<%BANNER%>







PAGE 1

Lfi NlATl.1 .•* La Maison H. Silve nbvnx 'lient* nnonce ses no* qu< Rhumatisme* Goutte Artrio Sclrose Qhizit Qui rut rester feunr. ;t "vStcf Ic.rliurulitmn, l^durclismenl dea artraa rcn"*bl'-nnent do retna, le* varices et l' c 1 Y :.ii•.'• c'.c.t limine r l'et> d'ac i. la uriqu". c potion 4* notre organisme, •t lalre 4n cures rjulUrca l'URODONAL **.. !f . irvit-a-ir-r, pn-.tnltonirm de i artrio • %  .' %  ?ros*. cot.*i t! avant low emafrier M r a>v net ! u^-.B.'oppemfin d*s lsion* arictl*l's A U priode de p'".srlfrr,s*. lafM* urtoue ttn.M l seul face ir <1 hyyr t'iis.on. r.n devra. a*a:it *ouw eu'w chOM, ItMter *nrr-;iQ'ir!'rni et trCumrncct ..-.ira i. rcu.-tion a erle* vr-, %  '. tf- ''orfi % %  •.:•. I".P '-'•i cmfltaM rredoM). •• %  '.ru ur '.:: %  %  ffof rjducion lin •ait Paria ;egt le rsultat direct des con rOOgemC* J\U8*V i^rences qui as tieunant actuelle ment a Berlin. Los directeur* deLA HAYE La coofrec des banques penaent que lea progrs experts sur les p ob m* r-ns^s a qui ont marqu ers dlibrations su trav-rs uae grande cri qui parait cours des dmises semaines ont no pa* tre enc n conjure lous matriellement contribu encoara 'a* diAnu^a a*sia aojoutd nui dans grli o'Vernement allemand dan* leurs hteU a Sch*veaingan *on ses dnions de s^ matre en con unauim-ts dins cutte opinion mais met avec la commission des repar* leur owirafrj.no-ot qui eai trs vi lioos a looqneou l'on peot venlre d?nt est sans nul doute o' ue re cinq miik-pour moins d'un cenli par lea c rcona aocaa atmisph'rt me La qieation l Aliaraagna pe it q^es le solet. peraistaot a H. CHIKH .lie p*yei est maintenant devenue mais pacootie un essentiellement aigu disait nne des principales autorit* fln*n?iAre§ (jni pense que la situation es arrive a un tel point qu il est urgent vient de recevoir par h>* fterniert bateaux (en article* **Unant t i coi supriorit et meiUeur march que partout ailleurs* Cas mir anglais nouveauts, Diaeooal noir suprieur. Alpaga Baptiste fine pur fil pour chaaiitM, Coton draps anglais 9(4, Coton draps amricain 8(4. Voile bUnc carresux Ct birraa. Voile 1 ni bUnc et couleur Organdi couleur 5erpe noir et bl j u tnarm pourjupei, Damasse blanc e' co.:leur pour aappea; Toile matelas sup. Toile inps pur til 10i4. Madras suprieur pour chemisai Crpe anglais, Tu'le pour toile et pou mous'iqnaire, •indebrod's hi-i^se de tostss les qualits par battis MOIIPIOs couleur sup. et ft, Aollntotts bUitcs -p ii-ur. Dock blanc K kl blanc, D-ill fil blanc atigUiv Dnll co %  bhncangsup, S in cli ne pour tai'leurs* K ki jaune ang extia quilil* Percale blanc ext>a sup. Calicot de t m Ile, CalTO* rour jupons P q'i b'anc np. Luatrir.0 a barrfa p r tailleurs Crpon cooUur i f enr ang Dnil noir suo TMor rour j ipo: Tuseor nnr rli miae e poar r bit, Voile brod coul Si'ine'te blanche et couleur flrara Soyons blanc et cou'en %  •opnaar. NansouK ba is'e coul sup Serviettf s de toile te blan:h t -nnlaur. Bietelle*> po'ice pour honamog BUp Br-te|i*B pour enfana up. fndian hoad coul pour pijamaa & chemises,' Mqaatl cou'enr A banea pour chamisea h jraraes k robes V*>n voir avant d dt-r auieari wm* 8 -a siti*(ait*. leno.meen lgue attendant qu on -..Allemagne. lui permit dentier. Le roi G orges H et la reine Mane sont arrivs sur les . lieux et la foule leur a tait une ova L?8 OntrepO llflire* lion. Dans la tribune royale se trou vait aussi l'ancien roi Manuel de Potugal, lord Lansdown, le comte de Balfoui et loid chancelier Bnben aead. vuleat vait d 1 Nor I souff e au milieu de piuiea torrentielle'. Le dng r provient le l'attito 1e de la dgttioi roae* d'alon I g*rd dea prop i-tconfl qati t ter une r politique financire pratiqu d* lepresentaot* les plue &f >iniunt' et claire qui intresse lea allie bien dea nat oos europennes qui dcla raient franche oeot aujoard'hut qu'a moins que le J soviets ne fajseut dea concessions sur leur politique in'ran aigeante expoaa vendreul, il tait tout a fait inutile de continuer la confrence. BUG GIS Ba vtnt eh m M lu PreeitmannlQGKRHOtt Uae chi Oaii* de Manet de pois s'meuvent Ix '^.^t^^VA't boitc aux eltreii Havane. Cuba L 1 Allemagne peut elle payer ? BERLINLe gouvernement Aile rntnd a commenc une action qui lucidement pourrait ban avoir pour rsultat de dispenser l'Allemagne d • taire face au paiement il) mi lions mai Ws or ex'ga pat lea allis e lo juillet lia envoy Pans Mr Fislier praident de la commission des dettes de guerte a'Iemandas et M Scuroeder sous secrtaire au mima tildes linaucee dans le but de coucoin jr^Tits acc-pt*ble ssra trouv sur le prob tas vital d; ap pi ai Ils viennent d'tre avtaA par leurs Uc> M| J j eu KasslCt lcb „ ane0$ reprsentants qui voyagant dans tes %  f u f it e t espoir Les s ouhtats du Sudd-Amrique, que la K aussi p ". 0 ./. J^,.; nr ^ ,,.. publique d'Argentine, la premire pes pessimistes eux peasant que les productrice de mets a trait pour !" " ne se proccupent pal si h livrer la rcolte de dcembre de coutereoce russira ou chinera, us cette anne une Puisaance d'Euro espren airiver 1 conclu e des a: pa. cous spars et avan-agus avtc lfi Le svndicat de ces apsulatenra uilleieots g oupes hiaoJs e en an 10f0(91 a rrgi.de l'A gen i 1e obtenir les ca I luMtdut ailla ne cessent de iclam:r ij.uraii ainsi et poui 0 a, empi la .0 itra > ce mme si lac.o d fdral Isteifi nait. Kien qu* Us chef, roetel ins • tent sur ce point qu ta re i %  • > s de forts toniiBge de 10 1"> U00 'oanea arri veut ensembl*, la Havane cUar gs de mais,que ieiinmentea entre p s pu' r la conaei vallon de* cra fitl-ti-frin:, ie 1-J j-iillet 192t. Mousieuc la Uiractsar, Pe"raettZ' n >i de pranlra U liber t de voas ( faire la pr#mte, 001.r voua infor er q 1e Monsi ur Fraa i|a A. Auiaiu, te premiar adiui'i>s trate r p. 1 q'i a le < t en , devais la Conda unauon par la Cjur Prevta a de nuti-<* administrateur l'uleua La.naiie a six mois de tiavaux forces et a trois ceota dollars d'aiaeode, et Uuj)ur< ad aat ia rateur a. i du Courrier Hai lieu. Il m'A dclara u'.re pas l auteur le l' t virj puoii pi 1 etatin • da 7 eoui'oni. frer avec la commission des rpara [ti, ne pouvaient • iffire. lions sur la question de reviser le t L)-auiies Compagnies syndiJ vous prie de bien vajloir doni<10 l ner publicit a ta prsente daua te tst nr.poss oie, ce.uias 1 IJ ci mm p| Us procUaiu oummo de votre quo ue.ii qui. s couseUUUIcOl ea prit) udie. hue a des *: 1 iHRe.ne us sst is H Rie Rmi. ..a, S.u Conseil d'Adelioi" 1 ainsi con pose: PHent Vice Prsil t S-crtai'e T-soiier 1. 1 Bi| ; Giinei (&•-' a,rlie,i n t Th"! des p ges nuisibles ont d.id de Saa^Ct^SSSaaMtoTS "" •?,'' T^SH*^, baSlrt mmdes incessantes de crdit ; des programme actuel dea paiemeota eu ralises traitent avec le Mexique £ r< damai imiortantes affaires tant en i>ien qu* le mouvement aoit conai pois noirs qu en mais. rJr comme un expdient temporal Le Mexique vient de prendre re dont le but principal est d'iufluson tour la dcision de ne laier eneer lea dlibralious de Patia dans sornr que le surplua d'un atock les mi.ieux otrJcieie tioauciera on accueillerait cette rt-vision comme pouvant suffire pen ua signal d'une aoluiion Kniale du uH 100 qui vient ie augmente par ntperamma actuel ue paiement eu piuade^ouooj aooala. L consom nr uua le chancelier \Nirth a dclamation du mais Cuba est nor deux its on scmU: s-j.ercevor ri tie imposable S exfiouter aur me, a il faut penser que mme les que l'on se meut dans nu cetale vi tout depuis la rcente dgringolade i,, r ,f de travail pndenl la rcolte ucul A. U lounue eu icpicuau. es eu ahaoge allemaud Ofliciell ;iue 1 8 ont oourria avec du mais an os de q Ue:> uoj( des piopneis sataaa -.oui •a a annonc auiourd nui que 1 sirop et M ex'ate 315 centrslea. des appelUuoas distinc es on esp Reichbauk tait T chmquement en Cuba ne pouvant se aufrire pour COQC ,i ier les deux poiois de vae mesure de toarnir lea o millions \ t consommation du mais, les syn de marka or la semaines mais que d.cais s'.iiuvnt avec raison et ^ D 'accordera pas de crdits leur retrait atlteadrait arieuseme.a demandent dea renseignements sur "^fffaaSs S !" ^ linstitatiooiles directeura de ton | M semailles qui sa Cm en raaiii.ee ' IMIIUI.JSBI t" quea eatimsnt qae ce fonds dispo ce moment ils prconisent ls hausa %  ibles en or devraient aervir sta t voudraient passer bilisci le mark tant a 1 iuteneur qu a livrer 1 extrieur. Depuia quelqne temps, noua pr I^tmusion fntrepriaepar Mia.Facher chona le travail, l'occasion se pr f< Schroeuti l'iiiatiga 1011 uu gou sente pour ilu La Reicbban examinera la revu de pour obtenir le meilleur uudeaipa des dates de iaturs paiements ment. JOLIBUIS flLS — Noos tenons aux ordres de Ur Jolib JIS tta I original de 1 avis qui a aie remis aux bureaux du tMaun. Les M ditieiruli CAr U semble cenaiu que de crdits es seiche vihi ne consentiton ancune r ;ti dts marchs lolioa sa-s obtenir des ciuits en 1e tour. Ouvrages de t'rilric Marceliu En vmle chez t rantis LelelUer, prs di l'Htel dt Frtna Varits c/** ^ ^•.ntr*.^ Oo trouvera ; par galona et et ^Jg ins. Khom Baibsossenis-js! t.u. Up. de sigaraWJ •aie ..C garas.B-JJ, Kola.ea. amassn La^t-on VA**] Monsieur |oho F. H C-^,, CaJu. b.pane. '*'.%?3*0*] pour remplacer !" **Jr\+[ Monsieur Carell li* ^ +* de cet t .Jur se rendre ^ CV*tlowva.onpou f *V •a, pc-Uoc MueUi. >c W '^ Ttlu israiratiea sraia X le Chipitre avec ls mus qu: SPtersEnt e 2 'i 1 d: f Du ifc au /H nous rirpclons qu*il y aura la • -Ile -13.1-,t.on d'ouvrjg.j i 1 Ecole Mcrc Louise Rue Docteur Aubiy Ius les articles soal t en ire Les heure e visite sont : Le nutia, c 1 i 1 StuiM ,la mi e J Isaura



PAGE 1

&&*• aiwiiia Pfeh'tnPtliet'fUBV Me^redl 4'J MB m ImicmcR rr.opRntTAiii Ctfm*r.t tfagloii tmmv 20ciNnm On n'teint pas le soleil parceqiron se, bande le yeux. Mfti d'HWLS I Quotidien KfcDACTlON; Kae Aafiirlaaini No, ttt es rserves de ptrole des Anlilles ip-Hiitien, le 6 Juillet 1922. *< %  %  I et la Rpublique Dommi "•triant qu'ils intresseront "•irai lecteurs. •aiers/ss do ptrola des Antilles WiurH. Redfielj, Washington. D. C. %  Antilles forment les cm'•"• ch.lae de montagnes %  M dont la continuanoa •'rtch iche dans 'Honduras '^En H.iti ia ehaine se divise, *oihe passant par Cub et 'Milalamaljue. %  taervea de pe.-ole pouvant ''•or les Anti le* st trouvent ni l'aie d s S aides AnAitrnctore de ces 1 s e>t g"*st snticiinale, quo que mo difi*e par des rpill-s t\ des intruvons ignes D s t'es de re g'oup-, Cuba, Hatu Domioictoia ele? \i rbardes of freni les plus g r arvdes promesses d; rserves pirolifres. Les rgions dHii'i promettant le plu, ainsi qu'en Dominic.n e. sont au ooint de vue de la proluction p tro i P, situes d>nla dpression de U st uc ure co't p'| de 1*1 e. £ 'es comprenne tlaPlaine Cen raie d Bai ti et la vil de S a luan. aussi la Plamed^zia sont dune forma'ion %  acne qui est compose de g es rug 'eux, d'une rie de cong'om Tatspid'ar>? le s.h s euse sabliin-use. En H. ti la to ndoi ol ant les p'n bles nrom'sses es cons d*re cotime tant celle de Thomonde ( Mocne infri-ur ) se composant d'argi e schisteuse, g es, ong'om iat. rr ralcair.-s. Il y a l des suinte ments bien cco nus qui se retrou vert daus le lit M o. ie de 1a P.aine dAzaa ( Damiut:aiue). El gnra 1 les Attill-s ( i l'ei ception d.' la T ioidad et Tobigo/ ne cor ttituent pts une rgion p omet tact d. future; lserves de ptrole La p uoa ne prsentent pis des structures ou compositions tavora b esLes plu* petites Iles, i lex:ep ton des Birbides sont compo'e; de ro.h's iup'ive* rcentes OJ de cou ches sdimen'a res du TertitiM sup iteur. D s Grandes An' | ec f seule me u C^ba et HautDominicame ap parais eoi avuir 1< muau e g-jlogi que piopre permettant l'ac umula tion de masses p rolifres de vaienr commerciale. Si l'avenir ie lis dans c Mining and Metallurgy* des a t c es dios ie genre de celui ci, ntrtssact Hati, i s m ferai un devoir tt un plkisir d vous en communiquer latiadu lion, si to. t 0 s vous cioy T. que je n'itn po r| uue pas vos leceurs. Veu lis cro re, Monsieur le D rc teur, a l'a surancct de SSCI meiileus senu cents. LAJAT Membre de la Soci ii Jt$ Ingnieurs Ci vils dt FralUi et Je 1 Amencaa Ins utuie cf Mioicg a MeUilurg cai Eo gin.tri. Il •ls 1M manifastationi or(.^•'ici, celle d* dimanche %  7?" JU monnmtnt de Tooa* Wrtore est 1. aaa | a n ui ai iio*K , '., lt iTom-ra fou dt Mr 7, Dr *! ,,n n* Vo %  •< ti Hiirt. *"• nuionale ua sauf %  %  • * *•• '"•"' %  d'an lira .Hni P S! P M, ' ,i '^.'P' N 4 ,a >ur <\* la statua -a *Hi, 1 e l iB compris.-nt m L* ,-mr .— c que c est |iu'*'J a ort et quon crtt M r Cins cucule une sve flonie et rAg^n^r^tr c; si s** rarAMOi dufch a'offreot aux naaa'tac>mrae un salai d> rn*ditt< rions; al loi (sulll'S parpltlas |on ebaol la KOI oomma les dbris de tout C 1 nu'on m^priae Pt nbandon-e la ce monie en I honneur du Prmier dfa Nnjrs ea' eoram une rose beofaisame qui tr^nf "m* et rpait — Apn'B I ondes TAfraichis sant, Us plantes qu'on croyait moi tes revivent peu peu; la nature < r hol a la acb s resse aride et dpri %  •nta : les feuilles qui rcouvrsie< t lst*tra lui servent d'engr,g n t MI les arbas nos repoussant des bo r nng p|# V VA-e-'t pi %  • imDOSsn Tel I" p"up' # qui, 'Ace ligner"** d 'tia laquelle il a fTedi,vint p r lu ou ignore tout in un otd pn'no H m %  • ne veit un joar usa rabler a oudu bu# d an an 'tre et Mpr.rend d* que H br-ia il el U desee idaot. il inentH une vit vagabonde e h n teuie,il allait eo guenilles tia % rs les rues de la ville ns dto rum pt eane retenu, son exietenre lui pareiassit i> ilr, o>oaiod nn av s lui anrofsit q i'H et&it I petit fila don d c pin grands prinres-— L'a vis retrss les verte? et Is co-rec tion de l'nii sire aieul et contenait au Posi Scriptum qu'une fortune tait laiss* s tous les descendants.— L'errent an red esse, rflcbit, pieu re et se repent. L'errant, oed le peuple hai*in; l'avg. c^ ont lt rcits des voix lea pi is entori*pe- de l'Borops *t d*i Etats Unis q n o' tait l'loge ds Tooaaaict Louv^rture;la grand prj, ce sont les anctres et U lortuae, c'ee* Is OOin de erre iiuils ont con quis au p ix de si nobles sacrifices et q'i ils ont Ienu4 la race liuitiennp, — la saula placi o le n^re sou libre. L'initiateur et les orgtniaatenrg d un si b au moivement ont droit ili recontaissince nationale. Em. LAM4UTI Fle BotoQ Oiminche i Occasion d U ftde NDdu Cirntel, il y aura 81 z.'i'on, au profit de la Caj Ile, -.u d" KermeaS avec des attractioas va ries. L.-s darfs patronnesses qai out bien VJUI'J pronettr* leurg conSOSfi i eett f e soit : Mme Emile RJU xer, Mose G M^no, Mme Dreyfus MuElmo.i.i M-ugo ', Mme Diu U;tf, Mme Clment M gloire M ne Lo 1 Mno', Mme Ko e. Mme Ed. E lve Mme Sy vie, Mme Ang bout, Mme C Mevs. BcUe et b.filante purr.ee en pers pec ive. fit! iSIYids tranger Par cble lo Maillet PAHIS — Oa annonce au rr.itmiere des atT.iirei tlran^ercs que e ailic jool finte i enl d a-corJ pour U convociu i plus q i une queutoii J; joun une noie Kta alori envoye wi $ -c> et JUI turn iu ioaaluiaa lasisuot pour qu il >e liiniiwi eu OJU erunce PAnlS — L* pjii:e es s.i ie d'une mystrieuse .riure rutit. dna Uqueil'il est qu.non oc Sens Qiinb lolag s, d.u :uciJes it peut i.re liuniwiii Un su,i,u e que cette iifaire >si tuou vec p*r IJ J.sir en IQCliw oe se ^roturei ds docuiiii uts o[k|no IKII..II:> tonirc les SO.M mes trvuiuiiou.uircs aciumlmcot eu )u^ciueut en Russie Un.c:iin; et Vaillant Couturier ac.uss de piowx;nui Je solJ'i. i u dsOOeitMOM VOCI tre lliU'iio^s par C |utt J in.ru.l 0;i D'aprs ie rcmpslet nations europennes devtauin prendre 1 iin.uuvc J anauler mtre e>les les dettes I: guerre ci ne pas attendre I a.iion des bta s-Ln s OL,.NiiVri — Les marks sjrit •boodammean ot1er %  uour y) ccnn IK> les 100 nu k>, peu JaChetJars NV.sbtllNGIOS — L'arbitrage ayant t ac.cp t par Mb d un pallies Jan> la que .u.i d; l'aCUi AO.ale>d lgus du Chili et i-iou nont pus qu'a d> cuter ie> QBMMIOU Je o -il lt.'.oue de niais JJUIKH i Sao millions de boi. eaux soit 29 111.lions de piUI que 1921 It col e de bl est e i nec 817 iilciioas de boisseaux en duuiuu.iou de JJ ,11.1.10 .s de buisseaux sur 1921 lU.ilS — Sidi MohimeJ lin Nac-r, bey de Tunis est mort nier, N en 186; il rgnait de puis ic ta Mu 1906. L Hritier prsompul est Molnmtd et H b b MtJiilu Le gnral Brenguer, h .ut coin mis-aire au MafOC a Uonne sa Je DtaaiOO, cile a t a.cepie. Aucune raison n'a e e doune'C Cabli Nouvelles Etrangres Oi morimn sur le oii.n \i Ml pu l'eire accepte LA HAYB 10 — Le f it que la PARIS to-D aprs des renseigna sance S'aujourd hui a dur cinq h*u mrnts officieux qui sjat parveaus res et e asm te temporairement ajoir la commissioa des rparatioas 'a pr* ne poar permettre aux dlgua position pour an moratonaan d'an f-anais et b itanniques deovoy r mains 2 ans pour toas les paieaaeats des tlgrammes i Paris et Londres ds cette anne est apporte i Paris a donn lieu 1 des buitstrop prraa par les dlgas allemands. Mr Fisturment pessimistes v La saace d au ctirr, p rsident" ie la cosasaissioa 4es p-.sr.lhui bien que couronne de sac dettes d : guerre alleaaandss et Mr ce; ne tait pis disparatre les dangers khroeder, sous secrtaire au raiaisansquels la confrence a i faire face tre des tiaanecs soat arrivs de Ber qui sont tonis sur l'attitude des d lin ce mi'ia poar confrer avec la lgus soviets relative i la conriscacommission des rparations. Les aile lion des nroonts trangres, sujet mands n'ont pas demand formelle* qui a fait l'objet des discussioas d aa ment un moratorium, mtis ils ont jotardh'Ji. laiss entendre i Mr Dubois, prsiLa dclaration de Mr Krastine tait dent de la commission des rpara* la rpons: i nne siie de questions lions et aux autres membres de la poses par les experts europens et commission que c'tait le seal mo* relatives aux crdita des traasports yen pour l'Allemagne de sortir de et d'agricu ture. Il a expliqu que la difficult! U est probable que l'Aile Russie ava.t b:soin de crdits pour magne tua une demande formel". • lparer les chemins de fei et la moilorsque la commission aura reu le ti du mat'r el qui avait servi avant rapport du comit de garanties qui la guerre E 1 gnral, dit-il, la Rus reviendra de Berlin la in de la sesie ne vou ait pas accenter de coumaine. ce? ions d: ch mins de fer existants, Dans les milieax dei rparatioas ma's sus a t pit i en .on en ir l'opinion, qui tous les jours semble dojr la cons -u.tiou Je nouvelles ligagner de plus ea plus de terrain, gui v. Ha ce qui coacerne l'agriculta est que la raison principale pour lare le gouvernement est prt i donquelle l'Allemagne se trouve dans le ner des concessions pour 4 millions chaos h lancier rside dans le total dhectares.il est dj en ngociations des rparations requises, i;i milavec de socits trange es et quatre lions mules or, qui est coasidr ac:otd> ont t pratiquement con dans certaines sphres conms dm dus doi: un pour cent m. Ile hec'at srement lev. Accan rglemeat r s, La dure d: la con:ession did'indemnit une limit: pins raison Krassme serait d; 2$ ans et le ternable ne peut tre dit avec le conr in qu'on se propos; de concder sentement de la Fiance jusqu' ce %  st icilils et p:s de la cte de taon que la question des de tes interallies en rendre facile le transport par ne soit traite, m r On explique d.ns les milieus Iran \-.-; r--0 r remerci Mr Kraisine ais que la Iraace ne peut matriel d; Ml exp ications sur les besoins de lem:nt pas payer ses dettes aux Etats a Rissie, les dlgus franais ont Unis dans les conditions sctaclle* dit qie la F a-i:* dsirait participer Elle consentirait, dit-on, i uoe rduc de tout co=ur i la reconstruction de 110 1 matrielle de l'indemnit aile-' al< sais St <; : •• pensaient que la mande s'il y avut un rajustement riab issement |lei transports y atiquivalant l'obligation interallie. ISraisot les capitaux fianais privs, Tt oa tard, cette ide sera expose mais ils ont exprim l'opinioa que au ginvememmt amricain. M Rol'emp'oi d informations semblaient lani VV Boyden, dlga amricaia Dicesiairs na-ticu ie ement en ce qu i la commission des lparations, re COSCtrne l'usig-qat serait fait dn lojrn*ri aux Eta s Ums par le paqus capi al p iv e mo tant d mand la bot a France a samedi prochain et n.'u e des g ran isi a do in r et les ira Washington pour expliquer avant g '• sp'c aux qui seraient pro ton e U situation au secrtaire d Eb bl m *T otl: s aux capitalistes, tat tlugh s. iJapile. msun I o^s reues d: 'e r. gouv r e nen s. 1 s d gu ; europ i.s o t di:id c*t sp:. raidi d'ado,) SI l'unie com lt; d'action sur tontes t< ques'ions poses de raot laconfrsnsi russe et plni paritQgtQ ^it^i* ^yt^cck^Z] sur celles de proprit. d ^ J0Q ^ d; cl411pitQ ;i 0 ;; tennis du monde eo battant Mme %  Mallory.chioipionne amriciinaios par ie rinale du tournoi internaUn Match Mensalionnel WINBLEDOM — Melle Ssxanue 'O .siu'"' b e 1 sj:iri prend les q 1 U I ligne de conduit! a t an e elle cont ons sp:iales aox \i r 'a re-ti u'ion des .1 c .1 1 il la Csinhrenee dot conti nuer ou non l*elit s r >re!t9 L'Vs'embl.' Gnrale d s Mcmbrca fondateurs t a.tns du t'lit CcrcU est convoque poir le Samedi t; Jui let courant, KBX heures et demie Ui pi.i.-cs du Mir aux lui de procder au itnouvellerucnt du Comit U COMiTE g e. m u' a te-u UMUO aca ll0a ,. de tea0JS jur ptoorlUiSi dap-s leur rponse on ^ 6 0 u ?lcloire it ^,,/J^ glen est venue aprs ose courts aaait ardentelutie dans laquelle la chtrai poone franaise a jou avec beaucoup de calme et d'une manire dev ru. brillantes. Melle Suaanae Ltnblsn t quitt le club et est venue sur les cours 6 heures *,t Elle 1 i •uivie immdiatement par madame N.-W YORK.u— Sterling 44}, t* Mallorv. La foule leur a fait sue Fianc M j) grande ovation et toutes les den^ Les Cours PARIS u— Sterling C4 qr Dollar ia }7


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05715
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 12, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05715

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
&&* aiwiiia
Pfeh'tnPtliet'fUBV
Me^redl 4'J MB m
ImicmcR rr.opRntTAiii
Ctfm*r.t tfagloii
tmmv 20ciNnm
On n'teint pas le soleil
parceqiron se, bande le
yeux.
Mfti d'HWLS I
Quotidien
KfcDACTlON; Kae Aafiirlaaini No, ttt
es rserves de ptrole
des Anlilles
ip-Hiitien, le 6 Juillet 1922.
*<
jttio Rue mticatneNo I j ,8
Port au-?'iuce.
Koniitur le Directeur,
tttoi sssidu]de votre honorable
ni, j'ai lu avec grand intrt
m colonnes les articles inti'u*
Monsieur le Professeur K* sey
M t tous la s-gnatu-e 1e M iq
Coo:Wn in Dumer ; le parti
pl e-nt lopin on de votre
t collaborateur que je n'ai
rodant l'honneur de connst're
crois qu'un bri lant avenir est
|i votre beau pays, aussi bien
iit de vue minier que pVo' -
est parce que j'ai pu cont'ater
lOi-rr-ne depuis 18 mois que
iito Hati, que pir les echanul
le minerais et les rsultais d'
que mon savaa* ami Moi-
bornai.] de Port- u Pnn.ea
plu m (aire voir.
m mensuellement la revue
l|Ut Meiallurgy , organe of
4c; c'ihe Amener Inst lire
uni g 10J Metallurg :l E *i-
1 doot je suis membre ; je
(de lire daos le numi o de
OjH) sous !a signature d un
Katgeologisie Amricain Mon-
Aithor H. Reield, un t* ia
Micle sur les possibilit;
eVsdaas les Antilles et j- me
ta d: \ous donner c -dessous
ociion des passages inlcres-
ui>i et la Rpublique Dommi
"triant qu'ils intresseront
"irai lecteurs.
aiers/ss do ptrola
des Antilles
WiurH. Redfielj,
Washington. D. C.
Antilles forment les cm-
'" ch.lae de montagnes
m dont la continuanoa
'rtch iche dans 'Honduras
'^En H.iti ia ehaine se divise,
*oihe passant par Cub et
'Milalamaljue.
'taervea de pe.-ole pouvant
''or les Anti le* st trouvent
ni l'aie d s S aides An-
Aitrnctore de ces 1 s e>t g-
"*st snticiinale, quo que mo
difi*e par des rpill-s t\ des intruvons
ignes D s t'es de re g'oup-, Cuba,
Hatu Domioictoia e- le? \i rbardes of
freni les plus grarvdes promesses d;
rserves pirolifres.
Les rgions dHii'i promettant le
plu, ainsi qu'en Dominic.n e. sont
au ooint de vue de la proluction p
tro i p, situes d>n- la dpression
de U st uc ure co't p'| de 1*1 e. 'es
comprenne tlaPlaine Cen raie d Bai
ti et la vil - de S a luan. aussi la
Plamed^zia sont dune forma'ion
acne qui est compose de g es
rug 'eux, d'une rie de cong'om
Tatspid'ar>? le s.h s euse sabliin-use.
En H. ti la to ndoi ol ant les
p'n bles nrom'sses es cons d*re
cotime tant celle de Thomonde
( Mocne infri-ur ) se composant
d'argi e schisteuse, g es, ong'om
iat. rr ralcair.-s. Il y a l des suinte
ments bien cco nus qui se retrou
vert daus le lit M o. ie de 1a P.aine
dAzaa ( Damiut:aiue).
El gnra1 les Attill-s ( i l'ei
ception d.' la T ioidad et Tobigo/ ne
cor ttituent pts une rgion p omet
tact d. future; lserves de ptrole La
p uoa ne prsentent pis des
structures ou compositions tavora
b es- Les plu* petites Iles, i lex:ep
ton des Birbides sont compo'e; de
ro.h's iup'ive* rcentes oj de cou
ches sdimen'a res du TertitiM sup
iteur. D s Grandes An' | ecf seule
me u C^ba et HautDominicame ap
parais eoi avuir 1< muau e g-jlogi
que piopre permettant l'ac umula
tion de masses p rolifres de vaienr
commerciale.
Si l'avenir ie lis dans c Mining
and Metallurgy* des a t c es dios ie
genre de celui ci, ntrtssact Hati, i s
m ferai un devoir tt un plkisir d
vous en communiquer latiadu lion,
si to. t 0 s vous cioy t. que je n'itn
por|uue pas vos leceurs.
Veu lis cro re, Monsieur le D rc
teur, a l'a surancct de SSCI meiileus
senu cents.
LAJAT
Membre de la Soci ii Jt$ Ingnieurs Ci
vils dt FralUi et Je 1 Amencaa Ins
utuie cf Mioicg a MeUilurg cai Eo
gin.tri.
Il
ls 1m manifastationi or-
(.^'ici, celle d* dimanche
7?" JU monnmtnt de Tooa*
Wrtore est 1. aaa|a nui ai
iio*K,,'.,lt iTom-ra fou dt
Mr 7,Dr*!,,nn* Vo < ti
Hiirt. *" nuionale ua sauf
* * '""' d'an lira
.HniPS!PM,',"!',i'^.'P'
N 4,a>ur <\* la statua -a
*Hi, 1 e'liB compris.--
nt m L*,-mr. c que c est
|iu'*'J aort et quon crtt
M rCins cucule une
sve flonie et rAg^n^r^tr c; si s**
rarAMOi dufch a'offreot aux na-
aa'tac>mrae un salai d> rn*ditt<
rions; al loi (sulll'S parpltlas |on
ebaol la koI oomma les dbris de
tout C1 nu'on m^priae Pt nbandon-e
la ce monie en I honneur du Pr-
mier dfa Nnjrs ea' eoram une ro-
se beofaisame qui tr^nf "m* et
rpait Apn'B I ondes TAfraichis
sant, Us plantes qu'on croyait moi
tes revivent peu peu; la nature < r "
hol a la acbsresse aride et dpri
nta : les feuilles qui rcouvrsie< t
lst*tra lui servent d'engr,g nt mi
les arbas nos repoussant des bo r
nng p|# V VA-e-'t pi imDOSsn *
Tel I" p"up'# qui, 'Ace ligner"**
d 'tia laquelle il a fTedi,vint p r lu
ou ignore tout in un otd pn'no h
m ne veit un joar usa rabler a ou-
du bu# d an an 'tre et Mpr.rend d*
que h br-ia il el U desee idaot.
il inentH une vit vagabonde e h n
teuie,- il allait eo guenilles tia
?rs les rues de la ville ns dto
rum pt eane retenu, son exietenre
lui pareiassit i- > ilr, o>oaiod nn av s
lui anrofsit q i'H et&it I petit fila
don dc pin grands prinres- L'a
vis retrss les verte? et Is co-rec
tion de l'nii sire aieul et contenait au
Posi Scriptum qu'une fortune tait
laiss* s tous les descendants.
L'errent an red esse, rflcbit, pieu
re et se repent.
L'errant, oed le peuple hai*in;
l'avg. c^ ont lt rcits des voix lea
pi is entori*pe- de l'Borops *t d*i
Etats Unis q n o' tait l'loge ds
Tooaaaict Louv^rture;la grand prj,
ce sont les anctres et U lortuae,
c'ee* Is OOin de erre iiuils ont con
quis au p ix de si nobles sacrifices
et q'i ils ont Ienu4 la race liuitiennp,
la saula placi o le n^re sou
libre.
L'initiateur et les orgtniaatenrg
d un si b au moivement ont droit
ili recontaissince nationale.
Em. LAM4UTI
Fle BotoQ
Oiminche i Occasion d U ft-
de N- D- du Cirntel, il y aura 81
z.'i'on, au profit de la Caj Ile, -.u
d" KermeaS avec des attractioas va
ries.
L.-s darfs patronnesses qai out
bien vjuI'J pronettr* leurg conSOSfi
i eett f e soit : Mme Emile Rju
xer, Mose G M^no, Mme Dreyfus
Mu- Elmo.i.i M-ugo ', Mme Diu
U;tf, Mme Clment M gloire M ne
Lo 1 Mno', Mme Ko e. Mme Ed.
E lve Mme Sy vie, Mme Ang bout,
Mme C Mevs.
BcUe et b.filante purr.ee en pers
pec ive.
fit! iSIYids
tranger
Par cble lo Maillet
PAHIS Oa annonce au rr.itmiere des atT.iirei
tlran^ercs que e ailic jool finte i enl d a-corJ
pour U convociu tur-i BotiunaUaiCt ci si B'cci daoU bjt il'jmc
nei u f)4ii Jim le P o de Orient. Li ranic
Breiijjue donn son rooKntcnMQl n Os ocnnMi
conjmons resieni cn.ore a durai r 0\ p.-n.ece
pi.iiJ.iu qu; ce e>i plus q i une queutoii J; joun
une noie Kta alori envoye wi $ -c> et jui
turn iu ioaaluiaa lasisuot pour qu il >e liiniiwi
eu oju erunce
PAnlS L* pjii:e es s.i ie d'une myst-
rieuse .riure rutit. dna Uqueil'- il est qu.non
oc Sens Qiinb lolag s, d.u :uciJes it peut i.re
liuniwiii Un su,i,u e que cette iifaire >si tuou
vec p*r Ij J.sir en IQCliw oe se ^roturei ds
docuiiii uts o[k|no ikii..ii:> tonirc les so.m mes
trvuiuiiou.uircs aciumlmcot eu )u^ciueut en
Russie
Un.c:iin; et Vaillant Couturier ac.uss de pio-
wx;nui Je solJ'i. i u dsOOeitMOM VOCI tre
lliU'iio^s par C |utt J in.ru.l 0;i
D'aprs ie rcmpslet nations europennes de-
vtauin prendre 1 iin.uuvc J anauler mtre e>les les
dettes I: guerre ci ne pas attendre I a.iion des
bta s-Ln s
OL,.NiiVri Les marks sjrit boodammean ot-
1er uour y) ccnn ik> les 100 nu k>, peu Ja-
ChetJars
NV.sbtllNGIOS L'arbitrage ayant t ac.cp
t par Mb d un pallies Jan> la que .u.i d; l'aCUi
AO.ale>d lgus du Chili et i-iou nont pus
qu'a d> cuter ie> QBMMIOU Je o -il
lt.'.oue de niais Jjuikh i Sao millions de
boi. eaux soit 29 111.lions de piUI que 1921 It
col e de bl est e i nec 817 iilciioas de bois-
seaux en duuiuu.iou de jj ,11.1.10 .s de buisseaux
sur 1921
lU.ilS Sidi MohimeJ lin Nac-r, bey de
Tunis est mort nier, N en 186; il rgnait de
puis ic ta Mu 1906. L Hritier prsompul est
Molnmtd et H b b
MtJiilu Le gnral Brenguer, h .ut coin
mis-aire au MafOC a Uonne sa Je DtaaiOO, cile a
t a.cepie. Aucune raison n'a e e doune'C
Cabli
Nouvelles Etrangres
Oi morimn sur le
oii.n \i Ml pu l'eire accepte
LA HAYB 10 Le f it que la PARIS to-D aprs des renseigna
sance S'aujourd hui a dur cinq h*u mrnts officieux qui sjat parveaus
res et e asm te temporairement ajoir la commissioa des rparatioas 'a pr*
ne poar permettre aux dlgua position pour an moratonaan d'an
f-anais et b itanniques deovoy r mains 2 ans pour toas les paieaaeats
des tlgrammes i Paris et Londres ds cette anne est apporte i Paris
a donn lieu 1 des buitstrop prraa par les dlgas allemands. Mr Fis-
turment pessimistesvLa saace d au ctirr,prsident" ie la cosasaissioa 4es
p-.sr.lhui bien que couronne de sac dettes d : guerre alleaaandss et Mr
ce; ne tait pis disparatre les dangers khroeder, sous secrtaire au raiais-
ansquels la confrence a i faire face tre des tiaanecs soat arrivs de Ber
qui sont tonis sur l'attitude des d lin ce mi'ia poar confrer avec la
lgus soviets relative i la conrisca- commission des rparations. Les aile
lion des nroonts trangres, sujet mands n'ont pas demand formelle*
qui a fait l'objet des discussioas d aa ment un moratorium, mtis ils ont
jotardh'Ji. laiss entendre i Mr Dubois, prsi-
La dclaration de Mr Krastine tait dent de la commission des rpara*
la rpons: i nne siie de questions lions et aux autres membres de la
poses par les experts europens et commission que c'tait le seal mo*
relatives aux crdita des traasports yen pour l'Allemagne de sortir de *
et d'agricu ture. Il a expliqu que la difficult! U est probable que l'Aile
Russie ava.t b:soin de crdits pour magne tua une demande formel".
lparer les chemins de fei et la moi- lorsque la commission aura reu le
ti du mat'r el qui avait servi avant rapport du comit de garanties qui
la guerre E 1 gnral, dit-il, la Rus reviendra de Berlin la in de la se-
sie ne vou ait pas accenter de cou- maine.
ce? ions d: ch mins de fer existants, Dans les milieax dei rparatioas
ma's sus a t pit i en .on-en ir l'opinion, qui tous les jours semble
dojr la cons -u.tiou Je nouvelles li- gagner de plus ea plus de terrain,
gui v. Ha ce qui coacerne l'agriculta est que la raison principale pour la-
re le gouvernement est prt i don- quelle l'Allemagne se trouve dans le
ner des concessions pour 4 millions chaos h lancier rside dans le total
dhectares.il est dj en ngociations des rparations requises, i;i mil-
avec de socits trange es et quatre lions mules or, qui est coasidr
ac:otd> ont t pratiquement con dans certaines sphres conms dm
dus doi: un pour cent m.Ile hec'at srement lev. Accan rglemeat
r s, La dure d: la con:ession di- d'indemnit une limit: pins raison
Krassme serait d; 2$ ans et le ter- nable ne peut tre dit avec le con-
r in qu'on se propos; de concder sentement de la Fiance jusqu' ce
st icilils et p:s de la cte de taon que la question des de tes interallies
en rendre facile le transport par ne soit traite,
m r On explique d.ns les milieus Iran
\-.-; r--0 r remerci Mr Kraisine ais que la Iraace ne peut matriel
d; Ml exp ications sur les besoins de lem:nt pas payer ses dettes aux Etats
a Rissie, les dlgus franais ont Unis dans les conditions sctaclle*
dit qie la F a-i:* dsirait participer Elle consentirait, dit-on, i uoe rduc
de tout co=ur i la reconstruction de 110 1 matrielle de l'indemnit aile-'
al< sais St <; : pensaient que la mande s'il y avut un rajustement
riab issement |lei transports y ati- quivalant l'obligation interallie.
ISraisot les capitaux fianais privs, Tt oa tard, cette ide sera expose
mais ils ont exprim l'opinioa que au ginvememmt amricain. M Ro-
l'emp'oi d informations semblaient lani VV Boyden, dlga amricaia
Dicesiairs na-ticu ie ement en ce qu i la commission des lparations, re
COSCtrne l'usig-qat serait fait dn lojrn*ri aux Eta s Ums par le paqus
capi al p iv e mo tant d mand la bot a France a samedi prochain et
n.'u e des g ran isi a do in r et les ira Washington pour expliquer
avant g ' sp'c aux qui seraient pro ton e U situation au secrtaire d E-
b bl m *T otl: s aux capitalistes, tat tlugh s.
iJapi- le. msun I o^s reues d:
'e r. gouv r e nen s. 1 s d gu ;
europ i.s o t di:id c*t sp:. raidi
d'ado,) SI l'unie com lt; d'action
sur tontes t< ques'ions poses de
raot laconfrsnsi russe et plni par- itQgtQ ^it^i* ^yt^cck^Z]
sur celles de proprit. d ^ J0Q ^ d; cl411pitQ;i0;;
tennis du monde eo battant Mme
! Mallory.chioipionne amriciinaios
* par ie rinale du tournoi interna-
Un Match
Mensalionnel
WINBLEDOM Melle Ssxanue
'O .siu'"'
b e 1 sj:iri
prend les q 1
U i ligne de conduit!
a t an e elle con-
t ons sp:iales aox
\ir 'a re-ti u'ion des
.1 c .1 1 il la Csinhrenee dot conti
nuer ou non
l*elit sr>re!t9
L'Vs'embl.' Gnrale d s Mcmbrca fondateurs
t a.tns du t'lit CcrcU est convoque poir le
Samedi t; Jui let courant, kbx heures et de-
mie Ui pi.i.-cs du Mir aux lui de procder au
itnouvellerucnt du Comit
U COMiTE
g e. m u' a te-u umuo aca ll0a,. de tea0JS jur
ptoorlUiSi dap-s leur rponse on ^ 6.0 u ?lcloire it ^,,/J^
glen est venue aprs ose courts aaait
ardentelutie dans laquelle la chtrai
poone franaise a jou avec beau-
coup de calme et d'une manire dev
ru. brillantes. Melle Suaanae Ltn-
blsn t quitt le club et est venue sur
les cours 6 heures *,t Elle 1 i
uivie immdiatement par madame
N.-W YORK.u Sterling 44},t* Mallorv. La foule leur a fait sue
Fianc M j) grande ovation et toutes les den^
Les Cours
PARIS u Sterling C4 qr
Dollar ia }7


Lfi NlATl.1
.*


La Maison H. Silve
nbvnx 'lient*
' nnonce ses no*
qu<
Rhumatisme*
Goutte
Artrio
Sclrose
Qhizit
Qui rut rester feunr. ;t "vStcf
Ic.rliurulitmn, l^durclismenl
dea artraa rcn"*bl'-nnent do
retna, le* varices et l'c 1 Y :.ii.' c'.c.t
liminer l'et> d'ac i. la uriqu".
c potion 4* notre organisme,
t lalre 4n cures rjulUrca
l'URODONAL
**..
!f
- . irvit-a-ir-r, pn-.-
tnltonirm de i artrio .'?ros*. cot.*i t!
avant low emafrier m ra>v ne- t
! u^-.B.'oppemfin d*s lsion* arictl*-
l's A U priode de p'".srlfrr,s*. lafM*
urtoue ttn.M l seul face ir <1 hyyr
t'iis.on. r.n devra. a*a:it *ouw eu'w
chOM, ItMter *nrr-;iQ'ir!'rni et tr-
Cumrncct ..-.ira i. rcu.-tion a erle*
vr-, '. tf- - ''orfi.:.i".p '-'i cmfltaM
rredoM).
'.ru ur '.::-
ffof fthi CMte "
M t-. *#
tlcneianr.ra Paris
r\i n i mm Fv'' rare*rue**, sam-
infmif, i. miiii- Kaiadiea a* i 'enme.
*'llieuuine. baMMPalblOS.
xallties
f.ILLAH i UILEf, Agents gnraux paor Baili |"H |bf du l^asta e
ont rpondu par des soutires. Mdlc en rspce or. Toute demande r.ffl-
Lenglen .a alors adress quelques u le d'un moratorinro dpendra de
not i .Melle Malory et la partie a re lH n'ur des pourparlers a par t"
commence
La championne fraraise a fait
une telle supnori dans le 2me
att que tous les partisans de Mme
Mallory sont devenus partisans de
Mel e Lenftlen et lui ont accord une
ovation bien mi e pour son pu
admirab e et le calme parfait avec le
quel elle a jou. La partie a dur 39
uiinuies. |amai. Wimbledon n'avait
?u pareille fou e d amiteurs de ter,
nis comme ce le qui tait venue cet
sp;. midi pour voir la bataille pour
le l en mpionnat du monde entre
Mme Molla Mollary et Melle Suzan
ne Ltnglen. Il ne restait pis une pis
ce de MO e et des miliers d amatems
t? disputaient a la porte pour tcher
d'entier. Ds quatre heu es du matin
une queue avait commenc i se for
mer et i 7 heures il y avait une fou
Necm'gnon" pas d nou* adonner
cete branche car quelle qm roit
U > rjducion rie l'a itude ounr-fliant- de la com jarren elle -nia suture la con-
misalon ric- rparations bien one sommation de Cuba.
dans les milieux officiels 00 s rpfu-
o a due m la miion actuelle 1 **/-.[, ls, ..s /> lin ait
Paria ;egt le rsultat direct des con rOOgemC* J\U8*V
i^rences qui as tieunant actuelle
ment a Berlin. Los directeur* de- LA HAYE La coofrec des
banques penaent que lea progrs experts sur les p ob m* r-ns^s a
qui ont marqu ers dlibrations su trav-rs uae grande cri qui parait
cours des dmises semaines ont no pa* tre enc n conjure lous
matriellement contribu encoara 'a* diAnu^a a*sia aojoutd nui dans
grli o'Vernement allemand dan* leurs hteU a Sch*veaingan *on
ses dnions de s^ matre en con unauim-ts dins cutte opinion mais
met avec la commission des repar* leur owirafrj.no-ot qui eai trs vi
lioos a looqneou l'on peot venlre d?nt est sans nul doute o' ue re
cinq miik-pour moins d'un cenli par lea c rcona aocaa atmisph'rt
me La qieation l Aliaraagna pe it q^es le solet. peraistaot a h. chikh
.lie p*yei est maintenant devenue mais pa- cootie un
essentiellement aigu disait nne des
principales autorit* fln*n?iAre (jni
pense que la situation es arrive a
un tel point qu il est urgent
vient de recevoir par h>* fterniert
bateaux (en article* **Unantt i coi
supriorit et meiUeur march
que partout ailleurs*
Cas mir anglais nouveauts,
Diaeooal noir suprieur.
Alpaga Baptiste fine pur fil pour chaaiitM,
Coton draps anglais 9(4,
Coton draps amricain 8(4.
Voile bUnc carresux Ct birraa.
Voile 1 ni bUnc et couleur
Organdi couleur
5erpe noir et bl ju tnarm pourjupei,
Damasse blanc e' co.:leur pour aappea;
Toile matelas sup.
Toile inps pur til 10i4.
Madras suprieur pour chemisai
Crpe anglais,
Tu'le pour toile et pou mous'iqnaire,
indebrod's hi-i^se de tostss les qualits par battis
MoIIpIo- s couleur sup. et ft,
Aollntotts bUitcs -p ii-ur.
Dock blanc K kl blanc,
D-ill fil blanc atigUiv Dnll co bhncangsup,
S in cli ne pour tai'leurs*
K ki jaune ang extia quilil*
Percale blanc ext>a sup.
Calicot de t m Ile,
CalTO* rour jupons P q'i b'anc np.
Luatrir.0 a barrfa p r tailleurs
Crpon cooUur i f enr ang
Dnil noir suo TMor rour j ipo:
Tuseor nnr rli miae e poar r bit,
Voile brod coul
Si'ine'te blanche et couleur flrara
Soyons blanc et cou'en opnaar.
NansouK ba is'e coul sup
Serviettf s de toile te blan:h t -nnlaur.
Bietelle*> po'ice pour honamog BUp.
Br-te|i*B pour enfana up.
fndian hoad coul pour pijamaa & chemises,'
Mqaatl cou'enr A banea pour chamisea h jraraes k robes
V*>n voir avant d dt-r auieari
wm* 8'-a siti*(ait*.
leno.meen lgue attendant qu on -..Allemagne.
lui permit dentier. Le roi G orges H *
et la reine Mane sont arrivs sur les -
lieux et la foule leur a tait une ova L?8 OntrepO llflire*
lion. Dans la tribune royale se trou
vait aussi l'ancien roi Manuel de
Potugal, lord Lansdown, le comte
de Balfoui et loid chancelier Bnben
aead.
vuleat vait d 1
Nor I souff e au milieu de piuiea
torrentielle'. Le dng r provient le
l'attito 1e de la dgttioi roae*
d'alon I g*rd dea prop i-tconfl qati t
ter uner politique financire pratiqu d* lepresentaot* les plue ?>iniunt'
et claire qui intresse lea allie bien dea nat oos europennes qui dcla
raient franche oeot aujoard'hut qu'a
moins que le j soviets ne fajseut dea
concessions sur leur politique in'ran
aigeante expoaa vendreul, il tait
tout a fait inutile de continuer la
confrence.
BUG GIS
Ba vtnt ehmM
lu PreeitmannlQGKRHOtt
Uae chi Oaii*
de Manet de pois
s'meuvent Ix '^.^t^^VA't boitc aux eltreii
Havane. Cuba
L1 Allemagne peut
elle payer ?
BERLIN- Le gouvernement Aile
rntnd a commenc une action qui
lucidement pourrait ban avoir pour
rsultat de dispenser l'Allemagne d
taire face au paiement il) mi lions
mai Ws or ex'ga pat lea allis e lo
juillet lia envoy Pans Mr Fislier
praident de la commission des
dettes de guerte a'Iemandas et M
Scuroeder sous secrtaire au mima
tildes linaucee dans le but de cou-
coin jr^Tits acc-pt*ble ssra trouv
sur le prob tas vital d; ap pi ai
Ils viennent d'tre avtaA par leurs Uc> M|Jj eu KasslCt lcb ane0$
reprsentants qui voyagant dans tes .fufit e t espoir Les s ou-
htats du Sudd-Amrique, que la K aussi p ".0" ./. J^,.;nr ^ ,,..
publique d'Argentine, la premire pes pessimistes eux peasant que les
productrice de mets a trait pour " ne se proccupent pal si h
livrer la rcolte de dcembre de coutereoce russira ou chinera, us
cette anne une Puisaance d'Euro espren airiver 1 conclu e des a:
pa. cous spars et avan-agus avtc lfi
Le svndicat de ces apsulatenra uilleieots g oupes hiaoJ- s e en
an 10f0(91 a rrgi.de l'A gen i 1e obtenir les ca I luMtdut ailla
ne cessent de iclam:r ij.uraii
ainsi et poui 0 a, empi la .0 itra >
ce mme si lac.o d fdral Isteifi
nait. Kien qu* Us chef, roetel ins
tent sur ce point qu ta re i de
des ceutames de mille tonnes d-
mais iMifois des va > > s de forts
toniiBge de 10 1"> U00 'oanea arri
veut ensembl*, la Havane cUar
gs de mais,que ie- iinmentea entre
p s pu' r la conaei vallon de* cra
fitl-ti-frin:, ie 1-J j-iillet 192t.
Mousieuc la Uiractsar,
Pe"raettZ' n >i de pranlra U liber
t de voas ( faire la pr#mte, 001.r
voua infor er q 1e Monsi ur Fraa-
i|a A. Auiaiu, te premiar adiui'i>s
trate r p. 1 q'i a le <
t en , devais la Conda unauon par
la Cjur Prevta a de nuti-<* adminis-
trateur l'uleua La.naiie a six mois
de tiavaux forces et a trois ceota
dollars d'aiaeode, et Uuj)ur< ad
aat ia rateur a. i du Courrier Hai
lieu. Il m'A dclara u'.re pas l au-
teur le l'tvirj puoii pi 1 etatin
da 7 eoui'oni.
frer avec la commission des rpara [ti, ne pouvaient iffire.
lions sur la question de reviser le tL)-auiies Compagnies syndi-
J vous prie de bien vajloir don-
i<10 l ner publicit a ta prsente daua te
tst nr.poss oie, ce.uias 1 ij ci mm p|Us procUaiu oummo de votre quo
ue.ii qui.s couseUUUIcOl ea prit) udie.
hue a des *: 1 iHRe.ne us s (re le taiia, Ccil la rivot d tout s lecteur, iMi aau'.aliois les fiai uu-
les difhcal es et c'tst pou quoi ts Uugueee.
dlgues eutopeas dsira il evi er
lia/Un VIve$n
Cnupiny
La s Haytisa .4er*a'ili
ay t. SaCil aoiytae, tmi
palmea'. pair lire de oal
en cal1, a ouvert ses ao m
carrier Hai- |d|.|,| curant, m
SonSig Sj:ial>st is H
Rie Rmi. ..a,
S.u Conseil d'Adelioi"1'
ainsi con pose:
PHent
Vice Prsil t
S-crtai'e
T-soiier
1.1. Bi|;
Giinei (&-'
a,rlie,int Th"!
des
p ges nuisibles ont d.id de
Saa^Ct^SSSaaMtoTS "" ?,'' T^SH*^, baSlrt
mmdes incessantes de crdit ; des
programme actuel dea paiemeota eu ralises traitent avec le Mexique
r< damai imiortantes affaires tant en
i>ien qu* le mouvement aoit conai pois noirs qu en mais.
rJr comme un expdient temporal Le Mexique vient de prendre *
re dont le but principal est d'iuflu- son tour la dcision de ne laier
eneer lea dlibralious de Patia dans sornr que le surplua d'un atock
les mi.ieux otrJcieie tioauciera on
accueillerait cette rt-vision comme pouvant suffire pen
ua signal d'une aoluiion Kniale du uH 100 qui vient ie augmente par
ntperamma actuel ue paiement eu piuade^ouooj aooala. l consom
nr uua le chancelier \Nirth a dcla- mation du mais Cuba est nor deux its on scmU: s-j.ercevor
ri tie imposable S exfiouter aur me, a il faut penser que mme les que l'on se meut dans nu cetale vi
tout depuis la rcente dgringolade i,,r ,f de travail pndenl la rcolte ucul, a. u lounue eu icpicuau. es
eu ahaoge allemaud Ofliciell ;iue 1 8ont oourria avec du mais an os de qUe:>uoj( des piopneis sataaa -.oui
a a annonc auiourd nui que 1 sirop et M ex'ate 315 centrslea. des appelUuoas distinc es on esp
Reichbauk tait T chmquement en Cuba ne pouvant se aufrire pour COQC,iier les deux poiois de vae
mesure de toarnir lea o millions \t consommation du mais, les syn
de marka or la semaines mais que d.cais s'.iiuvnt avec raison et ^ D'accordera pas de crdits
leur retrait atlteadrait arieuseme.a demandent dea renseignements sur "^fffaaSs S^-
linstitatiooiles directeura de ton |M semailles qui sa Cm en raaiii.ee - imiiui.jsBi t"
quea eatimsnt qae ce fonds dispo ce moment ils prconisent ls hausa
ibles en or devraient aervir sta t voudraient passer
bilisci le mark tant a 1 iuteneur qu a livrer
1 extrieur. Depuia quelqne temps, noua pr
I^tmusion fntrepriaepar Mia.Facher chona le travail, l'occasion se pr
f< Schroeuti l'iiiatiga 1011 uu gou sente pour teruamaiii slletnaiiu arau excute elfort aoit en plantant, soit en don
dans l'ispou de n:uiatnir la posi- nrnt drs conseils aux campagnard*
1M)n sur lafaou de travailler avec m->ilu
La Reicbban examinera la revu de pour obtenir le meilleur uude-
aipa des dates de iaturs paiements ment.
JOLIBUIS flLS
Noos tenons aux ordres de Ur
Jolib jis tta I original de 1 avis qui a
aie remis aux bureaux du tMaun.
Les M
ditieiruli CAr U semble cenaiu que
de crdits
es seiche
vihi ne consentiton ancune r ;ti
dts marchs lolioa sa-s obtenir des ciuits en 1e
tour.
Ouvrages de
t'rilric Marceliu
En vmle chez t rantis LelelUer,
prs di l'Htel dt Frtna
Varits c/** ^
^.ntr*.^
Oo trouvera ;
par galona et et ^Jg
ins. Khom Baibsossenis-js!
t.u. Up. de sigaraWJ
aie ..C garas.- B-JJ,
- Kola.ea. amassn
La^t-on VA**]
Monsieur |oho F. H C-^,,
CaJu. b.pane. '*'.%?3*0*]
pour remplacer ***Jr\+[
Monsieur Carell li* ^ +*
de cet t .Jur se rendre ^'
CV*tlowva.onpouf *V
a, pc-Uoc MueUi. >c W '^
Ttlu israiratiea sraia
X le Chipitre
avec ls mus qu: S- Pters-
Ent e 2 'i 1 d:f
Du ifc au /H nous rirpclons qu*il y aura la
-Ile -13.1-,t.on d'ouvrjg.j i 1 Ecole Mcrc Louise
Rue Docteur Aubiy
Ius les articles soal t en ire
Les heure e visite sont : Le nutia, c 1 i 1
StuiM ,- la mi e j Isaura


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM