<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN %  i •. —-... en quelle estime lui et d latre* te naient le gnral. L-' crise ministrielle belge est termine BHIWELLES Li prsident du conseil. M. Theuni*, a russi ter miner la crise qui durait depuis le H Juin. Toui les anciens ministre conservent leurs portefeuilles. L>s ngociations avec la France et l'An glelerre reprendront immdiatement et U rponse de la Belgique consar nanl la note allemande sur les rpi rations sera probablement rd'fo •amedi. Autour de l.i Profaibilion WASHINGTON— Le rejet pur -i simple, par la Graoda Brolagoa de la proposition amricaine pour le droit de vi-ilei l*i J li limliei de i i millei n a laiss aux I'. • n|, L, e aoM qui ains pire Iprotestation uroricaloeesldae & la concession franaise relative 0 construction des chemins de fer de Sim Ooorovai qu i loi turei pr tendent tre nulles sous prtexta qu'elle n'a past rgu iarerneot ra liti.e. Cette concession sot aussi en conflfit avec le projet Chester. LES COURS NEW YORK 30 Francs l od BterUif 4,5818 Conseil d'Etat S.'tnce du 29 Juin 1923 Sanction d'un procs-verbal et lecture de la Correspondance. Des accuss de rception du Prsident l! ii iM et une n luvelle invitation du ministre des Travaux l'ubbcs fixant l'heure du dpart pour la visite des chantiers de Lus Cibobas et Mirba lais a Samedi matin ds i heures !l/i. — Il est doi l sur les suggestions de M. E. Bile et d'aprs renseigne ment de Mr Hou/.ier qu'on attendra le MoNjrF.LR d; ce jour qui publiera l'article de prolongation de la ses* sion, par l'Excutif jusqu'au 2 aotSinon l'Assemble en prendra un. Mr L C. Lrisson diratre ren seigu iur l'tendue du budget gn rat de l'Es. I913l9i4 remis la Commission du Budget depuis Avril s ir l'invitation du prsident; Mr E'ie reoa igle: L'tude du Budget s'est arrte, dit-il. dapu.s qoe que* semai ns sur !a dam iode du minis'ie des finales. Dspui), nvn sommai privas, c >i tau s Mr E i -, l s ses b ma -s nouvelles. Oftlciellemeat, l'Assemble igno re ces dclaration. Nm~ sommai vraiemeol en pleine mmaraierie. dit Mr Lliirisson. On doit avouer que celait nous pie le ministre devait fttie ces dclarations, k nous oui avons reu officiellement de lui le budget, conformment aux prescrip lions constitutionnelles. Mr Klie dit qu'une fus, incid unOient, on en a pari ai sain de l'As semble. Mr Lh uissoii demande dcrire au M outre des finances pour lui dni in.ler de promettre a la Commis siju du budget de continuer son im portant travail, la session tant prs que ta lin. VlrStl'har n'est pas de cet avis, l'eut tre, dit-il. qui le ministre pr pare UO travail imporiant — Ce n'est pas du raisonnement. rplique Mr Lbriseoo. VfrElie croit qu'il serait bon d'attendre et d'en parler au ministre ds qu'il se pr %  entera ici. Mr Lhrisson d I que l'Assemble doit mettre sa responsabilit h couvert. Officiellement, le budget est dpot depuis Avril et nous ne faisons rien, atlenltnt le ministre qui n'a jamais fait l'As semble de dclarations officielles. Continuons 1 tude du budget et crivons lui. C'est une mesu e sage 01 ncessaire, con'inue Mr Lh'risson. — Mr Elie accepte tinalcmint et amende la proposition Lliirisson dans un suis qjj concilie ton', et l'Assamble. Oo vote la motion Lhriiioa. Le b ireaa crira Mr Ne Gufua. A la ssaoce de ce mitin, le Conseil d'Etat, a refrm son bureau pour le mois de Juillet. Le m-*me a t maintenu. Le ministre des Finances a repr s le projet de budget en gouri s dpos sur les bureaux du Coosoil d'K Ut le II avril IlL'd en vue des BJodiBeat ions v apporter. La St Pierra La fte de St Pierre, t'tionvi I . a eu hier un clat inaccoutum.Prs q-ie tout "„rt au Prince v tait. L'Bglis; tait dcore de* o no manls des triode j turt de fta. |, 5 R?. Pra Liiore, Suprieur du Petit Sminaire Collage dii la Meaai et leltiv. P. Paul, Sscrtaire de I Aichevch '., fait le s>r n >n de circus tances quia tudes plusgils V assistaient S. Ex. le Prsident de la Rpublique, Mr Plii Magloira, Ministre des Culles et bien d'autres notabilits. L'Eglise tait comble. Durant la crmonie religieuse on eu' A entendre de beaux chiatl ex c il.-s par les lves des Frres de l'tions die sous l'habile direction du Frre Louis. Dins l'aprs midi des bals furent organiss dans certaines lamilles et un concert fut offert sur la Place d'armes par la Musique de laGendar merie. En somme belle et rconforte jour ne eq l'honneur de St Pierre. La visite du Prsident A Lascohob as -Mir ebalais Parti avant hier samedi cinq heures du mitin.le Prsident qui Toy.igjait avec Madame Bornoet tait accompagn du Ministre Fombrun, fit son entre dms la matine h Lascahobis. S>n auto tait suivi de ceux nombreux qui conduisaient les cooaeitlerj d'Etat Ch. Rouzier, c. Lhrisson, Dlabarre Pierre-Louis, D. Ch irles Pierre, Damise PierreLouis, Elie Bt-Far, Docteur A. L^scoiflair, A. Talbrune. An'iibal Pri ce, Olivier St-Cloud. R>bert David, Lanrore Nau. Franceh Franc is, B. Dinache, Geo. Saray, Emile Pr/eau, ainsi que les ingnieurs Morel! et Combes. On a constat que la Route l'oitau-Prince-Lascahobas est compltement a:h 'vue et msinlenus eu bm tat ju-qu i la rive sud de l'Arlibonite Cu. i-,.r i :li in diat les rgions de Laicab >bis, NLrebilaia el djil • 1re, Son Excellence 11 Prsident, Madame Boroo et le Ministre les Travaux Publics, ainsi qui les autres distingue p-rsjniages, ont visit les priacipsux (huiliers commencer par ceux qui occupent les deux cts du fleuve, lendroit o le pont est en c instruclio i. Plus de q liozs cents h on n:s sont rpirtis da>d;u< cots du f.euv s t rivai lant aux cules du pont et ci itiuuaul la roule Port aa-l'rin:e-Laseabobss pour llincbt. Un espre que, d'ici six mois au plus, les terrassiers pjurront fain joncti >,i avej l'quip de lioginieur Coller pirtant de llinche. Alors ce sera, aprs la construction el la livraiso i la circulation pjblique du griod p >nt sur l'Artlbooite, l'acb^vement de la roule Port-au-l'rincalliii'die. Il y a un b)n mouvement conmereiel de l'autre eo du fleuve avec les mirclis heb lunaiaires o IS Ira rai leurs trou/en t a s'approviaionner. De retour Lascshobas 00 fonc-. lionne un restaurant tabli pir de chinois, les visiteurs sont alls inspecter les travaux en c instruction sur la route qui mne B dlader. Au poiol o s'arrtent les chantiers bien tenus, une rception leur a t faite, et le Prsident Borno adressa des compliments aux ingnieurs ainsi qu' leur principal auxiliaire, Monsieur Benoi'. d'une a-livitremirquible. Outre qu'e'lc ficilileia normemeot le voyage d s paysans qui vont vendre leurs produits d'une ville intrieure i une autre et mtrquera un ral progrs, la route de Bellaire acheve, et pour 1 aq telle le Conseil d E at a vol un dernier criit, permettra aux himmis d'affaire et tout voyageur venant de Port au Prince o j des villes du Suj\ d'aller dins la Rpublique Dominicaine, sans avoir hesoin de passer par Canaves et de perdre un t ni >s pr cieux. C'est au retour que les visiteurs, satisfaits de leur inspection el lu bon entrain des chintiers, sjnt pisss Mirebalais. Disons, pour terminer, ose le voyage dj Prsident qui est entr Port-au-Prince dans l'aprs-midi du mme jour, s'est effectu suis encombre, sauf qu'entre Miref .lais et Lasoalnhis, quelques aulos onl eu. a l'aller comme au retour, beaucoup de mil traverser la rivire du Fer Cheval II y en a m taie qu'on dut tirer a l'aide de cor les. Les conseillers d'Ktil se sont r ndu oopte. eomm pjur les autre* travaux v.sils, de la ncessit du pont lever sur cette rivire et pour la construction duquel ils vienne it de voter 87,000 dollars. Dpens avec ordre et conomie, Isrgeol employ dus U construc jon des routes el des p mis pou.' rei.r ses ville, et t tvorissr I ubiofa J le dvel.ippement de leurs pro vilqie. La France et la dette Eusse d avant cjuerre PVRIS— L^ Premier Ministre a ritr la it-r nination d* la France de n point rassumer les roi tions avec la Russie avant qu la ditte du tiouverne nent des C/.irs ao'l reconnue par le Soviel. L'ananliie dans une province Chinoise SHANGHAI*— Lu troupes dans la Piovince de Hupeg se sont mutin s et ont p.li la ville deJienv mg. Les dpches ajoutent que les* mutins ont emport un nombre d> prisonnier=de Jienying. 1er juillet 1NDIANAPOLIS Le sorcier Imprial Kvans du Ker Vilnof Vilan a dclar que cette association est forUsinent oppose tout projet du Prsident llarding d'entrer dana aucune Cour Universelle, ou sous tou'e autre forme d'alliance avec les Nations Etrangres NEW-YORK -1 1 0f)O Immigrants de i* pays trangers attendent sur 2i navires de lignes diffrentes leur admission au pavs. DLs'SLLDORF" D'aprs un dcret promulgu par le gnral D goutte. Commandant en cher" des forces franaises dWupttion, les villes allemandes aux environs des quelles les sabotages auraient lieu 1 avenir s ront tenues responsables pour les dommages sonsiquents. Le travail du Cemit chus! distribution des 2,000,001 secourir les victimes du _ cendie dcli una/nu prit5aI di !•' %  Juin coul, aprs^ valeur eut t distribue. I distribuer cette somme, ne compos de l'Officier delifl rie Commindant le District,! gistral Communal de Thon Cur, de deux notableiA cier du Service (IHj^-aM en plus'eurs circonstancie! sinistr fut interview es| et cela dans le but de valeur aussi quilablemeit 1,1 sible. Et nous pensons qa) > cd a donn sitisl'aclion il sinistrs. Commi il en a t dan* dents circonstances, le Se f ini a aid da 11 manire! argele Comit dins ce toi contrl la rpartition de fol Le rle que le S rrice ,!* a jou dans cet important f m A me que dans celui >l c |*' tiin dalim;nts a sinijlrol Rgion du Mole Sl-Nieolsf Rsbat doit attirer raltoouaoi blic sur le fait que, poil constant que le Service questions concernant l'nj administration participa] aux œuvres d) bieolar comme la Croix Rouge le fait dins les cireonll* hureuses. PorlauPrincj, Hati U)*J J. P. K l.ignieur Chirg du Si tioaildlly*ioePi Parisiao MARDI Sur demande gnn* Reprise de La Luxur^ { S rie des Sept Pchs n avec la divine .j Krancesca BErin 1 Entre : 50 cenliaH Le Mali Lgation imricaiiifl A I occasion du 117"' anoiversaire de l'Indpendance des Etalst 9• } "illet courant .. ruuucs^ S* i h#ur du Ua midi. Fond Je lerA vrilW Port-au-Prince ^'V Dpartements j Etranger Boite Postnle-.jf Tlphone ^. Burm: tiwti&W



PAGE 1

LMATta PRINCIPALE H. CABHSE 49, RUE RBKJKOH ||H0 tOULCVAHD SCASTOPOl PARIS wadanl IgBXEDR MABCI1 DO VOMD ttiiti des Pre.nires Marques [i Jours de prrniifie iruleheur INK82UIK QUALIT : LA KZiLLLURE RAYON Sl'ioc J.VL POUR LIS COLONIES linOCHTVUK, HEItlIOltlBTKRIL SPiCIAUTBS fnpotiMS t trangres 5£LS DK QUIN1NI-: --uns 7k produit.s en flacon*. . comprime*, cachet? MLCTIOCS HTPObEKMIQKKS [BANDAGE. CEINTURES, BAS A VARICES iPPiBBU HYGINIQUES pour Ions usages UEIU ORTHO?FI>IQUES Mngue$ hypodei :,> iqne/i *CIES DE POCHE, DE VOYAGf TO PHARMACEUTIQUES Urine, Communes, e'o. f fy/eto : ;, :IJ?er> Effets adirs g*e porte la connais'poMicetdQ commera que wwnl8 de la ( ommitsinn '•"l l adirs. I Effet wur Justin Lhrisson s'leMommede :,00 gourdes en t* Janvier 191 2. I No 7 bis, faveur Vve J. %  .wanui Publics levant ^W 096 gourdes. doivent tre dlivrs, jnjnce' 2 Juillet 1923 ^ v Justin Lhrisson h D J on V e avis a tous FJJPtrtiendra que les rcIjttl t adir*, il les llel 1923 10 MYork via les port* du Acrd. tst attendu Port au Prince le juillet courant: Il repartira le mme four pour les ports du Sud pre fcltf /i et M passagers. Icn nu Prince, 'e for JuiiiVt 1923 (iebara et Company Agent 8 Lehn & Fink, lue Supriorit Fonde en 18^6 Bas prix Promptitude Tous produti cbtmiqDCt, pharmaceutiques et autres arf.cles >en ath'fcs dans uns pharmacie, zniif 1 iy}y. e ^t? uel[e G iro,,e 4 n,s ti,i| Mwsdi u>, ue oUUttt RArrlNE M EClALll,-. ; Marque prive LJEOI dtii leuiaM, I thttt* Amcles pour baibin*. Bay Huu U tclat c L poudre, ru e £ ti eau de toi'e.te, liau de Quinine, Foudre contra les lurecies Solu lion pour conserver les u>is Irais, Lait di MtgDiie, Poudre ynec.T? pour la to.le.le des erlanis. licence de Heurs, E .r 'nrr Mttl lonrla lable, .Moular.ie,^ Uuilo ilSn peer \, lable, Loges dentn, Ptpperminl. huile pour iaalai unes Ki„.J. KT' ciiiociuueL.lii, Lue poui lee Bro^ta^Vo^eaif qnes, tiuira fcuicee, .S.ropa divers, leiutuiab diveise. Vldt. ti ttc-VuT, •eiifaiM' V0B coœai8 dt8 4 U".* , rucj vent errez rl e ol D a..al .NK Dc t0nnfli pb8rraCCie ,n FYR ^PRrotMMHMU CtlVjLMI Lon il. Ihband Agent exclusif pour tt^iii —PiflJard Oild Corporation Lubrieatiiig Oil Gras Hniles e( Graisses Prix el qualits dfiant toute concurrence Lon II, libaud Ajjent pour Hati VVILSOfl & Co CHICAGO, IMS tnrtauu, II IS Manlgue pure Lard manlyue de famille Beurre wifsco Huile de Colon mess pork Lear Pork Boeuf Sal etc. Demandez les Produit* de wilson iV Co, Ils sont irr* prochables. Me il .. Papeterie 8 %  avarice En #ribiic 3G SgeT 1^? • *a' d f pat Civil 1 '•o* au iainvil et nouveau Grand Htel de France Qm par su situation unique'au cttitre du offairtt s$ rH*mmn*mer€e partuulUremm aux mmrfan* th pamtge L*htei dbite par Gallon par Bariqws des Vim de Bordeauw Rouge et Blanc. Ces Vins visnnent directement de Si FlSAC et mit gara** Pur fus de raisins nous pouvons le prouver par des CRTW\CAW> OU*. nnus tenons tujours la disposition des Clients. Champagne et Vins Mousseux prix modrs. Conserves moutardes franaises, premier choix. Uon R. TbLmd Agent exclusif peur HaiU Pharmacie W. Buch Vient d'arriver Varcin frai* t Meadn Demlri Maltoto tCmomU... i %  nourriture pour t es et f mt '^ el,9n< Liqueur d<, VRtoih et Globule* ftrf. bnud pour le traite, t de V4*,h!£ EnaraU chimique N 9 pLl ^' l m 5 2 pour arbres /ruitwr* j &f



PAGE 1

U M.'IlN %  : i : . s = .. eauq^ w rin-tcciii Conct'pati -.'i f ntritu Vertige r ; .,>. p .Je Mi ...os •_ %  r ;:.; .,v.if* c A. i* 1 .* titr u. • % %  ] ; r "••?;.' %  • S <%* % %  :] • O'X < \ v 3*. . M %  !.... %  l .. %  %  >• I r* •..I c ,...-... • |n< ^ |< I i irti!l .--.'pouf. :• l" '"Mi if'.' MM JU I • %  NMWU f lie &i*)"> ultf c £:*oso:tE3 1 I0MU1 DIBft -'•'. .: : ,V.;v nifl .v-ion-iri.iY,, laimnti, Hrwfft' IWIMMl lUSOUTAH hf'iiuri fMMfMM i VaiilanCa^Houl Agents gnraux, 172U Hue du Magasin de .'frai TIWIB,.ES-POSTE POUR COLLECTIONS CHOIX IIWMErJSE PRIX COURANT GRATIS )u D'OR" prepnria poar \M telle pein'ure adhre RUX eurfaceB les plus ragwaJ *'e coi gpiv, gon brillant elle ache trs vite. Elle cgi ipeaialement use pour les moulures, '-t-s cornirhe? et les pices de tanlptorea. (•haeun de i os ferblanc est contrl par nos labotajaiSu Notre prix porr cette peinture dfit ton'e cotuotrmm The Chas H. Browo Paint Co Brouta t Geo J tmnim Agent Exclusif pour ait /Vo 188 nue h rou m lace de la Bmm A la Conscience FulfOD Sll06 Polijh Company In Uns bonne nouvelle Cordonnerie M. E. ERNEST CAMILLE Fabricant c^ chaussures do tous qen es Ma";iai x eupiltur Soir s Prcmp'ilU^rcl lt GBA> D P.UE|1722 La maison nous prie ' %  > t %  Ne..' -y : : : %  > i • t > • •• !' ' 1, : r | i '. %  :' ;•. k| SC9 C.*i • . %  '• %  ... _. de travaillai • :/ : I • I |M la Vaille, laille ( occasion exceptionnelle, chez ItlGIO frres. Itasoirs dmontable avec trois lames (iillette pour UN IMH.LXIt. Maison louer Situe pin la profirit Desjaniina Uiquini. Kau M tout le confortahle, ?orr renseignements Mtdre~ser la ManofaetiiM 9 6 t 8 % 9 Poini* Manchettes. Houes et Svrpell*** %  ? ^ „„ ~ a I~ Eu vente chez \e*manr,~AGGn s 4 Rue du QuaiiOll L Preezmann-AGGERBOtik •



PAGE 1

x-_ v-. % -> %  l w No 6041 rEUR PROPRITAIRE IMRIXEUIt lment Magloire BOIS VEK.NA 1158 Rue Amricaine IERO 20 CENTIMES PorUuPtia<*(HJtf ) .a Quotidien Luaadi 2 JaflUt IfeOt La boul doit faire le fond de nus cœurs el doit lrc "n mrae^totnps le premier attrait pour (jagner lea anlrei hummt* BOiSDET ISLEfhOMi No MS idrations juridiques sur Tarf. 185 Usine 9 aee fa Constitution de 1889 l'aiCable 4 l'occasion d'une espce juge par la a D. H, SUITE. (Voir le N du Samedi .'10 .luini yurlout propos de l'Aire j'expose les prsenrations. Je dirai d'[ %  l est tran^.<|ue l'on f si gn de scrupules, ni do raisons pour rguiftveur de IT'i^t de trou au cours desquels la i dames Laroche aurait e. Ceux qui lurent pr dience de la Commisdbats oraux de l'alita lieu, se souviennent fConinglon, soutenu en ses coliques, affirma lT? s .dans le Nord de es au cours de l'anRieu n'y lil contre la lit qu il uni mainfcnation.ni les raisons aire, ni le sourire MUD public habitu pour] tmraires propos. Je es cela, l'Ktat dmuni wt de chercher sa une juste rclama .ge facile de l'art. 185 Million de 188.''. jl l'histoire de cette un texte aujourd'hui taenicace contre letran '•servi rendre irrpa^mt.ive la ruine de l'haj Ul n'ignore pas nos gelait tour tour.ou l'obstacle auquel jr les plus justes du rgnicole ou trJ'ortslea plus virils de %  jnatie. Un se rappelle •alloues aux lrani&troiihlcs civils ,*ft Tandis que l'.•.^aedommaur ces dif Jjw.ejd'aulrcs.l'lia ^anabkment nglig. ' /dit annihile de W't de rclamer a er le bnficiaire de ,2** entreprises haJ2JW le seul dten, Jjw national. KJ n? telle situa^Wera.res attards £' ont abomins gMiqns, voudraient 'cK n,ss,on des H* u co ,!'cours ironique la S/ 08 Wns pour l^ocbe - \ de, 'ande des te Z d r p e ngativement. PCon?. P u s en viKutur li^V^ Ur ecar *r les *** !" des-guerres core prescrites. 'chouer Il ne dcoulait pas de droits ac quis de sa seule prescription gn raie et impersonnelle. Il faut entendre la porte de l'artich ltfi, en ce sens, qu'il oprait simplement en dmunissant du droit d action contre l'Etat. Il constituait une lin de non-procder qui en pa raiyaait rexereice. Il est dune vain de prtendre que le droit n m prs ent n'a pis survcu l'abrogation j/ftWileh Constitution de looA Abroger une loi de celte espace, c'est, jomme le disent les docteurs. Oprer le retrait d'une prescription juridique unilatnle. On reconnait unanimement que la COiSquence immdiate, ncessane d'un pareil acte est la libert d'initiative accorde et recouvre par tous ceux que gnait la loi. Il en est ainsi parce que, je l'ai dj dit, i' n'y a pas de droits acquis contre l'exercice d'un droit non teint par prescription ni puis par l'effet patbique et tii avenant .N luiellemnt, la ... glace lui rompue entre nous des les premiers complimenta et au cours .le notre conversation il nous renseigna avec bonne grce sur lesaffiires de l'I'sine. '• L'ducation du consomrn iteu • est faire flous dit il Comment B Tort aii-l'rince avec une population deux foi-, plus niiinlii'i use que ci I e de San Junn de Pqrlo-Rico, voua consomme/ la moiti de ce (pie consomme cette dernire. Tandis qu' Porto Rico, il faut 72 tonnes de glace par jour, i.-i il vous faut 40. Ei pur ce chiffre, tei trois quarts sont pris p i r | os dit 1er i de servie s de l'Occupation Amricaine fui devient, par ainsi, notre priuci pale cliente. Di! aorte que vraiment I ducation du consommateur est faire, i L'Usine n'emploie que de Peau strilise. .Meilleure eau que partout par consquent meilleure glace que partout, meilleure qu'aux Etats Unis. A notre demande savoir si des amliorau'oas n'allu'nt pas tre apportes II sine, car les constructions sont jusqu'ici inacheves: Parlement nous rpond notre interlocuteur. .Nom avons calcul que ces dpenses s'lveraient 30,000 (Trente mille dollars ) nous comptons tablierdea rfrigrant--,— pour le (iouvernemenl. l'on upaliou et la Gendarmerie; — ayant 16x14 de dimensions • Nous flicitons.Vfr Parka del ide, vraim ni gnrante qui a t ralise de In cration d une cole populaire gratuite Installe avec d ux pro l'esseurs d tes la cour de l'Usine et rendant les plus grands services a beauccapde ramilles ncessiteuses. Kn prenant cong du vice pr-udent de lli-e Company, il nous dit toute la bonne impression qu'il a notre pays et comment, chaque fois qu il sera posilile.il ne mardi indera pas son COncoursa ce qui est destin son avancement. M a n veiies El t-auares Le Pretwter Poinr.nv il lnal franaii PARIS tuLe s.as un trilui al liailien, oblig djuger en appliquantes clusiv. iiK-nt la loi locale. S'il en tait ainsi, ne feruit-cll-' pus don* l>l(! emploi avec nos Tl II iinaux I Il -n c-t certeinemenl autrement La tloniniissioi) des Rclamations accomplira ju^temonl son mandat, toutes lea fois qu*elle prfre* ra l'quit naturelle aux prescriptions de li loi hatienne qui y con ticvicrinciii. Nul n.me fera accroire • rpondait un besoin de |a conscience, une ncetjsit de la raison Juridique. XXX. ledisroun du prsident Ju conseil. \\ lui. \| il. ivn^'er. -/natciir de la liundeloupe et rapporteur la rom mission des finances, avait dialeu reussmeni plaide* an laveur d'un vo te sut le crdit do lu Itliur. avait dit que les dpenses de la RhuraaS Juin s'taient leves :07 mil lions de francs, que les frais d'entre tien d'un soldat dans la Itliur taient de deux fiance par jour plus levs que dans la mtropole et que les stocki de charbon, coke et produits chimiques saisia repressntauet 2!)6 millions-. A la ance d'hier soir, la enasa bre a vot les crdita de 1. 118.000. 0 o demande* par le gouvernement pour l'i-vialion. lin conformit de l'article 8 de la Constitution franaise relatif aux pouvoirs du Corps lg slatif dans la ralilrcalioo des Iraits, le gouveraa menl a dpos sur le hur.au del chambre des dputs un projet da loi demandant la ratification del partie relative aux accords navals VVashinfflon qui traita de la protec lion des neutres sur les hautes mers si l'usage dea ga^ asphyxiants an temps de tfuerr. Le projet prvoit une r.-.erve que le trait ne soit pas interprt comme modifiant !*• %  r glemciits antrieurement tablis an Ire les puissances signataires '-oncar naat les navires de surface ou cous me imposant aux sous marins navi guant en conformit de ces rgis menti un rgime nuire que celui ap pliqiic aux navires de surface. M. Bokanowski, rapporteur du budget a la chambre, a dclar que le budg •!, aprs le rlahlissement parla chambre des chiffres sQppri rus par Isnat, indique des dpen ses de 13,451,615,679 francs et das recettes de 12.838 millions soit un ddCltde 013.645 l7U fies qui doit tre couvert par des recettes addi tronneltea ou psrun emprunt. France el Gt-tinJc BrelagiM LONOHES -La Francs, In Grande Bretagne ci l'Bspagas vont s'efforcer un te-rai n d'entente qui permettra de runir une confrence internalio naie p ur le lglement de la ques liou du langer. La 1re runion des experts des .1 paya a eu lieu hier ma tiu su Porcign Olftcs, elle a t cou ficrc l'oiganisslion et l'tablis sment du programme gnral ds la coufn IMS. L' C'n.'i;il Brengef %  asiate une rceittion MADRID I. roi Alphouse et U reine Vrcl ria ont assist a la rcep lion donner hier par le duc d Albe. Ls proen • %  Is plu remarqus a t selle du gn-si Brenger, ex-commissaire d biap gne an Maroc dont (Immunit parlementaire fut enle V' psi le sual pour pt un-lire au gnral d t

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05966
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 02, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05966

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
x-_ v-.% ->
l w No 6041
rEUR PROPRITAIRE
IMRIXEUIt
lment Magloire
BOIS VEK.NA
1158 Rue Amricaine
IERO 20 CENTIMES
PorUuPtia<*(HJtf )
.a
Quotidien
Luaadi 2 JaflUt IfeOt
La boul doit faire le fond de
nus curs el doit lrc "n m-
rae^totnps le premier attrait
pour (jagner lea anlrei hum-
mt* BOiSDET
ISLEfhOMi No MS
idrations juridiques sur Tarf. 185 Usine 9,aee
fa Constitution de 1889
l'ai- Cable
4 l'occasion d'une espce juge
par la a D. H,
SUITE. (Voir le N du Samedi .'10 .luini
yurlout propos de l'Ai-
re j'expose les prsen-
rations. Je dirai d'-
[l est tran^.- <|ue l'on
f si gn de scrupules, ni
do raisons pour rgu-
iftveur de IT'i^t de trou
au cours desquels la
i dames Laroche aurait
e. Ceux qui lurent pr
dience de la Commis-
dbats oraux de l'al-
ita lieu, se souviennent
fConinglon, soutenu en
ses coliques, affirma
lT?s .dans le Nord de
es au cours de l'an-
Rieu n'y lil contre la
lit qu il uni main-
fcnation.ni les raisons
aire, ni le sourire
mud public habitu pour-
] tmraires propos. Je
es cela, l'Ktat dmuni
wt de chercher sa
une juste rclama
.ge facile de l'art. 185
Million de 188.''.
jl l'histoire de cette
un texte aujourd'hui
taenicace contre letran
'servi rendre irrpa-
^mt.ive la ruine de l'ha-
jUl, n'ignore pas nos
gelait tour tour.ou
l'obstacle auquel
jr les plus justes
du rgnicole ou tr-
J'ortslea plus virils de
jnatie. Un se rappelle
alloues aux lran-
i&troiihlcs civils
,*ft Tandis que l'-
..^aedommaur ces dif
Jjw.ejd'aulrcs.l'lia
^anabkment nglig.
' /dit annihile de
W't de rclamer a
er le bnficiaire de
,2** entreprises ha-
J2JW le seul dten-
, Jjw national.
KJ n? telle situa-
^Wera.res attards
' ont abomins
gMiqns, voudraient
'cKn,ss,on des H-
*u co,!'cours ironique
la S/08 Wns pour
l^ocbe - \de,'ande des
te Zdrpe ngativement.
PCon?.Pus en viKutur
li^V^Ur ecar*r les
*** des-guerres
core prescrites.
'chouer
Il ne dcoulait pas de droits ac
quis de sa seule prescription gn
raie et impersonnelle. Il faut en-
tendre la porte de l'artich ltfi,
en ce sens, qu'il oprait simple-
ment en dmunissant du droit
d action contre l'Etat. Il constituait
une lin de non-procder qui en pa
raiyaait rexereice. Il est dune vain
de prtendre que le droit n m prs
ent n'a pis survcu l'abrogation
j/ftWileh Constitution de
looA Abroger une loi de celte es-
pace, c'est, jomme le disent les
docteurs. Oprer le retrait d'une
prescription juridique unilatnle.
On reconnait unanimement que
la COiSquence immdiate, nces-
sane d'un pareil acte est la libert
d'initiative accorde et recouvre
par tous ceux que gnait la loi. Il
en est ainsi parce que, je l'ai d-
j dit, i' n'y a pas de droits ac-
quis contre l'exercice d'un droit
non teint par prescription ni pui-
s par l'effet Il but rpondre non moins n-
gativement la question, eu la cou
sidrant sous l'angle spcial de l'ef-
faire Laroche.
On sait qu ; les rapports juridi-
ques naissent h plus ordinaire-
ment, des contra ts. Les contrats,
les testaments, etc., sont de la n-
tgorhd-sactesjuridiques ; il sont
des manifestations de vjkmts r-
gulires.
L'activit de l'Etat, personne
prive, s'accomplit dans l'acte de
gestion, imnossitrie sans la colla-
l'Oirttiou du milieu conomique
Celle-ci ne se conoit que sons
l'aspect d'actes juridiques, i L'E-
tat, dit Simonet, en vert.i de la
personnalit civile qui lui a tou-
jours t reconnue, est investi de
droits et soumis des obligations
quand aux biens de mUM que l< s
particuliers. Le contrat du 15
Mars 1914, juridiquement possi-
ble l'Etat, le lie. La clause pna
le qu'il contient, oblige, sans res-
triction. L'Etat pouvait y souscri-
re, en prenant sa charge, les cas
fortuits ou de force majeure. Les
civilistes reconnaissent, sans dis-
tinction, que le preneur rpond
valablement des cas fortuits et de
force majeure. La similitude juri.
digue tant parfaite entre l'Etat
et les particuliers, il s'ensuit qu'il
peut tout ce qui ne dborde pas
la capacit du majeur, matre de
ses droits
L'erreur est donc lourde de sup
poser que l'Etal tait incapable,en
raison de l'art. \lso de la Consti-
tution. L'art. 185. il convient de
le redire, opposait une limite
l'exercice du droit d'action du jus
ticiable ; il n'aflectait en rien la CI
pacit juridique de l'Eu. Lea
darnes Lroche conserveraient
donc, en vertu de la clause du con
trat qui met les risques et la force
majeure au compte de l'Etat, le'irs
de Port-au-Prince
Nous avons eu l'occasion d'tre
prsent M. Lee S. Parks, vice-
prsident de la ke Company ou -i
vous aime/ mieux, de ootre ancienne
t sine Glac ache.e dernirement.
M. rat ks est on homme trs yrn>
patbique et tii avenant .Nluielle-
mnt, la ... glace lui rompue entre
nous des les premiers complimenta
et au cours .le notre conversation il
nous renseigna avec bonne grce sur
lesaffiires de l'I'sine.
' L'ducation du consomrn iteu
est faire flous dit il Comment B
Tort aii-l'rince avec une population
deux foi-, plus niiinlii'i use que ci I e
de San Junn de Pqrlo-Rico, voua
consomme/ la moiti de ce (pie con-
somme cette dernire.
Tandis qu' Porto Rico, il faut 72
tonnes de glace par jour, i.-i il vous
faut 40. Ei pur ce chiffre, tei trois
quarts sont pris pir |os dit 1er i de
servie s de l'Occupation Amricaine
fui devient, par ainsi, notre priuci
pale cliente. Di! aorte que vraiment
I ducation du consommateur est
faire, i
L'Usine n'emploie que de Peau
strilise. .Meilleure eau que partout
par consquent meilleure glace que
partout, meilleure qu'aux Etats Unis.
A notre demande savoir si des
amliorau'oas n'allu'nt pas tre ap-
portes II sine, car les construc-
tions sont jusqu'ici inacheves:
Parlement nous rpond notre
interlocuteur. .Nom avons calcul
que ces dpenses s'lveraient
30,000 (Trente mille dollars ) nous
comptons tablierdea rfrigrant--,
pour le (iouvernemenl. l'on upaliou
et la Gendarmerie; ayant 16x14
de dimensions
Nous flicitons.Vfr Parka del ide,
vraim ni gnrante qui a t rali-
se de In cration d une cole popu-
laire gratuite Installe avec d ux pro
l'esseurs d tes la cour de l'Usine et
rendant les plus grands services a
beauccapde ramilles ncessiteuses.
Kn prenant cong du vice pr-u-
dent de lli-e Company, il nous dit
toute la bonne impression qu'il a
notre pays et comment, chaque fois
qu il sera posilile.il ne mardi indera
pas son COncoursa ce qui est destin
son avancement.
M a n veiies El t-auares
Le Pretwter Poinr.nv
il lnal franaii
PARIS tu- Le s. nanimlt nn crdit de {"T millions
de francs pour l'Occupation de la
Rhar, nocan des pnnteara prsenta
n'a vot contre. M. Poineir a Ion
gitement pass en tvvuo la situation
des rparations depuis la confrence
de Sanrerao et t rpondu indirecte
mont la h lire Ircemment publie
par le Pape Pie XI : ,. J'aimerai
justifier une foie ife plus, pour les
n (lions trang^reej grossi bien que
po'ir les puissances temporaire',
(pie spirituelles, los mmes mesure
ipie nous avons prises t-t que nous
pr. ndrons encore si cela est nces-
saire l'gard des) dbiteurs qui ne
tiennent pas ses engagements. Si
non* avions eu les buts politiques
OU militaires, mais aurions occup
la rive d Mein et coup l'Alterna
gne en d ux. nuis no is ne voulons
exercer qu une pression (son ini-
que el e et pour cela (pie nous oc
CUpOEM la Ithur.
.Nous avons renconti une rsi-
tanc que loi a convenu d'appeler
passive, mais qui, en ralit est seti
v, in idieuse et ci iininel'e. La rsis
tiiuce est venue des grand] indus-
triels et du gouvernent rit de Berlin.
Voil ce que l'on n'a pas toujours
ralis I tranger surtout au Vati
can o l'on peut commettre des cr
reurs, nous aurions prfr ne pas
avoir recourir la loice.mais nous
avons t oblig.'s d'appliquer des
mesures coercilives, nous avons con
liiiuc et nous continuerons en dpit
de te ut .
A Bruxelles, le gouvernement bel
ge, d'acco-d avec. nous, a dcid dr
ne pas accept les propositions aile
mandes) jusqu' es pie l'Allemagne
abandonne la rsistance. Nousn'
vacuerom pas la Ithur jusq ce
que les aileinands commencent a
nous p. \.jr. Le seul moyen de foire
payer st d'augmenter "leur dsir
de recouvrir la Itlmr, nous n'avons
aucune id.e d'annexion,nous mpri-
sons le* accusations d'imprialisme.
Jimais enthousisanfte n'avait t plue
grand au snat que celui provoqu par
droits tre indemnises, qu'il y
ait eu ou non mate de l'Etat. Cette
constatation m'amne naturelle*
ment dterminer lans quelle
perspective se concevrait l'applica-
tion de l'article 18).
Les rapports juridique! ne sont
pN les attribuls exclusifs il 8 con
Irai! et autres actes juridiques. Ils
dcoulent aussi bien des faits que
certains ititeu"8qualifient impro-
Erement le juridique Baudry-
acantinerie el Plauiel les visent
expressment. Colin el Capitan
disent que les laits jnridtquei
sont les vnement purement ma'
triels susceptibles il donner niis-
lasce nn rapport juridique;
L'Etal se protgeai! ou croyait
se protger dee consquences je
ridiquei le tels fait* en a loptant
la prescription de l'article INo de
l'anciem e Constitution. C'tait
ces laits qu'il s'agissait de circons-
crire l'application de l'article 133.
Aucun homme de science cl de
lionne, foi ne mettra cette) opinion
en douto.
.IV'Stinie pie U cause a t corn
plique plaisir ; nie des gens,
qui croient peut-tre bien faire,
mconp is*'nt le caractre de la
Commission des 11.VI.mutions I
Elle n'( si |>as un trilui al liailien,
oblig djuger en appliquantes
clusiv. iiK-nt la loi locale. S'il en
tait ainsi, ne feruit-cll-' pus don*
l>l(! emploi avec nos Tl II iinaux I
Il -n c-t certeinemenl autrement
La tloniniissioi) des Rclamations
accomplira ju^temonl son man-
dat, toutes lea fois qu*elle prfre*
ra l'quit naturelle aux prescrip-
tions de li loi hatienne qui y con
ticvicrinciii. Nul n.- me fera ac-
croire tution de is > rpondait un
besoin de |a conscience, une
ncetjsit de la raison Juridique.
XXX.
ledisroun du prsident Ju conseil.
\\ lui. \| il. ivn^'er. -/natciir de la
liundeloupe et rapporteur la rom
mission des finances, avait dialeu
reussmeni plaide* an laveur d'un vo
te sut le crdit do lu Itliur. avait dit
que les dpenses de la RhuraaS
Juin s'taient leves :07 mil
lions de francs, que les frais d'entre
tien d'un soldat dans la Itliur taient
de deux fiance par jour plus levs
que dans la mtropole et que les
stocki de charbon, coke et produits
chimiques saisia repressntauet 2!)6
millions-.
A la ance d'hier soir, la enasa
bre a vot les crdita de 1.118.000.
0 o demande* par le gouvernement
pour l'i-vialion.
lin conformit de l'article 8 de la
Constitution franaise relatif aux
pouvoirs du Corps lg slatif dans la
ralilrcalioo des Iraits, le gouveraa
menl a dpos sur le hur.au del
chambre des dputs un projet da
loi demandant la ratification del
partie relative aux accords navals
VVashinfflon qui traita de la protec
lion des neutres sur les hautes mers
si l'usage dea ga^ asphyxiants an
temps de tfuerr. Le projet prvoit
une r.-.erve que le trait ne soit pas
interprt comme modifiant !* r
glemciits antrieurement tablis an
Ire les puissances signataires '-oncar
naat les navires de surface ou cous
me imposant aux sous marins navi
guant en conformit de ces rgis
menti un rgime nuire que celui ap
pliqiic aux navires de surface.
M. Bokanowski, rapporteur du
budget a la chambre, a dclar que
le budg !, aprs le rlahlissement
parla chambre des chiffres sQppri
rus par I- snat, indique des dpen
ses de 13,451,615,679 francs et das
recettes de 12.838 millions soit un
ddCltde 013.645 l7U fies qui doit
tre couvert par des recettes addi
tronneltea ou psrun emprunt.
France el Gt-tinJc BrelagiM
LONOHES -La Francs, In Grande
Bretagne ci l'Bspagas vont s'efforcer
un te-rai n d'entente qui permettra
de runir une confrence internalio
naie p ur le lglement de la ques
liou du langer. La 1re runion des
experts des .1 paya a eu lieu hier ma
tiu su Porcign Olftcs, elle a t cou
ficrc l'oiganisslion et l'tablis
sment du programme gnral ds
la coufn IMS.
L' C'n.'i;il Brengef
asiate une rceittion
MADRID I. roi Alphouse et U
reine Vrcl ria ont assist a la rcep
lion donner hier par le duc d Albe.
Ls proen Is plu remarqus a t
selle du gn-si Brenger, ex-com-
missaire d biap gne an Maroc dont
(Immunit parlementaire fut enle
V' psi le sual pour pt un-lire au
gnral d t guerre i.....r exp Iqusr les revers su
hi par les Iroupsa Mpsgnoke au
Maroc, il y a 2 ans.
La pi- sene du gnral la r
ception sel vivement comments
dans les milieui parlementaires.L'o
pinion gnr 11 .-st qe |a duc qui
est membre de la commission char
ae de la qusstbn de l'immunit de
[es-coaunsAtre. a voulu monlte*


LE MATIN
i '. -...
en quelle estime lui et d latre* te
naient le gnral.
L-' crise ministrielle belge
est termine
BHIWELLES Li prsident du
conseil. M. Theuni*, a russi ter
miner la crise qui durait depuis le
H Juin. Toui les anciens ministre
conservent leurs portefeuilles. L>s
ngociations avec la France et l'An
glelerre reprendront immdiatement
et U rponse de la Belgique consar
nanl la note allemande sur les rpi
rations sera probablement rd'fo
amedi.
Autour de l.i Profaibilion
WASHINGTON Le rejet pur -i
simple, par la Graoda Brolagoa de la
proposition amricaine pour le droit
de vi-ilei l*ij- li limliei de i i mil-
lei n a laiss aux I'. n l'adminb(ration aucune autre ait. r
native, disait-on, qu'attendre la d
cision d i c mgre quant la rvi-
sion de I.i loi el an ail ridant de rc
fuser l'admission des boissons ahoo
liqies sur les n iviivs soin peine de
ttiaie. Le Dparlement d'Etal a fait
une dclaration au secrtaire du Ko
reign Ollice, qni n caus un grand
dsappointement que l'on ne cherche
pas h di-limuler. dnconsidrecomme
dj, acquis qu'une tentative pour
changer la lai si autoriser l'entre aux
Etat-lui-d s DOlssoOS alcooliques
sons scells sera faits la prachirne
sance du congrs. On sait que les
ambassadeurs et lgatiool trang-
res dfirent vivement arriver ce
bot et l'impression gnrale est que
l'adminislralion 1I11 prsident llar
ding recommandera cette mena e.
Un; pnalit
B3SEN Le drapeau franais a
t hiss sur Hoben Suburg,l'un des
poiots historiques les plus importants
de la Ithur situ au C influent de
U Taons al de la Rhur. Celte occu
pation onditue une pnalit et a
t provoquas par di nombreux
coups de l'eu qui taient tirs de Su
burg sur des troupes et des senti,
nelles de la rgion occupe.
Nouveaux pointa occups
COBLEXCF. |.r< fronai! ont
tendu l'occupation Anns le pont de
Hayooca jusqu' Langea sur la li-
gne de Darmshadh a Francfort il
kilomtres nu sud de Francfort et
jusqu' Btchboro sur h ligne de
Francfort i Kaonsberg 12 kilom
trs au nord-est de Francfort, La me
sure a t piise comme sanction
pour le raool nbotafe de ch?mius
de far.
Condamns morl
\I\m;ni.E- Daa sllsouads ont
t condamns mort par le conseil
de guerre pour sabotage. Un autre
a t condamn au\ travaux forcs
perptuit, un Baa .*, ans de pi i
son pour mme motif.
Les allis el les concessions
en Turquie
LAUSANNELee allis sont tom
bs d'accord sur le protocole concer
nmit les concessions en Turquie et
dont les amricaioi n'admettent pas
l'une des olaosOI qui dclare que les
contrats et accor is pour lesquels
ayant la guerre, tout- s le< formations
n'ont pas t accomplies seront con
sidres nanmoins comme vnli les
et maintenus ai d un commun agr
ment ils oui t particulirement
excuts oo ont t l'objet d'un ac
cord entre la Turquie et le gouverne
ment intress. L'attitude des turcs.
au suj-i de re protocole, que les al-
lis veulent insrer daoi le trait est
incertaine, unis dpendra probable
ment de lu s lotion des questions de
la dette ottomane el de I vacuation
de Constantin.. >|, L, eaoM qui ains
pire I- protestation uroricaloeesldae
& la concession franaise relative
0 construction des chemins de fer
de Sim Ooorovai qu i loi turei pr
tendent tre nulles sous prtexta
qu'elle n'a past rgu iarerneot ra
liti.e. Cette concession sot aussi en
conflfit avec le projet Chester.
LES COURS
NEW YORK 30 Francs l od
BterUif 4,5818
Conseil d'Etat
S.'tnce du 29 Juin 1923
Sanction d'un procs-verbal et lec-
ture de la Correspondance. Des ac-
cuss de rception du Prsident
l! ii iM et une n luvelle invitation du
ministre des Travaux l'ubbcs fixant
l'heure du dpart pour la visite des
chantiers de Lus Cibobas et Mirba
lais a Samedi matin ds i heures !l/i.
Il est doi l sur les suggestions
de M. E. Bile et d'aprs renseigne
ment de Mr Hou/.ier qu'on attendra
le MoNjrF.LR d; ce jour qui publiera
l'article de prolongation de la ses*
sion, par l'Excutif jusqu'au 2 aot-
Sinon l'Assemble en prendra un.
Mr L C. Lrisson diratre ren
seigu iur l'tendue du budget gn
rat de l'Es. I913l9i4 remis la
Commission du Budget depuis Avril
s ir l'invitation du prsident; Mr E'ie
reoa igle: L'tude du Budget s'est
arrte, dit-il. dapu.s qoe que* semai
ns sur !a dam iode du minis'ie des
finales. Dspui), nvn sommai pri-
vas, c >i tau s Mr E i -, l s ses b ma -s
nouvelles.
Oftlciellemeat, l'Assemble igno
re ces dclaration. Nm~ sommai
vraiemeol en pleine mmaraierie.
dit Mr Lliirisson. On doit avouer que
celait nous pie le ministre devait
fttie ces dclarations, k nous oui
avons reu officiellement de lui le
budget, conformment aux prescrip
lions constitutionnelles.
Mr Klie dit qu'une fus, incid un-
Oient, on en a pari ai sain de l'As
semble.
Mr Lh uissoii demande dcrire au
M outre des finances pour lui d-
ni in.ler de promettre a la Commis
siju du budget de continuer son im
portant travail, la session tant prs
que ta lin.
VlrStl'har n'est pas de cet avis,
l'eut tre, dit-il. qui le ministre pr
pare UO travail imporiant
Ce n'est pas du raisonnement.
rplique Mr Lbriseoo. VfrElie croit
qu'il serait bon d'attendre et d'en
parler au ministre ds qu'il se pr
entera ici. Mr Lhrisson d I que
l'Assemble doit mettre sa responsa-
bilit h couvert. Officiellement, le
budget est dpot depuis Avril et
nous ne faisons rien, atlenltnt le
ministre qui n'a jamais fait l'As
semble de dclarations officielles.
Continuons 1 tude du budget et
crivons lui. C'est une mesu e sage
01 ncessaire, con'inue Mr Lh'ris-
son.
Mr Elie accepte tinalcmint et
amende la proposition Lliirisson
dans un suis qjj concilie ton', et
l'Assamble.
Oo vote la motion Lhriiioa. Le
b ireaa crira Mr Ne Gufua.
A la ssaoce de ce mitin, le Con-
seil d'Etat, a refrm son bureau
pour le mois de Juillet. Le m-*me a
t maintenu.
Le ministre des Finances a repr s
le projet de budget en gouri s d-
pos sur les bureaux du Coosoil d'K
Ut le II avril IlL'd en vue des BJodi-
Beat ions v apporter.
La St Pierra
La fte de St Pierre, t'tionvi I..
a eu hier un clat inaccoutum.Prs
q-ie tout "rt au Prince v tait.
L'Bglis; tait dcore de* o no
manls des triode j turt de fta. |,5
R?. Pra Liiore, Suprieur du Pe-
tit Sminaire Collage dii la Meaai et
leltiv. P. Paul, Sscrtaire de I Ai-
chevch '., fait le s>r n >n de circus
tances quia tudes plusgils
V assistaient S. Ex. le Prsident de
la Rpublique, Mr Plii Magloira,
Ministre des Culles et bien d'autres
notabilits. L'Eglise tait comble.
Durant la crmonie religieuse on
eu' A entendre de beaux chiatl ex
c il.-s par les lves des Frres de
l'tions die sous l'habile direction du
Frre Louis.
Dins l'aprs midi des bals furent
organiss dans certaines lamilles et
un concert fut offert sur la Place
d'armes par la Musique de laGendar
merie.
En somme belle et rconforte jour
ne eq l'honneur de St Pierre.
La visite du
Prsident
A Lascohobas -Mirebalais
Parti avant hier samedi cinq
heures du mitin.le Prsident qui
Toy.igjait avec Madame Bornoet tait
accompagn du Ministre Fombrun,
fit son entre dms la matine h Las-
cahobis. S>n auto tait suivi de
ceux nombreux qui conduisaient les
cooaeitlerj d'Etat Ch. Rouzier, c.
Lhrisson, Dlabarre Pierre-Louis,
D. Ch irles Pierre, Damise Pierre-
Louis, Elie Bt-Far, Docteur A. L^s-
coiflair, A. Talbrune. An'iibal Pri
ce, Olivier St-Cloud. R>bert David,
Lanrore Nau. Franceh Franc is,
B. Dinache, Geo. Saray, Emile Pr-
/eau, ainsi que les ingnieurs Mo-
rel! et Combes.
On a constat que la Route l'oit-
au-Prince-Lascahobas est complte-
ment a:h 'vue et msinlenus eu bm
tat ju-qu i la rive sud de l'Arlibonite
Cu. sous la direction doq ie! se trouve t
1' kivtix ci c > i-,.r i :li in diat
les rgions de Laicab >bis, NLrebi-
laia el djil 1re, Son Excellence 11
Prsident, Madame Boroo et le Mi-
nistre les Travaux Publics, ainsi qui
les autres distingue p-rsjniages,
ont visit les priacipsux (huiliers
commencer par ceux qui occupent
les deux cts du fleuve, lendroit
o le pont est en c instruclio i.
Plus de q liozs cents h on n:s sont
rpirtis da>d;u< cots du f.euv s t ri-
vai lant aux cules du pont et ci i-
tiuuaul la roule Port aa-l'rin:e-Las-
eabobss pour llincbt. Un espre
que, d'ici six mois au plus, les ter-
rassiers pjurront fain joncti >,i avej
l'quip de lioginieur Coller pir-
tant de llinche. Alors ce sera, aprs
la construction el la livraiso i la
circulation pjblique du griod p >nt
sur l'Artlbooite, l'acb^vement de la
roule Port-au-l'rincalliii'die.
Il y a un b)n mouvement con-
mereiel de l'autre eo du fleuve avec
les mirclis heb lunaiaires o Is
Ira rai leurs trou/en t a s'approvi-
aionner.
De retour Lascshobas 00 fonc-.
lionne un restaurant tabli pir de
chinois, les visiteurs sont alls ins-
pecter les travaux en c instruction
sur la route qui mne B dlader.
Au poiol o s'arrtent les chantiers
bien tenus, une rception leur a t
faite, et le Prsident Borno adressa
des compliments aux ingnieurs
ainsi qu' leur principal auxiliaire,
Monsieur Benoi'. d'une a-livitre-
mirquible.
Outre qu'e'lc ficilileia norme-
meot le voyage d s paysans qui vont
vendre leurs produits d'une ville in-
trieure i une autre et mtrquera un
ral progrs, la route de Bellaire
acheve, et pour 1 aq telle le Conseil
d E at a vol un dernier criit, per-
mettra aux himmis d'affaire et
tout voyageur venant de Port au
Prince o j des villes du Suj\ d'aller
dins la Rpublique Dominicaine,
sans avoir hesoin de passer par Ca-
naves et de perdre un t ni >s pr
cieux. '
C'est au retour que les visiteurs,
satisfaits de leur inspection el lu bon
entrain des chintiers, sjnt pisss
Mirebalais.
Disons, pour terminer, ose le vo-
yage dj Prsident qui est entr
Port-au-Prince dans l'aprs-midi du
mme jour, s'est effectu suis en-
combre, sauf qu'entre Miref .lais et
Lasoalnhis, quelques aulos onl eu.
a l'aller comme au retour, beaucoup
de mil traverser la rivire du Fer
Cheval II y en a m taie qu'on dut
tirer a l'aide de cor les.
Les conseillers d'Ktil se sont r n-
du oopte. eomm pjur les autre*
travaux v.sils, de la ncessit du
pont lever sur cette rivire et pour
la construction duquel ils vienne it
de voter 87,000 dollars.
Dpens avec ordre et conomie,
Isrgeol employ dus U construc
jon des routes el des p mis pou.' re-
i.r ses ville, et ttvorissr I ubiofa
J le dvel.ippement de leurs pro
f'i pays. C est le contraire qui l'est
toujours. esi
A ce compte, no as ne pouvons
mi he J2" d<5 "* la
S2e.^s,l"-avaux qu'il vient de
Faits et gestes ^
Lucia Valenlin rcemment condam
ne pour avoir exerc des voies de
fait suivies de blessures sur la per
SOOD9 de Elfeanoa Pierre est le non
veau condui.e devant la Justice de
Paix pour 1 avoir scanta'is le
quartier de Laine 10 heures du soir
5 3 avoir fait des injures gratuites A
l'endroit de Me La liens Racine, avocat
et s insavoir t provoque par ce
dernier, 3 rappele l'ordre, elle-
s'est rebelle aux ordres du ch'fde
quartier. Kl'.e expliquera son cas
la Justice.
"Pour avo;r coup deux cannes
sucre dans le champ de Fenlon
Stphen. Jos, h Congue est appre*
liend par la police.
Vs Jean Pierre veut faire bonne
obre, m lis au dtriment des autres.
C'est ainsi qu'il sest rabattu sur une
poule de sou ami Loui/or: celui-ci
n'ai-ce nie pas les choses de cette fa-
cm et porte plainte la polie.
Madame Marie Jasmeau,prveiue
d'avoir dsobi aux rglements et
aux ordres du Service sanitaire en
talant a i March de la Cathdrale
des birq Wld I vimds "trip3 s'cIis"
Ces sortes de produits ne se vendant
qu'au march Vallire, Marie est oon
damne a l'amen le.
Benelus Louis Charles et Ida-
minle Pierre froissent, par leurs
propos obscne;' la pu leur et Indli-
catesse des hibtants du Faubourg
Siloinm. Ils rg'erout leur compte
avec laiostiss.
Il m'est lomb:'8oug Juj
du journal le Courrier!
du 21 Juin courant, HaB|.
insre nie note intitule-,
de Mirag iae) o il j
tr'autr non sens, qUejt
P.sideut de la RpubliqJ
pas t reu cbes soui )
de notre fU patronale |
drnier, s'il y venait.
Odte note effroote et.
qui porte bien l'tiqaeiteij
position irrttichie eitdsij
mprisable qu'elle o est mL
Les gens senss et de boosal
lion n'ont pas approuviq|(
D'ailleurs, il n en siortil
t renient, car aucun ^
quelle que soit sou opium]
q le, ne peut oublier ||
ges pour parler comme i
dans la note en question.
Il ne fait pis de doute (
goftne ville d'une hospit
biale, possdiot une
mrrurs raflines, aurait
aident Rorno avec tous tes L
et U respect ds son bitti
Miragoilne, le 29 Juin
Kvrard LE
Cm
O.S. 1!AYT HW$
La |ni!ilii|iic de Cuno
dans la Riiln-
BUEMEN L^Chancelier Cnoi
dit dans une audience que le OOC
vernemenl uiaintienl ferme se politi
que dans h Ruhr et q raucuu om-
promis peut tre envisag dins la
question du Rhin.
L'ai chevque Fiklion
et les Soviets
MOSCOU L'archevque Fikhon,
ancien pitnarche de toute hit issie,
est vivant et libre, dit uni dpche
de Moscou. SaGranleur a ritr sa
rjsolutiou d'abindonner toute cam
pagne Anli S>vilqie.
La France et la dette Eusse
d avant cjuerre
PVRIS L^ Premier Ministre a
ritr la it-r nination d* la France
de n point rassumer les roi tions
avec la Russie avant qu la ditte du
tiouverne nent des C/.irs ao'l recon-
nue par le Soviel.
L'ananliie dans une
province Chinoise
SHANGHAI* Lu troupes dans
la Piovince de Hupeg se sont muti-
n s et ont p.li la ville deJienv mg.
Les dpches ajoutent que les* mu-
tins ont emport un nombre d> pri-
sonnier=de Jienying.
1er juillet
1NDIANAPOLIS Le sorcier Im-
prial Kvans du Ker Vilnof Vilan a
dclar que cette association est for-
Usinent oppose tout projet du Pr-
sident llarding d'entrer dana aucune
Cour Universelle, ou sous tou'e au-
tre forme d'alliance avec les Nations
Etrangres-
NEW-YORK -11 0f)O Immigrants
de i* pays trangers attendent sur
2i navires de lignes diffrentes leur
admission au pavs.
DLs'SLLDORF" D'aprs un d-
cret promulgu par le gnral D
goutte. Commandant en cher" des
forces franaises dWupttion, les
villes allemandes aux environs des
quelles les sabotages auraient lieu
1 avenir s ront tenues responsables
pour les dommages sonsiquents.
Le travail du Cemit chus!
distribution des 2,000,001
secourir les victimes du _
cendie dcliuna/nu prit5aI
di !' Juin coul, aprs^
valeur eut t distribue. I
distribuer cette somme, ne
compos de l'Officier delifl
rie Commindant le District,!
gistral Communal de Thon
Cur, de deux notableiA
cier du Service (IHj^-aM
en plus'eurs circonstancie!
sinistr fut interview es|
et cela dans le but de
valeur aussi quilablemeit 1,1
sible. Et nous pensons qa) > '
cd a donn sitisl'aclion il
sinistrs.
Commi il en a t dan*
dents circonstances, le Se
fini a aid da 11 manire!
argele Comit dins ce toi
contrl la rpartition defol
Le rle que le S rrice ,!*
a jou dans cet important f
mAme que dans celui >lc|*'
tiin dalim;nts a sinijlrol
Rgion du Mole Sl-Nieolsf
Rsbat doit attirer raltoouaoi
blic sur le fait que, poil
constant que le Service
questions concernant l'nj
administration participa]
aux uvres d) bieolar
comme la Croix Rouge
le fait dins les cireonll*
hureuses.
PorlauPrincj, Hati U)*J
J. P. K
l.ignieur Chirg du Si
tioaildlly*ioePi
Parisiao
MARDI
Sur demande gnn*
Reprise de
La Luxur^
{Srie des Sept Pchs n
avec la divine .j
Krancesca BErin1*
Entre : 50 cenliaH
Le Mali
Lgation imricaiiifl
A I occasion du 117"' anoiver-
saire de l'Indpendance des Etals-
t 9 'uuler vec les invits du Dparts" SS?E& Te,ra a ,a La"
mat des Twam Publics P ??ftmr,c*". > } "illet courant
. .. ruuucs^ S* i h#ur du Ua midi.
FondJe lerAvrilW
Port-au-Prince ^'V
Dpartements j
Etranger
Boite Postnle-.jf
Tlphone ^.
Burm: tiwti&W


LMATta
PRINCIPALE
H. CABHSE
49, RUE RbkjKOH
||H0 tOULCVAHD SCASTOPOl
PARIS
wadanl
IgBXEDR MABCI1 DO VOMD
ttiiti des Pre.nires Marques
[i Jours de prrniifie iruleheur
INK82UIK QUALIT :
LA KZiLLLURE
RAYON Sl'ioc j.vl
POUR LIS COLONIES
linOCHTVUK, HEItlIOltlBTKRIL
SPiCIAUTBS
fnpotiMS t trangres
5LS DK QUIN1NI-: --uns
7k produit.s en flacon*.
. comprime*, cachet?
MLCTIOCS HTPObEKMIQKKS
[BANDAGE. CEINTURES,
BAS A VARICES
iPPiBBU HYGINIQUES
pour Ions usages
UEIU ORTHO?FI>IQUES
Mngue$ hypodei :,> iqne/i
*CIES DE POCHE, DE VOYAGf
TO PHARMACEUTIQUES
Urine, Communes, e'o.
f fy/eto jd/ou* renscigitvnwnta
IliCIE PRINCIPALE
41, RUE RFAL'Mbh
lINMVMO S-JAS10POL
MAIS
W UNlQfJE
ilTUNE Si'fi r-SA-.E
Ail:" r\> : ;, :IJ?er>
Effets adirs
g*e porte la connais-
'poMicetdQ commera que
wwnl8 de la ( ommitsinn
'"l l adirs. I Effet
wur Justin Lhrisson s'le-
Mommede :,00 gourdes en
t* Janvier 191 2.
I No 7 bis, faveur Vve J.
.wanui Publics levant
^W 096 gourdes.
doivent tre dlivrs,
jnjnce' 2 Juillet 1923
^v Justin Lhrisson
hDJonVe avis a tous
FJJPtrtiendra que les rc-
Ijttl t adir*, il les ipucata devant lui en
m No 339, mis eu fa-
J?de" devant p 3-18,0
T.S 419 mis "fveur
i 00 ?" 20'00: 3o
Cl? nis en faveur de
%T-f,ev'ntk693 "
iJ?? m,s Mmp C. Jn
nntfio.oo; r,oRcpi
*l 9-00;
N S ole'anl "5,00;
Wor..;, n m,s en faveur
K>llel 1923
10 M i, n tm la y, ni
PNA-LA
...VMiSW
JWtRiIa
Wf. RECOHSTITUANT, Fia Ri F USE
pr..^,^l;^t,1:!;*r.x^: 5 *..... KM -i
FAIBLESSE GNRALE, mm v#HTfy
DBILIT, COMYALERCET. :'::, *$
HA-tAa00U4

AVIS
A partir dn 30 courant,
notre magasin de renie
sera transfr daus l'an
cien local du Comptoir
franais, 4ngle Grand
Rue et onne Foi.
2 Juillet 1923
Simon VIEUX
CoombianSteamsIiipCfl
Foreign Services
Steamer dfr'gpar ia Coiombian Steamshfp Company
Inc. pour compte de : United States Sliinping
Board.
Le steamer V. W M. TCPPER ve-
nant de NYork via les port* du
Acrd. tst attendu Port au Prince
le juillet courant: Il repartira le
mme four pour les ports du Sud pre
fcltf /i et M passagers.
Icn nu Prince, 'e for JuiiiVt 1923
(iebara et Company
Agent 8
Lehn & Fink, lue
Supriorit
Fonde en 18^6
Bas prix
Promptitude
Tous produti cbtmiqDCt, pharmaceutiques et autres arf.cles >en
ath'fcs dans uns pharmacie,
zniif1 iy}y.e^t?uel[e'Giro,,e4n,s ti,i|- Mwsdi u>, ue
oUUttt RArrlNE
M EClALll,-. ; Marque prive LjeoI dtii leuiaM, I thttt*
Amcles pour baibin*. Bay Huu U tclat c l poudre, ru e
ti eau de toi'e.te, liau de Quinine, Foudre contra les lurecies Solu
lion pour conserver les u>is Irais, Lait di MtgDiie, Poudre
ynec.T? pour la to.le.le des erlanis. licence de Heurs, E
.r 'nrrMttl lonrla lable, .Moular.ie,^ Uuilo ilSn
peer \, lable, Loges dentn, Ptpperminl. huile pour iaalai
unes Ki.J. kT' ciiiociuueL.lii, Lue poui lee Bro^ta^Vo^eaif
qnes, tiuira fcuicee, .S.ropa divers, leiutuiab diveise. Vldt. ti ttc-VuT,
eiifaiM' V0B coai8"dt8 4 U".* , rucj vent errez rleolDa..al
* .NK ,Dct0nnfli pb8rraCCie*,n FYR ^PRrotMMHMU CtlVjLMI
Lon il. Ihband
Agent exclusif pour tt^iii
-
PiflJard Oild Corporation
Lubrieatiiig Oil Gras
Hniles e( Graisses
Prix el qualits dfiant
toute concurrence
Lon II, libaud
Ajjent pour Hati
VVILSOfl & Co
CHICAGO, IMS
tnrtauu, II IS
Manlgue pure Lard
manlyue de famille
Beurre wifsco
Huile de Colon
mess pork
Lear Pork
Boeuf Sal etc.
Demandez les Produit* de
wilson iV Co, Ils sont irr*
prochables.

Me
il
, .. Papeterie
8
avarice
En
#ribiic
.3GSgeT
1^?
*a'df pat Civil
1 'o* au
iainvil et
nouveau
Grand Htel de France
Qm par su situation unique'au cttitre du offairtt s$ rH*mmn* Pmque tatnats au public et .. nombreux et diitrniguhmt
pour sa CUISINE soigne et tout le wnfOfUHanmumvm* Jtm
2lrVrt^uPr>mere partuulUremm aux mmrfan* th pamtge
L*htei dbite par Gallon par
Bariqws des Vim de Bordeauw
Rouge et Blanc.
Ces Vins visnnent directement de Si FlSAC et mit gara** Pur
fus de raisins nous pouvons le prouver par des CRTw\CaW> ou*.
nnus tenons tujours la disposition des Clients.
Champagne et Vins Mousseux prix
modrs. Conserves moutardes fran-
aises, premier choix.
Uon R. TbLmd
Agent exclusif peur HaiU
Pharmacie W. Buch
Vient d'arriver
Varcin frai*t
Meadn Demlri Maltoto tCmomU... i
nourriture pour tes etf mt '^el,9n<*
Liqueur d<, VRtoih et Globule* ftrf.
bnud pour le traite, t de V4*,h!
EnaraU chimique N9 pLl ^'
l m 5 2 pour arbres /ruitwr*j
?


U M.'IlN
.

: i :
.s=..
eauq^
- w
rin-tcciii
Conct'pati -.'i
f ntritu
Vertige
r ; .,>. p .Je
Mi ...os
_ r. ;:.- ;.,v.if* cA.i*-1 .*
titr u. -] ; r "?;.'
*
S
'

<%*:] O'-
X < \ v 3*. .
M !.... l .. > I


r*
..I c
,...-... |n< ^ |< I i
- irti!l .--.'pouf. : l" '"Mi if'.'
MM
J- U I NMWU f
lie &i*)"> ultf
------,----c:*oso:tE3---------1
I0MU1 DIBft -''. .: : ,V.;v nifl
.v-ion-iri.iY,, laimnti, Hrwfft'
IWIMMl
lUSOUTAH
hf'iiuri r' i/irfc cor.fr* J
ri
=..
,/al .-'. ru/af#tfi l'Intestin, fixe
i. r / 'l.rHitiri'liinii' u^l Ji'hclistS
tlTHAirs BILIAIRES du dui-teur j
MMmI HtguUirtl$nl ir> fMMfMM i
VaiilanCa^Houl Agents gnraux, 172U Hue du Magasin de .'frai
TIWIB,.ES-POSTE POUR COLLECTIONS
CHOIX IIWMErJSE
PRIX COURANT GRATIS , THE* ) DO RE CHAMPION, 13, nie Prouot, Paris
La maison Lope Rivera
Reprsentant de Bar ton 4* Guestier
( Bordeaux )
Avi1. sa'client'e qu'elle douvera en stock Vin blancs H rouf e*
rega pari*5 vapeur "Martini jud*' en barrique et. eu deiai barr
wi%\ Vin *u Ciliee Mloe Soprieui St Julien, St Kmiliea
Prisse N ir, SI Retiphe, Postal Canet. Chataiu Pontet Ganet. San
terna. tirage. Bjrnac, Chteau llar(4 i.k Lhat-su Lalosr.CkaJR
ebaietu Yqucm. Ihjt.au La Tour Blanc-iu t'hambeitin, Beauu,
Pomrraid etc.
Lee V'nblenee ot rouges eu barriques co nparaiivemeni laur
qualit sont d'un prix extrmement bon march
Ils ont livrs avec tout? les garanties de conservation.
La Maison recoin rr-ande aussi sa clientle au I ait Condens
et v pore danois de qualit su.lire et d un prix dfiant toute COQ
renfle. DANIsfl DAIRIb MUISiPORT lo, Copenhague.
The Charles H.Prown Paint Cooii
firooklyn new-York
Si voua voulez f voir votre m'iaon coquette nkot m
Si vous dA?irez ddp elecrtoa de ooulears arin4i|Q
Preraret, par daa tiimifttnn de longue eiDrtanoai
Aciiter notre mtrqao "C>)u D'OR" prepnria poar \m
telle pein'ure adhre rux eurfaceB les plus ragwaJ
*'e coi gpiv, gon brillant elle ache trs vite.
Elle cgi ipeaialement use pour les moulures,
'-t-s cornirhe? et les pices de tanlptorea.
(haeun de i os ferblanc est contrl par nos labotajaiSu
Notre prix porr cette peinture dfit ton'e cotuotrmm
The Chas H. Browo Paint Co Brouta t
Geo J tmnim
Agent Exclusif pour ait
/Vo 188 nue h rou m lace de la Bmm
A la Conscience FulfOD Sll06 Polijh
Company In
Uns bonne nouvelle
Cordonnerie
M. E. ERNEST CAMILLE
Fabricant c^ chaussures do
tous qen es Ma";iai x
eupiltur Soir s Prcmp'i-
lU^r- cl lt
GBA> D P.UE|1722
La maison nous prie porter *i La connaissance)
in public que dans le luit
sos Lombreux clfenls, elle
accorde partir Juillet 1923, une prime
d'une paire de chaussures
au choix A tout dtenteur
de vimjt tickets.
A la Conscience, tellr est
la devise de la maison.
En consquence, On est
pri d<' rclamer un reu
pour chaque achat au
comnlanl.
l'on an Prince juin \023
ISewmYork
Si vous voue\ bro'.ger la peau Je vas di
ii vous voulez avoir un brlant luiMt
Si vous 'voulu la couleur et la i
chaussures pendant lowltt^i, empleyMt
hiOhOGRAU.
fabriqut spcialement pour les damu et les gentlemen du b&m
Elle protge la peau des enaussurts contre l bumidiU et la cbmr.
Elle l'entretient leur souhlesie et conserve leur brillant.
Demande* la marque NfOSOGK\Vt eut la mnHeur d< tout* k
Geo. JEiNSBME Ageoi pour


:;

162 vous
des imitatiofts
C. : i ' '' d
r | ruai*-
i '
r.- ,..'.'<. ni.
i> > t '
Ne..' -y : :
: > i t >
!' 1,
: r | i '. :' ;. k| SC9
C.*i .
' ' -
... _.
de travaillai
:/
:
I
I
|M la
Vaille,
laille !
( occasion exceptionnelle,
chez ItlGIO frres.
Itasoirs dmontable avec
trois lames (iillette pour
UN IMH.LXIt.
Maison louer
Situe pin la profirit Desjaniina
Uiquini. Kau M tout le confortahle,
?orr renseignements Mtdre~ser
la ManofaetiiM Place Gaflrara,
..; fi
i

es
Composition ^^etale
de Lydia E. ikham

a

,.... .l


/

Int*r AV^ore
312 Rue des Miracles
A vendre a un prix rai-
sonnable :
Un moteur marque fran-
aise de cinq chevaux.
Une machine pour bou-
cher les bouteilles
Une machine pour net*
toyer le cale vert.
(ne machine pour pr-
parer les biscuits.
Un arbre de transmission
avec poulies et coussinets.
In piano Rayai en bon
eiai.
Pour conditions s'adres-
ser a Inter Ngoce.
Imprial CoDSolidat
Compaoy
Suce/ de ZE. A, Oara-so & Sons iablie en 1904
a Rector Street. NEW-YORK, USA.
Cuire et peaux
Seuls disnibuteurs des marquage nommes :
NOBILIS KID REX CALF F0RT1S DBS Se
Tissu* et Cotonnades
Produit tilimeotaires
Geo. IEANMJ
Am Badnsit i-unr Hati Pe
Hlel Kxcelsior
rHlWP DE MRS l
Situation exceptionnelle, se n
mande par une installation de
premier ordre et un service in
chable.
L'tablissement est ia dit
des familles* commera:Js.part
voyageurs sic pour pensions, H
djeuners, diners, lunch, ete, 0//1
maximum d'lgance et de cow/^w
Viennent d'arriver
Fer repasser No 2 et 3,
Chaudire, ~>9 6t 8% 9 Poini*
Manchettes. Houes et Svrpell***
? ^ ~ a I~
Eu vente chez
\e*manr,~AGGn s 4
Rue du QuaiiOll
L Preezmann-AGGERBOtik


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM