<%BANNER%>







PAGE 1

LE.MATW • •*i %  ; Nouvelles diverses — Hier a eu lieu le mariage civil le Mlle Agns Lgitime lille du §nral F. D. L'-giiimo, ancien L'rcsid ni de la Rpublique avee notre ami Frani; lis Mathon. avocat. — Les tmoins taient pour la marie, Ml D'L'enneryc D j rie et Seymour l'radel,pour le marie, MM. le Docteur Charles Mallion et Lon Matlion. La bndiction Nnpli de a tt donne ce matin en l'Kglise du SicrCo'iir de l'urgeau. l'airain cl marraine : M' Kti'Minc Mallion, frre dll mari," Mine Adrien Houinrl, sirur de la marie. •Nous prsentons Loui BOI m illcur•oubtite nus nouveaux poux. — Mr Stpben Arrhes, ancien pr •ident du Coneail d Etat, se rend eu rrsnce pour raisons de sant. Il* ra accompagn' de sa flllo, Madame Ernest Chuvst. Notre confrre II in •<• Domiaville, directeur de L'Eseor • et directeur du HuicMi de I Enregistrant tt *e rend galement en France pour le Divine motif. — Od annonce le prochain dpart du Gnral RIMMIL II ut Commie%  aire amricain, en coogi de deui mois. — MM. Lon Dieia, B. K. et Mi nislre Ploipotentiaire Washington, ei Broeal Ly. Cooul Gnral fNew'York, regigneo) leurs postes demain par le s s %  Panama •• —C'eutdemain, %  '< b, prcises de l'aprs-midi que la 81 rsiea .National d'Hygine Pub'ique, fera aux miirmicres de la cl i.se l'J.'3, la remise de leurs diplmes. Cel crmonie auia lieu l'Hpital Gnral Hal ien. — Mr Dock me 1er, lecrlaire de la Lgation leKtaU*liuU Saoto* Dom : ngo remplace Porl-au-Prince Mr Dut), charg d'affiires de ttatsl'nis, parti en c ing i — Le M Juillet, le Comit h litien de l'Alliance hauiise. l'occasion de la iVt* Nationale des Franc ds uflgantse une iVMe qui aura lieu, de 7 licures du soir, au relit Club. Mr Dante Bellcgarde prononcera une confrence, Puis un grau 1 Bal clturera la l't. Hier, le Tribunal de premire Ins. tance, en ses attributions correctionnelles a rail lit 110 jug-'ment acaOT danl la mise en libert provisoire de Mr L* Kl. PougSt ino/eiiiiaiit une caution de 209 dollars — Le Tribunal de Cassation a ivn du son arrl r jetant la demande de suspicion lgitime de Mi Jolibois contre le juge Bsnuroir. — L'ancienne demeure praiduo ticlle de Mon rsp is.Cerrefor, subit en ce moment de grande rparations qui la traulormenl totalement. On informa que celte proprit a t acquise par un colombien elqu-s le ma %  nifique Dliaient deviendrait un H tel trs moderne ou l'on trouvera les attractions 1 s p|(|j vari*. %  w i. — ., > H m Notre Cul I (/'>);•"/(' n /• i'l itirii TIIOS. A. VII.\I.:\VY unis pris de publier ht Iciin' suivante: J'ort-aii-Prince, le9 Juillet 19.2 J. AloilSK'lll TllOS A. YlLMKNAY En Ville. Mon cher Vilmenay, Je il** publierai pas la Ictiiv que vous m'aviz adresse, parcequejo n'y suis pas oblig, l'auteur de far i u de • l'Enor • auquel il aat • l'ail allusion dans | t j| |i| ,| e l'heure n'ayant pas et outrag. Je n'ai aucune raison de laisser outrager un ami dans IIDII journal. Vous me dite que nos relations ne tiennent qu' un fil, j'en prends lionne note. Vous ctis niturellement libre de choisir votre voie comme vous l'entendez^ En attendant, je demeura, mon cher Vilmenay Votre Mes dvou CM. MORAVIA. Les Assises Faits et Impressions ( Premire Semaine ) Avis \ l'occasion de la fle Nationale de la Rpublique Franaise, le Ministre de France et Madame Lucide Agel recevront la Lgation le sa ntedi 1 i Juillet 10 heure du BU Ity MF.HCRDI i Juillet. — Le nomm, Benott Izarus est sur la seMelte pnur rpondre lui aussi d'un meurtre sur la personne du sieur Arthur Alphonse. Pas de tmoin. Le drame est droul dans un jardin, non loin de la maison de la victime. D'aprs la version de l'accus c'est la victime qui a t le provocateur. L rcit qu'il l'ait de la scne rvlerait pluliit un combat singulier entre ees deux paysans. Laicus, porte des cicatrices de blessures au ventre. Le sieur Lafontaot aide-mdecin condamn par la cour marli de de la gendarmerie vient dpote titre de renseigne ueots q ie Benott Axarus uvail sa blessure 1 encore fniche quoi I il entra eu prison L S certificat du Docteur Rampv dit q je la blessure horrible que portail la victime et par laquelle s'chappait nue n tab a pa lie de lintes in avait dix centimtres de large sur l"> de proton leur. (J le l'investigilion chirurgicale indiquait un sectionnement complet du rein gauche. L'accuse explique qu'il avait voulu parer un seco id coup de la victime qui se prcipitait sur lui, que son d'Sscin tait de l'atteindre au bras, manque par inillisur, le coup avait pari dans la rgion dll ventre. Malgr les efforts le Mi; I) i vivier l'accus a t condamn trois ans d'emprisonnement. Jauni 5 Juillet. — C est uae affaire de viol qai se p'aide. l'accus un gaillard de 27 ans, n et d .micili ia Grande Kivire, est r-;n?ov.'; au criminel pour avoir, essre des violon cs sur Mac-; i rite Fortun dont le pare avait donn 1 hospitalit a l'accus. Marguerite d'aprs la dpo sition de son pre serait ne sous Devitmnr. L'aaoue par l'organada son avocat prtend qu ''est la s} coude petite su'ur de darguerite qui est fie celte poque. Les tmoins cits n'ont pas comparu . l'an lience; ceci joiul d'autres imprcisions regrettables a grau lefflSQt servi la Cause de Pb i tus Joseph. fie ionnu cependant coupibls il a eondimn une anne de rrlusion. VBSDBEDI 0.— Sauveur Admis comp irait pour lpindre d'un vol domestique au prjudice du sieur Anton a Kneer. L'accusation de vol, en considration des circonstance et laits rvls par les dbat9 pourrieant k peine se soutenir. Aussi l'accus cette fois a t dclar non coupable et acq dite. ...Ue ces quitre premires audience-de la cour d'assises on peut tirer certains enseignements et taire de bien srieuses d ;du -tio m. Bu ce qui concerne la premire sause aotaudus, La sains opiaioo est que jamais la sellette criminelle de la uapitile ne vit chez un accus tint d'arfbganc , i ml d'sudae i et aussi tant d impudence d la part d'il i individu charg du poids d'un ciims perptr dans les pues circonstance-, et cela peut tre grce la certitude qu'il avait qu une certaine claque tait l pour applaudir son crime. Cette audience fut marque de trois nUftSUS SOUpi dfl thtre qui devaient, pirait il, dans l'esprit de l'accus rehausser le tableau du drame saaglaat dont 11 a t l'auteur et le metteur tu sc i. i',\ t d'abord le coup de b >nd, ce b >ud de bravade dans lequel la dfdUSS a voulu reconnatre un geite de noble indignation On a noie ensuite, le coup de rire. ce rire command, grtmaeaal et f roce que l'accus, opp isait tantt l'accussjMon, tantt aux tui dm I uill certaines questio i po.es, par la jui v Luiiii. c'tait cette coafrsn : dclamaloire au cour de laqudle i'aceusi lit pour ainsi dire Si proprJ Oraison funbre, mais en pilin ml le cadavre encore chaud de sa victime Ne l'entendit ou pu. en el'fdt, dclarer eirre au res que l'autre l'autre tait un despo'e et ajouter f lirase horriblement OVniqu %  : Fidia s est suicid par m imam Kt c'sst cette dernire phrase qui fit dcclancher les applaudissements d'une partie de l'auditoire... Mais, malheur, trois lois malheur A ceux qui ne veulent pas comprendre qu'il ne faut rien nglig r pour commencer felr l'ducation de ce peuple. Il est certain qu'il v aurail bien moins de criminels en ce pays s'ils n'taient pas surs do trouver 1er rire eux des fossO] nrs qui se chargent de combler avec cette indcente frnsie la erfUSSS ou le trou dans hquel un compre a couch la victime. Un fuit presqu'identiqiie se produis ra au moment o ce Ptratus Joseph criminel d un autre genre et d'imeautre allure proclamera que c'est avec le consentement de sa vi-time (enfant de neuf ans tombe malade des suites .les vio ence> infliges par le bourreau ) qu'il l'avait ainsi violent^... Oui l encore on a vu une bonne partie de l'auditoire clater d'un rire de satisfaction et d'approbation l'adresse du savoir faire de L'accus. Le doyen cependant avait eu la prprcau ion le I ire vacuer la salle d'audience par les enfants. C'est que si aux entants, chez QuU* comme ailleurs, il manque de piti, la grande majorit de nos hommes laits, il manque et piti et beauoup d'autres choses. D'autre part, il est heureux qu'on ail pens, faire entrer dans la liste des jurs d cette ses-ion une certaine catgorie de personnalits eu nombre assez respectable dont la mora~ lit. le nom et la condition sont une rei e garantie pour notre socit si malade el si mal Constitue. Ceux qui sont chargs de choisir les jurs n'ont qu'a persvrer dans cette vo'e et alors, les crimes inutiles, injustifiables, les acte* de pure sauvagerie deviendront forcment moins nombreux, plus rares et tout le monde en bnficiera. MeX (FIN) Parisiaoa JEUDI La Direction reprend '60 centimes et pour la dernire loi : L'Assommoir Le chef-d'œuvre de Zola avec Jean Dax; 1re poque, on o parties;. Entre : 50 centimes. Cour d'Assises Laireicie Sl-L et Marie Andr, juges hier pour cause de vol ont t acquittes. Aujourd'hui devant la Cour d'Assis -s sera jug le nomm Samuel, accus de vol avec escalade, au pr judice du sieur Thompson. Composition du Tribunal : Juge L^on Pierre, pr-sident, eommiS'gref lier, Armmi Fleuiy; ministre Public. Me l-no>] itaymmi; Jury. Edouard M mts; conseil de l'accus: Me Justmien Eliot. Demain comparaissent le nomm Isaul J-jai, aeue de viol ur la personne de la mineure Marie Ladoi ceur et Clercius Demeille accus; de blessures volontaires sur la personne de Isaul Jean. =—i i IL I_*L_ e jswi l'xamcns Scolaires Les vacances battent leur plein, les tSametS de lin d'anne scolaire auront lieu SUS datas suivantes pour nos divers tablissement scolaires : Ecole des S %  ien es appliq les 10 Juillet: Ecolo de Ud<*cine et de l'Iiar macie 16 luillet: Hthoriq i tt Philosophie 16 Juillet. Pin d tudes nor maies 16 Juillet; Ecole de Droit i3 Juillet ; Aptitu Je pdagogique 23 juillet. LES IAMPES OS RAM y son! achetes et employes |\ poi" le monde en tien it&t %  .i ... . OSRAf [BULIN arl La Compagnie Ne de La Compagnie Nationale (le Construction| employer de bons ouvriers, eharpentierseti Ceux qui voudraient travailler dans ses pour s'entendre avec le Directeur le la Hue des Miracles, au local de la C.oinpagnis. La Compagnie,d nuire pari,informe le publie| et en mesure d'exi''euter tous les travaux qui cirait lui confier et cela, des conditionstellesi impossible de lui faire concurrence Afin de faciliter le choix de ceux qui luii de construire, la Compagnie met leur plus d'un millier de plans de toutes sortesdei trs jolies, el dont le prix de l'excution est lionne aux moyens pcuniaires le chacun, Histoire d'Hati D'Aprs la Science li Par Auguste NiGLOUE L'Imorioierie -Librairie du MAI oc a entrepris l'dition d< que notre rainent collaborateur destin au< maitre et U 'J l'enseignement secondaire el laquelle il ira jaunis ces*| depuis dj quelques annes. Quoique destine principalement aux classes suprieur! L'HISTOIRE D'H\ITI D'AIMILS LA SCIK.NCK SOCIALKSCMUB livre *J que qui sera, nous) en sommes persu %Jea, li''-* reclierche bomin ie qui s'iulresseut notre histoire nationale elsons mthodique. Conus d'aprs un plan absolument no iveau, celte ediues; le dire, t-sl appele & projeter des lumire insouponnes il' l'histoire liuli. nue et en renouveler compltement l'en**" Le supplment du -MOMIKCI offre actueli m ni. a t' lr *_ des fragments qui ne feront que conlirmer tout ce que D ,J diie de cet OUVlUfe, dont voici les grand s divisions : I — o :ti — Tome 1 — L remire Priods Les Origin' s Le Peuplement amricain Les Indiens %  'Ionisation Kspngnole Chronologie de la 1re Piiode Tome 2 -• Deuxime Priods 1 — Le Peuplement africain i Lu Colonisation Franaise libre de Sl-Dom'0g 3 — La Colonisation Franc ise administrative de 4 — Pormation de la Race hatienne 0 — Chronologie de la deuxime Priode Tome 3 — Troisime Priode 1 — Les troubles de Saint Domingue et son lodpesS 2 — La Socit Hatienne J — L'Expansion Wnricnine en Haiii t L Avenir de la itace Hatienne. — Conclu D 5 — Chronologie de la Troisime Priode L'ouvrage sera ve idu JII librairie CI.NO GOLHUKS le vo I Un APPL est fait aux personnes qui vju liaient a' j criplion, aux travaux d' litious suivantes : La collection des :i volume* : Dix GOUFDS Le volume spar : QIATB Adresser la montant des souscription Mr Clment. Uur du -Matin, ou se* a|enU en Province^



PAGE 1

LE MTIN Varits Ce soir Le Chemineau df Jean Hichepin Lorsqu'une femme veut lui if H Q,50 BrevetsSimple et suprieur rexamen* pour les brovels guple et suprieur oui pris fin U Dioaine dernire. N'o-:s donnons ;iu jgynl'liui. comme lions l'avions proE | w |js|e des laurat s: Brevet simple 1er JuryAdeline luimilien. Alberte Mayard, Eleie Nicolas. Fernande Smith, Antonine |orel, Jeanne Pereira, Glorvina ftageois, Carmin Jones, Berlha fessoir.Fi mande l'ressoir. Curiooe 'legron, Viola Seixas, M.irianne Millier, Denise Cantave, Marcelle Ter)on. Franois l'igniat, Madeleine Jones, Carmen St Lo, Carmen Jn Louis. Regim Agnant, Laura SolaM, Marcelle Riboul, Alice Hiboul. GUberle Vieux, Simone Latortue. Nina Milleiy. ! Jury—Germaine Ronamy, Clie Diaquoi. Suzanne Eveillard, Anna Morisset, Clmence Durand, Mur ctlle Latorlue, Aide Alexis, Fernan fcSt -Surin, Claire Dieudonn, Lu cale Mascary. Brevet Suprieur— Josette Salomon. Olga Seixas. Marielle Rampy, tnne Jean, Jeanne Delinois Ani .IlPierre Nol, Marie Rayard, Car an Valm, llna Aginnt, Clara %  lencourt. Nos compliments aux laurates 'dire-Daine de la Salelte rh . SES GURISONS ^nmsissez v ous mme votre remde Contre les maux suivant : wSSS^Sb m,axde ur, 'Turgeau, la bndiction nuptiale • tdonriLi MHIe Lonie Lahens |ni notre sympathique ami Mr (Liooce William.' Les conjoints ont t couduits Iftstil par Madame Lo Alexis au s de Monsieur Homre Ra/.ile. Aprs la crmonie religieuse lsines poux revurent des complileots des nombreux assistants et rwtolrent vers Ption-Ville cou I leur lune de miel Tous nos vœux de bonheur. A Bizoton •imanche prochain sera la fte [Jla chapelle de Ri/oton place sous Jpatronnage de .. MontCarrnel . I patte occasion i! N aura kermesse ni tonte la journe. Danl'prs I*"' reprsentation thtrale, les acf" g la Renaissance charmeront f Public. La fle aura lieu chez |e Mess, Bizoton le Bains. Knlree gnrale I gourde. l'L %  9 cot nptoirs bien gar %  Wi le ? u P ar des dames et Ml M et le 8 consommations !!ll!^^}eloul le monde. Irfctnaat Notre^D^ITdi Saor-Coeur poto de hors Elves et ton* Sg" de l'Etablissement veni S d. ,P os ,lon 'ouvrage maWd.^'^^'^^^eetde (CJ st e 'V am V ,U Sacr ,:œur ^nchen^^ • Apart r du Kieil J,,squ au 19 ^tt" 8 T a r erle ,e ma,in Idan! heures M^et le ^•Uewes heures 1,2. ^ el nmple de capieW JJprieurde capacit ?#nd ^ rimprimerio C HIUQLIT 5 PRIX RDUITS a f Rurvoir ou du ^JJoceur Aubry f> Octobre 1928* Le S[S JUraveite partira de Bordeaux le 83 Novembre 1923* Le StS Guiysnb partir* de Bordeaux le 23 Dcembre 923. Le Steamer Saint Baphael assura le service* uieasuei entre IWt Oe Iraiite tt A*4.ft au ^rjuce^ o il eut atteuilu le 9 de Casaque uoi*. Ce paquribot assure le iramit de marehan dise et p


PAGE 1

I: IUTIN c w M jur %J <& i*U pour' les soir' Infinies do e. fmurs 1 La CYRALBOST. est 1'. Uh-V.ique Idal pour li voyage. Ella n prsenta t.i comprim* stables et hetBOgnea Chaque dose |eiee aar.s deux htTW d'eau nous donne la soluiun parlumM que . Panatenne a adopte |n or lS scl:.s iltu*U de sa personne La OYUALDOBE et un p'oduli antiseptique, non caustique, <*eocomn' ei tnlrirot)trie. h brise de pyolif .>:. U acide !; %  > .riiQj de trtojrymtUiyiene et d'olutn'.r: suhate. Se prend matin fi soip'^r t>jurpi*::.t1f> t i. % %  • &f '-!" deH 1 1*1,1. il* ia lemme — FANDOBINE urilt es t>*i.iorr.u-l. "iii'prm" l f • pain, ini.;. r-'W Vaillant fr Moud Agents g*naoj,t72C ritada Magasin da l'Etat AVIS A partir du M courant, noire magasin de vente sera transfr dans l'an cien local du Comptoir Francais,Ungle grand Rue et Bonne Foi. 2 Juillet l\m Simon VIEUX Uns bonne nouvelle A II CtBSiieoet Cordonnerie M. E. KKXKST CAMILLE Fabricant de chaussures da tous ajemea. Mai.u> x supiikur SOIIJ s fremp-iiure cS..it GRAND R Ut ,1722 La maison nous prie de porter la connaissance du publie que dans le luit (icfariiiter et d'encourager ses nombreux clients, elle accorde partir du 1er Juillet 192.'), une prune d'une paire de chaussures au choix a tout dtenteur de vingt tickets. A la Conscience, telle est la divise de la maison. En consquence, on est pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. fort nu Prince iuin 1Q23 Pharmacie F. Sjourne Mai on iomr Lionne ivi as sttantsle sas tasseias ai au publie qu'elle s lrat*nma vn Liboruoin d'Urologie ea un Laboratoire d< biofoflie appliqu sous la Direction du Dr Aieo! et b. Sjourn Le laboratoire es' ouvert tous les jour de 7 lire du matin 6 neuresdu soir pour toute* les recherches et analyses prvues dan* l'annonc) ci jointe, saut pour le Wassgniianu ci h cotiaauta Ure^Scrtorie Ssrcnt reues que le mardi de chaque semaine. S'adre^r ia Fnarmr.cie pourles renseignement*' Analysa d'urines t Suc gastrique Keaction de Wassermann Htaction dei'riseule Bianaen du saDg e du pu,* Jfcumeu des matires feales hameo ue cra^bai A i bumino 'p&^rtiuf foulante Cl 1 *' lUiiHkit fin nrnki dr Strirohite* #t Co de no/moqus, e.ic, et. Une juhe maison haute Aveau* Ducosle , ayant s. pi cliamurea, bassin, remise, etc. etc. Pour renseignements, s'adrresser a Joseph Francis, Angle rues Cour be et des fronts Forts. dirtch du Friaol tu Consommateur DRAP D'ELBEUF au Dtail S Prix de Fabrlnue COMPLETS sur Mesures •n b.au drap d'Elb.uf dapun 89 fiana. t a baau aoulll. le~Mi 75 frnnc. Pnnktmf r't atartaslMaal/ %  &f .''" ^*too I'. Cill'oiua i lnrtr %  < %  •< K.nli lo %  l>r*n • %  Ck.mlMri I "<•' %  ri l-IU pial'l. p %  MMurM tN\OYES GRATl? .1 I RANCO tura Ewt.li.^mi-i.i."La MONDIALE" KLBEUF 0L4J Iraoc". Imprial Consolidated Company Suce. -Je £. A Cara'so &. $oaa publie tn 1904 2 Rector Sireet. NEW-YORK, USA. Cuir* Pt peaux Sfols t*'TibIMt i rr3tautTe nronnsfes : NOBILH KID REX C*LF FORTIS ^IDiS eic liHHUtf 0l Colonnades ProdtiUir uLmeulaircs Geo. JEANSBjAh, Auent Zufrut AJT 8*fti PWWrl^Prince -F• w-^ • s> c te ••* Inter ftgooe 312 Rue dea Miracles A vendre A tin prix raisonnable : Un moteur marque Iran caiso de cinq chevaux. Une machine pour boucher les bouteilles. Une machina pour nettoyer le caf vert. I ne machine pour prparer les biscuits. Un arbre de transmission avec poulies et couaslneta. lin piano IMeyal en bon tat. Pour conditions s'adre sar lntar Neyoce. 23 ce ** a s Eues sont Kereuses y. et en bonne sant Vous Dnies l'Etre Aussi Un grand nombre de maladir-s des ieganes n'entmt pu diins le domaine de la chirurgie. La chirurgie ne peatria chan^'f r de place ni dplacer les rganerdu moins riatj amililslilll n'a e't fait jusqu' maintenant. l':i polit nicianisme d'une pendule peut desserrera pendule avance ou retarde. Si le mcanisme n'est SM Demis en place de suite il peut tomber et causer des dtav rr.a^es srieux. C'est eaacternent la mme chose snc les maladies des femmes; elles commencent d'un rien 044] si l'on ne prte attention elles produisent des situation adrieuaea. A %  isitt que les premiers s> mptomes apparaissent preaei .1 la Composition Vgtale de Ljrdia K. Pinkham pou I -.ru'.i;: %  'e malaise et pour viter qu'il ne dgnre en m* maladie plus srieuse. Homacao, Puerto Rico. — ** J'ai pris laCempetiUonV(|itili de Lydia E. I'inkham pour me gasrir dea flueur, blanchndont ^e pourrais depuis lon(ttempa. J'tais toujours fatiirat it j'avais constamment d-s douleurs. Una amie dr ma mn -. tut obtenu des rsultat* ezrcllanta avac votrt Compoaiiia fit % %  et ma more ayant galement Wnnci par MO emploi je me suis dcide de l'essayer. J recommanda TO amont toutes mes amies. Je lai doit ma test M en chante les louanges chaque jour."— ZORAIDA UJAMS, Humacao. Puerto Rico. >•' %  .; iriii-ci l.'ttrwj aiuillalres prouvent la* rtrtaatitU Composition Vgtale Lydia E. PinkKaiP CL ^s trosa e PINKMAM HXOICINB eo. u,KM,. w.a.a. t\ M K I S Li Htaoii II.SILVEI_ L. Maison H SYLVEU se lail l' plaisir d'iolorf] nombreuse clientle qu'elle vienl •' recevoir, pr derniers ste.niiets, les articles suivants, de toutes cheur. Drill l nion couleur anglais, divers S qualita llrill union blanc anglais Drill tussor Chapeaux de paille fine d'Italie Chapeaux feutre Itorsalino (ihapeauv demi-feutre Itorsalino t'.hapeaux demi feutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie Voile blanc barres je mouches Piqu blanc suprieur pour jupes Percale blanche sup. Itaptiste fine pour chemises Hatine blanche Gabardine blanche barres & unie Zphyr anglais pour chemises Kaki Jaune suprieur anglais Kaki jaune anglais extra supiie ir Kaki blanc Drill blanc anglais suprieur l'iolienne oouleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons coul & blanc suprieur l'almbeach <|ris amjlais Diagonale uoir Alpaga noir (iasimir amjlais assorti Damass pour matelas anglais, double larj|aiir Orijandi suisse brod couleur Bas jOurs .Chaussettes sup. pour enfants, couleurr & blancn Satin de chine pour tailleur Lustrine po ,r tailleur Lotions l'ivert Voile barres sole anglais, coul. & Maiie. Tuile pour 1re Communion Toile voile pour cadre Toile voile pour voilier etc, etc, etc. Dur visite, la Maison gilvera vous convaincra lionne qualit de nos articles et de nos prix ( i les plus bas del place;est-ce pourquoi il nftUS de jour en joui de nouveaux clients. •I Soi L -•MbKBsVid POUDRE 8AV0N ionnoa -j •.SrM0H,69 i r wbtatSt.marUa.PlW3 ^fefttoCllWl J Secommaisd^ •**! %  BltaaJCBH, Wlr\ VBlsoUTBjJ



PAGE 1

m eofte A Mercredi 11 4u4Uat tVJQ rfUR PROPRITAIRE IMPRIMEUR [ment Magloire BOIS VERNA ||58 Rue Amricaine tOJ 4 2U CENTIMES Quotidien ISLBlhOISR m 843 Coq--1'ne. pataqua, bouffon* i. cries, commrage, potins, racontars, tout cala passe devant nos yeux et bourdonne ;i nos creilles, en un prle-mrle ahurissant. Oh les pauvres histo1 iens, qui plus tard voudront extraire de ce carphananm un ri idu de vente. Toutes les calembredaines du roman-feuilleton,' jadis relgues au rez-de-chausse, emigrent sous la rubrique des informations . On dirait que la vie contemporaine est un perptuel mlodrame do l'Ambigu. Gaston DKSCISXMi'S le sociale sur la Presse et le Journalisme ( EXTRAIT ). [PREAMBULE il voulezvous qu'on Kre d3S pop u lai ions ? me jour un fort liomuHe envoyant le marchand ix le sa petite ville asune foule d'acheteurs. inxis coute plus, poursuineillard : nous sommes ils lutter contre cette de l.i presse : notro liodiviluelli' disparat en ton moyen d'action aus Voyez vous, ajoutait-il •le conclusion, il n'y HSXHI gouvernement qui dbarrasser le cela, Me chance de salut! plusieurs de mes lecjleroiitils volontiers ce lirais beaucoup d'autres ot comme peu pratiartcequil en cote aux lents de vouloir rejjenet d'ailleurs... les lentsnesont pas ter donc trouver autre w>up mettent leur espoir Woppenient de la bon*rcelle de leur parti ;-%  fiction est rnr-me assez w provoquer des sacrili'les de dvouement et I ces efforts, on peul 'un chef lieu de dparte•Ire ou cinq journaux re.' de nuances dillerentes m. •prt du temps, ces feuil"pssent ap-s une exisJJemre ; mais un nou%  Ue d'organisation se fornouvelle liste de sous lance et un nouvel -J tonde, destin, comme U une lin prochaine. %  "Ce de cette faon qu'"Jnne sa vitalit, paraitJVest lavis de ceux "Journal. Ceux qui se S^*.le font avec 3 fr 11 '' 'l"i tmoi" %  j s leur dvouement J.^'iue le conliance. ^;ou| ez vous .y, ^..''.est la seconde, y dixime fois peut>-;t l. 8 solliciter de JE* en pnl || s M n'nen w Veul *" %  e, > ne 5ndri CnCe 80ciale P ur S? M),lr e ux, leur qifS. ^n'wil'en^tentent choue peJPfc. 'tentiotis les [*&^teraient une >U|ir' s buat "bon or[ ftur "i mu T, Un ,our 681 un lment de pMi, areilfi, P eutil \ M intressant de Le Journalisme en France J'ouvre trois ou quatre journaux appartenant des opinions diffrentes, et voici ce que j'y trouve. En tte, ua premier article, dit article de fond. Gnralement il est de pure dclamation. Le rdac leur prend un fait rcent comme ptate/orm et le commente de manire prouver qu'il faut renverser le gouvernement s'il est de l'opposition, ou Lien qu'il est urgent de le soutenir, s'il appartient !a faction dominante. Il y a peu de ces articles de. fond qui ne renferment en germe une douziine de rvolutions. Il Mireusenrmt. comme ils sont gn ulement d'une allure un peu lourde, tout le monde ne les lit pas. Ce nVst donc pas l ce qui duit nous arrter le plus longtemps. Mais le caractre que nous avons dj relev dans ces premiers articles, savoir, la proccupation constante de tout ramener au blme ou la louange du gouvernement, va se retrouver travers tous les autres, jusqu' la qualri me page, do telle sorle que les faits divers d'un journal conserva teur ne conviennent pas toujours un journal rpublicain, et rciproquement. Voyons, par exemnle, les comptes rendus de la Chamiire. Cette partie est gnralement traite d'une faon plus alerte, plus lgre. Ce qu'on dsire, ce n'est pas (l'instruire le lecteur sur lea questions sou'eves par les discussions parlementaires ; il s'agit surtout de peindre en charge les orateur du parti adverse de laire brler quelques grains d'enceai d vant ceux qui sont, infods au mme groupe que le journal, Aussi est-il assez facile de dter miner les attaches politiques d'un dput inconnu, en pesant les loges qui lui sont dcerns par telle ou telle feuille. Parfois cela tient du lyrisme, et les pithtes sont accablantes : si l'orateur est dpourvu de chaleur, on vante son &f calme, sa prcision, sa manire incisive et vigoureuse ; s'il a quelque lan et peu de logique, on proclame que personne ne peut rsister sa fougue en tranante , etc. Mais voici qu'un homme monte la tribune pour lui rpondre. Celui-l, on va l'plucher. S'il est bossu, ou chauve, ou chassieux, ou dent, ou trop petit, ou trop grandi ou trop gros, ou trop maigre ; s'il a un ton nasillard, oo un geste maladroit, c'en est assez : le rdacteur tient son article, et le lendemain matin l'honnte abonn, souriant de bonne grce des plaisanteries plue ou moins ipin tuelles, se renversera dans son fauteuil en disant : Mon Dieu au ils sont ridicules, tous les gens ae l'autre paru •l'ai personnellement connu un journaliste qui, dans un moment d expansion, voulut bien me rv 1er sa rgle de conduite : N'oyez* vous, mon cher, disait il, la presse consiste en ceci : quand un ami commet une tauta, une indlicatesse, on doit crier quand mme : Bravo bravo! Quand un adversaire fiait quelque chose de bien, il ne lul pas hsiter affirmer que c'est dgotant •> (sic) I Et les moindres nouvelles sont ainsi commentes. S'agit-il d'un duel? Le champion sympathique s'est montr d'une courtoisie chevaleresque, il a tir en I ;iir. Tous les journaux opposs aflirraenl te contraire avec un loin liant ensem ble ; tous les iotirn IUX de mme nuance s'associent d'hyperboliques louanges. Seuls les organes modrs tiennent 1 1 chose pour douteux, et notez bien que leur dont.' est t >ilt aussi bien sympathique que les assertions des deux autres. Usdontent parce que leur opinion politique leur fait un devoir troit et imprieux de douter. Essayez de conduire s rr le terrain ut dput de cette fraction, et vous verrez aussitt la frocit de leurs al'tiimalions remplacer la frocit de leur doute l'ae ( lulile Nouvelles fitranares A W X\\, Faits et gesles Un rcidiviste ... rcalcitrant. (Quatre fois condamn pour vol, Leliu Joseph ne se corrigera pas de son vilain dfaut, car il a les doigts long.'? et la main habile. Au cours d une de se9 promenades COUUimirefl aux abords du march Yallire, il aborde Azor Di lieu el soulage legoussel dl ce dernier d'une valeur de / gourdes tio. In cerbre qui l'observait l'arrta juste au moment o il faisait de grasses emplettes. Au trib.iotl il dira au Juge qu'il n'est pas voleur de profession mais qu'il n'agit que d ins tinct. — ura lex, sed lex. Lliano .Nol est chauffeur de camion des Travaux Publie*. Il sera tout de min arrt par le sous-chef de la Polii s sous les chefs d'accusation suivants : Auto sans silencieuse, sans plaque et enes de vitesse. Il ruinera avec le juge de simple police. — Mrilisse DifOSM exerce des voies dfait suivies l>' le\ liions a lopl une rsolution exprimant son a'iprciation sur I o'iivi.de le ruai nision de la Sarre al l'espoir que la garnison franoaiaa srail bieuiol remplace par lu gf.a darmeri locale. Le fa tic a n cl la 8 rioique lUl Mli.i.lS — Le repisi niant du Vatican st rendu au ministre des allaires trangres poufeommu niqu-r i M Jaapar l'espoir du Papa que les svres mesuras de repr sail'es prop H les ae seraient pas pri ses ;', la suite de D lisbiurg attendu qu'elles rendraient plus difficile la tche du Pape qui sofl rc • d'amener Berlin d^avouei la violence. Oi sait (pie M. .I.ispar a rpondu qu'on prendrait lea me lires ncea saires pour assurer la scurit dea troupes et des trains et a attir l'attention du {fonce sur les actes de violence rpte dans la Rhorqol S'lvent ;\ IIS ce jour. Les rrla lions diplomatiques entre la Helgiqua et l'Allemagne neaeronl pusrompuee car le cabinet, au cours d'une ru nion. a dclar qu'une telle action ne serait d'aucun effet pratique. L'Allem'grne ayant du reste accept indirectement de se conformer aux demandes du gouvernement belgeea dsapprouvant les actes de violence, le rappel du ministre de Belgique ne se .justifierait plus. Les aciries Hoechsl occupes par les franais DORTMrjNDLes scieries Hoechsl. situes prs ,|,, Doilrnund, un des tablissements les pins impor tanls de la Hliur, ont l occupes hier par les franais. Une grande quantit de pr iduits Irais ont t s*isi* ainsi qu • des approvisionna mentsde chanon sur lesquels la ta se imp< se psr les autorits franui se n'avait pas t pay •. AuL'iii de |,i baisse du Mark Ithitl.lN !. i commission spciale d'eoquledu Kercbstafafait on rap poil conslalaol que la reaponsaUli t du gouvernement allemand dans la dprc alinn considrable est due particulirement aux ach ts de char boa tranger par l'adminiatrattoa des i bemins de fer sans les avoir no tifls i la li icbbank mi aux autres autorit-. Le Mark allemand u coati nue hier .1 bu r sur Imarch des ch toge A N \\ Y il, il a atteint 166 c. 0 p m un dollar. Le baisse a suivi 1.1 publication hebdomadaire de la h icbbank misent 1 assortir pour la semaine une augmentation de IrttloneSOO milliards de marks dans la circulation fiduciaire. LiVnralGouraudi Bullalo BUPFALt 1 Le |nral Oonraad est arriv ici venant de Washington. A li para l ail ndaii ni I coTonl Prancbat, le mal 1 ebwab si les fonctionnaires municipaux. Il n t acci mpag su domicile le M. Mo novao 1 soi bat, par ui e escorta de eaveieri ftolive cheval. LES C'OIHS FAH1S 10 Dollars Livras 1 ,17 01


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05974
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 11, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05974

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
m eofte
A
Mercredi 11 4u4Uat tVJQ
rfUR PROPRITAIRE
IMPRIMEUR
[ment Magloire
BOIS VERNA
||58 Rue Amricaine
tOJ 42U CENTIMES
Quotidien
ISLBlhOISR m 843
Coq--1'ne. pataqua, bouffon*
i. cries, commrage, potins, ra-
contars, tout cala passe devant
nos yeux et bourdonne ;i nos
creilles, en un prle-mrle ahu-
rissant. Oh les pauvres histo-
1 iens, qui plus tard voudront ex-
traire de ce carphananm un r-
i idu de vente. Toutes les calem-
bredaines du roman-feuilleton,'
jadis relgues au rez-de-chaus-
se, emigrent sous la rubrique
des informations . On dirait
que la vie contemporaine est un
perptuel mlodrame do l'Ambi-
gu. Gaston DKSCISXMi'S
le sociale sur la Presse
et le Journalisme
( Extrait ).
[PREAMBULE
. il voulez- vous qu'on
Kre d3S pop u lai ions ? me
_ jour un fort liomuHe
envoyant le marchand
ix le sa petite ville as-
une foule d'acheteurs.
inxis coute plus, poursui-
neillard : nous sommes
ils lutter contre cette
de l.i presse : notro
liodiviluelli' disparat en
ton moyen d'action aus
Voyez vous, ajoutait-il
le conclusion, il n'y
hsxhi gouvernement qui
dbarrasser le cela,
Me chance de salut!
plusieurs de mes lec-
jleroiitils volontiers ce
lirais beaucoup d'autres
ot comme peu prati-
artcequil en cote aux
lents de vouloir rejjen-
et d'ailleurs... les
lentsnesont pas ter-
donc trouver autre
w>up mettent leur espoir
Woppenient de la bon-
*r- celle de leur parti ;--
fiction est rnr-me assez
w provoquer des sacrili-
'les de dvouement et
I
ces efforts, on peul
'un chef lieu de dparte-
Ire ou cinq journaux re-
.' de nuances dillerentes
m.
prt du temps, ces feuil-
"pssent ap-s une exis-
JJemre ; mais un nou-
Ue d'organisation se for-
nouvelle liste de sous-
lance et un nouvel
-J tonde, destin, comme
U une lin prochaine.
"Ce de cette faon qu'-
"Jnne sa vitalit, parait-
JVest lavis de ceux
"Journal. Ceux qui se
S^*.le font avec
3 fr11'' 'l"i tmoi-
"js leur dvouement
J.^'iue le conliance.
^;ou|ez vous .y,
^..''.est la seconde,
y dixime fois peut-
>-;t l.8 solliciter de
JE* en pnl ||s M.
n'nen wVeul *" e,> ne
5ndriCnCe 80ciale Pur
S? M),lreux, leur
qifS. ^n'wil'en-
^tentent choue pe-
JPfc. 'tentiotis les
[*&^teraient une
>U|ir'sbuat "bon or-
[ftur"i mu T, Un ,our"
681 un lment de
pMi,areilfi,Peutil
\ M intressant de
Le Journalisme en France
J'ouvre trois ou quatre jour-
naux appartenant des opinions
diffrentes, et voici ce que j'y
trouve.
En tte, ua premier article, dit
article de fond. Gnralement il
est de pure dclamation. Le rdac
leur prend un fait rcent comme
ptate/orm et le commente de ma-
nire prouver qu'il faut renver-
ser le gouvernement s'il est de
l'opposition, ou Lien qu'il est ur-
gent de le soutenir, s'il appartient
!a faction dominante. Il y a peu
de ces articles de. fond qui ne ren-
ferment en germe une douziine
de rvolutions.
Il Mireusenrmt. comme ils sont
gn ulement d'une allure un peu
lourde, tout le monde ne les lit
pas. Ce nVst donc pas l ce qui
duit nous arrter le plus long-
temps.
Mais le caractre que nous avons
dj relev dans ces premiers ar-
ticles, savoir, la proccupation
constante de tout ramener au bl-
me ou la louange du gouverne-
ment, va se retrouver travers
tous les autres, jusqu' la qualri
me page, do telle sorle que les
faits divers d'un journal conserva
teur ne conviennent pas toujours
un journal rpublicain, et rci-
proquement.
Voyons, par exemnle, les comp-
tes rendus de la Chamiire. Cette
partie est gnralement traite
d'une faon plus alerte, plus l-
gre. Ce qu'on dsire, ce n'est pas
(l'instruire le lecteur sur lea ques-
tions sou'eves par les discussions
parlementaires ; il s'agit surtout
de peindre en charge les orateur
du parti adverse de laire brler
quelques grains d'enceai d vant
ceux qui sont, infods au mme
groupe que le journal,
Aussi est-il assez facile de dter
miner les attaches politiques d'un
dput inconnu, en pesant les lo-
ges qui lui sont dcerns par telle
ou telle feuille. Parfois cela tient
du lyrisme, et les pithtes sont
accablantes : si l'orateur est d-
pourvu de chaleur, on vante son
?calme, sa prcision, sa ma-
nire incisive et vigoureuse ; s'il
a quelque lan et peu de logique,
on proclame que personne ne
peut rsister sa fougue en tra-
nante , etc.
Mais voici qu'un homme monte
la tribune pour lui rpondre.
Celui-l, on va l'plucher. S'il est
bossu, ou chauve, ou chassieux,
ou dent, ou trop petit, ou trop
grandi ou trop gros, ou trop mai-
gre ; s'il a un ton nasillard, oo un
geste maladroit, c'en est assez : le
rdacteur tient son article, et le
lendemain matin l'honnte abon-
n, souriant de bonne grce des
plaisanteries plue ou moins ipin
tuelles, se renversera dans son
fauteuil en disant : Mon Dieu !
au ils sont ridicules, tous les gens
ae l'autre paru
l'ai personnellement connu un
journaliste qui, dans un moment
d expansion, voulut bien me rv
1er sa rgle de conduite : N'oyez*
vous, mon cher, disait il, la presse
consiste en ceci : quand un ami
commet une tauta, une indlica-
tesse, on doit crier quand mme :
Bravo bravo! Quand un adver-
saire fiait quelque chose de bien, il
ne lul pas hsiter affirmer que
c'est dgotant > (sic) I
Et les moindres nouvelles sont
ainsi commentes. S'agit-il d'un
duel? Le champion sympathique
s'est montr d'une courtoisie che-
valeresque, il a tir en I ;iir. Tous
les journaux opposs aflirraenl te
contraire avec un loin liant ensem
ble ; tous les iotirn iux de mme
nuance s'associent d'hyperboli-
ques louanges.
Seuls les organes modrs tien-
nent 11 chose pour douteux, et
notez bien que leur dont.' est t >ilt
aussi bien sympathique que les as-
sertions des deux autres. Usdon-
tent parce que leur opinion poli-
tique leur fait un devoir troit et
imprieux de douter. Essayez de
conduire s rr le terrain ut dput
de cette fraction, et vous verrez
aussitt la frocit de leurs al'tii-
malions remplacer la frocit de
leur doute
l'ae ( lulile
Nouvelles fitranares
A W
X\\,
Faits et gesles
Un rcidiviste ... rcalcitrant. (Qua-
tre fois condamn pour vol, Leliu
Joseph ne se corrigera pas de son vi-
lain dfaut, car il a les doigts long.'?
et la main habile. Au cours d une
de se9 promenades COUUimirefl aux
abords du march Yallire, il aborde
Azor Di lieu el soulage legoussel dl
ce dernier d'une valeur de / gourdes
tio. In cerbre qui l'observait l'arr-
ta juste au moment o il faisait de
grasses emplettes. Au trib.iotl il di-
ra au Juge qu'il n'est pas voleur de
profession mais qu'il n'agit que d ins
tinct.
ura lex, sed lex. Lliano .Nol
est chauffeur de camion des Travaux
Publie*. Il sera tout de min arrt
par le sous-chef de la Polii s sous les
chefs d'accusation suivants : Auto
sans silencieuse, sans plaque et
enes de vitesse. Il ruinera avec le
juge de simple police.
Mrilisse DifOSM exerce des
voies dfait suivies la personne de la mineure Simonne
Loge!, fille de Mme Georges Belair.
Mrilisse expliquera ce mauvais geste
la justice.
Carmen Argiiagos et.Miilia Al
phoose se font de petites scnes au
cours desquelles des mots peu ten-
dres ont cl pronom es. Comme lu
puJeurtt la dlicatesse des y us du
quartier taient en jeu, la police dut
intervenii et la justice rappela a la
raison les partir- en cause.
Affola Joseph et Masimilien
Charles ne peuvent plus m tendre
t*#rs 2 heure- du matin. Des roots
malhonntes se succdant aux propos
tendres, la police fit le ncessaire en
les conduisant par devant qui de
droit.
Ratification lu trait des
(uatre puissances
PARU '. La chambra des dpu-
ts s ratifi le trait des qudre pais
m ires du Pacifique ign la coof
rence de Washington. On pansa
que li ratification sera suivi 1res pro
chanera ni par le so d q'ii devra
galement approuv rie trait sur la
limitation des armements naval*.
tille d-'-cisi oi de la ch unhre est la
suite des db ils sur la ratification
commence quand la tniide Wa-
shington a t ratifi par la chambra
par 160 voix contre l" ;. Ls trait
relatif I emploi des suas marins et
desgaz toxiques et la protection les
neutres non CO luttants ainsi que
deux partes concernant la China ne
viendront pas vraisemblablement de
vant le parlement avant les viennes
d't. La commission des allaires
trangres du snat a approuv le
rapport de M lleynald. snateur de
l'Arige, sur te trait de Waahiog
ton recommanda it la vota du piojet
de loi. Ce rapport sera soumis incea
saluaient au snat.
M- Juili-i acquitt'
M. Julei. arros d'intelligence
avec l'ennemi pend nt lu guerre, a
t acquitt pir le Jurv aprs 60 mi
n ut es de dlibration. Le vote a t
de '. t contre I .
Le projet de loi approuvant la
convention commerciale entre la
France et le Canada signe le 15 d
cambre W22 a t vol par la eham
bie sans dbats.
La fermeture de l'Kxposition du
P.ilais de la Lgion d'honneur de la
collection artistique qui constituera
mu des parties de la collection per
manente dont sera dote la repro
duclion du Palais le la Lgion d'hon
neuf San Fraoci-CO S l marque
par h prsentation d'un parchemin
portant un Bieiaage d'amiti de la
Californie, lu France. <".e message
e*t sign par le Prsid nt llarding
et les membres du cabinet ainsi que
par le gouverneur de Californie, le
mai- e de San Francisco et plusieurs
autres notabilits.
H- B.il'lwm la chambre des
Communes
LONDRES -M. Baldwin a annon
ce aux Communes que le gouverne
m^nt ferait probabh ment jeudi une
dclaration sur les rparations en
raison de l'impatience quisemani
fesle de plu* eu plus dan* l'opinion
publique. On suppose que le Pre-
mier mi ihrire fera devant le parle-
ment une aualv e complte ce su-
jet, mais m ignore dans quel sens
elle seia laite t il sera question du
ne ai lion spare de la Grande Brc
tagne vis--vis de l'Allemagne.Dans
les milieux officiels, on pense gn
rlment que la Trane compte Mil-
le temps ai croit que l'Allemagne us
pitulara avant que l'Anglelene agis-
se indpendamment. La France, di-
M i.l ils. est convaincue que l'Alle-
magne es| h deux iloi^i" conomique et su rsistance ceaaera
uutomatiqucmcnl.
louveltrs diverses
i O.MSTANTLNOPLE t : annonce
que le conseil des u nniis,iiii;s a
Angora a approuv l'accord de Lan
sanne et autoriee Ismet Pacha a si
gner le trait de pj*.
L'affaire de la larre
termine
GENEVE L'affaire de Is Sarre
si termine. Le con ed de L 8oci>
l>' le- \ liions a lopl une rsolu-
tion exprimant son a'iprciation sur
I o'iivi.- de le ruai nision de la Sarre
al l'espoir que la garnison franoaiaa
srail bieuiol remplace par lu gf.a
darmeri locale.
Le fa tic a n cl la 8 rioique
lUl Mli.i.lS Le repisi niant
du Vatican st rendu au ministre
des allaires trangres poufeommu
niqu-r i M Jaapar l'espoir du Papa
que les svres mesuras de repr
sail'es prop h les ae seraient pas pri
ses ;', la suite de D lisbiurg attendu
qu'elles rendraient plus difficile la
tche du Pape qui sofl rc d'ame-
ner Berlin d^avouei la violence.
Oi sait (pie M. .I.ispar a rpondu
qu'on prendrait lea me lires ncea
saires pour assurer la scurit dea
troupes et des trains et a attir l'at-
tention du {fonce sur les actes de
violence rpte dans la Rhorqol
S'lvent ;\ IIS ce jour. Les rrla
lions diplomatiques entre la Helgiqua
et l'Allemagne neaeronl pusrompuee
car le cabinet, au cours d'une ru
nion. a dclar qu'une telle action
ne serait d'aucun effet pratique.
L'Allem'grne ayant du reste accept
indirectement de se conformer aux
demandes du gouvernement belgeea
dsapprouvant les actes de violence,
le rappel du ministre de Belgique
ne se .justifierait plus.
Les aciries Hoechsl
occupes par les franais
DORTMrjND- Les scieries Hoe-
chsl. situes prs ,|,, Doilrnund, un
des tablissements les pins impor
tanls de la Hliur, ont l occupes
hier par les franais. Une grande
quantit de pr iduits Irais ont t
s*isi* ainsi qu des approvisionna
mentsde chanon sur lesquels la ta
se imp< se psr les autorits franui
se n'avait pas t pay .
AuL'iii de |,i baisse du Mark
Ithitl.lN
!. i commission spciale
d'eoquledu Kercbstafafait on rap
poil conslalaol que la reaponsaUli
t du gouvernement allemand dans
la dprc alinn considrable est due
particulirement aux ach ts de char
boa tranger par l'adminiatrattoa
des i bemins de fer sans les avoir no
tifls i la li icbbank mi aux autres
autorit-. Le Mark allemand u coati
nue hier .1 bu r sur I- march des
ch toge A N \\ Y il, il a atteint
166 c. 0 p m un dollar. Le baisse a
suivi 1.1 publication hebdomadaire
de la h icbbank misent 1 assortir
pour la semaine une augmentation
de IrttloneSOO milliards de marks
dans la circulation fiduciaire.
L- iVnralGouraudi Bullalo
BUPFALt 1 Le |nral Oonraad
est arriv ici venant de Washington.
A li para l ail ndaii ni I coTonl
Prancbat, le mal 1 ebwab si les
fonctionnaires municipaux. Il n t
acci mpag su domicile le M. Mo
novao1 soi bat, par ui e escorta de
eaveieri ftolive cheval.
LES C'OIHS
FAH1S 10 Dollars
Livras
1
,17 01


LE.MATW

*i

;
Nouvelles diverses
Hier a eu lieu le mariage civil
le Mlle Agns Lgitime lille du -
nral F. D. L'-giiimo, ancien L'rcsi-
d ni de la Rpublique avee notre
ami Frani; lis Mathon. avocat. Les
tmoins taient pour la marie, Ml
D'L'enneryc D j rie et Seymour l'ra-
del,- pour le marie, MM. le Docteur
Charles Mallion et Lon Matlion.
La bndiction Nnpli de a tt don-
ne ce matin en l'Kglise du Sicr-
Co'iir de l'urgeau. l'airain cl mar-
raine : M' Kti'Minc Mallion, frre dll
mari," Mine Adrien Houinrl, sirur
de la marie.
Nous prsentons Loui BOI m illcur-
oubtite nus nouveaux poux.
Mr Stpben Arrhes, ancien pr
ident du Coneail d Etat, se rend eu
rrsnce pour raisons de sant. Il*
ra accompagn' de sa flllo, Madame
Ernest Chuvst.
Notre confrre II in < Domiaville,
directeur de L'Eseor et directeur
du HuicMi de I Enregistrant tt *e
rend galement en France pour le
Divine motif.
Od annonce le prochain dpart
du Gnral RimmIL II ut Commie-
aire amricain, en coogi de deui
mois.
MM. Lon Dieia, B. K. et Mi
nislre Ploipotentiaire Washing-
ton, ei Broeal Ly. Cooul Gnral
fNew'York, regigneo) leurs postes
demain par le s s Panama
C'eutdemain, ''< b, prcises de
l'aprs-midi que la 81 rsiea .National
d'Hygine Pub'ique, fera aux miir-
micres de la cl i.se l'J.'3, la remise
de leurs diplmes. Cel crmonie
auia lieu l'Hpital Gnral Hal ien.
Mr Dock me 1er, lecrlaire de
la Lgation le- KtaU*liuU Saoto*
Dom:ngo remplace Porl-au-Prince
Mr Dut), charg d'affiires de ttats-
l'nis, parti en c ing i
Le M Juillet, le Comit h litien
de l'Alliance hauiise. l'occasion
de la iVt* Nationale des Franc ds
uflgantse une iVMe qui aura lieu, de
7 licures du soir, au relit Club.
Mr Dante Bellcgarde prononcera
une confrence, Puis un grau 1 Bal
clturera la l't.
Hier, le Tribunal de premire Ins.
tance, en ses attributions correction-
nelles a rail lit 110 jug-'ment acaOT
danl la mise en libert provisoire de
Mr L* Kl. PougSt ino/eiiiiaiit une
caution de 209 dollars
Le Tribunal de Cassation a ivn
du son arrl r jetant la demande de
suspicion lgitime de Mi Jolibois
contre le juge Bsnuroir.
L'ancienne demeure praiduo
ticlle de Mon rsp is.Cerrefor, subit
en ce moment de grande rparations
qui la traulormenl totalement. On
informa que celte proprit a t ac-
quise par un colombien elqu-s le ma
nifique Dliaient deviendrait un H
tel trs moderne ou l'on trouvera les
attractions 1 s p|(|j vari*.
w i. ., > h m
Notre CulI (/'>);"/(' n / i'l itirii
Tiios. A. Vii.\i.:\vy unis pris de
publier ht Iciin' suivante:
J'ort-aii-Prince, le9 Juillet 19.2 J.
AloilSK'lll TllOS A. YlLMKNAY
En Ville.
Mon cher Vilmenay,
Je il** publierai pas la Ictiiv que
vous m'aviz adresse, parcequejo
n'y suis pas oblig, l'auteur de far
i u de l'Enor auquel il aat
l'ail allusion dans |tj| |i| ,|e
l'heure n'ayant pas et outrag.
Je n'ai aucune raison de laisser
outrager un ami dans iidii jour-
nal.
Vous me dite que nos relations
ne tiennent qu' un fil, j'en prends
lionne note. Vous ctis niturelle-
ment libre de choisir votre voie
comme vous l'entendez^
En attendant, je demeura, mon
cher Vilmenay
Votre Mes dvou
Cm. MORAVIA.
Les Assises
Faits et Impressions
( Premire Semaine )
Avis
\ l'occasion de la fle Nationale
de la Rpublique Franaise, le Mi-
nistre de France et Madame Lucide
Agel recevront la Lgation le sa
ntedi 1 i Juillet 10 heure du BU
Ity
Mf.hcrdi i Juillet. Le nom-
m, Benott Izarus est sur la seMelte
pnur rpondre lui aussi d'un meur-
tre sur la personne du sieur Arthur
Alphonse. Pas de tmoin. Le drame
est droul dans un jardin, non
loin de la maison de la victime. D'a-
prs la version de l'accus c'est la
victime qui a t le provocateur. L
rcit qu'il l'ait de la scne rvlerait
pluliit un combat singulier entre
ees deux paysans. Laicus, porte des
cicatrices de blessures au ventre.
Le sieur Lafontaot aide-mdecin con-
damn par la cour marli de de la
gendarmerie vient dpote titre de
renseigne ueots q ie Benott Axarus
uvail sa blessure 1 encore fniche
quoi I il entra eu prison L S certi-
ficat du Docteur Rampv dit q je la
blessure horrible que portail la vic-
time et par laquelle s'chappait nue
n tab a pa lie de lintes in avait dix
centimtres de large sur l"> de pro-
ton leur. (J le l'investigilion chirur-
gicale indiquait un sectionnement
complet du rein gauche.
L'accuse explique qu'il avait voulu
parer un seco id coup de la victime
qui se prcipitait sur lui, que son
d'Sscin tait de l'atteindre au bras,
manque par inillisur, le coup avait
pari dans la rgion dll ventre. Mal-
gr les efforts le Mi; I) i vivier l'ac-
cus a t condamn trois ans
d'emprisonnement.
Jauni 5 Juillet. C est uae affaire
de viol qai se p'aide. l'accus un
gaillard de 27 ans, n et d .micili
ia Grande Kivire, est r-;n?ov.'; au
criminel pour avoir, essre des vio-
lon -cs sur Mac-; i rite Fortun dont
le pare avait donn 1 hospitalit a
l'accus. Marguerite d'aprs la dpo
sition de son pre serait ne sous
Devitmnr. L'aaoue par l'organada
son avocat prtend qu ''est la s}
coude petite su'ur de darguerite qui
est fie celte poque. Les tmoins
cits n'ont pas comparu . l'an lien-
ce; ceci joiul d'autres imprcisions
regrettables a grau lefflSQt servi la
Cause de Pb i tus Joseph. fie ion-
nu cependant coupibls il a eon-
dimn une anne de rrlusion.
Vbsdbedi 0. Sauveur Admis
comp irait pour lpindre d'un vol
domestique au prjudice du sieur
Anton a Kneer. L'accusation de vol,
en considration des circonstance
et laits rvls par les dbat9 pour-
rieant k peine se soutenir. Aussi
l'accus cette fois a t dclar non
coupable et acq dite.
. ...Ue ces quitre premires au-
dience-- de la cour d'assises on peut
tirer certains enseignements et taire
de bien srieuses d ;du -tio m.
Bu ce qui concerne la premire
sause aotaudus, La sains opiaioo est
que jamais la sellette criminelle de
la uapitile ne vit chez un accus tint
d'arfbganc , i ml d'sudae i et aussi
tant d impudence d la part d'il i in-
dividu charg du poids d'un ciims
perptr dans les pues circonstan-
ce-, et cela peut tre grce la cer-
titude qu'il avait qu une certaine
claque tait l pour applaudir son
crime.
Cette audience fut marque de
trois nUftSUS SOUpi dfl thtre qui
devaient, pirait il, dans l'esprit de
l'accus rehausser le tableau du dra-
me saaglaat dont 11 a t l'auteur
et le metteur tu sc i. i',\ t d'a-
bord le coup de b >nd, ce b >ud de
bravade dans lequel la dfdUSS a
voulu reconnatre un geite de noble
indignation
On a noie ensuite, le coup de rire.
ce rire command, grtmaeaal et f
roce que l'accus, opp isait tantt
l'accussjMon, tantt aux tui dm
I uill certaines questio i po.es,
par la jui v
Luiiii. c'tait cette coafrsn : d-
clamaloire au cour de laqudle i'ac-
eusi lit pour ainsi dire Si proprJ
Oraison funbre, mais en pilin ml
le cadavre encore chaud de sa vic-
time Ne l'entendit ou pu. en el'fdt,
dclarer eirre au res que l'autre
l'autre tait un despo'e et ajouter
flirase horriblement OVniqu : Fid-
ia s est suicid par m imam
Kt c'sst cette dernire phrase qui
fit dcclancher les applaudissements
d'une partie de l'auditoire...
Mais, malheur, trois lois malheur
A ceux qui ne veulent pas compren-
dre qu'il ne faut rien nglig r pour
commencer felr l'ducation de ce
peuple.
Il est certain qu'il v aurail bien
moins de criminels en ce pays s'ils
n'taient pas surs do trouver 1er
rire eux des fossO] nrs qui se char-
gent de combler avec cette indcen-
te frnsie la erfUSSS ou le trou
dans hquel un compre a couch la
victime.
Un fuit presqu'identiqiie se produis
ra au moment o ce Ptratus Joseph
criminel d un autre genre et d'imeau-
tre allure proclamera que c'est avec le
consentement de sa vi-time (enfant
de neuf ans tombe malade des sui-
tes .les vio ence> infliges par le bour-
reau ) qu'il l'avait ainsi violent^...
Oui l encore on a vu une bonne
partie de l'auditoire clater d'un rire
de satisfaction et d'approbation
l'adresse du savoir faire de L'accus.
Le doyen cependant avait eu la pr-
prcau ion le I ire vacuer la salle
d'audience par les enfants. C'est
que si aux entants, chez QuU* com-
me ailleurs, il manque de piti, la
grande majorit de nos hommes laits,
il manque et piti et beauoup d'au-
tres choses.
D'autre part, il est heureux qu'on
ail pens, faire entrer dans la liste
des jurs d cette ses-ion une certaine
catgorie de personnalits eu nom-
bre assez respectable dont la mora~
lit. le nom et la condition sont une
rei e garantie pour notre socit si
malade el si mal Constitue. Ceux
qui sont chargs de choisir les jurs
n'ont qu'a persvrer dans cette vo'e
et alors, les crimes inutiles, injusti-
fiables, les acte* de pure sauvagerie
deviendront forcment moins nom-
breux, plus rares et tout le monde
en bnficiera.
MeX
(FIN)
Parisiaoa
JEUDI
La Direction reprend '60 centimes
et pour la dernire loi :
L'Assommoir
Le chef-d'uvre de Zola avec Jean
Dax; 1re poque, on o parties;.
Entre : 50 centimes.
Cour d'Assises
Laireicie Sl-L et Marie Andr,
juges hier pour cause de vol ont t
acquittes.
Aujourd'hui devant la Cour d'As-
sis -s sera jug le nomm Samuel,
accus de vol avec escalade, au pr
judice du sieur Thompson.
Composition du Tribunal : Juge
L^on Pierre, pr-sident, eommiS'gref
lier, Armmi Fleuiy; ministre Pu-
blic. Me l-no>] itaymmi; Jury.
Edouard M mts; conseil de l'accus:
Me Justmien Eliot.
Demain comparaissent le nomm
Isaul J-jai, aeue de viol ur la
personne de la mineure Marie Ladoi
ceur et Clercius Demeille accus; de
blessures volontaires sur la personne
de Isaul Jean.
=- i i il i_*l____ejswi
l'xamcns Scolaires
Les vacances battent leur plein,
les tSametS de lin d'anne scolaire
auront lieu SUS datas suivantes pour
nos divers tablissement scolaires :
Ecole des S ien es appliq les 10
Juillet: Ecolo de Ud<*cine et de l'Iiar
macie 16 luillet: Hthoriq i tt Phi-
losophie 16 Juillet. Pin d tudes nor
maies 16 Juillet; Ecole de Droit i3
Juillet ; Aptitu Je pdagogique 23
juillet.
LES
IAMPES
OS RAM
y son! achetes et employes
|\ poi" le monde en tien
it&t
.
.i ... .
OSRAf
[bulin arl
La Compagnie Ne
de
La Compagnie Nationale (le Construction|
employer de bons ouvriers, eharpentierseti
Ceux qui voudraient travailler dans ses
pour s'entendre avec le Directeur le la
Hue des Miracles, au local de la C.oinpagnis.
La Compagnie,d nuire pari,informe le publie|
et en mesure d'exi''euter tous les travaux qui
cirait lui confier et cela, des conditionstellesi
impossible de lui faire concurrence
Afin de faciliter le choix de ceux qui luii
de construire, la Compagnie met leur
plus d'un millier de plans de toutes sortesdei
trs jolies, el dont le prix de l'excution est
lionne aux moyens pcuniaires le chacun,
Histoire d'Hati
D'Aprs la Science li
Par Auguste NiGLOUE
L'Imorioierie -Librairie du Mai oc a entrepris l'dition d<
que notre rainent collaborateur destin au< maitre et U'J
l'enseignement secondaire el laquelle il ira jaunis ces*|
depuis dj quelques annes.
Quoique destine principalement aux classes suprieur!
L'Histoire d'H\Iti d'aimiLs la Scik.nck Socialkscmub livre *J
que qui sera, nous) en sommes persu %Jea, li''-* reclierche
bomin ie qui s'iulresseut notre histoire nationale elsons
mthodique.
Conus d'aprs un plan absolument no iveau, celte ediues;
le dire, t-sl appele & projeter des lumire insouponnes il'
l'histoire liuli. nue et en renouveler compltement l'en**"
Le supplment du -Momikci offre actueli m ni. a t'lr*_
des fragments qui ne feront que conlirmer tout ce que d ,J
diie de cet OUVlUfe, dont voici les grand s divisions :
I
o__
:t-
i
Tome 1 L remire Priods
Les Origin' s
Le Peuplement amricain
Les Indiens
' 'Ionisation Kspngnole
Chronologie de la 1re Piiode
Tome 2 - Deuxime Priods
1 Le Peuplement africain .
i Lu Colonisation Franaise libre de Sl-Dom'0g
3 La Colonisation Franc ise administrative de
4 Pormation de la Race hatienne
0 Chronologie de la deuxime Priode
Tome 3 Troisime Priode
1 Les troubles de Saint Domingue et son lodpesS
2 La Socit Hatienne
J L'Expansion Wnricnine en Haiii .
t L Avenir de la itace Hatienne. ConcluD
5 Chronologie de la Troisime Priode
L'ouvrage sera ve idu jii librairie Ci.no GolhUKs le vo I
Un Appl est fait aux personnes qui vju liaient a' j
criplion, aux travaux d' litious suivantes :
La collection des :i volume* : Dix Goufds
Le volume spar : Qiatb
Adresser la montant des souscription Mr Clment.
Uur du -Matin, ou se* a|enU en Province^


LE MTIN
Varits
Ce soir
Le Chemineau
df Jean Hichepin
Lorsqu'une femme veut
lui if h Q,50
BrevetsSimple et suprieur
r- examen* pour les brovels
guple et suprieur oui pris fin U
Dioaine dernire. N'o-:s donnons ;iu
jgynl'liui. comme lions l'avions pro-
E |w |js|e des laurat s:
Brevet simple 1er Jury- Adeline
luimilien. Alberte Mayard, Eleie
Nicolas. Fernande Smith, Antonine
|orel, Jeanne Pereira, Glorvina
ftageois, Carmin Jones, Berlha
fessoir.Fi mande l'ressoir. Curiooe
'legron, Viola Seixas, M.irianne Mil-
lier, Denise Cantave, Marcelle Ter-
)on. Franois l'igniat, Madeleine
Jones, Carmen St Lo, Carmen Jn
Louis. Regim Agnant, Laura Sola-
m, Marcelle Riboul, Alice Hiboul.
GUberle Vieux, Simone Latortue.
Nina Milleiy.
! JuryGermaine Ronamy, Clie
Diaquoi. Suzanne Eveillard, Anna
Morisset, Clmence Durand, Mur
ctlle Latorlue, Aide Alexis, Fernan
fcSt -Surin, Claire Dieudonn, Lu
cale Mascary.
Brevet Suprieur Josette Salomon.
Olga Seixas. Marielle Rampy,
tnne Jean, Jeanne Delinois Ani
.IlPierre Nol, Marie Rayard, Car
an Valm, llna Aginnt, Clara
lencourt.
Nos compliments aux laurates
'dire-Daine de la Salelte
rh . SES GURISONS
^nmsissez vous mme votre remde
Contre les maux suivant :
wSSS^Sb m,axde' mjfisme--Migra.ne-Malad.es des femmes retour d'ge Beuias
HSr-JS&r. *1 ** MMW vertige 1 e,ourd,SSe.
ment trouble de I, ?0e Maux de jambes- Aienve- Obtfite _r011
TST^tZSS&ilT** diw.Pw-tdec. .onleQM dans
edos. pertes blanches, poque irrgulire,, bouton., humeurs hoidea
Jaunisse, grippe maladies des os, gonflements des -landes.
Extrait vgtal dpuratif de la Salttte.
Pilules fertiniates de !a Satette
Empltre de la Saltue
Onguent de la aletie
Tisane de la Salette
Baume Leroi
Dpt gnral pour Hati
Pnarmzcie SllSiT JEAN
332 Hue de a Font Forts Port au Prince

f (io-ic et T. !, *
4 la fois ToniauQ et Dpuratif.
Anmie -- Ftiblicir) ff&uli
Croies anco ca Z<sta
Glandes Sorcfulo
Formation dos Jeunes FS1
Maladies i? Poitrine
.1
D'nn Mi tj0^ remplace aonnlageusement
l'HUILE Fuit j MGRiiE
i ----- N
r.cnv*iiiriLse- r.\r ...-. c..
r*mer.
Viennent d'arriver
*er A reprisser iVo S 'el 3.
Chaudires, 5, 6( 8% OJPini*
Manchettes, Houes et Serpettes.
En vente chez
L Preeamann-AGGERHOLM
Rue du Qudi.1017
.Mariage
Hiermalin. enl KgliseSacr-Ca>ur,
'Turgeau, la bndiction nuptiale
tdonriLi- MHIe Lonie Lahens
|ni notre sympathique ami Mr
(Liooce William.'
Les conjoints ont t couduits
Iftstil par Madame Lo Alexis au
s de Monsieur Homre Ra/.ile.
Aprs la crmonie religieuse l-
sines poux revurent des compli-
leots des nombreux assistants et
rwtolrent vers Ption-Ville cou
I leur lune de miel
Tous nos vux de bonheur.
A Bizoton
imanche prochain sera la fte
[Jla chapelle de Ri/oton place sous
Jpatronnage de .. MontCarrnel .
Ipatte occasion i! n aura kermesse
ni tonte la journe. Danl'prs
I*"' reprsentation thtrale, les ac-
f" g la Renaissance charmeront
f Public. La fle aura lieu chez
|e Mess, Bizoton le Bains.
Knlree gnrale I gourde.
l'L , 9 cotnptoirs bien gar
Wi le?uPar des dames et
MlM et le8 consommations
!!ll!^^}eloul le monde.
Irfctnaat Notre^D^ITdi
Saor-Coeur
, poto de hors Elves et ton*
Sg" de l'Etablissement veni
S d. ,Pos!,lon 'ouvrage ma-
Wd.^'^^'^^^eetde
(CJ ste'VamV,U Sacr ,:ur
^nchen^^ Apart'r du
Kieil J,,squ'au 19
^tt" 8Ta rerle ,e ma,in
Idan! heures M^et le
^Uewes heures 1,2.
^el nmple de capieW
JJprieurde capacit
?#nd^ rimprimerio
CHIUQLIT
5, PRIX RDUITS
af Rurvoir ou du
^JJoceur Aubry
f> eM Transatlantique
S*'frillrRphal de relour
lr^'!raU "Abajeudi 12<--
!? Siito1 me J0"r Pr ,c
a
&
Paul E- Mxila
Arec las arrivages dt derniers bateaux, noire stock esl pieceue
nouveau*
Nous n'gQumerons dis, qu'il vous sutlise dp savoir que vous pou
vex trouver tout ce que "0us ave baeem ei de meiileuroe eedi
rione que iansles liq xtdatioaai rxtraurdiuairesjou dans les Maiaeae
qui donnent pour rien.
Epttents fiont nos crpes d< cbine suprieur, Soie lavable.
Tissus ponge faniaisi, Pb.meiis couleur, Souliers penr. kemmee
vernis et jaune, Souu^a pour temme,, .^ouliera tennis, friture tt
Fruits en guirlandes poc chapeaux, ihapeaux de parllj fin* d'ItaJte
pour hommes, Toutes garnilu'es pour robes ou chapeaux. RilMust
argent ou or, Baudeaix, Evaniails fias, Bas de soie extra. Ptr/unte
slects des meilleures marques. Rideaux tulle ei Gjipur: rf
Visite notre dpt de meubles, lits, armoire*, cerpels etc.
PAUL E AUXILA,
Rues 1 ruvtibire tfduMuyusm aeC&tar
ALUMINUM L1E
j\ew-Orlans et South
American Steampship
C Inc.
Prurhaias 'dparts directe pour
l'on Mu-Frioce Ilali
S|S ENATO Nouvelle Orlans 17
juillet, Mobile 19 juillet
SjS MAC&ENSIE Nouvelle Orlans 30
Juillet Mobile 9 Aot
A partir de cette dernire date, il y
aura une occasion chaque quinze jours
jiour les ports suivants : Carthagne9
Porto, Colombia, Curaao, Porio^Ca
bello,La Guayra, Pointera-Pttre, Fort
de* F an ce, Bridgtown, Barbido, Port*
o/ Spain, trinidad, Georges Town.
Fort au Prince, le Juillet \l'2;\
A. de UATTEIS&Co
Agents
Coippatjnie Gnrale
Transatlantique
Le S[S CaraveHe partira As Bordeaux
le 26 juillet 1V23.
Le 8|8 Caravelle partira de Bordeaux
le 23 Septembre 1983,
Le S[S liait partira de Bordeaux le
ir> Octobre 1928*
Le S[S JUraveite partira de Bordeaux
le 83 Novembre 1923*
Le StS Guiysnb partir* de Bordeaux le
23 Dcembre 923.
Le Steamer Saint Baphael assura le
service* uieasuei entre IWt Oe Iraiite tt
A*4.ft au ^rjuce^ o il eut atteuilu le 9 de
Casaque uoi*.
Ce paquribot assure le iramit de marehan
dise et p Sdiat JMazatre sur les paquebots iU la ligne
d Golan- destination d'Hati.
Port au Prince le 10 juillet 1923
L'agent: . KOMLIN
Avis
LA WEST IVDIES
TRADING Co,annonce
qu'elle va installer une
nouvelle pompe gazo
line dans son nouvel
difice du eldelarus
Pave.Celte pompe sera
du Type visibiece qui
permeltra au client de
voir exaclemenllaquan
lil de gazoliue qu'il
achie.


I: IUTIN
*
c
w
m jur %J <& i*U
pour' les soir' Infinies do e. fmurs
1
La CYRALBOST. est 1'. Uh-V.ique
Idal pour li voyage. Ella n prsenta t.i
comprim* stables et hetBOgnea Cha-
que dose |eiee aar.s deux htTW d'eau
nous donne la soluiun parlumM que .
Panatenne a adopte |n or lS scl:.s il-
tu*U de sa personne
La OYUALDOBE et un p'oduli anti-
septique, non caustique, <*eocomn' ei
tnlrirot)trie. h brise de pyolif.>:. U acide
!;> .riiQj de trtojrymtUiyiene et d'olu-
tn'.r: suhate. Se prend matin fi soi- p'^r
t>ju m... n i pu'"
* Vi.l* nclenw
i" Wbep&ruc c*
fusj{ fcmn:c r.l
etiiir .Tir sa teW
5.n sausts-im < Otail
s la s Is
QTftALDOSS S OYRAI.-DOSS
lnilltrn-int)l- pour
U loili-H* IIiiiiiii'
et lu aTccMcns de
.. peau et Ou iC.t
tiievi-lu
li:enir1*MVnle
et r.(iiieTw:q'>r- pi*-
::.t1f> t i.?'-!"
de- h1 1*1,1. il* ia
lemme
FANDOBINE
urilt es t>*i.iorr.u-l. "iii'prm" lf
pain, ini.;. *
r-'W
Vaillant fr Moud Agents g*naoj,t72C ritada Magasin da l'Etat
AVIS
A partir du M courant,
noire magasin de vente
sera transfr dans l'an
cien local du Comptoir
Francais,Ungle grand
Rue et Bonne Foi.
2 Juillet l\m
Simon VIEUX
Uns bonne nouvelle
A II CtBSiieoet
Cordonnerie
M. E. KKXKST CAMILLE
Fabricant de chaussures da
tous ajemea. Mai.u> x
supiikur Soiijs fremp-i-
iure cS..it
GRAND R Ut ,1722
La maison nous prie de
porter la connaissance
du publie que dans le luit
(icfariiiter et d'encourager
ses nombreux clients, elle
accorde partir du 1er
Juillet 192.'), une prune
d'une paire de chaussures
au choix a tout dtenteur
de vingt tickets.
A la Conscience, telle est
la divise de la maison.
En consquence, on est
pri de rclamer un reu
pour chaque achat au
comptant.
fort nu Prince iuin 1Q23
Pharmacie F. Sjourne Maion iomr
Lionne ivi as sttantsle sas tasseias ai au publie qu'elle s
lrat*nma vn Liboruoin d'Urologie ea un Laboratoire d<
biofoflie appliqu sous la Direction du
Dr Aieo! et b. Sjourn
Le laboratoire es' ouvert tous les jour de 7 lire du matin 6
neuresdu soir pour toute* les recherches et analyses prvues dan*
l'annonc) ci jointe, saut pour le
Wassgniianu ci h cotiaauta Ure^Scrtorie
Ssrcnt reues que le mardi de chaque semaine.
S'adre^r ia Fnarmr.cie pourles renseignement*'
Analysa d'urines t Suc gastrique
Keaction de Wassermann
Htaction dei'riseule
Bianaen du saDg e du pu,*
Jfcumeu des matires feales
hameo ue cra^bai
Aibumino 'p&^rtiuf
foulante Cl1*' lUiiHkit
fin nrnki dr Strirohite* #tCo de no/moqus, e.ic, et.
Une juhe maison haute Aveau*
Ducosle , ayant s. pi cliamurea,
bassin, remise, etc. etc.
Pour renseignements, s'adrresser
a Joseph Francis, Angle rues Cour
be et des fronts Forts.
dirtch du Friaol tu Consommateur
DRAP D'ELBEUF
au Dtail S Prix de Fabrlnue
COMPLETS sur Mesures
n b.au drap d'Elb.uf
dapun 89 fiana.
t a baau aoulll. le~Mi 75 frnnc.
Pnnktmf r't atartaslMaal/?.''" ^*too I'.
Cill'oiua i lnrtr < < K.nli lo
l>r*n ' Ck.mlMri I "<'
ri l-IU pial'l. p MMurM
tN\OYES GRATl? .1 I RANCO
tura Ewt.li.^mi-i.i."La MONDIALE"
. KLBEUF 0L4J Iraoc".
Imprial Consolidated
Company
Suce. -Je . A Cara'so &. $oaa publie tn 1904
2 Rector Sireet. NEW-YORK, USA.
Cuir* Pt peaux
Sfols t*'- TibIMt i rr3tautTe nronnsfes :
NOBILH KID REX C*LF FORTIS ^IDiS eic
liHHUtf 0l Colonnades
ProdtiUir uLmeulaircs
Geo. JEANSBjAh,
Auent Zufrut ajt 8*fti PWWrl^Prince
-f-* w-^ - s> c te *
Inter ftgooe
312 Rue dea Miracles
A vendre A tin prix rai-
sonnable :
Un moteur marque Iran
caiso de cinq chevaux.
Une machine pour bou-
cher les bouteilles.
Une machina pour net-
toyer le caf vert.
I ne machine pour pr-
parer les biscuits.
Un arbre de transmission
avec poulies et couaslneta.
lin piano IMeyal en bon
tat.
Pour conditions s'adre
sar lntar Neyoce.
23

ce
**
a
s
Eues sont Kereuses y.
et en bonne sant
Vous Dnies l'Etre Aussi
Un grand nombre de maladir-s des ieganes n'entmt pu
diins le domaine de la chirurgie. La chirurgie ne peatria
chan^'f r de place ni dplacer les rganerdu moins riatj
amililslilll n'a e't fait jusqu' maintenant.
l':i polit nicianisme d'une pendule peut desserrera
pendule avance ou retarde. Si le mcanisme n'est sm
Demis en place de suite il peut tomber et causer des dtav
rr.a^es srieux. C'est eaacternent la mme chose snc '
les maladies des femmes; elles commencent d'un rien 044]
si l'on ne prte attention elles produisent des situation
adrieuaea.
A isitt que les premiers s> mptomes apparaissent preaei .1
la Composition Vgtale de Ljrdia K. Pinkham pou I
-.ru'.i;: ' 'e malaise et pour viter qu'il ne dgnre en m*
maladie plus srieuse.
Homacao, Puerto Rico. ** J'ai pris laCempetiUonV(|itili
de Lydia E. I'inkham pour me gasrir dea flueur, blanchndont
^e pourrais depuis lon(ttempa. J'tais toujours fatiirat it
j'avais constamment d-s douleurs. Una amie dr ma mn
-. tut obtenu des rsultat* ezrcllanta avac votrt Compoaiiia
. fit et ma more ayant galement Wnnci par MO em-
ploi je me suis dcide de l'essayer. J recommanda to
amont toutes mes amies. Je lai doit ma test M
en chante les louanges chaque jour."Zoraida Ujams,
Humacao. Puerto Rico.
>'.; iriii-ci l.'ttrwj aiuillalres prouvent la* rtrtaatitU
Composition Vgtale
Lydia E. PinkKaiP
CL
^s
trosa e pinkmam hxoicinb eo. u,KM,. w.a.a.
t\
M
K
I
S

Li Htaoii II.SILVEI_
L. Maison H SYLVEU se lail l' plaisir d'iolorf]
nombreuse clientle qu'elle vienl ' recevoir, pr
derniers ste.niiets, les articles suivants, de toutes
cheur.
Drill l nion couleur anglais, divers s qualita
llrill union blanc anglais
Drill tussor
Chapeaux de paille fine d'Italie
Chapeaux feutre Itorsalino
(ihapeauv demi-feutre Itorsalino
t'.hapeaux demi feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc barres je mouches
Piqu blanc suprieur pour jupes
Percale blanche sup.
Itaptiste fine pour chemises
Hatine blanche
Gabardine blanche barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaki Jaune suprieur anglais
Kaki jaune anglais extra supiie ir
Kaki blanc
Drill blanc anglais suprieur
l'iolienne oouleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons coul & blanc suprieur
l'almbeach <|ris amjlais
Diagonale uoir
Alpaga noir
(iasimir amjlais assorti
Damass pour matelas anglais, double larj|aiir
Orijandi suisse brod couleur
Bas jOurs .-
Chaussettes sup. pour enfants, couleurr & blancn
Satin de chine pour tailleur
Lustrine po ,r tailleur
Lotions l'ivert
Voile barres sole anglais, coul. & Maiie.
Tuile pour 1re Communion
Toile voile pour cadre
Toile voile pour voilier etc, etc, etc.
Dur visite, la Maison gilvera vous convaincra
lionne qualit de nos articles et de nos prix (i
les plus bas del place;est-ce pourquoi il nftUS
de jour en joui de nouveaux clients.
I
Soi
L
--
MbKBsVid
POUDRE
8AV0N ionnoa -j
.SrM0H,69irwbtatSt.marUa.PlW3 ^fefttoCllWl J
Secommaisd^ **!
BltaaJCBH, Wlr\
VBlsoUTBjJ


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM