<%BANNER%>







PAGE 1

LL dAJlN •ance et Bulgar e AR15 4--M; Francisco de la Bui t pri par les gouveriMtt< .ais et bulgare de servir d'arbidana la question concer >anl l sion d'obligations bulgares ei laque'L les deui pays sont en accord. Mr de la Barra partira le de ce rro;a pour Sofia confrer c le ministre .des finances d; Bal ie. Assemble nation* te dsnone ANGOR*—L'assemS'fe catfoaals t vot sa dissclulion. De nouvelles lections auront li-'u dans dent mois, mat* Ut recette oot atteint 014. 012.453 da livrai !•• depaneee 8li. 4s> 5 tt'j* oit un exca leot de re ae'tea de 101^5-8WUvre.. Le dette flo'tea'e atteint 8 0 91 500 Une" •o dialna'ioo da 219 5*d JOo ior la delta de l'anne prcdante' Dea dpha* d Saaen annanaent 1 s qoi fut LWyen l'arrive San. h) llhar da Mgr Teeta p-em.re 'mta ue, lnlormalioiu de 1. mort du regrett A.ga.te Moa Balte am u da Ttibunal de nous publierons Contre lesJuifi BUCHAREST — Le quartier juif ie Wassy a t tnsostmeot r. a dora rrag la su te de* ''sordres provo M nOt€ du gOU m ques par les an isanstes. vernemeni ru*se ii u MOSCOU — L gouvernement sse a fait transmettre au gouverne ent polonais une note II erg qie otestant contre la tentative dimilHon dans la justice russe COIM re comme un acte peu >mi:al 'niant qu'il est possible de a en assu r le vicaire gnral Boutehkavitch avait ps encore t excut cet s midi. Un discours de Robert Ceell NEW-YORK— LordRob rtC-cil a prononc un discours devant le Foreign Policy Asso:iaiiors de New Yo'k. Le rsum de soo expv tient en C'-s que'qoe ligaes.Oraint* et sus picioo de deux moij.ieu'.s j'.-mnnx qui po.5ieol le oo-d* et qui ne pfuveot te ,xcrri.>ts une par 'a H gue des DCtiO s a us t*ne rbto < je Maroc tra plu ce sous un praire tOrat MADRID— Le gouvernement pr are on programme de protectorat m le Mioc sur une bt puternnt ivile, mais avec l'appui de puissm as orces militaires en es de nces it Cette dcision a t pne dinanche une runion du cabinet p>s d'ardentes disc-asiiois. La mission de la Croix Rouge ami rieaine en Gra WASHINGTON Le secrtaire Hughes a inform les g mvjrneroents Iraocais, anglais, italien et g e: par noes identique? remi^ei leur e prsentant* Wi hington. qu 11 Croix Rouge am nca.oe tetm uetaii son oeuvre p ov.aoire de secou s en Gice le jo )uin. Le secrtirc sogg re pout la so'utioa du probes* de Mcouri dans le Levant la coaira lion entie les nations intresses. Le exportations de grains d-s fc-ats-Ums ont atteint la sem.m dernire j 4Q0 000 d; bomems .01 Ue j.507 000 U se.ii n.* prcient. Une nouvel li re dans le vol des a roplanes PARIS — L aviateur Bsrb>t a ru l'air hier i Toulouse pendaat un quart d'heure dans un planeur muni ^clment d'un moteur de 7 crie vaux* Bttfbttl d.oMe. vol et at r iiaaos l'aide du vent. Les IpCialil I,, prsents ont dc a- que le vol ce Baarbot tait le d<*bat d une |nou nlle re dans le vol d;s a opla es Lord arnavon LF CAIRE— Ltal de sant 4 Carnivon continue i causer d I vives inquiiul s. Un paqu'b i! Miii ROME L ?c d-^pc bt d Jogoa acnonc; qu'hier If cardinal Mercier, pnmat de Be!g que, a b'mlnou veau paqurbot de la Red S ar Le lec Brlgsnland qui Jo.t tltecL o. ,t \ VMS i N q il :->nqi: c .-ut •; *o -.es qiv '' pareot d: l'AUemtgw France daoi a qvicsti uii.i J .• %  '(' "oi :i e'.li ; s-o. pose t d'atilen u ' R i-iie t di tout q •< %  T >* lonieLoid Ri K "'q^. *\ DU *u C'ais Un.s porr J.t u f-ie d^ dis oar^eo livear Je 1 gae dss na tio is, a dclar en ou rcque pour la $ 4 cu i' du monde il est ncessaire q ie 1 esprit d s at ions MtM de coi •t .rer la force tomme le seul rcm d Dclarations d* Mr Rmiberti P\RISM Kiiber'i a reei Mr Noyaa it a expo la iitnittOC *e te inarino tranmee. Le raniatre a ootamiu Mt dlar que loi arnn: eama pauvnt s reotfr* coiip e qa le gouvernement Crangna deaire ob tenir le plua t pjiaii) e la ratit.il lion dea ao orda d^ V*bldfU>Q : donner ainai de U dUcnaiu 1 toiti nouvelle p op^'i'l ^n cne trn int i^s modirlcattonaimpir auei au que li'ua territoruha d \\ reg -a raaii oftra d acjip e: en piinoipa BU noa vel'.e rdictioa da U convint 03 coa cernan ie e a'at j idiC.Hire dai trac g se* eu Turquie, cvxitorraament au d air de recipro.r Ji la Turquia mua dna uie BMfoN qui puiase rep-aticabe Lon Hacha avait Uinwilj .jHiai iltii^i rtcinimi qiai fieaedi detatoie^ d '-rau e" DegOOtM entre IJ partiea lutrea Biea. La note dit que lea clauaea d .vint tre da:u-ji iaaaame et uv lea coiceaiions niatotllei el e pouiraient tre hltefei dar.a le trat l. Au aujet Ai capi ux et dea M trapna?8 trangre en Tonne la BO • dto't e q M e pJ a a < •• allie.• 0,10 j og'. leu loationaix a ngocier direct a tut atte le jn> v.vn-.ue t T ne et q u le aj > a d cea n^j:iaMnui facilneralt grands mnt la ooaelaaDo de le pan. reprsentant du I ap9 HAMBOUPQ La nramlere earai aon do eeigle donne par lea ranea a la population de la Rhur eat arriv aoj rordhfli Reei. Ctte car. ntaon eat di 1400 toanea. bile aara envoye iinonediaeaie.it dane la Rhur BOSBST -D miUlarda d* miiki et i')J 000 'ranca envoye da la enc c -.raale de la Rei hbak de Franc for' la eiworaale d W.eabadeo ont t eauicatapri mdi pr lea douanire frai -i8 t BRUXCLLIS L'engig'trxiot d si ballon dana la tnnpa Go-don B->Tt q ii aur lie • *i m'is da bp ten^r' rjehai r OOO^reid une na t'm < *•->! >rfne |ll 'ra joai parti cip s u ne Buarae avrltroa et q" n*aietait pa iuni a OUO< a tu t 1 -n l, Etat U^'4 la t racCfl 'a B • a jue I alw I Ka >a< ie a*, 'a ftuiaae mt :n c • "ni 1 *c s 1 g LMagUterra J u %  '* Jto?ne an Lt car; oipaUoa di li Riiaii %  t refus 4 -. BELIN. L da te fo:taita la I }' 1 magne a aun n>n de 1 > • %  !• ri* : H **• BAUX:. .:; L%  %ibi i J" Moaptgil l' 1* P •;' Jf*H Jjia par ira oaar llW*e *<\^ VM* •u devait de la rein-* KUaab th qoi revient d'Sgypta pat B ladlal. Les li)iirs 407 S8 NEW YORK % rling Franc PARIS; Saerltng Dliai 7> 94 H 17s c. son premur voy Yoik le 4 avril. Le B <<=!* en navire de 2; 000 toaul > l/Ex Kaiser lONDRiS— be brnil court jr lex Kaise et la p IsceaM Htai ie se seraient dbnitiv; ment spars Mgr Seipel au Vatican ROMaMgr 3 ipe ; chuicttttr fbiiichien. qui ni te 1 1 " rou i!illrentea conrnacea, a n r eu en audience pnve par le Pape ri a tait visite au caiditai G ipar. je:itt8iie dtatUucique Mg S i.r 1 ait di'cu u Vatican la Btnation gi.rale au tiirhienne, il a surtout par de quel lions tfliRieuse 11 a appel 1 tten ticm du St Si^e sur l'tat de piuvie t de certains icuven's autrichiens dan quelques UDI desquels lesiei peu tes sculfient actuelement de la irr.U r e et 'e caidioal Gaspai n ont irrrrdiflemeut oonr dti or tifs pout rtnir en aide A ce icrtid Une confrence de Lausanne rsmiit LONDICiLe Forei|in Uflici coiiimuuiqua le texte dune ott identique dea al ii adreaa^e a Pa iha chef de la/ddlgatian raiq .. n vi ant la Tirqn 1 reprendre n coutrence de ^ail I iOj*nn. L^ noteexclut la pi >.ive-vififnte (iu ea J apprcie l'ida! d pan qoi e lupif* ke Etaia Unia I r^qnlla out pt4 l*inititive du iM >a lattlrtuM Wa bii.-tt %  ,1 t : %  ^ ,, : p i 10 u qf le pO d la ItOM %  tiou de ea pui-* anc< •* de r.l< • n'eat plua le pe it irvgmfiit fi x a'foi H d*li-nv.r;. ijoand la oartoe J" nrmcip • 6tel daaaorfi ' ,, D" uJ d ? %  "* (ommi.t'• alors vpr If • O'otlM t de lea 1 lOtgei cor'* I ennemi j temp de guerre On ea-ima >l n illion d' t rai:ee >n eomrae nes inre pour n odnnier lea colraaa** IP premier rerp le budget do • % %  tre Ce la mariDt eat an reali' a moine de ce qi.'it 'ait avant la nuerre, tn tifft '.tf ci( a man. cite pour IK3 aonl de 10-0 ni on ce Irerca papier lontre bil millioua de fiai ca en 1U14. PiiitvS Nouvelles LO.NLhK %  — ie neimneot fall coiiieitifc ie a.itaicu LicMetaiie k cur l'anne larale IwiHg? 5 fi I ,r ^-.frVJ^' Un Danger Noaa aUirona l'attention da a^r v ce d 1< soierie aar ltal lamen teble de la rigile do troue m de la rue Ma3joux corr.pria entra la rua du cen're et la ruo d J Penple.fiade no.d Toute loa aUo-W qui aj trouvent aont ra^c-i don effroo dr^m.nt cartel i.il aoffit M MQ p ur pnvoqier in boulem-nt to-al d 1 'erra'n doit lea part es ae aeta Ch-nt de temDa en tern.*. y .on fese d aoo mieai pour vi er cette ceUetrophe. Le* pluies \\. Paul Sal, olana une tude pttWieanfluMatioomclal dalAjrl olture dernire limtoon, a tud leaoycleideapluleae %  conclu quj i993aera onac e ci' v %  auae. tern?quif**tcro>realaraliaatioo d-.-t prvitiona da Ma Sa'. Ce soir Pa'ia a i S h'urea pr Ciaaa i'impsjab'.a nalnav idgalttaU rchic port au.;HCCien He ac 1ermemo o'ogeeacrtM'ie. Oa eal, a ont Mu o;re Mto me Liona, une Lfao, rrmo able, Ile dn iei Avi.l a biend'antrtamoroci redits. Ente gu-ale: negouide BaUon Une gourde et demie. Inspection Sioiaire demain le discouis prononc se (uniailles par Me Vilia Ojlfnlj/ Non eoregistroas a?e plaisir lefiinulle.d e B M ; lhC!.a-heaet avec Em. Catbooel. — NOMS avoai reu le P V tuc ootre ami Louis Cailard, Inspecteur Gnral d l'H nigratiou hatienne CU -Ce mi'io a t bnie eo l Eglise du iacr Cm u de Turg-au le maria ge d^ MUe Cle VUrcclm avec Mr Garni IB>rcu Tous nos meilleurs comolimeot.* — Respeloi. qi Ce t daman oirquesea dsaadaoa les beaux •aloDi du C:lU Part au Pnncieo. M 'ham?d, Mars, le **£* dleade Mr et Maiirr* Gibn! del Le< travaox d' menuiserie t*l usd!fi:iles les pus lgants et les plus sondes sont excut** la parfec.i nlaSrienSm-no'ds > IttUl l'entie de l'Avenue loavar ture, c'esi-a-dire au Portail Logane. — No prsentons nos meltlaoi souhaits notre sy BplthiqM confi.e LSsior 141 c r.tri a/aith l dans sa sept ne ame. — Le paiement des otra d; la DUe lot ieure devui S I re en ehqjes.nis an nom Je ,*or.urs n IQr iat dia lei livres d: U B.-qu Hatioial. miisc^mn Iti tutti 1*0 a ttfa '•itpuparelle.i 1 t.-mpi et qu-il importe d i^aa-' sa'uli tioaau p'oii6-. autbufl 1 Ci tel t fis p--ovi \ o 1 e 1 espies sesg'i-n-t tt 1 pU ea trloi do Re J wre. La B aqj^eapt q les ivi*&t flnitits jsront b-pttliv. et oulie pourra, ta paie net de. COU vtlle lpaitilmns, adtes^ei de ct oaes aux porteu.s ir.sciits. en couvai ture des intrts qui leu seront in ( Voir plus loin l'%J de la Bia -.Le lage Bjauvoir ayant voulu coaealtre l'auteur d un arti.-le de LA POSTli. jugditl ma-oire pour lui la ditotl on prov.aoiie de ce jauroal a (ait savoi' que c tait Mr Po-gtt — Le jcg eantoir a dpos mondia ttment une p.ainte cootie ee der -.* Le sans fil d'aupurd'bui intor me que le Praiieot Zayas a deraan d au Cab nrt sa d niaftoo 01 lau se entend e que cettmeco e a t p;ie la u"e i oppoiinon ims la tam II o'fi ile. — L'-e dpvb de B*qiti innOICa que ie> rn-pov. dei Ui m • Kiupp ont dclamh ce atin noe g eve ae ving* quatre h'uics ca si^n' de p o Ustati u ro tre 1 ic'ioi I ari se de jam'di dernier quand M en 1 mi trailler les ateliers Km:>r>, ce quoc cisionoa 11 murti -*= slti01 it aL'Arnial Kli k a, i C -e Vanits ;Wui tuttptons publier iolontiin la Ultri suivante qui nous a apportk a matm SU hhbou fili, en ripomi utuapel it Mr Lereboiirtjuta pan ui hier. Muts, U demeure bien entnuk aut notre journal ne donnera plus amm lubluiti quoi que ce soti toutbm'U diffrend Lerebours'lohbois. Port-au-Prioaa, le d \it tMl, iloaeiear Clanint Maglolre, Oitecteur du Mattm F.V. Mooslanr 'e D.recteur, Vous avez pibli, dam votre Ni uiro dliier.ooe tettri1 ; no re alna. aiiz'ie du ronm l.i^omaiU^ ebojra, lettre par laquelle le ft, Lerebaura prtend que c damai entrefilet paru dana ldH-oo dalli Mara dernier du Cour.1er Hatien, noua avoia port des a:cuauoej grivea et outregeaotea contre au boirieur et ea dignit I e trompe gran1men. Cal 1,HKHM Lerehours lu niiintqmam a uorler atteinte d *on /.-j/wuur afl M ,Lij>ih en nra< lenonami OH-' | 4 ioewt comme chaf d'an COUD* •IUI avait pour bot datiener IH vie de Vlr La. Baron, atil •oata, rnaornaa Lirebaara 1 a qa a aMat de LsJ g' ai-iatrucionnatarliaj un or^nja*. rendre aou oroa. omea daia 1 affaira, roitai \ m i.ice du doeeier ea-ont poaaiN HI nous pour l'iitkaioa daa. Li %  ia** n'oublie dj qu'il a t tout t en deux foie avec noua, qoTm lB au hjuta da aoa'euii leilaei h M deoonoiati ma en note praaaaa eq 111 a eu lui mine a dcigarla permis lions da Jag Bc*u.oir.ll I i indiquant o il iro varait, m • o.re cabinet de fav-il notttp, 1 odie co reefoalana avec h**} 1 or Bcb? k i'i'e4& xir noua.au c-bioetM ji*. ri'I a •uct'oo. i' djiinarli nom (U l t m yuia tti v.idn aoaiaMI na-t-n paa ojdctar r q:eadan ^^trtit lui mime et qa'ii #lw l*>*f\ | ut paa*ioi;o.e,€0 nnaon •Uot.aa 1 ra a (a polie* que r o i# uai.aaaipii 1 dplacer, et noua rendre en proie* aux Une da confrer avec lei laail de la prtendue ;onpuatton awi et dan> cerUinea autrel ?!'. "| Notd V tour certaines raiaooa, pouvons, pour La mon'nt, rac %  u pub'ic loutea lei inacn'a qui ont t ourdiaa montra l'homaa Lereboure et aa l Noua voua priooe, Ur •• — 1 teur, de bien vouloir puni ll C j sente, en guis* de mue aap**' dn* le plue proebaia Ma a quo 1 lien. 1 Avtrnoa ,'eaurci*maniBi>i et no 3 aalutationa la maii* lOLlBOi.shus, Directeur du Cearra w1 de Port au AVIS t*i ince Ira corf^itncea d hyy na de • 1 Œuvre de propagande contre lee miladiea vitablea. aont reodua otJigaioirea pour le 1 ei.urauie ei le. loeiitu'nce de Port eu Prince, pni d Coba, ei gnr de retour fe on eu Prl' c 'a 12 Lnul e da I PinAmire sera fuo Par iva da paquebot. Fort au Prince I 4 rvril 1073 Ataudn que les ob'lgadoai tivea. S'rle d. n'onipare p parea, Meaeieura lea daeV-.aP.oviaoread;, gj] la Datte Intrieure d H*i . ont informe floa, 0J sx inetrodion dej. d'Eta:d^a Finances &duCo- il peuvent ae pr^ae^ter a* ebate de la Banque NaMf| RApnblique dHM' 11 *._, Princquen PrawnC%PJJ •ur le oouveao capital J. trea. unep^emerep^iuo, r daune demi po^ cent' du 1er Ja..v.r au d •• t.ette reperttion ara ce cee, cottre r-o et ami iti on J aa Re .a *''"•& L'imtt de 10 0,0 ic.a P"* me de coutume. dl Dcembre '^ Q e l. J titreacontr* dea l 5 iT air* c-. -• • n peuvent e pr** eo lCll cra d.la Barque cour touc Hf. r.m"p."re.7ntr* arnrj^ iti ancl-na et la P": i,n. uonur lee teua pro'^, il P^rt an Prince i 3&v



PAGE 1

% %  sas. Lt id/Ji.i iftTiSLE ras t ': raw PASTILLES VAI-DA a*nt lndlspew*ble) irfltfJlTf pif*'!"** %  VIEILLARD qui art prend* l'air, GHAKOcS PERSONNES q^iw m .J,'Dl 1 h1 OCfUpiliOTl f p,ur PRSERVER LEURS etGAHES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER |e Rhumes, Maux de Gorge, laryngites. Bronchites Orippe, Influents, Asthme, Emphysme, etc., etc. MR IL FAUT AVOIR BIEI SOI! t.t n'employer qu. PASTILLES VALDA VERITABLES TPIMIIIP sculfment BOITES por!;;ul Ir nom Gmtto des tribunaux Lt tuaro Je liina df r/t* wipo r tentt puhhcaUon cempotti le semwair* I.— fiibtul de Cassation. Aperus hiito* pautt : Coirposincn 0'j!aD:saiion, Atlributicrt. IIIrumicn de %  :it;: du j.gt F'eir Vint fictif df la Ccn n imon de < He.lan alion.'. III— Tiitwnl de Osa ion ( sccucn civile), Tel ictrt Foruice U. briel Augustin et Ins j rime IV— Tiibotial d< ie>e In !an>-t de |r> roir, "'" "" M-d n c Vve L lois votes pari. *tl dEutde Sep > ,13 i'iviitr niii, L Mm Dicticnna re de Ju ispruderct ruinai *" l Js Bulletin olficitl pu Dpartement o.e i instruc tien publique I New svom u,u le i un < 10 de fvrier t9Jj t %Mkiio cinckl du depatttn mi de i lnjnucBBfkbbttuc ; U (CIJUI, L icn ma ri suivam ; [a*u£a*ile — Loi ci j ittnci i y aj >m lit anovwei — Ancte sur ks 'mues n Itt ,* dans i umiKD.net.t.— AIIOI I fccfc N.iicnai* di ncdiuie e; cV |hatns. .— Ant* iur li s fccclt ivuinaUsA t ta un je peda^ie — t, o„i articot dt. ioa ****.• AnU du IO Sej-tin.crc l'j:: riiatrf •Wicii ptdagr.iut — ngian me det i-iMiniaui — Iniuuiuon n ioictncUi pour MWM et radn.ii UIUUOD dis Lycut — U.. "tMelfieull..In.vgi.rit on d. IFeelr P*Midi|'ttii.Uavc.Uscoui du Seu!" tT.tt de I laittuc un publique Discours du **" ftnti.l de. t,, e ,: wrirrertioi, le utp.ttinient de l'Inslruc %  FWSa.ucdtjor. envoi. [tanama Ruihtad mmhip Une rJ**de l Agtnt iinral Rt rite' d cr,t h ui ca •• lS,!'. J' il / " 6, "' u "•< ""•< icTi ,,de/u trtf '-''' O.b.THWMISUS Agent (Jentral Ail6 lut rl "" au omob.let D mI*ST ALVAFVTV^P 1 tb X jjiw.S '' p our Ao, . P" tatoues de Ni j ^V •" Vendredi jjkl, heurVl"" 08 PM,ei dfeu 1 •*• Toilt voile pour peit voiliers t 40 nide*o BooiMliDd utgUii lira 40PXm.2Yd.de long 10 MoutKnit.itumee de 50 ln.in biai c sr gl double lirg cuine.de toute brt* en cirifons. No. croyoct. derf eoulifner ce fait parce que io.re mu-,->'i s* Mrvaut .nfefo s de ce e^nre de boutaklle. UM longTie exprience nous a cm-v.t t w ces bouteill s rsentent des incraraieotak SUlM Mi estent facilement et. leur ;ra deun ont IU ui forme. eUes tont aouraot la twarcedun prjudic? pour l-t acbeUttra. C eut dans l'm e M de IM client. Que noua avons ceaae de les • mployrr. C'ert toujours le mtaie Whi.Vy d • qiu'i e ^jora lijce que noua vendons diaa est. Souteilie. h aaJeur., noua n'avo.is qu'an* ettls qualit. kUiO a HAIO LTD 'r.ufi.u>:t /. .i y %  • i ,. OT iWJUI ST • LOND 1 . — Rh. il J LISTES I KKh HATI: Mr. U Mh> r*. Grand'Ru* 1717, Part-auPrinc* P!>'e kilomtre* ionl pH.cou m dm 1 ti I iUntiiquifi r ?> se Mrv i .1 La Gazoliue 'c Shell Que d ft' wiotie qu lie m iqa 'imtit*. Cest minrt que 1rs mcanicien ont inll peur avoi de la SIlEiL pour les avions pour : 1 I A TaUVPiafl 01 L A .XaniQtfi I A TKAVLKSIU laHOLURI FN U'STKAlll J LA JKAvKiaB€ ni. L .* MlQUI Tous les uiei-ani ?eus qui oui essay % SheHoxt rt connu ^es qualits : I Plus de kilomtres par (jallon 2 Encras*mtntd#*cylindrerdtHi 3 lie u onp au minimum plus de force et de viUste en monte Si vous ne connaissez paa encore la SHELL, essayez la, vous en serez salisfails: — tn vente au dtail Dtms tous les Garages t* vrinoipaUmmti chez • Station de Gazohne de Peut-Four, — John H WOLLtY, : fumliia (niai'caaji DVpr'a), Owc itep, $§*&§*% 0\lo-tu>t^\ic^ CfranU aa^l'aiu, [raaal>, #spajnotaV, tc. eU;, 3e^ pti4C CKwpllxmlUtnniT* rduite. L DUC il s SpeciMix Grand Uolel de France Oui par ta situalion unique au in tu dis a/fuires se rUBUimmi l'ius pu l'amaix au public et m nombreux et distingue ',Vn loursn CUISINE soigne et tout U txm\otUM% nfmuttri aur \^a gtmn de Commtm et paUiculirement aux commerants de tassm 'i Pori-uu Prince. I htel dbite par Gallon # par Bmttqu s des Vin* de Bordeaux Itouur 11 Mme. Cet Xins vmnm mrm*mmt d UAIteAC e' sont wmtii tir vi de rmmnt, t. CM pouvons le prouver par des CERTlKlCaTS ml ^ ovs tenons toujours lu disposition dn t tumit iQ thamtaute et Vit. Mousseux prix mcd


PAGE 1

I MAll* i ns un Rve r*i i : an .' si •' oui ;. '. %  /. An.-m '-* h atut. D:: %  '. %  • : 1 %  % %  i I .: r' i %  im ir r %  et. EXTRAIT:; : CElUn, Mut. ttimtia, Viotiltt. Cy>-"r. Totftti Parfumeri. ri %  %  f Ml|UM mk t • t. 'j u m fie v. 1 i '' S E& • •• /£&••/ • : iv -\-' .' / ^ %  ARYS 3, rue de U P** PARIS ^^^^'•^^''~> v V.i'lant if Hooi igwito ftttatftt, Oiy tt-a ** 4i rt JJ ._ .. %  %  Fullou Shoe Polis h Company Inc. New. York S, v*ut ff*b( protger la peau de vos \ebauss*re Si v)u$ *mlm% avoir MI brillant lutnant et durable Si vnts vou'.e^ la auhur et la touplnse de ce* cbmuum pendant longtemps, mfhf* h m *"i* $ MUSQGMAH. Fabriqua spitakmtni pour lu dames ex la gmtlmm du btgb th. tu< pv.i e la piuu des eflouMurm (ont e ltumtu t ti la taltW. tu t minium teur soup est et tenvern l>r brUb m. tomandu la m.raut kCNOCMUM '"< d m uu Jt lom m ***** mam —— — ^ %  ^w—' hvB traite des Anciennes Elves de Sainte Rose de Lima Il eit rppel aux membres actif* tox uietabres d'hooeeer t aux per ronoei qui fiuiveut hsbituelltasmt rrotlt r*"raiteanauelle que lu pltUX exercicee coaataeoceront le mr.di 9 AVI i l vtioctiain 5 h-wiei prtises de I epre iud. Maido iu iciedi, jaudt et vend;* d>,. S.> MpeitH tuivif (J'',. *• i' me ion, ara di e, a 8 h-ona du m m, %  i ia l'i'o'd'i do t i^r* mi>ii auia Btl a 4 heu aa irttute U > -• r* la gtnd hvtnr d avoir poui II*""CH tut KfW* • r-o 1re ir< LI bc^Meui du run Sn eaire lolgf. La Sarttain EPONiNE J£AN LOUI5 Elles ont hereua<* et en bonne sant Voua Devriez l'Etre Auni Un grand nombre de maUdies des femmes n'entrent pat dans le domaine de la chirurgie. La chirurgie ne peut rin changer de plare ni dplacer Je organes-du moins rien de somblablo n'a ,6 fait jusqu' maintenant. Un pelit me'a;iisrai) d'une pendule peut deiaerTer et la pendule avance ou r. tarde. Si le mcanisme n'est pas romi* en place do suite il peut tomber et causer des dommages srieux. C'est exactement la mme chose avec les maladies des femmus; elles commencent d'un rien mais si l'on ne prte attention elles produisent des situation* %  'rieuses. Aussitt que les premiers tymptornes apparaissent prenez la Composition Vgtale de I.ydia K Pinkham pour soulager le malaise et pour viier qu'il ne dgnre en une maladie plus srieuse. Humaeao, Puerto Rico.-"J'ai pris U Composition Vgtait de Lydia E. Pinkham pour me gurir dc tluurs blanches dont ia •Oaffnia depuil loiit.mpii. J'Uii toujours fatigu* ut j"vai constamment des douleurs. Une amie de ma mire ayant obtenu des rsultats excellents avec votre Composition Vgtale et ma mre ayant galement bnfici p* 1 on •"• plo je ma suis dcide da l'essayer. Je recommande votre mdicament a toutes mes aniies. Je lui doit ma sant et en chante lee louanges chaque jour."— ZORAIDA LAJAKU, Humaeao, rSierto Rico. Plusieures lettres eitnUelrcs prouveut les ver tue de U Composition A^getale IL de Lydia E.Pinkham 1" •"'\ uoi i>" HtBiClKl COV4.VNN.MASS. /.S.A. G B Peloia ' > ! IW Clyde Sleaioship Company JForeign Service* IhfNfl dirisi^ par ia Z\\k Steamship Coin panY pour compte de ( MM States ShipptoJ Le'n/fs t// lITJt venant d9 New York via UH par n du No*d est a tnia Port ou Prinee U Samti 7 crt. lt n pur (ira le mme jour pour les pori* u Sud prenant fret %t passagre.Son retour la Lnpitale en roule pour A eu Yorktrafla ultrieurement. I>Ofl au Frneele 4 Ivnl IMt Les dernires Qr.wd'i\ti, — En face d* IVfitiflBBft Pnr P -K,I*I> Ua C ran' | iafm Q n' I Iropor'^tife rprjffin f'o CB*ef0iM<] M' CI. n PiTt>U. t * H-aa*f*e eo spacieux loc' fB faeadernr moule de perluUone et mutablea. La maison a galement reu tu tamfjltt assortiment de fintise et de %  rose r,e LU inv te dune laa tvuta ee/ctuit te nombreux eltent tant de la Ciaitale qe del prwinee tenir ht/aire une vmte avaui d a\Ur a*lsevra a,lie ut davanet pareuade que §t uimetblt cliente stunt tr,$ha dtt i;i de >a fraichtur et de la biauli ea mue que la modiexli an pnec. Aecoutex donc vile, mutable aheui it ami kune perdre de ttrttp a lunal de Hue Courbe et trente Eorte in te meMeur accu voue >t rtetu. ^poii au Prince ie AU Um Il facilite ta dentition. Assure la lionne formation des es. Ficellent aliment pour lee Convl<*o M et leMeillertte esc Tnoxrvjs rARTOtnr • 1 1.1 %  g f ., 1 1.fc*if!.SAl %  A lever une iraiioo. ireuble ou non, tu haut de la fille. Paire lis offres aux bureaux du jcoira • < f M 'irn jfn •• V eilrP-BRieDaMDsJ'C • . ... il 'K •' r -aie 1 d ai. Puai i* l Jean Mwtbl.n;!^ oi' k P' r rfllse %  %  %  ., De* a fl m 1 *. 1 Lia c, itf'as ii^bes. — No. a irons I iidinou G IOS riants rir n. ire o? 3 1 • ne a v, .0 >u det pria u e liq id .uoa ,• spra iq %  u bwtd t ga ^ a>v*ioi,< ta pic4jkf i



PAGE 1

1* Mo 6069 Hi-AVirPwiiat, urn DIMCTIW FfOranTAIM IMPB1WEUF Clment M a gloire BOI5 VIANA 19B8, It An#rfctn A I NUMERO 20 GEW TIM£S MERQBJEm 4 AVRIL lUi FARIRADE HONB-No 94S la tortue uteiidut la grle tomber sur ion toi t'arrte intrigue, puis : c Ce il'est paa mou affaire , ail-eiie 11 reprend § on elle* min, Peati m>.|tcA j'.O I tonrr elrs de Cons'ant s crit, lus la relation de tes voyages au lati'Unis, les lignes suivantes : c A tresore qae je m'loigne de /nhioron prsent, je vo s plat [eiuffi ni te de siner dans le cul eiEtu -Uois le symbo'e de la ; g e, tjtBcirienvPo : les Amricains at devint toi deux destines bitn MereotM tonus deox reprsentes Jtt itt tablmes qui leur sont sa* lit. L'une condamne d'avance, mliisble ao monde moderne, est kllede ladomin.t o", celle de l'ai' le, 1 autre, au cooiraire. ternelle i bienfaisante, est cel e de i'actioa litmice, cel'e de i'toile Eo're ces nideiliaev le peup'e mricam d'instinct, choisi la p'us nrb n Itlai'it trais >OD gouvernemtnt '•*••*• il pas souvint iecie d'y iGtj deti enb'mes, — l'aigle et Tw'e,ne lont p i seolemem que N* ,r • ils tont, m ou're oppobCinnrem Mai m' ca u irri "'' a les coDcil.er ? Vo ci com L'toile en le s goe d? 1 amiti f Mi; chaque K a < a droit au sieu P coosiela'oo du diaprau na w i e'est lembme de l'union ff Etat, de la so idant inlritn U signification de l'toile e>t ain JOrdit inliru jtjjt, au cotttaire, a une aigoi e "<>l'rlelra,lem m Ue kfmm mr hboratok M """ Cap,ule, m por.v/ame Piu lui f .. JardtnagP > ** H !" *** Zr 9ng rc is ch im ' %  e sont divita en deux camps, oodamuts d'-vauce a la dUtiC on suivant, avec aes seat.meras t.ston-y,exrs, le P-taidcnt Roo.e MU, l'autre, sans oov.cton, M. *•! ; et e pays a po t en maase au pa vu tes Dmocrates qai p t r ao^o.fii tv ia piote.imou •Mais ce* gn-s j.te^, ^ ,,. Le9 pm 0 iate 4n ,a IlCt|nSt fcj oa UEsiou.o. les Je Cuoalanl, p sou %  •aieci. i tc „ p0iUe lo p0lloa t impena imr, se sont, depuis coo % eitis ce poiot hrapnaiisaK que tout eux qui ,vec Wilaon, sont intervenus ti haiii. Let npubii eaina actuellement au ponvo:r n'ont pas l air de pratiquei ua imprialis me moim rigoureux que ts Dmo mm, leurs ^.dcesseurs* Sivaj, penstxaue chaque quatre anne it peuple america n orgtoiae •a g.and: consultation populaire tt que, ainsi, ceat lui qui, eau.haitiv* coosacie la politique que les Ktati UJIS doivent suivre, nous sommes amens dre que le iaag ge, m nous rappo tons en dernier lien ia DE.toumtlle, de Constant, n'a p us toi sxacl,Udt de 191 j. et que, a-i. •OJ gouvernaient, le peupeam.i C '; 0,s 'e de plus en plus I ide emb.aatique de l' o le et d l'ai* e Crt IUI oaunalimes attaq> es t.* ufeodre. E. ce qji 0C us est parti culic, ncuscroyos avoir, daos les manifestations actuelle*, le natiooa Hsme ncessaire et nouscroyons qu'il te df:nd. Bttct a vrit ou a est ce quune illusion ? Ce nationalisme existe-til ? Si d Fo Maurice Etienne fils agio au ^ U es dos i-r^n'f s et du Magasin da 1 Eut Ma cnandte* /' inuistH Une visite l'A8ile Communal Nous avons dcj eu l'occiuon de partir de cette ocuv.e dastfanuaM de londj.ioo rcente Tiai qui rend coi^i-e jour lani d appriciij ervicca Ma u. ML'IMO ac noi'c sotie e. Au cour> duni nu* que nout y avon avon i.nr le Vc.iJidi ;aim BBJS ifoal pj con%Cller cornbien cei ublaw IM i .epond a dei b.i,u cita IUU e> pojr ici auuqaii OUJJ. iuiroauu ^ir le D.rettcur .Hr O.car Ucltra, nou> U net ai kauUaKHI nu uar la Scear .•> hl.eu d.ni .e devojemni K p.oJ.gue depuii plu de ireoieani Uaa> le nopiiaux. burio,i mvitiiioii, roai >. IOJ iucee v e n.nt la tilts d.s no.ui.Ks pu. ceile d c teomei ou de mal ides au no.ubre d uie centaine au moins reoivent les soin zcii de deux inn. mitres Nous nous reiuons au relcco.rs, enoue au dortoir Partout nus oostrvons la plus grande p.oprete. bu v.sitint la cour de I *;abliss nent nous avons const.te .] ce der„, er (sl ibrfJ „. meut pr./e d eau. Ayant mt.rrog la boutie MBW. elle nous a appu, oue cet ar M pan e qu lit rcMitlt d.puis lundi dernier t se procurer I eau iakeUaiH a l aii.oeatatioa de malades Sur ce moi nous p imes cong de la direction, en lui proiucuant no;re modeste cooeour. an vue dc remdier a ter tat de choses. Nous nous c.upre-sct4 dose dt signaler clait a laiicutioa da bureau hydraulique, et nou" sommes p.ruad qu i 1 noua su;ii: uc le porter i sa conuausauct pjur qu'il donne suite 4 noirluste reauCte. en louiui>.nt de I eau en abjndance cet culMiseuuni d si uranda utilitj publique. %  Ciment 11 K. en barils de 400 Iks VIENT lyAlUUVEH Le p!u8Acor>omiqu) pour son rendenoenl snorieur L ,a p'uc')n il co nlniim 01 ir mainU nj/eut Jlae oropn'air i q-ii c > saHrui ljente moim Vftut. tilt vente chez; L. Pr9tMmann*AGiKHH0Ll -H UE DU QUAI La Fte du MATIN fend il comme il le faudrait ? r; s \\ a lime *>iganis pour pouvoir se d ttndre ? amant in q a eit ons rur les quelles il DOUS sera oonn levet r u fur et | mtsure. FIAOU. Honneur au 11T0I A Clment MA.GLOIKE r i -e-t nou les membres de la Presse. Nous, le quair.cme pouvoir Wu on nous lueiuce ou nous caiess^, J.et nous e niciubrts de la ficssc I Uuuu Miniarc le n.tVonrsiss-, Nous le lui i Iv n assavoir : t-et nous le; membres de la Presse, nus, le ^uatiicnpouvoir! Allons amis, l.voai uo". ve :s, tt bavons d un catui li.ternel Nous travcrons des temps sev-es Allons, umis, levons nos verreLes uni bus >cm | us'aReres, Il a dioit au jour, noue ciel / Allons, amis, levons nos verres, ti buvons d un r, e r iraiemei C'est nous, les amU de Maglche t. est nou If s a uis du MATIM ;' Aux inies jo is, aux jours de oir C e i nous, us .imi dc Mat, one. Au couture nou allons boire Autant qu'a :on q Olidieu %  C'Cal nous, les au i, de M..g oire, Col u.us, les ami du MAI-IK. IV Que ti tte oit couronn: 1) un quatuor de tiiolcts Voici u dix-septime anne, Que ta tte KM couronne' MATIN, ma Mue surmene Veut, t'oifraiit .csqu.tre cc ur l e i$ Que u tte soit ..ouionoe U un quatucr de motets 1 i Avril i 9 ij Clianua MORAViA Voici la prose lue au Banjuet du a.tfrtfi/i, t ,ar Itiomas H i.chiud. l'ou ritanat MAGLOIRE Vraimen la vie serait trop odiejse ai, de ci de l, ai e rencontrait chez nou on aie neuf Mag oire.Avec ooe lgance impeitigente. une dt nvDltora de R a d seigoeir. il pr > men soi mprit des choses et son d^d*iB desret Sir.a fa il d ilgot te tetour er, i sb ji i H exaspre c set ts'oot. des vo x ompoisoni.ia; et il Vd ibiiTonntat ie* prjog, bousC'iia.it les ionveotiout,aval aufoni ," 01 'e tecret de quel ive quil nojtiii sers jamais ? De le voie aiu*', console de I lm.. tnonie de tant de sycopbsotet. des poses pitoyables de IPUI de arotrt 9 ques; et j 4 ne MH rien de ph 3 r. eo for;aot qot iio le rgarder, toat simple parmi les cdmai-adna, de leuues ho rimes, a"scadeti. vis -vid desquels il .,, prend pas comma les autres, de grauda Ihtdtlna protecteurs et vide ample avec ses pairs, quelle f-'s rouit montre. MI avec les pauvre qui ont lemalneur, malgr Ittusituattoo de fortune, de nTM pet des tint ijEt la spectHoie vsut son pesant 7£ M W r u J eu dt fauve gnf. faut d ou mot. d une poiute dune tIClamttiOD, le botien rjyar dans se ii s lorundhLles. Comme ou teut alors la joie du mandarin accuie Irop le capiiulta tionB, a prendre smei contre isnoeiiai dteatl, la revantna que lui ravirent les di. -un, intaoaDles I II ce; la ta.blcate de ce gtani ai iate pouitani Comment tu -n pas com* prit qu'il taut Bbvonabdtjuer tout crgueil, toute perBuuDaiit pour ne teutir \-.\ ttr soi bavai ita cra* puuuh; qui boulin cnnduiseut au lltompbe, ••. pibiitLd a des raedtccra, et q^e ce. . p ( i t % COa | IUBDI 1 d etie eue individualit a w u£ r.eure I r 3 Ltminea est petit, et plus petites le usjd, tt vous voua ea aviso da prouj.u, i vu re Loheruj en des lieux jfuij pittoreeque expreetJ en qaete de s.i.Siiutitf rutee! l'ont u'sv.i pat eu i u .t v %  r ., o mettre av e dea y e ou itiid v gojiLu*. paice que Vo.e art y trouvait un al.'meot roboste Et voas avez os cela, aprs avi.it crit tant da pages qui fiameureront paiti.i les pius balle* da notre iittiEture I Qu'importe alors qu'en d. \ o s.es Important?, dus si uattots un so. tes,voua ayez montre uniment vont pouviez comprenne la ralit sociale 9 J.e .ai u de L'araoaa hurle, et point ne dsarmera il oe vous par donnera point le entre inipamon oable j: le jr me a avoir crt LS MATIN; le crime d'avoir lance Hiciiard LonstBui et ,'.on Laiaau; la crime d'avoir eu grouper autour da vous leancms Us plus clatsntt de deux gnrations I Mats bientt sur vos lvres, a'pa noulra le beau Bourtre Cette haine du philiaiin envieux, e'ebt votre ian ntrtriomphal El e'm v.tie jeun tioce d longer qae devant voa gtStes, ils caquilleut, dana une lu* cuuiprehenaioa bt ,ieu.a g rua yau^' de Dovina, en lumiuam u petites perfldili lueptieabi.Qu y ai-n de coninuu entte voua et eux ? ou; entasser au loud de leur tuu:tvdee sous dua. ut .ouiia poiLt d.iileaia leur ladier u, la taez-iet C( ntiouer, leurs iiiiii : „v, 11, ouiiquta et ttjsj ttrraiceB, Ne sont-eilta poiut dilti itnte, leur rente plate borne de fleurette banales, t-t votre vo'e o'ure aux c-illoux int orabrablee,— aal qui monte ? Tout le long do ce chemin, voici le sacu, pur ue lois Us ait.stes qui s'y sont ens.uglan'a. Voici a voa c.'efj.vospaus pieatujieux Lt toutlab ts, rtgar le z l voit I et ux de demain, les lleretii damus, paice que portrurs du f.atnbeau ternel. K'. dits I n .. n I cela eul ue vautil t i toutes Ua b eaurea et toutsa 1rs phernee, tout l'indicible saenl* ge de tous let Uolgotua 1 -— Nouvelles trangres Le8*u1te* d'une bagarre ESSEN — Les qi?a*re di'tcteurj te I etint Krt'pp. ml es pour avrtr provrqi s rredi une atlsqre d>s ou •riers allemands contre les irrures frais Lts autorits fan auesfrbtert qce les si-.nr. ont siffl perdant plus de deux htu es ipti api es lai rive des toldri Un, t'l SOI DiUra, ce gui avait pouefft et pour rut d'attirer r on seule neetlH Mvrien de Krujp, mai ausi i les hib Imt de toute la t|o. L^s c"i scieurs sursit n t pc, tilt i' vaitnt voulu, taire taire 1rs siraesa Ces directeurs ccrrpaialrrcnt devant on conseil de quere i 13,edenav. Deux des ouviu,* b-ess? u cou | de la bagarre cru ?occomb 1 tapi tai ce qui porte eue le aerabii des mo ii, 8Tn| n


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05896
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 04, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05896

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
1*
Mo 6069
Hi-AVirPwiiat, urn
DIMCTIW FfOranTAIM
IMPB1WEUF
Clment M a gloire
BOI5 VIANA
19B8, It An#rfctnA
I NUMERO 20 GEWTIMS
MERQBJEm 4 AVRIL lUi
Farirade
HONB-No 94S
la tortue uteiidut la
grle tomber sur ion toi
t'arrte intrigue, puis :
c Ce il'est paa mou affaire ,
ail-eiie 11 reprend on elle*
min,
Peati m>.|tcA
j'.OI tonrrelrs de Cons'ant s crit,
lus la relation de tes voyages au
lati'Unis, les lignes suivantes :
c A tresore qae je m'loigne de
/nhioron prsent, je vo s plat
[eiuffi ni te de siner dans le cul
eiEtu -Uois le symbo'e de la ;g e,
tjtBcirienvPo : les Amricains
at devint toi deux destines bitn
MereotM tonus deox reprsentes
Jtt itt tablmes qui leur sont sa*
lit. L'une condamne d'avance, m-
liisble ao monde moderne, est
kllede ladomin.t o", celle de l'ai'
le, 1 autre, au cooiraire. ternelle
i bienfaisante, est cel e de i'actioa
litmice, cel'e de i'toile Eo're ces
nideiliaev le peup'e mricam
d'instinct, choisi la p'us nrb n
Itlai'it trais>od gouvernemtnt
'** il pas souvint iecie d'y
iGtj deti enb'mes, l'aigle et
Tw'e,- ne lont pi seolemem que
N*,r ils tont, m ou're oppo-
bCinnrem Mai m' ca u irri
"'' a les coDcil.er ? Vo ci com
L'toile en le s goe d? 1 amiti f
Mi; chaque K a< a droit au sieu
P coosiela'oo du diaprau na
wi e'est lembme de l'union
ff Etat, de la so idant inlritn
U signification de l'toile e>t ain
JOrdit inliru
jtjjt, au cotttaire, a une aigoi ' J o dre ealrieur : c'est T'en
M de la domination e. de l'ex
kwoa. Tandis que l'toile fdrale
diDs le ciel harmonieux Je
iCtii Ia a,aoi Phtippines Poito-R:
IMiH.wai. i SantcDomiLgo a
P Pitont dans le Fanflque ; il
*taajou d bui en irope et dis
VictoneniemrDt cel e c lin
l? l 0tL'9,ueit politique
["chercht nsgu-e a exercer
,.In/,ie et P*tlout dans le reste
onde.
t" '''tw qne j< viens de citer
w"1" p" de "goalerces
B"dtns dt la po nique am
rtl !!. entrt '" ,,8ne,'
w ' d antagonisme entre l'ai
2 e,neaule "cine -t
lW"re'mrictn p"
nnpnaliame, reprsent par
en J,,0ldl endin dvelop
'Popnt IId.t, eu itn.ii
ttin 8trid8l,rnPliti,,oe
|Nrijlumt naissant, sduisant,
jntni peut tre, imprialisme
liiti? U Pridt Roose
Isse!, n,,Jlpe trois sou. son
Sm niqul ne Poavil n. en ap
rj. ni en modrer les euvthis
iUv*"te de r*PUD
irr,i'oM' etc'Mta
l'e a ia i e ,enMI P0 d,snl
KAute^n01* """
1 tnoiement a'en et pas
V*lk ' " i-leciioa
Pharmacie W. Buch"
*";* par / Ar,,^, ^ .
I lltSmT na">e"<>l'rlelra,lemmUe kfmm
mr hboratok M """ Cap,ule, m por.v/ame
Piu lui
f .. JardtnagP> ** H*** Zr 9ngrc is chim,
' e sont divita en deux camps,
oodamuts d'-vauce a la dUtiC
on suivant, avec aes seat.meras
t.ston-y,exrs, le P-taidcnt Roo.e
MU, l'autre, sans oov.cton, M.
*! ; et e pays a po t en maase
au pa vu tes Dmocrates qai ptr
ao^o.fii tv ia piote.imou
Mais ce* gn-s j.te^, ^ ,,. Le9
pm0,iate 4n,aIlCt|nSt fcj.oa
UEsiou.o. les ,Je Cuoalanl, p ,sou
aieci. i tc p0iUe lo p0lloa
t impena imr, se sont, depuis coo
?eitis ce poiot hrapnaiisaK que
tout eux qui ,vec Wilaon, sont
intervenus ti haiii. Let npubii
eaina actuellement au ponvo:r n'ont
pas l air de pratiquei ua imprialis
me moim rigoureux que ts Dmo
mm, leurs ^.dcesseurs*
Sivaj, penstxaue chaque quatre
anne it peuple america n orgtoiae
a g.and: consultation populaire tt
que, ainsi, ceat lui qui, eau.haitiv*
coosacie la politique que les Ktati
Ujis doivent suivre, nous sommes
amens dre que le iaag ge, m
nous rappo tons en dernier lienia
DE.toumtlle, de Constant, n'a p us
toi sxacl,Udt de 191 j. et que, a-i.
oj gouvernaient, le peupeam.i
C';0,s 'e de plus en plus I ide
emb.aatique de l' o le et d l'ai* e
Crt iui oaunalimes attaq> es
t.* ufeodre. E. ce qji 0Cus est parti
culic, ncuscroyos avoir, daos les
manifestations actuelle*, le natiooa
Hsme ncessaire et nouscroyons qu'il
te df:nd. Bttct a vrit ou a est
ce quune illusion ?
Ce nationalisme existe-til ? Si d
Fo
Maurice Etienne fils
agio au ^Ues dos i-r^n'f
s et du Magasin da 1 Eut
Ma cnandte*
/' inuistH
Une visite
l'A8ile Communal
Nous avons dcj eu l'occiuon de partir de
cette ocuv.e dastfanuaM de londj.ioo rcente
Tiai qui rend coi^i-e jour lani d appriciij er-
vicca Ma u. ml'iMo ac noi'c sotie e.
Au cour> duni nu* que nout y avon avon
i.nr le Vc.iJidi ;aim BBJS ifoal pj con%Cller
cornbien cei ublawIMi .epond a dei b.i,u
cita iuu e> pojr ici auuqaii ouJj.
iuiroauu ^ir le D.rettcur .Hr O.car Ucltra,
nou> U net ai kauUaKHI nu uar la Scear .>
hl.eu d.ni .e devojemni k p.oJ.gue depuii
plu de ireoieani Uaa> le nopiiaux.
burio,i mvitiiioii, roai >. ioj iucee ve n.nt
la tilts d.s no.ui.Ks pu. ceile dc, teomei ou
de mal ides au no.ubre d uie centaine au moins
reoivent les soin zcii de deux inn. mitres
Nous nous reiuons au relcco.rs, enoue au
dortoir Partout nus oostrvons la plus grande
p.oprete. bu v.sitint la cour de I *;abliss nent
nous avons const.te .] ce der,er (sl ibrfJ .
meut pr./e d eau. Ayant mt.rrog la boutie
MBW. elle nous a appu, oue cet arM pane
qu lit rcMitlt d.puis lundi dernier t se procurer
I eau iakeUaiH a l aii.oeatatioa de malades
Sur ce moi nous p imes cong de la direc-
tion, en lui proiucuant no;re modeste cooeour.
an vue dc remdier a ter tat de choses.
Nous nous c.upre-sct4 dose dt signaler c-
lait a laiicutioa da bureau hydraulique, et nou"
sommes p.ruad qu i1 noua su;ii: uc le porter
i sa conuausauct pjur qu'il donne suite 4 noir-
luste reauCte. en louiui>.nt de I eau en abjn-
dance cet culMiseuuni d si uranda utilitj
publique.
Ciment 11 K. en barils
de 400 Iks
VIENT lyAlUUVEH
Le p!u8Acor>omiqu) pour son rendenoenl snorieur
L,a p'uc')n [a Vrcliit^o'fl q li I m oie p> il co nlniim 01 ir mainU nj/eut
Jlae oropn'air i q-ii c > saHrui ljente moim Vftut.
tilt vente chez;
L. Pr9tMmann*AGiKHH0Ll
-- -______________HUE DU QUAI
La Fte du MATIN
fend il comme il le faudrait ? r;s, \\
a lime *>iganis pour pouvoir se d
ttndre ? amant in qaeit ons rur les
quelles il dous sera oonn - levet r
u fur et | mtsure.
FIAOU.
Honneur au 11T0I
A Clment MA.GLOIKE
r, i
-e-t nou les membres de la Presse.
Nous, le quair.cme pouvoir
Wu on nous lueiuce ou nous caiess^,
J.et nous e niciubrts de la ficssc I
Uuuu Miniarc le n.tVonrsiss-,
Nous le lui i Iv,n, assavoir :
t-et nous le; membres de la Presse,
nus, le ^uatiicn- pouvoir!
Allons amis, l.voai uo". ve :s,
tt bavons d un catui li.ternel
Nous travcrons des temps sev-es
Allons, umis, levons nos verre-
Les uni bus >cm | us'aReres,
Il a dioit au jour, noue ciel /
Allons, amis, levons nos verres,
ti buvons d un r,e r iraiemei '
C'est nous, les amU de Maglche
t. est nou If s a uis du MaTIM ;'
Aux inies jo is, aux jours de oir
C e i nous, us .imi dc Mat, one.
Au couture nou allons boire
Autant qu'a :on q Olidieu
C'Cal nous, les au i, de M..g oire,
Col u.us, les ami du Mai-ik.
IV
Que ti tte oit couronn:
1) un quatuor de tiiolcts
Voici u dix-septime anne,
Que ta tte KM couronne'
Matin, ma Mue surmene
Veut, t'oifraiit .csqu.tre ccurlei$
Que u tte soit ..ouionoe
U un quatucr de motets 1
i Avril i9ij
Clianua MORAViA
Voici la prose lue au Banjuet du
a.tfrtfi/i, t,ar Itiomas H i.chiud.
l'ou ritanat MAGLOIRE
Vraimen la vie serait trop odiej-
se ai, de ci de l, ai e rencontrait
chez nou on aie neuf Mag oire.Avec
ooe lgance impeitigente. une d-
t nvDltora de r a d seigoeir. il pr>
men soi mprit des choses et son
d^d*iB desret Sir.a fa il d ilgot
te tetour er, i sb ji i h exaspre c set
ts'oot. des vo x ompoisoni.ia; et il
Vd ibiiTonntat ie* prjog, bous-
C'iia.it les ionveotiout,aval aufoni
,"01. 'e tecret de quel ive quil
nojtiii sers jamais ?
De le voie aiu*', console de I lm..
tnonie de tant de sycopbsotet. des
poses pitoyables de ipui de arotrt9.
ques; et j4 ne mh rien de ph 3 r.
eo for;aot qot iio le rgarder, toat
simple parmi les cdmai-adna, de
leuues ho rimes, a"scadeti. vis -vid
desquels il .,, prend pas comma
les autres, de grauda Ihtdtlna
protecteurs et vide
ample avec ses pairs, quelle f-'s
rouit montre.mi avec les pauvre
qui ont lemalneur, malgr Ittusi-
tuattoo de fortune, de nTM pet des
tint ijEt la spectHoie vsut son pesant
7MW*r u Jeu dt fauve gnf.
faut d ou mot. d une poiute dune
tIClamttiOD, le botien rjyar dans
se ii s lorundhLles.
Comme ou teut alors la joie du
mandarin accuie Irop le capiiulta
tionB, a prendre smei contre isnoe-
iiai dteatl, la revantna que lui ra-
virent les di.-un, intaoaDles I II
ce; la ta.blcate de ce gtani ai iate
pouitani Comment tu -n pas com*
prit qu'il taut Bbvon- abdtjuer tout
crgueil, toute perBuuDaiit pour ne
teutir \-.\. ttr soi bavai ita cra*
puuuh; qui boulin cnnduiseut au
lltompbe, . pibiitLd a des raedtc-
cra, et q^e ce. . p( i t% COa|
IUbdi 1 d etie eue individualit awu
r.eure I r 3
Lt- minea est petit, et plus petites
le- usjd, tt vous voua ea aviso da
prouj.u, i vu re Loheruj en des lieux
jfuij pittoreeque expreetJ en qaete
de s.i.Siiutitf rutee! l'ont u'sv.i pat
eu i u .t v. r., o mettre av e dea
y e ou itiid v gojiLu*. paice que
Vo.e art y trouvait un al.'meot ro-
boste Et voas avez os cela, aprs
avi.it crit tant da pages qui fia-
meureront paiti.i les pius balle* da
notre iittiEture I
Qu'importe alors qu'en d. \os.es
Important?, dus si uattots un so.
tes,voua ayez montre uniment vont
pouviez comprenne la ralit so-
ciale 9 J.e .aiu de L'araoaa hurle, et
point ne dsarmera il oe vous par
donnera point le entre inipamon
oable j: le jr me a avoir crt lS
MATIN; le crime d'avoir lance Hi-
ciiard LonstBui et ,'.on Laiaau; la
crime d'avoir eu grouper autour da
vous leancms Us plus clatsntt de
deux gnrations I
Mats bientt sur vos lvres, a'pa
noulra le beau Bourtre Cette haine
du philiaiin envieux, e'ebt votre ian
ntrtriomphal El e'm v.tie jeun
tioce d longer qae devant voa
gtStes, ils caquilleut, dana une lu*
cuuiprehenaioa bt-,ieu.a g rua yau^'
de Dovina, en lumiuam u petites
perfldili lueptieabi.- Qu y ai-n de
coninuu entte voua et eux ? ou;
entasser au loud de leur tuu:tvdee
sous dua. ut .ouiia poiLt d.iileaia
leur ladier u, la taez-iet C( ntiouer,
leurs iiiiii : v, 11, ouiiquta et ttjsj
ttrraiceB, Ne sont-eilta poiut dilti
itnte, leur rente plate borne de
fleurette banales,t-t votre vo'e o'ure
aux c-illoux int orabrablee, aal
qui monte ?
Tout le long do ce chemin, voici
le sacu, pur ue lois Us ait.stes qui
s'y sont ens.uglan'a. Voici a voa
c.'efj.vospaus pieatujieux Lt toutla-
b ts, rtgar le z l voitI et ux de demain,
les lleretii damus, paice que
portrurs du f.atnbeau ternel.
K'. dits I n .. n I cela eul ue vaut-
il t i toutes Ua b eaurea et toutsa
1rs phernee, tout l'indicible saenl*
ge de tous let Uolgotua 1
-
Nouvelles trangres
Le8*u1te* d'une
bagarre
ESSEN Les qi?a*re di'tcteurj
te I etint Krt'pp. ml es pour avrtr
provrqi s rredi une atlsqre d>s ou
riers allemands contre les irrures
fra- i P o: M''mci>s Lts autorits fan
auesfrbtert qce les si-.nr. ont
siffl perdant plus de deux htu es
ipti api es lai rive des toldri Un,
t'l SOI DiUra, ce gui avait pou-
efft et pour rut d'attirer r on seule
neetlH Mvrien de Krujp, mai
ausii les hib Imt de toute la t|o.
L^s c"i scieurs sursitnt pc, tilt i'.
vaitnt voulu, taire taire 1rs siraesa
Ces directeurs ccrrpaialrrcnt devant
on conseil de quere i 13,edenav.
Deux des ouviu,* b-ess? u cou |
de la bagarre cru ?occomb 1 tapi
tai ce qui porte eue le aerabii
des mo ii, 8Tn|
n


LL dAJlN
ance et Bulgar e
AR15 4--M; Francisco de la Bu-
i t pri par les gouver- iMtt<
.ais et bulgare de servir d'arbi-
dana la question concer >anl l
sion d'obligations bulgares ei
laque'L les deui pays sont en
accord. Mr de la Barra partira le
de ce rro;a pour Sofia confrer
c le ministre .des finances d; Bal
ie.
Assemble nation*
te dsnone
ANGOR*L'assemS'fe catfoaals
t vot sa dissclulion. De nouvelles
lections auront li-'u dans dent
mois,
mat* Ut recette oot atteint 014.
012.453 da livrai ! depaneee
8li. 4s> 5 tt'j* oit un exca leot de re
ae'tea de 101^5-8WUvre.. Le dette
flo'tea'e atteint 8 0 91 500 Une"
o dialna'ioo da 219 5*d JOo ior la
delta de l'anne prcdante' ___ -
Dea dpha* d Saaen annanaent 1 s qoi fut LWyen
l'arrive San. h) llhar da Mgr Teeta p-em.re 'mta ue,
lnlormalioiu
de 1. mort du regrett A.ga.te Moa
Balte am
u
da Ttibunal de
nous publierons
Contre lesJuifi
BUCHAREST Le quartier juif
ie Wassy a t tnsostmeot r. a dora
rrag la su te de* ''sordres provo
M nOt du gOUm ques par les an isanstes.
vernemeni ru*se
ii
u
MOSCOU L gouvernement
sse a fait transmettre au gouverne
ent polonais une note II erg qie
otestant contre la tentative dim-
ilHon dans la justice russe coim
re comme un acte peu >mi:al
'niant qu'il est possible de a en assu
r le vicaire gnral Boutehkavitch
avait ps encore t excut cet
s midi.
Un discours de
Robert Ceell
NEW-YORK LordRob rtC-cil
a prononc un discours devant le
Foreign Policy Asso:iaiiors de New
Yo'k. Le rsum de soo expv tient
en C'-s que'qoe ligaes.Oraint* et sus
picioo de deux moij.ieu'.s j'.-mnnx
qui po.5ieol le oo-d* et qui ne
pfuveot te ,xcrri.>ts une par 'a H
gue des DCtiO s a us t*ne rbto <
je Maroc tra plu
ce sous un praire
tOrat
MADRID Le gouvernement pr
are on programme de protectorat
m le Mioc sur une bt puternnt
ivile, mais avec l'appui de puissm
as orces militaires en es de nces
it Cette dcision a t pne di-
nanche une runion du cabinet
p>s d'ardentes disc-asiiois.
La mission de la
Croix Rouge ami
rieaine en Gra
WASHINGTON Le secrtaire
Hughes a inform les g mvjrneroents
Iraocais, anglais, italien et g e: par
noes identique? remi^ei leur e
prsentant* Wi hington. qu 11
Croix Rouge am nca.oe tetm uetaii
son oeuvre p ov.aoire de secou s en
Gice le jo )uin. Le secrtirc sogg
re pout la so'utioa du probes* de
Mcouri dans le Levant la coaira
lion entie les nations intresses.
Le exportations de grains d-s
fc-ats-Ums ont atteint la sem.m
dernire j 4Q0 000 d; bomems .01
Ue j.507 000 U se.ii n.* prcient.
Une nouvel li re
dans le vol des a
roplanes
PARIS L aviateur Bsrb>t a
ru l'air hier i Toulouse pendaat un
quart d'heure dans un planeur muni
^clment d'un moteur de 7 crie
vaux* Bttfbttl d.oMe. vol et at r
iiaaos l'aide du vent. Les IpCialil
I,, prsents ont dc a- que le vol
ce Baarbot tait le d<*bat d une |nou
nlle re dans le vol d;s a opla es
Lord arnavon
LF CAIRE Ltal de sant 4
Carnivon continue i causer d I
vives inquiiul s.
Un paqu'b i! Miii
ROME L ?c d-^pc bt d Jogoa
acnonc; qu'hier If cardinal Mercier,
pnmat de Be!g que, a b'mlnou
veau paqurbot de la Red S ar Le
lec Brlgsnland qui Jo.t tltecL
o. ,t \ VMS i N
q il :->nqi: c
.-ut ; *o -.es qiv ''
pareot d: l'AUemtgw France
daoi a qvicsti uii.i j .'(' "oi
:i e'.li; s-o. pose t d'atilen u '
R i-iie t di tout q <" t >*
lonieLoid RiK "'q^. *\ DU *u
C'ais Un.s porr J.t u f-ie d^
dis oar^eo livear Je 1 gae dss na
tio is, a dclar en ou rc- que pour la
$4cu i' du monde il est ncessaire
q ie 1 esprit d s at ions MtM de coi
t .rer la force tomme le seul rcm
d .
Dclarations d*
Mr Rmiberti
P\RIS- M Kiiber'i a reei Mr
Noyaa it a expo la iitnittOC *e
te inarino tranmee. Le raniatre a
ootamiu Mt dlar que loi arnn:
eama pauvnt s reotfr* coiip e qa
le gouvernement Crangna deaire ob
tenir le plua t pjiaii) e la ratit.il
lion dea ao orda d^ V*bldfU>Q :
donner ainai de U dUcnaiu 1 toiti
nouvelle p op^'i'l ^n cne trn int i^s
modirlcattonaimpir auei au que
li'ua territoruha d \\ reg -a raaii
oftra d acjip e: en piinoipa BU noa
vel'.e rdictioa da U convint 03 coa
cernan ie e a'at j idiC.Hire dai trac
g se* eu Turquie, cvxitorraament au
d air de recipro.r Ji la Turquia
mua dna uie BMfoN qui puiase
rep-aticabe Lon Hacha avait
Uinwilj .jHiai iltii^i rtcinimi
qiai fieaedi detatoie^ d '-rau e"
DegOOtM entre Ij partiea lutrea
Biea. La note dit que lea clauaea
d .vint tre da:u-ji iaaaame et
uv lea coiceaiions niatotllei el e
pouiraient tre hltefei dar.a le trat
l. Au aujet Ai capi ux et dea M
trapna?8 trangre en Tonne la
BO dto't e q m e pJ a a < al-
lie. 0,1- 0 j og'. leu loationaix
a ngocier direct a tut atte le jn>
v.vn-.ue t T ne et q u le aj > a d
cea n^j:iaMnui facilneralt grands
mnt la ooaelaaDo de le pan.
reprsentant du I ap9
HAMBOUPQ La nramlere earai
aon do eeigle donne par lea ranea
a la population de la Rhur eat arri-
v aoj rordhfli Reei. Ctte car.
ntaon eat di 1400 toanea. bile aara
envoye iinonediaeaie.it dane la
Rhur
BOSBST -D miUlarda d* miiki
et i')J 000 'ranca envoye da la enc
c -.raale de la Rei hba- k de Franc
for' la eiworaale d W.eabadeo
ont t eaui- catapri mdi pr lea
douanire frai -i8t
BRUXCLLIS L'engig'trxiot d
si ballon dana la tnnpa Go-don
B->Tt q ii aur lie *i m'is da bp
ten^r' rjehair OOO^reid une na
t'm < *->! >rfne |ll 'ra joai parti
cipsune Buarae avrltroa et q"
n*aietait pa iuni a ouo< a tu
t, 1 -n l, Etat U^'4 la t racCfl 'a
B a jue I alw I Ka >a< ie a*, 'a
ftuiaae mt :n c "ni 1 *c s 1
g LMagUterra J u ' '*,! Jto?ne
an Lt car; oipaUoa di li Riiaii
t refus4-.
BELIN. L da te fo:taita la I }'
1 magne a aun n>n de 1 > liaidi de mirlei peidaat la dtest
me dcade d) uaara L total ne la
dettaateio' Mi "i1 1 :l flf* **
I trtlitMM i >! ri* ':' H **
baux:. .:; l- - %ibi i J"
Moaptgil l' 1* P ;' Jf*H
Jjia par ira oaar llW*e *<\^ VM*
u devait de la rein-* KUaab th qoi
revient d'Sgypta pat B ladlal.
Les li)iirs
407 S8
NEW YORK
% rling
Franc
PARIS; Saerltng
Dliai
7> 94
H 17s
c.
son premur voy .
Yoik le 4 avril. Le B <<=!*
en navire de 2; 000 toaul >
l/Ex Kaiser
lONDRiS be brnil court jr
lex Kaise et la p IsceaM Htai ie
se seraient dbnitiv; ment spars
Mgr Seipel au
Vatican
ROMa- Mgr 3 ipe;. chuicttttr
fbiiichien. qui ni te 11" rou
i!illrentea conrnacea, a n r eu en
audience pnve par le Pape ri a tait
visite au caiditai G ipar. je:itt8iie
dtatUucique Mg S i.r1 ait di'cu
u Vatican la Btnation gi.rale au
tiirhienne, il a surtout par de quel
lions tfliRieuse 11 a appel 1 tten
ticm du St Si^e sur l'tat de piuvie
t de certains icuven's autrichiens
dan quelques udi desquels lesiei
peu tes sculfient actuelement de la
irr.U -re et 'e caidioal Gaspai
n ont irrrrdiflemeut oonr dti or
tifs pout rtnir en aide A ce icrtid
Une confrence de
Lausanne rsmiit
LONDICi- Le Forei|in Uflici
coiiimuuiqua le texte dune ott
identique dea al ii adreaa^e a Pa
iha chef de la/ddlgatian raiq .. n
vi ant la Tirqn 1 reprendre n
coutrence de ^ail I iOj*nn. L^
noteexclut la pi >.ive-vififnte (iu eaj
apprcie l'ida! d pan qoi e lupif*
ke Etaia Unia I r^qnlla out pt4
l*inititive du i- M >a lattlrtuM
Wa bii.-tt ' ,1 t *:^,, : p i" *
10 u qf le pO d la ItOM
tiou de ea pui-* anc< * de r.l<
n'eat plua le pe it irvgmfiit rope lIllMtre par d nouDreux a-
dea au-Jela dti mre Une KOMIi
Franc te*. De. Ce't^ nouvelle Wl
ce couvre ont raparflola norme to
Aie. eu Afnqne prnai du gAn e
1 icique et noii,4 ur da la ^"OJ.*
uli a cooaMio ore 1 do "t ou
ru ii.ora d'habiUPti c cl. h (lue l>fi x a'foi h d*- li-nv.r;.
ijoand la oartoe j" nrmcip
6tel daaaorfi ' ,,D"uJ d? "*
(ommi.t' alors vpr If O'otlM t
de lea 1 lOtgei cor'* I ennemi j
temp de guerre On ea-ima >l
n illion d'trai:ee >n eomrae nes
inre pour n odnnier lea colraaa**
ip premier rerp le budget do
tre Ce la mariDt eat an reali' a
moine de ce qi.'it 'ait avant la
nuerre, tn tifft '.tf ci( a man.
cite pour IK3 aonl de 10-0 ni on
ce Irerca papier lontre bil millioua
de fiai ca en 1U14.
PiiitvS Nouvelles
LO.NLhK ie n- eimneot fall
coiiieitifc ie a.itaicu LicMetaiie
kcur l'anne larale IwiHg? 5 fi
I ,r ^-.frVJ^'
Un Danger
Noaa aUirona l'attention da a^r
v ce d 1< soierie aar ltal lamen
teble de la rigile do troue m de la
rue Ma3joux corr.pria entra la rua
du cen're et la ruo d j Penple.fiade
no.d Toute loa aUo-W qui aj
trouvent aont ra^c-i don effroo
dr^m.nt cartel i.il aoffit M MQ
p ur pnvoqier in boulem-nt to-al
d 1 'erra'n doit lea part es ae aeta
Ch-nt de temDa en tern.*.
y .on fese d aoo mieai pour
vi er cette ceUetrophe.
Le* pluies
\\. Paul Sal, olana une tude
pttWieanfluMatioomclal dalAjrl
olture dernire limtoon, a tud
leaoycleideapluleae conclu quj
i993aera onac e ci' vauae.
tern?quif**tcro>realaraliaatioo
d-.-t prvitiona da Ma Sa'.
Ce soir Pa'ia a i S h'urea pr
Ciaaa i'impsjab'.a nalnav idgalttaU
rchic port au.;HCCien He ac 1er-
memo o'ogeeacrtM'ie. Oa ea-
l,a ont Mu o;re Mto me
Liona, une Lfao, rrmo able, Ile
dn iei Avi.l a biend'antrtamor-
oci redits.
Ente gu-ale: negouide
BaUon Une gourde et demie.
Inspection Sioiaire
demain le discouis prononc se
(uniailles par Me Vilia Ojlfnlj/
- Non eoregistroas a?e plaisir
lefiinulle.deBM;lhC!.a-heaet
avec Em. Catbooel.
Noms avoai reu le P V. t- uc
ootre ami Louis Cailard, Inspecteur
Gnral d l'H nigratiou hatienne
CU-Ce mi'io a t bnie eo l Eglise
du iacr Cm u de Turg-au le maria
ge d^ MUe Cle VUrcclm avec Mr
Garni I- B>rcu
Tous nos meilleurs comolimeot.*
Respeloi. qi Ce t daman
oirquesea dsaadaoa les beaux
aloDi du C:lU Part au Pnncieo.
M 'ham?d, Mars, le ***
dleade Mr et Maiirr* Gibn! del
_ Le< travaox d' menuiserie t*l
usd!fi:iles les pus lgants et
les plus sondes sont excut** la
parfec.i nlaSrienSm-no'ds >
IttUl l'entie de l'Avenue loavar
ture, c'esi-a-dire au Portail Logane.
No prsentons nos meltlaoi
souhaits notre sy BplthiqM con-
fi.e LSsior 141 c r.tri a/aith l
dans sa sept ne ame.
Le paiement des otra- d; la
DUe lot ieure devui s I re en
ehqjes.nis an nom Je ,*or.urs n
IQriat dia lei livres d: U B.-qu
Hatioial. miisc^mn Iti tutti 1*0
a ttfa 'itpuparelle.i 1 t.-mpi
et qu-il importe d i^aa-' sa'uli -
tioaau p'oii6-. autbufl 1 Ci tel
t fis p--ovi ,vc le Hoatsiaern a' a U l'H d*
p V r cetf prenr a r p> \ o 1 e 1
espies sesg'i-n-t tt 1 pU ea
trloi do Re j wre.
La B aqj^eapt q les ivi*&t
flnitits jsront b-pttliv. et ou-
lie pourra, ta paie net de. COU
vtlle lpaitilmns, adtes^ei de ct
oaes aux porteu.s ir.sciits. en couvai
ture des intrts qui leu seront in
( Voir plus loin l'%J de la Bia
-.Le lage Bjauvoir ayant voulu
coaealtre l'auteur d un arti.-le de LA
POSTli. jugditl ma-oire pour lui
la ditotl on prov.aoiie de ce jauroal
a (ait savoi' que c tait Mr Po-gtt
Le jcg eantoir a dpos mondia
ttment une p.ainte cootie ee der
-.* Le sans fil d'aupurd'bui intor
me que le Praiieot Zayas a deraan
d au Cab nrt sa d niaftoo 01 lau
se entend e que cett- meco e a t
p;ie la u"e i oppoiinon ims la
tam II o'fi i- le.
L'-e dpvb de B*qiti innOICa
que ie> rn-pov. dei Ui m Kiupp
ont dclamh ce atin noe g eve ae
ving* quatre h'uics ca si^n' de p o
Ustati u ro tre 1 ic'ioi I ari se de
jam'di dernier quand M en 1 mi
trailler les ateliers Km:>r>, ce qu- oc
cisionoa 11 murti mille homms sont employs dans
cet e us ne
On an soie oo-jr simeii p'O
-hiin h s-Oi-*= slti01 it
aL'Arnial Kli k a, i C -e Vanits
;Wui tuttptons publier iolontiin
la Ultri suivante qui nous a apportk
a matm SU hhbou fili, en ripomi
utuapel it Mr Lereboiirtjuta pan
ui hier. Muts, U demeure bien entnuk
aut notre journal ne donnera plus amm
lubluiti quoi que ce soti toutbm'U
diffrend Lerebours'lohbois.
Port-au-Prioaa, le d \it tMl,
iloaeiear Clanint Maglolre,
Oitecteur du Mattm
F.V.
Mooslanr 'e D.recteur,
Vous avez pibli, dam votre Ni
uiro dliier.ooe tettri1 ; no re alna.
aiiz'ie du ronm l.i^omaiU^
ebojra, lettre par laquelle le ft,
Lerebaura prtend que c damai
entrefilet paru dana ldH-oo dalli
Mara dernier du Cour.1er Hatien,
noua avoia port des a:cuauoej
grivea et outregeaotea contre au
boirieur et ea dignit
I e trompe gran1men. Cal
1,hkhm Lerehours lu niiintqmam
a uorler atteinte d *on /.-j/wuur afl
m ,Lij>ih en nra< lenonami OH-'
|4ioewt comme chaf d'an coud*
iui avait pour bot datiener IH
vie de Vlr La. Baron, atil oata,
rnaornaa Lirebaara 1 a qa a aMat
de LsJ g' ai-iatrucionnatarliaj
un or^nja*. rendre aou oroa.
omea daia 1 affaira, roitai\ m
i.ice du doeeier ea-ont poaaiN
hi nous pour l'iitkaioa daa.
Li ia**
n'oublie dj qu'il a t tout
t en deux foie avec noua, qoTm
lB au hjuta da aoa'euii leilaei
h- m deoonoiati ma en note praaaaa
e- q 111 a eu lui mine a dcigarla
permis lions da Jag Bc*u.oir.ll
I i indiquant o il iro varait, m
o.re cabinet de fav-il notttp,
1 odie co reefoalana avec h**}
1 or Bcb? k .
i'i'e4& xir noua.au c-bioetM
ji*. ri'I a uct'oo. i' djiinarli
nom (U l t m yuia tti v.idn aoaiaMI
na-t-n paa ojdctar r q:eadan
^^trtit lui mime et qa'ii #lw l*>*f\
. |
ut paa*ioi;o.e,0 nnaon Uot.aa 1
ra a (a polie* que r o i# uai.aaaipii 1
dplacer, et noua rendre en proie*
aux Une da confrer avec lei laail
de la prtendue ;onpuatton awi
et dan> cerUinea autrel ?!'. "|
Notd V
tour certaines raiaooa,
pouvons, pour La mon'nt, rac
u pub'ic loutea lei inacn'a
qui ont t ourdiaa montra
l'homaa Lereboure et aa l
Noua voua priooe, Ur 1
teur, de bien vouloir puni llCj
sente, en guis* de mue aap**'
dn* le plue proebaia Ma a
quo 1 lien. 1
Avtrnoa ,'eaurci*maniBi>i
et no3 aalutationa la maii*
lOLlBOi.shus,
Directeur du Cearra w-1'
de Port au
AVIS
t*i ince
Ira corf^itncea d hyy na de
1 uvre de propagande contre lee
miladiea vitablea. aont reodua
otJigaioirea pour le 1 ei.urauie ei
le. loeiitu'nce de Port eu Prince,
pni d n 1 iLbiique.
E l*e ort li D di la aalle d'exa
Deii du Bureau de Mn*re< lion co
'orrlH Inati'oterr le fin lundi
de 1 bmue noie d ? 1|2 a $i\i b.
du iohi .,
p,nr lea ltiii utiles le Se jatdi
tfa b- qta moia 4 la mice benm
M au P||5a, ! -i ru 1^|
Parisiaiia
JEUDI
Celle qu'on
abandonne
Graid Ifira4 o,i'' w 4acte atre
Q'i yi Boiavie'l
In'M'r ; 50 cent.m
Compagnie Gn*
ralt Transatlantlm
que
le temer "Biskra" venant de la
Maniniqae via les ports du Sud ett
6t'endu le 0 courent
Il repartua le n^rne Jonr oonr
S.n'irKO d> Coba, ei gnr de retour
fe on eu Prl' c 'a 12 L- nul e da
I PinAmire sera fuo Par iva da
paquebot.
Fort au Prince I 4 rvril 1073
Ataudn que les ob'lgadoai
tivea. S'rle d. n'onipare
p parea, Meaeieura lea
daeV-.aP.oviaoread;, gj]
la Datte Intrieure d H*i .
ont informe floa, 0J
sx inetrodion dej.
d'Eta:d^a Finances &duCo-
il peuvent ae pr^ae^ter a*
ebate de la Banque NaMf|
RApnblique dHM'11 *._,
Princquen PrawnC%PJJ
ur le oouveao capital J. '
trea. unep^emerep^iuo,
r daune demi po^ cent'
du 1er Ja..v.r au d
t.ette reperttion ara
ce cee, cottre r-o et ami
iti onJaa Re .a *''"&
L'imtt de 10 0,0 ic.a P"*
me de coutume. ,
dl Dcembre '^Qel. J
titreacontr* dea l 5
iT
air* c-. - n
peuvent e pr**eolCllcra
d.la Barque cour touc
Hf.
r.m"p."re.7ntr* arnrj^
iti ancl-na et la P": i,n.
uonur lee teua pro'^, il
P^rt an Prince i !
3&v


sas.
Lt id/Ji.i
' iftTiSLE ras t ': raw
PASTILLES
VAI-DA
a*nt lndlspew*ble)
irfltfJlTf pif*'!"**
VIEILLARD qui art prend* l'air,
GHAKOcS PERSONNES q^iw
m.J,'Dl 1 h1 OCfUpiliOTl
f p,ur PRSERVER
LEURS etGAHES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
|e Rhumes, Maux de Gorge,
laryngites. Bronchites Orippe,
Influents, Asthme,
Emphysme, etc., etc.
MR IL FAUT AVOIR BIEI SOI!
t.t n'employer qu.
PASTILLES
VALDA
VERITABLES
tpimIiip sculfment
BOITES
por!;;ul Ir nom
Gmtto des tribunaux
Lt tuaro Je liina df r/t* wipor
tentt puhhcaUon cempotti le semwair*
I. fiibtul de Cassation. Aperus hiito*
pautt : Coirposincn 0'j!aD:saiion, Atlributicrt.
II- Irumicn de :it;: du j.gt F'eir Vi-
nt fictif df la Ccn n imon de < He.lan alion.'.
III Tiitwnl de Osa ion ( sccucn civile),
Tel ictrt Foruice U. briel Augustin et Ins
j rime
IVTiibotial d< ie>e In !an>-t de |r> roir,
"'" "" M-d n c Vve L ton Utroioc Honor.
V. Li auon Um c d, > lois votes pari.
*tl dEutde Sep >,13 i'iviitr niii,
L Mm Dicticnna re de Ju ispruderct rui-
nai
*"l"Js
. Bulletin olficitl
pu Dpartement o.e i instruc
tien publique
I New svom u,u le i un < 10 de fvrier t9Jjt
%Mkiio cinckl du depatttn mi de i lnjnuc-
BBfkbbttuc ; U (cijui, L icn ma ri suivam ;
[a*ua*ile Loi ci j ittnci iyaj >m lit
anovwei Ancte sur ks 'mues n Itt
* ,* dans i umiKD.net.t. aiiOI
Ifccfc N.iicnai* di ncdiuie e; cV |hatns.
. Ant* iur li s fccclt ivuinaUs- a t
ta un je peda^ie t, oi articot dt. ioa
****. AnU du io Sej-tin.crc l'j:: riiatrf
Wicii ptdagr.iut ngian me det
i-iMiniaui Iniuuiuon n ioictncUi pour
MWM et radn.ii uiuuod dis Lycut U..
. "tMelfieull..- In.vgi.rit on d. IFeelr
P*Midi|'ttii.Uavc.- Uscoui du Seu-
tT.tt de I laittuc un publique Discours du
**" ftnti.l de. t,,e,:
wrirrertioi, le utp.ttinient de l'Inslruc
FWSa.ucdtjor. envoi.
[tanama Ruihtad
mmhip Une
rJ**de l Agtnt iinral
Rtrite' d. cr,t'hui ca
lS,!'.,J'il/""6,"'u "< ""<
icTi,,de/u'trtf'-'''
O.b.THWMISUS
Agent (Jentral
Ail6
lut rl "" au omob.let D m-
I*ST ALVafVtV^P1 tb.X
jjiw.S ''pour Ao,. P"
. tatoues de *
Ni j ^V " Vendredi
jjkl, heurVl""08 PM,ei dfeu'
1 * The Charles fi. Brown Painl Company
ircfkljt New-York
Adjln mrfMi ( i unt des i N ,...... , r c,...
Sou, Im/luenesde la chaleur i i ulrf.M "V^:. *,-W**rH P*
IfSfil Exclu*ij pour Hati
""H. SIVEk
vSS i'mc4pouc" or l4M CbMpe'0X V,0" iap*r'or "",r
OJM, couler brod. J45 arJff? U. d Urtif * 5
FtrcrJt blt.DC cp Crpe ^,^-J, b.od# |a >
Toilt voile pour peit voiliers t 40
nide*o BooiMliDd utgUii lira
40PXm.2Yd.de long 10
MoutKnit.i- tumee de 50
ln.in biai c sr gl double lirg
cuine.de toute b L' ion duppu. ut dousiioe
3repou fleuri cO"ltar I aan*'
3jQ CMimir anglais di-p
0 40 Ditgonal rnir extra
Seige bleu et gl. u 4 70 &
D III fi BDglPIB bllDC
<70 Dr.Ubarc unonrug'a
0 40 Ui I cotOL blarc et il laj|
ff'< li m 'luff r iup.
CX Lit ck tu bltki:c ai glai<
1 Alp-ga toir suprieur
n tk." Kokl jAQne anglais eu;..
Oril
4&450
5.rj0
a 3o
5
1 40
0/6
050
0 4
0 70
2 4")
0 5"
0 30 & 0 10
Torsor de poie pour clmnisH
bon o et robn
Q baraine blai c bai r
U'gaudi couleur
bobeuno n - |t
trdpe sngiau g i
Crtpeaogi,i, pi r Li r
gMoul drapa et gl su ooriioOW kaki blanc sju
I oiie diap 01 8, gH18 g so Zdplr | b-nea gjjt
loile i uiB'tle grand larg aup 0 4U cbeiiiieea ei robes i (,,
Bandes biooes auu.e par BJ derti soie do iae 5m
ooiie *t dtail bas 4 jurs iDprtfw ?00
Broderai pour robe e* BiKfilitfTuT S
Me.g. es de toute les qaalittfe Chauaaettes entou 1 80*V
Oigiudi sens brod I sone 1 50 Toile ) le or g-anda wSSEnQf
La Itate serait trop loegontl nousf.ilait i umrer touj lei ariclua
loi uoua avoua a magasin c NI pot.ru.uoi nou vJUS laviimg, ..."
H su vift'' P0r v "" c* d'a,oees i p.rfar la M Via
aiuu?i^McdUpt%,7^r-el1" de- ar:icie'tfSS
(7 P(? ^^ eet le poinon de garantie de notre
qualit. Notre Whisky est trs
souvent dsign par cette phrase,
qui a t choisie comme devise par
la maison HAIG & HAIG.
Nous allons peu peu faire paratre
cette devise sur nos imprims et
nos tiquettes. Elle deviendra une
marque caractristique de notre
maison.
Acceptez de payer tant soit peu plus
cher pour Un peu et du bon."
Nous maintiendrons invariablement
cette qualit afin de justifier cette
devise.
Haig &Eai Tive Stars
Scois 'Wisky
Aucun Whisky H.ij ft Il.'e; n'e< etp>rt* en cirifons. No. croyoct. derf
eoulifner ce fait parce que io.re mu-,->'i s* Mrvaut .nfefo s de ce e^nre de boutaklle.
Um longTie exprience nous a cm-v.t t w ces bouteill s rsentent des incraraieotak
SUlM Mi estent facilement et. leur ;ra deu- n ont iu ui forme. eUes tont aouraot la
twarcedun prjudic? pour l-t acbeUttra. C eut dans l'm e M de im client. Que noua
avons ceaae de les mployrr. *
C'ert toujours le mtaie Whi.Vy d qiu'i e ^jora lijce que noua vendons diaa est.
Souteilie. h aaJeur., noua n'avo.is qu'an* ettls qualit.
kUiO a haio ltd 'r.ufi.u>:t /. .i y i ,. ot iWJUI st lond1.
Rh.
il
J
LISTES '
I KKh

HATI: Mr. U Mh> r*. Grand'Ru* 1717,
Part-auPrinc*
P!>'e kilomtre* ionl pH.cou m dm
1 ti I iUntiiquifi r ?> se Mrv i .1
La Gazoliue
'c
Shell
Que d ft' wiotie qu lie m iqa 'imtit*.
Cest minrt que 1rs mcanicien ont
inll peur avoi de la SIlEiL
pour les avions pour :
1
I a TaUVPiafl
01
L A .XaniQtfi
I a Tkavlksiu
laHOLURI
FN U'STKAlll
. J
La JKAvKiaB
ni.
L-.* MlQUI
Tous les uiei-ani ?eus qui oui essay ?
SheHoxt rt connu ^es qualits :
I Plus de kilomtres par (jallon
2 Encras*mtntd#*cylindrerdtHi
3 lie u onp
au minimum plus de force et de vi-
Uste en monte
Si vous ne connaissez paa encore
la SHELL, essayez la, vous en
serez salisfails:
tn vente au dtail
Dtms tous les Garages t* vrinoipaUmmti chez
Station de Gazohne de Peut-Four,
John H WOLLtY, : a. C. DCETJfcN, Qraua'Bue ea.tuce Station Oen.raile
a*c Fooa^iora
En gros chez ;
Robeiis, Dulton & Co
gnt Gnraux pour Hait
^
a DISQUES fOLUMBIA
Ainaleurs de bonne
musique,accourez chez
lu Ps-eetmann-AGGEHUOLVi
Hue du Quai
(f)it Oaa.L- traavJeiet Dtv MipertS^ Jt.ii|uga Ct>
fumliia (niai'caaji DVpr'a), Owc itep, $*&*%
0\lo-tu>t^\ic^ CfranU aa^l'aiu, [raaal>, #spa-
jnotaV, tc. eU;, 3e^ pti4C CKwpllxmlUtnniT*
rduite.
L DUC il s SpeciMix
Grand Uolel de France
Oui par ta situalion unique au in tu dis a/fuires se rUBUimmi
l'ius pu l'amaix au public et m nombreux et distingue ',Vn
loursn CUISINE soigne et tout U txm\otUM% nfmuttri aur \^a
gtmn de Commtm et paUiculirement aux commerants de tassm
'i Pori-uu Prince.
I htel dbite par Gallon # par
Bmttqu s des Vin* de Bordeaux
Itouur 11 Mme.
Cet Xins vmnm mrm*mmt d UAIteAC e' sont wmtii tir
vi de rmmnt, t.cm pouvons le prouver par des CERTlKlCaTS ml
^ ovs tenons toujours lu disposition dn t tumit iQ'*
thamtaute et Vit. Mousseux prix
mcd cuites, m einivr ehjix.


I MAll*
. i
ns un Rve
r*i i : an .' si ' oui
;. .
'.
/. An.-m '-* h atut.
D:: '. - :
1
i I .: r'
i im ir r . et.
EXTRAIT:; :
CElUn, Mut.
ttimtia, Viotiltt.
Cy L1U1. Muguet,
lu,, Hilittrept,
C/>>-"r.
Totftti Parfumeri.
ri f Ml|UM
mk

t t. 'j u m
fie v. 1 i
''SE&
/&/
: iv -\-' .' / ^ *
ARYS
3, rue de U P**
PARIS
^^^^'^^''~> v
V.i'lant if Hooi igwito ftttatftt, Oiy tt-a ** 4i rt
JJ ._!..
Fullou Shoe Polis h
Company Inc.
New. York
S, v*ut ff*b( protger la peau de vos \ebauss*re
Si v)u$ *mlm% avoir mi brillant lutnant et durable
Si vnts vou'.e^ la auhur et la touplnse de ce*
cbmuum pendant longtemps, mfhf* h m*"i*$
MUSQGMAH.
Fabriqua spitakmtni pour lu dames ex la gmtlmm du btgb th.
tu< pv.i e la piuu des eflouMurm (ont e ltumtu t ti la taltW.
tu t minium teur soup est et tenvern l>r brUb m.
tomandu la m.raut kCNOCMUM '"< 'd m"uu' Jt lom" m *****
mam ^^w'
hvB
traite des An-
ciennes Elves de
Sainte Rose de
Lima
Il eit rppel aux membres actif*
tox uietabres d'hooeeer t aux per
ronoei qui fiuiveut hsbituelltasmt
rrotlt r*"raiteanauelle que lu pltUX
exercicee coaataeoceront le mr.di 9
aviil vtioctiain 5 h-wiei prtises
de I epre iud.
Maido iu iciedi, jaudt et vend;*
d>,. S.> MpeitH tuivif (J'',. * i' me
ion, ara di e, a 8 h-ona du m m,
i ia l'i'o'd'i do t i^r* mi>ii auia
Btl a 4 heu aa irttute
U > - r* la gtnd hvtnr d avoir
poui Ii*""ch tut KfW* r-o 1re
ir< li bc^Meui du run Sn eaire
lolgf.
La Sarttain
EPONiNE JaN LoUI5
Elles ont hereua<*
et en bonne sant
Voua Devriez l'Etre Auni
Un grand nombre de maUdies des femmes n'entrent pat
dans le domaine de la chirurgie. La chirurgie ne peut rin
changer de plare ni dplacer Je organes-du moins rien de
somblablo n'a ,6 fait jusqu' maintenant.
Un pelit me'a;iisrai) d'une pendule peut deiaerTer et la
pendule avance ou r. tarde. Si le mcanisme n'est pas
romi* en place do suite il peut tomber et causer des dom-
mages srieux. C'est exactement la mme chose avec
les maladies des femmus; elles commencent d'un rien mais
si l'on ne prte attention elles produisent des situation*
'rieuses.
Aussitt que les premiers tymptornes apparaissent prenez
la Composition Vgtale de I.ydia K Pinkham pour
soulager le malaise et pour viier qu'il ne dgnre en une
maladie plus srieuse.
Humaeao, Puerto Rico.-"J'ai pris U Composition Vgtait
de Lydia E. Pinkham pour me gurir dc tluurs blanches dont
ia Oaffnia depuil loiit.mpii. J'Uii toujours fatigu* ut
j"vai constamment des douleurs. Une amie de ma mire
ayant obtenu des rsultats excellents avec votre Composition
Vgtale et ma mre ayant galement bnfici p*1" *on "
plo je ma suis dcide da l'essayer. Je recommande votre
mdicament a toutes mes aniies. Je lui doit ma sant et
en chante lee louanges chaque jour." Zoraida LajaKU,
Humaeao, rSierto Rico.
Plusieures lettres eitnUelrcs prouveut les ver tue de U
Composition A^getale
IL de Lydia E.Pinkham
1" "'\ uoi i>" HtBiClKl COV4.VNN.MASS. /.S.A.
G B Peloia
'>'!! I-W
Clyde Sleaioship
Company
JForeign Service*
IhfNfl dirisi^ par ia Z\\k Steamship Coin
panY pour compte de ( MM States ShipptoJ
Le'n/fs t// lITJt venant d9 New York
via Uh par n du No*d est a tnia
Port ou Prinee U Samti 7 crt. lt
n pur (ira le mme jour pour les pori*
u Sud prenant fret %t passagre.Son
retour la Lnpitale en roule pour
A eu Yorktrafla ultrieurement.
I>Ofl au Frneele 4 Ivnl IMt
Les dernires
Qr.wd'i\ti, En face d* IVfitiflBBft
PnrP -k,i*i> UaCran'|iafmQn' I Iropor'^tife rprjffin f'o CB*ef0iM<]
M' CI. n PiTt>U. t * H-aa*f*e eo spacieux loc' fB faea BTBe B0j (y KKlIrl.
Lt'e aejeteura or. rli. aror*'* l*a r Hr fe Mr P J-, fr "ex q*i ap ilfOtletH par l Z'.tfnn *, k /*
/i. 'dinar'tt t 't 'ttKfCt.Qit ^m
Aver.t (" fAir rpt. rriat i" oh-xieeiT^s 0a d'ii'lieiea de :WootBBw
feise wtt* tir te ia attitQR G. B. PlTOl '
Vcoa fD er^2 merveill-
Nouveauts
OHZ
La iaison.
Bp Frres Wgj^ CQRDASCO
Lu marnaf$ peuvent $e ri)aur car
larnaison titpa frre vient der.ca
vatr enfin pur le dernier itteamtr lu
ttine* tant attendus
Lee Jttini sont de petite ehee/e
diauort hyjtniquee >dernr moule
de perluUone et mutablea.
La maison a galement reu tu
tamfjltt assortiment de fintise et de
rose r,e LU inv te dune laa tvuta
ee/ctuit te nombreux eltent tant de la
Ciaitale qe del prwinee tenir
ht/aire une vmte avaui d a\Ur a*l-
sevra a,lie ut davanet pareuade que
t uimetblt cliente stunt tr,$ha dtt
i;i de >a fraichtur et de la biauli
ea mue que la modiexli an pnec.
Aecoutex donc vile, mutable aheui
it ami kune perdre de ttrttp a lun-
al de Hue Courbe et trente Eorte
in te meMeur accu voue >t rtetu.
^poii au Prince ie aU Um Gebara & C\ Ayeals 0ndema^e
Sise Hue Bonne toi Mo
A l'homeur d u.roriiier 'e ptil lie et psrliculireiceDl^il
Ueuee et udeib dieuck, iaui ut l. Capital* que d auireijvili
a Pi'ovinte, qu'elle a aotuellemem en stock un aasoTliruent eau
u'aruilede UOiaomenequ'elle veua a un prixdtiitut toujt
turrene: Peau de loutre couleur* et de toules qualits I
//.i, lareis, iatons caoutchouc, etc, e'c, iiacAMUiJfiingtr t\
pour inaihn.eS'
La Maison promet lurtout sa clieotile J'ie la P'0TI5*j .
prompiti eacuuou ei de U Ukl'iH dans les commandes qu'iu*
di a Lieu lui contier.
y Lu uelicia des at'iclee de corlonn ne la maison ofli6 )
de^tolee eu ttlti pour portes et cous poiules da Paris touW
s:oii9.
he Grand Magasin]
206-2o8 Rue Traversire
Tifamyr B ssMrii<
mmm blres
est Pe ment le plus agrable et le
plus i-commande pour les estent!
t* l'ge de 9 mois surtout eu
m..m ni du sev.ige et peixiat la
pcnuoc ue croissance
lOSTHKf/l/f :
*3>
Il facilite ta dentition.
Assure la lionne formation des es.
Ficellent aliment pour lee
Convl<*o m et le- Meillertte
esc Tnoxrvjs rARTOtnr

1 1.1
g f ., 1 1- .fc*if!.SAl

A lever une iraiioo. ireuble ou
non, tu haut de la fille.
Paire lis offres aux bureaux du
jcoira ______________________
< f M 'irn jfn
VeilrP-BRieDaM- Ds-
J'C . ...
. il 'K ' r -aie
1 d ai. Puai i* 'u1' n ,\ vi 1 1 ... F^rs
b|4 *f la *?' P M Lsa aA
fMBJi
^oHatjFliLiflejDsatsiil;
'Maison Oaccarett
Av se ses cien qu'.l i ni .K rc*oir per N }***!
nn n31111 rlioi de csvi i s'oulur.Onon^l non.A 'T'.JJj
rii-priMe, h pM x aiil' a fp.e n i n **'
ainmia, d j>l Jean Mwtbl.n;!^ oi'k P' r rfllse.,
De* a fl
m 1 *. 1 Lia c, loi* &* ai i:ka d pen. er ebOO et du bon ijoai en
h 1 a s 1 i> itf'as ii^bes. .
No. a irons I iidinou g ios riants rir n. ire o?
31 ne a v, .0 >u det pria ue liq id .uoa , spra iq'*
u bwtd t ga ^ a>v*ioi,< ta pic4jkfi


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM