<%BANNER%>







PAGE 1

tr,W* %  ~:. Par Cable Nouvelles Etranures M-niil'c-d liions franaise* dans la Rliur DU80BLDORF — La population allemand.;, pour la premire fois* deljis L'occupstton, a pu assister une revue militaire franaise qal l'ai siit partit) le la crmonie le lu re mise de la grande croix d'honneur le M'I I %  %  —.... i d'IlOfl iuur a a U :ueral L))g0jltle, g-*nralHiine des Iroupei d'ut cupaliou, par >1. Mi^niol, mini ira A* u guerre, M prsence Ja loua les gOtfrulK alli-* de l'occupa lion. D'autres ofdciera francde oui cl galement dcore. Le uopula* lion s'est uoali; proton l.nenl in traaa* par le dploiement il s forces d'occupation et i-V-t en gran i u nnbrc au'aile se massa sur le terrain de li revue. M. Ifagiuot lii l'loge du Gnral Dgoutte el lit r marquer que le nou veau grand noix u mjiin que la Fiance, quoique rsolue a imposer le respect du Irail, ne recourait [a forea que pour tablir la jas;ire et jw'elle est incapable 'le se servir de mthodes vi dents et de brutalit que ies allemands ont employ s en Kr.mcc el en Itelgtque. M. Magiaol se rendia dam du Col gne o, aveo la g n-rat Sir C-olday, il passera en r-jv.e les troupes bnlaniiiquei. Niiiifesiatijjis dtendues itKHLIN Le projet communisles allemands de la re dans la journe de d.iiiiuclie procliaiu des manifestations antifascistes pour se rendra compte de leurs poiiti pies e*t cou sidr par 1 s autorits co n m" appel chouer. Les mesurai prventives prises par les gouverne ni nU fdral et prussien et h dtt veu ah oln les prtentions commu nisles, exprim par le* socidlisUs nntfla Si le pirti du travail Offf-tuirt. tu t.-ut ce hit. Lsa ministres d l'i i ri-ur I is g iveni • ne ils f d il et pru-isi n ont aul ui- les diverse* -d %  ritde rivai et locales a HII i.ni u-r lo> runions pub i pies et las pin les. Cas d rats sa rapporte i. ai sj bis i a i\ m loifed iti MIS natio ni el s qu"i c -les entr nisles. Frt'\ ll'ORF — L'iulopsu M carpe il i vt il as, pr >.• i sur f lral, t i ili n m<-li • ai cours d s mi'iil'estalions c • nma listes, a d n itr que lu victime avait t lil erablemeut crible d coups de bton, de poignard et de pieu es. Le p iliee a arrt plusieurs individ IS SUSpects, oi a pu ablir dli niiivemeiit l'i lentii du meurtrier. L'etnpranl de vingt-cinq millions de marks or a abouti IIKIILIN Uadluge de billets de dit mille at vingt mille marks a inond 1E -fl.it en raison de l'imputa%  anOS de la IL-icli-liitiK a fournir de* quantits sufiUantas de bi Iris de pin gruida valeur. I.i grau le demande de monnaie est dis la hausse s ml due dans I MIS les prix h suiU d'.la nouvelle b-tiese du mark. \j s ngu i liions entre le mi nuira des Ouancea, la Keicbsbaak et d'autres banques imponanlaa t pour l'mission d'un emprunt i.it rieur sur 1 1 b i-e de l'or, ont abo ili CVt emprunt sera prochainement mis. Il Mil de 8a mi lions de marks or pari ml intrt .1 pour cent el remboursable luis douze sus fur la bi-e du dolUr.Les plus pe lite? (inscriptions autorises seront de vingt el un mark* or ce qui reprsente I'* lui valent dafl dollars. L'A a &rloaaimtloa di-i \ iilll i i j. ijs Jj/ant la ChaiAbra claj l'.j.n.auaas LO.tU H l.i -h imbrs 1 s Lo' ls %  .1 i ii'. la 11 .ii .n de l' i n riemisati >u I Aulil s • angl I Le vicomte l i .b un et M. Il n'g ool lige i! le I mzor • >i i i pie de : ri i -iii > 1 La ministre das C >lo niu •> i < i i i imbre i D I ipri m i annonce l'trange d'sptrition de M. Georges L Ivy, i ip le co n n mute du Kliae* M. Lvj revenait de Moscou quanl le 17 Jailiel il arriva a l'entre du pool de Kchl en l'ace de Strasbourg. II ne possdai* aucun papier, ses v temeuts laiaal eoavovy de paaas i re el ses ch iiuauras taient si l'ali gues qu'il tait vident que le voya guur avait etftfclu une lies longue mareba. Il lut autoris a franchir le pool, mais disparut aussitt et ses •unis n'ont, depuis ce moment, plus ci de nouvelles de lui. .M. Le\y tait l'ami du chef communiste Irait fiais Lc-lvro et L pelit qui disparu ii ni an rautraul de llusuie il j a i ans et (pie l'on croit avoir aie jel* par de-sus bord peu tant la ttaver ne de la liallique. Nouvelles Diverses LONDRES — Les Franais ont occup le 5 usines chi uiques llorhumer DOCbum el onl arrte lo ili recteur. N I.W YiMJi — i'ex llic.tr .1 a an nonce que le indch Jack Uampaov, Louis rtrpo, avait t dduilifauiedl rgl pour le champiounat du mou de des poils lourd-. l>e coinbtt aura lieu proh inieineiit en Septembre .New iurk oit a proxi.uue. C'est ce soir qu a lieu au l'olo Graouds le m tien Cii pu l'duudee. l'AitlS — Dans une longue lettre publi; par Le Temps M. liour geois relate toutes tes accusations doul la Socit des .Vitions a t l'objet el conclut en citant les heu reux ell'orls de ta Socit pour les q lesibus des 1 es Alaud, d Albanie. Ue Si.osie, d Autriche et de la valle de la Sarre, L'u remarquable progrs dans la science des couleurs vient dlie lait pu un fraueais dont le nom n'est pua divulgua : un systme permel I ml de lilticr la lumire, eu vue de pro luire ou de noulraliser les cou leurs. Cette dcouverte e.-d aussi un pirlaulo que Oalie del pliologra phie pour ie cinma. LU %  vv.NNfc— Lts experts amri cains su out runis pour continut 1 examen du pro|el de truite. LO.NDtttia.— La chauibre des lords a vole sans nuieiilemenl en troisime lectuie la pioposiiiou il : Ladv Astor in Ici disant la vente de boissons alcooliques aux personnes igee de moins de iH uns. Celle mesure devient loi. LIv'blIt'UUL. Une voiture de l'escorte du duc el de la duchesse d Vork dont les chevaux s'emua lelent, est entre dans lt foule qui stationnait devant I lulinnerie rovaie reuversant de nombreuses p rsoiln "s. liente doit spt enlaals ont t transportes a I hopiial. Un comple plusieurs enfants avec d s j un bas i >--••• LSHPZI. — La Princesse MargOOrUla de llih.-nlir Meluiugen, a eieiYci.uu coupable le • itplieil de beute iranieon et d; fana lmoi|aagS Jaus I aide qu'elle a prte au (ipitaine bhilindt, ex cominaudanl de la brigade de lai durant l'aitenIII de Kt,q au lJ>. Li .'finesse a l cou iiuiue a six mns dj pri %  on. UKSSVU.— Le baron Von DarthM* cite Lohe et m f mime ont elo arr* le poar complicit dans l'eve! MI d t a ip.iim ivirii ir II. vu e jrs de dasorre* cou naui-teBi a Ki ia-i'oil !• procureur gaural .t l sulralu dans les l • el bal U J ii m'a ce que utjil sr.iMii.e, au de Heure a ei envahie et livre au i i.lige. Lscor* resooidiiit bjriiuois de l'egeiCS Riular co ilir na UN irouoles et dit q l'on in.' leciu a l frappe dans la rue el ii latamenl lu;. Le procureur a t tu In r el sa IbmiOa l on pre maltrait, l i rponse un appal las partis st*aial, dmacrala ol nom uuaiets et des unions du commerce, envirou I0U.0UO ^ersoqnes Le "GiogMIemikiri le "Troisime leeii Au courant ( | e i & V sont achetes et employes l\ par le monde entier ont manifest contre le fascisme aprs la runion,les manifestants se sont rpandus dans la ville o ils ont livr nn combat In police. Cel.e-cl a russi a rtablir l'ordre. Les Cours PI1W YORK 28 Francs Steiling PARIS i6 Dollars Livres Il 87 i.3!2 IG 8io i.' 11 %  < %  Ecole lalional (le Droit Ki'sultat des Kxamons Oui l admis: Premire anne : Louis Montas, Dniii'l llihlmrt, Alphonse Fruncœur, Paul Pressoir, Pi rmnd lioupel, Arthur Coupel, William Angns, Eli %  Ma Aim, Anoibal Denis, Joseph Courtois, .Ma iree Etienne, rernaud Pierre-Louis, Antoine Ikifort, Thaes Ru^'-iie, M.nui eT.'i imaque. Beriony Mileite, lliini IIIO Cliancy, Deuxiind an-.i^e: II P. SinDon, C irisiian N m, (i -org -s (] )rrin/ton, .aauri -e Liautaoir G -orges M't'im, G'Jon C vil, lourdan M.illmrin, Louis lltyumil, Miurice Cliarlem^rs; F. Jean* J.icpi:.-, Jov.'p'i Silo:n)i, V'.'n Jn-L)iiis. 'fiisilus iienne, E.w. Baptiste, Marcel E ie; Kauch li's, P. Soutirant, Denis Vieux, Wil liani Voliii.tr, F. Houssjau, Maurice Mau Troisime anne: Ml. rteorrfes Honort, (1erinanu IV'Uj.iinin, MeJiic Morgan, William Wilson, Edou.n I Caasagnol, Joseph Clermon, Gondorcet Leroy, Maurice Alvarez, Arislobule Divers u, Dumirsais Estime, Ducasse Jumelle, Henry Coiscu, M turice LU %  Il -nry L.rse, EJgarJ lean-Louis, Caioiile Large, G. OlivierNos couipliments. Monsieur Bencomo nous revient Nous avons eu l'honneur %  ! recevoir la visite du lis retoirnerait bientt occuper an 11va n i >i p >8ie, d'aut mi plu;, 11. s i G Hivern • n -ul est i i it .'i l lit satinfiit de si tfestio i OiplomaiiqtieG MI • n >uv die n us i | Mini e iU • •> iti-l'i i.oa i s %  le la h m h' isti n • | i nous ,tv u. | | • \Q di/iidrepra tut i il leGu i ien celte ville. V i c i> o a n G w %  , m mt lui o l'iriii u u n itii i,. no is au'o.ip •' %  ( %  : % %  ij-i'on i subslilual Mr. Mmuel G de Peralta, qui est homme d'uuo haute culture et qui en peu de tempq i su conqurir la sympalh ; p. de tous ceux qui ont eu l'avantage de le frquenter. les deux concours de l'Alliance franaise Le concours de composition franaise el le encours de diction ont eu lieu les 21 et '-'2 Juillet au milieu du plus grand succs. Les deux sexes ont pris part aux deux concours. Souliailons que l'anne prochaine, il se prsente un plus grand nombre de concurrents, mais dj ceux de ces joursci sont assez Inliessantf* Noos donnons la composition des d*ux jurys choisis par le bureau de l'Alliance. Jur. des adultes: MM. Pradel, Moravia. D. Vieux, directeur du Lyce National. Jur des jeunes tilles : Mr Jules D vieux, avocat, ancien professeur de Rhtorique au Lyce, Inspecteur gnral de l'Instruction rubliqiiei Mme V Daubeuf, ancienne Institutrice, lnspacu*ice honoraire d %  l'Instruction Publique; MuJ. libneourt diplm de llv.ol; Normtle de Versailles; Mme 0 lilon Charles, diplme de l'Ulcole N >rm le de Port au-Prin ce, directrice de l'Ecole de D. Lespin isse de Turge tu ; M. liermaun lliraua, anci*.uInspecteur d.uiMii lisse.ueut, ancien direct u d i Lvce, cli f de Division au D.iiitement de l'Instruction Publique Li rsultat des deux Concours sera prochain>mml pilili*. La disiiiiiuliju le prix se feia en Octobre. On n'aura pas le temps d'.'lre prt pour ce mois, vu la correction du grand no nbre des copies qui vont arriver dj U Province. La fle sora brillante. Voila, il t'a m l'avouer de la bonne besogne^ Conseil d'Etat A la sance de ce matin, le Conseil d'iit a saulio ni deux proc:s-verni ix les sances du 11 juin .t il juillet l.iij. Sur la demande du Ministre des Ij'iiiiiices einpch. h discussion de la loi sur les miclunes et voiture-. BUtoinobibn a t renvoye. Le Ministre Rameau, prsent la sance, a obtenu le vote d'urgence d'une bi ouvrant au Dparteuvmld* li Justice u i creJu de cinq millegotrJet poar assurer les Irais I ; dplacement el de sijour ii'c-ssiis pir les mesurai d'insir a n, i r I • i i >S pi* les (|,, .'': i I* la C in mssioa des Hecl.i.n liions. chane, le jiubli.ama I hoifl tune dsniMtr, i l'urisiam | prsentation le duidM,pi|ii3 mJies. • U '-ro g llema n( | > 1 Iroisime Meeting". A plus lard d'autres mente. Parisiana! Dimanche Un Nouveau ProgrammeUne Nouvelle Clbrit Frank Map dans LA FAIM £ Dr. uit de la vie im.dtrit de la maison AlBEHT. Eclair-Journal (dernires actualits) Sur demande de aesclients: %  Prix d'entre: Orch. G. 1.50 Bal,oo:^j Lo^e 2g.5U Eiit'auU:l|T f Cercle Bagatelle Les Membres du Cercle Bi sont invits a. se urt-seoter si du Cercle, sis nu Buis de I (maison Slpben Archer) le! 28 Juillet counnt a j l'i du M la rceptiou des nouveau; me lus dans In Sance du Jeudi ce mois. Pour le Comit Le Prsident, EPREZI Dundee a liatlu Criqij NEW YOrtK, 20 (22 heure)) Criqni a peidu son litre de chia hier dans un superbe combat i Dundee. Le iliampion fraoaij battu aux points au l.'inue Pour demain L'abondance des matirai oblige renvo er demain W blication d'une leiire de iioUir frre el ami le L) r Franois T cour, propos de notre La (Juestion du Service que agricole. Mariage Mardi a l ceiebr le de .Me le Louie Cassaguolet nuel l'ribi. Ou ci de la marie fureotl : Dr Kdojdid Uoy. Nddrsa. Simon, L-lio, LJOU tt Albenei gnul; du col du mari iennoial" brui-,1--prfet Luc lliard,rl vid Meli.ml.-UesUiide, Hsnbsrll La bndiction iiupii*' a • *! au Sacre Cus.r de Tunjeau.Ml ries avaient eu pourpirr*' raine Mr bli.iile IV/.-aa et MS Casagnol;uii grand nombre avaient assiele les jeuues p* aprs la cermouie se rcoiS l'lion v tt.e. Tous nos complun* 1 The lafsi: Nous avoD reu uo Nu*J Thi Nation %  > dula Ju "VE couieii ml la rdUu. J P* 1 .'• a Hudicourt, de linc.dent dont j l'auteur eiisinlraJaissat,ssi dans la salle du dernier pan imricaio du .luit. J^ Kein.jrcie..ieuts pour I If envoi. ^Confrence rat5e Lai amis d.i.Finioa.Pl2J non sans contrarit qiel*.^ ca que leur offr-jl -; [£ llolly ne pourra plu M A cause du ..racl.un Je f[ Ocs t' r H '"""vV ""|,iiftS-m Confrencire pour \\ -' |aW elle v alisier au ^^J. lional de. Kem-nes >^Z*4L e ix a lme ll- 1 ^ %  vœ ce voyage JOM spprtn^m la ort de D5lills iKoliaad sarrsaaa i Si varc Nas condilaaces MI familles Oii Ion Sjourne et Martellj. On demande Lamv,ufacturehu.ienneJg ( Pantalon GuilbauJ Jg a ouvrires. 2100|^^



PAGE 1

HL-VAT:N CCK* '•'•••'• '-VSS: ri 7 l .1 ft! H L ? ? •*• %  .-. %  X."'. ,'.' 'I'\X \f 1 1 % %  "" | 7 /1 -, : %  : L. / %  ''; %  f ,'lv % %  (ES? ^vF h I ii -• 1 yn ;,' %  ; . • %  %  i clo fleurs rares, u: ei oimalit' e'estl' rtdese parfumer. CVsi l privi • d • s • %  ls, L^ Flori.. (! ^ ira clil'i )ri< t) et %  ITE ont cette r.ote cl.* j [h onl I ul charma et leur /olupi*. COLGBit: i .. i FKAXK BOITE POS1 I • B IV l ::...< ; UTJ svsnvin.w?;n*/; ;'^^/;wr^^v^nv^:v; :*;v j :s r; ,.' \ .. .-.• s .".v il Saies AVOCAT li Ceaaerciaux, .ttraug^r. Jants{\\Vashing Hork, Berlin, %  ro, l'aria. fas adirs '•donne avi* a %  public ** mi r..veur a t **'. %  t>u6Miil, dix sept %  naeinble cent soi %  g ourde QO.I.IU a-cpts ffon hslu.i.p.r ; .n ** an date du i Novcm Nwnte, je veux obtenir ^Juillet 192.1 1 MCQIET *£ V loUi,;,,( I or dos f^Vi! el!tti3 : > j** VU K UpU B**en ma tt." p ; ,rte u> N o J e eui obetenir Panama Railroad •teamahip Hue Bureau de l'Agent Gnra' l'oit au l'une;, t 2i juilltl 11*33 PU l.'i.i -Nu i'io Lu SS. Panama etl altenJu Port-au -Prince do New York direct le lundi Uiuiuet > ^avw: ttU (onue* de M irehandisea 10) Sacs de lettroa 1, Passagera et partira dans l'aprs-mi !i du mme jour pour Cristobal Ca- lient*. ChomiHigne et Vin* Mousseux prix modir*. Con ie* mouasve Iran* cm* f premier choix* Tente sur Licitation Il sera procd en l'Mude et par If ministre de M e i^on Charles %  lin i l au 'rince N 1815 liue du P. ;.:.•. ^re les Rues f'avfl -i |,, VfiiMcles, le Lundi •' v • MJ| (923 l'i Ii.-lires du matin la vente au plus offrant el dernier mchrisseur.d'unc proprit fonda et btisses vu maonnerie et ;i ta* m sise Port-au-Prince avenue John Browo de la contenance de 5u pieds de laa.Je sur 1" pieds de profondeur, borne : au nord 1 •'"' la dite AWIIIII', au sud et n ; parOsmki Piquantel l'ouest par qui de droit. Telle d'ailleurs Que celte proiui' se poursuit, comporte et a*tend sans exception ni rserve. Sur la mise prix de trois mille ejnq cents dollars outre les charges de renchri fixe par f expert cy or iJ.500t Q vertu : d'un jugement du Tribunal d-* Premire instance de Port-yu-lYmct'iMidate du i\ Juin IV2J. A la requte de MM. Maurice Henry Numaa Rigaud, Meile Krancine Rigaud* propritaires, demeurani et domicilis Portau-Prince el de Mr Dmbign Ri gau i agissant hul en son nom qu'eu celui de aon enfant mineur L louard Rigaud, assist du subro g tuteur air Weslen hauphin* Pour plus amples renseignemeuts, Badrasser aux soussigne ou au notaire dpositaire du cahier des charges. Port-au-Prince, le 2"J Juillet 1923 (Sign) FnANciNE RIGAUD, NI> MA RIGAUDI IIK.NHV RIGAUD et 1). [ilOAUDi La fabrique Akroo, Ohio, l. S. A. Nous informe : Dans la < ji amie course automobile Internationale de 50 mille 830 kilomtres ) A ludinnapolts U. S. A. le Jl mal 192,'t le premier prix a t remporte par Mr Tenimy Alllton avec une vLesse moyenne de k 01,41 milles |ar heures. Sun auto taint quip de pneu HHUSIONE Les quatre premier prix ont t qu^ius par des vol* tures usant de pneus FIRESTONE, Huit voilures sur Us dix gagnaml avaient des punis FIRESTONE l'as le moindre aeeident n'a t signal pour les voitures portant pneus FIRESTONE. ; C'est l encore une nouvelle preuve de la solidit et de la rsistance qui font la supriorit. des pneus FIRESTONE. Pourquoi ne pas'avoir des pneuS FIRESTONE pour votre voiture. L. PHEJ2MNMGSERrlULM La maison Lope Rivera R*pr4entant de Barton 4 Guestier ( Bordeaux) Avise sa clientle qu'elletrouvera en stock Vins blanok & liouues reus par le vapeur "Martinique M en barrique et en de;n. barriques. Vins en caisses "MdOC St.p liaurbl Julien, st bUnlllOD Priooe Noir, St Lstphe, Pontel (^anel.l'lialeau P OU tel Ganet Sauternes, Grave tarsae, Ciiataau Alargaux.Cualeau l.atour,Chablis,Chteau Yquem, Chteau Lalour Hlanclie, Chaiiiberliu, Beaune, Pommard etc. Les Vi.\s blancs & rouges en barriques comparativement leur qualit sont d'un prix extimement bon march. Ils son! livrs avec toutes les garanties de conservation. La .Maison recommande sa clientle du Lait Condens et vapore danois de qualit suprieure et d'un prix dfiant tonte cuiicourmce. DAMSII i>.V MES frULK SXPORT &, Copenhague Paul Avec i.-M arrivages^des derniers baiCUT.^nolre*stock est prese.a • nouveau* Nous n'onuir^roi^oa*. qu'il VOUH toMUfl . iUbaok t'gfnl o-i or, Bandeaux, Evamails lins, Ras de aoie eairs. Pailums eir* ih .ies Dpetlieurea marqnM* R oe*ui ii l'a •-. (i< ipure* Viiitz noire d'poi dp meub'e?, lits, srmeii i>,earpcto ete. PAULEAUXIL Hues iraveisire <$du\h oaxin deCEtat



PAGE 1

H .UN fU N>vral}!ei Goutte C nvello ArtHt) Sclrose Ol'sl Q, %  -.., r. irr fw-inn '* flrllrr •si '.uf.ialliio. %  -.'. I* i'Ti li!nfnl Af, r^rt l'ci"uS! -fn^nl (Jd %  %  .,. If IUflC-1 *1 I' >!•' • %  •'* '• *,l lifter le ; %  1 <' %  '-'• %  '' % %  Ufl >i1 d* I • nry • ; r• • (• %  %  d i curti r-e. .. • f| ht.'v • ^ M. lavesang 1 ivi'.-a %  •• %  '•''. •* '* ir|.r i. Il o I MMM v.i-1 oui emp< •' %  V t* dloa#*nwni i" '•'*' %  %  '' r,r: • lr A la i*rl que dor.i l'or(nlun u> nifloiraiii llirodonal • Pr-.tt<<: FtlVtt. fro • UT mi t i Unitf""* :• rai:"** rUM 6*U n t I raifMlMBM rr "1 Dl A L 1ROL • >•-, %  • ^.r -, i ranuii >iiii 1 i mwAAi M % % %  • ''' %  •"* Vaillant & llouet Agents Gnraux 1720 Fus du[Magasin le l'Etat •<•—• Contre ia Surdit uraphonalas & Disses Columbiu Les Bourdonnements de In iie gurissent absolument par l'emploi de l.AHM LENK.lt nouveau remde < ontinental qui rgit instantanment sur les parties affectes avec succs complet et permanent.! tonnantes guri' sons ont t rapportes, Ma dame K. Wilkinson, de Stroud, crit : .le me sens une nouvelle f-rnme, car je Aoujellea^nten ttock ,1. .ptriN p^M ***** |KJ^S^" <£ l.oiuinbiM, Non venu Modle. repos maintenant, alers que je n'ai pas t mme de le faire depui des mois. Ce remde est efficace, et il m'est agrable de la recoinmaiider. Itien n'gale estte nouvelle prparation eteha (jiie malade doit en faire l'essai, 'rix: IshOla boite, poste en sus. LUIARLENt <:.. 10 South VIEW Watling Street. Hartford, Kent, RNGUND. IJHIX llChUITS Nou* avons aussi en stock part d'un uranri nouveau a*sortiinei*f de disques, trois autres diffrente* grandeur clt qrapliouolns que nous offrons aux visiteurs au prix trs raisonnable /, PmtamcnT'AGGERi OLIH Hue du QualAG *£h*~t Wr^' v Hfi — • ' <*••*•* %  *, / • iroj: I • pL I *.r La vie • P :••:'' l< '• %  % %  %  ; t qu'un Ira l bien nlr.s ardue c %  ' %  ri inlaivs particuliers J leur sexe i mo icnt ; %  lil !e. Le -: ; .• etlavi i tl< in d'eir. g de i • \ trouvent cett< situt! profit de l'expienotj de Ci..-'Jcqui nous a < y cette l< ttres Lu** Ce Que CV(e FtfnOM Dit %  t?n Ort*nl Cuba. J'^tiis an^m'qtn etioafr (r • ( douleurs ma foraient iMataraulit i douleurs ; ujeuri dans la b i "entre, %  %  quel juefii lourdes et je avent | i t de ce malaise pendant <)uatt *\... de fa par l'eal de retra Corapcskl > \t'„' ; t.i!e de i %  • • i B. Ptnkham. Je l'ai pii-.e Bveecomplte satlsfai aat %  aw fais un pi do la racorni iand r a i i i • %  ; : %  ';•. %  i. Ui. %  i %  i i 4, afanzani)' •, 0 b sVaslsatsM "n-i'i. M ntlratpaafalMal'aaaak m .. t il. i ai I Composition w totale T de Lydlia E* nnkk^m 1 •3 P o L Mil (in Abonnements I \ KOI! l'orl .niPiiiM e uourdti i Upeftenculi i 50 ElrHnger ;i.(H) Doite Postule: IIS Tlphone 242 Durant: Lue Amricaine ; l$i,8> m es '' Ai te Tins Vieux de lordeaui Vin Banc rlioix I 6 goordtt 11 gtllon Via Uougc choix S 5 gourdes le galion .\. B. Noua attirons I k i-tirrlion de Dot olieDli fur l'aieallence ! %  ces vins (loin l.sfnis >oni liivsjiMju' la d.rniera gnuMe stni loisei meuna traa I ntrt atnnenl. I ne elioia impmlnnle h signaler, r'ftl q'0 ces \ins no soi | paspiqies, lomineles an nlcurs l'ont souvent ^l)^el\ pour culiins iii.nqii i livn'es ii IR ci! on pislion. l'iiii voire sanlf 5 li i • z nolr<> vin Rfl vi-nic ;', liincii'ii Dpt II. lt.ob.J I(jl7 lti.c du Centre. LaMsibou .1.SILVEI La Maison H. SYLYERi se lait !• plaisir dmloi nombreuse elietiltle qu'elle vient tle recevoir derniers ste;.mers, les articles suivants, de lof elietir. Di'dl l'nion couleur anglais, diverses qualits. I rill union blanc anglais Drill tussor Cliapeaux de paille fine d'Italie Chapeaux feutre ISorsalino Chapeaux demi-feutre llorsalino (lhapeaux demi feutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie Voile blanc barres \ mouches Piqu blanc suprieur pour Jupes Peroale blanche sup. Haptiste fine pour chemises Hatine blanche Gabardine blanche barres & unie Zphyr anglais pour chemises Kaki Jaune suprieur anglais Kaki jaune anijlais extra suprieur Kaki blanc Drill hliinc anglais suprieur Kolienne couleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons coul & blanc suprieur l'almbeach


PAGE 1

~ULIL f*vte ***** sa Prlno* t tieut I ) Vejuiiedl 27 Junioi 1023 PROPRITAIRE linent Alagloire BOIS VERNA 1368 Rue mrioaine !0JM£RO 20 CENTIMES Quotidien I ians le monde des affaires #4 dans celui de la politique, il y a beaucoup d'ntmmeu a*.s scrupule qui, aprs avoir russi, se pelaie L ce.it, de devenir uonntes. Ils acquirent de i'.u.ineur sur le tard, comme on acnte un titre de noblesse et le inonde ne demande qu'a oublier les ds buts. Etienne 1U-Y WLi:iL0M£ No UU PARIRftDE ipaiioo el polilii[iie infrieure Sora^ua, comme chez nous, MI. le rgime de I interven S l'occupation amricaines. Hl'au re eurent lieu en 1916 li fui du mme amiral que EibrOUS. ici la question de la dsoctepiie; mais el' est inli celle de la jiai\ publil unanime js les farces amricaines N'tKu'tragua el qu'on lusMemps toute leur libert le gouvernement cou! lemtierait do lui mme, "plepousie d'uue meute. faire part, les partis po'Oiervateur et libral, en de .elle situation dan^ plaant l'intrt du pays avant le leur, ont convenu de la : sser tomber leurs h unes, et 'on est arriv, nous ap.rend la mme source d'info* mati MIS, a un c rt&ia itegr de tol.-r.mce les deui cts, ha cuii ayi'il urtiq-i -ment ci vue le bUa-eln et le progrs du peuple nicaraguayen ** Prcisment, aj aule U note q i* nous avons aous les yeux, plu-ieurs confrences oit eu lieu c -s jours-ci entre leaders lib-raux et leaders conservateurs, eu vue de chercher la manire de garantir des deux cts le respect des lois et l'tablissement d'un ordre de cho-es vritab entent populaire. Les deax pirtis onlconven'i de se respecter m ituellemeul et de Irivailler co que les forces de la marine amricain • vacuent au plus toi le territoire uationa!." Dume qui veut la fin doit vouloir les moyens. Le si nple bons sent dit qu'il faut commencer par assurer la paix, des esprits et le dsarmement politique, pour persuader di la possibilit d'arriver la dsoccapalion; puisque, aussi bien, c'est toujours le manque de scurit publiq ae intrieure qui est toujours invoqu pour justifier l'occupation. Il nous semb e que l'on est en f ileioe logique au Nicaragua. Vlal leurensement, il sembla aussi que la logique, comme la vrit, est cliose relative et qu'elle varie selon les l.eux el les latitude. FIAOU. Mais du Service Technique oie daas les anfilles Anglaises 8_U Dpartement irop%  Wture fut cr par la .* les Antilles, ce der" pendant des anne 'galion. Les travaux de U^y-'le de 1896 avaient %  J^bles.mai il cotaJml de U documenta; nouvel organe allait ** 'emde a ci du Jfopre ducation, le ,y 'Agricinture cra, '*ll's,des champs d'exil J Se V ce ^lanique. > J-irJins q„e furent ai lier* d'espces de >'Ms de culture; c'est I aWi i* 1 e ** iein '"• 1 ue %  ; ...•*';• premi.Mes gous les deux 'l'* lurent ^dir* %  .•*''*' '"""es. W^^ ce Ublis•*•.. '""' Coia, " 'I* se %  •V^ 01 "V souveul M,u q"i paraissent Nr, P r ,e f lHiMrdes W ,,7 f *lli,*euenU iWuiu \'l \ un P r >onel ^ba, uUul plusaudduction d'expriences pratiques el srieuses, contrles avant d'tre reu m iniodes. Le personnel d'lite runi lins ces tablissements est d'ailleurs targ..an-ni pay; eu dehors du Commis* saire Gnral, d ait les appointeineuls s'lvent 10,00) francs et autres avantages, d • son repr^-eulaul aux ii '.w u1 l-dan Isisi Un' Antigua, qui touche ii/,0OU francs, les ciiefs des autres stations botaniques ont des appointements variant de 0,000 12,500 franse. Un service technique qui paye aussi bien ses foucliooualre* est en drotl d'exiger d'eux la plus haute comptence, el les OJIJQIM qui prollleiit de leur preuce ne peuvent qu'i-n tirer ut eu lires! I -s pi is heureux eltls. Dans chaque station, il aul m-. le p ntonasl est des jilas limits, comprenant le p us souvent un agronoai > el ni chinli-de. Dos station botaniques existent la Barba le, Antgui, a danlserral, a.x Ils Vierges, a la Domioiq ie, la l'iinid 1 1 l'o'a Ig '. a > listeLucie, Sdiul-Vi.ace il el • tir tua le. Lu oHitre, la II t.bul • lm un service central i idpsndanl de la station botanique locale. Ce service est assist d'un laboratoire et d'un bureau d'expriences de la canne suen. • Le centralisation des revtisseme ils permel d< tirer des conclusions d'une plus hante porte qu'il ne serait possible d'exprieaices isoles, et d' lire part, chique Ile ayant foi cment sa particularit, soit par la OH tore de son -.o!. aoil par celle de son climat, le* stations b ilaniques locales ren If ni des services plus directs aux planteurs, dm- l'lude des conditions locales de culture. I 1 y a uof organisation d'en-' mbe ad nirabl-m'ait compas-, d ml le rsulta a t une Boaniiaxanes rapi le et approfondie des condition agricol s des In les occi lenl le-. Mais avoir acquis celte c m nais* sance n'tait qu'une partie de la tache du Dpartement de l'Agriculture Il lui a fallu, dans la suit, la faire partager aux planteurs. Cette partie de son truvre n'a pas toujours l la plus facile. Kn e/fel, si dans certaines le--, comme la Bnrhade, o il existe une popuUlion blanche instruite, il lait ais de lui dire comprendre les avantages de certai ns pro luits, l'eicellence de st pas fait en un jour el qu'il y a mme encore beaucoup A faire, nuis les huit ,ui I IP s qui se sont cou es depuis la crilioi di Dploiement im,i l'iai n'eut pas t perdues. Il faut dire aussi q te les moyens n'ont pas l in irch m ls nu (ummisstire gnral, Sir Morris. Lu fonds de 2 millions de francs fut rois >a disposition. Rparti suivant les besoins e itre les diverses tles, il a servi indemniser les planUors des premiers e-sais qu'ils faisaient, ili-trilui r des sem 'nces, crer l'us ne centrale d' nligaa, e' enlin, t>r^uiiser\ qui a succedi au Dpirtement de l'Agi i cultir-, pour l'administra* lion du fmts imiriil dis:.-ours, n'a l orgini q l'en 1907... s Les b MIS c iiiseil I :s • >a s exe npies, les sjours lia i ici in et l*organisiliin lu ordi" agne Me l ii ml lj i dei m ivens l'indu -a se <• isi lril) es, >n ns i's n • si ir >a e il I ins ii prauqae qu'a u a n > n'irUni' le plante ira, q ii poivti-*m ei son* pr^n lr< l'utilit Oc, ii fallait pntrer 1 1 m i se, el l'a d n ir eu ol di • l priiter lei t il 14 s ob > i • l'a ir C 'I 1. I 1 il ild l'Agriculture a as I le laax m >yans: les coafrences et l'e.isdignemdat agricole. Par les premire-, il s'est adress dut ali e>>. Ji is du |ti> village, les amnistie culture suit alls rf iin Ire le; b >as c mseils, raconter 1experte ices faites et les rsultat obtenus, distribicr les semences, des plantes. Cette propagande a l des oins active-, mais elle satiressii' le plus souvent des gens in-ufRsarauient aptes comprendre, et qui n'en <>nt pis tir tout le parti possible. <• Les promoteurs du mouvement ont alors j i-l • nent oen- que si Ion voulait trav iilb>r l'un manire dliniiiv.pur l'avenir, c'e-l aax jeunes, c'est I enfant tpril fallait s'adresser, ds l'cole le manire ce que devenu homme et pro lucleur, il ail une in Iruelion sumsaote pour cornprendre le neessit-' de l'volution ci'urale, et soit cipable dy travailler. • La cration d'coles d'agriculture accompagnes de champs d'expriencea, fut ainsi poursuivie a la Bubale, h larinidad. Saint-Vincent et auprs le tout* s les stalious b il iniques. \l .is la diffusion d l'en seignsment agricole dans les coles sp ci des ne po .vail encore toucher qu'un nombre restreint div. s, qui recevaient, il esl vrai, une instruction re'alivement suprieure, les ren lunl capables tic faire de bous contre matres ou des prooritaires instruit pour la mise en valeur de leurs pnquielcs Un pensa qu'il y avait mieux faire el qu'il fallait q :e tles notions de culture applique soient donnes lous les enfants dans les coles lmentaires, en mima temps que s* poursuivait leur insiruclion gnra.e. %  En l07, l'cff t de celte dcision cornai' n, ut apren Ire un grand dve'oppement. A la Trinidsd et Tobago, iOi ctibs dans toutes les parties des deux tles ont des cours pratiquai. La grande difficult qui 8'c-d prsente a l le trouver des terres utilisables pour I enseignement, mais les sacrifies ncessaires ont t lait •'A Gieuade, le mouvement est plus lenl. ainsi qu' .Sainte Lucie. A S.iul Vincent, au contraire, il esl en bonne voie. A la Barbade, il y a 41 coles le guems il 3 de lilles. Un liera de ces e.iles ont des jardins d'lu le, et le nombre de ces dernier! va tre port a 31. A *onlserrat, il y a cinq coles. A la Dominique, Antigua, S.i .^Christophe, Newis, l'exem.le a l suivi. < Il se I rme l. dans la jeunesse, une g-0 ration qui seia plus apte qu %  la pie M lente, qui ne savait pas, lot er e.nir bas difliettlts inhrentes l'exploitation du sul II y a pour I venir un essebenl grain de be n, et loisqi'il lvera, ce sera pour le p us grand bien le la richesse dis co.unies et pour celui des particuliers. Tout a t tait piur exalter ds l'enfance le sentiment de l'amour de tout ce qui louche aux choses de (a terre, et cett: fte de l'arbre qiH le g u irai G il iai avait introduite a Millau cir, qm l'on voudnit txblir dans ao oles frannsas, existe d-tpjil plu^ie 1rs anu:s dm; les Iles des tatilles auglai-.'s %  > 1 el a est clbre a^ec la p! as g 1 1 I • pi n,i -. U ii 1, 11 u1 :,• ma -r -el i;i> 1 1 0 ivre I • pr >a i;i 1 I > I ; |g] U,re ti. 1 I n liru'e t l^ric ilt ire, il eoivieiH 1 • -1; 11 er 1 M hua n. 1 •. 1 e. L'un 1, • %  \:.'i c lit ir il x v, .•,( ,1 1 p 11 1 ii 1 1 • p> il lire b lire, le A '1 In l e .ii ait %  ed u le publication trimestrielle iciesuajue. Par ces deux revues, tous le rsultats obtenus sur un point son parls la c uinaissince des plan* leurs dea div-rs* lies. Kn dehors d'elles do* r.inpor's annuels sur des sujets spciaux sont tablis soit par les il,verse-, -talions bdaniques, soit par le service central. V la Trinidsd, il existe, en outre, un buHel n trimestriel du Dparleminl Botanique. I. CHEMIN DlIi'OMKS. Lharg delaSlalbtiqtie a I office Colonial. (CltraJt du livre 'Les PolitM Antilles ) L DISI.T aussi va conuaitre Ifs rigueurs aitla ce scheresse LO.YDBS 86 A partir de de main. l'Eut de l'UlsIersera partielle meut sec .. Tous les b 1rs seront ferms ds demain, et s n'es les per sonnes rsidant dans les hMels pnur ronl se faire servir des mff aichisse mentt A b i Un vapeur amricain contraint de jeter II mer 89 caisses de spii ilueux .M:\V-VoKK. 16 juin — o n annonce que le steamer nmiicain "George VVaabinglofl venant d Eu tope ei arritaol en vue du Sandy llook, dans les eaux amricaines* 1 dft, pour obir aux pr*icripliooi de la %  loi sche n, jeter lu mer 89 caisses de liqueurs loi t. s nu de vin que les pa.-sagei-s n'avaient pu con sommer y ndanl la lr..v. rse. Le pelil cal est parfois macabre No van tara Vieanlia, petite ville de rilaiecentr.il', a-on Caf lu fom merci-'., o les paisible, habitants et quelques voyageura] d %  i.aN^age vien nent faire, l'aprs-midi, la partie traditionnelle. L'autre jour, un tranger qui avait | ris place h l'une dea tables de marine du peut, caf, laissa tomber un objet. S tant baiss pour le ramasser, il se releva viv. ment, dem blant d'en .lion,car il venait l'ip.-r cevoir l'envers del table de marbre uno croix en relief el une inecrip lion funraire : Ci gt ( suivaient le nom du dfunt cl la .laie du dcs). Ksisanl nue part de si dco vt-rte aux autres conaounnaleors, on exa ni na le dessnua de tontes les labis de inaibre. Horreur! Toutes portai ut une croix el une pilapbe : Ici s'tait one veuve Inconsolable qui pltur.it son mari l. des regrets ternels pour la mort dune aeule, etc. Le cafetier, vivement interpell par la clientle, dclara que la prove nanea de ses table de marbre n'avait rien de mystrieux, ni d'illicite. Lue fois leurs larmes panches et li priode du deuil liuie. les familles rtrocdaient ces da les d • marbre au dbitant, qui an rais ul p I r la face reste plane -t me rli ail lu osa sem ml t rel ativeuMUi 1 ban c nanti son petit c if. L'citiipatp da "Y 1 1 3 na Voat plu* du r-jj m 333 Nw Y rk • J7.Hi de .'* ( | >-J. %  Ii nai,1 %  , 01,1 idi 1 ilne 1 a u iro raient pluen \in 1 ,| 1, t,,nl que la lot Volstead serait eu vigueur. •-. 1 •'<


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05986
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 27, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05986

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
~ULIl
f*vte
***** sa Prlno* t tieut
I )
Vejuiiedl 27 Junioi 1023
PROPRITAIRE
linent Alagloire
BOIS VERNA
1368 Rue mrioaine
!0JMRO 20 CENTIMES
Quotidien
I ians le monde des affaires #4
dans celui de la politique, il y a
beaucoup d'ntmmeu a*.s scru-
pule qui, aprs avoir russi, se
pelaieLce.it, de devenir uonn-
tes. Ils acquirent de i'.u.ineur
sur le tard, comme on acnte un
titre de noblesse et le inonde ne
demande qu'a oublier les ds
buts. Etienne 1U-Y
WLi:iL0M No UU
PARIRftDE
ipaiioo el polilii[iie infrieure
Sora^ua, comme chez nous,
mi. le rgime de I interven
S l'occupation amricaines.
Hl'au re eurent lieu en 1916
li fui du mme amiral que
EibrOUS.
ici la question de la dsoc-
tepiie; mais el' est inli-
celle de la jiai\ publi-
inalc que nous a apporte
"loil :
[h
jl* dernier message lu de-
Otegrs de Nicaragua par le
I Chimorro, la ju jstjo i de
m fur le territoiie nicara-
[tn forcer de la marine
, a t aborde. Le l'r-
icar qa'il consiirail
l prsence de ces for-
nia Kpublique, trs sp-
I I Managua, parce que,
^ h paya serait en pleine
jtffel, toute la pree lib
"Dguayenne e>l unanime
js les farces amricaines
N'tKu'tragua el qu'on lus-
Memps toute leur libert
le gouvernement cou-
! lemtierait do lui mme,
"plepousie d'uue meute.
faire part, les partis po-
'Oiervateur et libral, en
de .elle situation dan-
^ plaant l'intrt du pays
avant le leur, ont convenu de la:sser
tomber leurs h unes, et 'on est
arriv, nous ap.rend la mme sour-
ce d'info* mati mis, a un c rt&ia ite-
gr de tol.-r.mce les deui cts, ha
cuii ayi'il urtiq-i -ment ci vue le
bUa-eln et le progrs du peuple ni-
caraguayen .
** Prcisment, aj aule U note q i*
nous avons aous les yeux, plu-ieurs
confrences oit eu lieu c -s jours-ci
entre leaders lib-raux et leaders
conservateurs, eu vue de chercher la
manire de garantir des deux cts
le respect des lois et l'tablissement
d'un ordre de cho-es vritab entent
populaire. Les deax pirtis onlcon-
ven'i de se respecter m ituellemeul
et de Irivailler co que les forces
de la marine amricain vacuent au
plus toi le territoire uationa!."
Dume qui veut la fin doit vouloir
les moyens. Le si nple bons sent dit
qu'il faut commencer par assurer la
paix, des esprits et le dsarmement
politique, pour persuader di la pos-
sibilit d'arriver la dsoccapalion;
puisque, aussi bien, c'est toujours le
manque de scurit publiq ae int-
rieure qui est toujours invoqu pour
justifier l'occupation.
Il nous semb e que l'on est en
fileioe logique au Nicaragua. Vlal
leurensement, il sembla aussi que
la logique, comme la vrit, est clio-
se relative et qu'elle varie selon les
l.eux el les latitude.
FIAOU.
Mais du Service Technique
oie daas les anfilles Anglaises
8_U Dpartement irop-
Wture fut cr par la
.* les Antilles, ce der-
" pendant des anne
'galion. Les travaux de
U^y-'le de 1896 avaient
J^bles.mai il cota-
Jml de U documenta-
; nouvel organe allait
** 'emde a ci du
Jfopre ducation, le
,y 'Agricinture cra,
'*ll's,des champs d'ex-
il J Se.V'ce ^lanique.
. > J-irJins qe furent
ai lier* d'espces de
->'Ms de culture; c'est
IaWi i*1 e**iein '" 1ue
; ...*'; premi.Mes gous-
les deux 'l'* lurent
^dir* .*''*' '"""es.
W^^ ce Ublis-
*.. '""' Coia," 'I* se
V^01 "V souveul
M,u q"i paraissent
Nr,Pr ,eflHiMrdes
W ,,7 f *lli,*euenU
iWuiu\'l \un Pr>onel
^ba, uUul plusau-
dduction d'expriences pratiques
el srieuses, contrles avant d'tre
reu m iniodes.
Le personnel d'lite runi lins
ces tablissements est d'ailleurs tar-
g..an-ni pay; eu dehors du Commis*
saire Gnral, d ait les appointe-
ineuls s'lvent 10,00) francs et
autres avantages, d son repr^-eu-
laul aux ii '.w u-1 l-dan Isisi Un'
Antigua, qui touche ii/,0OU francs,
les ciiefs des autres stations botani-
ques ont des appointements variant
de 0,000 12,500 franse.
Un service technique qui paye
aussi bien ses foucliooualre* est en
drotl d'exiger d'eux la plus haute
comptence, el les ojIjqIm qui pro-
llleiit de leur preuce ne peuvent
qu'i-n tirer ut eu lires! I -s pi is heu-
reux eltls. Dans chaque station,
il aul m-- le p ntonasl est des jilas
limits, comprenant le p us souvent
un agronoai > el ni chinli-de.
Dos station botaniques existent
la Barba le, Antgui, a danlser-
ral, a.x Ils Vierges, a la Domioiq ie,
la l'iinid 11, l'o'a Ig '. a > liste-
Lucie, Sdiul-Vi.ace il el tir tua le.
Lu oHitre, la II t.bul lm ......
un service central i idpsndanl de la
station botanique locale. Ce service
est assist d'un laboratoire et d'un
bureau d'expriences de la canne
suen.
Le centralisation des revtisse-
me ils permel d< tirer des conclu-
sions d'une plus hante porte qu'il
ne serait possible d'exprieaices iso-
les, et d' lire part, chique Ile
ayant foi cment sa particularit,
soit par la oh tore de son -.o!. aoil
par celle de son climat, le* stations
b ilaniques locales ren If ni des ser-
vices plus directs aux planteurs,
dm- l'lude des conditions locales
de culture.
I1 y a uof organisation d'en-' m-
be ad nirabl-m'ait compas-, d ml
le rsulta a t une Boaniiaxanes
rapi le et approfondie des condition
agricol s des In les occi lenl le-.
Mais avoir acquis celte c m nais*
sance n'tait qu'une partie de la ta-
che du Dpartement de l'Agricultu-
re Il lui a fallu, dans la suit, la
faire partager aux planteurs. Cette
partie de son truvre n'a pas toujours
l la plus facile. Kn e/fel, si dans
certaines le--, comme la Bnrhade,
o il existe une popuUlion blanche
instruite, il lait ais de lui dire
comprendre les avantages de certai
ns pro luits, l'eicellence de psrtieulirea ou 1 utilit d'une m-
tbode de eu turc: dan la p'npmt
des autres, lo- planteur s nt des
mul'res ou les noirs peu enclins h
saisir une ,nouveau'.;, ou mise
admettre que ce qu'As ont louj urs
fait ou vu faire, ne soi] pas ce qui
esl bon.
< Eh bien, ceux-l mffie ont au
jourd'li-ii subi l'influence dn travail
des scisntiflquea, et lorsque l'on voit
les populations de S int Vincent ou
d'Antigua se donner avec une telle
arlcur la culture du cot ) -, ou en-
core celles de S lint-Lbristopbc ap-
porter la culture de la caiinedes
soins quVIIes ne soupeounai-nt pas
il y a quelques annes, on peut dire
que I uvre des agriculteur olliciels
a t exi elleute, et qu'elle a porl
tous sis fruits.
Il est ceilain que cela ne s>st
pas fait en un jour el qu'il y a m-
me encore beaucoup A' faire, nuis
les huit ,uiiip s qui se sont cou es
depuis la crilioi di Dploiement
im,i l'iai n'eut pas t perdues.
Il faut dire aussi q te les moyens
n'ont pas l in irch m ls nu (um-
misstire gnral, Sir Morris. Lu
fonds de 2 millions de francs fut
rois >a disposition. Rparti suivant
les besoins e itre les diverses tles, il
a servi indemniser les planUors
des premiers e-sais qu'ils faisaient,
ili-trilui r des sem 'nces, crer
l'us ne centrale d' nligaa, e' enlin,
t>r^uiiser coles, q ii soat plutt das ealiSSf
mutuelles.
* Ii y l toute uie combuais m
d'aide linaueire. qui permel d'op-
rer ia traiioforination graduelle et
totale le l'ont.liage conomique de
ces pays. L'installation de ces ban-
ques n est Tailleurs pas encore en-
tirement termine, et le Sugar In-
dustry Agri ,-ultural Bank de la Bar-
bii>\ qui a succedi au Dpirtement
de l'Agiicultir-, pour l'administra*
lion du fmts imiriil dis:.-ours,
n'a l orgini q l'en 1907...
s Les b mis c iiiseil ,I :s >a s exe n-
pies, les sjours lia i ici in et l*orga-
nisiliin lu ordi" agne Me l ii ml l-
j i dei m ivens l'indu -a se < isi lri-
l) es, >n ns i's n si ir >a e il I ins
ii prauqae qu'a u a n > n'ir- Uni' le
plante ira, q ii poivti-*m ei son*
pr^n lr< l'utilit Oc, ii fallait pn-
trer 11 m i se, el l'a d n ir eu ol di
l priiter lei t il 14 s ob > i
l'a ir C 'I 1. I 1 il ild
l'Agriculture a as I le laax m >yans:
les coafrences et l'e.isdignemdat
agricole.
Par les premire-, il s'est adres-
s dut ali e>>. Ji is du |ti> village,
les amnistie culture suit alls r-
fiin Ire le; b >as c mseils, raconter
1- experte ices faites et les rsultat
obtenus, distribicr les semences,
des plantes. Cette propagande a l
des oins active-, mais elle satires-
sii' le plus souvent des gens in-uf-
Rsarauient aptes comprendre, et
qui n'en <>nt pis tir tout le parti
possible.
< Les promoteurs du mouvement
ont alors j i-l nent oen- que si Ion
voulait trav iilb>r l'un manire dli-
niiiv.- pur l'avenir, c'e-l aax jeunes,
c'est I enfant tpril fallait s'adres-
ser, ds l'cole le manire ce que
devenu homme et pro lucleur, il ail
une in Iruelion sumsaote pour corn-
prendre le neessit-' de l'volution
ci'urale, et soit cipable dy tra-
vailler.
La cration d'coles d'agricul-
ture accompagnes de champs d'ex-
priencea, fut ainsi poursuivie a la
Bubale, h larinidad. Saint-Vin-
cent et auprs le tout* s les stalious
b il iniques. \l .is la diffusion d l'en
seignsment agricole dans les coles
sp ci des ne po .vail encore toucher
qu'un nombre restreint div. s,
qui recevaient, il esl vrai, une ins-
truction re'alivement suprieure, les
ren lunl capables tic faire de bous
contre matres ou des prooritaires
instruit pour la mise en valeur de
leurs pnquielcs
Un pensa qu'il y avait mieux
faire el qu'il fallait q :e tles notions
de culture applique soient donnes
lous les enfants dans les coles
lmentaires, en mima temps que
s* poursuivait leur insiruclion gn-
ra.e.
. En l07, l'cff t de celte dci-
sion cornai' n, ut apren Ire un grand
dve'oppement. A la Trinidsd et
Tobago, iOi ctibs dans toutes les
parties des deux tles ont des cours
pratiquai. La grande difficult qui
8'c-d prsente a l le trouver des
terres utilisables pour I enseigne-
ment, mais les sacrifies ncessaires
ont t lait
'A Gieuade, le mouvement est
plus lenl. ainsi qu' .Sainte Lucie.
A S.iul Vincent, au contraire, il esl
en bonne voie. A la Barbade, il y a
41 coles le guems il 3 de lilles.
Un liera de ces e.iles ont des jardins
d'lu le, et le nombre de ces dernier!
va tre port a 31. A *onlserrat, il
y a cinq coles. A la Dominique,
Antigua, S.i .^Christophe, Ne-
wis, l'exem.le a l suivi.
< Il se I rme l. dans la jeunesse,
une g-0 ration qui seia plus apte
qu la pie m lente, qui ne savait pas,
lot er e.nir bas difliettlts inh-
rentes l'exploitation du sul II y a
pour I venir un essebenl grain de
be n, et loisqi'il lvera, ce sera
pour le p us grand bien le la ri-
chesse dis co.unies et pour celui des
particuliers.
Tout a t tait piur exalter ds
l'enfance le sentiment de l'amour
de tout ce qui louche aux choses de
(a terre, et cett: fte de l'arbre "
qiH le g u irai G il iai avait intro-
duite a Millau cir, qm l'on vou-
dnit txblir dans ao oles fran-
nsas, existe d-tpjil plu^ie 1rs an-
u:s dm; les Iles des tatilles au-
glai-.'s > 1 el a est clbre a^ec la
p! as g 1 1 I pi n,i -.
" U ii 1, 11 u- 1 :, ma -r -el i;i> 1
1 0 ivre I pr >a i;i 1 I > I ; |g] U,-
re ti. 1 I n liru'e t l^ric ilt ire, il
eoivieiH 1 -1; 11 er 1 m hua n. 1 .
1 e. L'un 1, \:.'i
c lit ir il x v, .,( ,1 1 p 11 1 ii 1 1
p> il lire b lire, le
" A '-1 In l e .ii ait ' ed u le pu-
blication trimestrielle iciesuajue.
* Par ces deux revues, tous le r-
sultats obtenus sur un point son
parls la c uinaissince des plan*
leurs dea div-rs* lies. Kn dehors
d'elles do* r.inpor's annuels sur des
sujets spciaux sont tablis soit par
les il,verse-, -talions bdaniques, soit
par le service central. V la Trinidsd,
il existe, en outre, un buHel n tri-
mestriel du Dparleminl Botanique.
I. CHEMIN DlIi'OMKS.
Lharg delaSlalbtiqtie a I-office
Colonial.
(CltraJt du livre 'Les PolitM
Antilles )
L DIsI.t aussi va conuaitre
Ifs rigueurs ait- la
ce scheresse
LO.YDBS 86 A partir de de
main. l'Eut de l'UlsIersera partielle
meut sec .. Tous les b 1rs seront
ferms ds demain, et s n'es les per
sonnes rsidant dans les hMels pnur
ronl se faire servir des mff aichisse
mentt A b i mconlente tle l'applic lion de ce
nouveau rgi.ne a rail d' .bon tintes
provisions de bois-ons.
- - m^iii'in u. ~^*^aae>
Un vapeur amricain con-
traint de jeter II mer
89 caisses de spii ilueux
.M:\V-VoKK. 16 juin on an-
nonce que le steamer nmiicain
"George VVaabinglofl venant d Eu
tope ei arritaol en vue du Sandy
llook, dans les eaux amricaines* 1
dft, pour obir aux pr*icripliooi de
la loi sche n, jeter lu mer 89
caisses de liqueurs loi t. s nu de vin
que les pa.-sagei-s n'avaient pu con
sommer y ndanl la lr..v. rse.
Le pelil cal est parfois
macabre
No van tara Vieanlia, petite ville de
rilaiecentr.il', a-on Caf lu fom
merci-'., o les paisible, habitants et
quelques voyageura] d i.aN^age vien
nent faire, l'aprs-midi, la partie
traditionnelle.
L'autre jour, un tranger qui
avait | ris place h l'une dea tables de
marine du peut, caf, laissa tomber
un objet. S tant baiss pour le ra-
masser, il se releva viv. ment, dem
blant d'en .lion,car il venait l'ip.-r
cevoir l'envers del table de mar-
bre uno croix en relief el une inecrip
lion funraire : Ci gt ( suivaient le
nom du dfunt cl la .laie du dcs).
Ksisanl nue part de si dco vt-rte
aux autres conaounnaleors, on exa
ni na le dessnua de tontes les labis
de inaibre. Horreur! Toutes por-
tai ut une croix el une pilapbe : Ici
s'tait one veuve Inconsolable qui
pltur.it son mari l. des regrets
ternels pour la mort dune aeule,
etc.
Le cafetier, vivement interpell
par la clientle, dclara que la prove
nanea de ses table de marbre n'a-
vait rien de mystrieux, ni d'illicite.
Lue fois leurs larmes panches et
li priode du deuil liuie. les familles
rtrocdaient ces da les d marbre
au dbitant, qui an rais ul p I r la
face reste plane -t me rli ail lu osa
sem ml t rel ativeuMUi 1 ban c nanti
son petit c if.
L'citiipatp da "Y 1 1 3 na
Voat plu* du r-jj m 333
Nw Y rk J7.Hi de .'*
(| >-j. Ii nai- ,1 , .
01,1 idi 1 il- ne 1 a u iro raient
plu- en \in 1 ,| 1, t,,nl que la lot
Volstead serait eu vigueur.
-.
1
'<


tr,W*
~:. Par Cable
Nouvelles Etranures
M-niil'c-d liions franaise*
dans la Rliur
DU80BLDORF La population
allemand.;, pour la premire fois* de-
ljis L'occupstton, a pu assister
une revue militaire franaise qal l'ai
siit partit) le la crmonie le lu re
mise de la grande croix d'honneur
le m'i I .... i d'IlOfl iuur a a U :ueral
L))g0jltle, g-*nralHiine des Iroupei
d'ut cupaliou, par >1. Mi^niol, mi-
ni ira A* u guerre, m prsence Ja
loua les gOtfrulK alli-* de l'occupa
lion. D'autres ofdciera francde oui
cl galement dcore. Le uopula*
lion s'est uoali; proton l.nenl in
traaa* par le dploiement il s for-
ces d'occupation et i-V-t en gran i
u nnbrc au'aile se massa sur le ter-
rain de li revue.
M. Ifagiuot lii l'loge du Gnral
Dgoutte el lit r marquer que le nou
veau grand noix u mjiin que la
Fiance, quoique rsolue a imposer
le respect du Irail, ne recourait
[a forea que pour tablir la jas;ire
et jw'elle est incapable 'le se servir
de mthodes vi dents et de brutalit
que ies allemands ont employ s en
Kr.mcc el en Itelgtque. M. Magiaol
se rendia dam du Col gne o, aveo
la g n-rat Sir C-olday, il passera en
r-jv.e les troupes bnlaniiiquei.
Niiiifesiatijjis dtendues
itKHLIN Le projet commu-
nisles allemands de la re dans la
journe de d.iiiiuclie procliaiu des
manifestations antifascistes pour se
rendra compte de leurs poiiti pies
e*t cou sidr par 1 s autorits co n
m" appel chouer. Les mesurai
prventives prises par les gouverne
ni nU fdral et prussien et h dtt
veu ah oln les prtentions commu
nisles, exprim par le* socidlisUs
nntfla Si le pirti du travail Offf-tui-
rt. tu t.-ut ce hit. Lsa ministres
d l'i i ri-ur I is g iveni ne ils f
d il et pru-isi n ont aul ui- les di-
verse* -drit- de rivai et locales a
hii i.ni u-r lo> runions pub i pies et
las pin les. Cas d rats sa rappor-
te i. ai sj bis i a i\ m loifed iti mis
natio ni el s qu"i c -les entr nisles.
Frt'\ ll'ORF L'iulopsu M carpe
il i vt il as, pr >. i sur f lral, t i
ili n m<-li ai cours d s mi'iil'esta-
lions c nma listes, a d n itr que
lu victime avait t lil erablemeut
crible d coups de bton, de poi-
gnard et de pieu es.
Le p iliee a arrt plusieurs indi-
vid IS SUSpects, oi a pu ablir dli
niiivemeiit l'i lentii du meurtrier.
L'etnpranl de vingt-cinq
millions de marks or
a abouti
IIKIILIN Uadluge de billets
de dit mille at vingt mille marks a
inond 1E -fl.it en raison de l'imputa-
anOS de la IL-icli-liitiK a fournir
de* quantits sufiUantas de bi Iris
de pin gruida valeur. I.i grau le
demande de monnaie est dis la
hausse s ml due dans I mis les prix
h suiU d'.- la nouvelle b-tiese du
mark. \j s ngu i liions entre le mi
nuira des Ouancea, la Keicbsbaak
et d'autres banques imponanlaat
pour l'mission d'un emprunt i.it
rieur sur 11 b i-e de l'or, ont abo ili
CVt emprunt sera prochainement
mis. Il Mil de 8a mi lions de
marks or pari ml intrt .1 pour
cent el remboursable luis douze
sus fur la bi-e du dolUr.Les plus pe
lite? (inscriptions autorises seront
de vingt el un mark* or ce qui re-
prsente I'* lui valent dafl dollars.
L'aa&rloaaimtloa di-i \ i-
illl i i j. ijs Jj/ant
la ChaiAbra claj l'.j.n.auaas
LO.tU H l.i -h imbrs 1 s
Lo'- ls .1 i ii'. la 11 .ii .n de l'i n
riemisati >u I Aulil s angl I
Le vicomte l i .b un et M. Il n'g ool
lige i! le I mzor >i i i pie de :
ri i -iii >1 La ministre das C >lo
niu > i < i i i imbre i d i ipri
m i ce- ' 'i I Canon exposa la
question des rparation* de la lion
grie el suggra que la queition soit
soumise nouveau la ligue des na
lions.
Une disparition mystrieuse
PAltl Le Malin > annonce
l'trange d'sptrition de M. Georges
L Ivy, i ip le co n n mute du Kliae*
M. Lvj revenait de Moscou quanl
le 17 Jailiel il arriva a l'entre du
pool de Kchl en l'ace de Strasbourg.
II ne possdai* aucun papier, ses v
temeuts laiaal eoavovy de paaasi
re el ses ch iiuauras taient si l'ali
gues qu'il tait vident que le voya
guur avait etftfclu une lies longue
mareba. Il lut autoris a franchir le
pool, mais disparut aussitt et ses
unis n'ont, depuis ce moment, plus
ci de nouvelles de lui. .M. Le\y
tait l'ami du chef communiste Irait
fiais Lc-lvro et L pelit qui disparu
ii ni an rautraul de llusuie il j a i
ans et (pie l'on croit avoir aie jel*
par de-sus bord peu tant la ttaver
ne de la liallique.
Nouvelles Diverses
LONDRES Les Franais ont oc-
cup le5 usines chi uiques llorhumer
DOCbum el onl arrte lo ili recteur.
N I.W YiMJi i'ex llic.tr.1 a an
nonce que le indch Jack Uampaov,
Louis rtrpo, avait t dduilifauiedl
rgl pour le champiounat du mou
de des poils lourd-. l>e coinbtt aura
lieu proh inieineiit en Septembre
.New iurk oit a proxi.uue. C'est ce
soir qu a lieu au l'olo Graouds le
m tien Cii pu l'duudee.
l'AitlS Dans une longue lettre
publi; par Le Temps M. liour
geois relate toutes tes accusations
doul la Socit des .Vitions a t
l'objet el conclut en citant les heu
reux ell'orls de ta Socit pour les
q lesibus des 1 es Alaud, d Albanie.
Ue Si.osie, d Autriche et de la valle
de la Sarre,
L'u remarquable progrs dans la
science des couleurs vient dlie lait
pu un fraueais dont le nom n'est
pua divulgua : un systme permel
I ml de lilticr la lumire, eu vue de
pro luire ou de noulraliser les cou
leurs. Cette dcouverte e.-d aussi un
pirlaulo que Oalie del pliologra
phie pour ie cinma.
LU -vv.NNfc Lts experts amri
cains su out runis pour continut
1 examen du pro|el de truite.
LO.NDtttia. La chauibre des
lords a vole sans nuieiilemenl en
troisime lectuie la pioposiiiou il :
Ladv Astor in Ici disant la vente de
boissons alcooliques aux personnes
igee de moins de iH uns. Celle
mesure devient loi.
LIv'blIt'UUL. Une voiture de
l'escorte du duc el de la duchesse
d Vork dont les chevaux s'emua le-
lent, est entre dans lt foule qui
stationnait devant I lulinnerie rovaie
reuversant de nombreuses p rsoil-
n "s. liente doit spt enlaals ont
t transportes a I hopiial. Un comp-
le plusieurs enfants avec d s j un
bas i >-- -
LShPZI. La Princesse Mar-
gOOrUla de llih.-nlir Meluiugen, a
eieiYci.uu coupable le itplieil
de beute iranieon et d; fana lmoi-
|aagS Jaus I aide qu'elle a prte au
(ipitaine bhilindt, ex cominaudanl
de la brigade de lai durant l'aiten-
III de Kt,q au lJ>. Li .'finesse
a l cou iiuiue a six mns dj pri
on.
UKSSVU. Le baron Von DarthM*
cite Lohe et m f mime ont elo arr*
le poar complicit dans l'eve! mi
d t a ip.iim ivirii ir II. vu e jrs de
dasorre* cou naui-teBi a Ki ia-i'oil
! procureur gaural .t l sulralu
dans les l el bal U J ii m'a ce que
utjil sr.iMii.e, au de Heure a ei
envahie et livre au i i.lige. Lscor*
resooidiiit bjriiuois de l'egeiCS
Riular co ilir na Un irouoles et dit
q l'on in.' leciu a l frappe dans la
rue el ii latamenl lu;. Le procureur
a t tu In r el sa IbmiOa l on
pre maltrait, l i rponse un ap-
pal las partis st*aial, dmacrala ol
nom uuaiets et des unions du com-
merce, envirou I0U.0UO ^ersoqnes
Le "GiogMIemikiri
le "Troisime leeii
Au courant (|e i&
V sont achetes et employes
l\ par le monde entier
ont manifest contre le fascisme
aprs la runion,les manifestants se
sont rpandus dans la ville o ils ont
livr nn combat In police. Cel.e-cl
a russi a rtablir l'ordre.
Les Cours
PI1W YORK 28 Francs
Steiling
PARIS i6 Dollars
Livres
Il 87
i.3!2
IG 8io
i.'
11
<
Ecole lalional (le Droit
Ki'sultat des Kxamons
Oui l admis: *
Premire anne : Louis Mon-
tas, Dniii'l llihlmrt, Alphonse
Fruncur, Paul Pressoir, Pi rmnd
lioupel, Arthur Coupel, William
Angns, Eli , Ma Aim, Anoibal
Denis, Joseph Courtois, .Ma iree
Etienne, rernaud Pierre-Louis,
Antoine Ikifort, Thaes Ru^'-iie,
M.nui-eT.'i imaque. Beriony Mi-
leite, lliini iiio Cliancy,
Deuxiind an-.i^e: II P. Sin-
Don, C irisiian N m, (i -org -s (] )r-
rin/ton, .aauri -e Liautaoir G -or-
ges M't'im, G'Jon C vil, lour-
dan M.illmrin, Louis lltyumil,
Miurice Cliarlem^rs; F. Jean*
J.icpi:.-, Jov.'p'i Silo:n)i, V'.'n
Jn-L)iiis. 'fiisilus iienne, E.w.
Baptiste, Marcel E ie; Kauch li's,
P. Soutirant, Denis Vieux, Wil
liani Voliii.tr, F. Houssjau, Mau-
rice Mau
Troisime anne:
Ml. rteorrfes Honort, (1er-
inanu IV'Uj.iinin, MeJiic Mor-
gan, William Wilson, Edou.n I
Caasagnol, Joseph Clermon, Gon-
dorcet Leroy, Maurice Alvarez,
Arislobule Divers u, Dumirsais
Estime, Ducasse Jumelle, Henry
Coiscu, M turice LU , Il -nry L.r-
se, EJgarJ lean-Louis, Caioiile
Large, G. Olivier-
Nos couipliments.
Monsieur Bencomo
nous revient
Nous avons eu l'honneur ! re-
cevoir la visite du lis sieur Manuel Grave di Peralta,
Consul de Cuba aux Ca es qui
r n.lace tempo ainmmt notre
intressent ami Mr Benjomo.
Nous avons -le n ind Mon-
sieur Grave de Peralta s'il tait
vrai que Mr Ueneo.no ne retour-
nerait p us ici occuper s m po te
o il est si bien vu et aim. Il
nous a rpon lu, Que la nouvelle
n'avaii suc m fou lement et nous
a assur que M msieui1 l ; te i n >
retoirnerait bientt occuper an 11-
va n i >i p >8ie, d'aut mi plu;, 11.
s i G Hivern n -ul est i i it .'i l lit
satinfiit de si tfestio i Oiplomaii-
qtie-
G mi n >uv die n us i | Mini e i-
U > iti-l'i i.oa i s le la h m
h' isti n | i nous ,tv u. | | \q
di/iidrepra tut i il leGu i ien celte
ville. V i c i> o a n G w ,,,
m mt lui o l'iriii u u n itii i,.
no is au'o.i- p '(: ij-i'on i
subslilual Mr. Mmuel G
de Peralta, qui est homme d'uuo
haute culture et qui en peu de
tempq i su conqurir la sympa-
lh;p. de tous ceux qui ont eu l'a-
vantage de le frquenter.
les deux concours
de l'Alliance franaise
Le concours de composition
franaise el le encours de diction
ont eu lieu les 21 et '-'2 Juillet
au milieu du plus grand succs.
Les deux sexes ont pris part aux
deux concours. Souliailons que
l'anne prochaine, il se prsente
un plus grand nombre de concur-
rents, mais dj ceux de ces jours-
ci sont assez Inliessantf*
Noos donnons la composition
des d*ux jurys choisis par le bu-
reau de l'Alliance.
Jur. des adultes: MM. Pradel,
Moravia. D. Vieux, directeur du
Lyce National.
Jur des jeunes tilles : Mr Jules
D vieux, avocat, ancien profes-
seur de Rhtorique au Lyce, Ins-
pecteur gnral de l'Instruction
rubliqiiei Mme V Daubeuf, an-
cienne Institutrice, lnspacu*ice ho-
noraire d l'Instruction Publique;
Mu- J. libneourt diplm de
llv.ol; Normtle de Versailles;
Mme 0 lilon Charles, diplme de
l'Ulcole N >rm le de Port au-Prin
ce, directrice de l'Ecole de D.
Lespin isse de Turge tu ; M. lier-
maun lliraua, anci*.uInspecteur
d.uiMii lisse.ueut, ancien direc-
t u d i Lvce, cli f de Division
au D.iiitement de l'Instruction
Publique
Li rsultat des deux Concours
sera prochain>mml pilili*. La
disiiiiiuliju le prix se feia en
Octobre. On n'aura pas le temps
d'.'lre prt pour ce mois, vu la
correction du grand no nbre des
copies qui vont arriver dj U Pro-
vince.
La fle sora brillante. Voila, il
t'a m l'avouer de la bonne beso-
gne^
Conseil d'Etat
A la sance de ce matin, le
Conseil d'iit a saulio ni deux
proc:s-verni ix les sances du 11
juin .t il juillet l.iij.
Sur la demande du Ministre des
Ij'iiiiiices einpch. h discussion
de la loi sur les miclunes et voi-
ture-. BUtoinobibn a t renvoye.
Le Ministre Rameau, prsent
la sance, a obtenu le vote d'ur-
gence d'une bi ouvrant au Dpar-
teuvmld* li Justice u i creJu de
cinq millegotrJet poar assurer
les Irais I ; dplacement el de si-
jour ii'c-ssiis pir les mesurai
d'insira n, i r I i i >s pi* les
(|,,.''-: i I* la C in mssioa des
Hecl.i.n liions.
chane, le jiubli.- ama I hoifl
tune dsniMtr, i l'urisiam |
prsentation le duidM,pi|ii3
mJies. U '-roglleman(|,>1
Iroisime Meeting".
A plus lard d'autres
mente.
Parisiana!
Dimanche
Un Nouveau Programme-
Une Nouvelle Clbrit
Frank Map
dans LA FAIM
Dr. uit de la vie im.dtrit
de la maison AlBEHT.
Eclair-Journal
(dernires actualits)
Sur demande de aesclients:
Prix d'entre:
Orch. G. 1.50 Bal,oo:^j
Lo^e 2g.5U Eiit'auU:l|T
f Cercle Bagatelle
Les Membres du Cercle Bi
sont invits a. se urt-seoter si
du Cercle, sis nu Buis de I
(maison Slpben Archer) le!
28 Juillet counnt a j l'i du m
la rceptiou des nouveau; me
lus dans In Sance du Jeudi !
ce mois.
Pour le Comit
Le Prsident, E- PREZI
Dundee a liatlu Criqij
NEW YOrtK, 20 (22 heure))
Criqni a peidu son litre de chia
hier dans un superbe combat i
Dundee. Le iliampion fraoaij
battu aux points au l.'inue
Pour demain
L'abondance des matirai
oblige renvo er demain W
blication d'une leiire de iioUir
frre el ami le L)r Franois T
cour, propos de notre
La (Juestion du Service
que agricole.
Mariage
Mardi a l ceiebr le
de .Me le Louie Cassaguolet
nuel l'ribi.
Ou ci de la marie fureotl
: Dr Kdojdid Uoy. Nddrsa.
Simon, L-lio, Ljou tt Albenei
gnul; du col du mari iennoial"
brui-,1--prfet Luc lliard,rl
vid Meli.ml.-UesUiide, Hsnbsrll
La bndiction iiupii*' a*!
au Sacre Cus.r de Tunjeau.Ml
ries avaient eu pourpirr*'
raine Mr bli.iile IV/.-aa et MS
Casagnol;uii grand nombre
avaient assiele les jeuues p*
aprs la cermouie se rcoiS
l'lion vtt.e.
Tous nos complun*1*
The lafsi:
Nous avoD reu uo Nu*J
Thi Nation> dula Ju"VE
couieii ml la rdUu. J P*1 .' a
Hudicourt, de linc.dent dont j
l'auteur eiisinlraJaissat,ssi
dans la salle du dernier
pan imricaio du .luit. j^
Kein.jrcie..ieuts pour I If
envoi.
^Confrence rat5e
Lai amis d.i.Finioa.Pl2J
non sans contrarit qiel*.^
ca que leur offr-jl -; [
llolly ne pourra plu- M .
A cause du ..racl.unJe f[
Ocs
t'r'H'"""vV ""|,iiftS-m
Confrencire pour \\ -' |aW,
elle v alisier au ^^J.
lional de. Kem-nes >^Z*4L
e ix a lme ll-1^ '
v
ce voyage
Jom spprtn^m la ort de D5-
lills iKoliaad sarrsaaa i Si varc
Nas condilaaces mi familles Oii
Ion Sjourne et Martellj.
On demande
Lamv,ufacturehu.ienneJg
( Pantalon GuilbauJ Jg a
ouvrires. 2100|^^


HL-VaT:N
cck* ''' '-vss:
ri

7
l
.1
ft-

!

Hl??'*.-. X."'. ,'.' 'I'\X \f 11 ""
| 7 /1 -, :
-
:
L. / ''; f ,'lv -
(ES? ^vF


h
I
ii
- 1

'

yn ;,';.. i clo
fleurs rares, u: ei oimalit' e'estl' rtdese
parfumer. CVsi l privi d s ls,
L^ Flori.. (! ^ ira clil'i )ri< t) et ' ITE
ont cette r.ote cl.* j [h onl I ul charma et leur /olupi*.
COLGBit:
i .. i
FKAXK
BOITE POS1 I '
B IV l ::...< ; UTJ
svsnvin.w?;n*/;,;'^^/;wr^^v^nv^:v;,:*;vj:s,r; ,.' \ .. .-. s .".v
il Saies
AVOCAT
li Ceaaerciaux,
* .ttraug^r.
Jants{\\Vashing
Hork, Berlin,
ro, l'aria.
fas adirs
'donne avi* a public
, ** mi r..veur a t
**'. t>u6Miil, dix sept
naeinble cent soi
gourde qO.I.iu a-cpts
ffon hslu.i.- p.r;.n
** an date du i Novcm
Nwnte, je veux obtenir
^Juillet 192.1
1 MCQIET
* VloUi,;,,(' I or dos
f^Vi!el!tti3
": > j** VU KUpU.
B**- en ma
tt." p;,rte u>No
' Je eui obetenir
Panama Railroad
teamahip Hue
Bureau de l'Agent Gnra'
l'oit au l'une;, t 2i juilltl 11*33
PU l.'i.i -Nu i'io
Lu SS. Panama etl altenJu
Port-au -Prince do New York
direct le lundi Uiuiuet > ^avw:
ttU (onue* de M irehandisea
10) Sacs de lettroa
1, Passagera
et partira dans l'aprs-mi !i du
mme jour pour Cristobal Ca- Zoue duiclciiieil.
(). U. TIIOM ' 'X
Ageul geural
M
nuJu;lld l9^
.^1 ?ouvojr
Grand Uo!e! de France

Oui rar fa nmalion unique nu rsntre 4m atlaires te recommande
pfei qw. (ornai au puhtic et m nombreux et distingus hlknt
doun* CUISINE sohjhss # *oul le oanfoftobunemtmrt aux foya
g un de Commerce et pnttiruli^e^ent aux commerants de raisae
2 Port-au Prime.
L'Iitel dlite P** frillon |K1^
Ba iqn dm Vin* de Htwd^mm
Rouge ei H'. ju* de rmnm nom voyons U vrou.er par dm CbUriHiiTh m
nous tenons toumrs h dis; option des > lient*.
ChomiHigne et Vin* Mousseux prix
modir*. Con ie* mouasve Iran*
cm* f premier choix*
Tente sur Licitation
Il sera procd en l'Mude et par
If ministre de Me i^on Charles
' lin i l au 'rince N 1815
liue du P. ;.:.. ^re les Rues
f'avfl -i |,, VfiiMcles, le Lundi '
v mj| (923 l'i Ii.-lires du matin
la vente au plus offrant el dernier
mchrisseur.d'unc proprit fonda
et btisses vu maonnerie et ;i ta*
m sise Port-au-Prince avenue
John Browo de la contenance de
5u pieds de laa.Je sur 1" pieds
de profondeur, borne : au nord
1 '"' la dite Awiiiii', au sud et
n ; parOsmki Piquantel l'ouest
par qui de droit. Telle d'ailleurs
Que celte proiui' se poursuit,
comporte et a*tend sans excep-
tion ni rserve. Sur la mise
prix de trois mille ejnq cents dol-
lars outre les charges de renchri
fixe par f expert cy or iJ.500t
Q vertu : d'un jugement du
Tribunal d-* Premire instance de
Port-yu-lYmct'iMidate du i\ Juin
IV2J. A la requte de MM. Mau-
rice Henry Numaa Rigaud, Meile
Krancine Rigaud* propritaires,
demeurani et domicilis Port-
au-Prince el de Mr Dmbign Ri
gau i agissant hul en son nom
qu'eu celui de aon enfant mineur
L louard Rigaud, assist du subro
g tuteur air Weslen hauphin*
Pour plus amples renseigne-
meuts, Badrasser aux soussigne
ou au notaire dpositaire du ca-
hier des charges.
Port-au-Prince, le 2"j Juillet 1923
(Sign) FnANciNE Rigaud, Ni>
ma RigauDi IIk.nhv Rigaud et
1). [ilOAUDi
La fabrique Akroo,
Ohio, l. S. A.
Nous informe :
Dans la < ji amie course automobile Internationale de
50 mille 830 kilomtres ) A ludinnapolts U. S. A.
le Jl mal 192,'t le premier prix a t remporte par Mr
Tenimy Alllton avec une vLesse moyenne de k01,41
milles |ar heures. Sun auto taint quip de pneu
HHUSIONE
Les quatre premier prix ont t qu^ius par des vol*
tures usant de pneus FIRESTONE, Huit voilures sur
Us dix gagnaml avaient des punis FIRESTONE
l'as le moindre aeeident n'a t signal pour les
voitures portant pneus FIRESTONE.
; C'est l encore une nouvelle preuve de la solidit et
de la rsistance qui font la supriorit. des pneus
FIRESTONE.
Pourquoi ne pas'avoir des pneuS FIRESTONE pour
votre voiture.
L. PHEJ2MNMGSERrlULM
La maison Lope Rivera
R*pr4entant de Barton 4 Guestier
( Bordeaux)
Avise sa clientle qu'elle- trouvera en stock Vins blanok
& liouues reus par le vapeur "Martinique M en barri-
que et en de;n. barriques. Vins en caisses "MdOC St.p
liaurbl Julien, st bUnlllOD Priooe Noir, St Lstphe,
Pontel (^anel.l'lialeau P OU tel Ganet Sauternes, Grave
tarsae, Ciiataau Alargaux.Cualeau l.atour,Chablis,Ch-
teau Yquem, Chteau Lalour Hlanclie, Chaiiiberliu,
Beaune, Pommard etc.
Les Vi.\s blancs & rouges en barriques comparative-
ment leur qualit sont d'un prix extimement bon
march.
Ils son! livrs avec toutes les garanties de conservation.
La .Maison recommande sa clientle du Lait Con-
dens et vapore danois de qualit suprieure et d'un
prix dfiant tonte cuiicourmce.
DAMSII i>.V MES frULK SXPORT &, Copenhague
Paul
Avec i.-M arrivages^des derniers baiCUT.^nolre*stock est prese.a
nouveau*
Nous n'onuir^roi^oa*. qu'il vouh toMUfl yez trou'r'r tout c que vois ave* bssoin el da ineulsuros tont
lions que hua l^s iq lidations sitraorilinairesioa Jaos lasjMalstaa
qui donnent paor rien.
Epa' trs 'sont nos rr*rfl d"* china imri^ur, Soie lavable,
Tisxn pnr?* tpnutiKJ Pl-m*i* cinl'ur, S I rr* pour h 'mes
ve niaet j --, 8ou pour Irinrpi i i|ir. if-r es, K|tv.q m
K'.ii.. ami laiH*. r-o**!* chane* i,'bureau* de padl .u^ 'l'Hiie
pour bemmea l'ouNn v" 'r'? inm robes o-..I.p3m>. iUbaok
t'gfnl o-i or, Bandeaux, Evamails lins, Ras de aoie eairs. Pailums
eir* ih .ies Dpetlieurea marqnM* R oe*ui ii l'a -. (i< ipure*
Viiitz noire d'poi dp meub'e?, lits, srmeii i>,earpcto ete.
PAULEAUXIL
Hues iraveisire <$du\h oaxin deCEtat


h .un
fU
N>vral}!ei
Goutte
C nvello
ArtHt)
Sclrose
Ol'sl
Q, -.., r. irr fw-inn '* flrllrr
si '.uf.ialliio.-.'. I* i'Ti li!nfnl
Af, r^rt l'ci"uS! -fn^nl (Jd
'.,. If IUflC-1 *1 I' >!' '* ' '
*,l lifter le ; 1 <''-' '' Ufl 10 f">>i1 d* I.....' nry ; r- _
( - d i curti r-e. ..
f| ht.'v ^ M.
lave-
sang
. 1 ivi'.-a '''. * '*
ir|.r i. Il o I MMM
v.i-1 oui emp< ', V
t* dloa#*nwni i" ''*' ,'''r,r:
lr A la i*rl ertqu c- .i.i l Jf! fa"*"JT ;l VPf
M-nslOM. on ma. avaiM U '
rnose, lui tf f.r-i q n ni H |r#-
qj:tnimtf.i contre la reubl n 8 ewl
ur>que dor.i l'or(nlun u> nifloiraiii
llirodonal
Pr-.tt<<- : FtlVtt.
fro ut mi t i Unitf""* : rai:"**
rUM 6*U n t I raifMlMBM rr
"1
Dl A L 1ROL >-, ^.r
, -, .....i ranuii
>iiii .
1 i mwAAi m * '''"*
Vaillant & llouet Agents Gnraux 1720 Fus du[Magasin le l'Etat
<
Contre ia Surdit
uraphonalas & Disses
Columbiu
Les Bourdonnements de In iie
gurissent absolument par
l'emploi de l.AHM LENK.lt
nouveau remde < ontinen-
tal qui rgit instantanment
sur les parties affectes
avec succs complet et per-
manent.! tonnantes guri'
sons ont t rapportes, Ma
dame K. Wilkinson, de
Stroud, crit : .le me sens
une nouvelle f-rnme, car je
Aoujellea^nten ttock ,1. .ptriN p^M ***** |KJ^S^" <
l.oiuinbiM, Non venu Modle. repos maintenant, alers que
je n'ai pas t mme de le
faire depui des mois. Ce
remde est efficace, et il
m'est agrable de la recoin-
maiider. Itien n'gale estte
nouvelle prparation eteha
(jiie malade doit en faire
l'essai, 'rix: IshOla boite,
poste en sus. LUIARLENt
<:.. 10 South VIEW Wat-
ling Street. Hartford, Kent,
RNGUND.
IJHIX llChUITS
Nou* avons aussi en stock part d'un uranri nou-
veau a*sortiinei*f de disques, trois autres diffrente*
grandeur clt qrapliouolns que nous offrons aux visi-
teurs au prix trs raisonnable
/, PmtamcnT'AGGERi OLIH
Hue du QualAG

*h*~t
Wr^'
v
Hfi
<*-
***, / .......
iroj: I
p- L I *.r
La vie P ::'' l< ' ';--. t
qu'un Ira l bien nlr.s ardue
c ri inlaivs particuliers J
leur sexe i mo icnt ; lil !e.
Le -:; . etlavi i tl< in
d'eir. g de i \ trouvent
cett< situt! profit de l'expienotj
de Ci..-'Jc- qui nous a < y cette l< ttres
Lu** Ce Que CV(e FtfnOM Dit
t?n Ort*nl Cuba.-" J'^tiis an^m'qtn etioafr
(r ( douleurs ma foraient *
iMataraulit i douleurs ; ujeuri dans la b i "entre,
quel juefii lourdes et je .
avent | i t de ce malaise pendant <)uatt
*\... de fa par l'eal
de retra Corapcskl > \t'';t.i!e de i i B. Ptnkham. Je
l'ai pii-.e Bveecomplte satlsfai aat ' aw fais un pi
do la racorni iand r a i i i ;:';. i.
Ui. i i i
4, afanzani)' , 0 b
sVaslsatsM....."n-i'i. m ntlratpaafalMal'aaaak
m .. t il. i ai I
Composition w totale
T
de Lydlia E* nnkk^m 1
3
P
o
L Mil (in
Abonnements
I \ KOI!
l'orl .niPiiiM e uourdti i
Upeftenculi i 50
ElrHnger ;i.(H)
Doite Postule: IIS
Tlphone 242
Durant: Lue Amricaine ; l$i,8>
m
es
''
Ai
!
te
Tins Vieux de lordeaui
Vin Banc rlioix I 6 goordtt 11
gtllon
Via Uougc choix S 5 gourdes le
galion
.\. B. Noua attirons Iki-tirrlion de
Dot olieDli fur l'aieallence ! ces
vins (loin l.sfnis >oni liivsjiMju'
la d.rniera gnuMe stni loisei m-
euna traa I ntrt atnnenl. I ne
elioia impmlnnle h signaler, r'ftl
q'0 ces \ins no soi | paspiqies,
lomineles an nlcurs l'ont souvent
^l)^el\ pour culiins iii.nqii i li-
vn'es ii Ir ci! on pislion.
l'iiii voire sanlf5 li i z nolr<> vin
Rfl vi-nic ;', liincii'ii Dpt II. lt.ob.J
I(jl7 lti.c du Centre.
LaMsibou .1.SILVEI
La Maison H. SYLYERi se lait ! plaisir dmloi
nombreuse elietiltle qu'elle vient tle recevoir
derniers ste;.mers, les articles suivants, de lof
elietir.
Di'dl l'nion couleur anglais, diverses qualits.
I rill union blanc anglais
Drill tussor
Cliapeaux de paille fine d'Italie
Chapeaux feutre ISorsalino
Chapeaux demi-feutre llorsalino
(lhapeaux demi feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc barres \ mouches
Piqu blanc suprieur pour Jupes
Peroale blanche sup.
Haptiste fine pour chemises
Hatine blanche
Gabardine blanche barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaki Jaune suprieur anglais
Kaki jaune anijlais extra suprieur
Kaki blanc
Drill hliinc anglais suprieur
Kolienne couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons coul & blanc suprieur
l'almbeach Diagonale uoir
Alpa.ja noir
Casimir anglais assorti
Ira.nasse pour matelas ani|lais, double largeur
Orjandi suisse brod couleur
lias jOurs
Chaussettes sup. pour enfants, couleurr & blaael
Satin de chine pour tailleur
Kiistruie po *r tailleur
Lotions l'.vert
Voile barres sole anfjlais, coul. & niant.
I ulle pour 1re Communion
Toile a voile pour cadre
Tussor JaptnaUpotir Chemises homme.
Toile a voile pour voilier eto, ttc, etc.
Une visite la Maison Jilvera vous convaincra
bonne qualit de tus articles et tle nos prix qui
le plus bas tle la place;est-ce pourquoi il nous
de jour en jour de nouveaux clients.
fli iniiacie W. Bue!
Ifort*anmPrinw
Fourniture*pour Laborah
LampesUalcool, Itallons en verre, Verres gradus,'
a Cssai. Mortiers, entonnoirs en verre, Papiai :
etc.Uurettes gradues de 50 C C.et Supports
i emes et lamettes pour m orosoope
Couleurs d'aniline et ractifs
Solution de May-iirunt alij et tablettes da Janai
la coloration du aanij.
Balances 1 rbuchet nickeles.
a dam de 1 25 et de l 100 Centl(
QUOI QUOM DIS
QUOI QU'ON FAS!
Le Rhum Mkim\ est
tf sera Icips le tneil
Brevet simple de capacit
X
Irevet suprieurde ranaril
A vendre l'Imprimerie
( HI^IIAQl II
l'Iil.X I .11 ITS
S'adrett/r la Direct /;.
JJue du Btt i voir ou ilu
Doc eur A uhy
AVJS
A partir du30courai
noire ma^asinde vei
sera Inuisfr dans M
cien local du Complol
Franais, li}(|le 0^
Hue el Bonne Foi.
2 Juiilel 1023
Simon VIEUX
-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM