<%BANNER%>







PAGE 1

LiMAiiii pondance ue reste plus, cira me jadis, an rite des relations de ioci t; on la rserve pour ses proche, on la limite son intimit. Une lettre n'est plue, comme an XVlIs %  'de, destine tre lae par de nombreux amis et faire le tonr de tonte sa co'erie on lae hante vox aans un salon de bel esprit ; elle est crite pour une p rsonna seule le plaisir qi'elle ciase en arrivant • ans des joies dont on ae se lasse jamais. Et surtout qu'on se s'avise pat, pour al'er plas vite et afin qu'elle soit aiarnent dchiffre, de la con %  er la hideube m -chine crire; non, il faut qa aile coraerve son cachet tout personnel, qa ou rem %  M au pea ea l'ouvrant, et qu'on soit ravi et apa\ nia qae ce soi, aux vraies lettres ? El 1 %  ne pent, aa contraire, que iQie.ii ea limiter l'emploi, que mieux e.i m>r quer I impotence. Le butin que nous livrent les carte3 postalen n'eit pas ngligeable et s'il est aia de les plaisanter, il aurait injuste de leur tre hostile .. SUZANNE CARUN * !" %  • %  p* Dfclaratoas l'ert au Prinoe, lo 4 Mai 1923 Aa Directeur du Courrier Haitiea Monsieur En Ville J ai t assez sirpris ce matin de .^ir aa d.aaoui d uce protesta ioa fiblie par le Courrier Haitiea da -LUI une signature V. Lhnasoa H pourrait dire confondue avec la mienne. Afin d viter toul9 quivoque el toute mprise, je tiens d:iarer ; 1 o Qae je sig.ie toujours Camille LHUttlSSON ; 2 3 Qja )* n'-ris dans aucun journal 3 Qae mes oesipatons perse i %  elles uviuierduerit toites dama.' Che3 poiiiiijuba. Je vous prie de p i bUer la prsente recilication dais le plus prochain numro de vote journal Avec mes civilits CAMILLE LHERI3SON rr La fte de demain Un groupe d'acteurs des miaux eonaua du public port au princieo aa feront enteuire demain Pariai* Da dans la eoire thf'rele orgami se par la Corp citation des ouvriers cordonni-rs bai iens En dehors des monologues da la partie ciunatographie et de la lote jie Mr Jremie tera une confrons Le prodait de la vente des prog an mes era rem au comit drectio'i du la atatue de Mgr Bauger, Les fianailles de II inuLus HCe soir luit heure* aura lieu ParUiana la quatrme reptaeota tion des liaugaillca de Ronulus Ce sera encore une soirte de fou fire Cntre gnral' un Konrdo Ralcou 1 O BCMBmMBMMBl Astbme Solgemwit tt ;,II rmiii C*CQ|f* I [ PW ICB ARITTHS oa j POU0BB CDJ'I* h tranrt -. M IHfdMi il ruww a M *• • fi'/tr '.i "PIC IVtMVM UtrtUt. Autour de L'Exposition du 1er Mai Comme pour les annes prc* dente, l'xpoaiti n qai a attir ae Patais da Conseil d'Etat tant de viai tenrs, a mis en vidence Isa vrais talenta da pay.ll a procur aux ans et eax entres, l'eceasioo de eoests. ter qae l'intelligence ne fiit point dfaut i lhaitlao, et que, avec da contact, da 1 mulation, da l'eacoi ragetneut, il peut sortir da cercle troit diDi lequel il vivot*. Le progrs, dit-on, est U condi tioa. la vie da* socits modernisa Ce a le f .ctaor qui praide la dsst. ne des pendes Aprs ua sicle da tatonnemsnti iofructueui, le moment ne serait il point arriv o, chaque boa cttoyea devrait contribuer faire.marshar h pays de 1 avant ? Certes oui Poar y parvenir aot avoai des ennenvs combit re'j < ,i i in Jo l j nce, la routine la m > •".! foi er surtout ce'te tau iss acience qai pote plas d an croire notre pays parva nu HU s iiuojun de la civilisa ioi tandis que co nparativameat anx m trea, il est en ro ard a p siiie. Cependant, avec de l'elfori jo ut la bonne volont, an viogan*, il nous arait possible da rivslinr ave: nos devanciers! puisque nom avons cher uous, intelligences, l'esprit d'atsi ailstioo.eatin t JUC o qui peut contribuer a raalre u? peuple fort et viril L'essentiel, c'sst d re ur. tique. Il est aa fait car ajn, qas nous somme* trop trib JC iras da I raa |sr, de sorte ai tout notre argint roulant l'extiriaur, 1) |i y fjrc mat eat oblig d tre paivre. Puur tan', les produits divera qui ont t expos i ont largemeotda m nrqn noua pourrions p'us aa moins soi per court A cette anomalie. Comment ? En eyant recoura aux capitaux e*r cja derniers en prenant posiessioo des ressources merveifleuses da du Pays, livreraient Ban ,rtard Ja eoasomr^atioo, lea riahassea lorn'vi ees que contient cette terra ncalcu lable nei.t fconde Le travail ne peut poiet marcher eius le secojra da capital tfstoe pourquoi, l'absence de ce derai r a toujours aat aax ia rt* da piyi, crant par ainsi cet tat de ro itiue ci prja 'icib e noire acivit Il eat temp* que l'Hatien renona de faire la for.une des autres aa d trimant da la sienne propre, c'est a QII>. qietoit notre argent n aille pis a l'tranger^ Que nous fsut il actuellement. pour dvelopper en graod ce qae nous avoua va ea petit dans cette Ixpoei tion :' Des capitaux. <:Capitaux pour arracher la tsrre les trsors abondants qu'elle rce pour ht'-r le d vlo peraent de IA gncu.t .r .•. pour exploiter! les to i; Capitaux pou lea grande ravnux pub ics> poar mettre les caapagaea et lea villes aa niveau dea fermes et cite d'ailleurs, ea 'es do.ant du toutes ies smhorationa et innova tioua que la science a mises aa jour BOUS le puissant aigalllon de la civi isation ; Capitaux, pour mettre en valeur noa mines. Capitaux, poumon er des ns ns et lee ablissementfl indusriels qui devioot transformer sar plsee les dive.ses riebssses naturelles les ma tierea premirts et ainsi noa milliers da b as ne penseront point A mi grar. Uapi aux, enku poar veair en eide a toj'es les entreprises et tirer le meilleur, parti d'une telle situa ion Ea un mot : capitaax. voil la clet du progia et de la civiliaatioa dlli ht. Cousiaatia DUMERVI GaM9 L i eeolrtidfe du Chili Le> nouv^llei iriivast ces joan ci par U J.rnier Pain ii.i vj MU; .uCristobil annoacent U fn des travaux de la Crafreacr. c o to t: probib.lit l.d.'li^j du gouvem • nent hait -o s.. ..il de if. J... J...) la deuxiirat juiaiaiM de Mai Vouveiles Etrangres Nouvelles prowosi~ tion* d% VAllema gne au sujet d%s dettes allies BtRLIN— Dans M dernire oftV de rep-seatit'eas, l'Al'emigne io po;e qae U somu: totale de s.*s obi gtons sa comptsat et ea ctpce d'aprs les elaasss da trait d • Ve saillessjit ixe i )9 ai'i.rdi 0% li gouvernement allemand proporc qa sa millitrds toieat tMfrite IV*B£ 1; i-r jaillet m? au moyen d'aa* msioi d'obligstieat su taux d ciaq poar cent sar ls aarch? ia'crm tioaal,cinq milliarJt sertient JOU siits de 1 mos: tt(oi avant le 1er juillet lejf. u\ note j'Ii ne qu: l'Ai ls vagis est d"a::or 1 av.: les traitai existants. L'Aileuigne fera let paiement' en Mf^sci qai d vront £ re portes aa cr t de son co npf, el'e expr : • me de plus la io ivi t o j du g >uvr nement que ces nouvel es p OOOJ tiens reprssa'C t la Imite mtximi de la possibilit de l'Allam*gie d: payir, et se demande si cette offra ae dpasse pas ses force ea rtisoi de la compl-f dislocation et de l a!faib'is?emeat coaom que du R'ich mc.vrj p;r 1 occupt on de la Ra ir Ls note nrvo.t dis crdits poar les paiements sa espces et propas: da i trs accords qai sssareraiaat 4 l'av: n.r ia plas importa, tes livraisons Aa cis oi les gouveraemmts cri ancien ae partagersieat pas 1 opmio i de l'Allemagne qiil est impossible d'arriver uas offre plas lever, le f ;oaveraement de Btrlin p'opose s,u: s qaestios eatiie ds rau^tioa' soit laisse a ls dcis on d une com m -ion iaternstionale I b e de toute tnrlaeace pelitiqae telle qut l'a sug g" le secrtaite Hugbts L'oft'e d'aa pacte et non agres.'io s'il le Raia est de nouveau faite e' le geuverncaaeat saggre que to it les coolits qii se p-odu raient ea d: h "S : la quesiioa des garscties ni lie sales seieat soumiv i uas coar i \ t r latieaslc daibtra^e. La nota di dira qo* 1 Allrm*goe fa-t soi o(fr %  saas se dp i tir da programme de r sistanse passive qat sera cootinut lu.qa'i ce q ie les soies o:ca?ss e : dpit dea clsuses da Irait de V.rsai les soieat vacaes et jusqu' c qae les conditions sar le RVa soient r tab'ies d'aprs lea cooveatiois expo sei daas l'accord de Rhoiaie Le ge vcraemeet est p et ea SOJ to mit de l'arcord i -a :rven'r et i aios'er les mesures lg> at. v s n cessa res pourassarcr la eooo'Stion des inlr s inius.riels, commerciaux et finacirs do Keich ei accordant des gaaat.ei de as.are 1 doaaer sa tisfuMoa Les paiements en aalure serait it garantis par des ceitrais pri vs osgs termes deat h v.olation exposerait les coatreveoanti i d.s amen ie*. L excution dv ob -g lions de l'A lemagnt, cootiaie U ote, d p.nd de le stabi'i du m ik ; il c l ug nt qu'oe stab lits ra*h)Jq>e t permanente se p odcii: poir i i ner les crainte* des aunes p. y %  Ls propositions sagg ent giemenf qu'tu \ue de la rh btitstiou .on i mique de llurops les pays itl s ses ainvent A une eateate poa. l'a ck t de leurs matires pre ni es n cesnires' BRUXELLES— Dans les m lieax offi:e's oi coa.ida cou m.b.oa nirnt in.utfi i. t; l'off s d: I Allems %  M de ) i mi i d i i : m t k dot U B'g \ 'e ae rscevreit que deux %  tilliaras e de i covi'on. Lt Hongrie rclame un emprunt PARIS—Le :om'e Bethlee, Pre nier mio-Vre *i Hong'ie, s coofr avec Mr Poiacar. Il lui s dlclar u'il serait imposable i 11 Reagrie e recouver ->a prosorit ionoat qae et pyir 'es dettes s'il ne lai sit pa peitas d msttre aa cm p uot, cette dra e ooirstina ae peuvent ru.sir sans g r o ies Le comte) o ateqi.fi d as urer lesga raoties acesuires. le? ^l'ii devaiaat suspendre tmpo.aireaieat lears demanies de r^paratois Ls Hongrie rt ea preVice de d ffi.ulti susii srienes qne celles proaviei pu 1 Autriche q i a obeiu l'ass'utaac des allis. Attentifs commis laid* de bombes DUiSELODRF— Trois ilf-tati ont contai hier dam la rg'on oc.upe. ur bonbe a lanse co i tre un train de troup-s i Dtlhaus, de? wiqoos ont t dtriors mii* personne n'a t blesse, Uie autri bombi a tait exnlosicn p-i de Trves et a eiio n -nag lgrement la voie terre. Uac tiois pro gr< sar la qaestiea de diviser ls dei te et l'ia'rt entre la nou/tile Tir q i e et les provinces dtashai de Psa'.iea empire aplVi la gu*ue ea •easeotaii i la fo m t oa d aas com mission mixte a conseil de la dette qai s'efto-cera d* p-npe tioaaer les obligitions d ua; fafn i sarisfaisaate U s aussi t dcid q l'au cas de d I freads il serait demiol la so:i t des na'ioas de wrv r d a b.tre Le psiimeil ds lintr. ea papisr-moi aaie quivaudrait uns p:rte coisi drabe peur les po.trars d'oeligi tioas. La dl'gatioa (rsaaise, appuy: F ur les disques b i anniqaes et ita i:a a dr qae ie pein. dl vue ta c tait ea v.'ufttioi ave: !ei coatrati d'empruits et cornp om;it-ut le cr Une confrence a sujet de la m ^ lion LONDRBS-Unecontreacei,t. ra'iooah des trausoorts maritieiat era orob blemeat tenue i LatZ oa Puis poar ex'mine, la Œ! Jc la Coar supr ndes litil^ su aa) t de le proh bitioo. Les Cours NEW YORK a FPDC •;,„ S er'irg ( 0. ^ Nwy Bn 2 Mai BUIfOS, Espagne.— ; travaillwn | arieuienent blessj dant un choc entre nisi tt communistes qu a ea Heu ici hie tm WASHINGTON Les raaladiei iaj respiratoiies, particulire nent U iuberculaBri tmen.'a ont t neutra is e: lt posiiWiiiki cure tt dmontr?, pir I usage raolJraa e npoisonns dvelopps pendint ligJtrrtiL les experts du Service chi nique de G-um. Le centre a niral Ntontgomery Tiv'or i %  fck co n nindc mut de 11 Force d; (^MUiateaSS divisions de sous-narim de la (lotte dt l'U. t q ie avec l LT. S. S. Savamiah cou ai Mu§; niral. I OUI) JN — L'exicuiion de a irriaiii| f ias a t annonce par l'Ktat Libre •u|ardht< les hommes. Chrii-ophr Uaina et W3 Shaughoess/ l.ircnt trouvs cojpaMu d'iitiH un soldat de l'Etat Libre X Ennis. BUENOS AVrlBS Pl^ieurs mnoHnd rsultat entre les troupes du gouverunetli forces rvolutionnaires dans l'eut brtsia Rio G aqic.de Sol ont t rjppartts pr correspondants de journiux. P.VKIS — De nombreuses ptnoaitsi beises ci dans Jet mcuei du ter siil, IJ.IJ et l'i'iu une foule qui l'tait H aj ui 'ii-'iin; d: travail. 2CJN .T vNTiS JPuE Le ehar|4 i lui. us d ici a remis hier uie note au gotri m:nt turc dclirant qu'a mi mqinla ciiaal tion de troupes au b t d: U lr in'im iyrieasia| cesst, la Francse retirerait de 11 cot*M de Liusanne. m HJ Li suprdmatii dis M %  .V\L4ISGTOS L'annoace taitsiirtSs ment pir le Hremitr Lord de I Amirt fi supremat e de tout.s les mers est l'illilMM doit se consacrer la li aile tt-etagœ• iMn te dans les cercles navals d ici co nruf n rWSj i \i poliiiq ie traditionnelle le It'Grik BtraSi D'aprs'e trait, les OM'I i-rs a-nrieai t| tiennent ou M n; devrait avoir aucun, draf SSj prernitie chez aucune naiioa. Jl EawpOiiJiiwM-ii 1 chez i PiwH Hier, ven huit heures ei de nie du jflirj* rie d alarme annoit un noastl ia*U Pon-au Prince. Toute un: thorie J**J fila immdiatement ver la partit sud*" s'goale pir un seul roup de la lires*. C'est a Martissint que 1: ita venaiti •** %  dans les dpendances de li miiM ""r*] Les pompiers arrivrent iin ndiatement • %  lieux avec tout leur ma.iiel, .">>' V* % %  mnd Edouard et Auguste Vertu, au %  hydraulique. On eut vite raison le cet ia:eai < % %  tu ni que deux chambres de 11 -ont Qa a constat qua cest li tfois.cai IJJP lefu l'attaqu* aux tablissenen g Le pre nier incendie avait d rail, on '-""jT les magasins de 11 vVo>t lnlia Hi**^ s:cind a^ait clat au dpt de U Iodi:s, alors administr pir Mr Pawlry. aemprunsct compomitrtu le cri _, nu! dit turc I traag-r N'impoits que'.l: L I PlaCB POllDfl cear du monie, a t elle aj jat. doa Une des plaas publiques qui o*esjj asrau raison aux porttars d'ob'.ga tions si pars-.l cas. Anciennes lois rem mues l'ordre du jour PARIS-* Le ministre de la maiioe ma-chaude ea ce moment tait appli quer les titillai !eis qui pourri ent former la bise d'une eampague de re prsa Iles con'rc 'es aaviies amii' ciins comme ttoi de rpondre la d'dsioa d. ls L'our sap me su su Ml de 1 iltgilit e la p > sts :on de b);s ons ? -.00 iq es i bo d des navi ies tranger c!aales eaus territo iia P'i'iIJat tafl l'J'in-W l' *** et le Palais des ministres. Pris du caveau de Ptoa **1 d'immondi:es, un: v.'gtat.on loi tout la ion,; de la place dont la t. li Lriseoce urgente d'une } "ipe. Le fait une lois signala, nous pt* 1" y sera donne. Rov. Sar RuodiiUniup^*Jf Dirig par M* Ann*twil***\ Crnsomaaioniv^" S.i.ice uiprecM 1 cour



PAGE 1

LE MAT la *iJ:l (Iode et Tanin) A la fois Ionique et Dpuratif. Anmie — Faiblesse gnral Croissance du Enfants Glandes Scrofule Formation des Jeunes Filles Maladies de Poitrine m fifil urfim. remplace avantageusement I l'HUILE de FOIE de MORUE 2TaU&( r aoMiH ft riLs o PARIS T ^ncenrr Amroula __^_?^ *• imroa Nou t VILLDUK ,. SAHBM jc*+ • Magoam et DupuiU TOUT. MMMAIB *| AJiiinCCFNBlil ;• Adminitratif Belle riut'on, hier api as-midi, de Wabift Ctrale de l'Allinee lin. jieairrdu Ici rapports du te iie lserai et celui du tisonei. JIBX otit t admis pies H Qjfi Btfltsfcorais aux socitaire!. i recettes de l'anne te chiflieat i de II Bile gondca (G.eeo) [ %  i. de dix Bille f-arts (to oo fr) bailla nliauat de ranele dar test dans une tect prosp kilt) aiinjini uer, Aussi, t. ou tei lljci i ors au bureau au latiMi L. C, Ibtiisou, le di Il de la Socit •tc-ap de dt p erses oui t f.i m de; oeuvres d'utilit tociale. L4mak.dc a pr ovaton, ramer IMt ic Ministre de France de te ut ItaM i fait tour I oeuvre Mr Agrl ihcoc:ieeuv c de sa piseace jti et a piomis tout son con J. vint de la mon mander de Mi i ton COL Vc-aeincDL i BeiJegaide est choisi pour i air iM. Ctdpin, dcd. iiemercieurenis, ii demande ce d'entier en relation avec iUi socits Je r-unce qui tcolltkeier avec noire eaoiftcuicltnt annona 1 institut un unoors da eo m position Iran eitie aduliea, jetnea gens et Ww,Lidiceita cut ,, JieaTe< . Ua a tepiis l ef dtncia mea uT^'V' '•rganiaation WJe ltc de Jeanne a Aie pour 'Maiii, Ont Varits et Mule. Eft w, J • %  P'wdide. '' Rendent demande auiao d imiiler accicitie l'in ' nielietiueil, mmnl de • %  ' %  %  ou, ai. de rncn'e % i.iUMet.otveloppcrcheA %  culte del la.iueade te;t: td ,objf,,d, *" j'i.ie. wouis aura tSi ,4,,a,oa a •• %  - lmi^l5J>eadsites. Lui Jonction a'inonitur Uuniei Pl de lu Ville de Port au Pi i ne tant dformait rempliet par l Ingi niur en chef, le Bureau du Service Technique eit Irantfr la Direction mnerait, Dpartement de Iravavx rubhce. Bn eoHiquenc toute ceuimunica tm dl Ingnieur de la VilU dtil lire adreue au Bureau de l mu nteur en chef. Port au Prince le S Mut 11 JVcioloflie Le Oaral Vietor Pemmi Lundi ont M H* \l* chapelle de Hopt-al tu funrailles du Gi niral Victor Ptmmi. De nombreux amis ront actompagni au Cimetire. Vicier Pommii laissa du symffthm Part-auPrinee et au Lap Maittti § il fut Chef dt Mauvtmentt du Port en 1909. Naut adressent nat.condolian t tafcmillo, •artiauliiremtnt sa mre, MmeVtuvt Charles Pommi Conil d'un vieux mdecin Si TOUS voulez jouir d'une sant •orissante. S'vous veo.es tre toujours gais er dur 0.*, Ne uuves que du Rham Batbancourt Ceat le meilleur. Je ferais un mille pour une Camel |A ptaldff vaut cel. H B 'f a, *-• pa< de >uhatltut pour la ft-H M T s B Mt," ni pour le doiui et agrable mlange "Camsl." Celui (]ui fuina de "Camalt," exige des "Camels." Prca qu'elles ont une duoeeur, R aroinr, unidelicatesna,ju voo ne trouverez dans auoune autfa cigarette. Ne VOIH laissez pas dira ata toute autre eigaretle, d'an prM quelconijiir, vaut les "l'acuela." • Esiayei les "Camela" voaa, mmr. Quelques bauf/laa, douces, rafraiohis*antas,et vous faraa un mille ]>iud p 0VLr fat> "VaccaL" R J RIYNOLM TUBACC0C0. WiattaB-SataU Noria CaraUaa O.S. A. amel Vient d'arriver Huile de Lin bjulliu en bar.ique* Qualit Sup i urc En rente chez; %  WEZlWIHi.AfififiErlHOLi M du Qu t lfji7 F I R ESTOBE PttW el Chambres Air' l Aagmerte ses m i ruifrrenl le ter fan proclri, ~* Fireso.r, %  r ec reedl ;o x j r.S l6 doll '—* imjlooe. titra sise rcrrfs 50 x 3 tij 18 doll • ^ l refi s en Kteodlnt d> nos P r!x et achats squiJM *" — * FKtznartvAGGEKHff,* k n A HW DU QQMT En vente dana tou\ le* Magasins to gros el en dtail Chez Birl t Mi Iaiperil Consolidated Cooipauy Suce, as E. K C, .„ & Se-s t<| t ,„ „ r4 mi i f K — % %  vwtJKSAJ ^Convocation v y m fiC^ ttrfMi/w *ss^ iijL"**ttmt 9 l* aS. fe mtm au "J', pr$edtr l'ms Poar gurie ou viter V.!: ,,TOU "" I ""T. %  MBANRAS ASTRIOLI ILUFFlTdepre„dr. BMU la* a u jo ur8 „ ul(m „ nt aie Kliile du VOehnrt <47,rncduFaHb'St-Denis. Parla M Mali U faut eziter Ios vritables lui ont tout i taie UssmuM •tur ohusun* dtsauallas les mots DKHAUT A PARIS • ; t rt •• '.1,.,:,..; Jmpr^s an ..lr Nestor Beliu Le tailleur bien connu, informe ea nombreuee clientle que t de rtour de I Etranger, il se lient ta diepoeition pour toutes torhe Je traveaux relevant de ta profettion Jom, El'gante, promptitude, nue au Mtraele ,,rt du Bureau du Journal 4L tesor, PortauPrinoi le 24 Fvrier PM Grande Lotirie de La Havane Orou lot 100.006 dollar. Les amateurs >oot il forms de arrive des billetH pour le tirage du 10 Avril 192J e! de la lise ou 1 Mai a coul. Vanteaa comptaot CAFILOB K CASTILLG Hae icODS Foi. • 1 ctor sVmet, NEW-YORK, USA. tfir* Pt peaux S.ea distributeurs des re'quejre BsNintts • NOBILIS KID RBX CiLP FORTIS MDES etc i issus et Colonnades Produits Hlimrntuirfs Age t Fxrlus.f pcm Bsitl PorH^Ptint Grand Htel de France ^ fi f chii.PrW/lPaiilOoiplI7 OmptTU xitutttion unique au oinlr* des attairn ** Nacea^ia n ld ., —.if a^g y j^ ^ .W. *• des affaires t recommande ?2?r!* l !" !" 'i ne aux \oya TlVM U %^ P artiruhir ^nt aux tommerants l mage t T ,z ^r/r/ 61 91 ^ Mtei dbite par Gallon # nar fct5i* y^STS Barriqufs des Vins de Bordeaux Rouge et Blanc. Ces lins viennent directement d BARSAC et sont paraniis pur tus de. ramns, nout vouvons le prouver ar des CERTIFICATS aut nous tenons toujours la disposition des Clients ,r,UA ^ W Champagne et Vins Mouss ux pix modr*. Conserves moutardes tran. cuisis premier choix. w i tii r'^u/c i, 1 du s ' c t la, '^..uni. "' •' '• ^. •"' iU 2 an,al d Port ' oflxcttri et'Ac S' v. SrtSt'iLKrt "^•tm-nt peint. e,e peio-ur, Sbr .01 0 SeS .nC^ P ' ir '" lr oP'l" TheCha S H .Brow„N n tCo1 roc i^ u ^'o Jeantme S W6 /^< frouen /ce de la Bm^e



PAGE 1

t.E ATW URODONAL X / A ^-^^ *^ lave le sang Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Arterle Sclrose Obsit Qui eut rlr Ju •' f' 1 '" d* artre Vmam MW" rein, le varice et loMir doit Hm.ner re. **•<•'^ffi' e. rolon d noir, organ .me. S? U.ru de. er rgulire tfUROOONAL. don l'organtsin en tfnpieytni rffflJdoni • Professeur Fivf •roi 41 i-n IW Unl.er.l-* 4 P'" •i tH *•. ,n .i i-,<-/l7lHlies. M.m. cr(iioime>. LIHYCOf"BICI va. | fimin ; 5ST. JKBiJR • raUcle* Vaillant*"**.... >n4ra,,t7a*'^M 1 ^ La maison H.S1LVEBA vienl de recevoir d'ita£Jk par lesderaiersstea mers des chapeaux K e paille fine de toutes tes qualits. DOWlMffRHDMATBIlHK 4 v I Articles pour les Fa* j TISSUS ft AUTRES La Maison Uaae Di&hy 1718 Rue Cou. (A**nnt hfile Sala*! œ ,ii d9 Insu de ou I*""*!*." MwpfMiuMUtimiit^MMi "£ t'SZ no r '"lnn. coul>rJpour Ute*! ~!j Fution Shoe Poli* h TTAVAIT PLUS LA FORCI DE MARCHER." M. W. CLAUDE ASHBY non crirait te 12 '^Pendant prs de deux an J"ti souffert 4 rhumatismes.de congestion du foi* et de 1 V* rtU A certains moments, je me sentai teltemenl malade que jetai. oblig de et toi* Watt et que il On* ttef, &f * %  SVUHWetojue, C6onl a.vt*^. [rK4, rieaitc r' Company Inc, I ^€u;.I f orfe MUAUWA-liM, ^3^" ^ ^ -ww ^ /w lftlf i, mm du kigk lift. tbnqut tp* !" **"' dmu*r* ••ntvnoumnui tt lu iUairur.^_. •& ... £/ r fr.> P;<"V" imt m t9nit n ter *rii/fln;. Il PmrrtwU '* wr 5# jkNu'.iKAM M v< / ii/..u ii. I#MM i f/.flrjMr. Dtnunttu la marque M* • • duo. JKANSEMt Afi^nt pour Hati Chacun de lancement douloureux raaotIa dan le articulations et dans lea muacUs. ea caus par la prsence de l'adde uruiu. dan. te wuig SI cette irritation n est pas af*** *• .** premier, manifestations, U en raulte habltu.lUmente une affection beaucoup plus gr.v. U le* l'ilules De Witt auront pour effet d expulse, tompletement l'acide urique de 1 organia-l'e.prience vou permetU d en fur te preuve ronSuante II e.t parfaitement U-tjl. d'e-.y des Uniment ni aucun a.tr. jnde 1 uag. externe ; .i vous dairei vous db.rra..JS vritables CMMt qui ptovoqiieiil •""ta. tlsmr, et les douleur, articul ira. U voua fa. m, remde qui aUle dir.ctejnant aux rate., •* c remde n'Mt p alUtus fle dao te fUulw De Witt. .,. i Le Pilule POUR JUINS .vessif I,e plu grand remad. du monde entier pou |„ rh-fmatism-, le. douleur dor.ale. ,U goutte 1. raideur de arti.ulaUon. le lohag^ la Urr. et tou. 1M utre. daordra. provoque Lr "Kailllll It dM rein, et de U vea.e. I e Pilule. De Witt sont en vent dan. tout VM pharmacie du monde enHer. U K iand fl. on en contient J fois i plua que le pci.t. Si vou. prouvez quelque difficu TOU. procurer les pilule, autnentique. De Witt • a.lreaei vou ou rende vine a la pnarmate Alberlini Ewald, l'ort-au Princ. Pharmacie F. Sjouro s4 w/ ra-' a bioblie aiphqa wai la Direction Al OrHieottl b.Sio *f/i# al Lt Ubtrata.re aH ouvtrl loas lai joar dt 7 jr. ijg Bture Ja )ir pour louta. lea rachdrcnai.ai, anaiya w l'tMMai ci loiute, siui pour la ^..SOfK" WiMsrniftaii et ta OMiUatt UfM^ Sir^t rdaa. qu^a ourdi 4i chi0l^ %  ^ %  8 S'aira-a^r a ia f mr.n^-ii poarla rauwig ie eo^ tte. tarifai i'aruiai §t5*3 jutrua*, ., l5! -' rf Jducina de rVissir naaa ,- -* BiiCtioadi l'r.*alt, ^b'. linm du saag at du pua atV Glanda d iiuaraa laalia, ., Jfcamsa ua ari*"^ Alaif'VT 5Goa•at•Ur*^ %  .i A. DE MATTEIS, Apis Gnraux



PAGE 1

&r*tV'*V *\&! m* noe No 5098 IUPWUJ0I; liment JMagloire 10** "* ivwe20 C BNTIM£s PORT-IU-PRINCE {a m;> ^VENDREDI 4 MAI ~xm Quotidien Le tam bon r,avec tout le bruit qu'il lailjn'Mt rempli que de vent. 411RE TILIPBONK No 242 ARIRADE CE QU'ON DIT DE PHI connaissez si os doute le gen ilogae: \ttii dindon demandait Margot; l distt-tn ae moi l'autre jaur au village ? %  C disait S"' '" n ts ripiends la hbeit de conseiller • la Ircloie de t boire Hat de vu On n'jutiouvera que dex%  "es choses. % al les esprits passionne", ou Mscvecg i tiouveiont i udirr. %  Jt neipiiae par oute ta pen Pln,6t il n'a p M prsent iea nomenclature de toutes les .. ****** i,r lut qu'un vain plumage Merci beaucoup et au revoir. FIAOU, four nos Instituteurs •lies, CM T iea,, n des pouvoirs SOM!I? ,Clbuucon P de, itVpVt ; nUe P" s dans lins t* p" S'f 0 1 , votecaiii .De^lsijt^u'uirgi Hsl %  notre easeisjnemeat aa '*£ %  o il ,,t qaestioade voter le budget du prochsio exercice ( 1^2 5-1924 ), nous voudnoos voir lt Dip.rtement do l'Instruction Tu blique, d'acco d avec le Conseiller fi nanci>r,rgula iier d'une faon relle et sur des b. ses solides, la queat on d'appointemeni deajMembrcs du corps enseignant. Cette rgularisation est plus que ncessaire. On constate les efforts que fait le Dpartement pour avoir la lte de nos coles des ins titnteurs srieux et comptents Un simple coup d'oeil antonr de la situa tion qui est faite A ces humbles fonc tionnaires dont la miasion est des APPRENEZ L'ANfiLAlS EN Etudiant l Miaules par four •sna professeur. Rsultats aurpre rsnts apria quelques levons 9ai ces garanti par critBMTIRBAL INSTiTW WL 10) ae W. 166 Waw-Yofk Ecrire pour renaaiipoemerris plus dlicates en dira sssez, ,Oyez plutt, #ue peroivent nos Instituteurs des fois degrs de l'enseignement ? A cela, on peut facilement rpon dre inutilement primaire : — Le direc (car d'une cole rurale, sesticas de Maititsapt, Bsoton, Tbor par exem pie. 3e gourdes par mois moins r 0/0 en vie de la pension ce qni donne 29 gourdes 70 centimes s it 5 dollars 94 centimes or amricain Eeoles urbaines V 1 directeur (nous prenons encore la commune de Port au Prince ; 60 gourdes p.r mois moins 1 0/0 pour la peasioa ce qui donne ;e gourdes 40 centimes soit Il doMar*. 88 centina s or amiicaia ; 1 s prolesseurs touche it .rmme mo limer ts jo, .?;, 50, 75 et 100 gom des par mois soit (, 7, io„ r) ei 2e dollars ssos ddatt 00 des r t/o £a province le salaire est cnco.e rduit a'e.t triste, c'est dcourageant. knsetgnement serondtire : Le Direc* teur da Lyce de la Capitale 31 -, gourdej, des professeurs oot i)o goardes ; des matres pour la aurveil lasce o gourdes. Enseignement suprieur %  Le directeur de 1 E:oie Nations ed 1 mdec ne Juti occupe en mme i rrps une chaire .400 ; ces professeurs 150 gourdes LA directeurde l'tieole Nationa'e de Droit a comme appomteeneats fixes 17/ gonrdes et les pro'esseuis 150 gouides. Un sous-lnspectsur d'I cole, circonscription de Port au Prin ce 200 gourdes. Par ailleurs un garon d'un Office quelconque touche 15 i 20 dollars; un simple employ 100 ia? dollars. D s mdecins haitieos de 1 hpi tal gn il tjo, 150 dollars. Qu'on ne perde pis de vue que •'Instituteur est oblig de se rendre deux fois par pur et toute la semaine l'E oh I est, de plus, pre d'une famille, r.omb euse parfois ; il a.com mi tout autre, des loyers i piyer ; il doit aussi se nourrir au moins 3 fois par jour ; il do t se v'ir et d'une fa cos dcente car le monde des enfaats est un monde sans piti L'enfant est espigle par na'.ure, il est toujours p et i crr.iiuet£les moindres travers du matre qui> tout en surveillant, est son tour plus que surveill. Ah I les niches des gosse*. I! faut avoir pass par 1A pour s.voir ce que t'est A quoi peovaut servir les censtroe tione de beaux btiments pour les coles, lue dpense peur l'aeaeuble mena du cet tablissements si le Di recteur et les irofeeseura qui doivent administrer l'cole sont ebar gs de soucis ; l rsqu i's pensent A reutretiei. de leurs taœillen ; si cha que jour, ils dMvent.s'iaqu ter des moyens d'existence de ceux qn'ile laissent sans le sou I la m.ison et s'ils doivent ;re dana une perp tualle kOuffrance tant morale que phvaiqae. A notre avis, un Directeur et un professeur d'cole devraient tre au cteesno du besoin quotidien pour bien faire leur devo r. L'hoir m q-i a d-s soucie d'argent n* peut pas accomplir ea beso^no avec dvoue ment et gait de cceur car malgr loi ce ebagrin le minera toute beuret Ce cri que nous poussons en faveur d'une^clasao d fonctionnaires aju'ou dirait dcibiita est aiaere. Pharmacie W.Buch Vient d'arriver Vaccin frais. Mena* Dextri Maltose, Excellente nourriture pour le enfant: Liqueur de VBtolie et Globules^Rhaud pour le traitement de l\+$thme. Engrais chimique A 0 1 pour lieurs et lgumes i i 2V 2 pour arbres fruiti*r* t iPuisse-t il enfin tre entendu. Il y a lu une question da consciente di gue de ieten r un moment la anea • > af.eutiso4' .eut homme.de ceur. Un pe i' bjdget qji est bien tu dreaojs de la Vent puriera plus, ain p eme %  \ us p euons pour m six dmontrer la fauese aituatun d'un Instituteur d'enaei^uemet primaire le petU lauji'aupuivaoi et nous pie non eocoTe pour ia:eux taire rroeor tir les faite le tannage loquent des chiffres. Loyer d*u io chambre par mo'i G/20 Noarruure, 2 repas par jour A 0.1 j le repaa 45 Blauchtasi^e 2 CI par semaine 8 Frais divera, | huinscie chaussures, etc fl8 . u 55 Malade*,c ent A.peioe s'ils peuveo payer un mdeciu plusieurs deutre aux ne.iouchaot, comme nous ve uoua d le due que J gourdea,c'est ainsi qa'i/s co. obliges d essayer de faire notre chose. Toutes dpenaee rduites accusent d| an total de 9J gourdes. Nous a'avons r.eu envisage pour les menus p.tiai. a de cet luaiituteur. Le a m qui lui > et fan ne lui permet psa d en avoirC'est un tre qui doit vivre eu m^rge da la Socit bien qu'il ait pour mission de for mer le cœur et l'intelligence de la jeunesse. Au nom de la morale, HOJS crions piti, piiie pour ees mnleureux qui rchinent lourneiiemeut et qui meu rem couvent dans un :at voisin d J la plus grande misie. Il faut avoir pi l de nos maires et matres .sa dsole. 1.5 sont nombreux ceux IA qui accomplissent :eir Leajgoequo tidienne combien poible avec 1a faim au creux de 1 eatomati. Et pour tant ils sont obligs de faire bonne mine aux petits ; eux ils n ont pas le droit de crier leur misre, Leur mission at d'enseigner et ils ensei gaeroot qui te a rc.ut.er eh z eux.' la tche acheve le csar touff de sangla s et bien prs du dsespoir Noos pensons q e I ) chef de notre Univetsitd Mr Cliailes ttouohereau don! on couneit les nobles intentions dans la question d no.re Eiseigoe ment National ue ma< quera pas de se faiio le po->te paio'e de tout un go: ps m 1 : eu.eux aux fi. a de s eut M dre avec le conseiller im.ucier qui est eu-a un l.om.ue da eoe .1. pour aoulag r la dties^e de ceux 12 qu ont croi i> noie comm s ratio e qni prparent les c.tuyeoa et cioyen n a J demain. Ce sera u e OMVTO de haute ju.-tce; CI POTHIL <* *9 W C ^SV>nyla aes has des t ion'* Forts st du Mayasiu do 1 h%e\ Marchandises La carte postale Jamais on a tant crit que de noa jour?. Aussi la cai e pOitais —aprs avoir subi une crise due sa taxaton mal C(;mpsjjse — a repus son ancienne vogue. Il est si coinrcod:-, en arrivant destination, aprc un long voyage, de B'asseo r uns tabla et de gc.ttoner quelques pe:ites pattes de mouches, sur cea cartons qui reprsentent un lao bord d'arbraa un cocher dgliae, I aspect d'un uam MU, une vue pittoresque, 0 chat 1 u p ir. oa moins 1 odm, se vue gnrale de la ville, e grouille, ment pittoresque, duu maicb^. Toutes se ressembletit ai tomes sen^ varida; que s go (Lnt-ellee ? Risa ou beaucoup; tout dpend de l'intention qu on veut y mettre eu l'crivan. La plupart du tempe, on l'em ploie pour s'viter la corve daae longue lettre. Sile est parf is porteuse d une simple Bigo^tur ; daui trs fois, elie marre eu quelques hgues, ce qu'on fait en vilgiaturs, l'jn.ploi de son tempe et les ceavolies de ceux qui sont absenta Le correspondant a toujours tendanse en voyage de dcrire 1 eachaatement qu il eprouveet s-ouveut pae toujoara reseeuti. Cer:aiua choisissent aveu amour leurs cartes illustres et cet envoi seul a son loquence. On dit beajcou.' que nous n'crivons plus de lettre, La lettre exige trop d attention, de rflexion, Je cultire nitecllectuelle : elle tend A di paitii re ce m ne les om ibi s, es coches ei les beilines, LJ mme que le tlphone p port un coup eux conveiBatiorjs, de mme la lettre s t tue par la ?arte poetale o l'os se permet d'user de termes tlgraphiques et o l'un a vi'e fait de remplir une eiraple petiie page Oi gnftonne dea bills.a de 111 mre brve, impersonnelle ei ssos onginain-, 0-1 va dioit au bai et Ion ne fsi pas de | tua :i A trafola, on laiscsit sa plume s'gi er dana d •.voies ingnia u.ej meut dto m .ia pour aniver sa terme uuou dguisait r. ^ 'agraabls puiaaod, c c'ait dlicat et pieiu degi'^r; sojtu -i liui, on veut arnvr diieceii.ent bans se laisser anter un dtour des chemins et y fane un peu l'cole buUsounire : on ne >eut ilus de crmonie. Sx tm e : il y a cent SCB, quand une rt.ai'.rease de inaisou vous leisau I liocneur dj voue inviter dner, c'tait IOUI el e en pitcxte un exquis L.iUt rempli ue deuces ctoaeB; ftojouidbui, oa vous invite dlutr pai uu nu,pie isrti-u impnm ou grave su lequel ou L'a que la peine uir.bci u e le mur ou l'heure. De uotre temps lea bvigne se foal de plus en plus rares, ainsi que les Alexandre Dumas tiis, la correa\ -i i'i I


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05920
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 04, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05920

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
&r*tV'*V
*\&!
m*
noe No 5098

iupwuj0i;
liment JMagloire
10** "*
ivwe20CBNTIMs
port-iu-prince {a m;>
^VENDREDI 4 MAI ~xm
Quotidien
Le tam bon r,avec tout
le bruit qu'il lailjn'Mt
rempli que de vent.
411RE
TILIPBONK No 242
ARIRADE
CE QU'ON DIT DE
Phi connaissez si os doute le gen
ilogae:
\ttii dindon demandait Margot;
l distt-tn ae moi l'autre jaur au
village ?
C disait S"' '" n'ts Iss'a/cur lui qu'un tain plumage.
l'est siureniemenl pas oa rtp
.tacot que jr veux dire en
kiiint put iu]curd'hui de ce
lit de moi, car ce qu oa dit
iiileur que pour le diodoa
et.
Ma, ci elle, unjpreraisr mer-
k
. Fiiou J'ai lu voj dcax ar
nr le 1 bitre crole et la
lire du cite le J
Vont avez traite; le sujet 'avec
Ituiiatclligence et une malaise
parible.L'impiessioo reste char
Il votre langue laite de clart
kg ia.se, et si vivante et si io-
'lime vont retrouver daas ces
Ions intrcisar.fes o la po'iu-
ii)our est bannie. Le Teosps
tibment .d t : vois avez pari
avo, Fiacu I et mes plus cha
s.Wlicitaicnr.
'CtUs-gce uun i sonn;
Ni ct, LOpmon Natio
! dn Cap cm : >
ripiends la hbeit de conseiller
la Ircloie de t boire Hat de
vu On n'jutiouvera que dex-
"es choses.
?al les esprits passionne", ou
Mscvecg i tiouveiont i udirr.
Jt neipiiae par oute ta pen
Pln,6t il n'a pM prsent iea
nomenclature de toutes les
..****** P ion amricaine impoae a un
MWsuccoabe sou le poids
autc Mai, li0,eBI ililie de
w le icm. Na iUI demandons
luep,
u'tuQmm(rctconirtA
W**{Industrie: Ijappuioii
Jj mate. On me ,e piocher a
""n avoir pas compris Mais
' '. En iitwdaii. et si le
j.U\,IO,volu^ui,pour
JJ'Witieai que c'e.t une pige
* politique que ae des-
vouerait pas le grand hatien et l'co
nomiste averti que fut Idmond
Paul.
;'J Ah i le tioisime article/ Quelles
rflexions ne pisvoque -1 il sas I
Quelle matiie discussion : c l'oe
casion du premier anniversaire de I elee
tion de M. Borno.
c Oa croira que le distingu toeia
logue, que l'homme de boane duca
lion qu'est Fiaou feit an compte
rendu Non, dit il lai mme, c je ne
fais pas le compte rejdu de cette
runioo intime.
A cette runion d'anniversaire
M trouvait seulement a un groape
lestreiat d'amis
a Eh hier, non. Il n'est question
qu< de la la presse. La thse est pi
acuse. L auteur, fia lettr, logicien
de race, est visiblement embarrass.
L'espsce lui manque* Il a l'air calme
et souiiaot. Mais il toufie 11 a* me
fera pu l'honneur de eaaser avec
moi. l'essaierai nanmoins d'arriver
jusqu' lui, l'un deces,jours, et le
plierai de m'couter. kll ne reioodra
pas. Mais il couterait cela me suffi
ra.,t
Vous aurez remarqu sans doute,
dans la premire pice, que si je suie
lo, 1 occasion eu crole, t*;. st
parce que je suis en dchers de a
paj tiqae du joui .
d as i txtuit de "L'Opinion
Nationale ". vous aarez galement
not que si l'crivain, que je re-
mercie d ailleurs de ses flneuses ap
prciatioos, approuva au tond mes
diflren es I cas de voir sur les
questions conomiques et sociales il
ae se lait pas faute, en revanche, de
me faire aussi eatre les lignes le pro
ces de ma poliique ; il dit mme,
bod seule ment ce que je dis, mais
encore ,e que j enteads dire ; il va
plus oia : <1 devine ce qaeje n'ai
pas dit, et il lit, dans ce que |e n'ai
pas a t, combien je suis embarrass
et comb.co j toofir.
Allons, tant mieux, si chacun s'as
commode de ce que je dis ou 1 se
commode i sa p opte sauce- C'est
u succs co me un autre et cela
prouve que je uis un te.rain de ion
ciliation. J'aime mieux cela que d'en
letidie dire que je ne teraia qu'un sot
i Qui ii a f> i,r lut qu'un vain plumage
Merci beaucoup et au revoir.
FIAOU,
four nos Instituteurs
lies, cm Tiea,,n des pouvoirs
som!i? ,ClbuuconP de,-
itVpVt ;nUeP"s" dans lins
t* p" S'f 0'1 , votecaiii
.De^lsijt^u'uirgi
Hsl * notre easeisjnemeat aa
'* o il ,,t qaestioade
voter le budget du prochsio exercice
( 1^2 5-1924 ), nous voudnoos voir
lt Dip.rtement do l'Instruction Tu
blique, d'acco d avec le Conseiller fi
nanci>r,rgula iier d'une faon relle
et sur des b. ses solides, la queat on
d'appointemeni deajMembrcs du corps
enseignant. Cette rgularisation est
plus que ncessaire. On constate les
efforts que fait le Dpartement pour
avoir la lte de nos coles des ins
titnteurs srieux et comptents Un
simple coup d'oeil antonr de la situa
tion qui est faite A ces humbles fonc
tionnaires dont la miasion est des
APPRENEZ L'ANfiLAlS EN
Etudiant l Miaules par four
sna professeur. Rsultats aurpre
rsnts apria quelques levons 9ai
ces garanti par crit-
BMTIRBAL INSTiTW Wl
10) ae W. 166 Waw-Yofk
Ecrire pour renaaiipoemerris
plus dlicates en dira sssez, ,Oyez
plutt,
#ue peroivent nos Instituteurs
des fois degrs de l'enseignement ?
A cela, on peut facilement rpon
dre
inutilement primaire : Le direc
(car d'une cole rurale, sesticas de
Maititsapt, Bsoton, Tbor par exem
pie. 3e gourdes par mois moins r 0/0
en vie de la pension ce qni donne
29 gourdes 70 centimes s it 5 dollars
94 centimes or amricain
Eeoles urbaines V 1 directeur (nous
prenons encore la commune de Port
au Prince ; 60 gourdes p.r mois
moins 1 0/0 pour la peasioa ce qui
donne ;e gourdes 40 centimes soit
Il doMar*. 88 centina s or amiicaia ;
1 s prolesseurs touche it .rmme mo
limer ts jo, .?;, 50, 75 et 100 gom
des par mois soit (, 7, io r) ei 2e
dollars ssos ddatt 00 des r t/o a
province le salaire est cnco.e rduit
a'e.t triste, c'est dcourageant.
knsetgnement serondtire : Le Direc*
teur da Lyce de la Capitale 31 -,
gourdej, des professeurs oot i)o
goardes ; des matres pour la aurveil
lasce o gourdes.
Enseignement suprieur ' Le direc-
teur de 1 E:oie Nations ed1 mdec ne
Juti occupe en mme i rrps une chaire
.400 ; ces professeurs 150 gour-
des la directeurde l'tieole Nationa'e
de Droit a comme appomteeneats
fixes 17/ gonrdes et les pro'esseuis
150 gouides. Un sous-lnspectsur d'I
cole, circonscription de Port au Prin
ce 200 gourdes.
Par ailleurs un garon d'un Office
quelconque touche 15 i 20 dollars;
un simple employ 100 ia? dol-
lars. D s mdecins haitieos de 1 hpi
tal gn il tjo, 150 dollars.
Qu'on ne perde pis de vue que
'Instituteur est oblig de se rendre
deux fois par pur et toute la semai-
ne l'E oh I est, de plus, pre d'une
famille, r.omb euse parfois ; il a.com
mi tout autre, des loyers i piyer ; il
doit aussi se nourrir au moins 3 fois
par jour ; il do t se v'ir et d'une fa
cos dcente car le monde des enfaats
est un monde sans piti L'enfant est
espigle par na'.ure, il est toujours
p et i crr.iiuetles moindres travers
du matre qui> tout en surveillant,
est son tour plus que surveill.
Ah I les niches des gosse*. I! faut
avoir pass par 1A pour s.voir ce que
t'est
A quoi peovaut servir les censtroe
tione de beaux btiments pour les
coles, lue dpense peur l'aeaeuble
mena du cet tablissements si le Di
recteur et les irofeeseura qui doi-
vent administrer l'cole sont ebar
gs de soucis ; l rsqu i's pensent A
reutretiei. de leurs taillen ; si cha
que jour, ils dMvent.s'iaqu ter des
moyens d'existence de ceux qn'ile
laissent sans le sou I la m.ison et
s'ils doivent ;re dana une perp
tualle kOuffrance tant morale que
phvaiqae.
A notre avis, un Directeur et un
professeur d'cole devraient tre au
cteesno du besoin quotidien pour
bien faire leur devo r. L'hoir m q-i
a d-s soucie d'argent n* peut pas
accomplir ea beso^no avec dvoue
ment et gait de cceur car malgr
loi ce ebagrin le minera toute
beuret
Ce cri que nous poussons en fa-
veur d'une^clasao d fonctionnaires
aju'ou dirait dcibiita est aiaere.
Pharmacie W.Buch
Vient d'arriver
Vaccin frais.
Mena* Dextri Maltose, Excellente
nourriture pour le enfant:
, Liqueur de VBtolie et Globules^R-
haud pour le traitement de l\+$thme.
Engrais chimique A 0 1 pour lieurs
et lgumes
i i 2V 2 pour arbres fruiti*r*t
i-
Puisse-t il enfin tre entendu. Il y
a lu une question da consciente di
gue de ieten r un moment la anea
> af.eutiso4' .eut homme.de ceur.
Un pe i' bjdget qji est bien tu
dreaojs de la Vent puriera plus, ain
p eme \ us p euons pour m six
dmontrer la fauese aituatun d'un
Instituteur d'enaei^uemet primaire
le petU lauji'au- puivaoi et nous pie
non eocoTe pour ia:eux taire rroeor
tir les faite le tannage loquent des
chiffres.
Loyer d*u io chambre par mo'i G/20
Noarruure, 2 repas par jour
A 0.1 j le repaa 45
Blauchtasi^e 2 CI par semaine 8
Frais divera, | huinscie
chaussures, etc fl8
. u 55
Malade*,c ent A.peioe s'ils peuveo
payer un mdeciu plusieurs deutre
aux ne.iouchaot, comme nous ve
uoua d le due que J gourdea,c'est
ainsi qa'i/s co. obliges d essayer de
faire notre chose.
Toutes dpenaee rduites accusent
d| an total de 9J gourdes. Nous
a'avons r.eu envisage pour les me-
nus p.tiai.a de cet luaiituteur. Le
a m qui lui > et fan ne lui permet
psa d en avoir- C'est un tre qui
doit vivre eu m^rge da la Socit
bien qu'il ait pour mission de for
mer le cur et l'intelligence de la
jeunesse.
Au nom de la morale, hojs crions
piti, piiie pour ees mnleureux qui
rchinent lourneiiemeut et qui meu
rem couvent dans un :at voisin d j
la plus grande misie. Il faut avoir
pi l de nos maires et matres-.sa
dsole. 1.5 sont nombreux ceux IA
qui accomplissent :eir Leajgoequo
tidienne combien poible avec 1a
faim au creux de 1 eatomati. Et pour
tant ils sont obligs de faire bonne
mine aux petits ; eux ils n ont pas
le droit de crier leur misre, Leur
mission at d'enseigner et ils ensei
gaeroot qui te a rc.ut.er eh z eux.'
la tche acheve le csar touff de
sangla s et bien prs du dsespoir
Noos pensons q e I ) chef de notre
Univetsitd Mr Cliailes ttouohereau
don! on couneit les nobles intentions
dans la question d no.re Eiseigoe
ment National ue ma< quera pas de
se faiio le po->te paio'e de tout un
go: ps m 1 : eu.eux aux fi. a de s eut m
dre avec le conseiller im.u- cier qui
est eu-a un l.om.ue da eoe .1. pour
aoulag r la dties^e de ceux 12 qu
ont croi i> noie comm s ratio e
qni prparent les c.tuyeoa et cioyen
n a J demain.
Ce sera u e OMVTO de haute ju.-tce;
CI POTHIL
<*"*9
WC'^SV-
>nyla aes has des t ion'*
Forts st du Mayasiu do 1 h%e\
Marchandises
La carte postale
Jamais on a tant crit que de noa
jour?. Aussi la cai e pOitais aprs
avoir subi une crise due sa taxa-
ton mal C(;mpsjjse a repus son
ancienne vogue. Il est si coinrcod:-,
en arrivant destination, aprc un
long voyage, de B'asseo r uns tabla
et de gc.ttoner quelques pe:ites pat-
tes de mouches, sur cea cartons qui
reprsentent un lao bord d'arbraa
un cocher dgliae, I aspect d'un
uam mu, une vue pittoresque, 0
chat 1 u p ir. oa moins 1 odm, se
vue gnrale de la ville, e grouille,
ment pittoresque, duu maicb^. Tou-
tes se ressembletit ai tomes sen^
varida; que s go (Lnt-ellee ? Risa
ou beaucoup; tout dpend de l'inten-
tion qu on veut y mettre eu l'cri-
van. La plupart du tempe, on l'em
ploie pour s'viter la corve daae
longue lettre. Sile est parf is por-
teuse d une simple Bigo^tur ; daui
trs fois, elie marre eu quelques
hgues, ce qu'on fait en vilgiaturs,
l'jn.ploi de son tempe et les cea-
volies de ceux qui sont absenta Le
correspondant a toujours tendanse
en voyage de dcrire 1 eachaatement
qu il eprouveet s-ouveut pae toujoara
reseeuti. Cer:aiua choisissent aveu
amour leurs cartes illustres et cet
envoi seul a son loquence.
On dit beajcou.' que nous n'cri-
vons plus de lettre, La lettre exige
trop d attention, de rflexion, Je
cultire nitecllectuelle : elle tend A
di paitii re ce m ne les om ibi s, es
coches ei les beilines, Lj mme que
le tlphone p port un coup eux
conveiBatiorjs, de mme la lettre s
t tue par la ?arte poetale o l'os
se permet d'user de termes tlgra-
phiques et o l'un a vi'e fait de
remplir une eiraple petiie page Oi
gnftonne dea bills.a de 111 mre
brve, impersonnelle ei ssos ongi-
nain-, 0-1 va dioit au bai et Ion ne
fsi pas de | tua :i
A trafola, on laiscsit sa plume
s'gi er dana d .- voies ingnia u.ej
meut dto m .ia pour aniver sa
terme uuou dguisait r. ^ 'agraa-
bls puiaaod, c c'ait dlicat et pieiu
degi'^r; sojtu -i liui, on veut ar-
nvr diieceii.ent bans se laisser
anter un dtour des chemins et y
fane un peu l'cole buUsounire :
on ne >eut ilus de crmonie. Sx
tm e : il y a cent scb, quand une
rt.ai'.rease de inaisou vous leisau
I liocneur dj voue inviter dner,
c'tait ioui el e en pitcxte un
exquis L.iUt rempli ue deuces cto-
aeB; ftojouidbui, oa vous invite
dlutr pai uu nu,pie isrti-u impn-
m ou grave su lequel ou L'a que
la peine uir.bci u e le mur ou l'heure.
De uotre temps lea bvigne se foal
de plus en plus rares, ainsi que les
Alexandre Dumas tiis, la correa\
-i
i'i
I
.


LiMAiiii
pondance ue reste plus, cira me
jadis, an rite des relations de ioci
t; on la rserve pour ses proche,
on la limite son intimit. Une
lettre n'est plue, comme an XVlIs
'de, destine tre lae par de
nombreux amis et faire le tonr de
tonte sa co'erie on lae hante vox
aans un salon de bel esprit ; elle
est crite pour une p rsonna seule
le plaisir qi'elle ciase en arrivant
ans des joies dont on ae se lasse
jamais.
Et surtout qu'on se s'avise pat,
pour al'er plas vite et afin qu'elle
soit aiarnent dchiffre, de la con
er la hideube m -chine crire;
non, il faut qa aile coraerve son
cachet tout personnel, qa ou rem
M au pea ea l'ouvrant, et qu'on
soit ravi et apa de la lire; il faut lire entre les lignes
bien souvent et cest cela qui o t
exquis; que le choses qu'on confie
au papier, qu o n'oserait eiprimer
de vive voix Ainsi que le d estent
ai bien les ancien* : Une let re, elle
ne rougit pas l#.uour bien conoattre
nos personne, pour pouvoir lappr
Cier, la juger, il faut avo'r correa
pondu longtemps avec elle; doic,
1 absence, qui est le plas crnel dm
maux, peut avoi- son charma
Cela dit, cornnnnt U vj'giirq
postale peut-elle suppler, ->\ nia
qae ce soi, aux vraies lettres ? El1
ne pent, aa contraire, que iQie.ii ea
limiter l'emploi, que mieux e.i m>r
quer I impotence. Le butin que
nous livrent les carte3 postalen n'eit
pas ngligeable et s'il est aia de les
plaisanter, il aurait injuste de leur
tre hostile ..
SUZANNE CARUN
*

p*
Dfclaratoas
l'ert au Prinoe, lo 4 Mai 1923
Aa Directeur du Courrier Haitiea
Monsieur
En Ville
J ai t assez sirpris ce matin de
.^ir aa d.aaoui d uce protesta ioa
fiblie par le Courrier Haitiea da
-lui une signature V. Lhnasoa
h pourrait dire confondue avec la
mienne.
Afin d viter toul9 quivoque el
toute mprise, je tiens d:iarer ;
1 o Qae je sig.ie toujours Camille
LHUttlSSON ;
23 Qja )* n'-ris dans aucun
journal
3 Qae mes oesipatons perse i
elles uviuierduerit toites dama.'
Che3 poiiiiijuba. Je vous prie de p i
bUer la prsente recilication dais
le plus prochain numro de vote
journal
Avec mes civilits
CAMILLE LHERI3SON
rr
La fte de demain
Un groupe d'acteurs des miaux
eonaua du public port au princieo
aa feront enteuire demain Pariai*
Da dans la eoire thf'rele orgami
se par la Corp citation des ouvriers
cordonni-rs bai iens
En dehors des monologues da la
partie ciunatographie et de la lote
jie Mr Jremie tera une confrons
Le prodait de la vente des prog an
mes era rem au comit drectio'i
du la atatue de Mgr Bauger,
Les fianailles
de II inuLus
HCe soir luit heure* aura lieu
ParUiana la quatrme reptaeota
tion des liaugaillca de Ronulus
Ce sera encore une soirte de fou
fire
Cntre gnral' un Konrdo
Ralcou 1 O
BCMBmMBMMBl
Astbme
Solgemwit tt ;,ii rmiii C*CQ|f* I
[ PWICB ARITTHS oa j POU0BB CDJ'I*
h tranrt -. M IHfdMi il ruww a M *
fi'/tr '.i
"PIC IVtMVM UtrtUt.
Autour de
L'Exposition
du 1er Mai
Comme pour les annes prc*
dente, l'xpoaiti n qai a attir ae
Patais da Conseil d'Etat tant de viai
tenrs, a mis en vidence Isa vrais
talenta da pay.ll a procur aux ans
et eax entres, l'eceasioo de eoests.
ter qae l'intelligence ne fiit point
dfaut i lhaitlao, et que, avec da
contact, da 1 mulation, da l'eacoi
ragetneut, il peut sortir da cercle
troit diDi lequel il vivot*.
Le progrs, dit-on, est U condi
tioa. la vie da* socits modernisa
Ce a le f .ctaor qui praide la dsst.
ne des pendes
Aprs ua sicle da tatonnemsnti
iofructueui, le moment ne serait il
point arriv o, chaque boa cttoyea
devrait contribuer faire.marshar h
pays de 1 avant ?
Certes oui
Poar y parvenir aot avoai des
ennenvs combit re- 'j< ,i i in Jo
ljnce, la routine la m>".! foi er
surtout ce'te tau iss acience qai pote
plas d an croire notre pays parva
nu hu s iiuojun de la civilisa ioi
tandis que co nparativameat anx m
trea, il est en ro ard a p siiie.
Cependant, avec de l'elfori jo ut
la bonne volont, an viog- an*, il
nous arait possible da rivslinr ave:
nos devanciers! puisque nom avons
cher uous, intelligences, l'esprit
d'atsi ailstioo.eatin t juc o qui peut
contribuer a raalre u? peuple fort
et viril L'essentiel, c'sst d re ur.
tique.
Il est aa fait car ajn, qas nous
somme* trop trib jc iras da I raa
|sr, de sorte ai tout notre argint
roulant l'extiriaur, 1) |i y fjrc
mat eat oblig d tre paivre. Puur
tan', les produits divera qui ont t
expos i ont largemeotda m nrqn
noua pourrions p'us aa moins soi
per court A cette anomalie.
Comment ?
En eyant recoura aux capitaux e*r
cja derniers en prenant posiessioo
des ressources merveifleuses da
du Pays, livreraient Ban ,rtard Ja
eoasomr^atioo, lea riahassea lorn'vi
ees que contient cette terra ncalcu
lable nei.t fconde
Le travail ne peut poiet marcher
eius le secojra da capital tfstoe
pourquoi, l'absence de ce derai r a
toujours aat aax ia rt* da piyi,
crant par ainsi cet tat de ro itiue
ci prja 'icib e noire acivit
Il eat temp* que l'Hatien renona
de faire la for.une des autres aa d
trimant da la sienne propre, c'est a
qii>. qietoit notre argent n aille
pis a l'tranger^
Que nous fsut il actuellement.pour
dvelopper en graod ce qae nous
avoua va ea petit dans cette Ixpoei
tion :' Des capitaux.
<:Capitaux pour arracher la tsrre
les trsors abondants qu'elle rce
pour ht'-r le d vlo peraent de IA
gncu.t .r.. pour exploiter! les to i;
Capitaux pou lea grande ravnux
pub ics> poar mettre les caapagaea
et lea villes aa niveau dea fermes
et cite d'ailleurs, ea 'es do.ant du
toutes ies smhorationa et innova
tioua que la science a mises aa jour
bous le puissant aigalllon de la civi
isation ;
Capitaux, pour mettre en valeur
noa mines.
Capitaux, pou- mon er des ns ns
et lee ablissementfl indusriels qui
devioot transformer sar plsee les
dive.ses riebssses naturelles les ma
tierea premirts et ainsi noa milliers
da b as ne penseront point A mi
grar.
Uapi aux, enku poar veair en
eide a toj'es les entreprises et tirer
le meilleur, parti d'une telle situa ion
Ea un mot : capitaax. voil la clet
du progia et de la civiliaatioa dlli
ht.
Cousiaatia DUMERVI
GaM9
L i eeolrtidfe du Chili
Le> nouv^llei iriivast ces joan ci par U J.r-
nier Pain ii.i vj mu; .u- Cristobil annoacent U
fn des travaux de la Crafreacr. c o to t:
probib.lit l.- d.'li^j du gouvem nent hait -o
s.. ..il de if.j... J...) la deuxiirat juiaiaiM de
Mai
Vouveiles Etrangres
Nouvelles prowosi~
tion* d% VAllema
gne au sujet d%s
dettes allies
BtRLIN Dans M dernire oftV
de rep-seatit'eas, l'Al'emigne io
po;e qae U somu: totale de s.*s obi
gtons sa comptsat et ea ctpce
d'aprs les elaasss da trait d Ve
saillessjit ixe i )9 ai'i.rdi 0% li
gouvernement allemand proporc qa
sa millitrds toieat tMfrite iv*b 1;
i-r jaillet m? au moyen d'aa*
msioi d'obligstieat su taux d !
ciaq poar cent sar ls aarch? ia'crm
tioaal,- cinq milliarJt sertient jou
siits de 1 mos: tt(oi avant le 1er
juillet lejf. u\ note j'Ii ne qu: l'Ai
ls vagis est d"a::or 1 av.: les traitai
existants.
L'Aileuigne fera let paiement'
en Mf^sci qai d vront re portes
aa cr t de son co npf, el'e expr:
me de plus la io ivi t o j du g >uvr
nement que ces nouvel es p oooj
tiens reprssa'C t la Imite mtximi
de la possibilit de l'Allam*gie d:
payir, et se demande si cette offra
ae dpasse pas ses force ea rtisoi
de la compl-f dislocation et de l a!-
faib'is?emeat coaom que du R'ich
mc.vrj p;r 1 occupt on de la Ra ir
Ls note nrvo.t dis crdits poar les
paiements sa espces et propas: da i
trs accords qai sssareraiaat 4 l'av:
n.r ia plas importa, tes livraisons
Aa cis oi les gouveraemmts cri
ancien ae partagersieat pas 1 opmio i
de l'Allemagne qiil est impossible
d'arriver uas offre plas lever, le
f;oaveraement de Btrlin p'opose s,u:
s qaestios eatiie ds rau^tioa'
soit laisse a ls dcis on d une com
m -ion iaternstionale I b e de toute
tnrlaeace pelitiqae telle qut l'a sug
g" le secrtaite Hugbts
L'oft'e d'aa pacte et non agres.'io
s'il le Raia est de nouveau faite e'
le geuverncaaeat saggre que to it
les coolits qii se p-odu raient ea d:
h "S : la quesiioa des garscties ni
lie sales seieat soumiv i uas coar i \
t r latieaslc daibtra^e. La nota di
dira qo* 1 Allrm*goe fa-t soi o(fr
saas se dp i tir da programme de r
sistanse passive qat sera cootinut
lu.qa'i ce q ie les soies o:ca?ss e :
dpit dea clsuses da Irait de V.rsai
les soieat vacaes et jusqu' c qae
les conditions sar le RVa soient r
tab'ies d'aprs lea cooveatiois expo
sei daas l'accord de Rhoiaie
Le ge vcraemeet est p et ea soj
to mit de l'arcord i -a :rven'r et i
aios'er les mesures lg> at.v s n
cessa res pourassarcr la eooo'Stion
des inlr s inius.riels, commerciaux
et finacirs do Keich ei accordant
des gaaat.ei de as.are 1 doaaer sa
tisfuMoa Les paiements en aalure
serait it garantis par des ceitrais pri
vs osgs termes deat h v.olation
exposerait les coatreveoanti i d.s
amen ie*. L excution dv ob -g lions
de l'A lemagnt, cootiaie U ote, d
p.nd de le stabi'i du m ik ; il c l
ug nt qu'oe stab lits ra*h)Jq>e
t permanente se p odcii: poir i
i ner les crainte* des aunes p. y Ls
propositions sagg ent giemenf
qu'tu \ue de la rh btitstiou .on i
mique de llurops les pays itl s
ses ainvent A une eateate poa. l'a
ck t de leurs matires pre ni es n
cesnires'
BRUXELLES Dans les m lieax
offi:e's oi coa.ida cou m.- b.oa
nirnt in.utfi i. t; l'off s d: I Allems
M de ) i mi i d i i : m t k dot
U B'g \ 'e ae rscevreit que deux
tilliaras e de i covi'on.
Lt Hongrie rcla-
me un emprunt
PARISLe :om'e Bethlee, Pre
nier mio-Vre *i Hong'ie, s coofr
avec Mr Poiacar. Il lui s dlclar
u'il serait imposable i 11 Reagrie
e recouver ->a prosorit ionoat
qae et pyir 'es dettes s'il ne lai
sit pa peitas d msttre aa cm
p uot, cette dra e ooirstina ae
peuvent ru.sir sans g r o ies Le
comte)oateqi.fi d as urer lesga
raoties acesuires. le? ^l'ii devaiaat
suspendre tmpo.aireaieat lears de-
manies de r^paratois Ls Hongrie
rt ea preVice de d ffi.ulti susii
srienes qne celles proaviei pu
1 Autriche q i a obeiu l'ass'utaac
des allis.
Attentifs commis
laid* de bombes
DUiSELODRF Trois ilf-tati
ont contai hier dam la rg'on
oc.upe. ur bonbe a lanse co i
tre un train de troup-s i Dtlhaus,
de? wiqoos ont t dtriors mii*
personne n'a t blesse, Uie autri
bombi a tait exnlosicn p-i de Tr-
ves et a eiio n -nag lgrement la
voie terre. Uac tiois q ni n'a pis explos a t trouve sur
1 s b j .ls du saual da Raia i H.-rae
le boirgmestrc ' Dilhiuien et deux
no i b es ds la l:alit ont t arrts
et les utoriti d occupa ion ont im
pos are amende de $o m l'ioas de
m. ks i la ville
Les prtentions des
Turcs la eo^f
rene de Liusanne
L\US NSE Les dlgus turcs
oat persist daeiTis: pr ea ion qiP
I iutrt de la dette ot'omane devrait
tre pay ea pip r-mo mtie e-. ion
a (rsnes or oa en livres sterling
somme le ptvoisat les dg'tioas.
Lt confrence a toutefois ht de> pro
gr< sar la qaestiea de diviser ls dei
te et l'ia'rt entre la nou/tile Tir
q i e et les provinces dtashai de
Psa'.iea empire aplVi la gu*ue ea
easeotaii i la fo m t oa d aas com
mission mixte a conseil de la dette
qai s'efto-cera d* p-npe tioaaer les
obligitions d ua; fafn i sarisfaisaate
U s aussi t dcid q l'au cas de d I
freads il serait demiol la so:i
t des na'ioas de wrv r d a b.tre Le
psiimeil ds lintr. ea papisr-moi
aaie quivaudrait uns p:rte coisi
drabe peur les po.trars d'oeligi
tioas.
La dl'gatioa (rsaaise, appuy:
Fur les disques b i anniqaes et ita
i:a a dr qae ie pein. dl vue ta c
tait ea v.'ufttioi ave: !ei coatrati
d'empruits et cornp om;it-ut le cr
Une confrence a,
sujet de la m^
lion
LONDRBS-Unecontreacei,t.
ra'iooah des trausoorts maritieiat
era orob blemeat tenue i LatZ
oa Puis poar ex'mine, la !
Jc la Coar supr n- des litil^
su aa) t de le proh bitioo.
Les Cours
NEW YORK a Fpdc ;,
S er'irg (
0. ^ Nwy Bn
2 Mai
BUIfOS, Espagne. ; travaillwn |
arieuienent blessj dant un choc entre nisi
tt communistes qu a ea Heu ici hie tm
WASHINGTON Les raaladiei iaj
respiratoiies, particulire nent U iuberculaBri
tmen.'a ont t neutra is e: lt posiiWiiiki
cure tt dmontr?, pir I usage raolJraa
e npoisonns dvelopps pendint ligJtrrtiL
les experts du Service chi nique de G-um.
Le centre a niral Ntontgomery Tiv'or i fck
co n nindc mut de 11 Force d; (^MUiateaSS
divisions de sous-narim de la (lotte dt l'U.
t q ie avec l LT. S. S. Savamiah cou ai Mu;
niral. I
OUI) JN L'exicuiion de a irriaiii|
fias a t annonce par l'Ktat Libre u|ardht<
les hommes. Chrii-ophr Uaina et W3
Shaughoess/ l.ircnt trouvs cojpaMu d'iitiH
un soldat de l'Etat Libre X Ennis.
BUENOS AVrlBS Pl^ieurs mnoHnd
rsultat entre les troupes du gouverunetli
forces rvolutionnaires dans l'eut brtsia
Rio G aqic.de Sol ont t rjppartts pr
correspondants de journiux.
P.VKIS De nombreuses ptnoaitsi
beises ci dans Jet mcuei du ter siil,
Ij.ij et l'i'iu une foule qui l'tait h
aj ui 'ii-'iin; d: travail.
2CJN .T vNTiS JPuE Le ehar|4 i
lui. us d ici a remis hier uie note au gotri
m:nt turc dclirant qu'a mi mqinla ciiaal
tion de troupes au b t d: U lr in'im iyrieasia|
cesst, la Franc- se retirerait de 11 cot*M
de Liusanne.
m HJ
Li suprdmatii dis M
.V\L4ISGTOS L'annoace taitsiirtSs
ment pir le Hremitr Lord de I Amirt fi
supremat e de tout.s les mers est l'illilMM
doit se consacrer la li aile tt-etag iMn
te dans les cercles navals d ici co nruf n rWSj
i \i poliiiq ie traditionnelle le It'Grik BtraSi
D'aprs'e trait, les om'i i-rs a-nrieai t|
tiennent ou M n; devrait avoir aucun, draf SSj
prernitie chez aucune naiioa. Jl
EawpOiiJiiwM-ii 1
chez i PiwH
Hier, ven huit heures ei de nie du jflirj*
rie d alarme annoit un noastl ia*U
Pon-au Prince. Toute un: thorie J**J
fila immdiatement ver la partit sud*"
s'goale pir un seul roup de la lires*.
C'est a Martissint que 1: ita venaiti **
dans les dpendances de li miiM ""r*]
Les pompiers arrivrent iin ndiatement
lieux avec tout leur ma.iiel, .">>' V* "
mnd Edouard et Auguste Vertu, au *
hydraulique. -
On eut vite raison le cet ia:eai <
tu ni que deux chambres de 11 -ont
Qa a constat qua cest li tfois.cai IJJP
lefu l'attaqu* aux tablissenen"g
Le pre nier incendie avait d rail, on '-""jT
les magasins de 11 vVo>t lnlia Hi**^
s:cind a^ait clat au dpt de U
Iodi:s, alors administr pir Mr Pawlry.
aemprunsct compomitrtu le cri _, nu!.,
dit turc I traag-r N'impoits que'.l: L I PlaCB POllDfl
cear du monie, a t elle aj jat. doa Une des plaas publiques qui o*esjj
asrau raison aux porttars d'ob'.ga
tions si pars-.l cas.
Anciennes lois rem
mues l'ordre
du jour
PARIS-* Le ministre de la maiioe
ma-chaude ea ce moment tait appli
quer les titillai !eis qui pourri ent
former la bise d'une eampague de re
prsa Iles con'rc 'es aaviies amii'
ciins comme ttoi de rpondre la
d'dsioa d. ls L'our sap me su su
Ml de 1 iltgilit e la p > sts :on de
b);s ons ? -.00 iq es i bo d des navi
ies tranger c!aa- les eaus territo
iia
P'i'iIJat tafl l'J'in-W l' **- *
et le Palais des ministres.
Pris du caveau de Ptoa **1
d'immondi:es, un: v.'gtat.on loi
tout la ion,; de la place dont la t.
li Lriseoce urgente d'une } "ipe.
Le fait une lois signala, nous pt* 1"
y sera donne.
Rov. Sar
RuodiiUniup^*Jf
Dirig par M* Ann*twil***\
Crnsomaaioniv^"
S.i.ice uiprecM1'
cour


LE MAT la
*iJ:l
(Iode et Tanin)
A la fois Ionique et Dpuratif.
Anmie Faiblesse gnral
Croissance du Enfants
Glandes Scrofule
Formation des Jeunes Filles
Maladies de Poitrine
m fifil urfim. remplace avantageusement I
l'HUILE de FOIE de MORUE
2TaU&(

r aoMiH ft riLs o paris .t
----------------^ncenrr Amroula
__^_?^ * imroaNou t villduk ,. sahbm jc*+
Magoam et DupuiU
TOUT. MMMAIB
*| AJiiinCCFNBlil ; Adminitratif

Belle riut'on, hier api as-midi, de
Wabift Ctrale de l'Allinee
lin.
jieairrdu Ici rapports du te
iie lserai et celui du tisonei.
Jibx otit t admis pies h Qjfi
Btfltsfcorais aux socitaire!.
i recettes de l'anne te chiflieat
i de ii Bile gondca (G.eeo)
[i. de dix Bille f-arts (to oo fr)
bailla nliauat de ranele dar
test dans une tect prosp
kilt) aiinjini uer, Aussi, .-t.ou
tei lljci i ors au bureau au
latiMi L. C, Ibtiisou, le di
Il de la Socit
tc-ap de dtperses oui t f.i
m de; oeuvres d'utilit tociale.
L4mak.dc a pr ovaton, ramer
IMt ic Ministre de France de te ut
ItaM i fait tour I oeuvre Mr Agrl
ihcoc:ieeuv c de sa piseace
jti et a piomis tout son con
J. vint de la mon mander de
Mi i ton ColVc-aeincDL
i BeiJegaide est choisi pour
i air iM. Ctdpin, dcd.
iiemercieurenis, ii demande
ce d'entier en relation avec
iUi socits Je r-unce qui
tcolltkeier avec noire eao-
iftcuicltnt annona 1 institut un
unoors da eo m position Iran
eitie aduliea, jetnea gens et
Ww,Lidiceitacut,,JieaTe<
. Ua a tepiis lef dtncia mea
uT^'V' 'rganiaation
WJe ltc de Jeanne a Aie pour
'Maiii, Ont Varits et
Mule.
Eftw,J P'wdide.
'' Rendent demande auiao
d imiiler accicitie l'in
' nielietiueil, mmnl, de
'" ou, ai. de rncn'e
?i.iUMet.otveloppcrcheA
culte del la.iueade
te;t:td,objf,,d,*"
j'i.ie. wouis aura
tSi,4,,a,oa"a -
lmi^l5J>eadsites.
Lui Jonction a'inonitur Uuniei
Pl de lu Ville de Port au Pi i ne
tant dformait rempliet par l Ingi
niur en chef, le Bureau du Service
Technique eit Irantfr la Direction
mnerait, Dpartement de Iravavx
rubhce.
Bn eoHiquenc toute ceuimunica
tm dl Ingnieur de la VilU dtil
lire adreue au Bureau de l mu
nteur en chef. '
Port au Prince le S Mut 11
JVcioloflie
Le Oaral Vietor Pemmi
Lundi ont m H* \l* chapelle
de Hopt-al tu funrailles du Gi
niral Victor Ptmmi. De nom-
breux amis ront actompagni au
Cimetire.
Vicier Pommii laissa du sym-
ffthm Part-auPrinee et au
Lap Maittti il fut Chef dt
Mauvtmentt du Port en 1909.
Naut adressent nat.condolian
t tafcmillo, artiauliiremtnt
sa mre, MmeVtuvt Charles
Pommi
Conil d'un vieux
mdecin
Si tous voulez jouir d'une sant
orissante.
S'vous veo.es tre toujours gais
er dur 0.*,
Ne uuves que du
Rham Batbancourt
Ceat le meilleur.
Je ferais un mille
pour une Camel
|A ptaldff vaut cel. H B'f a,
*- pa< de >uhatltut pour la
ft-HM TsBMt," ni pour le doiui
et agrable mlange "Camsl."
Celui (]ui fuina de "Camalt,"
exige des "Camels." Prca
qu'elles ont une duoeeur, R
aroinr, uni- delicatesna,ju voo
ne trouverez dans auoune autfa
cigarette.
Ne voih laissez pas dira ata
toute autre eigaretle, d'an prM
quelconijiir, vaut les "l'acuela."
Esiayei les "Camela" voaa,
mmr. Quelques bauf/laa,
douces, rafraiohis*antas,et vous
faraa un mille ]>iud p0VLr fat>
"VaccaL"
R J RIYNOLM
TUBACC0C0.
WiattaB-SataU
Noria CaraUaa
O.S. A.
amel
Vient d'arriver
Huile de Lin bjulliu en bar.ique*
Qualit Sup i urc
En rente chez;
WEZlWIHi.AfififiErlHOLi
m du Qut lfji7
FIR ESTOBE
PttW el Chambres Air' l
Aagmerte ses m i ruifrrenl le ter fan proclri, ~*
Fireso.r, rec reedl ;o x j r.S l6 doll '*
imjlooe. titra sise rcrrfs 50 x 3 tij 18 doll -----^
l refi s en Kteodlnt d> nos Pr!x et achats squiJM *"
* FKtznartvAGGEKHff,* knA
HW DU QQMT
En vente dana tou\
le* Magasins
to gros el en dtail
Chez
Birl t Mi
Iaiperil Consolidated
Cooipauy
Suce, as E. K C, . & Se-s t<|t , r4
mi

i
f
K ------vwtJKSAJ
^Convocation v y m
fiC^ttrfMi/w*ss^
iijL"**ttmt 9
l* aS. fe mtm' au
"J', pr$edtr l'ms
Poar gurie ou viter
v.!:,,tou""i""t.
MBANRAS ASTRIOLI
ILUFFlTdepredr.
BMU la* au, jour8 ul(mnt
aie Kliile du VOehnrt
<47,rncduFaHb'St-Denis. Parla
MMali U faut eziter Ios vritables
lui ont tout i taie UssmuM
tur ohusun* dtsauallas les mots '
DKHAUT A paris
;t rt '.1,.,:,..; Jmpr^s an ..lr
Nestor Beliu
Le tailleur bien connu, informe ea
nombreuee clientle quet de rtour de
I Etranger, il se lient ta diepoeition
pour toutes torhe Je traveaux relevant
de ta profettion
Jom, El'gante, promptitude,
nue au Mtraele ,,rt du Bureau du
Journal 4L tesor,
PortauPrinoi le 24 Fvrier PM
Grande Lotirie
de La Havane
Orou lot 100.006 dollar.
Les amateurs >oot il forms de
arrive des billetH pour le tirage
du 10 Avril 192J e! de la lise ou
1 Mai a coul.
Vanteaa comptaot
Cafilob K CASTILLG
Hae icODS Foi.
1 ctor sVmet, NEW-YORK, USA.
tfir* Pt peaux
S.ea distributeurs des re'quejre BsNintts -- -
NOBILIS KID RBX CiLP FORTIS MDES etc '
i issus et Colonnades
Produits Hlimrntuirfs
Age t Fxrlus.f pcm Bsitl PorH^Ptint
Grand Htel de France ^fifchii.PrW/lPaiilOoiplI7
OmptTU xitutttion unique au oinlr* des attairn ** Nacea^ia n ld ., .if
a^gyj^^.W."* des affaires t recommande
?2?r!*l'ine* aux \oya
TlVMU%^ Partiruhir^nt aux tommerants l mage
tT,z ^r/r/61'91^ Mtei dbite par Gallon # nar
fct5i* y^STS Barriqufs des Vins de Bordeaux
Rouge et Blanc.
Ces lins viennent directement d BARSAC et sont paraniis pur
tus de. ramns, nout vouvons le prouver ar des CERTIFICATS aut
nous tenons toujours la disposition des Clients ,r,UA^ W
Champagne et Vins Mouss ux pix
modr*. Conserves moutardes tran.
cuisis premier choix.
w
i ____ tii
r'^u/c i,1' ,du s'c
tla,'^..uni. "' ' ' ^.
"' iU 2an,al d' Port
' oflxcttri et'Ac
S' v. SrtSt'iLKrt "^tm-nt peint.
e,e peio-ur, Sbr .01 0 SeS .nC^ P'ir '" lroP'l"
TheChaSH.BrowNntCo1roci^u.
^'o Jeantme
S W6 /^< frouen /ce de la Bm^e


t.E ATW
URODONAL
X-/ A ^-^^ *^ lave le sang
-
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Arterle
Sclrose
Obsit
Qui eut rlr Ju ' f'1'"
d* artre VmamMW"
rein, le varice et loMir doit
Hm.ner re. **<'^ffi'
e. rolon d noir, organ .me.
S? U.ru de. er rgulire
tfUROOONAL.

don l'organtsin en
tfnpieytni
rffflJdoni
Professeur Fivf
roi 41 i-n IW Unl.er.l-* 4 P'"
i tH *.
,n .i___ i-,<-/l7lHlies.
M.m. cr(iioime>.
LIHYCOf"-
BICI va. |
fimin ;
5ST. JKBiJR
raUcle*
Vaillant*"**.... >n4ra,,t7a*'^M1^
La maison H.S1LVEBA
vienl de recevoir d'ita-
Jk par lesderaiersstea
mers des chapeauxKe
paille fine de toutes tes
qualits.
DOWlMffRHDMATBIlHK
4
v I
Articles pour les Fa* j
TISSUS ft AUTRES
La Maison Uaae Di&hy
1718 Rue Cou. (A**nnt hfile Sala*!
,ii d9 Insu de ou I*""*!*." MwpfMiuMUtimiit^MMi
" t'SZ no r '"lnn. coul>rJpour Ute*! ~!j
Fution Shoe Poli* h
Ttavait plus la forci
de marcher."
M. W. CLAUDE ASHBY non crirait te 12
' '^Pendant prs de deux an J"ti souffert 4
rhumatismes.de congestion du foi* et de 1 V*rtU*
A certains moments, je me sentai teltemenl
malade que jetai. oblig de et toi* Watt
et que il pour parcourir la plus faible distance J ava-
tien ea.y plusieurs remde et ml|Wh
traitement indiqu par deux mdecinsdiffranU.
n Amrique. tant revenu en Angleterre, mem
Mm me concilia de faire 1 essai d.s Pilule.
D. Witt. C'est c. que je fis .t je put MMN
que maintenant je me .en en MM*;
qui n'tait plu mon ca. depui pluai.ur.
nnea. et daorraai. je puis marc* tau
prouver la moindre gne,"
W 70. Balcombe Street, Londra.
VOICI LA PREUVE DB LA GUBIUSOH
VU COMPI-BTU. HUIT ANS APRES :
Prt de huit ans aprs, le 25 Octobre. IMU
U A.hbv noua crit nouye.u ce qui .uit .
"le n'ai pas reaaenti le moindre .vmptom da
retour de me ancienne, maladie, grce au*
PUule. De Witt."
DISQUES nOLUMBl
imateurs de boune j
uiusique,accourez cher
h. Pteemmann-AmbitiaOLii
Rue du Qu%.
0, tttitfe* lMCMx}'*?*f*y> On* ttef,*?*
SVUHWetojue, C6onl a.vt*^. [rK4,
rieaitc
r'


Company Inc,
I ^u;.Iforfe
MUAUWA-liM,
^3^" ^ ^-ww ^ /w lftlfi,mm du kigk lift.
tbnqut tp***"' dmu*r* ntvnoumnui tt lu iUairur.^_. & ...
/ r fr.> P;<"V"imt m t9nitn ter *rii/fln;.
Il PmrrtwU '*wr.5#jkNu'.iKAMMv< / ii/..u ii. I#mM i f/.flrjMr.
Dtnunttu la marque M*
duo. JKANSEMt
Afi^nt pour Hati
Chacun de lancement douloureux raaotIa
dan le articulations et dans lea muacUs. ea
caus par la prsence de l'adde uruiu. dan. te
wuig SI cette irritation n est pas af*** * .**
premier, manifestations, U en raulte habltu.lU-
mente une affection beaucoup plus gr.v. U
le* l'ilules De Witt auront pour effet d expulse,
tompletement l'acide urique de 1 organia--
l'e.prience vou permetU d en fur te preuve
ronSuante II e.t parfaitement U-tjl. d'e-.y
des Uniment ni aucun a.tr. jnde 1 uag.
externe ; .i vous dairei vous db.rra..JS
vritables CMMt qui ptovoqiieiil ""ta.
tlsmr, et les douleur, articul ira. U voua fa.
m, remde qui aUle dir.ctejnant aux rate., *
c remde n'Mt p alUtus fle dao te fUulw
De Witt. .,. i
Le Pilule
pour juins .vessif
I,e plu grand remad. du monde entier pou
| rh-fmatism-, le. douleur dor.ale. ,U goutte
1. raideur de arti.ulaUon. le lohag^ la
Urr. et tou. 1m utre. daordra. provoque
Lr "Kailllll.....It dM rein, et de U vea.e.
I e Pilule. De Witt sont en vent dan. tout
Vm pharmacie du monde enHer. U Kiand
fl. on en contient J fois i plua que le pci.t.
Si vou. prouvez quelque difficu tou.
procurer les pilule, autnentique. De Witt
a.lreaei vou ou rende vine a la pnarmate
Alberlini Ewald, l'ort-au Princ.
Pharmacie F. Sjouro
s-4 w/ ra- -'a
bioblie aiphqa wai la Direction Al
OrHieottl b.Sio *f/i# al
Lt Ubtrata.re aH ouvtrl loas lai joar dt 7 jr. ijg
Bture Ja )ir pour louta. lea rachdrcnai.ai, anaiya w
l'tMMai ci loiute, siui pour la ^..SOfK"
WiMsrniftaii et ta OMiUatt UfM^
Sir^t rdaa. qu^a ourdi 4i chi0l^^8
S'aira-a^r a ia f mr.n^-ii poarla rauwig ie eo^ tte. *
tarifai i'aruiai t5*3 jutrua*, ., l5! -' rf
Jducina de rVissir naaa ,- -* -
BiiCtioadi l'r.*alt, ^b'.
linm du saag at du pua atV
Glanda d iiuaraa laalia, .,
Jfcamsa ua ari*"^
Alaif'VT
5GoaatUr*^,
.i

A. DE MATTEIS, Apis Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM