie pour
payer leui tribal en mettant de cill
tout sendra nt personnel. bMs
taieul venues de toules le direc-
tions et appartiennent a toutes les
classes sociales.
A Ombli.ua, o le Irain s est arr
Il nous a l donn tout do. niie-
menl de fai e une visite au nouvel
aqueduc de Lee erc dont les travaux
sont en cours d'excution, sur l'in-
vititi.n du Min.-tre des Tivaux
Pub i s qu'ac&iuipafnaia t les in-
gnieurs reillgreu et vzor et le chef
de division, P. Llhart.
On loil se rappeler qu'un crdit
de i.O'JJ dollars avait M* vot cet
ff.t.
C travail est splendiV et mrita
une mention spciale. L'ancien ca-
casino de Calai* aprs 3! heures tf (J i heures 50 pendant une heure D| qui d.ite de f Uoao, uvre la
minutes de nage. Sullivan en tait d. te nps, plus de lS.OnO personnes l'ingnieur Ltfortttrit est envoie
4 a tPiiiiPiiie tentative taient ac-oumes. d'tre chang compltement.
.a seplie ne lenlal.ve. w ^ ^^ Qn flnnonce |e ^ ^ B ^ ^ ^ ^
BRUXBLLC8 M. Foithome.noa
veau luio.Bire deladefeosa national"
!e, a prt serment en prsence du
Hoi Albert. M. Forlliome succde
M. DsvZtt qui donn hier sa d*
ieaion paiceqne le Parlement n'ep
prouvait pas ses ides d'une forte
anne dfensive.
Dans la Rliur
PARIS Le directeur de mines
de charbon de I Hliur M sont enlen
du-* avec ta sutoriisfranco b-ige-,
xploilant lei chaib.'M de la llhu ,
pour cess r l'opposition aux i xpdi*
tions de charbon au compte des r
paradons pour l'Italie sur les lign l
exploites ^ar les ailles. Cal BCCO d
dans les milieux ollici.lslranC.ai,
est considre comme un signe d af-
faiblissement de la rsistance passi
ve envers l action des aines laus la
Rhur Le eonlact direct entre les au dense que la Vil ss: du tram i'it
tontes loeeies les manufacturiers et tre raleulie eu pluai tire eu lroils
les mineurs allemands et les repr el bien qu il
re'.ra I 16 oflio-ieri de lous rangs
d'accord avec l'arrangea) ut militai
re.
LAUSANNE Aprs des ngocia
tions longues et difficiles le trait
lurco amricain a t eign anjour
d tini.
7 Aol
A bord du train funraire
du Prsident llarding
D- que le tram p ) tant le corps
du Prsident n'avana aujourd'hui
deChicagj des l'oues aux pro-
portion* saut prcjdunt s'lance-
reat sa rencontre* L) ;s raiUiora
et 1 -s mi lieisd'li ui il s, d toui-
iii.s el dtfufauts piyeut un
muet, unis impressionnant tri >ul
au IV s. I i.it ii lit- Li finie lut si
sentants do la KrauCS el d" la Ile ini-
que dans ies relions occupes, de
vient do plu3 en plus licqueut.
Un gouvernement rvolu-
tionnaire a la tte des
affaires
el bien qu il dl arriuer vV s-
hiiigtoua 1 bra Aldel'apre-rai li,
il SeraproOaltl ni illt iiiiuinl avi it
qu'il atteigne la Cipilole. A Pills-
burg, a ceux habitus voir de
larges r.i^enibl-'iueuis, il semb ait
que ta popul.iti m de. 1 ville en-
tire s'tait misse. Lu trs rair
en ciment arm de if1' pouc-s. C lie
eanalisaiiou doit se.vir pour l'eau de
LeclsVc, che de Diquini, une pirtie
de Chaud d'fcUu ai peut tre mme
plus tard, une partie des eaux de la
nivirs Froide.
Elle est de me ne grandeur que
celle des goMs de Potl-aii-Prhice.
Elle passe entirement gaucho da
la route, au pied du morue (irain-
m >nl. ce qui p. rm t d agrandir con-
siirablement la voie ei s tend sur
une longueur de deux kilomtres.
Il v aura deux sypuons pour fran-
chir les ravines le Dcayette el de
BjI -sse; celui de L) eaystts aura 3
mires de longneur.avec deux ligues
de tuyaux pirallel ;s le 16 pouce-.
L'aocieu canal tait trop petit et
en mauvais tat. Ce qui empch il
leiu de Uipimi d'tre au n en-
tire nem eu ville. Le no iv au ca-
nal plus laip'e et plus soiidamaot
eons rail, oonluirs la totalit des
aux le Leelero et de Di | uni. 0';t
un travail perdurable en omeut ar-
m.
i^e Dpartsmsnt des Travaux Pu-
blics dans s jii I m b.e souci de four-
nir li plui grande i itulit l'eau
po ib e, ie uent in hspensabls a la
vie de> populalions, a'IUlretSS au
ATIILNK- M. W, .U pautl.,,^.,^ avance r.HJup;r ^"^'^'^^
des fonds lui s ml allous, de la cap-
t.tiou tle la source vliliet 4 kilome-
A flIL.MaS " #.1.111'". "' "= pain ii'JUiuiii^c aiau tii; iwuu ^
prsident du conseil, ministre des le9 ouvriers d'aciries eoinine le
allaites trangres, a dclare aux re |rnta passait devatll l usine indus
nraeiitauts de la presse q 'lUla.t trielle sur la rivire- L'usine en-
dispos a accepter l ollre du gouver j^ ^ m S1ll.lic,eu3e ta idiS qUJ
nemeul rvolutionnaire de pren 1rs jfi ju ,rs,Jenl S avanait et
la direction lu gioupe dS coalition
nationale. Le gouvernement rvolu
r^s uu i'rsident s avant
I ouvriers sans penser leurs
vlements souills, leurs mains
trs do l'tioiiville.
yaant au travail de la canalisa-
lio.i de Leclerc, no is le repjtjns,
personne ne peut trouver redira
soim ie double rapport de sa solidit
^wTation^it^trU et leurs faces d une propret et de son utilit pratique.
nouveau groupe lomp.enLan les douleus. se tenaient deuout,_ la _____
TMGiUO CJMiaJ
nouveau group_ -----,
modrs do parti veuuoloe tl antive lte InellUe, croisant
Bisliate et le gouver..meut de .M. quelle sur leur poitrine.
Zarois. Il aurait pour but de rla
btir paisibleaiciit te gouveru-.ment
constitutionnel.
L'n acte d'humanit
ATHL.SLSCent jeunes orphelins
rfugies, le premier do nnq groupes
ae.i.idaui-s st.nl rU poui Iss 1er
mes d.- l-'r uce n is guveruement
franais a couse i > pi*osi al ie^
levtr. 5i l'sapri u e si satisfai
S fie, la France SCMptora U I ptUS
grand no.nbie ds jeunes gai6/us
gr-cs el armnien i soigneusement
choisis.
L'Italie es la tirande Llreta-
lh.M La rponss Elalisnne ;i la
rcente note britannique, sui les r
pnratlons tslls qu'eue vient detre
pub.ic Home, exp se que la poli
tique italienne s'inspire encore des
principes exposs a la confres B
de Londres en llttl o Je Premier
ministre Mussolini a l'ail ressortir
les deux importantes questions dsi
dlies infesrallias et des garanties
productives.
Le geueertiemenl Itaiisn, quoiqus
enl evov ml 1 s dil'ii ull-. l'une en
qute par une commission d experts
sur la capacit de I \lieinigne de
payer. b'slOtUt pas Is prop 'sinon,
mais reserve lous ses droits pour se
mettre d'accord avec les a Uies al
lis el dterminer la composition,
le caractre et l<-s allriiiunous d une
p.reille commission, ainsi que les
principe* foodsmeutaui surlesques
ses travaux devront tre bass. Le
gouveruem.nl italien est oppos la
rsiaauca passive, li est oppose
touie uo >vi I e occupation mdiUirs
ds 11 fin i el e-t sn ivsur ds IS i
du
Gon&eil d'Etat
C'est la sance d aujourd'hui que
le Uousvil u ci >l feotsvuie ia u.s
cus:iou cl le v.*le du projet de oi
dep >e p r le m nuira BSuUcnStOS <
Je pi >joi dd i .i est iiVUS eu i ux
services .. service ditiiatairatii i
ua servicj ISSU aq-ie. ..! pieinur
dduit le oie des p.i.ic.paux eu is
SSserViOe au Depaiuiuo.it ae I tuS-
iTUCtlOO Publions Le seconda Irait
ua servies teciinique eOUSUluS par
trois Uireoieuis d'cuseig meut : I"
un Directeur d Liiseignemeul sup-
rieur, un Directeur d'fciaeignement
ssc ud ue cl un Directeur d'Ensei-
gnement Piiuiaire'
Ciiaque Dueccur d'enseigicmont
a l a imiuis rai.ou de tontes les co-
les de la itepublique dpendent du
degr d'euseigutmsnt dont il a >a
direction, da juridiciiou s tend sur
toutes les eirsoiMcripuons s oi.ur.s.
ce projet de .oi a , o.e a la
saiue u ce jour.
.Nous v r*vieudroua.
Aux iudiluas a 5t Aarc
L'Agtnte de Ht Mure dont ta
ditcit ' uiuu tsi-'. cuiifiee Ai>
Mu.i Juiitvu U uu 11/ . *tipfji'ttft$
i\Ui cwiuefl Ut' 0stue Vui sont
pria de 'tMftUff directement d
noua l'#is veulent conttnnee a r,
oeiuir leur journal.
Port-nu-h-ince, S Aot 1923.
Je n'aime p*i on granJ clnociu
O il n'y i ua une ^crbj rtlflcictts...
Il tau daosr 03 d'omo'e tur ta peau...
Il rnei trop de uysifc ca ta prune.le. .
QuaoJ tu 1 i.brei, ton outire mi a:
en uevi.-ot de.acn, d4>i(iiieui ci lointain
et )'ai ta ccnr.ud.- aiori ^e, si lu m aiine,
w u et. pim que J'ua a.aour r..uvie,--ei incertain.
Il te va Has, cV,t entenlu. Si for ne o/ale
a, Ml tuu Irooi, u -ua M dun uiieau MSSaC
Lor>juc 11a jjimi WMSj le cmjr u'eat piui qu uo ojutajonc nent de
( baiicri...
i.'e
ou l'ou tait uo jd savant de l'Amour
cl t'toccrclc, a icovi, des grAces de coquette.
Personne alors en tes vous, ne peut plus rien lire.
Meior a moi, ton regard est un secret,
et ion sourire
kcciifr ton a,ne, ainsi qu: d'un pourpre cachet.
Il te va bien, c'est entendu, ton grand chapeau,
O ailleurs, trop souvtni, on te le rCpce,
b; c ex un cuarnie uuand, pour rpondre aux
propos
tailleurs, tu sounes et ptnehes un peu la tfte.
Tu sais trs biea
que je te trouve mieux quant 11 l'lrennct...
Mais voila, |e ae l'an: pas. Ce n est pas la pein -
uc iu'cu /julo.r.ic n'y puis ne.i ..
Ji ns lis p; jaljix. Soi vta.s c ci: co 0 ..e ;i.
]c n airn: pa> ce lBapMu4i,
m uuute, cela p.i,str...
tu -nci.dioi Juiani qjci^uci jojr>.a.- m.t, gfm
ton graud enapeau, vui-u ?
37 DsSj 192a.
lotte aux lettres
Notre confrre et ami Tnnothe
Paret nous demande deptiOlter ta
lettre suivante.
Fort au-Prince, le 8 d'Aot 1923.
Au Directeur du "Ma'in"
En Ville.
Mon cher Directeur.
Lat.teur des Simples Propo*"
du Tant* d hi-r, rpondant A ua sr-
tic e de voir quotidien intitula "Ls
Gouvernement'' a cru devo r parler
du journal La Presse, dont j'ai t
le Directeur-fundatanr, odes termes
si malveilants que je ne saurais gar-
der le silence cl gnjd.
Je me contenterai de relever ra-
pidement 1rs allgations mensongres
de l'crivain d L'emps" en rap-
pelant faicueit sympathique fuit
mon jojinui p..r toute la presse port
nu prmeienne.
"La PressM n eu dos bonnes
il .us les pi m ipales villes du pays,
voire daua csrtaiues petites commu-
nss. A Pott-au-Prince, nous sn
eom .tion plus de deux cents, et dOQ
environ dans les provinces.
Le journal que je dirigeais n'tait
point distribu gratis comme 1 osa
avancer '' Le l'emps ", puisque celui
ci tout OUOlid.en bien tenu qu'il est
faiaait l'change avec mou Li Lbdo
madaiis dont le crime, aux yes du
calomniateur, est tout simplemeut
d avon sans craiule allirm s* ym>
pathie pour Mr Boroo.
La PtUms", 8V Snrie a Lit n l
occu, a lo.iiiisle ci d.irligueuuviste ;
Hl-CS parc q l'on en faisait uu sir
vue gral .il p tir fa re apprcier les
biautaits Ue l Iule, venlioil qu'on
pense que mon journal a du tredis
IriLue de la un nie faon V
Celui qui nie succda a la diieclion
de La ne.-se a encore nos livres:
nos adversaire! s'il i n ont la cu-
riosit peuvent y trouver les noms
de nos tb agenu et ie nos abonus
des dilleienies localits.
Celui qui a cru devoir parlerdu p
riodique que j'avais fond el qu il d
tt-slait pour cause, a cru Se venger ;
mais il n'a russi qu' se montrer
bussiuaeiit nicclianl, ce qu'il s-
saye ue me luncer comme uns injure
n avant pu m'aiteimire
Agrez, mon cher Duecteur, a*M
mes reiuercieuieuls, mes cordiales
civilits.
Timotlice PaRIT
Avez-voua vu lea CAS-
Q U fclf b*** 6tra tigrea
Chez
lsac Dishj
t'/SS Hue Courbe
Elles sont trs ca gante
Cl au prix seulement, ue
gourde 3,50.
AQCOUattttZ?
1 ianaillen
Nous avons reu avto beaucoup ds
plni-ir la carte deliaiicaiiles de Melle
Lydie Cani el Mr AiireJ \iau.
.Nos compiiineuls au eharmant
couple.
Loterie de la
t Mutualit Scolaire s
Le tirage de celle loterie aura
lieu le J > ae ce mois.
bu couoeq ieiice. il est laiss se i-
ismeat uu uoiai d'i 8 jours aux p.-i-
BOOUSS q u oui eu a placer dis bii-
lt. p ui verser le montant des v -
le ua cet ue lues a Mr le l'rsorief
1. i'. itiAiie.
Ici r\ ,i IW2J LE COMIT
Ecole lihni Je Co.imerce
Nous avon* i't heureux d'appren
die que l'Ecole libre de Commerce
fonde pnr.M. M B-louard Estve,
prs -lent le la Ch imbre leCoinmer
ce d M titi. Ilipti ici llt'o larj et Si
nio Vu.eut, sera bientt ncouragee
par uu.; -uli>>- li,m d 1 Ki u.
' : lpo
Sri u m- ie s ,i ; par le le Sacr
Convocation
[.es mein'jres du Comit hai-
tton ui i v .-. met Fran&iM $'ni
|r,oeo-be"gsqoaud uu|acCorJ gi. e hll. tJ ( w, tlll ainanae i! aot t.i d Kiatd'i'coinin
rai m inlarvenustsur* l garanti. ,,,,,,, ., ,; hsa Les Cours mutin shezMme ikuttktul, la via pour que l'tioo e sou ouverte le i>
PARIS 7 Dollar 17.43 prsidente. octobre prochain a. pins tard.
Wvn 79.ifl
Le Mali
Fond- U 1er ArU f J
Abonnement!
rori.auPiinte ^
Dparlements
Etranger
Boite Postale: U$]
Tlphone 2
Bureau: iwe Amhmt'i
Bonne rcom|
Est promise qui r/
aubureau du journal une]
en or, orne do perles,
en lettres a iglaisos : L'L,
Avis en est donn ceuxj
ce bijou perdu dans la inatij,
0 Aot pourrait -Hre olierTl
Panama Railroad
Steamsbip !
Bureau de l'Agent
Port au Prince le 1 aot II
Bu letiu >o 299
Le SS. L keFlatteryij
tendu tJoi t-aii PYince
York via les Torts ilaUeni]
Nord le Jeudi Aot 1"A(
1 >U Tonnes de Marchai;
Hl S.n> de Lettres
et partira le mme jour
Ports Hatiens du 6ud.

*
Port-aii-l'iiiKe, Hati te0J
1923.
BULLETIN .No 300
Le S/S Oistobal est
Port-au Prince de New-Yt
rel le jeudi y Aot 1 elO lonnes d:Marcha
08 S.ics de Lettres
li4 Passa^ors
et partira dans i'aprs-nii|
mme jour pour Cristoblr
loue directement.
u. li. IHOMPSQN,1
Agent tiens
Port su Prince, ls 8 Aot 1913, .Ls mstnsl ssl dji commiad.
Coni|ia(jiiie Gnrale
Transatlantique
Le S/S Caravelle parti de
Bordeaux le 23 Juillet est attendu
le 12 courant. II rep-ntira le m-
me jour p ur Santiago de Cuba,
Le Sb- Saint-Kipliae! > ve-
nant de la Martinique via Ips
ports du Sud est attendu le 13
ivur nu 11 repartira le menis jour
pour Santiago Je Cuba.
La suite des iliiir.iir.-s se a fi-
xe l'ai riv" des paquebots.
Port-au-Prince, le b aot 1923.
L'Agont, E. R0BEI4N.
!___JL-------i
letnercietnenti
Mr baviuicii allaitai et
fauia ; Mr et .Unie J 8
.lictie r<*uy Weuiwoiui;
lippe A. >v eiiiwoiiu; fJ
il. ficaid ; aiir le ur trt
Uovic tti^auu el leur
MuUeuioiaciie aVlaiie ilU
Mr ei aille uaaton lioueJ
el leurs eiuauis; Meiie i
Mai Un, M.il. MuAiine el M
Mai un ei tuu ies autres P
remercient uu lotd dui
Ceux qui Ina oui asiisi*
perle nieparaole qu'Us '
U'eyrouvei eu ia ,iSJiiaei
Madame bxvisms fo*
ieeliegiUH-Weiitwwy
leur pouse, iiicre.pctiW-lii'*'
mece, cousine et Ml'****]
vee a leur allection, le "
premier Aot dernier.
PoUt-Gjuv},ieJAolH
i coeorl
oontre
___ ls
OON8TIPATI
prine*
OOMPJi-rA
d, DELORT. PT
UO,
al -a
TaaWXS
C En PUROATIfl
Ittfl*
DES PUBg
aT^TpbtboSjPJ'SWJJ,'
Phnl*ul'" -
xo
r.l (.!
i*. Mniia
Irevet limpta de cl'
Brevet suprieurde^
A venire JIW
PH1X-UU
tm*# Am'
j


ie :s IVH
mm-imm
JOHIQUE, RECONSTITUANT, FEBRIFU6E
Recommand pr tous Us Mdecine

U 9UIMA-LAROOHI tr*e agrable au ot eonUent loi lee
orlncipee d" trou meilleures eoriee de tumquina. n i
Jin-irleor a tone les nutres tlne de qiiinqiilnn et Ml reeommi rid
par les ealbrllaa mdicalee du monde entier uomm le Ton que
u IfooD'tttvat pmr acMiJenoe daui les en a FAIBLESSE GNRALE, MANQUE p APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIEVRES
H VfNTt DANS MUTM ICI M lu M nMMUOiM
am ic vIitiii qoim*>lahook:
uni
S M*

[vis aux Commerce
ajmaur d'aviser aux honorables commerants et
savoir t nomm Agent pour Hati par
MOKHlScVUJ.UFA.NY, l'AUvLHS, CHICAGO
lit depuis Soixante oinq ans et fabricants de
f:- Buf en saumure, Messpork, Clearpork,
JlPork AJantegue pure i ara, Mante jne de l'a-
icalese& en boquittes, Fromage, Saucissons,
u,li, MUano, JJolaleiner, eto, \ lanaes conserves
^c, etc.
buprtme Jambons de 4il(J lbs& antres viandes
LLw produite Marris sont favoiablement connus
lit an sollicitant le patronage Un Commerce, je
^entirement sa disposition pour tout russi-
tuuiu
i. i'rteizni'tnnmAyiierholm
iiue Ut Quai
*-' i '**
MIS MICHELIN
DE
Jermont Ferraiid
France
weau pix i partir du 6 'oui 1923
[} i 1/2 3| x 4 Oversize COUD Or 15
abres a Air rouges Or 2
lest celui qnijnsqu' prsent a fourni les meil-
jwt comme Kilomtrage et comme dure,
ifrachr so,lants du dPot 0Ilt aarantis ds
idi*nt,larg<' de fournlr <'" * pins brefs d-
^iniensions demandes et de faire la dmons
i u* le cnts qui sont Intresss.
f{ fienral Chez
Ri'Mib
or au Piicce
ENTRITES
, JALAOUt ASTRO> INTCSTINAk.lt .
|OUiraeev*ne<-inouniMont.ErMiite mioo-1
PMUlirtiwuH, uttr.ulniH; Conatl nation,
^"*1 aspendle-alalree, Fivre typholda,
| MtltdlM h u Peau, Agn.Bocma. Furoncle, m. |
sviwiaow caaTAiwa per ratage d* r
LafLUS POISSANT 4NTISEPTIQ0EI
,. * *erenre ni Cuivre
".,'*" '"i l'anminu inufiina!.
lia M il SO1100 goulu, par tour 0.
NIODOL INTERNE
_, daaa oua tjs d< Ofart d crr.r.
I *' t rejAoUOUM. Re u Vanwrl, Parti I
Du h occasion
Royal Caf
'ace de la Banque Nationale
I ^Pritaire : Annaoius INXOCKNT
yablissement se recommande par un service
We, des consommations de premier choix, sa
**lgiee.
uiusirnic atlrayante diriefe par des proies-
p'andnuiite. '
fellation parfaite. Prix moddi es.
*-.^ ^Tlphone X 395_
I l'orOau.Prlnce
Vf"htm. pour Laboratoire **
( A|0o0r1;i,Ullon,envrr. Verres gradus, Tubes *Jl
JJtritt,, '-ntnnoirs en verra, Papier filtrer
k,*-.u,i- UjSi ds5C t:.et Support- burettes
ttr,d'anii."'i" *" ' A -i'-rtcwJ
*n*s M a,et ractif.
**Uoiday8^rune ald t tablettes de Jenner pour
** 1 25 t je i 100 CmUqnmmm
Foysl t'ai' lit. m
Fackel Company
Noirs ilefimer CtiLJTP.A venant
de Kingsinn et de*Porta du I, li
ststtdu ici, le i i in courent..
Il pertiis le mme jour prcstol le
M\ pour les port du Nord et l'Eu
ropt.
t'oil nu Prince, le 8 non' Iet3
K0BERT8. DLTTON & C.Jnc
Agents gi'ii'ianr
TU"-----t . eaS
Enipretia H;iviera de Cuha
Le 'lemiit i 11AL1\N.\ eel aitenlu
vers le 2U ruinant de Puerto l'ai
et prendra lis paceagra ^ l'ifii f'Our
les poils de Cuba.
S'a'Irfsst r ii
L. PKBETZtfANX 46GERHOLM
Aiient
Ellets adire
La louraigas I cl ir adir le r"
ce,i-s No (1 896 le Deux cenl dix
go i des de la (loin-ni-.-ion Kquifa
duplicata rtevsal en Mie dlivr.
Petit Gov., le 7 aot 1(.l2:j
Dm* E. HODR1GLEZ
Le soussign dclare adir le rc
piss Mo G.723de Suixante dix neuf
gourde*, vingt centime, G. 7!(,iO
de laCommissiun Fquire,duplicata
devant tre dlivi.
Petit Guve. la 7 aot 102
0. BLEAIRE
Le ropihs mit au Nu G. 431
par la Coin DSftion Fquire en Ta
veurA. Beovignoa tant gar, le
aoussign devant lui flre d.ivr.
Port au Prince le 3 aot 1923.
B. SAUVK.NON
Le soussign donne avis tous
ceux qu il appartiendra que les r
opiss^s Miiv.m de la (iuinmis>ion
Fquire ayant t a lire, il les d
1re nais, dupiicita devant lui en
re dlivr Savoir :
to Repiasi .Nu 83 en faveur Jh
Malehran he s-, levant a GI80.
2o Hcpis No A 52i en fsflir
JhAngale levant Ali. 42.00.
3o nepita .No IJOI en faveur M
Morg n 'ievant G. 2 47.00
4u No D 138 en faveur Poncv
PrSDQOil s'li-vant G. 1(15.45
5o Mec pi-s 4ii3 m faveur Paul
Philippi b'leAHnt 0. U 55
m 0 ux Uon< d 20 0|0 d
Rarleineut de l'Iul ieur faveur M.
lurgin pour l-s nnis d'avril at mai
|ui4 a'ietsnl a 24.00.
Port au Prince b aot 1023.
M.MORGAN
Le soussign, porte la connais-
sance du public avoir g.n un afftt
au No bH de la Commission Fqui-
re. Il le dclare nul duplicata de-
vant lui eu tre donn.
bugi.e DEGAXO
Je soussign donne avis nu pu-
blic qu'un rcpiss mis en ma
faveur a t u'ar. Il porte le .\o
A tX25 ; un eavt l'levanl vingt-
'-pt gourdes 72/10 ', accept par
In Conimission require.
Par la prsente, j veux obte-
nir duplicata.
Aquin, le 23 Juillet 1921
il.GtUllDET.Ionde de pouvoir,
Acsse de Retjuicm
Il sera chante, en l'Eglise Sle An
ne, le mercredi huit aoi courant
six heures du matin, une messe so
lennelle de Heqiiiem pour le rppos
de Pme de M. JoSIPM Csar Alci.i
Dur.
La famille lu regrett dfunt prie
loin- se amis de considrer le pr
si ni avi- comme invitation.
e ?teamer W.ildlmul Uuru venant
di ll.objiig vu Caracas, Ju.uel
i ,i i 1.1 .t nue i.1 ,8
coura U. Il repirtira ! mme jour
po..r Si Marc, Puerto PUla et l'En
rupe, pren.mi fret.
Pour plu ample? renseignements
prire de s'adrei.er a
0LOFFS0N LUC AS s Co, Agent!
Le eanio' Wmesis
^eiiaiit de Santiago de
Cuba esta!lendu;iici,jeu
di.9 du^coiiianl. lllpar-
lira ie mme jour pour
Kiiii|Sloii (Jamaca).
Les passagers sonl pris
de s'inscrire l'avance;
Porl-au-Piiuce, le 8
\oii 1923
ROBUTS,HUTT0N&
tf, lilC. Agent*
Pharmacie F, Sjourn
Doits aria I ta olUotlt atu na*l%ctnjjet au publie n'iQl
Ira itnr.n ion Liboratolr^ d'Uni>H sa un Laboratoire (Ie
b oli y e appliqua stoi n Dirseu >a i i
Dr Hicoi ei t. Sajou, <
Le laboratotrd es ouvert tous les jour de 7 hrei da M*** ti
eure. du air pour toutes les recherenea ei analyses prvaos RM
laonuoc^ ci ioiuH, saut pour la
Wdsstj m uni et u cimi*'*hi ite llf* Scrterie
Sir n reies qiid le inrti d chajuese nan-.
S'adrca >r n r'uar n.-.cie poarlfj rsaseitf isdMuif
4ua ea -i u nids m Nu.; uastnque
Riction de Wassermau'i
Bft'Ciion de Tiiboulet,
biiauieu du sau^ e du pu
baeiiittri d a .iHiires fealea
examen e cratat
Mibnuiino Irwcnoi:
Cons-an'e L'r" S^*>tairs
Haeherr.he de Svimhtrs et Cf> de norrOQues, a/o, etr.
Paul E- Auxil.....
Avec ls atr-vayen dtt denutiVbtt ux. lotrs iftsk sfJ preaq'i \
nouvphu
Nous u'euumeroflB ds. sju il vous s LVe d<' .-avoir q je vea-ps>
vez trou v< r tout c que vOtN ave; b^oin si i de mouleur as enci-l
tio_' que Una lu liq udation ex raurdtnaires,ou dan* i Maisons
qui rlounerii p'mr rien.
Epat ni ? sonl noa crpas H" cbine up rieur, Soie lafthl%
Twa.^ eoougi* taniaiM Pl-nne'ia c >al ftrBMei juuei Souue-s pour ItuiatPi *rtulieri icmua, Fie:s et
Fri ils eu Ruirun le* ronr chapea.x, *.h .p .-ux de paill. Lu* d'itefl
pour in niiu-e roulesgsrni a'M potu robM o d apea'ix. Hsbsas
a te ii ou or. Bsntlesiii, Bvioistia b -. Bstds a is extra. Psitnma
Msssli si tosiltsurst marqi * Hida ux u ne ei Guipure.
Vitnfxi'Ore d^poi de meublea, lus, *ru.ou*, ctipets elt.
PaULE AUX1LA
QUOI QON D1SE_
QUOI QU'ON FASSE
LeRbui .srk
t^'aaai
lyljjit
WWa
tt sera toujours la mcillear


' itt_"~'l^iL>
L '

I
s
L'-
[?
:
,i
rGY

$lL#
pour les soins foffmas de la femme
M
La eWlALDOSf. en ll>jtis*lque
Heal peur ! voyage. SUe w> prsate mi
eoayKaoc tabler et hon-iogonea. Ch-
tra* doit )ate dana dewx livres eVMii
mous donne la soiurien parltunee qm :a
Perbrier.** a adeptea pour las olna ri
lofte* de m pei aortna.
ta eTWULDOn ai an p'oeult an'l-
aaptlqoa. ann Mocutta, 4t*cMotH< gafs<*l:H6, A baw da aeolUan. 4'atide
flB"0*tr^. 3* trliMyniiuu'tir-* t tlv-
mrae *>:ite. Se prend aui.r si cl- rai
u\i! famms aoualMue de ion hyfWae.
fu*. PDaii-ia, t, r o Vni/hi
aVenh'sa***/** uf
(rate tsmrae ditit
a.tt'.f sur sa table
de toWAti.
tatsit tndnpMaat
I U
TRALBOIB
Ei'f;i-ibi.- Mur
'.; mnnvi
t li ..IT- : .: dt
.6c I X S
Ovolit
la
OYRALDOSE
fcQjigMIIor.nanu
m aJBi* miqu-i-.afi-
FANOORIRB
l* MMirrfU. 'it>prlB to
lu-, miftarati inliipo.' . ________J
La liait on H. SIIV KHI
La laiton H. STLlERe te lait le plaisir d'inlt
uuuibi eus* clientle qu elle vient de recevoir, ^
derniers steamers, les articles suivants, dt lotie!
cueur.

Vaillant & Houet Agents ; Gnraux 1720 Ba do Magasin dt l'Etat Jl
Drlll Union ooulsur anglais, divertee qualits.
l)iill unioa uituo anglais
Drill tuasor
Chapeaux da pailla lina d'Italie
Chapeaux fautre lioraalino
Chapeaux demi-loutre lioraalino
Chapeaux demi-feutre d'Italie.
Chapeaux valour d'italis
Voila blanc a barres : a moucha)
Piqua blanc auperieur pour jupao
Parcala blanche aup.
Uaptiste flna pour chemiae
Haiine blanoiia
Gabardine bJanche barre & uni
Zpliyr unglaia pour chemise
Kaki Jauna suprieur anglaia
KaRi jauna anglais axtra auperieur
Kaki blanc
i,rui biano anglais, euprieur
Koueiine couiaur
Or a nu rideaux mousacllne pour porte
Molletons colil. l'ai ml) c;c b gris anglais
Diagonale noir
Alpaga noir
Casimir anglais aaaortl
bamass pour matelas anglais, doubla largeur
Organdi suiasc brod couiaur
liai a jours
Chaussettes aup. pour niants, aoiilaurr & blanai*
aSattii da oliinc pour tailleur
LUSlriMS po.r tailleur
a^ti vente la FliarmaCie Centrale SS^tatttr**1** '


MOiCATIGN eJttatNIO*PMOSPM0R8O*QANl<
kfhuPvissAKTmommmct
Foruate : Elixlr Oranul Comprimas
Emulslon Concentr Ampoules.
.m a .m.,rkTXMtAToutitscasol'organtsmti6bUiltrotafn9
XTLIIXIO im,IUT,onV/i mdication riparatrtca puissant?.
libratoire ia rmmoatttou t vaj.DtiHBMasaa (Mn. *

m mtmm***m
*.-9>*
BUDWLISR BEEB
Did you ever drlnk 11 1 Then avvail the ahlpment ol
Fronleuac Bluc Labal Ber tlial vvil baliere uaxi vveck.
Evary Caf and Htel vvill stuck H.
This ia the last vvord lu ber a ..d every bottla brings
a nevv cuatomer.
W. Quinlin Williams,Agenl
tiudwftiser Bire
Avez-vons dj goiU cette Hire?.Vttendez dono la Fron-
tenac Unie i ;ib. i iUj;il qui sera ici la semaine prochai-
ne, l'amande/ dans les aies el Ilot.s en vihe.
La qualit de . bire est une rclame mme.
W. Quiulin Williams, agent
jroenTtiaiie aarwianTe
Hitela'.". t Usa a r>t***>i** ^ftttj
irgr
h'wii
y
wV
Tulle poi r 1er Communion
'loue u voile pour cadre ___
'1 ussor J a panais pour Cliemlsea homme.
Toile voile pour voilier etc, etc, aie.
Une visite i la Maison Silvera vous conTaineri
Luiine qualit de no article et de no prix Mil
ii plu bu de ia place;est-ce pourquoi il noua "
ue juui eu joui de nom eau\ clients.
il
ALUMINUML1NE
New-Orlans el Soulli
American SCeampship
C Inc.
FrochalQS dparts diracls pour
rort-Jii-Pfinc? Il ti
8/8 ' iJvo. H UacknBl* lai***ra
N'UmOrians le 4 < t et Mobile le 6
t otl',
6|S uJchn Haike" laissera New Or
iuns le J8 aoilt et Mobile le 24J aint.
A partit d cvtle dernire date, y
aura une oceatUmchaque qainxi jour*
pour Us ports suivants : cariliuy*e9
sono, Volombia, Curano, Poro-Cf*
beiio,Li (MiMyra9Poiite*mt*itre9 fo t
entrante, btidytOumt Uuibidu, fo l
of Spam, liimaad, ueoryetuwn.
A. de AiATlLlS c\ Co
Atnu tti.aux
a ^- - ,--
5E^
E^favara
"SOEt^:
:;ir--?;S
I/ABmie
Notre **r.r, aat compost da
globule lOBg** et blancs
les rougrt iatvent i 'ourrir !
cAip, le bbr.c t combattra
I i-.-'lsrli'. Qwisd il y a
Aomiaea Basqoi d sang
-~Ics glabolaaiousa maaqaaBl
p'ij ou i;io:n. Da cotte asor;
lr nf M i" a ''t*T J""
da aoerrltara ta oatal Ceal
r- ur<;uni l > l| ara dancnl
{Aie et ! 1*1
i]evl< i net "IooiUi "
et nui ia latlan d
\n>m eavkii t'
'3 ' T VA '<'"< il 'II'
i it- i> >''!" h ang i
ut ratigi C u1 i ; i
r* fr%, t ~ ..
lus !li I r m ''! eux.
i
'
'.
et i ii bf. '|'il r \n if i,>-r
r. KIN
' t >.....i r
: ia! l-
. ,i .
| i ;ne p||M .! |l
i raeon manda ci
'' Au,c IU
A.-I -
i '
d'tre mrf
Pluneura foyers,
ivie t->is sans en-
fants, aOlt niain-
tensntg^yspar
Ift ;;;-fice d'en-
fmta aaini et
heureux. La
Compoi i t i o n
V Lydia E Pinkhan
a rtabli les mret,
uie fo's de pldl
Ormalei et en
bon itef.
!.;t lettl ~.'^C
par une jeune
i iiii.c. prouva 1.'
valeur de la Corn*
position Vgialede
Lydia 1^. Pinkham,
dan fie tels cas.
.Icstu Del Monte, Havana, Oibt. -" !'' mploy^awc
i h ita, tom Caaapoaitioa Vitale <3 L.vd;
:: Pinkham, le melcainaai que twi recommande* "
kti ' | nea, Apre trot av-rtemenu )'
pu d meei aal aaoee \ itn enfant. Je na pua iroutff
mots pour wmh espHmef nu recoanaJ imocc J1
Bkanda voira mm1I< I a (< ce::*-
ennui ('..vit lauf fAha Si vous daeurel |
leitre, Ja ma rfonne pcrc;iioii de la hirc. '"*^''
Touass Vr.r..vT, MatrU I, letra 0, Jsus ^ci Mom*
Hav.ina, Cuba.
Ctie lettru SaffBlt orgaior d'autr. fen:uw* J'e'>tT
Composition ^4gtaio
de Lydla E. RnkKam
r
>i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM