<%BANNER%>







PAGE 1

I X~T f\ ^xfl u HAx.iw ivlttfl.nal —-*. ta fte en l'honneur """j de Pasteur, Jil fl S" Une rpt'.t'oi. Cir V-rTti. sj donnt Les n.oiccu PeiGable a gnrale a eu lieu, hier soir, )**!. connue t. Tout ett bls gr dire sont b illintserpar' %  t< ti!i.\.ide, Saint Uons de uoeagie ,\l l*K*iT.f i. cilleur --p.oiceaux Je ;on tper:om| i fcni da raod savant frak s* : S nnet de Sull rjJho*Tie, pi-es .le u i et de H chet i de. .Saint tperibin ave-son brio haprtutU. 44'ii MM ^ levs uu Kmnonat du bcr Cii..r ira* 1 u vQpnciool lasiuote avec les AMAZONES, ebaur de cia juame jeunes iules I* ucce est ml in La tte 'a revtir un caractre spcial H le '. pou. chaut 1 un piand tut ia et un iilus ic bicul.iteur de Ib.manit. La Chandeleur Aujourd'hui t fvrier de| fconis r*t:|iau(M Ml tti clbre ce raatki ans toutes ne dites Wehes en l'hMMOt de It purifiestira S4 k Vtasfc Mane A >1sse des messes il y eut fc UJ d a to n des ciergts. C soit a l'occasion du premier vendredi du mou?: kaurS •* %  ? Ia Crthra!*. Cette imposante cir Serait eammeaeate I 6 heures et demie prcises. /* urs NEW-YORK ji— Sterling a* ^Le Comt bait en de l'Alliance franc sise, corn n 1 d'habitude, remportera dimanche un immense succs. %  anraresi \) Connaissez vous Mr U boa ? R __ Oui, 11 Wil ici ces icurs ci D — Lace un homme de que fi suspendue pour permettre aux d lgations allie* de 'entendre sur I lponse i faire aux Turcs Comolte n 10 sansfactieu, reaU persan u^leieent il Doll.rY 76 tait P.iet i ll-mwrer ),e.' diman PARIS JISterling 79 8; rhe soir Un peu J*****J* Dollar !• 9 ••noec que le d'ai demand pir l •PARIS i-'Sterling 71 8s et Pacha tait refus, mais la dl PARIS i irStofgJJ JMJ ngUi Qe itte; L, B UIM avant diman hs soir Dans lia icvalle dts ngociions officielles au on' Un pour uher d arriver un accerd Un assassin con damn mort iH, v*ARSOVliteptslclliit woiciechoweeki a contresign 1a peint oV mort prononce centM fliewado miski, assassin du prsident Narme VRSOVlHr* N wadomiki. assasl 4* du pifiteot Ntmwwicx, a t excut. rait dsormais permise, sjeul charbon destin 1 liai* pourra traverser l'AUemgie r on occupe et un cen ule strict sera tabli au dpart et floUVelleS UIVSTSSS l'arrive des train pour prvenir la fraude. Le Conseil des amtm sa leurs lance un ulii m* tu m la Lithuan e PARIS -Une note quivalant u? a t adresse pu le coi Les cause de la chute du Branc PARIS n—U chute du franc ett quimportance dans cette rflue d longuement commente par l;s jour migration ? naux, on attribue gnralement la K — |e cioyaii au dbut, mais en busse au pessim ste existant qui r lin de compte, U bina ne l'ett pas, suite des oprations de la Rhur ainsi c est lui qui a IUUI fct. qu i la pre-sion de la h ance in'erna tinale laquelle dit la Libert , re ultimatum .>,-., D — Vlr Cator, je tous pose une grette que le go'.iernement n ait pis 3( ji d'S ambassadeurs i la L"hoanie question de> plus imposantes. Soytz pus les prcautions ncessaires poar p 0ar jjj demander q le dans un Clair. Il est a ma connaissance que emp:her les dprciations du franc temps d'ermin toutes les troupes i nombre d h>tieu. 1 ont leu des boas en cons* tuant un s o k de demes thjan ennes et irrgu'-'-s soien' re il y en a qui en possdent encore, trange es. Oa fait remarquer que tires de la rgion de M;mel ancien •Uaiiea moi, s'il vous pUit ? la ihut: am te laugmtnsation des territore allemand maintenant sous H — |e vous dirai qu: Cuba a con exportations qui, en dcembre! ont j a protec ion des allis et rcemment pu une crise financire comme to t dpasf d un mt.liard de franc celles envahi La note demande que le gon KJ, auiiLS pays, puisque la crise a ' du mois de Novembre. vernement insurg acuel so'eat disuuiveiselle, tlesesie eedue a Cuba tous et les au'o' mtera 1 i es rta plus que partout ailleurs DJUC, tel .n (JllC tOYl (l& ^ us ^ aQS '* z9ie ^ e ^ me hat.ens eu oat pati comme tout 1' i-o.jtMa son de commer;t.nme lalianquc Nationale de Cuba la ont WASHINQ te victimes, cete dernire oblige ,j u (j ni de feimer. UJOC en pareille occasion, arcti c i e e d'arbitre dans la ques je ne pense pa> qu'on pu.sse rendre t j oa de Ta:na Anca Le soateur Bo ie gouveintmeni cubain ni le peuple IaQ a dtposd au)ourdbui de nou tubjm, itspouabl:> de ctt ace dni v „ a U ue proposition la confren -...„.qu a (t.pp le moue entier, tuCOri ce conomique internationale qui t *h e o (Silsie Po'ona^-) six cen s rai u.ous ic'aDsBi les usines qui ont d ra it convoque par le prsident Har oeurs soat emmurs.Des huits eentt livi ces bons. dlQ „ homnvs qui tait t descendus le ma '' tm dans la mine deux cents avaient V.s,sni>i 20 par jour. La saisie des doua ns est le coup le pins rudt que les franais aient port depuis leur en tre dans la Rhur M. Pillipi, chef franais du service des douanes, d clare que la dfection du personnel allemand dpasse 4 0/0 des fonction na tes qui oat i lii eurs t remplac immdiatement par des agents fran iis ; les services fonctionnant nor malement. Les allemands prtendent que les dfections se montent 7 010 dans le haut personnel et que les franais seront dans 1 imposut) ut d'eff ctuer les perceptions. Les vi ites des douanes centrales de Daisbourg montrent que les affai rat laagu ssent un peu, mais Us fran ais tiennent les buieaux ouverts a heures de plus que par le p ss et travaillent avec un personnel traoais compl par des volocitaue ails* snaads aua d'viter des diais.Lt pro ductioa a diminu, le travail est gn parle manque deipace au our du puits d a l'accumulation du char ban pendant la semaine passeGENEVE — Les themns de fer montrent une sensible amlioration. Une upche dit que les briseurs de g ves f aaais, beiges, tchcosb vaq i> s et polona| quelle je ne reviendrai pat. Avec met civil.tes, Uaec DOK5INVlllt.*K Directeur de L Ettor> Por-u Priece. le 1er Fvrier 1| Monsieur Clment l 'golre, Prsident da Syndicat de la Prtet] yaotiditnne Eu set bartiax Monsieur le Prt dent, Pour des raisont d'ordre pu ment priv, je auit aux regretsj prier le Syndicat de la Presse tienne d agrer ma dmission. Recevez, Monsieur le l'.nd l'Aipreaaioa le met meil eurs m,QU CHERAQUIT — Comme dirait le Le Nowm Cest un coup mortel port! au: dicat de la Presei. Il uiwwawnsMvu rastt^r£ra£ftE Ratification da D Pouiquoi laiton autant de Lord Curzon tait probabl ment dis bruit autour ue cette question ? K — Parce que, ou crot qu'on ma traite le hatiens, je vous affirme P ance de ne pis quitter Lausanne, que ce n'est pas vrai. tant % %  ••l o'y aura pas de chance de D-Quelle opinion faites vous de entendre a\e Us dlgus. Tuics lraououb.e Mi ii.a.omo, le whar^ est appiouve par l'Italie, aaaucs du Cuba en Hati, devant A louve ture de la sance, Lord touvei ces accuMtioas ? Cu zon dit que l'objet principal du trait de Rapallo BERLINLes ratifications du trai t Rapalo ont t hinges au mi nislre des affaires trirgres entre le D Ko-.enb rg et Krestinky. ambas K ;es accUMtioos ? -u zon nu que lOOiet principal au ltdear d „ 3 iv r c: .^ le suis coulent aue vous ma traite tait d: me tie ho la guerre V .-; J....:. u... .-. Ji.l. .u )....! T ez pos cette question ~\ va'is'vous qui depuis huit ans dsole l'Oneot m^ kmm A^ t u kn A a *lfia fOUl Us prop.es pa.oles du sympa et|de permeurejaux d.verss aimes lUCOrUlCUUU UO IT IU5 ib>aue Vlr U.ncomo, moi pa.iaut amees nuques grecques de rentrer (H)fter (bar 1)011 et avant hier vers le; 4 hresip. m. J.chez elles ; le trait a aussi pour ob a !" CE v w Mis tellement dbout, que ie n-t jet de permetlrs la Turquie vain COKC VCrS 1 4U01 (JQd te.dsqueae. td^te ce voyage d eus dsns la goerre contre les allis IniWPiinAft brutes la Mamnique pour gagner *>* victorieuse dans la guerre con lUUOCUptJO mo pays l'aba.donnerai n.,me la tre les Grecs, de rentiei rgnre PARIS—• La France et la Bs'grque en 11e nue j'occupe si c.tte campa azm la famille des nations II s ajon voit intns lier la pression dans le nae malhonnte et injustifie mene qu il tait regrettable ou il n'y ait Rhur en arrtant tous les transport! contre mon pays ne s'a rte pas. pas eu d'acco.d sur tous les stticles de charbon et de coke vers l'Alterna du trait mais autant lEuaope que gae inoccupe.Cetti dcision sera^an D — MerciSeriez vous asiez aima le monde entier attendaient non de noncee Bcilin par l'ambassadeur de Me pour rpondre encore quelques nouveaux dbats, mais des rsu tati. Belgique, 1s notification n'aura pas questions ? Mr Childs, reprsentent des Etats la forme d un ultimatum mais elle R — Pardon, le m'arrte ici. l'em Unis la confrence de Laussnne, s aumrers Ici divers manquement! ploietai pour l quart d'heure le mot p o once ua important discours de de l'Allemagne su trait* et annonce connu limi e de Coarart le alen" mandant que la paix soit signe le ra l'arrt de l'eipdP'on dn charbon cepiunent P lu o po s bie. a ll s'est etorc de et de coke comme mesure sddmou Nous remercimes Mr Cator des r-n met re 1 harmonie dans les opinions nelle celles dj prises Ui million ••gaements et des eiplicationj fom contradictoires des allis sur la que. de marks or tait du aujourd'hui "£ tion d s dlais accorder aux Turcs pai l'Allemagne i qui la commission e a fan des efforts pour persuader les des rparations avait dj accord Aptes nous avoir (ait |aimable Tu.cs de conclure la paix sans dlai, un dlai de i) jours puisque le paie ment les honneurs de sa maison, ItOUl Pacha a demand deux semai ment tait p la mi fnm r* tnir .m'inri, miOUl aUCUnS bon de la Rhur occupe ne u REtLlMTION | Chapeaux Panamas Pour hommes, femmes et enfantit prix presque donn, pour 4 semait! con an nint le 1er bvrier. chapeaux de P.&oo vendus P. or U c t 4.oo u 1.5fl 5,oo 8.(4 Pour enfants P. 2joo 01 BltilO rres mel'l IC5 nuuucuia uc • uiaiswu, ^..v • —— ——• -----•— •• nous nous sp-imes, enchant de ns avant .a signature et un dlai de charg d'affaires aile l'accueil QUI venait de nous tre tait, hu.t jouis avant la runion ie la con fo:m ce soir qn'sprs trence pour rechercher les moyens expdition de chane C. D*. d arriver i des accord La sance a vers l'Aile magne non naJiuv.j T • !•. %  • 'uaiiliiq f Pharmacie W. Buch Eicution^pronupte et.soigoe de toulas ordonoauces„? Service de nuit Pro i lits chimiq es ei phirraiceutiques deitotiU* fracheur Spiialus, Eaji raurales, Fartaiierie iloubigaat taos Fruit Sali, Sh jrbet. Essenees pour liqueur : Aiisatie, Gr ne de Cac*o, Gurto, treuse. GeoiVie. Carbolinum Avenarius, Le Seul Pr8 0 rvtil da bois .



PAGE 1

1b M. vm n nr MmtfME wte "est l'aliment le plu| agrable et te plus .ecomrna.ukpour les ufaoti des I ge de J 9 mois, surtout au moment du sev.age et pendant la priode de eroUl CI // facilite la dentition. Assure la onno formation des os. Excellent aliment pour les Convalescents ci les \ icillards SE TROUVE PARTOUT • •• DftFT GftHftKAl : OPRUNIE.-.4C-.6 Ru"d-lflT^-rt..Pn> a^K Tar. liisl Wre Heure L ^,U^ M ^ flr Gaston Juvet NOUSfc-VOwB reu Ch matin la vite de notre mi Gaston Juvet qui it parti quelque instant* aptes ir le uteeniei Gorgas.de la Panama pne. IUE nos souhaits l'accompegnent. TEmigration liuraux — HAaiul — %  PAR SANS FIL 1-r Fvifr • BERLIN — Le* fournisseurs de f Im lu ti ont dteid se'on ds DCM vIIes parvpnnpi de n • livrer ucuo (barbon provenant de leurs ou e? BOX bateiai frn-* a %  h|gr 8 i r8 versant le canal de Kiel OJ prenant mouilla.i RKKUNA peu ira tros c ntt n'i neurs oit t Ci bjn (es di t l • % %  mines d • i :. hn si-it > sait Q'uut expionou. boixsLte cadavres ont t mt*>vs VLAbISVOSroUK lluti mille Russes ont etenregistrs pour re dporte en Russie d E ro e. LONDRES— Le gouvernement an Section Sud g' 9 reu une note du gouverne 15 au 3t Janvier iytS meut frarj u par laquelle celui-ci TOTAL f it savoir qu'il rserve ses droits et entamera des ngociions gares avec la Turquie. NfcW URK-Heury Clewa, uni4 versellement connu, et ce bre floan ,5 cler durant |< guerre civile,est mort SANTIAGO CHILI La boh e eeaateia de nouer des rela ions directes avbc le biii ; son dsir taot d'obunirun rort de mer, a-.-.o %  ppns aujourd bni: Commune de Porimau-Princz Bureau da l'iitat Civil Naiisaucei — Lr.unt sexe masculin fj fminin / Mariages Dclarations de mariages Dcs ...Urbains — Hommes Fetamcs Hommes Femme tu,,. i.D l-flli . 9 6 s 1 H le 45 Varits [Voici le dmenti foimel oppos fUhmm^ti A>W~ \i le Srciiairt d'Etat Uspeda aux conseil (l ttai kteadues dclarauous d'uMmiMi C oV. par ..._ ce GranJ lAcdCUlllirp A* l „U. %  %  •** <-'P out j*pou uujourauui leurs rapports jjricHiiure de Luba Itppotles " * projcos toi noria cet iour t de.mai toire confire aLe Nouvcl-iate' %  * %  '• etni ut u ptusiou et le nuiaot IL. leugieux on ptu ici itiitm tout c suite. e Louait d> JiMm a nj t. ait oo, le mnage re ig.eux .v.i.i n nia.iage civil. ji.ttuuou pour v„ir Ut is.ussiojs seront tri luuuii.ulcs TRADVLllOb Legaiico Cuba Pou aL-Piicce pqu'ilytjeulemtnt de certain inceinant immigration aali leuLe Igage se tiouve dans lAnte LU Je sur le fornai Otficitl accordant lutonsalion e dcbaiqutm.i t. S u dispositions de satauiaia* cou VENDREDI .Le comte de Monte Critslo ( suite) Par Amour ('suite ) Entre gnrale o 5o ct8 Atrrn excluait pour Hati de Joshua h. Baily & Co (Church # r homo9 Stree') New Yorl L'une di>t; m Ulnut* et de* plu* for m tes maisons de i issus aux Etats Uni* Sinm t D enims % Chechs, Ginyham, Toil§ drap etc 9 etc. Le meilleure source d'achats: Pr'x toujours avantageux. Les principaux comm'szionnaires en tissus aux E ats.lJnis,s'at) ouisionneit chez Jothuu L. Bailly # Co Panhard Oiid Corporation tibrialiug Oild (irease Huiles el Graisses Prix el qualits dianl toute concurrence L. PETITES NOUVELLES BtKLJN — /-Jim dit |wm K letoiin.D, k le non .seuils ai m illla ,„. *> '"inu.., .a o...,u.u.,,.,„, vit ,t„,, iv„£ 2. A s "" n |atuii de L p^.puluou roui m vijjueui lnuawj o i^XLTaMr -" "' '* W U Ste me r G'wg" M.kenlaissrra Mobile le 4 Mars et M Iftiid l M ue\m duii. c!jim.q.a^. phamaceutiques et autres articles VLD -, u toavtt.noa. OBV vner P'oh'inetla Nouvelle Onans oies dans une phartnacio. : ;!!' ,1 l a L. L *.** ,n : n,u le lu du a aJe msjour Hati. fcPIŒS ; Poivre, Gtnnelle, Girolle, Anis 'oil.MuscMe"eic etc. ci %  • • V., t u SPrCIALITES ; / Mn-que privi'e/ L VJI d8irfpctan'.Parfutnerii> AnlrU C^ZaV tiCUn ; r P'*P"-"NouT'lle Orlans le 10 Mars 1921 onr birbiere, bay Hum, Chocolat tu poudre, Hmle ae foie de Worn.' . a*., y a .c,ar. u,! ,y nOMr Hjlli fcmuie.on, Co.d cresm, Exra.t,, pour f,ro esie. es et eau de to elle Eau Je Qu.n.ne, Poudre con-.e les insectes, Scluuon pour conserver le" nt frais Lait de Mag jle, Houdieaaperieure pour I. toilette Tel fant. tssence de fleura K.u de F.onda, Miel pour la table. Moutard. 5! le d Olive pour la labls, Bios.es deots, Peuperm.n Mu le pour chasee les rnou-t.ques et aunes ...sectes, Hegulol : Huile contra conitipadoo. si 5S Bli ? r T"" 8 ^ hroc,l J ue8 Tu . l^'repour les parquets,t ornes t? ques, BlUIrs, Bpioes, .S.ropa divers, Teintures diverses, Vma. t etO.eS Demindez le catalogue des spcialits •aSfaft"" V08 communde8 LEHN & F,NK Io ; vous errez sbsolument t FINK t 8 Inl5 bODnei :jh maCi3da Faya 8 d P^ r oi8ion:iont 'chez LEl N appel ou 1 dcpuaoi il a a.curt qu'il %  Btaii p- a'oeinpiiua W^H.AUIO.N Oo dt a la Maison Mnchc-juc le frasuuml uard.ug ne pense pa que le 8ouniue.ii-.nl ,u 1JSC Sun quelque ciice uour niu.ter u fuaauia Uc Doii-ou a.cooi.qUtf qui pcuvtm un muoatuuea ux Buia-UaH sous it pnvilege dipleau,u>ac. toute lnnue a ,m H oitUM M boisson pal ici au.b-.ss.ues et les le K at.o u J-.pi.ua cu.itiiii.cnt du Lui.gre. Ucniui ciuiuents pour Hati Port au Prince, le 27 Janvier 1eaj A -, MATTEIS& Co. %  JofiSns re.nana fitrre LU ., ses enfantsJ deu Ulire que ncus HVULB I U WS^^^T ^" ,t I %  •" i".c.en. ie avant hier. loeatasibUti p;o.dts ? Ul . u iguaac Je symp.ui.ta lcw*ou e L mon Si S.e.te rt...a..a J-...rc-Loui, et les pr,e Bl de croire a leui p.ao ,-e 6 .autuJe. |Lisez u: ditez iiorn Liste Le steamer "Irmgard Horn" va nani de Hambourg, Jacmal, Petit Qove est at HDJU a Port au Prince mercredi le 7 fvrier. Il repartirs prcb-blement dans la soire pour St Mure. Puerto Plata L'Europe prenant fret. Poui tous sutres renseignements, prire de a adresse A ; OLCFfbON. LU. AS ck Co Agents Gnraux Port au P.ince, . d janvier 1923 n '^'recevJ f & d4Mgf ab,e pour ,cS P** J n d. c. dpoMlenn.A 1 1 no:,,e,iL "\ct,eu i ' ^' 'e d avoir payt uu prix convenu le V* f bleuir ..-.u! J '? \' PortPliecl dont la aL ." PriuCe j el 2 Lasu.te de liir. piaoe d aot ta MIre seu file rani?


PAGE 1

LlMAftN URODONAL \$k -i Rhumatismes Nvralgies Geutte Grevell* Arlrlo Sclrose Obsit • Oui veut r*)t)r ]*• •* cit*f le s rtnsm.it irn.1* dur..*, --nt-iil cV artre rimM' us*)! - re'ne. lee TJHMI e-1 I'***)****' doit liminer l'eRcee 'ama unque. ce MlMfl d notre or'an.kmo. •t faire Je turlt rfu litre d'L'KODONAL lave le smng l Irulleai'en principal', dein J* •Utairm de rarraie soJerose. eonsjeu avant tout i vuaener m M" M _"Jf*£ £1 A I 3/lo*e de prsele'<*•'. • c' %  San ta seul fasipur {Invper s,-.;., on d*vra. avant toute autre ose. lutter rnergiqirpm'm et IThfiBMS* contre la rtention J acte* orrcrne dan* l'org-anisine en employsni rerodonat • Prafeveur FIVM. •TOI t t>n lat rpi H WMt a Power %  MM I>WHW M 1" BtfV. r Tilrntlenret Prl DIALIROL M) l i • utr.nm Hi'n ,jrM latre. tout-f.imr a!>ri satroje. .. .n.-.> Maltfir> *• ' 'en""" i,-1 ,. .:e. rslmsr.t nhu.TUI urjbsiro. "• LINYCOL.I'r.'o a— %  • r. Lunchs Spciaux Grand Htel de Fratici 2?rTCUISINE ^ totrt fa s/nri-ftte njcmaxre aux ^ geurs de Commerce et particulirement aux commerants de rm a Pon-au-frince. ., 0 L t tel dbite par Gallon par Barr iqu s des Vins de Bordeaux Rouge et Blanc. Ces \ins viennent directement de BABSAC ^fl !" *} fus de raisins, nous pouvons le prouver nar des Lfc.KLUr.llTS nous tenons toujours la disposition de Lhents. Uiamtiagne et Vins Mousseux pr moditii. Conserves moutardes fra\ cuises, premier choix. Vaillant tt Hou et h' BVI fteneraui, i/2U Rue du Magasin de l'Eut La maison Lope Rivera A le plaisir euo.ler la counaissnnce de ses nombreux clients tant • U Capitale qu'en Province, q ' l'e vieal di recsvoir pour le lie* de tin u'aunee un ?ssoi liment. omplet de B )nbous franais, de de Bo.ssoui ei de Prousions alnne.i .< vas de 'outjs sortes, et de premire traie heur, BOM.O\S£; JohesB(.ite^de5,J3 2 elj Livres,.Drages en petits sachets t. es levants. Noug*-cn boites et par morceaux de fil et -Je #(-4 Livre, lli KO.a>2 pat btons Ptts de Lut s et Chocolats en Lotte de 1 1 (1 livres. Ptes Auandes mou as en boite? d'une livie et de /|2 l.vre, Boubous glacs, Fondante, e c, BOISSONS — Vm? rouge k blanc (B rlon a G' estifr .Bodeau* qt alit BupAileurs, Whi k ( ll^iaz et 11 ig (Dubonn l,.Malaga,Pippe r niiniChaiieux de Tansgone, Lndtcuuf, e'c. PROVISIONS ALIMKNTAIRES— Conserva de|foute**sort s Saucissons Lyon,Jambon-,.Mortadelles, Fromag 1 i gruyre.pite.grassf, lte de Maure pai Ime, l| el l|4 livres etc. Venez visiter la Maison Lope Rivera el vous sortirezasatis faits. Le Mal ii) k BONNB51KN Uu Mois V-rl il Friin' %  nurses 1 liiiflltwl 2 M kliauyrr> J M liamai it iliwitfwli pafaUai i'maci u-'' Ciment 0. K. en arils de 400 Ibs VIENT D'AHIUVER En tente chez L. Preetzmarn-AGGERHOLM Hue du Quai daCS flUC. Cafir* bori prii& 0 A |lfi iriiiae *oim miin pour iSclcS WIUC^ coton et grain de coton a 20 122 cei ts par sac. Spcialit • Viap^ VldPH de ******* maiQ ,a OciCS wiuC'a3 v ^ laiii mrqat) pour Ccco 25 ceniiuibs p r src. En reh e iie* l,. tHtihZMAM AGGEWiOLU "Nervosit" No nerf resemblent on treillis compliqu de fils tlgraphique. Command tt nourri* par une partie du cerveau—que l'on appelle centra* nerveui — le dlicat filament nerveux rayonnent dans toute le directions i travers la corps. Austi lunetemps que le centre-, nervsoi sont capables d* fournir continuellement da la nourriture aui nerfs,ceux-ci demeureront forts et sains. Mais 'es qne les centre nervenx s'affaiblUsent causa d'un surcrot da travail, de traa ou d'Inquitude il leur est impossible d'envoyer la nourriture ncessaire et les nerfs deviennent fatigu* et" s'aiguisent. C'est alors qu'un bruit soudain vous fait sursauter, vous devenez irritable, vous aouffrei d* nvralgie, vous tes agit et abattu. Dans est tat de choses il a'y a rien qui gale WJMAUNIS Ta Wl— f LU Parce qu'tant un aliment pulant pour la* nerfs, Wincarnia attaqua la racine du mal, cre une provision de force nerveuse nouvelle, stimule et revivifie I* yst*m* nerveux tout entier. Essayes Wincarnis pour la Nervoait. C'**t merveilleux. Plu* d* 10,000 mdecin U recommandent. Achctri % %  • beai'.IU OS ".' ncamit njoH'rl'Kui —on Bwm loi •ir H..i *> tol^ Pkfn,ji< •. c. OOt-* %  ti(t l '"• WIM' uea pour dames lgante".! Formes de cbspaaax tre jolis. Cbez Paul E AUXIL R ? es Traversire et Magasin de H ADOPTA II MA'. F.RNITK de PARIS % % % %  % %  *>, ? %  Gyncologie PRVENTIF '! Utic.it PUERPRALE HYGINE d* U F.IOI. SUITES a* COUCHU Dermatologie Obsttrique coMPMMt ni i anamn IXHTYMAIM PTIGO — Uiiurni. M Enfui. — TOUTIS LU AmcnonJ suPPURAirru %  b %  %  METACUPROL Ni CAUSTIQUE NI TOXIQUE Aucun des incnrmnk'nu du Sublim tt dt lieu d'AUbour — — Combat tous l micrchci dt U suppuration I Peut • employer SANS EAU BBUILLIE • Compltterucnt inoRcniif •chsntillon et Lsboratolr* du conditions sur METACUPROL demande su Corps IBO.r.dela Pomp* %  a l %  a %  s %  s i: s s (s En Vente chez FftA.NGiu. MARTIN An prix de 2 douars grenue bon* teille el 1 dollar,t[i baoteities. fiai ii Hagiia de taStat un face L ne S Ois**, l'o.t au.l ..: os. Magnant & Dupont J7, Rue DjLvioud** Paris Agents p*jar let iniilif



PAGE 1

16m anne No 5D29 Sltl Vendredi 2 FvieS 1023 MRCCTM7B FROPRIETAlRI Clment Naglcire NUMERO 20 CENT1HES Quotidien aSD\ari3N,;|Rai:4mricaioa No 1338 fCLRPHONI No 948 Une belle chose ne meur* pas sans avoir purifi quelque cbose ; il n'y a pat de beaut qui se perde. Il ue faut pas avoir pur Te semer. • M.ETERLINCK Colonies et orphelinats agricoles Maurice Etieone fils A.ngle des Huas des Fronts Forts et du Magasin da l'Eu, I a Question de l'Emigration Noot disions dernirement que I tat de notre agriculture restera probablement le mme aussi longtemps que noue serons attendre ro re relvement agricole de nos paysans eux-mmes, sans la collaboration troite de nos familles urban.es et de 1 lment intellectuel \OQlant s'Appliquer am travaux agri coles, il est, en effet, de principe gn rai que le p og.s, ant dan? 1 indus rie qoe dans l'agr-culturs ou dans es sits, sont toiiours le fuit des eu es servant de cadre aux ouvriers e 1 atelier. Ce qui, prcisment, manque nos ateliers agricoles constitus presqu exclusivement par les familles de paysans, ce sont ces et clies, et ils ne peuvent sortir que des classes u bai ne s claires et convenablement prpares. U est vraiment temps que des vrits si utiles puissent pnt.er dam les tamillea et les persuader de la ncessit d orienter dans ce sens 1 outaiiou dts jeunes gens, eu leur donnant le got des eboaes de l'sgii culture En stlendsn l'Etat a ats iiniiut.ves p.tridie dans ce sens, de ton cot : t.les consistent dans ton' ce qui peut tre de naturs a encomager lmigiation U? mot est la mode; des ol.scus claires ver i lei k Ct cocagnes k aujuuiduui si pauvies Laicb queues sont Legligees et abaLaonnes aux stula paysans. Lue bonne LOiouisatiou nanscale, c esl la plus grande ncessit cono miqne de 1 heure et nous osons crone.sanaciainte d i noua tiomper, que cette lausation serait la premire psrtie de la solution de uoa problmes financier et conomique, que nous nous vertuons en va>u de cliercner daoa les palabres entre tuteur et pupille. • U existe en France, liBonsnoaa dans un ooviage tiaitaot de l'orge nisation de l'enseignement agricole, on certain nombre de colonies pni ttntiaires et d'orphelinats o lse gnemenl agricole pra'ique eft doive sur une vaste cbeile. Les enfauta envoys dans une maison de correction sont recueillis daca ci s colonies pnitentiaires, y prennent 1 habitude du travail et sortent de la avec une instruction agricole solide., Le nombre de ces tab issements va croissant chaque anne, et le gou vernerrent ne nglige rien pour en> rouiager ces crations auasi gn reuses qu utiles. Comme type de colonie pnitentiaire agricole, nous citerons l'tablissement de Mettray (Indre et-Loire) Le Petit-Mettray (soinnje; ne reoit que des orpue* lins et des enfante trouve ( orpeli nat agricole;; enio il existe un cer tsin oonsbrs de colonies agricoles mixtes (recevant la fois dea orpbe lina et de jeunes dtenus > • Nous avons Port-au-Prince une Ecole centrale d'Ans et Mtiers; elle est tablie dans un milieu ton tuaa lubre, condition peu faire pour le dveloppement ue I œuvre d duca tien rouillai e qi:. 'le us. destine accomplir Liustaler la campagne est tout indiqu; il ne manquera pas de nouvelles altectauons donner son h.i.:l actuel* Ceci tait, crer des tablissements similaires dsna chaque dpartement d'aboi d, eu lUendaru qo-il soit pos sible de les multiplier par arrondis sment Voil autuut qui dmontre rait que l'E at sa proccupe lui-mme dt> rpandre le got des choses agricoles e: les ides faisant leur ctiein il, fiuiraieut pas peneiret un peu paitou o i: est ind.spensaola quelles pen.reni pour dclencher, S leur heure, les mouvements tt les reformes crateurs de piug.s. Marchandises n u .. # P, Dtails intressant sur les conditions Tanasses de travail d* hatiens Cuba Congrs de la Presse DES Pays Latins Aows avons reu la lettre suivante : i-yoo.le 3lanvier 192* Monsieur le Directeur, en payant de l'un chez l'autre de ces f ieuples frre, q l'en ^migrant daus es paya anglo-saxons, slaves ou #m monnenr de vous inviter germanique?, isstister un tCongra de la presse t!n P'y 1 1 08 %  *! ui 8e i-odra A l'iotiieur dp la race blanche ivn 'ocesaion dj la Foire de-il y a des famille. La famille latine Mon, pendant la premire qa.ozaine existe. Gette famille doit tre une m !" M1 iwuy force. i H„ J M nfc "on Uinea du Vieux et au NooveauMonde ont dea inurta conomiques trop distincts pour Pouvoir former jamais un seul hloc politique, elUs n'en obeisertpaa I joins un ensemble dide-, h.r lu!" 68 COa,D UDes qui font :ju'un i !" len Ou un Espagnol, un fortu %  atsi oo on Fra.als, un belge ou A m entV01l Un humain ou >.n Sui f inenwo ae sentira moins dpuys Il nous est apparu qu'il appartenait i la presae de dgager les ri* cbesse* intellectuelles, artistiques et morales un peu disperses, que mus les membres d la famille h i i %  (.ourai n; charge entie-eux, cr ant au si ure leesemhiance plu grande, une sympa hie plus agissante une; r que ce te dont la men mondiale d" 191 't QOJS a laisse en trevoir l'importance, t^aa-.d cette pu*rathn rciproque n'aurait pour effet que d'aboiir i. s malentendus. que la d ffrence des langues ou I loignemout greffent taifois sur les discussions -'oncruiqueb pour les passionner dangereusement elle se ra:t dj un i.nm '.f: bienfait. Mais si les grao 11 journaux de chaque pays sont ou'ills pour met tre en lumire devant I Opinion tout ce qui nous rapproche et at'nuer tout ce qu pourrait nous d.v.ser, c est naturellement condition de 1 tudier ensemble dans un Congrs Li France, se trouve gographi quement au centre de la carte des des Nations latinea des Deux Mon dea, pouvait offrir Paris pour a lieu de runion Mais ans ville telle qae Lyon consacre au dveloppe ment du Commerce Er'riear. a paru mieux indique pour maintenir entre tojs tei congressistes lirnprea aion d-'un terrain favorable o grao des et ce Ites na' o is se rencontie root sur un pied dgalr absolue Cest donc la Municipalit le Lyon qui prend l'initiative de convier tou tes les ussocia'.ions de presse du Monde latin \ dlguer on reprsen tant de chaque iim ortant journal de leur Pays, et, pour que ce repraen tant puiese re de prfreuce le Directeur lu:-mm>, qui no peat a'absenier longtemps, le Congrs aurais dure maxlma d'une Semaine. Nous vous invitons, Monsieur le Directeur, assister en personne— ou par votre ldecieur principal— ce 'Joe grs ou, ienant compte du Dimancoe mai ^uiai la semaine seia conaacre enundresuccessivement des rapports sur la propagande pos Bible de lide de fraternit latine ; le Lundi dans la presse italienne le Mardi dans la presse espagnole tt portugaise le Mercredi dans la presse suisse, belge et roumaine le Jeudi dans la pi esse Sud Amricaine le Vendredi dans la pre;st franaise Le samedi serait rserv au vote des motions prsentes, chaque rap po t aya'it t imprim oo stno dac tylogrui.hi sur place. Les Compagnies des Chemins de Fer et de Naviuation ne peovei t manquer de consentir aux cogrs Bines dea tarifs gratuits ou extr ment rduits La ville de Lyon prend sa charge les frais du sjour de ses invi es en France, ds qu'ils auront franchi la frontire, c'ea'.-a dire le voyage de la rrontiere fran aise jusqu' Lyon et l'hospitalit Lyon du ant la semaine da Congrs. Nom esprons, Mnniaurlo Direc teu-, que rien Supposera au succs de cettte pftalre mstifesuton la tire vraiment p a Iqos dont Us COQ squences peuvent tre, si heureuses, tt que vous voud'ez bien i O'js adresser votre acceptation, en noaa excusant de ia rclcm r, pour lea Une campagne de presse injustifie L'importante question de l'Emiga tion prcccupani 1 esprit pub'ic, nous avons jug ncessaire de nous en'ou i;r de tous Ul errent d'appricii tion capables de faire connatre la v ri'able situation des hatiens quand ils travaillent dans l'Ile voisine. Mr Ca'or ayant voyag plusieurs fois Cuba et connaissant i tond,Ies moindres dtails de l'm g'ation, nous nous sommes adresss lui, Avec pla sir et amabilit, '.'ancien Dput accepta l'interview et lpon dit nos questions : m0 D — Connaissez-vous Cubi ? R — Oui, j'ai vcu li quatre ans, j habitais Suno, prs du grand the tre Visita lgre (Santiago). D — A vez-vous visite les U.ines Preston et Bans r R — Quatre fuii Preston ei Baus trois foist D — Quelle e t vo'.re irnp'ession (OC ces usines ? R — E les sont des plus impoitan tes parmi les plus importantes de Cuba. D — Quel est votre mol, sur Ie> deux administrateurs qui rcemment nous ont visit ces jour? ci ? R — Je connais parfaitement bien Mr Hoggs administiateur de Preston* C'est un homme de cœur, qui aime et apprcie leur juste valeur les liai tiens qui travaillent dans ses usin s C'tst un des administiateurs les plus consquents dla Rpublique cubai ne, et je suis sati.fa.t, Mr Duraerv, de cet icterview qui me procuie la vaniage de vous Citer ces deux traits qui confirment s sympa h e pour les haiii as. i Mi Hoggs, ayant eu b:so n d'u.i admiuisii mr puur un dparte meit fit choix d'un hatien, il fut content de son acivit. 3 • Dl qu'il s.-g.ssuit J c i apatner les hatiens, il o hsita jamiis i ex cuter le contra^ car disan il, je Us ai pris :hez eux. il faut que je les il tournei — Une fois, m., voyant sur pris pa une rvolution a Cuba, il pays d outie-mar par cbl<, h tsraoa presrant; ce cabhgr miu. contenant simplement le nom de votre Dlgu. L'arrive Lyon doit tre prvue pour le 4 Mars 1023, date ollicielle d'ouverture du Congrs. Recevez, Monsieur le Directeur, l'assurance de notre haute coosid< ration. Le t Muire de Lv*n : HENfOT P. S. — AJi j icer ^ • .^ ^o.reipondsnee au "-jacriaue Gin^rat du Comit rVoigauisa'-ion M.MAUHICE Dt WALEFfii, su Journal , 1UJ, rue de lUhe.ieu PAltli n hsita pa: d; mettra 1 ma d sposi tidn une de fetl plus grandes cba'ou pes pour me permettre de g'gner S n tiago Ce jour je fus ac:omp>gn de 3 uatorze haitiens. Ceci, me perm t t conclure encore une fois que Mr Heggs est un parfait g?n'ilhomm\ qui rellemeut, a beaucoup dl sym paihies pour les haitieoi. D — Quel est le mode de paie ment dans ces Usines ? R — 11 se fait par arobasU y a d.-s 'ravail'eurs qui coupent par jour ,-oo i 400 aiobas. et reoiveot 1,20 Or. jusqu' 2 dollars. Les hatien* cou pent juaqu'J 400, ils dmontent par leur courage tous les autres et font mme six dollars. Est ;e pourquoi, |alouss pard autres trjvailleurs traT g"s on les fait passer pour inisi rbles. U — Y a til des hpitaux ? R — Dans chaque Usine, il y a uo hpital appuy pai une pharmacie. DJHS certains hpitaux quoique au lit le malade louche 1 do'lar puroel lement. D — Combien d'Usines fonciio 1 nent Cuba ? R — Plus de 200, mais je n'ai j i mais pris contact qu'avec les usine important/*, D — Mais, que dites vous de lai rnnistratcur de Bans ? RC'est un anglais. Arriv ici, il a t peine d.enteodre des haitiens faire de lui • Un ngner,. Dans soa dsappointement il a dit i quelqu'un. — Ce qui m a fait le plus de peine ici, c'est d constate^, que moi anklai< mon paysyyant travaill pour la libert des noirs je suis trait de ngrier /... D — Qaell; es*, gnral, votre opi nion sur la campagne de prese a Cuba contre les Hatiens r R — djime dans ;ous paya, il v a panie contre et part.e pour La goa veraemenl cubain n'est pas responu b!e des crits de ces |oumiux C; sont des opinions. D — Le pays tire t il proit de ce te migration ? c \ : SS aUX GayM P* r "a* 60 8J dollaii arrivent par semaine La doua-e dirige par des honntes gen3 a mme ub.'i un mo/en pour constater si les marchandises appor tes de Cuba outrepassent le. be-oiot dosage, dasj le cas contiaire, un droit att p l.v. ,. D ^ X uell e "' votre opinion sur 1 Arrt du Dpartement de llatrieur. R I f.it un tort immense au cornmrc Car, n tait ce son etiet, le. hatie.s A cub. s.raient venus u poser leur argent durant la more saison. M

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05850
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 02, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05850

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
16m anne No 5D29
Sltl
Vendredi 2 FvieS 1023
MRCCTM7B FROPRIETAlRI
Clment Naglcire
NUMERO 20 CENT1HES
Quotidien
aSD\ari3N,;|Rai:4mricaioa No 1338 fCLRPHONI No 948
Une belle chose ne meur*
pas sans avoir purifi
quelque cbose ; il n'y a
pat de beaut qui se per-
de. Il ue faut pas avoir
pur Te semer.
M.ETERLINCK
Colonies et orphelinats
agricoles
Maurice Etieone fils
A.ngle des Huas des Fronts
Forts et du Magasin da l'Eu,
I a Question de l'Emigration
Noot disions dernirement que
I tat de notre agriculture restera
probablement le mme aussi long-
temps que noue serons attendre
ro re relvement agricole de nos
paysans eux-mmes, sans la colla-
boration troite de nos familles ur-
ban.es et de 1 lment intellectuel
\OQlant s'Appliquer am travaux agri
coles,
il est, en effet, de principe gn
rai que le p og.s, ant dan? 1 indus
rie qoe dans l'agr-culturs ou dans
es sits, sont toiiours le fuit des eu
es servant de cadre aux ouvriers
e 1 atelier. Ce qui, prcisment,
manque nos ateliers agricoles
constitus presqu exclusivement par
les familles de paysans, ce sont ces
et clies, et ils ne peuvent sortir que
des classes u bai ne s claires et
convenablement prpares.
U est vraiment temps que des v-
rits si utiles puissent pnt.er dam
les tamillea et les persuader de la
ncessit d orienter dans ce sens 1 -
outaiiou dts jeunes gens, eu leur
donnant le got des eboaes de l'sgii
culture En stlendsn l'Etat a ats
iiniiut.ves p.tridie dans ce sens,
de ton cot : t.les consistent dans
ton' ce qui peut tre de naturs a
encomager lmigiation U? mot est
la mode; des ol.scus claires ver i
lei kCt cocagnes kaujuuiduui si pau-
vies Laicb queues sont Legligees et
abaLaonnes aux stula paysans.
Lue bonne LOiouisatiou nanscale,
c esl la plus grande ncessit cono
miqne de 1 heure et nous osons
crone.sanaciainte d i noua tiomper,
que cette lausation serait la pre-
mire psrtie de la solution de uoa
problmes financier et conomique,
que nous nous vertuons en va>u de
cliercner daoa les palabres entre tu-
teur et pupille.
U existe en France, liBonsnoaa
dans un ooviage tiaitaot de l'orge
nisation de l'enseignement agricole,
on certain nombre de colonies pni
ttntiaires et d'orphelinats o lse
gnemenl agricole pra'ique eft doi-
ve sur une vaste cbeile. Les en-
fauta envoys dans une maison de
correction sont recueillis daca ci s
colonies pnitentiaires, y prennent
1 habitude du travail et sortent de
la avec une instruction agricole so-
lide.,
Le nombre de ces tab issements
va croissant chaque anne, et le gou
vernerrent ne nglige rien pour en>
rouiager ces crations auasi gn
reuses qu utiles. Comme type de
colonie pnitentiaire agricole, nous
citerons l'tablissement de Mettray
(Indre et-Loire) Le Petit-Mettray
(soinnje; ne reoit que des orpue*
lins et des enfante trouve ( orpeli
nat agricole;; enio il existe un cer
tsin oonsbrs de colonies agricoles
mixtes (recevant la fois dea orpbe
lina et de jeunes dtenus >

Nous avons Port-au-Prince une
Ecole centrale d'Ans et Mtiers; elle
est tablie dans un milieu ton tuaa
lubre, condition peu faire pour le
dveloppement ue I uvre d duca
tien rouillai'e qi:. 'le us. destine
accomplir Liustaler la campagne
est tout indiqu; il ne manquera pas
de nouvelles altectauons donner
son h.i.:l actuel*
Ceci tait, crer des tablissements
similaires dsna chaque dpartement
d'aboi d, eu lUendaru qo-il soit pos
sible de les multiplier par arrondis
sment Voil autuut qui dmontre
rait que l'E at sa proccupe lui-m-
me dt> rpandre le got des choses
agricoles e: les ides faisant leur
ctiein il, fiuiraieut pas peneiret un
peu paitou o i: est ind.spensaola
quelles pen.reni pour dclencher,
S leur heure, les mouvements tt
les reformes crateurs de piug.s.
Marchandises n u .. #.
p, Dtails intressant sur les conditions
! Tanasses de travail d* hatiens Cuba
Congrs de la Presse
DES
Pays Latins
Aows avons reu la lettre suivante :
i-yoo.le 3lanvier 192*
Monsieur le Directeur,
en payant de l'un chez l'autre de ces
fieuples frre, q l'en ^migrant daus
es paya anglo-saxons, slaves ou
#m monnenr de vous inviter germanique?,
isstister un tCongra de la presse
t!n P'y-.1*1'08 *!ui 8e i-odra A l'iotiieur dp la race blanche
ivn 'ocesaion dj la Foire de-il y a des famille. La famille latine
Mon, pendant la premire qa.ozaine existe. Gette famille doit tre une
m M1 iwuy force.
i h JM nfc"on Uinea du Vieux et
au NooveauMonde ont dea inurta
conomiques trop distincts pour
Pouvoir former jamais un seul hloc
politique, elUs n'en obeisertpaa
I joins un ensemble dide-, h.r
lu!"68 COa,DUDes qui font :ju'un
i "len Ou un Espagnol, un fortu
atsi oo on Fra.als, un belge ou
AmentV01lUn humain ou >.n Sui
f inenwo ae sentira moins dpuys
Il nous est apparu qu'il apparte-
nait i la presae de dgager les ri*
cbesse* intellectuelles, artistiques et
morales un peu disperses, que mus
les membres d la famille h i i
(.ourai n; charge entie-eux, cr
ant au si ure leesemhiance plu
grande, une sympa hie plus agissante
une; r que ce te dont la men
mondiale d" 191 't qojs a laisse en
trevoir l'importance, t^aa-.d cette
pu*rathn rciproque n'aurait pour
effet que d'aboiir i. s malentendus.
que la d ffrence des langues ou I -
loignemout greffent taifois sur les
discussions -'oncruiqueb pour les
passionner dangereusement elle se
ra:t dj un i.nm '.f: bienfait.
Mais si les grao 11 journaux de
chaque pays sont ou'ills pour met
tre en lumire devant I Opinion tout
ce qui nous rapproche et at'nuer
tout ce qu pourrait nous d.v.ser,
c est naturellement condition de
1 tudier ensemble dans un Congrs
Li France, se trouve gographi
quement au centre de la carte des
des Nations latinea des Deux Mon
dea, pouvait offrir Paris pour a
lieu de runion Mais ans ville telle
qae Lyon consacre au dveloppe
ment du Commerce Er'riear. a
paru mieux indique pour maintenir
entre tojs tei congressistes lirnprea
aion d-'un terrain favorable o grao
des et ce Ites na' o is se rencontie
root sur un pied dgalr absolue
Cest donc la Municipalit le Lyon
qui prend l'initiative de convier tou
tes les ussocia'.ions de presse du
Monde latin \ dlguer on reprsen
tant de chaque iim ortant journal de
leur Pays, et, pour que ce repraen
tant puiese re de prfreuce le
Directeur lu:-mm>, qui no peat
a'absenier longtemps, le Congrs
aurais dure maxlma d'une Semaine.
Nous vous invitons, Monsieur le
Directeur, assister en personne
ou par votre ldecieur principal
ce 'Joe grs ou, ienant compte du
Dimancoe mai ^uiai la semaine seia
conaacre enundresuccessivement
des rapports sur la propagande pos
Bible de lide de fraternit latine ;
le Lundi dans la presse italienne
le Mardi dans la presse espagnole tt
portugaise
le Mercredi dans la presse suisse, belge
et roumaine
le Jeudi dans la pi esse Sud Amricaine
le Vendredi dans la pre;st franaise
Le samedi serait rserv au vote
des motions prsentes, chaque rap
po t aya'it t imprim oo stno dac
tylogrui.hi sur place.
Les Compagnies des Chemins de
Fer et de Naviuation ne peovei t
manquer de consentir aux co- grs
Bines dea tarifs gratuits ou extr
ment rduits La ville de Lyon prend
sa charge les frais du sjour de
ses invi es en France, ds qu'ils
auront franchi la frontire, c'ea'.-a
dire le voyage de la rrontiere fran
aise jusqu' Lyon et l'hospitalit
Lyon du ant la semaine da Congrs.
Nom esprons, Mnniaurlo Direc
teu-, que rien Supposera au succs
de cettte pftalre mstifesuton la
tire vraiment p a Iqos dont Us coq
squences peuvent tre, si heureuses,
tt que vous voud'ez bien i O'js
adresser votre acceptation, en noaa
excusant de ia rclcm r, pour lea
Une campagne de presse injustifie
L'importante question de l'Emiga
tion prcccupani 1 esprit pub'ic, nous
avons jug ncessaire de nous en'ou
i;r de tous Ul errent d'appricii
tion capables de faire connatre la v
ri'able situation des hatiens quand
ils travaillent dans l'Ile voisine.
Mr Ca'or ayant voyag plusieurs
fois Cuba et connaissant i tond,Ies
moindres dtails de l'm g'ation,
nous nous sommes adresss lui,
Avec pla sir et amabilit, '.'ancien
Dput accepta l'interview et lpon
dit nos questions : *
"m0D Connaissez-vous Cubi ?
R Oui, j'ai vcu li quatre ans,
j habitais Suno, prs du grand the
tre Visita lgre (Santiago).
DAvez-vous visite les U.ines
Preston et Bans r
R Quatre fuii Preston ei Baus
trois foist
D Quelle e t vo'.re irnp'ession
(OC ces usines ?
R E les sont des plus impoitan
tes parmi les plus importantes de
Cuba.
D Quel est votre mol, sur Ie>
deux administrateurs qui rcemment
nous ont visit ces jour? ci ?
R Je connais parfaitement bien
Mr Hoggs administiateur de Preston*
C'est un homme de cur, qui aime
et apprcie leur juste valeur les liai
tiens qui travaillent dans ses usin s
C'tst un des administiateurs les plus
consquents d- la Rpublique cubai
ne, et je suis sati.fa.t, Mr Duraerv,
de cet icterview qui me procuie la
vaniage de vous Citer ces deux traits
qui confirment s sympa h e pour
les haiii as.
i Mi Hoggs, ayant eu b:so n
d'u.i admiuisii mr puur un dparte
meit fit choix d'un hatien, il fut
content de son acivit.
3 Dl qu'il s.-g.ssuit Jc i apatner
les hatiens, il o hsita jamiis i ex
cuter le contra^ car disan il, je Us
ai pris :hez eux. il faut que je les il
tourne- i Une fois, m., voyant sur
pris pa une rvolution a Cuba, il
pays d outie-mar par cbl<, h tsraoa
presrant; ce cabhgr miu. contenant
simplement le nom de votre Dlgu.
L'arrive Lyon doit tre prvue
pour le 4 Mars 1023, date ollicielle
d'ouverture du Congrs.
Recevez, Monsieur le Directeur,
l'assurance de notre haute coosid<
ration.
LetMuire de Lv*n :
HENfOT
P. S. AJijicer ^ .^ ^o.reipon-
dsnee au "-jacriaue Gin^rat du Co-
mit rVoigauisa'-ion M.MAUHICE Dt
WALEFfii, su Journal , 1UJ, rue
de lUhe.ieu PAltli
n hsita pa: d; mettra 1 ma d sposi
tidn une de fetl plus grandes cba'ou
pes pour me permettre de g'gner S n
tiago Ce jour je fus ac:omp>gn de
3uatorze haitiens. Ceci, me perm t
t conclure encore une fois que Mr
Heggs est un parfait g?n'ilhomm\
qui rellemeut, a beaucoup dl sym
paihies pour les haitieoi.
D Quel est le mode de paie
ment dans ces Usines ?
R 11 se fait par arobas- U y a d.-s
'ravail'eurs qui coupent par jour ,-oo
i 400 aiobas. et reoiveot 1,20 Or.
jusqu' 2 dollars. Les hatien* cou
pent juaqu'J 400, ils dmontent par
leur courage tous les autres et font
mme six dollars. Est ;e pourquoi,
|alouss pard autres trjvailleurs traT
g"s on les fait passer pour inisi
rbles.
U Y a til des hpitaux ?
R Dans chaque Usine, il y a uo
hpital appuy pai une pharmacie.
Djhs certains hpitaux quoique au
lit le malade louche 1 do'lar puroel
lement.
D Combien d'Usines fonciio 1
nent Cuba ?
R Plus de 200, mais je n'ai j i
mais pris contact qu'avec les usine
important/*,
D Mais, que dites vous de lai
rnnistratcur de Bans ?
R- C'est un anglais. Arriv ici, il
a t peine d.enteodre des haitiens
faire de lui Un ngner,. Dans soa
dsappointement il a dit i quelqu'un.
Ce qui m a fait le plus de peine
ici, c'est d constate^, que moi an-
klai< mon paysyyant travaill pour la
libert des noirs je suis trait de n-
grier /...
D Qaell; es*, gnral, votre opi
nion sur la campagne de prese a
Cuba contre les Hatiens r
R djime dans ;ous paya, il v a
panie contre et part.e pour La goa
veraemenl cubain n'est pas responu
b!e des crits de ces |oumiux C;
sont des opinions.
D Le pays tire t il proit de
ce te migration ?
c \ : SS aUX GayM P*r "a*
60 8j dollaii arrivent par semaine
La doua-e dirige par des honntes
gen3 a mme ub.'i un mo/en pour
constater si les marchandises appor
tes de Cuba outrepassent le. be-oiot
dosage, dasj le cas contiaire, un
droit att p l.v.
,. .D ^ Xuell.e "' votre opinion sur
1 Arrt du Dpartement de llat-
rieur.
R I f.it un tort immense au
cornmrc Car, n tait ce son etiet,
le. hatie.s A cub. s.raient venus u
poser leur argent durant la more
saison. M l .lsine Ktooioeiool pus, c'est na
tuiel, ils prfrent rester travailler.
r< '"
1
*-'


I X~T f\
^xfl

u HAx.iw
ivlttfl.nal
-*.
ta fte en l'honneur -
"""j de Pasteur, Jilfl
S" Une rpt'.t'oi.
Cir V-rTti. sj
donnt Les n.oiccu .
PeiGable
a gnrale a eu lieu, hier soir,
)**!. connue t. Tout ett bls gr
dire sont b illintserpar- '
t< ti!i.\.i- de, Saint Uons de uoeagie ,\l
l*K*iT.f i. cilleur--p.oiceaux Je ;on tper:om| i
fcni da raod savant frak s* : S nnet de Sull
rjJho*Tie, pi-es .le u i et de H chet
i de. .Saint
tperibin
ave-son brio haprtutU. 44'ii mm
^ levs uu Kmnonat du bcr Cii..r ira*
1 u vQpnciool lasiuote avec les Amazones,
ebaur de cia juame jeunes iules I* ucce est
ml in
* La tte 'a revtir un caractre spcial H le
'.. pou. chaut 1 un piand tut ia et un iilus ic
bicul.iteur de Ib.manit.
La Chandeleur
Aujourd'hui t fvrier de| fconis r*t:|iau-
(M Ml tti clbre ce raatki ans toutes ne
dites Wehes en l'hMMOt de It purifies-
tira S4 k Vtasfc Mane A >1sse des messes il
y eut fcUJdaton des ciergts.
C soit a l'occasion du premier vendredi du
mou?: kaurS * ? Ia Crthra!*. Cette im-
posante cir Serait eammeaeate I 6 heures et de-
mie prcises. /* ____________ _
urs
NEW-YORK jiSterling a*
^Le Comt bait en de l'Alliance franc sise, corn
n 1 d'habitude, remportera dimanche un immense
succs.
anraresi
\) Connaissez vous Mr U boa ?
R __ Oui, 11 Wil ici ces icurs ci
D Lace un homme de que
fi suspendue pour permettre aux d
lgations allie* de 'entendre sur I
lponse i faire aux Turcs Comolte
n 10, sansfactieu, reaU persan u^leieent il
Doll.rY 76 tait P.iet i ll-mwrer ),e.' diman
Paris ji- Sterling 79 8; rhe soir Un peu J*****J*
Dollar ! 9 noec que le d'ai demand pir l
PARIS i-'Sterling 71 8s et Pacha tait refus, mais la dl
PARIS i irStofgJJ JMJ ngUi Qe itte; l,b
UIM avant diman hs soir Dans lia
icvalle dts ngociions officielles
au on' Un pour uher d arriver
un accerd
Un assassin con
damn mort
iH,v*ARSOVli- teptslclliit woi-
ciechoweeki a contresign 1a peint
oV mort prononce centM fliewado
miski, assassin du prsident Narme
VRSOVlHr* N wadomiki. assasl
4* du pifiteot Ntmwwicx, a t
excut.
rait dsormais permise, sjeul charbon
destin 1 liai* pourra traverser
l'AUemgie r on occupe et un cen
ule strict sera tabli au dpart et floUVelleS UIVSTSSS
l'arrive des train pour prvenir la
fraude.
Le Conseil des amtm
sa leurs lance un ulii
m* tu m la Lithuan e
PARIS -Une note quivalant u?
a t adresse pu le coi
Les cause de la
chute du Branc
______ PARIS nU chute du franc ett
quimportance dans cette rflue d longuement commente par l;s jour
migration ? naux, on attribue gnralement la
K |e cioyaii au dbut, mais en busse au pessim ste existant qui r
lin de compte, U bina ne l'ett pas, suite des oprations de la Rhur ainsi
c est lui qui a iuui fct. qu i la pre-sion de la h ance in'erna
tinale laquelle dit la Libert , re ultimatum .>,-.,
D Vlr Cator, je tous pose une grette que le go'.iernement n ait pis 3(ji d'S ambassadeurs i la L"hoanie
question de> plus imposantes. Soytz pus les prcautions ncessaires poar p0ar jjj demander q le dans un
Clair. Il est a ma connaissance que emp:her les dprciations du franc temps d'ermin toutes les troupes i
nombre d h>tieu.1 ont leu des boas en cons* tuant un s o k de demes thjan ennes et irrgu'-'-s soien' re
il y en a qui en possdent encore, trange es. Oa fait remarquer que tires de la rgion de M;mel ancien
Uaiiea moi, s'il vous pUit ? la ihut: am te laugmtnsation des territore allemand maintenant sous
H |e vous dirai qu: Cuba a con exportations qui, en dcembre! ont ja protec ion des allis et rcemment
pu une crise financire comme to t dpasf d un mt.liard de franc celles envahi La note demande que le gon
kj, auiiLS pays, puisque la crise a ' du mois de Novembre. vernement insurg acuel so'eat dis-
uuiveiselle, tlesesie eedue a Cuba tous et les au'o' mtera1 i es rta
plus que partout ailleurs Djuc, tel .n (JllC tOYl (l& ^ us ^aQS '* z9ie ^e ^ me'
hat.ens eu oat pati comme tout 1- '
i-o.jt- Ma son de commer;t- .nme
lalianquc Nationale de Cuba la ont WASHINQ
te victimes, cete dernire oblige ,ju (jni
de feimer. Ujoc en pareille occasion, arcti cie e d'arbitre dans la ques
je ne pense pa> qu'on pu.sse rendre tjoa de Ta:na Anca Le soateur Bo
ie gouveintmeni cubain ni le peuple IaQ a dtposd au)ourdbui de nou
tubjm, itspouabl:> de ctt ace dni v a Uue proposition la confren -....-
qu a (t.pp le moue entier, tuCOri ce conomique internationale qui t *heo (Silsie Po'ona^-) six cen s rai
u.ous ic'aDsBi les usines qui ont d rait convoque par le prsident Har oeurs soat emmurs.Des huits eentt
livi ces bons. dlQ homnvs qui tait t descendus le ma
'' tm dans la mine deux cents avaient
V.s,sni>i \ i*.{|0CidllOIlb en VU ue ^Tgt d entre eax ont t blesss.
d'arriver en accord ie corps de 35 Qeu ont dj*
rct li confrence de
Lausanne
Tacna Arica accidents caun%
HINGTON Sui l'invitalion r, __i^.
, 1 et du Prou, le prsident a par l'eXplOSh
par l'explosion
d'une minn
BER IM A la su te d'une eplo
tna dsns U mm: de Hiinitz Beu
D Alors, quelle est la situation
de ces bons ?
K Dapid renseignements re
us, bon nombre a t pay. Des
h.,uens ont voyag expressment
eu cjnsquence'le cunnais un losepb
Cynaque qui rua appus son depar*
Ayant leu une leiue de son
lui disaut de venir toucher le mon dlgus ava ent passe ra nwu . ^*^tt ^^ Alt
tant de son bon de ij dollars. brer sur la nouvelle crise ouveite cneMMS (* /6r
par le refus de la France de suivre ^jl\n -D-s dgl-s estims plu
D Seriez vous assez patient les Anglais qui voulaient quitter Lau |ieu f i l,0ns de lires ont t eau
pour lpoad.e a ce qjeUionsu sans saune vendredi aprs avon rompu st% par an ,ocend e qui a clat la
abuser de votre temps ? ii pourparlers atec les Tuics. ta se m ceQtrale, deux pompiers ont t
R Oiii, | siii. n.urcux de pou rendan. i la confrence, le d gu gtesss, 'es bagag s ont t sauvs,la
'.a circulation des trains est interrom
atl___<-
Violent incvndia
n t re LAUSANNE 31- U plHf J * (L%nm une OMTe d*
le mon dlgus ava ent pass la nuit dli *-** *^ J A
Vo.r vju louai
u:...'.. ucessaircs
tous ie. reose
La saisie des doua
ns de la Rhur
DUbSELDORF Le calme s est
peu prs rtabli en ce sens qu'il ny
a plus de manifestt ons ouvertes.
Les patrouille d infanterie, d? cydii
les, de cavalerie n ont arrt aux der
nires 4 que deux hommes ; jus*
qu ici les arrestation! par les patrouil
les atteignaient un chiffra moyen de
i> 20 par jour. La saisie des doua
ns est le coup le pins rudt que les
franais aient port depuis leur en
tre dans la Rhur M. Pillipi, chef
franais du service des douanes, d
clare que la dfection du personnel
allemand dpasse 4 0/0 des fonction
na tes qui oat i lii eurs t remplac
immdiatement par des agents fran
iis ; les services fonctionnant nor
malement.
Les allemands prtendent que les
dfections se montent 7 010 dans
le haut personnel et que les franais
seront dans 1 imposut) ut d'eff ctuer
les perceptions.
Les vi ites des douanes centrales
de Daisbourg montrent que les affai
rat laagu ssent un peu, mais Us fran
ais tiennent les buieaux ouverts a
heures de plus que par le p ss et
travaillent avec un personnel traoais
compl par des volocitaue ails*
snaads aua d'viter des diais.Lt pro
ductioa a diminu, le travail est gn
parle manque deipace au our du
puits d a l'accumulation du char
ban pendant la semaine passe-
GENEVE Les themns de fer
montrent une sensible amlioration.
Une upche dit que les briseurs
de g ves f aaais, beiges, tchcosb
vaq i> s et polona no nbre dsns la Rhur Le journal
:rl.nois( Desiaj es, mt que cela
mont e que le gouve.nemeai dan
cais a prvu toute ventualit y com
iris a ten aiive Lite par les ouviiert
llemaods pour empcher les trains
de fonctionner car la p upart des ou
vners. arrivant dans 1s Rhui sont
des employs de chemins de ter.
M\DRIO-Une dpche de MelUi
annonce que le nombre de prison
niers espsgnols. dont la ranon a t
paye aux marocains rebelles, est de
32S. Cent d'entre eux sont dans ni
tel tat qu ils devraient raine n
traitement i lhptah
"-----L*
Spta le la Prs
Au raom nt d* ratifier la dcision
dftia prite d admettra le joarnsl
Tempi nu Syndicat des Directenn
de Qaotid ai, le Prsident da Sy
dicnt reoat en mme temps qae II
0 rculs ta retourne saoi latigiatmi
d dirocteun des S ou v tilt et
L Euor, tes deux lettres sjivanta* t
Port a-Prince, It lir Fvrier IW/
Monsieur Clment Uag ou e,
Prsident du Syndicat de la t'rtm
Qaotidienne de Rorr-su Prioct
En Ville
Monsieur e Pratident,
Poardet raisons persoonellet,)!1'1
ne dtire plut que L'ttor fattipai
partie dj Syadicst d la Prent
guotidiennd dd Port-au-Prince. Vttil
lez porter la fait la cooneitieajipi
das membres d 1 Syntliiat, en le)
priant d agrer cette dcision sur u>|
quelle je ne reviendrai pat.
Avec met civil.tes,
Uaec DOK5INVlllt.*K
Directeur de L Ettor>
Por-u Priece. le 1er Fvrier 1|
Monsieur Clment l 'golre,
Prsident da Syndicat de la Prtet]
yaotiditnne
Eu set bartiax
Monsieur le Prt dent,
Pour des raisont d'ordre pu
ment priv, je auit aux regretsj
prier le Syndicat de la Presse
tienne d agrer ma dmission.
Recevez, Monsieur le l'.nd
l'Aipreaaioa le met meil eurs
m,QU' CHERAQUIT
Comme dirait le Le Nowm
Cest un coup mortel port! au:
dicat de la Presei.
Il uiwwawnsMvu ras-
tt^rraftE Ratification da
D Pouiquoi laiton autant de Lord Curzon tait probabl ment dis
bruit autour ue cette question ?
K Parce que, ou crot qu'on ma
traite le hatiens, je vous affirme P ance de ne pis quitter Lausanne,
que ce n'est pas vrai. tant l o'y aura pas de chance de
D-Quelle opinion faites vous de entendre a\e Us dlgus. Tuics
lraououb.e Mi ii.a.omo, le whar^ est appiouve par l'Italie,
aaaucs du Cuba en Hati, devant A louve ture de la sance, Lord
touvei ces accuMtioas ? Cu zon dit que l'objet principal du
trait de Rapallo
BERLIN- Les ratifications du trai
t Rapalo ont t hinges au mi
nislre des affaires trirgres entre
le D Ko-.enb rg et Krestinky. ambas
K
;es accUMtioos ? -u zon nu que lOOiet principal au ltdear d 3ivrc:.^
le suis coulent aue vous ma traite tait d: me tie ho la guerre
V .-; j....:. u... .-. Ji.l. .u )....!
Tez pos cette question ~\ va'is'vous qui depuis huit ans dsole l'Oneot m^kmmA^tukn Aa *- lfia
fOUl Us prop.es pa.oles du sympa et|de permeurejaux d.verss aimes lUCOrUlCUUU UO IT IU5
ib>aue Vlr U.ncomo, moi pa.iaut amees nuques grecques de rentrer (H)fter (bar 1)011 et
avant hier vers le; 4 hresip. m. J.- chez elles ; le trait a aussi pour ob a *CE v w
Mis tellement dbout, que ie n-t jet de permetlrs la Turquie vain COKC VCrS 1 4U01 (JQd
te.dsqueae. td^te ce voyage d eus dsns la goerre contre les allis IniWPiinAft
brutes la Mamnique pour gagner *>* victorieuse dans la guerre con lUUOCUptJO
mo pays l'aba.donnerai n.,me la tre les Grecs, de rentiei rgnre PARIS La France et la Bs'grque
en 11e nue j'occupe si c.tte campa azm la famille des nations II s ajon voit intns lier la pression dans le
nae malhonnte et injustifie mene qu il tait regrettable ou il n'y ait Rhur en arrtant tous les transport!
contre mon pays ne s'a rte pas. pas eu d'acco.d sur tous les stticles de charbon et de coke vers l'Alterna
du trait mais autant lEuaope que gae inoccupe.Cetti dcision sera^an
D Merci- Seriez vous asiez aima le monde entier attendaient non de noncee Bcilin par l'ambassadeur de
Me pour rpondre encore quelques nouveaux dbats, mais des rsu tati. Belgique, 1s notification n'aura pas
questions ? Mr Childs, reprsentent des Etats la forme d un ultimatum mais elle
R Pardon, le m'arrte ici. l'em Unis la confrence de Laussnne, s aumrers Ici divers manquement!
ploietai pour l quart d'heure le mot p o once ua important discours de de l'Allemagne su trait* et annonce
connu limi e de Coarart le alen" mandant que la paix soit signe le ra l'arrt de l'eipdP'on dn charbon
cepiunent Plu' o po s bie. all s'est etorc de et de coke comme mesure sddmou
Nous remercimes Mr Cator des r-n met re 1 harmonie dans les opinions nelle celles dj prises Ui million
gaements et des eiplicationj fom contradictoires des allis sur la que. de marks or tait du aujourd'hui
" tion d s dlais accorder aux Turcs pai l'Allemagne i qui la commission
e a fan des efforts pour persuader les des rparations avait dj accord
Aptes nous avoir (ait |aimable Tu.cs de conclure la paix sans dlai, un dlai de i) jours puisque le paie
ment les honneurs de sa maison, ItOUl Pacha a demand deux semai ment tait p nous nous sp-imes, enchant de ns avant .a signature et un dlai de charg d'affaires allemand a t in
.____j-__- At *.: ka.i iaiiiI avant la rAnninn lf> la mi fnm r* tnir .m'inri, miOUl aUCUnS
bon de la Rhur
occupe ne u
REtLlMTION |
Chapeaux Panamas -
Pour hommes, femmes et enfantit
prix presque donn, pour 4 semait!
con an nint le 1er bvrier.
chapeaux de P.&oo vendus P. or U
c t 4.oo u 1.5fl
5,oo 8.(4
Pour enfants P. 2joo 01
BltilO rres
mel'l IC5 nuuucuia uc uiaiswu, ^..v ------------------------------------------ ----- - -
nous nous sp-imes, enchant de ns avant .a signature et un dlai de charg d'affaires aile
l'accueil qui venait de nous tre tait, hu.t jouis avant la runion ie la con fo:m ce soir qn'sprs
trence pour rechercher les moyens expdition de chane
C. D*. d arriver i des accord La sance a vers l'Aile magne non
naJiuv.j-t!. 'uaiiliiq f '
Pharmacie W. Buch
Eicution^pronupte et.soigoe de toulas ordonoauces-
? Service de nuit
Pro i lits chimiq es ei phirraiceutiques deitotiU* fracheur
Spiialus, Eaji raurales, Fartaiierie iloubigaat
taos Fruit Sali, Sh jrbet.
Essenees pour liqueur : Aiisatie, Gr ne de Cac*o, Gurto,
treuse. GeoiVie.
Carbolinum Avenarius,
Le Seul Pr80rvtil da bois
. .


1b M.
vm
n
nr
!
MmtfME
wte
"est l'aliment le plu| agrable et te
plus .ecomrna.uk- pour les ufaoti
des I ge de J 9 mois, surtout au
moment du sev.age et pendant la
priode de eroUl CI
// facilite la dentition.
Assure la onno formation des os.
' Excellent aliment pour les
Convalescents ci les \ icillards
SE TROUVE PARTOUT
----
DftFT GftHftKAl :
OPRUNIE.-.4C-.6 Ru"d-lflT^-rt..Pn>
a^K Tar.
liisl Wre Heure L^,U^M^
flr Gaston Juvet
NOUSfc-VOwB reu Ch matin la vi-
te de notre mi Gaston Juvet qui
it parti quelque instant* aptes
ir le uteeniei Gorgas.de la Panama
pne.
Iue nos souhaits l'accompegnent.
TEmigration
liuraux
HAaiul

PAR SANS FIL
1-r Fvifr

BERLIN Le* fournisseurs de
f Im lu ti ont dteid se'on ds dcm
vIIes parvpnnpi de n livrer ucuo
(barbon provenant de leurs ou e?
box bateiai frn-* a h- |gr8 ir8.
versant le canal de Kiel oj prenant
mouilla.i
RKKUN- A peu ira tros c ntt
n'i neurs oit t Ci bjn (es di t l *
mines d i :. hn si-it > sait
Q'uut expionou. boixsLte cadavres
ont t mt*>vs
VLAbISVOSroUK lluti mille
Russes ont et- enregistrs pour re
dporte en Russie d E ro e.
.____ LONDRES Le gouvernement an
Section Sud g'9 reu une note du gouverne
15 au 3t Janvier iytS meut frarj u par laquelle celui-ci
TOTAL f it savoir qu'il rserve ses droits et
entamera des ngociions gares
avec la Turquie.
NfcW URK-Heury Clewa, uni-
4 versellement connu, et ce bre floan
,5 cler durant |< guerre civile,est mort
SANTIAGO CHILI La boh e
eeaateia de nouer des rela ions di-
rectes avbc le biii ; son dsir taot
d'obunirun rort de mer, a-.-.o
ppns aujourd bni:
Commune de
Porimau-Princz
Bureau da l'iitat Civil
Naiisaucei Lr.unt sexe masculin fj
fminin
/
Mariages
Dclarations de mariages
Dcs
...Urbains Hommes
Fetamcs
Hommes
Femme
tu,,. i.D
l-flli .
9
6
s
1
H
le
45
Varits
[Voici le dmenti foimel oppos fUhmm^ti A>W~
\i le Srciiairt d'Etat Uspeda aux conseil (l ttai
kteadues dclarauous d'uMmiMi CoV. "
par
..._ ..... ce GranJ
lAcdCUlllirp A* l U. ""** <-'P out j*pou uujourauui leurs rapports
jjricHiiure de Luba Itppotles " * projcos toi noria cet iourt de.mai
toire confire aLe Nouvcl-iate' *' etni ut u ptusiou et le nuiaot
il. leugieux on ptu ici itiitm tout c suite.
' e Louait d> JiMm a nj t. ait oo, le m-
nage re ig.eux .v.i.i n nia.iage civil.
ji.ttuuou pour vir Ut is.ussiojs seront
tri luuuii.ulcs
TRADVLllOb
Legaiico Cuba Pou aL-Piicce
pqu'ilytjeulemtnt de certain
inceinant immigration aali leuLe
Igage se tiouve dans lAnte lu
Je sur le fornai Otficitl accordant
lutonsalion e dcbaiqutm.i t. S u
dispositions de satauiaia* cou
VENDREDI
.- Le comte de Monte
Critslo ( suite)
Par Amour ('suite)
Entre gnrale o 5o ct8
Atrrn excluait pour Hati de
Joshua h. Baily & Co
(Church # rhomo9 Stree') New Yorl
L'une di>t; m Ulnut* et de* plu* form
tes maisons de i issus aux Etats Uni*
SinmtDenims% Chechs, Ginyham, Toil
drap etc9 etc.
Le meilleure source d'achats: Pr'x
toujours avantageux.
Les principaux comm'szionnaires en
tissus aux E ats.lJnis,s'at) ouisionneit
chez Jothuu L. Bailly # Co
Panhard Oiid Corporation
tibrialiug Oild
(irease
Huiles el Graisses
Prix el qualits dianl
toute concurrence
L.
PETITES NOUVELLES
BtKLJN /-Jim dit |wm, K letoiin.D, k
le non .seuils ai m. illla ,. *> '"inu.., .a o...,u.u.,,.,, vit ,t,, iv 2. As""n"
|atuii de L p^.puluou
roui m vijjueui lnuawj
o i^XLTaMr-- ""' '*W' U Ste'mer G'wg" M.ken-
laissrra Mobile le 4 Mars et
M Iftiid lM ue\m 1 nn rl/r.S-nj tcni. I. C.._____ '
jueosea
je aucun enaioit pour ltidence
|s tuvii.lt u s m dispo.c sou in e.
lotion par lafouepub: que.
( Sign ; LhSPiiOLS
[: L.-J pL t ic est
J-ge.
n'existe Cuba
laucum UHquipro
ito. t'immiyruttoji
fiaUennea Luba
i*l ce que un Mi 0facea,o cbai
IkAUlts de m KipunllUUC c -Lu
|m.i iey tunu e it hmaiU.m et il
*es .te mis un
Fonde en 18"6
SUPtaRlORITu; tiAS PK1X PROMPTirUDE
-,.,,, ;;' --v--.Ic ,e 4 rc .,.?"fc f">duii. c!jim.q.a^. phamaceutiques et autres articles vld
-, u toavtt.noa. obv vner P'oh'inetla Nouvelle Onans oies dans une phartnacio.
:,;!!',1laL.L*.**,n:,.n,u le lu.du.a aJe msjour Hati. fcPIS ; Poivre, Gtnnelle, Girolle, Anis 'oil.MuscMe"eic etc.
* ci V., t u SPrCIALITES ;/Mn-que privi'e/LvjI d8irfpctan'.Parfutnerii> AnlrU
C^ZaVtiCUn;r P'*P"-"NouT'lle Orlans le 10 Mars 1921 onr birbiere, bay Hum, Chocolat tu poudre, Hmle ae foie de Worn.'
. a*., y a.c,ar. u,! ,-y nOMr Hjlli fcmuie.on, Co.d cresm, Exra.t,, pour f,ro esie. es et eau de to elle Eau
Je Qu.n.ne, Poudre con-.e les insectes, Scluuon pour conserver le" nt
frais Lait de Mag jle, Houdieaaperieure pour I. toilette Tel fant.
tssence de fleura K.u de F.onda, Miel pour la table. Moutard. 5! le
d Olive pour la labls, Bios.es deots, Peuperm.n Mu le pour chasee
les rnou-t.ques et aunes ...sectes, Hegulol : Huile contra conitipadoo. si
5S Bli?r T""8 ^hroc,lJue8 Tu. l^'repour les parquets,t ornes t?
ques, BlUIrs, Bpioes, .S.ropa divers, Teintures diverses, Vma. t etO.eS
Demindez le catalogue des spcialits
aSfaft"" V08 communde8 LEHN & F,NK- Io; vous errez sbsolument
t FINKt8Inl5bODnei :jh"maCi3- da Faya 8'dP^roi8ion:iont 'chez LEl N
appel ou 1 dcpuaoi il a a.curt qu'il
Btaii p- a'oeinpiiua
W^h.auIO.n Oo dt a la Maison Mn-
chc-juc le frasuuml uard.ug ne pense pa que
le 8ouniue.ii-.nl ,u1JSC Sun quelque ciice uour
niu.ter u fuaauia Uc Doii-ou a.cooi.qUtf qui
pcuvtm un muoatuuea ux Buia-UaH sous it
pnvilege dipleau,u>ac. toute lnnue a ,mHoit-
UM M boisson pal ici au.b-.ss.ues et les leKa-
t.ou J-.pi.ua cu.itiiii.cnt du Lui.gre.
Ucniui ciuiuents
pour Hati
Port au Prince, le 27 Janvier 1eaj
A -, MATTEIS& Co.
JofiSns re.nana fitrre lu ., ses enfantsJ
deu Ulire que ncus hvuLb i u wS^^^T ^",t"I, " i".c.en.
ie avant hier.
loeatasibUti p;o.dts ?
Ul
.
u .
_ iguaac Je
symp.ui.ta lcw*ou e L mon Si
S.e.te rt...a..a J-...rc-Loui, et les pr,eBl de
croire a leui p.ao ,-e 6.autuJe.
|Lisez
u:

ditez !
iiorn Liste
Le steamer "Irmgard Horn" va
nani de Hambourg, Jacmal, Petit
Qove est at hdJu a Port au Prince
mercredi le 7 fvrier. Il repartirs
prcb-blement dans la soire pour
St Mure. Puerto Plata L'Europe
prenant fret.
Poui tous sutres renseignements,
prire de a adresse A ;
OLCFfbON. LU..as ck Co
Agents Gnraux
Port au P.ince, . d janvier 1923
n
'^'recevJ f & d4Mgf ab,e pour ,cS P** J n d. c. d-
poMlenn.A1*1 no:,,e,iL "\ct,eu
i ^- ' 'e d avoir payt uu prix convenu le
V* f bleuir ..-.u! J '? \' h ^swquvi2.U (,'"' dj ^n "^ureugemeni Ces- ce qui
fin (Tviiei-
t aue vrus MioyaedaoguQ 'elca
l J,us ancien labr caol
'mtalion ej connue.
por.e de 'oues les bourse
cettt.
a, STARK
B--J- Mi le jours d m e, ltaresasr au cL
owufctti- ltchur il isson
Le S S B sk a venant e It'll'i
tinique est atecdu le c courant II
I jst trs prude,l ,epri///,i aie !our P001 San,i
le soussign qui *odue Ub*e 8er,a de <> Port-
Plie- cl dont la aL."PriuCejel2 Lasu.te de liir.
piaoe d aot ta MIre seu file rani? Port au P ioce, 1er Fvrier 10)
L'Agent, jROBEt IN.
tiare
Avis
eeai.ce.tee Cathd ah
M.-
Mi/ft B.AHMJSiD
namnn tlves dt tLl DUBOIS a
loto nunt le pibiic que,les ne
fort plus de Paissriie fi e chti M|
E'Deex. mais q elles tfav.lleut
ch z elles, 876' Avenue M.goire.
AtiibiOtse o allai itciwio.it louies
1 Bort au Pnocel 1er Fvrier loaj

LehnetFinki.
(Maison fonder en 1876)
New-York, .U.A.
Laboratoiree Bloomfield, N. J., . U. A.
Extraits liquides
Sirops Teintures
Onguents Liniments
Esprits Dsinfectants
Pastilles Spcialits
Produits pharmaceutiques
Herbes mdicinales
r
i
Lon U. Thbaud
Agent exclusif peur HaiU
J f,
r


LlMAftN
URODONAL
" \$k
-i

Rhumatismes
Nvralgies
Geutte
Grevell*
Arlrlo *
Sclrose
Obsit

Oui veut r*)t)r ]* * cit*f
le s rtnsm.it irn.1* dur..*, --nt-iil
cV artre rimM' us*)! -
re'ne. lee tjHmi e-1 I'***)****' doit
liminer l'eRcee 'ama unque.
ce MlMfl d notre or'an.kmo.
t faire Je turlt rfu litre
d'L'KODONAL
lave le smng
. l Irulleai'en principal', dein J*
Utairm de rarraie soJerose. eonsjeu
avant tout i vuaener m M"M_"Jf*
1 A I 3/lo*e de prsele'<*'. c'
San ta seul fasipur {Invper
s,-.;., on d*vra. avant toute autre
ose. lutter rnergiqirpm'm et IT-
hfiBMS* contre la rtention J acte*
orrcrne dan* l'org-anisine en employsni
rerodonat
Prafeveur Fivm.
toi t t>n lat rpiHWMt a Power
Mm i>whw *
M 1" BtfV.
r Tilrntlenret Prl
DIALIROL
M) l
i utr.n- m
Hi'n ,jrM latre. tout-
-f.imr a!>ri satroje.
.. .n.-.> Maltfir> * ' 'en"""-
i- ,-1 ,.,.:e.
rslmsr.t nhu.TU-
I urjbsiro. "
LINYCOL.I'r.'o
a
r.
Lunchs Spciaux
Grand Htel de Fratici
2?rTCUISINE ^ totrt fa s/nri-ftte njcmaxre aux ^
geurs de Commerce et particulirement aux commerants de rm
a Pon-au-frince. ., 0
L t tel dbite par Gallon par
Barr iqu s des Vins de Bordeaux
Rouge et Blanc.
Ces \ins viennent directement de BABSAC ^fl*}
fus de raisins, nous pouvons le prouver nar des Lfc.KLUr.llTS
nous tenons toujours la disposition de Lhents.
Uiamtiagne et Vins Mousseux pr
moditii. Conserves moutardes fra\
cuises, premier choix.

Vaillant tt Hou et h' bVI fteneraui, i/2U Rue du Magasin de l'Eut
La maison
Lope Rivera
A le plaisir euo.ler la counaissnnce de ses nombreux clients
tant U Capitale qu'en Province, q ' l'e vieal di recsvoir pour le
lie* de tin u'aunee un ?ssoi liment. omplet de B )nbous franais, de
de Bo.ssoui ei de Prousions alnne.i .< vas de 'outjs sortes, et de
premire traie heur,
BOM.O\S; JohesB(.ite^de5,J3 2 elj Livres,.Drages en petits
sachets t. es levants. Noug*-cn boites et par morceaux de fil et
-Je #(-4 Livre, lli KO.a>2 pat btons Ptts de Lut s et Chocolats
en Lotte de 11(1 livres. Ptes Auandes mou as en boite? d'une
livie et de /|2 l.vre, Boubous glacs, Fondante, e c,
BOISSONS Vm? rouge k blanc (B rlon a G' estifr .Bodeau*
qt alit BupAileurs, Whi k ( ll^iaz et 11 ig (Dubonn l,.Malaga,Pipper
niiniChaiieux de Tansgone, Lndtcuuf, e'c.
PROVISIONS ALIMKnTAIRES Conserva de|foute**sort s
Saucissons Lyon,Jambon-,.Mortadelles, Fromag1i gruyre.pite.grassf,
lte de Maure pai Ime, l| el l|4 livres etc.
Venez visiter la Maison Lope
Rivera el vous sortirezasatis
faits.
Le Mal ii)
kBONNB51KN
Uu Mois
V-rl il Friin'
nurses 1
liiiflltwl 2 M
kliauyrr> J M
liamai it iliwitfwli pafaUai i'maci
u-''
Ciment 0. K. en arils
de 400 Ibs
VIENT D'AHIUVER
En tente chez
L. Preetzmarn-AGGERHOLM
Hue du Quai
daCS flUC. Cafir* bori prii&
0A|lfi iriiiae *oim miin pour
iSclcS WIUC^ coton et grain de
coton a 20 122 cei ts par sac.
Spcialit
Viap^ VldPH de ******* maiQ ,a"
OciCS wiuC'a3 v^ laiii mrqat) pour
Ccco 25 ceniiuibs p r src.
En reh e iie*
l,. tHtihZMAM AGGEWiOLU
"Nervosit"
No nerf resemblent on
treillis compliqu de fils tl-
graphique. Command tt
nourri* par une partie du
cerveauque l'on appelle cen-
tra* nerveui le dlicat
filament nerveux rayonnent
dans toute le directions i
travers la corps. Austi lune-
temps que le centre-, nervsoi
sont capables d* fournir
continuellement da la nourri-
ture aui nerfs,ceux-ci demeure-
ront forts et sains. Mais 'es
qne les centre nervenx s'affai-
blUsent causa d'un surcrot
da travail, de traa ou
d'Inquitude il leur est impos-
sible d'envoyer la nourriture
ncessaire et les nerfs devien-
nent fatigu* et" s'aiguisent.
C'est alors qu'un bruit soudain
vous fait sursauter, vous
devenez irritable, vous aouffrei
d* nvralgie, vous tes agit et
abattu. Dans est tat de
choses il a'y a rien qui gale
WJMAUNIS
Ta Wl f LU
Parce qu'tant un aliment
pulant pour la* nerfs,
Wincarnia attaqua la racine du
mal, cre une provision de force
nerveuse nouvelle, stimule et
revivifie I* yst*m* nerveux
tout entier. Essayes Win-
carnis pour la Nervoait. "
C'**t merveilleux. Plu* d*
10,000 mdecin U recomman-
dent.
Achctri beai'.IU OS ".' ncamit
njoH'rl'Kuion Bwm loi - ir H..i
*> tol^ Pkfn,ji< . c.
OOt-- * ti(t- l '"
WIm' '
Pharmacie F. Sjourm
Donne avis sa clientle, aux mdecins et au public qu'elU i
Ira. isorm son Laboratoire dUrolugie en un laboratoire,
biologie appliqu sous la Direction du
Dr Jtiicol et t. Sjourn
Le laboratoire es- ouvert tous les jours de 7 hres du matin
eures du s^ir pour toutes les recherches ei analyses prvues r
l'annona ci jointe, saut pour lej
Wasdruiana et la constante Ure-Sci
S2rjnt reues que le mardi de chaque semaine.
S'adre~'r ta Fhirm-.cie pourlaj reasaigia ttsow-
tlnilves d'urines eto'ue gastrique,
Keaction de Wassermann
Piiciiun de 'lnboulet,
Examen du sang et du pus
Examen des matires fcales,
i xamen de cracha
/tlbuiniiio ractiot|
Constante UroScrtf
Recherche de Siirohtes etCo de noccoqu$s, etc, etc.
Avis auxptrso-mesq i s'habillent
rOo trouva des rrix plu- bis que dam le* oectitons et rabais<
MoBnelg les articles oivao a d tout? trsiebeor.
Haut vlanla Chao'iMy de soi tore noaocet
les Garmtnrea que vou r/fz n'alls soient de soie, .cotoogi
pongea perl^ea frangee ou autres
Soie lame dite m4 alliqae genre g and chic" Jersey di sa|
'ons de soie etc
Fipnin artlfleiellss ronr corsga et taille-
Jn'\* eh npux rond* to t nlu>uea pour dames lgante".!
Formes de cbspaaax tre jolis.
Cbez Paul E AUXIL
R? es Traversire et Magasin de H
ADOPTA II MA'. F.RNITK de PARIS *>,
?

!
Gyncologie
PRVENTIF '! U-
tic.it PUERPRALE
HYGINE d* U f.ioi.
SUITES a* COUCHU
Dermatologie
Obsttrique
coMPMMt ni i anamn
IXHTYMA- IM PTIGO
Uiiurni. M Enfui.
TOUTIS LU AmcnonJ
- suPPURAirru -

!
b


METACUPROL
Ni CAUSTIQUE NI TOXIQUE
Aucun des incnrmnk'nu du Sublim tt dt lieu d'AUbour
Combat tous l micrchci dt U suppuration I *
Peut employer SANS EAU BBUILLIE Compltterucnt inoRcniif
chsntillon et Lsboratolr* du
conditions sur METACUPROL
demande su Corps IBO.r.dela Pomp*

a
l

a

s

s
i:
s
s
(s
En Vente chez
FftA.NGiu-.Martin
An prix de 2 douars grenue bon*
teille el 1 dollar,t[i baoteities.
fiai ii Hagiia de taStat un face
L ne S Ois**, l'o.t au.l ..: os.
Magnant & Dupont
J7, Rue DjLvioud** Paris
Agents p*jar let iniilif


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM