<%BANNER%>







PAGE 1

LHpiATW &f -* <—*• ^-e^tl QUOI QUON DISE QUOI QU'ON FASSE Le Hfliim Barbancoort est et sera toujours le meilleur. Pour les Ecoles de demi-ternp* et du Soir Nous exlray >ns du MoMTfUS du i courant les imp niantes ns'rurtions suivantes du Ministre de rlnsIruclioo Publioue, rg ementant dtinitivement le fonctionnement des coles de demi temps et du soir,dont l'utilit est incontestable : Art. 13. — Les prsents rs'ements seront excuts la diligen ce des Inspecteurs de l'InMi uciion publique. Fait la Secrtaircrie i Etat de l'Instruction Publique le M Juin 1<23, an l*20e de Niulpemlance. Le Secrtaire d'Etat de tInstruction Publique, ___-.., CH. BOUCHERES ^^3: s^ £ t, N —.?*•—= une rsolution recommandant un.; plus grande t'emomie dam l'admi ntetratinn de la Socit des Nations. Celte rH lulioa a etc adopte et ou mise rassemble de la Socit. Monsieur Eric Rt'ribua dea dirticults froancirea de la Socit au l'ait, qne plusieurs ptva, membres de la So cil. n'araeul pas pay leur part du budget. Sur le rapport de M. Su la mira, re prsent tic l'Italie, C ncer nanl l'article 10, le conseil a dcid dinviter loua les Etala memhr.s communi |uer dans un temps donn les observa: ions qu'ils pourraient avoir faire de faon qu'on puisse discuter la question la prochaine session. Treize communications qui ont dj t iei;ues seront termines eu mme temps. LES COIUS Exposition Internationale s Arts dcoratifs et industriels modernes PARIS France Livres 10 7. 70 II Socit Hatienne pour la ligne des Nations Tel est la titra d'une aocitd qui a t constitue a Porl-au-l'rince le 17 Sepje lue l'.M'.l. sur la demande .le la Granit Bocii de Lnn Ire-. •' The langue ofNations Union' alors prside par le Vicomte Grey de Falladon. Le mme jour noire Socit a nom m un certain no obre de msotbrea actifs, sole aes statuts et form sou bureau compos le 10 membres, lequel bureau et lu pour deux an*. En voici les membres lue ce jour ; M Louis Porno, prsident. HT Q. Itoco. wee-preident, M VI. C. Hayard cl Dr Prigordj secrtaires : M. C. L. Verrel. trsoriers! les cinq con seillers sont : M. M. Auguste Booemy, L. C. Llinson, Edm. LespiDMae et Dents Esellegsrde. LeeonaeUd'aJminiatrali m de* tle Socit m> s-si pas run.depuis q i-lque temps. Il vient, nvis iul'oim -ton, de recevoir une importante c mmunit ation de li Socit mre II. s est ht de se runir. L'Assemble gnrale va procder oonformm ml 1 aee statut-", au renon velleinent de son Cons il l Adminis* trati>n don' la mandai a pria lin. C'e^t une uli a Socit qui iloil vivre, vu le but qu'alla poursuit : La paix du monde, l'organisation d'une action c immune et la constitution d'une veri sbleorgani ation mondiale capable degiranlir lt libert des nations Noua mettons le vœu que tous les mfinb.es de celte S icit travaillent la reiidie utile et rpondent a l'appel de le Socit de Londres. Sous avons reu de In lga ion -/' Fruncla note>uivante • C'tte exposition MM lieu Paris en 192. E le a pour but de runir, r ir la coll il) >ration de l'artiste, de insdustriel et de l'artisan, tous les arts dcoratifs ( architecture, art du biis, de la pier.-j, de la cramique, du mtal, du verre, du papier, d-'S tissus ). sou* t mtes formes ; qu'ils s'appliquent, soit des œuvres purement soinp'.u tires, soit des objets d'utilit, dmtout s leurs distinctions : dcoration extrieure et intrieure d s difices publics et privs, amaublemeat, parure de la personne atii '.'est donc l'art dcoratif daUl toutes ses applications, c'est l'ennobliasemenl du ca Ire et des accesaoirea de ta vie tndirid lels ou collective moderne qu'elle envisage dans l tus les dom une*. Celte mauifeaUtioo est donc appele un grand dvelopp Jiniiil tant en raison dsi m iltiples induatriea qu'elle dsira groipsr (| 1 e 1 r ii-o d I tend'ltf exceptionnelle do i'empl ice.nent q 11 lui a l rserv dna un les quartiers d Paria le plu* propice sot extension et a son Bucca. L'importance de cette exposition, le temps mdriel ncessaire aix Puissance.* trangres dsireuses d'y figurer pvjr prparer leurnirtitHpilion, ont amen les organisateurs adresser, deux ans avant son 04* veiture. les invita ions aux Btions trange'M dont la collaboration a** rait.-ait pjssible. Ce dlai, premire vue trs longuement calcul, est en ralit juste suftisaat pour par mettra aux Puissances participante d organiser leur reprsentation d'une mnire dlgae de leur in lusliie et de leur pr>duction. La Lgatio 1 de France tient la disposition des persmnes susceptibles de s'intresser celle expo-silion. d s brochures et circulaires par leequellea sont dtinis-son but, son programme, sa classification, ses rglements... Port-au-Prince, le 30 Juin 1913. Cour d'Airt* Pbatus Joseph, accus de viol sur la personne de la mineure Margueri te Fortun, jug, hier, a l condam n une anne de rclusi in. Concours de l'Alliance Les concours de i'Altiance d'avoir beaucoup de Mitre*. Des idbeiooa vien ient en grand nombre de la Province. Beaucoup de jeunes gens al l""t inscrira. Le concours des adultes set apprci, Plu ejaurs copie aont dj reues. Que les aulne rp indent a I appel de l'.\l Uance. Pa de tirai li 1 Le jury clioi-i I aspire toute confiance. L'œuvre entreprise par l'Alliance est Intfsesanle. Tous Isa usants tu li, an doivent I encourager. Avti Il e>t aanonce au public quau fto 1 ;, '>f. grand Hue. BCIS install un petit dpt de gaxoliaa Aujourd'hui comparai! devant la Cour d'assises le nomei Sauveur Adonis accus de vol d unesliipie au prjudice du *ieur A don hnere Co.nprosition du Tribu 11 I: Doyen K. Baraau, preUant: ministre Public, missac; conseil de Paccus. Numi Higiui Lunli srra entendue l'aiTaire de Pet ion r.houle. accus de blessures volontaire sur la persoaoa de la dame Roaslia aforiasonu. sa mie. Avia Au Public D'aprs Instruction du dpartement dePlntrieur, partir de cette date, les marchs publics seront ferms les dimanche; except le march aux viandes du Port saint Clair qui restera ouvert jusqu' 9 heures du matin. Gendarmerie d'Hati Le Surtaira d'Etat de l'Instruction Publique, Vu les lois et arrts sur tenta gnement primaire, Dec de que les instructions qui suivent, serviront dsormais de rgles pour le fonctionnement des coles tle demi-temps et du soir. Art. 1er.— Des coles de MOU' temps pour ceux qui ne peuvent frquenter les c.des primaires publiques et des coles du soir destines aux adu'tes seront tablies dans les diffrentes villes de la li puhltq'B. eui' no.n >re sera dtermin en raison du chiffre de la population et selon les b "soins des diffrents centres. Ait 2. — Cis deux catgories d'coles seront tablies dans le m5me local. Toutefois, dmsles communes J il n'aura p is t poa Bible d'ouvrir une cole de d imitemps, l'Ecole du soir sera installe au local de l'cole de prarona. Art. d. — A chacune de ces coles seront alla ;hs un directeur et deux m litres dont l'un sera char tf de la clientle du jour, l'autre de celle du soir. Art. I. — Lm matres attachs l'cole de demi-temps sont obligea de s'y rendre chaque jour de ( d a Il heures du matin et de -4 heures de rapra-midi. Ceux qui sont attachs l'cole du soir de 7 *3 heures du soir. Art. 5. — Les personnes qui voudront frquenter ces tablissements seront dans l'obligation de ne faire inscrire T Inspection sco laire ou au bureau communal du lieu et de se faire dlivrer une carte d' liuission qui sera soumise au directeur le I cole. Art. 3. Il n'y a aucune limite d'ge pour l'admission . l'une et l'autre cole. Art. 7. — Le programme des mitires enseigner dans les coles de demi temps et du soir comportera : la lecture, l'criture, la conversation franaise, les quatre oprations sur les nombres entiers et les nombres dcimaux, appliqus exclusivement aux questions usuelles, Gomme livre de lecture, on choisira, autant que ce s ira possible, des lectures historiques et gographiques ( Histoire et go graphie d'Hati ) et des manuels d'hygine lmentaire. Art. 8. Aucune sanction universitaire n'est attache aux 'udes faites dans ces coles. i\anmoins chaque lve sera muni d'un livret scolaire o sera insCiite chaque mois la moyenne gnrale tle ses notes quotidiennes. Au moment o l'lve devra quit 1er l'cole, le Directeur inscrira sur son livret une mention attes tant qu'il a parcouru avec succs le programme d l tablissement. Art. y. — La frquentation de ces coles est obligatoire pour tous ceux qui ne savent ni lire ni crira Art. 10 -Ceux qui sonl a hnis frquenter l'une ou l'autre cole sont tenus au respect de leurs matres et l'obissance aux rf les de discipline intrieure de tablissement. Art. 11.— I^i dure maximum de la prsence d'un lve ne doit pas dpasser une heure par jour. Le choix de l'heure est laiss |g discrtion de chaque lve Art. li?. — Il est absolument interdit aux directeurs de ces coles de leur tlonnr nue organisa tion semblable a celle des colos primaires publiques. \ I • <--Nouveaux excs Sous ce titre t L? Temps • d'hier publie l'information suivante : on dit que le Gouvernement, au lieu l'accepter la leon du Tribunal et de se m mirer dispos respecter dsormais la lih rt individuel^ va dqn-ter un projet qui enlve au Juge d'instruction lflla le droit d accorder la libert provisoire bvit prvenu de dlit de presse. D'antres prvso is de droit commun continueront cependant a en jouir. Le Code P il serait donc ainsi modili : A UT— Ne pourront bnficier de la libert provisoire : les vagiboods, les repris dsjuaUeS, les vo leurs et les journalistes. A quels excs Le Temps luimme ne se livre til pas en publi int une telle infonnition n'ayant aucun fondement. Dans sa campagne de dnigrement sv itmi/ique contra le Gouverne ment, il fait f.ehe de tout bois et voil ce q li exp ique les nouvelles qu'il lance si aouvont. Nous ne croyons vnim uil pas ncessaire d'crire davantage p>ir tmentir une pareille normil. Autour d'une Ordonnanc • Dans son dition lu :t de ce m i. notre confrre Le Temps •> l II form que le Juge d Instruction Lu. Beauvoir a rendu son ordonnance concernant la sensationnelle aff tire de la Commune de l'ort au Pnuej. Connaissant avec qoalmi le Nlagislrat Mangons dirJ! ministration Commueale noS l grandement surpris fc, son nom parmi ceux des ivOn serait tent de croire m?] impliqu dans la scandale,], J de fausses quittances dlivres! tains contribuables. Il n'en Jl C'est ventuellement, q M ] sieur le Juge d'instructioa 1] s'occuper de l'adminislrtlM, 1 pro -Irtble du Magistrat sur une plainte de MOQI, W Mirambeau, rvoqu comnat table la Commune, f plainte visait tout partic.ar l'Hospice Communal, des it lions ont t faites par Hom Juge d'insti notion en vue d'i sa conviction et d'clairerasi Comme on devait s\ in une ordonnance de non-uni lie eu faveur du Mai.-trslMu Ce qui fait ressortir qu'ilij] chamment mis en cause. lecident ou stciail Hier vers les 1 heures et 1 P aprs midi une vive ania gnaitdans le> environs du I port, un cadavre flottai), Hat quelques pas du \Verf. JfcL, terre par un canot, il fui toi. li, c'tait celui de Lavicloraf P homme que tout Port au f nait cause de son affaa constatations lgales faila|| ge d'instruction Beauvoir, n Dr Coicou, aucune traa d| vial ni de contusion n'a treeavl.J Nous dplorons vivement il 1 rition de ce bon vie Un*" prsentons aux famille nos sympathiques et* 1 "" LPS Min-.aiaesdeFraae' Lavictoire S nith aurontlies< midi a heures prcise. • Le convoi partir S |l mortuaire Une des Krool Til) pour se rendra i l|pal pal tains. LaMaisonH.SILVI La Maison H. SLTEkU se fait le plaisir


PAGE 1

ti MATiN ptnama lalroad Steamsiiip J,i ne bureau de l'Agent Gnra' Port-au Prince le 5 Juillet I9_:j BULLETIN No 288 U> Chargeurs soni pris do noter ie S. PANAMA e_l attend., w rcnandises, suivante tic : OOSSThLCTlON l_*__t_i w .laclnne, outils, des matr._..v r ,,,.„„ oon.iruotlon & ont. a,,x %  btiu Prince de Criatobal. Cn! COMMERCE -Mdian •>,<_-_ &f ... '•/l'A C„na,,t ,.,„, U nd ... wwm BOK ., ve ,X,:z _, ,, !9ler -Nos,„ (. ,,..„„ A„ 8se ca_l egraphi£|ue Sylonwitra luMm liphone Sydenham 1660 La maison Lope Rivera Reprsentant de Bartonf Guetie( Bordeaux ) au.. Vins on _UT32? Wi"""'? 8 "' %  •" *"4,nlHa„ 0 P^jAeadm.ef.ancai^ K f p lf8 r V inD,S U *8 [fc 0,2' R ^ La Surann. ^pere Dun.as fils, ^u. rairp e Hiimancier J*_ Lou.s IV, Va „d : Andr tel dC !? Wn_a.n..Hi> PI L'A. ONNEMENT %  Si mon Trois ircii "P *l a • M ^ """ du i .i iu M Je ><"Wo: 4 f rfo ALUMINUM LIME JVew-fl rlans et Soulh Ameiican SleampstiiB C Inc. fruliiiaU tNrti A\ml$ m wv %  Port*an.PrIncp — Tfafi S|S EN 4T0 Nouvelle Or!<'<*t}8 17 jutHet, Mobile 10 juillet ?|S MACAFNSIE Ncvtelle Orlans 30 Juillet Mobile S Aot A partir de celle dert ire date il y aura une occasion chaque quinze jours pour hs parti suivants : Larthugne. Porto, Colombia, Curaao, torto-Cfr ueuo,La Gumyra, Pointe*-Pdre. Fort dertrance, Bridytown, Bartmdos, Port il bpam, Lriniaad, Georges Town. tan au Prince, te \ Jui.ia 1^3 A. de MAT]LIS & Co rlxctntKniCi pour toWfttt, fisoucn VELOOTER lP'.?M du ViMQ. Cl dl ma M j ll-.^^oiamenU K.. A ar ,IJohese ^n enW ffi '.rie Jon ". %  '!• •'KM rre et Jones Mr el IWrt Mm J?"" Cl 6nfantS he B f. n ,u e l dcuar d Jones et K ''hC,,e Maria '*" e J on ET" Boyer, Pierre. Loui*. *a, D...1 • Xalentour, hnlL ,0 H a,e ulre parents laji ? f f erc,en vivement tous •P assists et leur TfieQarlesfiJrown Paint Cmpaay IrockljD DW-York ^! v?.n! ^ U f£ 8voir vo,re n> R on coqoetieatoot peinte. Prn..^ d68ir onelaeleciion de coalears artistiqoea Arh!l! eb par de> ni m '* de longue exprlencea fgry.'Pfr marque 'COQ D'OR*' prpare pour lea tropiquta Miwptio*artj adhre aux uifflcea lea plaa rogueuaea S Con8er ve oo brillant elle sche trs vite. 1 i Peialement use pour lea moulure, Lee corniche* et lea pices de sculpturee. ^uacun de i 08 ferblanc est contrl par noa laboratoire* Notre pru pour celte peinture dfia.toum concurrence 1 Ibe CiaS H. Brown^ Paint Co Brooek^n i\ r Y. tt?o Jeansme figent Exclusif pour fiaiti iti Pnarrmcie SilM JEAM U2 ttue dei fout toiU Porf au Prioc* AVJS A partir da 30 courant, noire magasin de vente sera Irausfr dans l'an cien locui du Comptoir Fianais, Ai)(|ie Grand iine el nonne Foi. 2 Juillet 1923 Simoa VIEUX Paul E A TCC Lu arrivages des derniers bar;, u* nntrut.t_._u nouveau. u,p llol fe A atock est presque •Il DtaumfOM oas qu .1 *ou^ su/fi^^ df savo.r r,„ „. ftt trouva loat et que vq_, Hvr! b-, n Vdp m^i! ou, '^_qui donnent pour rien. ^ ns '•* '^aiwns 9H Jlj. ?? oui..,, pi^ 9 ,:'„Si ^^ % %  ; ; n !" > r hMMM. rruitsen eutrlau les ro'r C han>a.,_ ri.. R ^"."''S Heur, et pour hemme,, lou. rtS r ^ u ?^ o^X"/ PaHh fi ft P** PAUL E AUXIT A ne I^^JH^^



PAGE 1

It Ml '' JU rduque l'Intestin %  Constipation s Entrite Vertiges Dyspepsie Migraines %  Poor rester en bonne sant prenes chaque soir an comprni de JVBOL • si roi %  nettrM •'•!> M. M •** MM .-rmauiMf q-lqui rf>iiiprm.c a R53 4M dwmei a-v;'w*'< '• *•• u",Kerlc ii r**tcn.rr d U r>.\l.iction iiiiMiuiali il irtmirtWMiient r<"|v P' i^ JuBal. P' 'i fc ihis-oiro *' riyWM roimucrai % %  > on icitl r.. %  %  iriwiirM llluil <-•• En rrnrHf l'humtnlM 'tu nt.. n.mni J; IMrtlrrl uiiu iu W oUdt. >< %  nreni mutes if poq. !•' I* itwwi r ' D' .Vf MON. fle I frui" *V MMCIf i de Mjutp.Mller. MU BEiIOR0:CCS JUB0MT0IRE8 Svppsitotres an* Arniorruicl/uu. MlSUHtl, i/trongrsdonnant lUBOUTAit PommnJe contre lu htmvrro\Ue* rxtcrna m i liHlrlinii i V.il. ut |. IIMk I' Jabol. rgulateur de l'Intestin, fixe une heure constante aux Jubohses f EXTRAITS MtjttlftH Ju dot-leur tlongel Utgu'i|ie appliqu sous la Direction du Dr tticol et t. Sjoun Le laboratoire es' ouvert Lotu le* jours de 7 brri du m tin 6 neures du soir pour louies les rechercbti et analyses prtvuis 4lhiirrir o'r/y-itor Constante Uf*n S^c r< Ml e Hecherrhe de ftpirohkto ei a de noecoqves. etr. 0t. Fuit ou Shoe l'olisii Company Inc. ht tu York .Sf vous voulez troUgtr lape m Je vot tbussu-is ma vtmbt, avoir un brtllani luiuani d iLr§bU Si wm'voulez la couleur et la wuPtnu Je ce\ tlijttisurti penaant lowui^to, i-r.j'.j/ex ht auront MOSQGRAd. h brique* spciale tient pour lu James et les fffUUmtn lu bi<'> Lie. Elle t>rotte la peau Jes enaussurts eontn l'bumiditi et la ebtker. lillt ^entretient leur toubliSU et eotUrm Uw brillvi 1 UemanJt la inirqiie ViOM ) V#i.'e nourriture po>i* U e niante, Liqueur d j tKtoit* et fi lobule* Hbawi pour le traitement fie l'isthme. Emjrais chimique ft 9 I pour fleurs cl lgumes c K z 2 pour a> bres fruitiers Unebannenouvelis A Ii Conscience Gurdonoarle M. K ERNEST C4H1LLIS fabricant d < l.a ssures do tous qen rt Matiiai x sup ieur Sj.r s Promptiture cl it> GRAND HUE|1722 l..i maison nous prie le porter l (| t (Irf.'K'ililer el , ire" ;.-c-..t ce. i./h,i4*M .i.fc r~~~~: -' Attention aux Amateurs na SrapiiflaooS \\ i Vientdarrive r un grand assort.me.it de (iMphops^J •re grandeurs, et un tort stock de Disii.eNcompretiaDi "[ disques en vo/ues, Tanjfj. Fox irjt, ) H Se), ta s8lCi Un trouvera enie auue las diaquu snvanis : l'ootToot TooUie, Gwdbye, I w.sh I couli > B 2 o'clock in the moroaig iiawaianiFoi trot.Hawaian 'nW l'ulon. Je sais que vous tes jolie, Quand les PapiMoni* ,n En stock ajcossoires paur graplionolas, Reworts-hu \ B. — Les aiguilles 'Columbia )sont reeoiinaa L PHELZM1NNGGERH Hue du Quai i*i il rnsm-POSTEncr QLLECM& • J'achite les Timbr<<8 Vel Colonies. Mf soumettre obantiliona ave: prix par 1(X) et pur 1 (HH''I' 1 rliaqm sorte -1 J'envoie gralluet fianco nu munro pccinien de raoj] /?iii / rjmmeiisiiolaveepiixt


PAGE 1

<7ou anne !Yo 6048 Porl auTHnoe ( Haitl ) DIRECTEUR PROPRITAIRE IMPRIMEUR Clment Magloire BOIS VER.NA 1358 Rue Amricaine NUMERO 20 CENTIMES Vtcvfafette ioui^9a3 l ne triste exprience atteste tous les pays et ;i tous les sicles que le genre humain est in. juste envers les grands hommes, :M,\|\S Quotidien r*£f/&d>jjbMt FARIUABE Nos petitesses Vous avez
  • avaient comp gy ,,nt .rt des lecteurs fc' "7 ,s ne Pourraient %  X r ? ,0D tMnp* <>n dit ilaq,,e Ia sit uaUon Pdaucun d'eux n'est trs la boue les gouvernants et leurs amis, ils sont lus, mai* condition de ne pas tre achets. Aussi lu,-,, ils ne tarissent pas l'avis intermittents et presque desetprs en appelanl a la conscience et au patriotisme les abonnes. .N'alurellemem. quand il l'affit redonner des signatures de protestation contre le gonvernrment njutje| monde se montre erripres : se. s il tait question le taire verser seulement dix centimes par Mmiaiure, les proteslaUoaa ne seraient gure possibles. Je ne dis pis cela pour discr liter personne, je constate un i'.il mme pour satisfaire une passion ou un ressentiment politiques, nous dpensons diflicilement le peu que la chose requiert. D'une la;on gnrale, le journal hatien est considr comme un luxe | on ne le paie que liflicilemenl • on accepte pourtant volontiers h le lire Poil. Allez au cinma lu dimanche et vous rencontrez la clientle habituelle. Selon l'intrt del pice cette clientle va alternativement' alansiana et a Varits; elle n est pas suffisante pour fournir salle coml.le, les dimanche?, aux deux tablissements la fois. Quant ux jours de la semaine, ils n; sont gure frquents ni l'un m 1 autre. Et pourtant, les scnes et l'cran sont bien tenus et les administrateurs s'ello.c m visiblement de charmer leur clientle. : i • t 011 Wjnaux le l'opposition re *M tans la masse un hors *Ej raison de leur litt.7„ C al e el ,|n P'isir natuf lUdes le voir traner dans Je pourrais allonger indfiniment celte revue et. aprs la Glacire, la frase et le thtre, continuer le faire le tour de notre socit. ||is je suis navr FIAOU. il "Volstead Ad" Kf* d'avril de l'AcnoN %  Sa d 2 Pirt,enl P ns h C "P iWet m SCCS "• dresse n bletti P^^mbien sug< 8 v a ,' iuis d *>• et* ' ro,s %  En parf*l r a 1 V e, on verr 'queia K^rne,, ll,in,emi o.it. R^aL Priions N" DiIL" a "' d 'nim. !*&.?• tre. s Le contraire est plutt vrai. Dans certaines prisons. le nom bre des entres %  > a augment de 90p. 100 et la prohibition a fait clore, parmi les malfaiteurs, une nouvelle profession, ce le de voleur le boissons : nombre de ceux qui s'y livrent se recrutent parmi les anciens garons de caf, ouvriers ou employs de brasseries cl disf illrries jets sur le pav; enfin. bien des pcheurs os marins du dtroit de Sound, de la baie de Delaware et de celle de Chepsapeake se lonl faits con In bandiers. Sur les effets dmoralisanfs et les fcheuses consquences conomiques reprsentants q ii a'eus lu prohibition: — Augmentation de hisige de I... pium. dM divers stupfiants el dei boissonsi Mates. l) n a enregistr les accidodU souvent m | e |i dus Miageetna de bol ou o l'esprit le bois entrai! dans ,| proportions 'M-ess fV .>. En 1022 o n ,. relev, danslElai de \ w.|.,-,n. ,,i„da CM 1 dtinum tremens que dus I ensemble le h priode conclues pnr les onze annes prcdentes; —_ Augmentation les -as de corruption le fonctionnaires ni au< raient dcupl; — Meo lentement ctos par l'Ingalit outre les nil s e |o7 pau wwwwleMopoild-laprohibiiioi. I erturbalioos conomiques pro. voque par la suppression subite d i eommerce des boissons; — Porta de revenus pour le Trsoipu atteignent en ce moment 301 millions de dollars par an; — Mausai. eaemple rsultant du loTetnnnemenl de ha moeure En ralit, le Volstee I Aet ., est viole constamment. M. Q. Nestlar moche rapporte que leeagenUde i prohibition oat saisi en 1920-91 uo,o.)0iii,ns de spiritueux JIM.' ? t8 V "' <,,,i De '' Prsente gure qjie le viaaWme de U fabriitiou Mlcilb toiale. Bu outra, le gouverJtmeBj rdrala nai.j H milions t l T ,, \ ; l,rt 1 degra-w etfruOs dest.n-i la fabncalion claodeslios dw spintueux; ce qui neetauels qu.nz.eme ou vingtime partie du otal. Battu. ies \ Legeroth. LM franais, de ce fait, permettent aivruppde raire usage le h lig, e de chemin d i,priv qu'ilsavaenl •eisle Plusieurs gros industriels ont %  pproch les franais el on croit que <•• prrmiera.e,,, I >t \, prlude de nombreux autres. Les franais eeU ment que la rs slance passive et | t politique allemande envers lu Fraa. -ont srasrsubl un srieux coup. louYlles Diverses PARIS— La 'o n nission les afil. res trangres de la chembra des d ptes a d id de demander b, chambre de discuter l'accord naval >'" Wa hingfon avant la lin del session actuelle. U liste des tmoins ans l'ffire Judet etam puise, l'avocal K n rat a commenc son rquisitoira. Il a demand pour Judet la peine ma ximi ceet--dire litaprieoooement s vie. Le p.ne de mort n'tant an pli'-able a son rime. U Gnral flonrtud ni Ei.iis-Uuis PHILADELPHIE -Le gnral Cou raud a particip aux principales ce remontes de l'Indpendance Hall en vue de clbrer ia cioche del liber le. Il apporte un bref message d'amibdela France aux Etats Unis. Le gnral tait l'invit du Mme r giiiiuiit d; la garde nationale le l'en sylvabnie. Hommage de reconnaissance au peuple amricain %  uasi pria la parole et rappelle quel '" ",.•. le.us de la participation amricaine daoa la guerre. Un danger sera toujours craindre, dit M. Itranch l'\lll> i._|,. tlHllI1 ,ji sfour """ %  sl'oc ; .sion de l'indpendan •;• D-y, M. Bran h. prsident del chambre de commerce Paris, a ex prime | ide nue I Amrique garan tisse fe scurit de la France cont toute agression future de l'Alinai Rne pour la promulgation d'une ea pece de seconde doctrine de Mon -'• il que l'Allemagne, dit M. Bran.cn, restera attache la doctri trioaque la force prima le droit et que le reste du moule professe que (e'l'o.t prime la l'.r.r. il y uratou jours craindre un danger venant aaleatduRhia. Ces deux points do ^••ontosychologiqutmani; diam tralament eppms et il a apparat Ps que lAllemagne veuille abandon nerlesien. La France est dans la Hhur, es Bfats Unis savent pour JUOI allejrostol il, l'approuvent, con. u M H m l> i %  i "' "• ofancn Lambassa Jaai Me,,, ,,, ( >f. Huiler, prsident •Il Qiversit Colombie ont aussi l'"'^-u banquet t ., ont insialsur naportanas dnoe coopration inter nationale en vue dune solution con venabledes problmes actuel. U gouvernement anglais tait l'alli de la France et non de l'Allemagne, dit M Dubois i. 8 " Fini ,. ur / res a du rgime actuel, on poun ait apoorZf**)U cra 8 '! S q "' en ler de mulli l ,|,,s lmoigiia!.. Letc eu u ; r u ouxidnumration qu'en donne .M , VM. 6ri.._ u * DOur toc h..A u T _: ._..!.„ ... ..! %  .•__ '^asTu! ,U C0D,id ">lc V g, ,et •'piteux, '^"•nl-pes diminu .. u ... | M •.....,,. .,,. vf .>estler Tricoche est sullisamm. ni loquente : — Election de fonctionnaires et varits DIMANCHE En 'I parties La Rvolte Entre Gnrale I gourde, loge 2. PARIS Le. statue de bronze, symbole de la ie onnais-ance des rranaU pour l aide apports par les a.iier.cainseosla guerre mondiale. a t inaugure plaee des Etats-Unis. Plus de -i-Oo eolanls ont particip a i rection lu monument. Ln BOUS cripiion provenait de quelques sou donnes par les enfants des coles, las membres des associations militaires et le peuple. M. P. incar, au nom du gouvernement et des milliers de peiits souscripteurs, a pail devant une foule de fireacaiaet d'amricains. Faisant allusion la pro pegauda allemande, M. Poincar a dil Si nous n'avons plus besoin, grce I lieu, de soldats volontaires dans l'arme de la rpi blique, si les e>cadrilit> 1 afayefte • n'ont plus betoin de parcourir les airs p urchs*s r les leul eeel les Go hea combit n par contra i < us svoaa be< ai n. de oloi i in s qui j si ];, f . T ,,| e tar la plume el par l.s actes pacifi. nous aidemi a dama tous les \-\* <;u la iiupagande allemande l,! BOB l' i • nos InteoUoni '' "" ' noire conduite L'ambae sad.ui d*v |.,. lN | I lis a r|)0udu son tour et a leiuerci la France de ce monument. Le gnral Mangin a Au cours des dbats la chambra sur les dpens,,s recouvrables. M ftuboia, dput de la Seine et ancien prsident de la commission des rpa rlions, a afdrm que l'Allemagne avait publi une dition de luxe sur lS couseq,,..,. es de la guerre mail mes de statistiojaes oui sont fausses. aa. nu bois a particulirement rfut la dclaration contenue dans cette publication d'aprs laquelle l'Aile magne aurai! pav la coauniasioa des rparalioaa depuis 1010 DtaaH liards de uurka or, chiffra quels chancelier Cuno a rcemment an nonce dans son discours h Munster. Le chiffre r. 1 cit par .M Dubois M16 milliards t demi ; avec Pex prienoe qu'il s acquise la eom JBMaion les rparations, M. Dubois 0-1 pi d est ...nvenu que lea elle msn is ne peieroal jue s'ils y sont rorcS. Si les allis avaient t ea pari,il accord une telle coercition anrail pu tre applique. M. Dubois constate galement qu'il > avait un part. puhMSBl en Angleterre qui ne dsirerait pa. que l'Allemagne pajat ia dette umiudiatcment, il aiou •" que le gouvernement actuel d'An gleterre tait labj de la hVaoce et '"n i1 AUeaaagae, Le champion du monde da la boxe JJy >"HK r la ( M l im ,, sevrM 1 champion du monde de ta bosa ;l--un., ; aoelO.oundsavec ^ %  y Gibbons, la victoire aux Pmngla lui u t concde par le r Administration de la Socit dos Nation V) M.lla.olaux. ,. Drsentaat de U France, anrseat i


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05970
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Friday, July 06, 1923
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:05970

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    <7ou anne !Yo 6048
    Porl auTHnoe ( Haitl )
    DIRECTEUR PROPRITAIRE
    IMPRIMEUR
    Clment Magloire
    BOIS VER.NA
    1358 Rue Amricaine
    NUMERO 20 CENTIMES
    Vtcvfafette ioui^9a3
    l ne triste exprience atteste
    tous les pays et ;i tous les si-
    cles que le genre humain est in.
    juste envers les grands hommes,
    . :m,\|\S
    Quotidien
    r*f/&d>jjbMt
    Fariuabe
    Nos petitesses
    Vous avez
  • hmme dans nos colonnes, mn'
    Igontitde place falttiqu'e par
    fl'srne de Port-au-Prince est aux
    fois quarts consomme par la po
    wlation amricaine rsidant .huis
    if pays. Le reprsentant iJel'L'siiit
    Koonait de ronstabr iju'unc po-
    pbiion comme celle .le la (api-
    *oe reprsente presipie rien,
    ple quart, des consommateurs
    mm et tran-ers qui consti-
    pa clientle le la Glacire.
    f Mjait relev ;'i propos h? Il si-
    [iiblace est loin l'tre isol 11
    longtemps que l'on a dj
    , W ?l 'ai' remarquer la gran-
    pptoune d'abonns qui caract-
    "iihclientle des quotidiens .le
    fau-Pnnre,
    Jj capitale a aine population ap
    iimative de cenl mille Ames,
    la peine deux cents person-
    constituent pour les quoli-
    ft une clientle sine, solide et
    "Wte; surtout payante
    eux cents p rsonnes sont
    "frae temps la clientle ,|e
    18 |M journaux lo:aux; ce sont
    Nmes qui s'abonnent. Il tant
    toute franchise, que si les
    'J'ens de Port-au-Prince ne
    nent pas principalement sur
    les rclames et ii sertiois,
    F" reues alatoires lu
    S7el ,!,8n,> avaient comp
    gy ,,nt.rt des lecteurs
    fc' "7,s ne Pourraient
    X r? ,0DtMnp* <>n dit
    ila- q,,e. Ia situaUon
    Pdaucun d'eux n'est trs
    la boue les gouvernants et leurs
    amis, ils sont lus, mai* condition
    de ne pas tre achets. Aussi lu,-,,
    ils ne tarissent pas l'avis intermit-
    tents et presque desetprs en ap-
    pelanl a la conscience et au patrio-
    tisme les abonnes.
    .N'alurellemem. quand il l'affit
    redonner des signatures de pro-
    testation contre le gonvernrment
    njutje| monde se montre erripres:
    se. s il tait question le taire ver-
    ser seulement dix centimes par
    Mmiaiure, les proteslaUoaa ne se-
    raient gure possibles.
    Je ne dis pis cela pour discr li-
    ter personne, je constate un i'.il
    mme pour satisfaire une passion
    ou un ressentiment politiques,
    nous dpensons diflicilement le
    peu que la chose requiert. D'une
    la;on gnrale, le journal hatien
    est considr comme un luxe |
    on ne le paie que liflicilemenl
    on accepte pourtant volontiers h
    le lire..... Poil.
    Allez au cinma lu dimanche
    et vous rencontrez la clientle ha-
    bituelle. Selon l'intrt del pice
    cette clientle va alternativement'
    alansiana et a Varits; elle
    n est pas suffisante pour fournir
    salle coml.le, les dimanche?, aux
    deux tablissements la fois.
    Quant ux jours de la semaine, ils
    n; sont gure frquents ni l'un
    m 1 autre.
    Et pourtant, les scnes et l'cran
    sont bien tenus et les administra-
    teurs s'ello.c m visiblement de
    charmer leur clientle.
    : i
    t
    011
    Wjnaux le l'opposition re
    *M tans la masse un hors
    *Ej raison de leur litt-
    .7C'al.e el ,|n P'isir natu-
    f lUdes. le voir traner dans
    Je pourrais allonger indfini-
    ment celte revue et. aprs la Gla-
    cire, la frase et le thtre, con-
    tinuer le faire le tour de notre
    socit. ||is je suis navr
    FIAOU.
    il "Volstead Ad"
    Kf* d'avril de l'AcnoN
    Sa d2Pirt,enl Pns' h C"P
    iWet mSCCS " dresse n
    bletti P^^mbien sug-
    <8 v .a,'iuis d" *>
    * et* 'ro,s " En par-
    f*l ra,1Ve,,on-verr'queia
    K^rne,, ll,in,emio.it.
    R^aL Priions
    N" DiIL" a "' d'nim.
    !*&.? tre. s
    Le contraire est plutt vrai.
    Dans certaines prisons. le nom
    bre des entres > a augment de
    90p. 100 et la prohibition a fait
    clore, parmi les malfaiteurs, une
    nouvelle profession, ce le de voleur
    le boissons : nombre de ceux qui
    s'y livrent se recrutent parmi les
    anciens garons de caf, ouvriers ou
    employs de brasseries cl disf illrries
    jets sur le pav; enfin. bien des
    pcheurs os marins du dtroit de
    Sound, de la baie de Delaware et
    de celle de Chepsapeake se lonl faits
    con In bandiers.
    Sur les effets dmoralisanfs et les
    fcheuses consquences conomiques
    reprsentants q ii a'eus choisis s'ils .- -. i. eut dcl i
    P-> lu prohibition:
    Augmentation de hisige de I...
    pium. dM divers stupfiants el dei
    boissonsi Mates. l)n a enregistr
    les accidodU souvent m |e|i dus
    Miageetna de bol ou o l'esprit
    le bois entrai! dans ,| proportions
    'M-essfV.>. En 1022 on ,. relev,
    danslElai de \ w.|.,-,n. ,,i- da
    cm 1 dtinum tremens que dus
    I ensemble le h priode conclues
    pnr les onze annes prcdentes;
    _ Augmentation les -as de cor-
    ruption le fonctionnaires ni au<
    raient dcupl;
    Meo lentement ctos par l'I-
    ngalit outre les nil s e, |o7pau.
    wwwwleMopoild-laprohibiiioi.
    I erturbalioos conomiques pro.
    voque par la suppression subite d i
    eommerce des boissons;
    Porta de revenus pour le Tr-
    soi- pu atteignent en ce moment 301
    millions de dollars par an;
    Mausai. eaemple rsultant du
    loTetnnnemenl de ha moeure
    , En ralit, le Volstee I Aet ., est
    viole constamment. M. Q. Nestlar
    moche rapporte que leeagenUde
    i prohibition oat saisi en 1920-91
    uo,o.)0iii,ns de spiritueux jim.'
    ?t8V "' <,,,i De '' Prsente gure
    qjie le viaaWme de U fabriitiou
    Mlcilb toiale. Bu outra, le gouver-
    JtmeBj rdrala nai.j H milions t
    lT ,,\-;,l,rt'1' degra-w etfruOs
    dest.n-i la fabncalion claodeslios
    dw spintueux; ce qui neetauels
    qu.nz.eme ou vingtime partie du
    otal. Battu. earreles pour oontraveoUon. Ces
    cnflres donnent i,,. ide de lam
    pleur di commerce clandestin qui
    s eierce sur les boisson interdites.
    Les tolrances mme consenties
    par I At en faveui d. s rites religieux
    ont donn lieu .... tat de choses
    peu difiant. Chaque famille juive
    par eaemple, doit dispose,- par an
    de du gallons.!,: vi.: p0Ur l'a.eom.
    plissement de diverses crmonies.
    Un a vu se multiplier aussitt le
    nombre des socits uraliles et
    pousser comme des champions, en
    Californie surtout, les tWioeClutu
    consistant en soi-disanl membres
    d une congrgationiuive, mais im-
    poss surtout de chrtiens dsiruix
    de remplir Ioni- e iv
    Ajoutons que lu rpression de la
    contrebande et du trafic illicite des
    boissons a donn lieu des mesures
    brutales, violant la libert iridivi-
    du-dle, et des pratiques de basse
    police qui ont exaspre les ma*,,*.
    M, G. Nesller Tricoche va ju-qu'
    crire qu'on ne trouve ces mesures
    de pendant qu'an temps de guerres
    religieuses.
    Si l'on ailmet que certains dtails
    de ce tableau sont pousss au noir,
    1 ensemble parait assez bien orr.-s-
    pon.lre . la ralit. L'auteur assure
    que leurs excs mmes dconsid-
    rent les prohibitionnistee, et sjoe la
    prohibition ne peut vivre, parce
    qu elle ne rpond OU aux aspirations
    de la grande majoril de la nation.
    (LtFioabo)
    l'.i'' Cable
    Nouvelles Etrangres
    M. foo Bulov siijn ni .!(.
    cofd avec la mission
    li.cc; lis
    W /'' I Al- ses hi. r.
    w. *on Uulow, au nom deKrupp, a
    '-' un accord arec la mission
    rraoawe assurant une entire coo-
    PraUon entre les fianais el les ta
    D.w*meots Kruppen vue de l'onl
    vemenl de 80.000 Ion ns de char
    foo }t de coke sii>ies \ Legeroth.
    Lm franais, de ce fait, permettent
    aivruppde raire usage le h lig,e
    de chemin d i,- priv qu'ilsavaenl
    eisle Plusieurs gros industriels ont
    pproch les franais el on croit que
    < prrmiera.e,,, I >t \, prlude de
    nombreux autres. Les franais eeU
    ment que la rs slance passive et |t
    politique allemande envers lu Fraa.
    -ont srasrsubl un srieux coup.
    louYlles Diverses
    PARIS La 'o n nission les afil.
    res trangres de la chembra des d
    ptes a d id de demander b,
    chambre de discuter l'accord naval
    >'" Wa hingfon avant la lin del
    session actuelle.
    U liste des tmoins ans l'ffire
    Judet etam puise, l'avocal Kn
    rat a commenc son rquisitoira. Il
    a demand pour Judet la peine ma
    ximi ceet--dire litaprieoooement
    s vie. Le p.ne de mort n'tant an
    pli'-able a son rime.
    U Gnral flonrtud
    ni Ei.iis-Uuis
    PHILADELPHIE -Le gnral Cou
    raud a particip aux principales ce
    remontes de l'Indpendance Hall en
    vue de clbrer ia cioche del liber
    le. Il apporte un bref message d'a-
    mibdela France aux Etats Unis.
    Le gnral tait l'invit du Mme r
    giiiiuiit d; la garde nationale le l'en
    sylvabnie.
    Hommage de reconnaissan-
    ce au peuple amricain
    uasi pria la parole et rappelle quel
    '" ",.. le.us de la participation
    amricaine daoa la guerre.
    Un danger sera toujours
    craindre, dit M. Itranch
    l'\lll> i._|,.tlHllI1 ,jisfour,
    """ - sl'oc;.sion de l'indpendan
    ; D-y, M. Bran h. prsident del
    chambre de commerce Paris, a ex
    prime | ide nue I Amrique garan
    tisse fe scurit de la France cont
    toute agression future de l'Alinai
    Rne pour la promulgation d'une ea
    pece de seconde doctrine de Mon
    -' il que l'Allemagne, dit M.
    Bran.cn, restera attache la doctri
    trioaque la force prima le droit et
    que le reste du moule professe que
    (e'l'o.t prime la l'.r.r. il y uratou
    jours craindre un danger venant
    aaleatduRhia. Ces deux points do
    ^ontosychologiqutmani; diam
    tralament eppms et il a apparat
    Ps que lAllemagne veuille abandon
    nerlesien. La France est dans la
    Hhur, es Bfats Unis savent pour
    JUOI allejrostol il, l'approuvent,
    con. u M H m l> i i
    "' " ofancn----- Lambassa
    Jaai Me,,, ,,,( >f. Huiler, prsident
    Il Qiversit Colombie ont aussi
    l'"'^-u banquet t., ont insialsur
    naportanas dnoe coopration inter
    nationale en vue dune solution con
    venabledes problmes actuel.
    U gouvernement anglais
    tait l'alli de la France
    et non de l'Allemagne, dit
    M Dubois
    i. 8" Fini ,.ur/res a du rgime actuel, on poun ait apoor-
    Zf**)- U cra8'! "S q"'en ler de mullil,|,,s lmoigiia!.. Le-
    tceuu;r. u ouxid- numration qu'en donne .M , Vm.
    6ri.._ "u* DOur toc h..A u__t_: ._..!. ... ...!.__
    '^asTu! ,U C0D,id-
    ">lc Vg,.,et 'piteux,
    '^"nl-pes diminu
    ..u.............| m .....,,. .,,. vf. .>es-
    tler Tricoche est sullisamm. ni lo-
    quente :
    Election de fonctionnaires et
    varits
    DIMANCHE
    En 'I parties
    La Rvolte
    Entre Gnrale I gourde, loge 2.
    PARIS Le. statue de bronze,
    symbole de la ie onnais-ance des
    rranaU pour l aide apports par les
    a.iier.cainseosla guerre mondiale.
    a t inaugure plaee des Etats-Unis.
    Plus de -i-Oo eolanls ont particip
    a i rection lu monument. Ln BOUS
    cripiion provenait de quelques sou
    donnes par les enfants des coles,
    las membres des associations mili-
    taires et le peuple. M. P. incar, au
    nom du gouvernement et des mil-
    liers de peiits souscripteurs, a pail
    devant une foule de fireacaiaet d'a-
    mricains. Faisant allusion la pro
    pegauda allemande, M. Poincar a
    dil Si nous n'avons plus besoin,
    grce I lieu, de soldats volontaires
    dans l'arme de la rpi blique, si
    les e>cadrilit> 1 afayefte n'ont
    plus betoin de parcourir les airs
    p urchs*s r les leul eeel les Go hea
    combit n par contra i < us svoaa be<
    ai n. de oloi i in s qui j si ];, f..T,,|e
    tar la plume el par l.s actes pacifi.
    . nous aidemi a dama tous les
    \-\* <;u la iiupagande allemande
    l,! bob l'i nos InteoUoni
    '' "" ' noire conduite L'ambae
    sad.ui d*v |.,.lN |Ilis a r|)0udu
    son tour et a leiuerci la France de
    ce monument. Le gnral Mangin a
    Au cours des dbats la chambra
    sur les dpens,,s recouvrables. M
    ftuboia, dput de la Seine et ancien
    prsident de la commission des rpa
    rlions, a afdrm que l'Allemagne
    avait publi une dition de luxe sur
    lS couseq,,..,. es de la guerre mail
    mes de statistiojaes oui sont fausses.
    aa. nu bois a particulirement rfut
    la dclaration contenue dans cette
    publication d'aprs laquelle l'Aile
    magne aurai! pav la coauniasioa
    des rparalioaa depuis 1010 DtaaH
    liards de uurka or, chiffra quels
    chancelier Cuno a rcemment an
    nonce dans son discours h Munster.
    Le chiffre r. 1 cit par .M Dubois
    M16 milliards t demi ; avec Pex
    prienoe qu'il s acquise la eom
    JBMaion les rparations, M. Dubois
    0-1 pi d est ...nvenu que lea elle
    msn is ne peieroal jue s'ils y sont
    rorcS. Si les allis avaient t ea
    pari,il accord une telle coercition
    anrail pu tre applique. M. Dubois
    constate galement qu'il > avait un
    part. puhMSBl en Angleterre qui ne
    dsirerait pa. que l'Allemagne pa-
    jat ia dette umiudiatcment, il aiou
    " que le gouvernement actuel d'An
    gleterre tait labj de la hVaoce et
    '"n i-1 AUeaaagae,
    Le champion du monde da
    la boxe
    JJy >"HKr.la(Mlim,,sevrM
    1 champion du monde de ta bosa
    ;l--un., ; aoelO.oundsavec
    ^y Gibbons, la victoire aux
    Pmngla lui u t concde par le r
    Administration de la
    Socit dos Nation
    V) M.lla.olaux. ,.
    Drsentaat de U France, anrseat
    i


    LHpiATW
    ?-*<*-
    -
    ^-e^tl
    QUOI QUON DISE
    QUOI QU'ON FASSE
    Le Hfliim Barbancoort est
    et sera toujours le meilleur.
    Pour les Ecoles de
    demi-ternp* et
    du Soir
    Nous exlray >ns du MoMTfUS du
    i courant les imp niantes ns'rur-
    tions suivantes du Ministre de rlns-
    Iruclioo Publioue, rg ementant d-
    tinitivement le fonctionnement des
    coles de demi temps et du soir,dont
    l'utilit est incontestable :
    Art. 13. Les prsents rs'e-
    ments seront excuts la diligen
    ce des Inspecteurs de l'InMi uciion
    publique.
    Fait la Secrtaircrie i Etat de
    l'Instruction Publique le M Juin
    1<23, an l*20e de Niulpemlance.
    Le Secrtaire d'Etat de tIns-
    truction Publique, ___-..,
    Ch. BOUCHERES
    ^^3: s^
    . t, N.?*=
    une rsolution recommandant un.;
    plus grande t'emomie dam l'admi
    ntetratinn de la Socit des Nations.
    Celte rH lulioa a etc adopte et ou
    mise rassemble de la Socit.
    Monsieur Eric Rt'ribua dea dirticults
    froancirea de la Socit au l'ait, qne
    plusieurs ptva, membres de la So
    cil. n'araeul pas pay leur part
    du budget. Sur le rapport de M. Su
    la mira, re prsent tic l'Italie, C ncer
    nanl l'article 10, le conseil a dcid
    dinviter loua les Etala memhr.s
    communi |uer dans un temps donn
    les observa:ions qu'ils pourraient
    avoir faire de faon qu'on puisse
    discuter la question la prochaine
    session. Treize communications qui
    ont dj t iei;ues seront termines
    eu mme temps.
    LES COIUS
    Exposition Internationale
    s Arts dcoratifs et
    industriels modernes
    PARIS France
    Livres
    10 7.
    70 II
    Socit Hatienne pour la
    ligne des Nations
    Tel est la titra d'une aocitd qui a
    t constitue a Porl-au-l'rince le 17
    Sepje lue l'.M'.l. sur la demande .le
    la Granit Bocii de Lnn Ire-. ' The
    langue ofNations Union' alors pr-
    side par le Vicomte Grey de Falla-
    don.
    Le mme jour noire Socit a nom
    m un certain no obre de msotbrea
    actifs, sole aes statuts et form sou
    bureau compos le 10 membres, le-
    quel bureau et lu pour deux an*.
    En voici les membres lue ce jour ;
    M Louis Porno, prsident. Ht Q.
    Itoco. wee-preident, M VI. C. Ha-
    yard cl Dr Prigordj secrtaires : M.
    C. L. Verrel. trsoriers! les cinq con
    seillers sont : M. M. Auguste Booe-
    my, L. C. Llinson, Edm. Lespi-
    DMae et Dents Esellegsrde.
    LeeonaeUd'aJminiatrali m de* tle
    Socit m> s-si pas run.depuis q i-l-
    que temps. Il vient, nvis iul'oim -t-
    on, de recevoir une importante c m-
    munit ation de li Socit mre II. s est
    ht de se runir.
    L'Assemble gnrale va procder
    oonformm ml 1 aee statut-", au renon
    velleinent de son Cons il l Adminis*
    trati>n don' la mandai a pria lin.
    C'e^t une uli a Socit qui iloil vi-
    vre, vu le but qu'alla poursuit : La
    paix du monde, l'organisation d'une
    action c immune et la constitution
    d'une veri sbleorgani ation mondiale
    capable degiranlir lt libert des na-
    tions
    Noua mettons le vu que tous les
    mfinb.es de celte S icit travaillent
    la reiidie utile et rpondent a l'ap-
    pel de le Socit de Londres.
    Sous avons reu de In lga ion
    -/' Fruncla note>uivante
    C'tte exposition MM lieu Paris
    en 192. E le a pour but de runir,
    rir la coll il) >ration de l'artiste, de
    insdustriel et de l'artisan, tous les
    arts dcoratifs ( architecture, art du
    biis, de la pier.-j, de la cramique,
    du mtal, du verre, du papier, d-'S
    tissus ). sou* t mtes formes ; qu'ils
    s'appliquent, soit des uvres pu-
    rement soinp'.u tires, soit des objets
    d'utilit, dm- tout s leurs distinc-
    tions : dcoration extrieure et int-
    rieure d s difices publics et privs,
    amaublemeat, parure de la person-
    ne atii......
    '.'est donc l'art dcoratif daUl
    toutes ses applications, c'est l'en-
    nobliasemenl du ca Ire et des acces-
    aoirea de ta vie tndirid lels ou col-
    lective moderne qu'elle envisage
    dans l tus les dom une*. Celte maui-
    feaUtioo est donc appele un grand
    dveloppJiniiil tant en raison dsi
    m iltiples induatriea qu'elle dsira
    groipsr (| 1 e 1 r ii-o d I tend'ltf
    exceptionnelle do i'empl ice.nent q 11
    lui a l rserv dna un les quar-
    tiers d Paria le plu* propice sot
    extension et a son Bucca.
    L'importance de cette exposition,
    le temps mdriel ncessaire aix
    Puissance.* trangres dsireuses d'y
    figurer pvjr prparer leurnirtitH-
    pilion, ont amen les organisateurs
    adresser, deux ans avant son 04*
    veiture. les invita ions aux Btions
    trange'M dont la collaboration a**
    rait.-ait pjssible. Ce dlai, pre-
    mire vue trs longuement calcul,
    est en ralit juste suftisaat pour
    par mettra aux Puissances partici-
    pante d organiser leur reprsenta-
    tion d'une mnire dlgae de leur
    in lusliie et de leur pr>duction.
    La Lgatio 1 de France tient la
    disposition des persmnes suscepti-
    bles de s'intresser celle expo-si-
    lion. d s brochures et circulaires par
    leequellea sont dtinis-son but, son
    programme, sa classification, ses
    rglements...
    Port-au-Prince, le 30 Juin 1913.
    Cour d'Airt*
    Pbatus Joseph, accus de viol sur
    la personne de la mineure Margueri
    te Fortun, jug, hier, a l condam
    n une anne de rclusi in.
    Concours de l'Alliance
    Les concours de i'Altiance d'avoir
    beaucoup de Mitre*.
    Des idbeiooa vien ient en grand
    nombre de la Province. Beaucoup de
    jeunes gens al l""t inscrira. Le con-
    cours des adultes set apprci, Plu
    ejaurs copie aont dj reues. Que
    les aulne rp indent a I appel de l'.\l
    Uance. Pa de tirai li 1
    Le jury clioi-i Iaspire toute con-
    fiance.
    L'uvre entreprise par l'Alliance
    est Intfsesanle. Tous Isa usants tu
    li, an doivent I encourager.
    Avti
    Il e>t aanonce au public quau
    fto 1 ;,'>f. grand Hue. BCIS install
    un petit dpt de gaxoliaa
    Aujourd'hui comparai! devant la
    Cour d'assises le nomei Sauveur
    Adonis accus de vol d unesliipie
    au prjudice du *ieur A don hnere
    Co.nprosition du Tribu 11 I: Doyen K.
    Baraau, preUant: ministre Public,
    missac; conseil de Paccus. Numi
    Higiui
    Lunli srra entendue l'aiTaire de
    Pet ion r.houle. accus de blessures
    volontaire sur la persoaoa de la
    dame Roaslia aforiasonu. sa mie.
    Avia Au Public
    D'aprs Instruction du dparte-
    ment dePlntrieur, partir de cette
    date, les marchs publics seront
    ferms les dimanche; except le
    march aux viandes du Port saint
    Clair qui restera ouvert jusqu' 9
    heures du matin.
    Gendarmerie d'Hati
    Le Surtaira d'Etat de l'Ins-
    truction Publique,
    Vu les lois et arrts sur tenta
    gnement primaire,
    Dec de que les instructions qui
    suivent, serviront dsormais de
    rgles pour le fonctionnement des
    coles tle demi-temps et du soir.
    Art. 1er. Des coles de MOU'
    temps pour ceux qui ne peuvent
    frquenter les c.des primaires pu-
    bliques et des coles du soir des-
    tines aux adu'tes seront tablies
    dans les diffrentes villes de la li
    puhltq'B. eui' no.n >re sera d-
    termin en raison du chiffre de la
    population et selon les b "soins des
    diffrents centres.
    Ait 2. Cis deux catgories
    d'coles seront tablies dans le
    m5me local. Toutefois, dmsles
    communes j il n'aura p is t poa
    Bible d'ouvrir une cole de d imi-
    temps, l'Ecole du soir sera instal-
    le au local de l'cole de prarona.
    Art. d. A chacune de ces co-
    les seront alla ;hs un directeur et
    deux m litres dont l'un sera char
    tf de la clientle du jour, l'autre
    de celle du soir.
    Art. I. Lm matres attachs
    l'cole de demi-temps sont obligea
    de s'y rendre chaque jour de (d a
    Il heures du matin et de -4
    heures de rapra-midi.
    Ceux qui sont attachs l'cole
    du soir de 7 *3 heures du soir.
    Art. 5. Les personnes qui
    voudront frquenter ces tablisse-
    ments seront dans l'obligation de
    ne faire inscrire T Inspection sco
    laire ou au bureau communal du
    lieu et de se faire dlivrer une car-
    te d' liuission qui sera soumise
    au directeur le Icole.
    Art. 3. - Il n'y a aucune limite
    d'ge pour l'admission . l'une et
    l'autre cole.
    Art. 7. Le programme des
    mitires enseigner dans les co-
    les de demi temps et du soir com-
    portera : la lecture, l'criture, la
    conversation franaise, les quatre
    oprations sur les nombres entiers
    et les nombres dcimaux, appli-
    qus exclusivement aux questions
    usuelles, Gomme livre de lecture,
    on choisira, autant que ce s ira
    possible, des lectures historiques
    et gographiques ( Histoire et go
    graphie d'Hati ) et des manuels
    d'hygine lmentaire.
    Art. 8. Aucune sanction uni-
    versitaire n'est attache aux 'u-
    des faites dans ces coles. i\an-
    moins chaque lve sera muni
    d'un livret scolaire o sera ins-
    Ciite chaque mois la moyenne g-
    nrale tle ses notes quotidiennes.
    Au moment o l'lve devra quit
    1er l'cole, le Directeur inscrira
    sur son livret une mention attes
    tant qu'il a parcouru avec succs
    le programme d l tablissement.
    Art. y. La frquentation de
    ces coles est obligatoire pour
    tous ceux qui ne savent ni lire ni
    crira
    Art. 10 -Ceux qui sonl a hnis
    frquenter l'une ou l'autre cole
    sont tenus au respect de leurs
    matres et l'obissance aux r-
    fles de discipline intrieure de
    tablissement.
    Art. 11. I^i dure maximum
    de la prsence d'un lve ne doit
    pas dpasser une heure par jour.
    Le choix de l'heure est laiss |g
    discrtion de chaque lve
    Art. li?. Il est absolument
    interdit aux directeurs de ces co-
    les de leur tlonnr nue organisa
    tion semblable a celle des colos
    primaires publiques.
    \ I <---
    Nouveaux excs
    Sous ce titre t L? Temps d'hier
    publie l'information suivante :
    on dit que le Gouvernement, au
    lieu l'accepter la leon du Tribunal
    et de se m mirer dispos respecter
    dsormais la lih rt individuel^ va
    dqn-ter un projet qui enlve au Juge
    d'instruction lflla le droit d accor-
    der la libert provisoire bvit pr-
    venu de dlit de presse.
    D'antres prvso is de droit com-
    mun continueront cependant a en
    jouir.
    Le Code P il serait donc ainsi
    modili :
    A UT Ne pourront bnficier
    de la libert provisoire : les vagi-
    boods, les repris dsjuaUeS, les vo
    leurs et les journalistes.
    A quels excs Le Temps lui-
    mme ne se livre til pas en publi int
    une telle infonnition n'ayant aucun
    fondement.
    Dans sa campagne de dnigrement
    sv itmi/ique contra le Gouverne
    ment, il fait f.ehe de tout bois et
    voil ce q li exp ique les nouvelles
    qu'il lance si aouvont.
    Nous ne croyons vnim uil pas n-
    cessaire d'crire davantage p>ir t-
    mentir une pareille normil.
    Autour d'une
    Ordonnanc
    Dans son dition lu :t de ce m i.
    notre confrre Le Temps > l II
    form que le Juge d Instruction Lu.
    Beauvoir a rendu son ordonnance
    concernant la sensationnelle aff tire
    de la Commune de l'ort au Pnuej.
    Connaissant avec qoalmi
    le Nlagislrat Mangons dirJ!
    ministration Commueale noS
    l grandement surpris fc,
    son nom parmi ceux des iv-
    On serait tent de croire m?]
    impliqu dans la scandale,], J
    de fausses quittances dlivres!
    tains contribuables. Il n'en Jl
    C'est ventuellement, qM ]
    sieur le Juge d'instructioa 1]
    s'occuper de l'adminislrtlM, 1
    pro -Irtble du Magistrat "
    sur une plainte de Moqi,w
    Mirambeau, rvoqu comnat
    table la Commune, f
    plainte visait tout partic.ar
    l'Hospice Communal, des it
    lions ont t faites par Hom
    Juge d'insti notion en vue d'i
    sa conviction et d'clairerasi
    Comme on devait s\ in
    une ordonnance de non-uni
    lie eu faveur du Mai.-trslMu
    Ce qui fait ressortir qu'ilij]
    chamment mis en cause.
    lecident ou stciail
    Hier vers les 1 heures et 1
    P aprs midi une vive ania
    gnaitdans le> environs du I .
    port, un cadavre flottai), Hat
    quelques pas du \Verf. JfcL,
    terre par un canot, il fui toi.
    li, c'tait celui de Lavicloraf
    P homme que tout Port au f
    nait cause de son affaa
    constatations lgales faila||
    ge d'instruction Beauvoir, n
    Dr Coicou, aucune traa d| vial
    ni de contusion n'a treeavl.J
    Nous dplorons vivement il 1
    rition de ce bon vie Un*"
    prsentons aux famille
    nos sympathiques et*1""
    Lps Min-.aiaesdeFraae'
    Lavictoire S nith aurontlies<
    midi a heures prcise.
    Le convoi partir S |l
    mortuaire Une des Krool "
    Til) pour se rendra i l|pal
    pal tains.
    LaMaisonH.SILVI
    La Maison H. SLTEkU se fait le plaisir nombreuse elicnlle qu'elle vient de recevoir,
    derniers steamers, les articles suivants, de M
    clieur.
    Drill Union couleur anglain, diverses quaius*
    I Irill union blanc anglais
    Drill tussor
    Chapeaux de paille fine d'Italie
    Chapeaux feutre Borsalino
    Chapeaux demi-feutre Borsalino
    Chapeaux demi feutre d'Italie.
    Chapeaux velour d'Italie
    Voile blanc A barres A mouches
    Piqu blanc suprieur peur Jupes
    Percale hlanrhe aup.
    Baptiste fine pour fhemises
    | Batine blanche
    Gabardine blanche barres & unie
    /phyr anglais pour chemises _
    Kaki Jaune suprieur anglais
    Kaki |aune anglais extra suprieur
    Kaki blanc
    Drill blanc anglais suprieur
    Kolienne couleur
    Grands rideaux mousseline pour portes
    .Molletons coul & blanc suprieur
    l'almheach ris anglais
    Diattonale noir
    Alpaga noir
    Casimir aui|lais assorti ,-
    Damass pour matelas anglais, double taru*
    Oruandi suisse brod couleur
    Bas jOurs A t
    Chaussettes sup. pour enfants, couletirr as|
    Satin de chine pour tailleur
    Llistrilli po r tailleur
    Cotions Pivert
    Voile a barres sole anglais, 0011I. A Wn.
    Tulle pour 1re Coniiiiiinion
    Polie voile pour cadre
    Toile a voile pour voilier etc, etc., etc.
    On' visite la Maison Jilvcra vous convam
    lionne qualit de nos articles et de nosf^
    les plus bas de la place;est-ce pourquoi il n
    de jour en joui de nouveaux clients*


    ti MATiN
    ptnama lalroad
    Steamsiiip J,ine
    bureau de l'Agent Gnra'
    Port-au Prince le 5 Juillet I9_:j
    BULLETIN No 288
    U> Chargeurs soni pris do noter
    ie S. PANAMA e_l attend.,
    w rcnandises, suivante tic :
    OOSSThLCTlON l_*__t_i
    w .laclnne, outils, des matr._..v '
    r ,,,. oon.iruotlon & ont. a,,x *
    btiu Prince de Criatobal. Cn! COMMERCE -Mdian >,<_-_? ...
    '/l'A Cna,,t ,.,,Und ...
    wwm bok ., ve,X,:z _, ,,!9ler.
    -Nos,( J-MMWMI (ConuD.rc.Bf.>. ,,.. ,
    A8se ca_legraphi|ue Sylonwitra luMm
    liphone Sydenham 1660
    La maison Lope Rivera
    Reprsentant de Bartonf Guetie-
    ( Bordeaux )
    au.. Vins on _UT32? Wi"""'?8,"' " *"4 Pri Noir. S. &ph., "on. Ca?e, Ch',,^' p""?! ? Emilil'
    lrn. rave.. .rMc.Uh.tM M__ u Pon.lel C""* S"1
    Ut permis di mbarqiiemeiil seront
    iilim'j pour ie fiel destination
    NEW YORK et des ports Europe
    1 sur la denmnde laite ce |;(,
    m-
    Obaleau partira midi lu in-'me
    joar pour .NEW V'.RK diierlement
    0. B. THOMPSON
    Agent gnral
    La Steamer Saint Itaphael venant
    M II Martinique ( via les ports du
    sud) est Mtendu le 9 courant, lire
    rtjra le mme jour p.iur .S'.ntiajco
    Cuba.
    La suite de l'itinraire era fixe
    i l'arrive du paquebot
    Part au Prince le 6 Jrin l!+:t
    VAGENT E. ROHELIN
    me des
    deux Mondes
    M kti et l'iniursite Paru
    MJAMl)FLALIVr,A*ON
    DU ter Juin 1923
    Enqute aux pays du Levant.
    [H. U Voyage aux chAteaux des as-
    law, Maurice Barrs de i'Acad-
    t franaise.
    Baise Pascal.- I. L'Enfance et
    llMoesse, \irlor (iiraud
    lf"co.M euxicme partie,
    IMte Gniaux.
    tft!LrK.-Co,3.linen,lalln-~chi.
    IMMeublique Argentine, (inral
    L*_Xfi_rEn rJe,isanl Huy B1.
    [MDe.ReGnier,de l'Acadmie fran
    *.hJ_ V?'e rplJ,^iitalion de
    "**. h. AuLrvVilet.
    |Tr!i ''v~ ( 18.18 1850;.
    ffff'. ./ Caraud.
    aK*; alpin, (ia>,nlHa0
    P^jAeadm.ef.ancai^
    Kf,plf8rVinD,S U*8
    [fc 0,2' R ^ La Surann.
    ^pere Dun.as fils,
    ^u.rairp e Hiimancier
    J*_ Lou.s IV,Vad : Andr
    teldC !? Wn_a.n..- Hi>
    PI L'A. ONNEMENT
    Si mon Trois ircii
    "P,*l a
    m ^ """ du i .i iu m Je
    ><"Wo:4frfo
    ALUMINUM LIME
    JVew-fl rlans et Soulh
    Ameiican SleampstiiB
    C Inc.
    fruliiiaU tNrti A\ml$m"wv

    Port*an.PrIncp Tfafi
    S|S EN 4T0 Nouvelle Or!<'<*t}8 17
    jutHet, Mobile 10 juillet
    ?|S MACaFNSIE Ncvtelle Orlans 30
    Juillet Mobile S Aot
    A partir de celle dert ire date il y
    aura une occasion chaque quinze jours
    pour hs parti suivants : Larthugne.
    Porto, Colombia, Curaao, torto-Cfr
    ueuo,La Gumyra, Pointe*-Pdre. Fort
    dertrance, Bridytown, Bartmdos, Port
    il bpam, Lriniaad, Georges Town.
    tan au Prince, te \ Jui.ia 1^3
    A. de MAT]LIS & Co
    rlxctntKniCi pour
    toWfttt, fisoucn
    , VELOOTER ,
    lP'.?M du ViMQ. Cl dl ma,M j
    ll-.^^oiamenU
    K.. Aar!,IJohese' ^n en-
    Wffi. '.-rie Jon". '!
    'Km rre et Jones- Mr el
    IWrt Mm J?"" Cl 6nfantS-
    heBf.n,ue,l!'dcuard Jones et
    K ''h- C,,e Maria'*"e Jon
    ET" Boyer, Pierre. Loui*.
    *a, D...1 X- alentour,
    hnlL,0Ha,eulre parents
    laji ?fferc,en vivement tous
    P assists et leur
    TfieQarlesfiJrown Paint Cmpaay
    IrockljD DW-York
    ^! v?.n! ^U'f 8voir vo,re n>Ron coqoetieatoot peinte.
    Prn..^ d68ir onelaeleciion de coalears artistiqoea
    Arh!l!eb par de> nim'* de longue exprlencea
    fgry.'Pfr marque 'COQ D'OR*' prpare pour lea tropiquta
    Miwptio*artj adhre aux uifflcea lea plaa rogueuaea
    S Con8er,ve oo brillant elle sche trs vite.
    1 i- Peialement use pour lea moulure,
    Lee corniche* et lea pices de sculpturee.
    ^uacun de i 08 ferblanc est contrl par noa laboratoire*
    Notre pru pour celte peinture dfia.toum concurrence
    1 Ibe CiaS H. Brown^ Paint Co Brooek^n i\r. Y.
    tt?o Jeansme
    figent Exclusif pour fiaiti
    l*a d.i m ~s"Vi' Cl ,cur
    ^ IW.,' T'e! desym-
    BiiioSM,0ndela Pte Lu
    Wd I* J,e.Dnenl Rprouver
    Tjpjje de leur regrett.
    %,T^JT8- enlev
    fient d,t i8 Ju,n 1923, et
    7L.dt. cjoiru leur* senti
    __'le gratitude.
    W\t Sfta^te, qu'un
    h e duP'i2aU en sera
    '**&y.Hetl923
    1 ^ V'*mbrun
    RSa^M?* avi8 ,ou
    D.ffJ^'-aquele rce
    Jt et In a la somme de
    !1 ' d.rL\ lr",ndal on e^
    lit! *re dlivr- Ce 4
    Noire-Dame de ia Salefie
    ^ .. SES GURfSOliS
    titioisisez vou9 mme votre remde
    Contre les maux suivant :
    Constipation, maux de 'te-tniladie do loie-faiblessedouleurRhu
    matisme Migraine Ma'adies dss lemmes retour d'ige aearas
    thme- furoncle- ecznu- dartre- Inllacnzs vertige tourdisse-
    menf trouble de la vue Maux de jambes Anmie Obsit -Essou
    nements iovomnie, Msuvaises d gestions, point de ct douleurs dan
    je dos. peitesblnchs poques iirgulires, bouton, humsuts froides
    Jaunisse, grippe, maladies des os, gontlsments des glandes
    Extrait vg'al dpuratif de la Sainte.
    Pilules fortifiantes de Eroplaiie de la Sait.te
    Onguent de la 3altt e
    Tiaan; de la Salette
    Baume Lorol
    Dp gnral pour H>iti
    Pnarrmcie SilM JEAM
    U2 ttue dei fout toiU Porf au Prioc*
    AVJS
    A partir da 30 courant,
    noire magasin de vente
    sera Irausfr dans l'an
    cien locui du Comptoir
    Fianais, Ai)(|ie Grand
    iine el nonne Foi.
    2 Juillet 1923
    Simoa VIEUX
    Paul E
    A tcc Lu arrivages des derniers bar;, u* nntrut.t_._u
    nouveau. u,p llolfeAatock est presque
    Il DtaumfOM oas qu .1 *ou^ su/fi^^ df savo.r r, .
    ftt trouva loat et que vq_, Hvr! b-, n Vdp m^i! ou,'^_-
    qui donnent pour rien. ^ ns '* '^aiwns
    9H Jlj.?? oui..,, pi^9,:'Si ^^ ; ;n>r hMMM.
    rruitsen eutrlau les ro'rChan>a.,_ ri..R. ^"."''S Heur, et
    pour hemme,, lou.rtS r^u?^ o^X"/ ,PaHh fi"ft P**
    PAUL E AUXIT A
    ne I^^JH^^


    It Ml ''
    JU
    rduque l'Intestin

    Constipation
    s Entrite
    Vertiges
    Dyspepsie
    . Migraines

    Poor rester en bonne
    sant prenes chaque
    soir an comprni de
    JVBOL
    si roi nettrM '!> M. M **
    MM .-rmaui- Mf q-lqui rf>iiiprm.c a
    R53 4M dwmei a-v;'w*'< ' *
    u",Kerlc ii r**tcn.rr d U r>.\l.iction
    iiiiMiuiali il irtmirtWMiient r<"|v P'
    i^ JuBal. P' 'ifc ihis-oiro *' riyWM
    roimucrai > on icitl r.. . iriwiirM
    llluil <- En rrnrHf l'humtnlM 'tu nt-
    .. n.mni J;
    IMrtlrrl uiiu iu W oUdt. >< nreni
    mutes if poq. !' I* itwwi r'
    D' .Vf mon.
    fle I frui" *V MMCIf i
    de Mjutp.Mller.
    MU
    BEiIOR0:CCS
    JUB0MT0IRE8 Svppsitotres an*
    Arniorruicl/uu. MlSUHtl, i/trongrs-
    donnant
    lUBOUTAit PommnJe contre lu
    htmvrro\Ue* rxtcrna
    m i liHlrlinii i
    V.il. ut |. IIMk I'.....
    Jabol. rgulateur de l'Intestin, fixe
    une heure constante aux Jubohses
    f EXTRAITS MtjttlftH Ju dot-leur
    tlongel Utgu' du /'o*
    :J
    :i r* cents gnrai, 1731! Hua
    du Magasin daj/tortt
    tfieiineiU d'arriver
    Ter A repasser No 2 et S
    Chaudire*, 5 0e 8% i) Pon *
    Manchettes % Houes et SerpeUe*
    En veule chez
    / feesmamwlG'Gr/KWOLW
    Rue du QtutUG17
    Pharmacie F. Sjour u
    Donne avis sa clientle aux mdecins et au public qu'elle a
    triorsorm son Laboratoire d'Urologie en un Laboratoire de
    biol >i|ie appliqu sous la Direction du
    Dr tticol et t. Sjoun
    Le laboratoire es' ouvert Lotu le* jours de 7 brri du m tin 6
    neures du soir pour louies les rechercbti et analyses prtvuis l'annonce ci jointe saut pour le
    Wasseriiiana ei m ooaittate Ure-Serlarte
    Seront reues que le ourdi de chaque semaine
    S'adre**ir a il Pharmacie pourles reoselglieittDtr
    Analyes d'urines ci .Suc gastrique
    Keariion de Wassennann
    Pfecttoo deTnbculet.
    Kiamen du sang et du pu?
    examen des matires fcales
    .Examen u cracha
    >4lhiirrir o'r/y-itor
    Constante Uf*n S^c r< Ml e
    Hecherrhe de ftpirohkto ei a de noecoqves. etr. 0t.
    Fuit ou Shoe l'olisii
    Company Inc.
    . ht tu York
    .Sf vous voulez troUgtr lape m Je vot tbussu-is
    * ma vtmbt, avoir un brtllani luiuani d iLrbU
    Si wm'voulez la couleur et la wuPtnu Je ce\
    tlijttisurti penaant lowui^to, i-r.j'.j/ex ht auront
    MOSQGRAd.
    h brique* spciale tient pour lu James et les fffUUmtn lu bi<'> Lie.
    Elle t>rotte la peau Jes enaussurts eontn l'bumiditi et la ebtker.
    lillt ^entretient leur toubliSU et eotUrm Uw brillvi1,
    UemanJt la inirqiie ViOM ) V (ho. JKANS8II4S ifwit fiOQf HnM
    Pharmacie W. Bach
    Vient et arriver
    Vacchi (rai*.
    Mentir* Dsxtri U?/!x^ Exeeti >#i.'e
    nourriture po>i* U e niante,
    Liqueur dj tKtoit* et fi lobule* H-
    bawi pour le traitement fie l'isthme.
    Emjrais chimique ft 9 I pour fleurs
    cl lgumes
    c K z 2 pour a> bres fruitiers
    Unebannenouvelis
    A Ii Conscience
    Gurdonoarle
    M. K ERNEST C4H1LLIS
    fabricant d < l.a ssures do
    tous qen rt Matiiai x
    sup ieur Sj.r s Prompti-
    ture cl it>
    GRAND HUE|1722
    l..i maison nous prie le
    porter l du publie que danle l>(|t
    (Irf.'K'ililer el sos nombreux clients, elle
    accorde partir du 1er
    Juillet i-:2:. nue prime
    d*uiie paire de clinussurcs
    au choix tout dtenteur
    de \ iiujt tickets.
    A la iloiisrieneo. telle est
    la devise de la maison.
    En consquence, On est
    pri de rclamer un rc;eu
    pour chaque aelial au
    comptant.
    Port au Prince juin 1923
    Maison louer
    Une jolie niais-on liante Af< nue
    Ducosts . ayant ** 11 ihambrst,
    L<*sin, remise< atr, etc.
    Pour reoieigneni< oit, a'adrivsae
    Joseph Praoeis, Angle ruis Cuu
    be et des I*rouis Forts.
    Inter Ngoce
    912 Hue des Miracles
    A vendre a un prix rai
    sonnaille :
    Un moteur marque fran-
    aise de eiii(| chevaux.
    lue machine pour bou-
    clier les bouteilles.
    lue niai'hine pour net-
    toyer la caf vert.
    i'ne machine pour pr-
    parer les biscuits
    Un arbre de transmission
    tVSO poulies et coussinsts.
    In piano l'layal en bon
    tat.
    Pour conditions s'adres-
    esr Inter Ngoce.
    AVIS '
    I n Texas Co a liionneur
    d'annoncer sa nombrsii
    si clientle (pTriie vient
    de transfrer ses bureaux
    a la Hue .Macajou.v prs
    del Compa.i le des Che-
    mins de fer dMiaiti,
    Tlphone n zrtir
    Astbmc
    a
    Trop faible
    pour travailler
    La vie courante des femmes n'est soi
    qu'un travail incessant. Combien plus ardue
    est la tche quand des malaises particulitnl I
    leur sexe rendent chaque mouvement pnible,
    Le systme nerveux est dcpang et la vie est l '
    d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dm |
    cette situation devraient profiter de l'exprititt
    de celle qui nous a envoy cette lettre:
    Lisez Ce Que Cette Femme Dit
    Manzaniilo. Oiiente, Cuba. ' jetais anmique Ht\
    frais lors de mes rgles. Ces douleurs me foraient*
    rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bis vom
    dtjicrrt quclqui-fois ai^.ies. quelqueiois sourdes et je man
    sais souvent. J'ai souftrtdc ce malaise pendantquiBeu
    avant de faire connaissance par l'entremise d'un funfc 1
    de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkhu. )t |
    'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un pb i
    de la recommander a toutes mes amies qui loulrm '
    mme malai-e." Srta. Marina Mu AvCalledeCird,
    4, Manzaniilo, Oriente, Cuba.
    Les frnii...... .cmtl'r-i.11- ne d: vmlenl pu fait*tMae)
    inui doivent Insister pour U
    Composition \rfegetale
    L cb Lydia E. Pinkkam,
    itoi i >, ire" ;.-c-..t ce. i./h,i4*M .i.fc
    r~~~~: -'
    Attention aux Amateurs
    na SrapiiflaooS \\ i
    Vientdarrive r un grand assort.me.it de (iMphops^J
    re grandeurs, et un tort stock de Disii.eNcompretiaDi "[
    disques en vo/ues, Tanjfj. Fox irjt, ) h Se), tas8lCi
    Un trouvera enie auue las diaquu snvanis : .
    l'ootToot TooUie, Gwdbye, I w.sh I couli >B2
    o'clock in the moroaig iiawaianiFoi trot.Hawaian 'nW
    l'ulon.
    Je sais que vous tes jolie, Quand les PapiMoni* ,n
    En stock ajcossoires paur graplionolas, Reworts-hu
    \ B. Les aiguilles 'Columbia )sont reeoiinaa
    L PHELZM1NNGGERH
    Hue du Quai
    i*i
    il
    rnsm-POSTEncr QLLECM&
    J'achite les Timbr<<8 Vel Colonies. Mf soumettre
    obantiliona ave: prix par 1(X) et pur 1 (HH''I'1 rliaqm sorte-1
    J'envoie gralluet fianco nu munro pccinien de raoj]
    /?iii/rjmmeiisiiolaveepiixt Thodore CHAMPION, 13, RmS
    lllel Excelsior
    CHAMP DE MURS
    Situation excei tionnelle. &e "
    n7avide par une installation ^
    premier ordre et un service
    chable.
    L'tablissement e*l a a i$\
    des familles* commerfa.Js.P***
    voyageurs Me pour pensions, W
    djeuners, dners, lunch, etc, ol
    maximum d'lgance et de conr,.


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM