<%BANNER%>







PAGE 1

LE M^Uh %  w >\ • 1 ,. M -. M l'i* .< RhUf Nvra' l %  e 4 .to Grfcv< !o . . 4. ... ' lave le sang "Vonvellfts a fil Unennt nergique ci Ua ?". an .. ti n u J u tre *•* " >e graver!!!' Conseil (fes ambssai iadmeoti n r ii /,,'"'" (leurs au m m, H l l-vVcaiirn principale, dam le trpliemtoii de laritno sclrose. eoftsir.J r.vant liM tmpt.'if la naltsan le d^vrlopoemeni Q"<"r"rit H frt.ueminem et** i ''"" %  "" o cl nriqua dna rorpav..::no r. awplaywM l'UraConal • ,. ...... y.. f.-t.' *t lia '..i ........iij is WUfl (Hi n Arnpsio ? ,ac itrer.? eitr, yu n crue et dcUre q ae le seu| j r Dieilt allemand ^ restaurer riaiarie JLH de ramener di,< L pa„2* PARIS 26 Le conseil des ambas u Um 1 ue Possible qii M|i J' leurs a dcid au-ouri'hui d'eovo a Ia construire. Cfc'trMia. J r Valfntltroee Porta sade yer une note nergiq je au gouverne ment allemand demandant h snpLe dbut sur le rn DOr | i pression immdiate de l'Ecole de tir en discuisiou politique f3 s d'artillerie que les autorits navales la Russie m ours de UanelH allemandes ont tranqui lemenf tabli Robert C'ynes, do parti U? en un pont stratgique du canal de Kiel attribu qae U plupart des Les experts allis dclarent que cette en Russie fut le bloa u ;YCOL,.; < .— %  %  %  tablisseuieot de celte cole constitue George a soutiu M ;|: i i 1(1 ... .. i ;. i; .. t• 1 (, !i r eu ;r, : T. et lita •que. Mr la violation la plus tlagiante de la r a it~pas les difficults.Vou$ M longue srie des violations par l'Aile 1 t'il dit, envoyer Vlos-3u la msene des clames nava'es du Trait minent ambassadeur, \\ M de Versailles. Les experts dcUteit ma s uivi par un seul ainq que ces violations couvrent une pbanquier nsqu'a ce que U i i %  %  1-1 l '.L. L'lfair de la Oommune Assassinai ou Suicide?.. le vafaxre du Rerev#nr communal, Vf llmenl Dniz. trouv dans une ruelle B u Haitian node de Jeux mois et insistent pour que !e ccosril adopte des met rti" M. t'jrmi les a il cui! r$ contre 1' \ cel > le i. matived i u lemenf la marine allemande bien au lu nombre autoris par le trai • ICO lions trou pour (i II r rMli* les conditions nce l)r I rr, -, iratanteoe, elle do't idmont^r de 6 heures, d aprs lavis des mdreir. Le loge Icauvoir gort accompa pn4 du lieutenant Fri z^rald Hmwn Vfi not rt'nnp b'eppnre Tout de suite aprs a nue un COfb I NPW York, i A Ou pt rn mou 'wil qui doit ramenei le corps la ^ e Co dpg Ce infiiin, vers 6 lpr.rp, dans la t urrorp rrelle ntupe riprniif le I.ycpe Ptlois a n Iroov IP endavre dp Mr C'mp nt D^nlz, rpcpvpur rommnnal. l>n paDR roulait dp l'otfillp droite faite par une arme ,1 oir nervant de haillon aemhlait ludiqner qu'on se trouvait eu pr>er (p d'un trime. IP Jntfp d.> ptix rrrtva pur 'PR HPUX. et, fn yrfcv.C(> d'une foule considial-ie de curieux accourus do ;o>;tPH parts rirpFea le premier procpa-verl'Bi. Bientt rriva, en un dsespoir taisant pein' voir, la fpro ma de linioitune receveur. Ce fot une minute d'une togoie* trtglqne. lamille. t. Les expens d< liaient giiement serait ncessaire pour rsoudrai qur. l'Allemagne n'a pis icnu ses en blme. Le Premier ministre gage nents de dtruire les ;anons de que dit que le plus grand a U dfense des ci:s. des confrences de Goes et i Haye avaient t d'amener II i une plus juste conception ej lii-ll est impossible d'accord emprunts et des crdits ait, i moins que ce pays ne soit rendre les proprits coofii^ payer une compensation siaoel pitalis'es et comnerarjts dil Le gouvernement des sovisi connu et les banquiers consenlimt i prter l j urs le pur o U Kussir danneii ranties ncessaires po>ir iwi proiect on les proprits MM • Cela ootreami se rendit SHT£." Z T** V*' !" !' Ku,,ie M J „„,A.. ;_ ._:. ." vaux acs ae mn;e dos pr i v ciller ces points Insertion d3"aand9 Notre j^nnp nmi Schiller Nicolas de Jacmel vient d'tre gradu l'UniveisitA det: 0 rneii New York; aprs avoir obtenu hmue dernire son riiplom^ a l'Univ-raifS dt Svrcnafl >8|i2 Hil nll un lu LOM )RF.S i -Sir Pnilippi? llcvd se rendit 1 l'Universit Greanne, chef de la dlgatioa ori ioinall o il vient de recpvoir son fannique a la conlreice de la Haye -e de Matre s-aciencea. Il y a ien danl aujour! hui como-e des ri I andela ootreami se rendit .New-York apr avoir lair aea Atn Qtuljuei rengeijnements C'est hier, a 8 heures et demie du des"Vu mSSi^Mi^nlSi communie. espiim cion qn ils George a dc'.n qu il n'y U soir, 9 prd le dner pris n famille Martial pour apprendre l'Angle!a, ava,eo1 ,a V ri r,n dans lf cu 1P h *' a 'on Je la pt" d que Clment Dmr., prenant sa iMgu chtiP de sa mre, l, avant sens d un rglement tusse p oebain. neraert anglais. entendu tant chanter rannn et son chapeau uiamfeata l'in entendu tant chanter IH vol d'Mait", tention de aortir. il eut l'ide* d'apprendre l'agi icuU ttpoodant aux objections de sa ture, il ciivit au Directeur de l'Uni terume, il affirma que son absence veiaii de Svracusc pour qu'il tut ne nerait pas longue, qu'il avait un admia. Celui-ci lui demanda un cer!• revo'ver do Mr Ddniz, un simple mot dire ft sa sœui* Louise, tificat du Co'lg-ou il tl ae*.tois; Smith et Wesson, eelibre 0 mllim demeurant la rue du Centre et qu'il eor demande %  Rvrend ''rp Cotres, fat trouve prs de lui. Dans ses t-e taisait tort de rentrer tjut de bon le I n envoya sans 1rs taMon poche, on recueillit deux olf, eulteImmdiatement il fut admis et se e menue monnaie et des pifc JGommeiit se fai il donc que !• ]•*• Corp el une BU travail, cliaiue •• queiqui piers d'affaire-, A lu pdene droite de son pantalon, ou trouva la gel i du revolver. fctaient galement prsenta trois mdecins amricains de l'Hpital Gnral qui lirent remarquer que l'uypotlse du suicidi devait tre carte, car aucune tiace de f nue n'avait l releve sur la peuu aux endroits prochea de la Lleisure. (Juelquea instants sprs anivj le luge d'instruction Maauvolr lui pro t da quelques interrogatoires nom iiMiips. KIHU de particulier ne fut l t*w, les lialiitHiitd ou quartier •yant rtclerd n'eroir, de la nuit, entendu aucune dtonation et avoir t siipris, quand le matin, ils trouv rent le cadavre danla ruelle. Le Juge Beauvoir don^a ni^r S furdre d9 la treneporter i \;tte \1J,'^IU1O .I ai se 4 enfante. Sfiie Fiomj de la mme cine il se reniit l'Universit de uorn^'l passer une nou velle aonia afin d'tu lier p mr nbte nir son de^r de Mitre; il I obtint en effet brillamment le '1\ Juin de c^tte anne devant une soc t de CoiDpptenc-a qui lui dreid des lo* g^8 en lui appilqoeu: sa fo^e et lui disant: tToua etea appel a faire le boolieuc de voire pays qui n'espre Xprs |.atten!.*t contre Mr bdmond BOH hatheur que dans l'Akriculiiire* Maagons, at.eutai don. lut victime se parects re pouvant pas votent i Iraood uiiiiet.voici qnp led allaina pour a 9I8 e a cetle l00CMRn p cer de N Corn m eue H uiuteot encoie monie, H invna Mr daniel Vnal, ion d.. Ban* avec fa"-.Miimt luyatci.vua Correspondant chri veuir parti du receveur lment iieuiz qui, ciper sa gloire. Huions n passant, devait repjndre ce matin i-upp. i du iuye d instruc Nom sommes afin qnave non ei lui remettre cet aines pices Qoavemeroeni clair, anirr Ncrol rjjie v .ir inprniii h mort de Mr Ro'ber Osson qui dirigei n-ndant ou-'i'ies jours avec M. l'a l^moa Thodore le icurual e Ll:lairs et me M HT 'ir> ca miigt • cintre 'es i idi /i I is on.)Drih lut l'tftai re lits li rrsjfs. — Osson avait l '• : i l • l 1' lUirs -i i)( i. tpris midi en le H ei'ique .-Jo reOi ie. i ''^i : ) 11 1 k i i:ea. ONSTIPATII prenez les BUI '3 DELORT, Pharma*, O^MPRIMI i.:> Tu Snlnt-AntOlM 3PARIB C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS .AU-FKXNJ— U3; Pi•• PJiarma Automobile Shi!e':mk< A l'Hpital Gnral An tend, h droite ae trouve une Dceesairee rcolauiec par le Magie > i Ht enquteurUes luuita Circulent que la srie d'siuncaiB vu Cjutinutret que U liate FUiige ireat .lu'ouvene. . iju'uu taa-ece qui el cceaeaira poui que li p ttimitn coiuuiu.j j n-o lprennent leur cour* normal.\oud pinaeiitona aui patenta du on rt bons sentiments comme celui de Soi: Kxcellence Vlr Horno, notre ami ** %  m encourag car il ne r.e nue le bonheur de son pava, ense'gner l'agriculture scentm JUP pi prat t le nui jeuiiuB llaitieiia lu bonne Volon t et aauvur son pays; non aeule meut qu'il a travailla srieuse uant au Collge, il a travaill duremeu*. nos amie. Ha trra UuUe, a aes s sure i S -a lem.'ue ai auieiunt petite pice, dite aLa Morgue., c est e ,. ouve|#ipr# MtOU de nua *iuceII q ion dposa le cadavre de Dm/A re CJUdj t 6 a UC ea. L3 Juge d'instruction remet un quea _______^. Convocation de II regieito uoiuut et piriiculierd.uc-.it a ,| ^ KfaV | | 4B montagnes en plein hiver pour faire dea eipriencea les Universits de New-York ne tionnaire au Dr Hampy, mde i d • service qui donne l'ordre d'en o v*r les vtements du mort. I.ncoin' montrai*, ne portan: aucune iraoe d rlnteoj*; au cm se rmr, •• • • chane eu or e* *•* ar^ou'n..^. VhvaioeoBiip eai ni-.uquri. les veui Lie.i Clos. DJ saoff soit go a.te a g i| le de l'oredla drode. Ll bail i a trarciaj ij cras, .a L. T rni rrrrrs des 2 sec'io is i HfO1 aucs IOJI buuV)ia r\*emh'ae gta-rals i J iuilu -u tii.s de ptJCcic <> Ci dU..JKAl. eu ouunent paa de diplme aux m dianta qui ne l'ont pas de pretiq i\ lea tudiants o.u obii^^s da trs^ il lr dareiue.ut, de manier 'a chan *ll^s ne pteten-iem pas qu* •oient critiques par lu manqu %  bavoir dea Ktndnti i-. Nous COJ IS t' N bonne enance i entra ami 't saubajtona ',uc le Gouv uio-t i" 1 ie > • • i aide, ce* 11 iuu .i ; ti.c.ii .i 1 • il Six Cylinders 5 — & passagers/ El V4?Qf( ivrzuii dm (jU^i'lio i Mi i d c 0 if AU PftlNGf Itue uu Quai



PAGE 1

gjjtart Anne Vo 487G %  WifiPpWIWt Vendrai M Jolt 17 %  piUartUH FRtPBIlTArRI Clment Magloire NCMI1U 20 C iNTlli Quotidien Mme quand vous n'avez pas de doutes, que votre pense n'apparaisse pas comme une opinion per. sonnelle. U-Kl UiDACTION : Rat Amricaine No 1358 TELEPHONE No 8M h organisations corrirunales [DfrDi*rfrrrnf, le Moniteur , de certains .candidats. jion do v*u exprim par quel l sections rura'es dtre uansforA notre avis, ces praves inconvirn commune,exposait, sur l'au nents n'ont pu se produire au'' la unir de nos communes et sur la faveur de l'absence de cens dansi'at Utile pour elles d'tre assisses tribntion de la qualit dlecteu'. PFtit, cuelques ides qui nous S'insctit ltcteur qui veu, le contrilitirnt n riter d't regagnes huable comme le vagabond. Le vaga [Cttt par les franchise communs bond est relui qui na pas de travail; commence, en efe\ l'duca et le vagabondage e*t un dlit selon ipolitiqce d'une socit et, avant notre Code pnal Un systme e.to %  voir prtendre run r toute rai qui admet le dlinquant comme Autour du Projiœ du Gouvernement de Moasieir florin dd Etranger P*r cii.lt 90 Juillet jLe Ag vement nol'itera aux pro misre et 1 ignorance sont ducteurs. spculateurs, exportateurs mauvaises conseillres. et tous le le prouve par le ra on ,em*nt suivant : Les trois dollars de droit nous dou IfOD conditions ncessaires pour tre 'ecteur citoyen politique libre, il importe dable 11 (audrai donc commenrer dire la preuve qu'on est un lecpi tablir un cens lectoral n'ai. net communal et un cor Iribuabhtant voter que le contribuable ; ce iscscieux Avant de pouvoir pren qui. coup sr, all. d'autres meput 1 admmi'tra'ic n du p-vs, sures, restreindrait considrablement voir conMbetr i Padroiuis le champ des manœuvres lectorales plus r streinte dla cit. Notre machinerie communale lais 1.Lon Poinsari. dans une lude se ensuite beaucoup a dsirer au piofonde sur ,e Portugal, monpoi t de vue de l'admirstr-tioo des ccoruent, dans ce pays l'tlecta aflaires communales. H n'en saurait fcli* que est distinct de l • rcto tre autrement: des lections mal ummunal. Cuiconque paiel'im fai!es el inconscientes en grande pir Ht de droit lecteur communal ; tie ne saurait donner que des lsul pour lie lecteur politique, tats dplorables. Les Conseils com ire pour piendre pat aux munaux. tout le monle le sait, res lgislatifs il faut, de plus, tent, aprs les lections, sous lob nent b i n qmn/.e gourdes par ioo liv. de cal* < l r !*•' m| saurait tre recomman^ ct fli] ajouter les i 1 ) gourdes de droit de rr tontes LECA11Œ — L commissian sviienne ici an n.i i-iirie lorsque la nouvelle i-ie le conseil de la Socit des NttiOM avait conir n le rrunJ.t lran,ais pour la Ss'rie lui nu Jan% ce p IV une l'in.ie Je syriens attaqua les IfOOPSI Iran,use' i Hauran tuant deux orheiers et t; ixmue, dde trop truisant deux chars ue combat (t capeura plusieurs prisonniers et une quantit di matriel Je ^tirt On dit que les traitai-: lurent obliges Je MRN L armv dU SalUt, tlS-|e,permettra au en retraite jusqu' I arme Jcs renions envoy* (Gouvernement de Monsieur le D rsi en toute h.ite Je Dama. On rapporte lment deniBornod'eientertrtnqnil^ forme vrojd tuant i, teu r c : a* r.' pauvre pays. Le sw .,1 (tir CO 111 |q| lutter tout son temps ••"eti >a et ici:.* de noirson p ogramme, par ecju'e'l? torme VKM4 num'ij fonait, La covattubo dicta* m e*rctt immense et quelle y place #*.* JtsorJres se MOI protfolu dans tojwU i caf.Or.l'exporUteur part le le gouvernement juste ai milieu Sy p Aills I)n$le milieils 0 lciU 1lliourJ hll S divers est b'en Ob'ig d'v pour le dfendre et le protger COU on ddire ;ue les rapports re;usdu dire paru les attaques des impOvoie de Londres annon.ant.) l'.ne attauc s'est pr> duite cMtre les tioupes franaises en Syrie et que des troubla graves ont SJIVI la nouvelle I: la coniir nation du nunln franaii en Syrie?m grandement eugrf.*On annonce qu'un oi ICIC rranail et a soldats ont t us lorsqu'un petit dtaclie nenr Je ttoupes dans la I"rans|Ordanic a t attaque par un groape Je bandits q u ue re picsentaient aucun lment politique PARU — Le Jeput Fonclt cel are aviateur 'embarquera le lu Ao'it pour le Urtal avec Je i ombreux aroplanes en mission spciale a l'oc.a ion Ju centenaire Ju Brsil Le prsident de Alvear a accept Je visiter Hru telles au commence.nent J Aot MUNICH — Le ministre LercheniclJ obtint un vote Je QM&Uca au sujet Je l'attitude J.u itv re i l'gard du K:IC:I. Il lut soutenu par. Ci nlnv 1 et QUI Sied UOtre position P>Ju centre peuple bavarois et ligue dj. p • • sans bavarois J PAitl — Aucune date de la contrence, Mr (ait D'fU P >incai ..io .'j i ..M: %  MM %  '%  avaat le sortie ; il est bien certain iie cil n'a pas i les payer il augmentera son prix d'achat de io gourj?s en n car il devra nn'nrellement tirer de son t un bifict supplment*ife Supposons d. %  : gourdes en rou e et paysan sans le dgrvement ; av;c le ce d'ad nettre dans son entrefilet, dgrvement du couoil pourrait re Reniez Csar.,. tout en e-^ayan' c oo goudes en route, l spcula de nVniouer le prestige du Gonver teur gardait aussi pour lui } d*? to ntmeat en :ritq>iint le procd ce gourdes, pourrait donner au paysan pendant |:omprheisible qu'il a era de notre PrtitQ t* si bille ci mr*'oension de U coi le cal pv s pririon Lui ont d*jl valu des suc 40 gou^d's au ces ; iicc* due l'Opposition es lo rnt ; av;c le ce" 4S au li:u de 40 gourdes; celui-ci b lficierait de ', gourd*s aussi, le lais remarquer que le b lflea du dlicateMonsieur le Prsident a — — 1 t ( , iMa*ftviuaa|M\.i ujc iu u; n.iuc uu .Viuntcm tr; 1 ibiia; n • lut |fl une partie du bnfice initial entre viendra alors mettre le Gou/eine 40 et 30 gourdes. ment amricain dans d'excsllentesdis Passons maintenant aux exporta* positions i notre gard et pourri tirer honorablement d'enb.r rogne depu's iMdiafat O: prj.iiiccs 14 W9> Depuis quelques annes, oa crott [cidir, nous devons teconn.!tre avoir trouv un p Hiatf a un1 mi si (tente franchise aue notre duca piofond daas la cration duo olh iccmmunale laisse beaucoup i aercooseil install auprs des coo tems. La concurrence es encore plus nois er. Elle laisse i dsirer au point seits communaux ; c'est le cas de e rt reaee cn tre <*u; il st probable ras. fecie la cap-cite lectorale et de dire; cautre sur |ambe de bois. qu'ils nencussen' p>s une gourde L union tant la base mme de IfO dont DOUS exerons cette ca La chose est pouitant p u imp-r^ D Q ^ CS sapc'< t .nuuire provel'act'ion des dfenseurs du Gouverne N-u comme Dirteteur de cet StaMisieimi pir "t; elle la. SSc i dsirer au point tante qu'on ne se l'imagine ga aie QaQt du 4 4non des alilaiment puisque la capac t lec orale Le paysan encaissera intgrale nent qu'elle soit etficace. Haut donc les • communales. ct la taon de lexercer sont la en j M g jur d ;s de d'rrvement. coeurs! l'heure ne doit pas tre au d Celte perie des dioih sur le raf courajement.mais i une lutte ferme, toi dernires lections cormuna cause et que, si elles ne sont pis ••iPort-au.Prince, le rsultat dei bien composes, nous n'aurons jama-s SUDie par e fi s: ser ait compense en int-ili^entc et bien comprise.abnque lions a t peu prs le suivant: une reprsentation nationale coiuenabie ar i.j e par l'exportation car ces mildans ua aveuir prochiin noas assis 'caodidat qui a triomph dans l'ur Le Rapport de la Commission^s 1|on$ C0(Qriai 01 s > ea ren j ri hj ea ti 0 r, s au trio nphe du bien tre gn Beile i lien -1 l'K cote Nationale Je Droit llasullttioa le vlr Lon de cet .rr )•] li -en %  i Impersonnel, les eiudu.its et m-aa^oup J'amis y assistaient non i.ooo voix. Le total •""les l'lev doue a *,ooo de ees gouvernement reprsentatif, et la Nous nous moquons geurale. main de l'argent, tons les o nmer ants le savent drbnUnnique a laiss ce matin. no a rsoufre ne peu/en' lu. lais. Ea * hl : r ave c U0 J des oft |' srie temps ds'occuper de ces 4*. ?'"• ,l n 0UJ adt ^ u ,n f de rn 11 l'Europe (vi, New Vtk) iff: -.r pils-rvoltis d-toute. sntes et de bV, 'mp.essto s quil emporun |, l( Niw.crii serait tern II 1 L| ils toutes envergures. L'\rme du salut. d n H u [l •*'* lc ojvenir d uo Rhun JI courant dans la |MI mme, on a cru relever bord, et a le ^^^'^M dans le sens de gtossrr que nous devons employer uos p.us des inscnts au piofit patiiotiques enorts. ^•lei Siri sur l'Edacaiioo |m.sion prparatoire nomme parle 5*JelAIInce hran s a,se s'occupe activeAngle e exclusivement de gens qui oat le sens des ralits et qui pensent avec le Gouvernement que, sans le dve oppemeot scient 6 J U; etmtholique de l'ag'iculuri*, san; l'exn'ota des Huas des Frontsnon de notre sous sol sans la ditfu et du Magasin do l'Etat sion de llaetmctioo dans la masse. en ua mot aena l'jrgaa:sa.un gn taie du travail sous toutes ces for mes. qu'il n v aura tan.ais d'indnen B rUUCliStsS daace pennauenit poisible, cai [% P Marchandisen Barbancourt iui 'ni avait mis ua d lie eux so : -i dans le cœur. Gai siv' he King/., Virits Vendredi" rtie m c 5 parties s Entr 0,J3 Dimanche La .liisjn de la Haine 2 epiaad ; i. Vi.toir et la C J IJ M.jt et i'uell du Tigre. HIU<4M ifitrain Ptera cratie 4. a eo Celles jeur Ctye., Ii:nil et ';iri ; 10 par le ( s Amazai; Jenti 1 -ni lai 10 hrc^ {o nrcis-i. \ E: celles pour Saotiigode Caba et IK ngston |a (via S,o de Caba) par se paquebot Caravelle , demnu ou i 4 h p tr> p;:is;s. Auctton Marine Equipement Le 29 juillut IO kooreu a. m. se ront venins snx ench* A S Jfc y i(C d'ordre et pour co npte da la soie signe, divers Gn*lnJ le JO et tO touoei.avec auerws ohal UM et aotrea a ^soires. des eauets, u ,• chaloa pe. SuClETE Go JiilitClALC d'ailTl


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05729
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 28, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05729

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
gjjtart Anne Vo 487G
WifiPpWIWt
Vendrai M Jolt 17
-
piUartUH FRtPBIlTArRI
Clment Magloire
NCMI1U 20CiNTlli"
Quotidien
Mme quand vous n'avez
pas de doutes, que votre
pense n'apparaisse pas
comme une opinion per.
sonnelle.
U-Kl
UiDACTION : Rat Amricaine No 1358
TELEPHONE No 8M
h organisations corrirunales
[DfrDi*rfrrrnf, le Moniteur , de certains .candidats.
jion do v*u exprim par quel
l sections rura'es dtre uansfor- A notre avis, ces praves inconv-
irn commune,exposait, sur l'au nents n'ont pu se produire au'' la
unir de nos communes et sur la faveur de l'absence de cens dansi'at
Utile pour elles d'tre assisses tribntion de la qualit dlecteu'.
PFtit, cuelques ides qui nous S'insctit ltcteur qui veu, le contri-
litirnt n riter d't regagnes huable comme le vagabond. Le vaga
[Cttt par les franchise communs bond est relui qui na pas de travail;
commence, en efe\ l'duca et le vagabondage e*t un dlit selon
ipolitiqce d'une socit et, avant notre Code pnal Un systme e.to
voir prtendre run r toute rai qui admet le dlinquant comme
Autour du Proji du
Gouvernement de Moasieir florin
dd
Etranger
P*r cii.lt 90 Juillet
j-
Le Ag vement nol'itera aux pro misre et 1 ignorance sont
ducteurs. spculateurs, exportateurs mauvaises conseillres.
et tous
le le prouve par le ra on ,em*nt
suivant :
Les trois dollars de droit nous dou
IfOD
conditions ncessaires pour tre 'ecteur
citoyen politique libre, il importe dable 11 (audrai donc commenrer
dire la preuve qu'on est un lec- pi tablir un cens lectoral n'ai.net
communal et un cor Iribuabh- tant voter que le contribuable ; ce
iscscieux Avant de pouvoir pren qui. coup sr, all. d'autres me-
put 1 admmi'tra'ic n du p-vs, sures, restreindrait considrablement
voir conMbetr i Padroiuis le champ des manuvres lectorales
plus r streinte d- la cit. Notre machinerie communale lais
1.Lon Poinsari. dans une lude se ensuite beaucoup a dsirer au
piofonde sur ,e Portugal, mon- poi t de vue de l'admirstr-tioo des
ccoruent, dans ce pays l'tlecta aflaires communales. H n'en saurait
fcli* que est distinct de l rcto tre autrement: des lections mal
ummunal. Cuiconque paiel'im fai!es el inconscientes en grande pir
Ht de droit lecteur communal ; tie ne saurait donner que des lsul
pour lie lecteur politique, tats dplorables. Les Conseils com
ire pour piendre pat aux munaux. tout le monle le sait, res
lgislatifs il faut, de plus, tent, aprs les lections, sous lob
nent b i n qmn/.e gourdes par ioo
liv. de cal* m| saurait tre recomman- ^ ct fli]
ajouter les i1) gourdes de droit de rr tontes
LECA11 L commissian sviienne ici an
n.i i-ii- rie lorsque la nouvelle i-ie le conseil de
la Socit des NttiOM avait conir n le rrunJ.t
lran,ais pour la Ss'rie lui nu Jan% ce p IV une
l'in.ie Je syriens attaqua les IfOOPSI Iran,use' i
Hauran tuant deux orheiers et t; ixmue, d-
de trop truisant deux chars ue combat (t capeura plusieurs
prisonniers et une quantit di matriel Je ^tirt
. On dit que les traitai-: lurent obliges Je MRN
L armv dU SalUt, tlS-|e,permettra au en retraite jusqu' I arme Jcs renions envoy*
(Gouvernement de Monsieur le Drsi en toute h.ite Je Dama. On rapporte lment
deniBornod'eientertrtnqnil^
forme vrojd tuant i,
teurc: a*
r.' -
pauvre pays.
Le sw .,1 (tir
CO 111
|q| lutter tout son temps
"eti >a et ici:.* de noir-
son p ogramme, par ecju'e'l? torme vkm4 num'ij fonait, La covattubo dicta*
m e*rctt immense et quelle y place #*.** JtsorJres se moi protfolu dans tojwU
i caf.Or.l'exporUteur part le le gouvernement juste ai milieu SypAills I)n$le, milieils 0,lciU 1lliourJ.hll
S divers est b'en Ob'ig d'v pour le dfendre et le protger COU on ddire ;ue les rapports re;usdu dire paru
les attaques des impO- voie de Londres annon.ant.) l'.ne attauc s'est pr>
duite cMtre les tioupes franaises en Syrie et
que des troubla graves ont sjivi la nouvelle I:
la coniir nation du nunln franaii en Syrie?m
grandement eugrf.*On annonce qu'un oi icic
rranail et a soldats ont t us lorsqu'un petit
dtaclie nenr Je ttoupes dans la I"rans|Ordanic a
t attaque par un groape Je bandits q u ue re
picsentaient aucun lment politique
PARU Le Jeput Fonclt cel are aviateur
'embarquera le lu Ao'it pour le Urtal avec Je
i ombreux aroplanes en mission spciale a l'oc.a
ion Ju centenaire Ju Brsil
Le prsident de Alvear a accept Je visiter Hru
telles au commence.nent J Aot
MUNICH Le ministre LercheniclJ obtint un
vote Je QM&Uca au sujet Je l'attitude J.- u it-
v re i l'gard du K:ic:i. Il lut soutenu par. Ci
nlnv1 et QUI Sied UOtre position P>Ju centre peuple bavarois et ligue dj. p
' sans bavarois J
PAitl Aucune date de la contrence, Mr
(ait D'fU P >incai ..io .'j i ..m: . mm '- avaat le
sortie ; il est bien certain iie cil
n'a pas i les payer il augmentera son
prix d'achat de io gourj?s en n
car il devra nn'nrellement tirer de
son t un bifict supplment*ife
Supposons d. .:
gourdes en rou e et
paysan sans le dgrvement ; av;c le ce d'ad nettre dans son entrefilet,
dgrvement du couoil pourrait re Reniez Csar.,. tout en e-^ayan'
c oo goudes en route, l spcula de nVniouer le prestige du Gonver
teur gardait aussi pour lui } d*? to ntmeat en :ritq>iint le procd ce
gourdes, pourrait donner au paysan pendant |:omprheisible qu'il a era
de notre PrtitQ
t* si bille ci mr*'oension de U coi
le cal pv s pririon Lui ont d*jl valu des suc
40 gou^d's au ces ; iicc* due l'Opposition es lo
rnt ; av;c le ce"
4S au li:u de 40 gourdes; celui-ci
b lficierait de ', gourd*s aussi, le
lais remarquer que le b lflea du
dlicate-
Monsieur le Prsident a
1------- t (, iMa*ftviuaa|M\.i ujc iu u; n.iuc uu .Viuntcm tr; 1 ibiia; n lut |f re et crire. Lett; taon dedience des chefs de hle dont 01106 spculateur est forc par moi car.tous ve de finesse et de diplomate avis Clment de u s.tu.t.oa rtalieoaf, i*iuUa Bal
r le. choses est parfaitement ce se fait sentir tout le long de 1 ad ce^us qui conniit ce ftCOre de qui e,t une gwantie pour l'avenir. ^RJSSitSmVffZZ* compi.
avec ce que nous venons de miotstration de leurs .lui. transaction savent que la concurren- Fn y allant ainsi, la .Vluson Blaache uue u crise. UrataVi pris aucune nouvelle d-
fnvur que la capacit corrmu C'est le propre ^^_*?*J ceemp;h-ra celui ci de gagner non sera force de rendre hommage au ^""V '' doil * -ujoarj-na. ti Mu*.
Mat la piemiie condition rali qu- iej mauvaises consquences s'en
Nai l'envie de relvcmtnt pcii- chiloent invitablement.
chel du parti catnolique
llliKLlN i-a scc.ie.'esse r-ui
seulement les \ gourdes de bnfi tac:, la corre:non, la loyaut et
ce suppl nent-ire provenant du d- au soucieux ds'r de coopration du Mai a dtriaries r;oit fcl't
grvement, mais il orrdra galement Gouvernement. Monsieur Borno par ^pl^T^'9'^ 4">l
une partie du bnfice initial entre viendra alors mettre le Gou/eine
40 et 30 gourdes. ment amricain dans d'excsllentesdis
Passons maintenant aux exporta* positions i notre gard et pourri
tirer honorablement d'enb.r
rogne depu's
iMdiafat O:
prj.iiiccs 14
W9>
Depuis quelques annes, oa crott
[cidir, nous devons teconn.!tre avoir trouv un p Hiatf a un1 mi si
(tente franchise aue notre duca piofond daas la cration duo olh
iccmmunale laisse beaucoup i aercooseil install auprs des coo tems. La concurrence es encore plus nois
er. Elle laisse i dsirer au point seits communaux ; c'est le cas de ertreaee cntre <*u- ; il st probable ras.
fecie la cap-cite lectorale et de dire; cautre sur |ambe de bois. qu'ils nencussen' p>s une gourde L union tant la base mme de
IfO dont dous exerons cette ca La chose est pouitant p u imp-r- ^ D.Q^CS sapc' "t; elle la.SSc i dsirer au point tante qu'on ne se l'imagine ga aie QaQt du 44 *e de ladminis >non des alilai- ment puisque la capac t lec orale Le paysan encaissera intgrale nent qu'elle soit etficace. Haut donc les
communales. ct la taon de lexercer sont la en jM gjurd;s de d'rrvement. coeurs! l'heure ne doit pas tre au d
Celte perie des dioih sur le raf courajement.mais i une lutte ferme,
toi dernires lections cormuna cause et que, si elles ne sont pis
iPort-au.Prince, le rsultat dei bien composes, nous n'aurons jama-s SUDie par ,e fis: serait compense en int-ili^entc et bien comprise.abnque
lions a t peu prs le suivant: une reprsentation nationale coiuenabie -ari.je par l'exportation car ces mil- dans ua aveuir prochiin noas assis
'caodidat qui a triomph dans l'ur Le Rapport de la Commission^s 1|on$ C0(Qriai 01 s>ea renjri hjea ti0r,s au trio nphe du bien tre gn
Beile C'est ce matm a 10 heures qu'a e>i lien -1 l'K
cote Nationale Je Droit llasullttioa le vlr Lon
de cet .rr )] li -en i
Impersonnel, les eiudu.its et m-aa^oup J'amis
y assistaient
non i.ooo voix. Le total
""les l'lev doue a *,ooo
de ees gouvernement reprsentatif,
et la Nous nous moquons geurale.
main de l'argent, tons les o nmer
ants le savent d L'importateur de
eaucouo plus de
mme^ rai-
:rants idem
bnficierait de
nts
sa propagande tvolutionnaire.
Miragone, le 2) jaillet 1922
Evrard l EGHB
Farisiaua
1 ; DIMANCHE
A la stiHt'action gnrale
il sera donn ;
2&c$ Sacrifice*
"CiraQ'i clief d'uvre aen^atiop'-s,
Kxpression de
la vie ralta
Entre : G 100
u .I en intrt que le chiflre drous continuer ne pas le cumprea
**vouqu s'tait trangement dre.
""P'i ions la condune de ceux Le
J1 "aient en mains la manoeuvie
"ift-1 flec,|oo?. Cela
Ce navire de guerre
marine
flect
rie de
mal comiunal joje un trs
grand rle dans le mauvais tat de
oosatlaires et, tout le temps quil
gfii 1e
Les dpchi rou*
Dport
Ne v Yo-
et
T 6Df.
Llctoid.re
J^urnt,
^raie,
portants problmes natio-
naux que Monsieur le Prsident B>r- bnUnnique a laiss ce matin.
no a rsoufre ne peu/en' lu. lais- Ea * hl:r ave,c U0Jdes oft|'
srie temps d- s'occuper de ces 4*. ?'" ,l.n0UJ adt ^u',nf de' rn-11- l'Europe (vi, New Vtk) iff: -.r
pils-rvoltis d-toute. sntes et de bV, 'mp.essto s quil emporun |, l(, Niw.crii serait tern II 1 L| ils
toutes envergures. L'\rme du salut. dnHu[l *'* lc ojvenir d uo Rhun ji courant dans la |mi
mme, on a cru relever bord, et a le ^^^'^M
dans le sens de gtossrr que nous devons employer uos p.us
des inscnts au piofit patiiotiques enorts.
^lei
Siri sur
. l'Edacaiioo
|m.sion prparatoire nomme parle ,
5*JelAIInce hransa,se s'occupe active- Angle
Ws" " p,cp,lallon les su)ets l -
I??* Education aui Joil avoir lieu en Oi
? Pochain
**"!Llh*me comp'eie *iui ncw,i,e beau
**i ^a"1* ^ 1"ion d ducation dans notre
feijjj'euapontaw capitale Ce Congre
( ainsi j dnomme ce gounemeat
compoi de tous les dvous df m -
semsdu Gouverunent qui sont en
si grand nombre ; que cette d no mi
nation ne paraisse exagre persoa
ne) s'en charge.Cette arme de bons
citoyens ne possde pas de lunati
ques dans son sein, elle est ompo
>e exclusivement de gens qui oat le
sens des ralits et qui pensent avec
le Gouvernement que, sans le dve
oppemeot scient 6ju; etmtholi-
que de l'ag'iculuri*, san; l'exn'ota
des Huas des Fronts- non de notre sous sol sans la ditfu
et du Magasin do l'Etat sion de llaetmctioo dans la masse.
en ua mot aena l'jrgaa:sa.un gn
taie du travail sous toutes ces for
mes. qu'il n v aura tan.ais d'indnen
B rUUCliStsS daace pennauenit poisible, cai [%
P
- Marchandisen
Barbancourt iui 'ni avait mis ua d
lie eux so:-i dans le cur.
Gai siv' he King/.,
Virits
Vendredi"
rtie m
c 5 parties s
Entr 0,j3
Dimanche
La .liisjn de la Haine
2 epiaad ; i. Vi.toir et la
CjIjM.jt et i'uell du Tigre.
Hiu<4m ifitrain Ptera
cratie 4. a eo
Celles jeur Ctye., Ii:nil et ';iri
; 10 par le (s Amazai; Jenti 1 -ni
lai 10 hrc^ {o nrcis-i. \
E: celles pour Saotiigode Caba et
IK ngston |a (via S,o de Caba) par
se paquebot Caravelle , demnu
ou i 4 h p tr> p;:is;s.
Auctton Marine
Equipement
Le 29 juillut iO kooreu a. m. se
ront venins snx ench* a s Jfc yi(C
d'ordre et pour co npte da la soie
signe, divers Gn*lnJ le JO et tO
touoei.avec auerws ohal UM et aotrea
a ^soires. des eauets, u , chaloa
pe.
SuClETE Go JiilitClALC d'ailTl


LE M^Uh
w
>\
1 ,. M -. M
l'i* .<
RhUf
Nvra'
l e4.to
Grfcv< !o
. 4.


...
'
'
.
lave le sang
"Vonvellfts

a fil
Unennt nergique ci Ua ?". an..ti
n u j u tre ** " >e graver!!!'
Conseil (fes ambssa-iiadmeoti nrii /,,'"'"
(leurs au
m
m,

h l'l-vVcaiirn principale, dam le
trpliemtoii de laritno sclrose. eoftsir.J
r.vant liM tmpt.'if la naltsan
le d^vrlopoemeni Ut A le fitnode dr prs-l*rof.e. lac'oa
trique tl:u le seul facteur C'hyitr-
tension, on devra, avani iou-*; *ir.
C*OS. l'.Mlcr Pr.ers>Q"<"r"rit H frt-
.ueminem et** i ''"""" ocl-
nriqua dna rorpav..::no r. awplaywM
l'UraConal
,. ...... y.. -
f.-t.' *t lia '..i ........iij is WUfl
(Hi n Arnp- sio? ,acitrer.? eitr,
yu n crue et dcUre q,ae le seu| jr
Dieilt allemand ^ restaurer riaiarie JLH
de ramener di,< L pa2*
PARIS 26 Le conseil des ambas *u,Um 1ue Possible qii M|iJ'
leurs a dcid au-ouri'hui d'eovo a Ia construire. "


Cfc'trMia. J
r Valfntltroee Porta
sade
yer une note nergiq je au gouverne
ment allemand demandant h snp- Le dbut sur le rnDOr|, i ,
pression immdiate de l'Ecole de tir en discuisiou politique f3s'
d'artillerie que les autorits navales la Russie m ours de UanelH
allemandes ont tranqui lemenf tabli Robert C'ynes, do parti U?
en un pont stratgique du canal de Kiel attribu qae U plupart des
Les experts allis dclarent que cette en Russie fut le bloa

! u ;ycol,.;
-
<___________
.-
.....- !
tablisseuieot de celte cole constitue George a soutiu
M ;|: i i 1(1 ... .. i ;. i; .. t 1 (, !ir eu ;r,: t. et lita.
que. Mr
la violation la plus tlagiante de la rait~pas les difficults.Vou$M
longue srie des violations par l'Aile 1 t'il dit, envoyer Vlos-3u la
msene des clames nava'es du Trait minent ambassadeur, \\ M
de Versailles. Les experts dcUteit ma s uivi par un seul ainq
que ces violations couvrent une p- banquier nsqu'a ce que U
i i .
1-1 l '.L.
L'lfair de la Oommune
Assassinai ou Suicide?..
le vafaxre du Rerev#nr communal,
Vf llmenl Dniz. trouv dans une ruelle
B
u
Haitian
node de Jeux mois et insistent pour
que !e ccosril adopte des met
rti" m. t'jrmi les a il
cui! r$ contre 1' \
cel > le i. matived i u lemenf
la marine allemande bien au
lu nombre autoris par le trai
ICO
lions
trou
pour
(i II
r rMli* les conditions nce
l)r I rr, -, "-'"";J ' ' *i reur et l'inviter iij
majjne se une politique t'attente Usai
l'ob'enir c* i ivi atteiHiuf]
pl.r les conditions. l)-ux cinli
s^nt i ivufrisantes.Tiais une d
de valeur
ll
'iort p d 'r*> iratanteoe, elle do't
idmont^r de 6 heures, d aprs lavis
des mdreir.
Le loge Icauvoir gort accompa
pn4 du lieutenant Fri z^rald Hmwn
Vfi not rt'nnp b'eppnre Tout de suite aprs a nue un COfb I Npw York, i
A Ou pt rn mou 'wil qui doit ramenei le corps la ^e Co
dpg
Ce infiiin, vers 6 lpr.rp, dans la
t urrorp rrelle ntupe riprniif le
I.ycpe Ptlois a n Iroov Ip enda-
vre dp Mr C'mpnt D^nlz, rpcpvpur
rommnnal. l>n paDR roulait dp l'o-
tfillp droite
faite par une arme
,1 oir nervant de haillon aemhlait
ludiqner qu'on se trouvait eu pr-
>er (p d'un trime.
Ip Jntfp d.> ptix rrrtva pur 'pr
Hpux. et, fn yrfcv.C(> d'une foule
considial-ie de curieux accourus
do ;o>;tPH parts rirpFea le premier
procpa-verl'Bi. Bientt rriva, en un
dsespoir taisant pein' voir, la fpro
ma de linioitune receveur. Ce fot
une minute d'une togoie* trtglqne.
lamille.
t. Les expens d< liaient giiement serait ncessaire pour rsoudrai
qur. l'Allemagne n'a pis icnu ses en blme. Le Premier ministre
gage nents de dtruire les ;anons de que dit que le plus grand a
U dfense des ci:s. des confrences de Goes et i
Haye avaient t d'amener II
i une plus juste conception ej
lii-ll est impossible d'accord
emprunts et des crdits ait,
i moins que ce pays ne soit
rendre les proprits coofii^
payer une compensation siaoel
pitalis'es et comnerarjts dil
Le gouvernement des sovisi
connu et les banquiers
consenlimt i prter ljurs
le pur o U Kussir danneii
ranties ncessaires po>ir iwi
, proiect on les proprits MM
Cela ootreami se rendit ShT." Z T** V*' !' Ku,,ie MJ
,a.. __;_ ._:.___." vaux acs ae mn;e dos pr i v ciller ces points
Insertion d3"aand9
Notre j^nnp nmi Schiller Nicolas
de Jacmel vient d'tre gradu l'U-
niveisitA det:0rneii New York; aprs
avoir obtenu hmue dernire son
riiplom^ a l'Univ-raifS dt Svrcnafl
>8|i2
Hil
nll
un
.

lu
LOM )RF.S i -Sir Pnilippi? llcvd
se rendit 1 l'Universit Greanne, chef de la dlgatioa ori
ioinall o il vient de recpvoir son fannique a la conlreice de la Haye
-e de Matre s-aciencea. Il y a iendanl aujour! hui como-e des ri
I andela ootreami se rendit
.New-York apr avoir lair aea Atn
Qtuljuei rengeijnements
C'est hier, a 8 heures et demie du des"Vu mSSi^Mi^nlSi communie. espiim c- ion qn ils George a dc'.n qu il n'y U
soir, 9prd le dner pris n famille Martial pour apprendre l'Angle!a, ava,eo1, ,a" Vri -r,n dans lf cu 1P h *'a'on Je la pt" d
que Clment Dmr., prenant sa iMgu chtiP de sa mre, l, avant sens d un rglement tusse p oebain. neraert anglais.
entendu tant chanter
rannn et son chapeau uiamfeata l'in entendu tant chanter Ih vol d'Mait",
tention de aortir. il eut l'ide* d'apprendre l'agi icuU
ttpoodant aux objections de sa ture, il ciivit au Directeur de l'Uni
terume, il affirma que son absence veiaii de Svracusc pour qu'il tut
ne nerait pas longue, qu'il avait un admia. Celui-ci lui demanda un cer-
! revo'ver do Mr Ddniz, un simple mot dire ft sa sui* Louise, tificat du Co'lg-ou il tl ae*.tois;
Smith et Wesson, eelibre 0 mllim demeurant la rue du Centre et qu'il eor demande ! Rvrend ''rp Co-
tres, fat trouve prs de lui. Dans ses t-e taisait tort de rentrer tjut de bon le I n envoya sans 1rs taMon
poche, on recueillit deux olf, eulte- Immdiatement il fut admis et se
e menue monnaie et des pi- fc JGommeiit se fai-il donc que ! ]* Corp el une bu travail, cliaiue

queiqui
piers d'affaire-, a lu pdene droite
de son pantalon, ou trouva la gel i
du revolver.
fctaient galement prsenta trois
mdecins amricains de l'Hpital
Gnral qui lirent remarquer que
l'uypotlse du suicidi devait tre
carte, car aucune tiace de f nue
n'avait l releve sur la peuu aux
endroits prochea de la Lleisure.
(Juelquea instants sprs anivj le
luge d'instruction Maauvolr lui pro
t da quelques interrogatoires nom
iiMiips. Kihu de particulier ne fut
l t*w, les lialiitHiitd ou quartier
yant rtclerd n'eroir, de la nuit, en-
tendu aucune dtonation et avoir t
siipris, quand le matin, ils trouv
rent le cadavre dan- la ruelle. Le
Juge Beauvoir don^a ni^rS furdre
d9 la treneporter i \;tt Drl. Il tait BiiVIU. 0i',n il r.
et demie.
Plac dans un panier spcial
ayant la forme d'un cercueil, le ca-
davre fut ac.iJ uni", daoa uu U uun
l'Hpital Gcral suivi de la louie
e'enguentaat de plus ti. plu-. < n
dent tout le trajet.
(..divra fut retrouv dariire le anne, a chaq ie examen il brillait
Lyce V 11 resuite de notre enq l. e Mleqa obtenir son D pl ne aprs
qu Dnu s'tait renJ-i, pr* de la quatre tn* en Juin rUJl. En <)ctobra
cii&peiie cS% VreoQOle, au lui Xir,
i"nv. un) de ses cjnnaia*ancea et
que c'eat en ir^aguaot aa maison
qu il a l tu.
Deniz c'tait 'v.ari avait epou* la tille un"Mi d Ad jl-
p:>e \1j,'^iu1o .I ai se 4 enfante.
Sfiie Fiomj
de la mme cine il se reniit l'U-
niversit de uorn^'l passer une nou
velle aonia afin d'tu lier p mr nbte
nir son de^r de Mitre; il I obtint
en effet brillamment le '1\ Juin de
c^tte anne devant une soc t de
CoiDpptenc-a qui lui dreid des lo*
g^8 en lui appilqoeu: sa fo^e et lui
disant: tToua etea appel a faire le
boolieuc de voire pays qui n'espre
Xprs |.atten!.*t contre Mr bdmond boh hatheur que dans l'Akriculiiire*
Maagons, at.eutai don. lut victime se parects re pouvant pas votent
i Iraood uiiiiet.voici qnp led allaina pour a.9I8 e, a cetle l00CMRn p cer.
de n Corn m eue h uiuteot encoie monie, H invna Mr daniel Vnal, ion
d.. Ban* avec fa"-.Miimt luyatci.vua Correspondant chri veuir parti
du receveur lment iieuiz qui, ciper sa gloire.
Huions n passant, devait repjndre
ce matin i-upp. i du iuye d instruc Nom sommes afin qnave
non ei lui remettre cet aines pices Qoavemeroeni clair, anirr
Ncrol rjjie
v.ir inprniii h mort de Mr
Ro'ber Osson qui dirigei n-ndant
ou-'i'ies jours avec M. l'a l^moa
Thodore le icurual e Ll:lairs et
me m ht 'ir> ca miigt cintre
'es i idi /i I is on.)Drih lut l'tftai
re lits li rrsjfs. Osson avait
l ' : i l l 1' lUirs -i i)( i.
tpris midi en le H ei'ique .-Jo re-
Oi ie. i ''^i : ) 111'ki i:ea.


ONSTIPATII
prenez les
BUI
'3 DELORT, Pharma*,
O^MPRIMI
i.:>
Tu Snlnt-AntOlM
3PARIB
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
.AU-FKXNJ
U3; Pi . m. du D' Juatin VIAM
' ., i !> PJiarma
Automobile Shi!e':mk<
A l'Hpital Gnral
An tend, h droite ae trouve une
Dceesairee rcolauiec par le Magie
> i Ht enquteur-
Ues luuita Circulent que la srie
d'siuncaiB vu Cjutinutret que U
liate FUiige ireat .lu'ouvene. .
iju'uu taa-ece qui el cceaeaira
poui que li p ttimitn coiuuiu.jjn-o
lprennent leur cour* normal-
.\oud pinaeiitona aui patenta du
on
rt
bons sentiments comme celui de
Soi: Kxcellence Vlr Horno, notre ami
** m encourag car il ne r.e nue le
bonheur de son pava, ense'gner
l'agriculture scentm jup pi prat t le
nui jeuiiuB llaitieiia lu bonne Volon
t et aauvur son pays; non aeule
meut qu'il a travailla srieuse uant
au Collge, il a travaill duremeu*.
nos amie. Ha trra UuUe, a aes
s sure i S -a lem.'ue ai auieiunt
petite pice, dite aLa Morgue., c est e ,.ouve- |-#ipr#MtOU de nua *iuce-
IIq ion dposa le cadavre de Dm/A re CJUdjt6aUCea.
L3 Juge d'instruction remet un quea _______^.____________________
Convocation
de II
regieito uoiuut et piriiculierd.uc-.it a ,| ^ KfaV| |4B montagnes en plein
hiver pour faire dea eipriencea
les Universits de New-York ne
tionnaire au Dr Hampy, mde i
d service qui donne l'ordre d'en o
v*r les vtements du mort. I.ncoin'
montrai*, ne portan: aucune iraoe d
rlnteoj*; au cm se rmr,
chane eu or e* ** ar^ou'n..^. .
VhvaioeoBiip eai ni-.uquri. les veui
Lie.i Clos. Dj saoff soit go a.te a g i|
le de l'oredla drode.
Ll bail i a trarciaj ij cras, .a
L.
T rni rrrrrs des 2 sec'io is
i HfO-1 aucs ioji buuV)ia
r\*emh'ae gta-rals i j
iuilu -u tii.s de ptJCcic <>
Ci dU..JKAl.
eu
ouunent paa de diplme aux m
dianta qui ne l'ont pas de pretiq i\
lea tudiants o.u obii^^s da trs^ il
lr dareiue.ut, de manier 'a chan ,
*ll^s ne pteten-iem pas qu*
oient critiques par lu manqu
bavoir dea Ktndnti i-. Nous COj is
t' n bonne enance i entra
ami 't saubajtona ',uc le Gouv
uio-t i"1 ie > i aide, ce*
11 iuu .i ; ti.c.ii,
.i 1
il
Six Cylinders 5 &
passagers/
El V4?Qf(
- ivrzuii
dm
(jU^i'lio
i
Mi id c 0 if AU PftlNGf
Itue uu Quai
,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM