<%BANNER%>







PAGE 1

• I. 5 IV K\ i M **am m A Parisiana Nouvelles Etrangres 'n*g$f* m % % %  — MrSiln'vr. t "trot M hien connu, Les Cours Les Rparation* LONDRES—Uoe dpche de Bir f ou f ce soir lin tu T ores dit que la confrence a m "M de principaux industnel pour d> %  enter ' siio on ce qui concerne les i part' ion .,, ,..„ . ffo M se ter en'eodr du quelque mo colrcnr* crole"? Pont St loiepti rendcos-nou en Parisiana. Voici 3 produit POUDRE SIMON SAVON SIMON /yA PARlb 17 ^triiog dollar 15 93 Vex relie Mtlna ^ouuelte est morte nos abonns ! Noa pnor ceux de no Abonn. a oui L'ur.uit icu qoaujoordboi occupation otr maero d IMMOI j 2 BERLlN-Unedrched£s*eoan voolo.r noue IC an r&-h" atsii. J.5IM0N ICRMESII Mm**£ m .„_, A'oui'etfe eoepdi Dpenses militai* a d sucr% phrite ebron que. M. Pofwcarii el Dpenses mUftotHon de lcre la vie cfire r ** de to Su8 .* e 1 u H. A .co M I tr.m trop* bER^E—L dpense %  iltMtlN ,„ r aoetroi ime expdition du M .. A .. .••„,„ 4 la Sue nonr l*an r e derniteie C r t es qoi va porer, croyoo.noue, !?. . Frle ti particulirement du Sur cette somme j million de [4M I du p.? qu. P nu co. du derpet 44 di.lr.b.j comme .ubven ffillnmestre q a subi troi. auia.a non au socit d. i,r. tations-Au prochain conseil de c*bi %  net seront discute* les mesures Jjg dette OUlgttre d30Ulivrt_. fous omaie le premier non repu r du beu rsultat de cette Indmtii, met d'an autre ct non* M oouvou noa empcher d> demander pourqaoi nanive-t-on U^<**> •" ••'• r5a-i pri. v, teSi m a* (••?„ S5**£ St i on .... Us, conieiller financier pour la Bul "A ..ffliania Mr E'ioWadsworth, sou strU ^ h i 0ng conf|i reUu U delU ".^ !" D oode C0Qait tt orBe re du tisot. aux mat uni, aevaii bQ aux ajlll gf errn inera par 0tue ,| du eucre pur le msrcb; e "acceptation d la part de la commis noa M p*roo que de effort e on des lpantions de j)o million r0 nt fait ^an it> seo et ee, pour franc, or payables en 60 ans. ^IJJJgg! JTJSffStt u.tneure, p ropo8W | 0|| re j 8 M 8 qoi prob. t-„npur,at,on du uore. HELSINGFORS-LPeiUa.ee a ]£ r A U'JUXti t <4 biUS ctattfairat M ,l li P ,0 P 0 ,,l0a tnl per de { l lif rUi tion p ub i iqu < 1 me.tie au peuple, au moyen dnn te scs allis su sujet du tembaant. menil l'Amiique de frai da 1 ar .-ne d'o::upaton Cette confrence a f i reuvse a un? date ultrieure, Mr Wadswor g o'ayaoi pa encore te u de rponse do gouvernement am ricin aux prcpos'tionsdes alls L-. sous commission cuuial rapport i sa ptochm fu M J B ; UIitcdl Malloiv, ehamp.oa Nouiadicasonn no plo.BiDCrei -• MK I* PO/i -. m*tch J^^OUJ noir. W^g iireue m taient de 6o -o. t fuarque da dlatiocuon. a fouMILAN 1 ^oux la premire fou depuis lanive de Mr Massoum au pouxcir une gtTe a clat UumilHer de trames, employes daos une comrgni >t 10 tœncaioe. l*bri ouart de* ampoules ect tques on tot a g'*v li nM du reov01 du diucieui amer c-in pal U ompa •oie. Lt meetb.. du conie.l d'ad Binistraoa de ta iomp.go.toDt immdutement crJo-n le loekoai Arrl Louis BORNQ P.estdent de la HtpHbltque Co s iraat qa il y a lieu de pour % or .U ctop'i.-fiim des Consei.' te fuarque de oitiucuon, a voU' lu rendre m claUtot h nirnaga tant u ptefeaseur atrite. dout l'euBsiguemen. fcond et i haut* uiibiji apprci chu noue, quau pUx bii Mate u aleuteut m rucher ciiob ei ai gote. 1.1 S.S t.ruuuil eat atteadu CZ. DISQUES COLtlHBli Amalcurfi de boi musique-accoure: ;. Prwtxmanyi-AGGMflHO} Rue du Cam&ia ^no\'ctcaix JVpra), 0atv ^t tjao^, etc etc. 5^ piix excej>li r&uitu ^_ Ciniit 0. i\. en de 400 Ibs VIENT &ARH1VER Le p l O*€8 orairjua pour son rfiid'J^^eof !0| Lplus e inoruiqy • i our ts solide renis'ac L']archiUctaqui B Tein > oie peut couslratrc* pouri Le propritaire qai eonslruii dpense meioi dtfl En tente ehez; L. treetzmannAGGi KU "PEU ET ^*] \+m B D O U N f &f ; HT %  u NriB-Pwi, ie llati.ear. !^?u*aaei%.^U WwwS Donne au P.la. H.tiou, Port , IOU t tn Allemagne non o.cu F e. d. > l aAt t ta *%\ 9 : BUR Q u Q-a. d Orsay a aioui que je ( S) Looii BURNO Mis tt et stuck d.n loute l Fit le Pieideoi , lgion oceufe ekt eniircœent 1 bi. Laie dE t de l'ia near et des jrllll9rllll(l Travaux i ub. c Cti.' t f ; J vi spUH Suivait ltgraCBOM i e q de M Iv/itfja tPtlti eS Le S e d'Etat eeFiaaBCU et du Yo k, le corpB de la re^ te. Vn'ito *^f*fv. Gommetce lam; Me GUFflE toadun'He.,ri Culu Fdll v: A iiLOIRC altorgae, atw.ida a P n -. -H iu*i renies pa.he du pays u:cas.oonnt s d g ^ d fi Bllluc 1QU t> Lb !.* faoj a ne auro i l u e a i? g a :d,dg i; do. orset^ ai, ont t iejo.1 ^ !" "g CrluKhAU iLeg Biui, ^o bie.scespai un irw*" MACiLOlRF. -ue nouvelle marque U u in goi u ^u a itu le pcuoiu a iu... Te a LU. ueilleu. eu. bail w en y a^aiatant fort-au-Fr.n;a, li 19 Ma'e lWa, £/treivu6 diploma Exprs* Navifa dd Cuba WASH1NGTON-L. r Dteckholi a^ffwiiUl d ambassade d'Allemagne. a (Okii avtc le ..rrtaire Hjghes Snr i demande aptale de 1 ambu 4e, rien n'a t divalgo de att-.a et acivue. ilH NJ " Le sis Hibaua est attendu ICI *J ....^ le 24 couraut, eu tonte pour Puuo ^ ^ d , J tre ffI B j „ ,, Ptaia et Poito-R.co prenant de pas Blauetioa>laQce, Un Peu et du est le poinon de gari qualit. Notre Whi souvent dsign par qui a t choisie comi la maison HAIG & HJ Nous allons peu peut* cette devise sur nos ," nos tiquettes. Elle c marque caractristiq maison. Acceptez de payer tant! cher pour "Un peu Nous maintiendrons un cette qualit afin de ju devise. Haig&Hai§Fid gcotsWMs Aocun Wh*ky Haif k. Haig n'et expert* *n c *"?£fa •ouligner ce fait parce que noue maison e *rvait autre. ^^ Une longue exorienoe nou a dmontr que ces bou"1 "'Jlfjj Elles se cs*nt facilement et, leur grandeur n'*'*-'"'' '"i.i-.fre I aourced'un prjudic* pour les achtor. C'est daos %  • avons cesk de les < mplojer. j C'est toujours le rnma Whisky de qnali' hors Uf" bouteille, bailleurs, nous n'avons qu'une BOBN qualit. HA:G a HAIH LTD (DMW.rU fimdt* •" '•J5' o 5 00 1 ''* ANGLITtun HATI: Mr. Lope Rwrra,Qr0* port-a*-Prtnct %  .•'



PAGE 1

[BLa aiBUBiAa Mo 5Qft9 WMCTIOR PPOPtlITAlBti JJPXUAIESJR. H**ij*ftiV3e. ( aitai i lment Magloire 001' VIRNA 1368. IM ABiriClflM RO20 C ENTIMES Quotidien i-uifm te M*fta * [Les peuples loui comme le* fcufaut&;jdu jiioueijl de yraudes joies uu de* profuudo eu .yriu.v, n se toorueui vtr le &>miioi qui j^rpercuiej ^ieuf emt d'me. tKLfPHOm Ifo Mi Question du Jo^tr wlralisalioo A m\n ItV 'tutiou de 18^.0 contenait ironto-i euivan c. r proluit rtqoe tonte* no Con* itu'ior a orei : a Les Ouates de It |b iqce ont d( ceotreliaes < avons eb-'fb' en vain cette lidnn d.i* I* Con'iltution ec Poorqaoi n y a-r-slle osa t4 Juif ? \a i bord, la dleentmlian'io tinre cit e 1 le eu elle-mtm une i ou une maetise rboae ? Q iearta'ablequilestuvled inc der, [vent dcider, en cnon'-is*anc pee ai la soppresiinn de cette FJ /OU fo siitue ••'), -mme un e faut pai beaucoup de di action pourrir, nJruMtre ou il 1Q* juate rifti'ubj"' r|p* ffac'oedes des reeec>s localee ne diapoacr dee rve ius de lia -vont des loctli qu lia cawate, ou a pea p es, ou Baltes cootrib.ieot i U pro i de oei revenu* Telle est |fodoeniiio le la centralisa iciret. Ira 1 de loi que le pnnclpe.one nia ut appel aabir des laaen's pjr l fair devenus J gnraux de I £ at : service force pub ique. service i* la Pibiiqae, etc. Pour pouvoir •es I seaeanrK'R gnrales, loi pouvoir compter sur la oiou de rbsqje rentre de •ou do pay* M aie ce devoir a tant atcoropll par cbaeun 'se dpei s, s que ncessita chaque localit ne devraient itiei qflo par les ressources w cette localit. fs est ent , depuis I m ermdiicaine. dans uu rgiloisi inou de travaux irai' sst impoas-blfe, ,i compte • eou de la ontribution o dei dpartement* du pry, litu.iou des r*ver;u r.e-tstiojpoa'ible, disoua-uoiis, H'JQ8tiris n aient usa iflaog la rpartiuoii dcea fout rcemment, 1 a'ronds la Q and Ane* H ie Tpiot'tw cooire (tat rela-if daua lequel i a t %  point d vue de h conte•• jeparatioti de grandes .Pnwiqoti i'our on centre qui a nsr'.,. combien p3ut-tre se taia'Pl I... O* ai I. prin'ioB da la % %  '•Scen'raliaa i m lni rjtendn, psr. i j >gto, que ls co • %  :.). i A' orii dnic a-oc pu c'dr pour refuser d'interi** dans •* r o>~ d Cons to'irm plfb -• erar* e 1018 u^ie dlapoM'ioo qii a p ffqoa contaui'ii -r t fl^nr dao &f d'iKi ooa Go istitu'ions aotneo r ? Four rpondre i un* t.lie qnn. Mo, il eu fallu ponroir tronvr quflqoe part le eonpte-raoda d^s discussion BtKqoellM la Conati'ntlon s'oello a DU donner lf>o. O •''"•'•'' r 0se1bis) de b'adresser a cette On f t.ki uu;t chosw Dolveraalisiaenl reenn'ajque, roor l'apcicstion utete •• I a^ioe tottjfprtattoa les CK. il iiD^oila soovpai rie ceobrrir aci diacuF8!ooa al d l ; r>raions quoi t lia accompaKnr ie vote de oe loisIl '.ai d aolent plna indiqua, pour la Cootttiition H-tufii de •ouaerver lea In ca de cea d '.. eassoos et dlibrations, que la Charade I8 oe dev It, dans Yt< prit de s t la publication dans uu Livre Ul n quelconque des dlibrations et disuaHiona du Cooaeil dea Secrtaires d'Etal ayant trait la Consitu ion. ainsi que de la correapondance qui a d r,cessi e-n r> erre change CM ajjet entre la Diparteojei t a -/U lationa KKiri-nra, U L-*a-'lon dHii li i Wa i.ing on el lu Dpartement U -Mal qa K -, Lin, Au mme U ie que' d'entre! ques te ne qui peuvdLt inopinment tu g r, se le de la dcen rjiistiioa m n e que la py sarhe pou-quel! s raiaois les eo^ati'uan s nnpr.iv ade J9'H ont pu dcider q i II y iva;t lien de een-ral ser 6 Fo l-ae-PrUCa tona ias r^veous du pays et d3 le* appliqueau risque da .ombar dao* l'ir-juitice. Joie de vieille dam i Hn!i'e depnis longtemps ant p'.ai air At i ds "e, cette vieille dims a le chgnr? 3e pos^^rr une fllle — d'ailleurs fort s^ui'anle—qui. mate la jonr">, tangue r\ shymmise. B'Ie passe si vie au dancing et elle y coocherait, si les bi^esaoces ne Tinter disaient pas Or, la gente dameuse rsolu!, l'autre jour, d-oftnr sa ma maa un veraiou h g r enaiine. Nlxis e'Ie v mit -omme cordirion sa g nrotire, 1 ob' gitioa d'aller siroter 'a m x'.ure, au dancing et i minait. Pour ne point contrat'er sa fille, la boone dnus'W blla d* sois, toit fa son o ; u beau r^i^aon, e la ran tu coeur. iKa s'ins'aler ce: dn \-7.7-'.nr,i Ce fat pour elle une rvi letton : — Etions nous di* betes, J e ne're emps. Cetteg'OMtciire, c?i cym baled. ce tambsur, c tonnera, voila au moude la b.-ll* musique et ta tranante etc .. Un gtat!em?n vint inviter sa :!e, La vieille da-ne s*i i"rons • Non. non et no.i Vile en a trop loit I.. A mon tour nuiatenant. Nous allons e.sayrr nous deur, voal lez von* ? Csu ne tuareha eei m>l du ont. A 5 heures dtt matin elle ne voa '•.it plu.pirt r U fallut al %  ch-ar ru: la pol-ct paur la meure la porte.. Un direct e.u ecear Nul ne prteudra que ce m*oage est le plus uai de 1? ville. L-s di cussi03saig es douces s'v succdent svre une rgi arit troblante Hier, Moniieur cas?*, comme oa di, le morceau i —Toutes c^>s d'^casions noas eus sent t pargnes i toa pre avait leou ses er.gjgments pour ta dot I — Mais il nou-, le donna petit petit. — Possible Mai*, moi, je t'ai pou se un itol ooua I,. FRED, : Autour d*un Arrt la terdisiot les dpls de uivtires iafi nioiftbltM an &ea da fa vil 1 a Gini-Vsrta OlARDI Cœur d'deroiie On te rappelle que le Conseil com mua! avait eu i fa : re approuvsr par le Dpartement de l'Intrieur un an t accordant un certain dlai ans nui sons de commerce ayant des do s d rito'ine ou ds k oae an cen're dla vilip oo r les faire transporter dans U bceheae*. Cet arrt devit re mis i eacutioj croyons nous hU moii d O.tobre de l'ane demi re, Nous nous demandons [quelles sont les raisons qui ont |empch qu'il le fat. Cette n'g'igence a failli coter chr i la Ville de Por au Prince. Souhaitons que l'exprience por *" r / J mieux couter i*aveuil la voix de U l'resse qui n'avait ps:*as ds c-.Lronn'-r le danger qu'il y avait toliecea dp's de matires inBaramables a4 centre de notre com mtree. 7e Epi.ole U Iliilis "ter et a H3 ; sodet EU e : Cinquante centiaiee. ?\A &A Orbi Qui Yariitta -pablic 'prendra avec plais t qttsinrei' prochain, le raud v ; e > nis'e (iabriei iel Orbe otkua s Cm) Varies L magnifique concert annonc ces purs derniers. Aupogr*m e figurera Ma n -" del O be qni clian -ta en franati, en anglais et n italist, Nous paSle-o 1 le mograoaai' de cette fte musicale. w www W! L* Pr&tideat Hti diu(j et la rlection D'aprs le Saas fi! d'aupurd hui, 1 Attorney G'nral Dauqherty a an nons h er soir que le Prsident Har din^ serait nu candidat la r'ection ROUS l'tiqutte rpublicaro;rnin 7 hearu* di s-tir i Parlait ti ,L*ai>:r< n.'ralc jrr t a'uoa ourde Mr UptKMM l-an-Jos-p!,, | c wioloebM ki-a connu ier< entrudu. CHOSES & A UTRE S trieur ieteeo feuillctaot nos ani tresse IMlle G by deux ** 9e 1 e beore ca Plus que les autres psree l : ar.a p appj ra ,t y 0 r le ]Prie 'J ^ 0e j* ne dct8 pas. me ." %  ''tiVohaidii '"ide dni e srs b-mUs l 1 1 '' "S" 1, forame les[•ecid quelque cho.r; I' 'a'rxoite K 8C e qu'elle 1 Mrouei glace, sarcfcaire rUrif, mme dent tri. fj, tf E'Ie s'approthe du Ple quelle n.he avec h f l w itd flrences ; la per PP'-MtsdoiRt.EleKtiiOt ;; c cm œe Ail B*ba d. vant -, Vu coup d osai sui|it gnod'p ", puis c*.on' des cares &es ai.i fanfreluches chres son ima giaafi^n de femm?poupe. Il y e U une voilette dont e'eisfii b'e, en minaudant devant le nn-o c o t voir une dame, une vrie !••! LO suite un casaqu ; n qm la ra coovre com.n d'un marteau ; put* e a tirequf'ques colifi hets qui oit le don de Is timsporfer au septime c e>, et qu'elle ajuate dune main mal habile. La voil astique -om.oe u e pauvns e qui aura t recueilli les pa v-.--; d M tiembrrunt d? terre. Cela De l'emoche nu'lera a nt de se mirer dans U g'a:c et de le pre dre de tes hu onara CftilBes Bal res^ev d* maison Elle va iu -. c tu pas tr l'ant i travti* ta chambre, mpjUan'e et firt. ScuHaio je l'arr'e : — O al'fi-i/ous con;me cela, Ma dem ilicl'a ? A:o-s, avec une ps-iie moue o il y a dj toute l'iOM de la femme : 3 Au c dtatsiof : M Ce toit, je vous icvoi-, tni par qui j'ai julien Tant de joan sans J ri aa* dtt.t e a; rfve ; Vous qui ivei ,);o <;• dt li ,1101 ctejr pur crltr : Le Dwo>ic*r ^o"* wwaet'eai cet-e req i*te naa'i niais -i Oei> vai*/t? Klll<*t uu intrt de 'Lois pour cent par a<\ U "WIlHill MkUlWK (3o/o). Pour r^pondr; au d-ireaprim pir MlC>Le* d\x lundi i Avril u premirn. ..1 -.. J —a—#— rp-rri*-^ta:inn A* %  1 **,',! L'.IK.U 1^ . b nt au d MOI to>r$. Unreuse de lacililer b' conmercs • noursuiven-, tans la B/publique d llaui, la Bw reprsentation de I Salnl K ', • '5 J.mt de MM Mo-avia et Chevalin dont les rtsi ..... ... M. %  ci y-/i ,, uiiiii, ta liai" %  —*' -rriw ^ qte efieituera gratuitement pour le PiliiS (t ) 'V "!< compta de m 1 l ien s, les transferts de * UN* fond aVpas foufft les localits du Poyi [i | | V QdZ 1 "I % ou elle a umsucursals )u une a g m* „ .,, mm 19. Ds^'' cdblRramme jrtu par le U Bunque Nationale de la Repu Cr >"^ du Vlftall la Nouvelle bltque d liai'/, te met entitrem ritali O i ars, dss pu ts de ptrole pro diapi.itf'/i de ses clients et pour les dvaesrl ISO,000 barriques paiooV rpraUcnt l Etranger, file (sur ni t de rouverts rcemmtn %  va.ss/it Usbo s etloywx svices de rao, district dr Mara'.fb ( Vntms h •National Ctly R tnk 0[ nt .\e M | a A. <*... _, .. *} %  > York* de l international Banking 'J, I' l A f w • %  • Hit U C rjporation l" P c 1T d rrodentier Lie rtrvs un cordial accueil d APPRENEZ LANOLAlft-PN—" fou Miut qui se prsenteront pour des E udiar.t 15 Minute' vit Jonr dei,i,i H ^ a do rtfueirynt^anfi suppl a* n < profeeaeur. H lanltati r-VMaurice BtteiiiM? fils Angl9 des H es d.-s Fr >n*r Forts ot du MajHSia d lEt?, men'aues ,.i. vour toutyutrr af/a^e nota aprs qoel inev lccr> Murcrhoinilii s Pors-auPrinu. le 23 Mars ,{j;i 3 gareoii pa'r crit." S w Banq;e NaUocsIe de Is tUpub'iqu* U.NIVH.KSM/IN^TITI rt vV F v-OtRnt n. *Oi 836 W 108 NSJWYOV vV f. 700RHILS, QireeUu,. Bc r i M pour woiriirjeinj .. a,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05885
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 19, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05885

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
[BLa aiBUBiAa Mo 5Qft9
WMCTIOR PPOPtlITAlBti
jjPxUaIEsJR.
H**ij*ftiV3e. ( aitai i
lment Magloire
001' VIRNA
1368. IM ABiriClflM
ro20centimes
Quotidien
i-uifm te M*fta *
[Les peuples loui comme
le* fcufaut&;jdu jiioueijl
de yraudes joies uu de*
profuudo eu .yriu.v, n se
toorueui vtr le &>miioi
qui j^rpercuiej ^ieuf emt
d'me.
tKLfPHOm Ifo Mi
Question du Jo^tr
wlralisalioo A m\n
ItV 'tutiou de 18^.0 contenait
ironto-i euivan c. r proluit
rtqoe tonte* no Con* itu'ior a
! orei : a Les Ouates de It
|b iqce ont d( ceotreliaes <
avons eb-'fb' en vain cette
lidnn d.i* I* Con'iltution ec
Poorqaoi n y a-r-slle osa t4
Juif ?
\a i bord, la dleentmlian'io ti-
nre cit e1 le eu elle-mtm une
i ou une maetise rboae ? Q iea-
rta'ablequilestuvled inc der,
[vent dcider, en cnon'-is*anc
pee ai la soppresiinn de cette
fj /ou fo siitue '), -mme un
e faut pai beaucoup de di
action pourrir, nJruMtre ou il
1Q* juate rifti'ubj"' r|p* ffac-
'oedes des reeec>s localee
ne diapoacr dee rve ius de
lia -vont des loctli qu
lia cawate, ou a pea p es, ou
Baltes cootrib.ieot i U pro
i de oei revenu* Telle est
|fodoeniiio le la centralisa
iciret.
Ira
1 de loi que le pnnclpe.one
nia ut appel aabir des
laaen's pjr l fair devenus
J gnraux de I at : service
force pub ique. service i* la
Pibiiqae, etc. Pour pouvoir
es I seaeanrK'R gnrales,
loi pouvoir compter sur la
oiou de rbsqje rentre de
ou do pay* M aie ce devoir
a tant atcoropll par cbaeun
'se dpei s, s que ncessita
chaque localit ne devraient
itiei qflo par les ressources
w cette localit.
fs est ent , depuis I m er-
mdiicaine. dans uu rgi-
loisi inou de travaux ira-
i' sst impoas-blfe, ,i compte
eou de la ontribution
o dei dpartement* du pry,
litu.iou des r*ver;u r.e--
tstiojpoa'ible, disoua-uoiis,
' H'JQ8tiris n aient usa
iflaog la rpartiuoii d- cea
fout rcemment, 1 a'ron-
ds la Q and Ane* h ie
Tpiot'tw cooire (tat
rela-if daua lequel i a t
point d vue de h conte-
jeparatioti de grandes
.Pnwiqoti i'our on centre
qui a nsr'.,. combien p3ut-tre se
taia'Pl I...
O* ai I. prin'ioB da la 'Scen'rali-
aa i m lni rjtendn, psr. i j >gto,
que ls co :.). i a' orii dnic a- -oc
pu c'dr pour refuser d'interi**
dans * r o>~ d Cons to'irm plfb -
erar* e 1018 u^ie dlapoM'ioo qii a
p ffqoa contaui'ii -r t fl^nr dao
?d'iKi ooa Go istitu'ions aotneo
r ?
Four rpondre i un* t.lie qnn.
Mo, il eu fallu ponroir tronvr
quflqoe part le eonpte-raoda d^s
discussion BtKqoellM la Conati'n-
tlon s'oello a du donner lf>o. O
''"''' r0se1bis) de b'adresser a
cette On f
t.ki uu;t chosw Dolveraalisiaenl
reenn'aj- que, roor l'apcicstion
utete I a^ioe tottjfprtattoa les
ck. il iiD^oila soovpai rie ceobrrir
aci diacuF8!ooa al d l;r>raions qu-
oi t lia accompaKnr ie vote de oe
lois- Il '.ai d aolent plna indiqua,
pour la Cootttiition H-tufii de
ouaerver lea In ca de cea d '..
eassoos et dlibrations, que la
Charade I8 oe dev It, dans Yt<
prit de s par le irifrtige populaire d vitan* oatureuecuent qo'ao mien
oie lacs pouvoir a'arr.er moi d-
tails.
il est trop normal et trop eon
traira a toutes lea r/g'ta et trajt
to. a q l'un doc icoeot auvsi i otmr
tant codtiens 1e rgir la psya tan*
I* coedriooe que nous veoon< 4*
dira, pour qo il ne nous semble "8
lgitima do rclamer de qui Jo d > t
la publication dans uu Livre Ul n
quelconque des dlibrations et dis-
uaHiona du Cooaeil dea Secrtaires
d'Etal ayant trait la Consitu ion.
ainsi que de la correapondance qui a
d r,cessi e-n r> erre change
cm ajjet entre la Diparteojei t a -/U
lationa KKiri-nra, U L-*a-'lon dHii
li i Wa i.ing on el lu Dpartement
U -Mal q- a K -, Lin,
Au mme U ie que' d'entre! ques
te ne qui peuvdLt inopinment tu
g r, se le de la dcen rjiistiioa m
n e que la py sarhe pou-- quel! s
raiaois les eo^ati'uan s nnpr.iv a-
de J9'H ont pu dcider q i II y iva;t
lien de een-ral ser 6 Fo l-ae-PrUCa
tona ias r^veous du pays et d3 le*
applique- au risque da .ombar dao*
l'ir-juitice.
Joie de vieille dam i
Hn!i'e depnis longtemps ant p'.ai
air At i ds "e, cette vieille dims a
le chgnr? 3e pos^^rr une fllle
d'ailleurs fort s^ui'anlequi. mate
la jonr">, tangue r\ shymmise. B'Ie
passe si vie au dancing et elle y coo-
cherait, si les bi^esaoces ne Tinter
disaient pas Or, la gente dameuse
rsolu!, l'autre jour, d-oftnr sa ma
maa un veraiou h grenaiine. Nlxis
e'Ie v mit -omme cordirion sa g
nrotire, 1 ob' gitioa d'aller siroter
'a m x'.ure, au dancing et i minait.
Pour ne point contrat'er sa fille,
la boone dnu- s'W blla d* sois, toit
fa son o;u beau r^i^aon, e la ran
tu coeur. iKa s'ins'aler ce: dn
\-7.7-'.nr,i Ce fat pour elle une rvi
letton :
Etions nous di* betes, Je ne're
emps. Cetteg'OMtciire, c?i cym
baled. ce tambsur, c tonnera, voila
au mou- de la b.-ll* musique et ta
tranante etc ..
Un gtat!em?n vint inviter sa :!e,
La vieille da-ne s*i i"rons
Non. non et no.i Vile en a trop
loit I.. A mon tour nuiatenant.
Nous allons e.sayrr nous deur, voal
lez von* ?
Csu ne tuareha eei m>l du ont.
A 5 heures dtt matin elle ne voa
'.it plu.- pirt r
U fallut al - ch-ar ru: la pol-ct paur
la meure la porte..
Un direct e.u ecear
Nul ne prteudra que ce m*oage
est le plus uai de 1? ville. L-s di
cussi03saig es douces s'v succdent
svre une rgi arit troblante Hier,
Moniieur cas?*, comme oa di, le
morceau i
Toutes c^>s d'^casions noas eus
sent t pargnes i toa pre avait
leou ses er.gjgments pour ta dot I
Mais il nou-, le donna petit
petit.
Possible Mai*, moi, je t'ai pou
se un itol ooua I,.
FRED, :
Autour d*un Arrt la
terdisiot les dpls
de uivtires iafi ni-
oiftbltM an &ea da fa
vil1 a
Gini-Vsrta
OlARDI
Cur d'deroiie
On te rappelle que le Conseil com
mua! avait eu i fa:re approuvsr par
le Dpartement de l'Intrieur un an
t accordant un certain dlai ans nui
sons de commerce ayant des do s
d rito'ine ou ds k oae an cen're
d- la vilip oo r les faire transporter
dans U bceheae*. Cet arrt devit
re mis i eacutioj croyons nous
hU moii d O.tobre de l'ane demi
re, Nous nous demandons [quelles
sont les raisons qui ont |empch
qu'il le fat. Cette n'g'igence a failli
coter chr i la Ville de Por au
Prince.
Souhaitons que l'exprience por
*"r/ J mieux couter i*aveuil la
voix de U l'resse qui n'avait ps:*as
ds c-.Lronn'-r le danger qu'il y avait
* toliecea dp's de matires in-
Baramables a4 centre de notre com
mtree.
7e Epi.ole
U Iliilis
"ter et a H3;sodet
EU e : Cinquante centiaiee.
?\A &A Orbi
Qui Yariitta
-pablic 'prendra avec plais t
qtt- sinrei' prochain, le raud v;e >
nis'e (iabriei iel Orbe otkua s Cm)
Varies L magnifique concert an-
nonc ces purs derniers.
Aupogr*m e figurera Ma n -"
del O be qni clian -ta en franati,
en anglais et n italist,
Nous paSle-o 1 le mograoaai' de
cette fte musicale.
wwww
W!
L* Pr&tideat Hti diu(j
et la rlection
D'aprs le Saas fi! d'aupurd hui,
1 Attorney G'nral Dauqherty a an
nons h er soir que le Prsident Har
din^ serait nu candidat la r'ec-
tion rous l'tiqutte rpublica Cette dc'.aratio: a t f 1 te i la
suite d'une co-li ence ent e le Prsi
dent, Mr Uaugn rty et les leaderi po
Iniques.
J
.MMiiwJI
MM
ansiana
UA.HDI
Der i re Raprssnta'ia d
T? Ili mar i. as
grand drame d'iahigieg j-.- pif U
c^'bre l i;na: Diani Kareil7.
en 4 ac es.
latce ; 50 emuasi
Pour l'orgue ~^
de la Ctlhdrile
A"
j
- 1
Avis Important i
' Jm flanque IVatsonaJi d le Repu
bliqu d hall bicis anonyma ha{
tienne, constitue U I 7 Aot 19M a
Pour dotmer tnufanioa .11 publt, une o-nU
reprsent un 1 le I. .. Li sera 4m i c tt
-ir *a praiit de 1 orJ(? de la GithiJrilt. *e*
i>ro;rnin 7 hearu* di s-tir i Parlait ti
,L*ai>:r< n.'ralc jrrt a'uoa ourde
Mr UptKMM l-an-Jos-p!,, |c wioloebM ki-a
connu ier< entrudu.
CHOSES & AUTRES
trieur
ieteeo feuillctaot nos
ani
tresse
IMlle G by deux
** 9e 1 e beore ca
Plus que les autres psree
l:ar.a p appjra,t y0r le
]Prie
'J ^0e j* ne dct8 pas. me
."''tiVohaidii
'"ide dni e srs b-mUs
l1!1'' "S"1-, forame les-
[ecid quelque cho.r;
I' 'a'rxoite K'8Ce qu'elle
1 Mrouei glace, sarcfcaire
rUrif, mme dent tri.
fj,tf E'Ie s'approthe du
Ple quelle n.he avec h
'flw itd flrences ; la per
PP'-MtsdoiRt.EleKtiiOt
;;ccme Ail B*ba d. vant
-, Vu coup d osai sui|it
gnod'p ", puis c*.on' des cares
&es ai.i fanfreluches chres son ima
giaafi^n de femm?poupe.
Il y e U une voilette dont e'eisfii
b'e, en minaudant devant le nn-o
c o t voir une dame, une vrie
!! lo suite un casaqu;n qm la ra
coovre com.n d'un marteau ; put*
e a tirequf'ques colifi hets qui oit
le don de Is timsporfer au septime
c e>, et qu'elle ajuate dune main mal
habile. La voil astique -om.oe u e
pauvns e qui aura t recueilli les pa
v-.--; d'm tiembrrunt d? terre.
Cela De l'emoche nu'leraant de
se mirer dans U g'a:c et de le pre
dre de tes hu onara CftilBes
Bal res^ev d* maison
Elle va iu -. c tu pas tr l'ant i
travti* ta chambre, mpjUan'e et
firt.
ScuHaio je l'arr'e :
O al'fi-i/ous con;me cela, Ma
dem ilicl'a ?
A:o-s, avec une ps-iie moue o il
y a dj toute l'iOM de la femme :
3 Au c dtatsiof :M.
Ce toit, je vous icvoi-, tni par qui j'ai julien
Tant de joan sans j ri aa* dtt.t e- a; rfve ;
Vous qui ivei ,);o <; dt li ,1101 ctejr pur crltr :
Le D Je veeSsSevsit, cruell*, aio.i qu'aua \\xi bti-
De notre passion araeo't, folle et vainc,
Vivan:e, unique u.! d^ tiolrr uj.qae amou-,
Dana 11 pji: iuquict de* jI.i. p.ocljainct 1
Je vaus revoit raayeaa e loot atai langoureux;
VOS mains sur vos giuoai se tenJnt supu laotes.
Et lentement j entends, comme u en do ;ourcua.
Une prire mir 4t vos lvres tremb ames I
Plus j- terme mes reaa e: mieux je es restai I
Vous tes la prsente en n.on a uc ftaslara,
Avec tout le p-inumps riau. dans vo:re voix,
Et dans voire regard l Oai, t'est viu^qje jo 3 11 M'tout 01 q-ieje su jj
L 1 ir pire le pi (un d.- vit 1 chur b.c.-i:,
Li br h ou n vous a des j is.-r J- t og,
ti votre me p 1 pi w en 1.1 nuit, oppresse;.
Je vous revois /;! ... Mes yeux sont noids, mon i
cour est Us
D avoir trop dsir de vous et de la vie.
Et j'entends tins Iris'on ie bruit de voire pas
Daus le soir clair at dans mon a ne inassouvie I
]'. vous revos, loiivaint- en iiion rve immortel,
H Ile de tuut I'msSMI dont je vojs ai mre /
iHiissi I enerns parfosno V en or M*l l'a.itcl
C\si pour te Sj .venir des ra nu es si.ies//!.
'.. Hkn.t PORAWP,
^ae i.i 11 esaet
lhonneur dinlor,ntr le pubic audit C.f*..i.A. J. ^
reyitUiidiy'SivuePovL-iv.Pni H^Ol^ 9 S3 V J M 38,131
re et tta* se sucjurtal'i. tous le< -?. a *
l apr -/rtaryt.
e-et-ninder t 1 directieM des Vi, ak
KU saisit lu.eas o* pour a>wo>ic*r ^o"* wwaet'eai cet-e req i*te naa'i niais
-i Oei> la petite pargne .U. ouvrt U SSJi^'S^^t!^^
part-me i de Catasi Epargne e aUeats, H H 0,eiri
r oevn des dip a trente jOitre de
vue piriir de Ln dnlar ou Cinq - '"..... ------rrrii.i
Gou-dit, svr lesquels elle consenti,* Tj l>vai*/t? Klll<*t
uu intrt de 'Lois pour cent par a<\ U "WIlHill MkUlWK
(3o/o). Pour r^pondr; au d-ireaprim pir M- lC>-
Le* d mite de toit Italiennes la Banque de Cm-Varii a acc.pt de remettre au laei
jJoiJ les reApinnabilits qui ineotn "**,e'eeNrdN >\x lundi i Avril u premirn.
..1 -.. J - a# rp-rri*-^ta:inn A* 1 **,',! L'.ik.u 1^ .
.
b nt au d moi to>r$.
Unreuse de lacililer b' conmercs noursuiven-,
tans la B/publique d llaui, la Bw
reprsentation de I Salnl K
', '5 J.mt
de MM Mo-avia et Chevalin dont les rtsi
..... ... M. ci y-/i ,, uiiiii, ta liai" -----------------' *' .-rriw^
qte efieituera gratuitement pour le PiliiS (t ) 'V "!<
compta de m 1lien s, les transferts de * UN*
fond aVpas foufft les localits du Poyi [i|| VQdZ 1 "I %
ou elle a umsucursals )u une a g m* .,, mm
19. Ds^'' cdblRramme jrtu par le
U Bunque Nationale de la Repu Cr>"^ du Vlftall la Nouvelle
bltque d liai'/, te met entitrem ritali O i ars, dss pu ts de ptrole pro
diapi.itf'/i de ses clients et pour les dvaesrl ISO,000 barriques pa- iooV
rpraUcnt l Etranger, file (sur ni t de rouverts rcemmtn '
va.ss/it Usbo s etloywx svices de rao, district dr Mara'.fb ( Vntms
h National Ctly R tnk 0[ nt .\eM |a a. <*... _, .. *} >
York* de l international Banking 'J, I'lA f"w. Hit U
C rjporation l" P c 1T d" rrod- entier
Lie rtrvs un cordial accueil d APPRENEZ LANOLAlft-PN"
fou Miut qui se prsenteront pour des E udiar.t 15 Minute' vit Jonr
dei,i,iH^a do rtfueirynt^anfi suppl a*n< profeeaeur. H lanltati r-V-
Maurice BtteiiiM? fils
Angl9 des H es d.-s Fr >n*r
Forts ot du MajHSia d lEt?, men'aues ,.i. vour toutyutrr af/a^e nota aprs qoel inev lccr>
Murcrhoinilii s
Pors-auPrinu. le 23 Mars ,{j;i 3. gareoii pa'r crit."
S w
Banq;e NaUocsIe de Is tUpub'iqu* U.NIVH.KSM/in^tiTi rt
vV F v-OtRnt n. *Oi 836 W 108 NsjwYov
vV f. 700RHILS, QireeUu,. BcriM pour woiriirjeinj ..
a,



I.
-
. 5
IV
K\

i .

m **am
m
A Parisiana
Nouvelles Etrangres 'n*g$f*
--------------m !---------- MrSiln'vr. t "trot m hien connu,
Les Cours
Les Rparation*
LONDRESUoe dpche de Bir fou!f ce soir
lin tu T ores dit que la confrence a m-----------
"M de principaux industnel pour d>
* enter ' siio on ce qui concerne
les ipart'ion .
.,, ,.. . ffo M
se ter en'eodr du quelque mo
colrcnr* crole"?
Pont St loiepti rendcos-nou en
Parisiana.
Voici 3 produit
POUDRE SIMON
SAVON SIMON /y-
A
PARlb 17 ^triiog
dollar
15 93
Vex relie Mtlna ^ouuelte
est morte
nos
abonns
! Noa pnor ceux de no Abonn.
a oui L'ur.uit icu qoaujoordboi
occupation otr. maero d immoi j 2
BERLlN-Unedrcheds*eoan voolo.r noue IC an r&-h"
atsii.
J.5IM0N
iCRMESIi
Mm**
m ._, A'oui'etfe eoepdi
Dpenses militai* a d sucr%
phrite ebron que.
M. Pofwcarii el Dpenses mUftot- Hon de lcre
la vie cfire r** de to.Su8.*e 1 u h. a .comi tr.m trop*
bER^EL dpense iltMtlN ,r aoetroi ime expdition du M
.. a .. ., 4 la Sue nonr l*anre derniteie Crt es qoi va porer, croyoo.noue,
!?. . Frle ti particulirement du Sur cette somme j million de [4M
I du p.? qu.P nu co. du der- pet 44 di.lr.b.j comme .ubven
ffillnmestreq a subi troi. auia.a non au socit d. i,r.
tations-Au prochain conseil de c*bi
net seront discute* les mesures Jjg dette OUlgttre
d30Ulivrt_.
fous omaie le premier non
repu r du beu rsultat de cette
Indmtii, met d'an autre ct
non* M oouvou noa empcher
d> demander pourqaoi nanive-t-on
U^<**> " ' r5a-i pri. v, teSi m a* (? S5** St
i on .... Us, conieiller financier pour la Bul "a ..ffliania
Mr E'io- Wadsworth, sou strU ^ h i0ng conf|i, reUu U delU ".^ D oode C0Qait tt orBe
re du tisot. aux mat uni, aevaii bQ, aux ajlll gf ,errninera par 0tue,| du eucre pur le msrcb;
! e "acceptation d la part de la commis noa Mp*roo que de effort e
on des lpantions de j)o million r0nt fait ^an it> seo et ee, pour
franc, or payables en 60 ans. ^IJJJgg! JTJSffStt
u.tneure, propo8W|0|| rej8M8 qoi prob. t-npur,at,on du uore.
HELSINGFORS-L- PeiUa.ee a ]r A U'JUXti t <4 biUS
ctattfairat M,l li P,0P0,,l0a tnl per de {llif,rUi.tion pubiiqu<
1 me.tie au peuple, au moyen dnn te
scs allis su sujet du tembaant.
menil l'Amiique de frai da 1 ar .
.-ne d'o::upaton Cette confrence
a fi reuvse a un? date ultrieure,
Mr Wadswor g o'ayaoi pa encore te
u de rponse do gouvernement am
ricin aux prcpos'tionsdes alls
L-. sous commission
cuuial rapport i sa ptochm fu M J B;UIitcdl Malloiv, ehamp.oa Nouiadicasonn no plo.BiDCrei
- MK I* PO/i -. m*tch J^^OUJ noir. W^g
iireue m taient de 6o -o. t fuarque da dlatiocuon. a fou-
MILAN 1 ^oux la premire fou
depuis lanive de Mr Massoum au
pouxcir une gtTe a clat Uumil-
Her de trames, employes daos une
comrgni >t10 tncaioe. l*bri
ouart de* ampoules ect tques on
tot a g'*v li nM du reov01
du diucieui amer c-in pal U ompa
oie. Lt meetb.. du conie.l d'ad
Binistraoa de ta iomp.go.toDt
immdutement crJo-n le loekoai
Arrl
Louis BORNQ
P.estdent de la HtpHbltque .
Co s iraat qa il y a lieu de pour
?or .U ctop'i.-fii- m des Consei.'
te fuarque de oitiucuon, a voU'
lu rendre m claUtot h nirnaga
tant u ptefeaseur atrite. dout
l'euBsiguemen. fcond et i haut*
uiibiji apprci chu noue, quau pUx
bii Mate tuMes aont >u aleuteut m rucher
ciiob ei ai gote.
1.1 S.S t.ruuuil eat atteadu
C- Z.
DISQUES COLtlHBli
Amalcurfi de boi
musique-accoure:
;. Prwtxmanyi-AGGMflHO}
Rue du
Cam&ia ^no\'ctcaix JVpra), 0atv ^t
tjao^, etc etc. 5^ piix excej>li
r&uitu________________^_
Ciniit 0. i\. en
de 400 Ibs
VIENT &ARH1VER
Le plO*8 orairjua pour son rfiid'J^^eof !0|
L- plus e inoruiqy i our ts solide renis'ac
L']archiUctaquiBTein > oie peut couslratrc* pouri
Le propritaire qai eonslruii dpense meioi dtfl
En tente ehez;
L. treetzmannAGGi
KU
"PEU et ^*]
\+m bdoun f ?;
Ht
u NriB-Pwi, Les auio.it pten e t de, m.uie UlldBlat \1exauJ1e Moi,.-, A inu- Jeu.u M M
nuaifWfj tour met.ie fin au coa .jti nul e. Uuibel Beaubce-t dt-
- nu .'-a n^ue^
n Vu l l adules D ae la Cooatitui
Le p oduita mtal * 'd0 "Jg^, A"" "-
Iul iiuaii'A il(lU& la Article l.r Us wi.oycas Eu e M **
luujiqae* auna w H / M-*" le mme
Il pa.ti'H midi le mne iour
pour NcvN-Jik direciemeui
Le 4,9 < j.i U- vV u l,!j*i-
eat ai; uu a ru1 .-au fi*Dce, de iis
loua va U ai A et J.omid it pu
* hnr i m l partira le marna jour
, ,. coin." ;;s .
da t'a a.
pour N w
VtJi t'o t
^h)fe^nctJ
PtafeaB, L*urorc Naa et a hur
HtlUr coud.n toot
W\SHlSGTON- L ambassadeur d'BUl.
Hein k a b-me que le m;a tre de. Alt a- Le p, s.nt jr.U sera do
fl .. eltacgreqs franais n'a auca- b,e et aecu, ***&** <
ltmmt.^rdm mUi le Droduit ui.a dhtat >ie llati.ear.
!^?u*aaei%.^U WwwS Donne au P.la. H.tiou, Port .
iou t tn Allemagne non o.cuFe. d. >laAttta*%\9: BUR. Q
- u Q-a. d Orsay a aioui que je ( S) Looii BURNO
Mis tt et stuck d.n loute l Fit le Pieideoi ,
lgion oceufe ekt eniircent 1 bi. Laie dE t de l'ia near et des jrllll9rllll(l
Travaux i ub. c Cti.' t f;J vi spUH Suivait ltgraCBOM ieq de M
Iv/itfja tPtlti eS Le S e d'Etat eeFiaaBCU et du Yo k, le corpB de la re^ te.
Vn'ito *^f*fv. Gommetce lam; Me GUFflE toadun'He.,ri NEW YoRK 0: dj. h.s M Le Sc dtat de, Rcjatiojs huer eo a t ejioa q^ae aar i stea.o^r
nonce, t de la esUmpl: d*os d Le df> Culu, Fdll .v:.AiiLOIRC altorgae, atw.ida a P n -. -H iu*i
renies pa.he du pays u:cas.oonnt s d g ^ d, fiBllluc,1QU t>Lb !.* faoj a ne auro i l u e a
i?ga:d,dgi; do.orset^
ai, ont t iejo.1 ^ "g CrluKhAU iLeg Biui dan le M.ss.pi b f^rV^ Le Sre d Btal de la lustice i. i Flix uTnea prouvea U *r uo u u.ii
tuee>, ^o bie.scespai un irw*" MACiLOlRF. -ue nouvelle marque u lemt-ee es ab- tue sur aa vi.i.s
de Syia;ue et de Kccheslet. -____
Madame Loui Uario. e D nfia
S|oorua, heure nef a al m > u
in goi u
^u a itu le pcuoiu a iu... .
Te a lu. ueilleu. eu. bail
w
en y a^aiatant
fort-au-Fr.n;a, li 19 Ma'e lWa,
/treivu6 diploma Exprs* Navifa dd Cuba
WASH1NGTON-L. r Dteckholi
a^ffwiiUl d ambassade d'Allemagne.
a (Okii avtc le ..rrtaire Hjghes
Snr i demande aptale de 1 ambu
4e, rien n'a t divalgo de att-.a et
acivue.
ilH.NJ "
Le sis Hibaua est attendu ici *j ....^
le 24 couraut, eu tonte pour Puuo ^ ^ d, Jtre ffI B j ,,
Ptaia et Poito-R.co prenant de pas Blaueti sagers a destination de cea ports. L. PREETZMANN-AGGERHOLM Nooa lui adresaona lni qn'aox
Agent. aunes p.rent. prouve, no vive.
^or:aePnaea.je i; Uai i9*h ca>oa>laQce,
Un Peu et du
est le poinon de gari
qualit. Notre Whi
souvent dsign par
qui a t choisie comi
la maison HAIG & HJ
Nous allons peu peut*
cette devise sur nos,"
nos tiquettes. Elle c
marque caractristiq
maison.
Acceptez de payer tant!
cher pour "Un peu '
Nous maintiendrons un
cette qualit afin de ju
devise.
Haig&HaiFid
gcotsWMs
Aocun Wh*ky Haif k. Haig n'et expert* *n c*"?fa
ouligner ce fait parce que noue maison e *rvait autre. ^^
Une longue exorienoe nou a dmontr que ces bou"1 "'Jlfjj
Elles se cs*nt facilement et, leur grandeur n'*'*-'"'' '"i.i-.fre I
aourced'un prjudic* pour les achtor. C'est daos
avons cesk de les < mplojer. j
C'est toujours le rnma Whisky de qnali' hors Uf"
bouteille, bailleurs, nous n'avons qu'une bOBN qualit.
HA:G a HAIH LTD (DMW.rU fimdt* " 'J5'o500'1 ''*
ANGLITtun
HATI: Mr. Lope Rwrra,Qr0*
port-a*-Prtnct
_-.'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM