<%BANNER%>







PAGE 1

LE.MABi.N r-*-* verte, n'est pas trangre l'arit des ngociations. Les dlgus am ricains ont adress aux Turcs et aux allis une protestation contre les pri vilges accords des Compignies briUnniqus et franchises. Un ignora aneorc quand la confrence 9t.'ra re prise. One mesure belge HRUXKLLES Le ministre de la guerre a dcid de retenir sous les drapeaux les classes 1921 et 19S1 eu raison de la ncessit de maiute uir le nombre des effectifs belges dans la llnur. Les troupe; s'lvent 10.500 hommes 1 • ch;Heau de jorn en aotivit L\ H\YK -Li retraits de l'enbaiser I i n prsente depuis quel qui' temps une activit macontumee On \ observe de frquentai arriv.* d'Allem ign donl ls p us r -entes sont celle* du prince K'tel Frederick et du do dur II if irichi %  x ministre des Bonnes! de l'Empire. En Italie HOME La dpartement italien fo l'immigration a reu BtO.OO.ide m in le de sujets italiens qui dci raut migrr aux Etala Unis. One iolervief de MllS.'lkill) P.icil.l .IKKL'SALKd—Un gouvernein -ni arabe indpendant pour la Paleati ne,r'est le minimum acceptable p >ur la population arali a dcid Muta ka un Paoha, praid nt du conseil excutif le la l'aie tine arabe, dans une iul rvievi donne la veill* do son dpart pour Londres, o il s effore ra d'obtenir la reconaaLsanee wfltift L's Cours %  r S *. s t ,i\KW YORK 18 France Sterling PARIS i.t Dollars Livres ir, s7 4,5888 17 06 78 i5 r **m Conseil d'Etat Compltant notre compte rendu d'hier de la saaceJdu Cooseil d'Ktat nous informons qu sur la proposi tion du Conseiller Dansons le vote de la loi qui rglementa l'importa tion, l'expert ition et la fauta dos toxiques, narro'iqucs a t suspen due pour tre repris la sance de lundi. On est a l'article 1 1 et oeil loi comporta trente tion articles et un article additionnel d • laseclioo. Avant do isver tu sance, le Con seiller Pr/eau. rapporteur de la SL-C tion de 1 Intrieur, mdgi sa dd mande n'avait p i <1 > M n. lecture du rapport a ai a norme le S cr taire d'Ktat de l'Intrieur d'acqu rir un immeuble sise rue le la II nui >n l'iraiuoplie au pilais >!••; minuteras pour causa d 'utilit puli irl. Le rapport ainsi que le projet de loi q ti vient rgie, uenler l'ouveriure des roules et ruas soi la voie publi que avanl t disirihu. la diacusiioo viendra immidi de ne il aprs le vote de la loi sur las lsion is. • -suiSiGS, Mn&iiques, C&nvalesoents vc ,'erouverez les forces perdues en prenant j/EMULSION SCOTT t tonique par excellence, et trs facilement tble, proprit qui la recommande aux estomacs a.< : ius dlicats. Cour d'Assise* Condamnation mort Hier a t entendu l'affaire Bellau llclande accus de vol arec efEhtCtljn au prjudice de Lelio Toussaint. Le Doyen Darau prsidait le tribunal. Ne l-naid Rtymon, Mini-lre public; Jury \. (i ni-l; C mseil de 1 acm, Me N'.tifrv.iis. rat lie civile Mes l iviollu • I dlin. L audience a ete des p'us intras* saules. Kn lin de Compte l'accus reconnu coupable, a t condamn la peine capitale. — LU'.di comparatra devant la Cour d'Assis s, Arislobuie Mo?e, londde piuvoira,SOUS lt prvention d'abus de CO liance au prjudice da Dr Christian Nicolas, de Dieudoon Louis, LouisGuria stBmm.OdiId), Kti33ignement. necondaire classique 1er cycle Les examens du 1er cycle ont pria lin, celle semtine. Sur lai 33 lves prsents par le Petit Sminaire Collge Si-Martial. :i1 ontitadms. Le JUIN tait ainsi compos : Sous Inspecteur Cassus, Prsident, Victor Ualbeau, A .Soray et C. Ferna id, membres. Nos compliments aux laurats. A farinani La fle il linr soir a l'arisiana a l un viai rgal, Allai a de IV i Unes a chant avec cette expression al ;e brio qui fout d'elle une eaotalrio i de premier ordre. Dana la Alla da rgiment surtout Attela a prieur au* dilsltaots un charme d s p'us Agrables. Le prsftsaaur Basse aussi bien Ira taill C'eut un m iltre— Calasato feroale mrite d'lrs ru — C'est pa tant. Complftn ut a slmi Allais et n professeur Basa, Effets adira La sous igns dclare avoir pai lu deux r.'l'pies > s212 el ItOs'a vaut la somma d fi. T7,Hel 130.18 mis en i tvenr l!i si i; ms dcd. l'Oit au Prince \1 Juillet IHJi \>e Jh. StKOME IL S Mavy News Il Juillet Sugge3tion3 britanniques poar restaurer la paix en Chine) wvs.iiv, n > N-ii ,, U ( it qie i a Grands Bretagne a inggerd un plan pour une aciioo conimu is par es puitsaness alin de resta irar l'or Ire ei Chine, en faisant le police ds cotes et Ue l'intrieur au moyen d'une forts gendarmerie chinoi'.e. Les chinois u ont pris aucune dcision au sujet de celte proposition. I espartss cau3ss par le oyelone Paraguay sont estimss I million MOSTVID80 Trois jours de tempta et inondation onl eccaeionn la ville el aux poils de Moilvi dso uns perte qu'on esli ne un million de dollars. Le baron Kvance l^oppse en tat d'accusation pour haute trahison BRUXELLES i.e baroo Kvenc 8 Cjppeeqii, pnlinl la nuerre. ti l pilleur de propos! lion S ds p.ixde l'vllem igu • aux Crmiers mini tr s franoais et blg-i, a ; auvifd* vani la Cour le .lu lias BOUS la pr vonti >,i d'iutallueocearse l en.iemi. Cu es Rteiimaiiou Sance du 13 Juillet 1923 ItlOeil si'olaircs No is avons dej'i prsoil nos con plimants aui laur les des Bravais simple ei suprieur.— Not nous raisons la plaisir da fliciter d'une I'HI' m pai tien liera pu loues anaa d'entie elles dont les noies trdiuMnt suprieures leur d mnaol une pi me l oit < ds distinction : nous nom nous Mas lemoiftel as libert Mayard. Aile lins Maaimilian, Honamy du brevet simple et Josette Salomon du brevet suprieur. — Nonscr >\ons savoir que I > l)partemsal ds llnstroe|ioa t'ublique publiera prochainement les composa itons franaifss les mieux cotes. A sa aimas d 113 courant la Com mission a tendu, en premier lieu, les sa n tance j suivantes Rclamation in'rod i le Joiah (ieffrar I el concerQ nt le py une qui te trouve sur la proprit des dame* Laroche o il a transport p r ordre du Dpartement des l'rav ux Public, pour servir de mitaudr.paau, alors que 1^ Palais N.tioatl oeeupait la dite proprit. Me GeflVa d ayioi l recoin i proprittiiedu pylne pir n. La 6'ommisuon a —lun < 300 dollars I -s frais de dplacement d ; reprsentation ata l'ancien secrtaire de la Lgation Londres • t elle a coud tmu l'B al t\ lui payer cent dollars ea cash et deux cents ou ti Ire Srie B. llcla-.nition introduite par la Western Electrie Company et couc< rnant un>a crance de 2olH dollars M cents pour eff'ts vendus au bar au des Tlgraphes. L'Ktat e>t condamn payer la dite valeur,soit cinq ca itl d x huit dollar soixante dix neuf cents en cash t mille cent dollars en litre Suie B. Affaire No 139 i droduits par M ne Vve Lunirliiiierc Denis et cousistiot en u le crance ii sd;va it cinq mi le cinq cent trente trois guidas. Affaires entsn lus. .V't lire L mis G iMliume portant le ninn Iro 51 L' r limant. Minent, est appoint v.-riiier le registre des crances av c le C'onieil da tiiuver ne tient. K'clamilion N > ti intro luile par Ho i!i mn l et concern uit une crao cid • cinq cent vingt gourdes pour a.),ni itamintsdj jastica.MinUUlra \ir Pr.ii-oir. Li C mseil S'en remit .1 l'esprit Ai loatbsda la r.imn'Siiin, n'ayant t ouv. lin-, la rcpiss obinrd avec le Oonssif. C'est p iur q loi il tient a sa requte. Pour mettra les pirties l'accord le Prsident ibsl Lg -r leur a dit que leurs rpliques dj M leigosi leur donnan< nmples satisfactions. Me II i licotrt n entuits expliqu a ix msmbrsa da lat'o nmissioa qu'on ne doit pis oafoojdre la crance de Ciuliiier Vt 10s avec I s effets pu bues nsgociiales, pour n'tre pas des feuilles d'appointeraints, ni des bons ou contre-bons. Four ce mil s'agit de la mention paye, on pourra procda iu mvestigaiions. On verra a W r, nance n'a pis t acquitte. (VI une diffrence entre une otj qui porle le timbre p^y et • %  porte la mention acquitte, M avait prsent le raandut ^ ment avec \? timbre pay, 2L vait pas eu le temps de toast* j vnement politique l'en 3? eb et la preuve se trouve fiit que ses hritiers sont 1 possession du mandat de _. non acquitt puisqu'il se trosni les raus d'un particulier dont %  clamalion est debout depi || gni-e aux pa-sion* politiqnsas lchaient pas leurviclim. M 3 Cirvington. inte-venial,tl fait pour remonter le courtst'aj saut ses connaissance* de \\ dure la dm mstration de 1*1 tas, "..-lit pirj renanire la* sa, an poinlo v m'ait ei venir lit SMI. MA Tu lie jrt l'acoilriielW cisiM', sius pi ie l"ili)siry lasresu insibililsqii s'ensiiivnjd La Co.nmissioa. les laits pnaj a fait consigner q-i'aprssvsiri du las parties, elle se rserve 1 libr. Kt la -mee, vu 1 heure m a t leve. Air Maumus remplacsl visairemant Mr Mord sionnaire C.'.-l I.t-impalliique Monsinrj J. Mtiumu-. Bcr-vt-ur g^nlj Boun-s. qui, depuis m. Ii Clumbndei esi ns a voti cal apr-midisa I simj lectiri un projet d-s sul mis par le m ijor Bolwiitle, libral, projet de loi qui isljn plus h m point toutes \ Ai qie l-mrs maris trompent, sj| ont h cruaut da ne pm H les empchant ainsi d'obeairM virce. .. J Le Matrimeniil cause biiu voit, en somn, une rensioii ploie de la loi de divorce b* qac, et se adversairw 000J prtenlent qussi elle est apjir din^ le Kixaurneloi. !•• *J et l-is Vnglaise peurroal ••> se quitter et se reprendre""' aiiJinentquo leurs cousine c Atlantique. Acluellemml, une fenmeM obi nir un decree nuiiin de divorce ; que si son eqwM manque de fidlit d*abordl"S fait preuve de cruaut oirabanli.nedfinit'v^, l'n homme, par conire.Fj mander le divorce coalrt " % %  ds que l'iulidlil de cette<" est pro ive. .. ^ Il va lo.c injustice. %  j fministes ..•• ^ % %  •HSl plus fieiiemj.il le divorce %  lemms %  „! Les adversaires du proje proiioncerenl des discosr Le dernier des onM-. .rrand-srb-vaelfsjgn lescons.piencc-de'eduHJT aurai graves.die* IheaujQ la femme fut tr* mj^ L'ass -inble n'en votai'" bili en Iroisime lectureL Einpi'w"l vier, 5 Prie Ls personne "J Cubadevenirsinscn ^ rhez l'Ag nt. l''> r JLuA dmarches* I H.^ eB |r ;l toucher ce port p rie P^l critsoulr Mi'Mf'lw/it-H l, piecUMUl0Af rH



PAGE 1

UMtlN BELLE PTIliiiE a duz JT ois • :r : PILOUS ORIENTALES ta | t *#* tfd d£vl Ly'L' >t1r< **,.!, gr*UUtUtl kt Mk k ritiorot IN MUM HHIM 4M 1 paum i donnent nu boita un pMtroi nbonpotnt. m flir*-' '"* f %  • •** IvwMa'W*'!" 11 -niJ'cni J.KAlf.lt*. M^EtliitaHr.nrn >K 2S&| v 4 •1 hniU< MM Hiriw; fouvemi'iil It's ffavir.'s |^B tapeur Cirna arme nnjour(Je.N'-V A i p'-ur les porta du L Posidon venant de llaw, Amsterdam, Anvers, Cappri*, esl arriv aujourd'hui en la pour 8tatingo de Cuba. Manln, Kingston, Puerto Btrrios, et [ogston.Auront venant de Kiugs l et du Su', •*' attendu ici au nJ'hui \i $, en attendant qu'une acw divorce lui soit intente M Priai*, .-a 11 Juillet I ;$ Ostinel OSTINE La fabrique Akrou, Ohio, 17. S. . Nous informe : Terni, in, l>'emlciprix .-, c-u remporte par Mr m espar i, ri, * C ""V 1 **"' moyenne ,|I 91. m ,,! """s. Son auto eiMini qulpe de pneu /< IRE SI ONE ^>orn:„r^r s,! ,a po ~ P1RESTONE. Mipiioni.d, s p Ileus vo!re vlln'ore" 6 ^v^rde. pneus FIRS&TOXE pour L. PREETZMNN4GGEBHUV i.ae r/* e *>i *P' L'tablUstmtnt esl M /fapoaiHbn * familles, commervauts particulier '•oi/ateur* etclpmtr ptt.siotis, r;/'nat.s ^venr. rffnst /une/, e / o//r7nl la w*fmum f^/J^iMCf ei* l t mttMar Jilo*m ks m~~u < Geo. JU imMMh A^ui pour tum r* — %  Pharmacie W. Bueh Port'UUmPrince Fournitures pour Laboratoire: Lampesaalcool, llallone en verre, Verres gradus Tubes a hssai— Alortiers, entonnoirs en verre, EJ * filtreT eto.-liurattes gradues de50C Cet SupportVbureSe. Lames et lamettes pour m.croscope PP to r ttea Couleurs d'aniline et ractifs ratol"r.tfo 8 „d a u y .r„ r r a d """•"""-'•P.Balances l'rbuchet nickeles Mam de 1 ;, 25 et de 1 ,00 ( I.ntigremme. Paul EoKila nouwu! Ma fi age8 *" i b ,ta no.re sIOQk „, ttm ae Epa^ms ? ,.,nt qw cri>s .!> cbliM noktV So>-| a .Kis TiNoi poagiian.anif, Pi-,mvis c ,uk,r. s ilw tfrfcS %  •IjtoMi^olunpour leai, rouli ? r. iff^GTS rrun.an Wlrla f r01r chpetul. haptau, -le p ril 'fi ,1^ ^ pour hcmmea I oui -s R arn ( tu-e>. pour rotM. „.i c D '. ,. RiT! %  e.. da-rn,, ieuff.ni.rq ae. I{ la. 0 i tuile ai H^X m V.rz,.o.ro dpt de meublai, LiU, arnioirai. cerpab eto PAULEAUXiLA nue* Iravettire *f vQ#m deCKta* Imprial Consolidated Company iMt. d., F. A C.r..„ <„ ,*;,,, )K. toi Slte.c NEW-YORK, USA. CMire PI /}((„, Stula distneetevri d s rrarouesrt reaamrn %  NOmUi KID REX CALP FORT1S SIDES e, c li**i/ et Colonnades Prodoit alimentains < "*%



PAGE 1

LJ kAllh URODONAL Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravele Artrio Sclrose Obsit Qui rul re*tor Jeun" et sHff lesrhumatisniea.led-.irtisaerier.l d.-. artre Paa1iU*n>t1 0 relna. Ira varier* cl l'obrait* dot liminer !'•*•*• d'aride uriu..-. ce. r-c*on Ce notre orran>*me, et f..lr des cure rgulire* dURODONAL. lave le sang l'Indication principal'. <•• J* tr*l^..r... dt I 1*1*0 "^ ""*,* t a.,At tout k •' %  •' • %  ? %  r,rrtrt HMIOA, on devra, avant toute *at. chose, lutter &f v r 1 *>"' 1 T'r . d'aildi %  utmmnt conti-B '*. ment en a ^' ure dfciu rdrcantHOT en emi>lo>ant l'Urodonal • Prefueuf FIVM. rrt de en .m I UMNfMi • M-*n Cm Chsteisin • Vai n cl.r,n Psr'S •l W ph"f* i ;rho S""' !l . """' ciernr. frmmr DlALIROi. i r HNM-i 'lli;JB>no. CardiOPMlUMralfies Vaillanfi Nouai 1/fliH gi' ai f i 7JUMMtfe MigMin da PDat Grand Htel de France 0t par ta situation unique au rsntre %  /> nttnim M retommwl* plus que iawn au public et nomhrnt* et distingus mmu dnur fa CUISINE soign* et tout le c\nm tnbl*n*CM*ur* OUT Yogi genrs de Commerce et particuliremei' aux commerants de passage a Port-au V rince. L'ittcl dbile m** Galtom # par 1 Bariqws des Vins de Bordeaux llouqe et Blane. Ces Xin viennent dircct>me 9% ditnlle qu'elle liouvera en s'rrk VUw bltBfll fi ro*pur. iabliv obaiaiu \qoenii Chatttn LaToof .Blancha. ( Irtniber'in. Peauur, Pommai d "te. \jtn V'nabl'nc* r i r nuffM an bimqoea. co-^n^rativemenl leur u'it pont d'il > fiix ttirmtn ent b, n ma-'ch*. Un sont livr* ave ioul j s les garanties de conservation. I Maison rC m n anHe BOtai v ?a r.ln:al il I aiCoBJeiis M v-Dore danoi.s de qnwltt'' i r t"trt> t d .'n prii dfiant 'oute jurence. HANM 0 A I HlbS MlLh KAPORf % operhagne. eau Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume | pour viter une grippe, prenez quelques Comprims de RH0D1NE "USINES duRHNT Mayliants? Dupont Agent Gnraux pour Hai'i m Voici une (mue rgee de 79 ans qui a t gurie de M4 douleur* •rikulaires el DORSALES. ( MADAME W1LD nous crit : Iiepu phnicum auues Jt souffrais dt tcrriblrs doicurs dans le dot, dans ti.ut l* corps et dans tous les membres : je ue pouvais ->!us dormir ni marcher Dr, j'eus l'oceulM acheter un fl.Kon de l'ilules De Witt, et h\ premire dose me pnmN un soulagement. Aprs un essai de trois Jours, je me sentais tellement mieux et mes terribles douleurs antrieures m'avaient dj quitt'e A un tel point que j'tais devenue comme une autre femme. Je suis If* de 79 ans et, A l'Iiemrt actuelle, Je me trouve en parfaite sant." 8-J, Worpole Koad, Wimbledoa prs I.oi:'!re. I^s symptmes suivants hjlUniWaH tous un mauvais Mat des reins : douleurs dorsales ; enflure des pieds, des bras et des jambes ; urin trouble ->u cuisante ; douleurs dans les muscles et dans les articulations ; gnbt dsagrable tmoignage spontan le Madame *BJ fait ressortir clairement le fait que les I'iiulc De Witt constituent le meilleur remde pour viter ou gurir cas terribles affection daa reius et de la vessie. Les Pilules Le plus grand remde du monde entier p~tr •es rhumatismes, les douleurs HnTusa. la goutta, %  a raideur des articulations, le lombag* la pierre et tous les autres dsordres provoqu* par l'affaiblissement des relus et de la vesiie l.e Ptlala* I>e V\'itt sont en raai d*M loulea les pb iiinacies du moiiMe entier. Le grand flacon en contient s fois 4 plus que le peut. Si ,vous prouve/ quelque difficult lavons procurer le pilules snthentiques De Witt adreswi-vous au rendes visite la -' %  — %  —'Albartipi Rvald, Part-an Prt*e*. ••w I !i > k Prenez le temps S vc vous que 1* forte majoritadei mal*der\ciix 1 Composition Vf^Uk*tUjs*| t. P!i kl-.-ii cevrait et.e |>iis sans dlai. Ci est prpare avec soins et dans dos ronditiou 1 idales vt :st niiicincnt tu d'herbe* mdicinaam B|| •entre aucun narcotique ou (Irogj;dans sa coropaiiaC| p^ut tre pria en lo'ite Ittfati i ...... .;..<>! utpas e**avjrf ee nifUcainaat Composition ^gtok ] de Lydia E.Pinkham: uvr. r..i-:Mx:Jirs Moiei* co. w, •Sa : s ^^mm AVIS Aparlirdu30coui noire magasin de vei sera transfr daoslj cien local du Compli Franais, Anflle (jraj Rue et Bonite Foi. 2 Juillet I >23 Samoa VIEUX SrapWas & Disques Columbia tVctuelleiiient en ^slock le SU|MM><* P et ns Coluinbiii, Nouveau Modle. PRIX RDCOT* Nous avons aussi


PAGE 1

I7ee N 60M Port a ptfau ( mme\ 14 ft&Ulst VfM I0IEGTRUR IPROPRITAIRi: IVPMMEVR Clmenl Afagloire BOIS VER\A 1358 Rue Amricain* NUMERO 20 CENTIMES Quotidien Tant qu'ils n'auront devant eux que des victimes isoles."Isa diffamateurs de profession useront Ici matres de liez noua. Oue tous ceux qui ont horreur des procds que nous stigmati* sons ; tous ceux qui. veulent la libert pour chacunjetla scurit, se donnent la main %  \ssocions contre la diffamation publique| Charles WAGN'UR IBLRFhQbS No ,242 Etude sociale sur la Presse et le Journalisme 1 EXTRAIT ). III Excs de l'tatisation franaise iPourpeuque l'on veuille bien 'lesyeux sur noire organisad la vie publique i n France, I f acile le voir .pie toute ijuesIpolitique conduit fatalement querou dfendre le gouwrueul, le pouvoir central j&iefjol, ptrtu il il est en cause, [ppuisprs d %  • trois sicles, il a Ha pu. envahi le domaine qui |init t interdit jus jue-l, refeant toujours devant lui, 'sur %  lerriloire de plus eu plus resy. des loi ce. di> plus en plus mantes. Au.jouri;iiui, il pi Mrachev si Insi.yvicloire. ""t prend toutes les initiatives, (pour tous, au nom de tous. I s'ensuit que partout on I?. p quelle que soit la question •Ion traite. l\.r exemple, les%  partisan de l'instruction laigfderdtii-ation religieuse ?— tl s cas. vous serez imin.v neot class comme soutien Wnaire du g-ouverneinjnl. •eUeU'Ktat a sa doctrine sur matire, doctrine variable eurfi avec les dilVrjnts rgi•.'comme soii action est tonivoxatore, si le genre .lY.bi• quil vous impose est conJjvos lgitimes volonts de %  fiimfle, vous ne voyez. moyen le reconqurir Jjwrteque de renverser le %  wnement. M lav; Pnscetexemple entre mille. ,ye nettement que toute dis JwrUallaires pub .es "1 ncessairement a blmer "wer le pouvoir central. r^'^'lo journalisme pii nai ,", l ) n |,a >' s in*i constitu mtm le caractre que /* %  icoonuu d un la pres^ ul ; 0|' ( sd sintresser des dans'!! ,lq "' s " bien lu " \£ S Cl 11 '' "lanire^ U ^ene.q, beaucoup de g*M assez peu soucieux fe^l.qu:,et.lse,ui,leRgt .d,rreoednau ne. i aV i M,;w lanwiiar Il i! Je ,a )aMion Politi; ^ilroi.ve un autre M la chasse aux emm oll que alimentaire IJ^J^iit .le tou, le. intRiS? "^^uffire pte|| ( ..'' dl ll iiomlwable3 fcpfiS^^wiled-uiie ,r, 1 riants du Ouco:.ui!i les causes de cette habitude. On sait comm* t l'initiative des jeunes gens, comprime des l'ge le plus l( n ,j re ,,.„. I internat urbain, est successive.ment dtruite par la conscription mihlairj et les lois do partage gal. Il convient d'ajouter que, dans une grande partie de la France, oiie initiatives lonjous t peii fco nie. Dans ces contres, se faire une position quivaut depui* longtemps I reclierchc doue fonction publique, civile ou militaire; on n'a gure I ide de rien crer de personnel, par sa propre I >rce. en donnant sa mesure ; or. vient simplement se placer dans in cidre dtermin, dna un:; bureaucratie irresponsable, o, comme dans la communaut, forts et faillies sont confondus. Ainsi prpar de longue main aux dveloppent mis du fonctionari.stn3 et constamment gouverne par un n uveu. parti politique oblig de satisfaire ses amis, la France se divise de plus en plus en deux camps, le camp des lonclionnair.'s en exercice, le camp des fonctionnaires rvoqus. Ds lors, les affaires publiques peuvent se reprsenter exactement per un gteau disput entre deux enfants gourmands. ( Seulement il m s'agit pas ici d'un caprice; pour beaucoup.aiwr uns plaec, 'est manger; la irdre, c'est mourir Je faim. Voil qui va donner la politique on singulier intrt I Mais aussi voil qui va faire pivoler tout.s les ail. lires publiques sur 'v seul poin. subordonner les intrts miioiiaux cette seule considration : transformer toute question en nue comptition. Vous verrez des gens se frotter les mains, parce qu ; les temps sont durs et que cela niiii la rpublique, tonner contre les sousprfets en se jurant de les rtablir plus lard l'usage de leus protg.*, enliu profiler de toutes les circonstances, mnr du danger de la p ilrie, pour allein Ire ce but unique: renverser le goiivern ;ment. IlStl fo n ii> le m il:, ur bagige. Aussi la presl• est-elle la Providence de la bobuir littraire. uan I un j'nu.' homme a fait le ds s.ioir de sa | miille par s s folies i n'est pis rare d,. le voir tout d'un coup devenir lu gui le de l'opinion publia; i •. fombien de respectables douairires oat pleur d'moiion, en lisiui les articles brillants o qu -Ique m mvais sujet dieu lait le ii me et I autel Le public franc l i-; niorl toujours l'b uueion d' 1 1 politique, l.'n • fois que vous avez d :ouv ;rt l'appt qui lui convient, vus es maiue d'en laire ce que bon vous sembl i Dans un [nys nemblable, la presse est mioemm ni dangereuse. Kile devienl f ici le m ml un in-trtimentde perversion. Sou influence ne peut j imais tre salutaire. Ksl-.-,e dire qu'il en soit ainsi partout ? Kaut-il donc proclamer le journalisme corrupteur par essenc, nfaste, detvi.bh? Voyoas si les I iih vont n > is r'">) i Ire, Par Cable N luvelles ^rraufires Un grand match le boxe NEW|JER5E) acourad'un malch • i.e Ki,. i t| \\ || n ,,| |., premier lemp rl uns vutoira d eiiva au Rme round par koockoit qui le Jigoa c i ntna I versa ire pro bible de ! >mpsej p ,ur I : litre je champion do moiide. Discours sensationnel de lonl fi.-ililwin la chambre des Communes // suivre ) \\\ Parisiana DIMANCHE l'n aouveau Gala Le lp Rouge d'Anatole Praoce adapt par Mau rire de Marsan interprt par lei clbre : Sti/dinie Doive, Cirrisliane Vernoii, Georges Laooes, Maagin ix JMU Dax. en (i t cls Entrs g. 2 Balooa : i" leurs dnpejuc. t?euvi, S de %  ..• ''*' i( l" ) '"' l feetia " 1 K t"'S %  lS e ,ei e"t de mulli '*irt emplois ""''ne sans rair" l0 Ut s l "" %  -.— MUS rai! ^.i n • l ur demanda a n r a I e m e n t ni honorabilit de vi •. ni lvation de caractre, ni tudes srieuses ; un style clair et bien trempi I inve;live vigoureuse, l'a-propos des polmiques, voil pour un journa L'tat de \v'laoonslo ne sara pa3 i sec •> On tlgraphie de Mtdtson ( \Vi>con ) que l'Assemble lgislative a, par 47 voix SODlrs t3, repouss |*ap pliration de lu loi de prohibition lediale dans son Etat. Cette dcision est semblable celle prise rcemment parl'Btal de Neir-York. (Matin) Le Conflit du Rgime sec dans l'L'tat rie New-York AI.HANY. — Legoaveriieur de l'Etal de New-York s sign un dcret aluo gant l loi de prohibition conlbr mmeal la I gislali n vote par IBlal de N* York, Uo'aavaol tes autorits dePKlal de New York as veilleront plus i l'application de la lui de prohibition et cz sera aux aulo rt &f *fdrales qu'incombera cette tacb'a i L0N1>RBS BdJwin a prononc a la Cingle des Communes son discoun tant ntten lu. l'ont d\d. rd le Pre nier minitt e a insist sur le fait qu'il n y a\ .il qu'un point du problme des rpartiona sur le mj lea nilis ne l'entendaianl I>HS. relui de Bavoir quel serait le m-illeur mo yen de rsoudre la problme dont la solution ost vitale pour I tus. Les n lis n'ont jamais mtrchaad leurs edorts pour assurer cette solution. Ls fouveroamenl de 8i Majest sera guid, coiiimi le cœur du lu France lsera, et rela SappUpjA lOitS n.is allie, par l'uni |ue dsi de voir | ib lister entre I s nali mi qui ont aouf fert ensemble le solide bn vouloir et voir que ehicuoe d'elles obtiea ne ce qui lui e| ,|. Nous sommes aussi dtermins que n'importe lequel de nos allis, obliger 1-Alle nrtgne rparer l-s dommages de la guerre qu'elle a causs dans tou Isa les m sures de sa capacit. Nous irons mme plus loin en di saul que nous somin s prta, ainsi que nous l'avons dit en munies occasio ta, a. e nplojer t uls les mesu res ncessaires pour contraindre 1 Allemagne h piy r t .ulVe qu'elle peut paver. Toutefois, sa lanl que nation commerants, nous avons conscience que si nous de.-iian.lons l'Allemagne de paver phts qu'elle ne peur, nous n-? russirons pas. D* le dbut nous avooa clairemaol lii, qu'a notre opinion, l'occupiti n de %  Ithur ne pourrait pat produire le miximum de paiement sas rpara lions pour les allis.Kn ja ivier non- avons BOUnfh Paria l'oirre que nous ro.isidioiH comme un rglement g i.ovux aiiii d'viter tout ce qui nous semblait un dsaelra cooomi q ie. Celle oflre lui r jets al depuis %  ous nous sommes tenus a l'cjrl, loaia toujoura anims d'un esprit in cre de loralisma Palliaaee quia i et qui continuera tre, notre i ii-. la prineip de ac irisi de l'Ku ro. Les gouvi roemeuta fianais et bel ge non SSSUrsal <\ ie leur seul ofa j-'i en oc jml la Rhur tait ds s-1< soi r le paiements de* rparations, Si c li est, la diilivn e entre nous a i i qu'une diffreace de mthode pluii que d • b il, nous sommes con voii'ii. que la coiitinualion indfl "i 'I • esl l il de i \x>.t remplie d> %  n Ire I initiative d'un rponse, qaoiqoa nous eassioni ap pr cl une action aemblib!s de leur part, no is avons inform res deux giuvernem nlw ainsi q le l'Italie, que mus issuuurions la respoqiabi lit; I • prparer un i-insmu un pro J ot Ja rpons. Nous soumettrons aussitt que possible ce projet aux Sfiis pour qj'ili piisse,,! I tudier si fifre leurs remarques. M. Baldwin coacl il p-w un appel i l'unit dactioaen vue de la pacification aie I E irops el du releva nenl d'un mon de puis. M. Cuvtii donna devant la edup bre des loiU lecture de la mftme d clsral m. L impression gnrale est faite su toul de dception, car la q lastioo de l'occupation d-; la Rhur, de la rsistance passive, est reile d MIS mm certains mesure sans r puise. Du,, fa..MI gnrale, elle est considre comme un neuvel ap pol k U France pour qu'elle subti lu %  ta m ithols celle d* ngocia lions. L' Jlemau;ne el les Allis PARIS -'Quoique 1^ texte du dia cours du Premier asiniatrs soit arri trop tard pour aire soumis aux membres du joui .rnameol, l'imprss s "" ,, >, l on nages iuterviewa ••-i a In I alemenl aarsable. L'abaen se do i iule indication d'une aclioa •par ie a pro luit !e meilleur affet. Us note ivec satisfaction l'avertisse jn nt p ) i m .i-, ferme dofin l'Ai lemague au aujel d s lgers diffrendsaisi ml entre les alite. D" prl lu Toogetkvie PABfia — La eliiiinl.re des dputs H vot un pr jel d'un prt de 300 millions de ni s a la Yougoelaiie Pi is voix oooIra 04, Aprs asor vot le budgal des d pans i couvrablas, la nambra el le -en u M ml ajourns. U Confrence de laustnne losp indue lemporairemeot L\l M\V. La 0 Mener de Ll "• %  I lem orain ineal sus peodut p i o.ita a un nouveau diff rend sur les concevions Linlersea lion des Ktats l nis qui dsirent aau |arder le priocios d u uort y q


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05977
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 14, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05977

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
I7ee
N 60M
Port a ptfau ( mme\
14 ft&Ulst VfM
I0IEGTRUR IPROPRITAIRi:
IVPMMEVR
Clmenl Afagloire
BOIS VER\A
1358 Rue Amricain*
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
Tant qu'ils n'auront devant
eux que des victimes isoles."Isa
diffamateurs de profession use-
ront Ici matres de liez noua.
Oue tous ceux qui ont horreur
des procds que nous stigmati*
sons ; tous ceux qui. veulent la
libert pour chacunjetla scuri-
t, se donnent la main ' \sso-
cions contre la diffamation pu-
blique- | Charles WAGN'UR
IBLRFhQbS No ,242
Etude sociale sur la Presse
et le Journalisme
1 Extrait ).
III
Excs de l'tatisation franaise
iPourpeuque l'on veuille bien
'lesyeux sur noire organisa-
d la vie publique i n France,
Ifacile le voir .pie toute ijues-
Ipolitique conduit fatalement
querou dfendre le gouwr-
ueul, le pouvoir central
j&iefjol, ptrtu il il est en cause,
[ppuisprs d trois sicles, il a
Ha pu. envahi le domaine qui
|init t interdit jus jue-l, re-
feant toujours devant lui, 'sur
lerriloire de plus eu plus res-
y. des loi ce. di> plus en plus
mantes. Au.jouri;iiui, il pi.
Mrachev si Insi.yvicloire.
""t prend toutes les initiatives,
(pour tous, au nom de tous.
I s'ensuit que partout on I?.
p quelle que soit la question
Ion traite. l\.r exemple, les-
partisan de l'instruction lai-
gfderdtii-ation religieuse ?
tl s cas. vous serez imin.v
neot class comme soutien
Wnaire du g-ouverneinjnl.
eUeU'Ktat a sa doctrine sur
matire, doctrine variable
eurfi avec les dilVrjnts rgi-
.'comme soii action est ton-
ivoxatore, si le genre .lY.bi-
quil vous impose est con-
Jjvos lgitimes volonts de
fiimfle, vous ne voyez.
* moyen le reconqurir
Jjwrteque de renverser le
wnement.
M
lav;
Pnscetexemple entre mille.
,ye nettement que toute dis
JwrUallaires pub......es
"1 ncessairement a blmer
"wer le pouvoir central.
r^'^'lo journalisme pii nai
,",l)n |,a>'s in*i constitu
mtm le caractre que
/* icoonuu d un la pres-
^ul; 0|'(s-dsintresser des
dans'!! .,lq"'s- " bien lu"
\S Cl'11'' "lanire-
^U^ene.q, beaucoup de
g*M assez peu soucieux
fe^l.qu:,et.lse,ui,le-
Rgt .d,rreoednau
' ne. iaViM,;w lanwiiar
Il i!Je ,a ')aMion Politi-
; ^ilroi.ve un autre
M la chasse aux em-
m
ollque alimentaire
IJ^J^iit .le tou, le. int-
RiS? "^^uffire
pte- ||(..''dl ll"iiomlwable3
fcpfiS^^wiled-uiie
,r,',"1 riants du
Ouco:.ui!i les causes de cette
habitude. On sait comm* t l'ini-
tiative des jeunes gens, compri-
me des l'ge le plus l(.n,jre ,,..
I internat urbain, est successive.-
ment dtruite par la conscription
mihlairj et les lois do partage
gal.
Il convient d'ajouter que, dans
une grande partie de la France,
oiie initiatives lonjous t peii
fco nie. Dans ces contres, se
faire une position quivaut depui*
longtemps I, reclierchc doue
fonction publique, civile ou mili-
taire; on n'a gure I ide de rien
crer de personnel, par sa propre
I >rce. en donnant sa mesure ; or.
vient simplement se placer dans
in cidre dtermin, dna un:; bu-
reaucratie irresponsable, o, com-
me dans la communaut, forts et
faillies sont confondus.
Ainsi prpar de longue main
aux dveloppent mis du fonctio-
nari.stn3 et constamment gouver-
ne par un n uveu. parti politi-
que oblig de satisfaire ses amis,
la France se divise de plus en
plus en deux camps, le camp des
lonclionnair.'s en exercice, le
camp des fonctionnaires rvo-
qus.
Ds lors, les affaires publiques
peuvent se reprsenter exactement
per un gteau disput entre deux
enfants gourmands.
( Seulement il m s'agit pas ici
d'un caprice; pour beaucoup.aiwr
uns plaec, 'est manger; la ir-
dre, c'est mourir Je faim.
Voil qui va donner la politi-
que on singulier intrt I
Mais aussi voil qui va faire pi-
voler tout.s les ail.lires publiques
sur 'v seul poin. subordonner les
intrts miioiiaux cette seule
considration : transformer toute
question en nue comptition.
Vous verrez des gens se frotter
les mains, parce qu ; les temps
sont durs et que cela niiii la r-
publique, tonner contre les sous-
prfets en se jurant de les rtablir
plus lard l'usage de leus prot-
g.*, enliu profiler de toutes les
circonstances, mnr du danger
de la p ilrie, pour allein Ire ce but
unique: renverser le goiivern ;-
ment.
IlStl fo n ii> le m il:, ur bagige.
Aussi la presl est-elle la Provi-
dence de la bobuir littraire.
uan I un j'nu.' homme a fait
le ds s.ioir de sa | miille par s s
folies i n'est pis rare d,. le voir
tout d'un coup devenir lu gui le
de l'opinion publia; i . fombien
de respectables douairires oat
pleur d'moiion, en lisiui les ar-
ticles brillants o qu -Ique m m-
vais sujet dieu lait le ii me et
I autel !
Le public francli-; niorl tou-
jours l'b uueion d' 11 politique,
l.'n fois que vous avez d :ouv ;rt
l'appt qui lui convient, vus es
maiue d'en laire ce que bon vous
sembli.
Dans un [nys nemblable, la
presse est mioemm ni dange-
reuse.
Kile devienl f ici le m ml un in--
trtimentde perversion.
Sou influence ne peut j imais
tre salutaire.
Ksl-.-,e dire qu'il en soit ainsi
partout ? Kaut-il donc proclamer
le journalisme corrupteur par es-
senc, nfaste, detvi.bh? Voyoas
si les I iih vont n > is r'">) i Ire,
Par Cable
N luvelles ^rraufires
Un grand match le boxe
NEW|JER5E) acourad'un
malch i.e Ki,. i t| \\ || n,,| |.,
premier lemp rl uns vutoira d
eiiva au Rme round par koockoit
qui le Jigoa c i ntna I versa ire pro
bible de ! >mpsej p ,ur I : litre je
champion do moiide.
Discours sensationnel de
lonl fi.-ililwin la chambre
des Communes
// suivre )
\\\
Parisiana
DIMANCHE
l'n aouveau Gala
Le lp Rouge
d'Anatole Praoce adapt par Mau
rire de Marsan interprt par lei
clbre : Sti/dinie Doive, Cirris-
liane Vernoii, Georges Laooes,
Maagin ix Jmu Dax.
en (it cls
Entrs g. 2
Balooa : ?
14 Juillet
C'est aujourd'hui le I i Juillet,
fftte Nationale de la (Jrande Rpubli-
que franaise.
Cette date voq ie pour l'humanil
toute entire, I souvenir glorieux
de la rYioca, port" flambeau de la
Libert et de 'a Justice, -font elle
est la Gardienoa Slle etjalnuse.
A oatla Seeascd lei ls|atiaai et
consulats ont art) >i" leurs dnpejuc.
t?euvi,
S de .. ''*' i( l")'"' l
feetia "1 K t"'S
lSe",eie"t de mulli
'*irt
emplois
""''ne sans rai-
r"l0Ut s,l ""-. mus rai-
!^ Ils refltent Isa proccupationa
de leurs lecteurs.
Sans souci d * intrts qu'ils
dis'.uteiit, ne les connaissant pas
d'ailleurs, ils n'y voient qu'un pr
texte diatribdSi ou dithyrambes,
ou railleries : ce dont il s'a ,ot
pour eux, c'est uni pi'in Mit de
rendre leur paiti iinilre du pou
voir.
A celle li 'so^'ii de pilies ou-
vriers kuflisent. I >.i n l'ur de-
manda a n r a I e m e n t ni
honorabilit de vi . ni lvation
de caractre, ni tudes srieuses ;
un style clair et bien trempi I in-
ve;live vigoureuse, l'a-propos des
polmiques, voil pour un journa
L'tat de \v'laoonslo
ne sara pa3 i sec >
On tlgraphie de Mtdtson ( \Vi>-
con ) que l'Assemble lgislative a,
par 47 voix SODlrs t3, repouss |*ap
pliration de lu loi de prohibition le-
diale dans son Etat. Cette dcision
est semblable celle prise rcem-
ment parl'Btal de Neir-York. (Matin)
Le Conflit du Rgime sec
dans l'L'tat rie New-York
Ai.hany. Legoaveriieur de l'Etal
de New-York s sign un dcret aluo
gant l loi de prohibition conlbr
mmeal la I gislali n vote par
IBlal de N* York, Uo'aavaol tes
autorits dePKlal de New York as
veilleront plus i l'application de la
lui de prohibition et cz sera aux aulo
rt?*- fdrales qu'incombera cette
tacb'a i
L0N1>RBS BdJwin a prononc
a la Cingle des Communes son
discoun tant ntten lu. l'ont d\d. rd
le Pre nier minitt e a insist sur le
fait qu'il n y a\ .il qu'un point du
problme des rpartiona sur le mj
lea nilis ne l'entendaianl i>hs. relui
de Bavoir quel serait le m-illeur mo
yen de rsoudre la problme dont la
solution ost vitale pour I tus. Les n -
lis n'ont jamais mtrchaad leurs
edorts pour assurer cette solution.
Ls fouveroamenl de 8i Majest sera
guid, coiiimi le cur du lu France
lsera, et rela SappUpjA lOitS n.is
allie, par l'uni |ue dsi de voir | ib
lister entre I s nali mi qui ont aouf
fert ensemble le solide bn vouloir
et voir que ehicuoe d'elles obtiea
ne ce qui lui e| ,|. Nous sommes
aussi dtermins que n'importe le-
quel de nos allis, obliger 1-Alle
nrtgne rparer l-s dommages de
la guerre qu'elle a causs dans tou
Isa les m sures de sa capacit.
Nous irons mme plus loin en di
saul que nous somin s prta, ainsi
que nous l'avons dit en munies oc-
casio ta, a. e nplojer t uls les mesu
res ncessaires pour contraindre
1 Allemagne h piy r t .ulVe qu'elle
peut paver. Toutefois, sa lanl que
nation commerants, nous avons
conscience que si nous de.-iian.lons
l'Allemagne de paver phts qu'elle
ne peur, nous n-? russirons pas. D*
le dbut nous avooa clairemaol lii,
qu'a notre opinion, l'occupiti n de
* Ithur ne pourrait pat produire le
miximum de paiement sas rpara
lions pour les allis.Kn ja ivier non-
avons BOUnfh Paria l'oirre que nous
ro.isidioiH comme un rglement
g i.ovux aiiii d'viter tout ce qui
nous semblait un dsaelra cooomi
q ie. Celle oflre lui r jets al depuis
ous nous sommes tenus a l'cjrl,
loaia toujoura anims d'un esprit in
cre de loralisma Palliaaee quia
i et qui continuera tre, notre
i ii-. la prineip de ac irisi de l'Ku
ro.
Les gouvi roemeuta fianais et bel
ge non SSSUrsal <\ ie leur seul ofa
j-'i en oc jml la Rhur tait ds s-1<
soi r le paiements de* rparations,
Si c li est, la diilivn e entre nous
a i i qu'une diffreace de mthode
pluii que d b il, nous sommes con
voii'ii. que la coiitinualion indfl
"i 'I esl l il de i \x>- .t remplie
d<- dangers. L'Allemagne semble
Benainerrapi lemenl i ra lech i -
ionomi |u lequel sera neat-trs ra
pidemenl dvi de i i ruina lad .s
u ielie el soi iale
' I ml pins psiaa ince prodti lira,
' pye s'puisera pi ri. uemenl
,|,:| crdit m a retard.L opini n
publique en Kurope, t lurtoul en
Grandi Brel ig te, commi ,lar
mat de la ecatiouatloa ssci u titi
UOQ^ Cesl daus^ces circoastauces
que le : nivern im i reconnu la m;. .--:- d'agir, lies
eflorh unis I .... u ,!, lenta pour
n r iv i h rea fins. Vous n'oMisa
di m-, pis la pti\ e: le reteamnl
qui l.ii v'ou auivr tant qu'une so
l.ilion n.- sera pas trouv < a ees quee
lions : le paiement dos rparatioaa,
la rglement des dellea inlarallias,
la scurit de I Europe pacifi*-.
Bn p isrsuivanl ces buta, le gou
vern imeul de Si M je?t pense ai
h u h ap diar la France el la Belgi-
q le .!. leurs ravao lictliona lgales,
o il dsira eo iprar avec les allis
P ur lea obtenir,msia nous dsirions
aller de l'avani si uela s,' peut et en
liuir si la chose ssl p Slbla. Dana
la ralisation da leur amiralionset
en vie- de l'amlioration da la situe
lion gnrale, no i< Mp4rona obtenir
le conc mrs de li France al de la
Belgique autant que celui de l'Italie.
G ira i "n mi ,| i. i,.s g rotera*
moiis franc us et belge ne sont pas
disp ua a ]>> n Ire I initiative d'un
rponse, qaoiqoa nous eassioni ap
pr cl une action aemblib!s de leur
part, no is avons inform res deux
giuvernem nlw ainsi q le l'Italie,
que mus issuuurions la respoqiabi
lit; I prparer un i-insmu un pro
Jot Ja rpons. Nous soumettrons
aussitt que possible ce projet aux
Sfiis pour qj'ili piisse,,! I tudier
si fifre leurs remarques. M. Bal-
dwin coacl il p-w un appel i l'unit
dactioaen vue de la pacification aie
I E irops el du releva nenl d'un mon
de puis.
M. Cuvtii donna devant la edup
bre des loi- U lecture de la mftme d
clsral m. L impression gnrale est
faite su toul de dception, car la
q lastioo de l'occupation d-; la Rhur,
de la rsistance passive, est reile
d mis mm certains mesure sans r
puise. Du,, fa..- mi gnrale, elle
est considre comme un neuvel ap
pol k U France pour qu'elle subti
lu ta m ithols celle d* ngocia
lions.
L' Jlemau;ne el les Allis
PARIS -'Quoique 1^ texte du dia
cours du Premier asiniatrs soit arri
trop tard pour aire soumis aux
membres du joui .rnameol, l'imprss
s "" ,,'>, l.....on nages iuterviewa
-i a In I alemenl aarsable. L'abaen
se do i iule indication d'une aclioa
par ie a pro luit !e meilleur affet.
Us note ivec satisfaction l'avertisse
jn nt p ) i m .i-, ferme dofin l'Ai
lemague au aujel d s lgers diff-
rend- saisi ml entre les alite.
D" prl lu Toogetkvie
PABfia La eliiiinl.re des dputs
h vot un pr jel d'un prt de 300
millions de ni.....s a la Yougoelaiie
Pi is voix oooIra 04,
Aprs asor vot le budgal des d
pans i couvrablas, la nambra el
le -en u m ml ajourns.

U Confrence de laustnne
losp indue lemporairemeot
L\l M\V. La 0 Mener de
Ll"- I lem orain ineal sus
peodut p i o.ita a un nouveau diff
rend sur les concevions Linlersea
lion des Ktats l nis qui dsirent aau
|arder le priocios d u uort yq


LE.MABi.N

r-*-*
verte, n'est pas trangre l'arit
des ngociations. Les dlgus am
ricains ont adress aux Turcs et aux
allis une protestation contre les pri
vilges accords des Compignies
briUnniqus et franchises. Un ignora
aneorc quand la confrence 9t.'ra re
prise.
One mesure belge
HRUXKLLES Le ministre de la
guerre a dcid de retenir sous les
drapeaux les classes 1921 et 19S1
eu raison de la ncessit de maiute
uir le nombre des effectifs belges
dans la llnur. Les troupe; s'lvent
10.500 hommes
1 ch;Heau de jorn
en aotivit
L\ H\YK -Li retraits de l'en-
baiser I i n prsente depuis quel
qui' temps une activit macontumee
On \ observe de frquentai arriv.*
d'Allem ign donl ls p us r -entes
sont celle* du prince K'tel Frederick
et du do dur II if irichi x ministre
des Bonnes! de l'Empire.
En Italie
HOME La dpartement italien
fo l'immigration a reu BtO.OO.ide
m in le de sujets italiens qui dci
raut migrr aux Etala Unis.
One iolervief de
MllS.'lkill) P.icil.l
.IKKL'SALKdUn gouvernein -ni
arabe indpendant pour la Paleati
ne,r'est le minimum acceptable p >ur
la population arali a dcid Muta
ka un Paoha, praid nt du conseil
excutif le la l'aie tine arabe, dans
une iul rvievi donne la veill* do
son dpart pour Londres, o il s ef-
fore ra d'obtenir la reconaaLsanee
wfltift
L's Cours

r S
*. s t

,i\KW YORK 18 France
Sterling
PARIS i.t Dollars
Livres
ir, s7
4,5888
17 06
78 i5
r **m
Conseil d'Etat
Compltant notre compte rendu
d'hier de la saaceJdu Cooseil d'Ktat
nous informons qu sur la proposi
tion du Conseiller Dansons le vote
de la loi qui rglementa l'importa
tion, l'expert ition et la fauta dos
toxiques, narro'iqucs a t suspen
due pour tre repris la sance de
lundi.On est a l'article 11 et oeil loi
comporta trente tion articles et un
article additionnel d laseclioo.
Avant do isver tu sance, le Con
seiller Pr/eau. rapporteur de la sl-c
tion de 1 Intrieur, mdgi sa dd
mande n'avait p i <1 >m n. lecture
du rapport a ai a norme le S cr
taire d'Ktat de l'Intrieur d'acqu rir
un immeuble sise rue le la II nui >n
l'iraiuoplie au pilais >!; minuteras
pour causa d'utilit puli i espre qu'il a la suspension d;
l'ordre lu jour la sennes de luudi
pour pr dune ce rapp >rl.
Le rapport ainsi que le projet de
loi q ti vient rgie, uenler l'ouveriure
des roules et ruas soi la voie publi
que avanl t disirihu. la diacusiioo
viendra immidi de ne il aprs le vote
de la loi sur las lsion is.
-suiSiGS, Mn&iiques,
C&nvalesoents
vc ,'erouverez les forces perdues en prenant
j/EMULSION SCOTT
t tonique par excellence, et trs facilement
tble, proprit qui la recommande aux estomacs
a.<
: ius dlicats.
Cour d'Assise*
Condamnation mort
Hier a t entendu l'affaire Bel-
lau llclande accus de vol arec ef-
EhtCtljn au prjudice de Lelio Tous-
saint.
Le Doyen Darau prsidait le tri-
bunal.
Ne l-naid Rtymon, Mini-lre
public; Jury \. (i ni-l; C mseil de
1 acm, Me N'.tifrv.iis. rat lie civile
Mes l iviollu I dlin.
L audience a ete des p'us intras*
saules. Kn lin de Compte l'accus
reconnu coupable, a t condamn
la peine capitale.
LU'.di comparatra devant la
Cour d'Assis s, Arislobuie Mo?e,
londde piuvoira,SOUS lt prvention
d'abus de CO liance au prjudice da
Dr Christian Nicolas, de Dieudoon
Louis, LouisGuria stBmm.OdiId),
Kti33ignement. necondaire
classique 1er cycle
Les examens du 1er cycle ont pria
lin, celle semtine. Sur lai 33 lves
prsents par le Petit Sminaire
Collge Si-Martial. :i1 ontitadms.
Le Juin tait ainsi compos :
Sous Inspecteur Cassus, Prsident,
Victor Ualbeau, A .Soray et C. Fer-
na id, membres.
Nos compliments aux laurats.
A farinani
La fle il linr soir a l'arisiana a
l un viai rgal,
Allai a de IV i Unes a chant avec
cette expression al ;e brio qui fout
d'elle une eaotalrio i de premier or-
dre.
Dana la Alla da rgiment surtout
Attela a prieur au* dilsltaots un
charme d s p'us Agrables.
Le prsftsaaur Basse aussi bien Ira
taill C'eut un m iltre Calasato
feroale mrite d'lrs ru C'est pa
tant.
Complftn ut a slmi Allais et n
professeur Basa,
Effets adira
La sous igns dclare avoir pai lu
deux r.'l'pi- es > s212 el ItOs'a
vaut la somma d fi. T7,Hel
130.18 mis en i tvenr l!i si i; ms
dcd.
l'Oit au Prince \1 Juillet IHJi
\>e Jh. StKOME
IL S Mavy News
Il Juillet
Sugge3tion3 britanniques
poar restaurer la paix en
Chine)
wvs.iiv,n>N-ii ,,U(it qieia
Grands Bretagne a inggerd un plan
pour une aciioo conimu is par es
puitsaness alin de resta irar l'or Ire
ei Chine, en faisant le police ds
cotes et Ue l'intrieur au moyen d'u-
ne forts gendarmerie chinoi'.e. Les
chinois u ont pris aucune dcision
au sujet de celte proposition.
I espartss cau3ss par
le oyelone Paraguay sont
estimss I million
MOSTVID80 Trois jours de
tempta et inondation onl eccaeion-
n la ville el aux poils de Moilvi
dso uns perte qu'on esli ne un
million de dollars.
Le baron Kvance l^oppse en
tat d'accusation pour
haute trahison
BRUXELLES i.e baroo Kvenc8
Cjppeeqii, pnlinl la nuerre. til
pilleur de propos! lion S ds p.ixde
l'vllem igu aux Crmiers mini tr s
franoais et blg-i, a ; auvifd*
vani la Cour le .lu lias BOUS la pr
vonti >,i d'iutallueocearse l en.iemi.
Cu es Rteiimaiiou
Sance du 13 Juillet 1923
ItlOeil si'olaircs
No is avons dej'i prsoil nos con
plimants aui laur les des Bravais
simple ei suprieur. Not nous
raisons la plaisir da fliciter d'une
I'hi' m pai tien liera pu loues anaa
d'entie elles dont les noies trdiuMnt
suprieures leur d mnaol une pi me
l oit < ds distinction : nous nom nous
Mas lemoiftel as libert Mayard. Aile
lins Maaimilian, Honamy du brevet
simple et Josette Salomon du brevet
suprieur.
Nonscr >\ons savoir que I > l)par-
temsal ds llnstroe|ioa t'ublique pu-
bliera prochainement les composa
itons franaifss les mieux cotes.
A sa aimas d 113 courant la Com
mission a tendu, en premier lieu,
les sa n tance j suivantes .
Rclamation in'rod i le Joiah (ief-
frar I el concerQ nt le py une qui
te trouve sur la proprit des dame*
Laroche o il a transport p r
ordre du Dpartement des l'rav ux
Public, pour servir de mitaudr.-
paau, alors que 1^ Palais N.tioatl
oeeupait la dite proprit.
Me GeflVa d ayioi l recoin i
proprittiiedu pylne pir dpositions de tin lins, l'Etat, pour
indu-jouissance oenlnt but an ,
est con I tm i a l.ii piy-ir, en p'ui
des t&i d-) hrs 6J u nlimei, m n-
tint da l'evtl iitioa du pfiie par
1 expert Dort, la diffrance rormmt
au tola cinq ce.its dollars. Soit iOO
dollars en i\h et 303 enlilce S krifl
B. Le paiemaat de la valeur oonsti
tue un litre da proprit du pyl'me
po ir l'Etat hatien.
Affaire i-itroduta pir II. Bdcirat
concaraaol une crance de 10,999
gourdes, 98 centi ns pour feuillu
d'appoiatemeoi salon ro-piass
dposs. L'Etat est coadami pa-
yer la dile valeur. .Soit, aprs c in-
version, i i% dol, 07 doat Q)9 j7
cash et 1 iiOu dollars en titre.
Affaire Flix Visrd, concernant
une crance da 600 dllars p ur
ses frais de dplacement de PaiU
Londres, comme secrtaire de L'*Jta
ti >n. La 6'ommisuon a lun < 300
dollars I -s frais de dplacement d ;
reprsentation ata l'ancien secrtaire
de la Lgation Londres t elle a
coud tmu l'B al t\ lui payer cent
dollars ea cash et deux cents ou ti
Ire Srie B.
llcla-.nition introduite par la Western
Electrie Company et couc< rnant un>a
crance de 2olH dollars M cents
pour eff'ts vendus au bar au des
Tlgraphes. L'Ktat e>t condamn
payer la dite valeur,soit cinq ca itl
d x huit dollar soixante dix neuf
cents en cash t mille cent dollars
en litre Suie B.
Affaire No 139 i droduits par M ne
Vve Lunirliiiierc Denis et cousistiot
en u le crance trais ds funrdlles dj son mari, vice
pr-id-ml du Tribunal de Cassation.
L Etat est co idamne a piyer la
dite valeur, soit aprs COnv rsion.
cinquante dollars eu cash et cent
cinquante en titre Srie B.
La Commission a pass ensuite
l'audition des affaires affiches.
La Commission a pass c isuits A
l'au lilon des affairas affiche*.
Holunitio.i No 0 iniroluile par
William vlor/ui et concernant une
crance d< i,300 gour le* pour arr
rages de sa ponatuu de retraits re
montant au 1er Ueembre L9I8. La
Commission, en vertu de la rcente
dpi^che du Sicrliire d E al de la
Justice, limitant |soa ae'bn aix r
clamalions pendantes jusqu'en Mai
191), se dclare incomptente pour
statuer sur I affaire.
Affaira Uucis Viard consist nt
en arrrages de sa pension. La Com
mission, pour la m^rne rais m. s'est
dclare incomptente p nir counai
Ire l'affaire,la c ance commenant
eu Novemlire 19 8.
Relamation Ho l;i6 introduite par
Mme Sey Cayemltta et concernant
une ordoeede quilre vingt gtu 1 s
montant de 20o|o de rata m vr |,,
pension de son mari. L'Ktat e-t
condamn payer la dite valeur,soit
aprs conversion, seize dollars.
Affaire DagramoD Jena consistant
en u ta crance pour travaux publics
excuts en 1901. Me Morgan, le
luindttaire, a demand le paiement
de ta crance q ii comp irle deux
puties dont l'oat a t eds ai
na'-rii Liriux Dgrann. La <^)-n
m si.n a l!ii acte \ Mi Mirgin
d ; s 1 pu DJ -se J i pra l lire l'acte Je
cession.
Uk-ia nilio'i iiitrolu'te par Vil
Lan; n In ick rapr wenl pir Ur Prs
80 r. Ls naihtiire lit avoir consul
t le registre l-ieoi'.es avac le
eo iseil la G mvra imint. Il a trouv
lt crance, 'e* feu'iles -t leich'ffrss
lap > ii s- d;va it cinq mi le cinq
cent trente trois guidas. Affaires
entsn lus.
.V't lire L mis G iMliume portant le
ninn Iro 51 L' r limant. Minent,
est appoint v.-riiier le registre des
crances av c le C'onieil da tiiuver
ne tient.
K'clamilion N > ti intro luile par
Ho i!i mn l et concern uit une crao
cid cinq cent vingt gourdes pour
a.),ni itamintsdj jastica.MinUUlra
\ir Pr.ii-oir.
Li C mseil S'en remit .1 l'esprit Ai
loatbsda la r.imn'Siiin, n'ayant
t ouv. lin-, la rcpiss obin aiHsuas traea pmr avoir um opinion
pers malle.
A (Te ire No 33 111110.11111". pir les
hritiers (il ilhier Minoi et consis-
tant n une crance s'levanl au to-
ta- 6 S ooo gofdas environ pwr
pr vision- fouroiai au louverncme it
en IBfto. Mmlitiir-M; Il idicoirl.
Me ilonliis conseil er du Couver-
n un int, a dit, en con ;luuon. que le
Conseil v iqii! contre la rclamilion
1% grands prescription qui pse sur
la crance d'ail aursr jeie. au fonl,
par un arrt du Tribunal de Cassa-
lijn reconnaissant laonstitutionna-
lit des article' de la loi oppose
dans ie temps l'admission de la
delte. ( ie c'e-l en vain que les nerf*
tiers Mnes lisent que U loi consti-
tuions Ile gir.intitla proprit. Au-
trement son eieroi.e est rglement.
Las miidils dont sont porteur^ les
hrili rs Mmios. comportent la men-
tion pay' 1.
Me Hudicourl a pri la Co mission
de cunsign r dans son "record" que
Me Montas n'a pas oppos la force
juge a la rclamation.
Me Montas, au nom du Conseil a
protest contre 11 tendance do li pir-
tie adverse h fra dire au Cous il ce
nul n est j un us de son intention.
On ne peut pas faire une pirmlleeen
lie ia ion dnns le plumitif d^ l'an-
dinee et pour eiuse. Il a deintid
la1 onm'ssiin de ne point faire
nomme la dsire Me II 1 licourL n'a-
yaitjimiis voulu laisser entendre
q 1 il o qiosait U force jugJe h la r-
clamation soumise sa juridiction
spciale.
Me Hudicourl de rpliquer qi'il
tait, si eell, parfaite nenl d'ace >rd
avec le Oonssif. C'est p iur q loi il
tient a sa requte.
Pour mettra les pirties l'accord le
Prsident ibsl Lg -r leur a dit que
leurs rpliques dj M leigosi leur
donnan< nmples satisfactions.
Me II i licotrt n entuits expliqu
a ix msmbrsa da lat'o nmissioa qu'-
on ne doit pis oafoojdre la crance
de Ciuliiier Vt 10s avec I-s effets pu
bues nsgociiales, pour n'tre pas
des feuilles d'appointeraints, ni des
bons ou contre-bons.
Four ce mil s'agit de la mention
paye, on pourra procda iu
mvestigaiions. On verra aWr,
nance n'a pis t acquitte.(VI
une diffrence entre une otj
qui porle le timbre p^y et
porte la mention acquitte, m
avait prsent le raandut ^
ment avec \? timbre pay, 2L
vait pas eu le temps de toast* j
vnement politique l'en 3?
eb et la preuve se trouve
fiit que ses hritiers sont 1
possession du mandat de _.
non acquitt puisqu'il se trosni
les raus d'un particulier dont
clamalion est debout depi ||
gni-e aux pa-sion* politiqnsas
lchaient pas leurviclim.
M 3 Cirvington. inte-venial,tl
fait pour remonter le courtst'aj
saut ses connaissance* de \\
dure la dm mstration de 1*1
tas, "..-lit pirj renanire la* sa,
an poinlo v m'ait ei venir lit
smI. Ma Tu lie jrt l'acoilriielW
cisiM', sius pi ie l"ili)siry
lasresu insibililsqii s'ensiiivnjd
La Co.nmissioa. les laits pnaj
a fait consigner q-i'aprssvsiri
du las parties, elle se rserve 1
libr.
Kt la -mee, vu 1 heure m
a t leve.
Air Maumus remplacsl
visairemant Mr Mord
sionnaire
C.'.-l I.- t-impalliique Monsinrj
J. Mtiumu-. Bcr-vt-ur g^nlj
Boun-s. qui, depuis m ci charg de l'office du <
Financier, devanu vncantpari
d.- Il dmission de MrHirl.
Varits
DIMANCHE
I Grand Path Revue N Il
t L"n dguis'rnent m
( co ni|U 1.
l'.\ La Ci :ine, grand drinw
partiel.
4S l 1 mil d: Taldy,
Knlre g.Mi-*ral G. Ligilj
Lej doj.i saxes en A
terre seront gauxif"-
lt divorcs
Loxnt-s 8 juin.Pir ii
outre 2'">. Ii Clumbndei esi
ns a voti cal apr-midisa I
simj lectiri un projet d-s sul
mis par le m ijor Bolwiitle, *
libral, projet de loi qui isljn
plus h m point toutes \ Ai
qie l-mrs maris trompent, sj|
ont h cruaut da ne pm H
les empchant ainsi d'obeairM
virce. .. j
Le Matrimeniil causebiiu
voit, en somn, une rensioii
ploie de la loi de divorce b*
qac, et se adversairw 000J
prtenlent qussi elle est apjir
din^ le Kixaurneloi. ! *J
et l-is Vnglaise peurroal >
se quitter et se reprendre""'
aiiJinentquo leurs cousine c
Atlantique. .
Acluellemml, une fenmeM
obi nir un decree nuiiin
de divorce ; que si son eqwM
manque de fidlit d*abordl"S
fait preuve de cruaut
oirabanli.nedfinit'v^,
l'n homme, par conire.Fj
mander le divorce coalrt "
ds que l'iulidlil de cette<"
est pro ive. .. ^
Il va lo.c injustice. j
fministes .. ^HSl
plus fieiiemj.il le divorce
lemms !
Les adversaires du proje
proiioncerenl des discosr
Le dernier des onM-.
.rrand-srb-vaelfsjgn
lescons.piencc-de'eduHJT
aurai graves.die* IheaujQ
la femme fut tr* mj^
L'ass -inble n'en votai'"
bili en Iroisime lecture-
L Einpi'w"lvier,5
Prie Ls personne "J
Cubadevenirsinscn ^
rhez l'Ag nt. l''>rJLuA
dmarches* I H.^eB|r;l
toucher ce port p rie P^l
critsoulr Mi'Mf'lw/it-H
l, piecUMUl0AfrH


UMtlN
, BELLE PTIliiiE
a duz jt ois :r : '
PILOUS ORIENTALES
ta |t*#* tfd dvl Ly'L' >t1r< -
**,.!, gr*UUtUtl kt Mk
k ritiorot In MUm hhim 4m
1 paum i donnent nu boita un
pMtroi nbonpotnt.
m flir*-'----'"* f **
IvwMa'W*'!"11' -niJ'cni
J.KAlf.lt- *. M^EtliitaHr.nrn

>K
2S&|


v4,
1 hniU< MM Hiriw;
fouvemi'iil It's ffavir.'s
! |^b tapeur Cirna arme nnjour-
(Je.N'-V A aajourJ'Ii >i p'-ur les porta du
L Posidon venant de llaw-
, Amsterdam, Anvers, Cap-
pri*, esl arriv aujourd'hui en
la pour 8tatingo de Cuba. Man-
ln, Kingston, Puerto Btrrios, et
[ogston.- Auront venant de Kiugs
l et du Su', *' attendu ici au
nJ'hui \i ni pour l'Kuio -. Le Klort
in de New York If 12 du ert.
elejwnt pour Poil au Prince,
iquni itu milieu de !a semaine
Suite.- Agamemnon est parti
jterdam le 4 a I.
&S(UorgaH )_Iju"- New York
inl'hui 14, directement pour
M Prince
(Bogota) laisse New Yoik lo
liment po w Port au Prince.
quai le 'i.
Avis matrimonial
jllOUnsign 0. in| Oslin dcla-
public u'eli'i* (lus responsable
licU. et actions gnralement
ikoaque de mon pouse ne Lu
iTirnol, et ce, pour cause des
tfv>$, en attendant qu'une ac-
w divorce lui soit intente
M Priai*, .-a 11 Juillet I ;$
Ostinel OSTINE
La fabrique Akrou,
Ohio, 17. S. .
Nous informe :
Terni, in, l>'emlci- prix .-, c-u remporte par Mr
m espar i, ri,*C ""V1**"' moyenne ,|I 91.
m ,,!" """s. Son auto eiMini qulpe de pneu
/< IRE SI ONE
^>orn:r^r s,!",a" po~ -
P1RESTONE. Mipiioni.- d,s pIleus
vo!re vlln'ore"6 ^v^rde. pneus FIRS&TOXE pour
L. PREETZMNN4GGEBHUV
i.ae r/* Hle! Eicelsior
CHMP DE MARS
'Situation eacce! 1i,.nt,e\le. Se recom-
mande par une frtai lut ion de tout
e* M 0re *>i,*P'
L'tablUstmtnt esl m /fapoaiHbn
* familles, commervauts particulier
'oi/ateur* etclpmtr ptt.siotis, r;/'nat.s
^venr. rffnst /une/, e/ o//r7nl la
w*fmum f^/J^iMCf ei __ l
na laiJroaiJ
Stoamsliip lin,:
in de l'Agent .Gnra]
*iu Prince,.l<* 12 Juillet )y2:\
Bulletin No 2yl
Mirgeurs sont pi us de noter
teamer Crislaba! est attendu
tiu Prince de Civtobal Canal
letjui!|t \i).\
"Pt'DiHid'tmhai'piomenl s rtit
*ronrlefit destin-lion de
l*t df s poi 1k Kiiropiiia fur
ndefaiie co |,reau.
lupari ira midi le mme
||Mr.\rtt Ymk dincl.menl.
0. II. THOMI SON
Agent Unrul
W siiimle (I,. capacil
<8upiieurtle capacili;
HtEt Imprimerie
I. P'X hL'ITS
pmer la DnecUon.
M mervoir ou du
weur Auhnf

Malin
titSAtjri/ /^/7
Abanaments
'N MOIS
2.50
|8oi/, p , :,-
. W'/ic 242
Pimce
ent.
*. /3M
,0*,i.W0N8r
B *rlnonp4rln

"aiZL,^"fcw.
Port-auPrine
Histoire d'iJaU
C'prs la Scisasa Sociais
P;n Autjusie Ml G LOIRE
L-IlHolRrulrAiT!6?-^'^1^1^0''1 "Ui dassc* ** coles,
hnmml. en *m,i* pc^uaja, trs recherche par tous lea
mZdfqu 're9SeDl ntrc h,S,0,re nR,ion", el h enP,eignam.nr
ledirenes ona^?U*S ab?olTeni no"veau- ce, * o.oa,
l*h!-! i ?P frojel*r des ,am,M insouponnes sur les laits de
1 histoire hatienne et a en renouveler compltement l'enseignement
Le aupplinent du HmmO offre actuellement, titre d'avant sont
des fragments qui ne feront que confirmer tout ce que noua venoufde
dire de cet OUtiafavdont voici les grandes divisions :
i orne 1 remlcre Priode
I Les Oiigmts
i Le Peuplement amricain
3 Les Inu,ru-
4 Colonisation espagnole
'i Chrouologie de ia 1re Priode
'l'orne 2 Deuxime Priode
1 Le Peuplement africain
2 La Colonisation franaise libre de Sl-Domingue
La Goleniealioii Franaise administrative de el Dominne
4 Formation d la Race hatienne
5 Chronologie de la deuxime Priode
Tome 3 Troisime Priode
I Us troubles de Saint Domingue el son .Indpendance
Le Socit Hatienne r
3 L'Expansion Amricaine en Hati
4 L-Avenir de la aa lluilic.ine. Conclusion*,
o tliroiiotogie de la ] roisicme Priode
L'ouvrage sera rendu en librairie Cleo. GooRDna le volu ne
Un APPaL eat fait aux paraonoea qui von.traient aider,
cnption, aux travaux d'slllloua suivant* ; P^iar|eoue
La collection des .1 volume. : Dix GouRoaa
Le to urne spar : Ql.ATRI ,
Adresser la montant des souscription Mr Clment MAC.I01HF Wm
leur eu Matis. ou A ses agents en Province, em,ni-MA',L0IHK-rirec-
OTW^iJlTDS-
QUOI QU ON FASSE
Le Bba-s Bsrfasnconrt esl
el sera toujours le meilleur.
-i-- i ______________
Fulloii Shoe PoJisli
CompaDj lue.
New-York
Si voui nul* broiiger /., ptau jt m (ktuMurt
M *m maax * un tnUm lmm 0l w^
g W^ la nul*, tl u mmm ^
AcauaVMf pauma kmwUms, mtum a m+rm*
UOSOQJUii,
^brique IMtUnm P** '" *mu tt Ut gentlemen du bu, *
5/7 u0^' ***** ** '""" contre l'humidit et la XS'
ails l'tntrttumt leur M****** et camerve leur brill*
UemtmJ^ la marque *M**UH. c>* lt mttMar Jilo*m ks m~~u <
Geo. JU imMMh A^ui pour tum
r* ------------ .
Pharmacie W. Bueh
Port'UUmPrince
Fournitures pour
Laboratoire:
Lampesaalcool, llallone en verre, Verres gradus Tubes
a hssai Alortiers, entonnoirs en verre, EJ * filtreT
eto.-liurattes gradues de50C Cet SupportVbureSe.
Lames et lamettes pour m.croscope PP to"rttea
Couleurs d'aniline et ractifs
ratol"r.tfo8dauy.rrr a'd """"""-'P.-
Balances l'rbuchet nickeles
- Mam de 1 ;, 25 et de 1 ,00 ( I.ntigremme.
Paul E- oKila

nouwu!Ma'fi'age8 *,*"i"b,ta no.re sIOQk , ttm,ae
Epa^ms ? ,.,nt qw cri>s .!> cbliM noktV So>-|a.Kis
TiNoi poagiian.anif, Pi-,mvis c ,uk,r. s ilw tfrfcS
IjtoMi^olunpour leai, rouli?r. iff^GTS
rrun.an Wlrla ,f r01r chpetul. haptau, -le p ril 'fi ,1^ ^
pour hcmmea I oui -s Rarn(tu-e>. pour rotM. .i c ,D'. ,. RiT!
e.. da-rn,, ieuff.ni.rq ae. I{ la.0i tuile ai H^X m
V.rz,.o.ro dpt de meublai, LiU, arnioirai. cerpab eto
PAULEAUXiLA
nue* Iravettire *f vQ#m deCKta*
Imprial Consolidated
Company
iMt. d., F. A C.r.. < ,*;,,,
)K. toi Slte.c NEW-YORK, USA.
CMire pi /}((,
Stula distneetevri ds rrarouesrt reaamrn
NOmUi KID REX CALP FORT1S SIDES e,c
li**i/ et Colonnades
Prodoit alimentains
<
"*%


LJ kAllh
URODONAL


Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravele
Artrio
Sclrose
Obsit
Qui rul re*tor Jeun" et sHff
lesrhumatisniea.led-.irtisaerier.l
d.-. artre Paa1iU*n>t1 0
relna. Ira varier* cl l'obrait* dot
liminer !'** d'aride uriu..-.
ce. r-c*on Ce notre orran>*me,
et f..lr des cure rgulire*
dURODONAL.
lave le sang
. l'Indication principal'. < J*
tr*l^..r... dt I 1*1*0 "^ ""*,* t
a.,At tout k '',? r,rrtrt
HMIOA, on devra, avant toute *at.
chose, lutter ?vr1*>"'1T'r . d'aildi
utmmnt conti-B '*. ment en a ^'
ure dfciu rdrcantHOT en emi>lo>ant
l'Urodonal
Prefueuf Fivm.
rrt de en .m I UMNfMi M-*n
Cm Chsteisin Vaincl.r,n Psr'S
l W ph"f*
i ;rho S""'!l. """'
ciernr.
frmmr
DlALIROi. i r HNM-i
'lli;JB>no. CardiOPMlUM-
ralfies______
Vaillan- fi Nouai 1/fliH gi'
aifi7JUMMtfe MigMin da PDat
Grand Htel de France
0t par ta situation unique au rsntre /> nttnim M retommwl*
plus que iawn au public et nomhrnt* et distingus mmu
dnur fa CUISINE soign* et tout le c\nm tnbl*n*CM*ur* out Yogi
genrs de Commerce et particuliremei' aux commerants de passage
a Port-au Vrince.
L'ittcl dbile m** Galtom # par
1 Bariqws des Vins de Bordeaux
llouqe et Blane.
Ces Xin viennent dircct>m fus de routm nous pouvons l* prouver par d*t CsMWIGAla <7
roui /no '< toujours la di*PO*i*M des Clients.
Champagne et Vins Mousseux prt*
modrs. Conserve moutardes fran*
ait*. premier choix
Une wsiie d* S, M. h Roi d'tiali
^Etablissement di li h vit
Pharmacie F. Sjourne
lionne avis a elijatle au mliciis *\ aj public qu'elle f
trantaoniift sm LibofMotra d'Urolj^ie ea uti Laborjtore u
biologie appliqu sous la Uiracou du
Dr Ricoi et t. Sjoun
Le labora'oira es^ouvdrl tous les joui de 7 lue du matin 0
Qeures du siir pour toutes les reenerebes et anaiysea pievueg da. s
l'aunoQCj ci joint-.;, saut p j ir la
tasser .!;uu et U cousuald Ure*Scr rie
Serval rejues que la mardi de chaque semain .
ft'adriMV ia Pharmat pourtti rtutagiwinwtr
Analyes.d'urinen et Sut gastrique
K'acinu de WatMrnitDa
Haciion de Tnboulei,
tUdiiien du mu; e du pus
fc.xauen d inalires ltales
xamcn oe araefti-;
A Hmmmm \e ti r
1 r r.-an'e l rr &* taUe
hechtrche SpinhUl et Lv de wrrovf*, La maison tope Kivrra
Reprsentant de Barton $ Guestier
[ Bordeaux )
A\>e 9% ditnlle qu'elle liouvera en s'rrk VUw bltBfll fi ro*p ffoa pir If tipeuf "Mtitioiqii*'m barriquri et n <^mi rr
Que*, Vin4 ^nea^aaHi Me\toe Soprlrui S' JuHan Si 'mi'iTi
Prioa* Noir. Si Ratpto, PonlalCarai Chaieu PenUI GaaM San
Ifrne*. fir^ei BamBC thuieau Mirgan i | at.^u Li'>ur. iabliv
obaiaiu \qoenii Chatttn LaToof .Blancha. ( Irtniber'in. Peauur,
Pommai d "te.
\jtn V'nabl'nc*rirnuffM an bimqoea. co-^n^rativemenl leur
u'it pont d'il > fiix ttirmtn ent b, n ma-'ch*.
Un sont livr* ave iouljs les garanties de conservation.
I Maison rC m n anHe BOtai v ?a r.ln:al il I ai- CoBJeiis
m v-Dore danoi.s de qnwltt''ir t"trt> t d .'n prii dfiant 'oute
jurence. HaNM 0AIHlbS MlLh KAPORf % operhagne.
eau
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume |
pour viter
une grippe,
prenez quelques Comprims de
RH0D1NE
"USINES duRHNT
Mayliants? Dupont
Agent Gnraux pour Hai'i
m
Voici une (mue rgee de 79 ans
qui a t gurie de M4 douleur*
rikulaires el DORSALES.
(
MADAME W1LD nous crit :
" Iiepu phnicum auues Jt souffrais dt
tcrriblrs doicurs dans le dot, dans ti.ut l*
corps et dans tous les membres : je ue pouvais
->!us dormir ni marcher Dr, j'eus l'oceulM
acheter un fl.Kon de l'ilules De Witt, et
h\ premire dose me pnmN un soulagement.
Aprs un essai de trois Jours, je me sentais
tellement mieux et mes terribles douleurs
antrieures m'avaient dj quitt'e A un tel
point que j'tais devenue comme une autre
femme. Je suis If* de 79 ans et, A l'Iiemrt
actuelle, Je me trouve en parfaite sant."
8-J, Worpole Koad, Wimbledoa prs I.oi:'!re.
I^s symptmes suivants hjlUniWaH tous un
mauvais Mat des reins : douleurs dorsales ;
enflure des pieds, des bras et des jambes ; urin
trouble ->u cuisante ; douleurs dans les muscles
et dans les articulations ; gnbt dsagrable la bouche, une sensation gnrale d irritabilit
ou de dpression morale Tous ces maux et
toutes ces douleurs sont l'avertissement de la
aature, vous disaat que les reins et la vessie ent
besoin d'tre stimuls.
1> tmoignage spontan le Madame *BJ
fait ressortir clairement le fait que les I'iiulc
De Witt constituent le meilleur remde pour
viter ou gurir cas terribles affection daa
reius et de la vessie.
Les Pilules

Le plus grand remde du monde entier p~tr
es rhumatismes, les douleurs HnTusa. la goutta,
a raideur des articulations, le lombag* la
pierre et tous les autres dsordres provoqu*
par l'affaiblissement des relus et de la vesiie
l.e Ptlala* I>e V\'itt sont en raai d*M loulea
les pb iiinacies du moiiMe entier. Le grand
flacon en contient s fois 4 plus que le peut.
Si ,vous prouve/ quelque difficult lavons
procurer le pilules snthentiques De Witt "
adreswi-vous au rendes visite la -''-
Albartipi Rvald, Part-an Prt*e*.

w
I
!i
> k
Prenez le temps
S vc vous que 1* forte majoritadei mal*d n'wi'i.-nt pas dans le domaine de 1chirurgie. Cacitaj
ti.re i|'.i elles ne sont pas causes pu des tua*an,ys
leur; v dplacement des organes.
vois nue les malaises ordinaires *t lt psjsj|j
temps fort simples out des symptmes uts simfluaJ
ceux de cas jemandant un opration.
Savez vous galement que beaucoup de fens,]
jeunes filles souffrent inutilement d* ces mslaisti! kl
plus i-lles risquent leur sant" en laissant ou il
continuer et s'aggraver.
Si le mal est pris h temps, c'est k dira j*Mtfaj|
p:ii.-iiers symptmes bien de* maladie* striai*
t-it dvilci.. !)ansdescas de douleurs pr^odiquat, i
:.iua.,;i't.,ci.ui>er\ciix 1 Composition Vf^Uk*tUjs*|
t. P!i kl-.-ii cevrait et.e |>iis sans dlai. Ci
est prpare avec soins et dans dos ronditiou 1
idales vt :st niiicincnt tu d'herbe* mdicinaam B||
entre aucun narcotique ou (Irogj;- dans sa coropaiiaC|
p^ut tre pria en lo'ite Ittfati
i ...... .;..<>! ut- pas e**avjrf ee nifUcainaat
Composition ^gtok ]
de Lydia E.Pinkham:
uvr. r..i-:Mx:Jirs Moiei* co. w,
Sa
: s ^^mm
AVIS
Aparlirdu30coui
noire magasin de vei
sera transfr daoslj
cien local du Compli
Franais, Anflle (jraj
Rue et Bonite Foi.
2 Juillet I!>23
Samoa VIEUX
SrapWas & Disques
Columbia
tVctuelleiiient en ^slock le sU|MM><* Pet
ns Coluinbiii, Nouveau Modle.
PRIX RDCOT*
Nous avons aussi veau assorti me ni de ls<|uee, trois ait',,r0oi
grandeurs de (jraplionnlas <|tic nous
leurs au prix trs raisonnable
Rue du QM"


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM