<%BANNER%>







PAGE 1

I^MATIN MB lut* ht Itilrt m Prst-'Le Mont Cartel i k %  E c o e i I de Droit tranger Par cble 15 Juillet LA HAYE — \j $ dlgations franaise, beige, jlienne et anglaise discutrent avec les bolche* iki et la sous-commission des crdits Livitnofl essaya de placer I entire respons. bit l c la,confrer:e sur les non russes et acci-sa la /resse capitaliste du monde de s'Ot-e jome aux gouv;roements capitalistes pour empcher la Russie d'obtenir un crdit pour la reconstruction. Les reprsentants non russes ont l'intention de continuer la runion et de ienlr une same plAu 'end^m'iri dP8 manilfB'a 1 0138 mre pour cloiurer la confrence probablement aui or t marqu l'inanguration du PARIS Un train de voyageurs. dnii' en monument de Toussaint Lonvetnre, gonit, Ros:. Emile Hoojier, Mig'ci entrant dans la gare du nord et s'est cras l OOrfO VOUS rDO velPf lie WWf_ I AlS-ibOUt, M *t 01, MVs ^U Portau0 rince le*15 jn'Het 1922 A Monsipur L. C. Marias -ri Pressent da Comit* du moau meut de Toussaint Louverture, Monsieur le Prsident. t i1u rapport a plue annib •, %  I ne dd a *pArj po : nt rl*> fa r** Q •* IFS descendante entourent eo]oar< se de mil ^our A BHmat. FOJ e au v n^mbreu se ooor a'e; a la m!**e qui tut d e h er B aucoup le >ers5in^ v ont pas st U jounee peur ne r.tr*r que tis tard en vills. P^r ontre le ranoort rf connat jque h prsence de Mr L*on Ltaottea la Direction de i*to-le d< Droit, n peut tiuecontrarier la bonna marc h de l'Kcole vu son teuporena aen c irascible t. Viens respirer l'odeur sauvage du mystre Qui floue sur les bois ou ton rlt S endort ; Il semble que la mer atnal M nt de se t; irj Seus son manteau royal brod de rou-pre et d'c. QJQJQ n u ., M Uans l'ac3nmplis?eTiPnt c'a Dans le bleu de tes yeur se rellte un mystre, Un autre -ol'il nat parmi tes cheveux d o-, Ta bouche est plus divine encor de se taire Quand le soleil se meurt et que la mer s'endert. A Ville Bonheur — Ceat gq 'T S "il d E %  •' que c t ft e tt.pt d'hu son nom d'une u nnti )u una clit — D; tons Ici points du P des ne iiui sont accourus cet c anne pour assister la tte d'h er. — Hommage au ri it che a laquelle il etH toi sa vie I connut cependant la moraun de 1 Iniuatice ternelle. Et quelle dfin leur dut luitorurer le ncr, quand o'autreganitresq'i rujourd hutnous ntuurjnsde la mme pi' filiale, ee dressrent contre lui dans une lutto fratricide qui fut comme la p e mire station du clvm>e (|ne devai' ravir la Pallie Puis ce fut la vieA'j.in vnement t>chfux, l'oid'e S9t£oti Grl filial Aujourd'hui les jures ee prsenteront au Tribun'! Criminel po •' '' pon ire l'appel et proiJire s'il >% lieu d-<-i oo-i-'i %  'nt.o.j* aur le c.-.cix qui a et-fait d'eux. I) m*i i ser5 eat ^tXSm^ti l B -rfa suce Tout Pon-au-Pnnce !" £+ HL^^ffi ,. or re faisons un vrai plaisir Je les offrir nos lectenrs le journaliste a court De sujet, n'a qu a boire L'n doigt de Birb.mcourt Pour voir sa lage noire. Le pote qui court F.n vain aprs les rimes ^'il boit du liar "aiiioui'. Trouve des vers sublime. L'amant qui fait la cour A quelque entant coquette, S'il prend Ju Barbancourt, Est sur de sa conqute. Amis, If mort accourt, L'existence est morose. Buvons I Le Barbancourt fait voir la vie en rose I Avis Un iroivera lengues de porc sales A un prix trs modr su No 331 Hue Traversire. avec le Premier M niste de Fiance Le gouvernement fraeais que la commission des rparations do t con talter les documents qui lui seront ioamis par le comit des ga r aoties et prendre une dc sion avant l'entre vue des premiers ministres. pense de votre ComP sera fron'e, Monsieur le Prsident, ce te noble pense de rendre au premier Aeul l hommage de notre dvotion. Ja suis heureux que s'y soient H-HO Cls les Iteprsentanta ded l'uisian* ces amlp accrdites auprs du Qouvernerient de la Upublique La jeunesse des coles qui participa pieusement h cette ftte en importera une foi plus robuste dan* les destines de la Terre qui donns an mon de un Toussaint Louveiture, Prcur seur de la Phalange qui, dUe-sa se sp-ri. Soiie des plus russies Excellente masure on Aquinoise ne ima b*,n acceu I notre aympAihuuu ami, qo] dois a donn ia certitu H j.ie loua se et forts vont teulrj au uijii-eire 'A* quin. Il noo't o^rvenn que 'a Gndar men va tablir des Ecoles dans les prison; if uns da mrie. Cette mesure est excellente e' nous puhhns de I o ccasion ioi ns et Ptinn au plus h amble soldat prsenter nos tltci'stious au Gn' forgea l'pope unique dans les r al Mac Dougal, le promoteur dt fas es de Ihuloire La Nation, petite per 1 tendue de son territoire, mai grande d'un tel pass, n peut paa prir. Laissez moi profiter de l'occasion pour sou Imiter qu'autour du drapeau se refasse l'union, I union grce quelle fut cre la Patrie et qui lui permettra seule d accomplit se. dea tins futurs Pr-entez aux membres dn Comit du riK'.nume n de Toussnint Luuv 0 r ture I express on da toute rat *ym patina tt n-C'Vf/., A&omieur le Pr •dni l'assurance da ma haute con sidration. LOUIS BORNO Association universella L'Association univeraePe pour I avancemeiit d* la rare Noire et la rdemption de I Afrique a teuu san ce tarer au local piovisoire de la dite Aasueistion. Le oureau et le Conseil d'adminisla'ion de cette en laVccoutum par la colonie franaise }£P*!jr* • ^ jur ''onlateur. corn laquelle s'taient joints de nom breuz amis amricains. Le drapeau ce'te ide. En attendant une org nisat on par &f ai'e il y aura un n'offasenr pour 1 Prison, un autre >cnr le 13 UCJU de lt i olice, un t;o sie.ne pout le qaa r \ la tier gnral Gendarmes et prisonniers qui ne savent pas lire vont eu profiler. E:oli de* Saeice Appliques La 1re se**ion du co icoifi d'ed mi^sioa ea* (i Mi^rainee, Nvra gies, Luro toile aux fentres iuu grand nomj.|;oaemond,ecrtaire gn> al.G A. D, i 1 SiaHqoo. bre d'diaces. de maisons prives et hhillipota, traoner, H Kuiz secr l ;' aiticulirement sur la se ave > nombreux oavires dans le me on le sait Marcna Garvey, ont i ainsi tonns pour Hait'.M • Mor peau prdilenr, W C, Tavlor t aiticulirement sur la je avenue. pon avaient a cul leur pavillon le dra peau franais. Les membres de la co lonies et de nombreuses personoali ts amricaines et des nations allies allrent prsenter leurs voeux l' gard de la France an Consul Gnral. Le Cercle de l'arme et marine amricaines a donne une rception n l'honneur du gnral Taulilieb, ancien commasdant du nme corps ^e passage aux Etats Unis. Des r oBissance* organises par les soci ts de langue franaise eurent lien le soir et lurent des plus russies. Les Cours NPW YORK ^-Sterling 444 S*" Frsuc ia aa t*ire assistant James Hyto>. J. P Droit. Victor BJ-— RAYON SPCIA^ POUR.LES COLONS DllOGUERIR, HKimOI 8PC!AL1T8 Franaises et Etrugaail SELS Dli QUININE fm 7bus produits en ampoules, comprimet, SOLUTIONS HYPODEKJI BANDAGES, CLINI BAS A VARICES APPAREILS HT6ltinKB pour tous usajrci APPMnEILS ORTHOPtl! Seringues hypodemi PHARMACIES DE POCHE, DE COFFRES PHARMACEUI. pour Usines, Commuas, Projets de i^ndareil et tous renseigne* sur demande adnmkk PHARMACIE PRINC 49, RUE REAIUM 88-90, BOULEVARD S8 PARIS MAISON UNI( AUCUNE SUCCUI ni en France ni 11 ntre laaColiques Priodiq t*a da femme, c'ait le *eul m^di n'ncu don' l'et'Otaoi imna Hui -t oif 1 11 i t ) 1 Un seul cachet suffit habi'uelli ment pour abatti e la douleur et dan* i* s accs Je forme paroxystique deux cacheta a 20 ou ;JU minu ea d'intm val a calment les Couleurs les plue iaeoses. Eu vente chez : L. LIMOUSIN, aient exclusif, SU, roa Traversire Port-au-Prince Ft k St Mire, chez C'uent Varna. N B — On demande des Penrsent; Unis eu Province (,Pharmaciens;. li*mtrci*MiiPiMs Mr Fi'ii Di>mboiet l .lutre mernhrfs de 1 lini.lt remercient b ; en sinotrement :ous ceux qui liur onl donn de preuves de ivmpaihie 1 oc caion de li mort de Itur regrette Mme M J TouMaint, ne Anele Ame'ie Hrppoiite enleTee leur atlection le }o |uin dernier Ht les p-icnt de cijue ca retour t lur plut proloa4c ^uir.udc Docteur 1S Mdecin Chirurgien Actiucheur Maladies de* Yeux—del Peaa— des Voie* Uiinai-es i jo}, t hirpp de Mas ijot De 7 i 9 heures du m.tin L aprs midi de 4 i 5 au haut de la Pharmacie Bourraine La confreBH MP 0. W Ban Avant hier samedi en H'nn auditoire rioisi.M0." expert egioooine a donn nnce annonce dans dlW dipns. j NOJS puhUe r on demsio ai rendu en dtail fait 0r noj| borateur conatanti D U a 11^ Nosa liai L* vapeur nledonhsst| Nouvelle OrlAsas l* I* • spr* ici lii de ce nil, ..| tonnes d raarchsnd


PAGE 1

i pra au Grand Htel de France I ai^rifl/tfa National sont pn*p*ndiiea. Port au Hrinoe, le lu j aille! / 1 .-, %  >. —1 MM ES MB prtd Cammnru tt particulirement aux commerante de passage \fort-au-frtnce. flliel dbile par alloo et par banques u -^, *.,.. .,-. N, destins de Hor e (ix Kumj* #*t H,*i>c Sf* JL 1 ? J? coraL w i lJL Cn\mviennmidiredemvldHB\m\C tt sont garantis pur iTiit'o'ieJwert N. York e ^^rvwtiis. w;< posons l'. prouve par des CRTlKI Jirs^u* 2I d" coarant, directement po r (m/cnoa /a disposition des Clients. POrt 8I1 princeLe t[9 Co'on r r 'in rfo Mort 10 Xtamagira et Vins Mousseux prix modrs Pot%'e^Vo^r r "^' li,ectm 1 Le *|8 Aat>ea laime port aa prince taserves alimentaires frainaisjs, pramUr choixc..SSI p our """" d Q Sad L tta Medea par i d'\meterdi-n le 1er du courant eet tttendu i p rt aa prece le 24 du courant II laia >r tninnd au cot ( CSMO' CL1TE, Grand Ru ml) tira la mme jour pour Kio-son et ic porta de la Coloœbia Lon H. lhbaud P. PETERS M. lianne Fils Angle dea Puas des Frenteforts et du Magasin de 1 Etat Marchandises Lehu & Finit, lue SUPRIORIT Fonde en 1876 BAS PKJX PKOMPTITUDI %  •a*. %  u VOHIPX-VOUS tre confortablement ins M Mes ?... m 8 roile. Atiis toile Huit rie le. •• &f c. rsqoivistePort-auPriQOt fren% voira pension -Viitel Central franc**. dJ&fiNiaS^ *—I %  *• M*i m AVOCAT Sl^^"^^*A£E r* profi>0!rfnieBlon Cabinet tu ^nce de t e-ira E n dFlonda. Mlal roar la lattT Mootarde Pi.iT; No 222 de ,. Rue l)an :t Dbuche, ££££ %*+L -SW-! **MK Cabinet da Ma Oiorgai SyUaijMeAuj.iHraox Avocat Informe ses clients qu'il a Iran fr son cabinet la Hue du centre n f H E pc Sro pWr-int^resdivereei Vma. efc et,i c P"fDndt| 'e '•a'alrgoe des r* %  '•••#• MSMSI" V0 C0UItn, ,dM LEHN ''NK, Inc; ron* serez abaolameot & TML*lQ b ,0r, r.,. **J ** ^ u Une Combinaison Efficace I ' CI 1^ L Ttow B '•rProduir. %  AUX CBEVSUX Le plus puissant antiseptique Sans Mercure ni GOITT. nlYnt U trarall de M. roDAU taiml.t da rxn.tltnt luinr (taSh. I 2i. '' m, '' l, ')' mt n • '• microbe de la 1 I % %  •M; Choi.r. les Fi.vr.1,2> meilleure *our>w t\ ah iU: P§ix toujours av m a /eux. m pnneipue MmmU*lonntpj>rovi*)t> 1H0 ( hex Jotshui L. Un ihj $ (ji>. Lon K lu 5D "il AVffeat exclusif p jjr H 11.1 ES Tles Tles p.ircr)tLii. euir c'^veJu H** (Mutt4i rho1m des feuillaa da tlea auglaiaaa. Pashard il Corpliw Lubricatiug Oils & 'Greases Graisses Atlentoin t U0ll6S 61 um, XZJifrlx et (|ualits defianf uiourd'he. %  "" %  %  fouie cooeurronce LBON lt. 1 H EU tu AgeUxcluti: JI^U. Lili Nons aviaopR roi client atetteoa en vente, da auiourd'h.i, notre Eclair r.huiu 1 Prix ^our-t .1 5 le {Bilan. j San painl. le tenter c'est l'adop •er. i Ai CO 6W v*fe II. RK tE aUta U -SU.;W



PAGE 1

LE MAT! // II Si \ II %  f (***> M "€fc$ %  • ••• fit*' ^_j lm£c1p~b\*.a ^*^?~?&%Z3&33&£ raenl connue aux EfVtfl Unis tant V.ill.m rt Roue,. ct „. pour *Hi .7.0. Ru, d ). oir. { XiMitn ...i./i MM MMlNTIMM .; £ .) ,. r.n^ci rus. PARU .Atrhtion | Meubles meubles menUa Grand -hoii d* chaise; et DoduiP*. amricain g e t n anp A pliante eo bois Fauieuils. j ux d -Ion eu ove. en iniii msbog ny. en Nofjr i!>al> e nb une Car ve-i 4t saut pour le Wassrrmami et la constante UreScr( lOtprroefVDua toujours avant Saront reues que le mardi df chaque semaine, de faire vos irhati, des rnx de S'adresser ia Pharmacia pour les reuseigaemeutr pata;( HlackboM ) noir % ft | "; ri J^ n Analyesa'urinesei'uc gastrique, l u k Heaciion de Wassermann Riaclion de Tnboulet, Eiamen du sang et du pus Examen des matires fcales, Ltxamen ue crachat^ itlbumino ric Constante Ur^Scr Hecnerche de Spirochles et de Gonocoques, ele, tu. • ) J B U G G Y S En vente chez L. Preetzmann-AGGEIUWLM Hue du Claii. Chez l'agem gnral Napolon 1J< ranci* louer Grande maison appartenant au Dr W. Mnos, Mse la houle pri vedu Dr Aud^in 1 6'adreesser iMr II. Price criiioue'i; P | 7? v Cl %  < )U4 '"l • %  • : d'une fcnn o gdnrrtkmcnt ti • %  • j %  55 Mil* Ki ..: d'jw est sou• III|).I %  inquiet'r's OUI n • v '' • • v..-.• ,-5' -i S, • v f> l r c • . n i v ; ; i ,', p^-ut tre iPTTTrfn* Jinn ennuie, vile s M suivie rf aiui'H s.ic ptrM SJOtdi i Cnmpewi :••<'• Lvdia K PtnUaw est parli.nil %  -..n-.it a.laptce roui i I b Itmoiei p. DbOl reionr 4'f. Son Mann M fait te* il uioul .e m tfcnMoiiiirt rwifvrdet tlla afc'a la na;me p.:-.cl.-int m i ,, , dfl cette p -i-'-a llqoft. le mdicament esc ,,,••>.! %  n .-• tt>e htfbM ei racine* mfdiriiiiluat ne eo tej 1..--.U jus de narcoliqilW l %  tcggU wWbtat, Son ner::e eit fJH prr c'r lettres i jrlaire FLORE*, cal MM •">'• pMtef ce tmoignaee. — rACUiu m, Valp* ra ' ( m '"' ""'• !" BM mue* coniui.' r#|l cl Influcucent lo femme* uc^sa>er U Compositlcn^cetale c 1 a L y a:.a E. Rr*ham J (j . .... ... .t.. .m eo. L,N.,r U.S.a. On trouvera Maison H. Clyde Steamship G* Foreign Services Le 8j 8 Bogota o laiss New ft le vendredi, 14 crt. directement Port au Prince o il est attendu 20.11 partira le mme jour pour Kit ton et les ports d? la Colombie* Port au Prince, le 15 Juillet 1922 E. F. CLEMENTS, agent gnral, Silven les .articles suivants ru* p^r de ri ter* b&teiux, de* prie tr* H duits : I Toile Voiles paur cor lonniors, oaJrJV.GJ-< l ,H | I oila a Voiles pour vo. ien B ilieu ie de toutes le- co.ileuri Voila broie de toutes les couleurs Piq e su t .rind M bures, ettra quiiit. Suin brode, extra suptieur bas jour lil iUi |ou demi soi) Chaussettes sup. p )ti bo n. ne* < Lh lusset-ed pour e ifto s & pour cadets ( i biflW iiuck blanc anglais fil loi e y drapa pur lil ttapiisia tiue pour chemises Piiu.b.acti gris lo ic auglus trs suprieur Percl blanche sup* L)ia B oiidl uoir su ,eneur 'n iauon toile cr.:e K >ki j tiue supiiieur aaghis Fealuibaich pour costu ues d en'anls & !pa r M alojleious sup. blanc et couleur Sci vje;ios de toilette ulanc et couleur Joyeux couleur. UtM %  MM \M MOll.lN CO. I.VNM. A^ oui* eo. LV"..., *• %  fv-^ ^cofc/. U/i.A W SILV*B4.twitd'alIraurp'3 Bl/iili & UHIlE c e ' a tt/on gutiewd l a*"", arti'c/e8 e< ua; mntUeure pr** parlout aitleure. 4/phowee Uoynea articles et aux % 0mt poux Haiu



PAGE 1

4*1** 4M AMCTUR PROPIUCTAls* lmert Maglolre .-* Quotidien tundi/7 Jfllel VA II n'y a pas d'accidents si malheureux dont les habiles gens ne tirent quelque avantage, ni de si heureux que les imprudents m puissent tour ner ] leur prjudice. ""LTRCHSPOUCUL') lUliAflUN; aat Atnr.sttns "'o. tttfc dgrvement sir h eS prolilerait-ii ? i Mafisttr Jixit trs 1 OU' vous ea FraLce des "fiits dd Sn qne, en savait long, sans que RuLeclerc, le bsau-fr-e et l* >eifeide bant oe s'en doutt. Apres avoir cou conseiller do Premier Coasts ? r t le diai',nost>: dj om nande proCe ne fut que trs n trnt Le Commentant Rubant, trs im nonce par Kubant, elle (ut d'une au aprs la mort de lou-siht LU/T piessionn, de mura o-:nsif un motre opinion et dit a une amie prture, que des investisseurs ont pu ment, et rpondit Tousamt Lousente : — *' Ce n'est pas tonnant savoir ce qu'il tait devenu aprs sen veiture : Le Gnral Leclerc est que cet hom ne soit mort ici, dans embarquement, pu Leclerc, i.u mort dj . de telles ccjd.tioas. Mon premier Uomingue Toussaint Louverture s'aperut mari est mort Saint Doraingue des Mais la Justice immanent a ven .. -jue Rubant semblait regretter d'ellets du climat chau 1 de ce paysIls g sa mmoire pour Tdutoire.i ... oir ,ail cet v eu, d'avoir trop dit en ont enfoui c; pauvre noir ici ; je /ai Le climat tornie de bunte Hlne MUoncoroiniqne do grtnbl.c, partant de cette i 1£ que le peu de mots. vu le soir : son arrive au Fort ; il a ht la mort de Napolon Bonaoar irtinet qu'il "joji; droit deipor.a on sur le caf t De, Leclerc est donc mort dit venait assurment d* cette colonie, te • Le Premier des ittiVi meftr .vent toute sppli en rpercussion di.n ive. .ur le iou8saint Louverlare I-IM $eloa ce que jt| pa eQtcad[e de i £„, j.TsT-l&if conversations du commandant Ruconomique d uav* .... Jraocais qui pourraient ]ouir b"nt avec des Inspec eurs venus de 1 encore des richesses de mon pays. Paris. Ne soufflez p.s un mot dToussaint Louverture, — • et av-c iprœatoiee, est celle du dprodutteur,estiment qu'il est lou i i u i S aas doute nlns de mit mille Mot d. notre cal a etporta ble et dmocratique d'auieuorar i soldats IM est ia i qie, dorant le guerre mon dis plus lort de la crise qui [w Is consquence galemtnt iii, le gouveroemeit avait l'ide de raliser ce dgrev do moine partiellement et fit bat d'arriver, on d'essayer situation 1 wttta. ,,. Li question examiner revient %  a cru pendant assez longtemps, tout cela; il nous en cuirait toutes Bina 4 la suivante : une diminution S ue Uonapar e tait not.e ami. qu'il les deux autrement du d:oit d'exportation sur le caf >t mon frre d'arme par la fortune Hlas les mdecins de Pou'ar'ier cliangera-t'elld la situation du cal d a sort. Je me suis tromp. ne pouvaient que certifier officiel le hum on sur i marchs trangers Le commandant Rubant sourit et mca( i. e diagnostic de Rubant : Le climat froii et bimije du fan a abrg les jours de Toussant Lo i veriure : c le Premier des Noirs — on i $i ans — 174 t8 3 $ / *er dans le sens de lui donner plie de rpondit : Prdire la chute de Pre car le succs e'ait loin prix de vente sur ces marches f Ou m ier Consul c'est essayer d'teindre are, dbloiuer noue encore, ce prix de vente restant la Ja lntn du Soleil plein midi-ftidait les souiea par crain rn ne, le surplus de ueueuce resulMlas le, t faciliter i Ttran tant uu dgrvements ita-i'il dans • Sic trantti glori mu%U I fR. CHIfl HF rpliqua Toussaint Louver &f eouldiufnt presque arrt lise de prix* meineuif, prise dans ces lit, eut i u t utile, con provisoire et limite \ure ; c'est aussi ce disa t a la pjclie du pay^au Hatien ? ,u,c ** %  %  % %  {u'il peut dire deteimm parles vais comme ennemi, que des eu J=>tir Gabla de ce long entretien oies qui lauibieui pro circonstance Je la production et de vieux, des esclavagistes, les pi es coi .Car util n'ignore qce la bais lexpdi 100, il est ds fait que c'est, ailiers du Premier Coasu ainsi que au contraire, le prix du eate au lieu L clerc. mme de production qui se trouva sous la dpendauue du cours ext • rieur. Tout le monde sait que les revues trangres du marche nom apportent le cours de nos deo.ees en mme temps que celui des articles que nous imputions. Le cal iidiiieu qoaud il arrive l'tranger, trouve ainsi un march q tout leil) et 11 u'apparaic paa lies olaitemeui qu'une Uiaiiuutiou des il soutirait souvent frais qu'il buhit a U unie puise ,j a f 0 a UU mide daas Nouvelles Etrangres il'dUit produite se momeut I, tt Is mvente t^ui M e\isMUM baisse, avaient pour idjt couomique la ils la demande. L* guer 1 ttpfcct l'axe des nc^saues )*tt,m dpit de tes quelles WiqMs, tait deveuu une iKioo de luxe,— en tout LastsMD que lea stock ex e iMSkwsot a vti6iaue i) l, la 1 Wocus que subisnait l arti la guerre. urc, aetsiaee par Is g )uver M. niait elle atteint le but Ut ie peut rpondre la Mt|iunxeo)iiianiUaa8 quelle sila auiait pu agir sur la isoCaugmeuiant loutetois, } l^eious, lUkiitie uu uon '•ils, uue te'.ie tneaure, si w.ie geurale et lesolue nteiteiaii uctie stieu. >M.tti. t'est une rgie presque "•ueui auinise que us pio •Uss al'exponatiou duivsnt i've de tout imi t a la aoi usai, luut h bin kutiCieux des .quemtnt servir, sans eviiisaeuieui, a Ttai du t prisonnier . en du ga *<* boire kgriwuhure tt de 'cuuuMchiuciit tu utede PWltlSd. KfuurMphquer CfcUe t ^\ t% .^•uduwoi, e'piuiea la "••aiquil y al.eu, tu tOite •wtics. Q C crttr Uuto Lstisoce i Le H m a Ml A la suite avec Hubant, Toussaint Louverture eut d'tranges visioas psadant 1 nuit dans son cachot 11 crut enten dre une voix, un Don ange disait-il, PARIS t4Le Prsident d* la R lui prdire tout bas, qu'il serai: v eQ pub'ique a pass en revue ce matin iulir ir g, que son nom resterait immortel, i„ (r0U pes de terre, mer et d'aviachamo ^t^SPSlSSL^ M P V e /oa sur le champ de courses de .n.rchiste bien connu de h rolice rai bientt proclame. Longchamps l'occasion de la fte tir Va attentat contre M. Millerand An moment o Mr Millerand et sa suite revenaient de la revut de Long un nommi Gustave Bouvet, l^csV. SSS.i^ ^^-ne-foule^ ^V.\VSt70^ t.e de nature a moduier lea coud. ",, ,, ,^Z , ( e s ses souftian*. ZtJl 1!2 ^"T de mi1 e rail sur ,e PcsideQt d la *P"W*U.na de ce n.iche. la ptoducticn t 1m ?,T^ personnel ttaient rendues sur le que il n 'a h-ureusemen. itttiai oer nattienne, cuuiparee eu btoct .uon"*** fcC h *' h **'g 1 J a tJ?J!S wl "W* PO s.ster ce sonne. Mr Naudin se trouvsit dsm dial.nepeut prete-die jouet eu tel pour U bonhur de aes compatriotes, grandiose spectacle qu est toujours l'automobile qui prcdait !a voitare rle. Ua V l d< ; ux aer ^ r Q ,ls K ^ ^ • ^ nationale en Pran prs.den.ielle^ Les agenta s. m,"* de sa captivit, il avait des cauche, Le gnral de division Berdoulat im[rdia t emPn t Mais, en supposant qu'il profite mars, des insomnies ; il crut enten gouverneur militaire de Pans tait 1 Bouvet n'uu avuisseuieut ue pux vi-jji croe dre — %  %  '--au oeiumeut inaiguiliaut et moi i la qni avait pris poursuite de a fuite ; l'un ai cre dre une von tarnitliere 1 appeler ; la tte dts troupes qui comprenaienl HV.IT 1-, tllkl. nomeu mail il ne pm se teever de son pttl Us coles militaires navales, la sarni une bievd^ U L?-. ..' SKi aie, ou issu, afin de m.eux entendre cette son de Par.s.un bataillon de marins. !? ggSggr >.T? w f*""* u b,,B voix deux bataillons de chasseurs • pi-d LESfTS .!LxWfi U laive des autres auile^ de eale ktt le piotitdu payseu haitio plia ou cikie, aiuai afltl, u uugineute u le beiiciict de la vu.no 1 ati i, uu toobiieur eut lequel il ne tau seule de P u,i dcux ou l . ) ours a Le Commaudant Rubant s'tait ab A a, n M 4 tuv couiptea. la diuiiau soi r tour au Poil de |oux. U ques uilion rou a u oui ne devait uui tionia u lieuteuanl de service pur P 1 0 sommer, toutefois les ageols arrive rentrant de Haute Silste, un btttllrent rapiiement et arrachrent aax Ion de tirailleurs Malgaches, un bamuas d: la foule et le mirent en de tirailleurs indo-chinois, tat d'arreslaiion. C'tait sur la voitu iiuu du iur deux escadrons de spahis, un diare prsid:itielle que je voulais tirer *ui ch.-inentde chars d'assaut et les 'a dclar Bouvet, mais je ne voalais '**lsuauiae.uoucaou pnu M 4* kuu nu de levieut. *? HW couctru le cale, u y a '.*i uns considti que ie pouvoirs y 11 un pu* toute nulie Gi.aae motus lutertkeaule, quoique cutip sur udie, •ugnaetiMiie beouoe nt) la wwuto le Cicho*. -• a 11 tait tianquuie ce m;n s davia ion Un bataillon dt'iucr personnsje toi 1 mp'coisni lu cde, quei.e e.a.t, dans et Loue mal u — rpondit le lieutenant, g; ble jaune, trois escadrilles d'aro f mc U dmn>tration afin d'attirer a-e, la pan du paysau Dsudeii, e -oC st bien! du Rubtol m..s pianes militaires et un ballon dobTaPentin sur la situation du nrl q.eile beiait cel du spculateur : e vCuX j e yoir> ftt p iIK2 t ts | Um ese rvation planaient au-dessus du vas un! MlttUer, de l'eauoitaieui, du coin n |e ch d CQutse ^ a "• SSE !" 12 u .iTuia d *W" peQ"nt dans le cachot, pelouse au mtiteu des arbres du Bois „ m m ^ • ^.tvuianeT, T,^; ct^ccnVu ^ Uu et aprs avoir interpell • le pnson Se Boulogne les troupes au nombre SIIUdlto/1 (UHMCl*' 5-tnaut a xSuit iui ee h uuai. prendre garde de (aire *> qu, ne rpond gt pas, ,1 avan de 3 o milles ont dfil pendant une ^ tivai.ler nette Use a laux eut cette ver a couchette Pas it itpoase: heuie et demie devant la ttibune pt queaiou, ei aupa 10 couvert du pay VoussainLouverture et ic mort de sidentielle dans laquelle se tenaient aau naine. u-atfaiiiagti tuute aune Uim et de tioid dans i isolement le aux cts du Prsident Millerand les plus complet I.. membres du cabinet au complet, le Mars flaisir avait t retir du ca corps diplomatique, le cardinal Archot, depuis quelque temps, pendant chevjuc de Pans, les raembresie la mtchfeYuie r'anoa v ^ ,que Ioussaint Louvetture dotmait cou:deCassation.le conseil municipal la :ooimisstoa aura lieu lundi nou'r profondmeoi, et sans qu on permit tt de nombreux autres personnaie* exaaminer le rapport du coatiU sur t son compagnon de captivit Je e appartenant au moaie in finances, U situation financire de l'Allemtaot rveillei pour le saluer avant de le magistrature, dstj, commerce et in U comit rendra ga.emnt co note aa Uer ok duilne de ce qui a t fait par l'AilemagnLe commandant Rubant et son en tniel des rformes financires de lieutenant descendirent au prau du Au cours de la revue et aux accla mandes par la commission II n*r donjon, afindannon.tt U r.oit du mations Irntiques de la foule, le aura pas de sance de la commission • pnspunier t toute la garnison Prsident de la Rpublique a solen avant lundi. On compte que plu. runie sous les aimes. nsiiement rem s 1 s b. ous aux mare sieurs sances seront n-.essaies pour nour non subjuguer, le sentiment U nous faut mainjeaant les m.h.ux leyo le et Franchet aux D:s Texamm du rapport du comit sur Sl Indpendance rest ta vivee Les deltas militaires de Poularlier pour peiey Le marchal Lyautey qui tait lequel la ;omnissioi se baeta re de l'Allemagne MaVM caottlitiad PAKIS i.* co ait d;s taraities venant d-' B-rUn ri-j(reri fans di[Toussaint Louverture Au Fort de Joux. SUITE & FIN %  Ittit dilatojrnure qne conversation, s'smp t st UU ,^ Ue tfsonne a'ettit aux %  .itii 0 -* duc " 0 '! l i?/ Um J ,d 'P" ^H, m nda W te '* %  % ,,,0 P?M aui plars ^'in,m 0 ,a '-G.|.equi doit O' 1 bernent Tlndepenlan ,J;M Banapaite put ^^ % ttaeot des armes che's succomberont 1 un are* l'antre, h-ute vo.x dans it nn>t et de 11 on se tendait ce demie: 1 a -tablir lesc'av4ge Mais u femme dm poutvoyur dircUm^.; A Long.hamp pour y oc ns lisait Mais, qui pcns.ide vivies au for d |oux. ift a-rpi :upei de bonnes puces p:u Sig^ -5 sans parvenir daas notre pj. h.Mi)r< 1M r:t>nj qi'u Aaa.i ^.'i :rilt • lit looi;:.^


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05719
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 17, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05719

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
4*1** 4M
AMCTUR PROPIUCTAls*
lmert Maglolre
.-*
Quotidien
tundi/7 Jfllel VA
II n'y a pas d'accidents
si malheureux dont les
habiles gens ne tirent
quelque avantage, ni de
si heureux que les im-
prudents m puissent tour
ner ] leur prjudice.
""lTrchspoucul')
lUliAflUN; aat Atnr.sttns "'o. tttfc
dgrvement sir h eS
prolilerait-ii ?
i Mafisttr Jixit
trs
1 OU'
vous ea FraLce des "fiits dd Sn qne, en savait long, sans que Ru-
Leclerc, le bsau-fr-e et l* >eifeide bant oe s'en doutt. Apres avoir cou
conseiller do Premier Coasts ? r t le diai',nost>: dj om nande pro- Ce ne fut que trs n trnt
Le Commentant Rubant, trs im nonce par Kubant, elle (ut d'une au aprs la mort de lou-siht Lu/t
piessionn, de mura o-:nsif un mo- tre opinion et dit a une amie pr- ture, que des investisseurs ont pu
ment, et rpondit Tousamt Lou- sente : *' Ce n'est pas tonnant savoir ce qu'il tait devenu aprs sen
veiture : Le Gnral Leclerc est que cet hom ne soit mort ici, dans embarquement, pu Leclerc, i.u
mort dj . de telles ccjd.tioas. Mon premier Uomingue
_______________________ Toussaint Louverture s'aperut mari est mort Saint Doraingue des Mais la Justice immanent a ven
.. ---------- ------ -jue Rubant semblait regretter d'- ellets du climat chau 1 de ce pays- Ils g sa mmoire pour Tdutoire.i
. ... 'oir ,ail cet veu, d'avoir trop dit en ont enfoui c; pauvre noir ici ; je /ai Le climat tornie de bunte Hlne
MUoncoroiniqne do grtn- bl.c, partant de cette i 1 que le peu de mots. vu le soir : son arrive au Fort ; il a ht la mort de Napolon Bonaoar
. irtinet qu'il "joji; droit deipor.a on sur le caf t De, Leclerc est donc mort dit venait assurment d* cette colonie, te Le Premier des ittiVi
meftr .vent toute sppli en rpercussion di.n ive. .ur le iou8saint Louverlare. I-IM $eloa ce que jt| pa eQtcad[e dei , j.TsT-l&if
conversations du commandant Ru-
conomique d uav*.... '------* Jraocais qui pourraient ]ouir b"nt avec des Inspec eurs venus de
1 encore des richesses de mon pays. Paris. Ne soufflez p.s un mot d-
----- Toussaint Louverture, et av-c
ipratoiee, est celle du d- produtteur,- estiment qu'il est lou i iui Saas doute nlns de mit mille
Mot d. notre cal a etporta ble et dmocratique d'auieuorar i soldats Im
est
ia i qie, dorant le guerre mon
dis plus lort de la crise qui
[w Is consquence galemtnt
iii, le gouveroemeit avait
l'ide de raliser ce dgrev
do moine partiellement et
fit bat d'arriver, on d'essayer
situation
1 wttta. ,,.
Li question examiner revient a' cru pendant assez longtemps, tout cela; il nous en cuirait toutes
Bina 4 la suivante : une diminution Sue Uonapar e tait not.e ami. qu'il les deux autrement "
du d:oit d'exportation sur le caf >t mon frre d'arme par la fortune Hlas les mdecins de Pou'ar'ier
cliangera-t'elld la situation du cal d a sort. Je me suis tromp. ne pouvaient que certifier officiel le
hum on sur i marchs trangers Le commandant Rubant sourit et mca( i.e diagnostic de Rubant :
Le climat froii et bimije du fan
a abrg les jours de Toussant Lo i
veriure : c le Premier des Noirs
on i $i ans 174 t83$ /
*er
dans le sens de lui donner plie de rpondit : Prdire la chute de Pre
- car le succs e'ait loin prix de vente sur ces marches f Ou mier Consul c'est essayer d'teindre
are,- dbloiuer noue encore, ce prix de vente restant la Ja lntn du Soleil plein midi--
ftidait les souiea par crain rn ne, le surplus de ueueuce resul- Mlas '
le, t faciliter i Ttran tant uu dgrvements ita-i'il dans
Sic trantti glori mu%U I
f- R. CHIfl
HF
rpliqua Toussaint Louver
?eouldiufnt presque arrt
lise de prix*
meineuif, prise dans ces
lit, eut i u t utile, con
provisoire et limite
\ure ; c'est aussi ce
disa t a
la pjclie du pay^au Hatien ? ,u,c **" " Loin que la s tustion du c f sur ProP0$ ae mo1' durant mon adminis
les marcus eiterieuia sou eous la lUi,un dans la colonie ; et peut-tre
dpendance de sou 01 de levient Pias raisonnablement, puisque je n'a
tel >{u'il peut dire deteimm parles vais comme ennemi, que des eu
J=>tir Gabla
de
ce long entretien
oies qui lauibieui pro circonstance Je la production et de vieux, des esclavagistes, les pi es coi
.Car util n'ignore qce la bais lexpdi 100, il est ds fait que c'est, ailiers du Premier Coasu ainsi que
au contraire, le prix du eate au lieu L clerc.
mme de production qui se trouva
sous la dpendauue du cours ext
rieur. Tout le monde sait que les
revues trangres du marche nom
apportent le cours de nos deo.ees
en mme temps que celui des arti-
cles que nous imputions.
Le cal iidiiieu qoaud il arrive
l'tranger, trouve ainsi un march q
tout leil) et 11 u'apparaic paa lies
olaitemeui qu'une Uiaiiuutiou des il soutirait souvent
frais qu'il buhit a U unie puise ,ja f 0a UUmide daas
Nouvelles Etrangres
il'dUit produite se momeut
I, tt Is mvente t^ui m e\is-
MUM baisse, avaient pour
idjt couomique la
ils la demande. L* guer
1 ttpfcct l'axe des nc^saues
)*tt,m dpit de tes quelles
WiqMs, tait deveuu une
iKioo de luxe, en tout
LastsMD que lea stock ex e
iMSkwsot a vti6iaue i) l, la
1 Wocus que subisnait l arti
la guerre.
urc, aetsiaee par Is g )uver
M. niait elle atteint le but
Ut ie peut rpondre la
Mt|iunxeo)iiianiUaa8 quelle
" sila auiait pu agir sur la
isoCaugmeuiant loutetois,
} l^eious, lUkiitie uu uon
'ils, uue te'.ie tneaure, si
w.ie geurale et lesolue
nteiteiaii uctie stieu.
>M.tti.
t'est une rgie presque
"ueui auinise que us pio
Uss al'exponatiou duivsnt
i've de tout imi t a la aoi
usai, luut hbin kutiCieux des .quemtnt servir, sans eviiisaeuieui, a Ttai du t prisonnier . en du ga
*<* boire kgriwuhure tt de '
'cuuuMchiuciit tu utede
PWltlSd.
KfuurMphquer CfcUe t^\t%
.^uduwoi, e'piuiea la
"aiquil y al.eu, tu tOite
wtics. qc crttr Uuto Lstisoce
i Le H m a Ml
A la suite
avec Hubant, Toussaint Louverture
eut d'tranges visioas psadant 1
nuit dans son cachot 11 crut enten
dre une voix, un Don ange disait-il, PARIS t4- Le Prsident d* la R
lui prdire tout bas, qu'il serai: veQ pub'ique a pass en revue ce matin iulir ir
g, que son nom resterait immortel, i (r0Upes de terre, mer et d'avia- chamo
^t^SPSlSSL^ *MPV,e- /oa sur le champ de courses de .n.rchiste bien connu de h rolice
rai bientt proclame. Longchamps l'occasion de la fte tir
Va attentat contre
M. Millerand
An moment o Mr Millerand et sa
suite revenaient de la revut de Long
un nommi Gustave Bouvet,
l^csV. SSS.i^ ^^-ne-foule^ ^V.\VSt70^
t.e de nature a moduier lea coud. ",, ,, ,^Z , ( es ses souftian*. ZtJl 1!2 ^"T de mi1 e rail sur ,e PcsideQt d la *P"W*-
U.na de ce n.iche. la ptoducticn t 1m ?,T^ personnel ttaient rendues sur le que. il n'a h-ureusemen. itttiai oer
nattienne, cuuiparee eu btoct .uon- "***fcCh *'h **'g1 'JatJ?J!S wl "W* PO s.ster ce sonne. Mr Naudin se trouvsit dsm
dial.nepeut prete-die jouet eu tel pour U bonhur de aes compatriotes, grandiose spectacle qu est toujours l'automobile qui prcdait !a voitare
rle. Ua"V l" d<;ux aer^r" Q",ls K ^ ^ ^ nationale en Pran prs.den.ielle^ Les agenta s. m,"*
de sa captivit, il avait des cauche- , Le gnral de division Berdoulat im[rdiatemPnt
Mais, en supposant qu'il profite mars, des insomnies ; il crut enten gouverneur militaire de Pans tait 1 Bouvet
n'uu avuisseuieut ue pux vi-jji croe dre ----'---
au oeiumeut inaiguiliaut et moi
i la
qni avait pris
poursuite de
a fuite ; l'un
ai cre dre une von tarnitliere 1 appeler ; la tte dts troupes qui comprenaienl hv.it 1-, tllkl.
nomeu mail il ne pm se teever de son pttl Us coles militaires navales, la sarni une bievd^ U L?-. ..' SKi
aie, ou issu, afin de m.eux entendre cette son de Par.s.un bataillon de marins. !? ggSggr >.T? .w f*""*
u b,,B voix deux bataillons de chasseurs pi-d LESfTS .!LxWfi 'U'
laive des autres auile^ de eale
ktt le piotitdu payseu haitio
plia ou cikie, aiuai afltl, u uugineute
u le beiiciict de la vu.no 1 ati i,
uu toobiieur eut lequel il ne tau seule' dePu,i dcux ou l. )oursa
Le Commaudant Rubant s'tait ab
A
a, n M4 tuv couiptea. la diuiiau soi r tour au Poil de |oux. U ques uilion
rou a u oui ne devait uui tionia u lieuteuanl de service
pur
P1-0 sommer, toutefois les ageols arrive
rentrant de Haute Silste, un btttll- rent rapiiement et arrachrent aax
Ion de tirailleurs Malgaches, un ba- muas d: la foule et le mirent en
de tirailleurs indo-chinois, tat d'arreslaiion. C'tait sur la voitu
iiuu du
iur deux escadrons de spahis, un dia- re prsid:itielle que je voulais tirer
*ui ch.-inentde chars d'assaut et les '- a dclar Bouvet, mais je ne voalais
'**lsuauiae.uoucaou pnu
M 4* kuu nu de levieut.
*? HW couctru le cale, u y a
'.*i uns considti
que ie pouvoirs
y
11 un
pu*
toute nulie
Gi.aae motus lutertkeaule, quoique
cutip sur udie,
ugnaetiMi- ie beouoe nt) la wwuto le Cicho*. - a 11 tait tianquuie ce m;n s davia ion Un bataillon dt'i- ucr personnsje toi 1 mp'coisni
lu cde, quei.e e.a.t, dans et Loue mal u rpondit le lieutenant, g; ble jaune, trois escadrilles d'aro fmc U. dmn>tration afin d'attirer
a-e, la pan du paysau Dsudeii, e -- oCst bien! du Rubtol m..s pianes militaires et un ballon dob- TaPentin sur la situation du nrl
q.eile beiait cel du spculateur :e vCuX je yoir> fttpiIK2 tts |Um e- servation planaient au-dessus du vas un!
MlttUer, de l'eauoitaieui, du coin n |e ch d CQutse ^ ,a "
SSE* 12 u .iTuia d *W" peQ"nt dans le cachot, pelouse au mtiteu des arbres du Bois m m ^ .
^.tvuianeT, T,^; ct^ccnVu ^ Uu et aprs avoir interpell le pnson Se Boulogne les troupes au nombre SIIUdlto/1 (UHMCl*'
5-tnaut a xSuit iui ee h uuai. prendre garde de (aire *> qu, ne rpond gt pas, ,1 avan de 3o milles ont dfil pendant une
^ tivai.ler nette Use a laux eut cette ver a couchette Pas it itpoase: heuie et demie devant la ttibune pt
queaiou, ei aupa 10 couvert du pay Voussain- Louverture et ic mort de sidentielle dans laquelle se tenaient
aau naine., u-atfaiiiagti tuute aune Uim et de tioid dans i isolement le aux cts du Prsident Millerand les
plus complet I.. membres du cabinet au complet, le
Mars flaisir avait t retir du ca corps diplomatique, le cardinal Ar-
chot, depuis quelque temps, pendant chevjuc de Pans, les raembresie la mtchfeYuie r'anoa v ^ ,-
que Ioussaint Louvetture dotmait cou:deCassation.le conseil municipal la :ooimisstoa aura lieu lundi nou'r
profondmeoi, et sans qu on permit tt de nombreux autres personnaie* exaaminer le rapport du coatiU sur
t son compagnon de captivit Je e appartenant au moaie in finances, U situation financire de l'Allemtaot
rveillei pour le saluer avant de le magistrature, dstj, commerce et in U comit rendra ga.emnt co note
aa!Uer* ok duilne- de ce qui a t fait par l'Ailemagn-
Le commandant Rubant et son en tniel des rformes financires de
lieutenant descendirent au prau du Au cours de la revue et aux accla mandes par la commission II n*r
donjon, afindannon.tt U r.oit du mations Irntiques de la foule, le aura pas de sance de la commission
pnspunier t toute la garnison Prsident de la Rpublique a solen avant lundi. On compte que plu.
runie sous les aimes. nsiiement rem s 1 s b. ous aux mare sieurs sances seront n-.essaies pour
nour non subjuguer, le sentiment U nous faut mainjeaant les m- .h.ux leyo le et Franchet aux D:s Texamm du rapport du comit sur
S- l Indpendance rest ta vivee Les deltas militaires de Poularlier pour peiey Le marchal Lyautey qui tait lequel la ;omnissioi se baeta
re de l'Allemagne
MaVM caottlitiad
PAKIS i.* co ait d;s taraities
venant d-' B-rUn ri-j(reri fans di-
[Toussaint Louverture
Au Fort de Joux.
SUITE & FIN
Ittit dilatojrnure qne
conversation, s'smp t st
UU,^Ue tfsonne a'ettit aux
.itii0-* duc"0' '! "
l.i?/UmJ,d 'P"
^H, .m'nda Wte '**
% ',,,0P?m aui plars
^'in,m0 ,a'-G.|.equi doit
O'1 bernent Tlndepenlan
,J;M Banapaite put
^^?ttaeot des armes
che's succomberont 1 un are* l'antre, h-ute vo.x dans it nn>t et de 11 on se tendait ce demie: 1
a -tablir lesc'av4ge Mais u femme dm poutvoyur dircUm^.; A Long.hamp pour y oc ns lisait
Mais, qui pcns.i- de vivies au for d |oux. ift a-rpi :upei de bonnes puces p:u Sig^ -5
sans parvenir
daas notre pj.
h.Mi)r< 1m r:t>nj
qi'u Aaa.i ^.'i ,:rilt
lit looi;:.^


I^MATIN
Mb lut* ht Itilrt m Prst-'Le Mont Cartel ik 'Eco,e
i I de Droit
tranger
Par cble 15 Juillet
LA HAYE \j $ dlgations franaise, beige,
jlienne et anglaise discutrent avec les bolche*
iki et la sous-commission des crdits
Livitnofl essaya de placer I entire respons. bit l
c la,confrer:e sur les non russes et acci-sa la
/resse capitaliste du monde de s'Ot-e jome aux
gouv;roements capitalistes pour empcher la Rus-
sie d'obtenir un crdit pour la reconstruction.
Les reprsentants non russes ont l'intention de
continuer la runion et de ienlr une same pl- Au 'end^m'iri dP8 manilfB'a1 0138
mre pour cloiurer la confrence probablement aui ort marqu l'inanguration du
PARIS Un train de voyageurs. dnii' en monument de Toussaint Lonvetnre, gonit, Ros:. Emile Hoojier, Mig'ci
entrant dans la gare du nord et s'est cras l OOrfO VOUS rDO velPf lie WWf_ I AlS-ibOUt, M *t 01, MVs ^U
Portau-0rince le*15 jn'Het 1922
A Monsipur L. C. Marias -ri
Pressent da Comit* du moau
meut de Toussaint Louverture,
Monsieur le Prsident.
t i1u rapport ig i en (uter sur le* grief* de
. Bhoton- Hier une (oue nom
hreuse assistai* la tte du Monf^'.o chpui ioci lent; de Ecole de
Carmel Bizrofl. La Chapelle Dr t viM_t_ de pft.-.lre un i 'i
tat in r'ertna venus -te partout pour assis g ^^
ter ili fte. rer les'opocloel <" H reooor*,
A l'issue de la Men, il y lot ver p, l-pPCtion (;9rjftr4l* ramona** nw
mess, loterie, etc, e :. an profit de ^{ Kialiants pour avoir doon*
la Oapclle en con f'ncion. On n incit la Ibttre efreaeae ;
ne Mttit tron remecier 1 Dames jnspecion Scolaire et en demar.
Pa'-n"5es Mesdanes Drev|u,Man a^nt 'a r voestion dn Dirfcetenr
ont |conjmia un inauhor iination,
contre un mur aux aptiocb.es del gare
SOLEIL COUCHANT
Si tu comprends la joie intense de se taire
Ouiad !c soleil se meurt et que la mer s'enJor:,
Ecoute le trisson vespral du mystre
Q ii pas -e dans le ciel sem de poudre d'or.
(Ma re vous reon vler ne* faiic
letioos pour le* efforta dn Cofi 50nt donne* tioi
l romotet r de ces ftes reconfortan russite de la f'.e.
ea.
L'enseignement on pilra comportent
ne mon t e exagr. rit nsre
qne.au "us d- tou, Louverture
(lace labour de celle Patrie qui
vivait d| donn non rve.rvfat parce
qce sans relche il tr^vai la a f i
tore grandeur, c'eat enfin parce qo,
mme aux hure i> a plue annib ,
I ne dda*pArj po:nt rl*> fa r** Q *
Ifs descendante entourent eo]oar<
se
de mil ^our
A BHmat. Foj e au v n^mbreu
se ooor a'e; a la m!**e qui tut
d e h er
B aucoup le >ers5in^ v ont pas
st U jounee peur ne r.- tr*r que
tis tard en vills.
P^r ontre le ranoort rf connat jque
h prsence de Mr L*on Ltaottea
la Direction de i*to-le d< Droit, n
peut tiuecontrarier la bonna marc h
de l'Kcole vu son teuporena aen
c irascible t.
Viens respirer l'odeur sauvage du mystre
Qui floue sur les bois ou ton rlt S endort ;
Il semble que la mer atnal m nt de se t; irj
Seus son manteau royal brod de rou-pre et d'c. qjqjq
n, u ., M Uans l'ac3nmplis?eTiPnt c'a
Dans le bleu de tes yeur se rellte un mystre,
Un autre -ol'il nat parmi tes cheveux d o-,
Ta bouche est plus divine encor-* de se taire
Quand le soleil se meurt et que la mer s'endert.
A Ville Bonheur Ceat gq 't
S "il d E' que c t ft e tt.pt
d'hu son nom d'une u nnti )u una clit D; tons Ici points du P
des ne iiui sont accourus cet c an-
ne pour assister la tte d'h er.
Hommage
au
ri
it
che a laquelle il etH toi sa vie
I connut cependant la moraun de
1 Iniuatice ternelle. Et quelle dfin
leur dut luitorurer le ncr, quand
o'autreganitresq'i rujourd hutnous
ntuurjnsde la mme pi' filiale,
ee dressrent contre lui dans une
lutto fratricide qui fut comme la p e
mire station du clvm>e (|ne devai'
ravir la Pallie Puis ce fut la vie-
A'j.in vnement t>chfux, l'oid'e
S9toti Grl filial
Aujourd'hui les jures ee prsente-
ront au Tribun'! Criminel po ' '',-
pon ire l'appel et proiJire s'il >%
lieu d-<-i oo-i-'i 'nt.o.j* aur le c.-.cix
qui a et-- fait d'eux.
I) m*i i ser aif-tire, celle de Ger naiu Jutaaict,
accise d'avoir donud la mji'i a ta
le plus pa:t i' a lgu mtlgce flot colnuitante Joliem .-.iiut-iaiien. La
hu^iaia ^rreuru piur prier 'a dfense sera praieuldu pur Jj rtlir
Roane Vierge et ob.emr d?s g'i Sony _____________
esff"?'"gag'MB!asgB!y
Lt Rbum Barbancourt inspira jadis
la muH d un de nos vlus grands poles
\o'ts avons retrouv en eficl ces drltcat*
vers de notre Polie national. Nous nous 'fceas.on sur ia cr^.x.
t- ,. ..i. g. : La pense de votre
ces.
A,., r. ~ Lj Dr UnnstA*
A l Ait'e Franais Oa avait oraa ,
Dsuie lto sa refit d/oantras de *g>5 eat ^tXSm^ti l
B -rfa suce Tout Pon-au-Pnnce + HL^^ffi ,.
or
re
faisons un vrai plaisir Je les offrir
nos lectenrs
le journaliste a court
De sujet, n'a qu a boire
L'n doigt de Birb.mcourt
Pour voir sa lage noire.
Le pote qui court
F.n vain aprs les rimes
^'il boit du liar "aiiioui'.
Trouve des vers sublime.
L'amant qui fait la cour
A quelque entant coquette,
S'il prend Ju Barbancourt,
Est sur de sa conqute.
Amis, If mort accourt,
L'existence est morose.
Buvons I Le Barbancourt
fait voir la vie en rose I
Avis
Un iroivera lengues de porc sa-
les A un prix trs modr su No
331 Hue Traversire.
avec le Premier M niste de Fiance
Le gouvernement fraeais que la
commission des rparations do t con
talter les documents qui lui seront
ioamis par le comit des garaoties
et prendre une dc sion avant l'entre
vue des premiers ministres.
pense de votre ComP sera
fron'e, Monsieur le Prsident, ce te
noble pense de rendre au premier
Aeul l hommage de notre dvotion.
Ja suis heureux que s'y soient h-ho
Cls les Iteprsentanta ded l'uisian*
ces amlp accrdites auprs du
Qouvernerient de la Upublique La
jeunesse des coles qui participa
pieusement h cette ftte en importera
une foi plus robuste dan* les desti-
nes de la Terre qui donns an mon
de un Toussaint Louveiture, Prcur
seur de la Phalange qui, d- Ue-sa
se sp-ri.
Soiie des plus russies
Excellente masure
on
Aquinoise ne ima b*,n acceu I
notre aympAihuuu ami, qo] dois a
donn ia certitu h j.ie loua se et
forts vont teulrj au uijii-eire 'A*
quin.
Il noo't o^rvenn que 'a Gndar
men va tablir des Ecoles dans les
prison; if uns
da-mrie.
Cette mesure est excellente e'
nous puhhns de Ioccasion ioi
ns et Ptinn au plus h amble soldat prsenter nos tltci'stious au Gn'
forgea l'pope unique dans les ral Mac Dougal, le promoteur dt
fas es de Ihuloire
La Nation, petite per 1 tendue de
son territoire, mai grande d'un tel
pass, n peut paa prir. Laissez
moi profiter de l'occasion pour sou
Imiter qu'autour du drapeau se
refasse l'union, I union grce
quelle fut cre la Patrie et qui lui
permettra seule d accomplit se. dea
tins futurs
Pr-entez aux membres dn Comit
du riK'.nume n de Toussnint Luuv0r
ture I express on da toute rat *ym
patina tt n-C'Vf/., A&omieur le Pr
dni l'assurance da ma haute con
sidration.
LOUIS BORNO
Association universella
L'Association univeraePe pour
I avancemeiit d* la rare Noire et la
rdemption de I Afrique a teuu san
ce tarer au local piovisoire de la
dite Aasueistion. Le oureau et le
Conseil d'adminisla'ion de cette en
laVccoutum par la colonie franaise }P*!jr* ^jur ''onlateur. corn
laquelle s'taient joints de nom
breuz amis amricains. Le drapeau
ce'te ide.
En attendant une org nisat on par
?ai'e il y aura un n'offasenr pour 1
Prison, un autre >cnr le 13 ucju de
lt i olice, un t;o sie.ne pout le qaar
\ la tier gnral
Gendarmes et prisonniers qui ne
savent pas lire vont eu profiler.
E:oli de* Saeice
Appliques
La 1re se**ion du co icoifi d'ed
mi^sioa ea* (i Le registre d'ipacr'ptiori e-t oaven
au hi'vb de l'tablissement toub les
jj i'H de II heures S midi
Port au Prince le 15 j illet P22
La Uirectkn
Le 14 Juillet
ftew-York
NEW-YORK La lte nationale
hanaise a t clbre avec un clat
Aljjocraliiie
Produit frranui
Vient d'arriver un nouveau stnek
d e merveilleux remde contre I
' Dysmnorrhe ('Kg'ea dou'ou
tricolore flottait ct du drapeau G'fteloVTffcYprWidot'. L"vntora ***** > Mi^rainee, Nvra gies, Luro
toile aux fentres iuu grand nom- j.|;oaemond,ecrtaire gn> al.G A. D,i1 SiaHqoo.
bre d'diaces. de maisons prives et hhillipota, traoner, H Kuiz secr l;'
aiticulirement sur la se ave
> nombreux oavires dans le
me on le sait Marcna Garvey, ont
i ainsi tonns pour Hait'.M Mor
peau prdilenr, W C, Tavlor t
aiticulirement sur la je avenue.
pon
avaient a cul leur pavillon le dra
peau franais. Les membres de la co
lonies et de nombreuses personoali
ts amricaines et des nations allies
allrent prsenter leurs voeux l'
gard de la France an Consul Gnral.
Le Cercle de l'arme et marine
amricaines a donne une rception
n l'honneur du gnral Taulilieb,
ancien commasdant du nme corps
^e passage aux Etats Unis. Des r
oBissance* organises par les soci
ts de langue franaise eurent lien
le soir et lurent des plus russies.
Les Cours
NPW YORK ^-Sterling 444 S*"
Frsuc ia aa
t*ire assistant James Hyto>. J. P
Droit. Victor Bj ton.loif Darbonne, C- P 1*1*0*0,1.
M, Francis, Lewis Pouilh, membre.*
du Conseil d'adminiatreiion.
Varits
MARDI
ks f Ontae
Le Coule d UoQt8
Christt
Dernire punie
Eatre ; OOu
lia Uauijuet
intressant
Le 14 lui'et a t ft veoditdi
les Bureaux de Gen P'f un banquet orgaais par le 1 o
mi nauien dt liilIiao:e traotise.
'est u 1 sontetradro choy par tous
s peuoles.car les principes de 1781
sen probables A toa e l'humanit
)aaquet prs de soixante couvert
auquel ont pris part ditlrents perso 1
"g's hatiens et tranger et un
;ra d nombre de dames*
Il a dur jusqu'aprs onze heures
Vins fias mets suc:ul;ots, etc. etc
Des toasts ont t poits par di
ers no amment par MVi. Lbrisson
ri le Mi istre de France. Vlr Lhris-
ou a pi l de I unio'i nt:ciaire pu-
ni nous et 'e l'Union eu te les peu
'.tt- Il a bu sa patrie b'.-:n-.imee
1 au Pi.idcut Boruo. aux E'ats
Ucis 101 il souh e l'aide elncace
pour e pay-, la Fr.nce, notie me-
e (Bttitajt 1 tt la d Kusioi dans
is monde des pun.ip sd; 1789
Mr A-.i 1 iemercie Mr v\\t is on et
on son v; ic a ii ni et A U France
Mi 5-srpa, n* intressant, parle
Je son :)Our a Pans d verses po
ques de la vie, de l'ouvrier franc lis
et de la grnd:ur de la trance. Pius
tard, sur drmaude, il nppel e en ter
ns h u ejx la pie.n e miblisi-
ion a .ris ta IO/4. Il 1 t cout
vec a leauon et in;.t, e. tal sau
On nienlit enore MVl Ger/ii=,
lrureua, 1 *r Riboul de Pcsc-.ye
t V- Buyer, vdme Daubsuf, Big ux,
i Piz au.
Belle runion empreinte de la pltis
t anch* cordial U-
Le menu de 1 '116 el de E an:e s
eu un immense succs et le bureau
le l'Allia ce a t compliment pour
ia belle ordonnance de cette agip.
tratcrnelie.
PRINCLP,
H. CANONNE"
aaj,49" RUE Re*Ul
8B-00 bOULEVARO StttTJ
PARIS
vendant
r-EM::iT.LrrTnsiATtcnurj,
P^.r^do-.pWlnimHJ{5
et toujours ne rcmiCrt IraaOj, *
L'K2 SKLLE QlALlT
LA MEILLEUR,
?>-
RAYON SPcia^
POUR.LES COLONS
DllOGUERIR, HKimOI
8PC!AL1T8
Franaises et Etrugaail
SELS Dli QUININE fm
7bus produits en
ampoules, comprimet,
SOLUTIONS HYPODEKJI
BANDAGES, CLINI
BAS A VARICES
APPAREILS HT6ltinKB
pour tous usajrci
APPMnEILS ORTHOPtl!
Seringues hypodemi
PHARMACIES DE POCHE, DE
COFFRES PHARMACEUI.
pour Usines, Commuas,
Projets de i^ndareil
et tous renseigne*
sur demande adnmkk
PHARMACIE PRINC
49, RUE REAIUM
88-90, BOULEVARD S8
PARIS
MAISON UNI(
AUCUNE SUCCUI
ni en France ni 11
ntre laaColiques Priodiq t*a d-
a femme, c'ait le *eul m^di n'ncu
don' l'et'Otaoi imna Hui -t oif 111 i t ) 1
Un seul cachet suffit habi'uelli
ment pour abatti e la douleur et dan*
i* s accs Je forme paroxystique deux
cacheta a 20 ou ;JU minu ea d'intm
val a calment les Couleurs les plue
iaeoses.
Eu vente chez :
L. LIMOUSIN, aient exclusif,
SU, roa Traversire Port-au-Prince
Ft k St Mire, chez C'uent Varna.
N B On demande des Penrsent;
Unis eu Province (,Pharmaciens;.
li*mtrci*MiiPiMs
Mr Fi'ii Di>mboiet l .lutre mernhrfs de 1
lini.lt remercient b;en sinotrement :ous ceux qui
liur onl donn de preuves de ivmpaihie 1 oc
caion de li mort de Itur regrette Mme M J
TouMaint, ne Anele Ame'ie Hrppoiite enleTee
leur atlection le }o |uin dernier
Ht les p-icnt de cijue ca retour t lur plut
proloa4c ^uir.udc
Docteur
1S
Mdecin Chirurgien Actiucheur
Maladies de* Yeuxdel Peaa
des Voie* Uiinai-es
i jo}, t hirpp de Mas ijot
De 7 i 9 heures du m.tin
L aprs midi de 4 i 5 au haut de la
Pharmacie Bourraine
La confreBH
Mp 0. W Ban
Avant hier samedi en
H'nn auditoire rioisi.M- 0."
expert egioooine a donn
nnce annonce dans dlW
dipns- j
Nojs puhUeron demsio ai
rendu en dtail fait 0r noj|
borateur conatanti DU a 11^
Nosa liai
L* vapeur nledonhsst|
Nouvelle OrlAsas l* I*
spr* ici lii de ce "nil,..|
tonnes d raarchsnd le mme jour poar'."?!
G.adwloupet leaPO'tdsa
biH. pour retourner enjojs
velle t)rtAana.oranant Jisjj
SOilEl'E COvlMERaAU
AR^nteda la New Orleaos J
Ami rinuln ^ Cj n mf-
Compagnie
Tran**tlu*lk
L artra r snupoasl*
le. ^J courmt. Il repa "]
,oor pour Ssotistji di t'"
1 Dero'oor Port sa ? JJ,
il .epsrtira le *f*J
Cayw.I*cma1.SanMWJJl
ris. Miysnuez Sso Juso *
et Fort d* France. J
Le |S caravelle JJ
deaux est attendu "
rLM.in*r.ire.er.flxH
Le Mali
Abonne
sot
Un Mois
Port au Prince
Kpsrte uent
Etreoger lu,nsiBBl1
lnaertioos et sbooos-"
piaa d'avsoes.,
p..
r-



i pra
au Grand Htel de France I
ai^rifl/tfa Wf*iii vV' P a *., V nmbreuc et distingu* Ctimti m
mla OJIMNL soigne, et tout le confondue, ncessm-e aux loua
U ATrJi
Avis
I publie f' nv.--'i m. je*/*,
nonvel ordro, |pj reeptiona pAo 1
l da Mercredi dnnrtAea n*'- 1.
:dent de la l:*putiiqoe a Pin>
National sont pn*p*ndiiea.
Port au Hrinoe, le lu j aille! /1.-,>.
* 1
MM ES Mb
prtd Cammnru tt particulirement aux commerante de passage
\fort-au-frtnce.
flliel dbile par alloo et par banques u -^, *.,.. .,-. n,
destins de Hor e (ix Kumj* #*t H,*i>c Sf* JL1? J? coraL* w i lJL.
Cn\mviennmidiredemvldHB\m\C tt sont garantis pur iTiit'o'ieJwert N. York e
^^rvwtiis. w;< posons l'. prouve par des CRTlKI Jirs^u* 2I d" coarant, directement po r
(m/cnoa /a disposition des Clients. POrt 8I1 prince-
Le t[9 Co'on rr'in rfo Mort 10
Xtamagira et Vins Mousseux prix modrs Pot%'e^Vo^rr"^'li,ectm',
1 Le *|8 Aat>ea laime port aa prince
taserves alimentaires frainaisjs, pramUr choix- c..SSIpour"""""dQ Sad "
L tta Medea par i d'\meterdi-n
le 1er du courant eet tttendu i p rt
aa prece le 24 du courant II laia ra le mme jour rour S.otiago da
Cuva. KinRRton tt temel.
G yde Line- Le steamer Bogota t
lan-e New York le vendredi II da
^.t?i"iil'ot iro,,,ra bi^M i ' p * 1 snTssuTiRiVs
LehnetFink
., lac.
(Maison fond v : 1876)
New-York, .U.A.
Laboratoirea Bloomfield, N. J, . U. A.
Cal Cosmopolite
Extraits liquides
Sirops
Onguents
Esprits
1
Pastilles
Teintures
Liniments
Dsinfectants
Spcialits
Produits pharmaceutiques
Herbes mdicinales
Kner.ie BriSjerie
ro fmbn cj I> >r tninnd *
au cot ( CSMO' CL1TE, Grand Ru
ml)
tira la mme jour pour Kio-son et
ic porta de la Colobia
Lon H. lhbaud
P. PETERS
M. lianne Fils
Angle dea Puas des Frente-
forts et du Magasin de 1 Etat
Marchandises
Lehu & Finit, lue
SUPRIORIT
Fonde en 1876
BAS PKJX
PKOMPTITUDI
a*.
- u
VohIpx-vous tre confortablement ins M
Mes ?... m
8
roile. Atiis toile Huit rie le. ?c.
rsqoivistePort-auPriQOt
fren% voira pension
-Viitel Central
franc**. dJ&fiNiaS^ *I * M*i m
AVOCAT Sl^^"^^*AE
r* profi>0!rfnieBlon Cabinet tu ^nce de t e-ira E n d- Flonda. Mlal roar la lattT Mootarde Pi.iT;
No 222 de ,. Rue l)an:t, Dbuche, %*+L -SW-! **MK
Cabinet da Ma Oiorgai SyUaij-
MeAuj.iHraox
Avocat
Informe ses clients qu'il a Iran
fr son cabinet la Hue du centre
n f h ,Epc!' SropW- r-int^resdivereei Vma. efc et- ,ic
P"fDndt| 'e 'a'alrgoe des r*'# *
mSmSi" V0' C0UItn,",dM LEHN ''NK, Inc; ron* serez abaolameot
& TML*lQ b ,0r, Lon R. lhbaud
Ageut eicluKif poar \\A\
I Champ de Mrs : Vue sur la mer
m le ter vice est irrprochable. rc* n ., fl PJw8ton.Demi Pension. Table d'hte ^{?A m lace du Cdle$ous ma | ----------ft -0--------
P /lw cif? premier choix, Sandwichs Consultations de 9 tffJmm JOSUIIU Le llcillV & lll
'cr6fs___iiillard matmel deSb** "** i- a> r.,. **J ** ^u
Une Combinaison Efficace I '
CI
1^___L Ttow B
'rProduir.
AUX CBEVSUX
Le plus puissant antiseptique
Sans Mercure ni GoItt.
nlYnt U trarall de M. roDAU
taiml.t da rxn.tltnt luinr (taSh.
I 2i. '' .m,''l,')'mt'n' ' microbe de la 1
I "M; Choi.r. les Fi.vr.1,2> et Dy,.ni.n., des Py ihj.id*.
""AM viirlitiiinrii
Indispensable cantn les Epidmie 1
.. Utr* d'e.a pour to 1m (,.
jMMMd rMO0t,W. lu. dM M.fhurln., PMW ,
^
Grand Babas
r Ceinturons en col'iere, co'llers de
nfeieip, collier* pour matreher de
a dernire ode de Paris f t da
New York poor damei et dernolise
lr; grsndes vari's poor hommes
A le KSHANA, en fsce de la Poat
Vune d*n meilleure* et rie* plus for*
t* m ai fions de isH*is n**m Rtat* IJnin
SiamJhnn,Ht < heck*, Gi'syham, Vo le
11 drap ttc, < te.
ts*> meilleure *our>w t\ ah iU: Pix
toujours av m a /eux.
m pnneipue MmmU*lonn tissus au tifiSmU 'i*,H>tpj>rovi*)t> 1H0 (
hex Jotshui L. Un ihj $ (ji>.
Lon K lu 5D "il
_____ AVffeat exclusif p jjr H 11.1
ES Tles
Tles
p.ircr)tLii.
euir c'^veJu
H** (Mutt4i JomeJi,..!,' '"^' ''** *vir Lrotaa de* chtvtux et du eui
l vive, -,
fetu r*"'!'i<"iit fuit nifiliiremont, rend le* heTui mou, Ions",
**.'m.'! narr/ Tricop'.rreui a:c.i.r Xnploym Utotdd tu-n .' milUi U r total.
e^
S
O
et
se
fi
' A vendre la maison U l'reetz
mann-Aj'>rho1m des feuillaa da
tlea auglaiaaa.
Pashard il Corpliw
*
Lubricatiug Oils
& 'Greases
Graisses
Atlentoin t U0ll6S 61
um,XZJifrlx et (|ualits defianf
uiourd'he. "",
fouie cooeurronce
LBON lt. 1 H EU tu
AgeUxcluti: ji^u. Lili -
Nons aviaopR roi client
atetteoa en vente, da auiourd'h.i,
notre Eclair r.huiu 1 Prix ^our-t .1
5 le {Bilan. j
San painl. le tenter c'est l'adop ,
er. i
Ai co 6W v*fe II. RK tE
aUta u -Su.;w


LE MAT!
//
II
Si
\
II



f

(***> M "-
fc$

fit*'

^_j

lmc1p~b\*.a Aillent, conserve /o frate/iat d* fa
janr.ejss. embellit, efface les r
onziQ en teint d< r
rtm
* vi.i-- r . i.. % n
. i .. ( 11 '.....
Pni . UJfet ' i
Ui i* " M
fii'ii m. 'i*'i
il'f^CJ I
- I ...
I
louges.et blanrhes Marque Co
lumbus etausM du Cirage noir
Columbus). A'ous recommandons
la sus dite marque commelant la
meilleure, la plus avantageuse
'*-&*ZS*Z&2E&%;sfiy- 9>^*^?~?&%Z3&33& raenl connue aux EfVtfl Unis tant
V.ill.m rt Roue,. ,ct. pour *Hi .7.0. Ru, d ). prix .. allez >oir. {

XiMitn ...i./i MM MMlNTIMM
.; .) ,. r.n^ci rus. PARU
.Atrhtion | Meubles meubles menUa
Grand -hoii d* chaise; et DoduiP*. amricain g et nanp A
pliante eo bois Fauieuils. j ux d -Ion eu ove. en iniii
msbog ny. en Nofjr i!>al> e nb une Car ve-i 4t 1er al cuivr.. *u lou' eu n Hir. n biseau es e i j ,1 cuirai
tqsiflirfs Tap's de **lon ei Djscent*. d-< lu Put les Tables nV,
Ion Taiitruur able. I) ps .le li Toiles d.ap fil. fil t JE'
coion servie"*' le toilette, le b in Servi l es damasses no*!"'
Toilo darr^se pour nappes tic.
Chez Paul E. Auxila
| Rue Traversire jr Magasin de TB[
Pharmacie Centrale
Produits de toute, fraieheut. Ertcition vromok et knoimtl
t_______Mfidonnanem SpArviltttonnur \outm mtttvliee, t
Pharmacie F. Sjori
Donnft ^vis si clhntie,aux m'^cins et au publicqu'ell*!
tras'lom son Laboratoire d'Urologe eu un Laboratoin
Biolrg.e apr bqu4 sous la Direction du
) C i 5 G et b. Sjourn
Le laboratoire es' ouvert tous les jours de 7 hres du mitioij
beuresdu s^ir pour loues les recherche! ei analyse* prvues d
'annonce ci jointd> saut pour le
Wassrrmami et la constante UreScr(
lOtprroefVDua toujours avant Saront reues que le mardi df chaque semaine,
de faire vos irhati, des rnx de S'adresser ia Pharmacia pour les reuseigaemeutr
pata;( HlackboM )-noir%ft|";riJ^n" Analyesa'urinesei'uc gastrique,
l u k Heaciion de Wassermann
Riaclion de Tnboulet,
Eiamen du sang et du pus
. Examen des matires fcales,
Ltxamen ue crachat^
itlbumino ric
Constante Ur^Scr
Hecnerche de Spirochles et de Gonocoques, ele, tu.
)
- .
, J

B U G G Y S
En vente chez
L. Preetzmann-AGGEIUWLM
Hue du Claii.
Chez l'agem gnral
Napolon 1J< ranci*
louer
Grande maison appartenant au
Dr W. Mnos, Mse la houle pri
vedu Dr Aud^in
1 6'adreesser iMr II. Price

criiioue'i;
P |
7?
,
-v
Cl '< )U4 '"l
: d'une fcnn
o gdnrrtkmcnt
ti j '' 55 Mil*
Ki ..: d'jw est sou-
.....iii|).i
- inquiet-
'r's OUI
n
v ''
v.- .-. ,-5' -i

S-
, v f> l r c
. n i v ; ; i
,', p^-ut tre iPTTTrfn* Jinn ennuie, vile s M suivie
rf aiui'H s.ic ptrM SJOtdi
i Cnmpewi..... :<' Lvdia K PtnUaw est par-
li.nil-..n-.it a.laptce roui i I b Itmoiei p. DbOl *
reionr 4'f. Son Mann m fait te* il uioul .e m
tfcnMoiiiirt rwifvrdet tlla afc'a la na;me p.:-.cl.-int m
i ,, , dfl cette p -i-'-- a llqoft. le mdicament esc
,,,>.! n .- tt>e htfbM ei racine* mfdiriiiiluat ne eo
tej 1..--.U jus de narcoliqilW l tcggU wWbtat,
Son ner::e eit fJH prr c'r lettres i jrlaire
Flore*, cal
MM ">'
pMtef ce tmoignaee. rACUiu
m, Valp*ra','( m'"' ""' *
BM mue* coniui.' r#|l cl Influcucent lo femme*
uc^sa>er U
Compositlcn^cetale
c1a Lya:.a E. Rr*ham J (j
____. .... ... .t.. .m eo. L,N.,r U.S.a. .
On trouvera
Maison H.
Clyde Steamship G*
Foreign Services
Le 8j8 Bogota o laiss New ft
le vendredi, 14 crt. directement .
Port au Prince o il est attendu
20.11 partira le mme jour pour Kit
ton et les ports d? la Colombie*
Port au Prince, le 15 Juillet 1922
E. F. CLEMENTS, agent gnral,
Silven
les .articles suivants ru* p^r
de ri ter* b&teiux, de* prie tr* H
duits : I
Toile Voiles paur cor lonniors, oaJrJV.GJ- I oila a Voiles pour vo. ien
B ilieu ie de toutes le- co.ileuri
Voila broie de toutes les couleurs
Piq e su t .rind m bures, ettra quiiit.
Suin brode, extra suptieur
bas jour lil
iUi |ou demi soi)
Chaussettes sup. p )ti bo n. ne* <
Lh lusset-ed pour e ifto s & pour cadets ( i biflW
iiuck blanc anglais fil
loi e y drapa pur lil
ttapiisia tiue pour chemises
Piiu.b.acti gris lo ic auglus trs suprieur
Percl blanche sup*
L)iaBoiidl uoir su ,eneur
'n iauon toile cr.:e
K >ki j tiue supiiieur aaghis
Fealuibaich pour costu ues d en'anls & !par M
alojleious sup. blanc et couleur
Sci vje;ios de toilette ulanc et couleur
Joyeux couleur.
UtM MM \M MOll.lN CO. I.VNM.
A- -
^ oui* eo. lv"..., *
fv-^
^cofc/. U/i.AW SILV*B4.twitd'alIraurp'3
Bl/iili & UHIlEc'e' 'a tt/on gutiewd l a*"",
arti'c/e8 e< ua; mntUeure pr** '
parlout aitleure.
4/phowee Uoynea articles et aux
?0mt poux Haiu


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM