<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN Par Gable Nouvelles Etrangres Les Cours La Commisson domaniale NEW-YORK ae—Sterlirg 466 }8 Dollar 1$ ?6 PAIIS 20— S'tl!rg Dollar 70 ix 15 185 la Commission hitti SSCBrfa^JSB RfiSSlMP 11 An ut \'. / in ii'jlu n Kl Ham m< U Futiu rendre B^r llUWUlUIiUU Reicb >P0S' alle et l'OCCUpatlOn ble.dani.euslaFunce rendre Ber u lia responsable devint le monde de (le a ItSl F lowltl malheo'8 qni pourtoot s'a •alite ;ur la population de U Rhur. DUSSELDORF 19 Le gnral n/fscuile, ronemaodant fonait, a fj^g emDloV'ft de Ift sign on dciet DOIT et. rde les sanc %  %  tious promulgu s ber parl.com H II UT SefOOt |Iye ni-sioa interallie en Rhn-M e te de la zone deccipation e la Phu>' Cirq dre.tcU's de mires on* t arrts dans la rfgicn de Bochum et Gladiach au notdeal de Cologne) if on tt npr n Mit autour de la lettre ouverte de Mon* Heur Pierre Huiieourt Monsieur Briri de I8C-4 |St.s. ta 1 mmple Parmi les petsonnes arrtes se b't en co n tra J c ion avec loi rrme trouvent des fonctionnaires d'tat di Rpondant l'article d ment empars des propii es rurales Mr F J et urbaue laisses vacantes parles n rus d industries et capitalistes, ri k Morin publ d^ns lMion de Fianiit et mme les R'goicoles. ils L'emprisonnement ne sera pas rigou Hati Commercble du 10 Dcembre taient couvert; par la prescription ieux parce qu'ils seiont considrs 192a relative^.1 | t Loi sur les que leur garan-issait l'article 2046 les Les franais *mtisst ut Si tonne iie chai bon franais sont o., $en Dussel(io f par camioot Dans la zone malaise, autour de n ob les. Aujourd'hui le seul leuts descendants ce jour des bien s attJ matifre ce soit contre l Etat que la prs leur con'ra que %  ........ --_. -... q ui pa cnplion a couru ? — he serait ce pa, jau-sseat jtrqa' Cologne, Us anglais ont accep'. de fautait n'avoir pas peru sa bon i plutt contre les possesseurs antrieurs^ l*its de leur an: eone possess-oa, la p ne pa~ gntr l'application de sanc humeur a t Pnli Thyssen ch 1 d iSo^} Ht lorfque ce serait contre lEtat quelle les dispense d d s pas ? — Et il ajoute^ en tonne dt con H en est de mme pour tous ceux Trois cents contrleurs des doua industries d? Sun s cluvon que tous les biens du domaine qui eurent i te;evoir en dons, autre DUSSELDOkE-Virgttt'unem : lle aesdts fina; ctset oesloits franais. Aucun reprsentant des ouv itrs priv de l Etat susceptibles d appropria dt rcompense spciale, des portion! loi tes de chaton destines a l'int italiens et be'ges sont anivs ici avec n'a M mo.est ; les Fiaou? ec tion prive sont prescriptibles comme tous de terre du domaine de l'Etat et qui ritur de l'AlUrragne oat t sais e> plusieurs centaines de douaniers en vo ent des mcaniciens tt.h.uif u-s tes biens des particuliers a auui'.nt ga ou perdu leuri W aiiouidhui parles franais et euvo uniloime pour mettre immdiate dans la Rhur. ils ddaieut nue nu' M^is quels furent ces occupants de donations ; ils auront toujours ytts en France. Les saisies, qui ont nient excution le pic gramme d le ment oubl pai les vnements antrieurs du sol et qoi, ]dsqui 1804 pou si dfendre le moyen tiideva eu iitu dms la t aie 1. de Dui bourg, la commission de contile les fonc n.a s admettent qu'il y a danger qui en eurent la paisible possession ? prescr ptioo, du moment qu'ils poat Lu aitt-ei et Hoeiue, n ont crovcqLt rcands lestetent li o ils sont. un encombrement de vous de che Nou treuvons la rponse sous la :oit tabli que eut possesson tt LLLD incident. r mins de 1er ne se p oduise si les ton p um du Mire dm? la mme moate A une poque antneu'e ces On perse qu'on ne trouvera que fisc tion8 continuent tt si les trains [tt e o V e. Ce furent, dit il, les lois qui woitei^aal la suspensH quelqu:s millions de ma-ks d ns les oe ciicu i enl plu$ aft aQchis noi „ „ m lUlrt no ; sou de la pre scr.ption roitre l'Etat bureaux de la douane cependant le u umil de8 ttiDes M ur :nt les erteur serait de cotre qu-ivrnt A804 dsh seuls 1er F anais :a:ent pcisesseatl mande des tiai ais. Les saisies des mines d tat par les tioupes d'occupation ont commeu ce. Les puits de Be gmann? Qltt ck et Westeihcld, Presbuer tout occu ps rxilitautmrnt et le diiecieur bhiens a '. an patee qu'a avait efus de dlivrer du coke Les tiouptsontf.it leur appar> qui jusqu'ici n'avait pas t mi:e en vi gBiar, La France t (Dt SO territoir colonial S INTPlhRREETMIQUELONla lunce n.b.ndonneta umais une ...... leur Kibiuson lemaodiut que M E'.ataUaiasoioot reprsents ofctH leoifot la coatnisiOQ des rpar*, tions. tiou aux pui t de MoeLer a Gl.dbe.k pa ce i, t ae iCn uintciie mme co il aux aines de Rneinbiden a bot, 0l ul pcui M U Bf a „ cn t.op Les toiutiont.fci.es dea douanes IOl1> dclal M StI>aut f *rais et telge ont con.pte le p l0 dti C0 0 Dits, en a nvan ici. jet oe contiols des exportations en Le Uj Dlslte t dll qBe i tbut de Rhnanie qui ompreuaeut du COBJBtrca des m.f.cies celui Ce 1 Allen i gn ainsi que 1 duus ue l'usine de Ktupp. pi us p i0 i*t. a en pasaer ' co attuut.i.t puisque tout le monde,! Dusseldoif, consta e que le commeice parait piospre, les cales sont leŒplia de monde et les UaQl r raQrd ,, ,, ,„ rd 4 l.eux ie plais. rs loni dexcellen es af mttl i de lAiUma^ue d attendre ds dans laquelle les parties sont enga q ue les' autorits franaises dans"l u/utiles lutormitions avant de sa ges trop srieusement peur pouvoir Bhur prendraient sans doute dss m: prononcer ar la rsolution do sos s'en retirei sans pnes sii-.use de ures propres d iaitiative pour presng-1 tace aux couditions qui pourraient Noua pouvons nous passer du h r se p.cduire le jour de paye, ton de la Rhur pendant un nus a Les fonctionnaire} frandia ont dcati aujouidhni un des princi druenti un certain nombre da ru Ou dit que le scrta re Hu^mi paux memb.es de la m ssion Iran meure qui sont venues de Berliu ne sera plus alors oblig de paraltr ais il teste voir pend.nt com pi opos de loccupauoadc la Kur, en personne devant la commisaios bien de temps l'Alhmagne pouria y compris qieie marchal b'och, la snatoriale. Parmi les documee f En attendit nuisaue %  *•• %  M>ngnou un au0Q lleB allemands dfaire deux rait entralaer le rappelde M '' %  r : iStriin rtf8pO#l8U0(6 bandonner certaines colonies pour PARIS 20 — Les industries de ls 8" ndfeB dmonstrations, ne sont k vous sssure valle de la Rhnr continuent i fonc StJ^JSV^^g^Jg^R que les aotori pris toutes les pr exprime la conoaote i^uc IBS ireutis etdtlOtil necesaaK obutdeia deuxime semainedo: sidreions cemme un|soldat consid o'o:cupatioo pourraient continuel \i niatli > t i Uil ,/.,.„. cup.t.on. Les allemands concenuent ie ses blessure ? f aue marchai les industiies. On rri'WMUtJuejJ UlUtSrm'b ltut tesisiance au point de vue eco Mi S*traut a t n.sent tous connat paifaitement qu'il y auia d-s nomiqLe et hn-nciet ; la commission les touUiont.a.res coloniaux d la r d.fficult mais les fianais pos du conull illie est optimiste et as sidence du gouvetteu il a visit dent des moyens qui, cioient-ils, pet suie que les civils allemauds tt ou le monument ces hommes de St rnettiont de surmonter les obstacles vueis allemands del Rhur seiont i'icne et Miqnelon mort* pouria Le prob me d'argent ne *erub e les p.tiT.ieis i soutfni de la tact.que Prance dans la Graudt guetre,l-h;el r as beaucoup tourment?' !?s milieux adopte par le gouvernement alledevilketiespiinc.pauxmonumeatsgonvernemrtaux.leifocionnai.es, ,. , ,„ n lin rj „ u iUllv „, ,, œand. pubicis. il a ie aussi teu pat la mu disent qu'il y a VSI de -na'ks d^ns k auce da la aeuaioo du eeortaireet ctes Le tuaa seul s une loagaaf Les fiacais assurent qu'ils font nicipam et la ;himb'e de com la Rbut pour poyer El demi mi'ion la luite del confrence qu il a da zi mtrs et pose 90 tonnes a tout ce qui tst en Uut pouvo r pour meice qui lui ont offert an vin d'ouvtieis a >emands, ra-ns us oit i eue auioarit'hui aven le si.aieur sou afft sou poids at eint pi*" ravitaille: en vivres les ouvtier;. Les d'honneur claIC ^ Q <,| s ae sautent pu si on pou Lodge prsident de U conamisston, 2u tonnes. La trance rendra 70^/0 visite tait daononei ux ti US,. r w 7 T lwu u "" tu ," Bitm ae lAiumaguo ua a dit, pour tlantfS f aa P Dol t l UX um le f a faites, les elitats sort en grande ma rpocd e a ceite rumtur, qu'o n'a lutdeu han.e et de voir ce qu on ; 0li de nat.onsln allemande. f-i. nullement ItotecUon, pouf le P' potna.tfuit pour rendre la colonie momeu h'-tablir une autoiit su rduite ses dettes, le vous sssure selle de la Rhur continuent i fonc "^.r 00 8 'n. ! AU LA CHAPELLEAucune r qu'une pareille chose ne se produira ;0 nner malgr la rsistance Dans le. gg *BL.g "" aistan.cn a eicl.ute il la requis.. ).mais ; nous avons des dettes et m.heux frarns. sujourd hui, oa 1 ^1! 11 e ou non des espduioos de charbon sa nous en sommes heis. Nous les ron exprim la con6ance que les troupes caaiio.s necesasires. que i le prsident le voulait b'so PARIS M. Marcel Cachio. <1W t communia e de la Seine, a-jcai d'avoir manifest rcemment ui acitade hostile la France bas* a t arre tt crou la prieou la vant, la chambra des d3pui avait vot il y a aoux jour is tef de 11 n. nui. ; 1 parlementaire Le jeun al annonce qne grau-i canon, qui au licous co^ WAStllNQTuN 20-Labecrtaire Huguea pidpare des reuamgaem:uts co^ipioieuiaiiearela ifa aux aciesda _. ,, .... M rt^iaud Ujydeu. obseivateut ami trait eu France, vient d 4te un* riCdin a ta comonaaiou dea tprs la taale.ie iut oaiie de lUcl< tious, les dccujiu.8 seiont aoumis OOJ glgaatesque tara uaapar.de la cuiniu.asiou des affaires irao pius da cjnt kiio.onea il Idl a J^ gres du snat. Oa a ea cOunaia tio da l'arma,uent da d^anae P ( P' T 1



PAGE 1

LE VfUiV do sol, il ajoute que c si l'Etat d'Hai ti possde en ce moment un domai se ro-al, il a t coi st'tu SEULE MENT pai 1 s bien, ton.bs eo ds brence depuis qu'il y eut un Efat organis, c est i lire depuis 18(4. S les colons u taient par les seuls pos sesseors dn sol, ce sol n-t.it pai non plus uniquement pos d pu les arhanchi; Par ce qur 1 ous a-or s d I plus haut ncu c oyons avo r drro 1 tie a notre honorable Matre que le domaire de l'Etat — rural et u. bain — tait aussi constitu par les biem des anciens franais. Me Jludi ourt n a pas prtendu que cela II a encore la conviction que tous les biens du domaine natio nal. susceptibles d'appropriation pri ve soi.t prejcripibles comme tous les biens des particuliers Sur ce point il a raison et il a aussi tort d'avo r trop gnralis le principe dans ses tflets. U a raison en ce sens que la pies cription doit tre admise contre 1E tat toutes tes fois o — comoie nous Tenons de l'tablir — elle a pour foa dment une possession vmgtenair antrieure i la prem re loi qui d fendit 'a prescription contre 1 Etat ; en t hois de ce cas, Me Hudicourt a tort de cioi'e que les biens du do maire priv de ib'tat peuvent tre prescrits. Voyons pourquoi ils ne peuvent pas 1 tre. Bien lcngtemps avant la loi du 27 uillet l voX, c'est i dire en I864, une oi fut promulgue qui suspendit le %  cours de la pre cription des biens du domaine national. Quelque tempj prs, en 1877, ne nouvelle loi fut %  brise, laque J: disposa que nul ne >eui occuper un bien faisant partie „,_,= !•• An „.„.. J 1,1 < J • Noire atat M Lharl-s rorabrun. Secretnrc es domaines de l'Lt.t m en devenir fatal de iatr.eur et des Traui Pubiici iropritaire, qu'en vertu dtn tire sias Foi.biunoai eu u douleur dperdre uihentique Cne cernire loi resta e V r nl l,t Luc,BN **** **.— %  %  a heure. mmmm r. i i""" ,, I" > *ge Je io mou — Les lutterai.! au om li.-u U VgU.Ur, Selon nCUSJU qu'en ltfoS cet aptes midi Le convoi partira de la nui on OU 1 S gmlaeUrS d lepOJUe Cru• or ? u,ire Averue de rurgeau pour se rend e .... n .,\ m ..__.i j lEglie du Si.r-Cœur de Tuigeau, lent u le te rappeler et de consa S i£tcondolance crer, un fos pour loates, qu£ es Biens du Domain: priv de lEta: •***—— > r | r*^BgBBBB laont inalinables et imprescriptible?. ^ Cnte loi de 1908 marque le der LommiSHIOri de nier tat de notre lgislation en cette matire. On objecteta pour fane cb eaux lois de 1864 ef de 1877. 1 MRS l wtt Tujl Ml DLn.1 Der nie: oinveuUou pou i' pro LE I rvtre sait t VACU-FILTE'K Est le meilleur et 1, plus moderne filtre iins le mont* enttei a retir: d.1*t qwlques miruies tous les germes ti matires impu ni dans l'eau et la rend duueel pure. Chaque mais ni prive doit en avoir uu .sur oui p-.ur fi lier [*%& p*wr niants Va-1 m eux l-hrer vot e -a*2 tj'i'ifair les m h 'ie* djs reins, du to'e, dys tuerie etc. Chique caf do l dD avoir un pour fillrer Cet 1 pour leurs clien*a Dans les coles pour vins, extraits, chunt us, A<> I peu' filtrer /Vo ( toi 'I The Chas fi. Brown Paint , flnatyiJL Y. Si vous voulez avoir votre 'maison coquettement peinte 01 vous dsirez une slection de couleurs artutiques Prpares par des chimistes de longue exprience Achettz notre marque Coq d'Or prpare pour les tropiques Cette peinture adhre aux sur/aces les plus rugueuses Elle conserve son brillant elle sche trs vite, Elle est spcialement use pour les moulures, Les corniches et les pices de sculptures, t >S; \ t^'Z^m Lnacun de nos ferblauc est lontrol par nos laboratoires Notre prix pour celle peinture dfie toute conccurrence The Cias fl.Browo Paint Co Brooklyn* NYMettopoiaan Aeraitd Watur bactoy in /cs'e le levs. Il piui filtrer tal* cul: -r' Uaucurs, matires ; hHogrophiqte t k 1 Dvia & CJ Leho & Pu k Laiktoi. & co-Paierai Sug*r Banni ag t. > — Univeraity of li'im et ILIIIPS autres cimpegnies. Dmonstration acuelle de la \acu-h lUre Geo. Jeat98me Apent Fzclneif poor Hati No 118 Hue Frou en face de la Banque Ilt 1 de trance Dcs „ C'est la vrit Il ny a rien faire I C est prouv I La Espana En face da la Poste A I* pluKi-xnd chou ti vet.dlle meilleur march. Venez-.oir le nouvel arrivage da Collier montres pour bo.no: .-s et femmes. Ceinture dernier genre, Bouc'es d oreilles de tous gne, T* araliOnS !" c ,38d 0 ^e*qualit>, Chelnea Lune a s Spciaux Grand Htel de France Q M par sa situation m.iqne au centre des affaires se recommande plw que tamais au publti et .s nombreux et d.stingus luml pmrsi CUISINE soign* et tout le CM stable n'ees-aire aux \oyagwrs de Commerc et particulirement aux commenants de passage ft Pori-auPr,Mce L <>tel dbite par Gdln $ par Bmrrtqn's de* Vin* de Bordeaux qui i H r juss }ux prix fta e lles ont i^ab o^es par les d.'tfi compose de : MM. Charles Dupuy, d autre art.cles, mai!i venez v?teTe. i J VMM viennmt directement deBiRSW et smt garantit pur rentes Consti.utions que noua avons secrtaire gnrai, ~ Franck Lhcnet voir, vo..s log'fta Dr'la suite et tu raisins, nous vo irons h prouver nar des Chili H Kl i] 4 TS —' mts daLi l'inteivalle ; Un ant du et Cassagnol, se:i;iires-ad|onts ,— von pourrez comparer les prix et ous u no ^ toujours la dis option des Clients. riituoai d'appel de Port au Pnuce a rimile Blanchard, comptable et huit li qualit avautageuse UlunitHUinP Pt V i lja fa t raison de celte objection en dsctyiog aphe. ~ — %  — ~ J ^ r '' lecd-Di 4 ue les coailitutions poit ieuresl cis d^ies lois, notamment, -— elle de 1^89, en maiieoint le Code D^„K • ,^ r, At -vil ont po„t vemeot dclar main trrOCflCline rPt-enir toutes les lois civiles qci sy s o us sommes en dememe d'an attachent. noncer tous les Amis du Sminaire tisurr c'est la loi mme qu que, les lves de Sfe Martial prpa OH en principe que lea biens du do MM l'occasion de la fte du K. i. me pnv de 1 Etat sont impier Suprieur, un drame des plus pas "ptibies nuiant de ceux de son do sionuants, c Caonabo , le Giaud joe public Cacique de !a Maguana. 1 aur ceux qui Q e se donnent pas tn attendant de plus amples d peine de b, n appiofondir la ques laila, nous nous contentons aujou: OD, il s:abe d'une criante lojut dhui, d annoncer le titre. Il se i:ia qu il pu sse tre permis i i Etal, me de lui mme pour attirer latten otqje 1 E'at se pe m tte de p ts tien des Le.tics e. osa amateurs. J ui les pirucuueis, et qu il in1 ra>as ngou.eusement tont acte — " %  *"" "%  %  %  %  %  •PP'opriation privei aox tutr „ Bilan oa H y de pi0S j USIe ffete dfense quand on Ifitat n'a pas AvU de dpan modr*. Comerves .noal r d>* tran* Si^liMS S l\\H V****. Premier choix. ;; Pharmacie F. Sjourne Les IEJI le sp COLON se.ont fermes 25 1 nviei courant. Pot tu PriLce. le aa Janvier 192 les pense moyens pour funrailles Vendiedi oni.ier. ont eu lieu 1er fuoei'aUea Uc y oi, dire JJusrouleaux. Le defuut eiau le couaiu germain ASTHME OpprttHon, Catarrhe, Suffocations, Toux nsroeutss. Ourlion certaine pur Ici CIGARETTES CLRY .tu POUDRE CLRY Dr CLERY, 53, Boni. St-Martin. Paria. I Donne avis sa clientle, aux mdecins et au pu ,/„V-'l H trayrsorm son Laboratoira d'Urologie en uu Uboratoirt de biobtfie appliqu sous la Direction d j UT Htcoi et t. Sjourn Le laborato re es oaverl tous les jours de 7 hres du malin h ft K *5fc!£V!!! ?. !?..* %  • **>* Pr -ues dans ce ci joiat e ldlg U u .'.-. i to I ,'? ,M i 1 ei te ""'" StS b3is et e*"**. AfcuVi HoniuT Alfred -'s. et qu'il seiait trop facile 4 mpone qu de s ea parer ae qad ?fi Pepatie de 80a domaine pour -rr ^Hu'-ll'ipieiciiie. iales" 3 '" 1 6 CominiM1O0s ^oma tant Coudolauces aux tamulea prou AU (Notice BritidU sufcjeciB aie a liereby ** M'iqol vcni biecii fonctionner, • 'cacimfni er .. n Ue ,E i at P0U "'.S" qoeatad to proeut vhemsblvea to? •B c ! k &A tdtt M ,nlllS l-regratioo 7t the ButiaU Lega Ion n a de 00 *>">"M tioubdiweeu tha houraoty tt-m.aud mnemtmV!" ^'^ P *'' bzmw *> ""* ^^t ,eir l"*pVi of identifie^ ion by an Hdalalif den u, 8 tr lab.cg paaaepons oro.Utt paptra otjtoa Atniiieil c t:z*o wbo haa kuown kni u l01 1 ul lM claie un prs ttiy. Jou*ry A) ih, 19i3 FPt.blts |eiera:e, le IJ | AU A .encrtii et zeos AU A./ rr can Qft'ilN wbo ara rot mta bei. %  < of the mi itary forcea of tbe Uoiud States are orged to register at tb? American Consulats hre. Trnappliea to native and on* turalized citizens, and alao to citizeus of Por o llico and otber inaular pcaaeaaiona of the United States, loieatjfyirjg documenta muai bo submi:ted aod eacb apo'icant for r giatratiou mut be accompanied pnvier 1923. M Roger HlLAlRE. Hceplion torh!1 0 !: 1 boiuo recevra, Jeudi cna lQ ^ d „ courtBl de D a 7 neu I du ioir. El Hevue Cubaine En veme la Librairie du matin. Pria : Trtate cenuues amricaus / tbe applic.nc for a 1 ast a year Ci* i./.eua ali.jjiiy regiatordd hre are iimiuded iliaitbey mut reregiater eveiy two yeata. It ta reqdeated bat pereoua applyiog for registre* ion ca I at tins Uonaulate during ihe afcrnooa houra fro.n "2 to 4 P. J. wetkdaya eicept Saturdsya. Jauuary s2u, 1^3 ROBJtUT DUULEY LNGYEAR American Vioe-Cooeal t siuf p3 ir ie 1 e I? eonctaii{9 (Jte Scrta Siranl reu, s que ie mardi d' chn aeisioain). badrj.>r 1 a Krurjncte po irli i. ni.es d'artuea tii'jis'.rii]u , Heacuon de vV'nssirman 1 HdaciiOQ de lY.boule-, EIMMQ du sang du pus IAd:u*ia d s inaltrs fcca'es HW9 ue crachat ^ Ibomi00 ractif r unsan>e UrA Scrt 4 v is auxp rsonieq tt'habillmt bien Uo tiouve (1rs 1 iix plus b a que on 11 |V a tiOHjrVa. lsai ic PU aulvea a, l la sjtiu c'a epOfge* poil-'e fianc oa auttea. Sie U rote dite uiallifn gajro g lad shlj J 'ona d soie etc. Piema ti • ll.-ielha rour c.?ra8g' et teHIa. Jo'i^ r h i> u ronda tj J p %  uat po ir dj i ei Formes de ch paauz ti es j ; la. s? ro oeceeloni et rabais e>c '"*.'"coton^ai H 'e dj aod \-bii 7 %  yen, ta. c,h*/ PaulE iUXlLl IIM* 11 aveiit e et viayaHin de l'Etat



PAGE 1

feL MATIN GLCBOL fortifie Un mais de maladie abrge Votre Vie d'une anne. Le CLCBOL permet d'viter tes maladies en augmen* tant la force de rsistance de l'organisme puisement nerreue Convalesceeoe Neurasthnie Ples couleurs Surmenes i La oure de GL'BOL augmente la fort nrrWUM et rend M net-fc rajeunis toute leur tnerfie, leur souplesse I leur % ifuesr. ' %  > I '• M LOPWKW MEDICAL n Ce M'Mf H"^!" 1 *'' SlrtSSlf r'tif ce •rtff /locei **># du ' et U tel^ W ASffi^*topPitah **" ^ nuisons et d 4 imprARuer *• !" ! ( -\ !" d „ ren)ier ordre suprime.et ch*, ^ILlcurii ^vuU Que ^-Poulaillers II alfi un d t str\it:.eur saus pareil des punaies el des autre. ainef "\an an' tt louai A* nts tfe erao. l>2i Raada Magasin de l'A -1 Tuspor ilo soie pour cheirite bon) un et robe Gabardine blanc birrs Oigai di couleur EoliennimI. t-it' %  snglaift g I Cipe an,-laU p H. SYLVERA Dnnp le but de p'aira a P nombr*rx ohsntt. leur offre le articles suivant* dp IO te fraicheur et de loat* b^iut dea prix exceptionnels maU' la •. r -rc hausse tar les ir x ds tlnos. C-.evio rtii •" l oouces o: t r*) Cbapr"*z "*>o ira kUprtur pmjr Voi'e b'.anr. i bommea Or4o O r r:die couleur b'od 4> ChtoPBux de irnu d Italie Bnban iaone et noir aog iop 9 W df toutes qua'i's r*ro le banc aup 7 Cte-e netjre b-od la roiToile voile po-jr pu it voi'iars t' 4) chioe.de loote beaut I anoe / Kid^-"' raon*line aigUia l*rt? Baa oie suprieur douzaine P 4'. F A 1 M2 Y .la de lo-g 10 Crepcn flea-a couleur I auo OH J ICoaaielb e SJISPP d* B I 3 50 C^finir anulaa itip Jr, Basic b'a c arzl double "' n V n> gonal noir extra & %  / Ba io axer g b double largeur 0 55 Palm Beach agi gna fore* ^OJ Si-ga blaa an/i ia 4 78 o D ill fiangla-a blanc *£ 0 70 Dnll b'auc union aog'aia 0 75 0 40 Drill coton bU-.c aDglsia OoO O.'Ji U'iil Tuaaor aup0 V) 0;J5 Duck lil blanc anglais 0 7J 1 Alpaga roir suprieur 1 1 obO K-ki Hune anglais eap. 050 Coton draps angl 8J v or ItO 0 iO k ki bl ne a.ip 0 35 & 0 40 Tuile drap fil angiaia 250 Z phir barres aoie pour Toile a iiiaeUs gratte larg I0p 0 40 themipes et robps 0 ou Bandep biodeee Euirsa par Bas dni soie douzaine poo boie et retH.l Bs jjuru cupriecr J !" Broderie a | our robe 2 Bas rrerciies aap, U ~A W Peig es de toutes lea qu.li'B Chaud?etteB enfant 18TJAS el giHidii'a eic etc Chemis tr cet manchea coar tt P Organdi eu es< brocM I au^e 1 50 Toile \ voile pr g-anda voilis-s 0 70 La nete 8:>r-ittrop lorg-ie B'II noai fallait < um^rer tojj lei articles que noua avoia en magasin c est pourquoi nous vous iovitooa, avaf t daUer Hii^are pour vo* emplettes de UJ dtnotl passer la BftJaOQ 11 SILVEHA, c*t nulle part vooa ne trouverez dea articlea duQl bJrn a QOta'td dis ptlX 81 lduits Cikiaeii 0. K. eu barils de 400 ihs VIENT D'AKHIVH En vente chez ts PreetxmannAGGEtiHOLM hue du Quai i. nrsnSDttie ; ri rtoos* I neuf Caf anglais p>ur i',s bon prix& dein MUH miii poir cottn et yraio de colon a 20|H2 cerls p r sac, >cialit %  de .... ——-, -, L. P1ŒETZMANK AGQtUUiQLU ^Xl%w 44 Nervosit w Nos nerfs ressemblent un treillis complique de fil-, tljrapMi; .-.. s. •



PAGE 1

lzne anne No SOii POrt+wPrlnoe Hati I andi 22 Janvier 1923 DlflECTEUB PKOPRIETA1RI Clment Hagloire ffOMffau 20 CENT1MCS Quotidien BI0IQRHI ; Rae Aairicic. N LJ ttlE'HJJiE fi, :i2 Je ne donnerai le corn f .guide s'gqa' celui qu sait brider sa cofre iiiip Uni e.qm l'emporte con me un char lanc touti vitesse ,j, les autres, [et impuissants oejuvent qui secrampooLer aux brides, Carmen SYLVA I a question de l'E toliog semble se complaire uoe partie d i la jeunesse franais* n ce oui rt garde les peuples trangers et son pen de got pour les voyages 'oiuIsias Celte ioo-ance ses' souvent coru Nous lisons dans le (articule de tt lait et fout eocora l'admi.ation plique d injustice, particulier fuient iiivcibcli-. .SUJ: mmes. .iu te LUI pour Hati,— objet, dans la presse u ix.uuc, que ut luis u CL MVbii priodique UH plafeai teries r-uiannoua j.tto Un iCitge 1 p< is prr les Fripeia qui loi doon rm le non de Sali i-Domir yop,l ife d Hati 8bnte aujourd'hui deoi Etats ii dpendants ; l'est la Rpi bliqoe de le c ois pas I Vite .-i n de nos rapports ooli tioue8 pvec les Etat* L'nia n'.a. pi 'que nullement l'pbandon de no< a. ci nnes amttis-la Franco orcape dan nos coBora ure place que rien ne y eut lui enlever, .sous lui som mes unie par le sang et par 1s Isa* guccelr fait un lien ticdoux tt trs fVrtque nous n'avons ni le dsir ni le pouvoir de rompraNos eban ges svec elle sont importai te Ht ent ait. n.t en F.M9 jusqu' 155 mil ies cobditious %  oie piofessioune -pagoole : l'ouest, la Rtu bliau e K a3 f # n i P euvtnt devenir Hati, de langue et de sang fran P U8 con9,d r ^les encore si les com Us tu K u nu merantg et-.nduetusls franais sscirconstaoci e dans lesquelles Iles .aient faites un carac AT) d'exceptionnelle cruaut. El cela, faut*de conntitre un pays oout Its sympai tues sont restes vibrantes pour h r _. ._ Fran e tt qui constitue certainement d'tablissement o'ei ru rairu impulsiou a cattu nouvelle le 'ver de culture franaise le plus en BtloQ le modo txiaieuet), niai ttuova, entre son important de toute 1 Amrique N't s kuMe territoire haitien,qui aune ,.„...„, ..ktgee, et pour pto gimd paya ut nouu peine Kepubii •' P* 8 un pea scandaleux qud es ^P^'hcie d* 28,9ao Kilomtres carpoeei, a laiuriaieie UUB obsuivalions que Uuu les capi aux amricains Franais en soient encoie coefon"j prsentant peu p.s l tiere recueillies en Hani, un plan doiganous arrivent, avtc la saiuu lutention dr Hati avec Tabiu. iguorant qi £e la superficie total de I le (77 ooo uiaetioudeleducaiiou professionneluu moiti un vaiou LU* nnuaeuses '• Republique btuleona u a rien da J aio Be f J* OiWa J vi> uue popula te aor lu base indique. ucutasea uaiuruiies, en uooi aidaoi commeo. si ce n est uoe ceitaine J lou d J J • m llious 5oo OJO lubi* Lu Dr Muiuu lut, malbeareoae la retuctiou uu nos loutus, en er aimiiuude de nom, avec l'Ile Qc*< ta ^ ls wnepar le croisemenr, des ment, umpcbe J aller en Hati sot dus tneaiins de Ht, dus ejp.oi nienne que chanta Loti? CJIOUS rrauais et des esclaves afri cette poqu tn lauon des engageIBUOUS agncuiua ui tas petiita .udus Union niceaatre n* 10 *' proclamation de l'ind ment qu'il avait pria en vue du fairj tuua compatibius avec uoire acuvu p^naance nationale, l 1er janvier cerauea coLteruntea eu Ecosse et conomique eucoru lumuitmiaues, .^ e voudrais que la France se ren .'.*£?. coin P t ,t 4^e *J3 ooa aasai en raison a'autres ungage%  sala ueoeaaaiiua au duveioppeaieut dit compie de aoo intr: garder liaou n s •'.lie 8e ^a en mesure — inenta contraciea aux Ecats-Unia mnormal ae nospopoiatioos urbaines, cette sorte de msgistratore intsilec 9 QQ( | ses ressources agricoles et me, pour aprs son retour qoiauraa A SB piaiuOiaiV^eiaosuhe, toe,le qu'elle exerce sur Hati. Plus ' nel liH aurcot t4 mises en c h leeouiuiauaa cependant M. T. (Lauiainte tnaaauude nosespius. •• resserreront en effet vV. Williams pour laue l'enqute tar uue aaauiancu de plus en plus daffecuon ei d^ pense qui uur --— • %  • K-Ules deux pays, plus suivies et frac Dreus9 i ae celle daujourd lui. con ipfenjre soonunaaei leurs relafiois rae %  Btteiqot qo'.veo on territoire 4 Lortic.er qui coni^i: |JU10 hin.n. ro ,. ri peine plus tendu norteii mr i, ! ,, "* M en . c:ou u uu demuaine, de lanuuse et nr t e-pagoole: l'ouest, la FUnnhlimi "9* de fr fln 8 -" 8 peuvent devenir raera vent proliter de l'norme avantage que leur donnent nu leuia concur renta les gots 'et l'ducation frau aise de le popu stion haitienne Danh>s BBLLEOARDC Innln dlliiili Pans Le Matin • de Fans Arcidect a j.ar uuu aasuiancu ta plaa ut apia que celte rucom.inimuu que notre giaiiue voisine inandation ett t communique au i.u toovouu poiut uouu terntoiie, Freaideoi ttorno, ce derniut exprii oua pouvoaa tourner nos regards ma le dsir de voir M Williams au vtis eue et lui uemju1l transporta a avec beaucoup > 1rs Je U l'Hpital Gnral* eiuuruer sari imant et altiuvs VJO,, 'i ai pomr ae vue social -•! oeuvent et doivent ic trouver leor et P 0l ""iue, la situation actuelle de fil h l i i >#*•/# */* I n ompte. ce peapla ? Qatod oa aait que cette <-/^r*e^ tune que vieui de piunaru lu frsi"~~" •—.-.. ,.„,,., a a cm v -jie.uu -* %  *• %  ——• %  >* - • • %  ueno, u i cent de la Hjpubique. eu solucitaot CODDa,88l "e e avec le pr/s bai en et "*.f eu l ,?• P as rconnaitre qu'elle a i a u E „ *. T* "v"'w"i | a nannla nui Ik.kk l .. i :del : '.i,iJiU',.r.l, ',. .- A c_ e coucuu.a de riuilttai du lusle gte pour jeter les nasts rauonuelles ue notre uducatiou protuaaiouuelle iSoun no CrO/UUb paaque 1 o.i puiSae, A Ibeute actUdila trouver m UJA. Eu tout caa, Ica auvetsairea Uu edu lui tiativu, tout eu enuqoadt, se sont abstenus du riuu propuser. Pour no.re uait uous applaudissons dune des dsux matus. le peuple qui Ih.bte Je voudrais simplement, pour rpondre au grai cieux dsir qui mat exprime, mdi quer trs briveinent les ressources Batrielles e. morales d haiti et les raisona qui rendent noces a ra enlre elle e. la Fiana une e roi.e et eiiL-ace politique d'amiti et... d affaire a (jbtistopbe Colomb, exprimant dais uoe lettre A Ferdiuaod dut dei ralis versle progrs une tapj dcisive Elle n offrent plus l'aapec de la (oue amorphe de 1804 EIM ses t:s rspidement cre ses o ga ns de vie et se troive, tprfl ui sicle d-exn,eoce induendaa'e, pouivoe de tous les lmams q i acs Fordre politique ausii bien que le domaine ooiomiqae doivant lui perm.t'rj de prend e derrinive meut soa essor E le a %  payaans Nous avoni reu un noaveiu lascuule Jj Tou vrag. Le Sauvetage National par II retour i I Terre • due P a le Dji,, Pran 0 ij Dalcncour a l Imprimerie ail A. Hraux. Ce chapt e qui est intitul l mpo in;e ac leau e,i .•< i.uliuie traite du probe ne aneoi l ICJ proj.res terme:, de Se bisant sur d c: laits scientui^ues et. avec une grandi comptence, le Do.t;ur Pi an^ois [jalen coud.veloppe son sujet en un style clair a la po t; de loua. Nous remercions l'auteur de son raceux envoi et lui renouvelons nos llicitatioas Vente Veacin 23 Janvie. Il sera procd Mirdi 2; Ja vier 1{)J ta i Quai Vj ijia, i U LUE DHA1TI um. o uuo mine a rutuiuaau O A a ~^ ""* *•-' o 10 a JI paytaus iieur.s du nubO H ic du -luai \ j ,-, u gOU SOU admiration de/aut les SpIcU Be8 ddTdtTd Sei iudUSPiela.ses COiO v nle • I encan des marchandises suivantes*' deura de la lerre hatieoQe, appelait ,ue<, au 8 aou. lite lotelfectoella aoo chaudires environ avaiies, Hati ona merveille. Tous ceux to T re 'f* divers o g mes de Is vie S^v&i"* util Hennin mil viyita la rainaH ua • ttUO.liii. l'h lllllfllli-i un. H m.. i„ .* EST LA "Petite France d'Amrique" Trop de franais l ignorent qui, depuis ont visit la t reine des "'tonale, l'binnooie aam d.uti Antilles n'ont fait que rpter, sur D e,t P' 8 ncore parfaite, et c'est des tous d tlien's, le cri den hou P ar Ce dsquilibre oc al qu il faut siaame quariecha au giandnavga ez P''q^er leadisseneio s et les lut is teor le spectacle de cditeiocompaia 4 U 0 Qt s '"" malheur Diemeat nie PexH ence politique, du Mais peu A pau les divi^ious raissent. La culture intellectuelle tlOU. paysdispa I lot de ceinturons pour hommes i lot de parfumerie t lot dl Malien pour hommes -t puu, eiUlDCi i lut de pte de-ntitrice c t lot de fiux cols, et divers autres articles. Monthrun ELIE lincanieur Publie. Hati est en train de deven r ans cobnie de Harabotrg , ecn Jait, il y a qoelques eon s, M ueo.ges Blonael, daua un livra re ble nature. Climat exceptionnel L'Ile d'Ilaiti, placs I entre du golfe duMenque, est en pleine zone torride; mais II chaleur n y est pas excessive. C'est que (atmosphre y est constamment iaf.~8tcbe par una brise dlicieuse et parfume qui le le matin, souffle de la terre vers la dans le pa'ys. Aujourd-lni, nou en -_ _.. ._. .. mer, le sjir de la mar vers la erre, avOas A peu prs deux mille donnant Mit* aaiutaire tute'le il apporte un dans on mouvemem altern, comma l'eoadig lernent; i Su aa S. V rel.ioach.ot U fortifier sans cassi une main invisible aghai, dans Noa SSwB^S S^. ptoi CS "'? teilectaellement soumis. Et bien Ion da ch il cher A aaffrancbr de C est dans le domaine intellectuel que les progra soat particulire imnt remarquables Sonnez qu'en 1804 il n'y avait pa une seule cole rl.ItlO lA ,*e..,n A ..1 J t. Le 7 de Wrfh Parisiana Hier eoir le cin roman, quoique commentant, et qur passionne dia 'oui Port au Prince avait runi A de %  OA m , n ., '. ..7 ..•. ""'v'i.ui a lau.uuai oaua VBni une MJBru ruvrsruie ak! .ait aan^ INOll ftvnna n ar, ni l, ,,„-;„ „j~„.x %  7 "•"!• "* Vl "t S. ai e 80r A,lema Q C#U se par l'Jucatioo qo il doane A ses iMr loaiinejx e: lger nn immensa le? mnWiri. 8 ?!" „ P,rt e 1 ado P t P' u8 'o''. de plu lgan %  r w?:'.i e,UC0up deF aQ ai8 di enfant, et par son 3al.e farvent daa 4fen.au. Aox E.io^ae £S"^ nu dron KS 1 ^' n sn^a'BswAra ^ sssssm'jazsx3EJsnsttj?s*S£rr a r n ^^ * *** ms^OiSBesi iznz&ss&'sz BasBa^tra! SSKSSSI s^/KSftffi.i ZZPniS&SZSSZSP S W* •" huu?eux cooeorSes "eluvuqu, leur font comm, * 9 S*^ 9 ff?tt 9 *E fSS.^ " a S**" 8 ^ ^8 Eu* j! L r !" al poab,e coa> "S 1 ? x UDe Virte ceiQ,are •* o ea ctaJius clergi uornorux £ orfrei frane?.! . ? el q uand S ,e voit "" cina Vo.C on % r ? ,Q e ?" cr aiQB courageux oot, aaos trouvent, au miuso dons vgtation et S x PenT Si ementffii?d! fA J H?" p,s de cla e da " 8 MtBMi? t ' n P8y EU? mn8 8 e nea, P T\ lHCnoa propM ' ariaQta J a r P ".-. charg dbxi iffiiSSSSSSr^^A KiA*!"?* 9 ^einteSai. us tu ,' ngue •" rt,l g, ual,oual "8 Q -' '• %  caU8 DOtn gne frais et doioue, et ooedooea eco^s irnooriite^ boacbe, ce sont IPS S rin.'h U ^ B C,V e8 el P"^ ue -. breuMa da c " le > l fO" commer leoprators dpendant parfois, M rgions ^VrMEmtSl aooti DOm8 da -M*. 1e C/,* a rf,de la Pn! veuleii. i > !i" rt : Paf S P' Ua n ^iiaeatqi.e|avauitleia.eipj. rona du For .-lu-Friuce. joeqa 0,,|S C P U i*JS!SJiSmlSA SZJSSV 2tl0i& d r Pour •" %  iveiueuse dos rvoluuooi. da JO at.r i L JA mn KHrniH.tw.nn iMiitii.ia r. u .ui,,r U ,i u y...i J . .n,„—... iH . %  -' %  %  ".es oui parmi, m .tir u l> ,,i J. —.,_>.. K . ,.,,„. ....^...u.u. T | 0 D ,in,, C KJ IUUI ue J ui-au-rttiice, juaqa a uque lus circoustauces um naritoi. L. .. v*. """' u u're uuur d-a rvoluiioot, de un a.r i ,. Je me perme.turei tooutoia ceot.grades. Far la e expqoa la sala ux Amrica.ui du"aSd de pfendra SSW. ,emo d ^ accord.qu'ou U'opole, il lai re*;e m deo indiqrer ane : ligaoreaM o tonte exceptionnelle du chmet b ni a dans las ESm b>Uienne, ? je Q, Sfi, 6 CeCi ,r lr ••Si


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05840
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 22, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05840

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
lzne anne No SOii
POrt+wPrlnoe Hati
I andi 22 Janvier 1923
DlflECTEUB PKOPRIETA1RI
Clment Hagloire
ffOMffau 20 CENT1MCS
Quotidien
BI0IQRHI ; Rae Aairicic. N LJ ttlE'HJJiE fi, :i2
Je ne donnerai le corn f
.guide s'gqa' celui qu
sait brider sa cofre iiiip
Uni e.qm l'emporte con
me un char lanc touti
vitesse ,j, les autres, [et
impuissants oejuvent qui
secrampooLer aux brides,
Carmen SYLVA
I a question de l'Etoliog
semble se complaire uoe partie d i
la jeunesse franais* n ce oui rt
garde les peuples trangers et son
pen de got pour les voyages 'oiu-
Isias
Celte ioo-ance ses' souvent coru
Nous lisons dans le (articule de tt lait et fout eocora l'admi.ation plique d injustice, particulier fuient
iiivcibcli-. .Suj: mmes. .iu te lui pour Hati, objet, dans la presse
u ix.uuc, que ut luis u cl MVbii priodique uh plafeai teries r-uian-
noua j.tto Un iCitge 1 m e ton puoiiotih (uuaujumici
Lit exempte aueiutiiu a imiter !
IXUUB I1BUUB UOliO IC IPCWkUi* uo
janvier lu Uulle.in de l'Union Pan u
Amricaine ce qui aui :
Education Professionnelle
Le 8 -j9i.ten.bre le Prsident Bor
no, u iioiti, iniua le h)r Motoo, ae
l'Institut de Tuskegee, aller en
c U Rcosevelt, a ciit A. Fw min,
dont iu-il peru tt devauce lava
et le taux oe'i levi* d* la mortalit
d-ns un paya o les rgles de l'hy
gine ne loot ras incort sufilsam
m et connues et appliques.
Deux Etats ind pendants
Colonise par les Ifjpgooll qui
!' ppeilorent l'ente Espagnole >
p< is prr les Fripeia qui loi doon
rm le non de Sali i-Domir yop,l ife
d Hati 8bnte aujourd'hui deoi Etats
ii dpendants ; l'est la Rpi bliqoe
de
le c ois pas
I Vite .-i n de nos rapports ooli
tioue8 pvec les Etat* L'nia n'.a.
pi 'que nullement l'pbandon de no<
a. ci nnes amttis-la Franco orcape
dan nos coBora ure place que rien
ne y eut lui enlever, .sous lui som
mes unie par le sang et par 1s Isa*
guccelr fait un lien tic- doux tt trs
fVrtque nous n'avons ni le dsir
ni le pouvoir de rompra- Nos eban
ges svec elle sont importai te Ht
ent ait. n.t en F.M9 jusqu' 155 mil
ies cobditious
oie piofessioune
-pagoole : l'ouest, la Rtu bliau e Ka3f#.ni Peuvtnt devenir
Hati, de langue et de sang fran P'U8 con9,d,r^les encore si les com
Us tuKunu merantg et-.nduetusls franais ss-
circonstaoci e dans lesquelles Iles
.aient faites un carac AT) d'excep-
tionnelle cruaut. El cela, faut*- de
conntitre un pays oout Its sympai
tues sont restes vibrantes pour h
r________ _. ____ ._ Fran e tt qui constitue certainement
d'tablissement o'e- i ru rairu impulsiou a cattu nouvelle le 'ver de culture franaise le plus
en BtloQ le modo txiaieuet), niai ttuova, entre son important de toute 1 Amrique N't s kuMe territoire haitien,qui aune
,....,.....___ ..ktgee, et pour pto gimd paya ut nouu peine Kepubii ' P*8 un pea scandaleux qu-des ^P^'hcie d* 28,9ao Kilomtres car-
poeei, a laiuriaieie uub obsuivalions que Uuu les capi aux amricains Franais en soient encoie coefon- "j prsentant peu p.s l tiere
recueillies en Hani, un plan doiga- nous arrivent, avtc la saiuu lutention dr Hati avec Tabiu. iguorant qi e la superficie total de I le (77 ooo
uiaetioudeleducaiiou professionnel- uu moiti un vaiou lu* nnuaeuses ' Republique btuleona u a rien da Jaio-Be*fJ* OiWa J vi> uue popula
te aor lu base indique. ucutasea uaiuruiies, en uooi aidaoi commeo. si ce n est uoe ceitaine Jlou dJJ m llious 5oo ojo lubi-
* Lu Dr Muiuu lut, malbeareoae- la retuctiou uu nos loutus, en er aimiiuude de nom, avec l'Ile Qc*< ta^ls wnepar le croisemenr, des
ment, umpcbe j aller en Hati sot dus tneaiins de Ht, dus ejp.oi nienne que chanta Loti? cjious rrauais et des esclaves afri
cette poqu tn lauon des engage- ibuous agncuiua ui tas petiita .udus Union niceaatre n*10*' proclamation de l'ind
ment qu'il avait pria en vue du fairj tuua compatibius avec uoire acuvu p^naance nationale, l 1er janvier
cerauea coLteruntea eu Ecosse et conomique eucoru lumuitmiaues, .^e voudrais que la France se ren .'.*?. coinPt,t 4^e *J3 ooa
aasai en raison a'autres ungage- sala ueoeaaaiiua au duveioppeaieut dit compie de aoo intr: garder liaou'n's '.lie 8e^a en mesure
inenta contraciea aux Ecats-Unia m- normal ae nospopoiatioos urbaines, cette sorte de msgistratore intsilec 9QQ(| ses ressources agricoles et
me, pour aprs son retour qoiauraa A sb piaiuOiaiV^eiaosuhe, toe,le qu'elle exerce sur Hati. Plus nel.liH aurcot t4 mises en
c h leeouiuiauaa cependant M. T. (Lauiainte tnaaauude nosespius. resserreront en effet
vV. Williams pour laue l'enqute tar uue aaauiancu de plus en plus daffecuon ei d^ pense qui uur -- k-u-
les deux pays, plus suivies et frac Dreus9 iae celle daujourd lui. con ipfenjre soonunaaei
leurs relafiois .rae ' Btteiqot qo'.veo on territoire 4 Lortic.er qui coni^i: |-JU10
hin.n. ro,.ri peine plus tendu norteii mr i, !,,"*Men. c:ou u uu
demuaine, de lanuuse et nr t ,
e-pagoole: l'ouest, la FUnnhlimi "9* de fr.fln-8-"8 peuvent devenir
raera
vent proliter de l'norme avantage
que leur donnent nu leuia concur
renta les gots 'et l'ducation frau
aise de le popu stion haitienne
Danh>s BBLLEOARDC
Innln dlliiili Pans
Le Matin de Fans
Arcidect
a j.ar uuu aasuiancu
ta plaa ut apia que celte rucom- .inimuu que notre giaiiue voisine
inandation ett t communique au i.u toovouu poiut uouu terntoiie,
Freaideoi ttorno, ce derniut expri- i oua pouvoaa tourner nos regards
ma le dsir de voir M Williams au vtis eue et lui uem tendre en Hati dans le buiinen' pour marcher resoiumuut daua les
tioone. L'invitauon du Prsident aeutiurs de la cmi.sa.roj... j
Horuo a t accupte par l< Wil'
liama'qui laisse pour Hati lu plus "Noua croyons sincrement que ce
tt possible aprs lu 1er dcembre,* neatpas stivir la cauae de leducs
iiou ryiUteasiouuelle eu Hani, jui -
La prsence de 11 Williams daua
le pays, ses tournes d'inspection, tombat'ru uuu muuuvu du genre d
Ce matin, vers y heures, l'auto portant le No
7.4 U. S. renversa une litai Ju nom d Anna
valeur de nourrir n'nVnnnri ?t itf* de 8 an< r** de Is Phafoueie
.usa s .?"= rste = -"-" = Ss
qoeiques-unes du ses declatationa,
lioteti qu'il exprimu pour la quua
ton du notre urgauuaLoo acolane
comme claires du la preste, uoot
aue patoe tavorao e et une p.mo
deuvotables a cette inierveution
do luakiountiie de Totkcgeu daua
notre question scolaue protesaion-
elle.
Les miliodes d ducation profes
aesdansieculebruiosti ut amricain
tueuses pouiront tre ...,.
lomme.ciaie.-'. Lefl^HaltifOI rapr peine Plu8 etendu portait avant h
tentent pour la Franc une c'ieo e aerre uoe populations da 7 m,
naturelle dont eilu aurait tort di se ,i0 itourner San iouut et affiirvs Udelld est, ai point de vue social
politique, la situatioo acmelle de
ompte. ce peupla ? gjaad oa aait que cette
Four reodre Hi i la justice qui 'a,on e*t sor le 'out entire, par un
lui est due, i! faut la connatre Evi ad""table el'for d nergie, do rg m
Williams daua Uni uaou a tre du~eudVu7uuTd dam.nent. ce nest pas en un article -brutissant da l'esclavage et qi il
Banda de loar0il Mue I pourrais ameoer U,.B u,lu faire 88ule e: sans guiij
mue lecteurs franfa s faire pie ne ,e dar PPrentissags de la libert, o i
rill.tte >ju1l transporta a
avec beaucoup
> 1rs Je U
l'Hpital Gnral*
eiuuruer sari imant et altiuvs VJO,, 'i ai pomr ae vue social -!
oeuvent et doivent ic trouver leor et P0l""iue, la situation actuelle de filhlii>#*/# */* In
ompte. ce peapla ? Qatod oa aait que cette <-/^r*e^
tune que vieui de piunaru lu frsi- "~~" .-.. ,.,,., a a cm v -jie.uu -**>* - ueno, u i ,
cent de la Hjpubique. eu solucitaot CODDa,88l"-ee avec le pr/s bai en et "*.feu.l ,? Pas rconnaitre qu'elle a iau.E
- *. T* "v"'w"i |a nannla nui Ik.kk l ..____i__:- del : '.i,iJiU',.r.l,........',. .- A__. c_
e coucuu.a de riuilttai du lusle
gte pour jeter les nasts rauonuelles
ue notre uducatiou protuaaiouuelle
iSoun no CrO/UUb paaque 1 o.i puiSae,
A Ibeute actUdila trouver m uja. Eu
tout caa, Ica auvetsairea Uu edu lui
tiativu, tout eu enuqoadt, se sont
abstenus du riuu propuser.
Pour no.re uait uous applaudis-
sons dune des dsux matus.
le peuple qui Ih.bte Je voudrais
simplement, pour rpondre au grai
cieux dsir qui mat exprime, mdi
quer trs briveinent les ressources
Batrielles e. morales d haiti et
les raisona qui rendent noces a ra
enlre elle e. la Fiana une e roi.e
et eiiL-ace politique d'amiti et...
d affaire a
(jbtistopbe Colomb, exprimant
dais uoe lettre A Ferdiuaod dut
dei ralis versle progrs une tapj
dcisive Elle n offrent plus l'aapec
de la (oue amorphe de 1804 EIM
ses t:s rspidement cre ses o ga
ns de vie et se troive, tprfl ui
sicle d-exn,eoce induendaa'e,
pouivoe de tous les lmams q i
acs Fordre politique ausii bien
que le domaine ooiomiqae doivant
lui perm.t'rj de prend e derrinive
meut soa essor E le a payaans
Nous avoni reu un noaveiu lascuule Jj Tou
vrag- Le Sauvetage National par II retour i I
Terre due Pa le Dji,, Pran0ij Dalcncour
a l Imprimerie ail A. Hraux.
Ce chapt e qui est intitul lmpo ,in;e ac
leau e,i .< i.uliuie traite du probe ne aneoi
l Icj proj.res terme:, de
Se bisant sur dc: laits scientui^ues et. avec une
grandi comptence, le Do.t;ur Pi an^ois [jalen -
coud.veloppe son sujet en un style clair a la
po t; de loua.
Nous remercions l'auteur de son raceux en-
voi et lui renouvelons nos llicitatioas
Vente Veacin
23 Janvie.
Il sera procd Mirdi 2; Ja vier 1{)J, ta
i Quai Vj ijia, i U
LUE DHA1TI
um. o uuo mine a rutuiuaau O A a ~^-----"""* *-' o 10 a ji paytaus iieur.s du nubO H ic du -luai \-j ,-,u
gOU SOU admiration de/aut les SpIcU Be8 ddTdtTd Sei iudUSPiela.ses COiO v*nle I encan des marchandises suivantes*'
* deura de la lerre hatieoQe, appelait ,ue<,'au'8' aou. lite lotelfectoella aoo chaudires environ avaiies,
Hati ona merveille. Tous ceux toTre 'f* divers o g mes de Is vie S^v&i"*
util Hennin mil viyita la rainaHua ttUO.liii. l'h lllllfllli-i un. H m.. i .* .
EST LA
"Petite France d'Amrique"
Trop de franais l ignorent
qui, depuis ont visit la t reine des "'tonale, l'binnooie aam d.uti
Antilles n'ont fait que rpter, sur D'e,t P'8 ncore parfaite, et c'est
des tous d tlien's, le cri den hou Par Ce dsquilibre oc al qu il faut
siaame quariecha au giandnavga ezP''q^er leadisseneio s et les lut is
teor le spectacle de cditeiocompaia 4U'0Qt s' '""
malheur Diemeat
nie PexH ence politique, du
Mais peu A pau les divi^ious
raissent.
La culture intellectuelle
tlOU.
pays-
dispa
I lot de ceinturons pour hommes
i lot de parfumerie
t lot dl Malien pour hommes -t puu, ,eiUlDCi
i lut de pte de-ntitrice c'
t lot de fiux cols,
et divers autres articles.
Monthrun ELIE
lincanieur Publie.
Hati est en train de deven r
ans cobnie de Harabotrg , ecn
Jait, il y a qoelques eon s, M
ueo.ges Blonael, daua un livra re
ble nature.
Climat exceptionnel
L'Ile d'Ilaiti, placs I entre du
golfe duMenque, est en pleine zone
torride; mais II chaleur n y est pas
excessive. C'est que (atmosphre y
est constamment iaf.~8tcbe par una
brise dlicieuse et parfume qui le
le matin, souffle de la terre vers la dans le pa'ys. Aujourd-lni, nou en
-_-----._..----- ._.--------. .. mer, le sjir de la mar vers la erre, avOas A peu prs deux mille donnant
Mit* aaiutaire tute'le il apporte un dans on mouvemem altern, comma l'eoadig lernent; i Su aa S. V
rel.ioach.ot U fortifier sans cas- si une main invisible aghai, dans Noa SSwB^S S^. ptoi CS "'?
teilectaellement soumis. Et bien
Ion da ch il cher A aaffrancbr de
C est dans le domaine intellectuel
que les progra soat particulire
imnt remarquables Sonnez qu'en
1804 il n'y avait pa une seule cole
rl.ItlO lA ,*e..,n A ..1______. J t.
Le 7 de Wrfh
Parisiana
Hier eoir le cin roman, quoique
commentant, et qur passionne dia
'oui Port au Prince avait runi A
de
OA
m,,n, ., '. ..7 ... ""'v'i.ui a lau.uuai oaua vb- ni une MJBru ruvrsruie ak! .ait aan^ INOll ftvnna n ar,nil, ,,-; j~.x ---------7 ""! "* Vl"t
S.aie 80r A,lemaQ C#U se par l'Jucatioo qo il doane A ses iMr loaiinejx e: lger nn immensa le? mnWiri.8?!" P,rt'e1adoPt P'u8 'o''. de plu lgan
rw?:'.ie,UC0up deF'aQai8 di enfant, et par son 3al.e farvent daa 4fen.au. Aox E.io^ae S"^
nu dron
kS1^'nsn^a'BswAra^sssssm'jazsx3EJsnsttj?s*Srrarn^^ * ***
ms^OiSBesi iznz&ss&'sz BasBa^tra! SSKSSSI s^/KSftffi.i
ZZPniS&SZSSZSP S W* " huu?eux cooeor- Ses "eluvu- qu, leur font comm, *9S*^9ff?tt9*E fSS.^ "a S**" 8^^8
Eu* j! L r' al poab,e coa> "S1 ?x UDe Virte ceiQ,are * o ea ctaJius clergi uornorux orfrei frane?.! . ? el-q,uand S ,e voit "" cina
Vo.C on %r?,Q'e ?" cr"aiQB courageux oot, aaos trouvent, au miuso dons vgtation etSx PenTSiementffii?d! fA J h?" p,s de cla"e da "8
MtBMi? t ' n P8y' EU? mn88enea, PT\ lHCnoa 'propM 'ariaQta. "J a*rP".-. charg dbxi iffiiSSSSSSr^^A KiA*!"?*9 ^einteSai.
us tu ,' ngue- " rt,l'g, ual,oual' "8Q-' ' caU8 DOtn- gne frais et doioue, et ooedooea eco^s irnooriite^ boacbe, ce sont Ips
S rin.'h U^B C,V"e8 el P"^ue-. breuMa da c"le >l'fO" commer leoprators dpendant parfois, m rgions^VrMEmtSl aooti DOm8,da -M*. 1e C/,*arf,de la Pn!
veuleii. i >!i"rt: Paf S P'Ua'n^iiaeatqi.e|avauitleia.eipj. rona du For .-lu-Friuce. joeqa 0- ,,|S CPU" i*JS!SJiSmlSA SZJSSV 2tl0i& d'r Pour
"iveiueuse dos rvoluuooi. da jo at.r i L Ja mn KHrniH.tw.nn iMiitii.ia r.u.ui,,rU,iu. y...iJ...n,... i- H ." -''".es oui parmi, m .tiru l> ,,i .-------j- .
.,_>.. K. ,.,,. ....^...u.u. T|0.D,in,, C.KJ. iuui ue j ui-au-rttiice, juaqa a u- que lus circoustauces um naritoi. L. .. v*. """' u u're uuur
d-a rvoluiioot, de un a.r i ,. Je me perme.turei tooutoia ceot.grades. Far la e expqoa la sala ux Amrica.ui du"aSd de pfendra SSW. ,emo"d^ accord.qu'ou
U'opole, il lai re*;e m deo indiqrer ane : ligaoreaM o tonte exceptionnelle du chmet b ni a dans lasESm b>Uienne, ? je q, Sfi,6 CeCi ,r* lr" Si


LE MATIN
Par Gable
Nouvelles Etrangres
Les Cours La Commisson
domaniale
NEW-YORK aeSterlirg 466 }8
Dollar 1$ ?6
Paiis 20 S'tl!rg
Dollar
70 ix
15 185
la Commission hitti SSCBrfa^JSB RfiSSlMP
11 An ut \'. / in ii'jlu n Kl Ham m< U Futiu rendre B^r llUWUlUIiUU
Reicb
>P0S'
alle et l'OCCUpatlOn ble.dani.euslaFunce rendre Ber
. u. lia responsable devint le monde de
(le a ItSl F lowltl malheo'8 qni pourtoot s'a
alite ;ur la population de U Rhur.
DUSSELDORF 19 Le gnral
n/fscuile, ronemaodant fonait, a fj^g emDloV'ft de Ift
sign on dciet doit et. rde les sanc ,
tious promulgu s ber parl.com H II UT SefOOt |Iye
ni-sioa interallie en Rhn-M e
te de la zone deccipation e la
Phu>' Cirq dre.tcU's de mires on*
t arrts dans la rfgicn de Bochum
et Gladiach au notdeal de Cologne)
if on
tt
npr n Mit
autour de la lettre ouverte de Mon*
Heur Pierre Huiieourt Monsieur
Briri Me Pieire Hodirourt est une com ience, mais aussi ceux des anciens
otence pas seulement en matire colons. Pour ce qmiagii de cette
de Droit lrtrnahbBal. mais sosti en dernire catgorie de biens, ils ne
roatiie de droit tout court ; de plus passrent point tocs dans le domaine
mus pouvons dire qu'il a sut toutes de l'Etat par droit de dshrence
DUSSEl DORF ao A'ors qne choss d-a id's anssi varies que 5i car il pouvait bien ie trouver dans
PARISLe gouvernement est prt dix huit de leurs principaux cjco o culture g rale es g ande. Ce n'est la nrt.opole des hritiers pour les w
i fane .ce aux beioins du district yis sont en tonte tour la pro de donc point dans le but de critiquer en*'.*. ,s devinrent la P'Pne *J
de la Rhur en ce qui concerne Par Mayence, les allemands coramejcent son opinioi sur les baux lorg ter lEta en veru de 1 accord de i8;l
yence, les atiemanas comme.iceni ion opinioi sur les baux a iorg .,
gent pour la piochante paye. Au cas comprendre que es trni< sont me que vient de permette une r qui 6*a dfinitivement 1 indemnit
c le gcumnerrent s'entterait et dtermins i appliquer la politique cente loi dn Conseil d'E t que nous que le Gouvernement Hatien rteon
...... 'a France pour ces b ens. Pu
ie qui por.e 7 le rotai des piuon
r.iets dtenus par les treupes d'occu refuserait l'argent ncessaire, on se de parauors dans la valle dt la t*o s p is la libe't d'c im' cet arti nut
pjtior. prepese d'mettre de la monnaie lo Rhur Malgr ces arrestations toue de. Nous voulons simplement faire Cf t. accotd.
Les tsrqu s enl retond d'changer Cal- ^ui serait gztantie par les sour fois, il ne p;rait pas y avoir d'indu a une mise au point au sujet de l'autre droit! des
tt.an ces de la Rhur.
a ils
des rxitks COBtre de l'argent
gft, les lara'.i ont annonc
ouvri-aient un burau de chang eu
Cl iccevUiail l'aigeoi wngei et dis
trouerait des ma-ks jusque ce que
le systme iCkl de la Rhur fut orga
nit,
La cot hseatian des fonds de la
Rcicrsbank par les lran-is a eu lit u
Icisque la succuisale eut dcid de
Activit des
franais
COBLENCE* ispec'eurs frarai-
ont 1 ept s la dnection des dlies de h
Rhnanie ce natin et ont tabli nn
cercle pillait au'ourdu territoire, on
ces b ens
l'E'at (ut substitu soi
anciens possesseurs. La
tiou que es allemands renoncent opinion qu'il"a mise sur la precrio rrescription ne pouvait plus courir
leur pregrarrme de non coopration lion conre i'Etat.et du mne coup 'ontie eux nuis seulement contre
r* rf. i*i-mce passive aux autorits prciser certains ante* roints de sa l'Etat. Osant aux autres possesseurs
d'occupation. lettre sur le^que's il a b en pu tom qo> de I8C-4 |St.s. ta 1 mmple
Parmi les petsonnes arrtes se b't en contraJ c ion avec loi rrme
trouvent des fonctionnaires d'tat di Rpondant l'article d
ment empars des propii es rurales
Mr FJ et urbaue laisses vacantes parles
n rus d industries et capitalistes, ri k Morin publ d^ns lMion de Fianiit et mme les R'goicoles. ils
L'emprisonnement ne sera pas rigou Hati Commercble du 10 Dcembre taient couvert; par la prescription
ieux parce qu'ils seiont considrs 192a relative^.-1 |t Loi sur les que leur garan-issait l'article 2046
les
Les franais *m-
tisst ut Si tonne
iie chai bon
franais sont.....o., $en Dussel(io,f par camioot
Dans la zone malaise, autour de n ob les. Aujourd'hui le seul
leuts descendants
ce jour des bien
s attJ matifre ce soit contre l Etat que la prs leur con'ra que
........ --- _. -...-------------------qui pa cnplion a couru ? he serait ce pa, jau-sseat jtrqa'
Cologne, Us anglais ont accep'. de fautait n'avoir pas peru sa bon i plutt contre les possesseurs antrieurs^ l*its de leur an: eone possess-oa, la
p ne pa~ gntr l'application de sanc humeur a t Pnli Thyssen ch 1 d iSo^} Ht lorfque ce serait contre lEtat quelle les dispense d ctions tant qu'elles ne ncessitent pas grandes industries t.blie; p*r joi pourquoi la prescription nopreiatt elle titre.

1-errploi des treupes anglaises. p e, August-. Thyssen, et r.v.ile> d s pas ? Et il ajoute^ en tonne dt con H en est de mme pour tous ceux
Trois cents contrleurs des doua industries d? Sun s cluvon que tous les biens du domaine qui eurent i te;evoir en dons, autre
DUSSELDOkE-Virgttt'unem:lle aesdts fina; ctset oesloits franais. Aucun reprsentant des ouv itrs priv de l Etat susceptibles d appropria dt rcompense spciale, des portion!
loi tes de chaton destines a l'int italiens et be'ges sont anivs ici avec n'a M mo.est ; les Fiaou? ec tion prive sont prescriptibles comme tous de terre du domaine de l'Etat et qui
ritur de l'AlUrragne oat t sais e> plusieurs centaines de douaniers en vo ent des mcaniciens tt.h.uif u-s tes biens des particuliers a auui'.nt ga ou perdu leuri W
aiiouidhui parles franais et euvo uniloime pour mettre immdiate dans la Rhur. ils ddaieut nue nu' M^is quels furent ces occupants de donations ; ils auront toujours
ytts en France. Les saisies, qui ont nient excution le pic gramme d le ment oubl pai les vnements antrieurs du sol et qoi, ]dsqui 1804 pou si dfendre le moyen tiideva
eu iitu dms la t aie 1. de Dui bourg, la commission de contile les fonc n.a s admettent qu'il y a danger qui en eurent la paisible possession ? prescr ptioo, du moment qu'ils poat
Lu aitt-ei et Hoeiue, n ont crovcqLt rcands lestetent li o ils sont. un encombrement de vous de che Nou treuvons la rponse sous la :oit tabli que eut possesson tt
llld incident. r mins de 1er ne se p oduise si les ton p um du Mire dm? la mme moate A une poque antneu'e ces
On perse qu'on ne trouvera que fisc,tion8 continuent tt si les trains [tt e o V e. Ce furent, dit il, les lois qui woitei^aal la suspensH
quelqu:s millions de ma-ks d ns les oe ciicuienl plu$ aft aQchis noi m lUlrt. no; sou de la prescr.ption roitre l'Etat
bureaux de la douane cependant le u umil de8 ttiDes M ur d'Etat 1 w "" il8 5 qU dans toute la Rhu.. mais les chiites eux, les coiois franais. contra ictioo avec lui mma, cet*
toutes les mauh.n.tss verdu.s olcieux mCQlreQt que la produc Ainsi pas reot dans Me domaine 'orquapis avo t d t qu une grandi
R; , ^^mSXi^SR^i^KSSS ^ T Py comparn.on de la maiue der biens des afiranch s tombs en
stiou dei crmuns de ter du aiittict pour :cs maichandises restera en -t^,, ,i.1... ,__ui,.. , ~~w_____________
d Essen a uluse de taire circuler les mam des d,recteurs de douanes qui ",.re' /0Ut iSS scmblc.sc l[---------------------------------------------
trains de c ht. bon etji rejet la de- 0pliquelont la ,oi tiiemande 2ui fi? t^!?^!^^^? ^ r^L"^1^ Oa a conc u laqaelK h c lo , <
Saisies de mines
. u > :nt les erteur serait de cotre qu-ivrnt A804
dsh seuls 1er F anais :a:ent pcisesseatl
mande des tiai ais.
Les saisies des mines d tat par les
tioupes d'occupation ont commeu
ce. Les puits de Be gmann? Qltt ck
et Westeihcld, Presbuer tout occu
ps rxilitautmrnt et le diiecieur
bhiens a '. an patee qu'a avait
efus de dlivrer du coke
Les tiouptsontf.it leur appar>
qui
jusqu'ici n'avait pas t mi:e en vi
gBiar,
La France t (Dt so
territoir colonial
S INTPlhRREETMIQUELON-
la lunce n.b.ndonneta umais une
...... leur Kibiuson lemaodiut que M
' E'.ataUaiasoioot reprsents ofctH
leoifot la coatnisiOQ des rpar*,
tions.
tiou aux pui t de MoeLer a Gl.dbe.k pa,cei,t ae iCn uintciie mme co
il aux aines de Rneinbiden a bot- ,0l ul pcui MUBf ,acn
t.op Les toiutiont.fci.es dea douanes IOl1> dclal M. StI>aut
f *rais et telge ont con.pte le pl0 dti C0.0Dits, en a nvan ici.
jet oe contiols des exportations en Le Uj,Dlslte t dll qBe itbut de
Rhnanie qui ompreuaeut '
du COBJBtrca des m.f.cies celui
Ce 1 Allenign ainsi que 1
duus ue l'usine de Ktupp. pius pi0 i*t.
a en pasaer ' co attuut.i.t puisque
tout le monde,! Dusseldoif, consta e
que le commeice parait piospre, les
cales sont leplia de monde et les Ua- Ql rraQrd ,, ,, , ,rd.
4 l.eux ie plais.rs loni dexcellen es af mttli de lAiUma^ue
d attendre ds
dans laquelle les parties sont enga que les' autorits franaises dans"l u/utiles lutormitions avant de sa
ges trop srieusement peur pouvoir Bhur prendraient sans doute dss m: prononcer ar la rsolution do sos
s'en retirei sans pnes sii-.use de ures propres d iaitiative pour
presng-1 tace aux couditions qui pourraient
Noua pouvons nous passer du h r se p.cduire le jour de paye,
ton de la Rhur pendant un nus a Les fonctionnaire} frandia ont
dcati aujouidhni un des princi druenti un certain nombre da ru Ou dit que le scrta re Hu^mi
paux memb.es de la m ssion Iran meure qui sont venues de Berliu ne sera plus alors oblig de paraltr
ais il teste voir pend.nt com pi opos de loccupauoadc la Kur, en personne devant la commisaios
bien de temps l'Alhmagne pouria y compris qieie marchal b'och, la snatoriale. Parmi les documee
f En attendit nuisaue *" M>ngnou un au que c ,, moQde usaeldo.f consta e ,e u t DOl,e coiurnHdaut eu chef rapports dj M Buyden sur la si w
ministre 1 moQlle,a Uuse,ao"- CODSla e 0u baut commiBaaira dana la Hnur tion conom que de I Allemagne
,mU J !B cummameaure prliminaire des re.i secrtaire y joindra paiement uj
rapport sot le co. da mataiien d
Ua a dit, pour observateus amen ins L9t ^
dort de l'administration font "^
quer que lea ob euateuta sou'. 1*
reprsentants perionnels du prsi
prme aaus la rgion dent et que le anai o a aucuo coi
n-n/X Ou aono ce qu3 les dsordres pos trle aur eax. O.i iii aussi qtM
Les joutnatx tiacgisont iiscu JjUUl 1111)1) 1 jClil UUU/U blljlcB deimiu, par suite de la dci- raoluuoo vnie par l-ja.ia no cou
. ,. t la possibilit pouria France d'- 8>0Q lleB allemands dfaire deux rait entralaer le rappelde M '' r':
iStriin rtf8pO#l8U0(6 bandonner certaines colonies pour PARIS 20 Les industries de ls 8"ndfeB dmonstrations, ne sont
k vous sssure valle de la Rhnr continuent i fonc StJ^JSV^^g^Jg^R
que les aotori
pris toutes les pr
exprime la conoaote i^uc ibs ireutis etdtlOtil necesaaK
obutdeia deuxime semainedo: sidreions cemme un|soldat consid o'o:cupatioo pourraient continuel \iniatli>tiUil ,/.,..
cup.t.on. Les allemands concenuent ie ses blessure ? faue marchai les industiies. On rr- i'WMUtJuejJ UlUtSrm'b
ltut tesisiance au point de vue eco Mi S*traut a t n.sent tous connat paifaitement qu'il y auia d-s
nomiqLe et hn-nciet ; la commission les touUiont.a.res coloniaux d la r d.fficult mais les fianais pos
du conull illie est optimiste et as sidence du gouvetteu il a visit dent des moyens qui, cioient-ils, pet
suie que les civils allemauds tt ou le monument ces hommes de St rnettiont de surmonter les obstacles
vueis allemands del Rhur seiont i'icne et Miqnelon mort* pouria Le prob me d'argent ne *erub e
les p.tiT.ieis i soutfni de la tact.que Prance dans la Graudt guetre,l-h;el ras beaucoup tourment?' !?s milieux
adopte par le gouvernement alledevilketiespiinc.pauxmonumeatsgonvernemrtaux.leifocionnai.es,.............. ,. , ,n lin rj u......iUllv , ,,
and. pubicis. il a ie aussi teu pat la mu disent qu'il y a VSI de -na'ks d^ns kauce da la aeuaioo du eeortaireet ctes Le tuaa seul s une loagaaf
Les fiacais assurent qu'ils font nicipam et la ;himb'e de com la Rbut pour poyer El demi mi'ion la luite del confrence qu il a da zi mtrs et pose 90 tonnes a
tout ce qui tst en Uut pouvo r pour meice qui lui ont offert an vin d'ouvtieis a >emands, ra-ns us oit i eue auioarit'hui aven le si.aieur sou afft sou poids at eint pi*"
ravitaille: en vivres les ouvtier;. Les d'honneur claIC ^Q<,|s ae sautent pu si on pou Lodge prsident de U conamisston, 2u tonnes.
La trance rendra
70^/0 visite tait daononei ux ti US,. rw7'T lwu'u"""tu," Bitm ae lAiumaguo ua a dit, pour
tlantfS f aaPDoltl" UX um le fa" faites, les elitats sort en grande ma rpocd e a ceite rumtur, qu'o n'a
lutdeu han.e et de voir ce qu on ;0li de nat.onsln allemande. f-i. nullement ItotecUon, pouf le
P' potna.tfuit pour rendre la colonie momeu h'-tablir une autoiit su-

rduite ses dettes, le vous sssure selle de la Rhur continuent i fonc "^.r00 8'n. !
AU LA CHAPELLE- Aucune r qu'une pareille chose ne se produira ,;0nner malgr la rsistance Dans le. gg*BL.g ""
aistan.cn a eicl.uteil la requis.. ).mais ; nous avons des dettes et m.heux frarns. sujourd hui, oa 1 ^1! 11 e ou
non des espduioos de charbon sa nous en sommes heis. Nous les ron exprim la con6ance que les troupes caaiio.s necesasires.
que i le prsident le voulait b'so
PARIS M. Marcel Cachio. <1W
t communia e de la Seine, a-jcai
d'avoir manifest rcemment ui
acitade hostile la France bas*
a t arre tt crou la prieou
la vant, la chambra des d3pui
avait vot il y a aoux jour is tef
de 11 n.nui.; 1 parlementaire
Le jeun al annonce qne
grau-i canon, qui au licous co^
WAStllNQTuN 20-Labecrtaire
Huguea pidpare des reuamgaem:uts
co^ipioieuiaiiearela ifa aux aciesda _. ,, .... ,
M rt^iaud Ujydeu. obseivateut ami trait eu France, vient d 4te un*
riCdin a ta comonaaiou dea tprs la taale.ie iut oaiie de lUcl<
tious, les dccujiu.8 seiont aoumis ooj glgaatesque tara uaapar.de
la cuiniu.asiou des affaires irao pius da cjnt kiio.onea il Idl'a J^
gres du snat. Oa a ea cOunaia tio da l'arma,uent da d^anae P(
P'
*

T'
1


LE VfUiV
do sol, il ajoute que c si l'Etat d'Hai
ti possde en ce moment un domai
se ro-al, il a t coi st'tu SEULE
MENT pai 1 s bien, ton.bs eo ds
brence depuis qu'il y eut un Efat
organis, c est i lire depuis 18(4. S
les colons u taient par les seuls pos
sesseors dn sol, ce sol n-t.it pai
non plus uniquement pos d pu les
arhanchi; Par ce qur 1 ous a-or s d I
plus haut ncu. c oyons avo r drro 1
tie a notre honorable Matre que le
domaire de l'Etat rural et u. bain
tait aussi constitu par les biem
des anciens franais.
Me Jludi ourt n a pas prtendu
que cela II a encore la conviction
que tous les biens du domaine natio
nal. susceptibles d'appropriation pri
ve soi.t prejcripibles comme tous
les biens des particuliers Sur ce point
il a raison et il a aussi tort d'avo r
trop gnralis le principe dans ses
tflets.
U a raison en ce sens que la pies
cription doit tre admise contre 1E
tat toutes tes fois o comoie nous
Tenons de l'tablir elle a pour foa
dment une possession vmgtenair
antrieure i la prem re loi qui d
fendit 'a prescription contre 1 Etat ;
en thois de ce cas, Me Hudicourt a
tort de cioi'e que les biens du do
maire priv de ib'tat peuvent tre
prescrits.
Voyons pourquoi ils ne peuvent
pas 1 tre.
Bien lcngtemps avant la loi du 27
uillet l voX, c'est i dire en I864, une
oi fut promulgue qui suspendit le
cours de la pre cription des biens du
domaine national. Quelque tempj
prs, en 1877, ne nouvelle loi fut
brise, laque J: disposa que nul ne
>eui occuper un bien faisant partie ,_,= ,
! An ... j 1,1 < j Noire atat M Lharl-s rorabrun. Secretnrc
es domaines de l'Lt.t m en devenir fatal de iatr.eur et des Traui Pubiici -
iropritaire, qu'en vertu dtn tire sias Foi.biunoai eu u douleur d- perdre
uihentique Cne cernire loi resta eVr,nll,t Luc,BN ******. a heure.
mmmm r. i i""" ,, I" > *ge Je io mou Les lutterai.! au om li.-u
U VgU.Ur,Selon nCUSJU qu'en ltfoS cet aptes midi Le convoi partira de la nui on
OU 1 S gmlaeUrS d lepOJUe Cru- or?u,ire Averue de rurgeau pour se rend e
.... 'n.,\m ..__.i j lEglie du Si.r-Cur de Tuigeau,
lent u le te rappeler et de consa Sitcondolance '
crer, un fos pour loates, qu es ________________
Biens du Domain: priv de lEta: ***>r|r*^BgBBBB
laont inalinables et imprescriptible?. ^ .
Cnte loi de 1908 marque le der LommiSHIOri de
nier tat de notre lgislation en cette
matire. On objecteta pour fane
cb eaux lois de 1864 ef de 1877.
1
MRS
lwtt Tujl Ml DLn.1
Der nie: oinveuUou pou i'
pro
LE
I

rv- tre sait t
VACU-FILTE'K
Est le meilleur et 1, plus moderne filtre iins le mont* enttei a
retir: d.1*t qwlques miruies tous les germes ti matires impu ni
dans l'eau et la rend duueel pure.
Chaque mais ni prive doit en avoir uu .sur oui p-.ur fi lier [*%&
p*wr niants Va-1 m eux l-hrer vot e -a*2 tj'i'ifair les m h 'ie* djs
reins, du to'e, dys tuerie etc.
Chique caf do l dD avoir un pour fillrer Cet 1 pour leurs clien*a
Dans les coles pour
vins, extraits, chunt. u- s,
A<> I peu' filtrer
/Vo (
toi
'I
The Chas fi. Brown Paint ,
flnatyiJL Y.
Si vous voulez avoir votre 'maison coquettement peinte
01 vous dsirez une slection de couleurs artutiques
Prpares par des chimistes de longue exprience
Achettz notre marque Coq d'Or prpare pour les tropiques
Cette peinture adhre aux sur/aces les plus rugueuses
Elle conserve son brillant elle sche trs vite,
Elle est spcialement use pour les moulures,
Les corniches et les pices de sculptures, t >S; \ t^'Z^m
Lnacun de nos ferblauc est lontrol par nos laboratoires
Notre prix pour celle peinture dfie toute conccurrence
The Cias fl.Browo Paint Co Brooklyn* N- Y- Mettopoiaan Aeraitd Watur bactoy
in /cs'e
le levs. Il piui filtrer tal* cul: -r'
Uaucurs, matires ; hHogrophiqte M gallon en une m.uaie
eu une minute
Le Vacu-FfflerA^n-"
0 S aux Kl i;.-- I 11 n
An pie erre etc.
Hau imon' recourund* par EaSionAn Kodak ci f/ne Eino 1 c 1 -Pb .
PalmOiv* o frit* & Film H. non, h-.. We corn* *si \>t k 1
Dvia & cj Leho & Pu k Laiktoi. & co-Paierai Sug*r Banni ag t. >
Univeraity of li'im et iliIIps autres cimpegnies.
Dmonstration acuelle de la \acu-h lUre
Geo. Jeat98me
Apent Fzclneif poor Hati
No 118 Hue Frou en face de la Banque
Ilt 1 de trance
Dcs
C'est la vrit *
Il ny a rien faire I C est prouv I
La Espana
En face da la Poste
A I* plu- Ki-xnd chou ti vet.dlle
meilleur march.
Venez-.oir le nouvel arrivage da
Collier montres pour bo.no:.-s et
femmes. Ceinture dernier genre,
Bouc'es d oreilles de tous gne,
T* araliOnS c ,38d*,0^e*qualit>, Chelnea
Lune a s Spciaux
Grand Htel de France
Qm par sa situation m.iqne au centre des affaires se recommande
plw que tamais au publti et .s nombreux et d.stingus luml
pmrsi CUISINE soign* et tout le CM stable n'ees-aire aux \oya-
gwrs de Commerc et particulirement aux commenants de passage
ft Pori-auPr,Mce
L <>tel dbite par Gdln $ par
Bmrrtqn's de* Vin* de Bordeaux
qui
i Hrjuss }ux prix
ftaelles ont i^ab o^es par les d.'tfi compose de : MM. Charles Dupuy, d autre art.cles, mai!i venez v?teTe. i J VmM- viennmt directement deBiRSW et smt garantit pur
rentes Consti.utions que noua avons secrtaire gnrai, ~ Franck Lhcnet voir, vo..s log'fta Dr'la suite et tu* raisins, nous vo irons h prouver nar des Chili H Kl i] 4 TS '
mts daLi l'inteivalle ; Un ant du et Cassagnol, se:i;iires-ad|onts , von pourrez comparer les prix et *ous u'no^ toujours la dis option des Clients.
riituoai d'appel de Port au Pnuce a rimile Blanchard, comptable et huit li qualit avautageuse UlunitHUinP Pt Vi
lja fa t raison de celte objection en dsctyiog aphe. ~ '~J^r ''
lecd-Di4ue les coailitutions poit ____________________________
ieuresl cis d^ies lois, notamment,-------------------- -- -
elle de 1^89, en maiieoint le Code d^k ,^ r, At
-vil ont pot vemeot dclar main trrOCflCline rPt--
enir toutes les lois civiles qci sy sous sommes en dememe d'an
attachent. noncer tous les Amis du Sminaire
tisurr c'est la loi mme qu que, les lves de Sfe Martial prpa
OH en principe que lea biens du do MM l'occasion de la fte du K. i.
me pnv de 1 Etat sont impier Suprieur, un drame des plus pas
"ptibies nuiant de ceux de son do sionuants, c Caonabo , le Giaud
joe public Cacique de !a Maguana.
1 aur ceux qui Qe se donnent pas tn attendant de plus amples d
peine de b, n appiofondir la ques laila, nous nous contentons aujou:
od, il s:abe d'une criante lojut dhui, d annoncer le titre. Il se i:ia
qu il pu sse tre permis i i Etal, me de lui mme pour attirer latten
otqje 1 E'at se pe m tte de p ts tien des Le.tics e. osa amateurs.
J ui les pirucuueis, et qu il in- 1
ra>as ngou.eusement tont acte """ *""' "-
PP'opriation privei aox tutr
Bilan oa H y de pi0S jUSIe
ffete dfense quand on
* Ifitat n'a pas
AvU de dpan modr*. Comerves .noal r d>* tran*
Si^liMS S l\\H V****. Premier choix.
;; Pharmacie F. Sjourne
Les
IEji
le sp COLON se.ont fermes
25 1 nviei courant.
Pot tu PriLce. le aa Janvier 192
les
pense
moyens pour
' funrailles
Vendiedi oni.ier. ont eu lieu 1er
fuoei'aUea Uc y oi, dire JJusrouleaux.
Le defuut eiau le couaiu germain
ASTHME
OpprttHon, Catarrhe,
Suffocations,
Toux nsroeutss. ,
Ourlion certaine pur Ici
CIGARETTES CLRY
.tu POUDRE CLRY
Dr CLERY, 53, Boni. St-Martin. Paria.
I
Donne avis sa clientle, aux mdecins et au pu ,/V-'l h
trayrsorm son Laboratoira d'Urologie en uu Uboratoirt de
biobtfie appliqu sous la Direction d j
Ut Htcoi et t. Sjourn
Le laborato re es oaverl tous les jours de 7 hres du malin h ft
K *5fc!V!!! ?. !?..* **>* Pr -ues dans
ce ci joiat
e
ldlg U u .'.-.
i toI,'?,M.i1ei te""'"StS b3is et e*"**. AfcuVi HoniuT Alfred
" -'s. et qu'il seiait trop facile 4
mpone qu, de s.ea,parer ae qad. ?fi
Pepatie de 80a domaine pour -rr
^Hu'-ll'ipieiciiie.
iales"3'"16" CominiM1O0s ^oma
tant
Coudolauces aux tamulea prou
AU
(Notice
BritidU sufcjeciB
aie
* a
liereby
**
M'iqol vcni biecii fonctionner,
'cacimfnier..,nUe ,Eiat P0U"'.S" qoeatad to proeut vhemsblvea to?
b c! k &Atdtt M ,nlllS l-regratioo 7t the ButiaU Lega
Ion n a de *00 *>">"M tioubdiweeu tha houraoty tt-m.aud
mnemtmV!" ^'^ P' *'' bzmw*> ""* ^^t ,eir l"*pVi of identifie^ ion by an
Hdalalif den*u,8tr lab.cg paaaepons oro.Utt paptra otjtoa Atniiieil c t:z*o wbo haa kuown
kni u l01 1ul lM claie un prs ttiy. Jou*ry A) ih, 19i3
FPt.blts
|eiera:e, le ij |
AU A .encrtii et zeos
AU A./ rr can Qft'ilN wbo ara
rot mta bei.< of the mi itary forcea
of tbe Uoiud States are orged to
register at tb? American Consulats
hre. Trn- appliea to native and on*
turalized citizens, and alao to citi-
zeus of Por o llico and otber inaular
pcaaeaaiona of the United States,
loieatjfyirjg documenta muai bo
submi:ted aod eacb apo'icant for
r giatratiou mut be accompanied
pnvier 1923.
M Roger HlLAlRE.
Hceplion
torh!-10!:1" boiuo recevra, Jeudi
cnalQ ^ d courtBl de D a 7 neu
I du ioir.
El
Hevue Cubaine
En veme la Librairie du matin.
Pria : Trtate cenuues amricaus
/
tbe applic.nc for a 1 ast a year Ci*
i./.eua ali.jjiiy regiatordd hre are
iimiuded iliaitbey mut reregiater
eveiy two yeata. It ta reqdeated
bat pereoua applyiog for registre*
ion ca I at tins Uonaulate during
ihe afcrnooa houra fro.n "2 to 4 P.
J. wetkdaya eicept Saturdsya.
Jauuary s2u, 1^3
ROBJtUT DUULEY LNGYEAR
American Vioe-Cooeal
t siuf p3 ir ie
1 e I? eonctaii{9 (Jte Scrta
Siranl reu, s que ie mardi d' chn aeisioain).
badrj.>r 1 a Krurjncte po irli
i. ni.es d'artuea tii'jis'.rii]u ,
Heacuon de vV'nssirman 1
HdaciiOQ de lY.boule-,
Eimmq du sang du pus
IAd:u*ia d s inaltrs fcca'es
HW9 ue crachat
^ Ibomi00 ractif r
____________________________________unsan>e UrA Scrt
4vis auxp rsonieq tt'habillmt bien
Uo tiouve (1rs 1 iix plus b a que on 11 |V a
tiOHjrVa. lsai ic pu aulvea a, Hauja vjiiijii Chin'ily Le- Gi nrures q H Paie r/-z \ 1 >l la sjtiu c'a
epOfge* poil-'e fianc oa auttea.
Sie U rote dite uiallifn gajro g lad shlj J
'ona d soie etc.
Piema ti ll.-ielha rour c.?ra8g' et teHIa.
, Jo'i^ r h i> u ronda tj j p ! uat po ir dj i ei
Formes de ch paauz ti es j ; la.
s?
ro
oeceeloni et rabais e>c
'"*.'"coton^ai h 'e
dj aod \-bii
7
'yen, ta.
c,h*/ PaulE iUXlLl
IIm* 11 aveiit e et viayaHin de l'Etat







feL MATIN
GLCBOL
fortifie
Un mais de maladie abrge
Votre Vie d'une anne. Le
CLCBOL permet d'viter
tes maladies en augmen*
tant la force de rsistance
de l'organisme
puisement nerreue
Convalesceeoe
Neurasthnie
Ples couleurs
Surmenes
i
La oure de GL'BOL
augmente la fort nrr-
Wum et rend m net-fc
rajeunis toute leur tner-
fie, leur souplesse I leur
?ifuesr.

' ' > I '
M
LOPWKW MEDICAL
n
Ce M'Mf H"^!"1*'' SlrtSSlf
r'tif ce rtff /locei Je put* affirmer que te (No-
Mal abrge notablement la
convalcaocnce, et cela s expli-
que aisment. Meta, diiiu fa-
on gnrale, on peut dire ou Ij
reprsente le spcifique par
exi-enetfi de toute maladie de
langueur. C'est un tonique de
premier ordre qui, oornralre-
nuni aux excitants habituels,
manifeste une action rela-
Ment utile et persistant*. Il
abrge la oonvaleaoanoe et
augmente, pour ainsi dire.lt
force de vivre, dont tout le
aecret rskie, nous l'avons
vu, dans le aSqHei dee con-
ditions easenUeUes de rsis-
ta nre.
C'est pourquoi noua pfsav
erivona les cures de G lobe!
a la plupart de nos malades,
cette mdication ne rencon-
trant aucune eontre-lndlea-
tlon et permettant une lutte
efficace contre la dchaem
hemalognlque
D'TCllenne CaucKAKU.
\ Ancien interne a Paria.
Etabl Chtelain, t, roe 00
Valencienaet, Pp et'toutes
pharmacies, .
Pharmacie VV. Buch
Le seul prserva'if -lu bois eal le
Carbolmum "venariu
Re-onon depuis p'us d- 40 ans comme le pi s efficace.
Lp Carbolinnm Avenant**
,t nrAswer !e b is ho'* el s mis t;""* con'-e h p^riiui
lUufef8- forces, les 10H >**># du ' et U tel^
WASffi^*topPitah **" ^ nuisons et d
4 imprARuer * ! (-\ d ren)ier ordre suprime.et ch*,
, ^ILlcurii ^vuU Que ^-Poulaillers II
alfi un dtstr\it:.eur saus pareil des punaies el des autre. ,
ainef
"\an an' tt louai A* nts tfe erao. l>2i Raada Magasin de l'A -1
Tuspor ilo soie pour cheirite
bon) un et robe
Gabardine blanc birrs
Oigai di couleur
Eolienni- m- I.
t-it' snglaift g I
Cipe an,-laU p
H. SYLVERA
Dnnp le but de p'aira a p nombr*rx ohsntt. leur offre le articles
suivant* dp io te fraicheur et de loat* b^iut dea prix exceptionnels
maU' la . r-rc hausse tar les ir x ds tlnos.
C-.evio rtii " l oouces o: t r*) Cbapr"*z "*>o ira kUprtur pmjr
Voi'e b'.anr. i bommea Or4o
Orr:die couleur b'od 4> ChtoPBux de irnu d Italie
Bnban iaone et noir aog iop 9 W df toutes qua'i's
r*ro le banc aup 7 Cte-e netjre b-od la roi-
Toile voile po-jr pu it voi'iars t' 4) chioe.de loote beaut I anoe /
Kid^-"' raon*line aigUia l*rt? Baa oie suprieur douzaine P
4'. F a 1 M2 Y .la de lo-g 10 Crepcn flea-a couleur I auo OH J
ICoaaielb e sjispp d* B I 3 50 C^finir anulaa itip Jr,
Basic b'a c arzl double "' n V n> gonal noir extra &/
Ba io axer g b double largeur 0 55 Palm Beach agi gna fore* ^oj
Si-ga blaa an/i ia 4 78 o
D ill fi- angla-a blanc *
0 70 Dnll b'auc union aog'aia 0 75
0 40 Drill coton bU-.c aDglsia OoO
O.'Ji U'iil Tuaaor aup- 0 V)
0;J5 Duck lil blanc anglais 0 7j
1 Alpaga roir suprieur 11
obO K-ki Hune anglais eap. 050
Coton draps angl 8J v or ItO 0 iO k ki bl ne a.ip 0 35 & 0 40
Tuile drap fil angiaia 250 Z phir barres aoie pour
Toile a iiiaeUs gratte larg I0p 0 40 themipes et robps 0 ou
Bandep biodeee Euirsa par Bas dni soie douzaine poo
boie et retH.l Bs jjuru cupriecr J
Broderie a | our robe 2 Bas rrerciies aap, U~AW
Peig es de toutes lea qu.li'B Chaud?etteB enfant 18TJAS
el giHidii'a eic etc Chemis tr cet manchea coar tt P
Organdi eu es< brocM I au^e 1 50 Toile \ voile pr g-anda voilis-s 0 70
La nete 8:>r-ittrop lorg-ie b'iI noai fallait < um^rer tojj lei articles
que noua avoia en magasin c est pourquoi nous vous iovitooa, avaf t
daUer Hii^are pour vo* emplettes de Uj dtnotl passer la BftJaOQ
11 SILVEHA, c*t nulle part vooa ne trouverez dea articlea duQl
bJrna QOta'td dis ptlX 81 lduits ___
Cikiaeii 0. K. eu barils
de 400 ihs
VIENT D'aKHIVH
En vente chez
ts PreetxmannAGGEtiHOLM
hue du Quai
i.
nrsnSDttie
;, ri rtoos*
' I


neuf
Caf
anglais p>ur
i',s bon prix&
dein muh miii poir
cottn et yraio de
colon a 20|H2 cerls p r sac,
>cialit
de Sacs vides:
Sacs vides
! 201
Sucs vides
Cscco 25 centim s
tin vt**** h?x >..... - -, -,
L. P1ETZMANK AGQtUUiQLU ^Xl%w
44 Nervosit w
Nos nerfs ressemblent un
treillis complique de fil-, tl-
jrapMi nourris par une partie du
cerveauque l'on appelle cen-
tres nerveux les dlicats
filaments nerveux rayonn. nt
dans toutes les dlrOOtioOS k
traveis le corps. AUSSI long-
temps que les centre uerv :ui
sont capables de fournil
continuellement de la noom<
tureatixneifs.ceiix cidernr-ure-
ront forts et Mina, Mata s
que les centres nrneu-, l'a li-
blissent cause d'un -urcrolt
de travail, de tracas u
dtnqultudo il lonr e
iible d'envoyer la nour- turs
ncessaire et les nerf de
neut (aticuoa et s'aig itaont.
C'est alors qu un broil sondain
vous fait sur anfir, vous
devenez irritable, vous souffres
de nvraleie, vous tes agiif
abattu. Dar,* cet etaTJ de
choses il n'y a rien qui fnlo
f *-%!
~lm WUU O/ LU*
Psrce qu'tant un aliment
puissant pour les Sorfs,
Wincarnis attaque la racine du
mal, cre une provision ,ie force
nerveuse nouvelle, stimule et
revivifie le systme nerveus
tout en'ier. Essayez Win-
carnis pour la Nervosit. "
C'est merveilleux. Plus de
10,000 mdecins ta recomman-
dent.
Achetez ont bllltts deWijieanm
.njnurH'hnoa pnl 1 obtenir daaa
louirt la* Pharmaciei. etc.
JBB3Z9m%oimum.
a maison
Rivera
A le plaisir de o. 1er U corn aissan'ed ses nomh: eux cli
.. f, la Cpi'a'e qu'en P ovin e. <\ i-He vient de rec-vo;r eour
,;;^?a,JioD-^n -n. crnpet dejBor^Jjyj
d Rossons ei de Provisious ali ;en'a,res de toutes sortes et
^t Boites de 5. de2 el 1 Livres D a*es en
si eTeTiiaol.. Nougats en boites et^p.- ^ aux ^
1p /i4 Livre Clncolai2 par btons Paies de l ui s et ^nocoi
feteT % U'res. Pes A ^^\^ b0,,9, *"
4ualW .up^ur Jwiu kf MftfM (ubona ..a.a,^,,
'^^JSSXSS^S^i^ da M .
SauZ'X^an'bonvU ;.^IUS.r;,-oma. gruy-e^T..
lie de Maura pat liv e, t.* tt 4* Utli s tic.
lenez visiter ia Uatson Loj
Kit/era et foui sortirez sati
faits.
Une bonne
assure i
vie heure
ves mlu m if'jup poir -a-En.VirjtechM
n P R?r jtfJra\NCIW. MARTIN___J
W l *rx" ArJ prix de 2 doare grande bou-
teille si t dollar \\i boatelllet.
Conserver Vos Forces en Surveillant Votre Sant
Cette lettre voua dira comment
Chicago, Ulu.ois, l'. S. A.- "J'ai pris Lyrlia B. Pinkhnm
Composition Vgtait, pour des drangements de l'ovaire.
Tous les docteurs consultes m'ont dit la mme chose-faites
vous oprer. J'ai commenc par avoir des douleurs dans
le cot gauche, ensuite il m'a Sembl Us avoir dans les
deux cts. Je travaille chez un tailleur et ayant une
petite fille soutenir je ne dsirai par me risquer. J'ai
demand mes amis et une m'a dit : prenez la Composition
Vgtale de Lydia E. Pinkham. J'ai suivi ce conseil et je
me suis sentie mieux tout de suite; je puis maintenant
travailler masantiant revenue. J e recommande tous votre
Composition Vgtale et votre Lavage Sanitaire."Mrs.
Mary Eidaico,45g N. (Jarpentsr St., Chicago, U1..U. S. A.
Cette lettre n'en est qu'une parmi un grand nombre re chaque annes et provenant de femmes, jeunes et vieillis, de
toute occupation. Ces lettres tmoignent des vertues de la
Composition Vrjtale de Lydis E. Pinkham.
Cette composition vgtale ne contient pas de narcottquea
ou de drojrues nuisible* et peut tre urine par toute femme
ans aucune crainte. Votre rogne pain dpend sans doute sur
votre sant. Essayez SISI la
Composition \&getale
de Lyd?a E. Pinkkam
vraa* a. aNMixAM m:neiNC eo.
IVNN.MASa. W.
:.J&r's&c^,
.->;
.-.. s.

.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM