<%BANNER%>







PAGE 1

< [s I %  A LLMAul MUTILATED fat promulgue permettant aux tran gers de piendre a bail des terres de l'Etat poor UDB priode allant jusqu' trente aria et renouvelable, •Q renversant par ainsi cette bastille qui les empchait joaqa alors d'ta* blir et de dvelopper en Hati des entreprises agricoles et industrielles sur de* domaines de l'Etat dont lac quiaition tait rservt exclusive mtcit aux bsitiens. llaiti est une d.a antiltesdes.ploi fertiles et pourtant moins exploites qoe les antres. Elle possde une richesse minire considrable et g'l'on y aioata l'avantage du change qui rduit par consquent le salaire du travailleur, on comprendra combien il eat en coorageant pour les hommes entrepreneurs, soit qu'ils disposent d j capitaux ou non, de s'y tablir. Des roui. voiturables sont dj en construction ponr relier les oria cipaux cen rc?; la dette antrieure a t consolide et l'on espre l'aide d'un nouvel Emprunt liquider la dette i ottante. Le cl mat d'Hati est dlicieux et %  tin H dnH les hauteurs on cultive tous les frui s et les lgumes des Climats temprs. Il y a en ptrspective la construction de plusieurs grands Htels pouvant loger ces nombreux touriste dont le nombre augmente chaque anne, Ou peut aisment par es donns ae rendre compte du brillait avenir qui est rt Herv a Hati sons I nergique et sage direction au Prai; dent 1: orno. (Uiariu de la Marina, 10 Avril). Nouvelles titraayres Les Cours NEW YORK 2, Frnc 74 7' Ste;ling 4 6488 w fa Question des Rparations PARIS 2}— Le cibi-et s'est runi et a tabli le texte olBciel du discous de lord Cuizon sur la question des lpaia icns. Que'qces jeu s sont ncassaires aux ministres rour con vottvr les ca-fsde partis et les priori n.ux indus rie's. On dcidait alors si une offre dBnitive doit tre sou mise l'entente et aussi si cette cft e don 1e laite au Reubstad sous for me de rponse du :hince'ier Cuno lord Curzon ou par un' ro'e en! Iecive *ux fignataires du ti it de Versailles. Le Rhin restera allemand BERLIN 2jMi S're.'eman. chef du par 1 du peuple, s dit au cours dune lunion publique que le dis cours de lord Caixon la chambre des ords vendredi, avait cr uue nouvelle situation poli iq sue le gouvememeot aUemand spprcierait i sa jus'e valeur. Ce que lo'd Cur a sat>j rif sai la dit relativement ta lglem.nt AUX HiOeClOS UaitlHS dt la qiusliondei sparants foime nos bae sritus poor'a c ntinoa tion dune dircatatott interallie Une enten'.e pourrait intervenir avec l'Aile naigne, ajoute S'reseman, relalives aux rparations allemaades Elle est toutefois subordonne i ce que le Rhin leste a'Iemand ei alors il ne r/our-a y avoi; de malentendu. Dans la valle del Sarre GENEVE i)" LU discusionsre lstives'aux P 'endue mesures de t pression appliques *• */ At! la Sarre par Mr K ul'. rrrre, institue par la Socit d;s rat'ons, -e sott termines pr une ?o' e d^ t t'\ Le eoise' de 'a Soo' reemna t en ette que les coiditioos anormiles eus tart dms la val e peuvent Bcewitei des mesures de rigCM' .mais psera quelles seront bien t abi dorn'es. L confrence du Prote Orient LAUSANNE 2— La conlience d • pi x du Proche Or'ent a repris ses \Lettre ouverte Mis Cheis Confrre, Je m'adresse \ ceux d'entre vous qup, que je ma parrae's, d'appsler 1rs retardataires, ./entends parler do ceux qui, par indiffrence, ou p'utt, pris par ttaf occupations professionnelles, ngligent, juaqu ce jour, ili consacrer quelques m nu te a la rdaction de la rpomo qo ils dsirent laira aux d ox sr.t %  de questions que j'si eu l'hooaaof dedrisierau Co^s Mdis! ri itiens J'aurai pu me :oit'.ntr > %  norabie d^s rpousea reues ju* qu' prsent. Elles repsentent 1 0 piuiou de la maiint da notre cor poiaiion. Je suis en toui cas heu reux de cousta'er iiaa cette question tait lins le cœar di plus grand nombra de nous et Ja suis tlait d avoir provoqu cette enqute ouvrant ainsi la .porte plusieurs de mes coutrres pour expiimer li brrment leur opin on rserve Jus qu ici cjpendant convaincu qua tous mes confrrea llauiens 89 troavant actuellement d Mai prochain. Dans i-ati.'i. te d'une pariicipation de tous laibse moi voua exprimer, Cbera Confrre* le sentiment d : ma loyale coufiateinit. Dr Flix COICOU travaux daas le but de rtablir U paix entre les puissances allies et l\ Turquie, entre les R'a et l ur fl tovsfsrdtrlei iTits lgumes et nationaux des Etst*-Uais e les pi %  cipesde iop ? orluni; commerciale pour toutes Ul nationsMr Giew. rn.nistredesEutsUiisen Suisse a clairement ex^osA ce principe d us ua bref discours do iverture ironoa ce ap's ceux des ch.fs des au rts d leaions L' conf en:e a abrs t divise en trois cor. es chacun deux se pacageant les q .estions en il ife. Les discussions r l'es comraeoae ront dtmaloi Le premier des trois eo mits ser consac aux iHsiRi Ren raies sous la ptisideoct de Mi Rum bo'd, le se ond ttli e a de^ qu s'ioui fiaaociires tous la irec'ion du g nral Pelle d' franais M Moi tiges dlgu d'I li*. pisideia a tiois.me qui • appel'era p:ob*b -' ment comit cocomqte. La Renaissance SOCIETE ARTISTIQUE fUt-ae-Mmij '• JI Avfil ••'• Monsieur Clment JtafiLWRB, Directeur du "Mu Monsieur le Oisecteur, Nous venon> pr II prsente vous MCMta du eocours dsintress que vous nous avez SjS "t e. particulier.., deUj< S v.ns t 1-objet de vo;.e put %  oued-, SM reprsentat.0. NOM vus remercon, *g.tementd/s suggestion-.ue vous ne nous ave^ :? ||l| teUtiveTient a "FiMibal rvoque Si nous sommes arnvs jusque U, c e que F.ip de LBsor nous avatt atiaqui d,„ 1. oceotion hAtllS mSfS : not-e So.it. ^ Sou. lofiton* 4e la circonstance pour %  vous taiK savoir que noire P.sii.n., Mons.eu. Chniun Coicou%est pas .au eur *JfiJgg* comme 1 1 si HM.ICI iusuiEsr clam J"-" ""n dit' 4USf. Nous rt groions toutef.t q- Flip ait pu soublcr jus,u' "^ 4 enragea [iL inces" Ws demoi^eres de l audito.re et que uSS w Zf le. lieu ait IJt \ **M* pour le besoins de sa ont, le nom de Madame Coicou.., it pourquoi? l Nou peasons que cont a.rement la no e du H|ZS.'VW U llcna.ssa.ee .u. a toujouis1 eu (C concours de tous, ce MUStll voir de .a MM 'pcoaneUes ccn.te qui que ce 10.1. J* I B** To'u't en vous d;oi.nd.m de biea vouloir donner publiat U prsente d JDi le plus pro ha uumro de votre journal nous vous prions 4c croire. Monsieur le Directeur, a nos rtspectueuses wluiaiions. La RtNAlSSASC" ( Thtre Sat.onal ; CHAMUID1C0MI Uomit d'initiative de P Ecole libre de Commerce de Port au Prince SOUSOU1PI10N Noirs des Sou;Ciipteuts Dollars Repoit ( p miie lise) 26400 fkymour Fiadel 10 00 C L. V.net ">,oo Alfied Vieux IO.CO Chties Dupuy 5 c0 W.Bach 200 Total oi.oo Nous i;prelors a no lecttsus o'ils peuvent sousciue ix bu>eux tu] L'Exposition du Isr Mai L txposit en du ier Mai s'annon ce des plus brillantes DJ tous lei ct*, OJ couit i'inscrire 1 la Commune Indus'nels, Agricu'teurs, \< li tes, tous figurent dm le refiotrs tenu i cet lit ta Sx.ariat de IE di'.ltd, Fte de l'art, e le le sera puti culire neat N a raolest:s o ivrres rivalisent d ardeur pour ali^er dan li broJene ou U deo'elie, cts oiles ariennes que des tes elle mena s ne rtnieraient pas'. Et ceux qui plos h:ureux. ont pu voir quelq es-uns de ouvrsg-s en prpa'atio.i,ea sou*, tir! il, merveill. On pi'le avec enthoasiasme ds ouvrages que pisenteiont loi ttlen'ueuses 'es d: I B:ole E ie Dabois Tis fljns'ant aussi sera la V: tion d'Art. Beaucoup de devins e peintures annoncs. Mains ncrabeases son', peut-tre, le inscriptions pour la partie ag'i co'.e Mais ce sont les payjans qai en (oai -s frais et il UOJI a t ai que qu'ils ne se font inscrire e-a'aa dernier moment, celui ce il* dpo sent leurs produit; Tou nos ;o-rjplim:nt au Con t d orgsoiiai'oa qui, semble t il, est bien pntr de l'inportaice de son lle l >, I I l i.Kjmuluft Ko 10 i 11 Nous avons au locession ds visiter bier les travaux de contruetioa dt la raaiaot de Mr Stlvator G>o> vinazzo la Urand Rue ou Rai R4 publiianie nou loin de Is 'jiro du Nord. Henseignements pris il nous a dcl mu lus Romaiu, vraiment digne d'ia. IS> us. mw* La Compagnie des Pompiers te Port-au-PruiC'i9 srieusement beaoin d'une pompe prolui'a chimique. Le nrix d une paraille pompa et de 19,900 dollars environ Bile est d urgente DAceisit pour garantir notre bim-'.re. On recinmande d orgsui aer au Club de Homme d \ tires ou dans ua autre n tro . qui peut 're dsigi, de com ts chargs de rsooetlTlr des souscriptions poir l'acqiisiion de c-te rnichim n recomioamle en outre q ie le d fh rents chambres de Co:n.usrce Port au-Pnaca accordeai aussi leur assistance pour le suoo d) aette bonne oaase en tormant dana ehsqaa ennui! >l -.1,11 av.. un comits qui Bera't charg de resueillir les BJmeriptions de membreo 1 pourrait fo.'msr un coooi Contrai qai eerpit cbirg) d- rsimil lir les souscriptions gnfuhs. d Conit pourrait tre co npoi* d s p9rsoooli es suivaitss : MM. VV.L Blo R. Polyaloo, G^orgis ds Las pimsse, A. (Jribaira, \ Migioirs, M Kibirca, ^V. W Williams et J ja 1 Boulo 0 1 sa rappslh q ie qss Messieurs : tut. MI pjttie du Comit qui obtint dj tait d* accs. Il est 80'itiaiteqn ils is'bsiteront pis prter leur prcieux cooeours a la rassite U une si b)lle ctuse. Ne perlons pis de te-m aoigaons nous et faisons quelqua jooss qui vaille. Nous avons une Conoagnie de Pompiers qiif.it du bon tri /si'; soutenona-lft, ne lui muchaoious pas notre assistance et notre appt. l J arisiana J^UDI Le Mystre de la VUla Mortam 4 Aeies Entre ; at' centimes Maiaon mauble louer Situ dans les parayit ds Lalus, mobiust neuf ayant sau il tout de ton fortabli.Pour rsnssifnsmtnt s'adritssr au Bureau du Marin Par sans fil Vers un rapprochement enlr* les Etats-Unit e< * Mexiqut WASHINGTON Le Sectaire Hu,hes. annonc aujourd Wui que le. Corsaire *• rieains cb*r R t de ngrier une entente p us troite avec 1rs reprsenan-sdu G.uv rment dlObrexon. a Mexico, sera,-nt I .ne.fi. l ^ b ""p,J n la, n. Chsrle, n r'ansa loho <''£/"• ancien iecra.^re de 1-Intrieur, acwellemenl r-rt sident de la Croix Rouge. Une ie"r fort importante du Prsident Harding WASHlNuioN le l'rs dent Ha.ding, dans des lettres adresses aux Dpirteraent 4 la guerre et del minne, recommande aux Srtaire? Denby et Week, de ne point permettre U vente del'excide.i djmnore deguerre, inclus rrac> et muni.ions, a aucune nation trangre. Fiariinq voudrait voir MMjri que faim nartie de la C n ur l*me it nO'iW'reuie clientle qut, de riltur •< l'Etranger, il $4 tient sa r..,-iiuii(tm /'."• toutts sQ't'.i dt trauaur rtltVtM i sa pr/etsion Soin, EUgani, prjtnptitude Rue des Miracle* prt du iiateau du Journal sL limon I Portiu-Prina le M bfvrier W29 fORT AU PR1NCB ( Port au Piince, W 4 %, f \, nlnstilution tectnnne af Cliiii* No 14 A la C ommission cbariu rfju SHD hulahon cemmwuk 1 ^La Chambre de K. Poit-aa-Priace compte _ nes d'existea:e. Elit i^j d'utilit publique en loi L prise U ni me anne, artnlj si ion dans le Corm ab | chamillons de nos dearji dier 1 tranger par It CI Coma erse. Cette dijpotijj p:ur bat de faire mienx apprcier des marchs eu nchesses nationales, n'a plio;::, Faate de ressesra bie de Commerce n'a ou i une mission de si haate nomiqae tau te de res l'insti'uiioa n'a pas pu son se tu ses organiimnl o'ei : 1 — Muse CooattcJ 1 Statistisus ismaap > • Cbamars Araitult, 4 Cration de llialai ce et strviie de livraison Iules pli Magasins gaertu, ^"j6 • Service des Qiaii Ces piojet? ont t tudi; i 'ond. Astalh faute de usiource: b Commerce a dA se: le tle modeste duaMishl a'iuforjaations. J L'Institution n'a pi simple Bureau de par le tait que la suaves tait accorde parle Cet qui est sapprimi ans, n'tait que de ai leur insuffisante, pour pi et les frais de cbles donc t impossible tant i cttse valeur paros diift:nemeD ( Chambre Hutienne Chambres similaires o d'oiganiiei uoe almau rapport avec le bat def D.ns beaucoup et merciaux, cest au ces l'industrie qu iacomseoij cesoures renttstiia o* piment des Cktnabres tsl D*ns la pratique, ces Irwi rs psr ds pourcenugii! ,or le t.xes c-rajra! brede Commerce der bre de Londies sont toast s iaap#rtii"j tuellesseat gr:eaoxti leur oat t octroys Ba vue de ijjjjjl fonistton. 1. UiijJ ce a prsent o G-" requte osaud*|M cord seulement sur iss munales ioo t o (IJJ tl'.e a fourni €.< Si:cade E. A Cara-su it Sons R'ablie en 1904 a li.'or S'reet NEW-YORK, USA. CUIRS t:T PEVUX Seuls distributeurs des marque renommes : N03IL1S KID — RIX C\i.F FORTIS SIDES etcj Tiaaus et Cotonnades Produits. Alimentoiros Cco ]EANSMK, Agent Exclusif pour llaiti Port-an-Pnnce' Q "* e 4, ?it| l fl visage aetuelletnsn geetajoitauxc'^ Ves Dans ce dernier cj me.snt ou ijijj modeste contr.botw due institution qo^. •n llaiti les seifg quelesCk^beid 2-ntaiUeu.s su ?" v mique. LaChiabfede"C3 susie que les %  ** de lai:omm:si03C U nouille Uj'^Ji,,tero-a figurer dan' ' ppreri9 0(0 (W. laveardslsCh.jJJ-3 poarv n*g q P;'> tI0Q de raliser • U le prog'a^me pli'J A q0 ci de a|oaet ^ Hoo.r.b'es .^ J .iooeiamoeront J a_ fer.uicb.ifesdiirjl il prhidtnl i* • tturtt t I0.1



PAGE 1

LE MATIN 9 —. [JHARMACX : '2J tBOTCTTALB H. StfMNXE 49, Rti HtfcjatMa CC8( BOULEVARD StBATOfOL PtftfS vendu':' ItiMBiM-BirnMAit.'WOUB; Fruits dts Pi cii rate Httajairs ce ;i %  > % %  : 1= •'•• '^ 3ur INES-UIK UJALITK : s LA KliLLEURE* —..>• &f HAYON Kl'l.i IAI POUR LtS COLONIES | DBOOUBR1R, lIKHUOItlSTKUIE SPCIALITS fr*aal* et Etrangre SBLS DE QUININE PURS 7bn* f/ /'** <'•'' flnr.cn*. ampoules, comprimes, cachet! SOLITION HYKM'HCMKjI.KS BANDAGES. CEINTURES, BAS A VARICES iFPABIILS EYGltHIJUES pour IOUH iiiii|{r WrrtZV S ORTHC: < IHQUES Sv inguet hypodei :>. \jues NUISES HE POCHE, DE VOYAG Wr-?. PHARMACEUTIQUES I peu Uslr.i y, ''nmii' ..' %  *. e!' ignements s:ir (''in. ,1'Of.ic PHARMACIE PR'KCIMLE M, Si ."'l.'. Mt,MVUVtr.i siiiSiOPOL f .q:o ItAJSOTx l "TQ'JE laTUHE :" 5" E • ; 9 "•Asthme IRSiKSSESpICI W" i w cft<. c.|ftft. Royal Mail Steam P? cket Company ^ f, dH Sud e9t atterda M, le 98 ivril courant. Mot a t l Europe. Von au Prince, le 49 Avril 19a RoberlsDutton&C%lnc Gnral Agents Crde Steamship U Pharmacie F, Sjourne Donot aria a aa clientle, aux mdeoias et au publie qu'alla i u-anraorna aon Laboratoire d'Urologie ea un Laboratoire e bie>logi appliqu aous la Direction eu Dr Ricot et F. Sjourn Le laboratoire oet eevart toua lea jours de 7 hree du matin l aeurea du s^ir pour louiaa les recherckee et analya a prtues det c 1 annona ci jointe, Mut peur le ft'&sstrmann et ia constante Ure Scrter k SeroDt reuee que le mardi da chaque aemains. sadre*."r ia Pharm:cie peui'ea rense'gie'i eutr nal\ee d'uiinee eti'uc pasinqu?, Haciion de V\ asiai mean HeiciiondeTriboulet, Examen du aangetdj pi s Examen dee matire fot'te, Ittmeu • er.ra'h'.i AlDln ino r^t>oiio! Cons an'e Dl*> ScutaT Hecherehe de Sf-irckUi tt Oo df noccoqves, el r } et*; Clyde Sleaiusbip Company oreign Vtpiurs dirig pw ti pa&j par etnpti i% ( Uni te l States Skippii| | iwnU Le nj8 iHMf. Tupper ) ayant laiss Nw—York* le 11 Avril courant jtt attendu Port-ausPrince le 26 via tes ports du Nord. Il repartit a le^m me jour pour les ports du Sud prenant fret 4" vassagers. Pc*U?riec?, If 25 Avril tf2t Gebara & C Agents lu II on Sboe Polikb Company Inc. IVeti;. Iforfc ^ewte or fJ< nven Iticu Spciale i I Ei v rtu d'nrr ol.l:-.' lu hypo'li %  ira p>ti* au rappor' de Me Lo i Jbirlii et mij cii f ia. notaires fort u Prince le 7 hnvifi 1922 et MroBan }*m(>ti d: a PU r 'nfrrc &f ci. il sera u > le, en l'tude • t P te minire d • M Lon Char [< roiire rtqnit A eel effet le 'reiKi 2 Mai 1W3, reif lierres l emio. a la vente -u pins offrant (limier er.cli > 'riiai*nr, d'une p^r ond t^rrt dpar.dat.t rti> I tiabi'a Iteau. liio a \i P aica di >idi Si, de la contaoanra da qaa ata il un pai cloq atptimea da r *p a"u kuit a Mt pa de faade P r c icqiaate quatre pa de profon f* a ligne briae .t ouest et W" '• lu* paa en 1re droite Mlt b^raea aa N) d Dar E .j JMAolpha. au Sud *\ l'Est par VI Motitaa, i l Onnt pr Marie iL ,llei h, i f^ • M(, *•' q"'e ^• %  %  •tble aa iourri %  compor a |Mtand aaoaaucuoo exception ni r*H< ; lor la mi^ a prix de deux ^HHre virgt cr.t Koirdeadii ittatimaa cy G 287,18 ra ui ehirgfa de l'enchre. |*M requte.Bourauiie et dill^enea %  aTa" 0ch R n el d a t M l %  ibranhe et jour donclcile Pjciaioet de du avotit aie R.e ^ %  teiDeaioQchfa, No 292, en fa e -L 1 taice fl ace Iffl, 1 V iear BiiUe e n| P !t "r I habitation [£? V ,,IM dU Cul de S ) kar..r M,pl 8 reoaeipe'ment, Kiltafr. *Z r 0l ." i,e ,u d i n6 liai, i o '* hw d %  %  charg-e M LMio Via'branc e toaaai ^• %  • aP.iwr, 21 Avril 1023 L U0 MALBRANCHE avocat ^SS&S^r ?:ii I POUDRE BAYVM orj %  %  %  ^ar aaa %  -*o_ f.SIKI, S8, z..:x? St'wtln, PA&I3 • ^Ja^cfuer lC6 |altat0d RecoinoiaxMl pcwr MBCBIft ADOUCIR VEIlOUTHl^ %  peu * IMO* t M mata *s nnvitv *Aii; 1 '-' '' %  i l'A'-' '' %  % Si P9M1 I/J < /#< brif'r lapiw U vy; ritM "et Si VOM t'OM/x "l'tfir "" l^t'lanl lultnt ft d -ira Ht 'StVOUi V0it!*i lu coul.ur d lu snupl ise d< ** skUSSW$\ pmdanl IfHfA l*i '~.lvet le mur tut MO SOUK \\1. \ 'habiiqu e spatialement pour / Jtmn W / gtnll men in bit* W ., '£// pro fpi la peau dei CMOUtturti oui e Itumidili et !a cbalW. f\kile l mlrtlitnt leur sultsst it com.rvt leur brillent Douanier a mrtut MSNO^R \\1 e est lu mc.Veur dt ttutn < %  mnrqutt Geo. JMiKHfSUE kqer\\ pour Haifi H ij % ij eltus Toilettes & blouses Pour quelques joirs neulemfnt i Le COMPTOIR FRANCO HMTIE\ vient de recevoir quelques Hobeset Blouses de la m?ison E. DOUGET de Paris, Ces modles n'tant en vente que pour quelques jouis el devant tre expdies Cul) les clie^es, Dsireuses d'tre la dernire modt de ce g? and couturier parisien sont! pries de faire diligence. Empreta iavUra de i uba l.p ateamer Habina ara I Port au Prince, le 30 ronran et laiaaera le mme k*r Hee'i n,, 'ioD de Sea tiai^o do Cuhi et la Hivoae prenant du fret et d a pasragera pour aaa deux poil. Dama de/ d p'aa amples inlorma tio a I e*' Vort.au-Prt:ee,h 23 A>ril rft9 L Prtittma n Aggerholm, agen* Grande foUti de La Havane Grct lot lCf'.fOf doMara LectmaiuiK Font iifjrme de I irrive ni H li'llrta pour la tiraca du f0 etrll 10 M et de la lia'e da 31 Mare M ul. Vf n f au rrrnp'ant raauM a. CAS1ILIC Hue Itaoe Foi. Eii'risiiMpkr Writof EoglitS & FTench A pply Kneer's Garigi "V .> inin\ Une enta i 6ute 't'ICH de qaare cylindre et une 'u o Natio n; S'adreas r aa Garap K'teerf. K\KEr\.:r,, R i 0 u^fo rlpfl ni Priace k 25 vrillai



PAGE 1

ih MAim; %  i v I Un Jour viendra l r %  i *„ K ..& Tnhm • t m. e I %  i -i\e i ,, u t. u P.. !j,vlW a % %  %  %  f i i-V* ,l i !ktft| a 'iW f'aaua) Pariumonee (^ 4 Vniuntfl Bce:'l..* jartra'.r. fastoetW**! TIMBRES-POSTE peur COLLECTIONS p# • J'achte l.s Tin.bivs %  !' Colonies. Me soumettre jJ chantillon* avec pril pur 100 et |>ar 1 .W Ml -le .liaqne sorte, m le mon I %  u'taft1 >J'envoie grulis et franco un numro spcimen 0ttti ..(miiii'iisu.-laver. prix ouvrants l'all.iiiiiset.-nlI.M-lions *# THODORE CHAMPION. 13, Rue Drouot, Paris VQ-IVA wnH T INIltlOd S31I02 N3 iTisraarnos sonpaaA S318Y1IH3A |ygiManun t SUTJS SBC Z0}JV '.';•'uiu|,I P t)iie|uy AUOOUI un J*iad Jnoa t3nbi}dj'|ini BBSfkrg 'iTIl'A fil Mj • p B^TO(] gonl[onb | i., HJ dino.p wd : 'l'ivto.u U S..//CI • TJ Un II?heur 0> tria il pi*** q/n"* • "afera #re /Oi0 par certains acteurs. Il en en (* mtime tie er'.•/ *rw /'* pi t*e/rt prus fcai/r (OffOM Us vont tefa chez ETlimhBCvMI LE J{ fhmre t 1 ;. Aftf ftnp 'util Uto-mtS'ii Habib J, .\lUk unnonee au pa'> ic et ai commcroe our pu%>. S te pointu dt P.ns W^u *nUh 5 ANS DE DOULEURS RH IYAT1SMA! ES liutKlES GRACE AUX PILULES I):. Wfl f. Et* enfin (MbftRIMd le H •isin il. %  • %  i; t( | i 11 • i i i UM exfirtuux da Mr. U i;t : ju'il e~t liii'n mnarqukble qu in t<"it peu: i,.mine ant< ..ca qui i W'itt aci ompHanani bi< la lachi d •o'i charge Liaoni donc i i ie an c m Mr l'.iniel Bail Depttia plu da >> i loflraia de ileun rhumaii^malea qui ma lei [,, %  i |a daa Laa oVialeuni taieni lel tarriblaa ,r da 71 t dit — Je 'i'ai jamaia rewanti nou -eau le douleur ai cblante* dont j'ava* oi-f'ert i loniftemp autr?foi." 143, ilmM estir Roa I, Pac! ham, ABglaHrra, Si VOJI Htirez de ru'.lat immdiat, procurez-vou PILULES | Prenez le a temps Save vous que la forte majoritdes maladies des femmas n'entrent pa, dans le domaine de la chirurgie. Ceci veut d.re qu'elles ne sont pas causes par des tumeurs, grosseurs ou dplacement des organes. Savez vous p* les. malaises ordinaires et la plupart du temps fort ...nples ont dos symptme tris aiu.il.WM ceux de cas aanaiul.mt un opration. Savrx vous galement que beaucoup de femmes t de lames filles souffrent inutilement de ces malaises? De plus rite, risquent leur sant en laissant ces indispositions continuer et s'aggraver. Si le mal est pris temps, c'est <:ite juste aprs les ptemiers symntomes bien des malad.es sr.enses peuvent tre vites. Dans des cas dedculfur p.rlod.quei. retards, irritabUit.tatnerveux.la Composition V-tale de I.yd.a E r-inkham devrait tre pris sans dbit. Ce mdicament est pi'par avec joins et dans dtt COI ou, m hy S ^n.ques idales et est eniicemcnt tir d'herbes m.'.l.cmale,. 11 ne rentre aucun narcotique ou drogge dans sa composition et jx-ut Mi pff| %  teu SUfat rourquol uo pat i-Myer ;v HHjici.oaat CompositionX^get^e de Lydia E. PinkKam G.B Peloia ^-^ W a> ieJ >va^ i % %  .. %  -, GraudlUie,— Ka face de rnleivj maison KeMel Poar cajue dagrandisHem.nl I import.ata muson do^JJfJ M r G. U PETOli, a t tr.asfdrea .a spacieux local, ce, i Lea araateura oat dj apprcia lec romirqacb.es J* !" JE] ateliers de Mr Petoi', travaux q ii ae aigoaltot par l ***§**"• ^ ta solidarit tl la distinction. t^m Avant de faire aucutj acuat de clnaaaoros oa.d'artiuiei oc OM" f a jt t 8 une vis-ite la HaUcoa G, b. PET01A. Voua to aertz iuorveilieArticles pour h h TISSUS ft AUTRBJ AUX MEILLEURS PfiX DE L B La Maison, lsaac DM t7X8 ftu CoubsYA n e'enno hHe $to Mil I inonce sa tiombreusi clientle p.rliculiM'nsn' ailes, (ju'lle vijal de .recevoir u i p*"ui'ii. de liaaVjs de tous geores sp mres le h ami >ou^ UM REINS ET LA VESSIE le plu grand ntmaan du m jnrle pour Us RHU rtATISYlES, DOULEURS DORSALES., et ton diiordres des RZIWi ET DE LA VESSIL lit Pllnlaa I 1 iliaruiacies du m I l M as i plu quo le p,r '.i* miner -' De WlU" adresse;, v us on ri-iiuestnait* a la yZuat AlUruui Kwald, Port-au-frinea. (Utlier. Ules, qu'elle vijnl de .recevoir ui c *y# de lotis geores spciale.ncai dei flrtJ| \ .^% rari dans les lamilles le loul d'S prix excep'iotwirn r nie on s'en convaincra en faisant une vicite jetteira ^ Voiles, organdi, Crpon et ralins lo'ite les quililci nuances unis bro les el Heurs '4' Une grande v.n' dd l'oile B'tnhe pj'i' aa l £ DO'jr ehe.n set li > u ne # Sai.n Cliii.ejio r et luitrioa calejrs p^jr liiUltf. -*•• oiles a di'ip el loilcspjjr nitem et p) tr aiPP J *' j||fi Toile* a li > u aes van .lrdl fi & tki bl 11 %  ?* e ,Lb3i


PAGE 1

lm auna No 5091 PORT-U-PRIMCK ( BUTl) MXBCRBD1 21 A VF IL 1UM ppOPlUETAIREe ment Magloire BOIS VIRNA ,900, BM ncricaine io20 C BNTIMBS QuoHen TILIPBOMI No m Nos adversaires sont des prcepteurs <|ui ne cotent rin. Dr LESSEPS JFARIMDE LA CULTURE DU CROLE I continuons, si VODS le vou cotre causerie d hier, uvoos ton comment, en r r le mouvement dea in va lato devint la rt^gle g n I comme le celliqae ti'a dne le peuple, une aorte vulgaire tt d I rmecoaii UigJe popoiaire Vc jci ce en d t reat M Gaule deax idiome. I* latin littraire et de 11 I, et le i.riu popo>aire itrfo*coti\ a/tcsuccs: [Fin gaulci i IOUH ceux qui fit irriver aux dignilr, ldana lei coles Ils le par JC moire de gravit, mai* fin d abondance et d'tat I domains; et souvent mne, b:dre eusemble ces qualits logo eiqnia, ils n ns teint l'iiler tudier a Home. |i(Cocd ae composait de et l toe latin eoloDial, ce dernier n: ccpae qa UQ groBBier ma lia langue du people et bes tŒijQg avec celle es aux i S tBs/ns, qu emplissaient leil|iona. avoca dj dit que c'est d) cotioœpu que sortirent les ioil et d'oc, cest -dire la franaise actuelle Voua eem os, atai.t daller plus loin, irerce tledu latin littraire liai que joue en ilaiti depuia ipi la liarais Ici mn.e ? que tons les nobles liai uns, lient arriver aux cl goils, (tient paa dans lea coles ? que, parfois, ne 'e parlonr.. [pu avec noms de gra it, \w plus dabondsnee et d'lea Fianais i Et souvent oui paa i emdier en Frarce MparaisoD peut d re en are "np'e : du me lai gd i fo. d dea idiomes anceetraux dj f*H le Iranais est n le cri langue du peuple Si bm pooe de vue de ce qae lierions en Haiti, la situation £* Qae celle de 1 poque *aOQ DOUB l ai loi' 8 C 68 -*• •poque de formation du "i actuel Citte lutte entre la lan a et la langue populaire, m leœporer? bizeul et J?|ual6Dt quau Ve Scle, M cal difficile entendis; no, tourmente, obecure; rvitique devient d'an uaage iL U ,iD,fo Xle ti c'*. diH|. |P"conatiiu4e, tu tord et %  ""•oets ion vocabulaiie et %  yntaxe., u % > u%lX bien eu a A*" cgue Pcpulaiie qui l'a '•wniDtali langue littral.e ivelk* Diverses Lf .?'" %  Me ""ur Mu solini V ac "f l la o*œ:s : oa ii,, Hpaitenant au parti R!' e ocatohquc. EkW? <,ue importation 'Bahimten i 9 iyseiou Un .. 1,vus lPga iii .?" ? celIe de f P iri i de L Ba,e aont on lfl ? l lv contra y o. ou littrature latine, elle reste confine dius le domeine de l'bgliae et des purs ie'trs L Eglise disent cr-b rnteors, n'adopte paa, dans ses ut i verr-ita et ses coles, l'idiome non veau trop f.le pour ss fonee nenses; eh garde, avec la trsdi ton die le trea a J iqoes, h I n.ne dgnre de I arcienne Rome dont elle tait la langue de la acclastique Hour poursuivre la comparaison, supposons un moment que le crole, qui lient dans cette compaison la place du latin vulgaire de l'ancien monde gaulois, et t depuia long temps employ dana la i rature crite tel qne nous le parlor a. n'et il p s possible de d re de lui, comme de l'ancien langage pepnlai re de la Saule qu'il arait conatitu, ivecson vocabulaire et aa i/ntaxe? Son vocabulaire, existe dj et noua savona tous quel point H est riche ; il n y .a aucune p*ne oud eaus de ce que peut exprimer 'e crole ;juaot la ayntaxa noua avons dji fait remarquer hier qu elle suit gnralement l'uaaga. et que, par ir du moment o la li't ra ure cri e du cro'eexia er*it, 'ea lglea .gi.iumaticalea ae dg ge raient au fur et mesure da aon dve'cppement etdesoa perfection nement.Je dis bien qu'elles aa dga g raient, c. r e lies ex. aient dj con fuameut et noua lea appliquons incoascumm ut ds la mme fscan iua'icc ive qu'il taisait f ire d la proae M. Jourdain sans qa il a eu dou aiLes langues d'oil et d'oc ae aont fonduea et u ilies avec le titupe. Dana lea commenc mente, elles offraient lea m mue a bizarrei iea qae not,| cro a qui.t jutes CLIOJ a g-lsa eat variab e comme ellea d'une loca h 1 etu're : il ex. suit ha typsa normand,'.picard, fraocala, bourgui gnon, langue Jocian ageoais, h mou Bin. cata'an grovengil Tout celx a fini, p r l'uaags, par constituer la belle langue frauoaiae que noua parlona aujourd'hui' Noua la parlons, mais ell9 .'.est paa noire. Souvent l'unit de la oa ion se fuit par la laogoe. Eaaayo a dune de faire ''e notre crole un instrument de liaiaoa et d un un entre Hutiena. Cultivons le en le parlant et en l' euvam ; par I uaage, il t'afflaera et ae personnalisais. Hien n'erapchara d'ailleurs iea lettrs et lea littra leurs de aa complaire dana la litt r are f-anaiae ; ils y puiaeroat lea notions et lea ides de progra et de eiviliaation qui, verses daaa la lan gue populaire, iront beaucoup plus facilement et plus directement I esprit de la masse, pour lever les coociies infrieures vers un peu de acienoe et plus de dignit. mou MOSCOU 2J— Le proc* do rv rrd Thikhor, ancien pat iarebe de toutes les Russes scas 1 accusation Je trahison et d'obstacle, mis en te auatian pu les soviet, a t indfi nin.tnt retard, le procs devait cooa mencer demain. BERLIN 2)— La Rcitbsbtnk a 'e v le taux de soo escompte de 12 i 18 0/0 MADRID 2} — Moaiieur Moore, ambassadeur des 'iis Unis, eat aftVi v i Madrid pieudrc set fonction. DISQUES GOLUHBIA Amateurs de bonne musique,accourez chez L. Preetsmann-AGGERHOLM Hue du Quai 0ii OOU• taiTiDla ((TttM'ceaax'J'a-ptira); Ont ^tep, c Jo*-ti.c>U SM&nolqutby Chcuih aagtai.o. JraaaU, eipatjaot^, etc. etc. 3-e* p-ilx ecceptloaaetCdrrveai^ ri&iiitc Le tonde Noir le dveloppemeDt conomique d9 !a Hace Noire aux Etals Doit d'epra Je Dooteur B DUBOIS SUlTH. ( t'oir le \o dbttr ) En 1910 les r cg es, propritaire^ et fermiers exploitaient 41 284 376 acres; ea ^920 4I.346 9^3 acres. La valeur des exploitions atteignait en 1910 2 2)9 c6a 790 dollars. Ojant la va'eu; dt la proprit i.g-c qui •'est consi i les co'djsioa. de I AS octat'on E:ono n?''qur am^r.caiu?, i p es d'un milliard de dol'rs> Si Ion passe en terne tout s les mesures p 1 s• s, tout les rf)or;5 glises ngres en 1916. oi sa -cmerve la tradition des anciennes coutume*. Toute la population n gre des Etats Unis, nous dit le Doc 'eur Dubois, est divise eu coogrga 110ns, qui sont les units rellej de la race Au sein de ces cor g galions, re constituent et se dveloppent des oeuvres d'asst>tance sociale. A ct des Eglise J, de; socits d'assnranae, des banquea de cautionnement ma (uel s'organisent et commencent adopter des mlholes modernes. Des hospices, des orphelinats, des clubs fminins de bienfaisance, de fonda lion lceDte. marquant en ootie le dveloppcmant o'ganique d'une civi lisktio.i propre qui b affirme, L 1 le D Dubois insiste nouveau sur les difficults au milita desquelles dut se pomsuivre le dvelop pement ce nomique et social dont il a retra les g ands traits II faut id le citer textuellement : t Le dvelop pement de la communaut ngre a toujours rencontr l'opposifon la p'us obstine et la plus m hart; Dttll opposition ne se tradu.t pas seulement par 1 attitude de ceux qui n'aimant pas le ngre on ne c oient pas la possibilit de son dve'oppe ment. Il y a beaucoup plus qae celai Ceux qui ont t vaincus dans la gcerre civile en prouvent toujours du ressentiment et se vengent anr a m des anciens combattants aai root aujourd'hui sans dfense; les concurrents conomiques en veulent siens adversaires; les capitalistes (xpiciiturs des noirs prouvent des seniimtnts ana'ogues ; ainsi, (des uujrt't, s considrables de gna, aux E'at'-Unis, ne v u'eni pas permettre aux cg es de dpasser un certain ni veau,. Co "t lors, en ras.ant, qae la q -tstion ng'e aux E ats Uni ae se ; o c pas comme une puie question de rcf* L horreur intuitive de tels Aa-r ciirs pour le noir, estl'exprea s on d t ne J ttitude complexe qae des %  .v '.' f" r. s histoi ; ques et conomi q r or t certiibu plus ou moins il 6:'fll'irert 1 former. Tout tai sr.nnerrei t qui voudrait conclure de IV rrp' 'e l'Amrique, la vani t d s 11 >. 1 n vue d'une assimila 110" 1 • utre les b'ancs et les ro<:a t huait par la base et expri notait ira injustice a l'gard des noirs. L. DAUTUN. ( /. fin I'I Jtiiiain ) Mi l'Hall I 1 y a un : n aujousd'hui que S. E, Mon eur l'orno fut lu Prsident de la Upi b'ique d Hati au m-lieu (fi 1 • rranifeatn'ion de sympathie g 4 rrBle Kn prenaot l dir itrn du Gouvernement le 15 Mal anlvant, persorne re mit rfgt c d tre mieux connue et aprtae. Entre autres desiderata une loi


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05913
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 25, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05913

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
lm* auna No 5091
PORT-U-PRIMCK ( BUTl)
MXBCRBD1 21 A VF IL 1UM
ppOPlUETAIREe
ment Magloire
BOIS VIRNA
,900, BM ncricaine
io20CBNTIMBS
QuoHen
TILIPBOMI No m
Nos adversaires sont
des prcepteurs <|ui
ne cotent rin.
Dr LESSEPS
! JFarimde
LA CULTURE DU CROLE
I continuons, si vods le vou
cotre causerie d hier,
uvoos ton comment, en
rr le mouvement dea in va
lato devint la rt^gle g n
I comme le celliqae ti'a
dne le peuple, une aorte
vulgaire tt d I rmecoaii
UigJe popoiaire Vc jci ce
en d t
reat m Gaule deax idiome.
I* latin littraire et de 11
I, et le i.riu popo>aire
itrfo*coti\ a/tcsuccs:
[Fin gaulcii Iouh ceux qui
fit irriver aux dignilr, l-
dana lei coles Ils le par
JC moire de gravit, mai*
fin d abondance et d'tat
I domains; et souvent mne,
b:dre eusemble ces qualits
logo eiqnia, ils n ns teint
l'iiler tudier a Home.
|i(Cocd ae composait de et l
toe latin eoloDial, ce dernier
n: ccpae qa uq groBBier ma
lia langue du people et bes
tijQg avec celle es aux i
StBs/ns, qu emplissaient
leil|iona.
avoca dj dit que c'est d)
cotiopu que sortirent les
. ioil et d'oc, cest -dire la
franaise actuelle Voua eem
os, atai.t daller plus loin,
irerce tledu latin littraire
liai que joue en ilaiti depuia
ipi la liarais Ici mn.e ?
que tons les nobles liai uns,
lient arriver aux cl goils,
(tient paa dans lea coles ?
que, parfois, ne 'e parlonr..
[pu avec noms de gra it,
\w plus dabondsnee et d'-
lea Fianais i Et souvent
oui paa i emdier en Frarce
MparaisoD peut d re en are
"np'e : du me lai g- d i fo. d
dea idiomes anceetraux dj
f*H le Iranais est n le cri
langue du peuple Si bm
pooe de vue de ce qae
lierions en Haiti, la situation
* Qae celle de 1 poque
*aOQ DOUB l ai loi'8 C 68 -*
poque de formation du
"i actuel
Citte lutte entre la lan
a et la langue populaire,
m leporer? bizeul et
J?|ual6Dt quau Ve Scle,
M cal difficile entendis;
no, tourmente, obecure;
* rvitique devient d'an uaage
iLU.,iD,fo Xle tic'*. diH|.
|P"conatiiu4e, tu tord et
""oets ion vocabulaiie et
yntaxe., u %>u%lX bien eu
a A*"cgue Pcpulaiie qui l'a
'wniDtali langue littral.e
ivelk* Diverses
Lf .?'" Me""ur Mu solini
V ac"fl la o*:s:oa
ii,, Hpaitenant au parti
R!'eocatohquc.
EkW? <,ue importation
'Bahimten i9iyseiou
Un .. 1,vus lPga
iii .?" ? celIe de'fPiri
i de L Ba,e aont on
lfl?llv contra yo.
ou littrature latine, elle reste confi-
ne dius le domeine de l'bgliae et
des purs ie'trs L Eglise disent cr-b
rnteors, n'adopte paa, dans ses ut i
verr-ita et ses coles, l'idiome non
veau trop f.le pour ss fonee
nenses; eh garde, avec la trsdi
ton die le trea a j iqoes, h I n.ne
dgnre de I arcienne Rome dont
elle tait la langue de la acclastique
Hour poursuivre la comparaison,
supposons un moment que le crole,
qui lient dans cette compaison la
place du latin vulgaire de l'ancien
monde gaulois, et t depuia long
temps employ dana la i rature
crite tel qne nous le parlor a. n'et
il p s possible de d re de lui,
comme de l'ancien langage pepnlai
re de la Saule qu'il arait conatitu,
ivecson vocabulaire et aa i/ntaxe?
Son vocabulaire, existe dj et
noua savona tous quel point H est
riche ; il n y .a aucune p*ne ou-
d eaus de ce que peut exprimer 'e
crole ;juaot la ayntaxa noua
avons dji fait remarquer hier
qu elle suit gnralement l'uaaga. et
que, par ir du moment o la li't
ra ure cri e du cro'eexia er*it, 'ea
lglea .gi.iumaticalea ae dg ge
raient au fur et mesure da aon
dve'cppement etdesoa perfection
nement.Je dis bien qu'elles aa dga
g raient, c.relies ex.aient dj con
fuameut et noua lea appliquons
incoascumm ut ds la mme fscan
iua'icc ive qu'il taisait f ire d la
proae M. Jourdain sans qa il a eu
dou ai-
Les langues d'oil et d'oc ae aont
fonduea et u ilies avec le titupe.
Dana lea commenc mente, elles
offraient lea m mue a bizarrei iea qae
not,| cro a qui.tjutes cLioj a g-lsa
eat variab e comme ellea d'une loca
h 1 etu're : il ex. suit ha typsa
normand,'.picard, fraocala, bourgui
gnon, langue Jocian ageoais, h mou
Bin. cata'an grovengil
Tout celx a fini, p r l'uaags, par
constituer la belle langue frauoaiae
que noua parlona aujourd'hui' Noua
la parlons, mais ell9 .'.est paa noire.
Souvent l'unit de la oa ion se fuit
par la laogoe. Eaaayo a dune de
faire ''e notre crole un instrument
de liaiaoa et d un un entre Hutiena.
Cultivons le en le parlant et en l'
euvam ; par I uaage, il t'afflaera et
ae personnalisais.Hien n'erapchara
d'ailleurs iea lettrs et lea littra
leurs de aa complaire dana la litt
r are f-anaiae ; ils y puiaeroat lea
notions et lea ides de progra et de
eiviliaation qui, verses daaa la lan
gue populaire, iront beaucoup plus
facilement et plus directement
I esprit de la masse, pour lever les
coociies infrieures vers un peu de
acienoe et plus de dignit.
mou
MOSCOU 2J Le proc* do rv
rrd Thikhor, ancien pat iarebe de
toutes les Russes scas 1 accusation
Je trahison et d'obstacle, mis en te
auatian pu les soviet, a t indfi
nin.tnt retard, le procs devait cooa
mencer demain.
BERLIN 2) La Rcitbsbtnk a 'e
v le taux de soo escompte de 12 i
18 0/0
MADRID 2} Moaiieur Moore,
ambassadeur des 'iis Unis, eat aftVi
v i Madrid pieudrc set fonction.
DISQUES GOLUHBIA .
Amateurs de bonne
musique,accourez chez
L. Preetsmann-AGGERHOLM
Hue du Quai
0ii oou
taiTiDla ((TttM'ceaax'J'a-ptira); Ont ^tep, cJo*-ti.c>U
SM&nolqutby Chcuih aagtai.o. JraaaU, eipa-
tjaot^, etc. etc. 3-e* p-ilx ecceptloaaetCdrrveai^
ri&iiitc '
Le tonde Noir
le dveloppemeDt conomique
d9 !a Hace Noire aux Etals Doit
d'epra Je Dooteur B DUBOIS
SUlTH. ( t'oir le \o dbttr )
En 1910 les r cg es, propritaire^
et fermiers exploitaient 41 284 376
acres; ea ^920 4I.346 9^3 acres. La
valeur des exploitions atteignait en
1910 2 2)9 c6a 790 dollars. Ojant
la va'eu; dt la proprit i.g-c qui
'est consi i docteur Dwbois U h.lire a'ap'> les
co'djsioa. de I AS octat'on E:ono
n?''qur am^r.caiu?, i p es d'un mil-
liard de dol'rs>
Si Ion passe en terne tout s les
mesures p 1 s s, tout les rf)or pour lutter contre l'aHraachissement
d i noirs et l'assinvl-t 02 sociale ds
tacei, on ne peut que reudre hom-na
fe l'tft )rt tenace et persvrant de
1 po 1 iqae ng e M. Dubois ir.o tre
avec net'et qa: les 'nojveme. t; an
ti-r.gres dans le Sud, furent nions
une ra.tion n,tui:lie d une ra:e
1 gard d'une autre t qu'une manoeu
vre du capital coo're e ravail et une
(en a'ive di.simule, ojtenue par des
prjogs de race, do.it le bot tait
de piovoquer on retour en arrire
en matire d organisation du travail
Action des tribunaux, actioo d'une
lg'slatioa (a te pour empcher le
tiavailleur noir d'accder la propri
t, mise en vigueur d une srie de
lois du travail protgeant l'exploita
t on du Ir-Viil noir ; propagande
en faveur de l'appl cation de la loi
de Lyuch ; eftert dtermin pour em
p h 11 le no r d.'ue lecteur, un
ngre d p'.m pouvait t'e cart de
llectorat pour ignorance pour
.'emi her de s'instruire, pout lcar
|tf de ton'e administrt on, opposi
non savante du travstllcoi b:anc au
travailleur coir, lout fut employ
pour enlraver, ruiner, l'ascension 10
ciae et po'itiqie des no'rs.
Oj a vu m t; i ta11 d obtacles
ce que fut leur dveloppement agia
rien.
One ! et d .ul.e pat, laaitua-
lion des ledits en dehori dea disses
ig.Koles ?
Aprs les fermiers et I.s ouvriers !
ferme la catgo le numriquement la
plus importante est celle des servi-
teurs dome< i.]us, qui comprend
ii2 million d'individus. U est noter
que la proportion d-s ngres apptr
tenant a cette c-t'goric, dim nue de*
pois 1900. Les ngres qui ont jadis
trouv un rttoft la s les humbles
foictioos de dom-sl ques( o ils se
sont culiivs et ont paiblem-et amas
se que que argen*. s lu -.donnent r 0
luem-nt ces fonctions pour se iou -
ner vers le petit commerce, abinqu,
les assur.trces. D'autie pat, le mou
vement r'glier t'e ngres du Sud
vers le N rd a pr s une exfe:r sion con
t'n ble ei 1917 ma'gr I o, pjsit on
du Sud U j demi-million de travail-
leurs, en quelques annnes abandon
ne ent la terre pour l'industrie du
Nord.
E fia, prs de ion 000 noirs, cons
kitaant 1-'ite intellectuelle sont adon
ns d;s professions librales
Oj rompt- actuellement 17,49;
pitres, 2s 483 professeurs, 5.600 mu
siciens, 1 077 mdecins, 2.411 infir.
mi es, 247 auteurs, 1 279 acteurs,
t.9 altistes ci 4 78 uentistr-
coo
Que' est le facteur qui a le plus
contribu i assurer le progis cono
mique du ngre amticain ? C'est, r
pond M D..boiH, le dveloppement
de sen intelignee. On ipl fact e
ment rraintenu la b u e .lleitre dans
un (|al de seivage. On ne put er.tia
vei iv c succs 1 -olut on u'uoe race
dont l'esptit s'enviait.
11 y avait ers de l'en aoeipatien
90 o|o d il c t ki II tait e cl s d' i prt, du lire et i crire,
et se V, la classe des dcmtshques
ce n-, p'f r ait d-s noirs qui avaient pu
s'inst'uire Cettdcns elle qui prit
d'abo d la Chu ton du groupe, et
son prem.cr sein fut d tablir un iys
kn.e a'colrs publiques. Depuis, le
nombre des illettrs baissa rgulire
ment II tait encore de 44 4 0(0 ea
1900, de ;o 4 o[0 en I9I0 On l'va
'ue aujourd hui i mons de 25 ojo.
Avec l'Ecole, I Eghe cgre tt
' une des pins g'andes institutions
rcisles de la race. Oa comptait
9.e>;5 glises ngres en 1916. oi sa
-cmerve la tradition des anciennes
coutume*. Toute la population n
gre des Etats Unis, nous dit le Doc
'eur Dubois, est divise eu coogrga
110ns, qui sont les units rellej de la
race Au sein de ces cor g galions,
re constituent et se dveloppent des
oeuvres d'asst>tance sociale. A ct
des Eglise j, de; socits d'assnranae,
des banquea de cautionnement ma
(uel s'organisent et commencent
adopter des mlholes modernes. Des
hospices, des orphelinats, des clubs
fminins de bienfaisance, de fonda
lion lceDte. marquant en ootie le
dveloppcmant o'ganique d'une civi
lisktio.i propre qui b affirme,
L1, le D Dubois insiste nouveau
sur les difficults au milita des-
quelles dut se pomsuivre le dvelop
pement ce nomique et social dont il
a retra les g ands traits II faut id
le citer textuellement : t Le dvelop
pement de la communaut ngre a
toujours rencontr l'opposifon la
p'us obstine et la plus m hart;
Dttll opposition ne se tradu.t pas
seulement par 1 attitude de ceux qui
n'aimant pas le ngre on ne c oient
pas la possibilit de son dve'oppe
ment. Il y a beaucoup plus qae celai
Ceux qui ont t vaincus dans la
gcerre civile en prouvent toujours
du ressentiment et se vengent anr
a m des anciens combattants aai
root aujourd'hui sans dfense; les
concurrents conomiques en veulent
siens adversaires; les capitalistes
(xpiciiturs des noirs prouvent des
seniimtnts ana'ogues ; ainsi, (des
uujrt't, s considrables de gna, aux
E'at'-Unis, ne v u'eni pas permettre
aux cg es de dpasser un certain ni
veau,.
Co "t lors, en ras.ant, qae la
q -tstion ng'e aux E ats Uni ae se
; o c pas comme une puie question
de rcf* L horreur intuitive de tels
Aa-r ciirs pour le noir, estl'exprea
s on d t ne j ttitude complexe qae des
. .v '.' f" r. s histoi;ques et conomi
q r or t certiibu plus ou moins
il 6:'fll'irert 1 former. Tout tai
sr.nnerrei t qui voudrait conclure de
IV rrp' 'e l'Amrique, la vani
t d s 11 >. 1 n vue d'une assimila
110" 1 utre les b'ancs et les
ro<:a t huait par la base et expri
notait ira injustice a l'gard des
noirs.
L. DAUTUN.
( /. fin i'i Jtiiiain )
Mi l'Hall
I1 y a un : n aujousd'hui que S. E,
Mon eur l'orno fut lu Prsident
de la Upi b'ique d Hati au m-lieu
(fi 1 rranifeatn'ion de sympathie
g4rrBle
Kn prenaot l dir itrn du Gou-
vernement le 15 Mal anlvant, per-
sorne re mit lant h 1 m; ' h du ai il homeae
d E'et Rllpi r,t donner des rsul-
tas fconds
C eaporra ont t pie nemeo;
jost.fi's n m. r s il u an dadmi.
meatia ion du PrsHei B r r, dont
Us ini* a ives oito^eii r nou-
vel e re de prcgia peat c^tte l*
publique voiein* et err> rfgt c d tre
mieux connue et aprtae.
Entre autres desiderata une loi


<
[s I
A
.
LLMAul
MUTILATED
fat promulgue permettant aux tran
gers de piendre a bail des terres
de l'Etat poor udb priode allant
jusqu' trente aria et renouvelable,
Q renversant par ainsi cette bastille
qui les empchait joaqa alors d'ta*
blir et de dvelopper en Hati des
entreprises agricoles et industrielles
sur de* domaines de l'Etat dont lac
quiaition tait rservt exclusive
mtcit aux bsitiens.
llaiti est une d.a antiltesdes.ploi
fertiles et pourtant moins exploites
qoe les antres.
Elle possde une richesse minire
considrable et g'l'on y aioata l'a-
vantage du change qui rduit par
consquent le salaire du travailleur,
on comprendra combien il eat en
coorageant pour les hommes entre-
preneurs, soit qu'ils disposent dj ca-
pitaux ou non, de s'y tablir.
Des roui. voiturables sont dj
en construction ponr relier les oria
cipaux cen rc?; la dette antrieure a
t consolide et l'on espre l'aide
d'un nouvel Emprunt liquider la
dette i ottante.
Le cl mat d'Hati est dlicieux et
tin h dnH les hauteurs on cultive
tous les frui s et les lgumes des
Climats temprs.
Il y a en ptrspective la construc-
tion de plusieurs grands Htels
pouvant loger ces nombreux touris-
te dont le nombre augmente cha-
que anne,
Ou peut aisment par es donns
ae rendre compte du brillait avenir
qui est rt Herv a Hati sons I ner-
gique et sage direction au Prai;
dent 1: orno.
(Uiariu de la Marina, 10 Avril).
Nouvelles titraayres
Les Cours
NEW YORK 2, Frnc 74 7'
Ste;ling 4 6488
w
fa Question
des Rparations
PARIS 2} Le cibi-et s'est runi
et a tabli le texte olBciel du dis-
cous de lord Cuizon sur la question
des lpaia icns. Que'qces jeu s sont
ncassaires aux ministres rour con
vottvr les ca-fsde partis et les priori
n.ux indus rie's. On dcidait alors
si une offre dBnitive doit tre sou
mise l'entente et aussi si cette cft e
don 1e laite au Reubstad sous for
me de rponse du :hince'ier Cuno
lord Curzon ou par un' ro'e en!
Iecive *ux fignataires du ti it de
Versailles.
Le Rhin restera
allemand
BERLIN 2j- Mi S're.'eman. chef
du par 1 du peuple, s dit au cours
dune lunion publique que le dis
cours de lord Caixon la chambre
des ords vendredi, avait cr uue
nouvelle situation poli iq sue le
gouvememeot aUemand spprcierait
i sa jus'e valeur. Ce que lo'd Cur
a sat>j rif sai la dit relativement ta lglem.nt
AUX HiOeClOS UaitlHS dt la qiusliondei sparants foime
nos bae sritus poor'a c ntinoa
tion dune dircatatott interallie Une
enten'.e pourrait intervenir avec l'Aile
naigne, ajoute S'reseman, relalives
aux rparations allemaades Elle est
toutefois subordonne i ce que le
Rhin leste a'Iemand ei alors il ne
r/our-a y avoi; de malentendu.
Dans la valle
del Sarre
GENEVE i)" LU discusionsre
lstives'aux P 'endue mesures de t
pression appliques * */ At!
la Sarre par Mr K ul'. rr commission de la S>rre, institue
par la Socit d;s rat'ons, -e sott
termines pr une ?o' e d^ t t'\ Le
eoise' de 'a Soo' reemna t en et-
te que les coiditioos anormiles eus
tart dms la val e peuvent Bcewitei
des mesures de rigCM' .mais psera
quelles seront bien t abi dorn'es.
L confrence du
Prote Orient
LAUSANNE 2 La conlience d
pi x du Proche Or'ent a repris ses
\Lettre ouverte
Mis Cheis Confrre,
Je m'adresse \ ceux d'entre vous
qup, que je ma parrae's, d'appsler
1rs retardataires, ./entends parler
do ceux qui, par indiffrence, ou
p'utt, pris par ttaf occupations
professionnelles, ngligent, juaqu
ce jour, ili consacrer quelques m -
nu te a la rdaction de la rpomo
qo ils dsirent laira aux d ox sr.t
de questions que j'si eu l'hooaaof
dedrisierau Co^s Mdis! ri i-
tiens J'aurai pu me :oit'.ntr >
norabie d^s rpousea reues ju*
qu' prsent. Elles repsentent 1 0
piuiou de la maiint da notre cor
poiaiion. Je suis en toui cas heu
reux de cousta'er iiaa cette ques-
tion tait lins le car di plus
grand nombra de nous et Ja suis
tlait d avoir provoqu cette enqute
ouvrant ainsi la .porte plusieurs
de mes coutrres pour expiimer li
brrment leur opin on rserve Jus
qu ici cjpendant convaincu qua tous
mes confrrea llauiens 89 troavant
actuellement d d esprit et dsireux d avoir sur la
queetion loi mou de la gnralit
des m 'lit c ns llaiiiene, je prie oeux
qui n'out pas envoy leur iwponse
de le faire au plu loi Ja pr.e gi
lementeeux qai par erreur ou onais
non n'ont pas t touchas par nu
circulaire da vouloir mex;u'er et
de ne pas me tecir r-gueur en mi
taisant l'amabilit il) n ie dira
Je garde la conviction, que rip
peler ma confrres oublieux q 1 la
doivent une rponse la lefre 1 n
Ijur a t aJnsie O'eat secousr
I ui apathie et les dcider a s3 met
tre l'uvre', Uertaineroan- ils ne
laisseront pis couler le d ai qui
prendra lin irrevecableme.it le i'>
Mai prochain.
Dans i-ati.'i.te d'une pariicipation
de tous laibse moi voua exprimer,
Cbera Confrre* le sentiment d : ma
loyale coufiateinit.
Dr Flix COICOU
travaux daas le but de rtablir U
paix entre les puissances allies et l\
Turquie, entre les R'a et lur" fl
tovsfsrdtrlei iTits lgumes et
nationaux des Etst*-Uais e les pi
cipesde iop?orluni; commerciale
pour toutes Ul nations- Mr Giew.
rn.nistredesEutsUiisen Suisse a
clairement ex^osA ce principe d us
ua bref discours do iverture ironoa
ce ap's ceux des ch.fs des au rts d
leaions L' conf en:e a abrs t
divise en trois cor. es chacun deux
se pacageant les q .estions en il ife.
Les discussions r l'es comraeoae
ront dtmaloi Le premier des trois eo
mits ser consac aux iHsiRi Ren
raies sous la ptisideoct de Mi Rum
bo'd, le se ond ttli e a de^ qu s'ioui
fiaaociires tous la irec'ion du g
nral Pelle d' franais M Moi
tiges dlgu d'I li*. pisideia a
tiois.me qui appel'era p:ob*b -'
ment comit cocomqte.
La Renaissance
SOCIETE ARTISTIQUE
fUt-ae-Mmij ' JI Avfil '
Monsieur Clment JtafiLWRB,
Directeur du "Mu
Monsieur le Oisecteur,
Nous venon> pr II prsente vous MCMta
du eocours dsintress que vous nous avez
SjS "t e. particulier.., deUj<
S v.ns t 1-objet de vo;.e put oued-,
SM reprsentat.0. NOM vus remercon, *g.te-
mentd/s suggestion-.ue vous ne nous ave^:?
||l| teUtiveTient a "FiMibal rvoque
Si nous sommes arnvs jusque U, c e
que F.ip de LBsor nous avatt atiaqui d, 1.
oceotion hAtllS mSfS : not-e So.it. ^
Sou. lofiton* 4e la circonstance pour vous
taiK savoir que noire P.sii.n., Mons.eu. Chni-
un Coicou%est pas .au eur *JfiJgg*
comme 11 si HM.ICI iusuiEsr clam J"-"
""n dit' 4USf. Nous rt groions toutef.t q-
Flip ait pu soublcr jus,u' "^ 4 enragea
[iL- inces" Ws demoi^eres de l audito.re et que
uSS w Zf le. lieu ait IJt \**M*
pour le besoins de sa ont, le nom de Madame
Coicou.., it pourquoi? l .
Nou peasons que cont a.rement la no e du
H|ZS.'VW U llcna.ssa.ee .u. a toujouis1 eu
(C concours de tous, ce MUStll voir de .a MM
'pcoaneUes ccn.te qui que ce 10.1. J* I B**
To'u't en vous d;oi.nd.m de biea vouloir don-
ner publiat U prsente dJDi le plus pro ha
uumro de votre journal nous vous prions 4c
croire. Monsieur le Directeur, a nos rtspec-
tueuses wluiaiions. ,
La RtNAlSSASC" ( Thtre Sat.onal ;
CHAMUID1C0MI
Uomit d'initiative
de P Ecole libre de
Commerce de Port
au Prince
SOUSOU1PI10N
Noirs des Sou;Ciipteuts Dollars
Repoit ( p miie lise) 26400
fkymour Fiadel 10 00
C L. V.net ">,oo
Alfied Vieux io.co
Chties Dupuy 5 c0
W.Bach 200
Total oi.oo
Nous i;prelors a no lecttsus
o'ils peuvent sousciue ix bu>eux
tu]
L'Exposition
du Isr Mai
L txposit en du ier Mai s'annon
ce des plus brillantes Dj tous lei
ct*, oj couit i'inscrire 1 la Com-
mune Indus'nels, Agricu'teurs, \<
li tes, tous figurent dm le refiotrs
tenu i cet lit ta Sx.ariat de IE
di'.ltd, Fte de l'art, e le le sera puti
culire neat N a raolest:s o ivrres
rivalisent d ardeur pour ali^er dan
li broJene ou U deo'elie, cts oiles
ariennes que des tes elle mena s
ne rtnieraient pas'. Et ceux qui plos
h:ureux. ont pu voir quelq es-uns
de ouvrsg-s en prpa'atio.i,ea sou*,
tir! il, merveill. On pi'le avec
enthoasiasme ds ouvrages que pi-
senteiont loi ttlen'ueuses 'es d:
I B:ole E ie Dabois
Tis fljns'ant aussi sera la V:
tion d'Art. Beaucoup de devins e
peintures annoncs.
Mains ncrabeases son', peut-tre,
le inscriptions pour la partie ag'i
co'.e Mais ce sont les payjans qai
en (oai -s frais et il uoji a t ai
que qu'ils ne se font inscrire e-a'aa
dernier moment, celui ce il* dpo
sent leurs produit;
Tou nos ;o-rjplim:nt au Con
t d orgsoiiai'oa qui, semble t il,
est bien pntr de l'inportaice de
son lle
l>, I Ili.- ......
Kjmuluft Ko 10 i 11
Nous avons au locession ds visi-
ter bier les travaux de contruetioa
dt la raaiaot de Mr Stlvator G>o>
vinazzo la Urand Rue ou Rai R4
publiianie nou loin de Is 'jiro du
Nord.
Henseignements pris il nous a
dcl et dune sel dite rem rquablej L?i
l'ot.nvre d'un UEltremaoa du 001
d' Rira l'ts K juirn qui eut 4 ira
vailler la conatruciou du Hala's
National M iiiovn .m nou a ma
nifest toute la uatibfaetion qu il a
eue en employant cet excdent ou
vner qjil'eal de eoo devoir ie
recommander l'attention du publie.
N004 joignoua nos recommanda
iot s celles de Mr Oiovinazzo on
presen ant nos compliments K >mu
lus Romaiu, vraiment digne d'ia.
IS>
us. mw*
La Compagnie des Pompiers te
Port-au-PruiC'i9 srieusement beaoin
d'une pompe prolui'a chimique.
Le nrix d une paraille pompa et de
19,900 dollars environ Bile est d ur-
gente DAceisit pour garantir notre
bim-'.re. On recinmande d orgsui
aer au Club de Homme d \ ,-tires
ou dans ua autre n tro . qui peut
're dsigi, de com ts chargs
de rsooetlTlr des souscriptions poir
l'acqiisiion de c-te rnichim n
recomioamle en outre q ie le d fh
rents chambres de Co:n.usrce
Port au-Pnaca accordeai aussi leur
assistance pour le suoo d) aette
bonne oaase en tormant dana ehsqaa
ennui! >l -.1,11 av.. un comits
qui Bera't charg de resueillir les
BJmeriptions de membre-
o 1 pourrait fo.'msr un coooi
Contrai qai eerpit cbirg) d- rsimil
lir les souscriptions gnfuhs. d
Conit pourrait tre co npoi* d s
p9rsoooli es suivaitss : MM. VV.L
Blo R. Polyaloo, G^orgis ds Las
pimsse, A. (Jribaira, \ Migioirs,
M Kibirca, ^V. W Williams et
J ja 1 Boulo 0 1 sa rappslh q ie qss
Messieurs : tut. mi pjttie du Comit
qui obtint dj tait d* accs. Il
est 80'itiaite- qn ils is'bsiteront
pis prter leur prcieux cooeours
a la rassite U une si b)lle ctuse. Ne
perlons pis de te-m aoigaons
nous et faisons quelqua jooss qui
vaille. Nous avons une Conoagnie
de Pompiers qiif.it du bon tri /si';
soutenona-lft, ne lui muchaoious
pas notre assistance et notre appt.
lJarisiana
j^udi
Le Mystre de
la VUla Mortam
4 Aeies
______Entre ; at' centimes
Maiaon mauble
louer
Situ dans les parayit ds Lalus,
mobiust neuf ayant sau il tout de ton
fortabli.Pour rsnssifnsmtnt s'adritssr
au Bureau du Marin
Par sans fil
Vers un rapprochement enlr*
les Etats-Unit e< * Mexiqut
WASHINGTON Le Sectaire Hu,hes.
annonc aujourd Wui que le. Corsaire *
rieains cb*rRt de ngrier une entente p us troite
avec 1rs reprsenan-sdu G.uv rment dlObre-
xon. a Mexico, sera,-nt I .ne.fi. l^b""p,Jn,
la, n. Chsrle, n r'ansa loho <''/"
ancien iecra.^re de 1-Intrieur, acwellemenl r-rt
sident de la Croix Rouge.
Une ie"r fort importante
du Prsident Harding
WASHlNuioN le l'rs dent Ha.ding,
dans des lettres adresses aux Dpirteraent 4
la guerre et del minne, recommande aux S-
rtaire? Denby et Week, de ne point permettre
U vente del'excide.i djmnore de- guerre, in-
clus rrac> et muni.ions, a aucune nation tran-
gre.
Fiariinq voudrait voir MMjri
que faim nartie de la Cnur
l* Le Prsident H.rdin* au cours d un seonr
prononc au meeting ^llnuel de I. Presse A.so-
cie a reeomm.nd* I entre de IA.Tieri.ue d.ns
I. Qatir Internationa'e De toutes les difS-.ults
lntern.tion.le. ri o-^t atnig l'HmipViere OO
dent.le. dn-il il n'en resuit q'ie celles entre le.
Etat Unis et le Mexique, laquelle est la veilli
d une oluiio-i heureuse. Tui il assista une
partie d; b.seball.
Mariage
En l'Fglise Mtronolitunc ser. bni samedi t
Avril courant, 7 heures prcises du matin le
m.narc de Mlle AnnaOvert avec Monsieur Cl-
ment Djean.
Meilleurs compliments
Ncrologie
Nous .'ons rt,u 1. triste nouvelle de 1. mort
i Jrmie, de Iules t-estige. I excellent Musicien
an pas*a quelques tem.s Port-.u-Prince 0
sut se i nre de no-nbreux arais.
Nous prsentons nos sympathique: condolance.
\ sa veuve et aux auttes pirents prouvs.
tfnto* HeUu
Le Utiliser bien co'inu, info>me it
nO'iW'reuie clientle qut, de riltur <
l'Etranger, il $4 tient sa r..,-iiuii(tm
/'." toutts sQ't'.i dt trauaur rtltVtM
i sa pr/etsion
Soin, EUgani, prjtnptitude
Rue des Miracle* prt du iiateau du
Journal sL limon I
Portiu-Prina le M bfvrier W29
fORT AU PR1NCB (
Port au Piince, W 4 %,f\,
nlnstilution tectnnne af Cliiii*
No 14
A la Commission cbariu rfju
SHD hulahon cemmwuk
1
^La Chambre de k.
Poit-aa-Priace compte _
nes d'existea:e. Elit i^j
d'utilit publique en loi l
prise U ni me anne, artnlj
si ion dans le Corm ab |
chamillons de nos dearji
dier 1 tranger par It CI
Coma erse. Cette dijpotijj
p:ur bat de faire mienx
apprcier des marchs eu
nchesses nationales, n'a
plio;::, Faate de ressesra
bie de Commerce n'a ou i
une mission de si haate
nomiqae tau te de res
l'insti'uiioa n'a pas pu
son se tu ses organiimnl
o'ei :
1 Muse CooattcJ
1 Statistisus ismaap
> Cbamars Araitult,
4 Cration de llialai
ce et strviie de livraison
Iules
pli Magasins gaertu,
^"j6 Service des Qiaii
Ces piojet? ont t *
tudi; i 'ond. Astalh
faute de usiource: b
Commerce a dA se:
le tle modeste duaMishl
a'iuforjaations. J
L'Institution n'a pi
simple Bureau de
par le tait que la suaves
tait accorde parle C-
et qui est sapprimi
ans, n'tait que de ai
leur insuffisante, pour pi
et les frais de cbles
donc t impossible
tant i cttse valeur
paros diift:nemeD(
Chambre Hutienne
Chambres similaires o
d'oiganiiei uoe almau
rapport avec le bat def
D.ns beaucoup et
merciaux, cest au ces
l'industrie qu iacomseoij
cesoures renttstiia o*
piment des Cktnabres tsl
D*ns la pratique, ces Irwi
rs psr ds pourcenugii!
,or le t.xes c-rajra!
brede Commerce der
bre de Londies sont
toast s iaap#rtii"j
tuellesseat gr:eaoxti
leur oat t octroys
Ba vue de ijjjjjl
fonistton. 1. UiijJ *
ce a prsent o G-"
requte osaud*|M
cord seulement sur iss
munales iooto (IJJ
tl'.e a fourni .<
Si:cade E. A Cara-su it Sons
R'ablie en 1904
a li.'or S'reet
NEW-YORK, USA.
CUIRS t:T PEVUX
Seuls distributeurs des marque
renommes :
N03IL1S KID RIX C\i.F
FORTIS SIDES etcj
Tiaaus et Cotonnades
Produits. Alimentoiros
Cco ]EANSMK,
Agent Exclusif pour llaiti
Port-an-Pnnce'
Q"*e 4,?it|lfl
visage aetuelletnsn-
geetajoitauxc'^
Ves Dans ce dernier cj
me.snt ou ijijj
modeste contr.botw
due institution qo^.
n llaiti les seifg
quelesCk^beid
2-ntaiUeu.s su ?"v
mique.
LaChiabfede"C3
susie que les **
de lai:omm:si03C
U nouille Uj'^Ji,,-
tero-a figurer dan' '
ppreri9 0(0 (W.
laveardslsCh.jJJ-3
poarv n*g q P;'>
tI0Q de raliser U
le prog'a^me pli'J A
q0ci de a|oaet ^
Hoo.r.b'es .^ J
.iooeiamoerontJ a_
fer.uicb.ifesdiirjl
il prhidtnl i*
tturttt I0.1


LE MATIN
9 . *
[jHARMACX:'2j
tBOTCTTALB
H. StfMNXE
49, Rti HtfcjatMa
CC8( BOULEVARD StBATOfOL
PtftfS
vendu':'
ItiMBiM-BirnMAit.'- woub;
Fruits dts Pi cii rate
Httajairs ce ;i >: 1= ' '^3ur
INES-UIK UJALITK :
s LA KliLLEURE*
..>?-
HAYON Kl'l.i IAI
POUR LtS COLONIES
| DBOOUBR1R, lIKHUOItlSTKUIE
SPCIALITS
fr*aal* et Etrangre
SBLS DE QUININE PURS
7bn* f/ /'** <''' flnr.cn*.
ampoules, comprimes, cachet!
SOLITION HYKM'HCMKjI.KS
BANDAGES. CEINTURES,
BAS A VARICES
iFPABIILS EYGltHIJUES
pour Iouh iiiii|{r
WrrtZV S ORTHC:< IHQUES
Sv inguet hypodei :>. \jues
NUISES HE POCHE, DE VOYAG
Wr-?. PHARMACEUTIQUES
I peu Uslr.i y, ''nmii' ..'*. e! Projet/, .li ,'', fiiifca
H tous / '/>' ignements
s:ir (''in. ,1'Of.ic
PHARMACIE PR'KCIMLE
M, Si ."'l.'.
Mt,MVUVtr.i siiiSiOPOL
f .q:o
*
ItAJSOTx l "TQ'JE
laTUHE :- 5" E
;
9
-
"Asthme
IRSiKSSESpICI
W"-------------iw cft<. c.|ftft.
Royal Mail Steam
P? cket Company
^ f, dH Sud e9t atterda M, le 98
ivril courant.
Mot a t l Europe.
Von au Prince, le 49 Avril 19a
RoberlsDutton&C%lnc
Gnral Agents
Crde Steamship U
Pharmacie F, Sjourne
Donot aria a aa clientle, aux mdeoias et au publie qu'alla i
u-anraorna aon Laboratoire d'Urologie ea un Laboratoire e
bie>logi appliqu aous la Direction eu
Dr Ricot et F. Sjourn
Le laboratoire oet eevart toua lea jours de 7 hree du matin l
aeurea du s^ir pour louiaa les recherckee et analya a prtues det c
1 annona ci jointe, Mut peur le
ft'&sstrmann et ia constante Ure Scrter k
SeroDt reuee que le mardi da chaque aemains.
sadre*."r ia Pharm:cie peui'ea rense'gie'i eutr
nal\ee d'uiinee eti'uc pasinqu?,
Haciion de V\ asiai mean
HeiciiondeTriboulet,
Examen du aangetdj pi s
Examen dee matire fot'te,
Ittmeu er.ra'h'.i
AlDln ino r^t>oiio!
Cons an'e Dl*> ScutaT
Hecherehe de Sf-irckUi tt Oo df noccoqves, elr} et*;
Clyde Sleaiusbip
Company
oreign
Vtpiurs dirig pw ti
pa&j par etnpti i% ( Uni tel States Skippii| |
iwnU
Le nj8 iHMf. Tupper ) ayant laiss
NwYork* le 11 Avril courant jtt
attendu Port-ausPrince le 26 via
tes ports du Nord. Il repartit a le^m
me jour pour les ports du Sud prenant
fret 4" vassagers.
Pc*U?riec?, If 25 Avril tf2t
Gebara & C Agents
lu II on Sboe Polikb
Company Inc.
IVeti;. Iforfc
^ewte or fJ< nven
Iticu Spciale
i
I Ei v rtu d'nrr ol.l:-.' lu hypo'li
ira p>ti* au rappor' de Me Lo i
Jbirlii et mij cii f ia. notaires
fort u Prince le 7 hnvifi 1922 et
MroBan,}*m(>ti d: a pu r 'nfrrc
?ci. il sera u > le, en l'tude t
P te minire d M Lon Char
[< roiire rtqnit A eel effet le
'reiKi 2 Mai 1W3, reif lierres
l emio. a la vente -u pins offrant
' (limier er.cli>'riiai*nr, d'une p^r
ond t^rrt dpar.dat.t rti> I tiabi'a
Iteau. liio a \i P aica di
>idi Si, de la contaoanra da qaa
ata il un pai cloq atptimea da
*r*p a"u kuit a Mt pa de faade
Prcicqiaate quatre pa de profon
f* a ligne briae .t ouest et
W" ' lu* paa en 1re droite
Mlt b^raea aa N) d Dar E .j
JMAolpha. au Sud *\ l'Est par
VI Motitaa, i l Onnt pr Marie
iL,llei h,"if^ M(,. *' q"'e
^"tble aa iourri compor a
|Mtand aaoaaucuoo exception ni
r*H< ; lor la mi^ a prix de deux
^HHre virgt cr.t Koirdeadii
ittatimaa cy G 287,18
ra ui ehirgfa de l'enchre.
|*M requte.Bourauiie et dill^enea
aTa" 0ch R*n el d* a ^ S'aBy, toua deux proprietai
JJJ"rnt it domicili tort
iiuPi*'y8Bl far *voc>t M l*
'ibranhe et jour donclcile
Pjciaioet de du avotit aie R.e
^teiDeaioQchfa, No 292, en fa e
-L1 taice fl ace
Iffl,1! ,Viear BiiUe e*n|. p! K r" eEei"*'>t "r I habitation
[? V ,,IM dU Cul de S)
kar..r M,pl*8 reoaeipe'ment,
Kiltafr. *Z r-0l."i,e ,u" d in6'
liai, i o '*hw d charg-e
M LMio Via'branc e toaaai
^aP.iwr, 21 Avril 1023
LU0 MALBRANCHE avocat
^SS&S^r
?:ii
I
POUDRE
BAYVM orj ^ar aaa -*o- _
f.SIKI, S8, z..:x? St'wtln, PA&I3 ^Ja^cfuer lC6 |altat0d
RecoinoiaxMl pcwr
MBCBIft ADOUCIR
VEIlOUTHl^
peu * imo* t m mata
*s
nnvitv
*Aii;
1 '-' '' i l'A'-' ''%
Si P9M1 i/j Si vom t'OM/x "l'tfir "" l^t'lanl lultnt ft d-ira Ht
'StVOUi V0it!*i lu coul.ur d lu snupl ise d< **
skUSSW$\ pmdanl IfHfA l*i '~.lvet le mur tut
MO SOUK \\1.
\ 'habiiqu e spatialement pour / Jtmn W / gtnll men in bit* W
., '// pro fpi la peau dei CMOUtturti oui e Itumidili et !a cbalW.
f\kile l mlrtlitnt leur sultsst it com.rvt leur brillent
Douanier a mrtut MSNO^R \\1 e est lu mc.Veur dt ttutn <* mnrqutt
Geo. JMiKHfSUE
kqer\\ pour Haifi
H
--------------------ij
%
ij
eltus Toilettes & blouses
Pour quelques joirs neulemfnt
i Le COMPTOIR FRANCO HMTIE\
vient de recevoir quelques Hobeset
Blouses de la m?ison E. DOUGET
de Paris,
Ces modles n'tant en vente que
pour quelques jouis el devant tre
expdies Cul) les clie^es, D-
sireuses d'tre la dernire modt
de ce g? and couturier parisien sont!
pries de faire diligence.
Empreta iavUra
de i uba
l.p ateamer Habina ara I Port
au Prince, le 30 ronran et laiaaera
le mme k*r Hee'in,,'ioD de Sea
tiai^o do Cuhi et la Hivoae prenant
du fret et d a pasragera pour aaa
deux poil.
Dama de/ d p'aa amples inlorma
tio a I e*'
Vort.au-Prt:ee,h 23 A>ril rft9
L Prtittma n Aggerholm, agen*
Grande foUti
de La Havane
Grct lot lCf'.fOf doMara
LectmaiuiK Font iifjrme de
I irrive ni h li'llrta pour la tiraca
du f0 etrll 10 M et de la lia'e da
31 Mare m ul.
Vf n f au rrrnp'ant
raauM a. CAS1ILIC
Hue Itaoe Foi.
Eii'risiiMpkr
Writof EoglitS &
FTench
A pply Kneer's Garigi
"V.>"
inin\
Une enta i 6ute
't'ICH de qaa-
re cylindre et
une 'u o Natio
n;
S'adreas r aa Garap K'teerf.
K\KEr\.:r,, R i0 u^fo
rlpfl ni Priace k 25 vrillai


ih MAim;

i
v
I
Un Jour viendra

l
r
'i
*
K
..&
Tnhm
t m.
e
I
i -i\e
i ,, ,u. t. u p.. !j,vlW
a !


fi i-V* ,l"
i !ktft|
a
'iW
f'aaua) Pariumonee (^
4


Vniuntfl Bce:'l..* jartra'.r. fastoetW**!
TIMBRES-POSTE peur COLLECTIONS p#
J'achte l.s Tin.bivs !' Colonies. Me soumettre jJ
chantillon* avec pril pur 100 et |>ar 1 .W Ml -le .liaqne sorte, m
le mon I '
u'taft1
>-
J'envoie grulis et franco un numro spcimen
0ttti ..(miiii'iisu.-laver. prix ouvrants l'all.iiiiiset.-nlI.M-lions *#
Thodore CHAMPION. 13, Rue Drouot, Paris
vq-iva wnH 'T
INIltlOd
S31I02 N3
iTisraarnos sonpaaA
S318Y1IH3A
|ygiManunt!
SUTJS SBC Z0}JV SSl'IOlVcdSab' S3I0A
c;qj|(283J opaui*!
MMBN P ' 'i l*
A 'till.od kJ|> '.';'uiu|,I P
t)iie|uyauooui un J*iad Jnoa
t3nbi}dj'|ini BBSfkrg 'iTIl'A
fil Mj
p b^to(] gonl[onb
| i., hj dino.p wd : 'l'ivto.u
U S..//C- I TJ
Un II?heur
0> tria il pi*** q/n"* "afera
#re /Oi0 par certains acteurs. Il en
en (* mtime tie er'./ *rw /'* pi
t*e/rt prus fcai/r (OffOM Us vont
tefa chez ETlimhBCvMI LE
, J{ fhmre t1' ;.
Aftf ftnp 'util
Uto-mtS'ii Habib J, .\lUk un-
nonee au pa'> ic et ai commcroe n est mil#BMf( mponsabl i (i lUHl
de 30 nfviru Jj*ph Afllack
Habib ) Aljlack
1
GHhPEAUX!
CHAPEAUX !
La maison H.SILVER
vient de recevoir d'Ita-
lie par les derniers stea
mers des chapeaux de
de paille Une de toutes
les qualits.
Nicolas CRDASCo
Site Rue Bonne toi JSlo
Ai'h(nneirdifcJ*rmer le publia?* ptrlicuWreitiB^M rom
bifuert fidle lilJe, .an. de la Gpil.li que de aulra.TillN e
preinpie .xcuho et ! Il tlnl du lu wmn-nck. P eUt.f-
d^les e # l>our pu%>. S te pointu dt P.ns W^u *nUh
5 ANS DE DOULEURS RH IYAT1SMA! ES
liutKlES GRACE AUX PILULES I):. Wfl f.
Et* enfin (MbftRIMd le H
isin il. i; t( | i 11 i i i
um exfirtuux da Mr. U i- ;t
: ju'il e~t liii'n mnarqukble qu in t<"it
peu: i,.mine i i i rapidem u nou en i ont ni
fort D.en la nnon U i I lu Pe Witi
,| i.-. s. u rei I
, nent aux reins [DOS pa* daM I'
lui I,:.,.!' et nprriiit l'vacution le tnu:,
fi- ,ii- ioxiqoa criati
.', psraonnai qui ouffrani .le rhuma-
ici itlqoa, atc La ( Ul qua Mr.
J3_ll n'a ,ii de noovallai nu.-,in, a
;,r avao a ,ii"> ant< ..- ca qui
i W'itt aci ompHanani bi< la lachi d
o'i charge Liaoni donc i i ie
an c m Mr l'.iniel Bail
Depttia plu da >> i loflraia de
ileun rhumaii^malea qui ma lei
[,, i |a daa Laa oVialeuni taieni lel
tarriblaa i r | aval-. ess;i\i: rem la 1
l'aspoir da trouvt qnalque cfaoaa
, | l" i tout l i
I ^ '' .11 i.....i li Rein et la \
, ...i e recommanda i'an achetai uni boita
, ; bientt apri I an avoti a i ment qu
i ), commandai a ma rendre compta da
metvellleux remde qui m'tait offert \;
, : pria trola botte, j'ai le plaisir de vont dira
tin je mr eeni pai UtanaaM bien ci puii (aire mon
travail joarnallar "uu plus jamais raaaantir U
moindre dnuleur "
Preuve de guemon durable,
ni pin lard. Mr Bail, qui i-i >,r da 71
, t dit
" Je 'i'ai jamaia rewanti nou -eau le douleur
ai cblante* dont j'ava* oi-f'ert i loniftemp
autr?foi."
143, ilmM estir Roa I, Pac! ham, ABglaHrra,
Si voji Htirez de ru'.lat immdiat,
procurez-vou
PILULES
| Prenez le a temps
Save vous que la forte majoritdes maladies des femmas
n'entrent pa, dans le domaine de la chirurgie. Ceci veut
d.re qu'elles ne sont pas causes par des tumeurs, gros-
seurs ou dplacement des organes.
Savez vous p* les. malaises ordinaires et la plupart du
temps fort ...nples ont dos symptme tris aiu.il.WM
ceux de cas aanaiul.mt un opration.
Savrx vous galement que beaucoup de femmes t de
lames filles souffrent inutilement de ces malaises? De
plus rite, risquent leur sant en laissant ces indispositions
continuer et s'aggraver.
Si le mal est pris temps, c'est <:ite juste aprs les
ptemiers symntomes bien des malad.es sr.enses peuvent
tre vites. Dans des cas dedculfur p.rlod.quei. retards,
irritabUit.tatnerveux.la Composition V-tale de I.yd.a
E r-inkham devrait tre pris sans dbit. Ce mdicament
est pi'par avec joins et dans dtt COI ou, m hyS^n.ques
idales et est eniicemcnt tir d'herbes m.'.l.cmale,. 11 ne
rentre aucun narcotique ou drogge dans sa composition et
jx-ut Mi pff| " teu SUfat
rourquol uo pat i-Myer ;v HHjici.oaat
CompositionX^get^e
de Lydia E. PinkKam

G.B Peloia
^-^W a> ......ieJ
>va^ i !.. -,
GraudlUie, Ka face de rnleivj
maison KeMel
Poar cajue dagrandisHem.nl I import.ata muson do^JJfJ
Mr G. U PETOli, a t tr.asfdrea .a spacieux local, ce, i
Lea araateura oat dj apprcia lec romirqacb.es J** JE]
ateliers de Mr Petoi', travaux q ii ae aigoaltot par l *****" ^
ta solidarit tl la distinction. t^m
Avant de faire aucutj acuat de clnaaaoros oa.d'artiuiei oc om"
fajtt8 une vis-ite la HaUcoa G, b. PET01A.
Voua to aertz iuorveilie-
Articles pour h h
TISSUS ft AUTRBJ
AUX MEILLEURS PfiX DE L B
La Maison, lsaac DM
t7X8 ftu CoubsYAne'enno hHe $to
Mil I
inonce sa tiombreusi clientle p.rliculiM'nsn'
ailes, (ju'lle vijal de .recevoir u i p*"-
ui'ii. de liaaVjs de tous geores sp
mres le h ami
>ou^ uM reins et la vessie
le plu grand ntmaan du m jnrle pour
Us RHU rtATISYlES, DOULEURS DORSALES.,
et ton diiordres des
RZIWi ET DE LA VESSIL
lit Pllnlaa I1" '
iliaruiacies du m I l M as
i plu quo le
p,r '.i*
miner -' De WlU" adresse;, v us on ri-iiuestnait*
a la yZuat AlUruui Kwald, Port-au-frinea. (Utlier.
Ules, qu'elle vijnl de .recevoir ui c*y#
de lotis geores spciale.ncai dei flrtJ|\ .^%
rari dans les lamilles le loul d'S prix excep'iotwirn r
nie on s'en convaincra en faisant une vicite jetteira ^
Voiles, organdi, Crpon et ralins lo'ite les quililci
nuances unis bro les el Heurs '4'
Une grande v.n' dd l'oile B'tnhe pj'i' aal
DO'jr ehe.n set li > u ne #
Sai.n Cliii.ejio r et luitrioa calejrs p^jr liiUltf.
-*
oiles a di'ip el loilcspjjr nitem et p) tr aiPPJ*' j||fi
Toile* a li > u aes van .lrdl fi & tki bl 11 '?* e ,Lb3i d . (h il relies el bis de loutes te* ajuaLaw, arf*^' '
N'oubliez poc que reit* maison spmmli $ W*r a^ ^
rttilUs d'us'hii; urmi Si vw* nUu V **<*** 5
motion vmtt nous vtttttr $i vous r.. '/*<, ^u ^
Noire ratyew de pw/ument est 'oitiours /rii PrfU


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM