<%BANNER%>







PAGE 1

IftHAJ %  ~-m *• %  t •K Iliaque moderne et sur les objets V'i'i l appar>t mi la couronne (os c.-ne el qui, tu XVme aiccle, tarant MXOVl & \iu.ne. Houvelles Diverses P.EItLI.N — Pendant la troisime K manie te J ill. t | s prtes g<>u venuni' ntiil s uni imprime' un inl lion de maiks par jour la rserve il'' r a g ni u'. la lyre, I ne irl a, le iyla pbone/a petite guitare, cou n dans le|>i\< M* p "<'nd i 0M le iiO'Q de li ,' ,•( ee | si •* plttS <• r i" '\ "iiro r, %  • r. une vritable imita ti.' < .1 I i iil li i nirin. Il' d •iri-'i-o'il le IM iir.> ni %  SI M pi• MMII.IIIOII* d-'in lin samedi 'l
  • ud ur i) n ls lit i .-g irde, ancien Ministre d ilitii a Poi et eunsis* l ml o i ni'l'nicd |"> u Irais o. c; o i ii'-e tait polri:iire au d Mai 1 M. — C'iiri/. i Rtage, an riges de si pll >OI. I HO 11 'l • %  if de i ci • .1 uii- i i puai h iu.U4 rai .oi e.lse pl.i %  II.tut. — al n !•• J. W.lli.m. Arrrageaie s i p-uui .i d.i J >l.r, rdi*a 1 Ji. vu li letlr"j la dm Ire l; 1 1 J ISlaCJ lui IM^^JIHK q.u si juiliC lion ne doit pas s'tendre aux reeia tnaliouspostarieunss au t .dai I91 s, l.i Oouiiii s-i ni a dcid qu3 Ici il pii ra les arrengesdas jus |i'i elle da e, le principal euiriinaiK laeoes* soir 11e e nc UM ini q.i • l-is iilcii'ls d'un capital. Sot 16 moi. I renie g urJ ia ei M liiial. i,r \s c 11 veruo 1 c ni cinquiuie -ix 1 • I tn do il I dollar* ci u tl IJJ 101 alBU litre bie U. Pu I Commission H pass a Pau dttiou ui s affaires afiiebaea au phect de au h ne -. Affaire intndiiite pir Madame H ut.u — V 1 U .|c .ti.ni MI da SJc elur a l| m, il ^av tir q.ie M ne Ualeatiii leorjvs .ip,ielcomme lmjlll. nul IIH.O.Vaol: A Poil-.IU P. Ill c -, el vu es deciiir liions negil.ves d-'s C u .ils lu il uivoriiriiiMi nt el de la rocl un m e, U tiu IMIMSI n a dcide d 1 N lo.iear A I ailiiion de es ijunn.ji.ui a dm (jirin SJ iiistui malade, U Commission appre lia il q 1 .!,| at en ,i 1 fi h sailli, a ren i.i. A sa I cisi m l'a lor i -i. tnrrugar chez elle par ua de s s mmo c-, el a l'.iii coosignet' au pu uiilii de Pau lience. que c; tmoin sera convoqu pour la sance du I Aoiil cura I, l'i.tte de se prsenteri il >cn nppliqn cintre lui le rgii iurs de 1 n le e 5 do U pruojurc Uc la I.OIIIIIII>SIOU Au tire Mo 1 16 introduite par Meklouf el coukislanl en une c ••• .'ni' • pour fonds avanc pour couvrir une suehM riptiua de l'£mpruul LUI i manqu. Ils .doutas, conseiller du Oouver nemenl, a oimmuniqu nn lettre du Uep u i ciii M ( djs riuancas dismt qu'aucune criture dans ses livres n* ut leste que des vers-em-ints de en g-nie oui faits par e rc 1 liant. Me li ie 1111e Malhoo. A qui ia C .11 mis-ion avail orduno de uommuoU q.ier U dpche, a dit que vu l'ai) •oncedu pays de son client pour cause de maladie, il de uande le nnv.ii (• iMliune p ur plus amp e i'il'orni'. Cii'l u. ce qu'il ni, eest 111 |4 aCiuisiiS 1 %  ri • l'io-, A I •pus| M, Ur H %  n >i -. avail t o.uli | I.M > ,-ieiH U.ikioul q< i aVuil auUSCiil a 1 .111 > a il l .il : • I M i Ile M 1I1. a il I I uU M la d i Priai lent An I t^ge %  •' ' euueululioii des livr s li eomaisrml dikloof ue sulli'iiit pour wc.aucir la AUttUoBs n rponda ^ue Mr Uliuw s iccesseur du d irteii lireaux avail tii.-.i • lie celai .e d>ur q II d ;• rail eu tir au premier versement. I lut.anl, lui, q 1 11 :une da< deai \ 1 BUTS l'a ,.' v.;i'i: pur C0 il t J d-lraU. p > ir n'aviir li o!>jt;l d' me m m 11 1 u d'eu • ii-ment.Q ie M .sieur Di.in >is n'avait p.1l g le m-ni le droit le tiacier directe m ni el pir u di'i iitloa p 1 ir un enjritil qii uaviilp pj avoir I eu. de Etienne Malhon a fait remar* qa ir q M %  e do tus u a piseo Ue-t le v 'IN mt'il f lit p r s m e'ient, si vrai,q ni 1 la n* M (Ms nWessun de ver fief les livre* demissea. Si Pavo-at lu Gouvernerneut soutient a 1 ; | 1 si n I irait iui. il SOU • lient cm qieUoi de jii e. Si l'a 1 :ie 1 Ministr %  a c > n niu ie irr guaiiteqne l'usuii pa inscrire, mii-sin ci-it dli nt d.:s r-ui pour les valeurs v-rsies et qui l'ais tient gr ul b soin l'Btit, La Com nissioa a app > ni de Ma lli m A prolrr dits 0.1 d'dii le (j ii 1/. 1 j uirs. les livret di Cil -ses %  I; liv| i\ oaf. net prdj 1 li ;e de la II ii -n A venir. A.ii s <> 9 3 iiilrod liti par Krau cis \ 11I1 oi-e. snjel n,'lai-, et CJI s -l ni eu u ta i'i ; m ..-.s ,1 Mr mil 1 mition le ce u vingt ci I i ^res dne |i>|ni'u''e d s 27 el JV.Iiil.e lillo d.; II. -ly, ai 10 n de -o 1 client, s 1 il ivd une pi '.st.. p j i lieieile et a de n 11 %  li rserve d^ l'affaire eu atieu 11 nt U prsence parmi li Cim missi m d an ni! nbie aogltis, cela, suis a : %  m froissement poui Mr Suvelri, le meobre Cubun, atien li [i uneexptni e a tcjnfia %  noue rr ni d sonctien', 'aq ie le evprlise, duis les cone'uuo.is du rapp) t. alla | ie m n le fon le me a ie a crance r iconnue. La Ce n aissinn, vu I igegement pris ptr le m.in lai lire de dr Pranns imbroiss, d'aeeepter la compo sillon de h Oimmission telle uaVlle lail lors de l'inlr .l icli in de I affaire I rejel • 1 1 Je nultardive du rcla •n 1 a I ; n ttionalit n IJU client, a l-il cou lu, s'en remet a 1 esprit de justice de la Coin uis-iju, ut eudu ipj il a t abandonne sans ressour ces par sou (iouveruemeiil. .Me Montas a plaid eu I tveur de II non re-poaiab.ile de I tilat, leGuU vernemenl de la Rpubli pie ayant 1 au 1 verser une crise daauci r. ai 8 t! Q • u cou vient que It crance dj Or llibujl sut examine, encore que le Giuvor.ie lient lot e\ eu ce m 1 me u U, u 1 ie la luppreaai m du poste. U.i doit le faire pir ce que la notai a 10 1 fuie eu tijl , u a t pir venue tu d jet ;ur qu'en I jl j, A c .Use des dil'uouiis de cim nuaicalion Me M Mitas le sait par la prud C ijn des pices. Afeiie entendue al dlibr en est ordouo 1,1 deltr le Presi lent date Commission, qui, vu l'heure avance, a lev la leauce, IntarUafi", On rentiil.i contre le cancer nu rail l mis au point Buttait, S juillet. — Siivni nne com nuiiic.ilio 1 ftde h It S.ui. tu" lie de de Himbourg, le pmf-sSeur Peuisibman auiiit dCOUVeitet mis au point un nouveau remde contre l< oancer. Aprs plusieurs annes d'expriencea. on aurait acquis, dit on, la preuve q -e ce remde [iris forle dose et pm lanl un temps prolong srnenerait la disparilion pe la tumeur. Dans tous les catraits plusieurs moidurant, U gurison serait intervenoe, Il s'agit sans doute d'un srum de Deulscbm.tnn connu dermisplusie 1rs annes 9 >us le nom de lumoricidine , compos d'extraits des glandes interi ilielle* du cheval. Pour, q fil ait i.>plels qu'on lui attribue prsent, il fa n qu'il ail t consi • drablement amlior. Des expriences Turent tentes autrel'ois la Cliuil de B-riin, mais on I .1 ivo.mi'r ux injectionde lu u iriei Une, l'amilioratmo qu'elle I'"" l i • it aj .ni pil reconnue dur b .• ei sun emploi provoqainl les raciioos las plus pnibles pour le malade. r I11 Dr M Si un journal rie| a (fl eut insr un article :f^^SH Ha Ueus, lii'iiicoupdedB ni es tle cette colonie 1rs] auraient vertement bM U'iir, parce que trs roj 1 H 11 u ll.iilnt IsllaitieJ La Guadeloupe, mon mal niais cesse le donner ijsj tnioigiia^ues de -moreaj j'.ij)uteiai d'une laon 1 Vous piiii. 7. de lieljfl bien, si vous conuaissej|J loue, iuclin /.-vous en| ant le nom de ce liroaa raye malheurcuxl.. | Les (quadeloupens? M eu dans votre pays et fm encore dont l'IionorAbilit si contcstulile, et qui iogl pour gagn-r leur pain pa7|l vail connue vous-mme aal l'aris acqurir des coniuijj mdicales pour vous uu vtre. Alors pourquoi doifl ralis r et confondre les bjl gens avec 1rs iudsirabtes^n a bgots et l'agota, 1 A rencontre d-'S noirs al groi i.'s tr.iiigers, vos pirise] mis dites vous, les bluutffl gersi vos seuls amis, n'ou cU<, bien "liilmen votre par exemple eu ib72 soutl Ic S igel e' aussi en uB Simon Sam Vous en sol vous ? — .N.minoins voua raison de 11e pas leur eni rancune, mais pas les ptfl ceux-' qui partaient vorti ne. Sans vous cuniultre, il puse que vous et s un m plus ou inoins mtiss. ] Dieu ipiil soit toujouni de parler de soi, je VUIHB n'tre pis du iio.uured.lB lo ipeus qui ont explcatel par des lclumalious lifM ques. J'ai, au conlruire,Nal rels sei vie s votre piyiil plus liell.'sau IJS Oit ellj ci'es riuslruclion dcUM li.iilieuii*; et, puarin'en.* pj.i-er, l'il J ion ne n M iJ'll:;aile p ir .irrit mitai d il Jours UJi, vouluittej ui • i vivant, iloauer iiwjal l'cole nationale du D !" oulrj j ai droit uue peaj retraite conloniimeiit il Guilbaud qui l'accorde nw anciei.8 in^ululeurs triasfl pourtiiitjusquicionneal n que de l'euu umte de m Four eu linir.sach-iqjw un vieil a.ni d'iluiti et dj tiens, pas seulement cMJ m us pirtout o je les ai aj chs N'tant pas non pi' jl geur de blancs, je n* dW cunliomine, quelles qufj] couleur tt sa naUona tM leurs Dieu nu COUIIUII^ U 1 moupochaiu:jedoui Je ue nie coiUiuM ^ d'ennemis dans le oa^ a vous qui damez q"e K luiipeens donne ,.^ res enueuiis. — ^^JfM diluu.-. me ooiiiiais^l nelldiiieni vous dira si J" ""^•dePaix.J.W" !" w fl Varits *> ^J Co Ssir m fiw'"" 1 il J SUi'i



    PAGE 1

    15 MAT.N QUINALAROCHE TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGE Recommande par tons !• %  Mdecins I r QOiN*-LAOOMi trs agrable au ;r,ftt. contint ton* MM principes il trou meilleure tories de jninquinn n e-i : M s 3 p.-ri Ior a tous les nuire loi de quinquina et ei i ri unrm.ml par las ceiiibrili 1 mdicales du monde entier cumin.' la Tom me „ U AeoosMtlniaat par exoeUeoce daus les cas de : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE o'APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES BELLE POITRINE as deux mol par Isa PILULES ORIENTALFS Ut i n | %  ubiuiui pour lt unu J MTif pt~ 4'.B rti E„liiitr,rVi A Port- Pu tl rfijim,,, \ 11..-1 i,-ii M louis, IIUIU... J,I ., Royal Caf M t*Tl DANS TOVTIt \&i BONNCS PHAH*. i ir I s tUflTH Vtlimi l Q OiWA-fcAHOOHB MftM r %  %  %  <•> y Condens Oanois "mm" suprieure de rival. ini l'ont dm n'en veud autre. Ncomniaii'lt' puret et ration liyJ*. CONDENSE? sfANlSH Mll| 's t.. i DANCOW i 1 En vente chez CI. faCOU.ttt. BllMadalCo Simon Vieux, Alfred Vieux, Evarislo Al va ivz, Lope Rivera et dans toutes les piceries le la Place. esgr de Requiem Il • > ihanM. en | | |.\, B|„ An "f. '• %  : imitili buii .ul i... r.nt •il li ures du inaiic, me mo> 0 WM el e d Hequiew ( o nr le rp m di l'Ame de M. Jogir., C .k Dm, U I"; mille .Ki regreU funt prie lOiii %  •• amis de eoneid < r le pr uni avis comme intitation. Port nu Prioee, le 1er ;.ol 1023 Ellets adirs Se outign donne a* la no public que le r>ion Sambour No f3*0 Alfred Du boteG 171.15 Port-eu-Prince le 2 Aoul 1023 Mme Vve Alexuu Ire DjbuU fcn lace c'e la Eaaqiie Nationale Pro; riU*r : Annacius I.WOCKNT Ce nouvel tablissement se recommande par nu service irrprochable, des consoniniatioiis de premier |o-', / rur |o^' tvi #•! &f p*< aC fentl c (rnin/j 7 1r*K / c/nrlt a te mnifl /iu • p ur K*i,g (m J u d (tu por. * li Colombie prenant fr •" %  ever drlnk H ? 1 hon nvvait the elilpineni 0 f j Bille l.ahal dear tliil vvil bo Itre nexl vv c ck. rCal> and llotol vvlll stock it. ithala?; vvorJ in bout* a ;i every bottle bring. [.Uetouier. Vf.Qiiinliu Wi!!i i:iis, A ..:.. contre la CONSTIPATION preuee les COMPRIMS SUISSES i DtLORT, Pharmacien, tli*. Au* Pn/ -A loin* C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU'PRiNOtl AU.PFTU8; •• srmcie Al.BF.rtTINI l'h rm.o.du DJustin Vi A Kl) 9* tftf#. /-. hiirr.. J'h'i n "'. I eterie de la liti.htj Scolaire • Li tirage de celte loterie aura lieu le 1 i e oc mois. En nooiq ence. il esl lalail m leinenl un dhi de S jeun aux prM.nu.qui '>A| eu A mineur dci bille!p> ur \.-.>,. r la 'ni.ul.tnl dea vain.. s renie. I lie. Mr le Ti.orier I. P. M.vil,. Ce 1er Aot i*:j. LE COMIT Leslprudeul d ( acbeler un a ticle par son nuin t %  • %  W speu tliiommes capable de pneu en le toucliant, par son 'Jf" apparence, ou par cuite %  mpiMlieielle. W^ Cfilaiit trae.pierir v que ,r,, z qu'en aelielant vos pneus ton.. hodjear A,ile rf ari i Pesjw il un tju.nl de fti*el d'exiatanet peiidanl laquelle il B*OI distiniju par snm service conomique et durable. |ue c nom aotl voire guide dans Fe> c' at de vos pneus, da potte lacon voua serez eertain d'avoir tait une bonne affaire un prix raisonnable et, qui vous donnera satisfaction. %  „ GOOD fAli *ta V Test Imlies Tradiiifj C l'on au Prince. $ (jtonaiveb GOOD TIRES Ed MEVS Pari au Prince*



    PAGE 1

    s*JMW % % %  ONAL1 lave le sang l'humail*mes Nvralgies G >utte G. a Y elle Artrto Sclrose Obsit C *ul 'este;pJemrnl d- rtr* l'friMnbHment de># if/-ti, if .irlc** ei l'ob--.!* *o ; t f.!r.i'irj),'i d'elda u#ia)ue)i .• prl*o -ir tv/tre orfjhi'.i i*, \i< •• <*-i r>.-r r£nli<-. .• •> KULCN li. • | Indmitnn principal'. de,'ri t irsiifii?rii de 11 T*i'f telrv*, cot.utt vjr.i f-iii > tmptcr.si la Mlae>flCI II I* dveioppenmn de lllni art*'WI A la otrtnde !.' prewtrosi, l'acie rlqu ftuMM le eui laC'^ tf t'^'vpjrtentto:i. on devra, avant IWU eut.a cnose. luiier ncrfiQufittrnl w !r*; %  .uemment contre la ri*n<'n d CM F rlqiie dana rorganlame en niployam C'rodonaJ. %  ProfMMuf Mmu efof ijf ma IBI a t umtrft u MMM euo' Chatenla • Ttli wiMati •*"• r mat irxrM w '• ,rl r'"",on UlAL I HOU i 'vr litae.o-*e:Crute. Menue i ' ni"I*IIUI••'%  etlnum RkvnaLIRTwvbwm i -'• M N a> i \ SlUamt & Ilouet Agents Gnraux 1720 Rue, l u Magasin tle l'Etat |MI >W>H. . Paul EMila Avec les arrivages des derniers bal aux noire stock est presqu l aOUVP.U* Nous ii'eiiunieroa ois. qu il vous suffise dr savoir que vou pouTei iro j"(r iu.il ce t i ci A de uio.ik.uro coriui lieue qo6 Uns les spi laun* nuravftfluairtiyou Jaus iMjMetaca* qui donnent pour lien EpattDii 1 sont ut crpes de chine "uprieur* Soie 'val'c, Tieeui epoi.fi** laiiittiMi-, Pi ".mena couleur, S -unera pour h**txiu es '•t Hil9 : l Juui fcou liera \ oui IrUUnW, Puulieta itlililS, l'un-is U I IL! riP u: i.iink.s |0 P Chapnilftt Mupe.'U* Ut:alU lit" d'il H ht) tour huutues fouies girruio'ei poui n < %  • B u.. il r.pta• hiLaua r> ktni ou or, banutai,x, fc^'amaUr. liu.% bas de suie tAiia, t'a. ma Stfactl des li.eilitLle.s Iliaiqt •• fcalQf?u> ' i 1 '* %  Utdoure Yuiieziiolre depol de meuble?, mu, aiiuoii.J, caiptta de PAUL E AUX1LA ,1 r' • ..; 5. LfcO 80UCIS ci'?s mc.\a^f€s % %  .i srntee Us effets du sunnctiags r • -i tout voui tee courbature cr i %  • eura qui voui '< nt flchir, ou ,:. %  ite ; tre maladie dee (emmes, n'oublia pui i centaines de femmes, une fois souf* %  .• e vi us, ont retn uv leur saute en prenai Compi situ a Vgtale de Lydla E. Pinkha.'n. Ctllc feCMn a retrouve? audl ....'. • ,.•• ]tvoua n'w v • ..-s % %  i i i opnaiuaRC*. Ma iMiti rat ntvnua ir • piu six Votai! ••• %  <•-• b %  %  I > ; i a r. Flnkli im. J'ul toujourewuf: b A •'• '' M '.' %  > •?' CM .' I I IBM tt I dru n • ,j i %  : wi" • lrv9!'< r ..... mi MI ; • |?f,| .,.. %  • • .. %  %  > %  • X c es Comi ^ de %  „ Voici une (eaane Igee !i 79 ans qui t. rtku!*ir M et DORSALE! • •*!_,_. VJ.-f H -v \ ^ MADAME WTLD now crit : "Umlt ,,'uMeur, Bn „ ) ioulfrala d, %  lin m Uaulcurs daM la .loi. dnm tout l corpt et dant toua In membre* : Je oc pouvait pli., dormir ni marcher • ^r. .,., CocMaMl ilacteter u flioon de Kilulea De Witt t h premire doee me procura ua aoidanment. apMa ua aaaai de trou Joara. Je me^aenuia Vllraient mieux et mea terrible* doulture actencurea m avaient dj quitte ua tel e .u.t que j'tait devenue comme une autra ,ura e ,J ' *• de 79 ana et, 4 l'heurt actu. lie. Je me truuv* en parfait aaate 4. Worpole Road. Wiuibledc.n prt Loodrea. Let trmptomet tuiranu Indiquent toua ua taauvaia tat de reiua : douleura d u nale> ; enflure dea pied, dea braa et dei jambe* ; urm* trouble ou ruiaantt ; douleur, dant 1rs mu, let et dant let articulation* : K i,i daagral.le duat j U J BBt ••"•• tl0 gnrale d'irritabihU •a de dpprewion morale Toiu ce* maux et anutra cet douleurt tont l'aTertiseement de la nature, roua duant qn* le* ratai et la veaaia at •*.m d'tre .timnl. U tmoignage apontaa de Madame Wild ait retaortir clairament le fait qn* let Pliulta De Witt conatitueat 1* meilleur remde poat v.trr ou gurit ce. terrible* afi.clwa dat HM et de la r— Les Pilules Le plot grand reande da monde eatlar aoaa la* rt.Ln.utum*., let douleur. dnrtaWa. la goatla. et raideur dea arriculatiava. le lombago, la aterrr et toaa lea autra* daordre* provoqu* %  ar laffaibliaaemeat oV* rata* et de la vaane I*. Pilule, luWut K>nt en \cui dan* loule* le* pharmaciee du monde entier. I.e grand flacon en contient a fol* plu. que le petit. Si e.nt prouve' qiel.tue difficult' 1* vou procurer le* pilule, autbenli.jue* '• lie Vt'ui .Ireaaei v. tm iuidefratstn nom pouvons le prouver par dm CbRTl! n .s tenons toujours la disposition des Clients. Champagne et Vins Mousseux n.odtrx. Conerves moutardes fj aies, premier chiix Million Slioe Polish Company Ii NewYork Si VOHi U0tU{ bro'jgr [i a M „ Jf M *t MA* VHAH 4M un bn.Uiu lmm\ S^ ujui vo.tl$t Li couleur t t la sonUltmi .o i in 4M peu ut Ijiisuinf, e*M* k MOSOGRI' hahnqut tp4maltmenip " r l &*** l I ?*thm"t lu bifh jf bile rote la peau de* en maures route l humidit el la cbalm. tilt ^entretien! leur souh'esse et conserve leur brillant. OtmanJr\ la tuarqui vtON J3R \ v |. c est la mineur de toutes la Geo. JE NSEMl Aeo'pow QUOI QUOM D1SH QUOI QU'ON FAS! Le Rhum .arb ncaiirl est E! sera toujours le Jnphcnolas & Disques Columbia fflsL Aotiielleiueut en stock de superbea petite* nos Columbia, Nouveau {.Modle. .•HIX. m. DU n s Nous avons nussl ni .stock n part d'un (1JJ veau assoctitiieiit lie dis(|tics, trois autre d" yran. l eurs ik'i|ra|lionoias <|tic nous oflroiiM" 1 leurs au prix trs raisuiinuble. % %  -* I r af***ltf. c itn-i, G G ERHOIH Hue du (JuallGi Pharmacie W. Bufh Por^aumPtuee Fournitures pour Laboratov fat 1 Lampes n alcool, Itallons en verre, Verre gi* adtt r[ 0t a i a.wu. Alortiera, i-.ntottuoir oa veri'-J.i^P 1 "^^ etc.— Hurettea gradues de)SOC. Cet SapP orU I amas et lamettea pour m croscope Couleurs d'aniline et ractifs ^H Solution de \lay-irune ali et tablette de J aa la coloration du san |. UiUa '" Irbuohet nickele. m lLttt 0**] S Ma,a da 1 25 et da l 100 CentiF* J



    PAGE 1

    a* etaejs tes* PRUPR1TAIBE IMPfUMEVB [aient Magloire BOIS VER.NA UBI Ru* Amricaine 10 20 ^VIMJES Quotidien Les doux grands mobile* de la Socit sont l'argent et 1 hoa neur (.'est parle besoin que l'on a de l'un et de l'autre qu'elle se soutient, et ce n'ett pas l'un sans l'autre que ces besoins doivent se laire sentir dans uno nation o l'on cognait le prix des bonnes mesures. •lUYi IBLEIhOKBihoW L'Opinion Publique Il prtention de reprliM publique, nous uttsse,et il Cal juste que, autre, nous nous rtnfto comment. I, lei opposant' font plus ic matire de presse, ceite lit ion appl i aliou, nous l'aime ajouter : plus forte il ce qui a fait accroire iuo de uoi confier* , — We, ii noire mmoire dfaut,— que la majoinmetant contre le gou1,00 pouvait dire que cetootre lui la mjorit de Ur. un gouvernement qui %  'i majorit de i opinion, CVt impie et comJs l'a.r de penser •ai majorit du pays est 1 II partie qui se* tatl, • lit pas les journaux, et ittstence tout lruuquille••jeni pacitiquts u amis • w, nul ue saurait nier ^Is-la eil avec le gou M n'a nul b-'soin de *o pis p. ut tre. 'rbe du : penses aux lies tes exempts. 'toi-l prend.e. ,t en ne. M presse poriuu-prin* dti.i laquelle de s. s J* le plus exact, ment %  fcpismie l'opinion puMWlaire. Sur les six M ^Uau-Hrmce, deux *•" rgime .le collabo%  %  " li.iiii.'u et sont Renient; — deux, tout %  M J rgime aiuri^•nt contre le gouverJ e ; 7** t e nl.n, deux sont %  w le rgime amricain. r B,r ' gouvernement. rirs,qm reprsentent %  ^eanine, -.o„|, lu Mioc.pe contre tout gou[^wi posMbie.du.no ouernement doit ,u rgime du trait ulrea, — partisans de n adveisaires du %  que, p uur celle %  "us appellei uns mutes : • re.|,t e q„e | a po ii ^'hatienne, faite ulr 8pl le ,H|,,i ; ^ •**! les seuliineiite dei vaincus de l'lection prsidentielle du 10 Avril l'Jii. Depuis plus d'une anne que le gouvernement actuel existe, nous n'a vous pa. a noter d autres intnifesUtions de l'opiui n pab'iquc que celles l. Ou peut donc dite qu'une sorte de tassement s'est fait, dont l'tat de la presse du jour est le rsultat. Nous le rptons.de ce,trois grou pes. lequel peut prlen Ire repY*eea ter l'opinion p ibli juc dius sa majo rite, c'est a dire dans l'enseinb e et la masse des citoyens eoaoervateurs, amis dlorlie ei du lriv.nl. s'occu pan/ plu* p.tnic.ilireinoiit i leurs intrts privs, tout en tant prts diseenlre au forum lorsqu'ils en seront rgulirement convoqus ? — Noui laits tus au bjn sens le soin de rpondre. K 1-e? h lire poirtant qu le* confrres de toutes nuinces nuit pas leur utilit,milgre mne Uur intran sigemee ou li violence de leur lan gigi ? No .8 s i.ii.n, 's tr.ip libraux pour le pr t.n.b .Le* minorit* tout, nos yeux, M respecta lu es que les major,les. l'o le opioiOu a le droit de se faire jour : rest ce que la constitution elle m ne prsent ; elle veut d un ordie de choses' ou, une fois la paix puolique assure garantit la libe. te de tous et de chi cun, ebaqu %  • eilovcn ad le dr it de dire son op uLnel ds publier ses penses. Ceux qui font le plus le h-mil reprsentent prcisment I m norit ; ils reprsentent parfois ..ussi le vide, Mb) la diligence, mais pas touj m ni ucessait em 'ni C'est IPrsident de la R publi que lui-mme qui disait l'autre jour, n groupe d'amis : Il impute que, maigre les violences de laugig je lise tout ce qui s'crit ; car, au mi lieu de beaucoup d'exagrations, i! est p ssible parfois de dcouvrir une viile uliie ou une critique jus te, dont le gouvernement a pour de voir de tenir compte •. Quand donc ou a liui de s'embal 1er a la lecture d un article plein ue chaleur et de lie!. on doit liuir par se dire que l'crivain peut, malgr tout, l'avoir crit le sourire aux l vies et avec U conviction tranquille du devoir accompli, et on doit.... f iai.-er autre choie, en attendant e cours inel.n l.u.le des clio-es, — seul facteur qui ue se trompe jamais. puis l'av.-r-ement du Pies de il llarding, un chan-emiil profond 9'est introduit dais la conduite H li direction de nos affaire, intrieures. Quoiqu'on di-e, dinii-ns procds ont dis aru une attention plus soutenue et plus s/mnatlrq le est accorde a la situation liai ienne qsl, si elle n'est pa* encore en qui peut aiten Ire un nationalisme saga et patriote, semble toutefois ira un acheminement vers un ordre de clio-es meilleur. Nous prs, nions 1 l in nmage de no* Mspectu'MiMa condolances Mr .I0I11 H. Ilissell p| relui le -otre sympatbie la colonie amricaine. PaCable Nouvelles Etranneres N du Prsident HARDI.U3 1 ^tiTf 1 du '' -ident. lUTu^^'^rique,' iJT uee N*fe'dt ld,Ue ,ea g ^deulielle/ ^"" lue 1 '• a ;"•• • suite des J>"1'L pr f* ,j6uce ^ NTs, l n ,rUw B liarding est donc tomb en plein combat et f>a d sparinou, si elle ne va pas jusqu' allrer les conditions de rvolution politique actuelle, sera viveineut ressentie par le parti rpublicain. Les ressources exlraonlinaires de la mil 10u umucaiue la mettent luuleuseuitlil a ISulS de l 'tire lare a toutes les evu.luaiiles des crises ue Cegenre. Au point de vue de la poliliq c extrieure, les alla res ainin-aues eiaieul e^.ile ueul t-n^d 0 as dtiiun lojruaiil avec m poiiliiJe 1111.1 ; u %  •<; depuis iroti aaaues. ici, eu tidli, nous ne sommes pas sans en avoir ressenti les elieti. e?mw vmw Te* yt'it iii 0I1; j -*li•> q 110 1 • %  ont iunfui, qutnJ le Mlll croiisam de leur sourcil, te ( I ronce eoit-ne pour iiuli^ier Je iuu noir?, lei I:JJ,KI qu'i moa lire, hit toi silcKe i ajtiimt..'. Lori| l'ili tint lu-ieuj, je les li-ne i,-iei mieu tes y.'j; ci :'a %  >IIH, DI/;I. vu. m:, ( T'O' qui ne Vu B'UI Jet que in fmrlttgt, j* te i. 11 -w juqu' ce que tout.: gucL' 'ei£><-.e a cui... Quaai leur re^iri se tX:\\:, ils soi: i Sant, ( tes yeux !. 'ai Fer. 19a). Mu Ati!|nsle Bu.i.-i.in i Wpe Le jeudi 28 jui 1, noirs farinant et distingu 0 ujitn >le .Vf % %  \.i$ iste Uouainy, a rmis so:i ti\c lleace le Pr-i lent de 1 1 it o ib.i j i.s rYm 01140, ses lettres de crdtuee c >:n ne Kuvoj Kx'raor lia lira et dmidre Hlinpote.iti 1 re d'tltlti t'tr.s. A celte occtsiou, uotra lteprn*n ItntpiOtlonoi uii dii:.ur* 1res g ni t ; parla de son am > ir p i.ir 1 1 grau d Uuiocralie Kraiiiise, de ses no bls traditions durs! sjiielleiil a t leva ds SJII jeune gd ol de sou sou ci de resserrer davaata 0 e les liens qui unisent les leux < •, ibli pie SJII Kxcellen.e Mm-iearle Prs! dent Millertiid, ave,: cefe Court unie exquise qui l'ait de la France le reo de/ vous de tous les 1 I'MIS, dit cm bien il e?>t heureux de recevoir les lettres de crinee qui accivd te t notre eynipalliique Vitiietn prs de lui, promet a Me Itouaaiy, pour I ici liter sa lche, non senlem ml le cm cours du lijuvei iiem .ni m us le sien propre, et I; prie de trausmettre h Son excellence M m leur le Prs! dent Ujiii 1, •• les foi il q 11I lui, ne p mr sa pareonne eu mena te ope c|.i %  pour le bjuheur ut u uroeo.itJ Ue 11 K'c 1 m, | le d ll.uli. %  Kcepiuii empreinte de la plus franclie cor Jialilc, et qui per.net d au gurer les rsultats le, pins heure ix pour les reliiuns des ieUi Plfii Nous ue f.-r uSrone pas e n ne son pre iec >-e ir, 11,1 n > ivel ecl U e it Bots* chre il nu. i Aot vus Praaoois LA i.l. V.Scl' r—• ivis ledical Le docteur rVlii UOICOJ Oculi-ie l'boanaur d'iafur ner ta etiaa ete que SOU CaUiuel sera lei. u Ua M) Juillet au b Aot devant partir eu cong pendant cet espace de tempe RotlVello dillictilt; autour tlcd njirciulious PARIS 1er — Oa exprime ici un sentiment de surprise, mat de 1er* reur, sur l'impreseion cause Lon dres par les rponses f.anuseet belge a ta note des rparations ds Loi d Cm/m et on se plaint que le secret, q u a t si >lri,te lient obser ? dtus les milieux fianais, eu ce q li co icerne la noie britannique ne 1 ail pas ti LonIru.->. L'opinion ici, est que Lon 1res a t grandem nt devi .p.nut de c mstaler que li Krance il la U Igtque taient si .rjitemeul d'ace,nd .ui les priucip: f a la 11 uitaux, notamment sur ce ix relu ils a le tihur. J^ ,L-s d pclies brilauoiques sont in ter^rue.-. con.no IUJI piaul que on dres accuse le gouverneineut fran i de u'avo r pas f.uC la plus pelite coiicc-si. i eus propoeiliuoj britiniii|j s tandis que l'aria ne peut pa-> comprendre qu il puisse elle de m.ui le a la France u'evacuer la It.iar alors jue I un ue demande pasi I Allemagne dabiudoaaer la rjeislauee psive. u.i s'atleod ce fue ta Grande Urelague refuse de Boaliuuei 1 les negociitioas bieu que ia repuiiae de M. Poiucare est aouel d iee co uni; eiaul de 11. il, ire par m Itie ia coati .uation des comei>a llilllS. MJ^UIl.iS 1er -Le cabinet brilaniliqee a repris ses sances avec li perspective ne raire de se discus sions une de plus iiii^orlaules ivu niviu de, miuistree qui se soit tenue depuis ia guerre. u,i y matera d'libiir la politique a.iop er dans le rglement d..-s rparations avec 1AIhliUigne. Les dehale coulmuerout uujo.il d'il.11, O.i croit savon que le g uvei iioiiieut reiicoiiire les plus giiii les d.incultes a tablir la polili que d .13 r isole. 11e.1t avec |* Vlieiua* Une, loul eu assm uit en uiuie loup 1 1 oiitiiiu mou de l'entente avec la l'r.uit.e et Us belges. Le Premier ministre a annonce la clia.iiu.e des co 11.11 nus qu'il crdi gii.ut q<.'u lui soit leipuseiMM de pu h 1 r aucun des documents relatifs aux re a ions traufOiea assez luips. l'o.ir les dub.ua de demain, u a lait remarquer que les Dote Iran aiseet belge vouaient jucta d'eue SJIiJ es 11 j 1 il et ni ne. e-..-.ure d'ob tenir 1 autorisation .le ces gou vente %  eula d 1111 de les uivuigui-r. Lia Opiaioas Info.eut sur l .iililude de 1 Italie el on se Uema.i.l: si elle se joindra a 1 1 uraude Un dague ou si elle agira lodpeudaunOSUl. La cli amure dos commune? a dis Cul le grave prouleuie du cliouiige. Au coure de ses remarque., le ur Bistre lu l'ravi' expisrtiii les diif rente projell du gouvernement^pour amener une amlioration, a expnm la crauta que l'uiver procliaiu ue serait pis meilleur que le derMiel au k ioiu. de vue 10 i.i.-u ici, en UOpil uCa d^ji.n. u. ra 00 n .i.,.; ie G me, ei a lociiie que ie> Utruiers eepo.rs reposai u ui 11 pais lu dus Itielie et conomique de l'JUarope, Le |ioliijuii; lascislc n m., LI — ,. c OMI.-X .i uatieaal '' ,. lesoiu.ious lesumml lia icju.jals de la leieule s e s s i o n tenue au paUis veiiilieji.bes problmes du U.u.we, n tant qu'organisation publique el les problmw r 1 lu se relations avec lt?e ouvriers el les suites b-am-lies des aitivii.s puliii(iu,s uaticoales et lraiigtes, ont l soianeviaemeet examine.-. Les nsoiiiiions se ter mioenl pur un mouvaal bommage S .U. \lii>-oliiii qui s'est inonli un 1 ide suret inflexible, el auquel le lai lame voie un inalliable loyalis me. Les joueurs df ientiis vuiii(|qeurt DAUVILL— Lei joueurs de tea ins rranaia mit battu dans la limite, par la coupe Davis, les joueurs espa g mis. Ile se reudi ut ainsi aux Klats l DIS o ils se uieMiieionl H\> ( le liagniu.l lii.ul Australie ou Japon 1 atin de otai miner quelle si ra la 11a lion qui sua oppose aux Etals Unia. Du record arien VILLACOUBLAY — Dans un vol eontrt oincieilemeot, badi l.ecomle u elleiut une altitude qui peut Mie coiisi lrec comme le record mondial. Lu de.-ceinlaiil, aprs tre leste deux lieuies eu i'oir, un de ea* iiiiium nis eanyielfaurg marquait 10.HOU mtres et un autre II.OUQ on Ins. l/asceiieion a de ni unie HO uiLuls et l'avi.ileur fut roi ce ne deeci une parce que l'une de ses bniuuies d oxygne ne louo lioiin.nl pas. L 1 baisse du mai k oeeasiouue la disette DL'SSLDOfiF 1er Les eflta de la deruieio iliule du mark coin meuecot a sa liire sudir uaus la Itliui, elle sema .ue te par U disette des produite alim nlsirce. Ls fer innr n fusciit d'icliei $• r les pom mes de terre coulte us billet d prcia d eu couaquabce its legu nie la viande el le lelta ne peuvt ut %  obtenir mme aux pnx les plus exborbitaute. L. 1 ici mieni n'apporte loin plu I a la ville des pioduits pouvant .-e conserver. Celte situation n.-l pas spciale i la lllmi mais a etcu.i a tonte Allemagne. Hier iS i sVdgOlla de dnies aimieutairea sont en,., eu territoire occup, niais pis un seul d'entre eux ne coo tenait de pom mes de terre. Le au lofite al ie mande e e t franaise a'effoiccui de rassurer lee agiioultOttll pour ijue le j.ublic puisse avoir des pommes ue terra, mais il u existe aucun moyeu de lis lorcer veudre ce qu de Veulent garder. Le diamant llorenliii et le y ou venu meut italien H d .Le gouverne.neut it.tli >u a preve iu l'es 1 uperdtriue Aie j m ai celle der.neio teute de Vendre le "< dl >i 1 n d ueu. 1,1, oMii-o 11' e c %  %  : 1 1 b 11 re eu tau a au Sastludtioa U.i..uciere la vcii.e i.e se ,l 1' aud •. ue ai 1 u mt q .1 pes ''''"'""••> %  t 1 .1 • par 1 '• di eu v...i 1 da li me te \ ireeil 105 • %  i** 1 igdtemenl laii savoir a l-a Impeiatrtoc qu'il maiiiiieudrdit l'iutegralito de see droit sur les auu*criu de U b|blia


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05992
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Friday, August 03, 1923
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:05992

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    a*
    etaejs
    tes*
    PRUPR1TAIBE
    IMPfUMEVB
    [aient Magloire
    BOIS VER.NA
    UBI Ru* Amricaine
    10 20 ^VIMJES
    Quotidien
    Les doux grands mobile* de
    la Socit sont l'argent et 1 hoa
    neur (.'est parle besoin que
    l'on a de l'un et de l'autre qu'elle
    se soutient, et ce n'ett pas
    l'un sans l'autre que ces be-
    soins doivent se laire sentir
    dans uno nation o l'on cognait
    le prix des bonnes mesures.
    lUYi
    IBLEIhOKBihoW
    L'Opinion Publique
    Il prtention de repr-
    liM publique, nous u-
    ttsse,et il Cal juste que,
    autre, nous nous rtn-
    fto comment.
    I, lei opposant' font plus
    ic matire de presse, ceite
    lit ion appl i aliou, nous
    l'aime ajouter : plus forte
    il ce qui a fait accroire
    iuo de uoi confier* ,
    We, ii noire mmoire
    dfaut, que la majo-
    inmetant contre le gou-
    1,00 pouvait dire que ce-
    tootre lui la mjorit de
    Ur. un gouvernement qui
    'i majorit de i opinion,
    . CVt impie et com-
    Js l'a.r de penser
    ai majorit du pays est
    1 II partie qui se* tatl,
    lit pas les journaux, et
    ittstence tout lruuquille-
    jeni pacitiquts u amis
    w, nul ue saurait nier
    ^Is-la eil avec le gou
    M n'a nul b-'soin de
    *o pis p. ut tre.
    'rbe du : penses aux
    lies tes exempts.
    'toi-l prend.e. ,t en ne.
    M presse poriuu-prin-
    * dti.i laquelle de s. s
    J* le plus exact, ment
    fcpismie l'opinion pu-
    MWlaire. Sur les six
    ' M ^Uau-Hrmce, deux
    *" rgime .le collabo-
    *" li.iiii.'u et sont
    Renient; deux, tout
    "m J rgime aiuri-
    ^nt contre le gouver-
    Je';7**tenl.n, deux sont
    w le rgime amricain.
    rB,r' gouvernement.
    rirs,qm reprsentent
    ^eanine, -.o|, lu
    Mioc.pe contre tout gou-
    [^wi posMbie.du.no-
    ouernement doit
    ,u rgime du trait
    ulrea, partisans de
    n adveisaires du
    que, puur celle
    "us appellei uns mutes
    : re.|,te, qe |a poii
    ^'hatienne, faite
    ulr 8pl",le ,H|,,i ;
    ^ **! les seuliineiite
    dei vaincus de l'lection prsiden-
    tielle du 10 Avril l'Jii.
    Depuis plus d'une anne que le
    gouvernement actuel existe, nous n'a
    vous pa. a noter d autres intnifesU-
    tions de l'opiui n pab'iquc que
    celles l. Ou peut donc dite qu'une
    sorte de tassement s'est fait, dont
    l'tat de la presse du jour est le
    rsultat.
    Nous le rptons.de ce,- trois grou
    pes. lequel peut prlen Ire repY*eea
    ter l'opinion p ibli juc dius sa majo
    rite, c'est a dire dans l'enseinb e et
    la masse des citoyens eoaoervateurs,
    amis d- lorlie ei du lriv.nl. s'occu
    pan/ plu* p.tnic.ilireinoiit i leurs
    intrts privs, tout en tant prts
    diseenlre au forum lorsqu'ils en
    seront rgulirement convoqus ?
    Noui laits tus au bjn sens le soin
    de rpondre.
    K 1-e? h lire poirtant qu le* con-
    frres de toutes nuinces nuit pas
    leur utilit,milgre mne Uur intran
    sigemee ou li violence de leur lan
    gigi ? No .8 s i.ii.n,'s tr.ip libraux
    pour le pr t.n.b .Le* minorit* tout,
    nos yeux, M respecta lu es que
    les major,les. l'o le opioiOu a le
    droit de se faire jour : rest ce que
    la constitution elle m ne prsent ;
    elle veut d un ordie de choses' ou,
    une fois la paix puolique assure
    garantit la libe. te de tous et de chi
    cun, ebaqu eilovcn ad le dr it de
    dire son op uLnel ds publier ses
    penses.
    Ceux qui font le plus le h-mil re-
    prsentent prcisment I m norit ;
    ils reprsentent parfois ..ussi le vide,
    Mb) la diligence, mais pas touj m
    ni u- cessait em 'ni
    C'est I- Prsident de la R publi
    que lui-mme qui disait l'autre jour,
    n groupe d'amis : Il impute que,
    maigre les violences de laugig je
    lise tout ce qui s'crit ; car, au mi
    lieu de beaucoup d'exagrations, i!
    est p ssible parfois de dcouvrir
    une viile uliie ou une critique jus
    te, dont le gouvernement a pour de
    voir de tenir compte .
    Quand donc ou a liui de s'embal
    1er a la lecture d un article plein ue
    chaleur et de lie!. on doit liuir par
    se dire que l'crivain peut, malgr
    tout, l'avoir crit le sourire aux l
    vies et avec U conviction tranquille
    du devoir accompli, et on doit....
    fiai.-er autre choie, en attendant
    e cours inel.n l.u.le des clio-es,
    seul facteur qui ue se trompe jamais.
    puis l'av.-r-ement du Pies de il llar-
    ding, un chan-emiil profond 9'est
    introduit dais la conduite H li di-
    rection de nos affaire, intrieures.
    Quoiqu'on di-e, dinii-ns proc-
    ds ont dis aru une attention plus
    soutenue et plus s/mnatlrq le est
    accorde a la situation liai ienne qsl,
    si elle n'est pa* encore en qui peut
    aiten Ire un nationalisme saga et
    patriote, semble toutefois ira un
    acheminement vers un ordre de
    clio-es meilleur.
    Nous prs, nions 1lin nmage de
    no* Mspectu'MiMa condolances
    Mr .I0I11 H. Ilissell p| relui le -otre
    sympatbie la colonie amricaine.
    Pa- Cable
    Nouvelles Etranneres
    N du Prsident HARDI.U3
    1
    ^tiTf1 du '',-ident.
    lUTu^^'^rique,'
    iJT uee-
    N*fe'dtld,Ue ,ea-
    g ^deulielle/
    ^"" lue 1
    ' a ;" suite des
    J>"1'Lprf*,j6uce ^
    NTs,ln,rUw,-B-
    liarding est donc tomb en plein
    combat et f>a d sparinou, si elle ne
    va pas jusqu' allrer les conditions
    de rvolution politique actuelle, sera
    viveineut ressentie par le parti r-
    publicain.
    Les ressources exlraonlinaires de
    la mil 10u umucaiue la mettent luu-
    leuseuitlil a ISulS de l'tire lare a
    toutes les evu.luaiiles des crises ue
    Ce- genre.
    Au point de vue de la poliliq c
    extrieure, les alla res ainin-aues
    eiaieul e^.ile ueul t-n^d0' as dtii- un
    lojruaiil avec m poiiliiJe 1111.1 ; u <;
    depuis iroti aaaues.
    ici, eu tidli, nous ne sommes pas
    sans en avoir ressenti les elieti. e-
    ?mw vmw
    Te* yt'it iii 0I1; j -*li> q 1101 ont iunfui,
    qutnJ le Mlll croiisam de leur sourcil, te
    ( Ironce
    eoit-ne pour iiuli^ier Je iuu noir?, lei i:jj,ki
    qu'i moa lire, hit toi silcKe i ajtiimt..'.
    Lori| l'ili tint lu-ieuj, je les li-ne i,-iei mieu
    tes y.'j; ci :'a >iih, di/;i. vu. m:,
    ( T'O' qui ne
    Vu b'ui Jet que in fmrlttgt, j* te i. 11 -w
    juqu' ce que tout.: gucL' 'ei><-.e a cui...
    Quaai leur re^iri se tX:\\:, ils soi: i Sant,
    ( tes yeux !. .
    'ai Fer. 19a).
    Mu Ati!|nsle Bu.i.-i.in
    i Wpe
    Le jeudi 28 jui 1, noirs farinant
    et distingu 0 ujitn >le .Vf \.i$ iste
    Uouainy, a rmis so:i ti\c lleace
    le Pr-i lent de 11 it o ib.i j i.s rYm
    01140, ses lettres de crdtuee c >:n ne
    Kuvoj Kx'raor lia lira et dmidre
    Hlinpote.iti 1 re d'tltlti t'tr.s.
    A celte occtsiou, uotra lteprn*n
    ItntpiOtlonoi uii dii:.ur* 1res g ni
    t ; parla de son am > ir p i.ir 11 grau
    d Uuiocralie Kraiiiise, de ses no
    bls traditions durs! sjiielleiil a t
    leva ds sjii jeune gd ol de sou sou
    ci de resserrer davaata0e les liens
    qui unisent les leux < , ibli pie .
    Sjii Kxcellen.e Mm-iearle Prs!
    dent Millertiid, ave,: cefe Court unie
    exquise qui l'ait de la France le reo
    de/ vous de tous les 1 I'mIs, dit cm
    bien il e?>t heureux de recevoir les
    lettres de crinee qui accivd te t
    notre eynipalliique Vitiietn prs de
    lui, promet a Me Itouaaiy, pour I ici
    liter sa lche, non senlem ml le cm
    cours du lijuvei iiem .ni m us le sien
    propre, et I; prie de trausmettre h
    Son excellence M m leur le Prs!
    dent Ujiii 1, les foi il q 11I lui,ne
    p mr sa pareonne eu mena te ope
    c|.i pour le bjuheur ut u uroeo.itJ
    Ue 11 K'c 1 m, | le d ll.uli. -
    Kcepiuii empreinte de la plus
    franclie cor Jialilc, et qui per.net d au
    gurer les rsultats le, pins heure ix
    pour les reliiuns des ieUi Plfii
    Nous ue f.-r uSrone pas e saus reuouveler nos plus vives llici
    talions Sou Kxeelleace Monsieur le
    Prsident boni ), d avoir t si lieu
    reusement inspirda is le clioix d'un
    Uo n ne qui, par ses mai) ites affables,
    sa gruule eiu.liiiou, et son tact, ne
    lUiii |Uera pas de jeler c<> n ne son
    pre iec >-e ir, 11,1 n > ivel ecl U e it
    Bots* chre il nu.
    i Aot vus
    Praaoois LA i.l. V.Scl'
    r
    ivis ledical
    Le docteur rVlii uoicoj Oculi-ie
    l'boanaur d'iafur ner ta etiaa ete
    que SOU CaUiuel sera lei.u- Ua M)
    Juillet au b Aot devant partir eu
    cong pendant cet espace de tempe
    RotlVello dillictilt; autour
    tlcd njirciulious
    PARIS 1er Oa exprime ici un
    sentiment de surprise, mat de 1er*
    reur, sur l'impreseion cause Lon
    dres par les rponses f.anuseet
    belge a ta note des rparations ds
    Loi d Cm/m et on se plaint que le
    secret, q u a t si >lri,te lient obser
    ? dtus les milieux fianais, eu ce
    q li co icerne la noie britannique ne
    1 ail pas ti LonIru.->. L'opinion
    ici, est que Lon 1res a t grande-
    m nt devi .p.nut de c mstaler que
    li Krance il la U Igtque taient si
    .rjitemeul d'ace,nd .ui les priuci-
    p: f a la 11 uitaux, notamment sur
    ce ix relu ils a le tihur.
    J^ ,L-s d pclies brilauoiques sont in
    ter^rue.-. con.no iuJi piaul que on
    dres accuse le gouverneineut fran-
    i de u'avo r pas f.uC la plus peli-
    te coiicc-si. i eus propoeiliuoj bri-
    tiniii|j s tandis que l'aria ne peut
    pa-> comprendre qu il puisse elle de
    m.ui le a la France u'evacuer la
    It.iar alors jue I un ue demande
    pasi I Allemagne dabiudoaaer la
    rjeislauee psive. u.i s'atleod ce
    fue ta Grande Urelague refuse de
    Boaliuuei1 les negociitioas bieu que
    ia repuiiae de M. Poiucare est aouel
    d iee co uni; eiaul de 11.il,ire par
    m Itie ia coati .uation des comei>a
    llilllS.
    MJ^UIl.iS 1er -- Le cabinet bri-
    laniliqee a repris ses sances avec
    li perspective ne raire de se discus
    sions une de plus iiii^orlaules ivu
    niviu de, miuistree qui se soit tenue
    depuis ia guerre. u,i y matera d'-
    libiir la politique a.iop er dans le
    rglement d..-s rparations avec 1AI-
    hliUigne. Les dehale coulmuerout
    uujo.il d'il.11, O.i croit savon que le
    g uvei iioiiieut reiicoiiire les plus
    giiii les d.incultes a tablir la polili
    que d .13 r isole. 11e.1t avec |* Vlieiua*
    Une, loul eu assm uit en uiuie
    loup 11 oiitiiiu mou de l'entente
    avec la l'r.uit.e et Us belges.
    Le Premier ministre a annonce
    la clia.iiu.e des co 11.11 nus qu'il crdi
    gii.ut q<.'u lui soit leipuseiMM de pu
    h 1 r aucun des documents relatifs
    aux re a ions traufOiea assez
    luips. l'o.ir les dub.ua de demain,
    u a lait remarquer que les Dote Iran
    aiseet belge vouaient jucta d'eue
    SJIiJ es 11 j 1 il et ni ne. e-..-.ure d'ob
    tenir 1 autorisation .le ces gou vente
    eula d 1111 de les uivuigui-r. Lia
    Opiaioas Info.eut sur l .iililude de
    1 Italie el on se Uema.i.l: si elle se
    joindra a 11 uraude Un dague ou si
    elle agira lodpeudaunOSUl.
    La cliamure dos commune? a dis
    Cul le grave prouleuie du cliouiige.
    Au coure de ses remarque., le ur
    Bistre lu l'ravi' expisrtiii les diif
    rente projell du gouvernement^pour
    amener une amlioration, a expn-
    m la crauta que l'uiver procliaiu
    ue serait pis meilleur que le der-
    Miel au kioiu. de vue 10 i.i.-u ici, en
    UOpil uCa d^ji.n. u. ra 00 n ..i.,.; ie
    G me, ei a lociiie que ie> Utruiers
    eepo.rs reposai u ui 11 pais lu dus
    Itielie et conomique de l'JUarope,
    Le |ioliijuii; lascislc
    n m., li ,.c omi.-x .i uatieaal
    '' ,. lesoiu.ious
    lesumml lia icju.jals de la leieule
    session tenue au paUis veiiilieji.bes
    problmes du U.u.we, n tant qu'-
    organisation publique el les probl-
    mw r 1 lu se relations avec lt?e
    ouvriers el les suites b-am-lies des
    aitivii.s puliii(iu,s uaticoales et
    lraiigtes, ont l soianeviaemeet
    examine.-. Les nsoiiiiions se ter
    mioenl pur un mouvaal bommage
    S .U. \lii>-oliiii qui s'est inonli un
    1 ide suret inflexible, el auquel le
    lai lame voie un inalliable loyalis
    me.
    Les joueurs df ientiis
    vuiii(|qeurt
    DAUVILL Lei joueurs de tea
    ins rranaia mit battu dans la limite,
    par la coupe Davis, les joueurs espa
    g mis. Ile se reudi ut ainsi aux K-
    lats l dis o ils se uieMiieionl h\>
    ( le liagniu.l lii.ul Australie ou Japon
    1 atin de otai miner quelle si ra la 11a
    lion qui sua oppose aux Etals U-
    nia.
    Du record arien
    VILLACOUBLAY Dans un vol
    eontrt oincieilemeot, badi l.ecom-
    le u elleiut une altitude qui peut
    Mie coiisi lrec comme le record
    mondial. Lu de.-ceinlaiil, aprs tre
    leste deux lieuies eu i'oir, un de
    ea* iiiiium nis eanyielfaurg mar-
    quait 10.HOU mtres et un autre
    II.OUQ on Ins. l/asceiieion a de
    ni unie HO uiLuls et l'avi.ileur fut
    roi ce ne deeci une parce que l'une
    de ses bniuuies d oxygne ne louo
    lioiin.nl pas.
    L 1 baisse du mai k
    oeeasiouue la disette
    DL'SSLDOfiF 1er Les eflta
    de la deruieio iliule du mark coin
    meuecot a sa liire sudir uaus la
    Itliui, elle sema .ue te par U disette
    des produite alim nlsirce. Ls fer
    innr n fusciit d'icliei $ r les pom
    mes de terre coulte us billet d
    prcia d eu couaquabce its legu
    nie la viande el le lelta ne peuvt ut
    obtenir mme aux pnx les plus
    exborbitaute. L. 1 ici mieni n'apporte
    loin plu I a la ville des pioduits
    pouvant .-e conserver. Celte situation
    n.-l pas spciale i la lllmi mais
    a etcu.i a tonte Allemagne. Hier
    iS i sVdgOlla de dnies aimieutairea
    sont en,., eu territoire occup,
    niais pis un seul d'entre eux ne coo
    tenait de pom mes de terre. Le au
    lofite aliemandeeet franaise a'ef-
    foiccui de rassurer lee agiioultOttll
    pour ijue le j.ublic puisse avoir des
    pommes ue terra, mais il u existe
    aucun moyeu de lis lorcer veudre
    ce qu de Veulent garder.
    Le diamant llorenliii et le
    y ou venu meut italien
    H d .- Le gouverne.neut it.tli >u
    a preve iu l'es 1 uperdtriue Aie j m
    ai celle der.neio teute de Vendre le
    "< dl >i 1 n d ueu. 1,1, oMii-o 11'
    e"c " : 1 1 b 11 re eu tau a au
    Sastludtioa U.i..uciere la vcii.e i.e se
    ,l 1' aud . ue ai 1 u mt q .1 pes
    ''''"'"">" t......1 .1 par
    1 ' di eu v...i 1 da li me te \ ireeil
    105 " i** 1 igdtemenl
    laii savoir a l-a Impeiatrtoc qu'il
    maiiiiieudrdit l'iutegralito de see
    droit sur les auu*criu de U b|blia


    IftHAJ
    ~-m
    *
    t
    K
    Iliaque moderne et sur les objets
    V'i'i l appar>t mi la couronne (os
    c.-ne el qui, tu XVme aiccle, tarant
    MXOVl & \iu.ne.
    Houvelles Diverses
    P.EItLI.N Pendant la troisime
    K manie te J ill. t | s prtes g<>u
    venuni' ntiil s uni imprime' un inl
    lion de maiks par jour la rserve
    il'' r nu de 10.000.000 me qui aurait et* vendue a t'lian
    ger.
    BERNELe gouvernement suisse
    S autoris le d^ii'le n ut des tinan
    Boa accepter l'offre da le maison
    M-irg-m d' initie eu ..m-riq ie un
    nouvel emprunt suisse de 20 m 1
    lions cent remboursable en -i ans. t. m
    prunl srri dislin lai bit de du
    res pour h Suisse en Amrique.
    Sv\' i-'.tw :is : U Prsident
    rep qui mainte tant eooftirUbtemcut
    Bprs une journe peu agi'.e. Li
    bon .i ir i ni- i n te ni I n r oale p-n
    d'amlioration lgre du cot des
    poumons. \ part oele aucun ebaa
    gement notable.
    les Cours
    M-.W YORK kr Francs 17.49
    Sterling 4 $08
    PAMIS 1 lloll.rs 17 11
    Li v-res BO 88
    D.: Pori-ou-Prince
    OUI Caves
    s
    On non-* liguai \ le magnifi pie
    reconl de Mr V torliie*, directeur
    de la Banque National I ; la Il-
    publique u 11 li njui vi -il de faire
    m-roule Pori-au-PYi i ;e C iyes, I-
    ler etretur, ei um seule jo.ir-
    ne.
    Km effet, ac :o n/im'- de se
    de K i s et I ; mm s;tA lire, le
    s ni u n 11 s iii* iCteur laisai la
    Capitale hier, i heures du taitin
    pour tre aux Uayes (J heures
    al demie. Il djeuna, t'occupa Je
    ses auTiiraa et laissa l.i Capitale di
    Su 1 l hMli8 de laprsMiiUi. A
    7 li.uires il dlniit Iran pnlle.tient
    cli / lui Port-au-Prince.
    Il est s uPiaiter que toutes
    nos rot.des arrivent h tre cois-
    truites cl entretenues pmr |0T*
    ni tt e l'a vomplisseiueut de pa-
    reilles rando .nes.
    Conneil Au cours il"' lu sance de ce
    jour, le Coi Mil d'Etal a entendu
    lecture du rapp ut de la Comrnis-
    si ) i du b i \i t et cal u d la
    Commisaion dos Financer sur la
    rgie des impositions directes pour
    l'anne 1 J-i1 'i'i.
    l'isuii.', la sanca a t leve
    c\\ cigne de deuil, cause de la
    mort 'lu Prsident "' linar*
    Aux [ bonnes de SI Marc
    L*A fonce de St Mjwg dont la
    di ecti m avait d ' c m ' M
    Ma i Madiou a d Urt supprime*
    /Vas Abonns de celte ville sont
    pns d s'adresser dvectement
    nous s'il* veulent continuer rf
    cecoir li ttr journal.
    l'oft-oa-l'rmci: $ Ao.il 102:1.
    Les Frres Btratiita
    Hier *oul arrivs ici les trois fr
    res demande/, artistes colombiens,
    qui aatraprtnneul une tourne a Ira
    vers l'Amrique Centrale.
    Les frres Hernandei excutent
    des morceaux d'un lpcrto're bas
    sur divers Instruments : t. ls qoe >a
    g ni u'. la lyre, I ne irl a, le iyla
    pbone/a petite guitare, cou n dans
    le- |>i\< M* p "<'nd i 0M le iiO'Q de
    li ,' ,( ee | si * plttS < r i" '\ "iiro
    r, r. une vritable imita
    ti.' < .1 I i iil li i nirin.
    Il' d iri-'i-o'il le IM iir.> ni SI M
    pi'mmiI.iIioii* d-'in lin samedi 'l fntuclie 5 eauffMl au htra Pari
    aiaaa.
    1AMPES
    OS RAM
    son! achetes ef employes
    parle monde entier.
    imww \\\ Wiwm
    Sance du 1er Aot 1023
    AU Sance du 1er Aot courant
    la 11 i.mu moi Ijs il ;ci un lliOUi .i
    r-.nJ j, nu ,11'o.u.ei' lieu, le i tlecisiuiis
    uivautea ;
    Aii'nie No !17 introduite par
    M >ud ur i) n ls lit i .-g irde, ancien
    Ministre d ilitii a Poi et eunsis*
    l ml o i ni- 'l'nicd |"> u Irais djlice.lient a U i: i. Li Co.uini
    mm s' M d C. il' Ul Cl u 'lenl pojr
    i ii.i ir sut ia rel .u ni mi, la re >o.
    c; o i ii'-e tait polri:iire au d
    Mai 1 M.
    C'iiri/. i Rtage, an riges de si
    pll >OI. I HO 11 'l if de i ci .1
    uii- i i puai h iu.U4 rai .oi e.lse
    pl.i II.tut.
    al n ! J. W.lli.m. Arrrage-
    aie s i p-uui .i d.i J >l.r, rdi*a
    1 Ji. vu li letlr"j la dm Ire l; 11
    J ISlaCJ lui im^^jIhk q.u si juiliC
    lion ne doit pas s'tendre aux reeia
    tnaliouspostarieunss au t .dai I91 s,
    l.i Oouiiii s-i ni a dcid qu3 Ici il
    pii ra les arrengesdas jus |i'i elle
    da e, le principal euiriinaiK laeoes*
    soir 11e e nc um ini q.i l-is iilcii'ls
    d'un capital. Sot 16 moi. I renie
    g urJ ia ei m liiial. i,r \s c 11 veruo 1
    c ni cinquiuie -ix 1 I tn do il I
    dollar* ci u tl IJJ 101 al- BU litre
    bie U.
    Pu I. Commission h pass a Pau
    dttiou ui s affaires afiiebaea au phect
    de au h ne -.
    Affaire intndiiite pir Madame
    H ut.u V 1 U .|c .ti.ni mi da Sj-
    c elur a l| m, il ^av tir q.ie M ne
    Ualeatiii leorjvs .ip,iel- comme l-
    mjlll. nul IIH.O.Vaol: A Poil-.IU P. Ill
    c -, el vu es deciiir liions negil.ves
    d-'s C u .ils lu il uivoriiriiiMi nt el
    de la rocl un m e, U tiu imimsi n a
    dcide d 1 n lo.iear A I ailiiion de
    es ijunn- .ji.ui a dm (jirin sj
    iiistui malade, U Commission appre
    lia il q 1 .!,| at en ,i 1 fi h sailli,
    a ren i.i. A sa I-cisi m l'a lor i -i. -
    tnrrugar chez elle par ua de s s
    mmo c-, el a l'.iii coosignet' au pu
    uiilii de Pau lience. que c; tmoin
    sera convoqu pour la sance du I
    Aoiil cura I, l'i.tte de se prsenteri
    il >cn nppliqn cintre lui le r-
    gii iurs de 1 n le e 5 do U pruojurc
    Uc la i.oiiiiiii>siou .
    Au tire Mo 1 16 introduite par
    Meklouf el coukislanl en une c
    .'ni' pour fonds avanc pour couvrir
    une suehM riptiua de l'mpruul LUI i
    manqu.
    Ils .doutas, conseiller du Oouver
    nemenl, a oimmuniqu nn lettre
    du Uepuiciiim( djs riuancas dismt
    qu'aucune criture dans ses livres
    n* ut leste que des vers-em-ints de en
    g-nie oui faits par e rc 1 liant.
    Me li ie 1111e Malhoo. A qui ia C .11
    mis-ion avail orduno de uommuoU
    q.ier U dpche, a dit que vu l'ai)
    oncedu pays de son client pour
    cause de maladie, il de uande le
    nnv.ii ( iMliune p ur plus amp e
    i'il'orni'. Cii'l u. ce qu'il ni, eest
    111 |4 aCiuisiiS 1 - ri l'io-, A I -
    pus| M, Ur H n >i -. avail t o.uli | I.-
    M > ,-ieiH- U.ikioul q< i aVuil auUSCiil
    a 1 .111 > a il l .il : I M i
    Ile M 1I1. a il I I uU M la d i
    Priai lent An I t^ge ' ' euueulu-
    lioii des livr s li eomaisrml di-
    kloof ue sulli'iiit pour wc.aucir la
    AUttUoBs n rponda ^ue Mr Uliuw
    s iccesseur du d irteii lireaux avail
    tii.-.i lie celai .e d>ur q II d ;
    rail eu tir au premier versement.
    I lut.anl, lui, q 1 11 :une da< deai
    \ 1 BUTS l'a ,.' v.;i'i: pur C0 il t J
    d-lraU. p > ir n'aviir li !-o!>jt;l
    d' me m m 111 u d'eu ii-- ment.Q ie
    M .sieur Di.in >is n'avait p.1l g le
    m-ni le droit le tiacier directe
    m ni el pir u di'i iitloa p 1 ir un
    enjritil qii uaviilp pj avoir
    I eu.
    de Etienne Malhon a fait remar*
    qa ir q m e do tus u a piseo Ue-t
    le v 'in mt'il f lit p r s m e'ient, si
    vrai,q ni 1 la n* m (Ms nWessun
    de ver fief les livre* demissea. Si
    Pavo-at lu Gouvernerneut soutient
    a 1 ; | 1 si n I irait iui. il SOU
    lient cm qieUoi de jii-e. Si
    l'a 1 :ie 1 Ministr a c > n ni- u ie irr
    guaiiteqne l'usuii pa inscrire,
    mii-sin ci-it dli nt d.:s r-ui
    pour les valeurs v-rsies et qui l'ai-
    s tient gr ul b soin l'Btit,
    La Com nissioa a app > ni de Ma
    lli m A prolrr dits 0.1 d'dii le
    (j ii 1/. 1 j uirs. les livret di Cil -ses
    I; li- v| i\ oaf. net prdj 1 li ;e de la
    II ii -n A venir.
    A.ii s <>93 iiilrod liti par Krau
    cis \ 11I1 oi-e. snjel n,'lai-, et cji
    s -l ni eu u ta i'i ; m ..-.s ,1 Mr mil 1
    mition le ce u vingt ciIi^res dne
    |i>|ni'u''e d s 27 el JV.Iiil.e lillo
    d.; II. -ly, ai 10 n de -o 1 client,
    s 1 il ivd une pi '.st.. p j i lieieile et
    a de n 11 ' li rserve d^ l'affaire eu
    atieu 11 nt U prsence parmi li Cim
    missi m d an ni! nbie aogltis, cela,
    suis a : m froissement poui Mr
    Suvelri, le meobre Cubun, atien
    li [i uneexptni e a tcjnfia
    noue rr ni d sonctien', 'aq ie le
    evprlise, duis les cone'uuo.is du
    rapp) t. alla | ie m n le fon le
    me a ie a crance r iconnue.
    La Ce n aissinn, vu I igegement
    pris ptr le m.in lai lire de dr Pran-
    ns imbroiss, d'aeeepter la compo
    sillon de h Oimmission telle uaVlle
    lail lors de l'inlr .l icli in de I affaire
    I rejel 11 Je nul- tardive du rcla
    n 1 a I ; n ttionalit n i d lia 1 11 c j ni 1 util) ili' .1 lie, j,,
    m'm 1 ta I dure .11 r it .0 l, lepial a
    conclu a l'ekag ration lu coopte pr
    ::t.
    It : etivemjMil |i| poi il da ra po t
    li enl lu transport dechicuodsseeat
    vi ig ci livres A sont gourds*, de
    n v u q il, partir de < moment, a
    dclare' a'avistnr le s anoe qu' ii-
    t.e l'observateur, a l'ait remarquer
    que dr Sydney Paret, penlsat cas
    mmes 84 et It Juillet lui0, rainait
    payer les eorbilliria jusqj'a cent
    dollar-.
    La Commission, vu que w Conseil
    du Jouvei iiemeut n Cul lien a ajouter,
    a ordonn ludUb r '. lequel, u l-elle
    Fait emalgnar, sera prononc suis
    spnel.
    Cl lire le Arthur Trait, s q t ser-
    ba, nt consisl tut m enecr noce pour
    a ipiinle ne ils lu. c.. nme ancien se
    c ' <: lu c .i. d u I ,1 .i.i ,1 ij ,w.
    Vuik.
    li l u ti 1 lii q ie 'es ee'rtuiree
    I ' i- il il ne s ou j 1 ,1 .i. rjlrib i.
    p.r i- il luvernement liaitie 1. C'aal
    l'ail are de* co.isu s qui sont libres
    d-; ! procurer ds secrtairei. Os
    ne iera pas non plus comme vice-
    consu la cration de celle lo iction
    a\aul lo.ijour .'le ft titie hoi.oiitique.
    lTaire entendue.
    Affaire No 103. Alexandre Poujol.
    Mandataire, Me lleraux. Crauct
    pour appointeiiienUimpay s.cuinue
    attach au Ministre de Relati me
    Etlrteures. Ponction non commis
    siunne par le l'residint de la Hepu
    blique el panant, n'engageant pala
    ieeponabilil de l'Etal, a f il remar
    quer Me Montas. Me llraux, tant
    abseul, U Commission u accord aux
    pauies quinte jouis pour consulter
    ee un es
    Affaira No I0g introduite par Mr
    Miebel Ve Un, de natio.ia it Iran
    cui-e. Pa- d ob ervalioii del part
    du Conseil Uu Gouvernement. Vu
    labseure de Me Vuior Cauvin, man
    damiie du rel niant, l'affaire el t
    serre par la Lo i.niisinii.
    Affairai N 188 introduite par Mr
    Caiulelou U'u.-iii I ayant pour manda
    taiif Mr Pelion Prseau r. Lu crance
    s'lve A un l< deux cents dollars pour
    troi-. mois d'appointements ds au r
    cUm.iut, connue ancien Unug d'Af
    faire d llaili la Havane. Pas d ob-
    jeclious. Affaire entendue, dlibr
    en est ordonn pour tre rendu idt
    rieuieiuent.
    AffaireIqI Docteur Riboul dePes-
    cave rclame f83 dollars pour in
    deuinitos dues pour divers mois com
    n.e aucien Chan d A liait e d llili
    A Bruxelles,
    Me Maillon l'accordant avec leCon
    i du (i niv ruement pmr distraite
    de c^ite rclamation 73^ dollars l'ai
    sent partie des reeniasm de i< Com
    miasiwn Kquire, la tio umission
    de. H'claualion a accept la joie
    ti m ue l'affaire l.l A celle au .No
    I .1 dm- iiquelU li s un.ne .s
    traite est noetelledHut prsente),
    Affaire globale eulciidue.
    A II" ir l'O lutro luiie p .r le mme
    iiy.inl lu ij tuft de retienne M illun
    pour nianl ilane
    Le conseil, a dit Me \l thon, a on
    c u a une iv I.K'l.oii de ut crance
    pour appo ni meute el in lumuilee
    dus A l'aucien Charg d'AITaire peu
    dant la dure de 1 occupation aile
    mande de la Uegiqtie. S>ju client, a
    l-il cou lu, s'en remet a 1 esprit de
    justice de la Coin uis-iju, ut eudu
    ipj il a t abandonne sans ressour
    ces par sou (iouveruemeiil.
    .Me Montas a plaid eu I tveur de
    II non re-poaiab.ile de I tilat, leGuU
    vernemenl de la Rpubli pie ayant
    1 au 1 verser une crise daauci r. ai
    8,t! .
    Q u cou vient que It crance dj
    Or llibujl sut examine, encore que
    le Giuvor.ie lient lot e\ eu ce m 1
    me u U, u 1 ie la luppreaai m du
    poste. U.i doit le faire pir ce que la
    notai a 10 1 fuie eu tijl , u a t pir
    venue tu d jet ;ur qu'en I jl j, A c .Use
    des dil'uouiis de cim nuaicalion
    Me M Mitas le sait par la prud Cijn
    des pices.
    Afeiie entendue al dlibr en est
    ordouo 1,1 deltr le Presi lent date
    Commission, qui, vu l'heure avance,
    a lev la leauce,
    IntarUafi",
    On rentiil.i contre le cancer
    nu rail l mis au point
    Buttait, S juillet. Siivni nne
    com nuiiic.ilio 1 ftde h It S.ui.-
    tu" lie de de Himbourg, le pmf-s-
    Seur Peuisibman auiiit dCOUVeitet
    mis au point un nouveau remde
    contre l< oancer. Aprs plusieurs
    annes d'expriencea. on aurait ac-
    quis, dit on, la preuve q -e ce rem-
    de [iris forle dose et pm lanl un
    temps prolong srnenerait la dispa-
    rilion pe la tumeur.
    Dans tous les ca- traits plusieurs
    moi- durant, U gurison serait in-
    tervenoe,
    Il s'agit sans doute d'un srum de
    Deulscbm.tnn connu dermisplusie 1rs
    annes 9 >us le nom de lumorici-
    dine , compos d'extraits des glan-
    des interi ilielle* du cheval. Pour,
    q fil ait i.>- plels qu'on lui attribue
    prsent, il fa n qu'il ail t consi
    drablement amlior.
    Des expriences Turent tentes au-
    trel'ois la Cliuil de B-riin, mais
    on I .1 ivo.mi'- r ux injection- de
    lu u iriei Une, l'amilioratmo qu'elle
    I'"" l i it aj .ni pi- l reconnue
    dur b . ei sun emploi provoqainl
    les raciioos las plus pnibles pour
    le malade. r
    I11 Dr M
    Si un journal rie|a(fl
    eut insr un article :f^^SH
    Ha Ueus, lii'iiicoupdedB
    ni es tle cette colonie 1rs]
    auraient vertement bM
    U'iir, parce que trs roj
    1 h 11 u ll.iilnt IsllaitieJ
    La Guadeloupe, mon mal
    niais cesse le donner ijsj
    tnioigiia^ues de -moreaj
    j'.ij)uteiai d'une laon 1
    Vous piiii. 7. de lieljfl
    bien, si vous conuaissej|J
    loue, iuclin /.-vous en|
    ant le nom de ce liroaa
    raye malheurcuxl.. |
    Les (quadeloupens? M
    eu dans votre pays et fm
    encore dont l'IionorAbilit si
    contcstulile, et qui iogl
    pour gagn-r leur pain pa7|l
    vail connue vous-mme aal
    l'aris acqurir des coniuijj
    mdicales pour vous uu
    vtre. Alors pourquoi doifl
    ralis r et confondre les bjl
    gens avec 1rs iudsirabtes^n
    a bgots et l'agota, 1
    A rencontre d-'S noirs al
    groi i.'s tr.iiigers, vos pirise]
    mis dites vous, les bluutffl
    gersi vos seuls amis, n'ou
    cU<, bien "liilmen votre
    par exemple eu ib72 soutl
    Ic S igel e' aussi en uB
    Simon Sam Vous en sol
    vous ? .N.minoins voua
    raison de 11e pas leur eni
    rancune, mais pas les ptfl
    ceux-' qui partaient vorti
    ne. Sans vous cuniultre, il
    puse que vous et s un m
    plus ou inoins mtiss. ]
    Dieu ipiil soit toujouni
    de parler de soi, je vuihB
    n'tre pis du iio.uured.lB
    lo ipeus qui ont explcatel
    par des lclumalious lifM
    ques. J'ai, au conlruire,Nal
    rels sei vie s votre piyiil
    plus liell.'sau ijs Oit ellj
    ci'es riuslruclion dcUM
    li.iilieuii*; et, puarin'en.*
    pj.i-er, l'il j ion ne n M
    iJ'll:;aile p ir .irrit mitai
    d il Jours UJi, vouluittej
    ui i vivant, iloauer iiwjal
    l'cole nationale du D
    oulrj j ai droit uue peaj
    retraite conloniimeiit il
    Guilbaud qui l'accorde nw
    anciei.8 in^ululeurs triasfl
    pourtiiitjusquicionneal
    n que de l'euu umte de m
    Four eu linir.sach-iqjw
    un vieil a.ni d'iluiti et dj
    tiens, pas seulement cMJ
    m us pirtout o je les ai aj
    chs
    N'tant pas non pi' jl
    geur de blancs, je n* dW
    cunliomine, quelles qufj]
    couleur tt sa naUona tM
    leurs Dieu nu couiiuii^u1
    moupochaiu:jedoui
    Je ue nie coiUiuM ^
    d'ennemis dans le oa^ a
    vous qui damez q"e K
    luiipeens donne ,.^
    res enueuiis. ^^JfM
    diluu.-. me ooiiiiais^l
    nelldiiieni vous dira si J"
    ""^dePaix.J.W"
    - wfl
    Varits
    *>
    ^j
    Co Ssir
    m fiw'""1
    il J SUi'i -


    15 MaT.N
    QUINA- LAROCHE
    TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGE
    Recommande par tons ! Mdecins
    I,r QOiN*-LAOOMi trs agrable au ;r,ftt. contint ton* mm
    principes il trou meilleure tories de jninquinn n e-i : m
    s 3 p.-ri i-or a tous les nuire loi de quinquina et ei i ri unrm.ml
    par las ceiiibrili1 mdicales du monde entier cumin.' la Tom me
    U AeoosMtlniaat par exoeUeoce daus les cas de :
    FAIBLESSE GNRALE, MANQUE o'APPTIT
    DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
    BELLE POITRINE
    as deux mol par Isa
    PILULES ORIENTALFS
    Ut is'.Maut. reeouillasut lit mt.
    Mlscsut 1rs UillU* OAM'I .
    ei-uiit* ri doutent sa bo-lo na
    r... i -m ,p,i .,_,->in|
    ubiuiui pour lt unu
    J MTif pt~ 4'.B rti Eliiitr,rVi
    A Port- Pu tl
    rfijim,,, \ 11..-1 i,-ii
    M louis, iiuiu... j,i .,
    Royal Caf
    M t*Tl DANS TOVTIt \&i BONNCS PHah*.i irI s
    tUflTH Vtlimil QOiWA-fcAHOOHB
    MftM
    - r <>
    y Condens Oanois "mm"
    ! suprieure
    de rival.
    ini l'ont d-
    m n'en veu-
    d autre.
    Ncomniaii'lt'
    puret et
    ration liy-
    J*. CONDENSE?
    sfANlSH Mll|
    's
    t..
    i
    DANCOW i
    1
    En vente chez
    CI. faCOU.ttt.
    BllMadalCo
    Simon Vieux,
    Alfred Vieux,
    Evarislo Al va
    ivz, Lope Ri-
    vera et dans
    toutes les pi-
    ceries le la
    Place.
    esgr de Requiem
    Il > ihanM. en | | |.\, B| An
    "f. ': imitili buii .ul i... r.nt
    il li ures du inaiic, me mo> 0
    wm el e d Hequiew (onr le rp m
    di l'Ame de M. Jogir., C .-k
    Dm,
    U I"; mille .Ki regreU funt prie
    lOiii amis de eoneid < r le pr
    uni avis comme intitation.
    Port nu Prioee, le 1er ;.ol 1023
    Ellets adirs
    Se outign donne a* la no public
    que le r .Mi C. Bunny, *levdiU & lu mu.me
    d< <. 118,60 portaol U- nomlru ..
    12/ delir pai Ooauni&iou Pquiie
    'anl igar, duplicata doit tre
    rclam.
    Port Jiu Prioee - 2 Vont 1923
    f.LENCll LX.losi.i'ii
    Le iccpist luivant, dlivre
    l'eu mon lils, tant adir, est d-
    clar nul, duplicata devant en tre
    dreea:
    Commi>>ion Sambour No f3*0
    Alfred Du bote- G 171.15
    Port-eu-Prince le 2 Aoul 1023
    Mme Vve Alexuu Ire DjbuU
    fcn lace c'e la Eaaqiie Nationale
    Pro; riU*r : Annacius I.WOCKNT
    Ce nouvel tablissement se recommande par nu service
    irrprochable, des consoniniatioiis de premier situation privilgie.
    Le soir, musique attrayante dirige par des proie**
    sionnels de ipand meiile.
    liistullalion parfaite. Prix modrs.
    _________________Tlphone X 393
    ^. ni.
    Colombian Sfcauship
    Company lue,
    thw dWjpap II Stoiriin -SturoMp Goapui
    Inc. pwr iinrit h tMtol Stitii SVpiIm
    Buird to.
    Lu ! am^r BOCOT.l //i.( / {se?
    iV*tf> |o-', / rur |o^' tvi #!?'. p*< aC
    fentl c (rnin/j 7 1r*K / c/nrlt a te
    mnifl /iu p ur K*i,g (m J u d (tu
    por. * li Colombie prenant fr / o l on P incp, h 3 Acl 1923
    fiLISKK"BK!K S1Ta elwira&Coin|wnj->"'
    ever drlnk H ? 1 hon nvvait the elilpineni 0f
    j Bille l.ahal dear tliil vvil bo Itre nexl vvcck.
    rCal> and llotol vvlll stock it.
    ithala?; vvorJ in bout* a ;i every bottle bring.
    [.Uetouier.
    Vf.Qiiinliu Wi!!i i:iis,A j *
    Mwftiser Ki o
    Idijikgolte estte llire? Vlteniaz tloi3 la Fron-
    II Label UKKlt qui sera iol la semiiine proeli.'ti-
    "Jdez da is le3 i af<*3 el II HeU on villa.
    itdala bire est un3 rclame me ne.
    W. Quiulin Williams, ageol
    au soussign est n lire.
    Port-au-PriuM h SI InHIel 1021
    DKVKZE V\I.K\1imi'\
    i
    Le plus puissant antlseptlQue
    Sans Hercur ni Ci.-. ro
    aulTjnt le trsTU de M. roUAKD,
    Cblmlate de 1 Xu.tltat Vaste ur (I0O7).
    Dtruit instsnltni,ment ton les MerohM de ls ,
    **. du Cbolr, lei Fivre; liimrrhmtM I
    at U; .fit.rm des Pays chm -da.
    Mittarni vvCKirMMna
    Indispensable eutn les Epidmies
    SOMB Vos grande onlileree dans
    a Ittra d'ean poar toae las usages.
    ocuu d. reaaBauaa, na n BMaka, mt j
    bbbbbb ta ii.nw | Tsataa 1m Pua.u >..:.. ,
    contre
    la
    CONSTIPATION
    preuee les
    COMPRIMS
    SUISSES
    i DtLORT, Pharmacien,
    tli*. Au* Pn/ -A loin*
    C'EST LE MEILLEUR
    DES PURGATIFS
    PORT-AU'PRiNOtl
    AU.PFTU8; srmcie Al.BF.rtTINI
    l'h rm.o.- du D- Justin Vi A Kl)
    9* tft- f#. /-. hiirr.. J'h'i n "'.
    I eterie de la
    liti.htj Scolaire
    Li tirage de celte loterie aura
    lieu le 1 i e oc mois.
    En nooiq ence. il esl lalail m
    leinenl un dhi de S jeun aux pr-
    M.nu.- qui '>a| eu A mineur dci bil-
    le!- p> ur \.-.>,.r la 'ni.ul.tnl dea va-
    in.. s renie.Ilie. Mr le Ti.orier
    I. P. M.vil,.
    Ce 1er Aot i*:j. LE COMIT

    Leslprudeul d(acbeler un a ticle par son nuin
    t
    Wspeu tliiommes capable de
    pneu en le toucliant, par son
    'Jf" apparence, ou par cuite
    mpiMlieielle.
    W^ Cfilaiit trae.pierir v que
    ,r,,z qu'en aelielant vos pneus
    ton..
    hodjear A,ile rfarii Pes-
    jw il un tju.nl de fti*el d'exiatanet peii-
    danl laquelle il b*oI distiniju par snm
    service conomique et durable.
    |ue c nom aotl voire guide dans Fe>
    c' at de vos pneus, da potte lacon voua
    serez eertain d'avoir tait une bonne
    affaire un prix raisonnable et, qui
    vous donnera satisfaction.

    GOOD fAli
    *ta VTest Imlies Tradiiifj C
    l'on au Prince. $ (jtonaiveb
    GOOD TIRES
    Ed MEVS
    Pari au Prince*


    s*JMW


    ONAL1
    lave le sang
    l'humail*mes
    Nvralgies
    G >utte
    G. a Y elle
    Artrto
    Sclrose
    Obsit
    C- *ul 'este- ;p ta lu ni :! "..*,!? iuril>Jemrnl
    d- rtr* l'friMnbHment de>#
    if/-ti, if .irlc** ei l'ob--.!* *o;t
    f.!r.i'irj),'i d'elda u#ia)ue)i
    . prl*o -ir tv/tre orfjhi'.i i*,
    \i< <*-i r>.-r rnli<-.
    . > KULCN li.
    | Indmitnn principal'. de,'ri t
    irsiifii?rii de 11 T*i'f telrv*, cot.utt
    vjr.i f-iii > tmptcr.si la Mlae>flCI II
    I* dveioppenmn de lllni art*'W-
    I A la otrtnde !.' prewtrosi, l'acie
    rlqu ftuMM le eui laC'^ tf t'^'vpjr-
    tentto:i. on devra, avant IWU eut.a
    cnose. luiier ncrfiQufittrnl w !r*;
    .uemment contre la ri*n<'n d cm
    Frlqiie dana rorganlame en niployam
    C'rodonaJ.
    ProfMMuf Mmu
    efof ijf ma ibi a t umtrft u MMM
    euo' Chatenla TtliwiMati *"

    r mat irxrM w ',rl" r'""- ,on'
    UlAL I HOU i 'vr litae.o-*e:Crute.
    Menue i ' ni"- i*iiui i-n.r ii iw i' unie*.
    t iKvrrM :>'-' etlnum Rkvna-
    LIRTwvbwm i -' M N
    a> i
    \ SlUamt & Ilouet Agents Gnraux 1720 Rue,lu Magasin tle l'Etat
    |MI>W>H..
    Paul E- Mila
    Avec les arrivages des derniers bal aux noire stock est presqu l
    aOUVP.U*
    Nous ii'eiiunieroa ois. qu il vous suffise dr savoir que vou-pou-
    Tei iro j"(r iu.il ce ti ci a de uio.ik.uro coriui
    lieue qo6 Uns les spi laun* nuravftfluairtiyou Jaus iMjMetaca*
    qui donnent pour lien
    EpattDii 1 sont ut crpes de chine "uprieur* Soie 'val'c,
    Tieeui epoi.fi** laiiittiMi-, Pi ".mena couleur, S -unera pour h**txiu es
    't Hil9 : l Juui fcou liera \ oui IrUUnW, Puulieta itlililS, l'un-is U
    I IL! ri- P u: i.iink.s |0 P Chapnilftt Mupe.'U* Ut:alU lit" d'il H ht)
    tour huutues fouies girruio'ei poui n < b u.. il r.pta hiLaua
    r> ktni ou or, banutai,x, fc^'amaUr. liu.% bas de suie tAiia, t'a. ma
    Stfactl des li.eilitLle.s Iliaiqt fcalQf?u> ' i1'* ! Utdoure
    Yuiieziiolre depol de meuble?, mu, aiiuoii.J, caiptta de
    PAUL E AUX1LA

    ,1 r' ..;


    5.
    LfcO 80UCIS
    ci'?s mc.\a^fs
    . .i srntee Us effets du sunnctiags
    , r -i tout voui tee courbature cr
    i eura qui voui '< nt flchir, ou
    ,:. . ite ; tre maladie dee (emmes, n'oublia
    pui i centaines de femmes, une fois souf*
    , . e vi us, ont retn uv leur saute en
    prenai Compi situ a Vgtale de Lydla E.
    Pinkha.'n.
    Ctllc feCMn a retrouve? audl
    ....'. ,.- ]t- voua n'w v
    , ..-s !, i i i opnaiuaRC*. Ma iMiti rat ntvnua
    ir piu six Votai! <- b '
    I >;i a r. Flnkli im. J'ul toujourewuf-
    : b A ' ','' M '.'>?' CM .' I I IBM tt I
    dru n ,j i :' wi"

    lrv9!'< r
    ..... mi mi ;
    |?f,| .,....
    .
    > .

    X

    c
    es
    Comi ^
    de




    Voici une (eaane Igee !i 79 ans
    qui t t. /-/>. rtku!*irM et DORSALE!

    *!_,_. VJ.-f
    H

    -v
    \
    ^
    MADAME WTLD now crit :
    "Umlt ,,'uMeur, Bn, ) ioulfrala d,
    linm Uaulcurs daM la .loi. dnm tout l
    corpt et dant toua In membre* : Je oc pouvait
    pli., dormir ni marcher ^r. .,., CocMaMl
    ilacteter u flioon de Kilulea De Witt t
    h premire doee me procura ua aoidanment.
    apMa ua aaaai de trou Joara. Je me^aenuia
    Vllraient mieux et mea terrible* doulture
    actencurea m avaient dj quitte ua tel
    e.u.t que j'tait devenue comme une autra
    ,ura,e- ,J ' * de 79 ana et, 4 l'heurt
    actu. lie. Je me truuv* en parfait aaate "
    4. Worpole Road. Wiuibledc.n prt Loodrea.
    Let trmptomet tuiranu Indiquent toua ua
    taauvaia tat de reiua : douleura dunale> ;
    enflure dea pied, dea braa et dei jambe* ; urm*
    trouble ou ruiaantt ; douleur, dant 1rs mu, let
    et dant let articulation* : K, i,i daagral.le duat
    jU j BBt "tl0" gnrale d'irritabihU
    a de dpprewion morale Toiu ce* maux et
    anutra cet douleurt tont l'aTertiseement de la
    nature, roua duant qn* le* ratai et la veaaia at
    *.m d'tre .timnl.
    U tmoignage apontaa de Madame Wild
    ait retaortir clairament le fait qn* let Pliulta
    De Witt conatitueat 1* meilleur remde poat
    v.trr ou gurit ce. terrible* afi.clwa dat
    HM et de la r
    Les Pilules
    Le plot grand reande da monde eatlar aoaa
    la* rt.Ln.utum*., let douleur. dnrtaWa. la goatla.
    et raideur dea arriculatiava. le lombago, la
    aterrr et toaa lea autra* daordre* provoqu*
    ar laffaibliaaemeat oV* rata* et de la vaane
    I*. Pilule, lu- Wut K>nt en \cui dan* loule*
    le* pharmaciee du monde entier. I.e grand
    flacon en contient a fol* plu. que le petit.
    Si e.nt prouve' qiel.tue difficult' 1* vou
    procurer le* pilule, autbenli.jue* ' lie Vt'ui -
    .Ireaaei v. a je.-um KtmM. l'ori-au l'uuce.
    Brtv.-i impie de capacit
    Brt'vcl sujmm-iuui'Ji capacit
    A Tendre limprimaria
    i IIEBAQL.T
    IHI\ PalM TS
    ^ ouVeajer /1 II rgcii m.
    Hue iln lie rvow < u d i
    Doc eut A '"./
    *1N
    HEMORRODES
    Our.aon certain al complet* pat la L N
    MOHIlt UHrOLirf
    osm 10'j.duu fe Hffut. m
    uktrat*". ocra , w tum-i^t. MMAI .lea.)
    (irand Molel de Fri
    a?ifi ; ar ru situation unique au centre des affaires te
    plus que Inmai* au public p' d ?e nombreux et dui
    doursi I.UISINE aot'vne^ et tout le conforlabl*n^cemt
    geurs de (Commerce tt pa ticulireynent aux commerant*
    3 Po'-nu frinte.
    L** iel (hbi va* Gillonj
    Batiqii g de* Vin d Horieaiit
    POH0 el Hianc.
    Ces Vi'i fif-tiritrif t ttmmt du HA USA C e> tm
    iuidefratstn nom pouvons le prouver par dm CbRTl!
    n .s tenons toujours la disposition des Clients.
    Champagne et Vins Mousseux
    n.odtrx. Conerves moutardes fj
    aies, premier chiix ,
    Million Slioe Polish
    Company Ii
    New- York
    Si VOHi U0tU{ bro'jgr [i aM Jf M
    *t ma* vhaH 4M un bn.Uiu lmm\
    S^ ujui vo.tl$t Li couleur tt la sonUltmi
    .o i in 4M peu ut Ijiisuinf, e*M* k
    MOSOGRI'
    hahnqut tp4maltmenip "r l" &*** *l I ?*thm"t lu bifh jf
    bile rote la peau de* en maures route l humidit el la cbalm.
    tilt ^entretien! leur souh'esse et conserve leur brillant.
    OtmanJr\ la tuarqui vtON J3R\v|. c est la mineur de toutes la
    Geo. JE NSEMl Aeo'pow
    QUOI QUOM D1SH
    QUOI QU'ON FAS!
    Le Rhum .arb ncaiirl est
    e! sera toujours le
    Jnphcnolas & Disques
    Columbia
    fflsL
    Aotiielleiueut en stock de superbea petite*
    nos Columbia, Nouveau {.Modle.
    .hix. m.du n s
    Nous avons nussl ni .stock n part d'un (1JJ
    veau assoctitiieiit lie dis(|tics, trois autre d"
    yran.leurs ik'i|ra|lionoias <|tic nous oflroiiM"1
    leurs au prix trs raisuiinuble. -*
    I r af***ltf. c itn-i,GGERHOIH
    Hue du (JuallGi
    Pharmacie W. Bufh
    Por^aumPtuee
    Fournitures pour Laboratov
    fat1
    Lampes n alcool, Itallons en verre, Verre gi*adttr[ 0t
    a i a.wu. Alortiera, i-.ntottuoir oa veri'-J.i^P1"^^
    etc. Hurettea gradues de)SOC. Cet SapPorU"
    I amas et lamettea pour m croscope
    Couleurs d'aniline et ractifs ^H
    Solution de \lay-irune ali et tablette de Jaa
    la coloration du san |.
    UiUa'" Irbuohet nickele. m lLttt0**]
    S Ma,a da 1 25 et da l 100 CentiF*
    J


    University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM