<%BANNER%>







PAGE 1

.'•A UN OaJble Nouvelles Etrangres V* Les Cours NEW YORK 2 Steiling 4706.1 Fianc 16 76 PARIS a Sterl a 77 691 Franc 16 31 fa gf| a 'o c renia 4a mi liud aux coa'r:b'Jih!cs leur ooasant ainsi une toice redoutable contre nous. Comprece: ce;te attitude avec la r treitveui compr*ndre* immdiate ment que noua action dans la Rhur tit jusufie. rarole* de M. Ma*- Question des ginot au Snat franais PARIS a— La France veut vo son tx s ence sauv> garde, c'tst pou La vil'e de Bochum qui avait ' le thine d'incidents a t condtm ne payer une amende de 35,000, 000 de marks par suite des attaqu s de civils allemands contre des civils franc lis Deux march n naux avaient t battus allemand" rour vo ; r • %  a y dre lts jo r a x L mei prorap'eraert pe-i ; les tr Ui) franaises ont fart une dtsrea'e et ont p's exacte n rit le montant de l'amende et se sont retii:s sans 10 cidents. La Tille de Kel wig psdlssen, o lts fils tlphoniques militaires avaient tc coups a t condamne 4 m k payer 100.000 ma ki A D JS?eldort. 5 • Mr Wers k directeur du tlgraph: FBDGBallB mtefSisi '• ,a Rtoptlon du Prsident d$ la RipuMjJ 1 d'.la... .r.juijlit parle f* elle est une question de vie ou de mortOu elle reoive ce que l'Ai If magne lui do t DO VI ob enir ce rz *i> t)/c *#i ? ira vi u a te condamn i six mo s de p.ison r^arfdtoi h esl impliqa dans le „ b ltRe m u PARIS 1— Dans les milieux c f h taire. Les t.oupes frana mins de fer dans la tthu* ^t tilina — •••• % %  •• IUII e s .1 t..... iii le ru>iiMi I HlllllUdl Allocution du Baijislral CM iiunal < de I V, m m N rleur des Fiaaaces — A la (in du Nord les houneurs militaires seront readus par les Irsiaes 1 ! (, mtr.e — Dftiir pour la Caielraie ou ser chute ui U DEli. — Tourne ^n Ville. — Keceptiou au Palais National, par le, Secrtaires dfctai Allofutioo du Prsident i!o Canal d'Etat l'entre* du Palais. Alloruiiiii du Secrtaire d'Elat de l'Iulerieur sur le Perisble du Palais. laln de Vingt el UR coups de canons lires du Port National llounenrs militaires rendus par les Marine Urps el U Gendarmerie — Le soir, concert au Champ de lars de % heures Deuxime Bil populaire au March de la Place Vallire Cinma Pop laire, — BaU publics — PeuxM'ariifice,— rjouissaicei publites, Imu la Secrlairrit d'Elal de l'Inlrieur, le i Mars 195J n.. ioi'inEii\r Le Serrela're d'Elat de l'htrienri . i. I Uenli 11 \Uenlii i-a mm k Mmt Liban ce de scurit formaient une vtit hle arme sans compter les associa tiens d'anciens soldas, mme 1; grand tat maicr gnral a t reconstitu. Poui tre l'abu de '.out? surprise nous devons avoir une ar* rr.e plus forte que celle que lAUe tnigne pourrait nous opposer. Ces pourquoi nous estimons que nou avens besoin de 42 divisions nie DUSSELDORF ave Deraire Heure B & N Saia &c Ang e G and l R ue $ Rue des GH Ment de recevoir par derniers arrivages, Champagne de la fameuse Ce roir grand bal popclaire au Marcha Val *v fia k l'occasion de l'arrive du Prsidai' t-orno Liss al is dans \i Khur oat toute 1 autorit n-'cessa: > %  res pour (aire fonctionner toutes le des effectifs au total de 4>o 000 hom fe" d uuf hsm,, ? l de !? **? [' |\f i\ f V f\ (^ i I f\ SI u.es de plus de .00,000 pour le se. Rhoi et Rhnanie il'ncrpt on de la |\()lf A la(l I || vice en deho;s de la mtropole. ?•£ Co'o^oe Le gnral Payot. v %  V ^^ %  * B Sans le service de 18 mois, il est directeur des transports del misDes cables ont donn l semaine T.nn (Jinulot impossible d'avoir ces etiectis No> l0Q 'aise, sera adm ms-raleu-. dernire 8 a u traocs de baisse ; ce effectifs ont rduits de 87J,ooo I( aar P ou f a,des drS techiicnns reC ul des prix a rendu le march dn hommrt 1 660,000 hommes, nos de Ir D lc el b 'gs LaJminist atio Havre plus facile — les dteotenrs penses militaues ont t rduites des chemins de ter a l d o t d'enga cherchait i vendre — d'autant plus d un tiers, quelle est la na ion qui a B" to ?, s les ouvriers doat elle a be que le stock Hati est en rrom-nt donn lexemple de telles rduct.ons SOin Uo g rand uoœore dces df de 76000 uzi au Hv,e, av^c tous f a RtUVTe "Œf 1*611" UleSt SI oudonnedesemblablesipeuvesd'in nters seront tnvcy s deBegqu et ies porf ?S7 f ^ W iC? C 9 1 acitiques. Le snat a tait de tiance Les o ficiera fra. a.s ditanne bien fournis, ceux ci s'act flft 'O! a 1% CCMHta" 1IU en P du ministre la fin de sent que plusieurs centimes dalle a iment directement ici. On t pay if • PT/n|# a lir | maeds ont demand travail dilfi: liment P or 1020 lo,8o pW 1 Ol gVul S\ eXuVJS ll*r|i pour lest.'r^s et 11,75 Jo ( i ., enitH'ry Œifm pour ta to HllLK do 1VK de U m SOD .L L (Vmnce J tentions p une ov? o" son discours. La Question de paiement PARIS' — A la confience de Mr fr.nus, oa s attecd a la repr se Wadsoith, sous secitai.e de la T, la confrence de t'io h • O .tm i sorerie et des tepisentants tinanciers Lausanne ou ailleurs, lo squt l'asssm allis, il a t admis gnralement b.e d Agora aura adopt l'opinion que les Etats Unis pourraient lte d fioitive au suj t du trait que les tac.lement reœbouiss des iais doc dip orntes allis n ont pas russi a cupation de l'arme amricaine si faire signer par les TotCI* l'Allemagne tait d.spo e p.y r ri fimi*Ai(*jL // ) guliie.n 1 li somme! qu'eue doit *-** UVJIIL* pour le< teparicos La questioa ds paiement a e uiscute ,ous tous aas aspectCependant les uprsen La Con frence pour lM t is suivant qutUt du Pioche Orient venance. Les airvages sont du t' queue v rie. PARIS-Dans lts m lieux cifici -h J? c x uls ,uss 1 ros / ?P r, ; eu : s e franais oa l'attend la repr se d d SlQ tressent de I article Caf et por jentleur atten ion su le coton dont [t &tOCk e >,t limit et CelUS^n^f les prix sont trs fermea et qui a ob *ccowex tous y et accoures vii minisl* e norvgien 8 ra > ci lecni M*r< prochain, •.HRIS 11 vNA— -e m Q S ie ; o. .„ K „ „ ,. u ....u J_. tant.' ai II Frai ce. Angleterre e. t lie 11 puient suggrer aucun moyeu d'ob g'.r t'Ai e.uagne paytr, la o>a trovtise a. uele n'tant pas lgie. Au Snat belge OL-.II saioni i la suie Ju e S o h n^ d: sa p opoa vgieu a rejet par tion concernaut li trai de com.ner ce use le Ponug'L 11 proposait qot ItBTlDI poitugiiii pui-s ni rc d nouveau vendus tn No.vg; mii pa: ses ton • Dap:s la loi sur la BRUXELLES — Hier au snat Mr ptohib.tioa de Norvge les vins ne Theunis Premier ministie belge, a peuvent tre vendu que comme m prononc un discours au |:ours dudicameUs Mr Hdvcisen, chef des quel il a dit Ea 1871 l'Allemagne consenatcurs.a icnpti de cons ,tuer en recevant de U Fiance une mdem un nouveau minu e. Dite de cinq milluidi rent.ait en pos IV 0 nvftl|^S lll VPr Pi..a its allemands de en conseil de Clyde Steitmship Company Por au enne. ,e {&& m „ l !" ^^:' 10 ^ L PMEEizMAXN-AfiGERiioLM Vapwrs dirige par la Ctyote Steamsaip Fortin ii vices pour compte de ( M\ Sbipping Board. Le S[S W. M. TV^PERvei ports du Sud ext attendu Prince ce soir 5 Mars cuurw prrtia Mardi 6 po>x N f j U) m * ies o ts du \0'd ptentat /• Kcgets* Pari euiriac*?, le 1 ara et Co, Section Est 1er au 28 fvrier Naiaeances Enfanta Lgitimes— masculin— 9 *• femmes 1 Na'nrels mascnliai femmes 10 8 7 Dks ; Hopi'al Aotra ai 27 39 siariagei 5 Hartl



PAGE 1

tm* ***** **> sa pui^uvpi^cit ,ia*iii; LUrtlM 5 M^Ad & V j EfHECTEUR PPOPRIETAIRI [inent Magloire O l 20 Œ WTIII i r .i/ IPaiMiatE DU MATIN ftftB, MU8 AJBriSBlSS LVrovfe est l'me in que la'rouiUe' e&f r a tel ; elle la roDjji.^ X. MARMItR Quotidien miraoKi Non t ffl RIMB E personnage .entends nne dernire rflexion : true prfiin'-M cett minire le raisonner ? et n'ont il ppoee'bl qu'il 9* trouve des confrres poor l'en offusquer ? Tons les corfrrea iort hoir, me? de sens et je auis presque convainen oo ils partagea' ton, on dar* quelconque, cette manire de voir Seulement, il y en aura perjt t r poor trouver que fonte vrit %  est PROPOS PERDUS Le Giubdesiafdes iteor de la Rpsbliqre r Dirroi les ploa briUapta P" b 0E ?* d r <* qoe dan le caa rleroenfaires II interpella •ctoaji. Il ne faot PS trop dirsiper y as membre do gouverne'es illusions des lerteora; car, autre re r on fait qoe je n'ai paa be. ••. de quoi nvrait-oo dana le appeler, maia qui ae trouvait elier. grands Dieux I le pin* arand dea hasard--, FIAOU oo acte accompli par lai—^--^^^^^^^^^^^^^^^ ans an d aea prcdente ^^*^ > ^ ^^ w — ,w ^ ^^^^^^ pg; car il avait t plaaiean listre. ioe dea tristesses de la vie i d tre oblig, parfois, d ac Ion acte qoe IM priocipea sot; on y eut oblig par po ir raison d Etat, par conpersonnelle — qoe sain • | comme limprfseioo .d'tre lia aupgi /Tlloaioo qoe la o mme es contempoIroo', toujours par con personnelle, par raison Ipar potjtiqoe. De notre correspondant Coons<*.ex vo e le t Club rfe idet ? Fond, N v a nne qu ; nzai dann-s par quelques femmea ccure uses — ou cyni.aes — il ; vait dis uni pendant la guerr* o Jet pij su "! laiderons avaient tout de mme autre chose i faire qu'i ju* seur ta poser leurs laid*urs. M'intenait cab'. que la vie norma'" le? raid I ellea mme elles songent i 'egro < de sa 'a : deor : o* PH d ; r qu'ef'e ei fotfeesit. E'Ie lr'fa'ei\ comme d'autres leur beaut, Elle la 'ouli gnai, avec m-compr-'aoce qui oar *\ ra|m on ,„ nfri tait d'an bonaturel. E le la mettait yan p ?i. fin. en valeur ; elle la camjv devan le: -lus dis raits. forant leur admira (ion nruvati'f Elle se regadait dans toutes le? laces ; et pma, corn ne l'ancien de jours, eile trouvit que ccehfai' boa El e en riait homriqneraent ma ; s je n?nve qnr, comme Cyrano elle n'eut pa" souffert qu un au r lui manqua d? resoect Elle crivait < Ma taille est monstrueuse de gro et je ai s aussi carre qaun ; ma peau est d'un rone ta Maurice Etfenae fils -nngle des Rues d-s Fron'a per'eu-s disg Aces sous I g de, san Forts et du Magasin da 1 Etat ^ oatti j e j a Fmme sans i qui Marchandises franaises Parisitfa 7;dc.Trfle DlilANCHI prochi'n 11 mars Ce ara le tour dt L'Atlantide Le rlbre rnman d* Pierre Uejjit ri'isA par Jacqu" Feyler rtdit par Aubert qui aeia jou en 2 soires. Dimanche 11 et IH VI ira | 12 parti 'H Le* lo^es poar • 'l'Atlantide', ..sont miaea n vente. 1 MARDI Poir cause i retoir en France chet de |au -e ; moi n z a t bu o dernire reprsentation de la Victoire n'est ni ncessairement de c Samotbrace a Il faut aalu-r ois 'e? cou'ages et ~ %  . < a ivre dun osil curieux oates l*s aiFajpjaBjpjBjBBBBjjjjaajMBjaBjBaBjjjajja D ^vm s. I? suis be'le c'arniit inperbem n Ccile Sorel devant .'in AU Champ U6 MarS 'Oleoce dB b. O • la loua m petto de ne pas ab tique 7 et de renier I ig Lt Concert d hier toi a t un vrti rgal. Ctux que lui donnait l'tat civi'. c Nous T'onI -^ d oe -" e 0 0 "aorames laides , prorlament lsolu l oa' 'a petite ver*!*, ainsi que m'< deux ] i.i s ; j'ii la bmh" grande, Je dea's gl'ss, et voil le por ra:t de mon pi visage •; O i ne put pas dire que ce so. Le club des laide' ne pent avo> IB 'ait, aor Ipquel il inAussi nous naOvakvl uat surprM des stw ** vvu .„, mm j" ,__ . -hable poia ajraelea Accoorroat-e'l's Tbat ts Vtquts S qu ar bnvad ou p r ouci ie "Coq poule et pouisins"tel e a n-nai-i''' qu "xceptionoe e du OIAILB A eoATBi coqi poules et pouuios # n o n s t. dt 'e :ha hu'n* ment L am;z~nes qu re rsignent, Ftcesond" -mon^tr-s c rechig es se s n ent •-mme. Les ho n overDement,' ipg redrea•cceneef.'in's ee"acarln Yt iinuoi a aiu et Idit b'deux • Le c ub en q ication m^ '• ::t b. :e nir sur "euts •an fa-e de lui, (a "'* bien prtraita que ion 'tt demand r rganisera-t'i un cobrou a ie pu garde r • et d ii il intarnel comment a-Ml pu obtenir ce colo'ul rsultat, qui , j u cnii<-\ iVnn.il i i ait ladmiraiion des M. 1res-d'Ecole 'S'dfS femmes du m ie l'iDStu— SAPHO u iraient qu H ^ussi s'est il rvl non seulement le Chei mais an TI bo'i 8 d; CPU qui COU vriron de ridicu'cenams de no L Praidont Horno a vieit hier H nche et afaaattlff— Non c oyoni dc Bavoir qu'il entrera ici cet arrr midi ver* le? i heurofi A s^n arrive, UQ Te Daom ara ebant i la Catn drale. >qoinnittendue : mioisi nu lo nn,.,. .• i. a *-• dlab| € quatre a ie si Lien rendu tant rar If?. CODtrleor dea I, Accords dits sauv.g ,, pales dtsonn.nces ol; ils | devoirs. Comme lui-tt.d"Orchtstre que nous connaissons, mais la corn • Sien arjOurdbui Et il poiiteur dont noutsommps i fiters. lins! quelques minute ^ ""' P 0 05 l crl 0 '' l, ''"""J" d tf cont e e* Pcu e ,eroot e es dsrs des ibotiea d 5^o^, ou b -" d ei %  '' % %  "i" M l T "" eea de 'ecourir ce moven in extre iragement ont t i lui Grand Bal populaire i* n'essaya.a paa de roriginalit au.si rare, aurait valu i l'tuteur la je snpoose, c'e candidates. A V ai .. ^Pou^Pacequ. dll.ur, le. artis*. e. gfe' , a ft|"*2 C ? ' h Ur S" ** ? bfl l Qe jen pua retenir eat nral sonl cori id ,,f -pp r t < non eus-mV demi Ulaiieui qu; la b u Ui do citoyen est dive a et Jfj ra,i$ la Na,ioa . *ce wre ils bnficient i'en tient U lessus i MU •i.aatioa^ ; mmia. "tiFtomfi^ h ^v-r.in tait *. coof • m !" ai Be Sa COmmttre (les CM moins grand selon le haut degr de perfection C800 IS artistiques 00 SOtalre, il a le devoir nent et de beaut, qui: grce I impulsion ebang? e b au, ces '•I il faot tre dana la do ? De V'J* ''"' s *"" *** d e I or 'r• ceoendai* Darannnaxa P.. ^ v,eal •* dcouvrir tout rcemment dans ac o r cc^cnumi [r^tmiUDBge. L.eit'8 00 u Valle drt Rois en Egypte, le tombeau merveb au dsordre qUexhalU l. • Brder OJ illeux duph.raon Touttnkanaoa. tro.vaille aris nB V eux rCOU 8UX njiajUnes t3U '•a circonataocea. Hier soir, au March Vnliirea un populaire organis par le Communal de l'ortau-Prin un critenu n ce I occasion du itoir du Prsi sait q ie les ''' de la Rpnbliqoe de son voya maioes f ai. k-" 1 dao* le Nord, a rai* fonta la ville la spleodeur eD '' P888 A interveliea rpartes on il **it^ un "tendait fVie 'e Prsident Bornol Il y eu f b'u?oip d'e-traio. I/o dre plas comp'et a r-Vi.— Uompli un veux garon aux miajuenes tau m ,,,,. H .-, i. p , .,, tique qui dit-on est la p us sensationre le du sicle i • a J U mB %  a '• rOl.e. ioumali>f nnn Que Jit-oo de ce pharaon extraordinaire et an M II aesttiojve les es tietes Le "LWeil Comm'inal vo ilart tre isanrtriipr^.nt'i^l..! "a'^''Q u 'i ,n i 'je ''esgyptiensnt pour magnifier la laideur supeibe agrable la f >ule aval drean une ^peauTpe^n ^^^^^^^^7^ *! Mirabeau E^ cer ain, Pres de i'E bure.U ot tout le ruood* preoa.t aii aommes couver *""' uue sc,er e inoy,c ,f B OI le P |U t>' lsc %  voulu que fius fut laid. uea r-.ii ai lu -muent* A volon' %  *t faire 'a nolitianu ir et "f bonhwr iocroy*we. Ls laideur c laide a existe; ce Le bal prit fin vers lea deux heu >>00, il faut combatvie, d'une originalit et d'une libert qui n'ont zla rices du clu b .amn:am La'dear ' : ' posaient par tous les jwuis . s.. physique ? Laideur morale ? il y a perdez d vu *Pti Umm mummi im les ssatanasi ,.„ ?S • %  P ,e,, i ue ,ou '• P*y# ot hausss snr un wrprendrfz nave, pidestal apedai. •t OaOB la leCtJre de b'nrico Coruso, meurt, pour la premire fois fi ollr i. a 0 lrri#nrira nnf.ii, i itt^J •lflexionn et dea une chapelle rovaie r t< oii un>articui.r, Cam.lle ^'l ***%** retiendra paiiois l acteu hC ,ffje dMtractions. Ilaajme IP nni-untl Sini>aens tout rcenment a eu des lunraille. ttOO mae du plus dsBranui i.l; rit M owle ,e -, i. quil y a une laideur attachants. -1 t L. 6 'P fort Nuut-cele p-sident Borno qui apprciant \, s ,7 unfi beaut b'e bte i faire } %  " tel qui 080 SU* Pan et comprend que tout ho nme de gnie f" 1 a Dea0 e f e e De,e %  ,re •di choses pardllesl a PP ir,,,a! '* N -"-. et nui ds son arriv au pleurer, tue va du buste en cire des M hier, il trouvait 57?' r ; iCl "f?L* , *" •• r, riel coifteors m beaut :lassique des la h.Io ,,u,, %  • du Chef d'Orchestre qui hier soir au coneci t a eu 7T ki.,.1,., -„ ....„r ., .„„>., tant de succs, nuu c< Mr Borno ? qui sait, si oies blaoches, en passant par toutes Que deactuellement. Occide Jean.'y ne serait point dam lis ClUCbeS Casses de tOUS lfcS GreU [•orincipes sur leata ^'t'"y !" !" ?*,**Z&}, 1 + ***•• Z e et tou les sujets ue lomaoce* ou de pendule-, sans paiet de ; lie de mon .eule qui tlurroa, paialt-il.pas les deux : un beau visage peu* par faitement repousser, de mme qu'une dra paifois 1 attea b aie. Di n.rj.u On croit que ce soir, la Munici palli renouvelera son beaa et aima ble g8tr\ l'endroit de la po >ula Soire Me n t ion nelle h JPeVtehoa Ctnnti 'Ilttdtrt Comme nous avuos annonc asssl di, la noire" de mise et p oebain Piratant sera un gr-at-evtnt. Amatenr n y manquez ooint. Notre imp-yab'e T Stloave revient d une tourne en province c ses efferts ont t couroooi i soccs. Il nous est revenu avee une colle tion de monologue* croles des E lus locaux • n'r'Hu re : 'histoire l ; ] rrar.: Mll'e Lions fsaynette) Bon Deo qni fera -* gson a />fHi l H noua t tr.jv lingoes Yo i r-nri i evt>nera8ut(Fuurail(ss A. K. Simoj) etc HeudeZ'VOU' a Fanniena o Jurent deux 'urea vous oublierez les soucia de notre vie. aatri* e gnrale I gourde, loge 1,50 Commencement d'incendie heures, 1s ville incendie venait (lier vers les 4 (tut en moi, un d'clater I la rue G-ffrard, devaat > i n -an ; c.enne qui a tant e a ? v? r '?,'/!, d ",! If D i' i,on 0CCa P 9 r Mr cii %  rui-i i toiadm No braves et infat gaolea cbemi ses rou ,'6b arrive iub'aotanmeol ii, mer, u trouvait P t"o ?.., Non, non, rPM croire. Que de^Diincipes sur lester an sacerdece que le JOUI o aliaPour l'Orgue ds ta Cathdrale sur *es lieux ont eu vi t>:neot raison en danger iea du flau qui mettait meiaona avoiamstiUe, Lea hebitaota lu quartier, pressa tent leurs profonds remerciements Consiantm DUMK'336 V?". 106 aWsw-York %  onre posr reaaaitfoeoaeas Piinoi Il eat Qo'on n'oublie poi il queces' s* medi 10 courant que devra avoi** ieu & Pariaiaoa, U fte au profit da au G^ueral Me de M, eone-cbef de JR Orgue de la Cathdrale de Poitau Ueuilaruerie, au chef de la Polios m ai qu ses laillaute officiers pour rserv aux dile 'antes une loi)-qui a exisie il

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05875
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 05, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05875

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
tm* ***** **> sa
pui^uvpi^cit ,ia*iii;
LUrtlM 5 M^Ad &
V .
j
EfHECTEUR PPOPRIETAIRI
[inent Magloire
Ol20WTIII*i
r
.i/
IPaiMiatE DU MATIN
ftftB, MU8 AJBriSBlSS
LVrovfe est l'me in
que la'rouiUe' e&fra
tel ; elle la roDjji.^
X. MARMItR
Quotidien
miraoKi Non
* t
fflRIMBE
personnage
.entends nne dernire rflexion :
true prfiin'-M cett minire le
raisonner ? et n'ont il p- poee'bl
qu'il 9* trouve des confrres poor
l'en offusquer ?
Tons les corfrrea iort hoir, me?
de sens et je auis presque convain-
en oo ils partagea' ton, on dar*
quelconque, cette manire de voir
Seulement, il y en aura perjt tr"
poor trouver que fonte vrit est
PROPOS PERDUS
Le Giubdesiafdes
iteor de la Rpsbliqre .
rDirroi les ploa briUapta P" b,0E?* d'r <* qoe dan le caa
rleroenfaires II interpella ctoaji. Il ne faot ps trop dirsiper y
as membre do gouverne- 'es illusions des lerteora; car, autre re
r on fait qoe je n'ai paa be. . de quoi nvrait-oo dana le
appeler, maia qui ae trouvait elier. grands Dieux I.
le pin* arand dea hasard--, FIAOU
oo acte accompli par lai- ^--^^^^^^^^^^^^^^^
ans an d aea prcdente ^^*^>^^^w,w^^^^^^^
pg; car il avait t plaaiean
listre.
ioe dea tristesses de la vie
i d tre oblig, parfois, d ac
Ion acte qoe im priocipea
sot; on y eut oblig par po
ir raison d Etat, par con-
personnelle qoe sain
| comme limprfseioo .d'tre
lia aupgi /Tlloaioo qoe la
o mme es contempo-
Iroo', toujours par con
personnelle, par raison
Ipar potjtiqoe.
De notre correspondant
Coons<*.ex voe le t Club rfe
idet ? Fond, N v a nne qu;nzai
dann-s par quelques femmea
ccure uses ou cyni.aes il
; vait dis uni pendant la guerr* o
Jet pij su "! laiderons avaient tout
de mme autre chose i faire qu'i ju* seur
ta poser leurs laid*urs. M'intenait cab'.
que la vie norma'" le? raid I
ellea mme elles songent i 'egro <
de sa 'a:deor : o* ph d;r qu'ef'e
ei fotfeesit. E'Ie lr'fa'ei\ comme
d'autres leur beaut, Elle la 'ouli ,
gnai, avec m-compr-'aoce qui oar *\ ra|m,on, nfri.
tait d'an bo- naturel. E le la mettait yan p?i. fin.
en valeur ; elle la camjv devan le:
-lus dis raits. forant leur admira
(ion nruvati'f
Elle se regadait dans toutes le?
laces ; et pma, corn ne l'ancien de
jours, eile trouvit que ccehfai'
boa El e en riait homriqneraent
ma;s je n?nve qnr, comme Cyrano
elle n'eut pa" souffert qu un au r
lui manqua d? resoect Elle crivait
< Ma taille est monstrueuse de gro
et je ai s aussi carre qaun
; ma peau est d'un rone ta
Maurice Etfenae fils
-nngle des Rues d-s Fron'a per'eu-s disg Aces sous I g de, san
Forts et du Magasin da 1 Etat ^oatti je ja Fmme sans i qui
Marchandises
franaises
Parisitfa
7;dc.Trfle
DlilANCHI prochi'n 11 mars
Ce ara le tour dt
L'Atlantide
Le rlbre rnman d* Pierre Uejjit
ri'isA par Jacqu" Feyler rtdit par
Aubert qui aeia jou en 2 soires.
Dimanche 11 et IH VI ira | 12 parti'h
Le* lo^es poar 'l'Atlantide', ..sont
miaea n vente.1
MARDI
Poir cause i retoir en France
chet de |au -e ; moi n z a t bu o dernire reprsentation de
la Victoire
n'est ni ncessairement
de c Samotbrace a
Il faut aalu-r ois 'e? cou'ages et
~ .. <______________ a ivre dun osil curieux oates l*s
aiFajpjaBjpjBjBBBBjjjjaajMBjaBjBaBjjjajja D ^vm s. I? suis be'le c'arniit
_ inperbem n Ccile Sorel devant .'in
AU Champ U6 MarS 'Oleoce d- B b. O la loua m petto
de ne pas ab tique7 et de renier I ig
Lt Concert d hier toi a t un vrti rgal. Ctux que lui donnait l'tat civi'. c Nous
T'-onI-^d-oe-"e.0' -0"- aorames laides , prorlament lsolu
l oa' 'a petite ver*!*, ainsi que m'<
deux ] i.i s ; j'ii la bmh" grande,
Je dea's gl'ss, et voil le por ra:t
de mon pi visage ;
O i ne put pas dire que ce so fl'tt*. Mais il ara peut tre oermis
d a(firrn-r qae c'est cynique. En vn
t. le club de laites a le devoir de
se nnger sous l'gide d; la Princesse
Palatine. Celle i.i a lev l'tend
d'un certain fmiasin*, impos
l'homme, avec la mme insolence
le hideux ctt ^e la gfd e, et le raf
i
(iran t .1 -in t-;<.' '<) irm -mi j actes
path''qne et denatijooal<
Entre gnrale ; 50 centime*
^.*
s te Mini t'i
repro
avait pu
puis
3 en rendre
lr. pOOr en avoir le "(Jeur fui ontmaoau, on p-rdi comme os dr-on
Wu SSTmSSSKL *** l* wageaett appelons s cous toutes les Vnus i large ue pur ItfMtisitt.
k 'fait \lr SnnSi T. ft '"""" &""***"***1 T. ^* rebours >. Le club des laide' ne pent avo>
ib 'ait, aor Ipquel il in- Aussi nous naOvakvl uat surprM des stw **vvu" ., mm j" ,__ .
-hable poia ajraelea Accoorroat-e'l's Tbat ts Vtquts S qu ar bnvad ou p r ouci ie
"Coq poule et pouisins"tel e iorcMu,uia iii ieehrrdeF!ciide. aiditeur hld ^ o fia't la eansrredro pat- car la femme
Vraie rurmooie nmtaiive, avec des insirumentt n""'u ,. j lj
do parlementaire fi M as aittai prisanar taw ba!Se cour o foni beaut a Mes pttits sont m: f>a" n-nai-i''' qu "xceptionoe e
du oiailb a eoATBi coqi poules et pouuios # n o n s t. dt 'e :ha hu'n* ment L am;z~nes qu re rsignent,
Ftcesond" -mon^tr-s c rechig es se s n ent -mme. Les ho n
overDement,' ipg redrea- cceneef.'in's ee"acarln Yt iinuoiaaiu et Idit b'deux Le c ub en q ication m^ ' ::t b. :e nir sur "euts
an fa-e de lui, (a "'* bien prtraita que ion 'tt demand r rganisera-t'i un cobrou a ie pu garder
et d ii il intarnel comment a-Ml pu obtenir ce colo'ul rsultat, qui j u cnii<-\
iVnn.il i i ait ladmiraiion des M. 1res-d'Ecole 'S'dfS femmes du m ie l'iDStu SAPHO
u iraient qu h ^ussi s'est il rvl non seulement le Chei mais an ti bo'i 8 d; cpu qui COU
vriron de ridicu'- cenams de no
L Praidont Horno a
vieit hier
H nche et afaaattlff- Non c oyoni
dc Bavoir qu'il entrera ici cet arrr midi
ver* le? i heurofi
A s^n arrive, uq Te Daom ara
ebant i la Catn drale.
>qoinnittendue : miois-
i nu lo nn,.,. . i.___-a__ *- dlab| quatre a ie si Lien rendu tant rar
If?. CODtrleor dea I, Accords dits sauv.g ,, pa- les dtsonn.nces
ol; ils
| devoirs. Comme lui-tt.- d"Orchtstre que nous connaissons, mais la corn
Sien arjOurdbui Et il poiiteur dont noutsommps i fiters.
lins! quelques minute ^ ""' P0'05*lcrl ,'0''l, " ''"""J" d'tf' cont e'e-* Pcu "e ,eroot e"es
dsrs des ibotiea d 5^o^-,"ou"b-" ,-dei ''"i"M"lT"" eea de 'ecourir ce moven in extre
iragement ont t i lui
Grand Bal
populaire
i* n'essaya.a paa de r- originalit au.si rare, aurait valu i l'tuteur la je snpoose, c'e candidates. A V ai
, .. ^Pou^Pacequ. dll.ur, le. artis*. e. g- fe' ,a ft|"*2 C? 'hUr' S" ** ? bfl!
lQe jen pua retenir eat nral sonl cori id-,,f- -pprt < non eus-mV demi Ulaiieui qu; la b u Ui
do citoyen est dive a et Jfj ra,i$' la Na,ioa. *ce wre ils bnficient i'en tient U lessus i
MU i.aatioa^ ; mmia. "tiFtomfi^ h ^v-r.in tait *. coof" m *ai Be
Sa COmm- ttre (les CM moins grand selon le haut degr de perfection C800 IS artistiques 00
SOtalre, il a le devoir nent et de beaut, qui: grce I impulsion ebang- ? e b au, ces
'I il faot tre dana la do?De V'J* ''"'s *"" **** de I or 'r- ceoendai*
Darannnaxa P.. - ^ v,eal * dcouvrir tout rcemment dans ,ac 'or cc^cnumi
[r^tmiUDBge. L.eit'8 00 u Valle drt Rois en Egypte, le tombeau merve- b au dsordre qUexhalU
l. Brder OJ illeux duph.raon Touttnkanaoa. tro.vaille aris nB V eux rCOU 8UX njiajUnes t3U
'a circonataocea.
Hier soir, au March Vnliirea un
populaire organis par le
Communal de l'ortau-Prin
un critenu n ce I occasion du itoir du Prsi
sait q ie les ''' de la Rpnbliqoe de son voya
maioes f ai. k-"1 dao* le Nord, a rai* fonta la ville
la spleodeur eD ''P888 A interveliea rpartes on
il **it^ un "tendait fVie 'e Prsident Bornol
' Il y euf b'u?oip d'e-traio. I/o
dre plas comp'et a r-Vi. Uompli
un veux garon aux miajuenes tau m,,,,.H .-, i. p , .,,
tique qui dit-on est la p us sensationre le du sicle i a j u mB " a ' rOl.e.
ioumali>f nnn Que Jit-oo de ce pharaon extraordinaire et an M II aesttiojve les es tietes Le "LWeil Comm'inal vo ilart tre
isanrtriipr^.nt'i^l..! "a'^''Qu'i,ni'je ''esgyptiensnt pour magnifier la laideur supeibe agrable la f >ule aval drean une
^peauTpe^n ^^^^^^^^7^ *! Mirabeau E^ cer ain, Pres de i'E bure.U ot tout le ruood* preoa.t
aii aommes couver *""' "" uue sc,er"e inoy,c' ,f boi le p|u' t>'lsc ' voulu que fius fut laid. uea r-.ii ai lu -muent* A volon'
'*t faire 'a nolitianu ir et "f bonhwr iocroy*we. Ls laideur c laide a existe; ce Le bal prit fin vers lea deux heu
>>00, il faut combat- vie, d'une originalit et d'une libert qui n'ont zla rices du club .amn:am La'dear ' : '
posaient par tous les jwuis . s.. physique ? Laideur morale ? il y a
perdez d vu *Pti Umm mummi im les ssatanasi '
,. ?S * P,e,,iue ,ou ' P*y# ot hausss snr un
wrprendrfz nave, pidestal apedai.
t OaOB la leCtJre de b'nrico Coruso, meurt, pour la premire fois fiollr i. a0.l- rri#nrira nnf.ii, i itt^J
lflexionn et dea une chapelle rovaie rtarticui.r, Cam.lle ^'l ***%** retiendra paiiois l acteu hC,ffje dMtractions.
Ilaajme Ip nni-untl Sini>aens tout rcenment a eu des lunraille. ttOO mae du plus
dsBranui i.l; rit M"owle,e, -, i. quil y a une laideur attachants. -1
t L. 6 'P fort Nuut-cele p-sident Borno qui apprciant \,s,-7unfi beaut b'e bte i faire
} ." tel qui 080 SU* Pan et comprend que tout ho nme de gnie f"1* a Dea0'e fe e De,e ,re
di choses pardllesl aPPir,,,a! '* N-"-. et nui ds son arriv au pleurer, tue va du buste en cire des
M hier, il trouvait 57?'r; iCl "f?L* , *" r,riel* coifteors m beaut :lassique des
la h.I- o ,,u,,, du Chef d'Orchestre qui hier soir au coneci t a eu 7T ki.,.1,., - ....r ., .>.,
tant de succs, nuu c< Mr Borno ? qui sait, si oies blaoches, en passant par toutes
------Que de- actuellement. Occide Jean.'y ne serait point dam lis ClUCbeS Casses de tOUS lfcS GreU
[orincipes sur lea- ta"^'t'"y?*,**Z&},1+ *** Ze et tou les sujets ue lomaoce* ou
de pendule-, sans paiet de ; lie de
mon .eule qui tlurroa, paialt-il.pas
les deux : un beau visage peu* par
faitement repousser, de mme qu'une
dra paifois 1 attea
b aie. Di n.rj.u
On croit que ce soir, la Munici
palli renouvelera son beaa et aima
ble g8tr\ l'endroit de la po >ula
Soire Me n t ion nelle
h JPeVtehoa
Ctnnti 'Ilttdtrt
Comme nous avuos annonc asssl
di, la noire" de mise et p oebain
Piratant sera un gr-at-evtnt.
Amatenr n y manquez ooint.
Notre imp-yab'e T Stloave revient
d une tourne en province c ses
efferts ont t couroooi i soccs.
Il nous est revenu avee une colle
tion de monologue* croles des
Elus locaux n'r'Hu re :
'histoire l ; ] rrar.: Mll'e Lions
fsaynette)
Bon Deo qni fera -* gson
a />fHi l h noua t tr.jv lingoes
Yo i r-nri i evt>nera8ut(Fuurail(ss
A. K. Simoj) etc .
HeudeZ'VOU' a Fanniena o Jurent
deux 'urea vous oublierez les sou-
cia de notre vie.
aatri* e gnrale I gourde, loge 1,50
Commencement
d'incendie
heures, 1s ville
incendie venait
(lier vers les 4
(tut en moi, un
d'clater I la rue G-ffrard, devaat
> i n -an ; c.enne qui a tant 'ea?v?r'?,'/!,d",! If Di'i,on 0CCaP9
' r Mr ciirui-i i toiadm
No braves et infat gaolea cbemi
ses rou ,'6b arrive iub'aotanmeol
ii, mer, u trouvait
P t"o ?.., Non, non,
rPM croire. Que de-
^Diincipes sur les-
ter an sacerdece
que le jouioalia-
Pour l'Orgue ds ta
Cathdrale
sur *es lieux ont eu
vi t>:neot raison
en danger iea
du flau qui mettait
meiaona avoiamstiUe,
Lea hebitaota lu quartier, pressa
tent leurs profonds remerciements
Consiantm DUMK' L e fant paa vous en
uni la et aaufs;
a lea.siens ; tes-
entai ? y0ici lea
eot vous guider;
t*ni ? voici- lea
dans son rle,
APHHENEZ LANGLASKN
Etudiant 15 Minute par Joor
^ana professeur. Haultata surpre-
nants apra quelques leons. Suc
i* garanti par crit.
UNIVhHS*L 1NSTITUTB,
iO)>336 V?". 106 aWsw-York
onre posr reaaaitfoeoaeas
Piinoi
Il eat
Qo'on n'oublie poi il queces' s*
medi 10 courant que devra avoi**
ieu & Pariaiaoa, U fte au profit da au G^ueral Me de m, eone-cbef de Jr
Orgue de la Cathdrale de Poitau Ueuilaruerie, au chef de la Polios
m ai qu ses laillaute officiers pour
rserv aux dile 'antes une loi)-- qui a exisie il mal de Grec/queiqae sept cents ans rnoaique des plus avanea. Des aussi leurs compliments au nejteoant
avan Jsus Chriit Cent mille de ces v'oloonei bien apprcia par l^a Wbitevael pour lea bonnes maOBu
mate ra dri mnsique, excuteront vres des pompiers, Iarrive imm
es inorcemix de grands msltres Jiste de la Grande Fomp d rides
pntr'a rtrea la Mai eue Nuptiale de si haotieraent par e mcnnicen rs
M-Midennm- chef Mr Q-orges Eue ainsi pour loi
Empreaaez-vous dsshster voa sar h.ier t- Ujcanss qui s t tra acril
beauts l ne valent pas u ie laideur:
bien constitue, du g? are par ex-m
pie ne celle doot ie:evait l'inestbe
Usme de la fameuse mre du R
gent. Cette femme ne rugissait pas tes
st tra dvou-


.'A UN
OaJble
Nouvelles Etrangres
V*
Les Cours
NEW YORK 2 Steiling 4706.1
Fianc 16 76
PARIS a Sterl a 77 691
Franc 16 31
fa gf| a 'o c renia 4a mi liud
aux coa'r:b'Jih!cs leur ooasant ainsi
une toice redoutable contre nous.
Comprece: ce;te attitude avec la r
treitveui compr*ndre* immdiate
ment que noua action dans la Rhur
tit jusufie.
rarole* de M. Ma- *- Question des
ginot au Snat
franais
PARIS a La France veut vo
son tx s ence sauv> garde, c'tst pou
La vil'e de Bochum qui avait '
le thine d'incidents a t condtm
ne payer une amende de 35,000,
000 de marks par suite des attaqu s
de civils allemands contre des civils
franc lis Deux march n
naux avaient t battus
allemand" rour vo;r ay
dre lts jo r a x L mei
prorap'eraert pe-i ; les tr Ui)
franaises ont fart une dtsrea'e et
ont p's exacte n rit le montant de
l'amende et se sont retii:s sans 10
cidents.
La Tille de Kel wig psdlssen,
o lts fils tlphoniques militaires
avaient tc coups a t condamne 4 m
k payer 100.000 ma ki A D JS?eldort. 5
Mr Wers k directeur du tlgraph:
FBDGBallB
mtefSisi ' ,a Rtoptlon du Prsident d$ la RipuMjJ
1
d'.la...
.r.juijlit parle f*
elle est une question de vie ou
de mort- Ou elle reoive ce que l'Ai
If magne lui do t DOVI ob enir ce
rz
*i> t)/c *#i ? ira vi u a *te condamn i six mo s de p.ison
r^arfdtoi h esl impliqa dans le b,ltRe m,u
PARIS 1 Dans les milieux c f h taire. Les t.oupes frana ciels on pense que les ouveitu es de pation sont en tram d'augmenter le
1 Allemagne co cernant le rgi ment ma'nel roulant pour le fonctionne
de la question des rparations aftec ment des chemins de f;r allemands,
t par lts vnemen s act jels de la AMulhrin lesfracii oitsaisi 15 'occi
Khur seront retardes d'un mois et moiives.o w go is de cokeet $o wi
I
peu'-tre plus Les Franc s ne dou gons de charbon Is ont ausi occup
paiement il faut que Par-plication He te.t pas des rsultats dfinitifs de la les ateliers de rparations. C'est ui
certaines mesu-es d- 'oerction de pression exe ce sur les industries t rai de 23) locomotives que tes au
telle manire que l'Aile m gn n puis allemands par l'occupation, maison torits fran,- s et b Iges ont con
se pas sister. TelUs ont .* les pi ne cio t n s que l'A lrmagne s it fisques. 11 y a qa lqu s jo-rs. les
rles de M' M g loi m nistrs de la p e faire des ouvcitu.es imm forais ont occup le bureau de pos
guerre, au cou s d U discms^on au diates te de Dusseldoif parce qu'ils avaient
sna' du projet de loi du rtcrute D pr lej enseignements parve appris que les allemands e sryient
ment de l'arme. nus a Paris, le parti conservateur al de passer travers le co don de doua
Il a exp iqu pourquoi 18 mois de lemard exploi t la libre patriotique ne pour Le payer i taxe de 1 r/o
service taient ncess.ires et s dc a n a pis encore abandonn .'espoir et Oa a dcouvert que les ai emuods
r que l'Allemagne n tait qu'a m.i le gaeds industriels allemauds ache avaient recours i ceitains moyens de
li dsarme matueilement et ps tact une ra taine quantit de char 1 poque de la gjerre pou- happer
du tout moralement et aspirait plus bo 1 et matires premires i l'tran aux so'.dats, ils avaieot ci.h le bu
que jamais a la revanche. Il a affit ger peuvent encore continuer la lutte reau de post: dans le sous sol dcae
m que 100,000 hommes de la R ch p ndat t quelque temps fabrique ab;ndo ice.
wehr et 150000 hommes de la poli
Les lignes du h>
mins de fer dans
la tthu* ^t tilina
iuii e s .1 t..... iii le ru>iiMi
I HlllllUdl
Allocution du Baijislral Cm iiunal
< de I V, m m N rleur des Fiaaaces
A la (in du Nord les houneurs militaires seront readus par les Irsiaes 1 ! (,
mtr.e
Dftiir pour la Caielraie ou ser chute ui U DEli.
Tourne ^n Ville.
Keceptiou au Palais National, par le, Secrtaires dfctai
Allofutioo du Prsident i!o Canal d'Etat l'entre* du Palais.
Alloruiiiii du Secrtaire d'Elat de l'Iulerieur sur le Perisble du Palais.
laln de Vingt el ur coups de canons lires du Port National
llounenrs militaires rendus par les Marine Urps el U Gendarmerie
Le soir, concert au Champ de lars de % heures
Deuxime Bil populaire au March de la Place Vallire
Cinma Pop laire, BaU publics PeuxM'ariifice, rjouissaicei publites,
Imu la Secrlairrit d'Elal de l'Inlrieur, le i Mars 195J

n.. ioi'inEii\r
Le Serrela're d'Elat de l'htrienri . i.
I
Uenli 11
\Uenlii
i-a mm k Mmt Liban
ce de scurit formaient une vtit
hle arme sans compter les associa
tiens d'anciens soldas, mme 1;
grand tat maicr gnral a t re-
constitu. Poui tre l'abu de '.out?
surprise nous devons avoir une ar*
rr.e plus forte que celle que lAUe
tnigne pourrait nous opposer. Ces
pourquoi nous estimons que nou
avens besoin de 42 divisions
nie
DUSSELDORF -
ave
Deraire Heure B- & N- Saia &c
Ang e G andlRue $ Rue des GH
Ment de recevoir par
derniers arrivages,
Champagne de la fameuse
Ce roir grand bal popclaire au
Marcha Val *vfia k l'occasion de
l'arrive du Prsidai' t-orno
Liss al is dans
\i Khur oat toute 1 autorit n-'cessa: >
res pour (aire fonctionner toutes le
des effectifs au total de 4>o 000 hom fe" .duufhsm,,?l.de !? **? [' |\f i\ f V f\ (^ i I f\ SI
u.es de plus de .00,000 pour le se. Rhoi et Rhnanie il'ncrpt on de la |\()lf A la(l I ||
vice en deho;s de la mtropole. ? Co'o^oe Le gnral Payot. v * V ^^ * *B
Sans le service de 18 mois, il est directeur des transports del mis- Des cables ont donn l semaine T.nn (Jinulot
impossible d'avoir ces etiectis No> l0Q 'aise, sera adm ms-raleu-. dernire 8 a u traocs de baisse ; ce
effectifs ont rduits de 87J,ooo I( aar* Pouf a,des drS techiicnns reCul des prix a rendu le march dn
hommrt 1 660,000 hommes, nos de Ir*Dlc el b 'g-s LaJminist atio Havre plus facile les dteotenrs
penses militaues ont t rduites des chemins de ter a l d o t d'enga cherchait i vendre d'autant plus
d un tiers, quelle est la na ion qui a B" to?,s les ouvriers doat elle a be que le stock Hati est en rrom-nt
donn lexemple de telles rduct.ons SOin Uo grand uoore d- ces df de 76000 uzi au Hv,e, av^c tous f a RtUVTe "f 1*611" UleSt SI
oudonnedesemblablesipeuvesd'in nters seront tnvcy s deBegqu et ies porf ?S7 f^WiC?*C 91
acitiques. Le snat a tait de tiance" Les o ficiera fra. a.s di- tanne bien fournis, ceux ci s'act flft 'O! a 1% CCMHta" 1IU en P
du ministre la fin de sent que plusieurs centimes dalle a!iment directement ici. On t pay if PT/n|#-a -lir|
maeds ont demand travail dilfi: liment P or 1020 lo,8o pW 1 Ol gVul S\ eXuVJS ll*r|i
pour lest.'r^s et 11,75 Jo ( i.., enitH'ry ifm pour ta to
HllLK do 1VK de U m sod .L L
(Vmnce J
tentions p
une ov? o"
son discours.
La Question
de paiement
PARIS' A la confience de Mr fr.nus, oa s attecd a la repr se
Wadsoith, sous secitai.e de la T, la confrence de t'io h O .tm i
sorerie et des tepisentants tinanciers Lausanne ou ailleurs, lo squt l'asssm
allis, il a t admis gnralement b.e d Agora aura adopt l'opinion
que les Etats Unis pourraient lte d fioitive au suj t du trait que les
tac.lement rebouiss des iais doc dip orntes allis n ont pas russi a
cupation de l'arme amricaine si faire signer par les TotCI*
l'Allemagne tait d.spo e p.y r ri fimi*Ai(*jL // )
guliie.n 1 li somme! qu'eue doit *-** UVJIIl* -
pour le< tepar- icos La questioa ds
paiement a e uiscute ,ous tous
aas aspect- Cependant les uprsen
La Con frence pour lM t,is suivant qutUt
du Pioche Orient venance. Les airvages sont du t' queue v rie.
PARIS-Dans lts m lieux cifici-h J? cxuls' ,uss 1ros/?Pr,;eu:s e
franais oa l'attend la repr se d dSlQtressent de I article Caf et por
jentleur atten ion su le coton dont [t &tOCk e >,t limit et CelUS^n^f
les prix sont trs fermea et qui a ob
*ccowex tousy et accoures vii
minisl* e norvgien 8ra >ci lecni M*r< prochain,
.HRIS 11 vNA -e m q s ie ; o. .K ,. u.....- u ____j_.
tant.' ai II Frai ce. Angleterre e. t
lie 11 puient suggrer aucun moyeu
d'ob g'.r t'Ai e.uagne paytr, la o>a
trovtise a. uele n'tant pas lgie.
Au Snat belge
Ol-.ii saioni i la suie Ju
e S o h n^ d: sa p opoa
vgieu a
rejet par
tion concernaut li trai de com.ner
ce use le Ponug'L 11 proposait qot
ItBTlDI poitugiiii pui-s ni rc d
nouveau vendus tn No.vg; mii
pa: ses ton Dap:s la loi sur la
BRUXELLES Hier au snat Mr ptohib.tioa de Norvge les vins ne
Theunis Premier ministie belge, a peuvent tre vendu que comme m
prononc un discours au |:ours du- dicameUs Mr Hdvcisen, chef des
quel il a dit Ea 1871 l'Allemagne consenatcurs.a icnpti de cons ,tuer
en recevant de U Fiance une mdem un nouveau minu e.
Dite de cinq milluidi rent.ait en pos IV0nvftl|^S lll VPr P session de tous les dbours occasion l^UUVeiB'*' UlVrir .a
ns par ga"rrr et faisait n t|H un ESSEN t sarmais la ville et la
bcuee co^a.dfub t* Ap. larmis fala ne 1a Rhur s;iont tenues rts
tice en 1918 le monde tait d accord poosab es des dsordres ainsi que des
ar ce po o que i AJtvniSiH devait actis de sabpl ge co mil cour goer
payer le^ f as d. guerre Wcus due 1 me d o.cup.ioo Dei amendai
ce que l'Allemsgoa mil m epoam se eu .miosee par le gnial D
rai trop loo ^J seul exemple su fi gouue, chef u-.m-ire !. nets.
ra En i^aa l Allemagne a peru 08 U-^acd
nriliarJs a< 18 millu.-s de ai*iks v^s laf
d'imp s, e le a dtpens 22 milliard! c s v llei seront susceptible! d et :
pour ad-: tfcktJUOJ aLeuiinaa aii es et dpasser
t 18 m.l.iardi de maka racai I Al guerre.
a
tenu de 44 46 gourdes pour le co
to doat les prix en grains, suivant
l'impo tance des lots.
_ ARMOTJR
Le s e Jaao P)rto Rc^ a' Paerto Plats
en
de
v.ub'i et la 11 iv.i in II prendra du
frt at dea pa sagnrt-
Pour toaa nnieigneman'a, prire
a ad eaaer l'Agent
r
a[Ad?ment%
les ait ntata auront t g a
lo u>i..a its allemands de
en conseil de
Clyde Steitmship
Company
Por au enne. ,e {&& m l^^:'10^
l PMEEizMAXN-AfiGERiioLM Vapwrs dirige par la Ctyote Steamsaip
Fortin ii vices pour compte de ( M\
Sbipping Board.
Le S[S W. M. TV^PERvei
ports du Sud ext attendu
Prince ce soir 5 Mars cuurw
prrtia Mardi 6 po>x NfjU)m**
ies o ts du \0'd ptentat /
Kcgets*
Pari euiriac*?, le
1 ara et Co,
Section Est
1er au 28 fvrier
Naiaeances
Enfanta Lgitimes masculin 9
* femmes 1
Na'nrels mascnliai
" femmes
10
8
7
Dks ; Hopi'al
Aotra
ai
27
39
siariagei
5 Hartl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM