<%BANNER%>







PAGE 1

T LE MATIN ^"U Fa Gafele Nouvelles traogrei v MM et lafrance.Le Premier a galement dit qu'il ava.tttop faire en Italie pour se rendre en France, i moins qu'il eut presque !a cer'.tude que li lonl enec aboutirait i des rsultats qui jast.fieraient soi absence. Rhumes, Toux, Bronchites, Laryngites, et autres affections des organes respiratoires, indiquent un affaiblissement de l'organisme. L'EMULSION SCOTT LONBRES 28— La runion ds la commission de capitulations n'a fait aucnn progis la sance d'hier. Quelques uns des dlgus tllis en quittant la salle oni dclar qu'aucu ne dcision n'avait t prise en atten dant la rception des nouvelles ins tructions d'Angara. A cette rnnion prise avec persvrance aprs augmente la force de rsistence les repas, contre les Cs: 1 intention du gouvernement B -(>.or* uidi; de rre tre fin une foi? pour tontes au 30 na'.nn e : PARIS—Mr Sarraut a dit l'cAs conflit entre les fajc^s'.es et coma a La Cw l 1E'*\ partit de 3 hi le A S heure1/4 La Gard t'***** tia'le et la aadaroiane **' Jndi seront caatonoei ni sbo ds de ' ha Ismet Pach d'avoir plus mal ag> en Turquie pea d nt l'poque d'o:cura ien militaire q e les Turcs ru —n.ces n oui agi L aem-.cda le tetr.p ncessite pour ixamintr les dclarations des alli et on creit qu'il a rclam des 10s iuctiocs Angora. Lord Cuizor nt dans les rumeurs que la France fes homn.?s seront g'ituit pense sireuscrueni cder l'une ou de mobili a ion gnre ils rejoial'.utre de s:s coljoios. La questiou leurs rgiments aucune aut'e orgaai et celle; des dettes de guerre reste et sation ayant un caractre militaire ne niaisi d. reste out ent. ement spares a t-il sera to ;e sjou li 0 est personne en France qui PARb Le gouvernement a pr de Mdecine consentirait i se sparer des terri pt un projet pour la saisie de cer les ^raployea Silvbs le 21 oao au FTI Matinal. A H ita-aa : L-H E 1 Waa Isa Ecile? et Particulires aceo n pin4s di lao-a D leceura et pra feeTi' a, le Lys* N ieaal, I eiiale I Eenle de Droit, tous et fooetionaaires da toires .oinlains d'o sont venus ds; taices fo ts d'tat allemandes i la •ouvorne.-neot, la commerce lea Douvait envi^ye lommesde nolte race P our verset $uh< duce dcision de la commis memb-e du co-pa judiciaire, le Con iSS&m dur et P.Lha nu-v te leur san sur les chini P s de ***** sion d rparatiors Quelques-unes %  * JE at n rendront la Baai'i JTAVL la dsaonrouant lfa O'L de Kance NJU nous occuperons de sont dans la tg.on occupe, d'au-rei 3."' Noire Dame pour assister au B re '. DU ' nos dettes spa.ment et cemme I a daos !a Bavire. Po nci insister *f S •? T" Pera ahan e Q P r6,ea souvent rpt le chef de noire goi F cur que la question soit inscrite au vetnement, ces dettes seront payes ptcgiamte de la confrence des Pre m.vant l'habitude de la Fiance dha m. ers. a/Itmil ITttl donc l'impie-son que la Turqu e ne devait pas arriver a une eo entt '-autann 1 fi 1 lo ge de l'.nibkssadeui Chi'd soumet tant le po.nl de vue alli L'op.uion ai. ai cane adiutant plus de valeur que les aoiilCaiOl sont dtach; des q notions amricaines L ambisstdtu; Child s't it joint aux ih.ta des . gtions allies sur la question les ca p.lulaons pour d.laier qu les ga r nlies devt.ient tie donnes par la T.rquie cour lempacer les d o.ti ex traterritortaux que les Kma' dchue aboi t D esprit d question, dit Mr Lhild elle recevra cne juste et gnreuse lciproc.t, autrement elle sera consideie corn Tie ayn. rpudi 1 engagement Le 1OL1I1I sur les ihamps ttroli lres de Mossoul semble avoir atteint sa priode a-gue La dclaration de lord Lu zoo, que le point culmi nactde la lonfience semblait tre atteint ajoutant que la Giande Bieta gne se refuserait i continuer la d.i cussion de Mossou 1 est en o^posi flagrante avec la note d Ismet noter sa signature. Par ant des rumeurs que les co'o nies de St Pierre et Miqjelon se r 1 hissait pai le commerce des boissons de contiebance le min stre dit voi ci le compte endu financier de la co NEW YORK onie qu. 0 indique aucune rt e' e a normale provenant d'un pareil com< aerce P.rionnel euient je n'en crcis >as un mot, mais j'ai 1 intention Les Cours •e d-j S ^x^ellenca le Preiden' de I R pob'que, des Secrtaires d Hat, d"8 Ma ; iim Civile et Militai re de SOT ni^cellence la Prsident de la R*pnbl que. •n cinon tirs pla^e qui lai est dsiane* D > aig) seront rservs dans le Chœ ir : C6te APojr le mem^rci de Corp Diptoraitiqueei Caasulaire,li Ch:f de l'0;cpnie.i et le officier de l'Arae et ti Muine de Enn Uni d Actique le Chef t le Sou Chef d: U rjendirscrie. le Conseille! Fiaaicicr. le Receveur Ginral deDouaet de la Rpublique. L'Ingnieur de travaux Pub i: 1 Ingnieur Cbarg du Service National d'Hygicae Publique la Uanqne Nationale de la Rpablique d'Hati Ce-t B — Po le Consail d'Etat, le Corp Judiciaire, l'Adminiuratioa Communale, le Jury Mdical, le commerce llaitiea et Btraagar, U Preste \ 9 heures 30. au Tt Dsum, une salvi deatcoaps de danon seratire. A la soitie de la Cathdrale, il 7 aura rception au Pelais National. PAMS 28Serliug Do'lar a8SFranc r'ing 6 4 55 ij 93c, 4041; M 79 \ fi. BiCH* frres • %  '—*• ?j£!ss?jSm aja*-tg-s ••"". '••* %  !.. a. L.ia .11. ,.,.,.,. nalra-ion tt si e trouve qui y a des je trouve qui y atus de ce gen.e, je les suppumerai Mr Sanajt a ajout : |e ferai peut tre une rapiie appjii'ion i N wYoik et 1 W*sh ngtjr, or que je vi Projrvnoa 1923 t/tt la fret* le l In Upen Luice \ationale $1 d$ se liro U I non Pacha qui affirme que le peuple turc avait dcid d'emp.oytr )u recevra au t'alau National, l'oc cas u.i du nouvel An : A -(Main) 1 A lUli9urea, lea Corps Diph mit que ^t Coiaulaire; a 3 A 1U neure 1S minutes. Si MAL le — A .a suite des msavai Grai-deji Mouse gneur l'Arcbevqu^ mite extitT-e ses elfoils poui tbten r ses nouvelles d: Laus.niie les navi de Port au Prince et les iuo 11 L C de le retour de Mo c soul i la tnfi pa res de gne rre anglais composant l'es aoQ Goneeil; lrie ntie ces eitrcmis.es il y a une .adie de la M.'dittrrane arrives ici r a 3 A ,0 'taures 10 Minutea, le nvire Lien diificile, sinon imp^ssi le 2} D.rmbre pour un sjour de Chf de lO.cupation et les officiers ble traverser pour la confrence trois semaines ont nu l'ordre de re if Arnje etde la Ma ne da* Etais Les femmes iilanda.ses ennemis gagner le levant U.MS d Amnque; de l£tat hbre sou, venus i l usan PARIS L, ,!• de Mm, Sarrh .hef^de ^SS.^U Coi'.il ne plaider a eau e de 1 Irlande qn Berobardt s est mlo e de cou-eau 1er Financier, le Uecevu. u>nr sera lellement indpendante Les h:e^. des Douanes de la Kpub Iqae, l'In >ceux de l'Eiin ont t eiposej par go:eur des Tmvaux Publie, l'ing Melle OBiennan, secrtaire de la d 7 f t lai •( r at A* 1 frl. Qiear cliar du Service .National lgat.oD.Ele a annonc quelle tait 3 ^ J M I HP .J 1. d Hygine Pub '. joe; venue la confrence pour faire con UU OUI'U11 II 11 UU 1 1 UiiU >, A U Heures, Lsofliciers de la nillre au monde les condit.ojs effra * .. yantes en Irlande qui ont rsult du Q aniFuefta y\* d e ue ( r^f.'nf'rceSaJa la mnizjn A. R. hacht trre9 9 a n* nome ses aimabl 8 clients et ses lCi* JclUVlt^r nom^revo? amis qu'elle vint d< rea* vo r pa %  le dernier &tpu8 o// /int louVs t gara lies. Vous y trouver** prvision ? alimentaires de toutes tories et des jolis cadeau r di fin d anne prix rduits TELS QUE : Asperges Amandes Bis:ui*. lun Ji Soda IP 5 P. •le li CHfbrutiorx de la 5 P. %  xr H trait ango-irlandais sign pat press.on; il y a un an environ 11 RDME — lisant en revu* la situ ation i tii?Q'C de l'Ical e, Vlr Masso 0 A li heur.s 15 minutes, lea Ingenie.rs civila au Trai et les lo lini a d-clar qu'elle se ait amelore gmeura llaiticua coaimiasionoa Ci|de Steamship & C a Fo reig n Services Vapeurs dirigs par !a ClyJr^ S e im ip Mussolici ne p3Ut assister i. Sa Coureiic : ae Paris PARIS Le ministre des affaires trangres a inform que Musso lini ne pouruit pas assister mardi LiOlDpay t ff Mll SfifVJC^S pf)Ur ClPpP i^6 prochain la confrence de Parts, re {] lt t pA S i l* i Sll nui n R.inrJ m tenu Rome par une question de po tu ,t;u &m* 911 ppi.J| l)ldr- Parmi les raisons donnes peu. ,e S>* 1 itinraire ail rviuO^Lseva fix U leurrede table su (.nJon r i lied H'ibin B u :c en pilltchei Hoi.b .1 s assorte Bi c ai un ede lityo ials en b nU] C'ga e es Carmel OriiM eu f.r. lanc Co u. ni po> die LJI li ure i verr. lo i s'aifh COJ es d i foutes Ka :i.e d'avoice | ( ',na e, Roqu-for', pare eras^e, "u I ; u'u i• e en l'srblanc J MllLo.l L itCpodcni Ns le Mao gjttra de marque* diifientes M i -.t oui Mon' de en flacon Noisette suprieure Oignons Porier i'iu i I ai. b.s Pcmmo de terre P.mines a'nbre Pches t-n conserve Poiies en conserves Pcf.-et en verte Poiei h tins hitach 'ranger s Poudr j d'levalion P. i rre mouiu liaisins <.fd Itasinaecs Riz Glic, Kzsiam Savon Copco, Sa^onl 8aie tyravra I ^ntJeiWucne p^i^: b'en ttUUTl mClt. Suere Granul Saumon Th de .hine Ve'roieelle Vermo-.lhjtc Sucre Gohcatse qu tablie n a encore t dcide et qoe l'Allemagne pourrait crer de nou velles difficults entre .'Angleterre (ibara & C^gent* Accoures vite sam parte &> temps si veus % oues jjulr de cette eocasta wce^iueliC 1 afk



PAGE 1

T LE MAI IN Aperu de son rayoo de parfumeries Marque HOUBIGANT Essences Quelques Fleurs c Quelque? Violettes M Bon Boudoir Fat fum Idal Premier Mai Le temps dis iilas Un ptu df Ambre Parfum Mafustic i a Bose Brade Cœur de Jeannette Parfum Inconnu Bose Idale Chype Idal Muguet, Hliotrope, Jasmin, Cyclamen^ toin coup etc t Xoioriy eaux 5e toiCdte,§aOorU, ^aaSre^ 5t ri~> Jei mctrve "i> e\. 31taK}ue^ £<%: g^erice* t'Oijaa, C'0r. £tyx Cliupre, ^"lotctlCiU pourpre 3['e[iolt(>pe.', < 4 0 oliaa, 6 PoiiDte\^aax De toltelte, CoffttL* 9e 3 pice* Je* mme?n6. 51tar S patfnnu a^atlU/Jar^eapaelklte <$ouDfe Deli: en6auCu>uuieie*ctiM^at. Crme Simon, Dentifrice do Dr Pierre en liiiret en tab?e, HaMItl eminisine. pommades Grandement?, potrœade quinquina, lotion Gloire deParia, poœpia, poudres de riz Ait'ic Ploramye, Scarabe, Brillantirea, E. u de Co'oftne. iNyrnrr, lavena eition. Teinturea poar cheveux, Bpilaloire, Sve Royale pour le dveloppement et la fermet des Saina tont ge Paiisiaua Dans I aprs midi, an Cbamp de Mira, Coicer. et Attrsction diverses. Dans la aoire. Cinma pcpolaire, feux d ait %  : illuminations gaia les rjouisssa es publiquss. L Direciion de PARISIANA envoie i a*.a ainub'es cliente et au pr. Port an ri-sacs le 21 Dcembre UH blic du Cinma en gnerai, ea meilleur* soutint; elle est heureuse de Le S:crta re d E'a de l Iitnrur, | eur annoncer que 10/J leur apportera les plus bellta aancee cinmatc Sign: CHS fOMBRUN graphiqoee, car el'e vient pr l'arrive du btteau d hier de renouveler entirement ion tto k avec dea tllma cli • -.-M de Prem.e L'.aate wr Cercle Sportif de Hariaoi Messier les Membre sont avis jue leCer le icticra ourctt pendant U suit du il IXtcn • re aux Membre et leur famille qui voudton levcUlMMr. Souper iioida et Sandwich*. Couccil, illuminations LE COMITE % %  — i %  %  S S g. S O mm *£££ S. a. DIMANCHE A 8 heures du scir 9) - ori s* as S S. s 18 C. S et S e* 12 Eclnir Journal trs re ni. Les derniers vnements europen La force du Destin Grand film italien en 4 par ies Musique de gir.re Entre gnrale 'i Gourdes talcon 3 gourdes Lundi ( Jour de Tan ) 4 heures 112 Grande Matine lilttiy Nouveaux Brtrle : 10 ee^t mes 4. t heures du oir clair Joirnal trs rcent Un grand Film succs La Otite de S iny ... & Lus ? ieds de Oamocls Musique de genre Entre 2 pourdea 1 oge, 3 gourdea Mardi 5 heures A — Grande Matine Eni.e 5J eutimaa A 8 heures de sJir../j ^V Nouveaux film succs Ttit n'est pas Or m sdaptati msioni^ Quand voua aenter lea effets du surmenage et par deaaus tout voua tes courbature et aouffrez de douleura qui voua font flchir, ou de toute autre maladie de femmes, n'oubliez f ias que dea centaines de femmes,une fois soufrantes comme vous, ont retrouv leur sant en prenan' '•* Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Cette femme e retrouve te sente Monterrey, Nuevo I.eon, Mexico.— Je vous


PAGE 1

T mm Il MATIN Crme r TEINDELYS donne un teint de lys '/-.' vl **o iUurt. la Crsna TKKDILYS e le 'm W e+i partait et U erme de toilene* ton fwptoi >ne | ( •te. les aeehet 4e mmu' M In MMRHI du ai i 4a eeastfWt ARYS 3. Rue de U Paix, S PARIS Toutes Parfumerie! et (irsnd. Magasina La}Pelite Maison 'i 637 Rue du Cmtre Aras sa bifnv?i!lne c'ieatle quelle vient ue rec \oii nn joli choix : de. ebauf purp' pour damea lernier tri ebaueeore, abaotse tte, \'rmer*f pror eclatts. Jouets, Jouets, grand rabai, Sc:er es, dente! 1 a broderies, robaDSfnlles. bas et ebauatettea fleura, d' rare 1e rasiie, cbsrea jlllbuet et 'bSa.J %£:. Csites postales Mdailles, cbiats de pit, rcrtei •Veille, petfometie, grand cboii de cc's pour enfanta etc. c ts. la maison ee reernamande ponr t't lgants trousseaux f 1 yettfs tria ouvrage de li perie pris trs r. olis A c jetez pan vos vieux livres,; Puisqu'il* ptuvinl tore mis r.eut far te plut fin de* relieur* et i '>i.rn moins de trois jours. Chet Etienne Camille. Rue Bonne ti. TTTAstbi %  • i' %  • ;;) i Sou!,: fmnt I i'ui',,ii j— | psr.es CI83 t?!'! h tWK (su K. | | hi(tr a nfnature J .-:. Pharmacie VV. Bueb Le .*eul prrfser atif du bois el le Car bolwinn venariu? Re:oon;: depuis p'u d 40 M seo-nme U plis e'Gc-aSO Le Carbolriiiim Avenarim I u. .S it prseiver le bois ho s d sous terre contre h p^urrilu dnt toutes ses forrres, les influences du cl* nat et la cJestructic i rua les insectes. A empcher tl supprima; le chi-cpignon LOI maisons et dt? •icher les murs humid'sI imprguer les Voiles, c r Ji^es toiles e filotd <*e pch? Le produit est un dsinfeci mt d^ premier ordre suprime.et chass* l.i \ermine des curies do chevaux ainsi que d* p )uiaillers II >y auMi un destructeur sans pareil des panaies et des autres il flliMf Charles Picoulel 228 Rue Rom Toi au Prince SnuUon d r y on Jambons de 6 i2 liwe* D ,con en (dcos de 5 6 Hores Motadelle Bromagt pte grasse e< i\f de maure hllaidaii Cacao Van Jiouten en piul e Boiles de bonbons piur cai a aux "Nervosit* Nos nerfs ressemblent on treillis compliqu de fils tlgraphiques. Commands at nourris par une partie 4a cerveau—que l'on appelle centres nerveui — le* dlicats filaments nerveui rayonnent dans toutes les directions travers le corps. Aussi longtemps que lea centres nervtui sont capablea de fournir continuellement de la nourriture aux nerfs, ceux-ci demeureront forts et saint. Mais da que les centres nerveux s'affaiblissent a cause d'un surcrot de travail, de tracas ou d'inquitude il leur est imptsible d'envoyer la nourriture ncessaire et les nerfs deviennent fariguj ftt s'aiguisent. C'est alors qu'q bruit soudain vont ft sursauter, vont devenez irritable, vMS teufrrei de nvralgie, vous tes agit al abattu. Dans cet tat 4e choses II n'y a rien qui gale WMCARMS Ta W/oe e/ Un Parce qu'tant un aliment puissant pour lea nerfs, Wincarnit attaque la racine du mal, cre une provision de force nerveuse nouvelle, stimule et revivifie le systme nerveui toot entier. Essayez Winoarnis pour la Nervosit. C'est merveilleux. Plut de 10,000 mdecins le recommandent. Achetel aae bouteills da Wiacarnia sajoard'hui —on paal l'obtenir aaaa f loatcs les Pharmaciai. etc. COLKMAN OO. LTO. Wlnoarnia Works, MORWION. la Vente chez FRANCK JMARTIN Au prix de 2 dollars giane boa| te ille el 1 dollarjl|i! bouteilles. Rue du Magaiu de 'Ktateu face Usina Glace, fort au i'rince CHEZ Elevantes el mondains, sachez que viennent d'arriver chez Talamis, iin assorlimenl d'articles de la clbre marque HOUUIGINT: ESSE:Vf,ES LOllOX^'i POIDRE SAVON FADS etc K illez faire votie cil ix.. ;, —,



PAGE 1

*-*_ ; au use cio ow* eT4>*T, ^U'^" ^ DUWTICB PRPRiBTIPI IMaieof Magic lie ROMtRO 20 CENT1HIF Celui qui cultive son champ ne pense pae mal (aire. CICERON Quotidien ttC\jnj.V]t|ftae Amricaine No 11354? ^rELKPHONB No 24* 1er Janvier 1923 Lame finit en fait apioord'hui; (IccDsncnitn voudrions de cous spsrtr de DOS fidle lecreursral-rn ts sans leui eaynmcr cos souhaits le plus vils. I trente ont iont ind que poor i ens de commencer p.-r le grand ciio y-t que lti cuati lires ont plac m timon drs affaires, qui est notre rird ami autant que le leor.et qoi a lesoin, m preronion mme de l'tmdue it de l'iroportaoce de aa ban* lemssien que les g'ces divines iouni t ajours avec lui Nous lui n exprimons le voeu le plus cordial QU-LI ceux qui nous ont ton jouis tenu comp-gnie et dont la sym paihe ce nous a ja~an manqu, qu'ils trouvent ici l'exprrsMon des voiux les pics che s i no re oe:t. Noos ne pouvons mieui. de notre ct, leur rester fidles qu'en nom atta'ham de pli s n plus aux p'inci tes qui ont toc jours fait la force du Matin ei qui ont ij ntt ement cou Tnbu i lai donner et s lai cotiser rer ses caractristique s propres. Nous n'avons, dans le cours de 'anne qui finir, ma que t aucun geite mritoire, ni fait dfaut au cun lendfz-vous de uctre cor science Nous ne sommes pas moins pattio tes que tons ceux qoi clament avec fiacas leur patriotisme et c'est par notre mesure mme que nous en donnons tous 1rs jours la preuve. Ou? nrus royons aux c es d'un gouvernement ou qte nous soyons i o face, nos prirc pan n e nt jamais vari, et c est la fou un ncuneur et une satisfaction pour nous qu i's joien t i.r i tour en f veur tantt dans le gouv, rnement et tantt ch z i os sdvesaires mme, qui sont par fc is forcs de cous rendre jastice, Soit qu' 1 se t' agi des mt et syndicat que nous avons l'hcrneur ce prsider, soit qu'il et t qves lion d'envhag r la reco st tutio i prochaine de la reptsentitioa nat.o na!e ; soit que l'occasion se ( ofl r te i nous d exprimer une op'nion mo n enfanment conforme i celle de nos adversaires h biiuels ou iiomea tapm. s o t t 1 r qa ; nesoUoae bi %  illfi n nous ont trouvs parfois g nanti parce que nous ne sommes pu quelconques : nous nous en >oo so'ors par la bonne harmonie et la constante couitoiiie que oons avons en revanche, tenconlres en d autres avec esquels nous avons les intrts pofessionnels les plus solidaires. Nous visons, en un mo', ce lai le M tin i ne soit pas expos pi raltre ua anachronisme, — et i ce qu il puisse apparat e plu't un pr curseur.-lo sque sera vfnue l'heurt laquelle on pourra penser de la presse h iienne qu'elle est ("nili vrmeat la hauteur de sa missioa de [baie p ur le gouvernement ta piys et d'ducateur pour le peuple,— sanspassiov sans intrt politique peisonnel et sans tMter outre mesu re ni le gouvernement ni le peuple. Les trangers el le { sentiment public Granda ruiioa Atlueuquo UMiidile 2 recordmen y participent utrps, la ferme ferait assujettie aux "imposodinii.es. mai le fermier %  aurait i fitudre uns de.eimicatioi en ce qui conctrla rj t ona'it-E devenant hatien, il deviendrait de N plein droit p;oprUtaifl des ter c; compost sa le. me et dp tiacoactJ __________________— *inn pat i Eut lui setiit dfinitive ttent acquise. Au cas cto. au contr-i Depais quelque temps, une ctrtaideurs et des acheteur;. ie, l'expira'ion de ta priode de te partie de la piesse prend position Ea 1889, Haonibal ?rice crivait jouissance gratuite de la terre, le fer contre 1 lment tranger, so*t qu'il les lignes suivantes, auxquelles les mier voudiait conseiver sa naiionan se ntoralise, toit qu il soit question c uonaiaoces actuel M donnent un t trangre, il aataatt r ayer i titre de |ut donner des moyens pratiques relief aai'issant: de fermage, et oitie les impts ordi de travailler dans le pays, — ce qui claires, une redevance lgre fix, donne an nationalisme dont on eroit • En opposition i ces mesures dans le con rat de concession et doit de bon ton de se prvaloir une teinte, reituct.vea, la loi pouirait autoriser la quo it aurait t dtermine par f'utt anare, de xnophobie, qui le gouvernement a encourager, par la loi. Ce premier bail aurait gale Ht probablement loigne de l'inten des mesures spciales, l'adjonction 1 ment une duie dtermine, i lexpi lion de plusieurs. notre population sans distinction rat.n de l-qu-.lie le fermier tt la • Dans tous les pays l'tranger qui d'origine ou de race, d trangers ferme entreraient dans 1; droit cem se naturalise est vu avec faveur; appaitenani a des classes plus parti mon qoant celui qui dsire s'installer cuii-ement utiles au bien-tre d'une dans le pays pour travailler, tous communaut ou au dveloppement ,_,Nous ferions b.tn de nous iio'tr ceux qui se sont occups de publicis de ses resiources, tels par exemple, des passions du moment, pour esta me chez nous ont t unanimes i r quelles ministres de la religion chri yer de relier 1 os conception! et nos clamer pour lui desencouragements, tienne, les professeurs et les mde eiorts i ceux de taat de devanciers Si nous ne voulons pas que l'tran cins, les ingnieurs, ete, qui ont fait, peut tre plus qui nous tff devienne hsitien, ni qu'il ait le Les euvr ers proprement dits, >• m mM honneur leur pays droit de possder le sol au mme DB t exercer des piofeasion ma ____________________ litre, ni mme, en juger par Us cri nue |les, devraient trouver a leui an' tiques adresses la rcente loi su' vrc un bureau d informaiicns et d< les baux long terme, quil puisse placenta, leur assurant aus^i p-oim k>ec qutlque scurit investir ses ca terni nt que pcssib.e uu ravaii lu pi aux daLS cot;e agntu.tuie, — au crlll f. Ceux qui v.ennent avec un pmi v. tl dcit:i l'expulsiou tn ineapitil pour s'tablir a leu. ,iupr _4tM des iijigtis. :cmme au len Coir ei pouuaint tre exer.ptsde itaain ce i8f4. etdrefser d>s bairi t 0B t ia ,,6t per>cnnel pendant ua _Nihi_$ $om eo bonne iwine pour u ru_.i__l__U. ,' V^. |-u -J nion du premier anvier. U preuve ont les us contie toute immigration. temps diermic ; l'artisan hatien „ivu: tn lalit. — et ainsi que nous tant ou devant tre exoati des im I 00 ~re$pi....Eii.-iirt a des cjwaaaa. 11 J 1 J __• -~ n 09 m plais — Ctrdoio et Armand tivjlieni avons eu [occasion de le dire hier, t po.i .005 f trsoonelles en tout temps. so m f lM K Elharl ^ „ UiX en cette mme place,—nous redoutons 1 ouvrier tranger aurait int.i.' te l'tranger cause de ses quaMs su l'expuai.cn de i. priode de p otec J^muTb^^^%tV^ prieuies de ttavail et de d s ipline tion, i se natura.iser pour n eue pas poucr von record << %  n a t n o dan* le travai 1 nous redoutons sa dans une (audition tiop ingale daas _*' e,che Ls u'\* v " *emr iaa a Pi concuiitnce et pour ne pas ctran lt ceucuneuce avec les nat.o.ja 1 gei POS conditions de vie lac.'e, nous • L" larmiers at'.vant avec uu pe rclamons de notre co. stitution poli lit capital t-ou* aunill a ieui pio v que, de noue lgislation, de nos p:e compte constituent l'lment le pouvoirs publics, tous les moyens de plus puissant qui ait pu concourir rroection ncessaires. au dveloppement de la prosprit Ce n'est plus, comme dans les des nations amricaines qui ont su tremters temps de notre iodpendan attirer chez elles une immigration de ce, une sorte d'avantage momentan laboureuis intelligents. Le.ie classe X. uiu, qu'il s.agissait de s'assurer ahn de ptr devrait tre l'objet d'une atten .0 1 ut s sUfiaesa. mettre a la race hatienne de rama* toute spcia.e de la pat du gouver par les distances qui avaient t mi nement *• entre elle et les autres races par [\ 3e a .i possible, sous ceitaines deux s des d'esclavage Aujour con di ion-, de mtre la disposition d bui, on a tendance se crer des des fermiers exotiques des ternes moyens de piotectioo dfinmts.sana prlevs aur notre immense domaine gure (aiie attention s'ils ne nous public. La quantit de leue livrer mettent pas en dehors des lois de la a chaque feim.er serait base, par civilisation. eaempie.sur le nombre de personnes Bien ceu de nos hommes d'Etat dont se compose sa famihe, ou mi iraient allum la ncessit pour le le capital dont ,1 dt. pose, ou sur une STA^." TSSZ?£tZ. pays dr s'assurer, poui son developcombinaison de ;esd ux cl trienis. ce* avait deja paye 15 mu.iaid mant de Tinte ligeuc-, de lespm d'i Ce'.ie tene serait livre tous la Bitianve des capital x ;raugcii>. Uui condition f.imeue dt:e mue eut n ent viaiment peut-ou 1 entendre si, rcmeut ea eu tutc d*us uu umpi ib que iu quu est qutiUou de laue itimioe ; co rcompense de sua la tot-aei une barrire, un nationaiisbeur le teimier en auiait la jou.s ma penreux'.s eflaiouche et ne vent sance exclusive pendant an nombre vins fait dans le temple que des ven doan d anues. A l'expUatvoa de ce Autour d'un "EoglisS kliji Dupuv, un jeune rarnseur. P01 J — Jtan HigiuJ K d t imbattable. nomhiie — C'en poar li prnaktre fois qu il figure sur no. prograrniBci il et une des plu> jolie courte qui lonoi elle exige d: qu t'y a donne une qualit musculaire supeieure ; elle est une de plut agrables a voir dispuict quand les concurenii ont de U classe et dj style, ils ont %  n erlort rapide, n lgamment brusque, qu'on les dirait ariens, comme pourvut d ailes mvisiulcs Epruvs militaires — Nos gendarmes de leur cot se sont entrans sous les ordres d'un boule /ji mille seront CAP. PETITES NOUVELLES flLli HAVKL — Une vio'ente tempte svit dans k l'as de Calais et les cte de I Atlantique depuis trois jour ne appairc pas. La navigation eu rendue 1res ditticile et dangereuse. PARIS— La rhamure par 41e rou contre une ratifia la convention passe le ai Uccmoie avec la banque de France rduisant de 1 k un 200 rallions p„.u, i).7>0 Ang<'e-te, 1 ) ;bo 000 11 mille doliir MU btattJc iraacs tu Ivre sterling jpoa, IJ 4M V1KNNL — La *i:aaelotifiaaiMitre >'.., grave i cause de 1 mtucce de lemerem ikiriaui et cm prunt de 1 mil.ioaw de aoOtff triager. BRUXELUSS — Le teaat a ratifi le traite g* nrai rur UricsM et trait doiieiWer avec la Chine sign* le Fvrier Wubiagtea. La loi aur la Presse empehan'. notre confrre a Le Nouvelliste de travailler, comme il le voudrait, dans sou texte franais, il s'est rabattu sur son < Englisb Section . On nous dm que t Le Nouve 1 ste est ruain'eoant prisonnier do ses propagandes et exagrations, do tapage facile et sans lgance qu'il fait depuis IJ 10 A/ul dernier, qu'il est prisonnier de ses amis et qu'il ae trouve plao dana ''alternatifs de renier son pass aaus gloire d'oppo si ion t'.illonne et vtiliarde, de dn grement systmatique quelque peu ridicule, ou de continuer indlim ment son œuvre poar le plaisir d'u. ne clientle qui y trouve son bon beur. De qaelqu) fafon quil sorte d ce dilemme,nous avons pour devoir, noua, de dtendre le gouvernement de notre ami Louis Borne contre les attaqu'a injustifies des mcontents qui donnuul mcliatniLSnt de la voix, de dtruire les lgendes odieu sa ou inepte?, d'annihiler les perni cieux -Meta dune ncaasanie et mer sougie propagaadj lances par des aive tituitia sans sciupule. pleins de fia c de tiuiue et qui tout tiche d tout ii i H en /uu d assouvir leu;s passions — Cest ce que cous venons imr > ici et p s autre -itmeUen. .MU 'lit, tLe .N juvellute a BUIIOI dans la section anglaisa que de Jas ms points du pays des pioiesla ions a taient leves contre U loi sur Is rTesse. Tout le monde sait qu il n en a rien t. Une protestation d'un soi disant syndicat de la Presse du Gsp Haitim avait paru dans quelques journaux Ue pseudo syudicei d : la l'iv-se du Cap q JI u eus.e que de nom n avait aucune qiuwt poui agir de U aorte comme il ai bien dmontr no.re contrle t La Vrit > qui a fait justice de ei prtentions, Dans son N l'svant-bier toujours dans la section ang aine, il prtend que e le Uouvernemeni a fait voter une Ici qui cre i o.Vcau le ns ancien systme des chefs de sectiou . Tout le monde pensait, dit.l, que le systme des chefs de section e ait mort jamais, Au lieu u pregreaser, n JUS retournons aux vielles ides hatiennes, liai i n ait loue pas si mauvaise que ses sucenaes inuituuo.a sont recon nues comme les meilleures. La vrit est que pour prter maii' torte au maintien de lui die publu, 4 la rpresaiou.du vagabo.i dage, la scurit desjperaonnes et des pio^rits,, il a te ( tuatitu dans 1 s sectious rurales de la Hpub i que uu service de pouoe SJUH ie uur_ de police rurale de la (end,r men d Haiu, dout la ncessit tait des tlus uigauibS* Acesi qu ou put le voir par la loi publie au Moniteur crant ca non veau set vice je police rurale, Us nouveaux chefs de section dont 1 >s attributions sont nettement dater .ni nes, n'ont neo de commun avec ce a d autan, et du reste r La Nouv .este sait foit oieo que les i.gtota de cette police rurale sont eniplas la geoJarmeiie et soumis , %  , 0 > D'autre psrt, peut on a 1 mi.er les ciieli d,; la I olice rurale actuel aux tyranneaux conus dara le temps sous le lure de chefs de section, quand ceux l, en outre de leui s onctious de police, pourrott tre oftlciers de J -taij.vii et agami postaux. %  %  Nom n'ichverons pas cet |r___ sans taire obaei ver cette ctioie ua versante: Kruesi chauvet se loin piaisaut pub'ier au a Nouvelliste un d.scours ou nous reievoni ca pusige suggeatif : 9 Il lui aurait souverainement re pugn de laisser soullleter ses actes par sa doctrine, d aliner |„ i li)erl l qui lui tait cbere d appeler un..., un ebat et irai rea a la patrie Tes auxiliaires du conqurant exotiaus.' ca.nl 11 patronne U a ylaain. !" l qui la. uu aaxWiuire, que ait m ua agent ofciai zae et empresse1 -de imariuairj jusqua b.er I et oui dana le .Nouvelliste te plus louveui lui adresse tou ea sortes ds com J i inaua et da teiicuatioui.^ c/jj. meut se tan .i doue quou,ourdhui. Il puisse permettra que Me S*l* vain dans le U ue Nju/eilisle au. UOa ddiram-ds a ia peine ceux ua' appelle les aui.li.ire. du conque raoi exo ique. """a-o^ On ode dupiici ! D'un ct, Ernest Lti-uvet cateas, l'amr.cairi et de laut.e d publie entre lui des cho ltoUT* l u "" f l,uer le %  • •juaot g Me Sylvain, aaaa vouloir en riau | fane deacendie daa u leurs inatceasibes ou .1 troue, disons Irar CL ement ^ue s il avait t nomua Ministre d Uaiti a iu comme .1 le dasuait, sous Dart uA ^•ve, ,| .ut t le p i u farauen, conventiojniite, •••eue flan rtnard In raiun ,ont trop vertsl Ibos. A. VILM^NY jHanalUes Nous avonj ,c,u la carte de tas__li d> u. demuise.lc Geraaa_e Solage-s . M "' Lr.Ktl Hayardellc. M, " MeUaturj compliments. Maurice tienoe _Ss \ Vncfie des Ruea des FronU t oru at du Magaein de vj&\ v larcliaii dises Fraautfte


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05824
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, December 30, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05824

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
*-*_ ; au use cio ow*
eT4>*T, ^U'^"!
^
DUWTICB PRPRiBTIPI
IMaieof Magic lie
ROMtRO 20 CENT1HIF


Celui qui cultive son
champ ne pense pae mal
(aire.
CICERON
Quotidien
ttC\jnj.V]t|ftae Amricaine No 11354? ^rELKPHONB No 24*
1er Janvier 1923
Lame finit en fait apioord'hui;
(IccDsncnitn voudrions de cous
spsrtr de dos fidle lecreursral-rn
ts sans leui eaynmcr cos souhaits
le plus vils.
I trente ont iont ind que poor
i ens de commencer p.-r le grand ciio
y-t que lti cuati lires ont plac
m timon drs affaires, qui est notre
rird ami autant que le leor.et qoi a
lesoin, m preronion mme de l'-
tmdue it de l'iroportaoce de aa ban*
lemssien que les g'ces divines
iouni t ajours avec lui Nous lui
n exprimons le voeu le plus cordial
Qu-lI ceux qui nous ont ton
jouis tenu comp-gnie et dont la sym
paihe ce nous a ja~an manqu,
qu'ils trouvent ici l'exprrsMon des
voiux les pics che s i no re oe:t.
Noos ne pouvons mieui. de notre
ct, leur rester fidles qu'en nom
atta'ham de pli s n plus aux p'inci
tes qui ont toc jours fait la force du
Matin ei qui ont ij ntt ement cou
Tnbu i lai donner et s lai cotiser
rer ses caractristique s propres.
Nous n'avons, dans le cours de
'anne qui finir, ma que t aucun
geite mritoire, ni fait dfaut au
cun lendfz-vous de uctre cor science
Nous ne sommes pas moins pattio
tes que tons ceux qoi clament avec
fiacas leur patriotisme et c'est par
notre mesure mme que nous en
donnons tous 1rs jours la preuve.
Ou? nrus royons aux c es d'un
gouvernement ou qte nous soyons
i o face, nos prirc pan n e nt jamais
vari, et c est la fou un ncuneur
et une satisfaction pour nous qu i's
joien t i.r i tour en f veur tantt
dans le gouv, rnement et tantt ch z
i os sdvesaires mme, qui sont par
fc is forcs de cous rendre jastice,
Soit qu' 1 se t' agi des mt et
syndicat que nous avons l'hcrneur
ce prsider, soit qu'il et t qves
lion d'envhag r la reco st tutio i
prochaine de la reptsentitioa nat.o
na!e ; soit que l'occasion se ( ofl r
te i nous d exprimer une op'nion mo
n enfanment conforme i celle de
nos adversaires h biiuels ou iiomea
tapm sait pont ti'.e. l'op nion du gouverne
meji lont ous somm s les amis,
rons avons constamment eu i coeur
de re pa.f.it meut a l'unit de nos vues
sur les questons de conviction et Je
doctrine
L>. s o t t1- r qa; nesoUoae bi
illfi n nous ont trouvs parfois g
nanti parce que nous ne sommes
pu quelconques : nous nous en >oo
so'ors par la bonne harmonie et la
constante couitoiiie que oons avons
en revanche, tenconlres en d autres
avec esquels nous avons les intrts
pofessionnels les plus solidaires.
Nous visons, en un mo', ce lai
le M tin i ne soit pas expos pi
raltre ua anachronisme, et i ce
qu il puisse apparat e plu't un pr
curseur.-lo sque sera vfnue l'heurt
laquelle on pourra penser de la
presse h iienne qu'elle est ("nili
vrmeat la hauteur de sa missioa
de [baie p ur le gouvernement ta
piys et d'ducateur pour le peuple,
sanspassiov sans intrt politique
peisonnel et sans tMter outre mesu
re ni le gouvernement ni le peuple.
Les trangers el le {
sentiment public
Granda ruiioa
Atlueuquo UMiidile
2 recordmen y participent
utrps, la ferme ferait assujettie aux
"imposodinii.es. mai le fermier
aurait i fitudre uns de.eimicatioi
en ce qui conctr- la rj t ona'it-E .
devenant hatien, il deviendrait de
Nplein droit p;oprUtaifl des ter c;
compost sa le. me et dp tiacoactJ
__________________ *inn pat i Eut lui setiit dfinitive
ttent acquise. Au cas cto. au contr-i
Depais quelque temps, une ctrtai- deurs et des acheteur;. ie, l'expira'ion de ta priode de
te partie de la piesse prend position Ea 1889, Haonibal ?rice crivait jouissance gratuite de la terre, le fer
contre 1 lment tranger, so*t qu'il les lignes suivantes, auxquelles les mier voudiait conseiver sa naiionan
se ntoralise, toit qu il soit question c uonaiaoces actuel m donnent un t trangre, il aataatt rayer i titre
de |ut donner des moyens pratiques relief aai'issant: de fermage, et oitie les impts ordi
de travailler dans le pays, ce qui claires, une redevance lgre fix,
donne an nationalisme dont on eroit En opposition i ces mesures dans le con rat de concession et doit
de bon ton de se prvaloir une teinte, reituct.vea, la loi pouirait autoriser la quo it aurait t dtermine par
f'utt anare, de xnophobie, qui le gouvernement a encourager, par la loi. Ce premier bail aurait gale
Ht probablement loigne de l'inten des mesures spciales, l'adjonction 1 ment une duie dtermine, i lexpi
lion de plusieurs. notre population sans distinction rat.n de l-qu-.lie le fermier tt la
Dans tous les pays l'tranger qui d'origine ou de race, d trangers ferme entreraient dans 1; droit cem
se naturalise est vu avec faveur; appaitenani a des classes plus parti mon
qoant celui qui dsire s'installer cuii-ement utiles au bien-tre d'une
dans le pays pour travailler, tous communaut ou au dveloppement ,_,Nous ferions b.tn de nous iio'tr
ceux qui se sont occups de publicis de ses resiources, tels par exemple, des passions du moment, pour esta
me chez nous ont t unanimes i r quelles ministres de la religion chri yer de relier 1 os conception! et nos
clamer pour lui desencouragements, tienne, les professeurs et les mde eiorts i ceux de taat de devanciers
Si nous ne voulons pas que l'tran cins, les ingnieurs, ete, qui ont fait, peut tre plus qui nous
tff devienne hsitien, ni qu'il ait le Les euvr ers proprement dits, > m*mM honneur leur pays
droit de possder le sol au mme DBt exercer des piofeasion ma ____________________
litre, ni mme, en juger par Us cri nue|les, devraient trouver a leui an'
tiques adresses la rcente loi su' vrc un bureau d informaiicns et d<
les baux long terme, quil puisse placenta,leur assurant aus^i p-oim
k>ec qutlque scurit investir ses ca terni nt que pcssib.e uu ravaii lu
pi aux daLS cot;e agntu.tuie, au crlllf. Ceux qui v.ennent avec un p-
mi v. tl dcit:i l'expulsiou tn ineapitil pour s'tablir a leu. ,iupr
_4tM des iijigtis. :cmme au len Coir ,ei pouuaint tre exer.ptsde
itaain ce i8f4. etdrefser d>s bairi t0Bt ia,,6t per>cnnel pendant ua _Nihi_$ $om eo bonne iwine pour u ru-
_.i__l__U. ,' V^. |-u -j nion du premier anvier. U preuve ont les
us contie toute immigration. temps diermic ; l'artisan hatien ivu:
tn lalit. et ainsi que nous tant ou devant tre exoati des im I00 ~re$pi....- Eii.-iirt a des cjwaaaa.
11 j 1 j __ -~_______n_______ ._____ 09 m plais Ctrdoio et Armand tivjlieni
avons eu [occasion de le dire hier, t po.i .005 f trsoonelles en tout temps. ,so m flM K Elharl ^ UiX, en
cette mme place,nous redoutons 1 ouvrier tranger aurait int.i.' te
l'tranger cause de ses quaMs su l'expuai.cn de i. priode de p otec J^muTb^^^%tV^
prieuies de ttavail et de d s ipline tion, i se natura.iser pour n eue pas poucr von record <<* n a t n o
dan* le travai1 nous redoutons sa dans une (audition tiop ingale daas _*'e,che Ls u'\* v" *emr iaa a Pi
concuiitnce et pour ne pas ctran lt ceucuneuce avec les nat.o.ja 1
gei pos conditions de vie lac.'e, nous L" larmiers at'.vant avec uu pe
rclamons de notre co. stitution poli lit capital t-ou* aunill a ieui pio
v que, de noue lgislation, de nos p:e compte constituent l'lment le
pouvoirs publics, tous les moyens de plus puissant qui ait pu concourir
rroection ncessaires. au dveloppement de la prosprit
Ce n'est plus, comme dans les des nations amricaines qui ont su
tremters temps de notre iodpendan attirer chez elles une immigration de
ce, une sorte d'avantage momentan laboureuis intelligents. Le.ie classe X. uiu,
qu'il s.agissait de s'assurer ahn de ptr devrait tre l'objet d'une atten .0 1 ut s sUfiaesa.
mettre a la race hatienne de rama* toute spcia.e de la pat du gouver
par les distances qui avaient t mi nement
* entre elle et les autres races par [\ 3e.a.i possible, sous ceitaines
deux s des d'esclavage Aujour condi ion-, de mtre la disposition
d bui, on a tendance se crer des des fermiers exotiques des ternes *
moyens de piotectioo dfinmts.sana prlevs aur notre immense domaine
gure (aiie attention s'ils ne nous public. La quantit de leue livrer
mettent pas en dehors des lois de la a chaque feim.er serait base, par
civilisation. eaempie.sur le nombre de personnes
Bien ceu de nos hommes d'Etat dont se compose sa famihe, ou mi
iraient allum la ncessit pour le le capital dont ,1 dt.pose, ou sur une STA^." TSSZ?tZ.
pays dr s'assurer, poui son develop- combinaison de ;esd ux cl trienis. ce* avait deja paye 15 mu.iaid
mant de Tinte ligeuc-, de lespm d'i Ce'.ie tene serait livre tous la
Bitianve des capital x ;raugcii>. Uui condition f.imeue dt:e mue eut
n ent viaiment peut-ou 1 entendre si, rcmeut ea eu tutc d*us uu umpi
ib que iu quu est qutiUou de laue itimioe ; co rcompense de sua la
tot-aei une barrire, un nationaiis- beur le teimier en auiait la jou.s
ma penreux'.s eflaiouche et ne vent sance exclusive pendant an nombre
vins fait dans le temple que des ven doan d anues. A l'expUatvoa de ce
Autour d'un "EoglisS kliji '
Dupuv, un jeune rarnseur.
P01 j Jtan HigiuJ k d t imbattable.
nomhiie C'en poar li prnaktre fois qu il
figure sur no. prograrniBci il et une des plu>
jolie courte qui lonoi elle exige d: qu t'y a
donne une qualit musculaire supeieure ; elle est
une de plut agrables a voir dispuict quand les
concurenii ont de U classe et dj style, ils ont
n erlort rapide, n lgamment brusque, qu'on
les dirait ariens, comme pourvut d ailes mvisiulcs
Epruvs militaires Nos gendarmes de leur
cot se sont entrans sous les ordres d'un bou-
le /ji mille seront
CAP.
PETITES NOUVELLES
flLli HAVKL Une vio'ente tempte svit
dans k l'as de Calais et les cte de I Atlantique
depuis trois jour ne appairc pas. La navigation
eu rendue 1res ditticile et dangereuse.
PARIS La rhamure par 41e rou contre
une ratifia la convention passe le ai Uccmoie
avec la banque de France rduisant de 1 k un
200 rallions p.u, i).7>0
Ang<'e-te, 1 ) ;bo 000 11
mille doliir mu btatt-
Jc iraacs tu
Ivre sterling
jpoa, IJ 4M
V1KNNL La *i:aaelotifiaaiMitre >'.., grave i
cause de 1 mtucce de lemerem ikiriaui et cm
prunt de 1 mil.ioaw de aoOtff triager.
BRUXELUSS Le teaat a ratifi le traite g*
nrai rur UricsM et trait doiieiWer avec la Chine
sign* le Fvrier Wubiagtea.
La loi aur la Presse empehan'.
notre confrre a Le Nouvelliste de
travailler, comme il le voudrait, dans
sou texte franais, il s'est rabattu
sur son < Englisb Section .
On nous dm que t Le Nouve 1 ste
est ruain'eoant prisonnier do ses
propagandes et exagrations, do
tapage facile et sans lgance qu'il
fait depuis Ij 10 A/ul dernier, qu'il
est prisonnier de ses amis et qu'il
ae trouve plao dana ''alternatifs de
renier son pass aaus gloire d'oppo
si ion t'.illonne et vtiliarde, de d-
n grement systmatique quelque peu
ridicule, ou de continuer indlim
ment son uvre poar le plaisir d'u.
ne clientle qui y trouve son bon
beur.
De qaelqu) fafon quil sorte d
ce dilemme,nous avons pour devoir,
noua, de dtendre le gouvernement
de notre ami Louis Borne contre les
attaqu'a injustifies des mcontents
qui donnuul mcliatniLSnt de la
voix, de dtruire les lgendes odieu
sa ou inepte?, d'annihiler les perni
cieux -Meta dune ncaasanie et mer
sougie propagaadj lances par des
aive. tituitia sans sciupule. pleins de
fia c de tiuiue et qui tout tiche d
tout ii i h en /uu d assouvir leu;s
passions Cest ce que cous ve-
nons imr > ici et p s autre -itme-
Uen. .mu 'lit, tLe .N juvellute a
buiioi dans la section anglaisa
que de Jas ms points du pays des
pioiesla ions a taient leves contre
U loi sur Is rTesse. Tout le monde
sait qu il n en a rien t. Une pro-
testation d'un soi disant syndicat de
la Presse du Gsp Haitim avait paru
dans quelques journaux Ue pseudo
syudicei d : la l'iv-se du Cap q ji
u eus.e que de nom n avait aucune
qiuwt poui agir de U aorte comme
il ai bien dmontr no.re contrle
t La Vrit > qui a fait justice de ei
prtentions,
Dans son N l'svant-bier tou-
jours dans la section ang aine, il
prtend que e le Uouvernemeni a
fait voter une Ici qui cre i o.Vcau
le ns ancien systme des chefs de
sectiou . Tout le monde pensait,
dit.l, que le systme des chefs de
section e ait mort jamais, Au
lieu u pregreaser, n jus retournons
aux vielles ides hatiennes, liai i
n ait loue pas si mauvaise que ses
sucenaes inuituuo.a sont recon
nues comme les meilleures.
La vrit est que pour prter
maii' torte au maintien de lui die
publu, 4 la rpresaiou.du vagabo.i
dage, la scurit desjperaonnes et
des pio^rits,, il a te(tuatitu dans
1 s sectious rurales de la Hpub i
que uu service de pouoe sjuh ie
uur_ de police rurale de la (end,r
men d Haiu, dout la ncessit tait
des tlus uigauibS*
Acesi qu ou put le voir par la loi
publie au Moniteur crant ca non
veau set vice je police rurale, Us
nouveaux chefs de section dont 1 >s
attributions sont nettement dater .ni
nes, n'ont neo de commun avec
ce a d autan, et du reste r La Nou-
v .este sait foit oieo que les
i.gtota de cette police rurale sont
eniplas la geoJarmeiie et soumis
, , 0 > D'autre psrt, peut on a 1
mi.er les ciieli d,; la I olice rurale
actuel aux tyranneaux conus dara
le temps sous le lure de chefs de
section, quand ceux l, en outre de
leui s onctious de police, pourrott
tre oftlciers de J -taij.vii et agami
postaux.
Nom n'ichverons pas cet |r___
sans taire obaei ver cette ctioie ua
versante: Kruesi chauvet se loin
piaisaut pub'ier au a Nouvelliste
un d.scours ou nous reievoni ca
pusige suggeatif : 9
Il lui aurait souverainement re
pugn de laisser soullleter ses actes
par sa doctrine, d aliner | ili)erll
qui lui tait cbere d appeler un...,
un ebat et irai rea a la patrie Tes
auxiliaires du conqurant exotiaus.'
ca.nl 11 patronne Ua ylaain. l
qui la. uu aaxWiuire, que ait m
ua agent ofciai zae et empresse1
-de imariuairj jusqua b.er I et oui
dana le .Nouvelliste te plus louveui
lui adresse tou ea sortes ds com j i
inaua et da teiicuatioui.^ c/jj.
meut se tan .i doue quou,ourdhui.
Il puisse permettra que Me S*l*
vain dans le ,U ue Nju/eilisle au.
UOa ddiram-ds a ia peine ceux ua'
appelle les aui.li.ire. du conque
raoi exo ique. """a-o^
On ode dupiici ! D'un ct, Ernest
Lti-uvet cateas, l'amr.cairi et de
laut.e d publie entre lui des cho
ltoUT*l'u", ""fl,uer le
juaot g Me Sylvain, aaaa vouloir
en riau | fane deacendie daa u
leurs inatceasibes ou .1 troue,
disons Irar cl ement ^ue s il avait t
nomua Ministre d Uaiti a iu
comme .1 le dasuait, sous Dart uA
^ve, ,| .ut t le piu. farauen,
conventiojniite, eue
flan rtnard In raiun ,ont trop vertsl
Ibos. A. VILM^NY

jHanalUes
Nous avonj ,c,u la carte de tas__li d> u.
demuise.lc Geraaa_e Solage-s . M"'
Lr.Ktl Hayardellc. M,"
MeUaturj compliments.
Maurice tienoe _Ss \
Vncfie des Ruea des FronU
t oru at du Magaein de vj&\
vlarcliaii dises
Fraautfte


T
LE MATIN
^"U
Fa Gafele
Nouvelles traogrei
v

MM
et lafrance.Le Premier a galement
dit qu'il ava.tttop faire en Italie
pour se rendre en France, i moins
qu'il eut presque !a cer'.tude que li
lonl enec aboutirait i des rsultats
qui jast.fieraient soi absence.
Rhumes, Toux,
Bronchites, Laryngites,
et autres affections des organes respiratoires, indiquent
un affaiblissement de l'organisme.
L'EMULSION SCOTT
LONBRES 28 La runion ds la
commission de capitulations n'a fait
aucnn progis la sance d'hier.
Quelques uns des dlgus tllis en
quittant la salle oni dclar qu'aucu
ne dcision n'avait t prise en atten
dant la rception des nouvelles ins
tructions d'Angara. A cette rnnion
prise avec persvrance aprs
augmente la force de rsistence
les repas,
contre les
Cs: 1 intention du gouvernement B -(>.or* uidi;
de rre tre fin une foi? pour tontes au 30 na'.nn e :
PARISMr Sarraut a dit l'cAs conflit entre les fajc^s'.es et coma a La Cw l 1E'*\
partit de 3 hi
le
A S heure- 1/4 La Gard t'*****
tia'le et la aadaroiane **'
Jndi seront caatonoei ni sbo ds de '
ha
Ismet Pach
d'avoir plus mal ag> en Turquie pea
d nt l'poque d'o:cura ien militaire
q e les Turcs ru n.ces n oui agi
L aem-.cda le tetr.p ncessite pour
ixamintr les dclarations des alli
et on creit qu'il a rclam des 10s
iuctiocs Angora.
Lord Cuizor
nt dans les rumeurs que la France fes homn.?s seront g'ituit
pense sireuscrueni cder l'une ou de mobili a ion gnre ils rejoia-
l'.utre de s:s coljoios. La questiou leurs rgiments aucune aut'e orgaai
et celle; des dettes de guerre reste et sation ayant un caractre militaire ne niaisi d.
reste out ent. ement spares a t-il sera to ;e
sjou li 0 est personne en France qui PARb Le gouvernement a pr de Mdecine
consentirait i se sparer des terri pt un projet pour la saisie de cer les ^raployea
Silvbs le 21 oao
au FtI Matinal.
A H ita-aa : L-h E1 Waa Isa Ecile?
et Particulires aceo n
pin4s di lao-a D leceura et pra
feeTi'-a, le Lys* N ieaal, I eiiale
I Eenle de Droit, tous
et fooetionaaires da
toires .oinlains d'o sont venus ds; taices fo ts d'tat allemandes i la ouvorne.-neot, la commerce lea
Douvait envi^ye- lommesde nolte race Pour verset $uh< duce dcision de la commis memb-e du co-pa judiciaire, le Con
iSS&m dur et P.Lha nu-v te leur san* sur les chiniPs de ***** sion d" rparatiors Quelques-unes * JE at n rendront la Baai'i
JTaVL la dsaonrou- ant lfa o'l de Kance NjU nous occuperons de sont dans la tg.on occupe, d'au-rei 3."' Noire Dame pour assister au
Bre'. DU, nos dettes spa.ment et cemme I a daos !a Bavire. Po nci insister *f S ? T" Pera ahan' e-Q Pr6,ea
souvent rpt le chef de noire goi Fcur que la question soit inscrite au
vetnement, ces dettes seront payes ptcgiamte de la confrence des Pre
m.vant l'habitude de la Fiance dha m.ers.
a/Itmil ITttl donc l'impie-son
que la Turqu e ne devait pas arriver
a une eo entt '-autann 1 fi 1 lo
ge de l'.nibkssadeui Chi'd soumet
tant le po.nl de vue alli L'op.uion
ai. ai cane adiutant plus de valeur
que les aoiilCaiOl sont dtach; des
q notions amricaines L ambisstdtu;
Child s't it joint aux ih.ta des .
gtions allies sur la question les ca
p.lulaons pour d.laier qu les ga
r nlies devt.ient tie donnes par la
T.rquie cour lempacer les d o.ti ex
traterritortaux que les Kma'
dchue aboi
t d esprit d
question, dit Mr Lhild elle recevra
cne juste et gnreuse lciproc.t,
autrement elle sera consideie corn
Tie ayn. rpudi 1 engagement
Le 1OL1I1I sur les ihamps ttroli
lres de Mossoul semble avoir at-
teint sa priode a-gue La dclaration
de lord Lu zoo, que le point culmi
nactde la lonfience semblait tre
atteint ajoutant que la Giande Bieta
gne se refuserait i continuer la d.i
cussion de Mossou1, est en o^posi
flagrante avec la note d Ismet
noter sa signature.
Par ant des rumeurs que les co'o
nies de St Pierre et Miqjelon se r
1 hissait pai le commerce des boissons
de contiebance le min stre dit voi
ci le compte endu financier de la co NEW YORK
onie qu. 0 indique aucune rt e' e a
normale provenant d'un pareil com<
aerce P.rionnel euient je n'en crcis
>as un mot, mais j'ai 1 intention
Les Cours
e d-j S ^x^ellenca le Preiden'
de I R pob'que, des Secrtaires
d Hat, d"8 Ma;iim Civile et Militai
re de Sot ni^cellence la Prsident
de la R*pnbl que.
n cinon tirs pla^e qui lai est dsiane*
D > aig) seront rservs dans le
Ch ir :
C6te A- Pojr le mem^rci de Corp Dipto-
raitiqueei Caasulaire,- li Ch:f de l'0;cpnie.i
et le officier de l'Arae et ti Muine de Enn
Uni d Actique le Chef t le Sou Chef d: U
rjendirscrie. le Conseille! Fiaaicicr. le Receveur
Ginral deDouaet de la Rpublique. L'Ing-
nieur de travaux Pub i: 1 Ingnieur Cbarg du
Service National d'Hygicae Publique la Uan-
qne Nationale de la Rpablique d'Hati
Ce-t B Po le Consail d'Etat, le Corp
Judiciaire, l'Adminiuratioa Communale, le Jury
Mdical, le commerce llaitiea et Btraagar, U
Preste
\ 9 heures 30. au Tt Dsum, une
salvi deatcoaps de danon seratire.
A la soitie de la Cathdrale, il 7
aura rception au Pelais National.
Pams 28- Serliug
Do'lar
a8- S-
Franc
r'ing
64 55
ij 93c,
4041;
M 79
\ fi. BiCH* frres
'*
?j!ss?jSm aja*-tg-s "". '*"
!.. a. L.ia .11. ,.,.,.,. nalra-ion tt si e trouve qui y a des
je trouve qui y
atus de ce gen.e, je les suppumerai
Mr Sanajt a ajout : |e ferai peut
tre une rapiie appjii'ion i N w-
Yoik et 1 W*sh ngtjr, or que je vi Projrvnoa
1923
t/tt la fret* le l In Upen Luice
\ationale $1 d$ se liro
U
I
non
Pacha qui affirme que le peuple turc
avait dcid d'emp.oytr )u PI.. 1. km
1
siterai les Actilles i 1 poque d s va
canses parleu.eataiies de Pqu.s
Le 31 Dcembre. Soa Kacellenca
le l'rdident de la Kepablt j je d'Ha
U> recevra au t'alau National, l'oc
cas u.i du nouvel An :
A -(Main)
1 A lUli9urea, lea Corps Diph
mit que ^t Coiaulaire;
a3 A 1U neure 1S minutes. Si
MAL le A .a suite des msavai Grai-deji Mouse gneur l'Arcbevqu^
mite extitT-e ses elfoils poui tbten r ses nouvelles d: Laus.niie les navi de Port au Prince et les iuo 11 l c de
le retour de Mocsoul i la tnfi pa res de gne rre anglais composant l'es aoQ Goneeil;
lrie ntie ces eitrcmis.es il y a une .adie de la M.'dittrrane arrives ici r a 3 A ,0 'taures 10 Minutea, le
nvire Lien diificile, sinon imp^ssi le 2} D.rmbre pour un sjour de Chf de lO.cupation et les officiers
ble traverser pour la confrence trois semaines ont nu l'ordre de re if Arnje etde la Ma ne da* Etais
Les femmes iilanda.ses ennemis gagner le levant U.ms d Amnque;
de ltat hbre sou, venus i l usan PARIS L, ,! de Mm, Sarrh .hef^de ^SS.^U Coi'.il
ne plaider a eau e de 1 Irlande qn Berobardt s est mlo e de cou-eau 1er Financier, le Uecevu. u>nr
sera lellement indpendante Les h:e^. des Douanes de la Kpub Iqae, l'In
>ceux de l'Eiin ont t eiposej par go:eur des Tmvaux Publie, l'ing
Melle OBiennan, secrtaire de la d 7ft lai (rat A* 1 frl. Qiear cliar du Service .National
lgat.oD.Ele a annonc quelle tait 3 ^ J M I HP .J 1. d Hygine Pub '. joe;
venue la confrence pour faire con UU OUI'U11 II 11 UU 1 1 UiiU >, A U Heures, Lsofliciers de la
nillre au monde les condit.ojs effra * .._____________
yantes en Irlande qui ont rsult du
Q aniFuefta y\*de ue ( r^f.'nf'rceSaJa
la mnizjn A. R. hacht trre99an*
nome ses aimabl 8 clients et ses
lCi* JclUVlt^r nom^revo? amis qu'elle vint d< rea*
vo r pa le dernier &tpu chinit8>8 o// /int louVs t gara lies.
Vous y trouver** prvision ? alimen-
taires de toutes tories et des jolis ca-
deau r di fin d anne prix rduits
TELS QUE :
Asperges
Amandes
Bis:ui*. lun Ji Soda
IP
5 P.
le li CHfbrutiorx de la
5 P.
xr h
trait ango-irlandais sign pat
press.on; il y a un an environ
11
RDME lisant en revu* la situ
ation i tii?Q'C de l'Ical e, Vlr Masso
0 A li heur.s 15 minutes, lea
Ingenie.rs civila au Trai et les lo
lini a d-clar qu'elle se ait amelore gmeura llaiticua coaimiasionoa
Ci|de Steamship & Ca
Fo reig n Services
Vapeurs dirigs par !a ClyJr^ S e im ip
Mussolici ne p3Ut as-
sister i. Sa Coureiic :
ae Paris
PARIS Le ministre des affaires
trangres a inform que Musso
lini ne pouruit pas assister mardi LiOlDpay t ff Mll SfifVJC^S pf)Ur ClPpP i^6
prochain la confrence de Parts, re {]lttpA S i l* i Sll nui n R.inrJ m
tenu Rome par une question de po tu ,t;u &m* 911 ppi.J| l)ldr litqur nt.ieure. 11 a eipriit son [^o Htl'am?r YAQVt SU Mit l i'i 8 Xew
dsir que la confrence de l'ai is fasse ... ,. *v. .._ J lww
des progrs ve.a le lglemeat final \01*U le nafllem Xd De emiVS COliriilt,
^l lecabinet qu il n'assisterait pas la J mi'ier vUl Is !)Or!S duN()*d
tonfrence des Premiers allis i Pa ., *
ris Cette dci.icn a pioduit ulc pro /* * P'irtl.'U te mme JOUr po ir 1(8
^^^^^.P'rls du Sud prenunl /r! et pass t-
n'avait aucune co fi.nce qtie la ru QS'3,
nion artive i un rsul a: satisfaisant. lj.. i.j j .A >-
Parmi les raisons donnes peu. ,e S>* 1 itinraire ail rviuO^Lseva fix U
leurrede table su
(.nJon r
i lied H'ibin
B u :c en pilltchei
Hoi.b .1 s assorte
Bi c ai un ede
lityo ials en b nU]
C'ga e es Carmel
OriiM eu f.r. lanc
Co u. ni po> die
Lji li ure i verr.
lo i s'aifh
Coj es d i foutes
Ka :i.e d'avoice
|( ',na e, Roqu-for', pare eras^e,
"u I ; u'u i e en l'srblanc
J MllLo.l
L itCpodcni Ns le
Mao gjttra de marque* diifientes
M i -.t oui
Mon' de en flacon
Noisette suprieure
Oignons
Porier
i'iu i I ai. b.s
Pcmmo de terre
P.mines a'nbre
Pches t-n conserve
Poiies en conserves Pcf.-et en verte
Poiei h tins
hitach 'ranger s
Poudr j d'levalion
P. i rre mouiu
liaisins <.fd Itasinaecs
Riz Glic, Kzsiam
Savon Copco, Sa^onl 8aie
tyravra
I
^ntJeiWucne p^i^: b'en ttUUTl mClt.
Suere Granul
Saumon
Th de .hine
Ve'roieelle
Vermo-.lhjtc
Sucre Gohcatse
qu
tablie n a encore t dcide et qoe
l'Allemagne pourrait crer de nou
velles difficults entre .'Angleterre
(ibara & C^gent*
Accoures vite sam parte &> temps si veus
?oues jjulr de cette eocasta wce^iueliC
1
afk


T
LE MAI IN

Aperu de son rayoo de parfumeries
Marque HOUBIGANT
Essences Quelques Fleurs
c Quelque? Violettes
m Bon Boudoir
Fat fum Idal
Premier Mai
Le temps dis iilas
Un ptu df Ambre
Parfum Mafustic
i a Bose Brade
Cur de Jeannette
Parfum Inconnu
Bose Idale
Chype Idal
Muguet, Hliotrope, Jasmin,
Cyclamen^ toin coup etct
Xoioriy eaux 5e toiCdte,aOorU, ^aaSre^ 5t ri~> Jei mctrve"i> e\.
31taK}ue^ <%: g^erice* t'Oijaa, C'0r. tyx Cliupre, ^"lotctlCiU pourpre 3['e[iolt(>pe.',<40oliaa,6PoiiDte\^aax De
toltelte, CoffttL* 9e 3 pice* Je* mme?n6.
51tar turVOua^ faimtote Coru,\\rd t> S patfnnu a^atlU/Jar^eapaelklte <$ouDfe De- li: en6auCu>uuieie*ctiM^at.
Crme Simon, Dentifrice do Dr Pierre en liiiret en tab?e, HaMItl eminisine. pommades Grandement?, potrade quinquina, lotion Gloire deParia, popia, poudres de
riz Ait'ic Ploramye, Scarabe, Brillantirea, E. u de Co'oftne. iNyrnrr, lavena eition.
Teinturea poar cheveux, Bpilaloire, Sve Royale pour le dveloppement et la fermet des Saina tont ge
Paiisiaua
Dans I aprs midi, an Cbamp de
Mira, Coicer. et Attrsction diverses.
Dans la aoire. Cinma pcpolaire,
feux d ait : illuminations gaia
les rjouisssa es publiquss. l Direciion de PARISIANA envoie i a*.a ainub'es cliente et au pr.
Port an ri-sacs le 21 Dcembre UH blic du Cinma en gnerai, ea meilleur* soutint; elle est heureuse de
Le S:crta re d E'a de l Iitnrur, |eur annoncer que 10/J leur apportera les plus bellta aancee cinmatc
Sign: CHS fOMBRUN graphiqoee, car el'e vient pr l'arrive du btteau d hier de renouveler
entirement ion tto k avec dea tllma cli -.-m de Prem.e L'.aate
wr
Cercle Sportif de Hariaoi
Messier les Membre sont avis jue leCer
le icticra ourctt pendant U suit du il IXtcn
re aux Membre et leur famille qui voudton
levcUlMMr.
Souper iioida et Sandwich*.
Couccil, illuminations
LE COMITE
i .....
S S g. S O mm
* s. a.
DIMANCHE
A 8 heures du scir
9) -
ori
s*
as
S S.
s
18
C.

S
et
S
e*
12
Eclnir Journal trs re ni.
Les derniers vnements europen
La force du Destin
Grand film italien en 4 par ies
Musique de gir.re
Entre gnrale 'i Gourdes talcon 3 gourdes
Lundi ( Jour de Tan )
4 heures 112 Grande Matine
lilttiy Nouveaux
Brtrle : 10 ee^t mes
4. t heures du oir clair Joirnal trs rcent
Un grand Film succs
La Otite de S iny
... &
Lus ? ieds de Oamocls
Musique de genre
Entre 2 pourdea 1 oge, 3 gourdea
Mardi 5 heures a
Grande Matine Eni.e 5j eutimaa
A 8 heures de sJir../j ^V
Nouveaux film succs
Ttit n'est pas Or m sdaptati msioni^

Quand voua aenter lea effets du surmenage
et par deaaus tout voua tes courbature et
aouffrez de douleura qui voua font flchir, ou
de toute autre maladie de femmes, n'oubliez
fias que dea centaines de femmes,une fois souf-
rantes comme vous, ont retrouv leur sant en
prenan' '* Composition Vgtale de Lydia E.
Pinkham.
Cette femme e retrouve te sente
Monterrey, Nuevo I.eon, Mexico. Je vous vous exprimer ma reconnaissance. Ma annt'''est revenue
compltement aprs avoir pria six bouteille de la C'om-
potitioa Vgtale de I.ydia K. l'inkliam. l'ai toujours aouf-
iert terriblement lor. de mea rjles et ces douleurs m'ont
souvent empch de faire mon mnage. Klles ont main-
tenant disparues < empitement et j'attribue ce rsultat k
votre excellent mdicament | puis maintenant travailler
.rit mes rigles aussi bien qu'avant alors que par le
pass j'tais trs faible et mes rgles irseinbUient une
hmorragie. De plus j'avais des douicm dans U dos et
le ventre. J'ai recommande' et je continuerai de recom-
mander votre Composition Vgtale mes amis comme
tant un mdicament efficace devant tra lise rgulire-
ment pendant la journe par dose d'i e soupe
toutes le* quatre heures.
las ninat-re* ssuffranUa et aunnsetea
dstralaat dpendra aur la
Composition \fegetalo
L de Lydia E. Rnkkam
Sk^^ irs."nian iw'ia tft umM.mas w.a^
^3
S
p




T
mm
Il MATIN
Crme

r*
TEINDELYS
donne un teint de lys

'/-.'
vl
**o 1* Cr4m Ttindelgs. ioac: parfum,,
fnetfe la (ratetleur et la jeunette, embellit, efface Itt ndts
VAILLANT Se HOVEU,]Agtnts gnerait 1720, i m h l^mi ffet
Elle
tient la pottdrm
Assure une
mrnation exquise
La CrK TINOBsV,VS. Ane
onetuauar. neittra. set incaoajrlt
deflatieer m *ik , M'Oie
eart. ?eeasplrt ei blaa&< mai la
lufcn'tiae rVer a* rainais la fiw
Kiir* Pa.tumee aux sxapa*s e>
iUurt. la Crsna TKKDILyS e
le 'm W e+i partait et U erme
de toilene* ton fwptoi >ne |(
te. les aeehet 4e mmu' m In
MMRHI du ai i 4a eeastfWt
ARYS
3. Rue de U Paix, S
PARIS
Toutes Parfumerie! et (irsnd. Magasina
La}Pelite Maison
'i637 Rue du Cmtre
Aras sa bifnv?i!lne c'ieatle
quelle vient ue rec \oii nn joli
choix : de. ebauf purp' pour damea
lernier tri ebaueeore, abaotse tte,
\'rmer*f pror eclatts.
Jouets, Jouets, grand rabai,
Sc:er es, dente!1' a broderies, robaDS-
fnlles. bas et ebauatettea fleura, d'
rare 1e rasiie, cbsrea jlllbuet et
'bSa.J %:.
Csites postales
Mdailles, cbiats de pit, rcrtei
Veille, petfometie, grand cboii de
cc's pour enfanta etc. cts.
la maison ee reernamande ponr
t't lgants trousseaux f 1 yettfs
tria ouvrage de li perie pris trs
r. olis
A c jetez pan vos
vieux livres,;
Puisqu'il* ptuvinl tore mis
r.eut far te plut fin de* relieur* et
i '>i.rn moins de trois jours. Chet
Etienne Camille. Rue Bonne ti.
TTT-
Astbi

i'


;;)
. i

Sou!,: fmnt I i'ui',,ii j .
| psr.es CI83 t?!'!
h tWK (su K. |
| hi(tr a nfnature J .-:.
Pharmacie VV. Bueb
Le .*eul prrfser atif du bois el le
Car bolwinn venariu?
Re:oon;: depuis p'u d 40 M seo-nme U plis e'Gc-aSO
Le Carbolriiiim Avenarim
I u.
.S it prseiver le bois ho s d sous terre contre h p^urrilu
dnt toutes ses forrres, les influences du cl* nat et la cJestructic i
rua les insectes.
A empcher tl supprima; le chi-cpignon loi maisons et dt?
icher les murs humid's-
I imprguer les Voiles, c r Ji^es toiles e filotd <*e pch?
Le produit est un dsinfeci mt d^ premier ordre suprime.et chass*
l.i \ermine des curies do chevaux ainsi que d* p )uiaillers II >y
auMi un destructeur sans pareil des panaies et des autres il
flliMf
Charles Picoulel
228 Rue Rom Toi au Prince
SnuUon d r y on
Jambons de 6 i2 liwe*
D ,con en (dcos de 5 6 Hores
Mo- tadelle
Bromagt pte grasse
e< i\f de maure hllaidaii
Cacao Van Jiouten en piul e
Boiles de bonbons piur caiaaux
"Nervosit*
Nos nerfs ressemblent on
treillis compliqu de fils tl-
graphiques. Commands at
nourris par une partie 4a
cerveauque l'on appelle cen-
tres nerveui le* dlicats
filaments nerveui rayonnent
dans toutes les directions
travers le corps. Aussi long-
temps que lea centres nervtui
sont capablea de fournir
continuellement de la nourri-
ture aux nerfs, ceux-ci demeure-
ront forts et saint. Mais da
que les centres nerveux s'affai-
blissent a cause d'un surcrot
de travail, de tracas ou
d'inquitude il leur est impt-
sible d'envoyer la nourriture
ncessaire et les nerfs devien-
nent fariguj ftt s'aiguisent.
C'est alors qu'q bruit soudain
vont ft sursauter, vont
devenez irritable, vMS teufrrei
de nvralgie, vous tes agit al
abattu. Dans cet tat 4e
choses II n'y a rien qui gale
WMCARMS
Ta W/oe e/ Un
Parce qu'tant un aliment
puissant pour lea nerfs,
Wincarnit attaque la racine du
mal, cre une provision de force
nerveuse nouvelle, stimule et
revivifie le systme nerveui
toot entier. Essayez Win-
oarnis pour la Nervosit. "
C'est merveilleux. Plut de
10,000 mdecins le recomman-
dent.
Achetel aae bouteills da Wiacarnia
sajoard'huion paal l'obtenir aaaa
f loatcs les Pharmaciai. etc.
COLKMAN OO. LTO.
Wlnoarnia Works, MORWION.
la Vente chez
FRANCK J-
Martin
Au prix de 2 dollars giane boa|
teille el 1 dollarjl|i! bouteilles.
Rue du Magaiu de 'Ktateu face
Usina Glace, fort au i'rince
CHEZ
Elevantes el mondains, sachez que viennent d'arriver
chez Talamis, iin assorlimenl d'articles de la clbre
marque HOUUIGINT:
ESSE:Vf,ES
. LOllOX^'i
POIDRE
SAVON
FADS etc
K
illez faire votie cil
ix.. ;,
- ,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM