<%BANNER%>







PAGE 1

. • La loi 9iir fe Prs**, est certes QQ fa meux coupdd malraqie... mais, ta* tre DOU9, cela iail nttlfStirt, puisque dsormais >. Monarques • vous n'abovez qu' la lune. Quand 1 ordre et le progrs pas* seut, matins et molo-ses, la queue nas>e, prennent le large. Kn vrit c'est plus qu'on ne leur demandait. {Extrait les Annales C i>oises) Le match de dimanche Cest en pi-ence d'un public compos des fervents du foot hall que s'est j iu ilimanche le milth entre laJeunesse Spirlive Hatienne elle Tivoli A h.tique Club. La pailie A l, heure* \\i l'arbitrt Monsieur Ffi'iiniiKl Jean Jacques donne le coup do sillet et les d *ux ipiipes piiolionl sur le ferra n du jeu. La Ji'inn Me au lir^ne au sort a le CAuii du camp tt le Tivoli le coup de pie i d'envol. Bacina • limite) la partie commcn ce un belle riposte deJooidananjnt le ballon duos fes SI du Tivoli; Lator d.gii^' : Rxrine a le ballon; il le mi se a lbart qui shoote; Andr l'ier re qii ni.ir \ mil tiv> mut'inent Eiliarl renvoie le ballon .feus le camp il i Tivoli; l'inon tl Appoloa VOI.I essayer de marquer un but, mii.s C. Rgnier par un m>gi-tral shoote eoupe la patse d'Appuion l'i taon: li lia ie dedfende uu fho'i prend l'olfen-iv. ; Itniiie, Cli un, Laveianel. Ifeviiioiid HsgOli r, Ktliarl M< Mil dans ls IL le la Jeunesse; l'allaqiie est Irsviv-el aurai! peut tre r u plus chaleureui CO -np'i n ••> l s piiir |'i ni ;un ipr.lonl i'i oij-i. Dos deux cote, on a jou avec iv i; dfend ni avec une g'li-ii rgl es oi'ilens; les ijiuv Cap Isii es 1 1-g.ii. r el K li. ri nm r cin i MoiiAte r Je in Joqucs quia arbitr le partie av.c conpolenceet impartialit, el I on se s pare aux crix de vive Tivoli, vive la Jeunesse, vive l'L'ssh. Le deuxime match enlre ces deux quipes sera jou le 5 Aoul. Nous esprons que le public sera plus nombreux au MCOO I match. Compliments aui c plaines Luttai Rgnier el \n Ire Tbdli Par Cable Nouvelles iraaares Le Dr Tl. Tlu''lnn.H|tie C'esl avec plai-ir que nous SVOQS Ppns que notre ami Th. Tli-lna ejn • a i i rea docteur sa in* lednt. lu nouveaa doUiur nos meilleurs VUM m suct 11 R. Mussolini reoit 9 le Gnral Garibalili KO VIE 13 M. Mussolini a reu le g uerat Rfeciou Giiibai.li, ilis du librateur iunie.i et sa liile Ilalia, qui ont deiaau l au Premier m uns lu de donner ->oii appui u i projet qui a pour bal de diriger l'migration italienne veis le Canada, projet que Hat Canbaldi a prsente pour la preiUiore fois le i'6 Mars. Le drapeau amricain au Hoi de itallau CIIATEVU TlllEliHV Le Bois Ifelfeu que le dii.ii.U Foc h a appe l fe berceau Je la vieioire. a el cn sacr n .a mmoire des amric .ins qui v so.it tournes. Le drapeau Iran tla sur l'ordie lu Maicna a l •lo-ceu lu eligicusemeut %  •. I.e SWiUOi doit, lepi-esou tant 1 a ubassJo.i H rildk m Itous se, a lu nue ici re du 1' UMJAUI II W ding et un in — *r~ %  g'ii "al P r slnng. Le gnra, liirooid, e sens leur it ed dee par la situilion alimentaire, se sont cten dues fejjiis la fr m.iere p i.o nise ; toute celle pi lie de I Snesie tst alfecle, la pot ce a l'an usage de ses arine< lorsque la l'ou.e s est mise piller M m igasius des plus impur lants. La discussion du problme de la ilhar ronvoye LO.N'iiHKS -Le secret convenu en tre les gouvernements britannijue et Iriniis, relatif aux documents concernant les Kpir liions qui doiy-ut tre soum s aux alli m, e*l tou jo us strict •ment g n d. On s'altsud s ce qu un nouveau laps de temps de dix jours s'coule, avant d.rece voir une rponse quelconque du gafl vernem ut franais, en rnson du re tard que m tient MM l'oincar et Tlim u pour se eontu ter sur la r dactioa de li mie brit* i lique I Aile n ig u; il i lit c mve IU de dis c il r | uli la q i •.lion d %  li Kli ir II cbi'Ubre les Coutnine., le Ko rsigt oi i o ci .y ni fe mimant np portia, m nI • g luveru in :u esliiu qu par-ill discussion actuelle maoi n'ai ferait p uj I H ng wiations dlie ttes qii se pours ii*renl, et a Ji ad* d'ajourner le dbit indliaim-nt PAKIS M. Poincar qui avait connaissance du proj-! de rponse britannique la nota allennile, a comnuc une I i fe minuiHuse du il )cu n Mil S s priiiip i ix oliahori i MIS ims eell • l.V lie sont : M d. dd Per ni di la Rwca, S y I .ux. couse II ir co io ni j le a i 0 i u d I le say. L otu le ^er i 1er n ns le npi pour q le 1 1 M' u lio i sud ai osir au conseil de cibin-t auj mr I Inu. U i mange d' ViMS as poursuit enlr* Paris el U ue fes. Li rtfOOM Lor I Cu /ni aeft prob ble neui pr te avant la lin de lis.innoe. U •> que le cbbint.1 se sera prouoac, M. Pnincar. dsiranl vivement accder la prire du gouverne.tient de .on dres de rpon tre dans le plus bref dlai possible, a conlremin le le vo yag • qsilion U chimb.e (fes communes, a prsent une rsolution dclarant que la clmnbre des c un nunes lpi >re les doeoscs nonnis et toujo irs crois sa it-s poar fes dfenses navales et arienne* elaufees prparatifs mdi tairas qui s >nt I ; corn n 'ne n iBjt de la course aai trustai nts et ab.or bml tfe< rtssiu CtS qui se aie ut mieux e nploytJ pijr l'iuslruciion, li saule pjotiq le et a iras utilit*. Cette iol ItijO a t rejet. par iSi voix eiatra tuo. Aaeuo vote n'a t ex iiiin 1 au sujet d un amende neul f irisooi pir vt. Neii e'. accept par e g 'uvcuein tat invittn; ce de Hier proli c" de I premire occ ision fa v inble p) ir arriver a i bat pir lin 1er ni liai e feliS>cil les naliois. M via %  l m il 1 dnonce le projet de liv topp • n nt d un i bue n >vals I Hing iwjrciinn! une folie de la pir tu go iver lenul Ku %  fMtsj tint soi anatn lemant, M. .Nul a dit q i ii i • eu if irence imm Etli ife sur le d .ar nemeat tait imaraticablt et l i-| i'ai rgle n ni fe ht quaniou le 1 1 Kli ir uidi-inble. Il r e un nui de des ogociations dmete ivej U Francs p ur fe dsar • niai, e i m sistint pour que li Ciiufe Bretagne odrj la Fr mes u le g n amie sa is c n Ltion co itre une ig etsiou pnir r:n d icsr la <• invention angioun ricaine qui ni pis el n-.hii •. M. Bndvviu a ,III. U parole ei dit qu il ns fallait pu cotapfer Sur unrepon se ftvorable de li France tl. Sxheurer dta eonf drtUoa hdviiipie prsiliit. A3 II lUrtl cet aprs midi la crm ne de la sig laturs lu t th le Li tsau M tara li:u din< la si il • de l'a liver site. Le* Ann-icrns assidecoit la •igltlure uni* ne sig isront ni h trait ni entant an i ixi m* Ou esp re rgfer les qiestiou* amiriciines avec U rirqne pacua trut *p -ci il acludienm. en n-g ICI liions. Plu titUM p. nts de ce t ail oat cnz> n en d sunsioa t les p> irpirfers tareo tmacsiai ont t lattta lus en Ut m lait U rcepii i des in* traotioasdiWimi igtoaet iVigort' Le brjit OOJ loi*U Serbie ne si fiiwi pi* le trait CJICU eitrd le* pjitlitce euripeni;s et U Tir *l " <"' "I e cniilirj certiiies cl m.s uonij ies t Hnintlrts iiiix: diDle*. U i protocole sp.iai Btrm tt.i.ili Sirhie de coilioasr e* ujg.;iati m si elfe le ju^e utile. sHQtgMitntJ is du trait i turc > ami rioin tppraeh ni d'une ense Ol saura jiudi, jaur o IsmX Pachi dnl puir pair tflfora, si le tru t sen signe oi si le* B{Million 1 se rut r)nJu^s. Le* riprmatiil.fe •" P i|Me| de la Tirpie oit si g i u i irait! giia.al siablimut fes rtiiti m* m eitti, i \ IrUl fe cm m r:: sir li bi*. ,1 • I, „,(,,, j, pii-i'u>-isfe. -t i.e Misentioi tin %  trciile i tbliMii dit. Ci ferufer dou n; d cnnumi I fe* pri teipi (x triiele* h trait ejri.jien asae le Turq i e. .Nouvelles divers3 LO.NOUCeiM. Os Vaiera et ses partisans n'ont pas l'intentio i de re co.nin Micer les bostilils contre i'cotter la musfen,, . l Je ruccuiio*. tai Libre en automae ou aprs les tyndicat f-anus d '•! *W*!& . . .... musiq .e rp n lit n,,.?^ de la ^Mmunedarntar H I* nnpar unagm m J .•"t u. JuZlViA auparavant. n P*l Ecli a ,, ge .j e ^ qOXST\NTOPn"hj "'gnalure Ju trait .? le croiseur lger turc .V" saluera dune satvn o! "o"es allies Sl^ ra chinge de snlut d?£ sera rif-etl Il ) vl H: La chambre des dpuis a vot la loi sur la lforme lectorale par 12:. voix contre 12J. NKvV VO.IK Si.xinte dix mille p;is.iines .mit-si*thier soir la victoire de Kmny Lonard qui, enn servint sou ti.re do clia npiou de la b>xe poids lgers,a batiu L\v l'en 1 1er aux ....i il eu q tin/.e rounds. LK II .VUE Le •• Pipeslon s Cuuntry du Sbipp ng Bond, parti du [{vtt v a tredi dernier, est entr en collision av c le piq.iebJi "Amiral Jauraguiberg la h tuteur de Calais. Les deux navires se dirigeaient vers Dankerque. Les dtails minquent. PL' xPItiXAN M. Chirles Dup iy. ancien prddent d i conseil, vieut de miurir. \ en t Vil, il tait prsident d conseil en ISJi et se trouvait avec le prsi lent Carnot qu in 1 celui-ci fut assassin. EL PASO TEXVSLe bruit epurt' J!." : "Iles de la paix, ea le long de la frontire, que les parti %  • %  cam, et de l'annivera" sans de Villa onl 1 inlention de se mellre la poursuite des m-uriner de leur chef. Nicolas Fernande/., lieuleuaat de VMta. est rentr, diton, Canutllo dans ce but, les trou pes du gouvernement sont ferme m sut tablies a Parral. PBKIN-UDr Wellington Koo a acjepte le ponefeuil.e de ministre des affaires rang ires aprs les demiodes rpies des grand* chefs mdi dres de la Clii ie du nord. ho a rempli les fondions de minut'e de Ch ne eu Grande Bitltgne el aux Etats L'aie. OU.-UiC 8.000 bora ne? combat Itut le feuv d i forts dans la pruviu c; de ijiebec o la situation dans quelque* iistricts est s rieu-e. Bset lins, qu ou dirait tre environne Pir le di.nnes, e*t sauve, miis l inesa lie fut rage data les vahes de Si | turivt et datip-dia. LA llv\iLa Cour intermlio % %  le i; justice, par 7 voix ctotre i, %  'el dclare iuompit nie pnur m:lre .mi optai ni sur un diif re 11 eut s uu me.njrj de la ligue ifes u i.i j.i, et un n ifl affili la iigui -a.is fe co-iseuteitiot de ce n > %  %  l'.ilie. Ce voie a l mis la suite uu d.ff.ivnl emrela Kussie ^t la l-io.ande au e..jet de la C.tielie orien tus, fe Kussie ayant refu de recon naltrt lt ju .diction d„la Cour. Les Coma 16 72 4,5912 10 7i.j 7o 009 dri K premier contrai arnica! entre la Turq lli8 i depuis 9 ans. Les rj ous bhques seront tugm-iii que mardi est fe | | e ^ Musu.inans appele rum ou fete ,l es 8ar les quir.iers de la m grands, arparalifinaurirti, constitution, M. I. Lon Djean el| Ley> regicjnentleaJ Parle Oristob il sontpartij nos excellenuami*LoD mstre d Hati Wsshisi ne*t .eys, Cjut d ginj] N wYork, qii reguj,enl|| respectif*, aprs quelque de cong pusi Po.i su PiL • fe sjur a t .li 'ersemaTj prji au gr de clucjs. 141 de ce* fo icui 1 mires lu preuv • q Cil n'y avait rien dans toiles ces iuterprd q 1 ils n taient ici qu'ei g ilier -Nous le ir rnoavelous M| de succs. lesL'ati Tlgrapl New Y nui a Kratte SterliiikT PAttltlt lioitit Livres %  mu corresp >n jours La situti > 1 JivijiU mjilburo djaj |a H m* pCiSSLD mf. Vi U Trooioar, miutstra les Trivaut Pub ics en tourn) d-observati m et d inspec tio 1 d puis trois jour* dans fe Ruhr a exprim son agrable surprise le constater le changement qui s est produit dans fe population a l'gard de la prseine ,fe, l'.ano uscnnpir ace qu il avait onsfet il y a trois mois. Le minisire, avec un certain nombre do fonclionmures de non :ouom que et de duits de journaux a pis 1 1 ne lUMiettr | (!i tiffreoti stocks %  ecli.ub>n et de c ,ke fdtfl .un'il %  tisil fens fe* districts de ll.cli.in et leojrtmjil. Qjaal I avait 1rs ver*;, sj.i viyig; pricfent, les districts occups, dd fe .aiust.e, fe*piy*tn* aviimt dis regirl* ni niMts allant ju*|u huer les min b e* fe sisii,-.tiili*qi'i,j, ut .j;,,i fe m,'lt il: Ptuto au.aui Jj. |> tatnua DHinmsit de eart isii cimni cela se pro luirait s'il pis *ad M ruant le touristes alle.ninl*. L feule des proniueur* hib.tueU du dimanche se nblait tout fait sotai,e. On se sera.t presque cru liai le centre de la Pri ice. M. Le Tri^iat ati piniulire.nait si'is feu q un I il a appris q ie les rcents ici, fe dur MI tv4ul t tavirm uiv cent m II; tonne* avaient exlrufe siu* ai n Lm nie. t d ••lac qu'on com 1 K .11 d un 111er s il et lit relfe mu alite fe. discuter fe eettetba de a r*ists ice utSBJftptroe qu'elle piru,*n mouir le s ;i mort. Sur l'aimible invitatimi g liiitrs M.MO* etOrUJuil M visiter I* rieiu te\ de Port-au-Prince Mir Non* avons pu cuo anidlioratiod apporte! importante hr.iuoh. dd pu )lic. fous fes |nie,iuttl gti', les lils et le imterieli renouvels e.ilireineut 0j trouver des poleaux en du pays, venant de l.i l'd vire de Nippes et crosoleji les chantiers du magasin ij t-ilIls sont droits, dlai et de l'paisseur voulue*. Leslnireiiix leLotfaoMi Gove cl Miragone soul d neuf cl fournis d'un au) ub en acajou, celui de l'el'H sera bien tt prt Les coiniiiuntcalioni onl t'i. obtenues rapiJen tous les points de la R-vU? Nous avons eu IVc** j -ter au.-*i un coup d œil roules qui sont en parj Siis une pluie battante, avons lil droit devant nouM rencontrer .ucmi obstadM ornire. Tous nos compliment parititeii I mt des ro.iW qui s i lient PjU-Gjw et' pense Jes ell'.rb cou^iderill vue de maintenir ces m a parlait tat de vi ibilit. Nous re.n M C IOIIS e jf'leffl ingnieurs .Vhuos el0.'J • avoir fourni loccaiioude* • si agrablement. t %  ri • %  i \ _• 11 j m. tr* rtrOCS U Conseil d'Etat jourJ liu:. \ r* sto li>" (,u d 1 18 j si 1 fernieret leJJJ corr s n.JancH. fea.mse.HJ d urfi ie utswH v-rl L. P fV ,t et IA11. n, 3 „, Vli^SffiP ix 1 J >re r| v.li. L. K.aiic.et PAiiemun. des .^1. menls cotnmuDu • d JW'J iVaistict musical, les Nil %  %  lit svaieut coonnsnc boj r „s. ici. n'tant lorJr' la sance fut levt.



PAGE 1

iswnw S flcs Cadre il k peine que nous *ons Lfflort suis.. me hier soir A '^deMmeVveliinisocie k\'Agft 76 ans. IjefalUmedusympaSocleur LuniHiiine dinille. iranles mont I eu telle ,ji C l le convoi \>n lira le In. iJocUurCum.lle, sise la i^pur-eientliMla CM th Eu lit mes pro.i-es. jljjK i et i-anitu lrement ^iMHtiMii* le lo'-U-ur La guide. m>u i'i entons uos jmconJuliautos. Jflcls dire* &f\ii*i ciapr- dsignas. Erla('ninii-ion Feijuire, H >et drclai.'nul? : J Wc|ti'S'' mis u N . 908, ttahleLo 'is. p uir la somme wiile trenle-neul' gouule p(0. M3IM' : l>|trpi>s a mis au No. 159. llae.Vma Lufonlaiit, pour la je I roi cents gourdes ( G. jlkpiis mis nu No. 73111, tJa. Rai-brait <-h-*, i nur la lit Mille vingt u gourdes M I 020 20. •o se H rrq-rs par le i,Biidaiiiiie le-t i-drtsss. Pr.nc, le 1\ lu-liet 1923. (jALtBIt \\.HE.avocat [' % %  •igne informe le public litjitr' un r rpiss de la pk> Fquire mis le 23 |ttll,ftu iniiiin M L' au nom IsmeV. uveu enne J nu ftaw la somme de quatre Die six giiinl •:* %  > (soit G. F—Elle le it.'il.i e nul et non Ifcli'eU devant en tre drfi de droit son rejirs. n lhr,iu-Piiuce, Me L -iio .Maie V.iwcal I*M. le 10 j lillet 1923. lVeTurenne LKi.O.NTri n-eJN GIU-ES Nign in foi 'm; le p'>b ic llsar drtix rc Uss de la jNien Sunbou.', mis en sa mecier. en d te tu 4 S p ['|l, au N.i I6S<> et pour la Hjuille Cinq C-nt trente H vingt centime* ; le se Mdedu li avri 1 l'H I, nu M* U leur .le I'. 103. jUre nuls HI non avenus ; M'*nl n dte llivr par Tlunnieprs. nl.nl Tort jleLlio Maebmi che. [Mien le 17 J,.,|| e t 1W23 •UGUERUE, Avocat. i M Bourdonnements d lu tte gurissent absolument par l'emploi de L\RM LlNi^le nouveau remrde (continental qui agit nstantan.nent sur les partie ailecUe^ avoc succs complet, et permanent. JJ'tonnaaies oue... sons ont t rapportes, .M;i dame K. \\ liatinson, ne Stroud, crit : ,k Je me sens une nouvelle fe.iime, car je peux me mettre au lit et jouir d'une bonne nuit de repos maintenant,alers que je n'ai pas t a mcm.'de le laire uepuis des mois. Ce re.nde est efficace, et il m'est agrable de 1 reoo nin.ta ier. Kien n'gale cette nouvelle pr-vurauju etenn |.la i.iiijij doit en faire l'essai, ^'rix : 4shtfla boite, pos-e en sus. L-VM.UiLli.Sli i;„ 10 soutu viEvY' watling Street, Dartford, Kent, LNOLANU. Si vous area eu froid pour viter un rhume, Tendant le rhume pour viter ">* nppt, prenez quelques Comprims de R5S0DINE "USINES duRRNE Aqent Qtn-ra jjc rcu Heli 1 %  %  t^aiil Sals AVOCAT Recouvrements Comaerciaux, Affaires I tt ranger. Correspondant.* vYushing ton, Aiew-Yorii, tiernn, Londres. Perte. 17e Rue Roux 217',Port-au-Prince ^ dclare par la pren J^r de„ x r uuplicaia devant hPrince "e 2\ Juillet 1933. '• ^'g. Joaiity. La liaison ILS1LVEUA La Hiison H. Riiflli se lait le plaisir d'iabraior sa nombreuse clientle qu'ullu vient u*e recevoir, parles dernire •Uainers, Ir anglais pour cneunses Ki.ii .lii.u sjpjrttjar a j.ats lia.kl j.uud anjiais e.i.i.ra supsriear iva.vi Oi&tkC ucta Ui>m aajlai.-. supirleur lijtieaaa couieur ti.a.iai rideatU AaUeeelllie pour portes Aijdjtjni cjai & biaao eiiurittdr Pai.xioeacii ijns anjlais Miajunaie uoir Aipaja noir i..i-.i'uir iiiijlais assorti Ma.4ia-.sj pjur m-itdias aajlais, doubla Largeur Chja.idi suis-L' broda codieur i>iu il j jurs t.iiaa->^aii.es sap. pour eufa.its, OOllleurr & blanches Sati.i UJ Cjiiiiepo.ii' tailleur bU.unii po .r Uiiileuv Lotions '.vert \ oud a barres soiea.ijlais, coul. & blane. I une ,UIII 1re CO|UiUUlliOII 'l'oiie a voile pour cadre Tussor Japaiiaispoar dienisss homme. Toile VJiie poar voilier eto, etc, ete. Une vieite la idaisoii iilvcra vous convaincra de la bonne qjalil de uns irUtild et de nos prix qii sont les [du* bas de l.i |laee;e.-.lce p:u.| loi il nous arriva de Jour en joui de nouveaux clients. LAROCHE UINA IAR0 OMIQUE, RECONSTITUANT, FEBRIFUGE lUcommaad pi flw i 1M Mdacloa L POHIA-LAHOOMI iri irr^ibi* ia root, eentunt tout i> niifipt A*t trou n.'iii'uret tori* d* quinqaint. Il ri bn %  aptrltar t tout l muret Tim d* qiilnq.iin i f\ ••! recomronndt par !•• ilbriM* mAdicilri du monde pnt.rr .-omin le Tomqu m* U lU—m J muant par •aaaiJctiaa don le> cas de : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE D APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES ta KIHTt D*N< TOUTft ..BOPMIP1 M.1II.CIII LUgarla -VRITASLS QOSHA-LA1IOOI mil l t ; ; V'•'> ^> %  ^ %  ••• • et ja fabrique rUroD, Ohio, l. S. A. Nous informe : ^Dnnsln yramle eourso automobile internationale de o mille 830 kilomtres ) a ludiunapolls U. 8. A. le Jl mai 192,'J le premier prix a t remport par Mr leinmy M il.ou avee une, vhe^e moyenne de 91,41 milles par lieures. Sun auto laint' quip de pneue h l ti v.?> i it\ ii<;iial pour lee voitures poitanl pneus FIRESTQ.XE. ("est l encore une nouvelle prenverle la solblit.et /•////•'! e SiSla,K< <|Ul f0111 la s,, l>-ib>rit' des pneus Pourquoi ue pas avoir des pneus FIRESTONEmom Vtre voilure LPKUTZIVIANN-AGGERHOLM lllcl Excesior CHAMP DE MARS Situation excei tiainQlIp,. Se recom* mande par une Ululai loi ton de fou! premier ordre et un service irrpro c/tao/e* L % tuhli88(menl eai a i disposition ce lamiUes. comme* a:A^parlculiot* toi/ *f/f u; /< e\cp Hit pn*i teau Vqne n, CllUieau Lalour liJ.i u-lie, Cliaiuberlin, Beaun *, Pommard ete. Les Vi >'s nlaacs x ronges en b:i Tiques comparalivemeul leur qualit sont uni prix exl: ornement bon marc li. Us sonl livrs avi'C toute! les g tratlllts lie eDusorvation. La Maison recoauuaude a aa cueatle du Lait Condensa et vapore da.lois de i|u.ililc atUprleurs et d'un prix dlia al toute coiifour j.i.-e. IIAMSII l)\ IUi:S ullJv LWl i;t i ,S.,i l 0 p 3 nh5|ue OOMA* A C". Pa*M. • M: Paul EAuxila ATCC les arMvagevI 08 dvmiers bii8auz.]uolre stock MI presuji > nutfac \ou? D'enoeiAro n D:IS. qu'il fnus sulft.e dyjsi?oir q a vsui'peevez lrou"f r I ul SI q*ie vous avr : pwoin 't i do rastlltarsl eoel iif s que I tni l*fs hq lidatioai ex'rdor Juai"osou J-in'i lei Maittm q"' f'onnent ii< p rien. Kpc dis .' soi i aot rr*'><<; l a chtnt FupArieij", Sait 's)le, T i,eo.ii jrJsiiiaii Pl'iav i* %  ulur S • |en peir h mn %  ni>ti| iinr*8Hiiic r Rpour le.i.œi W PU'fJ HI i 'Jl •• li lt U l'fl --i 'i l|) i V 1 t z liO'r*' dpol 'e mlilas, lill, .i ii)i -,,.ip Uelr. PAUL E AUXILA. l\Ut i i uueii3j


PAGE 1

-• J4fitt*ft La loi sur lu Presse, 69t certes an fa meux coup de matraque... mais, entra nous, cela iait niaaiaalra, pui-que dsormais <• Monarques %  vous u iilxivi'/. qu' la lune. Quand tordre et le progrs pai seul, matins et mulo-ses, la queut La--, prennent le large. Kii vrit c'est plus qu'on ne leur demandait. {Extrait des Annales C poises) Par Cable Nouvelles iranares Le match da dimanche Cest en prsence d'un public compos des fervent! du football que s'est jou dimanche le tmit-h emre la Jeunesse Sp M live ll.titietme elle Tivoli A h.tique Club. La paitie A I beurre l|2 l'arbitra Monsieur Kci'lin uni Jean Jacques donne le coup da siilei et la d ux • (pope* piiL'hcnl sur le t^rni n du jeu La Jount-eee au lirage au sort a le kuil du camp et le Tivoli le cuup de pie I d'envoi. Racine • lnme et lii partie commen ce un balle ri,>osle le Joui Lt 11 uiune le ballon danI. il du Tivoli; Lalor degity. ; Home a le ballon; il le pas se a Klhart qui %  hoola; Andr l'ier re qui marquait trs nullement Elliarl renvoie le balion d.ns le camp li Tivoli; Pinson al Appoton vont es-ayer de marquer un but. mais C. Rgnier par un m-gi-iral •honte eoupe la paete d'Appulon Pi non; lu haj ie 'le dfonce u i Tho'i prend l'olL-i^ivi ; Ittiuuc, Cil un, Lave'anel. lt iviuond ll-'gnn r, Klhearl sont dan lis ii de i.i Jeunesse; l'aitaqoe est Irr-* vivet aurait peut tre rt u ie M;.UI l au Premier miuis li .t de .'..iiiiti son appui u i projet qui a pour bal de diriger l'migration italienne veis le Canada, projet que Mae Ganbaldi a prsente pour la premire fou le t'6 .viars. Le drapeau amricain au Mois du iiallau CHATK.VU THIEKHY — Le Mois Ik-llm que le JaWMUl Koch a appe l le berceau Je la victoire, a t euU sacr >a mmoire des amr.c.ins qui y soit tournes. Le drapeau Iran rus sur l'ordre du tfaietie a t deaeeu m au son des iro iiMitea Iran e use et aux accents de la Marseillai%  sjoue pu. la muaiiiua du bans port des .lit L'ois Pituburgh •> et le drap< au am: leaiu b.ss iuun -dia Uukaut api es, tandis que lu X Star Musique -• jou .il le Spaugied-le-Bao lier, LU gro ipe d aiiiencaus de plu sicur> i.us et ue nomoreux parent* des uiorls idie.,1 ieu ,is da a le ter Cl! tonn par le, viuugesfi-aadsque lesauiei icaiu oiilsau sue laroclial Ko h a lauje reu de la c.unp gue depuis lin Mai ltflb ju qu'au mi leu de Juillet Des larui. co liieut de M! veux quaud i> a re-po'ciae isement assure l'Amer que qie les hjinmes qui reposent ICI ei lent eu re te. •• .Nou I s garjUtfVU! lebgicusemeut . l.e toi .ne, doit, laprtaou lani i a ubassidj.u H rtiok IU Itaue se, a lu nue ici re du r eeueul lin ding et un nkatoaga d t g;u rai p r slung. Le gnra. Uii-oord, e seua leur it ed da t'cusy.vauie et le cou tre amiral \ndi w 3 oui ensuite prie li parole elalu.iue que l'Amrique rcsieraii lidele a la gTiuda cause. Dtjls occasionns par la famine BRESLVL— l,i\)i p rsonues ont t empiis-muee, a U a.i(e d* de or dne au cours desquels six personnes oui l • %  tu e, el une ceuaiue blesses. Les meutes, causes par la situdion alimentaire, se sont len due-, lejjiis la frn.iure pj.oiaiae ; toute celle pi lie de U Si.esie eal alfecte, la pol ce a (MI usage de ses arme* braque la fou.e 9 esi mise piller iO uvigasiiis dei plus impor tants. La discussion du problme de la itnar ronvoye LO.N'dUKS -Le se -rei cou venu en tre les gouvernements britannipue et frmus, relatif aux d'cuments concernant le* llpintioue qui dot* v ni tre soum s aux alli m, %*\ tou jo us strictMne.it g u d. On e attend a ce qu'un nouveau laps de temps de du jours s'coule, avant de rece voir une rponse quelconque du goU vernem nt franais, en ruson du re lard que m tient MM l'oincar et TU MI o pour se cooeu ter sur la r dactiou de lt ode brit* i uque 1 Aie. n uj M; Il l lit c nve m de dis c ilr i-.ili la qndio.i di li llli ir li ehi ubra les i: 0 iinune*, le ?o reig i Oli e ci .y ni le innnmt op po. t m, m II* I ; g meure m toi eetiui qu par-ill discussion actuelle ment u aiderait pis I -, u^>ciution dlie des qui se pour* ii vent, et a dj cid d'ajourner le dbit indliuini'iit r*AUIS M. Puinc^r qui avait c )nnais>ance du proj-jl de rponse britannique la noie allemiile, a cmnnc une itido nioulteuee du (l)i'un'iil S-w piiiiipiix -oliahori t -urs lins cetl %  t lie oui : Ml. da Per tii d-. la Rieca, S>y I .ux, couse II ir eu io m j i • 11 Q i n d Dr say. L lu le -.er. ter n ne le np pour q le 1 1 *i u tio i soit ex ios-iri ai % %  % %  %  > '-il le MI> i I ailj nie I Inil. U | change 4e vues %  *.• pounuit entre Pans el II ue hu). Li roOU!! Lor I Cu /m NN prob ble neol pr te avant la lin de la sein une. Il -. que le cbbinel se tera prououc, M. Poiocar. dsirant vivement accder la prire du gouverne.neut de '.on dres de rpnn ire dans la plus bref dlai possible, a contrem m l le vo yagqu d devait faire Rum •sition U chimbre d^s c imoiunee, a prsent une rsolution dclarant que la chunhre 'les c >m BU0M dpi .re les dfMUaOl %  -11 %  ) m %  et toujo irj crois sa it *s pour hs dfenses navales et ariennei et autres prparatifs m li taires qui s >nt 1 1 corn n Mica n ;nt de la ourse aux annem nt< et ab-or bMit de* ressm ces qui se aieut mieux e nploye, pour l'iuslruclion, lisante p.uiii.j ie el a trs utilit*. Cette ; )l itlOO a t rejete par i > voix e.mtre !69. Aucun vole n'a t ex uim'' au sujet d un amende neut prssenl pir d. Nei. e'. accept par le g luve.'nein ml invittm ce de'aier proli ec de 1 1 premire OCCiMOn fa v irible pu ir arriver a i but pir lia 1er .alliai edeli>eit lea nation!. M du %  I MI d | dnonce le projet de lf .u,)|i • a rit dum bue n ivula siugiiujr c un ni une folie .le la pir lu go iver ie.nuit Ku pr-en tint eue auMO le. n Mit, VI. N il a dit q i u i • co ifirence i.nm -.M le sur le d.ar nemaut tait impraticable et jus.p'au rgle n nt U la quenioo le li li : ir iiidi'inble. (I r e un nui d; ue ngociation! dirjete ivej li rranee p tur te dsir emial, eiin sistun pour que li Cuiule llreti^na o.fre A la Pruwe u i gtruniie sa is c m l.lion co itre une ig essiou p nir re;n il .car la c invention angio uni ricai.u q ii n'a pis t ratithe. M. BuJvvi'i a pris la parole et dit qu il ne fallait pis coiapt-r sur unrapon se favorable de li France l.u q e la q les ion des rpara ion s et le la eeil il des f onlires ne arait pis rgle. La Pdog-ie galent ni ne peut co isintir une coul eue ii ternitinnale aussi longtemps pi'e.le ne sentira pis que ses Ira .ibres n' ml rie i k craie Ira de se; gigm tesqnes voisins da 1 %  >!. Kn Proche Orient LVlSvNMb:— Ui grind din-r pour elb er l'av lemeai de la pan a d donn ce soir pir le conseil f dni suisse. Les il^ ts de la cou frenec lu Pruuh! Drtint et M. Orew, minislrd:s BtAie L'aii, y as %  ttaient. VI. Sxheurer dia oonfl dration h-lv MI pie prsiliit. A3 h urei cet apri midi lu eroi > ne de la aigiature lu t .li' le Liisan ne aura li ;u dm. la sill t de l'u liver site, uei Anuicins assideroit la sigiiture m lis ne sig leront ni h trait ni aucune an 1 ixi m* (),\ esp re rgi -r les questiout amiriciines avec U I' u) upun i truie sp-ciil MttteUeuHUt en n-g .entions. Plu ai Mira pOioUdeee t Mit ont encu rj en d s Mission et les purpirhr tureu aniriciiiis ont t luepeo lus en ilt m lait la rcepiiii des iui truclionsd Wishi igionet 1' V igori* Li br.iit -:OJ t q i li S.-rbie ne si guri pis le Irait cjic.u eilra le* pjieiiUC! euripeni-s et li Tir %  lie eir ele e>tiUre certiiues CI.U,M : MO ni lies d Qntneiere! ini:. : ditilei. U i protocole sp'-Mai per.n Urali Sirbie de coitinur les uigiMii n si elle le juge utile. Loi eegteiatie is Ju Iraiti turc > am %  rie iin ajproch nt l'usa cr.se Oi saura j mdi. jaur o Ismt Pactii dut pir ir poir Ingre, si le bt sen sign oi si le* BlViaiiooi se rut rinuues. L;s r-pre.enti.it. de la P ifieel de la Tir pie oit si g i ui irait I giflerai eiablissaol | M re. Ul .aen eile, n |rit i • ,; ., m >ree su(a bui i li nibn |, pi h fivifiai, t i ,e Mieesjun i ,•, n mrviih itiilroindia Ci dirais domnul cunoroil le* priici pi.il •'dei h trait narijeu avec Turque. cotter la m U s| U( aj •'• Je rocci io 7J*J d ' >^quealic i P l 1 J ii fc nnpar unag-m m'? ••M i. .fr,,, !" ;, 1 ;^ auparavant. -| Echange de C0.VST\.NTlx6PLgr las.gnalure du trait d le croiseur lger l urc saluera d„ ne sa | Ve „ "otte, all.ee. du Bcli rn change de .,| Q( Q ra e premier c 0n ra amical entre la Turqui.Ldepn..9.ns. Les ^ bhques seront augm0 u_ q'ie mardi est la tte ^ Musuooans ru m ou les qua appele Me des de relie 'ers sMrifa la ville i parti-ans n'ont pas l'intention de re c.i.niuMicer les hostilits contre l'tai Libre en automne ou apri les leeliouia H ) vl K La chambre des dputs a vot la loi sur la lforme lectorale par i'l.\ voix contre 12J. NCvV VO.IK Si.xante dix mille pis mues on a-sisi hier soir la victoire de U:nn/ Lonard qui, ena are ml sou ti.re de eha nuinn de la b jxe poids lgers,a battu L iW l'eu 1 1er aux point eu qiin/.e rounds. Ltill.VrlB Le •• Pipeslon-s (' m n h'' du Shipp ng Bond, parti du \\\fi v n Iredl dernier, esi entr en collision sv c le ptquebji Vmiral Jaureguiberg la hiuteur de Calais. Les deux navires se dirigeaient vers Dunkerque. Les dtails nt toquant. Pli IPIXAN — M. Chirles Dupuy, ancien prsident dl conseil, vieut le m lunr. .N eu H'il. il tait preHeat d conseil en I8J et se trouvait avec le prsi lent Carnol qn.in i celui-ci fut assassin. B ran,,! .prparatifs p-iurinV EL PASO TEXVSLe bruit epurt" J .." : Iles .| e | a paii,S le long de la frontire, que les parti "-'cam, et de sans de Villa ont 1 intention de se atetRUtinn, mettre la poursuit* des m -urlriers L de leur chef. Nicolas Fernandez, "**~ Ueutuanal de Villa, est rentr, diton, a 'Januillo dans ce but,Tes trou pet du gouvernement sont ferme m sut tabuesa Parral. PEKI.VLe Or Wellington Koo a accepte le ponefeuil.e de ministre des alfaires trangre! aprs les dem in les rptes des grands chefa mili tires de la Cbi Ja Ane DCiSBLD KtF. M L- Trociuer, ministre les Trivaut Pub ica en tourn i d'obsarrati >a et .1 inspec tlO 1 d puis trois jours dan U \h,\ ir a exprim sou agrable surprise le constater le changement qu. %  (!S produit danoe la presen, 0 ,,.-, ri d(I :i < qu'il avait cjnsl.t il y a trois mois. Le ministre, avec un certain nombre de fonctionnaire! de U mis lion a ICI us allant jus |u i li be* 11 stsii A | a 1 li 1 1 1 > UdeliL O II Nouvelles divers3 W.Ni>t:*J-. M. 1)9 Va, it ,ra et te* cun i-i c un ni cala M pro luirait s'il p ts.ad un groupe le tourutas allcmnli. Li roule des pro teneur! htb.tueU du dimanche semblait tout & fait & oiaue. On se serai presque cru duis le ceotre de la Fra ice. ^. Le Trj;jiat t pinhulire.nait si'is fait q i m I il a appris que les rcents •toeki h clupiu iviuSi a envino %  eu cent m lh tonnes avaient t exlruts suis au-me mierve ili n. L' m u t.M 1 d ; l:ir.qu* in conrn in QUI a ai dm nier s'il liit relle mji util! le discuter le eeeeathn de a reosti 0 pa,Mv.! ( i.ir;e qu'elle paru.su muu.ir le a mort. Ll ^a33etr.Vlleiaagn9 ifW )''^ iatica inamical v.ii. L. Fraue-etl'aMiennajai JJ' ***> ''umisi-e musical, u* %  •• %  • %  ij avaient commenc & boy uuication} oui i obtenu S rapiJea tous les points de la R41 Nous avons eu l'occj j ter aussi un coup J oauj routes qui sont en paru Sijjiis une pluie battante 1 avons lil droit devant rencontrer .ucunobstaclej ornire. Tous nos compliments perinlen I.11U des MdWS W qui si lient I^-UJJW *L pense JoselirbcoiHuePI vue de maintenir ces fW l partait eut de viibilit. Nous re.niicioitseg'H ingnieurs MJUOS et Ort avoir fourni I occasion de si agrablement. Le Conseil d'Etat e I'*! joUl'd'llU!. .1, % r. su, tim -lu Pf* di 18 j ii. lernieret lejj eorr s ....dau-. \-^>*f "L, O.ll V >! %  d ait dollars pour lis tnera^J m., io.au. *eu"l*br*" les n i^l.menlscoramuDii'-J P(ue rien n'tant lofWf la sance fut lave.



PAGE 1

L£*WnH \ Ocs Cctre ia Surdit iirtC peine que nous avons Knort urvHiue hier soir A ^, jeMmeVvelimisiocle l„l,. lui IH '" c '" pympaKpcleur Liimmiint Citmlle. fjBna-le.s au;oui I eu Ile .ijjfl le convoi pu lira de I EdotUurCam.lle, sise la tuge.p ur-e rendre .1 la Cttlh r^L t uit'spi-cs. Laiik. el |.aniiu leremenl „ ff l>iHd;nie le doftt-ur La Humilie, HOU pi entons uos u^tjcondoKauiei. (Tels adir I^|)is4i fi apt-e- dsigns. MJtel drclaii'nuls : 1 Bc|.i-s-mis u N . 9l)8, A*u>li' Lo ''S V ir a somme mide Irenle-neuf gouides (G. 20:iV •.: jlfcpi.s* mis au No. 1">. lige .Vu* Liifonliml, pour la I d e Iroi cents gourdes ( G. iBkpiis mis au No. 73!) I, rJh. Malbran h %  1 <>ur la 1 Je Mille vingt ix gourdes |(G I 021) 20. en se a r<-qi : s par le i,Mi damne le^ i ilnssg. jr.oc*, Ie23 Jii'liet 1923. llALbBIt %  Ni. HC,avocat favigne informe le public 1 tLf^r'• un r 1 piss de lu Fquire mis le 23 lMT.au numro 2 i au nom jlme V me lu en ne Ji-an f*r la somme le quatre Ole six gourd,!! (oit G. |>Me le dclive nul et non llvaU devant eu tre drfi de droit sou reprs-n [tau-Hiiuce, Me L-iio Maie terni o. le 10j nllet 1923. • VieTurenne LKi.O.NTd n'-e JN-tilLLES Mgo inlur mle p'ib ic [<|rdfiix rc Uses de la jKMn Simbou.', mis en sa ikpecier, en d te ir dclare m s & non * devant m* 11 tre d hf23J„i||„| I9 2 ;t. M 'E. Uiv.nho k.f fifialra d 9 """'* J8.6ri;|w. de laCom S B annjnce a Public E?' p.rcnsqnenl es H ? altendaiil q „o d .pli P"M donn. F n; Cf| ;. 24 Juii L.U et 1923 emuor J/n.leclarav>iradiK'^io.lav.urde J 7'"V d* onz^ent Kourb-s 0 i xanle ( j ix J fi • at po a, m ni, r K/'fs loi du 9 ^'"".Juplicaia devant ^ le 2, Juillet 1923. J. hug. Jeaniy. 1 es Bourdonnements York, fiarlitii Londres, l'aris. 17e Rue Roux "21/,i'orl-au-I'nnce La Maison 11. SILVEUA La 1 tison H. STaT£U se lait le plaisir J'iuljrnur sa nombreuse clientle (|n'elle vient ue recevoir, par les deruiei'l $t.uners, les articles lUiVants, de lutile Ir.iiclieur. Drill l'nion oouleur anglais, diveri33 qualits. 1 rill uiiun blanc anglais Drill tussor Cn.ipeaux ae paille fine d'Italie Cnapeau.v feutre liursalino Caapaau\ dd.ni-feutre Horsalino Cila^eaux de ni le acre d'Italie. Caapeaax velour d'Italie \ oiij oiaao il i)Arc4 X moushe3 Piquo UUJJ sapjnear pour jupes Percale oiancne sup. li-.puaie iiue pjui' eu n ses iatina Jlan^.ia G.j.iiMi e oianclie barres & unie Zepn>r angioiis puur onemises Ui.ii JJLAAJ sapjrijar Anmia Ka.ki jaaae anjiais e.i.i.ra supariear Ka.ii iJidiie uciis Oiauj anglais suprieur K)ii = ,iu couiejr ti.a.iai riieaax mousseline pour portes .vijdjtjui caai & biais supnear l*ai.noeacii ans anjlais Uiajonaie uoir Aipt.ja noir L4S1.UU 1 aiijlals assorti Ua ia-.3j pjar inateias anjlais, il : I'.I! 3 larjenr Uraaudl suisse Oradd eoaieur lia- it JJUXS (iidJ^eUefl up pour enfants, co;i]aurr w l>lanc!ies San a dj Ojiiiiepo.ir tailleur L.UifiUI po -r t.uiidur L.ot.ioas '.vert Vutid a D.irie-. soie a.ijlais, CDIII. & blane. I une paiir 1re Communion 'loue a voile pour cadre Tussor Japanaispour ima.nlses homme. Toile vaiie poar voilier eto, a te, etc. Une visite i la liaison iilvera vous convaincra de la bonne quaiil de MOI articles et de nos prix qui sont les plu bas de la p lace jest-eo pourquoi il nous arrive de jour en joui de nouveaux clients. aa 1 NINA LARG QUINALAROCHE TONIQUE, RECONSTITUANT, FEBRIFUGE Rconuad par toui 1M Md.clni L. (JUMA-LAROONI l- .(trahie lu (rnOt rnnllfnt ton* I." priielM* ^** t ru,a n, ligure. tortt d* i|iniiqaina. Il t~\ i — %  % %  prl*ar i tout Ut nuire. Tint d* qiilnqtnn 't ctt recommnnd •ar le. •4l4hn!*. medicilrc du monde entier ,-omine le Tooiqu* m* la W—iiliuaal par MOllaa0 dau. le. eas de : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE D APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES ta fart Dm Tovtta ... aoaaia nmaicni Lzlo*r I* VlHITAIll gOINA-LAHOOHl llitl OOMAM a c-, PAm t -•V La fa britjiie ^liTOD, Ohio, l. S. A. Nous informe : Dnnsln ijrande eoursp aiilomobile internationale de 30 mille 830 kilomiree) luUiunnpolls U. S. A, le jl mai 192.' le premier prix a t remport par Mp leiumy .Mikou avec une, vkesse moyenne de 91,41 milles par heures Son autO lainl quip il* pneus h I H l<.S I (fMJ Les quatre premier pria ont t nugne par des vol "les usant de j neus FRESTGKE. Ilull voiluree sur les dixuacjliaiilavaienl des pneus FIRSTONE las te moindre accident n'a tte siunele pour lee voiiuras port.ini pneus FlftESTOy. (j'esl l encore une irouvalte preuve (le la solbllt.et iiitr e sis a,K ' ,|ui fom ,a aupaHorii des pneus Pourquoi ne pas avoir des pneuS FIRESTi )NE pour VOre voilure L. PKLLTZMANNAGGEf.HOLH llcl Excesidr CHAMP DE MURS Situation exceptionnelle. Se recom* mande ynr une inetnllaiton de foui premier ordre et un service irrpro chaule. L'ttuhlfrsfini'Hl el a ia disposition ce famille*, comme* a:U8 t p arUculier xou Atitun* elpnii \> m*iim* % banquet ]tmn*re 9 dnerv 9 lundi, etc, o/jrani le maximum d'lgance ei de confortable. La maison Lope Hivera Ripreenlant de Barton <$• Guestier ( Hardennx ) Avise sa clientle qu'elle trouvera en stock Vins blanc* &. Riajea reœ parle vapeur "Martinique eu barrique et en deoi barriques, \ i ns en caisses "MdOC Sup rieur -l Julien, St lOmiiion irinoa Soir, St l.stpbe, Poule I Uao et, t'oit eu 1 Poutel Caaet Si uternes, (.rave* Jarsae, C i.ita.iu .\|.irg;iux,i;iiali*.i.i L.it:)iir,Chablis,Cliateau Yguc n, Cnaieau Lalour lJ.iaeiie, Cliaiuberlln. Beauuc, Pommard etc. Les V'ixs olaacsx rouges en !>:i -riques comparativement a leur qualit sont du. i prix exhemement lion maroli. ils sonl livrai avO toutes les g ir.i.iJias de conservation* La MalSOn recomm.uiile sa clientle du Lait Condense et vapore danois de qualit suprieure et d'un prix dcfiual toute coiirourjurc. DANISU \ i;ti:S ullJv £\It>:ti ^.l.openhagua R.1 >&vi Paul EAiiKila ATCC le?amvage*^'itis derniers bii8 MaTrfr*S0 \ou% n'enum"ro i. Dit. Qu'il f>us sidft.e .J*.*mToir ait veui'peevez trouer 1 n si qie lotll Wl b*oin el da iBOUlturel eaaAi ii-' s que 1 1 01 i-s iiq lidjaiioai ssirewl(usifeeu daai > Maitem q"' r'ouneiit s r rien. l'pc ces ? sort nos rrfnAs r|* r^-pp rupd i-':-. Seii '"W^ T ,• eoui geJiii)iaUi P -m i 1 ur S'Mpair hwn • ne tl j -lnf S iri I PU'fl m 1 (M • H ,. \ 1 • '-i '. il 1 V iizno're ij 1 !..'.! vin-; lilan, U's, irmou f,.'i\j U etc. PAULEAUXilA i\Ut* 1 1 uueisie* tyduJHvnju8in a et total



PAGE 1

s LD soir.. intimes de la feaatio -.--W**> %  • % %  L: I U CYRLDOSE AM ft 'itbiptlqi:f Wa! peur le voyage. Elln ^ prtMnU n comprim* atabte et iMMftaM. Chaqvt do Jete dans deux htrcn d'au Itoue demie la solu'Jen parfume que ta FtttataiUM a adopte p.-.or tas soir..-, rf•!• e M personne. la OYTtA I .POdt an un produit art'leaptlqua. nnn caustique. •/.... n* et mtoratotrlda. a b aM de rryoli.*r.. 4'st-lde WJUItaun oc trhjxyrn^y|f,,.; el d'*_umlne vjl\ite. fie i-rend m*ui et wipnr oute .'tfama soucieuse de aoa krettse • • tJUkt. Ctm'l:.t, Pan*, et i" i •. %  S. r d> Val ncienart /•-: ? /rtM* 6 Kv.r Mr .v.;tic taUtt. ii i-ij i enmAUK)i I n* I :r.r. il. r.1: %  I* i ..;, % %  • Iii.tfti e t -;.' %  •1 .P-iiu rt Cj .i.; i.fii':ii — • %  %  FANi' a-rvtt M estain > %  (%  -. peurs, u.igi *ij.\ u.lui a* Vaillant & llouet Agent. Gnraux 172§R U du Mevga.n de l'Etat Znpjicnoias & Disqias Coiumbia Actuellement en tock de supeil)'S petites macliine tolumbia, Nouveau Modle. .. PKIX RE..UIT8 ^ous avons aussi eu stock part d'un araut nouTS? as*oriiiiieni de disques, trois autres diffrentes S.?. u, s \ ,e U r lloiioias que, nous offrons aux vie* leurtan prix trs raisonnable. Hue du Quai 1 Ci riiMf-ri m # % %  ..--i.s~Zmi. Femmes l'a je critiou c.itique dans la ne d'une femme ait gtfnraUenksnt antre \ et 55 aoaXe retoui d'If • est souetrl tre termine 1.1ns tnnuis, elle soi. d'antiHi-adis paifaite s-.inti. 11 Ce ppoeittan Vgtale de Lydie F. Plnl !.. pnrdeoUkrenwnt adapte pour aider lu fantuee pendant !• retour d'Age* Son influence se fait sentir au •Oui il aTs laine qui tel reaford et elle aide la nature peadani ht longs n 1 de cette priode critique. Ce mdicament t>t prpaie avec des herbes et racines mdicinales et ne cooiiciu p .s de narcotiques et drogues nuisibles. Son mrite est prouve par dea lettre' ..milairea • celle ci : VaJpariiaO, Chili, S. A. rendant dea annes j'ai souffert i' retarda et de douleurs lors de mes racles H m maux d'estomac. J'ai pria votre Cosnpoeitloa \ taie rt tas Tiilules pour le Foie de I ydia F.. PtnU aoo pen>i mois. Je recommanda) votre medlcaroeat MI H an • B raison des rdaultata obtenue. Vo psbltar "• taStnoifiMup.''-r i', Valnaraivi, Chili, S. A. I>r lettres tHMume rell l ,. Un •un-ut loa li-um u nun>ir !.. Composition \ttfttb de Lydia E. Pmkkam lIKtl fmHHMm MICIC-M* CO. k^MK.KJka*. U.M P£ %  ** %  fENTERITES et aiALAOKB asTtru-i(T!sTiHLa I Dlarrb*e vartnin nourr!on.r^n'Tlte mu o1 I œmbrai:uM. tub*rculuji; Con*.ipa*lon, ] I % coi*cnt>appniculatir~. rivru typhoiclw. J 1 M.dioiM.i* eaa.Aon.Eccœ. Furon-lea. i ouf -iaoi CCKTAIMB ptr tuaa la I' I La PLUS POISSANT ANTISEPTIQUE Basa Mercure ni Cu-rru tii'.ii;-. !•>•• i'-r.litfi! i':linl, t la dote if 60 1100 fsattai par ii'- U-*w JBaufa la aouffrancea, tll r.; l'haureuac exp Da Witt arcompliiaeut bien la tAuba doni slita sent charges I.isona ilonc ssiiiali->'er' ce aju'e.. m Mr Daniel Bell "Dapuis plus de cinq an ;• *,-.I!I .,. .. terriblea douleurs rhumatr.i .1 -,r •-,.,.,, Seat le doa Les douleurs suieni i.-ii*---.t Sarribles que j'avais I0UI -..h traner J avais eteev remv < %  q-.:i • • l'eapoir de irou-. r q snaa aouflrances Nalaa De Witt et les I ss'avant e.< reconMnar..> et. bicntoi aprs en a\oir j unes je rommenxi a H anasveilleux rensda taa^iaaeM MJ. Cloucaeter Real, IV :;.-,, , l -. t ;,-.e n %  aesas assers atta ren'ia- IstsanidUala precarea-veua PILULES UflIrT s* ALUMINUM L1S| New-Orlans el Sou| Ameri a Sfeampsl C Inc. Prochains dparts directe pour ForiMiuPrioce — lUiii 9|S KNATO Nouvelle Orlans juillet, Mobile 19 M S|S MA .XHXSIE 1* oui elle Orlan, Juillet Mobile f/j A partir d ce/te dernire dnt$ tj flvra une occasion thnqw q\iin%^\ pour les po'i* suivants : ^ariha{ torin t olombia, Cu oi'>, r'oroJJ b*>l o,Ln Gwtyra, l outu dIre, d h fin ce, Bt dy ow, lia 6tdos, o/ Spain, l rtniaad. (Jtoques T<>m kiri au PrldCd. le 4 J i 4 t mi A. de MATTIS & QUOI QUOM DISE QUOI QU'ON FASS! Le Rh Barbanoonrt est Et m loujours le meiJ VTS A partir du 30 courari notre ma^asinde ventl sera Irausfr <1ans l'aj cien beid^du i emploi Fiaujis,\ngle gram Hue et jBonue Foi. 2 Juillet 1923 Simon VIEUX 'ibi-lhe ce la l i DE FOUR !Z3 HZ1 ; 's plus jrT .-• %  )sURIJATIS4e3,Dl et fo J-. %  **% REINS Er o: r. msn. Le* Piluie [ss*X| rmaeiea du • ".ce -i Util fin t i II i aajsl a Lis Ttkt as r —.u.acie Alsrtl.-.i Ka .. rWea r ., SfS GIRSCKS Cnoftifftfs i/oii* iieuie voire re* 1 *" Contre les m tu ni vint : .Jk Coislipttioo. msaidele-mtUclie da loie-!i : ble—dwWJjj ma i me Mgr.me — M* adies d fm iPt — -e our H Ar "" ^ •heaie furoaje erji.,, dartreIofl •• i — "l d& %  (10B ft* %  t b b% rp^aes it egj i*r-i b3i >"ti^" 1 lo ssr n p,e n>"aii-r desos coaf.fra*a! d • g ailes. Es, t r r ..| rpur.^fdela Sa-tUe. P o I t fi. it-% Je >a Siittie E Mie a S.W P O^uent d t JiMte T na*


PAGE 1

m **#4 Po*t aa frtao* (etiaid / — Mkv KiM J3P .938 m PROPRITAIRE rUMUMECB (ment Magloire BOIS VERNA pgt Rua Amrioaiae 10 20 CONTIMUS Quotidien LMbommM aoai UDidouUaai* eu nuiiactes ujouiabui qu'au* tfeiois ; mais -o 4111 a aispara, CdDi lUu.wo uJ^iaio. i, iiOlllietet s'est mortaise, e-ie existe pi us qa.ucu.uc ii'jjuij.iLi ; la ooM Cij.icd .UJU. rue ^caddiaoe un co.* ud pKood rares, d'origine • k ucpj^aaj aiilereiK.es, on ren OOUUJ a<*s OiOeiovs uouteux et li diouxes. ttuanue tili Y lELEfhOM Ne ,943 FftRIftADE les plantes, de loi rpartir convcna XH/S avons icrit dan de nos fins CERCLE VICIEUX livons agit tout rcem t^til l'airt ilu Trilouition d-dirant in.juulle une disposuion [irla presse pour la raille qu'elle violait !e icoaslitutioiiiiel le la sides pouvoirs, nous avons o que crent les in-s le la ConititukfU tablissent, d'une c ition des p ni voira, K part, cr-iit un I/Eiat la nominalion du Iracutif. I mit sembl que, en ne I pas la dure du Conseil ideo le contentant de dire I Coqcessera de l'onction; dans le cours d'une n'importe liquelle, le Nit aurait dc d de RktioiH lgislatives, il %  tiembl que IJ Consti[ampronieltaii elle-mOtn; itt principe de la spi [El pouvoirs tablis par l'avons signal. cellent confrre la lous dclare ce sujet uNom ne sommes pas fcdu tout, puisque nous lia question sponlin Nfoint sur elle l'attenfiai senss, et musn'a'bit dire que la dis'Mlnsituire par l.iquelh le p octal tait cr consliJ" inconstitutioiinalit. [y**onqui e.>t einJu ras '.wle-m 'me. mme que notre aire prouve avec nous (pbarrassant, puisqu'il ffopiuion que c'est la volont nationale qui doit Iran lier h qu eati )'\ eu sti'is'itiinil un Corps lgislatif lu l'institution actuelle qui est 11 nomination du pouvoir excutif. Mais notre confrre ne s'aperoit pis, — m >ini qu'il ne .-.'en aperoive que trop, —que, pour donner a la vo'o it nation il • l'occasion de s'exprimer, il I oit bien que l'Excutif ait dcile le t ire des lections La question reste donc tout entire entre les mains d? Celui-ci avant mon articie online aprs celui d : notre symp uliique confrre et d.-sa ptition de principe. Nous sornups bien de ceux qui p-'us-ut,— et nous sommes mme pirmi les preini Pi q ai l'aient exprima — qu'il y a lieu d.; reconstituer la ripree it iti m n ilio mie. Cela est u le q i • -lion politique sur lajii'lle nuis s on nos daccord avec plusi u sLu nominatiou du ons.'il d'tat est ;\ la >liscr'i )u de M. Boroo, comra i hier elle tait cell • de M. LKulignenave. et coin oedeimin elle sera celle du successeur de Monsieur Burno. Il y a une iinpas-e et elle est nia'lieuivu-emnt cre par la Constitution elle-inMne. Cela n'empche pis de uaitre la question constitutionnel tuvon; dire que les m occupations aux i TJ ,v t r ent. peuvent lrc H.CT e8 .Kricnles. indus f u n r !ner..Toul*-foU.en C!' I0ns patieulires t^T. iln'estpa. |J he* | | p, n ,l e d H',.. 8 lc le s jit plus en i f.,i %  nehstri te. ^in.r.nK fm*. Jj • Vu se r**m.irqu • sur Cr; pl *>''is elle W? ?'" S0H, .'e pro* LT CoU H œ n fac *%* un P"y ndus manufa^,:^ U %  ^• %  •I particull ras de son s*!, a ses rich'W* min ras et l'aboniante pro lu-uon de matires premiresqVo y dcouvre. Or le peuple limites, !'•'• elaftl un peuple essentiellement agricole, d'o vient q.e son agriculture se soit montre ju^q.'.ci impropre lui procurer I s t nenlsdprosp rilra-itiiollc qui font. wljHUJ, I fortune des peuples seu.l.'Sbles Tousce.ixq-.isesont livr, un examen ioifsanieeal %  W^S de UQI ••ti.nel s eu POat fait.jwur ainsi dire, une nouni.ure uu..|,dien „ P sont nnanim-si pmc am^r coin bien grar-de PSIgnorance dlpu risr dM can.p.g. . n ce quia Irait aux pl-WuVn ,f CulloM ux quels il devrait voir nc-urs p-ur fconder *a terre. De; rgles du la bourage, de la manire de prparer blemenl. de la faon d amen 1er le sol par l'emploi les engrai- Boit chi miqu s, soit organiques, il ne rail absolument rien ou que fort peu de cli 13 s. i e caf, netre principale richesse agricol'.pousse virile q ie vaille, qui sur les lianes, qui dans les goig" prof m les le nos nvintagitt, alors que prpar =elon dos in -lia des per raet innes, il eftt p i acqurir une plugrande valeur sur lemarchs trangers et atteindre une prodnc tion dpassant du double, du triple. celle accuse aiinu n lidment par la statistique commet ci de. De ces consi lralions, un fait se dgage, pour si nposer furtemenl nos mditations : c'e4 que la cullu re agricole qui avait pirtieulirj ni'iii prospr, comint! nous rivons dmoutr predeonnsnt, n i tem s de la Colonie de SI Doin ngu-,e.l en dcroissance l'Iuure actuelle chez nous. Ainsi l'exportation de cette den re qui en 1010-1917 s'levait a 46.98.021 livres et 4.SS4.iO or aiurictin, ligure seulement pour 38,1:4.294 livres et 3.l<7.2ii.p6 m ,un en 1'.il7-18. J'o un cart d8 2i'..7JJ I vresel I.J7J.272.84 oi au. UdinVn' ei 1914-19 > elh figu rail pour 79.87). 62i livres et l(i. 4U7.233.8J ur a n. en 1919-1920 ele est to.nbJe npi I m ni a i8. 39i.ttil livres et 1I.007.2IH or ani ce q ii pro 1 til nouv.MU une biisse de il.583.201 livras et 5.399'937. 89 or am. l'ar conlre, si nous observons ce qui se passe dans les Etala de I An nqu • i cuirai' -.nu la culture de cette fve fait l'objet des soins les plus at te ilif, il est vraiment impossible q /ou ne .oit frappe de f nn r orlan ce d ;s i essoui ces qu'tl e .eu procure, lm un le B.eail, par Xd.n le, do il .i p.ol ictio i cifjire 'lve plus de 900.000.l'OO .ivres par au. Au reste,combien nos cultivateurs eussent ils contribu raerve.lieuse ment au dveloppement de notre agriculture en cherchant tuer parti de certaines cullur s r nuiier.iiri ces comme celles de l'ananas, des oranges et datant J'aulies fruits si r cherchs sur les marches an g o amricains. Sur une superficie le 2.0 W.000 d'heclares de terre, en valuant 800.000 hectares cel c des terres arables, ptine le eafe couvie-l-il 1 500 1.000 leCicao | 000 la Canne sucre 3.000 la bsa ma 4.000 Si l'on ajoute cela que nous im portons de l'tranger p es^ue lois n ts articles d'ali eulatiou, on aura p u prs une ide de l'tat de no tre agriculture et de notre industrie. Dures constatations de l'aflligeanle ralit d.squelles natrait saus coup frir le sentiment de la leire qui meurt, si po jr remd er au dsai roi provoju par la debacla ue nos acti vtes ruraie, on n'avait la ressource dernire, de faire appui 1 1 s y aergie des intclligeuces el des bounesvolou ts. lettrs : Monarque Je n'ai jarnds pu aimer le chien, il me fait l'elM d'uup satire norliliaole de lli mm*. Il n'esl lidle que dsuQUvr et b en nourri, el si le chien d'UlyM alleu lit vingt ans 100 r tour, c'est qu'il ue plut pas Homre de l>; faire itra Ire dix ans de in uns. ou d'x ans de plus. AJIVS lena. tous les chiens prussiens s'appelrent Booausrte; aprs Sedan tous lea chiens Irinciis s'appelrent Bisinnk, ce qui pr-uve que deux grills us-ipl • an >nnus partageai m i Miole h irreui de la geol canine. Le sujet est iueptiaublS.. %  et je pournis nappa ai lea iBotoasei de Iticha nbeiu, q ii noire histoire doit sou chapitre e plu-, dj iloareax, je pourrais rappeler le chien de Jean de Nivelle qui fuyait au moindre appel... mais j aime mieux vous parler de MONIROUE. MoaUtQOa? Pelig' roux, queue longu >, race irbe en c >r d-; chasse, a-il Inulain et dur, c'tait u i sup rb; mltin. terriiile neil ctn, sur d e pattes rob i tel el I ifge*, ar n Ml de griffe • re I ml.ibli's. L? Iisir.l las de unag'in mis, el ni miuviiso toile, m'avaient condamn a preudre log*'in ni dans le quartier que Honarque tenait jour et nuit, sous lanieuice lses eroce fonnd.bles et d .ses aboiements lerrili mis. Du seuil de SOI m i ttre, il soumett lit la rus au conl oie svre de ses pHin -lie-... da fe i el l irreurdM botes el dsgms d'alentour, il ne cessiit d'ab >yer <-lai le protarbe respertsble n'il •. i_ . ,i. i :__ gnifr atl'rrtiir nvinl i.h i h m i.M e . M marque Is son oubli, d'alleinte, il reprit sa titre assurance. Martiale, n queue s'enroula ep spirale, sur sa croups luisante, il d ouvril des croc* haineux, et d'un trot trs digue ma loi. il acheva lentement d'utr eltier s.t retraite. Kt ds lors, ee Ait la guerre... le guerre avec toutes -es con-queiice. I^e <-hal de la maison disparut; sans hsita ion, et sans crainte de me tromper, je souponnai Moaarque de l'avoir trangl. Monarqus guetta mes i entres t I mes sorties el et se l.nanl a dislance prudente, soir ou initin, il m'abreuva d'boietueata prcis comme des invecj tives. .. f me t lit comprendre es quelle liuiut il tenait ma personne, cl en quel mpris mou voisinage. Ioetors de. d ul la nuit domicile dans mi c ur, et le ne/, braqu vers la l'enlre. pour me tmir veill jus pi au jour, il m'assourdit de ses ab neui mte frooas. Conlre mauvaise lortune je lis bon toMr; j ei lurai toi: ai silence... et meuM pour avoir la pix avec l'insaisissable ennemi je lui lis d hum* bls avances, qu'il repoussa avec hauteur. Il l'enhardit, jusqu' men leer directem ;ul m*s uullets. L'attaque se til dans l'omore, un soir qu l'esprit ioiro d nije ne sais qu'il r.e ,'iiiil. j' renlriis el lfIl l ml. S mie n. la rfla "i te no, r.iil^in: ci 11 1 • la n >l isse : mi0 i n ila n ml je n i rat i ir • ii en faisuit un iniiviniat insti actif de bras arn de m>i iuaffeostf chape m... et proli.uut Je l'in leisioo de l'al/ersaira j' in m e ivrai avec a Irassa, elpirvius a regign^rma chinbre. avec das ji.nue.s intactes. l.i situiliou devan i il intolrable, j'avisii am m y ns d'au sortir... si me lcidai dmnager .. U i resta d'orgjeil mi retint, sur la pan e h i ils'ise I s c ipilulations. Ui jour qu eu l'aos-nce de son milice, .\I>nrqie confiant s'tait assiun eu siasi : n JICII liante... je m eu a^irtclui pas de loup, et rn liliu les IJ i\ n iiis.jintdrro.npi la so.n ued du juste, en lui assenant ic ,> %  il s. terrinle coup de gourdin, q ia j i mis ChidU I II titi et Je la L) iii.il--. i.i o ait jam u* r^a sur la uiiclioire. h'en-ia ai iSiempir, ne prsenta pirli rsistance apr!iendie, d leva vers mil da piavres yeai terriAaa q u ma i lia f il grce. Ja m a:h irnai, el d > 11 .| 11 (tes lois no. il plus de cli i ici J la q leue SOJI le vautre, en pii-sant l'al'lraux hiilamauls dsIII i %  I i n salut ii ml. u e n Mil a la fuite 1 El lapais7 Depuis Monii(|ue s'est assagi, il sait q i ; li vioieuca attire la vi (lance l) : pois, las petits toutous erra ils n'ont p us les >reiilesen lambeau, et au*gutti.es du quartier les ch ils vuiupluaui ont des minuits SLIinquitude. '. i.m: moi, gn raaa da -s mi victoire, j ai dfinitive m Mil sign la paix avec le vaincu, et quand je pa*se, il prend prudem* ment le large. J| n'en domandais pas tant. '. p ditiq i<* et 1*3 journalisme corn dent en lluli plus d'un t Mon irq i et qui n'ont que le respect de l'u-iifar.ne. Ca qu'on n'oserait du au moins hardi marin, au plus tiinil'*endarm >. sur de l'impunit, on le dit f mbl pieui'ul un P Iddant de la tpubll-pie. k Ses Ministras, Ses Prfets. D'indue en audace, l'on s'enhardit jusqu' vouloir mirlre .. mais n.i eo p le a ar i> i I li a i '!i lire VI-I i qu ij 11 o itir %  able, remettre he ir< u meut lc^ choses en OUj'UI III I 1" '"i % %  " %  * %  VWVI'I --w... .___... ....—. ^.. rvww %  •car il m t quelque empressement place, et rappeler, tous les dogues MlHr, mais ds qu'il se sentit bon aboyeurs, au sent des rehtt.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05984
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 25, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05984

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
m **#4
.
Po*t aa frtao* (etiaid /
Mkv KiM J3P
.938
m PROPRITAIRE
rUMUMECB
(ment Magloire
BOIS VERNA
pgt Rua Amrioaiae
10 20 CONTIMUS
Quotidien
LMbommM aoai UDidouUaai*
eu nuiiactes ujouiabui qu'au*
tfeiois ; mais -o 4111 a aispara,
CdDi lUu.wo uJ^iaio. i, iiOlllietet
s'est mortaise, e-ie existe pi us
qa.ucu.uc ii'jjuij.iLi ; la ooM
Cij.icd .uju. rue ^caddiaoe un
co.* ud pKood rares, d'origine
k ucpj^aaj aiilereiK.es, on ren
oouuj a<*s OiOeiovs uouteux et li
diouxes. ttuanue tili Y
lELEfhOM Ne ,943
FftRIftADE
les plantes, de loi rpartir convcna Xh/s avons icrit dan de nos fins
CERCLE VICIEUX
livons agit tout rcem
t^til l'airt ilu Tri-
louition d-dirant in-
.juulle une disposuion
[irla presse pour la rai-
lle qu'elle violait !e
icoaslitutioiiiiel le la s-
ides pouvoirs, nous avons
o que crent les
in-s le la Conititu-
kfU tablissent, d'une
c ition des p ni voira,
k part, cr-iit un
I/Eiat la nominalion du
Iracutif.
Imit sembl que, en ne
I pas la dure du Conseil
ideo le contentant de dire
ICoqcessera de l'onction-
; dans le cours d'une
! n'importe liquelle, le
Nit aurait dc d de
RktioiH lgislatives, il
tiembl que Ij Consti-
[ampronieltaii elle-mOtn;
itt principe de la spi
[El pouvoirs tablis par
l'avons signal.
cellent confrre la
' lous dclare ce sujet
uNom ne sommes pas
fcdu tout, puisque nous
lia question sponlin
Nfoint sur elle l'atten-
fiai senss, et musn'a-
'bit dire que la dis'-
Mlnsituire par l.iquelh le
p octal tait cr consli-
J" inconstitutioiinalit.
[y**onqui e.>t einJu ras
'.wle-m 'me.
mme que notre ai-
re prouve avec nous
(pbarrassant, puisqu'il
ffopiuion que c'est la vo-
lont nationale qui doit Iran-lier
h qu eati )'\ eu sti'is'itiinil un
Corps lgislatif lu l'institution
actuelle qui est 11 nomination
du pouvoir excutif.
Mais notre confrre ne s'aper-
oit pis, m >ini qu'il ne .-.'en
aperoive que trop, que, pour
donner a la vo'o it nation il l'oc-
casion de s'exprimer, il I oit bien
que l'Excutif ait dcile le t ire
des lections La question reste
donc tout entire entre les mains
d? Celui-ci avant mon articie onl-
ine aprs celui d : notre symp ulii-
que confrre et d.-sa ptition de
principe.
Nous sornups bien de ceux qui
p-'us-ut, et nous sommes mme
pirmi les preini Pi q ai l'aient ex-
prima qu'il y a lieu d.; recons-
tituer la ripree it iti m n ilio mie.
Cela est u le q i -lion politique
sur lajii'lle nuis s on nos dac-
cord avec plusi u s- Lu nomina-
tiou du ons.'il d'tat est ;\ la >lis-
cr'i )u de M. Boroo, comra i hier
elle tait cell de M. LKuligne-
nave. et coin oedeimin elle sera
celle du successeur de Mon-
sieur Burno. Il y a une iinpas-e et
elle est nia'lieuivu-emnt cre
par la Constitution elle-inMne.
Cela n'empche pis de uaitre la
question constitutionnel t nous avons misj en avant, et qui
est essentiellement tliuiqu..', et
cela dj nous empcha pas non
plus de penser que, au point de
vu; lli joriqu:, en appeler la vo-
lont nation de, en prsence des
termes conlradi toires de la Cocs-
titiuio i, es liitr dnient tourner
dans un cercle vi ieiix.
F1A0U.
Le Problme Agricole
le Rdtaenl de la Terr
w Nouveau Personnel Rural s'impose
L
JI
'nouveau la question
"Pj>uvon; dire que les
m occupations aux
. iTJ,vtrent. peuvent lrc
H.CTe8.Kricnles. indus
f unr!ner..Toul*-foU.en
C!' I0ns patieulires
t^T. iln'estpa.
|J he* | | p,n,led
H',..8.lc"lesjit plus en
i
f.,i
nehstri
te.
^in.r.nK f- m*.
Jj Vu se r**m.irqu sur
Cr;pl*>''is elle
W? ?'" S0H,.'e pro-
* LTCoU h *n"fac
*%* un P"y ndus
, manufa^,:^ U
^I particull
ras de son s*!, a ses rich'W* min
ras et l'aboniante pro lu-uon de
matires premiresqVo y dcouvre.
Or le peuple limites, !'' elaftl
un peuple essentiellement agricole,
d'o vient q.e son agriculture se
soit montre ju^q.'.ci impropre
lui procurer I s t nenlsd- prosp
rilra-itiiollc qui font. wljHUJ, I
fortune des peuples seu.l.'Sbles .
Tousce.ixq-.isesont livr, un
examen ioifsanieeal W^S
de Uqi ti.nel s eu POat fait.jwur
ainsi dire, une nouni.ure uu..|,dien
P, sont nnanim-si pmc am^r coin
bien grar-de ps- Ignorance dlpu
risr dM can.p.g. . n ce quia
Irait aux pl-WuVn ,f" CulloM ux
quels il devrait voir nc-urs p-ur
fconder *a terre. De; rgles du la
bourage, de la manire de prparer
blemenl. de la faon d amen 1er le
sol par l'emploi les engrai- Boit chi
miqu s, soit organiques, il ne rail
absolument rien ou que fort peu de
cli 13 s.
i e caf, netre principale richesse
agricol'.pousse virile q ie vaille, qui
sur les lianes, qui dans les goig"
prof m les le nos nvintagitt, alors
que prpar =elon dos in -lia des per
raet innes, il eftt p i acqurir une
plu- grande valeur sur le- marchs
trangers et atteindre une prodnc
tion dpassant du double, du triple.
celle accuse aiinunlidment par la
statistique commet ci de.
De ces consi lralions, un fait se
dgage, pour si nposer furtemenl
nos mditations : c'e4 que la cullu
re agricole qui avait pirtieulirj
ni'iii prospr, comint! nous rivons
dmoutr predeonnsnt, n i tem s
de la Colonie de SI Doin ngu-,e.l en
dcroissance l'Iuure actuelle chez
nous.
Ainsi l'exportation de cette den
re qui en 1010-1917 s'levait a
46.98.021 livres et 4.SS4.iO
or aiurictin, ligure seulement pour
38,1:4.294 livres et 3.l<7.2ii.p6
m ,un en 1'.il7-18. J'o un cart
d- 8 2i'..7JJ I vresel I.J7J.272.84
oi au.
UdinVn' ei 1914-19 > elh figu
rail pour 79.87).62i livres et l(i.
4U7.233.8J ur a n. en 1919-1920
ele est to.nbJe npi I m ni a i8.
39i.ttil livres et 1I.007.2IH or ani
ce q ii pro 1 til nouv.MU une biisse
de il.583.201 livras et 5.399'937.
89 or am.
l'ar conlre, si nous observons ce
qui se passe dans les Etala de I An
nqu i.cuirai'-.nu la culture de cette
fve fait l'objet des soins les plus at
te ilif, il est vraiment impossible
q /ou ne .oit frappe de f nnrorlan
ce d ;s i essoui ces qu'tl e .eu procure,
lm un le B.eail, par Xd.n le,
do il .i p.ol ictio i cifjire 'lve
plus de 900.000.l'OO .ivres par
au.
Au reste,combien nos cultivateurs
eussent ils contribu raerve.lieuse
ment au dveloppement de notre
agriculture en cherchant tuer parti
de certaines cullur s r nuiier.iiri
ces comme celles de l'ananas, des
oranges et datant J'aulies fruits
si r cherchs sur les marches an
g o amricains.
Sur une superficie le 2.0 W.000
d'heclares de terre, en valuant
800.000 hectares cel c des terres
arables, ptine
le eafe couvie-l-il 1.500 1.000
leCicao | 000
la Canne sucre 3.000
la bsa ma 4.000
Si l'on ajoute cela que nous im
portons de l'tranger p es^ue lois
n ts articles d'ali eulatiou, on aura
p u prs une ide de l'tat de no
tre agriculture et de notre industrie.
Dures constatations de l'aflligeanle
ralit d.squelles natrait saus coup
frir le sentiment de la leire qui
meurt, si po jr remd er au dsai roi
provoju par la debacla ue nos acti
vtes ruraie, on n'avait la ressource
dernire, de faire appui 11 s y aergie
des intclligeuces el des bounesvolou
ts.
lettrs :
Monarque
Je n'ai jarnds pu aimer le chien,
il me fait l'elM d'uup satire norli-
liaole de lli mm*. Il n'esl lidle que
dsuQUvr et b en nourri, el si le
chien d'UlyM alleu lit vingt ans
100 r tour, c'est qu'il ue plut pas
Homre de l>; faire itra Ire dix ans
de in uns. ou d'x ans de plus. Ajivs
lena. tous les chiens prussiens s'ap-
pelrent Booausrte; aprs Sedan
tous lea chiens Irinciis s'appelrent
Bisinnk, ce qui pr-uve que deux
grills us-ipl an >nnus partageai
m i Miole h irreui de la geol canine.
Le sujet est iueptiaublS.. et je
pournis nappa ai lea iBotoasei de
Iticha nbeiu, q ii noire histoire
doit sou chapitre e plu-, dj iloareax,
je pourrais rappeler le chien de Jean
de Nivelle qui fuyait au moindre
appel... mais j aime mieux vous
parler de MoNiroue.
MoaUtQOa? Pelig' roux, queue
longu >, race irbe en c >r d-; chasse,
a-il Inulain et dur, c'tait u i sup r-
b; mltin. terriiile neil ctn, sur
d e pattes rob i tel el I ifge*, ar n Ml
de griffe re I ml.ibli's. L? Iisir.l las
de unag'in mis, el ni miuviiso
toile, m'avaient condamn a preu-
dre log*'in ni dans le quartier que
Honarque tenait jour et nuit, sous
lanieuice lses eroce fonnd.bles
et d .- ses aboiements lerrili mis.
Du seuil de SOI mittre, il sou-
mett lit la rus au conl oie svre de
ses pHin -lie-... da fe i el l irreurdM
botes el dsgms d'alentour, il ne
cessiit d'ab >yer siestes, louruienie s le pices. Ses
r*.-ils ta.enl terribUa, ol si ce
moment, pi-s il, queue basse, quel-
que loulou laolensif et f un dique.
\l nirque, en ail i pie hiusque, s'-
lanait f.iiieux, en trois b mds. rat-
trapiil ion cht f idveisiire. le ren-
versait d'un choc ii r.'-si -lible, et le
teinni astre ei patlei puissante-,
8'ach irnail sur se. oreilles. I s met
tait en lambeaux, et tout glorieux
de son exploit, d'un trot leni ci In-
ompliant4 n'en letourn ut a son pos-
te, guetter de nouvel es victimes, et
attendre de nouveaux lauriers.
L'arroi
Feniand LSBOY
( La lin demain)
Asthme
nce de Monarque ne res-
pc'ail que l'unilorm I. Ds q l'il pis-
siilun marine ou un pmdirmi il
s'avain;ii la q e i frtillante, l'ail
inquiet et sou ois. el pr-sentait sa
gro.-se tte mchante fl ruse, la
caresse rassurante des mains mili-
taires.
.Nous nous dplumes premire
vue.
A vrai dire, 'es torts furent en
parti de mon cl. lu midi que sa
pte n'.ail sans doule pas encore
pib'. Mon irque sans crmonie s i j-
vila d -jemer chez moi Familire-
ment comme un trs ancien ami, il
lit irruption dm* Il salle I manger,
se frotia mes tffnouv. leva ver la
tab'e son m i-c i i humi le et friand.
et se laissent u oiclialamment choir
sur ses palt^s de derrire, i'un gro-
gnement h ifgneux il mil en finie le
chai de la maison h -n-s le stupeur,
et avec un sans gne vrai uenl hu-
main, s'impatienta en petits ab ne
mei-ls exigeants, du moi-.-eau qu'on
taidiit lui jeter.
hun clip de pied vigoureux, je
mis |'in llicat a la raison, el lui
rai)|><-lai le protarbe respertsble n'il
. . i- _____ ,i. i.....:__
gnifr
atl'rrtiir e-i m iHm fo -
appir m i 'lit i >nvinl
i.h i h m i.M
e . M marque
Is son oubli,
d'alleinte, il reprit sa titre assuran-
ce. Martiale, n queue s'enroula ep
spirale, sur sa croups luisante, il
d ouvril des croc* haineux, et d'un
trot trs digue ma loi. il acheva len-
tement d'utr eltier s.t retraite.
Kt ds lors, ee Ait la guerre... le
guerre avec toutes -es con-queiice.
I^e <-hal de la maison disparut;
sans hsita ion, et sans crainte de
me tromper, je souponnai Moaar-
que de l'avoir trangl. Monarqus
guetta mes i entres t I mes sorties el
et se l.nanl a dislance prudente,
soir ou initin, il m'abreuva d'-
boietueata prcis comme des invecj
tives. .. f me tlit comprendre es
quelle liuiut il tenait ma personne,
cl en quel mpris mou voisinage.
Ioetors de. d ul la nuit domicile
dans mi c ur, et le ne/, braqu vers
la l'enlre. pour me tmir veill
jus pi au jour, il m'assourdit de ses
ab neui mte frooas.
Conlre mauvaise lortune je lis
bon toMr; j ei lurai toi: ai silence...
et meuM pour avoir la pix avec l'in-
saisissable ennemi je lui lis d hum*
bls avances, qu'il repoussa avec
hauteur. Il l'enhardit, jusqu' me-
n leer directem ;ul m*s uullets. L'at-
taque se til dans l'omore, un soir
qu l'esprit io- iro d ni- je ne sais
qu'il r.e ,'iiiil. j' renlriis el lf-
Il l ml. S mie n. la rfla "i te no,
r.iil^in: ci 111 la n >l isse : mi-
0 i n ila n ml je n i rat i ir ii en fai-
suit un iniiviniat instiactif de
bras arn de m>i iuaffeostf cha-
pe m... et proli.uut Je l'in leisioo
de l'al/ersaira j' in m e ivrai avec
a Irassa, elpirvius a regign^rma
chinbre. avec das ji.nue.s intactes.
l.i situiliou devan i il intolrable,
j'avisii am m y ns d'au sortir... si
me lcidai dmnager ..
U i resta d'orgjeil mi retint, sur
la pan e h i ils'ise I s c ipilulations.
Ui jour qu eu l'aos-nce de son
milice, .\I>nrqie confiant s'tait
assiun eu siasi : n jicIi liante... je
m eu a^irtclui pas de loup, et
rn liliu les Ij i\ n iiis.jintdrro.n-
pi la so.n ued du juste, en lui asse-
nant ic ,> il s. terrinle coup de gour-
din, q ia j i mis ChidU I II titi et Je
la L) iii.il--. i.i o ait jam u* r^a sur
la uiiclioire.
h'en-ia ai iSiempir, ne prsenta
pirli rsistance apr!iendie, d leva
vers mil da piavres yeai terriAaa
q u ma i lia f il grce. Ja m a:h irnai,
el d > 11 .| 11 (tes lois no.il plus de
cli i ici J la q leue SOJI le vautre, en
pii-sant l'al'lraux hiilamauls ds-
iii i I i n salut ii ml. u e n Mil a la
fuite1
El lapais7 Depuis Monii(|ue s'est
assagi, il sait q i ; li vioieuca attire
la vi (lance l) : pois, las petits toutous
erra ils n'ont p us les >reiilesen lam-
beau, et au*gutti.es du quartier
les ch ils vuiupluaui ont des minuits
sli- inquitude. '. i.m: moi, gn
raaa da -s mi victoire, j ai dfinitive
m Mil sign la paix avec le vaincu, et
quand je pa*se, il prend prudem*
ment le large. J| n'en domandais
pas tant.
'. p ditiq i<* et 1*3 journalisme
corn dent en lluli plus d'un t Mo-
n irq i et qui n'ont que le respect
de l'u-iifar.ne.
Ca qu'on n'oserait du au moins
hardi marin, au plus tiinil'*en-
darm >. sur de l'impunit, on le dit
fmbl pieui'ul un P Iddant de la
tpubll-pie. k Ses Ministras, Ses
Prfets.
D'indue en audace, l'on s'enhar-
dit jusqu' vouloir mirlre .. mais
n.i eo p le a ar i> i I li a i '!i lire
vi-i i qu ij 11 o itir able,
remettre he ir< u meut lc^ choses en
OUj'UI III I 1" '"i " * VWVI'I --w..-------------..___------ ... ..... ^.. rvww *-
car il m t quelque empressement place, et rappeler, tous les dogues
MlHr, mais ds qu'il se sentit bon aboyeurs, au sent des rehtt.


.
La loi 9iir fe Prs**, est certes qq fa
meux coupdd malraqie... mais, ta*
tre DOU9, cela iail nttlfStirt, puis-
que dsormais >. Monarques vous
n'abovez qu' la lune.
Quand 1 ordre et le progrs pas*
seut, matins et molo-ses, la queue
nas>e, prennent le large.
Kn vrit c'est plus qu'on ne leur
demandait.
{Extrait les Annales C i>oises)
Le match de dimanche
Cest en pi-ence d'un public com-
pos des fervents du foot hall que
s'est j iu ilimanche le milth entre
laJeunesse Spirlive Hatienne elle
Tivoli A h.tique Club.
La pailie
A l, heure* \\i l'arbitrt Monsieur
Ffi'iiniiKl Jean Jacques donne le
coup do sillet et les d *ux ipiipes
piiolionl sur le ferra n du jeu.
La Ji'inn Me au lir^ne au sort a le
CAuii du camp tt le Tivoli le coup
de pie i d'envol.
Bacina limite) la partie commcn
ce un belle riposte deJooidananjnt
le ballon duos fes SI du Tivoli; Lator
d.gii^' : Rxrine a le ballon; il le mi
se a lbart qui shoote; Andr l'ier
re qii ni.ir \ mil tiv> mut'inent
Eiliarl renvoie le ballon .feus le
camp il i Tivoli; l'inon tl Appoloa
voi.i essayer de marquer un but,
mii.s C. Rgnier par un m>gi-tral
shoote eoupe la patse d'Appuion
l'i taon: li lia ie dedfende uu fho'i
prend l'olfen-iv. ; Itniiie, Cli un,
Laveianel. Ifeviiioiid HsgOli r, Ktli-
arl m l'allaqiie est Irsviv-el aurai! peut
tre r u I; car par manque de prcision, il
rali! un bit.
Mftraron met le bil ou en jeu et
celle fins-ci c si h Jeun, se quia
l'offensive: b ill.n'e alfepiedeJa-
cimlie, Klharl, Pifl-on, Appolon
et Mondsii; iipo-le vio'eiile. il* Ca-
tor, L. Idgnier, l'h'pps. Prophte,
LasMijnol el la premire mi ternes
se termine dan- rsultai*
A la deuxime inilempsla partie
est encore plus anime, car des deux
cfes, on cherche la victoire; fej u
firs-nle plus de style, les avant de
a Jeunesse pendant ciinj minute
mencent le but du Tivoli par un
bni jeu il" piss llSCUl avec brio;
cependant lead mis el les arrires
du Tivoli sont invincibles; leur goal
ne sera pas franchi mxlgi leiprodi
os dos adversaires et Tivoli a pris
l'ol'fensiv : la .feuiir-sse rst menace;
Kllfemt, Racine. Raymond Ifegnie-r
Lavelanrt sont l'alfut du bul do
Vargron; Clor veut quand moine
vaincre; il shoote sans i,il dans le
bul de la Jeunesse; cependant .loir-
dan. M liebrancho. Michaud* Andr
Pierre fl'rei t une rsistance admira-
ble.; une l* formi lab'o esi faite
dev ni le bul do la Jeunesse el Jour
dan 'ait un corner pour sauver son
oju pc.
l'alor shoote ol Margron dgage
par un fort coup de po.ng. I.' ballon
gaglie le centre du terrain, il e.-t
mis en touche par Piophtc el l'arbi
Ire si II e la finale.
vive Tivoli, vive la Jeunesse; lels
sont les cris de joie pousss par les
fipei lateura,
I e prsidenl de I l Iniot, Monsieur
.Iran Jacques ipii arbitrait la partie
r.mil le. deux quipes RU Ghltl du
Paie ha's une vibrante allocution,
il leur p Ytole se> plus chaleureui
CO -np'i n > l s piiir |'i ni ;un ipr.l- onl
i'i o- i- j-i. Dos deux cote, on a
jou avec iv i- ; dfend ni avec une
g'li-ii rgl es oi'ilens; les ijiuv
Cap Isii es 11-g.ii. r el K li.ri nm r
ci-ni MoiiAte r Je in Joqucs quia
arbitr le partie av.c conpolenceet
impartialit, el I on se s pare aux
crix de vive Tivoli, vive la Jeunesse,
vive l'L'ssh.
Le deuxime match enlre ces deux
quipes sera jou le 5 Aoul. Nous
esprons que le public sera plus
nombreux au MCOO I match.
Compliments aui c plaines Luttai
Rgnier el \n Ire Tbdli
Par Cable
Nouvelles iraaares
Le Dr Tl. Tlu''lnn.H|tie
C'esl avec plai-ir que nous SVOQS
Ppns que notre ami Th. Tli-lna
ejn a i i rea docteur sa in* lednt.
lu nouveaa doUiur nos meilleurs
vum m suct 11
R. Mussolini reoit
9
le Gnral Garibalili
KO VIE 13 M. Mussolini a reu
le g uerat Rfeciou Giiibai.li, ilis du
librateur iunie.i et sa liile Ilalia,
qui ont deiaau l au Premier m uns
lu de donner ->oii appui u i projet
qui a pour bal de diriger l'migra-
tion italienne veis le Canada, projet
que Hat Canbaldi a prsente pour la
preiUiore fois le i'6 Mars.
Le drapeau amricain au
Hoi de itallau
CIIATEVU TlllEliHV Le Bois
Ifelfeu que le dii.ii.U Foc h a appe
l fe berceau Je la vieioire. a el cn
sacr n .a mmoire des amric .ins
qui v so.it tournes. Le drapeau Iran
tla sur l'ordie lu Maicna a l
lo-ceu lu dise et aux accents de la MarsodUi-
ejOUe par la musique du dans
port dos t ils Luis l'iii-burgli et
le drap, au ain: icaiu tis^e iuun .lia
la,n.rut api es, lundis que la X Star
Musique jou Ut le Spangied-le-ban
ner. in gro ,pe d auiericuius de plu
sieurs tais cl ue noiuoreux parents
des morts taient ieu is da a le ter
cle loi ni par le* viiiage franais que
fesauncaiii.oiilsau s.ne l.troclul
Vu li a latije reu de la OKfliU gue
depuis lin liai ltf 18 ju-qu'aa un ion
de Juillet. Des inrmos o laientde
ses veux quand i< a re-pjciae Moment
assure l-.vmer quj q ie tes h tn-
mes qui reposent io ei lent eu re
te. '.Nouai sg<*rJe/uns >eligicuse-
meut . I.e SWiUOi doit, lepi-esou
tant 1 a ubassJo.i H rildk m Itous
se, a lu nue ici re du 1' umjauI II w
ding et un in *r~ g'ii "al P r
slnng. Le gnra, liirooid, e sens
leur it ed d tre amiral vndr- e/s, oui ensuite pris
Il parole elal'u.iue que l'AJOrifUl
resterait lidele a la grmdj cause.
Di:|jais occasionns par la
(amin
BKSLVL l.^dip rsomes onl
l emprisonnes d i.i 3 .i.e u de or
dres au cours desqueh six person-
nes ont l ; lu es el une oeu aine
blesses. Les meutes, cau>ee par
la situilion alimentaire, se sont cten
dues fejjiis la fr m.iere p i.o nise ;
toute celle pi lie de I Snesie tst
alfecle, la pot ce a l'an usage de
ses arine< lorsque la l'ou.e s est mise
piller M m igasius des plus impur
lants.
La discussion du problme
de la ilhar ronvoye
LO.N'iiHKS -Le secret convenu en
tre les gouvernements britannijue
et Iriniis, relatif aux documents
concernant les Kpir liions qui doi-
y-ut tre soum s aux alli m, e*l tou
jo us strict ment g n d. On s'altsud
s ce qu un nouveau laps de temps
de dix jours s'coule, avant d.- rece
voir une rponse quelconque du gafl
vernem ut franais, en rnson du re
tard que m tient MM l'oincar et
Tlim u pour se eontu ter sur la r
dactioa de li mie brit* i lique
I Aile n ig u; il i lit c mve iu de dis
c il r | uli la q i .lion d li Kli ir
II cbi'Ubre les Coutnine., le Ko
rsigt oi i o ci .y ni fe mimant np
portia, m n- I g luveru in :u esli-
iu qu par-ill discussion actuelle
maoi n'ai ferait p uj I h ng wiations
dlie ttes qii se pours ii*renl, et a Ji
ad* d'ajourner le dbit indliai-
m-nt
PAKIS M. Poincar qui avait
connaissance du proj-! de rponse
britannique la nota allennile, a
comnuc une I i fe minuiHuse du
il )cu n Mil S s priiiip i ix oliahori
i mis ims eell l.V lie sont : M d.
dd Per ni di la Rwca, S y I .ux.
couse II ir co io ni j le a i 0 i u d I le
say. L otu le ^er i 1er n ns le npi
pour q le 11 m' u lio i sud ai osir au
conseil de cibin-t auj mr I Inu. U i
mange d' ViMS as poursuit enlr*
Paris el U ue fes. Li rtfOOM
LorI Cu /ni aeft prob ble neui pr
te avant la lin de lis.innoe. U >
que le cbbint.1 se sera prouoac, M.
Pnincar. dsiranl vivement accder
la prire du gouverne.tient de .on
dres de rpon tre dans le plus bref
dlai possible, a conlremin le le vo
yag q remis une dite ultrieure toute au
tre besogne.
La Question
In Dsarmement
LONDRES M. [Unxaj vlaclo
iul I, letier de l'+M >silion U
chimb.e (fes communes, a prsent
une rsolution dclarant que la
clmnbre des c un nunes lpi >re les
doeoscs nonnis et toujo irs crois
sa it-s poar fes dfenses navales et
arienne* elaufees prparatifs mdi
tairas qui s >nt I ; corn n 'ne n iBjt de
la course aai trustai nts et ab.or
bml tfe< rtssiu CtS qui se aie ut
mieux e nploytJ pijr l'iuslruciion,
li saule pjotiq le et a iras utilit*.
Cette iol ItijO a t rejet. par iSi
voix eiatra tuo. Aaeuo vote n'a t
ex iiiin1 au sujet d un amende neul
firisooi pir vt. Neii e'. accept par
e g 'uvcuein tat invittn; ce de'Hier
proli c" de I premire occ ision fa
v inble p) ir arriver a i bat pir lin
1er ni liai e feliS>cil les naliois.
M via l m il 1 dnonce le projet
de liv topp n nt d un i bue n >vals
I Hingiwjrciinn! une folie de la
pir tu go iver lenul Ku fMtsj
tint soi anatn lemant, M. .Nul a dit
q i ii i eu if irence imm Etli ife sur le
d .ar nemeat tait imaraticablt et
l i-| i'ai rgle n ni fe ht quaniou
le 11 Kli ir uidi-inble. Il r e un nui
de des ogociations dmete ivej U
Francs p ur fe dsar niai, e i m
sistint pour que li Ciiufe Bretagne
odrj la Fr mes u le g n amie sa is
c n Ltion co itre une ig etsiou pnir
r:n d icsr la < invention angioun
ricaine qui ni pis el n-.hii . M.
Bndvviu a ,iii. U parole ei dit qu il
ns fallait pu cotapfer Sur un- repon
se ftvorable de li France t la q les ion les rparai oim et le la
sci il de* f ontires ne serait pis
rgle. Le P dog le galem nt ne
peut co issntir ii une conf eues il
tern ili inale aussi l-niglemp* qu'il.te
ne sentira pis que ses fruitires
'.Mil rie i crain ira de sd* gigtn
tesques voisins .fe I list.
Kn Proohe Orient
LtUJUWC Ui gnnd din^r
pour elb er l'av lemeai de la paix
a t donn ce soir pir fe c insdl f
dr.il suisse. Les llg is de la con
freuce lu Prouhs Orint et M.
Orenr, ministri dssBUu Uaii, y as
sistaieul. >l. Sxheurer d- ta eonf
drtUoa hdviiipie prsiliit. A3
II lUrtl cet aprs midi la crm ne
de la sig laturs lu t th le Li tsau
M tara li:u din< la si il de l'a liver
site. Le* Ann-icrns assidecoit la
igltlure uni* ne sig isront ni h
trait ni entant an i ixi m* Ou esp
re rgfer les qiestiou* amiriciines
avec U rirqne pacua trut *p -ci il
acludienm. en n-g ici liions. Plu
titUM p. nts de ce t ail oat cnz>
n en d sunsioa t les p> irpirfers
tareo tmacsiai ont t lattta lus
en Ut m lait U rcepii i des in*
traotioasdiWimi igtoaet iVigort'
Le brjit ooj loi*U Serbie ne si
fiiwi pi* le trait cjicu eitrd le*
pjitlitce euripeni;s et U Tir
*l " <"' "I e cniilirj certiiies
cl m.s uonij ies t Hnintlrts
iiiix: diDle*. U i protocole sp.iai
Btrm tt.i.ili Sirhie de coilioasr
e* ujg.;iati m si elfe le ju^e utile.
sHQtgMitntJ is du trait i turc > ami
rioin tppraeh ni d'une ense Ol
saura jiudi, jaur o IsmX Pachi
dnl pu- ir pair tflfora, si le tru t
sen signe oi si le* B{Million 1 se
rut r)nJu^s. Le* riprmatiil- .fe
" P i|Me| de la Tirpie oit si
g i u i irait! giia.al siablimut fes
rtiiti m* m eitti, i \ IrUl fe cm
m'r:: sir li bi*. ,1 I, ,(,,, j,
pii-i'u>-isfe. -t i.e Misentioi tin
trciile i tbliMii dit. Ci ferufer
dou n; d cnnumi I fe* pri teipi (x
triiele* h trait ejri.jien asae le
Turq i e.
.Nouvelles divers3
LO.NOUCei- M. Os Vaiera et ses
partisans n'ont pas l'intentio i de re
co.nin Micer les bostilils contre i'-
cotter la musfen,, . ,
- l Je ruccuiio*.
tai Libre en automae ou aprs les tyndicat f-anus d '!
*W*!& .... musiq .e rp ,n lit n,,.?^
de la
^Mmunedarntar h I*
nnpar unagm m J ."t
u. JuZlViA
auparavant. nP*l
Eclia,,ge .je ^
, qOXST\NTOPn"hj
"'gnalure Ju trait .?
le croiseur lger turc .V"
saluera dune satvn o- !
"o"es allies Sl^
ra chinge de snlut d?
sera
rif-etl
Il ) vl h: La chambre des dpuis
a vot la loi sur la lforme lectorale
par 12:. voix contre 12J.
NKvV VO.IK Si.xinte dix mille
p;is.iines .mit-si*thier soir la
victoire de Kmny Lonard qui, enn
servint sou ti.re do clia npiou de la
b>xe poids lgers,a batiu L\v l'en 1
1er aux ....i il eu q tin/.e rounds.
LK II .VUE Le Pipeslon s
Cuuntry du Sbipp ng Bond, parti
du [{vtt v a tredi dernier, est entr
en collision av c le piq.iebJi "Ami-
ral Jauraguiberg la h tuteur de
Calais. Les deux navires se diri-
geaient vers Dankerque. Les dtails
minquent.
PL' xPItiXAN M. Chirles Du-
p iy. ancien prddent d i conseil,
vieut de miurir. \ en t Vil, il tait
prsident d conseil en ISJi et se
trouvait avec le prsi lent Carnot
qu in 1 celui-ci fut assassin.
EL PASO TEXVS- Le bruit epurt' J!." : "Iles de la paix, ea
le long de la frontire, que les parti "cam, et de l'annivera"
sans de Villa onl 1 inlention de se '
mellre la poursuite des m-uriner
de leur chef. Nicolas Fernande/.,
lieuleuaat de VMta. est rentr, dit-
on, Canutllo dans ce but, les trou
pes du gouvernement sont ferme
m sut tablies a Parral.
PBKIN-UDr Wellington Koo
a acjepte le ponefeuil.e de ministre
des affaires rang ires aprs les de-
miodes rpies des grand* chefs
mdi dres de la Clii ie du nord. ho
a rempli les fondions de minut'e
de Ch ne eu Grande Bitltgne el aux
Etats L'aie.
OU.-UiC 8.000 bora ne? combat
Itut le feuv d i forts dans la pruviu
c; de ijiebec o la situation dans
quelque* iistricts est s rieu-e. Bset
lins, qu ou dirait tre environne
Pir le di.nnes, e*t sauve, miis
l inesa lie fut rage data les vahes
de Si | turivt et datip-dia.
LA llv\i- La Cour intermlio
le i; justice, par 7 voix ctotre i,
'el dclare iuompit nie pnur
m:lre .mi optai ni sur un diif
re 11 eut s uu me.njrj de la ligue
ifes u i.i j.i, et un n ifl affili la ii-
gui -a.is fe co-iseuteitiot de ce n >
l'.ilie. Ce voie a l mis la suite
uu d.ff.ivnl emrela Kussie ^t la
l-io.ande au e..jet de la C.tielie orien
tus, fe Kussie ayant refu de recon
naltrt lt ju .diction d- la Cour.
Les Coma
16 72
4,5912
10 7i.j
7o 009
driK
premier contrai
arnica! entre la Turqlli8 i
depuis 9 ans. Les rjous'
bhques seront tugm-iii
que mardi est fe ||e ^
Musu.inans appele
rum ou fete ,les 8ar
les quir.iers de la m
grands, arparalifinaurirti,
constitution,
M. I. Lon Djean el|
Ley> regicjnentleaJ
Parle Oristob il sontpartij
nos excellenuami*LoD
mstre d Hati Wsshisi
ne*t .eys, Cjut d ginj]
N wYork, qii reguj,enl||
respectif*, aprs quelque
de cong pusi Po.i su PiL
fe sjur a t .li 'ersemaTj
prji au gr de clucjs. 141
de ce* fo icui 1 mires lu
preuv q Cil n'y avait rien
dans toiles ces iuterprd
q 1 ils n taient ici qu'ei
g ilier
-Nous le ir rnoavelous m|
de succs.
lesL'ati
Tlgrapl
New y nui a Kratte
SterliiikT
PAttltlt lioitit
Livres
* mu
corresp >n
jour-
s
La situti > 1 JivijiU mjil-
buro djaj |a H m*
pCiSSLD mf. Vi U Trooioar,
miutstra les Trivaut Pub ics en
tourn) d-observati m et d inspec
tio 1 d puis trois jour* dans fe Ruhr
a exprim son agrable surprise le
constater le changement qui s est
produit dans fe population a l'gard
de la prseine ,fe, l'.ano uscnnpir
ace qu il avait onsfet il y a trois
mois. Le minisire, avec un certain
nombre do fonclionmures de '
non :ouom que et de
duits de journaux a pis 1 1
ne lUMiettr |(!i tiffreoti stocks
ecli.ub>n et de c ,ke fdtfl .un'il
tisil fens fe* districts de ll.cli.in
et leojrtmjil. Qjaal I avait 1rs
ver*;, sj.i viyig; pricfent, les
districts occups, dd fe .aiust.e,
fe*piy*tn* aviimt dis regirl* ni
niMts allant ju*|u huer les min
b e* fe sisii,-.tiili*qi'i,j,ut.j;,,i
fe m,'lt il: Ptuto au.aui Jj. |>
tatnua DHinmsit de eart isii
cimni cela se pro luirait s'il pis*ad
M ruant le touristes alle.ninl*.
L feule des proniueur* hib.tueU
du dimanche se nblait tout fait
sotai,e. On se sera.t presque cru
liai le centre de la Pri ice. M. Le
Tri^iat ati piniulire.nait si'is
feu q un I il a appris q ie les rcents
ici, fe dur mi tv4ul t tavirm
u- iv cent m II; tonne* avaient
exlrufe siu* ai n
L- m nie. t d lac qu'on com 1
K .11 d un 111er s il et lit relfe
mu alite fe. discuter fe eettetba
de a r*ists ice utSBJftptroe qu'elle
piru,*n mouir le s;i mort.
Sur l'aimible invitatimi
g liiitrs M.mo* etOrUJuil
M visiter I* rieiu te\
de Port-au-Prince Mir
Non* avons pu cuo
anidlioratiod apporte!
importante hr.iuoh. dd
pu )lic. fous fes |nie,iuttl
gti', les lils et le imterieli
renouvels e.ilireineut 0j
trouver des poleaux en
du pays, venant de l.i l'd
vire de Nippes et crosoleji
les chantiers du magasin ij
t-il- Ils sont droits, dlai
et de l'paisseur voulue*.
Leslnireiiix leLotfaoMi
Gove cl Miragone soul d
neuf cl fournis d'un au) ub
en acajou, celui de l'el'H
sera bien tt prt
Les coiniiiuntcalioni
onl t'i. obtenues rapiJen
tous les points de la R-vU?
Nous avons eu IVc**
j -ter au.-*i un coup d il *
roules qui sont en parj
Siis une pluie battante, "
avons lil droit devant nouM
rencontrer .ucmi obstadM
ornire.
Tous nos compliment
parititeii I mt des ro.iW
qui s i lient PjU-Gjw et'
pense Jes ell'.rb cou^iderill
vue de maintenir ces ma
parlait tat de vi ibilit.
Nous re.nmcioiisejf'leffl
ingnieurs .Vhuos el0.'J
avoir fourni loccaiioude*
si agrablement.
t
ri i \ _ 11 j m.
tr*
rtrOCS
U Conseil d'Etat
jourJ liu:.
\ r* sto li>" (,u
d 1 18 j si 1 fernieret leJJJ
corr s n.JancH. fea.mse.HJ
d urfi ie utswH
v-rl
L. PfV,t et IA11. n,3, Vli^SffiP
ix 1 J >rer|
v.li. L. K.aiic.et PAiiemun. des .^1. menls cotnmuDu d
JW'J iVaistict musical, les
Nil lit svaieut coonnsnc boj
r s. ici. n'tant lorJr'
la sance fut levt.


iswnw
S
flcs Cadre il k
peine que nous *ons
Lfflort suis..me hier soir A
'^deMmeVveliinisocie
k\'Agft 76 ans.
IjefalUmedusympa-
Socleur LuniHiiine dinille.
iranles mont I eu telle
,jiCl le convoi \>n lira le In.
iJocUurCum.lle, sise la
i^pur-eientliM- la Cm th
Eu lit mes pro.i-es.
jljjKi et i-anitu lrement
^iMHtiMii* le lo'-U-ur La
guide. m>u i'i entons uos
jmconJuliautos.
Jflcls dire*
&f\ii*i ciapr- dsignas.
Erla('ninii-ion Feijuire,
H>et drclai.'- nul? :
J Wc|ti'S'' mis u N . 908,
ttahleLo 'is. p uir la somme
wiile trenle-neul' gouule
p(0. M3IM' :
l>|trpi>sa mis au No. 159.
llae.Vma Lufonlaiit, pour la
! je Iroi cents gourdes ( G.
jlkpiis mis nu No. 73111,
tJa. Rai-brait <-h-*, i nur la
lit Mille vingt u gourdes
M I 020 20.
o se h rrq-rs par le
i,Biidaiiiiie le-t i-drtsss.
Pr.nc, le 1\ lu-liet 1923.
(jALtBIt \\.HE.avocat
['igne informe le public
litjitr' un r rpiss de la
pk> Fquire mis le 23
|ttll,ftu iniiiin m l' au nom
IsmeV. uveu enne J nu
ftaw la somme de quatre
Die six giiinl :*> (soit G.
FElle le it.'il.i e nul et non
Ifcli'eU devant en tre d-
rfi de droit son rejirs. n
lhr,iu-Piiuce, Me L -iio .Maie
V.iwcal
I*m. le 10 j lillet 1923.
lVeTurenne LKi.O.NTri
n-eJN GIU-ES
Nign in foi 'm; le p'>b ic
llsar drtix rc Uss de la
jNien Sunbou.', mis en sa
mecier. en d te tu 4 S p
['|l, au N.i I6S<> et pour la
Hjuille Cinq C-nt trente
H vingt centime* ; le se
Mdedu li avri1 l'H I, nu
M* U leur .le I'. 103.
jUre nuls hi non avenus ;
M'*nl n dte llivr par
Tlunnieprs. nl.nl Tort
jleLlio Maebmi che.
[Mien le 17 J,.,||et 1W23
UGUERUE, Avocat.
i M Bourdonnements d lu tte
gurissent absolument par
l'emploi de L\RM LlNi^le
nouveau remrde (continen-
tal qui agit nstantan.nent
sur les partie ailecUe^
avoc succs complet, et per-
manent. JJ'tonnaaies oue...
sons ont t rapportes, .M;i
dame K. \\ liatinson, ne
Stroud, crit : ,k Je me sens
une nouvelle fe.iime, car je
peux me mettre au lit et
jouir d'une bonne nuit de
repos maintenant,alers que
je n'ai pas t a mcm.'de le
laire uepuis des mois. Ce
re.nde est efficace, et il
m'est agrable de 1 reoo n-
in.ta ier. Kien n'gale cette
nouvelle pr-vurauju etenn
|.la i.iiijij doit en faire
l'essai, ^'rix : 4shtfla boite,
pos-e en sus. L-VM.UiLli.Sli
i; 10 soutu viEvY' wat-
ling Street, Dartford, Kent,
LNoLaNU.
Si vous area
eu froid
pour viter
un rhume,
Tendant le rhume
pour viter
">* nppt,
prenez quelques Comprims de
R5S0DINE
"USINES duRRNE
Aqent Qtn-ra jjc rcu Heli
1
t^aiil Sals
AVOCAT
Recouvrements Comaerciaux,
Affaires I ttranger.
Correspondant.* vYushing
ton, Aiew-Yorii, tiernn,
Londres. Perte.
17e Rue Roux 217',Port-au-Prince
^ dclare par la pren
J^r dex r W'quir |-i h.nl les nu
Ns'li vaut re| e tive-
ItVde. 7l. tXk g u-des.
Wlw dclare , s& non
Hficila devant ni'n tre d
ft* 23 .Juillet 1923.
INrC. Carvaiho
teA,.r,wl,M A sef,'"ls
3.6l;lios. delaCom
'Zreannjnce H" public
Pj'*i p.rcnsqnent ch
n 2* le"dH"11"d "''
W Ml donn.
r*fk 24 ju
L De
"H" (I .pli
illet 19^3
eiuor
fe'Wariavjiradi-
P5*r,*. lav.urde
hii .y de onz^ent
^muthm nts, r
^m> uuplicaia devant
hPrince- "e 2\ Juillet 1933.
' ^'g. Joaiity.

La liaison ILS1LVEUA
La Hiison H. Riiflli se lait le plaisir d'iabraior sa
nombreuse clientle qu'ullu vient u*e recevoir, parles
dernire Uainers, I elieur.
Drill l'nion couleur anglais, diver33 qualils.
I rill union blanc anglais
Drill tussor
Cn-ipeaux ie paille fine d'Italie
Cna^jeau.v feutre tiorsalino
Cliapeeax de.m-featre Itorsalino
Ci,ieiux denileatre d'Italie.
Cnapeaux veljur d'Italie
Y ou* niano aar-t X mouches
Piquj niano sujunear pour jupes
Per-aie Oiancne sup.
li-.pListo fiue pjur ensnises
i\ ui.u oleai'i<
Gaoar.ll.ie Oianche barras & unie
Zepn>r anglais pour cneunses
Ki.ii .lii.u sjpjrttjar a.j.ats
lia.kl j.uud anjiais e.i.i.ra supsriear
iva.vi Oi&tkC
ucta Ui>m aajlai.-. supirleur
lijtieaaa couieur
ti.a.iai rideatU AaUeeelllie pour portes
Aijdjtjni cjai & biaao eiiurittdr
Pai.xioeacii ijns anjlais
Miajunaie uoir
Aipaja noir
i..i-.i'uir iiiijlais assorti
Ma.4ia-.sj pjur m-itdias aajlais, doubla Largeur
Chja.idi suis-L' broda codieur
i>iu il j jurs
t.iiaa->^aii.es sap. pour eufa.its, OOllleurr & blanches
Sati.i Uj Cjiiiiepo.ii' tailleur
bU.unii po .r Uiiileuv
Lotions '.vert
\ oud a barres soiea.ijlais, coul. & blane.
I une ,uiii 1re CO|UiUUlliOII
'l'oiie a voile pour cadre
Tussor Japaiiaispoar dienisss homme.
Toile VJiie poar voilier eto, etc, ete.
Une vieite la idaisoii iilvcra vous convaincra de la
bonne qjalil de uns irUtild et de nos prix qii sont
les [du* bas de l.i |laee;e.-.lce p:u.| loi il nous arriva
de Jour en joui de nouveaux clients.
LAROCHE
UINA IAR0
OMIQUE, RECONSTITUANT, FEBRIFUGE
lUcommaad piflwi 1m Mdacloa
l pohia-lahoomi iri irr^ibi* ia root, eentunt tout i>
niifipt A*t trou n.'iii'uret tori* d* quinqaint. Il ri bn
aptrltar t tout l muret Tim d* qiilnq.iin i f\ ! recomronndt
par ! ilbriM* mAdicilri du monde pnt.rr .-omin le Tomqu
m* U lUmj muant par aaaiJctiaa don le> cas de :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE d APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
ta KIHTt D*N< TOUTft ..- BOPMIP1 M.1II.CIII
LUgarla -VRITASLS QOSHA-LA1IOOI
mil

l
*
t ; ;V- ''> ^> ^

et
ja fabrique rUroD,
Ohio, l. S. A.
Nous informe :
^Dnnsln yramle eourso automobile internationale de
o mille 830 kilomtres ) a ludiunapolls U. 8. A.
le Jl mai 192,'J le premier prix a t remport par Mr
leinmy M il.ou avee une, vhe^e moyenne de 91,41
milles par lieures. Sun auto laint' quip de pneue
h l ti v.?> i it\ i L lires usant de | neus FiRESTONE. Iluil voilures sur
les (Ux oamiaiil n valent des pneus F1REST0NE
l*as le moi m.ie accident n'a tte >i<;iial pour lee
voitures poitanl pneus FIRESTQ.XE.
("est l encore une nouvelle prenverle la solblit.et
/////'!eSiSla,K< <|Ul f0111 la s,,l>-ib>rit' des pneus
Pourquoi ue pas avoir des pneus FIRESTONEmom
Vtre voilure
LPKUTZIVIANN-AGGERHOLM
lllcl Excesior
CHAMP DE MARS
Situation excei tiainQlIp,. Se recom*
mande par une Ululai loi ton de fou!
premier ordre et un service irrpro
c/tao/e*
L%tuhli88(menl eai a i disposition
ce lamiUes. comme* a:A^parlculiot*
toi/ *f/f u; /< e\cp Hit pn*i aej um r*i9 duertt9 lunch, etc, ojjrani le
maximum d'ly*nc et de confortable.
La maison Lope Itivera
Riprentant de barton 4* Guestier
( Horde'tnx )
Avisa sa clientle qu'elle trouvera en stock Vins blanos
&. H*ujei reae paria vapeur "Martinique * eu barri-
que et en de .ni barriques, Vins en caisses 'k.\ldoc Sup
rieur dt .luii'ii, st mliion Prlnoe .Voir, st l.stCpbe,
POiiiel CauelaCaatBa i l'oatd Caaet Sauternes, tiraves
Barsac. C i.ita.iu MargausaUiiateau LtttoiLr,Chablii,Clia>
teau Vqne n, CllUieau Lalour liJ.i u-lie, Cliaiuberlin,
Beaun *, Pommard ete.
Les Vi >'s nlaacs x ronges en b:i Tiques comparalive-
meul leur qualit sont uni prix exl: ornement bon
marc li.
Us sonl livrs avi'C toute! les g tratlllts lie eDusorvation.
La Maison recoauuaude a aa cueatle du Lait Con-
densa et vapore da.lois de i|u.ililc atUprleurs et d'un
prix dlia al toute coiifour j.i.-e.
IIAMSII l)\ IUi:S ullJv LWl i;t i ,S.,il0p3nh5|ue
OOMA* A C". Pa*M.
m:
. Paul E- Auxila
Atcc les arMvagevI08 dvmiers bii8auz.]uolre stock mi presuji >
n- utfac
\ou? D'enoeiAro n d:is. qu'il fnus sulft.e dyjsi?oir q a vsui'pee-
vez lrou"f r I ul SI q*ie vous avr : pwoin 't i do rastlltarsl eoel
iif s que I tni l*fs hq lidatioai ex'rdor Juai"osou J-in'i lei Maittm
q"' f'onnent ii< p rien.
Kpc dis .' soi i aot rr*'><<; la chtnt FupArieij", Sait 's)le,
T i,- eo.ii jrJsiiiaii Pl'iav i* ulur S |en peir h mn
ni>ti| iinr*8HiiicrRpour le.i.i , i .. i l'Sfsl
, ut h* -i mi i Toiie i beei
r ni e-* or. Bsuil**iix, Kvinii u i mleasl
r IS *> W PU'fJ HI i 'Jl li lt U l'fl --i 'i l|) i .
V 1 t z liO'r*' dpol 'e m- lilas, lill, .i ii)i -,,.ip Uelr.
PAUL E AUXILA.
l\Ut i i uueii3j

-
J4fitt*ft
La loi sur lu Presse, 69t certes an fa
meux coup de matraque... mais, en-
tra nous, cela iait niaaiaalra, pui--
que dsormais < Monarques vous
u iilxivi'/. qu' la lune.
Quand tordre et le progrs pai
seul, matins et mulo-ses, la queut
La--, prennent le large.
Kii vrit c'est plus qu'on ne leur
demandait.
{Extrait des Annales C poises)
Par Cable
Nouvelles iranares
Le match da dimanche
Cest en prsence d'un public com-
pos des fervent! du football que
s'est jou dimanche le tmit-h emre
la Jeunesse Sp m live ll.titietme elle
Tivoli A h.tique Club.
La paitie
A I beurre l|2 l'arbitra Monsieur
Kci'lin uni Jean Jacques donne le
coup da siilei et la d-ux (pope*
piiL'hcnl sur le t^rni n du jeu
La Jount-eee au lirage au sort a le
kuil du camp et le Tivoli le cuup
de pie I d'envoi.
Racine lnme et lii partie commen
ce un balle ri,>osle le Joui Lt 11 uiune
le ballon dan- I. il du Tivoli; Lalor
degity. ; Home a le ballon; il le pas
se a Klhart qui hoola; Andr l'ier
re qui marquait trs nullement
Elliarl renvoie le balion d.ns le
camp li Tivoli; Pinson al Appoton
vont es-ayer de marquer un but.
mais C. Rgnier par un m-gi-iral
honte eoupe la paete d'Appulon
Pi non; lu haj ie 'le dfonce u i Tho'i
prend l'olL-i^ivi ; Ittiuuc, Cil un,
Lave'anel. lt iviuond ll-'gnn r, Klhe-
arl sont dan lis ii de i.i Jeunesse;
l'aitaqoe est Irr-* viv- et aurait peut
tre rt u n; car par manque de prcision, il
rate un bit.
Margron met h bal on en jeu et
celle ftiisci e' si la Jeums-e quia
l'offensive; bill.nie ait i pie de Ja-
cinthe, Klharl, Pin-un. Appolun
et Mondsii; ii|io-le vio'ente d. Ca-
tor, L. li. i 1.1 Cfaippa, l'ropble,
Cassajnol el la premire mi lemt a
se termine dan- riMutal.
A la deuxime mi temps la partie
est encore plus anime, car des deux
cb'e, on cherche la victoire; lej u
Firs-nte plus de style, les avant de
a Jeunesse pendant cinq miiiute
menacent le but du Tivoli par un
beau jeu d" ptss lldCUl avec brio;
cependant les d mis el les arrire!
du Tivoli sont invincibles leur goal
ne sera pas franchi m l^t les prodi
ges des niKer-iiireset Tivoli u pris
l'olfensiv ; la Jauneoae etl m< naeeV ;
hibait, Racine, Raymond Rguler
Lavelnmt mot l'alfut du but do
JVargron; Ootor veut quand mme
vaincre; il simule sain i,it dans le
but de la Jeuneaw,' cependant Jour-
dan. Mdleliranche. Micbaud, .m.li
Pierre ffrei t une rsistance admira-
ble; une ml-- formi lab'e esi faite
dev ni le but de la Jeunesse et Jour
dan qu pc.
Caler hoote et Margroo dgage
par un fort coup de po.ng. I.- bahon
gagiie le centre du terrain, il e.-t
mis en looehe par Piophte et l'arbi
tre sill e la final*.
Vive Tivoli, vise la Jeunesse; tels
sonl les cris de joie pousss pur les
pe< lateuri.
I e praideol de | l'uion, Monsieur
Jean Jacques ipii arbitrait la partie
runit le* deux quipe au Chfel du
Fan- ha's une vibrante allocution,
il leur ptVeola se- plue cbaloureui
compliment i pour l' ui,am qu'il ont
mis .u- i- j i. Des deux cote, ona
jou avec o? ii t dfendant avecuoa
tgdx ll rgi t! en le os; les deiiv
capl-i e- Ib'g-u. r et K b.ri n m r
ci-ni Monaie *r Je m Jaequee quia
arbitr la partie av.c coiipelence et
impartialit, et I on se v pare aux
crix de vive Tivoli, vive la Jeunesse,
vive M'es h.
Le deuxime match entre ces deux
quipes sera jou le 5 Aot. N'ou*
esprons que le public sera plus
nombreux au aecoo I maleh.
Compliments aua e plainea Lucien
Rgnier d \n ire Tharl
Le Dr Tl. iV'l<;ui.i<|ue
C'est ave. plai-ir que non.-. a\.ris
appris que nuire ami Th. Th-lna
qa ;i Ht- i -i/ii docteur ea uiedeeiue.
Au nouveau do.Uur nos meilleur*
Vu.i ut succs
1. Mussolini reoit
le Gnral Garibaldi
HOME 23 M. Mussolini a reu
le g neral Kiccioii Gtiibaidi, dis du
librateur italien et a lide Italia,
qui oui >ie m;.ui l au Premier miuis
li .t de .'..iiiiti son appui u i projet
qui a pour bal de diriger l'migra-
tion italienne veis le Canada, projet
que Mae Ganbaldi a prsente pour la
premire fou le t'6 .viars.
Le drapeau amricain au
Mois du iiallau
CHATK.VU THIEKHY Le Mois
Ik-llm que le JaWMUl Koch a appe
l le berceau Je la victoire, a t euU
sacr >a mmoire des amr.c.ins
qui y soit tournes. Le drapeau Iran
rus sur l'ordre du tfaietie a t
deaeeu m au son des iro iiMitea Iran
e use et aux accents de la Marseillai-
sjoue pu.- la muaiiiua du bans
port des .lit L'ois Pituburgh > et
le drap< au am: leaiu b.ss iuun -dia
Uukaut api es, tandis que lu X Star
Musique - jou .il le Spaugied-le-Bao
lier, lu gro ipe d aiiiencaus de plu
sicur> i.us et ue nomoreux parent*
des uiorls idie.,1 ieu ,is da a le ter
Cl! tonn par le, viuugesfi-aadsque
lesauiei icaiu-oiilsau sue laroclial
Ko h a lauje reu de la c.unp gue
depuis lin Mai ltflb ju qu'au mi leu
de Juillet. Des larui. co liieut de
M! veux quaud i> a re-po'ciae isement
assure l'Amer que qie les hjin-
mes qui reposent ici ei lent eu re
te. .Nou I s garjUtfVU! lebgicuse-
meut . l.e toi .ne, doit, laprtaou
lani i a ubassidj.u H rtiok iu Itaue
se, a lu nue ici re du r eeueul lin
ding et un nkatoaga d t g;u rai p r
slung. Le gnra. Uii-oord, e seua
leur it ed da t'cusy.vauie et le cou
tre amiral \ndi w3. oui ensuite prie
li parole elalu.iue que l'Amrique
rcsieraii lidele a la gTiuda cause.
Dtjls occasionns par la
famine
BRESLVL l,i\)i p rsonues ont
t empiis-muee, a U a.i(e d* de or
dne au cours desquels six person-
nes oui l tu e, el une ceuaiue
blesses. Les meutes, causes par
la situdion alimentaire, se sont len
due-, lejjiis la frn.iure pj.oiaiae ;
toute celle pi lie de U Si.esie eal
alfecte, la pol ce a (mi usage de
ses arme* braque la fou.e 9 esi mise
piller iO uvigasiiis dei plus impor
tants.
La discussion du problme
de la itnar ronvoye
LO.N'dUKS -Le se -rei cou venu en
tre les gouvernements britannipue
et frmus, relatif aux d'cuments
concernant le* llpintioue qui dot*
v ni tre soum s aux alli m, %*\ tou
jo us strictMne.it g u d. On e attend
a ce qu'un nouveau laps de temps
de du jours s'coule, avant de rece
voir une rponse quelconque du goU
vernem nt franais, en ruson du re
lard que m tient MM l'oincar et
TU mi o pour se cooeu ter sur la r
dactiou de lt ode brit* i uque
1 Aie. n uj m; Il l lit c nve m de dis
c ilr i-.ili la qndio.i di li llli ir
li ehi ubra les i:0 iinune*, le ?o
reig i Oli e ci .y ni le innnmt op
po. t m, m ii* I ; g meure m toi eeti-
ui qu par-ill discussion actuelle
ment u aiderait pis I -, u^>ciution
dlie des qui se pour* ii vent, et a dj
cid d'ajourner le dbit indliui-
ni'iit
r*AUIS M. Puinc^r qui avait
c )nnais>ance du proj-jl de rponse
britannique la noie allemiile, a
cmnnc une itido nioulteuee du
(l)i'un'iil S-w piiiiipiix -oliahori
t -urs lins cetl t lie oui : Ml.
da Per tii d-. la Rieca, S>y I .ux,
couse II ir eu io m j i 11 Q i n d Dr
say. L lu le -.er. ter n ne le np
pour q le 11 *i u tio i soit ex ios-iri ai
> '-il le mI> i I ailj nie I Inil. U |
change 4e vues *. pounuit entre
Pans el II ue hu). Li roOU!!
Lor I Cu /m NN prob ble neol pr
te avant la lin de la sein une. Il -.
que le cbbinel se tera prououc, M.
Poiocar. dsirant vivement accder
la prire du gouverne.neut de '.on
dres de rpnn ire dans la plus bref
dlai possible, a contrem m l le vo
yag- qu d devait faire Rum remisa une dite ultrieure toute an
tre besogne.
La Question
du Dsarmement
LONDRES M. EUmtaj vlaclo
nal I. leiier de l'op^> sition U
chimbre d^s c imoiunee, a prsent
une rsolution dclarant que la
chunhre 'les c >m BU0M dpi .re les
dfMUaOl -11.)m - et toujo irj crois
sa it *s pour hs dfenses navales et
ariennei et autres prparatifs m li
taires qui s >nt 11 corn n Mica n ;nt de
la ourse aux annem nt< et ab-or
bMit de* ressm ces qui se aieut
mieux e nploye, pour l'iuslruclion,
lisante p.uiii.j ie el a trs utilit*.
Cette ";")l itlOO a t rejete par i >
voix e.mtre !69. Aucun vole n'a t
ex uim'' au sujet d un amende neut
prssenl pir d. Nei. e'. accept par
le g luve.'nein ml invittm ce de'aier
proli ec de 11 premire OCCiMOn fa
v irible pu ir arriver a i but pir lia
1er .alliai edeli>eit lea nation!.
M du I mi d | dnonce le projet
de lf .u,)|i a rit dum bue n ivula
siugiiujr c un ni une folie .le la
pir lu go iver ie.nuit Ku pr-en
tint eue auMO le.n Mit, VI. N il a dit
q i u i co ifirence i.nm -.M le sur le
d.ar nemaut tait impraticable et
jus.p'au rgle n nt U la quenioo
le li li : ir iiidi'inble. (I r e un nui
d; ue ngociation! dirjete ivej li
rranee p tur te dsir emial, eiin
sistun pour que li Cuiule llreti^na
o.fre A la Pruwe u i gtruniie sa is
c m l.lion co itre une ig essiou p nir
re;n il .car la c invention angio uni
ricai.u q ii n'a pis t ratithe. M.
BuJvvi'i a pris la parole et dit qu il
ne fallait pis coiapt-r sur un- rapon
se favorable de li France l.u q e
la q les ion des rpara ion s et le la
eeil il des f onlires ne arait pis
rgle. La Pdog-ie galent ni ne
peut co isintir une coul eue ii
ternitinnale aussi longtemps pi'e.le
ne sentira pis que ses Ira .ibres
n' ml rie i k craie Ira de se; gigm
tesqnes voisins da 1 !>!.
Kn Proche Orient
LVlSvNMb: Ui grind din-r
pour elb er l'av lemeai de la pan
a d donn ce soir pir le conseil f
dni suisse. Les il^ ts de la cou
frenec lu Pruuh! Drtint et M.
Orew, minislr- d:s BtAie L'aii, y as
ttaient. VI. Sxheurer d- ia oonfl
dration h-lv mi pie prsiliit. A3
h urei cet apri midi lu eroi > ne
de la aigiature lu t .li' le Liisan
ne aura li ;u dm. la sill t de l'u liver
site, uei Anuicins assideroit la
sigiiture m lis ne sig leront ni h
trait ni aucune an 1 ixi m* (),\ esp
re rgi -r les questiout amiriciines
avec U I' u- ) u- pu- n i truie sp-ciil
MttteUeuHUt en n-g .entions. Plu
ai Mira pOioUdeee t Mit ont encu
rj en d s Mission et les purpirhr
tureu aniriciiiis ont t luepeo lus
en ilt m lait la rcepiiii des iui
truclionsd Wishi igionet 1'V igori*
Li br.iit -:oj t q i li S.-rbie ne si
guri pis le Irait cjic.u eilra le*
pjieiiUC! euripeni-s et li Tir
lie eir ele e>tiUre certiiues
cI.u,m : mo ni lies d Qntneiere!
ini:. : ditilei. U i protocole sp'-Mai
per.n Urali Sirbie de coitinur
les uigiMii n si elle le juge utile.
Loi eegteiatie is Ju Iraiti turc > am
rie iin ajproch nt l'usa cr.se Oi
saura j mdi. jaur o Ismt Pactii
dut pir ir poir Ingre, si le bt
sen sign oi si le* BlViaiiooi se
rut rinuues. L;s r-pre.enti.it. de
la P ifieel de la Tir pie oit si
g i ui iraitI giflerai eiablissaol |M
re. Ul .a- en eile, n |rit i ,; .,
m >ree su- (a bui i li nibn |,
pi h fivifiai, t i ,e Mieesjun i ,, n
mrviih itiilroindia Ci dirais
domnul cunoroil le* priicipi.il
'dei h trait narijeu avec
Turque.
cotter la mUs|U(. aj ,
' Je rocciio7J*J
d ' >^quealiciPl1Jiifc.
nnpar unag-m m'?
m i. .fr,,,;,1;^
auparavant. -|
Echange de
C0.VST\.NTlx6PLgr
las.gnalure du trait d
le croiseur lger lurc
saluera dne sa|Ve
"otte, all.ee. du Bcli
rn change de .,|Q( Q
ra e premier c0nra,
amical entre la Turqui.L-
depn..9.ns. Les ^
bhques seront augm-0u_
q'ie mardi est la tte ^
Musuooans
ru m ou
les qua
appele
Me des
de
relie
'ers
sMrifa
la ville i
parti-ans n'ont pas l'intention de re
c.i.niuMicer les hostilits contre l'-
tai Libre en automne ou apri les
leeliouia
H ) vl K La chambre des dputs
a vot la loi sur la lforme lectorale
par i'l.\ voix contre 12J.
NCvV VO.IK Si.xante dix mille
pis mues on a-sisi hier soir la
victoire de U:nn/ Lonard qui, ena
are ml sou ti.re de eha nuinn de la
bjxe poids lgers,a battu L iW l'eu 1
1er aux point eu qiin/.e rounds.
Ltill.VrlB Le Pipeslon-s
(' m n h'- du Shipp ng Bond, parti
du \\\fi v n Iredl dernier, esi entr
en collision sv c le ptquebji Vmi-
ral Jaureguiberg la hiuteur de
Calais. Les deux navires se diri-
geaient vers Dunkerque. Les dtails
nt toquant.
Pli IPIXAN M. Chirles Du-
puy, ancien prsident dl conseil,
vieut le m lunr. .N eu H'il. il tait
preHeat d conseil en I8J et se
trouvait avec le prsi lent Carnol
qn.in i celui-ci fut assassin. Bran,,!.prparatifs p-iurinV
EL PASO TEXVS- Le bruit epurt" J,.." : Iles .|e |a paii,S
le long de la frontire, que les parti "-'cam, et de
sans de Villa ont 1 intention de se atetRUtinn,
mettre la poursuit* des m -urlriers L
de leur chef. Nicolas Fernandez, "**~
Ueutuanal de Villa, est rentr, dit-
on, a 'Januillo dans ce but,Tes trou
pet du gouvernement sont ferme
m sut tabuesa Parral.
PEKI.V- Le Or Wellington Koo
a accepte le ponefeuil.e de ministre
des alfaires trangre! aprs les de-
m in les rptes des grands chefa
mili tires de la Cbi arempb le* fondions do minute roap.cbfs. aprs qu^
Etats Ui!" Gfin4,ll'#tW et aux *_W pli foXl
yd.'.UiC 5.000 1901 ne combat
leui le l'eut di forts dans la pruvin
cjdeiJiebM? o la situation dans
quelque i lislricU eet a rieu-e. Baea
1 lia, .pu on dirait tre environne
pir le ilt,n nos, est sauve, mtis
ruiojiibe fut ragj daus les vabes
de Si l.uiive et datip-dia.
LAllvVi- La Cour intern ilio
ntla i ; justica, par 7 voix cuutre 4,
s ed dclare iucuinpt nie pnur
ia ; tre un* opini m sur un diif
W 11 eut a un maunbru de la ligue
au ui.iu.js et un nm altili la ii-
gai ans le co isenteiamt da ce n m
ai.ihe. (Je voie a t mis la suite
du diffsivnl euirela Kussie et la
t in. nue au sujet de la C.uelie orien
t le, la Itussie ayant relu i de recou
'Mire lt ju idiclion da la Cour.
Lus Couis
16 n
4,3912
10 713
70 0M
anniversUi]
M. I. /..''on Djeanell
Lvy regagnent leri|
Parlais! ,|M|90nlparti|i
nos excellefiUamiiLoal
nietre d'Hati W^J
nest .ey*, C,n9.| gurlh
N wYurk, .(ii regigieoll
<'.e sjur a t di/eruaul
pr;-i tu gr de ch icoa. 14 j
de eei fo ici 1 iairese*l|||
preuv q a"iI n'y avait rien
dans toiles ces iuierprtJ
q 1 ils n taient ici qu'eu
g ilirr
.Nous le ir rnoaelom m j
do succs.
lsean Tlgrapk
NEW YJHH ti Kr.mes
Sterling
PARU il Uol.rs
Livras
in
il-
I dans la population i't l'gard Sera bUIltl prt
irseure Iin K.aucusc impir l*88 COinuiilIllCi
La sittiti) 1 Jj/i^at
fenrt (Jta> Ja Ane
DCiSBLD KtF. M L- Trociuer,
ministre les Trivaut Pub ica en
tourn i d'obsarrati >a et .1 inspec
tlO 1 d puis trois jours dan U \h,\ir,
a exprim sou agrable surprise le
constater le changement qu. (!S,
produit dan-
oe la presen, 0 ,,.-, ri-d(I :i
< qu'il avait cjnsl.t il y a trois
mois. Le ministre, avec un certain
nombre de fonctionnaire! de U mis
lion dants de journaux a piss la iour-
oe a luioscter les liffrenti stocks
de clinbin et de < ,ke rcenmiit
aisis lins les district! de Bichun
et teourbinnl. Q un | | avait tri
vers;, a sua vjyag- priclint, les
districts o;cups, dit le .ni iistrc,
les jiysim avihnt .1m regirli nt
Sur l'aimible invitatiul
gii-iiirsMjnos et Ort,
^t visiter I- rieiu tlew
de PorlaiilVinceMift
Nous avons pu wa
anijiioratioiis apportes
11 u.Mi'i mi.- brunch du
punlic. Tous les|))teauti
ga*, les lilset le in iieriel 1
renouvels entirement ftl
trouver des poteaux en
du pays, venant de li Hi
vire de Nippes et crciwotei^
les chantiers du magasin
bit. Us sonl droit*, de lai
et de l'paisseur voulue.
Les bureaux le Logaft
Gove et Miragone sont
neuf et fournis il un amua
eu acajou, celui de t'e
'6
If les rnvn
mqi'i.ijiard li ii
9uv.mj r iuto n 1.1 . i 1 jjt 1
1 i au n u/;rn il \>
a ICI us allant jus |u i li
be* 11 stsii a|a 1 li
111 > UdeliL
O II
Nouvelles divers3
W.Ni>t:*J-. M. 1)9 Va,it,ra et te*
cun i-i
c un ni cala m pro luirait s'il p ts.ad
un groupe le tourutas allcmnli.
Li roule des pro teneur! htb.tueU
du dimanche semblait tout & fait &
oiaue. On se serai presque cru
duis le ceotre de la Fra ice. ^. Le
Trj;jiat t pinhulire.nait si'is
fait q i m I il a appris que les rcents
toeki h clupiu iviuSi a envino
eu cent m lh tonnes avaient t
exlruts suis au-me mierve ili n.
L' m u t.M 1 d ; l:ir.qu* in conrn in
QUI a ai dm nier s'il liit relle
mji util! le discuter le eeeeathn
de a reosti ,0. pa,Mv.!(i.ir;e qu'elle
paru.su muu.ir le a mort.
Ll ^a33etr.Vlleiaagn9
ifW )''^ iatica inamical
v.ii. l. Fraue-etl'aMiennajai
JJ' ***> ''umisi-e musical, u*
ij avaient commenc & boy
uuication}
oui i obtenu s rapiJea
tous les points de la R41
Nous avons eu l'occj
j ter aussi un coup J oauj
routes qui sont en paru
Sijjiis une pluie battante1
avons lil droit devant
rencontrer .ucunobstaclej
ornire.
Tous nos compliments
perinlen I.11U des MdWS W
qui si lient I^-UjJW *L
pense JoselirbcoiHuePI
vue de maintenir ces fW,l
partait eut de viibilit.
Nous re.niicioitseg'H
ingnieurs Mjuos et Ort
avoir fourni I occasion de '
si agrablement.
Le Conseil d'Etat e I'*!
joUl'd'llU!. .1,
% r. su, tim -lu Pf*
di 18 j ii. lernieret lejj
eorr s ....dau-. \-^>*f "L,
O.ll V >!' d
ait
dollars pour lis tnera^J
m., io.au. *eu"l*br*"
les n
i^l.menlscoramuDii'-J
P(ue rien n'tant lofWf
la sance fut lave.


L*WnH
\
Ocs Cctre ia Surdit
iirtC peine que nous avons
Knort urvHiue hier soir A
^, jeMmeVvelimisiocle
ll,. lui Ih '" c '" pympa-
Kpcleur Liimmiint Citmlle.
fjBna-le.s au;oui I eu Ile
.ijjfl le convoi pu lira de I
EdotUurCam.lle, sise la
tuge.p ur-e rendre .1 la Cttlh
r^Ltuit'spi-cs.
Laiik. el |.aniiu leremenl
ffl>iHd;nie le doftt-ur La
Humilie, hou pi entons uos
u^tjcondoKauiei.
(Tels adir
I^|)is4i fi apt-e- dsigns.
MJtel drclaii'- nuls :
1 Bc|.i-s-- mis u N . 9l)8,
A*u>li' Lo ''S V "ir 'a somme
mide Irenle-neuf gouides
(G. 20:iV .:
jlfcpi.s* mis au No. 1">.
lige .Vu* Liifonliml, pour la
Ide Iroi cents gourdes ( G.
iBkpiis mis au No. 73!)I,
rJh. Mal- bran h . 1 <>ur la
1 Je Mille vingt ix gourdes
|(G I 021) 20.
en se a r<-qi:s par le
i,Mi damne le^ i ilnssg.
jr.oc*, Ie23 Jii'liet 1923.
llALbBIt Ni.HC,avocat
favigne informe le public
1 tLf^r' un r 1 piss de lu
Fquire mis le 23
lMT.au numro 2 i au nom
jlme V me lu en ne Ji-an
f*r la somme le quatre
Ole six gourd,!! (oit G.
|>Me le dclive nul et non
llvaU devant eu tre d-
rfi de droit sou reprs-n
[tau-Hiiuce, Me L-iio Maie
terni
o. le 10j nllet 1923.
VieTurenne LKi.O.NTd
n'-e JN-tilLLES
Mgo inlur m- le p'ib ic
[<|rdfiix rc Uses de la
jKMn Simbou.', mis en sa
ikpecier, en d te i hll, u Nu l6S rfcuille Cinq C rit trente
W vingt centimes ; le se
Mle du il avn l'HI, au
M* U valeur de I'. 103.
f*'e nul-, ni non avenus;
J^'inl en 61 -e llivr par
P**'0 reprs. ni.nt l'ort
. Lliu Ma ebiai che.
flwien le 17 j11|||el ly23
U61ERKE, Avocat.
!T dclare par la prsen
Jl^deux r'v,,i-8'5s de la
[riqiiipre poitaiil les nu
Ms'l vaut res| e live-
|i>r {J* > dclare m s & non
* devant m* 11 tre d
hf23Ji||| I92;t.
M'E. Uiv.nho
k.f,.fifialra d 9 """'*
J8.6ri;|w. de laCom
S B ,annjnce a Public
E?' p.rcnsqnenl es
H ? altendaiil qo d .pli
P"M donn. F
n;,Cf|;. 24 Juii
L.U
et 1923
emuor
J/n.leclar- av>iradi-
K'^io.lav.urde
J 7'"V d* onz^ent
Kourb-s 0ixanle (jix
J fi at'po"a,'m ni, r
K/'fs loi du 9
^'"".Juplicaia devant
^ le 2, Juillet 1923.
J. hug. Jeaniy.
1 es Bourdonnements gurissent absolument par
l'emploi de LvlU LKNt^le
nouveau remde l.outinen-
tal qui agit instantan.uent
sur les parties ailectce^
avec succs complet et per-
manent. D'tonnantes jjuo,..
sons ont t rapportes, Ma
dame K. \\ mtinson, de
Stroud, crit : ,k Je me sens
une nouvelle femme, car je
peux me mettre au lit et
jouir d'uae bonne nuit de
repos maintenant, alers que
je n'ai pas etj mena.'de le
faire uepuis des mois. Ce
re.nde est efficace, et il
m'est agrable de 13 reou n-
in.tnier. itien n'gale cette
nouvelle prparation etena
<|iie malade doit en faire
1 essai, ^'rix : 4sh(la boite,
pos.e en sus. LWlAHLK.NK
C, 10 Soulli YlKvY \Vat-
llng Street, Dartford, Kent,
L.NuL.vN'D.
Si vous artx
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
une grippe,
prenez quelques Comprims de
USINES duRRONE"
Aqan. tn-raax pcu Hali
Paul Sals
AVOCAT
Reconvrements Commerciaux,
Affaires litrauger.
Correspondant. .", .shing
ton, New>York, fiarlitii
Londres, l'aris.
17e Rue Roux "21/,i'orl-au-I'nnce
La Maison 11. SILVEUA
La 1 tison H. STaTU se lait le plaisir J'iuljrnur sa
nombreuse clientle (|n'elle vient ue recevoir, par les
deruiei'l $t.uners, les articles lUiVants, de lutile Ir.ii-
clieur.
Drill l'nion oouleur anglais, diveri33 qualits.
1 rill uiiun blanc anglais
Drill tussor
Cn.ipeaux ae paille fine d'Italie
Cnapeau.v feutre liursalino
Caapaau\ dd.ni-feutre Horsalino
Cila^eaux de ni le acre d'Italie.
Caapeaax velour d'Italie
\ oiij oiaao il i)Arc4 X moushe3
Piquo uujj sapjnear pour jupes
Percale oiancne sup.
li-.puaie iiue pjui' eu n ses
iatina Jlan^.ia
G.j.iiMi e oianclie barres & unie
Zepn>r angioiis puur onemises
Ui.ii Jjlaaj sapjrijar Anmia
Ka.ki jaaae anjiais e.i.i.ra supariear
Ka.ii iJidiie
uciis Oiauj anglais suprieur
K)ii = ,iu couiejr
ti.a.iai riieaax mousseline pour portes
.vijdjtjui caai & biais supnear
l*ai.noeacii ans anjlais
Uiajonaie uoir
Aipt.ja noir
L4S1.UU1 aiijlals assorti
Ua ia-.3j pjar inateias anjlais, il : i'.i! 3 larjenr
Uraaudl suisse Oradd eoaieur
lia- it jjuxs
(iidJ^eUefl up pour enfants, co;i]aurr w l>lanc!ies
San a dj Ojiiiiepo.ir tailleur
L.UifiUI po -r t.uiidur
L.ot.ioas '.vert
Vutid a D.irie-. soie a.ijlais, cdiiI. & blane.
I une paiir 1re Communion
'loue a voile pour cadre
Tussor Japanaispour ima.nlses homme.
Toile vaiie poar voilier eto, a te, etc.
Une visite i la liaison iilvera vous convaincra de la
bonne quaiil de MOI articles et de nos prix qui sont
les plu bas de la p lace jest-eo pourquoi il nous arrive
de jour en joui de nouveaux clients.
aa 1
NINA LARG
QUINA- LAROCHE
TONIQUE, RECONSTITUANT, FEBRIFUGE
Rconuad par toui 1m Md.clni
L. (JUMA-LAROONI l- .(trahie lu (rnOt rnnllfnt ton* I."
priielM* ^** tru,a n,ligure. tortt d* i|iniiqaina. Il t~\ i '
prl*ar i tout Ut nuire. Tint d* qiilnqtnn 't ctt recommnnd
ar le. 4l4hn!*. medicilrc du monde entier ,-omine le Tooiqu*
m* la Wiiliuaal par MOllaa0 dau. le. eas de :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE d APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
ta fart Dm Tovtta ... aoaaia nmaicni
Lzlo*r I* VlHITAIll gOINA-LAHOOHl
llitl
OOMAM a c-, PAm
t
-V

La
fa
britjiie ^liTOD,
Ohio, l. S. A.
Nous informe :
Dnnsln ijrande eoursp aiilomobile internationale de
30 mille 830 kilomiree) luUiunnpolls U. S. A,
le jl mai 192.' le premier prix a t remport par Mp
leiumy .Mikou avec une, vkesse moyenne de 91,41
milles par heures Son autO lainl quip il* pneus
h I H l<.S I (fMJ
Les quatre premier pria ont t nugne par des vol
"les usant de j neus FRESTGKE. Ilull voiluree sur
les dixuacjliaiilavaienl des pneus FIRSTONE
las te moindre accident n'a tte siunele pour lee
voiiuras port.ini pneus FlftESTOy.
(j'esl l encore une irouvalte preuve (le la solbllt.et
iiitr !esis!a,K'' ,|ui fom ,a aupaHorii des pneus
Pourquoi ne pas avoir des pneuS FIRESTi )NE pour
VOre voilure
L. PKLLTZMANNAGGEf.HOLH
llcl Excesidr
CHAMP DE MURS
Situation exceptionnelle. Se recom*
mande ynr une inetnllaiton de foui
premier ordre et un service irrpro
chaule.
L'ttuhlfrsfini'Hl el a ia disposition
ce famille*, comme* a:U8tparUculier
xou Atitun* elpnii \> m*iim*% banquet
]tmn*re9 dnerv9 lundi, etc, o/jrani le
maximum d'lgance ei de confortable.
La maison Lope Hivera
Ripreenlant de Barton <$ Guestier
( Hardennx )
Avise sa clientle qu'elle trouvera en stock Vins blanc*
&. Riajea re parle vapeur "Martinique eu barri-
que et en deoi barriques,\ins en caisses "MdOC Sup
rieur -l Julien, St lOmiiion irinoa Soir, St l.stpbe,
Poule I Uao et, t'oit eu 1 Poutel Caaet Si uternes, (.rave*
Jarsae, C i.ita.iu .\|.irg;iux,i;iiali*.i.i L.it:)iir,Chablis,Clia-
teau Yguc n, Cnaieau Lalour lJ.iaeiie, Cliaiuberlln.
Beauuc, Pommard etc.
Les V'ixs olaacsx rouges en !>:i -riques comparative-
ment a leur qualit sont du.i prix exhemement lion
maroli.
ils sonl livrai avO toutes les g ir.i.iJias de conservation*
La MalSOn recomm.uiile sa clientle du Lait Con-
dense et vapore danois de qualit suprieure et d'un
prix dcfiual toute coiirourjurc.
DANISU \ i;ti:S ullJv \It>:ti ^.l.openhagua
R.1
>&vi
. Paul E- AiiKila
Atcc le?amvage*^'itis derniers bii8
M- aTrfr*S0
\ou% n'enum"ro i. Dit. Qu'il f>us sidft.e .J*.*mToir ait veui'pee-
vez trouer 1 n si qie lotll Wl b*oin el da iBOUlturel eaaAi
ii-' s que 1101 i-s iiq lidjaiioai ssirewl(usifeeu daai > Maitem
q"' r'ouneiit s r rien.
l'pc ces ? sort nos rrfnAs r|* r^-pp rupd i-':-. Seii '"W^
T , eoui geJiii)iaUi P -m i 1 ur S- 'm- pair hwn
ne tl j -lnf, S l'i lia ^ l'idla
p* ur ht n.iufs Ma*
rai e or. Bandeaux, KvaHai u . ^iiciai
'r- ig > iri I PU'fl m 1 (M H ,. \ 1 '-i '. il 1 .
V iizno're ij1!..'.! vin-; lilan, U's, irmou f,.'i\j U etc.
PAULEAUXilA
i\Ut* 11 uueisie* tyduJHvnju8in a et total


s

LD
soir.. intimes de la feaatio
-.--W**>

L:
I

U CYRLDOSE AM ft 'itbiptlqi:f
Wa! peur le voyage. Elln ^ prtMnU n
comprim* atabte et iMMftaM. Cha-
qvt do Jete dans deux htrcn d'au
Itoue demie la solu'Jen parfume que ta
FtttataiUM a adopte p.-.or tas soir..-, rf-
! e m personne.
la OYTtAI.POdt an un produit art'l-
eaptlqua. nnn caustique. /.... n* et
mtoratotrlda. a baM de rryoli.*r.. 4'st-lde
WJUItaun oc trhjxyrn^y|f,,.; el d'*_u-
mlne vjl\ite. fie i-rend m*ui et wi- pnr
oute .'tfama soucieuse de aoa krettse

.
tJUkt. Ctm'l:.t,
Pan*, et i" i .
S. r d> Val ncienart

/-: ? /rtM* 6
Kv.r Mr .v.;-
tic taUtt.
ii i-ij i
enmAUK)i
In*I:r.r. il. r.1- :
I* i ..;, Iii.tfti
e t- -;.'-
1 .- P-iiu rt Cj .i.;
i.fii':ii


FANi'
a-rvtt m estain >(--.
peurs, u.igi *ij.\ u.lui
a*
Vaillant & llouet Agent. Gnraux 172RU du Mevga.n de l'Etat
Znpjicnoias & Disqias
Coiumbia
Actuellement en tock de supeil)'S petites maclii-
ne tolumbia, Nouveau Modle.
.. PKIX RE..UIT8
^ous avons aussi eu stock part d'un araut nou-
TS? as*oriiiiieni de disques, trois autres diffrentes
S.?. u,'s \,e Urlloiioias que, nous offrons aux vie*
leurtan prix trs raisonnable.
Hue du Quai 1 Ci
riiMf-ri-------m
#
..--i.s~Zmi.
Femmes
l'a je

critiou
c.itique dans
la ne d'une femme
ait gtfnraUenksnt
antre \ et 55 aoaXe
retoui d'If est sou-
ij ipton 'S iliquit-
UsM ti II Que) irri-
taln'litc.itat nerveux,
mlancolie, pouffe**!,
de chah nr don-
Beat dea maux
i et as-
(oc.it loD,
l'raniv. toia '
cl votre
sant;si
C"..i- | .:i i
ode 11itique j>etrl tre termine 1.1ns tnnuis, elle soi.
d'antiHi-adis paifaite s-.inti.
11 Ce ppoeittan Vgtale de Lydie F. Plnl !.. pnr-
deoUkrenwnt adapte pour aider lu fantuee pendant !
retour d'Age* Son influence se fait sentir au Oui il aTs
laine qui tel reaford et elle aide la nature peadani ht
longs n 1 de cette priode critique. Ce mdicament t>t
prpaie avec des herbes et racines mdicinales et ne coo-
iiciu p .s de narcotiques et drogues nuisibles.
Son mrite est prouve par dea lettre' ..milairea
celle ci :
VaJpariiaO, Chili, S. A. rendant dea annes j'ai souf-
fert i' retarda et de douleurs lors de mes racles H m
maux d'estomac. J'ai pria votre Cosnpoeitloa
\ taie rt tas Tiilules pour le Foie de I ydia F.. PtnU aoo
pen>i mois. Je recommanda) votre medlcaroeat
mi h an b raison des rdaultata obtenue. Vo
psbltar " taStnoifiMup.''-- r
i', Valnaraivi, Chili, S. A.
I>r lettres tHMume rell l ,. Un un-ut loa li-um .
u nun>ir !..
Composition \ttfttb
de Lydia E. Pmkkam
lIKtl fmHHMm MICIC-M* CO. k^MK.KJka*. U.M
P
**
f-

ENTERITES
et aiALAOKB asTtru-i(T!sTiHLa
I Dlarrb*e vartnin nourr!on.r^n'Tlte mu o-1
I mbrai:uM. tub*rculuji; Con*.ipa*lon, ]
I ?coi*cnt>- appniculatir~. rivru typhoiclw. J
1 M.dioiM.i*,eaa.Aon.Ecc. Furon-lea. i
ouf-iaoi ccktaimb ptr tuaa la I'
I La PLUS POISSANT ANTISEPTIQUE
Basa Mercure ni Cu-rru
tii'.ii;-. !> i'-r.litfi! i':linl,
t la dote if 60 1100 fsattai par ii'- Id'ANIODOL INTERNE
dans e-> U-*w J- Baufa I aa 1J*i jouujj. -., .. ma,.,Ui,.;l.r.ili 4
I ANS DE DOULEURS RHUMATI^MAI-
CUtKiS GRACE AUX PILULES M W
Etre enfin dharraaae Vitra.ilea. apri nnq ani >la aouffrancea, tll r.;
l'haureuac exp renier qu'il et bien ramHqeaMa qu'an
Mit nombre da Pilulea lu Wi ptusse IT. .
na (u^riaon .pij niait noi en coaraii
lort b.en la raison le. Pilules IV Vlli
cooipoaM de telle *ir'. q-i .a. H
directement aux rems ;, ,.
iateatinall et OptraM rVac-uUtnn .e Mai
Cuticules de touque eristalll ; tei
tissus les psrsonne qui StNtjrei : | ,
Hamas, goutte, teiatique, *tc La f. I -
Bell n a jamais eu de nomei'ee airqu.. .
tertee la preuve convaincante e sa -i a iea Pi-u. >
Da Witt arcompliiaeut bien la tAuba doni slita
sent charges I.isona ilonc ssiiiali->'er' ce
aju'e.. m Mr Daniel Bell -
"Dapuis plus de cinq an ; *,-.i!i .,. ..
terriblea douleurs rhumatr.i .1 -,r -,.,.,,
Seat le doa Les douleurs suieni i.-ii*---.t
Sarribles que j'avais I0UI -..- h
traner J avais eteev remv <
q-.:i

.
l'eapoir de irou-. r q
snaa aouflrances
Nalaa De Witt et les I
ss'avant e.< reconMnar..>
et. bicntoi aprs en a\oir j
unes je rommenxi a h
anasveilleux rensda veir pris trois boites, j'ai le pi.
SJU^ je me sent paUuenie- i bien
travail journalier aoa plut jan
oindre douleur "

Preore it fieri n djrsb;.-.
Sept ans plus tarj, Mr F.-ll CMti sst .
M, aot dit
" ejli 'ai jamais reaaenti nevva.u Ua de-.teu-,
aUaeaaa tant j'avaa setaMart a> taa^iaaeM
MJ. Cloucaeter Real, IV :;.-,, ,,.l-.t;,-.en
aesas assers atta ren'ia- IstsanidUala
precarea-veua
PILULES
UflIrT
s*
ALUMINUM L1S|
New-Orlans el Sou|
Ameri a Sfeampsl
C Inc.
Prochains dparts directe pour
ForiMiuPrioce lUiii
9|S KNATO Nouvelle Orlans
juillet, Mobile 19 M
S|S MA .XHXSIE 1* oui elle Orlan,
Juillet Mobile f/j
A partir d ce/te dernire dnt$tj
flvra une occasion thnqw q\iin%^\
pour les po'i* suivants : ^ariha{
torin t olombia, Cu oi'>, r'oroJJ
b*>l o,Ln Gwtyra, l outu d- Ire,
d h fin ce, Bt dy ow, lia 6tdos,
o/ Spain, l rtniaad. (Jtoques T<>m
kiri au PrldCd. le 4 J i 4 t mi
A. de MATTIS &
QUOI QUOM DISE
QUOI QU'ON FASS!
Le Rh Barbanoonrt est
Et m loujours le meiJ
VTS
A partir du 30 courari
notre ma^asinde ventl
sera Irausfr <1ans l'aj
cien beid^du i emploi
Fiaujis,\ngle gram
Hue et jBonue Foi.
2 Juillet 1923
Simon VIEUX
'ibi-lhe ce la l
i
DE
FOUR !Z3 HZ1 ;
's plus jrT .-

)sURIJATIS4e3,Dl
et fo J-.- **%
reins Er o: r. msn.
Le* Piluie [ss*X|
rmaeiea du
".ce -i
Util fin t i II i
aajsl aa> a Lis Ttkt
* as r.u.acie Alsrtl.-.i Ka .. rWea .

r. ., SfS GIRSCKS .
Cnoftifftfs i/oii* iieuie voire re*1*"
Contre les m tu ni vint : .Jk
Coislipttioo. msaidele-mtUclie da loie-!i:bledwWJjj
ma i me Mgr.me M* adies d fm iPt -e our H Ar "" ^
heaie furoaje erji.,, dartre- Iofl i -"nf- -"'bvrie ,, Ma d lffb._ x,t^i-0bM" t.
fl 0:iir,M. uvai.es diK--.t.on pt>"l d- & (10B, ft*
' t b b% rp^aes it egj i*r-i b3i >"- ti^"1"
lo ssr n p,e n>"aii-r desos coaf.fra*a! d g ailes.
Es, t rr..| rpur.^fdela Sa-tUe.
P o I t fi. it-% Je >a Siittie
E Mie a S.W p
O^uent d t JiMte
T na* BL'm Liroi
Dk crira1 pom? Hili
iJn inn ci s J\ 18 :V -J
332 ana da^i Fom Fol P*rl * ?^
i '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM