<%BANNER%>







PAGE 1

LL MATIN i Son nom de jeune /j/J Une jeuue femme qui travaillait dans oae exploitation agricole, M rendit la fia de la semaine an bureau dn directeur pour recevoir le %  alaire qui lui tait d. Comme elle ne savait pas crire, elle avait; 1 habitude de ligner on reca par une croix. Mais, cette fois, elle traa un cercle. — Qu'est-ce qui voas prend, Lin*. da f demanda le directeur? l'oarquoi ne faites vous pas une eroix comme d'habitude ? — Pourquoi f expliqua Linda avec candeur, mais parce que je me anis marie nier et que | ai done •bang de nom, Chicago bat tous les records... £A Chicago, ville de 2,701,000 habitants, duraat les vingt quatre prat miera jour au mois de janvier, les autos ont tu quarante pitons. Dans quatorze autres villes dea Etats Uni, Habites par 4,15.1,000 mes, les automobilistes n'ont russi a craser duraut le mme laps de temps, que treute quatre pirttoos. c Chicago est la vraie ville de l'a. veuir , lemarquent tes journaux amricaine .. Un stade de trois millions de dollars Le m 'i6 avril ara un grand jour dans les annales du baseball ; on ftera louveiture du grand stade d J basb-ball du monde par un grand match entre les Yatkee, champions de 1 A ueucau League, al le Boston Red Sox. Le nouveau stade, situ i la sortie nord de New Voik, autre la 157s et la 101e rue, epoai tient aux Yankees, 75,000 spectatuis pounont y trouver place ds ce.te saisou; mais on B prvu des agrandissements pour les aaisous piochmes. Les MU:, histoires y, Tout arrive,*, du moins ea Ainm^uc. 5 L'a cis de • rOsurieeuon extraordinaire a t constat* SUBiBSmtBI dans une maternit de Ncw-ok. Une jeune tntol ayant mis au raunJt deux jumeaux, oa s'apu^ut que l*ua deux tait mort. Le cœui ne IniUil plus et les pointons a'rncuaient aucun mouvement respiratoire. Au mot l mdecin atcoudieur injtcu au mort-n un* scliltioa a bas d adrnaline et presque instantanment le BCMB du petit flmlrhwln se mit a battre, ti.es massages, friction, I oxrgcue achevrent Fueuvrc de resuirccon et aujourd hui, paraii-il, le petit < mort se porte lies bien 1 1^Ce sont, du moins, les 'journaux d'Amrique oui relaient ainsi l'affaire. .AUBE [e crois qu'a l'instant bref o l'Amour nat dans lame • %  A/ant que notre cieur, lui-im-m* ait frissonn— Quelque hese, un rayon, une toile, une riamme. Doit passet dans les yeux disant ; L'Amour est n. Car les yeux savent trop ce que I ame recle. Ils connaissent — eus seuls — les laits inaperus, Et c'est pourquoi d'. bord brille au iond des pruI nellc L'Annonciation que l'Amour est coo^u. Et moi, qui, si souvent, le soir, a ma lenetre Contemple a 1 horizon .'e doux tressaillement Clui me dit qu'au lointain une Ltoile va naitre lit qui souus joyeu* a cet entanierament Je soutire de n avoir pas vu dans l'onde double i>e tes yeux sans moi, la timide lueur Oui m'aurait dir, avaut inCnie que tu te lioubles, Que l'Amour — noire Amour — tait n dans on coiur ? EesFiaaailldsddRomuIus Un puolic distingu ou se rencontraient des Personnalits de tous ordres assistait samedi la rois.amc rtprtMnuuoa de la comdie locale • Les luD^iiiles du Uomulus • Ce tut un joli succcs. Les acteurs ont rempli leurs rles avec beaucoup de naturel mettant ea relief les principales Ktiics comiques de la pice qui a t trs applaudie. k Ncrologie 2 Les funrailles de Mlle i. min Uouchereau d cde ce matin auront lieu cet aprs-midi en l'fcglise Mtropolitaine. K.U la part de Mme Vve liubttt Mortes, de ses entants et de tou: les Mirai parents. — Hier ont eu lieu les funrailles de Mr lien ti Issel dcd l'ge de 04 ans — Mr Issel tait trs estim la capitale. I.Condo.an.es aux familial prouves. %  Nestor leliu ^Le tailleur bien connu, in/onne sa nombreuse clientle que, d* rittur de V Etranger, il es tient d sa disposition pour toutts sort H de traceaux relevant de ta pro [est ion. ^iSoin, Klf,me<; promptitude. Jiue des Mirade* prs du Bureau du Journal tk. Miser I Ve-rr-M Vnnee l$ $4 HvrtQ (ggB Nouvelles Etrangres Branee et Grande Bretagne LONDRES 22 -La question de l'occupation de la Rhur i t sole ve i la Chambre des Lords par loid Buckmastet, membre du parti libral qui a vivement critiqu le gouverne ment et demand qa'il prenne une attitude plus ferme rgatd de la France. Loid Curzon a rpondu au nom du gouvernement et pissant e i revue la situation a dclar que l.MIe magne avait montr une forte r ni tance qui a surpris tout le moni.v Lord Curcon s est vivement oppoi au retrait des troup;s britanniques de l occupation, retrait qui jetterait le dsarroi parmi les allis de la Gran dt, Bretagne. Reconnaissant que le monde setait rarement trouv en prsence d'ace situation plus difficile, le secttai re duForeigaO.'ce a dit que les difli cu.ts provenaient de savoir qui fer.it la premire avancd E ant donn la rpugnance de l'Allemagne fixer la somme dficiiive quelle tait pr te payer, il pense, si elle prouvait sa bonne volont en laissant le soin d'tablir la somme a ceux qui en sont chargs et qu'en mme temps elle offrirait dey garanties srieuses pour les pa.ements successifs, on pourrait arriver une eatente C'est en substance le conseil qu'il n'a cess de donaer au gouvernement aile mand. Le secrtaire a ritr que le principe essentiel de la politique b. tanmque tait Je maintenir l'entente avec la France, car c'est seulemeat sur cette base qu'il sera possible de rtablir l'quilibre eu aturope La situation Mulhein MUL.HE1N 23 — A-is avoir t terrorise pendant j jours par fescom munis es, la ville est de nouveau sous le contrle des autonts ail? mandes constitues par joo tgents de police et fonctionnaires de la v Le qui taient assigs dans Ktihaus sont sortis dam; cette grande forteresse, ont ar.c.les assigeants ainsi que 30 de l;urs chefs, L un d'eux nomm Kunter a t, dit on, chef l volutioanaire a Kiel en 191 *, il a op pos une vive tsistance et a t gn venue 1 bless. La liste des victimes de la rsistance des d 0. dress evait 6 morts et 70 blesss, dont quelques-uns sont en danger il mort. La Question de sucre WASHINGTON 20 Les effets des dmaiches du gouvernement a tin d empcher les spculations des bour ses de cals tt de sucres New Yoik a continu i se faire sentir sur le prix du suc e biut, hii Un peu avant le nouvel acte du gouvernement les ratii eurs offiaient 9 17 la hv.t poule sucre biut de Cuba. Un laffi .eur a pu se procurer 22,100 sacs i 6 cts 1/8 soit une diminution de }/6 de cts par livre. Une entente possible BERLIN 21— Dans les milieux cf ti.iels, on se montre visiblement satis fait du discours prononc hier la chambie des lords par lord Cuizon, secrtaire du Fore gn O.fice. Le chin ce lier Cuno et von Rgzenberg, minis tre des attire: et ange es, sabst.en nent de commenter avant d'avoir le texte officiel du discours, mais les puncipaux chets du groupe du Weichi tad sont coavaincus que les dclara tons de Loid Curzon vont faciliter la solution de la question de la Rbjr, Ce discouis, dit le c Worvaeits *,pra duira certainement une profond: in pression en Allemagne et probable ment aussi en Fiance L Angleterre, si elle veut, peut exercer une intlaen ce pour qu on arrive i une solution satisfaisante pour les milieux cono nuques de la France tt supportable pour l'Allemage. Le Worwaerts ter mine en exprimant l'espoir que le gouvernement allemand ?era bientt une offre dfinie pour les rparations. Le Tagcblatt donne l'impression quil est possible de 'entendre sur les bi ses qu'il expos?. Entre Cardinaux ORLEANS ilL: cardinal Ton* cher, dans une lettre publie aujour d nui, rpond aux critiques alternai des sur l'o:cupation de U Rhur et le trait de Versailles propages par le cardinal Schulte de Cologne par le 1 tremise d'un purnal catholique. Il a dclar que s'il recevait de nou eaux exemplaires de celte publication, 1 les retournerait. Lecaidinal Toucht a adress la dfense des actes de la France aa cardinal Schulte et aux vques de Mansier, de Paderborn Nouvelle confrence GINkVfi 2; — Ismet Pa.ha et Ri zagoi Bey les deux principaux dl gu-i turcs, son: arriver aujourd'hui i Liusa'ine pour participer a la cou trence de la paix qui eommeac ra lundi Monsieur Grty, ministre des Etats Unis en Suisse, s occuper pro visoirement des iutrts amricains a Ginv.' Le giural ,Pelle, reprseu tant la F.ance et si Hrace Ram bold, reprentint 1'Angieterre, ve nant de Cous autiuople, sont atten dus ici. Nouvelles ^Diverses PARI> 20— Le prsident di con seil et Mme Poincar ont donn un djeuner en 1 honneur de Mr vViiliams Guthrie, prside t de l'Associa tion du bareau deNcwYjik. M Guthr e A la runion fianco-amn came a t reu par Mr Brard, mi nistre des Beaux-Aits Le parti socia liste franais et lO.nmuoiste, d'aprs une dclaration du parti o::al s'.e publie par le Populaire parti socia liste franais rpud e tout rapport avec les communistes et refuse d'en gag r une action commune avec eux. LONDRES 20— Pour la premier* fois depuis sa fondation la chambre des communes a discut un pro|et de loi sur la prohib.ton et repouss ce projet sa 2me lecture par 2;6 voix contre 14. PARIS 20 — Le gnral Gouraui a accep. l'invitation de la 42me di vision d'pssister son assemble an nnelle i Iadianapolis ci juillet pro chaio. Le gn.al compte s'embarquer pour les Etats Unis vers la fin de Juin. Un service funbie selon !a rite Shinto a en lien l'ambassade du Ja pon en l'honneur du prince Kitashirakawa rcemment lue dans un acci dent d automobile prs de Bernay et dont le cotps se a transfr i Mar seule pour .re place bord du va peur japonais c Kitan^maru > SAL1CHEPREY 20— Salich-prey, enJrotram: o le rgiment d ira fan'.eried: Conneciicut, aid d'autres lments de la 26me divi ion a bat tu 3000 so dais allemands les 20 et 21 Avril 1918 a t la scne d'une cimome commmoiative avec la patticipaiioo amricaine. L: gouver uement Iempleton, du Connecticut, tait reprsent par Mr D dwell de' Htrifourd Les reprsentants du minist:e de la guerre et du dpa-t'ment de la M:use et d'. la Moe le et de tonbreuses personnes venant de Toul assistaient cette crmonie vVIESBADSN 21Le prine voa kii'ifeld Wtldembjrg ancien haut* commissaire a'.kmand en Rhnanie dont le quartier gnral tait Co blentz, pos'.e qui a t aboli par la commission iateiallie d: Rhnanie au commencement de la semaine, a quitt auiourdhui le territoire occu p pour Francfort Sm voy.ge, effec tu en automobile depuis Coblentz s est pass s tus incident. PARIS 11 L'avance de 60 mil lions de livres sterling consentie par "a banque d Angleterre la banque de France le 25 avril 1916, venant A chance cette aune sera rembourse au moyen de versements rpartis sur MALADIES DE LA FftLDU APHLOINE coitre let Irrgularit et douloureuae* mernlriiellM, Congeatlon fonctio, c org nt| Hmorragie*. Varices. Hmorrode Mtrltea. Age critique. Vertige. u j£ cation. Formation de la Jeune Fin Laboratoires TRCUETTE PERRET. 15. IN >tt IRMIIIMIn.utlnels, PARS (p^ une priode de 7 anies. Un ac.j d vient d'tre cosclu k ce sujet entre les reprsentants les 2 bin iue? et les minires des finances des 2 ptys L?v ngoc'atioc? qui duraient depiis n'a sieurs semaines ont t conduite* dans 1 esprit le plus cordial. Le coips du prince japonais Kitahi ra-Kiwa. rcemn'nt tu dans ua t< citle U d'automob le a t transport de t'anbissale du lapon i la gare de Lyon, d'o il partira ce soir poir Maiseille. Une garde d honneur, co n pose d'o(h:iers jiponiis, accompa goera le r o-p; jusqu' Marseille o il sera embarqu sur un navire japo nais. Les m lirai de coutu-e de Pari, dont les employs son, en |grve de puis deux semuus, ont dcid de dc'aier le lockoat > partir de lund*. La situation au Maroc U 1 communiqu officiel de Ribat (M roc) donne quelques dtails sur les oprations militaires excutes con re les tribus de la lg on de Taza depuis le 12 avril. L'artillerie atiai arop'aaes sont utiliss par les tro t pei dans leur offensive qui se dve loppe videmment sur une vas e chelle. Noire offensive dans la r gion tourmente des BeniOurains. se dveloppa favorab emen Mi'g' les dif ults du terrain et la rs stan ce acharne de l'ennemi dans les hiu tes montagnes, le terrain d rempi par les pluies con iuudles, n 0 t pu arrt nos troupes qui ont captnr Bikin le ij avril Aprs un violent combat le 17 avril, l'ennemi s'ta.it regroup au sud de Be k n le ha de r*tre artillerie le dispersa. Il s'.'ntuit a ors vers Knouassen o il se :e'or ma le lendemain.Mes aviateurs boin bardrent le nouveau camp ennemi, les rebelles se dispersrent et beau coup retournrent chez euxD;ns la rgion, au sud de Taza, les op i tions se dveloppent aussi dans de bonoes conditionsLes premiers r sultats ne perm-ttent pas de tirer une conclusion dfinitive mais Ui montrent une prparation sneu de l'offensive et l'endurance migm que de nos troupes. Les Cours NEW YORK 2. Fr;nc /50a ^^^ Sterling 4*>;6 lsaac Dishy 1738 *gni Courbe Chapeaux de Paille pour hommes des plus dlgarvs 2 et 4 Dollars. PROFITEZ : Ee Minire Li Ministra Boacliareao u alite BPS ionrs damiers w> rtabli. — Sas ooabmit prendront avec beancino faction eette aonvelle Nous lui soohaitoniMi rtablissement. t Mr David Boi Sameliest entr Porta Mr David Borges qni tai'u, Camagoey depuis Novembre! Sas nombreux amis 1 %  avec plaisir. Le Ministre toml Nous avons t hsartti voir notre ami ibirlet FOL, ber; taire d'Etat de I lntrisar Travaux Publics qui avait d 1 la cbsmbre la suite d'uni eaL il s tait dmis 1s poignet dni| Le ministre a pu repreodni di ses occupations dans lui monts dont il a la direction. N )in Ini renouveloQi non ihies. American Ghai 0/ Co/nmerci! NOTICE Tha first nnating 3f tbeai Cbamber of Commerce ofUtAill at the iieadiiuartera ofthsl on Apil "AI th unnnnouilT 1 Conatitotion and Hy-Lawa ai 1 ted by tna Board of Oireoton, Tha American Chambar of merca of the United Sutai H rica lias already acceptadtst) organization of the Amenait ber of Commarce of Hsiti, udj accept tins Cnambar to miassl 00 receipt of tria Constitaboa I By-Laws which were fori the S S Griatobal on Saurday. The S.'cretary reportedtoMj ting an active memberilini and Atsocia'ed membanbip Amricain Chambar of 1 of Hsiti* Empresa iVffl de Cuba Le steamer Habana sera i au Prince, le 30 courant et la mme jour destination tl tiago de Cuba et la Havanc.i du fret et das passagre p -1 deux ports. Djmiodei! da plus amplaii tions l'agent. ... Vorlau Prinei,leiAvn}\ L Preetzmain A^Wti Liuidations u n loi ^ ^ arefy 1 dises diver* Chez Paul EjtadL Rues lraversire$du Magasin de*** Afin de faire de la place aux nouveaux arrivages. noV oos demain, celle vente au rabais; vtnea prendre, car regardons pas aux prix. JJ Ktoftcs blanches pour robes et caleon, Drill kakis jaune Mieuoie manne, Serge coton, marine pour jupes, ^apeajixj le et La Violette Par.s.ohaussttes et Baa ordinairei. Fil pojT3 Uautons mtal pour col et poitrneU, Chaussures damai, MJJ aimes, cbemises couleurs pour homme, Mouafe" ••• j Heur etc. C'est intressant f isL.



PAGE 1

LE MATIN >ande LoUtie de La Havane Oroslot 100.œc dollars b .„ .mgteurs lont iDfornrs de hirive t% H"*' roor le tirr* E;' CLBHY, M, Boml I t-Mri, ; IJSic&dtF. A, Ciririo & Sosa k Inb!ie ( %¡ 1904 |a Rrc'oiStr 1 INLW-TOFK, WS. Cuir et Peaux S Cad a s toile Central* G fraie de la Repu Jwque. Cadastre Uri ein Rstt?Hi rrœi ,i0D ff oo4 les pro Ter ti locataires dis rraiione tas...? cn! "">ae ds Port sa • ?SK cwonl ,e 20 d# c %  •! %  %  la Ville de PoiUaPriocet • -La Zone Nord -Ls Zone Sari rM? 1 ; 01 1 ,0Dt dpsilsgse JJ Joe DsDis Deetoucbes • ciWn ? e l ? vcales. xamen de craehat^* dlbumino raetnr Constante L'ro Secrtatr • •Hsx*ereto dt&Spxrohtes 9i m Co t di noccoqu^ tic t c hmd Pi; Cprpop?li Lobri aliog Oi! Cras Huiles H Graisses Prix et qualits defiatil toute concurrence Lon 11 Thband r / gect p ur U:lti Lehn & Finli. lut Supriorit Fonde en i&'Q] Bas prii PrompfitH la 'l'ovj produit.' ei)imkt>ie>i, ph CNIH eutK|ues at tn'ni ar'.dea ven dahlas dans une pharmacie. lU'H KS. Poivre. Cmnella, Qiroile, 4ni< toile, \iuatJe Je, etc SUCRE RAFFINE SPECIALITE; Marqj* prive Lyso! i "sinfectant, Paitumene, Articles pour bartiieis. Bay Ruir, (.1 ocolat en psaud e. riuils 4e foie de Mcrue mulsion Co'd Oearr. I* lai s poar fa ra es*ens)ei et eai de luilette, F. ••de Q ilaiae, Poudre non r e ls IR *kis Salu lion pour cone ver les cela iris, Lut de Mag'taie, l'oud/e suprieure pour la loilc.le des er faiiis. frit* ce de Heur. Eaa de Floride,— Miel jour la ItW, Ao lefde. Il il3 d'Oae J ioar ls !b' •, !I '-HH-; dent-, P • pennin Ha le pour e&awrfi es KousHquei et KUTPP •nfcc'es, Rcgu M Huile coctre con tipiflos € roublsa des intes'ins ebrotiqufs T')^, C r<> pool les pnrqaeti, Comeee) qaes, Btiilra, Epica, Nircpa divers riQlurta diveraes, Viua tic, erc, e%i Demaolule raialo^ue rire ipAeislits. Cooflant vus coxuaandis a I.KilN & FiNK, Inc; vo'j rut abaolawot satisfait.s Toutes le toores obarmaciea da paya e'anproviaionoent cb c LFflN ftElNK lac Lon U. Ihbaud Agent excluait peur l'ail) VVILSO^ & Co CHICAGO, 1LLS Vlantyue pure Lard mantyue de famille Beurre wilsco Huile de Coton mess pork Clear Pork DoHif Sal etc. Demandez les Produit de Hilnon $ Co, Ils sont irrprochables. Lon R. if (' %  l iJiinl Agent KO1U.U pcr HaLi Pharmacie W.Bueh /fflfH par ks dernias la'eaiu : Auimata, pour letniUni nt


PAGE 1

„All %  • \ ff i y 11 tv..... Poudre Idale Beaut du Teint TEINDELYS impalpable, adhrente, d'un parfum dlicat, conserve la fracheur de la jeunesse, embellit, efface les rides donne un teint de lys Poudre Tftn'1''l>k blanche f.i t rote iwiurfl, roie pour brune rcbtl cUir. cilif M. Mi. i'. jeiDC Tcindel) Pwl OU lub '<$%. %  Bain Trlnrlny — Elu Tunrtel • l'i Ttindei* Si ion Teindei) — tira ( touiei itinif %  s ', %  Aucun envoi contre tanouritmrtu R OBJLXDtJ MAGASINS %  M ARYS 3. kue de la Paix. PARIS ViiIU t tt liDual igiiil gfaraai, 1720 Hua du Mageirfn da 1 Eut PEAUX CHAPEAUX! L maison !l.SlL,VEiU vieil l de recevoir d'Halte par les derniers slea mers des chapeaux de de paille fine de (oues les qj3ilils. Sise Rue Bonne Foi Ao 4l'booneurd'iaferioer le pulli:, et pyriiculiervimenl a nom bicu5i el fi l'e clientle, lani de li Ca n'arque le* autrailvillesde Ja IVc-vine-r qu'e'la i a t'uellemenl en stock un assortimentjzomplei d'artirlesde Lo \ nniequ'J'e vend un prix dLnl lome con cnrrtnre: Pet letouU'l couleurs et de tojlos quai. t, chue, œtl ItLS, lanit, iOUlhoue, aie, e'c, Jiatkmn Singer et aiguiUee pourniaelwc-' La Maison premat surtout sa elienttla de la Province, une prorapie axouboa et do la e^'rit dans les commandas qa'elle.vou r\ Lien lui contier. En uehors des ai'icle9 df cordouiijiie la maison offre es ofcen/a de* tles en aciei pour portes el cloua pointes de Paris toutes dimen EN T0 7 ::Z SAISON ftfila %  !) l:h'%r. dfj VOS :;:GiilB l>c:.: Oc: aux PiMES VALDa lanraoi! i rr m aai ili: J-'iF.Tinn votre Poitria (. reSTtlfl vos Brouco^s tt m i'Ou.iions do iu K S Al i R : tout JS Maladies des VOIES RESPIRATOIRES A la Ville comme la Campagne, ayez-en toujours sous la main. Procurez-vous-en de suite, mais refuses impitoyablement les pastilles qui vous seraient proposes au dtail pour quelques sous; ce sont TOUJOURS des imitations. Vous ne serez certains d'avoir LES VRITABLES PASTILLES VALD A que si voua les achets EN BOITES nrar VALD A Un Relieur 6ertnM$t p/Seet gagnent en i-altur Ure loues par certains auteurs. Il en tt de mme it eerlah t Itres Ils pa* ratMsettt plus b>r lorsqu'ils sOrrf relis ehet El'lF.NN K C WIILLE i ( Rflu Borme Pa'). ^^ %  %  %  % %  '^^ % %  Pa^paaaapaai Avis important Le soussign Habib J Ailla h an: notice au public et au commerce qu'il n'est nuliem-mt responsable des actes de son neveu Joseph Af/lack Jhbib J Afjlack mHm S ANS DE Da-JLE'JRi; RHUMATISMALES UJtiUfcS :J.UC£ K'JK PiLUlF.S i;: Wl Ktip i rhaici : ' .le Ml • i | I %  %  • %  uc Pilule D* WIII | i a %  < i'' i !-.-ii )•• raiiofl 1 . COI ip %  • -.! %  : ... reir. ioo %  %  %  ; U %  :. • r : %  • r : ... K •'•!' 1 %  • T!. nod< '"'•• ttta |tt;s co < %  *• 1~.de r q „ %  • ; %  i i Mm i > %  %  :iI I : I |' li \ i'.' .!'• ; | i ,' e i • d< ilsur fhurtial I I i i l'avait tout %  %  III fl .' I • : %  I ""' :•: |i T kl ',:, %  • a v h <-t : i i .ipri-s en %  I.T •,. U | i : i < i .•-. p .., i i T. r--i il c| H HT4L.II O n r pii li %  ; | s •en parfaite I bien et | | .-i.-, ,!, %  | ^lOLf." l'.-cive i? ehsn inMi : : ; %  lir.l, Mr !'. i i'. U* .'i! — '. n'ai ,":•' %  rasMutt V i • Uad^-lrjrt t< c* Ia' %  :i-itrt:.-.:i.:e. leie •• ;a;i.i.niio tous votre Composition \ c. rt I tre levage : • usitairo." —Mrs. MARY BMUCO1459 N. t trpenter St Chicsgs, l!i.,U. S. A. Cette lettre n'ai • I %  • %  • • paru 1 ^-i granl nomtr riu •haque nniices et provei..: ; ',; femmes, JCMIV S < t vieilles, de toute occupt; >n. Ci s U ttrei tmoiepaat des vertues au la Composition \., Lydia l-:. I tnkhan. Cette co.npositinn vj^talano contient pas,le narcotiquee ou de drofc-ues ouiail les cl • • i I • ir i risa par toute femme %  ans aucun) i ; ;i.i J-;.end ans doute sur votre sant. L. • .* Composkion \4getale de Lydia E. Ptnkham M*OlCie CO. LYMN UtmA t.H MW IAM MroiCiHF CO. LYNH.IUM. U..A. G. Peloia G f rAndii:i ,— Hn face de temlim maison XeMel j Poar ciase dagrandissemeDi l'impttrote rotiiondnahi Mr G II PETUla, a i traasfere nu ispacieux loeil, eu maiftl cunne maitou KKI I i I i.nfl amatpara oat dj aporci^ les remirqaablaa travtux iajj •tfl T* de Mr Petol", travaux qii ie eigaaleot ^nr l'&tegmx, < &f fP ta solidarit il la distinction. Ava if de faire a curi ac.11' d* c'nusmims ou d arliciei dd CO fai'' une vin te a li Maison G B. PETOIA,. V.ua te aerte merveiltArticles pour TISSUS & AUTRE AUX MEILLEURSPHIXQELA PI La illaisuu lsaac i)isl 1738 rtue Coub ('AndeoDa h*UaSih*] Annonce sa nombreuse clientle pailiculiramaii' "f^ mres le t aimiles, (]u'\\d vijnt de/acefoir ui npJfT^ m II: de tissjs de loua genres spcialement des arctt* i ^ $ rurt dans les latnilles la tout d-* prix exMpnon/*U*i> i ** l J* nie on s'en convaincra en faisant une tinte jette ma'wnVoiles, organdi, Crpjn el ratine loutii lea qualili t 1 1 naincesunis broies H ileurs ^ u .. g Une grauJa vani de loile Blan:liei prit liai W oour ehem ses lu n'oie,J^A^ Satio Chine no r et luitnna couleurgjpour tailleur, .^y-*l'oiles drap I toiles pojr n tiuni ai pour naapa' As. Ijileia lu utnea variai dull a\ k iki bluaet •oulaars.tn' 1 1 %  d ck blane, diagoiul, aipiji, cheno ta.Jneife, et plJ>"*^ < liuaaeiiaa et bis da Uhll* lea quablai, ...^ S oubliez pos faa c*{' m,wnjjpaai/iM p>^ *ai 1,r '* ~J: ) t//ai truiagt Ourant 61 vouifixiu p*t enivre ckew" m-iisoA vent nout vmler el vous eere* mJMta. ..* \o*re nyvn ck par/amen est toujours trMi et'pr*sp.r w fumer il: % % 



PAGE 1

,7m nnm No 60 O PORT-U-PRIMCK | HiTl ) LUNDI 23 AVBIL 192 HiMUMIU. bernent Magloirt BO VlUNA HK m ArsriseJos OTlRO20 C BNTWBS Quotidien TILIPBONI No'42 Ne nous lassons pas de monter,,.'et de descendre : il y a des misres h tous les tagest SEVIIINI — • Ine Ecole de Commerce libre i M WBI les yeux le texte d'une MR adteste a Secrtaire d'Etat Cvirmcrce pour l'informer d'un Ht! de cration d'uoe Eccle libre Commerce et solliciter cet eflet ccDconn de ion dpa:terrent. Par iaformations des joornai x, nous M que ce projet est c' i l'initia dt quelques hommes bor oub'es tte desquels nous reltvors 1: Ida 1res sympiih que co ai rr.tr lao'iesmi fcdtUii i-.sti-e M.ldonird Estve n'est pas seul: 't (ortmeiank de profession el cmbilii; il a, de plus, le got, IMKII voc'ioo, Jes choses du ta-eice. On sait avec quel divoue ni, que'.ie Ipret il a disput tt dis M encor e a la n oit ce qui Itde notre C h. mbre de Ce m mer uue veiner an moment ne.— irori cruelle, — c les labres de Comme ne l srg if Mititnent i Po t au Peiner. Nccs pemcDs avec M Estve que (iniie piotessiocnelle cemmer iioutire dans sua recrutement dfaut de prparation, s--ns li tri les antres causes; et c'est pour li. sans doute, tout en s'puisant tfloits pour concervir ce qu'il t des .ments du prsent, il ii les regards sur l'avenir, afia Il commerce haitien et ses int lient ch nce de re mieux dten sans 1 avenir qu ils ne le sont i le piseut. focs reproduirons, demain, le H|e dn rapport de la Ce m mission Uvision de la lgislation commu et le projet de loi qu'elle pro in gouvernement, relatifs la iiiin d'une Chartbre de Commer ilsdastrie et d'Agriculture. On ivcirtpsr la lecture de rrs pices, la question du relvement de M commerce, parce qu'elle est et irement lie avec celle du relve isi notre industrie et de nctre tiltnre, ut une flaire ti es com tt et qui doit tre conduite avec Jb!e tt esprit de suite, %  pourquoi rouspersons que parlement de l'Insuncium put i le devoir de s intresser, au {• WUeii :e n'est plcr, que celui lavis officiel qu'il a fait inarer dans les journaux du 17 cou Mb Dans la pense de Monsiear MeGaffle, l'Epargne publique ne trou verait aucun avantage daua nn titre qui ne rapporte que ^oo d'intr', parce que,dans un moment de goe, le porteur n'aurai' pas supporter moins de 10 /o d intrt 1 our avoir un prt con're le dpt de aon litre A ce compte, c• k cor atituerait pour loi une perte 1 o de 1 intrt rece voir de I Etst 8 4 'J 0,0 qui range rsieot le Capital. Actuellement nous dit le Ministre, le Trsor franais met des Bons amortissables dana M, 5 ou i) ans et rapportant (i 0/0 exempts d'Impts; avac cet avantage qu'er. cas de gne, le porteur pourra trouv r emprun ter de U Banque le Francs un taux d'intrt moitidie que celui qu il reoit, aaoa courir le risqua de com promettre le Capi'aL Le Mioiatie a donc trouv excs sive la taxe annuelle de £> centime 1 sur le capital, tant donn suite u que 1 intrt primitif rie ii a t rduit u tt q 16 ces titres suppor tent dj lea impts suivante : 1 1 0/0 de MU bre proiorlionne an uiomen de l'mission, U un dioit de transmission de 10 es 111 un impt de H) 0 0 eur les lu trt ."> eu 5 ') pou celui qui n %  vend pas — Et ce qui donnerac toi t tr-s 1 ne v centiusa dj petctji le Ministre, qoi voudrait voir i Etat ('c."i,(i lextrrple de la plus hante justice et du plus gand respect de aes actes, a penm' que vu que l'Etat na iamais excut la loi de t'. J -i relative i cet'e taxe de 25 centime %  • au regard des citres Me la bette la trieure, il est peu convenab'e qu 1 v e me ex ger cette 'axe aujourl hu apr* que le pub ic s dj contracta sur la foi des conditions exittantes, Imbu de justice et d'quit, le m ni "tre t rouve q e l'Etat,encore moin que e 1 ar iculier. ne doit pas ii.dui re 'e public en erreur, ne doit pas surprendre, en quelque sorte, ss bonne fol, et que le Pays qui est si dcri BOUS le rapport de la more lit devrait viter de se prter tou jours kux mmes reprochesLe Mi 1 i-'tre a donc pente qa en pare llea circonstances, il tsit du devoir du gouvernement de montrer qu'il rprouve ces sortes de mesure, en oidonoant de restituer ce qui s t p iu, 1 on 1 >is illgalement, il est viait mais loni avertistemenlIl estime que pour rester cors quent avec lui mme, l'Etat ne peur rait, tour au plus. qn'assj.miUr la nouvelle mesure, 1a loi en gnral, qol ne dispose qo oo'ur l'avenir. Haut le supprimer ultrieurement si elle es juge excessive. L Etat l donn cet exemple dajs l'applica lion de la loi sur l'impt sur le rve nu Si l'on ddvait profiter de tous les moyens pour quilibrer le budg.t ne arait1 pas plus commode pour l'Ltst de taxer arlritrwtment toutes tes fois qu'il y aurait dficit, sana tenir co.upte des consquences ? Mais Monsieur Me Ouflie est d opi nion qu il est prfrable d'imiter ceux qui dc'arent que ce qu'ils d sapproavjient nergiquement jadl • il est 1 1. 011 J : 1 ti %  n %  t >le qu'ils le pr conisent aujourd hui ; car si on ou vre la ; ou ces mesures on ne peut eosai e prvoir o elles pour raient tre pousses par s> s succs 8eur?. Eu • ff 1, I Etat doit aux intrts privt'd des gards et des mnage menta. Nous sommes heureux de t ou\oir transmettre aux lecteurs ces d'rle. ration de r.o re Ministre des Finan ces. Carnet mondain Les rceptions de Mme lohn H. Russell sont suspendues pendant la saison en cours ft d'iirip Un fniid prvoyant Un mdecin de KNf. "'h, dans le New-Jersey, le docteur A. Franck Hoffrcker, qoi tait mt in' d neorathnie, ae lit derr'-err'ent prsenter nn entrepreneur de pompes fnnhres dans on L'el d'Asburv Piik, Il prit Immdisleicsni avec loi toutes les dispositions pour ses funrailles, choisit son cercueil et lui recommanda son corps sur le tou de la plaisnntrie On le trouvi mort dans sa charnu hre le lendemain matin. H s'tait fait sauter cervtlle d une balle de revolver. Ses parents lui garderont-ils su mnins que ti/ie reconnaissance pour leur avoir rargn les formalits pnibi r B qui prcdent u; enterrement ? L'Histoire natarelle d Zant-Louit Coin re on suggrait au d recteur de Instruction pvbliqno dn ls ville de S Int Louis (Mipsour')d* doter d'un mo ton r t d'rn rorc le Jcrdiu zoolrigique rruniripel perce que de nombreux enMnt? n'avaient jamiia vu ces aoimaux il fit irterroger les lveb des coles pour Be rendre compte si laequieition en tait vraiment rcesfaire. Sur 5.270 enfants interrogs, 40 pour 103 n'avaient en effet jamais vu de mou'ons 17 pour ICO de porcs et 1S pour 100 de vaches. Edifi, le directeur ne poussa psa plus avant et fit commander nos col'ection complte d animaux de frrme. I ne association de chauffeur Les chaufieurs d'automobiles de New York viennent de se grouper eu une Acscciaiion qui por'era le nom de cSoc ety cf Frcleteiocal Autcmotive Er tireer. Ils ont fait cons* truire un immeub e qui leur servira de clrb er qoi corrprend une biblio thque, deux saiors.une salle msa ger. une piscine. 1 ne asile de gymnastique, une salle de billard et des chambres particu 1 res. L Associa ion mne une rsmoagns pour que le terme de cchauffeura EOit remplac parelui de Hutnrco tive ergmeer. l'un, comme les memb.es de cette •• • > % %  t u n ont une forte notion de la hirarchie sociale, ils ont dcid I unanimit de ne pas admettre les conducteurs de tsx'S parmi eux. Le polUemam humoriste Un policeman, qui tti c'uait, Long Islai.d City, une ronde dana le secteur dor.t il avait la surveillance, vit une lumre suspecte venin t d a bureanx de \ American I rVgilt Syndicale. Entrant aana huit, il trouva un cembrioleuroccup forcer lecc)ffre< fort. Le policeman, tenant le voleur sons la mrnece de son revolver, le fit d'ahoid cesser cet intressant travail et l'ohliget> ensuite tlphoner au plus p ochaio peste de poliCe pour (ii m nder que l'on envoyt immdiatement deux policemenpour l'arr'ar. Eu les at'enuant, le policeman et son prisonr ier s'insiallrent cor forts blement dans deux fauteuils le pre mier tenant le second en espeet par l'ugurrent muet, mais irrsistible, de son revolver Fuis, 6yai t remis son prisonnier II N mair s de ses collgues, le policercsn continus aa ronde avec ls eatulac ion devoir montr un humour digre de Metk Twein, dont U ddire tre giand admirateur, •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05911
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 23, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05911

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
,7m nnm No 60 O
PORT-U-PRIMCK | HiTl )
LUNDI 23 AVBIL 192
HiMUMIU.
bernent Magloirt
BO VlUNA
HK m ArsriseJos
OTlRO20CBNTWBS
Quotidien
TILIPBONI No'42
Ne nous lassons pas de
monter,,.'et de descendre :
il y a des misres h tous
les tagest
SEVIIINI

Ine Ecole de Commerce libre
i
M wbi les yeux le texte d'une
Mr adteste a Secrtaire d'Etat
Cvirmcrce pour l'informer d'un
Ht! de cration d'uoe Eccle libre
Commerce et solliciter cet eflet
ccDconn de ion dpa:terrent. Par
iaformations des joornai x, nous
M que ce projet est c' i l'initia
dt quelques hommes bor oub'es
tte desquels nous reltvors 1:
Ida 1res sympiih que co ai rr.tr
lao'iesmi fcdtUii i-.sti-e
M.ldonird Estve n'est pas seul:
't (ortmeiank de profession el
cmbilii; il a, de plus, le got,
imkIi voc'ioo, Jes choses du
ta-eice. On sait avec quel divoue
ni, que'.ie Ipret il a disput tt dis
M encor e a la n oit ce qui
Itde notre C h. mbre de Ce m mer
uue veiner an moment
ne. irori cruelle, c les
labres de Comme ne l srg if
Mititnent i Po t au Peiner.
Nccs pemcDs avec M Estve que
(iniie piotessiocnelle cemmer
iioutire dans sua recrutement
dfaut de prparation, s--ns li
tri les antres causes; et c'est pour
li. sans doute, tout en s'puisant
tfloits pour concervir ce qu'il
t des .ments du prsent, il
ii les regards sur l'avenir, afia
Il commerce haitien et ses int
lient ch nce de re mieux dten
sans 1 avenir qu ils ne le sont
i le piseut.
focs reproduirons, demain, le
H|e dn rapport de la Ce m mission
Uvision de la lgislation commu
et le projet de loi qu'elle pro
in gouvernement, relatifs la
iiiin d'une Chartbre de Commer
ilsdastrie et d'Agriculture. On
ivcirtpsr la lecture de rrs pices,
la question du relvement de
M commerce, parce qu'elle est et
irement lie avec celle du relve
isi notre industrie et de nctre
tiltnre, ut une flaire ti es com
tt et qui doit tre conduite avec
Jb!e tt esprit de suite,
pourquoi rouspersons que
parlement de l'Insuncium pu-
t i le devoir de s intresser, au
{ WUeii :e n'est plcr, que celui
s amis,
gnisation de 1 ens ignement
"Ut l (cial en Fraece a eu
consquence, i M point de vue,
wPnddv lopprment dt l'an
aeit commercial : lE'at, les
nei.U Chambre de Commer
* fourni_chacun sa ctnti.butior;
qn l'benreactcelle. familles.
".prtes jooni la ont littrale-
"e choix entre ULtd occasions
ai" .\eniei8"ement commer
I t- aroai pour lpondre
Z i D'c!,$it< Voici en simple
J' 7* i rentes (ormes Je CS-.-e
jwiiion de l'enseignement ce m
Uid. en vue de la profession
Kl *U/n ^"lier, et des
J" Professionnelles eu gnral,
dai .r#,n,is ''eosergnement se,
TaFcwl,n '10' ^grs, dont
|ffmelq,selonnoshs
l n.lynV bandonn avant
Priode convenable d'es-
\U uP,et "<* ne subven
?!ViU, dt Pis. Onypr:
...
rare l'Ecole Polytechnique, l'Eco
le centrale, aux fccoles des Arts.et-
tVtiers, l'admiss on l'Ecole des
fonts-er-Chaussep, a TFcole des
Hautes-Etudes con merciales.et ecfio
certains baccalau as. Vritable
cole de prparation
A.it de Chaptal i y a une Eco-
le commerciale spciale, essentielle
mect pratique, surveille et sou ru c
par la Chair be de cjmm rce d*
Paris, q i r o , ds 13g de 7 a s,
les e f ntsfxcu v ment os cr's
i la carrire commerciale et o la du
te des tudes est de 4 annes.
Enfin, un enseignement commer
cial spcial est oont gratuitement
Paris, dans tous les arrondissements,
aux jeunfs g ns et aux jmes filles
qu dsir.ot (ai e leur instruction
commccitle tout eu compltant leur
n tu t on gnrale.
Voil pour la prparation a la car
nre commerciale. En outre, il y a
l'institut commeicul, dont la dure
des tudes est de trois ans et c peu
vect entrer les lves de r) ans envi
roo sortant soit de Chap'al, son d
'cole commerciale communale*
Il y a encore l'Ecole des Hautes
E'ndes commerciales qui reoit des
jeunes gens de 16 ans et dontja dn*
re d's tudes est de deux annes- U
y a lieu d'ajouter que, dans ls pro
vince, il existe dej tablissements s
milaires correspondant cortains de
ces tablissements.
A considrer le vaste ensemb'e sur
lequel nous ne faisons que j ter na
coup d cul, le projet de M. hitve et
ses amis coDtrontr, nous le rptons,
on p-ob eme complexe et difficile :
rien de tout ce que nous venons d'
numrer n'exstant dans le pays, il y
a ainsi tout a (aire : enseignement
prparatoiie,enseigne ment suprieur.
La dcom nation d Ecole libre mii
qne dans 1*. prt) t en question cor
respondrsit ce que nous venons de
dire de renseignement commercial
giatnit qui se donne Paris et ses
divers arrondissements. Les cours
ont lieu l'apis*midi, de a i 4 heu*
tes. Lenseiguement comprend deux
degrs ,1e degr lra ntaire ( deux
annes dtudts ), et le drgi sup
rieur ( une anne ). Lenseignement
poite sur U langue franaise, l'a ru h
mtiqu-, la gographie, la comptt)
h t tt le do t commercial. A la fi
de la jsne anne, l'e re reoit, ap
examens, un certificat d'tudes com
merciales.
L'cco e pratique entretenue par ls
Ch mbre de Commerce a un pro
gramme plus vaste : langue (ranu
se, arithmtique, gjmt'ie, slgure,
comptabilit, droit commercial, calli
graphie, langues vivantes, h store
.commerciale, conomie politique,
physique, chimi*. d ssin. La dure
des tudes et de 4 annes. Comme
nous l'avons du, on y reoit Jej en
fants ds l'ge de 7 ans. D: plus, il y
a pour les adultes un cours du soir
gratuit el portant sur les mmes ma
tires qui sont l'objet des coara faits
1. joui-
le ne connais pas le plan d'ense
gnement du projet. Mais ce que je
viens de dire suffit pour (aire sentir
aux familles, i I l.t.t el aux Commu
ns, la ncessit d'une prparation
la carrire commeiciale et aussi la
nessit pour le Dpartement de
l'instruction publique de lier son ac.
lion celle sollicite dn Dpartement
^^
Viennent d'arriver
Vin en barrfque rouge et bane :
Vio (D caisse :
Graves
Mdoc
Rafardm
Vieux-Chapelain
Grand Seigneur
de la maison A. Dlor A Cie Bordeaux
En vente eh* z :
L PfiEETZM&NN-AQGGERHOLH
de Corrmerce, pour aider 1 l'in
tiative goiruse et civilisatrice de
promoteurs d'une Ecole Ha renne de
commerce* Tachons donc de ne pas
rester en srrire et en retard sur
fout
U lait .oieiie te
Unie par
"~ lars
.8 f
Nous avons eu l'occasion rencoo
trer Mr stc-Oofus, qui nous a don*
n des explication) suivantes, au
sujet dt> lavis officiel qu'il a fait in-
arer dans les journaux du 17 cou
Mb
Dans la pense de Monsiear Me-
Gaffle, l'Epargne publique ne trou
verait aucun avantage daua nn titre
qui ne rapporte que ^oo d'intr',
parce que,dans un moment de goe,
le porteur n'aurai' pas supporter
moins de 10 /o d intrt 1 our avoir
un prt con're le dpt de aon litre
A ce compte, c k cor atituerait pour
loi une perte 1 o de 1 intrt rece
voir de I Etst 8 4 'J 0,0 qui range
rsieot le Capital.
Actuellement nous dit le Ministre,
le Trsor franais met des Bons
amortissables dana M, 5 ou i) ans et
rapportant (i 0/0 exempts d'Impts;
avac cet avantage qu'er. cas de gne,
le porteur pourra trouv r emprun
ter de U Banque le Francs un
taux d'intrt moitidie que celui qu il
reoit, aaoa courir le risqua de com
promettre le Capi'aL
Le Mioiatie a donc trouv excs
sive la taxe annuelle de > centime 1
sur le capital, tant donn suite u
que 1 intrt primitif rie ii a t
rduit u tt q 16 ces titres suppor
tent dj lea impts suivante :
. 1 1 0/0 de mu bre proiorlionne
an uiomen de l'mission,
U un dioit de transmission de
10 es
111 un impt de H) 0 0 eur les lu
trt ."> eu 5 ') pou celui qui n
vend pas Et ce qui donnerac toi
t tr-s 1 ne v .:. 95 sj pour l'acbeteur qui envnj
grait un p'acement 9 0/0.
La ce qui s trait su rembourse
tueit des > centiusa dj petctji
le Ministre, qoi voudrait voir i Etat
('c."i,(i lextrrple de la plus hante
justice et du plus gand respect de
aes actes, a penm' que vu que l'Etat
na iamais excut la loi de t'. j -i
relative i cet'e taxe de 25 centime
au regard des citres Me la bette la
trieure, il est peu convenab'e qu 1
v e me ex ger cette 'axe aujourl hu .
apr* que le pub ic s dj contracta
sur la foi des conditions exittantes,
Imbu de justice et d'quit, le m
ni"tretrouve q e l'Etat,encore moin
que e 1 ar iculier. ne doit pas ii.dui
re 'e public en erreur, ne doit pas
surprendre, en quelque sorte, ss
bonne fol, et que le Pays qui est si
dcri bous le rapport de la more
lit devrait viter de se prter tou
jours kux mmes reproches- Le Mi
1 i-'tre a donc pente qa en pare llea
circonstances, il tsit du devoir du
gouvernement de montrer qu'il
rprouve ces sortes de mesure, en
oidonoant de restituer ce qui s t
p iu, 1 on 1 >is illgalement, il est
viait mais loni avertistemenl-
Il estime que pour rester cors
quent avec lui mme, l'Etat ne peur
rait, tour au plus. qn'assj.miUr la
nouvelle mesure, 1a loi en gnral,
qol ne dispose qo oo'ur l'avenir.
Haut le supprimer ultrieurement
si elle es juge excessive. L Etat l
donn cet exemple dajs l'applica
lion de la loi sur l'impt sur le rve
nu
Si l'on ddvait profiter de tous les
moyens pour quilibrer le budg.t
ne arait-1 pas plus commode pour
l'Ltst de taxer arlritrwtment toutes
tes fois qu'il y aurait dficit, sana
tenir co.upte des consquences ?
Mais Monsieur Me Ouflie est d opi
nion qu il est prfrable d'imiter
ceux qui dc'arent que ce qu'ils d
sapproavjient nergiquement jadl
il est 1 1. 011 j : 1 ti n t >le qu'ils le pr
conisent aujourd hui ; car si on ou
vre la ; ou ces mesures on ne
peut eosai e prvoir o elles pour
raient tre pousses par s> s succs
8eur?.
Eu ff 1, I Etat doit aux intrts
privt'd des gards et des mnage
menta.
Nous sommes heureux de t ou\oir
transmettre aux lecteurs ces d'rle.
ration de r.o re Ministre des Finan
ces.
Carnet mondain
Les rceptions de Mme lohn H.
Russell sont suspendues pendant la
saison en cours
ft d'iirip
Un fni- id prvoyant
Un mdecin de KNf. "'h, dans le
New-Jersey, le docteur A. Franck
Hoffrcker, qoi tait mt in' d neo-
rathnie, ae lit derr'-err'ent pr-
senter nn entrepreneur de pompes
fnnhres dans on L'el d'Asburv
Piik,
Il prit Immdisleicsni avec loi
. toutes les dispositions pour ses fu-
nrailles, choisit son cercueil et lui
recommanda son corps sur le tou
de la plaisnntrie
On le trouvi mort dans sa charnu
hre le lendemain matin. H s'tait
fait sauter cervtlle d une balle de
revolver.
Ses parents lui garderont-ils su
mnins que ti/ie reconnaissance pour
leur avoir rargn les formalits
pnibirB qui prcdent u; enterre-
ment ?
L'Histoire natarelle d Zant-Louit
Coin re on suggrait au d recteur
de Instruction pvbliqno dn ls ville
de S Int Louis (Mipsour')d* doter
d'un mo ton r t d'rn rorc le Jcrdiu
zoolrigique rruniripel perce que de
nombreux enMnt? n'avaient jamiia
vu ces aoimaux il fit irterroger les
lveb des coles pour Be rendre
compte si laequieition en tait vrai-
ment rcesfaire.
Sur 5.270 enfants interrogs, 40
pour 103 n'avaient en effet jamais
vu de mou'ons 17 pour ICO de porcs
et 1S pour 100 de vaches.
Edifi, le directeur ne poussa psa
plus avant et fit commander nos
col'ection complte d animaux de
frrme.
I ne association de chauffeur
Les chaufieurs d'automobiles de
New York viennent de se grouper eu
une Acscciaiion qui por'era le nom
de cSoc ety cf Frcleteiocal Autcmo-
tive Er tireer- . Ils ont fait cons*
truire un immeub e qui leur servira
de clrb er qoi corrprend une biblio
thque, deux saiors.une salle msa
ger. une piscine. 1 ne asile de gym-
nastique, une salle de billard et des
chambres particu1 res.
L Associa ion mne une rsmoagns
pour que le terme de cchauffeura
EOit remplac pa- relui de Hutnrco
tive ergmeer. l'un, comme les
memb.es de cette > tu n ont
une forte notion de la hirarchie
sociale, ils ont dcid I unanimit
de ne pas admettre les conducteurs
de tsx'S parmi eux.
Le polUemam humoriste
Un policeman, qui tti c'uait,
Long Islai.d City, une ronde dana
le secteur dor.t il avait la surveil-
lance, vit une lumre suspecte ve-
nin t d a bureanx de \ American
I rVgilt Syndicale.
Entrant aana huit, il trouva un
cembrioleuroccup forcer lecc)ffre<
fort. Le policeman, tenant le voleur
sons la mrnece de son revolver, le
fit d'ahoid cesser cet intressant
travail et l'ohliget> ensuite tlpho-
ner au plus p ochaio peste de poli-
Ce pour (ii m nder que l'on envoyt
immdiatement deux policemenpour
l'arr'ar.
Eu les at'enuant, le policeman et
son prisonr ier s'insiallrent cor forts
blement dans deux fauteuils le pre
mier tenant le second en espeet par
l'ugurrent muet, mais irrsistible,
de son revolver
Fuis, 6yai t remis son prisonnier
II n mair s de ses collgues, le poli-
cercsn continus aa ronde avec ls
eatulac ion devoir montr un hu-
mour digre de Metk Twein, dont U
ddire tre giand admirateur,


LL MATIN

i Son nom de jeune /j/J
Une jeuue femme qui travaillait
dans oae exploitation agricole, m
rendit la fia de la semaine an bu-
reau dn directeur pour recevoir le
alaire qui lui tait d.
Comme elle ne savait pas crire,
elle avait; 1 habitude de ligner on
reca par une croix. Mais, cette fois,
elle traa un cercle.
Qu'est-ce qui voas prend, Lin*.
da f demanda le directeur? l'oarquoi
ne faites vous pas une eroix com-
me d'habitude ?
Pourquoi f expliqua Linda
avec candeur, mais parce que je me
anis marie nier et que | ai done
bang de nom,
Chicago bat tous les records...
A Chicago, ville de 2,701,000 habi-
tants, duraat les vingt quatre prat
miera jour au mois de janvier, les
autos ont tu quarante pitons.
Dans quatorze autres villes dea
Etats Uni, Habites par 4,15.1,000
mes, les automobilistes n'ont rus-
si a craser duraut le mme laps
de temps, que treute quatre pirttoos.
c Chicago est la vraie ville de l'a.
veuir , lemarquent tes journaux
amricaine ..
Un stade de trois millions de dollars
Le m'i6 avril ara un grand jour
dans les annales du baseball ; on
ftera louveiture du grand stade d j
basb-ball du monde par un grand
match entre les Yatkee, champions
de 1 A ueucau League, al le Boston
Red Sox.
Le nouveau stade, situ i la sortie
nord de New Voik, autre la 157s et
la 101e rue, epoai tient aux Yankees,
75,000 spectatuis pounont y trou-
ver place ds ce.te saisou; mais on
B prvu des agrandissements pour
les aaisous piochmes.
Les MU:, histoires
y, Tout arrive,*, du moins ea Ainm^uc.
5 L'a cis de rOsurieeuon extraordinaire a t
constat* SUBiBSmtBI dans une maternit de
Ncw-ok.
Une jeune tntol ayant mis au raunJt deux
jumeaux, oa s'apu^ut que l*ua deux tait mort.
Le cui ne IniUil plus et les pointons a'rncu-
aient aucun mouvement respiratoire. Au mot l
mdecin atcoudieur injtcu au mort-n un* sclil-
tioa a bas d adrnaline et presque instantanment
le bcmb du petit flmlrhwln se mit a battre,
ti.es massages, friction, I oxrgcue achevrent
Fueuvrc de resuirccon et aujourd hui, paraii-il,
le petit < mort se porte lies bien 1
1^Ce sont, du moins, les 'journaux d'Amrique
oui relaient ainsi l'affaire.
.AUBE

[e crois qu'a l'instant bref o l'Amour nat
dans lame
A/ant que notre cieur, lui-im-m* ait frisson-
n
Quelque hese, un rayon, une toile, une riamme.
Doit passet dans les yeux disant ; L'Amour est n.
Car les yeux savent trop ce que I ame recle.
Ils connaissent eus seuls les laits inaperus,
Et c'est pourquoi d'. bord brille au iond des pru-
I nellc
L'Annonciation que l'Amour est coo^u.
Et moi, qui, si souvent, le soir, a ma lenetre
Contemple a 1 horizon .'e doux tressaillement
Clui me dit qu'au lointain une Ltoile va naitre
lit qui souus joyeu* a cet entanierament
Je soutire de n avoir pas vu dans l'onde double
i>e tes yeux sans moi, la timide lueur
Oui m'aurait dir, avaut inCnie que tu te lioubles,
Que l'Amour noire Amour tait n dans
on coiur ?
EesFiaaailldsddRomuIus
Un puolic distingu ou se rencontraient des
Personnalits de tous ordres assistait samedi la
rois.amc rtprtMnuuoa de la comdie locale
Les luD^iiiles du Uomulus Ce tut un joli
succcs. Les acteurs ont rempli leurs rles avec
beaucoup de naturel mettant ea relief les prin-
cipales Ktiics comiques de la pice qui a t
trs applaudie.
'kNcrologie
2 Les funrailles de Mlle i. min Uouchereau d
cde ce matin auront lieu cet aprs-midi en
l'fcglise Mtropolitaine.
K.U la part de Mme Vve liubttt Mortes, de
ses entants et de tou: les Mirai parents.
Hier ont eu lieu les funrailles de Mr lien
ti Issel dcd l'ge de 04 ans Mr Issel tait
trs estim la capitale.
I.Condo.an.es aux familial prouves.

Nestor leliu
^Le tailleur bien connu, in/onne sa
nombreuse clientle que, d* rittur de
VEtranger, il es tient d sa disposition
pour toutts sort H de traceaux relevant
de ta pro [est ion.
^iSoin, Klf,me<; promptitude.
Jiue des Mirade* prs du Bureau du
Journal tk. Miser
I Ve-rr-M Vnnee l$ $4 HvrtQ (ggB
Nouvelles Etrangres
Branee et Grande
Bretagne
LONDRES 22 -La question de
l'occupation de la Rhur i t sole
ve i la Chambre des Lords par loid
Buckmastet, membre du parti libral
qui a vivement critiqu le gouverne
ment et demand qa'il prenne une
attitude plus ferme rgatd de la
France. Loid Curzon a rpondu au
nom du gouvernement et pissant e i
revue la situation a dclar que l.MIe
magne avait montr une forte r ni
tance qui a surpris tout le moni.v
Lord Curcon s est vivement oppoi
au retrait des troup;s britanniques
de l occupation, retrait qui jetterait
le dsarroi parmi les allis de la Gran
dt, Bretagne.
Reconnaissant que le monde se-
tait rarement trouv en prsence d'a-
ce situation plus difficile, le secttai
re duForeigaO.'ce a dit que les difli
cu.ts provenaient de savoir qui fe-
r.it la premire avancd E ant donn
la rpugnance de l'Allemagne fixer
la somme dficiiive quelle tait pr
te payer, il pense, si elle prouvait
sa bonne volont en laissant le soin
d'tablir la somme a ceux qui en
sont chargs et qu'en mme temps
elle offrirait dey garanties srieuses
pour les pa.ements successifs, on
pourrait arriver une eatente C'est
en substance le conseil qu'il n'a ces-
s de donaer au gouvernement aile
mand. Le secrtaire a ritr que le
principe essentiel de la politique b.
tanmque tait Je maintenir l'entente
avec la France, car c'est seulemeat
sur cette base qu'il sera possible de
rtablir l'quilibre eu aturope
La situation
Mulhein
MUL.HE1N 23 A-is avoir t
terrorise pendant j jours par fescom
munis es, la ville est de nouveau
sous le contrle des autonts ail?
mandes constitues par joo tgents
de police et fonctionnaires de la v Le
qui taient assigs dans Ktihaus
sont sortis dam; cette grande forte-
resse, ont ar.c.les assigeants ainsi
que 30 de l;urs chefs, l un d'eux
nomm Kunter a t, dit on, chef l
volutioanaire a Kiel en 191 *, il a op
pos une vive tsistance et a t gn
venue 1 bless. La liste des victimes
de la rsistance des d 0.dress e-
vait 6 morts et 70 blesss, dont
quelques-uns sont en danger il
mort.
La Question
de sucre
Washington 20 Les effets
des dmaiches du gouvernement a tin
d empcher les spculations des bour
ses de cals tt de sucres New Yoik
a continu i se faire sentir sur le
prix du suc e biut, hii Un peu avant
le nouvel acte du gouvernement les
ratii eurs offiaient 9 17 la hv.t pou-
le sucre biut de Cuba. Un laffi .eur
a pu se procurer 22,100 sacs i 6 cts
1/8 soit une diminution de }/6 de
cts par livre.
Une entente
possible
BERLIN 21 Dans les milieux cf
ti.iels, on se montre visiblement satis
fait du discours prononc hier la
chambie des lords par lord Cuizon,
secrtaire du Fore gn O.fice. Le chin
ce lier Cuno et von Rgzenberg, minis
tre des attire: et ange es, sabst.en
nent de commenter avant d'avoir le
texte officiel du discours, mais les
puncipaux chets du groupe du Weichi
tad sont coavaincus que les dclara
tons de Loid Curzon vont faciliter
la solution de la question de la Rbjr,
Ce discouis, dit le c Worvaeits *,pra
duira certainement une profond: in
pression en Allemagne et probable
ment aussi en Fiance L Angleterre,
si elle veut, peut exercer une intlaen
ce pour qu on arrive i une solution
satisfaisante pour les milieux cono
nuques de la France tt supportable
pour l'Allemage. Le Worwaerts ter
mine en exprimant l'espoir que le
gouvernement allemand ?era bientt
une offre dfinie pour les rparations.
Le Tagcblatt donne l'impression quil
est possible de 'entendre sur les bi
ses qu'il expos?.
Entre Cardinaux
ORLEANS il- L: cardinal Ton*
cher, dans une lettre publie aujour
d nui, rpond aux critiques alternai
des sur l'o:cupation de U Rhur et le
trait de Versailles propages par le
cardinal Schulte de Cologne par le 1
tremise d'un purnal catholique. Il a
dclar que s'il recevait de nou eaux
exemplaires de celte publication, 1
les retournerait. Lecaidinal Toucht
a adress la dfense des actes de la
France aa cardinal Schulte et aux
vques de Mansier, de Paderborn
Nouvelle
confrence
GINkVfi 2; Ismet Pa.ha et Ri
zagoi Bey les deux principaux dl
gu-i turcs, son: arriver aujourd'hui
i Liusa'ine pour participer a la cou
trence de la paix qui eommeac ra
lundi Monsieur Grty, ministre des
Etats Unis en Suisse, s occuper pro
visoirement des iutrts amricains a
Ginv.' Le giural ,Pelle, reprseu
tant la F.ance et si Hrace Ram
bold, reprentint 1'Angieterre, ve
nant de Cous autiuople, sont atten
dus ici.
Nouvelles ^Diverses
PARI> 20 Le prsident di con
seil et Mme Poincar ont donn un
djeuner en 1 honneur de Mr vVii-
liams Guthrie, prside t de l'Associa
tion du bareau deNcwYjik. M
Guthr e A la runion fianco-amn
came a t reu par Mr Brard, mi
nistre des Beaux-Aits Le parti socia
liste franais et lO.nmuoiste, d'aprs
une dclaration du parti o::al s'.e
publie par le Populaire parti socia
liste franais rpud e tout rapport
avec les communistes et refuse d'en
gag r une action commune avec eux.
LONDRES 20 Pour la premier*
fois depuis sa fondation la chambre
des communes a discut un pro|et
de loi sur la prohib.ton et repouss
ce projet sa 2me lecture par 2;6
voix contre 14.
PARIS 20 Le gnral Gouraui
a accep. l'invitation de la 42me di
vision d'pssister son assemble an
nnelle i Iadianapolis ci juillet pro
chaio. Le gn.al compte s'embar-
quer pour les Etats Unis vers la fin
de Juin.
Un service funbie selon !a rite
Shinto a en lien l'ambassade du Ja
pon en l'honneur du prince Kitashi-
rakawa rcemment lue dans un acci
dent d automobile prs de Bernay et
dont le cotps se a transfr i Mar
seule pour .re place bord du va
peur japonais c Kitan^maru >
SAL1CHEPREY 20 Salich-prey,
enJrotram: o le rgiment d ira
fan'.eried: Conneciicut, aid d'autres
lments de la 26me divi ion a bat
tu 3000 so dais allemands les 20 et
21 Avril 1918 a t la scne d'une
cimome commmoiative avec la
patticipaiioo amricaine. L: gouver
uement Iempleton, du Connecticut,
tait reprsent par Mr D dwell de'
Htrifourd Les reprsentants du mi-
nist:e de la guerre et du dpa-t'ment
de la M:use et d'. la Moe le et de
tonbreuses personnes venant de
Toul assistaient cette crmonie
vVIESBADSN 21- Le prine voa
kii'ifeld Wtldembjrg ancien haut*
commissaire a'.kmand en Rhnanie
dont le quartier gnral tait Co
blentz, pos'.e qui a t aboli par la
commission iateiallie d: Rhnanie
au commencement de la semaine, a
quitt auiourdhui le territoire occu
p pour Francfort Sm voy.ge, effec
tu en automobile depuis Coblentz
s est pass s tus incident.
PARIS 11 L'avance de 60 mil
lions de livres sterling consentie par
"a banque d Angleterre la banque
de France le 25 avril 1916, venant A
chance cette aune sera rembourse
au moyen de versements rpartis sur
MALADIES de la FftLDU
APHLOINE
coitre let
Irrgularit et douloureuae*
mernlriiellM, Congeatlon
fonctio,
c orgnt|
Hmorragie*. Varices. Hmorrode
Mtrltea. Age critique. Vertige. ,uj
cation. Formation de la Jeune Fin
Laboratoires TRCUETTE-PERRET. 15. In >tt IrmiiIm-In.utlnels, PARS (p^
une priode de 7 anies. Un ac.j d
vient d'tre cosclu k ce sujet entre
les reprsentants les 2 bin iue? et les
minires des finances des 2 ptys L?v
ngoc'atioc? qui duraient depiis n'a
sieurs semaines ont t conduite*
dans 1 esprit le plus cordial.
Le coips du prince japonais Kitahi
ra-Kiwa. rcemn'nt tu dans ua t<
citle U d'automob le a t transport
de t'anbissale du lapon i la gare de
Lyon, d'o il partira ce soir poir
Maiseille. Une garde d honneur, co n
pose d'o(h:iers jiponiis, accompa
goera le ro-p; jusqu' Marseille o il
sera embarqu sur un navire japo
nais.
Les m lirai de coutu-e de Pari,
dont les employs son, en |grve de
puis deux semuus, ont dcid de
dc'aier le lockoat > partir de lund*.
La situation
au Maroc
U 1 communiqu officiel de Ribat
(M roc) donne quelques dtails sur
les oprations militaires excutes
con re les tribus de la lg on de Taza
depuis le 12 avril. L'artillerie atiai
arop'aaes sont utiliss par les tro t
pei dans leur offensive qui se dve
loppe videmment sur une vas e
chelle. Noire offensive dans la r
gion tourmente des BeniOurains.
se dveloppa favorab emen Mi'g'
les dif ults du terrain et la rs stan
ce acharne de l'ennemi dans les hiu
tes montagnes, le terrain d rempi
par les pluies con iuudles, n 0 t pu
arrt nos troupes qui ont captnr
Bikin le ij avril Aprs un violent
combat le 17 avril, l'ennemi s'ta.it
regroup au sud de Be k n le ha de
r*tre artillerie le dispersa. Il s'.'ntuit
a ors vers Knouassen o il se :e'or
ma le lendemain.Mes aviateurs boin
bardrent le nouveau camp ennemi,
les rebelles se dispersrent et beau
coup retournrent chez eux- D;ns la
rgion, au sud de Taza, les op i
tions se dveloppent aussi dans de
bonoes conditions- Les premiers r
sultats ne perm-ttent pas de tirer
une conclusion dfinitive mais Ui
montrent une prparation sneu -
de l'offensive et l'endurance migm
que de nos troupes.
Les Cours
NEW YORK 2. Fr;nc /50a
^^^ Sterling 4*>;6
lsaac Dishy
1738 *gni Courbe
Chapeaux de Paille pour
hommes des plus dlgarvs 2
et 4 Dollars.
PROFITEZ :
Ee Minire
Li Ministra Boacliareao u
alite bps ionrs damiers w>
rtabli. Sas ooabmit
prendront avec beancino
faction eette aonvelle
Nous lui soohaitoniMi
rtablissement.
t
Mr David Boi
Sameliest entr Porta
Mr David Borges qni tai'u,
Camagoey depuis Novembre!
Sas nombreux amis 1
avec plaisir.
Le Ministre
toml
Nous avons t hsartti
voir notre ami ibirlet Fol,
ber;taire d'Etat de I lntrisar
Travaux Publics qui avait d 1
la cbsmbre la suite d'uni eaL
il s tait dmis 1s poignet dni|
Le ministre a pu repreodni
di ses occupations dans lui
monts dont il a la direction.
N )in Ini renouveloQi non
ihies.
American Ghai
0/ Co/nmerci!
NOTICE
Tha first nnating 3f tbeai
Cbamber of Commerce ofUtAill
at the iieadiiuartera ofthsl
on Apil "AI th unnnnouilT 1
Conatitotion and Hy-Lawa ai 1
ted by tna Board of Oireoton,
Tha American Chambar of !
merca of the United Sutai H
rica lias already acceptadtst)
organization of the Amenait
ber of Commarce of Hsiti, udj
accept tins Cnambar to miassl
00 receipt of tria ConstitaboaI
By-Laws which were fori
the S S Griatobal on Saurday.
The S.'cretary reportedtoMj
ting an active memberilini
and Atsocia'ed membanbip
Amricain Chambar of1
of Hsiti*
Empresa iVffl
de Cuba
Le steamer Habana sera i
au Prince, le 30 courant et
la mme jour destination tl
tiago de Cuba et la Havanc.i
du fret et das passagre p -1
deux ports.
Djmiodei! da plus amplaii
tions l'agent. ...
Vorlau Prinei,leiAvn}\
L Preetzmain A^Wti
Liuidationsun loi ^ ^arefy
1 dises diver*
Chez
Paul E- jtadL
Rues lraversire$du Magasin de***
Afin de faire de la place aux nouveaux arrivages. noV
oos demain, celle vente au rabais; vtnea prendre, car
regardons pas aux prix. jJ
Ktoftcs blanches pour robes et caleon, Drill kakis jaune
Mieuoie manne, Serge coton, marine pour jupes, ^apeajixj
le et La Violette Par.s.ohaussttes et Baa ordinairei. Fil pojT3
Uautons mtal pour col et poitrneU, Chaussures damai, mjj
aimes, cbemises couleurs pour homme, Mouafe" j
Heur etc.
C'est intressant
f
isL. .


LE MATIN
>ande LoUtie
de La Havane
Oroslot 100.c dollars
b . .mgteurs lont iDfornrs de
hirive t% H"*' roor le tirr*
E;' \ ifiri coul
Tfli o coulant
T(" Carlos A CAST1LLG
Rce fcci.e Foi
ASTHME
Oppmtion, Cittrrkt,
Suffocation,
Tiux neromii.
n*rUo rtalAf par
CI6ARETTES CLRY
L POUDRE CLERY
> CLBHY, M, Boml It-Mri, ;
IJSic&dtF. A, Ciririo & Sosa
kInb!ie (? 1904
|a Rrc'oiStr 1
INLW-TOFK, WS.
Cuir et Peaux
S vttuits :
NGBILISKID RIX CUF
JCR7IS DES rimi et
VoUmiades
Produits ^Alimentaires
Gfr: IFAMlltV,
fitn' Eidasif put Hsiti
PoK-inriiice'j
APCFINIZ L ANGLAIS IN
lElafcnt UM.nUes psi J01 r
lu srefstieor intiltatfcN)ruipre
\n\t iffi qcelqoes leeca*. Stn
.punit par faut-
t uNivERSAL nttirruit
|9) 83 W. 1(8 N*tt*ircrfk
KsiTS paor rnnBeignmenl
'NOUVEAUX ALAMBICS
tu KITOIJS MCTVm I
LM l*UX CI Vit,
MtUMI, AlcOOkl, (M
DEROYFILSAfl]
H, nu m T
i_s Tmr uluitiiI
Coir.muniqu
hnmi%giof> Cad a s
toile Central* G
* fraie de la Repu
Jwque.
Cadastre Uri ein
Rstt?Hirri,i0D 'ffoo4 les pro
* Ter ti locataires dis rraiione
tas...? cn!"">ae ds Port sa
?SKcwonl ,e 20 d# c !
"la Ville de PoiUaPriocet
-La Zone Nord
-Ls Zone Sari
rM?1;01"1 ,0Dt dpsilsgse
JJ Joe DsDis Deetoucbes ci-
Wn ?e, l?v ttmtZl8 RI6 de dmsrcslion
Ut 11 CctlDne de Ption
fmei ....8troa' ec otre, prsti
"Mr1nce.'lel8tTrillt98
,-.-* eahres
fe ELKJ D NARCIiSE
fc?u H1PJOLYTE
JOSEPH LANOUK
11
The Charles fi.Prown Pain! Company
Brookya New- York
in. *J^1""l Jhj r*****, m la qualit i. le ^ poimm
hJLh""ut'Pti1 "'- '." *S < public *
AS ^Iwr cWAife Leadin OU, et .WhL* 7?nr OU, J d "oren, ra*
Elle, consent leur, hH.mttu cuUur. datant Pl..ier.,JeT !
THlCHARlfciM ROWKPAINT LOMt*-, l i
BRCKLYN NIW YORK
Geo. JElNSEiiE,
agent Exclus*j pour liaitl
Fulf on Shoe Polis h
Company Inc.
J\ewm York
Si va; vj ilt{ b tHgf lipju U jj, cj tmu rcs
S vous vouk{ avoir un brillant luissant et dut u bit
Si vous voulez la couleur et la soupl ne * en
rbautsurti pendant kwgklt*Ps, employez la marque
MONOGRAM.
habnque spcialement pour les James et les gentlemen du h$nb l*
Elle protge la peau des chaussures cont Mlle l entretient leur soubksse et conserve leur brillant
Demande^ la marque MONOGRAM c eit la meilleur de trutes 'le; marquis
Geo. JKiSSKME
Agent pour Haili
Royal Mai! Steam
Packet Company
Notre steamer "Riposto* venant f*
ports du Sud est attendu ici, le 2H
avril courant.
U prendra le fit pour les ports du
Nord et l Europe.
Po/l au Pr rce, le 19 Avril im
Roberls DuUon&C\lnc
Gnral Agents
ri
Pharmacie F. Sjourn
Donne avis sa clientle, aux mdecii s et au publie qu'elle a
Irapisorm son Laboratoire d'Urologie en un Laboratoire de
biologie appliqu sous la Direction du
Dr Ricot et F. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tous ies jours de 7 bres du matin i t
neurea du soir pour toutes les recherches et analyses prvues dai
l'annonce ci jointe, saut pour le
Wasssrmann et ia constante Uie Secret 4. h
Saront reues que le mardi d( chaque sema:ne.
S'adret^r ia Pharmr.cie pouilea renseigaeineuL**
inalyes d'urines et6'uc gastrique,
Haction de Wassern an i
Bsactiou de I riboul ",
Examen du sang et du pus
Examen des matires |>cales.
xamen de craehat^*
dlbumino raetnr
Constante L'ro Secrtatr
Hsx*ereto dt&Spxrohtes 9imCotdi noccoqu^ tict c
hmd Pi; Cprpop?li
Lobri aliog Oi! Cras
Huiles H Graisses
Prix et qualits defiatil
toute concurrence
Lon 11 Thband
r
/ gect p ur U:lti
Lehn & Finli. lut
Supriorit
Fonde en i&'Q]
Bas prii PrompfitH la
'l'ovj produit.' ei)imkt>ie>i, ph cnih eutK|ues at tn'ni ar'.dea ven
dahlas dans une pharmacie.
lU'H KS. Poivre. Cmnella, Qiroile, 4ni< toile, \iuatJe Je, etc
SUCRE RAFFINE
SPECIALITE; Marqj* prive Lyso! i "sinfectant, Paitumene,
Articles pour bartiieis. Bay Ruir, (.1 ocolat en psaud e. riuils 4e
foie de Mcrue mulsion Co'd Oearr. I* lai s poar fa ra es*ens)ei
et eai de luilette, F. - de Q ilaiae, Poudre non re ls ir *kis Salu
lion pour cone ver les cela iris, Lut de Mag'taie, l'oud/e
suprieure pour la loilc.le des er faiiis. frit* ce de Heur. Eaa
de Floride, Miel jour la ItW, Ao lefde. Il il3 d'Oae
Jioar ls !b' , !i '-HH-; dent-, P pennin Ha le pour e&awrfi
es KousHquei et kuTpp nfcc'es, Rcgu M Huile coctre con tipiflos
roublsa des intes'ins ebrotiqufs T')^, C r<> pool les pnrqaeti, Comeee)
qaes, Btiilra, Epica, Nircpa divers riQlurta diveraes, Viua tic, erc, e%i
Demaolule raialo^ue rire ipAeislits.
Cooflant vus coxuaandis a I.KilN & FiNK, Inc; vo'j rut abaolawot
satisfait.s
Toutes le toores obarmaciea da paya e'anproviaionoent cb c LFflN
ftElNK lac
Lon U. Ihbaud
Agent excluait peur l'ail)
VVILSO^ & Co
CHICAGO, 1LLS
Vlantyue pure Lard
mantyue de famille
Beurre wilsco
Huile de Coton
mess pork
Clear Pork
DoHif Sal etc.
Demandez les Produit de
Hilnon $ Co, Ils sont irr-
prochables.
Lon R. if ('liJiinl
Agent ko1u.U pcr HaLi

Pharmacie W.Bueh
/fflfH par ks dernias la'eaiu :
Auimata, pour letniUni nt Htoplcttt du Dr Wmsamann jour letraiii entde la fur*-
rulorr.
Comprit* et et amptu'cs S'annoxyle poar le traiUmemenl de lu
bus\)n Mlost.
Umatognt, Marque \tou*Ut le/luron 1 (lO'ir'ee
Ethulsioi', Marque, MoutVe le flacon S gourdes
Huile grue en A ru pou Us injectables tJg g.
Iedol V tel en ampoule.
(ilobules I aud- BuHitu II UU, LaHo' Bo ivtrd, Arhal.
Movue de Glyesnn iao-m. Unie et fou de Ouiwne rSnmmd
Lamm Alcool. HetUons en verres et Captithi m pw^efa
pour Libcrateire
P*e LU
Ceinture ahimmimmki et rrr.jjdWili en nnou^howe
Gratis de jardinage, PoVaise et Phosphates pour enaffrt chimi
m
?
% .,^. WiHiiXrfws^.sj,,^, -,.,.;^
. .^^_
-*.-%. \

S


All


.
\
ff i y 11
tv.....
Poudre
Idale

Beaut
du Teint

TEINDELYS
impalpable, adhrente, d'un parfum
dlicat, conserve la fracheur de la
jeunesse, embellit, efface les rides

donne un teint de lys
Poudre Tftn'1''l>k blanche f.i t rote iwiurfl, roie pour brune
rcbtl cUir. cilif M.Mi. i'. jeiDC Tcindel)
- Pwl OU lub '<$%. Bain
Trlnrlny Elu Tunrtel
l'i Ttindei* Si ion Teindei)
tira(touiei itinif . s ', *'
Aucun envoi contre tanouritmrtu
R OBJLXDtJ MAGASINS
M
ARYS
3. kue de la Paix. PARIS
ViiIU t tt liDual igiiil gfaraai, 1720 Hua du Mageirfn da 1 Eut
PEAUX !
CHAPEAUX!
L maison !l.SlL,VEiU
vieil l de recevoir d'Ha-
lte par les derniers slea
mers des chapeaux de
de paille fine de (oues
les qj3ilils.
Sise Rue Bonne Foi Ao
4l'booneurd'iaferioer le pulli:, et pyriiculiervimenl a nom
bicu5i el fi l'e clientle, lani de li Ca n'arque le* autrailvillesde
Ja IVc-vine-r qu'e'la i a t'uellemenl en stock un assortimentjzomplei
d'artirlesde Lo \ nniequ'J'e vend un prix dLnl lome con
cnrrtnre: Pet letouU'l couleurs et de tojlos quai.t, chue, tl
ItLS, lanit, iOUlhoue, aie, e'c, Jiatkmn Singer et aiguiUee
pourniaelwc-'
La Maison premat surtout sa elienttla de la Province, une
prorapie axouboa et do la e^'rit dans les commandas qa'elle.vou
r\ Lien lui contier.
En uehors des ai'icle9 df cordouiijiie la maison offre es ofcen/a
de* tles en aciei pour portes el cloua pointes de Paris toutes dimen
EN T07::Z SAISON
ftfila !) l:h'%r. dfj VOS
:;:GiilB
l>c:.: Oc: aux
PiMES VALDa
lanraoi! i rr m aai
ili: J-'iF.Tinn votre Poitria
(. reSTtlfl vos Brouco^s
tt m i'Ou.iions
do i- u K S Al i R : tout js Maladies des
VOIES RESPIRATOIRES
A la Ville comme la Campagne,
ayez-en toujours sous la main.
Procurez-vous-en de suite, mais
refuses impitoyablement les
pastilles qui vous seraient pro-
poses au dtail pour quelques
sous; ce sont TOUJOURS des
imitations. Vous ne serez
certains d'avoir
LES VRITABLES
Pastilles VALD A
que si voua les achets
EN BOITES
nrar VALD A
Un Relieur
6ertnM$t p/Seet gagnent en i-altur
Ure loues par certains auteurs. Il en
tt de mme it eerlah t Itres Ils pa*
ratMsettt plus b>r lorsqu'ils sOrrf
relis ehet El'lF.NN K C WIILLE i
( Rflu Borme Pa').
^^'^^Pa^paaaapaai
Avis important
Le soussign Habib J Ailla h an:
notice au public et au commerce qu'il
n'est nuliem-mt responsable des actes
de son neveu Joseph Af/lack
Jhbib J Afjlack
mHm
S ANS DE Da-JLE'JRi; RHUMATISMALES
UJtiUfcS :J.UC K'JK PiLUlF.S i;: Wl .
Ktip i rhaici
: .le Ml .
i | I
uc Pilule D* Wiii |
i a <
i'' i !-.-ii ) raiiofl 1 .
COI ip '-.!: ... ,
reir. ioo
; U :.
r:
r : ..... ...
K '!' .....
1 t!. nod< '"' ttta |tt;s co <
........ * 1~.de r q ;
i i Mm i >
:i- I
I
: I |' li \ i'.' .!' ; | i ,'e
i d< ilsur fhurtial
I I...... i i
l'avait tout

III fl .' I..... :
I "- "' :: |i T kl ',:,
' .....a vh<-t
: i i .ipri-s en i.t ,. -
U | i : i < i .-. ,p.., i
i t. r--i il c| H hT4l.ii o n
r pii li . ; | .
s en parfaite I bien et |
! | .-i.-, ,!, ! |
^lOLf."
l'.-cive i? ehsn inMi
" : : ; lir.l, Mr !'.
i i'. U* .'i!
'. n'ai ,":' rasMutt Vi Uad^-lrjrt
t< c* Ia I 3, ("In | Te.
Si mai diilrst (i'i rl.i'U i.unj.r,
pro: i -/o il
Dl
i LU L
Lui
i! te
u-,, .r d: la vzjs:l
:''
' i du I
i- bi - -, i m .. ._vv
M
Une bonne Mflte
vie htmtflM
&K-----.---J --i------,
Coucrrez Vos Forces en Surveillant Votre Sant
Cet; : lettre vous dira comment
Chicago, Dliuois, V. 8. A.- !'. i prit Lydii E. Pinkham
Composition Vjrtale pour d-s dc'rangcnMBti de l'ovaire.
Tous les docteurs conduite's m'ont dit la mme chose-faite
vous oprer. J'ai commetv par a\ ir des douleurs dans
lo cot gauche, et suit 1 r.i't semble' les avoir dans les
deux cts. Je travaiD c'.i-'^ un tailleur tt ayant une
petite fille souifiir j; rs djsirji paj me risquer. J'ai
demande mes amis tt une m'a du: preaes la Composition
Vgtale de Lydia E. Pinkliam. J'-ii suivi ce conseil et Je
me suis sentie mieux t"i.l da vi e: je \cis n:air.ttrant
travailler ma sanl >' :i-itrt:.-.:i.:e. leie ;a;i.i.niio tous votre
Composition \ c. rt I tre levage : usitairo."Mrs.
Mary BMUCO1459 N. t trpenter St Chicsgs, l!i.,U. S. A.
Cette lettre n'ai I paru 1 ^-i granl nomtr riu
haque nniices et provei..: ; ',; femmes, jcmiv s < t vieilles, de
toute occupt; >n. Ci s U ttrei tmoiepaat des vertues au la
Composition \., Lydia l-:. I tnkhan.
Cette co.npositinn vj^talano contient pas,le narcotiquee
ou de drofc-ues ouiail les cl i I ir i risa par toute femme
ans aucun) i ; ;i.i J-;.end ans doute sur
votre sant. L. .*
Composkion \4getale
de Lydia E. Ptnkham
M*OlCie CO. LYMN
UtmA t.HMWIAM MroiCiHF CO. LYNH.IUM. U..A.
G. Peloia
GfrAndii:i , Hn face de temlim
maison XeMel j
Poar ciase dagrandissemeDi l'impttrote rotiiondnahi
Mr G II PETUla, a i traasfere nu ispacieux loeil, eu maiftl
cunne maitou KKII i I ,
i.nfl amatpara oat dj aporci^ les remirqaablaa travtux iajj
tfl t* de Mr Petol", travaux qii ie eigaaleot ^nr l'&tegmx, ta solidarit il la distinction.
Ava if de faire a curi ac.11' d* c'nusmims ou d arliciei dd CO
fai'' une vin te a li Maison G B. PETOIA,.
V.ua te aerte merveilt-
Articles pour
TISSUS & AUTRE
AUX MEILLEURSPHIXQELA PI
La illaisuu lsaac i)isl
1738 rtue Coub ('AndeoDa h*UaSih*]
Annonce sa nombreuse clientle pailiculiramaii' "f^
mres le t aimiles, (]u'\\d vijnt de/acefoir ui npJfT^
m ii: de tissjs de loua genres spcialement des arctt* i^$
rurt dans les latnilles la tout d-* prix exMpnon/*U*i>i**lJ*
nie on s'en convaincra en faisant une tinte jette ma'wn-
Voiles, organdi, Crpjn el ratine loutii lea qualili t1*1
naincesunis broies H ileurs ^ u..g
Une grauJa vani de loile Blan:liei prit liai W
oour ehem ses lu n'oie- ,j^A^
Satio Chine no r et luitnna couleurgjpour tailleur, .^y-*-
l'oiles drap I toiles pojr n tiuni ai pour naapa' As.
Ijileia lu utnea variai dull a\ k iki bluaet oulaars.tn'11
d ck blane, diagoiul, aipiji, cheno ta.Jneife, et plJ>"*^
< liuaaeiiaa et bis da Uhll* lea quablai, ...^
S oubliez pos faa c*{' m,wnjjpaai/iM p>^ *ai 1,r'*,~J:)
t//ai truiagt Ourant 61 vouifixiu p*t enivre ckew"
m-iisoA vent nout vmler el vous eere* mJMta. ..*
\o*re nyvn ck par/amen est toujours trMi et'pr*sp.rw
fumer
il:


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM