<%BANNER%>







PAGE 1

Lt tyATIN Brisseraent. des vertiges et mme des Affections des rems. .Sans dou'e, une fasse de tb ne fera psa antort de mal qu'une coite I alcoolMaia on peut ue faire plus de mal a boire do th qu boire avec modration du via ou de la bire. Noua citODi de la revue c Oood Health s : • A quantit gale, le tb est tea-j coup plus malfaisant qae If. bo re La quantit de poison que contient une chooioe de forte infusion de th eat plus grande que celle contenue dans une chopine de bire, peut tre pas en poids maia par B'B effets physiologiques. '• homme peut, sans manifeater de aymptmes d'intoxication, boire plus de bire que de th fort. Noua gagnerons peu i> aubstituer a l'intemperanee do whisky l'interarrance dn th. Celui qui fait un ahua do th ae rnioe physiquement, devient neuraB hni que, dprim, veule. \\ souffre d'io aomnie et est en proie des ter reurs morbides. PRENEZ GARDE AUX IMITATIONS et produits similaires que l'on cherche substituer L'Emulsion Scott Aucun ne peut lui tre compar pour la puret de ses ingrdients et son efficacit en gnral. Le voyage du Prsident de la Rpublique Gable Parsiana DIMANCHE Le 7 de Trfle LeCin 7 tl da Maroc, est dugl ble et amicale invitation du Prsi l'tEvcning Mail assure que les dit* Les vnements de la Rhur rveleo. mi i,de Fez.les midec.m dent en qualit de..; Directeur dn cultes ont i surmontes par les an au monde les projets secreis que t estiment lie o?n Matm torits tranaises.Au cenrs de l'entre l'Allemagne avait caresss. Dans ta niK tien avec le gnral Payol. celni-ci a poursuite de ses justes revendications humbrfc dclar: Nous sommes en mesure ta France ne s arrtera pas avant A W LOamiITt tout le chaiboa.coke et tous les ma d avoir atteint son but. fl e g COllH %  LONDRnS Mt Baldi fier de l'Bchiqaie, en t[ question de U Chambie Mr G l i'.ou Djumergue, aacien pr BCS iupurd hui tabli sident a t lu prsideat du snat ra i on les impts par le! wtuat"mmmm .. .....,—• au ame tour du scrutin en rempli Angleterre, impts din 9 des troupes et approvisionnement et dfi M; Bourgeois dmisioa ii B „, indirects iaash:lli ,. nons sommes assuis de la coairv-i ^^ m y0il contre flJ t De im [% duecig ^ !fa0( ancien ministre des affaires ly (canes l£:i.s-U 1 s les directes I 60 do lai, 12.70' Le comit Uiitiende l'Aiiioce frin^ifceo. triaux que nous voyons s'il y a as tinue st bllc oeuvre au milieu de nous, ggZ de ch*tb")Q DOUS pourriOQS aller Ces ]ours dernier, son prsident a distribu j j t i trtir de l jemaiBe des fournitures classiques quelques icole de • %  "*"" • \. , Pon-u-Prinee et celles du Mle St Nieoas pro:hline, CXpdet Cent ItBittI ne ci de U Croix des Missions. charbon par ]OUrNous a prouvons aucune difficult dans le transport Retraite Eielsiasliqae La retraite ecclsiastique du diocse du Cap—.—": :^..-..;. Haiticn 1 pria tin dans les deniers joars de JitttlOU da Service da iMtO rit-rnal! Au Snat franais pour ie un Hilitn pri hn dan5 lej der iet5 jolrk -t j„. ji 0a da service ua uaia ntsinauv Selres ani r le tel quel, ict. Elle a t prche par le H. P, Laiore le M1% ^ous augmenteroni le nombre JT "Jx.. e it. Les aniva Byawteftssttssi du Petit Sisassata GsHp ^^ du aistnct de voyageurs ci 8 cres et .0 i n dollars pour suivant oiigine et qualit. Les aniva ^jat^^f^ieat au nui asanan satap ^ ^^ du distnct dc voytge ars ges restent sans important Les ache til, qui continuent lonler malgr M uhilp ifp ITn |'| llk .,i, m leurs d outre mer pour les ventes D „ les grves allemandes, le nombre des MLOri UUtie i .ae ffifl I fKMilieil f o b se font plus rares —• ils se I TOJlOS (165 l\ll?S voyageura allemands est sans cesse \M J}Q\Q{ M. Deleass plaignent de la mauvaise qualit des 0n i en-. e d toujours les mauv.,, r H grandisnnt.la navigation sur le Rhii"*• %  *""'*T**'" 0r r ^ c f .„ rmirt itis exDdi^s ces temps derniers. Le des rues. Nos Eglises tt nos Chapelles ne ot. a repn joa ccuts, nous avoesd NlE 22— Dslcass, clbre nonr LONURtsAU cours Ijj nombreux bateaux notre dispos.me d'Etat franais et ei-ministre U. aer donn ttioard bai franc est ftationnaire depuis quelques jours Nous clturons i l 1575 au dollar, cours Prince COTON : On pa'e le coton brut 42 4? gourdes, suivant l'impoitao ce des lots. Il en arrive trs peu. aucune que le: passant viennent v rgler nan — %  —---—— petites alta'rcs. C'est ainsi que Dimanche dentier \ion pour le transport du cbSISOn fort'au la Cathdrale, et I issue de la messe de 4 hres affaires trangres, est mort subite Speakmg Union* l'OCCi ment dans cette ville hier soir. Mr niversaire de Gtorgl M Delcabs : avait quitt son htel peu Bonar Law expr m Notre Coton on s'est bittu comme si on tait en pleine rue I X* J AfA |... f tn .. n .. u DeCiratlOQ Wllvl. laSpar ^ jonrnrpoai ef czpiicner rmerique n'aii p* i NOUVeIUSaeMqri\rSyMn BRUXELLES Mt Ip, sainis sympat*' Mr Raberti, ministre dans le lglement de la a ua g edeW r, ,<. rf J! lltair:> trangres de Balgide la marine, l'occasion de la mort elle l'avait jou dans U Lue ?!dclar 1. tomnmsion S *• a e e : aprs cette v.sue Mr Bel PARIS Les amer, fla tes tiargres de la chambre que %  *, apparemment en bonne saut, Paru ont clbr M 1 occupation de la valle de la Raur est ,. oua i sou h el o il se ttoi da> par lei cinwaiei n'avait pas nu but productif mais sen iiH depuis plusieurs mois Sa mo.t Des fleurs et couronna lemeut un but de pression et que si est survenu* soudainement dans le poses sur la UltMJ elle avait pris cette forme c'tait 1 U conrant de la soire. ce d lna par am. u "it de ratlude des industriels aile Une c.j he plus tard dit quo, et dlguas des co oaj maads les allis sont dtermins avait trouve son corps 8 heures L'ambassadeur nirnn continuer exercer c-.tte piessioa hier soir dans le jardin delvch, banquet donn en i tant auc 1 Allemague n'aura pas ca la mo:t remonta.t quelqnes heurei. plomatss des natic Ditnle • elfe ne cache aucune vis: Mi Dslcasj se a t rct-du dans le jar centrale et Arjnq •oliuque mais ispiseme la dtermi din lap;i midi ds bonne hiure pour nvdi le club des wanw uatioa d'obsenii des engagemnts et couter la musquOn suppose que a donn nne recepiw T „. in...* Am* oaranties oout le paiement de< s'taat trouv mal, il siait retir cerL Au djeuner pi nsae. coyo C5 -n 0 -, ... Lr sj s Toppe r •J^ottoto des ga ranues pour paiemen l'.mbissalJ Les grands spculateurs, deM le 21 du courant esWUendn ici rparations. ^ ^^ ^ m|| ^ l §arp|| /. ,n.. .. . Attitude de IMemagne l aiuque qui h emport Bien que les prix soieot reste sta lionnaifes en Euiope et aux EtatsUnis, la concurrence effrne laquelle nous assistons depuis qud. ques jours tait monter les cour 1 ;. Nous croyons perdre de l'argent en payant le? prix actuels, les limites de la hausse, coyocs-nous. tant f teintes Les grands spculai vant I marche rapide des choses, pensent que nous ferons sous peu ... sant se rtablit, mais travaux sont intenses Mgr Kersuzan. dit lu Bulletin Religieux, espre que, a que sa sant va se raifermir peu peu. Naissance Notre sympatiqne ami Lon Laleau est la joie. Ce matin vers les six heures un gentil gardon lui est n. — Il a re .1 le prnom de Raymo.id. Nos compliments i Mr et Mme Laleau et meilleurs souhaits au bb* de! vers le 1er Mars, via les ports dn ,, „„ %  .. Nord. Il repartira le mme jour pour AA et gardent leurs denres tu dpt Itcmel, et fera tn retour les porta du Les acheteurs de coton brut qui ba Sud, prenant fret et passagers, aent leur 1 calculs sur un rendement — Le S|S • Flora parti ne sf-T de H 0.0 se font illusion, car nous le 15 du cri. par tous les ports bat constatons chaque jonr qne la mo tiens, est attendu ici dimanche a; venne eat de Ji ojo environ. Le co du courant. Mim. nH iu.s e iv u . r ton de la Gonave que nous achetons — Le sis t Astrea a laiss N-Y Bochum | tque lle assisUieat les thuaniens que les Polonais avaient neu ici donne peine


PAGE 1

LE MA UN Itvaol davoir obtenu les ]ea chirboo. Mr Btrthou pecdaat plusieurs in irait t patien'e )iti qui sot par per brutalit av?.i* isfus Le 7 de Trie iDce tfil.ii Direction de Parisiana donn demain soir les 10a Mie pisodes lensieemeats, il serait de l intressant film, le 7 da trfle. Ces diuK pisodes sont dun in tiret sensationnel $t tiendront Us spac> leurs en haleine durant leur exhi> Htion> ~\t dbiteur qui avait t dans ii Rraodt guerre H justes ij'jonaakihti lincourues. Mr Barthou IQX menooges stupides qai atiribieut i la Frao id'iauexer la Khur. L'an Ml dit ne lient aucune r^Lottie a abindonn 1rs cerveaux franais mais est lasse de poursuivre L'Enjeu suprme Kl Omo pisode) js Cours 33 Ste. ing 77 5*5 Franc 16 44 ia?y News 23 fvrier L loi martiale eti pioclami t dpche Su i.ci.t.i Newr. I itiirc iu i Us riii • il Ct Civils. BE Ourlera; ge Tower, ex Knstie et e Allemagne. ,ji est [ hpital i I > wite d une faeumonie ird'hui dam une situation critique. Bu ici x homrnti da police ont ur t'oppow une cUraonMratioi iu"mt univeisel iairoduiic a la a petlti vilh o elle avait vcu avec Claude des semaines bien heureuses C'aude, bourrel de remords, y est r t urn et a trouv la maison vide. Il s'en est all lui ausai eu glisaant %  on la porte un met o • 'exhale tout le regret d'une me faible e repentante : < Fuyons en Italie, dit•lle a Claude va m attendre & la frontire >. 'Jelu. ci part. S'ma ae prsentaIl n'est paa plutt arriv la villa que la princesse s aperoit que tous les alentours sont cerner. C'est la vengeasce d Ultrogoth qui sommeace, La vieille a dnonc le comte 0 la princesse cocutn3 les ailleurs de l'assassinat du prinea Karl et elle a fait saitir cbex le comte le portefeuille vol daoa la poch DtSOUES CQLuiYIS. lui a leurs de h on ne inum\\u\accourez chez L. Preizdiani-AyfriiiiP, Rue du Quai l Les cacha d : Venisa lanvbia ( ni>rceau,.r dVpcfa); Oac ilep, \K>:c-lwU zn ^WXSSSL J1l oru>Cojuei, 66aab cuujfaiju fronai, eipaZlXt'Uim&EmSm1i*k *• etc. Jei pi^xceplioMdUmet*. les Moderaa qui lui apprennent que r&Yii i hr Lottie les a quitts brusquement pourra LVrbste n ignore pas que Zapara tait la cour la prircesse et, auam lui, il eat lasd'Irne. Il ioue donc et il perd lu Quand Zapara annonce Irne qu'il l'a gagne .celle-ci lui rpond: Nullement.. vous avez joo et gagne sa femme I. je ne suis put marie avec Claude Mchf si femme, c'est la petite Lo'tie que vous connaissez bien I > Zapara n'est point mcontent de la tournure ejnt prennent le* vue mentet il "rrepree' e d'fsi'e signera deux iJin. i"-* d %  la partit le papier suivao.: Noos, soussign*, ••r Ions qao ce 1W Mars Qo '•* dans les satone du S Iprt Fda %  •.-, M. Ma ado MvU-i • i->ue e femme c >o< tre un million M /ipara et la perdue l pour essayer ae lejoindie Claude parti en Italie avec la prin• ?sae Lo'le a .rouve le mot da Claude lui reprochant de ne pas lui avo'i pardonn une premire fau.•t il n'en a pas fallu davantage pour que la malaurejse enfant s'ascuei ~ %  %  %  %  %  1 du mort. Le comte et la princesse rlle-mme de tout leurs malheurs sout perdus I... Mais Itoe a connu d.s momsits aussi tragiques Ela mue la grande comdie del'atraur auprs u\ Siraa et elui-ct la sauve K Use leitc farde a t> tais — „ m 1 e eQ | r ; i|inl ttprei fi %  M eatholisuei de New York t 4 , J A Zuent uue c'est par mesure de prej'sr.er les attaque, d iicendie SBBMaa Le gouent allemand a d lfendu aax luttant de payer les In^ais et belges. ^^^^^ Ella j*t o:en bien dside arra cher Claude celte fe.nme fatale et 1 tout oublier. Zipara. q ai revient d Italie, lare I'U'.I y retourna lion auto ea eu bas. Mme Moldran entroiae M U) lui un papier sur lequel il prend toutes lei responsabilita et s'accuse deran. 11 s'agit encore une fois Ai seul du crime de l htel Fdorosauver Lottia les .moles iveatorea M h I.9,' qui lattendentPauvre M. Mod r al Apres uti9 enqate rapide, la prin Or, Irue, pour retenir Claude, la ceBBA qui a daa amis puissante est conduite Venue o el e fait rev vr~, rari6 dEtat da laisse on libert et va rejoindra les heures prem.rea d leur emoai. i Intrieur Claude. Elle voyage avec lui inco* Mais la pense de l'artiste lui chap*'" Xi de Port an-Frinee, gni'.o ou plutt sous le nom de as pe. hlla 19 suit. Elle dploie dans f &* 1 sV J es et quart du matin, le lemmv. En Italie, daoa les btela ils BOQ palais du Grand Caual, toutes L,'l &l'J()8ti))tl (le Cependant Zaoara et lea Moderao sont arrivs Venise L'or du richis si me /para les rend tout de suite matres de la situation Les domestiques sont sduits. Un gelier lib are Lot'ip.Waia celle ci ne veut pas qu t ter Veoise san-i avoir sauv Claude rie l'empire d Irne Car il m'aime toujours \> C'est a'ors que Ztptri sort le papier o il eat du qae Claude a jou sa femme et l'a perdue. I.ottie devient de ma bre : •: C est partait, dit-aile, je tiendrai la parole de Liaude, je divorcerai et je serai vrjtre femme, Monsieur. fvrier courant (au lieu de raerertdi 28, prcdemment fli), a quat e he .iid je laprv midi pour arrter les mesure nlcessdres en vue de ce'te orgsiieation. Nous esproue que le public po au princien saisira avec empresei ment cette occasion de venir en aide 1 glise St-Josepn, dont I ui( lit OL'I incontestable, et qui attend encore d'tre acheve. du la Rpublique eat rri aoi.t iuccriU eus le nom de M et f heure* 1 Arcsbaie o aime Claude Michel A Gnea, ils sa rencontrent avec Zapara qui est all passer quelqacs mois en Amrique et qui igaore qae Claude est uisri avec Lom, il croit que le sculptour est rsllercent l It 1 enUiorsiasme de la po De i, le Prsident se ren -.Marc qai renouvela pour tbslit de la dernire visite, ente laissa tneuitt pou r iltrsa et y fit 1 cinq heures les sdactioos dun luxe oriental, -*ntt An Elle l'entoure de toutes les voluptas, L(*ilC KUiHW mais toujours la pense de Claude Sera particulirement Utie au profil est ailleurs. Dans une promenade en gondole, Irne ape cot sur un pont Lottie. Elle l'a fait suivre par ses gens et poux de cette belle 01 incesse, dont enlever. La pauvre petite eatjeiee entre au milieu dea plu* >* beaut l'a frapp tout de suite, au fond d un des cacbo.a do ce vieux Un soir da jeu o le 7 de trfle co \ de I E tat eat parti ce ma* ttnue de uourauivre Claude, eelui-ct Heures et demie pour la perd contre Zapara tout ce qu'il poa ade. H a tout jou, li a inmejoad sur parole /.apura lui propose une choae qui se lait trB bien dana soa pays..., il lui demande s'il vaut jouer sa femme. Liaude alicbel surpris ume symptshique des po d'abord acceptelinalement cet trange 24 Fovrier 10IJ ga don. H arrivera da cela ca qui ovation t. est arrive, a Enuery a les et demie qu'il a quitt issues, j ot sou pircours, le Prsi ils Hpatique est salu par palais tragique. Claude, un soir d opium, aper i*. Lotita qui 1 appelle en lui tendant les bras 11 ae lv<*, hsitant, est-ce un rve :'Il soui/e une tapisserie, rienC'tait un r.o NOJ. C'tait un jau imagin par la cruelle Irne Celle-ci avait promis Lottie de lui faira revoir Claude avant de la taire mourir. de lE'jlite Il nous revient qu'un Comit de Dames s'occupe de l'organisation d'une grande fte, accompsgne de Kermesse, qui devra aveir lieu 11m Mars, jour du grand Saint Farisiana. La Kermesse, parai: il, aura lien partir de 5 heures 1/2 de 1 aprs-midi, et le soir, un li m de toute beaut sera offert par la Cioma du 1 htre. Les Dames constituant ee Comit de patronsga sont convoques et pries de 8e runis au Pensionnat des Filles de la Sagesse, aiot-Josaph, mardi prochain, 27 Allumiuium Line Le S'eamer ( Gibbons) sera ici le 28 fvrier l.'^J avec 180 tonnes de matctianiaes. A. de MATTLIS & Co l -L S Soi Fros pour remplacer le Sel dans les rgi mes Kole Her Trouette ( l'eptonate de fer et Noix de kola ). Vin du Doc teur Cabana, Cachets de Glycro puoapbate de chaux, Sirop^Trouetie et Perret la papaine. Prix modrs Vous trouverez 1358, Rut Amineatne Poudre de viaude diaataae, e rojette et Peiret.— Gouttes livo Dieuues. Cotou du Docteur Muu, Comprime a la papaine, de Trou-i et et Peiret, Patience'Magasin Annexe des Caves de Bordeaux ITHiNDU Par le S|SVauclindu^2l couraul.un grand ivage de vins Blanc et ftouge,de la maison M. Marceau Bordeaux,marque si connue ellaiit apprcie del place. [profite de loccas on pour aviser sa clientle qu'il a reu par les derniers Panama,un grand vtimettt de provisions fraches: telles que : Beurre % manlgue, Lait Nestl, Crant of wheat, t&ed uheat, Quake* oats, fcule de pommes de terre. Corn s* are h, paies alimentaires, sel, r S moutarde, th de Ceylon. Baking, powd*r,bonbons a glais, am*-U;ains,jruitv au /<*/3on Noix, Noisettes, J Ues]coDaerve& tel qne: Amandes. prunes, raisins, asp^rges.Crns, t^assoulet, caviar, cpes, coroiehon, champignons choucroti J corned beet. Harengs, homards, hni'ref. mnyornsise. Pale de c m pagne, P'au janboo, p3' de livrf. PirkUe fines. S^uce ang'ai se,Sardines, Saunaan, soupe Cam bells, Thou l'huile. Canelle. girofle. Anis-#loile. poivre mus .de, etc Jgros Dtail" laeuu a^aicS. 5c Ca eMabon iMafic ^IrirarSelog^t ^ndlctiixe^^Verinoatb JlaCCjj ^rat Scciemt fiM>,C§MC fcia et cJltatU <3rizar^.C&arrvpaga^ ^V^e Cti^aot g^ro^ & Jetait. f^l.t^ nxtdend pl>arniacten5 ont* O&il qu'art foit 5U>cH 9^ pioih i>r)arinaceallqite3. Dagtaupe^ >m arSc mima pari U ^auctUv



PAGE 1

L MATIN GLCBOL fortifie Un mois de maladie abrge Votre Vie d'une anne. Le CLO'BOL permet d'viter les maladies en augmentant la force de rsistance de l'organisme puisement nerveux CotiTaJesceace Neurasthnie Ples couleurs Surmenege %  U:ir 100 et par 1.000de chaque sorte. J envoie gratis et franco un numro spcimen de mon JJuKettnmensuelavecprixcourantsd'albumsetcollection. CTHODORE CHAMPION, 13 t RueDrouot, Parii I A I MiiliKES t Plus de k ifoim t pjsont parcou us dans le l'e H itaui tiques en se servant de La 4i.tzol.ne Shell Que Ski '/ o:tf r connu tes quali i : 1 Plus de kilomtres par gallon 2 z hnct assemt ni des cyiind* es rduit %  .'! %  d Wiaearan aajeefjTj %  — " P* nl l'obtenir daaa et Isa PW-ciei. etc. ,(1LI"N CO. L"i Winoarnla Worka, MONWiuN. En Vente chez rRANGKJ. MARTIN Au prix dV dollare perae bce* teille et 1 dollar 1(2 booteMies. Ras aa Mejais de l'Itateo face Ueioe CHace, Port an l'rtcce, Pharmacie 1 F. Sjoiu Donne avis sa clientle, aux mdecins et au publie Iranisorm son Laboratoire d Urologie en un Lat biologie appliqu sous la Direction du DrRicol et t. Sjourn Le labo~atoire est ouvert tous les jours de 7 ht-s du nures du s Se. I Pietervalif du bois Cimeol 0. K. en bai r delOOIbs .J* VIENT D*AHRIVER_ En vente chez u. Preetsmae n*AGGiliHOLM\ hue au Quai .!•



PAGE 1

mie > ,anne fio 5047 PORT-UERlAJGE (jHAiTIj SAMEDI 34 FJSVRIfift i MMCnVR PtOPMVAIREt ient Magloire JRO20 C iaNTI1IES IMPRIMERIE DU c MATIN 4918, Rue Aarfcrio* Le talent se forme dan • la solitude, Je caractre dans la socit. Quotidien TBLtPHOMBLNo'342 oamt; FARIRADE POUR NOS -PETITS ta frauER M opration 1 ntlatfrafe ffl [f|Jj||| 'rtgiBsait do! contrat de l'anrinijue, et on de mes amis, comomm, me disait,— c'lurellpicpnt 80DB l'ancien rqu'il tait bien entendu que contrat tait synallagraatique, quil ae f ipa *: foi' de me d alei que presqae chacune de ses itioua coi tenait uoijavantage ient unilatral. 'De noire correspondant Lier?, |loi dis-jc, c'pst donc un It unilatral dans aea parties, lallsgœatiqoe dans son eoicmharfoitemeo', sijvcoi voulez., et ci la preuve. lia grce de lai dmonstration, M dire seulement que mou kcata le tour de force de me ttrer, article par article, que, ilODg du contrat, I Etst hatien "sttque donner, et la Banque %  Devoir. Et pourtant, c'tait i contrat ayoallagmatique. tmx œ'einpcher Je penser lauguUrit, chaque foia que Ile comment qoelqu un que Mtii ne peut faire reloge de ^ration qne d'un seul ct : • •mencaio; e ne peut atts coopration que d'un seul lment : le ct heitien. Bmple, aucun acte du Connut ne vaut quelque chose: %  a moindre rglementstioo du P la police suscite des spplau penii. M. borno est pendable; paral Russell est admira %  ce qui est sign du mioiti travaux publics est une faliaa demandes de crdits ten| dilapidation et chaque dI • un schemiuement la |i)i tons les ingnieurs an i.i 0nt x dM 8 ens cals e de iroiont; quand ils partent en l* VBBM Ida pu, cordaui %  Psgaent, et quand ils rep.i allgresse neconneit pas %  si. Le ministre d :a finances n ". et le Conseiller finan% %  Jfnc. Kn un m >t, tous lai uouvernemtnt hatien teo perte du paye; et c'est Ve touB lea actes des cosariceins tendent *'• le troovez-von? Ce n'est %  ent pa> du Da ti 0 nalisme. JJ prcisment l'lment li. C00 Pretion que mon %  •que, et que, au surplus, "\ nancsins sont vants M" pss davsnage tre du %  coopration, puisque les ISM! ooprstion sont fatale bas.!? 0 *' d,D ,a personne PfUflan hsitiens, donc de la cooprauon uni-iv Mon i eor, cela existe i Z ? C0DDm *. dans ce paya, siui! Con,r 1 synallsgmatiRX 1 ? 1 Celui qni a dit, le •SOU faut qu une pot te soit I BB„ ,erme i n'est qn'un implie. P rte peot etre • Ui81 ; Praiament le cas. FIAOU Les enfants ne sont pas seulement potep, ils sont auisi dramaturges et acteurs. le jen pour eux est un drame perptuel qu'ils se chsrgent de mettre en scne et d'interprter; 11B ne a'inqni-f nt pss plus dse accs soire que la troupe mmorable du • Songe d'une nui d't , et cor/iendraient volontiers comme les personnages de Shakespeare ; fToi, tu seras le raur^Toi, tu porterai une lanterne, et tu reprsenteras la lune. Enlin. lesjpremires questions qu'ils balbutient sont telles que les posent les plus hautes phi:osophies ci lea csychologies les plus aflinss. Plus d'une femme, habitue bril 1er dans les causeries de salon a d s'avouer court^d'esprit et de science, devant unejde leurs intarro gtions ; "Mamanjpourquoi ne voyons-cous pa9 deuxteboses avec nos deux yeux? Ce peti^psthologue avait troia ans et demi-'Maman pour quoi ma sœur n'est elle pas moi, et pourquoi, moi, ne suis-je pas ma sœur ? La jeune personne qui s'inqu'itait ainsi de ce que la pbiloao phie appelle le priacipe d'indiviiua tion. ait, nous d; -on, la fille ("e l*ns trs simples, trs poeitifs, nul lement soucieux de mtaphisiqae, Et que penssr de cette autre peti'-e, galement ge de trois ans qui, fer mant.les yeux, dissit sa mre : Maman, tu ne peux pss me voi — Ah petite nigaude, ja peux ts voir, mais, toi, tu ne peux pas me voir — Je sais que ta peux voir mon corps, mais, moi, tu ne peux pas me voir. Oaelle sera donc la premire pture de ces petits esprits qui s au clique dlicieusement ce que Platon dclarait d->s potes, quils sont ehoae lgc-e, aile et sacre, de car petits esprics ai Benstblg&di subtiles si profonds ? Quel volume leur con fiers leur mre? Le rire clatait de 1 enfance nous en voile trop souvent le rel srieux. Hegsrdezle, tout amin par le jeu qu'il qu I vieut de dlaisser assis n'irape-le o, sur le % isux bauc,sui une minhe dijjint) pensif et recueill, son livre entre les mains et les sourcils froncs.pelsnt avec ferveur quelque nave histoire je ne connais rien de plus auguste que ce spectacle familier. "Pour comprendre|ce lec eur novi ce il faut retourner per le souvenir nos propres annes d'enfance. Il fact nous rappeler nos impressions premires pour deviner ce qui peut intresser les pe'itt enfants que nous connaiiion*. Ouels turent DOS frsis tonnemeots devsnt le mystre de l'imprim ? Lss mets tout seuls nous apparais es ent comme d'exquis petits geniea faisant aurgir DOS yeux Pobjet qu'ils avaient mission de dsigner rose, cl, table, toile. Une page d mots quivalait; on album d'images.Les eufant B |ont trs tort le got des mots potiques, et il n'est pas ncessaire de leur expliquer mina tieusemen* tous les mots qui formant a a peoM. Ainsi prenez ltonnemetit extasi d un bsby qui dcouvre le monde comme an jardin Henri o le soleil rour clairer ees bats, s'ouvre la manire des roses;comme une vsste norserv o la lur.e se casse a la ma nire des joujoux pour former le croissant, et tchez de le formuler en deux vers. a6n qu'ace mre le dpose sur le* le res enfantions, co-n me une goutte de miel ; c'est le dis 'ique de Stfvensen' Le monde est plein de tan' de choses Je sui sur que nous y serons heureux comme des rcis' Nourrisso 1 s les jeune? cerveaux d'images et de fesLa ticience perd trop vouloir se faire amusanteRserrona-ia pour d'autres rao" itents II y a des livres qni veu'en* listrui e et n'y arr vent gure, il y en a d'autres qui, sans avo'r I ar d'y penser, cultivent les facul ti lea plus dlicites et les plus splendiderJ aime mieux disait une raiman, que mon petit garon me rcite l'Oiseau bleu que s'i! me dcrivait, sous forme d'apologue, la pbnom ce de la digatioo. Cette maman avait raison. Ch ENER La Politique des Etats-Unis envers (^Mexique Lgation Dominicaine Le Minisire Dominicain et Madame MOBCOBO. l'occasion du 80me Anniversaire de I Indpendance de l'Indpendance de la Rpublique Dominicaine, recevront la Lga< tioo le mardi 27 Fvrier, de 10 h. midi, les dominical .s et les amis de Santo-DomiogeAPPRINEE L'ANGLAIS EN Etudiant 10 Minutes par Jour 4aos professeur. RsultaU surpr oants aprs quelques leons Socles garanti par snt. UNIVtRSAL INSTITUTS. (HO; 235 W. 108 New-York Ecrire pour renseignements iaurioe Etiemio fils ^nc/la des Rues des" Frontsi Forta et du Magasin de 1-Etai Marchandises Franaises Le directeur d, < The Nition de New-York vient d arriver i Meiko et t exprim ses impressions au ujt de la ques'ion mexicaine de U mani'p suivante ; J'estme que la po'itique suivie j squ i prsent envers le Mexique a ttl une d"s plus graves erreurs com rr.i'ies par M Hagh-a, csi celle poiii iue se relourner 't ou tard contre le peuple amricain qui est ami du Mexique parce qa'l coaimence i le coinaltie maintenant s M Grcenicg le directeur de I he Nation dit galerrent qu'il croit que le Mxique et les Etats Unis ont b:soin l'un de l'autre et que la ten dance de sa revue n'a pas t autre, en ce qui concerne la politique mexi cainr, que de dtmontrer l'erreur des sutorits amricaines i supposer que le Mexique est un piys barbare ou sem ; .barbare, car aux Etats Unis, on tue tout autant ou plus d'lran gers quau M xique et les Etats Unis ne sont pas pour cela, sous la m;na ce constante des croiseurs. M. Gruening ajouta : Il y a un ben symptme : c'est que le pro hain Snat qui commen cera fonctionner en Mars iexj est compos en majeure parie de lib raux minents et amis du Mexique, parce que I ami du Mexique est celui qi'i cheichi la libert que l'on iefasa d'jccorder ce pays pour lgifrer et pour traiter ses questions sociales.con formmer.t i ses besoins. Il y a une autre circonstance trs favorable, c est le rcent dpart de M. FaJ du Snat qui. comm: vas le livrx, n'aime pas le Mexique. DIMANCHE L'oiseau bleu 4 partiea L'Amour et la haine 4 parties p.Jinue i gourde Son apprciation sur la politique du Gnral Obregon UP journaliste syant demand i MJ Gruening comment on sppicciait la politique du gnral Obregoa, en matire internationale, le directeur de The Nation rpondit . La Politique du Pisident Ubre S on est rpute comme une politique e dignit rlutt q UC d'intrt et les principajx leadeis poliuques qui oc cuperont le futur Snat svec M. Bu rah en tte, le savent tous %  ^M. Borah a t un des ennemi? les plus redoutables de ls poli'iqu; de M. Hughe et rclam? la recon naissance immdiate du gouverne ment mexicain, l'ai la certitude que quand M. Borah occupera le pose qui lui revient dans le nouveau Se nat t le M;xique pouna tre reconnu sins difficult'" La Maison Blanche maintient son altitude, mais elle dsire que le Pr sident Obregon fasse le premier ,pas Le correspondant|da jlo'jrnal of Commerce a Washington viit d envoyer une dpche disantjque le Prsident Harding ne .voir aucun changement possible dans a situi tion ac'uelle du Mexique au fujst de la reconnaissance pat les fetats Unis. Le Prsident Harding seraitj toa jours dcid i ne pas reconnatre le gouvernement du Gnral Obregoi tant que celui ci n aura pas re np i les conditions exiges par M. Hughei en ce qui coucerne les points qui touchent i la dignit du gouverne ment mexicainUn nouvel e//orf j Le "NwYok Wo Id pub'ie un tlgramme de Washington dlia rsnt que la reconuais$:nce du goa % rrnement du Mexique par celui des ELIS Uai dp;nd de l'actomplisse nt ent des conditions que proposais Maisou Blanche lesquelles sont esti mes justes et quitables et qui ne portent ps atteinte i la dignit ns tioaale Ju Mexique. Cette dclaration faite par de hauts fonctionnaires du {/ouveinemeat aru ii:ain, est interpite comme UT uou vel eflort de la part des Etats Uaii en vue d'une entente avec le Mexique. Autourdela Prohibiliou Les DOQ Juanes ;i45e Mille PAR MARCEL PREVOST la veute la Librairie du Matin. Nous trouvons dans c Good Usai tb , une revue technique qui se publie dans l'Etat de Michigso, un ptt intressant article t A propos de la Prohibition. Good Htalth pose en thorie qne la rpression de l'intemprance est une utopie. Supprime! l'alcool et 1 organisme humain, dprav dans ses apptits par la vie artificielle qu a dveloppe la civilisation cher •hera up autre exoiunt. quii treu vers fatalement puisque les espces en sont innombrables Aux Etats-Unis, ou a aussi objet v que plus le peuple se dtournj de l'alcool et plus il use de th. La consommation en ent monte depui4 neuf ans de 110 151 millions de livresanuellement On prvoit qu'aile va fane un saut brusque, aven la mise en vigueur de la prohibition des boissons fermentbsi Or le tiii, dont le principal prin cip sctif est, dans l'abus, une dro goe nocive, comme la morphine et la cocane, comme le tabac. Il chas se le Bommeil II provoque lamai


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05868
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 24, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05868

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
mie>,annefio 5047
PORT-UERlAJGE (jHAiTIj
SAMEDI 34 FJSVRIfift i
MMCnVR PtOPMVAIREt
ient Magloire
JRO20CiaNTI1IES
IMPRIMERIE DU c MATIN
4918, Rue Aarfcrio*
Le talent se forme dan
la solitude, Je caractre
dans la socit.
Quotidien
TBLtPHOMBLNo'342
oamt;
Farirade
POUR NOS -PETITS
ta frauER M
opration
1 ntlatfrafe ffl [f|Jj|||
'rtgiBsait do! contrat de l'an-
rinijue, et on de mes amis,
comomm, me disait, c'-
lurellpicpnt 80DB l'ancien r-
- qu'il tait bien entendu que
contrat tait synallagraatique,
quil ae f ipa *: foi' de me d
alei que presqae chacune de ses
itioua coi tenait uoijavantage
ient unilatral.
'De noire correspondant
Lier?, |loi dis-jc, c'pst donc un
It unilatral dans aea parties,
lallsgatiqoe dans son eoicm-
harfoitemeo', sijvcoi voulez., et
ci la preuve.
lia grce de lai dmonstration,
M dire seulement que mou
kcata le tour de force de me
ttrer, article par article, que,
ilODg du contrat, I Etst hatien
"sttque donner, et la Banque
Devoir. Et pourtant, c'tait
i contrat ayoallagmatique.
tmx 'einpcher Je penser
lauguUrit, chaque foia que
Ile comment qoelqu un que
Mtii ne peut faire reloge de
^ration qne d'un seul ct :
mencaio; e ne peut atts-
coopration que d'un seul
lment : le ct heitien.
Bmple, aucun acte du Con-
nut ne vaut quelque chose:
a moindre rglementstioo du
P la police suscite des spplau
penii. m. borno est pendable;
paral Russell est admira
ce qui est sign du mioit-
i travaux publics est une fa-
liaa demandes de crdits ten-
| dilapidation et chaque d-
I un schemiuement la
|i)i tons les ingnieurs an
i.i0ntx dM 8ens cals e de
iroiont; quand ils partent en
l* vbbm Ida pu, cordaui
Psgaent, et quand ils re-
p.iallgresse neconneit pas
si. Le ministre d :a finances
.n". et le Conseiller finan-
Jfnc. Kn un m >t, tous lai
uouvernemtnt hatien teo
* perte du paye; et c'est
Ve touB lea actes des co-
sariceins tendent
*' le troovez-von? Ce n'est
'ent pa> du Dati0nalisme.
JJ prcisment l'lment
li. C00Pretion que mon
'que, et que, au surplus,
"\ nancsins sont vants
M" pss davsnage tre du
' coopration, puisque les
ism! ooprstion sont fatale
bas.!?0*' d,D ,a personne
PfUflan hsitiens,
donc de la cooprauon uni-
-iv Monieor, cela existe
i Z? C0DDm*. dans ce paya,
siui! Con,r*1" synallsgmati-
RX1?1 Celui qni a dit, le
SOU faut qu une pot te soit
I bb ,ermei n'est qn'un im-
plie. Prte peot etre Ui81
; Praiament le cas.
FIAOU
Les enfants ne sont pas seulement
potep, ils sont auisi dramaturges
et acteurs. le jen pour eux est un
drame perptuel qu'ils se chsrgent
de mettre en scne et d'interprter;
11b ne a'inqni-f nt pss plus dse accs
soire que la troupe mmorable du
Songe d'une nui d't , et cor-
/iendraient volontiers comme les
personnages de Shakespeare ; fToi,
tu seras le raur^Toi, tu porterai
une lanterne, et tu reprsenteras la
lune. Enlin. lesjpremires questions
qu'ils balbutient sont telles que les
posent les plus hautes phi:osophies
ci lea csychologies les plus aflinss.
Plus d'une femme, habitue bril
1er dans les causeries de salon a
d s'avouer court^d'esprit et de
science, devant unejde leurs intarro
gtions ; "Mamanjpourquoi ne vo-
yons-cous pa9 deuxteboses avec nos
deux yeux? Ce peti^psthologue avait
troia ans et demi- -'Maman pour
quoi ma sur n'est elle pas moi, et
pourquoi, moi, ne suis-je pas ma
sur ? La jeune personne qui s'in-
qu'itait ainsi de ce que la pbiloao
phie appelle le priacipe d'indiviiua
tion. ait, nous d; -on, la fille ("e
l*ns trs simples, trs poeitifs, nul
lement soucieux de mtaphisiqae,
Et que penssr de cette autre peti'-e,
galement ge de trois ans qui, fer
mant.les yeux, dissit sa mre :
Maman, tu ne peux pss me voi Ah
petite nigaude, ja peux ts voir, mais,
toi, tu ne peux pas me voir Je
sais que ta peux voir mon corps,
mais, moi, tu ne peux pas me voir.
Oaelle sera donc la premire p-
ture de ces petits esprits qui s au
clique dlicieusement ce que Platon
dclarait d->s potes, quils sont
ehoae lgc-e, aile et sacre, de car
petits esprics ai Benstblg&di subtiles
si profonds ? Quel volume leur con
fiers leur mre? Le rire clatait de
1 enfance nous en voile trop souvent
le rel srieux. Hegsrdezle, tout
amin par le jeu qu'il qu I vieut de
dlaisser assis n'irape-le o, sur le
?isux bauc,sui une minhe dijjint)
pensif et recueill, son livre entre les
mains et les sourcils froncs.pelsnt
avec ferveur quelque nave histoire
je ne connais rien de plus auguste
que ce spectacle familier.
"Pour comprendre|ce lec eur novi
ce il faut retourner per le souvenir
nos propres annes d'enfance. Il
fact nous rappeler nos impressions
premires pour deviner ce qui peut
intresser les pe'itt enfants que nous
connaiiion*.
Ouels turent dos frsis tonnemeots
devsnt le mystre de l'imprim ?
Lss mets tout seuls nous apparais
es ent comme d'exquis petits geniea
faisant aurgir dos yeux Pobjet
qu'ils avaient mission de dsigner -
rose, cl, table, toile. Une page d
mots quivalait; on album d'ima-
ges.Les eufantB|ont trs tort le got
des mots potiques, et il n'est pas
ncessaire de leur expliquer mina
tieusemen* tous les mots qui formant
a a peoM.
Ainsi prenez ltonnemetit extasi
d un bsby qui dcouvre le monde
comme an jardin Henri o le soleil
rour clairer ees bats, s'ouvre la
manire des roses;comme une vsste
norserv o la lur.e se casse a la ma
nire des joujoux pour former le
croissant, et tchez de le formuler
en deux vers. a6n qu'ace mre le
dpose sur le* le res enfantions,co-n
me une goutte de miel ; c'est le dis
'ique de Stfvensen' Le monde est
plein de tan' de choses Je sui sur
que nous y serons heureux comme
des rcis'
Nourrisso1 s les jeune? cerveaux
d'images et de fes- La ticience perd
trop vouloir se faire amusante-
Rserrona-ia pour d'autres rao"
itents II y a des livres qni veu'en*
listrui e et n'y arr vent gure, il y
en a d'autres qui, sans avo'r I ar
d'y penser, cultivent les facul ti lea
plus dlicites et les plus splendider-
J aime mieux disait une raiman,
que mon petit garon me rcite
l'Oiseau bleu que s'i! me dcrivait,
sous forme d'apologue, la pbnom
ce de la digatioo.
Cette maman avait raison.
Ch ENER
La Politique des Etats-Unis
envers (^Mexique
Lgation
Dominicaine
Le Minisire Dominicain et Mada-
me Mobcobo. l'occasion du 80me
Anniversaire de I Indpendance de
l'Indpendance de la Rpublique
Dominicaine, recevront la Lga<
tioo le mardi 27 Fvrier, de 10 h.
midi, les dominical .s et les amis
de Santo-Domioge-
APPRINEE L'ANGLAIS EN
Etudiant 10 Minutes par Jour
4aos professeur. RsultaU surpr
oants aprs quelques leons Soc-
les garanti par snt.
UNIVtRSAL INSTITUTS.
(HO; 235 W. 108 New-York
Ecrire pour renseignements
iaurioe Etiemio fils
^nc/la des Rues des" Frontsi
Forta et du Magasin de 1-Etai
Marchandises
Franaises
Le directeur d, < The Nition de
New-York vient d arriver i Meiko
et t exprim ses impressions au ujt
de la ques'ion mexicaine de U ma-
ni'p suivante ;
J'estme que la po'itique suivie
j squ i prsent envers le Mexique a
ttl une d"s plus graves erreurs com
rr.i'ies par M Hagh-a, csi celle poiii
iue se relourner 't ou tard contre
le peuple amricain qui est ami du
Mexique parce qa'l coaimence i le
coinaltie maintenant s
M Grcenicg le directeur deIhe
Nation dit galerrent qu'il croit
que le Mxique et les Etats Unis ont
b:soin l'un de l'autre et que la ten
dance de sa revue n'a pas t autre,
en ce qui concerne la politique mexi
cainr, que de dtmontrer l'erreur des
sutorits amricaines i supposer que
le Mexique est un piys barbare ou
sem;.barbare, car aux Etats Unis,
on tue tout autant ou plus d'lran
gers quau M xique et les Etats Unis
ne sont pas pour cela, sous la m;na
ce constante des croiseurs.
M. Gruening ajouta :
Il y a un ben symptme : c'est
que le pro hain Snat qui commen
cera fonctionner en Mars iexj est
compos en majeure parie de lib
raux minents et amis du Mexique,
parce que I ami du Mexique est celui
qi'i cheichi la libert que l'on iefasa
d'jccorder ce pays pour lgifrer et
pour traiter ses questions sociales.con
formmer.t i ses besoins.
Il y a une autre circonstance trs
favorable, c est le rcent dpart de
M. FaJ du Snat qui. comm: vas
le livrx, n'aime pas le Mexique.
DIMANCHE
L'oiseau bleu
4 partiea
L'Amour et
la haine
4 parties
p.Jinue i gourde
Son apprciation
sur la politique du
Gnral Obregon
Up journaliste syant demand i
MJ Gruening comment on sppicciait
la politique du gnral Obregoa, en
matire internationale, le directeur
de The Nation rpondit .-
La Politique du Pisident Ubre
Son est rpute comme une politique
e dignit rlutt qUC d'intrt et les
principajx leadeis poliuques qui oc
cuperont le futur Snat svec M. Bu
rah en tte, le savent tous
^M. Borah a t un des ennemi?
les plus redoutables de ls poli'iqu;
de M. Hughe et rclam? la recon
naissance immdiate du gouverne
ment mexicain, l'ai la certitude que
quand M. Borah occupera le pose
qui lui revient dans le nouveau Se
natt le M;xique pouna tre reconnu
sins difficult'"
La Maison Blanche
maintient son al-
titude, mais elle
dsire que le Pr
sident Obregon
fasse le premier
,pas
Le correspondant|da jlo'jrnal of
Commerce a Washington viit
d envoyer une dpche disantjque le
Prsident Harding ne .voir aucun
changement possible dans a situi
tion ac'uelle du Mexique au fujst
de la reconnaissance pat les fetats
Unis.
Le Prsident Harding seraitj toa
jours dcid i ne pas reconnatre le
gouvernement du Gnral Obregoi
tant que celui ci n aura pas re np i
les conditions exiges par M. Hughei
en ce qui coucerne les points qui
touchent i la dignit du gouverne
ment mexicain-
Un nouvel e//orf j
Le "NwYok Wo Id pub'ie
un tlgramme de Washington dlia
rsnt que la reconuais$:nce du goa
? rrnement du Mexique par celui des
Elis Uai dp;nd de l'actomplisse
nt ent des conditions que proposais
Maisou Blanche lesquelles sont esti
mes justes et quitables et qui ne
portent ps atteinte i la dignit ns
tioaale Ju Mexique.
Cette dclaration faite par de hauts
fonctionnaires du {/ouveinemeat aru
ii:ain, est interpite comme ut uou
vel eflort de la part des Etats Uaii en
vue d'une entente avec le Mexique.
Autourdela Prohibiliou
Les Doq Juanes
;i45e Mille
Par
MARCEL PREVOST
la veute la Librairie du Matin.
Nous trouvons dans c Good Usai
tb , une revue technique qui se
publie dans l'Etat de Michigso, un
ptt intressant article t A propos
de la Prohibition.
Good Htalth pose en thorie
qne la rpression de l'intemprance
est une utopie. Supprime! l'alcool
et 1 organisme humain, dprav dans
ses apptits par la vie artificielle
qu a dveloppe la civilisation cher
hera up autre exoiunt. quii treu
vers fatalement puisque les espces
en sont innombrables
Aux Etats-Unis, ou a aussi objet
v que plus le peuple se dtournj
de l'alcool et plus il use de th. La
consommation en ent monte depui4
neuf ans de 110 151 millions de
livresanuellement On prvoit qu'aile
va fane un saut brusque, aven la
mise en vigueur de la prohibition
des boissons fermentbsi
Or le tiii, dont le principal prin
cip sctif est, dans l'abus, une dro
goe nocive, comme la morphine et
la cocane, comme le tabac. Il chas
se le Bommeil II provoque lamai


Lt tyATIN

Brisseraent. des vertiges et mme
des Affections des rems.
.Sans dou'e, une fasse de tb ne
fera psa antort de mal qu'une coite
I alcool- Maia on peut ue faire plus
de mal a boire do th qu boire
avec modration du via ou de la
bire.
Noua citODi de la revue c Oood
Health s :
A quantit gale, le tb est tea-j
coup plus malfaisant qae If. bo re
La quantit de poison que contient
une chooioe de forte infusion de th
eat plus grande que celle contenue
dans une chopine de bire, peut
tre pas en poids maia par b'b
effets physiologiques. ' homme
peut, sans manifeater de aymptmes
d'intoxication, boire plus de bire
que de th fort. Noua gagnerons
peu i> aubstituer a l'intemperanee do
whisky l'interarrance dn th. Celui
qui fait un ahua do th ae rnioe
physiquement, devient neuraB hni
que, dprim, veule. \\ souffre d'io
aomnie et est en proie des ter
reurs morbides.
PRENEZ GARDE
AUX IMITATIONS
et produits similaires que l'on cherche
substituer
L'Emulsion Scott
Aucun ne peut lui tre compar
pour la puret de ses ingrdients et
son efficacit en gnral.
Le voyage du Prsident
de la Rpublique
Gable

Parsiana
DIMANCHE
Le 7 de Trfle
LeCin le srie la plus palpitante
1omc et nme pisodes.
Le Prsident et sa suite sont en-
1res aux Gonsves hier, 4 heures
pe l'aprs-midi. o an accueil en
ibousiaste lui a t fait.
Ce matin, ft neuf heures i|S le
Prsident a visit Ennerv.
\d-x h;ure< i|j, le rorlff* crsi ,;. ,,. ; Au ., u. aC u conie
dentiel a laiss Eoneiy pour Platsan ieoceeaUe MNi. Poincar et IVu-
ce, en rouie pour le Cap^_________nU R gM dcid de remplacer lad
Le dpart du Ihree &$% S."
4 - a w m . a .. 1_*_a.&._ J .. m
Nouvelles Etrangres
Importante confrence
PARIS ii Au ccuis de la coof
o.x
m.rid de reprendre le travail hieT
Dusseldort ; 60 avaient t accept* f|ce
le joui prcdeat.
Dclaration do :
JkiUUiraiid
PARIS-Au banquet du cornue r l'anne
icaio da commerce et 4e l indus ge sur l'excdent du prjht
lie Milleraud a dclar que U ce d: vente et qui au a le
uice tait dtermine protger de la vente de la potasse. I
scurit et obtenir le juste paie u production annuelle dei
T' ment des rparations el pourtant, a- sacieanes i uu quart de m
ST~un" '"-r-sr ; "V"- ------sion interallie de M Rhnanie- Lies ----lX b . ,a..,-.
Rpublique en qualit d chistonog'a
nir de toute hostilit Le
rappelle aussi la Lithuanig]
commandation dm conseil u
nire runion de Paris, que t|
d* devait pal tre rompu
p 01 as U for :e et informe
nement de Kovno qu'en cui
cet acquiescement il d*v
quer la runion du conseil
ester de cette e,ustion.
lit de la socit tche dot
renseignements complets
clients qai ont eu lieu danI
neutre.
A ta chambre dis
PARIS'- L) chamb e de-,
a adopt par 550 voix coi
projet de loi prvoyant m|
75 ans pour les mines dil
d'Alsace saisies par les'
1919 qui sera concd ai
gnie responsabilit limite I
sige sera a Malbouse. Lui
do la Compagnie seront
souscripteurs dont jo o/c
sociations agricoles et lei
dpartements, communes,
de commerce, victimes de^
Lorraine, fabriques
ploient la potasie et peu
Compagnie. Les actions!
vront des 1 ni rets fixas dei
dessus dn taux de la reaii
tant l'intrt le pins M
i'Etat recevra un]
. WWUU UUIC, IfUC
gloire accoiipigoe
Les itu l Tohs
Les avant-derai-rs de la srie.
AotualitS
Musique de Genre
Entre 2 Gourdes
Balcon gourdes}
Notre Caf
FOR TAU PRINCE.Caf : Mar
ch icchaug. On continue i payer
de P. or u r aiout, la France en prsence des tonnes, la consommation
Rhur ce en 1*22 s'est leve a '
ion Le ns.
,, Mi Tirard, prsident
Prsident de la 8ioD iattx[{\le ie la ..
.- -*- directeuis des chemins de fer seront ...
p m . franais avec deux dputs, un fran
Nous ne savons pas trop, a l'heure ,mia\, ,, up\m. n TT*"."" ,r------ ~iT7"i.^.".. ,.,. V" 1 ~
actuelle quoi peut mer cetle ap ** "** M^ prsident a dit que si 1A em.gne je a maladie
1 un, Ano mmm _. ., berait d'ilusioa que la France victo
- 1" I\:w:ftU,U h.m,U neuse Verdun cderait devant d-s Gnral Ly<
Le marchal Lyantey,
pellation qui apparient
que aujourd'hui rvolue.
Ainsi que nous 'avons dit hier,
notie Directeur est parti sur l'aima
Alliance franaise
Difficults surmontes
Uliuwivw uiuavuevv* d;fficults fiQ10cirM ; elle commet
LONDRES Le correspondant de tait nne fatale erreur en piycholoeir >7tl da Maroc, est dugl
ble et amicale invitation du Prsi l'tEvcning Mail assure que les dit* Les vnements de la Rhur rveleo. mii,de Fez.les midec.m
dent en qualit de..; Directeur dn cultes ont i surmontes par les an au monde les projets secreis que t estiment lie o?n
Matm torits tranaises.Au cenrs de l'entre l'Allemagne avait caresss. Dans ta niK
tien avec le gnral Payol. celni-ci a poursuite de ses justes revendications humbrfc
dclar: Nous sommes en mesure ta France ne s arrtera pas avant A W LOamiITt
tout le chaiboa.coke et tous les ma d avoir atteint son but. fleg COllH
LONDRnS Mt Baldi
fier de l'Bchiqaie, en t[
question de U Chambie
Mr Gli'.ou Djumergue, aacien pr BCS iupurd hui tabli
sident a t lu prsideat du snat rai on les impts par le!
wtuat"- mmmm .. ....., au ame tour du scrutin en rempli Angleterre, impts din
9 des troupes et approvisionnement et dfi M; Bourgeois dmisioa iiB, indirects iaash:lli
,. nons sommes assuis de la coairv-i ^^ m y0il contre flJ t De im*[% duecig ^ !fa0(
ancien ministre des affaires ly (canes l:i.s-U 1 s
les directes i 60 do lai,
12.70'
Le comit Uiitiende l'Aiiioce frin^ifceo. triaux que nous voyons s'il y a as
tinue st bllc oeuvre au milieu de nous, ggZ de ch*tb")Q DOUS pourriOQS aller
Ces ]ours dernier, son prsident a distribu j j t i -trtir de l jemaiBe
des fournitures classiques quelques icole de "*"" \. .
Pon-u-Prinee et celles du Mle St Nieoas pro:hline, CXpdet Cent ItBittI ne
ci de U Croix des Missions. charbon par ]OUr- Nous a prouvons
aucune difficult dans le transport
Retraite Eielsiasliqae
La retraite ecclsiastique du diocse du Cap- ."- : :^..-..;.
Haiticn 1 pria tin dans les deniers joars de Jitt- tlOU da Service da iMtO rit-rnal!
Au Snat franais
. pour ie un Hilitn pri, hn dan5 lej der,iet5 jolrk -t j. ji0a da service ua uaia ntsinauv Selres ani
r le tel quel, ict. Elle a t prche par le h. p, Laiore le m1% ^ous augmenteroni le nombre JT "Jx..e
it. Les aniva Byawteftssttssi du Petit Sisassata GsHp ^^ du aistnct de voyageurs ci 8cres-
et .0 i n dollars pour
suivant oiigine et qualit. Les aniva ^jat^^f^ieat au nui asanan satap ^ ^^ du distnct dc voytgears
ges restent sans important Les ache til, qui continuent lonler malgr M uhilp ifp ITn |'|llk,.,i, m
leurs d outre mer pour les ventes D les grves allemandes, le nombre des MLOri UUtiei.ae ffifl I fKMilieil
f o b se font plus rares ils se I TOJlOS (165 l\ll?S voyageura allemands est sans cesse \M J}q\Q{
M. Deleass
plaignent de la mauvaise qualit des 0n i en-.ed toujours les mauv.,, r,H grandisnnt.la navigation sur le Rhii- "* *""'*T**'"0r r^.cf . rmirt
itis exDdi^s ces temps derniers. Le des rues. Nos Eglises tt nos Chapelles ne ot. a repn, joa ccuts, nous avoesd NlE 22 Dslcass, clbre nonr LONURts- au cours
- Ijj nombreux bateaux notre dispos.- me d'Etat franais et ei-ministre U. aer donn ttioard bai
franc est ftationnaire depuis quel-
ques jours Nous clturons i l
1575 au dollar, cours
Prince
COTON : On pa'e le coton brut
42 4? gourdes, suivant l'impoitao
ce des lots. Il en arrive trs peu.
aucune que le: passant viennent v rgler nan --------- -
petites alta'rcs. C'est ainsi que Dimanche dentier \ion pour le transport du cbSISOn
fort'au- la Cathdrale, et I issue de la messe de 4 hres
affaires trangres, est mort subite Speakmg Union* l'OCCi
ment dans cette ville hier soir. Mr niversaire de Gtorgl M
Delcabs : avait quitt son htel peu Bonar Law expr m
Notre Coton
on s'est bittu comme si on tait en pleine rue I X* J AfA |...ftn
.. n .. u DeCiratlOQ Wllvl. laSpar ^ jonrnrpoai ef czpiicner rmerique n'aii p* i
NOUVeIUSaeMqri\rSyMn BRUXELLES Mt Ip, sainis sympat*' Mr Raberti, ministre dans le lglement de la
auagede-Wr, ,<. ,rf J! lltair:> trangres de Balgi- de la marine, l'occasion de la mort elle l'avait jou dans U
Lue ?!dclar 1. tomnmsion S * a e e : aprs cette v.sue Mr Bel PARIS Les amer,
fla tes tiargres de la chambre que **, apparemment en bonne saut, Paru ont clbr M
1 occupation de la valle de la Raur est ,. oua i sou h el o il se ttoi da> par lei cinwaiei
n'avait pas nu but productif mais sen iiH depuis plusieurs mois Sa mo.t Des fleurs et couronna
lemeut un but de pression et que si est survenu* soudainement dans le poses sur la UltMJ
elle avait pris cette forme c'tait 1 U conrant de la soire. ce d lna par am. u
"it de ratlude des industriels aile Une c.j he plus tard dit quo, et dlguas des co oaj
maads les allis sont dtermins avait trouve son corps 8 heures L'ambassadeur nirnn
continuer exercer c-.tte piessioa hier soir dans le jardin delvch, banquet donn en i
tant auc 1 Allemague n'aura pas ca la mo:t remonta.t quelqnes heurei. plomatss des natic
Ditnle elfe ne cache aucune vis: Mi Dslcasj se a t rct-du dans le jar centrale et Arjnq
oliuque mais ispiseme la dtermi din lap;i midi ds bonne hiure pour nvdi le club des wanw
uatioa d'obsenii des engagemnts et couter la musqu- On suppose que a donn nne recepiw
! t . in...* Am* oaranties oout le paiement de< s'taat trouv mal, il siait retir cerL Au djeuner pi
nsae. coyoC5-n0-, ... Lr sj s Toppe r J^ottoto des ga ranues pour paiemen l'.mbissalJ
Les grands spculateurs, de- M le 21 du courant esWUendn ici rparations. ^ ^^ ^ m|| ^ larp||/. ,- n.. .. .
Attitude de IMemagnel aiuque qui h emport
Bien que les prix soieot reste sta
lionnaifes en Euiope et aux Etats-
Unis, la concurrence effrne la-
quelle nous assistons depuis qud.
ques jours tait monter les cour1;.
Nous croyons perdre de l'argent en
payant le? prix actuels, les limites
de la hausse, coyocs-nous. tant f
teintes Les grands spculai
vant I marche rapide des choses,
pensent que nous ferons sous peu
... sant se rtablit, mais
travaux sont intenses
Mgr Kersuzan. dit lu Bulletin Religieux, espre que, a
que sa sant va se raifermir peu peu.
Naissance
Notre sympatiqne ami Lon Laleau est la
joie.
Ce matin vers les six heures un gentil gardon
lui est n. Il a re .1 le prnom de Raymo.id.
Nos compliments i Mr et Mme Laleau et me-
illeurs souhaits au bb*
de!
vers le 1er Mars, via les ports dn
, ,, .. ,..... Nord. Il repartira le mme jour pour
aa et gardent leurs denres tu dpt Itcmel, et fera tn retour les porta du
Les acheteurs de coton brut qui ba Sud, prenant fret et passagers,
aent leur 1 calculs sur un rendement Le S|S Flora parti ne sf-T
de H 0.0 se font illusion, car nous le 15 du cri. par tous les ports bat
constatons chaque jonr qne la mo tiens, est attendu ici dimanche a;
venne eat de Ji ojo environ. Le co du courant. Mim. nH iu.s e ivu....... r------
ton de la Gonave que nous achetons Le sis t Astrea a laiss N-Y Bochum |tquelle assisUieat les thuaniens que les Polonais avaient
neu ici donne peine a un bon mouvement d'atraires ces attendu le 28.
Le sj r Judo est parti d Ami
terdam le 8 du courant.
Le sjs t Panama a laisse N Y
aujourd'hui 2^, directement pour
Port-au Prince.-
pal sage du Dr Lo Bo**,
la ePan American UmeeJ
es rsultats obtenus p"T
ESSEM U. autorit, militaires UnerpMlM WJk- V'viaOi "utulf deS-AmVai
anaises ont anprii que l'Allema- _____ w m seington.
*L\ UelJclaraiio
lei!!i; de M.
jours-:iv Puisse cette situation durer
le plus longtemps possible, pour le
plus grand bien de tons
( Armur )
franaises ont anprii que l'Allema- .... sbington.
eue cherche fairej sentir aux neu GENEVE M. Viv lai, prside ii
1res les effets de l'occupation de h du conseil de la socit des n '
Rhur. An cours de la runion tenue dans la rporie i la plainte
que les Polonais avaieni ,ect
ii charbonniers allemaads de la envahi 1 frontire de la zone neutre jMr Barthou pie
hur il a t dcid d annuler ton entre les deux pays, appelle latte a mission des repar.
tes J% commandes passes par les tir t.on de la Lithuanie et la Pologa: dlaer oant tow ^
a. es de Hollande, Suisse et autres ur lesengaRemenis solennels pris ^merican uJ (
a par leurs reprsentants devaat le con Washington Bir,B"J|J
144 cheminoU allemands ont de seille 22 Janvier dernier de a'abste n'abandonnerait )
!


LE MA UN
Itvaol davoir obtenu les
]ea chirboo. Mr Btrthou
pecdaat plusieurs in
irait t patien'e
)iti qui sot par per
brutalit av?.i* isfus
Le 7 de Trie
iDce
tfil.ii Direction de Parisiana donn
demain soir les 10a Mie pisodes
lensieemeats, il serait de l intressant film, le 7 da trfle.
Ces diuK pisodes sont dun in
tiret sensationnel $t tiendront Us spac>
leurs en haleine durant leur exhi>
Htion>
~\t dbiteur qui avait t
dans ii Rraodt guerre
H justes ij'jonaakihti
lincourues. Mr Barthou
iqx menooges stupides
. qai atiribieut i la Frao
id'iauexer la Khur. L'an
Ml dit ne lient aucune r^Lottie a abindonn *
1rs cerveaux franais mais
est lasse de poursuivre
L'Enjeu suprme
Kl Omo pisode)
js Cours
33 Ste. ing
77 5*5
Franc 16 44
ia?y News
23 fvrier
. L loi martiale eti pioclami
t dpche Su i.ci.t.i Newr.
I itiirc iu i Us riii il Ct Civils.
BE Ourlera; ge Tower, ex
Knstie et e Allemagne. ,ji est
[ hpital i I> wite d une faeumonie
ird'hui dam une situation critique.
Bu ici x homrnti da police ont
ur t'oppow une cUraonMratioi
iu"mt univeisel iairoduiic a la
a petlti vilh
o elle avait vcu avec Claude des
semaines bien heureuses C'aude,
bourrel de remords, y est r t ur-
n et a trouv la maison vide. Il
s'en est all lui ausai eu glisaant
on la porte un met o 'exhale
tout le regret d'une me faible e
repentante : < Fuyons en Italie, dit-
lle a Claude va m attendre & la
frontire >. 'Jelu. ci part. S'ma ae
prsenta- Il n'est paa plutt arriv
la villa que la princesse s aperoit
que tous les alentours sont cerner.
C'est la vengeasce d Ultrogoth qui
sommeace, La vieille a dnonc le
comte 0 la princesse cocutn3 les
ailleurs de l'assassinat du prinea
Karl et elle a fait saitir cbex le com-
te le portefeuille vol daoa la poch ,
DtSOUES CQLuiYIS.
lui a leurs de h on ne
inum\\u\accourez chez
L. Preizdiani-AyfriiiiP,
Rue du Quai
l Les cacha d : Venisa lanvbia ( ni>rceau,.r dVpcfa); Oac ilep, \K>:c-lwU
' zn ^WXSSSL J1loru>Cojuei, 66aab cuujfaiju fronai, eipa-
ZlXt'Uim&EmSm1i*k * etc. Jei pi^xceplioMdUmet*.
les Moderaa qui lui apprennent que r&Yii i hr
Lottie les a quitts brusquement
pourra LVrbste n ignore pas que
Zapara tait la cour la prircesse et,
auam lui, il eat las- d'Irne. Il ioue
donc et il perd lu
Quand Zapara annonce Irne
qu'il l'a gagne .celle-ci lui rpond:
Nullement.. vous avez joo et ga-
gne sa femme I. je ne suis put
marie avec Claude Mchf si fem-
me, c'est la petite Lo'tie que vous
connaissez bien I >
Zapara n'est point mcontent de
la tournure ejnt prennent le* vue
ment- et il "rrepree' e d'fsi'e si-
gnera deux iJin. i"-* d la partit le
papier suivao.: Noos, soussign*,
r Ions qao ce 1W Mars Qo '*
dans les satone du S Iprt Fda .-, M.
Ma ado MvU-i i->ue e femme c >o<
tre un million M /ipara et la
perdue l
pour essayer ae lejoindie Clau-
de parti en Italie avec la prin-
?sae Lo'le a .rouve le mot da
Claude lui reprochant de ne pas lui
avo'i pardonn une premire fau.-
t il n'en a pas fallu davantage pour
que la malaurejse enfant s'ascuei
~ _
1
du mort. Le comte et la princesse rlle-mme de tout leurs malheurs
sout perdus I... Mais Itoe a connu
d.s momsits aussi tragiques Ela
mue la grande comdie del'atraur
auprs u\ Siraa et elui-ct la sauve
K Use leitc farde a t> tais m-1 e, eQ |r;i|inl ttprei fi ,
M eatholisuei de New York t 4________,________________, J_____A
Zuent uue c'est par mesure de pre-
j'sr.er les attaque, d iicendie SBBMaa
Le gouent allemand a d
lfendu aax luttant de payer les
In^ais et belges. ^^^^^
Ella j*t o:en bien dside arra
cher Claude celte fe.nme fatale
et 1 tout oublier.
Zipara. q ai revient d Italie, la-
re i'u'.I y retourna lion auto ea eu
bas. Mme Moldran entroiae M U)
lui un papier sur lequel il prend
toutes lei responsabilita et s'accuse deran. 11 s'agit encore une fois Ai
seul du crime de l htel Fdoro- sauver Lottia les .moles iveatorea
m h I.9,' qui lattendent- Pauvre M. Mod r al
Apres uti9 enqate rapide, la prin Or, Irue, pour retenir Claude, la
ceBBA qui a daa amis puissante est conduite Venue o el e fait rev vr~,
rari6 dEtat da laisse on libert et va rejoindra les heures prem.rea d leur emoai. _____ ________ ____
i Intrieur Claude. Elle voyage avec lui inco* Mais la pense de l'artiste lui chap- *'"
Xi de Port an-Frinee, gni'.o ou plutt sous le nom de as pe. hlla 19 suit. Elle dploie dans f &* 1 sV j
es et quart du matin, le lemmv. En Italie, daoa les btela ils boq palais du Grand Caual, toutes L,'l &l'J()8ti))tl (le
Cependant Zaoara et lea Moderao
sont arrivs Venise L'or du richis
si me /para les rend tout de suite
matres de la situation Les domes-
tiques sont sduits. Un gelier libare
Lot'ip.Waia celle ci ne veut pas qu t
ter Veoise san-i avoir sauv Claude
rie l'empire d Irne Car il m'aime
toujours \>
C'est a'ors que Ztptri sort le pa-
pier o il eat du qae Claude a jou
sa femme et l'a perdue.
I.ottie devient de ma bre : : C est
partait, dit-aile, je tiendrai la parole
de Liaude, je divorcerai et je serai
vrjtre femme, Monsieur.
fvrier courant (au lieu de raerert-
di 28, prcdemment fli), a quat e
he .iid je laprv midi pour arrter
les mesure nlcessdres en vue de
ce'te orgsiieation.
Nous esproue que le public po -
au princien saisira avec empresei
ment cette occasion de venir en
aide 1 glise St-Josepn, dont I ui(
lit ol'I incontestable, et qui attend
encore d'tre acheve.
du la Rpublique eat rri aoi.t iuccriU eus le nom de M et
f heure* 1 Arcsbaie o aime Claude Michel
A Gnea, ils sa rencontrent avec
Zapara qui est all passer quelqacs
mois en Amrique et qui igaore qae
Claude est uisri avec Lom, il croit
que le sculptour est rsllercent l
It 1 enUiorsiasme de la po
De i, le Prsident se ren
-.Marc qai renouvela pour
tbslit de la dernire visite,
ente laissa tneuitt pour
iltrsa et y fit 1 cinq heures
les sdactioos dun luxe oriental, -*ntt An
Elle l'entoure de toutes les voluptas, L(*ilC KUiHW
mais toujours la pense de Claude Sera particulirement Utie au profil
est ailleurs.
Dans une promenade en gondole,
Irne ape cot sur un pont Lottie.
Elle l'a fait suivre par ses gens et
poux de cette belle 01 incesse, dont enlever. La pauvre petite eatjeiee
entre au milieu dea plu* >* beaut l'a frapp tout de suite, au fond d un des cacbo.a do ce vieux
Un soir da jeu o le 7 de trfle co \
de IEtat eat parti ce ma* ttnue de uourauivre Claude, eelui-ct
Heures et demie pour la perd contre Zapara tout ce qu'il poa
ade. H a tout jou, li a inmejoad
sur parole /.apura lui propose une
choae qui se lait trB bien dana soa
pays..., il lui demande s'il vaut jouer
sa femme. Liaude alicbel surpris
ume symptshique des po d'abord acceptelinalement cet tran-
ge 24 Fovrier 10IJ ga don. H arrivera da cela ca qui
ovation t.
est arrive, a Enuery a
les et demie qu'il a quitt
issues, j
ot sou pircours, le Prsi
ils Hpatique est salu par
palais tragique.
Claude, un soir d opium, aper i*.
Lotita qui 1 appelle en lui tendant les
bras 11 ae lv<*, hsitant, est-ce un
rve :'Il soui/e une tapisserie,
rien- C'tait un r.o
Noj. C'tait un jau imagin par la
cruelle Irne Celle-ci avait promis
Lottie de lui faira revoir Claude
avant de la taire mourir.
de lE'jlite
Il nous revient qu'un Comit de
Dames s'occupe de l'organisation
d'une grande fte, accompsgne
de Kermesse, qui devra aveir lieu
11- m Mars, jour du grand Saint
Farisiana. La Kermesse, parai: il,
aura lien partir de 5 heures 1/2 de
1 aprs-midi, et le soir, un li m de
toute beaut sera offert par la Cio-
ma du 1 h- tre.
Les Dames constituant ee Comit
de patronsga sont convoques et
pries de 8e runis au Pension-
nat des Filles de la Sagesse,
aiot-Josaph, mardi prochain, 27
Allumiuium Line
Le S'eamer ( Gibbons) sera ici le
28 fvrier l.'^J avec 180 tonnes de
matctianiaes.
A. de MATTLIS & Co
l------------------- -- ___________L______S
Soi Fros
pour remplacer le Sel dans les rgi
mes
Kole Her Trouette ( l'eptonate de
fer et Noix de kola ). Vin du Doc
teur Cabana, Cachets de Glycro
puoapbate de chaux, Sirop^Trouetie
et Perret la papaine.
Prix modrs
Vous trouverez
1358, Rut Amineatne
Poudre de viaude diaataae, e
rojette et Peiret. Gouttes livo
Dieuues. Cotou du Docteur Muu,
Comprime a la papaine, de Trou-i
et et Peiret,
Patience'-

Magasin Annexe des Caves de Bordeaux
ITHiNDU Par le S|SVauclindu^2l couraul.un grand
ivage de vins Blanc et ftouge,de la maison M. Marceau
Bordeaux,marque si connue ellaiit apprcie del place.
[profite de loccas on pour aviser sa clientle qu'il a reu par les derniers Panama,un grand
vtimettt de provisions fraches: telles que : Beurre% manlgue, Lait Nestl, Crant of wheat,
t&ed uheat, Quake* oats, fcule de pommes de terre. Corn s* are h, paies alimentaires, sel,
rS moutarde, th de Ceylon. Baking, powd*r,bonbons a glais, am*-U;ains,jruitv au /<*/3on-
Noix, Noisettes, j
Ues]coDaerve& tel qne: Amandes.
prunes, raisins, asp^rges.Crns,
t^assoulet, caviar, cpes, coroi-
ehon, champignons choucrotiJ,
corned beet. Harengs, homards,
hni'ref. mnyornsise. Pale de c m
pagne, P'au janboo, p3' de
livrf. PirkUe fines. S^uce ang'ai
se,Sardines, Saunaan, soupe Cam
bells, Thou l'huile. Canelle.
girofle. Anis-#loile. poivre mus
.de, etc Jgros Dtail"
laeuu a^aicS. 5c Ca eMabon iMafic ^IrirarSelog^t ^ndlctiixe^^Verinoatb JlaCCjj ^rat Scciemt fiM>,CMC
fcia et cJltatU <3rizar^.C&arrvpaga^ ^V^e Cti^aot g^ro^ & Jetait.
f^l.t^ nxtdend pl>arniacten5 ont* O&il qu'art foit 5U>cH 9^ pioih i>r)arinaceallqite3. Dagtaupe^ >m arSc
mima pari U ^auctUv- __ ___


L MATIN
*
GLCBOL
fortifie
Un mois de maladie abrge
Votre Vie d'une anne. Le
CLO'BOL permet d'viter
les maladies en augmen-
tant la force de rsistance
de l'organisme
puisement nerveux
CotiTaJesceace
Neurasthnie
Ples couleurs
Surmenege

U u*mrnU la fart* ner-
wuae et rend aux nerf
rajeunie teut* iear eaer-
fi, In. r eoupleaae et leur
vigueur.

: fV
LePIMON MEDICALE
(s
r
Je pu)* efflrmer aue le GJo-
bol abrge nalabsemeut *
convalesjaenoe, et cela s'explT-
qu alsennent. Maki, il iiim la-
'.on gnrale, on peut dira qu'il
r.-preaeaM le specllique r3ar
exeeWfi de loule msajstle de
langueur. Cael un torrajoe de
premier ore qui, coakaire-
mer au xcrUnu haatkiels,
tnauft-aat une eeatan r*Ue-
ment auto et persistante. Il
akrtfe la ooavataabaooa H
augmente, pour ainsi erre, la
force de vitre, dent lent le
seesat reanle, aoas fferaona
va, dam le soutien des con-
ditions aeewiWeiej de reaia-
une.
C'est pourquoi noua pfeav
erlvona les cure de Globe*
* la plupart de no malades,
celte inBilloaSan ne ranon-
liant aneuoe eontre-lndlca-
Uon et permettant une suite
etOcacr conti* la ecliialiai
hmaroonlqu*
D* manne Gaunt*ju,
Ancien interne I Parla
Ce n'en aai mo4 al luis h VrifH,
* c. pu H ftattn d, OLOBJtOL
Eubl- OaeUUIa, t, rae de
Vai.ncm.se, frit. et -Unri
eaaniMiea,
TIMBRES-POSTE Pw COLLECTIONS
J'achte les Timbres de Colonies. Me soumettre
chantillons avec prix i>:ir 100 et par 1.000de chaque sorte.
J envoie gratis et franco un numro spcimen de mon
JJuKettnmensuelavecprixcourantsd'albumsetcollection._____
cThodore CHAMPION, 13t RueDrouot, Parii
IAI MiiliKES '
t
Plus de k ifoimt-pj- sont parcou us dans le
l'e H itaui tiques en se servant de
La 4i.tzol.ne
Shell
Que L'est aini que 1rs mcaniciens ont
insist pour avoir de la SHELL
pour les avions pour :
1 2 1
La Tbavexseb I A TkaVERSIE La Traverse
DE 1) ANCLERRB de
LA 1 [.AN 1112 IF EN AUSTrAllB L'ETRIQUE
Tous les nicanicieos qui ont essay i>
Ski '/ o:tf r connu tes quali i :
1 Plus de kilomtres par gallon
2 z hnct assemt ni des cyiind* es rduit
:j lieu ucoup pins de force et de vU
lesse en monte
Si vous ne connaissez pas encore
la SUELtfj essayez .la, vous en
sciez satisfaits:
L n unie au dtail
\[Dans tous les Garage* pt vnm ipaiement chez '
Station ae Gezoline de Pem-Four;
John H WOOLL..LY, l- :ev. C. DELTJtN, Ciiana'Bue, eo.fsce Station Centrais
ues Pompiers
En gros ciux \
Roberts, Million & Co
l Ayants Gnraux pour Haiti
"Nervosit"
Noa nerfs ressemblent un
treillla complique de fils tl-
graphiques Commands et
nourris pai uns partie do
cerveauque l'on appelle cen-
tre nerveux las dlicats
filament nerveus rayonnent
dans toutes les directions
travers la corps. Aussi long-
temps que les centres nervsux
sont capables de fournir
continuellement de la nourri-
ture aux nerfs.ceux-ci demeure-
ront forts et sains. Mais ds
que les centres nerveux s'affai-
blissent causa d'un surcrot
de travail, de tracas ou
d'inquitude 11 leur est impos-
sible d'envoyer la nourriture
ncessaire et les nerfs devien-
nent fatigu et s'aiguisent.
C'est alors qu'un bruit soudain
vous fait sursauter, vous
devenez irritable, vous souffres
de nvralgie, voua tes agit et
abattu. Dans cet tat de
choses 11 n'y a rien qui gale
Ta Wlmt a* Ut 9
Parce qu'tant un aliment
puissant pour le "nerfs,
Wincarnis attaque la racine du
mal, cre une provision de force
nerveuse nouvelle, stimule et
revivifie la systme nerveux
tout entier. Essaye W'in-
carnl pour la Nervosit. "
C'est merveilleux. Plus de
10,000 mdecins le recomman-
dent.
Achatts an* u > .'! d Wiaearan
aajeefjTj '" P*nl l'obtenir daaa
et Isa PW-ciei. etc.
,(1LI"N CO. L"i
Winoarnla Worka, MONWiuN.
En Vente chez
rRANGKJ. MARTIN
Au prix d- V dollare perae bce*
teille et 1 dollar 1(2 booteMies.
Ras aa Mejais de l'Itateo face
Ueioe CHace, Port an l'rtcce,
Pharmacie1 F. Sjoiu
Donne avis sa clientle, aux mdecins et au publie
Iranisorm son Laboratoire d Urologie en un Lat
biologie appliqu sous la Direction du
DrRicol et t. Sjourn
Le labo~atoire est ouvert tous les jours de 7 ht-s du
nures du s Ta iiioiiC ) ci loin te siul pour le
i\rifts viuauu et ta cousiaote Ue-Si
S root reues que te mardi dj, chaque semainj
S'alre*'ir la Phirnncie pourles renseignemeotf*
Auiiyea u'urines ei'uc gastrique,
Keacnon de Wasaei mann
Inaction de Ti iboulet,
ramen du sang e' du pus
Examen d a madres fcales, J
examen oe crachs
^IbtiminoL
Constante UrenL
rie(Jierrhp, de SnirohlM rtCo de noccoques, etc, tt|
iisEfh Spciaiux
Grand Mlel de
ri
h
i
Qui par sa situation unique a-* centre dei affaires se A
plus que iamai* au public et ses nombreux et tiisu'nj
pour s^ CUISINE soigne et tout l*. c mfoftabla. ncessaire'(
geurs de V.ommerce et particulire nent auc co'nmerantti
i Po-i-au Prince.
L'htel dbite par Gtllon <$
Barr'qn s dis Vins ds Bon
lii.uye et Blanc.
Ces \int vie-mem dire-umint de B iHSAC et si ni q\
tus de raisins, nous do wons le orouuer pjr des CftTlH!]
ions tenons toujours U dispj^non des Clients.
Champagne et Vi i* Mousseux
modrs. Conserves moutardes
aises, premier cluix.
Caf el Restaurant
coinuieri
Rcemment ouvert au dissous du\
desjhommes d'affaires*
De midi d 2 heurta
djeuner ^U carie tons les joui
Cui&ine v^r toe pour tous les yof
Rien n est seivi sans tre str\
l'eau fiHre est employe tt pour la
t pour les bo.ssuns
On peut commander les soupers
Dpt des meilleuris Uqueuri
______________Prix Raionnabt
.Pliaruiacie VV. Bui
ExculionUprompte et soigne de touhs ordonnai
Servit* de nuit
Pioduits chimiq.;as et phtrma^euiiques de to ite Irak
ipciai'ti, taux mnMles, Farluiuerie tloubiga
EoM Fruit Sib. Sh.rbet.
tCssenm pour liqueur A lisette, Cine de Cacao, Cjn
ir.'LSc. UeniVie.
Carbolinum Avenar
,l> Se. I Pietervalif du bois
Cimeol 0. K. en bai
r delOOIbs
.j*
Vient d*ahriver_
En vente chez
u. Preetsmae n*AGGiliHOLM\
hue au Quai
.!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM