<%BANNER%>







PAGE 1

KftKVI P*t Cable Nouvelles titraiigi-es Les restes du Prsident Hartliiitj L- programme des funrailles MX FBANCISCO 2 -Le corps du Pr i trol II irdioj a t transport hier s ir |0 boute la gare Won h-'fid Street. Le 1er set vice religieux a u ,.,i l'htel avant le dpart du corps. MW YORK Le Pr-ilent CooIMg* i travers Vew Yo.k bier soir e;i ro*i e pour Washington Pendant h journe, le Secrtaire Uugties s'est empi.y a ^'o touper des prpa ruUa es luiiratlle* et a tablir la liste -l.-s affaire* ose l'Etal d.vra toum-'ire au nouveau pr Idal a •>u HI ive. La couler BCS entre eux aura lieu au i o ivel btel Willu.ds fi \|. Coo il/ a dem lire, Unl viee*pre*l lent, el o il in tin tiendra sa rel leooa do mme que •oo quartier gnral el son odmiuia tniiui jnxpi'.i ce que le* bureaui d ; la M iaoo Blaocho oient prte le rec v, ir. La <-jtl IH. bien que sous le | otds d'une immen-e duu le r. s i ! prpars recevoir la l po ii,le morteile du Priai lent dfuut et toditiler la bienvenue au Douves i Chel' 4'Kla .] I il 'I sujets a .lise iler. entre M. Coolidgeel leecroUire rlugli-is, sert le program no dtaill des lun radies aitiooslea d'HarHug, mus loi proj Is n etjio.it p.s encore as. se/ van s| ee soir pour .re annon ces. A on arrive, le corps sera ira is por a i,i .viaison B anche el plus lard li uuliun pourra payer les bon n l'if regrets el r apect, la cr munie q n aura lieu -I ma 11 r.) o i la di '.. I( ..i .ie. Le lourdes l'uneiailles du Praide ni toute* les sdmins'ri ti us m gouvernement seroul fer* mtee eo ume euVs lo.it t aujourdhui. faVj allenlint, partout o tl nie le ilrapeau amricain, des ma iiifesla'i..iis extrieures de deuil ni liuoalMM manifestent. Los dparte menls de la guerre <-i de la maiiaa irir Au lever du j iiir. une silve .1-13 coups de canon era tir-e dan* tous I s camps ci poatea amri in puis t m es lea quatre heu. os -I s ooupa isols ie feruut entendre. Bofln au Ciu-h;r .1 i s L-il une sa ve de \$ coups de c mou era tire, fous les n a. rue de guerre re i Iront gale m i lea honneur, L's drapeaux .-t le* lcnderL Elats L'ois et pour volro beaneuf personnel d.iraut la prsidence''. Apres mili.d. Poioear a llgraphi: au sa rtaira l'Kai lloghae le Bossage euivaat : L) -uloureusem ml afiligl de la perle cruelle que les Klats LT.jis vi-mieiit do sub'r, je liens vous assurer Je It plus pro fon le sv apitoie du g luverueineut f aiis. .Wee le Praai lent dardiog disparat non seulemmt hi.gran.te li/ ire miue n neut q i ihde pour di nger la uatiQ i laq telle n?us so.n m M li -, putant .1 ; liant, -mis aussi un ami gnraux et clair que tous les r'r.uiiis o il apprit A •i ner. et r -apeeter. La France luute e ili.-.-e pie id pirt a la djnleux des Kl .h Unis. M. l'un are a reu au Quai d'Or aaj d. \li-iio i aaertairo du Trsor a Waahiogtuo '• Je s lis profouJ meut attrist le la aouvolta del ni t lu l'isilen Uirtiag, dclara le l'rsi leat d i Coaaait. vl. Poioea aj niia qu d avoit ioij ms reapeci la un ilieil et la nojiC.se du aarac turc du lYesi i ni xiusi que ses bien veillaotea coacep-baa du moade. Jurant la cunTeralioa qui suivit, M. l'unear pa la djs ati^uluiona co.isliiuii > nul m uuuceriiaal U suc eeeeioa et a prsj le ice el dclara que CJ qui avait lu Vwe l'iesileut 0 )ii 1/ -, i t \ „i trea ravor ibUa nanl 1 up.-.-.-.sio i t :. L; * %  ai.e MJIIOO diiiuae i ,.rs .1 al du Ctiaoeil une ejuiiiusiice pi .s inh.ne du aod veiui'ros le U .J.i pine eus aile .le U vi,le do Secrtaire aux rgions devaales duul il eu revenu hier soir. ||. deliuu dit a ce pr ipos que quoi|U'il esprait b aucoup des* viaila, il fut tupfait de l'etaolue dea lgti et .u..ven. iea png a JaiH li voie de ta reeja.u.uo.io i. ae et l'Allemigne. '* Le Matin aff.r me que la hrauee us capitulera ja miis devant U 11.; nue iuteru itioaa le. Lori tfaldaria ne sd .t pis qu'.n pille autiur de lui, deman te le Jojr.ial. it ce n pi il u est pis couJu t par i m tin ? L'impresaioa ofiicielle est qu'il u y a aucun dan ger immdiat IO rupture le l'datea le et que 11 p isition briianutiie laisse It posilio i ouverte li couti nua ion de li discussi.ni des Itjpiii liuoa. B.tl'XELLRS Le texle de la r pouse be : gc a la note brilanoid le a t publi ce soir. L le est a peu prs la inm que la note franaise. dii. c^ ae i-. .--roui tr iv ils .le c A p pe...ri .i :;i> )u ira et les ofticiera pou rout u udit nu nombre gil de j Mir ai .ie,,e leur pia. Les di\i,eau\ iv-lcronl en b.rne peud t i ii l | ni. -. L'ancien Preileol Wilson a envoy un message de cou loleanr.es M nHirdi g. H. MHIerabda adrea f i Mme Ua.ding le m aaage suivant : ,. .. .-.-i avec la plus proton le m ion que maleai ne et Bioiatooi l app is U m MI du Praideol. Dans I vo ie don eor, nos etcurs sont avec v nia et .levions vous assurer de no I Ire pioi.iu le aympatbia dans le malhiur q n v .n, frappa ainsi que la ni no a n.'i..saine. • I •.• is ai envoy le bMgM 'une I Mmtflirl.ng, le*.Veulent ,1e la Hj^aiiiij.e a alraaa M. Oouli.lge I le m :> 5 age suivant : •• J ai rec. i la I nouvelle de la meil du prsident I Hardiug ave,la plus profonde molion. Li nineolaa qualita qui le 1 dnigoivui p mr le pote quo lui I eouflj uni .. ronciloyeoael seaaa -. ti lientI. co i i 1*3 aympatliie poar I luire p.i\ ;. IU'II .uio.fesla eu si nombreuse, circonstance*, taient "liciu.u u .. t leir q n ,,,,;. tj, .tlie.stiil i • vjtre cii M • repre*i in Ijinaa .Bi i er, s %  i I i .i ., ; v i is prie d) recevoir on utme leuipa le meu leure voeux pom U prosprit Uea louTollea Divarteg BRUXtiLUi— Le H i el la Heioa ont envoy da^ mssigs persouu-is a ai v uc du preuj ut il^diug. Des me>sig!< ufuctela oui etj e uvj y -s a i^ ^ .iveiuemjut a.uric du. LUNiittad — Le oom.nuni ju sui vaut a eio atres,e a tljcklOUU l'ali ce : • Le lin oidoaae .! %  ; porter (^ de.iil peu.liut une sennine pour feu Ojnurable il uj ag NjJ/4La1 J^.iA.VS — Le pro graui n aeia.l.e e.aob a propos de h viol; ,iu lieueral ljuraui, tiau vrumr iiitiiaire d i fc>a i a la .Non ve le U. le ius, a de cou ire uand en rusoa Je .a.inu .tu r'reailaat. L\i n.vi.J uji ac.auge.neiils provuoirai uutet prie pour u aigoa liie Ja traite i.u'eo ait r.cini cet aprea utiii. Un rapreaeutaula tur^s oui decUre ni s n'avaient naa eo cure reej i Aip.i i Jt ia*iraoiiuua dtiuiuvea, mu, il, pensaient qnls aer i ut a it ir .soa a sig ier i^ trait. it.L.v. ,ui> t.d g. jfjrue u .MI beigj a i.ue.Jil l'expo, ta.io i ,| i CIIIOII eu raison di n pnurie er ussaule J; ce .-.nia. ist b.e. Suivi il une Jepeeiia je tfeigia le les prpara lit o.u faite pour le mariigi du priaoa Paulda oibieetla princesae Olga, dite ai ne du prince Nicolas de Grce. Le prince Paul esl le cou lia du roi Alexandre de Vougj.la vie. L'upinion de ta 'reste IraoI;.US. atituiir de la nota bi'ildii titiiie l'Aitl.S — t.e. jn.rni i\ de Paris trouveni q ie les discours de VJ. |{ ( | dw.n el A. Curaau hier au t ( rln nient brilauni jue sont plus l'avora ble-que l'on s'y attendaient elles commentaires Je la presse in lique it un soulagement. Li • %  Figaro a'tir ma q IB les Jeclai ilious indiquent s lo-i inliel.o. lient des prugra sur les le HIM\;S deelar l iions publiq le-. Le l'ce.ui r ni .idre tusa:j| re.nir q ur pe M d n l.v n conlost) leti c .cilj la Puec IpiUil 1 ; 1 1 lii ir u i c iteate plu. sa lga it % %  Pu is l-s ci n n a u m,:ir i iveut u i oaraet ire s %  n 1 i u 1 ici irai MI brita lui | te q u el iii leciauu. Le \, i.Mai dit ; C'esi ni r i I i i liaeiU e 1 1111,1 II ,-i i -e el ''L'ai eba Je Paria" doure q 11 o'eal un* tentative de oudi-iiion entre la Kran Le funrailles du Prsilent llurduuj WASHINGTON. — La corps du dfaut Fivst.ioiit arrivera ici tn.rtli proolutio. 11 sera escort la M uauu liianche pu ua escadron dj cavalerie • t un balaiiloo d'aiiil lerics Dea imiiTuilles m irqueaau coin due graud-j si np ica :, ont t il.creles par le Piaidaul Cooiidge. Lu crtgte sera conduit par le nouveau Prsident, le Juge T;i!'t, de la Cour •Supiv-i', les uieiiibres du Cabinet, le Congrs, et d'autres personnages oflicieis y pailjciperoul. I.'.x-l'r si dent Wilsm. empch, n'y assistera pasLes services funbras seront clbrs suivant |...s ms,niellons de Ma Ume llar Ii ig, Le corps sera transport mer* crediau Cipitole, DII il restera jus qu u p. in Lue heure ptui lard ii ara cou luit .M mon pour tre tuhumh veu Ire h suivauL D'aprs dcision du l'rVilent Cooiidgals secrl lire Hughes a t lrfraplii aux gObUforueuru des Iivers rii.ns qu ; le deuil s -ta gard jusqu'au 1er Dcembre, Le Prside.a Coolilgen'accor leraau lieoce aucun Corps constitu ava il lu •i S.-,.te.n!ire. L; drapeau mli -ml rest ra eu b_rne jus ju'cette date. Revue Internatio. nale des Hommes d'rj d • celte i.np j ,ta n • ra/y i <| u vt ; ,it dj p railre avej liiU.-es saut so.n.naiie suivant : ^ Le tarif duiiuiier li.iiti m. — Les Taxesiiiier.ua. Li q tistiai du sucre. — tforlereaus supplnua* turai piu,did'r-uce de puis. Ca.ii.nissi m ur Ir.iusl'erts pour paie.naa des droits en province. L uns darniirage co.n u-reul. — Ti,i.< l;lViia i*i n.)i.i 4 tjji l'exp >.t. ( n'or n iiio i* li/ersus. L Num'tro: Jj cent, ina.'icaini. i la Ferme-Tcol de Tlior L'An i J scolaire timide prendre lin avec les emmeus de la l'eiuie Ecole de l'hor. Une Uom uission compose de MM. U. Casseus, Inspec eur les tcobs, Sorui tveillard, iiistit Heur, hd. .NLI.-CIJ, Directeur des ISiux et l'oriiis, et I. D. Plaisir, Direct.ur de l* Agriculture, a t fume par le Dparte usai de l'Agriculture, aux lins d a-sisler les profc&seura de cet tablissement. Lue occasion des plus favorables nous ayant permis d'assLler fin lerrogatoire de plu-ieurs tdeves,nous pouvons alunnei sans crainte d'tre dmenti que la Feiuie Lcole Je l'Iur esl en piein progrs. M Citr.es buciiereaj, Scrtai re d'Etat de 1 Vgricullure et de lins trnclion publiq ie, dool le souci des cluses s. -JI. mes est proverbial, a voulu se rendre pe.souuelleiuent compte du niveau des Etudes de cet Etablissement. Aussi en est-il sorti satisfa t .' Linq lu liants de la troisime an ne s eme.a preseuts pour l'obtei bon de leur cerlifical de fin d lu des, lyus ont doiiu pleine et enlie re Baii-I'a lion. Le Secrtaire d'etat a inm ; interrog ces elev s. Auaei paaaoaa nous qu'il est juste que le Dpartement de l'Agriculture emploie le plus toi passible ces Lu rtla pour qu'il* n aident pas se per die dan, la f nie, car c >in ne disait I autre : lie a magna est o l'le quam fac t col #iiU>. No is ne rouloni pas clore celle •impie oole, sans air• sstsr uos meil louis coin,,li ..en s Vld. i.ouis U joie, inge.iieur agioiune, ftcluller iNieolaa, mg. agr., Alphonse Kran coeur, co.npiibie, Vlariiu Anciou, arpenteur ge„,utre, H. KavanagU, BoJel et Do saiavil, m unbr s du peitounel euamajuaat de ta ferme fccole de riur, pour les effirts qu'il ou dd faire pi.irobt nir le rvaulat q uron.ee sou-| dD %  de le faire. ri "| Programme nouveau J. n ^ur.Xylo P hoa,,ioZS p.usllavva, ,, K al „ rjJ J '"J d.euse, et la l,e-„| illle * *L joue sut les bouteilles ** „ ^fite/en: C'eal la dbita; l'enlie est ai gourdes. | Bonne rcompe Est promise qui ^ au bureau du journal uj en or, orne de perles i en lettres a igiaiaes : TULK AVIS en esl donn ceux >e ceb.jouperil.idaiislamaunl 0 AoiU pourrait tre offert. Autour du Lyce National .Nous avons une importante lettre cne niant le Lyce Ptlon, pro pos des exioions de passage... Ue tous les quoli liens de fort au P. in ce, dit notre corre-pon lant, outre Numro du ler.VuAI est le MOI A dire un mot du rsultai qu'ont don n les examens au Lyce. Pour la premire fois depuis l fo, idition le cet tablissement l'on se j rouve en preeaes d'une situation aussi g.a %e." Kl l'auteur de celte lettre explique poinqio 5 les examens ont don n des rsultais .si peu brilllauls. Il sig iule des cb >ses 1res grave q H nois ue piuvons publier que s'il se fait o muai re. Noua prions donc celui qui signe ••Buletol deoe f.i e cou UnH m JUS ue la direction du Journal. Fianailles Nous avons appris les Ii in li'les de \1-Ile L-m l),i;'rejn; et de Solon II ictoean. .Nos compliments. lemorciemenls Mr Sivinien Martin el s"s en* l'un-; Mr el \I rie .1 Siirville; Vielle l-'.uiy Wentworth ; Mr Philipp*e A. \Veiiw)it!i : Mme Vve A. Picard; Mr le Dr et lima Ludovic rliga.id et leurs enl'.mts ; Mademoiselle Marie HaubourgMr et ..un.' Oastoo Ren Marna et leurs enfants; Metle AnJre Martin, MM. Maxime et FernanJ Martin et toua les autres parents ramera1 lu foed ducceirl tus ceux q n l-s onl assistas dam | a perla irrparable qu'ils viennent d prouver en la personne de Mi Ii ni SVVINIHN M\itrt\ ne Lilgini W • it .v uth l irp • ise,tare,ptiie-Hlle.3 e ir ni •.:.', cousine el bel'e-s e ir unie' veieur ulTe i! , le marcraii premier Aot u^rnier Potit-Gavs, le 4 Aot 1923. Les Artistes Colombiens Comme pour celle de samedi, la aouee I mer des trois frres lleruauissa eu un trs grau I succs. b. le mimai* t mjN n'avait pas permis Parlaiaoa d'avoir ta no„ilireuse salie des grand -s fer.es, il n'est fM moins vrai qua le public conqu.s veille eiqu.sVlait accru maljr toit gud-ra un iaipraeabie so .venir de. artistes eolombieus oui %  e Mot distingus dans l'eicutiia Savante dei .l.lrenls numros, surtout celui aurpreninl dalafeie mel>lie.na, imiuut QJelemealls von bu n une. Oi-'uni jimiiscru qu'raiJs d u -. u.le arc.et et d'u ,, si.n de fWMiua de Uianba.ui musicien. Stais, pt tirer .ia l.i scie duncnirP^lir, de si mjrveilleuees.nodilatious. Horne Line d L ; ( i l e n ^^ W .''^utll ) rn venant %  • '., % %  -laiiVince;. ,n,rcrel,8 '"."• ',' '"PTiira h naoe j .., r A|nta |oraux Coiiija(jnie C.Mitrale Ttynsatlanl Ln S/S < (].nMv,'i|,. j p^j [iorleaiix le 2 Juillet esta] le i.' courant. II repartira le nu jour p mr Santiago de Le SS Suiui-KtphaaJna.it .le lu Martinique vil porlsdu Si 1 ,-st attendu le auiritu. Il rrpnrlira le lacmei pour Sintiago le Cuba. La suite des itinraires serti xelanivod spaqueboli. Port-au-Prince, le 0 aot M, L'Agent, K UOBKLlS Mouvement des HavireaJ Le vapeur < Luua ayant I se New-York le 2 courant | tOiis les ports hatiens, estait Port-au Prince le il du COL, en roule pour tous les portai Sud. Le vapeur Carna > N-JW York le t du couratn te in eut pour la Capitale eu ili quai le lu cil. Le s/s Gislobil laisse m auj uird liui duveteuieut nourl au-Prince, o il arrivera lea\i route pour Cristonal C. Z. Le Uaracoa esl aitendsi le / du cit. directement de S Le < Tupper # esl alleudu Sud le du cit. en route N-Y via ks ports du .Nord. Le lliiili est attendu de! le ib vtd les ports du .Nord, route e mme jour pour le i fiiljliojraphie Le Dr Franc >is Jaleucour nom i euvoy la suite de soa iolrtmat travail: LeSiuvetage National p le retour la Terre. Le seul alal est dans la l'err, par la TerreCe chapitre esl consacr lacHl lion duo |..i lin d acclimaUlioa d contient d i nporlauts points data*] Nous y reviendrona. Panama Railroad Sleamship Ii* Bureau de l'Agent Onwl Port au Prince le .1 aot lt-1 Baileiio }>o W Las Clnrgeura -mit pris di'.ao* que le S|S l'ANWIV et atteodu Portail l'r.uce .le r.rislobal, b" Ziae lli.iot 19J.Le-. permis d'euioarquementa af ro u dlivres p mr le l'it deetioa t-oi de New V u k et dea Porta BM pens sur la demande kile ce M reau. Ce biteau partira le mme joar 11 am. pour New York directemani. 0. B. THOMPON, Agent Gnral. Paal Sals AVOCAT RecouTrements CoiierciiB Affaires l'oira* J Carra3 3>nianta;i Winw tjn, New-York, Bitluh Londres, Pari*. t79Rutou*V7fon-au h &



PAGE 1

Lfi MATIN tefio & i nk, lut Fonde a 18"8 priorit ***** pru PtomptiiuJd [Lj.iuiif chi niques, pharmaceutiques ei autre articles vt n --i uaepua.uiacie, Poivre, uiuueiie. uiroile, 4a toile. Muscade de, elc HAtt LNlfi liUT^j **-* r Jt eu lu es. I v usCuiuiuiiil)ii S UktilM.ac HiNIt, lue; voub une*. aDiu.LO.tul i to tonnes puaimacie* du pays s'sppio vision tient eues LfcUN Lon R. Ihbaud Agent CXCIUMI pour UaiH Le Malin Fond le 1er A ni l!U7 Abonnements i N MOIS Por '-au'l'.iuo nuts t Dpartements Kireoger j.oo ZW.; PCIX/OH IIS iilfjlmin,'i'J Bureau m .!<• frw %  • / V.X. *: .' -: %  r %  %  'harmacie W. Buch Por(>aUmPrince nVnrrfipoiir f libratoire %  alcool, Ha lions en verre, Verras gradus, Tubes Mortiers, entonnoirs en verre, l'apier iiltrer -Jurottes gradues de 50 C C et Supports burettes HtlamsUss pour m oroscope i d'anilina et ractifn ids.May-tirune ald et tablettes de Jenncr pour ration du aan;|. CM Trbuche t nickel t. es. Mam de 1 25 et de l 100 Cantlgram mes Koyal Caf ~ !" lace c!e la Banque Nationale Propritaire : Annaoiun 1XNOCKXT l'el tablissement se recommande par un service "able, des consommations de premier choi, sa privilgie. N\ musique attrayante dirige par des proteste (jiand mrite. Installation parfaite. — Prix modrs. Tlphone X 395 Ellets adirs Je souisign donna avis : i!.i qu le recpiM oie eu faveur de atrO. 13 >ooy, • %  ":,.; n ; in j un m • d-U 148,80 portaol lnumro G. 72." diivi pu Comminiou i\q. 1re lU.:l rgur, \.j. a, | i Uo.t 'iltPacittai. l'on a, Prince le 2 Aot IMS WLE.NCIliUX J09LPH Le rcpiss suivi.nl. dlivr feu n ou lilc, tant adir, esi dclar nul, duplicata devait en Airs dn-s. C inini-sion Sambour .\ ) |326 Aiir. il bubidaG 171.15 Koil u Prince le t Auul I01B .Mme Vve Akxaiuit D,b,is Le publia est avis qu'un rc-piss au .Vi )0;il q ii a t dlivr un MMiStigna es. a.i.r'. Pwrl-au-Piince I :n Juil >i 1923 bLVLZK \ kLMBUI'.N Furd iid Oorporaiioi I abricatiiifi OiKrrease Huiles el Graisses Prix et qualits dfiant oule concurreuce Lon II Tlibaud Agent pour Hati VVILSOMel Co CHICAGO, 1LLS fil este de Roi uiom s Il ^•ra chipie, en PEgttM Sic An ne, le n>< r udi liuil a. i enurant six I i'i,i, % %  du m..lin. nue messe o Uni elle de Hiquiim pour le repOS | l .i; • '.':* PC Vf. Fil iAlkE %  ;t \janlefjtie pure Lard Manlyue de famille Beurre wilsco Huile de ( olon mess pork Lear Pork Bœuf Sal eic Demande* le Produite de llilzon $ Co. li stmt irr> prochables. Lon R. Thlb'ad Agent exel is I rcor Hsl l L est prudent d'acheter un article par son nom %  ion JNipeu dliommes capable de Ptteueii le louchant, par son apparence, ou par cune c ; supeilieielle. t,LS ,v,, 'i d'acpierir ce mie T* qu'en achetant vos pneus nom. oorl y P *r veille dans Pespril un ijnai-l de sicle d'existence posadani laqu.'lle il s'est distingu par sas service conomique et dm aide. |ue eu nom soit volic ijnid.* dans IV chat de vos pneus, de cette faon voasi serez certain d'avoir fait une bonne all.iiie DU prix raisoniuMe cl, qui vous donnera Satisfaction. e GOGD YfAB Vi^est Indies Trading I Port au Prince, $ Uonuvet GOOD TIBES Ed. EVS



PAGE 1

i=.-r ." i tJlft ^:: co N •• L '* a. CLOfcOi %  tngtitcnu ! force i' % %  H cl rend eu nerl 'aieun • toute leur m rg* lei:i umplaaee et Uu> viguru> fi A V luti" ctiviin t. ru vin oienne, % ru •• .... ,,... -* CLOBZOL pcimzt U truutnvni Seffort t •ii • %  • i-, % %  %  > i % %  > i %  • >r^,;f\ : tint** le 0 > • -. ,-.:. 1 % % %  I iM | Aiir.n.i I r '" J MM ni • "•••( I, , % % %  • ..... i r ,..' %  %  I** ( v-".cm I l< Il in ri O'i'l 1*1 >l i • i D t .• '.. M .eue* jHOCTYL V.iillant & Il nxst .y< i-itux 7JO us dfl Magasin de l'Etat fP •s~*^ r^ S^ ^ QUOI QU'ONT DISE QUOI QU'ON FASSE Le Rbu a timm est £t sera Itnjcursle irefor -*^^4kS^T^^'T l*l£S^ *m**%  NAIMX '• %  Y 30t\i\E \OL r V E L . E Le voilier de planches et carleages de lu maison Ed. Eslve& C* est arriv avec une cargaison li s assortie. i ColiFiiihla i i i Ac tuelleujtfiit ol Stock le BU parbas psiltSS ninclii MSS Columbia, Nouveau Modle. PRIX REDUITS Nous avons aussi eu stock part d'un rrraul nouveau assortiment du disques, trois autres diffrentes grandeur* ds*graplioiiolas que nous offrons aux vUi psurs au prix trs raisonnable. \h i ixlnon'AliGhlWOr.M Une du (JuiiulGi f\ Si vous avez ,(\ eu froid j, pour viter M, un rhume, 'I 'Pendant le rhume | 1 pour viter j une grippe, prenez quelques Comprims de RH0D1NE •USINES du RHNE' tov(IHai\tSr Uapont Agent.Genra ax pour Haiti CET HOMME, souffrait des reins: Lei Pilule DeWmV7\7>~. y lont guri. W. ;/>->. :••>> H J J TV N. J. F. RICHARDSON, eu tfil : A>iit oi.n'r t* au oriente maladie de* reins, je souffrais de terril les douleurs doua le d. et mon urine etsit deveuiir t*H ent trouble, qu* l'on me fit entrer l'hApit.tl Plus lurd, a\snt lu votre anumir, j nie rlMdtJ d rssayrr IM l'iluli-s De WlM et, spres quel>iiu-j jours de traiten—nt. j'en rcsien'i le plus psi soul.iemem • \ l'heure ••'turllt. tous le svmptomes oot cuiicremi-ut i':-: .m, et Je sui" en ii.irl nie snnt 137, KauUl 'l sVnad. Wiringt t rr LM symptorosM innt ; les drnilt-i • l'nriBa IfouMe U-s doul.'urs dans le um,•> \ r. les srt" ul .itions, ladpri-|.'i in,.r ] (g UlIC* s' Haoupir, et IrrrftabUltt Tell sont { % %  $ ; uiieurs des i.rribles uialailii" des rems et de U vessie Si vous resseutez l'un queUiii i ne pas suivre l'ex. qu'il vXiua iu.linuc et vous procurer des .. De Wftt sans plus tarder ; vous pourrez ainsi f ou* pargner de longues annes de souffrances. Les Pilules Paul EAuxila Avec les arrivages des derniers bateaux, noire stock s nouveau Nous n'enumeroas oas. qu il voua sulfUs de savoir qu Vfz irouvir 'oui ce que ou* af* bwein el a de les Hq ndation$> exiraurdlnairesou daoi la qui donnent pour rien. hpatflnts ? sont nos crpes d" chine uprieur, Soie Tiifiitf eiionir* ton'sHi, Plurnes couleur. Soul*ers pour vnniset j"iinc, Souliers pour teuime, fouliers tepnirS ( T ri i! en puiriaiidrs r our cliapeaux, 'ihapeaux de paill %  Ise jour ht m met Toutes parniiu'f? pour robes ou cf apcani I, %  ent ou or. Bandeaux, Evantails fins, Ras de soie txtra, ft M t ( -ri des n • ii le u u s mHrqi e. H de"ux II lie e> Guipure: Vmifznotrs dpt de meuble, lits, armoir*, caippls eto. PAULE AUXIL Rues t raveitire $ du Magasin detl LTjlaison H.SI. Vf^ La Maison H SYLVERl su lait le plaisir dmloi DOmbieusti clieulile (|uello vient de recevoir, pal derniers steamers, les articles suivants, de toute) clieur. Hrill l'nion couleur anglais, diverses qualits. 1 rill union uianc anglais lirill tussor Chapeaux ue paille fine d'Italie (ihapeaux tcutif itorsalino (.liapcauv demi-feutre Itorsalino t.hapeaux tleinileutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie N oile blanc narres A: mouches| Piquo blanc suprieur pour jupes Percale blanche sup. Kaptidca Une pour chemises Katine blanche Gabardine blanche barres & unie /.pli\r anglais pour chemises Kaki .jaune suprieur anglais kaki jaune anglais extra suprts.ir Kaki blanc ivnil blanc anglais^ suprieur Kolieiine couleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons coul \ blanc suprieur l'almbeacli yris anylais Diayonale noir Alpaja noir Casimir auijlais assorti liamass pour matelas anglais, double Isrgeur Oryandi suisse brod couleur lias jours Uluussattcs sup. pour enfants, couleurr & blsnol Satin de oninepour tailleur LlMUlls po r tailleur Lotions iNvert \oiie a barrai loiasmgUrts, coul. & bisne, I une pour ere Communion 1 oile a voile pour cadre Tussor JapattaUpour dtsattoss homme. loue voile pour yt|lier cto, etc, etc. Une visite la Maison kilvera vous convaincra bonne qualit de nos articles et de nos prix qui plus bas de la place;esl-ce pourquoi / n oui ^J ue Jour en joui de nouveaux clients. Le plu ;r nJ remde du monde entier pou ls rh lei douleurs dorsale*, la goutte .'.>ar'i.-ul itions. le lomliafin. la p n n tout les antrsa desordres pro< pjr l'affaibli .sment des reins et de la veie I '" %  I I mi urne I %  coati*! i e pcili S TOU ;,| v ,,.„' %  i %  • r l^ pilule authenli|ucs "OeWltt" a • usou renia* vi*i;e 4 la DUtmaeia •Uueriiui Uweld. I'< m. Goalmbiau Sleauishil Ciiupanylnc. Steamer de la CdoiuMaa SteamsWp Cw^if| tti steamer BA R tCOA ayant ld Hew TiorSle Ur Aot courant f <** tendu l mardi 7 Aot. Il repartit mme /ouipour Kinaston ! %  ••*. for.n de la Colombie prenant }o**oger$. Le steamer w. M. JUPPE** m (UH po i H tlu Sut v-8^ attendu %  au*Prince te 8 Aot courant H tira le mm jour pour I\,pW'Y r '•* ports du \jrd prenant /r # iogeri, tort au Prince, U >ol M* 3 Gebara&Coiiipriny^



PAGE 1

ENTIONS MANQUANTES



PAGE 1

i^m a* 74 bM 6 AaA HfM PROPRITAIRE MfflMEVR ient Magloire BOIS VERNA HH Rue Amricain Quotidien ELEfbOXK,Mo** I a mort aujourd'hui a perd toute grandeur.Dans l'antiquit, c'taient les adieux lajumire. Aux beaux jours dujChrie* Hanisme, cotait l'effroi mystique de l'inconnu et l'espoir de comparante devant je Seigneur. Maintenant, parmi l ruine universelle des croyance c'est ^quelque chose cle terne, d'indistinct, sans limination comme sans dchirement. Pereonne ne sait plus quitter la vie noblement, et la mort elle-mme semble s'tre dmocratise. isil le h pie praprit IVOOI dit comment certains humbles et les petits cultivateurs de loat accus Bjyer de n'a_irtBuiB politique agraire rcouli"iuinl l'aire aux fc3ilnlulioiis gratuites D'autres ont ess.ij de icechef d'Etat contre une iiliou, et le prifii'ipui et le lut parui ces derniers l'ut | Thoby, qui a consacr a l u pou.ique des pages i de logique et de recuu* ide l'poque. nommes obligs, pour noire ll pus relever l'.icrusatioo, jwlre sens, est justifie : Uo j en ne rtractant rien de ce liaison prdcesseur dam |) fui, n'a point partag l rue de > %  %  donner, o Tirait approuv peut-tre, ae diitaut que les leia,>s Jfhan^ el ]ta it n'y avait pas t.f ce qu'avait l'ail l'eliou, liait que Cela .-it t. idem dcades aprs l'inauide la pol t ; 14. i %  agraire de i loyer tait a mme d'en 'les consquences. Ils s' ii U petite proprit el de la Hure, et il tait facile par etwn* rgulires de se rendes rsultats a rie les iNou< avons sous les yeux Mius de ces rapports ; nom tous au moins un piochairieur mn.tiM avec qu do i et quelle minutie les insiejculture procdaient s MU atiou de Bover. la misse paysanne ; mais u importe, nous le rptons, ae la cousidier galem-nt dans son Il ..ri pour lecoiisliluer la grande p. pnt. C'est cet effort que tloyr poa.-uivit avec plue de s nu, et d'esprit de suite. Ce Chef d'Clut, trs intelligent et qui appliquait cette intelligence dvelopper eu lui lexptrieuce des choses de son pays, avait compris que lu grande piopiite pa;roiuu lu piti.e proprit, comme la grande culture palroiiue la pe.ile culture, comme les grand? magasins patron lient le pela commerce, comme la la grande industrie, palruuu. la pelile industrie. Boy er s'tait dit, avec raison qu'a pres avoir donn des terres aux pav sais : il fili.nt lu. il savait u.eu d >uner l'eleSB que, si l'agriivanl d aller plus 'oin et icouoallre le rsultats agriRlHlats sous bayer, que, 1 W *lie d m na pi .9 grajet Oei petites parcelles le Max paysans, il til v t r nun"slois autorisant la vente 'du do naine ayant appar anciens col ns, en fave -r npubliq ie vouait de re lune indemnit en recon ide leur Hli.unlon dlinilif. M cette aiilonsit.on lgale, lfnn.de* portions de terre usadues — () m pende cho e " unceitain nombre de **t de citoyens notables des Nous pourrions citer abonWdesnoms.rHcli.leus dont 'ne ont transmis les terres Pf A leurs la ml es, tan""•autres l'ur.-nt obligs par u uce des temps, de revendre '{jtelligent confrre le Dp "tialil essay de demler 1 P et e ia peuse directrice la!!n eU a ,ss 1 ainsi f — il **• qu il ne s'est pis donn rose.ou s'il se lest donne, .• laiss garer danses cou "•tn iff t, i| associe p lion 1* du* nue m,„ e c Ois aue Ho\ eu iur<: n .tioii 1 : n'tait la s>e qu'cutie les mains de ,-eu s paysaus Ig.o.auls el doUcs Ue reSoOul'CJS, elle ne ferait qu vgter misrable menl. Il sa va t qu il u*y avait que l'ente de U II.HIO 1 pouvoir faire l'apulicaliou aux causas de i agricul lure des uie.liodes kuuvcllcse stien l.ii pie-, el a. ..-M avoir les capi la x el le ci eu il ncessaires pour l'oig nisaliou de la^r.cu.tuie ualio uaie. ueux choses pr .(Coupaient Boyer dalla 1 el 01 d.e d ide, s : C nlllM ire labseiileisiue des hautes casses, et encadrer la classe des petits culli valeurs tgOuMBti par celle des grands pi uprie.aires acceplaut de taire valoir u.reaeuient letlit terres t )La politique agraire des premiers temps de uohe lu-.peudance comprend ce iiouii e aspect, euii'evu la lois par l'etuii et par lijyei, uiloui par ce de nu r. Lors doue q ie, au uoin de cette polilique, no,ie sy.upailnque auii le i'i Uaielicouil exalte ia pelile pro [ni le et la p tite cul ure eu deola ranl biesq itJ 1a gu r.e la g uude proviens et a m raude eu.lure. U n esi pas tout a luil daus la vent hisljnquj. La prohibition s'attnue pour les navire* lramjers WASHINGTON, 7 juillet. — Le Trsor s est rendu aux observa.ions de l'ambassadeur de U.ande BretaLa valeur intellectuelle et morale de la jeunesse hatienne Lettre au •Matin* Le Surnature! el les Mdecins Monsieur le Directeur, Le TEUFS N" lu 30 Juillet mul a entam la queslio 1 d -s ti .es et UM garons au poiui d *. vue de ce que reprsentant et vile il i ileJl Httuel emeul et m irai uneul ces Je i\ vro ipements de u tre popultlion inl'anliie el ado es'Ciite. Il .lit que d'aprs les muntires des jurys d'eume is el les pers unies q 11 s'il ress-mt l'en-ei^neine il p ib'ie. n >s ga.s soit, sur cvs deux .1 )i it^ au m >i .s, iut'riei sa oo.i paysea. Kl il failmt p.trilb il ton itrer U fiit co n.rie phenoronal . Uns les" Sin lis Prop*" lu N'dj 1er Aot la question ed tenue pouf b !tu O.ip p us grave el imp triantes qu'on le lisait d alu d. l'allant de l, l'auleur des • %  Sim,l.'S Propos du 1er A ml a lo gt m Mit euvisag les d.d'.ils et les vteel dont so il aitnts 110jeunes gin; >ue. lis ont la frivolit, la dis-iinlinn, la peur du mari.ge, la criin'e des <. re.p >nsab lil.;s en pina^. Leur mirai est relci d'une l'ai; > 1 alar miuu: lu s un prit, d:s l'^e le 15 ans de la frnsie de vivre • de la folie de laiii iiein ut. Us ngligMit les li.res, lonn.nl le .lus A l'etad', se livre.a aux Jeu s el a 1 j- 1 et a toutes sortes de plaisirs t'iciles qui les dgradent au phy-.1q.1e corn ne •u moral. Il ne lenUoI pus ia ncessite du luller, s mt dfi lurvus de nobles ambitions. 1)1 ne les -oit faire aucun eiforl, isol ni col'eclif. Aprs cehariive ue nomenc alure des diverses el nombreuses folies dont est lour.n in e Mlle triste jeunesse miscume : folios du fooi Ltil, du ciu.ni. des dmci ig<; le tout compii li du dfaut .la ssreu\, de l'abs.ice dMnbili.ni d un le sens noble du mol.ilcjsf.it:, tggravr du dl iis-eiii ul du I'\M-, de la pe. te du sOO* et le l'a u iur .1 1 H .Mic.du liberuu.ige I' r.ce 1 ^ usle de ces jeuues DMStiouri q li ne -e marient point uu q H, q iiud il> se marient, se montrent •let'Mtabl, p lur avoir t mauvais iVere et m iuvais lils. Kl le catalog le l'allonge tooJOUfli et la citation continue. Ou u'a cer es ja uiis vu, r'qiisiloire plus cruel. acl d'accusation pi .s atroce qu ; celui dres e par le l'tMi'e, eu deux implos Propos gne relativement d.ux paquebot, au prolii de I. jupe ,. u, p %  .. de la anglais. 11 a dcide que la quantit grave redmg te co.ilre gu suid • inceplinn queUover fut | lutt "Pue recous, Huer en pirlie KJ J Proprit ruine et aue.ii F uerr et u. i-indpendan Sta, lh pl,,,: Ptionlui mme .tout Louant des terre, au, p,y lr •" ln ramelemns attribu %  aoiubre de gmn les pruJ'IIreiila chefs de l'ar pU, pour bien exposer la 'au •ri: H J '"^'re i| 4 fetion.il ne faut 1* %  g— des boissons alcooliques permise a boad de uavires elraiig*! daiu tes eux leiTiloria es amricaines dpendra des prescriptions des lois du pays auquel ces navires appartiennent ou pour lequel ils fontdatrans poil, sans tenir compte de la nationa lue de leurs propritaires. Si le passager el la cargaison pro vieiiueul de piu-ieurs pays, ou permettra ces vaisseaux une cert..me quantit de boissons pour laue race aux besoins mdicaux gnraux en p us des quaailles spcitiees par les loi. des pays eliaiigeM. Uspa.sag r. .Liions d entrepont des deux paq .ebols anglais ci dessus uieolioaues se sonl p ainls de ce que k.ug et le me.ou. \ en jucef p if ces deux "M n Iles PrOpOS du laMP*, l'ssoit dialiiliquos, !ucl\:rieunos j >unM ;.i; as actuels; et ils lo sont par r. ai m, tandis que nos I.U0M tilles ne sont pis loin d tre des inft et nu barDons -les disciphs l'-ivents et ans tres du saint des • liais, d 1 l'p* ix mo l e, du travail, leur loco np irabie qje fut le cuaiyeuli.r .1J Bethlem. U est enseign cependant qi'nn henni*, qui avait btiucoap lu li, qui avait vu du m m h) et rfill M. it beau *oup de eu-ces avai -ul liai par roct-aHMr, alors qu'il n'tait pi is e o l on s'amuse que ce nest pas stns doute, n'avait-il pas reconnu que ce BOUl le. leiiiiii 1 >, qui fonlit dfont les socits '•' L. eep.od.nt ire-l pas la vrila b'e quasli 10. Ii s'avait de savoir piolet sur q iel IIMV.II in^li.dique et srieux reposa oeil • asser ion de h prleudue supriorit morale ot intellectuelle lu b au ses. sur l'autre. Tout d'ab rl. il est remarquer que la p emire prop uduon ooucs 1 11.1 nliji o it a t largement a opliflie le 1er A n'it MI ours. I£i fiel il s'agissail tu li it de U jeunass • se iluirc q ii s.; prsente devint les jurys d'examen l).4s jour, plue lui I iq leeli >u iv.il ul tch • d huile et embrassait lus jeunes till.-set les jeunes g m; MIS en g nra : et II eouclufion tait q ieie cot alarmant d^ la situ iti n d loonc le n'exi-le p i uni 1 i.-m •. il dans lia I lier uce de no< fif b •M'D'fpour l'tude, pour li littrature,pour la musique; unis dms leur m toque le sr^uix, leur m toque iLaapri! .1 ; suite el 1 ur minq le le caTicl re. •( Suis n il e mut peen Ire au sS rieux lu qi'siiu de raetiei niiu rell ; lo u il e l .rl ; v.iire l'hypolhse oe laps la pelle les mu nos h nn ues lie 1.liai-,it plutt d. leurs nres el 1 s j unes ti le. de le u ICI • en uin: q u d ra t un cdi;n desCMil dun JUfNM et un smdtiei lui! in uni "a. u LIS crav 1 is naumo us une grtnde dimiiiuliou delacutti m.aies, de la piUtinee et de l'nergie int-llec> tin. e chez no' jeu n;s ho urnes. Les causes : L. dis lardion presque tt le le t • it d seipl 11e —dan • notre miliei <> lluoitim n %  1 q 1' m 1110 surtout dttpjiS que la b 11ti.it • ih eiLiius eveaemeuteaf.il tutrar .luis le-^ni de ao• blesse lo il en g ig 1 tnl cuonaineiil eu acu.l. Ktc:.:i ir-st pis une inppositioo; ceux qui soit eu co lUel dir ;ct avec i.-. jaunes ont eu plis .l'i'ij l'ois l'oc • i in d: les e lieu Ire SOI tire te pieiis r n-> m : n :.us el en f.uro grive lient et il. tltini d 1 ic convaincus] que U sci:nc el 10 s 1 v iir u -onent u 1 rang ab-i.nn it infrieur a c. lui le l'a ir. sse ai le .lo l'e 1 laee et >IJ savoir faire, il seainle q 1 ils oui res 1 luni ml pris leur paru de ne point 8'e\poser a avo r u le uieuuigi e ou une alina e cei lira e. C':st ce qui expliqua MUS doute c die pr les jeux homme IViin pAcanl volume intitul I iitoire ci Itlque les vnem^otl de Lourdes , nottextayonitai passades S'iivaubJ lira .l'une lont;ue si'u-ie de irtifi : ita el attestations de ;n %  lecina : M trie Louise : :"> '. iu r, di)a sangUMiei lut atteinte de Ccile et de contracture d la face t As membre. Rlle reouvra la vua dann un pl'inag- ^otre Da-ne tin Pi yrotii en s" lavanl les vnx avec Il'eau I' U) ir les \;\ iara'ysi.' el la conitactuPe dea mAfjfe brea disparurent luliitempnt le 4 Juillel 187'i, ilttna 1 1 pi-'m'. Le docteur •'. iristi in, professeur agra • le la I iC i l le mdecine de Montpellier, publia sur celte guVison un long rapport ,1 i it vu .i I ir 11 lusi in : P)itri|U >' ii'atieal iftis-je ilonc pas celle Qith'isO'k tnirawtuio et n braveriis ie pis l.'s facaties do certaine esprits loris ou esprits faibles? Pais ce que tlois Advienne que pourra M mt? Nier, 3 Aot l$?2. ClIRF.STIEN Pr ifest • 11' (ijrji de la PdCuU de Mleiine. lo IS d un r ro^e 1er -ne m ir pi ;e p iur qui t. -ndeiil a laue un animal soupe, liuii et sonnaissuil l'art de louib-r sinon sur ses deux pieds du IUJIUS qualre plies. Vtra ige .lins tout cda est qu'ind i n il), uu il uo. ) -a es lides sont les pre niera • a eeco tr i|ac UJ jeunes gu MIS devenir biles. V0.1.Iles, d IM. ur le Directeur, "Oeol une partie de ce i' ". Lui tonl diie. g" u '* P^tJHJ,oe amricaine r^.tique a p ,, ke j u ; re pru)C i j...i ^iai... e •* Ce qui cuiiminM les Ui M sTrutionde vin speieH par la jeunesse dune uai.ou qui U.l son lr )llv er(: iUe urj ,„„„ M1 neT.loiale, \ Zis tiennes ne leur ont Ps t mallieur et q .'un p.y ne se ,, rd 0lll| e HU( ,„,. t lo llc C0l veildnce; sl,ib*ees,|eslo..ctiouna.resderuy que lorsq te sa vieillesse. . et ce eU ^ g ^ ^.^ vr ^ e qM Vj(Ji .hiudi H.nAncaue ne leur tera, et elera. ni v .ulr.e/. le uoire. T.'ilu-tvir Moiaiinet mJecin h'JiioMira des hpitaux de l'.u-is, s'c\;iri 11 • ainsi: Dans m.1 Ion. MI • carrire,j'ai 61^ 1 moin le nombre'"S'S cures inir;iu!euses surve u -s ,1 Lotlid s. G 1 cures o it '-t • U.M'V s p.ui luit lea e< uvuvs s • M'*!'" i r 1:1 r vs sir des s ijris rputs incurables, dont lea maladies avai >nl t traites inutilement par dea mdecin! et doe chirurgiens 6 ninenls, commi en l'ont loi les certifie ils. Dr Mol.SSE.NET. Nous pntilier ma d'autres extraits .le cel 1 1 1, 1 '"iini ouvragt dmil I" jo 1 n il prolestilll n '-'lais le • Ihi y N ;ws > lii : M llett.'in ( c'eal l'uni ur ) app ntu une m iai 1 de 1 reuv 1 qui 111 mirent que les faits r. • i> M p tr Zola, dans so 1 li,u u\ r in u ont Jt falsifis dans Ions I s cas O i! n'a pu inviMit T ni explicttiun ralioniliste.. Le profeaseur Birtria a evp>se sa ihaaeduna faon A la fou brtlLintiiet eontluant. qui oouceme JM ter., et eier.i. -'T'iTi^ ia auaut^u uest pas tout. Uo autre pea$!£££&" totJifi' wur 3 a >*" "*^*. l '^x DUaiBOii( La Pm d J^aaie ) Aux Ihmto de St Im L'Aynce de Si Mi>'c donl la d'i-edai oo ut et ; e 1 1,1 ; ,* M* M ir Ma lion 11

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05994
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Sunday, August 05, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05994

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
i^m a*74
bM 6 AaA HfM
PROPRITAIRE
MfflMEVR
ient Magloire
BOIS VERNA
HH Rue Amricain
Quotidien
ELEfbOXK,Mo**
I a mort aujourd'hui a perd
toute grandeur.Dans l'antiquit,
c'taient les adieux lajumi-
re. Aux beaux jours dujChrie*
Hanisme, cotait l'effroi mysti-
que de l'inconnu et l'espoir de
comparante devant je Sei-
gneur. Maintenant, parmi l
ruine universelle des croyance
c'est ^quelque chose cle terne,
d'indistinct, sans limination
comme sans dchirement. Per-
eonne ne sait plus quitter la vie
noblement, et la mort elle-m-
me semble s'tre dmocratise.
isil le h pie praprit
ivooi dit comment certains humbles et les petits cultivateurs de
loat accus Bjyer de n'a-
_irtBuiB politique agraire
rcouli"iuinl l'aire aux
fc3ilnlulioiis gratuites
D'autres ont ess.ij de
icechef d'Etat contre une
iiliou, et le prifii'ipui et le
lut parui ces derniers l'ut
| Thoby, qui a consacr a
l u pou.ique des pages
i de logique et de recuu*
ide l'poque.
nommes obligs, pour noire
ll pus relever l'.icrusatioo,
jwlre sens, est justifie : Uo
j en ne rtractant rien de ce
liaison prdcesseur dam
|) fui, n'a point partag
l rue de > donner, o
, Tirait approuv peut-tre,
ae diitaut que les leia,>s
Jfhan^ el ]ta it n'y avait pas
t.f ce qu'avait l'ail l'eliou,
liait que Cela .-it t.
idem dcades aprs l'inau-
ide la pol t ; 14. i agraire de
i loyer tait a mme d'en
'les consquences. Ils s' i-
i U petite proprit el de la
Hure, et il tait facile par
etwn* rgulires de se ren-
des rsultats a rie les
iNou< avons sous les yeux
Mius de ces rapports ; nom
tous au moins un piochai-
rieur mn.tiM avec qu do
i et quelle minutie les ins-
iejculture procdaient s mu
atiou de Bover.
la misse paysanne ; mais u importe,
nous le rptons, ae la cousidier
galem-nt dans son Il ..ri pour
lecoiisliluer la grande p. pnt.
C'est cet effort que tloy- r poa.-uivit
avec plue de s nu, et d'esprit de
suite.
Ce Chef d'Clut, trs intelligent et
qui appliquait cette intelligence
dvelopper eu lui lexptrieuce des
choses de son pays, avait compris
que lu grande piopiite pa;roiuu lu
piti.e proprit, comme la grande
culture palroiiue la pe.ile culture,
comme les grand? magasins patron
lient le pela commerce, comme la
la grande industrie, palruuu. la
pelile industrie.
Boy er s'tait dit, avec raison qu'a
pres avoir donn des terres aux pav
sais
: il fili.nt lu.
il savait u.eu
d >uner l'eleSB
que, si l'agri-
ivanl d aller plus 'oin et
icouoallre le rsultats agri-
RlHlats sous bayer, que,
1W *lie d m na pi .9 gra-
jet Oei petites parcelles le
Max paysans, il til v t r nun-
"slois autorisant la vente
'du do naine ayant appar
anciens col ns, en fave -r
npubliq ie vouait de re
lune indemnit en recon
ide leur Hli.unlon dlinilif.
M cette aiilonsit.on lgale,
lfnn.de* portions de terre
usadues () ,m pende cho e
"- unceitain nombre de
**t de citoyens notables des
Nous pourrions citer abon-
Wdesnoms.rHcli.leus dont
'ne ont transmis les terres
Pf* A leurs la ml es, tan-
""autres l'ur.-nt obligs par
uuce des temps, de revendre
'{jtelligent confrre le Dp
"tialil essay de demler
1 P et e ia peuse directrice
la!!neU a,ss'1 ainsi f il
** qu il ne s'est pis donn
rose.ou s'il se lest donne,
. laiss garer dan- ses cou
"tn iff t, i| associe plion
1* du* nue m,e c
Ois aue Ho\
eu iur<: n .tioii 1 : n'tait la s>e
qu'cutie les mains de ,-eu s paysaus
Ig.o.auls el doUcs Ue reSoOul'CJS,
elle ne ferait qu vgter misrable
menl. Il sa va t qu il u*y avait que
l'ente de U ii.hio 1 pouvoir faire
l'apulicaliou aux causas de i agricul
lure des uie.liodes kuuvcllcse stien
l.ii pie-, el a...-m avoir les capi
la x el le ci eu il ncessaires pour
l'oig nisaliou de la^r.cu.tuie ualio
uaie.
ueux choses pr .(Coupaient Boyer
dalla 1 el 01 d.e d ide, s : C nlllM ire
labseiileisiue des hautes casses, et
encadrer la classe des petits culli
valeurs tgOuMBti par celle des
grands pi uprie.aires acceplaut de
taire valoir u.reaeuient letlit terres
t )La politique agraire des premiers
temps de uohe lu-.peudance com-
prend ce iiouii e aspect, euii'evu la
lois par l'etuii et par lijyei, uiloui
par ce de nu r.
Lors doue q ie, au uoin de cette
polilique, no,ie sy.upailnque auii le
i'i Uaielicouil exalte ia pelile pro
[ni le et la p tite cul ure eu deola
ranl biesq itJ 1a gu r.e la g uude
proviens et a m raude eu.lure. U
n esi pas tout a luil daus la vent
hisljnquj.
La prohibition s'attnue
pour les navire* lramjers
WASHINGTON, 7 juillet. Le
Trsor s est rendu aux observa.ions
de l'ambassadeur de U.ande Breta-
La valeur intellectuelle et morale
de la jeunesse hatienne
Lettre au Matin*
Le Surnature! el
les Mdecins
Monsieur le Directeur,
Le Teufs N" lu 30 Juillet mul
a entam la queslio 1 d -s ti .es et UM
garons au poiui d *. vue de ce que
reprsentant et vile il i ileJl Httuel e-
meul et m irai uneul ces Je i\ vro i-
pements de u tre popultlion inl'an-
liie el ado es'Ciite. Il .lit que d'a-
prs les muntires des jurys d'eu-
me is el les pers unies q 11 s'il res-
s-mt l'en-ei^neine il p ib'ie. n >s
ga.s soit, sur cvs deux .1 )i it^ au
m >i .s, iut'riei sa oo.i paysea. Kl il
failmt p.trilb il ton itrer U fiit
co n.rie phenoronal .
Uns les" Sinlis Prop*" lu
N'dj 1er Aot la question ed te-
nue pouf b !tu O.ip p us grave el im-
p triantes qu'on le lisait d alu d.
l'allant de l, l'auleur des Sim,l.'S
Propos du 1er A ml a lo gt m Mit
euvisag les d.d'.ils et les vteel dont
so il ait- nts 110- jeunes gin; >ue.
lis ont la frivolit, la dis-iinlinn,
la peur du mari.ge, la criin'e des
<. re.p >nsab lil.;s en pina^. Leur
mirai est relci d'une l'ai; > 1 alar
miuu: lu s un prit, d:s l'^e le 15
ans de la frnsie de vivre de la
folie de laiii iiein-ut. Us ngligMit
les li.res, lonn.nl le .lus A l'etad',
se livre.a aux Jeu s el a 1 j- 1 et a
toutes sortes de plaisirs t'iciles qui
les dgradent au phy-.1q.1e corn ne
u moral. Il ne lenUoI pus ia n-
cessite du luller, s mt dfi lurvus de
nobles ambitions. 1)1 ne les -oit
faire aucun eiforl, isol ni col'eclif.
Aprs cehariive ue nomenc a-
lure des diverses el nombreuses
folies dont est lour.n in e Mlle tris-
te jeunesse miscume : folios du
fooi Ltil, du ciu.ni. des dmci ig<;
le tout compii li du dfaut .la ss-
reu\, de l'abs.ice dMnbili.ni d un
le sens noble du mol.ilcjsf.it:,
tggravr du dl iis-eiii ul du I'\m-,
de la pe. te du sOO* et le l'a u iur .1 1
H .Mic.du liberuu.ige I' r.ce 1 ^ usle
de ces jeuues DMStiouri q li ne -e
marient point uu q H, q iiud il> se
marient, se montrent let'Mtabl,
p lur avoir t mauvais iVere et m iu-
vais lils.
Kl le catalog le l'allonge tooJOUfli
et la citation continue.
Ou u'a cer es ja uiis vu, r'qiisi-
loire plus cruel. acl d'accusation
pi .s atroce qu ; celui dres e par le
l'tMi'e, eu deux implos Propos
gne relativement d.ux paquebot, au prolii de I. jupe ,. u, p .. de la
anglais. 11 a dcide que la quantit grave redmg te co.ilre gu suid
inceplinn
queUover fut | lutt
"Pue recous, Huer en pirlie
KJ J Proprit ruine et aue.ii
F uerret u. i-indpendan
Sta,lhpl,,,: Ptionlui mme .tout
Louant des terre, au, p,y
lr " ln ramelemns attribu
, aoiubre de gmn les pru-
J'IIreiila chefs de l'ar
pU, pour bien exposer la
'au
ri:
H
J '"^'re i|4 fetion.il ne faut 1*
g
des boissons alcooliques permise a
boad de uavires elraiig*! daiu tes
eux leiTiloria es amricaines dpen-
dra des prescriptions des lois du
pays auquel ces navires appartien-
nent ou pour lequel ils fontdatrans
poil, sans tenir compte de la nationa
lue de leurs propritaires.
Si le passager el la cargaison pro
vieiiueul de piu-ieurs pays, ou per-
mettra ces vaisseaux une cert..me
quantit de boissons pour laue race
aux besoins mdicaux gnraux en
p us des quaailles spcitiees par les
loi. des pays eliaiigeM.
Uspa.sag r. .Liions d entrepont
des deux paq .ebols anglais ci des-
sus uieolioaues se sonl p ainls de ce
que
k.ug et le me.ou.
\ en jucef p if ces deux "M n Iles
PrOpOS du laMP*, l'ssoit dialii-
liquos, !ucl\:rieu- nos j >unM ;.i; as
actuels; et ils lo sont par r. ai m,
tandis que nos I.U0M tilles ne sont
pis loin d tre des inft et nu bar-
Dons -les disciphs l'-ivents et ans
tres du saint des liais, d 1 l'p* ix
mo l e, du travail, leur loco np ira-
bie qje fut le cuaiyeuli.r .1j Beth-
lem.
U est enseign cependant qi'nn
henni*, qui avait btiucoap lu li,
qui avait vu du m m h) et rfill M. it
beau *oup de eu-ces avai -ul liai par
roct-aHMr, alors qu'il n'tait pi is
e o l on s'amuse que ce nest pas
stns doute, n'avait-il pas reconnu
que ce BOUl le. leiiiiii1 >, qui fonlit
dfont les socits ''
L. eep.od.nt ire-l pas la vrila
b'e quasli 10. Ii s'avait de savoir pio-
let sur q iel Iimv.iI in^li.dique et
srieux reposa oeil asser ion de h
prleudue supriorit morale ot in-
tellectuelle lu b au ses. sur l'autre.
Tout d'ab rl. il est remarquer
que la p emire prop uduon ooucs
1 11.1 nliji o it a t largement
a opliflie le 1er A n'it mi ours. Ii
fiel il s'agissail tu li it de U jeu-
nass se iluirc q ii s.; prsente devint
les jurys d'examen l).4s jour, plue
lui I iq leeli >u iv.il ul tch d hui-
le et embrassait lus jeunes till.-set
les jeunes g m; mis en g nra : et II
eouclufion tait q ieie cot alarmant
d^ la situ iti n d loonc le n'exi-le p i
uni 1 i.-m . il dans lia I lier uce de
no< fif b M'D'fpour l'tude, pour
li littrature,pour la musique; unis
dms leur m toque le sr^uix, leur
m toque iLaapri! .1 ; suite el 1 ur min-
q le le caTicl re. (
Suis n il e mut peen Ire au sS
rieux lu qi'siiu de raetiei niiu
rell ; lo u il e l .rl;, v.iire l'hy-
polhse oe laps la pelle les
mu nos h nn ues lie 1.liai-,it plutt
d. leurs nres el 1 s j unes ti le.
de le u-- ici en uin: q u d ra t un
cdi;n desCMil dun JUfNM et un
smdtiei lui! in uni "a. u lis cra-
v 1 is naumo us une grtnde dimi-
iiuliou de- lacutti m.aies, de la
piUtinee et de l'nergie int-llec>
tin. e chez no' jeu n;s ho urnes.
Les causes : L. dis lardion pres-
que tt le le t it d seipl 11e dan
notre miliei <> lluoitim n . 1
q 1' m 1110 surtout dttpjiS que la b 11-
ti.it ih eiLiius eveaemeuteaf.il
tutrar .luis le-^ni de ao eiroioil'id e que les eu n Umomi
aeq lises s ir les b 1 ie- de 1 o le ne
s dit g 1 ire u iles e 1 il ou po if lure
de q te q l'on qu ilque cli isa.
On eu npreod bien .non que leurs
aiu'o.li ns aient lui icoup per lu de
titt c: qui p Mjv.it oa dro le >
blesse lo il en g ig 1 tnl cuonaineiil
eu acu.l.
Ktc:.:i ir-st pis une inppositioo;
ceux qui soit eu co lUel dir ;ct avec
i.-. jaunes ont eu plis .l'i'ij l'ois
l'oc i in d: les e lieu Ire SOI tire te
pieiis r n-> m : n :.us el en f.uro
grive lient et il.
tltini d 1 ic convaincus] que U
sci:nc el 10 s 1 v iir u -onent u 1 rang
ab-i.nn it infrieur a c. lui le
l'a ir. sse ai le .lo l'e 1 laee et >Ij sa-
voir faire, il seainle q 1 ils oui res 1
luni ml pris leur paru de ne point
8'e\poser a avo r u le uieuuigi e ou
une alina e cei lira e. C':st ce
qui expliqua mus doute c die pr
les jeux
homme
IViin pAcanl volume intitul
* I iitoire ci Itlque les vnem^otl
de Lourdes , nottextayonitai
passades S'iivaubJ lira .l'une lon-
t;ue si'u-ie de irtifi : ita el attesta-
tions de ;n lecina :
M trie Louise ::"> '. m mt rlr iiiil, ayanl eu une fi^*
viv. catlia ta.'e et le h > iur,di)a
sangUMiei lut atteinte de Ccile et
de contracture d la face t As
membre. Rlle reouvra la vua
dann un pl'inag- ^otre Da-ne
tin Pi yrotii en s" lavanl les vnx
avec I- l'eau I' U) ir les \;\ ia-
ra'ysi.' el la conitactuPe dea mAfjfe
brea disparurent luliitempnt le 4
Juillel 187'i, ilttna 11 pi-'m'.
Le docteur '. iristi in, profes-
seur agra le la I iC i l le mde-
cine de Montpellier, publia sur
celte guVison un long rapport
,1 i it vu .i I ir 11 lusi in :
P)itri|U >' ii'atieal iftis-je ilonc
pas celle Qith'isO'k tnirawtuio et
n braveriis ie pis l.'s facaties do
certaine esprits loris ou esprits
faibles?
Pais ce que tlois
Advienne que pourra
M mt? Nier, 3 Aot l$?2.
ClIRF.STIEN
Pr ifest 11' (ijrji de la PdCuU
de Mleiine.
lo IS
d un
rro-
^e
1er -ne m ir pi ;e p iur
qui t.-ndeiil a laue
un animal soupe, liuii et son-
naissuil l'art de louib-r sinon sur
ses deux pieds du iujius qualre
plies.
Vtra ige .lins tout cda est qu'in-
d i n il), uu il uo. ) -a es lides sont
les pre niera a eeco tr i|ac uj jeu-
nes gu mis devenir biles.
V0.1- .Iles, d im. ur le Directeur,
'
"Oeol une partie de ce i'
* ". Lui tonl diie. g"u'* P^tJHJ,oe amricaine
- r^.tique a p,, keju;re pru)Ci j...i ^iai... e
* Ce qui cuiiminM les Ui
M sTrution- de vin speieH par la jeunesse dune uai.ou qui U.l son lr,)llv.er(:,iUe urj , M1 neT.loiale,
\ Zistiennes ne leur ont Ps t mallieur et q .'un p.y ne se ,, rd 0lll|. ,e hU( ,,. t lo llc C0l,veildnce;
sl,ib*ees,|eslo..ctiouna.resderuy que lorsq te sa vieillesse. . et ce eU ^ g ^ ^.^ vr^e qM Vj(Ji
..........hiudi H.nAncaue ne leur tera, et elera. ni v .ulr.e/. le uoire.

T.'ilu-tvir Moiaiinet mJe-
cin h'JiioMira des hpitaux de
l'.u-is, s'c\;iri 11 ainsi: Dans
m.1 Ion.mi carrire,j'ai 61^ 1 moin
le nombre'"S'S cures inir;iu!eu-
ses surve u -s ,1 Lotlid s. G 1 cu-
res o it '-t u.m'v s p.ui luit lea
e< uvuvs s m'*!'" i r 1:1 ,rvs sir des
s ijris rputs incurables, dont lea
maladies avai >nl t traites inuti-
lement par dea mdecin! et doe
chirurgiens 6 ninenls, commi en
l'ont loi les certifie ils.
Dr Mol.SSE.NET.
Nous pntilier ma d'autres ex-
traits .le cel 111,1 '"iini ouvragt
dmil I" jo 1 n il prolestilll n '-'lais
le Ihi y N ;ws > lii : M llet-
t.'in ( c'eal l'uni ur ) app ntu une
m iai 1 de 1 reuv 1 qui 111 mirent
que les faits r. i> m p tr Zola,
dans so 1 li,u u\ r in u ont Jt
falsifis dans Ions I s cas O i! n'a
pu inviMit t ni explicttiun ralio-
niliste.. Le profeaseur Birtria a
evp>se sa ihaaeduna faon A la
fou brtlLintiiet eontluant.
qui oouceme JM
ter., et eier.i.
-'T'iTi^ ia auau- t^u uest pas tout. Uo autre pea-
$!&" totJifi' wur- 3 a' >*" "*^*. l'^x DUaiBOii( La Pm d J^aaie )
Aux Ihmto de St Im
L'Aynce de Si Mi>'c donl la
d'i-edai oo ut et; e 1 1,1;,* M*
M ir Ma lion 11 /Vos Moines d cette ville son*
priis le t'dl'ee&r directement
nous s'il 06 il ti inli ni re-
cevoir leur jounni.
iA/rt-ut-i-Viai*, 3 Aot 19:3


KftKVI
P*t Cable
Nouvelles titraiigi-es
Les restes du
Prsident Hartliiitj
L- programme
des funrailles
MX FBANCISCO 2 -Le corps du
Pr i trol II irdioj a t transport
hier s ir |0 boute la gare Won
h-'fid Street. Le 1er set vice religieux
a u ,.,i l'htel avant le dpart
du corps.
MW YORK Le Pr-ilent Coo-
IMg* i travers Vew Yo.k bier soir
e;i ro*i e pour Washington Pendant
h journe, le Secrtaire Uugties
s'est empi.y a ^'o touper des prpa
ruUa es luiiratlle* et a tablir la
liste -l.-s affaire* ose l'Etal d.vra
toum-'ire au nouveau pr Idal a
>u hi ive. La couler BCS entre
eux aura lieu au i o ivel btel Wil-
lu.ds fi \|. Coo il/ a dem lire,
Unl viee*pre*l lent, el o il in tin
tiendra sa rel leooa do mme que
oo quartier gnral el son odmiuia
tniiui jnxpi'.i ce que le* bureaui
d ; la M iaoo Blaocho oient prte
le rec v, ir. La <-jtl Ih. bien que
sous le | otds d'une immen-e duu
le r. s i ! prpars recevoir la l
po ii,le morteile du Priai lent d-
fuut et toditiler la bienvenue au
Douves i Chel' 4'Kla .]
I il 'I sujets a .lise iler. entre
M. Coolidgeel leecroUire rlugli-is,
sert le program no dtaill des lun
radies aitiooslea d'HarHug, mus
loi proj Is n etjio.it p.s encore as.
se/ van s| ee soir pour .re annon
ces.
A on arrive, le corps sera ira is
por a i,i .viaison B anche el plus
lard li uuliun pourra payer les bon
n l'if regrets el r apect, la cr
munie q n aura lieu -I ma 11 r.) o i la
di '..I(..i .ie. Le lourdes l'uneiailles
du Praide ni toute* les sdmins'ri
ti us m gouvernement seroul fer*
mtee eo ume euVs lo.it t aujour-
dhui. faVj allenlint, partout o
tl nie le ilrapeau amricain, des ma
iiifesla'i..iis extrieures de deuil ni
liuoalMM manifestent. Los dparte
menls de la guerre <-i de la maiiaa
t'ii et de m ir ren lisaenl I bon
ncurs militiiresa le ir Commandant
en Clul'i ,i vieni le m > irir Au le-
ver du j iiir. une silve .1-13 coups
de canon era tir-e dan* tous I s
camps ci poatea amri in puis
t m es lea quatre heu. os -I s ooupa
isols ie feruut entendre. Bofln au
Ciu-h;r .1 i s L-il une sa ve de \$
coups de c mou era tire, fous les
n a. rue de guerre re i Iront gale
m i lea honneur,
L's drapeaux .-t le* lcnderL
Elats L'ois et pour volro beaneuf
personnel d.iraut la prsidence''.
Apres mili.d. Poioear a llgra-
phi: au sa rtaira l'Kai lloghae le
Bossage euivaat : L) -uloureuse-
m ml afiligl de la perle cruelle que
les Klats LT.jis vi-mieiit do sub'r, je
liens vous assurer Je It plus pro
fon le sv apitoie du g luverueineut
f aiis. .Wee le Praai lent dardiog
disparat non seulemmt hi.gran.te
li/ ire miue n neut q i ihde pour di
nger la uatiQ i laq telle n?us so.n
m m li -, pu- tant .1 ; liant, -mis
aussi un ami gnraux et clair
que tous les r'r.uiiis o il apprit A
i ner. et r -apeeter. La France luute
e ili.-.-e pie id pirt a la djnleux des
Kl .h Unis. "
M. l'un are a reu au Quai d'Or
aaj d. \li-iioi, aaertairo du Trsor
a Waahiogtuo ' Je s lis profouJ
meut attrist le la aouvolta del
ni t lu l'isilen Uirtiag, dclara
le l'rsi leat d i Coaaait. vl. Poioea
aj niia qu d avoit ioij ms reapeci
la un ilieil et la nojiC.se du aarac
turc du lYesi i ni xiusi que ses bien
veillaotea coacep-baa du moade.
Jurant la cunTeralioa qui suivit,
M. l'unear pa la djs ati^uluiona
co.isliiuii > nul m uuuceriiaal U suc
eeeeioa et a prsj le ice el dclara
que cj qui avait lu Vwe l'iesileut
0 )ii 1/ -, i t\ i trea ravor ibUa nanl
1 up.-.-.-.sio i t :. L; * ai.e MjIIoo
diiiuae i ,.rs .1 al du Ctiaoeil une
ejuiiiusiice pi .s inh.ne du aod
veiui'ros le U .J.i pine eus aile .le
U vi,le do Secrtaire aux rgions
devaales duul il eu revenu hier
soir. ||. deliuu dit a ce pr ipos que
quoi|U'il esprait b aucoup des*
viaila, il fut tupfait de l'etaolue
dea lgti et .u..ven. iea png a
JaiH li voie de ta reeja.u.uo.io i.
ae et l'Allemigne. '* Le Matin aff.r
me que la hrauee us capitulera ja
miis devant U 11.; nue iuteru itioaa
le. Lori tfaldaria ne sd .t pis qu'.n
pille autiur de lui, deman te le
Jojr.ial. it ce n pi il u est pis
couJu t par i m tin ? L'impresaioa
ofiicielle est qu'il u y a aucun dan
ger immdiat io rupture le l'datea
le et que 11 p isition briianutiie
laisse It posilio i ouverte li couti
nua ion de li discussi.ni des Itjpiii
liuoa.
B.tl'XELLRS Le texle de la r
pouse be:gc a la note brilanoid le a
t publi ce soir. L le est a peu
prs la inm que la note franaise.
dii.
c^ ae i-. .--roui tr iv ils .le c A
p pe...ri .i :;i> )u ira et les ofticiera
. pou rout u udit nu nombre gil
de j Mir ai .ie,,e leur pia. Les
di\i,eau\ iv-lcronl en b.rne peu-
d t i ii l | ni. -.
L'ancien Preileol Wilson a en-
voy un message de cou loleanr.es
M n- Hirdi g. H. MHIerabda adrea
f i Mme Ua.ding le m aaage sui-
vant : ,. .. .-.-i avec la plus proton le
m ion que maleai ne et Bioiatooi
l app is U m mi du Praideol. Dans
I vo ie don eor, nos etcurs sont avec
v nia et .levions vous assurer de no
I Ire pioi.iu le aympatbia dans le mal-
hiur q n v .n, frappa ainsi que la ni
no a n.'i..saine.
I . is ai envoy le bMgM 'une
I Mmtflirl.ng, le*.Veulent ,1e la
Hj^aiiiij.e a alraaa M. Oouli.lge
I le m :>5age suivant : J ai rec. i la
I nouvelle de la meil du prsident
I Hardiug ave,- la plus profonde mo-
lion. Li nineolaa qualita qui le
1 dnigoivui p mr le pote quo lui
I eouflj uni .. ronciloyeoael se- aaa
-. ti lient- I. co i i 1*3 aympatliie poar
I luire p.i\ ;. iu'iI .uio.fesla eu si
nombreuse, circonstance*, taient
"liciu.u u .. . ll ' u i _; I,; |( .p ipliqne MBur
'd I .1- l u. .. H- i li, : i .lins t|
,-tr. i 11 ,ui- u j n . ee j uni a
i'.- '-< .1 u ..u eut r 11 i le I > t
leir q n ,,,,;. tj, .tlie.stiil i
vjtre cii m repre*i in Ijinaa
.Bi i er, s , i I i .i ., ; v i is prie
d) recevoir on utme leuipa le meu
leure voeux pom U prosprit Uea
louTollea Divarteg
BRUXtiLUi Le H i el la Heioa
ont envoy da^ mssigs persouu-is
a ai v uc du preuj ut il^diug.
Des me>sig!< ufuctela oui etj e uvj
y -s a i^^ .iveiuemjut a.uric du.
LUNiittad Le oom.nuni ju sui
vaut a eio atres,e a tljcklOUU l'ali
ce : Le lin oidoaae .!; porter (^
de.iil peu.liut une sennine pour feu
Ojnurable il uj ag "
NjJ/4La1 J^.iA.VS Le pro
graui n aeia.l.e e.aob a propos de
h viol; ,iu lieueral ljuraui, tiau
vrumr iiitiiaire d i fc>a i a la .Non
ve le U. le ius, a de cou ire uand en
rusoa Je .a.inu .tu r'reailaat.
L\i n.vi.J uji ac.auge.neiils
provuoirai uutet prie pour u aigoa
liie Ja traite i.u'eo ait r.cini cet
aprea utiii. Un rapreaeutaula tur^s
oui decUre ni s n'avaient naa eo
cure reej i Aip.i iJt ia*iraoiiuua
dtiuiuvea, mu, il, pensaient qnls
aer i ut a it ir .soa a sig ier i^ trait.
it.L.v. ,ui> t.d g. jfjrue u .mi
beigj a i.ue.Jil l'expo, ta.io i ,| i
ciiioii eu raison di n pnurie
er ussaule J; ce .-.nia.ist b.e. Suivi il
une Jepeeiia je tfeigia le les prpara
lit o.u faite pour le mariigi du
priaoa Paulda oibieetla princesae
Olga, dite ai ne du prince Nicolas
de Grce. Le prince Paul esl le cou
lia du roi Alexandre de Vougj.la
vie.
L'upinion de ta 'reste Irao-
i;.us. atituiir de la nota
bi'ildii titiiie
l'Aitl.S t.e. jn.rni i\ de Paris
trouveni q ie les discours de VJ. |{(|
dw.n el A. Curaau hier au t(rln
nient brilauni jue sont plus l'avora
ble-que l'on s'y attendaient elles
commentaires Je la presse in lique it
un soulagement. Li Figaro a'tir
ma q ib les Jeclai ilious indiquent
s lo-i inliel.o.lient des prugra sur
les le him\;s deelarliions publiq le-.
Le l'ce.ui r ni .idre tusa:j| re.nir
q ur pe M d n l.v n conlost) leti
c .cilj la Puec IpiUil 1 ; 11 lii ir u i
c iteate plu. sa lga it Pu is l-s
ci n n a u m,:- ir i iveut u i oaraet ire
s"' n1 i u 1 ici irai mi brita lui | te
q u el iii leciauu.
Le \, i.Mai dit ; C'esi ni r i
I i i liaeiU e 1 1111,1 ii ,-i i -e el ''L'ai
eba Je Paria" doure q 11 o'eal un*
tentative de oudi-iiion entre la Kran
Le funrailles du
Prsilent llurduuj
Washington. La corps du
dfaut Fivst.ioiit arrivera ici tn.r-
tli proolutio. 11 sera escort la
M uauu liianche pu- ua escadron
dj cavalerie t un balaiiloo d'aiiil
lerics Dea imiiTuilles m irqueaau
coin due graud-j si np ica :, ont
t il.creles par le Piaidaul
Cooiidge.
Lu crtgte sera conduit par le
nouveau Prsident, le Juge T;i!'t,
de la Cour Supiv-i', les uieiii-
bres du Cabinet, le Congrs, et
d'autres personnages oflicieis y
pailjciperoul. I.'.x-l'r si dent Wil-
sm. empch, n'y assistera pas-
Les services funbras seront cl-
brs suivant |...s ms,niellons de
Ma Ume llar Ii ig,
Le corps sera transport mer*
crediau Cipitole, dii il restera jus
qu u p. in Lue heure ptui lard
ii ara cou luit .M mon pour tre
tuhumh veu Ire h suivauL
D'aprs dcision du l'rVilent
Cooiidgals secrl lire Hughes a t
lrfraplii aux gObUforueuru des Ii-
vers rii.ns qu ; le deuil s -ta gard
jusqu'au 1er Dcembre, Le Prsi-
de.a Coolilgen'accor leraau lieoce
aucun Corps constitu ava il lu
i S.-,.te.n!ire. L; drapeau mli -ml
rest ra eu b_rne jus ju'cette date.
Revue Internatio.
nale des Hommes
d' Nous avons reu le deuxi ne
nu.n >rj d celte i.np j ,ta n ra/y i
<| u vt ;,it dj p railre avej liiU.-es
saut so.n.naiie suivant :
^ Le tarif duiiuiier li.iiti m. Les
Taxesiiiier.ua. Li q tistiai du
sucre. tforlereaus supplnua*
turai piu,- did'r-uce de puis.
Ca.ii.nissi m ur Ir.iusl'erts pour
paie.naa des droits en province.
L uns darniirage co.n u-reul.
Ti,i.< l;lViia i*i n.)i.i4 tjji l'ex-
p >.t. ( n'or n iiio i* li/ersus.
L Num'tro: Jj cent, ina.'icaini.
i la Ferme-Tcol de Tlior
L'An ij scolaire timide prendre
lin avec les emmeus de la l'eiuie
Ecole de l'hor.
Une Uom uission compose de
MM. U. Casseus, Inspec eur les t-
cobs, Sorui tveillard, iiistit Heur,
hd. .NlI.-cij, Directeur des ISiux et
l'oriiis, et I. D. Plaisir, Direct.ur
de l* Agriculture, a t fume par le
Dparte usai de l'Agriculture, aux
lins d a-sisler les profc&seura de cet
tablissement.
Lue occasion des plus favorables
nous ayant permis d'assLler fin
lerrogatoire de plu-ieurs tdeves,nous
pouvons alunnei sans crainte d'tre
dmenti que la Feiuie Lcole Je l'Iur
esl en piein progrs.
M Citr.es buciiereaj, Scrtai
re d'Etat de 1 Vgricullure et de lins
trnclion publiq ie, dool le souci des
cluses s.-jI.mes est proverbial, a
voulu se rendre pe.souuelleiuent
compte du niveau des Etudes de cet
Etablissement. Aussi en est-il sorti
satisfa t .'
Linq lu liants de la troisime an
ne s eme.a preseuts pour l'obtei
bon de leur cerlifical de fin d lu
des, lyus ont doiiu pleine et enlie
re Baii-I'a lion. Le Secrtaire d'etat
a inm ; interrog ces elev s.
Auaei paaaoaa nous qu'il est juste
que le Dpartement de l'Agriculture
emploie le plus toi passible ces Lu
rtla pour qu'il* n aident pas se per
die dan, la f nie, car c >in ne disait
I autre : lie a magna est o l'le quam
fac t col #iiU>.
No is ne rouloni pas clore celle
impie oole, sans air sstsr uos meil
louis coin,,li ..en s Vld. i.ouis U
joie, inge.iieur agioiune, ftcluller
iNieolaa, mg. agr., Alphonse Kran
coeur, co.npiibie, Vlariiu Anciou,
arpenteur ge,utre, H. KavanagU,
BoJel et Do saiavil, m unbr s du
peitounel euamajuaat de ta ferme
fccole de riur, pour les effirts qu'il
ou dd faire pi.irobt nir le rvaulat
q Parisi
CaSoir
Ceux quin'olpas ,
orcaaion d-e..tenJIe [1,2
AvNtiKZ dans leur *>
uron.ee sou-|dD "
de le faire. "ri"|
Programme nouveau J.
n^ur.XyloPhoa,,ioZS
p.usllavva, ,, K,alrjJ J '"J
d.euse, et la l,e-|illle***L
joue sut les bouteilles **
^fite/en: C'eal la dbita;
l'enlie est ai gourdes. |
Bonne rcompe
Est promise qui ^
au bureau du journal uj
en or, orne de perles i
en lettres a igiaiaes : TULk
Avis en esl donn ceux >e
ceb.jouperil.idaiislamaunl
0 AoiU pourrait tre offert.
Autour du Lyce National
.Nous avons une importante lettre
cne niant le Lyce Ptlon, pro
pos des exioions de passage... Ue
tous les quoli liens de fort au P. in
ce, dit notre corre-pon lant, outre
Numro du ler.VuAI est le moi A
dire un mot du rsultai qu'ont don
n les examens au Lyce. Pour la
premire fois depuis l fo,idition le
cet tablissement l'on se j rouve en
preeaes d'une situation aussi g.a
%e."
Kl l'auteur de celte lettre expli-
que poinqio5 les examens ont don
n des rsultais .si peu brilllauls. Il
sig iule des cb >ses 1res grave q h
nois ue piuvons publier que s'il se
fait o muai re.
Noua prions donc celui qui signe
Buletol deoe f.i e cou UnH
m jus ue la direction du Journal.
Fianailles
Nous avons appris les Ii in li'les
de \1-Ile L-m l),i;'rejn; et de
Solon II ictoean.
.Nos compliments.
lemorciemenls
Mr Sivinien Martin el s"s en*
l'un-; Mr el \I rie .1 Siirville;
Vielle l-'.uiy Wentworth ; Mr Phi-
lipp*e A. \Veiiw)it!i : Mme Vve
A. Picard; Mr le Dr et lima Lu-
dovic rliga.id et leurs enl'.mts ;
Mademoiselle Marie Haubourg-
Mr et ..un.' Oastoo Ren Marna
et leurs enfants; Metle AnJre
Martin, MM. Maxime et FernanJ
Martin et toua les autres parents
ramera1 lu foed ducceirl tus
ceux q n l-s onl assistas dam |a
perla irrparable qu'ils viennent
d prouver en la personne de
Mi Ii ni Svvinihn M\itrt\
ne Lilgini W it .v uth
l irp ise,tare,ptiie-Hlle.3 e ir
ni .:.', cousine el bel'e-s e ir unie'
veieur ulTe i! , le marcraii
premier Aot u^rnier
Potit-Gavs, le 4 Aot 1923.
Les Artistes Colombiens
Comme pour celle de samedi, la
aouee I mer des trois frres lleruau-
issa eu un trs grau I succs.
b. le mimai* t mjN n'avait pas
permis Parlaiaoa d'avoir ta noi-
lireuse salie des grand -s fer.es, il n'est
fM moins vrai qua le public con-
qu.s veille eiqu.sVlait accru mal-
jr toit gud-ra un iaipraeabie
so .venir de. artistes eolombieus oui
e Mot distingus dans l'eicutiia
Savante dei .l.lrenls numros, sur-
tout celui aurpreninl dalafeie me-
l>lie.na, imiuut QJelemealls von
bu n une.
Oi-'uni jimiiscru qu'raiJs
d u -. u.le arc.et et d'u ,, si.n de
fWMiua de Uianba.ui musicien.
Stais, pt tirer .ia l.i scie duncnir-
P^lir, de si mjrveilleuees.nodi-
latious.
Horne Line
dL;(il,en^^W'.''^utll)rn venant
'.,-laiiVince;. ,n,rcrel,8
, '"." ',' '"PTiira h naoe j ..,r
A|nta |oraux
Coiiija(jnie C.Mitrale
Ttynsatlanl
Ln S/S < (].nMv,'i|,. j p^j
[iorleaiix le 2 Juillet esta]
le i.' courant. II repartira le
nu jour p mr Santiago de
Le SS- Suiui-KtphaaJ-
na.it .le lu Martinique vil
porlsdu Si 1 ,-st attendu le
auiritu. Il rrpnrlira le lacmei
pour Sintiago le Cuba.
La suite des itinraires serti
xelanivod spaqueboli.
Port-au-Prince, le 0 aot M,
____L'Agent, K UOBKLlS
Mouvement des HavireaJ
Le vapeur < Luua ayant I
se New-York le 2 courant |
tOiis les ports hatiens, estait
Port-au Prince le il du col,
en roule pour tous les portai
Sud.
Le vapeur Carna > _
N-jw York le t du couratn
te in eut pour la Capitale eu ili
quai le lu cil.
Le s/s Gislobil laisse m
auj uird liui duveteuieut nourl
au-Prince, o il arrivera lea\i
route pour Cristonal C. Z.
Le Uaracoa esl aitendsi
le / du cit. directement de S
Le < Tupper # esl alleudu
Sud le du cit. en route
N-Y via ks ports du .Nord.
Le lliiili est attendu de!
le ib vtd les ports du .Nord,
route e mme jour pour le i
fiiljliojraphie
Le Dr Franc >is Jaleucour nom i
euvoy la suite de soa iolrtmat
travail: LeSiuvetage National p
le retour la Terre. Le seul alal
est dans la l'err, par la Terre-
Ce chapitre esl consacr lacHl
lion duo |..i lin d acclimaUlioa d
contient d i nporlauts points data*]
Nous y reviendrona.
Panama Railroad
Sleamship Ii*
Bureau de l'Agent Onwl
Port au Prince le .1 aot lt-1
Baileiio }>o W
Las Clnrgeura -mit pris di'.ao*
que le S|S l'ANWIV et atteodu
Portail l'r.uce .le r.rislobal, b"
Ziae l- li.iot 19J.-
Le-. permis d'euioarquementa af
ro u dlivres p mr le l'it deetioa
t-oi de New V u k et dea Porta BM
pens sur la demande kile ce M
reau. .
Ce biteau partira le mme joar
11 am. pour New York directemani.
0. B. THOMPON,
Agent Gnral.
Paal Sals
AVOCAT
RecouTrements CoiierciiB
Affaires l'oira* J
Carra3 3>nianta;i Winw
tjn, New-York, Bitluh
Londres, Pari*.
t79Rutou*V7fon-auh&


Lfi matin
tefio & i nk, lut
Fonde a 18"8
priorit ***** pru PtomptiiuJd
[Lj.iuiif chi niques, pharmaceutiques ei autre articles vt n
--i uaepua.uiacie,
Poivre, uiuueiie. uiroile, 4a toile. Muscade de, elc
HAtt LNlfi
liUT^j **-*r j|guriMiibi<3i. tfjy Hum, linocolit eu poud-e, uuile dd
K^ue. cuiui.Moa uo ti Uream, Lx.iai 8 pour laire essences
iWeite ^iu de U *iiue, PuuJie coiere les m^ecu Suiu
'couwrver Ici ii trais, Lui de Jidguen.e, l'ouu.e
pjur la Uladj du eulauia, bseucc. do litura, Lai-
ji, alioi j-our la table, dOuUMe, Huila a'u.,e
hdi, Bi"'*'* deo, Peuperuunt, Huile yuut iJo*eti
Umi ei unea .usectes, Me^uU! ; Huile COUtie CuLBlipallo*, el
MlOteitlud CUluLl^UM Tbe, Lllu |uui les ^mquelB, <-ou eut!-
ir^KpiCM, S.tupe aivri., leiuiure diverses, Viu. te, eic. etc
Bli fumutfuc uts >Jt eu lu es.
IvusCuiuiuiiil)ii S UktilM.ac HiNIt, lue; voub une*. aDiu.LO.tul
i to tonnes puaimacie* du pays s'sppio vision tient eues LfcUN
Lon R. Ihbaud
Agent cxciumi pour UaiH
Le Malin
Fond le 1er A ni l!U7
Abonnements
i N MOIS
Por'-au'l'.iu- o nuts t
Dpartements
Kireoger j.oo
ZW.; Pcix/oh IIS
iilfjlmin- ,'i'J
Bureau m .!< frw / V.X.
' *: .' -: r *-.
'harmacie W. Buch
Por(>aUmPrince
nVnrrfipoiir f libratoire
alcool, Ha lions en verre, Verras gradus, Tubes
Mortiers, entonnoirs en verre, l'apier iiltrer
-Jurottes gradues de 50C C et Supports burettes
HtlamsUss pour m oroscope
i d'anilina et ractifn
ids.May-tirune ald et tablettes de Jenncr pour
ration du aan;|.
CM Trbuche t nickel t. es.
Mam de 1 25 et de l 100 Cantlgram mes
Koyal Caf ~
lace c!e la Banque Nationale
Propritaire : Annaoiun 1XNOCKXT
l'el tablissement se recommande par un service
"able, des consommations de premier choi, sa
privilgie. '
N\ musique attrayante dirige par des protes-
te (jiand mrite.
Installation parfaite. Prix modrs.
Tlphone X 395
Ellets adirs
Je souisign donna avis : i!.i
qu le recpiM oie eu faveur de
atrO. 13 >ooy, ":,.; n ; in j un m
d-U 148,80 portaol l- numro G.
72." diivi pu Comminiou i\q. 1re
lU.:l rgur, \.j. a, | i Uo.t 'ilt-
Pacittai.
l'on a, Prince le 2 Aot IMS
WLE.NCIliUX J09LPH
Le rcpiss suivi.nl. dlivr
feu n ou lilc, tant adir, esi d-
clar nul, duplicata devait en Airs
dn-s.
C inini-sion Sambour .\ ) |326
Aiir. il bubida- G 171.15
Koil u Prince le t Auul I01B
.Mme Vve Akxaiuit D,b,is
Le publia est avis qu'un rc-pi-
ss au .Vi )0;il q ii a t dlivr
un MMiStigna es. a.i.r'.
Pwrl-au-Piince I :n Juil >i 1923
bLVLZK \ kLMBUI'.N
Furd iid Oorporaiioi
I abricatiiifi OiKrrease
Huiles el Graisses
Prix et qualits dfiant
oule concurreuce
Lon II Tlibaud
Agent pour Hati
VVILSOMel Co
CHICAGO, 1LLS
fil este de Roi uiom
s
Il ^ra chipie, en PEgttM Sic An
ne, le n>< r udi liuil a. i enurant
six I i'i,i, du m..lin. nue messe o
Uni elle de Hiquiim pour le repOS
Doit.
l.-i f .mi le du reg elle dTunt pi ie
tous se* Hims de c< ti , l i ig in
seul hsi* comme, inviiiiiioi.
Porl au Prince, le 1er aot 192.1
1 NOUVEAUX ALAMBICS
^ .-^ posf o.-iT:!.L''n t i:cfT:jtti> |
l .i; '.':* PC Vf.
Fil iAlkE
;t
\janlefjtie pure Lard
Manlyue de famille
Beurre wilsco
Huile de ( olon
mess pork
Lear Pork
Buf Sal eic
Demande* le Produite de
llilzon $ Co. li stmt irr>
prochables.
Lon R. Thlb'ad
Agent exel is I rcor Hsl l
L est prudent d'acheter un article par son nom
-
ion
JNipeu dliommes capable de
Ptteueii le louchant, par son
apparence, ou par cune
c; supeilieielle.
"t,LS ,v,,'i d'acpierir ce mie
T* qu'en achetant vos pneus
nom.
oorl yP,
*r veille dans Pes-
pril un ijnai-l de sicle d'existence posa-
dani laqu.'lle il s'est distingu par sas
service conomique et dm aide.
|ue eu nom soit volic ijnid.* dans IV
chat de vos pneus, de cette faon voasi
serez certain d'avoir fait une bonne
all.iiie DU prix raisoniuMe cl, qui
vous donnera Satisfaction.

e
GOGD YfAB
Vi^est Indies Trading I
Port au Prince, $ Uonuvet
GOOD TIBES
Ed. EVS


i=.-r ."
i tJlft
^::

Corn >co
N

L '* a. CLOfcOi
tngtitcnu ! force i' h
cl rend eu nerl 'aieun
toute leur m rg* lei:i
umplaaee et Uu> viguru>
fi A
V
luti" ctiviin
t. ru vin
oienne, ?ru
.... ,,...
- -*
CLOBZOL
pcimzt U truutnvni Seffort
t
ii
-

i-, '
>
. i > i
>r^,;f\ : tint** le 0 >
-. ,-.:. 1 I iM
| Aiir.n.i I r '" J
mm ni "(
I, , ..... i r ,..'' I** (
v-".cm I l<
Il in ri O'i'l
1*1 >l
i i D t
. . '.. M .eue*
jHOCTYL
V.iillant & Il nxst .y<
i-itux 7JO us dfl Magasin de l'Etat
fP
s-
~*^ r^ S^ ^
QUOI QU'ONT DISE
QUOI QU'ON FASSE
Le Rbu a timm est
t sera Itnjcursle irefor
-*^^4kS^T^^'T l*lS^
*m**-
nAiMX
'

Y

30t\i\E \OLrVEL..E
Le voilier de planches
et carleages de lu mai-
son Ed. Eslve& C* est
arriv avec une cargai-
son li s assortie.
i
ColiFiiihla
. i
i
i
Ac tuelleujtfiit ol Stock le BU parbas psiltSS ninclii
mss Columbia, Nouveau Modle.
PRIX REDUITS
Nous avons aussi eu stock part d'un rrraul nou-
veau assortiment du disques, trois autres diffrentes
grandeur* ds*graplioiiolas que nous offrons aux vUi
psurs au prix trs raisonnable.
\h i ixlnon'AliGhlWOr.M
Une du (JuiiulGi
f\ Si vous avez
,(\ eu froid
j, pour viter
M, un rhume,
'I 'Pendant le rhume |
1 pour viter
j une grippe,
prenez quelques Comprims de
RH0D1NE
USINES du RHNE'
tov(IHai\tSr Uapont
Agent.Genraax pour Haiti
CET HOMME,
souffrait des reins:
Lei Pilule DeWmV7\7>~. y
lont guri. W. ;/>->.
:>> hjj TV
N. J. F. RICHARDSON, eu tfil :
" A>iit oi.n'r t* au oriente maladie de*
reins, je souffrais de terril les douleurs doua
le d. et mon urine etsit deveuiir t*H ent
trouble, qu* l'on me fit entrer l'hApit.tl
Plus lurd, a\snt lu votre anumir, j nie
rlMdtJ d rssayrr Im l'iluli-s De WlM et, spres
quel>iiu-j jours de traitennt. j'en rcsien'i le
plus psi soul.iemem \ l'heure 'turllt.
tous le svmptomes oot cuiicremi-ut i':-: .m, et
Je sui" en ii.irl nie snnt "
137, KauUl 'l sVnad. Wiringt t -rr
Lm symptorosM in fies reins 4">nt ; les drnilt-i l'nriBa
IfouMe U-s doul.'urs dans le um,> \ r.
les srt" ul .itions, ladpri-|.'i in,.r ] (g UlIC*
s' Haoupir, et IrrrftabUltt Tell sont {$
; uiieurs des i.rribles uialailii" des
rems et de U vessie Si vous resseutez l'un
queUiii vous ave/ besoin de pruidri de* Tihlles D< WtM
le rem u l ra;n .le- af. ,|et. VoM
tvci k I moiiMM crit d M Rkhtrdsoa qui
dv. mi. .pie tons le- vmptoine .pi il ressentait
gBtdi.-p.ru l'ourqu >i ne pas suivre l'ex. ,
qu'il vXiua iu.linuc et vous procurer des ..
De Wftt sans plus tarder ; vous pourrez ainsi
f ou* pargner de longues annes de souffrances.
Les Pilules
Paul E- Auxila
Avec les arrivages des derniers bateaux, noire stock s
nouveau
Nous n'enumeroas oas. qu il voua sulfUs de savoir qu
Vfz irouvir 'oui ce que ou* af* bwein el a de toi s qne lan<> les Hq ndation$> exiraurdlnairesou daoi la
qui donnent pour rien.
hpatflnts ? sont nos crpes d" chine uprieur, Soie
Tiifiitf eiionir* ton'sHi, Plurnes couleur. Soul*ers pour
vnniset j"iinc, Souliers pour teuime, fouliers tepnirS (
T ri i! en puiriaiidrs r our cliapeaux, 'ihapeaux de paill Ise
jour ht m met Toutes parniiu'f? pour robes ou cf apcani I,
ent ou or. Bandeaux, Evantails fins, Ras de soie txtra, ft
m t(-ri des n ii le u u s mHrqi e. H de"ux II lie e> Guipure:
Vmifznotrs dpt de meuble, lits, armoir*, caippls eto.
PAULE AUXIL
Rues t raveitire $ du Magasin detl
LTjlaison H.SI. Vf^
La Maison H SYLVERl su lait le plaisir dmloi
DOmbieusti clieulile (|uello vient de recevoir, pal
derniers steamers, les articles suivants, de toute)
clieur.
Hrill l'nion couleur anglais, diverses qualits.
1 rill union uianc anglais
lirill tussor
Chapeaux ue paille fine d'Italie
(ihapeaux tcutif itorsalino
(.liapcauv demi-feutre Itorsalino
t.hapeaux tleinileutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
N oile blanc narres A: mouches|
Piquo blanc suprieur pour jupes
Percale blanche sup.
Kaptidca Une pour chemises
Katine blanche
Gabardine blanche barres & unie
/.pli\r anglais pour chemises
Kaki .jaune suprieur anglais
kaki jaune anglais extra suprts.ir
Kaki blanc
ivnil blanc anglais^ suprieur
Kolieiine couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons coul \ blanc suprieur
l'almbeacli yris anylais
Diayonale noir
Alpaja noir
Casimir auijlais assorti
liamass pour matelas anglais, double Isrgeur
Oryandi suisse brod couleur
lias jours
Uluussattcs sup. pour enfants, couleurr & blsnol
Satin de oninepour tailleur
LlMUlls po r tailleur
Lotions iNvert
\oiie a barrai loiasmgUrts, coul. & bisne,
I une pour ere Communion
1 oile a voile pour cadre
Tussor JapattaUpour dtsattoss homme.
loue voile pour yt|lier cto, etc, etc.
Une visite la Maison kilvera vous convaincra
bonne qualit de nos articles et de nos prix qui
plus bas de la place;esl-ce pourquoi
/
n oui
^J ue Jour en joui de nouveaux clients.
Le plu ;r nJ remde du monde entier pou
ls rh lei douleurs dorsale*, la goutte
. .'.>- ar'i.-ul itions. le lomliafin. la
p n n tout les antrsa desordres pro<
pjr l'affaibli .sment des reins et de la veie
I '" ' I I mi urne
I
coati*! ie pcili
S TOU ;,- | v,,.'
i r l^ pilule authenli|ucs "OeWltt"
a usou renia* vi*i;e 4 la DUtmaeia
Uueriiui Uweld. I'< m. '
Goalmbiau Sleauishil
Ciiupanylnc.
Steamer de la CdoiuMaa SteamsWp Cw^if|
tti steamer BA R tCOA ayant ld
Hew TiorSle Ur Aot courantf <**
tendu l mardi 7 Aot. Il repartit
mme /oui- pour Kinaston !*.
for.n de la Colombie prenant
}o**oger$.
Le steamer w. M. JUPPE** m.
(Uh po iH tlu Sut v-8^ attendu
au*Prince te 8 Aot courant H *
tira le mm jour pour I\,pW'Yr*
'* ports du \jrd prenant /r #
iogeri,
tort au Prince, U >ol M*3 ,
Gebara&Coiiipriny^


ENTIONS MANQUANTES


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM