<%BANNER%>







PAGE 1

Le MATIN • se partiellement sur une base mili taire rgulire et partiellement sur une base de ruierve territoriale. Les dtails de cette organisation seraient arrangs de manire permettre le dveloppement ultrieit". Mais avant de la prendre T m;ins, la question du dveloppent..! devrait tre exa mine en la comparant uux force ariennes existantes alors parii les puissances titraogres. La confrence des experts fian .•lis. anglais et espagnols concernant la jours. Les discussions ont sim plement pour but de dterminer s'il existe une base permettant de ru nir une confrence internationale pour rgler le si lut international de Tanger. Lescxpsrts franais lja arrivs a Londres en vue de la ru ninn de viendredi sont MM. De Ilenu mari'li i-, di l'ougnedoresse et Ray moud Uaynaud. Les espagnols tout attendns demain ou jeudi, ce s >nt les marijuis de Torreliermosa, Caro gangronis et Ituiz. E().ilii ; 1rs taxes pour motifs avilniar Thodore des ellels cousis tant en meublai el eu boissons pour rceptions officielles, et due pour quelle raison les bordereaux de sa crance s'levant la somme glolmle de ("lit dix-huit mille geurdesLonl • i facturs en francs. — L'Etal est condamn payer a IThimocla Lafontant la somme de mille sept cents dollars environ, montant de la moiti de la valeur mari bande des mtaux recueillis bord de l'un des bateaux de guerre Crte--fierrot, ToussainuLouvi i ture et Alevandre IVtion, comme le /eut la contrat pass cet effet et qui n'a pis cl compltement excute Le mandat des 588 dollars en cash et 1.160 dollars en titre Srie I* ne %  ira remis nu crancier que lors* que, aprs le dlai, l'Etat ne dira que rien ne s'y oppose, qu'il reuonce toute action reconvenH?' — Refna Mode, sa crance lgitime consistant en retenue de vingl pour cent sur les loyers tant dj solutionne par la dcision de la Commission des Kit-lama tions indiquant le mode de paiement de la valeur reconnue par la Commission Fquire, est appointe taire, dans un dlai de quinze jours la preuve que l'Etat lin doit des arrrages de location. Puis la Commission a pass l'audition des affaire! affiches au pJacel de I audience. Ail me N 17 introduite par Mr Rodney Baussan fourniseanl lui mme les renseip'iiements Le rclamant a dit que s'il n'avait pas prsente les eiieis la Commission Fquire, c'est qu'il travaillai! alors Lascaliolias. Pour soumettre sa crance lgitime A la Commission des Heclamanons.il a t au Dpartemeut des Finances qui, sur son instance, lui a dlivr cinq reus de soixante gourdes poui retenue du 30o/o sur set appointements comme ancien Commissaire du (iouvernement [ires la P.C.8(les reconnaissances des montants de deux reus gnraux, qui ont t. adhiri et ports la connaissance du public par avis de journaux, sont ports1 au dossier. Sur l'observation du Conseil du Gouvernement qui a l'ait remarquer que le Dpartement des Finances, ayant perdu le registre spcial pu a t dtruit au Maga siu de l'Etat o il a t transport avec d'autres, s'est vu olilig de dlivrer les reconnaissances sur une lettre du Dpartement des Tr.iv.iux Publics atteUnt que Mr Tromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMULSION DE SCOTT Puissant aliment et mdecine sans le faux estimulant de l'alcohol. ^ e Baussan a t rellement Cimmissaire du Gouvernement prs la l'.C.S, --le rclamant a t apf ioinl produire au dlidr de a Commission, les demandes de reconnaissance par les journaux. A Maire N 30 introduite par Baker de <',•' reprsents par M e Pierre llulicourl. Le Cdn*efl du Gouvernement s tant, au sujet de la rclamation, rfr la justice de la Commission, le Prsident Abel Lger a dclar I allaire entendue dfinitivement et dcision ultrieure en sera rendue. Affaire No 5t. Mandataire M e E. Matlion. La crance consiste en subvention de deux mille quatre cents dollars par an et reste impaye le Fvrier 1916 lin 19-i, terme d'ailleurs du contrat qui tait pour neuf ans. M e Matlion a prouv que l-s douze cartes par ivpivsun'atioj thtrale, ont t envoyes rgulirement au Dpartement de l'Intrieur, conlormmMil au v.ru du contrat qui a t comme sanctionn par le Corps Lgislatif, pour avoir t l'objet d'une inscription budgtaire et pour avoir t compris dans la loi reconnaissant le Thtre d'utilit publique. Pour le nombre de reprsentations galement contest, tl a t prouv que ces fUis exerant un i inlluence civilisatrice sur l'esprit du peuple, ont eu lieu comme le dsire e vœu des articles du contrat qui ie l'Etat l'entreprentur, au propritaire du Thtre. M" Montas a maintenu le point de vue principal du Conseil du Gouvernement et a eonclu la r luction de la crance pour cent quinze reprsentations conformment aux clauses du contrat qui ne dit pas prcisment que c'est deux cents dollars par mois, mais par nombre de reprsentations — Ail nie entendue, a dclar le Prsident qui, vu l'puisement de l'heure de laudienc\ a hv 'a sanceBrevets simple et suprieur Le* examen* pour l'obtention les br-vels simple et suprieur auront lieu la lundi 2 Juillet [prochain. Voici In composition de- jur\s : lirr Commission i Jeunes / //os F. Duviellu. prsident. Histuire et Gographie ginnle Mme (ih Fquire Franc,, et de<-in Sœur Lucienue Arithmtique Mme F. Lamy llisl et (in. dllii.i Dr G. Ualencour Bci n.phy. et na'. Mme T. Mullion Travaux in nu U Alii. Thoin.i/.eau Inslr. relieuse tenu comtniation t ar )ns) II. l'.aii u. prsident, Ilit. et , • > ee morale Mme Duibeuf Franua I-' re Krnest Matli>m:il. et lp>.| i Frre Albin But. ci Gog. ft4n>m^ Melle P. Augaslin Bttl.el geog.d'tli Pasteur Turnbull \nglai Dr F. Daleocour Se physiques Pre Mahot Inslr. religieuse Mme Mathoa Travaux manueli ilonseil d'Etat Sance du 27 Juin 11)23 La sance d'hier—mercredi— a t conttere au vote de la loi de crdits supplmentaires exIr.iorJnidi re-e peser. .11 A. L.ttrisS9Q. Ce n'o t pis celte, loi qui fera cesser celle fl§i talion qui rgne dans le pays. Elle aggrave le si nation, s'est de l'huile et du soulfr que vous allez semer sur du l'eu. M llouzii r appuie le ministre. Il est pies d'une heure de I aprs midi. Celte partie de la sance si lr,';s %  Oggeslife, nous h donuarjns demain. Dcs Kst dcd ce matin un heures el demie Mr Eiguj ]M Les lutirailles auront liee) aprs-mi li. L* • mvoi parliri Je U mortuaire. si*e A la rue del'li menl, pour se rendre l'ty Trinit (rue des Casernes). Nos condolancas aux prouves. Vente A L'Encan Lundi 2 Juillet 199 Kn vertu d'ordre le MoD*i H. Marie. Collecteur de U Desl selon les Articles 5'J et f01 de de Douane, devant le porte la Douane il sera procde L Juillet 19*: a 10 lioures du i 1 vente a l'encan mesmarehui suivantes: Art. .9-E.E.&CO-7N1 de peinture. Ar\. loiII. F .No. 100-11 cout. des in-li'iuiienUchinvpsJ pour dont ste el aceffsoins. Art. 101 N.C. No 1-lcMfll (3 Doux, de peaux maroquie. Monbrun Klie Lncanfjerr Public Itemcrciements Mr Emmanuel Dreyfuss eti fants, Mr et Mme Emile MaesB| et leurenfants, Mr et Mme Mangons et leura enfants. Mme Edmond Mangons et les fants. tous les autres parente lis remercient trs sincre E. le Prsident de la Hpiil Mme Louis Itorno. le Conseil crtaires d'Etat, le Chef de H tion le Colonel Kan. leConeflt inunal. Le Cle'g. les FrJ Si-Louis .le Cj.r/.giie.lesPrtt Sminaire f.ollcge Sl-MertuL Sœurs de Si -Joseph de Cls; Ste-Rose de Lima, les as Province et .le lortau-nai leur ont donn des prfUesSI pathic l'occasion de ta leur regrette MABIB BLA*J 00.18, Epouse Emmaoue w Ils leur en garde-ont M reconnaissance. uef 9I' Avia Uo rcpiss au S' 7JI2, Coas* mission F quire, Appointements C. r ) 1.00, Lclio Coicou l'inplov l'A lunnistration des Finanas les (lonuivcs a t gar. Duplicata devant tre .Iress. M iiye>n louer 1 Une jolie maison haute Avenue Duco-te , ayant sept cbimbres, btesio, r.Mii.s-, et \ etc. l'oiH' renseignern-mls, s'ulrressar Josepb Francis, Angle ruas Cour be et des Fronts Forts. k (,s-e?sueeisi ,ji, a ... 4 ^se4efeieel !i, Lli'lTdepr! , i-un Ao -rot 23 tout IM d jo" M une Pilule dii U7,rueduFaub'St-DentMalsulaiitexierlasrti qui .ont tout S* Jj ? mr+—" ***** j DEHAUT A PARJ — : >' '-w-ruyft.ypt a". *ii '^ • FEMME MALA03ES DE LA Irrgularit t douloureu* ^JJL menstruelle*. Coneti *•• "V H4morr. R ie. Varice. "*". w f> Mtrites. Afe critique. VertUfI||# cation. Formation de la J"" Laborr.tsirss TIOIETTE-PEBIET, 15. li: ta IwtiultaJ MaM* ?i "J %  % %  i u APHLOINE <•" itre Us



PAGE 1

LE MA TIR ml i 1^ .v • %  l Et. ; -.-^1 Un le v i fi] ; d'odeur exquise, un soupon do flours rares, une t /.} riio cio perso n nalit, c'est l'art de ce parfumer. C'est i i/..:.iortcl privilge des £,ens raffines. Le Flovien*. (-leurs ci l'Orient) et l'Eclat COLGATE ont cette note cb fcot ils ON" leur charme et leur volupt*. r^. pr**ai ntatlf T !:. \.\K M '.. 'I IX Phi : "l T •' ROITEPO PORT-Af-1 i ktTl RMIiiii;.:v^!!rev:wnv:v;s\%n^ :?vvr:\vv •;"/;•. v -;•. ;.. ....' * de l'Alliance franaise AVIS J'es des adultes pour le con *wnpoilion franaise ( sujN:un CONTE, une NOUVELne UOEXOI doivent tre %  J juillet pi or bain ( voir v*n\ sur le Concours j. oun, de composition fran ^ e jeu .es tilles (enseigne pldel-e„seigno,nent secon ire jeunts filles el entre ^(enseignement piimaire) F l juillet l!)2;i uT n x d e dic ''n franaise ;7 >• Heitalion : f d'un .^PMie), 2" d'un morceau uL". queconcumnt el o £, d ''H> morceau ( vers i 1 ^1 textes sont laisss au g* concurrents. Le concours ,ural, eu le 15 juillet pro lde5.! utret rense 'gnement, %  are S8 e r au prsident de nais,., 1315, Rue LaInter Ngoce 3l!2 liue des Miracles Nous avons :\ vendre un caf ayant une bonne ollen tle*avec installation lec trique el l<* matriel complot La maison trs spacieuse jM'vit cou venir pour restau ranl, grande cour, remis' etClle est situe en plein •entre d'affaires. Pour conditions, s'adresser nous an N" 312 Itue des Miracles Pu n a ma fi;tili'<>'o iiHti Le slcamcr "Panama est attendu i, port BU Piinee de New-York le saine li 30 juin VM\i svse 990 tonnes tle marcbandisis 52 Sais il • lettres lu PatoageM et partira probablement dans l'aprs midi lu mme jour pour Cristobal Canal /one directement. 0. B. THOMPSO.N Agent gnral 1 % %  %  _, Avis s ;i d j ea n Joseph annonce f • Nielle qu'elle >hJEy des "Mes de *SLZS el de lil dernire 5 IOOuM q,,eCha,)CaUX ^ rni8 V? r.iV u Canollers B arnis '•Crik t St Ul,fanlsde ftt rfwf ans l "n bel assorrt, c ie 8 de mode Bas sSL enfa t, couronnas et U. 'Miami, Htel Exeelsior CHAMP DE MARS Situation excvUonneUe. Se recoin* mande par *• installation de tout premier ordre et un service irrpro L 'tabUtMment est ia disposition de famille*, eommera.ilg.parltculwr rotiageur* etepour pensions, banquets djeun*r*. diner*. lunch te, offrant le maximum d'lgance et de con/ortabte. Grand Htel meilleures marqeet. Ridr ux telle 01 Guipure: Vifitttnotie dpt de meubles, lits, sru.oirif,caipits etc. PAULEAUXILA Hues 'traveisire tfduMayasin de i 1 Hat



PAGE 1

U avilis > h •* ^ 2 r • 8 k ;* : ,fe 2s tioru.t; un loi s I r %  X • 1 & /. Cr*m Ttindt!;.). rfooc#. rarfumf. ro-ijrrt* fo fracheur Hl a /, nM ,„, embrttii. ,/fgc f. r,rf„ ; "laV f/caf (u ,c rfrv A*urt 'me La C.-e T' [S ni LYS, '-r tic;-'.j-.'. r... .... | •: I— _i|ntl'd'^ratcr *n i-*n !a peau, tous qenres. Matrisnx supiifur Soirs Prcmpt.tuHf% eeltit OBANDRUE 1722 La maison nous prie de porter la connaissance du publie que dans le luit de (acillt el d*ncoura;jer sos nombreux clients, elle accorde partir du 1er Juillet I92:i, une prime d'une paire de chaussures au choix (nul dtenteur de vingt tiquet. A la Cnnscienec toile est la devise de la maison. En consquence, On est pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. Port au Prince juin 192.1 Yaille, Yaillc Occasion Exceptionnclls, chez KIGIO frres. Itasoirs dmontables avec trois lamas Gillette pour UN MOLLAH. La maison Lope Rivera Reprsentant de Barton $ Ouestier [ Bordeaux) Avi* sa alientle quelle t.ouwt en itiek Vin b'anc.s H JreafH refai pir |* vapeur "Martiniqai" i brri]-ies e*. A d*ni hirr que, Vins n e\w Mlos Siprieu Si Jil.en,Si Bat'ini Prini" Xoir, Si Rftpb*. Ponhl CIV, Chllew Pont^l Cinet. Siu ternes, ftra'es llrs;ic Chifei \ M\rgn < Ghatnu L%l"or.Chtf5i chteau Yquim. Uni au La Tojr Bian:li3. Chl nbriin, Beaut Pommai d etc. I^iaV'nsblanf et rougtt n bifriqja. n mirilive.nnl lauqualit sont -l'un prix eUrd.m.nent boa march. Ils sont livris avec loula les gtranties >te eoaaarvalioSa La Haitoo reomuta'ta aussi > sa clientle *ia Lait Coo4em4 et vapore danoia de qualit sjin'reet d'un ori deikol toute on curence. DvNM DMHIES MILh EUPORT'Jo. Gopanhagiif. .-a——. ^>^.-Il. > afaaa **-. A4 —J La je i 3 a&ir% info*. Plu %  • %  foj i une '. la satis t •'...', %  .1...!'; ;. .\ i i..; ts %  % %  et I -i Cou ition V %  : •/• .lt! %  • ; %  • %  '• %  %  : r i v.ne %  %  ,. g ; r RI i^Vlfll #1 I I..J i' i • iu • h pur uni j Li.ii .-,... Ii Co I -.i%  K. inkhai i, clan.- le Ul iftttU do Lydia ' 1 IMI N •"indea pooi A;>ri trois avortetnenta Pal • • • %  J i %  •' -i | Je ut !> %  is i..,!.•.,. de • • i %  '.' nm • % % % %  -. jo reconv tu '. J %  %  .. aotiffreot, • %  % %  • %  %  %  / %  %  %  % % % %  [ -<: %  • %  %  %  ai i. il U aa del M< M ' .r .il • ,-,! .;>,-* .. %  r | ., ., oripoaition \fe gotaie L de uria E. Pnlduiin %  • 2 Avis ( '.ommorcial Nous avoua I hotaoi %  ur d'sanooevr au public et au coinnienc eu ptrUcuuer quu nous avons fond aur cette place une maiaqn de Commerce d'importation M d'expprtatioa sous la raison sociale ELBERT DOW A fie lont lesassoris sont M.M.ICII.ert Dowvet Antoine fiebaM, ik> Portau-Prince: la signature so< iale et •a gestion sont confies Monsieur Elbert Dow. Cette maison qui a pris I,. suit, des affaires de la Maison Elbert Uow compte sur vous pour I honorer de votre confiance et elle vous en remercie d'avance. ELBERT DOW & Oj Chapeaux teutre Borsalino Lhapeaux Paille tine d'Italie laine dernire oiode Chauasures dcouverts YeroU # J 86 "' hommes et dames. des prix exepiionn ls. Lu vente chez .. H. UALLOMfl ItaeRoux 120 A;1.1;.Mure Viennonl d'arriver Fer repasser No 2 et 3. Chaudires, 5, 6 € 8, 9 Point* Manchettes* Houes et Serpet** 9 Ea vente chez L. Preexmann-AGGERHOl Rue du Quaidol



PAGE 1

J7ao*ad N04 PEUR PROPRITAIRE f}fFRIMEUB Clment Magloire BOIS VER.NA 1358 Rue Amricaine NUMERO 20 CENTIMES IWt ta Psiaoe ( Haiil J Quotidien .FeucM 28 aln \\)29 Combien dlioinnies,.iu boutdt leur journe, t'interrogent en pienant leur conscience pour juge de leurs actions. ippolyte LUCAS IBLEFhObE No 242 |l Le earc8 tfe l'opposition __, homme de cœur el d'ducais pu lire sans indignation FarbiMr dans on des journaux de lilioo de vendredi dernier' et %  nos la forme d'une lettre oupadrefse M. Borno. bave pont sur la vie prive de beauii personnes presque nommgoes. lu lieu juste au moment o %  lion raccoledes signatures de [•"•0 moyen de procds I l'an vient d'tre dnonc et likxir par notre confrre "L'Ar n,— et veut provoquer des lions en l'honneur de deux lparte paroles retenus en priuordres de la justice. il'artgure possible de relever, I lu, des noms offrant rf|md'idenliaer la plupart d'en00 sait' an moins, peu 1 sont ceux qui, dans loinJintlamiie scne de ces atItHtre le Pouvoir et approufils ne les suggrent pas, — d'anarchie aujourd'hui • l'opposition. •iMJurs exist dans ce pays ^•nts de guerre sociale dpo1 1 diffrentes couches de population,— comme un peu Jsilleiiis. Ils sommeillent "longtemps que l'bullition Jjonsne vient les reveiller. politiciens ont toujours • ; et priodiquement ils ne pt pas' dans le pass, d'alP c s ferments poar les p au service des ambitions "ptillonspour le Pouvoir. &• collaborateur et ami 'AAilmenay noua prie •Mwr ce qui suit : "•Prince.'^ Juin 1923 ^ cher Charles, -i^tion d'hier ( |uTemps J brique Au til de l'heuP; Lisons comment Jjident .est dpeint; J" Borno est un des nun plu ympathi•J'Port-au-Prince.etc. ?S'f peul ^ trp 'lue j'a^argpar le colonel Bas£ dlteur du Livre Bleu, ^commerciale de lou'^de la rdaction des hio^m'oblige vous dire "'actuel est enlisement bot S' •" pre,nier au der'-ine r!i. ai pas sous le Veux. \klf A J a fin lle cett Cl a h;Ue 'J^ fait une Ct? ,s (JU il ">' a M %  SES* ,e ,ir qumi P vous fc T,,0S A. VILMENAY. ^ectearciucTempi* InVills. Il est regrettable que les temps tant prims on n'ait tout de Blmi pas recul devant les anciens movens qui voudraient humilier nos familles les plus leve*, dans leur respectabilit acquise. Pendant se taSM et Marna pour marquer | 0 lien de solidarit devant sauter entra toutes les forces qui sont dans l'altitu te du combat onIre M Pouvoir du Jour, des runions M Lt mon Patriotique •> votent la glorification des directeurs de journaux en iistanca devant la justice rpressive et dcident de rechercher les moyens de les renira la libert. La b) irgeoisie hatienne et ce qui reprsente l'lite de notra socit suivent d'un mil anxieux ces sortes d'entreprises a grands fr.tcas qu'on prtend mener au bnfice de tint PtgnralElles sivenl que, dans le piss, il a exist de l'opposition sous bien des formes et cherchent quelles personnalits de l'heure (prsente peuvent rappeler avec avantage celles qui ont illustr par moments nos oppositions d'antan. E.) attendant, elles s'inquitent •les tendances septembrisardes des plumes de l'opposition et elles voudraient, dans la m e des principes, ne pas prendre l'anarchie pour l'ordre, ni travailler inconsciemment contre la paix des familles au prolit de l'agitation des rues FI AOL Echo de Miragose La fte de St-Jean a t clbre cette anne, avec un entrain remarquable et un clat particulier. Ds la veille au soir, la socit musicale: L'Amicale sous la direction de Mon. Hector Desinart, offrait la population, un concert trs apprci par les nombreux auditeurs qui s'taient donn rende/vous surlapla ce d'armes. Le kiosque coqutement dcor pour la circonstance et illu min giorno, offrait le plus charmant coup-d'u'il.et notre petite ville se rveillait ce soir-la de sa torpeur < 'ou lumire pour prendre un air de gatt. Des autos arrivaient chaque minute, nous amenant des visiteurs de Port-au-Prince, de Petit Goave et d'ailleurs, el ce va et vient des voitures sur la place, les groupes joyeux des promeneurs se rendant au concert mettaient une animation spciale l'aspect ordinairement tranquille de la ville. Un beau clair de luneeelairait ce soir de fte et lui ajoutait uno note de ferique beaut. Les diverses parties du programme musical, furent excutes avec succs, et le public ne manqua pas d'exprimer sa satisfaction par les vifs applaudissements qui partaient de tous les groupes, aprs chaque audition. C'est pour nous l'occasion de prsenter nos co. ipjimenls la socit L'Amicale et son dvou chef, en souhaitant que les intressa nU jeune* gens qui composent cette Socit, persvrent danle perfectionnement de leur jeu et parviennent ainsi mriter chaque jour davantage, les flicitations du public. — A l'Eglise, l'office du matin clbr pompeusement avec diacre et sous-diacre, une choral.forme par des jeunes filles de bonne volont et quelques messieurs gal ment mritants, toujours sous Pli,bile direction de Mons. II. Desmir!. chanta une messe en musique qui laissa la meilleure impression. Remarqu les soli excuts avec b-au cou? di succs par Mfies'. Zila Gousse,Garanti DIVII.MM. Clmeut Duval et Kl. Tovar q li surent ion dre avec un got parfait, leurs diver ses partitions. ,\'nn devons aoe mention spei le il \lelle l'.annoi Du irai qui chant i admirablement le solo du Tint.m Ergo a.i s i l.it —L'Inrraxiiu n poos? le pl.iin clunl, fut tenu avec mtliris* par Mons. Bernard Desgrottsi, Substitut dj Commissaire du Gouvernement de .Nippes que nom 6ae*M le pliisir de compter parmi les nombreux et inl ressauts visiteurs de* villes voisines, qui nous tirent l'honneur de venir fter St-Jean avec nous. Dans l'aprs-midi, U procession dfila par les principales rues de !i ville, la statue d.S! JeSBJ port' par les dvjus fidles, et, sur tout son parcourt, des prires moutaieol vers notre saint patron, qui luidemindalent d'intercder pmr net paroissiens, pr< du Tout Paissant pojr qu'il repas ie sur eux. la nftisricirde divine. — L'entr.tin remarqu depuis la veille ne ceVsa pas M lestent de la journe, bien que le dpari les autos de Port-au Prince la tombe du iour, ramenant dans leurs foxers. les intressantes dames et jeunes filles, ralentit quelque peu. les enthousiasmes. Mais ou se rattrapa, le soir venu, en allant en foule, applaudir les acte us de la Renaissance •> qui, revenant d'une tourne dans le Sud. eurent Peicellente ide de s'arrter Mjragoane pour nous offrir une reprsentation thtrale. Ce fut une soire de fou rire. Les savoureux monologues crole-, la dso| ilante comdie: •• Les fianoeiilf de Komulus eurent un BUCCa pir ticulier, et les acteurs eux-mmes satisfaits, ont promis de revenir plus souvent nous gratifier de ces sain s et intressante-, distractions. On se spara l'oit lard dam la nuit, enchants de lions moment! vcus et en se donnant rendez xou ; pour l'an ne prochaine. Miragone, le 2.'> Juin I92:i COKHI-SPONDANT Parisiaua (le soir Deuxime poque de L'Assommoir d'aprs la chef-d'œuvre d'Emile Zola Entre : ift) centimes Nouvelles Le Bmljji'l franais PARIS 2o M. Daubigny, sous secrtaire des finances, s dpos sur le bureau de la chambre un projet de loi d'aprs lequel les chiffres du budget de 1923 discuts actuellement devant le snat, seraient appli C4bles au budget de 1924 afin que le parlement n'ait pas voter sur chaque artHe. L. gouvernement estime que le v de de ce projet ferait gagner p usieurs mois la chambra et au snat dans la session de 1924, il in rsulterait galement une conomie considrable pour les contribuable*. M. Poincar est dcid poser la question de confiance lorsque le projet sera discut car il pense qu'on a perdu beaucoup trop de temps en discutant le budget au par lemenl. Un I2me provisoire devra encore tre vot pour le mois de Juillet. Importante! dclarations du Prsident lillerand A, un djeuner offert en son honneur, par :i associations des cotres pondants trangers, le Prsident de la Rpublique a fait la dclaration suivante : .. Dites h vos concitoyens que la prosprit et la paix du mon OS n'ont n'en craindre de la France rpublicaine. Le plus grand malheur qui pourrait menacer la Krance, se rail que sel intentions fussent m connues. Relativement l-oceupa lion franco belge de la Ithur, le pr aident 0080 les questions suivantes : Est-il indispensable qu'on nous attri bue des arrires penses et des mo tifs inavouables .' Ne peut-on admet tre qu'un peuple, comme un hidivi du, veuille tre pay et se refuse tenir I rle d'un vainqueur dont on se lit ? La France a t lille ses principes de guerre puisque nous n'a vous pas cess d'aimer ee que nos morts aimaient ni de har ce qu'ils dtestaeul %  •. rHfc OeisSla Etranares AVIS l.aTcxjis Ci a J honneur d'annoncer A s.-i nombrem se clientle qu'ellu vient d* tr!insf'rei' ses burca'.ix la Rue Macnjoux pi'^s ii. sont attendus Kssen ou ils continuelo t leurs observations. Deux inembn adgtaisde la haute commission inteiallie du Hhiu ont galement enqut sur la mme quoi li n dans la Rhur o U dis >tte avait iissinn-, au cours de h -liiiiine der nire, nn aspect p)u sri u\ par sui le des diFilcults de lr i n -port. D' prs les autorits Franaises l'arriva gs des denres alimentaires est main tenant n >nn il .i;i wagons sontar rivs lundi ce qui est une moyenne suffisante pour assurer une distribu tiiii rationnelle. L< rgime (dry) el le gouvernement anglais LONDRES— L; texte de la propo sitioa du secrtaire d'Etat Hughes d'tendre a 12 milles la limite des eaux territorialesp>ur permettre aux autorits amricaines de rechercher les boissons alcooliques & bord des navires trangers a t reu au Fo reign Office. Les experts procdent l l'lude du document ainsi que du texte de la dcision de la Cour Su prme les Etats Unis se rapportant la prohibition, mais on ne pensa pis qu'une rponse du gouverne ment anglais SOt l'aile avant plu sieurs semaines. Nouvelles Diverses BfJGR I allemands ont t tus 1 1 t autres blesss parties sentiuelles belges Muer samedi. LONDRES—Par un vole crasant, le Labor Parlj d'Angleterre vient de repousser les avances des communia tes. Il a refus de s'affluer au parti commini-le par 1.880.0M voix con tre ;}fili.0()0 LAI SAN.NT. — Les instructions des gouvernements a llis concernant le rglement de la dette ottomane arriveront probablement demain. Les dlgus allis pourront alors d ci 1er sur l'attitude collective pren d i" sis vis de la Turquie. Les re prsentants turcs sont optimistes et pii voient la solution du problme avant In fin del semaine. Parmi les autres dlgus Is coofianee est m uns gnrale, Le rgime tdryi peut eauter de srieuses uil'lieulis ROUE— •. Le Messager . relatant la saisie des boissons alcooliques bord des naviiea trangers dans les eaux territoriales amricaines, dcla rs que personne ne conteste aux amricains le droit d'appliquer la loi, mais tout Is monda saccoede4 dire qu liant donne l'excessive ri guenr de la loi. ion application pour riit bien crer aux Liais Unis de se rieuses difficults et les couvrir de ridicule. Augmentation de la lloite unenne anglaise L • Premier ministre a annonc k la chambra des communes que le gouvernement avait dcid de crer une (bree arienne de dfense uatio nais assez puissants pour dfendre le pays contre les attaquai des plus fortes Forces ariennes de pui3aa • si roisi ls Le Pn mier ministre a dit que la force de dFen ie nationale SO composer ait de o'2 escadrilles aux ton-es autotisei de la u i i. \ a l tt arienne ; cette force serait urgauj] ^)


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05963
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 28, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05963

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
J7ao*ad N04
PEUR PROPRITAIRE
f}fFRIMEUB
Clment Magloire
BOIS VER.NA
1358 Rue Amricaine
NUMERO 20 CENTIMES
IWt ta Psiaoe ( Haiil
J
Quotidien
.FeucM 28 aln \\)29
Combien dlioinnies,.iu boutdt
leur journe, t'interrogent en
pienant leur conscience pour
juge de leurs actions.
ippolyte LUCAS
IBLEFhObE No 242
|l Le earc8 tfe l'opposition
__, homme de cur el d'duca-
is pu lire sans indignation Far-
biMr dans on des journaux de
lilioo de vendredi dernier' et
nos la forme d'une lettre ou-
padrefse M. Borno. bave po-
nt sur la vie prive de beau-
ii personnes presque nomm-
goes.
lu lieu juste au moment o
lion raccoledes signatures de
["0 moyen de procds
Il'an vient d'tre dnonc et
likxir par notre confrre "L'Ar
n, et veut provoquer des
lions en l'honneur de deux
lparte paroles retenus en pri-
uordres de la justice.
il'artgure possible de relever,
I lu, des noms offrant rf-
|md'idenliaer la plupart d'en-
00 sait' an moins, peu
1 sont ceux qui, dans loin-
Jintlamiie scne de ces at-
ItHtre le Pouvoir et approu-
fils ne les suggrent pas,
d'anarchie aujourd'hui
l'opposition.
iMJurs exist dans ce pays
^nts de guerre sociale dpo-
11 diffrentes couches de
population, comme un peu
Jsilleiiis. Ils sommeillent
"longtemps que l'bullition
Jjonsne vient les reveiller.
politiciens ont toujours
; et priodiquement ils ne
pt pas' dans le pass, d'al-
P cs ferments poar les
p au service des ambitions
"ptillonspour le Pouvoir.
& collaborateur et ami
'AAilmenay noua prie
Mwr ce qui suit :
"Prince.'^ Juin 1923
^ cher Charles,
-i^tion d'hier (|uTemps ,
J brique Au til de l'heu-
P; Lisons comment
Jjident .est dpeint;
J" Borno est un des
nun plu" ympathi-
J'Port-au-Prince.etc.
?S'f peul^trp 'lue j'a-
^argpar le colonel Bas-
dlteur du Livre Bleu,
^commerciale de lou-
'^de la rdaction des hio-
^m'oblige vous dire
"'actuel est enlisement
bot S' " pre,nier au der-
'-ine r!i.ai pas sous le Veux.
\klfA Ja fin lle cett*
Cl'a,h;Ue'J^ fait une
Ct?,s, (JU'il ">'a M
SES*,,e ,ir' qumi
P vous
fc T,,0S A. VILMENAY.
^ectearciucTempi*
InVills.
Il est regrettable que les temps
tant prims on n'ait tout de Blmi
pas recul devant les anciens movens
qui voudraient humilier nos familles
les plus leve*, dans leur respecta-
bilit acquise.
Pendant se taSM et Marna pour
marquer |0 lien de solidarit devant
sauter entra toutes les forces qui
sont dans l'altitu te du combat on-
Ire M Pouvoir du Jour, des runions
M Lt mon Patriotique > votent la
glorification des directeurs de jour-
naux en iistanca devant la justice
rpressive et dcident de rechercher
les moyens de les renira la libert.
La b) irgeoisie hatienne et ce qui
reprsente l'lite de notra socit
suivent d'un mil anxieux ces sortes
d'entreprises a grands fr.tcas qu'on
prtend mener au bnfice de tint
Ptgnral- Elles sivenl que, dans
le piss, il a exist de l'opposition
sous bien des formes et cherchent
quelles personnalits de l'heure (pr-
sente peuvent rappeler avec avantage
celles qui ont illustr par moments
nos oppositions d'antan.
E.) attendant, elles s'inquitent
les tendances septembrisardes des
plumes de l'opposition et elles vou-
draient, dans la m e des principes,
ne pas prendre l'anarchie pour l'or-
dre, ni travailler inconsciemment
contre la paix des familles au prolit
de l'agitation des rues
FI AOL
Echo de Miragose
La fte de St-Jean a t clbre
cette anne, avec un entrain remar-
quable et un clat particulier. Ds
la veille au soir, la socit musicale:
L'Amicale sous la direction de
Mon. Hector Desinart, offrait la
population, un concert trs apprci
par les nombreux auditeurs qui s'-
taient donn rende/vous surlapla
ce d'armes. Le kiosque coqutement
dcor pour la circonstance et illu
min giorno, offrait le plus char-
mant coup-d'u'il.et notre petite ville
se rveillait ce soir-la de sa torpeur
<'oulumire pour prendre un air de
gatt. Des autos arrivaient chaque
minute, nous amenant des visiteurs
de Port-au-Prince, de Petit Goave
et d'ailleurs, el ce va et vient des
voitures sur la place, les groupes jo-
yeux des promeneurs se rendant au
concert mettaient une animation
spciale l'aspect ordinairement
tranquille de la ville. Un beau clair
de luneeelairait ce soir de fte et lui
ajoutait uno note de ferique beaut.
Les diverses parties du programme
musical, furent excutes avec suc-
cs, et le public ne manqua pas d'ex-
primer sa satisfaction par les vifs
applaudissements qui partaient de
tous les groupes, aprs chaque au-
dition. C'est pour nous l'occasion
de prsenter nos co. ipjimenls la
socit L'Amicale et son dvou
chef, en souhaitant que les intres-
sa nU jeune* gens qui composent
cette Socit, persvrent dan- le
perfectionnement de leur jeu et par-
viennent ainsi mriter chaque jour
davantage, les flicitations du public.
A l'Eglise, l'office du matin
clbr pompeusement avec diacre
et sous-diacre, une choral.- forme
par des jeunes filles de bonne volont
et quelques messieurs gal ment
mritants, toujours sous Pli,bile
direction de Mons. II. Desmir!.
chanta une messe en musique qui
laissa la meilleure impression. Re-
marqu les soli excuts avec b-au
cou? di succs par Mfies'. Zila
Gousse,Garanti DiviI.mm. Clmeut
Duval et Kl. Tovar q li surent ion
dre avec un got parfait, leurs diver
ses partitions. ,\'nn devons aoe
mention spei le il \lelle l'.annoi
Du irai qui chant i admirablement le
solo du Tint.m Ergo a.i sil.it.
L'Inrraxiiu n poos? le pl.iin clunl,
fut tenu avec mtliris* par Mons.
Bernard Desgrottsi, Substitut dj
Commissaire du Gouvernement de
.Nippes que nom 6ae*M le pliisir de
compter parmi les nombreux et inl
ressauts visiteurs de* villes voisines,
qui nous tirent l'honneur de venir
fter St-Jean avec nous.
Dans l'aprs-midi, U procession
dfila par les principales rues de !i
ville, la statue d.- S! JeSBJ port' par
les dvjus fidles, et, sur tout son
parcourt, des prires moutaieol vers
notre saint patron, qui luidemin-
dalent d'intercder pmr net parois-
siens, pr< du Tout Paissant pojr
qu'il repas ie sur eux. la nftisricir-
de divine.
L'entr.tin remarqu depuis la
veille ne ceVsa pas M lestent de la
journe, bien que le dpari les autos
de Port-au Prince la tombe du
iour, ramenant dans leurs foxers.
les intressantes dames et jeunes
filles, ralentit quelque peu. les en-
thousiasmes. Mais ou se rattrapa, le
soir venu, en allant en foule, ap-
plaudir les acte us de la Renais-
sance > qui, revenant d'une tourne
dans le Sud. eurent Peicellente ide
de s'arrter Mjragoane pour nous
offrir une reprsentation thtrale.
Ce fut une soire de fou rire. Les
savoureux monologues crole-, la
dso| ilante comdie: Les fianoeiilf
de Komulus eurent un BUCCa pir
ticulier, et les acteurs eux-mmes
satisfaits, ont promis de revenir plus
souvent nous gratifier de ces sain s
et intressante-, distractions.
On se spara l'oit lard dam la nuit,
enchants de lions moment! vcus et
en se donnant rendez xou ; pour l'an
ne prochaine.
Miragone, le 2.'> Juin I92:i
COKHI-SPONDANT
Parisiaua
(le soir
Deuxime poque de
L'Assommoir
d'aprs la chef-d'uvre d'Emile Zola
Entre : ift) centimes
Nouvelles
Le Bmljji'l franais
PARIS 2o M. Daubigny, sous
secrtaire des finances, s dpos sur
le bureau de la chambre un projet
de loi d'aprs lequel les chiffres du
budget de 1923 discuts actuelle-
ment devant le snat, seraient appli
C4bles au budget de 1924 afin que
le parlement n'ait pas voter sur
chaque artHe. L. gouvernement
estime que le v de de ce projet ferait
gagner p usieurs mois la chambra
et au snat dans la session de 1924,
il in rsulterait galement une co-
nomie considrable pour les contri-
buable*. M. Poincar est dcid
poser la question de confiance lors-
que le projet sera discut car il pen-
se qu'on a perdu beaucoup trop de
temps en discutant le budget au par
lemenl. Un I2me provisoire devra
encore tre vot pour le mois de
Juillet.
Importante! dclarations
du Prsident lillerand
a, un djeuner offert en son hon-
neur, par :i associations des cotres
pondants trangers, le Prsident de
la Rpublique a fait la dclaration
suivante : .. Dites h vos concitoyens
que la prosprit et la paix du mon
OS n'ont n'en craindre de la France
rpublicaine. Le plus grand malheur
qui pourrait menacer la Krance, se
rail que sel intentions fussent m
connues. Relativement l-oceupa
lion franco belge de la Ithur, le pr
aident 0080 les questions suivantes :
Est-il indispensable qu'on nous attri
bue des arrires penses et des mo
tifs inavouables .' Ne peut-on admet
tre qu'un peuple, comme un hidivi
du, veuille tre pay et se refuse
tenir I rle d'un vainqueur dont on
se lit ? La France a t lille ses
principes de guerre puisque nous n'a
vous pas cess d'aimer ee que nos
morts aimaient ni de har ce qu'ils
dtestaeul .
rHfc OeisSla
Etranares
AVIS
l.aTcxjis Ci a J honneur
d'annoncer A s.-i nombrem
se clientle qu'ellu vient
d* tr!insf'rei' ses burca'.ix
la Rue Macnjoux pi'^s
ii<- L'i GfOmpagnte des Gne-
inins de 1er il'Haitl,
Tlphone -Nu 339
Les dt'ijis d'un*) bombe
WESBADEN Des bombes sont
utilises maintenant par les aile-
m nuls dans le but d'empcher les ci
\ils allemands d'utiliser les trains
contrls par les Franais. Ce matin,
une bombe a l lancs dans la salle
d'attente de la gaie de Wesba.! n
ou de nombr.ux allemands atten
daienl le train. Deux personnes ont
t srieusement blesses les dom
mages matriels sont considrables.
D.ins l.-i Rhin
KSS' \ Les forces d'occupation
ont s i-i IG milliards de marks en
voys dans les rgions occupes par
les fiouls de grve.La moiti de celte
somme a 'l confisque la suceur
sale del H.icbbanl- Mulbcm. les
autres milliards taient en transit
pour Mayence
Le proiesssur Hutchinsoo, attach
poututereial des Rtats I "is Lon
dres, r| le Dr S d 1er le l't niversit \
de Stanford, qui oui Fait une saqo
I- sur l'alimentstion en Allemagne
pour i 1' \merican Helief Administra
lion i>. sont attendus Kssen ou ils
continuelo t leurs observations.
Deux inembn adgtaisde la haute
commission inteiallie du Hhiu ont
galement enqut sur la mme quoi
li n dans la Rhur o U dis >tte avait
iissinn-, au cours de h -liiiiine der
nire, nn aspect p)u sri u\ par sui
le des diFilcults de lr i n -port. D'
prs les autorits Franaises l'arriva
gs des denres alimentaires est main
tenant n >nn il .i;i wagons sontar
rivs lundi ce qui est une moyenne
suffisante pour assurer une distribu
tiiii rationnelle.
L< rgime (dry) el le gou-
vernement anglais
LONDRES L; texte de la propo
sitioa du secrtaire d'Etat Hughes
d'tendre a 12 milles la limite des
eaux territorialesp>ur permettre aux
autorits amricaines de rechercher
les boissons alcooliques & bord des
navires trangers a t reu au Fo
reign Office. Les experts procdent
l l'lude du document ainsi que du
texte de la dcision de la Cour Su
prme les Etats Unis se rapportant
la prohibition, mais on ne pensa
pis qu'une rponse du gouverne
ment anglais SOt l'aile avant plu
sieurs semaines.
Nouvelles Diverses
BfJGR I allemands ont t tus
11 t autres blesss parties sentiuelles
belges Muer samedi.
LONDRESPar un vole crasant,
le Labor Parlj d'Angleterre vient de
repousser les avances des communia
tes. Il a refus de s'affluer au parti
commini-le par 1.880.0M voix con
tre ;}fili.0()0
LAI SAN.NT. Les instructions
des gouvernements a llis concernant
le rglement de la dette ottomane
arriveront probablement demain.
Les dlgus allis pourront alors d
ci 1er sur l'attitude collective pren
d i" sis vis de la Turquie. Les re
prsentants turcs sont optimistes et
pii voient la solution du problme
avant In fin del semaine. Parmi
les autres dlgus Is coofianee est
m uns gnrale,
Le rgime tdryi peut eau-
ter de srieuses uil'lieulis
ROUE . Le Messager . relatant
la saisie des boissons alcooliques
bord des naviiea trangers dans les
eaux territoriales amricaines, dcla
rs que personne ne conteste aux
amricains le droit d'appliquer la
loi, mais tout Is monda saccoede4
dire qu liant donne l'excessive ri
guenr de la loi. ion application pour
riit bien crer aux Liais Unis de se
rieuses difficults et les couvrir de
ridicule.
Augmentation de la lloite
unenne anglaise
L Premier ministre a annonc k
la chambra des communes que le
gouvernement avait dcid de crer
une (bree arienne de dfense uatio
nais assez puissants pour dfendre
le pays contre les attaquai des plus
fortes Forces ariennes de pui3aa
si roisi ls Le Pn mier ministre a
dit que la force de dFen ie nationale
SO composer ait de o'2 escadrilles aux
ton-es autotisei de la u i i. \altt
arienne ; cette force serait urgauj]
. ^)


Le MATIN

se partiellement sur une base mili
taire rgulire et partiellement sur
une base de ruierve territoriale. Les
dtails de cette organisation seraient
arrangs de manire permettre le
dveloppement ultrieit". Mais avant
de la prendre t m;ins, la question
du dveloppent..! devrait tre exa
mine en la comparant uux force
ariennes existantes alors pari- i les
puissances titraogres.
La confrence des experts fian
.lis. anglais et espagnols concernant
la vendredi et durera probablement 4
ou ."> jours. Les discussions ont sim
plement pour but de dterminer s'il
existe une base permettant de ru
nir une confrence internationale
pour rgler le si lut international
de Tanger. Lescxpsrts franais lja
arrivs a Londres en vue de la ru
ninn de viendredi sont MM. De Ilenu
mari'li i-, di l'ougnedoresse et Ray
moud Uaynaud. Les espagnols tout
attendns demain ou jeudi, ce s >nt
les marijuis de Torreliermosa, Caro
gangronis et Ituiz.
E().ilii; 1rs taxes pour
motifs LONDHKS- M. Herbert Samuel,
Haut Commissaire britannique en
Palestine, est arriv Londres. Il a
refus de faire une dclaration. Par
95 voix contre S, la clnmbre des
Lords a vot en seconde lecture le
projet de loi tablissant l'galit des
sexes pourl.-s motifs de divorce.
Du bois artificiel
CHRISTIAN A En employant un
mlange de 50 <|') Je sciure de bois
avec de la craie e! certain! produits
chimiques, un savant est parvenu
faire du bois artificiel ayant toutes
les qualits d'i boin vritable.
LES COURS
PARIS 2fi Francs 10 :i
Livres 75 iH
NEW YORK 2 lianes 16 31
Sterling i 61S
PAHIS27 France lfi -'.7
Livres 7-i 471
Le Gouvernement
au xecours des
populations
de Jean-ltabel, du Mle et
de Bombardopolis
On n'a pas oubli les mauvaises
nouvelles parvenues ici ces jours
derniers, concernant la situation
des populations du Mle, de Jean
Etabli, de Bombardopolis.
La misre menaait de faucher
no* malheureux concitoyens, et la
ncessit apparaissait urgente d'un
secours immdiat.
Le (iouvernement l'a compris et
son intervention fut ce qu'elle de-
vait cire, rapide et large. Le Conseil
d'Etat, d'urgence,vota sur sa deman-
de, uncrditde 40,000 gourdes pour
les populations sinistres. El de suite,
la nourriture, l'argent afflurent
aux love rs menacs.
Un soulagement immdiat se lit
s-nlir et li vanne mauvaise fut vite
aveagl'e. Lu pr-ientant nos res-
pectueuses flicitations Monsieur
le Prsident de la Rpublique dont
a haute initiative fut doisive, il
nous est agrable de prsenter aussi
l'expression de notre gratitude Mou
sieur le Haut Commissaire de* Etats-
Unis, Monsieur le Gnral Etnssel mit
la disposition du (iouvernement un
bateau, et ce fut ainsi que sans retard,
les secours purent arriver destina-
tion. Monsieur le Haut Commissaire
seconda de toute son nergie les et'
forts du Prsident de la Rpublique
et leurs deux noms ne sero t pas
oublis par nos concitoyens sinistrs.
Avec confiance, ceux-ci peuvent
dsormais attendre des jours meil-
leur-, cir nous sommes heureux
d'annoncer qu'avec la saison des
pluies qui dj s'annonce, on a es-
poir (jii une bonne rcolte viendra
ddommager ces malheureuses po-
pulations.
Kii ces temps o il est de bon ton
do pren Ire texte de tout pour es
Bayer do tomber le (iouvernement
et son chef nous avons pens qu il
tait ncessaire de signaler comment
une fois de plus, il comprend le de-
voir social et comment sans fracas
il le pratique.
fmm fe ftttiuis
Sance du 27 Juin 1923
Les sentences suivante! ont t
rendues par la Commission des R
clamutions ;i sa sance In 21 COU
rant.
A pari la partie de la crance rser
?e pour tre prsente sparment
par Mi Nord Jn-Joseph qui n'a
pas donn aux hritiers m-indat
d'introduire sa rclamation per-
sonnelle. l'Etat est condamn
payer cinq des six parties de la
crance de feu Dalbmar .lean-
Joseph, rduite et s'levant un
total le neul mille sept cent dix
dollars 8ctS. or. soit 3.210 dollars
fcets. en cash et 6.00 dollars eo
titre Srie IL
.Mme \ vi- Andr Berlin est
appointe faire la preuve de la
livraison au Gouvernement de l>a-
vilniar Thodore des ellels cousis
tant en meublai el eu boissons
pour rceptions officielles, et due
pour quelle raison les bordereaux
de sa crance s'levant la som-
me glolmle de ("lit dix-huit mille
geurdesLonl i facturs en francs.
L'Etal est condamn payer
a IThimocla Lafontant la somme
de mille sept cents dollars envi-
ron, montant de la moiti de la
valeur mari bande des mtaux re-
cueillis bord de l'un des bateaux
de guerre Crte--fierrot, Tous-
sainuLouvi i ture et Alevandre IV-
tion, comme le /eut la contrat
pass cet effet et qui n'a pis cl
compltement excute Le man-
dat des 588 dollars en cash et
1.160 dollars en titre Srie I* ne
ira remis nu crancier que lors*
que, aprs le dlai, l'Etat ne dira
que rien ne s'y oppose, qu'il re-
uonce toute action reconven-
H?'
Refna Mode, sa crance l-
gitime consistant en retenue de
vingl pour cent sur les loyers tant
dj solutionne par la dcision
de la Commission des Kit-lama -
tions indiquant le mode de paie-
ment de la valeur reconnue par
la Commission Fquire, est ap-
pointe taire, dans un dlai de
quinze jours la preuve que l'Etat
lin doit des arrrages de location.
Puis la Commission a pass
l'audition des affaire! affiches au
pJacel de I audience.
Ail me N 17 introduite par
Mr Rodney Baussan fourniseanl
lui mme les renseip'iiements Le
rclamant a dit que s'il n'avait pas
prsente les eiieis la Commis-
sion Fquire, c'est qu'il travail-
lai! alors Lascaliolias. Pour sou-
mettre sa crance lgitime A la
Commission des Heclamanons.il
a t au Dpartemeut des Finan-
ces qui, sur son instance, lui a d-
livr cinq reus de soixante gour-
des poui retenue du 30o/o sur
set appointements comme ancien
Commissaire du (iouvernement
[ires la P.C.8- (les reconnaissan-
ces des montants de deux reus
gnraux, qui ont t. adhiri et
ports la connaissance du public
par avis de journaux, sont ports-1
au dossier.
Sur l'observation du Conseil du
Gouvernement qui a l'ait remar-
quer que le Dpartement des Fi-
nances, ayant perdu le registre
spcial pu a t dtruit au Maga
siu de l'Etat o il a t transport
avec d'autres, s'est vu olilig de
dlivrer les reconnaissances sur
une lettre du Dpartement des
Tr.iv.iux Publics atteUnt que Mr
Tromper L'Organisme
Pour Plaire au Palais
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et mdecine sans le
faux estimulant de l'alcohol.
^
e
Baussan a t rellement Cimmis-
saire du Gouvernement prs la
l'.C.S, --- le rclamant a t ap-
fioinl produire au dlidr de
a Commission, les demandes de
reconnaissance par les journaux.
A Maire N 30 introduite par
Baker de <',' reprsents par Me
Pierre llulicourl. Le Cdn*efl du
Gouvernement s tant, au sujet de
la rclamation, rfr la justice
de la Commission, le Prsident
Abel Lger a dclar I allaire en-
tendue dfinitivement et dcision
ultrieure en sera rendue.
Affaire No 5t. Mandataire Me E.
Matlion. La crance consiste en
subvention de deux mille quatre
cents dollars par an et reste im-
paye le Fvrier 1916 lin 19-i,
terme d'ailleurs du contrat qui
tait pour neuf ans.
Me Matlion a prouv que l-s
douze cartes par ivpivsun'atioj
thtrale, ont t envoyes rgu-
lirement au Dpartement de l'In-
trieur, conlormmMil au v.ru du
contrat qui a t comme sanction-
n par le Corps Lgislatif, pour
avoir t l'objet d'une inscription
budgtaire et pour avoir t com-
pris dans la loi reconnaissant le
Thtre d'utilit publique. Pour
le nombre de reprsentations ga-
lement contest, tl a t prouv
que ces fUis exerant un i inlluen-
ce civilisatrice sur l'esprit du peu-
ple, ont eu lieu comme le dsire
e vu des articles du contrat qui
ie l'Etat l'entreprentur, au pro-
pritaire du Thtre.
M" Montas a maintenu le point
de vue principal du Conseil du
Gouvernement et a eonclu la
r luction de la crance pour cent
quinze reprsentations conform-
ment aux clauses du contrat qui
ne dit pas prcisment que c'est
deux cents dollars par mois, mais
par nombre de reprsentations
Ail nie entendue, a dclar le Pr-
sident qui, vu l'puisement de
l'heure de laudienc\ a hv 'a
sance-
Brevets simple
et suprieur
Le* examen* pour l'obtention les
br-vels simple et suprieur auront
lieu la lundi 2 Juillet [prochain.
Voici In composition de- jur\s :
lirr Commission i Jeunes / //os
F. Duviellu. prsident.
Histuire et Gographie ginnle
Mme (ih Fquire Franc,, et de<-in
Sur Lucienue Arithmtique
Mme F. Lamy llisl et (in. dllii.i
Dr G. Ualencour Bci n.phy. et na'.
Mme T. Mullion Travaux in nu U
Alii. Thoin.i/.eau Inslr. relieuse
tenu comtniation t ar )ns)
II. l'.aii u. prsident,
Ilit. et , F. Soraj Franais
Kt-rj Drocher Arilli. ! .I s-in
Llio Loui-Hrtint Itist. et (i:o. ule
Dr M. Elharl le. pliy et nai.
Ahb Thoma/.eau lnsti. religieuse
Ui'i'vH Suprieur
Dr Noyer, prsident. Se. Naturelle*
Frre X--chn;fi),*yeliol>> ee morale
Mme Duibeuf Franua
I-' re Krnest Matli>m:il. et lp>.| i
Frre Albin But. ci Gog. ft4n>m^
Melle P. Augaslin Bttl.el geog.d'tli
Pasteur Turnbull \nglai
Dr F. Daleocour Se physiques
Pre Mahot Inslr. religieuse
Mme Mathoa Travaux manueli
ilonseil d'Etat
Sance du 27 Juin 11)23
La sance d'hiermercredi a
t conttere au vote de la loi de
crdits supplmentaires exIr.iorJnidi
re Baie aoce. Trois ministres sont
prsents.
Dina les discussions d-- la 1re
In MM. F.lie, i ! .i/i. i. Lhriesofl et
le ministre se sont fait eolendra.
M Llirisson a tenu avoir des ren
saignements sur divorces demandes
de crdit, notamment, ceux relatifs
aux mutes, constructions, service hy
drauliqiic au Cap-llatien et services
d'hygine et d'incendie.
M l''omlirun a rpondu toutes
ces demandes.
Li Conunwsioa est contre les
1800 dollars demiade par la (len
darmerie pour les p. ries occasion-
nes pr la disparition de < l'Ind-
pendance dans l'achat de gazoline
Cuba. MM. Klie ot Hou/.ier soutien
nenl le lapport. Le premier dit que
la Gendarmerie lai.ait du commerce ;
les frais doivent resUf sa chuge.
M. Lhriesofl n est pas de cet
avis. Il profile do cette occasion
pour diicque l'tlal do;t acheter de
bons bdteaax et non p-.s de jouets
qui lui font taire des pertes ohoin
mes et d'argent. La proposi:ion de
la Commission est vote de m:me
que l'ensemble de la loi.
Le prsident fait part de l'invita
tion du Gouvernement au Conseil
d Etat pour visiter samedi h s ttavaux
sur l'Artibonite et autres chantiers.
M. Franois lit le rapport de la
Commission des Comptes gnraux
sur l'Exercice 1911-19tt. Il y a en
core des erreurs ou irrgulaiits.
M M un au prie ensuite lAssem
Ide de voler les modifications la
loi sur la Presse. Le rapport du Co
mit e?t dUtriblt,dit-il, depuis plus
de 21 beaiee
M Lhiieson dit que l'Assemble
e t raligue aprs plasieurs heures
de dis ntsioo. D'eiOeurs la loi n'est
pas l'oidic du jour tl il n'a pas
ses not set le rapp-rt. Pourquoi >-e
peser. .11 A. L.ttrisS9Q. Ce n'o t
pis celte, loi qui fera cesser celle fli
talion qui rgne dans le pays. Elle
aggrave le si nation, s'est de l'huile
et du soulfr que vous allez semer
sur du l'eu.
M llouzii r appuie le ministre. Il
est pies d'une heure de I aprs mi-
di.
Celte partie de la sance si lr,';s
Oggeslife, nous h donuarjns de-
main.
Dcs
Kst dcd ce matin un
heures el demie Mr Eiguj ]m
Les lutirailles auront liee)
aprs-mi li.
L* mvoi parliri Je U
mortuaire. si*e A la rue del'li
menl, pour se rendre l'ty
Trinit (rue des Casernes).
Nos condolancas aux
prouves.
Vente A L'Encan
Lundi 2 Juillet 199
Kn vertu d'ordre le MoD*i
H. Marie. Collecteur de U Desl
selon les Articles 5'J et f01 de
de Douane, devant le porte
la Douane il sera procde L
Juillet 19*: a 10 lioures du i
1 vente a l'encan mesmarehui
suivantes:
Art. .9-E.E.&CO-7N1
de peinture.
Ar\. loi- II.F.- No. 100-11
cout. des in-li'iuiienUchinvpsJ
pour dont ste el aceffsoins.
Art. 101 N.C. No 1-lcMfll
(3 Doux, de peaux maroquie.
Monbrun Klie
Lncanfjerr Public
Itemcrciements
Mr Emmanuel Dreyfuss eti
fants, Mr et Mme Emile MaesB|
et leur- enfants, Mr et Mme
Mangons et leura enfants.
Mme Edmond Mangons et les
fants. tous les autres parente
lis remercient trs sincre
E. le Prsident de la Hpiil
Mme Louis Itorno. le Conseil
crtaires d'Etat, le Chef de H
tion le Colonel Kan. leConeflt
inunal. Le Cle'g. les FrJ
Si-Louis .le Cj.r/.giie.lesPrtt
Sminaire f.ollcge Sl-MertuL
Surs de Si -Joseph de Cls;
Ste-Rose de Lima, les as
Province et .le lortau-nai
leur ont donn des prfUesSI
pathic l'occasion de ta
leur regrette Mabib Bla*J
00.18, Epouse Emmaoue w
Ils leur en garde-ont M
reconnaissance.
ue- f

9I'
Avia
Uo rcpiss au S' 7JI2, Coas*
mission F quire, Appointements
C. r) 1.00, Lclio Coicou l'inplov
l'A lunnistration des Finanas les
(lonuivcs a t gar. Duplicata
devant tre .Iress.

M iiye>n louer
1 Une jolie maison haute Avenue
Duco-te , ayant sept cbimbres,
btesio, r.Mii.s-, et\. etc.
l'oiH' renseignern-mls, s'ulrressar
Josepb Francis, Angle ruas Cour
be et des Fronts Forts.
k, (,s-e?sueeisi
,ji,a...4^se4efeieel
!i, Lli'lTdepr!
, i-un Ao -rot 23
tout IM d jo"M-
une Pilule dii
U7,rueduFaub'St-Dent-
Malsulaiitexierlasrti
qui .ont tout S* Jj
? mr+" *****
j DEHAUT A PARJ
-----------
: >' '-w-ruyft.ypt a". *ii '^
* -
FEMME
- -
MALA03ES de la
Irrgularit t douloureu* ^JJL
menstruelle*. Coneti * "V
H4morr.Rie. Varice. "*". wf>
Mtrites. Afe critique. VertU- fI||#
cation. Formation de la J"" .
Laborr.tsirss TIOIETTE-PEBIET, 15. li: ta IwtiultaJ MaM* ?i "J-
'' i u
APHLOINE
<" itre Us


LE MA TIR
ml
i
1^ .v
l -
Et.
; -


-.-^1
Un le v i fi] ; d'odeur exquise, un soupon do
flours rares, une t /.} riio cio personnalit, c'est l'art de ce
parfumer. C'est i i/..:.iortcl privilge des ,ens raffines.
Le Flovien*. (-leurs ci l'Orient) et l'Eclat COLGATE
ont cette note cb fcot ils on" leur charme et leur volupt*.
r^. pr**ai ntatlf T
!:. \.\K M '.. 'I IX
Phi : "l T '
ROITEPO '
PORT-Af-1 i ktTl
RMIiiii;.:v^!!rev:wnv:v;s\%n^,:?vvr:\vv ;"/;. v -;. ;.. ....'
* de l'Alliance
franaise
AVIS
J'es des adultes pour le con
*wnpoilion franaise ( su-
jN:un Conte, une Nouvel-
ne Uoexoi doivent tre
J juillet pi or bain ( voir
v*n\ sur le Concours j.
oun, de composition fran
^e jeu .es tilles (enseigne
pldel-eseigno,nent secon
ire jeunts filles el entre
^(enseignement piimaire)
F l juillet l!)2;i
uTnx d,e dic''n franaise
;7 > Heitalion : f d'un
.^PMie), 2" d'un morceau
uL". queconcumnt el o
, d''H> morceau ( vers
i1 ^1 textes sont laisss au
g* concurrents. Le concours
,ural,eu le 15 juillet pro
lde5.!utret rense'gnement,
areS8er au prsident de
nais,., 1315, Rue La-
Inter Ngoce
3l!2 liue des Miracles
Nous avons :\ vendre un
caf ayant une bonne ollen
tle*avec installation lec
trique el l<* matriel com-
plot
La maison trs spacieuse
jM'vit cou venir pour restau
ranl, grande cour, remis'
etClle est situe en plein
entre d'affaires.
Pour conditions, s'adres-
ser nous an
N" 312 Itue des Miracles
Pu n a ma fi;tili'<> Sl<',uiislii|) Liue
Itureau de l'Agent Gnral
Port-au-Prince, le 86 juin l3
Bulletin >'o iiHti
Le slcamcr "Panama est attendu
i, port BU Piinee de New-York le sa-
ine li 30 juin VM\i svse
990 tonnes tle marcbandisis
52 Sais il lettres
lu PatoageM
et partira probablement dans l'aprs
midi lu mme jour pour Cristobal
Canal /one directement.
0. B. THOMPSO.N
Agent gnral
1
_, Avis
s ;idjean Joseph annonce
f Nielle qu'elle
>hJEy des "Mes de
*SlZS el de lil dernire
5 IOOuMq,,eCha,)CaUX^rni8'
V? r.iV uCanollers Barnis
'Crik t*St'Ul,fanlsde-
ftt rfwfans l "n bel assor-
rt,cie8 de mode Bas
sSLenfat, couronnas et
U. 'Miami,
Htel Exeelsior
CHAMP DE MARS
Situation excvUonneUe. Se recoin*
mande par * installation de tout
premier ordre et un service irrpro
L'tabUtMment est ia disposition
de famille*, eommera.ilg.parltculwr
rotiageur* etepour pensions, banquets
djeun*r*. diner*. lunch te, offrant le
maximum d'lgance et de con/ortabte.
Grand Htel Uui par su situation uniqu'au centre dus., affaires se rWttgM
peut que initiais au public (' a us nombreux et distingus (jfmt
tour sa CUfflNE poigne et tout le seniortable ncetsmrt eut Vtn/ej
yeurs de Gttmtrre tt particulttiment aux $ommerank de rasmgt
a l'ori-an Pii: r.
L'ai oui dbite par Gallon $ par%
BartqWB des Vins de Bordent^ :)\-
Rouge et Blanc, r
Ces Xins viennent directement de BARSAC et sont aarant pur
fus de raisins nom pouvons le prouver par des CEKTlPiCiTB ftm
nous tenons toujours la disposition des Clients.
Champagne et Vins Mousseux prix
modr* Conserves moutardes fra
cuises, premier choix.
*.""-" '* "*"
i
.X w
I
Srapucnoss
rt
Vieatd'arriver un ^rand assortiment de GtaphophonM en? qua
Ire grandeurs, el un iort stock d" Disciues.comDrenant le* nouvaaaa
disque eu vogue, Tango. Fox roi, One Sep, Valses ete, etc
Un trouvera en're autie les disques suivants :
loot Toot Tootsie, tioodbye, I wish coulJ s.'hiniiny, Tbrea
o'clock in the mornHiK,H?waian.Foi trot.HaH lian Twos tep&.DeHaa:
|'Ai,?lon.
Je sais que vous les jolie. Qaand \m PapiHont- lion liomms.
Ein stock sceioiras pour graphonolas, Beaiorta hatlt eio
K B- Les aiguilla 'Columbia ) sont reeouuus las metlltuit
L PREETZMUNN-AGGGERHOLi
Hue du Quai 161*
S"^
Pharmacie VOich
Vient d'arriver
Vaccin fiais.
Meads Dextrl M-.^lo ;\ Excellente
nourriture pour les enf mtg,
Liqueur de VEtod-*. tl Globule* R-
baua pour le trattem c* T thme*
Engrais chimique A ^ pour (leurs
et lgumes
I JV 2 pour aliC fruitier*
n
Avec" les arrivages des derniers baleaux. notre stock est presque
nouveau. ,_ .
Nous n'enumerons cas. qu'il vous Bulfiae dr aavoir que vous pou-
vez trouvf r loul ca que WMU vet bwoin el de ineiileuros condi
lions que iaus les liquidations extrauitliiiaire^ou dan? les Maisons
om donnent pour rien. ___.
Epatants f sont dos cnsp<--s de cl :i e suprieur, Soie lavable.
Tissus epoi ge lantaisie, Pin mtis coukiir, Souliers pour hommes
vernis il jaiiiir, Souliers pour leiamer, rouliers lennip, Fleura et
hiiifi) guirlandes rour ebapesux, Uiapeaux de paMh fiun d'Italie
tour bCmmcs, Toutes garniuT? pour robei OU cl aptu-ix. Rubans
artftnl 0 or, IJandeai.x, Kvantails lins. 15ns de soie rxtra. Parfums
slects dt> meilleures marqeet. Ridr ux telle 01 Guipure:
Vifitttnotie dpt de meubles, lits, sru.oirif,caipits etc.
PAULEAUXILA
Hues 'traveisire tfduMayasin de i1 Hat


U avilis
>
h
*

^
2
*
r 8 k


;*: ,fe
! 2s
tioru.t; un loi
s I r !
.
X -1
&

/. Cr*m Ttindt!;.). rfooc#. rarfumf.
ro-ijrrt* fo fracheur H- la /,nM,, embrttii. ,/fgc f. r,rf
; "laV
f/caf (u ,c rfrv
A*urt 'me
La C.-e T' [S ni LYS, '-r
tic;-'.j-.'. r... .... | : I_i|ntl'-
d'^ratcr *n i-*n !a peau, fivwii, . I;ii iflcr a l'tscii ou jamais \-.\ iair
luiif Paifamfe aux rnlrtiu '-
iaora, la v.rutit TEINDELYfl *t
l* lypa le plus parlait dt toilette? son emp'o' vue If
hlr. K-s tache de ruutsru et le
irrltatiem due a la aoavaaiaia
ARYS
3, Rue de la Paix, 3
PARIS
Ti.uic rrfumerie ei (traaAa Ntfaala)

H
i
a
fc
!
iy
j Vaillant a nouet Agents gpitai 172U Hue du M*ra*ii da I Eut
Iktane nouvelle
A la Conscience
Cordonnerie
M. E. ERNRST CAMILLE
Fabricant de chaussures de>
tous qenres. Matrisnx
supiifur Soirs Prcmpt.-
tuHf% eeltit
OBANDRUE 1722
La maison nous prie de
porter la connaissance
du publie que dans le luit
de (acillt el d*ncoura;jer
sos nombreux clients, elle
accorde partir du 1er
Juillet I92:i, une prime
d'une paire de chaussures
au choix (nul dtenteur
de vingt tiquet.
A la Cnnscienec toile est
la devise de la maison.
En consquence, On est
pri de rclamer un reu
pour chaque achat au
comptant.
Port au Prince juin 192.1
Yaille,
Yaillc !
Occasion Exceptionnclls,
chez KIGIO frres.
Itasoirs dmontables avec
trois lamas Gillette pour
UN MOLLAH.
La maison Lope Rivera
Reprsentant de Barton $ Ouestier
[ Bordeaux)
Avi* sa alientle quelle t.ouwt en itiek Vin b'anc.s H JreafH
refai pir |* vapeur "Martiniqai" i brri]-ies e*. a d*ni hirr
que, Vins n e\w Mlos Siprieu Si Jil.en,Si Bat'ini
Prini" Xoir, Si Rftpb*. Ponhl Civ, Chllew Pont^l Cinet. Siu
ternes, ftra'es llrs;ic Chifei \ M\rgn < Ghatnu L%l"or.Chtf5i
chteau Yquim. Uni au La Tojr Bian:li3. Chl nbriin, Beaut
Pommai d etc.
I^iaV'nsblanf et rougtt n bifriqja. n mirilive.nnl lau-
qualit sont -l'un prix eUrd.m.nent boa march.
Ils sont livris avec loula les gtranties >te eoaaarvalioSa
La Haitoo reomuta'ta aussi > sa clientle *ia Lait Coo4em4
et vapore danoia de qualit sjin'reet d'un ori deikol toute on
curence. DvNM DMHIES MILh EUPORT'Jo. Gopanhagiif.
.-a.-^>^.-Il. >afaaa-----**-. A4 J
La je i 3
a&ir% info*.
Plu foji
une '. la satis t -
'...', .1...!'-
; ;.
.\ i
i..; ts et
I. -i
Cou ition
V .:/ .lt! '

;
' -:r i
v.ne ,. g ; r
ri
i^Vlfll
#1
' I
I..J i' i iu '
h pur uni j
Li.ii .-,...
Ii Co
I -.i- K. inkhai i,
clan.- le Ul 1 :^v^
Everybody is diag itj 0 3iiig it! C|j|
WHY NOT OU ?
Doiog what ? Beal
Ihe millionaire lo it
DRlNKli\GP.!).Whii
Pelerp Dawson's eil
Spcial P.D.Scotchwj
ky 40 years old. Eqi
lo Ihe Nectar of
(ods. I
The besl in Hati ai
notliiticf to rival il in
ces.Ask forPall.fbljai
see you gel il.
Once youtryilyouwj
never hve aiiy olhca
Btail ai ail bars and whole%aU\t
Audain frres, II.Cf Peter* {Amert
Bar ) American Htel Lope J.fo|
Ch. Picoulet And the igent W.'
tin Williams.
loiperial Consolidt
Company
Si-cr. de E. A Oaraws Sl Sods tablie en ip4
2 Rcctor Street. NEW-YORK, USA.
Cuirs et peaux J
Sftls r'iMributfu's des mraueste nommes :
NOB1L1S KID REX C^LF FORT1S DESec
Tissus et Cotonnades
Produit alimentaires
Geo. Il
Agent Exclusif pour Hati
Maison louer Vieuuen d'arriver
Situe sur la proprit Dtejardin*
liiijumi. Kau et tout le confortable,
l'ot r retiseignementi s*iidres*er *
la Manufacture le Tabtcs de liq ,ini
Plaa GerTrard.
|
i

Pri .i Havam ( uba. -" T'.ii employ avec
apoa lion > iftttU do Lydia
','1 imi n "indea pooi
A;>ri trois avortetnenta Pal
j i .' -i | Je ut !> is i..,!..,. de
i'.' nm .-. jo reconv
tu '. j .. aotiffreot,
/
[ -<: ' ai i.
il U aa del M<
M
.r .il ,-,! .;>,-* .. r|.,
., oripoaition \fe gotaie
L de uria E. Pnlduiin

2
Avis ( '.ommorcial
Nous avoua I hotaoiur d'sanoo-
evr au public et au coinnienc eu
ptrUcuuer quu nous avons fond
aur cette place une maiaqn de
Commerce d'importation M d'ex-
pprtatioa sous la raison sociale
ELBERT DOW A fie
lont lesassoris sont M.M.ICII.ert
Dowvet Antoine fiebaM, ik> Port-
au-Prince: la signature so< iale et
a gestion sont confies Mon-
sieur Elbert Dow.
Cette maison qui a pris I,. suit,
des affaires de la Maison Elbert
Uow compte sur vous pour I ho-
norer de votre confiance et elle
vous en remercie d'avance.
Elbert DOW & Oj
Chapeaux teutre Borsalino
Lhapeaux Paille tine d'Italie
" laine dernire oiode
Chauasures dcouverts YeroU # J86"'
hommes et dames.
des prix exepiionn ls.
Lu vente chez ..
H. UALLOMfl
ItaeRoux 120 A;1.1;.Mure
Viennonl d'arriver
Fer repasser No 2 et 3.
Chaudires, 5, 6 8, 9 Point*
Manchettes* Houes et Serpet**9'
Ea vente chez
L. Preexmann-AGGERHOl
Rue du Quaidol


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM