<%BANNER%>







PAGE 1

Lt <(1III4 &ammtmv & # H MHm mmmmm m t Une gariBOQ a Bordeaux -' Au cour du passage l'or.leaoi, ea Novembre dernier, de I' nelgne eli que de S int Franc >ia Xver,rela e l'aquitaine. \P bras du Sam' fut port ie 10 Move ob-e an rA8->ate pfo* eessi mu %  • lem ot xui Sos >rs mala if • t l'iufJ in-rM L'Hid-< l'une dlies. Sueurs C aude-Snnolici9Qoe Maillo ch'JD, tren-e ans enviro, atteinte de tube culose grave tait confiera ton aie '^cp -Mf. La malade p oa va d suite uue vij'eote crise de soar'ttoQCP, l'ui-t retrouva le calma, dormit paih lu-ut le raste ds la nutt.put se Itver le lendemain matin oe ressentant aucune d xileur. b. la jouit dapms d'uue sant p.rfaiie pr-nd d poids et va tue aux tra vaux de 1 CMuoiunsut Une MU'IH g irisoo Pari. — OQ sigaale d autre pari BQ sutre giart soc qui e'est pr jd ndii e t*•% rue de la suite Ella ioufirait depuis trois tus duu u ce re 'e I -tu n>ic et hirgane malade a't.l', lias! que le pancratdplac d 10 a ntimties Depuis m mo i da mars iV&l, ie foie ue f > icion blU| pi e le H lf>e.uDit \H22 Une enqu e eau 'nique etu lie cettd gu riaaou ai i-tiecai,ie dur la reli que de Si Franois Xavier. Nous avons sou tes y n rvo'ut onaiire de Dvilratr I'holore de 6.OO gour des, mais il se > ve l'examen mi nukieox du documeut qo il y a u ie sur.hiTK* tant tn h 11 e qu'en let r: et que li va'eur *tnt p'u't de six cea's giutlts E1 consquence le boa sera icUi nul et restera dais les archives de la Rpublique. ?o \fture Nj 26 intrchuite pa L'uriston Laroch'. Il est dcid que l E at drlitti paiera su craaci:r ui mois d: loyers de sa maisoa qii avait servi comm" pala s de la Pr ;i den:e, lequel mois s levait aux cou ditions d'an bail i 400 do UnCon ditioos ds ptiemeat 1-o dollars en cash et joo dollars en Ti re Strie B i Aflaire SynourDujo.it. Li Commission a dcid dans le seai des conclusions du Coaieil qui svai demand de rejeter en plu grande partie la crance pour cinq cents cos tmes militaires qae iBtat a m f en demeure d'accepter par dcision judiciaire Isioniamntnt a piyei cinq mi le gourde*,mo .tin* 1e aficta-e. et cinq cents goaides comme domms ges et intrts. Les coitumes ayant t vols, l S •ai ne paiera que le< ,oi gourdes et las frais ds procdure slevaot a 83 gourdes et ceit mes L Eut paiera donc or_67 07 ea cash et 50 dollars 70 eu titre srie B. i J A&aire Antoine Pierre Paul con S'stant en une crtac de tiente mil e gmr le de feuilles d appo nie ment dive s. Le eeisionasire DI aucuae preuve I faire, mau il doit ilo'i >er a I ttat notification du tiaas (ett du o liant de ces feuilles qui lui a tt Lit La Commission ttasOTi sa dcuioo sur ie tond de l'afl ne. Ensuite e.le s p at u djouui peoJ f. 1 |j heate u est p*s uy.'t |uaqu 1 preaaai. M•. C ristga -. • ... i.r Ju C >J \erae i.en | tall rf uarquer que Jau* eue ailaiis .e %  'cH pu 1£ al qui es le ueo.ieur, mais b eu ia timili: Th odoie. Uioi ne devient crfaa cier de Ifcut que sa adjadicat.oa el par acte at estant que la liv sison des fournitures ou objets qaelcoi eues a *U etaue sa Magasin d; l'Etat. Rien de c'a u'a t fait. Corn me preuve, la fille de M nsiear Dell oois, arcien Minist e des Finances soas le Gonvernetieat da mne Pr sident Davil nar Th l od %  %  ;, pr's*ote un reu non da et sic de Mme D lestsn G'0i?'s v de V G^mat et ic Giraidin Thodore, trois nem qui ne d sent pas que la p ce s t dlivre par des g*at. otflie'a lt n'est que qiatre mois aps l'installation da Giaveraeneat que le Ministre di l'intrieur eavo e i son Collgue des Finances le pe de M ne V/e B*rtia, hait reus de dix nv'le gourdes de Irsis de po'ie poir ordoa-'an e de paiemsat de 80000 gourde*, mintant de la valeur des meub' s veudus e> des (tais de bois sons fournies ponr rception e. am nage ne-u du r o uviu palais Aa non du Conseil, M* Co vingion a maintenu que ce n'est p?s 1 ta le dbiteur, mais b en la famille Tai > doreA cela l'avo:a f adverse a rpliqu et a dit que la Commis-ioi doit te nir compte des cucoo ont sssist au dmarque neat des meub'ts la Caserne Deisalines ebo ste pour tre le palais de la Prl sidenc*. A cela, le Prsident Abel Lger a fsit noter les noms des 'moios et a fai 1 expliquer su mandatai e, pour Pin elligence de >es deux collgues de a COJJ mission, comment les Ca ternes de Dessal. .es taient deve 1 i.es la rsidence du successeur dO re e Zamor Ce que le requrant a fa en iplquan que c'tait pour ne pa habiter la mme maison que son rival poi ique Et 1 orateur at imtn sa df-nse, en dtsmt que I s but bons d 0 don nan.e de 1 >,ooo gourles h cui oak t urs de la Lganon dr France o ils ont t dposes pour des rclama ion. diplomattquss.aj's des dmar hes vataet effec ues aupi< du Gou veroe-neat de V lb un Goillsame CjUi. en peu de m >is, avai. pris la sai e des affaires de Etar. La Commission dcidera altrieu remeoi Aaf'a re No 5S introJai!e par Mr Hxan Chiuvet ncio Coos 1 . 1 • rai et Chug dAfn.es Hani l Amsteidam. Le r: aminc a tour 1 lui-mme des expuation. ur le trois points de sa crance.Le Co iseil du Gouveiacm.'nt reprsen par Me Mortas. maintieai que l'Etat ne doit qu'un mois d'appointements et sept louts. Que les frais de dplacement sont as, mme qu'i sa nomination l'ancien Coasul Giaral se troatau en h'urope. Pans a tant pa. le liea de la rsidence dn Consuls Gnral. O 1 en t ou m: fa'iao tat des 09, on pri isjtfcsa pt. e aaitiet 1 *es CJ n nis*ioj it a . i.ii.iu.e n ot. P'Ji nea plaai, a aeaa Ce a I ever. L* paWsc e .e at a uerce oot av ses que panda M mon abetoc-, Ma : sieur V.uccnt D.misai aura ma pro co ration garalr. Poil aa Prince, ta Mai raaj. La fte de l'Unlrersit Comme sui e a nos inforatioa 1 Iasp:ctioa Scolaire de Port-au prince vieni de pa$er dei Circulaire tous le ehrf d'Iojiitutioo leur demandant d'envoyer la lte de 1 Univerii outre leur (lonnel irai une d lgation de cinq lve SI'JI.EMIN'T par >abli*e)a oe lu Sie< CceiiV VI L bbo.us.anie, Mazarlci, solo ie sUrisaoS Orchcs rt du Lyce VII Itacine Port Koyal f S prjp^s en t a te pn Auge de Lissus PERSQSN VGfiS ; ( lves du b oiaire ) Nicole, 70 ans a*". Jeanion Aroauld, 6o ans A. Migloire Racine, 16 ans R N.dal VIII La Sriaade de S.hubbri, raoraeau de concert — U.oh — Kea aaasaaa, ancien amateur militaire iran^ais a gagn e ijraod Hr.x de l Aero Club de Fiance pour lejaci avaient coocour.i des bal.o.is sphri^oes de dimensions diverse. U a couvert 147 *l' SB lias. LtHsiiifrgirniinniiBsi eitpemmis ta tur te >ori de* trangers C> turs uar les bat U t cnm M N — ue (ssi.n.ire a. .at u.ii | mlo.iut le œ^4,.ineat d but qj au.a.i SWajBl '*•' co*ore •** *c aau et -e40.ii.Dis tune ica aavasttai ..UU.KJ CI l.s ieaj;rs de D.naus au.u| t du ie..cu..nco; de. ,>u,juaicr anin-aiu. et d jirji aaluaaiue g^e uuiistrc i|jjie que acioai ita 1.1J ..i.oji 11 *. peut ^uc .< a temps c M dssaa Uarj/iH en Mme 3USwivl — J mc.ac.es -e la^fenlar•*trie ...n MH jat atHariS .< ua.o a tatSl a >aaaj... .„ m j,.,.^.^ Utmtttaim *" k "'^ "A Hi o^JaaieatJcu r .* %  .. 1JJt ^. ^ M -Mm(u u<9 M qai ae uouvaicM daa le "u a r JJ;t par de* la.mt caioou ta oai CJ r^asoa. > ic:raacix> 4>m ,, ajoaaatajaa SLanw*.a\ JU us se^ettreat tet j— TII"'"T-." geci wp^itea: oac Wt aM f ptiailit fea^rtr -am aar.4 Jet euaagar. rttsdtas 'Jm* uaaH ui avaacat aajaat ue T'iat acai Sa tn aiir Se Wnn|Bi -r*im tt as..' Conseil d'E&t aCest it Dateur Arthur Lescouieur, rapor^ teur de la Section de lins ruction Publt.a; et de l'Agriculture du Conseil d'Ewt, qui a lu le rapport la sance d hier concluant, avec tuelques modification, ladopton du projet de Contrat tur les Ananas. Comme nous l'avons dii dit, ce rapport, sera distribu pour tre diKut S la tano* de lundi. HBBiBBTBaaB"""i^aBBBT^BaaBam Un mur dangereux ^On nou* signale que le mur en roaonaerie qui lerone I ancienne proprit de Mademoiselle Amlie Riv re au Bois Verna censtitue un vri, table danger pour le pissants.— Il Importe que cttie clture soit rpare ou dmolie le plus tt, car le mur tient peine ea peut cder d'ua marnent l'autre. Pour ne pas avoir a dplorer des iccidents graves,— nous pensons que le tait une lois signal,— on s'empressera de faire le ncesaabci ^^^^^^ Double aan.Yirji.re £jLs couleurs dea lga'iona et uon sulaU flottent aujourdboi pour f.er on do JO e anniversaire : la 37e anDe de S. M Aipbouse XIII roi d'a pagne; et la CooBt.intioa d.i royau ni) de Norvge. — 4tmmitam*utL#—mmmama%^* l *amm > Prtre iIonnnuaioB Ce matin balle mes e de premiie communion la Catbdtale Plus de aoo enfants te sons approchs de la Sainte Tab'e. Une messe? oas : e a ' dite ds 7 heures do math, y officiait le Rve rend Pre Jao, Vicaire Gnial qui a tait le sermon de circonstance. La Con fi matioa a t doone par le pre Jaa, d'aprs oae autorisation du Pape lue au prne de la me>re. Cet aprs midi i 4 k ures les corn munia is pto.esttonneront par "les rues Fronts Fores, du Centre J et Roui. [ 1 ( jt;a Jiiurvjue de Ubr qae^amricaioe) en Turquie Les droits de m rques ds f d. ae pas dei;ei;re en vi • au*c des :aeviux ar .. s l4U0tes.PaisH lUils n m Meadrt/ Ui ue dur exb ber qae de b.aia proiaits d.evsge... Naus nous ea voj.naai de passer 83us silence -es p-igi s en jti le de Moaseur Ht 01 Petit 6it, iei sta luettes d. Moasieur |eaa Luaq jejea travaut dcbrirne de VlVl. Hsari r-aoener et Cbanj Lassgue, et taot d'autres encore qu'il faut citer. LM nqaoristeries n'ont presque rieo produit de nouveau Coeadant. il faut parler d: n La Fuis:tte a cita liaa du pharm;,:iea bien coaai et s. est mi de la popuianoa : le proii sear T C B a us. Vra.m.at 01 a fait.. UaaisMissati *e liqueur. et a ses sirops. ^ous e.p oat qie la pro:hsii? fo-. ce s: a n.eui Das meilirares pri %  es dsi;:u agemeat seront dur n:s aux m.uaaij. SJ% cbaieareurei llicitatioas aa Prfet. Moaeiear A. M. Me.ceroo i came des ertorti quu s'ast donns ponr la pleine teussiK de la (t U Pttit Kaittm ,



PAGE 1

LB M. 1IH f "i Pour guris ou viter MIC44INCS • CONSTiPATiC* CONGb..ONS t f O URO.-k V f EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de> prendre & l'un, do vos rep .3 tous les deux jours sentiment une Pilule du D'Msut 147, me du Faub' StDenis. Paris Mais il faut exiger ie v <; ^ablos qui sont tout fa : t Manche* •t ur chacun: ecq-.-!l-s ie mois DEHAUT A PARIS •ont ti-ei iidSItir.rnt iiprim n MP M ffp te Prsident Borno^ aux atrliersi'de MPanta on Guilbaud 3Cc midi le risidrnt de a Repu biiqie, atcorrpfgc de Mr Fombruo, stettaire d fc'at de I Imiieor, a vin t les ateliers de la Fabrique Hatien ce dr Tabac dort le propritaire es ni Ire sympahioue ami Paotalo' Goibaud. Le Prsident Eorno e t ;o:ti eoebam de la tenue de l'atelier et a promis de loi (aire eue nouvelle visite sitt la mise tn activit de Is g ande trscbiDe DOBvellement ariive et dcomtilc La Rpublique >. Lu FiliitS 1 "..Qu'on n'oub .e pss qcec'istde ma 10 qu'iUia luu Fansuca 11 ie lepistntation de 1 hilarante comdie de M; G Augustin de la Reoaissao net . C'est ote bonne joite en petsreclive. hotre Gle *oo t te de l Alliancefranais^ Sur demande gnrale, la balle lte de rVllllDce franaise aura lie J Samedi soir, 10 Mai a 7 heuree 1(2. U y aura cinma, dialogues (Uants, tableau du bcher de Jean 1 e d'Arc— Entr : il got de. IrtJte sunylante AD cota d'une qutithe entre lei LOttiutb Tt b.oou tt Merci, bao tti ictus teca laiteile .Jaunies. Il Ilercl Llttsa sot* ttimrf ne ai vittfce et util couo t de ravoir. On cttit que celle acnv • pou lettois tu Le a. tue, que iea aaver tairea tuindent toshtder ai'pare rueni senti CwvocatloD des phsrmsciens Les |JimiefW, projti/tairfi de jhtitnacte et mn jtopttelaite/ de jhatn.cit >tSU pris de . >4*' r le J imat.cl.e fG Mai et au inal del fimrn.ocit j"ur01, a Vjuuret pr/itsai du matin ZlLul ae : tel ni n. H/(rgr.niiOt>on au SynU ans i>/m marit •") le;*i >ti du fctrl uicat .Y i-tAlbLL Alis l'irrrrce o riolic et se Ctuntue en priitolicr qie j eretnt 3 ce ibifcct Midir e D. Anercio est iksrge Ce n s j'ccu'. en in taie. rcrOolPiittr, ;iija Mai 19= Sign: DVSCLMIO T^L O r Conn6t ACo Ladres Sent sclieteora de Miel d'tttilles ta rsye t de Satcto Dcmic|o;aa creve r : ; JllfSCNLDLL Grand Htel e Fiai ce port au rriBeen^ataiiQ La maison H. Silvera Se fan le rlax&ir annoncer ses aimables clients quele vi r nt de ita voit jar if aVft'ers steanurs les articles jurants : Chapeau ce ;;nl t latte fin r Iti ie Ihsptiti li l u e ri p r tara ( Pcisaliro ) l baptaai te laine d lfaie, deri lie mode Pa ftettcii Ai g giis is;urtiear K k iakM 11 vin sre'ais sep. Ditl U. IOL blscc t* g tis Aip^ga t tit snpntu 0 gatd-e b:cd suprieur ( %  •) Totem de un iculeor peut • henme< Chaissitus reni r hct., fonds b'ncs tt ccoUu 1 ? si je iiuies Voile coultu', gisndts banes, dtrn e rou^tail Voit banc & loiitui de (cites quitts Bss scie Bas i jout dta.,-. oie btaLCs Rideat 1 pcar pcrte< S 'gt ion & b eu n aiiu ttir hcremts, acg'ais u .pliait Ltn lantieci v'c.U DISIM b c sigltia lieu us c to feue, blao.he il oihur 1 tt ccu (i : . blanc srg ais Dnil Tu. ot Kk, u ii 1 ri'piirur Utill C 0 on BUr c a gisis supritur, tt". e'c fo \ue del men s>i>or, Is Ma 00 II SILVI-'RA, pottr p'si" es 1 cabutx ; nbt, ni I is*i lestait ! %  ci ft^v\ i dr pm tirer t f .1 1 n t ni itiibiu t e I le ni dei ne fatan snte la •'•! te im^lif qo';oi ne u it mutici Jt la place nt p tt leur cil.irde pani's a i:lat aneilWm aie Vrifi*!, Mtdrmf, Messiter, Is>Iti?cn H 5UVERA, peer t s m rUtUl fl \(o sein iaiistsitt i i< peu de (tais. Relejx z een Uo Q' .' de lotit proni> o h--' e m s • t] I ,r ' d^litl^ i * t'i l.ti's c 1H Iv < ii r^ J i* QU * % ••M* eau n ;i i Ici r rsounc fragil i *l %  iXeit i af Angfo-Siv?* ^vf n#l Mi k cS ,% Uo, l'oua oij < /e...^ laits ConJeued Nutti & EigH qui conrie3B0QI me veille tuv 81 I mis et re npU\Mti araolitni meol tt Mil p ir vsch ) i dirfleil : se oroiuier p r Mi tempi-:i. F.\ ! i ehi riiDQVijt C^n. t'o i l•, '.>;>' m*** a h S it tf Coec, et^. En gros ehs t* Preetxmarn\QQKMM* M Rue du QuaUOil Viennent d'arriver C/*i eaux feutre Duisalmo Lhvpttax raille Inn d'Italie t laxt.e dernire mode ut jkHiftrfi dfcuhveri* Virni* $ janm H pour h mimes et dame*, /I. des irix n LaboraolrI U rologie en tn UfcfiH" % %  bilnfif .ippliqnA sous la hir n du /Jr fllOOt el I Sjourn Le laboratoire es" ouve.t loti lei jourf di 7 lies lu tmlin •furMda s^lr pour louiee lei recherche et inlyn ptwtmm dir* l'annonce ci joiute s^ul pour le Wns8€i"lole Sir* nt reues que If mu li il • chiquseinain. S'adrefc-'r ia Phtrmncit poailes renselgae^eutr Inilfos l'u-ities eiSi* RUtri \ i Keaciioti le Wass-nnanu Hlaciiod de Tnboulet, El imi'ti ilu sany e' du poi l:iiu't! d s iPtiJfei l-'ealea l'ianifii do erahit ^11 iiivino rntuv 'Di'S'un'e l>M9Yfflisre Hrxhtrch: ,h Hnirokm tt Co de n>! peaux S tir #!•• Sa' %  '' i "' '• %  KOBIIII Kil) KIX CM] I WDESeii i in*t. H ri ( ottii iwdes .'[< di Us HI m lati i;i s ( (i o llANSHMb, Ag ni Bsclie t pi ur Mail Pott-ta Ptitte Avis ( ninneml • w ,^i'0tne ? / wiwe 1 Par sac. §* par marmites thez EUE SI A Kl ME J*W Hu Hpvbliraine Vbnama Railtoad Sieamship Line .Bureau de l Aient Gmerul l'erl-aa l'tmce ie 10 Mai if*23 BILIKIIS *o Le S Can.VNC. Gorya. *i aitatsdu A # fort au Prime et Stw )ork U lundi 21 Mai lira avec.—. ><*/ lisssBM de lfatc>iandta#t .Sfa e ietirea PanaasNSi tt partira dans //rramttlt 4u mms ur f -,ur Lrutbal, Iml tone Ar liSMStf. iwnl tenrml Cabinet df Ma Abet Thiard jttaaal .ai,, Atenae Gtgoite I oit-aa-Pneu Cooaultations il) Ht Abet Thari Barriater al Law '^Trench & Eogliala spekeo 3| 'r.mirg op of conirscis, igre Otr'i, rie o Wctier cf tcpaid otbir— I a*i Il Fegitiicr c jawnla & Uac'e^akf Iiattlatioa. t j j 7. Aeaae Grgei re ;" fort sa Ptiocc (H AtTI) Olbce bonis, s I TheChaiksii.i J -rtw;PaiiCoa)pa} Erooklj Ntw-York S v.n.t on 1 i • voira maison >n al nata/ v m d*eir'/. '•! e enta a &f%  ors rtu iqaraj Ptunia* |.r les lilm ••' • d '' r*a a^prtsttse v i, imt r r,T. m" --<" rour lei traftatM ( •••• • %  '>nucees Y. ia sonsi rv •re *it. w % ., ou' '• m •• titras, I • rr)'r.' |, . • %  (JI.V-MS -1 i bacaa i • BU • "a Tfce^Chas H. BPJW.I Paint Ci B-n:kfl?lY* f>o Jvtntmm ' ijenl Krrlusif plT flti vu di la f MMa • • T



PAGE 1

. i MAT1 GLO'BOL fortifie Un mets de maladie abrge Votre Vie d'une anne. Le GLO'BOL permet d'ViUr les maladies en augmentant la fore dm rsistance de l'organisme ftpvlMOMDt erre ConirilMMBOt Neurasthnie Ple couleur Sur m nage tUeurede OLOBOS •wrmeete la torse netcuM et rend eux eerfc rajeunie toute leer enefie, leur ouplessai et leur vlfueiir. • ' i n A • '-?i. ^ C *'•#• ee* •< •! et '• PMtoMe vM 4 #er L'OPINION MBDIALB Je puis sfnrmer eue le Olebeol ebrtae notablement la oonva>ence. et cela expliqua aisment. Mala. (loua nQOM fenerale.on peut dire eu'Il r*preote le apiotuaue par exeensnc'de toute maladie de uwtgupur Ceet un tonique de premier ordre qui. eotdraJfsment au excitante habitue*, manifeste une aetten relle. meot U et persistante. Il abrge la convaleeeetwa et •MitD>. por aine* cai. la (pree de vivre, dont tout le secret rtakJe, ne* roe* to, dent le soutien de oor> dliooe essentiellea de resto Ceet pourquoi nouai fj rivons les cures de Otobeol a te plupart sa nos maladie. C i m&Ucstioa ne rencoot aunuae oontre-lndleaMon et penneltant un* lutte elflcAoe contra la dch*tKe rtmalojfauiue 1 0' Etienne CauoeKU, Anoten Interne a Parla. Etant ChaMsIn. t, me de Vatenciesnee, PejnX et'tout *eratee. la Si, rj S _ Atuiiaut tt uuudi Agents geueraui, t7&J Hua du Magaam de 'Lut TIMBRES-POSTE P w COLLECTIONS • J achte les Timbres des Colonies. Me soumettre chantillons avec prix pur 100 et par 1.000 de chaque sorte. J'envoie gratis et franco un numro spcimen de mon Bu'letan mensuel avec prix courants d'albums et collections. THODORE CHAMPION, 13, RueDrocl, Parii Vient d'arriver Huile de Lin boullie en barriques Qualit Suprieure En vente chez; L. PR££ZMNN-AG6GERHLM m Hue au Quu% 1617 FuUon Shoe Polish Company lue. Journaux d Paris ,. Vir?t8 Ku. Amricaine WStlsT Logue IJBar. — Res.uran — Chimbrei bit 1 installes. Sei vice de premier ordre, hdgaid Lvqae : Fropritire mSaemsBf^Sr^^^^^^^smmW Rnovation Bar i Rue du Libauip de Mars Dirig par M' Armacm lnnoc4nl i Consomouioas varies Service irrprochable Sr^mmes l'ge ritque dans !.i vie d'une femme est gnral!) entre 45 et 55 ans.Le retour dige est souvent accompagn de •ymptoices inquitant i tris que; irritabilit, tat nerveux, mlancolie, pouff'ies, de chaleur donnant des maux de tte* et .;affoc.it ion. Prenez soin de votre • a n t 3 si cette priode critique peut tre termtaae sans c-nnuis, elle ser2 suivie d'annes de parfaite bont. Le Composition Vgtale de I.ydia E. Pinkhamesl pardculirenM rr! adapte pour aider les femmes pendant le retour d'g. Son influence se fait sentir sur tout le svtmeqoictt tenforci et elle aide la nature pendant les longs n S de < ette rx'node critique. Ce mdicament est %  n avec des h inej mdicinales et ne conlient pas de narcotiques et drogges nuisibles. Son BaMta est prouve p^r es lettres similaires a colic ci: V.d; sraisOi Chili, S. A. — Pendant des annes j'ai souft t de retards et de douleurs lors de mes rgle accomde maux d'estomac. J'ai pris votre Composition tale et les Pillulcs pour 1 •: 1 oie de I.ydi? E, Pinkham p< ridant trois mois, le recommanda votre mdicament mas amies en raison des n ull its obtenus. Vous pouvei publier ce tmoignage."— PAULIXA FLOREZ, calle Cajilla 124, Valparaiso, Chili, S. A. Dea lettres comme eelto ri luflu :ueeut les fummve euuyer 1 G>mposition \fegetale IL de Lydie E.Rnkham ^*J. \X. ir > 1 %  -. 'M MioiCiNe co. LVMM.IUII. U.C.A. Chez d'un iOt de mnrehan dises diverse* Paul EAuxla RewmYork Z\\ venlre ( if belle propriflr, a hor.atant toutes sorN d'arkrw Iruitieh. N'adrrssrr au t \o 1317. rut •a Crilre. Stvous voulez rotgei lu ptau d< VOt ikeatmim •J> >. ..j tMMf^ i/ M) uiuii.i.1 iiiuj.li.! 1 j^i/.* M tout i>OM*n ,u loueur tt^ju HtolUi ul l( MU.\ L/OA.IAJ. triqu* spittaltnunt pour U) Jamtt et Ut gtnllemen du byb lire m M lit protigi tu pt.iu dt ^ajutiuret contre t uumuui t t* ii/uuur. Mil l'tntrluni leur soulMU ** corutrvt Uur Driuant. Bmmulu lu ntr^ut .vlONO.K.i.vl, mt Umiiitut .u toutes^ Us 'ittr i Geo. JE iNSEUh. J Afeat pour liait. Onleaspp.' urrsde 1. • .-. 1 1' ... t dea chaut* %  1 eircoriMancea, , portent l gants dan Ira % %  ce. Les Kce*. aor.c aemelleftet talon de empciinea et titr" en t aont faites prix .luaeure d'etc la plu* fv'ononutji'e. D< mandez Isa p.-r leur r.ocn: KEDS. t'-alad Sot:: taSSer Cxert Ce. tut Rues 1 raverairejrduMayasin de FKtat Alin de taire de la place aux nouveaux arrivages, nous coinmea fooe ieuuiu, cette vente au jabdis; ,venez prou tire, car M M regardons pas aux prix. Eioifo b.aaci.os pour robes et caleons, OriU kakis jaune el olive, iiheuote .Uiiiuj, Ser^e COUJU, nui nid pour jupj. Caipea :x de pan et puai iumuic, t'ojJres de ri/^l'art J US, S^OLIS Je tuUdue e^lgi le el La Viole>te i'ans.tjiia a*s jti^s et.dii ordmaires, fil pjur crochet boutons oietai pour col et poignet*, OtuusiU'es Uainds, lacets OOJ touuees, uoemises juleurs pour lio.ii.neis, Mousfaiiae de ioie|t lleuru etc. m fi'et^intressant .riiurmacie W.Bucli Vient d'arriver Vaccin Irais, Aleads Dexlri. Mallose, Excellente nourriture^j)ouries en/xtits. Liqueur "de PBtolie* et dlobules H baudjour le traitement de Isthme* Engrais chimique i\ 0 1 pour (imurs \% et lgumes < JV 2 pour a*bres fraUidri, !s9imBarbaneour( i



PAGE 1

17aM4*mn No 6008 PORMu-piuflCBKrn >: I Libr.n* JBBDI 17 MAI 19M •• DIRECTEUR PROPRIETAIRE fev IMPRlelECF,. Clment Magloira BOIS .VtRNA 136. Roe Arrricsine N UMERO 20 CENTIMES L< Secrtaire d Etat Je l Instruction Pubhque vient Je puhlier l Expos Je la stlujlion Je son Dpartement.-m Cest un travail de grande importance gui penne 1 de constater les comiencieux th forts dploys par le Cher de l L'nhtrsit pour amliorer la situation Je nos icolts dans toutes les branches d'tnsei^nnnent \ous reproduisons aujourd'hui le chapitre consacr ; L'Enseignement Rural Depuis pins d'un df mi sicle,dans les ispports furutlB sur l'tat de l'ineti L Ctior, publique, de mme que dans tous autres tui i ublia dans le pays BUT les choses d enseigne* ment, il est presque de rgle de r. I eter qu'aucune amliora non n'est obtenue datid le domaine de renseignement rural, qnil y a encore l on prob me a mettre l'tude, et que 1 cole rurale o existe pas chez noua. Une cooa atoua-ntue ? Nos campagnes possdent des d ab Use inenta mais >•;. majeure paitie est inexistanteMatres incomptents bitaation illogique* et, quand elles sont loges, taudia incommodas lous su hasard, voil l'image exacte de presque toutes nos coles rurale s. 11 L'y a donc pas lieu de parler de la faillite de notre enseignement rural, encore moins d une rorgsni sauon possibleC'est une organisa lion qu'il (ut entreprendra, puisque les coles de non ceoip'ges, a pat quelques louable exceptions, n'ont existe que de nom* Cependant LOtre population rura le/aottocente de jour en jour, dans de notables proportions, et, d'autre part, elle devient de plus en plus intressante par la conscience quel e stable prendre d elle mme, de ses beso ns es-entiel-, dont la notion pour elle se ueg.ge. en se picisant daYsn ag-s des obe rites au.bun.es et de roi e es scu ai ie Lhomue de nus campagnts commence rtateotir l'inquitude du mieux-tre, r.gtrdet par de las hor.xons familiers de ta toi ie natale. Il a mme voyag, safdet.chisisnt ctb tin-iaues i,auvts, m> liant au pays avec dea vuea nouvel es une expeiieiice qui laigt aieg l'ireii ei t as comprhension de la vie Par ce qu'il a vu et retenu aillent e, et du. t, autour de lui, il lpand I* toui.aukai.ee ; par les ides, les habitudes acquises, n est œaiLteni nt en mesure de comprecdie et de jtgti tout ce qui se passe an IOO muitu. C'est un oei mrites do Gouvernement d'avoir compila qu'aucun moment Le pi un au tre plus pro pice que l'heure actuelle., pour en* tieprtnuie et laveur de nos peyaar s, ooe œuvie u oigaLuation acolaire dont u leuissite cxntiihuera s lamliois ion ge. (raie <'u p y.-. M.i-, il y a ueu a M pas ptiuu e vue la diili u te de mener b en ui e telle enirepuae ttasil COLL*. U peliurie des eieit.eir.s indicpeiiSebles, notanjmtnt des moyens budgtaires. "iDeoe loua .es p-ys, en Fiice, tn Angleterre, „aux ttaia-liiis, par exemple, l'enseignement p. ma ire aat (onction de la cou. mu ne. avaot d'tre celle de 1 tut 11 en eat autrement chez nous,.ou seul, l'Etat a charge des coieejoouobatant lea dispos.tioos ete la loi de ibbl qui mettent la ccatioo des Ubuseemcots scolaires ao nombre des devoirs de ooe commonea et de is toi au 18 uciouie lv*.'i qai exige des CoatLttti dont les nuance aot prtatrrs, quelles eisnualem et t une tierce i enscone au items tes cc le primaire* de gai cou s tt me Ce hlles. Lexcuae quelles dODLtnt et que le Dpeitemenl a eu lieu dejs de taire remarquer aat que leoia nasources i.e aofe.t ta peur .ts-.r tes sarvices cotnsaoaeea etaen iaraaj Maia, i'ioeiitc.oi r-' u ne Ceviawi*elle paa eue c -*, svac U pobee, la toiern ei %  aa-iataoce, tomeee l'on as eervicee eeeentiele auiqaeie la oosaBUM eet ODH* e One de* rgles que 1*00 doit avoir le plu en va,c'est de faite de bonne grce tout i que l'on est oblig de lalroi Quotidien NICOLE TELEPHONE No 'M de pourvo'r ? Onerdaot, elle n'a jaunis pu rpoodie au vceu du l gisistesr psr dfaut de ressources U r le principe demeure u alg l'impossibilit d application constete juaqu'i-i; et il fsot toujours ap< pe'-er la moment o les commuera pojrroat combiner leurs moyens avee eux de tEtat pour aasumer les rsspoossbllits scolairss qui leur incombent. Cette heure semble prochain*, par suite de la dceon prisa %  •ernire % %  ment psr le Gouvernement de nom mer une commission de soctalis'sja I e ffet de lefoadre notie lgislation sommoua.es. Da nouv-lleimposition? sent en pnrspeetive, et il ost pas alora impossible, aprs 1 tude que le Gouvernement aura fai'e av. s elles de la question que les commmes soi' i.t mises an roe'ure de ra rphr le rlo mpo tant qui le ir est dvolu daoa notre systme d enseignement et de cou nbur, nota roi ment, ls ralisation du plsn li bore par moo Dpartement ta vra de 1 organisation Je notre enseignement roral Dapra ce plan, l'enseignement roral comprend trois degrs. Le pre mier degr est reprsent par les coles des sections, le second par las f rmes-oiles tab'ir daoa *s dpaitements, le troisime p r les oo'es d'agi ic Iture. Les coles du 1er degr donnent 1 ins ructiou primaire lmentaira, on y ens igce lea premiers lments d'agriculture. Celles da 'Je me ou fer mes coles ont poar h u d* former dea ouvrire sg icoles. et donnent, Ct de I ense gourent sgricole adsp t aux besoinsreg ooaui.l instroct on primaire lmentaire et i enseig' eprimaire suprieur. Les coles da* inculture (ortnent des professeurs dense poement sgricole pour les colea du 1er et ce lias du Sema d<| gr Le proiet prvoit, eu outre, pour las adol es ne poavaot plus saivre Us cou s rguliers, l'orgsoisa'iao d entrent os agricoles certain* |Ou r s dtermins et psr des p ofeaeauta dlgu* cet effet afin u> faire connatre eus auditeurs lei amelto* ra ion*> dout la euiure loca'e aat susceptible et de leur douner des consoiis utiles leurs rsvaux Uo chspi re du proju est coosa> cre la prparation dea an I ras et msliressea de l eoeeig'iem -nt ro'al, eu vue da laquelle d-< coira nor maox saront lustitos dans casque chafa-luu a srroodiaaameot. Le* pro feasaors d s^ncoliure seront pr'pe rsaux coles speeialssd rgnca'turs V^Lo sutre enamtra importt t corn prend le aootr6le des colea rurales qui sers assur psr on corps sp e al d luspecieur recru es daos des conditions ttermioaa; uo autrs a trau aux locaux doonsr ess co les, etc. e c. Ce lapide eipoa permet da cooee voir, ls graoie porte da l'ibavre entrepteodie, qui est I organisai oo de t eoeeigoemeoi cli ssiqoe bsa sur I agriculture. Aucun entra eoatlgne mem ne aaorait mieux convenir eo ptyeeo hatien, Isa travaux dea cbamps. anlpsrtia intgranted*aon entaoce,aucun aotrs or-st plus pro pn a laiie de lui on •• %  .( i n#oi de la pro tact on egrteo e *o oo mot de ls profp^ri oationti. USMC ao auire oidredid**, il v a iiea d re narqer qe* i Krat i pane maoeoailam-nt lt-eu Mil/ dollars prs pour !>otrei en ose co les rurales, c eai dira pour on r soitet I pea prt Bfnif. i exc IJO i La maison Lope ttivera Reprsentant de Karton et CFueilter ( Bordeaux) Afiai sa clientle quelle Uoufffl eu stock Vins Minci /i roufcee M-'.lll l'.MI. ch*4eau YquemJinl-au La Tou" |Bl;uiclie, ^ liambilin. beauur l'oilUIKl il 1C .i Les V'DS blancs eljrougas en b irique. co npani.veinent a |ieui quali sont sa clientle) un Uil Condense fi' sa si pn\ lirluni toute con el v pore danois . Copouhagur Fa Camtole \ouvelles Ltialifjrej i Mort de M. de Fre v cinet PARIS ISMonsieur de Fieycioet rsl dcd L'ei'prsident du conseil qui tsit ig de vi an. etaH depuis longtemps en msuv.ise sant l heure d la chtaine l<*anai*e La chamb'r d^s d p .t* a*efJ p ' D oc pu 27$ vos co.'re 4SQ en faveur d: h uie J'. te, ap 11 de rata dib s au ou s d-sqiel. Monsieir Poiocsre fat ou ig d mteivsi i; poar faire triompher L p.ojei. Une consquence du trait de Ver saill DUSShLUORti5--*Jostre fabri que de teintuies et de produits chimiques, dent i une ett pi mi les plus impoittntes du monde ont t saisies par les troupe, f oco-b Iges. La plus g a de f.b iqud'auil.as bl Badeo, \> i de Liww gtb fu, qui e np'.oc 4?co ouviie s a ao ICI fa biques p es de h ta.toi et les ta bliasemeats e Kt.le Ihebrub p.es de W.e-bii oit t o.eu,es pat es woupes liar tisct slo s que tes troupes b: ges p.e icot possession d'one importa lie f*b que i.tue prs de Cr < f d Ci sb semeots sppsr tieoaeot.i uo trust aUcmsod et daisat ls guerre >1 fsbnqusil des matires explosives et des g i asphyxiaots. Ao qoaitier-goial franais oo ex phque que des mesares s'imposaient psieeque les directeurs devaient, c 1 prs les clause Ju trait de Vsrsail les. livrer lei p oeaiti chno ques et les tein'uies sur s its et que depuis loccops.ioo de la H but •!• y .ont retu.es Les ooviieit allemsod. de ces fabriques se .ont mis en gif ve des 1 ainve de ir.o.is et des bei ges. Le gouvernement jtwonain ne donne ra pa on adh sion au projet aile mand JBEUH isLe rpon t fi t s pa las aille I o fl a des *p* at o o.il fait oali e d n. a m liesa etfl ciels et su l< uh I d iipo.' q c a s:u!c vo o-vcite i I A I m gtas s • rii l'cn'u duuc acte ans ie.u i u po r leur auuoi).<-i que pu q >c qie le Reuh eat pour aiust duc mcapa ble de faire aucune pio^ositioo coo crte et pr:ie ; elle consent sans r serve permecre aus conomistes internationaux de d.ermmer ses ob.i gtions. La rponse du goiveroerueni |spo nais la rcente off s dea rparti o 11 allemandes se remue aupndiiui au m il. ne des stfairei rangercs slirman Bl e d 1 -cr |e'A au e do total meot ooo d.-i modahlis de paiement proposes ci des ger nties Ofterics, '.e guuvcinrrnrr t | po )SIS trouve impouib.e de donner sou adbsioo au piO|ct al e nand. Les relations ntre f A n gleterre et li LiUie ne seront pas rompues im mdiate ment .JLONJKk isl>'aprs les dclara lions (ires par l gouverntmeat de la Cbtmbrcdes Communes, il o'y surs p. ic rupture immd aie eolrc lAn^rtire et la Russie el les ogo cia KO comme n e.oi.i pai lioter n d.ane d k . me An-i dpri-net Ht te U< commuoiqu'r avec le gouveruem-n cou, la limre baer J>ai olnmitum binsn D.que aus ^.O tH SCla ra cno.b'.it rcsQ. p o oogec. ; t gouvernement bt tannitine et l*E lut libre (rIrlande A la Juite de la dcision de U chsmbre dr rd o-.ernant le :as de Obrien, le gouvernemeat bntaa niqoe %  dersnl i : B'al L-be dlr landie .-rvovr en Arglelerre tous ler< irlas lais dports ea "Irlirde u Le bru t a conru que Monsiear ni nar L-w allait ieoufr Londres V nsnt de Saisi! ri m dit que cette dci-io-i Ht la coosfqueoce de la si tua ion dilficill dans laquelle se trou ve le ministre ; tes dportation dont il est question -ersieot contrai tes s la 'oi et Monsieur Bridgmto, ccrla re de l'intrieur aurait offert sa dm ssion qui n'aurait pai't s: cepte. De bmidiia chinois im ,t r t avec les bandits dinsn ch • q ai a nppo' cette nouvelle sa consul amricain de '-inch ng. Les pfteC pales 'ijjiiea de et ii' -i • Itf cbi u.> a>< ro ii ^ufiiei df ce oian p' a-iHei g^st f MllI'C ion ,laa bsjsjUaaeat at fjula a.* AJC>d ViUUl -^ •ea. WASIl.N ION i — LrCo.pi diplom. q je i'ckiu a demand ue u gouvernement chinois prenne es mesutes immdiates poar faire gardei les priocipaua chemins de fer el paiticulicir n. al IH lignes Tieut* sin. foukow et PkioHsokon. J Cbar, a BuUCttUlaUU A Seivra | NhvV VWRk \s fttmc > OJ aie.-nog 4 *, L nrrestaiion I un coin pllce Jr> rssiH.Mu;it le Vorofky LAU i MMH I/I • PJ >^e JiM a ar P.ul PolOOQiOt, secrtaire de l'i io i l< iogi %  Jse soui le rsume a ie, s'>u • ac:uatioo d'av. i U l 1 isaassiual de Vo lov ky H v f,; •'• cu i de Voiov • ky %  \ H Lsaisa • i ui un ws gju v'-t • i P-' 1 *C poiuit SS lu.iJeui* Ab ems.qui s t b ess par ag es seur de V'orokky, a insist puur se :ompagaer les restes de ce dernier titrede piotestatioa polinque.Ahrenu s t iransport dans le traio sui une ci* : cl sera a.comp.ga |jsqu Bc'l o pr une ^.arde-malade aaiaeej Les alli el les Vans l .i c utile ue con liatieo de la pari ici ail es cr dea ulCS, par toi c de la deteirnioalioQ de hter les trsv.es de la confrence a ea pcar reeltet M pro/-s si marqu les allis ont snaoec qaa les gus tu.en sur le po nt de tom b r .co i %J' loues 1rs qa-slioai cooomiiucs da t:x;: i':x:ep(ioa ei ait.des ^ui usiteot aes eoasH siens qui seront d'icuUes olse^ dimmsat Ao|Ofj|


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05929
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, May 17, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05929

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
17aM4*mn No 6008
PORMu-piuflCBKrn >:
I Libr.n*
JBBDI 17 MAI 19M
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
fev IMPRlelECF,.
Clment Magloira
BOIS .VtRNA
136. Roe Arrricsine
N UMERO 20 CENTIMES


L< Secrtaire d Etat Je l Instruction
Pubhque vient Je puhlier l Expos Je
la stlujlion Je son Dpartement.-m Cest
un travail de grande importance gui
penne1 de constater les comiencieux th
forts dploys par le Cher de l L'nhtrsit
pour amliorer la situation Je nos icolts
dans toutes les branches d'tnsei^nnnent
\ous reproduisons aujourd'hui le
chapitre consacr ;
'
L'Enseignement Rural
Depuis pins d'un df mi sicle,dans
les ispports furutlB sur l'tat de
l'inetiLCtior, publique, de mme que
dans tous autres tui i ublia dans
le pays but les choses d enseigne*
ment, il est presque de rgle de r.
I eter qu'aucune amliora non n'est
obtenue datid le domaine de rensei-
gnement rural, qnil y a encore l
on prob me a mettre l'tude, et
que 1 cole rurale o existe pas chez
noua. Une cooa atoua-ntue ? Nos
campagnes possdent des d ab Use
inenta mais >;.majeure paitie est
inexistante- Matres incomptents
bitaation illogique* et, quand elles
sont loges, taudia incommodas
lous su hasard, voil l'image exac-
te de presque toutes nos coles ru-
rale s.
11 L'y a donc pas lieu de parler de
la faillite de notre enseignement
rural, encore moins d une rorgsni
sauon possible- C'est une organisa
lion qu'il (ut entreprendra, puisque
les coles de non ceoip'g- es, a pat
quelques louable exceptions, n'ont
existe que de nom*
Cependant LOtre population rura
le/aottocente de jour en jour, dans
de notables proportions, et, d'autre
part, elle devient de plus en plus
intressante par la conscience
quel e stable prendre d elle mme,
de ses beso ns es-entiel-, dont la
notion pour elle se ueg.ge. en se
picisant daYsn ag-s des obe rites
au.bun.es et de roi e es scu ai
ie Lhomue de nus campagnts
commence rtateotir l'inquitude
du mieux-tre, r.gtrdet par de
las hor.xons familiers de ta toi ie
natale. Il a mme voyag, safdet.-
chisisnt ctb tin-iaues i,auvts, m>
liant au pays avec dea vuea nou-
vel es une expeiieiice qui laigt
aieg l'ireii ei t as comprhension
de la vie Par ce qu'il a vu et rete-
nu aillent e, et du. t, autour de lui,
il lpand I* toui.aukai.ee ; par les
ides, les habitudes acquises, n est
aiLteni nt en mesure de comprec-
die et de jtgti tout ce qui se passe
an ioo muitu.
C'est un oei mrites do Gouver-
nement d'avoir compila qu'aucun
moment Le pi un au tre plus pro
pice que l'heure actuelle., pour en*
tieprtnuie et laveur de nos peyaar s,
ooe uvie u oigaLuation acolaire
dont u leuissite cxntiihuera s la-
mliois ion ge. (raie <'u p y.-. M.i-,
il y a ueu a m pas ptiuu e vue
la diili u te de mener b en ui e
telle enirepuae ttasil coll*. U pe-
liurie des eieit.eir.s indicpeiiSebles,
notanjmtnt des moyens budgtaires.
"iDeoe loua .es p-ys, en Fii-
ce, tn Angleterre, aux ttaia-l-
iiis, par exemple, l'enseignement
p. ma ire aat (onction de la cou. mu
ne. avaot d'tre celle de 1 tut 11 en
eat autrement chez nous,.ou seul,
l'Etat a charge des coieejoouoba-
tant lea dispos.tioos ete la loi de
ibbl qui mettent la ccatioo des
Ubuseemcots scolaires ao nombre
des devoirs de ooe commonea et de
is toi au 18 uciouie lv*.'i qai exige
des CoatLttti dont les nuance
aot prtatrrs, quelles eisnua-
lem et t une tierce i enscone au
items tes cc le primaire* de gai cou s
tt me Ce hlles. Lexcuae quelles
dODLtnt et que le Dpeitemenl a
eu lieu dejs de taire remarquer aat
que leoia nasources i.e aofe.t
ta peur .ts-.r tes sarvices cotn-
saoaeea etaen iaraaj
Maia, i'ioeiitc.oi r-' *u* ne
Ceviawi*elle paa eue c -*, svac
U pobee, la toiern ei aa-iataoce,
tomeee l'on as eervicee eeeentiele
auiqaeie la oosaBUM eet odh*e
One de* rgles que 1*00 doit
avoir le plu en va,c'est de
faite de bonne grce tout i
que l'on est oblig de lalroi
Quotidien
NICOLE
TELEPHONE No 'M
de pourvo'r ? Onerdaot, elle n'a
jaunis pu rpoodie au vceu du l
gisistesr psr dfaut de ressources
Ur, le principe demeure u alg
l'impossibilit d application conste-
te juaqu'i-i; et il fsot toujours ap<
pe'-er la moment o les commuera
pojrroat combiner leurs moyens
avee eux de tEtat pour aasumer
les rsspoossbllits scolairss qui leur
incombent.
Cette heure semble prochain*, par
suite de la dceon prisa ernire
ment psr le Gouvernement de nom
mer une commission de soctalis'sja
Ieffet de lefoadre notie lgislation
sommoua.es. Da nouv-lle- imposi-
tion? sent en pnrspeetive, et il ost
pas alora impossible, aprs 1 tude
que le Gouvernement aura fai'e av. s
elles de la question que les com-
mmes soi' i.t mises an roe'ure de
ra rphr le rlo mpo tant qui le ir est
dvolu daoa notre systme d ensei-
gnement et de cou nbu- r, nota roi
ment, ls ralisation du plsn li -
bore par moo Dpartement ta vra
de 1 organisation Je notre enseigne-
ment roral
Dapra ce plan, l'enseignement
roral comprend trois degrs. Le pre
mier degr est reprsent par les
coles des sections, le second par
las f rmes-oiles tab'ir daoa *s
dpaitements, le troisime p r les
oo'es d'agi ic Iture.
Les coles du 1er degr donnent
1 ins ructiou primaire lmentaira,
on y ens igce lea premiers lments
d'agriculture. Celles da 'Je me ou fer
mes coles ont poar h u d* former
dea ouvrire sg icoles. et donnent,
Ct de I ense gourent sgricole adsp
t aux besoinsreg ooaui.l instroct on
primaire lmentaire et i enseig' e-
primaire suprieur. Les coles da*
inculture (ortnent des professeurs
dense poement sgricole pour les
colea du 1er et ce lias du Sema d<|
gr
Le proiet prvoit, eu outre, pour
las adol es ne poavaot plus saivre
Us cou s rguliers, l'orgsoisa'iao
d entrent os agricoles certain* |Ours
dtermins et psr des p ofeaeauta
dlgu* cet effet afin u> faire
connatre eus auditeurs lei amelto*
ra ion*> dout la euiure loca'e aat
susceptible et de leur douner des
consoiis utiles leurs rsvaux
Uo chspi re du proju est coosa>
cre la prparation dea an I ras et
msliressea de l eoeeig'iem -nt ro'al,
eu vue da laquelle d-< coira nor
maox saront lustitos dans casque
chafa-luu a srroodiaaameot. Le* pro
feasaors d s^ncoliure seront pr'pe
rsaux coles speeialssd rgnca'turs
V^Lo sutre enamtra importt t corn
prend le aootr6le des colea rurales
qui sers assur psr on corps sp
e al d luspecieur recru es daos des
conditions ttermioaa; uo autrs a
trau aux locaux doonsr ess co
les, etc. e c.
Ce lapide eipoa permet da cooee
voir, ls graoie porte da l'ibavre
entrepteodie, qui est I organisai oo
de t eoeeigoemeoi cli ssiqoe bsa sur
I agriculture. Aucun entra eoatlgne
mem ne aaorait mieux convenir eo
ptyeeo hatien, Isa travaux dea
cbamps. anlpsrtia intgranted*aon
entaoce,aucun aotrs or-st plus pro
pn a laiie de lui on .( i n#oi
de la pro tact on egrteo e *o oo
mot de ls profp^ri oationti.
Usmc ao auire oidredid**, il v
a iiea d re narqer qe* i Krat i
pane maoeoailam-nt lt-eu Mil/
dollars prs pour !>otrei en ose co
les rurales, c eai dira pour on r
soitet I pea prt Bfnif. i exc ijoi
La maison Lope ttivera
Reprsentant de Karton et CFueilter
( Bordeaux)
Afiai sa clientle quelle Uoufffl eu stock Vins Minci /i roufcee
M-'.lll l'.MI.
ch*4eau YquemJinl-au La Tou" |Bl;uiclie, ^ liambilin. beauur
l'oilUIKl il 1C .i
Les V'ds blancs eljrougas en b irique. co npani.veinent a |ieui
quali sont Ils surit livrs avec loui-a les g lanttes de conservaiiou.
La Maison reomraande aussi > sa clientle) un Uil Condense
fi' sa si pn\ lirluni toute con
el v pore danois curenc DaMH D^IIUKS MILK EiPOl
U' >. Copouhagur
Fa Camtole
\ouvelles Ltialifjrej
i
Mort de M. de Frevcinet
PaRIS is- Monsieur de Fieycioet
rsl dcd L'ei'prsident du conseil
qui tsit ig de vi an. etaH depuis
longtemps en msuv.ise sant
l heure d la
chtaine l<*anai*e
La chamb'r d^s d p .t* a*efJ p '
D oc pu 27$ vos co.'re 4SQ en
faveur d: h uie J'. te, ap 11 de rata
dib s au ou s d-sqiel. Monsieir
Poiocsre fat ou ig d mteivsi i; poar
faire triompher l p.ojei.
Une consquence
du trait de Ver
saill
DUSShLUORt- i5--*Jostre fabri
que de teintuies et de produits chi-
miques, dent i une ett pi mi les
plus impoittntes du monde ont t
saisies par les troupe, f oco-b Iges.
La plus g a de f.b iqu- d'auil.as bl
Badeo, \> i de Liww gtb fu, qui
e np'.oc 4?co ouviie s a ao ici fa
biques p es de h ta.toi et les ta
bliasemeats e Kt.le Ihebrub p.es
de W.e-bii oit t o.eu,es pat
es woupes liar tisct slo s que tes
troupes b: ges p.e icot possession
d'one importa lie f*b que i.tue prs
de Cr < f d Ci sb semeots sppsr
tieoaeot.i uo trust aUcmsod et daisat
ls guerre >1 fsbnqusil des matires
explosives et des g i asphyxiaots.
Ao qoaitier-goial franais oo ex
phque que des mesares s'imposaient
psieeque les directeurs devaient, c1-
prs les clause Ju trait de Vsrsail
les. livrer lei p oeaiti chno ques et
les tein'uies sur s its et que depuis
loccops.ioo de la H but ! y .ont
retu.es Les ooviieit allemsod. de
ces fabriques se .ont mis en gif ve
des 1 ainve de ir.o.is et des bei
ges.
Le gouvernement
jtwonain ne donne
ra pa on adh
sion au projet aile
mand
JBEUH is- Le rpon t fi t s
pa las aille Iofl a des *p* at o
o.il fait oali e d n. a m liesa etfl
ciels et su l< uh I d iipo.' q c a
s:u!c vo o-vcite i I A I m gtas s
rii l'cn'u duuc acte ans ie.u i u
po r leur auuoi).<-i que pu q >c qie
le Reuh eat pour aiust duc mcapa
ble de faire aucune pio^ositioo coo
crte et pr:ie ; elle consent sans r
serve permecre aus conomistes
internationaux de d.ermmer ses ob.i
gtions.
La rponse du goiveroerueni |spo
nais la rcente off s dea rparti o 11
allemandes se remue aupndiiui
au m il.ne des stfairei rangercs
slirman Bl e d 1 -cr |e'A au e do
total meot ooo d.-i modahlis de
paiement proposes ci des ger nties
Ofterics, '.e guuvcinrrnrr t | po )SIS
trouve impouib.e de donner sou
adbsioo au piO|ct al e nand.
Les relations ntre
fAngleterre et li
LiUie ne seront
pas rompues im
mdiate ment
.JLONJKk is- l>'aprs les dclara
lions (ires par l gouverntmeat de
la Cbtmbrcdes Communes, il o'y
surs p. ic rupture immd aie eolrc
lAn^rtire et la Russie el les ogo
cia ko comme n e.oi.i pai lioter n
d.ane d k . me An-i d- pri-net
Ht te U< commuoiqu'r
avec le gouveruem-n cou, la
limre baer J>a- i olnmitum binsn
D.que aus ^.O tH SCla ra cno.b'.it
rcsQ. p o oogec.
; t gouvernement
bt tannitine et l*E
lut libre (rIrlande
A la Juite de la dcision de U
chsmbre dr rd o-.ernant le :as
de Obrien, le gouvernemeat bntaa
niqoe dersnl i : B'al L-be dlr
land- ie .-rvovr en Arglelerre tous
ler< irlas lais dports ea
"Irlirde u
Le bru t a conru que Monsiear ni
nar L-w allait ieoufr Londres v
nsnt de Saisi! ri m dit que cette
dci-io-i Ht la coosfqueoce de la si
tua ion dilficill dans laquelle se trou
ve le ministre ; tes dportation
dont il est question -ersieot contrai
tes s la 'oi et Monsieur Bridgmto,
ccrla re de l'intrieur aurait offert
sa dm ssion qui n'aurait pai't s:
cepte.
De bmidiia chinois im
, Mii;;i|ouvfraf in^iit
CHNGHM IS-A moins que les
reprsentants ilip.omsnques en Chi
ne ne giraniissent ce io : que le gou
vernement chu os obaeinTi toutes
les conditions imposes par les ban
d ts cb non dms les .olliues de Chsn
toung, tous les p isonniers trangers
seionl tu. Cest le p re Le n fers
ail a c >t r t avec les bandits dinsn
ch q ai a nppo' cette nouvelle sa
consul amricain de '-inch ng.
Les pfteC pales 'ijjiiea
de et ii' -i Itf cbi
u.- > a>< ro ii ^ufiiei
df ce oian p' a-iHei g^st f MllI'C
ion ,laa bsjsjUaaeat at fjula a.* AJC>d ViUUl -^
ea.
WASIl.N ION i Lr- Co.pi
diplom. q je i'ckiu a demand
ue u gouvernement chinois prenne
es mesutes immdiates poar faire
gardei les priocipaua chemins de fer
el paiticulicir n. al Ih lignes Tieut*
sin. foukow et PkioHsokon.
J
Cbar, a BuUCttUlaUU
A Seivra |
NhvV VWRk \s fttmc > oj
aie.-nog 4 *,
L nrrestaiion I un coin
pllce Jr> rssiH.Mu;it
le Vorofky
LAU i MMH I/- I PJ >^e JiM
a ar P.ul PolOOQiOt, secrtaire
de l'i io i l< iogi Jse soui
le rsume a ie, s'>u ac:uatioo
d'av. i U l 1 isaassiual de Vo
lov ky H v*f,; '
cu i de Voiov
ky \ H Lsaisa i ui un ws
gju v'- -t i P-'1 *C poiuit
SS lu.iJeui*
Ab ems.qui s t b ess par ag es
seur de V'orokky, a insist puur se
:ompagaer les restes de ce dernier
titrede piotestatioa polinque.Ahrenu
s t iransport dans le traio sui une
ci* : cl sera a.comp.ga |jsqu
Bc'l o pr une ^.arde-malade aaiaeej
Les alli el les Vans
l .i c utile ue con liatieo
de la pari ici ail es cr dea ulCS, par
toi c de la deteirnioalioQ de hter
les trsv.es de la confrence a ea
pcar reeltet M pro/-s si marqu
les allis ont snaoec qaa les
gus tu.en sur le po nt de tom
b r .co i %J' loues 1rs qa-slioai
cooomiiucs da t:x;: i':x:ep(ioa
ei ait.des ^ui usiteot aes eoasH
siens qui seront d'icuUes olse^
dimmsat Ao|Ofj|


Lt <(1iii4


&ammtmv&#HMHmmmmmmm
t
Une gariBOQ a Bordeaux -' Au
cour du passage l'or.leaoi, ea
Novembre dernier, de I' nelgne *eli
que de S int Franc >ia Xver,rela e
l'aquitaine. \p bras du Sam' fut port
ie 10 Move ob-e an visitt ou pour y e ta vrtnr '.ne
nuit. La reiiq ie f 't '>rA8->ate pfo*
eessi mu lem ot xui Sos >rs mala if
t l'iufJ in-rM L'Hid-< l'une dlies.
Sueurs C aude-Snnolici9Qoe Maillo
ch'JD, tren-e ans enviro, atteinte de
tube culose grave tait confiera
ton aie '^cp -Mf. La malade p oa
va d suite uue vij'eote crise de
soar'ttoQCP, l'ui-t retrouva le calma,
dormit pai- h lu-ut le raste ds la
nutt.put se Itver le lendemain matin
oe ressentant aucune d xileur. b. la
jouit dapms d'uue sant p.rfaiie
pr-nd d poids et va tue aux tra
vaux de 1 CMuoiunsut
Une mu'ih g irisoo Pari. Oq
sigaale d autre pari BQ sutre giart
soc qui e'est pr jd ndii e t* 19 novembre. Lu retgeuse dont il
'agit aupartiaot la o n n inau A
des Auijutiines du S tcr-'Zoeur de
Maria ue >% rue de la suite Ella
ioufirait depuis trois tus duu u ce
re 'e I -tu n>ic et hirgane malade
a't.l', lias! que le pancratdplac
d 10 a ntimties Depuis m mo i da
mars iV&l, ie foie ue f > icion plas ec ia malade oe pouvait plus
gar 1er de nooiriure si bien quelle
avitt dj "14 klos? aC le ait
aoosidr e comme perd je tonne
lui donnait plus que quelque mois
de vie Ou f-sisait une oeuvaioa 4
Dotre-Diine de Ljniea- Oi dcida
d'iuvoqoer aussi 6a ot Franois Xa
vier, dont la reiiqje tait expose,
au cours du luduuin. L- 19 au soir,
la m.mao de Is malade vint prendre
des nouvelles da sa Qlle.Elle a avait
jamais tant souffert.
Or, tou oup, vers 9 h. 1j'2 da
so r, lors que la re'i |ue arrivait a
I la gare de Lyon p mr regagner
Rotin, en pa-atui psr Lyon, lama
tade issaeuti; un bien tre et un
apptit qu'aile n,avait pas ^prjuvs
depuis longtemps, Elle passa uue
duu exceiieo e, mangea le leade
main, et digra sans souffrance des
aliments qui trairaient gure couve
au uq estomac detiuat, et depus,
alla mne Is vie ordiuare u uue toii
gieue nospiuure. 1 .'.Mo mac a re
pria sa place normale, la gurie
regagna rapidement soo oda.Njus
auregistrous la fait eu la saaot 1 E
glise le e-j.n de qualifier cette giri
son de miraculeuse si elle, le joga
bou.,
Lu , miraculeuse de Toulouse
Quant a bue .r M ne ie is Pr'im
tatiou, gi u. hu couvent ai le Loin
passion 1 Tjjouh; /Voir M Peierin
du 1O dieu.Lu/eiie ouum a d aller
trs bien, et ut ua r.vons le pla'sir de
publier u'ciia un- meilleur pbinigra
|>blU| pi e le H lf>e.uDit \H22 Une
enqu e eau 'nique etu lie cettd gu
riaaou ai i-tiecai,ie dur la reli
que de Si Franois Xavier. Nous
avons sou tes y dical du D Faul Cbattoi.e dtail
laot |es graves symptmes d la ma
ladie, et coniiniiiiit 00e paralysie
pamodique d online potnque et
ulcre de l'es omac. puis constatant
la gurison. il termine la 1er deem
bre son cettilieu psr ces mots ; les
troubles gastriques, U pars ly aie et
les douleure uout is disparition
avait t cooetstee le 15 novembre,
nont pas reup^.uu, La Sur fidane
da la Prsentation n'a cea de sali
manier au legime du couvent, de
aireuLr. de mener la mme via qos
aaa compagnes, debout tout le j mr,
sans accuser de fatigue anormale.
L'anmie s'attnue rapidement ; elle
engraisse maokMetnent.
Depuis la oert.ilca. du 1er dcam
bre< i'auiuie a disparu.
Vrsuneor. Saint Krangiia Xavier
a mai que as vaous eo Francs psr
dea aveura exceptionnelles-
Nestor t iiu
Lt tailleur Oit*- cou m 1 i/U' -iw ta
nombrtutt clttaUle qat dt retour dt
l'Strangtr, J <"' u a '"f"***' m
pour touut torlot lit trautaax rltv*nl
dt ta proftttton.
Sain, kltjja'^ct. prjmfHtuIt,
But dtt \tira:lt prit du timrtttu du
Journal *L t> Faibles, Anmiques,
Convalescents
vous retrouverez les forces perdues en prenant
UEMULSION SCOTT
aliment tonique par excellence, et trs facilement
assimilable, proprit qui la recommande aux estomacs
leo*plus dlicats.
-r* -.-.' .. -.,.. .;.:, ..
taanoa du 16 Mai 1923
A sa saoce du 16 Mai courant
commence t h-ures moins ci 4
de l'ap m di la Commss no a ren
du sa dAcuioa sur les rclamations
luivartes :
lo Afla r- F i:h', Le r:Umaak. a
prsent un h >n rvo'ut onaiire de
Dvilratr I'holore de 6.oo gour
des, mais il se > ve l'examen mi
nukieox du documeut qo il y a u ie
sur.hiTK* tant tn h 11 e qu'en let r:
et que li va'eur *tnt p'u't de six
cea's giutlts E1 consquence le
boa sera icUi nul et restera dais
les archives de la Rpublique.
?o \fture Nj 26 intrchuite pa
L'uriston Laroch'. Il est dcid que
l E at drlitti paiera su craaci:r ui
mois d: loyers de sa maisoa qii
avait servi comm" pala s de la Pr ;i
den:e, lequel mois s levait aux cou
ditions d'an bail i 400 do Un- Con
ditioos ds ptiemeat 1-o dollars en
cash et joo dollars en Ti re Strie B
i Aflaire SynourDujo.it. Li
Commission a dcid dans le seai
des conclusions du Coaieil qui svai
demand de rejeter en plu grande
partie la crance pour cinq cents cos
tmes militaires qae iBtat a m f
en demeure d'accepter par dcision
judiciaire Isioniamntnt a piyei cinq
mi le gourde*,mo .tin* 1e aficta-e.
et cinq cents goaides comme domms
ges et intrts.
Les coitumes ayant t vols, l S
ai ne paiera que le< ,oi gourdes et
las frais ds procdure slevaot a 83
gourdes et ceit mes l Eut paiera
donc or_67 07 ea cash et 50 dollars
70 eu titre srie B.
i j A&aire Antoine Pierre Paul con
S'stant en une crtac de tiente
mil e gmr le de feuilles d appo nie
ment dive s. Le eeisionasire di
aucuae preuve I faire, mau il doit
ilo'i >er a I ttat notification du tiaas
(ett du o liant de ces feuilles qui lui
a tt Lit La Commission ttasOTi
sa dcuioo sur ie tond de l'afl ne.
Ensuite e.le s p de i'flaire de py ie introduits par
Mr lo.-eph Ci rliaid- ilaluuoe
lettre de l'Ingnieur Hermson Doret
qu s'excnse de ne pouvoir se mettre
i Is disposition de la Commission
rour l'esttm lion du pyiae traaspor
t de la Place Qe aid la propnt
o ss tiouva.t le palais de la PriS
dence. La Commis ton a dit que I *x
cuse n est pas ges et que l'iog ;
nieur Dots sms a se prs:uier u
saacc suivaale, s nea U procdure
in roaint son cas sers appliqus
contre lui.
5o Affaire No lt, iniro lune par
Mme Vve be.tm. de nationalit Iran
vaiae, et reprsents par sis Bausraa.
Sur I obseivstton du prsident Ab .
Lger, le mandataire a fait la dclara
tion qui set* annexe an mmoire
dpos, qne sa cliente secepts la corn
position ds Is Commission, talli
quelle est en l'absence du Reprsen
tant fiaacais.
Ka 1914, l'arrive de Davilmar
Thodore, Mme Beitin a vendu son
salon et ses mtubies pour remplacr
ceux dout le a a > at u djouui
peoJ f. 1 |j heate u est
p*s uy.'t |uaqu 1 preaaai.
M. C ristga -. ... i.r Ju C >j
\erae i.en | tall rf uarquer que Jau*
eue ailaiis .e 'cH pu 1 al qui es
le ueo.ieur, mais b eu ia timili:
Th odoie. Uioi ne devient crfaa
cier de Ifcut que sa adjadicat.oa el
par acte at estant que la liv sison
des fournitures ou objets qaelcoi
eues a *U etaue sa Magasin d;
l'Etat. Rien de c'a u'a t fait. Corn
me preuve, la fille de M nsiear Dell
oois, arcien Minist e des Finances
soas le Gonvernetieat da mne Pr
sident Davil nar Thlod ;, pr's*ote
un reu non da et sic de Mme
D lestsn G'0i?'sv de V G^mat et
ic Giraidin Thodore, trois nem
qui ne d sent pas que la p ce s t
dlivre par des g*at. otflie'a
" lt n'est que qiatre mois aps
l'installation da Giaveraeneat que
le Ministre di l'intrieur eavo e i son
Collgue des Finances le pe de
M ne V/e B*rtia, hait reus de dix
nv'le gourdes de Irsis de po'ie poir
ordoa-'an e de paiemsat de 80000
gourde*, mintant de la valeur des
meub' s veudus e> des (tais de bois
sons fournies ponr rception e. am
nage ne-u du rouviu palais Aa
non du Conseil, M* Co vingion a
maintenu que ce n'est p?s 1 ta- le
dbiteur, mais b en la famille Tai >
dore-
A cela l'avo:af adverse a rpliqu
et a dit que la Commis-ioi doit te
nir compte des cucoo tait au o'us pres<. Qj il y a des t
moin. Uae M- Gole'foy a secom
pago 'e tiacspori et MM Edmond
Po'ynice, Commandin* d arroadiss;
m at, et Bouch-r an, a'ficicr de s:r
vie > ont sssist au dmarque neat
des meub'ts la Caserne Deisalines
ebo ste pour tre le palais de la Prl
sidenc*.
A cela, le Prsident Abel Lger a
fsit noter les noms des 'moios et a
fai1 expliquer su mandatai e, pour
Pin elligence de >es deux collgues
de a Cojjmission, comment les Ca
ternes de Dessal. .es taient deve
1 i.es la rsidence du successeur dO
re e Zamor Ce que le requrant a
fa en iplquan que c'tait pour ne
pa habiter la mme maison que son
rival poi ique
Et 1 orateur at imtn sa df-nse,
en dtsmt que I s but bons d 0 don
nan.e de 1 >,ooo gourles h cui oak
t urs de la Lganon dr France o
ils ont t dposes pour des rclama
ion. diplomattquss.aj's des dmar
hes vataet effec ues aupi< du Gou
veroe-neat de V lb un Goillsame
CjUi. en peu de m >is, avai. pris la
sai e des affaires de Etar.
La Commission dcidera altrieu
remeoi
Aaf'a re No 5S introJai!e par Mr
Hxan Chiuvet ncio Coos 1 . 1
rai et Chug dAfn.es Hani l
Amsteidam. Le r: aminc a tour 1
lui-mme des expuation. ur le
trois points de sa crance.Le Co iseil
du Gouveiacm.'nt reprsen par Me
Mortas. maintieai que l'Etat ne doit
qu'un mois d'appointements et sept
louts. Que les frais de dplacement
sont as, mme qu'i sa nomination
l'ancien Coasul Giaral se troatau
en h'urope. Pans a tant pa. le liea
de la rsidence dn Consuls Gnral.
O 1 en t ou m: bateaa, itnme s ils taient allous,
revieadraieat au ioi-ant, milgt
que le rclamant a dA pav*r des
trais de locatioa d'ua appariem: t
ponr ie bureau du Consulat ci d.-.
app .internent* i u* emp 07e
f. > fa'iao tat des 09, on pri
isjtfcsa pt. e aaitiet 1 *es
Cj n nis*ioj it a . i.ii.iu.e n ot.
P'Ji ne- a plaai, a aeaa
Ce a I ever.
L* paWsc e .e at a uerce oot av
ses que panda M mon abetoc-, Ma :
sieur V.uccnt D.misai aura ma pro
co ration garalr.
Poil aa Prince, ta Mai raaj.
La fte de l'Unlrersit
Comme sui e a nos inforatioa 1 Iasp:ctioa
Scolaire de Port-au prince vieni de pa$er dei
Circulaire tous le ehrf d'Iojiitutioo leur de-
mandant d'envoyer la lte de 1 Univerii outre
leur (lonnel irai une d lgation de cinq lve
si'ji.emin't par >abli*e Cette mesure a t prise sa vue d'viter tout
encombrement.
Voi l'intressant programme de cette solen-
nit ;
PROGRAMME
1re Partie
I La Dessalinienne. Or thtre du Lyce
Pt"'C
II Allocution du Secrtaire d Eut de l'Ins-
truction publique
III La Reiaissance, Mazurka Orche'tre da
Saint Louis de Gonzigue
IV La Douleur de deui microbes ( Co nd t
enfantine )
PER JONNA.GBS (lves de St Joseph dt Cluny
Lioa lijrescher, Chistiane Sanchez,
V c |e vais tre parrain ( More ogue dit par
Mlle Olga Se xa, de Cotre >)a oe lu Sie< CceiiV
VI L bbo.us.anie, Mazarlci, solo ie sUrisaoS
Orchcs rt du Lyce
VII Itacine Port Koyal f S prjp^s en t a te
pn Auge de Lissus
PERSQSN VGfiS ; ( lves du b oiaire )
Nicole, 70 ans a*". Jeanion
Aroauld, 6o ans A. Migloire
Racine, 16 ans R N.dal
VIII La Sriaade de S.hubbri, raoraeau de
concert U.oh tmt Partie
I Co'omb, posie dite par LojisHill, du Ly-
ce r'tion
II Mosaque sur Faust Orchestre de Saint-
Louis de Gonz igue
III Mitin de printemps, posie d'Ida haubert,
dit: par Mlle Liai Ndllery es l'Ecole Normale
IV Au revoir elb cbestre de Saint Louis de Gonzague
V Malade imaginaire de Mo.ire
1-1R&ONNAGBS i lves de l'Ecole Normal.
Argan Mile M"celle Mayard
Toi nette ,. Ma y et te Alhen
Anglique j',' Flora Hudicourt
Bellio Andre Uetlande
Le Notaire '' Jeanine Antelme
VI Cmur linal. jscass et Rossignols, rar
W MoTe.u elv.s de St Joseph de Uuny
VU La Dtssalinieaos Orchestre du Lyce
fiion
V. S9 Navy ftews
15 Mai
Les ltals-Uniset le rglement des
frais d'occupation
VA9HINGTOS La connance des officie'
de Washington dans un ace l J saintaisaut au su
jet du rcmoourse uent des il u do^jpat.oa de
l'vriaec Amri.aine n\st y eb an.i .u .tare
les ditncuits coot auell.s liulcve* i u coif-
tence de r-aii.
H$ni Moine tu, gagiant du grand
Prix de l'aro club de t rance
PAR > Kea aaasaaa, ancien amateur mi-
litaire iran^ais a gagn e ijraod Hr.x de l Aero
Club de Fiance pour lejaci avaient coocour.i des
bal.o.is sphri^oes de dimensions diverse. U a
couvert 147 *l' SB lias.
Lt- HsiiifrgirniinniiBsi eitpemmis
ta tur te >ori de* trangers c>
turs uar les bat U t cnm m
N ue (ssi.n.ire a. .at u.ii |
mlo.iut le ^4,.ineat d but qj au.a.i SWajBl
'*' co*ore ** *c aau et -e40.ii.Dis tune
ica aavasttai ..uu.kj ci l.s ieaj;rs de D.naus
au.u| t du ie..cu..nco; de. ,>u,juaicr anin-
-aiu. et d jirji aaluaaiue g^e uuiistrc i|jjie
que acioai ita 1.1J ..i.oji 11 *. peut ^uc .< a .utun- trament indanaimtat
JJts voleurs vles
PEKIN 4v;c K coatcattaent du gou ver-
netsxjM la uioi.ua Se coanunca.ion Wu juht
et M gnral |ajg lnh oai prcde a l'aritstitioo
Set Madit -o a ae oisgtt afii d o-itair le reU-
.heiBtat des captorta tiaige 1.
Mort d'un millionnaire
ME'JriNH lieotgt iay \Joilt, Bnaacier
amiiicam, malade depuis autls,ue> temps c M d-
ssaa
Uarj/iH en Mme
3USwivl J mc.ac.es -e la^fenlar-
*trie ...n mh jat atHariS .< ua.o a tatSl
a >aaaj... . m j,.,.^.^ Utmtttaim
*"k"'^,'"A Hi o^JaaieatJcu r
.*.. 1JJt ^. ^M -M- m(u u<9 M
let.a.j pcnaaot quesact acure. bottai lit
<> qai ae uouvaicM daa le
"u ar JJ;t. par de* la.mt caioou ta oai cj
r^asoa.
> ic:raacix> 4>m ,, ajoaaatajaa S-
Lanw*.a\ ju us se^ettreat tet jtii"'"T-."
geci wp^itea: oac WtaMf ptiailit fea^rtr
-am aar.4 Jet euaagar. rttsdtas 'Jm* uaa-
Hui avaacat aajaat ue T'iat acai Sa__tnaiir
Se Wnn|Bi -r*im tt as..'
Conseil d'E&t
aCest it Dateur Arthur Lescouieur, rapor^
teur de la Section de lins ruction Publt.a; et de
l'Agriculture du Conseil d'Ewt, qui a lu le rapport
la sance d hier concluant, avec tuelques modi-
fication, ladopton du projet de Contrat tur
les Ananas.
Comme nous l'avons dii dit, ce rapport, sera
distribu pour tre diKut S la tano* de lundi.
HBBiBBTBaaB"""i^aBBBT^BaaBam
Un mur dangereux
^On nou* signale que le mur en roaonaerie
qui lerone I ancienne proprit de Mademoiselle
Amlie Riv re au Bois Verna censtitue un vri,
table danger pour le pissants. Il Importe que
cttie clture soit rpare ou dmolie le plus tt,
car le mur tient peine ea peut cder d'ua ma-
rnent l'autre. Pour ne pas avoir a dplorer des
iccidents graves, nous pensons que le tait une
lois signal, on s'empressera de faire le nces-
aabci ^^^^^^
Double aan.Yirji.re
jLs couleurs dea lga'iona et uon
sulaU flottent aujourdboi pour f.er
on do jo e anniversaire : la 37e an-
De de S. M Aipbouse XIII roi d'a
pagne; et la CooBt.intioa d.i royau
ni) de Norvge. __
4tmmitam*utL#mmmama%^*l*amm >
Prtre iIonnnuaioB
Ce matin balle mes e de premiie
communion la Catbdtale Plus de
aoo enfants te sons approchs de la
Sainte Tab'e.
Une messe? oas:e a ' dite ds 7
heures do math, y officiait le Rve
rend Pre Jao, Vicaire Gnial qui a
tait le sermon de circonstance.
La Con fi matioa a t doone par
le pre Jaa, d'aprs oae autorisation
du Pape lue au prne de la me>re.
Cet aprs midi i 4 k ures les corn
munia is pto.esttonneront par "les
rues Fronts Fores, du CentreJ et
Roui.
[ 1
(jt;a Jiiurvjue de Ubr
qae^amricaioe) en
Turquie
Les droits de m rques ds f amer cames ont t favonblement
affe te par la dcision des turcs d ad
mettre les rclamations amricainea
et anglaise pourvu que les d.en
teues de marques de fabrique prc
demment enregistres par Tanaen
gouvernement de Constantisoplc, le
soient de nouveau auprs du goam
B:mnt d'Angora.
L'Exooiition du
1er taii Je r nie
Elle a rasi pleiiamsat. Les tra-
vaux de dames ont t particulire*
mat remarques pour 1; fini avs:
lequel ils ont t coafectioins Niai
svoas vraiment des doigts mervail-
leua dl nous, mais milheurejse
mat, il ay a qu uo seul g ire eu'.ti
v : la broiene. Ce q ai exoltque la
raret des conmaaies et U midici
de leur cot, quand on dugae les
faire.
A la se:to 1 agricole, aojs avons
vu avec plaisir $A n neu a/ec ippi
lit les superb-s Igaaaiei (q u 01' d 1
faire vsair l'eau i la bouchi de plu
d'uiO Ces vivres seraient ea:ir
plus viluun :n, l'tatt ce ,1a ,s-
chres^e ie ci derniers temai! U n'y
a pas ai de buaa: et gu e de pa-
lates,
Uuaut ,iai b;sliui je fftdflii
ne pis ea pa'er di tajt Disoistou
letois q k q idq ae va h oit M di
gnes i a tant oa. S aoos neui psr
me taas ie dot ier m coa.e 1 a ces
esaosins, :e?i Jei cea> d. ae pas
dei;ei;re en vi au*c des :aeviux
ar .. s l4U0tes.PaisH lUils n m
Meadrt/ Ui ue dur exb ber qae
de b.aia proiaits d.evsge...
Naus nous ea voj.naai de passer
83us silence -es p-igi s en jti le de
Moaseur Ht 01 Petit 6it, iei sta
luettes d. Moasieur |eaa Luaq jejea
travaut dcbrirne de VlVl. Hsari
r-aoener et Cbanj Lassgue, et taot
d'autres encore qu'il faut citer.
Lm nqaoristeries n'ont presque rieo
produit de nouveau Coeadant. il
faut parler d: n La Fuis:tte a cita
liaa du pharm;,:iea bien coaai et s.
est mi de la popuianoa : le proii
sear T C B a us. Vra.m.at 01 a
fait.. UaaisMissati *e liqueur.
et a ses sirops.
^ous e.p oat qie la pro:hsii?
fo-. ce s: a n.eui Das meilirares pri
es dsi;:u agemeat seront dur
n:s aux m.uaaij.
Sj% cbaieareurei llicitatioas aa
Prfet. Moaeiear A. M. Me.ceroo i
came des ertorti quu s'ast donns
ponr la pleine teussiK de la (t
U Pttit Kaittm ,


LB M. 1IH
f
"i
Pour guris ou viter
* MIC44INCS CONSTiPATiC*
CONGb..ONS tfOURO.-kVf
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de> prendre
& l'un, do vos rep .3
tous les deux jours sentiment
une Pilule du D'Msut
147, me du Faub' St- Denis. Paris
Mais il faut exiger ie v <; ^ablos
qui sont tout fa:t Manche*
t ur chacun: ecq-.-!l-s ie mois *
DEHAUT A PARIS
ont ti-ei iidSItir.rnt iiprim n MP M
ffp te Prsident Borno^
aux atrliersi'de
M- Panta on Guilbaud
3Cc midi le risidrnt de a Repu
biiqie, atcorrpfgc de Mr Fombruo,
stettaire d fc'at de I Imiieor, a vin
t les ateliers de la Fabrique Hatien
ce dr Tabac dort le propritaire es
ni Ire sympahioue ami Paotalo'
Goibaud. Le Prsident Eorno e t
;o:ti eoebam de la tenue de l'atelier
et a promis de loi (aire eue nouvelle
visite sitt la mise tn activit de Is
g ande trscbiDe DOBvellement arii-
ve et dcomtilc La Rpublique >.
Lu FiliitS

1
"..Qu'on n'oub .e pss qcec'istde
ma 10 qu'iUia luu Fansuca 11 ie
lepistntation de 1 hilarante comdie
de M; G Augustin de la Reoaissao
net . C'est ote bonne joite en
petsreclive.
hotre Gle *oo
t te de l Alliancefranais^
Sur demande gnrale, la balle
lte de rVllllDce franaise aura lie j
Samedi soir, 10 Mai a 7 heuree 1(2.
U y aura cinma, dialogues
(Uants, tableau du bcher de Jean
1 e d'Arc Entr : il got de.
IrtJte sunylante
Ad cota d'une qutithe entre lei
LOttiutb Tt b.oou tt Merci, bao
tti ictus teca laiteile .Jaunies.
Il Ilercl Llttsa sot* ttimrf ne ai
vittfce et util couotde ravoir.
On cttit que celle acnv pou
lettois tu Le a. tue, que iea aaver
tairea tuindent toshtder ai'pare
rueni senti
CwvocatloD des
phsrmsciens
Les |JimiefW, projti/tairfi de
jhtitnacte et mn jtopttelaite/ de
jhatn.cit >tSU pris de . >4*' r le
J imat.cl.e fG Mai et au inal del
fimrn.ocit j"ur- 01, a Vjuuret pr/itsai
du matin
ZlLul ae : tel ni n. H/(rgr.niiOt>on
au SynU ans i>/m marit ")
le;- *i >ti du fctrl uicat
.Y i-tAlbLL
Alis
l'irrrrce o riolic et se Ctu-
ntue en priitolicr qie j eretnt
3 ce ibifcct Midir e D. Anercio
est iksrge Ce n s j'ccu'. en in
taie.
rcrOolPiittr, ;iija Mai 19= '
Sign: DVSCLMIO
T^L OrConn6t ACo
Ladres
Sent sclieteora de Miel d'tttilles
ta rsye t de Satcto Dcmic|o;aa
creve r :
; JllfSCNLDLL
Grand Htel e Fiai ce
port au rriBeen^ataiiQ
La maison H. Silvera
Se fan le rlax&ir annoncer ses aimables clients quele virnt de
ita voit jar if aVft'ers steanurs les articles jurants :
Chapeau ce ;;nl t latte fin r Iti ie
Ihsptiti lilue ri p r tara ( Pcisaliro )
l baptaai te laine d lfaie, deri lie mode
Pa ftettcii Ai g giis is;urtiear
K k iakM 11 vin sre'ais sep.
Ditl U. iol blscc t* g tis
Aip^ga t tit snpntu
0 gatd-e b:cd suprieur ()
Totem de un iculeor peut henme<
Chaissitus reni r hct., fonds b'ncs tt ccoUu1? si je iiuies
Voile coultu', gisndts banes, dtrn e rou^tail
Voit banc & loiitui de (cites quitts
Bss scie
Bas i jout dta.,-. oie
btaLCs Rideat 1 pcar pcrte<
S 'gt ion & b eu n aiiu ttir hcremts, acg'ais
u .pliait Ltn lantieci
v'c.U dIsimbc sigltia
lieu us c to feue, blao.he il oihur
1 tt ccu (i : . blanc srg ais
Dnil Tu. ot
Kk, u ii 1 ri'piirur
Utill C 0 on BUr c a gisis supritur, tt". e'c
fo \ue del men s>i>or, Is Ma 00 II SILVi-'Ra, pottr p'si"
es 1 cabutx ; nbt, ni I is*i lestait ! ci ft^v\ i dr pm tirer t f
.1 1 n t ni itiibiu t e I le ni dei ne fatan snte la '! te im^lif qo';oi ne
u it mutici Jt la place nt p tt leur cil.irde pani's a i:lat aneilWm
aie
Vrifi*!, Mtdrmf, Messiter, Is>Iti?cn H 5UVERA, peer
t s m rUtUl fl \(o sein iaiistsitt i i< peu de (tais.
Relejx z een
Uo Q' .' de lotit proni> o h--' e m s t] I ,r' '
d^litl^ i * t'i l.ti's c 1h I- v < ii r^ J i* QU * ?M*
eau n ;i i Ici r rsounc fragil i *l "
iXeit i af Angfo-Siv?* ^vf n#l
Mi k cS,% Uo, l'oua oij < /e...^
laits ConJeued Nutti & EigH
qui conrie3B0QI me veille tuv 81 I mis et re npU\Mti araolitni
meol tt Mil p ir vsch ) i dirfleil : se oroiuier p r Mi tempi-:i.
F.\ ! i ehi riiDQVijt C^n. t'oil, '.>;>' m*** a h
S it tf Coec, et^.
En gros ehs .
t* Preetxmarn- \QQKMM* M
Rue du QuaUOil
Viennent d'arriver
C/*i eaux feutre Duisalmo
Lhvpttax raille Inn d'Italie
t laxt.e dernire mode
ut jkHiftrfi dfcuhveri* Virni* $
janm h pour h mimes et dame*,
/I. des irix tn rente chex 19. BALLOM /il*
Rie Fa x 120 ?o rVir.ifiDre

Pharmacie F. Sjouru
Donne aria I r'i.i lli aux mdecin c\ ;u pul 'ic quJtiU i
tri mirni su>n Laboraolr- IUrologie en tn UfcfiH"
bilnfif .ippliqnA sous la hir n du
/Jr fllOOt el I Sjourn
Le laboratoire es" ouve.t loti lei jourf di 7 lies lu tmlin *
furMda s^lr pour louiee lei recherche et inlyn ptwtmm dir*
l'annonce ci joiute s^ul pour le
Wns8i"lole
Sir* nt reues que If mu li il chiquseinain.
S'adrefc-'r ia Phtrmncit poailes renselgae^eutr
Inilfos l'u-ities eiSi* RUtri \ i ,
Keaciioti le Wass-nnanu
Hlaciiod de Tnboulet,
El imi'ti ilu sany e' du poi
l:iiu't! d s iPtiJfei l-'ealea
l'ianifii do erahit
^11 iiivino rntuv
'Di'S'un'e l>M9Yfflisre
Hrxhtrch: ,h Hnirokm tt Co de n>
JC^r.
m&
n
(Iode et Tanin)
A ta rois Tonique et Dpuratif-
?nimie Faiblesse ficttill
Croinance &sa Enfanta
Glandes Scrofule
Formation dts Jeune: Filles
Ualadies di Poitrine
mimvp^k.remplace aoantageusement
rNIILE o* FOIE fl MORUE
r eau a a a m.s a e fa . .oi -a.i
fmperitil Consolidialed
Comuauy
Suer, r*e f. A Csrs 10 * I. r ,r i9r 4
i t c'a Srrcl KBW-YORK USA
Cuir* *>! peaux
S tir #! Sa' " '' i "' ' '
KOBIIII Kil) KIX CM] I WDESeii
i in*t. h ri ( ottii iwdes
.'[< di Us hI m lati i;i s
((i o llANSHMb,
Ag ni Bsclie t pi ur Mail Pott-ta Ptitte
Avis ( ninneml
w ,^i'0tne ? / wiwe 1
Par sac. * par marmites
thez EUE SI A Kl ME
J*W Hu Hpvbliraine
Vbnama Railtoad
Sieamship Line
.Bureau de l Aient Gmerul
l'erl-aa l'tmce ie 10 Mai if*23
BILIKIIS *o .
* Le S Can.VNC. Gorya. *i aitatsdu
a# fort au Prime et Stw )ork U
lundi 21 Mai lira avec..
><*/ lisssBM de lfatc>iandta#t
.Sfa e ietirea
PanaasNSi
tt partira dans //rramttlt 4u mms
ur f -,ur Lrutbal, Iml tone Ar
liSMStf.
iwnl tenrml
Cabinet
df Ma Abet Thiard
jttaaal
.ai,, Atenae Gtgoite
I oit-aa-Pneu
Cooaultations il)
Ht Abet Thari
Barriater al Law
'^Trench & Eogliala spekeo
3| 'r.mirg op of conirscis, igre
Otr'i, rie
o Wctier cf tcpaid otbirI a*i Il
Fegitiicr c jawnla & Uac'e^akf
Iiattlatioa.
t j j 7. Aeaae Grgei re ;"
fort sa Ptiocc (H AtTI)
Olbce bonis, s I
TheChaiksii.iJ-rtw;PaiiCoa)pa}
Erooklj Ntw-York
S v.n.t on1 i voira maison >n al nata/
v m d*eir'/. '! e enta a '?ors rtu iqaraj
Ptunia* |.r les lilm ' d '' r*a a^prtsttse
v i, imt r r,T. m" --<" rour lei traftatM
( -'>nucees
Y. ia sonsi rv re *it.
w ? ., ou' ' m titras,
I rr)'r.' |, . (ji.V-ms -1
i bacaa i BU "a
Tfce^Chas H. Bpjw.i Paint Ci B-n:kfl?lY*
f>o Jvtntmm '
' ijenl Krrlusif plT flti
vu di la f MMa

T
*


. i MAT1
GLO'BOL
fortifie
Un mets de maladie abrge
Votre Vie d'une anne. Le
GLO'BOL permet d'ViUr
les maladies en augmen-
tant la fore dm rsistance
de l'organisme
ftpvlMOMDt erre
ConirilMMBOt
Neurasthnie
Ple couleur
Sur m nage
tUeurede OLOBOS
wrmeete la torse ne-
tcuM et rend eux eerfc
rajeunie toute leer ene-
fie, leur ouplessai et leur
vlfueiir.
' "
i

-
n
A '-?i.
^
C *'# ee* < ! et ' PMtoMe vM4#er
L'OPINION MBDIALB
Je puis sfnrmer eue le Ole-
beol ebrtae notablement la
oonva>ence. et cela expli-
qua aisment. Mala. (loua n-
qom fenerale.on peut dire eu'Il
r*preote le apiotuaue par
exeensnc'de toute maladie de
uwtgupur Ceet un tonique de
premier ordre qui. eotdraJfs-
ment au excitante habitue*,
manifeste une aetten relle.
meot U et persistante. Il
abrge la convaleeeetwa et
MitD>. por aine* cai. la
(pree de vivre, dont tout le
secret rtakJe, ne* roe*
to, dent le soutien de oor>
dliooe essentiellea de resto
Ceet pourquoi nouai fj
rivons les cures de Otobeol
a te plupart sa nos maladie.
Ci m&Ucstioa ne rencoo-
t aunuae oontre-lndlea-
Mon et penneltant un* lutte
elflcAoe contra la dch*tKe
rtmalojfauiue
10' Etienne CauoeKU,
Anoten Interne a Parla.
Etant ChaMsIn. t, me de
Vatenciesnee, PejnX et'tout
*eratee. .
la
Si,
rj
S

_
Atuiiaut tt uuudi Agents geueraui, t7&J Hua du Magaam de 'Lut
TIMBRES-POSTE Pw COLLECTIONS
J achte les Timbres des Colonies. Me soumettre
chantillons avec prix pur 100 et par 1.000 de chaque sorte.
J'envoie gratis et franco un numro spcimen de mon
Bu'letan mensuel avec prix courants d'albums et collections.
Thodore CHAMPION, 13, RueDrocl, Parii
Vient d'arriver
Huile de Lin boullie en barriques
Qualit Suprieure
En vente chez;
l. PRZMNN-AG6GERHLM
"m Hue au Quu% 1617
FuUon Shoe Polish
Company lue.
Journaux d Paris ,.
Vir?t Le Malin, Le Jouioai, L'Bcho de
lans La Victoire, LHumsLW, Iical
lier;
Numros du 10 su 24 A.vri'."J ?
Eo vente la Lib aine du e.vi.tin,
11<>8 Ku. Amricaine
WStlsT
Logue
IJBar. Res.uran Chimbrei
bit 1 installes.
Sei vice de premier ordre,
hdgaid Lvqae : Fropritire
mSaemsBf^Sr^^^^^^^smmW
, Rnovation Bar i
Rue du Libauip de Mars
Dirig par M' Armacm lnnoc4nli *
Consomouioas varies
Service irrprochable
- .
S-
r^mmes
l'ge
ritque dans
!.i vie d'une femme
est gnral!)
entre 45 et 55 ans.Le
retour dige est sou-
vent accompagn de
ymptoices inquit-
ant i tris que; irri-
tabilit, tat nerveux,
mlancolie, pouff'ies,
de chaleur don-
nant des maux
de tte* et .;af-
foc.it ion.
Prenez soin
de votre
a n t 3 si
cette pri-
ode critique peut tre termtaae sans c-nnuis, elle ser2 suivie
d'annes de parfaite bont.
Le Composition Vgtale de I.ydia E. Pinkhamesl par-
dculirenM rr! adapte pour aider les femmes pendant le
retour d'g. Son influence se fait sentir sur tout le sv-
tmeqoictt tenforci et elle aide la nature pendant les
longs n S de < ette rx'node critique. Ce mdicament est
n avec des h inej mdicinales et ne con-
lient pas de narcotiques et drogges nuisibles.
Son BaMta est prouve p^r es lettres similaires
a colic ci:
V.d; sraisOi Chili, S. A. Pendant des annes j'ai souf-
t t de retards et de douleurs lors de mes rgle accom-
de maux d'estomac. J'ai pris votre Composition
tale et les Pillulcs pour 1 : 1 oie de I.ydi? E, Pinkham
p< ridant trois mois, le recommanda votre mdicament
mas amies en raison des n ull its obtenus. Vous pouvei
publier ce tmoignage." Paulixa Florez, calle Cajilla
124, Valparaiso, Chili, S. A.
Dea lettres comme eelto ri luflu :ueeut les fummve
euuyer 1
G>mposition \fegetale
IL de Lydie E.Rnkham
^*- J. \X. ir > 1 -. 'm MioiCiNe co. lvmm.iuii. u.c.a.
Chez
d'un iOt de mnrehan
dises diverse*
Paul E- Auxla

RewmYork
Z\\ venlre
(!if belle propriflr, a hor.atant toutes sorN
d'arkrw Iruitieh. N'adrrssrr au t\o 1317. rut
a Crilre.
Stvous voulez rotgei lu ptau d< VOt ikeatmim
j> >.. ..j tMMf^ i/ M) uiuii.i.1 iiiuj.li.! 1.....j^i/.*
M tout i>OM*n ,u loueur tt^ju HtolUi ul l(
MU.\ L/OA.IAJ.
triqu* spittaltnunt pour U) Jamtt et Ut gtnllemen du byb lire m
M lit protigi tu pt.iu dt ^ajutiuret contre t uumuui t t* ii/uuur.
Mil l'tntrluni leur soulMU ** corutrvt Uur Driuant.
Bmmulu lu ntr^ut .vlONO.K.i.vl, mt Umiiitut .u toutes^ Us
'ittri
Geo. JE iNSEUh. J
Afeat pour liait.
Onleaspp.' urrsde
1. .-.
1 1' ... t dea chaut* 1
. eircoriMancea,
, portent l gants dan Ira
ce.
Les Kce*. aor.c aemelleftet talon de
. empciinea et titr" en
t aont faites
' prix
.luaeure d'etc la plu*
fv'ononutji'e.
D< mandez Isa p.-r leur r.ocn: KEDS.
t'-alad Sot:: taSSer Cxert Ce. tut
Rues 1 raverairejrduMayasin de FKtat
Alin de taire de la place aux nouveaux arrivages, nous coinmea
fooe ieuuiu, cette vente au jabdis; ,venez prou tire, car M M
regardons pas aux prix.
Eioifo b.aaci.os pour robes et caleons, OriU kakis jaune el olive,
iiheuote .Uiiiuj, Ser^e coUju, nui nid pour jupj. Caipea :x de pan
et puai iumuic, t'ojJres de ri/^l'artj us, s^olis Je tuUdue e^lgi
le el La Viole>te i'ans.tjiia a*s jti^s et.dii ordmaires, fil pjur crochet
boutons oietai pour col et poignet*, OtuusiU'es Uainds, lacets ooj
touuees, uoemises juleurs pour lio.ii.neis, Mousfaiiae de ioie|t
lleuru etc. m .
fi'et^intressant ,
.riiurmacie W.Bucli
Vient d'arriver
Vaccin Irais,
Aleads Dexlri. Mallose, Excellente
nourriture^j)ouries en/xtits.
Liqueur "de PBtolie* et dlobules H
baudjour le traitement de Isthme*
Engrais chimique i\ 0 1 pour (imurs
\% et lgumes
< JV 2 pour a*bres fraUidri,

!s9imBarbaneour(
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM