<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN Ancien Professeur et Directeur 4e l'Ecole Nationale de Droit, Ancien Btonnier de l'Ordre JrAvocate •t, actuellement, Prsidant de notn Tribunal Boprdine. Les manuscrit i contiennent une matire abondante pouvant Atro divise en quatre ou cinq vol.im -s qui, pour tonte pronne s'occupant de droi hatien, dvie idront une m ivre essentielle de hibliotiiipic. ViGnzeKe des Tribunaux a, dans son nu mro de Fvrier 190, rendu compta de cette longue tu le de notre juris prjdence dam des termes sur les quels il convient d'attirer l'attention de tous les lgistes II y a lieu iii, pour montrer de quelle importance peut-tre, pour tous les hommes de loi, la publication de cette œuvre, d'en fixer cerlains caralrea. Il nous a sembl, tout, d'abord, qu'ai point do vue national, il tait mut'm nont li ii'i n le mettre son; Iss yeux le tous ceux q ii s'intressen! noire ftpubliqie, le Ioneffort de nos magistrats, fixant dos le dbut de l'institution de notre Tribunal S i pn-ui •. la jurisprudence biiiiennc, dans de. i in 1 et avec une omp lence qui fjutle |)lu^ grand honneur leureffoits. Montrer, au cous d'un sicle • poursuivante travers les heures liffle les d^ notrehi >loire, la pense hatienne, toujours vgi lan'e et 1res souvent savante, a'appli quant sans relche a rsoudre les tif Heulls de noire lgislation, c'est, en faisan I honneur A nos devanciers. non* bon ner noua mmes, dans la l Qu'ils nous ont lgu! et qui est ao tuclUmenl continue par tant de gens de OOBUr cl n 1 : jury. Christian Chrispin, pr sident. Me Ulrich Du vivier, conseil dj l'accus. Item tin serajog Pbalus Joseph, accus de viol sorte mineure Morgue rite Fortun. — \ LIS esprons qu n des mes iris seront prisss pirle Doyen du Tribi nal en vue d'em ficher que les on fente assistent a cette audience. Par Cable il) e mai n Nous rappelons nos lecteurs que c'est demain qu'aura lieu 8 Pari.siana 1 1 soire qu'organisent la talentueuse cantatrice Attela dj Pradioei cl noire B'ranger national, le chinsoinier Candio si syaupilliiqumenl connu. Il n'est vraiment pas ncessaire que nous insi-tions sur I intrt que prendront nos lecteurs a assister ce gala du rire, le la m isique et de l'art ton* court, promet!-ur de saines distractions et de dlassements agrables. Grand Gala Jeudi ft l'arisiana CHANT Loin de Sous Valse chante par ATALA FILM Air des bijoux ATALA FILM Intermde l ii o DE MIGNON L'Amour ot l'Apptit que, ont ils pense qu'il y avait lieu de 0 A ..„ li im |T P ,. n „ n \ c i e conserver, par 1 impression, l'ouvra uptrilienoi ne in in A(, M dont Us viennent de faire ici un AlALA es LAi 1res bref et trs insuffisant rsum. Il fan Irait, pour parvenir la publication des quatre ou cinq volumes, une somme d'environ mille dollars. Ils ont estim qu'en souscrivant a l'avance une so.ume de oquatre dollars, qui assurera la nossession de l'OUVrage entier une. fois dit, ceux qui voudraient bien adhrer la souscription contribueraieml, pour leurmodeete part I une (puvre le bon jalriol-, en mme temps qu'ils acquerraient pour euxmmes un ouvrage pratique capable de leur rendio les services les plus grands, quel que soi! d'ailleurs l'ordre on s'exer ce h ur activit sociale. Il ne ronvtrndrail le commencer l'impression le l'ouvrage que lors* que sa publication totale serait ebso lumenl assure k c et effet les signa tair de ret appel se sont constitus en un Lomit qui aprs avoir insist prs de l'auteur pour qu'il livre sou autre 1 publicit, en surveillant Itti-mme son impression, l'ont char g de recueillir le mont ml de la sous cription nces aire II vs sans dire que le Comit se lient pour respoo sable des fon 1 qui lui seront verss et que l'on voudra bien remettre Me Etienne Mallion qu il constitue ton Trsorier En offrant -on liocre hommage au travailleur distingj, patient si levant eut ur de l'ouvrage dont ils provoquent I* pre niera dition, les soussigns oui la ferme conviction que s'ils par o in mt, avec le con cours de tous, i la publication con p|t>' du Dictionn %  re de Jurispru don •• %  llulienne. ilauront rendu la collectivit un serviceapprciable. Reprant que vous voudrez bien Nouvelles Etrangres Pression anjjloamricaiiie sur la France dmentie LONDRES 2 — On annonce de source autorise que si la rponse de la Fran :e au questionnaire "britannique ne constitue pas une oa*e pour les ngociations ls cabinet se runira pour discuter l'opportunit d'une lotion indpendante. 0 t ssu re que les bruits dune pression anglo-amricaine sur la Frenee, pour le rglement de la dette de guerre, %  OoL/bsolumeul inexacts eu ce qui concerne l'Angleteiit. D'autre pal, aucun avis de Washington ne peut laisser supposer que les Etats U n* accueille!aient IVOC sympallne une telle proposition. Le rponse tint attendre de le Fiance, au qustionnaire, n'a pas eue >re t faite et on pne) qu'elle ne h sera pie merciedi cause de la lt"'gi [Ue. Aprs des dbats prolongs au su jet d.* U politifue du gHiveriiement dans l'administration du mandai de la PeJeeline, le cabinet i nomm u ie commission pour prparer un rapport dans le but de l'a re un examen srieux de la silualio'i Le bruit a c inru que le co ifrence d-s experts franos, anglais et eepa gnols sur h question de Tanger, avait chou. Ce brait est inexact, une 3me sance aura lieu demain, peadant les deui premiree runions, la semaiii-dernire les experts ont expos leurs vues qui sont extrmement divergentes. A la loett des N lions GENEVE— Le conseil de la Soci t des Nations a ouvert la session par une runion prive au cours le laquelle il y a eu de longs dbats sur la demande de la Grande Bretagne relative une enqute ayant pour but de dterminer si l'administra lion du bassin de la Sarre se con for me aux conditions lixes par le irai t de Versailles. Le conseil n dcid que les dbats sur la valle de la Sarre seraient publis ai commence faient demain. Le programme de la session comporte, outre la q eslion de la Sarre, la reconstruction de l'Autriche, un amendement du Cana da concernant l'artia'e X du pacte de la Socit des Nations, un rap port de la commission de l'opium et nint et la retonde situs prs de Nied. dans le dis'rict de Franciort, Isa plus grands ateliers de l'Aient* gne. i) locomotives taient dio.s la Rotonde, 4 usines de charbon ont t galement saisies dans le district de Lsugendreer. Due note du Vatican ROMSUne note officieuse du Va tic-an dit que le Pape est profonde ment atl.ist des nombreux actes de sabotage dirigs eoatre l*s franais pir les allsiuiode dans le territoire occup, son chagrin est d'autant plus grand que ce actes sont con mires aux principes de justice et de charit qu'il a vivement recomman ds et qui ont inspir h rcente tel tre du Cardinal Gaeparrt. On rapporte que A\:* une longue au lienee accorde sameli VI. Jttnart. ambassadeur de France, le Papa a expiiq l l'esprit de sa lettre et e i a c infirm le contenu. Il a 'lit qu'il craignait que NDIO a qui fait a douce oon a Duo lu baiser. %  ITi 1 . I ..JJ-J--J %  • %  ' ' |J ('omit; H ai tien de l'Alliance Franaise N me avons reu une brocburelle de 40 Pages contenant le rapport %  nnuel de l'exercice 1922-13 et des extraits do procs Yorhiux des sances „du Conseil d'Administration du Comit II lilien de I Alliance Franaise. Le bul clin contient, en outre. "I ; tableau des membre d*lionne ir; u i discours prononc par le ministre de Pranm an binquet h Jeanne d'4rc; le S tut on Financier au 'M \.vrii 192;t et l'Arrt prsiiantiel recon n lissant le Comit lliitien de l'Alli %  nco Francis' d'utilit Publique. Nos rem iciement pour ce gracieoi envoi. Fiana lies Nous avons reu l.i ctrte Je fi.m caille)de ville [vonne Rnoeal et de Hr Miinv Fils Aim. Nos compliments. vous iseocier ,* leur ouvra en sous erivanl la eourne ncessaire pour m ou plusieurs exemplaires, ils v me prientdi recevoir, MM. l'assuranoa d; leue considration distingue. i \i/ X!^ M0KRU4bel LEGER, K. MvllloM. LESPINASSK. Lon NAl.lt. BARAI .Seymour PHADEL, HBAISSA.N. le statut de la ville libre de Uanlzig. Sanctions imposes dans la i iiir Bill XELLES Les sanctions imposer daus la Rhnr, la suite de l'explosion qui a caus la mort de 10 soldats belge* samedi dans un train prs de Duisbourg, ont t dis cules pr le cabinet belge. Le g >u venenient e dj ordonn que dor %  avant des notables civils ailum m.h opposs l'occupation seront placs comme otages de protection sur les trains belges traversant le Rhin b Duisbmrg. Toute la Rdg'que est in ligue par le dernier altentat des allemands et les journaux conseillent de prendre des mesuies 1res svres, plusieurs mmes demandent qu'on adopte la mthode employe par Us aliemin ls en Belgique peu dan', la gurie, c'est-.-ilire qu on huma na certain nombre de nila bls a'Ieraaiidi comiae reprsailles aprs chaque a;te d'hostilit. le bolchvieme lie se rpande en Al magne il la soi te tle la soiffrance di peuple aile min I. L'agence o'Iicieuse Stefani dclare que d'aprs d?s infoimi tions obtenues au Vatican, le Pape a prescrit au Nonce papal A Berlin, de mire des reprsentations au gouver n ornent en vue de faire cesser la r listance passive dans la Rhur. lombes trouves COB'iECB — Deux bombes re tari ont t trouvv.es l'entre dn tunnel de Vliync, lune dlie a fait explosion en causant du lgers dommtgSS, un officiar d'artillerie franais est parvenu k enlever la fu se de l'autre avant qu'elle n'explo se. Le Gni'ral Gouraud lef-Tork NEW YORK — Le gnral (iou raud a t officiellement raeu l'Il tel de ville, la B mise et la Gham br^ do Commerce. Las acclam dions qui l'avaient accueilli dimanche fu reut encore plus enthousiastes hier. Sur tout le parcours une foule com r acle tmoigna son admiration illustre gnral, des milliers ds per sonnes taient muses prs de l'Un tel de ville, la Bourse notamment les courriers lui tirent un accueil en thousiaste. Le soir aprs un dtner offnet par la ManlnPan Club, leg nral Gourau 1 passa en revue 200 vtrans amricains. Failset g< Altagrace Dominique etl liana Avril sont peu de Leurs propos devenant tants pour les passants, le i me Thus Petit Homme, les ramener \ la raison, %, mise deliiie et des vieji furent exerces sur sa pe, par Altagrce Dominique. A3 bunal les prvenues coropr qu'on ne doit jamais avec un agent de la loi. — DupitO'i Olivier adore foi tes plume. Comm* le cocej du coq de Mme Clairiej Pi guet avait un certain clivod pilon s'appropria la ble ni| tri forme. Clairicia, n'acm! pas les choses de ette faon,, plainte li police. En vain, | piton paiera leco^ qaitreguun; comme prix eslinutif, ilsenj de miiiii puni par b justici —Jeux de mains, jeux dedj dit un vieil adage IdalizeVe et llia Fredy en oui fait l'expi ce. Au cours d une petite pl^ terie, les propos devenant i' Idalise rei;ut deux monunl doi^'l et au liras droit et Ulh blessure la tte. Elleseipli au Tribunal, leurs faits et t — Un assjrtiineiit d'fecto Ils taient .1 contre une. Jo Charles Thodore et AlbertJ llit-nes allaient de compagnie! la belle Lunercie Joseph survint un inilenteouuqtij l'moi dans tout le voisinais,] caporal Tlielor fili dutinli et trouvant sa prsence i tune Charles Thodore l'H la chemise. Ce mauvais ^estel rprim par la justice et le rpondront des faits. Indpendance des Unis de l'Amrique du i Aujourd'hui est le 147mi saire de l'Indpendance {o I l'ois de l'Amrique de .Nord. Des rceptions ont u lissM occasion la Lgation Amrw sur la demande de cellecj lel leurs des lgations et consuissi| t arbores varits CE SOIR U Fille d'Heroes* En 3 parties et VIEILLIR en t parties Entre gob: 0. SOceni Dsin es saisies DUSSELDORF — L-s premires sii-'s il^rcupation le pouvoir de saisir les proprits prives pour les rparations ont t annonces aujourd'hui. Troll usines ont t saisies pir les franais La premi re dpend des usines de locomotives Krupp. A Beg-troth, bien, .joatr.' loc'ini tives neuves ont et si s. L>s autres usine- le* tablieee enta Gutchoi, ? huile prs Oh.'ih lUsen • t i ii lermain>liol 1. | ml ,| |Vu blislif> les chiffres dnitlfsdu budget Franlil : Dpens s 2a.l02.487.5ofl Reeettei l'J.437.Wt.833, excdent des recettes sur les dpenses 33. 467.977 Cranoa. Le* recettes eepea dint comprennent un emprunt de 40 ) millions k mettre les stocks liquider 15 millions de renrb.ourse niant par les chemins de fVr d-; ma triel reu de l'Etat, SOI millions re ettes des impts sur les bnfices de guerre t milliards soit un to!al de '1.027 millions ds francs qui doit tre lalis. Grave accident Tours TOI RS—Une persenne a t tue et 14 blesses dont 2 grivement psn dont la course dugranl prix d'auto mobile Olll a t gagne par Ssagra ve conduisant una voiture <• Sun b M m . L'accident eut lieu un tournant. La vitesse moyenne de 121 kilomtres l'heure infrieure de 6 l| kilomtres au record tabli l'an dernier h Strasbourg. LES COU US NEW YORK 2 Prancs Sterling s IIsaisies '>-i| NngPARIS3 Francs Livres M 70 4,57 Ifi 89 77 16 Messe de Kequiem Mr et Mme Arthur Auguste I). Archer, 1 f parents et allis font chanier thdrale le 9 Juillet coursst. du malin, une messe de beeu a la mmoire de leur. regreejj parente et allie CliePan^J i Les amis sont pris de e prsent avis comme'"^ Port au Prince 3 Juillet j LeMalii Fond jejerjvr*^ Abonnemen* 8 IN } Port-au-Prince l,our Dperteroente Etranger boite Postale-\ff Tlphone %  '• BureauHM Am lc -ai iilneWfj Avie Au publi* du D'aprs instruction fl ment de l'Intrieur.^ Avis Il est annonc au public quaa No 1368, g.and Rue, seia install un petit dpt de gazoline daie, les marchs P 0 ferms les dimancW^ march aux vian-le ^ Clair qui restera ou" heures du matin ^ ^ restera natin (jendannerie



PAGE 1

il MATIN ll |SSt antiseptique gtrnra 4e mm l Fpidmiet m* •'••• ~ — Remerciements ^Vf EHginl Jo.iesel son enMelle Thr&e Jones. Mr le 7et Mme Pierre et Jones Mr et y Hnri Jones et leur enfanfs, rkRTdetMme Lon Jonc-.. Mr Itee Cari Emil Spas et enfant*. lMet Mme Edouard Junet et Cenfanl* Melle Muriamie Jones [Lille Bover, Pierre. Lou-s. Trjmm. Ileraux. D.tlencour, un, DVsravines. Tribier, Abcu Klieet loiwles aulre parent* Mi's remercient vivement tous Lqui ls ont assists et leur [tonn des tmoignages desymt ie l'occasion de lu perte don -fflf/ qu'ils vi'>ii lient d'prouver [Tpersoniie de leur regrett. hrd Bernard Jones, enlev Wiffections le iS Juin 1!2:t.et [•rient de croire leurs senti %  tede profonde gratitude. Effets adirs lliwussigne porte la connais|du public et du commerce que Mets suivants de la tiommUsinn jjur ont t adirs. 1 ktfet lt:i faveur Justin Lbiisson s'lej lt somme de :i00 gourdes en Jdu 26 Janvier \\}\l. M'EITet No 7 bis. faveur Vve J. on. Travaux Publics s levant liiommede I0!IP> gourdes. ilicdtas doivent tre dlivrs. Ihrl-au Prince' t Juillet 1923 Dame Vve Justin Lhrisson soussign donne avis ton l qu'il appartiendra que les rc%  suivants de la Commission Inre ayant t adirs, il les dmis, diplicttta devant lui en livr*. URcpiss No c'.H'.l, mis en fa" lffc.JhAng,adesMcN!inl h p :ti8,0 Rcpiss No -il'J mis en faveur Ceroees s'levant 200,1)0; 3o baiss No 26 mis en faveur de Mit Gasthier s'levant 093 lo cpits No 10!) mis Mme C. .In Mes 'levant f>0,00; oo Rcui tNo 39 mis en faveur de Mr tin Gauthier s'levant 269.00; Rcpiss No 3711 mis en faveur JlM Ferrari s'levant 215.00; Rcpiss No 1258 mis en faveur lW Mzidor s'levant I 3,8Q; t-au-PriDce t Juillet 1923 MEDERIC MORGAN w sougsigo donne avis a tous tt qu'il appartiendra que le rce • No D. 17') mis en faveur cl ALKEHTUU JI^NCU.' tt D %  • VIARD Hfca^j*'*jne, P>. M .... CQLGATF'S RlBBON DENTAL CHfAti De telles dent -opie* et un garon en boMM sant. Il *e : de COLGATE. Hotts vous expdierons diractdiDdal . COMMERCE— Mdicaments, (Quincaillerie, Produits chimiques, Parfumerie ele ARTICLES SPCUUX— Ciment l'oi'lland — Scotch WisLy. PRODUITS —Bois vendre ou acheter. Nous citons des prix etc sur demande. J. PAUKIHSOli ( Commerants — agents 17, Longton Grove, Svdenli.un, Londres Adresse cablegraphique : Sylonwitra, Londres Tlphone Sydenham 1660 I T 1 MALADIES DE LA FERiSS' Irrgularit st douloureuses fonctions menstruelle, Contrition des organes, Hmorragies, Varices, Hmorrodes, Mtrites, Age critique. Vertiges, suffo* cations. Formation de la Jeune Fille. Laboratoires TROOETTE-PERRET. 15. Use dit Immtubles Ir.dustnals. PUIS (France) APHLONE co tre les ColombiauSeainsliiptO jp oreiqn Services Steamer dirtflpar la Golonabiaa Steamship Company Inc. pour compte de • United States Slihping Le steamer V. \V M. TOPPEli venant de New York via les pom d i Aorcl. ist attendu A Port au Prince le 5 juillet courant. Il repartira la mme jour pour Us ports du Sud pre liant Irt passagers. Gebara et Compauy Agents Pharmacie Vient d'arriver Bueh Vaccin Irais. Meads Dexlri Maltose % ExcMm e nourriture pour les enfantsLiqueur de V Etoile et Globules H baud pour le traitement ^< VAsihm?. EnaraU chimique N 9 1 ^our fleurs et lgume* i N a pour arbres fruitier* ALUMINUM LISE N>w-Orlans el Sonlb American Steampshp C Inc. Prochains dparts ilmi% pour PortufuPHoc; — Il Mi SiS EWTO No*""*U r Orlans 17 juillet, Mobile 19 ju'Vct StS HACZFNSIE nouvelle Orlans SO Juillet Mobile c 2 Aot A partir de cette derrire date, il }/ aura une occasion chaque quinze jours pour les ports suivants : Carthagne, Porto, Colomhia, Curaao, Porto-Cubello f L a Ouayra, PoiuU-a-r ir* Fort de*France, Bndgtown, bat bidu, Port of Spain, Irinidad, Georges Joivn. Fort au Prince, te 4 Joittet ItSS A. de atc\TTE.S & Co Atjiiits West Ma Gil Coapuy La West India OU Company informe le public qu il partir du 2 juiilet l'.i23, son tablissement sera transfr au bas de la rue liantes peslouches, au vaste local de l'ancienne Savonnerie. La nouvelle position qu'elle occupe est la meilleure qu on puisse trouve • pour offrir une entire scurit a chacun tout en sauvegardant ses intrts. Les clients seront toujours l'objet de l'accueil le plus empress et leurs commandos auront la plus prompte excution. Propritaires de garage ou d'autos, chauffeurs, venez visiter notre nouvel tablissement et prenez chez noua les produits que nous vous offrons et qui sont garanti par une renomme universelle II. C. NORTON f'ri'/ificiiiire Pharmacie F. Sjourn Donne avis sa clientle aux md-cins et au pnli'ic quelle "* tranrsorm son Laboratoire d'Urologie en un Laboratoire d; biologie appliqua sous la Direction du Dr llicoi et h. Sjoun Le laboratoire es' ou voit tous 103 jours le 7 lire* da m? tin <3 aouresdu s^ r pour toutes les rechercues ei BORrfM p'tivuos des l'annonce ci jointe, saut pour le Wassermauu et h eooftlaole llrc'e^SCcrt lia Siront reues que !o mardi dj chaque aeinain S'adre>--v ia Pharmacie pourles rtosel^aa ieotr Analyes d'urioes §1 Sa • gastrique Haclion de Wasseimann Baactioo de Triboule'. bliamen du sang e du pi Examen dea matierea fealea lumen ue cracha' (bon ino r*a*J Qf Constante L'r 'SJMlIlwi Recherche de n?ges de? ernktt ^ ,e tur. notre Hocli rit pieique Xov* ii'enuuirons nas. qu'il vous sulti voir que vouspeuVez trouer 'oui c que vous ave befOJQ 11 ^^ me• —1 r~ -• ur hemmea. T.ules garniiu'i-s por robecl MX. Ri l-nt ci or, Bandea x, E*antaili Q a, Ri de aoie x>m ic-r's les me'Huuffs marqi ea Rideua ti 1 e ( ipui %  1 1 %  J . Il/,, lla %  ><• %  /Ntt.n A.. > a. a. "ir, Soie la^ak a pour hotnr lenms, FleuTi pail| \ 6ne H'I Rli T ve Fruits en puir pour ark aid. -Viulfz notre d'pni le meuble, lils, aru ou.., c>iip. U <-to. PAUL E AUX1LA. Rues raveisire qduMaaasin de C Etat



PAGE 1

1} \.-*llh r-, ..• LU U F : %  pour )ss s:' -.i, fin : • r t •* !t La BYIIALDOE M itl tteal pour le voyage. P.4B l pi comprima aJasiec et ..:• que dose Jete sans •.!-..< ; • Beat donne la aotuUon parfum Pailslsr.ne a ad-.pte p^ lez soini ritucls de sa personne. i %  C>* v V • ; I GYRALD03E #t im pro4uH anttMHiaue. nnn caustique, o. .->•... itani ti mirrohkide. A base de pyottMti, l'aiii!* hyrr.i.,-: j P trloxymt. i>, < ci dn ;min? t'Uatfe. fie prend n:oii<. 11 • • toute ftOUM soucieuse de ton :> %  UH tuU PAIU. et t> pi.'M ff g£: if' ^* S; . r M l.ll I M i. %  il. I i %  %  ... Vaillant tf-Houel Ignitl gnra, 1721' Hue du M£fg:n d# l'Etat vieDLcnl (l'arriver t h% di., e t 8 % 0 Point r amheUes titre* ..;de Lydll E Pinkhani d, nat ire pris SUIT, (ML i. Co %  Vu amrnt •st prpar aVW -oins et dana d. ; condittu ;s hvgiaoiquM idales et est cn-ieioniei.t tirrf d'bubaa mtdtciaalaa. il ne rentre aucun narcotique eu drogge daua M ce npoaltioM et peut tro pris en toute sur. t Pourquoi o (LIS SM J r ce BB %  '. ilita.it Comp< >ositior?.\(,;^-':a cU lydia E. Pmkham —— I HroiCINB CO. ..,-, •. >r: v^i. W.O.A. Use bonne nouvelle A la Conscience | dllIHIOl'ir M. E. KI5M0SICAMILI.i: Fabricant de chaufturM da loua


PAGE 1

(7int asss No S047 Port a Pviao* ( Hast! .) DIRECTEUR PROPRITAIRE IMPRIMEUR Clment Marjloire BOIS vi;im 1358 Hue Amricaine NUMERO 20 C ENI1MEs Hsraraii 4 SH i)li Quotidien VI Aclueliemeiit. la ncessit la F lus urgente s'impose ;i tous les Hommes qui ont la responsabilit du pouvoir ou qui dirigent 1 opinion, de faire un nouvel et grand etlort pour l'instruction et j ducation des catgories sociales les moins fortunes .1 qui la duret des temps a rendu l'tcu de de plus eu pius difficile. lELElhOi\E No 42 La propagande commerdals sur h Etais-Unis marchs trangers Comment U faudrait or ganter la, propagande FftRIIiftDE 'ne rglementation nouvelle pour [ 1 vn.,!n .ml',^. I • s uis envo,s *"i*** 2 u >,r,ie reforme administrativ C'est sous ce litre |iio nous pons reproduit dans notre dition tanedi un article de nuire col•ateur L'on Laleau publi la Revue de la Th ambre de men Fia m vu se. [Dans une argumentation pleine Iwque cl de lion s>>ns l'auteur Tique notre tendance nous enWiiasmer de la littrature Irancomme si cet.ul le seul inonde nous luire apprcier par la ce et de dvelopper nos rapF conomiques avec elle. Ljla propagande en faveur de F?*?'., d lh, \ T'^HM (iue "Miet et la matrise avec telles on les organise ne sejamais (pie de nul ellet tout ['ps que I..11 s'obstine m; savoir que MI :1 caractre doit tout, lrj pratique et eomBjw.ne s Mirait tre mieux pen peux dit, et c'est cerlaine'P"on des -eus senss. %  J* w 's les confrences la nie, tous 1,-s dis-ours sur '^laux franais ou hatiens, Tf'cesile vers des plus * adorateurs et apologistes *f nde propa\T rs avcc la F !" ce. {1 aire avec succs de la pue commerciale sur les et Sngers, n faul com lnneareen valeur en Son ,"' P ar ,,ne 'nne prdons?, pro,,l,ils ( le nous ta/ mar ''-l"'s, y taK8 ti j n 8 P er 'nanenles ••Pn ,,ans Je locaux h'pfj,'" 0 ,,os Passants, jbls S ,1,;n 'Je si bons WW 8a ^s axons.On no, n ,e ces exposi>l^n l ls ,; M,S ,,;,MS hleur.u ,ll!S '"Juslrielles, W ^ 'n.,,n.e,se et Ki 111 Putpassa[r' ie ^ iuin VT^sChamRfc e V T an ^ 1 ~ ncessite a cs g 0rlie? -,-. de fonds. Dans aucun paya du nonde la propagande ne se fait Ban argent. En Allemagne, le chiffre prvj au Budget pour la propagande en faveur .lu commerce alleina.nl s'levait, avant la guerre, des millions de marks A ct dcela, au Dpirtement "••s Allair-s Khan-res, existait OU existe encore peut-tre, un oljee spcial ou IWecririUah\p rfU T liDlornutioB je hommes d'affaires a emands.des renseignements dtaills sur toutes les Banques el tous les tablissements commerciaux et industriels d.i monde, plus particulirement sur leurs crdits et leurs chiffres d'affaires. iNous citons ce cas seulement comme exemple, car il est bien ccr tain que nous n'avons pas les moyens, lout disposai! et dont dispose encore PAHemagne mme de maintenant Mais ce qui S'est pratiqu et" se pratique encore sur une ffrande echeue dans ce pays actuellement ruin, ne peut-'il pas tre fait en petit chez nous. Ce s,nt des dpenses pro • lutives, et il est souhaiter qu'elles soient faites, mais qu'elles soient laites de faon intelligente. Et si elles doivent tre laites,nous suggrons que les sommes destines l'achat des produits exp (lier pour nos expditions perma nentes soient confies la Chambre ,1e Commerce Hatienne Port-au-Prince, laqu Ile aura certainement le souci de choisir des produits bien | rpars, et de les taire emballer d • faon qu'ils arrivent destination en bon tat. Quant aux fonds qui doivent servira la publicit, ils seraient directement exp-lis, avec des iris tendions spciale-, nos consulats et rpartis suivant l'importance des centres o ils sont tablis et proportionnellement l'tendue de nos rapports avec ces centres. Nous entendons souvent reprocher nos agents consulaires l'tranger de montrer de l'insouciance dans l'accomplissement de leurs devoirs, particulirement en ce qui concerne la propagande. Meis on ne lient pas compte de toutes les obstr.jetions qu'ils rencontrent et ipn dsarment leur mission. Nous entendons parler des agents de nationalit hatienne, bien entendu, car ceux de nationalit trangre qui nous reprsentent l'tranger, bien souvent, ne connaissent mme pas la position gographique d'Hati. Nos consul-, se trouvant parfois dans i impossibilit de tourn inforni .ions h s plus lment sur notre commerce, taule < le documents. \n tllei, il ne se trouve pas en Hati une seule publication Dl L ,*.'ni3lration des Poules des Msls-J nu hit connatre qu' partir nferma ni des objets passibles de droits de douane en provenance de l'tranger, seront accepts par son service, la ceuli1,0,1 (le P or| er '• mention ; M 1V [ )V opened fer custons nrnmioation, beroiedehvery. fpeul tre ouvert pour vrineatifts douanire avant dl t,ibulioiO U* lel'r sel paquets clos renfermantes* objets passibles de droits de douane qui ne porteront pas la mention requise Beroatreovovs l'exo dtteur. l "Ll-Siv.Hiis, |3jttio 1023 L'ficoie d ) la Glacire L'est La MATIS le premier oui, aprs uvo'r dlguVna de ses rdacteHNl*Uaiae Qlace de la Rnedu Magasia de l'Etat, parla de la cra'00 de eue utile KMIO SMtuite-qui 'o ic'i me mervei le. Nous avions dit, a lpmpie, que cette ouvre tait due la gnreuse iniria'ives de Mr Ujardem lai, et n impretsioa su,i utilit de cette ft-de et nous l'avons tnuv favorablement iiits|>i>.. Oa dont nous nous Sommes rjouie. donnant %  n'-m %  les noms et les adresses de nos commerants. A ct de cela, loin d les encouragera a, 1er le Gouvernement dans sua piogramme d'action, on sup prime au contraire lespstites valeurs qui leur taient accordes pour les dpenses les plus ncessaires;' la bonne marche du service consulaire. INous le rptons encore, il n'y a pasth propagande possible sans argentNous pensons comme notre ami Laleau (pie nous ne devons pas, l'instar de Talleyr.md. dire nos reprsentants qui [KM lent pour l'tranger: allez et que je n'entende) plus parler de vous, mais de leur crier : allez el que pur une propagande intelligente qui ne doit pas connaltie de halte m de cesse, j'entende parler de notre pays, de ce qu'il produit, des esprances irralises que sont sa t;rre il son MOIS loletc, %  et nous pommes d'avis qu'on ajouts la lin de ','..; ministrielle el ont t i IH qu < imaginer des ombioamoqs el prseoier presque des plans deco-n position du nouveau cabinet, Et oonuae nous avons ers utile d apprcisr leur i-,..-... d • procder el leur langage, l'un d'eux, en nous donnant la rpUqie, s'est tonn q'iele Hitin i n'ait pas f.it C jn natre son Opinion, autant sir la va [or du cabinet actue lem ni en onction q te sur i,choix des p r SOUnages .pu p.iirrd,nl ventuel e ment tre appels lui succd -r. Nous avons dj rpondu qna, au pont di vue des personnes, nous n avions pas d'opinian %  risquer. H rus voulons ajouter, aujourd'hui, une. notre sens ce ne sont pas tint.les pars mats que Iss systmes qi U importa ds cbiogar, et que la qualit des chef d'administration et du personnel a Iministratif, ainsi que l'organisalion .1-s service* pubticsel I application de bannes ,„•.. tli -les d travail, coosiituenl pour nous des que (ions autrement in portantes. Lttnrnistrea pnssenl el ne rsteal pas ; les services publies sont per rntnents ; leur exp ditioa e t c qui Intresse t 'partieulirsmeot le pu DIIO qui en n lo .jours besoin. Il n set diiic de rien de mettra beau coup de soin dam le choix d s mi nistres, si la faon dont e*t organi fe l administra ion es| elle m-ne dfectueuse. Et, dj l'opinion gnra I-, elle Ici. II n y a d m s nos services publics 1 Mordra relatif: il n'y a pas de inellioil.. ivtflin'ntairc de travail, mus d-3 ftoosde-travailler rariiat au gr 1M clucud ; il n'y a pas de reglmintatiDn qianl ax dtails les plus hii ns d s se: vie s Mien ne dlimite l'action du ministre, par exemple, par ripporl i celle du ensl de division. Qiaai une chose a mil mirch*. luo rejette | respanss bible | r | autre : le j,| is souvent Il tante oa revient aix Jeax, p iree qu-, prcisment, i absence d rs gleme dation le v ut ainsi el I iis S (\ aa peint de vue ds la marcha des services, les limita trop {tlotlHiites entre ces deux fonctionnaires. Nous nous proposonsdsotr rdani quelques dtail; uni-, auparavant, iiou* les mettons sous les auspices dei consi lralions suii intet, que nous re inmmaodons I, m litation des le i ur; elles sont extraites du livi i de .1 ctrine administrative de M. Mberl Scbatz, dont nous avons paris* l'autre jour : 1 S'il i est %  e core rtossible, pour la plupart dos empl as publics, de choi-ir e lira un nombre suffisant de • li'lnl I ;. il | ,i ,.„ s.-eon 1 lieu que l' s prc ls de recrutement 1 offrent I— ira u lies ncessaires. A eet gard dj i. In | i slioa se prsente moins fa mr iblem nt. Malgr les innombrables veSQl et proj trelatifs au statut des fonctioonair -. i reste trop vident que la faveui el par consquent l'arbi traire svissent la fois quant a la nominatbn rt quant a l'avancein-ni de ces agents. INur la majont des empl ds, les gouvernants ont rserv le champs libre h leur bon plaisir, eue dicte souvent snns doute un louable souci de l'intrt gnral, mais auquel ne restUl pas toujours tranger B certaines proccupelioaa moins leves. Le risque serait ngligeable avec des gouversssda cspe> bl.t d'administrer .-i imbu.-* des pria etes essentiels d'une bonne admi nisiraton; d est considrable dans l'tal prsent des choses.... • ...Beaucoup de fon -tionnaires fianciis ont aim avec passion une tache qui, aujourd'hui, est pour eux i" birenle 1 1 sans allrait. Ce^rlaina d entre eux, sans doute, seront de ambitieux dus, mais d'autres, tes sont les meilleurs, auront simple ment perdu U foi, compris ou cru comprendre qu'ils s'taient donns tout entiers une suivre indigne de leur dvouement, parce qu'elle sup pose un plforl concert que d'autres se la {missent pas et paice que ,-eux qui dir.g ni e le ceuvie eolleelive n'ont pis apprci la valeur et le mrite de I, ur effort. ,,; cette fil tait la meilleure rserve de foi ce il me un corps de fonctionnaires manifo demi nt guids par un autre souci que le dsir du gdn el c'est vainement qu'on eher. cbi ra i les reprendre en exerant sur eux la h luction inoprante d'une veil m a 1 s traitements... •> N dur llement, cela est erit en X|1 "'e I dministration franaiiei mailout de mme FIAOU Jurisprudence Hatienne bitd 0 'tt rVotfj avons reu /" circulaire suicdunte que nous reproduisons rii engageant WiS lecteurs 14 sous %  /,, %  ,, in publication de tnportant ouvrage de Me. Kmmanuel Kthart, n wri i tnincnwii ni na tionale rt d'une utilit incontestable. \?00fl SI DS MI l'oci I ioa ds lundi d'un d' •b i---1 i' ilm. hatienne qui nous a i I qi est ceit iloemi nt. d'une iin| "i ii i considrable. I D patient el savant juriste a runi dans un ordre m'thodiaue, autant qu'il a t possible de le faire, la ju ruprudence de notre Tribunal de Cas nalio >. d, pui ton origine jusqu' i'" jours, I es diiient s questions "'" '•' 1 elha noire Haut tribunal •' tuer' sont pr, nies dans ui od dpbsbliqu*' : 11 aprs un rsum d, fai s historiques auxflle SH ii Iss !i, -ut i t des difuxqud ese | don.par la junspiudrnc avec une DS pif iaioiidonl personne ne s tonnera qpand nu -aura que l ouvrage dont il r*l question est \ œuvre de Me. ESSIAMEL fruuxs


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05968
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 04, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05968

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
(7int asss No S047
Port a Pviao* ( Hast!
.)
DIRECTEUR PROPRITAIRE
IMPRIMEUR
Clment Marjloire
bois vi;im
1358 Hue Amricaine
NUMERO 20CENI1MEs
Hsraraii 4 SH i)li
Quotidien
VI
Aclueliemeiit. la ncessit la
F lus urgente s'impose ;i tous les
Hommes qui ont la responsabi-
lit du pouvoir ou qui dirigent
1 opinion, de faire un nouvel et
grand etlort pour l'instruction et
j ducation des catgories socia-
les les moins fortunes .1 qui la
duret des temps a rendu l'tcu
de de plus eu pius difficile.
lELElhOi\E No 42
La propagande commerdals sur h Etais-Unis
marchs trangers
Comment U faudrait or ganter
la, propagande
FftRIIiftDE
'ne rglementation nouvelle pour [ 1 vn.,!n .ml',^. I s
uis envo,s *"i*** 2 u >,r,ie reforme administrativ
C'est sous ce litre |iio nous
pons reproduit dans notre dition
tanedi un article de nuire col-
ateur L'on Laleau publi
la Revue de la Th ambre de
men Fia m vu se.
[Dans une argumentation pleine
Iwque cl de lion s>>ns l'auteur
Tique notre tendance nous en-
Wiiasmer de la littrature Iran-
comme si cet.ul le seul ino-
nde nous luire apprcier par la
ce et de dvelopper nos rap-
F conomiques avec elle.
Ljla propagande en faveur de
. F?*?'., d.lh,\ T'^Hm (iue
"Miet et la matrise avec
telles on les organise ne se-
jamais (pie de nul ellet tout
['ps que I..11 s'obstine m;
savoir que mi:1 caractre doit
tout, lrj pratique et eom-
Bjw.ne s Mirait tre mieux pen
peux dit, et c'est cerlaine-
'P"on des -eus senss.
J*w's les confrences la
nie, tous 1,-s dis-ours sur
'^laux franais ou hatiens,
Tf'cesile vers des plus
* adorateurs et apologistes
*f iffi',MVTr ''"s ili'ines
M lustrer la boutonnire ,1e
tueurs de la rosette rouge
'Vl 'te, suivant leurs mentes
lut L qUa,d i,s ,il! reton-
EfV1 France m^me,-|
Imilrf'i m"lv',ls Prisant
Efc^' <* K'nro de
, ia pas de rsultats
.suen est pour ceux qui
fe^'eau, lans sonar-
1SJa,ll'^'>nde propa-
\Trs avcc la Fce.
{1 aire avec succs de la
pue commerciale sur les
et Sngers, n faul com
lnneareen valeur en
Son ,"'Par ,,ne 'nne pr-
dons?, pro,,l,ils (le nous
ta/ mar''-l"'s, y ta-
K8tijn8 Per'nanenles
Pn ,,ans Je locaux
h'pfj,'"0 ,,os Passants,
jbls S,1,;n'Je si bons
WW8a^-saxons.On
no, n ,e ces exposi-
>l^nlls ,',;!M,S ,,;,MS
hleur.u ,ll!S '"Juslrielles,
W ^ 'n.,- ,n.e,se et
Ki111' Putpassa-
[r'ie^iuin VT^sCham-
RfceV,Tan^
1 ~ ncessite acs g0rlie?
-,-. -

de fonds. Dans aucun paya du
nonde la propagande ne se fait
Ban argent. En Allemagne, le
chiffre prvj au Budget pour la
propagande en faveur .lu com-
merce alleina.nl s'levait, avant
la guerre, des millions de marks
A ct dcela, au Dpirtement
"s Allair-s Khan-res, existait
OU existe encore peut-tre, un ol-
jee spcial ou IWecririUah\prfUT
liDlornutioB je hommes d'affai-
res a emands.des renseignements
dtaills sur toutes les Banques el
tous les tablissements commer-
ciaux et industriels d.i monde,
plus particulirement sur leurs
crdits et leurs chiffres d'affaires.
iNous citons ce cas seulement
comme exemple, car il est bien ccr
tain que nous n'avons pas les mo-
yens, lout disposai! et dont dispo-
se encore PAHemagne mme de
maintenant Mais ce qui S'est pra-
tiqu et" se pratique encore sur
une ffrande echeue dans ce pays
actuellement ruin, ne peut-'il
pas tre fait en petit chez
nous. Ce s,nt des dpenses pro
lutives, et il est souhaiter
qu'elles soient faites, mais qu'elles
soient laites de faon intelligente.
Et si elles doivent tre laites,nous
suggrons que les sommes desti-
nes l'achat des produits exp
(lier pour nos expditions perma
nentes soient confies la Cham-
bre ,1e Commerce Hatienne
Port-au-Prince, laqu Ile aura cer-
tainement le souci de choisir des
produits bien | rpars, et de les
taire emballer d faon qu'ils arri-
vent destination en bon tat.
Quant aux fonds qui doivent
servira la publicit, ils seraient
directement exp-lis, avec des iris
tendions spciale-, nos consu-
lats et rpartis suivant l'importan-
ce des centres o ils sont tablis
et proportionnellement l'tendue
de nos rapports avec ces centres.
Nous entendons souvent repro-
cher nos agents consulaires
l'tranger de montrer de l'insou-
ciance dans l'accomplissement de
leurs devoirs, particulirement en
ce qui concerne la propagande.
Meis on ne lient pas compte de
toutes les obstr.jetions qu'ils ren-
contrent et ipn dsarment leur
mission. Nous entendons parler
des agents de nationalit hatien-
ne, bien entendu, car ceux de na-
tionalit trangre qui nous repr-
sentent l'tranger, bien souvent,
ne connaissent mme pas la posi-
tion gographique d'Hati.
Nos consul-, se trouvant parfois
dans i impossibilit de tourn
inforni .ions h s plus lment
sur notre commerce, taule < le do-
cuments. \n tllei, il ne se trouve
pas en Hati une seule publication
DlL,*.'ni3lration des Poules des
Msls-J nu hit connatre qu' partir
tauv cachets ( paquets lettres re-
command* ou non. i>nferma ni des
objets passibles de droits de douane
en provenance de l'tranger, seront
accepts par son service, la ceuli-
1,0,1 (le, Por|er ' mention ; M 1V [)V
opened fer custons nrnmioation, be-
roiedehvery. fpeul tre ouvert pour
vrineatifts douanire avant dl t,i-
bulioiO
U* lel'r sel paquets clos renfer-
mantes* objets passibles de droits de
douane qui ne porteront pas la men-
tion requise Beroatreovovs l'exo
dtteur. l
"Ll-Siv.Hiis, |3jttio 1023
L'ficoie d ) la Glacire
L'est La Matis le premier oui,
aprs uvo'r dlguVna de ses rdac-
teHNl*Uaiae Qlace de la Rnedu
Magasia de l'Etat, parla de la cra-
'00 de eue utile KmIo SMtuite-qui
'o ic'i me mervei le.
Nous avions dit, a lpmpie, que
cette ouvre tait due la gnreuse
iniria'ives de Mr Ujardem lai, et MM. DuqueroueUe H Astr. I Moites
donnaient gradeuiemeal leur colla-
bfition.
Quand donc nous avons flicit M.
Pari de t(ists qui a t ralise de
la cration d'une cole populaire
gratuite, nous tendions le renier-
cier d'avoir continu un ordre de
choses ,pri| eA venu trouver et dont
nous savions qu'il navait pas eu la
palernit'-..Nous avons eu daman 1er
Mr Parkj sr>n impretsioa su,- i uti-
lit de cette ft-de et nous l'avons
tnuv favorablement iiits|>i>.. Oa
dont nous nous Sommes rjouie.
donnant n'-m les noms et les
adresses de nos commerants. A
ct de cela, loin d les encoura-
gera a, 1er le Gouvernement dans
sua piogramme d'action, on sup
prime au contraire lespstites va-
leurs qui leur taient accordes
pour les dpenses les plus nces-
saires;' la bonne marche du ser-
vice consulaire.
INous le rptons encore, il n'y
a pasth propagande possible sans
argent-
Nous pensons comme notre
ami Laleau (pie nous ne devons
pas, l'instar de Talleyr.md. dire
nos reprsentants qui [km lent pour
l'tranger: allez et que je n'enten-
de) plus parler de vous, mais de
leur crier : allez el que pur une
propagande intelligente qui ne
doit pas connaltie de halte m
de cesse, j'entende parler de
notre pays, de ce qu'il produit,
des esprances irralises que
* sont sa t;rre il son mois loletc,
et nous pommes d'avis qu'on ajou-
ts la lin de <- lie harangue, ce
que le Quai u'i trs .v a certaine-
in i i dit au grand imiustiiel qui
dirige \',\ mltassade as I i im i n
Allemagne : partez, les Irais de
cette piopagande sont ports au
Iget el... vous les toucherez.
Tool rcemment, dei confrre
ni Lui grand bru't autour de la rc
I >','..; ministrielle el ont t i ih
qu < imaginer des ombioamoqs el
prseoier presque des plans deco-n
position du nouveau cabinet,
Et oonuae nous avons ers utile
d apprcisr leur i-,..-... d procder
el leur langage, l'un d'eux, en nous
donnant la rpUqie, s'est tonn
q'iele Hitin i n'ait pas f.it Cjn
natre son Opinion, autant sir la va
[or du cabinet actue lem ni en
onction q te sur i,- choix des p r
SOUnages .pu p.iirrd,nl ventuel e
ment tre appels lui succd -r.
Nous avons dj rpondu qna, au
pont di vue des personnes, nous
n avions pas d'opinian risquer.
H rus voulons ajouter, aujourd'hui,
une. notre sens ce ne sont pas
tint.les pars mats que Iss systmes
qi U importa ds cbiogar, et que la
qualit des chef d'administration et
du personnel a Iministratif, ainsi
que l'organisalion .1-s service* pu-
bticsel I application de bannes ,..
tli -les d travail, coosiituenl pour
nous des que (ions autrement in
portantes.
Lttnrnistrea pnssenl el ne rsteal
pas ; les services publies sont per
rntnents ; leur exp ditioa e t c
qui Intresse t'partieulirsmeot le pu
DIIO qui en n lo .jours besoin. Il n
set diiic de rien de mettra beau
coup de soin dam le choix d s mi
nistres, si la faon dont e*t organi
fe l administra ion es| elle m-ne
dfectueuse. Et, dj l'opinion gnra
I-, elle Ici.
II n y a d m s nos services publics
1 Mordra relatif: il n'y a pas de
inellioil.. ivtflin'ntairc de travail,
mus d-3 ftoosde-travailler rariiat
au gr 1m clucud ; il n'y a pas de
reglmintatiDn qianl ax dtails
les plus hii ns d s se: vie s Mien
ne dlimite l'action du ministre,
par exemple, par ripporl i celle du
ensl de division. Qiaai une chose a
mil mirch*. luo rejette | respanss
bible | r | autre : le j,| is souvent
Il tante oa revient aix Jeax, p iree
qu-, prcisment, i absence d rs
gleme dation le v ut ainsi el I iisS(\
aa peint de vue ds la marcha des
services, les limita trop {tlotlHiites
entre ces deux fonctionnaires.
Nous nous proposonsdsotr rdani
quelques dtail; uni-, auparavant,
iiou* les mettons sous les auspices
dei consi lralions suii intet, que
nous re inmmaodons I, m litation
des le i ur; elles sont extraites du
livi i de .1 ctrine administrative de
M. Mberl Scbatz, dont nous avons
paris* l'autre jour :
1 S'il i est e core rtossible, pour
la plupart dos empl as publics, de
choi-ir e lira un nombre suffisant de
li'lnl I ;. il | ,i ,. s.-eon 1 lieu que
l's prc ls de recrutement1 offrent
I ira u lies ncessaires. A eet gard
dj i. In | i slioa se prsente moins
fa mr iblem nt.
Malgr les innombrables veSQl
et proj t- relatifs au statut des fonc-
tioonair -. i reste trop vident que
la faveui el par consquent l'arbi
traire svissent la fois quant a la
nominatbn rt quant a l'avance-
in-ni de ces agents. INur la majo-
nt des empl ds, les gouvernants ont
rserv le champs libre h leur bon
plaisir, eue dicte souvent snns doute
un louable souci de l'intrt gnral,
mais auquel ne restUl pas toujours
tranger b certaines proccupelioaa
moins leves. Le risque serait n-
gligeable avec des gouversssda cspe>
bl.t d'administrer .-i imbu.-* des pria
etes essentiels d'une bonne admi
nisiraton; d est considrable dans
l'tal prsent des choses....
...Beaucoup de fon -tionnaires
fianciis ont aim avec passion une
tache qui, aujourd'hui, est pour eux
i" birenle 11 sans allrait. Ce^rlaina
d entre eux, sans doute, seront de
ambitieux dus, mais d'autres, tes
sont les meilleurs, auront simple
ment perdu U foi, compris ou cru
comprendre qu'ils s'taient donns
tout entiers une suivre indigne de
leur dvouement, parce qu'elle sup
pose un plforl concert que d'autres
se la {missent pas et paice que ,-eux
qui dir.g ni e le ceuvie eolleelive
n'ont pis apprci la valeur et le
mrite de I, ur effort.
,,;- cette fil tait la meilleure
rserve de foi ce il me un corps de
fonctionnaires manifo demi nt guids
par un autre souci que le dsir du
gdn el c'est vainement qu'on eher.
cbi ra i les reprendre en exerant sur
eux la h luction inoprante d'une
veil m a1 s traitements... >
N dur llement, cela est erit en
X|1 "'e I dministration franaiiei
mai- lout de mme.....
FIAOU
Jurisprudence Hatienne

bitd0'tt
rVotfj avons reu /" circulaire
suicdunte que nous reproduisons
rii engageant WiS lecteurs 14 sous
'/,, ,, in publication de tnpor-
tant ouvrage de Me. Kmmanuel
Kthart, n wri i tnincnwii ni na
tionale rt d'une utilit incontes-
table.
\?00fl SI DS mi l'oci I ioa ds lun-
di d'un d'
b i---1 i' ilm. hatienne qui nous a
i I qi est ceit iloemi nt. d'une
iin| "i ii i considrable.
I D patient el savant juriste a ru-
ni dans un ordre m'thodiaue, autant
qu'il a t possible de le faire, la ju
ruprudence de notre Tribunal de Cas
nalio >. d, pui ton origine jusqu'
i'" jours, I es diiient s questions
"'" '' 1 elha noire Haut tribunal
! ' tuer' sont pr, nies dans
ui od dpbsbliqu*' : 11 aprs un
rsum d, fai s historiques aux-
flle sh ii Iss !i,-ut i t des dif-
uxqud ese | don-
.- par la
junspiudrnc avec une
DS pif iaioiidonl personne
ne s tonnera qpand nu -aura que
l ouvrage dont il r*l question est
\ uvre de Me. Essiamel fruuxs


LE MATIN
Ancien Professeur et Directeur 4e
l'Ecole Nationale de Droit, Ancien
Btonnier de l'Ordre Jr- Avocate
t, actuellement, Prsidant de notn
Tribunal Boprdine.
Les manuscrit i contiennent une
matire abondante pouvant Atro di-
vise en quatre ou cinq vol.im -s qui,
pour tonte pronne s'occupant de
droi hatien, dvie idront une m ivre
essentielle de hibliotiiipic. ViGn-
zeKe des Tribunaux a, dans son nu
mro de Fvrier 190, rendu compta
de cette longue tu le de notre juris
prjdence dam des termes sur les
quels il convient d'attirer l'attention
de tous les lgistes II y a lieu iii,
pour montrer de quelle importance
peut-tre, pour tous les hommes de
loi, la publication de cette uvre,
d'en fixer cerlains caralrea.
Il nous a sembl, tout, d'abord,
qu'ai point do vue national, il tait
mut'm nont li ii'i n le mettre son;
Iss yeux le tous ceux q ii s'intressen!
noire ftpubliqie, le Ion- effort de
nos magistrats, fixant dos le dbut
de l'institution de notre Tribunal S i
pn-ui . la jurisprudence biiiiennc,
dans de. i in1- et avec une omp
lence qui fjutle |)lu^ grand honneur
leur- effoits. Montrer, au cous
d'un sicle poursuivante travers
les heures liffle les d^ notrehi >loire,
la pense hatienne, toujours vgi
lan'e et 1res souvent savante, a'appli
quant sans relche a rsoudre les tif
Heulls de noire lgislation, c'est,
en faisan I honneur A nos devanciers.
non* bon ner noua mmes, dans la l
Qu'ils nous ont lgu! et qui est ao
tuclUmenl continue par tant de gens
de OOBUr cl D'autre part, si l'uvre se trouve,
ainsi que non-* venons de l'exposer,
minemment nationale,elle prsente
aussi, au point le vue des conflits du
droit h ltien, une importance non
moins grande. Dans un pays o les
bibliothques puhliques manquent en
core, o les archives des greffes et
des cabinets de nn- m igistrate ont t
si souvent dtruites par les cataitro
plies publiques, reconstituer, dans
quelques volumes1 ces archives dis
parues, mettre sous les yeui de tous
des extraits de documents paliem
ment cherchs et retrouv < dans les
mua Collections de journaux et de
notes prive- qui constituent enco.c
les quelques souvenirs du pass, c est
paru lire lotis ceux (pie passion-
nent les solutions des questions l
gales, de trouver un guide que. sans
la constante volont do Me. Klhart.
il faudrait dsesprer de pouvoir ren
contrer.
Aussi, les signataires le eel appel,
qu'ils adressent au publie et partieu
liremenl aux membres des Tribu
naux et des Barreaux de la Rpubli
Cour d'Assises
Foule nombreuse hier au local du
Tribunal de 1re Instance pour en-
tendre l'air lireAlexm Ir.iWainwright
l tait prs de 11 heures du soir
lorsque le jury revint de si clnmbre
dedolibirationsavec un verdict recon
naissint la constance des faits re-
prochs l'accus avec des circons-
tances attnuantes.
En vertu de ce verdict le coupable
a t eondam a 3 ans de rclusion.
A demain le compte-rendu de celle
premire journe.
Anjou d'h ii comparait devant la
Cour d \ssisas le nomm Benoit A/.i-
rm, accus de meurtre sur la per-
anne la sieur Arthur Alphonse.
C imposition d i Tribunal : Latorlue
prsident, ministre Public : I. Rav-
in >n 1 : jury. Christian Chrispin, pr
sident. Me Ulrich Du vivier, conseil
dj l'accus.
Item tin serajog Pbalus Joseph,
accus de viol sorte mineure Morgue
rite Fortun.
\ lis esprons qun des mes iris
seront prisss pirle Doyen du Tribi
nal en vue d'em ficher que les on
fente assistent a cette audience.
Par Cable
il) e mai n
Nous rappelons nos lecteurs que
c'est demain qu'aura lieu 8 Pari.siana
11 soire qu'organisent la talentueuse
cantatrice Attela dj Pradioei cl noire
B'ranger national, le chinsoinier
Candio si syaupilliiqumenl connu.
Il n'est vraiment pas ncessaire
que nous insi-tions sur I intrt que
prendront nos lecteurs a assister
ce gala du rire, le la m isique et de
l'art ton* court, promet!-ur de saines
distractions et de dlassements agr-
ables.
Grand Gala
Jeudi ft l'arisiana
Chant
Loin de Sous Valse chante
par ATALA
Film
Air des bijoux ATALA
Film
Intermde
l ii o de Mignon
L'Amour ot l'Apptit
que, ont ils pense qu'il y avait lieu de 0 a .. liim|TP ,.n n \cie
conserver, par 1 impression, l'ouvra uptrilienoi ne in in A(,
M dont Us viennent de faire ici un AlALA es LAi
1res bref et trs insuffisant rsum.
Il fan Irait, pour parvenir la pu-
blication des quatre ou cinq volumes,
une somme d'environ mille dollars.
Ils ont estim qu'en souscrivant a
l'avance une so.ume de oquatre dol-
lars, qui assurera la nossession de
l'OUVrage entier une. fois dit, ceux
qui voudraient bien adhrer la
souscription contribueraieml, pour
leurmodeete part I une (puvre le
bon jalriol-, en mme temps qu'ils
acquerraient pour euxmmes un ou-
vrage pratique capable de leur ren-
dio les services les plus grands, quel
que soi! d'ailleurs l'ordre on s'exer
ce h ur activit sociale.
Il ne ronvtrndrail le commencer
l'impression le l'ouvrage que lors*
que sa publication totale serait ebso
lumenl assure kcet effet les signa
tair de ret appel se sont constitus
en un Lomit qui aprs avoir insist
prs de l'auteur pour qu'il livre sou
autre 1 publicit, en surveillant
Itti-mme son impression, l'ont char
g de recueillir le mont ml de la sous
cription nces aire II vs sans dire
que le Comit se lient pour respoo
sable des fon 1 qui lui seront verss
et que l'on voudra bien remettre Me
Etienne Mallion qu il constitue ton
Trsorier
En offrant -on liocre hommage
au travailleur distingj, patient si
levant eut ur de l'ouvrage dont ils
provoquent I* pre niera dition, les
soussigns oui la ferme conviction
que s'ils par o in mt, avec le con
cours de tous, i la publication con
p|t>' du Dictionn re de Jurispru
don llulienne. il- auront rendu
la collectivit un serviceapprciable.
Reprant que vous voudrez bien
Nouvelles Etrangres
Pression anjjloamricaiiie
sur la France dmentie
LONDRES 2 On annonce de
source autorise que si la rponse
de la Fran :e au questionnaire "bri-
tannique ne constitue pas une oa*e
pour les ngociations ls cabinet se
runira pour discuter l'opportunit
d'une lotion indpendante. 0 t ssu
re que les bruits dune pression an-
glo-amricaine sur la Frenee, pour
le rglement de la dette de guerre,
OoL/bsolumeul inexacts eu ce qui
concerne l'Angleteiit. D'autre pal,
aucun avis de Washington ne peut
laisser supposer que les Etats U n*
accueille!aient IVOC sympallne une
telle proposition. Le rponse tint
attendre de le Fiance, au qustion-
naire, n'a pas eue >re t faite et on
pne) qu'elle ne h sera pie mercie-
di cause de la lt"'gi [Ue.
Aprs des dbats prolongs au su
jet d.* U politifue du gHiveriiement
dans l'administration du mandai de
la PeJeeline, le cabinet i nomm
u ie commission pour prparer un
rapport dans le but de l'a re un exa-
men srieux de la silualio'i .
Le bruit a c inru que le co ifrence
d-s experts franos, anglais et eepa
gnols sur h question de Tanger,
avait chou. Ce brait est inexact,
une 3me sance aura lieu demain,
peadant les deui premiree ru-
nions, la semaiii-dernire les ex-
perts ont expos leurs vues qui sont
extrmement divergentes.
A la loett des N lions
GENEVE Le conseil de la Soci
t des Nations a ouvert la session
par une runion prive au cours le
laquelle il y a eu de longs dbats sur
la demande de la Grande Bretagne
relative une enqute ayant pour
but de dterminer si l'administra
lion du bassin de la Sarre se con for
me aux conditions lixes par le irai
t de Versailles. Le conseil n dcid
que les dbats sur la valle de la
Sarre seraient publis ai commence
faient demain. Le programme de la
session comporte, outre la q eslion
de la Sarre, la reconstruction de
l'Autriche, un amendement du Cana
da concernant l'artia'e X du pacte
de la Socit des Nations, un rap
port de la commission de l'opium et
nint et la retonde situs prs de
Nied. dans le dis'rict de Franciort,
Isa plus grands ateliers de l'Aient*
gne. i) locomotives taient dio.s la
Rotonde, 4 usines de charbon ont
t galement saisies dans le district
de Lsugendreer.
Due note du Vatican
ROMS- Une note officieuse du Va
tic-an dit que le Pape est profonde
ment atl.ist des nombreux actes de
sabotage dirigs eoatre l*s franais
pir les allsiuiode dans le territoire
occup, son chagrin est d'autant
plus grand que ce actes sont con
mires aux principes de justice et de
charit qu'il a vivement recomman
ds et qui ont inspir h rcente tel
tre du Cardinal Gaeparrt.
On rapporte que A\:* une longue
au lienee accorde sameli VI. Jtt-
nart. ambassadeur de France, le
Papa a expiiq l l'esprit de sa lettre
et e i a c infirm le contenu. Il a 'lit
qu'il craignait que
NDIO
a qui fait a douce oon a
Duo lu baiser.
IT-i 1 .. I ...JJ-J--J -" -' '' |J
('omit; H ai tien de l'Alliance
Franaise
N me avons reu une brocburelle
de 40 Pages contenant le rapport
nnuel de l'exercice 1922-13 et des
extraits do procs Yorhiux des s-
ances du Conseil d'Administration
du Comit II lilien de I Alliance
Franaise.
Le bul clin contient, en outre."I ;
tableau des membre d*lionne ir; u i
discours prononc par le ministre de
Pranm an binquet h Jeanne d'4rc;
le S tut on Financier au 'M \.vrii
192;t et l'Arrt prsiiantiel recon
n lissant le Comit lliitien de l'Alli
nco Francis' d'utilit Publique.
Nos rem iciement pour ce gracieoi
envoi.
Fiana lies
Nous avons reu l.i ctrte Je fi.m
caille)de ville [vonne Rnoeal et de
Hr Miinv Fils Aim.
Nos compliments.
vous iseocier ,* leur ouvra en sous
erivanl la eourne ncessaire pour m
ou plusieurs exemplaires, ils v me
prientdi recevoir, MM. l'assuranoa
d; leue considration distingue.
i \i/ X!^ M0KRU4bel LEGER,
K. MvllloM. LESPINASSK. Lon
NAl.lt. BARAI .Seymour PHADEL,
HBAISSA.N.
le statut de la ville libre de Uanlzig.
Sanctions imposes dans la
i
iiir
Bill XELLES Les sanctions
imposer daus la Rhnr, la suite de
l'explosion qui a caus la mort de
10 soldats belge* samedi dans un
train prs de Duisbourg, ont t dis
cules pr le cabinet belge. Le g >u
venenient e dj ordonn que dor
avant des notables civils ailum m.h
opposs l'occupation seront pla-
cs comme otages de protection sur
les trains belges traversant le Rhin
b Duisbmrg. Toute la Rdg'que est
in ligue par le dernier altentat des
allemands et les journaux conseil-
lent de prendre des mesuies 1res s-
vres, plusieurs mmes demandent
qu'on adopte la mthode employe
par Us aliemin ls en Belgique peu
dan', la gurie, c'est-.-ilire qu on
huma na certain nombre de nila
bls a'Ieraaiidi comiae reprsailles
aprs chaque a;te d'hostilit.
le bolchvieme
lie se rpande en Al magne il la soi
te tle la soiffrance di peuple aile
min I. L'agence o'Iicieuse Stefani
dclare que d'aprs d?s infoimi
tions obtenues au Vatican, le Pape a
prescrit au Nonce papal a Berlin, de
mire des reprsentations au gouver
n ornent en vue de faire cesser la r
listance passive dans la Rhur.
lombes trouves
COB'iECB Deux bombes re
tari ont t trouvv.es l'entre dn
tunnel de Vliync, lune dlie a
fait explosion en causant du lgers
dommtgSS, un officiar d'artillerie
franais est parvenu k enlever la fu
se de l'autre avant qu'elle n'explo
se.
Le Gni'ral Gouraud
lef-Tork
NEW YORK Le gnral (iou
raud a t officiellement raeu l'Il
tel de ville, la B mise et la Gham
br^ do Commerce. Las acclam dions
qui l'avaient accueilli dimanche fu
reut encore plus enthousiastes hier.
Sur tout le parcours une foule com
racle tmoigna son admiration
illustre gnral, des milliers ds per
sonnes taient muses prs de l'Un
tel de ville, la Bourse notamment
les courriers lui tirent un accueil en
thousiaste. Le soir aprs un dtner
offnet par la ManlnPan Club, leg
nral Gourau 1 passa en revue 200
vtrans amricains.
Failset g<
Altagrace Dominique etl
liana Avril sont peu de
Leurs propos devenant
tants pour les passants, le i
me Thus Petit Homme,
les ramener \ la raison, %,
mise deliiie et des vieji
furent exerces sur sa pe,
par Altagrce Dominique. A3
bunal les prvenues coropr
qu'on ne doit jamais
avec un agent de la loi.
DupitO'i Olivier adore foi
tes plume. Comm* le cocej
du coq de Mme Clairiej Pi
guet avait un certain clivod
pilon s'appropria la ble ni|
tri forme. Clairicia, n'acm!
pas les choses de ette faon,,
plainte li police. En vain, |
piton paiera leco^ qaitreguun;
comme prix eslinutif, ilsenj
de miiiii puni par b justici
Jeux de mains, jeux dedj
dit un vieil adage IdalizeVe
et llia Fredy en oui fait l'expi
ce. Au cours d une petite pl^
terie, les propos devenant i'
Idalise rei;ut deux monunl
doi^'l et au liras droit et Ulh
blessure la tte. Elleseipli
au Tribunal, leurs faits et t
Un assjrtiineiit d'fecto
Ils taient .1 contre une. Jo
Charles Thodore et AlbertJ
llit-nes allaient de compagnie!
la belle Lunercie Joseph
survint un inilenteouuqtij
l'moi dans tout le voisinais,]
caporal Tlielor fili dutinli
et trouvant sa prsence i
tune Charles Thodore l'H
la chemise. Ce mauvais ^estel
rprim par la justice et le
rpondront des faits.
Indpendance des
Unis de l'Amrique du i
Aujourd'hui est le 147mi
saire de l'Indpendance {o I
l'ois de l'Amrique de .Nord.
Des rceptions ont u lissM
occasion la Lgation Amrw
sur la demande de cellecj lel
leurs des lgations et consuissi|
t arbores
varits
CE SOIR
U Fille d'Heroes*
En 3 parties
et
VIEILLIR
en t parties
Entre gob: 0. SOceni
Dsin
es saisies
DUSSELDORF L-s premires
sii- dcret du ejnrol Digootte, donnant
aux trou,)>'s il^rcupation le pouvoir
de saisir les proprits prives pour
les rparations ont t annonces
aujourd'hui. Troll usines ont t
saisies pir les franais La premi
re dpend des usines de locomoti-
ves Krupp. A Beg-troth, bien, .joa-
tr.' loc'ini tives neuves ont et
si s. L>s autres usine-
le* tablieee enta Gutchoi,
? huile prs Oh.'ih lUsen t i ii
lermain>liol 1. | ml ,| |Vu
blis L8 fianai ont giilemant saisi les
ateliers de rparation du gouverne
Bii(li|et franais
PARU '^e Journal Officiel pu
l>lif> les chiffres dnitlfsdu budget
Franlil : Dpens s 2a.l02.487.5ofl
Reeettei l'J.437.Wt.833, excdent
des recettes sur les dpenses 33.
467.977 Cranoa. Le* recettes eepea
dint comprennent un emprunt de
40 ) millions k mettre les stocks
liquider 15 millions de renrb.ourse
niant par les chemins de fVr d-; ma
triel reu de l'Etat, SOI millions
re ettes des impts sur les bnfices
de guerre t milliards soit un to!al
de '1.027 millions ds francs qui doit
tre lalis.
Grave accident Tours
TOI RSUne persenne a t tue
et 14 blesses dont 2 grivement psn
dont la course dugranl prix d'auto
mobile Olll a t gagne par Ssagra
ve conduisant una voiture < Sun
b m m . L'accident eut lieu un
tournant. La vitesse moyenne de
121 kilomtres l'heure infrieure
de 6 l| kilomtres au record tabli
l'an dernier h Strasbourg.
LES COU US
NEW YORK 2 Prancs
Sterling
s II-
saisies '>-i|
Nng-
PARIS3
Francs
Livres
M 70 4,57
Ifi 89 77 16
Messe de Kequiem
. Mr et Mme Arthur *
Auguste I). Archer, 1 f
parents et allis font chanier
thdrale le 9 Juillet coursst.
du malin, une messe de beeu
a la mmoire de leur. regreejj
parente et allie CliePan^J
i Les amis sont pris de
e prsent avis comme'"^
Port au Prince 3 Juillet j
LeMalii
Fond jejerjvr*^
Abonnemen*8
IN }
Port-au-Prince l,our '
Dperteroente
Etranger
boite Postale-\ff
Tlphone '
Bureau- Hm Am
lc -ai
iilneWfj
Avie Au
publi*
du
D'aprs instruction fl
ment de l'Intrieur.^
Avis
Il est annonc au public quaa
No 1368, g.and Rue, seia install
un petit dpt de gazoline
daie, les marchs P 0,
ferms les dimancW- ^
march aux vian-le ^
Clair qui restera ou"
heures du matin ^ ^
restera
natin
(jendannerie


il matin
ll
|SSt antiseptique
gtrnra
4e mm l Fpidmiet
m* ' ~
Remerciements
^Vf EHginl Jo.iesel son en-
Melle Thr&e Jones. Mr le
7et Mme Pierre et Jones Mr et
y Hnri Jones et leur enfanfs,
rkRTdetMme Lon Jonc-.. Mr
Itee Cari Emil Spas et enfant*.
lMet Mme Edouard Junet et
Cenfanl* Melle Muriamie Jones
[Lille Bover, Pierre. Lou-s.
Trjmm. Ileraux. D.tlencour,
un, DVsravines. Tribier, Abc-
u Klieet loiwles aulre parent*
Mi's remercient vivement tous
Lqui ls ont assists et leur
[tonn des tmoignages desym-
tie l'occasion de lu perte don
-fflf/ qu'ils vi'>iilient d'prouver
[Tpersoniie de leur regrett.
hrd Bernard Jones, enlev
Wiffections le iS Juin 1!2:t.et
[rient de croire leurs senti
tede profonde gratitude.
Effets adirs
lliwussigne porte la connais-
|du public et du commerce que
Mets suivants de la tiommUsinn
jjur ont t adirs. 1 ktfet
lt:i faveur Justin Lbiisson s'le-
j lt somme de :i00 gourdes en
Jdu 26 Janvier \\}\l.
M'EITet No 7 bis. faveur Vve J.
on. Travaux Publics s levant
liiommede I0!IP> gourdes.
ilicdtas doivent tre dlivrs.
Ihrl-au Prince' t Juillet 1923
Dame Vve Justin Lhrisson
soussign donne avis ton
l qu'il appartiendra que les rc-
suivants de la Commission
Inre ayant t adirs, il les d-
mis, diplicttta devant lui en
livr*.
URcpiss No c'.H'.l, mis en fa"
lffc.JhAng,adesMcN!inl h p :ti8,0
Rcpiss No -il'J mis en faveur
Ceroees s'levant 200,1)0; 3o
baiss No 26 mis en faveur de
Mit Gasthier s'levant 093 lo
cpits No 10!) mis Mme C. .In
Mes 'levant f>0,00; oo Rcui
tNo 39 mis en faveur de Mr
tin Gauthier s'levant 269.00;
Rcpiss No 3711 mis en faveur
JlM Ferrari s'levant 215.00;
Rcpiss No 1258 mis en faveur
lW Mzidor s'levant I 3,8q;
t-au-PriDce t Juillet 1923
MEDERIC MORGAN
w sougsigo donne avis a tous
tt qu'il appartiendra que le rce
No D. 17') mis en faveur h s'levant la somme de
1 'urde. et un mandat. Ont t
"m il les d clare nul diplicata
Tl lui en tie dlivr- Ce 4
nllet 19 H
P. D. PLAISIR
^ soussigne dclare au Public
^ gar le rcpiss au No D
ilUmmission require ) s'lo,-
P quarante sept gourdes 52
mes faveur II. Mathon dont
devenue cession nuire par
date da l.i Dcembre lo28.
r*een sera dress.
grince le 3 Juillet 1923
"me RRGINA PETIT
contre
CONSTIPATION
I -Won*?* les
T!L?RT. Pharmacien.
P*RI8
'''SJ'AV'iLLEUR
^ES PURGATIFS
n,^i" .PH>cl ALKEHTUU
JI^nCu.' tt D' * VIARD
Hfca^j*'*jne, P>.M....
CQLGATF'S
RlBBON DENTAL CHfAti *
De telles dent -opie*
et un garon en boMM
sant.
Il *e : de
COLGATE.
Hotts vous expdierons diractdiDdal les Marchandises, etc suivantes :
CONSTRUCTION Machine, outils, Jdes matriaux de
construction v\ autr;>.
COMMERCE Mdicaments, (Quincaillerie, Produits
chimiques, Parfumerie ele
ARTICLES SPCUUX Ciment l'oi'lland Scotch
WisLy.
PRODUITS Bois vendre ou acheter.
Nous citons des prix etc sur demande.
J. PAUKIHSOli ( Commerants agents
17, Longton Grove, Svdenli.un, Londres
Adresse cablegraphique : Sylonwitra, Londres
Tlphone Sydenham 1660
I T1
MALADIES de la FERiSS'
Irrgularit st douloureuses fonctions
menstruelle, Contrition des organes,
Hmorragies, Varices, Hmorrodes,
Mtrites, Age critique. Vertiges, suffo*
cations. Formation de la Jeune Fille.
Laboratoires TROOETTE-PERRET. 15. Use dit Immtubles Ir.dustnals. PUIS (France) *
APHLONE
co tre les
ColombiauSeainsliiptO
jp oreiqn Services
Steamer dirtflpar la Golonabiaa Steamship Company
Inc. pour compte de United States Slihping
Le steamer V. \V M. TOPPEli ve-
nant de New York via les pom d i
Aorcl. ist attendu A Port au Prince
le 5 juillet courant. Il repartira la
mme jour pour Us ports du Sud pre
liant Irt passagers.
Gebara et Compauy
Agents
Pharmacie
Vient d'arriver
Bueh
Vaccin Irais.
Meads Dexlri Maltose% ExcMm e
nourriture pour les enfants-
Liqueur de VEtoile et Globules H
baud pour le traitement ^< VAsihm?.
EnaraU chimique N 9 1 ^our fleurs
et lgume*
i N a pour arbres fruitier*
ALUMINUM LISE
N>w-Orlans el Sonlb
American Steampshp
C Inc.
Prochains dparts ilmi% pour
PortufuPHoc; Il Mi
SiS EWTO No*""*U r Orlans 17
juillet, Mobile 19 ju'Vct
StS HACZFNSIE nouvelle Orlans SO
Juillet Mobile c2 Aot
A partir de cette derrire date, il }/
aura une occasion chaque quinze jours
pour les ports suivants : Carthagne,
Porto, Colomhia, Curaao, Porto-Cu-
bellofLa Ouayra, PoiuU-a-r ir* Fort
de*France, Bndgtown, bat bidu, Port
of Spain, Irinidad, Georges Joivn.
Fort au Prince, te 4 Joittet ItSS
A. de atc\TTE.S & Co
Atjiiits____

West Ma Gil Coapuy
La West India OU Company informe le public qu il
partir du 2 juiilet l'.i23, son tablissement sera trans-
fr au bas de la rue liantes peslouches, au vaste local
de l'ancienne Savonnerie.
La nouvelle position qu'elle occupe est la meilleure qu on
puisse trouve pour offrir une entire scurit a chacun
tout en sauvegardant ses intrts.
Les clients seront toujours l'objet de l'accueil le plus
empress et leurs commandos auront la plus prompte
excution.
Propritaires de garage ou d'autos, chauffeurs, venez
visiter notre nouvel tablissement et prenez chez noua
les produits que nous vous offrons et qui sont garanti
par une renomme universelle
II. C. NORTON
f'ri'/ificiiiire
Pharmacie F. Sjourn
Donne avis sa clientle aux md-cins et au pnli'ic quelle "*
tranrsorm son Laboratoire d'Urologie en un Laboratoire d;
biologie appliqua sous la Direction du
Dr llicoi et h. Sjoun
Le laboratoire es' ou voit tous 103 jours le 7 lire* da m? tin <3
aouresdu s^ r pour toutes les rechercues ei BORrfM p'tivuos des
l'annonce ci jointe, saut pour le
Wassermauu et h eooftlaole llrc'e^SCcrt lia
Siront reues que !o mardi dj chaque aeinain .
S'adre>--v ia Pharmacie pourles rtosel^aa ieotr
Analyes d'urioes 1 Sa gastrique
Haclion de Wasseimann
Baactioo de Triboule'.
bliamen du sang e du pi
Examen dea matierea fealea
. lumen ue cracha'
' (bon ino r*a*J Qf
Constante L'r '- SJMlIlwi
Recherche de n Avrc Usarri>?ges
de? ernktt ^,etur. notre Hocli rit pieique
Xov* ii'enuuirons nas. qu'il vous sulti voir que vouspeu-
Vez trouer 'oui c que vous ave befOJQ 11 ^^ me rdinair.\-,ou 'ans !ts Maise
tiens que lanelei liq lidationi txirauri
ruilM'l! l'uni"' ....." > 1----------- r~...... -
ur hemmea. T.ules garniiu'i-s por robe- cl mx. Ri
l-nt ci or, Bandea x, E*antaili Qa, Ri de aoie x>m
ic-r's les me'Huuffs marqi ea Rideua ti 1 e ( ipui .
1 1 _ J .___. Il/,, lla >< /Ntt.n a.. > a. a.
"ir, Soie la^ak
a pour hotnr
lenms, FleuTi
pail| \ 6ne H'I
Rli
T
ve
Fruits en puir
pour
ark
aid. -- -
Viulfz notre d'pni le meuble, lils, aru ou.., c>iip. U <-to.
PAUL E AUX1LA.
Rues raveisire qduMaaasin de C Etat



1} \.-*llh

r-, ..-

LU U F
- :
pour )ss s:' -.- i, fin : '
r
.
t *
!t
La BYIIALDOE M itl
tteal pour le voyage. P.4b l pi
comprima aJasiec et ..: ,
que dose Jete sans .!-..< ; .
Beat donne la aotuUon parfum
Pailslsr.ne a ad-.pte p- ^ lez soini ri-
tucls de sa personne.
i
C-
>*
v V
. ;
I GYRALD03E #t im pro4uH antt-
MHiaue. nnn caustique, o. .->... itani ti
mirrohkide. A base de pyottMti, l'aiii!*
hyrr.i.,-: jP trloxymt. i>, < ci dn ;-
min? t'Uatfe. fie prend n:oii<. 11
toute ftOUM soucieuse de ton :>
UH tuU
Paiu. et t> pi.'M
ff g:
if' ^*
.
S;
. r

i


lait.
I
* -
'
%
f

>
M
l.ll .
I
M.......i.
il.
I
i
...
Vaillant tf-Houel Ignitl gnra, 1721' Hue du Mfg:n d# l'Etat

vieDLcnl (l'arriver
t h% di., et 8% 0 Point
r amheUes titre* En weiile eliez
X- liee*nc%n*AGGKRULM
Rue du QttmilOn
Save* voua que la forte majorit (dM bJadiat dei icim.ic*
B entrent pas dans le domaine de !a chirurgie. Ceci veut
dire qu'elles ne sont pas causas par des tumeurs, groa.
seurs ou dplacement des orgUM,
Save* vous eue les malaises ordiniitcs e l.i pli-part du
temps fort simples ont dos lymptomei trs similaires
ceux de cas .mandant un opration.
Save* vous galement que tea d itaQttnSJ et de
jeunes Ailes souffrent InutikdMOt d tM malais De
plu elles risquent leur santrf e IsJSN M 0*1 indispoaJAttM
continuer et s'aggraver.
Si le mal est pris a temps, c'est ilro jns.tr; apits les
premiers Symptmes bien dos maladie aeViense peuvssf
ta vites. Dana d eu dadooleora parodiques, retarda,
iiritabilit,tat nerveux,la Comp wition '.,', >..;- de Lydll
E Pinkhani d, nat ire pris suit, (ML i. Co Vu amrnt
st prpar aVW -oins et dana d. ; condittu ;s hvgiaoiquM
idales et est cn-ieioniei.t tirrf d'bubaa mtdtciaalaa. il ne
rentre aucun narcotique eu drogge daua M ce npoaltioM et
peut tro pris en toute sur. t
Pourquoi o (lis SM J r ce BB ''. ilita.it
Comp<
>ositior?.\(,;^-':a
cU lydia E. Pmkham
I HroiCINB CO. ..,-, -
. >r: v^i. w.o.a.

Use bonne nouvelle
A la Conscience
! | dllIHIOl'ir
M. E. KI5M0SICAMILI.i:
Fabricant de chaufturM da
loua si;pd i^ur Soirs -rempli-
iu4) cel ite
GRAi- DRUE, 1722
La in;iison nous |iri <|<*
gorter la connaissance
lu public que dans le but
ses i.onilirtMix clients, elle
accorde partir tu 1er
Juillet 1923, une prime
l'une paire le chaussures
au choix tout dtenteur
de vingt tickets.
A la Conscience telle est
la devise de la maison.
Eq consquence, On est
pri le rclamer un reu
pour chaque achat au
comptant.
Port au Prince juin 1923
Vaille,
Vaille !
i occasion Exceptionnelle,
chez i! Gt) frres.
Itasoirs dmontables aveo
trois lames (iillette pour
U.N DOLLAR.
a
-=------- ------------il l,_. Ji_ .MB
inter Ngoce
312 Rue des Miracles
A vendre a un prix rai-
sonnable :
Un moteur marque Iran
calse le clno chevaux.
Une macliine pour bou-
cher les houtellies.
L ne machine pour nef.
toysr le cale vert.
I ne machine pour Dr-
pnrer les I iscuits. '
Un arbre de Iransinisslon
avec poulies et coussinets
In ptaue IMeyel en bon
elat.
JlNuir condiilons s'adres*
^*r i inter Ngoce.
TheCharles &.Prowa Faiol Coh
Brooklyn oew-York
Si voua voulez ivoir votre m icon coquetteakot naki.
vous dbitez une selfcttoo de couleurs rSiaoM
Frte* par des h mist*., d longue exp"M,5?
Actaater noir rua.que "COQ D'OB- prpara pooTu..,,
fceite pein'or adhre nui eutheea lea plDB nmJA*
m* coKierve son brillent elle t-cue trs vite,
tlie est iptJtll ment ose poat les moulard
Les corsii hep et les pices de eeniptures.
The tins H. Browo Paint Co BroMEm i
Geo Jvanttme
t gent Excluti/ pour Hmn
Afo 188 Rue brou en laee de la B
l^ulfon S^Poljh
Company Ii
/N c w. York
Si viiii vo.iU{ bro'.^tr II peau dt voi I
b voui vouit\ avoir un brillant ltmm$t,
5*i vmi 'voulez la couhur et la souple*
ibatiaures pendant bi')'U's. employa k
MOSOGRAM.
fabrique spteialtment pour les dama et les gentlemen du bub s**
Elle broitge la peau des ciuusrurn contre Humidit et la rtai#.
lillt l'entretient leur so'ibltsse et conserve leur brillant.
Otmande^ la mirque MON3GH\ M cl#f la metteur de toutes k
Geo. JE&NStiMt A eut poar
laiperiay8CoDsolida!
Company
Suce, de E. A Oarteso &. Sons tablie en 1904
a Rector Street, NEW-YORK, USA.
Cuirs et peaux j
Suis di^tributrnrs des maQii'it nommes :
NOBIL18 KID KEX C^LF FORT1S MDEStt .
issus et Colonnadei
aVrodt'it* tilimeuuirts
G" IEAjg|i
Agent Exclusif pour Ifiltl
iiteljExcesior
c_ '.ii^jfir^E -___
Situation excettionneue. Se M
mande par une installation ai
premier ordre et un ter vice il
chabe.
L'tablissement est ta di[
8 iamilles* commera:J8,parti
toyayeur* elepour pensions, banQ
tjsuntrs, dners, lunch, etc, offrur
maximum d'lgance et de confort'
srri m* "%


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM