<%BANNER%>







PAGE 1

ItliJfl m ii le Grog Allemand* C'est ce soir qu'aura lieu CinVarits la reprsentation de la dsopilante comdie : Le Gros Ailemau tt le celle non moindre : %  La Troisime Meeting •>. Ces deux nouvelles comdies appe es a obtenir un succs fou, taro il interprte, entre autres, par nos impayable:} comiques Augustin at Itey, ce dernier devant se faire sntendre aussi dans un monologue de sa dernire cration entre gnrale, uoe gourde. 0m* mm Les Court NEW YORK 3 Franai Sterling 17.31 I.M8I %  %  "*-s

>ge L'ingnieux industri I liatien a tJ trscontent del marquis d'in lrl que lm l n liguait le directeur Je la lili |a Je 11 puiM iule Banque du Lana la, et c'est avec grand plaisir i|u il lui lit visiter les diffrentes brandi s de la fabriqua nui pr s ut'' l'asp • t d'une rueli • laborieuse, lo^e qu'elle est dins le vastes IOCIUX se r liant entre eus et pi es uil int un tout spacieux et bi su a Si IMIS il vans r nnr rcier Monsieur Bran II de la marque d'aUintion dont n dre • .II,I iinoii: a t l'objet de m p ni, nous ne rsistant pas a,.: i 1 J'ioitiative, et autsi d l'air i. >• l et 'h la eoaslan:! i| ni n t dvelopper sa Etbriq i : el faire i&iiuitre sss dlicieux pr uiti de tabsc, |usqu*aus derniers recoins du pa S. Pari si ma W M ANCHE 2hmc Audition del Artistes Colombiens : Los trois frres Il -imutiez. ( Le (iront Kvent il i jour) Instrum'iit-J BOOVatltl Morceaux Nouo.iu\ Oatfe le plu* oh M* loi ur rpertoire .\'o ho*a s*ri* : L,a scia Mlodieuse Ctninut • L 1 1 nnuvrtB i druna passionnant : L'Ktau d'Attir Sardou AVCla • 1 1vi uII— >eiia Orch. OrO'So Malron : %  C>o Loge Or 7. ViGUEURdepuislenfance jusqu' la vieillesse! C'est en cela que consiste le plus grand bonheur et la satisfaction de la vie. La protection de la sant est tv.3 essentielle toutes les priodes de la vie, et toute poque il est indiscutablement vrai que 'Emulsion Scott produit de la vigueur et de l'nergie, et tant ln aliment concentr, elle domine toute fuite et renouvelle lea forces. L'Emulsion Scott protge votre sant, non seulement ; .* pendant l'enfance et ia fcjv^ 1 **' vic-il!es?e, mais poui toute la vie. IrmagedJori and thjleague ol Nations The WorlJ n lding I r a fait. Prout toute tim • pa-d, or lo be cor rel, noce lii : s lepeusioo o f noi ii lie. iu li*i.s. cl M le OU-: U gir tli m (lie II id of i in iii were seea on t!ie> b>r>ZOU ot wj.id a. lues, of Uie ibdy n ive didiel ligelher eau mu .t M iieUr lurknjsi in un bee ve.i of i utero MOU d punie, lo.' cer tii.ny as tue un n ilioie hw or logic hou gjl, Un y wi I rsolve tu m 8slv6* int a universel lo.'ii .Ai lliu W..I eW ep al. II! unions, gr at a i i s liai i iilo tiie SWH II ig vo lex ol ni itu il ledr.ictio i. Anal lio,e is dura for *u international council o: nali me, lor ai agic.neni lo li s.ir.a heu tare of Ut : Principal Altndaiil \-i> ii. d l'oWdN '' are at oie ainunrs II-I, %  .' Ililins bos. de mme ils ee d'contoœeront en un torna-io univ. re< 1 qui b'ilayera toutes lea nations grandre t petit s, duis un tourbillon de destruction* mutuelles. Q tel espoir, donc, pealOQ avoir dans un Cnoeeil lulei national des Nalio s, daim un accord de i-arme ment quand Truie dos puissances P'iiicp il ; < alles et associes se guettent m il ..-i einc il / Lis IleJi us oui feeiUle loffin-.ive Tur.j e eonlre les Pranaii en ('U cie. LM Praooai et les liiheisont aid la r islancc u ai lOaliele des Grecs en A-ie Mm me. A Solia, c'est un l.alien qui e.illepoite pa rle de l\e al l'ah t. La (rraiide Mr Ligne -e propose de construire une bisnesale SLNOA l'Olii-:, eb d .i 'gm ni i8a 11 tle arienne et naval-, Ui l'rance est entrun l'harasser t'Allant urne qui inide po.sii. e Ui s furkUb oife.isive e^t pnirtaul dans un eiat d'impuis a/ii isi Lu r.en ii m Cicili.A l're icli ***** couom.q.ie au i:a i.i 11 luvj m iJi p iteiel I Un Niii>>iaa>i rsistance to ihi Orecks in w slern A ia il nor. v i liaun is p.itl,. ,)irot I; li i al i'a'ia il SJ p'.iia. ci.eil ii.ita.ii is eulileUjf cou iMSattling Un traction ol'a "iival bise at Siugipore, au i ttieaiginea talion ol" lier deei, naval and aeiiai. France is beui o i kurrmaeiag lienna ny o Un p>iut ol ecoaomi. exca Hjssie lve Je fortilitr tout le littoru de II d -i N tire, la idis que la tir ;e hoipire aprj u le I uni %  de C .v.-1 u MI M. ilep iblieain f De 1 i, il va stsoe-dire qu lu Uigue i plire acluol d : la p diti que iut ru.Uionale.Ouue les Italiens toutes les autres nations ont fait I ex prience q l'aux Ininmes d'tal fan liiustion. Il jssia i* ihn.kiuj of lor gaisrt A-wjtd un ne part ee>s ap poeer U. SiVivy News S\.N FIlVMIlsi'.O.— h'aprs son beauir.rj Kilicii II. RontkberK. le l'r-ulent II xr ling a eu le pressentiment <|ue si dernire nteladie lui %  erdt laStle. 0i a -u plus tari qie le l'isidenl II iriing av il fait son der aer et mi ut pu avant SOS i* part p ur l'Ai k SAN FR N ;iSCO Pendant que l'on'li sire piiinl dans le Une Mil H i MU du i'aii e HAlel et non dm r.i'iitn i -s %  !• p M.SO IM'H I.IIII ii lit. le lousniirecleui rntra el i da-iit la nouvelle qu-i le l'i -il ni Merding tait moit Personne n'a voulu croire que a via tait nucuoi in ni en danger, mii I % %  d.asurs sil'i-ent la sall* en lilen !•. Tout co nme la vie du Praident Hardi' g a i l lo Jours tranquille, la moi t survenue si li u q'ietncoti n'a lai?i aur ne Irai • -ur H-i \i >ge lgreme il i II ai ..i I ai d'un hooiine en loi mi. ,. en '..vi >'. i r st a i huitime .'l i iln %  ,i ne %  Il •!• J | l' qn il fut transport a i. tiare il oh*nia ilv fer i deslinatiou de Wasbiugtoa. lifriugbertLack-Mtafcjre lui-; aui Gieece is d ;.ei.iiinod m a repab.i eau forin of Gjvcniineul lime u giee • %  '. i J .i i .i y in^ lu ' the Li -iji ol .S iltoiia li ia u eu uice lu iive Kl iln |ii o-.iil al.uosplnre of interuali mil po.it.04. .Sol on.y In Lias, but ail u liions K o.la.tr .ed ili i lo i'Ve.icli and Uiiiiih .i.il.imii Unie h ouly une iaw, lue Uvi oi .n ^iii an l omy ouS tille, Ihe li b ol eu iq.nsl; but ilMtO are a few oi Un -i^ u ib il Uie a lions are ini.-liua.ig Unii tocs prio. to Arung^xido i,and Arun^ d • i m i, ihai g.eal eveui ivii bronous wilh tbe ciose of Un VO Id's liistoiy. Owing to llie geographical situa tiou ol'Jainaica,ilnt lalaud vvdl iut i rully suffer unlerially ii> (lie barri* cane in Aligne! of Uns v .al'. Ail the vole mos at prsent are m.unfejiiujj [ivioiecliuic ehowe ; the surest si-'ii Uni Uiey ail ni mupt in unirtion |u>l v\hen Mars will be iii!.n.-l the cailb m 1914. qu une -.ean loi, telle dl U lorc ei un se il litr i c lui de la couq lle ? Tout cela n'e.-t qu'un des nom breux signes que Ls.Niliois, bien avant AU.lAiiliDDO.N avaient coin ineuc prparer 1 urs fo ces pour la bille. tvi tiit d inne la positi >n gogra plnq le de li Jaimlq ie, ce.l le siulir.ri mlur Ib-me a des couse q noces mal i telles du cycl >ne |ui Mp.oduiraen Aot de cette anne. Tous les volcans manifestent en ce anutvit d^i s^mplome pyrotecb nlquao, ce qui est un signe certain qu ils auront tous en rupliou au mo ment pr cis r Mars %  ajiprorhera le plus prs de la Ferre eu 192 L Il reste h voir comment le Service d'Hygine traitera el co iirden les pidmies qui vont se produire en automne de c (te anne. Ado plie SCOTT, V.S. PRISIANA Samedi 4 Aot DEBIT, DES Frres Hemaudez les 3 Musiciens Colombie^ de Guitare, Lyre, Yiolon Climo'si I corde, loi loihone, et rOiii(|UP instrument du monde, l J HE.031 DJE (]ni imita la voix humaine. Entre : S 0,50 ; Balcon : 0,60 ; Loge : 0,75. %  In-t h >w ihe lie il h De.iartinont wili h ni lo .i'i 1 contre the pidmie lh.it will bre.k oui in tin autuiaa of Uns Jfear lennim lo b -een. Ado.plie riOUTT, V.S. TRWUCTION IrmageddoD et la Ligue des Htions Le BODds iinicln ver sa chute. Depu s quelque te ups, ou pojr dire f ilm extit, d nuis la -.mpeiltlOJ) des ua.il ts en l'tis, on aperoit l'haiUlU ! %  ad ir M uio idiales d S n i iges beaucoup plus larg-t* qm la paliiid i li m M ol U-ip Is se rip pi u ,ui 111 i jj ir o il liai p inr xoit cmri'i', **l teudi l ratait 7 l< t. Ii repirtirt min: jjur pair Kinssion Jnet por* di li Colombie prenait fret] pns*mger. Le tramer XV. M. TUPPERW d.% p***ig da Sal ***' aiteidu l au-frime le 8 o> courinU H ri ti a U mrn; jour pour A w York. iV* po> is du. LSjvd p,eaant l'' *t i au Prince, U 4 Aot I9tt i ol au Prince, It h iotit iiw (ieuara&Hoinpjn}^^ **rEHets adirs Je tous sign donne avi* an public qit> l rcpiss -is en fave ir de MrC. B mnv, b'tevtet la somme d O I S, >0 |ioi-anl l numro (. 727 d."i>i.' (m C MU iiissioi FquiiM tant -gir, dup MM ta doit £( re rel a n. Po.t a i PrincIi \out 1923 SILENCIEUX JOSKPH Le public est avis qu'un rcpiss au .No li'i.n qui a t dlivr >u soussign esi autre. Port.du-i'iiiee le Jl Juillet 1033 Ut-VliZli VALtUUUli.N ^*m : Le rcpiss lulvaat. dlivr fu mou ttU, tant adir, e^i dt-der nui, duplicata devuut eo tre dress: % % % % % %  Commission Sambour Ailred uuuoia-li 1Jl.i £ | Fou-au-rriuce le t *' ^ Mme Vve AleMBttgjg^ STW&S .!M^;''^ B fcgei .UaultaU my^j r*viu e* ,-.. i.i tuf DSPninMPuai macie VV.BLCH-Pvr^



PAGE 1

10*0100 *"* Port an Tt-iae ( BUI*} Samedi 4 A*** I9M -*#• %  PROPfUfiTAIBB IMHUMEOR Cment Magloi'e BOIS VERNA jsj Rue AmOrioaino Quotidien Les plus grandes catastrophes i'iiieu vent un moment les homme ; les peuple levant Js tte, ils regardent et coutent, puis i tournent, ds la premier lueur do paix, leur aifaissement de l'me. LACOHDAlKtf RlEtbOHB fh 84? et sa Mm ipm VRV Cable Nouvelles GlriiKirea flM ctux qui ont u apprcier lewrte agraires da Ption, et en ealier iaa distributions de terres nui paysaoo, sont unanimes a donner pour mobile le dsir lier le paysan a la terre. Or, si t qiie 1'altachcment au | il U qualit de propritaire cons %  I le plus soute tondementde fllionalil. IVlioi a accompli ain (tt* de profonde politique et ifond patriotisme. ia, de plus, obi un autre I, a distribuant des terres du lise aux militaires : il voulut Ils pnurie du trsor, l'irr i et l'insuffisance de la paie, jliTiit ima b in, u donnant de cultiver aux soldats de la Nique et A leurs familles de ftonner un moyen d'existenre !ft indpendant, eu exigeant •Urinent des militai-es d'tre m p et rpondre h 1 appel i Rpublique, et les vuemtnts (•rout eue le plan tait bun et ible. [Tels wnt les mobiles qui ont inspi politique agraire de Plion. (futbien se rappeler que, sous L ~mfl\>L>es*alines,lesoldat n'tait > pay et faisait son aei vice prs • %  s. Heliaez I acte de a Rsistance Mssioiir, et vous verrez que cet w tboses tait l'un des griefs de Mtuiuiion qui mit bas notre pre ^ empire. fois l'empire abattu, Plion I donc pour premier devoir d'astaoemeilleure situation aux sol k\uois une fois.ee fut le in.) [pucipal qui inspira ses distribu Pao terres. Itln., U fondateur de la R publi •wi'l, nouseul menl consoh'on 9uvi de foudaiio.j, mus en "•coiuuaiire uu adversaire redou I-Cltiibifjphit. [W*\ observer les eh mes, Chris^•appliqua, lui aussi, uu< poiili'H r -'tr.-, q ii fut prcisment le * ptad de ce le de Poliu.i : tan yietlui-ci c it le petit propri ' le petite culture, le H u di K ierait e g und propritaire et ••culture, diffrence de p .1 tiques et ^rf* 11100 da P'** •••-ulterenl P"JtTarence mme de formations ik" V ""aient entre le Mord H-L2". 1 du Py*-Tan lis que. dans ^J. les propritaires, cousidis •surensemble, pratiquai mt.ou niendaucea pialiquer l'absen sjeienl hrit des anciens tW %  0,uuo a i ement ou noo, ^pnent plu8 directement de la wJL. Wur ,e^r,, M M M.UU? el Je P uis longtemps ff *tfr nce de formation e*l un *•• >pp tous les obaervateurs. Dans le royaume de Christophe.la culture s'est ainsi trouve naturelle ment encadre et patronne, et c'est pourquoi elle fut prospre. Dans la rpublique de Ption. le cadre et le patronage ont malheureusement manqu,et c'est ' la canse de 1 altardement de l'agiiculture de l'ouest nar rapport ccl.e du nord. Le Dr Dalencour parle aussi des mesurts agraires de li-yer. Klles ne furent pas exactera ni les mtn s que celles de Ption. paice que, de Ption Boy T, les choses avaient dj q lerqae peu chang. Aussi bien, Boyer Util btaucoup moins que son prdcesseur de morcellements de terres; certains crivains Tout mme nettement accus d'tre plutt en laveur de la gran le proprit et de n'avoir pis suivi la politique dmocratique de Ption. De qu-lque faon qu'on considre la politique agi aire de Ption et sa cr tliou de la petite proprit et de In petite culture, on est donc ob ig de coovenir que sa politique et son oeuvre taient adquates ou pi qu sans m ne pouvoir s'expliquer autrement que par les ncessits contemporaine. En effet, il s agissait de cr'er la rp I ) iqu.i • l te Uo iuer un fondameut KO ide la i.ali (iialile halie.ine naiesaiite. Il -.'agissait d'asurer aux s Idats de la rpublique nouvelle uu moyen d'existeuce pour parer l'insufiisaiice des r ssouices Ju tisor. Ii s. .gis-ail enlin d* ne pas se Ul ser distancer parle ledoutable riva, du Nord dans tes effoils eu \un de promouvoir 'agriculture. Pe'.iou Ul donc la eu po.i iq-ie agraire qu'i lui lt peu bed f.ire, Cl sO I g. M e p d.liq If lot itllll : d a voirco.npuei lad ce que l.scircoustan %  lui nuposueui aiu.-i. li ta.l uecess tirj le j ter ce coup d'oui sur Pauvre agi air • d PtioB pour a'etouquereu uUiert' il avut pu et o agir coin oe il i a fait, et uoil (.as ttulreiue..l. P.us d'un sicle plus tai I, voil qu'un de n M plus biillants iteltectu Is, U Or Ualeiicour, vieui recommander, comme lue-uic de sauvetage uatioual, de reprendre U po itique agraire du fuudaleur de la lipuoliqie. ua chose e-t Stssa grosse pour lelenir l'atlenti n et pour portera se rendre compte silt.tmteiable du pays fiant, comme le preteud noire excluent conlrere et ami, de ce que nous nous sommes, un sicle du.aut, loignes des vue* de ejtion; ou si, au couiraire.ee que propose le Dr Laleoc>.urt ue verse pas, socialement. ecunuiiq.ieinenl t mme poltliqueineui daus 1 aua chiouisme. WLSE TRISTE *tiif i ? c 0u, V!M doi,,, • Ui^L < '* ,ai ', u 0n *i* "•*. "~* en dwil d B e$ TriueMe. ^I 4 * eii IOXRS. teut fanneiu. --•Mjualimt du piano ; U M. F '''*'' unt Ron>e "** 9" pttur.u ,ou vo doi^ti i"m 1U€ Koa iJ<|r toa(4 a 4moi| lA^i U "Uocoti Varits Dimanche Sou mufr C'est le litre du fi m qui sera exhib Dimanche a Cin Var t-. Oui vu! av.ir une ju te i I M de II lu; ,u que ion traite i* effaifeiJioi les grands eeutruf uotainm si Ne*' orknaqi'a aller voir %  SOS B uffe. -Eetoel.lOl enfants: 1,00; Lo| > 9,00 Les derniers moments du Prsident Haniin j I*re3tation d 83rnj.it de MCoolidge 5AN FRANCISCO l^e Prsident ILuding est moil hier s ir 7.:i0 p u. M u %  llirdng et J ux inlinn ers taient dans M enanihr Vlme II t r dmg lirait leajournau du soir au Prsident lorsque so idii i m fr* son Mcoui le eorpi du PreUeot qui s'abattit l'npp d'une attaqua d apoplexie. Si ia ni teono d'eu* tint piu-t que It jointe avait • l boono et faisait prvor un prompt rtablissem.Mit. Le Vice Prsident M. CoO'Idga, fut inlonn du dcs Plym.uth. heure du malin, par le Svertaire du Pr ide it. Il fi vova un llgremnie de c^n l dean* es h Mn Und ne puis prta POTu ent devant sou | e nota r %  public et r ug'M e >s nt une proclamation exprimmt sa tristesse de la pejjta da son chef il ami et se gagaast conli nuer la pililique du defual etde con server ceux qui restent li lles a cette politique. M. Coolitgt partira aujourl'iiui pour >Vashingtoe pour as suier uflici Uesoenl la prsidence. La notii hiil;inni(|iie et les allis PAHIS — jrfil examen rapide des decltralioiis laites par M. baldwin. *l reproduites dans la presse, on es iinidans les milieux officiels que les ngociations retnives la - po iso laue l'Ai e najiia coutiII j roui. i>aus i'eiil riiraji imuwduit d.i d. l'oiuca..', ou lut bserter q ie U rponse de ce de/uier a I vu g.eiorre iuiori-e SjaU en la eu i i uuilDii d.s pou p.lier. L opinion p.-ev.ul que l e.ienie nc-l uu dniait en kteOjer de rup .ne. A. Po ucare a ueclai qu il ne voyait pis pourq loi ii celer.ui dava.it g* le rouleuu de la r.-ponse d'uutant ,dus SOU 11 teneur des propo ilions britanniques a t rvle au parlement de Loudres. Les principaux poinls de la r<5pjn ae fruaise soit les suivant*: Li France est prle exa.ni.ie., d accord avec le g juverueiiuu brilauui q le, les propiitious uile.ni de-, mais l'oil're allt-maude aA inuelle au sujet de la ce-saliou de U r: islaucj passive dSOS le KOOr. L-. gouverne meut f.aiiai ue pejl euuor eo n gocia ions avec i Adeungia avant que Cette ri laiice iMae et ll. Poiucar deUMLOia 0-: qu'il y au rail gagner A aatimer l nuuaa i la c.ipicue.u ,i.iiL-m ni de l vle.mgne c ue estimalioii ayant • l faite n y a i anLi ca_.ac.ie de paiem ul de toui payi vaiie et il est nn.m-.-iDle da dire ce qua aara la oapaoita da paiement de l'AlInmafQa dans plu nauri aun o, Ko outra l'eatimat on dj ce que V .llem ign peut p iyer au titre des rparait MIS. concerna la coin nissi.in des rpir liions. Li gouverne Beat franaii est con vaincu que ai la g inveruement bd tanniuaa faisait almpUataut savoir au couver iem ml d i il ueb qu'il d •approiva ai politi|ue, qui ruina l Aileuijg ie, t q i meaaee de rui n r P Europe, la utoation s rail im mdiatemail molifie. R litivemnt la sugg talion de la i.o'c brilan niq te, ii-lat f un rglemelll liui.icier g moral et lin.il. le gouver nement liaiiciis demanda ~i un doit cumnrenireai l^s diltes interallies m iront i -.cluses dans ce rglement. Le gouvernement franc u-. ajoute avir rpondu de i-on mieux HUX q testions poses et re prt four ni: d'autrea lefirmtlionaaiee4nt-ii noealaoira, mais il dclara aprs BVuil rappel les ae.or Is successifs sur les repirati ois, dont amune n'a t respecte par l'Ali, uune, que la France, t ta Belgique, apraa qui lie ans iT SI tenta et qu aprs d^-s con ferences irplis, oui dcid de res ter dauf la Hhur jusqu' ee q .e les paiements s d nt effectus. i; moaruoot le reubl.sse nent des linuices al.em oi les. le gouverne in ul fiana.s rappelle au gouverne ment britannique que ds la lin de t.) il) le-allies n ont cess de donner des cous i> ce siij t. Le gouverna menl Ir.iu.titait i hau leuieut d'avis que le uudg'l allemand l'ut qui libie et que la devise allemande lut i-L.bilisee, mais toutes les sugg-sUuua laues sur ce point 1 ont t en vain. !J i ni la q 'c.-li >n des garau lies q il li t i otijei .1 une lettre|COUI p.e.u-ui .tire uni.m ique, M. l'oinc.t c ire nt q e le g > ivi roeineiil Irano us sera tout >ura beureui de dise u i r .a q i i*UUU av c le j. u >• i nem<-nt biii.iu i" J i-, mii qi'ede e-l ind peu an ta de iWeupiMtrii te la Hhur et de ri ire dis.'oiee part. Ce que pensai le (jouverneiiient beltje BS0XELUE}— Suivant une note oficieu-c parua dans lejoirual Le S lit* •, le g ).ive.nem:i.l be ge a don n sou auibissa leur Londres des instructions pour qj'd info. me. le go ivm .uoni b. itanniqua que duia s u opinion la pub ici ion des do uinent roial fs aux rcentpour parkr.s M ml lu ippoiluue eu ce qu el.e po i. ail %  eo Ire dil'iicile la e. .ui nidioud' m h • r e d vu s. Il ne Muratl elr • q .et ou, j "de la note d'une UJ ivelle confrence pour l'ins tant. Le g .uverue.uenl belge estime qu'une nonne cu'iver-ation vaut mieux qu'on eh Ma de notes, m lis la c %  uiver-. dio i l-jiuande deux inter locuteurael eu l'occureuce trois sont ncessaires. fers une ruine irrmdiabl e LONDRB8 Lord f.urzon et \l liai Iwia ont appris aux h imbrea que .e rp >n .e do la F a ice cl d' la 15 Inique ne |>e inell n ut p .s dd) iiK-r -ml : peur l'iosta i ai pri jel d Un: r p tu e eolleeuve d s alli • %  > U nota al.tf.ua le du 7 Juin d ruier tl q le 1 1 sit i >(i u p laissait ta us i sue. Les deux orateurs oui nanmoins recunu r esprit la cor diilit aveo. Iequl les deux allis ont r li,? leurs rponaee, mai' ont ISjaV q l claire ne ut qj'iU ne voyaient %  nenn espiir le raliser l'unit d'ac lion qu'ils on' c'iere.hee et ont obaer v que peu laot quo les allis coati ausraient a chmjar des noti'a ami cale-, la situation europenne s'ache min ira v ira une mine irrmdiable. Le gnivernemonl britinuique se pro p ise da publier si pari da correa pondanea ana ee darnlof change de \ n s i de 1 ; n tn 1er it la Franco el la Be!gi|uo d'en faire utant. Un accord ncessaire ontro rmir.tul et le niinislro des dlenses ariennes LONDRES — La gouvernement a appr ovd L rp >rl de 1 1 cjstion da d4fan>a I npriala sir I s reld-ons dis il •!' ns s .h I air ai '< %  la marine. La rommi-sioa n* pensa p-'* que la 9sst.'"iie. aclu I puisse Pastel tel qu'il %  at, m lis ne nroil p is q i'i aoit poefl ble de sparer du inini-lre de l'air l'organiaation arienne altiche A la lloii • luqu Ile ssl respouaabli des dfenses du pay au coopration t*ae l'arms. Li eommisaton rocoos mande un arrang menl entre les 'i OxtraoH* reprsaiita par l'amirautd et la ministre des dl?nses arien ns. Le prsidenl et les directeurs de banque condamns PARIS— In verdi. I de culpabi a l r-ndu contre le Prsident et les directeurs de la hinq.e m lu-lrie le de Chine q li et nent en jugement depuis le .11 du sous I inculpation d'av >ir viol les statuts de la ban q le. Nouvelles Diverses DU99ELDO&* D-.*a poioes da pris m oit et* i fligees ptr le con sed de guerre franc, ILS i Hilemtnds en lligrtut i il despionntge lia avaient branch un LI -ur la ligoa te ph mi in mi blaire d Uortmund. il kttlil V EiMB. Ls consuls de Friuoe de tiranle-llretagna el d s B.-U. el du Japon oui protest eu coin n in oo lira la saisie du Cblnese Saatern BiilwayparOba igtgo Lin Miaiatra da ta g.i:rre de Mincit mriequi a ordonn que toutes les voies ferr i oeief a li Itus ia 8 MIS las anciens traits s enl r lotir* n -s %  m t gouveruemaut pr.ivii.cial. OiJuOii.Nt'j. — OilUfae e*t sans jo un ux pr utile 00 1 1 grve de i ii ( >.i ii-iiiqui oui cess Ij travail pur sympakh %  pour les liootypiataa qui d mandeiit deux millions cinq ce.d mi le uiuks de saUira par as* ni une du fail de celte n lUValla grve il aal i nposaible d inp i.n-r de n.i.ei x b II .s I, ce.ix de cent, m ,i %  et un m i il ta m i ks. li. ,m• : i .p de migtsint sol Icrius ut qu Iquea CaUriceuti manœnl de cesser le travail t rano.i de l'impossibilit d.t.s laqirl.e ils s.; trouvent d'oblenir .1 IJ.IL p>u.pty ;r Idurs ouvriers. LlSHJ-NNi-:.— Le nnagroi sera Convoqu le lO A l pour lire la nouveau Praideut de la :i •) uohqua. Les candidat les plus populaires io i M. Meisoira t un./., m oiatro d i r.tiug 1 a LouJrca lmoorala et l'.iitc an 'r -. lenl d b td >. bKit d.N. Le g ..t si nsmaal a d.-. 11 .1 Am %  le >n • tpruul d .D.I inliiii-. le o iU ..r, .... u ...... tables eu 14 nus a si 14 priu ci pj fait e i A.l tuag io [> ui M des q lalu ie 4d n. i lUS te %  | n.ue qu'elle a muuten rirculatioD. M


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05993
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, August 04, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05993

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text

10*0100 *"*
Port an Tt-iae ( BUI*}
Samedi 4 A*** I9M
-*#
PROPfUfiTAIBB
IMHUMEOR
Cment Magloi'e
BOIS VERNA
jsj Rue AmOrioaino
Quotidien
Les plus grandes catastrophes
i'iiieu vent un moment les hom-
me ; les peuple levant Js tte,
ils regardent et coutent, puis
i tournent, ds la premier
lueur do paix, leur aifaisse-
ment de l'me. LACOHDAlKtf
RlEtbOHB fh 84?
et sa Mm ipm
Vrv Cable
Nouvelles GlriiKirea
flM ctux qui ont u apprcier
lewrte agraires da Ption, et en
ealier iaa distributions de terres
nui paysaoo, sont unanimes a
donner pour mobile le dsir
lier le paysan a la terre. Or,
si t qiie 1'altachcment au
| il U qualit de propritaire cons
I le plus soute tondementde
fllionalil. IVlioi a accompli ain
(tt* de profonde politique et
ifond patriotisme.
ia, de plus, obi un autre
I, a distribuant des terres du
lise aux militaires : il voulut
Ils pnurie du trsor, l'irr
i et l'insuffisance de la paie,
jliTiit imabin, u donnant de
cultiver aux soldats de la
Nique et A leurs familles de
ftonner un moyen d'existenre
!ft indpendant, eu exigeant
Urinent des militai-es d'tre
m p et rpondre h 1 appel
i Rpublique, et les vuemtnts
(rout eue le plan tait bun et
ible.
[Tels wnt les mobiles qui ont inspi
politique agraire de Plion.
(futbien se rappeler que, sous
L~mfl\>L>es*alines,lesoldat n'tait
> pay et faisait son aei vice prs
s. Heliaez I acte de a Rsistance
Mssioiir, et vous verrez que cet
w tboses tait l'un des griefs de
Mtuiuiion qui mit bas notre pre
^ empire.
fois l'empire abattu, Plion
I donc pour premier devoir d'as-
taoemeilleure situation aux sol
k\uois une fois.ee fut le in.)
[pucipal qui inspira ses distribu
Pao terres.
Itln., U fondateur de la R publi
wi'l, nouseul menl consoh-
'on 9uvi de foudaiio.j, mus en
"coiuuaiire uu adversaire redou
I-Cltiibifjphit.
[W*\ observer les eh mes, Chris-
^appliqua, lui aussi, uu< poiili-
'Hr-'tr.-, q ii fut prcisment le
* ptad de ce le de Poliu.i : tan
yietlui-ci c it le petit propri
' le petite culture, le H u di
Kierait .e g und propritaire et
culture,
diffrence de p .1 tiques et
^rf*11100 da P'** -ulterenl
P"JtTarence mme de formations
ik" V ""aient entre le Mord
H-L2".1 du Py*-Tan lis que. dans
^J. les propritaires, cousidis
surensemble, pratiquai mt.ou
niendaucea pialiquer l'absen
. sjeienl hrit des anciens
tW '"0,uuo"ai,ement ou noo,
^pnent plu8 directement de la
wJL. Wur* ,e^r,, *MM
M.UU? el JePuis longtemps
ff *tfr nce de formation e*l un
* >pp tous les obaerva-
teurs.
Dans le royaume de Christophe.la
culture s'est ainsi trouve naturelle
ment encadre et patronne, et c'est
pourquoi elle fut prospre. Dans la
rpublique de Ption. le cadre et
le patronage ont malheureusement
manqu,et c'est ' la canse de 1 al-
tardement de l'agiiculture de l'ouest
nar rapport ccl.e du nord.
' Le Dr Dalencour parle aussi des
mesurts agraires de li-yer. Klles ne
furent pas exactera ni les mtn s
que celles de Ption. paice que, de
Ption Boy t, les choses avaient
dj q lerqae peu chang.
Aussi bien, Boyer Util btaucoup
moins que son prdcesseur de mor-
cellements de terres; certains cri-
vains Tout mme nettement accus
d'tre plutt en laveur de la gran le
proprit et de n'avoir pis suivi la
politique dmocratique de Ption.
De qu-lque faon qu'on considre
la politique agi aire de Ption et sa
cr tliou de la petite proprit et de
In petite culture, on est donc ob ig
de coovenir que sa politique et son
oeuvre taient adquates ou pi
qu sans m ne pouvoir s'expliquer
autrement que par les ncessits
contemporaine.
En effet, il s agissait de cr'er la
rp .I) iqu.i l te Uo iuer un fonda-
meut ko ide la i.ali (iialile halie.i-
ne naiesaiite. Il -.'agissait d'asurer
aux s Idats de la rpublique nou-
velle uu moyen d'existeuce pour pa-
rer l'insufiisaiice des r ssouices Ju
tisor. Ii s..gis-ail enlin d* ne pas
se Ul ser distancer parle ledoutable
riva, du Nord dans tes effoils eu
\un de promouvoir 'agriculture.
Pe'.iou Ul donc la eu po.i iq-ie
agraire qu'i lui lt peu bed f.ire,
Cl sO I g.m e p d.liq If lot itllll : d a
voirco.npuei lad ce que l.scircous-
tan lui nuposueui aiu.-i.
li ta.l uecess tirj le j ter ce coup
d'oui sur Pauvre agi air d PtioB
pour a'etouquereu uUiert' il avut pu
et o agir coin oe il i a fait, et uoil
(.as ttulreiue..l.
P.us d'un sicle plus tai I, voil
qu'un de n M plus biillants iteltec-
tu Is, U Or Ualeiicour, vieui recom-
mander, comme lue-uic de sauve-
tage uatioual, de reprendre U po i-
tique agraire du fuudaleur de la li-
puoliqie. ua chose e-t Stssa grosse
pour lelenir l'atlenti n et pour por-
tera se rendre compte silt.tmt-
eiable du pays fiant, comme le
preteud noire excluent conlrere et
ami, de ce que nous nous sommes,
un sicle du.aut, loignes des vue*
de ejtion; ou si, au couiraire.ee que
propose le Dr Laleoc>.urt ue verse
pas, socialement. ecunuiiq.ieinenl
t mme poltliqueineui daus 1 aua
chiouisme.
WLSE TRISTE
*tiifi?c-,0u, V!M doi,,,
Ui^L<'*,ai'-,u 0n*i* "*.
"~* en dwil d B,e$ TriueMe.
^I4 * eii Ioxrs. teut fanneiu.
--Mjualimt du piano ;
U M. F' '''*'' unt Ron>e
"** 9" pttur.u ,ou vo doi^ti
i"m 1U Koa iJ<|r toa(4 a.4moi|
lA^iU" "Uocoti
Varits
Dimanche
Sou mufr
C'est le litre du fi m qui sera
exhib Dimanche a Cin Var t-.
Oui vu! av.ir une ju te i IM de II
lu; ,u que ion traite i* effaifeiJioi
les grands eeutruf uotainm si
Ne*' orknaqi'a aller voir SOS
B uffe. -Eetoel.lOl enfants: 1,00;
Lo| > 9,00
Les derniers moments du
Prsident Haniinj
I*re3tation d 83rnj.it de
M- Coolidge
5AN FRANCISCO l^e Prsident
ILuding est moil hier s ir 7.:i0
p u. M u llirdng et J ux inlinn ers
taient dans M enanihr Vlme II t r -
dmg lirait leajournau du soir au
Prsident lorsque so idii i m fr*
son Mcoui le eorpi du PreUeot
qui s'abattit l'npp d'une attaqua
d apoplexie. Si ia ni teono d'eu*
tint piu-t que It jointe avait l
boono et faisait prvor un prompt
rtablissem.Mit. Le Vice Prsident
M. CoO'Idga, fut inlonn du dcs
Plym.uth. heure du malin,
par le Svertaire du Pr ide it. Il fi
vova un llgremnie de c^n l dean*
es h Mn Und ne puis prta pot-
u ent devant sou | e nota r public
et r ug'M e >s nt une proclamation
exprimmt sa tristesse de la pejjta da
son chef il ami et se gagaast conli
nuer la pililique du defual etde con
server ceux qui restent li lles a cette
politique. M. Coolitgt partira au-
jourl'iiui pour >Vashingtoe pour as
suier uflici Uesoenl la prsidence.
La notii hiil;inni(|iie et les
allis
PAHIS jrfil examen rapide
des decltralioiis laites par M. bal-
dwin. *l reproduites dans la presse,
on es iinidans les milieux officiels
que les ngociations retnives la -
po iso laue l'Ai e najiia couti-
ii j roui. i>aus i'eiil riiraji imuwduit
d.i d. l'oiuca..', ou lut bserter
q ie U rponse de ce de/uier a I vu
g.eiorre iuiori-e SjaU en la eu i i
uuilDii d.s pou p.lier. L opinion
p.-ev.ul que l e.ienie nc-l uu d-
niait en kteOjer de rup .ne. A.
Po ucare a ueclai qu il ne voyait
pis pourq loi ii celer.ui dava.it g* le
rouleuu de la r.-ponse d'uutant ,dus
SOU 11 teneur des propo ilions bri-
tanniques a t rvle au parle-
ment de Loudres.
Les principaux poinls de la r<5pjn
ae fruaise soit les suivant*: Li
France est prle exa.ni.ie., d ac-
cord avec le g juverueiiuu brilauui
q le, les propiitious uile.ni de-,
mais l'oil're allt-maude aA inuelle au
sujet de la ce-saliou de U r: islaucj
passive dSOS le KOOr. L-. gouverne
meut f.aiiai ue pejl euuor eo n
gocia ions avec i Adeungia avant
que Cette ri laiice iMae et l ce et la Ba'git|ut sol prles a mun
fier les coiuiuons d'oceupaiioa
quand cela sera possible pur dis
panlion de l'obauciiou Veidiati-
que, mais il ne saurait ire quenliou
de l'vacuation tant qu'uu accord a
ce sujet u'aura pas t conclu t q.(e
les paiemeuls pour les iep.iratio..s
n'auront pas t effectues ou garau
lia.
La ruine de l'Allemagne, que lo
allemands nttribueat i l'occupation,
rsulte dune acnon dlibre du
g.iuvrr.ieneut allemand lui-mme.
>l. Poiucar deUMLOia 0-: qu'il y au
rail gagner A aatimer l nuuaa i la
c.ipicue.u ,i.iiL-m ni de l vle.mgne
c ue estimalioii ayant l faite n y
a i an- Li ca_.ac.ie de paiem ul de
toui payi vaiie et il est nn.m-.-iDle
da dire ce qua aara la oapaoita da
paiement de l'AlInmafQa dans plu
nauri aun o, Ko outra l'eatimat on
dj ce que V .llem ign peut p iyer au
titre des rparait mis. concerna la
coin nissi.in des rpir liions.
Li gouverne Beat franaii est con
vaincu que ai la g inveruement bd
tanniuaa faisait almpUataut savoir
au couver iem ml d i il ueb qu'il d
approiva ai politi|ue, qui ruina
l Aileuijg ie, t q i meaaee de rui
n r P Europe, la utoation s rail im
mdiatemail molifie. R litivemnt
la sugg talion de la i.o'c brilan
niq te, ii-lat f un rglemelll li-
ui.icier g moral et lin.il. le gouver
nement liaiiciis demanda ~i un doit
cumnrenireai l^s diltes interallies
m iront i -.cluses dans ce rglement.
Le gouvernement franc u-. ajoute
avir rpondu de i-on mieux hux
q testions poses et re prt four
ni: d'autrea lefirmtlionaaiee4nt-ii
noealaoira, mais il dclara aprs
BVuil rappel les ae.or Is successifs
sur les repirati ois, dont amune n'a
t respecte par l'Ali, uune, que
la France, t ta Belgique, apraa qui
lie ans iT SI tenta et qu aprs d^-s con
ferences irplis, oui dcid de res
ter dauf la Hhur jusqu' ee q .e les
paiements s d nt effectus.
i; moaruoot le reubl.sse nent des
linuices al.em oi les. le gouverne
in ul fiana.s rappelle au gouverne
ment britannique que ds la lin de
t.)il) le-allies n ont cess de donner
des cous i> ce siij t. Le gouverna
menl Ir.iu.ti- tait i hau leuieut d'a-
vis que le uudg'l allemand l'ut qui
libie et que la devise allemande lut
i-L.bilisee, mais toutes les sugg-s-
Uuua laues sur ce point 1 ont t en
vain. !J i ni la q 'c.-li >n des garau
lies q il li t i otijei .1 une lettre|COUI
p.e.u-ui.tire uni.m ique, M. l'oinc.t
c ire nt q e le g > ivi roeineiil Iran-
o us sera tout >ura beureui de dise u
i r .a q i i*UUU av c le j. u > i nem<-nt
biii.iu i" J i-, mii qi'ede e-l ind
peu an ta de iWeupiMtrii te la Hhur
et de ri ire dis.'oiee part.
Ce que pensai le
(jouverneiiient beltje
BS0XELUE} Suivant une note
oficieu-c parua dans lejoirual Le
S lit* , le g ).ive.nem:i.l be ge a don
n sou auibissa leur Londres
des instructions pour qj'd info. me.
le go ivm .uoni b. itanniqua que
duia s u opinion la pub ici ion des
do uinent roial fs aux rcent- pour
parkr.s M ml lu ippoiluue eu ce qu -
el.e po i. ail eo Ire dil'iicile la e. .ui
nidioud' m h .re d vu s. Il ne
Muratl elr q .et ou, j "de la note
d'une uj ivelle confrence pour l'ins
tant. Le g .uverue.uenl belge estime
qu'une nonne cu'iver-ation vaut
mieux qu'on eh Ma de notes, m lis
la c uiver-. dio i l-jiuande deux inter
locuteurael eu l'occureuce trois sont
ncessaires.
fers une ruine irrmdiabl
e
LONDRB8 Lord f.urzon et \l
liai Iwia ont appris aux h imbrea
que .e rp >n .e do la F a ice cl d' la
15 Inique ne |>e inell n ut p .s d-
d) iiK-r -ml : peur l'iosta i ai pri
jel d Un: r p tu e eolleeuve d s al-
li > U nota al.tf.ua le du 7 Juin
d ruier tl q le 11 sit i >(i u p laissait
ta us i sue. Les deux orateurs oui
nanmoins recunu r esprit la cor
diilit aveo. Iequl les deux allis ont
r li,? leurs rponaee, mai' ont ISjaV
q l claire ne ut qj'iU ne voyaient
nenn espiir le raliser l'unit d'ac
lion qu'ils on' c'iere.hee et ont obaer
v que peu laot quo les allis coati
ausraient a chmjar des noti'a ami
cale-, la situation europenne s'ache
min ira v ira une mine irrmdiable.
Le gnivernemonl britinuique se pro
p ise da publier si pari da correa
pondanea ana ee darnlof change
de \ n s i de 1 ; n tn 1er it la Franco
el la Be!gi|uo d'en faire utant.
Un accord ncessaire ontro
rmir.tul et le niinislro
des dlenses ariennes
LONDRES La gouvernement a
appr ovd L rp >rl de 11 cjstion da
d4fan>a I npriala sir I-s reld-ons
dis il !' ns s .h I air ai '< la marine.
La rommi-sioa n* pensa p-'* que la
9sst.'"iie. aclu I puisse Pastel tel qu'il
at, m lis ne nroil p is q i'i aoit poefl
ble de sparer du inini-lre de l'air
l'organiaation arienne altiche A
la lloii luqu Ile ssl respouaabli des
dfenses du pay au coopration
t*ae l'arms. Li eommisaton rocoos
mande un arrang menl entre les 'i
OxtraoH* reprsaiita par l'amirautd
et la ministre des dl?nses arien
ns.
Le prsidenl et les direc-
teurs de banque condamns
Paris In verdi. I de culpabi a
l r-ndu contre le Prsident et les
directeurs de la hinq.e m lu-lrie le
de Chine q li et nent en jugement
depuis le .11 du sous I inculpation
d'av >ir viol les statuts de la ban
q le.
Nouvelles Diverses
DU99ELDO&* D-.*a poioes da
pris m oit et* i fligees ptr le con
sed de guerre franc, ils i Hilemtnds
en lligrtut i il despionntge lia
avaient branch un LI -ur la ligoa
te ph mi in mi blaire d Uortmund.
il kttlil V EiMB. Ls consuls
de Friuoe de tiranle-llretagna el
d s B.-U. el du Japon oui pro-
test eu coin n in oo lira la saisie du
Cblnese Saatern BiilwayparOba igt-
go Lin Miaiatra da ta g.i:rre de
Mincit mriequi a ordonn que toutes
les voies ferr i oeief a li Itus ia
8 mis las anciens traits s enl r lotir*
n -s m t gouveruemaut pr.ivii.cial.
OiJuOii.Nt'j. OilUfae e*t sans
jo un ux pr utile 00 11 grve de
i ii(>.i ii-iii- qui oui cess Ij travail
pur sympakh pour les liootypiataa
qui d mandeiit deux millions cinq
ce.d mi le uiuks de saUira par as*
ni une du fail de celte n lUValla gr-
ve il aal i nposaible d inp i.n-r de
n.i.ei x b II .s I, ce.ix de cent,
m ,i et un m i il ta m i ks. li. ,m-
: i .p de migtsint sol Icrius ut
qu Iquea CaUriceuti mannl de
cesser le travail t rano.i de l'impos-
sibilit d.t.s laqirl.e ils s.; trouvent
d'oblenir .1 Ij.iL p>u.- pty ;r Idurs
ouvriers.
LlSHJ-NNi-:. Le nnagroi sera
Convoqu le lO A l pour lire la
nouveau Praideut de la :i ) uohqua.
Les candidat les plus populaires
io i M. Meisoira t un./., m oiatro
d i r.tiug 1 a LouJrca lmoorala et
l'.iitc an 'r -. lenl d b td >.
bKit d.N. Le g ..t si nsmaal a
d.-. 11 .1 Am le >n tpruul d .d.i
inliiii-. le o iU ..r, .... u...... tables
eu 14 nus a si 14 priu ci pj fait e i
A.l tuag io [> ui m des
q lalu ie 4d n. i lUS te . |
n.ue qu'elle a muuten rircu-
latioD.
M


ItliJfl
m
i-

i
le Grog Allemand*
C'est ce soir qu'aura lieu Cin-
Varits la reprsentation de la d-
sopilante comdie : Le Gros Aile-
mau tt le celle non moindre :
La Troisime Meeting >.
Ces deux nouvelles comdies
appe es a obtenir un succs fou,
taro il interprte, entre autres, par
nos impayable:} comiques Augustin
at Itey, ce dernier devant se faire
sntendre aussi dans un monologue
de sa dernire cration .
entre gnrale, uoe gourde.
0m*
mm
Les Court
NEW YORK 3
Franai
Sterling
17.31
I.M8I
'
"*-s n
Le Dit ectenr de la Banque
du Canada visite la
Fabrique de P.Guilbaud
Hier, Monsieur Brau h, le svm-
Mthique directeur d la Banque
Royale du Canada, a visit la fa-
brique de Tahac le Mr Pantaleon
Gflhaudi dont le !* \-!<.; 'inent
est, en ce motn tut, son i;> >ge
L'ingnieux industri I liatien a
tJ trscontent del marquis d'in
lrl que lm l n liguait le direc-
teur Je la lili |a Je 11 puiM iule
Banque du Lana la, et c'est avec
grand plaisir i|u il lui lit visiter les
diffrentes brandi s de la fabri-
qua nui pr s'ut'' l'asp t d'une
rueli laborieuse, lo^e qu'elle est
dins le vastes IoCiUX se r liant
entre eus et pi es uil int un tout
spacieux et bi su a
Si imis il vansrnnrrcier Mon-
sieur Bran II de la marque d'aUin-
tion dont n dre .ii,i iinoii: a t
l'objet de m p ni, nous ne rsis-
tant pas a nom* II. ij.s I i : i4tri -I (iail-
bttii t il1 s m !>,.: i1 J'ioitiative, et
autsi d l'air i. > l et 'h la
eoaslan:! i| ni n t dvelopper
sa Etbriq i : el faire i&iiuitre
sss dlicieux pr uiti de tabsc,
|usqu*aus derniers recoins du
pa S.
Pari si ma
W M ANCHE
2hmc Audition del
Artistes Colombiens :
Los trois frres Il -imutiez.
( Le (iront Kvent il i jour)
Instrum'iit-J BOOVatltl
Morceaux Nouo.iu\
Oatfe le plu* oh m* loi ur rpertoire
.\'o ho*a s*ri* :
L,a scia Mlodieuse
Ctninut
L11 nnuvrtB i druna passionnant :
L'Ktau d'Attir Sardou
avc- la 11vi u- II >eiia
Orch. OrO'So
Malron : C>o
Loge Or 7.
ViGUEURdepuislenfance
jusqu' la vieillesse!
C'est en cela que consiste le
plus grand bonheur et la satis-
faction de la vie.
La protection de la sant est
tv.3 essentielle toutes les prio-
des de la vie, et toute poque
il est indiscutablement vrai que
'Emulsion Scott
produit de la vigueur et de
l'nergie, et tant ln aliment
concentr, elle domine toute fui-
te et renouvelle lea forces.
L'Emulsion Scott protge
votre sant, non seulement
; .* pendant l'enfance et ia
fcjv^1**' vic-il!es?e, mais poui
toute la vie.
IrmagedJori and thjleague
ol Nations
The WorlJ n lding I r a fait.
Prout toute tim pa-d, or lo be cor
rel, noce lii : s lepeusioo of noi ii
lie. iu li*i.s. cl m le OU-: U gir
tli m (lie II id of i in iii were seea
on t!ie> b>r>ZOU ot wj.id a.lues, of
Uie ibdy n ive didiel ligelher eau
mu .t m iieUr lurknjsi in un bee
ve.i of i utero mou d punie, lo.' cer
tii.ny as tue un n ilioie hw or logic
hou gjl, Un y wi I rsolve tu m
8slv6* int a universel lo.'ii .Ai lliu
W..I eW ep al. II! unions, gr at
a i i s liai i iilo tiie sWh II ig vo lex
ol ni itu il ledr.ictio i. Anal lio,e
is dura for *u international council
o: nali me, lor ai agi- c.neni lo li
s.ir.a heu tare of Ut : Principal
Altndaiil \-i> ii. d l'oWdN '' are
at oie ainunrs ii-i, .' Ililins
bos. de mme ils ee d'contoeront
en un torna-io univ. re< 1 qui b'ilayera
toutes lea nations grandre t petit s,
duis un tourbillon de destruction*
mutuelles.
Q tel espoir, donc, pealOQ avoir
dans un Cnoeeil lulei national des
Nalio s, daim un accord de i-arme
ment quand Truie dos puissances
P'iiicp il ; < alles et associes se
guettent m il ..-i einc il /
Lis IleJi us oui feeiUle loffin-.ive
Tur.j e eonlre les Pranaii en ('U
cie. Lm Praooai et les liiheisont
aid la r islancc u ai lOaliele des
Grecs en A-ie Mm me. A Solia,
c'est un l.alien qui e.illepoite pa
rle de l\e al l'a- h t.
La (rraiide Mr Ligne -e propose de
construire une bis- nesale SLNOA
l'Olii-:, eb d .i 'gm ni i- 8a 11 tle
arienne et naval-, Ui l'rance est
entrun l'harasser t'Allant urne qui
inide po.sii. e Ui s furkUb oife.isive e^t pnirtaul dans un eiat d'impuis
a/ii isi Lu r.en ii m Cicili.A l're icli ***** couom.q.ie
au i:a i.i 11 luvj m iJi p iteiel I Un
Niii>>iaa>i rsistance to ihi Orecks
in w slern A ia il nor. v i liaun is
p.itl,. ,)irot I; li i al i'a'ia il Sj
p'.iia. ci.eil ii.ita.ii is eulileUjf cou
iMSattling Un traction ol'a "iival
bise at Siugipore, au i ttieaiginea
talion ol" lier deei, naval and aeiiai.
France is beui o i kurrmaeiag lienna
ny o Un p>iut ol ecoaomi. ex-
ca Hjssie lve Je fortilitr tout le
littoru de II d -i N tire, la idis que
la tir ;e hoipire aprj u le I uni de
C .v.-1 u mi m. ilep iblieain f De 1 i,
il va stsoe-dire qu lu Uigue i lions n'a point de cliauco de vivre
da.is 1 aun > plire acluol d : la p diti
que iut ru.Uionale.Ouue les Italiens
toutes les autres nations ont fait I ex
prience q l'aux Ininmes d'tal fan
liiustion. Il jssia i* ihn.kiuj of lor gaisrt A-wjtd un ne part ee>s appoeer
U. S- iVivy News
S\.N FIlVMIlsi'.O. h'aprs son
beauir.rj Kilicii II. RontkberK. le
l'r-ulent II xr ling a eu le pressenti-
ment <|ue si dernire nteladie lui
erdt laStle. 0i a -u plus tari qie
le l'isidenl II iriing av il fait son
der aer et mi ut pu avant SOS i*
part p ur l'Ai k
SAN FR N ;iSCO Pendant que
l'on'li sire piiinl dans le Une Mil
H i mu du i'aii e HAlel et non dm
r.i'iitn i -s ! p m.so im'H I.iiii ii lit. le
lousniirecleui rntra el i da-iit la
nouvelle qu-i le l'i -il ni Merding
tait moit Personne n'a voulu croire
que a via tait nucuoi in ni en dan-
ger, mii I d.asurs sil'i-ent la
sall* en lilen !.
Tout co nme la vie du Praident
Hardi' g a i l lo Jours tranquille, la
moi t survenue si li u q'ietncoti n'a
lai?i aur ne Irai -ur H-i \i >ge
lgreme il i II ai ..i I ai d'un
hooiine en loi mi.
,. en '..vi >'. i r st a i huitime
.'l i iln ,i ne Il ! J | l' qn il
fut transport a i. tiare il oh*nia
ilv fer i deslinatiou de Wasbiugtoa.
lifriugbertLack-Mtafcjre lui-; aui
Gieece is d ;.ei.iiinod m a repab.i
eau forin of Gjvcniineul
lime u giee '. i j .i i .i y in^ lu''
the Li -iji ol .S iltoiia li ia u eu uice
lu iive Kl iln |ii o-.iil al.uosplnre of
interuali mil po.it.04.
.Sol on.y In Lias, but ail u liions
K o.- la.tr .ed ili i lo i'Ve.icli and
Uiiiiih .i.il.imii Unie h ouly une
iaw, lue Uvi oi .n ^iii an l omy ouS
tille, Ihe li b ol eu iq.nsl; but ilMtO
are a few oi Un -i^ u ib il Uie a
lions are ini.-liua.ig Unii tocs
prio. to Arung^xido i,and Arun^ d
i m i, ihai g.eal eveui ivii bronous
wilh tbe ciose of Un VO Id's liistoiy.
Owing to llie geographical situa
tiou ol'Jainaica,ilnt lalaud vvdl iut i
rully suffer unlerially ii> (lie barri*
cane in Aligne! of Uns v .al'.
Ail the vole mos at prsent are
m.unfejiiujj [ivioiecliuic ehowe ; the
surest si-'ii Uni Uiey ail ni mupt
in unirtion |u>l v\hen Mars will be
iii!.n.-l the cailb m 1914.
qu une -.ean loi, telle dl U lorc
ei un se il litr i c lui de la couq lle ?
Tout cela n'e.-t qu'un des nom
breux signes que Ls.Niliois, bien
avant AU.lAiiliDDO.N avaient coin
ineuc prparer 1 urs fo ces pour
la bille.
tvi tiit d inne la positi >n gogra
plnq le de li Jaimlq ie, ce.l le
siulir.ri mlur Ib-me a des couse
q noces mal i telles du cycl >ne |ui
m- p.oduiraen Aot de cette anne.
Tous les volcans manifestent en
ce anutvit d^i s^mplome pyrotecb
nlquao, ce qui est un signe certain
qu ils auront tous en rupliou au mo
ment pr cis r Mars ajiprorhera
le plus prs de la Ferre eu 192 L
Il reste h voir comment le Service
d'Hygine traitera el co iirden les
pidmies qui vont se produire en
automne de c (te anne.
Ado plie SCOTT, V.S.
PRISIANA
Samedi 4 Aot
DEBIT,
des Frres Hemaudez
les 3 Musiciens Colombie^
de Guitare, Lyre, Yiolon Climo'si I corde, loi
loihone, et rOiii(|UP instrument du monde, lJ
HE.031 DjE (]ni imita la voix humaine.
Entre : S 0,50 ; Balcon : 0,60 ; Loge : 0,75.
In-t h >w ihe lie il h De.iartinont
wili h ni lo .i'i 1 contre the pidmie
lh.it will bre.k oui in tin autuiaa of
Uns Jfear lennim lo b -een.
Ado.plie riOUTT, V.S.
TRWUCTION
IrmageddoD et la
Ligue des Htions
Le BODds iinicln ver sa chute.
Depu s quelque te ups, ou pojr dire
film extit, d nuis la -.mpeiltlOJ) des
ua.il ts en l'tis, on aperoit
l'haiUlU !- ad ir M uio idiales d S
n i iges beaucoup plus larg-t* qm la
paliii- d i li m m ol U-ip Is se rip
pi u ,ui 111 i jj ir o il liai p uoirci le Ciel le ta politique luier
n.uioiiale ; car aiasi, 6001 ue lee lois
iuti'.'bli.'f de 1* logique tiennent
lcroJogie
Ksi dcide avant hier apr -mi- HllUCl'
di Vlnae Vve Bauclalr Meahouinieux,
ne l.'iierna M mer-.
Se. fu .raiiles ont eu lieu hier
api'-midi la Lillndrale
Nos c mdottnces aux familles
prouves.
o ilmhian Sleamship
Company Inc.
Stemer d^ h Colonblan SteaonsUp Coa^l
Le. 8 Af w '% (> inr xoit cmri'i', **l
teudi l ratait 7 l< t. Ii repirtirt
min: jjur pair Kinssion Jnet
por* di li Colombie prenait fret]
pns*mger.
Le tramer XV. M. TUPPERW
d.% p***ig da Sal ***' aiteidu l
au-frime le 8 o> courinU H ri
ti a U mrn; jour pour A w York.
iV* po> is du. LSjvd p,eaant l'' *t '
i au Prince, U 4 Aot I9tt
i ol au Prince, It h iotit iiw
(ieuara&Hoinpjn}^^
**r-
EHets adirs
Je tous sign donne avi* an public
qit> l rcpiss -is en fave ir de
MrC. B mnv, b'tevtet la somme
d O I S, >0 |ioi-anl l numro (.
727 d."i>i.' (m C mu iiissioi FquiiM
tant -gir, dup mm ta doit (re
rel a n.
Po.t a i Princ- I- i \out 1923
SILENCIEUX JOSKPH
Le public est avis qu'un rcpi-
ss au .No li'i.n qui a t dlivr
>u soussign esi autre.
Port.du-i'iiiee le Jl Juillet 1033
Ut-VliZli VALtUUUli.N
^*m
: Le rcpiss lulvaat. dlivr
fu mou ttU, tant adir, e^i d-
t-der nui, duplicata devuut eo tre
dress:
" '---------------------------------------------
Commission Sambour
Ailred uuuoia-li 1Jl.i |
Fou-au-rriuce le t *' ^
Mme Vve AleMBttgjg^
STW&S
.!M^;''^Bfcgei
.UaultaU my^j
r*viu e*
,-.. i.i tuf
DSPninM-
Puai macie
VV.BLCH-Pvr^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM