<%BANNER%>







PAGE 1

II MATW AN doux pays, cet accoid mettant fin la guerre de tarifs sur les pro duits de la soie qui dure depuis 5 ans. AIX LA CHAPELLELes autorits belges ont l'ait expulser le bo rg iHesliedc celle ville et cinq mena* bres du con>eil municipal, aucune raUon de celle mesure n'est donne. DUM^ELDOHF Les troupes fran0ii i ont occupe les mines de char bd i de Dorstlieid. Ds leur arrive les mineurs ont abandonn le Ira viil. Il leur a l lait dfense de ren lirr dans les mines. G8LMVE -Le rapport du bureau ia inalional du travail tommiiiii que .1 la COOfrtoef des experts, qui tudie les moyens de fournir de 1 oc eupalioB aux pensionns de guerre, ••inn dix millions le nombre de soldais blesss au cours de la guer re et qui bnficiant d'une pension de leur gouvernement. PARIS —l'le dpche de Rome •Quoi ce qu'un groupe de tOO ple rins et parti pour Lourdes o ils vi %  itarui I la clbre grotte. Le Prsident de la Rpublique a reu Rambouillet M. Fujiyama, prsident de la fdration nationale de* chambrei de oemmaree du Ja po'i,(|ui lui a dit que bien qu'il n eut pas il'mission officielle, il avait dis Eut eu France le neaaeil d'un DOU vel Bccord corn merci il entre la Pran ce et le Japon peur faciliter Je coin nien > % %  nlre les il-, u\ paya SAN Mt.V.NUS'lu-L amlioration dans l'tal ilu Praident, signale hier >"ir, s est maintenue pendant Il joui ne. ROUE— JorJaneky, successeur de f u Voioveky, la tte de la dlga tion i mini relaie russe, aat arrive .i Rama. H a dclar qu'il avait toute autorit pour ligner, ici, la connu tion di dtroita turcs conclue Lui sanii' C0.\STANTWO?LB L'appllct tion de la loi interdisant la consom malion des boissons al ooliques Constantinople, fixe au 1er aot, a et n ore retarde d'un moi- pour la %  ', me fois. La censure sur les Ict trae cl les journaux a l supprime. R( iVlK— La commission Jilalo you goslave qui essaie d.iriivcr un ne cor^#wteeur les questions pendan les. k,es dlgusdea deux commis sions uiilisenl la confrence pour reaae r r les liens d'amiti entre Ho nie el Helgrade, si l'un oui comme. ci il e-i galement discut. TAU.' NTL — Dca peines variant de 1 ;\ Ji) mois d emprisonnement en plus des amendes onl t lofli ges pat le tribunal a 3(1 fascistes qui avaient forc leurs ennemis b tire d s breuvages nuisibles. l'i'll IN— Le Prsident Cosgrava a annonc bierque la dissolution du Dail l r ean aurait lieu probablement cette semaine. L\ HA!']— L n parti social dmo ftratiqui de la cli imbre a refus 1 in vit il un de collaborer avec les corn muni.-lcs pour provoquer une session extr ordinaire du Parlement en vue de di culer la crise ministrielle r aultaid de la dmission du ministre delinances. IMMK — Le snateur Cordioi a li nomm ministre de l'conomie Dalionale et la professeur erpierl, Sois <• e '-laire d'I-'.lat. lu nouveau mi'i i •• remplace ceux du com m* • %  i de l'i.i laslrie, de lagricul tu e i ii [ra* il. Les Cours NEW YOHK II Franes 17.14 Sterling I.K7I8 PARIS 1er Dollars 17 29 Livre79 13 ••*-i ^œ&smamrzKœ^& m m & xsai a iqu&s sasj i .u. i m.". Elections CommunaUi Sollicit par un groupa Imposant d a i. le H lin Viiii ml a ccapt por cio ii i durs m actions de l M vii proch lin. M Vincent a dj occup i avec 6,-1 i i %  listiuciion les i metions de \l uro C ion in il el l ail Port a i Pruica -e rappelle 1 s initiatives qui 1111 epril poui l'embellies m ml et I b en tre le la Capitale. N s meilleurs VUJUX i'accompa gnc.it. Convmlmmomntm w -cuverez les forets perdues en prenant I t EMULSION SCOTT a!:< t Ionique par excellence, et trs facilement bl, proprit qui a recommande aux estomacs us d :!icats. %  Fails el geslcs Maxilion Rjulin esl un homme pratique. Manquant de certiins ncessaires, il trouve juste Je renouveler sa garderobe en prenant le Excellent Pierre,sans son con* sentement, les articles suivants : une paire ilecliaiissuivs. une chemise, \m costume, un pantalon et un peigne. Lr iriuiinal rprouve de pareils [">>"• l'-s et envoie boulin rflchir en quelque part. Josu valeiitiu n'est pas en ordre avec les rglements sur la circulation des voilures. Surpris par la police conduisant sans licence rauto .No 7 et, en se mettant au milieu de la rue, Josu %  entendra dire par le juge qu'il ne fini pas hou ,|e se mettra en travers de la loi. —Au Faubourg Salomon, Loui seJrmie fait des injures gratuites a l'euJroil de la nomm Lucie Fr.intain. Elle est rappele l'ordre par le gendarme. %  — Ailroitciuent Antoine Lucien enlve une gourde de Kdnond Pierre Celui ci nu se laisse pas faire et met la'police au courant de retle mauvaise plaisanterie. Lu cien explique son cas la Justice. — Marguerite Jean et Justin Jean froissent par leurs propos obscnes les passant*. Ils oui t conduits par levant qui de droit. — Amlie Primenol el Julia Sillilaire se font des changea de mots peu ten Irea, comme cette petite sciie assez aaagrable dgnrait en voies de fait, la police dut intervenir et le juge lit... le reste. — On ne trouble pas impunment la tranquillit des rues.Pour ne l'avoir pas comprit* Itfnia Dorlus et II ise Joseph ont t arrtes par la police. Aucun navire tranger n'est autoris %  pntrer dans les eaux ter rilon;iles,n''ine s'il n'.i son bord qu'une quantit de spiritueux' limite pjur les besoins de la traverse ( sea-stojk ). l'iliu, les reprsentants diplomatiques dment accrdit* continuant a jouir de leurs privilges: actuels ^ %  •^ La prohibition aux Etat-Unis M. Mellon fait publier les nouveaux rglements .LONDRES. — M M illon, seertaire du Trsor des Ktiis-IJnis, a l'ail publier Washington les r" glameots ie pr mibition qui devront tre sirietein ut observs par les n ivir.-s trangers pntrant avac des cargaisons de boiasons alcoolique! dios I •> eaux territoriales amricaines. Celles-ci comprennent toutes les eaux sur les nielles les EtatsUnis exercenl un contrle quel* csn tue en tant que puissance sou veraina y rompus l-s porta, baies, golfes et points de rel ma . Les btiments trangers oi non dsirant des Spiritueux pour des besoins m beaux pourront o'a mir des autoris liions spcial des foncti innaires I ta s srvi • s ,\ • l'hygi ie se trouv ml liipie roiivoijuaiit l'Assambl l'extrairain aire. Une ('oirims-iioii tonne daaCoa* eilir^ Leaeouflair, Prauoia ci Georges SSoray, est charge le rdiger I rpooee ai 4eMlo ili i dus i.igales, une uteulion spciale e*t due aux oeuioiseiie Uibrieile C,. |, qui a tenu avec beaucoup de talent son rle de la Comtesse Oascarina. Belle fMe oi> grands et petits se sont amuss durant une longue matine.— Te us nos compliments aux demoiselles Dup et ft leur personnel. %  fianailles Nous avons reu de Petit GoiVl la carte le liane tilles de Melle Anna Michau 1 avec air Klebar Desvarieux Meilleurs compliments Les Crdita de la Unir La Lgation de Fiance nous a fait le plaisir de nous envoyer une trs IntdrO—aritfl brochure intitule t* Les crdits de la Ithur el lea manqne ments de r.\llem:igne . C'est le discours prononc la Cli l'libre des Dputs le 22 Mai lOiJ \>KV M. Louis Dubois, dput de la Seine sa moment de la discus aion du proj I de loi portant oaver tureet annulation de crdits pour l'exeivice 1U2H, en vue de permettre l'application des mesmes prises pour asMirer l'excution par l'Allemagne du traita* le Versailes. Voici lacon eluaion te es discours document : '• Si, en lin de comp'e, aprs des rclamation* successives adresses non s ulement par la France mais par les alli*, la France accule l'ettr nit q ie vous savtt, po ir sinctionner ces lcla %  alions. a dn, en raison de son effet t etd j sdou loureux sacrifices au elle a consen tis. prendre tes g ig;s daccoclave: 1 un le ses allis el l'aire acte da vo lont vis a vis de l'Allemagne cri ni ne le et flons, el c en avait non sea lemeni le droit, unis encore le de voii sirict et pour la dfens d s in t r t s mmes du piys et pour la d fense des intrts du monJc. La conscience humaine exige que le cri ni l'i il paye, rpare au moins une partis— une trs petite partie— des crimes nu il a commis. •• Ce droit, personne ne vous le conteste. Il n'est pas contestable d ailleurs* Le trait est l On a tent d'ergoter pour en tourner les clau ses. Il a t si^n.l! faut l'evculer". Nus rem-rcions la Lgation de France de s m gracieux envoi. MR9U Les Assises Faits el Impressions La troisime semaine des assises u'a t marque par quoi que ce s lit de parLculiivineut intressant. Lisrfulealli.lv de q,j |. <| l'un, io t ince entendue p MI 1 mt r s quatre derniers jours a t tvlle eu abus dd coili tuoe dirige par divers m ni I uiis de Air Arislobule Vloise contre leur muni itaire. Abstraction f.iile de l'incidont soulev au .-iijit -le la caution h dpas'.rpir .tr U I i le l'un des plaisanta, du ^i-aul nsmbreda t uotoa ata ei de la bataille livre pul'accuse l'acte d'iecusal i. puli il, au j i,': I In.lrueli i.i i I'II cousi 1re a n u ; j'i i u m > i rj MO JII in 50 n i -te il d i m ii is pi ii: i iro c > ilre Lu q i i les pltii 111 e ix .nS n 's. ,, \ B'J rel %  11 JJ csd i aiii %  \ i \ u r *i | i • ,i. u I or I d (li ,'d. r \> %  m u 11 parit vl letl'i i li: •[ ', i' l |f '.S-. I '.llo/'-i IMC I % avjMi-. I • la d feilS '. n il i u u ,u Me Dl'li'-nue. O.t connail |*j saites de cette alfatre... i Noua n'avons ajouter aux cousi lrali ms dj :msea et qui dcoiiliiit I -s laits nots durant ces JO.irnt de li pli lition, que ler-inirq i •ssuivaul :s L; j^riu I n i.n'.ire de ceux . reco.inittre ef d : pr icla n *.r l'vid >nc Ja la brul il i el rvoltante cri ni n dite des l'iils q le r taient reprochs. bn ce qui c interne leur ens eus.tow, preaque, pas uoe pr* M U di ni, pis il l RUppOSittO 1 fil I wr lue ir; et il m certain que I ^ 'ni ,i\ icea lit'. m iiit-s re1,11 ; 11 "i > i tel l'entre %  n o ii -i • )-,:• -1 H p > i >'i|aa n tfi ; ,"" : |u ce l-eoula t dtt liits ay.i al pr'cH'. acco DjMga ou suivi • crime reproch. Aussi la vulganUdal quanta, le choquant -doublier qui! y a de* j tt'llement mauvaises qu'esal dites p rdues d'avance *M pour celles l. tout letnfl I tll'ort dployer est pourl ver, non justifier un ciJ dont l'acte est rprouv si conscience gnrale, maisil yer le jury sur le tas du mal ou de l'anormal, victime pal d'une hrdit morbide oui dfaut absolu d'ducation! cdle catgorie d'individu* al peut faire appel qu' la piti] juges eu invoquant par eus] les mauvais's conditions (bai quelles de tels sujets ont M dans la socit. Il parait vrai que dans les cas de ce geai est dilticile, sinon imposHM faire mieux el cela, sous N d'avilir son t dent, de rester m mme au-dessins de li Bfl de passer pour un dafljl orateur, qui, dans un d*j coupable essaie de reaire %  aimable J Quant au jury, onavaitM tude de dire que c'est uiwijj tion trop avance pournoolli vre accomplie par le deiasal nous venons d'avoir, pioel contraire Ce qui reslevraj que maintes lois, des \nm chargs, de par leurs looCBJ de la formation du jury —Jj soucieux d'une popular.l m ne que de la siuve^arde j J scurit de li socit y 1 entrer des inconvnients M jeure partie. Parfois mme j yait au rang de ces pseulo M sentants de la socit dniHsa ques ca Milles. J Aujourd'hui on v n, j5J3 que les fonctionnaires pfJJ au servies de recrutement *n f riner fanB que son Cabine t j^al Juillet nu (> Aot dev^t ^ con^ ptiidant c-^ pac^ Messe de Req^ llM.rachi.il.w'ySsi ne. le .ner-red.hj.it so ^ six II ures ,1.. m .H. u lt Port.aPriot*."""



PAGE 1

WM+TH BONNE NOUVELLE [e voilier de planches carlelages,(te'Ia mai' Ed. Eslve & C est i\ avec une cargailis assortie. Banque Nationale DE LA lui CcndtDsa Danois "Daucoiir" HHperieurc, ilf rival. [fH l'ont din'cn vi'ii[pas d'aulic. eoiniii.iiiilr puret cl Ji-alioii livfi ..ONOENSED ^NISH Mil En vente chez Cli. PiYoiiiVf ( BllfJadalfo Simon fteox, Alli-td fieox, Ev.-trisio Al va 'tv, Lope Riv'ia et dans toutes les pi. VA ries le la Place. IDDIVUISKU LEMt r.|. • !' .l ,el B( er t,,nl vvil be he,, •* %  week. [Cale and Htel vvlll stock It. Utomll 1 VV rd hl b6el a kd every bottle brl ">ffs W.Quiiilin Williams,Ayent • lodwftiser Biie [%jgoi,l cette ltire?\ttendez donc la FronI aix-i HKEl\ qui sera ici la semaine procliuitlt'i ns les af< 8 el HOtels en ville. %  •• bire est une rclame mme. W. Qiiinlin Williams, agent Royal Caf tofc de la Banque Nationale Propritaire : Annaoiue INNOGKNT tablissement se recommande par un service fti des consommation de premier choix, sa PMgie. %  j musique] attrayante dirige par des] p roi esc J |iand meute. ^•ilation parlaite. ... Prix modrs. Rpublique dHaili AVIS Lea •> *tcur de Ittres de la Ile l • -ri > ir • i|M ti, Srie i. eaiioM .nUe $5,000, 000 ZMII Infor.lis qu'ils peuvent se pr* n guichet de la Banqu\u liOl .V (I!n publ'que dllailitaiU a PCrt-ail-P in ee quVn p <>\hic" psur toucher un rpartition eVin Lrtsctel ojo du 1er juin a i 31 juillet lOa, contre reu el sur prsentation des Reus Provisoires. Ceux qui ont reu des titres en varlu ilessantanres del j P v %  i a Miracles, lu Liiq li 6 AoUt t '-'.'- n 1 liiourestlu mttiu l,i vente au .-lus offrant -i leniier •nciriss iir. I il Mpropi i •i.'-t'on js et ' l's-s n II,I • umie .-t a lues sise a Port i; Prince avenue Joim ijrowu du la contenance de 50 pie Is Je fha le sur 1 ".s pieds de profondeur, borne : au nord par la due Avenue, au sud et l'est par ( tanin laquent t l'ouest par |ni de droit. Telle d ailleurs que cett pr pri'd se poursuit, comporte et sVt n I sans exception in rAserv •. Su la mise pr x de iroiinill.ri i| r i.ts ,|o| lais outre les cli irg la de I eueli'-iv fixe par l'expert y or 3/J hi vertu : d'un jug mont du Tribunal de l'r mire iiiatauc e Port-au-Prince eu date du ;l Juin 1V23. A la requte de MM. Maurice Henry \umas Rigaud, Mille Franchie Rigau I, propritaires, demeurant et domicilis Portau-Prince et de Air DiUbignS Ri gau I agissant tint m sou nom qu'eu c. lui de sou infant mineur dou ird Hiuau I. isstst du subro ge tuteur M, We-tcn Dauphin. Pour pli i amples renseign" aeuls, Bsdresier aux %  oussigns ou au DOtsire dpoeilaire iu cahier les charges. Port-au-Prince, le 23 Juillet 1929 (Si^n) Fiu.\i:i\r. RttUIHh Xu.MA tuoAUDi HK.MIV KlUAUn it D. HlUAUD. MDICATION ARSNIO-PHOSPHC hEE OMGAKI^.JZ le plus PUISSANT RECONSTITUANT Gnral Forurs : Ellxlr — Granul — Comprim Emulston — Concentr — Ampoules. ^f ^ a • _ nmirATiAiR) tous Ht cas ot'organismBaitltrctame AN cUin mDianoNS /^/i mdication rparatrice puissante. —Ill^ n l*bontUf d* 1-HMTOOtHOL. I MLtttEl V.|,-..G*REII (Ulmi. !ule la l'iiaiiiiicie CeulrJo %  MM COLGATE* 3 ^^^ PIDBC' DZ.VTAL CREAW • Da tellw decta propret et un garon en bonne tante. fgUaaaaH££<*; ^* ^ I BA IMAC3 y" P3 ^GTTALE ^. %  %!< %  >. I •% mn 49. f?;..,. ,.i ., (VU C-' 91 bOVLCVARO S c^53P0L PAR!8 % endool LE MraLKrn MAI...-I \ i;i MONO* Pr.iii.iib dea tn alj et toujo-irs de ; runlcn hi : %  : : % %  > / U E QL'ALIT LA KZILLEUHE K\YO.V. v ILi< I.Vl. POUR Lfcfl COLONIES DllOntlElUK, BBIUX>HlSTaBBB \ 8PC'.AUr3 Frn&(R'-e et Etrenanlres SELS 08 QL1NINS PURS fbai produite vn jbicoiu. g ampiui w. comprimes, cachets soi moft HVfODtiiMiQi M B/wN'DAGBS, CKINTUHL8. :j/.:s A VAJUGKS AfPABtOI t'YQINUUES pour tous utogr APr/--; is aarNaa#iNQMai 8mlignes tyrp a dt r m iqust PHfc*MflLiES IIE POCHF, OE VOYACr C0FFFS8 PHARMACEUTIQUES poui Uslnei, Cmnmuni, etc. P'.y'ffs de Factures el Ions r; Hsvigncnwnts mir it.-iiu.iito adresse PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMbH 8B-90, BOl'LfVMD SBASTOPOL PARIS M ^viSON UNIQUE A.-UNE SUCCL'RSAi.E u va, eai 11 rnnif Paul Sals AVOiAT RfcoLvreme. ts Coinraprcianx, Allai. t s lllrwfer. ('orrespondanta W'ashing ton, New-York, Berlin, I ondixt. l'aris. 17e FlueR ua :'l7,i'<.>i-,,u PrinM Si vous avea eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhums pour viter une grippe, prenez quelques Comprims de RH0D1NE USINES du RHNE 1 MGffnantit Dupont Agent,.Gnraux pour Hati Efleta ;(Ji es •I pouisigoi i oooe a\ino public qu lii..,', ic mu ii l.nour d "i C. Buiiny, -vlrv.ui! la omnie ,1 C I is.HO poTlaol le numro G. 727 d i l pai Commission Fquift eisol tgar duplicata doit iMre reclass. Poi t aiiPrini !• l \'.ni I0SJ MI.I SCIE! \ JOSKPH m : v "" !" (Iode et Tanin) A ta fois Tonique et Dpuratif. aVtt< — yaiolsai u6ralc G2-:adr Pormat \ ?VH lia lies u Poitrisie D'nn nom -ea'j!s, r nplace avantageusement I l'HUILE se FOIE "MORUE r.COWAfl riLS C" PARIS T TOUT.. mMtml



PAGE 1

U AjM T^f? vULti & i f'M • | .• • r M . %  Mit Hew i • -n, . /.' %  '.•. > • %  i %  l %  i •* • EXTRAITS : Œitln, %  %  Mimai, Vtolme, Cytlamin. Jaimm, Lilti. Muitttl, lui, Hfltoiiopt. Chyfin. Ttuiti Mrfunitrlrt 0< n i MMIU l&A.fc ;-1 '/o/n Grand Htel de Fram Clm par a ma/ion unique au centre des affaire* se r** plus que iamais au public et M nombreux et dislxn^ dour sa CUISINE soigne et tout le confortable nficmwt e* geurs de Commerce et particulxrement aux commerants U\ geurs a Port-au Prime /ti Ishtel dbite par GUlon $ par' Bariqw s des Vins de Bordeaux Rouge et Blanc. Ces \ins viennent directement de BARSAC e^ ipu t fus de raisins nom vouvons le prouver par des CKKftl nous tenons toujours la disposition des Clients. Champagne et Vins Mounneux modre*. Conserves mouiarde fi aises, premier choix. ARYS 3. rue de U Paix PARIS Vaillant Ilouet Agent Gnraux 1720 Rue du Magasin le l'Ftat g? se Fulloii Slioe Polish Company i ,m ii' Paul Euxila Avec les arrivages des derniers bateaux, noire stock est presqu . nouveau. ,. Nous n'euunierons oas, qu'il tous sulfise df savoir que vous poufez tiouvcr lotit M que vous avf '. besoin el de meilleure conui liong que Jaw les liquidation! extraordinaires, ou dans lcs|Maiecne api donnent pour rien. lpat Dis ? sont nos crpes d* chine suprieur, Soie lavable, Tistu* porgri lantaitie, Phimetii couleur. Souliers pour hommes vernis et jauue Souliers pour irmaies, routiers leni^s Fleun ei Fruits en guirlandes rour chapeaux, chapeaux de 1 paill i hnj d Iialfc jour hciumes Toutes psnulfTCl pour robes oucrapeanx. Iiabank %  Tktnt ou or. Bandea-x. Eventails lins. Bas de soie extra. Pailume tlecis des meilleures marquesBide ni ttlle ei Guipure. Vif Uz notre dpt de meubles, hls, armoires, car pels etc. PAUL E AUXILA Rues Iravetsire $duMayain auCtAat Femmes l'ge critioue v lll L'an ri'i'i %  : dana la vie d'une famine est jjiiniir alternent entre 45 et 55 ans.I,e 1. .m d'Age eet vent accomp ivritpMtve Mit* teta quai trri. ubilit.eHat 1 melaAcol t po dr, chaleur d liant <' %  <<, ign d %  i mm location. JkfW i './ 'f 1-1 % %  %  iSB*^— ***^-Sii! de votre. ^^^'i-V ^-?** ? -^-%" ir a a n t ; si cette y< 5 ri, OQV 11 iUque i>eut tre termine sans nnuis, elle ten ft fPaaneeade parfaite sant. I., CompoaittonVtfgtftalade Lydie 1". Ptakhame* particulirement adapte pour aldei kl femmea 1 n. ,. f. Son Influence M tait et tamequ <-t renfordel elkalde b ne '- lo,a mou de cette priode crittqur. Ce mjc*mei • , a ec dea herbea et racinej mdlcinalea et M coe> tient p .s de narootiquee M drogue nuiatbUa. Son mrite eat prouve par de lettre' ..milairea a elle ci : \ 1 o. fi.ili.S.A." Pendantd 1 i %  • > % %  '•''• tartdoteurde etdeouleiire lorade mes rgle • %  a d'eatomae. 1 1 > \ -,. %  rillule pour le F. de Lydia t • nd ... ,, mi lande votre % % % % %  • an unie* en ,.. 1 • 1 Uts v 1 • PAU .. ; dttC*J.m l3 4. \ -\ ChlH, S. A. O* lettre a .nu. 1.11 M i Inflninaei i leafl BMBBB ,, 1 .i.\.r la Q)mposition \^getale dp Lydia E. Pinkham I c %  6 ee : < 3 Lu Le Malin Fond le 1er Aril 1907 Abonnements I \ VOIS P..rl ii'l'i inre uourtfto 1 Il^pnrlpmpnls i.KO F.lrnnj;er '3.00 Boite Postale: 118 Tlrph.nnl )r /? Bureau : kie -t n friiaine: 1?.!<8. I .otei ie de de la Mutualit Scolaire L. linge de cHh loterie aura lien le 19 ie ce mon. En coiisrijiMMir**. il est lilias* 4 se 1l< menl un dlai de 8 jours aux personnes qui oui eu i>lnc>T des hillets pour verser le mont.ni des va> I.IKS recueillies Mr le Ti-orier I. P. Hsite. Ce 1er A-l 1923 LE COMIT Buvez i Dlicieuse KewYork Si vxn VJIU{ rjttjir U nu U va rii o. *-jt t/iMM< uvw un ornUnt luiaMt tl 61 tuui va •( ; la coultur et la soupUm MO\OGKA. mi protk'e lajeau Je* lausium contre l bumtoi et la ebal*. har"* bl tout* h Geo. JE N8BM Aen! poor QUOI QUOM DISE] QUOI QU ON FAS! Le Rhm BarbiDimrl est et sera toujours le mal J*i''ii ne il." irn' M>eefl Olte l>oiion inromp*rlilt. l'un HlfWi * % % %  r -t j\i< • .. I ff*nl t un pro^Hil i+rfutt, :ilr t agrfwi\ Ul'i'i : rriieiail" BrcficHu Hl d'IHoeitittn I RaprCaentania : Corapt .tr /rnnoo-Haltiao VAILLANT t HOUET, un. %  ri iifiia-d -;iii: — ruT-M-nnal Sraphonolas & Disqiias Bii'xel ftinple de capacit irevfl supritiurde csnacil A vendre l'Imprimerie t If: KAQ1 II l'IUX REDUITS S'adreuer h Dixc'ion. But ilu ne noir un d I toc eutAufay Golutiibia contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES d DELORT. Pharmacien, II!, Ru* Snl t A. loin. PA RI M C'EST LE MEILLEUR DES PURPA1IFS PORT-AU-PR1NCB Alrs.PETRUa. '' arm'ci* ALBERTIWI Phtniuiel 4u r> JuaUn VUHU a tout— |— fronna* MirmiciH Actuelle iDiit en stoek la gui)orbfa pstliea nea Coluiubia, Nouveau Modle. IMtIX. HKOUITS A Nous avons aussi en .stock a part dun tljj-^ veau assorti ment de disques, trois aiitras 1 yrandeurs de yrapltonoias que nous olfron lejura au prix trs raisonnable. tAl a \L f Pr**t*„mn. GGEPHOl* Bue du QuaMOi Pharmacie W. Bufl PoraUmPrinee Fournitures pour Laboratoi Lampes n alcool, Hallons en verre, Verres S""* J#ri l A lissai.Mortiers, Intonnoirs en verre, rp w etc.— Ilurettes gradues de 50C Ilot bupP 1 mes st lamettes pour m croscope Couleurs d'aniline et ractifs j#rjBS r l Solution de May-tirune ald et tablettes d la colcration du sanj|. Balances l'rebuchet nickeles. riti1fl Mam de 1 25 et de l 100 W*



PAGE 1

m tit te ttiX* Pjart tu Prloœ LSSUU ) JcU 2 A/** 1933 PROPRITAIRE IMFHlMEfn t Magloire luis VRNA gH Bu* Amricaine Quotidien IBLBIhOXEJk 941 La mmoire est un instrument capricieux et dconcertant : elle garde souvent avec une iidlit scrupuleuse et ridicule les BOUvenus msiuniiiants tandis qu'elle laisse eenapper certaines choises qui ont lait sur lame ara prebbion lu plus vive et la plus torte. 11.11e lait songer ces servi teurs ignorants qui mprisent les tabieaux et les statues, mais qui apportent un zole miatiga* bie laire briller les moindres objets de ouivre. grande proprit et les longs baux apathique confrre, le Dr l,eslparlisau d'une large de lerres aux paysans; ,4e reouu vler la po iti,4e l'etiou el de Boyer ; fil constitution de la petite lia peuhoitile U grande. H raisons expliquent la t 'il prend vin a vis de la iM les baux a long terme .bas sa dernire brochure : hasts asbteuons de parler [faute sur les b.tux long lemble avoir t faite i compagnies amentes. Le moins qu' i dire, c'est que celle loi I*. d'inconscience et plis lche coup port agraires' sublimes de Uoyer ; c'est uu coup au do du pauvre que le Dr Dtlencour | baux long terme pur [que leur principe est leeoatitution ei l'mt proprit et de la pe a'expliuue aussi pur artisan d on concours amricain, — a in>i que eja dit,— e t que, dans loi sur les baux long faite, prcis me IL, M compagnies an taies." Cesl lui qui [Meocour De s arrte pas procd de Jediciions. iiier Jea pesages de que c'est contre l'l u qu'il s inscrit, tout Jt qu'il est pai lisan de ""Maie exclusive, v'oici ssurplus, ce que noua W, dit il de faire appel •aauie religieuse, fran ^•u canadienne, de trap Xetje dis exactement Hle voie lumineuse et l JWfous beaucoup S pren ^ %  wa amricaines que I lanais ou ^belges ou •Saissem a foud et qu' f a ins notre milieu si fut srement que Us *J*me 8 d an! „ otrc j;ir j in >*le fois en faveur de |M, contre les baux •Scomre l'action am %  Jjnt naturellement le "•tre contre la cration ^•dance amricaine <*oiis voyez bien, mon 'fisiana cher confrre et ami, dit*il. que pour ma part la craliou de la superintendauce amricaine est u..e uiesuie inutile. Ou peut mme dite que c'est une mauvaise mesure puce que le superintendant amricain aura la raain sur toules les terres de l'Etat et qu'il subuliernisera le Dpartement de 1 Instruction publique sous prtexte d'enseignement agncole. La Superintendunce agricoe amricaine nous jette dans uu inconnu affreux, comme tous les inconnus, c'est la dcapitation administrative aprs la loi nfaste sur les baux long terme, qui est la trahison de toutes les belles mesures agraires de l'tion et de Boyer. . .Nous rcapitulons pour montrer claiiv-meiit aux lecteurs cel euchalmeut des iles et des opinions chez no>re excellent ami te Dr D.deneour. C'est pi ne qu'il e*t partisan des mesures agi aires de l'tion et de Boyer eu vue de conslitu r la petite proprit et la petite culture, qu'il esi contre Ici baux a long lui nie. Lu effet, il voit dmles biux a long terme uu instrument de spoiiatiou Ue la p liio propi l et do la petite cuit oie en faveur des grandes coiiip'guies amricaines capiialistt s. Lie est la craune de cette spoliation et de cel accaparement qui l'amne a tre conue la auperintendauceagricole amricaine, qoi. selon lui. aura la main sui toutes les teires de 1 Liai cl par consquent, en empchera la jisiiibutien, prco uise par le Dr Uaieu-our, au profit des paysans liante %  •• On le voit, les ides du Dr Dalencour s'eiicliilueui avec uue logique inflexible doul il n'est pas possible de ne pas le fliciter ; elles constituent ainsi un bloc bien lie. Mais aus-i bien, si uue molcule de ce bloc ne tieut pSI bien eu place, c'est tout l'eiist-muic rige par le Docteur qui est menac. .Nous allons en faire I exprience. La molcuie fondamentale consistant ainsi dans celte proposition qu il v a lieu de fane de laiges concessions de terres aux payasse pour constituer la petite proprit et la petite culture, et de combattre la constitution de la grande proprit, nous allons couiuieucer par examiner celle proposition. M elle sort juslilie do cel examen, la suite des propositions du Dr Daleceonf s'en trouvera toute demoulree. Mais s il n apparat pas que cette proposition rsiste a 1 examen, loul i ensemble lev par le Docteur sera meuace dans sa base. Nous allons ainsi, dans un prochain article, voir si uotre sympa tbique coufri e et ami aura Jdi sur du inur.ire ou sur du sable. 'dt g.SOIR ,trn '*re poque de Jy** l'Alcool liffs. Convocation Les membres du Comit gnra 1 des ftes du Centenaire de llnd pendaiice maonnique eeot couvo qus pour demain apis midi de i t heures au kcal du Mont Liban. Le secrtaire gnral C. l'OTHEL Une exposition flottante franaise Doit visiter en Septembre les poils de I' inrique du Sud el Port-au-Prince La Belle' ronce , qui en armement <> Dunl&rque, sera le plut lectique navire-magasin Les colporteurs el, mieux, les marchanda ambulant.pssaaol d'un village l'autre avec uue voiluie rendaient de grands services au coiisomin leur et au commerce l'poque o les occasions d aller a la ville taient peu frquente. Ce pnocipe a el frapp de caducit pour les causes multiples, mais il vient letre repiis a 1 et belle des progrs 'le la vie inoJerue;ce n'est plus le commerce d'une ville, mais o lui don pays qui eu buellcera, ce ne sont plus des village?, mais des poils que l'on visitera. l'arlunt, ces jours derniers, la runion de la socit d'encouragement l'art et l'industrie, si. Lucien Dior, ministre du lion lier* ce, annona la cration d'un navire exposilion qui fera connatre a 1 Ira ig-r les art.des qui peuvent uous a tirer le p.us d'acheteurs. Lu navire, la a Bede France , protueiiera daus les porti. de l'Amrique du Sui une exposition Huilante patronne par le prsident du Conseil, les ministres du Commeice, del Marine murch imle, de l'Aronautique et des cinquante-six principales chambres de commerce, ne gouvernement a lou celte nef uu pria fort raisonnable : l l'rauc par aj, el c'est lu crise du logement conjure pour tous ceux qui y prendront puce. Les pa-sagers -eronl nombreux et ils eroui arms pour faire une mthodique offensive commet ciab dans les piys o la De,le -France f ra escale. Ce sera doue m eux i| l'une exposition flottante : clin debaquera d'habiles voyageurs de co.uiiier ce qui sauionl a quelle, portai il faut frapper pour trapu-i" jusle et amener a bord des ami cdant leurs intits plus encore qu' la peusee de servir les noues. La Belle France %  >, qui i st actuellement eu arm m ni a DttttltCf* que, est un carg iiiixle a faible tirant d'eau, de UO moires dj long sur 16m. 5o de large >i d'une contenance de 12,0 m toaues. Ou ne l'a pas choisi plus grand s Un q t il puisse mouiller au port el enurJer quai, au lieu le rester en rade, ce qui le rend plus accessible, et l'on procdera, itt n, l'en, m ge* nient de ses s.au 1s qu pei ni ;tli ont la vente immJialc, gieo a uu ravitaillement organise, n visitera Lisb mue. Dakar, l'oiiiamb ICO, balua Hio de Janeiro, Sanlos. Montevideo, Buenos--lires, Bahia-Btaoea, Santa* Cl US, Magellan, l'uula-Vreua, Valdivia, Vaij>arai>o Saiitiagt, Coiuiinbo ( 12 kilomtres de ta derena ). Iquique, GalUo (a M kilomtres de Lima;, Gayaquil, Lstnetalla-, i'a Dama, Caitii sera dirig par M. P# apar Montagne, qui me'Ira les mei leurs vins i 11 disposition du ses bot s. Il y atiia bord un orcbeslre de premier-, prix du Conservatoire. des concerts a ix program ns choi sis, un petit salon d s lin socits — l'esprit de France est article d'ei p mat i. m — sans oublier la T. S. F. et le cinma. Celle i le, qui est ne chez nous, a inspir l'Ilaue. Le yi.dit prt ptr le roi, le frin icria i. a fait dans la Mdit rrane nue croi-i.e h ureuse o furent traites pAirplui de .iO milli ois d lirai daffaiie^ Sous Finflueuce lirerte le 4usoli>ii, une leeon l • se prpar et l' *ii,l i terre. I Km iriq le a J ipon, In i liiae mme >e .iisposeul h imiter cet exemple. L'expdilion franais, dont la lgitime ambition e-t de co-iqurir uue plugrande p'-i a sur noire march su I amricain, veut liisser derrire elle une orgauistiion apte servir notre avenir Commercial. On trouve dans son comit d'initiative des armiteurs, des industriels, des fabri cants d'automobiles et des carrossiers, d opuleu's mirchanU de chimpagne. des bieeoitiers, des chocolatiers, des pirfumjjrs et mme un fabricant de Vdporisateurs. La • Belle France • %  Mm le plus lectique navire-exposition et l'on estiin • qu'elle pourra mettre la voile en mb ••< B m >il eur veut en poape.— Rsesa VALBKL'^B. ; Exceliior i li i i !' i i %  i n ni-'i > i l'e\n >rts cliar g$i %  l< :• 1 1 .• ni i :il S de iiiiem;nt d • r \ 11 a i ; i i. Si l'altitude du gouveroemial Italien les opinons diffri m. A la cli irabre les :ommunea\ la question d s dfen^'ariennes u l'ail l'objet d'une difCUstiota. Les mi nistres seraient arrivs un compro mis laissant ni principe au min st re le contrle dt> dfense! arienne^ niiis plaant I in-lriiciion des aviateurs BO . la direction de l'amiraut. Cration de nouvelles taxes BERLIN Le cabinet a'Iemand a adopt un eerlaio nombre de lax"s iiiu I • fournir au paya les sommes considrables ncessites pur la dprciation du mark L'impt sur le revenu Mm tMgm nt de H)0 pour eent. Les ao< ils c immeneialei paie roui un" forte augnientaliun sur les lses, mais i impts ne seront pas levs • n territoire oi :up. La taxe sur la bire sera Dmeute. Par oos tu: • lie ir les e uix lriuj les sera auppl n chancelier ui...-• que l'a i IU o i de I i base l'or n'tait p.i > possible ta it i|ue la question des r paradons ne serait pas rgle. Collision de trains BERLIN — Une catastrophe s'est produite la g ire de Kreiensea bifur cation de la ligne Hanovre Cassel. L/eapress II unbuig Munich est entre en collision avec uu train arrt en gare ' heures, il cadavres avaienl t relues des dcombres. On esii ne le nombre des motls a une centime, ili b.sss ont t trana ports l'hpital de (Joettingen.L'ae ci lent serait du au mcan.eien de l'expie-qui n aurait pas vu les signaux par suite du gravier que le vent envoyait daus ses yeux. Autour de l'aceord tni'co-anit'i'icain LAI >\\NF — Les experts turcs el a neij : uns se sont mis d'accord am le texte a iusr r dans le trait turco-amricaja lequel texte laisse rail porte ouverte aux ngociations no ni %  rgi -lient de 11 question dee reven li liions ajm ii ie lieu, D aprs IN t irmes de la lormile. L fur plie el les hais Ui.is s e 14 ..• il ai iiii • I on %  .1 i uoursui \io ces n"; >•' t i is p > ir lcidei de la n t oi • i.. roi in I ie ilt MIS qui aot a I m--, .i M il aussi pour trouver une ni-tbole po ir leur rglement. L' teste %  o ujilet d i trait est actuel leuieui au secrtaire d'F.tal k Wa sbingtoa et la dlgation amricaine SttsuJ des instructions finales. Le trait accor le aux Liais Luis ia clau se de ls nation la plus favorise en toutes affairas commerciales et don ne aux amricains, domicilie es Turquie, les mmes privilges accor 1K La signature de l'accord franco italien sur 1 1 ils e.-t consid re coin ue uu des vnements le plus importeutt pour les reUU'JRI ,S


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05991
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, August 02, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05991

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
m
tit te ttiX*
Pjart tu Prlo lssuU )
JcU 2 A/** 1933
PROPRITAIRE
IMFHlMEfn
t Magloire
luis VRNA
gH Bu* Amricaine
Quotidien
IBLBIhOXEJk 941
La mmoire est un instrument
capricieux et dconcertant : elle
garde souvent avec une iidlit
scrupuleuse et ridicule les bou-
venus msiuniiiants tandis qu'-
elle laisse eenapper certaines
choises qui ont lait sur lame ara
prebbion lu plus vive et la plus
torte. 11.11e lait songer ces servi
teurs ignorants qui mprisent
les tabieaux et les statues, mais
qui apportent un zole miatiga*
bie laire briller les moindres
objets de ouivre.
grande proprit
et les longs baux
apathique confrre, le Dr
l,eslparlisau d'une large
' de lerres aux paysans;
,4e reouu vler la po iti-
,4e l'etiou el de Boyer ;
fil constitution de la petite
lia peuhoitile U grande.
H raisons expliquent la
t'il prend vin a vis de la
iM les baux a long terme
.bas sa dernire brochure :
hasts asbteuons de parler
[faute sur les b.tux long
lemble avoir t faite
i compagnies amen-
tes. Le moins qu'
i dire, c'est que celle loi
I*. d'inconscience et
plis lche coup port
agraires' sublimes de
Uoyer ; c'est uu coup
au do du pauvre
que le Dr Dtlencour
| baux long terme pur
[que leur principe est
leeoatitution ei l'mt
proprit et de la pe
a'expliuue aussi pur
artisan d on concours
amricain,ain>i que
eja dit,et que, dans
loi sur les baux long
faite, prcis me il,
M compagnies an
taies." Cesl lui qui
[Meocour De s arrte pas
procd de Jediciions.
iiier Jea pesages de
que c'est contre l'l
u qu'il s inscrit, tout
Jt qu'il est pai lisan de
""Maie exclusive, v'oici
ssurplus, ce que noua
W, dit il de faire appel
aauie religieuse, fran
^u canadienne, de trap
Xetje dis exactement
Hle voie lumineuse et l
JWfous beaucoup S pren
^wa amricaines que
I lanais ou ^belges ou
Saissem a foud et qu'
f'ains notre milieu si
fut srement que Us
*J*me8 dan!, otrc j;irjin
>*le fois en faveur de
|M, contre les baux
Scomre l'action am
Jjnt naturellement le
"tre contre la cration
^dance amricaine
<*oiis voyez bien, mon
'fisiana
cher confrre et ami, dit*il. que pour
ma part la craliou de la superin-
tendauce amricaine est u..e uiesuie
inutile. Ou peut mme dite que
c'est une mauvaise mesure puce
que le superintendant amricain au-
ra la raain sur toules les terres de
l'Etat et qu'il subuliernisera le D-
partement de 1 Instruction publique
sous prtexte d'enseignement agn-
cole.
La Superintendunce agrico-e
amricaine nous jette dans uu in-
connu affreux, comme tous les in-
connus, c'est la dcapitation admi-
nistrative aprs la loi nfaste sur les
baux long terme, qui est la trahi-
son de toutes les belles mesures
agraires de l'tion et de Boyer...
.Nous rcapitulons pour montrer
claiiv-meiit aux lecteurs cel euchal-
meut des iles et des opinions chez
no>re excellent ami te Dr D.deneour.
C'est pi ne qu'il e*t partisan des
mesures agi aires de l'tion et de
Boyer eu vue de conslitu r la petite
proprit et la petite culture, qu'il
esi contre Ici baux a long lui nie.
Lu effet, il voit dm- les biux a
long terme uu instrument de spoiia-
tiou Ue la p liio propi l et do la
petite cuitoie en faveur des grandes
coiiip'guies amricaines capiialistt s.
Lie est la craune de cette spolia-
tion et de cel accaparement qui l'a-
mne a tre conue la auperinten-
dauceagricole amricaine, qoi. selon
lui. aura la main sui toutes les
teires de 1 Liai cl par consquent,
en empchera la jisiiibutien, prco
uise par le Dr Uaieu-our, au profit
des paysans liante
On le voit, les ides du Dr Dalen-
cour s'eiicliilueui avec uue logique
inflexible doul il n'est pas possible
de ne pas le fliciter ; elles consti-
tuent ainsi un bloc bien lie.
Mais aus-i bien, si uue molcule
de ce bloc ne tieut pSI bien eu place,
c'est tout l'eiist-muic rige par le
Docteur qui est menac. .Nous allons
en faire I exprience.
La molcuie fondamentale consis-
tant ainsi dans celte proposition qu il
v a lieu de fane de laiges conces-
sions de terres aux payasse pour
constituer la petite proprit et la
petite culture, et de combattre la
constitution de la grande proprit,
nous allons couiuieucer par exami-
ner celle proposition. M elle sort
juslilie do cel examen, la suite des
propositions du Dr Daleceonf s'en
trouvera toute demoulree. Mais s il
n apparat pas que cette proposition
rsiste a 1 examen, loul i ensemble
lev par le Docteur sera meuace
dans sa base.
Nous allons ainsi, dans un pro-
chain article, voir si uotre sympa
tbique coufri e et ami aura Jdi sur
du inur.ire ou sur du sable.
'dt
g.SOIR
,trn'*re poque de
Jy** l'Alcool
liffs.
Convocation
Les membres du Comit gnra 1
des ftes du Centenaire de llnd
pendaiice maonnique eeot couvo
qus pour demain apis midi de i
t heures au kcal du Mont Liban.
Le secrtaire gnral
C. l'OTHEL
Une exposition
flottante franaise
Doit visiter en Septembre
les poils de I' inrique
du Sud el Port-au-Prince
La Belle-' ronce , qui en
armement <> Dunl&rque, sera
le plut lectique navire-magasin
Les colporteurs el, mieux, les
marchanda ambulant.- pssaaol d'un
village l'autre avec uue voiluie
rendaient de grands services au coii-
somin leur et au commerce l'po-
que o les occasions d aller a la ville
taient peu frquente. Ce pnocipe
a el frapp de caducit pour les
causes multiples, mais il vient le-
tre repiis a 1 et belle des progrs 'le
la vie inoJerue;ce n'est plus le com-
merce d'une ville, mais o lui don
pays qui eu buellcera, ce ne sont
plus des village?, mais des poils
que l'on visitera.
l'arlunt, ces jours derniers, la
runion de la socit d'encourage-
ment l'art et l'industrie, si.
Lucien Dior, ministre du lion lier*
ce, annona la cration d'un navire
exposilion qui fera connatre a 1 -
Ira ig-r les art.des qui peuvent uous
a tirer le p.us d'acheteurs. Lu na-
vire, la a Bede France , protueiiera
daus les porti. de l'Amrique du
Sui une exposition Huilante patron-
ne par le prsident du Conseil, les
ministres du Commeice, del Ma-
rine murch imle, de l'Aronautique
et des cinquante-six principales
chambres de commerce, ne gouver-
nement a lou celte nef uu pria fort
raisonnable : l l'rauc par aj, el c'est
lu crise du logement conjure pour
tous ceux qui y prendront puce. Les
pa-sagers -eronl nombreux et ils e-
roui arms pour faire une mthodi-
que offensive commet ciab dans
les piys o la De,le -France f ra
escale. Ce sera doue m eux i| l'une
exposition flottante : clin debaque-
ra d'habiles voyageurs de co.uiiier
ce qui sauionl a quelle, portai il
faut frapper pour trapu-i" jusle et
amener a bord des ami cdant
leurs intits plus encore qu' la
peusee de servir les noues.
La Belle France >, qui i st ac-
tuellement eu arm m ni a DttttltCf*
que, est un carg iiiixle a faible ti-
rant d'eau, de UO moires dj long
sur 16m. 5o de large >i d'une con-
tenance de 12,0 m toaues. Ou ne
l'a pas choisi plus grand s Un q t il
puisse mouiller au port el enurJer
quai, au lieu le rester en rade, ce
qui le rend plus accessible, et l'on
procdera, itt n, l'en, m ge*
nient de ses s.au 1s qu pei ni ;tli ont
la vente immJialc, gieo a uu ra-
vitaillement organise, n visitera Lis-
b mue. Dakar, l'oiiiamb ICO, balua
Hio de Janeiro, Sanlos. Montevideo,
Buenos--lires, Bahia-Btaoea, Santa*
Cl US, Magellan, l'uula- -Vreua, Val-
divia, Vaij>arai>o Saiitiagt, Coiuiin-
bo ( 12 kilomtres de ta derena ).
Iquique, GalUo (a M kilomtres de
Lima;, Gayaquil, Lstnetalla-, i'a
Dama, Caitii port le plus important de la Colo.u-
bie ), tlouJuras, Vera-CruZ, La Ha-
vane, tla'ii ( l'oii-tu-.Jriiice ), l'or-
to-tuto, la Ouadelot.e el la Mailiiii
que.
Ce priple de plusieur BMis, pr-
par de longue uale par nos consuls
ti atiasbss c.iniueici.iux, u
dsi connatre ^ue nos yroduiU du*
Par Cable
* Nouvelles Etranares
Le gouveriitMiiitit .-illcm.-tiul
en lace de grandes
(lilliitiltts
LONDRES \u cours d'une aan
ce. le cabinet de l'amiraut et le mi
riislre de la dfense ont longue-
ment dis-ute sur les forces arien-
nes, bien que Lord l'.u/oii nit cm
iimniqu ses oollg ies les docu-
ments et les dclarations. remi-< hier
par les ambassadeur! le France tt
de Uelgnpie, la discussion de ces
questions a t Rjoumee demnlo.
Lmd Cur/on 'gaiement commu-
niqu ses collgues la note qui
lui fut remise par l'a i baesa-
tb ur d'Allemagne et qui a trait a la
gravit la situation onomique cl
politique do I' Vllirnagur Un second
conseil de cabinet a u lieu le soir.
On fait ohsvrver dans les milieux
ofdciels brilanninues pie le gonver,
neinent allemand s^ trouve entour
de dilliculls saut cesse grandis- iu-
les et qu'il est pus-ib;e que le gou
veriiemeiil Cuno s'effondra avant
que la Grande Bretagne, la France
el la liv-lg que aient p i s'entendre
sur la jio'ili jue a ?w v,e.
I.o iniiin .lo nin oit", ici, est que
la France est iuimuah'e dans sa r
sol .lion.a l'appui de la ll^lgique. du
moins en ce qui concerne la rsis
t.nce passive el la continuation de
l'occupation de la llliur. Cepen
tlanl on croil savoir que la note bel
gfl exprime oOO dsir d'arriver une
solution du problme et qu'elle se
dclare prle i accepter la nomina
riblc-s, m lis encore ceux de la table,
dans un art o no is demeurons
sans rivaux. Le restaurant de la
* Belle France > sera dirig par M.
P# apar Montagne, qui me'Ira les
mei leurs vins i 11 disposition du ses
bot s. Il y atiia bord un orcbeslre
de premier-, prix du Conservatoire.
des concerts a ix program ns choi
sis, un petit salon d s lin socits
l'esprit de France est article d'ei
p mat i. m sans oublier la T. S.
F. et le cinma.
Celle i le, qui est ne chez nous,
a inspir l'Ilaue. Le yi.dit prt ptr
le roi, le frin icria i. a fait dans
la Mdit rrane nue croi-i.e h u-
reuse o furent traites pAirplui
de .iO milli ois d lirai daffaiie^
Sous Finflueuce lirerte le 4usoli>ii,
une leeon l se prpar et l' *ii,l i
terre. I Km iriq le a J ipon, In i liiae
mme >e .iisposeul h imiter cet
exemple.
L'expdilion franais, dont la l-
gitime ambition e-t de co-iqurir uue
plu- grande p'-i a sur noire march
su I amricain, veut liisser derrire
elle une orgauistiion apte servir
notre avenir Commercial. On trouve
dans son comit d'initiative des ar-
miteurs, des industriels, des fabri
cants d'automobiles et des carros-
siers, d opuleu's mirchanU de
chimpagne. des bieeoitiers, des cho-
colatiers, des pirfumjjrs et mme
un fabricant de Vdporisateurs. La
Belle France Mm le plus lec-
tique navire-exposition et l'on esti-
in qu'elle pourra mettre la voile en
mb < b m >il eur veut en
poape. Rsesa ValBKL'^B.
; Exceliior i
li i i !' i i i n ni-'i > i l'e\n >rts cliar
g$i ! l< : 11 . ni i :il S de iiiiem;nt
d r \ 11 a i ; i i. Si l'altitude du
gouveroemial Italien les opinons
diffri m.
A la cli irabre les :ommunea\ la
question d s dfen^'- ariennes u
l'ail l'objet d'une difCUstiota. Les mi
nistres seraient arrivs un compro
mis laissant ni principe au min st
re le contrle dt> dfense! arien-
ne^ niiis plaant I in-lriiciion des
aviateurs bo . la direction de l'ami-
raut.
Cration de nouvelles taxes
BERLIN Le cabinet a'Iemand a
adopt un eerlaio nombre de lax"s
iiiu I fournir au paya les sommes
considrables ncessites pur la d-
prciation du mark L'impt sur le
revenu Mm tMgm nt de H)0 pour
eent. Les ao< ils c immeneialei paie
roui un" forte augnientaliun sur les
lses, mais i impts ne seront pas
levs n territoire oi :up. La taxe
sur la bire sera Dmeute. Par oos
tu: lie ir les e uix lriuj les sera
auppl n chancelier ui...- que
l'a i iU o i de I i base l'or n'tait p.i >
possible ta it i|ue la question des r
paradons ne serait pas rgle.
Collision de trains
BERLIN Une catastrophe s'est
produite la g ire de Kreiensea bifur
cation de la ligne Hanovre Cassel.
L/eapress II unbuig Munich est en-
tre en collision avec uu train arrt
en gare ' heures, il cadavres a-
vaienl t relues des dcombres. On
esii ne le nombre des motls a une
centime, ili b.sss ont t trana
ports l'hpital de (Joettingen.L'ae
ci lent serait du au mcan.eien de
l'expie-- qui n aurait pas vu les si-
gnaux par suite du gravier que le
vent envoyait daus ses yeux.
Autour de l'aceord
tni'co-anit'i'icain
LAI >\\NF Les experts turcs
el a neij : uns se sont mis d'accord
am le texte a iusr r dans le trait
turco-amricaja lequel texte laisse
rail porte ouverte aux ngociations
no n- i rgi -lient de 11 question
dee reven li liions ajm ii ie lieu,
D aprs In t irmes de la lor-
mile. L fur plie el les hais Ui.is
s e 14 ..- il ai iiii I on .1 i uoursui
\io ces n"; >' t i is p > ir lcidei de
la n t oi i.. roi in Iie ilt mis qui aot
a I m--, .i m il aussi pour trouver
une ni-tbole po ir leur rglement.
L' teste o ujilet d i trait est actuel
leuieui au secrtaire d'F.tal k Wa
sbingtoa et la dlgation amricaine
SttsuJ des instructions finales. Le
trait accor le aux Liais Luis ia clau
se de ls nation la plus favorise en
toutes affairas commerciales et don
ne aux amricains, domicilie es
Turquie, les mmes privilges accor
deux conventions distinctes : une
d'amiti et de commerce, l'autre
d'extradition.
Nouvelles Diverses
K'> 1K La signature de l'accord
franco italien sur 11 ils e.-t consid
re coin ue uu des vnements le
plus importeutt pour les reUU'JRI
,S


II MATW
AN doux pays, cet accoid mettant
fin la guerre de tarifs sur les pro
duits de la soie qui dure depuis 5
ans.
AIX LA CHAPELLE- Les autori-
ts belges ont l'ait expulser le bo rg
iHesliedc celle ville et cinq mena*
bres du con>eil municipal, aucune
raUon de celle mesure n'est donne.
DUM^ELDOHF Les troupes fran-
0ii i ont occupe les mines de char
bd i de Dorstlieid. Ds leur arrive
les mineurs ont abandonn le Ira
viil. Il leur a l lait dfense de ren
lirr dans les mines.
G8LMVE -Le rapport du bureau
ia inalional du travail tommiiiii
que .1 la COOfrtoef des experts, qui
tudie les moyens de fournir de 1 oc
eupalioB aux pensionns de guerre,
inn dix millions le nombre de
soldais blesss au cours de la guer
re et qui bnficiant d'une pension
de leur gouvernement.
PARIS l'le dpche de Rome
Quoi ce qu'un groupe de tOO ple
rins et parti pour Lourdes o ils vi
itarui I la clbre grotte.
Le Prsident de la Rpublique a
reu Rambouillet M. Fujiyama,
prsident de la fdration nationale
de* chambrei de oemmaree du Ja
po'i,(|ui lui a dit que bien qu'il n eut
pas il'- mission officielle, il avait dis
Eut eu France le neaaeil d'un dou
vel Bccord corn merci il entre la Pran
ce et le Japon peur faciliter Je coin
nien > nlre les il-, u\ paya ,
SAN Mt.V.NUS'lu-L amlioration
dans l'tal ilu Praident, signale
hier >"ir, s est maintenue pendant
Il joui ne.
ROUE JorJaneky, successeur de
f u Voioveky, la tte de la dlga
tion i mini relaie russe, aat arrive .i
Rama. H a dclar qu'il avait toute
autorit pour ligner, ici, la connu
tion di dtroita turcs conclue Lui
sanii' .
C0.\STANTWO?LB L'appllct
tion de la loi interdisant la consom
malion des boissons al ooliques
Constantinople, fixe au 1er aot, a
et n ore retarde d'un moi- pour
la '', me fois. La censure sur les Ict
trae cl les journaux a l supprime.
R( iVlK La commission Jilalo you
goslave qui essaie d.iriivcr un ne
cor runie de n"..veau aujourd'hui pour
*er>^#wteeur les questions pendan
les. k,es dlgusdea deux commis
sions uiilisenl la confrence pour
reaae r r les liens d'amiti entre Ho
nie el Helgrade, si l'un oui comme.
ci il e-i galement discut.
TAU.' NTL Dca peines variant
de 1 ;\ Ji) mois d emprisonnement
en plus des amendes onl t lofli
ges pat le tribunal a 3(1 fascistes
qui avaient forc leurs ennemis
b tire d s breuvages nuisibles.
l'i'll IN Le Prsident Cosgrava
a annonc bierque la dissolution du
Dail lr. ean aurait lieu probablement
cette semaine.
L\ HA!'] Ln parti social dmo
ftratiqui de la cli imbre a refus 1 in
vit il un de collaborer avec les corn
muni.-lcs pour provoquer une session
extr ordinaire du Parlement en vue
de di culer la crise ministrielle r
aultaid de la dmission du ministre
de- linances.
IMMK Le snateur Cordioi a
li nomm ministre de l'conomie
Dalionale et la professeur erpierl,
Sois < e '-laire d'I-'.lat. lu nouveau
mi'i i remplace ceux du com
m* i de l'i.i laslrie, de lagricul
tu e i ii [ra* il.
Les Cours
NEW YOHK II Franes 17.14
Sterling I.K7I8
PARIS 1er Dollars 17 29
Livre- 79 13
*-- i ^&smamrzK^&mm&xsai
a
iqu&s
sasj
i .u. i m.".
Elections CommunaUi
Sollicit par un groupa Imposant
d a i. le H lin Viiii ml a ccapt
po- r cio ii i durs m actions
de l m vii proch lin.
M Vincent a dj occup i avec
6,-1 i i listiuciion les i metions de
\l uro C ion in il el l ail Port a i
Pruica -e rappelle 1 s initiatives
qui 1111 epril poui l'embellies m ml
et I b en tre le la Capitale.
N s meilleurs vujux i'accompa
gnc.it.
Convmlmmomntm
w -cuverez les forets perdues en prenant
I t
EMULSION SCOTT
a!:< t Ionique par excellence, et trs facilement
bl, proprit qui a recommande aux estomacs
* us d :!icats.


.
Fails el geslcs
Maxilion Rjulin esl un homme
pratique. Manquant de certiins
ncessaires, il trouve juste Je re-
nouveler sa garderobe en prenant
le Excellent Pierre,sans son con*
sentement, les articles suivants :
une paire ilecliaiissuivs. une che-
mise, \m costume, un pantalon et
un peigne.
Lr iriuiinal rprouve de pareils
[">>" l'-s et envoie boulin rfl-
chir en quelque part.
Josu valeiitiu n'est pas en
ordre avec les rglements sur la
circulation des voilures. Surpris
par la police conduisant sans li-
cence rauto .No 7 et, en se met-
tant au milieu de la rue, Josu
entendra dire par le juge qu'il
ne fini pas hou ,|e se mettra en
travers de la loi.
Au Faubourg Salomon, Loui
seJrmie fait des injures gratui-
tes a l'euJroil de la nomm Lucie
Fr.intain. Elle est rappele l'or-
dre par le gendarme.
Ailroitciuent Antoine Lucien
enlve une gourde de Kdnond
Pierre Celui ci nu se laisse pas
faire et met la'police au courant
de retle mauvaise plaisanterie. Lu
cien explique son cas la Justice.
Marguerite Jean et Justin
Jean froissent par leurs propos
obscnes les passant*. Ils oui t
conduits par levant qui de droit.
Amlie Primenol el Julia Si-
llilaire se font des changea de
mots peu ten Irea, comme cette
petite sciie assez aaagrable d-
gnrait en voies de fait, la police
dut intervenir et le juge lit... le
reste.
On ne trouble pas impun-
ment la tranquillit des rues.Pour
ne l'avoir pas comprit* Itfnia Do-
rlus et II ise Joseph ont t arr-
tes par la police.
Aucun navire tranger n'est au-
toris pntrer dans les eaux ter
rilon;iles,n''ine s'il n'.i son bord
qu'une quantit de spiritueux' li-
mite pjur les besoins de la tra-
verse ( sea-stojk ).
l'iliu, les reprsentants diplo-
matiques dment accrdit* con-
tinuant a jouir de leurs privilges:
actuels
^^
La prohibition
aux Etat-Unis
M. Mellon fait publier les
nouveaux rglements
.Londres. M M illon, seer-
taire du Trsor des Ktiis-IJnis, a
l'ail publier Washington les r"
glameots ie pr mibition qui de-
vront tre sirietein ut observs
par les n ivir.-s trangers pn-
trant avac des cargaisons de boia-
sons alcoolique! dios I > eaux
territoriales amricaines.
Celles-ci comprennent toutes les
eaux sur les nielles les Etats-
Unis exercenl un contrle quel*
csn tue en tant que puissance sou
veraina y rompus l-s porta, baies,
golfes et points de rel ma .
Les btiments trangers oi
non dsirant des Spiritueux pour
des besoins m beaux pourront
o'a mir des autoris liions spcial
des foncti innaires I ta s srvi s ,\
l'hygi ie se trouv ml port
Les vnisaeaui de ku irre tran-
gers naviguant dans lua i\ ami
ricaiues ne loti p**ounis aux
rglements de prohibition, ainsi
du reste que les navires obligs
par la lemptS elieiv.Iier refuse
dans les eaux ou le pjrts des
ftai?-yia.
Conseil d'Etat
On a ouvert aujourd'hui la Session
sxtraurdiuaire du Conseil J'rat. Le
Cabinet u couplt tait prsent. Le
ministre de l'Inl ieur a lu le Mes-
sage du l'ivaideul le lu lt|iul>liipie
roiivoijuaiit l'Assambl l'extrairai-
n aire.
Une ('oirims-iioii tonne daaCoa*
eilir^ Leaeouflair, Prauoia ci Geor-
ges SSoray, est charge le rdiger I
rpooee ai 4eM L'Asas nble a vol d'urgence loi
qui prvoit une allocation d; .IJ.OjO
gourdes dj porte su bu \*l pur
le serties de* CoaiiaielOaa Cadas-
trales.
Le Ministre Uouclieroau a dpos
ensuite un projet le loi sur I organi-
sation des service du liaparleineut
de l'Instruction Publique, Ce projet
de loi a t envoy l'tude des
sections comptentes.
Fte Scolaire
Hardi de (telle semaine Tin-dilu-
tion Sainte-I'lul.jmiie dirige
avec tant de comptence par le ie-
in n-telles Dup,orjjtnUuieiU une dis-
tiilniiiou soleiitielle Ue prix uu local
du l'iieatre Parihiaaa.
Une toute sele le autant qu'l
gante assistait l citte gentille fle,
parmi laquelle, on remarquait la
prsence Ue Monsieur Charles Uou-
cliereau, Ministre de 1 luslrution Pu-
blique, le Cur de la Cathdrale et
diverses notabilits de la V'i'le.
Le-, divers numros du program-
ma onl i excute avec une rare
iinltns U lis le >lo ili i dus i.i-
gales, une uteulion spciale e*t due
aux oeuioiseiie Uibrieile C,. |, qui
a tenu avec beaucoup de talent son
rle de la Comtesse Oascarina.
Belle fMe oi> grands et petits se
sont amuss durant une longue ma-
tine. Te us nos compliments aux
demoiselles Dup et ft leur personnel.
*
fianailles
Nous avons reu de Petit GoiVl
la carte le liane tilles de Melle Anna
Michau 1 avec air Klebar Desvarieux
Meilleurs compliments
Les Crdita de la Unir
La Lgation de Fiance nous a fait
le plaisir de nous envoyer une trs
IntdrOaritfl brochure intitule t* Les
crdits de la Ithur el lea manqne
ments de r.\llem:igne .
C'est le discours prononc la
Cli l'libre des Dputs le 22 Mai
lOiJ \>kv M. Louis Dubois, dput
de la Seine sa moment de la discus
aion du proj I de loi portant oaver
tureet annulation de crdits pour
l'exeivice 1U2H, en vue de permettre
l'application des mesmes prises pour
asMirer l'excution par l'Allemagne
du traita* le Versailes. Voici lacon
eluaion te es discours document :
' Si, en lin de comp'e, aprs des
rclamation* successives adresses
non s ulement par la France mais
par les alli*, la France accule
l'ettr nit q ie vous savtt, po ir
sinctionner ces lcla alions. a dn,
en raison de son effet t etdjsdou
loureux sacrifices au elle a consen
tis. prendre tes g ig;s daccoclave:
1 un le ses allis el l'aire acte da vo
lont vis a vis de l'Allemagne cri ni
ne le et flons, el c en avait non sea
lemeni le droit, unis encore le de
voii sirict et pour la dfens d s in
t r t s mmes du piys et pour la d
fense des intrts du monJc. La
conscience humaine exige que le cri
ni l'i il paye, rpare au moins une
partis une trs petite partie des
crimes nu il a commis.
Ce droit, personne ne vous le
conteste. Il n'est pas contestable
d ailleurs* Le trait est l On a tent
d'ergoter pour en tourner les clau
ses. Il a t si^n.l! faut l'evculer".
Nus rem-rcions la Lgation de
France de s m gracieux envoi.
MR9U
Les Assises
Faits el Impressions
La troisime semaine des assi-
ses u'a t marque par quoi que
ce s lit de parLculiivineut int-
ressant. Lisrfulealli.lv de q,j |.
<| l'un,io t ince entendue p mi 1 mt
r s quatre derniers jours a t
tvlle eu abus dd coili tuoe dirige
par divers m ni I uiis de Air Aris-
lobule Vloise contre leur muni i-
taire.
Abstraction f.iile de l'incidont
soulev au .-iijit -le la caution h
dpas'.rpir .tr U Ii le l'un des
plaisanta, du ^i-aul nsmbreda
t uotoa ata ei de la bataille li-
vre pu- l'accuse l'acte d'iecu-
sal i. puli il, au j i,': I In.lrue-
li i.i i i'iI cousi 1re a n u ; j'i i u
m > i rj MO jii in 50 n i -te il d i
m ii is pi i- i: i iro c > ilre Lu
q i i les pltii 111 e ix .nS n 's. ,, \
b'j rel 11 Jj csd i aiii \ i \ -
u r *i | i ,i. u I or I d (li ,'d.
r \> . m u 11 parit vl letl'i i
li: [ ', i' l |f '.S-. I '.llo/'-i IMC I %
avjMi-. I la d feilS '. n il i u u ,u
Me Dl'li'-nue. O.t connail |*j sai-
tes de cette alfatre...
i
Noua n'avons ajouter aux
cousi lrali ms dj :msea et qui
dcoiiliiit I -s laits nots durant
ces JO.irnt de li pli lition, que
le- r-inirq i ssuivaul :s L; j^riu I
n i.n'.ire de ceux vaincus dj crimes et coud un ls
en couse (Uence ces jours d .rniers
ont laiss l'impression qu'ils no
ont que de vulgaires sclrate*
Par ai la bande, c'est peine si
on en trouverait trois en faveur
dsarj 'U u coascienca honnHe
airui i isiti tv nt |>. reco.inittre
ef d : pr icla n *.r l'vid >nc Ja la
brul il i el rvoltante cri ni n dite
des l'iils q le r taient repro-
chs.
bn ce qui c interne leur ens
eus.tow, preaque, pas uoe pr*
M U di ni, pis il l RUppOSittO 1 fil
I wr lue ir; et il m certain que
I ^ 'n- i ,i\, icea lit'.m iiit-s re-
1,11 ;. 11 "i > i tel l'entre n
o ii -i )-,:.,-1 h p > i >'i|aa n tfi
;,"": |u ce l-eoula t dtt
liits ay.ial pr'cH'. acco DjMga
ou suivi crime reproch.
Aussi la vulganUdal
quanta, le choquant accomplis, on i\ seatLS
manqu a 'influer d'ultiS
sez notable sur certainal
prsentes par des avocJSI
comptence et le talent a
ne sont point sujets SM
La lactique a lopielk]
que tout le temps la mUl
tervertir les nMes,. ^ \M
le ct juridique de |,a
ou les laits rsultant du!
prsenter une espce deal|
l'iis;i'ioii au ino en dlai!
fait de la victime ou d#|
des accuss en lace datai
prvenu ne joue plus qurfl
de plaignant. |
Cette faon pure et iaj
par trop banale, envriiIB
tler une allaire crimiuelle.aal
ble trop _ la cancalun) |
cho.se- 1
Il semble donc que pqaJ
server le prestige de son Uaj
ses connaissances, l'avocatai
\>-d- oublier qui! y a de* j
tt'llement mauvaises qu'esal
dites p rdues d'avance*M
pour celles l. tout letnfl
I tll'ort dployer est pourl
ver, non justifier un ciJ
dont l'acte est rprouv si
conscience gnrale, maisil
yer le jury sur le tas du mal
ou de l'anormal, victime pal
d'une hrdit morbide oui
dfaut absolu d'ducation!
cdle catgorie d'individu* al
peut faire appel qu' la piti]
juges eu invoquant par eus]
les mauvais's conditions (bai
quelles de tels sujets ont M
dans la socit. Il parait vrai
que dans les cas de ce geai
est dilticile, sinon imposHM
faire mieux el cela, sous N
d'avilir son t dent, de rester m
mme au-dessins de li Bfl
de passer pour un dafljl
orateur, qui, dans un d*j
coupable essaie de reaire
aimable J
Quant au jury, onavaitM
tude de dire que c'est uiwijj
tion trop avance pournoolli
vre accomplie par le deiasal
nous venons d'avoir, pioel
contraire Ce qui reslevraj
que maintes lois, des \nm
chargs, de par leurs looCBJ
de la formation du jury Jj
soucieux d'une popular.l m
ne que de la siuve^arde j J
scurit de li socit y 1
entrer des inconvnients M
jeure partie. Parfois mme j
yait au rang de ces pseulo M
sentants de la socit dniHsa
ques ca Milles. J
Aujourd'hui on v,n,j5J3
que les fonctionnaires pfJJ
au servies de recrutement * rs ont une autre conceptjcj
choses et qu'ils sont enttja
chmeut d ms la bonn vos M
on a constat avec saU*i**H
sont maintenus, hors MJ
sociaux, tous ceux qui vok||1
ment et sans /aisoiig
saus.notifsju.slilicatil?,JJ5
carts, tous ceux qui uj
me.itav.ie.it 9*'***
mieux troubler I ordre ei"N
ter inutilement leurs ijJJ
fbin'adoncqucoi.U'J
si faire srieusement JM
et a les faire bien pour*1
beaucoup d'heureux www
Fin.
Avis Mdical
Le Docteur MixCo-co g
l'honneur .1 >nfrinerfanB *
que son Cabine t j^al
Juillet nu (> Aot dev^t ^
con^ ptiidant c-^pac^
" Messe de Req^
llM.rachi.il.w'ySsi
ne. le .ner-red.hj.it so ^
six II ures ,1.. m .H. u* lt*
Port.aPriot*."""


WM+TH
BONNE NOUVELLE
[e voilier de planches
carlelages,(te'Ia mai-
' Ed. Eslve & C est
i\ avec une cargai-
lis assortie.
Banque Nationale
DE LA
lui CcndtDsa Danois "Daucoiir"
HHperieurc,
ilf rival.
[fH l'ont di-
n'cn vi'ii-
[pas d'aulic.
eoiniii.iiiilr
puret cl
Ji-alioii liv-
fi
..ONOENSED
^NISH Mil

En vente chez
Cli. PiYoiiiVf(
BllfJadalfo
Simon fteox,
Alli-td fieox,
Ev.-trisio Al va
'tv, Lope Ri-
v'ia et dans
toutes les pi.
va ries le la
Place.
IDDIVUISKU LEMt
r.|. !' .l,el B('er t,,nl vvil be he,, *! week.
[Cale and Htel vvlll stock It.
Utomll1 VVrd hl b6el a kd every bottle brl">ffs
W.Quiiilin Williams,Ayent

lodwftiser Biie
[%jgoi,l cette ltire?\ttendez donc la Fron-
I aix-i HKEl\ qui sera ici la semaine procliui-
tlt'i ns les af<'8 el HOtels en ville.
bire est une rclame mme.
W. Qiiinlin Williams, agent
Royal Caf
tofc de la Banque Nationale
Propritaire : Annaoiue INNOGKNT
tablissement se recommande par un service
fti des consommation de premier choix, sa
PMgie.
j musique] attrayante dirige par des] p roi es-
cJ|iand meute.
^ilation parlaite. ... Prix modrs.
Rpublique dHaili
AVIS
Lea > *tcur de Ittres de
la Ile l -ri > ir i|M ti,
Srie i. eaiioM .nUe $5,000,
000 zmii Infor.lis qu'ils
peuvent se pr* n
guichet de la Banqu- \u
liOl .V (I- !n publ'que
dllailitaiU a PCrt-ail-P in
ee quVn p <>\hic" psur
toucher un rpartition eVin
Lrtsctel ojo du 1er juin
a i 31 juillet lOa, contre
reu el sur prsentation
des Reus Provisoires.
Ceux qui ont reu des
titres en varlu ilessantanres
del da nations rendues ant-
rieurement au 1er juin
1023, reoevrjnl des int-
rle tuppie n 'nlnire-i eel*
euls de la d .te de la ssn-
lence ;ii ;il iai 1923, et
ceux en f iveur ;le qui des
eentsiice ont t rendues
postrieurenent au 1er juin
eubirotit uns retenue cal-
cule de la sentence.
L'Impt da 10 ojo sera
prlevs conus de coutu-
me.
Banqu V-i fanaU de la Rpu-
blique (t Fiait i.
feu te sur Ucitation
Il ter.i pro ' l en I in le< l par
le mi mater* Je M- ..,:, ChiHea
iil'air- 'i INrt-'iu l'riu \" 1S."
Hue -lu l\u I.', i-n r- s II u>j
P v i a Miracles, lu Liiq li 6
AoUt t '-'.'- n 1 liiourestlu mttiu
l,i vente au .-lus offrant -i leniier
nciriss iir. I il m- propi i i.'-t'on js
et ' l's-s n ii,i um- ie .-t a lu-
es sise a Port i; Prince avenue
Joim ijrowu du la contenance de
50 pie Is Je fha le sur 1 ".s pieds
de profondeur, borne : au nord
par la due Avenue, au sud et
l'est par ( tanin laquent t l'ouest
par |ni de droit. Telle d ailleurs
que cett pr pri'd se poursuit,
comporte et sVt n I sans excep-
tion in rAserv . Su la mise
pr x de iroi- inill.- ri i| r i.ts ,|o|
lais outre les cli irg la de I eueli'-iv
fixe par l'expert y or 3/j
hi vertu : d'un jug mont du
Tribunal de l'r mire iiiatauc e
Port-au-Prince eu date du ;l Juin
1V23. A la requte de MM. Mau-
rice Henry \umas Rigaud, Mille
Franchie Rigau I, propritaires,
demeurant et domicilis Port-
au-Prince et de Air DiUbignS Ri
gau I agissant tint m sou nom
qu'eu c. lui de sou infant mineur
dou ird Hiuau I. isstst du subro
ge tuteur M, We-tcn Dauphin.
Pour pli i amples renseign"
aeuls, Bsdresier aux oussigns
ou au DOtsire dpoeilaire iu ca-
hier les charges.
Port-au-Prince, le 23 Juillet 1929
(Si^n) Fiu.\i:i\r. RttUIHh Xu-
.MA tuoAUDi Hk.miv KlUAUn it
D. HlUAUD.
MDICATION ARSNIO-PHOSPHC hEE OmGAKI^.JZ
le plus PUISSANT RECONSTITUANT Gnral
Forurs : Ellxlr Granul Comprim
Emulston Concentr Ampoules.
^f ^ a nmirATiAiR) tous Ht cas ot'organismBaitltrctame
AN cUin mDianoNS/^/i mdication rparatrice puissante.
Ill^ n l*bontUf d* 1-HMTOOtHOL. I MLtttEl V.|,-..G*REII (Ulmi. *
!ule la l'iiaiiiiicie CeulrJo
mm COLGATE* 3
^^^ PIDBC' DZ.VTAL CREAW
Da tellw decta propret
et un garon en bonne
tante.
fgUaaaaH<*; ^* ^
I BA IMAC3 y"
P3 ^GTTALE
^. %!<>. I % mn
49. f?;..,. ,.i ., (VU
C-' 91 bOVLCVARO S c^53P0L
PAR!8
?endool
le MraLKrn mai...-i \ i;i mono*
Pr.iii.iib dea tn alj
et toujo-irs de ; runlcn hi
' : : : > / U E QL'alit
' LA KZILLEUHE
K\YO.V.vILi< I.Vl.
POUR Lfcfl COLONIES
DllOntlElUK, BBIUX>HlSTaBBB \
8PC'.AUr3
Frn&(R'-e et Etrenanlres
SELS 08 QL1NINS PURS
fbai produite vn jbicoiu.
g ampiui 'w. comprimes, cachets
soi moft HVfODtiiMiQi M
B/wN'DAGBS, CKINTUHL8.
:j/.:s a Vajugks
AfPABtOI t'YQINUUES
pour tous utogr
APr/--; i- s aarNaa#iNQMai
8mlignes tyrpadtrmiqust
PHfc*MflLiES IIE POCHF, OE VOYACr
C0FFFS8 PHARMACEUTIQUES
poui Uslnei, Cmnmuni, etc.
P'.y'ffs de Factures
el Ions r; Hsvigncnwnts
mir it.-iiu.iito adresse
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMbH
8B-90, BOl'LfVMD SBASTOPOL
PARIS
M ^viSON UNIQUE
A.-UNE SUCCL'RSAi.E
u va, eai 11 rnnif
Paul Sals
AVOiAT
RfcoLvreme. ts Coinraprcianx,
Allai.ts lllrwfer.
('orrespondanta W'ashing
ton, New-York, Berlin,
I ondixt. l'aris.
17e FlueR ua :'l7,i'<.>i-,,u PrinM
Si vous avea
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhums
pour viter
une grippe,
prenez quelques Comprims de
RH0D1NE
USINES du RHNE1
MGffnantit Dupont
Agent,.Gnraux pour Hati
Efleta ;(Ji es
I pouisigoi i oooe a\i- no public
qu li- i..,', i- c mu ii l.nour d
"i C. Buiiny, -vlrv.ui! la omnie
,1 C I is.HO poTlaol le numro G.
727 d i l pai Commission Fquift
eisol tgar duplicata doit iMre
reclass.
Poi t aiiPrini ! l \'.ni I0SJ
mI.I SCIE! \ JOSKPH
m
: v""........

(Iode et Tanin)
A ta fois Tonique et Dpuratif.
aVtt< yaiolsai u6ralc
G2-:adr
Pormat \ ?VH
lia lies u Poitrisie
D'nn nom -ea'j!s, r nplace avantageusement I
l'HUILE se FOIE "MORUE
r.COWAfl riLS C" PARIS ,T tout.. mMtml


U AjM
T^f?

vULti &
i
f'- M | . '
rM . * Mit
Hew i
, -n- .
/.' -'.. >

' i
l
i *
EXTRAITS :
itln, '
Mimai, Vtolme,
Cytlamin. Jaimm,
Lilti. Muitttl,
lui, Hfltoiiopt.
Chyfin.
Ttuiti Mrfunitrlrt
0< n i Mmiu
l&A.fc
;-1 '/o/n
Grand Htel de Fram
Clm par a ma/ion unique au centre des affaire* se r**
plus que iamais au public et m nombreux et dislxn^
dour sa CUISINE soigne et tout le confortable nficmwt e*
geurs de Commerce et particulxrement aux commerants U\
geurs _
a Port-au Prime
/ti
Ishtel dbite par GUlon $ par'
Bariqw s des Vins de Bordeaux
Rouge et Blanc.
Ces \ins viennent directement de BARSAC e^ ipu t
fus de raisins nom vouvons le prouver par des CKKftl
nous tenons toujours la disposition des Clients.
Champagne et Vins Mounneux
modre*. Conserves mouiarde fi
aises, premier choix.
ARYS
3. rue de U Paix
PARIS
*---------- Vaillant Ilouet Agent Gnraux 1720 Rue du Magasin le l'Ftat
g? se
Fulloii Slioe Polish
Company i
,m ii'
Paul E- uxila
Avec les arrivages des derniers bateaux, noire stock est presqu .
nouveau. ,. ,
Nous n'euunierons oas, qu'il tous sulfise df savoir que vous pou-
fez tiouvcr lotit M que vous avf '. besoin el de meilleure conui
liong que Jaw les liquidation! extraordinaires, ou dans lcs|Maiecne
api donnent pour rien.
lpat Dis ? sont nos crpes d* chine suprieur, Soie lavable,
Tistu* porgri lantaitie, Phimetii couleur. Souliers pour hommes
vernis et jauue Souliers pour irmaies, routiers leni^s Fleun ei
Fruits en guirlandes rour chapeaux, chapeaux de1 paill i hnj d Iialfc
jour hciumes Toutes psnulfTCl pour robes oucrapeanx. Iiabank
Tktnt ou or. Bandea-x. Eventails lins. Bas de soie extra. Pailume
tlecis des meilleures marques- Bide ni ttlle ei Guipure.
Vif Uz notre dpt de meubles, hls, armoires, car pels etc.
PAUL E AUXILA
Rues Iravetsire $duMayain auCtAat
Femmes
l'ge
critioue
v lll
L'an ri'i'i : dana
la vie d'une famine
est jjiiniir alternent
entre 45 et 55 ans.I,e
1. .m d'Age eet
vent accomp
ivritpMtve
Mit* teta quai trri.
ubilit.eHat 1
melaAcol t po
dr, chaleur d
liant <'<<,
ign d
i mm
location. JkfW i './ 'f
1-1 ' iSB*^***^-Sii!
de votre. ^^^'i-V ^-?** ?-^-%"ir"
a ant ; si
cette y<5ri- ,
oqV 11 iUque i>eut tre termine sans nnuis, elle ten ft -
fPaaneeade parfaite sant.
I., CompoaittonVtfgtftalade Lydie 1". Ptakhame* par-
ticulirement adapte pour aldei kl femmea 1 n.
,. f. Son Influence M tait et
tamequ <-t renfordel elkalde b ne '-
lo,a mou de cette priode crittqur. Ce mjc*mei
, a ec dea herbea et racinej mdlcinalea et M coe>
tient p .s de narootiquee M drogue nuiatbUa.
Son mrite eat prouve par de lettre' ..milairea
a elle ci :
\ 1 o. fi.ili.S.A.- Pendantd 1 i > '''
tartdoteurde etdeouleiire lorade mes rgle
a d'eatomae. 1 1 >
\-,. rillule pour le F. de Lydia t
nd ... ,, mi lande votre an
unie* en ,.. 1 1 Uts v' 1
Pau .. ; dttC*J.m
l34. \ -\ ChlH, S. A.
O* lettre a .nu. 1.11 m i Inflninaeii leafl bmbbb
,, 1 .i.\.r la
Q)mposition \^getale
dp Lydia E. Pinkham
I
c

6
ee
: <
3
Lu
Le Malin
Fond le 1er Aril 1907
Abonnements
I \ VOIS
P..rl ii'l'i inre uourtfto 1
Il^pnrlpmpnls i.KO
F.lrnnj;er '3.00
Boite Postale: 118
Tlrph.nn- l)r/?
Bureau : kie -t n friiaine: 1?.!<8.
I .otei ie de de la
Mutualit Scolaire
L. linge de cHh loterie aura
lien le 19 ie ce mon.
En coiisrijiMMir**. il est lilias*4 se 1-
l< menl un dlai de 8 jours aux per-
sonnes qui oui eu i>lnc>T des hil-
lets pour verser le mont.ni des va>
I.iks recueillies Mr le Ti-orier
I. P. Hsite.
Ce 1er A-l 1923 LE COMIT
Buvez i Dlicieuse
Kew- York
Si vxn vjiU{ rjttjir U nu U va rii
o. *-jt t/iMM< uvw un ornUnt luiaMt tl
61 tuui va ( ; la coultur et la soupUm
MO\OGKA.
mi protk'e lajeau Je* lausium contre l bumtoi et la ebal*.
har"*
bl
tout* h
Geo. JE N8BM Aen! poor
QUOI QUOM DISE]
QUOI QU ON FAS!
Le Rhm BarbiDimrl est
et sera toujours le mal
J*i''ii ne il." irn' M>eefl
Olte l>oiion inromp*rlilt. l'un HlfWi
* '.rt inutantanemeiit (ans lui ni ln-.i-.it
lion an *araant limpln'iient unacui.xraa ci.
^RUITAdana tin lilra d'3na
Kxiift larloullf nnm frnlla> r -t j\i< .. I
ff*nl t un pro^Hil i+rfutt, :ilr t agrfwi\
Ul'i'i : rriieiail" BrcficHu Hl d'IHoeitittn I
RaprCaentania : Corapt .tr /rnnoo-Haltiao
VAILLANT t HOUET,
un. !* ri iifiia-d -;iii: ruT-M-nnal

Sraphonolas & Disqiias
Bii'xel ftinple de capacit
irevfl supritiurde csnacil
A vendre l'Imprimerie
t If: KAQ1 II
l'IUX REDUITS
S'adreuer h Dixc'ion.
But ilu ne noir un d
Itoc eut- Aufay
Golutiibia
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d DELORT. Pharmacien,
II!, Ru* Snl t A. loin.
parim
C'EST LE MEILLEUR
DES PURPA1IFS
PORT-AU-PR1NCB
Alrs.PETRUa. '' arm'ci* ALBERTIWI
Phtniuiel 4u r> JuaUn VUHU
a tout | fronna* MirmiciH
Actuelle iDiit en stoek la gui)orbfa pstliea
nea Coluiubia, Nouveau Modle.
IMtIX. HKOUITS A
Nous avons aussi en .stock a part dun tljj-^
veau assorti ment de disques, trois aiitras 1 ,
yrandeurs de yrapltonoias que nous olfron
lejura au prix trs raisonnable. ,tAl a
\Lf Pr**t*mn. GGEPHOl*
Bue du QuaMOi
Pharmacie W. Bufl
PoraUmPrinee
Fournitures pour Laboratoi
Lampes n alcool, Hallons en verre, Verres S""* J#ril
A lissai.- Mortiers, Intonnoirs en verre, rp w
etc. Ilurettes gradues de 50C Ilot bupP
1 mes st lamettes pour m croscope
Couleurs d'aniline et ractifs j#rjBSrl
Solution de May-tirune ald et tablettes d
la colcration du sanj|.
Balances l'rebuchet nickeles. riti1fl
Mam de 1 25 et de l 100 W*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM