<%BANNER%>







PAGE 1

LE UAW Jous pour reconnatre ia part prise par chacune de ces nations dans la reconstruction. M Doairence (Je Tanger ajourne LU.NDRKS-Les experts allis qui rennent part la confrence fie anger, l'ont ajourne jusqu'au il aot, dans l'intervalle ils comrauni queroot les rsultats de leurs discus •ions leurs gouvernements respec tifs. rmmta s ssscs : m mam mm '^2SS^S^ ff t3 X ^^ mJi&? Sil tl C3 m RM Les Cours •NEW YOlth 17 Praoet Sterling PARU 18 Dollara Livres • 7 07 4,5937 r 17 07 70 i Anmiques, Con valescents vc ;e ouverez les forces perdues en prenant /EMULSION SCOTT a.ir/. .nt tonique par excellence, et trs facilement ; 'miiable, proprit qui la recommande aux estomacs it.. 4, plus dlicats. r~ ttSSSSVStONMMWHMSJQtSMSRM Affaire Djoi[^ j d^is.on. Un dlai S" l accor au ^ ter un. contre m ^J Aflaiiellvpp 0l i, e 2 cernant une c7,„ t V dappomlemeDtid.u,} •Mandataire Me UuiZ 1 'en renj fleat.on d s visas. p „T, contrle pour les a \ ft *' Affaire eulendae,, sident qm, ensuite, n %  J ; c c nil s'en re-jj !" jusUcedelacommu'l .Vu Champ de Mars Hier aprs-midi ."> heures 30, la musique du 8J rgiment des Marines sous la direction de Mr AlhfM! \n lrewj,a jou au Champde Mars. L* projrammi lui trs allchant, aussi y eul-il autour du kiosque beaucoupd'amtien sil: musique. es diverses pices onl t excutes avec beaucoup de bonne volontN ^s .lisons bonne volont,ca r l'Orchestre nous paraissant de rcent? formation, nous ne pouvons pas opiner (|n il ait atteint te degr de brio ipii caractrise les l'.innretaytnl des annes de pratique et d'tudes. (>pen la il, la Musique du 8e rgiment a charm leedileUantL Puisse -I ella raliser beaucoup de progrs el nous gratifier de temps autre d'aussi agrables moments, d'autant plus que ia musique est la angu : le I aine. qu'elle exprime les sentiments in saisissahles a la parole et au pinceau. Nos meilleurs comp'imenti aux chef et musiciens. CDrMKiivft. Cercle Bagatelle Les Membres du Cercle Bagatelle s- il convoques eu assemble gn ra le Ven Iredi 20 Juillet courant, a 7 htres du noir au local du Cerele, sis au Bois de Chdoe. S'il n \ a pas de majorit, la ruDoo aura lieu le Samedi 21 du courant. la mme bs ire et su eu o la mi DOrit serait constate, la 3me et dernire runion sOrs au local du Cercle le dimanche 32 courant k 10 heures du malin, et conformment aux statuts. l'Assemble travaillera quel que soit le nombre des mem bras prsents. Porl au P.inoe le 19 Juillet 1 23 Le Prsident, E. PHEZEAL' Ciissios des itcbnatiou Sance du 18 Juillet 1923 a Dernire i Cour il A uni H "s Christian Pierrotjug hier, a t acquitte Aujourd'hui comparait devael la Cour d Assises !a nomme Kmilie Chrubin accuse de vol domestique au prjudice de Mme Jh. Dcastro. Composition du tribunal : Do* yen H. Barau, prsident : Ministre Public, M' I R lymond. Jury, Cinna Edmond : Conseil de l'accus, M* Hugues Cassus. • • Demain sera entendue la der %  ire affaire appele clturer la prsente session. c\ si relie de Gdon Josepli.'hYntff d-.vol dmestique au prjudice du sieur Valentin Lcha ml. L ultime loman i farisiana La direction de Ptrtaitnt projet ra sur rcran dimanhe prochain un lilm qui ne manquera pas de plaire a s's clients. Les s, eues se passent pn Italie. dans les environs de Manies, et la pice est jou* par les plus grands vedettes italiennes. Mlle Marise qui tient le rle principal est l'une des plus belles ligures vues jusqu'ici sur I cran. Nous avons asil A lessai de ce film et prournns affirmer qu'il ne le cde en lien aux autres lilm*projets pendant la saison tan! au point de vue des dcors qu'en celui des intrigues. 9^"*^^^" ~~^^*am^m**^*m 4ssiBanMinsknssBBSBSjkS| AlhftDCe Franaise Le Concours de composition Irantise aura lieu samedi matin, 21 Juillet, ds 8 heoras prcises, LE cole des Saura du Sacr Cour de Turgeau. Le Concours deDiclion franaise se fera Cin Vtmtr. le lendemain Dimanche m itin, 22 lu Met. Il corn menera 10 heurts et l'est pis public. Le secrtaire adjoint Camille Lhriseon Ecole des leieocesi applique! Le Ire aration du eofieonn lad mission sel Sie au lundi B8 juillet Le registre d Inscription p*t ouvert au sig de I tablissement tous les jours de il hi-uies I midi Port au Prince le lo' Juillet li)> LA DIRECTION sont achetes ef employes parle monde entier ^^JBt"3 ,,| "" "% A lu lancs m' f'^i chez l'Ag ni. pour V* it f dmarclieslall 1 ivaneeoJ fl| toucher ce port p^rlejsp*^. na) aile nombre de PJfjJ crits^u le fret offerte;^ L. Preetnn.on Afgerko! ( li



PAGE 1

• LETTON \3m QUINA-LAROC TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGE E.eomm.nd^tou, 1„ Mdecins lup^rieur tous les outra. Tina de qulnaun. .1 ,,i r.i I '^ FAIBLESSE GNRALE, MANQUE o APPTIT DBILITE, CONVALESCENCES, FIVRES tN VtUTt MM TOUTi. LSO BONNE. PMHg, Etiaerl. Vta.TA.Ll qom A llAHOCHa mil |C". PAPM. AVIS AparUrdu30rouran, boire magasinde vente sera transfr dans Fan rien local du Comptoir Franais, angle grand Rue et iticnne Foi. 2 Juillet 1923 Simon VIEUX la fabrique Ohio, 17. S. Akron, A. Nous informe S?iii? ra,lc,e c<> |, automobile Internationale ds JJ5";U 00 kilomtre. ) a Indianapolls U. S. A. *mv \ii? Ie l )l G,lll ' 1, l>'' Ix t remporte' par Mr Ufin. 1! ou vec lin vkasse [moyenne da 91,41 Pr heures. Son auto taint qnip de pneus Hli KSI ONU fs ( !!i alr limier prix ont t (jaunes par des vol unnt de pneus FlliESTONE. Huit voilures sur e la solidit et supriorit des pnsus .—... ua pneus i pj*00nant avalent des pneus FlllESTON ItUiJ mo,n <*re accident n'a t slunal pour les Cj, a portl,lt l>neus FIRESTONE. lia r 2i e ncopc •nouvelle preuve d IJsjJJ[ a ce qui font la suprior ^"vSiui 6 pas avolr des l mel,s FIRESTONE pour L|l HE£TZMANN-AGfiE8H0LM Kac fia (J/'^ ) ^mis en faveur de Km liCC'iile par la commis-inn Fquire a t adir. Bu enqu*noe \\ le dclara nul duplicata devant lui en tre d ivre, l'oit au Prima 114 Ju I et 19)28 C. IKlSlIt.N r %  %  %  %  administration Gnrale des Postes Avis de dpart Les dpche p mr New-York et 1 Euiope, via Nw York diiecl. par le /'s Cristobal, seront fei nies saine di 21 du courant, a 5 heures prcises du coir. Poit-au-Prince, le 18 Juillet M2J f Pour gurii ou viter * NI •#•..<, CONITIPATlON CONOF.STlONS-erOUnOKSIMCNT. IL SUt FIT de prendre A l'un de vos .•pat loua la* e>u )our aaul.mafit uns Pilule du D'Dehaut 147, rne du Faub* St-Denis. Pari Mais il faut exiger Itis vritables qui sont tout k fa.lt Hanch.a at tur chacun daaquallaa l.t .ou DEHAUT A PARIS a*nt ,r*a H.IWawairl lmnwa H ta Paul EAmila \vcc les arriva^ %  de* derniers bateaux, noire stoek esl preaeju I rn..v*> a u, Nous n'enu-nero js nis. qu'il vous suffise u> >avoir que veui'ssiivez trouvf r 'oui c* que vous ave: besoin et do meilleures son eu lions que lins les liq riJations extraordinaires, ou daus iaa Maieew qin donnent poiir rien. Epat-n's ? sont r-os rroes dchine suprieur, Seie la^aJils, Tlfltan nonR" tan'aisi., Pl-^netis couleur. Sooiira pour^hosMUi %  rnifttj -uur, Souliers pour temme*. roolisn tennis, Fleari st Frriisen guirlandes ro-ir chsoeaiix, ••haptnx de parlle nua d'Itaii pour hfnumes Tontes garnito r e? pour robe* cj cbapea-ix. Rnbsus •rt-ent on or, Bmdea x, Evantails fias, Mes de soie exlra, Parfusaa Mseli los me Heures marque. Hi ie*ux liiUe ei Guipure: Vififr; notre dApol Ho meubles, lits, armoir*-.*, carpete ete, PAUL E AUXILA. Due* Travetsire $duMai tWM voul* -*• un brtlkm hitmi* durmk Si VOUS voulez la couleur et la souples* i* # tbaussurn pe uiani lon^umus, tmftafttj* i* 9 \1U\0GRA\1. abriqu*e fO*S ahmtnipour les dmes $t les gnlUmm du higb Je*. Elle protge la peau des ct>iussur$s contre mimiditi tt la chatgnr. ElU l x $ntrtiient leur soub'ttst tt conserve leur brillant DemanJe-X la utarqiit M^NOGRVM c ut la mnllenr de tauin J* mmmt: Geo. JE iNSEBib Aoeoi pour Hald baWWBA^ab'


PAGE 1

L*-HjlN ans un Rve rn La maison kope Rh, Vaillant tf Mou* Igenta gnraux, 17 Mot s* jjggjl *>M oiaiid Htel de France Ci rar ta filiation unique au antre des aflairei se f*lillil ljaj>ns rlus ave iamoit nu public et 9es nombreux et distingus mtatt dour sa CUISINE striante et tout le coniortable ncessaire aux *oya gevrt de Cou merce et particulirement aux commerants de passage a Pori-au Frinee. l'htel dbite par Gallon S par bariqws des Vins de bordeaux Rouge et blane. Ces Xins stnnytt directement de BARSAC et lewt* ^^-J 9W tus de iami s nous pouvons le prouver par des CcJAriMtidi que nous tenons toujours la aispottixon des CUerite. Chmtmgn et Vins Mousteux prix moaiiit. Conserves moutardes fran* aU<*, premier choix Bavez 1* Dlicieuse BOISSON FRUITA liien ne il, %  *mtre uiieiue Cetlfl boisson in-omparable. d'un* aavtui [ •xqulse une n l'arme des l'ruiu, ee prpare instantanment iaat fui al termentalion en Mtul simplement unecuimjri aV| • HUIT A i I % %  i, Ittrt J'aU. Exieti surtout (t nom Fi-'ilta atp.it, qnl irai I gvrtnlit un produit /or/'', i&r il agrtUtl CiTf't ItSSSSl Iriurtut rt I •" flUauitiliat I Reprsemmiu : Comptoir frenoo-Kaltier. I VAILLANT ot HOUET, u:o, IM JI icibii-iHEut. HT-u-nuciT 4 H %  — I 3 liai inacie W. Buch Porlt Mais wwaraoabia qu'un tant peut nombre de Pilule IV Witt puisse affamai DM i frison rapide— mai* IWM en Coarjseont fort b.en la ruisen le* l'ilubl>c Witt ionl i irapoaai de tell* sorte qu'aflaa -* ret.d'.-il dir wr la iw l aux reins mon pu dut le cnaj intaetinal) et oprent 1 quation de tome* !*. parti, ulr. t 1 toxique* erlatalMae* presstes dan 'i;: • [Ici personaaa qui tou/T.-eit de tboauv I goutta, sciatiqutr. et. I.i (ail |U li II n:. jaauUl eu de nouvelle* atiai|M>.< eopalitba ti • A preuve nnv.-iincante de >-e i;ue le* riiu'.ea D* VV n aocomplitMPl bian la taclM dooi elles • ••t i harga^N Llaoni dMc tevtu!lemeut rt quV:rit Mi Daniel Bail ;— Depui plu da cinq uns ir v.u^rai il tetriblaa doulenra rtauBaUamalei qui ne tanaiani tout le dot. Les dMlann talent trilTit.it trrriblet que j'avais tuut ji.slt la force <> ne trner J'avais essay remde sur remedr. dans !'aspoir de trouver quelqur chose qui %  ulageran mr ouffrani • %  >. mais tout tait inutile In Plhilaa Pe Witt pour les KaJoi et la Vaaala m ayant t recommandes. ) en achetai une U'ite et. liient'Pt aprs en avoir pris seulement quel<|uaannaa, je commenai 1 me rendre compta du merveilleux remde qui n'tait ofVrt Aprs en a. < ir pria troll Ixiltts, )'al le phisir de veaja dire que je me aeni parfaitement bien t puj* taire m'.n travail journalier sans plu jamil raaaaatU la moindre douleur." Preuve de gueritoa durable. Sapl ans plutard. Mr llcll, qui eut l K e de 7.' an*, nous dit — Ja n'ai jaaaaia raaaanti a no-jttau le doulaurt aeeablantas dont j'avais souiart si longtampa %  aaftaMa. M3, C.lou.eKter Road, recknair, Vniau Poutel Canet Sautmisfl Harsac, Cliateau Alargaux,!lliatcau Latour, (W teau Yqnem, Chteau Latour Blanche Beaune, Pommard etc. Les VINS blancs & rouges en barriques COUD. ment a leur qualit sont d'un prix extrmemWi march. B 1 Ils sont livrs avec toutes les garanties de eOnsera I^La MaisOn recommande sa clientle du Lttt11 dense et vapore danois de qualit suprieur* s prix dfiant toute concourence 4.DAMSH DA H 1ES MlLK EXPORTA, Roytl Caf En face de la Banque Natioi Propritaire : Annacius INNOCKNT Ce nouvel tablissement se recommande par uni irrprochable, des consommations de premier situation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par du lionnelf de j|iand meiite. Installation parfaite. — Prix modWi* La Maison H.SlLYEI La Maison H. SYLYERA se lait le nlaiiir d'inl !" nombreuse clientle qu'elle vient de recevoir, pTi derniers sUamers, les articles suivants, de toiU 1 cheur. Drill Union couleur anglais, divers S qualits. Driil union blanc anglais I >riil tussor Giiapeaux de paille fine d'Italie Cnapeaux feutre liorsalino < aiapeauv demi-feutre Borsallno Cnapeaux demi feutre d'Italie. Cnapeaux velour d'Italie Vali* nianc A barres & mouohes Pique toianc suprieur pour jupes Peruale blanche sup. liapuste fine pour chemises Haune nlanoiie Gabardine blanche barres & unie Zspnyr anglais pour chemises KSKI Jaune superleur anglais Kaaii jaune anjials extra suprieur IVUKI manc Avriil blanc anglais suprieur Eolieiine couleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons ooui & blanc suprieur Paftiinueach y ris anqlais Hiajunait; noir Alpa.ja noir jW a M aji T anulals assorti I minasse pour matelas anglais, double largeur Uryandi suisse brod couleur lias a jours liausseites sup. pour enfants, couleiirr WaH( Satin de chine pour tailleur Lusirine pour tailleur Lotions i'ivert Voile barras soie anglais, ooul. A blana. 1 uile pour 1re Communion J oile a voile pour cadre 1 ussor Japamus pour Chemises hommi. loue a voile pour voilier ete, etc, etc. Une visite la Maison iilvera vous convainc!* bonne qualit de nos articles et de nof P* f lo plus bas de la place;est-ce pourquoi il natf do jour en jour de nouveaux clienta loi pri il Consolida Company Socs, dej E. A Oi'iio & o aWli & 2 R-ctor Sireet, NIW-YORl. 9* Cuirs et peaux Ses 11 ^^"iVote,,, fj* s m q ,stc nrim'l" : aaaa4 NORIIIfKID REXCUFFORTIS^DK*' Tissus et Cotonnades FrodQit ttlim uii W— Gre !^i EJJ :. MA lichi f*f' ma i"7 % 



PAGE 1

m m &*C*#* iwi wcwrtuM.c^auu ) 40 J*tf#rH0B3 PROPRITAIRE IMPM2LEVR Clment Magloire BOIS VERNA 1158 Hue Amricain Quotidien Dcourags, cœur de rpter les mmes choses et de n'tre pas compris, les hommes qui reprsentent vraiment l'lite de l'humanit Unissent par se tenir l'cart du mouvement social . mais leur attitude mtfme y collabore. Leur dignit, leur hrosme, leur vie intrieure et leur sincrit font plue pour hAter ce mouvement que l'agitation de ceux qui les ont force ee retirer de la lutte. 1ELEIL0XE No 242 REVE OPTIMISTE tonne providentiel tait venu. limait le peuple. Il tait par Ikuce, le dmocrate intelligent jplits et des besoins de la jgiaut. Il ne se contentait pas h proclamer en es grands disi,ipparanoe sincres, et d aua|s vilainemei.t trompeurs. Il urgi de la foule, lui, en des lie doute et d'angoisse. Il tout rayonnant de la beaut raifort. Il montrait tous pttriotisme. agis-ant, clamant hp d'nergie aux gnrations in et donnant (exemple de l'action dsintresse _bien. Ce n'tait pas un : fl tait nourri de ralits. N drs idtrs loi tes et sai-> pratiques. C'tait un conswcial. l'aptre qui apportant les plis de son manfc'leet,etlalienut,—la Vie. li fit-il de grandes choses. loi, le peuple apprit lire. des coles jusque dans les rurales les plus loignes. %  lot villei. de vritables palais ^^ l'ditaient par ses soins Il fit excuter un splendi'm de routes publique* avec ^ekire et la plus scientifique OD des ncessits pratiques iquea. Le centie du systme INn-w*Prince, la capitale, vers %  toovergeaient de grands cheemonieux qui continuaient le montagnes en de larges et |teg perces. A l'intrieur, laies petites voies de joncMatent les intrts locaux l'taient le pittoresque de m. belles chausses erapier•rtesdes deux cots de gros uillu.i qui tamisaient la lujioieilet en tempraient les clmentes, la rautocycletMiomobile faisaient rage. De "rince au Cap-Hatien, le Mail si agrable!... Toute "•du pays, prise, du coup riche nature tropicale igno"ftuionnapour la vie au grand **rles longues et bonnes ex• trav, rs champs et forts. %  W ftmmes prirent got aux •puitifs. De jolies hatienmal de leur mollesse haP pui Mre bituelle et devinrent des fervent-a de la pdale et des t chauffeurs •• passio. nes Les chemin* de 1er hatiens furent enlin crs. K i mains de quatre ans, plus de :t.U!to kilomtres de rails sillonnrent nos plaines et Laversrent nos mornes. Lorsqu'on pense aux difficults do l'tablissement des voies ferres dans une contre si accident-, fi abrupte, aux nombreux et coteux travaux d'art, ponts, tunnels, v adu'-s. aie. qu'il a fllu Construire rapidem nt pour avoir un rs au complet, on ne pouvait que rendre hommage la puissance de travail et de volont, si rare sousnosclimats.de l'homme providentiel dont la pense directrice guidait, travers les contingences qui avaient dcourag tant d'autr s, l'escouade d'ingnieurs et d'entrepreneurs qui, mthodiquement, avecesprit de suite, poursuivirent l'ou vre de civilisation. La prosprit incalculable de notre commerce fut la consquence heureuse de ces progrs nouveaux. La richesse publique fut centuple. La statistique de notre production agricole prouva que la Rpublique possdait maintenant toutes sortes de cultures rmunratrices. En administrateur avis, l'homme avait prvu que le caf, notre principal produit nous ferait un jour de graves inlidlits. qu'uue crise de surproduction claterait, qui ameneiait !a baisse ex essive des prix sur les marchs trangers. Il prconisa d'autres cultures q ri devinreul immdiatement florissantes Le coton, l J caoutchouc, le cacao, le tabac, l'indigo, les piaules alimentants, olagineuses, textiles, occuprent, sur tous les point du pays d'immenses domaines exploit s dans les meilleures conditions. Les rendements furent trs abondants. Lesbaa de laiue des paysans arrondirent, les cassettes des petits bou.geois s'emplirent, et dans les coffresforts des banquiers publics et pnves. la sarabande effrne des pieces d'or et des gre.nb.cks proclamait bien haut l'opulence des grand,. Le travail fut une juie et I aisance une habilu Je. Nous fmes ce rvla nuit dernire. PftRItMVDB Ira les "SI" et les "MAIS" de nos confrres crivait *yent ce qui suit : k'iM 1 V' P^ons encore une M*le 10 aviil i92>, s'levant %  *Weur de la situation, mettap''j8 interls propres, *U dEtat avait pris une uu n pour dclarer que. ne aucun mandat du pnuple, tAV ,Vait 'mposer un prsi%  J^ AU Nation, lefonH,, ; rlaires ^d'Etat aurait *0' u e ^ u <>,0,IVf,r nemeni, i^^ut la Constitution, le j ^Peuple au m il t convoita *5 C 0 nices. esijhamigwatives auraient t reTjt nous serions renlor w*daai k lgalit .' I MI prsnh-nl constitutionnelPeinent ligible aurait t lu et rarchie^rnt.ra..p.senma. vsse dans la Rpublique, hlle y rone maintenant. TNous aurions eu un gouverrpment constitutionnel, national m. aurait avec lui tout Je peuple env-r.t dfenJr.ut les droits du peTpe contre l'usurp a,ur amenS et ne saur.it plu se mitre ^rr,n^,nnco,trU^le Il aiirut t impOMjOW "i merungoiivern-urenU.iu.- Cpite lril de conditionnels est vraiment admirable, partant de ••uopofition, savoir que, le 10 avril 192J, il n'y avait pas eu d'lection prsilenti -Ile. Il pourrait bien se taire qufi cette lection n'avant pas eu lieui le Conseil des Secrtakec d'Etat f01 emport par le courant dea l'vneinents.atinoni mme de celte Constitution dont il voudrait tenir ses pouvoirs. En ell'eu cette Constitution lixe lea leciionfl tg slati \ es une anne paire ; or, .'ane de l'lection priJentieile, lili'2, tait bien une anne paireSi te Conseil dea S-crtaires p. s — Comme titre la hrinade d'hier, lire: La KtwlIons ncessaires, au lieu M %  *** -t lltmnn* n • Naissance L spoux Flix Diamboisnoui tout pari de la naiaiance de leur petite tille survenue hier.vers les deux heures de l'apre-mMi. Nos compliment. Par Cable Nouvelles Etrangres i lotea compWindDtaire8 de lord Curzpn i.nNirtKS t: — Lord Uanon %  rdige quelques notea complmeetuires au ( >r jet ! reooes sur I •rparations. On espre que le projet et la lettre oai raoeompa^Bera seront terroina demiio -t que l>J" r te\te sera Iranamis WaMiiogtoo ivaol i i ti'i de la semaine. Il n'y au ru nus il iiili'< conversations entre le For i."i Office et les avbasa deurs de PVaace, t Italie et <1* Bel gique, sur les problmes traits -Lin* ia note avant la lecture de eet'.e d r niie devant I conseil des min i ti-.s. L" projet Je rponse t la lot lie accompagnant sont il'uoe longiieur raisonnable, mais le texte n'en sen pas Inaltrable. Quand les vue- d'S g.j'ivrtrneinents inlress'- seront communiqus au gouverne ment de Londres lec&bine m)lilie ra le texte de la rp m^a pour s'y COO I". rm.-r le plus poealble'. Les Soviels invils i L'iiisanne LAUSAN.NE— La ronf.'rcnce d e laPaixduLev.ini a ennfir i. lue" CorJ conclu hier soir entre les dl gus alli set turcs II H l'• dfi t q .e le trait seiait sign mardi pro cliain 4 Juillet. Le* Sofito ont t invit s, par tlgraphe, signer la eeureatioa des dtroitsfc Lnism ie ou Oonstaolinople d i--i tro-s semiin s. Les dl.gus allis ont da mand aux Tares d'apm'qur l'an nisiie librale aient. Isrnet rpondit quelle serait applique conformment au trait et q te le gouverne meet d'Angora doit rester libre en ce qui concerna l'< xtession de l'am niilie aux exils armniens comme les allis I ont ilem.nd. Le g lral Pell • a lu une dclara lion dans laquelle les allis expri ment l'intenli >u de protger les io trtl de le ris nationa ix. A l'gar I le la delte ollornane, Nmet S l |l d lue fon gouvernement ne paierait les iut rets ni en livres sterling ni en or. Li lutte silencieuse entre les htais Unis et l'Angleterre, au sujet des concessions de ptiole, q li a d ) mm la coiftreaea ces jours der nier, s'est manifeste lorsque sir Rumbold aprs avoir protesta contre le refus de la l'urqiii de ratifier la concession brltanoiqua, a dclar qu'on ne voyait pas bien pourquoi le gouvtrnem :ut amricain voulait m terrenir entre l gouvernement turc et la Turkiab Petroleum t:o *. S.r Horace accusa galement les I urcs d'avoir vi,.l leur promesse daceor d.-r leur approbation par traite aux dr il ecquta par laCie butani.ique. L'scc i.l BOOClU Lier est un succs pour les Turcsel aussi pour les Amen ,,„„dont le reprsentant, Vt.firevy, a obtenu I limination du trait de paix de loules lutur> dro ts de pT • fer-nce Mir le. conc s-ions et de con rirmelion des coacetaoos doutui es. Les ali ont accept, i n attendant I lablutemeol d'un rgime prma n DI I M pas CO %  , gueire i nr p i sani s dan* |, t Jln IIS. S T'" !"'' %  eon* nt le 1,1,,,. |SDI la Mer Nuire et m vite chacune des giai des pi i-sances gardtr un Lt.ment de gutrie dans loi DardftUllci. illeenands arrffi DULSELDORP — est tabli que la lioml! qui explosa dimanebe, dans le parc d'automobw a W'aimar, prs •• Boehi n a t lanc d un train qui p rsselt. Hoclium est aujourd'hui p esque comoltemant isol du reste de la Khur. Li circula lion les tramways a t suspendes, les i---la nuits, cinmas et autres lieux publics ont t fer ns. Les au torila iiM'inses ont donn la nu ticipatiU ju.qu'aa 10 Juillet pour retrouver le co ipibte. lin cas de d faut des in-'ins plus rigoureuses seront prisos. v Gladbjck, praOber I,, i.rn, les ml '•• t'beigM ont ar rl qutraute h ni otages. Us soront embn-qus sur diffrents trains eu lis servira it ds p otecti m contre lea sabo.agcs et autres altenlals. Due grande saisie de marks PEUNCFRT— i" milliarls de miiki oiit t saisis par b'S troupes franc lises pendant leur transport v rs uie destination inconnue, (a fou 'ttonoaii des cbemias de ter et 2 ailles ont t arrts. LIMBOUHG Les troupes franai ses ont snsi 875 millions de marks la succursale de la Keiclibank. Conseil dtal el ealiinet tl.finissioim.iires MVMLLi: I ne lutte politique, antre le gouternemsnl du gnral Lonard Wojd et les fonctionnaires philippins, s eu lieu pour voir jus qu'OU s'len I les pouvoirs du gon ftro ur.La dissension avait eu pour cause la rintgration de Ooerlwy, sgsut de la police secrte des Etats l'iiiset a eu pour rsultat la dmis %  ion du cabinet et du conseil d'Etat. Covrlwj a aussi tonn s it dm ; ssion. La libliothqoe le lotivain restaure L0UV\IN— LHiiversil de Lou vain I ce bre institut de scnes, sauvagemeal dtruit par les allemaa is au dbut de la guerre, aa re |jta d s > runes. ,.e cardinal Mer cier a boi li premire uile del nouvelle bibliothque qui vient d'tre termine Le U Huiler.prsident de I Universit d Colombie, et pr aident du covit excutif de l'organi Mtiou aŒ rlcalne, a prononc un discours el plac dans la bibliothqiio un livre contenaal le* noms des iasUtateurs ami ricainsetdei enfanta ds coles qui ont contribu pour eaviron 40.000 dollars aux fonds de restauration. Le ce mooi a eu lieu en prsn ,,. du Prince Itoyal Lopold qui a plac le premier litre sur les rayons : t |, voli H"' contenaal la liste des tudiants le L ui o, qui aoot morts ,1a.,la Gn nd Guerre. Il y avait ;,,,.„; M. Ue'.elcher, ambassadeur amricain, les rpret niants des gou i, : ,.i be gs ••> frai cela, le ,, in provinciales et ,n pn l> .--cuis et i ,iun ide M ai eifciM U'enlhou IH-I i itl ITOlDpU |s Cardinal quand rl< Irsckina amricains et U livnn.> nationaux •Hi^rieain, be!je et franais ont .l


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05981
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 19, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05981

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
m
m&*C*#*
iwi wcwrtuM.c^auu )
40 J*tf#rH0B3
PROPRITAIRE
IMPM2LEVR
Clment Magloire
BOIS VERNA
1158 Hue Amricain
Quotidien
Dcourags, cur de rp-
ter les mmes choses et de n'-
tre pas compris, les hommes qui
reprsentent vraiment l'lite
de l'humanit Unissent par se
tenir l'cart du mouvement
social . mais leur attitude mtf-
me y collabore. Leur dignit,
leur hrosme, leur vie intrieu-
re et leur sincrit font plue pour
hAter ce mouvement que l'agita-
tion de ceux qui les ont force
ee retirer de la lutte.
1ELEIL0XE No 242
REVE OPTIMISTE
tonne providentiel tait venu.
limait le peuple. Il tait par
Ikuce, le dmocrate intelligent
jplits et des besoins de la
jgiaut. Il ne se contentait pas
h proclamer en es grands dis-
i,ipparanoe sincres, et d au-
a|s vilainemei.t trompeurs. Il
urgi de la foule, lui, en des
lie doute et d'angoisse. Il
tout rayonnant de la beaut
raifort. Il montrait tous
pttriotisme. agis-ant, clamant
hp d'nergie aux gnrations
in et donnant (exemple
de l'action dsintresse
_bien. Ce n'tait pas un
: fl tait nourri de ralits.
N drs idtrs loi tes et sai->
pratiques. C'tait un cons-
wcial. l'aptre qui appor-
tant les plis de son man-
fc'leet,etlalienut,la Vie.
li fit-il de grandes choses.
loi, le peuple apprit lire.
des coles jusque dans les
rurales les plus loignes.
lot villei. de vritables palais
^^ l'ditaient par ses soins
. Il fit excuter un splendi-
'm de routes publique* avec
^ekire et la plus scientifique
od des ncessits pratiques
iquea. Le centie du systme
INn-w*Prince, la capitale, vers
'toovergeaient de grands che-
emonieux qui continuaient
le montagnes en de larges et
|teg perces. A l'intrieur,
laies petites voies de jonc-
Matent les intrts locaux
l'taient le pittoresque de
m.
belles chausses erapier-
rtesdes deux cots de gros
uillu.i qui tamisaient la lu-
jioieilet en tempraient les
* clmentes, la rautocyclet-
Miomobile faisaient rage. De
"rince au Cap-Hatien, le
Mail si agrable!... Toute
"du pays, prise, du coup
riche nature tropicale igno-
"ftuionnapour la vie au grand
**rles longues et bonnes ex-
trav, rs champs et forts.
W ftmmes prirent got aux
' puitifs. De jolies hatien-
mal de leur mollesse ha-
P pui
Mre
bituelle et devinrent des fervent-a
de la pdale et des t chauffeurs
passio. nes
Les chemin* de 1er hatiens fu-
rent enlin crs. K i mains de quatre
ans, plus de :t.U!to kilomtres de
rails sillonnrent nos plaines et La-
versrent nos mornes. Lorsqu'on
pense aux difficults do l'tablisse-
ment des voies ferres dans une con-
tre si accident-, fi abrupte, aux
nombreux et coteux travaux d'art,
ponts, tunnels, v adu'-s. aie. qu'il
a fllu Construire rapidem nt pour
avoir un rs au complet, on ne pou-
vait que rendre hommage la puis-
sance de travail et de volont, si rare
sousnosclimats.de l'homme pro-
videntiel dont la pense directrice
guidait, travers les contingences
qui avaient dcourag tant d'autr s,
l'escouade d'ingnieurs et d'entre-
preneurs qui, mthodiquement, avec-
esprit de suite, poursuivirent l'ou
vre de civilisation.
La prosprit incalculable de notre
commerce fut la consquence heu-
reuse de ces progrs nouveaux. La
richesse publique fut centuple. La
statistique de notre production agri-
cole prouva que la Rpublique pos-
sdait maintenant toutes sortes de
cultures rmunratrices.
En administrateur avis, l'homme
avait prvu que le caf, notre princi-
pal produit nous ferait un jour de
graves inlidlits. qu'uue crise de
surproduction claterait, qui ame-
neiait !a baisse ex essive des prix
sur les marchs trangers.
Il prconisa d'autres cultures q ri
devinreul immdiatement florissan-
tes Le coton, lJ caoutchouc, le
cacao, le tabac, l'indigo, les piaules
alimentants, olagineuses, textiles,
occuprent, sur tous les point du
pays d'immenses domaines exploit s
dans les meilleures conditions. Les
rendements furent trs abondants.
Lesbaa de laiue des paysans arron-
dirent, les cassettes des petits bou.-
geois s'emplirent, et dans les coffres-
forts des banquiers publics et pn-
ves. la sarabande effrne des pie-
ces d'or et des gre.nb.cks procla-
mait bien haut l'opulence des grand,.
Le travail fut une juie et I aisance
une habilu Je.
Nous fmes ce rvla nuit dernire.
PftRItMVDB
Ira les "SI" et les "MAIS"
de nos confrres crivait
, *yent ce qui suit :
k'iM1 V' P^ons encore une
M*- le 10 aviil i92>, s'levant
*Weur de la situation, met-
tap''j-8 interls propres,
*U dEtat avait pris une
uun pour dclarer que. ne
aucun mandat du pnuple,
tAV,Vait 'mposer un prsi-
J^ AU Nation, lefon-
H,, ;rlaires^d'Etat aurait
*0' u e* ^u <>,0,IVf,rnemeni,
i^^ut la Constitution, le
j ^Peuple au m il t convo-
ita *5C0nices. esijham-
igwatives auraient t re-
Tjt nous serions ren-
lorw*daai k lga-
lit .' I mi prsnh-nl constitutionnel-
Peinent ligible aurait t lu et
rarchie^rnt.ra..p.senma.
vsse dans la Rpublique, hlle y
rone maintenant.
TNous aurions eu un gouver-
rpment constitutionnel, national
m. aurait avec lui tout Je peuple
env-r.t dfenJr.ut les droits du
peTpe contre l'usurp a,ur amen-
S et ne saur.it plu se mitre
^rr,n^,nnco,tr- U^le
Il aiirut t impOMjOW "i
merungoiivern-urenU.iu.-
Cpite lril de conditionnels est
vraiment admirable, partant de
uopofition, savoir que, le
10 avril 192J, il n'y avait pas eu
d'lection prsilenti -Ile.
Il pourrait bien se taire qufi
cette lection n'avant pas eu lieui
le Conseil des Secrtakec d'Etat
f01 emport par le courant dea
l'vneinents.atinoni mme de celte
Constitution dont il voudrait tenir
ses pouvoirs.
En ell'eu cette Constitution lixe
lea leciionfl tg slati \ es une an-
ne paire ; or, .'ane de l'lec-
tion priJentieile, lili'2, tait bien
une anne paire- Si te Conseil dea
S-crtaires que les lections eussent lieu cette
anne l, la Constitution exigeait
qu'il l'i lit fait savoir trois mois
avant la date lix-e pour la convo-
cation d -s assemble* primaire.
Mail tout le monde sait que le
Consul d s S crtaires d'Etat de
ce tempvl n'avait pn t de cet
avis.Comm :nt Ion supposer que,
le lendemain du lu avril, il se lut
ravis au point d'accepter d'exer-
cer le gouvernement avec, la pen-
se de reconstituer les Cham res
lgislatives,aprs que, install dans
le gouvernement exprs pour le
(aire noimaternent, il s'tait als-
tenti de le l'aire?
Notre confrre veut encore que.
dans le cas o I lection prsi-
dentielle n'aurait pas eu lieu et
dans le cas o le Conseil des Se-
crtaires dStat aurait accept de
reconstituer les Chanon s, le
pt uple eut t convoqu dans ses
comicesj
Il a t publi, il y a quelque
temps, d-& pices qui tablissent
que, dans la pmse du gouverne-
ment de l'poque, les lections l-
gislatives, si elles devu'ii tre d-
cides, gagneraient ne pas se
taire librement, le pouvoir excu-
tif rclamant l'avantage de taire
triompher dans I urne, par h cor-
ruption, les candidats ofliciels. De
cette faon, nous ne poumons
gure e-prer.avec notre confrre,
avoir un gouvernement qui au-
rait ave lui tout le peuple dont il
aurait t l'lu.
El puis, n'aurait-il pal etr pour
le moins imprudent le s en re-
mettre, pour les lections lgisla-
tives, au uT'ine Conseil def Secr-
taires d'Ktat qui avait pense, d <
bord, qu'ell-s ne devaient pas
avoir lieu en janvier IdU el en-
suite dans le cas o elles de-
voient avoir lieu, quelles ne
devraient se faire que moye in int
qu'elles ne lussent pas libres .'...
Avec les et toi main, on peut
aller trs loin. Je crois en la bonne
foi de mon confrre et en I excel-
lence de ses intentions; mail il
me permettra de douter un peu de
l'infaillibilit de ses conditionnels
redoutables. N'est -il pas plus sage
de prendre les choses telles qu -
elles sont? mo(J>
p. s Comme titre la h-
rinade d'hier, lire: La Ktwl-
Ions ncessaires, au lieu M ***
-t lltmnn* n
Naissance
L spoux Flix Diamboisnoui
tout pari de la naiaiance de leur
petite tille survenue hier.vers les
deux heures de l'apre-mMi.
Nos compliment.
Par Cable
Nouvelles Etrangres
i
lotea compWindDtaire8
de lord Curzpn
i.nNirtKS t: Lord Uanon
rdige quelques notea complmee-
tuires au (>r jet ! reooes sur I -
rparations. On espre que le pro-
jet et la lettre oai raoeompa^Bera
seront terroina demiio -t que l>J"r
te\te sera Iranamis WaMiiogtoo
ivaol i i ti'i de la semaine. Il n'y au
ru nus il iiili'< conversations entre
le For i."i Office et les avbasa
deurs de PVaace, t Italie et <1* Bel
gique, sur les problmes traits -Lin*
ia note avant la lecture de eet'.e d r
niie devant I conseil des min i
ti-.s. L" projet Je rponse t la lot
lie accompagnant sont il'uoe lon-
giieur raisonnable, mais le texte
n'en sen pas Inaltrable. Quand les
vue- d'S g.j'ivrtrneinents inlress'-
seront communiqus au gouverne
ment de Londres lec&bine m)lilie
ra le texte de la rp m^a pour s'y COO
I". rm.-r le plus poealble'.
Les Soviels invils
i L'iiisanne
LAUSAN.NE La ronf.'rcnce de
laPaixduLev.ini a ennfir i. lue"
CorJ conclu hier soir entre les dl
gus alli set turcs II h l' dfi t
q .e le trait seiait sign mardi pro
cliain 4 Juillet. Le* Sofito ont t
invit s, par tlgraphe, signer la
eeureatioa des dtroitsfc Lnism ie
ou Oonstaolinople d i--i tro-s se-
miin s. Les dl.gus allis ont da
mand aux Tares d'apm'qur l'an
nisiie librale aient. Isrnet rpondit
quelle serait applique conform-
ment au trait et q te le gouverne
meet d'Angora doit rester libre en
ce qui concerna l'< xtession de l'am
niilie aux exils armniens comme
les allis I ont ilem.nd.
Le g lral Pell a lu une dclara
lion dans laquelle les allis expri
ment l'intenli >u de protger les io
trtl de le ris nationa ix. A l'gar I
le la delte ollornane, Nmet S l |l
d lue fon gouvernement ne paierait
les iut rets ni en livres sterling ni
en or.
Li lutte silencieuse entre les h-
tais Unis et l'Angleterre, au sujet
des concessions de ptiole, q li a d )
mm la coiftreaea ces jours der
nier, s'est manifeste lorsque sir
Rumbold aprs avoir protesta contre
le refus de la l'urqiii de ratifier la
concession brltanoiqua, a dclar
qu'on ne voyait pas bien pourquoi le
gouvtrnem :ut amricain voulait m
terrenir entre l gouvernement turc
et la Turkiab Petroleum t:o *. S.r
Horace accusa galement les I urcs
d'avoir vi,.l leur promesse daceor
d.-r leur approbation par traite aux
dr il ecquta par laCie butani.ique.
L'scc i.l BOOClU Lier est un succs
pour les Turcsel aussi pour les Amen
,,- dont le reprsentant, Vt.firevy,
a obtenu I limination du trait de
paix de lou- les lutur> dro ts de pT
fer-nce Mir le. conc s-ions et de con
rirmelion des coacetaoos doutui es.
Les ali ont accept, i n attendant
I lablutemeol d'un rgime p- rma
n dI i m pas co
, gueire i nr p i sani s dan*
|, t Jln IIS. S T'" !"'' eon* nt le
1,1,,,. |sdi la Mer Nuire et m
vite chacune des giai des pi i-sances
gardtr un Lt.ment de gutrie dans
loi DardftUllci.
illeenands arrffi
DULSELDORP est tabli que
la lioml! qui explosa dimanebe,
dans le parc d'automobw a W'ai-
mar, prs Boehi n a t lanc
d un train qui p rsselt. Hoclium est
aujourd'hui p esque comoltemant
isol du reste de la Khur. Li circula
lion les tramways a t suspendes,
les i---la nuits, cinmas et autres
lieux publics ont t fer ns. Les au
torila iiM'inses ont donn la
nu ticipatiU ju.qu'aa 10 Juillet pour
retrouver le co ipibte. lin cas de d
faut des in-'in- s plus rigoureuses
seront prisos. v Gladbjck, praOber
I,, i.rn, les ml ' t'- beigM ont ar
rl qutraute h ni otages. Us soront
embn-qus sur diffrents trains eu
lis servira it ds p otecti m contre lea
sabo.agcs et autres altenlals.
Due grande saisie de marks
PEUNCFRT i" milliarls de
miiki oiit t saisis par b'S troupes
franc lises pendant leur transport
v rs uie destination inconnue, (a
fou 'ttonoaii des cbemias de ter et
2 ailles ont t arrts.
LIMBOUHG Les troupes franai
ses ont snsi 875 millions de marks
la succursale de la Keiclibank.
Conseil dtal el ealiinet
tl.finissioim.iires
MVMLLi: I ne lutte politique,
antre le gouternemsnl du gnral
Lonard Wojd et les fonctionnaires
philippins, s eu lieu pour voir jus
qu'OU s'len I les pouvoirs du gon
ftro ur.La dissension avait eu pour
cause la rintgration de Ooerlwy,
sgsut de la police secrte des Etats
l'iiiset a eu pour rsultat la dmis
ion du cabinet et du conseil d'Etat.
Covrlwj a aussi tonn sit dm;ssion.
La libliothqoe le lotivain
restaure
L0UV\IN LHiiversil de Lou
vain I ce bre institut de scnes,
sauvagemeal dtruit par les alle-
maa is au dbut de la guerre, aa re
|jta d s > runes. ,.e cardinal Mer
cier a boi li premire uile del
nouvelle bibliothque qui vient d'-
tre termine Le U Huiler.prsident
de I Universit d Colombie, et pr
aident du covit excutif de l'organi
Mtiou a rlcalne, a prononc un
discours el plac dans la biblioth-
qiio un livre contenaal le* noms des
iasUtateurs ami ricainsetdei enfanta
ds coles qui ont contribu pour
eaviron 40.000 dollars aux fonds
de restauration.
Le ce mooi a eu lieu en prsn
,,. du Prince Itoyal Lopold qui a
plac le premier litre sur les rayons :
t |, voli H"' contenaal la liste des
tudiants le L ui o, qui aoot morts
,1a.,- la Gn nd Guerre. Il y avait
;,,,.; M. Ue'.elcher, ambassadeur
amricain, les r- pret niants des gou
i,: ,.i be gs > frai cela, le
,, in provinciales et
,n pn l> .--cuis et
i ,iun i- de M ai eifciM U'enlhou
IH-I.....i itl ITOlDpU
|s Cardinal quand rl< Irsckina
amricains et U livnn.> nationaux
Hi^rieain, be!je et franais ont .l


LE UAW
Jous pour reconnatre ia part prise
par chacune de ces nations dans la
reconstruction.
m Doairence (Je Tanger
ajourne
LU.NDRKS-Les experts allis qui
rennent part la confrence fie
anger, l'ont ajourne jusqu'au il
aot, dans l'intervalle ils comrauni
queroot les rsultats de leurs discus
ions leurs gouvernements respec
tifs.
rmmta s ssscs : m mam
mm
'^2SS^S^fft3X^^mJi&?SiltlC3m
RM
Les Cours
NEW YOlth 17 Praoet
Sterling
PARU 18 Dollara
Livres
7 07
4,5937 r
17 07
70 i
, Anmiques,
Con valescents
vc ;e ouverez les forces perdues en prenant
/EMULSION SCOTT
a.ir/. .nt tonique par excellence, et trs facilement
; 'miiable, proprit qui la recommande aux estomacs
it..4, plus dlicats.
r~ ttSSSSVStONMMWHMSJQtSMSRM
Affaire Djoi- [^ j
d^is.on. Un dlai S"
l accor au ^
ter un. contre m^J
Aflaiiellvpp0li,e2'
cernant une c7,tV
dappomlemeDtid.u,}
Mandataire MeUuiZ
1 'en renj
fleat.on d s visas. pT,
contrle pour les a\ft *'
Affaire eulendae,,
sident qm, ensuite, n
J;c cnil s'en re-jj
jusUcedelacommu'l
.Vu Champ de Mars
Hier aprs-midi ."> heures 30,
la musique du 8j rgiment des
Marines sous la direction de Mr
AlhfM! \n lrewj,a jou au Champ-
de Mars.
L* projrammi lui trs allchant,
aussi y eul-il autour du kiosque
beaucoupd'amtien sil: musique.
es diverses pices onl t ex-
cutes avec beaucoup de bonne
volont-
N ^s .lisons bonne volont,car
l'Orchestre nous paraissant de r-
cent? formation, nous ne pouvons
pas opiner (|n il ait atteint te de-
gr de brio ipii caractrise les l'.in-
nretaytnl des annes de pratique
et d'tudes.
(>pen la il, la Musique du 8e
rgiment a charm leedileUantL
Puisse-I ella raliser beaucoup
de progrs el nous gratifier de
temps autre d'aussi agrables
moments, d'autant plus que ia
musique est la angu : le I aine.
qu'elle exprime les sentiments in
saisissahles a la parole et au pin-
ceau.
Nos meilleurs comp'imenti aux
chef et musiciens. CDrMKiivft.
Cercle Bagatelle
Les Membres du Cercle Bagatelle
s- il convoques eu assemble gn
ra le Ven Iredi 20 Juillet courant,
a 7 htres du noir au local du Cer-
ele, sis au Bois de Chdoe.
S'il n \ a pas de majorit, la ruDoo
aura lieu le Samedi 21 du courant.
la mme bs ire et su eu o la mi
DOrit serait constate, la 3me et
dernire runion s- Ors au local du
Cercle le dimanche 32 courant k 10
heures du malin, et conformment
aux statuts. l'Assemble travaillera
quel que soit le nombre des mem
bras prsents.
Porl au P.inoe le 19 Juillet 1 23
Le Prsident, E. PHEZEAL'
Ciissios des itcbnatiou
Sance du 18 Juillet 1923
a Dernire
i *
Cour il A uni h "s
Christian Pierrot- jug hier, a
t acquitte
Aujourd'hui comparait devael
la Cour d Assises !a nomme Kmi-
lie Chrubin accuse de vol do-
mestique au prjudice de Mme Jh.
Dcastro.
Composition du tribunal : Do*
yen H. Barau, prsident : Minis-
tre Public, M' I R lymond. Jury,
Cinna Edmond : Conseil de l'ac-
cus, M* Hugues Cassus.


Demain sera entendue la der
ire affaire appele clturer la
prsente session. c\ si relie de G-
don Josepli.'hYntff d-.- vol dmes-
tique au prjudice du sieur Valen-
tin Lcha ml.
L ultime loman i farisiana
La direction de Ptrtaitnt projet
ra sur rcran dimanhe prochain un
lilm qui ne manquera pas de plaire
a s's clients.
Les s, eues se passent pn Italie.
dans les environs de Manies, et la
pice est jou* par les plus grands
vedettes italiennes. Mlle Marise qui
tient le rle principal est l'une des
plus belles ligures vues jusqu'ici sur
I cran.
Nous avons asil A lessai de ce
film et prournns affirmer qu'il ne le
cde en lien aux autres lilm*projets
pendant la saison tan! au point de
vue des dcors qu'en celui des
intrigues.
9^"*^^^" ~~^^*am^m**^*m 4ssiBanMinsknssBBSBSjkS|
AlhftDCe Franaise
Le Concours de composition Iran-
tise aura lieu samedi matin, 21
Juillet, ds 8 heoras prcises, LE
cole des Saura du Sacr Cour de
Turgeau.
Le Concours deDiclion franaise se
fera Cin Vtmtr. le lendemain
Dimanche m itin, 22 lu Met. Il corn
menera 10 heurts et l'est pis
public.
Le secrtaire adjoint
Camille Lhriseon
Ecole des leieocesi
applique!
Le Ire aration du eofieonn lad
mission sel Sie au lundi B8 juillet
Le registre d Inscription p*t ouvert
au sig de I tablissement tous les
jours de il hi-uies I midi
Port au Prince le lo' Juillet li)>
LA DIRECTION
sont achetes ef employes
parle monde entier
^^JBt"3,,|"","%
A lu lancs mission des K -.! un ili i:m a rendu
en premier lieu, les dcisions sui-
vantes :
Affaira iotroluitepar Klvnrl Ga-
1 -au et consistant en une rclama*
ti m d six mille dollars pour plu-
sieurs portions dterra avant servi
la construction de routes publique*
Turgeau. La Commission commet
tomme expert l'arpenteur Elie Sain-
tenge, aux (insdml tablir qui doit
on attribuer lacration de ces roules.
A l'Etal pour faciliter la circulation
ou au propritaire pour la mise en va
leur de ces proprits?
Affiire des dames Laroch '. et
concernant des dommiges et, int
rets, d'aprs les clause* d'un bail,
pour la mtison ineen lie au Cap el
loue l'Etat. Li Commission er-
doons une enqute tendance, prouver
qu'il nVal imputable l'Etat d'au
cune faute prcdent le cas fortuit.
L'enqute aura lieu au Cap et au sige
du Tribunal de Premire Instance de
ceite ville. La sentence qui l'ordonne
est signe sous rserve par Mr Si an
ley, un des trois membre de la Com
mission.
Affaire Henry Chauvet. La
Commission s'est dclare incomp
tente pour statuer sur la rclamation
remontant 1910et par consquent
postrieure au 3 Mai 1916.
A traire Edmond Coicou et con
cernant des arrrages de pension re
montant IgSO.
Incomptence del Commission.
Il en est de mme pour les rcla
mations de Borgella Svre, pension
13 Avril I9 7 : Me Baillv, pension
1er Mai 19 7 ; Plion Slvau, pen
SUD 28... Mai... I9I6 ; P. Jean,
pension 22 Mai to20.
La Commission a pass ensaile A
l'audition des affaires affichera au pla
cet de l'audience.
?flaires Mackl'uif et concernant
une crance de feuilles d'appoinle
ments. En raison de l'accord entre
le mandataire du rclamant et le Con
seil du Gou\er:iemcnt, la Commis
sion a renvoy 1 allaite la sance
tu 2". Juillet pour permettre au Con
se M de nlrouver les pices aux ar
ehives et de les pro luire.
Affaire Kgina Mode et consis
tant en une crance de ;iiO gourdes
pour augmentation de di gourdes
sur les loyers qui taient io gourdes.
La Commission Blant pas saisie
de la rclamation, d'aprs une sen
tence rendue, a pass outre, euatten
dant une que le ncessaire soit fait.
Affaire Marius.Nicolas- Crance de
feuilles d'appointements.
Me Corvington, au nom du Cnseil
du Gouvernement, a fait la dclara
lion de principe A savoir que la Com
mission doit dsormais allouer toutes
les feuilles d'appointements vises
par les fonctiounaires comptents
du Gouvernement, pour la raison ju
dicieusc que certains registres d
margemuts tant gars, soit dans
la eatwtropht de tal2. soit pendant
leur transport ou pendant qu'ils se
trouvaient pleme au magasin cen
rai, il est Impossible d'exercer un
contrle La Commission veillera
simplement ce qu'il r.\ ait jjas de
double emploi
Albin Charles Meniot. Me Etienne
""bon, uon mandataire, a dit se ren
mer dans les conclusions de mil
m moire,
Le Donseil tant d'eccord, la Cotn
m.ss.on a dclar l'affaire entendue
et en a ordonn le dlibr
~ Afiaire Auguste Alexis. Me Hu
bert Alexis, le msudaire,demande la
paiement Je la crance pour meubles
vendus l'Ecole secondiira dos Go
naves.
Me M intas a dit que le Conseil vu
l'inventaire en rgle qui a t soumis
dans le temps, conclut l'admission
del crince. Affaire entendue. la
Commission en ordonne le dlibr,
a dclar le Prsident Abel Lger.
Affaira J. B Praaeis et relative
des feuilles d'appointements. Me Cor-
vington s'en rfre 11 l'esprit de jus-
tice de le Commission pour contr-
ler les visas, aucune pi-e ne pou
vant permettra au Conseil d'avoir
une opinion personnelle.
Aflaire Pouj d et PU renvoye.
Ail aire Paulus vtolire et relative
des arrra^-s de pension remontant
Fvrier 1910... et l'arretanl ;'
Juin 1911, date laqu Ile le paie-
ment a t /pris.
Sur la q leslion du principal en-
train oit l'accessoire tablie parle
mandattira, le Conseil s'en remet
l'esprit d'quit d la Commission.
A traire No 109 introduite par An-
dr et consistant on une crance de
bons et .ontre-bons remontant
1914. Afl.ire entendue, le Conseil
ne pouvant avoir l'air de plaider
contre l'Etat.
T. S.Sim. Arrrages de pension
rem .niant | juin 1913. Mondataire
Lon Louliis. vffaire entendue.
Dants Beilegarde. Affaire en
tendue, a dclar le Prsident ; la
Commission est suffisamment ren
se got parles c inclusions du m-
moire dp se pir le rclamant et
celles du contre m'moire du Conseil
qui est dispens daccompigner les
si-mnes d'obsprvation orales.
Moravia Morpe-iu. Arrrages de sa
pension remontant plutt a 1918 et
non A lyifl aprs la dissoluti -n du
Snat, comm- cela pouvait lre, le
rcUmant ayant -t ancien pension
naire avant d'av .ir t snateur.
Le C001 il a conc u a l'incomp-
tence de la Commission pour statuer
sur la rclamation porte postrieu
rement la date 3 Mai 191 et non
tvant.
Antoine Pierre Paul. Le rclamant
ayant signili h l'Etat la cessation
son projet des feu II-s d'.ppoinle-
mantt, l'tfflairts est dclare, enlen
due Les affairra .No 97 et 10 j sont
galent- ni ent tesnarettgesChriza tl Lon Pron
sont entendues.
Pour l'affaire de Mme Jn Fran-
ois consistt en arrrage de pen
sinn remontant Avril 19.4, le Con
seil ne peut admettra la crance qu'
partir de Janvier Iyl6. n'ayanl pas
les lments d'apprciations nces
saires
Me Lon Louliis a obtenu un dlai
d un mois pour faire venir du ntr
ternent du Nord les feuilles remon
tant Avril 1914.
Ut dlai de quinze jours a t ga
Iement accord au mme mandataire
pour les rclamations identiques de
Michel M nd,ir, latbtau Auguste.
D. Charles, Franois Victor.Sonthon
nax A exandre, G. Mondeslin, D. Do
rat, Prcimus Mompremier.
Entendues sont les rclamations
prsentes pour retenue de 20 oro
delftl par Etienne Louis, C. Appla
gniai. 1.. Alphonse, Etienne F. Salo
mon.
Affairt P. Bis-on et relative aune
cr-nce pour appointements ds. Le
Conseil est appoint a prsenter, se-
lon la procdure de la Commission,
un contre-mmoire sur cette affaire.
| Au moment de ntjin,
les abords de i.otre iainn,
occups par les pom^
L'incinration des 1
de la Rue Dants
cauK quel jue moi daMM,
delaTeixasOilCo. dotl
se trouvent au local &[-
Savonnerie et comme le t3
avec une certains intenailf
piers onl \ile accouru et
jusqu'au momeotoroiu
la zone o se fait l'iocin
Nous esprons que deti
seront prises en vue d'
tour des accidents de ce 1
1
Mytrievx g
Un ami intime du
llarding se br
velle chez le
de la justice
On a toujours tort. o_
l'ami intime de l'Etal.de_
on a encore plus tort de
cette opration danslesapptri
du ministre de la jutice.,.,1
Smith, grand et riche bu)
1 Oh io, .1 donc ou doublent
de se suici 1er, Washington
un des amis les plus iatinei
si lenl II irdingel il choist,p
limr avec ses jours, leeeloa
culier de Daugherty, iltorw
rai et ministre de la justice.
On pense si ce suicide M
cher l.s langues Washiogtt
Mais, au grand tort tel
Smith, il y a une allnuatios
qu'avant de mourir, n'ayanl
me ni enfants, il a laiss 1
fortune M. Daughertv, ai
la justice.
C'est une excuse...
Hier aprs midi ont eu
railles de Mme Padmon Tl
ne Itacilia Armstrong nos
ances la famille.
La (in-'elte Blanche Taise
pour Caves, Same'i 2
nant fret & passag-rs.
S adresser a VIr Jules SI
522, Un; dis Fronts Mt
lXcole t lie U
Dimanche 22 et lundi flj
aura'leu I exposition ntr
ou\ rages de l'Ecole Elw W
rige par les Filles de Mina,
Centre. .
Les locaux seront ouTerai
midi et de 3 < heures. 1
Vous Mes invits ^
travaux de lingerie el eosr
dames et d'enfants, la
dessin, la pAtisserie.
'il
Parisiafl^
JEUDI
l'i
avec Jean Da*
'= poques t ps"*
Entre: 50csnlis*
Prie h pe?onr"iiii
Cuba de venir > m' f'^i
chez l'Ag ni. pour V* itf
dmarclieslall1ivaneeoJfl|
toucher ce port p^rlejsp*^.
na) aile nombre de PJfjJ
crits^u le fret offerte;^
L. Preetnn.on Afgerko!
(
li


LETTON
\3m
QUINA-LAROC
TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGE
E.eomm.nd^tou, 1 Mdecins
lup^rieur tous les outra. Tina de qulnaun. .1 ,,i r.i I '^
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE o APPTIT
DBILITE, CONVALESCENCES, FIVRES
tN VtUTt MM TOUTi. LSO BONNE. PMHg,
Etiaerl. Vta.TA.Ll qomA.llAHOCHa
mil
|C". PAPM.
AVIS
AparUrdu30rouran,
boire magasinde vente
sera transfr dans Fan
rien local du Comptoir
Franais, angle grand
Rue et iticnne Foi.
2 Juillet 1923
Simon VIEUX




la fabrique
Ohio, 17. S.
Akron,
A.
Nous informe
S?iii?ra,lc,e c<>"|, automobile Internationale ds
JJ5";U00 kilomtre. ) a Indianapolls U. S. A.
*mv \ii? Ie l)l'G,lll'1, l>''Ix t remporte' par Mr
Ufin. 1! ou *vec lin' vkasse [moyenne da 91,41
Pr heures. Son auto taint qnip de pneus
_ Hli KSI ONU
fs(!!ialr* limier prix ont t (jaunes par des vol
unnt de pneus FlliESTONE. Huit voilures sur
e la solidit et
supriorit des pnsus
.... ua pneus i
pj*00nant avalent des pneus FlllESTON
ItUiJ mo,n<*re accident n'a t slunal pour les
Cj,aportl,lt l>neus FIRESTONE.
lia r2ie.ncopc nouvelle preuve d
IJsjJJ[ace qui font la suprior
^"vSiui "6 pas avolr des lmel,s FIRESTONE pour
L|lHETZMANN-AGfiE8H0LM
Kac fia (J/ Soi QU'ON DISE
QUOI QU'ON FASSE
m carbancoart sf
| el sera toujours le meilleur
Surdit
Gurison absolue des
bruits dans la tte par LA I
M LENato nouveau remde
cont.ru nta qui opreLostan
tanment sur le* parties
affectes toujours avec un
succs complet et perma-
nent.
Iles car-i merve'll uses
ont t enregistre' ada-
me K. Wilkln on.ds Stroud
noua crit. Je me stn* une
femme nouvelle oar ,e puis
me reposer maintenant la
nuit ce dont j'tais prive
depuis lenutemqs.
(l'est un remde merveil-
leux et je suis heureuse de
le recommander.
Itien n'gale cette nou-
velle prqaration et toc
ceux qui souffrent de celte
maladie devraient l'essayer,
Prix par boite, expdier
nos frais par par la poste
quatre shillyngs, six pences.
L* RM ALENE Co 10, South
View Wolling theis. Dnrtfond,
Kent Angleterre.
Effets adirs
Mr Andr TORCHON, aynnt ga-
r W rcpiss mis en sa faveur au
No. C tl', par la Commission IV-
quire, pour la somme de Ville renl
cinqiiiiiile.-qii Ire-gouides 367100,
(01.154,38), le dclare nul: Duplicata
en sein requis pour lui par le souli-
gn, aei mandata re.
Port au-Prince, le 18 Juillet 1923
Llio MALEBHANCHE' av
Le soussign mise le Publi- et le
Comm rce en gnral wiir adhir
les effet? suivants dlivrs par la
Commission Sambour:
1 un effet au .No 93 rge 100 s'le
vaut $ 200 00; 2 s un effet au No
7 psge 100 s'levant a 250.00; 3
un eff-t au .\o t5 page 90 levant
300 00:
Faveur 0. Hector, Pli Raymond el
S Cyr. Il 1er dclare nuls, duplicata
devant en etre dress.
Port au Prince le 17 Juil'el 1923
Si Victor Dtnior
Mr. Edse Gousse, bnficiaire du
rcpiss mis au No. N 161 parla
Commission Fquire, pour la som
me(de Sept cent dou/( gouides8"|IOO
l'a adir et le dclare nul: Duplicata
eu sera ri qui- pour lui par le soust
gn, son mandataire
Port au Prince le t9 Jui Ict |H2:<.
Llio Malebrinche
Le soussign avise le Publie el le
commeice que le lcpiss, No F
3S5 de quatre vingt neuf gouides
10 reolimea ( sy>'^ ) ^mis en faveur
de Km liCC'iile par la commis-inn
Fquire a t adir.
Bu enqu*noe \\ le dclara nul
duplicata devant lui en tre d ivre,
l'oit au Prima 1- 14 Ju I et 19)28
C. IKlSlIt.N
r - '
administration Gnrale
des Postes
Avis de dpart
Les dpche p mr New-York et
1 Euiope, via Nw York diiecl. par
le /'s Cristobal, seront fei nies saine
di 21 du courant, a 5 heures prcises
du coir.
Poit-au-Prince, le 18 Juillet M2J
f
Pour gurii ou viter *
* NI #..<, CONITIPATlON
CONOF.STlONS-erOUnOKSIMCNT.
IL SUt FIT de prendre
A l'un de vos .- pat
loua la* e>u )our aaul.mafit
uns Pilule du D'Dehaut
147, rne du Faub* St-Denis. Pari
Mais il faut exiger Itis vritables
qui sont tout k fa.lt Hanch.a
at tur chacun daaquallaa l.t .ou
DEHAUT A PARIS
a*nt ,r*a H.IWawairl lmnwa h ta
Paul E- Amila
\vcc les arriva^ de* derniers bateaux, noire stoek esl preaeju I
rn..v*>au,
Nous n'enu-nero js nis. qu'il vous suffise u> >avoir que veui'ssii-
vez trouvf r 'oui c* que vous ave: besoin et do meilleures son eu
lions que lins les liq riJations extraordinaires, ou daus iaa Maieew
qin donnent poiir rien.
Epat-n's ? sont r-os rroes d- chine suprieur, Seie la^aJils,
Tlfltan nonR" tan'aisi., Pl-^netis couleur. Sooiira pour^hosMUi
rnifttj -uur, Souliers pour temme*. roolisn tennis, Fleari st
Frriisen guirlandes ro-ir chsoeaiix, haptnx de parlle nua d'Itaii
pour hfnumes Tontes garnitore? pour robe* cj cbapea-ix. Rnbsus
rt-ent on or, Bmdea x, Evantails fias, Mes de soie exlra, Parfusaa
Mseli los me Heures marque. Hi ie*ux liiUe ei Guipure:
Vififr; notre dApol Ho meubles, lits, armoir*-.*, carpete ete,
. PAUL E AUXILA.
Due* Travetsire $duMa Fulton Shoe Polisli
Company lue.
heu-York
Si VOUS vou^ tooMg* lu peau Jt vos {kauuurs
>i tWM voul* -* un brtlkm hitmi* durmk
Si vous voulez la couleur et la souples* i* #
tbaussurn pe uiani lon^umus, tmftafttj* '"*"i*9
\1U\0GRA\1.
abriqu*e fO*S ahmtnipour les dmes $t les gnlUmm du higb Je*.
Elle protge la peau des ct>iussur$s contre mimiditi tt la chatgnr.
ElU lx$ntrtiient leur soub'ttst tt conserve leur brillant.
DemanJe-X la utarqiit M^NOGRVM c ut la mnllenr de tauin J* mmmt:
Geo. JE iNSEBib Aoeoi pour Hald
baWWBA^ab' Accourez chez
Harr| K1NNEY
136G C ann'KtiP 13G6
Car il vient d'iustaller
une nouv lie pompe a
gazoiine. Celle pompe
tsi du tType iisiijece
qui permet aux clients
de voir exactement la
quantit de (jazoiine
qu'ils achleul
les clients y trouveront
yaleineiil un rservoir
air pour gonfler leurs
pneumatiques.
Accourez!et vo.isserez
satisfait.


L*-HjlN
ans un Rve rn La maison kope Rh,
Vaillant tf Mou* Igenta gnraux, 17 Mot s* jjggjl *>M
oiaiid Htel de France
Ci rar ta filiation unique au antre des aflairei se f*lillilljaj>ns
rlus ave iamoit nu public et 9es nombreux et distingus mtatt
dour sa CUISINE striante et tout le coniortable ncessaire aux *oya
gevrt de Cou merce et particulirement aux commerants de passage
a Pori-au Frinee.
l'htel dbite par Gallon S par
bariqws des Vins de bordeaux
Rouge et blane.
Ces Xins stnnytt directement de BARSAC et lewt* ^^-J 9W
tus de iami s nous pouvons le prouver par des CcJAriMtidi que
nous tenons toujours la aispottixon des CUerite.
Chmtmgn et Vins Mousteux prix
moaiiit. Conserves moutardes fran*
aU<*, premier choix
Bavez 1* Dlicieuse
BOISSON
FRUITA
liien ne il,*mtre uiieiue
Cetlfl boisson in-omparable. d'un* aavtui [
xqulse une n l'arme des l'ruiu, ee pr-
pare instantanment iaat fui al termenta-
lion en Mtul simplement unecuimjri aV|
HUIT A i I i, Ittrt J'aU.
Exieti surtout (t nom Fi-'ilta atp.it, qnl irai I
gvrtnlit un produit /or/'', i&r il agrtUtl
CiTf't ItSSSSl Iriurtut rt I " flUauitiliat I
Reprsemmiu : Comptoir frenoo-Kaltier. I
VAILLANT ot HOUET,
u:o, im ji icibii-iHEut. HT-u-nuciT
'
4
H
I3 liai inacie W. Buch
Porl Fournitures pour
Laboratoire;
Lampes alcool, liai Ion en verre, Verres gradus, Tubes
Lsai. Mortiers, Entonnoirs en verre, Papier filtrer
etc.. burettes gradues de 50C Cet Supports burettes
Lames et lamettes pour m.oroscope
Couleurs a aniline et ractifs
Solution de May-lirune a)d et tablettes de Jenner pour
la coloration du sang.
Balances I rbuchet nickeles.
a Mam de 1 25 et do l ICO ( entigram ne

Hlel Excelsior
CHAMP DE MARS
Situation exceptionnelle. Se recom
mande par une installation de tout
premier ordre et un service irrpro
chable.
L'tablitsment esi ia disposition
de* famiUas romm<9raris9particulier
toyyui etc pour pensions, banquets
dj unir s, diners, lunch, ete, offrant le
maximum dy Lonce et de Qn/ortabl*.
v.
S ANS DE DOULEURS RIIUMATTSMAI ES
GUtKiES GRACE AJX PILULES DE WITT.
I ur aafln dtbairraMl !? ses douleur* rhi ma
..maie aprll cinq an da niffrance*. telle aat
lheureu*e explrieme .) Ml D l'.ell. Or. peut
panaai qu il r>t Mais wwaraoabia qu'un tant
peut nombre de Pilule IV Witt puisse affamai
DM i frison rapide mai* IWM en Coarjseont
fort b.en la ruisen le* l'ilub- l>c Witt ionl
i irapoaai de tell* sorte qu'aflaa -* ret.d'.-il
dirwrlaiwl aux reins mon pu dut le cnaj
intaetinal) et oprent 1 quation de tome* !*.
parti, ulr. t1 toxique* erlatalMae* presstes dan
'- i;: [Ici personaaa qui tou/T.-eit de tboauv
I goutta, sciatiqutr. et. I.i (ail |U .
li II n:. jaauUl eu de nouvelle* atiai|M>.< eopalitba
- ti a preuve nnv.-iincante de >-e i;ue le* riiu'.ea
D* VV n aocomplitMPl bian la taclM dooi elles
t i harga^N Llaoni dMc tevtu!lemeut rt
quV:rit Mi Daniel Bail ;
" Depui plu da cinq uns ir v.u^rai il
tetriblaa doulenra rtauBaUamalei qui ne tanaiani
tout le dot. Les dMlann talent trilTit.it
trrriblet que j'avais tuut ji.slt la force <> ne
trner J'avais essay remde sur remedr. dans
!'aspoir de trouver quelqur chose qui *. ulageran
mr ouffrani >. mais tout tait inutile In
Plhilaa Pe Witt pour les KaJoi et la Vaaala
m ayant t recommandes. ) en achetai une U'ite
et. liient'Pt aprs en avoir pris seulement quel<|uaa-
nnaa, je commenai 1 me rendre compta du
merveilleux remde qui n'tait ofVrt Aprs en
a. < ir pria troll Ixiltts, )'al le phisir de veaja dire
que je me aeni parfaitement bien t puj* taire m'.n
travail journalier sans plu jamil raaaaatU la
moindre douleur."
Preuve de gueritoa durable.
Sapl ans plu- tard. Mr llcll, qui eut lKe de 7.'
an*, nous dit
" Ja n'ai jaaaaia raaaanti a no-jttau le doulaurt
aeeablantas dont j'avais souiart si longtampa
aaftaMa.
M3, C.lou.eKter Road, recknair, Vni Si vous daairaa aW* rsultats immdiats,
procurti-vous
PILULES
DE win
POUR Les REINS ET LA VSSSIC
', plus grand itmldi du monde pour
La* RHUMATISMES, DOULEURS DORS M B,
4 ton iaortirea des
REINS ET DE U VESSIL
Laa Pilule Da Wi:t ani m vanta ttana tAotns lea
Aarmacies da monde en.i r U ,. a
aontieot J fois | plis que le peut, m roua tproavw
Moteioedifaenlt i r. f' 1* Wui adre.it: vus ou renaetaviaI
| f iaasn ^saisj |sii4 f+mfj*
Reprsentant de Barton $
l Bardeaux)
Avise sa clientle qu'elle trouvera en stock Via.
& Houjes reus parie vapeur "Martiniqu, u"?'
que et en dem barriques, Vins en caisses "M*.
rieur si Julien, St Umilion Prince Noir Stvi
l'onlel Canel,CliaU>au Poutel Canet Sautmisfl
Harsac, Cliateau Alargaux,!lliatcau Latour, (W
teau Yqnem, Chteau Latour Blanche
Beaune, Pommard etc.
Les VINS blancs & rouges en barriques coud.
ment a leur qualit sont d'un prix extrmemWi
march. B*1
Ils sont livrs avec toutes les garanties de eOnsera
I^La MaisOn recommande sa clientle du Lttt11
dense et vapore danois de qualit suprieur* s
prix dfiant toute concourence
4.DAMSH DA H1ES MlLK EXPORTA,
Roytl Caf
En face de la Banque Natioi
Propritaire : Annacius INNOCKNT
Ce nouvel tablissement se recommande par uni
irrprochable, des consommations de premier
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par du
lionnelf de j|iand meiite.
Installation parfaite. Prix modWi*
La Maison H.SlLYEI
La Maison H. SYLYERA se lait le nlaiiir d'inl
nombreuse clientle qu'elle vient de recevoir, pTi
derniers sUamers, les articles suivants, de toiU1
cheur.
Drill Union couleur anglais, divers s qualits.
Driil union blanc anglais
I >riil tussor
Giiapeaux de paille fine d'Italie
Cnapeaux feutre liorsalino
< aiapeauv demi-feutre Borsallno
Cnapeaux demi feutre d'Italie.
Cnapeaux velour d'Italie
Vali* nianc A barres & mouohes
Pique toianc suprieur pour jupes
Peruale blanche sup.
liapuste fine pour chemises
Haune nlanoiie
Gabardine blanche barres & unie
Zspnyr anglais pour chemises
Kski Jaune superleur anglais
Kaaii jaune anjials extra suprieur
IvukI manc
Avriil blanc anglais suprieur
Eolieiine couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons ooui & blanc suprieur
Paftiinueach y ris anqlais
Hiajunait; noir
Alpa.ja noir
jWaMajiT anulals assorti
I minasse pour matelas anglais, double largeur
Uryandi suisse brod couleur
lias a jours
liausseites sup. pour enfants, couleiirr WaH(
Satin de chine pour tailleur
Lusirine pour tailleur
Lotions i'ivert
Voile barras soie anglais, ooul. A blana.
1 uile pour 1re Communion
J oile a voile pour cadre
1 ussor Japamus pour Chemises hommi.
loue a voile pour voilier ete, etc, etc.
Une visite la Maison iilvera vous convainc!*
bonne qualit de nos articles et de nof P* f
lo plus bas de la place;est-ce pourquoi il natf
do jour en jour de nouveaux clienta
loi pri il Consolida
Company
Socs, dej E. A Oi'iio & o aWli &
2 R-ctor Sireet, NIW-YORl. 9*
Cuirs et peaux
Ses 11 ^^"iVote,,, fj*s m q,-stc nrim'l" : aaaa4
NORIIIfKID REXCUFFORTIS^DK*'
Tissus et Cotonnades
FrodQit ttlim uii -W
Gre !^i EjJ
:.
MA lichi f*f'
ma i"7


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM