<%BANNER%>







PAGE 1

Lk AlAttrt %  I .t V I .y •a Y % &f Nouvelle** Diverses ^COPENHAGUE a Les noces e'aigem du 101 Chustuu et de la ici %  e Alexandra ai a* clbres aa chteau de Frendeabutg o il y a 30 40 ans, tous les souverains d Smo pe taient habitus se runit autour de la figuie sympathique de ie lui que 1 ou appelait le btau-pre d'kuropt. £MAL>K1U 26 L'aa.emb e gn xaie des lermieis d'Espagne a adopt une rsolution demaadant au gou ycraeaaent d'actjves ngociations avec les mucus o les lois sont en Vigoeur pour ob.tntr l'annulation de ces lois et l'autorisation de laisser en irer les vins espagnols' ^ taONUR :S 26— LtJ arrangements linmis pour l'inauguration da ser vice aeriea de passagers entre Lou dres et Moscou oai ete complts et le premier aroplane partira le j J avril. L: prix du voy g: Loodr^s-Bn lin sera sjg )o livres, ce qui reprsej te 4 cents par milir. A U.-iiiu il y aa la correspondance av.r Moscou pir encra iu u Li. La du;: du voyagi ara dt J6 heuiei. avec anes a Ams terdam, a e ne et Hambourg. Uue dpche de dpelovrn dit que paquebot ponugaais. qui s est chou 11 y a quelques purs au Cipe Frio daus l'Afrique du Sud, a ti trouv kbaadouae< On n'a au:uD; nouvelle des 237 passutiju, par ici soins du Coiuilc d Organisation ci a ic .tu-, du StcrtaiM d'Util de I Agriculture, d outils aratoires, don, aux cul.iva UWl iti plui mriUiill rcuon dut u cour du f Mu Af l'L.Xgiosuua i 6.— 0* > a 7 "-.urcs au oir, iocc Mai, qu'ait n iicu a PatUaM) u (tu thiuak ofgaaiNi pai UD gioupe d'acteurs au pictit de la Corporation des Ouvrier Coidonnuis lumens. Cette MU |ioiuci dctic tus b.liante Eaaourafci cette uvr, McMUata, M;ssicurs, car.ellc tit l'unique que nous possdons. Rhumes, Toux, Bronchites, Laryngites, et autres affections des organes respiratoires, indiquent un affaiblissement de l'organisme. UEMULSION SCOTT prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps 't augmente la force de rsistence contre les maladies. ? JMrsVoliboi* tiU>t Elie Gurin aa parquet Contrairement & ce que l'on a cru, MM. Joli bois : il s et ( ; %  .!.'ri n n'ont pas t arrts. A la suite d un mindit d'amener dress contre eux. coume l'exige la Ici, il; se sont prsents au parquet peur lournir des ren'eigaemrnts sur l'auteur de I arn.le intitul les "foh lnants *, et ensuite ils ont t mis eu libert. Cette mesure a t prise pareeque iuw's par le parquet v.nir lournir dts renseignements dont celui-ci avait besoin il s y seraient srement re fuses, eu vitant que l:s for ns protcctriCN d: la loi tusstnt remplies eavers eux U 1 p:apt: ne doit po nt vivre '.er nel!em;nl diru d: p;tits compirtim.nts c'est sa ruine, car p:.n %  aa ra-i il quelques In urnes complets. En ce moide. la condition du g?n t h i m'i 1. nt put se maintnir et s'aaliocr que pu l'elort. Ljvl>lh ureusemtit. chez ooui Bai mentalit: loatinre persiste domi ner et devant soa rsultat, o J se vo t, ob'.g d: s'ciiT courne l'au\ie t Constatation dsolante, on acte de d vouemsn dem:ur isola alors qu'ut geste bis, stup'.J* oi ctu*l, mtis q li (rapps l'imiginitioi d: la 'o le, a des rpercussions immdiates et no n breuses. Pourquoi la coitagion di mil eit-ell: si rap d: et celle du b i silenie ? iQLr rr-p'oche qns "01 tait ^u ptapli nuti.'D, e.t d; ne po nt ssisir la vis des peuples qui se maiuiieuaent par leMatt et d: suivre leur exemple. k JEtenions, lirg ssom la pbre di no re activit e'. ainsi sortant da noire inertie, nous serons un peup e 1 nstar des autres* Hier, uu heur.a-i hasar 1, non a fou m l'occasion de suivre la no 1 velle initiative de noi-e isttigabe et gentil ami Csostaa in Hnriquez Tous ceua qui pensent ont 'i r. i enconiage; son œuvre Aussi, nous a-t-il dir, de runb eux el/es sont venus 4 lui, et il espre qur soi entreprise s:ra comprise Cil z nous surtout, ce stadiu m a toute sou utilit 1 t: 1 Lil t. depuis quelque temps.oi semole perdie le steret d? la lire, de la beaut et de la sant. Pourquoi ? ngligence de la cultu re physique. Cependant elle a son bon ct. £jLe peup'e japonais en pratquacl le'iui'jitsu tonn I Occident. ejPendant 1'. xjdition d; Chine et lois 4e la campagne de Mind:hojne, l'europen n'a pas manqu d'admir-r l'originalit de la ne h nie de cultur: physique des sujets du m kido S. vrai, qu'un observateur n'a pas hn t d crire : c Les Europens sont une rase proverbialement nerveuse.* 'Les Japonais sont calmes jusqu la sini'-. L tude et la prat-que ri d'e de toutes les rgies qu'ils ou dictes en vue du bien tre phy ique amneront chez les occidentaux uue augmentation extraordinaire de la v tah' physique et nerveuse. Quel est le but de la culture phys que ? c C'est airiver au dvelupp.'men. complet d 1 hu.r m et le met're e 1 possession de tou'e la beaat et ie tonte la force que la natu'e a dpo ses en loi a L'homme crit Jules Simon, s't o le s'abaisse dans nne eoviloope mal saine et (nlensr. Donr,pour la main tenir toujours vivan'e et ferra', que Pdac ron physique n; so t point n glisse. Cette culture e;t elle ncessair" 1 aui femmes ? Ou. Actueileme it, avens nous lu iait un m gaz'n. % %  ne cinta'ric: amri caine ^m*rv i 1les dilettanti par la puissance e: 'a puret de sa vrix ; lsisince avec laquf.k elle ch::te tonne. Quel est son sec et ? a cu'ture physique quelle pratique quoMei ne m ni et do .t el'e fait une d.s coi ditiona de son hygine Donc les f;mm s do vent en p'Oli ter De nos jonrs, on s'cmble dire que la feinm: a subi lambiacc un'ver selle de la laideur molcce Pourtant crit Voltaire, tous les raisonn mens des hommts ne valent pas un seni* ment d'une femme. Donc, pour que ce sentiment se dveloppe davantage il impo te une les femmes aussi bien que les nom mes professent la culture physique. Li beaut n'est pas dans U profusion des bijoui, dans le truqa'g? d'une hab.'e cou'nri e, dans les soph s> m M m ndaioi, mais b eu dios cet e aurole co po elle jo ne ce'Ie du cœnr ce deioier le plus riche apaoa g: et U dot la plus splead-d; Ponr con:lute, di ois conme ai peaseur: c C ai qui on: foi dans le suiV.iin: aven r que la cultur: physi que prpare 1 humxm' oit COQS •arament en *eve la fi:tion rny.hnlo gique dans laquelle les hnm ues les sembleraient d'.s dieux, les femmes des des.er En ert. Vinus chi^pie aux bai sers de Vulcain, dus les b as d .\pn' Ion senlort nimb e iazirD. :-s treintes nansent de beaux enfao'3. l'oit un idal a pris jour Sur toute terre heureuse, o I a mour sera roi, s'panouira une hu manit embellie, les fhur* auront plus de part j.n le ciel plus de b'.eu, le eccur plus d'avreese Constantin DUMMRVF. i J arisiaua DIMANCHE Reprisa d 1 Sjuaition 1 il Rinn de "5 ut mi Lirons qui snjle/a der nirement l'admiration ginkale. Le 7 de Trf e j ter at U ai inu h Li Cirte b it&le L'iiilli ii Lotth entre I gourde Biicon i gourdes toariage Ce matin 7 heures a t clbra en I Eglise Si Joseph le manags rali B'eox da Mlle Emma L\NDRIN noie \ Mr Lonce Archimde. Les maris ont t conduits l'au tel tar Ma Edmond Leaoinaase acomsago de Mlle Yvonne Auxila. Aprs la crmonie itttftoaM une charmante rception fut faite ans invi' dina lea salo.isd* Mr et Ma dame l'aul Auxila. Nos meilleurn comp'iineots DX nouveaux poux. CUIRASSEZ VOUSf CUIRASSEZ vol.e Gorge, vos Bronches ^V08 Poumons en les thi en les prservant par l'antisepsie volaUh dea PASTILLES VALDI contre los dangers du Froid, de 1 Humidit, dosPouMui des Microbes. 'I ftjnSOIGIEnEFFMKint' Rhumes, Maux de Gonte Bronchites, Grippe, etc. •MPtOYBX un PASTILLES VALDI, re-iie.ie reai-irableuitiuptiqt, Mais il faut avoir sofa de bien employer les PASTILLES MUttl VRITABLE8 SEULES RELLEMENT EFFIOCB icnrlues uniquement en BOITEJ portaril la nom . Les P.iiiles Valds son'enmHl RemerCieineni8 Ih.rmahBou-raincPortsaPS Les familles Dimbrevills, Boyer, Mon) et tuus les autre parents et allis ramerciont aincrecoint touj les amis qui leur ont donn des preuves de sympathie l'occasion de la ranrt dl leur regrett FEHNAND BOYER et les prient da trouver ici l exprs son de laur prof m le reconnaiaian ce. f hirmacie Brutus, lrmie t|tetnl harmacifs. Mouvement des Navires Le a e i ii-r Panama venant direc t-:me-it de NJW York e-_ a'.tendu ici lundi 39 Avril courant. L9 S|S tlj-Kii venant de Cristo bal est ettenlu ici le 2 M ai proehn en route le mm) pur et diracti meut pour Naw Yo k Le osidji venant d J Kinjston et du Sud, attendu 2 ha"J pataonsge de Madame Fions! tant. l: lever du rideau eut !• %  heure. Le disours d'onrertsii p-onoce par la dite Dame q] ovationne du commsnciaij i 3 fin.j DJS posies et mooolog^ rent d ts par quelques i eoae selles et jeunes geoa delsw Nous prsentons nos m compliments an &'si .M* car ils sont vraiment syap 1' Ce I* avril I9J 4JH -, Un pi!** r"*\



PAGE 1

LE MAIlN Ifert recommand : ggMD HOTEL DE FRANCE LpitaUe: P. V. PATRIZl ,iy IE MEDICATION ARSLNIC-Pl'.C OF. kphss POISSANT KECCfo*' VL.. r FOHE 8:Enx.r-Cram.'-Cor >ri^ tmulslon-Cor.entr"Mns Tousiescas oui *f2£gg*ffi£f^ \Tousiescasout oinunn-mBa mm • -^ A INDICATIOUS^, mtdtcauon itjmvtnu i-CARlMIC i M. %  I %  Iiniffjr t Tanin) % %  R Miguant et Dupont „:, Rue Davioud, Palis ylj/euis Gnrauxpour les Animes Q9 (Iode et Tanin) 4 M fois Toniue et DCpurctif. Anmie Faiblesse gnrale Croissance •• %  fciluitl Glandes — Scrofule Formation ios Jeunes Filles Maladies de Poitrine mWivtto'remplace aoantageusemeni I HUILE c FOIE de MORUE r COMAB rn.8 et irc'a'eri en', -jut cette fin par dlibration i Consul de fin i'le< meat t crae'o *;1 don .0 mandement eu iti da iize niein ml nauf cet-t IviDgt t oit etirrg:el.vcant df |. M-. toitj* M ^^K va Se D-rri g r 1 iitfrdt N 7 Mai ,t ttpsrlira I. n me oui pcui Sn tiaao de Ctb> De n tour i Por au P-ince .e 10 Maiil-ep'tra le .t ttv |00f \ont U,Cire.l me.SoD.mrgo l. ro.is. M y g-- M ; V l repartira le mme joar pour 3.1 Ha tien S n Juan a t-orogae et ltH pot U Prio-e 28 Avrl 192 L-/g-o'. BROBELIN MaUon msuble louer Si„c dans les-'pu; df Lalue Mcbilici ttui.cau. fcont le .o.foi. Poor reiseigntncLts, s'.d.esse ai beaui du Mat"* .. Vente l'M?M %n rgitn dcrd ie de Mr II Prr"f AJmir isra enr des Fi ar.cea. il sera locde Place de'a l'ai Mer-.di 2 Mai 1-'S 10 heure B du m 10, a rie trait dpendait in ecuncs <*u Palaia Na ionil , .. Onputlee tO r dans es (cor ei de MBerlin arant I ••> > e Vlonlb--un BLIK. Entanttur l'ublic Lee ateamar Waldtrn.1t Horo venant de H.rrbour* via Coraae. Jnc mel eat altendu Port u fin ce le "rrplS C rob'abUent .Hende 1 Europe prer PI t ne'. Ponr plue uulas rense:g.i?:ueua S adte8 Q r L O FFSON LUCAS A C O Grande LoUfU de La Havane Qroa lot lUO.OOi dollars Ita amaieor cent ii forms de r.rrive oea b;IUte | 0 ir le t.r M !ii"'"vr.M23 et de la 8M • ou 31 Mail coule CAKLOS l, C ASTI LU, Rue Bonne Foi. Clyde Sleamsbip Company Foreiqn Services Vapeurs dtriab par il Q| Stearnship Cau pint peur cempte! de ( Unit J, States Shlptiii ^uf i Boj/oV., aytnt to


PAGE 1

M mi %  tasses? rduque l'intestin w-Constipation Entrite Vertiges Dyspepsie Migraines Pour rester en benne sant prenez chaque soir un comprf,n de JWBOL '••!. i IIHII' mu ..,,. .i.vakiicien p..n. • SI rrj fMfffl mlent ru. f> iraIS'il flu.jiic )..Qislqiiea confinait, di JO*K I. rend t i leur i-.' r .r n psreXM p" I inu tfes pon et ratine toutes les qualits etbjai nuances unis bioies et tleurs Une grande van' de l'oile I3lan:he3 pur lingiru 3! aidj oo'jr eheurses h uni. Satin Uiii:e no r et lustrine couleurs pour Uillaur. Toiles lit,/ et loilos pour nateiis tt pour nappait. Tj lei a h urnes varies diill H k tki bl uc_et couleur*. Jriil Tu*. du'k baue, diagonal, alpifej. cluvo U, noire, jt piliu hj\ fn&U, cte. clc, Dci pdx r CM(Xp\itiifhfi^ rJulttC : Les Pilules POUR REINS ^VfSSIF — !.. plus grand remde du monde ntiar [ %  es rliimiatismes, les douleurs dorsales, la goutte, 1 raideur des articulations, le lotnbaft), la pierre et tous les autres daordse* provoquas par l'affaiblisManeat des raina et de la vetaw. Les l'ilules De Witt sont en vent dans tontes les pharmacie, du monde entier. Le grand llacon en contient a fois t plus que le petit. Si VOUS prouvez quelque difficnltd a*) vous procurer les pilules sntnentiquea De Witt silrc.sei-vous ou rendes visite a la rihsraisfds Ai'•! uni Bwald, Part-an Fnna*. Pbarmacie F. Sjoum bonne avis sa clientle, aua mdecins et au public qu'tllj* Ira tsorru s-,n Labora oin d'Urologie en un Lab.raidie.** b-ol gie appliqu sous la Dirrctioii d J -Or tticol et t. Sjmirii Le la! oratoire es ouvert t( us les jours de 7 hit s du matin •• Q ur s 'u soir pour ioute< les recberens ei analyse piuts<** l'aoDocci ci jointe, s tut pour le Waisdiiiini el i* cousu..le Uri! ScrltuH S MVOl reues que e m^rdi d chaque sernain u Stdres-v ia l'hirnmeie pourles renseigoetoe L 1o-il.es d'u ineselsSudgis nqu-, Raction de Wassj. mani Htecioo de Tnboulei, blxamen du sing et du pus lv\aaien d s matires icales, Examen 00 crash' s4ibnainoraciior iCoiislan'eUroScrtt'i HeicA'.rrhe de. Spir.yhtta et Co Je n'JccJque*. *''. &*• %  %  ml r*> M r' A A DE MATTEIS Apis Cota 4



PAGE 1

17 t * ne wo 6Q95 poRTii]pRi.\cE[ium:) SAMEDI 38 AVRTL 182 IMPMMEUP lment Magloire BOI? VNA 48 Boe Amricains lO 20 C ENTIMBS Quotidien TELEPHONE No 342 Ne vous chargez point d une haine sou tente ; ctl un farde ai plus pesant que vous ne pensez. Madame de SBV1GNI e Congrs panamri cain du Chili Z le rgime sec est une critsie loi aiiypro ^ o u ve n es trangres Santiago da Chili, 31 Mars TODI envoie le rsum de la jjjpKiiedoiiseoorade M. le Htot Alef BBndi i. Le panamricanisme i BinauiiiCBniane va plus au laifid-tel ; ceat uoe forme dy-iri effective ne des cauaeb niphque, bis oriques et poliT l Ce n'est pas en vain que la M a runi en groupes pais iioea fortaa et vigoureuses vute continent spar de l'uni pir deux immenses ocans, ,f CM raisons, ces races aa sont t\m attire i par l'union qui dter il'anit dJ continent, avec les i tipiratiooB et les mmes in kti. [la dcouvert du c lbre aviateur il ta rpercueson dans le vieux atiDiQt, o les peuples, par l'en aiit ae leurs eefants les i lus tret.ret.autf, renouvelrent leurs |M. La cangra de Santiago TTwt lor et s bssts spuituellB, iries et cocemiques que se ti'tert les ppys dan cei ' e0 "* lias et solennelle aacesablr, lia bat de poursuivre la grande JM qui aotfre, dans un vaate pruoe. aux n.inents tiommea d n> Iqu l'Amrique noua a en oy-. Les arbitrages [Le jour n'est pas loin o 1 ai bile donnera la solution pacifique idftUbUa internationales, toiMuie de grande importance •liiie dans la aoiweation du lioUrpational ; cer cellt-ti de -itte Us fsculta et les oblige* %  i des paya qui fora ut I union sariciice. irfesuies prendre Ncoi dtvot i ccccilier la dfense mire, rnatitime et arienne avec I niions fondan.en ala qui coi • lllant anaii ce te dfenae, eugiut ptoteger la vitalit et luer i cotoaa que des paya. Lis terri* vaade oe CuLtinent ala' tcut.d %  rtcbiisis de tous gei.res offrent litige chimpau avtloppement H la prosprit des nationa d'.\mjue. Leors potulatiot B, loin Ml d'avoi attem la dnsi cor--jQDCante a l'ixteiiion et la %  OsscUon du eol, oct devint elles ^Hie iccroiiBiment, ans anta wne, aans rivalits. Limiter pru MKtect les inversions destines fK ttKn de > f o ;c 8 tae. quant F,lcunt intrieure et extrieure, • empcher le chaos incalculable M paix arme qui dana ce conti . trusterai, fatalement, tamis wan panamricanisme, Lhiatoiie !" 0VB qte la paix arme absoibe eW cocom ques et l'nergie %  d'i a payr, Ccidialit internationale %  • Attasenuii fait justement rcWr qua s'est cette paix int foi' ct ^ ordre el cell atab-.lil lhbrrt.qo1 f,u mUie la cordialit Itf^f'y 'oujouia eo tribu, %  sil n ?J' C la ll p e M Blein Rtœil J a P'emi.rCongia JJJ. ,' ,D oan-ait que I urbi •sur. Ie ii-oy.u le plus ttneace h ipBiioier la goei r e. Uoe justice %  jwonsle rscidra tontes les Su2..*L^ l> ,era 'e fruit de aa runissent l'ordre juridique des socits sur li base des a tributiooa propres. La Socit des nations Le prsiient Alessand-i, d'accord t vec lea ides exposes, fait noter nue le Chili contemple avec sitist'ac tion 1 oeuvre de la Socit de i nation; ea y apportant son adhsion et sa si aympathio. Elle est indique com me devant joaer le principal rle dins la reconstruction de lT.urope et la paix mondialeLa limitation des armement <~Ji. Aleesandri rappelle lea paroles do priidtnt Hardie g, a la Confrence de Washington, en 1921, eo sojet de la Imitation dea ermmanta et affirmant que lea E'ata-Unis ne cherchaient pas d'autres conqutes, ce que vi Root avait dj exprim la troisime Confrence panamien csine, H o-dt Janeiro, eu liJ06. Ray Barioosa M. Aleasandri rend, en termaa mus, un juste hommag? la m*moi ro*de graod penseur amricain, de lmioent iuriisocaulte et homme d'Eta*, U .y Barbe saCeBt 'ni qui pro clamai', aux couf rencea de I Hay eu l'.tuT, le dogm: fondamental de l'galit devtot le droit 4e tous lea E ata aouverains. Proraison L'orateur termine son brillant dis cours en disant qu'il sent batte en son cœur les peuseei de Bolivar, da an Martin, de Sucre, d O Higgios, de Hidalgo, d Attigas et celles das autres libiateuis dea nations sœurs. Il cr lit sentir palp.ter en lui lea nationalits qui, il y s PU sicle, rpra tant de sacr lices, levrent bien haut leur tendard pour anno: cer au mon** U formation do nouveaux peuples qui contribue* raient au petfeclionnement de la Civiiiastion du monde. Tous les crateura de gnie de3 •auples d I tnrique, exception fats ue W'aabiogion. durent payer leur tribut 1 ingratitude humaine. Mais aujourd hui, dans >e repos de la tombe, ils doivent prouver de la satisfiction en contidiant lea nationa qu'i'a ont cres %  \Qi jaunes et pussantes force aurgiasent pour transformer le pays d'hier qui, en pleine v.ri.i maintenant, ouvrent leurs bras aux na tiona d Europe puiBea par la lutte. Lea jeunes peuples i Amrique retienlent avec celles-ci la douleur immense dea plaiea profondes et les encouragent dana leura efforla reconqurir le glorieux pass eu ten dant gnreusement la main tous lei autrea peuples de la terre, car nous lommei couve meus que seule ment l amour est fcond et que la haine n'engendra jimpis ren. Il est digne de rem rquer llo aoent dveloppement chronologique d s faits de la rvolution amer cai e avec lequel le | rsident Aleasandri i si raet're en lumire les aacr I ces de la gnration libratrice de 1810. Les consquences qu I a ti f s de cette e-xpoaitioo eontassiti ibnortaotee et aerviront juger du lat.g que 1 Amrique la'ioe occupe dans l conomie ma U du ond %  Uiss Elisabeth Maibory, membre du Comit du parti dmoora'iaoe pour l'Etat de New Yoik, coo 9 irtrfl le Tnime teci comme une loi d hy pocriaia eontraiie toute 3aiue merle comme l'hygine publique, plus mal en point que jamais depuis l promulga'ion da la loi ; • La prohibition 4 dfete'h en s?s d scours publics, a mvntenant eu troia annes pour Mrs ses p'euve. Elle n'est plus un essai, elle est un fait. Lea patlisins du 18a arr.en-'emsr.t la Constitutiou sont patfaitement indiffrents au fait que les a'taqoe; main arm-'o 89 tu iltiplient iournel lemeot qua noi courj criminelles sont de plus ea plus encombres; que nos prisons regorgent de ban dita a*, d'asiiseioa et que lea crimes contre l'esprit dpassent cmt foi3 los cnmeR contre la chair Lorsque deux m -liions de nos hommns traver arent l'0:an pour verser leur aang sur lea champs de ba'a.l'e da L'ran ce, cette chose qui a nom -prohibi tion" u'oxistait tss, le v'n et la b re ne '.eur furent p s refuaai et cependant ils ss bitti ent comme des lioQB et moururent comme des hommes Dans 10 0(0 de maisons da riches, oa trouve de l'alcool aous une forme ou BOUI une au're. Il s'agit aaulemant d avoir de quoi Taudia qui l ouvrie le c.toyeo me deate ne peut mime pas sa procu rer uoe bou'eule de vin ou de bire pour boire son repas, aprs son labur quotidie.r S'il a le malheur drehiter la bois ou que le sommer ot m i honnta lui offrie un prix abordable pour sa bourae, i'sbiorp tion de ce produit, frelat risque d s lui soter la vie.. Rend z au peuple 1) libae usag i du vin et de la b re NeuB avons ass.z de cette mons tueuse iniquit. Rendez la libert a ceux qui vous l'avex voleLes jei tes gens et ie jeunes femmes qui autre ois pra iquaient la vertu d i modraiiMi ont maintenant perd i toute re e ue L'fruit dfendu est devenu atjourdhui le rgime de tous h s jo ii s Ass.z de celte foie stupide, assez de cette d'gradante hypocrieieNous refuaoos de nous laisser convertir en une race nour re au biberou et dout le oa sont devenus mous-Les Saintea Ecriture noua preacriven' de prendre un pin de vin pour le bien de oo're estomac. Il noua est impoaaible d ob.r auxSiinta EoiltOtH aans violer la UL Autour de la conf rene du Proche Orient LAUSANNE 26Le gin-al Wy gant est arriv Jci soir de Pans se ledan. en Syrie o il occupera II poste de HU' cooimissaiie franais et de commandant en chef. Pendant soa s'our ic le gnral consultera le gnral Pelle, hut commr.saire franiis Constan'inopH qui assiste i la confrence du Proche O itnt et discutera avec lui la situation rai ita ie du Levant Le gnral WtVKand verra aussi Ismet Pacha chef de la d' lgation tu qu*Dans les milieux tuics 00 est oitement imptui oo^i par la romiaa ion da gnral Wey gind en Sy ie. on la considre co n me I indice de la dte.miuaiioa de li France, de renforcer la d'eose d: cett coutte. La go se qiestioi ds COlCSt' sions 1 la Turquie a t officieuse mat discu'e parmi les d gus la conftence, mais 1 examen olficie' de la question se;a probabemen ajouioeu ntt.-nJant le rsu ut.it Uccuel fait h p opo'ion |d s; II es qui sont les p opritaiies d:i aa ciennes concessions e tentent d? : gler leur diffrend, directement ae: le gouvernement d'Aagora. Le liul tat de ces eilirts dterminera gale ment de quelle f oa les allis prien teroot la question t quelle ait tudt iisprend.oit. Les pointi en litigt de rmi die importance entre les allis et Lis Turcs et rela'ifs i la rduction du trait sont successivement exami ns par les experts qui ont pass plu s ears heures 1 discuter avec les sous commissions d^s ptebmes finaacieis et politiques Aucune sance p itre n'ttiit prvue. Une ordonnance nreei ite COBLliNTZ 26-Dips une nou veile ordonnance p es.ut: pat U com m ssion i t.r.lli e en Rhoa.ie, ou te persoone qui sa itfusera d'excu ter les ordr s des autorits tihes four le chaibooou le :ok s ra pas .ble d'emprisonnement. Lescrd.es donns intrieurement devront te Pour lundi XI L'abondan.e des mat re; nous •blige i renvoyer i lundi nette FAR,NADI in itole. Picisions sur JWUW cjui, aatrsfais, -taaliient le.crole;. 5t?.'h? B R u ^ ui Siie P Ce ,ont '• %  fiboiaux Grand Hlel de France Qui par sa situation unique au centre des affaires § m *£ *B* plus que famaii au public et m nombreux e' distingus Wten pour sa CUISINE soigne et tout le confortable ncessaire aux \oya geurs de Commerce et particulirement aux commerants de passage i Pori-au Prince. L'Htel dbite par Gallon t? P<*r Ba irji s d<>* Pinde Bordeaux Rouge et Hlanc. Ces Vins viennent directement de B.AH&A •U*f£ ; "* lus de raisins, nom pouvons le prouver par des Lh.KllML.4 RS qu IOUS tenons toujours la dispo u-on des C Hnti. ChnmiHHjne et Vus Housssux p- Aprs la crmonie, lorsque las jeunes poux apparu ent dans la me, la foa'e masse devant 1 abbaye les acclama avec enthousiasme Huit mil le po icemen, dont ;oo chcal et de r.ombreux <' achement> de Scot lard Yard assuraient le •er.i-'e d'or dre sur If pneons du rcrge. Arri vts au p-l s. !(S nouveaux poux fuient l'ojt de rouvelles acclama t.oc s Le roi et la re re donnrent rne rice^tion au palais suivie d'un d.).uner c l'on servait un gt au givai ttiqne |esant ; o ivres. Apis 4 heures.le duc et la duchs?* d'York quitt ent le pulais peur al-ipun dre la gaie de vVateiloo le train qui les emmena dans la cont ds Snrrey e le couple passera les pra, murs jeun de la lune de mieU


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05916
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, April 28, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05916

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
17t *ne wo 6Q95
poRTii]pRi.\cE[ium:)
SAMEDI 38 AVRTL 182
IMPMMEUP
lment Magloire
BOI? VNA
48 Boe Amricains
lO20CENTIMBS
Quotidien
TELEPHONE No 342
Ne vous chargez
point d une haine
sou tente ; ctl un
farde ai plus pesant
que vous ne pensez.
Madame de SBV1GNI
e Congrs panamri
cain du Chili
Z le rgime sec est
une
critsie
loi
aiiypro ^ouvenes trangres
Santiago da Chili, 31 Mars
todi envoie le rsum de la
jjjpKiiedoiiseoorade M. le
Htot AlefBBndi i.
Le panamricanisme
i BinauiiiCBniane va plus au
laifid-tel ; ceat uoe forme dy-
-iri effective ne des cauaeb
niphque, bis oriques et poli-
T l Ce n'est pas en vain que la
m a runi en groupes pais
, iioea fortaa et vigoureuses
vute continent spar de l'uni
pir deux immenses ocans,
,f cm raisons, ces races aa sont
t\m attirei par l'union qui dter
il'anit dJ continent, avec les
i tipiratiooB et les mmes in
kti.
[la dcouvert du c lbre aviateur
il ta rpercueson dans le vieux
atiDiQt, o les peuples, par l'en
aiit ae leurs eefants les i lus
tret.ret.autf, renouvelrent leurs
|M.
La cangra de Santiago
TTwt lor et s bssts spuituellB,
iries et cocemiques que se
ti'tert les ppys dan cei' e0"*
lias et solennelle aacesablr,
lia bat de poursuivre la grande
Jm qui aotfre, dans un vaate
pruoe. aux n.inents tiommea d n>
Iqu l'Amrique noua a en oy-.
Les arbitrages
[Le jour n'est pas loin o 1 ai bi-
le donnera la solution pacifique
idftUbUa internationales,
toiMuie de grande importance
liiie dans la aoiweation du
lioUrpational ; cer cellt-ti de
-itte Us fsculta et les oblige*
i des paya qui fora ut I union
sariciice.
irfesuies prendre
Ncoi dtvot i ccccilier la dfense
mire, rnatitime et arienne avec
I niions fondan.en ala qui coi
lllant anaii ce te dfenae, eugi-
ut ptoteger la vitalit et luer
i cotoaa que des paya. Lis terri*
vaade oe CuLtinent ala' tcut.d
rtcbiisis de tous gei.res offrent
litige chimpau avtloppement
H la prosprit des nationa d'.\-
mjue. Leors potulatiot b, loin
Ml d'avoi attem la d- nsi cor-
--jQDCante a l'ixteiiion et la
OsscUon du eol, oct devint elles
^Hie iccroiiBiment, ans anta
wne, aans rivalits. Limiter pru
MKtect les inversions destines
fKttKn de> fo;c8 tae. quant
F,lcunt intrieure et extrieure,
empcher le chaos incalculable
M paix arme qui dana ce conti
. trusterai, fatalement, tamis
wan panamricanisme, Lhiatoiie
0VB qte la paix arme absoibe
eW cocom ques et l'nergie
d'i a payr,
Ccidialit internationale
Attasenuii fait justement rc-
Wr qua s'est cette paix int
foi' ct^ ordre el cell atab-.lil
lhbrrt.-qo1 .f,u mUie la cordialit
Itf^f'y 'oujouia eo tribu,
sil n ?J'C la ll p e M Blein
Rtil J' a P'emi.rCongia
JJJ. ,',D- oan-ait que I urbi
sur. Ie ii-oy.u le plus ttneace
h ipBiioier la goeire. Uoe justice
jwonsle rscidra tontes les
Su2..*L^l> ,era 'e fruit de
aa runissent
l'ordre juridique des socits sur li
base des a tributiooa propres.
La Socit des nations
Le prsiient Alessand-i, d'accord
t vec lea ides exposes, fait noter
nue le Chili contemple avec sitist'ac
tion 1 oeuvre de la Socit de i nation;
ea y apportant son adhsion et sa
si aympathio. Elle est indique com
me devant joaer le principal rle
dins la reconstruction de lT.urope
et la paix mondiale-
La limitation des armement
<~Ji. Aleesandri rappelle lea paroles
do priidtnt Hardie g, a la Conf-
rence de Washington, en 1921, eo
sojet de la Imitation dea ermmanta
et affirmant que lea E'ata-Unis ne
cherchaient pas d'autres conqutes,
ce que vi Root avait dj exprim
la troisime Confrence panamien
csine, H o-dt Janeiro, eu liJ06.
Ray Barioosa
M. Aleasandri rend, en termaa
mus, un juste hommag? la m*moi
ro*de graod penseur amricain, de
lmioent iuriisocaulte et homme
d'Eta*, U .y Barbe sa- CeBt 'ni qui pro
clamai', aux couf rencea de I Hay .
eu l'.tuT, le dogm: fondamental de
l'galit devtot le droit 4e tous lea
E ata aouverains.
Proraison
L'orateur termine son brillant dis
cours en disant qu'il sent batte en
son cur les peuseei de Bolivar, da
an Martin, de Sucre, d O Higgios,
de Hidalgo, d Attigas et celles das
autres libiateuis dea nations surs.
Il cr lit sentir palp.ter en lui lea
nationalits qui, il y s pu sicle,
rpra tant de sacr lices, levrent
bien haut leur tendard pour an-
no: cer au mon** U formation do
nouveaux peuples qui contribue*
raient au petfeclionnement de la
Civiiiastion du monde.
Tous les crateura de gnie de3
auples d I tnrique, exception fats
ue W'aabiogion. durent payer leur
tribut 1 ingratitude humaine. Mais
aujourd hui, dans >e repos de la
tombe, ils doivent prouver de la
satisfiction en contidiant lea na-
tiona qu'i'a ont cres
\Qi jaunes et pussantes force
aurgiasent pour transformer le pays
d'hier qui, en pleine v.ri.i mainte-
nant, ouvrent leurs bras aux na
tiona d Europe puiBea par la lutte.
Lea jeunes peuples i Amrique
retienlent avec celles-ci la douleur
immense dea plaiea profondes et les
encouragent dana leura efforla re-
conqurir le glorieux pass eu ten
dant gnreusement la main tous
lei autrea peuples de la terre, car
nous lommei couve meus que seule
ment l amour est fcond et que la
haine n'engendra jimpis ren.
Il est digne de rem rquer llo
aoent dveloppement chronologique
d s faits de la rvolution amer cai e
avec lequel le | rsident Aleasandri
i si raet're en lumire les aacr I
ces de la gnration libratrice de
1810. Les consquences qu I a ti f s
de cette e-xpoaitioo eontassiti
ibnortaotee et aerviront juger du
lat.g que 1 Amrique la'ioe occupe
dans l conomie ma U du ond .
Uiss Elisabeth Maibory, membre
du Comit du parti dmoora'iaoe
pour l'Etat de New Yoik, coo9irtrfl
le Tnime teci comme une loi d hy
pocriaia eontraiie toute 3aiue me-
rle comme l'hygine publique,
plus mal en point que jamais depuis
l promulga'ion da la loi ;
La prohibition4 dfete'h en s?s
d scours publics, a mvntenant eu
troia annes pour Mrs ses p'euve.
Elle n'est plus un essai, elle est un
fait.
Lea patlisins du 18a arr.en-'emsr.t
la Constitutiou sont patfaitement
indiffrents au fait que les a'taqoe;
main arm-'o 89 tu iltiplient iournel
lemeot qua noi courj criminelles
sont de plus ea plus encombres;
que nos prisons regorgent de ban
dita a*, d'asiiseioa et que lea crimes
contre l'esprit dpassent cmt foi3
los cnmeR contre la chair Lorsque
deux m -liions de nos hommns traver
arent l'0:an pour verser leur aang
sur lea champs de ba'a.l'e da L'ran
ce, cette chose qui a nom -prohibi
tion" u'oxistait tss, le v'n et la
b re ne '.eur furent p s refuaai et
cependant ils ss bitti ent comme
des lioQB et moururent comme des
hommes Dans 10 0(0 de maisons da
riches, oa trouve de l'alcool aous
une forme ou boui une au're. Il
s'agit aaulemant d avoir de quoi
Taudia qui l ouvrie le c.toyeo me
deate ne peut mime pas sa procu
rer uoe bou'eule de vin ou de bire
pour boire son repas, aprs son
labur quotidie.r S'il a le malheur
drehiter la bois ou que le sommer
ot m i honnta lui offrie un prix
abordable pour sa bourae, i'sbiorp
tion de ce produit, frelat risque d s
lui soter la vie.. Rend z au peuple
1) libae usag i du vin et de la b re
NeuB avons ass.z de cette mons
tueuse iniquit. Rendez la libert a
ceux qui vous l'avex voleLes jei
tes gens et ie jeunes femmes qui
autre ois pra iquaient la vertu d i
modraiiMi ont maintenant perd i
toute re e ue L'fruit dfendu est
devenu atjourdhui le rgime de
tous h s jo ii s Ass.z de celte foie
stupide, assez de cette d'gradante
hypocrieie- Nous refuaoos de nous
laisser convertir en une race nour
re au biberou et dout le oa sont
devenus mous-Les Saintea Ecriture
noua preacriven' de prendre un pin
de vin pour le bien de oo're esto-
mac. Il noua est impoaaible d ob.r
auxSiinta EoiltOtH aans violer la
UL
Autour de la conf
rene du Proche
Orient
LAUSANNE 26- Le gin-al W- y
gant est arriv Jci soir de Pans se
ledan. en Syrie o il occupera II
poste de HU' cooimissaiie franais
et de commandant en chef. Pendant
soa s'our ic le gnral consultera
le gnral Pelle, hut commr.saire
franiis Constan'inopH qui assiste
i la confrence du Proche O itnt et
discutera avec lui la situation rai ita
ie du Levant Le gnral WtVKand
verra aussi Ismet Pacha chef de la d'
lgation tu qu*- Dans les milieux
tuics 00 est oitement imptui oo^i
par la romiaa ion da gnral Wey
gind en Sy ie. on la considre co n
me I indice de la dte.miuaiioa de li
France, de renforcer la d'eose d:
cett coutte.
La go se qiestioi ds COlCSt'
sions 1 la Turquie a t officieuse
mat discu'e parmi les d gus
la conftence, mais 1 examen olficie'
de la question se;a probabemen
ajouioeu ntt.-nJant le rsu ut.it
Uccuel fait h p opo'ion |d s; I-
I es qui sont les p opritaiies d:i aa
ciennes concessions e tentent d? :
gler leur diffrend, directement ae:
le gouvernement d'Aagora. Le liul
tat de ces eilirts dterminera gale
ment de quelle f oa les allis prien
teroot la question t quelle ait tudt
iisprend.oit. Les pointi en litigt de
rmi die importance entre les allis
et Lis Turcs et rela'ifs i la rduction
du trait sont successivement exami
ns par les experts qui ont pass plu
s ears heures 1 discuter avec les sous
commissions d^s ptebmes finaa-
cieis et politiques Aucune sance
p itre n'ttiit prvue.
Une ordonnance
nreei ite
COBLliNTZ 26-Dips une nou
veile ordonnance p es.ut: pat U com
m ssion i t.r.lli e en Rhoa.ie, ou
te persoone qui sa itfusera d'excu
ter les ordr s des autorits tihes
four le chaibooou le :ok s ra pas
.ble d'emprisonnement. Lescrd.es
donns intrieurement devront te
Pour lundi
XI
L'abondan.e des mat re; nous
blige i renvoyer i lundi nette
Far,nadi in itole. Picisions sur
JWUW cjui, aatrsfais, -taaliient le.crole;.
5t?.'h?BRu ^ui
SiieP Ce ,ont ' fiboiaux
Grand Hlel de France
Qui par sa situation unique au centre des affaires m***B*
plus que famaii au public et m nombreux e' distingus Wten
pour sa CUISINE soigne et tout le confortable ncessaire aux \oya
geurs de Commerce et particulirement aux commerants de passage
i Pori-au Prince.
L'Htel dbite par Gallon t? P<*r
Ba irji s d<>* Pinde Bordeaux
Rouge et Hlanc.
Ces Vins viennent directement de B.AH&A U*f ; "*
lus de raisins, nom pouvons le prouver par des Lh.KllML.4 RS qu
ious tenons toujours la dispo u-on des C Hnti.
ChnmiHHjne et Vus Housssux p- modtrv, Contei ves moutarde* fan
ais.H, premier choix
excuts dans les s juis qui suivront
la production de lo donaan<.e.Lacom
mission aussi dc d qu'un certaia
nombre de grandes routes condui-
sant Je la rgion occupe en \llcnrs
gne uon oecupc s*iait |ferm pour
permeUre un meil'eur contrle du
tn lie.
Le (fouvemement
allemand et les r
part ions
BERLIN 26- Il semblait hier ex
reniement douteux que le gouverne
ment allemand arrive cette semaine
i une dcision dfinitive sur la natu
ie des propo itio*-s a soumet re ua
nouvel examen. Le chancelier Cuno
n'a pas encore convoqu en sance
plnire le cabine1 dns 'e but d'exa
miner dfi ntiveme .t la quest'ons-Ses
dlibra;icns ont t limies 1 dis
conv rsattons avec l's ih-fs des par
tts du Reichs'ag et les r^psiatants
de 1 indu trie et quels Mr Roiemberg ministre dea
affaires tracg*ies, a galement parti
c'pi. La ques ion d iadiquei le mon
ixut i d^ermner pour les rpara
uon.. n'est qu'un des nonib eux obi
tacles auxquels se h -trte le chance
lier Le goivj.nemiot p:use que la
p ob tre d: g nanties d.s frontires
al emand et l'vacast 01 di la Rhur
dsviilt fe d-.ii s multanmsat
avec les rparation'.
Un grand mariage
Londres
LONDRES 26 Albert.du: d'York
s pous dans l'historique abbaye de
Westminster lady Elis;b:th Bowes
Lyor. La crmoaie eut lieu en gno
de pompe midi, rappelant lea,
grands jours de la reine Victoria et
au milieu de tumultueuses dmons
traitons. Une multitude norme ds
800 hauts perrooniges d'Argleferre
appartenact au paijfment d la cour,
au corps dip'omajlqjre fi i la hante
socit ainsi que des" metabjs de la
noblesse trange e y"assistienr-L'Ar
chevque de Chaaterbuiy.secondpar
les prlats les plus distingus d'An
gleterte, prsidait la crmoniei Le
prince de Galles et le piince Henry
servai nt ci' garons d honneur.Huit
demo'se:l:s d'honneur avaient t
chosies parmi les amies persnnnellss
de la matie>
Aprs la crmonie, lorsque las
jeunes poux apparu ent dans la me,
la foa'e masse devant 1 abbaye les
acclama avec enthousiasme Huit mil
le po icemen, dont ;oo chcal et
de r.ombreux <' achement> de Scot
lard Yard assuraient le er.i-'e d'or
dre sur If pneons du rcrge. Arri
vts au p-l. s. !(S nouveaux poux
fuient l'ojt de rouvelles acclama
t.oc s Le roi et la re re donnrent
rne rice^tion au palais suivie d'un
d.).uner c l'on servait un gt au
givai ttiqne |esant ; o ivres. Apis
4 heures.le duc et la duchs?* d'York
quitt ent le pulais peur al-ipun
dre la gaie de vVateiloo le train
qui les emmena dans la cont ds
Snrrey e le couple passera les pra,
murs jeun de la lune de mieU


Lk AlAttrt
I


.t
V
I
.y
a
Y
%
'?'
Nouvelle** Diverses
^COPENHAGUE a Les noces
e'aigem du 101 Chustuu et de la ici
e Alexandra ai a* clbres aa
chteau de Frendeabutg o il y a 30
* 40 ans, tous les souverains d Smo
pe taient habitus se runit au-
tour de la figuie sympathique de ie
lui que 1 ou appelait le btau-pre
d'kuropt.
MAL>K1U 26 L'aa.emb e gn
xaie des lermieis d'Espagne a adopt
une rsolution demaadant au gou
ycraeaaent d'actjves ngociations avec
les mucus o les lois sont en Vi-
goeur pour ob.tntr l'annulation de
ces lois et l'autorisation de laisser en
irer les vins espagnols'
^taONUR :S 26 LtJ arrangements
linmis pour l'inauguration da ser
vice aeriea de passagers entre Lou
dres et Moscou oai ete complts et
le premier aroplane partira le j j
avril. L: prix du voy g: Loodr^s-Bn
lin sera sjg )o livres, ce qui reprsej
te 4 cents par milir. A U.-iiiu il y aa
la correspondance av.r Moscou pir
encra iu u Li. La du;: du voyagi
ara dt J6 heuiei. avec anes a Ams
terdam, a e ne et Hambourg.
Uue dpche de dpelovrn dit
que paquebot ponugaais. qui s est
chou 11 y a quelques purs au Cipe
Frio daus l'Afrique du Sud, a ti
trouv kbaadouae< On n'a au:uD;
nouvelle des 237 pass tait, jusquici aucuu etewi n 4 t re
cueilli et on est sias nouvelle da
sort des pusageis et de ''quipage
MOSCOU 26-. Le bulletin pubu
aujourd hui concernant 1 et?t de sa\
t de Lnine dit que s tuation n'a
pas chang, l'intiamana ion du pru
mon gauche sigmUe dans le pi.
dent bulletin est toujours pars Ut
Les Cours
NEW YORK 26 Ptfll 14 72
Ste;iiDg^.^4*6j
B1JU
Programme
FM d$ VAgriculture et du
1 rat-ut 1er Mai 1W23
lor Mai
"Tri DhUM' a la Cathdrale. lmi
heures du .11..t.n ,
3. A l'iSiUC du 'l'I: U1;UM', le corttf^
se rendra l'Exposition Agnco'e cl la4us.n
Cile, au i-jlin wGoucil u but. Son biccl
lence le 1 : cmJii.i de u l(c| ub.iuue sera mjal
au seiul du t'a lais de I bxpQfil ou par le Cosl
te d l )i,Jinsaiiou, Des FiiiiiiiiIwIhi spciaux
) conduiront les SacWtalm d Lut ci Us per-
sonnages olncicls a leurs places respectives ;
30. Discours d'ouviriure du ^ecrti-ire dt-
tat de l'Agriculture ,
40. Vuiia du Prdcni, est Secrtaires d'ii-
tat et dOI pcriuliiiigcs onicicl aux deux par-
parties de i li,puii ion ;
A 4 lmes l'apies-iuidi dis:rii>utiju,
par ici soins du Coiuilc d Organisation ci
a ic .tu-, du StcrtaiM d'Util de I Agri-
culture, d outils aratoires, don, aux cul.iva
UWl iti plui mriUiill rcuon dut u cour
du f. Mu Af l'L.Xgiosuua i
6. 0* > a 7 "-.urcs au oir, iocc la cour uu i'alais de 1 bxposiiiou par la Ht*
siou* du l'unis.
^| A 7 mures- grande reprsentai ion cio-
roatogtapinuue au devant de (-ni- Varits .
8, ttali publics au March Valiicres et dan.
dillicnts quartiers de la Vilie ;
la Mai
9.. Ouverture de 1 Imposition a ; Ueure<
,Jlu ruaiin le soir, Lui public au March
V'allire ;
3 Mai
io. Ouverture de l'i-.xposition 7 hcurei
i du uiiiiu. Clture ) ut jie- du soir f-
j^l'ort-au-t'iince, le 7 Avril iyjj
'^ Le Sacirc d btut de 1 Agiuulture
..CH. BOL'LtlhKbAO
e^~~ ~ " '^
Soire rclame
cjjDne soiue thAirale se prpare. C'est un
genre sortant de 1 ordinaire une espce de :oire
iu..uic en la.cui du dpurant Zendejas.
II y sera reprscut une HyotM l Une rnyst-
tieusc gurisoo < De faux monolo|uts et
chansonnettes se Uront entendre.
A bientt d'autres dtails.
mmm
Le 5 Mai
Qu'on n'oublie pas que c et le > Mai, qu'ait
n iicu a PatUaM) u (tu thiuak ofgaaiNi pai
ud gioupe d'acteurs au pictit de la Corporation
des Ouvrier Coidonnuis lumens.
, Cette MU |ioiuci dctic tus b.liante
Eaaourafci cette uvr, McMUata, M;ssicurs,
car.ellc tit l'unique que nous possdons.
Rhumes, Toux,
Bronchites, Laryngites,
et autres affections des organes respiratoires, indiquent
un affaiblissement de l'organisme.
UEMULSION SCOTT
prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps 't
* augmente la force de rsistence contre les maladies.
? JMrsVoliboi* tiU>t
Elie Gurin aa parquet
Contrairement & ce que l'on a cru, MM. Jo-
li bois : il s et ( ;.!.'ri n n'ont pas t arrts.
A la suite d un mindit d'amener dress
contre eux. coume l'exige la Ici, il; se sont pr-
sents au parquet peur lournir des ren'eigaemrnts
sur l'auteur de I arn.le intitul les "foh ln-
ants *, et ensuite ils ont t mis eu libert.
Cette mesure a t prise pareeque iuw's par
le parquet v.nir lournir dts renseignements dont
celui-ci avait besoin il s y seraient srement re
fuses, eu vitant que l:s for ns protcctriCN d:
la loi tusstnt remplies eavers eux
U 1 p:apt: ne doit po nt vivre '.er
nel!em;nl diru d: p;tits compirti-
m.nts c'est sa ruine, car p:.n aa
ra-i il quelques In urnes complets.
En ce moide. la condition du g?n
t him'i 1. nt put se maintnir et
s'aaliocr que pu l'elort.
Ljvl>lh ureusemtit. chez ooui Bai
mentalit: loatinre persiste domi
ner et devant soa rsultat, oj se vo t,
ob'.g d: s'ciiT courne l'au\ie t
Constatation dsolante, on acte de d
vouemsn dem:ur isola alors qu'ut
geste bis, stup'.J* oi ctu*l, mtis q li
(rapps l'imiginitioi d: la 'o le, a
des rpercussions immdiates et no n
breuses. Pourquoi la coitagion di
mil eit-ell: si rap d: et celle du b i
silenie ?
iQLr rr-p'oche qns "01 tait ^u ptapli
nuti.'D, e.t d; ne po nt ssisir la vis
des peuples qui se maiuiieuaent par
leMatt et d: suivre leur exemple.
k JEtenions, lirg ssom la pbre di
no re activit e'. ainsi sortant da
noire inertie, nous serons un peup e
1 nstar des autres*
Hier, uu heur.a-i hasar 1, non a
fou m l'occasion de suivre la no 1
velle initiative de noi-e isttigabe
et gentil ami Csostaa in Hnriquez
Tous ceua qui pensent ont 'i
r. i enconiage; son uvre Aussi,
nous a-t-il dir, de runb eux el/es
sont venus 4 lui, et il espre qur soi
entreprise s:ra comprise
Cil z nous surtout, ce stadiu m a
toute sou utilit1
t: 1 Lil t. depuis quelque temps.oi
semole perdie le steret d? la lire,
de la beaut et de la sant.
Pourquoi ? ngligence de la cultu
re physique.
Cependant elle a son bon ct.
jLe peup'e japonais en pratquacl
le'iui'jitsu tonn I Occident.
ejPendant 1'. xjdition d; Chine et
lois 4e la campagne de Mind:hojne,
l'europen n'a pas manqu d'admir-r
l'originalit de la ne h nie de cultur:
physique des sujets du m kido S.
vrai, qu'un observateur n'a pas hn
t d crire : c Les Europens sont
une rase proverbialement nerveuse.*
'Les Japonais sont calmes jusqu
la sini'-. L tude et la prat-que ri
d'e de toutes les rgies qu'ils ou
dictes en vue du bien tre phy ique
amneront chez les occidentaux uue
augmentation extraordinaire de la v
tah' physique et nerveuse.
Quel est le but de la culture phys
que ?
c C'est airiver au dvelupp.'men.
complet d 1 hu.rm- et le met're e 1
possession de tou'e la beaat et ie
tonte la force que la natu'e a dpo
ses en loi a
L'homme crit Jules Simon, s't o
le s'abaisse dans nne eoviloope mal
saine et (nlensr. Donr,pour la main
tenir toujours vivan'e et ferra', que
Pdac ron physique n; so t point n
glisse.
Cette culture e;t elle ncessair"1 aui
femmes ?
Ou.
Actueileme it, avens nous lu iait
un m gaz'n. ne cinta'ric: amri
caine ^m*rv i 1- les dilettanti par la
puissance e: 'a puret de sa vrix ;
lsisince avec laquf.k elle ch::te
tonne.
Quel est son sec et ? a cu'ture
physique quelle pratique quoMei
ne m ni et do .t el'e fait une d.s coi
ditiona de son hygine
Donc les f;mm s do vent en p'Oli
ter
De nos jonrs, on s'cmble dire que
la feinm: a subi lambiacc un'ver
selle de la laideur molcce Pourtant
crit Voltaire, tous les raisonn mens
des hommts ne valent pas un seni*
ment d'une femme.
Donc, pour que ce sentiment se
dveloppe davantage il impo te une
les femmes aussi bien que les nom
mes professent la culture physique.
Li beaut n'est pas dans U profusion
des bijoui, dans le truqa'g? d'une
hab.'e cou'nri e, dans les soph s>
m m m ndaioi, mais b eu dios cet e
aurole co po elle jo ne ce'Ie du
cnr ce deioier le plus riche apaoa
g: et U dot la plus splead-d;
Ponr con:lute, di ois conme ai
peaseur: c C ai qui on: foi dans le
suiV.iin: aven r que la cultur: physi
que prpare 1 humxm' oit coqs
arament en *eve la fi:tion rny.hnlo
gique dans laquelle les hnm ues les
sembleraient d'.s dieux, les femmes
des des.er-
En ert. Vinus chi^pie aux bai
sers de Vulcain, dus les b as d .\pn'
Ion senlort nimb e iazir- D. :-s
treintes nansent de beaux enfao'3.
l'oit un idal a pris jour
Sur toute terre heureuse, o I a
mour sera roi, s'panouira une hu
manit embellie, les fhur* auront
plus de part j.n le ciel plus de b'.eu,
le eccur plus d'avreese
Constantin DUMMRVF.
iJarisiaua
DIMANCHE
Reprisa d 1 Sjuaition 1 il Rinn
de "5 ut mi Lirons qui snjle/a der
nirement l'admiration ginkale.
Le 7 de Trf e
j
ter at U ai inu h
Li Cirte b it&le
L'iiilli ii Lotth
entre I gourde
Biicon i gourdes
toariage
Ce matin 7 heures a t clbra
en I Eglise Si Joseph le manags rali
B'eox da Mlle Emma L\NDRIN noie
\ Mr Lonce Archimde.
Les maris ont t conduits l'au
tel tar Ma Edmond Leaoinaase
acomsago de Mlle Yvonne Auxila.
Aprs la crmonie itttftoaM une
charmante rception fut faite ans
invi' dina lea salo.isd* Mr et Ma
dame l'aul Auxila.
Nos meilleurn comp'iineots dx
nouveaux poux.
' CUIRASSEZ VOUSf
cuirassez
vol.e Gorge, vos Bronches '
^V08 Poumons en les thi '
en les prservant
par l'antisepsie volaUh dea
Pastilles VALDI
contre los dangers du Froid,
de 1 Humidit, dosPouMui
des Microbes. 'I
ftjnSOIGIEnEFFMKint'
Rhumes, Maux de Gonte
Bronchites, Grippe, etc.
MPtOYBX un
Pastilles VALDI,
re-iie.ie reai-irableuitiuptiqt,
Mais il faut avoir sofa
de bien employer les
Pastilles MUttl
vritable8
SEULES RELLEMENT EFFIOCB
icnrlues uniquement en BOITEJ
portaril la nom
. Les P.iiiles Valds son'enmHl
RemerCieineni8 Ih.rmah- Bou-raincPortsaPS
Les familles Dimbrevills, Boyer,
Mon) et tuus les autre parents et
allis ramerciont aincrecoint touj
les amis qui leur ont donn des
preuves de sympathie l'occasion
de la ranrt dl leur regrett
FEHNAND BOYER
et les prient da trouver ici l exprs
son de laur prof m le reconnaiaian
ce.
f hirmacie Brutus, lrmie t|tetnl
' harmacifs.
Mouvement
des Navires
Le a eiii-r Panama venant direc
t-:me-it de Njw York e-_ a'.tendu ici
lundi 39 Avril courant.
L9 S|S tlj-Kii venant de Cristo
bal est ettenlu ici le 2 M ai proehn
en route le mm) pur et diracti
meut pour Naw Yo k
Le osidji venant d j Kinjston
et du Sud, attendu 2 ha jjnrd'tiui cnirgara peur l'Knropi,
via les ports du Nord, offra.t du
tr .
Le Prins der Nederlaodeo, parti
de N w Ynrk pour tous les porta
bai.sna,sera ici le i de M ai prochain
en route pour les dayes,t'etit Goavi
Jacmi etGuraio, ebargent direc'a
ment pour l'Europe.
Le Luua venmt de Jacmel est
attend 1 le -'O et ch?rgeaot a*x poria
hatiens, offrant du fit poir N ;.v
Yor et l'iarope, via 'tew York
Aiuir est parti d'A ustu"dain h 12
du courant
L* s'.eamjr Uj-p i parti de Ntw
York le \ cit* directement pour
Porc ai Fance, y ejt attenpu le '{'
Ncrologie
Da Jacmel, il nom est fait-part da
la mort da Camille Cadet, directeur
do Servies postal, dcJ lundi d:r
nier.
ntSincre condolances aux parents
prouvs et particulirauae it son
li le Edouard Cadet.
Mr et Mme Maurice Saurai, de
Jacmel, ont t crceilement prouvs
par la mort de leur enfjnt, agi d un
aa et lerai enlev a leur affection
dans des circonstance! dplorablas.
L pauvre prit a t reirouv, en
effet, noy dan* le bassin de la
cour.
ANoai noua asaosion3 au ensgrin
des poui Saurai et les prions de
recevoir la sinjra etpressioa da
n j.< sympituiques condolance,
D St-Marc on noua annonci
la mort de.Diiniuiiiue Muc:i, frre
ds feu Aidr M icct qui fut notre
agnt. Siucras condolances.
..Tribu
Ctes-ds-Fer
LA FETE DE ST-JOSl'lj
Le lundi 19 Mars dernier la ri:
des Ctes de Fer a t (ont i bit si
liesse pour fter son pafon, leFh|
rounrier de l'Enfant Jsus
I.a'grind'messe a t loltueil
mentoftitic pir le Pre Rinkn,|
Cur des Fonds des B'ancs.
En des paroles tis got sbsl
ca're de laemel a retrac ls rie |
l'Illustre Patron,
Sous la direc ion de Madiae
lvre un chosur de jeunes filial
ros des Dsmoiseiles Schirotll
d'autres attirsit 1 attention as U
tance'en tn'onnan deshymneii
dieuses en l'honneur du Grand!
ce qui doansit un cachet tout
culier la crmonie.
Dans le choeur on remarqua
Magistrat Communal des Cita'
Per et le loge de Pi x du lien tr-
is des Messieurs Adrien Carn
pote, An'onio D;casiro, Mafiit
Communal de Bain.-t.
_ jDans la nef, on remarquii'
sieur Horsce Carrnard incieij
t au milieu :'e ses trois filles*
sieuisPlicier Carrire. Clment 1
vais, Mizaerth Thomas, E'zei
meaa, [oseph Domerson tt
d'autres habitants de Bainet: :
iut Malbranchi d'Aqaio, M
B.goid, Isaa: Bigorl, fttuui
loo, Adras Kisreth de Pettt-iiJ|
Dans l'apismidi, il J J f,
son suivie de bndiction ds-
Sacrement diiige par le P*1
bilair, cur de Pttit Goive.
A six heutts, rendez vons s_
donn dans la maison de Mme
Ernest Lafontant o unette
te et thtrale a t organise i>"J
pataonsge de Madame Fions! '
tant. ,
l: lever du rideau eut !'
heure. Le disours d'onrertsii
p-ono- ce par la dite Dame q]
ovationne du commsnciaij i3
fin.j Djs posies et mooolog^
rent d ts par quelques ieoae
selles et jeunes geoa delsw
Nous prsentons nos m
compliments an &'-si .m*
car ils sont vraiment syap1-'
Ce I* avril I9J 4JH-,
Un pi!** r"*\


LE MAIlN
Ifert recommand :
ggMD HOTEL DE FRANCE
LpitaUe: P. V. PATRIZl
,iy IE
*
MEDICATION ARSLNIC-Pl'.C OF.
kphss POISSANT KECCfo*' VL..
' r FOH-E8:Enx.r-Cram.'-Cor >ri^
tmulslon-Cor.entr"- Mn-
s Tousiescas oui *f2gg*ffif^
\Tousiescasout oinunn-mBa
mm -^ A indicatious^, mtdtcauon itjmvtnu
i-CARlMIC i M.
I
Iiniffjr t
Tanin) R
Miguant et Dupont
:, Rue Davioud, Palis
ylj/euis Gnraux- pour les Animes
Q9
(Iode et Tanin)
4 M fois Toniue et DCpurctif.
Anmie Faiblesse gnrale
Croissance fciluitl
Glandes Scrofule
Formation ios Jeunes Filles
Maladies de Poitrine
mWivtto'remplace aoantageusemeni
I HUILE c FOIE de MORUE
r comab rn.8
iri.liK a pi
k veito de la grrcte en f rrae
itooire dire tbl-gtiton hyro h
VnpiHeeD l'tude de Me Euttecbe
Edoiaid Krol et eon colgur, do
birtii Por-so Prirce. enregistre
tiKr.e pr le sien Fierre Jreei h
" "tJo, PfcigfODt < n qi al Ja
r du ruii.'. u Varie Fmroia
moi A'">- et irc'a'eri en',
-jut cette fin par dlibration
i Consul de fin i'le< meat t crae'o
*;1 don .0 mandement eu
iti da iize niein ml nauf cet-t
IviDgt t oit etirrg: latM aor Ihctaeix; 3 dm eeititlcat da
roture r.qai la tante 1 recdera
santacnoD(e,kt eccaot q.eli dite
fiole n a pas eu lieu date didjolt
| er.iirr.
Ultra procd la Mercredi que
Uoccmp'sra dtrx Mai mil necf
eut vii g t'ois troia heures de
' lipivmidi, en l'tudt e p r le
niiiitada Me Henri Hoguth no*
taira requin, la vei ta au plua 01-
Ixtnt et deroiar enihtisseur, dnn
wplie mont u? il ni lee environi
ciMtte villa drecdaT da l*h:btta
lioa Iwady de la a .tenaocc de
roixinte pieds de f ide sur deux
eeot qaatre ii da ce profondeur
boue bu ion! pi Joivi h Alexan
ri, tirai qu'tu sud t lou.a: p&r
toi de droit et i *\ par I avenue
Nord Alexis tuivaut plau et procs
Mimi oarpeutage de Looia Oar*
Ho ao date du aeize aot mil neuf
ont dix r.'uf n 1 gittr, Ut que le
ait iicplactmn)' ae n irpoi'e tei d
al teei
Firestoixe
Pmuol et
Chambres 4ir
mgmente ses pi x feulement le W
]a 0 pied ain.
Fiiesione, spec cois ;o x yij^
F .t 'ni, txtia sze coida ?o llW
le 0011
Prcfi x en attendant Ce tes piix
^rtunS& AGGERMOLM
Globules Hebaud
r g
Oracde PharmacieTB .ti
Ef/Me Si ^ul
Belles Toilettes & blouses
Pou* quelques jours seulement
Le'CO'IPTOIR FRANCO-HMTIEN
vienifjde recevoir quelques Hobes et
Blouses de la maison E. DOUGET
d Pciris.
Ces modles n'Utnl en venle que
pour quelques jours ei devant lre
expdies Cuba. Les clientes d-
sireuses d'tre la dernire mode
de ce (j and couturier parisien sont
pries de faire diligence.
I y am< oeTe-ept'o* m-rdi i
Mai lEgisel Paol A! M I en
l'Waoeoi dt Son Kxce 1-nce 1 vque
D no t inv.tes ce te ( qui ;omtr.en
cera i 6 heures du soit
Ut
Tros-:i!ii|tt
< ________ '......m
Administration n*
nrale des Post m
Le public '.est p venu, q' l'occa
soi de la ' 1 n.t onale de 'Agr cal
ture e' du Travail, le buteau sera
teim le premier mai. Ba cou^un
de le courrisr de mudi pour ir -io d
seta terne le lan 11 } avril :ou:i.
6 hrures au so r.
Poit u Prince, 25 vr 't*!
Ll d te vc r te aurr f r llar ("eeioua
as la miae piix de quatre cent
iz-aait do lara or amricain u.on
sxfopii tip. 1 indtmrita c'iaea
aororaiita des avocate peuraai-
loti, eani prj dice.
Anx requ e pouta.itca e' dP'tee-
CMdeMoi.si.ui Cari K.dfr.*, M-d
MB propri'tira demeurant l'or
vfrince dotnicil Naavat' Di
Mrank repisertA Por a Pilttt
P*r MeaMeura H Pape et H Mud
Mn, ies proiufateore clem urrnt
'galtcceit I Port au Pnrc* ty*n
Poor ivooata Mea Morel e' J L o
Jeeeta avec lection de domicile tu
Marnetdes di o avocate 45 rue Prou.
.. Contre
r U lieur Pierre loeerh Alexia est
"alit, propritaire dcnaenraat et
otolcii Port an Pticce, dbiteur
Iputh^caire.
Poar p'ui Btnplea renaeigneann a
asdiemr au rctabe H Hcgartti d
Poiitaira du cebier dea kiargea oa
eciBVoiiu toceiige .
Port.ju-Prince, 25 avril 1W8.
M9AEL
Lepaqub t S Ra b>el.vcant
df |. M-. toitj* M ^^K
va Se D-rri g r1 iitfrdt N 7 Mai
,t ttpsrlira I. n me oui pcui Sn
tiaao de Ctb> .
De n tour i Por au P-ince .e 10
Maiil-ep'tra le .t ttv |00f \ont
U,Cire.l me.SoD.mrgo l.
ro.is. M y g-- Terie et Pv de F-ancr.
PolauP.ncex.Avnl i9it
030
Len.queb.t x ai.itinlq-ie p'ti
de iWeaux le M courant est al eu
Su Por sur.uce le 8 Ma. via
^SSUrfi i-pouiSa-
ii dfCcki, Gon.lvrs et Pet.l
GD.er'eloiiPorl au *&* *>
M;.V.l repartira le mme joar pour
3.1 Ha tien S n Juan a t-orogae et
ltHpot u Prio-e 28 Avrl 192
L-/g-o'. B- ROBELIN
MaUon msuble
louer
Sic dans les-'pu; df Lalue
Mcbilici ttui.cau. fcont le .o.foi.
Poor reiseigntncLts, s'.d.esse
ai b- eaui du Mat"* ..
Vente l'M?M
%n rgitn dcrdie de Mr II Prr"f
AJmir isra enr des Fi ar.cea. il sera
, locde Place de'a l'ai Mer-.di
2 Mai 1-'S 10 heureb du m 10, a
rie trait dpendait in ecuncs <*u
Palaia Na ionil ..
Onputlee tO r dans es (cor ei
de M- Berlin arant I > > e
Vlonlb--un BLIK.
Entanttur l'ublic
Lee ateamar Waldtrn.1t Horo ve-
nant de H.rrbour* via Coraae. Jnc
mel eat altendu Port u fin ce le
"rrplS Crob'abUent .Hende
1 Europe prer pi t ne'.
Ponr plue uulas rense:g.i?:ueua
S'adte8QrLOFFSON LUCAS A CO
Grande LoUfU
de La Havane
Qroa lot lUO.OOi dollars
Ita amaieor cent ii forms de
r.rrive oea b;IUte | 0 ir le t.r M
!ii"'"vr.M23 et de la 8M ou
31 Mail coule
Caklos l, C ASTI LU,
Rue Bonne Foi.
Clyde Sleamsbip
Company
Foreiqn Services
Vapeurs dtriab par il Q| Stearnship Cau
pint peur cempte! de ( Unit J, States Shlptiii
^uf i Boj/oV., aytnt to York le 24 *v il courant *t attenta
Forlau.Prine J 30, 11 repartira
le mre jour p.iw Kinynton Ja
}es port* de la ColombU pr, riant f'
Jt ia*aydr.
I e stcannr \\ M. Tupp r venant dM
o i du Sud e l atlenlu a iJo i au
Prxe la Matdt 1er crt. !l repa tira
le mme jjur tour l\cw Ycrk viale*
port tu Aord promut f-t et p^a
gers* ]
Gebara & t Agents




m mi
- *
tasses?
rduque l'intestin
. w--
Constipation
Entrite
Vertiges
Dyspepsie
Migraines
Pour rester en benne
sant prenez chaque
soir un comprf,n de
JWBOL
'!. i IihIi' mu .- .,,. .i.-
vakiicien..... p..n.
SI rrj fMfffl mlent ru. f> ira-
IS'il flu.jiic )..- Qislqiiea confinait, di
Jo*k I. rend t i leur i-.' r.r n psreXM p"
I inu tfes 'lastlrlie ri h IW viBl fi *
1^-iMfriee u ressource tt** u rc^j.i,'Siion
li.nsiuiale il i iiMblrment r*n*e par
le J..tai. peui Mrs rhiioir du rlssttre
romiMtri i il. | -un irfir guu ri lires
lUMIft Cil reianrhe. IT.anunU* 0l de-
estnl.ri' moins ini.aln t. autant que Ici miletft,. u nrei
muni M| voques, in incouKirnt irll
sens
0' BnCalOHn.
de l tarL'ist y Mdecine
de Mor.ipvlllfi
CEM0F.R01DES-
JUB0L1T0IREB : Suppositoires antt
ktnwrraglijurs, ta'.manlt, fSHft-
ttonnunli
JUBOLITAN Pommade contre les
htmurrolJer rctvrnet
Jubol. rgulateur de l'Intestin, fine
une heure constante aux Jbollss
EXTRAITS BILIAIRES du docteur
Munget lli-jiiluriiciil it$ [onction
du , m

Mfcff Vaillant tt iloud h .is genraui.tVaJ Hui^u Mtjuia ayi J&tl
a
CHAPEAUX !
CHAPEAUX !
La maison H.S.VERi
vient de recevoir dila-
lie par lesderniersstea
mers des chapeaux de
paille fine de loues les
qualits.
ttles pour Igsfwft.
TISSUS AUTRE]
AUXMEILLEUASPRMOEUrll
La Maison Isaac Dishi
1738 Rue i-oube (Ancienne h lie SaU^i
annonce sa nombre s? clientle patliculiroinan' auxf,im
mres ie familles, qu'elle vient de recsvoir uq complet m
meui d) lisais de tous genres spcialement des articles dm*
rart dans les lamifis le tout d )S prix exceptionnellement Un
ine on s'en couvaincia eu taisant u,.e vinie cette maison.
Voiles, organdi, i>pon et ratine toutes les qualits etbjai
nuances unis bioies et tleurs
Une grande van' de l'oile I3lan:he3 pur lingiru 3! aidj
oo'jr eheurses h uni.
Satin Uiii:e no r et lustrine couleurs pour Uillaur.
Toiles lit,/ et loilos pour nateiis tt pour nappait.
Tj lei a h urnes varies diill H k tki bl uc_et couleur*. Jriil Tu*.
du'k baue, diagonal, alpifej. cluvo U, noire, jt piliu hj t h i &sei:es tt bi.s de lo 1 s les quai ls,
iVoubluz p<* que cette m,.tson spctaU e pour les arf'cts iii
rftiLLs d'usage cour ni Si romuit* 1 as encore dients de\
muiion ven 1 nous visi et et vousstret sa'is/uUs.
t\otre rayon de, ar/ume'ie es' 'ouiouts tr*H$ e' p'ts voupA
[urner
Voici une femme ge de 79 ans
qui a t gurie de set douleur
f. -, articulaires et DORSALES.
A. _
f Ht^J M TtSt l M M I'1' ^imnvts du .Mont" ent:e. riant
t'.7] H fepBfl H H V iV Bfl *&*' *HHWHCHK. Fai'.'LESSe. MALAOll
Concrfl.2 rolr* Btttouti. t;.
( rHoinoclontnn,
-rit p r plus le o ftu Doclcr-s drt
1
' i
1 '
1 ,
;
Nicolas GORDSCo
9toe RuQ lior.ne boi No
A l'Iunneur d'informer le public et p.rlicul r.vnent ua nom
bieuseet Qdleclientle, tant del UaUiUque les *w rttjvillea -le
la Province, (jii'elh a a; uellement en slcck do 1130'tiiiol co nple
d'ariirivs de Coidoi neiie qu*. Ile vend on prix li ml Ion te* eo t
cum-nre : Peau Je louti s cot leur- et de tout** .] 1 W.t, clt, .l
lett forets, talons cuoulchow,. ele, eU\ fo*it#i Singnr et aig'tiUes
pour machines-
M Maison promet iuriott(i n^elitaUU de U Pro*i-.e*, une
prompie excution ei de lj c< lrit lans les co.nmaudi* n r. Il j rou
ara bien lui coi fior.
fti dehors des arides de oor.Jonnjrie la miison ofn t' .ves cl.en's
des tles enacie pour po. tes tlctou point s de Pans moles dinieii
ODS
MADAME WILD nous crit :
" I icpuis pliisieura annei Je souffrais de?
terribles djuleurs duus le dos, dans tout le
corps et dans ton les membres : je ne pouvais
plus ilorrnir ni inurrhcr. SOr. j'eus l'otcasiou
cl acbsttt un flacon de Pilait* De Witt, et
1 1 premire dose mt* procura un swulagement.
Apre* un essai de trois jours, je lue sentais
i.,.imcnt mieux et mes terribles douleurs
antrieures m'avaient dj quitte A un tel
p unt que j'tais devenue comme une autre
te.iiine. Je suis ftgfa j,. 79 anj ,t 4 l'heure
a< tuelle. je me trouve en parfaite sant."
M-4, W'orpole Road, VVimbledon prs Londres.
Les symptmes suivants indiquent tous un
mauvais *tat des reins : douleurs dorsales ;
enflure des pieds, des bras et des jambes ; urine
trouble ou cuisante ; douleurs dans les muscles
et dans les articulations ; got dsagrable dans
la bouche, une sensation gnrale d'irritabilit
ou de dpression morale. Tous ces maux et
toutes ces douleurs sont l'avertissement de la
nature, vous disant que les reins et la vessie ont
1m vin d'tre stimuls.
I.e tmoignage spontan de Madame Wild,
fait ressortir clairement le fait que les Pilule.
Ie U'itt constituent le meilleur remde pou
viter ou gurir ces terribles affections des
teins et de la vessie.
S
Am leurs de bonne
musique.accourez chez]
L. Pree *man* AGGLRHOL'J
Rue du Qumi |
CumtiUi (mot 'ceaax D'opra); une feiy, ^ot-lwl
iMm&loyutby 66aa'i arigtauo. [ranaii Uft>\
fn&U, cte. clc, Dci pdxrCM(Xp\itiifhfi^
rJulttC :
Les Pilules
POUR REINS ^VfSSIF
!.. plus grand remde du monde ntiar [
es rliimiatismes, les douleurs dorsales, la goutte,
. 1 raideur des articulations, le lotnbaft), la
pierre et tous les autres daordse* provoquas
par l'affaiblisManeat des raina et de la vetaw.
Les l'ilules De Witt sont en vent dans tontes
les pharmacie, du monde entier. Le grand
llacon en contient a fois t plus que le petit.
Si vous prouvez quelque difficnltd a*) vous
procurer les pilules sntnentiquea De Witt "
silrc.sei-vous ou rendes visite a la rihsraisfds
Ai'! uni Bwald, Part-an Fnna*.
Pbarmacie F. Sjoum
bonne avis sa clientle, aua mdecins et au public qu'tllj*
Ira tsorru s-,n Labora oin d'Urologie en un Lab.raidie.**
b-ol gie appliqu sous la Dirrctioii d j
-Or tticol et t. Sjmirii
Le la! oratoire es ouvert t( us les jours de 7 hit s du matin
q ur s 'u soir pour ioute< les recberens ei analyse piuts<**
l'aoDocci ci jointe, s tut pour le
Waisdiiiini el i* cousu..le Uri! ScrltuH
S MVOl reues que e m^rdi d chaque sernain u
Stdres-v ia l'hirnmeie pourles renseigoetoe L
1o-il.es d'u ineselsSudgis nqu-,
Raction de Wassj. mani
Htecioo de Tnboulei,
blxamen du sing et du pus
lv\aaien d s matires icales,
Examen 00 crash'
s4ibnainoraciior
iCoiislan'eUroScrtt'i
HeicA'.rrhe de. Spir.yhtta et Co Je n'JccJque*. *''. &*

ml
* r*>
-
M r'

a
A DE MATTEIS
, Apis Cota
4


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM