<%BANNER%>







PAGE 1

LE M \TIN Si quelque correspondance s'tala la seconde page-, il y a ^ros pari.-r ipi'clle a t r'.lige !.i marne table que la reste.daus cette salle enfume ei dsordonne o griftonoent fivreusement cinq ou six Parisiens. C'esi d'ailleurs la seule manire d'accommoder les ni Ht trangers une sauce flimaifc. Par exemple, les journaux catholiques ont une faon M'es sirn* pie le juger la question irl induise ou la question des troubles d Pologne: l'Angleterra protestants et la Russie scbisraatique son! seuls responsables de tout Leslr landais et les Polonais soiilivin' d'une oppression que rien ne jus* tilie. Au contraire, les feuilles pnti cltjjales attribuent s leurs eon vidions religieuses la dcadence dont ils aunl Mpps. Opinions contradictoires, mail galem nt fausses. En i.'-:i:n ; les nouvelles trangres ii it11 ressent le public frafjp ais qu'autan! qu'il y tro ive un argument en taviuir de ce qu'il aime, ou contre ce qu'il n'aime pas. Nous avons examin la partie du journal dite srieuse. Il y a, anefiet, une autre puiie, compose du courrier les thtres, du coinpte-ivndi: d u trilninanx, des faits divers ai du feuilleton. Ici, la passion politique, qu ilque persistante, ' le le pas au l %  r d'amuser le lecteur, d'veiller aa curiosit, parfois de la ficon la moins louable* Cependant elle est encore bien visible dans certains articles de chronique judiciaire. Qu'un dsordre quelconque se produise dans nu tablissement cong-^anist" h pteaae antiivligieuse va s'emtarer du fait pmr en tirer d'innombrables arucles. Est-ce pour rens igner ses abonns ? Null iiii'iii. aucun d'eux ne fait lever ses enfants chez les curs ", mais il faut li*n entretenir leur haine. A l*oppossivousdres vous tenir au courant des f lits et gestes des instituteurs laques, c'est aux journaux conservateurs) aux tour* nanx religieux surtout, qu'il faut vous adresser.Ceux ci. leur tour, ne laisseront rien passer, soyez en sur. Ce ne sont pas d s renseigne* inents utiles que leur clientle rclame, mais des ann s pour la iutle incessante des partis. EQ gnral, on D I se rencontra gure que sur le terrain neutre ou thtre, o les athll *s les plus larouches consentent se reposer ensemble des fatigue* de la jour" ne, en sorte qu'on pourrai! dire en copi un nue phrase jadis claV bn : Le plaisir e t ce qui nous di vise le moins. Celui qui aohhte EMULSION DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Preniez garde d'obtenir toujours VEmuhion de Scott) Voil bien, je .-rois, la presse franaise telle que nous la coo* naisNins Les diffrences qui s'ol> anrvenl viennent de ce que cbei les uns la note politique ou religieuse est dominante, tandis que chez les antres c'est la distraction, la lecture facile que l'ou recheiclie Partout le fond est le mme. J'espre qu'aucun de mes lecteurs ne trouvent cette peinture exagre. Si pourtant l'un deux conservait encore quelques illusions sur la usinire dont se faln que SOfl journal, je lui conseille d'aller visiter dans leur Mlle de rdaction les journalistes dont il savoure' chaque tu.it m la prose. Le remde esl absolument infaillible. En somme, le joui nalisme franais est une lutte pour s'emparer du pouvoir ; chacun porte dans cette bataille quotidienne sse habitudes et sa tournure d'esprit ; Ifs uns loin de grau Is raisonnements, les antres p0US8i nt de grand? clats de rire, mais tons poursuivent le mme but : tre inaitre de c itte machine puissant" gui distribue les places et les faveursD'o vient ce caractre accus ? Pour s'en rendre compte, il suffit d'examiner la socit qui a don n naissance au type. XXX Cour d f A 8 Hi*e* Le nomm Samuel, jagrj hier. s.>us l:i pr-enuou de roi ITW eecatals au prjudice lu sie ir fhompsi i. a t Mq litl. Aujourd'hui seront jugs !saul Jean, accus de viol sur la personne de la mineure Maria Ladouceur el Clercius L)<-meille, iccus de blessures volontaires sur la personne de Isaul. Composition du tribunal : Juge batoitue ; Parqut, Masst ; Jury, Km nanuel Douiingue ; Conseil de l'accus : AlexiButin, Km. TYouilI il et Michel Beauvoir. Demain comparatra datant la Cour d'ilsaUaa la nomm Hellau Itelan. accus de vol avec effraction au prjudice du sieur Llio Louissaint. Au Nouytllistei Un petit mol pour I ami E. CHADVET L'Ami Cbauvel aime rire, causer, blag 1er, il adore, en un mot, samuser. C'est donc pour doanar coure son penchant naturel qu il a voulu me faire jouer le rti -l'une grande Ca lh*>rias, ou lo il bo inemml faire de moi une.... UJ\S — Grand Diu! que e'ast drle de lire dans un journal : Elirait d ui projet de loi de Mme Mayolt". elc... Mme Ifayottfl lgiste !... En vrit. l'ami l'.liauvet esl tordant,et je vou d i* i s avoir ma gaiet danlan pour nvamu*er. tout SOUMIS lui ; mais mes dpens. Ce qui esl bien mieux, n'est ce pis ? car ou est iftra alors d'? ne f tire du tort personne. Il el wr.ii q.i*** l'uni Cbtuvet ne m'en fait aucun, bien au contraire I mus •nlia.qna faut il puiser de cet tirait de projet* qu'il lana nom m; cala a la teta des gaai sans dire ni comment ni piu qu )i i! a t CemjMissiOE ta Mclaiiw Sance du U Juillet 1923 conu t C'ait une lacune, ami Chuivat, el ouais vous prie de bien comblsr. Mme MAYOTTE C'ayets, ce 2us avion eu rellem -nt besoin d'tau, car ave: cette g aude sche resse on aanaaneait avoir des ap prhensions sur la 'celte lu plus les fortes chaleurs estivales seront forte. Tant mieux. Les sentences suivanles ont t rendues ei premier lieu pir 11 CoitV naiuion, sa aaan sa 1 1 1 1 courant. AlTiire II b-rt D100 lin c mstataot eu une irjic' P tur fparatiop des avisos d gu< rre Vei tiers el pacifique. L'Etat astcondimo'3 a paver au rclamuit 4T!t dollars SI eu cash et OoO dollars bsrt I) itton > y confia fmol en une crance de 20.2:12 gourdes 81 eantiuas pour diwors*s femitloa arrires. L'Eut n'e*I conlun-\ paysf que l7.St4gourdas dont aprs couver^ioii 11">8.9^ i;entime^ de d >1 lar en ca h el 2:i'i0 dollars en titre Srie II. Allaire Nelson cins stant en une crance de cinq gour les pour cssi >n d'un mois dr p naion de Mme T. Suir* lie amalion rejete. Atlaire Xo I 2t> iotruluitepir .1. B. Michel et concerna-il une rrince de quarante cinq gourdes, montant de 2o o o d • retenue sar ses appoinlerrcnls. L'Etat est oondiOi n^yer nejf dollars cash, couva aion les 4 g les. Pul l la Commission a pass ;\ l'audi lion ies alfiires sffich ''es au placet de l'au lien: %  — AITiires innliite nr Krin tis An 1 ) ois;. Mr S In y Part, entrepreneur daa poupes riaftb *s, no nm^expe l aux ti-is | c iq le or et dvil tar c: laiaaa pirtie-i u la oraaa< ce dj rel im lit. n'l- le serme if. obligitoi c. — VfTiira dos la n s lobl et Lan riston Larieha. Ha orvinztoq, l' vocation de l'affiira, a, au nom de l'Etat d'iluii, rnpel la Commission, que la miison loue bail des dames 'proche a t dtruit-' dans un incenlieen 1914 Kl il a lc afous l'Etal prouvera par enqute qu'il u a aucune pirl da responsabilit dans l'in-'eudie et qu'aucune faute procdant le cas fortuit n'est sa ion i rappel rcUminl qui es' un citoj a am -ri caia, qna d aprs aa pro.*aiurs, les dbats doivent tre laits en fraocaia et i|ue cependa'it iprt l'exp >se de l'allairapar son avocat, alla pourrait par son interprte, le questionner dans la langue qu'il parle. m Le mandaiairs, Me Valcy, a la pa rle et dit que le gouvernement hai tien avait promis dans le temps de de dommagar les pertes subies par son client dont la proprit servait de quartier gnral aus forces du Gou vernement. Son client so remet i la justice de la Commission. Me Corvington, exposant l'affaiie, a dit que Mr Kjrkaar, citoyen am ricaiii.i-cl.ime cinq mille et quelques dollars pour si proprit situe au baotduCip et dvaste en I9U et SDl9i5.il a rfut point par point les arguments prssots pour sole mr le m-moire dpot et a d.t que c'est en vain qu • l'atOClt de la par ti* adverse parle ds prolecti m que l'Etal doit aux hibitanls d'an pays. LMdgtUS'ilataient imputables aux troupes rgulires, parce qu-* causs par les mesures militaires qu'il- gou vernement est oblig le prenii-e, ne peuvent pis tre a sa chng-. Au rrorplus l'Etat d'Hati prlantj que M. hirkuer, absent du pays, ne peut affirmer qna ca sont sas troupes qui avaient cribl la maison de billes, preuve que d s luttes avaient lieu sur la proprit, et qua le conseil miintieitle rejet de la rclamation de Volcy a object que Ma Corving ton ne fait td que des principes livresques, qtn la proprit de son client, richem*)n! installes t saccage, dtruite au ours d'une rvolution. Kirknsr, par, la Ira ludion de lin terpreie, a delai que la proprit afferme des hritiers Auguste, con fanait q iin/3 cirreaux dont trois ta ent cultives en coton. Chiqie carreau en cjton cote eu Donimca nie 1)0 >1 >llars. I tait pirti aux Etats liais sa Juin ljll et devait retourner en lliili au m lis d' lt suivant. vLtis appnn int pir une l;ttie HI date du 7 .lui il ;t qui sa pro pril lan dtruit), il avait ajon-n soi toytg-t. Ci m lis on tait occupe tour tour pir lai Iroupea du Gou vernem5al al pir celles des rvolu lion n iras. C'est par reprsailles que la proprit avait t dtruits ai couimm cerne >t par les troipes du g luverna m nt. Les rev luti nuaires l'ayant occipi: eus iil-, 1 oit acheve A jjur lou II n'est eu possession de ces raosaign imanU qu ipar des rapports. C'eat vie Dib par Augaste, tuteur des mineurs Auguste,qui avait pri le g lral / onud.s ne pas laisser incen ai • %  • la 11 n qui se triuvail |sjr la propril. Ei l'yli'i ie. MeCorvingtm a op po> les dclarations du Gnral N inours Auguste <\ ii n'a pas craint •1-av un c'eil lui-ml.ne qui avait or donn aux tioupss rvolutionnaires de piller la lauson que le rclamant dit avoir t celle de si praprs fin ce. La Com • ission a ordonn la con naunication au Umsail dei nouveaux doi-.ii.ii'iits prsents pir hirkuer po ir pr aaan tar aaa daruiaraa conclu sious. Aytiil pris Mnnaissanas des daui lettre* du tiendrai Zamor et do Co.isul amricain au Cap. Me Corvington a dit qu.' leur contenu ne change en rtan las co.iclusiona prises par le Conseil du Gouvernement. La Com oissiou a ordonn le dpOl des pices et a lev ensuite la •aneo, vu Ibsure avause. Conwil di Rien de saillant laSajJ au Conseil d'Etat.— l-isdi verbaux prts, lecture e* d'un Message du Prsidinta publiqoe accusant rceptioiy nu Conseil d'Etat en date ad courant. Puis le Conseiller Przeaa,| porteur de la Section d'Intrim duit un rapport qui conclstjj lion du projet de loi qui trjfL Sre. d'Etat de l'Intrieur, |3 risation du Conseil des Sm.| la facult d'acqurir du pour la construction des 1 quaduca etc.— Ce rapport ainsi que le loi ara imprim.— A l'ordre du jour de deuaij rent entre autres : Discussion! clusions du rapport de lia*, l'Intrieur sur le projet dlaif glernenle l'impoi talion,k w toxique., narcotiques sic et aion des conclusions da ni la Section des K huions Eu relatif la convention coud Haya le 23 janvier iwlilei suppression de l'Opun. cocane etc. Le lys loujjc i Pans^ Ceux l qui lisent Anatole I verront prnhab'ement sur Ta, P.ni-iana dimanche l'un as| mans le plus passionnel:! rouge. Pendant deux heures 001 spectacle de ce film sompta.. pai les meilleurs artistesparia' C'esl surt-)ut Paris et es r se drouknt ces scnes d'i font de ce film un .lesjchfi de la cingraphe. Choses scolaires Ce r tificafd tudes lar( A Si Louis de GoBiagni 've*. ilO ont t admit IN Jury d'examen esl forme! seiir* de l'tablissementatl commission de contrle de Md. KielTer, arlhir, Ma pVli Damboi. M* aion est prside par le Sont leur Visa. Au Lyce sur 45 levas %  par divais lablissemeeti ment le Collge i^ivertstj tution dirige par M. Hojj ventureet le Lyce d f*] 27 ont l admis l'tiit. eat prisid par le Soasl Duviella. Les examens se pour Autour des Ew A pr>poe des l'M, aux brevets, qui ont w mens samedi dernier, oflai tenu de bonne source m m nls suivants : UJaryavditmdJw 8 du d rnier arrt. Pour \ lonl. it fautobteojr 1 lcri', doni 5 pour te d'orthographe. Or.** cea r^glemenla, •* cas conditions ont s ce que le Jury avaitWJ M las notre de ljjM ,.s prattqi.ee deajM Vendredi soir IsWju terv*o,u pour solul.oj^" „ satisfaction a t dous re Notsfai-onsremarq*J temps que l-^Ljl brevet e-t de date rcent* 19!2. Soire d' La belle soire d'adieal fessourBissjonnejeJsianaavec Mme AW"J aura lieu P^ssiS gramme a t pre** Jons.anc. envoi c qjj La juive, renions^ opra, IP .f nal '•''. ment, la w* wf^ tion complte dss eulitioo, phipl. Entre' gnrale(j. Jjj Loge 0, 7o or; ei f,n ar Ihollindijji tent en Attili louiaiee Prado* !" . J ^'rf^H Nous leur so besogne f



PAGE 1

IE;MATPJ Parisiana Viennent d'arriver JEUDI 1^Direction reprend -iO i-entimes etpourjls dernire fois : L'Assommoir ( bif.d œuvre de Zola avec Jean *i: 1re poque, en 5 parties. Mire : 50 centime*. fins ieux le Bordeaux Vin Banc • 11• %  >* 6 g-unies ie •Mon Vin Rouge choix gourdes le talion IL B. Nous alliions l'attention de Ht clients sur l'excellence de ces Ml dont les fd's sont tirs jusqu' Il dernire g->u'tr >ans laisser uHM (race iln< rassennent. I ne (lue impoiliinii -i^naler, c'est ces vins ne sont pipiqus, les araati'urs l'ont souvent i pour c-'rtni"es marques Mira*A la consommation Pourwlre sanl buvez notre vin trente A l'ancien Dpt II. Kiob 1^17 Rue du Centre. /#/< %  —1^*— M I III I -III B l IIBi I - mm I %  bu >'i..'i> ou viter <*, falIS'Mfll nH.-riPATION •IM.A K*l-f.-r M. i ii.ti.-Mt 1 ! • %  113 .'. S .%  .-. I „ i(| U.'. iD> %  rendre | VV r % % % % %  ; il H,fUllr. !.... -, ;•„: i 3 £r repayer iVo 2 el r 5. Cfcurfre, 5, 6 { S, 0'Poitifft Manclicc8 f Houe et SerpeUes. tu veute chez L Pre9znmnn.AGGKflH<)LM Rue du QuaUG17 La Compagnie Nationale de Construction TORitit, REcoHsmu.m, FIBHIFUSE Reootnmsndo por tons ;. ; M vl ., • •• uratoutlMfit j •• • •• %  •• %  FAIBLESSE Qfttftl | | DBILIT, rniUSSCENCES, lia CN VINTf 0I l^ I Ceux qui voudraient travailler dans ses oliailllera, pour entendre avec le Directeur do la Socit u itue de a Miracles, eu local de la Compagnie. i-a Comqagnle.d'autre part,! iforme le public qu'ella aot en mesure d'excuter tous les travaux qu'on vou Irait lu ronfler et cela, A (les COndltloua telles qu'il e>t impossible de lui faire concurrence Afin de faciliter le choix de ceux qui lui demandant (le construire, la Compagnie met leur disposition plus (I un millier de plans du toutes sortes de maisons trs jolies, et dont le prix de l'excution est proportionne aux moyens pcuniaires de chacun iwii •-„ : i |teH;M.v ,:us •n .o\f i < %  M ivel simple de capacit & MsQprictird(> capacit A rendre l'Imprimerie CHKAQIIT PRIX i.i:miTS ^adresser lu Direction, Krfw Rservoir ou du Doc eur Aubn/ H R iTES W"W •AIT.O-INTI.TINALI ^ !" Wnonrrli*,n..Ent*rlt mro*2.AB.Eartmt, FuroaiilM, T. OMTAIm pir l'unie* de %  "•jlWMitaTlS SCPMQOEl Oiiiir. Histoire ^l'Hati D'Aprs la Science Sociale Par Atxjustc N1GL0IRE L'Imnrinerie-Librairie du MATINa entrepris l'Jitioo do cette histoiie que notre ^minent collab irateur dottio sas matres et aux ,res de l-enaeignem. ni s0 -ondsire et A laquelle il n'a iimus cess de travailler uepal dj quelques annes. O'oiqiie destine principalement aix classes suprieures des coles, L'HltTOlM OHalTl n'vrnhsi.A SCIRNUB BociVLR s-r. t un livre de hihliothque qui s-ra, nous en sommes persuale, trs recherche par lou^ les hommes qui s intressent k notre h sluire naliunalo et son enseianameot mthodique. Conue d'aprs un plan absolument nouveau, cette dition.nous osons e dire, est appele projeter des lumire insouponnes Mir les laits de l'histoire hatienne et en renouveler compltement l'enseignement. Le supplment du MOMTKC.< offre actuellement, a titre d'avant-goat, des fragments qui ne feront qoe conlirrner tout ce que noua venons de dire de cet ouviug. ,dont voici les grandes divisions : ToflU 1 — ". remire Priode I — Les Originel ^ — Le Peuplement HDriesin il — Les ludiens 4 — ColouUalion Espagnols o — Lhrouoiugie de la 1re Piiode Tome 2 — Deuxime Priode oui par y fl uY or h ne. Si vou; voitU^ trotgt h i tJ u Je nej risfwiOJ ki wu v$uin ewir m brtlUmt luttant *'dura* Jtmu^uhilaeoum et la tufiitm de ces ebmtsturn putdam lottrlmS ctwtfK h mar^m MOSOtiKAM. hibriqutt te tilt protge lu peau de% eSaussure* centre l'humidit it le JSKr oile l'enlrtl-ent leur tutlmti et inurse leur brillant. Oimmul* ta marque MONJIRtM. c*Ht U muttiuf il tMtm Ut m*r+i" Geo. JKlNSEMh afft pMf Hati QUOI QU'ON DISE QUOI QU'ON FASSE Le Uu Mmiiw esl ei sera toujours le meilleur. N^/ Avis ^Mon de la fle Nationale Publique Franaise, le Mi'"•'rmceet Vadanie Lucide Jnrnn, | H Lgation le sa 14 illel 4 10 heures du ma 1 — Le Peuplement africain — La IJclon sation Kranaise libre de Sl-Domingue '6 — La Colonisation Pranoaiie admiaiatfsiive de st Uo.ni, aie 4 — Formation de la Rase hatienne 1 I — Chronologie de ta deuxime Priode Tome 3 —Troisime Priode 1 — Les (roublei de Saint Domingo* et son iaoapea .'anee 2 — la Socit Hatienne 3 — L'Kxpnnsion Amricaine cn liai i 4 LA venir de ht HlCe llaitiennc. — Conclusions. i) — Chronologie de la Trobime Priode L'ou'rsge sera vendu en librairie ClffQ GooRDa le voume. Un Wm. est fait aux personnes qui vou Iraient aider, par leur .sous cription, aux travaux d'litious suivantes : ,,. ., Le collection des .1 volumes : Dix GooiDM "P^nthi iT" insl apr Le vobime rpar : Oi ATHI %  ,d| l HcnJi" n,M,rale ,M ac Adresser le montant des souscription Mr Clment MACL01RR Direr •Hit i. ? "• a n, e < h atmeront teor du Malin ou A ses agents en Province, KM. n* f(,e '"a lieu chez. AVIS Nie %  •. . A Biz <>ton C||e P r.!' ain SCra ,a f,e •NIedelh/ol,,,, pince sous ^Vp J? Mont Carmel s. stouui 00 '' • aura kermesse JT ajeurne. Dangl'eeioi les ac• %  • ..n,.c iirtrmeront le R e 9l "* lit>u caei %  SjA Bl .a>')n le, Bains. 3*anere!e l -..,i.-.I e ait ! eotn PMr* bien gar i e ; u ; ,ar dM dam s t &mdu 2 ron "ommationi Porte de tout %  i e mon de. F Malin ^JUvAvril m7 ^oanement* •aront ^•Prioce ^nis 'tlrtr hit IN MOIS lourdes 2 1.80 n 30 >at Amricaine i i$bS Pharmacie W. Buch Port'dUmPrinc* Fournitures pour Laboratoire: Lampesslcool, Ballona en verre, Verres gradus, Tubes lassai. Alortiers, Kntonnoirs en verre, Papier a filtrer etc..— Burettes gradues de DO P. P.. et Supports burettes I mes et lamettes pour m croscope Couleurs d'aniline et ractifs Solution de May-lirune ald et tablettes de Jenner pour la coloration du sanq Balances Trbuchet nickeles. Main de 1 25 et de 1 100 Centigramme* n LA WEST f VOIES TRADING Co, annonce qu'elle va installer ine nouvelle pompe tjazo line t ns son nouvel difice du cl de la rus Pave.CeUepompe sera du Type vi si h le ce qui permetlra au ciiout de voir exactement! i quan lil de cjazoliue qu'il achie.



PAGE 1

i fc M.iTlM JUBOL rduque l'Intestin Constipation Entrit* Vrtio Dyspepsie Migraines Ponr rester en bonne sant prenez chaque soir un comprim de JWBOL Jubtl. rgulateur de ''***"•*"* une heure constante aux Juboltss JUI0L1T01RM : ^PP''''' 0 )?' !" 1 t\onnanti jUiOLITAN pommai contre kl Marr .1<*r rfltrnei %  TIUIT ilLlMHBS M *•*""' rfU /Ul Va.lUmt ou* ll. e .nrU.17IOBe.(<'! dbite pa>OaHor #pa' h BarlfWi rff8 F trouver lardt CERTIFIA *TS f* MM tftONl tottlOUrt la disvouhon des (.lient*. „„>„ Champagne et Vins Mousseux prix mod du soir puur toutes les reehertius ei analyses pices dans l'annonce et icuite, aul pjur le, ^Watttrmtttiu ei ta couaiaiite Dre*Mrltnt Seront rentes qu ...< manii de chaque semaiu • S'adrc y a la Phar.ir.u.e poui ie renseikiDeiueiib' t4li:ti,cS U'u.liies oi ou ; tfasti iqua tteacliaii de VVass.rmann buciion delriboulei. L I DM du saug et du pM maSBUa a>s matires tes'e* ,kxan eu ue er .<*fcat Abamm r- U" fcLttait( r Sfoit lie HeUmtche .fa 9j in WlH H Ce *# r.occ-et/is, de, e:c. A la fenscine Cordonnerie M. E. EftNEST C4HILLB Fabrca t de cha-ssures da tous T^n es. Mate-i* x sup ieu' Soi s roir.p itu • ( fie it" GBA D HUE 1722 La maison nous prie de porter a la connalssnnca du public que dans le but (lefucililer et d'encouru.jor ses ..ombreux client, 'lie accorde partir In lotJuillet 192:$, une prune d'une paire de chaussure au choix ft tout dtenteur de \ iin|l tlokol v A la Conscience, telle est la devise de la maison. Eu consquence, On est pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant Port au Prin ce juin 192.1 Maison louer Un joli maison haute Avenue Ducoste ", ayant st-pt ch.imbrei, bassin, remise. tUi, elc. Polir renseignements, s'adrrtitf Joseph Franci*. Angle nitJ t^our be et des Fionts Fort*. Savez i:t WZlfiBJt *$H m ri-^-kzLav.-i;".; %  La shaisoa Lope Hivtia lUpritcntant d BartvnQ On il r ( Bordeaux ) Av *s' client.leqoV-ile Ucuvera m stock Vins blancs i y ,,, • utinifu" eu Mrnquca et au deatUrtfr que \, ,., \t ,i s UtSioc Suprieni bi J uh4afli6 et vapore dam il de qi.me su-tnr, e. u nu prix liant u ta an curea^ DAMM IMiUi!. MlLK kApUhi \p, Upeuhague. ftlrit ne ili'iittre mitujc Cetls )>oUun inroiu|ieral>la, d'un* larfnr jxqalat d fUMI tu l'rmU, M prpte instantanment aana fut ni (WdMoU lion en versant aimpleinent une cm Mit* ! Trop faibli pour travailler '.\U ;G< La vie courante des femmes n'est souvent qu'un travail incessant. Combien plui infol est la tche quand des malaises particulitfilj leur sexe rendent chaque mouvement pnible. Le systme nerveux est drang et la vie est loi d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent MJ cette situation devraient profiter de rexpritattj de celle qui nous a envoy cette lettre: Liiez Ce Que Celte Femme Dit Manzanillo, Oriente, Cuba.— J'tais anmiqtai frais lors de mes rgles. Ces douleurs me foraient! h rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bu*. (fiaient quelquefois aigus, quelquefois sourde* et jn_ sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendantqttm avant de faire connaissance par l'entremis d'un fuea de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkkn. l'ai prise avec complte satisfaction et je ne fais uapii de la recommander a toutes mes amits qui tov&mi mme malaise."—Srta. MARINA MiLAK.Calledel 4, Manzanillo, Oriente, Cuba. Les fmanes souffrante* ne erraient pas faire mal* doivent laitater pour 1a Composition Vgtale ci Lydia E. Rnkhaft LYOI t.UNKHAM M(0>CIM4 CO. I.VNN.M***. V.tM i^ A vendre juii prix raisonnable : Un moteur marque franaise de einij t-iiexaux. Une inacliine pour houchei* les bouteilles. Lue niacliine pour nettoyer le cal vert. Tue machine pour prparai* les biscuits. Uu arbre de transmission avec poulies et coussluets. In piano Pleyel en bon tal Pour conditions s'adressera inter Ngoce, La Maison H.SU VB Laliiison H, SYjaERUc lait l plaisir fil noinlu euse clientle qu elle vient Je recevoir, derniers slc.uners, les articles suivants, def clieur. Drill Union couleur anglais, diverses qaeui l>rill union blanc anglais ] >rill tussor Chapeaux de paille fine d'Italie Chapeau* feutre Itorsalino Chapeauv demi-feutre Itorsalino Chapeaux demi feutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie Voile blanc A barres & mouches Piqu blanc suprieur peur Jupes Peroale blanche sup. Ilaptiste fine pour chemises Il,Uine blanche Gabardine blanche barres & unie Zphyr anglais pour chemises Kaui Jaune suprieur anglais kaki jaune antjlais extra suprle tr Kaki blanc Urlll blanc anglais suprieur Colienac couleur Grands rideaux mousseline pour porte Molletons coul & blanc suprieur l'almbeach gril anglais Diagonale noir Alpaija noir Casimir anulals assorti irue* Ifamass pour matelas anulais, double u t >ri|andi suisse brod couleur I tas jOurs & |,iaaa| Chaussettes sup. pour enfants, oouiew* Satin de chine pour tailleur Liiistrine po



PAGE 1

J7em anne No 6051 fBECTEUR PROPRITAIRE IMPRIMEUR Clment Macjloir^ BOIS VER.NA 1358 Rue Amricain NUMERO 20 C KXTIMES PortoTrttt^ 4 CJ^i;) Quotidien J.udria joiiut 1023 C'est aux journalistes qu'ap* part-nt la tache de faire [du journal uns œu\ re devante morale et de vrit. Mais es n'est pas eux seuls. Elle incombe l'lite tout entire qui a le souoi de la dure de ce pays, croit l'utilit ds son .labeur par la formation d'une humanit meilleure Pierre RAT DIX 1BLEIM0.\E No 242 Par Cable Nouvelles Eoangres Le choix im l|uelques points de vue trancaii fAHIS 10 — La commission sna de la Marne a adopt le rapdeM. Lemrv, snateur de la iaique, sur 1trait de Washing issi recommande la ralilication pneci>rUines r-uve-;. La commis iSJimeque la l'iaucc doit gar•oe liberlt' 1 d'action complte sujet du trait concernant les marins. Le gnral Martin n donn au dugoiivernein nt un binqu t l'honneur du groupe d amriivant servi volontairement l*rme franaise et qui ont invits ;i<-i-l.r l'inauguration BODument au\ voluiilaircs am i qui a ou lieu le i Juillet. Utnat a vol.' le lui.lgct des d i recouvrables sur I .\ll*nagne icommeiin certain nombe d'ar lont t amends, le budget lre renvoy a la eh irnbre. fUcolonel r'abn, dput, rappor Wde laci.mmi^iou de l'arme ^tbarnb e, a fait distribuer aux Ibre-nlu parlement un piojet de fgnkli„n de l'arm• dont toi Wifsatteignent MiO.OOO hommes. pr. j?t prvoit une armile rorgi modernise d ml 1 rganisa 'M lase sur le* lee/ms de la *Je tiuerre et in.-isie parliculio Mt nr l'aviation et le matriel %  fcerre. pavement sismique [j-AllIll/. |„ tremble nent (L> assez vident a l te-sen i J'e sud-oucst de |., |Y anC e pur'reient Perpignan, Ikyonae Huch. ij?a secou --e> stamiquee un-environ l secou les. Il n'y PJM des dgts matriels peu "•nants Au.i,. ,,., secousses se ...ProJbMVs beures io du ma ont dur pluseurs secondes. >reiiv,r. des meubles dans les 5'U Violent orag-i s'est abat Mnent 8l ,r fans. Le Il.er ^;/ e -' la 'lcn 30 degrs J"'raier, il a mont jusqu' igjKl)e s orages trs vio Ppjwtlun a clat sur Londres n f o nt continu d ans les dille k Polies du p.vs. M., gr les Wrnliedes accompagnes I rk." n '?" r,l,J chaleur continue [""" Londres. ^'station allemande L 1Allemagne a protest iel .^B'nverncinenls hrilanui ^ Ci'"'' V 1 ,,iel ,,e ,il lL ,mel ^coml • am e la Belgique. ES^^tion otli ieile dit que di "Jcuit i r ; l, ';'. ,l, l i,iiv ressortir qu e 0,le !lctio ain9i ^Mes dputs de la Ithna FDrm.- ""''•nioi •> c tcu, s 2 nl cx r, r leur r ooc K^ n U,l 0nnel ^ Par suite de tt a l ^ lulrafi ( .. Le gouverne Les victoires diplomatiques turques LM'SA.YNE—• Les victoiresdipto maliques de II Turquie ont ragi sur les ngocialions amricaines pour U rvision de l'ancien trait turc. Le< choses ne vont pas maintenant au* i bien qu'on l'aurait pens. On n'avance pas sur certaines cl uises.mais ni les amricains ni les turcs ne veu lent en expliquer les raisons. L s boissons alcooliques WASHINGTON Un nouvel l ment d'heertilud %  dans la question des boissons alcooliques boni des navires vient dlie lvl par suite de la dc>uverle de boissons dans les salles mang r de certains navires di Shipp'Og Board •> pendant la par ie du voyage en d-hors de h li mite des trois mi'les. Les fonction %  sires du Tr-tor et de la prohibition ont dcid qu'un procs serai' fait pour li confiscation deboissons afin de disp ser des b os "lis saisies abord des navires qui vident les lois de la prohibition. Les procs ss raient dirigs contre les botMoos et non contre le navire ou contre le commandant. Jonrn.il saisi NAPLE9 A la demande de l'am bassadeur de Krancc. la police a or donn la saisie du dernier numro du Journal Amassais A l C eau se d'une carie dure sur l'occupation e la Bhur off'osante pour les Iran QSi. A lliella. la suspension de la publication Corriers iiellex •> la suite d'une critiq ie injuste e-mlre le gouveineineiit le M. M issolini. A Panne, les rsprseotaots fa-cisles ont bi' iO.(0O numros du < %  Cor riere Dlia Serra % %  sa raison de sa politique unti fasciste. Honvelles Diverses BRUXELLES— Le charg dafftt resalbinuid s'est prjent SU jour d'bui chat M.' Jaspar, mintrsdss tffairas tranger-s. et a fait nue plainte oflicielle conlre un incident qui s'est produit hier oir et au c ur>> duquel il a l Bits ju taudis qu il marchait dans la rue avec un autre allemand. M. Jtipar a exprim ses regrets el a promis une enqute ofli cielle. Le charg d'atiains a ni d'avoir donn aucune cause pour cette attaque. D'aprs une version oflicieuse les allemands parlaient plutt dans leur langue quand un passant a cri •• Ilot-lies %  un allrou peinent se produisit et les allemands furent attaqus avant l'arrive de la police. Le snat belge a accoid un vote de confiance au gouvernement aprs avoir entendu l'expos de la polit i que du c.binet 110 ivellemenl rorga nis. Le vote a ; de ss voix con ire SS. La Question le Tanger LONDRES -Lesaperls fianais, M en ,nfl gcrit ases iim i );issl R^^^V^ntionsiir les sen Politise Saisir dans son vidence utt pro* btma politique, sp rcei ur aprj un SUbll travail An criliqil •, ; %  jusqu' 1'. xtrfiie, l'cl ii d argent d une vrit, dissimu'e sous l'clat il argent d'une vrit, dissimule sous le haillon des sppar m es, est d'une haute jouissance spirituelle que s iules connatront les ame< Io u 1 m • te< de lumire et i non. A l'gard de i icitual on h (tienne, actuellement eu dbut, il s'agirait pour (oui 1 spril olassi |ue, n m ensors eont in i , p 1 .,1 fuui ie des ideol igies iclamitoi |< %  • •; en soi de la c ari E! des igns; et le situer, de poser, com ne en une souple Connu a nlg ibri 1 ie, les termes et les dtails du probl n 1. Nagure, en un a ticle qui eut l'beur d'tre c I •'. e. n ms avions os penser avec quelque libert, et lixer ce prob ime. N os avions offert une solution, que d s esprits avertis, probes el In in n I mis eue il U g • nro it de trouver i 1 ie el aee laide. D-piii-, a "-un lment n lave 11 n'est venu modifier ce que nous pos sdons de gnose m la matire. Dans cette pige, en un bref raccourci, n ms avions fiii sentir la .Io ilear du mal haltiso, — el aussi, nous avions illumin ta K.vir q ii nous domine, duipiel disions-nous, en attendant, nous devions lircr tousl 1 s avant igsf. — Volontairement assujetti aux svres diseiplinel d'ordre et ds ralits, contre Itsq lelles on ne ralise rien, nous avons d la gn les sommets des fsnaliqu , pour les co teaux modrs, des h.mimes de bone\\* puisque le ie nati maie, 1 est-dire lvoiuli. n ne d rail pas s'arrter.— Ma d s Ivi rssaires qni n'ont pas su m me 1 lier une doctrine p di i |ue, <\ ii n'aurait que la val. ur dune ide, puisque non appuye sur une loi relle, car la force du droit D\ I aie pas, ces adversaires dis-je n ont pas comprit qu'il est d uliiii 1 111 attendant un retour d' fortune, de transiger avec la vi Lu politique necs sairs : action c ncile, d intrts, qui ne lient compte que di faits, n'a pas t <• m pi ; ir certains leaders. Kl an i, s' si gaspill des nergies dans la < oquie d'un bon.heur impossible, ni a 1 en n ire de la ini aniqu i p i.iu |ue, I %  1 coutrs dss ici id foi d deurs et dfenseurs de pal -. La dut ae* tuelicmcnt ne | 1 'Menu que par la discipline, le sacjilice el l'ordre. En face du -1 mbre horizon politique qui s'tale > aous, toute l'Intelligence h ilii une if vail former un Use, et 1 011 r a ce gouvernement, pour pargnerais latrie d' lires m illieun, peut-tre. Oar le fouvernem • M real 11 seul • fores cap ib e d agir, aj c e ie icit dans le eus de i iote l notion il M |! ^ p • ir i il fui Lui i|i 1 le nombre rsstrein! ).• n H valeurs social %  iii II teiu illei ci p )ii'i | M l'ut capable i.' i, m sen -, I • mesura et de sabtilil S li fau bail q fil II c ipible le n rlir I on gis n*. de sa libert i.ii -, ,, tu • minollro, nu profil d' m b i ilieur n dion d, u 1 orbe rigo ireoi, comme %  ur l'action '• tieu ie, les org 1 us ; : i ms m mas li pies. Tout le secerl d'un triomphe qui viendrait p 1.1 tre lar I. asl 11. L'action isoli 1 v olenle, anarebibue esl eond uni le 1 faillir. L'importait) c'eal de trouver une 1 >r a il • rie politique, s uli [uelle e ferait l'iinani ml.— Quelq l'un peut a formuler l'un ds ces 1 irs, \ou lia -l'on b an c imprendre, se rendrea celte videoc qu'actuellement, les derniers espoi S du pays s %  balancent au dessus de cette dernire forteresse qu'est le gouvernam ml national, seul fragment de force organiss qui nous reste ? Allons : trve ,!c violence, d'il ni el d'as san • 1,1 \ pour de jours clairs. |/|, Mue relara 1 plus de srnit, d'in'l! n grave, li irmorieuse et r m i" Au m mot du pnuvi ir se trouve une valeur b; m .i ie %  '< "i pOM conlre la rom ppiion clnmi iqoa d'un droit vei bal une pobtiqu • pos live de l'intrl n di mal. Noi s aussi no s 11 mmas nalionalifte ronis i noli ; m, de la manin que Kanl I". nseigne d'lwi aux T p'e f ib •• ni le droit suppose une foji e m ttri II 1 Iriompnsr, autrement il diiparall dans le sang ci les lai mes puis 1 ris cet ther bleu ii gl 1 00 meu 1 lu vola du plus faroui lie 1 xlrmisle. "' d >nc, | ie I is lila d'une mme terre hansi 1 leurs senlimenta la hauisur du 1 il, al l'nuisssat au loin .b1. ,(i :,. r f orc pour | e 5:1 "i nalio d. .,.• il v ji t (H ,t un P/'uple r de la misre et de •"'r"' 11 '"' Dieu le veut HaJti le veul STE.UKS \U \is (DeL MTIlUtXITK) Etude sociale sur la Presse et le Journalisme l EXTRAIT ). Le Journalisme en tranee ( Suite I sale qui rglera le iorl d • celte rgion, KK'U n'a encore transpir des conver-alions qui ^e poursuivent, mais ou considre coroms un signa de bon auguie que de nouvel es n 0 nions sont prop I. < On admet ce pendant que chaque pays dsvra faire des cosesssions impo*tantes avant qui n accord puiss tre conclu. H,, %  %  "an.ls inculp. ••^'Mftrres. g, r li de ii.i.iv 1 UHF ha| ml '• ruaim dune confrence internalio Les Coins NEW YOKK 10 Francs Sterling 17 01 1,574 C'el surtout en temps d'leo li JUS qu %  pet esprit Jd clan se doit* n13 libre carrire. Je ne connais ri 'n de grotesque omm 1 un jour> n l '1 1 province huit j mra avant l'ouvtrttire d'uo scrutin. Ds la premire pane, 1rs noms des s candi* .I its advera s n'taienl pas ensuite dpi ints comme les cratures les plus noires que Dieu ail jetes sur notre plante en un jour de colre. La, IV'uiu ici nent quand mme vient taire la contre-puilia de l'apothose quand mme, et, comme on a hauss .'.• ion foui l'abord, on tance l'injure pleine bouche' rechi reliant ilessein les exprs-' nous les plus iluii s, En tout lamps, v iie partialit ridicule se fail jour travers cliaque ligne, .limais un joirrnliste ami du gouvernement ne trouve les impts trop lourds, 1 i lesailu* mettes mauvaises, m les fonctionmures tyranniaues ; BU eontraire, lej urn.ili.si.! .],• l'opposition criliqn toutes choses, el toujours il rend le gouvernement lesponsable. C'esl lui (jui tue le commence 1 lui qui IIIIIII' l'agi iculture, lui qui menace 'a prospi if industrielle, l'n 1 iliin % %  public construit il y a vingl ou trente ans vienl il s'croul r, s cons •: v it< un en pren lient I 11 iiinie r contre lin curie de lu i -pub ; ; 11 qui ne veille p'S aux riebeases lgues par lus gou*i 11 m ur nts inuiiarcliiques* Les journaux rpublicains rpondcnl que li monarchies ne baUssenl pas solidement, et les s iges lis contre partagent b dillrend en 1 lis ml n marquer qi*s la question a d ux 11 • Ces 1 ur. n b BOUI dlectables pour le public fianais elles cons tituenl la partie confie aux rdacteiir8 pi-opremi ni dits Cet! avi r n la qu on n Idrme l'esprit et le cœur. Aussi les directi un de feuilles politiques m ttent-ils l touiu leur attention. Le reste esl bien peu lu. Qui voulez-vous oui s'intresse aux in formations trangres dans un pays o l'immense majoril des Itcteurs n'a jamais tranchi les frontire! un 1. produit -les d pches courtes, traitant de sujets inconnus : autant ele rebuts 1


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05975
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 12, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05975

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
J7em anne No 6051
fBECTEUR PROPRITAIRE
IMPRIMEUR
Clment Macjloir^
BOIS VER.NA
1358 Rue Amricain
NUMERO 20CKXTIMES
PortoTrttt^4CJ^i;)
Quotidien
J.udria joiiut 1023
C'est aux journalistes qu'ap*
part-nt la tache de faire [du
journal uns u\ re devante mo-
rale et de vrit. Mais es n'est
pas eux seuls. Elle incombe
l'lite tout entire qui a le souoi
de la dure de ce pays, croit
l'utilit ds son .labeur par la for-
mation d'une humanit meilleu-
re Pierre RAT DIX
1BLEIM0.\E No 242
Par Cable
Nouvelles Eoangres
Le choix im
l|uelques points de vue
trancaii
fAHIS 10 La commission sna
de la Marne a adopt le rap-
deM. Lemrv, snateur de la
iaique, sur 1- trait de Washing
issi recommande la ralilication
pneci>rUines r-uve-;. La commis
iSJimeque la l'iaucc doit gar-
oe liberlt'1 d'action complte
sujet du trait concernant les
marins.
Le gnral Martin n donn au
dugoiivernein nt un binqu t
l'honneur du groupe d amri-
ivant servi volontairement
l*rme franaise et qui ont
invits ;i<-i-l.r l'inauguration
BODument au\ voluiilaircs am
i qui a ou lieu le i Juillet.
Utnat a vol.' le lui.lgct des d
i recouvrables sur I .\ll*nagne
icommeiin certain nombe d'ar
lont t amends, le budget
lre renvoy a la eh irnbre.
fUcolonel r'abn, dput, rappor
Wde laci.mmi^iou de l'arme
^tbarnb e, a fait distribuer aux
Ibre-nlu parlement un piojet de
fgnklin de l'arm dont toi
Wifsatteignent MiO.OOO hommes.
pr. j?t prvoit une armile rorgi
modernise d ml 1 rganisa
'M lase sur le* lee/ms de la
*Je tiuerre et in.-isie parliculio
Mt nr l'aviation et le matriel
fcerre.
pavement sismique
[j-AllIll/. | tremble nent (L>
assez vident a l te-sen i
J'e sud-oucst de |., |YanCe pur-
'reient Perpignan, Ikyonae
Huch.
ij?a secou --e> stamiquee
un-environ l secou les. Il n'y
PJM des dgts matriels peu
"nants Au.i,. ,,., secousses se
...ProJbMVs beures io du ma-
ont dur pluseurs secondes.
>reiiv,r. des meubles dans les
5'U Violent orag-i s'est abat
Mnent 8l,r fans. Le Il.er
^;/e-' "la'lcn 30 degrs
J"'raier, il a mont jusqu'
igjK- l)es orages trs vio
Ppjwtlun a clat sur Londres
"nfont continu-dans les dille
k Polies du p.vs. M., gr les
Wrnliedes accompagnes
I rk."n '?"r,l,J chaleur continue
[""" Londres.
^'station allemande
L 1- Allemagne a protest
,iel.^B'nverncinenls hrilanui
^ Ci'"''V1,,iel ,,e ,il lL',mel"
^coml am'e ", la Belgique.
ES^^tion otli ieile dit que
di"Jcuit ir;l,';'.,l,'li,iiv ressortir
qu ,e,0,le !lctio" ain9i
^Mes dputs de la Ithna
FDrm.- ""''nioi > c
tcu,s2nl cx"r,"r leur*rooc
K^nU,l,0nnel^ Par suite de
ttal^lulrafi(.. Le gouverne
Les victoires diplomatiques
turques
LM'SA.YNE Les victoiresdipto
maliques de II Turquie ont ragi sur
les ngocialions amricaines pour U
rvision de l'ancien trait turc. Le<
choses ne vont pas maintenant au* i
bien qu'on l'aurait pens. On n'a-
vance pas sur certaines cl uises.mais
ni les amricains ni les turcs ne veu
lent en expliquer les raisons.
L s boissons alcooliques
WASHINGTON Un nouvel l
ment d'heertilud dans la question
des boissons alcooliques boni des
navires vient dlie lvl par suite
de la dc>uverle de boissons dans les
salles mang r de certains navires
di Shipp'Og Board > pendant la
par ie du voyage en d-hors de h li
mite des trois mi'les. Les fonction
sires du Tr-tor et de la prohibition
ont dcid qu'un procs serai' fait
pour li confiscation de- boissons
afin de disp ser des b os "lis saisies
abord des navires qui vident les
lois de la prohibition. Les procs ss
raient dirigs contre les botMoos et
non contre le navire ou contre le
commandant.
Jonrn.il saisi
NAPLE9 A la demande de l'am
bassadeur de Krancc. la police a or
donn la saisie du dernier numro
du Journal Amassais A l C eau
se d'une carie dure sur l'occupation
e la Bhur off'osante pour les Iran
QSi. A lliella. la suspension de la
publication Corriers iiellex > la
suite d'une critiq ie injuste e-mlre le
gouveineineiit le M. M issolini. A
Panne, les rsprseotaots fa-cisles
ont bi' iO.(0O numros du < Cor
riere Dlia Serra sa raison de sa
politique unti fasciste.
Honvelles Diverses
BRUXELLES Le charg dafftt
resalbinuid s'est prjent SU jour
d'bui chat M.' Jaspar, mintrsdss
tffairas tranger-s. et a fait nue
plainte oflicielle conlre un incident
qui s'est produit hier oir et au c ur>>
duquel il a l Bits ju taudis qu il
marchait dans la rue avec un autre
allemand. M. Jtipar a exprim ses
regrets el a promis une enqute ofli
cielle. Le charg d'atiains a ni
d'avoir donn aucune cause pour
cette attaque. D'aprs une version
oflicieuse les allemands parlaient
plutt dans leur langue quand un
passant a cri Ilot-lies un allrou
peinent se produisit et les allemands
furent attaqus avant l'arrive de la
police.
Le snat belge a accoid un vote
de confiance au gouvernement aprs
avoir entendu l'expos de la polit i
que du c.binet 110 ivellemenl rorga
nis. Le vote a ; de ss voix con
ire SS.
La Question le Tanger
LONDRES -Le- saperls fianais,
M en ,nflg J'ii,- | e Mayenne le 19 discu-mon* -.'r |oeJin du Tan
Sk<''.'",":,s'"^"lps davoi.
p :l,r;>crit ases iimi);issl
R^^^V^ntionsiir les sen
Politise
Saisir dans son vidence utt pro*
btma politique, sp rcei ur aprj un
SUbll travail An criliqil , ;..... jus-
qu' 1'. xtrfiie, l'cl ii d argent d une
vrit, dissimu'e sous l'clat il ar-
gent d'une vrit, dissimule sous le
haillon des sppar m es, est d'une
haute jouissance spirituelle que s iu-
les connatront les ame< Io u 1 m
te< de lumire et i non.
A l'gard de i icitual on h (tienne,
actuellement eu dbut, il s'agirait
pour (oui 1 spril olassi |ue, n m en-
sors eont in i , p 1 .,1 fuui ie des
ideol igies iclamitoi |< ; en
soi de la c ari e! des igns; et le
situer, de poser, com ne en une sou-
ple Connu a nlg ibri 1 ie, les termes
et les dtails du probl n 1.
Nagure, en un a ticle qui eut
l'beur d'tre c I '. e. n ms avions
os penser avec quelque libert, et
lixer ce prob ime. N os avions offert
une solution, que d s esprits avertis,
probes el In in n I mis eue il U g
nro it de trouver i 1 ie el aee
laide.
D-piii-, a "-un lment n lave 11
n'est venu modifier ce que nous pos
sdons de gnose m la matire. Dans
cette pige, en un bref raccourci,
n ms avions fiii sentir la .Io ilear du
mal haltiso, el aussi, nous avions
illumin ta K.vir q ii nous domine,
duipiel disions-nous, en attendant,
nous devions lircr tousl1 s avant igsf.
Volontairement assujetti aux s-
vres diseiplinel d'ordre et ds rali-
ts, contre Itsq lelles on ne ralise
rien, nous avons d la gn les som-
mets des fsnaliqu , pour les co
teaux modrs, des h.mimes de bon-
e\\* puisque le ie nati maie, 1 est-
-dire lvoiuli.n ne d rail pas s'ar-
rter. Ma d s Ivi rssaires qni
n'ont pas su m me 1 lier une doc-
trine p di i |ue, <\ ii n'aurait que la
val. ur dune ide, puisque non ap-
puye sur une loi relle, car la
force du droit d\ i aie pas, ces ad-
versaires dis-je n ont pas comprit
qu'il est d uliiii 1 111 atten-
dant un retour d' fortune, de tran-
siger avec la vi Lu politique necs
sairs : action c ncile, d intrts,
qui ne lient compte que di faits,
n'a pas t < m pi ; ir certains
leaders. Kl an i, s' si gaspill des
nergies dans la < oquie d'un bon.- -
heur impossible, ni a 1 en n
ire de la ini aniqu i p i.iu |ue, I 1 -
coutrs dss ici id foi d deurs et
dfenseurs de pal -. La dut ae*
tuelicmcnt ne | 1 'Menu que
par la discipline, le sacjilice el l'or-
dre.
En face du -1 mbre horizon politi-
que qui s'tale > aous, toute
l'Intelligence h ilii une if vail former
un Use, et 1 011 r a ce gouver-
nement, pour pargnerais latrie
d' lires m illieun, peut-tre. Oar le
fouvernem m real 11 seul fores
cap ib e d agir, aj c e ie icit dans
le eus de i iote l notion il .
M |!^ p ir i il fui Lui i|i 1 le
nombre rsstrein! ). n h valeurs so-
cial iii II teiu illei ci p )ii'i | M
l'ut capable i.' i, m sen -, I mesura
et de sabtilil S li fau bail q fil ii
c ipible le n rlir I on gis n*. de
sa libert i.ii -, ,, tu minollro,
nu profil d' m b i ilieur n dion d, u 1
orbe rigo ireoi, comme ur l'action
' tieu ie, les org 1 us ;:i ms m mas
li pies.
Tout le secerl d'un triomphe qui
viendrait p 1.1 tre lar I. asl 11. L'ac-
tion isoli 1 v olenle, anarebibue esl
eond uni le 1 faillir. L'importait) c'eal
de trouver une 1 >r a il rie politique,
s u- li [uelle e ferait l'iinani ml.
Quelq l'un peut a formuler l'un ds
ces 1 irs,
\ou lia -l'on b an c imprendre, se
rendrea celte videoc qu'actuelle-
ment, les derniers espoi S du pays
s balancent au dessus de cette der-
nire forteresse qu'est le gouverna-
m ml national, seul fragment de for-
ce organiss qui nous reste ? Allons :
trve ,!c violence, d'il ni el d'as
san 1,1 \ pour de jours
clairs. |/|, Mue relara 1 plus de sr-
nit, d'in'l! n grave, li irmorieuse et
r m i"
Au m mot du pnuvi ir se trouve
une valeur b; m .i ie '< "i pOM con-
lre la rom ppiion clnmi iqoa d'un
droit vei bal une pobtiqu pos live de
l'intrl n di mal.
Noi s aussi no s 11 mmas naliona-
lifte ronis i noli ; m, de la ma-
nin que Kanl I". nseigne d'lwi aux
T p'e f ib ni le droit suppose
une foji e m ttri II.....1 Iriompnsr,
autrement il diiparall dans le sang
ci les lai mes puis 1 ris cet ther
bleu ii gl 1 00 meu 1 lu vola du
plus faroui lie 1 xlrmisle.
"' d >nc, | ie I is lila d'une mme
terre hansi 1 leurs senlimenta la
hauisur du 1......il, al l'nuisssat au
loin .b- 1. ,(i :,. r. forc, pour |e
5:1 "i nalio d. .,. il v ji t(H,t un
P/'uple ----- r de la misre et de
"'r"'11'"' Dieu le veut HaJti le
veul !
Ste.uks \U \is
(DeL MTIlUtXITK)
Etude sociale sur la Presse
et le Journalisme
l Extrait ).
Le Journalisme en tranee ( Suite I
sale qui rglera le iorl d celte r-
gion, Kk'u n'a encore transpir des
conver-alions qui ^e poursuivent,
mais ou considre coroms un signa
de bon auguie que de nouvel es n 0
nions sont prop I-.<. On admet ce
pendant que chaque pays dsvra faire
des cosesssions impo*tantes avant
qui n accord puiss tre conclu.
H,, '"an.ls inculp.
^'Mftrres.
g, r li de ii.i.iv 1 UHF ha- | ml '
ruaim dune confrence internalio
Les Coins
NEW YOKK 10 Francs
Sterling
17 01
1,574
C'el surtout en temps d'leo
li jus qu pet esprit Jd clan se doit*
n13 libre carrire. Je ne connais
ri 'n de grotesque omm 1 un jour>
n l '11 province huit j mra avant
l'ouvtrttire d'uo scrutin. Ds la
premire pane, 1rs noms des diwilH recominnndAi s'talonl en
lettres normes : puis vient le r-
cit de Io rs vertusi Tous ceux qui
nul pu t un siIhv sont des hros;
on b tonne qu'il resteencoredans
leurs veines une gote de ce sang
prodigu sur lanl de cli iraps ilo
bataille. Allez aux informations,
et vous dcouvrirez souvent, com-
me dans l'irittfiu de Turascnn,
quele brave commandant Bravi-
du esl un ancien capitaine lement.
Les nvocals, et il y en a tou-
jours foule, ne prennent pas
seulement li s intrts de la veuve
-et d" l'oi'i ln'lin, mais ceux de
tous leurs concitoyens, sans dis*
tioction d'ajje. de s ixe nu 'J-' con*
iliiion. Tous ont une comptence
indiscutable, une haute sciencs
juridique, un dsintressement
s.uis bornes, etc.
las propritaires sontquaUiis
de savants a^roiioim s , lus ni
deci s l'uni plir la vieille renom*
me ilT.'sculape ; iiiui pour ceux
don! mi ne trouve rien dire, l-
piili ie il' minenl compatriolss
vienl sauver leur nullit.
('.. la donne l'impression des pi*
lapin -. el on pourrait u deman-
da r, comme le visiteur du Pre
Lachaise, dans quel 1 imetire on
entei re le* m liants, si l> s candi*
.I its advera s n'taienl pas ensuite
dpi ints comme les cratures les
plus noires que Dieu ail jetes
sur notre plante en un jour de
colre.
La, IV'uiu ici nent quand mme
vient taire la contre-puilia de l'a-
pothose quand mme, et, comme
on a hauss .'. ion foui ,l'abord,
on tance l'injure pleine bouche'
rechi reliant ilessein les exprs-'
nous les plus iluii s,
En tout lamps, ,viie partialit
ridicule se fail jour travers clia-
que ligne, .limais un joirrnliste
ami du gouvernement ne trouve
les impts trop lourds, 1 i lesailu*
mettes mauvaises, m les fonction-
mures tyranniaues ; bu eontraire,
lej urn.ili.si.! .], l'opposition crili-
qn toutes choses, el toujours il
rend le gouvernement lesponsa-
ble.
C'esl lui (jui tue le commence1
lui qui iiiiiii' l'agi iculture, lui qui
menace 'a prospi if industrielle,
l'n 1 iliin public construit il y a
vingl ou trente ans vienl il s'-
croul r, s cons : v it< un en pren
lient I 11 iiinie r contre lin
curie de lu i -pub ; ; 11 qui ne
veille p'S aux riebeases lgues
par lus gou*i 11 m ur nts inuiiarclii-
ques* Les journaux rpublicains
rpondcnl que li monarchies ne
baUssenl pas solidement, et les
s iges lis contre partagent b dill-
rend en 1 lis ml n marquer qi*s la
question a d ux 11

Ces 1 ur. n b bouI dlectables
pour le public fianais elles cons
tituenl la partie confie aux r-
dacteiir8 pi-opremi ni dits Cet!
avi r n la qu on n Idrme l'esprit et
le cur. Aussi les directi un de
feuilles politiques m ttent-ils l
touiu leur attention.
Le reste esl bien peu lu. Qui
voulez-vous oui s'intresse aux in
formations trangres dans un
pays o l'immense majoril des
Itcteurs n'a jamais tranchi les
frontire! un 1. produit -les d
pches courtes, traitant de sujets
inconnus : autant ele rebuts 1


LE M \TIN
Si quelque correspondance s'-
tala la seconde page-, il y a ^ros
pari.-r ipi'clle a t r'.lige !.i
marne table que la reste.daus cette
salle enfume ei dsordonne o
griftonoent fivreusement cinq ou
six Parisiens. C'esi d'ailleurs la
seule manire d'accommoder les
ni Ht trangers une sauce flim-
aifc.
Par exemple, les journaux ca-
tholiques ont une faon M'es sirn*
pie le juger la question irl induise
ou la question des troubles d
Pologne: l'Angleterra protestants
et la Russie scbisraatique son!
seuls responsables de tout Leslr
landais et les Polonais soiilivin'
d'une oppression que rien ne jus*
tilie.
Au contraire, les feuilles pnti
cltjjales attribuent s leurs eon
vidions religieuses la dcadence
dont ils aunl Mpps. Opinions
contradictoires, mail galem nt
fausses.
En i.'-:i:n;. les nouvelles tran-
gres ii it11 ressent le public frafjp
ais qu'autan! qu'il y tro ive un
argument en taviuir de ce qu'il
aime, ou contre ce qu'il n'aime
pas.
Nous avons examin la partie
du journal dite srieuse. Il y a,
anefiet, une autre puiie, compo-
se du courrier les thtres, du
coinpte-ivndi: d u trilninanx, des
faits divers ai du feuilleton.
Ici, la passion politique, qu il-
que persistante, ' le le pas au l
r d'amuser le lecteur, d'veiller
aa curiosit, parfois de la ficon la
moins louable* Cependant elle est
encore bien visible dans certains
articles de chronique judiciaire.
Qu'un dsordre quelconque se
produise dans nu tablissement
cong-^anist" h pteaae antiivli-
gieuse va s'emtarer du fait pmr
en tirer d'innombrables arucles.
Est-ce pour rens igner ses abon-
ns ? Null iiii'iii. aucun d'eux ne
fait lever ses enfants chez les
curs ", mais il faut li*n entrete-
nir leur haine.
A l*oppossivousdres vous
tenir au courant des f lits et gestes
des instituteurs laques, c'est aux
journaux conservateurs) aux tour*
nanx religieux surtout, qu'il faut
vous adresser.Ceux ci. leur tour,
ne laisseront rien passer, soyez en
sur. Ce ne sont pas d s renseigne*
inents utiles que leur clientle r-
clame, mais des ann s pour la
iutle incessante des partis.
Eq gnral, on d i se rencontra
gure que sur le terrain neutre
ou thtre, o les athll *s les plus
larouches consentent se reposer
ensemble des fatigue* de la jour"
ne, en sorte qu'on pourrai! dire
en copi un nue phrase jadis claV
bn : Le plaisir e t ce qui nous di
vise le moins.
Celui qui aohhte ____
EMULSION de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Preniez garde d'obtenir toujours VEmuhion de Scott)
Voil bien, je .-rois, la presse
franaise telle que nous la coo*
naisNins Les diffrences qui s'ol>
anrvenl viennent de ce que cbei
les uns la note politique ou reli-
gieuse est dominante, tandis que
chez les antres c'est la distraction,
la lecture facile que l'ou rechei-
clie Partout le fond est le mme.
J'espre qu'aucun de mes lec-
teurs ne trouvent cette peinture
exagre. Si pourtant l'un deux
conservait encore quelques illu-
sions sur la usinire dont se faln
que SOfl journal, je lui conseille
d'aller visiter dans leur Mlle de
rdaction les journalistes dont il
savoure' chaque tu.itm la prose.
Le remde esl absolument infail-
lible.
En somme, le joui nalisme fran-
ais est une lutte pour s'emparer
du pouvoir ; chacun porte dans
cette bataille quotidienne sse ha-
bitudes et sa tournure d'esprit ;
Ifs uns loin de grau Is raisonne-
ments, les antres p0US8i nt de
grand? clats de rire, mais tons
poursuivent le mme but : tre
inaitre de c itte machine puissant"
gui distribue les places et les fa-
veurs-
D'o vient ce caractre accus ?
Pour s'en rendre compte, il suf-
fit d'examiner la socit qui a don
n naissance au type.
XXX
Cour dfA8Hi*e*
Le nomm Samuel, jagrj hier. s.>us
l:i pr-enuou de roi ITW eecatals au
prjudice lu sie ir fhompsi i. a t
Mq litl.
Aujourd'hui seront jugs !saul
Jean, accus de viol sur la personne
de la mineure Maria Ladouceur el
Clercius L)<-meille, iccus de blessu-
res volontaires sur la personne de
Isaul.
Composition du tribunal : Juge
batoitue ; Parqut, Masst ; Jury,
Km nanuel Douiingue ; Conseil de
l'accus : Alexi- Butin, Km. TYouil-
I il et Michel Beauvoir.
Demain comparatra datant la
Cour d'ilsaUaa la nomm Hellau Ite-
lan. accus de vol avec effraction au
prjudice du sieur Llio Louissaint.
Au Nouytllistei
Un petit mol pour I ami
E. CHADVET
L'Ami Cbauvel aime rire, causer,
blag 1er, il adore, en un mot, sa-
muser.
C'est donc pour doanar coure son
penchant naturel qu il a voulu me
faire jouer le rti -l'une grande Ca
lh*>rias, ou lo il bo inemml faire de
moi une.... uj\s !
Grand Di- u! que e'ast drle de
lire dans un journal : Elirait d ui
projet de loi de Mme Mayolt". elc...
Mme Ifayottfl lgiste !... En vrit.
l'ami l'.liauvet esl tordant,et je vou
d i- i s avoir ma gaiet danlan pour
nvamu*er. tout SOUMIS lui ; mais
mes dpens. Ce qui esl bien mieux,
n'est ce pis ? car ou est iftra alors
d'? ne f tire du tort personne.
Il el wr.ii q.i*** l'uni Cbtuvet ne
m'en fait aucun, bien au contraireI
mus nlia.qna faut il puiser de cet
tirait de projet* qu'il lana nom
m; cala a la teta des gaai sans dire
ni comment ni piu qu )i i! a t
CemjMissiOE ta Mclaiiw
Sance du U Juillet 1923
conut
C'ait une lacune, ami Chuivat, el
ouais vous prie de bien comblsr.
Mme MAYOTTE
C'ayets, ce 2 Distriluiliun il; Prix
Le 20 initial, t'occasion d la
proclamation do pria ! bm levs,
l'Btabliaa m ml N ilre-Uime du
SaCr*Cm ir ofl". ira aux familles une
laaas littraire el rerallvea La
ElU aura Leu ii ni heures prcises
du malin.
Mr Krnest Lys
Contr liremeot aiiotreiiil'ormition
d'hier notre ami /:rnost Leva ne
part pas a ijour.l'hui.
Il rafageern son posta pu le Pana
ni lu il couraol
Le letnpa qu'il lait
C est tvec plaisir q ie depuis ce m i
lin on tjil la pluie rafrachir lu 1er
r<\
N >us avion eu rellem -nt besoin
d'tau, car ave: cette g aude sche
resse on aanaaneait avoir des ap
prhensions sur la 'celte lu plus
les fortes chaleurs estivales seront
forte. Tant mieux.
Les sentences suivanles ont t
rendues ei premier lieu pir 11 CoitV
naiuion, sa aaan sa 11 11 courant.
AlTiire II b-rt D100 lin c mstataot
eu une irjic' p tur fparatiop des
avisos d gu< rre Vei tiers el pacifique.
L'Etat astcondimo'3 a paver au r-
clamuit 4T!t dollars SI eu cash et
OoO dollars Rclamation de Mr Liais Aug.
Guillaume, consistanten nnacranca
de3.!8i gourdes pmr rparation
d un" maison dco''* faite pif son
pre au Cap, en 1898, d'aprs devis
d'un ingnieur.
L\ Commission, vu la grands prs
ariptioB qui caurre celle crance qui
fut or lonnanc: i en partis el re-ta
iinp-ye en totalit, rejette la rcla-
mation
affaire No I i et introduits p\r
A. Gluck et Compagnie.
L'Etat est condamn payer la
a mime de 4. ."i71 dollars dont I .021
en cash et trois mille cinquante dol-
lars en titre Srie II.
AIT lire R >bsrt I) itton >y' confia
fmol en une crance de 20.2:12 gour-
des 81 eantiuas pour diwors*s femitloa
arrires. L'Eut n'e*I conlun- -\
paysf que l7.St4gourdas dont aprs
couver^ioii 11">8.9^ i;entime^ de d >1
lar en ca h el 2:i'i0 dollars en titre
Srie II.
Allaire Nelson cins stant en une
crance de cinq gour les pour cssi >n
d'un mois dr p naion de Mme T. Suir*
lie amalion rejete.
Atlaire Xo I 2t> iotruluitepir .1. B.
Michel et concerna-il une rrince de
quarante cinq gourdes, montant de
2o o o d retenue sar ses appoinle-
rrcnls.
L'Etat est oondiOi n^yer nejf
dollars cash, couva aion les 4 g les.
Pul l la Commission a pass ;\ l'audi
lion ies alfiires sffich ''es au placet de
l'au lien: .
AITiires innliite nr Krin tis
An1) ois;. Mr S In y Part, entre-
preneur daa poupes riaftb *s, no n-
m^expe l aux ti-is | c iq le or et d-
vil tar c: laiaaa pirtie-i u la oraaa<
ce dj rel im lit. n'l- le serme if.
obligitoi c.
VfTiira dos la n s lobl et Lan
riston Larieha. Ha orvinztoq, l'
vocation de l'affiira, a, au nom de
l'Etat d'iluii, rnpel la Commis-
sion, que la miison loue bail des
dames 'proche a t dtruit-' dans un
incenlieen 1914 Kl il a lc afous
l'Etal prouvera par enqute qu'il u a
aucune pirl da responsabilit dans
l'in-'eudie et qu'aucune faute proc-
dant le cas fortuit n'est sa ni celle des lvolutionnaires.
Me Nau, manJatiire des dames
Laroche, a fail ses rserves qu ml
l'enqute rt a demand guamtnt
acte de la dclaration de Me Corving-
ton que la maison a t abamlonne
lors de l'incendie.
La Corn nisaioa s donni aelsd'
bord au C ms- il du G luveriiement de
sa deVilaration qu'il pr iavtra par en
anftto que l'Etal n esl pas raap maablo
de l'incendie, de la mais n, el a .lil
ensuite qu'elle constate si Bplamant
las dcl ir.it'ons |p l'avo -il dea dames
L roche, que cs liclaraliona asront
vrifiaaa au m unent du dlibr
Aftaira No '' iutroduita par Mr
Georges Kirkaar rapraant par Me
Volcy. I.i Com n s>ion i rappel
rcUminl qui es' un citoj a am -ri
caia, qna d aprs aa pro.*aiurs, les
dbats doivent tre laits en fraocaia
et i|ue cependa'it iprt l'exp >se de
l'allairapar son avocat, alla pourrait
par son interprte, le questionner
dans la langue qu'il parle. m
Le mandaiairs, Me Valcy, a la pa
rle et dit que le gouvernement hai
tien avait promis dans le temps de de
dommagar les pertes subies par son
client dont la proprit servait de
quartier gnral aus forces du Gou
vernement. Son client so remet i la
justice de la Commission.
Me Corvington, exposant l'affaiie,
a dit que Mr Kjrkaar, citoyen am
ricaiii.i-cl.ime cinq mille et quelques
dollars pour si proprit situe au
baotduCip et dvaste en I9U et
SDl9i5.il a rfut point par point
les arguments prssots pour sole
mr le m-moire dpot et a d.t que
c'est en vain qu l'atOClt de la par
ti* adverse parle ds prolecti m que
l'Etal doit aux hibitanls d'an pays.
LMdgtUS'ilataient imputables aux
troupes rgulires, parce qu-* causs
par les mesures militaires qu'il- gou
vernement est oblig le prenii-e, ne
peuvent pis tre a sa chng-. Au
rrorplus l'Etat d'Hati prlantj que M.
hirkuer, absent du pays, ne peut
affirmer qna ca sont sas troupes qui
avaient cribl la maison de billes,
preuve que d s luttes avaient lieu
sur la proprit, et qua le conseil
miintieitle rejet de la rclamation
de Volcy a object que Ma Corving
ton ne fait td que des principes
livresques, qtn la proprit de son
client, richem*)n! installes t sac-
cage, dtruite au ours d'une rvo-
lution.
Kirknsr, par, la Ira ludion de lin
terpreie, a delai que la proprit
afferme des hritiers Auguste, con
fanait q iin/3 cirreaux dont trois
ta ent cultives en coton. Chiqie
carreau en cjton cote eu Donimca
nie 1)0 >1 >llars. I tait pirti aux
Etats liais sa Juin ljll et devait
retourner en lliili au m lis d' lt
suivant. vLtis appnn int pir une
l;ttie hi date du 7 .luiil ;t qui sa pro
pril lan dtruit), il avait ajon-n
soi toytg-t. Ci m lis on tait occupe
tour tour pir lai Iroupea du Gou
vernem5al al pir celles des rvolu
lion n iras.
C'est par reprsailles que la pro-
prit avait t dtruits ai couimm
cerne >t par les troipes du g luverna
m nt. Les rev luti nuaires l'ayant
occipi: eus iil-, 1 oit acheve A jjur
lou II n'est eu possession de ces
raosaign imanU qu ipar des rapports.
C'eat vie Dib par Augaste, tuteur
des mineurs Auguste,qui avait pri le
g lral / onud.s ne pas laisser incen
ai la 11 n qui se triuvail |sjr la
propril.
Ei l'yli'i ie. MeCorvingtm a op
po> les dclarations du Gnral N
inours Auguste <\ ii n'a pas craint
1-av un c'eil lui-ml.ne qui avait or
donn aux tioupss rvolutionnaires
de piller la lauson que le rclamant
dit avoir t celle de si praprs fin
ce.
La Com ission a ordonn la con
naunication au Umsail dei nouveaux
doi-.ii.ii'iits prsents pir hirkuer
po ir pr aaan tar aaa daruiaraa conclu
sious. Aytiil pris Mnnaissanas des
daui lettre* du tiendrai Zamor et do
Co.isul amricain au Cap. Me Cor-
vington a dit qu.' leur contenu ne
change en rtan las co.iclusiona pri-
ses par le Conseil du Gouvernement.
La Com oissiou a ordonn le d-
pOl des pices et a lev ensuite la
aneo, vu Ibsure avause.
Conwil di
Rien de saillant laSajJ
au Conseil d'Etat. l-isdi
verbaux prts, lecture e* .
d'un Message du Prsidinta
publiqoe accusant rceptioiy
nu Conseil d'Etat en date ad
courant.
Puis le Conseiller Przeaa,|
porteur de la Section d'Intrim
duit un rapport qui conclstjj
lion du projet de loi qui trjfL
Sre. d'Etat de l'Intrieur, |3
risation du Conseil des Sm.|
la facult d'acqurir du
pour la construction des 1
quaduca etc.
Ce rapport ainsi que le
loi ara imprim.
A l'ordre du jour de deuaij
rent entre autres : Discussion!
clusions du rapport de lia*,
l'Intrieur sur le projet dlaif
glernenle l'impoi talion,k w
toxique., narcotiques sic et
aion des conclusions da ni
la Section des K huions Eu
relatif la convention coud
Haya le 23 janvier iwlilei
suppression de l'Opun.
cocane etc.
Le lys loujjc i Pans^
Ceux l qui lisent AnatoleI
verront prnhab'ement sur Ta,
P.ni-iana dimanche l'un as|
mans le plus passionnel:!
rouge.
Pendant deux heures 001
spectacle de ce film sompta..
pai les meilleurs artistesparia'
C'esl surt-)ut Paris et es r
se drouknt ces scnes d'i
font de ce film un .lesjchfi
de la cingraphe.
Choses scolaires
Ce r tificafd tudes lar(
A Si Louis de GoBiagni
've*. ilO ont t admit IN
Jury d'examen esl forme!
seiir* de l'tablissementatl
commission de contrle
de Md. KielTer, arlhir,
Ma pVli Damboi. m*
aion est prside par le Sont
leur Visa.
Au Lyce sur 45 levas
par divais lablissemeeti
ment le Collge i^ivertstj
tution dirige par M. Hojj
ventureet le Lyce d f*]
27 ont l admis l'tiit.
eat prisid par le Soasl
Duviella.
Les examens se pour
Autour des Ew
A pr>poe des l'M,
aux brevets, qui ont w
mens samedi dernier, oflai
tenu de bonne source m
m nls suivants :
UJaryavditmdJw
8 du d rnier arrt. Pour
\ lonl. it fautobteojr 1
lcri', doni 5 pour te
d'orthographe. Or.**
cea r^glemenla, *
cas conditions ont s
ce que le Jury avaitWJ
M las notre de ljjM
,.s prattqi.ee deajM
Vendredi soir IsWju
terv*o,u pour solul.oj^"
satisfaction a t dous
reNotsfai-onsremarq*J
temps que l-^Ljl
brevet e-t de date rcent*
19!2.
Soire d'
La belle soire
d'adieal
fessourBissjonnejeJ-
sianaavec Mme AW"J
aura lieu P^ssiS
gramme a t pre**
Jons.anc. envoi c qjj
La juive, renions^
opra, ip .f nal '''.
ment, la w* wf^
tion complte dss
eulitioo, phipl.
Entre' gnrale(j. Jjj
Loge 0, 7o or; eif,n
ar I- hollindijji
tent en
Attili
louiaiee
, Prado*
.J ^'rf^H
Nous leur so
besogne
f


ie;matpj
Parisiana Viennent d'arriver
JEUDI
1^Direction reprend -iO i-entimes
etpourjls dernire fois :
L'Assommoir
(bif.d uvre de Zola avec Jean
*i: 1re poque, en 5 parties.
Mire : 50 centime*.
fins ieux le Bordeaux
Vin Banc 11 >- 6 g-unies ie
Mon
Vin Rouge choix gourdes le
talion
IL B. Nous alliions l'attention de
Ht clients sur l'excellence de ces
Ml dont les fd's sont tirs jusqu'
Il dernire g->u'tr >ans laisser u-
HM (race il- n< rassennent. I ne
(lue impoiliinii- -i^naler, c'est
ces vins ne sont pi- piqus,
les araati'urs l'ont souvent
i pour c-'rtni"es marques M-
ira*A la consommation .
Pourwlre sanl buvez notre vin
trente A l'ancien Dpt II. Kiob
1^17 Rue du Centre.
/#/<1^* M I III I -III Bl IIBi I- mm I *
bu >'i..'i> ou viter <*,
fal- IS'Mfll nH.-riPATION
IM.A-. K*l-f.-r m. i ii.ti.-Mt1! .
113 .'. S .-.-. I i(| U.'.
iD> rendre
| VVr. ; il
H,fUllr. !.... -, ;: i3
r repayer iVo 2 elr5.
Cfcurfre, 5, 6{ S, 0'Poitifft
Manclicc8f Houe et SerpeUes.
tu veute chez
L Pre9znmnn.AGGKflH<)LM
Rue du QuaUG17
La Compagnie Nationale
de Construction
TORitit, REcoHsmu.m, fIbhifuse
Reootnmsndo por tons ;. .; m vl .,

- uratoutlMfit
j ,
FAIBLESSE Qfttftl | |
DBILIT, rniUSSCENCES, lia
CN VINTf 0 Mlfaria VtRITASLS f KA-LACOS
!).
OCti** a c-, ?na
,7 j
- -- - ~*-fc^. ....
L Compagnie Nationale de Construction dsir* 1111011 SllAil LPeflIlC t
employer de bons ouvriers, charpentiers et maons. IIIMI11 iMIIIG S t>I l^ I
Ceux qui voudraient travailler dans ses oliailllera,
pour entendre avec le Directeur do la Socit u
itue dea Miracles, eu local de la Compagnie.
i-a Comqagnle.d'autre part,! iforme le public qu'ella
aot en mesure d'excuter tous les travaux qu'on vou
Irait lu ronfler et cela, A (les COndltloua telles qu'il e>t
impossible de lui faire concurrence
Afin de faciliter le choix de ceux qui lui demandant
(le construire, la Compagnie met leur disposition
plus (I un millier de plans du toutes sortes de maisons
trs jolies, et dont le prix de l'excution est propor-
tionne aux moyens pcuniaires de chacun
iwii - : i
|teH;M.v ,:us
n .o\f
* i <.
M *
ivel simple de capacit
&
MsQprictird(> capacit
A rendre l'Imprimerie
CHKAQIIT
prix i.i:miTS
^adresser lu Direction,
Krfw Rservoir ou du
Doc eur Aubn/

HRiTES
W"W AIT.O-INTI.TINALI
^Wnonrrli*,n..Ent*rlt mro-
*2.AB.Eartmt, FuroaiilM, T.
OMTAIm pir l'unie* de
"jlWMitaTlS
SCPMQOEl
Oiiiir.
Histoire ^l'Hati
D'Aprs la Science Sociale
Par Atxjustc N1GL0IRE
L'Imnrinerie-Librairie du Matin- a entrepris l'Jitioo do cette histoiie
que notre ^minent collab irateur dottio sas matres et aux ,res de
l-enaeignem. ni s0-ondsire et A laquelle il n'a iimus cess de travailler
uepal dj quelques annes.
O'oiqiie destine principalement aix classes suprieures des coles,
L'HltTOlM OHalTl n'vrnhsi.A Scirnub BociVLR s-r.t un livre de hihlioth-
que qui s-ra, nous en sommes persuale, trs recherche par lou^ les
hommes qui s intressent k notre h sluire naliunalo et son enseianameot
mthodique.
Conue d'aprs un plan absolument nouveau, cette dition.nous osons
e dire, est appele projeter des lumire insouponnes Mir les laits de
l'histoire hatienne et en renouveler compltement l'enseignement.
Le supplment du Momtkc.< offre actuellement, a titre d'avant-goat,
des fragments qui ne feront qoe conlirrner tout ce que noua venons de
dire de cet ouviug. ,dont voici les grandes divisions :
ToflU 1 ". remire Priode
I Les Originel
^ Le Peuplement HDriesin
il Les ludiens
4 ColouUalion Espagnols
o Lhrouoiugie de la 1re Piiode
Tome 2 Deuxime Priode
oui par y
fl u- Y or h
ne.
Si vou; voitU^ trotgt h itJu Je nej risfwiOJ
ki wu v$uin ewir m brtlUmt luttant *'- dura*
Jtmu^uhilaeoum et la tufiitm de ces
ebmtsturn putdam lottrlmS ctwtfK h mar^m
MOSOtiKAM.
hibriqutt te
tilt protge lu peau de% eSaussure* centre l'humidit it le JSKr
oile l'enlrtl-ent leur tutlmti et inurse leur brillant.
Oimmul* ta marque MONJIRtM. c*Ht U muttiuf il tMtm Ut m*r+i"
Geo. JKlNSEMh afft pMf Hati


QUOI QU'ON DISE
QUOI QU'ON FASSE
Le Uu Mmiiw esl
ei sera toujours le meilleur.
N^/
Avis
^Mon de la fle Nationale
Publique Franaise, le Mi-
'"'rmceet Vadanie Lucide
Jnrnn, |H Lgation le sa
14 illel 4 10 heures du ma
1 Le Peuplement africain
La IJclon sation Kranaise libre de Sl-Domingue
'6 La Colonisation Pranoaiie admiaiatfsiive de st Uo.ni, aie
4 Formation de la Rase hatienne1
I Chronologie de ta deuxime Priode
Tome 3 Troisime Priode
1 Les (roublei de Saint Domingo* et son iaoapea .'anee
2 la Socit Hatienne
3 L'Kxpnnsion Amricaine cn liai i
4 LA venir de ht HlCe llaitiennc. Conclusions.
i) Chronologie de la Trobime Priode
L'ou'rsge sera vendu en librairie ClffQ GooRDa le voume.
Un Wm. est fait aux personnes qui vou Iraient aider, par leur .sous
cription, aux travaux d'litious suivantes :
- ,,. ., Le collection des .1 volumes : Dix GooiDM
"P^nthi iT" 'insl'apr" Le vobime rpar : Oi athi
,d|l HcnJi" n,M,rale ,M ac" Adresser le montant des souscription Mr Clment MACL01RR Direr
Hit i. ? "an,e Km. n* f(,e '"a lieu chez.
AVIS
Nie
. . A Biz<>ton
C||ePr.!'ain SCra ,a f,e
NIedelh/ol,,,, pince sous
^Vp J? Mont Carmel s.
stouui00- '' aura kermesse
JT ajeurne. Dangl'eeioi
les ac-
..n,.c iirtrmeront
le R e 9l"* lit>u caei
SjABl.a>')n le, Bains.
3*anere!e l -..,i.-.Ie.
ait ! eotnPMr* bien gar
i e;u;,,ar dM damst
&mdu 2 ron"ommationi
* Porte de tout
----- "ie monde.
F Malin
^JUvAvril m7
^oanement*
aront
^Prioce
^nis
'tlrtr
hit
IN MOIS
lourdes 2
1.80
n 30

>at Amricaine i i$bS
Pharmacie W. Buch
Port'dUmPrinc*
Fournitures pour
Laboratoire:
Lampesslcool, Ballona en verre, Verres gradus, Tubes
lassai. Alortiers, Kntonnoirs en verre, Papier a filtrer
etc.. Burettes gradues de DO P. P.. et Supports burettes
I mes et lamettes pour m croscope
Couleurs d'aniline et ractifs
Solution de May-lirune ald et tablettes de Jenner pour
la coloration du sanq
Balances Trbuchet nickeles.
Main de 1 25 et de 1 100 Centigramme*
n
LA WEST f VOIES
TRADING Co, annonce
qu'elle va installer ine
nouvelle pompe tjazo
line t ns son nouvel
difice du cl de la rus
Pave.CeUepompe sera
du Type vi si h le ce qui
permetlra au ciiout de
voir exactement! i quan
lil de cjazoliue qu'il
achie.


i fc M.iTlM
JUBOL
rduque l'Intestin

Constipation
Entrit*
Vrtio
Dyspepsie
Migraines
Ponr rester en bonne
sant prenez chaque
soir un comprim de
JWBOL
Jubtl. rgulateur de ''***"*"*
une heure constante aux Juboltss
JUI0L1T01RM : ^PP'''''0)?'!1,
t\onnanti
jUiOLITAN pommai contre kl
Marr .1<*r rfltrnei
TIUIT ilLlMHBS M **""'
rfU /Ul
Va.lUmt ou* ll. e.nrU.17IOBe. Grand iiiei de France Une bonne nouvelle
Qui par , lofe* unique * "* * ""'"'7 LZS"S^
///;<>(<'! dbite pa>- OaHor #pa'
h BarlfWi rff8 F lUvce et Blanc
hu de ramm nuis pouvons f> trouver lardt CERTIFIA *TS f*
MM tftONl tottlOUrt la disvouhon des (.lient*. >
Champagne et Vins Mousseux prix
mod aiM. premier choix.
[ne visite de & If. ! Ro riJaltc
ci l1 Etablissement de la bizt
Pharmacie F. Sjouru
9 <
I
Donne avis}, sa elle itiia sJi -noix: M cl au. piAtit jlfcg^
iranisorm son Labor.Uiir, d'Urologie en un LaLoraore a
fciolcQite appliqu sous la Dirflcou du
Ur Hicoi et f. S/oursd
/,e laboratoire est ouvei-i lus iea jours de 7 lues du rr.atin 0
eure> du soir puur toutes les reehertius ei analyses pices dans
l'annonce et icuite, aul pjur le,
^Watttrmtttiu ei ta couaiaiite Dre*Mrltnt
Seront rentes qu ...< manii de chaque semaiu
S'adrc y a la Phar.ir.u.e poui ie renseikiDeiueiib'
t4li:ti,cS U'u.liies oi ou ; tfasti iqua
tteacliaii de VVass.rmann
buciion delriboulei.
LI DM du saug et du pM
maSBUa a>s matires tes'e*
,kxan eu ue er .<*fcat
Abamm r- U"
fcLttait- ( r Sfoit lie
HeUmtche .fa 9j in WlH H Ce *# r.occ-et/is, de, e:c.
A la fenscine
Cordonnerie
M. E. EftNEST C4HILLB
Fabrca t de cha-ssures da
tous T^n es. Mate-i* x
sup ieu' Soi s roir.p i-
tu ( fie it"
GBA D HUE 1722
La maison nous prie de
porter a la connalssnnca
du public que dans le but
(lefucililer et d'encouru.jor
ses ..ombreux client, 'lie
accorde partir In lot-
Juillet 192:$, une prune
d'une paire de chaussure
au choix ft tout dtenteur
de \ iin|l tlokol v
A la Conscience, telle est
la devise de la maison.
Eu consquence, On est
pri de rclamer un reu
pour chaque achat au
comptant
Port au Prince juin 192.1
Maison louer
Un joli maison haute Avenue
Ducoste ", ayant st-pt ch.imbrei,
bassin, remise. tUi, elc.
Polir renseignements, s'adrrtitf
Joseph Franci*. Angle nitJ t^our
be et des Fionts Fort*.
Savez i:t WZlfiBJt
*$H
m

ri-^-kzLav.-i- ;".;
La shaisoa Lope Hivtia
lUpritcntant d BartvnQ On il r
( Bordeaux )
Av *s' client.leqoV-ile Ucuvera m stock Vins blancs i -y
,,, utinifu" eu Mrnquca et au deatUrtfr
que \, ,- ., \t ,i s UtSioc Suprieni bi Juh rnnc Koir,Si i stphe, Pontet anat thflieau PMtel Uu\et, 8au
lernee, GravM. fcareac Chteau Mergtu.i t liai -au LetouriLiMM
chteau VquiM Hiaieau La Tour ^blanche, thnnbeitiu, boaune.
Pommai d elc.
Lee V*ns blanca et rouget *0 bsrnques. co r paraiiv*meut a u
qualit tout "un prii elrueu tnt iiuu marche.
l'.s gont li*re"{|avf u i ijs le garanties de conhervaliou.
I ;i Maison rec -m n auaai sa ch ntlr uu I ai CB>4afli6
et vapore dam il de qi.me su-tnr, e. u nu prix liant *uta an
curea^ DaMM IMiUi!. MlLK kApUhi \p, Upeuhague.
ftlrit ne ili'iittre mitujc
Cetls )>oUun inroiu|ieral>la, d'un* larfnr
jxqalat d fUMI tu l'rmU, m pr-
pte instantanment aana fut ni (WdMoU
lion en versant aimpleinent une cm Mit* FRUITAUana un litre d'eau.
Bxtire* mrtoat le nom t mita arp f, qvl seul
garantit an produit parfait, Mb ri ogrtablt
El Telle t Friicipalci Brc|ri.-k U I MM M
Reursenlaua : Comptoir franoo-llattian
VAILLANT et HOUET,
172t. lie lu aeiiil-dt-l'Ul. POtT-ia-PRIKiE
In ter fttgoce
312 Rue des Miracles
>!

Trop faibli
pour travailler
'.\U
;G<
La vie courante des femmes n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plui infol
est la tche quand des malaises particulitfilj
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et la vie est loi
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent Mj
cette situation devraient profiter de rexpritattj
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Liiez Ce Que Celte Femme Dit
Manzanillo, Oriente, Cuba. J'tais anmiqtai
frais lors de mes rgles. Ces douleurs me foraient!
h rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bu*.
(fiaient quelquefois aigus, quelquefois sourde* et jn_
sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendantqttm
avant de faire connaissance par l'entremis d'un fuea
de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkkn.
l'ai prise avec complte satisfaction et je ne fais uapii
de la recommander a toutes mes amits qui tov&mi
mme malaise."Srta. Marina MiLAK.Calledel
4, Manzanillo, Oriente, Cuba.
Les fmanes souffrante* ne erraient pas faire
mal* doivent laitater pour 1a
Composition Vgtale
ci Lydia E. Rnkhaft
LYOI t.UNKHAM M(0>CIM4 CO. I.VNN.M***. V.tM
i^
A vendre juii prix rai-
sonnable :
Un moteur marque fran-
aise de einij t-iiexaux.
Une inacliine pour hou-
chei* les bouteilles.
Lue niacliine pour net-
toyer le cal vert.
Tue machine pour pr-
parai* les biscuits.
Uu arbre de transmission
avec poulies et coussluets.
In piano Pleyel en bon
tal
Pour conditions s'adres-
sera inter Ngoce,
La Maison H.SU VB
Laliiison H, SYjaERUc lait l plaisir fil
noinlu euse clientle qu elle vient Je recevoir,
derniers slc.uners, les articles suivants, def
clieur.
Drill Union couleur anglais, diverses qaeui
l>rill union blanc anglais
] >rill tussor
Chapeaux de paille fine d'Italie
Chapeau* feutre Itorsalino
Chapeauv demi-feutre Itorsalino
Chapeaux demi feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc A barres & mouches
Piqu blanc suprieur peur Jupes
Peroale blanche sup.
Ilaptiste fine pour chemises
Il,Uine blanche
Gabardine blanche barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaui Jaune suprieur anglais
kaki jaune antjlais extra suprle tr
Kaki blanc
Urlll blanc anglais suprieur
Colienac couleur
Grands rideaux mousseline pour porte
Molletons coul & blanc suprieur
l'almbeach gril anglais
Diagonale noir
Alpaija noir
Casimir anulals assorti irue*
Ifamass pour matelas anulais, double u
t >ri|andi suisse brod couleur
Itas jOurs & |,iaaa|
Chaussettes sup. pour enfants, oouiew*
Satin de chine pour tailleur
Liiistrine po Lotions Iivert un
Voile barres soie anglais, coul. iH^
'I ulle pour 1re Coiunuuilon
Toile voile pour cadre
Toile voile pour voilier etc, etc, etc. ^
Une visite la Maison Silvera vous conV*3,
bonne qualit de nos articles 't ue "^P^
les pins bas de la (ilace ; est-ce pourquoi
de jour en joui de nouveaux client.
, \i POUR ttLLtoi. -'i
li.^Li,, les Timbres d'Hati pa-- quan . ^ f
J nohtO inct!rg chantillon, avec prit pa. utfeip"
TMCOBO!^ CHWlPiON, 13, rue Dro|
>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM