<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN ltvy day Aujourd'hui 37 O sabra est h N'a \y day, fte de la .Varie Ce jour est psrticotiremen* ltc da la tnaiire arpiiraine A Porr an Piinre les naviret. ancrs dans la rade sent pavoisa -a. La police et le Contre A a l'oora de la sance d'hier dn Corgra de 1 ducation il a t for ojjl le 0B3 que la polira do liief • vc la circulation dan* lr ns 6 foutp personne qui ne serai! pa# rcemment vtne. LPB *brateura se sout fait entendre. Le %  aaja^Mpaja MBjgajaj MaajaMajMaajBi .V i r Kupertus, reprsentait la po INSTITUTION F1RMIN ROOSOVtiLT MAISON KEITEL Communiqu Mr Willhm B'o, Cbet du Service Electrique des Villes de Port au Prince et du Cap,pri Mit, un haut d i-e — la londuion de l'œuvre lui lait un don de cinq >'o liais, par mois pen Ust lis moisSincres f.icitaion cet excellent ami du pays si dvou au dvelopneu ent de 'ducation populaire — Il lui a ioiTcrt le litre de membre fondateur.— M M. Paulinus B Pau Un, ancien prsident du Snat J,M. Grandoit prsident du Conseil d'Etat, ont accept dire membres protecteurs, M. M F?r>us Duviclla, av. sou ; %  inspecteur des coles de notre Circonurip tion, Imile R. Bastien, commerint, Jean \u %  Mcrlet, instituteur, publiciste (rniie, le titre d membres bieelaiteurs et professeurs honoraire Mr L. C. Lhrisson directeur du Colege Lo vnture, offre a l'institution un trs coquit mob nr comme contribution. Ceeopllmcnu chaleureux a ces progressistes. Voici ce qui parait impossible 1 1 Le QYfUOMSB est l'antiseptique Idal pour le voyage. Elle et preente ta Comprime stables et homognes. Chaque dose Jete dane deux litres d'eau noua donne la solution psrluuie que la Parisienne a adopte pour lef soins ri. tuais de as personne. la OTRALDOSE set on produit antiseptique, non caustique, tsndorteant et mlorobattde, a base de pyolisa*. 4'aeMe ihymtaue, de trtoxymthrlue et d'alumine surrat*. Se prend matin et soir par toute femme eoucttuee de eau bygteoe. pourries soins intimes do le. foiftrnd JEtmjf KUM. ChateUtta. Parla, ct Vpi* r. Vnlnttcntia. L'antiseptique eue toute tcnrn doit avoir mxr sa table de toilette. Sam Mtfssetiqti S la CYRALDOSE tridtipm^aaUpour ka ttuii 1 -.Inuirnt at las afiiTtitn* de il jvau el do MB cheretu. — Onlii la GYr.ALDOfl •tni;i>f:.ti(ju,' 1 ni, >i.tif ci cur+w. kaima m. ifANOORINE arrMt l*a feniurmr.ir*. auiiprhr. lu u yaur, migrait*, UkUapusUitauim 1^ al ta Vftilhm lloitet 1720, Rue du Magasin de I Eti % %  J. •"•'.[." m 1 au 1 %  1 1 ' S .. L-i->_>L _. .s.. j Et qui est pourtant vai? La Espana En face de la poste Vend a prix vraiment rduit les articles da fantaisie qui sa portent ICUelleareitl A l'aria : "Colliera aanfoir, Ceintnre-coilln, BrcflfliB-Ecaill% Bouc d'OreMip* ivoire. Ceimnre*ivorv, chainett8 Breeele*. Maille d'ivoire S uteir rrai'ie divoire. Peigne de fantaisie ivji>> pf iotr*a Ceiotnron^i pour horcaiea avec initiales et un grand asaortim^nt ptitiora de la f'e de derrsin soir nona nonvorta augurer pour elle une rnsaite to'ale. Oi a qa jeter nn coup d'oeil raCljde Sleamsliip F or et g n Services ini Le te' mer t Hati venant dn* poi Ei&XXEESi lre Au Sud est attend* ici Samedi 27 a Hatien et ran i en rcute } our ft< wYork vialtl ports du A or A 11 chargera pour Ht York jr les ports iurope s via JV< Yo*h Le ntgftnl dlit , < Syrien , \|ittre Titi a Eotr* gnrale i 1 goarda Balcon 1,50 PASSFZ VOIR Le Maffia Abonnmes! Un Idoia r'ort an iiince Gourdes Kparteraeut ErTBBOPr inatrlicn et abennementa f- e d r avance. I paya Harry R. KINNEV Pop ; Cnbim Grand'Rue No 1366 P;;r! an Prince, Hati Z "V^. a Pour tous autres renseigncmeid on est pri de s'adresser 11 ce de l'agence gnrale* Port au Prince le 25 Octobre 1M2 For sale One motortyle Ready to run SatanA CoUtiire JUAN RODRlGUFZ Prop Hygine, Bon got. >^'vzv£u:uF*mtmmmaimHm m Liouldcuir• Ltquldctiir t Pro/iiex d iooeauion jui vou* at •i/Jtne de faire avec \JS GOURDE Usa conomie dplus de DIX gmrdet, an rparant vous-mmes vos chaut iuret en cuir et en oihoutchou.cham otet au; etc avec le LIQUiDCUiR lue vou* trouverez en tube de Uns >ourde chez Caetera Aux Cent,Mille iticlte. E. R 1 CJieMeus, g^t F1HST0NK Annonce partir d'a jiiii'dliui ses prix no veaux : coulez : PNEUS 30 x 3 Fsbric non rkid P. U t 30 a 3 ..iiNS Ktbri; 14| c 30 x 3 i2 Qords 18 c 30 x 3 1,2 Co-rH iupn?ur 2150 31 x 4 Fa brie ?1 90 c 33 x 4 t Sd e 33 x 4 Cords 80 Les prix de toutes les au l r( JffSi i Z 1 ^'dimension* ont t rdm les mmes proportion* K ntiel : Vononce BH u JUIOTiniventn de toute anpnai AILLEliiiS ; lira . SaMUi LimnC <1<1 sstal G aud atsurti 211 110 oui fils ii'jil a. k-tiEsi Pharmacie Centrale ( Prs du UDi de Khu.n ViUjja j.e cient a quil vient de recevoir ta %  "", It, et a MKULEUtt PRIX QUE fAK.^u u'J'Jo rie. -mn fa, Lrsceleta on OT, l ^ 8 dsGtacesur le parcours de fe rue m 7 lt !" """"' 6U de bibelota^c.Jeaax poar baptme, *u tta Houblicaine ou Grand'Rue, sera OrsaJa al pa lu lit en te.', eu cuivra, ajrundea t pf'lres glat^ m loger, prochain Prire e s'inscrire pour les abonnements avant la fin du pr sent mois PfXtnita d toute fraicheutExcution prmnte et soign dei ^ or t ta Prince la 13 0*eb-e i822. rlablt partir du 1er Novembre "'aux ue uute bsaot poar aalou i aund nioger. > •' %  ""> do lavabo, 'eoipes. cErpo.ips.descentss de lit.naouatiquaires.aisicttaa, aervicei a ln|upur, tapis


PAGE 1

Sem Au** No 42 Pc*t-c-Prir-r' fiait! Vendredi 21 OroSbfci* ilMCTEUR PROPBIEttkfRI Clment Mgloir? IfOMW) 20""B*B5 L'occasion de faire d heureux eit plus ra e qu'on ne le pense ; & punition de l'avoir man quee est de ne plus la retrouver. Quotidien h jnrkoussEAU v >' i REDACTION naoe^mrieaiaa No 135?. TELEPHONE No 949 CHEZ NOS VOISINS *a.ir Gable Carnet mondain Institutions Cubaines Solution. Nouvelles Etrangres A la mite des dclara' ons formelles et catgoiiques da Dfaite %  eut d'Etat amricain, exigeant sons %  eaace non degu.ie l'adout no sans amendera n,s, du piog anime impo 12 par le icpisemant spcial da lit aideat MardiDg, >e Snat, o ttait xetPBCbe la dcio re rsistance sa 1 oiiquc ; s'est eofia rerdu. La paix ligne dsormais Varsov e, tt pour montrer sa bonne Yolon de cooprt sam heait ni rets d a tœuvtc at restauration entreprise pu Mi Ciowder le Cong > a imm diatement mis l'tude le vote de l'Emprunt de jo millions. Mettre l'tude est une Lcon de parlet pais ju il laltait arriver ce.a dans les conditions que 1 imposait le prttar. £l ce qui pioave que la logique la plus lmentaire ne sert rien quand elle n'est pas au seivice de la force c'est qu'on a tent en vain, par le > conb.nauons les plus pratiques, de ae passer ue 1 emprunt amricain. txk eues Moniteur ter. ara, le lea ici dn parti nbial, on dput dune iuduence considrable cause de son savoir et de la puissance de son action, avait labore an projet d'em liant intiiear dont les tooeo en grande partie ne constituaient que es conomies sur les opeuses gne ra es Rico de plus simp.e e-. de plus r.isoanable : Nouvelle duction du Budget, un impt de 2$ pour ioo sir lea billets de lotcie, uea oa de boas dn Trsor pour toutes dettes de l'Eut nppoitan; ia pour cent d'in!rs, d minutio i de cent dollars •or le* m mbies du Oongis qui en 5 guen< xc n s,et enbu suppression e deux mille emplois laciatiis dans l'aime. Monsieur Ferrais a tabli que ce, mesuies, devant rappoiter an Trsor 70 millions environ, la Rpublique ta a liquid sa dette flottante avant uois ans sans que son staut juridique ait a courir ancun risque. Ce prott -ui ni granl bruit dans Landerna ruiisa poor 1 instant l'a S on de tous les parus qoi reconnu rent avec enthousiasme que c'tait 1a formule de salut pour 1 inieptndan ce cubaine, dans 1 espace dt deux bnies la commis-iou nomuue a cet edet ar.it dpos aon rapport la Cbimbre pour la discuter dans les 48 heures, Mais encore une lois, ce beau mou vement de patnot.sme ne poita pas Sis traits Le-, messieurs, avec leur tormule de sains avaient compt sans lear hte. La commua ou parlementaire la: convoque au Palais y .ompris Tau leur ds la tormu.c et Monsieur Crow der lui-mme. On causa, on discuta mme nn peu, at le lendemain il n Hait plu question de iempiunt intiiear. M; Crowder avait oppos aon non potsu mus en veitu de 1 Amendement fiait Peiionae n'avait pens, au moment • l'on croyait sauver ia Rpublique du darder de l'intervention toicee. qae cet amendement pouvaii trouve, ton appl.ctiou aux d dtente* msu r:s financires piupo ea psar tcba,> per l'cmpiuat extrieur. Mneorc uoins on ne voulut se persuader que l tait la question painapaie en visagee par lea Itats-Ua.a et que tou us ic aunes n taient que des ace soires. Il a fallu le communiqu au Dpartement d'fc.at a la fie.be asao ctee.apoi.yani Osa* reaeive toutes tes axigencjs du KipieatnuU spcc.ai, pour .sue luu.b-i outc ic* vellits natiOiahit^s de nos voisins, ou Oieu pour quits accomplissent le ges JM dominicains d: la premire eui fiOTi Bh brtails n'ont pe eu ce der %  * %  taej tev %  - * nier ieuciUne majorit a t bien vite rallie roefcfme toutes les exigcncfi dn Goereraement amri cain, et 1 emprunt qui lui le pivot d: la rsistance a ete vote cOasacit it ainsi l'intervention pacifique* Entre iempa rs autres lois que le Snat avait amenaes lui furent ie toarnes sur ie ve o pisidtnt ei, et elles furent votes la sathfattioa de celui qui les avait commandes les aut es points da programme n.au ront pas un antre sort* %  • Cependant, il faut Ktn le reeou natai, ce qai s'est modifi peu a pu au cours de ces vn mats c'es> l'opinion gnrale, savoir qu'au lieu dune rsistance opiniire une vjlont trangre qui annale U non veraiaet nationale, on a fini par se plier i cne volont en modtaut sa conception patriotique Aprs les pee m.res exaltations que oaus avon d) s goales et qui m jutiai.; ai to i te la nation p.e.e a l'preuve di.isiv. au sacnhce ou du triomphe de la souverainet entire, une nouvel. e forme de patriotisme a surgi qui on si>te gaider quand mme lapparei ce de le souverainet devant te apec tre du gouvernement mi.itaire. Ce te paiin>.d.e de i>opinion goiaie a'cx tiut pas touteLis uu reiiaia noffltil ue d.aiideats qui constituent une mt norit aua m^ius patriote et qui cou doue i penser quaucune consiiia tion nex.u.c lasoami sion dua peu p.e la volont de 1 irauger. Ces deux points de vue ont t nettemeot exposs a 1 occas o a du vote de l'emprunt au Snat. Lt pr.i dent de ce Corps, ayant parl duraal deux heures et demie a cooe u que cet emprunt extrieur est contraire aux intrts cubains ; qu'il ne saga pas seuiemeat d une loi dsavanta g-uiean point de vue conomique ; mais dune souavsiioa liogrmce trangre, et que considrant son im position comme un aitenUt la sou verainet ei a l'indepeatance c b* 1 ne il refusa de le voter. Mus le snatenr Oompte, p vident du comit des thunes, tout en combattauL. la loi dans le secs da prsident du Snat ave: lequel il a tou joui s t u'ac.. ; tout en consi draot l alternat poit contre la sou verainet netion.le, a dclar qu il votait nanmoins le projet en prsence des dangers dont est menace la.Kpublique Voua donc deuxcrt'lrtmsdistinc.s qui an dernier moment oui divis le patriotisme cubain tou comme ils ont divis les hommes dEut et les ci oyens ba.t.ens depuis 1 poque de la Convention, avec cette diffrente \oate ois que U-bas les opinions les plus inconciliables se tolrent aisment. bu tout cas la situation que su* 'bisseni en ce moment nos voisins, nous l'avons subie, et nous ne laisons que continuer. lant quils taient sur le rivage, l'abri du danger ils regardaie t avec une bienveillante piti notie ua Tire oaii ne par iei vents et les dots ; tantt luttant, tantt s'abandonnent au gr dea lments. Voici que leur bateau est en d tresse ; la mme mate les emporte et les ccglou u presque. Or ils toat comme ne us : ils ne se lancent pas aia mer Au contiairr.i s dermurcruut comme nous .ttaenea aux dernires pave: du b*leau. Ces: ans io< de nature pam les peuples couiiuc pour les iniivdua cet inslinci de conservation est me me plu* vivace dans le gioupemeni humain une dans l'individu isol Les cours Le PARIS 26Sterling 64,94 Dollar 14,00 HEW YORK a*-S erlog 444 63 Dollar 14 39 TCO 1 Hier le tout Port-an Prioes lgant se runissait i l'Eglie ltrops Haine o la bndietion anptiale tait donne Melle Simone Hihfcorrj 1 fille de notre ami Feroaad Hibber et Mr Aadr Viux, file da sympatbiqne et avenant commerfant Si mon Vieux. Les maris ont t conduite Tan tel par Mme Serge Vaillant, aeear du mari et Mr *'*>rnan-i Htbhert. Lea cavaliers et demoiselles d hon neur taient : Melle Jane Etbaxt LONDRES 35 — Le cub net d Anavec Mr Daniel Mioben, Melit> Aac'r w Boua. Law a pii serment ce lioe Moravia sveo Mr Georges Ma* I isaiifc malin au palais Baclttaghaa A la suite de cttte cimoaie, les mem bres du no-Veau cabinet sont imm* diatem nt entis en fonctions, bonar Law est paitt pour Glasgow pour p cher la paix et 1a su t d'abord. Nouvelles Diverses Ua m.mfesle du parti du travail ford sur la France abandonnpar p a j, 16 ce >o\t demaude la suppres les allis depuis la gierre mondiale soa dut ideau de U d tte natonile a soulev an immense imti Le u Cl li00 a aa ( on ds d'amortis Xj vicomte Grey tait seci aire du Fo ime3t de la dette de guerre au mo S bonhenr reign Olficeladclarationdeagaer yeo duQaUxe j rcia ; e gu due sur LONDRES 25 — L'allusion qu a laite le vicomte Grey, dans le dis • cours qu il a prononce bi*r a Brai* thon, Mel.e Yvonne Bourgam avee Mr Aadi Mews, Melle Nieato Htbbert avec Mr Andr Rivire. Mardi le mariage civil avait en lieu dans lea aaloni de Mr et Mme Justin P-iScayo. Les tmoins taient; pour la ma* ne ; MM Justin e; Le aie Fescaye, Etnnaouel Nazon et Lucien Hibbert; — p-jur le mari ; MM. Coaataat Veut, Alfred Vieux, Dr Salomon ei Dr ftiojt. Noua ranouvalons aux no.iveanx tuana tous DOS mdilleurs souhaita te et seui 1 retir la forma ion du mnistte Lloyd George en 1916 A/ant la critique de* actes de la Fiance, a-til dt, revoyons lu taiis Lorsque la paix a t coac'ue, h Frau.e avait d.ux pactes : 1 un ave: la Grande Brstlgae. i'aa re av?c les les la.tu les exciaut cinq milles li• vres s tr i g, environ 2% mille dol lari. U se dclara de pia> en plus en faveur de ta lvis ou du trait de paix et des rparations allemandes, dan: coattence interaaitoaale pour rgler les questions de la libert des Lies CKain aux Etats Uais lui assurant l'appui corn dtjioilS, l'iadpendaace de l'tfigypM olet de ces deux nations si elle tait e ^ U gjavernemnt par eux m attaque dans l'avenli pat l'AlummeJ dia8 lti lQ i M gaeCes accordi n'taisat pis corn Aucun des jaurnauxde Londres ne pris dans le trait de Versatiles mus nta ifejte ua eaihoasiasme particu Oa ligaala les piogri da U eoa souaaatioa des crnes alicl ot c icc cream • aux Etats Uns. Oi Us faisaient autmi partie ie la paix ^7sa7 le"choix fut pu B Ja *ar Law ^SSS^iSSP^Sl^ S K que le trait lui mme Ils se sont ae se pfenllers ^MUCS bien que 11 *J £2^J!k*V ti i vanou.s ei cala W une norme p£Ct jC Loaiste, ca.n ue il faillit s'y f"*'•" '^ceatmtl.ois te gai diffrence paur laFra.ce. 'a ncm [ |:eire fcppr6cie mo drement U ZS '*,! V n P 0[te '•? <** ia faute du KOd ,.... „„. K„. F 21 HM A minier.. t*i Ml twats OTfjt ^uaraa e ..lie !en oaisquecs n'es, pis l / j lut f_ aa J 0 1 ^ fait que hau nouveaux ministres (ai JJ"JJ !" chtDge L a ,£<, Ce Wl pnvc les :n JJJ pu* . a ci tanus. La yai ^ s d act fj de |aBd d P e se llwef f-MM dt c^itaiai rafhnemeata La prp. ration de la cr CCI derniers temps, qui ont eu pour eret de dvelopper cr uc jja vernement de L oyd Georg, mais Siie ; ( pariic de administration de d o vienne la fau e cela rien an point de vue g and: nat desirjublesquisesont des appiecutl0S sarce qu ils pea . produis depas avec la France. el ve t ff ie ou mm !" !" m \fSii£/V ii U queiapaixa .otalement chang d as caefil di ces ar ^ est qu il ait g M ," ^* • %  bn ^ i ''\\ % i t ^ 0 pect pour elle du )our o ces deux ; ilar-ble d ail e Q d e l'expos du pro "^JSlSr* ,0J "' P* raU ,lldaB soutiens sur compt, ont d existaient ta.wir m 151^,,...^ ,. uemam a t asKow Franc;, non seulement poui le pr d e cinquante pour cen sent, mais pour dix annes lesquels elle ava.t tant £ umme du ^^ m \ aisUt k gtsod nrtte, ce po.nt que. sous l.sparu. Si les accords Sevcioppera, seiou toute piobabaii, „,?, A '• an ae oiasatta. .ore ils grandiraient U taatii(l clasgow. p,w do Cloao a sub U05 ^"N" le venir. U lare, lie ii SCii %  mm %  — Le Vicomte Guy a cependant i]ou t qae les t sites seuls ne pou /aie i\ assurer la paix permanente et condni raient aux coutre traits et aux en tre alliances par consquent, si Is France ou toute autre nation qu'elle. l'obtienne en consolidant la socit des nano.seten la rendant aussi paissante que possible. Maurice Etienne fils* Angle dea i*uas des Fronts t'orta at du Magasin de l'Etat Marchandises Franaises puc-que soa ex tence matrielle n'est pas iu pa;-b e d ceitaines condiiioas easeatieUei i l'indivnu, C'est pourquoi, ie moment datai" (at ons pass, il nous s t donn le spectacle bruyant d'une Restauration boiteuse chez nos voisins dciB:t. Et c'est aussi pcuiquoi nous assis tons -ans twai ement, mais avec le sentiment d'eue solidarit inlucta* ble et impuisi .n*r, au dpouillem nt dlibr de la sotiveraioeie cnbiue. Aucuu de BM vouirs oe se u gne piua a uous uobnei 1 exemple dune u.iioj qui m.Lii hioique la dirai pas la parole bruule Que la p.iae a giiste en mou cour ulctt. Non, j iinan de ma main une page infernale Ne iniudua 1 Dieu par mon eue ador. Sans doute, il est cruel lorsque tur l'homme passe, Etrangement railleur, le vent froid du degout, Maia plus triste est son soit si ie mal le terrasse, b il dserte U lutte ou ne meurt pas debout. U est ne pour 'souitrir et dominer la terre O luyauL de son cueur i implacable nuscre, Le Mal a rpandu ie parjure et U nuit. Le blasphme est affreut, la prire sacre. J'ai choisi, mon Seigneur I. et mon Aine navre Uenu encor le ciel ou ton uint Amour luit. ao Septembre m Uelorme LAFONTANT -TTC. L'Luiprui et ie Conseil d'Etat Aujourd hui vers midi a commen ce au Conseil d'Etat la discussion da prcj't d emprunt. Le cabinet au couplet est au banc iil£x:utif. Ats:s.ancc nombteuseA demain les dtails Avis Automobile ( Dodge > par tant po'ir SautO'Doiuiugo soit eette aemaueci on i'auue.ttccepu trou paeiagers. S informer au isalon de Coitiure de l'ablo Turrea, Rue du Magasin ue ebain inclusivement, le Prsident c ,Kul fc la Rpublique recevra les mirdi et Fe rt-aa-Prioce. 25 Octobre im jeudi de quatre cinq heure et de -* mie du soir, au Palais National, les amis qui dsirent lui prsenter de Co^me cous le uisioaa prvoir vive vo,x lsan cotdolances 1 oc QJUS un dua iNum^rjs du et.te M casion de la mort du sa mre ment D our les suniiiuerU^a^s ZZ^^tT^^^ JStlT^ souTsush' qu. consac ient leur origine Oi luodl au plua ^ lM ch ^..^J^ S0Qt "Tendue. J8. tmZ^ i .Q 0 ^ l J Varits CE SOIR La double i a lye 50 centimes DIMANCHE Unique reprsenl'itun h Tosca latre a Gourde* Prochainement Dbut de deux (tenseuses Cabinet Particulier du Prsideot de h Rpublique AVIS Jusqu'au jeudi 9 Novrrabre po Le ruttnent


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05778
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 27, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05778

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Sem Au** No 42
Pc*t-c-Prir-r' fiait!
Vendredi 21 OroSbfci*
*
ilMCTEUR PROPBIEttkfRI
Clment Mgloir?
IfOMW) 20""B*B5
L'occasion de faire d *
heureux eit plus ra e
qu'on ne le pense ; &
punition de l'avoir man
quee est de ne plus la
retrouver.

Quotidien
h
jnrkoussEAU
v>'
i
REDACTION naoe^mrieaiaa No 135?. TELEPHONE No 949
CHEZ NOS VOISINS
*a.ir Gable
Carnet mondain
Institutions Cubaines
Solution.
Nouvelles Etrangres
A la mite des dclara' ons for-
melles et catgoiiques da Dfaite
eut d'Etat amricain, exigeant sons
eaace non degu.ie l'adout no sans
amendera n,s, du piog anime impo
12 par le icpisemant spcial da lit
aideat MardiDg, >e Snat, o ttait
xetPBCbe la dcio re rsistance sa
1 oiiquc ; s'est eofia rerdu. La paix
ligne dsormais Varsov e,
tt pour montrer sa bonne Yolon
de cooprt sam heait ni rets d a
tuvtc at restauration entreprise
pu Mi Ciowder le Cong > a imm
diatement mis l'tude le vote de
l'Emprunt de jo millions. Mettre
l'tude est une Lcon de parlet pais
ju il laltait arriver ce.a dans les
conditions que 1 imposait le prttar.
l ce qui pioave que la logique la
plus lmentaire ne sert rien quand
elle n'est pas au seivice de la force
c'est qu'on a tent en vain, par le >
conb.nauons les plus pratiques, de
ae passer ue 1 emprunt amricain.
txk eues Moniteur ter. ara, le lea
ici dn parti nbial, on dput dune
iuduence considrable cause de
son savoir et de la puissance de son
action, avait labore an projet d'em
liant intiiear dont les tooeo en
grande partie ne constituaient que
es conomies sur les opeuses gne
ra es Rico de plus simp.e e-. de plus
r.isoanable : Nouvelle duction du
Budget, un impt de 2$ pour ioo
sir lea billets de lotcie, uea oa de
boas dn Trsor pour toutes dettes
de l'Eut nppoitan; ia pour cent
d'in!rs, d minutio i de cent dollars
or le* m mbies du Oongis qui en
5guen< xc n s,et enbu suppression
e deux mille emplois laciatiis dans
l'aime.
Monsieur Ferrais a tabli que ce,
mesuies, devant rappoiter an Trsor
70 millions environ, la Rpublique
ta a liquid sa dette flottante avant
uois ans sans que son staut juridi-
que ait a courir ancun risque.
Ce prott -ui ni granl bruit dans
Landerna ruiisa poor 1 instant l'a
S on de tous les parus qoi reconnu
rent avec enthousiasme que c'tait 1a
formule de salut pour 1 inieptndan
ce cubaine, dans 1 espace dt deux
bnies la commis-iou nomuue a cet
edet ar.it dpos aon rapport la
Cbimbre pour la discuter dans les
48 heures,
Mais encore une lois, ce beau mou
vement de patnot.sme ne poita pas
Sis traits Le-, messieurs, avec leur
tormule de sains avaient compt
sans lear hte.
La commua ou parlementaire la:
convoque au Palais y .ompris Tau
leur ds la tormu.c et Monsieur Crow
der lui-mme.
On causa, on discuta mme nn
peu, at le lendemain il n Hait plu
question de iempiunt intiiear. M;
Crowder avait oppos aon non potsu
mus en veitu de 1 Amendement fiait '
Peiionae n'avait pens, au moment
l'on croyait sauver ia Rpublique
du darder de l'intervention toicee.
qae cet amendement pouvaii trouve,
ton appl.ctiou aux d dtente* msu
r:s financires piupo ea psar tcba,>
per l'cmpiuat extrieur. Mneorc
uoins on ne voulut se persuader
que l tait la question painapaie en
visagee par lea Itats-Ua.a et que tou
us ic aunes n taient que des ace
soires. Il a fallu le communiqu au
Dpartement d'fc.at a la fie.be asao
ctee.apoi.yani Osa* reaeive toutes tes
axigencjs du KipieatnuU spcc.ai,
pour .sue luu.b-i outc ic* vellits
natiOiahit^s de nos voisins, ou Oieu
pour quits accomplissent le ges
JM dominicains d: la premire eui
fiOTi Bh brta- ils n'ont pe eu ce der
** taej tev - *
nier ieuci- Une majorit a t bien
vite rallie roefcfme toutes les
exigcncfi dn Goereraement amri
cain, et 1 emprunt qui lui le pivot d:
la rsistance a ete vote cOasacit it
ainsi l'intervention pacifique*
Entre iempa rs autres lois que
le Snat avait amenaes lui furent ie
toarnes sur ie ve o pisidtnt ei, et
elles furent votes la sathfattioa
de celui qui les avait commandes
les aut es points da programme n.au
ront pas un antre sort*

*
Cependant, il faut Ktn le reeou
natai, ce qai s'est modifi peu a
pu au cours de ces vn mats c'es>
l'opinion gnrale, savoir qu'au
lieu dune rsistance opiniire une
vjlont trangre qui annale U non
veraiaet nationale, on a fini par se
plier i cne volont en modtaut sa
conception patriotique Aprs les pee
m.res exaltations que oaus avon
d) s goales et qui m jutiai.;ai to i
te la nation p.e.e a l'preuve di.isiv.
au sacnhce ou du triomphe de la
souverainet entire, une nouvel.e
forme de patriotisme a surgi qui on
si>te gaider quand mme lapparei
ce de le souverainet devant te apec
tre du gouvernement mi.itaire. Ce te
paiin>.d.e de i>opinion goiaie a'cx
tiut pas touteLis uu reiiaia noffltil
ue d.aiideats qui constituent une mt
norit aua m^ius patriote et qui cou
doue i penser quaucune consiiia
tion nex.u.c lasoami sion dua peu
p.e la volont de 1 irauger.
Ces deux points de vue ont t
nettemeot exposs a 1 occas o a du
vote de l'emprunt au Snat. Lt pr.i
dent de ce Corps, ayant parl duraal
deux heures et demie a cooe u que
cet emprunt extrieur est contraire
aux intrts cubains ; qu'il ne saga
pas seuiemeat d une loi dsavanta
g-uiean point de vue conomique ;
mais dune souavsiioa liogrmce
trangre, et que considrant son im
position comme un aitenUt la sou
verainet ei a l'indepeatance c b* 1
ne il refusa de le voter.
Mus le snatenr Oompte, p vi-
dent du comit des thunes, tout en
combattauL. la loi dans le secs da
prsident du Snat ave: lequel il a
tou joui s t u'ac.. ; tout en consi
draot l alternat poit contre la sou
verainet netion.le, a dclar qu il
votait nanmoins le projet en pr-
sence des dangers dont est menace
la.Kpublique
Voua donc deuxcrt'lrtmsdistinc.s
qui an dernier moment oui divis le
patriotisme cubain tou comme ils
ont divis les hommes dEut et les
ci oyens ba.t.ens depuis 1 poque de
la Convention, avec cette diffrente
\oate ois que U-bas les opinions les
plus inconciliables se tolrent ais-
ment.
bu tout cas la situation que su*
'bisseni en ce moment nos voisins,
nous l'avons subie, et nous ne lai-
sons que continuer.
lant quils taient sur le rivage,
l'abri du danger ils regardaie t
avec une bienveillante piti notie ua
Tire oaii ne par iei vents et les dots ;
tantt luttant, tantt s'abandonnent
au gr dea lments.
Voici que leur bateau est en d
tresse ; la mme mate les emporte
et les ccglou u presque. Or ils toat
comme ne us : ils ne se lancent pas
aia mer Au contiairr.i s dermurcruut
comme nous .ttaenea aux dernires
pave: du b*leau.
Ces: ans io< de nature pam les
peuples couiiuc pour les iniivdua
cet inslinci de conservation est me
me plu* vivace dans le gioupemeni
humain une dans l'individu isol
Les cours Le
PARIS 26- Sterling 64,94
Dollar 14,00
HEW YORK a*-S erlog 444 63
Dollar 14 39
TCO1
Hier le tout Port-an Prioes l-
gant se runissait i l'Eglie ltrops
Haine o la bndietion anptiale
tait donne Melle Simone Hihfcorrj1
fille de notre ami Feroaad Hibber ,
et Mr Aadr Viux, file da sympa-
tbiqne et avenant commerfant Si
mon Vieux.
Les maris ont t conduite Tan
tel par Mme Serge Vaillant, aeear
du mari et Mr *'*>rnan-i Htbhert.
Lea cavaliers et demoiselles d hon
neur taient : Melle Jane Etbaxt
LONDRES 35 Le cub net d An- avec Mr Daniel Mioben, Melit> Aa-
c'r w Boua. Law a pii serment ce lioe Moravia sveo Mr Georges Ma*
I
isaiifc
malin au palais Baclttaghaa A la
suite de cttte cimoaie, les mem
bres du no-Veau cabinet sont imm*
diatem nt entis en fonctions, bonar
Law est paitt pour Glasgow pour
p cher la paix et 1a su t d'abord.
Nouvelles Diverses
Ua m.mfesle du parti du travail
ford sur la France abandonn- par paj, 16 ce >o\t demaude la suppres
les allis depuis la gierre mondiale soa dut ideau de U d tte natonile
a soulev an immense imti Le u Cl.li00 a-aa (onds d'amortis Xj
vicomte Grey tait seci aire du Fo ime3t de la dette de guerre au mo S bonhenr
reign Olficeladclarationdeagaer yeo duQaUxe jrcia;e gudue sur
LONDRES 25 L'allusion qu a
laite le vicomte Grey, dans le dis
cours qu il a prononce bi*r a Brai*
thon, Mel.e Yvonne Bourgam avee
Mr Aadi Mews, Melle Nieato Htb-
bert avec Mr Andr Rivire.
Mardi le mariage civil avait en
lieu dans lea aaloni de Mr et Mme
Justin P-iScayo.
Les tmoins taient; pour la ma*
ne ; MM Justin e; Le aie Fescaye,
Etnnaouel Nazon et Lucien Hibbert;
p-jur le mari ; MM. Coaataat
Veut, Alfred Vieux, Dr Salomon ei
Dr ftiojt.
Noua ranouvalons aux no.iveanx
tuana tous dos mdilleurs souhaita
te et seui1 retir la forma ion du
mnistte Lloyd George en 1916
A/ant la critique de* actes de la
Fiance, a-til dt, revoyons lu taiis
Lorsque la paix a t coac'ue, h
Frau.e avait d.ux pactes : 1 un ave:
la Grande Brstlgae. i'aa re av?c les
les la.tu les exciaut cinq milles li
vres s tr i g, environ 2% mille dol
lari. U se dclara de pia> en plus en
faveur de ta lvis ou du trait de
paix et des rparations allemandes,
dan: coattence interaaitoaale pour
rgler les questions de la libert des
Lies CKain aux
Etats Uais lui assurant l'appui corn dtjioilS, l'iadpendaace de l'tfigypM
olet de ces deux nations si elle tait e. ^ U gjavernemnt par eux m
attaque dans l'avenli pat l'Alum- meJ dia8 lti lQiM.
gae- Ces accordi n'taisat pis corn Aucun des jaurnauxde Londres ne
pris dans le trait de Versatiles mus ntaifejte ua eaihoasiasme particu
Oa ligaala les piogri da U eoa
souaaatioa des crnes alicl ot
c icc cream aux Etats Uns. Oi
Us faisaient autmi partie ie la paix ^7sa7 le"choix fut pu BJa*ar Law ^SSS^iSSP^Sl^ S K
que le trait lui mme Ils se sont ae se, pfenllers ^mucs bien que 11 *J,2^J!k*Vtii
vanou.s ei cala W une norme pCt,jC Loaiste, ca.n ue il faillit s'y f"*'" '^ceatmtl.ois te gai
diffrence paur laFra.ce. 'a ncm [|:eire fcppr6cie modrement U ZS '*,! V "nP0[te '? <**
ia faute du KOd ,.... . k.F21hm.a. minier.. t*i Ml twats OTfjt ^uaraa e ..lie !en
oaisquecs n'es, pis l*/jlutf_aaJ0.1^ fait que hau nouveaux ministres (ai JJ"JJ
' chtDge L a ,<, Ce Wl pnvc les :n JJJ pu* . a ci
tanus. La yai^s d-act fj de |aBd dPe se llwef f-MM dt c^itaiai rafhnemeata
La prp. ration de la cr
CCI derniers temps,
qui ont eu pour eret
de dvelopper
cr uc jja
vernement de L oyd Georg, mais Siie ;( pariic de administration de
d o vienne la fau e cela
rien an point de vue
g and: nat desirjublesquisesont des appiecutl0S sarce qu ils pea .
produis depas avec la France. el vet ffie ou mm*m\fSii/ViiU
queiapaixa .otalement chang d as caefil di ces ar ^ est qu il ait g M," ^* bn^i''\\%.it^0'
pect pour elle du )our o ces deux ;ilar-ble d aileQd e l'expos du pro "^JSlSr* ,0J"' P*raU ,lldaB
soutiens sur
compt, ont d
existaient ta.wir m 151^,,...^ ,. uemam a t asKow
Franc;, non seulement poui le pr___________________de cinquante pour cen
sent, mais pour dix annes
lesquels elle ava.t tant umme du ^^ m\aisUt *k gtsod nrtte, ce po.nt que. sous
l.sparu. Si les accords Sevcioppera, seiou toute piobabaii, ,?, A ' an"ae oiasatta.
.ore ils grandiraient U taatii(l clasgow. p,w do Cloao a sub U05 ^"N"
le
venir.
U lare, lie ii SCii
mm

Le Vicomte Guy a cependant i]ou
t qae les t sites seuls ne pou /aie i\
assurer la paix permanente et condni
raient aux coutre traits et aux en
tre alliances par consquent, si Is
France ou toute autre nation qu'elle.
l'obtienne en consolidant la socit
des nano.seten la rendant aussi
paissante que possible.
Maurice Etienne fils*
Angle dea i*uas des Fronts
t'orta at du Magasin de l'Etat
Marchandises
Franaises
puc-que soa ex tence matrielle
n'est pas iu,pa;-b e d ceitaines
condiiioas easeatieUei i l'indivnu,
C'est pourquoi, ie moment datai"
(at ons pass, il nous s t donn le
spectacle bruyant d'une Restauration
boiteuse chez nos voisins dciB:t.
Et c'est aussi pcuiquoi nous assis
tons -ans twai ement, mais avec le
sentiment d'eue solidarit inlucta*
ble et impuisi .n*r, au dpouillem nt
dlibr de la sotiveraioeie cnbiue.
Aucuu de BM vouirs oe se u '
gne piua a uous uobnei 1 exemple
dune u.iioj qui m.Lii hioique
la dirai pas la parole bruule
Que la p.iae a giiste en mou cour ulctt.
Non, j iinan de ma main une page infernale
Ne iniudua 1 Dieu par mon eue ador.
Sans doute, il est cruel lorsque tur l'homme passe,
Etrangement railleur, le vent froid du degout,
Maia plus triste est son soit si ie mal le terrasse,
b il dserte U lutte ou ne meurt pas debout.
U est ne pour'souitrir et dominer la terre
O luyauL de son cueur i implacable nuscre,
Le Mal a rpandu ie parjure et U nuit.
Le blasphme est affreut, la prire sacre.
J'ai choisi, mon Seigneur I.. et mon Aine navre
Uenu encor le ciel ou ton uint Amour luit.
ao Septembre m
Uelorme LAFONTANT
-TTC.
L'Luiprui et ie
Conseil d'Etat
Aujourd hui vers midi a commen
ce au Conseil d'Etat la discussion
da prcj't d emprunt.
Le cabinet au couplet est au banc
iilx:utif.
Ats:s.ancc nombteuse-
A demain les dtails
Avis
Automobile ( Dodge > par tant po'ir
SautO'Doiuiugo soit eette aemaue-
ci on i'auue.ttccepu trou paeiagers.
S informer au isalon de Coitiure
de l'ablo Turrea, Rue du Magasin ue ebain inclusivement, le Prsident c
,Kul fc la Rpublique recevra les mirdi et
Fert-aa-Prioce. 25 Octobre im jeudi de quatre cinq heure et de
-* mie du soir, au Palais National, les
amis qui dsirent lui prsenter de
Co^me cous le uisioaa prvoir vive vo,x lsan cotdolances 1 oc
qjus un dua iNum^rjs du et.te m casion de la mort du sa mre
ment Dour les suniiiuerU^a^s ZZ^^tT^^^ JStlT^ souTsush' *
qu. consac ient leur origine Oi luodl au plua ^ lM ch. ^..^J^ S0Qt "Tendue.
J8. tmZ^i.Q0^lJ
Varits
CE SOIR
La double i a lye
50 centimes
DIMANCHE
Unique reprsenl'itun
h Tosca
latre a Gourde*
Prochainement
Dbut de deux (tenseuses
Cabinet Particulier du
Prsideot de h Rpublique
AVIS
Jusqu'au jeudi 9 Novrrabre po
Le ruttnent


LE MATIN
ltvy day
Aujourd'hui 37 O sabra est h N'a
\y day, fte de la .Varie
Ce jour est psrticotiremen* ltc
da la tnaiire arpiiraine A Porr
an Piinre les naviret. ancrs dans la
rade sent pavoisa
-a.
La police et
le Contre
A a l'oora de la sance d'hier dn
Corgra de 1 ducation il a t for
ojjl le 0B3 que la polira do liief
vc la circulation dan* lr ns 6
foutp personne qui ne serai! pa#
rcemment vtne. Lpb *br lises doivent Vre ant-pi snr* pitis-
l'Ot maison de correction ot l
blir poar I g pett 4 filles dprave*,
Pnitencier National
L Peaiteacier national sera ouvrit pour l'ini
ection Ct Us affaires chaque jour, de 8 heure
da ssatla nidif et l'a pr- midi.
Le personnel qui dsirent faire des aai'r*ou I IQBlBr de ClUe d?d art3 Pt mtier*.
visiter le Pnitencier sont pries de se prsenter Au COOfa de Cfctte uaciCa beauco 10
pendant le. heured dessus indiques. rio>ateura se sout fait entendre. Le
aaja^MpajaMBjgajajMaajaMajMaajBi .V ir Kupertus, reprsentait la po
INSTITUTION
F1RMIN ROOSOVtiLT
MAISON KEITEL
Communiqu
Mr Willhm B'o, Cbet du Service Electrique
des Villes de Port au Prince et du Cap,- pri
Mit, un haut d i-e la londuion de l'uvre
lui lait un don de cinq >'o liais, par mois pen
Ust lis mois- Sincres f.icitaion- cet excel-
lent ami du pays si dvou au dvelopneu ent de
'ducation populaire Il lui a ioiTcrt le litre
de membre fondateur. M M. Paulinus B Pau
Un, ancien prsident du Snat J,M. Grandoit
prsident du Conseil d'Etat, ont accept dire
membres protecteurs, M. M F?r>us Duviclla, av.
sou ; inspecteur des coles de notre Circonurip
tion, Imile R. Bastien, commerint, Jean \u
Mcrlet, instituteur, publiciste (rniie, le titre d
membres bieelaiteurs et professeurs honoraire
Mr L. C. Lhrisson directeur du Colege Lo
vnture, offre a l'institution un trs coquit mob
nr comme contribution.
Ceeopllmcnu chaleureux a ces progressistes.
Voici ce qui parait impossible !

1
1
Le QYfUOMSB est l'antiseptique
Idal pour le voyage. Elle et preente ta
Comprime stables et homognes. Cha-
que dose Jete dane deux litres d'eau
noua donne la solution psrluuie que la
Parisienne a adopte pour lef soins ri.
tuais de as personne.
la OTRALDOSE set on produit anti-
septique, non caustique, tsndorteant et
mlorobattde, a base de pyolisa*. 4'aeMe
ihymtaue, de trtoxymthrlue et d'alu-
mine surrat*. Se prend matin et soir par
toute femme eoucttuee de eau bygteoe.
pourries soins intimes do le. foiftrnd
JEtmjf

KUM. ChateUtta.
Parla, ct V- pi*
* r.
Vnlnttcntia.
L'antiseptique eue
toute tcnrn doit
avoir mxr sa table
de toilette.
Sam Mtfssetiqti
S la
CYRALDOSE
tridtipm^aaU- pour
ka ttuii 1 -.- Inuirnt
at las afiiTtitn* de
il jvau el do MB
cheretu.
Onlii
la
GYr.ALDOfl
tni;i>f:.ti(ju,'1ni,
>i.tif ci cur+w.
kaima m.
ifANOORINE
arrMt l*a feniurmr.ir*. auiiprhr. lu u.
yaur, migrait*, UkUapusUitauim 1^
al ta
Vftilhm lloitet 1720, Rue du Magasin de I Eti
j. "'.[." m 1 au 1 1 -
1 '"'S ..
L-i->_>L------- _..........s..j
Et qui est pourtant vai?
La Espana
En face de la poste
Vend a prix vraiment rduit les articles da fantaisie qui sa portent
ICUelleareitl A l'aria :
"Colliera aanfoir, Ceintnre-coilln, BrcflfliB-Ecaill% Bouc d'OreMip*
ivoire. Ceimnre*ivorv, chainett8 Breeele*. Maille d'ivoire S uteir rrai'ie
divoire. Peigne de fantaisie ivji>> pf iotr*a Ceiotnron^i pour horcaiea
avec initiales et un grand asaortim^nt La ESPANA. reoit ces articles au jour le jour/
PASSFZ VOIR 11 '
Nona avons aaaift 'nne des r>
ptitiora de la f'e de derrsin soir
nona nonvorta augurer pour elle une
rnsaite to'ale.
Oi a qa jeter nn coup d'oeil ra-
Cljde Sleamsliip
F or et g n Services
ini
Le te' mer t Hati venant dn* poi
Ei&XXEESilre Au Sud est attend* ici Samedi 27 a
Hatien et rani en rcute } our ft< wYork vialtl
ports du A or A 11 chargera pour Ht
York jr les ports iurope s via JV<
Yo*h
Le ntgftnl dlit , <
Syrien , \|ittre Titi a
Eotr* gnrale i 1 goarda
Balcon 1,50
PASSFZ VOIR
Le Maffia
Abonnmes!
Un Idoia
r'ort an iiince Gourdes
Kparteraeut
ErTBBOPr
inatrlicn et abennementa
f- e dravance.
I
paya
Harry R. KINNEV Pop;. Cnbim
Grand'Rue No 1366 P;;r! an Prince, Hati Z "V^. a
Pour tous autres renseigncmeid
on est pri de s'adresser 11
ce de l'agence gnrale*
Port au Prince le 25 Octobre 1M2
For sale
One motortyle
Ready to run

Satan- A CoUtiire
JUAN RODRlGUFZ Prop
Hygine, Bon got.
* >^'vzvu:uF*mtmmmaimHm m
Liouldcuir Ltquldctiir t
Pro/iiex d iooeauion jui vou* at
i/Jtne de faire avec \JS GOURDE
Usa conomie dplus de DIX gmrdet,
an rparant vous-mmes vos chaut
iuret en cuir et en oihoutchou.cham
otet au; etc avec le
LIQUiDCUiR
lue vou* trouverez en tube de Uns
>ourde chez Caetera Aux Cent,Mille
iticlte.
E.
R1
CJieMeus, g^t

F1HST0NK
Annonce partir d'a
jiiii'dliui ses prix no
veaux : coulez :
PNEUS 30 x 3 Fsbric non rkid P. U
t 30 a 3 ..iiNS Ktbri; 14|
c 30 x 3 i2 Qords 18
c 30 x 3 1,2 Co-rH iupn?ur 2150
31 x 4 Fa brie ?1 90
c 33 x 4 t Sd
e 33 x 4 Cords 80
Les prix de toutes les aulr(
JffSiiZ1^'dimension* ont t rdm
les mmes proportion*
K ntiel : V de votre unc'i'oe
tSn vrnte ch*%
t Prmnmarn AQGKRHOL
Loterie d
la Havane
14(0 000 dollar
L/8 ble 9 pour la tirage du ?l
Octobre son arrivs ainsi que la
line du 31 MOL
Ve'-lc an comptant
Carlos E. Castillo, Agmi
Rue Bonne Foi
Waaaaati
BHaaj"
DEMANDE D'EMPLOI
Jeune homme de 17 aas, trs capable daas la
correspondance commerciale, dans la tenue des
livres ainsi que dans les travaux de turque, de*
mande un cmaloi.
S'adstMcr au MAP H
Caf Cosmopolite
Est arriv p%r le SfS Hitlt U**M*
la (titre li p? brasserie.
Kronenbua Dorturundl Ulemagne) JfQ* <*" ** ft? T
^b. vit *i /* j **k* v y j7 prince tnfotme ses atmabln c/i-
au Caf Cosmopolite uruna'ltue Mat tnu^u u mvu de
son Iieittl.
*..
Usine Glace de
PorUau Prince
il. ii
K
je ttjjx 01 Bjn w F;,
a>ononce bh u juiot-
iniventn de toute anpnai
AILLEliiiS ;
lira . SaMUi LimnC <1<1
sstal
G aud atsurti
211
110
oui fils
ii'jil
a. k-tiEsi
Pharmacie Centrale
( Prs du UDi de Khu.n ViUjja
j.e cient a quil vient de recevoir ta "",
It, et a MKULEUtt PRIX QUE fAK.^u
u'J'Jorie. -mn fa, Lrsceleta on OT, -l^8
dsGtacesur le parcours de fe rue m7lt """"' 6U de bibelota^c.Jeaax poar baptme, *u tta
Houblicaine ou Grand'Rue, sera OrsaJa al pa lu lit en te.', eu cuivra, ajrundea t pf'lres glat^
m loger,
prochain
Prire e s'inscrire pour les
abonnements avant la fin du pr
sent mois
PfXtnita d toute fraicheut- Excution prmnte et soign dei ^ort ta Prince la 13 0*eb-e i822.
rlablt partir du 1er Novembre "'aux ue uute bsaot poar aalou i aund nioger. > ' ""> do'
lavabo, 'eoipes. cErpo.ips.descentss de lit.naouatiquaires.aisicttaa,
aervicei a ln|upur, tapis chemises blaucbrfs tt couleur, tnpeaux iiOKSAUfio, chapeaux
autre et lame. p*uau.a, casque, jano os, malles, valiasa de vc
o^avate. cbesniesettos, faux-cola, caleons, fjrine de chapeau pour
Obiussures pour dame et entanta.
Le public est co; d'lment inviU venir voir mon f.aaortiment
de ee nier anr UQ txUaia.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM