<%BANNER%>







PAGE 1

LV|\fW TBTBUNE L'affaire de Grand Bois Parisiana DIMANCHE Satisfaction gnrale sera d inne : IS CUIRASSEZ VOUS! CUIRASSEZ V'.trs Gorge, vo Broncha*, i vos Poumons en les dfendant] en les prservant par l'antisepsie volatile des le smsaticrnel et somp'ieux chel d otuvre de la plus grande valeur se Mon cher Diiecteur, Le !medi u du courant, l'arpcn leur Marins Bal'hazar.a t arrt et r re P" conduit cas garde auxGrands Bols Cette fois, nous ;sp oas que font rour *.ie interrog par la Commis le monde pouria voir cette raerveill tion et (cntront avec 1rs spolis. du cinma Il est lis inquiet. Les chanes si Roman hstori^ae en 6 actes Je lourdes qui lsent sur lui et ses 75 00 Pieds. roirpliui sont accablantes. Ils sont La MUSIQUE DE GENRE qui sot dfinitivement pris. Uva 1 enthousiasme gnral complet Lts dpositions et pices accusatri tera le succs de la soireI ces se comptent par milliers C'est Pix Orch:stre 2 g.oo ici DM vraie rvolutionAussi la Balcon 2,so Comrr.i s on est e'ie accable de beLoge 3,00 signes L'enqute a lv. des choses On trouvera des tartes Parisiana si graves, que la Commission a cru riLLES VALDA P acetsst'f de ne plus se fixer au B;u g dl Cotnillon, Geai ainsi quelle a eu se rendre jusque sur les frontires Dominicaines pour enquterTantt elle se retd dtni les marchs publics aide de l'infatigable Magistrat Communal du lier, ^our entendre les pla nies ci invi ir les victimes a venir avec leurs pices. Le Prsident de la Corn miikion quoique soutirant de grippe depuis t ois joursest ferme a son poste, menant avec matrise et impar lulit la grande enqute Rien ne DIMANCHE i s h. p.m. Grande Maline Entre gnrale /o centimes contre les danger? du Froid, de l'Humidit, des Poussire, des Microbes. Poan SnitlER EFFICACEMEIT Rhumes, Maux de Gorge, Bronchites, Orippe, etc. EMPLOYE! LE8 ASTILLE8 VALDA rtmde respirable antiseptique Mais il faut avoir soin de bien employer les PASTILLES VALDA VRITABLES SEULES RELLEMENT EFFICACES rendues uniquement en BOITES portant le nom aBnwr^'Wr: • 4vis Pour les Etrangers rsidant es Hati Le Chef de la Police de cette vill lorte la connaissance des trane lui chappe" aucun rxotemtnt, au> era rsidant en Haiti qu' partir dcun siane des accussSes demandes '? 18 0 lb Novembre courant BOQ cntmr'.santes 1 aifoia sont pareilles :e "Prend le service de la livrai a des ciups de n aacue. K-lbreau.lui, Les pastilles V\LD\ sont en veo'e : Pha m ce — Pharmacie B-utus, Jrmie et tcutes Pharmacies* :s pastilles VALD\ sont en ven'e : larmacie Centrale d'Hiiti ; — Phu acie Bourraine ; — Pojt au-Prin 'oa dee cert lient* d'immatriculation Remerciements Mr Clment Pothel, Mme Vve Justin. iv risson, Mr &. Mm; L. C. Lhrisson, Mr Mme inipendu dans lefcours du mou de Ht \, ho* MM o nge Mr & Mme Octave u, ail u T eui ruse, qui, connaissant ^ n p teiQbre coul pour carjlQ de mo riHon< Mme Vve E e Lhri M g, Mine bun les lieux, les .airs et tes individilcationa. Ren litlal,UVa, Camille. Paul. Albert. Anna dus, Itlte dans Us dbits, comme nniinnea MMeiMiuiM Berthe Lhrisson, Mme Vve Phliote lia/ile et I ,c*f ... mntt H* I-rroir tt SM QUELQUES KENSKlGN EUfcNTS tous les autres membres de la famille remercient ont fusf. ses mots Ce terroir cl ses bien Imceremem le amis ti0t de u Capita e q Ue lpaitits sans rplique. j. i6t r anHar arrivant n Hati de •* P">*'" qui leur ont donn, a 1 occasion L'est une stlaire trs vaste, dont do dane lestroiMnwa aora aa A^* ^^at^MaClseat fothel, J1...J.. j a. .__,„ i_. ""i unuB ien iioiBjuur pre* Bon ne Francine |ustm l-hnsaon, des preuves de les ifteaai seienuen uaas louies les arrive, se pourvoir de BOO eeriifi relle sympathie en cette douloureuse circonstance touihes de notre socit. Les habi cat d'imrnatriculatijn dlivr Dfiez vous des imitations C'est un fait reconnu que la Composition Jjltale de 1 tham est le meilleur reu' 1] d 1 femmes. Des mUlkrada teuua OS tait llalgr cel L il c:i est qui se n.q~ DIX %  nt %  '.' intres r 1 It disant aussi 1 t ce pr d 1 U t h. Un CM r.i nt rect rmu comme efficace et tnt ans. Ueeai ce que cette feanme ca; r. ('. A. -•• i Ci ... | dia J'. Pin! ifc-i | d %  %  b tte, !<: .' % % %  '• %  t !.' ventre, I).%  qui-..' Mer SB uo faedrtile cou 1 rasai aie c'= Lydia E. 1 iukhata at ] % %  '<' %  • % % %  prie) u t maintantu t rtablie. Je 1 l amies qui r.n ... C. 8va A\c, Calb C >st C A. SOJTI Prurii :>t*s— V Vc ptea i, • 1 Comocsition wtfetao i Ai s CZ %  : %  < i E. lp >rt1 0 ce ll^ de lydia &• riruaicurt in'ur uue teire trauttera, doit,da > Bruno, s. G. MgrConaa, le ciergt, les frres i de Viue le Prsident Borno qu'on ,on ""e en Hai i, si toutafoia elle ^L M "' e Guiiiou, ks aun de saint Joseph cri uc 'iw"> •uw^-wu nromnaonAA rift ann Anom de Cluny, la Presse, le Cercle •' rreina "" La la Ue paitOUt la Commission. ,.L; ,!:.i ?m P 2* Henaissance et k prient de croire a leur pro Oa ne sait encore si la CommisVL&P. m a tncu ler eD l offlce du <"! d l**. A Vendre Mme SOD Cbef de la Police de aa commune l'on au niace, le 16 Novembre 192a '* f*/>AmnDitnA Aes a,,r\ AISAII* .*n An* Varits sion ttittia plusieurs jours on ic Accompagne de son poux, ce der souhaite c;r la besogne est colossale. nier peat remplir pour elle toulea On n'a pas encore vu la moiti des lea form.lila exigesplaignants et ils sent lgions La con a L'hatienne marie i un tran fiontalion seule prendra plus d'un ger en Haiti doit ae faire irumatrici n ois — B.en vAtrei 1er dans les mtues conditions qu'u Andi L.ESPE5. ne trangre nouvellement arrive en Haiti. N B — Dernire hure La Comnhaien a dcid de rem.fre eu liSwlS* beit tous les auteurs et complces, § L e§ 0 ncierda TftiW 10Qt in Itsmv.tant se rendre Pott-auexarn p !s de I i mmatriculation. Prince pour rpondre aux multiples d_ Le* trangre employs dans questions de la Commission Baltha les bureaux du Gouvernement H i aar et D.'ienoacourt derxandent qu'il tien tels que la Doaaoe, le Dparte leur sou permis de se dfendre avec meut dea Travaux Publics, etc. aot p ttn amn D •! ,1 >;es qu'ils dtieaneat et qui obligs de se faire immatriculer. traildltDa 1181 FOSd Auto BUICK b cy'ind-es m par fait tat— Occasion ex.ep'ionnelle, S'adresser au Bureau du Journal. Saflr Femme Rne Thomas Madiou Rue des Frona Forts 235 /Vendredi 1 nain. -w mm b '.es trangers n4s en Haiti ne Le MflHqili ClUX dents blanches i; J t". lie & 15e pisodes Entre 0 0.50 •a m Viennent d'arriver Fire&tonv Pneus $ Chambres air. tontes dimensions, sur" tout les p:es q oil l'oit au Prince 3 L tranger dj Immatricul et voyageant souvent n'est pas oblige ch;que fois qu'il retourne eu Hati de se faire immatriculer 30x3 1(2 & 30x3 En vtnfe chez h. Prmt%maMAGGERHOL\1 0 Ste i nsihip Une Bureau da l'Agent Gnral Socit Franaise de Saootra 4. Conformment la lgisla ion lu *? rl tu l riQCe le ,0 Novembre Ma lois et de Bienfaiaance uaitienne, la femuie, suivant la na Hniutio vo riQ ,. e d „ Crigtoba | / ,* d> matin, a l'occasion de la Fte patronale de rtatriCUlir. I il Nnwami.r a 7 -eure et demie d. so.r n A, l de leur ^ rQi gont bh da -e bte n partira midi le .Lme local A ;ie < t8 of me c lyae bieainnnip se iiK.ce Gnrale ordinaire — aI7s-..4l— |OUr pcar 'XfW 0! li directertl n rit r^-rt ,. o. THOMI'SUNCompany [ Foreign Services ) at Port' Agent Gnrai <;• l'e'tablisseraent. Le t rsident de la Socit F. CHIIUE/. Cly de Sieamsbip O Foreign Services Mas s Gcbira 4* Go are 'appointed cnbie Uenraie ordinaire %  fairw immntrirnir. M-* ceue .-union la aa a| orit n'est pas consseiaire immatriculer Ute u s-tiice sera renvoye au Samedi soir 5, L9 pre et mre d'eufailts mi* 7 leurcs t demie ; si i cette seconde sance le rjeura sont obligs d'eu taire la d* a era-ncu h as encore obtenu, on traraillera t|ara ,| 0Q S | 8 eufaDta SOOt mjeurB airuaoebe matin a IO iures auel eue soit le .. ... , sou.re des membre, pisem,. ils sont obligs de se faire immam Ordre du jour CUlerRenouvellement du Comit o. Les tor.naliis du visa des oerti o,.e..,on d-ia.i. Gnral flca 8 dimma r.culatiou ne sont tm obligatoirea que ai l'intress change Rcpiase aelhir dtiniiivem.rit de rs 4et,ce. L'iranger, de retour bOSQ Varits DIMANCHE Frou-Frou AVEC La Bertini Intre G i-ageG. aUiPrince i>ai efl ctive on December %  — -" ht 1922 and'will hive ihe Clyde Line Compatjoie Gnrale Anency Office at "211 liae iraversire \ T ransatlantique Q # 0 t ^ e bussiruss of the Clyde Le steamer "Garbet" est attendu _.* %  , ^MJ /'„ ^. / r. ^. { le s?7 courant et repartira le mme S fCinship Lhjde t.O npauy ( t OTi§%% ) on the b >ve date. Gbura *$Co sont nomms Agents loeaux de IJ, Clyde Steam hip Company (Goreign Services) Port au ^STSrS"'"" Prine a partir Unir Ddire 1929 et au ont leu s offices ouverts aux af* faires de la Compagnie la Hue Tra vers>te No W/. Fort au . i-.^. le 13 i\ove ubie lift... IL F. Clments, Agent r eo. lal (or West laJies 1Eu faire la dclaration en fl.ee du Gbet de la Police pour Fort de France via iyjl du Sul, prenant fret et les perta passagers, soit neura enregistrs J— Les entants majeurs insmatri cols. 9. L*>s Do~iinicaiJ8 co>nme lea autres trangers aot obliges de se r ire i'n>natneuler. 10 Lea traugara possesseurs d'anciens certificats d'immatriculation, par lesquels les tries lgales au* raient t payes, peuvent lea faire changer en l'Office du Cbef de la Police. W H KUPERTUS Port au Prince, 10 Nov. iU-22 L'Agent E. ROIILIK. PS Suisse Confor.able maison de fami lie situe a a Bois d Chnes, proximit du Champ de Mars, d07,Avenne Grgoiref



PAGE 1

/ l6mo im No v 4967 Pbrt-anPHnc* Fait! Clment Magloirt NDMRRU 20 GONTIMES On, 1' LE OPY X Wumbu. Mmorial Librirv < PAN AMERICAN tiUinai Vendrez *7 v oV ftifeM i^fo^o Jl f L homme peut devenir libre par l'anantissement des mauvaises passions. PLOT1N Quotidien i REDACTION j:*]ftae Amricaine N) MW fKLKPH J < No '2tJ IPnir Cabd L'Organisation AdOIT 11 Pjtl de — Carrire administrative ( %  ! buvettes trangi es Il laot chasser ie mauvais esprit De temps immmorial, tout gou \ ci ne ment hatien est constitu pai i':ux lments, que nous qualifions nos mcher les mots : un lment i./i # compoa Je personnages ides, :yant de bonnes intentions, t'amoor eu bien public, le dsintressement n le cou ge de ses opinioas, et qui ut dis se i mettre tout cela au ser \is€ de l'administration gnrale ; et en lmtnt malsain, peur lequel les jrmcipes et les ides n'eiisteat pas, i,ui n'entendent que |ouir du pouvoir, amasser des faveurs, caser les : mis dan.; les (onctions publiques •te. Ces dei x lments existent dans tous les gouvernements, il n'y a pas A ic nier, .e pouvoir existant, qu u le uuille ou non, s'inspire des deux : il est de constatation courante qu'un gouvernement conoit d utiles pro jeis, qu'il voit cun p.omenre et sabo ter pu les plus srs mme de se> &mis ; ceux ci piotessnt l'opiaioa que 1 intrt du igime existant doit t asser avant tout, mme avant le len i accomplir. ^Uuel est-il, le chef de gouverne m.nt qui n'a pas connu cette dualit d'esprits et ceite lutte 1 Quel est le chef de l'Etat, quel est le minime, quel est mme le chet de service qui nat connn cette angoisse d'avoir voulu taue quelque enose d utile et d .voir vu sej tions con iccairs par le favoritisme, par des amis sors du goav.rncment chez qui l'lment malsain lempoitait malheureusement sur l'lment sain ? Dans ces :o ad liions, le gouvetne ment est essentiellement une lutte, lutte du bien contre le mal, lutte de l'intrt gnral contre l'intrt parti culier. ae 1 intrt mme du pays tontre l'intrt purement gouverne mental. Selon 1 issue de ceue lutte, lespnt gouvernemental est bon ou mauvais. Une forme ordinaire de cette lutte rside dans l'attnbution des tonc lions publiques. 11 est difficile de per luader un gouvernement qu'il na pas le droit ue placer ses amis dans les admiuisuaiions pub.iques au d triment des citoyens qualits et que des service piouvs letomnaandeui dj l'attention de 1 *wt La raison en est que l eut de choses que nous dnonons, comme nous l'avons dit en commenant, date de long emps et qu il est ainsi tru jours peinais au pouvoir au jour d'inscrite dans son programme u'administration l'pura lion du personnel anmiuisLatit, quale dans l'application A renouveler et A pe ^etuer les abus qu'a dit vou loir combattre. Il laui cependant que quelqu'un co nm.nce pourquoi ne se tau ce pas le gouvernement actuel ? U.ga user u carrire administrative est une chose qui vaut la peine qu'on lui satrihe des prfetences prison tel es et s'il existait une rglements tien crite des conditions qu'il Lui runir pour tre revtu de telles et telles oucuons publiques, et en mme tcaps de la faon ofliutile de tmoigner de l'existence de ces coudiucus, nou; voyou iuu*wir m nt dt quel droit aune pounait se presa.oir u 1 candidat intUJOJI la meilleure poss.b.e. Voila, le rj lationnel d uns piecuue preese, deut i activa., eat vui gaiie, enlisas sans cesse eu reeou rant aux grot mol, a des lment n ag;ux, indcis et mme menaon gra, goi, pour jeter du dissicdit, ^Hsnltat a'lectiousl) LONDRES i>Les rsultas encore incomplets des celions donnent : conservateurs 143, travail )8, libiruxai, libraux gorgistes 19, rutits 6. Les conseivaums sont en tte -le tous les partis eombiaj La Turquie v^ul la piii Un mmorandum de) m un Eu laisoo de la chut du cf. Wirtii, la coin nissioa des repu4. %  lou na pi preodr: aucuaa di;i.ion :ur le deruier pioje; ailemau. Les .umbiei espreut qj.; le 1103veaucjb.net ace pieu ic projet e l'auc en. L espoir se bise sur latmu de des grand. industriels qui voien %  dans U 1 uiitique, qui a 1 spir 1L.ord Curzon pio|C, le moyen le p.us si de nm %  PARIS is -lantt Pacha Si sivoir na lcs co ,dlU0QS QOf males dans l c qic son eutrct.eu Je 1101s quarts ^ i ^ i ',<.,, d heure avec Mr Poincar fut des .*; A l * g" a Vffil i la co a plus satisfaisants. Il dclara aux ? \*' 0l "" '*P-Hon* millions loarnalistes que s'il y i.uideui nouveau A Lu a ne sera pa> la (au.e d.. a|oata ; Nous voulons la paix et.quoi ! "f* !" 1-1 P our P*rfaire la que nous :iguo s, nous nous confor merons. Mr foin.ar a rea le mmorandum de Loii Cuizon et prpaie la recouse. Ljrd Cmzon a demande A ce que ie lests soit tenu secret. Me Poiacar a seulement dclare qu'il dclara aux ~ '" ,e P-*on* 53 millions s quelque " ,ks *+9 "ons payables : ru msianuuopie, ?*"*' ^ ViU l ^ i coiformmeat des Turcs ti "i*'KU\iLLiS -UjbrouilUrdd oe veuaiiuea qui puisse e.npo h:r "^^e-i-a -u j orouillard laF..n.eet l'Aug eterre de s'enlea*£*'" u M *"* c i a cavlopat l| au sujit de 1 attitude d;s dlga i, *' 4J ,-' d ^ Mi S al . 'es tra.a, sAL.usanae. et '" b !eia]l SJa i reu.dis. la aavi h die t.ous uns L ftifualiou g*t;ou sur i.*caul est antc JBXICO E U.aversil ,„. nonce qu'une oigaaisauon tucuisesi forms A |alap 3 ( Elit de Vit L-ruz j pojr co noaltre le bjlchvn me. PARIS-. M^rCereiti, uonce du Cousu utitiople CONSIANIINOPLE-Le gouver nement socialiste a donn l'assurance formelle que les conditions de Par w a ^ e ct ,v r l 0l nir I, a nbassadeur au misiicc de Moudania seraient resiec Vjl c Q oai arr: les lignes de l'ac tees, ce qui amliore .a situation de t0rd 1 UI doanera une plus granle ces derniers jours. libert aux glises. Aussitt la con clusioo d: l'accord, Mr Poiocar sou Election* polonaises 'LiiT'a- 110 a u i,arlemeDt AT a pour accorder aux paioissei ua pluj VARbUVIbLes liultais congraud coairo.e des biens et fonds des nus des lections polonaises au snat glises que u accordait U loi j e jj. pi indiquent : 52 nationalistes, u radi uuons. Aigi ll^udriliart, recteur \xi eaux, 25 non polonais, 2 indpen Uusiuui ^aiiiouque de fans a la daitl, ruer une enlievue AVCC l'oincar A cSU|st. La lutte contre JSii Z Ma,,,!,ai *wk au )unidliui saa prj^iam ne a u cham le LHIlCer Hi • deuuniA un com^lei appui sinon dusouJia t'ass.'-.nblf; PARIS—Le ministie de Ihygine, en cooperatioi avec la ligue uancoanglo-amricaine organise pendant la guerre, va :aue tablir 20 labora lu.res rgionaux pour lutter conue le cancer Le piemier a t ouvert hier A Pans et contient tous les dei mers perfectionnemen s du radium, ra>ous X, etci Les Cours NEW YORK 16-Sterling 4 4 ,j/ I ranci 5,09 ^*BWiejp"nfSff Four une OHM m Amm Etiuimo ttls. La tte qu orgmise un groupe de A.nglo dos Ruas des Fronts dames paironncsses au profit de l'fct'orts et du Magasin do l'f'ot cole des soeurs d'hl.e Dubois au Bel \ir est bxee au dimanche j decemII I I' bre. liile aura lieu Allicolc de la VlarCliaildlSeS Rue du C*.*. elle cons.s.era en une vtoie d oojcis ne lingerie et con r 5^*1 nPM I f lMfl Iecl:oa P J tfni lesqiels on trouvera *. JLdJiyaiwraj ui b0Q maich de aoa: b r euses ro bts d'eufants, parfumerie, ,papeteri', — |ouet,poupt-, obiets religieux etc.,. sattarque non seulemant aux actes, SSSSli&ui 1 * S 0mbie m ..s aux pJ isonnes. leu. honneur atiraetions, des (eux de Massacre, u'uomine et parfois de famille, yui,** !" lir roule te llc ch?s; soldats, impute des fautes gratuitement,pi.e boules, tourniquet, absolument in ans nns et aux autres des senti dltl el 1 Ul feront la joie des enfants m ma de bassesses poor cony tions petits et grands. v an oi',,osee, et ce sii.s ^i d Ou en vieme eu fou'e se distraire pour la vdii. Et eom.ue .ci oaa, et taire en mt.iie temps une bonne II.U.I.;JC est plus enclin a mal juger oeu/re I... quelqn'uu, cotte presse par on man v la usike et par menque de clair river a vicier lu lj ci< te, et diminuer un h mute que. que aoit aouniale e; aa valeur mo raie. ( A misrs ; Constantin DUMCRVE Madame Taldy l UU de l'avename directrice de Cin-Viri.i<'i %  M .u.ioDnaire ei commue a inspirer de Urieuse IniMilniitii, Noui toruoDi des vux de reublitscMut pour Mine Taldy qui a su s'adirer toutes la sysap.. ihies du public. f . S' I


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05789
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 17, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05789

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
/
l6mo im No v4967
Pbrt-anPHnc* Fait!
Clment Magloirt
NDMRRU 20 GONTIMES
On, 1'LE OPY X '
Wumbu. Mmorial Librirv <
PAN AMERICAN tiUinai *
Vendrez *7 voVftifeM i^fo^o Jl f
L homme peut devenir
libre par l'anantissement
des mauvaises passions.
PLOT1N
Quotidien
i
*


REDACTION j:*]ftae Amricaine N) MW
fKLKPH J < No '2tJ
IPnir Cabd
L'Organisation AdOIT 11 Pjtl de
Carrire administrative (!! buvettes trangi es
Il laot chasser ie mauvais esprit
De temps immmorial, tout gou
\ ci ne ment hatien est constitu pai
i':ux lments, que nous qualifions
nos mcher les mots : un lment
i./i#compoa Je personnages ides,
:yant de bonnes intentions, t'amoor
eu bien public, le dsintressement
n le cou ge de ses opinioas, et qui
ut dis se i mettre tout cela au ser
\is de l'administration gnrale ; et
en lmtnt malsain, peur lequel les
jrmcipes et les ides n'eiisteat pas,
i,ui n'entendent que |ouir du pou-
voir, amasser des faveurs, caser les
: mis dan.; les (onctions publiques
te.
Ces dei x lments existent dans
tous les gouvernements, il n'y a pas
A ic nier, .e pouvoir existant, qu u le
uuille ou non, s'inspire des deux :
il est de constatation courante qu'un
gouvernement conoit d utiles pro
jeis, qu'il voit cun p.omenre et sabo
ter pu les plus srs mme de se>
&mis ; ceux ci piotessnt l'opiaioa
que 1 intrt du igime existant doit
tasser avant tout, mme avant le
len i accomplir.
^Uuel est-il, le chef de gouverne
m.nt qui n'a pas connu cette dualit
d'esprits et ceite lutte 1 Quel est le
chef de l'Etat, quel est le minime,
quel est mme le chet de service qui
nat connn cette angoisse d'avoir
voulu taue quelque enose d utile et
d .voir vu sej tions con iccairs par
le favoritisme, par des amis sors du
goav.rncment chez qui l'lment
malsain lempoitait malheureuse-
ment sur l'lment sain ?
Dans ces :o ad liions, le gouvetne
ment est essentiellement une lutte,
lutte du bien contre le mal, lutte de
l'intrt gnral contre l'intrt parti
culier. ae 1 intrt mme du pays
tontre l'intrt purement gouverne
mental. Selon 1 issue de ceue lutte,
lespnt gouvernemental est bon ou
mauvais.
Une forme ordinaire de cette lutte
rside dans l'attnbution des tonc
lions publiques. 11 est difficile de per
luader un gouvernement qu'il na
pas le droit ue placer ses amis dans
les admiuisuaiions pub.iques au d
triment des citoyens qualits et que
des service piouvs letomnaandeui
dj l'attention de 1 *wt La raison
en est que l eut de choses que nous
dnonons, comme nous l'avons dit
en commenant, date de long emps
et qu il est ainsi trujours peinais au
pouvoir au jour d'inscrite dans son
programme u'administration l'pura
lion du personnel anmiuisLatit,
quale dans l'application A renouveler
et A pe ^etuer les abus qu'a dit vou
loir combattre.
Il laui cependant que quelqu'un
co nm.nce pourquoi ne se tau ce
pas le gouvernement actuel ? U.ga
user u carrire administrative est
une chose qui vaut la peine qu'on
lui satrihe des prfetences prison
tel es et s'il existait une rglements
tien crite des conditions qu'il Lui
runir pour tre revtu de telles et
telles oucuons publiques, et en
mme tcaps de la faon ofliutile
de tmoigner de l'existence de ces
coudiucus, nou; voyou iuu*wir
m nt dt quel droit aune pounait se
presa.oir u 1 candidat int f.iusaui. m nous^voyons. au cou.iai
\f li ^.uement" combien, en l'ab-
sence de ceue rgleraeuiaiion, n'im-
porte qui, le premier vtaa, pourvu
qu'il soit l'aaai personnel du pou-
voir, peut pi er.de vritablement A
tout et s tonner qu'on paisse lui re
(user quelque chose, de ce tout.
Une telle organisation de la carri
re administrt!;e est elle impossible
A raliser ? Rien n'est impossible
pour qui veut aboutir ; au besoin on
brise les obstacles, dont les princi-
paux sur cette question sont euco:e
d'ordre sentimental Voici une fso i
trs simple de procder et nous 1 en
pruntons aux usages qui prvalent
dans les admiuistratioui privsa.
A .cote administration ou partie
de l'administration, il faut, avant
tout, un rhef des;rvice res/tn.ablc :
il s'agit tout d abord de mettre la
main sur et chef. E.t-ce t es difh
cile? A os que les chefs d'entrepiisc
du comm:rce et des au ures trouveat
facilement ce qu il leur faut chaque
fois qae l'occasioii s'en pr,en e un
Ch.-tde gouvernement, un prsident,
un minisue serait.il expos A re
mo ns heureux i U est rare, dans le
commerce ou dans les affaires qui
exigent de la suite dans leur admi
nuiratioo, qu'un employ, qui a
fait preuve de capacit au service de
quelques ctab.issements, reste long
temps inactif,; ds qu'.l devient libre
et dispomb.e pluneurs maisons A I
fois lui tont des offres et, paifois, il
a la latitude de choisir : u faveur,
c'est lui qui l'a fait.Si nous voulions
citer des noms, nous en trouverions
uue douxaiLe au bout de notre
plume.
Or, ce que peut un chef d'entrepri
se pave, itt.at le peut tout aussi
bien, pourvu qu'il le veuille. L'tat
dey seivfces passs et le tmoignage
honoullc de ceux qui ont eu A
piouver ces services, tels sont les
titres que 1 Etal devrait avoir crits
sous lus yeux, avaut de pouvoir faire
le choix judicieux des cheis de ser
vice qui lui sont ncessaires a la tte
des diveists administrations pubu
ques.
Les chefs de service ainsi thoi is,
le choix deJaperiounel administratif
dviait exclusivement dpendre d'eux,
en venu da principe, galement en
liunueur dan les eulrepnses prives,
qu'il tau laisser la libert ci la res
ponsabiui de ces choix au pet ;n
uage qui est lui mme levlu de la
resrcaaDi:ite uu service.
Quand on aurait appliqu ces pan
cipe dans ie lecrutemeut du peison
nei admmistra if, il faudrait une se
ne ue s.ne.ions pour ir t:gei ce
peisOauel .outre uievocatoa sms
motif Mais nous exam uernns ce
ce point uni autre Ijis. Le eu qje
aous disons aujourd h ai est pour eu
o.,r la ne.essite d oiganisii la car
rire administrative, s. ion veut ob
leur de la bonne adm nistra.ioa.
ut cette orgau saion manque A e*
p ;iut que fane valoir sou druil A la
peusion est une aiianc aujouid'bui
complique et que le fonction aire
pub.ic prend son puti iaoaanon
ner chaque unis i pour cent de an
traitement, sans mme s: demander
A quoi cela urne.
*
^
loaseii atitat
? la saace de ce jour.; il Conseil
d Lui a vote u iui qui ciec uue cia
quieme classe d ingnieurs
Plus rien n'tant A l'ordre du jour,
la sance est leve.
La Presse est un ponvoir. Elle a
pour fin, non seulement d'clairer
les citoyens d-nn mme pays et de
former l'opinion, mais aussi de faci
liter les communioations entre pea-
pies,
Bien dirige,raisonnai.!e,ooram8
a parl Mr G- Lhnssju, lors de sa
preatatiou de serment au Conseil
d'Etat, elle eat un facteur puissant
et indispensable.
Dans tons les paya o elle s'est
acclimate, elle a aid 1er dv.
lopperaent mat iel et la vulgarisa
tion des ides saines.
Au dbut, le rle de la pressa ne
fut aussi impo tant que rh nos
loura Au contraire, les jonrnaux
taient plus on moins repousses,
surtout dana lei pays eatiioli mes
C'est av e la Rforme et A la fin
du W'Ile.que la presse prit une pari
nerg qae dans la formation de
I opinion, e; par consquent, a'aifir
ua une autorit morale avec laqnel-
le la socit devait compter A cette
poqu\ la Hollande prineipalement,
ta 1 Angleterre ensuite, en tirrent
de graods profits, taudis que les
milieux qui ne surent point e i user,
eu la comprimant travaillrent A
leur propre prjudice:
A un certain moment, les Anglais
s'en servirent tri bjbileimut pour
faire une guerre soutenue certains
paya, par exenaple la France, e. tel
aement ils purent en niant de propa-
gande obtenir certains avantages
tignals sur Ub concurrents.
La Franse, a son tour, en tira pro
fit laborieusement, et ees tempa der
niera avec Emile de Qirardiu, les
journaux taitent A la porte de
tontes les bourses
lie nos |ours, la presse a aa haute
plaee partout telle l'oinore elle auit
1 homme pubic dsus toutea ses ma
mteatauona sociales.
Est matire de presse, quel esprit
doit dominer 7
L'est d'abord 1 esprit d ducation,
nsuite ceiui de Libert.
L'ducation maintient une presse
dsns la bonus voie, elle rgie, tem
pre, excite l'mulation et i'ar cou-
equeot, la fait monter jouruelle
meut en prestige et fait acerulire
Buasi son domaine moral et mat
riel.
La libertde traduire ouvertement
une pense, fortifie i opinion, claire
le profane pourvu que la vein ne
sua pona taisiliee. Ainsi, sou effet
positif ne peut tre que des plus
avan ageux et utiles.
A cte de ces deux actions, une
presse a ara eueo.e pour rgle de
c .iiduiie, la aaieerit, la justice et le
courage, c dst-a-dire le aentimani
honottiOie des respensabili es. En
exereaut de ce te faon sou ACUtu,
e.le ne pourra qutie a.rable A la
socit, dout ehe ara la garantie.
Mata, cette manire de concevoir,
exaiut-eiie une preaae oppoaaine f
l'ai le ruoius du a; on de Au cou
traire, celle-ci ea ncessaire pour
restreindre les aous, tgier les capri
ces des bomnas, et maintenir la
maicae ordonne des usti utions.
I j gjuvdrne.ue.it, par exemple,
a t'a intrt A voir mauuvrer une
presse opposante ?
Oji.~ mais, cjiu.niui cette der
mre doit eue agir 1
Avec truucniae, boene foi, respect
e.iVers tout le moude puissauts et
faibles, rictios ou pauvre* il faut en
outie, qu'elle appi:qiid doa idei
avouables, justes et mauiienne les
ttectiona ue coofrateruu. Alors,
ei.e rempia une utile louction, reud
service u corps sjcisi, purce
que en usant de uioyeL. Uouuies
et pacin lues; elle maintient le* inl
lesss eu Bvti.. Biiinuie leur e for.
o..u ^Je l.ur direc ion soit u>ujoji
la meilleure poss.b.e.
Voila, le rj lationnel d uns piec-
uue preese, deut i activa., eat vui
gaiie, enlisas sans cesse eu reeou
rant aux grot mol, a des lment
n ag;ux, indcis et mme menaon
gra, goi, pour jeter du dissicdit,
^Hsnltat a'lectiousl)
LONDRES i>- Les rsultas en-
core incomplets des celions don-
nent : conservateurs 143, travail )8,
libiruxai, libraux gorgistes 19,
rutits 6. Les conseivaums sont en
tte -le tous les partis eombiaj
La Turquie v^ul la piii
Un mmorandum de)
m un
Eu laisoo de la chut du cf.
Wirtii, la coin nissioa des repu4.
lou na pi preodr: aucuaa di;i-
.ion :ur le deruier pioje; ailemau.
Les .umbiei espreut qj.; le 1103-
veaucjb.net ace pieu ic projet e
l'auc en. L espoir se bise sur latmu
de des grand. industriels qui voien
dans U 1 uiitique, qui a 1 spir 1-
L.ord Curzon pio|C, le moyen le p.us si de nm
PARIS is -lantt Pacha Si sivoir na .lcs co ,dlU0QS QOfmales dans lc
qic son eutrct.eu Je 1101s quarts ^i^i',<.,,__
d heure avec Mr Poincar fut des .*;Al*g" a Vffil i la co a
plus satisfaisants. Il dclara aux ?\*' 0l "" '*P-Hon* millions
loarnalistes que s'il y
i.uideui nouveau A Lu
a ne sera pa> la (au.e d..
a|oata ; Nous voulons la paix et.quoi !! "f*.1-1 Pour P*rfaire la
que nous :iguo s, nous nous confor
merons.
Mr foin.ar a rea le mmoran-
dum de Loii Cuizon et prpaie la
recouse. Ljrd Cmzon a demande A
ce que ie lests soit tenu secret. Me
Poiacar a seulement dclare qu'il
dclara aux ~ '" ,eP-*on* 53 millions
s quelque ",ks *+9 "ons payables : ru
msianuuopie, ?*"*' ^ ViU l^i coiformmeat
des Turcs ti "i*' balance Je 5 milliojs ssrojt remises
demain.
UEKL1N O 1 aa lOQCI officiel't
meut que ladniisiou du cabinet
n'rffe.tcra pas te p.o-,amme des r
parat.ous cipaj uai ia djraire no
te a L-.n-inie.
i>KU\iLLiS -UjbrouilUrdd
oe veuaiiuea qui puisse e.npo h:r "^^e-i-a -u j orouillard
laF..n.eet l'Aug eterre de s'enlea- **'" uM *"*c*ia cavlopat l|
au sujit de 1 attitude d;s dlga i, *'4J,-' d^Mi S al. 'es tra.a,
sAL.usanae. et.'" b'!eia]l SJai reu.dis. la aavi
h
die
t.ous
uns
L ftifualiou
g*t;ou sur i.*caul est antc
JBXICO E U.aversil ,.
nonce qu'une oigaaisauon tucui-
sesi forms A |alap3( Elit de Vit
L-ruz j pojr co noaltre le bjlchvn
me.
PARIS-. M^rCereiti, uonce du
Cousu utitiople
CONSIANIINOPLE-Le gouver
nement socialiste a donn l'assurance
formelle que les conditions de Par 'wa^e ct ,v*r l0lnir I, a nbassadeur au
misiicc de Moudania seraient resiec Vjl'cQ. oai arr: les lignes de l'ac
tees, ce qui amliore .a situation de t0rd 1UI doanera une plus granle
ces derniers jours. libert aux glises. Aussitt la con
clusioo d: l'accord, Mr Poiocar sou
Election* polonaises 'LiiT'a-110*au i,arlemeDt
AT a pour accorder aux paioissei ua pluj
VARbUVIb- Les liultais con- graud coairo.e des biens et fonds des
nus des lections polonaises au snat glises que u accordait U loi je jj.pi
indiquent : 52 nationalistes, u radi uuons. Aigi ll^udriliart, recteur \xi
eaux, 25 non polonais, 2 indpen Uusiuui ^aiiiouque de fans a la
daitl, ruer une enlievue avcc l'oincar A c-
SU|st.
La lutte contre JSii Z Ma,,,!,ai *wk au
)unidliui saa prj^iam ne a u cham
le LHIlCer Hi deuuniA un com^lei appui
sinon dusouJia t'ass.'-.nblf;
PARISLe ministie de Ihygine,
en cooperatioi avec la ligue uanco-
anglo-amricaine organise pendant
la guerre, va :aue tablir 20 labora
lu.res rgionaux pour lutter conue
le cancer Le piemier a t ouvert
hier A Pans et contient tous les dei
mers perfectionnemen s du radium,
ra>ous X, etci
Les Cours
NEW YORK 16-Sterling 44,j/
I ranci 5,09
^*BWiejp"nfSff
Four une ohm m
Amm Etiuimo ttls.
La tte qu orgmise un groupe de
A.nglo dos Ruas des Fronts dames paironncsses au profit de l'fc-
t'orts et du Magasin do l'f'ot cole des soeurs d'hl.e Dubois au Bel
\ir est bxee au dimanche j decem-
II I I' bre. liile aura lieu Allicolc de la
VlarCliaildlSeS Rue du C*.*. elle cons.s.era en
, une vtoie d oojcis ne lingerie et con
r 5^*1 nPM IflMfl Iecl:oa PJtfni lesqiels on trouvera
*. JLdJiyaiwraj ui b0Q maich de aoa:breuses ro
bts d'eufants, parfumerie, ,papeteri',
-------------------------------------------- |ouet,poupt-, obiets religieux etc.,.
sattarque non seulemant aux actes, SSSSli&ui1 * S0mbie
m ..s aux pJisonnes. leu. honneur atiraetions, des (eux de Massacre,
u'uomine et parfois de famille, yui,**' lir roule te llcch?s; soldats,
impute des fautes gratuitement,pi.e boules, tourniquet, absolument in
ans nns et aux autres des senti dltl el 1Ul feront la joie des enfants
m ma de bassesses poor cony tions petits et grands.
, van oi',,osee, et ce sii.s ^i d Ou en vieme eu fou'e se distraire
pour la vdii. Et eom.ue .ci oaa, et taire en mt.iie temps une bonne
ii.u.i.;jc est plus enclin a mal juger oeu/re I...
quelqn'uu, cotte presse par on man
v la usike et par menque de clair
river a vicier lu lj
ci< te, et diminuer un h mute que.
que aoit aouniale e; aa valeur mo
raie. ( A misrs ;
Constantin DUMCRVE
Madame Taldy
l UU de l'avename directrice de Cin-Viri.i<'i
M .u.ioDnaire ei commue a inspirer de Urieuse
IniMilniitii,
Noui toruoDi des vux de reublitscMut pour
Mine Taldy qui a su s'adirer toutes la sysap..
ihies du public.

f
.
S'
I
-


LV|\fW
.

TBtBuNE
L'affaire de
Grand Bois
Parisiana
DIMANCHE
Satisfaction gnrale sera d inne :
IS
CUIRASSEZ VOUS!
CUIRASSEZ
V'.trs Gorge, vo Broncha*,
i vos Poumons en les dfendant]
en les prservant
par l'antisepsie volatile des
le smsaticrnel et somp'ieux chel
d otuvre de la plus grande valeur se
Mon cher Diiecteur,
Le !medi u du courant, l'arpcn
leur Marins Bal'hazar.a t arrt et r* reP"
conduit cas garde auxGrands Bols Cette fois, nous ;sp oas que font
rour *.ie interrog par la Commis le monde pouria voir cette raerveill
tion et (cntront avec 1rs spolis. du cinma
Il est lis inquiet. Les chanes si Roman hstori^ae en 6 actes Je
lourdes qui lsent sur lui et ses 7500 Pieds.
roirpliui sont accablantes. Ils sont La MUSIQUE DE GENRE qui sot
dfinitivement pris. Uva 1 enthousiasme gnral complet
Lts dpositions et pices accusatri tera le succs de la soire- I
ces se comptent par milliers C'est Pix Orch:stre 2 g.oo
ici DM vraie rvolution- Aussi la Balcon 2,so
Comrr.i s on est e'ie accable de be- Loge 3,00
signes L'enqute a lv. des choses On trouvera des tartes Parisiana
si graves, que la Commission a cru
riLLES
VALDA
P
acetsst'f de ne plus se fixer au
B;u g dl Cotnillon,
Geai ainsi quelle a eu se rendre
jusque sur les frontires Dominicai-
nes pour enquter- Tantt elle se
retd dtni les marchs publics aide
de l'infatigable Magistrat Communal
du lier, ^our entendre les pla nies
ci invi ir les victimes a venir avec
leurs pices. Le Prsident de la Corn
miikion quoique soutirant de grippe
depuis t ois jours- est ferme a son
poste, menant avec matrise et impar
lulit la grande enqute Rien ne
DIMANCHE i s h. p.m.
Grande Maline
Entre gnrale /o centimes
contre les danger? du Froid,
de l'Humidit, des Poussire,
des Microbes.
Poan SnitlER EFFICACEMEIT
Rhumes, Maux de Gorge,
Bronchites, Orippe, etc.
EMPLOYE! LE8
ASTILLE8 VALDA
rtmde respirable antiseptique
Mais il faut avoir soin
de bien employer les
Pastilles VALDA
VRITABLES
SEULES RELLEMENT EFFICACES
rendues uniquement en BOITES
portant le nom
aBnwr^'Wr:
*
_
4vis
Pour les Etrangers
rsidant es Hati
Le Chef de la Police de cette vill
lorte la connaissance des trane
lui chappe" aucun rxotemtnt, au- >era rsidant en Haiti qu' partir d-
cun siane des accuss- Ses demandes '?18'0 lb Novembre courant boq
cntmr'.santes 1 aifoia sont pareilles :e "Prend le service de la livrai
a des ciups de n aacue. K-lbreau.lui,
Les pastilles V\LD\ sont en veo'e :
Pha
m
ce Pharmacie B-utus, Jrmie
et tcutes Pharmacies*
:s pastilles VALD\ sont en ven'e :
larmacie Centrale d'Hiiti ; Phu
acie Bourraine ; Pojt au-Prin
'oa dee cert lient* d'immatriculation
Remerciements
Mr Clment Pothel, Mme Vve Justin. iv
risson, Mr &. Mm; L. C. Lhrisson, Mr Mme
inipendu dans lefcours du mou de Ht\, ho* mm onge. Mr & Mme Octave u,
ail u t eui ruse, qui, connaissant ^npteiQbre coul pour carjlQ de mo riHon< Mme Vve Ee- Lhri M, g, Mine
bun les lieux, les .airs et tes indivi- dilcationa. Ren litlal,UVa, Camille. Paul. Albert. Anna
dus, Itlte dans Us dbits, comme nniinnea MMeiMiuiM Berthe Lhrisson, Mme Vve Phliote lia/ile et
I ,c*f ... mntt H* I-rroir tt SM QUELQUES KENSKlGN EUfcNTS tous les autres membres de la famille remercient
ont fusf. ses mots Ce terroir cl ses bien Imceremem le, amis ti0t de u Capita,e qUe
lpaitits sans rplique. j. i6tranHar arrivant n Hati de * P">*'" qui leur ont donn, a 1 occasion
L'est une stlaire trs vaste, dont do dane lestroiMnwa aora aa *A^*^^at^MaClseat fothel,
J1...J.. ja-. .__, i_. ""i unuB ien iioiBjuur pre* Bon ne Francine |ustm l-hnsaon, des preuves de
les ifteaai seienuen uaas louies les arrive, se pourvoir de boo eeriifi relle sympathie en cette douloureuse circonstance
touihes de notre socit. Les habi cat d'imrnatriculatijn dlivr
Dfiez vous
des imitations
C'est un fait reconnu que la Composition ,. Jjltale de
1 tham est le meilleur reu' 1]
d 1 femmes. Des mUlkrada teuua
OS tait llalgr cel l il c:i est qui se n.q~ dix
nt '.' intres r 1 It disant aussi 1
t ce pr d 1
U t h. Un CM
r.i nt rect rmu comme efficace et
tnt ans.
Ueeai ce que cette feanme ca; r.
. ('. A. - i Ci ...
| dia J'. Pin! ifc-i
| d '
b tte, !<: .'' t !.' ventre, I).-
qui-..' Mer SB
uo faedrtile cou 1 rasai
' aie c'= Lydia E. 1 iukhata at ] '<' prie) u -
t maintantu t rtablie. Je 1
l amies qui r.n ...
C. 8va A\c, Calb
C >st C A.
Sojti Prurii :>t*sV Vc ptea i, 1
Comocsition wtfetao
i
Ai
s
CZ


:.<
i
E. lp->rt1
0
ce
ll^ de lydia & riruaicurt
in' -
V^Ai^-
, ss

par le
tants d'ici giace au dvouement du Chef de la Police de obaque vide.
Frsiden. Borno, commencent i sor 'i. L'baiiienne, marie un tran-
Ils remercient d une taon particulire Mr le
Docteur Franois Dalencourt et Mae Chiistian
l'ction dont le dvouement est audtisus de tout
loge, ils remercient galement les Ors Domond
tir de leur long cauchemar. C'est au B*r >ur uue teire trauttera, doit,da > Bruno, s. g. MgrConaa, le ciergt, les frres
i de Viue le Prsident Borno qu'on ,on ""e en Hai i, si toutafoia elle ^L M"'e. Guiiiou, ks aun de saint Joseph
cri uc 'iw"> uw^-wu nromnaonAA rift ann Anom de Cluny, la Presse, le Cercle ' rreina "" La
la Ue paitOUt la Commission. ,.L; ,!:.i ?m P 2* Henaissance et k prient de croire a leur pro
Oa ne sait encore si la Commis- VL&P. !ma.tncu.ler eD l offlce du <"!d l**.
A Vendre Mme SOD
. Cbef de la Police de aa commune l'on au niace, le 16 Novembre 192a
'* f*/>AmnDitnA Aes a,,r\ Aisaii* .*n An*
Varits
sion ttittia plusieurs jours on ic Accompagne de son poux, ce der
souhaite c;r la besogne est colossale. nier peat remplir pour elle toulea
On n'a pas encore vu la moiti des lea form.lila exiges-
plaignants et ils sent lgions La con a L'hatienne marie i un tran
fiontalion seule prendra plus d'un ger en Haiti doit ae faire irumatrici
n ois B.en vAtrei 1er dans les mtues conditions qu'u
Andi L.ESPE5. ne trangre nouvellement arrive
en Haiti.
N B Dernire hure La Com-
nhaien a dcid de rem.fre eu li- SwlS* *
beit tous les auteurs et complces, . L'e 0,ncier- da TftiW 10Qt
in Itsmv.tant se rendre Pott-au- exarnp!s de Iimmatriculation.
Prince pour rpondre aux multiples d_ Le* trangre employs dans
questions de la Commission Baltha les bureaux du Gouvernement H i
aar et D.'ienoacourt derxandent qu'il tien tels que la Doaaoe, le Dparte
leur sou permis de se dfendre avec meut dea Travaux Publics, etc. aot pttnamn D ! ,1
>;es qu'ils dtieaneat et qui obligs de se faire immatriculer. traildltDa 1181 FOSd
Auto BUICK b cy'ind-es m par
fait tat Occasion ex.ep'ionnelle,
S'adresser au Bureau du Journal.
Saflr Femme
Rne Thomas Madiou
Rue des Frona Forts 235
/Vendredi
1 nain. -w mm
b '.es trangers n4s en Haiti ne Le MflHqili ClUX
dents blanches
i;Jt". lie & 15e pisodes
Entre 0 0.50
a m
Viennent d'arriver
Fire&tonv Pneus $ Chambres
air.
tontes dimensions, sur-
" tout
les p:es q
oil l'oit au Prince
3 L tranger dj Immatricul et
voyageant souvent n'est pas oblige
ch;que fois qu'il retourne eu Hati
de se faire immatriculer
30x3 1(2 & 30x3
En vtnfe chez
h. Prmt%maMAGGERHOL\1
0
Stei.nsihip Une
Bureau da l'Agent Gnral
Socit Franaise de Saootra 4. Conformment la lgisla ion lu*?rl tu l riQCe' le ,0 Novembre
Ma lois et de Bienfaiaance uaitienne, la femuie, suivant la na Hniutio vo t^ Conseil d Administration a l'honneur d in- j0a|lt ,ja 6Qn pOUX. U'eU Ui8 l u Da,l8"n CK0 ^ .
viter Messl urs les Membre, de 1. Socit et les H"!" * .uu, .7" "i Lft8 Car8eur8 sont pris de no'er
ami. de ftluvre la Messe qui sera clbre a l*iV..aiill halun J a^?. fSSSPll qQfl '9 8tea,Der ColoQ '" BltrocJu \
I As.le Prantab Disaaoche 19 Novembre i H hres at l lliaj 4t hsltUQ. i ) S) faire 111 pert au s>riQ,.e d Crigtoba| / ,*
d> matin, a l'occasion de la Fte patronale de rtatriCUlir. I il Nnwami.r Uiue la .urpoiition qu'un iran- 1.. ,VrebrV ^
roi- naturalis'hatien aurait, lora de JPJffX nVl?n,enl.-8a"
^ il naturalisai. dea Alka au dessus StuSS Ck- i? Lin l '
BAGA.TELLE de l an, et dea garons au de-.ua XJ sur VSemanSe fai e Tce
Messieurs lai Memkr.s du Cercle kuttA- de 21 ans, ces derniers, si tout=f is burean. ae'aanae tai e s ce
THLLK sont convoqus pour le Vendredi / 7 No ,|8 D9 veuleut pOUlt Suivre la OStiO haH,.n mail. .ni < f i ( . ! ,,f i U g, Cl^tda Wt/in^olln
vembre i9>a 7 -eure et demie d. so.r n a, l de leur ^rQi gont bh da -e bte n partira midi le .Lme local A ;ie < t8 of me c lyae bieainnnip
se iiK.ce Gnrale ordinaire aI7- s-..4l |OUr pcar 'XfW 0! li directertlnrit __ r^-rt ,. .
o. thomi'sun- Company [ Foreign Services ) at Port'
Agent Gnrai
<;
l'e'tablisseraent.
Le t rsident de la Socit
F. CHIIUE/.
Cly de Sieamsbip O
Foreign Services
Mas s Gcbira 4* Go are 'appointed
cnbie Uenraie ordinaire fairw immntrirnir.
M-* ceue .-union la aaa|orit n'est pas cons- seiaire immatriculer
Ute u s-tiice sera renvoye au Samedi soir 5, L- 9 pre et mre d'eufailts mi*
7 leurcs t demie ; si i cette seconde sance le rjeura sont obligs d'eu taire la d*
a era-ncu has encore obtenu, on traraillera t|ara,|0Q S, |8* eufaDta SOOt mjeurB
airuaoebe matin a io iures auel eue soit le .. ... .
sou.re des membre, pisem,. ils sont obligs de se faire immam
Ordre du jour CUler-
Renouvellement du Comit o. Les tor.naliis du visa des oerti
o,.e..,on d-ia.i. Gnral flca,8 dimma r.culatiou ne sont
tm obligatoirea que ai l'intress change
Rcpiase aelhir dtiniiivem.rit de rs 4et,ce.
L'iranger, de retour
bOSQ
Varits
DIMANCHE
Frou-Frou
AVEC
La Bertini
Intre G
i-ageG.
aUiPrince i>ai efl ctive on December
" -" ht 1922 and'will hive ihe Clyde Line
Compatjoie Gnrale Anency Office at "211 liae iraversire
\Transatlantique Q' #0,. t^e bussiruss of the Clyde
Le steamer "Garbet" est attendu _.* ^mj /' ^. / r. ^. -
{ le s?7 courant et repartira le mme SfCinship Lhjde t.O npauy ( t OTi%%
) on the b >ve date.
Gbura *$- Co sont nomms
Agents loeaux de Ij, Clyde Steam hip
Company (Goreign Services) Port au
^STSrS"'"" Prine a partir Unir Ddire 1929
et au ont leu s offices ouverts aux af*
faires de la Compagnie la Hue Tra
vers>te No W/.
Fort au . i-.^. le 13 i\ove ubie lift...
IL F. Clments,
Agent reo. lal (or West laJies
1- Eu faire la dclaration en
fl.ee du Gbet de la Police
. pour Fort de France via
iyjl du Sul, prenant fret et
les perta
passagers,
soit
neura enregistrs
J Les entants majeurs insmatri
cols.
9. L*>s Do~iinicaiJ8 co>nme lea
autres trangers aot obliges de se
r ire i'n>natneuler.
10 Lea traugara possesseurs d'an-
ciens certificats d'immatriculation,
par lesquels les tries lgales au*
raient t payes, peuvent lea faire
changer en l'Office du Cbef de la
Police.
W H KUPERTUS
Port au Prince, 10 Nov. iU-22
L'Agent E. ROIILIK.
Ps Suisse
Confor.able maison de fami
lie situe a a Bois d Chnes,
proximit du Champ de Mars,
d07,Avenne Grgoire-
f



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM