<%BANNER%>







PAGE 1

U3IAT1N Vv. ^iiSMBS, nmlquBS, ru.verez les forces perdues en prenant MULSION SCOTT a"; .t tonique par excellence, et trs facilement niable, proprit qui la recommande aux estomacs fc h: s dlicats. ^, aJt ^ yf ^^ WIKKlKmKMtKm A la Chambre belge BRI KEI LES La chambre des dput* a \ol n < onli.tuie lahs l touvenuiu'-nt. Aprs avoir entendu la dclaration ministrielle du non veau cabinet. Le voie t'eal rparti comme mil : 94 pour catholiques, ftU contre scoislistsa et li abtten lions. LES COURS PARIS:; Dollars I' ,,: r Livres 77 ft NEW VOW. i Franes ,7 " Sterling i MM Conseil d'Etat Sance du T. .luillet 1033 M Au banc de l 'Excutif sont assis les Bliaiairea Hameau. Boucbersau et Koinlirun. Aprs sanction les procs-verbaux et lclure le la correspondant •••• le ministre Hameau ileman.lc la pin (fie et sur sa demanda la sance est suspendue pour dix minutes. Klle est reprise et le Secrtaire d'Etat de la jualica prsente un projet de bi, modifia n I l'article il de la loi sur la Press. La ministre demande le vole immdiat Le coo -ciller Lhri son p isss une question pralable, il demande que l'arrt du lriltuii.il de Cassation sur f article 21 s lit communiqu par l'Excutif au Conseil d'Ktat, car c t article a t dclar inconstitutionnel par le dil Tribunal. Rameau — Galle demande du Conseiller Uirisson est mil fonde. Sj l'Excutif demande l'uroeuce, il agit dans les limite* il i son voit; le gouvernement n'est point tenu de communiquer l'arrt, c'ait une question d'ordre public q li le porte demander l'urgence. Lhrisson — Oettl initirj ed li-; intressante. Le grand Corps veut savoir les rai ons qui OOl port le tribunal de Cassati tu agir ainsi. Il faut que ce nouveau projet de loi passe par les litires raglementairea, qu'on agissa sincrement. Vous nous appariez une loi. est-elle constitution m-llc ou non *.' Je ne sais pas encore. Or il faut l'tudier, car non-; avons de g.and s prcautions a prendra, lorsqu'il s agit de choses aoaai dlicates, aliu que le fait d'avant hier ne se produite plus. — Il nous faut nous inspirer des raisons qui ont port le tribun il de Cassation prendre celle dcision. Le Ministre dclare qu'il inii agir avec svrit, je suis tonn que le Cabinet puisse se prsente, ainsi et demander l'urgence. Accorde/nous le temps an mot!de bien tudier coite loi. Si U0UI *o fions durgmee c'csl une grand huta. . ,, Hameau La question prJa'able n'a point M rai<*OU d tN ici, I arrt du Tribunal de Cassation n'a rien voir ici. il s'agit pour le Conseil de votsr une loi dont l'utilit net reeonnue, est-ce pourquoi je viens de nouveau vous demandai de la voter immdiatement. Danache— Je me rallie a la proposition du collgue Lbrisson. Il se (finirait que le dernier arrt s'allaq 11 a toute la loi sur la Presse, daoa ( s c tndittoni le gouverriem ml n'a ptsle droit de venir nous prsenter un autre article il. Est-ce pourquoi je prie l'Assemb i 'le tenir compte des observations judicieuses du conseiller Lliiisson. Le Prsi te il — Cette que ition pral ible no repoeetur au-un texte. — P traitement, le principe est dans l s rglements, consulte* les s il v tus pi lit. dit 4r Lb rissxi Ihlaliirre l'ierro-'.n lia— La dBlinda Lhrisson ne constitue p (1 un ; q icsliou pralable. I5ta •liereei — C'est u i arrt d; princip • qae I ; tribun il a rea lu. es n'est p tint in 1 riison pmr le g ml Corps li ne pas votsr I urgence. Il n'est pas non p.us noessiire que le Conseil dE.it. ait l'arrl, q li pou in irp h r.n'e-l que de principe. Prie -Je dclare mi rallier au collgue Lhrisson, r'esl-Vdire que je suis en faveur du rejet de la de mvih oTorgrace. Le question est grave, car i> n'v a rien de plus sa crons la libert individuelle. Nous ne devons paa agb !• l^r. (ta n'a qu' envoyer la loi devant le comit intress et et ainsi il nous sera sise de tomber d'accord. J insiste dans l'intrt mme du gouverne ment et je disque la demanda d'urgence doit tre rejete. Rou/.ier— Je me rallie a la demande d'urgan sa du gouvernement, d'auiant plus q le ce projet de loi n'est qu'une question d'ordre public. Lhrisson Puisque le ministre est entr dans la pleine discussion de'la loi. je retire mi prop fuition. Messieurs. Oli. vote/., vott cette loi; le chtiment arrivera, c'est mii qui aurai encore raistn. Je ne voterai pas moi. Vo'JStSldes entts, vous u • tenez compte d'aucun conseil, pourtant les conseils M^£^ QUOI QUOM DISE QUOI QU'ON FASSE Le Rhutn Barbancoart est et sera toujours le meilleur, sont faits pour les hommes politiques. — Oui, je relire ma proposition. rUHBAO Au nom du gouvernement nous acceptons toutes les responsabilits. D.V.NAI IIK — L^ gouvernement va srement au devant d'un nouvel cbec. .... Cet Brtlcle2l ed attentatoire a la libert in lividualle. il viuie l'art, de h Ooaslitutiou. .•< Iniin-s conscients do leurs reapinsabilits hors d'eux-mmes, trop tiers du tribunal de Cis atiou n; doivent plot roter cette I )i Damase l'ierr -Louii — Depuis quelque temps, le gouvermnienl est en bulle des difficults de toutes sortes avec la Presse. Toutes les fois qu'il s'agira d'ac.-.tm lir un acte, nous devons v aller carrment, lise, rail impolitique pour le Conseil d I. tat d; rejeter le projet vu les consquences qu'un pareil v tte pourrait entraner. Le prsi lent m :l la loi en discussion. Danache — Je propose la libert provisoire moyennant un ; caution de *:io 500 dollars. James Thonus — Cette loi n'est pis i loonatiturionnelle. l'.-rsonnellenient. js sois fatigu d'tre insult, le Conseil d E al aussi esl l'objet de toutes attaque* injustes. Il faut que no is soyons respect*, il faut e,u'on ii lisse avec les imperti netices d une certains presse. Vole/., vote/, cette loi, nin je na crains pjiit Isa ropmsabi'ita. Rameau — La propos ion Danaclie n'est pi* acceptable. Il faut que n>;is liassions aee ces hommes de paille qui pmr 10 i i dollars donnant leur nom pour crira des articles outrageants, insultants. Lorsqu'ils verront qu'ils n'ont ni caution a fournir, ni libert provisoire rclamer, ils hsiteront mille fois d'accepter les 10 ddlars cir ils sauront que la prison sera leur rcompense PRICB — licn de plus pjnible pour un homme que d'opter pour une amiti chre ou le devoir. Fautil adopter cette loi telle qirelic est.' Non. Etant do in les eireooa races, on n m inq ler.i pis de dire que r ;tt : loi e sens Danache, ainsi nous n tus mon trerons moi s Jacobins Quelques conseiller* prsentent quelques ourles observations et 'a loi mise au voix est vote. Plus rien h l'or Ire du jour la sance est leve. Faits et gestes Flix Louis est en contravention avec les rglements sur lu circulation des voitures Au tribunal, il s^ra condamn l'amende sons les chefs d'accusation suivants : pour lo avoir conduit sa voitur ; sans licence ; 2o. s tre stationn tout prs des rails de la PCS an risque d'occasionner des accidents. — Il ne recommencera pins. Joseph Paul entretient rJpriUmenl l.loccie Jean. Comme celleci faisait la so-irde oreille. Joseph, perdant son sang-froid, lui .administre un violent coup de poing. U expliquera au tribunal ce geste brutal. Les ail mes de Flix Pierre laiss-Mil a dsirer. Accul dans ses derniers retranchements, il ne se laissera p is mourir de faim. A I pijerie de Lape, il trouvera moyen de soulager le magot de Henri Side d une gourde. Surpris par le gen lum\ il expliquera cequil entend par ventre affam ua pas d'oreille . — Agh Delinois et Ste-ltosc .lasinin se lancent de mauvais pro DOS une heure indue de la nuit. La police trouvant l'instant mal choisi pour des scnes de ce genre* les conduisit par devant qui 'li droit. La Loi sur Vu l'article 21 de la Loi du Jl Janvier 1^23 sur la Presse ; l Considrant qu'il importe d 1 porter aux lois Its modificatiou reconnues ncessaires, au cosnl de leur excution: Sur le rapport des Secr^, n d'Etal de Injustice et de Ils* rieur, Et de lavis du Conseil des &. crtaires d'Etat. h PUOPOJ Et le t^onseil d'Etat a votd*a> gence la loi suivante : Art. 1er.— L'article 21 ds |, toi du '-ii janvier 1H3 est ainsi modifi : Art. 21.-Lorsque le lin de l'inculpation comportera iioti jure, un outrage ou une diflaa. lio i commis par la voie de k Presse, soit contre le Prsident de la Rpublique, soit contre i dpositaire de l'autorit dsigns par la prsente loi, soit contrei individu assimil un tel dpt t lire, il ne pourra cire ordonj en faveur des inculps ni U nuileve d'aucun mandat de dpt,!' la libert provisoire sous caution Art2. — I^a prsente loi, qui drogaux articles 80 et 96 m, ( Iode d'instructioncriminelle,!* ge toutes les lois ou dis. de la loi qui lui sont contrairaet sera excota la diligence des St crtaires d'Etat de la Justice* de Ile teneur, chacun *n ce qui le concerneUonn au Palais UpsWtf Port-au Prince, le • Juillet W^ an 120e de l'Indpendance. t 1 i la Presse 1 e journal officiel, Jan son numro extraordinaire promulgue hier la loi suivante : Vu les articles 55 et7 >, 7e alina de la Constitution : lariage En l'Eglise du Sacr-CffijJ, Tiirgeaii sera bni le mardi, Juillet heures du m -la. mariage de Mlle Lonce Ca gnol avec notre ami et coolrtrc Emmanuel S Trih. Meilleurs compliment'. La Maison B. SILVER^ La Maison H. SYLYEHa se fait le plaisir AfeH nombrtise clientle mt'eHe vieot de rec^r qu les arlicles derniers stemm, les articles suivants, de tonte cheur. Drlll Union couleur anglais, diverse quai I i i 1 1 union blanc anglais Drill tussor Chapeaux de paille fins d'Italie Chapeaux ieutn Roraalino t drapeaux demi-feutre Itorsalino Chapeaux demi feutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie Voile blanc A barres A mouches Piqu blano suprieur pour Jupes Percale blanche sup. Itaptiste fine pour chemises Hatine blanche Gabardine Itlanclie ;'i barres & unie Zphyr anglais pour chemises Kaki Jaune suprieur anglais kaki jaune anglais extra suprieur Kaki blanc Drill blanc anglais suprieur l.olienne couleur (Grands rideaux mousseline pour portes Molletons coul & blanc suprieur Palmbeacli {iris anglais >iai|onalc noir Alpatja noir Casimir anglais assorti Damass pour matelas anglais, douille lar(jaur Onjnndi suisse brod couleur lias jOurs ^ Chaussettes sup. pour enfants, coiileurr & nian Satin de chine pour tailleur Lustrine po a tailleur Lotions l*ivert Voile barres soie anqlais, coul. & blane. Tulle pour 1re Communion I olle a voile pour cadre Toile voile pour voilier etc, etc, etc. i ( M Due visite la Maison Jilvera vous convaincra lionne qualit de nos articles el de nos prix ( J M, les plus bas de la place;est-ce pourquoi if n 8 df jour en joui de nouveaux clients.



PAGE 1

LIlUTtN arisiaua DIMANCHE (Suid' oc (in le; L,\iglonne j0tn le plus sensationnel (je l'anne. f l i^roe pisodes : Piti ! & iL'Aiglonne & L'Aiglon Scne piinci|nles : ^.kllalel^n ondam nation deLaiireme de M;iie Malet. •I de Madame Malet. jdelKmi'ereur. r'xcution .LeSermenl de vengeance BLyt. Sa haine. Tentative fc,t sr l'Kmpereiir. lit'apit Foufh. Le llinlre de idi Mme de Nuvailles. U$ l orijine de Laurence. HHwaivsarjce. L'Aigle, l'AiI/Aglotl. Pv.M-alig. ,! : 2 gourdes ilcon 3 gourdes Nos Infirmires irœonie le la remise des aux inlirmit res de la pSaura lieu jeudi l'JJuil Mil (lnral hatien, a fi fipivs-midi. Pits NMANCIIh En 3 parties Rvolte lrile I gourde, loge 2. i lai I mit il Sleamslim Ltne Ida l'Agent Gnrai grince le ; Juillet I92:i l'UETIN No 281 fCristi-bal i si altendu de New York direct liel \(\6, avec : Monnes de marcliantlisPH • ses de lelUes fpMgers. ('aprs midi du m•r Cristobnl ;anal Zone O.B. THOMPSON Agent gnral m l la Serre *b Notre Dame du Per"". patronne de la chalande habitation La %  clbre a ver le plus w demain dimanche, S i messe sera dite H heuplequart. . l'a dj In, laCorapaM met la disposition "• Iwin express qui laisNord H heures du ^ Serre 4 heure de ( ganis pour que h s.ot--lail russie. On IV 4 s "e. de buffets J " dames patronnesses, rw modrs, on pourra t? c armante compagnie, ajourne en perspeccg J'jMe Ceeilia Jean nia ^fjlie cet aprs-midi ire Kue St Honor. Effe * •dri, "" ^•dclare au Public I [ *'eur epl u ^' ur(, 5 I^Bli Malh0D d0Dl %dn\ lSN nnaire par Hous vous expdierons directement d Londres; les Marcliandiscs, suivantes ele : CONSTBl l'/riOX Machine, ou! i ls, des matriaux d construction x antr:'. COMMEBCE — Mdicaments, (Juinrailler.e, Produits chimiques, Parfumerie ele ARTICLES SPCLlUX Ciment Porlland Srotrl, Wtaky. PRODUITS —Bois vendre on :\ele'\ NoiM cotons dos prix Hc ntr d-niiiile JPA^K'IISOlf ( Commerante — Aaents j 17, l.ongton Grava, Sydenham, Londres Adresse cablegraphique : Sylonwitra, |,ondre3 Tlphone Sydenham 1660 AVi i La maison Lope Rivera Reprsentant de Bar ton sa clientle au Lait Conaea.se et voor danois de qualit suot'ire et d'uu prix dftianl toute caa eurence. DAMSM DAIR1ES MII.K ElPORT 'i, Coa>nhagu. i LA WEST IMIIE8 TRADING Co, annonce qu'elle va installer une nouvelle pompe a gazo iine dans son nouvel difice du ct de la rus Pave.Cel te pompe sera du Type visil)lece qui permettra au client de voir exactement la quan (il^de (fazoline qu'il achle. TheCharlesH.PrownPaint Company f n Dfiw-York Pharmacie W. Buch PorOUmPrlnce Fournitures pour Laboratoire*. LampesalcDol, Uallons en verre, \ erres gradus, Tubas a l'.ssai.— .Mortiers, entonnoirs en verre, Papier filtrer etc.— IJurettes gradues de50C. Cet Supports burettes I mes et lamettes pour m croscope douleurs d'aniline et ractifs Solution de .Ma -liruneWald et tablettes de .fenner pour la coloration du sanij. Balances Trbuchet nickeles. Main de 1 25 etd I tOO Centigrammes. Si vooa vouler. avoir voire miaon coqnetiemvot peinte Si VOUS dsire* une'aelscaon de eouleors artistique* Prepeieb par dta i hiaiistpn de lonj'ie exprtenoaa Aabeter notre marque 'COQ D'OR" prpare pour la tropiajoaa Cette peinture adhre ajz suitacea les plna royuaase aCtle conserve son brillant elle sche tria vile. Hie est ar %  '' BiTirrit oae poar lea moolurea, l.es cornirhes et les pices de scnlptorea. Chacun de ros Terhlanc est contr' par nos laboraioirea Notre prix pour setle peiotnre defls tou'e cosearrtaoe The Chas H. Browo Paint Co Broook^a S. YGeo Jeansme Agent Exclusif pour hath <\u ISS Hue btrou m tau de la Bannie Noire-Dame de la Salette SES GUERISONS Choisissez vous mme votre remde Centre les œsnx suivint : Constipation, msux de (t— m aladie du loie —faiblesse—donleor— Rhu matisme— Migraine — Maladies des femmes — retour dige searis thnieforondeeczm.dsitre-Inllaenza — vertige — tonrdisssment— trouble de la vue — Manx de jambes— Anmie— Obut— ESJOU fl menu— io^omoie, Mauvaises digestions, point de ct, douleon dans le dos. pe.t Salette Emplatie de la Sajewe Onguent d' !a 3aittie Tisane de la Saiette Baume Loroi Dpt gnral pour Haiti Pharmacie SAiJVT JKAN 332 Hue dei Font Foits Port au Prince Grand Htel de France Qui par sa suautwn unique au centre des aftatrn se recwmmpe Ws que Jamais au public et m nombreux e' distingue Okrni pour sa LUI>,i NE soigne et tout le ronfortabln nficesstnra ont>ofa leurs de (commerce et particulirement aux commerante de paseawe a rort-au Prince. L'htel dbite par Gallon # par Bariques des Vins de Bordeaux Rouge et Blanc. Ces Vtoi vtennsni directement de B 4 /?S4 C et *nt qaranejs pur fus de ramu non ooiums b, trouver nd r de\ CM\m\iH fa nom tenons toujours h dmoMtion des Clients. Champagne et Viis Moumim fHm modrs. Conserves moutardes fran* cuises, premier choix. Paul EMila Avec les airivagss des derniers bateaux. nolre>tock est eresaue aK)'.i\c;'i Nous n'enumaroos cas, qu il vous suttisfl de savoir que veut'aeav Vez trouver tout ce que vous ave* bwoin al a Je meilleures goo fions que lansles liquidations rxiraordinairesou ian) les Maieene qui donnent pour rien. Epatents ? sont noa crpes de cbme suprieur, Soie lavabla Tissus poege laniaisi*, Plimeiis couleur, S ml-ers penr homves vernis et jaune, Souliers pour temmes, rouliera tenais, Flaurs et Fruits en guirlandeh voir chapeaux, .hapetux de pailli hud'Itake pour himrnes, Toutes garnitu'es pour robe ou cl apeaMi. Ruban, argent ou c -, Bandeaux, Eventails (i is, Bas de lois extra Partiiais %  ieese les n-edleures marqi es. Rideua U lie e. tiuipui*: VniUz notre dpoi de meuble*, lits, armoire, c^ip^la te „ PAUL E AUXILA Rues Iraveisire qduMuuusin deVEtat %  . iu



PAGE 1

P kHM URODONAL •-Rhumatismes Nvralgie Goutte Gravelle Aftrlo Sclrose Obsit Qui vaut MIIIIF Jeun" et Titer le rhumatlamea. le durclucmenl des arTere l'ensablement de reine, le rarlcea et l'obsit doit liminer l'excs d'acide urique. ce poison de noire orjaniume, et l'ril'de cure rgulire* dUROOONAL. lave le sang L'Indication principal. *eM.jj %  an le •t%M'"etam""Te" tuT f*f' h Bi union on aevra. avant 'u l %  •" chose, lutter JitmquMnMJI *..--. ooimmint contre la rtention d cia urique dan l'organiune en emt>iuyeni l'iirodon! Professeur FivM. rrei et tha tai • mm'"* • P*'"*" EUM Cnairlll f Tilrncttrnt* P" DIALIROL tonii lialn r*rb> rurui. sKInlif Siierio %  Sciep>se, Mi*tn>t. Uetmtos, Niame o* &f rnn 'iiir(ti>rtn'. tardiopatol. • uiuAAI IHM calimr.t nr "-7*' LIINYOOL lloie OeMU. Lurobieo. "evrajfte Vaillant tt Houei Aeuls gnraei, 17f0 Hua du Magasin de l'Hit AVIS A partir du 30 courant, notre magasin de vente sera transfr dans l'an cen locat du Comptoir Franais, lugle Grand Hue et Honue Foi. 2 Juillet J023 Simon VIEUX Pharmacie F. Sjourn Lnnne avis w clientle aux nmVi seins et au public qu'elle a tranteorru son Laboratoire d'Uioloj[ie en uu Laboratoire de biologie appliqu sous U Direction du Dr fie, et F. Sjount Le laboratoire est ouvert tous les jours de 7 hrfa du rmtin 0 oeuresdu soir pour toutes les recherches o analyses prvues dscs I %  imono-i ci jointe* saui pour le Wasatrimum et in consuma Ure Scrl rie Seront reues que le mardi de chaque semaine S'adreo^r ia Hhtmrue pourles renseigne Bflolr Ai :ly ;s d'urines ei Sut gastrique Kaciion de Wasserrnann B^HCiiondeTriboule. Examen du sang u du pus tSiatmto das natterai Itea'es fctaroen m cra*h /•Jlbllr* '*nti rfof.t ( !' Constant (Jrn larefeai e /, iKtrch 'A SpirnhilM el Cu de nOccOqutf, etr. Me FiiSion Shoe Polis h Company lue Ai/v York w Si VOUS VOuht^ broMgn U peau dt vos cbJutsuri$ ., .JUS wuU\ mu un inllant lu ssa-.tel durable Si mu waicr; ia couUui et la soupietse de ces JMIUSS uni /Y'M.J.'U !•"'. %  teihui. e npioy*; U fJMfeVi MO.\UiiKAM. habriqu* sp*aUnumt pour les dames et les gmkumn du higb^te, bile protge la peau d %  >"* i '"' re l*bu>m.ht la camar. iilufimtrttHt %  a**n$ Umr krtihyit. andex la marque VK*NO jft V 4. c est la meilleur le ioum ta munies Geo. JE ktSStiAjb ij^iit pour HaiU Une bonne nouvelle la CoBteieme < -ordoiineric M. K ERNEST CAMILLE l'abnoont de clauures d% tors q?n es Me\tll< x si jiiieur SoiLib Fromp'itur'* l-* t C•BA^DRUE|1722 La uinison nous prie rfe porter <*i l;i eonnalssance du public que dans le im de faciliter el d'ancourager ses uonibreux clients, elle accorde partir In 1er Juillet 192.'t. une prime d'une paire da rliaussurcs au rlioix tout dtenteur de vingt tickets, A la tionsclence.' telle est la devise de la maison. En consquence. On est pri de ivelamer un reu pour chaque aeltal au complanl. l'o t au P ince juin I02.V M t>on louer Une jolie m ilsoa haute Av nue Dur.o^tc •>, ayant s pt cham ires, bh^sin, remise, eto, elf. Pour ren e eignem nls, ' ilrresser JobPjili Praucin, Aigle rues Cour be 11 des Ir ouis Forts. t*t•* 1\ oee J Hue des Miracles A vendre,*) un prix i-.ii Bonnalile : Un moteur marque franaise de cinq chevaux. Une machine pour boucher les bouteilles. Une machine pour ni-ttoyer le eaf verj. lue machine pour prparer les hiseiiils. i u arbre da transmlMsion a\ec poulies et coussinets. in piano Pleyel en hou tat Pour conditions icadresesr Inier Ngoce, VMS I a Texas Co a Jhonneur d annoncer sa nombreu se clientle qu'eUe vient de transfrer ses hurraux a la liiu> AAaoaJoux prs del Ccunpa i Lie des cUemini de fer d'Ilaili, TlCplione V .",."><., Asthme SolBmnt et Gurlion HriMuurruNiiroin LbpiC, • ineart Mm m Matas ri ftvaaM, a i* MQ, 4 | f lr U KjMttr, j. MPIC WT eaaaj, ^^^ | 33 st Ci Une bonne sant assure une vie heureuse o s Cri Conserver Vos Forces en Surveillant Votre So-fa Cette lettre vous dira comment Chicago, Illinois, V. S. A.—"J'ai pris I.ydiaERtfe Coiriposition Vgtale pour ('.es drangements de r^ Tous les docteurs consults m'ont dit la mme choM^j vous oprer. J'ai commenc par avoir des douleuntej le cot gauche, ensuite il m'a sembl les avoir dmn] deux cts. Je travaille chez t;n taiilfur et-avint aWl petite fille soutenir je ne dsirai pas me iiqt. ]',f demandj h in-s amir. et une m'a dit: prenei!aComiiiiji| Vj'iale de Lydia E. Pinkham. J'ai suivi ce conseil K • I n.e -un sentie mieux tout de suite; Je puis maiiit'.. Cliicago, IlL.U.&ufl Cette lettre n'en t qu'une parmi un granl nocibnaal chaqui.' anne* et provenant do femmes, jeune et vitl)aaTiil louu* occupation. Ce lettre tmoin.'nt dn vertua|l Com.'Oaitlun Vptale de Lydia E. Pinkham. C< tta compuition v.atal-ne contient pu de nartotma ] ou de drogue nuisibles et peut etr prise |N.r loutifajajj aan r.ucune culnt-. Vut e (r.n^ne pain penditMdaijte] votre farit. Ecaayer. dor.c la Composition \^getale de Lydia E. Pinkkaip; Kli'A T. B.rlXMAM HKCICINB CO. LVnH.tVkS V.M. eHkaaa Attention aux km\m ia t Vieatd'irriver un grand assoitiment de GeaphopbDQf ire grandeur*, el un fort stock de L) sques.compreoant le' 3 disque en vogues Tango. Fox ir t. i ) i S'e?, ylw*•* On trouvera en're autre las li-^ueg s uvants : loot Toot TooUie, (oodbyr. I wish I could IAIBJJ o'cloek in the morneig Htwai m Fox irot.Hawaias fweiaM | iisloD. Je sais que vous tes joli Ouand lei PapWoai M En s'oek astassoires pour graphonola, Keaiorts hij NB-— Les aiguille* (Columl-ia ) sont retounu L PR££TZM&NN-AGGEHHr Hue du Quai TIMBRES-POSTE'pm COLLECTIONS • J'achte les Timbre" XI Colonies. Mo soumettra chantillons avec prix pur 100 et |.url .000 •! %  haque sorte. t J'envoie gruli et franco un numro spcimen le mon I fl/it (l'rtinensuel avec pi ixctturaiitsd'iilliuiiist'tiolloi'lii"",* THODORE CHAMPION. 13, Mfi Hle! Excelsior CHIMP DE MURS Situation exceptionnelle. & e mande /.or une installation premier ardre et un ter vice ? chable. L'tablit gf nu ni et


PAGE 1

V 17a* anaee No 6049 Port au Prii>oe ( Hadti ) 7 J ^U4^ JU3 PIRBCTELR PROPRI rAlRR IMPRIMEUR Clment Majjloire BOIS VERRA 1358 Rue) Amricaine NUMERO 20 C KNTIM S Quotidien Les hommes passent oomma J's fleurs qui s panouissent le matin, et qui le soir sont fltrie U foules aux pieds Les gnralions des hommes s coulent corn me les ondes d'un fleuve rapide : rien ne peut arrter le tempe qui entraine apn-s lui tout ce qui parait le plus immobile. FGNELON 1BLE 7 LOIS S No J42 Dfauts & Dfaillances KM dfauts corporels el physiques Ml nombreux; le* plus saillants sont manires In niques et gauches, Ijteles ralii-n'es, le pailer incor H, une voix .Irsorliinne, un ton lH. on rrirnmiin vulgaire et d ant. Lombicn d'hommes ont ||fls dan* leur carrire, enlr a idans leur avancement parce que rfiluciilion a t nglige sur ce iCU relchement dans le terme LMoque de soin dans lu personne tm\ un ohilacle considration; luin d'une laborieuse peut tre %  el avoir perdu la linesse et l*pice de su l'orme, elle n'inlir ips le jugement d'honorabilit .quand elle ne porte que les idu travail e| reste d'une (absolue I e S personnes qui pJMMt.pi.' rhiprs lesignes exl iiont trs svres pour cet loaet ces dfauts sans doule ftals l'en d'amis sont assez len lit dvou* pour rendre au\ inl ^lletervice de les avertir.Ouelle We de maison ne sera agra timpressionne pai une ser ida lrnue modeste, vtue et iMffemtnl, les mains et les imi maculalures fcheuses, Ml sans arrogance, n'mettant •e prtention outraarire, qui tonlpas leur indocilit. Via•ement, l'espce de celle la Nubien avoir disparu. il dfauts corporels sont nui y'arcs intellectuelles, le sont a* et etiro e plus diflicile Met ;i rprimer, car persori I consent reconnatre ses pro oiters. Sjslmaliquemenl. on %  "JIMOVI M no r es, courageux m. Insister serait briser des MKeonKHix :on n'ose pas. 'Wwi inlellecluels sont de H. Y" P'w ou moins gra 'M d'abord le dfaut de gn.t CT 1 !" d'entraner un orateur,un %  J'ur, unar|i5le Hu ( jvun PMjwftcheux el les plu. riJi [g"d imagination, dans l'en rjWfUhon.iexceutricit. te,t • got M ,,i institue les non %  Ht. 1 I une '" d l,,,,0 8e '^^''^^"''^e.dans f lts rieurs souven bles.de fauses dMiiiirches.des bvues capitales, normes, lusciplibles de produire des do a mage I srieux au lourdcelui qui les commet s'il occu pe une charir ; OU dirige des *,!,„• donns EX qui eU-ce (|!li ,„, rine( l"on i avertisse sur un tel d tant 1 Le manque d'esprit pratitpm, qui *e rattache au prcdent, fiil perdre beaucoup de tempi et accumuler de nombreuses s.dlises rhnslujeon luite le la vie. El si l'esprit manque de pntration, comment ralisera-i'on crtains travaux dillieiles. certaines alfaires dlicates •' ... On avoue vo Ion tiers qu'on est dpmmi de m moire, mais jarmis qu'on pch. pir dfaut de sen-ibilito. par prsomplion, par lchet, par lgret Le premier rite nuit aux .euvres les; plus utiles en emp.'-cliant d'en d cou vnr le sens lltruule, de trouver le chemin des castra, d.consoler ou d'encourager efficacement ceux qui sont dans la peine. Les autre. emp*, •lient l'effort et l'application aux choses srieuses. Qie l'rul arrive dni< la pl.ine de Wenelle, les cadavre, de .VI ,| | e | de ses compiles gi M Q| inanims. Laurence qu;, cache derrire n arbre a assist a la moit de Ha'el se prcipite sur son corps sanglant, letreint frntiquement et s'cria • %  Pre je te le jure : je te venger li !! Par Gable iVauvelles Er>aiwres irrpara A toutes ces dfaillances corporelles ou intellectuelles il existe les remdes, la .Implicite' q u Nil acep ter les avis dsintresse d s ami. sur lesquels on sait pouvoir s'appuyer et I application veiller sur soi. La docilit, so-ur de Ihumi il. sonl n, la Tois sagesse et vw (u ; c-esl lo-nvre de l'ducation de persuader les jcd ns gens de celle vrit primaire. Il en est beaucoup, occupant les pre miers rangs, qui se mntraient dans les primes jeune... des natures fort ordinaires et seraient ainsi rests sans le bienfait d'une cxcillente for maliori Grate I habile direction qui leur fut donne.ils ont dvelopp leurs qualits,lire parti de leurs don. et se sont levs au-dessus de* autres pour servir glorieusement et uti lemeul la socit. Le contact quoli dien dts mes dans le monde dmontre clairement cet pano issement despersonnes bien leves. Cette, qui sont md lev.'<* ou pas leves du tout, passent, dans I opi nion gnrale, au dernier rang. Souvenl c'est la futile de leur e-prit d'in docilit. b'u/.anne CAitn.N ^TMOH BERN1DE ** ** fpuodes **• Episode: PITI ? : : H *d?n. e l 'i on, l enu but. Ail,* r ler s scurit. 'fu Ip fc;'.abbetmu Irrel?' """'i'?* rend ,s nt lu. if Mais Malet, se n Que F 0 8a m,sreri '^'elte Po Urv T l,e!ie rM ure. i^Tlr in '" ,i 1 ti.fait f asdav antage. elle.. V p r oi el de Hr v ii Prrr **=. milii a i re Tous sont condamn* mort. La ve Ile de l'exuUoQ. M-ne M il et et Laurence viennent lui faire leurs adieux dans le parloir de la prison. Aprs une scne dchirante,Madame Malet voyant son mari s'.'doign r pour toujours, tombe 1 inanim-. Liurence se penche vers II malheureuse.. Klle est morte. Brise de doul ur.Liurence revient la Malmaisoii, l/lrnpratri -e, bon leverse pai son dsespoir, l'engage faire une dmirche auprs de l'Em f ier, tir qui vient de rentrer aux Tui eric... Vapoh'on vient de donner l'ordre de faire excuter Malet et ses complices au point du jour, lors que Lan ence se prsente devant lui et lui demande genoux la giac du gnral. Tout d'abord, il refu-e ... Puis, peu peu, (< uch par les lar mes de la jeune liile ... ou plutt. . de sa fille, il consent A ce que l'ex culion soit ajourne el il rlorrae l'or dre a son aide de camp le transmet tre ses instructions t Satarv. Ma.s malheureaMOMnl ce dernier, redou tant les manifestaiions populaires, a lait avancer 1 heure fatale... et lors llouzii'uu' l^pisode t'AigleJ'ifilonne el l'Aiglon Jacques Ffmu I a -amen Laurence li Miloiiiisnn. I.i pauvre enfanl semble avoir perdu compl temenl la raison... Reprise par nains contre lmpereur, elle n*a plus (jii'iiiie ide li\,.. V ,.„M .,. Sll| Iui(|ui lui a manqu .le parole, la mort d*s siens Une nuit, elle descend I .ns |e parc et s'asseoit sur an* banc tu minant ses projets sinisir.'s. Une ombre se glisse der nre elle. C'est Desmarets qui laisse tomber lur ses /e roux UR poi-MKinl. Laurence, hallucins J en empare et rentre au chteau! Le lendemain l'Empereur vieni rendre visite ;i Josphine. Cache derrire un paravent, Laurence va le poignarder; mais tout coup, Foueb apparat et dit • Sirf. prenezRarde... il y aumresassin derrire ce paravent Napolon s? prcipite et voit Laurenee son arma la main qui demeure liive. v | t marbra... Il ordonne Fraud .Je l'emmener dans sa chambre el de l'y tenir enferme jusqu' nouvel ordre Puis, aprs avoir flicit, non sans ironie, r'ouch d'tre aniv si opportuninnl, il le nomme ami.as•adeura Home auprs du SaintPre, avec le juel. .lit-il. f n votre qua'il d*ex-abb. vous vous entendrez h merveille. Fouch dissimulant sa dconvenue, se redre reconduit par Grippe-Solc qui jubile et lui dit en -uise .l'adieu : Mes amitis au Pape el lchez qu'il vous pardonne vos pchs. Jacques Fraud apprend Lau rence que l'Erapereur avait rglement l'ait grca au gnral Malet et qu'il ne siurail tre en rien rendu responsable de sa mort. Seul, 8*. vary est coupable. El Laurence affole pleur, perdament, la tte entre les mtins. Napolon doucement s'avance. Sur un guridon, il aperoit son thtre de Corneil'e qu'il avail donn jadis H me de Navailles et il y glisse la note d] Fouqui' i Tiiiville, qui r vle h vrit dile origine de Lauren c-, ot il le dpose avec prcaution sur les genoux de la jeune fiHe,qui, toute son dsespoir ne l'a vu, ni entendu. Bientt Laurence revient elle, aperoit le livre, machinalement l'entrouvre, prend la note, la lit... et toute tremblante d'un indicihle moi se prcipite vers l'Empereur qui s'avance vers elle les bras grands ouverts, puis la serre tendrement contre sa poi. laine... Le lendemain.Napolon conduit Laurene? prs rlu berceau lu petit roi de Rome et lui lit : Promsts-moi de l'aimer toujours." lit Laurence dpose un long Puiser sur le front .Je son frre et le jour mme, la Ifalmaison, l'Kmnereureljosphinecontemplentdun rtl attendri Jacouj e Frau I el fiance qui < ligngenl de do.n pa rles eu la joie de leur rve ralije... Jae alliniiaiioii de H. Reibel ''AHI;-M. Il -il. I. mi.ilsrra de. r^gioo. libre, a uflinn an cours d une discussion la chambre sur la question de. dpenses recouvrables '!•" la lgende reprsentanl I. Prance c >mm • conservant se. ruine* .le guerre comme blessure incurable d0,l ./* dtruite par le. statistiques. '• acit des chiffrai l'appui pour prouver que la France ne se sert pa* ';• aea rgion, libr % comme un infirme de -es difforiniia pour i; 11 1 !' la y.apathie el dit que sur •"•' %  •Ohect.re. de terre eullivsf j""'"' pw It gierr^ 3.150.0 O noctare. sonl )e n niveau en cultu r-. \)iTii.o). ,„,,,„< .ltroite. pendant I fierre -"if*, a uun ont t recoa.lntiles. *ur quatre milliooi de cas rgions av.nt i, pum, chiffre qui avait t rduit deux mirliooi -excep i.4 10.001 sont resonus. Uœintotre njoute que les rgions hbie. avaient rapport580 million, de tax* en l'.uw. „ %  milKarien 1910, .... mlliard 6i0 milhonssa I9ii, un milliard 000 miloMeili8etoae.Uaiaqus trois mriiiar s leronl pays en liiii. A une r inion des prendent, des jurreof. groupes de la commission du parlemnt. il „ t dcid de de mander l'esMmbJ !e de commeo eer la diacuasiou du trait de Wa shiKlon sort samedi, soit lundi. Celle dcision sera Somalie l'appro b-don du gouvernement.M. Brfaod a montre beaucoup d'adivi dans IescoQlo.rade la chambra pour nos la discussion a.t lieu le plus tt no. BIDIS. b .osant ressortir I s grandes dpenses qu enlraiueraienl pour les Etala Uni. et pour la autre. Dations leolretien des navires condamua d aprs l'accord de li.ni alion. UPrsideol de la R-publlome a reu a l' Kl y se a une d lgation de v lrani amrioaini qui ont aervi pea dent U guerre dan. l'arme iVanai se en qualit de volontaires. asjtedal Angleterre aui Etala Dali. ''>!'' que l'accord pour la oiao'iJ.ilion da la dette dont il wiail Ira qu sttom comme nous i entendron.. Houvelles Diverses La banane d'Angloterra a dcid %  •.porter i I r)|0 le taui d'escompte qui depuis un an '• l i t de 3 iqo. Ce ralvemenl n'a pas caus une graaala Burprise. car oa .'j attendait. Toute ion on i tendance blmer cette mesUM qui est prise au moment o les alla.rcs ne sont pas particulire ment brillante, el o l'Angleterre don payer le. achte .le dures aU Rkesl lires el matire, premire, aux. Mala I :,,. et l'Vmu.q e du Sud. %  '' V M '' -I" aaiivetege %  Semper I ara us ., () ,„(r 0 |, llvres hjer le nord de l'Allemagne o il va. dit on, tenter de sauver l'or qui se trou ve lansh Lusitania .. Le p aqu a bot portait ., milii .ris de dollars or et un million .le dollars de bijoux. M propotiiiofi du Japon froidement accueillie Nouvelles s;mciiuns impose?, 'la ville ptlSnfmt(;-r,.,Ms,uresintlige.s aune .entinelle belge prs du pV.t O une explosion a su lieu a rnoliv l;'^".ntti,n des sao ions imposes la ville. A [exception dei . picules Iratoa par un cheval etcoo tenant de. rairchao l se. et des vi. vre., seuls | es piton seront auloriHa acircu'erdao.lss ces. L'heure du coiv.e-feu a t liu:e BU heu radu soir. Lu allemtnd a t t.< et trois autres blesss par des senti Belles belges hier soir pour avoir voul i circuler aprs l'heure ilu cou vre feu. L' C.-iii.il de Kiel l.\ NUL — La Cour iaf.rasiio Mie a commenc I. xamen de l'a f"4ire du .anal de Kiel. Le professeur ttaadt vant, de la l'acuit de Paris. a eemmeuc d'exposer le cas. Un dis cours de M. B.-mlwi in LONDRES-U ler mioi.lai.dansuo dl • la ebambre dei commuas hier sur le projet dois loi l s l 1 M M"--iiide l'occasion pour aucun revue dtaill de son travail pour U conaolidation de le \VANHI.\<;ro\.La proposition dU Japon relative un accord des 3 puissao tes a I pl.ee de l'accord in tervenii. nlre les ,i puissances Wa shiiijrton a reu un accueil plutt froid dois les milieux navals. D'pics quelques experts, un tel accord serait non leulsmeol contraire avec le bul cherch, mais devait compor 1er acilemenl une alliance ofeiisive et df*nsivarntre lu 3 puissances Signataires pour avoir une valeur ino raie au mon-, .'_,!,. ;l „ U Al[ M /. unngton Lue (elle clause esl consi tlree inacceptable parle Congrs. El.ils-Oiiis el Mexique MEXICO— Concidant avec la ru ''" 'nue .nhe la commission de [I"'" 1 "" -'''•* Ll .ts Uni. et du v l a luq .11. s.|teJeal le P '•'-' '" i-gon el M. DcLallaer '"• "" Gr.aoces, on a ap pr.sd so.i „ ,,„;,,;,, (JI|L ,|, s pr J cra ii^. MI huante avui-nt t rail, rcemmr m pour concilier Isa vues ,1,-s deui gouvernement* sur la ptrole du Mex.que rt la politique agricole. L accord a est fait sur plus ds deux lion des questions sn liti ge, mais celles qui restent en su. peai contiennent des points trei se sentiels. Le Gnral Gouraud wuhiogton J'ASIIINT.TON-Airivateraaif LV SD,D n to •••! Gouraad a u 8 *P*rM.Juseei*ea l i"' 1 !r ''" r-raoee, ie majo gneral Lrjeaas al la musique mili ""' "'.-':"l i. cavalerie 1'. V 1 WB htel. Le Muoeeouroonesar ""'" h ".i l '"-;' : --Mn,aArl,ia K •on puis ,1 a faH d.. nombreuses vu?,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05971
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 07, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05971

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
V
17a* anaee No 6049
Port au Prii>oe ( Hadti )
7 J ^U4^ JU3
PIRBCTELR PROPRI rAlRR
IMPRIMEUR
Clment Majjloire
BOIS VERRA
1358 Rue) Amricaine
NUMERO 20CKNTIM S
Quotidien
Les hommes passent oomma
J's fleurs qui s panouissent le
matin, et qui le soir sont fltrie
U foules aux pieds Les gnra-
lions des hommes s coulent corn
me les ondes d'un fleuve rapide :
rien ne peut arrter le tempe
qui entraine apn-s lui tout ce
qui parait le plus immobile.
FGNELON
1BLE7LOIS S No J42
Dfauts & Dfaillances
Km dfauts corporels el physiques
Ml nombreux; le* plus saillants sont
manires In niques et gauches,
Ijteles ralii-n'es, le pailer incor
H, une voix .Irsorliinne, un ton
lH. on rrirnmiin. vulgaire et d
_ ant. Lombicn d'hommes ont
||fls dan* leur carrire, enlr a
idans leur avancement parce que
rfiluciilion a t nglige sur ce
iCU relchement dans le terme
LMoque de soin dans lu personne
tm\ un ohilacle considration;
luin d'une laborieuse peut tre
el avoir perdu la linesse et
l*pice de su l'orme, elle n'inlir
ips le jugement d'honorabilit
.quand elle ne porte que les
idu travail e| reste d'une
(absolue I eS personnes qui
pJMMt.pi.' rhiprs le- signes exl
iiont trs svres pour cet
loaet ces dfauts sans doule
ftals l'en d'amis sont assez len
lit dvou* pour rendre au\ inl
^lletervice de les avertir.Ouelle
We de maison ne sera agra
timpressionne pai une ser
ida lrnue modeste, vtue et
iMffemtnl, les mains et les
imi maculalures fcheuses,
Ml sans arrogance, n'mettant
e prtention outraarire, qui
tonlpas leur indocilit. Via-
ement, l'espce de celle la
Nubien avoir disparu.
il dfauts corporels sont nui
y'arcs intellectuelles, le sont
a* et etiro e plus diflicile
Met ;i rprimer, car persori
I consent reconnatre ses pro
oiters. Sjslmaliquemenl. on
"JImovi M no r es, courageux
m. Insister serait briser des
MKeonKHix :on n'ose pas.
'Wwi inlellecluels sont de
H. Y" P'w ou moins gra
'M d'abord le dfaut de gn.t
CT1 d'entraner un orateur,un
J'ur, unar|i5le Hu .(.jvun
PMjwftcheux el les plu. riJi
[g"d imagination, dans l'en
rjWfUhon.iexceutricit. te,t
got M,,i institue les non
Ht.1'Iune '"dl,,,,0*8e
'^^''^^"''^e.dans
'flts rieurs souven
bles.de fauses dMiiiirches.des bvues
capitales, normes, lusciplibles de
produire des do a mage I srieux au
lourd- celui qui les commet s'il occu
pe une charir ; OU dirige des *,!,
donns EX qui eU-ce (|!li ,,rine(
l"on i avertisse sur un tel d
tant 1
Le manque d'esprit pratitpm, qui
*e rattache au prcdent, fiil perdre
beaucoup de tempi et accumuler de
nombreuses s.dlises rhnslujeon luite
le la vie. El si l'esprit manque de
pntration, comment ralisera-i'on
crtains travaux dillieiles. certaines
alfaires dlicates ' ... On avoue vo
Ion tiers qu'on est dpmmi de m
moire, mais jarmis qu'on pch. pir
dfaut de sen-ibilito. par prsomp-
lion, par lchet, par lgret Le
premier rite nuit aux .euvres les;
plus utiles en emp.'-cliant d'en d cou
vnr le sens lltruule, de trouver le
chemin des castra, d.- consoler ou
d'encourager efficacement ceux qui
sont dans la peine. Les autre. emp*,
lient l'effort et l'application aux
choses srieuses.
Qie l'rul arrive dni< la pl.ine de
Wenelle, les cadavre, de .VI ,| | e|
de ses compiles giMQ| inanims.
Laurence qu;, cache derrire n
arbre a assist a la moit de Ha'el se
prcipite sur son corps sanglant,
letreint frntiquement et s'cria
Pre je te le jure : je te venger li !!
Par Gable
iVauvelles Er>aiwres
irrpara
A toutes ces dfaillances corpo-
relles ou intellectuelles il existe les
remdes, la .Implicite' q u Nil acep
ter les avis dsintresse d s ami.
sur lesquels on sait pouvoir s'appuyer
et I application veiller sur soi. La
docilit, so-ur de Ihumi il. sonl n,
la Tois sagesse et vw (u ; c-esl lo-nvre
de l'ducation de persuader les jcd
ns gens de celle vrit primaire. Il
en est beaucoup, occupant les pre
miers rangs, qui se m- ntraient dans
les primes jeune... des natures fort
ordinaires et seraient ainsi rests
sans le bienfait d'une cxcillente for
maliori Grate I habile direction
qui leur fut donne.ils ont dvelopp
leurs qualits,lire parti de leurs don.
et se sont levs au-dessus de* au-
tres pour servir glorieusement et uti
lemeul la socit. Le contact quoli
dien dts mes dans le monde d-
montre clairement cet pano isse-
ment des- personnes bien leves.
Cette, qui sont md lev.'<* ou pas
leves du tout, passent, dans I opi
nion gnrale, au dernier rang. Sou-
venl c'est la futile de leur e-prit d'in
docilit.
b'u/.anne CAitn.N
^TMOH BERN1DE
. ** ** fpuodes
** Episode:
PITI ?
: :
H*d?n. ,el'ion,lenu
but. Ail,*r ler s scurit.
'fuIp fc;'.abbetmu
Irrel?' """'i'?* rend
,snt
lu.
if
, Mais Malet, se
n Que F0.8a.m,sreri'^'elte
PoUrvTl,e!ie rMure.
i^Tlr in'",i
1 ti.fait f asdavantage.
elle.. V proiel de
Hrvii
Prrr
**=. miliiaire.
Tous sont condamn* mort. La
ve Ile de l'exuUoQ. M-ne M il et et
Laurence viennent lui faire leurs
adieux dans le parloir de la prison.
Aprs une scne dchirante,Madame
Malet voyant son mari s'.'doign r pour
toujours, tombe1 inanim-. Liurence
se penche vers II malheureuse.. Klle
est morte.
Brise de doul ur.Liurence revient
la Malmaisoii, l/lrnpratri -e, bon
leverse pai son dsespoir, l'engage
faire une dmirche auprs de l'Em
fier, tir qui vient de rentrer aux Tui
eric... Vapoh'on vient de donner
l'ordre de faire excuter Malet et
ses complices au point du jour, lors
que Lan ence se prsente devant lui
et lui demande genoux la giac du
gnral. Tout d'abord, il refu-e ...
Puis, peu peu, (< uch par les lar
mes de la jeune liile ... ou plutt...
de sa fille, il consent A ce que l'ex
culion soit ajourne el il rlorrae l'or
dre a son aide de camp le transmet
tre ses instructions t Satarv. Ma.s
malheureaMOMnl ce dernier, redou
tant les manifestaiions populaires, a
lait avancer 1 heure fatale... et lors
llouzii'uu' l^pisode
t'AigleJ'ifilonne el l'Aiglon
Jacques Ffmu I a -amen Lau-
rence li Miloiiiisnn. I.i pauvre
enfanl semble avoir perdu compl
temenl la raison... Reprise par
nains contre lmpereur, elle n*a
plus (jii'iiiie ide li\,.. v,.m .,. Sll|.
Iui(|ui lui a manqu .le parole, la
mort d*s siens Une nuit, elle
descend I .ns |e parc et s'asseoit
sur an* banc tu minant ses projets
sinisir.'s. Une ombre se glisse der
nre elle. C'est Desmarets qui
laisse tomber lur ses /e roux ur
poi-MKinl. Laurence, hallucins
J en empare et rentre au chteau!
Le lendemain l'Empereur vieni
rendre visite ;i Josphine. Cache
derrire un paravent, Laurence
va le poignarder; mais tout
coup, Foueb apparat et dit
* Sirf. prenezRarde... il y aumre-
sassin derrire ce paravent Na-
polon s? prcipite et voit Lau-
renee son arma la main qui de-
meure liive.v.|t' marbra... Il or-
donne Fraud .Je l'emmener
dans sa chambre el de l'y tenir
enferme jusqu' nouvel ordre
Puis, aprs avoir flicit, non sans
ironie, r'ouch d'tre aniv si op-
portuninnl, il le nomme ami.as-
adeura Home auprs du Saint-
Pre, avec le juel. .lit-il. fn votre
qua'il d*ex-abb. vous vous en-
tendrez h merveille. Fouch dissi-
mulant sa dconvenue, se redre
reconduit par Grippe-Solc qui ju-
bile et lui dit en -uise .l'adieu :
Mes amitis au Pape el lchez
qu'il vous pardonne vos pchs.
Jacques Fraud apprend Lau
rence que l'Erapereur avait rgle-
ment l'ait grca au gnral Malet et
qu'il ne siurail tre en rien rendu
responsable de sa mort. Seul, 8*.
vary est coupable. El Laurence af-
fole pleur, perdament, la tte
entre les mtins. Napolon douce-
ment s'avance. Sur un guridon,
il aperoit son thtre de Cor-
neil'e qu'il avail donn jadis
H me de Navailles et il y glisse la
note d] Fouqui'iTiiiville, qui r
vle h vrit dile origine de Lauren
c-, ot il le dpose avec prcaution
sur les genoux de la jeune fiHe,qui,
toute son dsespoir ne l'a vu, ni
entendu. Bientt Laurence revient
elle, aperoit le livre, machina-
lement l'entrouvre, prend la note,
la lit... et toute tremblante d'un
indicihle moi se prcipite vers
l'Empereur qui s'avance vers elle
les bras grands ouverts, puis la
serre tendrement contre sa poi- .
laine...
Le lendemain.Napolon conduit
Laurene? prs rlu berceau lu pe-
tit roi de Rome et lui lit : Pro-
msts-moi de l'aimer toujours." lit
Laurence dpose un long Puiser
sur le front .Je son frre et le jour
mme, la Ifalmaison, l'Kmne-
reureljosphinecontemplentdun
rtl attendri Jacouj e Frau I el
fiance qui < ligngenl de do.n pa
rles eu la joie de leur rve rali-
je...
Jae alliniiaiioii de H. Reibel
''AHI;-M. Il -il. I. mi.ilsrra de.
r^gioo. libre, a uflinn an cours
d une discussion la chambre sur la
question de. dpenses recouvrables
'!" la lgende reprsentanl I. Pran-
ce c >mm conservant se. ruine* .le
guerre comme blessure incurable
d0,l./* dtruite par le. statistiques.
' acit des chiffrai l'appui pour
prouver que la France ne se sert
pa* '; aea rgion, libr % comme
un infirme de -es difforiniia pour
i;11'1'!' la y.apathie el dit que sur
" "'Ohect.re. de terre eullivsf
j""'"' pw It gierr^ 3.150.0 O
noctare. sonl )e n niveau en cultu
r-. \)i- Tii.o). ,,,,< .ltroite.
pendant I fierre -"if*, a uun ont t
recoa.lntiles. *ur quatre milliooi de
cas rgions av.nt i, pum, chiffre
qui avait t rduit deux mirliooi
' -excep i.4 10.001 sont reso-
nus. Uintotre njoute que les r-
gions hbie. avaient rapport580
million, de tax* en l'.uw. mil-
Karien 1910, .... mlliard 6i0 mil-
honssa I9ii, un milliard 000 mil-
oMeili8etoae.Uaiaqus trois
mriiiar s leronl pays en liiii.
A une r inion des prendent, des
jurreof. groupes de la commission
du parlemnt. il t dcid de de
mander l'esMmbJ !e de commeo
eer la diacuasiou du trait de Wa
shiKlon sort samedi, soit lundi. Cel-
le dcision sera Somalie l'appro
b-don du gouvernement.M. Brfaod
a montre beaucoup d'adivi dans
IescoQlo.rade la chambra pour nos
la discussion a.t lieu le plus tt no.
BIDIS. b .osant ressortir I s grandes
dpenses qu enlraiueraienl pour les
Etala Uni. et pour la autre. Dations
leolretien des navires condamua
d aprs l'accord de li.ni alion.
UPrsideol de la R-publlome a
reu a l'Kl y se a une d lgation de v
lrani amrioaini qui ont aervi pea
dent U guerre dan. l'arme iVanai
se en qualit de volontaires.
asjtedal Angleterre aui Etala Dali.
" ''>!'' que l'accord pour la
oiao'iJ.ilion da la dette dont
il wiail I- ra cie'les In \\ uhing'oa eers soumis
' h " re ofllc:ellement dan.
uae qjimaine. En ce qui concerne
lai i ilrea dettes dei alli., M. Bal
*} Wclard que la situation n'a
rail p- chang ajoutant l'offre que
Doua avons faite en Janvier et qui
. paat aeeeple nous a laiss.
ibrei de c > qu sttom comme nous
i entendron..
Houvelles Diverses
La banane d'Angloterra a dcid
.porter i I r)|0 le taui d'escompte
qui depuis un an ' l i t de 3 iqo. Ce
ralvemenl n'a pas caus une graaala
Burprise. car oa .'j attendait. Toute
ion on i tendance blmer cette
mesUM qui est prise au moment o
les alla.rcs ne sont pas particulire
ment brillante, el o l'Angleterre
don payer le. achte .le dures aU
Rkesl lires el matire, premire, aux.
Mala I :,,. et l'Vmu.q e du Sud.
''' VM.....'' -I" aaiivetege Semper
I ara us ., (),(r0 |, ,llvres hjer
le nord de l'Allemagne o il va. dit
on, tenter de sauver l'or qui se trou
ve lansh Lusitania .. Le paqua
bot portait ., milii .ris de dollars or
et un million .le dollars de bijoux.
M propotiiiofi du Japon
froidement accueillie
Nouvelles s;mciiuns
impose?, 'la ville
ptlSnfmt(;-r,.,Ms,uresintlige.s
aune .entinelle belge prs du pV.t
O une explosion a su lieu a rnoliv
l;'^".ntti,n des sao ions impo-
ses la ville. A [exception dei .
picules Iratoa par un cheval etcoo
tenant de. rairchao l se. et des vi.
vre., seuls |es piton seront aulori-
Ha acircu'erdao.lss ces. L'heure
du coiv.e-feu a t liu:e BU heu
radu soir. Lu allemtnd a t t.<
et trois autres blesss par des senti
Belles belges hier soir pour avoir
voul i circuler aprs l'heure ilu cou
vre feu.
L' C.-iii.il de Kiel
l.\ NUL La Cour iaf.rasiio
Mie a commenc I. xamen de l'a f-
"4ire du .anal de Kiel. Le professeur
ttaadt vant, de la l'acuit de Paris. a
eemmeuc d'exposer le cas.
Un dis
cours de M. B.-mlwi
in
LONDRES-U ler mioi.lai.dansuo
dl* la ebambre dei
commuas hier sur le projet dois loi
'l'sl"1M.....' M"--iiide l'occasion
pour aucun revue dtaill de son
travail pour U conaolidation de le
\VANHI.\<;ro\.- La proposition
dU Japon relative un accord des 3
puissao tes a I. pl.ee de l'accord in
tervenii. nlre les ,i puissances Wa
shiiijrton a reu un accueil plutt
froid dois les milieux navals. D'-
pics quelques experts, un tel accord
serait non leulsmeol contraire avec
le bul cherch, mais devait compor
1er acilemenl une alliance ofeiisive
et df*nsivarntre lu 3 puissances
Signataires pour avoir une valeur ino
raie au mon-, .'_,!,. ;l U-Al[ M /.
unngton Lue (elle clause esl consi
tlree inacceptable parle Congrs.
El.ils-Oiiis el Mexique
MEXICO Concidant avec la ru
''" 'nue .nhe la commission de
[I"'"1"".....-'''* Ll .ts Uni. et du
* v"l a luq .11. s.|teJeal le
P ''-' '" i-gon el M. DcLallaer
'" "" Gr.aoces, on a ap
pr.sd so.i ,,;,,;,, (JI|L. ,|, s prJ
cra ii^. mI huante avui-nt t
rail, rcemmr m pour concilier Isa
vues ,1,-s deui gouvernement* sur la
ptrole du Mex.que rt la politique
agricole. L accord a est fait sur plus
ds deux lion des questions sn liti
ge, mais celles qui restent en su.
peai contiennent des points trei se
sentiels.
Le Gnral Gouraud
wuhiogton
J'ASIIINT.TON-Airivateraaif
LVSD,Dn to ! Gouraad a
" u8*P*rM.Juseei*eal
i"'1 !r ''" r-raoee, ie majo
gneral Lrjeaas al la musique mili
,""' !""'.-':"l i. cavalerie 1'.
V1"..... WB htel. Le
Muoeeouroonesar
""'"h".il'"-;':"'--Mn,aArl,iaK
on puis ,1 a faH d.. nombreuses vu?,



U3IAT1N

Vv.
^iiSMBS, nmlquBS,
' ru.verez les forces perdues en prenant
MULSION SCOTT
a"; .t tonique par excellence, et trs facilement
niable, proprit qui la recommande aux estomacs
fc h: s dlicats.
^,aJt^yf^^ WIKKlKmKMtKm
A la Chambre belge
BRI KEI LES La chambre des
dput* a \ol n < onli.tuie lahs l
touvenuiu'-nt. Aprs avoir entendu
la dclaration ministrielle du non
veau cabinet. Le voie t'eal rparti
comme mil : 94 pour catholiques,
ftU contre scoislistsa et li abtten
lions.
LES COURS
PARIS:; Dollars I' ,,:'r'
Livres 77 ft
NEW VOW. i Franes ,7 "
Sterling i MM
Conseil d'Etat
Sance du T. .luillet 1033
M
Au banc de l'Excutif sont assis
les Bliaiairea Hameau. Boucbersau
et Koinlirun.
Aprs sanction les procs-verbaux
et lclure le la correspondant le
ministre Hameau ileman.lc la pin (fie
et sur sa demanda la sance est
suspendue pour dix minutes.
Klle est reprise et le Secrtaire
d'Etat de la jualica prsente un pro-
jet de bi, modifia n I l'article il de la
loi sur la Press.
La ministre demande le vole im-
mdiat Le coo -ciller Lhri son p isss
une question pralable, il demande
que l'arrt du lriltuii.il de Cassation
sur f article 21 s lit communiqu par
l'Excutif au Conseil d'Ktat, car c t
article a t dclar inconstitution-
nel par le dil Tribunal.
Rameau Galle demande du Con-
seiller Uirisson est mil fonde. Sj
l'Excutif demande l'uroeuce, il agit
dans les limite* il i son voit; le gou-
vernement n'est point tenu de com-
muniquer l'arrt, c'ait une question
d'ordre public q li le porte deman-
der l'urgence.
Lhrisson Oettl initirj ed li-;
intressante. Le grand Corps veut
savoir les rai ons qui OOl port le
tribunal de Cassati tu agir ainsi. Il
faut que ce nouveau projet de loi
passe par les litires raglementairea,
qu'on agissa sincrement. Vous
nous appariez une loi. est-elle cons-
titution m-llc ou non *.'
Je ne sais pas encore. Or il faut
l'tudier, car non-; avons de g.and s
prcautions a prendra, lorsqu'il s a-
git de choses aoaai dlicates, aliu
que le fait d'avant hier ne se pro-
duite plus. Il nous faut nous ins-
pirer des raisons qui ont port le
tribun il de Cassation prendre celle
dcision. Le Ministre dclare qu'il
inii agir avec svrit, je suis ton-
n que le Cabinet puisse se prsen-
te, ainsi et demander l'urgence.
Accorde/nous le temps an mot!de
bien tudier coite loi. Si U0UI *o
fions durgmee c'csl une grand
huta. . ,,
Hameau La question prJa'able
n'a point M rai<*OU d tN ici, I arrt
du Tribunal de Cassation n'a rien
voir ici. il s'agit pour le Conseil de
votsr une loi dont l'utilit net re-
eonnue, est-ce pourquoi je viens de
nouveau vous demandai de la voter
immdiatement.
Danache Je me rallie a la pro-
position du collgue Lbrisson. Il se
(finirait que le dernier arrt s'alla-
q 11 a toute la loi sur la Presse, daoa
( s c tndittoni le gouverriem ml n'a
ptsle droit de venir nous prsenter
un autre article il. Est-ce pourquoi
je prie l'Assemb i 'le tenir compte
des observations judicieuses du con-
seiller Lliiisson.
Le Prsi te il Cette que ition pral i-
ble no repoeetur au-un texte.
P traitement, le principe est
dans l's rglements, consulte* les
s il v tus pi lit. dit 4r Lb rissxi
Ihlaliirre l'ierro-'.n lia La d-
Blinda Lhrisson ne constitue p (1
un ; q icsliou pralable.
I5ta liereei C'est u i arrt d;
princip qae I ; tribun il a rea lu.
es n'est p tint in1 riison pmr le
g ml Corps li ne pas votsr I urgen-
ce. Il n'est pas non p.us noessiire
que le Conseil dE.it. ait l'arrl, q li
pou in irp h r.n'e-l que de principe.
Prie -Je dclare mi rallier au
collgue Lhrisson, r'esl-Vdire que
je suis en faveur du rejet de la de
mvih oTorgrace. Le question est
grave, car i> n'v a rien de plus sa
crons la libert individuelle. Nous
ne devons paa agb ! l^r. (ta
n'a qu' envoyer la loi devant le co-
mit intress et et ainsi il nous sera
sise de tomber d'accord. J insiste
dans l'intrt mme du gouverne
ment et je disque la demanda d'ur-
gence doit tre rejete.
Rou/.ier Je me rallie a la de-
mande d'urgan sa du gouvernement,
d'auiant plus q le ce projet de loi
n'est qu'une question d'ordre public.
Lhrisson Puisque le ministre
est entr dans la pleine discussion
de'la loi. je retire mi prop fuition.
Messieurs. Oli. vote/., vott cette
loi; le chtiment arrivera, c'est mii
qui aurai encore raistn.
Je ne voterai pas moi. Vo'JStSldes
entts, vous u tenez compte d'au-
cun conseil, pourtant les conseils
m^^
QUOI QUOM DISE
QUOI QU'ON FASSE
Le Rhutn Barbancoart est
et sera toujours le meilleur,
sont faits pour les hommes politiques.
Oui, je relire ma proposition.
rUHBAO Au nom du gouverne-
ment nous acceptons toutes les res-
ponsabilits.
D.v.nai iik L^ gouvernement va
srement au devant d'un nouvel
cbec. ....
Cet Brtlcle2l ed attentatoire a la li-
bert in lividualle. il viuie l'art, de
h Ooaslitutiou. .< Iniin-s cons-
cients do leurs reapinsabilits hors
d'eux-mmes, trop tiers du tribunal
de Cis atiou n; doivent plot roter
cette I )i
Damase l'ierr -Louii Depuis
quelque temps, le gouvermnienl est
en bulle des difficults de toutes
sortes avec la Presse. Toutes les fois
qu'il s'agira d'ac.-.tm lir un acte,
nous devons v aller carrment, lise,
rail impolitique pour le Conseil d I.
tat d; rejeter le projet vu les cons-
quences qu'un pareil v tte pourrait
entraner.
Le prsi lent m :l la loi en discus-
sion.
Danache Je propose la libert
provisoire moyennant un ; caution de
*:io 500 dollars.
James Thonus Cette loi n'est
pis i loonatiturionnelle. l'.-rsonnelle-
nient. js sois fatigu d'tre insult,
le Conseil d E al aussi esl l'objet de
toutes attaque* injustes. Il faut que
no is soyons respect*, il faut e,u'on
ii lisse avec les imperti netices d une
certains presse. Vole/., vote/, cette loi,
nin je na crains pjiit Isa ropmsa-
bi'ita.
Rameau La propos ion Dana-
clie n'est pi* acceptable. Il faut que
n>;is liassions aee ces hommes de
paille qui pmr 10 i i dollars donnant
leur nom pour crira des articles ou-
trageants, insultants.
Lorsqu'ils verront qu'ils n'ont ni
caution a fournir, ni libert provi-
soire rclamer, ils hsiteront mille
fois d'accepter les 10 ddlars cir ils
sauront que la prison sera leur r-
compense .
PRICB licn de plus pjnible
pour un homme que d'opter pour
une amiti chre ou le devoir. Faut-
il adopter cette loi telle qirelic est.'
Non. Etant do in les eireooa races,
on n m inq ler.i pis de dire que
r ;tt : loi e Pour viter lou'e critique il s'agit de
l'amender. Su effet, le projet assi
mile le* Journalistes d es vag inonda
et repris (h justice, c esl triste, ce
n'est pas que je prenne la dfense
des journalistes m il levs, non.mii*
je dis qu'ils ont droit au rsspsct.Bsl
ce pourquoi je me rallie a la proposi
lion Damai lie.
J'aime assez le gouvernement pour
lui dire carrment que cette loi lui
fera du tort.je vous supplia de voler
dans le sens du collgue Dinic.be.
RAMEAU Nous ne louons pis
assimiler les journalistes des va
gaboads ou repris dsjustics. Nous
sommes trop respect ieu s pour cela;
ce que nous voulons c'est u ie birri
re aux insu les et aux outrages,vods
tout.
LHERIS30 1 -Le J nirualisle quels
<1 le soient ses lorts ne peul tre BSal
m l un vagibmd. Mme dans !a
presse gouvernementale on outrage
St inanit aussi. Onant a moi, mon
prestige psr son ml u^l au dassui dj
tontes iu SU'tas, je ne ferai point lion
neur a ceux li qui m'accablent, aiis
m. Messieurs, ayons le respecl de
l'opi don publique el votons dins|>
sens Danache, ainsi nous n tus mon
trerons moi s Jacobins
Quelques conseiller* prsentent
quelques ourles observations et 'a
loi mise au voix est vote.
Plus rien h l'or Ire du jour la sance
est leve.
Faits et gestes
Flix Louis est en contraven-
tion avec les rglements sur lu
circulation des voitures Au tribu-
nal, il s^ra condamn l'amende
sons les chefs d'accusation sui-
vants : pour lo avoir conduit sa
voitur ; sans licence ; 2o. s tre
stationn tout prs des rails de la
PCS an risque d'occasionner des
accidents. Il ne recommencera
pins.
Joseph Paul entretient rJpriU-
menl l.loccie Jean. Comme celle-
ci faisait la so-irde oreille. Joseph,
perdant son sang-froid, lui .admi-
nistre un violent coup de poing. U
expliquera au tribunal ce geste
brutal.
- Les ail mes de Flix Pierre
laiss-Mil a dsirer. Accul dans ses
derniers retranchements, il ne se
laissera p is mourir de faim. A I -
pijerie de Lape, il trouvera mo-
yen de soulager le magot de Hen-
ri Side d une gourde. Surpris par
le gen lum\ il expliquera cequil
entend par ventre affam ua
pas d'oreille .
Agh Delinois et Ste-ltosc
.lasinin se lancent de mauvais pro
DOS une heure indue de la nuit.
La police trouvant l'instant mal
choisi pour des scnes de ce genre*
les conduisit par devant qui 'li
droit.
La Loi sur
Vu l'article 21 de la Loi du Jl
Janvier 1^23 sur la Presse ; l
Considrant qu'il importe d1
porter aux lois Its modificatiou
reconnues ncessaires, au cosnl
de leur excution: '
Sur le rapport des Secr^,n
d'Etal de Injustice et de Ils*
rieur,
Et de lavis du Conseil des &.
crtaires d'Etat.
h PUOPOJ
Et le t^onseil d'Etat a votd*a>
gence la loi suivante :
Art. 1er. L'article 21 ds |,
toi du '-ii janvier 1H3 est ainsi
modifi :
Art. 21.-- Lorsque le lin
de l'inculpation comportera iioti
jure, un outrage ou une diflaa.
lio i commis par la voie de k
Presse, soit contre le Prsident
de la Rpublique, soit contre i
dpositaire de l'autorit dsigns
par la prsente loi, soit contrei
individu assimil un tel dpt
t lire, il ne pourra cire ordonj
en faveur des inculps ni U nui-
leve d'aucun mandat de dpt,!'
la libert provisoire sous caution
Art- 2. I^a prsente loi, qui
drogaux articles 80 et 96 m,
( Iode d'instructioncriminelle,!*
ge toutes les lois ou dis.
de la loi qui lui sont contrairaet
sera excota la diligence des St
crtaires d'Etat de la Justice*
de Ile teneur, chacun *n ce qui
le concerne-
Uonn au Palais UpsWtf
Port-au Prince, le Juillet W^
an 120e de l'Indpendance.
t1
i
la Presse
1 e journal officiel, Jan son
numro extraordinaire pro-
mulgue hier la loi suivante :
Vu les articles 55 et7 >, 7e ali-
na de la Constitution :
lariage
En l'Eglise du Sacr-CffijJ,
Tiirgeaii sera bni le mardi,
Juillet heures du m-la.
mariage de Mlle Lonce Ca
gnol avec notre ami et coolrtrc
Emmanuel S Trih.
Meilleurs compliment'.
La Maison B. SILVER^
La Maison H. SYLYEHa se fait le plaisir AfeH
nombrtise clientle mt'eHe vieot de rec^r
qu
les arlicles
derniers stemm, les articles suivants, de tonte
cheur.
Drlll Union couleur anglais, diverse quai
I i i 11 union blanc anglais
Drill tussor
Chapeaux de paille fins d'Italie
Chapeaux ieutn Roraalino
t drapeaux demi-feutre Itorsalino
Chapeaux demi feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc A barres A mouches
Piqu blano suprieur pour Jupes
Percale blanche sup.
Itaptiste fine pour chemises
Hatine blanche
Gabardine Itlanclie ;'i barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaki Jaune suprieur anglais
kaki jaune anglais extra suprieur
Kaki blanc
Drill blanc anglais suprieur
l.olienne couleur
(Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons coul & blanc suprieur
Palmbeacli {iris anglais
>iai|onalc noir
Alpatja noir
Casimir anglais assorti
Damass pour matelas anglais, douille lar(jaur
Onjnndi suisse brod couleur
lias jOurs ^
Chaussettes sup. pour enfants, coiileurr & nian
Satin de chine pour tailleur
Lustrine po a tailleur
Lotions l*ivert
Voile barres soie anqlais, coul. & blane.
Tulle pour 1re Communion
I olle a voile pour cadre
Toile voile pour voilier etc, etc, etc. i(M
Due visite la Maison Jilvera vous convaincra
lionne qualit de nos articles el de nos prix (JM,-
les plus bas de la place;est-ce pourquoi if n-"8
df jour en joui de nouveaux clients.


LIlUTtN
arisiaua
DIMANCHE
(Suid' oc (in le;
_ L,\iglonne
j0tn le plus sensationnel
(je l'anne.
fl i^roe pisodes :
Piti ! !
&
iL'Aiglonne
& L'Aiglon
Scne piinci|nles :
^.kllalel^n ondam nation
deLaiireme de M;iie Malet.
I de Madame Malet.
jdelKmi'ereur. r'xcution
.LeSermenl de vengeance
BLyt. Sa haine. Tentative
fc,t sr l'Kmpereiir. lit'ap-
it Foufh. Le llinlre de
idi Mme de Nuvailles. U-
$lorijine de Laurence.
HHwaivsarjce. L'Aigle, l'Ai-
I/Aglotl. Pv.- M-alig.
,! : 2 gourdes
ilcon 3 gourdes
Nos Infirmires
ironie le la remise des
aux inlirmit res de la
pSaura lieu jeudi l'JJuil
Mil (lnral hatien, a fi
fipivs-midi.
Pits
NMANCIIh
En 3 parties
Rvolte
lrile I gourde, loge 2.
i lai I mit il
Sleamslim Ltne
Ida l'Agent Gnrai
grince le ; Juillet I92:i
l'UETIN No 281
fCristi-bal i si altendu
! de New York direct
liel \(\6, avec :
Monnes de marcliantlisPH
ses de lelUes
fpMgers.
('aprs midi du m-
r Cristobnl ;anal Zone
O.B. THOMPSON
Agent gnral
m
l la Serre
*b Notre Dame du Per-
"". patronne de la cha-
lande habitation La
clbre a ver le plus
w demain dimanche, S
imesse sera dite H heu-
plequart.
. l'a dj In, laCorapa-
M met la disposition
" Iwin express qui lais-
Nord H heures du
^ Serre 4 heure de
(ganis pour que h
s.ot--lail russie. On
IV4 s"e. de buffets
J " dames patronnesses,
rw modrs, on pourra
t?carmante compagnie,
ajourne en perspec-
cg
J'jMe Ceeilia Jean nia
^fjlie cet aprs-midi
ire Kue St Honor.
Effe* dri, ""
^dclare au Public
I [*'eur ,eplu^'ur(, 5
I^Bli Malh0D d0Dl
%dn- \lSNnnaire par


Hous vous expdierons directement d Londres;
les Marcliandiscs, suivantes ele :
CONSTBl l'/riOX Machine, ou!ils, des matriaux d
construction x antr:'.
COMMEBCE Mdicaments, (Juinrailler.e, Produits
chimiques, Parfumerie ele
ARTICLES SPCLlUX Ciment Porlland Srotrl,
Wtaky.
PRODUITS Bois vendre on :\ele'\
NoiM cotons dos prix Hc ntr d-niiiile
J- PA^K'IISOlf ( Commerante Aaents j
17, l.ongton Grava, Sydenham, Londres
Adresse cablegraphique : Sylonwitra, |,ondre3
Tlphone Sydenham 1660
AVi
i
La maison Lope Rivera
Reprsentant de Bar ton ( Bordeaux)
Avi aa"clintlo qu'elle h cuvera en stock Vins Misai A rojfces
reu parle vapeur "Martiniiu'-en bardqari et ,.., da-ai tse/r
que, Vin* *n eaisses Mdoc Soprieui Si JuHea, Si E su issu
Prince Noir, Si Fstphe. Pontel Canel, Chteau Pontel Caart Sep
terne. Grave, aWsac, Chteau Mirgau.x Cliateau Latour.t riaMn
cha'u \quem, dhateau La Tour fUlanclie Chambeilin, Baatae,
Pommai d etc.
! -i Vns blancs t rongsi en birriques, romparat.varaent I qua'iisont d'un rrix e\tin aient bon march.
Us sont livrs avec tout?* les girantie de conservation.
La Maison recsm manda aus i> sa clientle au Lait Conaea.se
et voor danois de qualit suot'ire et d'uu prix dftianl toute caa
eurence. DaMsM DAIR1ES MII.K ElPORT 'i, Coa>nhagu.
i LA WEST IMIIE8
TRADING Co, annonce
qu'elle va installer une
nouvelle pompe a gazo
iine dans son nouvel
difice du ct de la rus
Pave.Cel te pompe sera
du Type visil)lece qui
permettra au client de
voir exactement la quan
(il^de (fazoline qu'il
achle.
TheCharlesH.PrownPaint Company
fn Dfiw-York
Pharmacie W. Buch
PorOUmPrlnce
Fournitures pour
Laboratoire*.
LampesalcDol, Uallons en verre, \ erres gradus, Tubas
a l'.ssai. .Mortiers, entonnoirs en verre, Papier filtrer
etc. IJurettes gradues de50C. Cet Supports burettes
I mes et lamettes pour m croscope
douleurs d'aniline et ractifs
Solution de .Ma -liruneWald et tablettes de .fenner pour
la coloration du sanij.
Balances Trbuchet nickeles.
Main de 1 25 etd I tOO Centigrammes.
Si vooa vouler. avoir voire miaon coqnetiemvot peinte
Si vous dsire* une'aelscaon de eouleors artistique*
Prepeieb par dta i hiaiistpn de lonj'ie exprtenoaa
Aabeter notre marque 'COQ D'OR" prpare pour la tropiajoaa
Cette peinture adhre ajz suitacea les plna royuaase
aCtle conserve son brillant elle sche tria vile.
Hie est ar ''' BiTirrit oae poar lea moolurea,
l.es cornirhes et les pices de scnlptorea.
Chacun de ros Terhlanc est contr' par nos laboraioirea
Notre prix pour setle peiotnre defls tou'e cosearrtaoe
The Chas H. Browo Paint Co Broook^a S. Y-
Geo Jeansme
Agent Exclusif pour hath
<\u ISS Hue btrou m tau de la Bannie
Noire-Dame de la Salette
SES GUERISONS
Choisissez vous mme votre remde
Centre les snx suivint :
Constipation, msux de (tmaladie du loie faiblessedonleor Rhu
matisme Migraine Maladies des femmes retour dige searis
thnie- foronde- eczm.- dsitre-Inllaenza vertige tonrdisss-
ment trouble de la vue Manx de jambes Anmie ObutEsjou
fl menu io^omoie, Mauvaises digestions, point de ct, douleon dans
le dos. pe.t ]. unisse, grippe, msladitf des os, Ronflements des glandes.
Extrait veg al dpuratif de la Salette.
Pilules fortifiintes de > Salette
Emplatie de la Sajewe
Onguent d' !a 3aittie
Tisane de la Saiette
Baume Loroi
Dpt gnral pour Haiti
Pharmacie SAiJVT JKAN
332 Hue dei Font Foits Port au Prince
Grand Htel de France
Qui par sa suautwn unique au centre des aftatrn se recwmmpe
Ws que Jamais au public et m nombreux e' distingue Okrni
pour sa LUI>,i NE soigne et tout le ronfortabln nficesstnra ont- >ofa
leurs de (commerce et particulirement aux commerante de paseawe
a rort-au Prince.
L'htel dbite par Gallon # par
Bariques des Vins de Bordeaux
Rouge et Blanc.
Ces Vtoi vtennsni directement de B 4 /?S4 C et *nt qaranejs pur
fus de ramu non ooiums b, trouver ndr de\ CM\m\iH fa
nom tenons toujours h dmoMtion des Clients.
Champagne et Viis Moumim fHm
modrs. Conserves moutardes fran*
cuises, premier choix.
Paul E- Mila
Avec les airivagss des derniers bateaux. nolre>tock est eresaue
aK)'.i\c;'i .
Nous n'enumaroos cas, qu il vous suttisfl de savoir que veut'aeav
Vez trouver tout ce que vous ave* bwoin al a Je meilleures goo
fions que lansles liquidations rxiraordinairesou ian) les Maieene
qui donnent pour rien.
Epatents ? sont noa crpes de cbme suprieur, Soie lavabla
Tissus poege laniaisi*, Plimeiis couleur, S ml-ers penr homves
vernis et jaune, Souliers pour temmes, rouliera tenais, Flaurs et
Fruits en guirlandeh voir chapeaux, .hapetux de pailli hud'Itake
pour himrnes, Toutes garnitu'es pour robe ou cl apeaMi. Ruban,
argent ou c -, Bandeaux, Eventails (i is, Bas de lois extra Partiiais
ieese les n-edleures marqi es. Rideua U lie e. tiuipui*:
VniUz notre dpoi de meuble*, lits, armoire, c^ip^la te
PAUL E AUXILA
Rues Iraveisire qduMuuusin deVEtat
- .
iu


p kHM
URODONAL

--


Rhumatismes
Nvralgie
Goutte
Gravelle
Aftrlo
Sclrose
Obsit
Qui vaut miiiif Jeun" et Titer
le rhumatlamea. le durclucmenl
des arTere l'ensablement de
reine, le rarlcea et l'obsit doit
liminer l'excs d'acide urique.
ce poison de noire orjaniume,
et l'ril'- de cure rgulire*
dUROOONAL.
lave le sang
L'Indication principal. *eM.jj
an
le
t%M'"etam""Te" tuT f*f'hBi
union on aevra. avant 'ul "
chose, lutter JitmquMnMJI *..--.
ooimmint contre la rtention d cia
urique dan l'organiune en emt>iuyeni
l'iirodon!
Professeur FivM.
rrei et tha tai mm'"* P*'"*"
EUM Cnairlll
f Tilrncttrnt* P"
DIALIROL
toni- i
lialn r*rb> rurui.
sKInlif Siierio Sciep>se,
Mi*tn>t. Uetmtos, Niame o* '? "rnn"
'iiir(ti>rtn'. tardiopatol.
uiuAAI IHM calimr.t nr"-7*'
LIINYOOL lloie OeMU. Lurobieo. "e-
vrajfte

Vaillant tt Houei Aeuls gnraei, 17f0 Hua du Magasin de l'Hit
AVIS


A partir du 30 courant,
notre magasin de vente
sera transfr dans l'an
cen locat du Comptoir
Franais, lugle Grand
Hue et Honue Foi.
2 Juillet J023
___ Simon VIEUX
Pharmacie F. Sjourn
Lnnne avis w clientle aux nmVi seins et au public qu'elle a
tranteorru son Laboratoire d'Uioloj[ie en uu Laboratoire de
biologie appliqu sous U Direction du
Dr fie, et F. Sjount
Le laboratoire est ouvert tous les jours de 7 hrfa du rmtin 0
oeuresdu soir pour toutes les recherches o analyses prvues dscs
I imono-i ci jointe* saui pour le
Wasatrimum et in consuma Ure Scrl rie
Seront reues que le mardi de chaque semaine
S'adreo^r ia Hhtmrue pourles renseigne Bflolr
Ai :ly ;s d'urines ei Sut gastrique
Kaciion de Wasserrnann
B^HCiiondeTriboule.
Examen du sang u du pus
tSiatmto das natterai Itea'es
fctaroen m cra*h
/Jlbllr* '*nti rfof.t ( !'
Constant (Jrn la- refeai e
/, iKtrch 'A SpirnhilM el Cu de nOccOqutf, etr. Me
FiiSion Shoe Polis h
Company lue
Ai/v York
w
Si vous VOuht^ broMgn U peau dt vos cbJutsuri$
., .jus wuU\ mu un inllant lu ssa-.tel durable
Si mu waicr; ia couUui et la soupietse de ces
Jmiussuni /y'm.j.'U !"'.teihui. e npioy*; U fJMfeVi
MO.\UiiKAM.
habriqu* sp*aUnumt pour les dames et les gmkumn du higb^te,
bile protge la peau d ">"* i'"'re l*bu>m.ht la camar.
iilufimtrttHt a**n$ Umr krtihyit.
andex la marque VK*NO jft V 4. c est la meilleur le ioum ta munies
Geo. JE ktSStiAjb ij^iit pour HaiU
Une bonne nouvelle
la CoBteieme
< -ordoiineric
M. K ERNEST CAMILLE
l'abnoont de clauures d%
tors q?n es Me\tll< x
si jiiieur SoiLib Fromp'i-
tur'* l-* t
CBA^DRUE|1722
La uinison nous prie rfe
porter <*i l;i eonnalssance
du public que dans le im
de faciliter el d'ancourager
ses uonibreux clients, elle
accorde partir In 1er
Juillet 192.'t. une prime
d'une paire da rliaussurcs
au rlioix tout dtenteur
de vingt tickets,
A la tionsclence.' telle est
la devise de la maison.
En consquence. On est
pri de ivelamer un reu
pour chaque aeltal au
complanl.
l'o t au P ince juin I02.V
M t>on louer
Une jolie m ilsoa haute Av nue
Dur.o^tc >, ayant s pt cham ires,
bh^sin, remise, eto, elf.
Pour reneeignem nls, ' ilrresser
JobPjili Praucin, Aigle rues Cour
be 11 des I-rouis Forts.
t*t* 1\ oee
J Hue des Miracles
A vendre,*) un prix i-.ii
Bonnalile :
Un moteur marque fran-
aise de cinq chevaux.
Une machine pour bou-
cher les bouteilles.
Une machine pour ni-t-
toyer le eaf verj.
lue machine pour pr-
parer les hiseiiils.
i u arbre da transmlMsion
a\ec poulies et coussinets.
in piano Pleyel en hou
tat
Pour conditions icadres-
esr Inier Ngoce,
VMS
I a Texas Co a Jhonneur
d annoncer sa nombreu
se clientle qu'eUe vient
de transfrer ses hurraux
a la liiu> AAaoaJoux prs
del Ccunpa i Lie des cUe-
mini de fer d'Ilaili,
TlCplione V .",."><.,
Asthme
SolBmnt et Gurlion
HriMuurruNiiroin LbpiC,
ineart Mm m Matas ri ftvaaM, a i* mq, 4
| f lr U KjMttr, j. MPIC wt eaaaj, ^^^ |
33
st
Ci
Une bonne sant
assure une
vie heureuse


o
s
Cri
Conserver Vos Forces en Surveillant Votre So-fa
Cette lettre vous dira comment
Chicago, Illinois, V. S. A."J'ai pris I.ydiaERtfe
Coiriposition Vgtale pour ('.es drangements de r^
Tous les docteurs consults m'ont dit la mme choM^j
vous oprer. J'ai commenc par avoir des douleuntej
le cot gauche, ensuite il m'a sembl les avoir dmn]
deux cts. Je travaille chez t;n taiilfur et-avint aWl
petite fille soutenir je ne dsirai pas me iiqt. ]',f
demandj h in-s amir. et une m'a dit: prenei!aComiiiiji|
Vj'iale de Lydia E. Pinkham. J'ai suivi ce conseil k I
n.e -un sentie mieux tout de suite; Je puis maiiit t: : ::liermaanttantre"enue. JereconunandetnamJ
Composition Vgtale et votre Lavage Sanittire."-Sa. 1
Mar Enbico,4S9 N. Carpoiiter t>'.. Cliicago, IlL.U.&ufl
Cette lettre n'en t qu'une parmi un granl nocibnaal
chaqui.' anne* et provenant do femmes, jeune et vitl)aaTiil
louu* occupation. Ce lettre tmoin.'nt dn vertua|l
Com.'Oaitlun Vptale de Lydia E. Pinkham.
C< tta compuition v.atal-ne contient pu de nartotma ]
ou de drogue nuisibles et peut etr prise |N.r loutifajajj
aan r.ucune culnt-. Vut e (r.n^ne pain penditMdaijte]
votre farit. Ecaayer. dor.c la ,
Composition \^getale
de Lydia E. Pinkkaip;
Kli'A T. B.rlXMAM HKCICINB CO. LVnH.tVkS V.M.
eHkaaa
Attention aux km\m
ia
t
Vieatd'irriver un grand assoitiment de GeaphopbDQf
ire grandeur*, el un fort stock de L) sques.compreoant le'3"
disque en vogues Tango. Fox ir t. i ) i S'e?, ylw**
On trouvera en're autre las li-^ueg s uvants :
loot Toot TooUie, (oodbyr. I wish I could iAibJj
o'cloek in the morneig Htwai m Fox irot.Hawaias fweiaM
| iisloD.
Je sais que vous tes joli Ouand lei PapWoai M
En s'oek astassoires pour graphonola, Keaiorts hij'
NB- Les aiguille* (Columl-ia ) sont retounu
L PRTZM&NN-AGGEHHr
Hue du Quai
TIMBRES-POSTE'pm COLLECTIONS
J'achte les Timbre" XI Colonies. Mo soumettra
chantillons avec prix pur 100 et |.url .000 ! haque sorte. t
J'envoie gruli et franco un numro spcimen le mon I
fl/it (l'rtinensuel avec pi ixctturaiitsd'iilliuiiist'tiolloi'lii"",*
Thodore CHAMPION. 13, Mfi
Hle! Excelsior
CHIMP DE MURS
Situation exceptionnelle. &e
mande /.or une installation
premier ardre et un ter vice ?
chable.
L'tablit gf nu ni et e^/amilles. commvrfa':*t^Par^t
voyageurs elcpnur pension*, b**
djeuner*, dner*9 lunch, elc,olM
maximum d'lgance et de confo*



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM