<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN des srudes sditieux cooira I ordre et IH paix 1 intrieur,— Let lgisla lions pnales de tous lea pays reguI ers reconnaissent qu'une natioo l ut tre agite, bc ni verse et m. iue mod lie par la Presse d'une i utre nation — Prvoir tant le plus : ur moyen de maintenir I ordre et la six, le GoDveroement peut erapi lier la circulation sur 1 territoire ces imprims rvolutionnaires sa pourtant nuire aux dveloppera* n.Ullectuels, eciantillqnes, conor ques que permet le progra ha i, ain. Maintenant, il faut considrer la nurstion a un autro point de vue, parce qu'en poUiqoe il y a trois grandes lignes ou courants dans l'ex i rcce des dreita : 1 Etre conservateur, cest voaloir le maintien de la situation ex ' tante et travai'ler de toutes les fa 1 t,oo8 la voir durer Par Cable Nouvelles Etrangres Le Juge iiphaine devant le Conseil Suprieur de la Magistrature lire 3 L nTfflue Je la toif m ti la paii L<\US\\'\'i: — La conter-occ dit aix dins le Proche Unei' fut ou veite hier a 2 heu es 4^ par M Haas, p.iceitde U cooldrit oa bslrl t ensuite ea jouissant du spectsde troublant,sug. I.'alfaire de 1 habitation David • sise 1 Poit de Paix est actuellement gestif et dlicieux de Zut faisantes soas le coup d une piocdure sortant de l'eidia-ire. Aprs aveir sou lev tout an flet d'escres et de prles dans le jv'id ctons de Port it Paix et des Gom es uae d:i phases est venue se diou er Port au Piince devnt le Coa*eil Sjprieur de la Migis'ratu'e Ea effet depus hier Mr Alexis Ihiphaine, doyen du Tribunal de premire Instance i Port de Paix est dans nos murs. Il que caserait la demie e coifrence de I •adaptation de 1* R4pn uient pour toujours l met Pa ha r T*$!7aii\L P * ** %  Pour 1. Turque ! T . C . "".V 1 dclara que sou p ys avait t iota vrai, pour la forma H pub: c un mais cela ne peut point era;ch r ae p ix *t qu' et les souff aica g Ici auxquelcs a admise, ncessite pkv 4 ampleur lurquie avait g'gn sa pi ce dans 0.1 de restriction il", Cioses publi 1 humani. civilise Li siance fu h ques.Dans ee c.*, l Presse a V ee a 4 heuies 18. se (ait ippe'er A varez Towar, il et accus d a* or vol une |quantit de chques la binque de Caracas en ca ss M w Yj-k. Ams'eriam, Ta ris Londres LONDRESL'ouve ture 'u Parle menl b it nn qu: eut lieu hier sp es midi. M Wh i!ey tut rlu i l'una ;juse. loi aus.i nons assure t-on. I es avocats, ainsi que les parties in tcreiti sont galement a la Capitale. L'* faits peuvent se r umer ainsi MS a ntiago Mirq lez donn par eu trat I ha o.talion UaviJ M Vaoens r.ssoitissart be'gv pour lreexpo te. L' ch>ses mirchiient assez oim i pisilent de la :hmbre dis bien et les p oloits soitant de l'htbi communes le. ior naiis d: p esta ta'ion taient apprci: par p'ushurs tioa de e m nt occuperont les nes d: mardi et de mercredi. pour devoir d re toupie; il lui faat ir.ire des partisans de part et d'au lies; lea discussions doivent tre si leves, si Isrges qu'elles devien nent des thories, des programmes, ces sentences et des lois Alors que %  ont les iojutas, la calomnia et 1* ditaraation dans une qjestun d) ce te envergure* 3 Il y a nne antre politique qu pt contraire aux deux autres : Pra nons par exemple la situation ac tuelle de notre Rpublique, sa for 11 e est dualisme. •Juand une politique est contraire s nne telle forme, elle est en oppo fition flagrante avec tous les faits •accomplissant dans h Pays.— La premire croit que calte forme est bonne, le dualiste; elle pense qu'elle peut conduire au bonheur; l'autre forme, au contraire, croit qu'elle est la ruine — Alors, une laite s'engsge antre les deux principes. Geliy qui dtient le Pouvoir veut y res er; celui qui est contre veut tout renver 1er.—Mais tout ta temps que la lutte se traduit daus les discussions pures 4 ueu.es La confrence se runira ci matin i htel du chteau Mouchy. L a bassement d'un accord complet eu tre MM Po ocar Mussolini et Car z m lut clbr hier par un dner de lectecte de so isoti couverts offerts p r Mr Fomcar et la d gacioa tran sisa sux rep seuiaats bi.un .iques et italiens. Les Cours PARIS ai— St rling 60 90 Dollar 1)51 NEW YORK aiSterliig 49c u — %  m i OiiUlhUffl U. S. Navy ]\ews oar villes de la KVp,bique. Miis une Fx.hange qutsl on dineiis vint diviser les % %  1 .. conta, an s et la justice s'en mla Mr Moen lit app.l au consul gnral del Blgique et on alla de Tribu nal eu tr bunal aprs chaque nou v Te dcision. D*s aibi'res et tiers a-bitres fuient mme proposs et cer tains jng.m.: ts fjr-nt suspects Le Fianci}. 5* Conseil supieurdt'a M.gistra'ure 6* appeler en son sein le doyei li ph.ine et Tenquie se poursuit celte fois d'u.i f ou m hoiique et se li use NOUJ ne macqrefops psdin'ormer n^s lecteurs de la marche de cette importante affaire. loir ses formes dans des danses artis tiques et dans des vocations presque locales, i force de dhanchements lascits et s voureux. Ziza (ut salue par des applaudis* sment* e: des bis ecthousias es. 5 MER'RED 1 29 Novembre i heures du soir donn par la Colon e Amricaine au bnfice de l'E.-c'e Amiicaioe Cin* Vari ts Loges en vente au Posv Excharge e aux Casernes des Marines L'gcs pour 9 rsonnes Or 10,00 Loges pour 6 personnes Or 7 00 F.uteuils d'onhestre or 1,00 E ven e chtz Simoi Vieux, Me trop >'•''• n Bazar C'ub A.nericm Post Choses Sco.aires D.-s lettres sont lance depuis hier IUI chefs de nos divers ltablisseraents Scolaire par U Se crtaireiie de l'Instruction Publique demandant pour tre etire,;istre la liste du personnel de chaque cole, les titres et 1a date d entre loncon de chaque metnl rj. — Si cette mesure est prise en vue d accorder U pension aux tau instituteurs BOUS ne pou vor s qu'y applaudir. Si par contre c'est en vue d une rforme, nous ne manquetons pas de donner en temps opportun noire opinion. WJ j-ii— %  J — J —ii a LA RENAISSANCE Les membres de la Renaissance sont convoqus jeudi 2j du courant a o heure* prcis: chea Mr Normil Chail.s LE BUREAU 20 Novembre BRUXELLESli cardiail vlar Cier, primat di Halyiqie, smffi'd di NEW YORK Lv journe dh er nouveau d influer za. luchrge pour le T gre > qui re LOS INOBLUi Qeorge B. Ho g gaa le soir ;on do nuiie particu \vrt, suiour et joarnalutn, a t lier t < lu gu Tcute la m tine il trouv m^rt dans sa chambre. La criv t d-s lettres rtut des visitsurj Police croit plutt nn suicida, t eut un entretien avec d s d ateurs CONSTANTINOPLE -() %  rapporta o : on de ses v eux amis l,-s do; xw e oufinement d (bifcrt de teurs Texamiorent pendant |) m nui i ui prs rivant un nouveau r Hau: commissaire amricain/lue tes les )uve:i. •t simple, la loi don re muet e, mai aussitt que les actes s'aeco n plissent ou sous forme psm^h^le ime lX |UI P I!iaLt un peu de sang dan9 )(>3 ( 0 rt8 turc taire, ou sous firme sditieose, la pour la-ilyser Aprs cette co-i'H-ta kmalisle. loi doit agir; plie agit avec l'assis an nos, il alla chez le colon l House MVt Tri L-> Sultan ce du jury. c il tait attendu et se rendit en est ainv ici bord Ces questions.ces princip s et cei t.qn et f llIJlD 4 c t farilsle qai rem orle a SwSST direc.ear. tuel!emeat de Sl ^ na f N w Voil pourquoi, je d ire que la Vo:k avec Lambert Mbert et d-au Loi, quant la pnalit tienne corn >'* camarades de la ^omdie fran degte da li civilisation d i ise el de lOdon. Ccile Soiel em prouv i b assa Mr Clemenceau, ce qui donna f usee. i u i une manifesta; on pleine de •-vmm g ie. Mr Clemenceau fut p:sen' aux convives par Palit**r, duec eut du S or d: h presse a soc e pionoa une b:/e allocution puis Mi OrxsDceau se leva poui par'er de/ant un audi'oire compre un grand nombre de critiques Le v nr.ble Tig e devait parler r> rai u les, mais entrain par le sujet il par ls >8 minutes, le discours fit une pro ion as nop csion. H a . con enu d. ne pas le reporter mais une pers s. u ne autorise le rsuma en di-ar.t : Ce matin e Prsident Borno, ac C ^"l! ^u.., d i f 0U i : "' compsgn de Mme Horuo. da Haut 1 u P". one ilo q".e Ira IM et Commissaire et de Mme Kussell, de L'affaire dite des Trsors en Coar cl Appsl t'audience de continuation de l'aflatilt dite des trsors a eu lieu hier. A once heures pre-, le S rsident Cunthier dclare l'audience ouverte. M' lu DiambcMs, avocat d'Eugne Dgajid combat vivement la requte de Cuebas. M c cm. Cauvin avocat de Cuebas demande au Tribunal de dire que ie client de M* Uiamboi ne s''.ant pis port partie civile i l'instruction comte Cuebjs, il ne %  eut eue autoris i parler contre ce dernier. M Oiambois rplique qu'il a eu a prenlre des Parisiana JEUDI 5o centiTQea LBSuaae d'bfslje chef d'œ avre reJemiiide, d art potique iedeaian.de desiroyera dsirao quitter ou enirer conclusions eritai con re tous eeai que lorlonaient un visa Mahomet VI d'un diead K.anck Bacon es* dune s maine dd un auteur reraar te du Pays. En parlant aisi, je m o:cupe bien peu dss hommes pris individuelle ment en nison du rle plus ou ruoins prLondrsut qu'ils remplis eent tn ce moment o j'cris, mais t de la situation de notre milieu e< d* totre peuple En voue renouvelant mes remer cinmests, Mon cher Directeur, je vous ferre fortement ls main. LA.VENTUKB.av. Ije Prsident la Gonave cai .ige d'ins ru:t on a renvoys au Correc tionnel pour rpondre du dlit d escroquerie : qu avant eu donc a conclure contre la cotporinon tout entire, le tribunal ne saurait lui retirer le droit de prsenter des -noyens contre la requte d'un mtmbre de la Corporation Davis et consorts, d autant plus que la requte de Cuebas ne tend qu i un non lieu. M< Cauvin insiste et le tribunal aprs avoir d libr accoide a Ml U -rabjis la paroie pour d velopper ses rroy ns contre tous les inculps. Mk D.ait.toi alors attaque vigoureusement la req e de Cuebas et fait remarquer que Cuebas qu. de n. r.de au Tiibunal d'Appel de dclarer escioquctie e.-i inexistant que 1 or ps motive accuse Fil-AunC >• reque.e mme u 'avoir pris une part im ttiieot pj-[., n te et jou un iole de tout premur or.'re dans le cou d fcxuu. llrutus Comment Cuebat ke Daniao Rouge iime p soda PETITiZS NOUVELLES ll.UI.IN — Mr Cuno a russi a former le cabinet mais il n'en ainoncera li composition oflicielle rient qu'aujoui J'hui. La runion plnire du parti socialiste eut lieu hier au Keichstag et approu va la dcision prise par les chefs de parti de retuser de p'indre part a la totmation du cabinet Cuno. MALTE Le Dreadnought anglais "Malaya" ayant i son bord le sultan est arriv hier matin, le ul an rsidera au Fort Zignc spcialement pr pa: pour le n ce voir. MAGDLBOL'HU — Le conseil municipal cher crua taire aux Liais-Unis un Astbme aux huii-Lnis un emprunt de )oo p>urrait il savoir que biis Aim aurait jou un r:e mi lions dr marks, dans leiO'.-p d'txum Brutus, difil, si Cuebas BKItLIN —Le bilan de la Reichsbank accuse tait tranget a 1 affaire. une mission pendant la dernire semaine de 65 MKS Lnmanuil et Emile Ca vin r. piquent niilliarjj de marks, tour tour et dveloppent kuis moye. I gyjjf DUBLIN — Au nom de la rpublique d'Irlande Fils Aim, Ih. Ltiebours cjuSBB" 1 Vilain. Valeia lani hier une proclamaiion dclarant que Vu l'heuie avance le Tr burft renvoie la cen la rsolution du Dail Erean du 7 Janvier approutinuation de l'.ffaire a mardi procha n, aprs avo.r vant le trait anglais Irlandais devait tre rvoque dcid que les avocats des prvenus dv.loperaicnt et tout ce qui avait t lait d aprs cette rsolution d'abord tous leurs moyens. tait nui et sans iiltt. ha aV —— •a Pension de Famille Schomterg aima Aggerholmi d i gnral Meade, auus chat Je U Uendarmeiie, a petite. cane Vanti fera t-il droit i notre er sincrit eiiivoidinure il i di qu'il n'tait pas v.-uu sux h at U ut d re aux Amricains ce q .'i s ivaicnt 1 faite cot eiposer le bssoin d; la Iran e. Ce ai cou a une d eus ion comp e et 'oyale de la situat,n t le qu'il la vo t, il dsi t qjil ne 'Oit p s de\o:l d iract lseiver cetequ:to pour se disoi'spu blcs A rs avoir qu R ts C r lo 1 i lu 're nom ne J h a re itis ;h i lui se iepo>ei mais 1 reparti: i| t ci"q h ui s a liltti i la lccptiou de la socit de la France Amnes au dom.c le de Thomas Lamont. Il eau sa a\ec beau.oup d'invits, notamment Gaiy, pt'idect de ls Steel cor po ation Rock! Ter, Root e le sena leur IVren ve: lequel ils taient Schomberqs Bo<*rdmq House cc-a:le rare des savan voi irs d;ns \ t quartier Greitwich il _. V. ** -, ~ ^ ^HB^^-^^Cap-HailieuRue G. el V 22 •.. %  „-; u-i-r,..r. a venues avec leur mre veuve d kV Prix modrs guerre le saluer. D> I lsidence il te coucha gei souper. e retour sa spts son U



PAGE 1

LE MATIN Dernire Heure CM e sieamsiiip c Foreign -Servites La Maison Par UNS-FIL, 21 Nov. WASl.lNCrON. La sœe (ip ditioo de \ o\! ions de la Cioii Roa ge Amlieine pour Us rfugis de foerre en Asie Mineure laissera Niw Yo k le 4 Dcembre. La HAVANE — Le Transatlantitique c Barcelone a t tnvoy en quarantaine la semaine dernire quand un passager fut trouv Itttibf, de la peste bubonique 11 a t sou mis la fumigation et a leiss pour Galves'on Texas. — Le passiger Te cai* des Iles CanariesCONSTANTINOFLB-Fred rick Duiborta, prem'er secrtaire de l'am bassade amer came Berlin est riv ici pour prendre en main la ques tion diplomatique intressant les htats Ua"' pendant l'absence du con tre imitai Bmtol Lausanne. SHANGHAI L'arme des bin dits dans la province de Honac, est rapporte t en, tette mair tenant de 30,000 hommes Elle volue sur une vetdue de 6 milles de large travers la province brlant et tcant tout sur sen passageH!le a dj squestr une demi douzaine de m ssionnaire Three Rirers Mich gar. — jcoee dcllarson' pays aujrurd'huipour un simple plant de iraises par frank 1), Beaiy ; prsident de E Keliogg Co, p o^ucteurs ce fiuits. Ce prix a t pay comme encouragement aux producteuis et amateurs de pl.nts • t on ditWashington — La loi d'immigra tien* proh.biPt les droi s d; citoyen tua rangers aux Htats Unis a t propese i la ( h mb.ttlle est main tenant tn ccnsidia ien T ND FM M United States/ Uaited Kingc'oiv ird Cuiftr^nt m New York Gari' beau Republ es and Islande Centra! and South A mrita. \\e quole llie very l.owest RatCi For Passenger I reighl and Other Information. Apply to : ebara Se Co c4g^rvho e>i. SanXtlii Se Co S.M Jfacfalx •Maurice 6Jt Cletia <£lcl# Jearv iiccartl %ovar & Company to. ^Vieaer % CatOM Sbouc&ib Se ta < % % Se %. ^ixgfaDcV fiie* I LVIRA 1 de ^rt-aa-^rinc^ Cap JHdtiea fait De fy&x exigent $1 clftatc exiget c $dil oioc u oJlUiag oan^ M 3 teinte M e>iux £a M e* JacmeC Aquirt Vient de recevoir par les deniers sfeamei ( hapeaux de laine d'Uatte, sup tou'es l s 1 tut ls pour hommes. Chapeiut ri* paille d'Hall* *up. de toues tes qu lu es pour homme*. Ktki UUisij uprieur. Drili (Jtiim sup anglais orO,SU t'a une Drilt l'vssor Dr 0.45 La Maison invite en outre sa nom breuse clienitlc veiir voir les mayni fiqtiids nouveauts 4 (es jolis articles de finesses quelle vient de recevoir cl qu\Ui vend des prix di fiant louie concurrence* %  % %  „ w/M % %  i % % % %  %  ft L'Anmie Notre sang est compos de (lobules rouges et blancs— les rouges servent nourrir la eorps, les blanc* combattra U maladie. 9 Quand U y a Anmia—on manque da sang —les globules rouges manquent plut ou moins. De cette faon le sang ne peut procurer asses de nourriture au corpa. C'est pourquoi la figure devient ple at pteuse "—les yeux deviennent teinea et lourds —et une sensation da fatigue Intense envahit tout le systme. Pour vaincra l'Anmie il faut r.ipprcn i-Mii;.er le sang da globules rouget. C'est ici que lht Wla* 0/ Ut* possde un pouvoir merveilleu. Parce qa'etani un gnrateur de sang Wincarnis" cre -ne a! ondance de sang roiytc, neuf et riche, qui r.iinne let roses aux joues—d inna ee ptillement aux yeux—et turcharga tout la corps d'une vitalit et d'une vie nouvelle!. C'est pour cela que plus de 10,000 mdecins recommandent •' Wi;ic rnia." Articles une boalcillt d* \V'icrnu auiourd'hm — •. peut l'obtenir daat louici In Ph.rrtm in, etc. COLlMtH 6 CO. LTD. Wlnoarnle Works, NORWiCH. 6; U. ft Pearsall, General Ibat agtr M. fterwio, Gmeral Freiyht tgtnt, Ur 44, No* th River, Nevh Ywh. V. S. 4; EF Clments Gnral Agent for WesUlndks PoiUawPrince. UuilL Royal Mail Stoam Packcl Company Le SiS 'Tl VI >T % al attendu Jac mel. le 8 Dcembre pmch in. Il sera I J OA* ma Ps in ce, l> 19 du mme mois, changeant pour l Europe diectemenl i ii les parts du Nord. Le SfSC4ltPi0i laie t ondes le 24 Novembre ch iraennt pour tous les ports d'Hati. ROBERTS UTTON & CO Uneral Agents Le steamer HATI vpnant de N w York et des tort* du Nordist attendu la capitale le 22 courant.Il laiuera le mme jour i our Jacmel via tous les port du Sud prenant fri et pass iger Soo retour i Port au Prince sera fix ultreur&niiit. La conpgaoie Ctyde a tabli un service bi-men suel entre Kew York et tous les ports hatiens. Poitai'Pr oc?, le 20 Novembre 1922 Pharmacie VV, Bueh Le seul prervati( du bois ett le Carboln eu m A venarius Itecoonu Jepui p!ui d i 40 ans Co HtnC I a [>l 's effi:ioo. Le Garbolinitm Avenarius %  tri I prsarver le bois hors el IHM torN cou e lt pnnrri'vra sous toutes es fortuts, les iuMue-ics du cl 1 uat el la (iettrdf^io i par les in sec es. A empcher et suppiiraer le etnrpignon t'i miivons e\ uns scher les murs humii.'ftA imprgner 1'8 Vti'e*. curdages IO.IPI W Blets i' peV-be. Le produit est un dsinlecUnt de premifi ordre s pnine.el chasse U ve: mine des cuiies de chevaux aiosi que dei paiaidoi Il el aussi un destructeur sans pareil des pueui ea ti de au res vrr mines Ea Verte CIKZ FRANCK J. MARTIV Au p ri x rie 2 dolia %  wmnd Lnu trille e' 1 dollar 1\t bont'illes. Rue da Magiiin n KlBt n f •? Ua'oe Glace, ^ort au I'HTO Avis de dpart Les d r chea pour New York i; 1 Europe ( via New Yoik, par .o S,* JUckerie aeront fermes Jeudi Xi f iurant 11 heurea prcises du ma B. \ ort au Fiioce, M 2l No ? lwl i t Fes/H Braeoa a laiss New York le I9c*1,d rettement ncur Pari au.Price r il est attendu le 9*5. // laissera ie mme jou* peu* Kitujston e 4 fei port * Jn Colombie p tant f tt ptssi gif t. I ort au-Prioe U 21 Novembre lilU IL. F. Clments, Agent General for West ludies Sea-Side-lan M tis ni reufe de BJioloo.— Sur W liord de h Mer Vue enl. e de la rade e: dl la Ville Ca^ae po'ir automobiles Cnol pour pt('inenade en u er Bain de Mer I) u > h d'eau dou e li'Hnd %  galerie, au p iui.r| l> i |uel Vue sur la • pr Ba ']'" t sr comi D'J3uaersel dioeri pr.'pir' • n t^ nia les Toutes 80 ^ . 11 nations premi res m H, | ies Pej( prenfl e 0 p^nsiLUnairei an m ia, i end des pensionnai; ea pour le ji'iiripr el h diner fi nif) autoina'io cit\ ili d I" .S p mb f l ,\, .1. .1 II ., ; . I;. UJ Lj Sou de b beures a Petits djeunes S Lvtirei DoUar 5, V,n l'baectri



PAGE 1

wtHW • m* mmmm. URODONAL W== '-.r Rhumatisme Nvralgie Goutte •ravelle Artrto Sclrose Obelt • Q e,l fHUr |un< et viter •tarli* Kviina1lamfi.laTiur*i**cmanl da MPU l'entablamant dti aaJttt. la* varloae a> l'oMalt doit aTinlnar l'octi d'aeida urique. •a polion 4a Matra arganian-ia, •t taira tfaa aura r|ullrn • URODONAL. lave le sang • 1 tndKailae enn>pe. 44n% le ara+umeni de Tariaalo ***t rose, coMteie luu MUil t natrnei K ni%aikj£ *i le W'WM at|i i 4i iHwi.' nrofnilai A I* fl lataB fc a> p Professeur Ki\ *t frol o dm lut i rvoUertlia St Pttltaf a* Ei.ibi Chaiaiala Valrnclcnnn Fan Os niai inni ••<'• ••u" raaeai. IOMLII M l_ I T\\J 1_ M Jinr rtr. bc.tro.f. ntu< < %  liiaum. Mtljdiri • l> ramait, trmrinimc .ardiofalMei LINYCOL"""" """•"* ntiunan-uip< OCUII. Uirubia. Nrairi.-. es Vaillant ei llouet 1720, Rut du Magasin de 1 an Pharmacie Centrale Journaux deParis Prcduits de toute frairhput. — Excution promt* et mn( d % ontdonnante* '— Si cidiis rour ioutes nmladiet. Pharmacie W. BUCil Ri commun de Pour la (e.metttation du Sirop S? de la aiiiue. tour un ion rendement en alcool La Levure dessche Florylinc Analyse et Ectpeitt du Sirop §t de la M tins e au point de^vue te latetniintahcn et du rendement en AUool excute dam le labo laoire de la l'hartr.aar. Pour la boune fasm Huilt de Foie de Morue, fraicht et d'une qualit su/t'i u uie, le remde le plus riche en Vitamine '^iigoiUri et* Caatariin, Det-x remOey contre* fa &>que£ucl.e/a Suprositoire -'wai'/, le me Heur remde pour le traite mit des Hemorro des. Susrtnsoires et B .> dagts Elastiques,!etines aniicoliques Certan, tmuveau produit pow la destitution det punaises les ii tie.'ss font ivVs qre par '# ri Go-"ft e U tigre Prama lont tiriv$ Ifs jouruaux de 1 tris du 34 au u O.tohr. Et verre la l:bisiii du Matin 0 S t-t fa Trop faible pour travailler. La vie courante des femmes n'est souvent TJ un travail incessant. Combien plus ardue St la tche quand des malaises particuliers leur sexe rendent chaque mouvement pnible. J Le systme nerveux est drang et la vie est loin d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lisez Ce Que CeKe Femme Dit Maniani'io, Oriente, Cuba.—" Jetais anmique et souffrais lors de Kea rgles. Ces douleurs me foraient souvent rester au lit Les douleurs, toujours dans le baa ventre, taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomissais souvent. J ai souffert de ce malaise pendant quatre ans avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je l'ai piiac avec complte satisfaction et je me fais un plaisir de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de mme iti^aise."— SrU. MARINA MILAN, Calle de Cariad, 4, tfantanfilo, Oriente, Cube. Le ; femmes aou^nntaa ne Sevraient BAS /aire d'esaaJe maia doivoat luaittar pour la, Composition \fegetale de Lydia E. Pinkkam L'OIA ( tINIHAM MIOiCiMa co. Lvna, I Asthme Spa-Side-nii M AFTI* SANT BIZOTON ROAD.-Port au Prit* O.i il e Sfa Sde ('orrr e •* \i'w t i the i*,.tt %  Nfttri y 6 r*$ t > r a .leci s r>Jt f.ti boa lin i in Ihd p 11 S n Rai b fiftsh Wiiltr Shovver bi h Large piaza Dinners on orier l.uiiches and brek/as' wn ly in 15 mit u les III dr.nks first rlaas Can mil b boardert ru ni h); Boirdera for lunebes and dinners anomale Piano wiih E'ectric curent Viennent d'arriver Firestono, Pneus $ Chamb es air. loutes dimebsions, surfout 30x3 lt2& 30x3 1er Bjnqueh TroT Sept mbe. 15 Ih Lun he H D'nnen Or 4,vft Wi'-e includivg il k 1 l| A. M, 6 to 8 p M} Lunchs SDciauK Grand Htel de France eut par a situation unique au centre des allmres se recomm>me \ lus que iiimai* nu public et Scrt:>ri Si* r t reu y que le mardi de chaque semaine* S'adre >r a ia Ph-irm^.cio pouries re i*3igis u^ iUr* 4ni 1 es d'urines %  •iSu'i ors'riiu Raction de Wassermann R^clion de Triboulet, Examen du sing et du pus E\anien d s madres fcales, bamen de craekat <4lburr.ino raclinr. Tons an'e L'r^ Scrtolr' I echirr) e de S irochtes <' le Gonocoque*, etc, etc. Chez HENRY. STARK L.. : ^ S. n .. a ,r. ^ A/o 1917,Rue du Quai,en face del Gare Ou houiera Joujou;s des Ceicunts.,r.nii 1rs et df luxe Spcia Jl de eercueils en sa'in po ad mil et je.n.s g-iu. Le publu: doi' toi jours s r^ppe^er q eu s'^dro sn.i direeaeiueiit Avu et Joan que le rcpisi* au No A. 187 F 1 "i 1 La ip. mis par la C.omm.Mian Faquire et .niert au Hap OuOl pCtr letr CumiaJalluU de CerCU6ll, ' 6COUuimSe 18S MuetiCdS pon No j pour la retenue de ao 0,0 pratique parfois assec consid aUles que lonl Mstsrsles ul*ymedi&i'e?. i^TZ^ZZZTi*:*. n P * rJnU, travail scen et Me. livraison *omp. N B.— La nuit et les jouia de ttc, a adussci au JH*I 'telur, Mon) iieor Fi.h.e> HUSSON. ^1 * FittM fru N iM*S£ lift fe \&SGm 9iiMiLiic Pension Suisse Confor abla maiaon de la mi lie situe aa Bois de Chnes pioximit du Champ de Mais, 807,Avenna Grgoire Le Mali il Ab.m emect Un Mois 1 1 rt iu l'unce GoJrdes '2 Dfparttixent -.51 Ptiaiaer i luie'iicns. et aboo le.tcnt* paya bip rl'e/a'i.'H Cabinet DE Me Louis l.ioiidas Lavnture Av )cat UonsultiUOL i jiatin 7 ba & 10 b9, soir 2 hf 4 5 ht Riif 5 3S Dr Aub y IS Rcpiss adhi est adhire Je le deciaie nul t non devant en ohtenir duplicata. Port au PriDcr, le Novrmbie iyAS bUQ aveuu



PAGE 1

, mo anne No '4971 DIRECTEUR PROPRIETAIRE Clment Magloirf NDMERU 20 CENTIMES PortitrPrlnoe. Hiti ( AXA4 ^uv^u&aw Mer redi 22 Novembre ifia FiOCh. ta hrobif reconnue est le pins sr de tous les serments Mrue^Neker de SAUSSURE HKDAGnON i RaeAmrictiDelNo 135* fELRPHONE No 2J La trcisime Assemble de la x Socit des Nations EN MUSANT TRIBUNE Aux Moris Autour de ia Loi sur ia Presse ( eux qu sont partis vers les cime tires, on les oublie toute me anne, et ce n'est qu'un jour qu'o sou ge leurs tombes dsoles et dlais sej. Car la mort et le souvent) soit deux choies diffrentes. Mon char Directeur, rive une priode critique ou il ne reflte ni ses anctrea, c'est--dire I' profit? de cet'e occasion qui les hommes du isot, ni ceux qoi doi m'est donne pour procU-jnr t>. us vent eiUtei' dans caut annes. Cette Ceux ij'Jl veulent l'enten lr-, votre V pli • libert minire du poliiiqa ). p iriode est d autant plus cr tique que la nation Initie une a pria nttiaaaoc-i L imiuent diplomate il iloqutnt oray leur enthousiasme ttur, M. D*nt. BfcLLEGARD'fi, Ai fervente, et aussi le concours dune vers eJ campagnes Mais cependant, on va voir dans e8 P rit l,b /' r *' al la journe triste et blme de Nove n ,'"%** ,a hb9rl po,, ^ a LTJ.'U'IT, A u te, ,M ftmi 84 nvnil*. leurfo, bre, partir le, cohorte, .douille s M ^ mm9 0M ,•„,„ p r .„ 0ljl ,, n ^XxiSS XnTmn^S^ 1 lette publie dans vos colonnes, ces Aaist voit-on le. avancs impt r tnsire ne uaaia farts (t Dligue de ei pne ace de la po i'ique internat. instant i ceux qui ne sont p'us E jours durnierr, ne contenait pas toi le H volont aux retardataires en lei I n pays o la Irotstme Assemble de la nale, qui, pour u're pas bien loi les cloches auront des sanglots dais les arguments que j'sivo-ilo anpor. r exploitent ou ranee, tan lin qui ces ocitides Nattons, a crit larttcle sni gue, n'tn est pas moin, solide et efn ,a v0 x l'appui de la position que j'ai prise rnaaeiavancs, peuiant I e nvahi re vanl sur let activits de cette inslituti ni cac. Cest pour montrer combi n Le, feuilles tmbs.nt toujours in en favjudi projid loi prseiti tn90t de lempire rondo, penJaus e ses relations avec l Amrique ils apprcient ce contours que les Di lassables et mlao-olqucs DinslP ar '• G luveroement au Coini la prloi-) barbare du moyen /,,, lgujde?44 Etatsruais G--a eTie s ducimete c' st le crisse d'Etit J* ne le dis pas poir m m iiadjafl'Qt, comme nous faiaoa, t Le Troisime Assemble, tenus le. eut ia prdeare de la T o ""' touff d P's une so te de or je,1 r !" sn plutt c > n o* ait. a -y >urth ai, I chelle sana fin, sans Genve d. 4 au ,. Sepiembie sme Assene, l'a. de, Reprsea douleur .gre et peureuse. Ds. for ^ !" !" J !" ^$ ,^ Pe fS.. .S !" "" qU """' If marqse une tape dcisive tant, les plus qualifis de Amrique m, a ge:oux de, fleurs d,deiil et ^^i^&lV Zlm -rapporter cil. du dans la vie de la Socit des Nalatine. Monsieur Aagustin Edwardj, one bise., oh une ,omb-e bue de Nul plus que mil. co um, on oui cussio* mes fiibles lumires Uui. lions. Bans parler des rsolutions po hef de la Dlgation du Chili. novembre sou, un ciel immense poraio n'ait fa t I exprience de la les qu. aoie.it les opinions qu'on litiges qu'elle a prises relativement Je suis heuieex qoe pour tab ir ment terne piliiiquecoisidra au po ot de vue puisse S?o r, |e considra l'actualit tes problmes d'un haut caractre sa an contact plus intime entre nos Pauvres mort, exaceib, daa, a dea droit, di )oarnslam-. Point ouue d cisiva pour notre nation. cial, intellectuel ou humanitaire, ou pays at la Socit des N.tiom le Se terre d*, cadivre, e fu '; dm "'est bs.oin de rappeler iei mes d t Cette c uaiin*. ai elle est bien corn* leconnaltra que la Socit des Ni crtariat Gnral ait eu 1 ide de l'horreur d e, dernier, s^jiursIE' '*reots empnaoar.emauts, ha atte ipriae, bien juge, f.erruetira au paya lions, au cours de sa dernire ses crer une section de lAmriaie lati *e v i*oa h llu:ina ite, c'est lira '* u "^ vie et la9 causas dis rno > de rerajnter le c uren qoi l'entrai non, a (ait la preuve que toutes las ne, et qu'il en au coah la due-.oa m pilais sout:rrain qui apparat 'V 8 jja 8 ? p8y 4 ^rT^h 1 9 / *I !" /S" l ?" et a pren(1re une .estic.. mm P les pL irr.U ,t, luAeses oactionna.res BS Jy/ux. avec le, „ J.l.,% ^ >? -^fl ^^T. ^^JSSSS t*JZ S£Z puveo tre hardiment potes de intelligeoU et le, plus actifs, M ) 0 ths, les ca.es r eus-meat g .ma j. ai pri8 J.rt, qo aux d f(6re,ta v .e ment ana. lassent i upos* Sus la vant elle et rgles dans le plus large sieur |uiin Nogueira. Je pense que ^ 1 de, chairs e-i dcompoat.oi nanM des paya que |.i vi d* a'irei; elle atule Voil les morts"Ds d^b is des 9 i as el l8ari eX9lClje nfl piaraot psat clairertiaque citoyen et par. L„, a(D , aes ^ ) aDer a JCun reiu u 8l p 0 „ t ,j uae | er a aa conacieoca. Si ia Pressa i na ion, a chaque citoyeo ne VJit une mission de les morts lambeaux de chair — •i tiaute importauce, en soi rrre ui examplaire da luielle doit tre douce, loyale, patriote Lorits : voil des questions qui, tits ministres des Relations Ex lentes les foi, qu'elles taient solerieures une Sectioo de la Soci d s vtes, ont paiu mettre en pril la Nations, contribuera b^.ucoup, si bonne entente internationale, en dres elle est partout ,uivie> assuiet la morts hier — des carcas e, informes sant les Etals les uns contre les anliaison Parfaite eatre Genve et no, —le mets de jadis— et toujours mrVs.' cst"dire" r c7toyen ayat 'iaanT ( w ma74r. w %^ira'et*^ trs dans aie attitude de provocation divers Gouvernement,. et partout cette grande indiffrence, M de menace. Discutes loyalement, pendant un temps nii, sauf on — chacun apportant dans la discus Que la Socit des Nations ne pu > i 3Ur 'e par d s mon. non la volont de ne (roisser ancuse pas d; maintenant donner tou'e Von, qui tes dfunts, von, dont ne susceptibilit et de tenir compte sa mesure, cela se comprend sans on parle coco c dans le, soi. s >o n de tous les droits lgitimes. elles peine. Le, Goovemem nts ne lui t o e,, vous doit 1 Ame parsedais ont reu des solutions, provsoirei mognent pas encore la confince l'air i dpos dans la n're de, ger ceites, mais assez significatives pour qui lui est cepmdant ncessaire pour nies qui piodairon les mois o i d.s que l'on poisse allumer ds mainte la 1 bert et laato; t de se, jug: lcademains. VOJ, qu'un destin im Dant que le rglement dfinitif n'es ments. 11 faut qu'ils lui fasse it co.i placable conduisit aux tombes dou pas loin. Ce rsultat, les adversaire, fiance et montreot.en to.t; occasion, loareuses, ne sent' vous pai toute ue la Socit des Nations au aien. leur bonne vo ont. envers elle 1 mmense pit qu'il y a ne plu. mauvaise g ce le contester. Ei a, D'autu part,la Soci des Nat oos ce ? Et ton vo, tvei, tou es vos tout cas, il est extrmement encours doit tre universelle. Elle ne l'est pi, llu oas t oul ce qui tait suscepti gant pour les amis de la paix, le encoie. Trois gaid< Etats: lU: ble dans vos mes, d tre b:au, tout m en .jouis tout particulirement rxagae, la Rii.ie t les Eta;s-Uai, cela fiait l, dans cette terre humide, .ma cocvicuoD piotoode, n'y sont pas reprsent, Ils viio o vous n'tes pu, rien, pas mme lea mmes privi gis, possdant D humaine pour le propres de la K .0 un .entiment lev; jamais il trt publique. veillera faire monter le niveau mo J ai eu, dans ma premier lettre rai et civilisateur de .on paya Je coiaidrer te. questions en bloc % eux dire par l que quelles que et lea praenter euceiutemant %  oient lea conuaiaaances d'un citoI apprciation et de vos lec'eurs et yen, quelle que soit .a science, il des Conseilla s d Etat et des autres n'est jamais au dassui du niveau citoyen* moral de sa Patrie, quand il penao, J'ai donc parl de la diffamation •a iaot qu. fait, aojiaux et uatiode la ca'omnie tt de I injure comme* naux, qoe aa. idea .ont toojoura d t de droit commun pouvant et o.it juins celles du dernier des devante re jug par le tribunal cor* des citoyen, ou des viles oi rectionod sans I assiat ne du jury moitagie.. — La fait que | avance pouiraije essayer d'expliquer in e.t teiiemont ab oiu et irrefut.b. dlit politique commis par 1. vo.. qua tous UOJ constatons qu'il n y de la IVe.se t a paa en oie un pnnc pe de prolecpiotoode, n'ysoat pas reprsents lit vhn o vou, n'tes plu, rien, pas mme "J Vu.aquV^oa^fa.ria'S lerV^ comui,'ieul'honneurdeled.reiu dront sdremen, y piendre lenis pla un so avenir toajJ iJ. 6l ltn*,Qisj moiux pouvant tuluoe de l Assemble, est quil ny ces quand lesddh.ul-cs dordre iati R,ea tre rien I Crispant prob lCi rt)CU „ ,, CUIQ „,, Q 0 ,, e ^ M lJ aura certitude de paix dans ls monde rieur ou de ca adre international me et affreuse perspective I N'avoir ni i ei m oiuo lea auuura. ie p.cmisrs que le jour o les Etats .s'ejg'ge out qui les en loignent auront cess pins le coeur qui aime, n'a roi r plu j 0 3/i de lusliceInternationa , soit au Con U est dirficiie de le prAOr exacts veut treindre des mides. N re dieux -Si noue agissons ainsi en tell de la Socit des Naiions. ment. Je crois que l'Amrique latine tien que quelque chose so.s terre, vers les L'un des ta s les p.us caractristi peut be.ucoup pousser ee> h:ureix qnelqu chose qui ne.it. nd p'us.qui dano N.iiona'e, comment pouvo.isnous l'jionnahrj lea ciioyiua co i Et ch que joor les ch -mns de, ci %  mei.e, voient la cohue des coibiL lards, o ceux l s'en von-, le, d que, de I. Trois meAssemble,c est vnement, i q la Coifrence de ne voit plu,, qui naim: plu,, qui | place importante qu'a su y p en S uo a la vie et dont les suti s s'en m tique ont pu s'y rserve deux si ararre nettement politique • ce a. taient lasss, inexprimab emer.. ges, i un attribu an Bit il, laatrs tera pas la coopration comp l: I il me semble voir dans moa es l'Uruguay Jeunes, ardent. s prises mais an progies aura t accompli, pit nvros, la b... h. na'e iuLrn. e [| 0 a 0 u soc.aie ou politique de cm d idal, les Rpubliques amricaine, dont les consquences seront coasi des morts, qui. su jour de leur f , q i t n.dviJu doit .ra considr J oLt apport la Soci des Nation, drab'.es serve', reapectar, a vurar oi pou leur ssvoir rel, ou pour leor b mte moralit, ou pour les aervio< %  n.duiab es, c.alcu ablb q i lia reu dent la Communaut. 0, Mo i ch r Drtccur, il es trs dilii:ila du taxer la ailuatiou dune natiou en toi tuai.ou comme la u.ie Noua aimblou. ne pas cornu i re o commencent uoa •roi a st ou ils ttniiseut. Ce te disti'ic.on ai nct.a.ire pour la 'ineo La dehors das grandes lignes pr vues par le code Pnal; Lea ciim u e: dlits contre la sret de lEtat; les crimes et dlita cootr. U Coni titution Nationale; c le troubli pouvant ireBpponparieaminiatre, d;s Cultes (religion.;; es assoei. tiona illicites ; c l'enlvement des Insignes de l'Autorit ; le port das Indignes sditieux , on peut ad ne tre et accepter comme laceap lent lea lgislations anglaises, aile. ma ides, amricaines du Nord et du Sut, franaises, itilienues e. mmt .ai .tique., e o ete qu il y a d it politique tou'e. t.. foi. qoe l'Etat sa trouve directement ls dans an d. it touctisat aoo organisation sociale et po itiq e, a. constitution naionale po itive, et que cet Etat on Intrt absolument politique 1. rpression immdiat. S il est vi aiment imposSibf.de dfinir le dlit politique eu gnral, malgr out, le dlit politique, par la voie d. Ii Presse, peut tre bien eompr.a, puisque tout eat irsisi dans le Pamphelet I Conseil d'Etat Ami „ Eti-M g, Ce matin fe Conseil d'Fiat, sot la m r demande de Mr Aithur Hameau, se crtairedltatdelalasti.e arenvo j d Ru38 deg Frcnta y une prochaine sance la discci tiou de la propeaitian de loi Prie, v ._4_ mt ,,„ **-„-*{„ dfl relative anx ditrentes lois rglemen Forta etdu Magasin de tant le Tribunal de Cassation Le Coasailler L C Lhii„on de VlarCMcf IIUISCS mande ensuite d'crire sa ministre comptent pour lai demander de. ^enseignements sur le sandale de Cjtan/Bois. -m-ou itana 1. Pamphelet ou dioi dansent sous la terre, la vo.upt de 0 j.ume le piuin.er paa vera la civiU e crU lucru „i n e A Jta hd S: ne p!as tre, eux qui s taient jadis aatiuu. par ce qu'elle marque le pro raaU00i t a Calomnia et 1 misre si souvent poi ia question : t Ere gra a cora^li par le m lieu. proprammt dites, .'est leur cti ou ne pas tre . |e vois, au son de Comment distinguer le sauvage du p eiS0Batl i haineux. ls castaiinette des tibias, sautiller baroare; le barbare du civilia.7Md , nu'oo le, vengeur et sasvo.t; laotenr aem pauvres et q t*t loa ^ u ^ aas UDe *8 a '" cxtraoduiii re et formidab'e. Kt au'dessu, de ce pah : f dr er reui, je vois— ulensc U0t>k.-~ -^ Franaises des Ur.ne, doat ils ne S2VCueroat j.i. ', %  s moili. • t.t lownes alttutes qui "puent et dpe cloches, ta-s* ia: i U p ini sent des ienrs, des leurs qu'ils n. ent uu LL piolaadu u< i*at.. sentiront pas, les snorts, des prires apothose. qu'ils n'entendient tas, les morts, YVETTE cesse d'tre fraternel. Comment, en eiiet, si Ton est p.. uiuime Ue paitcpiis. mconnsilre les signes esractnstiques et distim lits de as deui classes de dlit i OQ SJ.UJ. e aussi nrotjaiar cota • tes mesuro couuiuues duo. le pr i jet de Loi i;garJ dea joaruaui. trangers, susceptibles de conteun uti) > /


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05793
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 22, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05793

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
,
mo anne No '4971
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
Clment Magloirf
NDMERU 20 CENTIMES
PortitrPrlnoe. Hiti
( Axa4 ^uv^u&aw
Mer redi 22 Novembre ifia
FiOCh.
ta hrobif reconnue est
le pins sr de tous les
serments
Mrue^Neker de SAUSSURE
HKDAGnON i RaeAmrictiDelNo 135*
fELRPHONE No 2J
La trcisime Assemble de la x
Socit des Nations
EN MUSANT
TRIBUNE
Aux Moris Autour de ia Loi sur ia Presse
( eux qu sont partis vers les cime
tires, on les oublie toute me an-
ne, et ce n'est qu'un jour qu'o sou
ge leurs tombes dsoles et dlais
sej. Car la mort et le souvent) soit
deux choies diffrentes.

Mon char Directeur,
rive une priode critique ou il ne
reflte ni ses anctrea, c'est--dire
I' profit? de cet'e occasion qui les hommes du isot, ni ceux qoi doi
m'est donne pour procU-jnr t>. us vent eiUtei' dans caut annes. Cette
Ceux ij'Jl veulent l'enten lr-, votre
V pli
libert
minire du
poliiiqa ).
p iriode est d autant plus cr tique que
la nation Initie une a pria nttiaaaoc-i
L imiuent diplomate il iloqutnt oray leur enthousiasme
ttur, M. D*nt. BfcLLEGARD'fi, Ai fervente, et aussi le concours dune vers 'eJ campagnes
Mais cependant, on va voir dans e8Prit l,b/'r*' al
la journe triste et blme de Nove n ,'"%** ,a hb9rl po,,^a'- LTJ.'u'IT, a u.te, ,M ftmi"84
nvnil*. leurfo, bre, partir le, cohorte, .douille s M^mm9 ,0M ,, pr.0ljl,, ,n. ^XxiSS XnTmn^S^
1 lette publie dans vos colonnes, ces Aaist voit-on le. avancs impt r
tnsire ne uaaia farts (t Dligue de ei pne ace de la po i'ique internat. instant i ceux qui ne sont p'us E jours durnierr, ne contenait pas toi le h volont aux retardataires en lei
I n pays o la Irotstme Assemble de la nale, qui, pour u're pas bien loi les cloches auront des sanglots dais les arguments que j'sivo-ilo anpor. r exploitent ou ranee, tan lin qui ces
ocitides Nattons, a crit larttcle sni gue, n'tn est pas moin, solide et efn ,a v0-x l'appui de la position que j'ai prise rnaaeiavancs, peuiant Ienvahi re
vanl sur let activits de cette inslituti ni cac. Cest pour montrer combi n Le, feuilles tmbs.nt toujours in en favjudi projid loi prseiti tn90t de lempire rondo, penJaus
e ses relations avec l Amrique ils apprcient ce contours que les Di lassables et mlao-olqucs Dinsl- Par ' G luveroement au Coini la prloi-) barbare du moyen /,,,
lgujde?44 Etatsruais G--a eTie s ducimete c' st le crisse d'Etit J* ne le dis pas poir m m iiadjafl'Qt, comme nous faiaoa,
t Le Troisime Assemble, tenus le. eut ia prdeare de la T o ""' touff d P's une so te de or*je,1"r. sn plutt c > n o* ait. a -y >urth ai, I chelle sana fin, sans
Genve d. 4 au ,. Sepiembie sme Assene, l'a. de, Reprsea douleur .gre et peureuse. Ds. for ^ J ^$ ,^ Pe fS.. .S "" qU' """'
If marqse une tape dcisive tant, les plus qualifis de Amrique m, a ge:oux de, fleurs d,deiil et ^^i^&lV Zlm -rapporter cil. du
dans la vie de la Socit des Na- latine. Monsieur Aagustin Edwardj, one bise., oh une ,omb-e bue de Nul plus que mil. co um, on oui cussio* mes fiibles lumires Uui.
lions. Bans parler des rsolutions po hef de la Dlgation du Chili. novembre sou, un ciel immense poraio n'ait fa t I exprience de la les qu. aoie.it les opinions qu'on
litiges qu'elle a prises relativement Je suis heuieex qoe pour tab ir ment terne piliiiquecoisidra au po ot de vue puisse S?o r, |e considra l'actualit
tes problmes d'un haut caractre sa an contact plus intime entre nos Pauvres mort, exaceib, daa, a dea droit, di )oarnslam-. Point ouue d cisiva pour notre nation.
cial, intellectuel ou humanitaire, ou pays at la Socit des N.tiom le Se terre d*, cadivre, e fu'; dm "'est bs.oin de rappeler iei mes d t Cette c uaiin*. ai elle est bien corn*
leconnaltra que la Socit des Ni crtariat Gnral ait eu 1 ide de l'horreur d e, dernier, s^jiursIE' '*reots empnaoar.emauts, ha atte i- priae, bien juge, f.erruetira au paya
lions, au cours de sa dernire ses crer une section de lAmriaie lati *e vi*oa h llu:ina ite, c'est lira '*u "^ vie et la9 causas dis rno > de rerajnter le c uren qoi l'entrai
non, a (ait la preuve que toutes las ne, et qu'il en au coah la due-.oa m pilais sout:rrain qui apparat 'V8 "jja 8? p8y.4 ^rT^h1"9/ *I /S" l ?" et, a pren(1re une
, .estic.. mmP. les pL irr.U ,t, luAeses oactionna.res BS J- y/ux. avec le, J.l.,% ^ >? -^fl ^^T. ^^JSSSS t*JZ SZ
puveo tre hardiment potes de intelligeoU et le, plus actifs, M)0 ths, les ca.es r eus-meat g .ma j.ai pri8 J.rt, qo aux d f(6re,ta v .e ment ana. lassent i upos* Sus la
vant elle et rgles dans le plus large sieur |uiin Nogueira. Je pense que ^1. de, chairs e-i dcompoat.oi ,nanM des paya que |.i vi esprit de concorde et de solidarit tu la suggestion que j ai fa te mes dl0J de* suaires ft d s et les ve-s auiqie'a jai assist avec intrAt, teura; elle seule peut vojloir lins-
teroalionales. Rduction des arme* Co gues de I Amiiqae latine, et qui rongent le, d^bri, de c.eurs ap bvjc paaaio , croyait tirer deux une truotio peur la miaee, reclierclnr
ments rparations et dettes inter- qui fut par eux unanimement approj pl'qneet leur baiser eflroyable su- legon proQt.ole et met eoncito- un batvlloo da aavants dans toutes
gouvernementales, protection des mi ve : ce le de crer dans nos respec- 'es visig:s b euis.. yana et mo;.uims Aio.i doic, les br. chas; mais oatioaaux, pour
ja coin rend qu* lae droits poU.i- U dire'.'" ; > d* a'irei; elle atule
Voil les morts"Ds d^b is des 9ias el l8ari eX9lClje* nfl piaraot psat clairertiaque citoyen et par.
l, a(D , aes ^)aDer a,JCun reiuu8l p0t,j uae |er a aa conacieoca. Si ia Pressa -
i na ion, a chaque citoyeo ne VJit une mission de
les morts
lambeaux de chair
i tiaute importauce,
en soi rrre ui examplaire da lui- elle doit tre douce, loyale, patriote
Lorits : voil des questions qui, tits ministres des Relations Ex
lentes les foi, qu'elles taient sole- rieures une Sectioo de la Soci d s
vtes, ont paiu mettre en pril la Nations, contribuera b^.ucoup, si
bonne entente internationale, en dres elle est partout ,uivie> assuiet la morts hier des carcas e, informes
sant les Etals les uns contre les an- liaison Parfaite eatre Genve et no, le mets de jadis et toujours mrVs.' cst"dire" rc7toyen ayat 'iaanT(wma74r.w%^ira'et*^
trs dans aie attitude de provocation divers Gouvernement,. et partout cette grande indiffrence, "
M de menace. Discutes loyalement, pendant un temps nii, sauf on
chacun apportant dans la discus Que la Socit des Nations ne pu > i3Ur. 'e par d s mon.
non la volont de ne (roisser ancu- se pas d; maintenant donner tou'e Von, qui tes dfunts, von, dont
ne susceptibilit et de tenir compte sa mesure, cela se comprend sans on parle coco c dans le, soi.s >o n
de tous les droits lgitimes. elles peine. Le, Goovemem nts ne lui t o e,, vous doit 1 Ame parsedais
ont reu des solutions, provsoirei mognent pas encore la confince l'air i dpos dans la n're de, ger
ceites, mais assez significatives pour qui lui est cepmdant ncessaire pour nies qui piodairon les mois o i d.s
que l'on poisse allumer ds mainte la 1 bert et laato; t de se, jug: lcademains. voj, qu'un destin im
Dant que le rglement dfinitif n'es ments. 11 faut qu'ils lui fasse it co.i placable conduisit aux tombes dou
pas loin. Ce rsultat, les adversaire, fiance et montreot.en to.t; occasion, loareuses, ne sent' vous pai toute
ue la Socit des Nations au aien. leur bonne vo ont. envers elle 1 mmense pit qu'il y a ne plu.
mauvaise g ce le contester. Ei a, D'autu part,la Soci des Nat oos ce ? Et ton vo, tvei, tou es vos
tout cas, il est extrmement encours doit tre universelle. Elle ne l'est pi, llu* oas'toul ce qui tait suscepti
gant pour les amis de la paix, le encoie. Trois gaid< Etats: lU: ble dans vos mes, d tre b:au, tout
m en .jouis tout particulirement rxagae, la Rii.ie t les Eta;s-Uai, cela fiait l, dans cette terre humide,
.ma cocvicuoD piotoode, n'y sont pas reprsent, Ils viio o vous n'tes pu, rien, pas mme
lea mmes privi gis, possdant d humaine pour le propres de la K
.0 un .entiment lev; jamais il trt publique.
veillera faire monter le niveau mo J ai eu, dans ma premier lettre
rai et civilisateur de .on paya Je coiaidrer te. questions en bloc
?eux dire par l que quelles que et lea praenter euceiutemant
oient lea conuaiaaances d'un cito- I apprciation et de vos lec'eurs et
yen, quelle que soit .a science, il des Conseilla s d Etat et des autres
n'est jamais au dassui du niveau citoyen*
moral de sa Patrie, quand il penao, J'ai donc parl de la diffamation
a iaot qu. fait, aojiaux et uatio- de la ca'omnie tt de I injure comme*
naux, qoe aa. idea .ont toojoura d t de droit commun pouvant et
o.it juins celles du dernier des devante re jug par le tribunal cor*
des citoyen, ou des viles oi rectionod sans I assiat ne du jury
moitagie.. La fait que | avance pouiraije essayer d'expliquer in
e.t teiiemont ab oiu et irrefut.b. dlit politique commis par 1. vo..
qua tous uoj constatons qu'il n y de la IVe.se t
a paa en oie un pnnc pe de prolec-
piotoode, n'ysoat pas reprsents lit vhn o vou, n'tes plu, rien, pas mme "J Vu.aquV^oa^fa.ria'S lerV^
comui,'ieul'honneurdeled.reiu dront sdremen, y piendre lenis pla un so avenir toajJ iJ. 6lltn*,Qisj moiux pouvant
tuluoe de l Assemble, est quil ny ces quand lesddh.ul-cs dordre iati R,ea. tre rien I Crispant prob lCi rt)CU ,, CUIQ ,, q 0,,e ^MlJ
aura certitude de paix dans ls monde rieur ou de ca adre international me et affreuse perspective I N'avoir niieimoiuo lea auuura. ie p.cmisrs
que le jour o les Etats .s'ejg'ge out qui les en loignent auront cess pins le coeur qui aime, n'a roi r plu j 03/i soumettre toutes les question, qui d'exister L'ab eace des Etats Unis.ei les yeux qui voient, ni la bouche qui diicutea eux qui, quelle que soit
les divisent soit des tribunaux d'ar particulier, cre parmi nom un m. dit des mots d^mour, ni le, main, leur faut?, devaient tre onaidra
bitrage, soit la Car Permanen.e taise piofond. Quand vieodrom-ils ? e. ss sont join ei, ni le :e veau qui comme dea dlgue et das dami>
de lusliceInternationa , soit au Con U est dirficiie de le prAOr exacts veut treindre des mides. N re dieux -Si noue agissons ainsi en
tell de la Socit des Naiions. ment. Je crois que l'Amrique latine tien que quelque chose so.s terre, vers les
L'un des ta s les p.us caractristi peut be.ucoup pousser ee> h:ureix qnelqu chose qui ne.it.nd p'us.qui
dano N.iiona'e, comment pouvo.is-
nous l'jionnahrj lea ciioyiua co i
Et ch que joor les ch -mns de, ci
mei.e, voient la cohue des coibiL
lards, o ceux l s'en von-, le, d
que, de I. Trois meAssemble,c est vnement, i q la Coifrence de ne voit plu,, qui naim: plu,, qui
| place importante qu'a su y p en S orc 1 Amrique latine gice l'haimo t a, vers ce rsultat hi tout cas, les
me qui a constamment r'gn ea re E ats Luis peuvent re am;as en
res membies. Cette solidarit s'es. lier, daas le, organisais-, techni
p.rticulirementaihtme dans le scru que, de la So.i et ol boret
tinjelatif i l'lection des membres d'une manire directe ses tavaux fui s, doo ci la fte aujou.dbji,
non permanents du Conseil- Par lear en preaanl part la discussion et au les defaos don: les uns espraient vrai^e
action conserte, le i Etats latins d A v< te dei tolutioos n'ayant pa> uo a la vie et dont les suti s s'en
m tique ont pu s'y rserve deux si ararre nettement politique ce a. taient lasss, inexprimab emer..
ges, i un attribu an Bit il, laatrs tera pas la coopration comp l: I il me semble voir dans moa es
l'Uruguay Jeunes, ardent.s, prises mais an progies aura t accompli, pit nvros, la b...h.na'e iuLrn. e [|0'a 0u soc.aie ou politique de cm
d idal, les Rpubliques amricaine, dont les consquences seront coasi des morts, qui. su jour de leur f , qit n.dviJu doit .ra considr j
oLt apport la Soci des Nation, drab'.es
serve', reapectar, a vurar oi
pou leur ssvoir rel, ou pour leor
b mte moralit, ou pour les aervio<
n.duiab es, c.alcu ablb q i lia reu
dent la Communaut.
0, Mo i ch r Drtccur, il es
trs dilii:ila du taxer la ailuatiou
dune natiou en toi tuai.ou
comme la u.ie Noua aimblou. ne
pas cornu i re o commencent uoa
roi a st ou ils ttniiseut. Ce te dis-
ti'ic.on ai nct.a.ire pour la 'ineo
La dehors das grandes lignes pr
vues par le code Pnal; Lea ciim u
e: dlits contre la sret de lEtat;
les crimes et dlita cootr. U Coni
titution Nationale; c le troubli
pouvant ireBpponparieaminiatre,
d;s Cultes (religion.;; es assoei.
tiona illicites ; c l'enlvement des
Insignes de l'Autorit ; le port
das Indignes sditieux , on peut
ad ne tre et accepter comme laceap
lent lea lgislations anglaises, aile.
ma ides, amricaines du Nord et du
Sut, franaises, itilienues e. mmt
.ai .tique., e o ete qu il y a d it
politique tou'e. t.. foi. qoe l'Etat sa
trouve directement ls dans an
d. it touctisat aoo organisation
sociale et po itiq e, a. constitution
naionale po itive, et que cet Etat .
on Intrt absolument politique 1.
rpression immdiat.
S il est vi aiment imposSibf.de
d- finir le dlit politique eu gnral,
malgr out, le dlit politique, par la
voie d. Ii Presse, peut tre bien
eompr.a, puisque tout eat irsisi
dans le Pamphelet
I
Conseil d'Etat Ami Eti-M g,
Ce matin fe Conseil d'Fiat, sot la m r_________
demande de Mr Aithur Hameau, se
crtairedltatdelalasti.e arenvo j d Ru38 deg Frcnta
y une prochaine sance la discci
tiou de la propeaitian de loi Prie, v._4_ mt ,, **--*{ dfl
relative anx ditrentes lois rglemen Forta etdu Magasin de
tant le Tribunal de Cassation
Le Coasailler L C Lhiion de VlarCMcf IIUISCS
mande ensuite d'crire sa ministre
comptent pour lai demander de.
^enseignements sur le sandale de
Cjtan/Bois.
-m-- ou itana 1. Pamphelet ou dioi
dansent sous la terre, la vo.upt de 0j.ume le piuin.er paa vera la civiU ,ecrU lucruine AJta, hdS:
ne p!as tre, eux qui s taient jadis aatiuu. par ce qu'elle marque le pro raaU00i t ,a Calomnia et 1 misre
si souvent poi ia question : t Ere gra a cora^li par le m lieu. proprammt dites, .'est leur cti
ou ne pas tre . |e vois, au son de Comment distinguer le sauvage du peiS0Batli haineux.
ls castaiinette des tibias, sautiller baroare; le barbare du civilia.7- Md, nu'oo le,
vengeur et sas-
vo.t; laotenr aem
pauvres et q
t*t loa^u' ^aas UDe *8a'" cxtraoduiii
re et formidab'e.
Kt au'dessu, de ce pah:f dr er
reui, je vois ulensc U0t>k.-~ -^
Franaises
des Ur.ne, doat ils ne S2VCueroat
j.i. ', '' s moili. t.t
lownes alttutes qui "puent et dpe cloches, ta-s* ia: i U p ini
sent des ienrs, des leurs qu'ils n. ent uu LL piolaadu u< i*at..
sentiront pas, les snorts, des prires apothose.
qu'ils n'entendient tas, les morts,
YVETTE
cesse d'tre fraternel.
Comment, en eiiet, si Ton est p..
uiuime Ue paitcpiis. mconnsilre
les signes esractnstiques et distim
lits de as deui classes de dlit i
oq sj.uj.e aussi nrotjaiar cota
tes mesuro couuiuues duo. le pr i
jet de Loi i;garJ dea joaruaui.
trangers, susceptibles de conteun
uti)
> /


LE MATIN

des srudes sditieux cooira I ordre -
et Ih paix 1 intrieur, Let lgisla
lions pnales de tous lea pays regu-
I ers reconnaissent qu'une natioo
l ut tre agite, bc ni verse et m.
iue mod lie par la Presse d'une
i utre nation Prvoir tant le plus
: ur moyen de maintenir I ordre et la
, six, le GoDveroement peut erap-
i lier la circulation sur 1 territoire
ces imprims rvolutionnaires sa
pourtant nuire aux dveloppera*
n.Ullectuels, eciantillqnes, conor
ques que permet le progra ha
i, ain.
Maintenant, il faut considrer la
nurstion a un autro point de vue,
parce qu'en poUiqoe il y a trois
grandes lignes ou courants dans l'ex
i rcce des dreita :
1 Etre conservateur, cest voa-
loir le maintien de la situation ex '
tante et travai'ler de toutes les fa1
t,oo8 la voir durer
Par Cable
Nouvelles Etrangres
Le Juge iiphaine
devant le Conseil
Suprieur de la
Magistrature
lire
3 L nTfflue Je la
toif m ti la paii
L<\US\\'\'i: La conter-occ d-
it aix dins le Proche Unei' fut ou
veite hier a 2 heu es 4^ par M Haas,
p.iceitde U cooldrit oa bslrl
t 2 Ereop posant e'est \ouloir an 'rana-s tu chaleureosmmt appla j
changement dans la poli .que en d'.lo-d C rzon rpondit au d.scouts
cours. La nation entire ea, il 6. t en disiot qu'il esprait fermement
Nouvelles Diverses
PARIS 20 Mr Lemieur. pr/s t
deot de la charab s des commutes
u Canada, a ut r-u hier pir \i,
M.lletand. I's Ji-curent le p-oj t
d rect'on des monuments courn
roora* f< de la gierre des Cacadiens
en France.
La police sigill l'arrestation d'un
individu r;rh?rch par les polices
de M w Yjik. Linges et Vozu a. est accompag du Sibvtut Part in
Son nom en Rimon M jaret, mais d et d'un des < elliers du ti banal, en
lm Parisiana
Le public qui s'tait rendu hier
a Parisiana y a pass d'excellents mo
ments, d'abord en admirant le b?iu
film t L'Esclave Blanc, > ensuite ea
jouissant du spectsde troublant,sug.
I.'alfaire de 1 habitation David _
sise 1 Poit de Paix est actuellement gestif et dlicieux de Zut faisantes
soas le coup d une piocdure sor-
tant de l'eidia-ire. Aprs aveir sou
lev tout an flet d'escres et de p-
rles dans le jv'id ctons de Port it
Paix et des Gom es uae d:i phases
est venue se diou er Port au
Piince devnt le Coa*eil Sjprieur
de la Migis'ratu'e Ea effet depus
hier Mr Alexis Ihiphaine, doyen du
Tribunal de premire Instance i
Port de Paix est dans nos murs. Il
que caserait la demie e
coifrence
de
I
adaptation de 1* R4pn ,uient pour toujours l met Pa ha r
T*$!7aii\L P * ** Pour 1. Turque
!!T..C. "".V 1 dclara que sou p ys avait t iota
vrai, pour la forma H pub: c un
mais cela ne peut point era;ch r ae p ix *t qu' que chaque citoyen ait u3 f en de guerre cru.Ile dvastatrice di.pa
comprendre i*~
bique a ses
cnor.v r.t.t!;VTr(di; ; idrr/oaj sms T,ou
limes qn. con* itueut la politique i-ment p-iv des bneiies de la paix
ou 14 pense da l'universalit dei avait vu liosm de se demandes
Citoyens da 1 tUpubli.iue, il peu pacifiques. Il numra les attaques
avoir un courant qui, a?M la fjnn > et les souff aica g Ici auxquelcs a
admise, ncessite pkv 4 ampleur lurquie avait g'gn sa pi ce dans
0.1 de restriction il", Cioses publi 1 humani. civilise Li siance fu h
ques.- Dans ee c.*, l Presse a Vee a 4 heuies 18.
se (ait ippe'er A varez Towar, il et
accus d a* or vol une |quantit de
chques la binque de Caracas en
ca ss M w Yj-k. Ams'eriam, Ta
ris Londres
LONDRES- L'ouve ture 'u Parle
menl b it nn qu: eut lieu hier sp es
midi. M Wh i!ey tut rlu i l'una
;juse. loi aus.i nons assure t-on.
I es avocats, ainsi que les parties in
tcreiti sont galement a la Capitale.
L'* faits peuvent se r umer ainsi
M-Santiago Mirq lez donn par eu
trat I ha o.talion UaviJ M Vaoens
r.ssoitissart be'gv pour lreexpo
te. L' ch>ses mirchiient assez
oim i pisilent de la :hmbre dis bien et les p oloits soitant de l'htbi
communes le. ior naiis d: p esta ta'ion taient apprci: par p'ushurs
tioa de e m nt occuperont les "
nes d: mardi et de mercredi.
pour devoir d re toupie; il lui faat
ir.ire des partisans de part et d'au
lies; lea discussions doivent tre si
leves, si Isrges qu'elles devien
nent des thories, des programmes,
ces sentences et des lois Alors que
ont les iojutas, la calomnia et 1*
ditaraation dans une qjestun d)
ce te envergure*
3 Il y a nne antre politique qu
pt contraire aux deux autres : Pra
nons par exemple la situation ac
tuelle de notre Rpublique, sa for
11 e est dualisme.
Juand une politique est contraire
s nne telle forme, elle est en oppo
fition flagrante avec tous les faits
accomplissant dans h Pays. La
premire croit que calte forme est
bonne, le dualiste; elle pense qu'elle
peut conduire au bonheur; l'autre
forme, au contraire, croit qu'elle est
la ruine Alors, une laite s'engsge
antre les deux principes. Geliy qui
dtient le Pouvoir veut y res er;
celui qui est contre veut tout renver
1er.Mais tout ta temps que la lutte
se traduit daus les discussions pures
4 ueu.es
La confrence se runira ci matin
i htel du chteau Mouchy. L a
bassement d'un accord complet eu
tre MM Po ocar Mussolini et Car
z m lut clbr hier par un dner de
lectecte de so isoti couverts offerts
p r Mr Fomcar et la d gacioa tran
sisa sux rep seuiaats bi.un .iques
et italiens.
Les Cours
PARIS ai St rling 60 90
Dollar 1)51
NEW YORK ai- Sterliig 49c
u m i
OiiUlhUffl
U. S. Navy
]\ews
oar villes de la KVp,bique. Miis une Fx.hange
qutsl on dineiis vint diviser les ' 1 .. -
conta, an s et la justice s'en mla Mr
Moen lit app.l au consul gnral
del Blgique et on alla de Tribu
nal eu tr bunal aprs chaque nou
v Te dcision. D*s aibi'res et tiers
a-bitres fuient mme proposs et cer
tains jng.m.: ts fjr-nt suspects Le
Fianci}.5* Conseil supieurdt'a M.gistra'ure
6* appeler en son sein le doyei li
ph.ine et Tenquie se poursuit celte
fois d'u.i f ou m hoiique et se
li use
Nouj ne macqrefops psdin'or-
mer n^s lecteurs de la marche de
cette importante affaire.
loir ses formes dans des danses artis
tiques et dans des vocations pres-
que locales, i force de dhanche-
ments lascits et s voureux.
Ziza (ut salue par des applaudis*
sment* e: des bis ecthousias es.
5
MER'RED1 29 Novembre
i heures du soir
donn par la Colon e Amricaine au
bnfice de l'E.-c'e Amiicaioe
Cin* Vari ts
Loges en vente au Posv Excharge
e aux Casernes des Marines
L'gcs pour 9 rsonnes Or 10,00
Loges pour 6 personnes Or 7 00
F.uteuils d'onhestre or 1,00
E ven e chtz Simoi Vieux, Me
trop >''' n Bazar C'ub A.nericm Post
Choses Sco.aires
D.-s lettres sont lance depuis hier iui chefs
de nos divers ltablisseraents Scolaire par U Se
crtaireiie de l'Instruction Publique demandant
pour tre etire,;istre la liste du personnel de
chaque cole, les titres et 1a date d entre loncon
de chaque metnl rj.
Si cette mesure est prise en vue d accorder
U pension aux tau instituteurs bous ne pou
vor s qu'y applaudir.
Si par contre c'est en vue d une rforme, nous
ne manquetons pas de donner en temps opportun
noire opinion.
wj___j-ii- jj ii a
LA RENAISSANCE
Les membres de la Renaissance sont convo-
qus jeudi 2j du courant a o heure* prcis: chea
Mr Normil Chail.s
LE BUREAU
20 Novembre
BRUXELLES- li cardiail
vlar
. Cier, primat di Halyiqie, smffi'd di
NEW YORK Lv journe dh er nouveau d influer za.
lu- chrge pour le T gre > qui re LOS INOBLUi Qeorge B. Ho
g gaa le soir ;on do nuiie particu \vrt, suiour et joarnalutn, a t
lier t < lu gu Tcute la m tine il trouv m^rt dans sa chambre. La
criv t d-s lettres rtut des visitsurj Police croit plutt nn suicida,
t eut un entretien avec d s d ateurs CONSTaNTINOPLE -(). rapporta
o : on de ses v eux amis l,-s do; *xw e oufinement d (bifcrt de
teurs Texamiorent pendant |) m '
nui i ui prs rivant un nouveau r
Hau: commissaire amricain/lue tes
les )uve:i.
t simple, la loi don re muet e,
mai aussitt que les actes s'aeco n
plissent ou sous forme psm^h^le ime lX |UI PI!iaLt un peu de sang dan9 )(>3 (,0rt8 turc
taire, ou sous firme sditieose, la pour la-ilyser Aprs cette co-i'H-ta kmalisle.
loi doit agir; plie agit avec l'assis an nos, il alla chez le colon l House MVt Tri L-> Sultan
ce du jury. c il tait attendu et se rendit en est ainv ici bord
Ces questions.ces princip s et cei faus demandent nne po idution, djeuner offert par le aWorld U ie
une sagesse et un jugement peu ,ou!e imposante emplissait le Hall
communs de la part de ceux qui { |le $e t ouvait Ccile So
.intitulent homme, po >t.qn et f llIJlD4c,t.farilsle qai rem orle a-
SwSST direc.ear. tuel!emeat de Sl ^ naf N w
Voil pourquoi, je d ire que la Vo:k avec Lambert Mbert et d-au
Loi, quant la pnalit tienne corn >'* camarades de la ^omdie fran
degte da li civilisation d i ise el de lOdon. Ccile Soiel em prouv i
b assa Mr Clemenceau, ce qui donna f usee.
i u i une manifesta; on pleine de -vmm
g ie.
Mr Clemenceau fut p:sen' aux
convives par Palit**r, duec eut du
S or d: h presse a so-
c e pionoa une b:/e allocution
puis Mi OrxsDceau se leva poui
par'er de/ant un audi'oire compre
un grand nombre de critiques Le v
nr.ble Tig e devait parler r> rai u
les, mais entrain par le sujet il par
ls >8 minutes, le discours fit une pro
ion as nop csion. H a . con enu
d. ne pas le reporter mais une pers
s.une autorise le rsuma en di-ar.t :
Ce matin e Prsident Borno, ac C'^"l! ^u..,d ,if.0U'i: "'
compsgn de Mme Horuo. da Haut 1u P". one iloq".e Ira Im et
Commissaire et de Mme Kussell, de
L'affaire dite des Trsors
en Coar cl Appsl
t'audience de continuation de l'aflatilt dite des
trsors a eu lieu hier. A once heures pre-, le
S rsident Cunthier dclare l'audience ouverte. M'
lu DiambcMs, avocat d'Eugne Dgajid combat
vivement la requte de Cuebas. Mc cm. Cauvin
avocat de Cuebas demande au Tribunal de dire
que ie client de M* Uiamboi ne s''.ant pis port
partie civile i l'instruction comte Cuebjs, il ne
eut eue autoris i parler contre ce dernier.
M Oiambois rplique qu'il a eu a prenlre des
Parisiana
JEUDI
5o centiTQea
LBSuaae d'bfslje
chef d' avre
reJemiiide,
d art potique
iedeaian.de
desiroyera dsirao quitter ou enirer conclusions eritai con re tous eeai que lorlon-
aient un visa
Mahomet VI
d'un diead
K.anck Bacon es*
dune s maine dd
un auteur reraar
te du
Pays.
En parlant aisi, je m o:cupe bien
peu dss hommes pris individuelle
ment en nison du rle plus ou
ruoins prLondrsut qu'ils remplis
eent tn ce moment o j'cris, mais t
de la situation de notre milieu e< d*
totre peuple
En voue renouvelant mes remer
cinmests, Mon cher Directeur, je
vous ferre fortement ls main.
LA.VENTUKB.av.
Ije Prsident
la Gonave
cai .i mort A la suite
railadie 11 tait
quabh
j\N FBANCISCO Dis s e mi-
ses de remblarnent de terre sont
rapportes venant de Hto port d'H i ijw ^ bii de
va.'misdes m-sseges rang t* ont j3 """""'"
nance du v>ge d'ins ru:t on a renvoys au Correc
tionnel pour rpondre du dlit d escroquerie :
qu avant eu donc a conclure contre la cotpori-
non tout entire, le tribunal ne saurait lui retirer
le droit de prsenter des -noyens contre la re-
qute d'un mtmbre de la Corporation Davis et
consorts, d autant plus que la requte de Cuebas
ne tend qu i un non lieu.
M< Cauvin insiste et le tribunal aprs avoir d
libr accoide a Ml U -rabjis la paroie pour d
velopper ses rroy ns contre tous les inculps.
Mk D.ait.toi alors attaque vigoureusement la
req e de Cuebas et fait remarquer que Cuebas
qu. de n. r.de au Tiibunal d'Appel de dclarer
' escioquctie e.-i inexistant que 1 or
ps motive accuse Fil-AunC
, > reque.e mme u 'avoir pris une part im
ttiieot pj-[.,nte et jou un iole de tout premur or.'re
dans le cou d fcxuu. llrutus Comment Cuebat
ke Daniao Rouge
iime p soda
PETITiZS NOUVELLES
ll.UI.IN Mr Cuno a russi a former le ca-
binet mais il n'en ainoncera li composition ofli-
cielle rient qu'aujoui J'hui. La runion plnire du
parti socialiste eut lieu hier au Keichstag et approu
va la dcision prise par les chefs de parti de re-
tuser de p'indre part a la totmation du cabinet
Cuno.
MALTE Le Dreadnought anglais "Malaya"
ayant i son bord le sultan est arriv hier matin,
le ul an rsidera au Fort Zignc spcialement pr
pa: pour le n ce voir.
MAGDlBOL'HU Le conseil municipal cher
cru- a taire aux Liais-Unis un
Astbme
aux huii-Lnis un emprunt de )oo
p>urrait il savoir que biis Aim aurait jou un r:e mi lions dr marks,
dans leiO'.-p d'txum Brutus, difil, si Cuebas BKItLIN Le bilan de la Reichsbank accuse
tait tranget a 1 affaire. une mission pendant la dernire semaine de 65
Mks Lnmanuil et Emile Ca vin r. piquent niilliarjj de marks,
tour tour et dveloppent kuis moye. I gyjjf DUBLIN Au nom de la rpublique d'Irlande
Fils Aim, Ih. Ltiebours cjuSBB"1 Vilain. Valeia lani hier une proclamaiion dclarant que
Vu l'heuie avance le Tr burft renvoie la cen la rsolution du Dail Erean du 7 Janvier approu-
tinuation de l'.ffaire a mardi procha n, aprs avo.r vant le trait anglais Irlandais devait tre rvoque
dcid que les avocats des prvenus dv.loperaicnt et tout ce qui avait t lait d aprs cette rsolution
d'abord tous leurs moyens. tait nui et sans iiltt.
ha aV
a
Pension de Famille Schomterg
aima Aggerholmi d i gnral Meade,
auus chat Je U Uendarmeiie, a faire une en ursion la Conve,
bord d'un cbasaeur sous marin.
U sera de retour probablement ce
soir
Hequle
Cinm Varits
Nous demandons i l'ai uibh di-
rection de Cin Varits dolf.ir aux
ei.fada une ma ine o tlgare a eut
au programme lea remarquables
danseusta italianneSa
*, Noa gosses verraient avec plaisir
l danse japonaise, la danse ezentri
que, par exemple, et auraient lear
part de la grande joie prouve par
ie pabiic au tpecl
x j evolutiona de
On encadrerait
films pendant
tovcbestrer de Sylvain Ptera charme
jrait grands et >petite.
cane Vanti fera t-il droit i notre
er
sincrit eiiivoidinure il i di qu'il
n'tait pas v.-uu sux h at U ut d re
aux Amricains ce q .'i s ivaicnt 1
faite cot eiposer le bssoin d; la
Iran e. Ce ai cou a une d eus
ion comp e et 'oyale de la situa-
t,n t le qu'il la vo t, il dsi t qjil
ne 'Oit p s de\o:l d iract lseiver
cetequ:to pour se disoi'spu
blcs
A rs avoir qu R ts C r lo
1 i lu 're nom ne J h a re itis ;h i
lui se iepo>ei mais 1 reparti: i| t
ci"q h ui s a liltti i la lccptiou de
la socit de la France Amnes au
dom.c le de Thomas Lamont. Il eau
sa a\ec beau.oup d'invits, notam-
ment Gaiy, pt'idect de ls Steel cor
po ation Rock! Ter, Root e le sena
leur IVren ve: lequel ils taient
Schomberqs Bo<*rdmq House
cc-a:le rare des savan voi-irs d;ns \t quartier Greitwich il _. V. ** -, ~ ^
^HB^^-^^Cap-HailieuRue G. el V 22
..-; u-i-r- ,..r.a venues avec leur mre veuve d kV
Prix modrs
guerre le saluer. D> I
lsidence il te coucha
gei souper.
e retour sa
spts son U


LE MATIN
Dernire Heure CMe sieamsiiip c
Foreign -Servites
La Maison
Par UNS-FIL, 21 Nov.
WASl.lNCrON. La se (ip
ditioo de \ o\! ions de la Cioii Roa
ge Amlieine pour Us rfugis de
foerre en Asie Mineure laissera Niw
Yo k le 4 Dcembre.
La HAVANE Le Transatlanti-
tique c Barcelone a t tnvoy en
quarantaine la semaine dernire
quand un passager fut trouv Itttibf,
de la peste bubonique 11 a t sou
mis la fumigation et a leiss pour
Galves'on Texas. Le passiger Te
cai* des Iles Canaries-
CONSTANTINOFLB-Fred rick
Duiborta, prem'er secrtaire de l'am
bassade amer came Berlin est ri-
v ici pour prendre en main la ques
tion diplomatique intressant les
htats Ua"'!. pendant l'absence du con
tre imitai Bmtol Lausanne.
SHANGHAI L'arme des bin
dits dans la province de Honac, est
rapporte t en, tette mair tenant de
30,000 hommes Elle volue sur une
vetdue de 6 milles de large travers
la province brlant et tcant tout sur
sen passage- H!le a dj squestr
une demi douzaine de m ssionnaire
Three Rirers Mich gar. jcoee
dcllarson' pays aujrurd'huipour
un simple plant de iraises par frank
1), Beaiy; prsident de E Keliogg
Co, p o^ucteurs ce fiuits. Ce prix a
t pay comme encouragement aux
producteuis et amateurs de pl.nts
t on dit-
Washington La loi d'immigra
tien* proh.biPt les droi s d; citoyen
tua rangers aux Htats Unis a t
propese i la ( h mb.ttlle est main
tenant tn ccnsidia ien
T ND FM M
United States/ Uaited Kingc'oiv ird Cuiftr^nt
m New York Gari' beau Republ es and Islande
Centra! and South A mrita.
\\e quole llie very l.owest RatCi
For Passenger I reighl and
Other Information.
Apply to :
ebara Se Co c4g^rvho
e>i. SanXtlii Se Co-
S.M Jfacfalx
Maurice 6Jt Cletia Jearv iiccartl
%ovar & Company
to. ^Vieaer
% CatOM
Sbouc&ib Se ta
<%% Se %. ^ixgfaDcV fiie*
-
I LVIRA
1
de
^rt-aa-^rinc^
Cap JHdtiea
fait De fy&x
exigent $1 clftatc
exiget c$dil oioc
u oJlUiag oan^
M 3 teinte
M e>iux aMe*
JacmeC
Aquirt
Vient de recevoir par
les deniers sfeamei
( hapeaux de laine d'Uatte, sup
tou'es l s 1 tut ls pour hommes.
Chapeiut ri* paille d'Hall* *up. de
toues tes qu lu es pour homme*.
Ktki UUisij uprieur.
Drili (Jtiim sup anglais orO,SU t'a une
Drilt l'vssor Dr 0.45
La Maison invite en outre sa nom
breuse clienitlc veiir voir les mayni
fiqtiids nouveauts 4 (es jolis articles
de finesses quelle vient de recevoir
cl qu\Ui vend des prix di fiant
louie concurrence*
"
.
w/M i
ft
L'Anmie
Notre sang est compos de
(lobules rouges et blancs
les rouges servent nourrir la
eorps, les blanc* combattra
U maladie. 9 Quand U y a
Anmiaon manque da sang
les globules rouges manquent
plut ou moins. De cette faon
le sang ne peut procurer asses
de nourriture au corpa. C'est
pourquoi la figure devient
ple at pteuse "les yeux
deviennent teinea et lourds "
et une sensation da fatigue
Intense envahit tout le systme.
Pour vaincra l'Anmie il faut
r.ipprcn i-Mii;.er le sang da
globules rouget. C'est ici que
lht Wla* 0/ Ut*
possde un pouvoir merveilleu.
Parce qa'etani un gnrateur
de sang Wincarnis" cre -ne
a! ondance de sang roiytc, neuf
et riche, qui r.iinne let roses
aux jouesd inna ee ptille-
ment aux yeuxet turcharga
tout la corps d'une vitalit et
d'une vie nouvelle!. C'est
pour cela que plus de 10,000
mdecins recommandent
' Wi;ic rnia."
Articles une boalcillt d* \V'icrnu
auiourd'hm . peut l'obtenir daat
louici In Ph.rrtm in, etc.
COLlMtH 6 CO. LTD. *
Wlnoarnle Works, NORWiCH.
6; U. ft Pearsall,
General Ibat agtr
M. fterwio,
Gmeral Freiyht tgtnt, Ur 44,
No* th River, Nevh Ywh. V. S. 4;
E- F Clments
Gnral Agent for WesUlndks
PoiUawPrince. UuilL
Royal Mail Stoam
Packcl Company
Le SiS 'Tl VI >T% al attendu Jac
mel. le 8 Dcembre pmch in. Il sera
Ijoa* ma Ps in ce, l> 19 du mme
mois, changeant pour l Europe diec-
temenl i ii les parts du Nord.
Le SfSC4ltPi0i laie t ondes le
24 Novembre ch iraennt pour tous les
ports d'Hati.
ROBERTS UTTON & CO
Uneral Agents
Le steamer HATI vpnant de N w
York et des tort* du Nordist attendu
la capitale le 22 courant.Il laiuera
le mme jour i our Jacmel via tous les
port du Sud prenant fri et pass iger
Soo retour i Port au Prince sera fix ult-
reur&niiit.
La conpgaoie Ctyde a tabli un service bi-men
suel entre Kew York et tous les ports hatiens.
Poitai'Pr oc?, le 20 Novembre 1922
Pharmacie VV, Bueh
Le seul prervati( du bois ett le
Carboln eu m A venarius
Itecoonu Jepui p!ui d i 40 ans Co HtnC Ia [>l 's effi:ioo.
Le Garbolinitm Avenarius
tri I prsarver le bois hors el IHM torN cou e lt pnnrri'vra
sous toutes es fortuts, les iuMue-ics du cl1 uat el la (iettrdf^io i
par les in sec es.
A empcher et suppiiraer le etnrpignon t'i miivons e\ uns
scher les murs humii.'ft-
A imprgner 1'8 Vti'e*. curdages Io.Ipi W Blets i' peV-be.
Le produit est un dsinlecUnt de premifi ordre s pnine.el chasse
U ve: mine des cuiies de chevaux aiosi que dei paiaidoi Il el
aussi un destructeur sans pareil des pueui ea ti de au res vrr
mines
Ea Verte cIkz
FRANCK J. MaRTIV
Au prix rie 2 dolia wmnd Lnu
trille e' 1 dollar 1\t bont'illes.
Rue da Magiiin *n KlBt n f ?
Ua'oe Glace, ^ort au I'hto
Avis de dpart
' Les drchea pour New York i;
1 Europe ( via New Yoik, par .o S,*
JUckerie aeront fermes Jeudi Xi
fiurant 11 heurea prcises du ma
B. \
ort au Fiioce, M 2l No? lwli
t
Fes/H Braeoa a laiss New York le
I9c*1,d rettement ncur Pari au.Price
r il est attendu le 9*5. // laissera ie
mme jou* peu* Kitujston e4 fei port
* Jn Colombie p tant f tt ptssi
gif t.
I ort au-Prioe U 21 Novembre lilU
IL. F. Clments,
Agent General for West ludies
Sea-Side-lan
M tis ni reufe de BJioloo.
Sur W liord de h Mer
Vue enl. e de la rade e: dl
la Ville
Ca^ae po'ir automobiles
Cnol pour pt('inenade en u er
Bain de Mer
I) u > h d'eau dou e
li'Hnd galerie, au p iui.r|
l> i |uel Vue sur la pr
Ba ']'" t s- r comi
D'J3uaersel dioeri pr.'pir'
n t^ nia les
Toutes 80 ^ . 11 nations premi
res m h,| ies
Pej( prenfl e 0 p^nsiLUnairei
an m ia,
i end des pensionnai; ea pour
le ji'iiripr el h diner
fi nif) autoina'io
cit-
\ ili d I" .S p mb f
l ,\, .1. .1 II ., ; I;. Uj
Lj Sou de b beures a
Petits djeunes S Lvtirei
! DoUar 5, V,n
l'baectri


wtHW
m*
mmmm.
URODONAL
W==
'-.r
Rhumatisme
Nvralgie
Goutte
ravelle
Artrto
Sclrose
Obelt

Q e,l fHUr |un< et viter
tarli*
Kviina1lamfi.laTiur*i**cmanl
da mpU l'entablamant dti
aaJttt. la* varloae a> l'oMalt doit
aTinlnar l'octi d'aeida urique.
a polion 4a Matra arganian-ia,
t taira tfaa aura r|ullrn
URODONAL.
lave le sang
1 tndKailae enn>pe. 44n% le
ara+umeni de Tariaalo ***trose, coMteie
luu MUil t natrnei K ni%aikj *i
le W'WMat|ii 4i iHwi.' nrofni-
lai A I* fllataBfc a> p Orttrt nW* H atul a0)vix (1hyo*r
le. ^i5h. an dftra. evirrn toute suir-i

detra. v
w* co/ilfe la rtention d axldi
prient dnfu i'orraniama en employant
l'Cnrfenel >
Professeur Ki\ *t
frol o dm lut i rvoUertlia St Pttltaf
a*
Ei.ibi Chaiaiala
Valrnclcnnn Fan
Os
niai inni <' u" raaeai. iom-
LII M l_ I T\\J 1_ M Jinr rtr. bc.tro.f.
ntu< < liiaum. Mtljdiri l> ramait,
trmrinimc .ardiofalMei
LINYCOL"""" """"*
ntiuna-
n-uip< Ocuii. Uirubia. N-
rairi.-.
es
Vaillant ei llouet 1720, Rut du Magasin de 1 an


Pharmacie Centrale Journaux deParis
Prcduits de toute frairhput. Excution promt* et mn( d %
ontdonnante* ' Si cidiis rour ioutes nmladiet.
Pharmacie W. BUCil
Ri commun de
Pour la (e.metttation du Sirop S? de
la aiiiue.
tour un ion rendement en alcool
La Levure dessche Florylinc
Analyse et Ectpeitt du Sirop t de la M tins e au point de^vue
te latetniintahcn et du rendement en AUool excute dam le labo
laoire de la l'hartr.aar.
Pour la boune fasm Huilt de Foie de Morue, fraicht et d'une
qualit su/t'i u uie, le remde le plus riche en Vitamine .
'^iigoiUri et* Caatariin, Det-x remOey contre*
fa &>queucl.e/a
Suprositoire -'wai'/, le me Heur remde pour le traite mit des
Hemorro des.
Susrtnsoires et B .> dagts Elastiques,!etines aniicoliques Certan,
tmuveau produit pow la destitution det punaises
les ii tie.'ss font ivVs qre par
'# ri Go-"ft e U tigre Prama
lont tiriv$ Ifs jouruaux de 1 tris du
34 au u O.tohr.
Et verre la l:bisiii du Matin
0
S
t-t
fa
Trop faible
pour travailler.
La vie courante des femmes n'est souvent
TJ un travail incessant. Combien plus ardue
St la tche quand des malaises particuliers
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
J Le systme nerveux est drang et la vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que CeKe Femme Dit
Maniani'io, Oriente, Cuba." Jetais anmique et souf-
frais lors de Kea rgles. Ces douleurs me foraient souvent
rester au lit Les douleurs, toujours dans le baa ventre,
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomis-
sais souvent. J ai souffert de ce malaise pendant quatre ans
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je
l'ai piiac avec complte satisfaction et je me fais un plaisir
de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de
mme iti^aise." SrU. Marina Milan, Calle de Cariad,
4, tfantanfilo, Oriente, Cube.
Le ; femmes aou^nntaa ne Sevraient bas /aire d'esaaJe
maia doivoat luaittar pour la,
Composition \fegetale
de Lydia E. Pinkkam
L'OIA ( tINIHAM MIOiCiMa co. Lvna,
I

Asthme
Spa-Side-nii
M AFTI* SANT BIZOTON ROAD.-Port au Prit*
O.i il e Sfa Sde
('orrr e * \i'w t i the i*,.tt
Nfttri y
6 r*$ t>r a .leci s
r>Jt f.ti boa lin i
in Ihd p 11
S n Rai b fiftsh Wiiltr
Shovver bi h
Large piaza
Dinners on orier
l.uiiches and brek/as'
wn ly in 15 mit u les
III dr.nks first rlaas
Can mil b boardert ru ni h);
Boirdera for lunebes
and dinners
anomale Piano
wiih E'ectric curent
Viennent d'arriver
Firestono, Pneus $ Chamb es
air.
loutes dimebsions, sur-
fout
30x3 lt2& 30x3
1er Bjnqueh
TroT Sept mbe. 15 Ih
Lun he H D'nnen
Or 4,vft Wi'-e includivg
il k 1 l| A. M,
6 to 8 p m}
Lunchs SDciauK
Grand Htel de
France
eut par a situation unique au centre des allmres se recomm>me
\ lus que iiimai* nu public et rour ?a ISINE so-g-ie e' 11 U contortibl* n*cesi ave aur \oya
i,eurs de Commerce tt f.artru'i'-ement aux commerants de passage
Port-au Prince.
LH' I db'*e p r ga.loj et pr h r?que
des Viis d- 'ocdeanx R.iiijji et ftl*nc
Cet Wns viennent dired n -.\t de H \ RS4C tt sont garantis pui J
lut d'. raisins, non* vo"t nous tenons toujours lu atspoaition des ClUnU.
(hm*m et Vins Mousseux r!x modrs
.Corserves alimeAtares fraises, premier ciioU
Vendre
Acte BUK'K 6 cylindres en rar
ai: a.t Ocssioo ex.ep'iODDelle
S'adre ser au Bureau du Journal.
lin vmte chez
lu Preetsmat n*AGGERHOL\
Pharmacie . Sjourn
Donne avb a sa clientle, aux mdecins et au public qu'elle a
Ira: isorm son Laboratoire d Urolog e en un Laboratoire de
bioloy e appliqu sous la Direction dj
Dr Ricoi cl*P. Sjourn
Le laboralire es' ouvert tous les jours de 7 lires du malin
fleures du soir pour lou'es les recherchas et analyse* prvues dans
l'annote* ci j )inte, saut pour le
Was* rmun et li con^tanle Ure>Scrt:>ri
Si* r t reu y que le mardi de chaque semaine*
S'adre >r a ia Ph-irm^.cio pouries re i*3igis u^ iUr*
4ni1 es d'urines iSu'i ors'riiu ,
Raction de Wassermann
R^clion de Triboulet,
Examen du sing et du pus
E\anien d s madres fcales,
bamen de craekat
<4lburr.ino raclinr.
Tons an'e L'r^ Scrtolr'
I echirr) e de S irochtes <' le Gonocoque*, etc, etc.
Chez
HENRY. STARK
----l..:^ S. n... a ,r. ^ A/o 1917,Rue du Quai,en face del Gare
Ou houiera Joujou;s des Ceicunts.,r.nii 1rs et df luxe Spcia
Jl de eercueils en sa'in po ad mil et je.n.s g-iu.
Le publu: doi' toi jours s r^ppe^er q eu s'^dro sn.i direeaeiueiit
Avu et Joan que le rcpisi* au No A. 187 F 1 "i 1 La ip.
mis par la C.omm.Mian Faquire et .niert au Hap OuOl pCtr letr CumiaJalluU de CerCU6ll, ' 6COUuimSe 18S MuetiCdS
pon No j pour la retenue de ao 0,0 pratique parfois assec consid aUles que lonl Mstsrs- les ul*ymedi&i'e?.
i^TZ^ZZZTi*:*. nP* rJnU, travail scen et Me. livraison *omp.
N B. La nuit et les jouia de ttc, a adussci au Jh*i 'telur, Mon)
iieor Fi.h.e> HUSSON.
^1 * FittM fru N iM*S lift fe \&SGm 9iiMiLiic
Pension Suisse
Confor abla maiaon de la mi
lie situe aa Bois de Chnes
pioximit du Champ de Mais,
807,Avenna Grgoire
Le Mali il
Ab.m emect
Un Mois
11 rt iu l'unce GoJrdes '2
Dfparttixent -.51
Ptiaiaer i
luie'iicns. et aboo le.tcnt* paya
bip rl'e/a'i.'H
Cabinet
DE
Me Louis l.ioiidas Lavnture
Av )cat
UonsultiUOL i jiatin 7 ba & 10 b9,
soir 2 hf 4 5 ht
Riif 53S Dr Aub y IS______
Rcpiss adhi
est adhire Je le deciaie nul t non
devant en ohtenir duplicata.
Port au PriDcr, le Novrmbie iyAS
bUQ
aveuu


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM