<%BANNER%>







PAGE 1

10** anne No 4898 gMUflUn PROPRIETAIRE fflment Magloire HOMMU 20 <*** Port-an Prince, Hait! Quotidien Jeudi 24 Aot 19j?2 Ce que l'homme le plus prouv est capable de connatre et de saisir n'est qu'une opinion probable. | HERACLITE REDACTION Rae Amricaine No l TGLnPHOMC No 42 ta Question de Risloumei ^air Cable ^iiqnclque temps nous deremarquer que la grande conte qui leroble exister entre les _,de Navigation qui desservent Pijs prend de jour en jour d'extension en diminuant COJS enent le taux de fret aur nos ils expdis en Europe par "oie iiire on directe. Le maintien de coocutreoce qui ne peut tre de note commeice p. :udre directtment de la Loi unissant les grandes lignes ses engages dans le servi. Ces lignes tant les plus ont acquis notre clientle, bit que presque tous les corn I sont plus ou moins engaelles dans celte grande ques [et i ristournes . imetant qui reoit ses mar d'E'iiope ou expdie ses m soit par voie transita re ou |i: directe, perd tes c ris tour peur peu qu'il reoive une prune Ligne ne faisant p.s de cne Confrence, tandis rirournes > ne sont aut.es Jiopre a/gent.Ce qui le lend l)e sorte l'tsclave de ces (jusqu'il ne peut bnficier Jnantage que lui o e une flpe. /leur ne fait naturelltment iilion aux 10 o,o ajoutes nu tatttde res L g es de la wee, qui ne sont qu une esp fi;qaer, et ses 5 OJJ de primage qu'il a do i n et ses 5 o,o de < ristouraes qu'on lui doit. Avec cette manire de procier dans le rglement des %  nstournes • ces Ligues ont ea quelque so.te CD ter toute U dien'ie hatienne qui se trouve prise dans cet engrenage d'o elle ne p ut en sortir qu'4 la condition de perdre et ses gracieuse ts et ses crances Nous croyons que le Gouverne •ent, dev.ait tudier Cette grande question qui n'est qu'une entrave i la concurrence dont pouirait bn cier notre Commerce, et qui, surtout, empche 4 l'expditeur da'ler o il croit trouver son avantage sans avoir 4 craindre d re punis dans la ont'. cation de son prop e arg nt Ho ce mom nt c les Lignes /\mri raines qui d'a^ es leurs lois n'ont pas le dto t de damer des nstju ues semb eot vouloir s't.blir eu Hait', il serait bon qur le Giuvernament H I len hm une loi prohtbiat celte fl tire de istournes'' qui n: pu fi e qu'4 ces L'gnes de la Con' rence, et qui u'esi en dfinitive, qu'une faon d'exploiter l'ingnuit et la bonne foi de nos Commerants No-is revien irons la prochaine fois sur les moyens de se soastrai e de cet:e question de ristournes ". Etranger | Par cble 22 Aot PARIS — Afin que la France ioit dignement reprsente a l'exposition du centenaire du Brsil, le gouvernement franais a dci Je d'accorder aux agents diplomatiques et consulaires franc lis au Brsil des allocations spciales pour les dpends pendant l'exposition. GOKCY — Le marcclul Foclc et Mr Viviani ont assist .. l'inauguration du monument lev a u mmoire des entants de Gorcv morts au cliamp d lionueuir Le BU du mau'dul fock et le beau !ils de Mr Vivian) se trouvaientpami les 190 trartui tus pris de ce lieu. Les notabilits de France, Beigtout et Luxembourg Mutaient S la cr morne Mr Wood ^n un bref discours silut les hros au nom de American Lgion. LISBONNE Le prsident De AWeir est ani v hier par le Massilia se rendant a Buenos Ayrcs. L'ne rception lui a t oiFene pi.les membres du corps diplomatique et par les repr. sentants du gouvernement portugais. Le Massilia est reparti U soir n. ne pour Rio de Janeiro Voix d'outre .-jtombo j\ouve!les traugres Les Cours NEW fJXUil -F.ancra. 7 Sterling 4,47,61 On refuse Tchilehrine .'entre d i tard foire belge PARI ^,2 j -Sterling so.Sts D0IU1 12 71 Siis-tu ce que disait Miitre Lg.r Cauvin ? .. Je te I apprend tout bas sus a qui nul y p.'nse! •Nul M doit ignorer ici e: mme en France C)J un CockUl au Gictj ns est p!us. Ugtr •jli .II. vin: HE.lBESni.VL(Belmjje ) 32Ichitcherine et plusieurs collgues qui si reniaient i Loi lies par ex P ess (Jologie Oitsoil s: soit vus relu er l'eu, et du territoire be'ge ob i ; de retourni Cologia parce qui 's av. if 11 ng.gi tjbtsaii le vi 13 111 1(1.1 U frail* H 4 a CQ0 al 0,, 8 ai Coiogie Le m antre a insist qu^e lut et sa suite v' 4,!> ne vou ait-ot qae passer pu la Bj'gi que sais au:une i neitioi de s'arr DAMAS ( Syrie ) 22 v^onme l'a tr < mM les 'oactioan lires belges 4 t 4 1 poque de la visite ici de Li troubres so.t rests inexorables Cran; cette (ou l'agitation est srieu et les russes OJ: du qtrier le trai 1. se contre le mandat franais qui a Aijitati m Duim cou ire SIMON CH.-VF ROM AT 0m m ssm Mm im fis Anjl3 das Huu des Frcits forts et du Mi rasia de l'Etat iireki 1 dite 9 bru tiitvs k D. L. llr. 0Je d e loi lec-orale yw^oseil d Etat, l'Excutif K Z 1 qUB ,et citoyena ne il iifWta "n 'P de dix M loi r lft PfO'uulgutton trtLr? rU,Qe8 cooaidra•ftoni? Lu ce moment 'prt,o r ; i V f aQ9 u neat,noapn. ^U! a P ai emeot uoua 1 !PI?. Q rei D ""enert eat iruSSf ra PP"tfc 'a entre %  dua, pr !, uia,rb uMgrale *.!" ttltra K a uvereel; *\& tm ta' i0 d uxi4. ^ cornera un uoa-aeoa. J' '•rable de. Villes— o. Que P f oudetnent fcT*iCi Ue ""Stable fc u ^ e J e,,lro ^quartauea %  ^'ou-. u *"" U'raUouuel h Ni U, t,aruc, i>e aa Vo;e. %  •coia,,,, %  ''"'a cten que ne aSn.ii 4 ?. Uu tIl uytu relau rCi ttU L'' y p*p*r '••tour!' U lB ,0,l de Mt t exerwr ce droit, non pli. a que nul autre, qu 1 la con Jitiou de le pouvoir, ui tout au moins de aavoir lire son vote ;' que le autfiage uuiverdel ne puu'.-eire qu'un luaiiuiuent qui ue rend pas ou qui e ftut)ite< luutila o i pertiij, endignorau.es maus ?$ Lt co.iaiJtifalio.i de l'incapacit c il serait d exercer aoa J.u.t d • lecteur dana uu avenir de dix ann, pour cue d'ignorance, aumulerait l'ardeur de tout uuoyeu qui ae trou venit dana ce cas, aorar daua lea tenebrea ue luaipUaUetiame. L'obli galion acolaire ptebCtite par lea 101a •ur l'enaeignemeui pnmaire il quou a toujouru teuoute U'apuiiquer, cea* arait dette uue lettre mor.e. Lea coiea araient plua trequeuteea par I apprebenaioa qu'aurait caus aux pre et mre, l'iuuauiiet de leurs tlla participer au vote a l'epoqu* de leur majorit. Auaai, il iront per aonne qui ue le aacue, la gague. J, lea di # i ea camavaia et u dauae vaudoueaque ue aoat paa lea aeuieu pasaioua qui emouaaeut l activit du pay sau et u un graud uoinore Je citadiua. La jouruee lectorale est pour leiecteur lucuue auiiou ocoaaiou rectierctie d beureuaea bambjeubs. Il va a l'urue aaua uut, ue satuaut paa pourquoi et pour qui u va voter. 11 ueaue a ae rallier a aucuu groupe. i-'iutu.o. uu vote lui apptait uatu le iuiutaiu couauae uu pata brouillard, bou oi n.c ae uuucrotiee uaua la joie qu u prouve a au.cuva a ai LOUI. Lutij. il a uue peteepuou piu< Uclio Ue tUOaoi quauU uu aeicg.u de l'lig oie, — ie euuveur ue uicuua taucea, — lui pakao uue uaiaeiauie pice U'aigeui ; ce qui leve.i.e IOUIt'Codp ota luaiiucta eudoiutia ue corrompu inooncieut. 11 a dcid t emboter le pia et, c trame un docila agieau, il eat lent re disposition du cliet de € bouqueraent • qui le conduit l'urne comnn on mena un vil btail la boucherie. Kncouia d*. route, on lui paade un bulletin et une carte lectorale; on lui pelle son nom de for une qu'il retient difticiiement. Il avance quand mme vtra le bureau de rote; son esprit balance dans lea alternatives de la sraiote et de lauJaca. S'il est pr aeu: par uu oooducteur d'un groa pj advera.il est a'ao.n de qaaa tioua juaqu perdre soa aploaD ft aa caite est ti ulemnit saisie et ditruite. \lim. a--il la cenituJa que le bon lecteur e&t un instrument do aie d j groupa qu il reprsente, le bureau de v ta accepte son bulletin au vu de aa carte qui mentionne ajuve.it une profession et un Age qui sont loin de lui convenir La ait trage universel aiuai pratiqu ns peut conduire aux affaires qua lea pues lments dun paya qui a'ejtdn dent entre eux pour vincer tout candidat bonnete aux tocctiona lec U 'es. Aux darnieres lections communales, on parlt d emp.oyer uue ma 1re ebnuique qui servirait colorer lindex J J chaque lecteur lora de son passage a l'urue i'rcautijua tarJivea. Il importe d-exttper le mal son origine. C'est I auscriptiju qu'on doit rendis intelligauta etorieuse par I ideatnicatiou de loi ic leur. Alors, le suttraga dtviandrait conscient, .l ira, tt l'urne aarait tanne toat Muais a la populace veaale et iguorant^ i. ;s lections doutieraient lieu muiua de cojtea tatioua 11 serait partant Mutile t .i me.ier ea ville une banda de pay aana qu*a coup d'aigeur, ou prooae biouoe pa> itsdillj.ojti bartau de vote. La catiJiJ-t compterait uui qaemaut bue U sym^auue uuue minorit d'fifC-euK bJUL'.as pour iuu .kiu.uptia, 'es Chstl du Ojjqje Uaeut v.viaioui en mciiieuius coaa^a guiu et leurs uiai.ua.mes bouteuaes auiaieui va.u LLvxe POLYNICis, av. ( A suivre ) tt: rcemment approuv par le onseil de la so;': des n-.tions a li coufrence de Loo Ir-s Les habit ns 1 de Damas, li;yroath, |aflt, AUsan drefp, Hora? et Mimas ont ferm leurs compi a iis et rrnintenaat pas sea leur tenijs 4 dti'er dins les rues en criant in l^eadance ou mort La Miin d: Fer . as^oriation sera b ab'e 4 ce'le de Sn Feiners dlrlai dj. a fut ses dbat) h'e-iDimat. D.tix de ses membres o-.t tir d;s coup) d* rvo'ver et oit srieui? ra ot b>s le chef de la p!ice d'ici De bomb!S o-it giloment i ian ce s :o i re plusieurs maisons o:cu ps pu d s Jaactioauawes franitj occasionnaat de nombreux dgts muriels, mais on n'a aucune mort 4 d.'p'orer L: prince Ijfalah, expliquant les motifs de l'agita.ioa, a d clar qtTasiajettir la nation entire Lts fa&clnte occupant le port de Muplea N\PLE5 — Le po;t de Nazies esc presqae enttremeai sou. le contrla des fis.isies Le dock seulement reste i aux m lias d.-s commun stes. Le dra neau nitoaal a t hiss sur les i. h es ivoi.iuaiti par les UlClJtff, ces deniers se sont rendus maires de la plosg-a ij; putie du po t. Aprs u ae at laque di'igi ptr li eip.taiM redovasi i la suie d.sries di rixes san;Uit-s eotre les f.s.islis e la po lice les fis;ist.s ont saisi ua certain no.Tib-e de b t. -aux ancri dans le part ce qui fo t le> auto ns a pien dre des tt suret svres. pour satisfaire les ambitions politi ||vilr|| VlSltfJ I J |h*l;lC0 ques non seulement est uue grande 1 -Mlll il I injustice, mais c'est admette aussi JJW P^i-i que le droit pisse ap- toat, Oa croit savoir que le gnral Coutaud. h ut commissaire franais, a llgra phi i Vlr Poiacar pour u demai MU.Ml.U La r:rpt oa faite au mir: 31 i a.adeabarg arrive viu ni P I g nrai ESuJSkii rpiraiious et e don^lT^TiS^^ VeraOlUeilt All^IUaoJ deiceite d '. il se rendit imra diateneit che^ les chefs du gouver BfltUN aaUae courte conf Dc :lle k Ql et chei lei "ois ciie's de l'ar rence qu, a'eu &£?** ^^T^T^ ta ffl Bradba.y, membre britannique de la p>mc?LJaii ! !ft.'S nifchal comuis,^. des rparation,. Mr Bu £' ^'** %  *"f l l[ PJ S gne Mauclre, le docteur Andras jL \\*. ^ V^" Cl ul uu d, ^ ou Herms, ministre dei huauces et le &' £ ""*' r*iC4l Voila docteur Karl tiergman, sous-secrtai 3.2! J" **' iJ1 c *fP*l 4 re d'til aux ftiocU a marqu ie ,„ " ', ""^ f 1 *****' P" commeacemenlde la d.scuss.oa ea ^^ol^l l-rtr^T'^ !" tre les dlgu, allis et les fauctiua P S J UUci lrojblci natres a le nand sur les quei'ioas des ti3.1 i;es allemandes. aVpres II cjatrence, le cliiacelier Wnin oivoqu les chefs du d parte a ; at du miOistri des duaaces N. tes r.prientaais, ui les touit.ou \* t Lg tafttte i naires allemands n'ont consenti 4 du la tenudu T e tl S,. que cuter tel rs allais de la coalren-c aa/eitV, ,,.>,' \ ^ cm,se pibmtaaire ou U •.tue d. U Ti Si SV^ ~ t U '" s.oa de m lohu Uradbu.v et Mr liaa p iS loin de ** a S urent donc les memores de la commissio.i Zl i ^' n "'^'gue contre le D.oi ailll rpaauojs qu il tait impuisib.e i eugagu mme ie* lotts Ut /Lut de la iive gauche Uu Rhin et demines delt.iudans ia rgion de la Kur •• %  u J Wy i Murray caouichout 'ee comuue garantie pour les iti-ia 91 !" il ut eut bonne uccaaioo. uons allemandes. .,, ,? ur toute ooudl '. atdreeaer lu taureau Uu Jouiual. AlilJal' iltl l'uJJla tl A veadie



PAGE 1

LB.MAHN —~— Le Transfert deia Banque Nous evio.s promis dos let.eeiraeo s [i08 lecteurs npts 1'er.trevue que note tmes maidi avec Me k. m Mortl, avottt de la Banque qui cous evait dclar que ia qicttioo tait olu'ionte. Me Morel avar. eu Eouraeitte uo Mmoire au Constil il H S< citsir. a rt'lvat UD autre cot, notre confrre L'ESSOR pub lie ce qui sur. Le Diiecteur de i i. i• gia loment noua un cqui euit : — L'applica tioo de la Ici ur I fcnn gisn meut eet chose dlicate, car eu te lui <• t complexe. Aussi je souris de tout ce qui se d t qu'un projet, ,• me rpte A iiisi u.iii liucideut du Uuit.it de U Banque, NonYiles du "Sarapaio Correia" Far Cble •WASHINGTON 23 Le croiseur Deuver qui lainasaa le lieutenant llinion et 869 compagnons aprs a chue du SArnpuo Correia, Antre Natsau et Raill, a annsnc au 1) in r tenant de la nnriue qu'il continuait ea route vt>M Uuatanamo Cuba.av c iA a .'jpiane remorqu. La chute t> est produite lorsque e lieutenant Biniou ayant mal jug la hauteur a essaya de se poser sur 1 eau Ls choc lu. B violent qje lap pareil s eufani partieilemiui daua l*eau La dpche envoye par tlgraphe sans lu a comg les lappons piuc d nies anuoLant que I" croiseur tait ea i oue pour Key West. Le eigrem nu envoy du Danver dit qu'il est eu roate pour Qaantani mo avec le lieu.euaut Hmto , 1 qui page bjrd et I appareil la rernor q JH ni qu'il, arriveront vers les 4 heures L, oeioplane est end imna^ ; le UIDI6QSDI Hiutcn et Pequipagj en parfait sant A Pansidia Un pnblic nombreux asjistait hiei eou Paiisiaia aux scnes de la vie hatienne offerte par les acteur? de la ltenaissucce. Les deux petites satires, partoit diles souvent grotesques, i tt rencontreut de temps su temps que. qu : %  > situa ions bia.i 11! tue* aecoifi pugues de remirquos oaracteusti ques lancati dam no re expressif cieole, oui soulev lo lou rire de la salle. "EDsn ievoqu"et Un meeti peuvent revendiquer la bue satllfac ion d avoir amus le public qn, pour la plupart u'en dmaille davan itge. Cela itlfli pour incoutagsr au leur et ucteuis cou muer l9ur JBJ vie utile. WKmI^fIttM PRENEZ GARDE AUX IMITATIONS et produits similaires que Ton cherche substituer L'Emul&ion Scott Aucun ne peut lui tre compar pour la puret de ses ingrdients et son efficacit en gnral. %  -'.:. A ProleHsor Trn Dirfdorof er, important cnm merdal srhnol in Mus citv.using the llermince O ivier ci Franoise Jean nont deui ,I_JU ..." !..1 .rrconciliab'es Au cours diue rencontre su : vie m06 P r -"Cal me'IlOl hflVl g Sve al de seines publiques et de voies de Un Franoise yeurfl of eXC^fienre. WOuH be pIC* |can est blesse et U r '*• iniervi(nt. ' — Il ne taui jamais Irapp 1 r une lemme mme avec une fleui. t our n avoir pas compris ce prcep le Albert Laroche prvenu d avoir tierce des voies de fH -ur !i nomm. Norme.te Oavclus, a t condamn a l'amende. — l'efeku rnr.civile et Julienne Jean ne peuvent pis s'entendre et ennuient les voisir.s par leais tipag-s continuels Au cours d'une mauvaire plaisanter ie, neu g liante du reste Tsalas blesse son amie et co urne coii,ci]uen;e de cette maladrerse le juge d^paix le met a l'amende — Pour avoir voulu essayer sa manchette sur la personne de Viliarson Civil, le nomm jtnnlus Saint Louis est mis au dpt. Il expliquera >on geste ce ma:in au tribunal — La police trouvant p.u convenables les faons de laiie d Abirt Valmoa et de Louise Jn icques les rappelle I la raison en les conduisant devant le jugj de Paix — Clina Pierre a un got choisi pour les pipe; il parait qu'elle les collectionne, l'our avoir voulu augmenter son assortimert au prjudice de la dame Eiizibeth Saturne, elle a t conduite ce a par devant qui de droit SVM le Corps du sei to Kive Prencll Leiioni to En Rli-h and apininh tpeskiOfl firciRnprs, tweeor a 'iraes p^r wi>k, b'ghnfog g^n'fmbPs lat, 'rom 7 or 7 to 8 1 / n on ihe esbieat poesi ble terras. Fn ni Dr(fnlar* nplv lo ; Spcial School for Jypewriling a^d Slt'Htand, Hue trou ( S reei lbV, No 310 1. .Mi corner C Bvue des Deux Monil I s, Rue de l Universit, Pam SOMMAIRE Dli IA LIVRA]' DU.ier AOUT 1922 matin pa "*! dht. lacS Elij p Koai gudrin un viter Ml.tr AINtS • OOKSTIPAVION tl STiOMS-B rOUirOiStKHCRTS %  %  •ARNAS SAS rf..OU2 EL SUFFT de prendre t. l'un cl a -ici rpMi tou. IM d.iii ,,,• %  m! ment T 1 —uciD Cvrnus est depuis hier sous la main '•mise del justice pour avoir luuligc de quelqaes Ipicei I atelier d ajustages de lusun Dorsainvil V.M..T chez dajustagts qui il travaillait. ^ iriiuiu du D lu bnliaul huccs op laioire tio^p.ce SI irauois de dulr/s Fle iiirale ill Les ac eurs de U RtoaiMtQce i llOpllii'* ifdonnent samedi so>r i Patisuna la pttite comdie Uie chambre i deux lit> tant gce dimaoche dernier. Eot.e gnrale : Une goordf ui^a ruuic uu u i^M\ 147, rue du Faub* St-Dsuis, Pari3 MaisilfiiGigeriesyritaMes qui ont tout fait hlar. Se •t su; ch .uuae dusine'l^t lu* m.ti DEHAUT A PARIS t i-s llsiDl.-in^.: IniprliwAl en r.olr I. Hica de Jeunesse Daoyi God 6 to L9 li'iedPi Cachas.Deux:ai ti', E ii3 llhaiH V.ctor H'io Spirit \ Pml Bf. Au Payii eton, Nuit TorokeJ A ti Lhcvrilloii de 1 Acadcoiei ii^e. F.ai'is I! I z et sea amii. litterdioui't) du I Em )iro, par M| Louis3 l'uilUruo. Les n i-... de la Sine sooil nit'rr'iu Irarane, U'ionl cbtocr. Ghaieaubriand et .-on htiniitri FuiBi c. Y, Km, Maurica LeviiJ Choe8 vue— L'cole loaiei me LtolchoviB e Emile Verew, Sinte Lioix 1.' .) /'-'liaLeOj que il.b t lyrt-'q :t-f, Luuia Gillit. Un viilnge Lpsguul d iDlriftl la Albica Maurice Legadre. It-viiO littraire — L'IDUMI AUtruandecn Frar.c\ Andr I nitr. C hromque de la quioidoitone politique. Rend i'ii.onG6W aure^ut lieu le i^s o':iersdi :teur raui ouiouiuu a cou *^'*"* %  c.t.uus eju aurooi neu :e p>* tm umwi'owpiii ue lap-iaioujie nivie Ue ir,0 s P o hni noir les o':iersdi l^dffun qui avait po u kyaie KJ p eieuce ae gitaires de la Respe.l.ble Loge Le e B-utus Br^v?, un d< ae uiueni couats e, 1-J fiAoct>Libio 1 NJ 32, nous venona n T itirfs ds li Plaie 1,1 I 11. 1 1 • I. I ..,...,, In • f.rw, .,. 1. C 1 . L Il .1 ,.• C. i..:. !•...!. A Ut t ni \ p fronatr le F ie A.bt 1 our re rfeftb e de Avec S:s a iiU' l es il ciiycidiiz adopter oua,cart r PriCUlionS PunJre four l'envoi litrangtr de la correspondancei journaux pubtitattoHi, ele Extrait d un rapport de M l Alto b commercial de FrMU en AustuHie. Il est ibsolurr.ent ncessaire que !a corrts^ondance d'outre-mer so.t mi ae ?ous enve'oppe *.o ide Les txpdi teurs liraient surpris de vo.r l ai dans lequel r ivent Unil lettre ,;ur tout Us giob-ses e:.ve.oppes con'e nant de la documeLlalion. Elles airi veut avec les boids ious dchues tt souvent saut cooitnu. 19e n-ras pour les journaux et pDblictliOBl de toutei soitts. La moiti n'airive pas a sa desnna'.on La poste tue dit qui fnr ebaque courtier ee sont des monteaux dewurnaux et publications qui ont perdu leuts enuloppes exttteures et qui sontutis aux vuu\ pap-ers. Lts 11 pdittuis doivent pouitant sa\oir quune publication qu eit ei-voye aux qu>ie 101ns du rxoude tt dont le sac de poite qui lenleime es.t ma n duue l:;on ns biuiale au de pat et l'ainve des bateiux et des cht mini de Ici, don re ccveloi pe d'une tioo solide et non sous tne simple bnde comme M :eite jub:i canon tait detiiutc i l'in.eneui de la Fiance. (Ministre du Lommcne franais) Il s'agit d uue inHadt goo c 33Z. a suiiiiiiu.i d uu Kyaie Utgni de ''uvaiiu et d'un vuiuiuintux libiu me utrin musqjdnt une k/iueit-a.-c. Lopeianou I->I e le juui 1/ Aot par lu Docteur Paul baiouiun a cou aiate eu uue lap^iaiouiie auivie de lunctiuu d la groaeaae vtuae tut itt' mu) Le uudciuain.la t m lit entre u travail et accou.iie a 1 heure de 1 up e.s in Ji d un lue us vivaut. I.MJJ ii-.eiii tut leruiin au loictpa pu .'.. U,tu,i .via lion. bjua l'iiiliaeuoe dea cuuuac iuua Dtetietii toutei tel tiu uiets ahdomi Ua,iea eiuUl IUlUpatrt, la pdl'ul ta 1J.1 t'ii. u i-.iiaii; apilia ihductiou dd ia 11...s %  • in ta Inuiu aOJi au-jrf. ; n 'MJ — La liaaiade ui eu ho^ue Vois de gu.iso. // jousJ U ine uu.iI.S Kl ues ttUgca l ililU JJ UUt e-.it) la v.ir. m a (Je caa iutereaaaut divera point de ,DSt • 6 a va_t hier, vue t'dia I oojdt duue cooiiu-nica Le D jeteur L^scoufliir, il ny lion au Synjieai dea luedecnii ue p-s Joigemps ce up*i; dii Port HU l'uuce Dcs On annonce !a moit de Kirinski Casimir, fond de pouvoir bi n con DU dans le nvnde des tnbun"tiz de paix c il militait depuis U.ng e T:S. I P drfun qui avait pou une fiile PRIX DE L'AFONNEMEST Un an Six mois Trois I Paris Seine Seine et Oise jlr 41 ir 111 Dpartcmeniset Colonies franaises 86 44 ai I Etranger 98 n _, j i t Les abonnements partent Ju ir t il chaque mois. l'rii Ju No 4 Ir.J). eW !" 1 *^——^ i e faire bon M cet atelier t tudes et ses exel entes aura birn admiantrei et Uon/idene Valse par UJCIIJ JcANT l'our piii.u et |;j n nia. 0 ai des granJs pro wjdw U 1 Uu,t,ur > uedl ;„„ J r 11 tentaient. ite du Cji de — cQilfie Sac. 'ait l'oide d Ktienne Oirman'. A Louftr Boi.i"~ctaiM] Coaiolaaces aux familles prou trai. -a'adr.isci Aurai UU fci. hue Limane No ljy. e Hesogae. t7/j rjupe Je bbmais* l'Ecole de iUdeciae ie liacuai A;.har U>caufliir, Profekieui i 1 B:ol NatiooaU ds M: Uecine et Je Ph*imi.i, eo rtuplua du D ct-ur Cil s P.estoir a t et a luedeCiii* u boce.e uu de ch ira a t*I oie de M>d'ciae* a U IL' Ces L.n.iuiu.edj Pana L* leiatiuu atia pendait joa sjour en France qoM mariies publie cot au lOug dane .. AoDI Kl t . umAac uar le D 5 .h V' S il. Balloiii Cils -Rue Roux 01 Boniie Foi. ^0 e. S.lie da !i .ii.i.i -, No i ava t mant. Divorces v>.a,id8 et pe lt| M s en fe: en cuivre, graode • % %  e tj ItA li .i : A (IA il' ai latibiti petites glif* 1 de une baaotpoar atloo et aiil-i miogir. chines, doi". a opaa, carpe tes.dacentea de lit.iuiuaiiqiiird^asaiettei.ti" St Azard Huis AVOCAT hua DanteDtFtouiUea iN u 00) Varits VENDREDI Les My&tres ae J\ew Yot k lUe lie et l'Jcpiaode Entie : O.U Rparations ncessaires Nous appietons que le local de la Chirrbe des Rrpisenian's c sigent acluellemeut Us Jorseilleri d Etat va re rpar sous peu. Un devis a t demand i cite 6n i Mr ( ha !es M'gran, Ingnieur du Gou^rormen*. L'ide e rcme tre neuf cet d ce por ,r rft *I*tet*i les cous'iuc tiens . t . j .u. d un qu&it de sictc. aervicej liqueur, tapia de table couverte, co noaox. Lhemiaes blaocbda et couhur, chiueaux BORSALINO, chapeaux teatre et 'aine. Pinami, caaqics, iambirea, mailea valises de Le Migii rat uornmaoal des Ciyes cravate, cbera.asetto*, faux-cola, caleons, forme de chapeau pour rtmplissjut les fonctions d officier ell u 88urea pour dama et enfanta. : divorce A Le p i? bllc cordialement luvit finir voir mon asiortimin • da se axer sur un article. de 1 E r at Civil a prononc le des poux Lucun Bu n;DI Film d'art potique en Lune parties Po5. sous 'oues ses formes, les inUuences du cl'noat par les iusecie3. A empcher et supprimer Je champignon Ces maiiOW • scher les murs humidra. a imprguer is Voiles, c^rd^es Uiles t< flels !e poche. .^ Le produit est un dsinfectant de premier ordre supnine. la vermine des cunes de chevaux ainsi que das pjuiaiil*'^ aussi un dtstracteur saus pareil dea puuaiies el * W in mines r



PAGE 1

Cl ATI* a Raison 0. SI LVERA [jent de recevoir par dernier steamer ; ^peaux^de Laine d'Italie, sup. de 0 Ifig qualits pnur hommes. i&peauc de paille d'Italie sup. de m les qualits pour hommes. Mi Blans suprieur. |j|, (Jnion aup.anglaU or 0,80 i'uune Maison invite en outre sa nom* hue clientle h vecir voir les m t fini m nottv au':* $ les joli artic'es \fnesses quelle vient de recevoir \\hlte vend des piix dfiant te eoncurt encr. iployez la KEltOSIXE SUEL index ceux qui s'en servent \\.miire brillanteSans odeur Sans fume la GASOL1NE SHELL le un rendement EWI\7/*I*IE ieur par kilomtre * !" "M h Miaule, ne se F B j j| r 4 r j r F [carbonise pas ^ttl^AUiiH — %  d t a !" %z SHELL Asiatic Petroleum Co *erts, DiiUon & C Port-au-Prince Agents Gn -aux pour .Haiti 0 A vendre Produits de Tiou tic Perret GouMes tivonifRD'i S>r,p du L>Csb 'il Cachule Troue le parai la pca no Comprim* d Tro *|te P i e' Glycro pliosph it3 de chaux cr s. l I oloii <:u Docteur Mh'j Kola 1 i T oue le Vin lu L)JC e ir Cjbins Pou Ire de vi iode de Trouelle Perret Sel f.os pour remp^cer 'e le! dans les lgim5 !. Sirop TiOtttt'd Perret la pa paioe. li'aiiesser an No i3S d; la Hue amricaine pyde Sleainship C Foreign Services f steamer "Hati" a laiss NtwYork Wjt tera nu Cap le 23 et Po*t Jjrtnce vers le 26 crt.,via les autres r* du Nord.lt partira dici h mme F Pour Jacmel faisant escale aux r du Sud, prenant fret et passa* Pi •erade retour Port au Prind [ to 31 en roule pour New York ,0 U8 les ports du Nord. r r t au Prince le 21 aot 1922 E, F Clments, Agent Gnral A tous les Agents des Lignes de Navires En attirer t spcialement votre altei lion sur la Loi dj '23 A 191 i moiiflte par celle du 'iO juillet Mi ayant irait en si'jour des '.taigera en ilaiti, voua t< prie ; 1 o Drf donner tout voira coLCoari eu Lhtf de la l'olice de cei'e Ville, cliar^A actuellement du tervice de la livraison des ci i1.tu: ta d Iramt triculation en lui doanant notifiai tioo de lai rive ou du dpart de tout trarg'T voyageant sur I un des vaisseaux de vo re compagnie. % s b'irarmie chaque pssfrger que dans les M joora aprs on uiri ve en cette ville, il devra se munir d'un timbre du D ux dollars pus la Banque Na ionale de la Rapobli que d Bal i, avtc lequel il sa rendra eu mou Office pour l'obtention de son cett-tical d'I mua r.culation ; 3 3 DJ porter sa connaissance que tout contrevenant l 'article 5 de cette dite Loi do 23 A^t 101!! ara passible d une amende varia l entre bu dollars au minimum e 200 au maximum ; ..4, DJ lui lairj savoir que d'api e une nouvelle mesure, de Police, e eau toujours po^s'b'e oi vous crit/, onbv %  • > ,.' Q le si vous vivez au bout d s 20 aua, c'oat vj n qui i tuCB z en leola fois le mot'tan^ totnl de I'as?uranc3, Q'ie votre police d asaurance vous o rmet ap:s S am d'eaicraoler la Compagnie au taux de (i o/o par an. Qa'en vous aaiorant daoi ri operial vj're argent > i t la pro'eciiia a l'ii vous donne lool oute pieuve 'Giuverc.' uool du : anada Qa'en vouu HKfiuraut dana i'l-np4'ial voua aveztma lea avantaae ma vous donne U Caij^t) d'Epargne, AV'EJ CETTG UIFEEIIEN*^ 83(3 i qu'au cas c vous di?p ralliez la Ban ju i reod a d voira femi'le le \nm t*nt duos laadli qj. l'Imprial lui donnera cinq fola, .bx toli, 20fof r* montant. g je Ueati-faction morale d re Biiora maintes fji,io n |. coumoa et la force n easures pour se lorttr Va ie m lia lia a! j.s -/ ie loj da-.t.Mirj avaient condamn le malade. *nwiia Qd une police dius 1 1 nprial as^ur-ra l'eiiitance I vo're lui permettra da bieu iaver vos enf tntiQ l'une pjlice peut sauver votre miisoi i comme 10 ijoira i i tr , la qualit es meileureel les prix C0QicieQCieux.il laliafiil toj.s 1 s go s cour hommes icmiues et en'an's. VUUem ce migasin, avi t dfaire vos i Unix. Dr Jusiin DoilliUiiJKQ !>^ la WttoH de Mdecne d Paris i^iei'ua^atanldee p ofeee u i Uen.keet Deu aprs tmn



PAGE 1

LtwvnM J Jv l\ h u m a 1 1 s m c s Goutte Graveile rtHo Sclrcr.o Obsit Qfl vitn reir jeun* rt 6vl-. trr d'URODCNAL. lave le sang •• LIlMIlearton r.nnrful. Sur* U MOemer' ,'e I ariano satemae, mi.-i ;: &V4NI (OUI 4 fiir'l'ri l.l '..ilr-dIV •'. le urtqu tant U .en! facteur *TI rp< lensron. on devra. a.a..t it-iile autM ctios. lutter # iier?iQ'ier-*r't et freQuemment unira i rtention d'ciii unque i %  >;..•= i'orfcnlMIM en ait>pl07tnl IcroJai.el rVofesMur Fuvat •rt' d ci>n mi t n;emil c* ro:tir tl-tl f-!, sir. 1 •t r.' p>i ;• l'.ill : .\1 EOIET i|Hta ftonu ht h Uumk l'Un : !720, B9 l fSet55ans.Lc i^i uJ ige est toni en) M ittiipagne ila sytnpti m s roqi V.lUl tels ';'!< %  : irri at nei $& r$53 %  • L iil!:iu;it r,.-r\ -ux, /gV-" .^3'. J^J^ %  ,|R8 ni|l in,j i'• % %  rarbol rateai, leai U'IHtriUl,^,!.'! nrteno • Selcr r, 1 •w • i %  %  %  M iiMiiei !!• %  la femww %  iiiiiOuno, i utiiei. .-. ltil c' ...iti'jeu io n. • %  • %  g LINYCOL, I IVi'l' Lunchs Spciaux Foin les Villgalurisles ] T?Me d'Hte ou par piafs Par leiCarav>Uf*est attire • De la Eire la pr^non su M M te MB Avis la r?f e fOifl de la po lion Je !a Gis'dRie ton*prise trJie la Rus dfl CfSC'BM (t la Kut l'a vit tant dtficitivf rrect cuveMe i la ciicuL icu, les (ondtLicuis de voilures quia rquts soci aviss qu'i partir de ce je ur ]8 Ai t coottDl i's doiwrt ci jouis se unir sur leur nain dici e oit in allant VE.S le *ud eu vos ie Noid tOOl pt it e d tre tn con tuver lion avec les lg'ements rgis .'art U cirriLticn 4|| vthirnles lvs la Mlle de Pcit-;u l'iicce. Tcut cen UtveBf ot ce dit iiticll sera tifi* di i qui de droit. W ri RL PERI US, (.bel de la t-clic. s i fi. e*s tir* votre t : ; : i yeua i •., .. r ,..., §trtermfnaj* na: ---,: -",_ d u iesde % %  aifa 1 :'; s..... ,i,vWri LaCotapoaltjour^ tnto r! Lydia E ?•%  ,.. ihi mcntvlapte peu r •. i. *' • rd : i -; s "" >•' %  < • %  frsi '-r'v.!...;^ 1 ''l | ; tsf 'enf.rci t-t ':c' ; c !,, ... ^v-J .".'H prpare avec des lu -rbet et radrua muliciral .i.ttr2j i.u-.i i C: i • %  :.;..:,;,.. ' "*} Son rcevltee i prouva r-rd kl'J,"-,MJ .% t: ou: Vah.,aralso, Chili, S. X r,.-,, %  ,• sa ,„ • ( .1 '••' %  : ;lir,: '-'•-•! i:l : %  i •-i'e :,. : ;,.3l ,-.^:. ; s..!.• ii : . ; S i '. evl les l'ilulc |H.n.r lj I % %  ;, %  ,'. : ,:;, PiguJ 1 .'^1 OIS nuis. !•: r %  << n,.. ;,',.,.,•, • ... .., l'i-s ainift en ta'sun detv.•.<.;.. ,.. s ^^k publia ce 1J1., .•-,..,.;. %  ;.-.. ...,. A i-'. ,. ,. : ; c (. %  4 jjjl i. ..:, waii i, i hi %  %  •. \. ?J Dw UUMB Oiuni rf.,Il .lu-,. ...,-. !,.(..;, j. ta ..!>. %  la) de Lyata E. Pinkhaia r-afc^ Automobile Sludebaki qui par ta >\tuaiiou uh(que m, crnlte du affaire N rcowtm/rf p/v (,?/r fomgMNrjM r,i,f./i,: fi ( > ffj nothbitux et duth-yvs Client pour fa i lUISINEwitmlrt / WM / U cor,jouable, n/emtnr$ ausr {ova rorto. M^* 8 orx San Joao Ba4, j/-WKs i/e (.otumerce et particulire ent aux commerants de tassue Tn t fart de Ftinre' t'Oit t) f'nc l l JAf t I0.2 Coroprfinie Gnrale Trans&tlaoliijoe IP stf-HOfr Sflint Rftpbfl" nt'fn tin I 2.'i rutiinnt ni si ira le rxnie jour | m ."j r tip o dp Cub*. DP uloor Por< en l'unie le 25 il rcfaitir. le tt'ine j'ur pour les Cayee Jfml, SJD'O Do(Etr0>, Ma ti Vort-au-li ince. l.lfd dbile p^r jjailoi) et |>;tr barriques tes Vira de Lorde&ux Bcuge et Blaue Cf \ itti tj< riifii directement de 13A USA V t' sont garantie tu* la, t/*ratltnc, r.cwj pouifoni ( prouver xar des Ch RTlUCAS ot,t fMt a Pren/..votit billet t * maioteiant **8 1^8 Ca&emeti Inage^om.taaMere. DkPARI DE : C DE MARS GARE ou NORD Horaire des Traiways de la l -LaPimacK WBJtB^EvS Maxwell Mokr h A M. 0 1 hrs A. M iouiou Rue du Cvnlre $ due Bonne toi En vente i Port, s.u f nice U*ar Wetupchtaa b. & N. Sjda & Co Antoine TalaiLaa un H zt-r Paul K. Alun* | t / / I I G ; |'| | J bairjiacie ULtmle . t. tu* jn odml n Dau>8e -ton Lattol du ri^ .Or BotiMrA ? • ?? ** C - . **" • tt des P M omwn.MP cie ter ly trieiil ludique u845 Ccn/ t/ea cn'riteset le< aitectom f~ r 4 ,^ ktirNltMOeM et tMe> 015 y56 jyJl 1115 H 09 320h ^ yw 4-U 5UU 54^ **>



PAGE 1

{#!** anne No 4898 Port-att Prince, Hat* IfffOTIUR PROPRIETAIRE (Clment Magloire ROIOBtf 20 c NTlil Quotidien Jeudi 24 Aot 1$22 Ge que l'homme le plus prouv est capable de connatre et de saisir n'eit qu'une opinion probable. | HERACLI HDACTION i Ras amricaine No 1! TELUPHONt Mo 143 la Question de Ristoums w 3 —jiifoelque temps nous deleaiiqner aue le grande conaqui semble exister entre les j.de Navigation qui desservent Piri prend de jour en jour fntension en diminuant co .si knent le taux de trt aur nos iu expdis en Europe par "oie une ou directe. Le maintien de (ncotreoce qui ne peut tre no6t de note commeice pependre directtment de la Loi Rouissant les grandes lignes ftaDM engages dans le seiviuti. Ces lignes tant les plus Mi ont acquis notre clientle, tiit que presque tous les corn (sont plus ou moins engaelles dans cette grande ques ki ristournes . Commerant qui reoit ses mar net d'Euiope ou expdie ses mi toit par voie transita te ou s: directe, petd tes ristour1 pour peu qu'il reoive une iju use Ligne ne faisant p. s '•k cette Confrence, tandis iRftonrnes > ne sont aut.es iioprea/gent.Cequile rend je sorte l'esclave de ces %  qu'il ne peut bnficier Sciage que lui ofl e UJC ses ordres d'expdition par c:s Lignes. Oa comprend facilement corn ment le pauvre Commerint est at. tach L crainte de perdre ses tristournes i qui ne sont en ralit, que la moiti de son propre dpt, l'autre moiti tant garde comme primage. Donc, il ne peut bnficier d'aucun raoais que peut lui orlrir une autre L gne sans voir co ifi;qaer, et ses 5 OJJ de primage qu'il a do i n et ses 5 0,0 de ristournes # qu'on lui doit. Avec cette manire de procler dans le rglement des 1 mtoumes • ces Lignes ont en quelque so.te op ter toute la clien'ie hatienne qui se trouve prise dans cet engrenage d'o elle ne p ut en sortir qui la condition de perdre et ses gracieuse ts et ses crances* Petites Koifles Etranger | Par cble 22 Aot PARIS — Afin que la France soit dignement reprsente a Imposition du centenaire du Brsil, le gouvernement franais a dciJe d'accorJer aux agents diplomatiques et consulaires franc lis au Brsil des allocations sociales pour les dipen;es peadant l'exposition. UOKCY — Le martial Foc'* et Mr Viviani ont assist l'inauguration du monument lev a la mmoire des entants de Gorcv morts au champ d Honneur r Le ni* du anrclul fock et le beau lils de Mr Viviani se trouvaient parmi les 190 fautsus tuds arii de ce lieu. Les notabilits de France. Belgidiac et Luxembourg ani-taient a la cr raonie. Mr W'ood -n un bref discours salua les hros au nom de American Lgion. LISBONNE Le prsident e AWe.ir est .irri v hier par le Massilia se renJant a Buenos Ayrts. Une rception lui a t oifene p.les membres du corps diplomatique et par Irer-'sentants du gouvernement portugais. Le M iwilij est reparti ie soir n..ne pour Rio de Janeiro F>ir Calsfle ^^ — -^-.xr ^aJ31 Nouvelles traugres Les Cours NEW KttJCaj -fntim Sterling 4,17,6* Oa refuse Tckilehft. rine l'entre d i tard foire belge if^ttur ne fait naturellement J'-iion aux 10 o,o ajouts au W du trot Je res L g es de U o, qui ne sont qu une esp l 6t qu'il tait sans y prendre ••ptndani il ne pourra touM de cttlt v-leur que Mhime aux ex g.-uces de ces l"en ntxpeuiant que par norsde ceci, ces c lis • ne lai $ e r 0 nt allous qu'a ku u "' "* Œois f lir de "Itchsoce moyennant que %  six mois il maictienne Nous croyons que le Gouverne ment, devait tudier cette grande question qui n'est qu'une entrave i la concurrence dont pouirait bn cier notre Commerce, et qu-, surtout, empche l'expditeur da:ler o il croit troavei son atntage sans avoir craindre d .re punis dans la confiscation de son prop e arg nt En ce mom nt c les Lignes nmri raines qui d'ap es leurs lois n'ont pas le dto t de donner des t nstju ns sembeot vouloir s't.bhr ea Hait', il serait boa que le Giuvernement H I ien f-sse une loi prohibmt cette fltire de istoumes qui ne pn e qu'a ces L'gnes de la Uon rence, et qui n'est en dfinitive, qu'une faon d'exploiter l'ingnuit et la bonne (01 de nos Commerants Nous revieo irons la prochaine (ois sur les moyens de se BOMtfai e de cet e question de ristournes ". Voix d'outre .jtomba Sus-tu ce que disait M.itre Lg.r Cauvin '.. Je te I apprends tout bas sus a qui nul y p.-nset — Nul M d„,t ignorer ici e: mme en France t>a un CockUfl au Gieij ns est p'us. U qu'au vint ** % %  SIMON CHAFROMVr g1 l .. .. % %  bK M lis t rcemment approuv pir le onseil de la soc ; : des n.tions a h confrence de Lonlrei Les habit n s de Damas, Beyrouth, |ath. Alexan dret'e, Horas et H unis ont ferm lears comptoirs et maintenant pas sea leur terme i d'ei dans les rues en criant in lpeadance ou mort La M iin d: Fer , asisi que lui et sa suite Y** ne vou tient que passer par la Bi'gi que sans aucune i nentioa de s'arr DAMAS ( Syrie ) 22 Comme l'a t;r ini;s les foictionnures belges t i 1 poque de la visite ici de la foutires so ,t rests inexorable Gran: cette fou l'agitation est srieu et ,es tusses oui du qilter le trai i. se centre le mandat franais qui a PARl>,2{ -Sterling s,,8i<, i Dal'ar ta 71 Agtatl m Dmm con ire forts et du Hins des Fronts M-a j-asia do l'Etat lirchi 1 dis es bru iiise U&§ fa*cl*te occupdiit le /•/ de Map les NtPLBS — Le port de Najlsi est presqae eatiremeoi sou. le contrle des f.s.istes Le dock leulemea! reste, aux maias d.s commun stes Le dra peau natioaal a t his, iur les tu H es ivoi.maitJ par les lafcutet, ces deraiers se sont rendus mal res de la plusgtaie paitit du po t. Aprs oieatisqqs di'ige ptr u cip.taaae PaJj.-a u i la suie d.sries 4e rixes san'laaui eatre les f.s.isles e la po lice les (jciatei ont saisi ua certain nombre de b t.-aux ancrs dins le port ce qu, fo t le* auto llj a pren dre des meuie svres. 4 D. L. rnn,i, i a %  •., rr^^"' > 4 B 9 a,BI ,es motifs de lagita: on, a d œwaar S ^ v^.jgzsg* L e "^chai d,odeuU^'^œ W 0 B -S ^ *a"ii*itt l B ilteli mue h priuce LdopolJ ifojet.de loi lectorale ^seil d Ktat, l'Excutif ; pp que i e8 citoyens ce iVru et crir seraient njJJ'Pt un laps de dix liai P '• Pfoiuulgntion teaTL. rltt,Q 8 cooaidrau^ "Politique invoqueee par ^ Mt, d'alors cet -T .-, ont tait %  'usa. tu ce moment nt d| o une atmospti ^.f apaibement uous t*bT re biiaee"uient eat l^ciin ra PP 0I ta ne entre fluB l "' UJiUl inaegraie Ptovi,. uUra K8 uuiverael; •a, ^f' 11 u uoa-sens. e %mr a tp 'u aa,aiuuut da ^ D ?' 8eut e aoa v '"e 8 Q,,;' aQue P -ofoudemet **iforma, Uua "femedibUle C? V lttB >i* quar:. uea 'Qu-, u ta ''Uouuel N !" u *e* • Vo;e, Sa . d ctea w* ne [S !" . uu u, i' tu ,ola Siti Uu i. 'y P*i>'r > p.h,.^ *"•-" vibible, S 1 ui *' !" 11 cla,r a ^tanr!'.." 1 0u ,e , ot de ur w exercer ce ai oit, non pli.s que nul autre, qui la con Jitiou de le pouvoir, m tout nu munis i*e avoir lire ton vote :' que le sutfiage uuivetdel ue peut-eire qu'un luauuuitiut qui ne rend pas ou qui He f lOMti luatild oa j er;i 1 -, en diguorau.es maui ?i L) couaiJeralio.1 de l'incapa:it c il serait d exercer son d.u.'t delecteur dans uu avenir de dix ans, pour cau#e d'ignorance, siiinulerait l'ardeur de tout umyeu qui ae trou ver it dane ce cas, a sortir daus les teueorea ae uiaipuabeiisme. L'obli gaiiou scoleire piebCiite par les lois bur l'enseignement pumaire it quou a toujour leuoute d'appliquer, ces* serait d'eue uue lettre mor.e. Les coles seraisut plus trequeutees par 1 apprhension qu'aurait caus aux pore et more, l'inliauilet de leurs Uis a participer au vote a l'poque de leur uaajurit. Aussi, il u'est per sonne qui ue le sacue, la gague> J, les da,ies uarnavais et u dauae vaudouesque ue son pas les seules passions qui eunousseut i activit du pay sau et u un grsud uuinore Je citadius. La jouruee lectorale est pour l lecteur uicuue suiiou ocosBion recuerctie d Ineureuses OamO^cues. U va a l'unie saus but, ue satUaut pas pourquoi et pour qui il va voter, il uesite a se rallier a aucuu grjupe. L l uto.o. uu voie lui apparsli Udus le loiuiam couauie uu pais biouiiiaid. bou ut.ine se cuucrotiBe uaus la joie qu 11 prouve a saD.euvcr J alOOOL tiiiij. da uue pucepwuu pus Ucliu Ue tUOeS quauu uu Ueic^-e de l'itg Oie, ie sauveur ue uicuus tauces, lui pbbo uue luueiaiiie pice u'aigeui ; ce qui reveiiie IOUIa-coup eta lusiiucts eudoiuiis ua corrompu inooncieut. 11 es dcid a jtdralej on lui pelle pour sansu,re les amnu.ons politi son nom de for un qu'il retient dif^ u es noa seulement est ULC grande Hcilemeot. Il avance quand marne ia i ustice mais c'est admett e aussi vers le bureau de ?ote; son esprit 1 ue e droit pisse ap-s tant. Oa balance dans les altertstives de la croit savoir que le gnral Coutaud, Sralate et de l'audace. S'il eat pr h ut commissaire franais, a tlara seu: par uu conducteur d'un groa phi 1 vlr Poiacar pour ai dsmai pjadvere-, il est a'ao.n de qaas der destroupes supp meota.res paur lions jusqu a perdre ion aplomb nt ilie Uce a K u -fiantio ea cane est liuulemj.it saisie et disituation truite. Mus. a--il la ceriituJj que le bon lecteur e,t un instrument do | a II IIU,? i tMM. cile da groupe qu .1 reprsente, le ^ A U JlUllIliifOfl U6i> bureau de v ta accepte son bulletin rpjaT4ll9U& 6t 'fc lift I au vu de sa carte uni mentionne MUNI .H La r^cept oa faite au marcnrl H.aJenbarg arrive Vlu nich pjjr visiter le pr iaC i Lhpold avait t prpare parles nniouilii tes qaioatorgiota uie pirai; mons tie Le mi cnl Hndmburg fut te u la gire pu | premui miois tre et par le ginfal LuJeaJoiff, u t.u ea grands teoae. D.s spulaudia le salurent. A sa m ver ne.neat et chei le> trois eheff de'l'er au vu de sa carte qui mentionne ., seaaeats et cris le salurent. A souvent une profession et un ago VerflOtlieUt 41160180 J deiccale du tram, il se rendit im qui sont loin de lui convenir Le auf diatene-n chez les chels du ou trage universel aiuai pratiqu ne RPRUM,, M .. %  ••"•t et chei le> trois che's % i %  peut conduire aux afia.res que les r BERLIM aaUae courte coaf M e bavaroise:ils \kilV^£^ pues lments dan pays qui s'eaten ""^ Ul a eu t 1,eu '" lono le comte"on Bot! f ^a u dent entre eux pour vincer tout BrUtslay, membre britannique Je la Dri -7 %  \1 J !i marchal candidat raounie aux locotions lec COll J s,ion des rparations Mr Ea r. ,". i. u^ u t,iUlte ll P aii U f -, a, ^ ^MattdM, te docteor Andras ZZL^^IV 1 V *f it$ S Aux dernires lrtotiona commuHerms, ministre de* ri n.,.-*. .ai. [;. w 1" 1 l e l'Jr.m raltcal V rchal en oure AUX nalea, ma 1re erumique qui servirait co~ re olka on parlt d employer uue docteur Karl riergman, sona-iecrta YX qaj ,94 "'"'?•• * n^ue qui servirait core d'Etat aux haaacis a maaa1 £ 1 %  • lH P/ •• Uiineo^ par lorer Mndex de chaque lecteur lors commeacemenl de U dilcaioiV.o un,,iiUl1 Mh* ui.itsi.Oj nt de on passage l'urne Prcautions |r< |e| dil J a JJ f ; d JJJJ •.•*!• pas d autres troubl. les. sur les que'ioas tardives. Il importe d'extiper le mal on origine. C'est lnuscriptun ?* ,r 5 a 'l nandi sur U qu'on dote rendre urelligeute et tes haa Kes all emandes. rieuse par I ideatuicatiou de llec Apres la coreace, le chancelier leur. Alors, la inftrage dtvijndrait vVatlfl onvoqu les chefs Ju d consc;eot, .l ir. et l'urne serait parte .a: u da ministre des dnaa-es leiuie toit u uais a la populace Ni les r ^prsentants, ui les footioa vnale et ignorante Les lections naires allemands n'ont consenti " d.! I, V .' i:i ~ iyi; > Ju "i ue 'loa-.eraieni lieu i moins de contes cotel tes r imu la tenu; du tatious 11 serait partant mutile d a n,?. n ,, ,' ^' de la cohrence ville une oaude de •* P 1 ** 1 ? 10 "'! * 1* nature de la m iiijii tlj km uu aiu.upne, 'es clieil do Ouuque rparanojs qu'il tait meut ViViuie^i en me.ueuioa coaapa euga^ei mme ies toits Ut itiat de guie es leurs mamsavres Uoateu.es la uve gauche du Rnio et de;, mioei *' rBuu dans .a reg.on de i. K" comme garanties pour ses t A suivre ; U9ni allemandes, D.vae POLYNICE, av. it, .u ,,A vendre ^.Ujgs-y. Murray caoaicOout > %  excellant eut, bonne occasion i our toutes coudi -oiis s adresser •u ouraau au Jouiusl. BtareMer


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05751
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, August 24, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05751

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
{#!**
anne No 4898
Port-att Prince, Hat*
IfffOTIUR PROPRIETAIRE
(Clment Magloire
ROIOBtf 20cNTlil
Quotidien
Jeudi 24 Aot 1$22
Ge que l'homme le plus
prouv est capable de
connatre et de saisir n'eit
qu'une opinion probable.
| HERACLI
HDACTION i Ras amricaine No 1!
TELUPHONt Mo 143
la Question de Ristoums
w
3
jiifoelque temps nous de-
leaiiqner aue le grande con-
aqui semble exister entre les
j.de Navigation qui desservent
Piri prend de jour en jour
fntension en diminuant co .si
knent le taux de trt aur nos
iu expdis en Europe par "oie
une ou directe. Le maintien de
(ncotreoce qui ne peut tre
no6t de note commeice p-
ependre directtment de la Loi
Rouissant les grandes lignes
ftaDM engages dans le seivi-
uti. Ces lignes tant les plus
Mi ont acquis notre clientle,
tiit que presque tous les corn
(sont plus ou moins enga-
elles dans cette grande ques
ki ristournes .
Commerant qui reoit ses mar
net d'Euiope ou expdie ses
mi toit par voie transita te ou
s: directe, petd tes ristour-
1 pour peu qu'il reoive une
iju use Ligne ne faisant p. s
'k cette Confrence, tandis
iRftonrnes > ne sont aut.es
iioprea/gent.Cequile rend
je sorte l'esclave de ces
qu'il ne peut bnficier
Sciage que lui ofl e ujc
ses ordres d'expdition par c:s Li-
gnes. Oa comprend facilement corn
ment le pauvre Commerint est at.
tach L crainte de perdre ses tris-
tournes i qui ne sont en ralit, que
la moiti de son propre dpt, l'au-
tre moiti tant garde comme pri-
mage. Donc, il ne peut bnficier
d'aucun raoais que peut lui orlrir
une autre L gne sans voir co ifi;qaer,
et ses 5 ojj de primage qu'il a do i
n et ses 5 0,0 de ristournes #
qu'on lui doit.
Avec cette manire de procler
dans le rglement des 1 mtoumes
ces Lignes ont en quelque so.te op
ter toute la clien'ie hatienne qui
se trouve prise dans cet engrenage
d'o elle ne p ut en sortir qui la
condition de perdre et ses gracieuse
ts et ses crances*
Petites Koifles
Etranger
| Par cble 22 Aot
PARIS Afin que la France soit dignement
reprsente a Imposition du centenaire du Br-
sil, le gouvernement franais a dciJe d'accorJer
aux agents diplomatiques et consulaires franc lis
au Brsil des allocations sociales pour les di-
pen;es peadant l'exposition.
UOKCY Le martial Foc'* et Mr Viviani
ont assist l'inauguration du monument lev a
la mmoire des entants de Gorcv morts au champ
d Honneur r Le ni* du anrclul fock et le beau lils
de Mr Viviani se trouvaient parmi les 190 faut-
sus tuds arii de ce lieu. Les notabilits de Fran-
ce. Belgidiac et Luxembourg ani-taient a la cr
raonie. Mr W'ood -n un bref discours salua les
hros au nom de American Lgion.
LISBONNE Le prsident e AWe.ir est .irri
v hier par le Massilia se renJant a Buenos
Ayrts. Une rception lui a t oifene p.- les
membres du corps diplomatique et par I- rer-'-
sentants du gouvernement portugais. Le M iwilij
est reparti ie soir n..ne pour Rio de Janeiro
F>ir Calsfle
^^------------------------------- -^-.xr ^aJ31
Nouvelles traugres
Les Cours
NEW KttJCaj -fntim
Sterling 4,17,6*
Oa refuse Tckilehft.
rine l'entre d i tard
foire belge
if^ttur ne fait naturellement
J'-iion aux 10 o,o ajouts au
W du trot Je res L g es de U
o, qui ne sont qu une esp
l6t qu'il tait sans y prendre
ptndani il ne pourra tou-
M de cttlt v-leur que
Mhime aux ex g.-uces de ces
l"en ntxpeuiant que par
norsde ceci, ces c lis
ne lai $er0nt allous qu'a
kuu"' "* ois f lir de
"Itchsoce moyennant que
six mois il maictienne
Nous croyons que le Gouverne
ment, devait tudier cette grande
question qui n'est qu'une entrave i
la concurrence dont pouirait bn
cier notre Commerce, et qu-, sur-
tout, empche l'expditeur da:ler
o il croit troavei son atntage sans
avoir craindre d .re punis dans la
confiscation de son prop e arg nt
En ce mom nt c les Lignes nmri
raines qui d'ap es leurs lois n'ont
pas le dto t de donner des t nstju
ns sembeot vouloir s't.bhr ea
Hait', il serait boa que le Giuverne-
ment H I ien f-sse une loi prohibmt
cette fltire de istoumes qui ne
pn e qu'a ces L'gnes de la Uon
rence, et qui n'est en dfinitive,
qu'une faon d'exploiter l'ingnuit
et la bonne (01 de nos Commerants
Nous revieo irons la prochaine
(ois sur les moyens de se BOMtfai e
de cet e question de ristournes ".
Voix d'outre .jtomba
Sus-tu ce que disait M.itre Lg.r Cauvin '..
Je te I apprends tout bas sus a qui nul y p.-nset
Nul m d,t ignorer ici e: mme en France
t>a un CockUfl au Gieij ns est p'us. U
qu'au vint
**
SIMON CHAFROMVr
g-1 ____l... ..
bK M lis
t rcemment approuv pir le on-
seil de la soc;: des n.tions a h
confrence de Lonlrei Les habit n s
de Damas, Beyrouth, |ath. Alexan
dret'e, Horas et H unis ont ferm
lears comptoirs et maintenant pas
sea leur terme i d'ei dans les
rues en criant in lpeadance ou mort
La Miin d: Fer , as b ab'e a ce'Ie de Sm Peinera dlrlan
de. a fut ses dbat) h'e-iDcnat.
D:ux de ses membres ont tir des
coup de rvo'ver et oat srient!
m 11 b'.s le chef Je la police d'ici
De bamb-s oit galement Un
ce s :orre plusieurs maisons o:cu
---------------------------------. pes rar d s foactioaoii.es franti
occasionnant de nombreux dgts
emboter le pis et, cimme un docile m nriels. mais on n'a aucune mort
agneau il edt a Itntre disposition a dp'orer L: prince Iafalah, expli-
' -8 c bouqaement qui le quant les motifs de l'agitation, a d
riEtBESniAL(Bel^4e ) aa-
Ichitchenae et plusieurs collgues
qui se reniaient i Loulies par ex
press Cologie O.tjoda s: snni vus
refa er l'eoi du territoire belge
ob i ;e de retourne! Cobg^i parce
quisavieit og .gi obtenir le vi
l 3 314 1(1 il il frail **. dl c'"lul hi'&- ai Colonie Le
mm,t.r. a in>isi que lui et sa suite
Y** ne vou tient que passer par la Bi'gi
que sans aucune i nentioa de s'arr
DAMAS ( Syrie ) 22 Comme l'a t;r- ini;s les foictionnures belges
t i 1 poque de la visite ici de la foutires so ,t rests inexorable
Gran: cette fou l'agitation est srieu et ,es tusses oui du qilter le trai i.
se centre le mandat franais qui a
PARl>,2{ -Sterling s,,8i<,
i Dal'ar ta 71
Agtatl m Dmm con
ire
forts et du
Hins des Fronts
M-a j-asia do l'Etat
lirchi 1 dis es
bru iiise
U& fa*cl*te
occupdiit le //
de Map les
NtPLBS Le port de Najlsi est
presqae eatiremeoi sou. le contrle
des f.s.istes Le dock leulemea! reste,
aux maias d.s commun stes Le dra
peau natioaal a t his, iur les tu
H es ivoi.maitJ par les lafcutet, ces
deraiers se sont rendus mal res de
la plusgtaie paitit du po t. Aprs
oieatisqqs di'ige ptr u cip.taaae
PaJj.-a u i la suie d.- sries 4e rixes
san'laaui eatre les f.s.isles e la po
lice les (jciatei ont saisi ua certain
nombre de b t.-aux ancrs dins le
port ce qu, fo t le* auto llj a pren
dre des meuie svres.
4D. L.
rnn,i, i a ., rr^^"' >4 B 9a,BI ,es motifs de lagita: on, a d
waars^ v^.jgzsg*Le "^chai d,odeu-
U^'^ W0B-S ^ *a"ii*ittlB ilteli mue h priuce
LdopolJ
ifojet.de loi lectorale
^seil d Ktat, l'Excutif
; pp que ie8 citoyens ce
iVru et crir seraient
njJJ'Pt un laps de dix
liai p ' Pfoiuulgntion
teaTL. rltt,Q8 cooaidra-
u^ "Politique invoqueee par
^Mt, d'alors
cet
--T.-, ont tait
"'usa. tu ce moment
"nt d|o une atmospti
^.f
apaibement uous
t*bT rebiiaee"uient eat
l^ciin raPP0Ita ne entre
fluB l"'UJiUl inaegraie
Ptovi,. uUraK8 uuiverael;
a, ^f'11 u" uoa-sens.
e%mratp'-uaa,aiuuut da
^ D?'8eut"e aoa v'"e8-
Q,,;'aQueP-ofoudemet
**iforma,Uua "femedibUle
C?VlttB >i* quar:. uea
'Qu-, u ta' ''Uouuel
N!u*e* Vo;e,
Sa . d" *ctea w* ne
[S .uu u,i'tu ,ola
SitiUui.,'y P*i>'r
> p.h,.^ *"-" vibible,
S1 ui *' '11 cla,r a
^tanr!'.."1 0u ,e ,ot de
urw exercer ce ai oit,
non pli.s que nul autre, qui la con
Jitiou de le pouvoir, m tout nu
munis i*e avoir lire ton vote :' que
le sutfiage uuivetdel ue peut-eire
qu'un luauuuitiut qui ne rend pas
ou qui He f lOMti luatild oa j er;i 1 -,
en diguorau.es maui ?i
L) couaiJeralio.1 de l'incapa:it
c il serait d exercer son d.u.'t de-
lecteur dans uu avenir de dix ans,
pour cau#e d'ignorance, siiinulerait
l'ardeur de tout umyeu qui ae trou
ver it dane ce cas, a sortir daus les
teueorea ae uiaipuabeiisme. L'obli
gaiiou scoleire piebCiite par les lois
bur l'enseignement pumaire it quou
a toujour leuoute d'appliquer, ces*
serait d'eue uue lettre mor.e. Les
coles seraisut plus trequeutees par
1 apprhension qu'aurait caus aux
pore et more, l'inliauilet de leurs
Uis a participer au vote a l'poque
de leur uaajurit. Aussi, il u'est per
sonne qui ue le sacue, la gague> j,
les da,ies uarnavais et u dauae vau-
douesque ue son pas les seules pas-
sions qui eunousseut i activit du pay
sau et u un grsud uuinore Je citadius.
La jouruee lectorale est pour l lec-
teur uicuue suiiou ocosBion re-
cuerctie d Ineureuses OamO^cues. U
va a l'unie saus but, ue satUaut pas
pourquoi et pour qui il va voter, il
uesite a se rallier a aucuu grjupe.
lluto.o. uu voie lui apparsli Udus le
loiuiam couauie uu pais biouiiiaid.
bou ut.ine se cuucrotiBe uaus la
joie qu 11 prouve a saD.euvcr J al-
OOOL tiiiij. da uue pucepwuu pus
Ucliu Ue tUOeS quauu uu Ueic^-e
de l'itg Oie, ie sauveur ue uicuus
tauces, lui pbbo uue luueiaiiie
pice u'aigeui ; ce qui reveiiie iOui-
a-coup eta lusiiucts eudoiuiis ua
corrompu inooncieut. 11 es dcid a
jtdralej on lui pelle pour sansu,re les amnu.ons politi
son nom de for un qu'il retient dif- ^u.es noa seulement est ulc grande
Hcilemeot. Il avance quand marne iaiustice. mais c'est admett e aussi
vers le bureau de ?ote; son esprit 1ue 'e droit pisse ap-s tant. Oa
balance dans les altertstives de la croit savoir que le gnral Coutaud,
Sralate et de l'audace. S'il eat pr h ut commissaire franais, a tlara
seu: par uu conducteur d'un groa phi 1 vlr Poiacar pour ai dsmai
pjadvere-, il est a'ao.n de qaas der destroupes supp meota.res paur
lions jusqu a perdre ion aplomb nt ,ilie Uce a Ku -fiantio
ea cane est liuulemj.it saisie et di- situation
truite. Mus. a--il la ceriituJj que le
bon lecteur e,t un instrument do | a II IIU,? i tMM.
cile da groupe qu .1 reprsente, le ^A U JlUllIliifOfl U6i>
bureau de v ta accepte son bulletin rpjaT4ll9U& 6t 'fc lift I
au vu de sa carte uni mentionne
MUNI .H La r^cept oa faite au
marcnrl H.aJenbarg arrive Vlu
nich pjjr visiter le priaCi Lhpold
avait t prpare parles nniouilii
tes qaioatorgiota uie pirai; mons
tie Le mi cnl Hndmburg fut te
u la gire pu | premui miois
tre et par le ginfal LuJeaJoiff, u
t.u ea grands teoae. D.s spulaudia
le salurent. A sa
m
ver
ne.neat et chei le> trois eheff de'l'er
au vu de sa carte qui mentionne ., seaaeats et cris le salurent. A
souvent une profession et un ago VerflOtlieUt 41160180 J deiccale du tram, il se rendit im
qui sont loin de lui convenir Le auf diatene-n chez les chels du ou
trage universel aiuai pratiqu ne rprum,, m .. "t et chei le> trois che's% i,.
peut conduire aux afia.res que les r BERLIM aa- Uae courte coaf Me bavaroise:ils\kilV^^
pues lments dan pays qui s'eaten ""^Ul a eut 1,eu '" lono le comte"on Bot! f ^a u
dent entre eux pour vincer tout BrUtslay, membre britannique Je la Dri. -7 \1 J !i marchal
candidat raounie aux locotions lec COllJ s,ion des rparations Mr Ea r. ,". i. u^ u t,iUlte ll Paii
U"f -, a, ^ ^MattdM, te docteor Andras ZZL^^IV1 V *f it$S
Aux dernires lrtotiona commu- Herms, ministre de* ri n.,.-*. .ai. [;.w1"1 l-e l'Jr.m raltcal V
rchal
en
oure
AUX
nalea,
ma 1re erumique qui servirait co~ re
olka
on parlt d employer uue docteur Karl riergman, sona-iecrta yX qaj ,94 "'"'? * *
n^ue qui servirait co- re d'Etat aux haaacis a maaa1 1 . lHP/ Uiineo^ par
lorer Mndex de chaque lecteur lors commeacemenl de U dilcaioiV.o 'un,,iiUl1' Mh* ui.itsi.Oj nt
de on passage l'urne Prcautions |r< |e| dilJa JJ f ;d JJJJ .*! pas d autres troubl.
les.
sur les que'ioas
tardives. Il importe d'extiper le mal
on origine. C'est lnuscriptun ?*,r5 a'l nandi sur U
qu'on dote rendre urelligeute et t- es haa Kes allemandes.
rieuse par I ideatuicatiou de llec Apres la coreace, le chancelier
leur. Alors, la inftrage dtvijndrait vVatlfl onvoqu les chefs Ju d
consc;eot, .l ir. et l'urne serait parte .a: u da ministre des dnaa-es
leiuie toit u uais a la populace Ni les r ^prsentants, ui les footioa
vnale et ignorante Les lections naires allemands n'ont consenti " d.! I, V .- i:i ~iyi;> Ju "iue
'loa-.eraieni lieu i moins de contes cotel tes r imu la tenu; du
tatious 11 serait partant mutile d a n,?.n,, ,' ^' de la cohrence
ville une oaude de * P1**1?10"'! * 1* nature de la m
iiijii tlj km
uu aiu.upne, 'es clieil do Ouuque rparanojs qu'il tait
meut ViViuie^i en me.ueuioa coaapa euga^ei mme ies toits Ut itiat de
guie es leurs mamsavres Uoateu.es la uve gauche du Rnio et de;, mioei
*' rBuu dans .a reg.on de i. k"
comme garanties pour ses
t a suivre ; U9ni allemandes,
D.vae POLYNICE, av.
it, .u
,,A vendre
^.Ujgs-y. Murray caoaicOout >
excellant eut, bonne occasion
i our toutes coudi -oiis s adresser
u ouraau au Jouiusl. BtareMer


10**
anne No 4898
gMUflUn PROPRIETAIRE
fflment Magloire
HOMMU 20 <***
Port-an Prince, Hait!
Quotidien
Jeudi 24 Aot 19j?2
Ce que l'homme le plus
prouv est capable de
connatre et de saisir n'est
qu'une opinion probable.
| HERACLITE
REDACTION Rae Amricaine No l
TGLnPHOMC No 42
ta Question de Risloumei
^air Cable
^iiqnclque temps nous de-
remarquer que la grande con-
te qui leroble exister entre les
_,de Navigation qui desservent
. Pijs prend de jour en jour
d'extension en diminuant cojS
enent le taux de fret aur nos
ils expdis en Europe par "oie
iiire on directe. Le maintien de
coocutreoce qui ne peut tre
de note commeice p-
. :udre directtment de la Loi
unissant les grandes lignes
ses engages dans le servi-
. Ces lignes tant les plus
ont acquis notre clientle,
bit que presque tous les corn
I sont plus ou moins enga-
elles dans celte grande ques
[et i ristournes .
imetant qui reoit ses mar
d'E'iiope ou expdie ses
m soit par voie transita re ou
|i: directe, perd tes c ris tour-
peur peu qu'il reoive une
prune Ligne ne faisant p.s
de cne Confrence, tandis
rirournes > ne sont aut.es
Jiopre a/gent.Ce qui le lend
l)e sorte l'tsclave de ces
(jusqu'il ne peut bnficier
Jnantage que lui o e une
flpe.
/leur ne fait naturelltment
iilion aux 10 o,o ajoutes nu
tatttde res L g es de la
wee, qui ne sont qu une esp
e.-ptndant il ne pourra tou-
moiti de cuit v-leur que
laotorme aux ex g.-nces de ces
"TM en nexpeuiant que par
norsde ceci, ces c us
ne lui seront allous qu'a
lai de six mois 4 ra tir de
lchance moyennant que
es six sois il maintienne
m
ses ordres d'expdition par c:s Li-
gnes. On comprend facilement corn
ment le pauvre Commerint est ai*
tach U crainte de perdre ses ris-
tournes qui ne sont en ralit, que
la moiti de son propre dpt, l'au-
tre moiti tant garde comme pri-
mage. Donc, il ne peut bnficier
d'aucun ranais qae peut lui orlnr
une autre L gae sans voir cj >fi;qaer,
et ses 5 ojj de primage qu'il a do i
n et ses 5 o,o de < ristouraes *
qu'on lui doit.
Avec cette manire de procier
dans le rglement des nstournes
ces Ligues ont ea quelque so.te CD
ter toute U dien'ie hatienne qui
se trouve prise dans cet engrenage
d'o elle ne p ut en sortir qu'4 la
condition de perdre et ses gracieuse
ts et ses crances
Nous croyons que le Gouverne
ent, dev.ait tudier Cette grande
question qui n'est qu'une entrave i
la concurrence dont pouirait bn
cier notre Commerce, et qui, sur-
tout, empche 4 l'expditeur da'ler
o il croit trouver son avantage sans
avoir 4 craindre d re punis dans la
ont'.cation de son prop e arg nt
Ho ce mom nt c les Lignes /\mri
raines qui d'a^ es leurs lois n'ont
pas le dto t de damer des nstju
ues semb eot vouloir s't.blir eu
Hait', il serait bon qur le Giuverna-
ment H I len hm une loi prohtbiat
celte fl tire de istournes'' qui n:
pu fi e qu'4 ces L'gnes de la Con'
rence, et qui u'esi en dfinitive,
qu'une faon d'exploiter l'ingnuit
et la bonne foi de nos Commerants
No-is revien irons la prochaine
fois sur les moyens de se soastrai e
de cet:e question de ristournes ".
Etranger
| Par cble 22 Aot
PARIS Afin que la France ioit dignement
reprsente a l'exposition du centenaire du Br-
sil, le gouvernement franais a dci Je d'accorder
aux agents diplomatiques et consulaires franc lis
au Brsil des allocations spciales pour les d-
pends pendant l'exposition.
GOKCY Le marcclul Foclc et Mr Viviani
ont assist .. l'inauguration du monument lev a
u mmoire des entants de Gorcv morts au cliamp
d lionueuir Le BU du mau'dul fock et le beau !ils
de Mr Vivian) se trouvaientpami les 190 trart-
ui tus pris de ce lieu. Les notabilits de Fran-
ce, Beigtout et Luxembourg Mutaient S la cr
morne Mr Wood ^n un bref discours silut les
hros au nom de American Lgion.
LISBONNE Le prsident De AWeir est ani
v hier par le Massilia se rendant a Buenos
Ayrcs. L'ne rception lui a t oiFene pi.- les
membres du corps diplomatique et par les repr.
sentants du gouvernement portugais. Le Massilia
est reparti U soir n. ne pour Rio de Janeiro
Voix d'outre .-jtombo
j\ouve!les traugres
Les Cours
NEW fJXUil -F.ancra.7,
Sterling 4,47,61
On refuse Tchileh-
rine .'entre d i tard
foire belge
PARI ^,2 j -Sterling so.Sts
, D0IU1 12 71
Siis-tu ce que disait Miitre Lg.r Cauvin ? ..
Je te I apprend tout bas sus a qui nul y p.'nse!
- Nul m doit ignorer ici e: mme en France
C)j un CockUl au Gictj ns est p!us. Ugtr
jli .II. vin:
HE.lBESni.VL(Belmjje ) 32-
Ichitcherine et plusieurs collgues
qui si reniaient i Loi lies par ex
P ess (Jologie Oitsoil s: soit vus
relu er l'eu, et du territoire be'ge
ob i ; de retourni Cologia parce
qui 's av. if 11 ng.gi tjbtsaii le vi
13 111 1(1.1 U frail* H. 4a CQ0*al.0,,8 ai Coiogie Le
m antre a insist qu^e lut et sa suite
v'4,!> ne vou ait-ot qae passer pu la Bj'gi
que sais au:une i neitioi de s'arr
DAMAS ( Syrie ) 22 v^onme l'a tr< mM les 'oactioan lires belges 4
t 4 1 poque de la visite ici de Li troubres so.t rests inexorables
Cran; cette (ou l'agitation est srieu et les russes oj: du qtrier le trai 1.
se contre le mandat franais qui a
Aijitati m Duim cou
ire
Simon CH.-VF ROM AT
0m
mssm
Mm im fis
Anjl3 das Huu des Frcits
forts et du Mi rasia de l'Etat
iireki 1 dite 9
bru tiitvs
kD. L.
llr.0Je.-de loi lec-orale
yw^oseil d Etat, l'Excutif
K Z 1 qUB ,et citoyena ne
il iifWta "n 'P de dix
M loi r lft PfO'uulgutton
trtLr?rU,Qe8 cooaidra-
ftoni? Lu ce moment
'prt,or;iVfaQ9uneat,noapn.
^u! aPaiemeot uoua
1 !pi?.Q reiD""enert eat
iruSSf raPP"tfc 'a entre
dua, pr!,uia,rb uMgrale
*.!"ttltraKa uvereel;
*\&tm ta-' i0 duxi4.
^ cornera un uoa-aeoa.
J' 'rable de. Villes
o. Que Pfoudetnent
fcT*iCiUe ""Stable
fcu^eJe,,lro^quartauea
^'ou-. u *"" U'raUouuel
h Ni u, t,aruc,i>e aa Vo;e.
coia,,,, ''"'a cten que ne
aSn.ii4?.Uu tIluytu relau
rCi ttUL''y p*p*r
'tour!' U lB ,0,l de
Mtt exerwr ce droit,
non pli.a que nul autre, qu 1 la con
Jitiou de le pouvoir, ui tout au
moins de aavoir lire son vote ;' que
le autfiage uuiverdel ne puu'.-eire
qu'un luaiiuiuent qui ue rend pas
ou qui e ftut)ite< luutila o i pertiij,
endignorau.es maus ?$
Lt co.iaiJtifalio.i de l'incapacit
c il serait d exercer aoa J.u.t d
lecteur dana uu avenir de dix ann,
pour cue d'ignorance, aumulerait
l'ardeur de tout uuoyeu qui ae trou
venit dana ce cas, aorar daua lea
tenebrea ue luaipUaUetiame. L'obli
galion acolaire ptebCtite par lea 101a
ur l'enaeignemeui pnmaire il quou
a toujouru teuoute U'apuiiquer, cea*
arait dette uue lettre mor.e. Lea
coiea araient plua trequeuteea par
I apprebenaioa qu'aurait caus aux
pre et mre, l'iuuauiiet de leurs
tlla participer au vote a l'epoqu*
de leur majorit. Auaai, il iront per
aonne qui ue le aacue, la gague. j,
lea di#iea camavaia et u dauae vau-
doueaque ue aoat paa lea aeuieu pas-
aioua qui emouaaeut l activit du pay
sau et u un graud uoinore Je citadiua.
La jouruee lectorale est pour leiec-
teur lucuue auiiou ocoaaiou re-
ctierctie d beureuaea bambjeubs. Il
va a l'urue aaua uut, ue satuaut paa
pourquoi et pour qui u va voter. 11
ueaue a ae rallier a aucuu groupe.
i-'iutu.o. uu vote lui apptait uatu le
iuiutaiu couauae uu pata brouillard,
bou oi n.c ae uuucrotiee uaua la
joie qu u prouve a au.cuva a ai
loui. Lutij. il a uue peteepuou piu<
Uclio Ue tUOaoi quauU uu aeicg.u
de l'lig oie, ie euuveur ue uicuua
taucea, lui pakao uue uaiaeiauie
pice U'aigeui ; ce qui leve.i.e iOui-
t'Codp ota luaiiucta eudoiutia ue
corrompu inooncieut. 11 a dcid t
emboter le pia et, c trame un docila
agieau, il eat lent re disposition
du cliet de bouqueraent qui le
conduit l'urne comnn on mena un
vil btail la boucherie. Kncouia
d*. route, on lui paade un bulletin et
une carte lectorale; on lui pelle
son nom de for une qu'il retient dif-
ticiiement. Il avance quand mme
vtra le bureau de rote; son esprit
balance dans lea alternatives de la
sraiote et de lauJaca. S'il est pr
aeu: par uu oooducteur d'un groa
pj advera.il est a'ao.n de qaaa
tioua juaqu perdre soa aploaD ft
aa caite est ti ulemnit saisie et di-
truite. \lim. a--il la cenituJa que le
bon lecteur e&t un instrument do
aie d j groupa qu il reprsente, le
bureau de v ta accepte son bulletin
au vu de aa carte qui mentionne
ajuve.it une profession et un Age
qui sont loin de lui convenir La ait
trage universel aiuai pratiqu ns
peut conduire aux affaires qua lea
pues lments dun paya qui a'ejtdn
dent entre eux pour vincer tout
candidat bonnete aux tocctiona lec
U 'es.
Aux darnieres lections commu-
nales, on parlt d emp.oyer uue
ma 1re ebnuique qui servirait co-
lorer lindex j j chaque lecteur lora
de son passage a l'urue i'rcautijua
tarJivea. Il importe d-exttper le mal
son origine. C'est Iauscriptiju
qu'on doit rendis intelligauta eto-
rieuse par I ideatnicatiou de loi ic
leur. Alors, le suttraga dtviandrait
conscient, .l ira, tt l'urne aarait
tanne toat Muais a la populace
veaale et iguorant^ i. ;s lections
doutieraient lieu muiua de cojtea
tatioua 11 serait partant Mutile t .i
me.ier ea ville une banda de pay
aana qu*a coup d'aigeur, ou prooae
biouoe pa> itsdillj.ojti bartau de
vote. La catiJiJ-t compterait uui
qaemaut bue U sym^auue uuue
minorit d'fifC-euK bJUL'.as pour
iuu .kiu.uptia, 'es Chstl du Ojjqje
Uaeut v.viaioui en mciiieuius coaa^a
guiu et leurs uiai.ua.mes bouteuaes
auiaieui va.u
LLvxe POLYNICis, av.
( A suivre )
tt: rcemment approuv par le on-
seil de la so;': des n-.tions a li
coufrence de Loo Ir-s Les habit ns
1 de Damas, li;yroath, |aflt, AUsan
drefp, Hora? et Mimas ont ferm
leurs compiaiis et rrnintenaat pas
' sea leur tenijs 4 dti'er dins les
rues en criant in l^eadance ou mort
La Miin d: Fer . as^oriation sera
b ab'e 4 ce'le de Sn Feiners dlrlai
dj. a fut ses dbat) h'e-iDimat.
D.tix de ses membres o-.t tir d;s
coup) d* rvo'ver et oit srieui?
ra ot b>s le chef de la p!ice d'ici
De bomb!S o-it giloment i ian
ce s :o i re plusieurs maisons o:cu
ps pu d s Jaactioauawes franitj
occasionnaat de nombreux dgts
muriels, mais on n'a aucune mort
4 d.'p'orer L: prince Ijfalah, expli-
quant les motifs de l'agita.ioa, a d
clar qtTasiajettir la nation entire
Lts fa&clnte
occupant le port
de Muplea
N\PLE5 Le po;t de Nazies esc
presqae enttremeai sou. le contrla
des fis.isies Le dock seulement reste i
aux m lias d.-s commun stes. Le dra
neau nitoaal a t hiss sur les i.
h es ivoi.iuaiti par les UlClJtff, ces
deniers se sont rendus maires de
la plosg-a ij; putie du po t. Aprs
u ae at laque di'igi ptr li eip.taiM
redovasi i la suie d.- sries di rixes
san;Uit-s eotre les f.s.islis e la po
lice les fis;ist.s ont saisi ua certain
no.Tib-e de b t.-aux ancri dans le
part ce qui fo t le> auto ns a pien
dre des tt suret svres.
pour satisfaire les ambitions politi ||vilr|| VlSltfJ IJ |h*l;lC0
ques non seulement est uue grande 1 -Mlll il I
injustice, mais c'est admette aussi *JJWP^i-i
que le droit pisse ap- toat, Oa
croit savoir que le gnral Coutaud.
h ut commissaire franais, a llgra
phi i Vlr Poiacar pour u demai
MU.Ml.U La r:rpt oa faite au
mir:31i a.adeabarg arrive viu
ni der d.'straupes sappmeotaireipjur 1Vllt t pripi.'e par iei ualiojilts
faite face 4 la situatioi. [Mqiioaiorgiow aie piradi taon
tte t.e ni .nal Hndmburgfut te
Un U 4 la gire par 1 ex pre.ni.-i miuis
Cxomiftiioades * >pignrai ESuJSkii
rpiraiious et e don- ^lT^TiS^^
VeraOlUeilt All^IUaoJ deiceite d '. il se rendit imra
diateneit che^ les chefs du gouver
BfltUN aa- Uae courte conf Dc.:llekQl et chei lei "ois ciie's de l'ar
rence qu, a'eu &?** ^^T^T^ taffl
Bradba.y, membre britannique de la p>mc?LJaii ! !ft.'S 'nifchal
comuis,^. des rparation,. Mr Bu ', ^'** *"fl* l[ PJS
gne Mauclre, le docteur Andras jL\\*.^ V^" Cl ul uu d,^ou"
Herms, ministre dei huauces et le &' ""*' r*iC4l Voila
docteur Karl tiergman, sous-secrtai 3.2! J" **' iJ1 c*fP*l 4
re d'til aux ftiocU a marqu ie , " ', ""^ f1 *****' P"
commeacemenlde la d.scuss.oa ea ^^ol^l l-rtr^T'^
tre les dlgu, allis et les fauctiua P'S J *UUci lrojblci-
natres a!le nand sur les quei'ioas
des ti3.1 i;es allemandes.
aVpres II cjatrence, le cliiacelier
Wnin oivoqu les chefs du d
parte a ; at du miOistri des duaaces _______
N. tes r.prientaais, ui les touit.ou \*t Lg tafttte i
naires allemands n'ont consenti 4 du la tenu- du Te tl S,. que
cuter tel rs allais de la coalren-c aa/eitV, ,,.>,' \ ^ cm,se
pibmtaaire ou U .tue d. U Ti Si SV^ ~tU '"
s.oa de m lohu Uradbu.v et Mr liaa piS loin de **aS ctre. Un dit que le .autre des ti Ke tuit ? VbA ^au
aeacee riermi n'a laisse aucun d,u te aou liuiVe -.jaaf;,r0iaaeM,aB
tedauiiei ueuurations d hier avec t -^ ,, c<->urent donc
les memores de la commissio.i Zl i_^'n"'^'gue contre le D.oiailll
rpaauojs qu il tait impuisib.e i
eugagu mme ie* lotts Ut /Lut de
la iive gauche Uu Rhin et de- mines
delt.iudans ia rgion de la Kur u.JWyi Murray caouichout 'ee
comuue garantie pour les iti-ia 91il*ut eut. bonne uccaaioo. '
uons allemandes. .,, ,?ur toute ooudl '. atdreeaer
' lu taureau Uu Jouiual.
AlilJal' iltl l'uJJla
tlA veadie



LB.MAHN
~
Le Transfert deia
Banque
Nous evio.s promis dos let.eei-
raeo s [i08 lecteurs npts 1'er.trevue
que note tmes maidi avec Me
k.m Mortl, avottt de la Banque qui
cous evait dclar que ia qicttioo
tait olu'ionte.
Me Morel avar. eu Eouraeitte uo
Mmoire au Constil il h S< citsir. a
rt'lvat ud autre cot, notre con-
frre L'ESSOR pub lie ce qui sur.
Le Diiecteur de i i. i gia loment
noua un c- qui euit : L'applica
tioo de la Ici ur I fcnn gisn meut
eet chose dlicate, car eu te lui < t
complexe. Aussi je souris de tout ce
qui se d t sentir ; beaucoup de bruit pour neu.
i J si voulu porter la Ba que a
payer des dioiis sur le t anefert La
iiitLque a piotest, ie gouverne mer;t
uivaot en cela h-s prtcdeuie d
1881 et de 19U) lui ayant accord la
fpcult deoiegistiei le* pices leia
tivea nu iranhrt ou gratis ou au
droit fixe. Le D'r.art'.mer.t des Fi
uances avis de iua recl< m Ion, u 6
i ; CoiiSfcil Ces btettairea dEm.deu
rtgistrtr eea actes aux tenues de
l'arUols : O de la loi sur I Eoregia
lu icent.
< Ltt choEea *.ant ce poin je
rciois .a risque tes pice enre
g sirci.
t J euienJs pailer de reBponBebi
lii Laquelle ? Lu notaire a tait at
du tiauet 11 qui L'tait pas euregis
m 'ais ce ii..[..: ri qui u d corn
inuuque ei.hu a l'E iitgiareaietit
contiauerueni ce qii se dtbie,
n'est qu'uo piojet. La Banque ue
rUuiOL l'antienne s'isi er ge^e a
fane le transfert s< le gouvernement
hatien 1 autorisait Le contrai eou
mis 1 Euiegistremeut u'eei autre
que 1 autorisation de (aire le traus
fert.
l'our terminer, avant de .s'tHayer
sur l'application de la loi sur I eure
gislrtmeu', il couvieut de bien cou
lui re cette loi, et ne pas commettre
des pas de clerc, tel celui ci du NUU
pVfcLLISTE : .'si le tranatjit tait
enregifetr I tianger le notaire
pou.rail eu faire eta dans le contrat,
sans er.con.bres. L'est une lourde
erreur. Le ttautfert seiait eurtgisti
t l'tranger qu'il faudrait encore
l'enrlgistier eu Hati pour lui Uoq
i ei loice.mais-ce n es> qu'un projet,
, me rpte
a iiisi u.iii liucideut du Uuit.it de
U Banque,
NonYiles du
"Sarapaio Correia"
Far Cble
WASHINGTON 23 Le croiseur
Deuver qui lainasaa le lieutenant
llinion et 869 compagnons aprs a
chue du SArnpuo Correia, Antre
Natsau et Raill, a annsnc au 1) in r
tenant de la nnriue qu'il continuait
ea route vt>M Uuatanamo Cuba.av c
iAa.'jpiane remorqu.
La chute t> est produite lorsque e
lieutenant Biniou ayant mal jug la
hauteur a essaya de se poser sur
1 eau Ls choc lu. b violent qje lap
pareil s eufani partieilemiui daua
l*eau
La dpche envoye par tlgraphe
sans lu a comg les lappons piuc
d nies anuoLant que I" croiseur
tait ea i oue pour Key West.
Le eigrem nu envoy du Danver
dit qu'il est eu roate pour Qaantani
mo avec le lieu.euaut Hmto , 1 qui
page bjrd et I appareil la rernor
q jh ni qu'il, arriveront vers les 4
heures
l, oeioplane est end imna^ ; le
UIDI6QSDI Hiutcn et Pequipagj en
parfait sant_________________
A Pansidia
Un pnblic nombreux asjistait hiei
eou Paiisiaia aux scnes de la
vie hatienne offerte par les acteur?
de la ltenaissucce.
Les deux petites satires, partoit
diles souvent grotesques, i tt
rencontreut de temps su temps que.
qu :> situa ions bia.i 11! tue* aecoifi
pugues de remirquos oaracteusti
ques lancati dam no re expressif
cieole, oui soulev lo lou rire de la
salle. "EDsn ievoqu"et Un meeti
peuvent revendiquer la bue satllfac
ion d avoir amus le public qn,
pour la plupart u'en dmaille davan
itge. Cela itlfli pour incoutagsr au
leur et ucteuis cou muer l9ur jbj
vie utile.
WKmI^fIttM
PRENEZ GARDE
AUX IMITATIONS
et produits similaires que Ton cherche
substituer
L'Emul&ion Scott
Aucun ne peut lui tre compar
pour la puret de ses ingrdients et
son efficacit en gnral.
-'.:.

A ProleHsor
Trn Dirfdorof er, important cnm
merdal srhnol in Mus citv.using the
llermince O ivier ci Franoise Jean nont deui ,i_ju ..."____!.- .1
.rrconciliab'es Au cours diue rencontre su:vie m06 Pr-"Cal me'IlOl hflVl g Sve al
de seines publiques et de voies de Un Franoise yeurfl of eXC^fienre. WOuH be pIC*
|can est blesse et U r '* iniervi(nt. '
Il ne taui jamais Irapp1 r une lemme mme
avec une fleui. t our n avoir pas compris ce prcep
le Albert Laroche prvenu d avoir tierce des voies
de fH -ur !i nomm. Norme.te Oavclus, a t
condamn a l'amende.
l'efeku rnr.civile et Julienne Jean ne peu-
vent pis s'entendre et ennuient les voisir.s par
leais tipag-s continuels Au cours d'une mauvaire
plaisanter ie, neu g liante du reste Tsalas blesse
son amie et co urne coii,ci]uen;e de cette mala-
drerse le juge d^- paix le met a l'amende
Pour avoir voulu essayer sa manchette sur
la personne de Viliarson Civil, le nomm jtnn-
lus Saint Louis est mis au dpt. Il expliquera
>on geste ce ma:in au tribunal
La police trouvant p.u convenables les fa-
ons de laiie d Abirt Valmoa et de Louise Jn
. icques les rappelle I la raison en les conduisant
devant le jugj de Paix
Clina Pierre a un got choisi pour les pipe;
il parait qu'elle les collectionne, l'our avoir voulu
augmenter son assortimert au prjudice de la
dame Eiizibeth Saturne, elle a t conduite ce
a par devant qui de droit SVM le Corps du
sei to Kive Prencll Leiioni to En
Rli-h and apininh tpeskiOfl firci-
Rnprs, tweeor a 'iraes p^r wi>k,
b'ghnfog g^n'fmbPs lat, 'rom
7 or 7 to 8 1 / n on ihe esbieat poesi
ble terras.
Fn ni Dr(fnlar* nplv lo ;
Spcial School for Jypewriling a^d
Slt'Htand, Hue trou ( S reei lbV,
No 310 1. .Mi corner C
Bvue
des Deux Monil
I s, Rue de l Universit, Pam
SOMMAIRE Dli IA LIVRA]'
DU.ier AOUT 1922
matin pa
"*! dht.
lacS Elij
p Koai gudrin un viter
* Ml.tr AINtS OOKSTIPAVION
tl STiOMS-B rOUirOiStKHCRTS
ARNAS SAS rf..OU2
EL SUFFT de prendre
t. l'un cl a -ici rpMi
tou. Im d.iii ,,,. m! ment
T
1 uciD Cvrnus est depuis hier sous la main
'mise del justice pour avoir luuligc de quelqaes
Ipicei I atelier d ajustages de lusun Dorsainvil
V.M..T
chez
dajustagts
qui il travaillait.
^ iriiuiu du D
lu bnliaul huccs op
laioire
tio^p.ce SI irauois
de dulr/s
Fle iiirale
ill Les ac eurs de U RtoaiMtQce "
i llOpllii'* ifdonnent samedi so>r i Patisuna la
pttite comdie Uie chambre i
deux lit> tant gce dimaoche
dernier.
Eot.e gnrale : Une goordf
ui^a ruuic uu u i^M\
147, rue du Faub* St-Dsuis, Pari3
MaisilfiiGigeriesyritaMes
qui ont tout fait hlar. Se
t su; ch .uuae dusine'l^t lu* m.ti
DEHAUT a PARIS
t i-s llsiDl.-in^.: IniprliwAl en r.olr
I. Hica de Jeunesse Daoyi God
6 to L9 li'iedPi Cachas.- Deux:ai
ti', E!ii3 llhaiH
V.ctor H'io Spirit \ Pml Bf.
Au Payii eton, Nuit TorokeJ
A ti Lhcvrilloii de 1 Acadcoiei
ii^e.
F.ai'is I! I z et sea amii.
litterdioui't) du I Em )iro, par M|
Louis3 l'uilUruo.
Les n i-... de la Sine sooil
nit'rr'iu Irarane, U'ionl
cbtocr.
Ghaieaubriand et .-on htiniitri
FuiBi c. y, Km, Maurica LeviiJ
Choe8 vue L'cole loaiei
me LtolchoviB e Emile Verew,
Sinte Lioix 1.' .) /'-'lia- LeOj
que il.b t lyrt-'q :t-f, Luuia Gillit.
Un viilnge Lpsguul d iDlriftl
la Albica Maurice Legadre.
It-viiO littraire l'IdUmI
AUtruandecn Frar.c\ Andr I
nitr.
C hromque de la quioidoi-
tone politique. Rend i'ii.on-
G6W
aure^ut lieu le
i^s o':iersdi
:teur raui ouiouiuu a cou *^'*"* c.t.uus eju aurooi neu :e p>* tm umwi'owpiii
ue lap-iaioujie nivie Ue ir,0's P o hni noir les o':iersdi l^dffun qui avait po
u kyaie Kj p eieuce ae gitaires de la Respe.l.ble Loge Le e B-utus Br^v?, un d<
ae uiueni couats e, 1-j fiAoct>Libio 1 Nj 32, nous venona nTitirfs ds li Plaie
1,1 I 11.1 1 I. I ..,...,, In f.rw, .,. 1. C 1 L Il .1 ,. C. i..:. !...!. A Ut___
t
ni
\
p fronatr le F ie A.bt
1 our re rfeftb e de
Avec S:s a
iiU' l es il
ciiycidiiz
adopter oua,cart r
PriCUlionS PunJre four l'envoi
litrangtr de la correspondancei
journaux pubtitattoHi, ele .
Extrait d un rapport de M l Alto
b commercial de FrMU en AustuHie.
Il est ibsolurr.ent ncessaire que !a
corrts^ondance d'outre-mer so.t mi
ae ?ous enve'oppe *.o ide Les txpdi
teurs liraient surpris de vo.r l ai
dans lequel r ivent Unil lettre ,;ur
tout Us giob-ses e:.ve.oppes con'e
nant de la documeLlalion. Elles airi
veut avec les boids ious dchues tt
souvent saut cooitnu. 19e n-ras
pour les journaux et pDblictliOBl de
toutei soitts. La moiti n'airive pas
a sa desnna'.on La poste tue dit qui
fnr ebaque courtier ee sont des mon-
teaux dewurnaux et publications qui
ont perdu leuts enuloppes exttteures et
qui sontutis aux vuu\ pap-ers. Lts 11
pdittuis doivent pouitant sa\oir
quune publication qu eit ei-voye
aux qu>ie 101ns du rxoude tt dont
le sac de poite qui lenleime es.t ma
n duue l:;on ns biuiale au de
pat et l'ainve des bateiux et des
cht mini de Ici, don re ccveloi pe
d'une tioo solide et non sous tne
simple bnde comme m :eite jub:i
canon tait detiiutc i l'in.eneui de
la Fiance.
(Ministre du Lommcne franais)
Il s'agit d uue inHadt goo c 33Z. a
suiiiiiiu.i d uu Kyaie Utgni de
''uvaiiu et d'un vuiuiuintux libiu
me utrin musqjdnt une k/iueit-a.-c.
Lopeianou i->i e le juui 1/ Aot
par lu Docteur Paul baiouiun a cou
aiate eu uue lap^iaiouiie auivie de
lunctiuu d
la groaeaae
vtuae tut itt' mu) Le uudciuain.la
t m lit entre u travail et accou.iie
a 1 heure de 1 up e.s in Ji d un lue us
vivaut. i.mjj ii-.eiii tut leruiin
au loictpa pu .'.. U,tu,i .via lion.
bjua l'iiiliaeuoe dea cuuuac iuua
Dtetietii toutei tel tiu uiets ahdomi
Ua,iea eiuUl IUlUpatrt, la pdl'ul ta 1J.1
t'ii. u i-.iiaii; apilia ihductiou
dd ia 11...s in ta Inuiu aOJi au-jrf.
; n 'mj La liaaiade ui eu ho^ue
Vois de gu.iso. // jousJ U ine
uu.iI.S Kl ues ttUgca l ililU Jj UUt e-.it)
la v.ir. m a------- -
(Je caa iutereaaaut divera point de ,DSt,' 6 ava_t hier,
vue t'dia I oojdt duue cooiiu-nica Le D jeteur L^scoufliir, il ny
lion au Synjieai dea luedecnii ue p-s Joigemps ce up*i; dii
Port hu l'uuce
Dcs
On annonce !a moit de Kirinski
Casimir, fond de pouvoir bi n con
du dans le nvnde des tnbun"tiz de
paix c il militait depuis U.ng-e t:s.
I p drfun qui avait pou une fiile
PRIX DE L'AFONNEMEST
Un an Six mois Trois I
Paris
Seine Seine et Oise jlr 41 ir 111
Dpartcmeniset
Colonies franaises 86 44 ai I
Etranger 98 n _, j i t
Les abonnements partent Ju ir t il
chaque mois.
l'rii Ju No 4 Ir.J).
eW1*^^........ie
faire bon
M
cet atelier
t tudes et ses exel entes
aura birn admiantrei et
Uon/idene
Valse par UjciIj JcANT
l'our piii.u et |;j n nia. 0 ai
des granJs pro wjdw U'1 Uu,t,ur> "uedl
; j r 11 tentaient.
ite du Cji de ,_________________
cQilfie Sac. 'ait l'oide d Ktienne Oirman'. A Louftr Boi.i"~ctaiM]
Coaiolaaces aux familles prou trai. -a'adr.isci Aurai UU
fci.
hue Limane No ljy.
e Hesogae.
t7/j rjupe Je bbmais*
l'Ecole de iUdeciae
ie liacuai A;.har U>caufliir,
Profekieui i 1 B:ol NatiooaU ds M:
Uecine et Je Ph*imi.i, eo rtuplua
du D ct-ur Cil s P.estoir a t
et a
luedeCiii*
u boce.e
uu
de
ch ira a t*I oie de M>d'ciae*
a
U IL'
Ces
L.n.iuiu.edj Pana L* leiatiuu atia pendait joa sjour en France qoM mariies
publie cot au lOug dane .. AoDI Kl t . umAac uar le D 5.h V'S
il. Balloiii Cils
-Rue Roux 01 Boniie Foi. ^0 Annonce ai njnbreusa cliente n qi'il vint d^ recevoir In jj
imvaote, de toute auperion, et a MisULtSUH PRIX QUE PARU
AlLLIiUUS :
Grand aaiortirQt de bijoa'.erie. atoutr*. bracaleta en or, Vp*
miil.
0-nd assjrtimeut delbibilota. cid.^aix pjur biJ'.da. m*
i.-i due :.. wi,.\ t. ,.i ,-...., de i Uj,i
Ul o. ci* yju aa Sue.
uevue qui uj t paratra loceaaain
meut. Les m. dt i;u et les eagee
tutumea q ;e le cat* m.oioasH pai
veut visuui la pulien'.e a u impur.h
quelle heure de la juuru> e. S.lie da
!i .ii.i.i -, No i
ava t
mant.
Divorces
v>.a,id8 et pe lt| M s en fe: en cuivre, graode '
e tj ItA li .i : A (IA il' ai *
latibiti
petites glif*
1 de une baaotpoar atloo et aiil-i miogir. chines, doi".
a opaa, carpe tes.dacentea de lit.iuiuaiiqiiird^asaiettei.ti"
St Azard Huis
Avocat
hua Dante- DtFtouiUea iNu 00)
Varits
VENDREDI
Les My&tres
ae J\ew Yot k
lUe lie et l'J- cpiaode
Entie : O.U
Rparations ncessaires
Nous appietons que le local de la
Chirrbe des Rrpisenian's c si-
gent acluellemeut Us Jorseilleri
d Etat va re rpar sous peu.
Un devis a t demand i cite
6n i Mr ( ha !es M'gran, Ingnieur
du Gou^rormen*.
L'ide e rcme tre neuf cet d
ce por,-r rft *I*tet*i les cous'iuc
tiens . t . j .u. d un qu&it de
sictc.
aervicej liqueur, tapia de table couverte, co noaox.
Lhemiaes blaocbda et couhur, chiueaux Borsalino, chapeaux
teatre et 'aine. Pinami, caaqics, iambirea, mailea valises de
Le Migii rat uornmaoal des Ciyes cravate, cbera.asetto*, faux-cola, caleons, forme de chapeau pour
rtmplissjut les fonctions d officier ellu88urea pour dama et enfanta.
: divorce A Le pi?bllc cordialement luvit finir voir mon asiortimin
da se axer sur un article.
de 1 Erat Civil a prononc le
des poux Lucun Bu n Bel A.iiia L.'CO;-d;i poux Lionel
Beimigham.Madame ne Louise Ani
ta Gi b.r'e Villediouin.
Te
Pal t.fgramme hj ce matin de
Poit de Pa i nous vtnons dappren
die II mou ds iVLdaire Nom.an Fa
qohariOO ne E izbe.h Bolz sur
venue hier so r i cnz. heure;.
Sie-cres coadolanas aux (ami'.les
prouves.
Paris ia ua
Pharmacie W,
Le seul prservatif da bois et le
Carbolinum ivenariu
Reconnu depuis plus d) 40 ansconme 13 pl^ efficaO*
Lv Carbolinum Avenariu
___.rua
|| P1J
rriH
^rl prisai-ver le bois hors el sous terre contre .- ,
et la Leslr"4"
Le Soooe
je>;di
Film d'art potique en
Lune
parties
Po5.
sous 'oues ses formes, les inUuences du cl'noat
par les iusecie3.
A empcher et supprimer Je champignon Ces maiiOW
scher les murs humidra.
a imprguer is Voiles, c^rd^es Uiles t< flels !e poche. .^
Le produit est un dsinfectant de premier ordre supnine. .
la vermine des cunes de chevaux ainsi que das pjuiaiil*'^
aussi un dtstracteur saus pareil dea puuaiies el * Win"
mines r


Cl ATI*
a Raison
0. SI LVERA
[jent de recevoir par
dernier steamer ;
^peaux^de Laine d'Italie, sup. de
0 Ifig qualits pnur hommes.
i&peauc de paille d'Italie sup. de
m les qualits pour hommes.
Mi Blans suprieur.
|j|, (Jnion aup.anglaU or 0,80 i'uune
Maison invite en outre sa nom*
hue clientle h vecir voir les m t fini
m nottv au':* $ les joli artic'es
\fnesses quelle vient de recevoir
\\hlte vend des piix dfiant
te eoncurt encr.
iployez la
KEltOSIXE SUEL
index ceux qui s'en servent
\\.miire brillante- Sans odeur
Sans fume
la GASOL1NE SHELL
le un rendement ewi\7/*i*ie
ieur par kilomtre *"M
h Miaule, ne se FBjj|r4rjrF
[carbonise pas ^ttl^AUiiH
dta %z SHELL
Asiatic Petroleum Co
*erts, DiiUon & C
Port-au-Prince
Agents Gn -aux pour .Haiti
0
A vendre
Produits de
Tiou tic Perret
GouMes tivonifRD'i
S>r,p du L>- Csb 'il
Cachu- le Troue le parai
la pca no
Comprim* d Tro *|te P i e'
Glycro pliosph it3 de chaux
cr s. l
I oloii <:u Docteur Mh'j
Kola 1 i T oue le
Vin lu L)jc e ir Cjbins
Pou Ire de vi iode de Trouelle
Perret
Sel f.os pour remp^cer 'e le!
dans les lgim-5!.
Sirop TiOtttt'd Perret la pa
paioe.
li'aiiesser an No i3S d; la
Hue amricaine
pyde Sleainship C
Foreign Services
f steamer "Hati" a laiss NtwYork
Wjt tera nu Cap le 23 et Po*t
Jjrtnce vers le 26 crt.,via les autres
r* du Nord.lt partira dici h mme
F Pour Jacmel faisant escale aux
r du Sud, prenant fret et passa*
Pi
erade retour Port au Prind
[ to 31 en roule pour New York
,,0U8 les ports du Nord.
r*rt au Prince le 21 aot 1922
E, F Clments,
Agent Gnral
A tous les Agents des
Lignes de Navires
En attirer t spcialement votre
altei lion sur la Loi dj '23 A 191 i
moiiflte par celle du 'iO juillet Mi
ayant irait en si'jour des '.taigera
en ilaiti, voua t< prie ;
1 o Drf donner tout voira coLCoari
eu Lhtf de la l'olice de cei'e Ville,
cliar^A actuellement du tervice de
la livraison des ci i1.tu: ta d Iramt
triculation en lui doanant notifiai
tioo de lai rive ou du dpart de
tout trarg'T voyageant sur I un des
vaisseaux de vo re compagnie.
%s b'irarmie chaque pssfrger
que dans les M joora aprs on uiri
ve en cette ville, il devra se munir
d'un timbre du D ux dollars pus
la Banque Na ionale de la Rapobli
que d Bal i, avtc lequel il sa rendra
eu mou Office pour l'obtention de
son cett-tical d'I mua r.culation ;
33 Dj porter sa connaissance
que tout contrevenant l'article 5
de cette dite Loi do 23 A^t 101!!
ara passible d une amende varia l
entre bu dollars au minimum e 200
au maximum ;
..4, Dj lui lairj savoir que d'api e
une nouvelle mesure, de Police, devra en suivant, remettre son pas
srport h j Capitaine du Fort qui le
transfrera au Chef de la Police
lequel, en damier tessort, le tiendra
sa di^i'osi i n
53 De lui donner av's que tout
individu en laissant l'orl au Piince
destination de l ranger doit, a
telles fins utiles, exhiber son passe
port au Chef de la Police-
port au Prince, ce '22 xot 1922
W H RUFEttUS
Ch-f de la Fonce
Madeira Einbroiicries
Just received fri m Madeira a good
iisor'.mtnt cf ht lmii Madeira
eoibroidenea, as Tabla Civers, Dji
lue. (Lu i k -n lia m, LuncheoQ etc
tic etc- Heasonable puces
Corne, and bave a look
L- PREErZMANN \GGa,HHOLM
Hue du Ouai
Prouvez le
par la pendule!
La Crme Parle de Barry
donne uno complexion parfaite dans une
minute.
La comploxion reste parfaite toute une
aile avec uuo application.
La Crime Perle do Barry est une cremo raffine,
qui embullit la peau avec un dlicieux et dlicat
parfum de la rose.
Son cmplci ns peut pas tre aperu car aie
donno a la pfiu uno parfaito naturelle apparence
de la couleur de la chair avec la douceur de la
peau d'un bb.
Elle est conomique et donna grande satisfaotio.
fc
c-j

,-3
tMJ
^
f*
___rS
33
?S4
M J-Ud SAVEZ
VA
w
JS?
i\ a.i:,
i s
H Ci3 p'U
bnqt9i
f*na"ll < ai
une
de
(J Tuoe assurance Je dotatioi vjj^
d'argent qui voi s n en \ersrz.
Qie les iui :s bi.iti:a' sont plus dujdooble d) cen laa
d'oargne
Qaeqielqie dillira de pri ue annaslla prctjnt v .t>e
eau toujours po^s'b'e oi vous crit/, onbv ! > ,.'
Q le si vous vivez au bout d s 20 aua, c'oat vj n qui i tuCB z en
leola fois le mot'tan^ totnl de I'as?uranc3,
Q'ie votre police d asaurance vous o rmet ap:s S am d'eaicraoler
la Compagnie au taux de (i o/o par an.
Qa'en vous aaiorant daoi ri operial vj're argent >it la pro'eciiia a l'ii
vous donne lool oute pieuve 'Giuverc.' uool du : anada '
Qa'en vouu HKfiuraut dana i'l-np4'ial voua aveztma lea avantaae ma
vous donne U Caij^t) d'Epargne, AV'EJ CETTG UIFEEIIEN*^ 83(3 i
qu'au cas c vous di?p ralliez la Ban ju i reod a d voira femi'le le \nm
t*nt duos laadli qj. l'Imprial lui donnera cinq fola, .bx toli, 20fof r*
montant.
g je Ueati-faction morale d re Biiora maintes fji,io n |. coumoa
et la force n easures pour se lorttr Va ie m lia lia a! j.s -/ ie loj da-.t.Mirj
avaient condamn le malade. *nwiia
Qd une police dius 11 nprial as^ur-ra l'eiiitance I vo're
lui permettra da bieu iaver vos enf tnti-
Q l'une pjlice peut sauver votre miisoi deoayer les hypotliques.
Qjuue police peut viter votre famue i'avjir doinr bvoothAnaa
sur votre ou vos maisons. ;' J,11O^',0
Qu'il oy a aucun frais poar co itracer uno asaurance mr le vi3
Qje la prime est la mme pour loua.
(Jnl est de vo're DEVOlUdi protger les vtres
(Jie les agents soussigns sont votre ea'ire d;sooii io i noir vu.
irner tous les dtail?.
Qa il faut mitux ne pas rooietre demain pour crira, miu onll nt
prfrable de lu taire de suite pendant que vous y pani i
apaisa et
par,-reliant vo,- britftN
do
rfie Imprial Lif
Brandi &
Assurance C o upny
, agents
4-.^Raar"
BHI r i - m iiww
, B U G (i V S
Eri vente chez
\ '. Preetzma n n A U U EH UOLM
Hue du Quai
EIcss Monsanto
Le pjblic & le Commerce sont
IVtll qu'ila trouveront la maison
Etesse Morsan'o, dei prix extr
me.i.e..t rdui s, des maichandises
frartitM de toutes jortes, des c
d.au'x de tiancailles,de la paifumerie
dt riii.r Le soussign, profite de l'occasion
poir invi er les dbiteurs de la mai
aon avenir solder leurs compte
Un dlai de 10 jours leur tst accord
pour a'excuter.- pass ce dlai des
poursuites judiciauea seront dirigeai
contre eux.
ort au Prince- le 20 A^t 1922
Le Liquidateur,
Frarois LAVELANET
Le Maliu
Abonnement
Un Mois
Port au it ce Gourdai I
Lpaiteueni ISC
Etranger *'
inaenioua et abonenaecla paa
Mei d'avance.
n PAUL E AUXIL
Rue Trversire c
Maijiisiii de l'Elal
Vous demaDdfl vtoir voiries article < de toute traich3Ur et du
meilleur got qu'il ieai de recevoir par les (terrien bateaux de
I Etranger-Son aarortiment e>i comme 10 ijoira i i tr , la qualit
es meileureel les prix C0QicieQCieux.il laliafiil toj.s 1 s go s cour
hommes icmiues et en'an's.
VUUem ce migasin, avi t dfaire
vos i Unix.
Dr Jusiin DoilliUiiJKQ
!>^ la WttoH de Mdecne d Paris
i^iei'ua^atanldee p ofeee u i Uen.keet Deu bourg
OJfiee : Avenue firnire 8^
Ueureede Coatulia iu'M : 7 9 heure* du m an
a X > aprs tmn


LtwvnM
J Jv
l\ h u m a 11 s m c s
Goutte
Graveile
rtHo
Sclrcr.o
Obsit
Qfl vitn reir jeun* rt 6vl titra nrurc-i l'iuilblr rr ,,| rie*
l'Ine. !V3 vario<-a al |*Mlf4 4
AlIlUlAer IV'l d'aciOv l;r|r;-p.
ce polori 4c notre orgnnismu,
1 faim dr cures rCi>-. trr
d'URODCNAL.
lave le sang
LIlMIlearton r.nnrful. Sur* U
MOemer' ,'e I ariano satemae, mi.-i ;:
&V4NI (OUI 4 fiir'l'ri l.l '..ilr-dIV '.
le l^t a lu pirioA -1p prtirlrose, rac'>
urtqu tant U .en! facteur *TI rp<
lensron. on devra. a.a..t it-iile autM
ctios. lutter #iier?iQ'ier-*r't et fre-
Quemment unira i rtention d'ciii
unque i >;..= i'orfcnlMIM en ait>pl07tnl
IcroJai.el
rVofesMur Fuvat
rt' d ci>n mi t n;emil c* ro:tir
tl-tl f-!, sir. 1
t r.' p>i ;
l'.ill:.\1 EOIET i|Hta ftonu ht h Uumk l'Un : !720,
B9
l fSet55ans.Lc
i^i u- J ige est ton-
i en) m ittiipagne ila
sytnpti m s roqi V.-
lUl tels ';'!< : irri-
at nei

$&
r-
$53 ' L
iil!:iu- ;it r,.-r\ -ux, /gV-" .^3'. ,'j^j^ ,|R8
ni|l in,j i' ' rarbol rateai, leai
U'IHtriUl,^,!.'! nrteno Selcr r,
1 w i ..... M iiMiiei !! la femww
iiiiiOuno, i utiiei.

.-. ltil c' ...it-
i'jeu io n. g

LINYCOL,
I IVi'l'
Lunchs Spciaux
Foin les Villgalurisles ]
T?Me d'Hte ou par piafs
Par leiCarav>Uf*est attire
De la Eire la pr^non
su M M te Mb
Avis
la r?f e fOifl de la po lion Je !a
Gis'dRie ton*prise trJie la Rus
dfl CfSC'BM (t la Kut l'a vit tant
dtficitivf rrect cuveMe i la ciicuL
icu, les (ondtLicuis de voilures
quia rquts soci aviss qu'i partir
de ce je ur ]8 Ai t coottDl i's doi-
wrt ci jouis se unir sur leur nain
dici e oit in allant ve.s le *ud eu
vos ie Noid tOOl pt it e d tre tn con
tuver lion avec les lg'ements rgis
.'art U cirriLticn 4|| vthirnles lvs
la Mlle de Pcit-;u l'iicce. Tcut cen
UtveBf ot ce dit iiticll sera tifi*
di i qui de droit.
W ri RL PERI US,
(.bel de la t-clic.
s
i
fi.
e*s
tir* votre
t : ; : i
yeua i -
., .. r,..., trtermfnaj* na: ---,: -",_
d u iesde aifa1:'; s..... ,i,vWri
_ LaCotapoaltjour^ tnto r! Lydia E ?-,..
ihi mcntvlapte peu r . i. *'
rd:i--;- s"" >'< frsi '-r'v.!...;^1
' ''l|; tsf 'enf.rci t-t ':c';'.,c !,, ... ^v-J
.".'H
prpare avec des lu-rbet et radrua muliciral .i.ttr2j
i.u-.i iC: i :.;..:,;,.. ' "*}
Son rcevltee i prouva r-rd kl'- j,"-,mJ
.% t: ou:
Vah.,aralso, Chili, S. X r,.-,, , , sa, (- .1
'' ' : ;lir,:- '-'-! i:l : i -i'e :,. : ;,.3l
,-.^:.; s..!.- ii:. ;"S
i '. evl les l'ilulc |H.n.r lj I ;, ,'. : ,:;, PiguJ
1 .'^1 OIS nuis. !: r << n,.. ;,',.,.,, ... ..,
l'i-s ainift en ta'sun de- tv- ..<.;.. ,..s ^^k
publia ce 1J1., .-,..,.;. ;.-.. ...,. A i-'. ,.,. ,.:;c (.4jjjl
. i. ..:, waii i, i hi . \. ?J
Dw UUMB Oiuni rf.,Il .lu-,. ...,-. !,.(..;, j.
ta ..!>.! la)
de Lyata E. Pinkhaia
r-afc^
Automobile Sludebaki
qui par ta >\tuaiiou uh(que m, crnlte du affaire N rcowtm/rf
p/v (,?/r fomgMNrjM r,i,f./i,: fi (> ffj nothbitux et duth-yvs Client
pour fai lUISINEwitmlrt /WM/ U cor,jouable, n/emtnr$ ausr {ova rorto. M^*8orx San Joao Ba4,
j/-WKs i/e (.otumerce et particulire ent aux commerants de tassue Tn t fart de Ftinre'
t'Oit t) f'nc llJAf t I0.2
Coroprfinie Gnrale
Trans&tlaoliijoe
Ip stf-HOfr Sflint Rftpbfl" nt'fn
tin I 2.'i rutiinnt ni si ira le rxnie
jour | m ."j r ti-po dp Cub*.
Dp uloor Por< en l'unie le 25
il rcfaitir. le tt'ine j'ur pour les
Cayee Jfml, Sjd'O Do(Etr0>, Ma
ti Vort-au-li ince.
l.lfd dbile p^r jjailoi) et |>;tr barriques
tes Vira de Lorde&ux Bcuge et Blaue
Cf \ itti tj< riifii directement de 13A USA V t' sont garantie tu*
la, t/*- ratltnc, r.cwj pouifoni ( prouver xar des Ch RTlUCAS ot,t
fMt thanpagne et Vins Mousseux *ih modrs
Conserves alimentarcs franaises, premier choix*
L Agejt, t. HOBKLIN
Savon Pain
U[ Si Martial
Populaire et porta Je outra I.b
bociiM 1*8 Ij;b grgQtbtt, dort l
lot de DOOdoiltri et 'i at 100 dollara.
1-e Billet fxUtl dt 5 coupons: Un
dollar.
L coui on, Virg cer.timeg ot ou
ui *. gourde.
Ea veLto Porl-au Prince duim
'es BBtiioni r uivai.tee :
Six Cylinders 5 &
passagers,
Eu ven(e (iiez^
L.Prelzmau Aggerholi
Hue du Quai I
Le Savon Pulmoae a resj*
lu le problme du jour.
Avoir un beau leint.
Les kuil* d'oUvet ci de Palmet tonl oomprhi scientifiquement
dans le Savon Hainwlive et conti itnt le rendre plus doux e' i lus
e ficaie de tout les savons de toiletti rO*nui,
Du partait nettoyage de h figure, quotidimument, iv tcum
de ce doux savon, vous donnera an nsa/e les aU-a h Us plu p i
fait
Aux Arme de Paris
d n ptoir Frai ^is,
S'n ii aire Collge
Mme Rpiai MooUotler
Mme Dutnt Viard
V iCVDt u. Hfittioof
I lin un, ci' PsiitOt
Petite Mbit on
Mme d Enneiy uejcie
Htel d( France
Htel Belle.vue
I birmi cie Gustave r> a
Pren/..votit billet t * maioteiant **8 1^8 Ca&emeti
Inage^om.taaMere. DkPARI DE :
, C de Mars Gare ou Nord
Horaire des Traiways de la l
-LaPimacK WBJtB^EvS
Maxwell Mokr
h A M. 0 1 hrs A. M
iouiou
Rue du Cvnlre $ due Bonne toi
En vente i Port, s.u f nice
U*ar Wetupchtaa b. & N. Sjda & Co
Antoine TalaiLaa un H zt-r
Paul K. Alun* | t
/ / I I G ; |'| |
J bairjiacie ULtmle . t. tu*
jn odml n Dau>8e -ton
Lattol du ri^
.Or BotiMrA ? ?? **
C- **" tt des P M
omwn.MP cie ter ly-
trieiil ludique u- 845
Ccn/ t- /ea cn'riteset le< aitectom f~ r4,^
ktirNltMOeM et tM r
a id
10 I
io 53
11 J5
12 15
200
2 40
J20
400
440
5 U
ttOO
P M
DIPaRT dk
;J33 b A]
Champ dk Mars
0 15 bouffi A- M.
055
7^5
8 13
835
VJ'o
10 15
1055
1153
fiMJ
VoO br. P M.
2 iU
-JiO
4 OU
4 4J
520
Vis
m e>e>
015
y56
jyJl
1115
H 09
320h ^
yw
4-U
5UU
54^
**>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM