<%BANNER%>







PAGE 1

:: #"< LE MATIN r %  • Mon cher Directeur, AyxTcb'igear-! \e donner 1 nos pitaut cet article roor rotre mi, LAVELANIT. Auguste Magloire ET f Le Moniteur S'il est'on choix hrarens, c'est bien celui qu'a fait Son Excellence le Prsident de la Rpublique, en la personne de Monsieur Auguste Ma* Rloire, comme Directeur du t Moni leur . Depuis Pavner-ert de not'e am< i la dire i on de ce jcurnm rot'e Or gane o'ruitl qui n: g ure n'tait lu que par les hommes polit queet les iheichru s ce baux terme, a repris et splendeur initiale e' est devenu ex .itntnern int-.e tant. — Le Birec lier ce se contente p.s dy apposer le sceau de son talent, mais H met une certaine coquetterie prsenter le t Moniieur , pa de son manteau demeurai de ou d'.zur C'est la gran J^g COtlfrenCC de tente de lundi. — Et si parfois r nous le voyons en costume de ville, c'est que es tumpssont trs difrici les. toit %  jr^3^xzssssx 3 ssffi Rhumes, Toux, Bronchites, Laryngites, et autres affections des organes respiratoires, un affaiblissement de l'organisme. L'EMULSION SCOTT prise avec persvrance aprs augmente la force de rsistence les repas, contre les L'ambasisidflur Child,qui • cent avec lamet Pacba, et Lord Curi russira peut tre empocher q la confrence suit un fiasco di cette crise qui confronte l'Europ Le Praident du conseil franais fait de son mieux, il a tlgraphia Mustapha Reniai. I Angora, poarl prier instamment d'uaer de me lion dani l'intrt de la Turqai pour le bien de l'Europe. fortifie le maladies. Nouvelles Etrangres de Lausanne rA'Wnt dirait i§ -ent. LAUSANNE 27-Quelque soit le Le snateur Oddie, de l'idlho Surprise ea Augleter. LONDRESLes fraocuea dcf tiona faite a par kl. Baldwioi ebl lier de l'Echiquier sur lea rail qui ont tut chouer la mission tanuique Washington ont proda une dplaisante surprise en Ai terre. L'acceptation des coodit amricaines est impossible car Dfiii'rhpH lendOW a urait eigoili le nooueau(are cieURPS (lllfientie8 lmg sur l eobiqaier bruaouij.us %  ^.ruiuPTnu n nv.^m daotles premires soixante MM WASHINGTON D m es flj. "VABIS 2dLegsu.al W.y* naot du gouvernement franais tre ^ Mf ^ rroCqaer| mm.atre des 1 eues par lambissade de l-rance a wa vaox publics ont la miasioo di shing'on dmen'ent les dpches teu rer Jt [___ troite entre les ——' daocieuses vensnt de la zine aile pie charges de l'occupatioo.. -a____ ,i est vrai c'est mande occupe. Une note dclare i^xcuiion des mesures dcides 1 officiel allemand, lle" ml. cest goldat rseryiste „•_ t sp cour d e ces derniers loure Ut la premire toit depuis 1914 que 4 qa :! arme _ront par Bruxeliet pour (aire i^-sm^ss^^^sn^^gmmsssmmm^'fm rw*m$ c_tf-la pel sous les d apeau: iranaise ne se compose que de I ac d* leur dcision B.lge. au go avrants: Vers Paris COBLKNJK-Diux bataillon •ion les irnplet 1 e-il t. est gure possible qu'on SOlt | conti'toce gnrale de la dclar de son co qu'il O'ltlt JM fc^giStlt dtwVt Rhoi. tt 'y toujours tir quatre pirg'e*. rx deux conventions spares seinu-ile de rappeler quap- l e uem '? 0000 environ. Nous scmrr.es donc vraiment heu mn* igues lundi par la Turquie et blement de terre de 5m Francisco 1 > reux u'.voil les lundis de Magloiie UGici : l'une prvoit le retour rci les compagnies d assurances alleman ^_^ B____| _a__%____fl ___T, ,, iu uojsesuon les En.uet, ce |our li notre Directeur pr0 q Ue des pno, mers de guerre et des avaient rpudi leurs engage fjfll gOfK? mmerWMM Cfjgja^i ncus tildes mets dlicieux, exquis: de o-sges et l'telill'change obl-ga mentt et que les ^imesevaieat eu rprMi t c aUX tTUn p.ru pour Paris, les franc ui tantt c'est une page de M. Poyen lo j re des ministres. les nlus grandes difficults I ob eoir ^"* !" Fent qu 11a sont eo mesure de sur la captivit tl le mar'yre de Tous Le marquis CUIZDU a critiqu se sasfac ion Une situation similaire fciS foocuouner lea trains pour les saint UnvtltOTS au Port de Joux, vremett ce raauu la demande des existe sctuellement enAl'emagoe, a COBLENCE—La zone de Cob'eo so.ni rnili aires et non pour t^tttdt btillantes coLfrences sur fores qui voudraient que les cime sjout le snateur Oidie, car la rran ,_ __ %  occupe par les t ouds besoins civila. l'immcitel Pasteur, tan t de magni Ueret contenant les soldats anglais ce es"ye tout simtlement de se fai ^ ic>inM l rei _ise aux franc is tiques fleurs potiques sur Dessalines ,_ s dans la campe de Qallipoli Te payer ce qui lui est lgitinemeot sime di Le m>|or gnral AU tt Pticn, qu l cous orhe avec leur fussent rduits eu teadue, lesTuici d. paiium pauioique. L'ont p^s voulu changer leur maai (J\Mnous donnera t il bientt r— re de voirI m;t Pacha a dclar que C • t !a une [queston qui ne ncus Tu.quie reipectait les morts au -, .. lli^t te nul cuaenr, car nous avons tant que toute autre uatioa mais que PARIS 27 — D'aprs le journal \jQ ulieral fifjJJjDtl Mdiation len et le gnral Ma y de l'arme franaise se sont occups du trans ferU et non L'i voies terre! pou, aigui.lagds, et en .repots s| auvremeut gardes, '__ (te de l'Ei.K.i G ni il tu me. J DOOUN L'amivertsire ds naissducd de GaiHaume a t totie ami d'eduroucher ainsi sa mo que l'Angleterre dsire ellemen dtstie mais il nous excusera de ne dit-il, est la conscration dt b pouvoir rsister au dsir de loi ren ei e ii c demaude en OJtre une dre un hoir.magp public, en rcom pense de son labeur. LeattM entre la France et PARIS a8Le garai Weygand, br hier. Une w ^aW^b tulle l'Allemagne pour le rg em-n. d. rentr de son voyage en A lem.gae.a c, lenn l ^-J^^'^'J ptage la question de. rpara ion,. Uni d renia comp.e de s. m.ssioa au pr g M wrojur noua .0 i^ j m ir les pche venue de la Bj'garie /joute s dent du conseilLa nbaUM avait J* ,__Ji„_itelhi qui a t utilise autrefois pou opra* ons militaires et qui pourrait qu? le ministre de T.hco S'ov-quie poar b a de dterminer les mesures le se_ll encore re. erap'oye dans le mme en AVeDigne vient d'arriver uia, U.i de* utea a dactarqasl ment du d.vo r est p esque teint, b 0 ', Lord Corso'a affi:me que U cette ville ce propos, on ne doit point marchander 1 ceux Grand: tt.e agae ne cdeia.t lam.w qui .laissent un sillon lumineux sur jamais cette question pol.t que de 2£?f f(li)(*lir de iiui passage, les plus vifs loges. po te ouve te ea Tuiquis, telle quelle ,D'ail.turi la Vent c est point faite ft vait t recommande par les Etais pour vivre sous le boisseau : il lui L'uis. La confrence do Proche Orient a r-ALBANY 28 — Le mijor gnral t ratifie i ar les allis ce soir sous Nyan commandant la garde nations la forme d une dclara ion lue par j e de j Eut de New Yok a, au cours la France dans prend.e au cas o ta rsistance de u ma ar-Ugu v ,iu. depnml l'A lemagoe coct nuerait On pensait §a fd Q ^ e# la pi QCe „s Hereistl q 4 il serait nomm h.ut commissure uu ,^jait de la tnateaae de Oorol ei son retour A Pans en ce nnmen> _•_ u a cach qiVlleeanuyatM n tait pas a'.tendu. rlbiemeot ei qn elle voudrait r* en Aliemague, faut les hautes cimes leil vermeil, et le grand So F. L. m Mi Bompird la confrence ; il y dua dloer auquel assistaient lesotfi de est dclar que la Turquie n'est ciers de la garde oatioo le. faiteett sembarqu d Hait, des Uljt-r } ( ^ travailleurs sous cerra'nes coudrions ,r , "T ... lestrictives, et que tous es travail leurs ont t ramens au Pays natal — leur travail ach'.v— en meilleures ponuies financires et ce Dclaration de air h rBHI ^-fi c ^_i p if'fl ,., r J • cheimu* de 1er dacide ie im StatlLey B lldwni aeoiaotda l-neure d't etee g SOUTBAUfTO:! Starney Baltemps que U *£j*£ffW dw.u chaacalier d l'cn.quier rve daulea ptfa timittopnet nu sur iOlympic de Waantogtoo t ... dclar aux journana es, qu<* le r> JJQ triDtlQl|itl pBl dclaratioa : A Ire les dclarations de giemeni de l* qme.ioa de U Uette SOFIA Le prie.uent e o. certains ioarotui et entendre les des Kta'a Uiie lait eatre les marna oiuiet de loi cjjStituail au suj t de la dette o'.ionane1 1 qu. cooeerne les coaces.io^s de la e __ntres de quelques prsonaes a Congrs commi rtpreseotaut du ["h^oi^'Veu^ bi'de Turquie suivant l* lettre aline OQ croirait quelAlem.goe ei non peu aie e. que udieiaidechaeaa cous ajU ^ tfnkJli D n par U d^gat.on des soviets au< i France est notre al iie L? maa^e ttosit aoe grandj euWreoetoaire uotf ca u .uauai ara le uoav<* ""ap" n 1. nmna du mort physiques qu'ils en taient partis Les 5* _!*? d, ft la 5_ Arlh.ves du Bureau du Receveur G M Cn,ld f-baitideoi des soviets frenceet* J^'-~ -££2*"i^%UA'lii !_f f ^_ii__W__ l _BiS P^oacMVpeme"de mort, f G rk %  %  b T___TS ^spu^riesper^nae, qii ne Jjj ; %*&& qTd nrsl des Douanes sont U pour l'at_?_S_!_ _S__i_L __JI-!f P. en ea 1 ou n O Ql __f____*__?__f _____ ?e fai.e blaucoup pour vois mais tester. Nous savons que la United Fruit Cy a dpos dis les col res de la Trsorerie a Cuba uneguantie liqui de Je ao dollars pour chaque indivi du mrgrant a Cuba qui dsue tia la Compsgne de te'le TEcole M Sciei vailiei poui soite qui la fin de la lvOlte et des de Pen.y.vanie. a d.mand que la coupes ceux qui veulent retourner question soi examine au petit d au pays puissent le f i e sans au:uns vue amricain Le sinateur Reed qui nir un foyer national aux atmniens. \ tei aDi _don_er la cause de la Fraa qiU es dtat pi_poeabUi de le ce qii est la cause de l'Amrique tiird a __ %  dei dtUcal.s qu'il Dclaration dll pour les expdieo s poltiqaei ou la t 10 /e a a llJigrd M baUwiu ai ,u.o ... ,, cbjn:e d attaires L'Amnque a fait Au comuaucement le secrtaire du Si' i KllVUr UltaC la g-jerre pour que so eut observs trsor aurait pu cer tlOMle-l arran\VASliL-vljrON-\ujocidhui au le^ a-.:o ds ou traits ei le moal d ger des toadWoae avec ta _uuv.rue -~---____, 10 queC et %  tatt, le sn.teur Rat. lpublicsin livr du militari me maut eogi*w. uia:a te ai ujtou eat t „._.. Jtf u __ _._,.__ de Pen-y.vanie. a demande que I, .1 ne faut pis oub ier que la guerr; -JJ-gi* rJSVmEZ S5S5-tt^% d l-Allemi .''Tl-li tt Mme iVulii.n soai KKbSfl Ci matin Mr et M.ue WiUi-an oot lveras co,c dM j1 0 64 aspHaesii si u it ou est a t une conipiratioa gne coitre Tu Z-7.-7. cjagri daienoaiu. la civilis?tiin lu mande %  la iciiue -oeli'es .ux trais pour la Lommuuto t ( muaici a pris pan i la guerre mondiale a i: si les allemind* peudint des milliers ^-li^n m S fii y&iaM palit) rit de plus nous c.o/oa> s. mand au snat et au peuple de cou d'annes acceptaient de se faire e lt ITrUpUBlllUI* U.rft?r* leurcue loyo von qu uue somme iden qu-, de 20 *,jer--i 'a s tuarioa actuelle non d un ves ahn d stUeei do Lis. a verse i U B.nque Ro point de vue pro allemand ou d'un ont peuve de .1^14 <* de ce. ya!e du Canada de Por.au Prince pont de vue pio franais mais pro parviendraient pas Oa na rien tent pcui le cas o la United Fruit Cy amucain. 11 a ajout qu'il lui tait pojr leur faire payer leurs destruc prendrait des travailleurs en Hati ; impossible de comprenare les d.ver tio tnaque individu serait couver' pa' gences de vue d'opinions sur le p;o ti.n lier < ftt, nuiscr.c et Ue Jj.aipcuie. i. fcco.c le* iCI tt ses auncMS leut cappeiiem eue/ soi. uo coaipameais oa*. eic i->" ,aI du Conseil j'Admioiiatioa hii iiMiincoi. .1. Njaicroyoas savoir que Mr et "*•. destrUC ( 1' 18 • a CJmiUiBS:OU auincaue, pour ^jjeralep.ysdaos les premiers jours *• Y Il COUSJllda OU de ld dette, dans Nossouinh.de bjo voyage les ao-r* E1 ce qui cooeerne les destruc aftJ rceQ .ei ngocutious avec .a e tiax dio a bi.ba'ie dont ils 1918 ils n y came WASHINGTON -Oa a annonc ae Cln-libre de Gommercd ^Vaa( 11 propri es dans lei lgions dlgitioa avait propos 1 cette somme en garantie de son te berne de rparations et qu il ou dvastes par eux, ils avaieat ac epti t^,i de 3 0|0 pour le rea.e, avec tour au loyer. bliait le crime allemaod ; il a rappel de s eo acqu tter mais ils n'ont pas des etipuiuaus pour l'amortiseLes chosei :*nt i ce poiut ex 10 lstmude Mitre des Etais Unis peu t:uu leur promesse. La France dont ment ae U dlie ea rJ2 aaa. se nous pensons qu'il ;est plutt d^t les premires annes de la gu:r le te .ito.ie a t envahi, dont les in sage de ne pa trop pas s'embiller Ie malgr en enant : moit 1 rem gr^tion, mus 8 ce ea lu laide pour I Allemagne. lacement nos hres ma h.-ureux. Ou dit que la France affame VERITAS magne,mais s,ue dit le communiqu mdite rca>eignc neat* coosiiiaent •.'J*la lu te mais d'une pu 1 iq-e 1 ltrna eite les augidu^ eapraut „„re gT_* gg*,,^^ g ff e 'Aile le de destruc ion s.ieuiirjquemeot pr que lea Tur^auniroat par cder mats p. u ; %  ___ ao-ants daaircM IU lOOt siUlS peuser atoai. fou* BUeoraprnenu, i



PAGE 1

LE MATIN .tons avons t miment peines iwtDtlanote pai laquelle notre inf.ri Le Nouvelliste eipiime Jpeine granOe que lui cause la cam Ign que nous avons eut.epnse en le d'aboutir a un accoidenne Has, tt la giande majorit des plan%  ors de cannes. JVoos p ouvez de la peine, estima le coalise, en nous voyant reculer de Hsco qu'elle paie aa ma lre [emi eeopioportion du prix qu'on Inique en ce moment pour soi pio bit manutactui. C'est reaseniir de peine mal propos que d'en res (util au sujft ae la Grande U-ine, loi cette question. Nous ne serions pai le journal que jus somme si nous n'tions p*s > grandi paitisans doeuvies comme [asco. Nous le sommes autan que Nouvellis'e" cette d.flerence lies que le 4 Nouvellsle s'attache i JUsco pour Hajca tandis aue nous, fous attachoas a Hatco poui le bicu [ne nous envisageons qu elle peuv doit faire aux cultivateurs de la laine. Il nous arrive mme de la Liendie contie elle mme. [ C.est la rt mai que que nous faisait In ae nos boas amis de Leogane au Louis d'une promenade dimanche lernier Notre ami qui est un culti dateur.. cultiv nous taisait obser rer Vous ne savez pas comb.ea Bous avez raisoa qusnu vous avtz sapptie au Nouvell s.c > que le bit prix que le tay.an obtient pour aon produit sont uue des principales Causes qui le dtermine dm.grer. IQuelle contradiction criminel. e ae IvouiOir que ces pauvies gens ne re IcueiUeni de Uni penib.e i b.ur que des pi ix de mi re ei quand, mou liant de f.ia ei ae besoin, us veulent migrer veis des nves p.us hospita (liens, de leur cner : au nom de votie dignit famlique, aa nom de votre honneur national aegutmlie vous D'un pas l b*s voua n'irez pas l bs, mais vous rester s ici a travailiei P 0UI es P iatc ou rn.ne pour rien . Comuuut txpliu,u*r un paieil uuonnsanrnt ou uia>i un paieil deiauounemeLt ne la pat de gens qui tout eu scandale en parlant de traite de* ngre* et de aeg urs I Il Uut que 1 opiuion achc le vrai tond ae la question La .gedtns tous Us pays sncneis, la l^tc classi que est qwt ut Uuuts sucre Uai tent avec les pioprrtiaires tournisseui? de caunea sut une bae dont la lo mu. vii.be U\ U suivante : lu ctnlwu U Uo.lar • ce', i une que PU une p.ie ia touue ae u.i..e pie met uu co lai ae pius pour c*que etn lait, de ptus que la i.v.e ac sucie obtient sur le marche international, La livre de suc>e f*.t a centime or, U tonne d. canne* don se veuu e a ao. LI ; — u livic ae sucie fit 3 ou 6 ctnuuies, la tonne de conuts aoit se vei. die 5 ou 6 aollsis.U est ta eu le base a.ri.ne aamissioie. Cest ce p.-tciLe que les planteur demandent iloto-de te coi toi nu r et r"S les journaux de toit au P.ince, saur le '• Ntu. aluiil ', te som >ait Pcho dune iu.si juste rtvenoication, — El tous at.enuons Monsitut fcuott. Conseil d'Etat Panama Hailroad SUamship Line Bureau de l'Agent gnral Port • u fno^e, le io janvier lWSo A' UuiUtiU No *41 Lee chargeurs sont prie ae noter que le bittaiti teu W. U uorgas est tiitsnuu a Pou tu l'une an Uu'obai isuai Zone le ituai 1 tt levuti ItaM. Le ntiUiie d'embarquement se lO&i ueuvieia nom le t'iet e dtoul*. lion m iNtw \oik. ti ute yui tuvo LfctLB tut ta Ueinande fane Ce nu itiu. Le ta eau partira midi Uii* jour jyoui Ne w-lu M u. U. THOMPSO.N A^oot^iiueial LeConseil d'Elat a commenc Mer lundi le voie des bedgets de l'Intrieur, des Fioai.a s et du Commerce Quelqces rxcdiucations ont t apportes aux aiticles rtlstifs la loi des crdita et aux budgets eux mmes, dit le rsppon. Ou compte soi lea recettes non prvues au vote l'an dernier des 101 s et moyens Lea 60*00 dollars d. mande pour l'ioatallation des bureaux de laits interne crer on* t supprimes. Au vo e du budget des Finances, Mr Thomas demande le paiement dea pensions liquidesBeaucoup de gens honorables et mslbeureux ne pe eoivent rien, ma'gi les ser vices rendus la Fatne, malgr la loi. Cest une injustice. Pourquoi, demande, -tu sa ministre des flasa ces, refuse-t-on de psyer ? li n'y a pas d argent, dit Mr McGuftie, Je voue ferai, continue le ministre, uue rponse complte sur la qutstoo la prochaine sance. Les petites inoditicsUoo de la Corn misaiou sont voiee. AU budget de I Intrieur, au chapitre de lu gendarmerie, service des gardea-c es, Mr Luns*on parle des voiliers moteais qui remplacent es gaidee-ctea disparus 11 espre qu'un les utilisera pour surveiller I embarquement de nos pauvre paysans ignorants qu'on trsnsLOi Vrtiscowr Ihopgibbons > de la nou vrlle ligne de navigation WEST IN DIA LI t, laissera Mobile h 4 F vner prochaine!la Nouvelle Onans le 10 du u me mois pour Hait. — Le Ste.mer Geo g-s M.keuze laissera Mobile le 4 Mars et la Nouvelle Orlans le lu Mars 1925 pour Hain Port au Prince, le 27 janvier I92} A. de MATTE1S & Co. Vente par Convention spciale En vei:u d'ace obligation hypo thesire pssse au rapport de Me Lon Charles et son co lgue notaires 1 Port au Prince, le deux juin mil neut tent vingt deux et d'un corn mandement demeur infructueux il sera piocd en licde et par le mioistre de Me Lon Charles, no taire requis ctt d .cl le mardi six tevr er mil neuf cent vingt trois neul htures un quait du matin la vert, au plus offrant et dernier en ihe.is&tur ; m dune proprit tords et btisses, sis: en cette ville rue Bretagne mesurant v>rgt trois pieds de L>de sut qu^iame cinq pieds de picfon ueur tt borne au nord par Arger.11 ne Beilegaide Foureau' au sud par la dite rue tirttagne, a lest par le !oi revenant a Mr Biice Raphal et i 1 ouest par le reste de la ptoput du vendeur ; ju de ueux portions de terre conti g. es situes a l'endioit appel Clin Centime, Rue Heiue ci aevanl Brcta goc, mesurant ensemble quaiante stpt pieds sept pouces de taadl sur une piotooaeui ae trente pieds et borne au sud par la dite rue et des autres tis par Mme Lorvan" B. ]. an Maiy ; tcis que ces immeubles se pouisuivent, comportent etsten dsnt sans aucune exception ni rser ve ;— sur la mise a prix de i 218 40 Aux requte pouisui.e et a 1 gtnee de la dame Vng.oie ]ean Louis pio pue tane demtuiant et domicilie loit au Punie ayant pour avocat Me Ltlio Maitbitnihe et jour domicile lu le Ckb.net duait a\ocat sis Rue D.nt* D.uouch.s No III en face ue 1 Usine (juce. Contie le suui Henry Dugu et la d.nie U a tulc Lencne piopuiaues demtuiant et ut miches toit au Pi.nce. 1001 iJus amtlts renseignements s'kLitS'SCi au touue sisatugte eu i Me Liiio Malttianche, souss:Rne, l'oit au Pnncc je lanmt 1923 LEUO MALLBKANCHh av. Si vous voulez avoir* votre nason raonettement veille Si VOUS dsirez une teleclton de couleurs artiniaucs Prepurts par des ilmnisUs du longue exprpmet Achetez notre mai que lUq d'Or prpare pour les l>op\qm Ltue ,einlure w hre, aux twjacei tes plus ruguuusts Elle cchsene :oti bnilant eite frhe lis vile, Elle tiipicmlemeut use, pour les mou uns. Les cor taches et tes pices de sculplUTU* l]ha>.unde nos je.'blauctft conrote) par nos laboratoire /Votre prix ptur cdie peinture d< fie toute conaurience The Chas li. Browa Paint Co BrooklynNY Geo. Jt'awsme Ap^rt PxolOStf ponr Hiti No 118 Rue Frou en fece de la Banque AUTOMOBILISTES ] Plus de kitoiutree sont piiou us dans le^ lefc B itauLiques eu se serv:ite Si vous ne connaisse/ pas encore la SHELL, essayez la, vous en serez satisfaits: — l n vente au dtail Dans tous les Ga aies tt principalement chez '• Station ae Q-.-zolme ae Peiu-Four; — Jonn H WOOuL.hiY ^uu Dan s Dastouches A.. C DEtTJoiN, aianaflue, salace Si^itioa Centralr ded Fompars En gros chez \ itobertSa J/nllon tic Co Agents Gnraux pour Haiti • .y •• 4 'i.cr+i



PAGE 1

[Un Jour viendra >Q*gg&Q <*,"''** y • ?9v m J n imhr* trtmttl %  < i ucrr trnut} 0O0 < W •v. vauu.ni tt noue. Itfcuii geoerduf, I7*J RueduMafcssm de lEtal' H. S1LVERA ihiwr.'J 6 .. d f e pl ? if9 £! DOffibr clients, leur offre lei article ^Zi? % te ra,c ,eure de,oute beaut d prix exceptionael ralgi la yiar de liauaae tur les prix d "issus I pouces or IN Chapeaux velours .uprenr pour 1 hommes Voile a blauc prgi.ndie couleor b od<< 49 Chaossrii de7tos d Italie SSSSS ane et no,r ang 8up 50 de lou,e %  "* rercfcle blaiic aup 7 Toile voile pour peit vo,liera ^0 40 Rideaumoun-Mme anal is Un? 40 P X '2 1(2 Y.i de long 10 Moueselir.ft Hjispf de 50 Basin blai c acgl double Ij-g Or4&5 Cipe mijre brod a la nu-J chine de too'e beaut l'anne 7 Pas soie suprieur douzaine 9 Crpon fleurs couleur I suce 0 -iuO Cnurair anglais P 0 40 ebl miSM *t rob*s P o eo Tussor de poie pser chemise a lioiu m ei ube Gfb rJine blaoc e barres Orgauai ccultur Kolienn a?. I. Cipe sngiaie gI Ctpe auglaiH p i 2 5J =40 0 75 0 50 0 40 0 75 2 40 050 Bandes brodes cuisse pt.r boue et dtail Broderies pour robe HtlgoSi de toutes u>s qualits et grand-uia etc etc Organdi suisse brod I aune Bas o>rri soie douzaine 5 00 BHS A ijurs cupneor '\ Qfl das coeicenss sup. j yo Chans'tttes enfant 1&I&2 Cheran. Iroci mancF iW C f>,rt,s H u0 f. 1 v ,le "' 8 ra Jda-wlien 0? L* liste Heldil trop long Je ail DOMf Hait et racler fau t artirle.. que nooaftfOQi en roagMia ceit ponrqool no is ro-jm SUS* 2 W-SS 1 Pourvu, empira Jflo *an 0 . it fi LJ L tKA i /!' nulle Prt von, oe trouverez deT artic es d'ausi bonne qaa.u A des p ix si lduits articles d aussi KMIsB WlUth. l T bon prii& JSacs vides SSSTL mal . "?£ coton -f< araiD de coton a 20(22 cens par lie Spcialit ; Sacs vides fc***^ !" * A M v ^ ii StKfQO p:HT Cacao a IA eeniimss n*f § c. En tente chez L. tREETZUAM* AGGER HOLM Il .MAI1N Avis Le lousiigoe donne rvii au public avoir egar, %  ancpiia au No I 768 Commission h', quitte aie Mule garnies, pour trait des funrailles I? Reforme Hnissier au T ..'buua' de Paix A vit important Les i'.p sonrpR qui ont de ffHrei A rgbrevec la POT*? rn de feu Psu -Emile (.araque dcd A Po t de I'BIX, ont avint'p qi.'picun rg'e ment ne p^ot tre fpj RJTS l'an'ori saiion de Moisifor Errrneroel Char le* 9< nrsic . m itre. PI qnaht^ d '01 x d< R dioit et "crions s Port au-Frioo(iiunJe. 2 (10 Hrporteiueul \ jn EtrdUjjcr j y y ln.-tr..tii el aUfloew. ul> pnrakirt il'aane Lisez & Mditez! Q -'est re qui soi plus d^agrrable pvir les pireuis don . que de recevoir, au dernier moment, a cercueil mal fait # prteetJable, qu nd o i a conscience d'agir piy un prix convea. po"r cb'^nir quelq ie chose ds ban f Milheureusement c'es ce] suive as^es s u v ent ^fin d'v ie a je vous ne soyez dans n el cts.il jsl trs p;ua de eomma .d-M* ce quM vou faut directe nent ehe* le souaiisroj est le p'us ancien f brcani dj carcuail itrj cettv pltcj et doa bornas rp talion e t connue. Piix a la por.e de toutes les boursea HENRY STARK Hue au Qaux, en lace de ix tiare N B — La no t et les jours de f'.e. s aaresser su chef d'stditx, Monsieur Blchier Husson Rue des Fronts forts No 602 en /< de Varcienne Cathdrale, N. B. — A part de mon Chef d'il lier personne n'est autoris recetou de.' commandes en mon nom* "Nervosit" New nerfa ressemblent a on treillis compliqu de fils tlgraphique*. Commands et nourri* par une partie da cerveau—que l'on appelle centre* narveui — les dlicat* filasienU nerveux ravonnent dan* toute* le* direction* travei* le corps. Austi longtemps qae le* centres nervsui •ont capables de fournir continuellement de la nourriture aux nerf*, ceux-ci demeureront forts et sains. Mai* es que le* centre* nerveux l'affaibUssent a cause d'un surcrot de travail, de tracie on d'inquitude 11 leur est impossible d'envoyer la nourriture ncessaire et le* nerfs deviennent fatigus'et s'aiguisent. C'est alora qu'an bruit soudain vous fait aursanter, vous devenez irritable, vou* *oufrrex de nvralgie, vous tes agit et abattu. Dan* cet tat de choses il n'y a rien qui gale WMcmrus Ts Wlma w Lt Parce qu'tant an aliment puissant ponr le* nerfs, Winc.irnis tta ;u la racine da mal, cre une provision de force nerveuse nouvelle, stimule et revivifie le systme nerveux tout entier. Essayes Wincarats pour la Nervosit. C'est merveilleua. Plu* de 10,000 mdecin* la recommandent. Achetez M beuteilU de Wiicarut joiirrl*hni— om peni Tobteair daas loi le* f'htinucici, Sic. OOLBMAN I OO. LTO. Wlnoarnle Wurki, NOUWIGM. &f En Vente chez %  FiuNCKJ. MARTIN *7^ Au prix de 2 dollars granae boa* (sUle el 1 dollar 1|2 bouteilles. Aae da slagita da t'ntatea fs:e Usias I Glace, Port su.Pi i uce. f i r; f Dfiez vous des iraitations C'est un fait reconnu que la Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham est le meilleur remde pour les mal d.cs de femme. De. milliers de femmes tmoignent de ce tait Mal K r cola il en t SMB] .-e mprennent en essayant d autres romtles ; oit disant aussi *—~j % N'est ce p ls risquer beaucoup d'essavcr ces remedes-rt nest-il pas prenable de s'en tenir un n.dica%  ent reconnu comme eAicace et sans gal pendant pra de cinquant ans. .. .<• I User c que cette femme en nenae San Josc, Costa RJdL C. A. -•• T ..L .uiploy lu Cornp..s.t.o„ Vgtale de Ldla K. Pfnkhan, pour les malaises dont je souffrais depuis rJeui ans. J'avais des douleurs dans la tte, le dos et le ventre. Des vomissements frquents m'empechaiem de travailler mon mtier de couturire. J'ai lu un fas, icule concernant la Composition ygtale de Lydia F.. Pinkham et je l'ai p rise; m santc Sri maintenant rtablie. Je ne manque pas de le dire toutes mes amies qui nie questionnent sur ma sant"— Srta. TALIA MARI C. 8va Ave., Calle Puebla, San Jos, Costa Rica, C. A. Soyez Prutente*-V.\,-eeptes que la Composition \&getale L de lydia E. Pnkham ^* H**.WWMWI>SD.ClMCft LVX.wm O.S.*. %  4 u %  -' m ve> • \*> K.



PAGE 1

16 /m* ** if o 5026 wwawmaiim Mardi 30 Jan vid t623 DmaCTIUB FROPRIETAIRI ClmfDt Mglofre NOMBBO 20 CENT1I1IS Quotidien aiDACTION i Bu amricaine No',135^ IKLRPHONI Mo 843 te droit et le devoir sont cou; m e des papiers qui ie pi rient pas de fruits s'ils ne croissent ct l'un de l'autre. LAMFNNAIS Encore la Question de FEmigralion Obligation Scolaire Construction de maisons d'Eecks FXTRAIT DS c NOUVEU ESi QUELQUES A propos de cefte question pilpi can de cet agents sa jamais adresUnte, il t agit la question d'art au gouvern m-nt des rapports f ient, et notre confrre le Nouvel* tioaules A 1 migration et que le pre* lte", arec beaucoup d'esprr, nous u, er h0iD de agents du gouverneapprend que les dni verbes '• mi eot %  'oujoura t de se mettre en ~—" 2SL: '"" %  %  cor "" 1 ssnsaL'su; ss& sSS^-^as ffsraitfttsanf lu sucre o les nnt>. hat. des Actes de la Brmhiinn! M n U ., 8C r ,81re d Ftat de WoetnsoHon 'l 00 Nom i 'rrdre • ons un mo dirs la q ies %  *•!, I gHefinaU %  www du pur %  L*n gra l&S!£st!SL P, . Sff?' S deCoba •^•P*' "pua "nporuotes circulaires. q de l£^^£g^£" de 01 ?£ dtBI ""M* *Ww aaK!B5! *. h - e "ttM* CVwwJto a pou. Pat de rappe. ff^olTd^o^^ Csm S srew ef^"^ migra.ent ve.s Cuba poui ainsi dire. A i'iusu mme de tous et du Guuver nement Nous avoos fait allusion a rjouisiaient de pouvoir ainsi trou appele les faire finir. est xion que nous re ommando-s i ceux qui sont awls A Jmger I opi U ancre ayant l'air de reprendre aujourd du* une partie de aa situaM i — r*~— ••• FUI uui ue rappetea None pouvons dire, sans exagra tar ox l^epec.eura Us disposions cet* qui uien< tion que ce eoot ces abus qui ont d la loi du8Septembre 1912en ses obeerver L>ta rini donnlnu aux sc.odaei signal•"•ce* 4Jet41 coLCornentleade. La deuxime depu,., en exagrant mme des voua des parept, 8U; ob.^.on fi fS!SffS^& [£& ? pub! '< ue P ^S! q?ta Lf*?,* in.S Om P' ! f a 'ouveler ai on renouvelle la causes de cette ngligence et tous choisir I emlace..^, n f d f bteQ g djcs encorp avec mbeu de pei sucr.res, une concurrence qui se fi. fnte dune rglementation ncessi vont trouv que cela provient : 1 2J^rtS^!^ O M, i flo ff %  • %  •• ta BWW le navtaV avec quelque hacap, e t. dan. un cerf otw eouttanca e.. grande dana ** grande rn.re actuelle e: l* ^^l.u\J^J^^ , %  '•hine pour trouver di lem L, uin monde oificid eu que e de tou • BO-terueiuent actuel, ai. il ne que cerieini pres de lauvlle ae ti Comm?ssio i „ ^SSf S 1001, m?, 8'* d s diffi-ulf^,ana 2" tes loi oweas-ous de balue monnaie f u U.eie esp.er que la qualit des cioientd lis do cette obiiga ion du dna ?hmi ?m3. Q doxt J orcaec a6n de ealnlt I. nn ronore 1 — oasavisaquece cavemenl d ? 0tn i 9 • ^ ch L g c r au point que, moment que 1 enfant eet*n nwaure DW^P8a?SS! ^ de t ou,e tlS!f?nLnJ! '" 1 '" 6 gratien, puremtnt volouUir, S i M ,n a,t, cl co "tes se p.Oiu f Uavauer. Ce derc.er poioVput boUir la Jit f P m,8s,O0 1 d e B os fr*2?£ i nOS regirds vei1 Suc, avait des chance de'-onat. ai T,' de BOuVe t consquences se • constat par le nombre lev to oa aiSa d P ^ U8 CftQ ral et !?..!E a cam P a K ne ou d Peu Spil tofic: Si P UIM produiront, .qui seront autres que l-noaa^canlia ouvrera ue aacn.n ruiae D S P f. . C aqoe 8e 5 li0 n d,so a . DOUS ncils œai J s nT i, ., P? ce,leB d l* couatates. -i lire, ui crire II est donc iut m H oortnwUoo de la qu'est ce que nous allons taira nour ttiSSSrS 1 HS Umm "*** C6Ub •> M,Uo . ce desuppii rtusement obs rva aUn de taira S trr^sta !" USP ln f6rt !,e •* ,e r l'u de quoi nouait S parintit, on o ganisa ce qu pu. mer, pat u pieiue libert laisse a comp.eudie lux parents des enfants WnditaMn aP H 8 01 P er P el re ve <" "cur famille L les **? mriter par la snnele nom d 8 t raite Chacun, tou.e occaaaioo de trafic, H UM e • '^/devoir de aonuer I i J ldl M doit tions de trav^ ioui [*?„! S I M qui m aire, au cours ce l'enqute ^Uirice de acandales. Ilutrncuoo primaire ce idinJur N 0U a Z S JiTS Hg, ,Cu!e pour hn D oZe i i amricaine suries afl 4 .res ha.i.eunes, No " nvouajaui..a en.endu dite A uoere avis. „ e .ie JT|S, de la u Co !' r Vf l f apFOrl de tn" ts en C a i a r e i qne ce lut la le plu atani 4 canda, qud d,IQ,, ,e c " u uue in.ervencrcuiaire, diaant que ta loi i e oeit M l l .' Una fo 8 ***• % %  otr/nh-.r J *cuiv olfictaiit 1n,Ii. * 91 L uo concernant i migration '"loer pour lea peraonn?! resoonaa P SSSM vt Ile vo,sme '•^ima...^ un, hatienne Mo.re excellent Zl re W, laur compituton au jRS JS TT, rtfer r boo a f M,Cfl,oa, aop est.l.rm Ile march.i.o IU,IM P 0a citer •f'itWo., dans sou dition du 13 Je llu.pectaut ou de lacommieeion la n M / 8 Ul1 fiuclueux ••tri mrsute e: que. ma Sll oa ESy g me *'" -ificiedes JMwr, a.ai p.om.a de rendie pu'^le Neua pcu.o.s aiUiinir q K^SSi de u J waM ". • i 1 -' Ciltc m 'oi qui ne revt ion. q a cu Pe'^cUunncs t'quea les couauiousexig.es pour l-uj'uueu g Su ta elsW, mallr Si M^ yn,p lh,qae Scrtant d E a c-< i e d un: >oa tes eu constances en vue de lai PJMasatlii leniiae duo immigiaut ,tB dispositiona formelles de c> i repaie, le piua possible, le lufle * %  "• • %  " port cubaiu. tNous * praaea Ae par ta miniatre Guil m Mnfice des tra.snta. jJM vainement attendu ca.te puaud, et. vote pai les ebambrea l r k7 Itca mi -. Wttl tHUr %  lilUna at d i..? p ,bltCl,0U f 1 J*." 0 0 "•"-"• oiu.il.ee pnaee A pfvraieu rgulirement envoyer A (lHe amricain BOUS somm letri ,u,t,t ^Ici. Cuba, sua le sont, nous leur sau< luspect.ua aco.a.ie, ta lin al cha i MftftffN TTUr tCaCfv B^o.? p,6 p€Cfttul de l4 U J0Uul ^' A* biMdoln.que semaine, i. ,i uea prenc. da^N.wSSk ?SS. a aaS? B l,0di ShnS 8t,ne P cr LCU 're mquer au p L b..u qu-, autiemeui a tbaeu.ts de ibauue .ve a ally MHI1 'l u on 'ETITUS NOUVELLES j snStiS r ^ "PPOrt pirvcnui au gouveS ksVTk £&" ** < U l0D '""" commerce ou puk "•"" )db rqutut dts travailleu-siGLbi. tour compte del Uni ted h uifc Compaoj, v^naa de Kincs ton, J muque %  Naus savons que la Un.ted Fruit y. avc-rsisTr-oerieNatonsle MngstoaSiz; doiars par t e de Jamacain en garact.e de ses fia.s de >' • Nous savons que chaqu. ra w "or* £ m fpf! SS" de P,$,eur fu '* m,Ulons 7" BMliion. UMi ,, , „ P Miuuqce MM? H " P' n "-' "o*; p>em.ei iemo.rc U p.opou.ou tui. de ?8 mil..oa* talUl prouoiuerent u discours — ,, IwSu H! 011 ~u Di, P r J u **U.loo du M U VAIS J EM P S i Par \r ,i Ktr *' eK ur le documen S Un mauves temps tti pteda pour le 17.18 'tl-tioit dan! AV " Balun, peircm aux Nom souhaitons qu il n'en rulte pour nous e proportion de uco |al^os aucun contre coupiacbcus. LS^^o 1 ? S^i..'iS?' P0CI .^'^^rupToyscivitaontl ^ ou chaque, pj^ 1 qu de P se und„ ,ue le gouvernent e. u popuiaN?ue avoua d c ,a attir la tention rsenal .ou*!itiiSS arr J Ve n? U n e D0 ?.." U ein / a; a Cub - m is non de cette come o..uonque .reot denesur le rle dea conseillers dauncui nnni..'.."J ? A J riCU, P 8tl0a devoir, P"out ailleurs do;t prouver ou'i SLTS u.fic.1 aont .baommeo, i Q re daus les C.mpuoea U £1 de SXS P ,0, A de dui ana vendu BU est porteur d'su mona rint. cppose loua les efloits qu. pourraient lariur i_ nr nmjn ^T '"" BW e81 ae CebCT une noime UUBn'.tA d,. fnnr ( In S Hn' n o t.Vi S UtOW .^aiu. -ov j^jjfi*. ;• rs^sr-s-jas iss, 2 "•S 55 ,; ^ -^ v*^g Kiis w.vo„ -,.— f c _.. „.. p. a, . &—.=: c ;\--. i.rsficsr .% • ^^ -",J?*sa vs: s t aioe "li-a^^-Vl^r. ..,„.„. ^.^•--•"-.. \. r s .o, q q P0UI cci dernires annes, U rjoited Fruit Cy '>*,•*• ^ ^ fe %  i JT% 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05847
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, January 30, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05847

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
16 /m* ** if o 5026
wwawmaiim
Mardi 30 Jan vid t623
DmaCTIUB FROPRIETAIRI
ClmfDt Mglofre
NOMBBO 20 CENT1I1IS
Quotidien
aiDACTION i Bu amricaine No',135^ IKLRPHONI Mo 843
te droit et le devoir sont
cou;me des papiers qui
ie pi rient pas de fruits
s'ils ne croissent ct
l'un de l'autre.
LAMFNNAIS
Encore la Question de FEmigralion Obligation Scolaire
Construction de maisons d'Eecks
FXTRAIT DS cNOUVEUESi
QUELQUES
A propos de cefte question pilpi can de cet agents sa jamais adres-
Unte, il t agit la question d'ar- t au gouvern m-nt des rapports
fient, et notre confrre le Nouvel* tioaules A 1 migration et que le pre*
lte", arec beaucoup d'esprr, nous u,-er h0iD de agents du gouverne-
apprend que les dni verbes ' mi- eot 'oujoura t de se mettre en ~"
2SL: '""" cor""1 ssnsaL'su; ss& sSS^-^as ffsraitfttsanf
lu sucre o les nnt>. hat. des Actes de la Brmhiinn! M nU.,8C.r.,81re d Ftat de WoetnsoHon 'l00
Nom
i
'rrdre
ons un mo dirs la q ies
*!, I gHefinaU www du pur L*n gra
l&S!st!SL P,. Sff?' S deCoba ^P*' "pua "nporuotes circulaires. q de" l^^g^" de "01 ? dtBI ""M* *Ww
aaK!B5! *. h-e" "ttM* CVwwJto a pou. Pat de rappe. ff^olTd^o^^ C- sm S srew ef^"^
migra.ent ve.s Cuba poui ainsi dire.
A i'iusu mme de tous et du Guuver
nement Nous avoos fait allusion a
rjouisiaient de pouvoir ainsi trou
appele les faire
finir.
est
xion que nous re ommando-s i ceux
qui sont awls A Jmger I opi
U ancre ayant l'air de reprendre
aujourd du* une partie de aa situa-
m i r*~ fui uui ue rappe- tea
None pouvons dire, sans exagra tar ox l^epec.eura Us disposions cet* qui uien<
tion que ce eoot ces abus qui ont d la loi du8Septembre 1912en ses obeerver L>ta rini
donnlnu aux sc.odaei signal- "ce* 4Jet41 coLCornentleade. La deuxime
depu,., en exagrant mme des voua des parept, 8U; ob.^.on fi fS!SffS^& [& ? pub!' Lf*?,* in.S OmP'!" fa 'ouveler ai on renouvelle la causes de cette ngligence et tous choisirI emlace..^, n f df bteQ g' djcs encorp avec mbeu de pei
sucr.res, une concurrence qui se fi. fnte dune rglementation ncessi vont trouv que cela provient : 1 2J^rtS^!^O.M,ifloff ta bww le navtaV
avec quelque hacap, et. dan. un cer- f otw eouttanca e.. grande dana ** grande rn.re actuelle e: l* ^^l.u\J^J^^ ,- 'hine pour trouver di lem L, '
uin monde oificid eu que e de tou BO-terueiuent actuel, ai. il ne que cerieini pres de lauvlle ae tiComm?ssio i ^SSf S1001, m?,8'* d s diffi-ulf^,ana 2"
tes loi oweas-ous de balue monnaie fuU.eie esp.er que la qualit des cioientd lis do cette obiiga ion du dna ?hmi ?m3. Q doxtJorcaec a6n de ealnlt I. nn ronore1
oasavisaquece cavemenl d ?0tni9* ^ ch Lgcr au point que, moment que 1 enfant eet*n nwaure DW^P8a?SS! ^ de-tou,e tlS!f?nLnJ! '"1'"6-
gratien, puremtnt volouUir, S iM ,na,t, clco"tes se p.Oiu f Uavauer. Ce derc.er poioVput boUir la Jit fP- m,8s,O01de Bos fr*2? i nOS regirds vei1
Suc, avait des chance de'-onat. ai T,' de BOuVet" consquences se constat par le nombre lev to oa aiSa d P^U8 CftQ'ral et !?..!E 'a camPaKne ou d" Peu
Spil tofic: Sipuim produiront, .qui seront autres que l-noaa^canlia ouvrera ue aacn.n ruiae DSP f. . .Caqoe 8e5li0.n d,soa.DOUS ncils.aiJs .
nT i, ., P? ce,leB dl* couatates. -i lire, ui crire II est donc iut m h oortnwUoo de la qu'est ce que nous allons taira nour
ttiSSSrS1 HSUmm "*** C6Ub >M,Uo. ce desuppii rtusement obs rva aUn de taira S trr^sta USPln f6rt!,e * ,e"r l'u de quoi nouait S
parintit, on o ganisa ce qu pu. mer, pat u pieiue libert laisse a comp.eudie lux parents des enfants WnditaMn a- P h801 PerPel're ve<" "cur famille L les **?
mriter par la snnele nom d8-traite Chacun, tou.e occaaaioo de trafic, HUM e" '^/devoir de aonuer I i JldlM doit tions de trav^ ioui [*?! S I
M qui m aire, au cours ce l'enqute ^Uirice de acandales. Ilutrncuoo primaire ce idinJur N0Ua ZSJiTS Hg,,,Cu!e- pour hn D oZe i i
amricaine suries afl4.res ha.i.eunes, No" nvouajaui..a en.endu dite A uoere avis. e.ie JT|S, de la u Co !' r Vf lf 'apFOrl de tn" ts en ,Ca i a r.ei
qne ce lut la le plu atani 4canda, qud d,IQ,, ,e c" "u uue in.erven- crcuiaire, diaant que ta loi i e oeit m l l .' Una fo 8 *** otr/nh-.r J ct'aiaues luW t8coono ". os l-0 oilto,llt du -vernemea .. e^ngo.rcus.me.t applique q5!n S f! ?unnitri er,core HOam" !"L?S rVa",a Lrs 5esnP*"ies
paya. 4e?ule%oiUn?rac^dde. S a,,c""li0 ? le rglement ai ob,g.t4on que Jaw maauudS pr.ecnentili??0**"? D hS al,0Milf!
Sloot genre/ ? pl0!u*U4ue de M|W i"cideut P'-ce. disposes existant dao,Tla Kl o,cfn8JSui re iw.p,r i S[D!ni
Nous vonlnn. ^- filUe p"" y Uue to'uo. Uienau Pa plce;ca. ui.e encutai.e e eau '
nous vouions dire ici toute notre tout, me, oue avoua aej d.t pooe '" atenaer les effets d une loi 11 est
januee,-. la question en vaut U m6j*** que c est dans ce domine doue du devoir du Dpartement di
pvme ce fut picument dans le **"* u quenou doit eue regiee. lio ruction Publ.que de pourvoir
jniueux o i migrant devrait trouver < attemion aux sorties, sou 'g'aodisaerneiit dea coles selon
ie plus de pioiecuon qu'il fut corn Vaul **Kie"' dea preasea locale 1 importance dea lieux,
esil jouait de m^lhtur le olus e" AJCe pj,Qt e ve, noua ignorons L'aructa 4d de .a loi du 3 iep-
mieux eiaicit? ., , ,,,, i. 6* IPiajeoeui le auua dos mesures otti 'mord 1^1^ parie je iabaenp nnn "-----VZ~ """""a ""h leiorraes : ",ui*u ^uo
T.""Si *&& !*r" ** ^oir Vte"n -ouveo de entant, W^pSf fflf P" '-Uuatioa de 1re .^""t a out; imaiIg,
>*cuiv olfictaiit 1n,Ii. *91 *Luo* concernant i migration '"loer pour lea peraonn?! resoonaa PSSSm vt Ile vo,sme
'^ima...^ un, hatienne Mo.re excellent Zl re W, laur compituton au jRS JS TT,rtferr,booafM,Cfl,oa,aop est.l.rm
Ile march.i.o IU,IM P0a citer f'itWo., dans sou dition du 13 Je llu.pectaut ou de lacommieeion la nM/8Ul1" fiuclueux tri mrsute e: que. ma Sll ,oa,
ESyg' me*'" -ificiedes JMwr, a.ai p.om.a de rendie pu- '^le Neua pcu.o.s aiUiinir q K^SSi de uJwaM". i'1-' Ciltc m 'oi qui ne revt
ion. q a cu Pe'^cUunncs t'quea les couauiousexig.es pour l-uj'uueu g Su ta elsW, mallr Si M^yn,p*lh,qae Scrtant d E a c-< i e d un:
>oa tes eu constances en vue de lai PJMasatlii leniiae duo immigiaut ,tB dispositiona formelles de c>
i repaie, le piua possible, le lufle *" " port cubaiu. tNous * praaea Ae par ta miniatre Guil m,
Mnfice des tra.snta. jJM vainement attendu ca.te pu- aud, et. vote pai les ebambrea l r k7,Itc S-n. rtn. biicue, qui BOM pa.ait ceueuuaut gtatatives 11 faut doue reltament___________Ci. POTHEL nn,,' *QS '"frcu*:s de ce que
irUeni.n,:^ y Caba dsre- inu.-pen.abta pour bien jugr del qu le- Iaapecteai"dai'dMao |/M SZZ ^ .,------Z-------- SUES9?* $**' Hr9M "
ddTSSlidU,0UW,-I*lai11' ch,r- qae8uon- "" taawt un peu taurdevoi n l'rt ^'rtOtf UuiS Jg b..esax ( / A 2 par
ras 25 C0Ufcy". Keu tonau. ft ue savons pas si a plupart de mme des directeurs e
i n< situaUon de de nos coi-irtree sont au cotant directrices d coles prima rea qui
e feprises piivt.,
ouf 6ni d'emp
.p^itaitod.i)!%1uSx.:,rfc";yrs.ffu"
defnn.7'r""' pn' ""UBUU" Ut) Ul; uua "-o. inriiB Bout au cumau. "-eetneos a ecoifs n-iu.ti>a mi -. Wttl tHUr
lilUna at d i..?p,bltCl,0U f1 J*."00 ""-" oiu.il.ee pnaee A pfvraieu rgulirement envoyer A (lHe amricain
bous somm letri ,u,t,t^- Ici. Cuba, sua le sont, nous leur sau< luspect.ua aco.a.ie, ta lin al cha i MftftffN TTUr tCaCfv
B^o.?p,6"pCfttul de" l4U* J0Uul^' A* biMdoln.- que semaine, i. ,i uea prenc. da^N.wSSk ?SS.aaaS?Bl,0di
ShnS 8t,ne Pcr LCU 're mquer au pLb..u qu-, autiemeui a tbaeu.ts de ibauue .ve a ally Mhi1 'lu on
'ETITUS NOUVELLES j
snStiS r ^ "PPOrt pirvcnui au gouve-
S ksVTk &"** <*U* l0D, '""" commerce ou puk
""" )db rqutut dts travail-
leu-siGLbi. tour compte del Uni
ted h uifc Compaoj, v^naa de Kincs
ton, J muque
Naus savons que la Un.ted Fruit
y. avc-rsisTr-oerieNatonsle
MngstoaSiz; doiars par t e de
Jamacain en garact.e de ses fia.s de
>' Nous savons que chaqu. ra
w
"or* mfpf! SS" de P,$,eur fu' '* m,Ulons 7" BMliion. UMi ,,
P Miuuqce mm? H" P' n"-' "o*; p>em.ei iemo.rc U p.opou.ou tui. de ?8 mil..oa*
talUl prouoiuerent u discours ,, ,___
IwSu h!011 ~uDi,Pr*J u **U.loo du M U VAIS j EM P S
i Par \r ,iKtr*' eK *ur le* documen s Un mauves temps tti pteda pour le 17.18
'tl-tioit dan! aV " Balun,*, peircm aux Nom souhaitons qu il n'en rulte pour nous
e proportion de uco |al^os aucun contre coupiacbcus.
LS^^o1? S^i..'iS?' P0CI* .^'^^rupToyscivitaontl ^ ou chaque,pj^1 qu de
p se und ,ue le gouvernent e. u popuia- N?ue avoua dc,a attir la tention rsenal .ou*!itiiSS arrJVe n?Une,D0?.."U'ein/a; a Cub- m"is
non de cette come o..uonque .reot dene- sur le rle dea conseillers dauncui nnni- ..'.."J? a "JriCU,P8tl0a devoir, P"out ailleurs do;t prouver ou'i
SLTS u.fic.1 aont .baommeo, iQre daus les C.mpuoea U 1 de SXS P,0,Ade dui ana vendu bu est porteur d'su mona rint.
cppose loua les efloits qu. pourraient lariur i_nr nmjn ^T,'""BW e81 ae CebCT une noime UUBn'.tA d,. fnnr ( In S Hn' n o t.Vi S UtOW
.^aiu. -ov j^jjfi*. ; rs^sr-s-jas iss, 2 "S55 ,;^ -^ v*^g Kiis
w.vo -,.fc _.. .. p. a, .......&.=:c;\--. i.rsficsr .% ^^ -"- ,J?*sa vs: staioe
"li-a^^-Vl^r. ..,.. ^.^--"-.. \.rs.o,qq, P0UI cci
dernires annes, U rjoited Fruit Cy
'>*,*
^!^
fe
-
' i
JT-


:: #"<
LE MATIN
r
Mon cher Directeur,
AyxTcb'igear-! \e donner 1 nos
pitaut cet article roor rotre mi,
Lavelanit.
Auguste Magloire
ET
f Le Moniteur
S'il est'on choix hrarens, c'est
bien celui qu'a fait Son Excellence le
Prsident de la Rpublique, en la
personne de Monsieur Auguste Ma*
Rloire, comme Directeur du t Moni
leur .
Depuis Pavner-ert de not'e am< i
la dire i on de ce jcurnm rot'e Or
gane o'ruitl qui n:gure n'tait lu
que par les hommes polit que- et les
iheichru s ce baux terme, a repris
et splendeur initiale e' est devenu ex
.itntnern int-.e.tant. Le Birec
lier ce se contente p.s dy apposer
le sceau de son talent, mais H met
une certaine coquetterie prsenter
le t Moniieur , pa de son manteau
demeurai de ou d'.zur C'est la gran J^g COtlfrenCC
de tente de lundi. Et si parfois r
nous le voyons en costume de ville,
c'est que es tumpssont trs difrici
les.
toit
jr^3^xzssssx3ssffi
Rhumes, Toux,
Bronchites, Laryngites,
et autres affections des organes respiratoires,
un affaiblissement de l'organisme.
L'EMULSION SCOTT
prise avec persvrance aprs
_ augmente la force de rsistence
les repas,
contre les
L'ambasisidflur Child,qui cent
avec lamet Pacba, et Lord Curi
russira peut tre empocher q
la confrence suit un fiasco di
cette crise qui confronte l'Europ
Le Praident du conseil franais
fait de son mieux, il a tlgraphia
Mustapha Reniai. I Angora, poarl
prier instamment d'uaer de me
lion dani l'intrt de la Turqai
pour le bien de l'Europe.
fortifie le
maladies.
Nouvelles Etrangres
de Lausanne rA'Wnt dirait i -ent.
LAUSANNE 27-Quelque soit le Le snateur Oddie, de l'idlho
Surprise ea Augleter.
LONDRES- Les fraocuea dcf
tiona faite a par kl. Baldwioi ebl
lier de l'Echiquier sur lea rail
qui ont tut chouer la mission
tanuique Washington ont proda
une dplaisante surprise en Ai
terre. L'acceptation des coodit
amricaines est impossible car
Dfiii'rhpH lendOW-aurait eigoili le nooueau(are
cieURPS (lllfientie8 lmg sur l eobiqaier bruaouij.us
^.ruiuPTnu n nv.^m daotles premires soixante MM
WASHINGTON D m es flj. "VaBIS 2d- Legsu.al W.y*
naot du gouvernement franais tre ^ Mf ^ rroCqaer| mm.atre des 1
eues par lambissade de l-rance a wa vaox publics ont la miasioo di
___________________________ shing'on dmen'ent les dpches teu rer Jt [___ troite entre les
--------------------------------' daocieuses vensnt de la zine aile pie charges de l'occupatioo..
-a_- ___ ,i est vrai c'est mande occupe. Une note dclare i^xcuiion des mesures dcides 1
officiel allemand, lle" ml. cest goldat rseryiste _ t sp cour. de ces derniers loure Ut
la premire toit depuis 1914 que 4 qa :! arme _ront par Bruxeliet pour (aire !
i^-sm^ss^^^sn^^gmmsssmmm^'fm rw*m$
c_tf-la
pel sous les d apeau:
, iranaise ne se compose que de I ac
d* leur dcision
B.lge.
au go avrants:
Vers Paris
COBLKNJK-Diux bataillon
ion les
irnplet 1
e-il t. est gure possible qu'on SOlt | conti'toce gnrale de la dclar de son co qu'il O'ltlt JM fc^giStlt dtwVt Rhoi. tt 'y
toujours tir quatre pirg'e*. rx deux conventions spares se- inu-ile de rappeler quap-'le uem '?0000 environ.
Nous scmrr.es donc vraiment heu mn* igues lundi par la Turquie et blement de terre de 5m Francisco 1 >
reux u'.voil les lundis de Magloiie UGici : l'une prvoit le retour rci les compagnies d assurances alleman ^_^_b____|_a__%____fl ___T, ,, iu uojsesuon les
En.uet, ce |our li notre Directeur pr0qUe des pno, mers de guerre et des avaient rpudi leurs engage fjfll gOfK? mmerWMM Cfjgja^i
ncus tildes mets dlicieux, exquis: de o-sges et l'telill'change obl-ga mentt et que les ^imesevaieat eu rprMitc aUX tTUn p.ru pour Paris, les franc ui
tantt c'est une page de M. Poyen lojre des ministres. les nlus grandes difficults I ob eoir ^"* * Fent qu 11a sont eo mesure de
sur la captivit tl le mar'yre de Tous Le marquis Cuizdu a critiqu se sasfac ion Une situation similaire fciS foocuouner lea trains pour les
saint UnvtltOTS au Port de Joux, vremett ce raauu la demande des existe sctuellement enAl'emagoe, a COBLENCELa zone de Cob'eo so.ni rnili aires et non pour
t^tttdt btillantes coLfrences sur fores qui voudraient que les cime sjout le snateur Oidie, car la rran ,_ __ occupe par les t ouds besoins civila.
l'immcitel Pasteur, tan t de magni Ueret contenant les soldats anglais ce es"ye tout simtlement de se fai ^ic>inM l rei_ise aux franc is
tiques fleurs potiques sur Dessalines ,_s dans la campe de Qallipoli Te payer ce qui lui est lgitinemeot simedi Le m>|or gnral AU
tt Pticn, qu l cous orhe avec leur fussent rduits eu teadue, lesTuici d.
paiium pauioique. L'ont p^s voulu changer leur maai
(j\m- nous donnera t il bientt r re de voir- I m;t Pacha a dclar que
C t !a une [queston qui ne ncus Tu.quie reipectait les morts au -, ..
lli^t te nul cuaenr, car nous avons tant que toute autre uatioa mais que PARIS 27 D'aprs le journal \jQ ulieral fifjJJjDtl
Mdiation
len et le gnral Ma y de l'arme
franaise se sont occups du trans
ferU
et non
L'i voies terre!
pou, aigui.lagds, et en .repots s|
auvremeut gardes,
'__ (te de l'Ei.K.i
G ni il tu me. J
DOOUN L'amivertsire ds
naissducd de GaiHaume a t
totie ami d'eduroucher ainsi sa mo que l'Angleterre dsire ellemen
dtstie mais il nous excusera de ne dit-il, est la conscration dt b
pouvoir rsister au dsir de loi ren ei eiic demaude en OJtre une
dre un hoir.magp public, en rcom
pense de son labeur.
Le ccr fiance en son got littiaire. lescimeures britanniques occupaient c Gav*da t la T hchaslovaquie au rPlrtlirilA *i Paria
Nous demandons bien parJon une grande surface de terrain. Ce nom de li p;ite entente va offrir rctuuruc o a ca a ----------- .
nen-, une >attM entre la France et PARIS a8- Le garai Weygand, br hier. Une w ^aW^b
tulle l'Allemagne pour le rg em-n. d. rentr de son voyage en A lem.gae.a c, lenn l ^-J^^'^'J
ptage la question de. rpara ion,. Uni d renia comp.e de s. m.ssioa au pr g mwrojur noua .0 i^ j m
ir les pche venue de la Bj'garie /joute s dent du conseil- La nbaUM avait J* ,__Ji_itelhi
qui a t utilise autrefois pou
opra* ons militaires et qui pourrait qu? le ministre de T.hco S'ov-quie poar
b a de dterminer les mesures
le se_ll encore re. erap'oye dans le mme en AVeDigne vient d'arriver
uia, U.i de* utea a dactarqasl
ment du d.vo r est p esque teint, b0', Lord Corso'a affi:me que U cette ville ce propos,
on ne doit point marchander 1 ceux Grand: tt.e agae ne cdeia.t lam.w
qui .laissent un sillon lumineux sur jamais cette question pol.t que de 2?f f(li)(*lir de
iiui passage, les plus vifs loges. po te ouve te ea Tuiquis,telle quelle ,-
D'ail.turi la Vent c est point faite ftvait t recommande par les Etais
pour vivre sous le boisseau : il lui L'uis.
La confrence do Proche Orient a r-ALBANY 28 Le mijor gnral
t ratifie i ar les allis ce soir sous Nyan commandant la garde nations
la forme d une dclara ion lue par je de j Eut de New Yok a, au cours
la France
dans prend.e au cas o ta rsistance de u ,ma ar-Ugu v,iu. depnml
l'A lemagoe coct nuerait On pensait a fd Q^e# la pi,QCes Hereistl
q 4il serait nomm h.ut commissure uu,^jait de la tnateaae de Oorol
ei son retour A Pans en ce nnmen> __ u_a cach qiVlleeanuyatM
n tait pas a'.tendu. rlbiemeot ei qn elle voudrait r*
en Aliemague,
faut les hautes cimes
leil vermeil,
et le grand So
F. L.
m Mi Bompird la confrence ; il y dua dloer auquel assistaient lesotfi
de est dclar que la Turquie n'est ciers de la garde oatioo le. faiteett
sembarqu d Hait, des Uljt-r } ( ^
travailleurs sous cerra'nes coudrions .,r "T ...
lestrictives, et que tous es travail
leurs ont t ramens au Pays natal
leur travail ach'.v en
meilleures ponuies financires et
ce
Dclaration de air hrBHI^-fic^_ipif'fl
,., r j cheimu* de 1er dacide ie im
StatlLey B lldwni aeoiaotda l-neure d't etee g
SOUTBAUfTO:! Starney Bal- temps que U *j*ffW
dw.u chaacalier d l'cn.quier rve dau- lea ptfa timittopnet
nu sur iOlympic de Waantogtoo t ... '
dclar aux journana es, qu<* le r> JJq triDtlQl|itl pBl
dclaratioa : A Ire les dclarations de giemeni de l* qme.ioa de U Uette SOFIA Le prie.uent e o.
certains ioarotui et entendre les des Kta'a Uiie lait eatre les marna oiuiet de loi cjjStituail
au suj t de la dette o'.ionane- 11
qu. cooeerne les coaces.io^s de la e__ntres de quelques prsonaes a Congrs commi rtpreseotaut du ["h^oi^'Veu^
bi'de Turquie suivant l* lettre aline OQ croirait quelAlem.goe ei non peu aie e. que udieiaidechaeaa cous ajU^tfnkJli D_n_
par U d^gat.on des soviets au< i France est notre al iie L? maa^e ttosit aoe grandj euWreoetoaire uotf ca u.uauai ara le uoav<*
""ap"_________n 1. nmna du mort
physiques qu'ils en taient partis Les 5* _!*?d,_ ft la 5_
Arlh.ves du Bureau du Receveur G M' Cn,ld f-baitideoi des
soviets
frenceet* J^'-~ -2*"i^%UA'lii !_ff^_ii__W__l_BiS P^oacMVpeme"de mort,
f G* rk 'bT___TS ^spu^riesper^nae, qii ne Jjj ; %*&& qTd
nrsl des Douanes sont U pour l'at- _?_S_!_ _S__i_L,___JI-!f P.enea.1 ou,nOQl __f____*__?__f _____ ?e fai.e blaucoup pour vois mais
tester.
Nous savons que la United Fruit
Cy a dpos dis les col res de la
Trsorerie a Cuba uneguantie liqui
de Je ao dollars pour chaque indivi
du mrgrant a Cuba qui dsue tia
la Compsgne de te'le
TEcole m Sciei
vailiei poui
soite qui la fin de la lvOlte et des de Pen.y.vanie. a d.mand que la
coupes ceux qui veulent retourner question soi examine au petit d
au pays puissent le f i e sans au:uns vue amricain Le sinateur Reed qui
nir un foyer national aux atmniens. \tei aDi_don_er la cause de la Fraa qiU es dtat pi_poeabUi de le
ce qii est la cause de l'Amrique tiird a __ dei dtUcal.s qu'il
Dclaration dll pour les expdieo s poltiqaei ou la t10_/eaa llJigrd M baUwiu ai ,u.o
... ,, cbjn:e d attaires L'Amnque a fait Au comuaucement le secrtaire du
Si'iKllVUr UltaC la g-jerre pour que so eut observs trsor aurait pu cer tlOMle-l arran-
\VASliL-vljrON-\ujocidhui au le^ a-.:o ds ou traits ei le moal d ger des toadWoae avec ta _uuv.rue -~----_- ___, 10_ queCet
tatt, le sn.teur Rat. lpublicsin livr du militari me maut eogi*w. uia:a te ai ujtou eat t ._.. Jtf u __ _._,.__
de Pen-y.vanie. a demande que I, .1 ne faut pis oub ier que la guerr; -JJ-gi* rJSVmEZ S5S5-tt^%
d l-Allemi .''Tl-li....._____. tt Mme iVulii.n soai KKbSfl
Ci matin Mr et M.ue WiUi-an oot
lveras co,c dM j-1*0'64 aspHaesii
si u it ou est
a t une conipiratioa
gne coitre
. Tu Z-7.-7. cjagri daienoaiu.
la civilis?tiin lu mande
la iciiue -oeli'es .ux
trais pour la Lommuuto t ( muaici a pris pan i la guerre mondiale a i: si les allemind* peudint des milliers ^-li^- n mSfii y&iaM
palit) rit de plus nous c.o/oa> s. mand au snat et au peuple de cou d'annes acceptaient de se faire e lt ITrUpUBlllUI* U.rft?r* leurcue
loyo
von qu uue somme iden qu-, de 20 *,jer--i 'a s tuarioa actuelle non d un ves ahn d stUeei
do Lis. a verse i U B.nque Ro point de vue pro allemand ou d'un ont peuve de .1^14 <*
de ce.
ya!e du Canada de Por.au Prince pont de vue pio franais mais pro parviendraient pas Oa na rien tent
pcui le cas o la United Fruit Cy amucain. 11 a ajout qu'il lui tait pojr leur faire payer leurs destruc
prendrait des travailleurs en Hati ; impossible de comprenare les d.ver tio
tnaque individu serait couver' pa' gences de vue d'opinions sur le p;o ti.n
lier < ftt, '
nuiscr.c et Ue Jj.aipcuie. i. fcco.c le* iCI*
tt ses auncMS leut cappeiiem '
eue/ soi.
uo coaipameais oa*. eic i->" ,aI
du Conseil j'Admioiiatioa
hii iiMiincoi.
.1. Njaicroyoas savoir que Mr et "*.
destrUC (1'18 a CJmiUiBS:OU auincaue, pour ^jjeralep.ysdaos les premiers jours *
. Y Il COUSJllda OU de ld dette, dans Nossouinh.de bjo voyage les ao-r*
E1 ce qui cooeerne les destruc aftJ rceQ.ei ngocutious avec .a
e tiax dio
a bi.ba'ie dont ils
1918 ils n y
came
WASHINGTON -Oa a annonc
ae
Cln-libre de
Gommercd ^Vaa(
11 propri es dans lei lgions dlgitioa avait propos 1
cette somme en garantie de son te berne de rparations et qu il ou dvastes par eux, ils avaieat ac epti t^,i de 3 0|0 pour le rea.e, avec
tour au loyer. bliait le crime allemaod ; il a rappel de s eo acqu tter mais ils n'ont pas des etipuiuaus pour l'amortise-
Les chosei :*nt i ce poiut ex 10 lstmude Mitre des Etais Unis peu t:uu leur promesse. La France dont ment ae U dlie ea rJ2 aaa.
se nous pensons qu'il ;est plutt d^t les premires annes de la gu:r le te .ito.ie a t envahi, dont les in
sage de ne pa trop pas s'embiller Ie malgr
en enant : moit 1 rem gr^tion, mus 8ce ea l qu il est recommandable d essayer quoi, scr
une meute entre dos d tfrend- 0. ne pouvous
recteurs de |ouru*ux ifi 1 que. par aujoaid Oui, ,,,, ,,,,,, ......
de bjnnes suggestions, oa trrive te paient pas leurs crimes Nous so n nous mmes ce que certaines person e ra driivee uu ecord, o est I 0^1 f-HUSm i* e2peawiaataftii
faciliter loea vie de la United ?.ui mes en train d Oublier nos morts et ns :ommm:eai oua ie qtel*ed n0n du plus grau 1 uoinore ues da connu,
eo Hati et qm somn; t manifester une sympathie pieu rtstatiooi n ont pas ie : ceaaltat Je ^ui av eu. leuac tr*ditiou
Comp^oy
toute, vieni apporter un brin de s>u laide pour IAllemagne.
lacement nos hres ma h.-ureux. Ou dit que la France affame
VERITAS magne,mais s,ue dit le communiqu mdite
rca>eignc neat* coosiiiaent .'J*-
la lu te mais d'une pu 1 iq-e 1 ltrna eite les augidu^ eapraut re gT_* gg*,,^^ g ff e
'Aile le de destruc ion s.ieuiirjquemeot pr que lea Tur^auniroat par cder mats p.u; ___ ao-ants daaircM
IU lOOt siUlS peuser atoai. fou* BUeoraprnenu,
i


LE MATIN
.tons avons t miment peines
iwtDtlanote pai laquelle notre
inf.ri Le Nouvelliste eipiime
Jpeine granOe que lui cause la cam
Ign que nous avons eut.epnse en
le d'aboutir a un accoidenne Has-
, tt la giande majorit des plan-
ors de cannes.
JVoos p ouvez de la peine, estima
le coalise, en nous voyant recu-
ler de Hsco qu'elle paie aa ma lre
[emi eeopioportion du prix qu'on
Inique en ce moment pour soi pio
bit manutactui. C'est reaseniir de
peine mal propos que d'en res
(util au sujft ae la Grande U-ine,
loi cette question.
Nous ne serions pai le journal que
jus somme si nous n'tions p*s
> grandi paitisans doeuvies comme
[asco. Nous le sommes autan que
Nouvellis'e" cette d.flerence
lies que le 4Nouvellsle s'attache i
JUsco pour Hajca tandis aue nous,
fous attachoas a Hatco poui le bicu
[ne nous envisageons qu elle peuv
doit faire aux cultivateurs de la
laine. Il nous arrive mme de la
Liendie contie elle mme.
[ C.est la rt mai que que nous faisait
In ae nos boas amis de Leogane au
Louis d'une promenade dimanche
lernier Notre ami qui est un culti
dateur.. cultiv nous taisait obser
rer Vous ne savez pas comb.ea
Bous avez raisoa qusnu vous avtz
sapptie au Nouvell s.c > que le
bit prix que le tay.an obtient pour
aon produit sont uue des principales
Causes qui le dtermine dm.grer.
IQuelle contradiction criminel.e ae
IvouiOir que ces pauvies gens ne re
IcueiUeni de Uni penib.e i b.ur que
des pi ix de mi re ei quand, mou
liant de f.ia ei ae besoin, us veulent
migrer veis des nves p.us hospita
(liens, de leur cner : au nom de
votie dignit famlique, aa nom de
votre honneur national aegutmlie
vous D'un pas l b*s voua n'irez
pas l bs, mais vous rester s ici a
travailiei P0UI es Piatc* ou rn.ne
pour rien . Comuuut txpliu,u*r un
paieil uuonnsanrnt ou uia>i un
paieil deiauounemeLt ne la pat de
gens qui tout eu scandale en parlant
de traite de* ngre* et de aeg urs I
Il Uut que 1 opiuion achc le vrai
tond ae la question La .gedtns
tous Us pays sncneis, la l^tc classi
que est qwt ut Uuuts sucre Uai
tent avec les pioprrtiaires tournis-
seui? de caunea sut une bae dont la
lo mu. vii.be U\ U suivante :
lu ctnlwu U Uo.lar ce', i une que
PU une p.ie ia touue ae u.i..e pie
met uu co lai ae pius pour c*que
etn lait, de ptus que la i.v.e ac sucie
obtient sur le marche international,
La livre de suc>e f*.t a centime or,
U tonne d. canne* don se veuu e a
ao.li ; u livic ae sucie fit 3 ou
6 ctnuuies, la tonne de conuts aoit
se vei. die 5 ou 6 aollsis.U est ta eu
le base a.ri.ne aamissioie. Cest
ce p.-tciLe que les planteur deman-
dent iloto-de te coi toi nu r et r"S
les journaux de toit au P.ince, saur
le ' Ntu. aluiil ', te som >ait Pcho
dune iu.si juste rtvenoication,
El tous at.enuons Monsitut fcuott.
Conseil
d'Etat
Panama Hailroad
SUamship Line
, Bureau de l'Agent gnral
Port u fno^e, le io janvier lWSo
A' UuiUtiU No *41
Lee chargeurs sont prie ae noter
que le bittaiti teu W. U uorgas
est tiitsnuu a Pou tu l'une an
Uu'obai isuai Zone le ituai 1 tt
levuti ItaM.
Le ntiUiie d'embarquement se
lO&i ueuvieia nom le t'iet e dtoul*.
lion m iNtw \oik. ti ute yui tuvo
LfctLB tut ta Ueinande fane Ce nu
itiu.
Le ta eau partira midi Uii*
jour jyoui Ne w-lu m
u. U. THOMPSO.N
A^oot^iiueial
LeConseil d'Elat a commenc Mer
lundi le voie des bedgets de l'Int-
rieur, des Fioai.a s et du Commerce
Quelqces rxcdiucations ont t
apportes aux aiticles rtlstifs la
loi des crdita et aux budgets eux
mmes, dit le rsppon. Ou compte
soi lea recettes non prvues au vote
l'an dernier des 101 s et moyens
Lea 60*00 dollars d. mande pour
l'ioatallation des bureaux de laits
interne crer on* t supprimes.
Au vo e du budget des Finances,
Mr Thomas demande le paiement
dea pensions liquides- Beaucoup
de gens honorables et mslbeureux
ne pe eoivent rien, ma'gi les ser
vices rendus la Fatne, malgr la
loi. Cest une injustice. Pourquoi,
demande, -tu sa ministre des flasa
ces, refuse-t-on de psyer ?
li n'y a pas d argent, dit Mr Mc-
Guftie, Je voue ferai, continue le
ministre, uue rponse complte sur
la qutstoo la prochaine sance.
Les petites inoditicsUoo de la Corn
misaiou sont voiee.
au budget de I Intrieur, au cha-
pitre de lu gendarmerie, service des
gardea-c es, Mr Luns*on parle des
voiliers moteais qui remplacent
es gaidee-ctea disparus 11 espre
qu'un les utilisera pour surveiller
I embarquement de nos pauvre pay-
sans ignorants qu'on trsnsLOi prsvyue nus Cuba, malgr 1 avis
mu; Sieuei du 18 octobre dern er,
lequel a t coiliime ces jours-ci.
Mr Lbrisson parle de lmga
tio.i li uoune Ou opinion: elle uoc
r j rglemente comme 1 ont ta t,
1-ADgleierre oour Bes sujeis de U
Jarotique, it. pagne, lira ie eic La
que* uu eat sent use ei mente toute
l attention du fo. voir U: ja, au il.
noua aotnmea ujuiiea par lafieese
et nime par l'aamiuiairation cubai
ne Mme la Repun iq^e Domi. icai
ue, a Lio.. os as nue ouvrura mi
gianis. uous traite coJBOie dea .iea
lul^.ienraat ludsirsbiea. Quont r
poudu nos gants dip.oma.iques et
couaulaties ''
Mr Lheiiaaon demande aux ans e:
sux aune* dans 1e lgUmeut ae la
queauon beaucoup de dignit et de
paniotume li a toidansl honorabilit
auGouveiLeuieni qai,maigie les soi-
lie tationtdeain rCB;t, uouuer a une
solution compatible avec le preati-
ge du paya ei lea propres iniris
des rnigrauts. C'est ncessaire. Que
les voiliers a moteur vaillent lex
eut,on da l'Avis du 1U Octobte pto
tiiOani piotuoiiemeU' l'eungratiou.
lia juBuiiBiuLi la toi te valeur lus*
cr.te au buaget
Mr le uttuiatre de llutneur re
meicie Mr Lne.iaaou pour aea u-
citauoiiS au gouvtrnemeui La ques-
tmu t a 1 eiude. Le gouveiuciuent
Ura eu ion e occaainu son devoir,
mlgte i opinion divergente de la
Prte Lt,e voiliers a moteur dou
uciunt aauafacuou.
Le rappoi. de la Commission du
budget a parle non seulemeo, da
a. iicii mai ueaivtraes entre choses
eutte autres; recettes ei dpenses
des ateliers de. U piuon.
Au vote do Uuheu.bc de ce bud
get Mr iiiun.ua ae pluint a Mr l'om
niuii UU non psiemeui des frais lai s
pour les tuneitilics des au:iw-us
iijttiounairee de 1 Eiai. Ces traia
jui itfcuui. Uii les ictuse aux pau
res poituio uts delunis qui meu-
itni auuveni ne 1a seau aucun cei
Urne. C et une iniqui 6'
Le m.nistie Fombruu ne rpond,
diiii, que par ueteieoce, n'y euut
uuuemeni oblig pur la Cons'tution
tjupsiiuu et Intelpeliation n'ex'steut
pius. li vient ici detoser e dn.cuter
les pnjes de loi ; cepenuaiit il
lpona le quesiiau de Mi Thomas
Il u*y a pas u luacuptiou 0uub6.*ir*.
Il iry a pta nou piua d aiguui pour
scquitttr tta bui.t= ue dctoaesi
Une lui- Kap^oiuz la 101.
Leub.iubic toi vuu. Tio.6 p.ojels
ue lot ouui uepcB.a par MM. Me
buiiij ci fuUtbiUU soi le* appotu e
Uitu.o dea boiiSul uta aithtveadu
UuolU U tiati UU tiaduCieui Uu
i-uiaio Naiiouai et aur luuih-atiou
dea loi a aur la rtnaion des.aucieas
seivi.eura de ru, al-
La permanence est dclare et
l'on coutiuueib la prech lue -ear.ee
le vote des auttes budgets.
La ssnee a r"& Un deux heu-
res de haprs m .d,
OO
Ce matin le Cebinpt au compl*
S'est prsenta devant le Conseil d K
tat pour la discussion du vote il 1
budget qni cootir e 'o ionrs
Il a t von- ce matin le bud n
du Dpartement des Ti avais P
blics e* celui de I Instruction: Pob
que Une vsleni pooi !* coottroctto 1
d'Ecole a t iracrite au budgrt des
Travprx Poblitf-
A demain le comp't tfndu.
Pansiaua Th Chss H. Bmw Paint Co,
MARDI
y Dbet du c'bre
Rubso Koidini
Prestidignstcnr, Magicien
Supplice VliracuU ax
CINEMA
L'Enclave Blanc
Entre 2 Gourdes
rwkljo fi. Y.
M Mu M
Se on dpene reue le Steamer
> Vrtiscowr Ihopgibbons > de la nou
vrlle ligne de navigation WEST IN
DIA LI t, laissera Mobile h 4 F
vner prochaine!la Nouvelle Onans
le 10 du u me mois pour Hait.
Le Ste.mer Geo g-s M.keu-
ze laissera Mobile le 4 Mars et la
Nouvelle Orlans le lu Mars 1925
pour Hain
Port au Prince, le 27 janvier I92}
A. de MATTE1S & Co.
Vente par Convention
spciale
En vei:u d'ace obligation hypo
thesire pssse au rapport de Me
Lon Charles et son co lgue notaires
1 Port au Prince, le deux juin mil
neut tent vingt deux et d'un corn
mandement demeur infructueux
il sera piocd en licde et par le
mioistre de Me Lon Charles, no
taire requis ctt d .cl le mardi six
tevr er mil neuf cent vingt trois
neul htures un quait du matin la
vert, au plus offrant et dernier en
ihe.is&tur ;
m dune proprit tords et btis-
ses, sis: en cette ville rue Bretagne
mesurant v>rgt trois pieds de L>de
sut qu^iame cinq pieds de picfon
ueur tt borne au nord par Arger.11
ne Beilegaide Foureau' au sud par la
dite rue tirttagne, a lest par le !oi
revenant a Mr Biice Raphal et i
1 ouest par le reste de la ptoput du
vendeur ;
ju de ueux portions de terre conti
g. es situes a l'endioit appel Clin
Centime, Rue Heiue ci aevanl Brcta
goc, mesurant ensemble quaiante
stpt pieds sept pouces de taadl sur
une piotooaeui ae trente pieds et
borne au sud par la dite rue et des
autres tis par Mme Lorvan" B.
]. an Maiy ; tcis que ces immeubles
se pouisuivent, comportent etsten
dsnt sans aucune exception ni rser
ve ; sur la mise a prix de i 218 40
Aux requte pouisui.e et a 1 gtnee
de la dame Vng.oie ]ean Louis pio
puetane demtuiant et domicilie
loit au Punie ayant pour avocat Me
Ltlio Maitbitnihe et jour domicile
lu le Ckb.net duait a\ocat sis Rue
D.nt* D.uouch.s No III en face
ue 1 Usine (juce.
Contie le suui Henry Dugu et la
d.nie U a tulc Lencne piopuiaues
demtuiant et ut miches toit au
Pi.nce.
1001 iJus amtlts renseignements
s'kLitS'SCi au touue sisatugte eu
i Me Liiio Malttianche, souss:Rne,
l'oit au Pnncc je lanmt 1923
Leuo MALLBKANCHh av.
Si vous voulez avoir* votre nason raonettement veille
Si vous dsirez une teleclton de couleurs artiniaucs
Prepurts par des ilmnisUs du longue exprpmet
Achetez notre mai que lUq d'Or prpare pour les l>op\qm
Ltue ,einlure w hre, aux twjacei tes plus ruguuusts
Elle cchsene :oti bnilant eite frhe lis vile,
Elle tiipicmlemeut use, pour les mou uns.
Les cor taches et tes pices de sculplUTU*
l]ha>.unde nos je.'blauctft conrote) par nos laboratoire
/Votre prix ptur cdie peinture d< fie toute conaurience
The Chas li. Browa Paint Co Brooklyn- N- Y
Geo.
Jt'awsme
Ap^rt PxolOStf ponr Hiti
No 118 Rue Frou en fece de la Banque
AUTOMOBILISTES ]
Plus de kitoiutree sont piiou us dans le^
lefc B itauLiques eu se serv La Gazoline
Shell
Que de n'importe quelle marque d^gsence*
ifest ain*i que /' mmniciens ont
insist pour avoir de la SHELL
pour les avions pour :
1
l a Traverse
de
l'a tlan11q!)f
2 .
I A TkaV -KSI E
danglbrrj
fn usi-ame
3
La Traversks
ue
I /fK'QUH
^ ions tes mcanicien* qui ont e.s^ye la
Sh+lloni r.coanu *es quai es :
1 Plut de kUomti as pur gallon
S'z Encran*eimntdescylind esrduit
au ihinimum
3 Beaucoup plus de force et de vU
tesse en m >:ite
Si vous ne connaisse/ pas encore
la SHELL, essayez la, vous en
serez satisfaits:
l n vente au dtail
Dans tous les Ga aies tt principalement chez '
Station ae Q-.-zolme ae Peiu-Four;
Jonn H WOOuL.hiY ^uu Dan s Dastouches -
A.. C DEtTJoiN, aianaflue, salace Si^itioa Centralr
ded Fompars
En gros chez \
itobertSa J/nllon tic Co
Agents Gnraux pour Haiti

.y ,
'
4 'i.cr+- i


[Un Jour viendra
>Q*gg&Q
<*,"''** y
?9v
m j n imhr* trtmttl
< i ucrr trnut}
0O0 < W
v.
vauu.ni tt noue. Itfcuii geoerduf, I7*J RueduMafcssm de lEtal'
H. S1LVERA
ihiwr.'J6 .. dfe pl?if9 ! DOffibr clients, leur offre lei article
^Zi? %te ra,c',eure de,oute beaut d prix exceptionael
ralgi la yiar de liauaae tur les prix d "issus
I pouces or IN Chapeaux velours .uprenr pour
1
hommes
Voile a blauc
prgi.ndie couleor b od<< 49 Chaossrii de7tos d Italie
SSSSS ,ane et no,r ang 8up 50 de lou,e *"*
rercfcle blaiic aup 7
Toile voile pour peit vo,liera ^0 40
Rideau- moun-Mme anal is Un?
40 P X '2 1(2 Y.i de long 10
Moueselir.ft Hjispf de 50
Basin blai c acgl double Ij-g
Or4&5
Cipe mijre brod a la nu-J
chine de too'e beaut l'anne 7
Pas soie suprieur douzaine 9
Crpon fleurs couleur I suce 0
-iuO Cnurair anglais M
tiatin axer b double Icr.t-ir 0 55 Palm Bea.h a. pi gris forc
S-- g blfu ' gl i* 4 70 Oc.
D ill ii' SDglaia bihi c
0 70 Dr h b anc nn on pnp'air
0 40 Dull cutoi. blanc anglais
U30 Di m Ta*' r eup.
0 30 D ck h blerc Tglaia
1 Alp< ga noir arpeneor
o6C K ki laime anglais sur.
Sfi" Hrapsr8l8Jo or iaQ 0W k8kl Llnc sa, F 0 35 & 0 40
To le 4 dr,p fll ...g,.,, 2 M Z ph.r barra soie pour *-
Sl'S.* ^ ai "-nd lar* <">P 0 40 ebl miSM *t rob*s P o eo
Tussor de poie pser chemise
a lioiu m ei ube
Gfb rJine blaoc e barres
Orgauai ccultur
Kolienn a?.- I.
Cipe sngiaie g- I
Ctpe auglaiH p i
2 5J
=40
0 75
0 50
0 40
0 75
2 40
050
Bandes brodes cuisse pt.r
boue et dtail
Broderies pour robe
HtlgoSi de toutes u>s qualits
et grand-uia etc etc
Organdi suisse brod I aune
Bas o>rri soie douzaine 5 00
Bhs A ijurs cupneor '\ Qfl
das coeicenss sup. j yo
Chans'tttes enfant 1&I&2
Cheran. Iroci mancFiW Cf>,rt,s H
u0 f. 1 v",le "' 8ra Jda-wlien 0?
L* liste Heldil trop long Je ail DOMf Hait et racler fau t artirle..
que nooaftfOQi en roagMia ceit ponrqool no is ro-jm SUS* 2
W-SS1 Pourvu, empira Jflo *an0. it fi
LJL tKAi /!' nulle Prt von, oe trouverez deT artic es d'ausi
bonne qaa.u A des p ix si lduits articles d aussi
KMIsB WlUth. l t bon prii&
JSacs vides SSSTL mal. "?
coton -f< araiD de
coton a 20(22 cens par lie
Spcialit ;
Sacs vides fc***^*
A M v^ ii StKfQO p:HT
Cacao a ia eeniimss n*f c.
En tente chez
L. tREETZUAM* AGGER HOLM
Il .MAI1N
Avis
* Le lousiigoe donne rvii au public avoir egar,
ancpiia au No I 768 Commission h', quitte
aie Mule garnies, pour trait des funrailles arai Charles Salnave. d.'C M la Cuerre rt de la Marine.
Il le dclare nul duplicata devant lui tre
livr.
Port-au-Prince, le 2b lanvitr 19a;
S PARU

*.
Avis
L'S feuilles de solde ?ci No- 8^8
eiacji c!tvarit ii somme de
77 gourdes jo sot t sdbiie. de
vati en es; dres".
Ce :; lanvier 192}
Dt'rhesne MI' 1E.
Arcirn clfi:ier d> I? Reforme
Hnissier au T..'buua' de Paix
A vit important
Les i'.p sonrpR qui ont de ffHrei
A rgbrevec la pot*? rn de feu
Psu -Emile (.araque dcd A Po t
de I'bix, ont avint'p qi.'picun rg'e
ment ne p^ot tre fpj rjts l'an'ori
saiion de Moisifor Errrneroel Char
le* 9< nrsic . m itre. pi qnaht^ d
'01 x d< r dioit et "crions i'..u i.u. 1: 1.1 1 ci i i ai'':- lie I prie
itiisqu* e-ul? I eriliere du ri* r'j-s
Sign EamBD < 1 l h Ah. cS
Pharmacie VV. Buch
Le seul prservatif du bois et 4e
Carbolinum Avenariun
Reio""" dwjg plu d40 ans comme le ping efficaetf
h* Carbolinum Avenarix
S^rt prisrver le bois ho"s el sius terre cont-e h poi.
dans toutes ses forres, las influences du cl'niat et la dt
ros les in sec e*.
A emocher et k supprimer le chimpigoon :'ei maisons itiJ
icher les murs hnmid/s.
I imprgner es Vuiles, c -rdiges toiles et filo.ts ne pchei
Le produit est un dsinfecunt de premier ordre svprime,et i
la vermine des curies de chevaux ainsi que das poulaillers.
aussi un destructeur suis pareil des punaes et des autrWl
miner
Le Malio
1BONNEMHNT
Un *i> s
Port au-Frioo- (iiunJe. 2 (10
Hrporteiueul \ jn
EtrdUjjcr j y y
ln.-tr..tii el aUfloew. ul> pnrakirt il'aane
Lisez & Mditez!
Q -'est re qui soi plus d^agrrable pvir les pireuis don .
que de recevoir, au dernier moment, a cercueil mal fait #
prteetJable, qu nd o i a conscience d'agir piy un prix convea.
po"r cb'^nir quelq ie chose ds ban f Milheureusement c'es ce]
suive as^es s uvent !
^fin d'v ie a je vous ne soyez dans n el cts.il jsl trs p;ua
de eomma .d-M* ce quM vou faut directe nent ehe* le souaiisroj
est le p'us ancien f brcani dj carcuail itrj cettv pltcj et doa
bornas rp talion e t connue.
Piix a la por.e de toutes les boursea
HENRY STARK
Hue au Qaux, en lace de ix tiare
N B La no t et les jours de f'.e. s aaresser su chef d'stditx,
Monsieur Blchier Husson
Rue des Fronts forts No 602 en /<
de Varcienne Cathdrale,
N. B. A part de mon Chef d'il lier personne n'est autoris
recetou de.' commandes en mon nom*
"Nervosit"
New nerfa ressemblent a on
treillis compliqu de fils tl-
graphique*. Commands et
nourri* par une partie da
cerveauque l'on appelle cen-
tre* narveui les dlicat*
filasienU nerveux ravonnent
dan* toute* le* direction*
travei* le corps. Austi long-
temps qae le* centres nervsui
ont capables de fournir
continuellement de la nourri-
ture aux nerf*, ceux-ci demeure-
ront forts et sains. Mai* es
que le* centre* nerveux l'affai-
bUssent a cause d'un surcrot
de travail, de tracie on
d'inquitude 11 leur est impos-
sible d'envoyer la nourriture
ncessaire et le* nerfs devien-
nent fatigus'et s'aiguisent.
C'est alora qu'an bruit soudain
vous fait aursanter, vous
devenez irritable, vou* *oufrrex
de nvralgie, vous tes agit et
abattu. Dan* cet tat de
choses il n'y a rien qui gale
WMcmrus
Ts Wlma w Lt
Parce qu'tant an aliment
puissant ponr le* nerfs,
Winc.irnis tta ;u la racine da
mal, cre une provision de force
nerveuse nouvelle, stimule et
revivifie le systme nerveux
tout entier. Essayes Win-
carats pour la Nervosit. "
C'est merveilleua. Plu* de
10,000 mdecin* la recomman-
dent.
Achetez m beuteilU de Wiicarut
joiirrl*hniom peni Tobteair daas
loi le* f'htinucici, Sic.
OOLBMAN I OO. LTO.
Wlnoarnle Wurki, NOUWIGM.
? '
En Vente chez *
FiuNCKJ. Martin *7^
Au prix de 2 dollars granae boa*
(sUle el 1 dollar 1|2 bouteilles.
Aae da slagita da t'ntatea fs:e
Usias I Glace, Port su.Piiuce.
f i r; f _
Dfiez vous
des iraitations
C'est un fait reconnu que la Composition Vgtale de
Lydia E. Pinkham est le meilleur remde pour les mal
d.cs de femme. De. milliers de femmes tmoignent de
ce tait MalKr cola il en t smb] .-e mprennent en essay-
ant d autres romtles; oit disant aussi *~j%
N'est ce pls risquer beaucoup d'essavcr ces reme-
des-rt nest-il pas prenable de s'en tenir un n.dica-
ent reconnu comme eAicace et sans gal pendant pra
de cinquant ans. *
.. .< I
User c que cette femme en nenae
San Josc, Costa RJdL C. A. - T ..L .uiploy lu Corn-
p..s.t.o Vgtale de Ldla K. Pfnkhan, pour les malaises
dont je souffrais depuis rJeui ans. J'avais des douleurs
dans la tte, le dos et le ventre. Des vomissements fr-
quents m'empechaiem de travailler mon mtier de cou-
turire. J'ai lu un fas, icule concernant la Composition
ygtale de Lydia F.. Pinkham et je l'ai prise; m santc
Sri maintenant rtablie. Je ne manque pas de le dire
toutes mes amies qui nie questionnent sur ma sant"
Srta. Talia Mari C. 8va Ave., Calle Puebla, San Jos,
Costa Rica, C. A.
Soyez Prutente*-V.\,-eeptes que la
Composition \&getale
L de lydia E. Pnkham
^* H**.WWMWI>SD.ClMCft LVX.wm O.S.*.
4
-
u

-'

m ve>
\*> -
-

K.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM