<%BANNER%>







PAGE 1

l7nE* Wim No 5996 PORTflUPRWCK 0N0U) MERCREDI S MAI i** DHRflHUft PROPRIETAIRE s IMP1UMIUK IClmeiit Mogloia BOISjVSRrM Mi, Bue Aaricatat LuMBRO20 C BNTIMBS Quotidien TELEPHONE No'242 Ne faites n'eu par esprit de parti ou par vaine gloire : que chacun de vous an lieu de considrer ses {propres iatrts "^considre <-aaisi ceux des autres. i HILIPFIBNS a } •. FAKIIIADE CHILI iitieloii, les fi D in et S des Etats, I*CI\BC fin nces ptthqtief, cccsii%  tnne partie secrte du gouver t. Avec le progrs des temps llcdTetocpement des Iboiies des iMr, le finances et leur admirasse tombrent dans le domaine 'lapirtie secrte des allaites got%  "tmentslts devint alors, principe _.if, la diplomatie ; et la cho e -lit de toi, va que la diplomatie est luaitement des suaires de iFtat il lenri rapports avec les Etats twjtri et qu il convient ncessaire al "observer de la circonspection xi in tel domaine. Ce ne serait Il peine, peur les gouvernements, IM mooirer circonspects et discrets ^ l'intrt mme de la chose na nie si l'opinion publique devait i Jalonne et autorise s'occuper (. %  tiens c'ans sa rpV ; a', la tournure des s flaires a lait que peu a peu la di eile-mme a perdu de son re secret. Tout en observant, m choses tn traitement, la dia sisire pour le calme et ndince des ngociations; il PWpiosporsible de ga dei secret •bile mne des ufgo.iations di %  tiques. Aujourdhei, la d p'.o rame les finances, se fait • %  Mit, et Ion sait qu il fut m • pnncip convenu, d ns le pnittei ngociations du trait de %  JJ Versailles, qu'.l n'y auiait matploaatiesecite. l|jn>;ltiplicaiion des congrs et iI!? Be ? ln, "a'onaux est ve JJJ tomber de plus en p os les %  wnnntei nation aies, qui ou Usjonrdhu. presque tous les E?:* A heuit acluelle a i£ Btd n,lem o^e, ce sont WMCtt internationale ayant ^J tssentieluLesor.eduter on gouvernemema'e et admi jwveinemenii devient moins B| eq e ni Doab "deqosiionsse gJ^coiUboiaUon entre gou %! d e " f0D s et wettoujours arrei l'a • C*tole welles Etrangres vance entre les gouvernements int resss par leurs reprsentants autori ts, communiqu la presse a tin que l'opinion publique des divers psys s'eanpaie des questions et prpai ; pour les gouvernements, len solu tions^auxquelles il sonvientjde|ssrr ter. .j;Ceia a ru jieu |pour la^Confrence actuelle qui tient au Chili enti; ritais panamricains. Le Moniteur a, il y a quelques semaine?, publi le programme de cette cootience. Or. une chose tonne, en se qui concerne Hati ; c eet que personne, dans notre presse, D' en l'air de s'in ttresser acz d fl rente points de ce prog.anime, il tant bien dire que ai le gouvernement hatien attendait de l'o-jiuion publique qu'elle do o ait ses con louons sur tel ou tel de ce. points pour s'en inspirer lui mme, il se serait trouv perplexe et dsem par. Et pcui tant,'C* n'est -.afflue nous nons soyons pas occups de la cont rence et de et qui doit y re en qoas tion, puisque, eu rr le d lgu olfi ciel du gouvernement hatien, nue organist oi, qui te flatte de repr senter l'opin:on pub! que hatienne* a envoy au Chili un dlgu spcial et offuejx. Des dt) r nts points do progrs me de cet e confrence, il n'existe ras on seul se rapportant anx rap ports particuliers des Etats amricains entte eux. Il n'est question que ds choses d'intrt gnral qui n'ont pas lait l'objet de conventions part' entires entre ces Etats. Le dlgu o fui-us, outre quilnepent avoir acc. dans les travaux du congs, se trouvera lis embarrass pour savoir .quel moment de 1 ordre du jour il devra intervenir pour soumettre ce qu on est convenu d appeler c le eu hatien . Nom avons dji parl plus on moins de cette question ; nous con servons notre crainte que le nom haitien ne sorte de at| imbroglio cou vert d'un peu plus de ridicule, et cela malgr le presiige des petsonnali ts et la bonne volont d s uns et des aunes FIAOU. ^rations de M. Pain lev <'Co/, 0po,a,OB du prsiP *£,£*"" cour perm 'pon n ,a,ern t nale tait %  tuSJ2 l ? f p,u ,e ecuni P! *i*!fc socit des na lions, a dit Mr Paiolev, mais 1 en tre des Etats Dois dans la conr c'e justice ne doit p s re considre cornue une de m -mesure, les ail i res internationales ne peuvent pas tre irai es sans la coop ation des Etats U is et son association dans la conr ma qutait un grand pas dans le progrs du monde . Dans la Rhur COILBNTZ 8— Le commissaire (tanais a inform les autorits pos fil! ffeffa.-'. %:.y<[-:W\ Il I ; et Tanlnl m i (iode et Tanin. A la fois Tonique H dpuratif. Anmie — Faiblesse gnrait Croissance dea Enfants Glandes — Scrofule Formation des Jeunes Filles Maladies do Poitrine D'an PU aptaMi, remplace avantageusement I i HUILE de FOIE de MORUE F. OOMAR A ni.8 4 C" PARI8 lr TOUTM FMftMMAWM M taies allemandes de la rgion occfl pe que si elles persistent retarder ou 4 relaser de distribuer le rouin de allis, les franais saisirc. lettres destines i l' Allemagne or cupe et les conserveroDt jusqu' ce que le couinei alit soit di txibqgrj pidemeot. % hors de la confren p a';-fnnt d su La confrence de Lausanne LAUSANNE a8— R sa Nur Bey 3 ui ve.: liiiitl l'achi est i la tte e la dlgation turque a dit aujour d'hui qu'il croyait que la Russie des sovieU signerait la convention des dtroits rdig* i la premire conf reoce de Lausanne, vo sky, dlgu de la Russie des soviets, qui est airi \ jtidi pour suivre les progrs de la corlrence, a officiellement avis les diffrentes dlgations de son arri vs Lausanne ; il s'est dcla prt recevoir toutes les communications officielle de la confrence, ajoutant que la Russie se considrait enco.e comme taisant partie intgrale de la confrence du Proche O.ieit. Les Tu.cs, quand on leur a demand d'adhrer i la convention postale in ternationale s? soit platats du main tien des bureaux de poste trangers en Turquie et particul rement Cons aatinople, insstsnt qu ,1s devraient re abolis. Les allis ont as tar hmet Pacha, le ch.f de la d;! gation tutque, que les bureaux de poste teraieat ferms nntue lement d apti les clauses du trait et en ac cord avec fab.l.uun d.-s capitula tiens en gnral loute discussiou .' Lausanne des concessions franaises et amricaines de la Turquie semble avoir t li mine pour le montent de la conf .ence du Proche Ouent. La confren ce a dcid aujourd'hui de suspendre l'examen de toutes les clauses du Irait relatives aui conceasions en at tendant le rsultat des ngociations directes Co. staotinople eu re les concessionnaires et le gouvernement cltoman' Ces conversations directes qui s'ouvritont la semaine p ochaine comprendront, pense-t'Oo, les rcla mations I aoaise soutenant que la concession lcernmeut accorde au syndicat amricain ayant i sa tte 1 amiral Chu. M est en toi il i avec l.s cencessions ac ordts antrieure ment aux compagnies danaises. La dcision dr la confrence d'au jourd'hui confirme la premire im pression que te is les efforts possibles seront faits pour viter toute discus mruains eu d L-s allis ont fl>* •• f .i, qjj tous lt> '""\ ^ ,..'***' •' c n t bien 4Ufi 'ds 1 _. :'. qu i • e s'agissait que d'une t ve et q je ion serait discute i fond -jtae si le; conventions i Cons j rhonticuii v <:,ai, mon (furaTWn du monument lev par le peuple bni tannique BRUXELLES 28En prsence du roi et de la reine des b.>lges, du cad nal Mercier, du marchal Ha'g et d un grand concourt de la p pilj t on, le p incede Galles a inaugur aujou.'d'aui le monument l v c 1 ar le peuple britannique en recoi naissan e :e l'.d: donn p>r la H • g que pendint U guerre. En prse tant au roi 1-monum nt qui rep.4 se te les soldat] britainiqurs et be' ses debout 1 un a c d I autre les b as cro'ss, le ptince a d t qu'il ta't Olflt par la na ion b.ilaamque corn me tmoignage de sa profonde et inaltrable reconnaissance l'gard de tous ctui qui ont port secou aux priso niert de IU r.e et so'dat de la G ande B.etage en dtresse. I a rappel Us Lens q i existent en r 1 s deux nal ors et ajouta que 1 am n du pas -i tait un sr garant d: l'avenir. Le roi Aib rt olf ira ce ro : i un grand banquet en l'honneur du prince de Gai es. Accord commercial russo britannique MOSCOU 2*Le m nistre d s affaires trangres de ; soviets annon ce que le lapon par l'intermdiaire de son reptseutanr i Vladivostok a propos la reprise partielle des rela tions ave la Russie d pu pr.'s sem blab e l'accord commercial russo brilanc. que que Mo cou assimile a une reconnaissance de facto. Une (ipdition srentinqor 6nan ce par 11 gouvernement a dcouve t prs di Koursk une riche lg o : mi nire -'e fer m'gntique siendan su/ uue longueur de 2 jo kilomtres et une latgeur de 2 Vilomttes. Grande expdition de li'oupes franaises en Syrie Pr\RlS 29— L France va envoyer de nouvelles ttoupes en Syrie pour Conse l d'un vieux mdecin Si vous voulez jouir d une sant tiloiisaante, Si voulez !re toujours gn'iet dis po'. Ne buvez que dv Rhum Barbancoori C'est le meilleur. toue sgreision possible des Tores. Un riombic considrable se sont dj embarqus et soit en rente pour la Syrie. U 9 t dnd d y envoyer a divisions formant un total de ao.oeo hommes de (on que le gnral IrV'eygaDd ait uue arme sutfitantt 4 sa dtapoii ica A l'heure actuelle, la France a 20000 homm-s PU Syiie, mais le liont nord s tena sur une longuiui de JOO ki omettes euviiou. Un corps de 20000 hommes y est cojeentr et des troupes de renfort sont en route Lnouvelle de es prparatifs mi litaires ont it amend ce matiap i que Monsieur Po'ncar ait un entretien de 2 heures avec v n.ral Pdl .... ji commissaire traoai Coi slan. ; opld Plu s tari, le or. de t Mi tleracrei rtQ' re ?IKrai.;i'ell qui lui a fourni de: a lormaiioes sur toute la situation. Les mesuies m litanies tjiMois semblett nsvo.r t pri.es que ccmmi picau on.car le gnral Peli ?ppor e i Lausanne un rapport de fta Jorgs entretuat avec Ismet Pach que les franc. is coasid.er.t pus encourageant que l'a.t tade d'Isme. i u confrence. France et Syrie PAU S iiO — La mission du gne rai Weyand en Syrie D'est que temporaire, a moinu qu il ne survienne des vnemeuta g aves. Aprs l'ine pection dans la rgion, le gnral 80 J mettra au -u ve nement des me sures poor pro tger les intrts fian C ii. Le Temps dola'e au public qu'on ne doit pus cioire qu'une grande expdition militaire se prpare,mair, ajoutent les |ournaux. Si la France est r na 'H m 1, ace en Syrie, sea adverrauea se repeclirout 1 romrte t-nat. t de I avei p ovoqu La liussie et la con frence d


PAGE 1

jt~* M**m MUTILI LL MA11N Le* Etat* Unis et le remboursement des frais d'cccu-* pation §n Rhena nie PARIS — Au terme de l'accord inteiv nu entre les dlgus aills, la ocftecce d'hier le traitetret t privilge sera accord aux Etais Uni, pour le reaboursemeat des I as de ion arme d'oicap tion ID Hht-natjio, ai le point juridique en suspens, relat f la situation lgale de l'Amrique l'gard de l'Allema goe peut tre rgl d'une manire satisfaisante ; l'accord Ber %  oubli la pi o. haine runion. Lea deux sec lion dicr-id nia des communst-a fiai a i*. le parti communiste uni.i s et l'union aocia'iate fdre, on.d cid de ae runir.le nouveau partie eat ci ni u tous le corn de I ar i Commun s i soi i e Tou' indiq sd que la jource du 1er Mai te a c '. me cumparativemtnt aux annea iircdeniec Dcision du Go ver nement Ilelv tique P BERNE — Le gouvernement Hel vt' m' c R % %  i < de t'e aiuhqu-> pour vendre des fcoaaors a'cu^i quea, alcra qu'ils taient en dehors des jfaux territoriales eiMricsahea-En ce concerne la limite • lovfemtal des chervins de fer et l'exploitation d?s terrains minier su .yndicat am ricain Cheft'r ' i pif> b'*f AU gota Le ministre des tiata. x pablul de Turquie s apro< sa signature pour le co vernemet t tur: et Me. sieur Clay'on Kinnec'ey peur la So cit CoDcessicnnpire MODSietflT Ches ter. fi's du contre amiral, a ga'e ment sign le document au nom du syndicat amricain. Les Cours NEW YORK 30 FftBC /4 U %  terlirg 46363 PARIS 3"— Steling 68 1/395 Dollar 14 775 Vendre donne nne nouvelle repraen^ de ia cor/die loeale a Las Fiar de Romulus > qui a eu tant du ces devant le public de Fort Prince. En'ra g^ni^^gdJne gourde Les Noirs de Saintijomi mme. Qnelquea binffil, iloui'f s, rafraichlisantes.et TM reret un mille pitd peq es* •Tamel." R.JRimU| TOBACCOCtT WiMtOl-1 N.r.hC.rOsa U.I.A, En vente dam U les Magasins FI gros el en d( Chez Centralisation, el Vr


PAGE 1

ATEO IPJMATI* feri Oild Corporatim bricaling OH Grease Huiles el Graisses jx el qualits dfianf loule concurrence Lon R r Thbaud Agent pour Harrt ,ehn & Fink, lue Prcmptilui 1 Fonde on lt'6 rioril Bas prii tpeiuiif chiniqnee, phaernaceutiqueeet au'rei arf.olea v*a I un pharmacit, Peine, Cannelle, Airelle, Aria toile, Muatade et, ele AFFINE IUT ; Marquai prive Lyiol ('ainfccleo, ParRiaaar.i, HrbarbieM, lay Ruru, Chocolat en poudre. Molle de ihrue. kmul5ion Lo'd Cream, ExtKajtfl pour faire MM (wlitte, fan de (Jufaine, Poudre contre les eeectas Sole reenaeiv^i las ,,.|s trais, Lait de Magusie, Pendre •our la leile.te des enfanis. Eiaerite de ileun, lat i,Miel pour la tabla, Moutarde,-Huile d'Olne m, Brosses dents, Pepperrnint, Huile pm elieflM %  jieiau'ir.naectee, Rgulai : Huile contre eenetipeteaa I %  toteiiins clirociquea Th, Cire tour les parqaete, flMMbf ""klpicea, Sirops divers, femturee diversce, Vine. ete, re, e* laratalcgue dce ppcielit^s. iw eemmand. H LEHN & FINK, lac; veoi arrea abselaatea Ibsennes pharmaeiee du paye s'approvisionnent ca. a] LBfl Lon R. Thbaud • Agent excluait pour Haiei VVILS0\ & Go CBICAOO^ILU [anlgue pure Lard intgue de famille Beurre wilsco Huile^de Coton mess[|]pork CIear| Pork Bœuf|Sl etc towndez les Produits de * 4 Co. Ils sont irr* tables. Lon R. Thbaud %  •(uatf MDICATION AR3 EN IO-PHO^ .-.:j:C£ OftQANIQUi le plus PUISSANT RECONSTITUANT Gnral FORMES : Elixlr — Granul — Comprime mulslon — Concontro — A.npoulca. •>. %  > %  •: %  • %  M ,,Ml i tiItittsVorttnlsmBtUblUUrlMe tA SlllXlO B,DIUII0W5 JIM mtdication rparatrice pulstant. Laboratoire NVDii s-^r %  * I .(h mm im>mm*immm MM* • Le patutbot t aV.-R* %  ibael • venant de le Martinique et La Gaadeloepe va Sto-Doming est attende le 7 Mai et repartira le mme jour pour San tago de Cuba. De retour Port-au-Piinee le 10 Mi il repa tira le mme jour pour Les Cayes, Iacme\ Sta Domingo, Ma coii% Miyigofx, San luan, BuseTerre et tort de FrancePort au Prince et Avril 19st L'Agent, E. ROblLIN 000 La paquebot Martinique • parti de Bordeaux le 24 courant eat ait en dn 4 Port ai Prince le 8 Mai fia Cap Haiiiea 11 repartita le aamt jour pour Saa tiago de Ciba, Gaeilves et PetitGcTe. De retour Port au Prince le i) Mai il repartira le maae jour eaar fa Haitien Sm foan a Corogne et le Hivre. Port au Prince af Avr l 1915 U'Ageof, B. ROBEL1N Grande LoUrie de La Havane Qroa lot 100.OU dollars • Les amateure aont informe i*> 'arrive aes billets pour le tirane do KO Avril VisSt de la liste au SI Uere eoal. Yente's" comptant CARI.OS R. CAStlLLC Rue **iiu fmT ATTENTION! Le Meilleur Beurre de table, vrita ble et vur produit du lait de\^vacne t?#f, *an* conteste, le BEURRE DANOIS LE. BRUUN hi apprci d s eonnaiteurs, qui se vend en dtail chez : lope Rivera, *9. e* iV. Sada $• Go, Chs Picoulet, Joeph Bourrelly,S mon Vieux, Alfred Vieux E> Alvarez, etc Pour tout achat en gros ou commin de l'tranger, s'adres er l'agent gnral pour Haiti 1,. PREETZlANN-AGGSEftHOUI Hue du Quni t 1617 H iuperiai Consolidated Company Suce, e E. A, Carasao & Sons tablie en 1904 2 K(Ctor Street, NEW-YORK, USA. Cuirs et peaux Seule distributeurs des muqussre nommes : NOBILISJUD — RIX CALP FORT1S 51DIS etc \ Tieeue et (otonnadeH Prodnitt ^huientnirfs peo. FAN'MB, Ag-nt Exclusif pour Bai'l Port-au-PriacV. • r f



PAGE 1

I1*1111 rduque l'Intestin Constipation Entrite Vertiges Dyspepsie Migraines Pour rester en bonne sant prenez chaque soir un comprim de JVBOL • $1 ro* anetirei valent t>u, n • %  rtm chaque oir quelques eotrtlrnliea ae }*>, 1 rendre i leur l.'Ulto persl* psf Irtiui do drogue, et M tavetuehti. son elajillt el si unipiettr. 'in ••' %  • '" %  fn^VrvIce U rexoiirre •• Il rteinoatiou Itiiiiii'iale M admirablement rtilil* par i* Jubel. p'i *lr rhmoire do dyiiM* eonipierju.fte f** a<"HT B"*** iltit'ie il! •" Fn revanche. l'bumsivU* 0| dauft. .ic r.' RVtin* llr ,..; '.' a i. • •• i iafl II' **0 lIMrafrei, autant que IM MliWi. a* nreai • muiei : %  J poque*. If MMM scMMnA DfhH~o. de I* m u • ted**MM de MoaipHltw %  • HEMORRODES %  %  JilBOI.ITOIP.ES : Suppositoire* anflkmomjlqua, a'.manlt, eVono*NMMHM je DCII.IT AM Cimmaff contre U$ hmorrode* r.tlcrnei .1 i liuli'lu n l V'.W. .ii. 1; iiI' Jubol. rgulateur ae l'Intestin, fixe une heure constant," aux Jubotlss tXTRAlTS BILIAIRE du %  •ctcuf Menuet HCguUiritenl U* fenitfnt du fut Vaillant tt douai i/nh ] gAn4raax,'a7J Hii>l Mafia. de l'Eut CHAPEAUX CHAPEAUX La maison H.SIVRA vieill de recevoiif d'IlannlF'f^ I'HIIMATIHMAI *\ L- -J Vi-ii.U.kO 1.1J-.'X/. S iol.a/.LUiJ. I • ^,. r ) ; mm %  • : I i pme /nie qualits. %  "IL N'AVAIT PLUS LA FORCE DBMARCHER." ./. -"• AUDE ASHBY nous crivait U 12 jw.'rert .'• ta^tuvtU* •tsawc J rvi u, es.de couvert ion %  f 1* !•-; %  > %  > .' f! %  %  • ii FullouShoe Polijli Company lue. beau York ** 4 .S/ INM Mwfc( brltjtr la peau de vos (bjuuurt S, tv..j vuw/^.mwr w n//M /..,,...•,,! <( tfi#rtV/ Si ma v0uU{ la ioulmt a lu uuipkm i* t., tkussurn posant la k feif J j-.;/., }(uV, cU.'Jjrtc Jev |>ilx e^cepltmrvillVi rt£itor a ia l'imu acie paurlea renseigneneuw liiilyos d'urines et


PAGE 1

l7K* uiuto No 5-B96 POHT^UPHIWCK O-HAITl^ MEIVGMDI MAI DMEOMUI PIKrFRIITMRIe IMPfUMCOt; CJit May loue BOISiVMRNA M KM Aaricatae W UMBRO20 C BNTIMBS Quotidien TELEPHONE No'242 Ne faites rien par esprit le parti ou par raine gloire : que chacun de TOUS au lieu de ionsidrer ses ^propres iutrts "Jcousidre (Uiuisi eaux des autres* I U1LIPFIENS a 3 %  •.* %  FftRIUADE itiefoii, Ici finances ces Etats, fin nces puthqu, cousullaoe patlie secrte du gouver lit, Avec le progrs des temps I le diTelof pement des Iboiies des iMr, Ira finance 1 et leur adminis•oiambreni dans le domaine lie "Il partie secrte des affaires goo1 —mentales devint alors, principa jt, la diplomatie ; et la cho e bit di toi, vu que la diplomatie est 1 traitement des s Maires de l'Etat II leurs rapports avec les Etats HB|eri et qu il convient ncessaire tat d'observer de la circonspection tt IB tel domaine. Ce ne serait la peine, peur les gouvernements, m montrer citcoufpecta et discrets •M l'intrt mme de fa chose na le ai l'opinion publique devait Nilorœe et autoriae a'occuper IwaitilioDj dans ia %  p', ; %  dai 1 la tournure des 1 flaire a Mita a (ait que peu a peu la di tait elle-mme a perdu de son petre secret. Tout en observant, Jji choses tn traitement, la dia "~i ncessaire pour le calme et odwce Jes ngociations; il i pins possible de ga der secret fie ra(. Dans la Rhur COBLBNTZ ni— Le commissaire franais a inform les autorits pos vance entre les gcuvemements int tesss par leurs reprsentants autori ses, communiqu la presse aria que l'opinion publique des divers psys &'eanpaie des questions et prpar ; ponr les gouvernements, lest solu lions'auxquelles il onvientjde|sarr ter. .jCeia a eu'heo 'pour la^Confrence actuelle qui se tient au Chili enti; Etats panamricains. Le c .VJonneur a, il y a quelques semaines publi le programme de cette confrence. Or. une chose tonne, en se qui coBccrne Hati ; cest que persoane, d* -, notre presse, n'a eu l'air de s'in tresser aix d fl reats points de ce f nog.amme. il faut bien dire qu: si e gouvernement haitieu attendait de l'o-jiuion publique qu'elle doasat ses con lus uns sur te! ou tel le ce. pointa pour s en inspirer lui mme, il se serait trouv perplexe et dsem par. Et, tan:., c* n'est -a: aue nous nons soyons pas occupe de La cool rence et de c: qui doit y re en qaas lion, puisque, cure le d ligu effi ciel du gouvernement hatien, nue organist on, qui te flatte de repr senter l'opinion pub! que hatienne. a envoy au Chili un dlgu spcial etof:ejz. Des d'il r nts points du prograrn me de cet e confrence, il n'existe pas an seul se rapportant aux rap ports particuliers des Etats amenai in i entte eux. Il n'est question que d; choses d'intrt gnral qui n'ont pis fait l'objet de conventions part' culires entre ces Etats. Le dlgu o fuie us, outre qu il ne peut avoir acc. dans les travaux du congrs, se trouvera tis embarrass pour sartir .quel moment de 1 ordre du jour il devra intervenir pour soumettre ce qu on est convenu d appeler c le cas hatien . Nom avoni dj parl plus on moins de cette question ; nous coa servons notre crainte que le nom hatien ne sorte de fc| imbroglio cou vert d'un peu plus de ridicule, et cela malgr le prestige des peisoanali ts et la bonne volont d s uns et des aunes. FIAOU. (iode et Tanin) ' %  • A la fois Tonique H Dpuratif. Anmie — Faiblesse gnrale Croissance dea Enfants Glandes Scrcfnb Formation des Jeunes Filles Maladie: do Poitrine D'un cot agrable, remplace avantageusement m I HUILE de FOIE de MORUE V • COMAR ni.8 A C" PARIS T TOUT rH.KM.iiu E paruains en d L*s allis ont %  i.,— . „ up *. des su taies fllemtndes de la rgion occoj pe que si elles ptrsistent i retarder ou refuser de distribuer le rouinet det allis, les franais saisirc lettres destines l'Alltung ie or cupe elles conserveront jusqu' ce que le couinei alli soit di ttiboera pidement. • %  • -'pkw* -. ^ r'i ia# 1 La confrence lnSuffiira de Lausanne LAUSANNE 38— R zi Wur hors de la coDfren p a s .-fratri d tous it* *—K& •is ent bien 1— :'qui r e s'agijsait que d'une t ve et q je 1 ion serait d^cute 4 fond t. si les conventions i Cons crionau %  k Bey I ui rvec 1 iinti l'achi est i la tie e la dlgation turque a dit aujour d'hui qu'il croyait que la Russie des soviets signerait la convention des dtroits rdig; i la premire conf rence de Lausanne. v o sky, dlgu de la Russie des soviets, qui est airi \ ]udi pour suivre les progrs de la confrence, a officiellement avis les ditfren'es d'.gatioas de son arrr v; Lausanne ; il s'est dclar prt recevoir toutes les communications officielle de la confrence, ajoutant que la Russie se considrait enco.e comme taisant partie intgrale de la confrence du Proche O.ieit. Les Ta/es, quand on leur a demand d'adhrer la convention postale in ternationale s; sont plaiats du main tien des bureaux de poste trangers tn Turquie et particul rement i Cons aatinople, insstant qu ils devraient re abolis. Les allis ont as sure Ismet Pacha, le ch.f de la dii galion turque, que les bureaux de poste seraient ferms ventue lement d apri les clauses du trait et en ac cord avec l'ab.l.tion des capitula tions en gnral Toute discussion i) Lausanne des concessions franaises et amricaines de la Turquie semble avoir t li mine pour le moment de la conf .eace du Proche Onent. La confren ce a dcid aujourd'hui de suspendre l'examen de toutes les clauses du trait relatives aux concessions en at tendant le rsultat des ngociations directes i Co. stantinople en re les concessionnaires et le gouvernement cltoman* Ces conversations directes qui s'ouvriiont la semaine p ochaine comprendront, pense-t'OP, les rcla mations f ancaiati soutenant que la cjLCtssioj jcemmtut accorde au sytdicat amricain ayant sa tte 1 amiral Che-Ur est en coi A ; avec l'.s concessions ac ordts antrieure ment aux compagdea danaises. La dcision d* 'a confrence d'au jourd'hui confirme la premire im preasion que te os les efforts possibles seront f;its pojr viter toute discus ition au monument lev par le peuple br4 tannique BRUXELLES 28-. En prsence du roi et de la reine des belges, du ca d nal Mercier, du marchil lla'g et d un grand concoure de la p pila t on, le p iocede Galles a inaugur aujon.-d'aui le monument l v c j-ar le peuple britannique en nco 1 naissin.e i V. d: donn pir la B; gquependinil gjerre. En prse tant au roi 1* monum ut qui rep se te us soldats britainiqus et be t es debout l'un c' d1 autre les as cro ses, le prince a d t qj;i ta t clfeit par la nation b.ilaonique corn me tmoignage de sa profonde et inaltrable reconnaisiance 1 gard de tous ctux qui ont port secou aux ptifOrnitn de ; u r.e et so'dat de la G ande B etig e en dtresse. I a rappel Is l.ens q i exhtent en r 1 s deux nat ors et ajouta que 1 am n du p*s.>i tait un sur garant d: l'avenir. Le roi Alb ri off ira ce . 0 1 un grand banquet en l'honneur du prince de (iaj es. Accord commercial russo britannique MOSCOU 28Le m nistre d s affaires trangres des soviets snnon ce que le lapon par l'intermdiaire de son reprsentant. 1 Vladivostok a propos la reprise partielle des rela tiona ave la Ri sic d peu pr.s sem blab e l'accord commercial russo biilanr. que que Moscou assimile i une reconnaissance de facto. Une expdition scentifiqor finan ce pu II gouvernement a d:ouve t prs di Kounk une riche n'go mi nire 'e fer m'gntique s 'endan sur une longueur de 2}o kilomtres et une laigeur de 2 kilomtres Grande expdition de troupe* franaises en Syrie PMUS 29— La France va envoya de nouvelles tioupes en Syrie pour Consc l d'un vieux mdecin Si vous voulez jouir d'une isnt tiloiissaote, Si voulez tre 'oujouis gn'set dis po=, Ne buvez que dp ii.iiiia. Barbancoort C'est le meilleur. tootl jgreision possible des Tura. Un bombic considrable se sont dj embarqus et soi t en rcute pour la Syrie, il 9 t dcid d y envoyer a divisiors tormantun total de so.ooo hommes de f.con que le gnral v\'eygaDd ait uue arme sutuatt 4 sa dispoil icn A l'heure actuelle, la France a 20 000 homms ^n lyiie, mais lt dont nord stenj sur une loagu.ui de jjoki omtres enviiosu Un corps dt 2 J 000 hommes y est concentr et des tioupes de renfort sont en route. L* nouvelle de c s prparatifs mi litaires ont t anrcnjfj ce matiap es que Motsieur Po'ncar ait un entretien.de 2 heures avec .„ "• ri Ptll „.ji commissaire traoai i CJI sta, oplc. Plus taxi, !e or. de t Hlterairri reTJle^RerlJt'eU qui lui a fourni de; 11 fjrmaiions sur toute la situation. Lts mesuies m litauts taSUfois seinbleLt nsvo.r t pri.es que cemnu picau on.iar le gnral Pelle ?ppor"e 1 Lausanne un rapport de s>s lorgs eatretuni avec Ismet Psch q^c ltsfra".is coasid.eot pus encourageant que l'ait tade dlsme. i la confrence. France et Syrie PAU S 90 — La mission du guo rai Weyand en Syrie D'est que temporaire, a munis qu il ne survienne des vnuii u.s g aves. Aprs Pins pection dans la rgion, le gnral ao J mettra au go ve nement des sao sures pour pro *ger les intrts fian is. Le Temps dJa*e au public qu'on ne doit pab cioire qu-uue grande expdition m l.tu ru ce prpare,inair ( Bjuuient les (ouinaux; -Si la France est temaia menace en Syrie, ses adverraues se repi t. liront prompte malt de 1 avei p 1 vo pi La liussie et la con frence dv Lausan* LAUSANNE La France a frsncheniHnt it. toi mi la Turquie qu'elle n'aime la concent at on des troupes turque* sur la frontire .Syrienne,at qn ai e'etst une menace, la France refu-e d tre u.timide et renforcera si H troupes en Syrie, si ele le juge ncessaire. Mr Voro. sky reprsentai Russie, des Soviets u envoy i la confrence de la raix du Levant, une pro esta lion prtendant que la Hussie est eiclue 11 m rairement dn la confrence. Monsieur V. ronsky duc are qu'une telle dcision est une viola* lion directe l'invitation envoye la Russie par la Grandj^Bretagne la France et l'Italie, avana 1re con frence de Lausanne. H ajoute qae la Itjssie ne peut acceptei l'Ultima tum de a confrence, disant que ls gouvernement des Soviets doit ai* gner une conveuiion lisant le atatut des dtrna avant d'tre admise la cot.fience. sion entre les intrts franais et protger le territoire mandat centre APPRENEZ L'ANGLA.SIN, Etudiant lu M uutes r>ar kwar sans pioiceiiBur Ltenultute buina nants epra quelques leejone. fcj Ses garanti par critlaollVttKaAL lliSIWFWlb '9) 99M W. MNHFYQA Ecaiie pour rtinsniyriniBnm *r^f il


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05918
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 02, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05918

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
l7K* uiuto No 5-B96
POHT^UPHIWCK O-HAITl^
MEIVGMDI MAI
DMEOMUI PIKrFRIITMRIe
IMPfUMCOt;
CJit May loue
BOISiVMRNA
M Km Aaricatae
WUMBRO20CBNTIMBS
Quotidien
TELEPHONE No'242
Ne faites rien par esprit le
parti ou par raine gloire :
que chacun de tous au lieu
de ionsidrer ses ^propres
iutrts "Jcousidre (Uiuisi
eaux des autres*
I U1LIPFIENS a 3
.*
FftRIUADE
itiefoii, Ici finances ces Etats,
fin nces puthqu, cousu-
llaoe patlie secrte du gouver
lit, Avec le progrs des temps
I le diTelof pement des Iboiies des
iMr, Ira finance1* et leur adminis-
oiambreni dans le domaine
lie
"Ilpartie secrte des affaires goo-
1mentales devint alors, principa
jt, la diplomatie ; et la cho e
bit di toi, vu que la diplomatie est
1 traitement des s Maires de l'Etat
II leurs rapports avec les Etats
HB|eri et qu il convient ncessaire
tat d'observer de la circonspection
tt ib tel domaine. Ce ne serait
la peine, peur les gouvernements,
m montrer citcoufpecta et discrets
M l'intrt mme de fa chose na
le ai l'opinion publique devait
Nilore et autoriae a'occuper
IwaitilioDj dans ia p', ;
dai1, la tournure des 1 flaire a
Mita a (ait que peu a peu la di
tait elle-mme a perdu de son
petre secret. Tout en observant,
Jji choses tn traitement, la dia
"~i ncessaire pour le calme et
odwce Jes ngociations; il
i pins possible de ga der secret
fie ra( i'tques. Aujourdhai, la d plo
J, aornme les finances, se (ait I
wtit, et Ion aait qu il (ut m
itnpnncip convenu, d ns le
oea ngociations du trait de
diplonatieaecite.
IJjJtiplicaUon des congrs el
E?.Me? IO,"--onaux est ve
!*1 tomber de plus en pus les
wwintematioaales, qui on
"lourdnui presque tous les
S!/ 8 lts P'ociupatio s
jSS A ,,heu,e cllte
Wrence, internat.onalea ayant
^jl-mnt.el une sor.e dicter
oogouve^mentaeetadmi
e*BWB U,t *ue l'C,ion
que nombie de questionsae
pjj^ collaboration entre gou
SS dC CM co8 s
0lee-ttoujours arre l'a
Pa Gable
Nouvelles Etrangres
^rations de
M. Pain lev
^j;M'Pa!P.in'ev_ aocen
lti Sue^ftCn0n,e:l dclar au,ou:
F*01- Ditr atmadD que les E-
Kffip?-lltcur-wi
^Portai
Mi
! lBiti """ venu*
K' iai^" ""nationale tait
corn
pr
MM
4-f!!l it de
tions, a dit Mr Paiolev, mais 1 en
tre des Etats Unis dans la cour ce
justice ne doit p s re considre
comme une denvmesure, les a(( i
res internationales ne peuvent pas
tre trai es sans la coop ation d s
Etats U is et son association dans la
cour traquerait un grand pas dans
le progrs du monde >.
Dans la Rhur
COBLBNTZ ni Le commissaire
franais a inform les autorits pos
vance entre les gcuvemements int
tesss par leurs reprsentants autori
ses, communiqu la presse aria que
l'opinion publique des divers psys
&'eanpaie des questions et prpar ;
ponr les gouvernements, lest solu
lions'auxquelles il onvientjde|sarr
ter.
.jCeia a eu'heo 'pour la^Confrence
actuelle qui se tient au Chili enti;
Etats panamricains. Le c .VJonneur
a, il y a quelques semaines publi
le programme de cette confrence.
Or. une chose tonne, en se qui
coBccrne Hati ; cest que persoane,
d* -, notre presse, n'a eu l'air de s'in
tresser aix d fl reats points de ce
fnog.amme. il faut bien dire qu: si
e gouvernement haitieu attendait de
l'o-jiuion publique qu'elle doasat
ses con lus uns sur te! ou tel le ce.
pointa pour s en inspirer lui mme,
il se serait trouv perplexe et dsem
par.
Et, tan:., c* n'est -a: aue nous
nons soyons pas occupe de La cool .
rence et de c: qui doit y re en qaas
lion, puisque, cure le d ligu effi
ciel du gouvernement hatien, nue
organist on, qui te flatte de repr
senter l'opinion pub! que hatienne.
a envoy au Chili un dlgu spcial
etof:ejz.
Des d'il r nts points du prograrn
me de cet e confrence, il n'existe
pas an seul se rapportant aux rap
ports particuliers des Etats amenai in i
entte eux. Il n'est question que d;
choses d'intrt gnral qui n'ont
pis fait l'objet de conventions part'
culires entre ces Etats. Le dlgu
o fuie us, outre qu il ne peut avoir
acc. dans les travaux du congrs, se
trouvera tis embarrass pour sartir
.quel moment de 1 ordre du jour il
devra intervenir pour soumettre ce
qu on est convenu d appeler c le cas
hatien .
Nom avoni dj parl plus on
moins de cette question ; nous coa
servons notre crainte que le nom
hatien ne sorte de fc| imbroglio cou
vert d'un peu plus de ridicule, et ce-
la malgr le prestige des peisoanali
ts et la bonne volont d s uns et
des aunes.
FIAOU.

(iode et Tanin) '
A la fois Tonique H Dpuratif.
Anmie Faiblesse gnrale
Croissance dea Enfants
Glandes Scrcfnb
Formation des Jeunes Filles
Maladie: do Poitrine
D'un cot agrable, remplace avantageusement m
I HUILE de FOIE de MORUE V
COMAR ni.8 A C" PARIS t tout rH.KM.iiu
E
paruains en d
L*s allis ont
i.,
- .........
up *. des
su
taies fllemtndes de la rgion occoj
pe que si elles ptrsistent i retarder
ou refuser de distribuer le rouinet
det allis, les franais saisirc......
lettres destines l'Alltung ie or
cupe elles conserveront jusqu' ce
que le couinei alli soit di ttiboera
pidement.
-'pkw* -. ^ r'i ia# 1
La confrence lnSuffiira
de Lausanne
LAUSANNE 38 R zi Wur
hors de la coDfren
p as .-fratri d
tous it* *K&
is ent bien
1 :'qui
r e s'agijsait que d'une t ve et q je
1 ion serait d^cute 4 fond *
t. si les conventions i Cons
crionau
k
Bey
Iui rvec 1 iinti l'achi est i la tie
e la dlgation turque a dit aujour
d'hui qu'il croyait que la Russie des
soviets signerait la convention des
dtroits rdig; i la premire conf
rence de Lausanne. vo sky, dlgu
de la Russie des soviets, qui est airi
\ ]udi pour suivre les progrs de
la confrence, a officiellement avis
les ditfren'es d'.gatioas de son arrr
v; Lausanne ; il s'est dclar prt
recevoir toutes les communications
officielle de la confrence, ajoutant
que la Russie se considrait enco.e
comme taisant partie intgrale de la
confrence du Proche O.ieit. Les
Ta/es, quand on leur a demand
d'adhrer la convention postale in
ternationale s; sont plaiats du main
tien des bureaux de poste trangers
tn Turquie et particul rement i
Cons aatinople, insstant qu ils de-
vraient re abolis. Les allis ont as
sure Ismet Pacha, le ch.f de la dii
galion turque, que les bureaux de
poste seraient ferms ventue lement
d apri les clauses du trait et en ac
cord avec l'ab.l.tion des capitula
tions en gnral
Toute discussion i) Lausanne des
concessions franaises et amricaines
de la Turquie semble avoir t li
mine pour le moment de la conf
.eace du Proche Onent. La confren
ce a dcid aujourd'hui de suspendre
l'examen de toutes les clauses du
trait relatives aux concessions en at
tendant le rsultat des ngociations
directes i Co. stantinople en re les
concessionnaires et le gouvernement
cltoman* Ces conversations directes
qui s'ouvriiont la semaine p ochaine
comprendront, pense-t'OP, les rcla
mations f ancaiati soutenant que la
cjLCtssioj jcemmtut accorde au
sytdicat amricain ayant sa tte
1 amiral Che-Ur est en coi A ; avec
l'.s concessions ac ordts antrieure
ment aux compagdea danaises.
La dcision d* 'a confrence d'au
jourd'hui confirme la premire im
preasion que te os les efforts possibles
seront f;its pojr viter toute discus
ition au
monument lev
par le peuple br4
tannique
BRUXELLES 28-. En prsence du
roi et de la reine des belges, du ca d
nal Mercier, du marchil lla'g et
d un grand concoure de la p pila
t on, le p iocede Galles a inaugur
aujon.-d'aui le monument l v c
j-ar le peuple britannique en nco 1
naissin.e i V. d: donn pir la B;
gquependinil gjerre. En prse
tant au roi 1* monum ut qui rep
se te us soldats britainiqus et be
tes debout l'un c' d- 1 autre les
as cro ses, le prince a d t qj;i ta t
clfeit par la nation b.ilaonique corn
me tmoignage de sa profonde et
inaltrable reconnaisiance 1 gard
de tous ctux qui ont port secou
aux ptifOrnitn de ; u r.e et so'dat
de la G ande B etig e en dtresse. I
a rappel Is l.ens q i exhtent en r
1 s deux nat ors et ajouta que 1 am
n du p*s.>i tait un sur garant d:
l'avenir. Le roi Alb ri off ira ce . 0 1
un grand banquet en l'honneur du
prince de (iaj es.
Accord commercial
russo britannique
MOSCOU 28- Le m nistre d s
affaires trangres des soviets snnon
ce que le lapon par l'intermdiaire
de son reprsentant. 1 Vladivostok a
propos la reprise partielle des rela
tiona ave la Ri sic d peu pr.s sem
blab e l'accord commercial russo
biilanr. que que Moscou assimile i
une reconnaissance de facto.
Une expdition scentifiqor finan
ce pu II gouvernement a d:ouve t
prs di Kounk une riche n'go mi
nire 'e fer m'gntique s 'endan
sur une longueur de 2}o kilomtres
et une laigeur de 2 kilomtres
Grande expdition
de troupe* fran-
aises en Syrie
PMUS 29 La France va envoya
de nouvelles tioupes en Syrie pour
Consc l d'un vieux
mdecin
Si vous voulez jouir d'une isnt
tiloiissaote,
Si voulez tre 'oujouis gn'set dis
po=,
Ne buvez que dp
ii.iiiia. Barbancoort
C'est le meilleur.
tootl jgreision possible des Tura.
Un bombic considrable se sont dj
embarqus et soi t en rcute pour la
Syrie, il 9 t dcid d y envoyer a
divisiors tormantun total de so.ooo
hommes de f.con que le gnral
v\'eygaDd ait uue arme sutuatt 4
sa dispoil icn A l'heure actuelle, la
France a 20 000 homm- s ^n lyiie,
mais lt dont nord stenj sur une
loagu.ui de jjoki omtres enviiosu
Un corps dt 2 j 000 hommes y est
concentr et des tioupes de renfort
sont en route.
L* nouvelle de c s prparatifs mi
litaires ont t anrcnjfj ce mati-
ap es que Motsieur Po'ncar ait
un entretien.de 2 heures avec .
" ri Ptll .ji commissaire traoai
i Cji sta- oplc. Plus taxi, !e or.
de t Hlterairri reTJ- le^RerlJt'eU
qui lui a fourni de; 11 fjrmaiions
sur toute la situation. Lts mesuies
m litauts taSUfois seinbleLt nsvo.r
t pri.es que cemnu picau on.iar
le gnral Pelle ?ppor"e 1 Lausanne
un rapport de s>s lorgs eatretuni
avec Ismet Psch q^c ltsfra".is
coasid.eot pus encourageant que
l'ait tade dlsme. i la confrence.
France et Syrie
PAU S 90 La mission du guo
rai Weyand en Syrie D'est que tem-
poraire, a munis qu il ne survienne
des vnuii u.s g aves. Aprs Pins
pection dans la rgion, le gnral
ao j mettra au go ve nement des sao
sures pour pro *ger les intrts fian
is.
Le Temps dJa*e au public qu'on
ne doit pab cioire qu-uue grande
expdition m l.tu ru ce prpare,inair(
Bjuuient les (ouinaux; -Si la France
est temaia menace en Syrie, ses
adverraues se repi t.liront prompte
malt de 1 avei p 1 vo pi
La liussie et la con
frence dv Lausan*
LAUSANNE La France a frsn-
cheniHnt it.toi mi la Turquie qu'elle
n'aime la concent at on des troupes
turque* sur la frontire .Syrienne,at
qn ai e'etst une menace, la France
refu-e d tre u.timide et renforcera
si h troupes en Syrie, si ele le juge
ncessaire.
Mr Voro. sky reprsentai Russie,
des Soviets u envoy i la confrence
de la raix du Levant, une pro esta
lion prtendant que la Hussie est
eiclue 11 m rairement dn la conf-
rence. Monsieur V. ronsky duc are
qu'une telle dcision est une viola*
lion directe l'invitation envoye
la Russie par la Grandj^Bretagne la
France et l'Italie, avana 1re con
frence de Lausanne. H ajoute qae
la Itjssie ne peut acceptei l'Ultima
tum de a confrence, disant que ls
gouvernement des Soviets doit ai*
gner une conveuiion lisant le atatut
des dtrna avant d'tre admise
la cot.fience.
sion entre les intrts franais et protger le territoire mandat centre
APPRENEZ L'ANGLA.SIN,
Etudiant lu M uutes r>ar kwar
sans pioiceiiBur Ltenultute buina
nants epra quelques leejone. fcj
Ses garanti par crit-
laollVttKaAL lliSIWFWlb
'9) 99M W. MNhF-YqA
Ecaiie pour rtinsniyriniBnm
*r^-
f
il


l7nE* Wim No 5996
PORTflUPRWCK 0N0U)
MERCREDI S MAI i**
DHRflHUft PROPRIETAIRE s
IMP1UMIUK
IClmeiit Mogloia
BOISjVSRrM
Mi, Bue Aaricatat
LuMBRO20CBNTIMBS
Quotidien
TELEPHONE No'242
Ne faites n'eu par esprit de
parti ou par vaine gloire :
que chacun de vous an lieu
de considrer ses {propres
iatrts "^considre <-aaisi
ceux des autres.
i HILIPFIBNS a }
.
Fakiiiade
CHILI
iitieloii, les fi d in et s des Etats,
I*ci\bc fin nces ptthqtief, cccsii-
tnne partie secrte du gouver
t. Avec le progrs des temps
llcdTetocpement des Iboiies des
iMr, le finances et leur admiras-
se tombrent dans le domaine
'lapirtie secrte des allaites got-
"tmentslts devint alors, principe
_.if, la diplomatie ; et la cho e
-lit de toi, va que la diplomatie est
luaitement des suaires de iFtat
il lenri rapports avec les Etats
twjtri et qu il convient ncessaire
al "observer de la circonspection
xi in tel domaine. Ce ne serait
Il peine, peur les gouvernements,
IM mooirer circonspects et discrets
^ l'intrt mme de la chose na
nie si l'opinion publique devait
i Jalonne et autorise s'occuper
(.tiens c'ans sa rpV ;
a', la tournure des s flaires
a lait que peu a peu la di
eile-mme a perdu de son
re secret. Tout en observant,
m choses tn traitement, la dia
* sisire pour le calme et
ndince des ngociations; il
PWpiosporsible de ga dei secret
bile mne des ufgo.iations di
tiques. Aujourdhei, la d p'.o
* rame les finances, se fait
Mit, et Ion sait qu il fut m
pnncip convenu, d ns le
pnittei ngociations du trait de
JJ Versailles, qu'.l n'y auiait
matploaatiesecite.
l|jn>;ltiplicaiion des congrs et
iI!?Be? ln,"a'onaux est ve
JJJ tomber de plus en p os les
wnnntei nation aies, qui ou
Usjonrdhu. presque tous les
E?:*A ,heuit acluelle a
iBtd'n,lemo^e, ce sont
WMCtt internationale ayant
^J tssentieluLesor.eduter
on gouvernemema'e et admi
jwveinemenii devient moins
B|eq"eniDoab"deqosiionsse
gJ^coiUboiaUon entre gou
%!de " f0D s et
wettoujours arrei l'a
C*tole
welles Etrangres
vance entre les gouvernements int
resss par leurs reprsentants autori
ts, communiqu la presse a tin que
l'opinion publique des divers psys
s'eanpaie des questions et prpai ;
pour les gouvernements, len solu
tions^auxquelles il sonvientjde|ssrr
ter.
.j;Ceia a ru jieu |pour la^Confrence
actuelle qui tient au Chili enti;
ritais panamricains. Le Moniteur
a, il y a quelques semaine?, publi
le programme de cette cootience.
Or. une chose tonne, en se qui
concerne Hati ; c eet que personne,
dans notre presse, D' en l'air de s'in
ttresser acz d fl rente points de ce
prog.anime, il tant bien dire que ai
le gouvernement hatien attendait de
l'o-jiuion publique qu'elle do o ait
ses con louons sur tel ou tel de ce.
points pour s'en inspirer lui mme,
il se serait trouv perplexe et dsem
par.
Et pcui tant,'C* n'est -.afflue nous
nons soyons pas occups de la cont
rence et de et qui doit y re en qoas
tion, puisque, eu rr le d lgu olfi
ciel du gouvernement hatien, nue
organist oi, qui te flatte de repr
senter l'opin:on pub! que hatienne*
a envoy au Chili un dlgu spcial
et offuejx.
Des dt) r nts points do progrs
me de cet e confrence, il n'existe
ras on seul se rapportant anx rap
ports particuliers des Etats amricains
entte eux. Il n'est question que ds
choses d'intrt gnral qui n'ont
pas lait l'objet de conventions part'
entires entre ces Etats. Le dlgu
o fui-us, outre quilnepent avoir
acc. dans les travaux du congs, se
trouvera lis embarrass pour savoir
.quel moment de 1 ordre du jour il
devra intervenir pour soumettre ce
qu on est convenu d appeler c le eu
hatien .
Nom avons dji parl plus on
moins de cette question ; nous con
servons notre crainte que le nom
haitien ne sorte de at| imbroglio cou
vert d'un peu plus de ridicule, et ce-
la malgr le presiige des petsonnali
ts et la bonne volont d s uns et
des aunes
FIAOU.
^rations de
M. Pain lev
<'Co/,0po,a,OB du prsi-
P *,*"" cour perm
'pon n, ,a,erntnale tait
tuSJ2l?fp,u.,e- ecuni
P!*i*!fc socit des na
lions, a dit Mr Paiolev, mais 1 en
tre des Etats Dois dans la conr c'e
justice ne doit p s re considre
cornue une de m -mesure, les ail i
res internationales ne peuvent pas
tre irai es sans la coop ation des
Etats U is et son association dans la
conr ma qutait un grand pas dans
le progrs du monde .
Dans la Rhur
COILBNTZ 8 Le commissaire
(tanais a inform les autorits pos
fil! ffeffa.-'.
%:.y<[-:W\ Il I ;
et Tanlnl m i
(iode et Tanin.
A la fois Tonique H dpuratif.
Anmie Faiblesse gnrait
Croissance dea Enfants
Glandes Scrofule
Formation des Jeunes Filles
Maladies do Poitrine
D'an PU aptaMi,remplace avantageusement I
i HUILE de FOIE de MORUE
F. OOMAR A ni.8 4 C" PARI8 lr toutm FMftMMAWM m
taies allemandes de la rgion occfl
pe que si elles persistent retarder
ou 4 relaser de distribuer le rouin
de allis, les franais saisirc.___
lettres destines i l'Allemagne or
cupe et les conserveroDt jusqu' ce
que le couinei alit soit di txibqgrj
pidemeot.
%
hors de la confren
p a'- ;-fnnt d
su

La confrence
de Lausanne
LAUSANNE a8 R sa Nur Bey
3ui ve.: liiiitl l'achi est i la tte
e la dlgation turque a dit aujour
d'hui qu'il croyait que la Russie des
sovieU signerait la convention des
dtroits rdig* i la premire conf
reoce de Lausanne, vo sky, dlgu
de la Russie des soviets, qui est airi
\ jtidi pour suivre les progrs de
la corlrence, a officiellement avis
les diffrentes dlgations de son arri
vs Lausanne ; il s'est dcla prt
recevoir toutes les communications
officielle de la confrence, ajoutant
que la Russie se considrait enco.e
comme taisant partie intgrale de la
confrence du Proche O.ieit. Les
Tu.cs, quand on leur a demand
d'adhrer i la convention postale in
ternationale s? soit platats du main
tien des bureaux de poste trangers
en Turquie et particul rement
Cons aatinople, insstsnt qu ,1s de-
vraient re abolis. Les allis ont as
tar hmet Pacha, le ch.f de la d;!
gation tutque, que les bureaux de
poste teraieat ferms nntue lement
d apti les clauses du trait et en ac
cord avec fab.l.uun d.-s capitula
tiens en gnral
loute discussiou .' Lausanne des
concessions franaises et amricaines
de la Turquie semble avoir t li
mine pour le montent de la conf
.ence du Proche Ouent. La confren
ce a dcid aujourd'hui de suspendre
l'examen de toutes les clauses du
Irait relatives aui conceasions en at
tendant le rsultat des ngociations
directes Co. staotinople eu re les
concessionnaires et le gouvernement
cltoman' Ces conversations directes
qui s'ouvritont la semaine p ochaine
comprendront, pense-t'Oo, les rcla
mations I aoaise soutenant que la
concession lcernmeut accorde au
syndicat amricain ayant i sa tte
1 amiral Chu.m est en toi il i avec
l.s cencessions ac ordts antrieure
ment aux compagnies danaises.
La dcision dr la confrence d'au
jourd'hui confirme la premire im
pression que te is les efforts possibles
seront faits pour viter toute discus
mruains eu d
L-s allis ont
fl>* f .i, qjj tous lt> '""\
^ ,..'***' ' cnt bien
4Ufi 'ds 1 _. :'. qu i
e s'agissait que d'une t ve et q je
ion serait discute i fond
-jtae si le; conventions i Cons
j rhonticuii
v
<:,ai,
mon
(furaTWn du
monument lev
par le peuple bni
tannique
BRUXELLES 28- En prsence du
roi et de la reine des b.>lges, du cad
nal Mercier, du marchal Ha'g et
d un grand concourt de la p pilj
t on, le p incede Galles a inaugur
aujou.'d'aui le monument l v c
1 ar le peuple britannique en recoi
naissan e :e l'.d: donn p>r la H
g que pendint U guerre. En prse
tant au roi 1-monum nt qui rep.4
se te les soldat] britainiqurs et be'
ses debout 1 un a c d I autre les
b as cro'ss, le ptince a d t qu'il ta't
Olflt par la na ion b.ilaamque corn
me tmoignage de sa profonde et
inaltrable reconnaissance l'gard
de tous ctui qui ont port secou
aux priso niert de iu r.e et so'dat
de la G ande B.etage en dtresse. I
a rappel Us Lens q i existent en r
1 s deux nal ors et ajouta que 1 am
n du pas -i tait un sr garant d:
l'avenir. Le roi Aib rt olf ira ce ro:i
un grand banquet en l'honneur du
prince de Gai es.
Accord commercial
russo britannique
MOSCOU 2*- Le m nistre d s
affaires trangres de ; soviets annon
ce que le lapon par l'intermdiaire
de son reptseutanr i Vladivostok a
propos la reprise partielle des rela
tions ave la Russie d pu pr.'s sem
blab e l'accord commercial russo
brilanc. que que Mo cou assimile a
une reconnaissance de facto.
Une (ipdition srentinqor 6nan
ce par 11 gouvernement a dcouve t
prs di Koursk une riche lg o : mi
nire -'e fer m'gntique siendan
su/ uue longueur de 2 jo kilomtres
et une latgeur de 2 Vilomttes.
Grande expdition
de li'oupes fran-
aises en Syrie
Pr\RlS 29 L France va envoyer
de nouvelles ttoupes en Syrie pour
Conse l d'un vieux
mdecin
Si vous voulez jouir d une sant
tiloiisaante,
Si voulez !re toujours gn'iet dis
po'.
Ne buvez que dv
Rhum Barbancoori
C'est le meilleur.
toue sgreision possible des Tores.
Un riombic considrable se sont dj
embarqus et soit en rente pour la
Syrie. U 9 t dnd d y envoyer a
divisions formant un total de ao.oeo
hommes de (on que le gnral
IrV'eygaDd ait uue arme sutfitantt 4
sa dtapoii ica A l'heure actuelle, la
France a 20000 homm-s pu Syiie,
mais le liont nord s tena sur une
longuiui de joo ki omettes euviiou.
Un corps de 20000 hommes y est
cojeentr et des troupes de renfort
sont en route
L- nouvelle de es prparatifs mi
litaires ont it amend ce mati-
ap i que Monsieur Po'ncar ait
un entretien de 2 heures avec .v
n.ral Pdl.... ji commissaire traoai
Coi slan. ; opld Plus tari, le or.
de t Mi tleracrei rtQ' re-?IKrai.;i'ell
qui lui a fourni de: a lormaiioes
sur toute la situation. Les mesuies
m litanies tjiMois semblett nsvo.r
t pri.es que ccmmi picau on.car
le gnral Peli ?ppor e i Lausanne
un rapport de fta Jorgs entretuat
avec Ismet Pach que les franc.is
coasid.er.t pus encourageant que
l'a.t tade d'Isme. i u confrence.
France et Syrie
PAU S iiO La mission du gne
rai Weyand en Syrie D'est que tem-
poraire, a moinu qu il ne survienne
des vnemeuta g aves. Aprs l'ine
pection dans la rgion, le gnral
80 jmettra au -u ve nement des me
sures poor pro tger les intrts fian
C ii.
Le Temps dola'e au public qu'on
ne doit pus cioire qu'une grande
expdition militaire se prpare,mair,
ajoutent les |ournaux. Si la France
est r na 'h m 1,ace en Syrie, sea
adverrauea se repeclirout 1 romrte
t-nat. t de I avei p ovoqu
La liussie et la con
frence d LAUSANNE La France a frsn-
cheun nt I(.form la Turquie qu'elle
n'aime la concent at on des troupei
turques sur la froutire Syrienne,et
qu si e'eat une menace, la France
i.'tu c d tre ii.timide et iu. forcera
si h troupes en Syrie, si e! e le juge
ncessaire.
Mr Voro. ak.y reprsentai 11 isaie,
dei Soviets a envoy la confrenoe
do la faix du Levant, une pro esta
tion prtendant que la Hoasie eat
exclue u lu rairement de la conf-
rence. Monsieur V. ronsky de art
qu'une ttlle dcision est une viola
tion directe l'invitation envoye
la Russie par la Urando^Bretague la
France et l'Italie. ava".i.'a 1re con
frence de Lausanne. 11 ajoute qee
la Itoesie ne peut accepte! l'Ultime
t un de 1a confrence, disant que la
gouvernement des Soviets doit ai*
goer une convention lisant le statut
des dtroits avant d'tre admise
la coi.fience.
sion entre les intrts franais et protger le territoire mandat centre
APPRENEZ L'ANaLA.SIiN,
Etudiant lM uutes par totr
aans psofeaeur.A ktBultatt auinai
oants aprs quelques leooe. #5h
Zjs garauti par crit-
yailVttktMAL llslWFVlfc
) 99* W. M8 N*r Wujsk
Ecaive pour ruuseiiijQerapBSaj

1
tl
'il
l
1
1


jt~* M**m
MUTILI
LL MA11N
Le* Etat* Unis et
le remboursement
des frais d'cccu-*
pation n Rhena
nie
PARIS Au terme de l'accord
inteiv nu entre les dlgus aills,
la ocftecce d'hier le traitetret t
privilge sera accord aux Etais
Uni, pour le reaboursemeat des
I as de ion arme d'oicap tion id
Hht-natjio, ai le point juridique en
suspens, relat f la situation lgale
de l'Amrique l'gard de l'Allema
goe peut tre rgl d'une manire
satisfaisante ; l'accord Ber oubli
la pi o. haine runion. Lea deux sec
lion dicr-id nia des communst-a
fiai a i*. le parti communiste uni.i s
et l'union aocia'iate fdre, on.d
cid de ae runir.le nouveau partie
eat ci ni u tous le corn de I ar i
Commun s i soi i e Tou' indiq sd
que la jource du 1er Mai te a c '.
me cumparativemtnt aux annea
iircdeniec
Dcision du Go ver
nement Ilelv tique
P BERNE Le gouvernement Hel
vt' m' c r i < de t mme pied toutea lea dlgations
"L Dt*on# et h la cor.fitnie dcide
de conaidrer la Russie, comme If
ga eiLtnt invi'e Us lusses jouiront
ci m mes privilge que les dl
gations-
La cour suprme
infirme une dci-
sion de tatttorney
gnral
WASHINGTON La dcision de
l'afOiney gnrai Dauulieity contre
^sago des lois'ona alcojliquea sur
j-ji.Kh ih-^ir-'M .n pleiue
Ji ir iirrr. par la cour aupr
main'enu f^^J amende
de la pi oh b tion^rw pouvait
ig*lfcmeii^^>'e aiuhqu-> pour
vendre des fcoaaors a'cu^i quea,
alcra qu'ils taient en dehors des
jfaux territoriales eiMricsahea-En ce
concerne la limite _ cour a dclare qu il tait illgal
penr les ne vire s tr gra et am i
cair.s d'a porter dans lea porta am
ruai! s ou dars les eaux ter itor a
les des boissons, mme dna des
magasins acl pour l'uaage des paa
igers aur ees navires allant en Lu
rope.
BERLIN La nouvelle proposition
des rparationa de l'Aile nagne uni a
tlgraphie aux Capitalistes de l'Eu
tente et Washington ce soir.Uana
les milieux officiels, on se refuse a
faire prvoir, mme superficielle
ment le nature d 8 nouvelles propo
sition I auni les clufa du Paii du
Heichatag, qui ont t en contact
confiant avec le rige du gouverne
ment la semaine dernire, l'opinion
qoi domine daBa la soire tait que
la nouvelle oifre l| ciliere uae eim
pla fixit de 30 m un 'h de ira ks
or, un (acte de ron agieseion de 951
annes auquel partciperont toutes
les puissances rhnanes et prvoira
la ciation dune entene indus
trielles tianco allemande.
Nouvelles Diverses
WASHINGTON' ]o Le dpute
ment d'E'at a pr n la commis-
sion germai o arr.r caine d s rc.ama
lions, Lne ctemandede ajj milhons
de dollars,ccntdu nuu.tit ud ,1 arme
amricaine d occupa ion en Rhnanie
comme mesure de p C.aui.on dans le
cas c les ngociations actuelles
ave: les allis chouerait ni.
NEW YOKK ?o- L'ouverure de
l'action judiuaue intente pat le
gouvernement pour obtenir hnjonc
tion p; irainaire entre e N.w York-
Colle et Sugar-Excharge s est
traduite hier par une b: i se daus le
Rhumes, Toux,
Bronchites, Laryngites,
et autraa affections, des organes respiratoires, indiquent
un arraibliaaetnent de l'organisme.
L'EMULSION SCOTT
prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps et
i # augmente la force de rsistence contre les maladies.
prix da suce de 6 jo / pour
Us options de juillet ; l'affaire dure
ia prrb b'fment plusieurs jours de*
Tant la cour fdrale du district.
CWNLTANTINOPLi joLa coo
vention mettant en vigueur les con
ces? ors accordes par le gouverne-
nv.rt turc pour le dt> lovfemtal
des chervins de fer et l'exploitation
d?s terrains minier su .yndicat am
ricain Cheft'r ' i!pif> b'*f AU
gota Le ministre des tiata. x pablul
de Turquie s apro< sa signature
pour le co vernemet t tur: et Me.
sieur Clay'on Kinnec'ey peur la So
cit CoDcessicnnpire MODSietflT Ches
ter. fi's du contre amiral, a ga'e
ment sign le document au nom du
syndicat amricain.
Les Cours
NEW YORK 30 FftBC /4 U
terlirg 46363
PARIS 3" Steling 68 1/395
Dollar 14 775
Vendre
donne nne nouvelle repraen^
de ia cor/die loeale a Las Fiar
de Romulus > qui a eu tant du _
ces devant le public de Fort
Prince.
En'ra g^ni^^gdJne gourde
Les
Noirs de Saint-
ijomi la libert
Tel eat le titre don Nouveau drame
qne Me Isnardin Vieux compte gra
tiiier le public port-au-princien le 8
mai prochain
Les lpiiiiona marchent rapide
ment, on secca complet est augur
poor cette nouvd le pice

Le 5 Mai
Qu'on n'ouu iu pas que c'est au b
Mai prochain qu'aura lieu Farisia
na la fte thtrale au prrlit de la
caisse de la Corporation det Ouvriers
Cordomer Mai iens.
Entre gnrale :' gourdes
Dcs
Est dcd ca ma:in dans aa
70me anne '.
Plhn Baron
l'rote al ImpriiueiieNationalel Les
funrailles auront ieu demain ma'in
3 mai courant luit heures prcises
l'Eglise VVealeyenne.
Nos condolances aux familles
prouves.
U Exposition
du 1er Mai
Noas invi ons nos '.eetearB et nos
lectrices visiter l'Exposition sgr
cole et industrielle organise au 10
cal du Co'iaeil d'K'at. r'.a n'eat pas
eue leaobjjtB exposs cette atne
revtent plu t de cachet qa le
produrts agricoles soient plus mer
vri 'i:r qi e ceux qu'on voit aux
1 \positions depuiH quelques snnes
Mais il y a 1 et't ( is dans la coefee
tun des ouvrages, nous n'en ci
tons aucun, un fin qui tmo gne
l'orgueil des jeunes liai'ien q il com
prennent que seul4 le ravaM donne
l'a'sarce s aasore la psix 3eux.i4
qui n'ont pas ' encore a 1 Expos
t ou gagneiont y aller ; c est une
leon de chose. H est ma'hsureux
que le local tant affic su Conseil
d Etat qoi travaille actuellenent, on
soit oblig de Imiter Uo's jours
seulement la dare de l'Exposition,
on curait eu le tsps d'apprcier
mil ux Us rbjets.
Press comme 1 on est, chacun
voulant aussi voir.on ne jette qu'un
coup duail d'ensemble qoi enlve
l'occ sioo 4 admi er bien de chosea
msrvei 1 uses.
n'en dw on- pas plus ; a t on
i ce que beaucoup ont vu la
d une petite robe, et d'un
. S sor.t nombreux .es nxem
ea que nons citerions. sih:;S vou
s dcerner d s prix anx
is inoutier la peifeetion
qu'o'oj a'conatate^Btte armeQans-
la prparation dee ouvragea ma
1 uels et dans ks produits agricoles
cxpoE?.
On regrette cependast ds n avoir
que le premier Mai "occasion de
connatre ce que peut le talent hai
ion t\ous,deraa de ons au Gouverne
ment de 'venir en aide a ces nom
breux artistes et industriels puu
qu'il leur assure la paix.f c'aor iodis
fei.6.ib!e a tome vo'u'ion, mais
pou quoi dvS cspitalistes ne t enlen
dent pas pour dvelopper certaines
industries qui ne demandent que les
moyens
Ce serait un acte d encouragement
et un acte de patriotime. Prer-o- s
au hasard un exemple; Monsieur
Edouard arescher, le (abritant da
salon en latanier qui tonne le v'si
teur, gagnerait si un capitaliste,-tour
faire travailler soulargant, s'associait
cet industriel. Nous avons cit M.
Edouard Gneacher, convaincu que
tuut le moud a d voir son travai..
Maia noua n en finirions pas s'il fal
lait vaaaer en revue toutes ces beau
ts qti constituant la gloire de la
farail e haitienne.
Petites Nouvelle*
NICE Le dtenues du bon vouloir, venint
pidement Msu: Avignon, f
ivoisinante. Us ont t reus
-mi
^arisiaua
Jeudi
La Flambe
la clbre pice de Kistrrrackei ec 5
se tes.
Entr' g nia'c 0.50 ci
L'homme
mystrieuse
Le bruit s est rpandu ces jours der
nierB qu'un homme mystrieux f i
Bhit la nji.de dai.H les quartiers de
Lalue et ruelle Jardines, asmant 1 et
froi dani les tamiles
Nous avons pris des renseigne
me t il nous a t dit que l'homme
Miyatrienx n'.st qu'un audacieux
voleur, comme on en voit de lottl
es temps-
uepuidnni nous demsnderons de
surveiller un peu ses quartiers ou
Us famil es vivent dans de perp
u elles inquitudes,
Paiement
Toutes les pices de paiement pour le mon
d'avril sont picies. LM eu ,ut suioat dilirres
.iu|ojiJ'iiui seloa toute probabilit.
tiiiHailles
i4.\oua enregistiont avtc .plaisir le%
JianaitU* de Mlle Elite Cagnini
avec Sir Antoine hranceschi.
Menit ((/ comp/imenta
Arles, et lt rgisn
par le prfet des
Alpes-Maritimes Tes membres du conseil muni-
"pARIS \a VUS du marchal Fo:h a Var-
J m purement une visite de WM^Sl*
Pologne. PLesmen.lu, s de %***+*+
chai, laaad aeW-d a accepter : invitation, o. t
Mtr" imtimmtnt pri* deiphquer queuv
te ava t aucun caractre polis*c ou rmluairr.
I c"nDHI S Monsieur Bonar Law part au
o'rJ hui sur le p < -ebot ; Princess JuLana, pour
le- Ind s Nerlandaises. .i,,,a,
ROMt Le capi-.aine M a Ion qui est SntttS
de h mission de la tourne -utour du monde,
co.nue sous 1: nom de cirque-volant, et o.int
*e par le capitaine D.pt, est arr.v ici ce matin
a to heures M dissipant les inquitudes qu on
tvait su lui il a expliqu qu il avait t od ig
d atterrir dans la campagne De: aroplanes et di
rigeab es italiens avaient t envoys 4 sa ren
comrf. et a sa recherche.
I li\NCF nes a achet 'Fraklurter Machrichtet", organe
du Mil du peuple allemand. Monsieur Si inns
posscd: maintenant trois |ournaux quotidiens en
Allemagne. .
BBLuRADB Monsieur Paichich ayant relu-t
dfinitivement de loimer le nouveau minis ,
Il roi a icv.t Mr Davidovitch chil du parti d'rco
cratique de termer un gouvernement de coalition
et procder aux ilections gnrales
LONDRbS On annonce ofnc ellement que
Monsieur bonar Law a quitt Londres hier, pour
un voyasje en mei, mus on ne donne aucun d
tail sur le nom du navire et sur l Unraire qu'il
uivra. Pendant l'ib.enie du premier raiuiMrr,
lord CwtOO ' Mr Stanl.v Baldwin, auront la res
ponsabihi dtr dcisions lserve habituellement
tu Premier Niimsire,
LAUSANNE Ots progrs considrables ont
t accomplis pendant la premire semaine de la
contirence. Lapamedu trai' cuacemant le ter-
ritoire est pratiquement rgle, saut pour la l'ion
tire de la Tharce, ce qui ne sourlrira pas de dil
cultes. La (omise seia consacre par les experts
A chercher, une solution de nombreux problmes
financier. ,. .... ,
KOaK I-S^ape Benoif XV, a clbr au
iourd'hui, la grandiose crtmonie de la batiri
cation de suenr Thrse, de l'ordre des Carmlites
due la petite ikur de France, dcda lasieux,
il y a 24 ans 11 est rare que 1 glise catholique,
batifie si (6t aprs la mor, une te.le crmonie
n'ayant heu ordinairement que de nombreuse*
annes aprs le dcs, et mme quelques fuis un
sicle aprs.
Chambre de
Commerce h nUoooe
Rpondant ., u convoyt ou qui leur a t faite
beaucoup de commerants, de .our.iers, d'iiotn-
mes d ynifSt s taient tendus au local de 1a diaio-
l're de Co iimeric hauicnne.
Les lections ont donn les rsultat! suivants :
Edouard ristve, prsident, 1. J. & sideat ; O. Maitineau nls, vice prsident ; Uan-
ts UuXt.a Je, secrtaire bug. Le Ross trso-
rier Ren Auguste, H. Nicolas, W Naar M"
mon Vieux Gaston R Mai tin, Allred Vieux,
W. F Voo'UKS, jet) r i, L-once Qualo, H. C.
Staude, U U .uidi, S. aVradcl, Staio Vincent,
(ieo. Je Les, 1 us c, L van L n^enJunck, Jules
Faine membres.
Apres la reuoioa on se rendit au Grand Hjiel
de France ou une b 1 lame rception lut lai-c par
Mr bsteve.
Nous reuouvclons nos mei leurs souhaits au
nouveau Comit de la Chambre Commerce hai-
IJsasti
Service du Ci dus ire
Il nous est revenu que le personnel du Service
du cadasUe v.ent U cire licenci Mr Hcederer
Le.. pie reste seul comme oprateur.
Cette mesure a t prise, nous inforra:-t-on
par manque de tonds. .
Je ferait un miDi
pour une Camul
IA plaiiir reul c.l. II l'y g
1' pas dt subitltut (tir II
qualit "(.'mrl, ni pour U ini
et agrmlile m^lang "GtM^
Celui qui f une dM "Caasjg exige des "Caracls." Tttn
qu'elles ont uaa donw, n
rnnif. una il lie n'en, ^M t^^
ne trouvera* dans aaeuni litf|
cigarette.
Ne roua laliiai pu tlrl M
toute antre aigarette, fm pK
quelconque, vaut les "Ctatk,*
' Essayes les "Camali" r|e>
mme. Qnelquea binffil,
iloui'f s, rafraichlisantes.et TM
reret un mille pitd peq es*
Tamel."
R.JRimU|
TOBACCOCtT
WiMtOl-1
N.r.hC.rOsa
U.I.A,
En vente dam U
les Magasins
Fi gros el en d(
Chez
Centralisation, el Vr vices u les d la tondui* tt H
rglitnent diiaffairti
INFORMA TIONi EMQUETlSIl]
CHERCHES DOCUMENTAllOl!
PUBLICITE
Rac Roux, No 4^9, Poil sm VltatJ
( Hsiti ) Tl.phooe No )?
DIRECTEURS:
Edouard Kaol, notaire X
des actes & placements ].
Auguste Mag'o re, pablidattCsl
vi:e de la corr^spandince, dilil
diction & de la puulidt ).
Max Monsuto, commeroii.(S
vice des Traductions & dei lBkt]
commeiciiles ).
Lon tia, avoc t ( fetjW
consulttions juridiques & dur
ments judiciaires )
L'O'fice de Reprsentt onl
des inform Uojs, I*t des t
et en trusmet les rsolUU I
clients avec exactitude. Mlle
i toute demande de renseigne!
accompagne de timbre d'ad
L'Otce entreptenJ.tonte poblidj
et rclame par la voie de
ou sutremrnt. ,
U a un service de traductioasj
de coirespondaoce pour lea ,*i^
tablies ainsi que pour lof
liera.
Un seivice de documenUooi
nera tous rens:.aoements reU
textes et documents : lguW.iW
ciers. politiques. ${
L'Olace s occupe do dp*
1 enregistrement des ^,2,
brique et de commerce nJJL
trangres, et des to:alw i"^
aux brevets dinventioa-
I. s"o:cupe aussi de .6eP^J_
ment des formalits adminiJirj
ux ans d'obtenir les hcenf


ATEO
IPJMATI*
feri Oild Corporatim
bricaling OH Grease
Huiles el Graisses
jx el qualits dfianf
loule concurrence
Lon Rr Thbaud
Agent pour Harrt
,ehn & Fink, lue
Prcmptilui1*
Fonde on lt'6
rioril Bas prii
tpeiuiif chiniqnee, phaernaceutiqueeet au'rei arf.olea v*a
i un pharmacit,
, Peine, Cannelle, Airelle, Aria toile, Muatade et, ele
AFFINE
IUT ; Marquai prive Lyiol ('ainfccleo, ParRiaaar.i,
HrbarbieM, lay Ruru, Chocolat en poudre. Molle de
ihrue. kmul5ion Lo'd Cream, ExtKajtfl pour faire MM
(wlitte, fan de (Jufaine, Poudre contre les eeectas Sole
reenaeiv^i las ,,.|s trais, Lait de Magusie, Pendre
our la leile.te des enfanis. Eiaerite de ileun, lat
i,- Miel pour la tabla, Moutarde,-- Huile d'Olne
m, Brosses dents, Pepperrnint, Huile pm elieflM
jieiau'ir- .naectee, Rgulai : Huile contre eenetipeteaa I
toteiiins clirociquea Th, Cire tour les parqaete, flMMbf
""klpicea, Sirops divers, femturee diversce, Vine. ete, re, e*
laratalcgue dce ppcielit^s.
iw eemmand. h LEHN & FINK, lac; veoi arrea abselaatea
Ibsennes pharmaeiee du paye s'approvisionnent ca. a] LBfl
Lon R. Thbaud
Agent excluait pour Haiei
VVILS0\ & Go
CBICAOO^ILU
[anlgue pure Lard
intgue de famille
Beurre wilsco
Huile^de Coton
mess[|]pork
CIear| Pork
Buf|Sl etc
towndez les Produits de
* 4 Co. Ils sont irr*
tables.
Lon R. Thbaud
(uatf
MDICATION AR3 EN IO-PHO^ .-.:j:C OftQANIQUi
le plus PUISSANT RECONSTITUANT Gnral
Formes : Elixlr Granul Comprime
mulslon Concontro A.npoulca.
>.> : M,,-MlitiItittsVorttnlsmBtUblUUrlMe
tA SlllXlO b,DIUiI0W5Jim mtdication rparatrice pulstant.
Laboratoire Hagiiiit el Dupont
37, Rue Davioud, Paris
Agents Gnraux pour les Antilles,
Belles Toilettes & blouses
Pour quelques jours feulement
LeCOiPTOm FRANCO H MTIEN
vienl de recevoir quelques Robes et
Blouses de la maison E. DODGET
de Paris.
Ces modles n'tant en vente /lue
pour quelquefejoui s, el (\o*m\lfrj
* xptUc
sireuWs d tfHTla A^KHm mode
de ce grand coufuri(y^mrisien sont
pries do faire diligence:**
rH
,4&
aaisi des formait
liffitr?ntftli Pa""
PS10;1, pub,i Vr.1- ?,llte ,oa w
^."aiaeleouparvoie
VnLPlCe,neDl d capi
^oa,oy:rrsr8ali
^"'cation ,mpor.
L^ifice enk'epreal
^jt!iIrWai.on1 pnT
L^!?3 de toute,
les personnes des ttras Dparte-
ments ayant des affaire engager,
suivit ou $ rgler fort an Prince,
et i fa disposition des personnes qm,
tant l'tranger ont des intrts
sauvegarder ei Plaili.
Pour tons les ras, mme non men
tioans ici, o l'on a besoin d'un ici
vice accomplir, on peut s'adresser
L OFFICE DE RuPRk'SBNTATION
Rue Roui, No 40e. Port au Prince
( Haiti 1 Tlphone No ;96
Asthme
I BMliaMiMt l OarUM eTCOlf I
liui6iuiiumiMi>NVDii s-^r *
I .(h mm im>mm*immm mm*
Le patutbot t aV.-R*ibael venant
de le Martinique et La Gaadeloepe
va Sto-Doming est attende le 7 Mai
et repartira le mme jour pour San
tago de Cuba.
De retour Port-au-Piinee le 10
Mi il repa tira le mme jour pour
Les Cayes, Iacme\ Sta Domingo, Ma
coii% Miyigofx, San luan, Buse-
Terre et tort de France-
Port au Prince et Avril 19st
L'Agent, E. ROblLIN
000
La paquebot Martinique parti
de Bordeaux le 24 courant eat ait en
dn 4 Port ai Prince le 8 Mai fia
Cap Haiiiea
11 repartita le aamt jour pour Saa
tiago de Ciba, Gaeilves et Petit-
GcTe.
De retour Port au Prince le i)
Mai il repartira le maae jour eaar
fa Haitien Sm foan a Corogne et
le Hivre.
Port au Prince af Avr l 1915
U'Ageof, B. ROBEL1N
Grande LoUrie
de La Havane
Qroa lot 100.OU dollars
Les amateure aont informe i*>
'arrive aes billets pour le tirane
do KO Avril VisSt de la liste au
SI Uere eoal.
Yente's" comptant
Cari.os R. CAStlLLC
Rue **iiu fmT
ATTENTION!
Le Meilleur Beurre de table, vrita
ble et vur produit du lait de\^vacne
t?#f, *an* conteste, le
BEURRE DANOIS L- E. BRUUN
hi apprci d s eonnaiteurs, qui se
vend en dtail chez :
lope Rivera, *9. e* iV. Sada $ Go,
Chs Picoulet, Joeph Bourrelly,S mon
Vieux, Alfred Vieux E> Alvarez, etc
Pour tout achat en gros ou commin
de l'tranger, s'adres er l'agent
gnral pour Haiti
1,. PREETZlANN-AGGSEftHOUI
Hue du Qunit 1617
H
iuperiai Consolidated
Company
Suce, e E. A, Carasao & Sons tablie en 1904
2 K(Ctor Street, NEW-YORK, USA.
Cuirs et peaux
Seule distributeurs des muqussre nommes :
NOBILISJUD RIX CALP FORT1S 51DIS etc \
Tieeue et (otonnadeH
Prodnitt ^huientnirfs
peo. FAN'MB,
Ag-nt Exclusif pour Bai'l Port-au-PriacV.
- r f


I- 1*1111
rduque l'Intestin
Constipation
Entrite
Vertiges
Dyspepsie
Migraines
Pour rester en bonne
sant prenez chaque
soir un comprim de
JVBOL
$1 ro* anetirei valent t>u, n
rtm chaque oir quelques eotrtlrnliea ae
}*>, 1 rendre i leur l.'Ulto persl* psf
Irtiui do drogue, et M tavetuehti. son
elajillt el si unipiettr. 'in ' '"
fn^VrvIce U rexoiirre Il rteinoatiou
Itiiiiii'iale M admirablement rtilil* par
i* Jubel. p'i *lr rhmoire do dyiiM*
eonipierju.fte f** a<"HT B"*** iltit'ie
il! " Fn revanche. l'bumsivU* 0| da-
uft..ic r.' RVtin* llr ,..; '.' a i. i iafl II' **0
lIMrafrei, autant que Im MliWi. a* nreai
muiei : j poque*. If MMM scM-
MnA D- fhH~o.
de I* m u ted**MM
de MoaipHltw
- ........ HEMORRODES------ '
JilBOI.ITOIP.ES : Suppositoire* anfl-
kmomjlqua, a'.manlt, eVono*-
NmmhM
jedciI.itam Cimmaff contre U$
hmorrode* r.tlcrnei
.1 i liuli'lu n l
V'.W. .i- i. 1;ii- I'.....
Jubol. rgulateur ae l'Intestin, fixe
une heure constant," aux Jubotlss
tXTRAlTS BILIAIRE du ctcuf
Menuet HCguUiritenl U* fenitfnt
du fut
Vaillant tt douai i/nh ] gAn4raax,'a7J Hii>l Mafia. de l'Eut

CHAPEAUX !
CHAPEAUX !
La maison H.SIVRA
vieill de recevoiif d'Ila-
nnlF'f^ I'HiIMATIHMAI *\
L- -J Vi-ii.U.kO 1.1- J-.'X/. S iol.a/.LUiJ.
I
!............... ^,.r ) ;
mm
:
I .
i
pme /nie
qualits.
*
"IL N'AVAIT PLUS LA FORCE
* DB- MARCHER."
' ./. -" AUDE ASHBY nous crivait U 12
jw.'rert .'
ta^tuvtU*
tsawc J rvi
u,
es.de couvert ion
f
1* !-;>->
.'
f!


ii
FullouShoe Polijli
Company lue.
beau York
**
'4
.S/ INM Mwfc( brltjtr la peau de vos (bjuuurt
S, tv..j vuw/^.mwr w n//M /..,,...,,! <( tfi#rtV/
Si ma v0uU{ la ioulmt a lu uuipkm i* t.,
tkussurn posant la kfeifJj-.;/.,} tONOiKAL
\ rtbnquee ipecialemml Pour * J*"** W / gttitUmtn du btg lik
. Hlle protige la peau d*s emumrm centre l'Itumtdtl etslu i buteur.
| Mlle l mtnlni leur f#ll{*tt *< fMMrw /#wr iV//u;
/^waw*y^a2/ Bftjije qi.i' J'.-'.rt'1. obi"T
t ' i: je u v.is plui U (u
rcourir U plus fait
"5mv< plusit-iirs ruinAdtt. rt vU 1'
tfaUteoiant iiiffijW p.ir .! ht mf.|dtiadl(f*iit,
'ta Amexi'|uc Ctant revenu en \ngleterre. inon
frre me conietlla de faire I esaai daa Pilule*
De Wltt. C'est ce que je fis t je puis vous dire
qne maintenant je me sens en excellent sant,
os qui n'tait plus muii cas depuis plusieurs
anM. et dsormais, je puis marcher sans
prouver la moindre gne,"
70, Balcombe Street, Londres.
VOICI LA PRBUVB DB LA GUBRISON
COMPLETE. HUIT ANS APRBS :
Pris de huit ans aprs, le 25 Octobre, 1921.
M. Aahbv nous crit i nouyeau ce qui suit r
" Je n'ai pas ressenti le moindre sjmptAme de
retour de mes anciennes maladie*, grce aux
Pilules De Wltt."
Chacun de* lancements douloureux ressenti*
dans les articulations et dans le* muacle*. e*l
caus par la prsence de l'acide urique dans le
ang Si cette irritation n'est pas arrte d* se*
premire* msnifeetstions. U.en rsulte habituelle-
mente une affection beaucoup plu* grave Or
les Pilules De Witt auront pour effet d'expulser
compltement l'acide uriqne de l'organisme
l'exprience tous permettra d'en faire la preuve
concluante. Il est parfaitement Inutile d essayer
des Uniment* ni aucun autre remde i l'usage
externe ; si vous dairez vous dbarrasser dea
vritables cause* qui provoquent la* rhuma.
tisrnes et le* douleur* articulaire*, a veu* faut
un remde qui aille directement aux reins, et
oe remde n est pas aijleun que dans les Pilule*
De Wltt. ,
Les Pilulat
Geo. JEAISSEMb
Agent pou- Haifi
Le plu* grand remde du monde entier pouf
le* rtinmatisene*, les douleur* dorsale*, 1* goutt,
1* raideur de* articuletions, le lombago, lu
pierre et tous le* autres dsordre* provoqu*
pur l'affaiblissement des reins et de la vessie.
Le* Pilules l)e Witt aont en vent dans toute*
les pharmacie du monde entier. Le gi.iud
!'..i. ou en contient 2 fois i plus que le petit.
Al vous prouve quelque difficult vous
procurer lee pilules sutnentii|uc* "De Witt"
adreaaei-vous ou rendes visite i la pharniavi*
AJbertini Ewald, Port-su Piince.
Articles pour les
TISSUS r AUTR]
PI
La Maison lsaac liisi
1738 Rue Coubd ( Ancienue hale Sul
ionoace sa nombreuse cli.nile pailiculiiremi&t ma
mres ie tamiUes, qu'elle vienl de revoir uu ctmplit
ment de tissus de lous geures ipcialemem des artxcln d\u^l
ratu dam Us amiUes le lout d prix txcep'ionnllmmk
me ou s'en couvaiucra eu faisant uue visite cette mal**.
Voilen, orgaadi, Crpon ei ratine loutes les qualit, et
nuances unis bro :s et ileun]
Une grande varife dd l'oile blanche j pour lui|erie ei
oour chem ses b jume.
S-nu Uiiue/io r et lu.tritie couleurs pour lailleur ^,
Toiles drap el toiles pour .naleias tt .pour napiioi.
TjiIj* a Ii ) uies varus diill H kikt blauc.et couleuradrill,
dajtk b'ane, diagonal, aipiga, cher.o te, noire, t palmbdack,
Uiauaseites et bi de lOuL'a le* qualJs,
N'oubliez pas que celte maison spaalue pour les arck
milUs d usage ceurant. ot tous n'eut pas encore chuta '
maison cent* nous visiter tt tousserez suiu/avs.
Notre rayon de parlumene iquwuis Irait et prts
tumer.
DSgUES ROLUMBIA
Amateurs de bonne]
musique-accourez cl
pre*ism,ann'AGGElUWLU
Rue du Qtm
ttitr^tilti (tTrarcuaaxI^a^ra); One bf^f#r
}na>(uV, cU.'Jjrtc Jev |>ilx e^cepltmrvillVi
rtit Pharmacie F. Sjoun
Donne avis sa clientle, aux mdecin et au pusue
tranisorm son Laboratoire d'Urologie en un tabor
biohfie appliqu sous la Direction du
iir Htcoimet lu Sjourn
Le laboratoire est ouvert tous \ts jours de 7 brei du
neuiei du soir pour toutes les rechercu** ei anaiyatc pu
l'ann&nce ci lomte, saut pour le
Wassjruiaou et ta constante Ure ^
S iront reues que le mardi de chaque semaiDa*
S'adr&>or a ia l'imu acie paurlea renseigneneuw
liiilyos d'urines et Keaction de Wassermann
Hx'C ion de'ibtjulet,
Liainen du saftlg el du pue
tiaamen des matires loalei,
teameu oe ors**
ilbUfllQ i
..Constante Ur^-
HiAtrhe le S.oirohil -s et]Co de noccoqa**, tto **
*J Mi
1 "Il
lin/au

A DE MATTEIS

Agents Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM