<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN I D Les joies dela prohibition aux Elat^Unis Avant la pioliibilion, il existait NawYork plusieurs grandes brasse ries. j£§0 aurait po croire que la prohi bttioo, en srretant la fabrication de la btere vritable, lenr serait fatale et es obligerait la fermeture; ni en est rien. Telle une maison — et des plus importantes — annjDce quelle va porter son capital ne ceni mille quinze raillions d dollars. . c t t blissement fabrique, en ettel, de la nearbeer, qui est une fausse fcire non alcolise. De l ses bnfices! Et comme aprs la victoire d.38 humides , le / novembre der Lier, les brasseurs prvoient la r?prise de la tabrication de la bire v niable d ici deux ans, ils augmen^ teot leur capital peur refaire leur matriel de tabrication. Baux hommas que la police d New \ork arrta pour port d'arme prohibes dclarent tre erap'oys par de r rh s boollsggtr* ( marchand cianu.Hiins de liqueurs ) pour leur servir dp girrlf>s du corps et IPS p~3 cgpr lorsqu ils sont porteurs de grosses sommps d'argent. LPS bnolle(/ : /prx Ro^t par icoli"a. ment viss par I s ch' rousseur* d s rue?, qu. savent qu'ils ont toujours de for es somme* on espce sur eux. Cela prouve tout le moios, q e \lebootlepre FVur Gable Nouvelles Etrangres Les Cours NEW-YORK 13-Sterling 46 75 Dollar 14 4a PARIS 13 — Sterling 6b 64 Dollar 14 27 La France ?a publier Proclamation du Gnral Dgoutte E8SENLe ginril Dgou;te a i/Eulente Mondiale sur les Poids et lesurea S il y a question sur lauoe quelle ce moment. • est fait peu i peu l'a.cord univer La Commission franaise, sb^e sel, — ou peu s'en faut. — c est bien donnant la premire ide qni cooais Farisiana CE SOIR 1 (117 il De re'our je RI tourne triomphai jouera dans des danses merve'tleu Avec Cinma | La Dette du saoq bu 3 l aities Entre gnrale ; 2 gourdes et aux faibles I Ls peuples fort) seols ont droit I existence I clam 1 par le monde la voix tonnante de certaine gios canons > A la Hii'.t' de ces considrations Me Kernisan entre en p.ara dans la dveloppement du sujet. Daus la premire partie, il recherche, t si la prohibition de la proprit immobilire aux trargers peut avoir un ton dment lgitime , et pour les dmonstrations* il donne un < aperu de l'tat d&a d. itrantes lgislations sur la quesMon. Concernant le dioit de propri proprement dit, il tait revivre l'op • nion des puissante juristes, : -la l'roploug, i'ortalis, Laureut etc Des restricioui sont ncessaires dlt'tl, et l'appui, il crit : On %  ai 1 quel puissant tt efficace instrument de doraiDatinu constituent de DUS jours tes forces conomiques. L'acquisition de biens immobiliers par m a capitaliste trangers d'une natioualUe otermme oe peut elle prpaier ou consolider une an 110x1011 au profit de I aitat dont cas tirangeis tout leB ressortissants, la piopriote du sol est une des libres les plus rsistantes du sentiment patrio que. Aux heures suprmes, cest le piopiiuts'ire foncier, ce sont les puysaus amoureux de leur terre, qui detoudeut avue le plus de lna eue ou oui le plus d intrt dfendre la pairie menace. 1 L'exemple de i'œavre allemande en t'oiogue pour sa germanisation nuua esi prsente et pour conclure la piemioro parue, Me liernizan, ovec ce demi bon sens paitagd I op.mon de l'ortans, qui disiit sur le traite de droit international de Ho co ; i Le lgislateur doit craindre qu'o ne livre a des trangers, ave: uue parie riotaule de la prosprit du soi, liiimence qu'ede doune ne i possesseurs Cjuatatitin DU MKAVf, avosat \t'in deiiiam) PARIJ 12— On s' nend dans les milieux franiis i l'arrt complet de l'o.-ganisme tabli par les allis en Allem gne poursuive 1er l'excution du trait de Versailles par suite d? lobstructon annon e par les aile mands.Lo'ginisme emprend lzcorn rriscion de cootrl: rai iuire, la com m ssion pour la.rechuchj des soldats rranquants et o'autr.s. Les renseigne rems r s par le xini'tte des affai rts tiir gies inJiquert que les alla mands ce peimet.ront plus la livrai sons eu nature y compris celle du charbon. Mr Poincar attendra l:s r sultits dts ngociations des iog nieurs envoys dans la Ruhr avec les propritaues des mines de charbon 11 emind avant d'examiner les me %  nies a appliquer pour combattre une pareille rsistance. Les fianais vont publier nn livre jaune pour expl quer les raisons de leur invasion en Allemagee. D'ap es Mr Poincar ce livre contiendra tous les documents y compris les minu tes des confrences entre les alli, l'Angleterre a c'ojn sou consente ment pour la publication de ce Ir're. Des coufrences ont eu lieu Dus seldorf et Essen entre Mr Loste, ins p-cLfO gnral des mines le gnral Denville, le directeur des aciries et fonderies et les reprsentants des in dustries allemandes, i la confrence d'Lssen assistaient les dlgus des usines rirupp et Thyssen. Ou annon ce que les industriels qui prennent pan la confrence dbssen sont dis poss a nt pas tenir compte ces in jonctions de Berlin qu'ils aient i in lerrcmpre les liviaiicns la Fiance, Belgique et Italie au compte de.re paiations Cependant malgr leur bon ne vo on les allemands dsiient sa voir quand aura lieu le paiement d;. livraisons puisque le gouvernement de B.iiiu refuse de s'en charger. On dit a qu ils continueront (aire les 11 vraisons condition que la France en garan isse les paiements. Mr Tirand, prsident de la commis sion interallie en Khnanie d'auoid avec le baion jacquemain, membre de la commission a envoy une cir culaue 1 tcut les (onctionnaijes aile mands du territoire occup en Khur pour Jes informer quils sont passi bls de peines prvues nar le rgit mintde la commission s'ils n'excu tent pas la livraison en nature et s'ils excutent les -.nstructions de Ber lin. Les peines comprennent 1a des > tution ou l'expulsion avec amende ti emprisonnement. La dcision de MrTnand est b^se sur l'acte iu gou vercemint allemand qui n'a pas sou mis sa dcision d'anct des livraisons a l'appiob.tion de la commission in teiailie avan que cette ucision tut promu'gue JN a vires de guerre Mein Les gouvernements franais et a 1 glais se p.paieut 1 envoyer des navi res de guerre a Memel (. ancien [, %  r. toiie tusse en Prusse onentale ) la internat.o :alise par le trait de Ver tailles dans le but de maintenir l'or cre Les franais et anglais ont adress une protestation diplomatique au gouvernement Lithuanien de Kovno. MlmdMasfiRfSi^^ V e !" mridien "ne soulevasteat nostes Galsenkir Jh^n l 1 mlll* M7 d queition d'ntit universel et sur nouveau systme, la Conmisstoi rEssen et Velbert et a m llTs sud est '•*•• confient que des accords prsen'a, le 17 mars 1791. 1 Aretn Toutes les mlnu^ bl Nationale, an rapport dans le meXndi M h is [ trains J wcct des solutions Non* crivions qnel elle proposait d adopter comme reteront^nd t o" nu es e 1 c N P^pos de deux rcentes loi, nnit oalament.le le dix milhoni cloches des glises sonneont e t les r la proprit des marques de tan-t me du quart du mridien terreitre. siroes des urnes s tfl root nn signe 1 !" et d commerce et sur celle des et de donner cette unit le nom de dnp.onstit.00 contre l-occupa'iln b e/ets d'iventien. Aujourd'hui.nous mtre Conformment ces recoa *\ iwitup*nou renou?e i oas ce considrations pro mandations, Mechain et Delambrt "_*• , pos de la loi, qui conmence peine turent chargs de la dlicate mi non JL oasidratons d:t;rmin de l'unihcation internationale et U rent l'Assemble Ceastituante en perte-nion du Systems mtrique. Lei France, dans la drrnire dcade du natioas suivantes y adheireut: Suis iSme s .le, 1 adopter comme base sc Ailetnagae, Autriche Hongrie, R tu sys:me de mesure une dimension pub.que A.geutne, DanemaikEl Mr limes un q ue et invariable, iuscepnble de Pg c 'tae, Prou, Portugal, Beig. ^WASHINGTONMr Batni, pr "VX^tV"'. tCmpS HMA* 1 T'^T!^'^' "eni de la Chambre de :omm rce, lt *" *£** %  11 1790. sur s.e Sude ei Norvge Tuiquie. Ven. a annonc l'opportunit de partie.: | n 'Kn n n IHeyrad. %  • . u international du tu ,Ut ' d Q qu un Commission, U.tneurement. y adnrrent. M 4 compose de s.vants franaii ds! -wi en 1879; la Koumanie, tn gns par 1 Acadmie, serait charge 1 Sa i h Urauae Bretagne, en 1W4 de mesuier la longueur d-un pendu et le Japon, en 11) les rtnnW e simple marquant une seconde au ques du U1.I1, de la Colombe, i* nivtau de la mer sous la latitude de • cquateur, de U Bolivie, de Cosu pches sont dus au soulvement de la population contre le contrle all mand et elle demanle aux allis d empcher t effusion du sang. Dclaration ne per au burea vail afin de mieux comprendre et com pain les relations du monde in dustnel' Cette dclaration a t faite au cours d'un dner ollert i Mr Albert Thomas, direc.eur du buieau in ternational qui avait engag Us nom P IJ*SSL '?* W" V* ' 1^ S W S n *""" j %  1 Uou/ernement devrait d-manrlcr de l Uiuauav. ^ ^V?2ZA22Xl ,u toidAnglete,in de nonme une Ajouins que le, tac mile offi:io 2^ 4 ^u*L2ft£!ftJ2 C.mmi.so? cho.ii. dans 1, Socit du iLre et uu kUogr.mme on. tablie par eu travail. le bureau inteinational Socit du mtre et du kilogramme Koyaie de Londres pour s entendre re cus Washington en iJtfa et dpo avec ts Commission franaise, an s s aux Archives amneamei. r J ol r,. '. d'eubir un sysme co nmun de DUreail de lhtai-UVl[ pmdse m sjresetdea recommander Par l'adoption du sys.me metn s,M/'li< ^ii,l i*doptioa aux autres nations que, Hati s'est relie aux autres ns JCUlUtl JUU •• Les d gus franais, nomms tions, en nt f.Lanl que se coofor Le public est avis que le Bureau p r l'Acadmie, taient Lagrange, La mer a une rsolution adopte par II de lOticier de lh'ta.-.ivi 1 S.ction piace, Monge et Coudorcet. Le Gou confrence Internationale Amricaine Sud, est situ l'ang'e des rues R v rn enl a


PAGE 1

n 3 LE MAI IN Conseil d'Etat ) Ce nitip, scr la demande de l'Ex cntif, le Conseil d'Etat a ouvert ses travaux en session extraordinaire* • Le mne barean a t rlu : M (Grandoit. prsident et MM D. Pierreoois et Ch* Rouzier. secrtaires. Ploi rien n'tant a l'orJr; do jonr sance g t levie i extraordinaire. A prochaine sance on recevra e message da chef de l'Etat dterrai ant le bat de la convocation. Voici 5 produite qui mtrent en valeur la beaur de la femme PETITES NOUVELLES PARIS — On prvoit que 1 commission des %  pirations accorder a l'Allem^nc un nouveau liai jusqu'au ter Fvrier pour le paiement de $o illions de marks or qui doit avoir lieu lundi, te dcision sera prise a la requte de la France ii dsire laisser encore ea suspens, pendant pluirs semaines la question du moratorium ati i voir comment vont tourner les vnement en Plemagnf. On parle, dans certains millieux, d'un luveau projet franais sur le moratorium. SANTIAGO DE CHILI Un tort tremblent de terre a t ressenti hier soir a lUncagua, mpiago. LAUSANNE — Les Turcs acceptrent hier de §rer, des la signature de la paix, les Grecs supar l'anne turque lors de la prise de Suivra? ./change des populations grecques ei turques nmencera en Mai. retour d'Angora, de Haam Bey fut naarpar de nouvelle* manifestations d'intransinet des Turcs qui rejetrent le projet alli sur capitulations conomiques. Mouvement des ;jjj I 3 | navires liciers do l'Etat civil <1 S .* %  Le S,S Hati ayant laiss NewYork le 6 da courant est attendu le 16 Janvier, via les ports da Nord II repartira le mme jour pour les porta da iud. pienant fret et passa ort au-Prince — Alphe Alphonse. Edouard ssan, W. Savain. p< Hatien — Boyer Latortue et Catiaat orqs. onawes — Christian SarJ et Lebrun Gerard Ort-de-Paix — Emmanuel St-Araand. iot-Marc — Joseph Martelly. lyes — Septinius Rameau et Achille Bonnet I 'mie— J-'lcury Sanon et David Sansaricq Fils uin — 7 ..ira' David. Ins--Vcu — Hermann Moard. tit Gove — j. H. Barthlmy et Excelle* t de. cmel — l'.otiolphe Pradel et Sevmour Uoisj ici le 2. "• w .. U SiS Prias uanamin I e — Chapuzetie Michel, fcrt-Liber :e — Bisson Labissire. cahaic — Jules Sterlin Qihier — Uumas Bertrand and Bo' — Isral Millien balais — DM Jaochim scahobas — A. G. V'atel tion-Ville — Philidor Dorsa'nville ii les Bouquets — Justin Cantave maxeau — Caavannes Caniave. Lon R. Ihhand Agent exclusif pour liai.; de Lel.) & Fink, Inc fonde en"18"6 SuPr.lUl.lTtf BAS PKIX PROMPTITUDE root produit cbim q :es, pharmaceutiques et autres articles ?ee dabits dara une pharniarta *£8ESm ^'IK M Gil,e,,fl • rori. AH 'oi.M(uci stc. etc. ou OH h KirrlN SPECIALITES ; /Marque privs/ Lysol dninfoctaot.Pcriii.o^ie Ariiolat gour barbiers, Bay Kum, Chocolat en poudra, Huile de foie de Jforasj. Koolfiion, Gold cream, Extraits pour fare esse ces et eau de toilette Est fl • Q "ii \ Poudr courte les insectes Solution pour cooMffar lee ceufi fraie, Lan je Maguie, Poudre suprieur pour la toilette des eafaots Essence de fleurs. Eau de Klonds, Miel pour la table. Moutarde, Huil d Olive pour la tsbl-, Brossas dents, Pr-DOPr-roin, Huile po-ir chissef les moustiques et autres .useetes, Begalol : ilaile contre constipation e> roubles des intesins chroniques T, Cire pour les parquets, Co-oesii. qaes, Eliiire, Epices, Sirops divers, fritures diverses, Vins, etc, etc. etc Demandez ie raralo^tie des eociahcs Cooflant vos commandes a LEIIN & FINK, Inc. vous s rfz absolument Bltitfait.s o. s-,T,'v lte ," l ebjQue3 ?h*rmicl#M dj pays l'epproflilonoeat ehn LEUM & FINK. lac . Joshua L Bailv & Co On demande ~, %  .-,. , %  „ Un ga-con de bureau, sachant lire {l*hU"Cn $ fTlOM'l* Streti's) NeiV F^fiV L'une des meilleures et des plus for* tes maisons de Hssus aux Etat* Unii Siam, Dettimt, Checks, Gingham, ToiU drap etc, etc. La meilleure source d'achats: Prix ADMINISTRATION ENE RALE DES OSTS AVIS DE DEPART Les dpches pour New-York et l'Europe • Via New-York • par le s|s Comme* ijne, serout lerme* demain mardi ib courant. l'on _uPrince, le I] Janvier ijij, et criie S ad et feras • MAIN • Avis gra.— Son itinraire sera fix son La Secrtairerie d'htat de 1 Intrieur retour, rappelle au public et aux intresss LeSiS Panama* venant ce Crie son avis en date du 18 Oc obre 1922, tobal laissera ce m.di pour NewpaIU daus j e Mouitear Otfiael # gttinntnaeii* \ork directement, du jeudi 26 Octobre I921, notifiant tOUJOUrS aVailia(J€U.JC> ^M^ittflffliffiŒ Le P' i nci P au commssionxiaire en laissera le mme Jour pour New. f£ !" !" t S8US ClUX E UtS.U ni*,*,, provisionnent iSisaaSrsK^ Jo8hua L BaiU u VQ €harles TOMBRUN der Nederlanden> venant de New-Tork^ Cap Hatien et Gonaives es. a*rive ici hier dans la soire, repartira ce midi poar Petit-dore, Cayes, Jacmei. Curaao et l'Europe. Ce navire charge dirsc Le S |S Christian Horn venant temeot poar les ports europens. de Hamboug, l.arul, et Petit Go LeS(o < Comraewijne > venant de ve est attendu Poit au Prince, mar Caaao eat attendu ici le 10 du cou ai le 16 crt. 11 repzrtira prcbablerant. chargera pour New York et ment ie lendemain pour bt Marc, 1 Europe, via N-Y. Puerto P | ata cl l'Euiope, prenant Le sis Flora parti de N-Y le 11 ilt v Y Pour tons autres renseignements prire de s adresser i : OLOFFSON LUCAS & Co Agents gnraux Port au Prince le 13 Janvier 192} du courant, directement poui la Caa sance d'hi r du" Grand Orient P Jlal8 iera ici lf> 7 > coutiouers le iti certaine* questions impoitan Œme iour P ar Curb a o ' Veneelatives au Budget ont t luci zu f' a i a .„, .... supprims et certains autres ont 0 amis 4 l'approbat on du Grand H 1 t dcid que les membres i civent piyet une quotit men d'uai gourde Commission a t forme pour iner la caisse du Grand Trso ianche prochain on mettra fin d firentes qestiom qui ont t lises au Grand Orient m Pfift-au-Pricien Sauvez Vingt Mille DOLLARS D^rDireinvenlionpour protger votre saut LE VAGU-FILTER Horn Une Pfliari ild L'orporaliofl Lubricatiug Oild (irease Huiles el Graisses Prix et qualits dianl toute coucurreiice Inc. lia oui eu lieu, comme nous l'avions ie. kcon. du nouveau comt pour Est le meilleur et h phs modeme filtre dans le monde entier. Il \XM lutte chaude entre ie> deux candifitif dans quelques mirutes tous les §9rmit et matires impures eV SftJltsX^'ite ru dm$ N,1U gf l<1 reHd daire et P %,e de 56 von sur 79 votants, ii remercia Lfi3qiie iii.'iis ;i prive doit en avoir un surtout pour fi. lier J'eau JVLiSZSZ^ P? ur *#** Vaul mieux filtrer votre eau qu'afoir les maladies dm Jules a-hipps, trsorier, Franck Chenet 'CMS, UU lOle, dfWDttfia elC ^atoXcr 'Hm?* Uoi n cha ?'e cale lo l ,311 avoir un pour filtrer i'eau pour leurs clients, 1 de diKipiioe : LOUIS Roy. Ren T. AuUans If.s coles pour Jeg lves. 11 peul filtrer gale r ol : alcool, m iii|lii.,u ,ui nouveaux comits "TJ f**** chimiques, liQucurs, matires ;. tlgraphiques etc. k J peut filtrer i|i gallon en une imnuie ^ &f 0 i i eu une minula LehnetFink, (Maison fonds en 1876) New-York, .U.A. Laboratoires i Bioomfield, N. J., L U. A. Aaisance Baood Lapone, Consul Gnral d'Haitt o e Cuta et Madame, ne Tlinaque 4 leurs anus de la naissance de leurs elki :Ahne& Armel le. SBVSESKSSSSKESSSCBSt* Dcs r4 j lle5 t^rl Cbarra dcd hier a 1 u 8 e d un an auront lieu aujourd'hui prcises. P' de la mai*** mortuaire sise 5-T ?" i0n Ca "'e Dasque iour


PAGE 1

Il MATIN Pharmacie VV, Bucb Le seul prservatif du bois *>l le (orbolmum Avenarim Reconnu depuis plus d* 40 ans comme le pi 's efBcace. Le Carbolinum Avenarim S rt prserver le bois hors el sous terre con'.re h pou rilure danslou'es ses lorrces, les mtluencos du clmat et U eWticiiQ*. ros les insec'es. A empcher et supprimer le champignon de* maisons et des •cher les murs humides. : k imprgner ies Voiles, cordages toiles e filets ue pechrv Le produit est un dsinlectant de premier ordre supnme.el chasse la vermine des curies de chevaux ainsi que des poulaillers. Il e? aussi un destructeur sans pareil des punaises et des mires Ter mine? /illntlr 4)i)l vf nu 1 gnraix,1730 Rua du Magasin de l'Etat ll -l ."U H Madeira Embroideries JF o r sole now H considerably reduce pricez. ^Suitable for nie and^velcome Chrisi mas Gijt* ( orne and mak? your choice yourself. L. Preetzmann-AGGERHGLM Eue du Quai Astbm e t~j La maison Lope Rivera A le plaisir de poitar la connaissance de ses nombreux clients tant la Capitale qu'en P.ovine.qu'elle vient de recevoir pour le* ftes de fin d'amiet\un assoiimi m complet de Bjnboo franais, de Ue Boissons ei de Provisions alimen aire* ue oues sorte* et de premire trcheur, uU\B0XS ; Jolies Boites de 5, de Z et 1 Livres. U ges en patiU Souiffl iti'n'. et Caerloo pa:ieC:fi\;i2THS1iPrj[lRH SPC a s'H-M'Jn J. tSPIC sur cr.iqu c tintte. v. Avis aux pi rsonnes qui s'habillent bien On trouve des prix plus bas que dans les occasion et rabais excep tioaoels, Ifes articles euivams, de toute traicheur. Hiu's V9ttntl Chanti'ly de soi tou'e noancet Les Girrmurea que vous rv z qu'elles soi9^t de soie cotoogoipure pcr.ges perles franges ou autres. Soie lame dite raa'alliquo genre grand chic Jersey de sole cWI foni de soie etc Fleurs art Rciellea rour corsp^e et taillp. Jolis chaproux ronda tout plumes pour dan es'lgantes. Formes de chapeaux trs jolis. Cbez Paul E AUXHA Hues Ttaversire tt Maganin de l'Etat Lunchs Ep mm Grand Htel de France (Jui par sa situation unique au centre des affaires se recommande j)tus que iamat au public et ses nombreux et distingus Client pour sa CUISINE soigne et tout le eonfot table n-'eessaire aux \oyageurs de Commerce et particulirement aux commerants de passage ii iPorl-au-Prir.ce. L htel dbite par Gallon 8? par Baniqms des Vins de Bordeaux Rouge et h In ne. Ces Xins vuy.neni directtment de BARSAC et sont garan\is pur jus de raisins, nous pouvons le prouver par des CLKllHCdTS qut nous tenons toujours la disposition des ( litnls. Ckamiwfjne et Vins Mouss vx prix modrt *. (ovserres moutardes / &f •anai**8, premier choix. Nervosit" No nerf reeeetnbleOl uo treillis c linp uj-.i Je fi':< tt;grp ..iqnco Coinin miles el nom ri* par nue partie du cerveau—qqaj l'or appelle cenlie nerveux— I. licat* filaments lie: vi-ux ravoliiv lit dans toute* le directions travri* le. corps. An.; longtempe que lecentre Ben rus ont capables le luuiiiii loutiiMii-lle-i 01 de la nuiirrilureaiiiiirrt.c'. de tflCM ou d'nii|ulctii'Ie U leur e*1 ilOpoeti le d'Mivdyw la nuirntiiie htcejiie et les nirfs de> en lient iatiu'i* 1 'lrnit taudalB vous (.lit mr-aub-r, o rtrvenez Itrttil'W, voai sonllrei de alvralgie, voue eie-. aJCttl et abattu. Dans cet itat de chotes il C'y -i ru-n i|Ol ei:-le livre etdd 1\2 livre, Booboas glacs, Fondante, e'c. BOISSONS — Vins rouge Se blanc (Birlon el Uuestier Bordeaux qualit suprieure, Whiske ( ttaij? el Hiig (Oubonnel.Malaj;a,Pipper mmlChaiteuxdeTarr gone, Bndictine, e'c. PROVISIONS ALlMiiNTAlKES— Conserves de foutes sortes. Saucissons Lyon,Jambons,Morladelles, Fromage gruyre,pale grasse, tte de Maure pW liv.e, l| el lf4 lureselc Venez visiter la Maison Lopa Rivera et vous sortirez satis ails, ^•^ggg: C^!S IL Z r Wla* ui Lu* Parce qu'6tant nu .i.iinent piltatMt poOl les neif-., Wiucarni tlliiqiM la lacine du mal, crie une pi<>vii' r •. Wlnoarnls KorM, KOPJWIOH. En Vente chez FRA.NCKJ. MARTIN Au prix de 1 dollars grande boa* teille el 1 dollar \\1 bontellles. Rue do tfagsin de l'Etat en face Usine QUee. Fort au Prince % Elles sont Kereuses y • et en bonne sant' /v / Veut Devriez l'Etre AUM'T^ Un grand nombre de maladies des femmes n'entrent pas dans le domaine de la chiiurgie. La chirurgie ne peut rien changer de place ni dplacer les organes-du moins rien de semblable n'a t fait jusqu' maintenant. Un petit mcanisme d'une pendule peut desserrer et la pendule a.mce ou retarde. Si le mcanisme n'est pas remis en place de suite il peut tomber et causer des dommages srieux. C'est exactement la mme chose avec les maladies des femmes; elles commencent d'un rien mais si l'on ne prte attention elles produisent des situations srieuse*. Aussitt que les premiers symptmes apparaissent prenez la Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham pour soulager le malaise et pour viter qu'il ne dgnre en une maladie plus srieuse. Huraacao. Puerto Rico. —"J'aipris la Cempoeition Vgtale de Lydia E. Pinkham pour me gurir dea (lueur* blanche* dont je souffrais depuis longtemps. J'tais toujours fatifrue et j'avais constamment ds douleurs. Une amie de ma mre avant obtenu des rsultats excellents avec votre Composition Vgtale et ma mre ayant galement bnfici par son emploi je me suis dcide de l'essayer. Je recomminde votre mdicament toutes mes amies. Je lui doit ma sant et en chante les louanges ehaque jour."— ZORAIOA LAJAHKS, Humacao, Puerto Rico. Plusieurs lettres similaires prouvent Us vertuee de U Composition Ve get aie de lydia E. Pinkkarp LTOI %  NKM MCOlCINC CO. I.VNM.I4ASS. U.*.A. K m i >*



PAGE 1

L i anne Nd 5013 Po t'an'Prfso^ Prl*\ Lundi 15 Janvier 1023 DIRECTEUR PBOPRIETAIRf Clment Magloire' NOMIRO 20 CENTIMES Aimer son prochain dans les profondeurs stables, c'est ce qu'il y a d'ter nel dans les autres. M. M.1TERLINK Quotidien BBD \3ri3V : Rflt A4ricaiti^No 1359 TELEPHONR No ,349 ORDRES, 12 Janvier—Le Gouvernement Anglais ne connatra d'aucune minire les protestations de l'Allgue contre l'entre des franais dai s la Rhur et si pro iVtion n'affectera pas la politique anglaise. WASHINGTON-Le gouvernement Amricain ne fera cune rponse la protestation allemande. Il CHRONIQUE e Bruit | ours d'une de ses chroniques impies, aussi charmantes que i:fois dsagiables et confuses mations de la vie quotidienne, ux chroniqueur s indignait der xnt du bruit qu on fait, de ce ut se ipand un peu partout, jsat'A troubler maintenant la illu de la campagne destin ie re de prfrence le Temple pressions calmes et ln fim.es un peu ce qu'il disait :c 11 y Il de jolis endroits de ville mais la plupart sont si mal s au point de vue hygin que. habiles comme htes, qu on t d'aucune tranquillit. Les nts lgrement construits l t comme des caisses de viois chambres entasses laissent .e tout ce qui se fait chez le voi plupart de htes eux-mmes devoir manifester leur joie d ivres du harnais quotidien em 1 bruyamment un contente%  nLntin, iaos gard pour per I I pourtant, poursuit-il, outr : I la campagne et de la^mer, ce |y va chercher, c'est le silence >nce qu'on y troave si rar. Une des grandes causes du fna^e nerveux des gens des :'tst le bruit, ce bruit conti les quartiers populeux, des cea |lfaires, c'est le roulement des (s* les clats ds aux insiru employs par les spcialistes lit commerce.Ce bruit dj aga it devenu irsupportable., pro •Ml, depuis que les tramways jntretenus tmtinnanbulent otu lent, depuis que tons le* paire les nouveaux riches veulent 1er chacun leur automob.le int neu e, si bien pourvue de ix les plus puissants. Leur im et leur vanit de nophytes fit dclancher toute leur fanf* lr un toutou qui saurait bien Jter s'ils ne l'affalaient pas leur %  le intempestif A tous ces bruits, il faut ajoute. le piano de la voisine qui serine des heures durant les mmes accord. faux, le chanteur ou la chanteuse du dessus qui ressassse tous les mi sident de la chambre de commerce tins et tous Us soirs la rcCme ro mance fade et prtentieuse; il y a en fin les bavards de toute espce qui croie jt devoir la vrit de vous dire . TOJS ces bruits surajouts, disco d nts et perptuels troublent jour et nuit le travail, le repos et la md tatien du citoyen, les malades en sont particul rement incommo ds et pour se dtendre, ils s'enfuient la campagnet Y trouveronti ls e re 1 os auquel ils aspirent ? Pour combattre 1 habitude nuisib'e des gens qui n'aiment rien tant que de troubler la quitude de leurs pro chains, on nous informe qu'une ligue a t fonde en Allemagne coi tre le bruit. Celle ci est ne de cette ide que le citoyen rentr chez lui. a droit de ne rien entendre des mile rumeurs du dehors. Elle dsire qu. l'autorit inieid.se ds les premires heures du soir toute animation quel conque enfin que des mesures sv res soient dielts contre les an.ru te.ies de faon que leurs btiments ne laissent rien tunspirer de la vie de ceux qu ils abritent Tout en pensant la singularit d'une telle ligue, je vernis dn'as MOI sur un banc du Champ de Mars, pour me repatre un peu de h fracheur du soir et dlasser mon es pru des corves Niiganles que u ta che quotidienne impose 1 nomme, quand j'aperus au loin mon ami Z qui avanait petitement' U rxurcnait, foulant sous ses pa; l'asphalte doux au pie i. dtournant parfois la t e pour dvisager un d: ces couples nombreux que ionren contre sur sa ioute, ds que le soir glisse lentement vers ta nuit . Il marchait. L'heure de la pro m s nade avait dj conduit au dehors un nombre respecabie de pitons ; habituel des cinmas, pris des merveilleuses creafoos qui dfilant chaque semaine sur I cran, emplo ya lu bord de nier voluant Pliai reux temps o le v.au gras u et r pas rare cb.z noue, tudiants f.ais moulus de* cours, asBis toujours la mme place, occups a comrmn ter le fait-divers banal du jour, faux bons hommes qu'on aurait pris pour des'amis loyaux, si leurs faons peu sincresn'avaientdvoille contraire, petits marchand de surettes abordant le passant chaque pas, pour lui rvler tout l'art des sucreries d un Daniel ou d'un Kutean, sans parler de tout cenx ur qui l'ombre jette sans cesse sa patine obscure. Lorsqi'il fat parveou proximi' do toi.oous changemes quelques politeasas lubituelles.et corn ne ja lui vaais une culture assez dveloppe je joulua savoir ce qu'il petiBe de cette igae d'un genre si nouveau, si bila rant tout la lois. |La ligue du silocctvii il^vec on nement. —Oui lui rpondis je, la liguo da silence U-On ne pourra jamais arriver an ail once absolu rpartit a, puisque le Bilei. ce ncessite le bruit. Evidem ment, quand on a invent le pav de bois et la roue caoutchoute il a fallu mettre une clochette au cou des chevaux pour que le piton qui traverse la chausse ft averti de 1 arrive de la voiture sur lui et ne ft pas coup en deux silencieuse ment, car il faudrait tre de l'txtrO me gauche de la ligue contre le Lroit pour re eonsol dtre coup en Jeuxpar la considration qu'on l'est dans le plus profond silence. — Oe mme quand les divines au toraabiles, les plus silencieux moyens de transpoitont inventes* on les a munies de beugleses d'au tant plus sonores que le vhicule tait plu rapide et plus muet, La preision de cette rponse m'im pressionna des p:us agrablenmnti Mon homme s'en rendit compte dailleuis, mon air attentif De me sentir ai ti suspendu ses lvres, Iparut visiblement content et peu suivit. —(De intime, quand on a invent les tramways lectriques, on les a arms d'un timbre d avertissement dont le bruit crpuaut avertit le promeneur d avoir songer a l'co nomie de son ossature Je dis qu'ici continus1 il, on a peut tre t aud".l des ncessits, car ie tramway lectrique fait aesez de bruit de lui mme pour n'avoir pas basoin d'un bruit particulier l'effet d'avertir le pdestre. EnQn, c'est une rgle gn raie ; le silence ncessit le uruit.et plus vous ferez de silence dans la rue, plus vous sert; forc d'inventer des nuits pour combattre et anaihi 1er les effets du silence '.' — Ce que voua pretejdex est fort juate. cependant, lai dclarai je, qje penseriez vou3 de quelqu'uu qui s'a viserait de fonder une parelle ligue chez r.ous ? — Il est certain, dit il, qu'aux neu rastbuiqoes et aussi aux penseurs aux nvropathes, aux crivaias. le bruit est un poison,aux musiciens aus si;'ss musiciens aiment leurs brui.s, mais ils n'aiment pas le bruit des autres. Uai, pooraolvll-ll, il esr c r tain qne pour une cti^rie impt tante des socits inodernes,le bruit n'est pas autre qu'un poison. • Mais prenez garde.mon jeune ami, me recommauda .-il, il y a beiu coup da genB pour qui le bruit fjlt partie de lhygine,pou r qui le bruit est tonique, qui ne pardonneraie a pas qu'on leur impost d tre sileu cieux. Les dernires paroles de ce pa* sant si spiritual, si gouailleur, va naf,.;, de s'achever, quand sous le ciel ba gn da clair da lune, mont rent sojdain, mleB aux rires, des femmes qu'on caresse,aux musiques qui soupirent sou les doigts, les notes s ndentes et prolonges du couvre feu invitant le p.omeneur attard regagner sur. log s. A ce moment, nons nous pressa mes la main, lui content d'avoir veill tant de belles choses en moi par aon langage si persuasif, si toi vainquant ; moi, satisfait de cas agraules minutes vcues en si bo i ne compagnie Et nous piimea cong 1 uc de l'autre. Feruacd LEROY Naufiee Httmt tik Angle des Hues des Fronts Forts et du Magasin da l'Et.' Marchandises Franaise* Paroisce du Sacr-Cœur Les paroissien:, du Sacr-Cceur ont appru avec plaisir que la fta des Saint* Innocents a donn un bnlice net de 1904 gourdes. Cette anne, on se propose de peindre l'intrieur de toute l'BaUta : U a t dcid qu'une tete sera organise le DIMANCHE IIB PAUUS. b an cailles Nous avons re,u la de Mademoiselle leanne fortun Bogat. Meilleurs compliments. carte Woel de Fianailles avec Monsieur Avocat haitien — Docteur en droit de la FatttlU de Paris Noua avons eu la bonns et agra, ble fortune de parcourir, la rcente thse de doctorat de notre amiClovis Kernisan, actuellement a Paris Le volume comporte 151 pay,es. Les Eaogars et ie droit de pro prit immobilire — L'article G da la constitution hatienne de 1881) et ses consquences en droit priv. Tel est la sujet qu'au point de vue baitien, notre ami avec une matrise forte a dvelop, et qui lui a val i la lire note trs bien. En effet lisons nous au frontiepica du livre : Cette thse a t honore sa Boutenance devant la hacult de Droit de Paris, dt la mention c Trs bien. < Votrethibeest tort intressante ellrit bien faite a dit -i l'auteur, le Savant Professeur il Droit'Civil approfondi prsidant le Jury. Vous lave: crite avec votre cœur et dam une langue trs purs Vans l ensemble l araumen lion juriiique en est solide. Elle corn porte mme des passages vraiment forts C est lu l œuvre d un bon juriste Je tiens d ajouter que, personnellement, il ne m a pas t souvent donn de formuler au sujet d un mmoire universitaire si logiense apprcia' tioii Ce jugement puissant ne dnote-il pas la valeur de la thse? Prsenton -la succintemeut. Dans la prlaje, le doc eur Kernizan, dpeint la situatio 1 mondiale ac uelle, de ce vent d'horreur qui nouille sut la terre et qui est le r' sultat de l'gosma et da l'ambition. Avec une cyoque dsinvolture, crit il, on a en quelque sor.e sus* pendu le droit des genb, comme chose de parade, bonnu tout au plus pour les temps de paix et de politesse mensongres. La tyrannie s est rveille, rajea* nie et for ide de tous les progrs de la science. Empruntant dos dehors trompeurs et inoffensifs, elle avat depuis-longtemps mticuleusement pipar son œuvre, aux dpens de la loyaut internat.onale et au mpris des devoiis les plus sacrs de I lioapitalit. Maintenant ; ( Malheur aux petits r


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05834
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 15, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05834

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
L
i anne Nd 5013
Po t'an'Prfso^ Prl*\
Lundi 15 Janvier 1023
DIRECTEUR PBOPRIETAIRf
Clment Magloire'
NOMIRO 20 CENTIMES
Aimer son prochain dans
les profondeurs stables,
c'est ce qu'il y a d'ter
nel dans les autres.
M. M.1TERLINK
Quotidien
BBD \3ri3V : Rflt A4ricaiti^No 1359 TELEPHONR No ,349
ORDRES, 12 JanvierLe Gouvernement Anglais ne
connatra d'aucune minire les protestations de l'All-
gue contre l'entre des franais dai s la Rhur et si pro
iVtion n'affectera pas la politique anglaise.
WASHINGTON-- Le gouvernement Amricain ne fera
cune rponse la protestation allemande.
Il CHRONIQUE
e Bruit |
ours d'une de ses chroniques
impies, aussi charmantes que
i:fois dsagiables et confuses
mations de la vie quotidienne,
ux chroniqueur s indignait der
xnt du bruit qu on fait, de ce
ut se ipand un peu partout,
jsat'A troubler maintenant la
illu de la campagne destin ie
re de prfrence le Temple
pressions calmes et ln fim.es
un peu ce qu'il disait :c 11 y
Il de jolis endroits de ville
mais la plupart sont si mal
s au point de vue hygin que.
habiles comme htes, qu on
t d'aucune tranquillit. Les
nts lgrement construits l .
t comme des caisses de vio-
is chambres entasses laissent
.e tout ce qui se fait chez le voi
plupart de htes eux-mmes
devoir manifester leur joie d
ivres du harnais quotidien em
1 bruyamment un contente-
nLntin, iaos gard pour per
I
I pourtant, poursuit-il, outr:
I la campagne et de la^mer, ce
|y va chercher, c'est le silence
>nce qu'on y troave si rar.
Une des grandes causes du
fna^e nerveux des gens des
:'tst le bruit, ce bruit conti
les quartiers populeux, des cea
|lfaires, c'est le roulement des
(s* les clats ds aux insiru
employs par les spcialistes
lit commerce.Ce bruit dj aga
it devenu irsupportable., pro
Ml, depuis que les tramways
jntretenus tmtinnanbulent otu
lent, depuis que tons le* paire
les nouveaux riches veulent
1er chacun leur automob.le
int neu e, si bien pourvue de
ix les plus puissants. Leur im
et leur vanit de nophytes
fit dclancher toute leur fanf*
lr un toutou qui saurait bien
Jter s'ils ne l'affalaient pas leur
le intempestif
A tous ces bruits, il faut ajoute.
le piano de la voisine qui serine des
heures durant les mmes accord.
faux, le chanteur ou la chanteuse
du dessus qui ressassse tous les mi
sident de la chambre de commerce
tins et tous Us soirs la rcCme ro
mance fade et prtentieuse; il y a en
fin les bavards de toute espce qui
croie jt devoir la vrit de vous
dire . Tojs ces bruits surajouts,
disco d nts et perptuels troublent
jour et nuit le travail, le repos et la
md tatien du citoyen, les malades
en sont particul rement incommo
ds et pour se dtendre,ils s'enfuient
la campagnet Y trouveront-ils e re
1 os auquel ils aspirent ?
Pour combattre 1 habitude nuisib'e
des gens qui n'aiment rien tant que
de troubler la quitude de leurs pro
chains, on nous informe qu'une li-
gue a t fonde en Allemagne coi
tre le bruit. Celle ci est ne de cette
ide que le citoyen rentr chez lui.a
droit de ne rien entendre des mile
rumeurs du dehors. Elle dsire qu.
l'autorit inieid.se ds les premires
heures du soir toute animation quel
conque enfin que des mesures sv
res soient dielts contre les an.ru
te.ies de faon que leurs btiments
ne laissent rien tunspirer de la vie
de ceux qu ils abritent
Tout en pensant la singularit
d'une telle ligue, je vernis d- n'as
MOI sur un banc du Champ de
Mars, pour me repatre un peu de h
fracheur du soir et dlasser mon es
pru des corves Niiganles que u ta
che quotidienne impose 1 nomme,
quand j'aperus au loin mon ami Z
qui avanait petitement'
U rxurcnait, foulant sous ses pa;
l'asphalte doux au pie i. dtournant
parfois la t e pour dvisager un d:
ces couples nombreux que ionren
contre sur sa ioute, ds que le soir
glisse lentement vers ta nuit .
Il marchait. L'heure de la pro m s
nade avait dj conduit au dehors
un nombre respecabie de pitons ;
habituel des cinmas, pris des
merveilleuses creafoos qui dfilant
chaque semaine sur I cran, emplo
ya lu bord de nier voluant Pliai
reux temps o le v.au gras u et r
pas rare cb.z noue, tudiants f.ais
moulus de* cours, asBis toujours
la mme place, occups a comrmn
ter le fait-divers banal du jour, faux
bons hommes qu'on aurait pris pour
des'amis loyaux, si leurs faons peu
sincresn'avaientdvoille contraire,
petits marchand de surettes abor-
dant le passant chaque pas, pour
lui rvler tout l'art des sucreries
d un Daniel ou d'un Kutean, sans
parler de tout cenx ur qui l'ombre
jette sans cesse sa patine obscure.
Lorsqi'il fat parveou proximi'
do toi.oous changemes quelques
politeasas lubituelles.et corn ne ja lui
vaais une culture assez dveloppe je
joulua savoir ce qu'il petiBe de cette
igae d'un genre si nouveau, si bila
rant tout la lois.
|- La ligue du silocctvii. il^vec on
nement.
Oui lui rpondis je, la liguo da
silence
U-On ne pourra jamais arriver an
ail once absolu rpartit a, puisque le
Bilei. ce ncessite le bruit. Evidem
ment, quand on a invent le pav
de bois et la roue caoutchoute il a
fallu mettre une clochette au cou
des chevaux pour que le piton qui
traverse la chausse ft averti de
1 arrive de la voiture sur lui et ne
ft pas coup en deux silencieuse
ment, car il faudrait tre de l'txtrO
me gauche de la ligue contre le
Lroit pour re eonsol dtre coup
en Jeux- par la considration qu'on
l'est dans le plus profond silence.
Oe mme quand les divines au
toraabiles, les plus silencieux mo-
yens de transpoitont inventes*
on les a munies de beugleses d'au
tant plus sonores que le vhicule
tait plu rapide et plus muet,
La preision de cette rponse m'im
pressionna des p:us agrablenmnti
Mon homme s'en rendit compte
dailleuis, mon air attentif De me
sentir ai ti suspendu ses lvres,
Iparut visiblement content et peu
suivit.
(De intime, quand on a invent
les tramways lectriques, on les a
arms d'un timbre d avertissement
dont le bruit crpuaut avertit le
promeneur d avoir songer a l'co
nomie de son ossature Je dis qu'ici
continus-1 il, on a peut tre t au-
d".l des ncessits, car ie tramway
lectrique fait aesez de bruit de lui
mme pour n'avoir pas basoin d'un
bruit particulier l'effet d'avertir le
pdestre. EnQn, c'est une rgle gn
raie ; le silence ncessit le uruit.et
plus vous ferez de silence dans la
rue, plus vous sert; forc d'inventer
des nuits pour combattre et anaihi
1er les effets du silence '.'
Ce que voua pretejdex est fort
juate. cependant, lai dclarai je, qje
penseriez vou3 de quelqu'uu qui s'a
viserait de fonder une parelle ligue
chez r.ous ?
Il est certain, dit il, qu'aux neu
rastbuiqoes et aussi aux penseurs
aux nvropathes, aux crivaias. le
bruit est un poison,aux musiciens aus
si;'ss musiciens aiment leurs brui.s,
mais ils n'aiment pas le bruit des
autres. Uai, pooraolvll-ll, il esr c r
tain qne pour une cti^rie impt
tante des socits inodernes,le bruit
n'est pas autre qu'un poison.
Mais prenez garde.mon jeune ami,
me recommauda .-il, il y a beiu
coup da genB pour qui le bruit fjlt
partie de lhygine,pour qui le bruit
est tonique, qui ne pardonneraie a
pas qu'on leur impost d tre sileu
cieux.
Les dernires paroles de ce pa*
sant si spiritual, si gouailleur, va
naf,.;, de s'achever, quand sous le
ciel ba gn da clair da lune, mont
rent sojdain, mleB aux rires, des
femmes qu'on caresse,aux musiques
qui soupirent sou les doigts, les
notes s ndentes et prolonges du
couvre feu invitant le p.omeneur
attard regagner sur. log s.
A ce moment, nons nous pressa
mes la main, lui content d'avoir
veill tant de belles choses en moi
par aon langage si persuasif, si toi
vainquant ; moi, satisfait de cas
agraules minutes vcues en si bo i
ne compagnie Et nous piimea cong
1 uc de l'autre.
Feruacd LEROY
Naufiee Httmt tik
Angle des Hues des Fronts
Forts et du Magasin da l'Et.'
Marchandises
Franaise*
Paroisce du Sacr-Cur
Les paroissien:, du Sacr-Cceur ont appru avec
plaisir que la fta des Saint* Innocents a donn
un bnlice net de 1904 gourdes.
Cette anne, on se propose de peindre l'int-
rieur de toute l'BaUta : U a t dcid qu'une
tete sera organise le Dimanche iib pauus.
b an cailles
Nous avons re,u la
de Mademoiselle leanne
fortun Bogat.
Meilleurs compliments.
carte
Woel
de Fianailles
avec Monsieur
Avocat haitien Docteur en droit de
la FatttlU de Paris
Noua avons eu la bonns et agra,
ble fortune de parcourir, la rcente
thse de doctorat de notre amiClovis
Kernisan, actuellement a Paris Le
volume comporte 151 pay,es.
Les Eaogars et ie droit de pro
prit immobilire L'article G da
la constitution hatienne de 1881) et
ses consquences en droit priv.
Tel est la sujet qu'au point de vue
baitien, notre ami avec une matrise
forte a dvelop, et qui lui a val i
la lire note trs bien.
En effet lisons nous au frontiepica
du livre : Cette thse a t honore
sa Boutenance devant la hacult de
Droit de Paris, dt la mention c Trs
bien.
< Votrethibeest tort intressante ellrit
bien faite a dit -i l'auteur, le Savant
Professeur il Droit'Civil approfondi
prsidant le Jury. Vous lave: crite
avec votre cur et dam une langue
trs purs Vans l ensemble l araumen
lion juriiique en est solide. Elle corn
porte mme des passages vraiment forts
C est lu l uvre d un bon juriste Je
tiens d ajouter que, personnellement,
il ne m a pas t souvent donn de
formuler au sujet d un mmoire
universitaire si logiense apprcia'
tioii
Ce jugement puissant ne dnote-il
pas la valeur de la thse?
Prsenton -la succintemeut.
Dans la prlaje, le doc eur Ker-
nizan, dpeint la situatio 1 mondiale
ac uelle, de ce vent d'horreur qui
nouille sut la terre et qui est le r'
sultat de l'gosma et da l'ambition.
Avec une cyoque dsinvolture,
crit il, on a en quelque sor.e sus*
pendu le droit des genb, comme
chose de parade, bonnu tout au plus
pour les temps de paix et de poli-
tesse mensongres.
La tyrannie s est rveille, rajea*
nie et for ide de tous les progrs
de la science. Empruntant dos de-
hors trompeurs et inoffensifs, elle
avat depuis-longtemps mticuleuse-
ment pipar son uvre, aux d-
pens de la loyaut internat.onale et
au mpris des devoiis les plus sacrs
de I lioapitalit.
Maintenant ; ( Malheur aux petits

r
. '




LE MATIN
I
d
Les joies dela prohibi-
tion aux Elat^Unis
Avant la pioliibilion, il existait
NawYork plusieurs grandes brasse
ries.
j0 aurait po croire que la prohi
bttioo, en srretant la fabrication de
la btere vritable, lenr serait fatale
et es obligerait la fermeture;
ni en est rien. Telle une maison
et des plus importantes an-
njDce quelle va porter son capital
ne ceni mille quinze raillions d
dollars.
. .c*t tblissement fabrique, en et-
tel, de la nearbeer, qui est une fausse
fcire non alcolise. De l ses bn-
fices! Et comme aprs la victoire
d.38 humides , le / novembre der
Lier, les brasseurs prvoient la r?-
prise de la tabrication de la bire v
niable d ici deux ans, ils augmen^
teot leur capital peur refaire leur
matriel de tabrication.
Baux hommas que la police d
New \ork arrta pour port d'arme
prohibes dclarent tre erap'oys
par de r rh s boollsggtr* ( marchand
cianu.Hiins de liqueurs ) pour leur
servir dp girrlf>s du corps et Ips p~3
cgpr lorsqu ils sont porteurs de
grosses sommps d'argent.
Lps bnolle(/:/prx Ro^t par icoli"a.
ment viss par I s ch' rousseur* d s
rue?, qu. savent qu'ils ont toujours
de for es somme* on espce sur eux.
Cela prouve tout le moios, q e
\lebootle-
pre
FVur Gable
Nouvelles Etrangres
Les Cours
NEW-YORK 13-Sterling 46 75
Dollar 14 4a
Paris 13 Sterling 6b 64
Dollar 14 27
La France ?a publier
Proclamation du
Gnral Dgoutte
E8SEN- Le ginril Dgou;te a
i/Eulente Mondiale
sur les
Poids et lesurea
S il y a question sur lauoe quelle ce moment. _
est fait peu i peu l'a.cord univer- La Commission franaise, sb^e
sel, ou peu s'en faut. c est bien donnant la premire ide qni cooais
Farisiana
CE SOIR
1
(117 il
De re'our je ri tourne triomphai
jouera dans des danses merve'tleu
Avec Cinma |
La Dette du saoq
bu 3 l aities
Entre gnrale ; 2 gourdes
et aux faibles I Ls peuples fort)
seols ont droit I existence I clam 1
par le monde la voix tonnante de
certaine gios canons >
A la Hii'.t' de ces considrations
Me Kernisan entre en p.ara dans la
dveloppement du sujet. Daus la
premire partie, il recherche, t si la
prohibition de la proprit immobi-
lire aux trargers peut avoir un ton
dment lgitime , et pour les d-
monstrations* il donne un < aperu
de l'tat d&a d. itrantes lgislations
sur la quesMon.
Concernant le dioit de propri
proprement dit, il tait revivre l'op
nion des puissante juristes, : -la l'ro-
ploug, i'ortalis, Laureut etc
Des restricioui sont ncessaires
dlt'tl, et l'appui, il crit : On
ai1 quel puissant tt efficace instru-
ment de doraiDatinu constituent de
dus jours tes forces conomiques.
L'acquisition de biens immobiliers
par m a capitaliste trangers d'une
natioualUe otermme oe peut elle
prpaier ou consolider une an
110x1011 au profit de I aitat dont cas
tirangeis tout leB ressortissants,
la piopriote du sol est une des li-
bres les plus rsistantes du sentiment
patrio que. Aux heures suprmes,
cest le piopiiuts'ire foncier, ce sont
les puysaus amoureux de leur terre,
qui detoudeut avue le plus de lna
eue ou oui le plus d intrt dfen-
dre la pairie menace. 1
L'exemple de i'avre allemande
en t'oiogue pour sa germanisation
nuua esi prsente et pour conclure
la piemioro parue, Me liernizan,
ovec ce demi bon sens paitagd I o-
p.mon de l'ortans, qui disiit sur le
traite de droit international de Ho
co ; i Le lgislateur doit craindre
qu'o ne livre a des trangers, ave:
uue parie riotaule de la prosprit
du soi, liiimence qu'ede doune
ne i possesseurs
Cjuatatitin DU MKAVf, avosat
\t'in deiiiam)
PARIj 12 On s' nend dans les
milieux franiis i l'arrt complet de
l'o.-ganisme tabli par les allis en
Allem gne poursuive 1er l'excution
du trait de Versailles par suite d?
lobstructon annon e par les aile
mands.Lo'ginisme emprend lzcorn
rriscion de cootrl: rai iuire, la com
m ssion pour la.rechuchj des soldats
rranquants et o'autr.s. Les renseigne
rems r s par le xini'tte des affai
rts tiir gies inJiquert que les alla
mands ce peimet.ront plus la livrai
sons eu nature y compris celle du
charbon. Mr Poincar attendra l:s r
sultits dts ngociations des iog
nieurs envoys dans la Ruhr avec les
propritaues des mines de charbon
11 emind avant d'examiner les me
nies a appliquer pour combattre une
pareille rsistance.
Les fianais vont publier nn livre
jaune pour expl quer les raisons de
leur invasion en Allemagee. D'ap es
Mr Poincar ce livre contiendra tous
les documents y compris les minu
tes des confrences entre les alli,
l'Angleterre a c'ojn sou consente
ment pour la publication de ce Ir're.
Des coufrences ont eu lieu Dus
seldorf et Essen entre Mr Loste, ins
p-cLfO gnral des mines le gnral
Denville, le directeur des aciries et
fonderies et les reprsentants des in
dustries allemandes, i la confrence
d'Lssen assistaient les dlgus des
usines rirupp et Thyssen. Ou annon
ce que les industriels qui prennent
pan la confrence dbssen sont dis
poss a nt pas tenir compte ces in
jonctions de Berlin qu'ils aient i in
lerrcmpre les liviaiicns la Fiance,
Belgique et Italie au compte de.re
paiations Cependant malgr leur bon
ne vo on les allemands dsiient sa
voir quand aura lieu le paiement d;.
livraisons puisque le gouvernement
de B.iiiu refuse de s'en charger. On
ditaqu ils continueront (aire les 11
vraisons condition que la France
en garan isse les paiements.
Mr Tirand, prsident de la commis
sion interallie en Khnanie d'auoid
avec le baion jacquemain, membre
de la commission a envoy une cir
culaue 1 tcut les (onctionnaijes aile
mands du territoire occup en Khur
pour Jes informer quils sont passi
bls de peines prvues nar le rgit
mintde la commission s'ils n'excu
tent pas la livraison en nature et
s'ils excutent les -.nstructions de Ber
lin. Les peines comprennent 1a des >
tution ou l'expulsion avec amende
ti emprisonnement. La dcision de
MrTnand est b^se sur l'acte iu gou
vercemint allemand qui n'a pas sou
mis sa dcision d'anct des livraisons
a l'appiob.tion de la commission in
teiailie avan que cette ucision tut
promu'gue
JN a vires de guerre
Mein !
Les gouvernements franais et a 1
glais se p.paieut 1 envoyer des navi
res de guerre a Memel (. ancien [,
r.toiie tusse en Prusse onentale ) la
internat.o :alise par le trait de Ver
tailles dans le but de maintenir l'or
cre Les franais et anglais ont adress
une protestation diplomatique au
gouvernement Lithuanien de Kovno.
MlmdMasfiRfSi^^ Ve mridien "ne soulevasteat
nostes Galsenkir Jh^n l 1 mlll* m7d queition d'ntit universel et sur nouveau systme, la Conmisstoi
rEssen et Velbert et a m llTs sud est '* confient que des accords prsen'a, le 17 mars 1791. 1 Aretn
Toutes les mlnu^ bl Nationale, an rapport dans le
meXndi m h is [ trains J wcct des solutions Non* crivions qnel elle proposait d adopter comme
reteront^nd t o"nu es e 1 c N P^pos de deux rcentes loi, nnit oalament.le le dix milhoni
cloches des glises sonneont et les r la proprit des marques de tan-t me du quart du mridien terreitre.
siroes des urnes s tfl root nn signe 1 et d commerce et sur celle des et de donner cette unit le nom de
dnp.onstit.00 contre l-occupa'iln b e/ets d'iventien. Aujourd'hui.nous mtre Conformment ces recoa
*\ iwitup*nou renou?eioas ce, considrations pro mandations, Mechain et Delambrt
- "_*
, pos de la loi, qui conmence peine turent chargs de la dlicate mi non
JL LONDRES- Le gou-ernement an sures pris entre Dunk.Tque et Ba-celone.
glai* ne reconn-I ra d'aucune mam Nous avons certes, tous, les no- Me.htin et Dilambre t.onv.entque
te les protestations d l'A;lemagae lion* classiques du mtre et du gram le qu du mridien repisentait
contre rentre des frajm dans la me ; ce qui n'emp.he pas que plu- J 1)0 74 toises, rsultat qui fat
Rhur et sa protestation n'affectera sieurs d'entre nous paissent avoir adopt par le Corps lgis atif le 4
pas la politique anglaise. perdu de vue les circonstances qui messidor, an VI. C" juin 1799)!
i -j, amenrent en France la Cration de la mms mesure de longueur ser
La iliaiSOfl 151a Clia el ces tions. Nous les trouvons rap- fit galement de base pour tablir
la frfil4*fit*lirkii allia pt'.es dans le rappo t de la Conf- l'unit de poida appels gramme
la ti. uir. laiiOU dli rence |n:emationale Amricaine de dopt par la loi du 16 Oerminal.an
Uiailfle iS9 et U n'est pas sans intrt de les III C'est le po.ds, dans le vide,
WASHINGTON Oj dclare !eProduil I d'UD -"iimtre cube d'eau distills
la Maison Biamhe que le Rouvern ^ *,00 ^f^, ? '
ment amricain ne L aucune r j La ncessit d tablir une unit j^ trs puissances allies continueront!01 depuis que le droit de prupn' de ses multiples et de ses sous mw,
toujours i tre netiteslts par ra4B1 pwd.ni, I. eentn ou l'chan pies et la facilit avec UqMn l
nistration qui a eu l'occasion de se ! des mardi.nJis.s s'tablirent dfa prte au calcul damsl, tons cet
montrer utile dans le lglement dei itivf at daDS la PraticIue- neantages en font un systme sis
rparations. Fn attendant l'admmis Lhistoue mont e que cette uni pie et admi,ab.e. le seul digne d tre
ration vitera tome action qui pour t de comparaison tait gnralement dopt par toutes les nations cinli.
rait compliquer les choses ou con eaDPruale a que'quc partie du corps ees-
hutaain. Les Hbreux, aussi bien
que les L'art h g;cois, les Phaiciens En i87j, une c Commission lntet
et les Egyptiens, avaient adopt,pour nationale du Mtre , runie Paris,
leur prijcpale mesure de longueur, aiopta le mtie franais et un talon
le pied, fut t-.bli aux Archives de F.ance.
Plus tard, les Grecs et les Ro Faiaienr partie ac la confrence ;
mains ajoutrent, au nombre de l Angleterre, la Russie, 1 Autriche
duire i des malentenlus-
une note des
LUiiuaniens
PARIb Une dlgation de Li
a envoy i Mi
thuamens de Pans
1 oincar une note dclarant'que les leurs mesures le do'gt, le pouce, la l'Allemagne, laBavi.e, le Wurtem*
bruits des prparatifs d'occupation de ""in. la crasse.ie pa. le double pas, herg, ta Puisse, l'Italie, l'Espagne, le
Memel par des urguler.siitbuiniens etc dsignations qui indiquent la Portugal, la Belg que, la Hollane,la
est sans tondement et que le gouver source d o elles drivent Sude, le Danemark, la Turquie, les
nement lithuanien a pris les mesures Telles sont les mesures qui, m Etats Unis et quelques unes des K
ncessaires pour inte.diie le passag.- me aprs bien des sicles couls, pub.iques hispano amricaines. Le
de la fioutieie. La note dit que les ont t en usage dans le plus giand kilogiamme tut galement adopi
troubles signales dans diverses d nombre des nations civilises. Mais comme unit de poids.
Us dimensions taient ncessaire Ln 1875, une autie Convention
ment aib traites... tut runie a Paris pour la ratification
a Ces >oasidratons d:t;rmin de l'unihcation internationale et U
rent l'Assemble Ceastituante en perte-nion du Systems mtrique. Lei
France, dans la drrnire dcade du natioas suivantes y adheireut: Suis
iSme s .le, 1 adopter comme base sc' Ailetnagae, Autriche Hongrie, R
tu sys:me de mesure une dimension pub.que A.geutne, Danemaik- El
Mr limes un que et invariable, iuscepnble de Pgc. 'tae, Prou, Portugal, Beig.
^WASHINGTON- Mr Batni, pr "VX^tV"'. tCmpS- HMa*1' T'^t!^'^'
"eni de la Chambre de :omm rce, lt *" *** 11 1790. sur s.e Sude ei Norvge Tuiquie. Ven.
a annonc l'opportunit de partie.: ,|n'Knn n IHeyrad. * .
u international du tu ,Ut 'dQ qu un Commission, U.tneurement. y adnrrent. M
4 compose de s.vants franaii ds! -wi en 1879; la Koumanie, tn
gns par 1 Acadmie, serait charge 1*Sa i h Urauae Bretagne, en 1W4
de mesuier la longueur d-un pendu et le Japon, en 11) les rtnnW
e simple marquant une seconde au ques du U1.I1, de la Colombe, i*
nivtau de la mer sous la latitude de cquateur, de U Bolivie, de Cosu
pches sont dus au soulvement de
la population contre le contrle all
mand et elle demanle aux allis
d empcher t effusion du sang.
Dclaration ne
per au burea
vail afin de mieux comprendre et
com pain les relations du monde in
dustnel' Cette dclaration a t faite
au cours d'un dner ollert i Mr Al-
bert Thomas, direc.eur du buieau in
ternational qui avait engag Us nom P IJ*SSL '?* W" V* ' 1^ SW S*n *""" *
j 1 Uou/ernement devrait d-manrlcr de l Uiuauav.
^^V?2ZA22Xl ,u toidAnglete,in de nonme une Ajouins que le, tac mile offi:io
2^4^u*L2ft!ftJ2 C.mmi.so? cho.ii. dans 1, Socit du iLre et uu kUogr.mme on. *
tablie par
eu travail.
le bureau inteinational
Socit du mtre et du kilogramme
Koyaie de Londres pour s entendre recus Washington en iJtfa et dpo
avec ts Commission franaise, an ss aux Archives amneamei.
r j ol r,. '. d'eubir un sysme co nmun de
DUreail de lhtai-UVl[ pmdse m sjresetdea recommander Par l'adoption du sys.me metn
s,M/'li< ^ii,l i*doptioa aux autres nations que, Hati s'est relie aux autres ns
JCUlUtl JUU Les d gus franais, nomms tions, en nt f.Lanl que se coofor
Le public est avis que le Bureau p r l'Acadmie, taient Lagrange, La mer a une rsolution adopte par II
de lOticier de lh'ta.-.ivi1, S.ction piace, Monge et Coudorcet. Le Gou confrence Internationale Amricaine
Sud, est situ l'ang'e des rues R v rn enl a pubcaine et Champ de Mntf quiiuiet.it fi e, donaant comme mais-u s'agit de ne plus s'arricr
Heures de bureau de 8 i 12 a.m- rai ion de son refus les dissensions dans la tlcne de ratrraoer le teenp*
et de 2 i 4 p, m. politiques qui agitaient la France perdu.


n
3
LE MAI IN
Conseil d'Etat )
Ce nitip, scr la demande de l'Ex
cntif, le Conseil d'Etat a ouvert ses
travaux en session extraordinaire*
Le mne barean a t rlu : M
(Grandoit. prsident et MM D. Pierre-
oois et Ch* Rouzier. secrtaires.
Ploi rien n'tant a l'orJr; do jonr
sance g t levie i extraordi-
naire.
A prochaine sance on recevra
e message da chef de l'Etat dterrai
ant le bat de la convocation.
Voici 5 produite
qui mtrent en valeur
, la beaur de la femme
PETITES NOUVELLES
PARIS On prvoit que 1 commission des
pirations accorder a l'Allem^nc un nouveau
liai jusqu'au ter Fvrier pour le paiement de $o
illions de marks or qui doit avoir lieu lundi,
te dcision sera prise a la requte de la France
ii dsire laisser encore ea suspens, pendant plu-
irs semaines la question du moratorium ati i
voir comment vont tourner les vnement en
Plemagnf. On parle, dans certains millieux, d'un
luveau projet franais sur le moratorium.
SANTIAGO DE CHILI Un tort tremble-
nt de terre a t ressenti hier soir a lUncagua,
mpiago.
LAUSANNE Les Turcs acceptrent hier de
rer, des la signature de la paix, les Grecs su-
par l'anne turque lors de la prise de Suivra?
./change des populations grecques ei turques
nmencera en Mai.
retour d'Angora, de Haam Bey fut naar-
par de nouvelle* manifestations d'intransi-
net des Turcs qui rejetrent le projet alli sur
capitulations conomiques.
Mouvement des
;jjj I 3 | navires
liciers do l'Etat civil
<1 S
.* -
Le S,S Hati ayant laiss New-
York le 6 da courant est attendu le
16 Janvier, via les ports da Nord II
repartira le mme jour pour les
porta da iud. pienant fret et passa
ort au-Prince Alphe Alphonse. Edouard
ssan, W. Savain.
p< Hatien Boyer Latortue et Catiaat
orqs.
onawes Christian SarJ et Lebrun Gerard
Ort-de-Paix Emmanuel St-Araand.
iot-Marc Joseph Martelly.
lyes Septinius Rameau et Achille Bonnet I
'mie J-'lcury Sanon et David Sansaricq Fils
uin 7 ..ira' David.
Ins--Vcu Hermann Moard.
tit Gove j. H. Barthlmy et Excelle* t
de.
cmel l'.otiolphe Pradel et Sevmour Uoisj ici le 2.
" w.. U SiS Prias
uanamin I e Chapuzetie Michel,
fcrt-Liber :e Bisson Labissire.
cahaic Jules Sterlin
Qihier Uumas Bertrand
and Bo' Isral Millien
balais DM Jaochim
scahobas A. G. V'atel
tion-Ville Philidor Dorsa'nville
ii les Bouquets Justin Cantave
maxeau Caavannes Caniave.
Lon R. Ihhand
Agent exclusif pour liai.; de
Lel.) & Fink, Inc
fonde en"18"6
SuPr.lUl.lTtf BAS PKIX PROMPTITUDE
root produit cbim q :es, pharmaceutiques et autres articles ?ee
dabits dara une pharniarta
*8ESm ^'IK,MGil,e,,fl rori. ah 'oi.M(uci stc. etc.
ou OH h KirrlN
SPECIALITES ; /Marque privs/ Lysol dninfoctaot.Pcriii.o^ie Ariiolat
gour barbiers, Bay Kum, Chocolat en poudra, Huile de foie de Jforasj.
Koolfiion, Gold cream, Extraits pour fare esse ces et eau de toilette Est
fl Q "ii \ Poudr courte les insectes Solution pour cooMffar lee ceufi
fraie, Lan je Maguie, Poudre suprieur pour la toilette des eafaots
Essence de fleurs. Eau de Klonds, Miel pour la table. Moutarde, Huil
d Olive pour la tsbl-, Brossas dents, Pr-DOPr-roin, Huile po-ir chissef
les moustiques et autres .useetes, Begalol : ilaile contre constipation e>
roubles des intesins chroniques T, Cire pour les parquets, Co-oesii.
qaes, Eliiire, Epices, Sirops divers, fritures diverses, Vins, etc, etc. etc
Demandez ie raralo^tie des eociahcs
Cooflant vos commandes a LEIIN & FINK, Inc. vous s rfz absolument
Bltitfait.s
o. s-,T,'vlte,"lebjQue3 ?h*rmicl#M dj pays l'epproflilonoeat ehn LEUM
& FINK. lac
_ Joshua L Bailv & Co
On demande ~, .-,. ,
Un ga-con de bureau, sachant lire {l*hU"Cn $ fTlOM'l* Streti's) NeiV F^fiV
L'une des meilleures et des plus for*
tes maisons de Hssus aux Etat* Unii
Siam, Dettimt, Checks, Gingham, ToiU
drap etc, etc.
La meilleure source d'achats: Prix
ADMINISTRATION ENE
RALE DES OSTS
AVIS DE DEPART
Les dpches pour New-York et l'Europe
Via New-York par le s|s Comme* ijne, serout
lerme* demain mardi ib courant.
l'on _u-Prince, le I] Janvier ijij,
et criie
S ad et feras MAIN
Avis
gra. Son itinraire sera fix son La Secrtairerie d'htat de 1 Intrieur
retour, rappelle au public et aux intresss
LeSiS Panama* venant ce Crie son avis en date du 18 Oc obre 1922,
tobal laissera ce m.di pour New- paIU daus je Mouitear Otfiael # gttinntnaeii*
\ork directement, du jeudi 26 Octobre I921, notifiant tOUJOUrS aVailia(JU.JC>
^M^ittflffliffi Le* P'inciPau* commssionxiaire en
laissera le mme Jour pour New. f* tS8US ClUX E UtS.U ni*,*,, provisionnent
iSisaaSrsK^ Jo8hua L- BaiUu vq
harles TOMBRUN
der Nederlanden>
venant de New-Tork^ Cap Hatien
et Gonaives es. a*rive ici hier dans
la soire, repartira ce midi poar
Petit-dore, Cayes, Jacmei. Curaao
et l'Europe. Ce navire charge dirsc Le S |S Christian Horn venant
temeot poar les ports europens. de Hamboug, l.arul, et Petit Go
LeS(o < Comraewijne > venant de ve est attendu Poit au Prince, mar
Caaao eat attendu ici le 10 du cou ai le 16 crt. 11 repzrtira prcbable-
rant. chargera pour New York et ment ie lendemain pour bt Marc,
1 Europe, via N-Y. Puerto P|ata cl l'Euiope, prenant
Le sis Flora parti de N-Y le 11 ilt v Y
Pour tons autres renseignements
prire de s adresser i :
OLOFFSON LUCAS & Co
Agents gnraux
Port au Prince le 13 Janvier 192}
du courant, directement poui la Ca-
a sance d'hi r du" Grand Orient PJlal8' iera ici lf> 7> coutiouers le
iti certaine* questions impoitan me iour Par Curbao ' Vene-
elatives au Budget ont t luci zuf'a'ia ., ....
supprims et certains autres ont ,_________________
0amis 4 l'approbat on du Grand
H
1 t dcid que les membres i
civent piyet une quotit men
d'uai gourde
Commission a t forme pour
iner la caisse du Grand Trso
ianche prochain on mettra fin
d firentes qestiom qui ont t
lises au Grand Orient
m Pfift-au-Pricien
Sauvez Vingt Mille DOLLARS
D^rDireinvenlionpour
protger votre saut
LE VAGU-FILTER
Horn Une Pfliari ild L'orporaliofl
Lubricatiug Oild
(irease
Huiles el Graisses
Prix et qualits dianl
toute coucurreiice
Inc.
lia oui eu lieu, comme nous l'avions
ie. kcon. du nouveau comt pour Est le meilleur et h phs modeme filtre dans le monde entier. Il
\xm lutte chaude entre ie> deux candi- fitif dans quelques mirutes tous les 9rmit et matires impures
eV SftJltsX^'ite ru dm$ N,1U gf l<1 reHd daire et P%,e'
de 56 von sur 79 votants, ii remercia Lfi3qiie iii.'iis ;i prive doit en avoir un surtout pour fi.lier J'eau
JVLiSZSZ^ P?ur *#** Vaul mieux filtrer votre eau qu'afoir les maladies dm
Jules a-hipps, trsorier, Franck Chenet 'CMS, UU lOle, dfWDttfia elC
^atoXcr 'Hm?* Uoi n cha?'e cale lo l ,311 avoir un pour filtrer i'eau pour leurs clients,
1 de diKipiioe : louis Roy. Ren t. Au- Uans If.s coles pour Jeg lves. 11 peul filtrer gale r ol : alcool,
m iii|lii.,u ,ui nouveaux comits "TJ f**** chimiques, liQucurs, matires ;.tlgraphiques etc.
k. J peut filtrer i|i gallon en une imnuie
^?0 i i eu une minula *
LehnetFink,
(Maison fonds en 1876)
New-York, .U.A.
Laboratoires i Bioomfield, N. J., L U. A.
Aaisance
Baood Lapone, Consul Gnral d'Haitt
o e Cuta et Madame, ne Tlinaque
4 leurs anus de la naissance de leurs
elki :Ahne& Armel le.
SBVSESKSSSSKESSSCBSt*
Dcs
*r4jlle5 t^rl Cbarra dcd hier
a 1 u8e d un an auront lieu aujourd'hui
prcises.
P' de la mai*** mortuaire sise
5-T ?"i0n Ca"'e Dasque iour
sadokanees aui parents prouv.
oi ( < ! eu
Le Vacu-Fitler

une annule
Est employ daus tous
les laboratoires moder-
nes aux Eliis-L'u1y, en
Agle'erre etc.
Maniement recommand p^r Eastman Kodak c t The Edison co -The
Palm-Olivt co Fries & Fnea Borroojha. We'come o -Paka
Davis fit co Lehn & Fuk- LakinL & co-Fdral Sogar Hefining co
-Uiiiveraiiy of Benn et milles autres comr/egnies.
Dmonstration acuellede la \acu-biUre
Metiopoluan Aerated Water tactory
en /aee Htel de trame
Extraits liquides
Sirops Teintures
Onguents Liniments
Esprits Dsinfectants
Pastilles Spcialits
Produits pharmaceutiques
Herbes mdicinales .
il
:
Lon R. Thbsud
Agent exclusif peur Hati
\


Il MATIN
Pharmacie VV, Bucb
Le seul prservatif du bois *>l le
(orbolmum Avenarim
Reconnu depuis plus d* 40 ans comme le pi 's efBcace.
Le Carbolinum Avenarim
S rt prserver le bois hors el sous terre con'.re h pou rilure
danslou'es ses lorrces, les mtluencos du clmat et U eWticiiQ*.
ros les insec'es. ,
A empcher et supprimer le champignon de* maisons et des
cher les murs humides. : ,
k imprgner ies Voiles, cordages toiles e filets ue pechrv
Le produit est un dsinlectant de premier ordre supnme.el chasse
la vermine des curies de chevaux ainsi que des poulaillers. Il e?
aussi un destructeur sans pareil des punaises et des mires Ter
mine?
/illntlr 4)i)l vf nu 1 gnraix,1730 Rua du Magasin de l'Etat
ll'-l'."UH
Madeira Embroideries
JFor sole now H considerably reduce
pricez.
^Suitable for nie and^velcome Chrisi
mas Gijt* ( orne and mak? your choice
yourself.
L. Preetzmann-AGGERHGLM
Eue du Quai
Astbm
e
t~j
La maison
Lope Rivera
A le plaisir de poitar la connaissance de ses nombreux clients
tant la Capitale qu'en P.ovine.qu'elle vient de recevoir pour le*
ftes de fin d'amiet\un assoiimi m complet de Bjnboo franais, de
Ue Boissons ei de Provisions alimen aire* ue oues sorte* et de
premire trcheur,
uU\B0XS ; Jolies Boites de 5, de Z et 1 Livres. U ges en patiU
Souiffl iti'n'. et Caerloo
pa:ieC:fi\;i2THS1iPrj[lRH
SPC
a s'H-M'Jn J. tSPIC sur cr.iqu c tintte.

v.
Avis aux pi rsonnes qui s'habillent bien
On trouve des prix plus bas que dans les occasion et rabais excep
tioaoels, Ifes articles euivams, de toute traicheur.
Hiu's V9ttntl Chanti'ly de soi tou'e noancet
Les Girrmurea que vous rv z qu'elles soi9^t de soie cotoogoipure
pcr.ges perles franges ou autres.
Soie lame dite raa'alliquo genre grand chic Jersey de sole cWI
foni de soie etc
Fleurs art Rciellea rour corsp^e et taillp.
Jolis chaproux ronda tout plumes pour dan es'lgantes.
Formes de chapeaux trs jolis.
Cbez Paul E AUXHA
Hues Ttaversire tt Maganin de l'Etat
Lunchs Ep
mm
Grand Htel de France
(Jui par sa situation unique au centre des affaires se recommande
j)tus que iamat au public et ses nombreux et distingus Client
pour sa CUISINE soigne et tout le eonfot table n-'eessaire aux \oya-
geurs de Commerce et particulirement aux commerants de passage
ii iPorl-au-Prir.ce.
L htel dbite par Gallon 8? par
Baniqms des Vins de Bordeaux
Rouge et h In ne.
Ces Xins vuy.neni directtment de BARSAC et sont garan\is pur
jus de raisins, nous pouvons le prouver par des CLKllHCdTS qut
nous tenons toujours la disposition des ( litnls.
Ckamiwfjne et Vins Mouss vx prix
modrt *. (ovserres moutardes /?an-
ai**8, premier choix.
* Nervosit"
No nerf reeeetnbleOl uo
treillis c linp uj-.i Je fi':< tt;-
grp ..iqnco Coinin miles el
nom ri* par nue partie du
cerveauqqaj l'or appelle cen-
lie nerveux I. licat*
filaments lie: vi-ux ravoliiv lit
dans toute* le directions
travri* le. corps. An.; long-
tempe que le- centre Ben rus
ont capables le luuiiiii
loutiiMii-lle-i 01 de la nuiirri-
lureaiiiiirrt.c ront foits et buiiis. Mii in
que lea ccnlit: uelvciU l'jifui*
MUaent eauM d'un nurcrott
4e tnva>'. de tflCM ou
d'nii|ulctii'Ie U leur e*1 ilOpoe-
ti le d'Mivdyw la nuirntiiie
htcejiie et les nirfs de> en
lient iatiu'i* 1 'l C'est dun 'i"',in l>rnit taudalB
vous (.lit mr-aub-r, o
rtrvenez Itrttil'W, voai sonllrei
de alvralgie, voue eie-. aJCttl et
abattu. Dans cet itat de
chotes il C'y -i ru-n i|Ol ei:-le
livre etdd 1\2 livre, Booboas glacs, Fondante, e'c.
BOISSONS Vins rouge Se blanc (Birlon el Uuestier Bordeaux
qualit suprieure, Whiske ( ttaij? el Hiig (Oubonnel.Malaj;a,Pipper
mmlChaiteuxdeTarr gone, Bndictine, e'c.
PROVISIONS ALlMiiNTAlKES Conserves de foutes sortes.
Saucissons Lyon,Jambons,Morladelles, Fromage gruyre,pale grasse,
tte de Maure pW liv.e, l| el lf4 lureselc
Venez visiter la Maison Lopa
Rivera et vous sortirez satis
ails, ____
^^ggg:
C^!S
il
z
r Wla* ui Lu*
Parce qu'6tant nu .i.iinent
piltatMt poOl les neif-.,
Wiucarni tlliiqiM la lacine du
mal, crie une pi<>vii' nerveuse nouvelle, itunile et
revivilie le \steiue neieein
tout en ier. Keemyet "Win*
carnit pour la Neiv .si'.. "
C'est mer.eiUeui. Plus de
10,000 mdecin le recoii.nian
dent.
Ai 1*1 i ne booleillu de Wincerni*
.qi-utH'h if-o pni l'oliti nir dM
loalet Ici PliariMcin. *U.
OOLBMAH i CO. > r .
Wlnoarnls KorM, KOPJWIOH.
En Vente chez
FRA.NCKJ. MARTIN
Au prix de 1 dollars grande boa*
teille el 1 dollar \\1 bontellles.
Rue do tfagsin de l'Etat en face
Usine QUee. Fort au Prince
%
Elles sont Kereuses y
et en bonne sant' /v /
Veut Devriez l'Etre Aum't^
Un grand nombre de maladies des femmes n'entrent pas
dans le domaine de la chiiurgie. La chirurgie ne peut rien
changer de place ni dplacer les organes-du moins rien de
semblable n'a t fait jusqu' maintenant.
Un petit mcanisme d'une pendule peut desserrer et la
pendule a.mce ou retarde. Si le mcanisme n'est pas
remis en place de suite il peut tomber et causer des dom-
mages srieux. C'est exactement la mme chose avec
les maladies des femmes; elles commencent d'un rien mais
si l'on ne prte attention elles produisent des situations
srieuse*.
Aussitt que les premiers symptmes apparaissent prenez
la Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham pour
soulager le malaise et pour viter qu'il ne dgnre en une
maladie plus srieuse.
Huraacao. Puerto Rico. "J'aipris la Cempoeition Vgtale
de Lydia E. Pinkham pour me gurir dea (lueur* blanche* dont
je souffrais depuis longtemps. J'tais toujours fatifrue et
j'avais constamment ds douleurs. Une amie de ma mre
avant obtenu des rsultats excellents avec votre Composition
Vgtale et ma mre ayant galement bnfici par son em-
ploi je me suis dcide de l'essayer. Je recomminde votre
mdicament toutes mes amies. Je lui doit ma sant et
en chante les louanges ehaque jour."Zoraioa LaJAHKS,
Humacao, Puerto Rico.
Plusieurs lettres similaires prouvent Us vertuee de U
Composition Ve get aie
de lydia E. Pinkkarp
LTOI NKM MCOlCINC CO. I.VNM.I4ASS. U.*.A.
K
m *
i
-

. >*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM