<%BANNER%>







PAGE 1

E Ail* Au Dpartement de';l Intrieur C'est Mr Flix Cari ancien scrtant particulier du Prsident de U Rpublique qui t t nomm chef de bureau au Dpartem r nt de l'Intrieur, en remplacement de Air Franck Narcisse, appel d autres fonc'ions. A Bagatelle (..est ce soir qu aura lieu le graod Bal Travesti de Bapatelle. Dans le no-, veau lo:al de 1 Avenue du Bo : s de Chne. Ce atra, fcn juger par l'organisa tior, une fte splendide. Vive Fanlaio re^SE^snrduque l'Intestin Constipa'.;"^ L>it7it Vertiges DyirxspsMi;:,iiin..j Poar rester en sur.tc pHM* rhcfjnf Mrfr u.t comprt::* *"*.* JWBQL .7^2! If %% im It.rot a-.c"* %  ''.<": %  -u. M *1* la< rmqtir • %  t q< V" J-ikxl. rittt ii '•• "••-' P' '" f-TMdM -!•••' %  • l '" ", '-HlKlttrt |.i.r -M i' la • %  li.mivul* i •:"""'• "", '* 1 ,'/ U Ju'.'ol. P"-' '>" '• %  ", „ ..,n ||1 l< MM Il • .,,. ,. ..,. Il •L.a. • • • "' . •" • % %  • '•' '* w IMva %  la Fa HMtcin j UMIP i:i ASTHME Opfnukn. Ctttrrt*, Sutmtltn, T$t mntm m uutrtion oaartaUiu pur IM CIGARETTES CLRT .tu POUDRE CLERT DrCLRY, M, — %  b A-vendre Jubot. 't'r.uhileur ae l'Intestin, fixe une heure constante uux Jubeliss %  B EMOSRolUCSIl JUBJIITOIHSS : impnotHMrt: an ktmomgHi'. ntiMiftU, dtone** tlcn/iunu JOBOLITAN CatntnuJt canttr 1*1 ftc.-i.-irr ,)Uf r-rfcrnca EXTHAlTs BII.U1RI.Ou. d .i-U-i.r Mnjet HegHlmrtlM ira (onction tu /jl Ce lui. une vritable apotb/ose lier bien faite pour enorgueillir le courageux Industriel i|U* loamet J d de mm d|B le ftS ,re des contrai, aux r.m.a mng J coiim.ssaires allis noie tout t fait onginale a t appor le dans .es bats carnavalesques "Le Quand Bal te, ei ca Qu on n'oukiie patt]M c e t, cet aprij-roidi coqutt local Ota t un.oita d A rtiire, sue le cle "La RcMiaSMt-" Jucnc ioa drand Bal TiavtMi. r .. ei canadiennes q_ &ttJtt£SSZ5& cba.gc, du mme ua.ail. ijapuiic littdii ILS dioitui* en haUmc. Uc ; htuie i 7 heures ||J bal pour Ici n* tanis. de 8 a • %  • l'aurore le grande petaenoe lOurion i leur aise se diveil.r. hoirec gnmt pcnooM ^ ouUes. '• Enlaoi i gouide. dcs ~ !" !" !" ZJE* po.tttleahau., commissaire, allis Y compila, les ni mes amricaines r .. Ladieno.. qu eroct plus lard ~ ^l." Grves et gouvernement d'An gora d'annuler l'ultimatum enjot gnant aux navire, de quitter les eaux turques. Un tlgramme plus rcent affirme que le reprsentant kmaliste a eu une longue entrevue avec le protestations haut commissaire franais A propos de Smyrne. DUSSE.DORP— Reckliaghausten PARIS— Attendez qulrmet Pacha c le, fianais ont m s fin la ma wt de re tou. d Angora, rroadii Fe fPflft r?OrUaU*rPleii niKsiatioo de protestation coaue la ud Bey rep n,entaot la Turquie laiVU VIO v* ** %  %  ","" dportation du chef de la police a |nt r i a8 i oa la tournure alarmante ^ue^S ^^^^ *' continu eue le cenm de 1 agita ^ al(aires du Levant. Non seule Bou> saioa a ef mv.it. u aboiu Us peu ' UQa es boutiques.de, httls et ics mtQ{ i, me t Pach est en faveur d une %  ^w||^J^^^J^" K uuraota ont ferm leurs portta l p0 iUqae p ts modre que celle de ;X:^ m tt*i heure, en guise de protestatioa et les g mi 1 oril J del Torcl d'Angora, a-tpiopnttaues ont dlu qnils ne roo y expliqu, mais d i son arrive vnricnl qnc aamsdi sou. Le comit daa| | a ca pjtale il reprendra la direc de dfense dr la Rhur doit disuibucr llon dc la politique trangre COQ k el'aigent aux gitvistes* Des fond, g ee durant son absence 1 Rtoaf Bey ont ti sousciu, dan, diverses par oi a t| M ide, extimes On annon 6 fevtto, ejaraa uu u m* **JW~ *i ut$ de l'Allemagne o des avances ^ que Mustaaha Kemal Pacha vase llon d uu.ottM.uot*ao. anii.a. m u fe0 uvemtment allemand aux C J ite limi<1 ItD contier Umet Pa -l&wsrtfi Je place cuot Umu s.a Cni bomnie, maris a;'ant a enfanta et cll> Teotn t de Lausanne et l'accom "nous tMaaMMBAI '--cuu. ne p. lcn. le . . ,, ^yM t0 lontaiie -, OB r A AnfiOra The chas H. Brawo Paint , Brooklyn l Y. Si vous voulez avoir votre maison coauetttment peinlil Si vot* t d$irez une slection de covleurs artistique* Prpares pw des chimistes de longue expirimee Achetez notre marque iCoq d'Or prpare peur les t^ Culte peinture adhre aux surfaces les plus rugueum Elle conserve ton brillant elle sche trs vile. Elle est tpcvilement use pour les moulures. Les corniches et \e% picss de t&tlptnw, Chacun de nos \& blauc est contrl par nos laborc — ftotre prix p$ur cette peinture dfie toute concurrenc The Chas H* Browo Paint Co Brooklyn1 Geo. Jeanstne Agent Exclusif pour Hati No 118 Rue F CoVpiiWM ittaWP^^••-** r Q ?er'co"nce D nr, p i ,deDu:,bourg toetPeubi, r||DS p |lUnl chaque jour pour Sel Wi AU la Chapelle d'o le coke est diri £Q cbuiiye contre 300 tim ae et ie chai bon sur >rM e obll erete t00tM Ta i eU ri alin-tLiaire de runjUYicLC uni as a t|iiSdcs vides de d8 ' ;tt u, v8 asana ioarqu0 s par suc. C/at?i 4iV^ AUGKRU01



PAGE 1

1 No S037 DIJtfT|yBr P*OF BIETAIRE Client Magloire H^Q20 CENTIMES POHT.lU-PaL\C£,( MAJTi Quotidien REDACTION fe ;tstte]Ata^rtcjoine]N* .1358 TgLlPHONSJNo:248 LUNDI 12 FEVRIER 18^1 En* qaelqae'situatioa de !* vie partout ailleurs * DO US. I ejous d ces apprhension? sont y, e laon gnrale les traits sail lants du Csrmv| tels que nons ve nors de 'es voir dans ce bief ap-ru ?oot rests les mmes chez nous Les drages, les confeti. '\t% fleurs, les parfums-lanc* aux ba'rons ; les dan ses, les chansons particulires su Carnaval, ton y est ; jusqu' l'effigie du Carnaval que brle les Italiens le Mardi Gras minuit sonnantSauf que, chex non*. cete effigie ai celle d une femme ; qu'on la nom mait Madame FlonflonJ; et qu'oa la br'ait dans la nuit du mercr-di aprs l'svoir pomene par toutes les rues de la ville En Italie et ailleurs, bien que les homicides accidentels on prmdits aient souvent intachs ces divertisse ments populaires on ne retrouve rien de semblables ces bandes en nemies qui, chex nous, se livraient tous les ans des ba" aile meurtrires Ce tratt semble avoir t parti ;u lier au Carnava 1 haitien Œtaitil une menitfatation aavique des traditions du pejple africain et de l'Indien. ch>x qui les diffrentes tribus se vouaient entre elles une haine hrditaire ? — Sans doute ; car comment s'expli quer autrement le fond lgendaire des bindes A bel Ostrot et Vilac ? Celle-ci avec une discipline admi rabh, digne d'une cause plas noble, lorsqu'on roi mourait on qu'il tait empch, transfrait l'hritier pr somptit leur allgeance et leur dvouement Il n'tait paa rare de voir la jeune Abel, encore tout enfant, remplacer parfoia son pre malade. Et tandis que les vtrans d la bande, dfendaient la vaillante repu tatioo du clan, d'autres entouraient le ieune prin e et payaient de leur lersoone pour lui pargner mme une gratigoure. A ct d J ce rveil des instincts monarchiques il y a un autre trait 'gilenent caractristique des deux ra ea qui se manifeste chrz nos masqnes U s'agit de nette tendauce dambuler par lea rnea prs qn' l'tat dnature. Assurment c'est une tare atavique qui se fait jour. N'importa ; il est regrettable que ce soit tolr On an ra beau dire qu'o ne doit point juger d'un paya d'api es la masse Toujours 00 le feraEt la mthode Juste puisque le proltaire n'est cen se faire que ce que I lite permet. La miasion de l'Elite tant de faire l'ducation de la masse, soit on refrnant les tendances de celle-ci aux dbordements, Boit en lui incnlouaot un idal plna raffin il est souhaiter qu'an mouvement progreesiste vienne bientt imprimsr chex nous une orientation vers le Beau Idal jusque daas lea di/ertiiss mente populaire. San exiger du gros peuple des dguisement coteux on pourrait lui conseiller des travasiias >meu*s ne frjiaaaoi paa l'hygine ou la bien aaote. •_li ne coavieoirait pas de lea raie gtil en qaelqja ojln perdi da la banlieue. Diurgeoos la plaie, ne la cachoas pas. AJX entama et eux adolescents faisoas faire des recom aandiuont, par lea maitres.toua lea Continu -in &f on prograTam* de rforme de l'Instruction Pobliqi* le Gouvernement vient de prendra'un arrt crant des Conrs de pdgo Rio thorique et pratique l'intention des Instituteurs e Institutrices des coles primaires onbi-que. L ?o dole 8B ri P DO,ap Que l'arrt du 19 Septembre 1919 oris vous le minia-re de Mr Bellegarde prvoysit les examens du Cnriilicst d'aptitude pdegog-que. Mais l'ancien ministre D'avait paa pens tablir de Goura oorrfiacx pouvant permet ira aux candidats de sa prainter ronvenablemont anx examens l'a taient obligs de prparnr eux m'mes le programme. Ils te faisaient mol le pins souv^; -1 l lea dures observations IPB cr. tiques mente* do Jury l'drecsi d ceux-' q ii svaientrus! et ^ eshortat 00a I Ofux-la que h sort ntvtil pas favoriss. Nous avons assist dans le temps ces exampns et l'embarras dea. postulao s diagjt assoz qu'il lenr manquait quelque chise. Le nouvel arrt vient de comb'er cette lacune en instituant de confrencea spna la direction du Principal des frorti do l'Instruction chrtieane pour les Raroos et sous la direction de la Directrice de l'Ecole Normale primaire pour les jeunes filles. qui ne ara pas muni de ce certificat cesse de faire partie dp Corps Ensei pnant & lexcepfion des Directeura et Directrices fbOOlOfl priraairea comptant dix annes dans renseignement. Il a t pr4vc ope les^examens auront HeoseuIsiNeist Port-au-Prince vu la dlffloalt de trouver en Proiinee de Jury comotent prvu dans I arrt du 19 Sapterabre 1919 Nous estimons qu il eut et* prf rable de faire voyager le J >ry da fort an Prince avec instruction aux rostulants d* sa rendre dn-n flx4a r'ans le^ ehafs-Uons d4narta n^'Rm auraion* I eu ce* examens Noui '"ceona qu'il ne aara p-a po^sibte de fairfl vovaar & Po-t-au Pd"et r*es ns et maras ia firnllh avec les mod ; quea aalairea qu'i'e touchent Bciuallement. D'un autre c', il (au dr^it aussi prvoir dea frais pour le Jury qui sa dplace. Onj doit, dire la veri' qu'il y avait dea confreneea uni a elles taient sans sanction. Cet arrte prvoit en mraa temps le cas des Instituteurs et Institutrices de la Province qui. ne pouvant se dplacer pour assister ces confreneea, pourront recevoiau fur et A mesure le rs ira dea cour* et par ainsi acqurir des connaissances ncessaires plus tendues sur lea matires du programme, ce qui lenr permettra de snbir avec beaucoup pins de succs leurs examens. En effet, il tait pluo que temps de rgulariser la situatijn des Instituteurs de l'enseignement primaire, car trop souvent on a eu constater l'ineomptence de certaine d entre-eux. Cet arr leur accorde un dlai de 3 ans pour sa munir -.-t le plus surprenant : l'gard du premier, il n exis e auciou plainte, aucune cons titrion de partie civile et il loi eat aenleraent rnorocha d avoir reu des valeurs de Davis et consorts; pour Francesc Crnvalier, elle est retenus pour avoirsirvi d'interprte & Davis dans *ej rapports azee Dgand et Bszile Vlieaiu. Cea fii s sifBiOOt ils on ir justilisr contre eux uaa prvention d'escro qaarie? .J Alliance Franaise Un excellent Programme Ou du que cetie Socii* repiend ses anciennes cootreaces. Mr le Dr Coicou et ses amis promnent une srie de confrences sur l'Hyg.ne. Monsieur le Dr Franois Dalencour donnera une confrence^sur Cimen ceau et une ;me sur Us.-ience fran •*. .^n Ou croit qu'on d-miodera "fl? Bellegaide, soa retour la fin du mais, une srie de confrences sur ce q a il a vu en France et i U Socit es Nuions. Voila un excellent programme que le pisident de 1 Alliance franaise couiJte m tire i eicutioa avaat long emps, aoui dt un de ses amis. Il russira assurment. Le Maiio % BONNEMENT Ln Mois rert-sa-rnacf BparUnial Krussrs liiertioB et Me. UU III 3 II saaik d'arucc •ni pareille poque. Et comme plus fait douctur que vwUnce |e livre ces obaei vtions la mditation de nos cercle* de jeunea hUe-a qui teraient bien places pour lancer uu pneil mouvement Pui-ae donc, la jeunease fminine se couatituer ie Aptres d une Croiaade piinotiqoe croire le laid liodecem et iguobe dans les mao teautions du Carnaval Haiiien.tel eat mon vœu 1 Thodore HOLLY Conseil d'Etat Soanoe du 9 Fvrier 1923. a^, Sa nce n 1 P ,s t lon g aei &le a t leve apis sanction d'un pro cs-verbal. v J1I n y a plus rien l'ordre du jour. Oo du dans les coulisses que la der mre loi prsenter est celle sur i'E migration. Le, Conseillers d Etat 1-at tendent avec impatience pour pouvoir rentrer dans leurs pnates.aapii son examen. Maurice Eteaae fils Any icJ aes, aes d o8 Pxvate rorto et du laj-ism de 1 Etat arcnandt*e* franaises yOa sait qule gouvernement a entrepris ie difficile travail d'tablir M cadastre gnial taat de fois mis i l ordre du |our dans didi'eates dis eussions. La Commission Cadastrale vient d tre forme r.lle est compose de M foseph Lanoue, prsident, t-raock Narcisse et Domiaique Hyoolite, membres. r Ci-Varits MARDI Pur Autour Ullili'J h dl? ame Episode Entre 1 ;o Centimes


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05858
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, February 12, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05858

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
1
No S037
DIJtfT|yBr P*OF BIETAIRE
Client Magloire
H^Q20 centimes
POHT.lU-PaL\C,( MAJTi
Quotidien
REDACTION fe ;tstte]Ata^rtcjoine]N* .1358
TgLlPHONSJNo:248
LUNDI 12 FEVRIER 18^1
En* qaelqae'situatioa de
!* vie trouver, Rabaissement ne
doit.Jamais a'Ierjasqu'
blesseriez lois de l'bon-
neur ou de la vrit.
MALESHERBES
mm
L'Origine et les Transformations
do Carnaval
SU1TK& FIN
in 187. < Mrberi fat aboli i eau
te dei rombreux accidents pt'il occa
s onnait. C
Renouve' ra 1876. la scurit *n
passants fut assure par Une doub'e
hie qui traait le passage destin aux
chevaux irai
Au cours de ces nouvelles rfot-
mes. il fut galement Interdit de lan
cer do -able, du gnviev et autres ma-
tires nuisibles ou sa rasantes Sp-cta
teurs et travestis se lanaient de part
et d autre, d'abord des jttites bout-j
multicolores faites de pliri*et appt-
les cortandoh ; pins tard des dra-
ges ; et enfin des confetti.
un cachet littraire fut ensuite
donn i ces ftea ; et, certains jours,
les thtres s ouvraient pour des re-
prsentations.
Au XVle sicle, sous Paul 111 pon
tife romain ces divertissements popa
laites taient parvenus un degr de
splendeur inou.
Mme, on penss avoir atteint l'a
fige de la magnificeoce ; mais l'Ita
lie rvait d autres perfectionnements
orne, Venise, Florence, Naples et
Milan rivalisrent l'envi ; se diapu
Mit la palme pour la beaut et l'in
it de :eurs fastes carnavalesques.
leur tour elles y parvinrent jus-
qu' ce qu'an jour Venise triompha0
Jt| fut afcliooe seule reine et, pen
oint un long moment, vit sa gloire
reconnue, ses titres incontests.
La lutt n'en continua pas moins.
Il aprs aroir brill quelques temps,
cette ville rentra peu peu dans une
mdiocrit relative par rapport i Na-
ples et a Milan qui efia rent, leur
Peur, l'clat des splendeurs tant van
tas du Carnaval de Veniae.
J-* Carnaval s'est toujours rapide-
nconquis l'adhsion des peuples
one* tropicale et tempre. Ain
[? "conte que, sous leur forme
1M, ces feus avaient exist en
[flr. Introduites en Grce par
i.**"!*. elles passrent de l en
jfou en Espagne
5oa.ee les Espagnols ou les Fran
"y?! PPortrent cette coutume
t1 naiu ? Je ne saurais vous le
. aais il est trs probable qu'elle
I tt dfinitivement incorpore
W^Mmcnoii qU'apre5 ia pioc|a
Jjon de l'Indpendance. Cepen
( n crivain haitien affirme que
I Voatwadi qu, esi une forme de
{aval, a t apport de 1 Afrique
te Anctres de nos paysans ac
S f0"* ". ne fois introduit en
ara le Carnaval devait y trouver
Le ,TCMb,e on diveloppe
m. 11 tait stulemem i craindre
paaas le gnie artistique et litt
F .> partout ailleurs * "8" ce qu'il pouvait avoir de
matriel Se, qualits dplora
' ne prissent, seuias, de l'extension
J'> DO US.
I ejous d ces apprhension? sont
y,e laon gnrale les traits sail
lants du Csrmv| tels que nons ve
nors de 'es voir dans ce bief ap-ru
?oot rests les mmes chez nous Les
drages, les confeti. '\t% fleurs, les
parfums-lanc* aux ba'rons ; les dan
ses, les chansons particulires su
Carnaval, ton y est ; jusqu' l'effigie
du Carnaval que brle les Italiens le
Mardi Gras minuit sonnant- Sauf
que, chex non*. cete effigie ai
celle d une femme ; qu'on la nom
mait Madame FlonflonJ; et qu'oa la
br'ait dans la nuit du mercr-di
aprs l'svoir pomene par toutes les
rues de la ville
En Italie et ailleurs, bien que les
homicides accidentels on prmdits
aient souvent intachs ces divertisse
ments populaires on ne retrouve
rien de semblables ces bandes en
nemies qui, chex nous, se livraient
tous les ans des ba" aile meurtrires
Ce tratt semble avoir t parti ;u
lier au Carnava1 haitien taitil une
menitfatation aavique des traditions
du pejple africain et de l'Indien. ch>x
qui les diffrentes tribus se vouaient
entre elles une haine hrditaire ?
Sans doute ; car comment s'expli
quer autrement le fond lgendaire
des bindes A bel Ostrot et Vilac ?
Celle-ci avec une discipline admi
rabh, digne d'une cause plas noble,
lorsqu'on roi mourait on qu'il tait
empch, transfrait l'hritier pr
somptit leur allgeance et leur d-
vouement Il n'tait paa rare de voir
la jeune Abel, encore tout enfant,
remplacer parfoia son pre malade.
Et tandis que les vtrans d la
bande, dfendaient la vaillante repu
tatioo du clan, d'autres entouraient
le ieune prin e et payaient de leur
lersoone pour lui pargner mme
une gratigoure. A ct d j ce rveil
des instincts monarchiques il y a un
autre trait 'gilenent caractristique
des deux ra ea qui se manifeste chrz
nos masqnes U s'agit de nette ten-
dauce dambuler par lea rnea prs
qn' l'tat dnature.
Assurment c'est une tare atavique
qui se fait jour. N'importa ; il est
regrettable que ce soit tolr On an
ra beau dire qu'o ne doit point
juger d'un paya d'api es la masse
Toujours 00 le fera- Et la mthode
Juste puisque le proltaire n'est cen
se faire que ce que I lite permet.
La miasion de l'Elite tant de faire
l'ducation de la masse, soit on re-
frnant les tendances de celle-ci aux
dbordements,Boit en lui incnlouaot
un idal plna raffin il est sou-
haiter qu'an mouvement progree-
siste vienne bientt imprimsr chex
nous une orientation vers le Beau
Idal jusque daas lea di/ertiiss
mente populaire.
San exiger du gros peuple des
dguisement coteux on pourrait
lui conseiller des travasiias >meu*s
ne frjiaaaoi paa l'hygine ou la bien
aaote.
_li ne coavieoirait pas de lea raie
gtil en qaelqja ojln perdi da la
banlieue. Diurgeoos la plaie, ne
la cachoas pas. Ajx entama et eux
adolescents faisoas faire des recom
aandiuont, par lea maitres.toua lea
Continu-in ? on prograTam* de r-
forme de l'Instruction Pobliqi* le
Gouvernement vient de prendra'un
arrt crant des Conrs de pdgo
Rio thorique et pratique l'inten-
tion des Instituteurs e Institutrices
des coles primaires onbi-que.
. L?odole 8B riPDO,ap Que l'arrt
du 19 Septembre 1919 oris vous le
minia-re de Mr Bellegarde prvo-
ysit les examens du Cnriilicst d'ap-
titude pdegog-que. Mais l'ancien
ministre D'avait paa pens tablir
de Goura oorrfiacx pouvant permet -
ira aux candidats de sa prainter
ronvenablemont anx examens l'a
taient obligs de prparnr eux m'-
mes le programme. Ils te faisaient
mol le pins souv^; -1 l lea dures
observations Ipb cr.tiques mente*
do Jury l'drecsi d ceux-' q ii
svaientrus! et ^ eshortat 00a I
Ofux-la que h sort ntvtil pas favo-
riss. Nous avons assist dans le
temps ces exampns et l'embarras
dea. postulao s diagjt assoz qu'il
lenr manquait quelque chise. Le
nouvel arrt vient de comb'er cette
lacune en instituant de confrencea
spna la direction du Principal des
frorti do l'Instruction chrtieane
pour les Raroos et sous la direc-
tion de la Directrice de l'Ecole Nor-
male primaire pour les jeunes filles.
qui ne ara pas muni de ce certificat
cesse de faire partie dp Corps Ensei
pnant & lexcepfion des Directeura
et Directrices fbOOlOfl priraairea
comptant dix annes dans rensei-
gnement.
Il a t pr4vc ope les^examens
auront HeoseuIsiNeist Port-au-Prince
vu la dlffloalt de trouver en Pro-
iinee de Jury comotent prvu dans
I arrt du 19 Sapterabre 1919
Nous estimons qu il eut et* prf
rable de faire voyager le J >ry da
fort an Prince avec instruction aux
rostulants d* sa rendre dn-n flx4a
r'ans le^ ehafs-Uons d4narta n^'Rm
auraion* I eu ce* examens Noui
'"ceona qu'il ne aara p-a po^sibte
de fairfl vovaar & Po-t-au Pd"et
r*es n- s et maras ia firnllh avec
les mod;quea aalairea qu'i'e touchent
Bciuallement. D'un autre c', il (au
dr^it aussi prvoir dea frais pour le
Jury qui sa dplace.
Onj doit, dire la veri' qu'il y
avait dea confreneea uni a elles
taient sans sanction.
Cet arrte prvoit en mraa temps
le cas des Instituteurs et Institutrices
de la Province qui. ne pouvant se
dplacer pour assister ces conf-
reneea, pourront recevoi- au fur et
A mesure le rs ira dea cour* et
par ainsi acqurir des connaissances
ncessaires plus tendues sur lea
matires du programme, ce qui lenr
permettra de snbir avec beaucoup
pins de succs leurs examens.
En effet, il tait pluo que temps
de rgulariser la situatijn des Ins-
tituteurs de l'enseignement primaire,
car trop souvent on a eu consta-
ter l'ineomptence de certaine d en-
tre-eux. Cet arr leur accorde un
dlai de 3 ans pour sa munir tifleat d'Aptitode Pdagogique. Noua
estimons ce laps de temus soffiunl
ponr lenr permettre de sa mettre
en rgle; car il est formellement dit
qu aprs re dlsi : font instituteur
Lea prescriptions da l'arrt se-
ront une dea cauaaa qui emocue
ront h dea inat'tutaurs de ra^rit qui
ae trouvent en Province de covi
nuar le r service la cause de I En
"iKueraent. On aura beau faire,
tout le tarapa que les ressources de
I Etat ne pourront permettre d'aug
menter le salaire du penonnel enaoi
gnant de no co'es nrimairei, 00
ne trouvera pas de Normaliens ou
Normaliennes qui acceoteront se
dplacer pour aller diriger, en pro
vince, nos coles avec dea appointe
raeQ' de 50 75 gourdos et mme
de 100 gourdea Ctst uo point de
vue aurlequfl nous attirons l'aiten
ion du Dpartement de I Instruc
tton Publique. Nous nous permet
tons de lui conseiller de bien tu
dier la questions
Comme nous le dtsiocs au corn
mencement, cet errt comble une
lacune et prouve la hante sollicitude
au Chef de l'Uoiversi' actuel, Mr
Charles Boucbereao, pour le relve-
ment de notre Enseignement Natio-
nal. Mais, ici encore on ae heurte
a une grande difrbn't ; la question
* argent. Il n'y a pas de bon ensei-
gnement profitable, sans grinde d-
pense d argent. Il faut des sicniices.
Jia sont ncessaires et productifs,
bonhaitoos qu on arrive le coin
prendro.
Cl. POTIIEL
Le Tribunal d'Aooel de fort-an-
Prince vient de statuer sur l'Appel
de Ban ista Divis et consorts con-
tre l'ordonnance du Juge Beauvoir
les renvoyan' au correctionnel : l'or
donnance est maintenue I gard
de tous Ips appelants.
Cette dcision n'a pas manqu de
surprendre ceux qui suivent de
d < la rnarcln de la prven'ion
contre ceux dits de la. Main Noire:
on s'attendait a viir mettre hors de
nours et d proc carrj;rjs daa pr-
vanna cnntr l-squ'la t. en rap.
porter h-x d*bste 'I semblait quoo
nV pu relever de chirgea sufii-
ta ee
C pgt en ce qui concerne Cuebaa
t^Franc^'C Chevalier que 1 arrt
di but le a mois >-.-t le plus sur-
prenant : l'gard du premier, il
n exis e auciou plainte, aucune cons
titrion de partie civile et il loi eat
aenleraent rnorocha d avoir reu des
valeurs de Davis et consorts; pour
Francesc Crnvalier, elle est retenus
pour avoirsirvi d'interprte & Davis
dans *ej rapports azee Dgand et
Bszile Vlieaiu.
Cea fii s sifBiOOt ils on ir justilisr
contre eux uaa prvention d'escro
qaarie? .J
Alliance Franaise
Un excellent Programme
Ou du que cetie Socii* repiend
ses anciennes cootreaces. Mr le Dr
Coicou et ses amis promnent une
srie de confrences sur l'Hyg.ne.
Monsieur le Dr Franois Dalencour
donnera une confrence^sur Cimen
ceau et une ;me sur Us.-ience fran
*. .^n
Ou croit qu'on d-miodera "fl?
Bellegaide, soa retour la fin du
mais, une srie de confrences sur ce
q a il a vu en France et i U Socit
es Nuions.
Voila un excellent programme que
le pisident de 1 Alliance franaise
couiJte m tire i eicutioa avaat
long emps, aoui dt un de ses amis.
Il russira assurment.
Le Maiio
?BONNEMENT
Ln Mois
rert-sa-rnacf
BparUnial
Krussrs
liiertioB et
Me. UU
III
3 II
saaik d'arucc
ni pareille poque.
Et comme plus fait douctur que
vwUnce |e livre ces obaei vtions
la mditation de nos cercle* de jeu-
nea hUe-a qui teraient bien places
pour lancer uu pneil mouvement
Pui-ae donc, la jeunease fminine
se couatituer ie Aptres d une
Croiaade piinotiqoe croire le laid
liodecem et iguobe dans les mao
teautions du Carnaval Haiiien.tel eat
mon vu 1
Thodore Holly
Conseil d'Etat
Soanoe du 9 Fvrier 1923.
. a^,Sa.nce n'1 P,s t longaei &le
a t leve apis sanction d'un pro
cs-verbal. v
J1I n y a plus rien l'ordre du jour.
Oo du dans les coulisses que la der
mre loi prsenter est celle sur i'E
migration. Le, Conseillers d Etat 1-at
tendent avec impatience pour pou-
voir rentrer dans leurs pnates.aapii
son examen.
Maurice Eteaae fils
AnyicJ aes, aes do8 Pxvate
rorto et du laj-ism de 1 Etat
arcnandt*e*
franaises
yOa sait qu- le gouvernement a
entrepris ie difficile travail d'tablir
M cadastre gnial taat de fois mis
i l ordre du |our dans didi'eates dis
eussions. La Commission Cadastrale
vient d tre forme r.lle est compo-
se de M foseph Lanoue, prsident,
t-raock Narcisse et Domiaique Hyoo-
lite, membres. r *
Ci-Varits
mardi
Pur Autour
Ullili'J h dl?
ame Episode
Entre 1 ;o Centimes


E Ail*
Au Dpartement
de';l Intrieur
C'est Mr Flix Cari ancien scr-
tant particulier du Prsident de U
Rpublique qui t t nomm chef de
bureau au Dpartemrnt de l'Int-
rieur, en remplacement de Air Franck
Narcisse, appel d autres fonc'ions.
A Bagatelle
(..est ce soir qu aura lieu le graod
Bal Travesti de Bapatelle. Dans le
no-, veau lo:al de 1 Avenue du Bo:s
de Chne.
Ce atra, fcn juger par l'organisa
tior, une fte splendide.
Vive Fanlaio
re^SE^sn-
rduque l'Intestin
-

Constipa'.;"^
L>it7it
Vertiges
Dyirxsps-
Mi;:,iiin..j

Poar rester en
sur.tc pHM* rhcfjnf
Mrfr u.t comprt::* *"*.*
JWBQL
.7^2! If %%!im
. It.rot a-.c"* '''.<": -u. M *1*
la- < rmqtir t q< V" '
J-ikxl. rittt ii ' "-' P' '"
f-TMdM -!' l '" ",
'-HlKlttrt *
|.i.r -m i' la
li.mivul* i :"""' ""- ,'*1 ,'/
U Ju'.'ol. P"-' '>" ' ", .
..,n ||1 l< MM Il
.,,. ,. ..,. Il '
L.a. ....... "' '
....... " ''
" '* w IMva
la Fa HMtcin
j umip i:i
ASTHME
Opfnukn. Ctttrrt*,
Sutmtltn,
T$t mntmm,
uutrtion oaartaUiu pur Im
CIGARETTES CLRT
.tu POUDRE CLERT
DrCLRY, M,

b
A-vendre
Jubot. 't'r.uhileur ae l'Intestin, fixe
une heure constante uux Jubeliss
-------------BEMOSRolUCS- --------Il
JUBJIITOIHSS : impnotHMrt: an
ktmomgHi'. ntiMiftU, dtone**
tlcn/iunu
JOBOLITAN CatntnuJt canttr 1*1
ftc.-i.-irr ,)Uf r-rfcrnca
EXTHAlTs BII.U1RI.- Ou. d .i-U-i.r
Mnjet HegHlmrtlM ira (onction
tu /jl
Ce lui. une vritable apotb/ose
lier bien faite pour enorgueillir le
courageux Industriel i|U* Guilbaud alu par Us vivats de la
toule enthousiasme
Quaio i- autorrob.les foimant un
collge oiigirat paicouiaient tt te la
v.lle, automobiles charges d'im-
menses rclames ingnieusement
gerces it repiseotaot ton es les l'
qtittes d(S proJuts de Pantalon
Gui b ud qui font les d ices des inn
leurs.
De ch;rrran es demoiselles portant
des ccstuinn aux '.ouleuis natiooi
les lauaient valoir la gtce de leuis
aimables sourires entourant l'ing-
niosit de cette mamfcsUtion ds
tante .
Gilce Pan'alon Gutbaud, une
Proprit
IKenikoff, fi
jet btisses.
Potir
amples renseignements ai
aux boraux du Matin
Fireprooi,
1 Miracle, ai(
ment occup
la OBDpjgnta
rique. S'acieiaer i O.o.i
Lucas Co ____
aux narraux ai
A louer!
Asttjme
vaillant a Mouet neuls gnraa, 7g0 Bue du Mttin d l'Etal
SouU.'i .!) u. ol nerisoQ
CieABKTTBS o i< P0UDR8
ESPI
par
I h trmrt'. twa lu Hatan al r
ai|af I* ai|intara J. aIC ur ckiqut ti|
Pa Cable
Nouvelles Etrangres
Mesures contre nouvelles Diversf*
V A llemagne constantinopi b- u goc
ntment d'Angora n'a pu
Angora n'a pas rpondu
im mm TK.ni i la nctie des allia protestant conirt
BPUXELLES- MM#Thun,,;Ji |uuirn.tum turc qui demandait le re
p ei L. Trocqju. e Lui. ..de. [ ^ ^ d(J p#fidf
techniques s. ^"JgffS! Smyrae. La situ.tion est teniouri
l0r ment j aeco.d sur le. mwii|j J |l|ifwf Mvirdt goelI-
de phquer pour mener l ^MM '^.^ ,nci, dtii U
avons eatenda "'^'""".^J^rJniV i. Si Lt c <'V ntvilM 'n8,i Mlt
Se patn vie" am.: fa mt rappelle il Pans en codp goie de Mr Le ^mit?de, |0I. Le ,
?el cafnavauiou. e le, dgu. Jjj"? P" "fentHUl bot poste Pierre Si. demandant
Lj- s, suggestif, de la Unde Aaggg ? BSOBSfiAS
commence a arriver par voies ferre gj iJ i ire$ ^.^
ei fluviales. Le, prliminaire, techo, JJJJJJS ^,tl hmld tl Srayr
ques. relatif, hfi*^**. JJg %J Lll Btvire, frin
de la HtnaitSanCe ont achevs ; J"JJ ai, M lifUll act.ellement Smyr
Limes be'gr, sont in ile > loamet J d de mm d|B, le
ftS ,re des contrai, aux r.m.a mng J coiim.ssaires allis
noie tout t fait onginale a t appor
le dans .es bats carnavalesques "-
Le Quand Bal
te,
ei ca
Qu on n'oukiie patt]M c,e!t, cet aprij-roidi
coqutt local Ota t un.oita d A rtiire, sue le '
cle "La RcMiaSMt-" Jucnc ioa drand Bal
TiavtMi. ,r.. ei canadiennes q_
&ttJttSSZ5& cba.gc, du mme ua.ail.
ijapuiic littdii Ils dioitui* en haUmc.
Uc ; htuie i 7 heures ||J bal pour Ici n*
tanis. de 8 a l'aurore le grande petaenoe
lOurion i leur aise se diveil.r.
hoirec gnmt pcnooM ^ ouUes.
' Enlaoi i gouide.
dcs ~ZJE* po.tttleahau., commissaire, allis
y compila, les ni mes amricaines r ..
Ladieno.. qu eroct plus lard ~ ^l."
Grves et
gouvernement d'An
gora d'annuler l'ultimatum enjot
gnant aux navire, de quitter les eaux
turques. Un tlgramme plus rcent
affirme que le reprsentant kmaliste
a eu une longue entrevue avec le
protestations haut commissaire franais A propos
de Smyrne.
DUSSE.DORP Reckliaghausten PARIS Attendez qulrmet Pacha
c le, fianais ont m s fin la ma wt de retou. d Angora, rroadii Fe
fPflft r?OrUaU*rPleii niKsiatioo de protestation coaue la ud Bey, repn,entaot la Turquie lai-
VU VIO v* ** *","" dportation du chef de la police a |nt ria8ioa la tournure alarmante
^ue^S ^^^^ *' continu eue le cenm de 1 agita ^ al(aires du Levant. Non seule
Bou> saioa a ef mv.it. u aboiu Us peu ' UQa es boutiques.de, httls et ics mtQ{ i,met Pach est en faveur d une
^w||^J^^^J^",K uuraota ont ferm leurs portta l p0 iUqae p ts modre que celle de
;X:^ m tt*i heure, en guise de protestatioa et les g mi1orilJ del Torcl d'Angora, a-t-
piopnttaues ont dlu qnils ne roo y expliqu, mais d i son arrive
vnricnl qnc aamsdi sou. Le comit daa| |a capjtale il reprendra la direc
de dfense dr la Rhur doit disuibucr llon dc la politique trangre coq
k el'aigent aux gitvistes* Des fond, gee durant son absence 1 Rtoaf Bey
....... ont ti sousciu, dan, diverses par _oi a t|M ide, extimes On annon
,6 fevtto, ejaraa uu u m***JW~*i ut$ de l'Allemagne o des avances ^ que Mustaaha Kemal Pacha vase
llonduu.- ottM.uot*ao. anii.a. m u fe0uvemtment allemand aux CJite limi<1 ItDcontier Umet Pa
-l&wsrtfi Je place cuot Umu s.a Cni bomnie, maris a;'ant a enfanta et cll> Teotnt de Lausanne et l'accom
"nous tMaaMMBAI '--cuu. ne p. lcn. le ,, ^yM t0lontaiie -,OB-r. A AnfiOra
The chas H. Brawo Paint ,
Brooklyn l Y.
Si vous voulez avoir votre maison coauetttment peinlil
Si vot*t d$irez une slection de covleurs artistique*
Prpares pw des chimistes de longue expirimee
Achetez notre marque iCoq d'Or prpare peur les t^
Culte peinture adhre aux surfaces les plus rugueum
Elle conserve ton brillant elle sche trs vile.
Elle est tpcvilement use pour les moulures.
Les corniches et \e% picss de t&tlptnw,
Chacun de nos \& blauc est contrl par nos laborc
ftotre prix p$ur cette peinture dfie toute concurrenc
The Chas H* Browo Paint Co Brooklyn-1
Geo. Jeanstne
Agent Exclusif pour Hati
No 118 Rue F La 2nw de Uunabo
"ku -, IMKIMI t"' * .** piochai,
lnu U stv.ouUe rtpicaenta
nous aaiafioaM
ileinier |i ur pour s en procurer
qui ont qnitt le avail volontaue pagnera Angora
ment plutt que d obir aux ordr ennuii_ n-
Cikueol 0. K. en bai
de 400 lbs
VIENT D'AHRIVER
En tente chez
tara Preetzmann-AGGEHHOLM
Bue du Quai
-".d'"- EaI SOPHlA-.Une agence de vn C000 irRdlalhC* neuf* aOfllaiS
franais receviont ij yo *V* ve'lea bulgare dmeni qu'une bombe OdCS VltlcS filfA tr^ hr.il
,our et les ouvners chefs de famille [% M JJjJ $ur lc prtmier minutie k-rm*,Vi^ w ^*^*^ ta 16 d f TOS DOU
,oui ei ie ouvitcn *. m wm- ti| ete Uccee ,r lc yttmtt ministre--------------.
?r-2!rws^Ma^^!r^~'fss vides ^Tm%*
M t ndt. oiuaiaae, de PMI0W
muette et ^euo.- iao.tu. Iivo Q
l fi UU UoL'tta JaacuU, fc a>
CoVpiiWM ittaWP^^-** rQ?er'co"nceDnr,pi,deDu:,bourg________
toetPeubi, ,r||DS p|lUnl chaque jour pour
Sel Wi AU la Chapelle d'o le coke est diri q cbuiiye contre 300 tim
ae et ie chai bon sur >rM e obll.erete, t00tM TaieUri
alin-tLiaire de
runjUYic- lc uni as a t|ii- --------------
Sdcs vides de d8';tt'-u,
v8 asana ioarqu0
s par suc.
C/at?i
4iV^ AUGKRU01


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM