<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN Cour d Assises H tr m Ha • t entendue 1 affaire Nicolas livaiiite ac;u> de vo vec tlfiactiua au priui c de Mr H g;r Pc tel*. Cesi une des LIUS intresai te de celte session. Le tribunal Uu prsid par le ju ge Doyen Monts, If lury p.r Lon Lh rliners Le parquet tait repiesea ie par les subjli uls Massac tt Ray aond Au banc de la detense M trou •, ititMcs Michel Beauvoir. Mand ir Dlitnne tt E nmanucrriouiilot. Les dbats pailicuiicrs (uren. ou dut s par Me Beauvoir et Dtienne ave: une habile. e rcma qu.b.e Aux dbats gnraux, aprs le r^uisitoi le du subituul M jsac. Me Trouulo. de.t.-nie au |ury un peu p us qu'un verdict d'acquitteni:ut. Il critique le rquisitoire du .vlmistere Public, il • excuse de paratre (aue l'apologie du cume mais le ci ne, du il, cil u avec le monde, la conception d'uuc soc.etsaoi^.nminels sciait tou simplement une chimre Ici il tait h ur^e. • Disinfecter les lves d an mraa groupe la rdac c he cordialit W C aVC de l cQ,UI v,ve d lion d'un problme, 1 mulation qai Mr VV.Iliains s'iniAte ima-rhi mo1 ou da lysol.—Bouillir l'eau des caltraitda travail en coaraun pourL i. ,."lil!"*!! VSSSl tioe aux lves ou faire filtrer.donner de bons rsultats, eh que nus qui seront tous certainement favorables, — Ht vous aurez rendu service a 1 Humanit comme 1 moi puisque je serai moins timide a l'avenir. I rait AVIS uins s'intiesse anxS'cho ses de 1 Ense.goenent et c'est pour nw aax "•^,1! ^JS^'Z al pargoani aux lves, qui ooToul avoir une ide 8 du ntre qu „ ,'?oya *£X^1^S2l A *mon £co e d aeusc wiai hl ml s ap ,a avoir t p jur commmorer le L'in*ident dU Kola !" aUC UTS de -***+-•* lUgndn.bM.Ni p. accepter Louis Pasteur, auront es ftes Notre excellent confrre Le Non. £ U vu.^ 6 '" V S eS velhste a en la bonne foi dans son dition i a vant-hier de dclarer cou b en il a t heureux de < constater aux coles U i L-O ut ne manquera pas de tou cher Mr Williams lorsqu'il saura. ls prcautions hyginiques e. sani au coati de ses vhites. qu un losti orgauses en France centenaire de ieu successive d'entaiiu malades vu le caractre con ment Fans, Dole, Juia, Arbois, ugieui iu cas,— Eu tin recomman u vi Ue natale et i Strasbourg, du 18 dtr aux lves de ne pas manger des Mai au 2 iuin 192;. Ces crmonies fruits ou lgumes crus. ne termineront 1 St as bourg par l'i — Les consens du Ser'ice dlly nauguratiou d'une statue du grand d tout d'abord pas < savant* c ri ne par souscription mus prises dans'la fabr.Vaton'd l e' hatien d.ns les coles primai oc "'f'," 1 d t l0Ul V P M vaDt oti r ; e P" >stnplton inter Kola de ut Ascencio. t notre con r. ne touche pour tout tra.temeat P" ^'TJSZ* F n i\ "^f 1 * JS^Ti! tV fiere qoi avait aia.m.les familles en que 6 dolUs par mois aies que pac ^"S"* 11 d f les tra meltre a nos expoailioa sc.entihque et industrielle dnonant l'emploi de la saccharine tout 1 ioiti uteur est mieux considr che,$ d l ist,lu,l0n colatre avec d au d hyg.ne. Celle ci restera ouverte du daoa la fabrication du Kola aononet mieux 1 ail ties instructioos quelle |ugeran utimois de Juin au mois d'Oclobre ce aujouidboi e que les principales Nous cioyois Qu'avec 1 Emmunt le Njus nous aeaauaoa! comment 1923, Le Gouveintment franais se fabriquas de Kola ne font point usage QUOa Vl „. j. .;,. u ru-iJ ce caetc dCubiiaicnataut lctQttt pool uit parncuiirement dsireni d'y uSsie" Pm c e ert,D m q ue e 'de 8 n ^ c W "" S5£JI? .S V ob.en.r t.ute ..quantit d'eau bouil voir participer des savants quil a dpist la chose, pas no BUFj* 5 ,! 11 '* iigramme du ce produit ne sera DJUcnereau prendra sneusen;eai trouv cbez un pharmacien .^ ea considration le cas de ces hu 3 La cause eat donc entendue""":*" bits qui tojt ds ceite carnie uo quea ion rgle et le Kola reprend vrai apostolat* sa place dans toutes les familles. Saim ii due M1 ..Les cartes pour la gra de soi ? de samedi i Cin Vari s sont ei vente au ihflue mme et cbex S mon Vieux, l'iogramme trs vari Musique, dan&e, di.tiou et superbe n m indit en ) parties : La vengean e du Priuce de Liignan. Lg c I i gourdes ( catte rose ) Parterre a gourdes ( carte verte ) 1 — 'Jeux d'adresse La troupe Bistany et Metz vient d'augmenter son stock de jouets nouveaux et invite tous les pre et mre de famille amener leurs en fants :hiqae soir au Champs de Mars p-ur g gner de jol s ioujoux un aimple jeu d'adresscj Ce seta la me.) Iture faon de taire un joli cadeau de fin d'anne i vos enfantsQue ht jeunes geus vitnnen' aussi gignei par 'eut adresse de jolis tb)ets d'art. Venes en foule chaque soit l.jt*Jf La troupe Bistany et Metz 1 icfi-.e le l'occasion pour informer le public qu elle n'a lien de commun avec la uoupe Beinstein dont paie le public* Port au Prince le ijdcembre 1932 mmes pour l'indpendance vous pouvez faire quelque chose pour d'antres pays comrre ils le firent pour vous Clemenceau fut plus eurs lois ovationn et la fin acclam par la salle debout. L se rendit i bord da Paris qui part ce matin. Les Cours Les progrs de la Race Noire Ka 1/yj, il y avait aux Etais Unis :S1 'iu8 noirs, soit lu pour 1(X) de ta population Ko hilu, leur nombre de l'ioitio.tion Publique, si bien i "• %  ' %  %  "' • %  H-"~ """""' von F *IIIU F CI r s vau, ues IUSU a n*tnntw. L .on rh^i e ou fi ,le 1 l s doivtn servir aux tuts, des tablissements industriels, 1 eley.es ? Qai se charge de faire les des laboratoires, des revues scienti dpenses pour dsinfscter les W. C. ques, etc .. Des terrains y seront mis de> lves? ^ gia u tement la disposition d.s A notie tour nous recommandons uouverne ue-ls qui organiseraient ui procd plu pratique c'ea que une exposition g oupe et spare, chaque colier vienne a 1 cole avec Les savaats ou organisations scienti sa bouteille d'eau bauillie ou filtre, tiques seront admis giatuitement la lainteoion d.s W. C. se fera par uu les locaux de l'exposition. Lea 1 But et par les soins du Service liy eipotnls, runis par le comit doc -U.S.S.ii. Aa Dimaiichci pruchain, 4 heures IJly uipique joaera la revanche con tre Lilue thleiiqe Club* Olympiqut— gne. •.••al. lev a 9.827 7t3,aoU lu pour tt rn ; S 0<1 /'i Do S, Navy NeW.4 100 de la popa.auon toute du P V ^L7"Z^V^T' iZat ** Dcombro hSfmJ^^Til^SSS PHILADELPHIE John Wa.rm.ktT le ? Un B ? I i *•* %  %  ••; KempU c eb ,c n K ocuni du monde ei e a.recteu. gn g.ntB >iO li ir Ma'glOU. ra des poiiis eitmou aujouid nui d.m sa vil.a a LHI.IU— Lia.-' FauOiHS — Vrr;i" i UsuueJune maladie d un mois Mallsbraoche, A d P.e u Ds VALLuro *.XLI Miunei. de .m York .„,o ., x... M i.. i con.ulaineiu.ina Malle a t Dios dur coup mis fo vu M, Maxuniiie.i, Ghip,), ac wvolwer au)0J ailul p., un ade qiu lW s i # ,_. u | ntvuc d e gueire qui scia euvoy i.iug qute en Amrique. UU autre noir. Mr loui RlhiSart Suprtaiis d'n'i.* "air a la suit.du dsordres qui pouriaieut his^^tJ^j^£^B^^i^-' """" %  %  — sidendel Rpublique. Ls S crtaire d Ett>t det Oela lions Extrieures est charu i-. la autie i.oir, ooium Mattht w Nenson, charg rta la d.reo non de cja deux Dp^neu ents mi niatriels. Cette luvention rvolutionnera ab solumeut I iudusirie de la ebaassure Eu 1 J4,uu nu prit un brtvt pour uue moisaonceuse. On affirme que que la glace a la crme a t invea ite par Augustus Jaeaon, un noir d Ptnladelpnie Les pianos mecani ques ont t invents par J. N. Die\T L,knson.de New Jersey, propritaire ^ OJDIieZ pai des brevets pris par Turgeau. japonaises a moins que la situation s aggrave LVtOMfai Andersoii co u.nndiui U Sottl >.aai came dans les e^ua asiatiques, dit qu'en cas de ncessit les bateaux Hcicna et ^aaamemo pour raient s y nriMBTa en tout Late en trois jours bHANoAi — Quatorze bateaua lusses ayant a bord des relugis sou: dans cette rade laute de combustibles et d ahmcLis Les autorits se reluiem leur dbarque*Unty4finns ) Causerie conomique L'abondance dus matires nous oblige renvoyer 4 demain la pa blication d'une a Causerie Ecooomi !_ eX9M P^ d'une que qne nom naves, notre ami le Bbofls Avi l JA compagnie Nationale de cons iruction a install se barerax au li.ut dt la maison Mtxwcl situ i l'angle des RuesBjnne Foi et du Centre. L'admission des membres adh rents se fera iu cours de la semaine a envoye des Qo -.-.h,;.,. il -"" ftk E.I.LAMOTHE Diiecieur gnral Port an Prince 14 Dcembre iyaa '' Hourdoo." La leve de ces —*^ !" *"g*asi CE SOIR \ drame en 4 parties Entre gnrale, 50 ceuiimes ADMINISTRATION OE NE RALE DES POSTES Avis Le "public est "avis que des boites aoitales'soni Installes : 1 Carrefour, Postes de la Gendarmerie : a Biaoton, maison Villui Festa, an lace de la station du chemin-de-fer. ) Bois Witty, au coin de la smaisen Alcuai Pour vos commande de boaboae adresses vona chex Rgine Pelletier. fttie Dr Aubry ou Rservoir No 1507, mil Otaries, ConrocaLion Les membres de la a Renaissance* sont convoqus, ce soir f chez ^orboites se fera rgulireoseat lis lundi, tnctcrei et vendredi de enaque seav-utt ) heures de I aprs midi, partir du u eounsfe Une mesure va tre incessamment prise |S> l'Aministraon Unrale des Poste*, devant*ne mettre au public dt trouver est on cadrons des ilmbres poste* pour aarsncaisaement de lem ce/ l^poneuoce, * %  a ^mh M D^aasiap y^



PAGE 1

ITMATIM 0*. TEINDELYS donne nti teint de ly /a poa<*% carnation exquis* U &* TSf)H.i, Sx •ncNinit*. ar.awt. at 'tflenni n ria* la M U a4oarit, aroaa^Ifl n blanalwi Ma la lurn,rr IMI OU jata* U (ai kivc Parkiane* tout aajan.g et iWur. la Crm. Ta*WDlfc.Vl * t tya U atw par*an V la 4im et taflattar aoa a.ak4 MM l fcW. kM aMha Min—in lai tfitaniam 4BM i *> ARYS S, Un* U U Paita, I PARIS Ti'UlM Parfumer:*! et limMi Maintint VAILLANT HOUET, Agents gnraux 1721, h M M ui k flut lettre Ouverte... Au Beau Sexe % Mesdenoielles, Mesdames, Aux approches des ftes, vous vous ioccupcx dire fraches et plus elles, et vos doui Kgaris se voilent, et la puret de vos boots s'em u ume quand vous songea aux saciifi ces qu'exigent vos beaux atours. Qjittta ce souci ; vos intila sont les ntres, et donc, pour dissiper cette tiistesse qui n'ajoute 4 vos char mes qu la condition de ne pas du rer, nous faisons une rdaction gn raie a or ton nos prix Venez tonustour les bourses le; mieux garnies, nous avons des soieries tt autres iwes de toute beaut; lhumb.e porte-monnaie, dont un pe lit trou laisse chapper quelques bis icux de la queue que vous savei, peut aussi, doit aussi entier ; pour lui, nous avons un assomment van de tissus ts abordables et pleins d'attraiis, dan. leur lgante sioapli Si vou> eut, et chis i.ous trist ; vous sortirez le sourire aux .vic. %  nous comptons donc sur votre pio chane visite, et, dans cette at ente, vous prions 'agier, Mesdemoiselles, Mesdames, l'hommage de notre pi u s profond respectKAWA8 HEPMANOS 305 309 hue liaverneie Pottau'Pri. et. \ Pou gurit ou viter MIOAINC* oe-NSTiPATie-a CCI ..s't ions-E lOi'nottStMtMTa tMBARHAS GASTHIQUi IL SUFFIT Jcprcidio V l'un d vos rcpoi loua le* df J Jours aaulement ne Pilule da D'Dehsut 147,rue du Faub' SL-Deuis, Paris Mais il faut exiger les vritables qui sont tout 4 fut ftla.u'ie* et lut* < hatu.ie d ;.j. ,II*M le* muli DEHAUT A PARIS •L t >rCa htlDlanv-nt ~t> *" 'O.r Ne jetez pan vos vieux livre*** Puisqu'ils peuvent tre, misa neuf par le plus fin des relieur* et cela en mains de troi* jnws. des Etienne Camill Rw Bonne toi. VIENNENT DAKRIVEK Firestone Pneus <$ Chambres air Toutes dimensions, surtout 30x3 i|2& 30x3 En vente chez L. PREETZMANN AGGERHOLM Ctyde Seamship & C* Foreign Services Vapaur dirig par la Clyde Stearns hip Company o-eiyn Services, pour compte de United Slates Shipp ng Bourd, Jfc tieamci H .lTlQmaMJU> New Yoih ti a toiu l& porbu an %>ro e&* attendu, i 6 Joit au ^lirict/ lc> 18 coucanL t~ (ai&eia lo ronuy jout pour tyacmclaiudtmait*. Son rcU>u,r ta capital Urœ uCtltuiernerit*, fix, l'or M Prince, le 13 Dcembre 1922 Gbara|& C A 9 fi nts SS8——————————i——————a— — i A la Espaua, En F, te la Poste Qoi s'ait si 4iialiae dans to-is les anielai fantaisie* a>la mode. Ici oa8 de roa.igno. u s d* foida de magis'ns, liais 1 •> U aitrahl iui fraiche et de bon got des prix sans concurrence Noos venoie de rec* voir par le/ Biaisa ] |a derniea colliers, ceintures, bracelets,ceintures avec initialea. etc. ec, la derniers mode de r'aria. Aussi meadame, mesdemoiselles pas d'hsitation, vanea nous rendre visite, cols ne vons engagera en rien mais vous serez £coovaioeues par belle qualit et les rrix modiques Nossbranx articles pour cadeaux da fin d'ani.e. Prix ea s ceneurrance. 4 F. BACJ1 frres ^ra i m < t a gle de rue Csme nface SaJ^ o I iht ii: ar d i vh:r le publie et le C a mirer en gnra! qu'ils viennent Cutrir nouvelle mats m de%om< n.iree a on trouvertou f e% sortes ( e pa isi< m en §ree i t d\ Mie t./ pre miirt quoi t 1 1 de tovu* f i hour^ pr x dfiai i toute concurrenee, Neutre de l; ble DD0il marque Holir, i ; Bi ealltmarde ( l'twti Ur.ceni For'ci an.rieaiii Tet tient X \ \ Lait C( xdf nsd Nea-.Ia Vm oi ih bu ci.' qualit suprieure Rii Glac Ion NoiieHa sup^r.eure Amandes Foiiiiiie r.e Une Oignon* NcbetcD rcnseivo Poire* Sauce tttna'es Mis:uil ttoda i uncuiiiLt: i'nkle I MtxkeJ l'u-kles bel hn pour table eo boite Pci^re moula Kaisin vt-ii Pomme d'arbre Macaroni Vermicelle Suera ti; auul Sucra Concaag Beurre l.ly Manlgue de tu sochs Farine ttold Medeal etc eic et loure prov.aions orientais^ N'oubliez pis de nous faire une petit vlsiti" Protgez votre sant Gouvertnrea de aine pour le froid qui 8era rigoureux cettejinne Toiles a drap coton ou fil en qualit eupdrieure Uau.a'-a fraruR. double lai^eui jiour matelas. Flannelle pour Gilets etgilfts de flanelle Cabons longs toile et coton Chapeau de laite ti •'•<• u %  wniiw niai ii mm w. %  .--*-l.u— ti nn atui. 8 i. M rauntvui. aa,B*8mr*.Pa' aii h ••• "-• %  • ViecccDi d'i.i.ivfr par le ?,S Marons : Chrmrgce. tcu'e msrqte Liqueurs, Sirop assortis et Vin ptr caisse at barrique. Huile Dorai par gallon et bouteille Mal ga, Moscat, Madre par gsllon at bootatllaVeate a eo g/o§ at ta.ailA vis aux personnes qui n'habillent bien .. Un trouve des rrix plus bas que dans le* occasions et rabais exosf tioaoe s, lesariiclts suivaa s, d-. toute limeneur. Hsuts v jluntM Ctianti'ly du soi, ton e nuance. Les Gai rmuiea que. voua rov.a, qu'elles soient de soie, cotoa.guipure 4aonges, perles tisngs ou auties. Soie lamrto dite meallique genre grand chic" Jersey de soie, chll '..ni Je soie etc. F;* us srtilicit Ils pour corsage et taille. Jolis chapeaux tonds tout plumes pour dan es lgantes. Fo r mes de cl) p3ux trs jolis. Cluz Paul E AUXILA Ries Traversire et Magasin de l'ICtat Charles Picoulet 228 Hue Houx Port-au Prince BELili.E FI.AIS FROMAGE. CAMEMBERT & ROQUEFORT Lgumes et Fruits frais JAMBON, SAUCISSON Vinaigre et Vin de Bordeaux sup rUurs. par gallons et en bouteilles'. Madre, Malaga, Porto, Xrs, etc, etc Whiskies, Gin liire CHAMPAGNES & UUEURS Eaux de Vichy Bonbons, biscuits Cigare* & Cigareileft >'



PAGE 1

LA MATIN m Lunchs Mm Grand Htel de France qui par sa situation unique au centre les a/fiirei se. wratiwM vlus que iamais au public et ses nombreux et distingus (Clients vour a UISINE soigne et to-il le confortable nAcess-ure aur \oyageurs de Commerce et particulirement aux commerants de passage Por-au-Prince. L'Htel dbite p r gtiloo et \c\r barriques des Vins de Bordeaux Roujj et BUnt Cet \ins viennent directement de B 1 RSA C e*\ sont garanUs tu tut de raisins, nom pouvons le prouver par des _CERTlKIC4TS qu* nous tenons toujours la disnositionldes Clients. Chaai n aene et Vins Mousseux *rix modrs Conserves meutardes franaises, or&nier choix* Pension Suisse Con'ortabla maison de fami le situe au Buis de r hnes, a proximit du Champ de Mars, 807.Avenne Grgoire' Compagnie Gle. Transatlantique Le S,S UMFN TIN parti de R >daaox la 19 Novembre est attend t vera le 13 courant via les ports d Nord Il repartira le jour de soo arriv penr l'Europe via le* parti da Sa 1 Portao-Prioce 5 Dtcntubre 1922 L'vot K. ROBELIN Bonn? occasion -^ A VENDRE Un bas* F.leb coui -bouta co n o'teraeot remu neuf, s'adresser Mr Paol Aaaoa Ru du Quai Pharmacie F. Sjourn u publicqu'dl^ a un Laboratoire d Donne avis sa clientle, aux mdecins et tramsorm son Laboratoire d'Urologie en biologie appliqu sous la Direction du Dr Ricoi et t. Sjourn Le laboratoire es' ouvert tous les jours de 7 lu ts du matin b" aeures.du soir pour toutes les recherches ei analyse prvues dans l annonce ci )ointo, saut pour le Wasseruiana et la constante IreScrtoru Seront reues que le mardi de chaque semaine. S'adre*-M ta Plurmuie pourles renseignement** inalyes d'urines el6'uc aaslriqu, Kacon de Wassermann Baciion de Triboulet, Kiainen du sang et du pus Examen des matires ica'oc, Examen ue crachat dlbumino racticr. Constante Ure" Scrtoir Recherche de Spirochtes et de Conocoquet, etc, etc. Prenez le temps Emuisioir Scott Q Emulsion Scott' En vente par flacon par doozain par eaiase et par grossel Chz Franck 1HART1N Rrje du Vfli'amn l'Etat En face Usine i GlacePort au Prince Savei vous que la forte majorit des maladies des femmes n'entrent pas dans le domaine de la chirurgie. Ceci veut dire qu'elles ne sont pas causes par des tumeurs, grosseurs ou dplacement des organes. Saves vous oue les malaises ordinaires et la plupart du temps fort simples ont des symptmes trs similaires k ceux de cas demandant un opration. Savez vous galement; que beaucoup de femmes et de jeunee filles souffrent inutilement de ces malaises? Da plus rlles risquent leur sant en laissant ces indisposition* continuer et s'aggraver. Si le mal est pris temps, c'est dire juste aprs le* premiers symptmes bien des maladies srieuses peuvent tre vites. Dans des cas de douleurs priodiques, retarda, irritabilit, tat nerveux, la Composition Vgtale de Lydie E. Pinkham devrait tre pris sans dlii. Ce mdicament est prpar avec soins et dans des conditions hyginiques idales et est entirement tir d'herbes mdicinales. Il et rentre aucun narcotique ou drogge dans sa composition t peut tre pris en toute suri t. Fonrquoi a* put essayer • medlcasaaat Composition Ve getale de Lyda E. Pinkham IYM I nNKHAM MIDIClNB CO. UVKX, A.u U.B.A. •* %  %  %  Premier annveraire DE LA MAISON Isaac Dshy .:, li3S RUE COURUE ( Ancienne Halle Salam ) Pour son premier anniversaire Isaac DISHY dsirant augmenter sa clientle dj noinbreiise,meten vente pour le mois de Dcembre seul'ment % Son stock vari de TISSUS, FINESSE, Bas, chaussettes de toutes sortes pour hommes et femmes desprkexcep lionne.s dfiant toute concurrence* Il n'est pas ncessaire d'numrer la nombreuse varit et les prix rduits de nos articles Une petite visite Chez nous vous convaincra. Pour VOS ETRENNES W DISCHY vous invite visiter so comptoir de parfumerie et serapieureux de parfumer gacieusemeit pendant tout le Mois de Dcembre aimables visiteurs.



PAGE 1

\f l6mo on NQ 4890 Pu i ao-JPriice Faltl F LE COI-, ^•"nbus Mmorial L .b. Jeadl U ctmbw 49B& **" AMfcH,CAN uwo D EC 281922 D1U*£TJCU FKgpRtEIAlKJ Clment Magloire NDMUIU 20 C KNTlfel ^ Quotidien REDACTION ]i Hae Amricaine No 135f TELEPHONE/ jNo 2 Celui-l a le plus vcu qui, par son esprit, par son cœur et par se ac tes, a le plu* ador. RENAN La Rforme Pax Cable 11 y de cela quelque Uuips. un certain aspect de la questiou sociale tait premeot discut dans la presse port-an-princienne. [ Les termes de communautaires > et de t particulcristes > .taient devenus familiers IOX plus irdilirents en mime tempque tous ceux qui taient avides d'ap pendre, trouvaient l'o: asion d'acqurir des connaissan.es nouvelles., rien qn, la lectur des journaux. Nous n'osons pas rmu er que cette poque, qui n'est pas trop loigne dt nous ,u dans ces conditions la lecture des journaux tait plus ins tu tive que de nos jours ; mais tout de mme, il est vraiment souhaiter que les lecteurs trouvent de temps autre, 'dans leurs journaux, quelque alimtnt substantiel pour leurs cerveaux et leur esprit Les ides de particularisme et de communau airisme taient naturelle ment attaches respectivement aux qualits d'anglo saxon et de latin, et dans notre milieu n favorable a 1 es prit de division et au groupement en dans, an ne tarda pas i se ranger pour ou cont'e, et l'absolutisme des opinions €uit par crer une sorte d'ir recduciibilii ; et c'est, on le sait,une condition trs peu favorable aux dis eussions courtoises et profitables.Ans si bien, lorsqne .l're de discussion fut ferme rien que par le fait qu'on a ait pass antre chose, les posit ons furent gardes. 11 n'est pas possible qu'il n'ea soit r en rest Les faits, au reste, sont venu se mettre un peu de la partie* Nous ne connaissons plus seulement les particularits et les Anglo-saxons en thorie et en discussion, nous les connaissons anjouid'uui en fait.pour ne pas dire en chair et en os. Nous sommes plus mme qu par le pass de les admiret dans leurs quali ts et de les dtester dans leurs dfauts] no ralit, les unes et les autres sont constants. Les qualits sont rsu rues dans les lignes d'observation suivantes de M. Gabriel Melin :; t Le partularisme apparait. non en vertu d'une thorie prconue, mais par le senl etiet d'une observa tioo bien conduite, comme UQ tat singuliiemtnt tavorale S la prosp iit sociale. De fait, aujourd'boi.lors qu ils veulent nous proposer des exemples i suivre, des modles un. ter eu quelque otdie de sujets que ce soit, les crivains les moins au cou rant des travaux de la Science Soaa le ne manquent pas d'empruntei leurs exemples et leurs modles i l'Angleteue et aux Etats-Lais 11 y a mme i cet gard une sorte d'engou? ment dont nous dnoncerons plus loin les abus. Le fait n'en est pas moins significatif. ^finvissgeant ensute la question des caractres inns et dei caractres acquis, n montre que s il est vrai que le particularisme est l'aptitude A se ti rei d'affaires par soi mme, se d cider, a se conduire et a russir sans le conseil et l'appui constamment sol licites des autres, il faut admettre qn'il y a deux sortes de particularis me. • II y a le particularisme naturel et i^ontanii celui qui est le proluit tout simple des conditions de lieu, du r gime de travail, du mode d duc* lion auxquels, par suite de son dve loppement historique en un lieu don ce, telle race r t soumise ; c'est ce loi des Anglo Saxons. — Mais i c t, Il y s le particularisai: jcquis ou* volontaire, celui que, par un tiiir de rflexion et d'application, peuvent se donner les communautaires intelli grnts et aviss qui se rendent comp te que, partout et en tout, les parti culanstes authentiques prosprent, tiiomphent, qui n entendent pas leur laisser le monopole de la prosprit tt du succs et s'ingnient, par tous les moyens, i Ienr drobtr le secret de leur foi ce et de hnr supriorit Si une socit est dmontre inca pable de faire par elle-mme ce qui est ncessaire pour raliser sa pros prit, sa stabilit et son amliora tioa, c'est, apparemment, que la gran de majorit des familles jal des indivi dualits qui la constituent, sont figes dans une formation dont sont exclues tes quali'es d'initiative et d etrort n cessaires rour assurer la boune mar che des affaires sociales. ^Donc, mme lorsque l'tranger est dc)i install dans nos aflaires dmes tiques, — et prcisment cause m me de cela, — le devoir de enatun est de se rendre compte des rformes oprer sur soi et de se mettre l'eeuvie. Comme tout autre pays, le ntre ne manque pas de caractres et de personnalits propres ddincher au moins un mouvement de rtoime avee quelque chine de succs, aux points dt vue de no re vie physique intellectuelle, morale, religieuse, pro lessiomeile, familiale, so:isle. A chacun de ces points de vue, il y a des dete.tuoaiUs i redresser, des eau ses d'infriorit supprimer. Et ces redressemeats et ces suo pressions conditionnent certainement la marche en avant a de notre socit — tout eu dpendant d'une rforme des familles et des individus, c'est dire d'une rforme pour laquelle nous u'avoas besoin que de nous mmes. Il semble que c ert par ce tout qu'il faudrait commencer si nous vouions redeven-r et rester mal trs cbes nous, et sous le bnfice de ces considiations gnrales,nous essaterous 1e temps en temps d'en Irer dans le dtail de ce qu'il impor te que les familles et les individus lalisent pour assuier dsormais, — et le mot n'est pas trop fort, — l'in dpendance de la patrie. C Moniteur ) Pharmacie VV, Bucb Le seul prservatif du bois ei. le Carbolmum Avenarius Reconnu depuis plus de 40 ans comme le pins effioaoe. Le Carbolmum Avenarius sert *. prserver le bois hors el sous terre contre h pourriture fous toutes ses formes, les influences du cl'-nal et la destruction par les insectes. A empcher et suppnmerje champignon .'es maisons et des scher tes murs humidesA imprgner les Voiles, cordages, toiles et fii-ts de poche. Le produit est un.dsiulecuni de premier ordre su prime, et chassa U vermine des curies de cheveux ainsi que des poulaillers. 11 er emssi un destructeur sans pergjl des punaises et des autres ni L'Affaire dite des Trsors L'audience d'hier de l'atfaire dite des Trsors a t la plus mouvemente de toutes. Il tait dix heures et demie quand le praident annona I ouverture des dbita. Me Flix Oiambois obtint la parole poor rsumer leb moyens et arg ments g$n'aux Ptulevs par lea prvenu* Un simple examen, dit-il, permettra d tablir combien lea motifs invoqus par lea appelants sont spcieux et d"oorvna di fondements lgaux, poif>, il combat et rtorque un un lea moyens prsent sau juged Appel. U fait remarquer 1 que contrairement a la thse des iccu'p^a on constate que l'ordonnance db renvoi au correctionnel contieut uu motif gnral embrraaant tous ha lments du dlit d eacroauerie reptoch au consortium Davis et des motifs particuliers relatifs cha que prvna. 2^ contre l'argument dei appelante baa aur une prtendus absence d'actes extrieurs, il rappelle ce qie rvle l'instruction : formation de la corporation; attribution de six faux noms Jos Diaz Kamirez, dit Juan Bautista Oaris; amo r cage d' v.ctimes pas des rcits mensongers de Rongea ou des demandes d'acqui sinon de leurs proprits avec soumission de plan contenant indication de l'endroit o se trouve le trsor; fausses qualits d inventeur, de mdecin, de Bpirite avtc pouvoir extra ordinaire attribus au pteudo Davis; emploi de Carolus, de cobs dors, de cols de jarres, de tortues, d'araignes at de toutes 9utres choses, conclue-t'il, qui constituent les ma< n oeuvres frauduleuses doat parle le code Fnsl. Contre l'argument tir de ce qu'il n'y aurait paa remise effective de fonds, il rappelle qu'en dehors des aveux et dpositions tablissant les remises, on trouve des dclaration formelles dsnn les requtes mmes des appelants eu il eat quution de remise de fonds avec spciticatioo du montant des valeurs reues* Da plus cette remise n'est pas ncessaire pour constituer en i espce le dlit d escroqi.ene et il c te I appui de son aigumen'ation un p. sauge de Cbauvtau et de Hli. Far ailleurs, ajoute-t-il, en avanant que lea mar œuvres frauduleuses u'oui pas t la causa des pr tendues remises, mais bien l'esprit de supers u on, les adversaires font l'aveu judiciaire de l'exiaterce des maneauvrea et quant l'avantage qa ils. semblent vouloir obtenir en parlant d'esprit de superstition, il ne peut tre que superficiel car, dit-. I, tout bomme est superstitieux, le bourgeois aussi bien que le roturier, le noble aussi bien que le vilain, l'avocat aussi bien que le paysan, seulement ebacuu S ta dose et son degr de superaiitioo, roaia on l'a quand mme quelque soient sa na< tionslit, sa cou:eur, son ge, son instruction et aou ducation. F et doublement ce u pable, 3onc'ut-il,ce ui qui j.our s'approprier le bieu d autrui s'attaque su vieux food de au rerstitiOQ qu on trouve dans ebaqoe nomme quoiqu'il soit. U dmontre ensuite quen insinuant qu'ils se raient plutt justiciables du Tribunal criminel, certains prvenus se trompent sciemmeLt et prouvent psr ailleurs combien est aosei.t chez eux le sentiment de la respectabilit et de l'honneur Sachant b.eo qu'ils ne aoni pas (aux monnayai.is que le fait de dorer lescoba n'tait qu'une manœuvre accessoire du dlit des croquerle ils aiment mieux ceueu dant tre tenue pour criminels quu supposs dlinquants. Et c'eat le code en main qu il tablit la faits.fl cation de | aaseport, l'ircpossibii t c te 'vider ia ma.0 leve des obie.s saisis et l'i'-tit qu'ont les prvenus i'etie jugs abu que soient mieux prouves leur nuoceoie et lear res pousabnus. 3 Mf &Mt ofeteasjtla pfrole Nouvelles Etrangres Heioar QtjM.Fomcar cuveiJes Diverses PAR S la — Les membre.; du cibi Lct S .unissent ce main pour en tendre 'et dre ara'ions de t'oiocir au suj t d la confrence de Loa dies Le prsident du conseil rendra compte ensuite de la si ui on a la chambre, Mr Pomca' fu icu la gaie son re our de I.onJr-s par plusieurs memb esdugouvernem*nt La dlgation fian ise a 1 mprei iion quelle ne revient pas les nnins vides de Londres car bitnque lac cord n'ait pu se (aire au sujet des ga ranties, la discussion a i cou lu te de sorte que la solidit de l'entente n'est pas affecte. l taar Law LOMDRES — Mr Bonar Law dc ara anx Communes qu il avait dit la confrence des Premiers que si la Grande Bretagne ava't quelque es poir d un accord complet, elle tait pit courir le mque de ne pas re cevoir autant des allis et de I Aile magne qu'elle aurait payer des Etats Unis. Mr Bonar Law rpondit au nom des Premiers i Cuno psr l'expression du regret que dans les circonstances actuelles les propositions soumises n'olfreut pas la sslu tion aux difficults des rparations. La Turquie n'accepte pas la proposition Curzon LAUSANNE — Ismet Pach a tmnac ruer l' hangces populations j..iii.ques de lAna'oue contre les l'uics de Macdoine, il insista sur 1 xclusion de tou e in eivcntion tiangie en luiquie et il ajouta que la luiquie n'accepteraii ps la piopo .mon de lord Cuizon au su|ct de 1 adminiaiation des minorits par la socit des nations. Il ddira quil consentait i ce que le trait corup fr un systme de paiement aux uanons allies pour lea uommagei subis par leurs nationaux en Tuiquie pecdu U grande guerre, mais il lasuisiSll &ur le remboursement pai la G ce des pertes piouves par les luis en Asie Mineme du fait de la retraite de l'arme grecque. Maurice Etienne fils Angle des Ruas ;do Fronts forts et du Magasin de 'B*9t Marchandises Fivinaidos dit qu'aprs le dveloppement fait par es confrres Fauyo etDiamboiu, n'a plus qu'a soutenir les trois fins de non recevoir qu'ils avaient poses. Il dveloppa le principe de l'irrcavabilit ou tout au moins la tarlivit de l'appel, de l'incapacit des %  -c'dtsn's et fait des rvla ions seiniiiiooneMes rdlativea a un acte -Je dation eu paiement qui avait t consenti, Vu 1 heure avance la continus tioo de l'aadience a t renvoys S mtrdj probaiQj PARIS 12— Au cours des dbats sur le budget des Beaux Arts la ques tion de la cojstruction d'difices pour l'ambassade de Washington et le consu'^t de Qubec a t diuu e. Le minstre dit que le gouve n;ment tudiait deux nirjets et c oyait qu'ils seraient bientt excuts. LUXEMBOURG 12 — Li grande Duchc se attend la naissance d'un f rince ou d une princesseComme armee du graod Du.h ne possde aucun canon, 'e minist.e de la guer re de Paris a utorn,-ur la demande du gojveroeur, I envji dun canon de v, avec le personnel et le matriel pour tirer les salve; d honneur. PH1LADELPH1A-J Wanamaker. fameux macmnd, ancien directeur gnral des Post.s, mourut hier 84 ans. WASHINGTON La lgatiorile Pologne Util stvoir que malgr les dsotdres de Varovie la majorit des membres de 1 assemble taient p seots i l'installt. on du nouveau p:sid.ntMOSJOU— La confrfLce du d aumement n'aurait pas donn de rsul ats st serait te; mine. Les loups menaceut Rouie ROME — Une vague de froid sevii, 5 peisonnes sont mortes hier^ On signale des dcs dans d'autres villes, les Appenins sont couverts de neige ; les oups pousss par la faim descendent d na les plaines, il en est venu |usque prs de la capitale. New-York acclame ^Clemenceau t JNEW YORK• C menceau e: t ar riv hier ip es mid>, il a dclar se tiouv r en meilleure sant que quand il partit de New York Le matin, il avait rit dans son wagon des ltt* res de rem rciemeots aux personnes qui ont taciilt son voyage.Il a appe l les journaliates qui' l'avaient ac compagne et les a remercis d tre \enus avec lu-. U dit que son voyage ici avait beaucoup plu. Le soir il fut I invit du comit amricain de la France dvasie i un binquet auquel ass staient plus de ij ooo personnes paimi lesquelles Jussiand, Po k Morgaa Anne Mo g a, A.wab Otto Kho, Vicktiiham, Gompers. C me.iceau arriva en compagnie Baruch lusseraod il parla qe la part de l'Amrique particulirement du comit dans les efforts de reconstruc tion de II Francs. Owen Wster, pr sident traa une.p.ial e de Clmen ceau et Frrnkin rappdant que Fraa klm vint dem.nder aide la France co.nm: Clemenceau vient aujourd hui demander 1 aide de l'Amrique, il voqua les dvastions de la France' dont lout^nutie sympathie na ceux qui souffrent et non 4 ceux qui d vas rent. Clemenceau remercia l'A mrique de l'aide qu'apporta Fiologe Anne Moigin et dit : |e sais mainte nant pourquoi vous nous accusiec de militarisme et d'imp*nalismi. Vous n iez pas informs, vous ne connaissez pas nos conditions mais voui les comprenez, ('entends pax^ tout 1 Vive la France. Uuana vous vlulei a sec vos soldats uous accotai pilmes la ire partie du dt.oir vous de juger si vous n'avez paa maintenani an autre devoii.i vous de juger si avec les grandes ides qui Aient lutter plusieurs nations dont vous ^"!


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05812
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, December 14, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05812

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
\f
l6mo on Nq 4890
Pu i ao-JPriice Faltl
_ FLE COI-,
^"nbus Mmorial L.b.
Jeadl U ctmbw 49B& **" AMfcH,CAN uwo"
-_____________________________!___DEC 281922
D1U*TJCU FKgpRtEIAlKJ
Clment Magloire
NDMUIU 20CKNTlfel^
Quotidien
REDACTION ]i Hae Amricaine No 135f TELEPHONE/ jNo 2
Celui-l a le plus vcu
qui, par son esprit, par
son cur et par se ac
tes, a le plu* ador.
RENAN
La Rforme
Pax Cable
11 y de cela quelque Uuips. un
certain aspect de la questiou sociale
tait premeot discut dans la presse
port-an-princienne. [ Les termes de
communautaires > et de t particu-
lcristes > .taient devenus familiers
iox plus irdilirents en mime temp-
que tous ceux qui taient avides d'ap
pendre, trouvaient l'o: asion d'ac-
qurir des connaissan.es nouvelles.,
rien qn, la lectur des journaux.
Nous n'osons pas rmu er que cette
poque, qui n'est pas trop loigne
dt nous ,u dans ces conditions la
lecture des journaux tait plus ins
tu tive que de nos jours ; mais tout
de mme, il est vraiment souhaiter
que les lecteurs trouvent de temps
autre, 'dans leurs journaux, quelque
alimtnt substantiel pour leurs cer-
veaux et leur esprit
Les ides de particularisme et de
communau airisme taient naturelle
ment attaches respectivement aux
qualits d'anglo saxon et de latin, et
dans notre milieu n favorable a 1 es
prit de division et au groupement
en dans, an ne tarda pas i se ranger
pour ou cont'e, et l'absolutisme des
opinions uit par crer une sorte d'ir
recduciibilii ; et c'est, on le sait,une
condition trs peu favorable aux dis
eussions courtoises et profitables.Ans
si bien, lorsqne .l're de discussion
fut ferme rien que par le fait qu'on
a ait pass antre chose, les posi-
t ons furent gardes.
11 n'est pas possible qu'il n'ea soit
r en rest Les faits, au reste, sont
venu se mettre un peu de la partie*
Nous ne connaissons plus seulement
les particularits et les Anglo-saxons
en thorie et en discussion, nous les
connaissons anjouid'uui en fait.pour
ne pas dire en chair et en os. Nous
sommes plus mme qu par le
pass de les admiret dans leurs quali
ts et de les dtester dans leurs d-
fauts]
no ralit, les unes et les autres
sont constants. Les qualits sont rsu
rues dans les lignes d'observation
suivantes de M. Gabriel Melin :;
t Le partularisme apparait. non
en vertu d'une thorie prconue,
mais par le senl etiet d'une observa
tioo bien conduite, comme uq tat
singuliiemtnt tavorale S la prosp
iit sociale. De fait, aujourd'boi.lors
qu ils veulent nous proposer des
exemples i suivre, des modles un.
ter eu quelque otdie de sujets que ce
soit, les crivains les moins au cou
rant des travaux de la Science Soaa
le ne manquent pas d'empruntei
leurs exemples et leurs modles i
l'Angleteue et aux Etats-Lais 11 y a
mme i cet gard une sorte d'engou?
ment dont nous dnoncerons plus
loin les abus. Le fait n'en est pas
moins significatif.
^finvissgeant ensute la question des
caractres inns et dei caractres ac-
quis, n montre que s il est vrai que
le particularisme est l'aptitude A se ti
rei d'affaires par soi mme, se d
cider, a se conduire et a russir sans
le conseil et l'appui constamment sol
licites des autres, il faut admettre
qn'il y a deux sortes de particularis
me.
II y a le particularisme naturel et
i^ontanii celui qui est le proluit tout
simple des conditions de lieu, du r
gime de travail, du mode d duc*
lion auxquels, par suite de son dve
loppement historique en un lieu don
ce, telle race r t soumise ; c'est ce
loi des Anglo Saxons. Mais i c
t, Il y s le particularisai: jcquis ou*
volontaire, celui que, par un tiiir
de rflexion et d'application, peuvent
se donner les communautaires intelli
grnts et aviss qui se rendent comp
te que, partout et en tout, les parti
culanstes authentiques prosprent,
tiiomphent, qui n entendent pas leur
laisser le monopole de la prosprit
tt du succs et s'ingnient, par tous
les moyens, i Ienr drobtr le secret
de leur foi ce et de hnr supriorit
Si une socit est dmontre inca
pable de faire par elle-mme ce qui
est ncessaire pour raliser sa pros
prit, sa stabilit et son amliora
tioa, c'est, apparemment, que la gran
de majorit des familles jal des indivi
dualits qui la constituent, sont figes
dans une formation dont sont exclues
tes quali'es d'initiative et d etrort n
cessaires rour assurer la boune mar
che des affaires sociales.
^Donc, mme lorsque l'tranger est
dc)i install dans nos aflaires dmes
tiques, et prcisment cause m
me de cela, le devoir de enatun
est de se rendre compte des rformes
oprer sur soi et de se mettre
l'eeuvie.
Comme tout autre pays, le ntre
ne manque pas de caractres et de
personnalits propres ddincher
au moins un mouvement de rtoime
avee quelque chine de succs, aux
points dt vue de no re vie physique
intellectuelle, morale, religieuse, pro
lessiomeile, familiale, so:isle. A
chacun de ces points de vue, il y a
des dete.tuoaiUs i redresser, des eau
ses d'infriorit supprimer.
Et ces redressemeats et ces suo
pressions conditionnent certainement
la marche en avant ade notre socit
tout eu dpendant d'une rforme
des familles et des individus, c'est
dire d'une rforme pour laquelle
nous u'avoas besoin que de nous
mmes. Il semble que c ert par ce
tout qu'il faudrait commencer si
nous vouions redeven-r et rester mal
trs cbes nous, et sous le bnfice
de ces considiations gnrales,nous
essaterous 1e temps en temps d'en
Irer dans le dtail de ce qu'il impor
te que les familles et les individus
lalisent pour assuier dsormais,
et le mot n'est pas trop fort, l'in
dpendance de la patrie.
C Moniteur )
Pharmacie VV, Bucb
Le seul prservatif du bois ei. le
Carbolmum Avenarius
Reconnu depuis plus de 40 ans comme le pins effioaoe.
Le Carbolmum Avenarius
sert *. prserver le bois hors el sous terre contre h pourriture
fous toutes ses formes, les influences du cl'-nal et la destruction
par les insectes.
A empcher et suppnmerje champignon .'es maisons et des
scher tes murs humides-
A imprgner les Voiles, cordages, toiles et fii-ts de poche.
Le produit est un.dsiulecuni de premier ordre su prime, et chassa
U vermine des curies de cheveux ainsi que des poulaillers. 11 er
emssi un destructeur sans pergjl des punaises et des autres ni
L'Affaire dite des
Trsors
L'audience d'hier de l'atfaire dite
des Trsors a t la plus mouve-
mente de toutes. Il tait dix heures
et demie quand le praident annona
I ouverture des dbita. Me Flix
Oiambois obtint la parole poor r-
sumer leb moyens et arg ments g$-
n'aux Ptulevs par lea prvenu*
Un simple examen, dit-il, permettra
d tablir combien lea motifs invo-
qus par lea appelants sont spcieux
et d"oorvna di fondements lgaux,
poif>, il combat et rtorque un un
lea moyens prsent sau juged Appel.
U fait remarquer 1 que contrai-
rement a la thse des iccu'p^a
on constate que l'ordonnance db
renvoi au correctionnel contieut uu
motif gnral embrraaant tous ha
lments du dlit d eacroauerie re-
ptoch au consortium Davis et des
motifs particuliers relatifs cha que
prvna.
2^ contre l'argument dei appe-
lante baa aur une prtendus absen-
ce d'actes extrieurs, il rappelle ce
qie rvle l'instruction : formation
de la corporation; attribution de six
faux noms Jos Diaz Kamirez, dit
Juan Bautista Oaris; amorcage d'
v.ctimes pas des rcits mensongers
de Rongea ou des demandes d'acqui
sinon de leurs proprits avec sou-
mission de plan contenant indication
de l'endroit o se trouve le trsor;
fausses qualits d inventeur, de m-
decin, de Bpirite avtc pouvoir extra
ordinaire attribus au pteudo Davis;
emploi de Carolus, de cobs dors,
de cols de jarres, de tortues, d'arai-
gnes at de toutes 9utres choses,
conclue-t'il, qui constituent les ma<
n oeuvres frauduleuses doat parle
le code Fnsl.
Contre l'argument tir de ce qu'il
n'y aurait paa remise effective de
fonds, il rappelle qu'en dehors des
aveux et dpositions tablissant les
remises, on trouve des dclaration
formelles dsnn les requtes mmes
des appelants eu il eat quution de
remise de fonds avec spciticatioo
du montant des valeurs reues* Da
plus cette remise n'est pas nces-
saire pour constituer en i espce le
dlit d escroqi.ene et il c te I appui
de son aigumen'ation un p. sauge
de Cbauvtau et de Hli.
Far ailleurs, ajoute-t-il, en avan-
ant que lea mar uvres frauduleu-
ses u'oui pas t la causa des pr
tendues remises, mais bien l'esprit
de supers u on, les adversaires font
l'aveu judiciaire de l'exiaterce des
maneauvrea et quant l'avantage
qa ils. semblent vouloir obtenir en
parlant d'esprit de superstition, il
ne peut tre que superficiel car, dit-. I,
tout bomme est superstitieux, le
bourgeois aussi bien que le roturier,
le noble aussi bien que le vilain,
l'avocat aussi bien que le paysan,
seulement ebacuu S ta dose et son
degr de superaiitioo, roaia on l'a
quand mme quelque soient sa na<
tionslit, sa cou:eur, son ge, son
instruction et aou ducation. F et
doublement ce u pable, 3onc'ut-il,ce ui
qui j.our s'approprier le bieu d au-
trui s'attaque su vieux food de au
rerstitiOQ qu on trouve dans ebaqoe
nomme quoiqu'il soit. U dmontre
ensuite quen insinuant qu'ils se
raient plutt justiciables du Tri-
bunal criminel, certains prvenus se
trompent sciemmeLt et prouvent
psr ailleurs combien est aosei.t chez
eux le sentiment de la respectabilit
et de l'honneur Sachant b.eo qu'ils
ne aoni pas (aux monnayai.is que
le fait de dorer lescoba n'tait qu'une
manuvre accessoire du dlit des
croquerle ils aiment mieux ceueu
dant tre tenue pour criminels quu
supposs dlinquants. Et c'eat le
code en main qu il tablit la faits.fl
cation de | aaseport, l'ircpossibii t
c te 'vider ia ma.0 leve des obie.s
saisis et l'i'-tit qu'ont les prvenus
i'etie jugs abu que soient mieux
prouves leur nuoceoie et lear res
pousabnus.
3 Mf &Mt ofeteasjtla pfrole
Nouvelles Etrangres
Heioar QtjM.Fomcar cuveiJes Diverses
PAR S la Les membre.; du cibi
Lct s .unissent ce main pour en
tendre 'et dre ara'ions de t'oiocir
au suj t d la confrence de Loa
dies Le prsident du conseil rendra
compte ensuite de la si ui on a la
chambre, Mr Pomca' fu icu la
gaie son re our de I.onJr-s par
plusieurs memb esdugouvernem*nt
La dlgation fian ise a 1 mprei
iion quelle ne revient pas les nnins
vides de Londres car bitnque lac
cord n'ait pu se (aire au sujet des ga
ranties, la discussion a i cou lu te
de sorte que la solidit de l'entente
n'est pas affecte.
l taar Law
LOMDRES Mr Bonar Law d-
c ara anx Communes qu il avait dit
la confrence des Premiers que si
la Grande Bretagne ava't quelque es
poir d un accord complet, elle tait
pit courir le mque de ne pas re
cevoir autant des allis et de I Aile
magne qu'elle aurait payer des
Etats Unis. Mr Bonar Law rpondit
au nom des Premiers i Cuno psr
l'expression du regret que dans les
circonstances actuelles les proposi-
tions soumises n'olfreut pas la sslu
tion aux difficults des rparations.
La Turquie n'accepte
pas la proposition
Curzon
LAUSANNE Ismet Pach a
tmnac ruer l' hang- ces populations
j..iii.ques de lAna'oue contre les
l'uics de Macdoine, il insista sur
1 xclusion de tou e in eivcntion
tiangie en luiquie et il ajouta que
la luiquie n'accepteraii ps la piopo
.mon de lord Cuizon au su|ct de
1 adminiaiation des minorits par la
socit des nations. Il ddira quil
consentait i ce que le trait corup fr
un systme de paiement aux uanons
allies pour lea uommagei subis par
leurs nationaux en Tuiquie pecdu
U grande guerre, mais il lasuisiSll
&ur le remboursement pai la G ce
des pertes piouves par les luis
en Asie Mineme du fait de la retraite
de l'arme grecque.
Maurice Etienne fils
Angle des Ruas ;do Fronts
forts et du Magasin de 'B*9t
Marchandises
Fivinaidos
dit qu'aprs le dveloppement fait
par es confrres Fauyo etDiamboiu,
n'a plus qu'a soutenir les trois
fins de non recevoir qu'ils avaient
poses. Il dveloppa le principe de
l'irrcavabilit ou tout au moins la
tarlivit de l'appel, de l'incapacit
des ! -c'dtsn's et fait des rvla ions
seiniiiiooneMes rdlativea a un acte
-Je dation eu paiement qui avait t
consenti,
Vu 1 heure avance la continus
tioo de l'aadience a t renvoys
S mtrdj probaiQj
PARIS 12 Au cours des dbats
sur le budget des Beaux Arts la ques
tion de la cojstruction d'difices
pour l'ambassade de Washington et
le consu'^t de Qubec a t diuu e.
Le minstre dit que le gouve n;ment
tudiait deux nirjets et c oyait qu'ils
seraient bientt excuts.
LUXEMBOURG 12 Li grande
Duchc se attend la naissance d'un
frince ou d une princesse- Comme
armee du graod Du.h ne possde
aucun canon, 'e minist.e de la guer
re de Paris a utorn,-ur la demande
du gojveroeur, I envji dun canon
de v, avec le personnel et le matriel
pour tirer les salve; d honneur.
PH1LADELPH1A-J Wanamaker.
fameux macmnd, ancien directeur
gnral des Post.s, mourut hier
84 ans.
WASHINGTON La lgatiorile
Pologne Util stvoir que malgr les
dsotdres de Varovie la majorit
des membres de 1 assemble taient
p seots i l'installt.on du nouveau
p:sid.nt-
MOSJOU La confrfLce du d
aumement n'aurait pas donn de
rsul ats st serait te; mine.
Les loups menaceut
Rouie
ROME Une vague de froid se-
vii, 5 peisonnes sont mortes hier^
On signale des dcs dans d'autres
villes, les Appenins sont couverts de
neige ; les oups pousss par la faim
descendent d na les plaines, il en est
venu |usque prs de la capitale.
New-York acclame
^Clemenceau
t JNEW YORK- C menceau e: t ar
riv hier ip es mid>, il a dclar se
tiouv r en meilleure sant que quand
il partit de New York Le matin, il
avait rit dans son wagon des ltt*
res de rem rciemeots aux personnes
qui ont taciilt son voyage.Il a appe
l les journaliates qui' l'avaient ac
compagne et les a remercis d tre
\enus avec lu-. U dit que son voyage
ici avait beaucoup plu. Le soir il fut
I invit du comit amricain de la
France dvasie i un binquet au-
quel ass staient plus de ij ooo per-
sonnes paimi lesquelles Jussiand,
Po k Morgaa Anne Mo g a, A.wab
Otto Kho, Vicktiiham, Gompers.
C me.iceau arriva en compagnie
Baruch lusseraod il parla qe la part
de l'Amrique particulirement du
comit dans les efforts de reconstruc
tion de II Francs. Owen Wster, pr
sident traa une.p.ial e de Clmen
ceau et Frrnkin rappdant que Fraa
klm vint dem.nder aide la France
co.nm: Clemenceau vient aujour-
d hui demander 1 aide de l'Amrique,
il voqua les dvastions de la France'
dont lout^nutie sympathie na ceux
qui souffrent et non 4 ceux qui d
vas rent. Clemenceau remercia l'A
mrique de l'aide qu'apporta Fiologe
Anne Moigin et dit : |e sais mainte
nant pourquoi vous nous accusiec
de militarisme et d'imp*nalismi.
Vous n iez pas informs, vous ne
connaissez pas nos conditions mais
voui les comprenez, ('entends pax^
tout 1 Vive la France. Uuana vous
vlulei a sec vos soldats uous accotai
pilmes la ire partie du dt.oir vous
de juger si vous n'avez paa mainte-
nani an autre devoii.i vous de juger
si avec les grandes ides qui Aient
lutter plusieurs nations dont vous
^"!


LE MATIN
Cour d Assises
H tr m Ha t entendue 1 affaire
Nicolas livaiiite ac;u> de vo vec
tlfiactiua au priui c de Mr H g;r
Pc tel*. Cesi une des lIus intresai
te de celte session.
Le tribunal Uu prsid par le ju
ge Doyen Monts, If lury p.r Lon
Lh rliners Le parquet tait repiesea
ie par les subjli uls Massac tt Ray
aond Au banc de la detense M trou
, ititMcs Michel Beauvoir. Mand
ir Dlitnne tt E nmanucrriouiilot.
Les dbats pailicuiicrs (uren. ou
dut s par Me Beauvoir et Dtienne
ave: une habile.e rcma qu.b.e Aux
dbats gnraux, aprs le r^uisitoi
le du subituul M jsac. Me Trouulo.
de.t.-nie au |ury un peu p us qu'un
verdict d'acquitteni:ut. Il critique le
rquisitoire du .vlmistere Public, il
excuse de paratre (aue l'apologie
du cume mais le ci ne, du il, cil
u avec le monde, la conception
d'uuc soc.etsaoi^.nminels sciait tou
simplement une chimre Ici il tait h
ur^e. au scieux sou lle de prtvcmr les
crimes. Puis il (ait un eipos des
fait intelligent, mthodique il ne
veu'. pas cnicaoer le juge instructeur
dont il saluepub.iquement 1 intgrit
t( l'indpendance de carac re, mai
qui, cette lo.s a t distrait et
c'eit ce qui a permis a Mr Carlson de
st prsenter ici comme tmoin quand
kvanste se tiouve sur la selleue. Il
unLine en faisaut appel la cons
cience des jurs.
Si vous envisage, conclne t il, la
^compense moule que procuie aux
itr.sciem.ts hourtes 1 accomplisse
ment d'un bel acte, vous revieadrtz
de votre charnu e de dlibeialiua
avec un vetd.ct de non culpabilit

Aprs quelques minutes de dlibt
jatiou le |uiy tendit un veidici d'ac
ui.temeni. lit toute la foule applau
i*
Aujourd'hui comparatra devant la
Cour d'assises le nomm NestoiSetn
accus de vol avec eltraciion, au pr
judice du sieur Alexandre Piauu et
ue vol noctuti e dats la maison du
sieur Dupuy Nouille
Me Kigal dtend 1 accus, Le tribu
t?\ est ainsi compote D^yen R.,Ba
ie.ii, Prsident Me Mms.c mnisiie
.ublic M Utienne nis, pttsiaent du
juiy.
[HMMMj
PRENEZ GARDE
AUX IMITATIONS
et produits similaires que Ton cherche
substituer
L'Emulsion Scott
Aucun ne peut lui tre compar
pour la puret de ses ingrdients et
son efficacit en gnral.
S sus avons trouv dans notre boit
postale la lettre $wvantt que noua
noua tmprtHoni d publier, pinson*
qu < peut lou/ours essayer eontre le
terrible mal la mdication retomman
die par notre correspondant sn
nyme :
Contre la Cholrioe diar
trh3 douloureuse atec
tyiiires saQguiaoleotes

sm
tm ;
Un professeur qui veut
{stimuler rmalatioa *
Seolaire
l.d professeur de rastbmatiaaea
du Lyce Jules-Ferry propose, pour
ntresser la classe des lves jui
- pont pas tous galement dou,
ei les Eies
' SJDes les premires treintes, essayer drap-
"cher le dveloppement du mal par des antisep
ques, Siol, aniodol, charbon de Bello:...
surveiller 1 eau Dicte.
_Au besoin, calmer par un th de leuiilcs } s
' de coton violet.
I bn cas a insuccs de ces moyens prventifs, si
donc les dvoiemenis apparaissent
" : Rgime lact
Prendie au aime ou au Jrae jour selon l'-
tat cb.nehal, ce simple th du bon Dieu ;
l-ioiJ jeun.
"Sapt ou neuf yeux de casse pour une tasse '
N, ri A laire oien bouillir pour bien dtacher
louie la pulpe bruni.re 1 corne et les graines
ayant t iralablcment enleves.
Le Ci. Nal.
Hier vers midi Mr W. I\ William*,
Dlgu de l'E.ole de Booker Wi
ib'Dgtoa arr v ce* jours
dans le pays a rendu visue a Mr
Charles Bouchereau au ministre de
Beaucoup de personnes s'en sont trouves bien,
Hier aprs-midi le Dr Maurice Quant votre serviteur, ce th l avait guri en
Erhart 441*8n par le Service d'Hy un*"' jour n avait eu dj prs de cinquante
, ,e K. x.,/, passades de diarrnee dou ourease avec glaires
derniers 8'ae a tf|,|t les .Pr,n:,Plles *-J" u gumoient.,.
de la Ville* ^inisj Ie X"^ anonymat cependandant pour ma
hn Vae de combattre l'pi i aie rcompense ou ma satislacuon ne.tonnelle, de-
., """*'" r mindca que l on vous mloime des rsultais obte
ce
f*e diviser pod groupe scolaire e 1
plusieurs sections auxquelles on
donnerait des sujets de diilioult -
diffrente. Ilostroctioa Publique. Mi .Vill.ams les ifM verbales suivantes
Il remarque qu'il serait peut-tre tait accompagn de sa femme- Len oat l p"s'",,ux ^[tata\* et ,..
intressant dfaire collabarer les lut.tn fut empreinte d, la plus Iran """5" *> Disinfecter les
lves d an mraa groupe la rdac che cordialit W- C aVC de l cQ,UI v,ve' d
lion d'un problme, 1 mulation qai Mr VV.Iliains s'iniAte ima-rhi mo1 ou da lysol.Bouillir l'eau des
caltraitda travail en coaraun pour- L i. ,."lil!"*!! VSSSl tioe aux lves ou faire filtrer.-
donner de bons rsultats, eh
que
nus qui seront tous certainement favorables, Ht
vous aurez rendu service a 1 Humanit comme 1
moi puisque je serai moins timide a l'avenir.
I
rait
AVIS
uins s'intiesse anxS'cho
ses de 1 Ense.goenent et c'est pour "nw aax "^,1! ^JS^'Z al
pargoani aux lves, qui ooToul avoir une ide 8du ntre qu ,'?oya *X^1^S2l
A *mon co,e d -aeusc wiai hl ml,s ap,a avoir t pjur commmorer le
L'in*ident dU Kola aUCUTS de -***+-* lUgndn.bM.Ni p. accepter Louis Pasteur, auront
es
ftes
Notre excellent confrre Le Non. U vu.^6 '" V'S"eS
velhste a en la bonne foi dans son
dition iavant-hier de dclarer cou
b en il a t heureux de < constater
aux coles
U i l-o ut ne manquera pas de tou
cher Mr Williams lorsqu'il saura.
ls prcautions hyginiques e. sani au coati de ses vhites. qu un losti
orgauses en France
centenaire de
ieu successive
d'entaiiu malades vu le caractre con ment Fans, Dole, Juia, Arbois,
ugieui iu cas, Eu tin recomman u vi Ue natale et i Strasbourg, du 18
dtr aux lves de ne pas manger des Mai au 2 iuin 192;. Ces crmonies
fruits ou lgumes crus. ne termineront 1 St as bourg par l'i
Les consens du Ser'ice dlly nauguratiou d'une statue du grand
d tout d'abord pas < savant* c ri ne par souscription
mus prises dans'la fabr.Vaton'd le' hatien d.ns les coles primai oc "'f',"1 dt l0Ul V PM "vaDt ,oti r;e P" >stnplton inter
Kola de ut Ascencio. t notre con r. ne touche pour tout tra.temeat P" ^'TJSZ* Fni\ "^f1* JS^Ti! tV
fiere qoi avait aia.m.les familles en que 6 dolUs par mois aies que pac ^"S"*11 df les tra"meltre a .nos expoailioa sc.entihque et industrielle
dnonant l'emploi de la saccharine tout 1 ioiti uteur est mieux considr che,$ d l ist,lu,l0n colatre avec d au d hyg.ne. Celle ci restera ouverte du
daoa la fabrication du Kola aonon- et mieux 1 ail ties instructioos quelle |ugeran uti- mois de Juin au mois d'Oclobre
ce aujouidboi e que les principales Nous cioyois Qu'avec 1 Emmunt le' Njus nous aeaauaoa!' comment 1923, Le Gouveintment franais se
fabriquas de Kola ne font point usage QUOa Vl . j. .;,. u ru-iJ ce caetc dCubiiaicnataut lctQttt pool uit parncuiirement dsireni d'y
uSsie" Pm ceert,Dmquee'de8n. ^c W"" S5JI? .SV. ob.en.r t.ute ..quantit d'eau bouil voir participer des savants
quil a dpist la chose, pas no BU- Fj*5,!11'* "
iigramme du ce produit ne sera DJUcnereau prendra sneusen;eai
trouv cbez un pharmacien .^ ea considration le cas de ces hu 3
La cause eat donc entendue""":*" bits qui tojt ds ceite carnie uo
quea ion rgle et le Kola reprend vrai apostolat*
sa place dans toutes les familles.
Saim ii due M1
..Les cartes pour la gra de soi ?
de samedi i Cin Vari s sont ei
vente au ihflue mme et cbex S
mon Vieux, l'iogramme trs vari
Musique, dan&e, di.tiou et superbe
n m indit en ) parties : La vengean
e du Priuce de Liignan.
Lgc I i gourdes ( catte rose )
Parterre a gourdes ( carte verte )
1 '-
Jeux d'adresse
La troupe Bistany et Metz vient
d'augmenter son stock de jouets
nouveaux et invite tous les pre et
mre de famille amener leurs en
fants :hiqae soir au Champs de Mars
p-ur g gner de jol s ioujoux un
aimple jeu d'adresscj Ce seta la me.)
Iture faon de taire un joli cadeau
de fin d'anne i vos enfants-
Que ht jeunes geus vitnnen'
aussi gignei par 'eut adresse de jolis
tb)ets d'art.
Venes en foule chaque soit l.jt*Jf
La troupe Bistany et Metz 1 icfi-.e
le l'occasion pour informer le pu-
blic qu elle n'a lien de commun
avec la uoupe Beinstein dont paie
le public*
Port au Prince le ijdcembre 1932
mmes pour l'indpendance vous
pouvez faire quelque chose pour
d'antres pays comrre ils le firent
pour vous Clemenceau fut plus eurs
lois ovationn et la fin acclam par
la salle debout. L se rendit i bord da
Paris qui part ce matin.
Les Cours
Les progrs de
la Race Noire
Ka 1/yj, il y avait aux Etais Unis
:S1 'iu8 noirs, soit lu pour 1(X) de ta
population Ko hilu, leur nombre
de l'ioitio.tion Publique, si bien i "'""' h-"~ "- """"' von f*iiiuFci r svau, ues iusu
a n*tnntw. L .on rh^i e ou fi ,le 1l s doivtn servir aux tuts, des tablissements industriels,
1 eley.es ? Qai se charge de faire les des laboratoires, des revues scienti
dpenses pour dsinfscter les W. C. ques, etc .. Des terrains y seront mis
de> lves? ^ gia u tement la disposition d.s
A notie tour nous recommandons uouverne ue-ls qui organiseraient
ui procd plu pratique c'ea que une exposition g oupe et spare,
chaque colier vienne a 1 cole avec Les savaats ou organisations scienti
sa bouteille d'eau bauillie ou filtre, tiques seront admis giatuitement
la lainteoion d.s W. C. se fera par uu les locaux de l'exposition. Lea
1 But et par les soins du Service liy eipotnls, runis par le comit doc
--
U.S.S.ii.
AaDimaiichci pruchain, 4 heures
I- Jly uipique joaera la revanche con
tre Lilue thleiiqe Club*
Olympiqut
gne.
.al. lev a 9.827 7t3,aoU lu pour tt rn ; S0<1/'i Do S, Navy NeW.4 .
100 de la popa.auon toute du PV ^L7"Z^V^T' iZat ** Dcombro
hSfmJ^^Til^SSS PHILADELPHIE John Wa.rm.ktT le
? UnB?I i ***; KempU c.eb,c nKocuni du monde ei e a.recteu. gn
g.ntB >iO li ir Ma'glOU. ra des poiiis eitmou aujouid nui d.m sa vil.a a
LhI.iU Lia.-' FauOiHS Vrr;i"'i UsuueJune maladie d un mois
Mallsbraoche, A d P.e u Ds VALLuro *.xLI Miunei. de*.m York
.,- o ., x...M i.. i___ con.ulaineiu.ina Malle a t Dios dur coup
mis fo vu m, Maxuniiie.i, Ghip,), ac wvolwer au)0J.ailul p., un ade qiu ,lW si
HftCliV. A p J..OH, COICOU Cap. ArOi Mu.nel a pus le lu, et sous peu sera eu sant,
ont dc aie les mdecins _____________ _
SA.NHil't MahI.v MichigA- Le Steamer '
Cefuiuuiair nomm Eatevanci 211 JU!" '""* . J J f: **'"*' Bul-" p * cargaison
qui dcouvrit TAliZ ma en UMi. Un ^^ ...... w".g-gj de cna.boa choua a l'oint Uhol. a la MM, de
Lea 0 ib so 1 occups dans toutes
les profertsioaa et dans tou. lea corn
mercts
t-u 1910. on comptait 478 dentis-
tes, iiJJ uu'*es, i),?77 medecias et
118 coles d* nlirmenes complte
ment diriges pu lea noirs La 0 10
teur Daniel E Williams fut le p e
KsitT mdecin qai rdutuit une jp-ra tVrLou\a"i.iimvi7.
tioo ebuurgicale du cor humain. E ,'
ga 1 non de chaque pays, bnfici:
iont dune rduction prvue au tarif
tes emplacements ; en outre, ilsaa
aot mon au demi tarit sur les che
inms ae fer fracais. La Lgation de
France ueut a la disposition des p-*r
BOOM dsireuses dibienir de plus
mp.es rensegaements un prograin
me dttaill ne l'exposition scieuti
que e. industrielle d'hygine de Siras
bourg.
la pms torte neige et tempte qu ont au vues du
alla au ple Nord ave: feary. C ts DffllSSiOn UU w6Crtciif ""^ <'**"'"' Maddison ci l'quipage au nombre
on noir astronome qci eu 1734. .*, J* D-.. ^. ae Vl**' hj" 0Qt e, tekUeiU p-4' une *J,de c0l<
coiisirait la prerare montre fabri Atil OIS riQdalCOS m^'-^ Le guLboa. Anv,e ser. .e
- a 11 itsuti *"" *t"w># ,_.u| ntvuc de gueire qui scia euvoy i.iug
qute en Amrique. UU autre noir. Mr loui RlhiSart Suprtaiis d'n'i.* "air a la suit.- du dsordres qui pouriaieut
his^^tJ^j^^B^^i^-'......"""" -
siden- del Rpublique.
Ls S crtaire d Ett>t det Oela lions
Extrieures est charu i-. la
autie i.oir, ooium Mattht w Nenson,
charg rta la d.reo
non de cja deux Dp^neu ents mi
niatriels.
Cette luvention rvolutionnera ab
solumeut I iudusirie de la ebaassure
Eu 1 J4,uu nu prit un brtvt pour
uue moisaonceuse. On affirme que
que la glace a la crme a t invea
ite par Augustus Jaeaon, un noir
d Ptnladelpnie Les pianos mecani
ques ont t invents par J. N. Die- \t l,-
knson.de New Jersey, propritaire ^ OJDIieZ p d uue douzaine de brevet* pour la C'est 'e 17 Dcembre quaura heu de aspirants u.uce h. Kobmson de lAitMasc
fabrication des iustrumenis de ce au tPfUI Club* la grande karmess) S.M. uwkiap,
genre lea p us perfectionns en Ara) au piodt de la Chapelle St Louis do
nque L to>ai des brevets pris par Turgeau.
japonaises a moins que la situation s aggrave
LVtOMfai Andersoii co u.nndiui U Sottl >.aai
came dans les e^ua asiatiques, dit qu'en cas de
ncessit les bateaux Hcicna et ^aaamemo pour
raient s y nriMBTa en tout Late en trois jours
bHANoAi Quatorze bateaua lusses ayant
a bord des relugis sou: dans cette rade laute
de combustibles et d ahmcLis Les autorits se
reluiem leur dbarque tii: quinze au dpait, il en manque un
WASrilNijl'ON Le presuent darding a
approuv les reco.amandatioas laites par la cour
martiale de 1 Acadmie Navjie dans la destitution
.. Cin Varits
VENDREDI
LadireciioQ de Cin'
Vuriii redoine
Les 1er et 2me pisodes da
I
a
il tm
Entre cjarala
50 ft^uiimei
lea laora atteint plusieurs millieis*
fou&aint
Louverture
Qae les famillea se rappellent qui
cejjur ia, Ojignol fera as rappr
ri'iou qj n y aura da nombreases
attractions.
de Massacnuscttes Les suivants
ont pour une anne pass d'un grade suprieur
un grade infrieur, Boyes, Fisn de New York
autres ddiions seront de nouveau prises
Parisiaua
PARIS 13- Sttriiig
<5 5i
s*?*
""Le calme rtabli a St Domiogue,
Toussaint voulut crer une socidt.
Il ouvrit un cercle daua son palais
l les dames blanche* noires et
multres coudoyaiern les ofnciers-
11 donnait tous
tenue rgulire et savait contenir
dans lea rgles de la dcense ceux
qoi auraient faaaye de.i ajrur Sans
piti pour les dames dcollete', il
nhsitsit pas iaur fermer sus ai
Ions a il lea voyait dans une tenue
?u'i ne i gea.t pas assex modeate.
hecevai beaucoup et rudoyait les
cors qoi navaient pas un bon.maio
MO.
(, S^tratl *Unty4finns )
Causerie conomique
L'abondance dus matires nous
oblige renvoyer 4 demain la pa
blication d'une a Causerie Ecooomi
!_eX9MP^ d'une que qne nom
naves, notre ami
le
Bbofls
Avi
l Ja compagnie Nationale de cons
iruction a install se barerax au
li.ut dt la maison Mtxwcl situ i
l'angle des RuesBjnne Foi et du
Centre.
L'admission des membres adh
rents se fera iu cours de la semaine
a envoye des Qo -.-.h,;.,.
il-"",ftk* E.I.LAMOTHE
Diiecieur gnral
Port an Prince 14 Dcembre iyaa '' Hourdoo."
La leve de ces
*^*"g*asi
CE SOIR \
drame en 4 parties
Entre gnrale,
50 ceuiimes
ADMINISTRATION OE NE
. RALE DES POSTES
Avis
Le "public est "avis que des boites aoitales'soni
Installes :
1 Carrefour, Postes de la Gendarmerie :
a Biaoton, maison Villui Festa, an lace de
la station du chemin-de-fer.
) Bois Witty, au coin de la smaisen Alcuai
Pour vos commande de boaboae
adresses vona chex Rgine Pelletier.
fttie Dr Aubry ou Rservoir No 1507, mil Otaries,
ConrocaLion
Les membres de la a Renaissance*
sont convoqus, ce soirf chez ^or-
boites se fera rgulireoseat
lis lundi, tnctcrei et vendredi de enaque seav-utt
) heures de I aprs midi, partir du u eounsfe
Une mesure va tre incessamment prise |S>
l'Aministraon Unrale des Poste*, devant*ne
mettre au public dt trouver est on cadrons des
ilmbres poste* pour aarsncaisaement de lem ce/
l^poneuoce,
* a ^mh M D^aasiap y^


ITMATIM
0*. TEINDELYS
donne nti teint de ly
/a poa<*%
carnation exquis*
U &* TSf)H.i, Sx
ncNinit*. ar.awt. at
'tflenni n ria* la MU.
a4oarit, aroaa^Ifl n blanalwi Ma la
lurn,rr Imi ou jata* U (ai
kivc Parkiane* tout aajan.g et
iWur. la Crm. Ta*WDlfc.Vl *
t tya U atw par*an V la 4im
et taflattar aoa a.ak4 Mm l
fcW. kM aMha Minin lai
tfitaniam 4bm i *>
ARYS
S, Un* U U Paita, I
PARIS
Ti'UlM Parfumer:*! et limMi Maintint
VAILLANT HOUET, Agents gnraux 1721, h MMui k flut
lettre Ouverte...
Au Beau Sexe
% -
Mesdenoielles,
Mesdames,
Aux approches des ftes, vous vous
ioccupcx dire fraches et plus
elles, et vos doui Kgaris se voi-
lent, et la puret de vos boots s'em
u ume quand vous songea aux saciifi
ces qu'exigent vos beaux atours.
Qjittta ce souci ; vos intila sont
les ntres, et donc, pour dissiper
cette tiistesse qui n'ajoute 4 vos char
mes qu la condition de ne pas du
rer, nous faisons une rdaction gn
raie a or ton nos prix
Venez tonus- tour les bourses le;
mieux garnies, nous avons des soie-
ries tt autres iwes de toute beaut;
lhumb.e porte-monnaie, dont un pe
lit trou laisse chapper quelques bis
icux de la queue que vous savei,
peut aussi, doit aussi entier ; pour
lui, nous avons un assomment van
de tissus ts abordables et pleins
d'attraiis, dan. leur lgante sioapli
Si vou> eut,et chis i.ous trist ;
vous sortirez le sourire aux .vic. *
nous comptons donc sur votre pio
chane visite, et, dans cette at ente,
vous prions 'agier, Mesdemoiselles,
Mesdames, l'hommage de notre pius
profond respect-
KAWA8 HEPMANOS
305 309 hue liaverneie
Pottau'Pri. et.
\
Pou gurit ou viter
* mioainc* oe-NSTiPATie-a
CCI ..s't ions-E lOi'nottStMtMTa
tMBARHAS GASTHIQUi
IL SUFFIT Jcprcidio
V l'un d vos rcpoi
loua le* df j Jours aaulement
ne Pilule da D'Dehsut
147,rue du Faub' SL-Deuis, Paris
Mais il faut exiger les vritables
qui sont tout 4 fut ftla.u'ie*
et lut* < hatu.ie d ;.j. ,II*M le* muli
DEHAUT A PARIS
l t >rCa htlDlanv-nt ~t> *" 'O.r
Ne jetez pan vos
vieux livre***
Puisqu'ils peuvent tre, misa
neuf par le plus fin des relieur* et
cela en mains de troi* jnws. des
Etienne Camill Rw Bonne toi.
VIENNENT DAKRIVEK
Firestone Pneus <$
Chambres air
Toutes dimensions,
surtout
30x3 i|2& 30x3
En vente chez
L. PREETZMANN AGGERHOLM
Ctyde Seamship & C*
Foreign Services
Vapaur dirig par la Clyde Stearns
hip Company o-eiyn Services, pour
compte de United Slates Shipp ng
Bourd,
Jfc tieamci H .lTlQmaMJU> New Yoih tia
toiu l& porbu an %>ro e&* attendu, i 6Joit
au ^lirict/ lc> 18 coucanL t~ (ai&eia lo ro-
nuy jout pour tyacmclaiudtmait*. Son rcU>u,r
ta capital Ur uCtltuiernerit*, fix,
l'or M Prince, le 13 Dcembre 1922
Gbara|& C A9fints
SS8ia i
A la Espaua,
En F, te la Poste
Qoi s'ait si 4iialiae dans to-is les anielai fantaisie* a>la mode. -
Ici oa8 de roa.igno. u s d* foida de magis'ns, liais 1 > U aitrahl iui
fraiche et de bon got des prix sans concurrence Noos venoie de rec*
voir par le/ Biaisa ] |a derniea colliers, ceintures, bracelets,ceintures
avec initialea. etc. ec, la derniers mode de r'aria.
Aussi meadame, mesdemoiselles pas d'hsitation, vanea nous rendre
visite, cols ne vons engagera en rien mais vous serez coovaioeues par
belle qualit et les rrix modiques
Nossbranx articles pour cadeaux da fin d'ani.e.
Prix ea s ceneurrance.
4 F. BACJ1 frres
^ra i m < t a gle de rue Csmenface SaJ^
o I iht ii: ar d i vh:r le publie et le
C a mirer en gnra! qu'ils viennent
Cutrir nouvelle mats m de%om<
n.iree a on trouver- toufe% sortes
( e pa isi< m en ree i t d\ Mie t./ pre
miirt quoi t 11 de tovu* f i hour^
pr x dfiai i toute concurrenee,
Neutre de l; ble DD0il marque Holir, i ;
Bi ealltmarde ( l'twti Ur.ceni
For'ci an.rieaiii Tet tient X \ \
Lait C( xdf nsd Nea-.Ia
Vm oi ih bu ci.' qualit suprieure
Rii Glac Ion
NoiieHa sup^r.eure
Amandes
Foiiiiiie r.e Une
Oignon*
NcbetcD rcnseivo
Poire*
Sauce tttna'es
Mis:uil ttoda
i uncuiiiLt: i'nkle
I MtxkeJ l'u-kles
bel hn pour table eo boite
Pci^re moula
Kaisin vt-ii
Pomme d'arbre
Macaroni
Vermicelle
Suera ti; auul
Sucra Concaag
Beurre l.ly
Manlgue de tu sochs
Farine ttold Medeal etc eic et loure prov.aions orientais^
N'oubliez pis de nous faire une petit vlsiti"
Protgez votre sant
Gouvertnrea de aine pour le froid qui 8era rigoureux cettejinne
Toiles a drap coton ou fil en qualit eupdrieure
Uau.a'-a fraruR. double lai^eui jiour matelas.
Flannelle pour Gilets etgilfts de flanelle
Cabons longs toile et coton
Chapeau de laite ti Viennent d'arriver et se vendent prix moJera chez
PAUL E AUXILA
Hues iraveratre el Mu j i&iad? l'Etal
De nouveaux meublese da joli lits eu cuivra, f.r et cuivre aallicileai
votre visite, les prix sont plus bas qu' I Etranger
I I M. "
lfred i\. ooke
ASiTHfcrt IDIV Rue du Xaua*:* d* Etai 1012
PAPIER PRUNEAU
tru *rt*> '< u wniiwniaiii
mm w. .--*-l.u tinnatui. 8......i. m
rauntvui. aa,B*8mr*.Pa',aii h "-
ViecccDi d'i.i.ivfr par le ?,S Marons : Chrmrgce. tcu'e msrqte
Liqueurs, Sirop assortis et Vin ptr caisse at barrique. Huile Dorai par
gallon et bouteille Mal ga, Moscat, Madre par gsllon at bootatlla-
Veateaeo g/o at ta.ail-
a vis aux personnes qui n'habillent bien
.. Un trouve des rrix plus bas que dans le* occasions et rabais exosf
tioaoe s, lesariiclts suivaa s, d-. toute limeneur.
Hsuts v jluntM Ctianti'ly du soi, ton e nuance.
Les Gai rmuiea que. voua rov.a, qu'elles soient de soie, cotoa.guipure
4aonges, perles tisngs ou auties.
Soie lamrto dite meallique genre grand chic" Jersey de soie, chll
'..ni Je soie etc.
F;* us srtilicit Ils pour corsage et taille.
Jolis chapeaux tonds tout plumes pour dan es lgantes.
Formes de cl) p3ux trs jolis.
Cluz Paul E AUXILA
Ries Traversire et Magasin de l'ICtat
Charles Picoulet
228 Hue Houx Port-au Prince
BELili.E FI.AIS
FROMAGE. CAMEMBERT
& ROQUEFORT
Lgumes et Fruits frais
JAMBON, SAUCISSON
Vinaigre et Vin de Bordeaux sup
rUurs. par gallons et en bouteilles'.
Madre, Malaga, Porto, Xrs, etc, etc
Whiskies, Gin liire
CHAMPAGNES & UUEURS
Eaux de Vichy
Bonbons, biscuits
Cigare* & Cigareileft >'


LA MATIN
m
Lunchs Mm
Grand Htel de France
qui par sa situation unique au centre les a/fiirei se. wratiwM
vlus que iamais au public et ses nombreux et distingus (Clients
vour a UISINE soigne et to-il le confortable nAcess-ure aur \oya-
geurs de Commerce et particulirement aux commerants de passage
Por-au-Prince.
L'Htel dbite p r gtiloo et \c\r barriques
des Vins de Bordeaux Roujj et BUnt
Cet \ins viennent directement de B 1 RSA C e*\ sont garanUs tu
tut de raisins, nom pouvons le prouver par des _CERTlKIC4TS qu*
nous tenons toujours la disnositionldes Clients.
Chaainaene et Vins Mousseux *rix modrs
Conserves meutardes franaises, or&nier choix*
Pension Suisse
Con'ortabla maison de fami
le situe au Buis de rhnes, a
proximit du Champ de Mars,
807.Avenne Grgoire'
Compagnie Gle.
Transatlantique
Le S,S UMFN TIN parti de R >-
daaox la 19 Novembre est attend t
vera le 13 courant via les ports d
Nord
Il repartira le jour de soo arriv
penr l'Europe via le* parti da Sa 1
Portao-Prioce 5 Dtcntubre 1922
L'vot K. ROBELIN
Bonn? occasion
-^
A VENDRE
Un bas* F.leb coui -bouta co n
o'teraeot remu neuf, s'adresser
Mr Paol Aaaoa Ru du Quai
Pharmacie F. Sjourn
u publicqu'dl^ a
un Laboratoire d
Donne avis sa clientle, aux mdecins et
tramsorm son Laboratoire d'Urologie en
biologie appliqu sous la Direction du
Dr Ricoi et t. Sjourn
Le laboratoire es' ouvert tous les jours de 7 lu ts du matin b"
aeures.du soir pour toutes les recherches ei analyse prvues dans
l annonce ci )ointo, saut pour le
Wasseruiana et la constante IreScrtoru
Seront reues que le mardi de chaque semaine.
S'adre*-M- ta Plurmuie pourles renseignement**
inalyes d'urines el6'uc aaslriqu,
Kacon de Wassermann
Baciion de Triboulet,
Kiainen du sang et du pus
Examen des matires ica'oc,
Examen ue crachat
dlbumino racticr.
Constante Ure" Scrtoir
Recherche de Spirochtes et de Conocoquet, etc, etc.
Prenez le temps
Emuisioir Scott Q
Emulsion Scott'
En vente par flacon par doozain
par eaiase et par grossel
Chz Franck 1HART1N
Rrje du Vfli'amn l'Etat
En face Usine i GlacePort au Prince
Savei vous que la forte majorit des maladies des femmes
n'entrent pas dans le domaine de la chirurgie. Ceci veut
dire qu'elles ne sont pas causes par des tumeurs, gros-
seurs ou dplacement des organes.
Saves vous oue les malaises ordinaires et la plupart du
temps fort simples ont des symptmes trs similaires k
ceux de cas demandant un opration.
Savez vous galement; que beaucoup de femmes et de
jeunee filles souffrent inutilement de ces malaises? Da
plus rlles risquent leur sant en laissant ces indisposition*
continuer et s'aggraver.
Si le mal est pris temps, c'est dire juste aprs le*
premiers symptmes bien des maladies srieuses peuvent
tre vites. Dans des cas de douleurs priodiques, retarda,
irritabilit, tat nerveux, la Composition Vgtale de Lydie
E. Pinkham devrait tre pris sans dlii. Ce mdicament
est prpar avec soins et dans des conditions hyginiques
idales et est entirement tir d'herbes mdicinales. Il et
rentre aucun narcotique ou drogge dans sa composition t
peut tre pris en toute suri t.
Fonrquoi a* put essayer medlcasaaat
Composition Ve getale
de Lyda E. Pinkham
IYM I nNKHAM MIDIClNB CO. UVKX, A.u U.B.A.
*
Premier annveraire
DE LA MAISON
Isaac Dshy .:, .
li3S RUE COURUE ( Ancienne Halle Salam )
Pour son premier anniversaire Isaac DISHY dsirant
augmenter sa clientle dj noinbreiise,meten vente pour
le mois de
Dcembre seul'ment %
Son stock vari de TISSUS, FINESSE, Bas, chaussettes
de toutes sortes pour hommes et femmes desprkexcep
lionne.s dfiant toute concurrence*
Il n'est pas ncessaire d'numrer la nombreuse varit
et les prix rduits de nos articles
Une petite visite
Chez nous vous convaincra.
Pour VOS ETRENNES W DISCHY vous invite visiter
so comptoir de parfumerie et serapieureux de parfumer
gacieusemeit pendant tout le Mois de Dcembre
aimables visiteurs.

*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM