<%BANNER%>







PAGE 1

n VA UN i Rhumatismes Nvragieo Goutto Gravclle Artrio Sclrose Obsit Qui v*ut rester Jeune a 6vUrr letrhumaHemea.ledurelseemrn ,i artre l'ensablement des raina. lee *arlcea et robalt* doit liminer l'*XO*e d'acioe ttrteju*. ce po!i*n Je nntre orfan'tmc, •t faire 4e cure raulWfxe •VJRODONAL. X ' f -ii %  • ' V ( %  / i tij • T .-' tfr t,-., ... : %  ,%  Cl:. : • li; ml • •• r,,,,, -., , ? f \ Misa M r^r t: Ha i \M(-I •' %  ' %  ' | S'I.II.U*!''' !•':• LINY OLu j w. p gftt.'' JiILLAM A UJII, Ljata gueraux pour llaili 10, Bu in fc,aaia fatal | |r > • %  -• % %  %  r f .. f -af. Ji-u. .„l.,.V.,i.i B L G G Y S En vente chez L. preetzmannAGGERUOLU Hue di Uuii. Pharmacie Centrale Produits de toute, frauheni. Ezcuhon promue et hs.oxgn 't c-wLonnantm — $pe\n*bhspour unies HlilfciM*. ta Maison H. Silvera Annonce ses Bombe*m clients qu'elle vient de recevoir par le* dernier* bateaux les article* suivant*,de toute supriorit et meilleur march que partout ailleurs* Cas mir angl.ds t n veants, Dia oni nr>ir suprieur. Alpaga Baptiste fifiplir 61 pour chenises. Colon draps an lais 9|, Co on adrapi amricain *|4 Vm> bln a cH'reaux ft barres. Vt le nnJ bhnc tt couleurOrgtndi <*oulenr Serpe tvoir ei bl-umarn pouijupes. l)a i a?sr blanc e0 leur rour u> ppes Toile maillas sup. Toi'p drap* pot (il 10,4. Madrai lopriDtir pour t l-cjusej Crpe an guis TuHf pour %oile ri pou mors'iq'iairr | ao( )eb r odf8 s"is*e detoatsa lea qualit P" tenteMolletons couleur sup. et m, atollelons blancs snpiirtiir. Dock blanc Ekl b'arc DrtHifilb^ne iiUw 1WM corot blanc artg *up' Sa in chine pour lai lu#e ktki jaune non exltn qualit. Percale lais ne •*! a SUT). Calicot Joui II*. ralirfll |iO1 r ]"OOn* P i|-iA ;blnc ^. •lusrina b:rr s p or taliUnrs Crpod fioolauf flenr %  I Deuil noir Mip. Tofior pour j.ip*. ToPor nonr cttermse et pour rodes, Voile hroitt COu' gvtnart* blanche rt f.mleur n>n Sovem bltnc r coulerf ip^rieor. Namoi.K ba i"' 0 COiil -no gmleflri d ioleiia bltobt ronUur. Bretelle1 po'ice pour hommee PQp. Bret>tlee p. auant d'alter ailleurs vous u^rei5 a(t/mptomer.pi air.L ntp a i la Composition Vgtale de Lydia h. i ait soulager le r.;a!a!?c ^i :^..:i .'iicr c^. d M . maladie plus sticu:.s. Hum^cio, Puerto Rico. — "J'ai pris aCcn ;• %  [l! • '"•' %  di Lydia E. Hokhampottt rueguvrir d< ., • bian ie oufTrai^ depuis l-jir.r'jn pi. .' J'avais cun^tacomcnt i as ; 'jlarr. Une t: • i • %  i ayant obtenu li? r'*'i't,rt* axes ar.tsavee^ ; I %  • Vf6taie tt ma mra ayant |ra: rnant banerlti ploi je ma suis dcide £* J' % %  ; %  .-. %  '••>, % % % %  muLamont ttes rtei amies. Je lui i en ch : ite les loaan(rts oba^je jour."— ZOIIAIDA L.:;., Homacao, Puert-> Rico. Plusieuros lettres ulruil,.'rcs prouveu'. ISS vevtuci alon et DMfenfo rli lit Pe-l les Tables M Ion Tai is ruor 'ablej I) -ps de lit Toiles diap filfil et colM coirn ^ rvieiips te u iletieje baiu.Servitl es dam^se* poorj Toilo ran %  ••€• pour l>t| pet, etc. | Chez Paul E. Auxili Bue Iraversire $ Magasin de I I PAULE^UXI Rue Traversre & \ Magasin de l'H Informez v ous to-jours de faire vos arhats. df* prit de* pales ( Blarkboll ) noires jaune* ^^ d\n* dre.evo.r pr IHS dernar* bi* umbus. et aussi du Uraga nor .^ l SQ a .c 0r ,i m9nt e *l e .mrne loujonr* t > vare.MJ olumbua). A'ous recommandons consciencieux.il laliafa.t tous UH^ h^JA4%^ VUite* ce migasin, avant de pour sa supni icinnsque que ~ 0 g achat S. pour l'extrme modicit de as J prix ... allez voir. ,„,, , m ,pm Chez l'agent gnral i e| Napolon t 9 f rancis i Voulez-vous treconfortablem^ A4r promut/* l § ( § A J Passagers qui visitez Port—au-rri Prentx votre pension ) L'Htel Central Journaux \ de Pari* Viennent d'arriver, i jl Mai su n luin. < En vente la Librairie ijt.8, Rue Amricaine. Numros du du Malin Champ d) Mtrs; Vue sur la ^ \ O le service est irrprochable-^ Maurice BtUntt Fils PeH*ion.—Demi Pension. T f* d 0 Anpv jesRut du Ma K .sm ic Vins fins de premier choix, &* *V£j5FJ2*m Sorbet*.mllard.



PAGE 1

m *siw lebn & Finis nc Fonde en 1876 BAS PKJX Le MVm 'A'.-oie ?nt I jf< ! Port an Pr • %  > Fanarten-ieni • Ftranffpr Insertion* i* % %  'i i.i i6i*i bips d'p %  • %  • on.. •_',J I 1 f %  f IjUPUiORlTt: BAS PlilX PmiMPTTTL'Dt: rredi i s f •''"'Q' r ? pharmaceutiques el a 1res ar'ieles ven f^-Mi-e ihfiia'i iuPoi-"\ <'ni.el!e, Giioi e, Anis foil Muscide ete etc. TfE PAFHN CIALITI'^ / M'q''erriv<'p/ I ygnl dfi'f cfan'.Parfiiroenp.Ar'icleB Jf/p §f n fhrb", B y HI n>, Chocolht fn pourra. Hu le de foie de A/orne. ra c •.'' fcio". pl 1 rTprm Fx'milii pour fai-* B<" ce et eau de toilette En J ; ^J A-/ f/OW / Lire. Pondre f on e ' s irnrctpp. S h h„n pour ronservf r IPS et 1 H M ., fiii^MPd *e l'<> dre npp-ripnrP pour I toilette dea enf-nta. WOOt ?loo ftot cbeotf floe -oni 'de t'em E n dp F'orida, Miel pour la i.bk Moo'arde, H .ie rreUO0! 1 e Vt DtP dfs u|0nr 1 h '". -,nr H Ob' Un s. dent-, Prprermin Hu le pour rh B*< Kf w € .. E;,a,r ailum • !" l aWiroea ijiqne e' mure* inerte, R^pulo! : Huila cootre constipa io a et [? Z ,llari fid'f if 1 '*" 1 ins r '"'riq ,p T 1 '* 4 Cire nonr (en P" r quei. fc'o t-i. s lii ll "" Bjjird. KM O<* N • %  • pu mvpr* f-**'titra diverses Vins etc. etc. etc. nid' z ' r p '' K ,K> r rp p *"^" in l'' n vos cou.'U.aiidre & I EHN & FINK, Inc vous BT'Z tb -d-m-fnt btt lebonofs vhaimacies di p^yj s'-ip >rovi-iiorinnt ctvz '/ U" |,Icc Lc ? on H. Ihbqnd AgtM x-us f po r II ii LelinetFinkic (Maison fonder en 1876) New-York, .U.A. Laboratoires Bloomfield, N. J, . U. A. Sans pareil. I.e douter c f st l'adop er. Ancien d*ini V* e II RIOB Rue du t •" t'p !" ETRE EPATANT ' P2i)kd Cil Corporation Ibricaliug Oils il.NOM ki MM l&'AMUSER, RIME t TA IRE 1.1*.C •n tout* 1 eu mon ou l'on KIBIUH • iiiH Q* t. D'H iH iaS ia i l .fialuF M l &5 FyDfBh.rarn,i •nv g o.uira In HOU VU ALBUM 1 i&O i>*g> et* g irr %  •wMffanaJ I lOM l'I.v lq %  • • r-iu. *N fa d* iu't'*i MW. L !//•• <>IIS>"* *i.'-..KI.* %  ( a* piuir*. 1 uui %  njifimirt f aaji i J %  d*-— clan ce<> %  > %  • H %  tl-n. Scit.1 Hfliar omit|i'am-ul CTWM l fou 1 rf MWMaJa i..um*>i*r l'ou cf-mna -• '''1* <* rout <.HIIII~<)H. PI MosHWagu*. Tii4 if. — Llht* le Pp^ci-.iv •.HamoAioM f Mn. UMhod* -mif •ftprvndrt +0 f Extraits liquides Sirops Teintures Onguents Liniments Esprits Dsinfectants Pastilles Spcialits Produits pharmaceutiques Herbes mdicinales Lfino feMntt Lon Ji. J libaud lr* f^ 1 - *^. *-. ^~. ^-v ^ '* Wo*ioiremei>l i c oc iircasGS K " i d ' R rei),r AVOCAT ln'cnrp es di-nts qu'il r tnnsl* on Cab'nt au f"! Destouch-s cm Sylvniii. Huiles el Graisses rix et qualits defian louie concuiTence. LEON H. IIIEHMJD Agent exclusif pour llaili foslma L. Baily & Co Si j* n'rvBij que cinq miMp frn^rs en poi h i our I nrpr une affaire,j en emploierai sea roi quarts a la rclame HARNUVi —La pnbl ci'* 5 pst une timp|p q'i8 fion dfaire ; elle devrait formff es rort au rrince F* Jothua L. Bu i l t n y (. o. A.MJV a os l *' 1 jil H i Lmarre Raction de '-Vassermann R^dion de Tri boulet, Evamen du sng et du pus EvJ'inen d s uiiUim lca'es, Lxjjj.en <.e cracha' 4lbunnino racimr Cona'an e Ur* Scricirn fiecherr.he d* Smtnr.h.* *t * flnnorofus?, fttr„ §k>. 111 ' %  %  %  %  %  %  %  %  a —— %  — Dr JusSin Domiuiqu^ |k) N Facult h"tiret <4 min '45 o^Mftl i*t4 Le on K. Ti b ml Agent exclusif poor Hai fire la pression ?.u Grand Htel de France W*M rituajon unique au cnr. de* of/aires se recommande Pftoianiais'an fHbU<: d ses nomb-eux et distingue Clients M UlM.NE toignle e' tout IP, confortable ncessaire us \oya ?" ohnmtct a pat lurulufen'.eht aux commerante du passage iH'^rtvce. ,lg, H dlijfe pargalloi a pr La-riques •** \'ins dft lon.e IIX Uituy^ t Kl ie 7 v '"s w>Kn£w' rftrert. m"n/ d B \ ^S 4 T et sont garantis put ;rjs *OM* po.vons / vrowrer POT rfes ERTlKIj4S


PAGE 1

U MA UN Rhwrnatsracc Nvralgies Goute Gravele Artrio Sclrose Obsit Qui % •ut rester Jeune et viter Itirlumilltmti.lcdurcluemtnl et artres l'entablement des reins, les varices et l'obsit doit liminer l'eac** d'acide tirique. ce polien en netre orcanieme, •t faire des cures rgulitre* d'L'RODONAL. •A. & r t t-, •.. rn, •V-'Vnf ," %  ' arattnii • • •" A il • 7 \ • If •• fi? '.-. **& \c^' 1.1> ;n. en c ;• %  ' I t }•! %  ,i v.. :• i f6i • %  i ..• . t II M t — DIAI V'p i LT2 JAILUM I 1131 Ll, AytDts gnrant ptur flaili 1/21, lu U .ayaata M l'Etal ' %  ...; i i %  l ... ui % %  ,. > ; tfu; ^. %  71 r r? •; %  • -. %  % %  -f i s '£ : : r z2~ h, ••vry B U G G Y S l£ii vente chez I„ PreetzmannAGGERHOLl Hue (hi Utt.i. Attention Pharmacie Centrale Produt' a> latfla iraithmi. Eacution prompte fi huoignl . wdonnwum — &pn*di lnc 100. %  LaaMrtna bun i p r latlltcra l'rpOU i 01,1 ,1 A fleur ar g Deoil Doir un. ToatOC popr jin* 1 . Tawor nnr clipnuse et pour robe. Voile brojf* cj-t' Si'inette b'aoclie t contour I flfnr* Sovux biwio H mi 'enr c > parieur. NsmouK b* *• cnl ip e,n-v ^tfSili'U'ik' U' l.rti i h"*-t rnntri ;r. Bretlu"' i po'ice pjur BOOUBM fup. ^reielles p tfc*nim n'est • remis en place de suite il peut tomber et causer mptomes BPparaUsent pi la Composition Vgtale de Lydia Jv 1 mkfa aouJagei lo mahiM et pour vitt qu'il uc di&nie en maladie plus sfieLe. M ayant obtenu des rsultat exce'lonts avec sotre ( orovosiMen v. Mtala ot ma mia syai;t ca:. mont bnfici pur M i pi?-, js me nuis HA IXIAJUM. Ilumacao. Puer^> Ki;o. rineleurec IMaNa atHlBaWI prouvent les vertues ds U Composition \fegetae de Lydia E. RnkKftir i k fM>a.SWIS:iSM MmciNK en. iv :.. o. *. Meubles meubles meubles Grand eboix de clnisf et Dodines,am i ricainps et liant,! pli une en bois Fauleuils. jaux de salon en oer. an imita mfibrgany, en Noyer vii'able lemb^urrCuir verl LiUen 1er al uivrp. f u lou eu re Uiro rs biseai es en jolis eau 1 t ; q airrs Tapis de salon ei D^scent* 1 d lit Mnt.les Table Ion T-i is |our 'ablei ll--ps de lit Toiles dtap fil. fil et cote coirn & rvieiips le t iktie.de a.*in,Servitt es damasses DM 'i'oilo r'an Biac pour nappes e^c. | Chez Paul E. Auxill Bue Traversire $ Magasin de l\ PAUL E AXILi Rue Traversire & Magasin de m informez ffias ,0 J0 ,irs aYttn de faire vo arhata. d< s prix dea rates ( Blarkboll ) noir, jauraa rouges et blanches Marque Co Vmjs d


PAGE 1

mlefNoUS/ l'on .ni tsoe fW \ Jeudi 6 Ji.iW# 22 lm Wailo'^e POU%  ••.> 20 C ENTI| Quotidien Quel* sont les bats qui sont en mme temps des devoirs ? Ce sont lesper fertionnemeots de nous. mmes et les flicits des autres KANT RCSnOHCHMi Avtrt attw M j 11 i cp Peliles EQUTGIICS On Ct It plus loi* de cette ignominie s cale, aprs les augmentations tri f - ; tes sar le caf, en 1810, ce tio ; < dol p t irHlenr ronfrrn et mi Rodicoutt a pubi, dena la r Hatien", uu article tra it tra intreaaan', nour pro unlrt un ps"g < du Bull-journal oftic el de samedi o, en parlant de i'raprunt !tin a tappel que, depuia ail cttte question tait en maconclu que le vo'e qui vent •nia par e Conseil d'E-ct eat fsbnnimipnaent de six anoea atiooi". ^rutera* ion l'explique par le aie bal'etin du journal offitaeaieqne, d* Itfl mme, musiofi dlgu* Waabing r rrglar avec le Dpartement Ici tPiails de la m'ae en oa 1 IsCOGVpntion avait I'.U.'HIH ai pouvons,mission d* ngo 1 grand emprunt de 30 railOue Comm .Bon, on le sait ceitt^osen oc >oioii Mnot>, mi d Hati, pie-xident, Pierre Hudi tugu*i noua sommes lea \ le lelicier de ue p*a vou jWdana l'eu barra. Tl appiec'aM U ur juste IWflM rsiiuua exposes uar lui 'juiili-r la diliertnce d-attitude, ittriiooa que, uiimn • la plud'entie nuui, Mr Hudicourt |Mcontre le principe de l'etol celai.c. devait ae taire dana oditiona qui lui paraissent lea lires,-ou poui le UJUIUB que, Reque dout il ngt, il n tait tOLlie lu (illicite d'un glaud %  textineui amricain, icompieet ou n'envisageant la qu'au point de vue au pnuci M^iut aire que l'empru 11, eu %  trs (eu d'adversaire*, u, qui du avoir retuai ue le Moue cepeudaut qu'il eat, e 1 t*> (avoraule l'eiupiuut, qui 1 • aime ludiBpaiistbie.Soii aucollgue dea nuance, l Ujuora .tranger Par tdbli 4 J i'1'et BERLIN — Le baron Leoarechting a t reronnti coupable Je haute trahison et conda" n la prison poui la vie, Munich, il avait .li un coofiltCDCi r aiiti i.iaeite Je ptononcer un discour i|u'tl BVak annonc L'argent d pa lice a etc tue et deux priso uwi bles w l La police l'ait gardM les 11.Dilations des israeuus IAKIi— i.a recolie du ble eunt atiictaire le gouvernement a t aiomO a lix:r par dcrit le pourcentage de son et autres Wlftiinl dans la tinue DLdllN — Us troupes rgulires prir nt d as saut le uurcij Jt ,u n ,i,M.ri.ii %  ur.g ilires. Les insurges sont iiiautuiant cerns uaus tiois ntels bicsiiam, liranei.ie cl Crown bl.r.LIN — LJ police a deiinitivc-m-nt identili Ici ISMIIini de M t i risions l'appelle suivant qu'elle fut auparavant. Isa contres. iratK, riilltun, naark, Dj* avaoi, sous llataeoci bien pesetas, dollar oa £ ):ir.l,f, cette sen faisante de 1 di de 1776 roriantBe rc nom que, au mpr.s des dans la gnaoeoMCt ouvrier frmct.s !" sous I orgao-sation du colo t rard s -tdes Maint Pt*iaire. et d un* excution ian'. la baUonnaJe abvint le conc:pioi comme in" i*c>' uaiver si'ai r e, qu'il n'es' pai^t d'iflccrtitad' par les eiprieaces ralises, u<"* i'< n dust-iet lagn ultur d'un P*vs d n*o1uc"'ioT, *j r "nd ou oH ? se diva bppent autan; qie ses pro lu U 1 1 Oc lobre 184S qui recevait *o is e vet dguis, de 1 2 i;s op sur le pro dait des vente* de ses denres e,ue l'administration Mcaissait de cre mire mua ea passant la mareban dis; ainsi ralise pour co-npte, i qui elle voulait ou i qui tait co nplu samment dsign. Et comme loi de protection d-s agric Wieurs traits de Is so-'e, il fat d fi le code Rural rtablissant U plu< gra ides autorit? echiqae-' le abolition meure inluctable en son untver'ali t et (n mme temps, ea sa haute ment des vieilles coutumes j g ice. vail Le progrs imposa ses constitti A'issi' i ct de tonte* les contro non et ses rglements, et vers la 6 i sen ressaisisse t rgan que bastonnade ebvint le graal lug. M da Tra ce"ttue d'un rsine militaire atroce et infernal, compltant la ruine des cultures que la tempte de T'adpen ver :s e" d lig • 'ces le m l'a sao e l comnentarres des mtel d-t .'il\me sicle, perarent ^e nin plus sou/ent butes et breuses lois sociales • lois de potec i l' en e des fa s J ter t:on ou mme, de prvoyance et J, ouragement eavers aos travailleur! dance n'avait pa achever. IV! les tu rent les mesures de prote:tioue:d'en minera en toutes m t ree him iaes, CMinia aul Kcading est por tec sept, le conducteur du iraiu | i". .Naceetaui mon auiuurd liui oaos et des ai s asphyxiants de l'ether ar.u drs deux, elles rt bondi root sur elles mm s pour se valoir sur ces nouveaux principesCeitj enrii, le triomphe du dernier sicle sous le cachet d'une plus graaie |us tice dans les nouvelles co nmuaiu ts, dont tou.es lois sccialei, politi * u Lt lu le autant quelles se rapprocfecool ou ., „ conomiques, avant qu'elles Bekegnetont de la brutale ralit qui J |f „ |orM excu 0 ,re seront examiuLat cojo.ui p oc ame ua tel i> que. Vous gagnerez votre rain la su;ut de votre fro it liait le pre imer an 1 LhoDini qui on par lait, d v nt |omr un |onr d'une li berc essentielle 1 son ftre, pe pou vait supposer dans l'obscurit de du pouvoir devint mondiale et fi^it ne ceat i ivrcs de 8 0 P' ** "t, de les atirbtioas des grants de 1 Hta C1 coton, ciu-iuaote livrea ecu:i e de ces denres. Au-des •ns te ci)3 carr ait, en sus de cette snaerffciv le le mi.'i d;s*ait donner deux tiers d; c-t'e orenire ^uaati t, jusqu'i trente cirreiui ; et d'un tiers au deli de trente. Voudra t on se tappeler du Cm ne^.mesares dans leur lustejport;, 9 !" *** P r r ,e v % %  •• r •• lo en harmonie avec ceeue le matre a du M ^^ %  •5 1 lejnel doana vou u lieu au plus grani seand-ie adminia AujourJ hui, en tous pays consti\ n [ lt 1 ui -j 6 6, M*** ptrptr dans tus, on semble avo r compris ce la i aute ^ioistratioa du pavs > tue hier on avait longtemps nglig %  B 1 n ia,re d 1 e b ? n pnune rie la e comprendre. La revendicauoo est faml,le ,tn P rule doot '" d a e :e dants paraissent encore trs fia'iet unanitne toa sent, on peut ajouter aa CUTI ne de l'anciennet de ces temps, toutes ces parce qu'elL est |uste Le Noua avons annone que lea HaiP rrmiers ,e,n P s auir, at a peu (le du Noire. L excution 4e ce mo umsut g no laquel.e implarabla virendra diais envers la collectivit. en tout cas, plutt faciliter le pillage •u,quand il er*nt te nui suit .eu coutied a uu ai laie lianitn, M dans la souveraine.* d'une libert Dans le grand bass n del Antilles. ' deniers del Rpublique et de 1 Etpose eueral de 1^21. Neruiil Cliailaa.a faiia.et ara eleve a p nouiCi mesurer kj eflorts du la petite Rpub qiedHam. n: 4, Empire d Hati, i*-i t coup de gna, et non dea ^it. a la Luuvuiie. qu'un graud W allait tt. e realiae, croyaient uir divtrier l'or du Pactole wepay. Le rl.ul.at dei nnde 1670. I8.w 0# lyiu u avait ir la place ituee en face du Paiaia Travailleur, jusqu' taire de son tra allouai, Po t-au Prnce. vail qui loi donnera .e pan. Une U sur M It est ddddd que I inauguratio 1 sera entoure du plu* g *ud clat Ton '*• •natfig'r • RATunnnaai d • la Rpublique d'iUiti dlLrout de 0) qie rectement de I -u> de ct'e minci la masse laborieuse, et, mettre perp Udonnrra ie pan. Une nation, sous la la-te, end .mrue de tuellement en grand dlfit U GatiN Tolain celle du CaattaL.cn vise bbtrtiou la Mar/.td ,eodm..n p ub,.que que seules m misa on issanis fiction devant tre d un chambarie ne .t .0 .e de fcu iflrneesdupapier-moaoate fiaaimt 'tuiBi i eU r ouvrir les yeux U WfV 10 0lJB 0 ^^ w*ud uo tux JJ qi'ila ue comprenaient neu JJWuei'eiupruDi. Un empruut •ww racleter la Dette eiiint-ure !•• io moment o cette opra • l'ca au ciiarjge du f.anc, et oire dette u tien de 100 H joioinal. tait certes dai%  ata lea cooduioni qui noua ""*"'"*' ,ccepl Z^T^Zi&ZiS* yo"V"''. ">: !•"• t Um4nl.t*Uiemaiii€delinauguraUo*. [^"'J* 1 humanit ent re aspi pot d c a piomenad 1 Of !o ce orr: d'ui puissant ens'mble dans l'intensit du labeur, et de .ang de l'aticiea rg n; des ait n-is ^geai indispensables de la pro ii lS comment rcons 1 un elle e Ma,s "P u,s Rl aaM un "•J" 4ac;aa travl. don l'aie M S .n-Dom.o ttiSl mal conduit. N aura avaota A'aOMfoil, si dans les premires ot ie avec ses immenses niantati.-.na. B r seine Q l traasform du recel des chaque fois combler. Mais depuis I Rien dans un r lerent, en principe, on ea • %  d accord c eat comme en nllle -eatcequifeil la beaut lea pai'i-n a et aiuea ta Tou*ii<'t. Louverture aeront g ilemeat inv t le; les euqae d liaiu uni accep faire u re ce jour une mrase cuaquA paroiaan u la HipuOli ea mmoire de Tousaaiut-Lauver tare. Le librateur dllsti fut un QQ riux serviteur d, la fronce. U uu ***** ou *.wupi de trergequt Sole. "P es qu allait pa'ir net duuloureusemeoi ira D' i.ie po. t dca piomenad s aa Cette libert: une fois acquise ou d vtis: i-jutetois, si dans les premires gue, avec ses immenses pi totatlnai, n* !" *-— %  "~ •—-%  ... • e d, poques du travail monopolise et r. tait devenu le grenier de U Mtro P r oJe mipriales haittiaoe* aax dna ge i0 us tes cenventions d apprea'is ple appaences dmocratiques de la R. 'N'* sage at de salaires contraires la lus Pouvons-noes rpondre crlte m P ubl 1 us d Haitl * dc no e*^ tice divine, \'bomm falron ne mesu lerrogai.on sans frmir de honte et wtnpei. oui ua deip itis-ue aust ra paa mme la ration a la corve d'm iign-tion, et nous voiler la face ? B0 1 r Dt ^ d tri:teur. s appuyait bert sur P Iestl S e el lins'ru:'.ion des po feron aux lieux marque par ie ne, ne tarda i lai.e une me -— vat vu qui tait IB urjou'a • ' r [lueipe et du patrioiiame. Ma|>uveur di ciand hoame, nolam pat a l'a v an. lho.nmd%  Jjwaaiinr. quaud il faut en arri ft 801 >ur l'habitation Urda Un co dans la lmunraon jaste et i lare peme qai de 1801, auro e de — ..tpa!.r net douloureusement '" eQ " !" > , at gouvern ut une organisa-ion publique djnt le ans des erreurs es plus profondes 01 labour.ar de. champi reJevienJra d C " M ,e s P 1 0 1 1 1 J a ? a laisser inter/emr,a 1 comble de leurs dsordres de toutes sortes, le gendar *ot r ci ^uiii_l II nui Cli Bill *• %  PplicauoiiB. lea daaccorda œU6 sera form auQap-laiiiea pour Uo i e d u i a -j eut fourai aller loiagortc aur ce lieu de Dell Aprs tant ie sicles de s^lairs linci de touasaint une plaque por duils ^ o us inviJ)b ,. tnt celle m-ci 1 ition Ici eat ue ., r Touiiaint Louvirtara.a %  d "^"P' "JT" / "P ;i '' • tavec les progrs l^nt d;s ap ra (Noovilliite di la Ouideloupe) I' 00 humaines, dt na les an 1 -ns rivilges Car dire il est vra 1 = %  %  atenpe prenrseu'd • 1 7^^ ,. rance, dans les cou -e; p ^ b < d |/ft 00 n Org'.l'tlSlC foyrrdelanoovle lum-i as peimissioaa obtenir de l'amof %  honifh 1 Pr le fait de Ihoalilii •al i ,0U P" oel,i d ch ' 1 attn.i?a C ,rCQQ,t D cea. ajit et lin l^^er-tion des dtails de l'.f ,v "w vraiment dommage % %  < ne, sus un ne m qui • >rta it sur ses paules %  > des coups it f juet a -, iei njuve*ux far ^—^ 4 vendre •. hu' Qt *tat oeuf, avec haruaiit B"Oorffaniste-.baa r es' dema-d Ra •," u -.7,u".':: r"' 1 -" 0 dj,:e ^ e Po,t '" K ,mc 11 fleuves. Bons appoioemenK >g y dtsec au cur>l4l au qui veut touv rige.ii 1 po ir por voir ••.hanter, hors de la p tea e, tut pic vr; ariette Le-= s.vctiers ne liront (lus pris a partie d*vo (ait la bie io aura r 1 v > i %  v %  ,1 peine ce se, drs coopi aitaool me T0,$,Q P 0dr ^ ^poser l ordre et du p r e n et ii -, ie* nouveaux far P aix deaux du 1 uval oi 1 x rgim: I Et aa milieu de cette paix doit Av ' i-< n -Tim: ai i'l te njus resterons encore longtemps d; de la b: te t le 'nl>. a KO, ce biteurs de la grande Rpublique Etoi futdabo 1. 11 DJI lu Quart imo/ le de l'Union, quel est le bilan qus pa r le tcei du 7 t4 et nous ont laiss plus de cent anne cet ag sient: dh lo ri > : aie c'a a sep de tant de cynisme politique et d'il lemb e iS.e prlcvaat au p.oh; du capacits administratives ? l'un: E. t ep.;gtu.it la classe pi Aurons nous ici le tempe et la p'a v.lg e, une (axe la sort e sur le* ce ncessaires de taire un rsum Je produits cor-om qus du o' dcl tout ce qui semble plus a vu: m mtnle T fi etau tiapp d'ua droit 4 ros yeux d une situation nuuaale d capa tat > IOa


PAGE 1

leVKTlN •*—. !os Pompiers Nous recevons la note suivante : ijt Juillet courant > 1^.40 P. 11. l'alarie fut donne la Caserne de Pompiers qu'us incendie, lioni on Ignore la cause avait clat dans une usine t sucre Carreleur Les pompiers r r dirent l'appel immdiatement Arrivs sur ieu du sinistre ils eurent une conduite admirable Le 4 Juillet courant a 12.50 . M l'alarme tait donne a la caserne de. porooiers par le poste de police du Sacr C.osur ou un incendie avait cla t au rex-de chausse d'une maison de deux ta ges situe au No 2S del rue Q. Dli mioutes pre la compagnie des pompiers tau sur les lieux et prenait toutes les mesures pour empcher dt plus grands dommages L'assistant Chel Je la liarde, Emmanuel RO'M guei conduisit ses hommes avec beaucoup d'in ttUigence. } ESSE: —srsaœ: ^r^ST.-r3r3s:a Faibles, Anmiques, Convalescents vous retrouvera les forces perdues en prenant L'EMULSION SCOTT aliment tonique par excellence, et trs facilement a' -niable, proprit qui la recommande aux estomacs y 1, • las dlicats, Fte redemanda Soue ie giU an profit fa 'de laCr hSimed' 8 luilVet i V rits ( Tlphone p-> ) \ Entie a gourdes, place i W gouid'S. ^B' I.a direction de Varits toi nrble nous informe que letU* s'enlvent mme par t*iph2 qui nous tait prsager uo neti SLCCj. rrlitique.le rrrmier 'an d'en *ori' Ce son, enfin, des braves et coura geux producteur ruraux lourdement imposs, sur qui, de plus, la class; privilgie, rcalcitiante des Ta>e veut voi' encore maintenir 'es ta. ciens impts que de les partagr avec eus ; Des campafnf< me onte. aoan doutes SJUS le mo'cillemnt qu'a| vantase une loi agraire devenue pa r iioe tolrance calcul* e et V aptitude de l'admiotftraiioa comptente, p'utt uni entrave au dveloppement de 'a ptti e culture ; ||l.)es communes anciennement moins pauvres, frappes d'inertie et incaDa* bls de se rvler avtc la loi d> 1876 sur les contributions placer par une nouvt taies communales p Des coles urbaines sans en/ants. i ca tion de et es entants ruraux sans coles rea t lgus tn fille, d ns le serv ce de la domestict et asservis au service du Par Cable Nouvelles trangres "Petit Cecl' Comit Hatien de MJIitnceFrao^ LB membres de l'Alliant aiee et I"H Rtnis de la veulent 1 rendre part au 17 Juillet sont pris j Chez Monsieur F. Fatton, on l'Htel de. France de Fru Fr*see| l • aautene qui *nt l'en aaraedi an aura lien a l Htel P UtOlok tonnec'onrr I* aaiann heures 1(8. fut on vrai faMtf, on v paaaa des momant* vraiment deviens. Ce fut %  — u ne aoire de rve Le Preienr, r** !" ****! g V t?i n \ ,vpc^n nrbani' habille, fit on Le O IIS NX tt Estai . . . .cruil des olia vnrlhiia-*a ae* a. I sance de demain serti chambre •'*;•;*< c ,rf 2! nombreux Invite qni entarstit re**. t e npp rt de la Cornuins^ *"**' •*•' T, "" t t mo l '"' r '' f Le 1 %  1 %  UJJ -i ce lu "OVeil DtBI un freie dcor de AV'H (1& tlRtl comni tta rz "* s-s •.-ri^.i .or iv a^jsa'yray; **<***** -*.. a comm. sioi L,z no.e n HuM des reianat t ir ov-ttent gate.reiit Ml acaorda nnil 7?I{ que la commission a .ppr.. q, trjn res cont c |, R Jssie L 'a.8 n .iaiqa" bareJOelMN on a, U m.Hj postale pou Na, Alemagne mil accept va r^ vol.ptueuse-nent griser par >*>gQ|* T ^" mi|? 'Ukraine la somme de 400 m' 11 D < nir flU df chi frM anroxiaiit ti lo otrlh-n qnl Ottatt dot nrig 8 s t rolportage.grossissant dmesurment ^ f mjrk.et elle rann.lle au onfer ' q afS c "F 1 .. n . AJ i>httfvntM Le bal prit i tciiiviu-if/-!, gouvernement t plusieurs crmonies en France cette occasion.Mr Poincar pronon ci ua discours au dner doane par la Les Cour* N?W YORK iSering 44 |f F arc 12T17 PARIS 3— Starlirg c4.fl Dollar 12,lf lia d nia Musical Mr t,anez noue exruaeia d''re indiarrpr. Mai hier aoir pn paeant Junie requte Noue nom aaajciona la jiate 'pqu'e.d nne confrAree ''L'EaBor'* .. %  •.,„...,. „,„,-. .... -„ K .--... • t les Nouvelle" ux Directeurs de par l'Avenue de Tnrgeau n JUJ limes ira princiral9i Banques leur dero^n retenus par 'a douce et euave mlo liant de chanyer-Ua heurea de hu di d unp n frmir d mot.ore eethiquee le pu dnies conomiques, sans que 1 ; ^ • Clyde Steainship Q Foreign Services I> 8j8 *' Hati venant des portai Sud est attendu la Capital* vefll 9 courant et lai**era le mm* ; pour heiVmYork via les ports du Ni Il chargera pour NewYork et les ports Europens via New Yorv^ Les permis d'embarquement n dlivr sur demande fine cet o/| E F. CLEHEISfTS, agent gni*| Fort aul'aiuce, le 6 Juillet 1922 •* %  vifnt de fire bli qui ceriainement vendra en ne lui a jamais rien donc en com "Mr noie 3ell*rd Wjr M fjiri gj,^,^^ prceoxoopcoori pens.ticu. pas mim la s^llanc, ru ^^^^1^^ " > V'no t son g r,nd pt. ra ^M. ,,.I,,I nui sera iri-hb1omadaira p Si ce n est point aa,curdhu. que ^^ ", Mf rtlt notr C0N l'Empire hatien et sou .egne nobi ( ro0B cfinlmuernrB h 're laire, c'est tour de mme le rtablis iB i 0 rd'hal : w inumnl qui ne lait iement de la K h -ub'ique dite av.c ni)MC aander la vArit* a oerrne. KOUJ a\on appri avtc plaisir par un ami ,d ces ln->fnts n.oriiletca, par ce a,u<_, roB i"-e. en eign'nr au p*ya teni chtnes Ri n*riement quelconque nasal I ptad T'me assiette conomique ItrMion uni a font qae l'expia t-r >, s 4uv re Eclairage En triqu d Jartnel LOPE RIVERA Grand'Itue No 1717 Port au P'ioee Ajent Exclusif pour la Rpublique d'Haitl *j UAR10M # QVBSTIER. B det Vins C^" J. T. BUVKERItSch'edim H"''l Royal Cliit> w HUG t SU W Limi'eA Loodre; It IhOieur de Ceitainea nouveaux dans lalt^-e 'e la Comuiunr s deii. .nha.prAoi tout BU lena '* un manJat de pot eon" Mr v ri ,ore marque tCOSi^e t < t m nde da0< le HIO O* ,c „, ia ot ab seemeotmoi i ne lX |aUooea ennancreee IOUI au long tncieB fn plovc „„ f „„ ,.,, d ., Rlie 5, ,-, „ t ,., t „ „ Kim^ tœ.x d, enecs '--—' — la Prince pou iVicn-ion soigne it rapide i > conmioi • 1 cotre vailltui contieie. Lejuje Beauvoir poursuit >on enqute. diou. b;i.n lu; coaS-; ^.uur et: MiiiOM



PAGE 1

B Leho & Fink, lue SUPRIORIT: Fonde en 1876 BAS PltlX ftOHPTITUDE Le Malin Ai 01 .ne. ?nt l • Mi il Port un Vf %  •* Jour. .>> F>partprr ei t Etrenger Ioenion e abOiai le Ta p yi bit* d'VR|)|-„. lac 2 ,J bapredii* rliinVqes pharmaceniiques ei H ..1res ariielea ven ||r^'SU'e |hrii.a-i jJTKS : Poivre. Cannelle, Giio'e. Anis toile.Muscade ete. etc. VRE nmiN IrlCIAIITE-* ,\U^re r rivVe/ Lyenl det.rf caot,Par,uraerP,Ariclea ATTTZTZZ f r brbip", H y Hnm, Chocolal fo pourra. Huile de foie de Jforoe *tffflr|Ol ; %  ait, Cold rrppro, Extraits poir fai-e nwi ces et eau de toilette Eii J 't>v\ t >'n>i f (Wnioe, Pondre ron e Ira inaecte, Silntijo pour conserver le* UN H ' r '"' J %  lut de Mej? ne. Perdre *op*rienre peur la toilette dea enfante Noae eelaoee DOS cliente que r-ooe I ite leboooei phatmacies di ppyi a'ap>rovisionn*nt ch'z LES' il, Icc I Lon II. Ihbattd Agewt eit-rue f povr H iti [ Pard Cil Corporation pbricaliug Oils I & (reases Hniles el Graisses |rix et qualits defian concurrence. ""ETREEPWNT:.'. N r: •flC! AMUIER, RIME M TAIHL xl.B M tout* rtuilloa O l'OD t'MlM* •HM .in li.. NOUVEL ALMNJ) ilfl .• %  r. i nt' %  ••.. a.— i I !•• Pby-U|a rai.ww. (i • < lune lu'ln. L Hyf %  ullmt MMI ni o•!• **rl Uf ptu*. I uuf % %  /•r*nu> OH. mai u> •••%  Uno*. Ocxia. H M .i,oil-in. S ci. ".iialiar MI|*I-I JI-WI .1 ior a> nain, du i.,u, nt'lir.. l-oui J-r-n.n. -M i,i. *.,., la Mrti* • 0 —r BHfl tOiltloOou /•III-IK) r 5'' #1 '(• • Kiuf k "*—? !" •' McMio.nm.ii.. rn-4 i. — Ufelml la IpWklv %  MrCtaM.HMkMiMt.PIMM. HMwb PMT •MMM7M# LehnetFink (Maiton fonde en 187b) New-York, .U.A. Laboratoires Bloomfield, N. J., . U. A. Extraits liquides Sirops Teintures Liniments Dsinfectants Spcialits Produits pharmaceutiques Herbes mdicinales Onguents (Esprits Pastilles Liio Um Lon n. Jlibaud -Pharmacie F. Sjourn Donne avis a sa clier tle.aux mc>crj t au public qu'elle ta .In ••.iii .^_ Il • 111 %  %  AVOCAT ln'cnne res clients qu'il r provisoirement 1 C ato %  vous vou,ez B"R^ er R r o b?n F c<1 > cet- fl cag | a rODka a't MTI la, wr VOi commandes. No. a reeem f/OMrS (llHin t(l(H ILE* mandona roa incorai ar^blea or^an k fl *' t dis et vcile# brode, blancl et cou {• prmCipaUX Ci inm-HniOlinuires en leur, qui ont lea dermreB orea iona liiwii.. i-c, fi > M pariaennes ; dfra.ndtz cbat tillouH. *W5 UU UtHl8 M U n ) H app VV HlOmient prix PI condition nos Agents & b Jobhuu L. BuiUy $ ( o. Porl 8U n la Z BEN JA M,N „ c i l 1 HitI IllHI I H Biolou e ; ppltqu sous I* Direetioo du Dr / ^onarofus*, '•. #vr r %  %  '^a^?^^^^MMMM Dr Justin Dominique Ile h Faru'K <\ Mdee no d F'urii An en ais>tanf des proie $ urs Den.keel Deu'eboiaua de liaaj bourg il Office : afflua Grpoire 83R res Je CoxisoUaiions : ? n neni direct mnU de B\RS*C et sont gii amit put H, a,,u 'f >ouf pouvons U prouver par des CERTlH'JHS que *sla aisf osition des L lnts. ^japne et Vins Mousseux nrix modrs MeAug.A.Hrauz Avocat Informe ses clients Qu'il a Iran fir* son cabinet la Hue du centre Ko 17^1 en face du Cble sous ma rin. Consultations de 'J 10' heures n a'in et de S 5 aors midi. i Pour gurir ou viter • MIORAINES eONtTIPATIOH COKJHTiOtiJ IfOlidDlttMINTJ IMBARNAS OASTRIOUC IL SUFFIT de prendre il l'un <*• ->ro i peuB tout lM d*ui jour uyi.mini nie Pilule dn C Dskut 447,rue du Faub' ft-Denla, Paria Mais0fautdctftoc' Une Combinaison Efficace ton: tout D fr..t M -K.I I t~'*il BHvTT '. PARU s WUrHM i* lai raitu dit i .! %  !! un foi/uilo Jt Pour Produira DE'IEAUZ CotVEUX quelque (touttw rl Barry'" Trieonherous plumun foi par i t n maMaite avre le bout des doigta. Une vive, inaiit paa avre broaaa daa cheveux t du cuir abat la JoumelleiiKii! • Ce traitement fait rgulirement, rend le* cheveux moua, tonaSi forta et uiuKniuquee. Ach. %  — Barry'' Tricopktrout aujourd'hui ehu noir phafnuxeitn t tkrt vutn marchand. t. Employa U tout de nil* tt onlUt Un rUuUalt. m i S 1 I



PAGE 1

%  m8fWotf57 Tort an F, iM lm Wajlore HOU r. 3 20 CBMT1H1 Quotidien Jevfl 6 J ( llile 4922 Quel* sont les bats qui sont en mme temps des devoirs ? Ce sont taper ieftioDnpmeots de nous* mmes et les flicits des autres KANT \ ftf8AOH0H;:iiAi>*i *TM N, vm m telles Un Cit de otlre Pass Fiiaacisr lire rirel'en ronUr* pt roi Hodicooit %  pub i, dsna le %  rhir Haitier", uu article trs lill et trs iatressan*, pour p o r c ontre on psjsagq du • Bull*i journal ol'fic 41 de samedi :iui, en parlant de l'emprunt hiletiu a rappel que, depuis six s, et lia question tait en insi,d conclu que le vote qui vent i mu par e Conseil ri'E \ t est 'l'aboutissement de six annes JigociatioDs". iuruiu>ion s'explique par le le bulletin du journal oftiiiiRoaleque, ds 1915 romn, naiiaiion dlgu* VVssbing iur rgler avec le Dpartemaut IH dtails de la m s la leliciter de ue pas vou flWsr daros l'tiLbarret. leo sppidurant leur juste r Isa raauna exposes oar lui jBjiifler ladifierence d'attitude, ""•retenons que, coininu plud'eutre IIUUK, Mr lludicuart (pu contre le principe de l'ou" jcelui.c. d^mi ee taire Uau<< oduioue qui lui paraissent les MM,ou poui le moins que, lue dont il s'egt, il n tait re 1 [ nntipe d'un grand pM extrieur amencam. icompte et on n'envisageant la '4 u u point de vue u pnnci ^uiuire que l'empruit, eu > • trs (eu d'adveraairea. r| u, qui du avoir retua de le kMoue cependant qu'il eat, e.i ape.favorable l'empiuut, qui'. • U J!i" ,eU,e Ujai *Pl"*oU,e.6ju au%  collgue aes noauas, i kuiioia l'he.aor, est a peu lis du >M,quaiid il e<*nt ce qui suit itipuae Obrai de W2\ Mcuup de gens, et non des „ "' , ^<-'UVoiie qu'un graud timl'l. cl,e "ealiae, Cl oyaient fW dsvtraer l'or du Pactole ,e P y. Le raulat des eml ieJ! lbKi ly,U Q,VBlt lin. B l,' cr ouvnr ,ure, et celles .'e leur tt celles ne leurs 'eirinvs •io nur l'socte mtierfatdmeli La libert amvi au milieu a oeule de France ivre un brin de con?ciei ce qui stei4iseisi SJ d ko s ;du Jb aitr. l'aa alla c z autres mondes se dvriov e It plus loin de cette ignominie fi< ca'e, aprs les augmeutatioai lari'v 'es sur le caf, en 1810, ce tto; dol lars les ce.it livres, et | rtablies* nsenr du droit teiritoru 1er cinquante centimes et trs taxes addi tonnelles, vite laboMcuie haitienne obre 184g qui recevait dguis, de 1 3 IIJ o doit des vntei de ses faut il le dire e' le ratH i natre pto-r<' conc;pioi comme ii'ti 'cii uaiver eofsnts si'ai'e, qu'il a'es point d'incertttud* Eafin. no nur l'sncien •g l <. a A. la priaon uou. la .e. Mun.^h. .1 *w ie !" \ X Itgn.OltUre d UT P.TS d accuw u avoir t en constante communication H'Olur'101, ST^nd OU nt t. se dve avec le minire Iranaii, UarJ i Mnnich et d'loppent autan, due Ses rjroJu ts I voir essay de nalner la lparaiion c I Allent a/.' , ne au sud avec laUamagne du nord au moy,n l '8 eni C <> !" C QO monnaie l0CJe ue trupc$iranta m do. sur le pro deares e,uc l'administration sncaitsait de orc mire mun en passant Is mir:ban d'S ainsi ralise pour co-not, i qui elle voulait OJ i qui tait co nplu samment dsign. Et comme loi de protection d-s Us ionties. lraoc, >billing, -natk, Dfi avant, sous l'iafluenc bien *K r,c "tOfl traits de la jorr, il fgt petetll, dollar ou g.iurJti, cette sen faisante de 1 di de 1/76 oorttQ 1 t n:e c:nom ; que, au mpris des dans le gr JU %  rr,m: en ce 1 !! op 0100 cojo ni q :e tt ce savantes dm-iDsTions, qu'elles mon ent du p us p o'ood c euset de la terre et des eaux •I it 1 le dsarmement ne peut (M riectu que s 1. est universel vers les couches nurn drs de a trre AruNIl.La liste des morts la suite du froid tflaClvl d*n* le in .H LU M *ZL de la caaauo^lie du Midmgiit P.yat Wind.ow "•" g'acim dans le lo d b tu des sur la l.gue du fn.laJi.Vuia and Keadmg est por 0:eanl e t des ils dSphyxiaatS de tecasepi, le condacicur du iram | f. Aacccuut l'ciher jxu' dts ciejx, elles riboiii sur ces nouveaux principes* Cect le triomphe du dernier si:ls mort aujourd nui HS/ il ront sut elles mm s pour se valoir autant qu'elle, se ra?p. jcae.ont ou s'elo gnetont de la brutale ralit que P'oc amc un tel rsilit coaomi que. Vous gagnerez votre rio la sueut de votre Iront di,aii le pre mier aire I L'homme i gui on par lait, d'V nt |ouir un |our d'une li bert essentielle i son tre, re pou vait supposer dans l'obscurit des ecn.i e de ces denres Au-des enhn. le triomphe du dernier si:l '•N "" e ,J c rr %  *. %  '" it cette sous le cacht d'une plus ejraoJe |us • % %  •••m. le te min devait doaoer tice dans les noavclls con.nunu dejx tiers di e-fe ors mre eaaati ts. dont touls lois Mcialei, polili'*• i us iu'-l trente Cirrenas ; et d'un ques e 1 conomiques, avant qu'elles *' rt au del de trente, aien lorce excutoire seont exa niVoudra t on se lappeler do Ca nes.mesures dans leur ia>te;porte, fj* im P T ^ vi • %  %  le caf* par la loi en harmonie avec ce que le mal.re a ^ u '' Juillet r S -, r, lequel doana vou u heu au plus graol scandale adminis Aujourd'hui, en tous pays constifatif qui ait t jamais perptr dans tus, on semble avo r compris ce '* h ute administration du pays > que hier ou avait longtemps nglig In manire de bon pnoce A% | e comprendre. La revendication est f* !" 1 '* imnriale, dont les des:en L. dants paraissent encore trs nVis unanime par;e qu'elL est juste Nous avona annonc que les Ha P rrm ,s temps que sur la premire Travailleur, asservi aussi hier, est de la particule qui s'crit |as^o'l pr tieussa proposent dlaver un o' 0I do Mat re. il allait plas tard tre oioc'am a and : ,1 devient le sou ,eQl P eut >jou f er au cornote de hast dscidd que l'iuauguratioa T" 1"' ^> donnera ,e pun. Une pation. sous la li' te, enfl mMe de [ %  •UiflMBl eu grand dficit la Caisse sera euloure du plus graud clat orce corrolaue i cella du Laoial.ces vise Liberle ou U Vf.w, au .endsm<>n Pub "l ,e t 0i Sules *•• emissori Tnnt'M magiiir-is com-ouuaa .1a deux puissants facteur? devant tre dun charatmie ne .t to.u' de feu •ii'nwdupapier-moaoaie vs-jaie.it le Hpub'ique d liaiti diUrool deensei b le dans l'intensit du labeur, et de >ang de l'ancien rg ne des ate cn, o us l0,s ombler. tsuue Dua.edu gr^ad i10.11.ne; tou ^ eu a gea l s indispensables de la pro ii ers comment r^coos 1 eau elle e Mais depuis I Kien dans un pays lea paiMi a et allii du roaasa.utdu tut ra?4l do „ i a :en s n ,.D 0 m.n aUJ8i mal conduit. N'aura t avanu Louvarture serontgdtm,,t,uv ts; Joutefois. si dans les premires gue. avec ses immenses phuiau". SXTZ ce" jour un. S2d. ^^^ ?"* ?"* V dm8 ie PSSV B aaaia uio .a |vui uni mssse usna •JOUS tes ceBventions d aonreeMa noie TZ£STm ^USSSS h\" ^"" c onu B %  ••- PO— • ^ ture. ,,ce iv,ne I* rittx serviteur d$ la rranet. U you accom P''e ou aux coaps de vergequi Soleil de irto*. auro e de vem'inent /ranau participera officiel v obligeaient, mais la libert ap es qu'allait pJltr trs douloureuseneat grusement transform du recel des priodes impriales haitieanet aax apparences dmocratiques de la R* publ que d liaiti que de nouveaux ssrapes, sous un d;sp>tisme aussi ignorant que destructeur, s'appuyaat ib't sur le P [Mt> K e el l'iei'ru:tion des po liticiens en renom, ont gouvern rivilies a e npte CM El Car dite il est vra prcurseur i' 173* LJH uffili WJ g 1*113 IC loverde la noirel.s lum p us ie petmissioas obtenir de Paenon e qui veut t^ui r^'nt r po u pot voir '.hanter, non de la p lea e, une pau % rr ariette. Le< s.vetiers tlus pris a partie d avoir ag neote d tem vt iltj pun • Li 1 v.l { -, un: taxe Brncrganiste-.hao f est dema^di S sur la Lato das'e de Poit au frino ons appoiniemeoUs S* d :tser su cur* plus ae cent annes a 10 ni.ale du a sep de tant de cynisme politique et d'il arlevaut au proh; du capacits administratives ? epaiguaui la classe pi Aurons nous ici le leeaps et la pis, a •ortie sur les ce ncessaires de taire un rsum it P .iuit et^oTi qu-s du n'. doit tout ce qui s-mble plus ama-nt me n1 r A.eui t,.p P d'un droit i ros yeux d une situation nauoaale d %  po -n 1 t; a,uint gju. Je h la ne strtni barrique. mis i-b-e d'im t l'avan (ait itu entable.mais sn bout de : se coaso.e de pouvoir ttoavcr U.e de ta consommation locale. dans la matrise d'une SM^UoI



PAGE 1

. IF:-M\TW s* Iles Pompiers 'Nous recevons la note suivante : Le Juillet courant a i2.qo P. M. l'alarme fut donne la Caserne de Pompier qu'un incendie, dont on ienore la cause avait clate dan une usine i sucre a Carrciour Les pompiers r pondirent l'appel immdiatement Arrives sur le lieu du sinistre ils curent une conduite admirable Le 4 Juillet courant i 13,50 \ M 1 alarme tait donne* I. caserne de pompiers par le poste de. police du Sacr (xeur ou un incendie avait cla t au rei-de chausse d'une maison de deux ta ges situe au No 625 de la rue Q. Dil minutes tprs la compagnie des pompiers tait, sur le lieux et prenait toutet les mesures pour empcher dt plut grands dommages L'assistant Che; Je la Garde, Emmanuel Rorn fue conduisit e> hommes avec beaucoup d'in wUgxact. rsœassEsr F i nies, Anmiques, Convalescents vous retrouverez les forces perdues en prenant L'EMULSION SCOTT aliment tonique par excellence, et trs facilement '•ii!a!!e, proprit qui la recommande aux estomacs Fte red^maTxie Soir* -ie jr'a un profi* des r*^ 1 de la Ct h* Simed' 8 luillet i rw V-rits (Tlphone §.:>-,) Entre 2 gourdes, place de gourdes. La diiec'ion de Varit 'ouinufj .-.-.' -a k Jus cliicata. 527 awble nous informe q-ie les billt,* s'enlvent mme par tlphone a qui nous tait prsager un nouven] succi. Comit Hatien de \'Allm.ce Kraoraii Lf> membres d* l'Alliarira u ai-e et 1H mis de la Kr*r)ctj rrlilique.le premier lan d'en sor'it Ce sont, enlin, des braves ei cota geux productems ruraux leurderornt imposs, sur qui, de plus, I dfMi privilgie, rcalcitrante des Ta>e veut voi encore maintenir les anciens imrts que de Ici F ar,3 K J l'-ec eux ; Des campt ns Mit* '*nt. tuan dotires s:us le mocellem'nt qu'amntaee une loi agraire devenue pa r une tolrance calcuWe et 1' aptitude dl'admintsiraMon comptente, putt uK entrave au dveloppement de a peti e culture ; gOescommunes anciennement moins pauvres, fisppees d'inertie et incao" bits de se rvler av:c la loi d' 1876 fur les contributions qu'il faut rem placer par une nouvelle assiette de ta*** communales plus et! clives; Dta coles urbaines sans enlanis. et des entants ruraux sans coles relgues 1 n vill-. d ns le serv ce de la domesticit et asservis au service J Par Cable .• Nouvelles Etrangres c himbv %  nmi 1 '!-' 1 A c nfrenc p„ n -,-' r C : .,;,utl f mbi'sidenr H r iick, les marchaux lo'fre et Foch ti M Lon Bourg*oi r "Petit Cercle l> autene qui 'ot l*l &f ameil n aura ,p tit :it>b pniiecln'ivr l faisan fut un vrai su.;"'s, on v passa d* moeneut* vraiment dedrieu. C fut one soire de rve. Le PteaMeOt, ,vpc- nrbini' hab't'iMle, fit un ttt,0lC d UQ MHi CttiruUJl3 B1 ,, nf y , .9 1 \j ,1 titbuer au moide entier des formi..,, 'Ubrlin| la somme de 400 mtlli n rolportage.grossissant dmesurment ^ t mark: et elle a ppel le dvergondage en ville ; L'es fonchonnaues et employs UiCl mal rtribu. Jtnt Ul toj, ,, cm nl i rlra0 , „, e que ceu, r^ f %  {ormi m ,nts er en taM " "^ e **2J K'/ "^ • !• %  remeliraient les ldamaiti ;^r unVrn^r^be'r^lbunou rSSL^STSSs^MsU ShOIX^&A q U f e celle que leur^re une monnaie aU)0Urd h d ma la m ^ ^^7^ nationale trop dpiciee mission des rparatrns le proiet r ^ J. „,,,. I;,IO Un Commerce\Nal,onal actuelle cemme „t 5 ourr.is Mr Poincar nar ••" "^J JJJ Vard.l,t" ment dans le p us extrme marasme MrLeTroq.er. m-nistre des IraJV ^" el !K.!Sbk MC „ ne cooieiUlion qCO-.diann tffl vanx r ub | ic \ prvoyant l'empl.i ex J .abl.s^m nN .nimliieU que a une lgislation do.un.re contraire i ensit de Ia m ^ M ^i 9n allemaad, Russ,e ,w "J* "^ on tou pincipes tarifaire! et I son d ft;de ^^j,, pour U reC onstruc..on '"'ZT* ZVVx\ZSTSS reloppement. et .soc. une tarincafo, ^ VOies leif S ,„, aises „ a l m** • ^ M '"*"• fl d inadquate aux prosti manuiacu tectioa des routes des canaux etc .' u deFri -, a drm.ni quand 'Con8l d'filol A la sance da dpmsin sera n.no !>. itA'e rDp n. d la Com'niHioa^ Le te npa lui rn-n 1 p' a r P"t :l ,; qnHe d > G IHera d'veux D>ns la vastH cour vre du G ^'.gia sovWt M 1u ; r.'tusent et ne peuvint fout is't voluptueuse-nent griser Dar nir que des chiffres approxim.l I* !^V^1^.Z !" ^ alainO du courant. I.'tifure d U tenneture itrej che la Poste, di ar.iti JbS liPySlbDULl dlyus iofliltjyysS PARIS 4-la commission alli: (Jgvailt l.'l CODIlIlfSllM tt* <• bMtt**, d s rpara ions a Dvcyi injoura'hit au gouvernement 4Uk ai r a no'e rropos c"u tra ; ti p j et sn tre l'Ai emagne et I Uk'-ai r e l trait dont les dtails ont t port's I' 1 tentton de la commisioi La note oit que la commission a appp, qae J^Ji^Jjj,,,-^^ la Rus-ie L d'aie Oiaaiqa 1 Allemagne av^it accept i verser i _J1 . i^c.i uni.ii — m v'.s dv dpart^ Admiaistration Genralai das Po La malle postale pour NsH et l'Kuiope, via N. T, 1 direct).! S,$ < Anrmme •, sera'fer trau>. Port au Paioce. I) ') JoilW. 1 mUrn am Croiseur briiauiiif Grand Huit ni* Ceinturons an colliers, ao|lirs de 'ant*sie. colliers poue poatsch >t de ls dernire mode de Parti at de New Yoik pour .lames e' demoisl les; uraodes varits oowr bomna a a la ESPANA, e 1 face d3 la Postu NJU* apprenons d'iprts on ers^eur biiiannique H. M. ^. Ja 1, au at juillet M iD^riia I *'i>uru fianciill* Nous avons re-i le laite pari ta.fi Mlle I ruioue M rvnri au aec Mr IA Meilleurs coraplinems s i iverait ld vam doit le cot milliards de francs. La tranee fle fiers en m*me temps irrp:cductive mal. • tnbn,c'est l'Etat hatien lui. m me. annihil sous une srie de mauvais gouvernements, en lace d'une jeunesse nationale intelligente sans em ploi et sans avenir quoique pleite 'esprance, et d une masse inculte et sans travail, pliant sous le poids 'anciennes obligations et des ncespeuple amiram pour la clbration ans les plus immdiates et dirige t e l'mdpeadance amri aine ; il y par un rouveau Chif de (jouvernet plusieurs ctmonies en France ment dcid et lsolu 1 une (aciion 4 C;lle occasion.Mr Pcincai pronon nationale bienfaisante dont il se tait x UQ discouis au dner do.iue par 1. le constant idal, raction qui stia leudue plus lente par les fautes et les ^ compromis des Administrations 101: rieures que le Gouvcnement doi d abord alinuer, jusqu' leur corn plle tpaiation. [)onc. en Cl cou t fxa.uen fan ar TO\ d'oisu, on ptut h-.j se po< uer de la ralit de ltal national d solant d U R*pb ique L I npdi In ntotuiK le Monopole et le Ctnquum de Soulouquf, s'eclipsant devant V* vancement destemp nVt-t tait, en Russie ava t l'int'mion df payer les intrts ? Mr Liv inotf rpondit : Nous ne sommes pis ici pour cela, Accodant le mou'orum d t Mr AU pband, quelles g ran ira dom z lii 4 Juillet vous ? Vous n'avci pis accord le PARIS 4le p vident Millerand oratoitam fut U rponse. envoya un message au prsident Har cirvg associant it peuple fianais au Les Cour* N7W YORK ;Serltw| 44 S] F arc 12-17 PARIS >Sterlirg 14.ll Dallai 12,19 M a Clyde Sleamship U Boreign Services Sud Juste requte Nous nou> assjrions la jnate •••qu^'e d> nos co^fr^rpe 'L'Fssor" t les NonveiWo" snx Directenrs de %  a rrincirala Baonne^ l*uf rlciriin 1 aut da changer le heures de bu e" i-nridant 'a ssmon panicu'aiie. Diaoni dore de : H heurp* du ma I" n * Ifurfs d-l'an *•* muli N us i ntnptons sur Mr Scurpa poir ,,,,,;. avec l'an.vc drs temps uou don er I exemple lui qui MM iant teaux. que iharjger de modaliifs as (.es mova ions, cales, en ure assiette de ilajt qui mauuen' ^ncoie pmque seul le pio ducteut sous la taxe isdliccla des demees conomiques, sans que 1 bat ne lui a jamais rien dccr. en cem pens.Ucii, pos mw la wrvttUtmct ru raie. Si ce n'est point aujoud'hui que 1 Empire hatien et son lgne ncoi laire, c'est tour de mme le rtablis sment de ta Ppttb ique dibe IV. c cet lments noriilert. par cr quUu et Rouaei Gala Ul u iical Mr uanez non tianaftra d'A'ra tn-iisrrer. Mai hisr soir pn paosant par Paania d> ToKRet nom limss rptpnn psr 'a douce et suave mlo dia d nnp snrinnte de Mendelssob. C''ast sirsi que debool r ia p '•* r p nous avo ' Bavoor* tout le dlicieux programmada 'a fAtp de CP soir la liipnrt" rrola de J. Fila et la meio die m v n iule au b>fd du Puis Feau de Xb-lin roui ont ta'licol remet t 1 harma Nra couiuliments aux arnst-a qui ce ai'r, vint faire frmir d motions es'hiques le public qui certainement vendra en 8/8 *< Hati venant des ports eut attendu la Capital* vefi 0 courant et lastera le nim* J< pour &ew*York via les port duN( Il chargera pour New-York et il les ports Europens via New York; Los permis d'embarquement *ert dlivrs sur demande f ine cet offl E F. C L E W EN TS, agmt gnr* Fort aulMoce, le 6 Juillet 192i M r loola SoUjrd ijNjjt Wj fouie donner aon'prVieax concourt '^"SZttAl&J. S Valrie, on rad ,41*. UP qui tin'" %  nui sera tri-h blomalsire tT>l nous avons t, rtit notrA cm f.^n, iwi noua continuerons tre •ojonrd'h Ji : la loomal qui ne ait nmicbander l vent* n pera^n. K pourquoi n ras le dire '? Nou* e Eclairage Kl ciriqu do Jaeinel Nou ivonj appris avtc plaisir par UB ami de |jcniel. de pa:sae en celte ville, que les trav.ius V.ocun rtgio. pol.., M* cco, Z£ nl >S„ jU„ I. M .vec le f.r **ttJS&%ttSZEi tum daDS l ^ttll>D publique. ]U-i n ,p p— <> de Battra t OIB CereinB Messieurs Boucard & t> ei que sous peu. les mu n'a Limiinucr invariablement unrpaiu*-. an signs'Mn au pays ceux aMM Ken *rlemcnt quelconques seront pied t iinant la pcraonnslite di Cbff •**" de l : ttta, non* n'y l-isserons pas L |ffa^C <1 tooeliai' lœpunraiBt, car noua ton rrr* dcids decprdr dans certai brave ielie. aux .upots vae perception montaiie qu' Ol rue sensiblement las rcsNOurces di'rital. en .f^^e d'uoe dlie n dete< libres b'-'d Jti.-o iMUcalt 't •' dnit lei leinfcunoas ^les t v t i t.' a"? >sr vfii a'o •' •> U Commune LOPE RIVEHA r.rand'Hue No 1717 Port an l'doee Agent Exclusif pou? la Rpublique d'Hati *| B.4R10M G U EST i EH. n ^ J. T. DEUEEIi^:Seh-edtm H''J H 1 1 G 4" // i JJmUeil Lo*#*L TUS vies, retBtuT lirptemeiit toute j_ c iuge JHMlracHM avant irauvi des tait* la nve*. et I livreur de certaines nouveau dans latw 'u Commm Jeu,co.-ive *• • m nie un; V mo fl* a ^Ui^icM annsscrps tout au long *• m^d M901 < \ ir .Mon ie 1 malheur de ce nvs Nos meilleure tœ 11 d9 tuccs a cotre vaillant conbeie ancien rrrplovc at: 1 \i du Kcreeur communal.— Mr Isi iorc a cat c^ioue hier Kaun. Le juge Ben-voir poursuit son enqute. S ,; -t a %  la Pi on r ce pou '•1 a t 1 d-*cu'ion so'gne c rdiou k bica lui .onb.. poBI a: MaOn 11 >nide I coim> • '11'


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05710
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 06, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05710

Downloads
Full Text
m8fWotf57
Tort an F, iM
lm Wajlore
HOU
r.3 20
CBMT1H1
Quotidien
Jevfl 6 J( llile 4922
Quel* sont les bats qui
sont en mme temps des
devoirs ? Ce sont taper
ieftioDnpmeots de nous*
mmes et les flicits des
autres
KANT
\
ftf8AOH0H;:iiAi>*i *tm N, vm
m telles Un Cit de otlre Pass Fiiaacisr
lire rirel'en ronUr* pt roi
Hodicooit pub i, dsna le
rhir Haitier", uu article trs
lill et trs iatressan*, pour p o
rcontre on psjsagq du Bull*-
i journal ol'fic 41 de samedi
:iui, en parlant de l'emprunt
hiletiu a rappel que, depuis six
s, et lia question tait en ins-
i,d conclu que le vote qui vent
i mu par e Conseil ri'E\ t est
'l'aboutissement de six annes
JigociatioDs".
iuruiu>ion s'explique par le
le bulletin du journal ofti-
iiiRoaleque, ds 1915 romn,
naiiaiion dlgu* VVssbing
iur rgler avec le Dpartemaut
Ih dtails de la m i la Convention avait r*a,rtaoa
ipluoa pouvoiia.miasion d ugo
do grsnd empruat de 30 mil-
. Cette Comra ssion, ou le sait
jtesaByossa o Soloo Mno, rni-
id Hati, prsident, l'ierre Hudi
til Auguste Magloiie, membres.
S Mr Hudicourt, qui eat au|our
llsdveisaire d'un grand eru
timiicaip, croie ncessaire de
ISU point lea considrai uns
;que, en l'.tlii, il eu tait par
i qaane du ngocia our, rien
inatuiH, et noua sommas les
> s la leliciter de ue pas vou
flWsr daros l'tiLbarret.
leo sppidurant leur juste
r Isa raauna exposes oar lui
jBjiifler ladifierence d'attitude,
""retenons que, coinin- u plu-
d'eutre iiuuk, Mr lludicuart
(pu contre le principe de l'ou-
"jcelui.c. d^mi ee taire Uau<<
oduioue qui lui paraissent les
mm,- ou poui le moins que,
lue dont il s'egt, il n tait
re 1 [ nntipe d'un grand
pM extrieur amencam.
icompte et on n'envisageant la
'4u*u point de vue u pnnci
^uiuire que l'empruit, eu
> trs (eu d'adveraairea.
r|u, qui du avoir retua de le
kMoue cependant qu'il eat, e.i
ape.favorable l'empiuut, qui'.
UJ!i",eU,e Ujai*Pl"*oU,e.6ju au-
collgue aes noauas, i kuiioia
l'he.aor, est a peu lis du
>M,quaiid il e<*nt ce qui suit
itipuae Obrai de W2\
Mcuup de gens, et non des
"' , ^<-'UVoiie qu'un graud
timl'l. cl,e "ealiae, Cl oyaient
fW dsvtraer l'or du Pactole
,ePy. Le raulat des em-
l ieJ! lbKi ly,U Q,VBlt
lin.Bl,'cr ouvnr , JJJ40 ils ne comprenaient rien
\ua uipruot. Uu emprunt
'tieteruDoiieexteii^ure
i sa momeDt o cette epra
^^^"duf.anc, et
notre datte .u tien de son
aT0"1 tB,t <*" desi-
l fciL ,Coodliiona qui noua
'W'oooipaa t accepta-
Jj^oeot, en principe, on est
SaSS0*1, CMl comme en
" test ce qui fait le beaut
saamJ.du P"otisme. Ma-
J^ooeot, quand il faut en arri
PPiicaiioua. les dsaccords
saauT p'r *-de Ihostilii
R'JS1 Pr celai d chaa
KasaJc'rcoQtnces. sjit e r lin
kOf'-J'On diaila de l'ai*
'" vraiment dommage
4 vendre
r^!.!,d.pt,l!,,,iBoy
11 Ma*. **--* de trois eu e,
.tranger
Par table 4 ; ul'at
chau>ure, et celles .'e leur
tt celles ne leurs 'eirinvs
io nur l'socte
mtier- fatdmeli La libert amvi
au milieu a oeule de France ivre
un brin de con?ciei ce qui stei4i-
seisi sj d ko s ;du Jb aitr. l'aa
alla cz autres mondes se dvriov
e
It plus loin de cette ignominie fi<
ca'e, aprs les augmeutatioai lari'v
'es sur le caf, en 1810, ce tto; dol
lars les ce.it livres, et | rtablies*
nsenr du droit teiritoru
1er cinquante centimes et
trs taxes addi tonnelles,
vite laboMcuie haitienne
obre 184g qui recevait
dguis, de 1 3 iij o
doit des vntei de ses
faut il le dire e' le ratH i natre pto-r<'
conc;pioi comme ii't-i'cii uaiver eofsnts
si'ai'e, qu'il a'es point d'incertttud* Eafin. no nur l'sncien gl< BERLIN Le baran Lfoprechtinf a t re- par les expriences ralises, que l'in
raaau ceupaah Je haute trahison ci eoBtnai -a.,,. ,. -t 1-.,,. a\, n>.a a.
la priaon uou. la .e. Mun.^h. .1 *w ie \X' Itgn.OltUre d UT P.TS d
accuw u avoir t en constante communication H'Olur'101, ST^nd OU nt t. se dve
avec le minire Iranaii, UarJ i Mnnich et d'- loppent autan, due Ses rjroJu ts I
voir essay de nalner la lparaiion c I Allent a/.' .
ne au sud avec laUamagne du nord au moy,n "l '8eni C<>C QO monnaie l0CJe
ue trupc$irantam do. d.vjs.onp.oFowed.prsiaccuutiondeva.tsu.v.e resoond nte i l'etort qui y est fourot. dans les communauts publeaes Li
vahsovie Des trouble ont clat her a Q'ae cette moasa e en son un t paie changea en relativit de ce
Viiiu iorque je anorite polonaises eurtnt cm tt ses subirisions s'appelle Suivant qu'elle fut auparavant.
nopot
i an dol
tant d'au
la collecti
deva-t
du 2 Oc
(.hun coniitnci r anti Isralite de prononcer
un discours qu'il avait annonc Un agent d.: pa
lice a tc tue et deux perso.ies blesses. La po-
lice fait garder les habitations des Isralites
rARlb L rcolie du bl tant ueficitaire
le gouvernement a t aj oris a lixrr par dcret
le pouicentage de son et autres succdans dans
U tarine
. ULilLlM Les troupes rgulires prir nt d as
saut le bufeau de po.te ..a^iuraut jo nngalires.
Les insurges sont maintenant cerns aaus trois
noiels Oresnam, Granei:ie tt Crown
!l'.i 'o is 'e vei
> sur le pro
deares e,uc
l'administration sncaitsait de orc
mire mun en passant Is mir:ban
d'S ainsi ralise pour co-not, i qui
elle voulait oj i qui tait co nplu
samment dsign.
Et comme loi de protection d-s
Us ionties. lraoc, >billing, -natk, Dfi avant, sous l'iafluenc bien *Kr,c "tOfl traits de la jorr, il fgt
petetll, dollar ou g.iurJti, cette sen faisante de 1 di de 1/76 oorttQ1
t n:e c:nom;que, au mpris des dans le gr ju plusgraidesautontestechoiques.de abolition des lam-d s "t des Matin
meure iiluctable en son uulvet^ali ses on s'en resiaisissa t o'gan que
t et m mime ttmps, en sa haute aient des vieilles coutumes de Tra
jt"ice. vail Le progrs imoosa ses constitu
Aussi i cot de toutes les contro ions et ses rglements, et vers li fii
verJ:s et dis commentaires des miel d'i .'il.Xme sicle, perareot *t nom
d fi le code Rural r*taMimnt U
corve sous l'organisation du cole 1
parfaire, et d'un excutioa Ijnt la.
bauonnaJe eviat l gras I lugi, .
ceitue d'un rsine rriilitaire atroce
et infernal, compltant la ruiae des
cultures que la tempte de T'oipen
dance n'avait pa achever. Telles tu
ui.iM.L-. li pouce a uciinitivement iden- ,. ----- --- -..... ,---------. '------------ .. l ------- -
nue le assassins de m Katheuau, Harden va mieux "R "1ces le P'us ,sou ;^nt bu'tes et breuses mis sociales '. lois de p-otfc reat lM "jesares de prote:iioue:d'ea
........ l'ssao tl.l'videq e des fa's dter tion ou mme, de p-voyaaca et le couragement eavers aoi travailleur
olidarit dans le travail. da ,o1-
Cette minifeste mancipai n mit Suivant l'article 5 de la lai au \tn
les gouvernants en garde avec eux- npol$% l'Etat donnait ferme lea 0 1
mnes, se surveillant dans la g-s ton M'0-** des anciens colons contre
de la Chose Publique. dtl proiaiti agricoles ainsi classs
Dsirs une nouvelle plate fo-me le "' s'obligeait lui rcoira
meuiparpiupaft'dcsde.egusyLcVivihuxaTuicis qu e les desccnienides "ci" Va l""ul gouvirnemen'ale. mslgr les fo'tn' Poar "que carreau plant* de cai
ISE^tt^^VB!!!**'1** airs eu la olas hantai mn?ul a ... du Pouvoir.devmt mondiile et 6slt c,ot ,ivrM de airop. de cal, de
argument a aprs .clHc le de^rmemenc ne peut P^ h .te er, vo e, i " les at.r bafbOS des grsnts de 1 ItS "* de COtOU. Sloia.,te llVr.S
00 pense qu'il est Hors de danger. Le ttait de ha
.illo mire r\ile.naune et la llussie lut tann
kier par le Reichstag
M.-\.Nni....i ne bombe lance dans h
coui de l'cdin.e des syuJicais ouvriers a bless un
certain nombre de paianaci et a caus des degAts
considrab.cs a 1 dilice
FAKiS l^e projet de dsarmement gn.al
de lord ilobert Cccil lut prs nte en dtail a la
commission. Ce projet aurait t accue lli lavara c
m
minera en touts m t res hjm.io.es,
c>rr,m: en ce1!! op 0100 cojo ni
q :e
tt ce savantes dm-iDsTions,
qu'elles mon ent du p us p o'ood
c euset de la terre et des eaux
I it 1 le dsarmement ne peut
(m riectu que s 1. est universel vers les couches nurn drs de a trre
AruNIl.- La liste des morts la suite du froid tflaClvl d*n* le in .H LU m *ZL
de la caaauo^lie du Midmgiit P.yat Wind.ow "" g'acim dans le lo d b tu des
sur la l.gue du fn.laJi.Vuia and Keadmg est por 0:eanl et des ils dSphyxiaatS de
tecasepi, le condacicur du iram | f. Aacccuut l'ciher jxu' dts ciejx, elles riboiii
sur ces nouveaux principes* Cect
le triomphe du dernier si:ls
mort aujourd nui
HS/
il
ront sut elles mm s pour se valoir
autant qu'elle, se ra?p. jcae.ont ou
s'elo gnetont de la brutale ralit que
P'oc amc un tel rsilit coaomi
que.
Vous gagnerez votre rio la
sueut de votre Iront di,aii le pre
mier aire I L'homme i gui on par
lait, d'V nt |ouir un |our d'une li
bert essentielle i son tre, re pou
vait supposer dans l'obscurit des
ecn.i e de ces denres Au-des
enhn. le triomphe du dernier si:l 'n "" e",J c*rr *. '" it cette
sous le cacht d'une plus ejraoJe |us m. le te min devait doaoer
tice dans les noavclls con.nunu dejx tiers di e-fe ors mre eaaati
ts. dont touls lois Mcialei, polili- '* iusiu'-l trente Cirrenas ; et d'un
ques e1 conomiques, avant qu'elles *'rt au del de trente,
aien lorce excutoire seont exa ni- Voudra t on se lappeler do Ca
nes.mesures dans leur ia>te;porte, fj*im PT^vi le caf* par la loi
en harmonie avec ce que le mal.re a ^u '' Juillet r S -, r, lequel doana
vou u heu au plus graol scandale adminis
Aujourd'hui, en tous pays consti- fatif qui ait t jamais perptr dans
tus, on semble avo r compris ce '* hute administration du pays >
que hier ou avait longtemps nglig In manire de bon pnoce A% |
e comprendre. La revendication est f*'1'* imnriale, dont les des:en
L. dants paraissent encore trs nVis
unanime par;e qu'elL est juste
Nous avona annonc que les Ha Prrm*,s temps que sur la premire Travailleur, asservi aussi hier, est de la particule qui s'crit |as^o'l pr
tieussa proposent dlaver un o- '0I do Mat re. il allait plas tard tre oioc'am a and : ,1 devient le sou ,eQl' Peut >joufer au cornote de
hast dscidd que l'iuauguratioa T" 1"' ^> donnera ,e pun. Une pation. sous la li' te, enfl mMe de [UiflMBl eu grand dficit la Caisse
sera euloure du plus graud clat *orce corrolaue i cella du Laoial.ces vise Liberle ou U Vf.w, au .endsm<>n Pub "l,e t0i Sules * emissori
Tnnt'M magiiir-is com-ouuaa .1a deux puissants facteur? devant tre dun charatmie ne .t to.u' de feu ii'nwdupapier-moaoaie vs-jaie.it
le Hpub'ique d liaiti diUrool de- enseible dans l'intensit du labeur, et de >ang de l'ancien rg ne des ate cn,ous l0,s ombler.
tsuue Dua.edu gr^ad i10.11.ne; tou ^eu ageals indispensables de la pro iiers, comment r^coos 1 eau elle e Mais depuis I Kien dans un pays
lea paiMi a et allii du roaasa.ut- du tut ,ra?4l do ia,:en s n,.D0m.n aUJ8i mal conduit. N'aura t avanu
Louvarture serontgdtm,,t,uv ts; Joutefois. si dans les premires gue. avec ses immenses phuiau".
SXTZ ce" jour un. S2d. ^^^ ?"* ?"* V dm8" ie pSSV B
aaaia uio .a |vui uni mssse usna - jous tes ceBventions d aonreeMa noie
TZSTm ^USSSS h\" ^""conu..... "B - PO ^
ture. ,,ce iv,ne. I* Le librateur du tin fut un glo r" paa ra,me l* ration i la corve d'indignUioa, et nous voiler la face >
rittx serviteur d$ la rranet. U you accomP''e ou aux coaps de vergequi Soleil de irto*. auro e de
vem'inent /ranau participera officiel v obligeaient, mais la libert ap es qu'allait pJltr trs douloureuseneat
grusement transform du recel des
priodes impriales haitieanet aax
apparences dmocratiques de la R*
publ que d liaiti que de nouveaux
ssrapes, sous un d;sp>tisme aussi
ignorant que destructeur, s'appuyaat
ib't sur le P[Mt>Ke el l'iei'ru:tion des po
liticiens en renom, ont gouvern
rivilies
a e npte
CM
El
Car dite il est vra
prcurseur i' 173*
LJH uffili WJ g 1*113 IC loverde la noirel.s lum p us ie
petmissioas obtenir de Paenon e
qui veut t^ui r^'nt r po u pot voir
'.hanter, non de la p lea e, une pau
?rr ariette. Le< s.vetiers
tlus pris a partie d avoir
ag neote d
tem vt iltj
pun Li 1
v.l { -, un: taxe
Brncrganiste-.hao f est dema^di
S sur la Lato das'e de Poit au frino
ons appoiniemeoUs
S* d :tser su cur*
plus ae cent annes
a 10 ni.ale du a sep de tant de cynisme politique et d'il
arlevaut au proh; du capacits administratives ?
epaiguaui la classe pi Aurons nous ici le leeaps et la pis,
a ortie sur les ce ncessaires de taire un rsum it
P .iuit et^oTi qu-s du n'. doit tout ce qui s-mble plus ama-nt
me n- 1 r A.eui t,.pP d'un droit i ros yeux d une situation nauoaale
d po -n 1 t; a,uint gju. Je h la
ne strtni barrique. mis i-b-e d'im t l'avan
(ait itu
entable.mais sn bout de :
se coaso.e de pouvoir ttoavcr
U.e de ta consommation locale. dans la matrise d'une SM^UoI


.
if:-m\tw
s*
Iles Pompiers
'Nous recevons la note suivante :
Le Juillet courant a i2.qo P. M. l'alarme
fut donne la Caserne de Pompier qu'un in-
cendie, dont on ienore la cause avait clate dan
une usine i sucre a Carrciour Les pompiers r
pondirent l'appel immdiatement Arrives sur
le lieu du sinistre ils curent une conduite admi-
rable
Le 4 Juillet courant i 13,50 \ M 1 alarme tait
donne* I.caserne de pompiers par le poste de.
police du Sacr (xeur ou un incendie avait cla
t au rei-de chausse d'une maison de deux ta
ges situe au No 625 de la rue Q. Dil minutes
tprs la compagnie des pompiers tait, sur le
lieux et prenait toutet les mesures pour empcher
dt plut grands dommages
L'assistant Che; Je la Garde, Emmanuel Rorn
fue conduisit e> hommes avec beaucoup d'in
wUgxact.
rsassEsr
F i nies, Anmiques,
Convalescents
vous retrouverez les forces perdues en prenant
L'EMULSION SCOTT
aliment tonique par excellence, et trs facilement
'ii!a!!e, proprit qui la recommande aux estomacs
Fte red^maTxie
Soir* -ie jr'a un profi* des r*^
1 de la Ct h* Simed' 8 luillet i rw
V-rits (Tlphone .:>-,)
* Entre 2 gourdes, place de
gourdes.
La diiec'ion de Varit
'ouinufj

.-.-.' -a
k Jus cliicata.
527
awble nous informe q-ie les billt,*
s'enlvent mme par tlphone a
qui nous tait prsager un nouven]
succi.
Comit Hatien de
\'Allm.ce Kraoraii
Lf> membres d* l'Alliarira u
ai-e et 1h mis de la Kr*r)ctj -
rrlilique.le premier lan d'en sor'it '
Ce sont, enlin, des braves ei cota
geux productems ruraux leurderornt
imposs, sur qui, de plus, I dfMi
privilgie, rcalcitrante des Ta>e ,
veut voi encore maintenir les an-
ciens imrts que de Ici Far,3K J
l'-ec eux ;
Des campt ns Mit* '*nt. tuan
dotires s:us le mocellem'nt qu'a-
mntaee une loi agraire devenue par
une tolrance calcuWe et 1' aptitude
d- l'admintsiraMon comptente, pu-
tt uK entrave au dveloppement
de a peti e culture ;
gOescommunes anciennement moins
pauvres, fisppees d'inertie et incao"
bits de se rvler av:c la loi d' 1876
fur les contributions qu'il faut rem
placer par une nouvelle assiette de
ta*** communales plus et! clives;
Dta coles urbaines sans enlanis.
et des entants ruraux sans coles re-
lgues 1 n vill-. d ns le serv ce de la
domesticit et asservis au service J
Par Cable
.
Nouvelles Etrangres
c himbv
. ,
nmi1'!-'1- A' c nfrenc
pn-,-' rC: .,;,utlfmbi'sidenr H r
iick, les marchaux lo'fre et Foch ti
M Lon Bourg*oir.
"Petit Cercle
l> autene qui 'ot l*l ?ameil n aura
,p tit :it>b pniiecln'ivr l faisan
fut un vrai su.;"'s, on v passa d*
moeneut* vraiment dedrieu. C fut
one soire de rve. Le PteaMeOt,
,vpc- nrbini' hab't'iMle, fit un
nombreux invites qii pn luraul ravi
veulent 1 ret de part au Hanqotti
47 Juillet son< pii-s Jesirl
chez Monsieur F. ration, tri,
ou l'Htel d Franc Lai
|h a I Htel de France K
heures lit.
du
ent de mark: et elle-appela au gouver g ^"^"TjffiXt aux M.nV. cbatoy.nl... L* M Mit
mtotall m. od.ui.aCa, engag pai '", dt"!s ** ' till |U, , n jour et l'on sa spara*
PJ sa lettre du 22 mars ne faire au:u \ "T".; nc..., #t______H, di. r gret moonani le plot *raieu*
V- pa,cm.nt i l'tranger aut e que ceut L,v,tno" Jjg" JE Ph lorm i>ttt,0lC d'UQ* MHi CttiruUJl3 B1
,,nf y .9 1 \j ,1 titbuer au moide entier des formi- ..,,
'Ubrlin| la somme de 400 mtlli n
rolportage.grossissant dmesurment ^t mark: et elle-appel
le dvergondage en ville ;
L'es fonchonnaues et employs
UiCl mal rtribu.Jtnt Ul toj- ,,cm, nl i rlra0, , e que ceu, r^f {ormi
m,nts er en taM ","^e" **2J K'/ "^ ! remeliraient les ldamaiti
;^r unVrn^r^be'r^lbunou rSSL^STSSs^MsU ShOIX^&A
qUfe celle que leur^re une monnaie aU)0Urd h d m- a la m ^ ^^7^
nationale trop dpiciee mission des rparatrns le proiet r ^ j. ,,,. i;,io
Un Commerce\Nal,onal actuelle cemmet 5ourr.is Mr Poincar nar " "^J JJJ Vard.l,t"
ment dans le p us extrme marasme MrLeTroq.er. m-nistre des Ira- JV ^"el!K.!Sbk mC
ne cooieiUlion qCO-.diann tffl vanx r,ub|ic\ prvoyant l'empl.i ex J .abl.s^m nN .nimliieU que a
une lgislation do.un.re contraire i ,ensit de Ia m^M^i9n allemaad, Russ,e ,w "J* "^ on
tou pincipes tarifaire! et I son d ft;de ^^j,, pour U reConstruc..on '"'ZT* ZVVx\ZSTSS
reloppement. et .soc. une tarincafo, ^ VOies leifS ,, ,aises ,a l. m** ^ M '"*" fld. *
inadquate aux prosti manuiacu tectioa des routes des canaux etc .'- u* deFri-, a drm.ni quand
'Con8l d'filol
A la sance da dpmsin sera
n.no !>. i- ----- tA'e rDp n. d la Com'niHioa^
Le te npa lui rn-n1 p' a r P"t :l ,; qnHe d > G ft, il ^'it ralieux et le ciel iiaif faire S "raid vi luis,
nous re/^rlTt d 0 haut avec ses On sur qu^ ce rupoort it Pu
m>IHera d'veux D>ns la vastH cour vre du G d'8 g-nno^s d'exq reiu- l^s f ois, di la rapport,i
s qui semblaient riva cona'^'it; il resti ra*8ifnl,i
............, de g';e et d lg^n p a le dro t parlements re, Ml
ce^'onrou Hit'joy-ux. chanter cefe rioncer aur la peine a applique
dtfS RDftftlOUS voit san veibi du vent oil/i'U pireilla matire.
r m,- profit la nuit, ce tombre ail-n
LA H\YE Le> ^'.gia sovWt M 1u insistrent hier i la omn ssion nou- Yer liri)Ui ,,, 1 i nt di pirto it des
qae les exper s 'u-opeis len fouf cor Mis embsumees, des cou pi-a
nissent l'tat dtaill des rclami fuif ovulent giieirent aux acaorda
^ h
; r.'tusent et ne peuvint fout is't voluptueuse-nent griser Dar
nir que des chiffres approxim.l I* !^V^1^.Z^ alainO du courant.
I.'tifure d U tenneture itrej
che la Poste, di ar.iti
JbS liPySlbDULl dlyus iofliltjyysS
PARIS 4-la commission alli: (Jgvailt l.'l CODIlIlfSllM tt* < bMtt**,
d s rpara ions a Dvcyi injoura'hit
au gouvernement 4- Uk air- a
no'e rropos c"u tra;ti p-'jet sn
tre l'Ai emagne et I Uk'-airel trait
dont les dtails ont t port's I' 1
tentton de la commisioi La note
oit que la commission a appp, qae J^Ji^Jjj,,,-^^ la Rus-ie L d'aie Oiaaiqa
1 Allemagne av^it accept i verser i _J1___..________. *___ i^c.i uni.ii
m
v'.s dv dpart^
Admiaistration Genralai
das Po
La malle postale pour NsH
et l'Kuiope, via N. T, 1 direct).!
S,$ < Anrmme , sera'fer
trau>.
Port au Paioce.
I) ') JoilW.1
mUrn
am
Croiseur briiauiiif
Grand Huit ni*
Ceinturons an colliers, ao|lirs de
'ant*sie. colliers poue poatsch >t de
ls dernire mode de Parti at de
New Yoik pour .lames e' demoisl
les; uraodes varits oowr bomnaaa
la ESPANA, e 1 face d3 la Postu
Nju* apprenons d'iprts on
ers^eur biiiannique H. M. ^. '
Ja 1, au at juillet
M iD^riia I
*'i>uru
fianciill*
Nous avons re-i le laite pari ta.fi
Mlle I ruioue M rvnri au aec Mr IA
Meilleurs coraplinems
s i iverait ld
vam doit le cot
milliards de francs.
La tranee fle
fiers en m*me temps irrp:cductive
mal. ,
tnbn,c'est l'Etat hatien lui.mme.
annihil sous une srie de mauvais
gouvernements, en lace d'une jeu-
nesse nationale intelligente sans em
ploi et sans avenir quoique pleite
'esprance, et d une masse inculte
et sans travail, pliant sous le poids ...........
'anciennes obligations et des nces- peuple amiram pour la clbration
ans les plus immdiates et dirige t e l'mdpeadance amri aine ; il y
par un rouveau Chif de (jouvern- et plusieurs ctmonies en France
ment dcid et lsolu 1 une (aciion 4 C;lle occasion.Mr Pcincai pronon
nationale bienfaisante dont il se tait x UQ discouis au dner do.iue par 1.
le constant idal, raction qui stia
leudue plus lente par les fautes et les ^----------------------------------------.
compromis des Administrations 101:
rieures que le Gouvcnement doi
dabord alinuer, jusqu' leur corn
plle tpaiation.
[)onc. en Cl cou t fxa.uen fan ar
to\ d'oisu, on ptut h-.j se po<
uer de la ralit de ltal national d
solant d U R*pb ique L I npdi In
ntotuiK le Monopole et le Ctnquum
de Soulouquf, s'eclipsant devant V*
vancement destemp nVt-t tait, en
Russie ava t l'int'mion df payer les
intrts ? Mr Liv inotf rpondit :
Nous ne sommes pis ici pour cela,
Accodant le mou'orum d t Mr AU
pband, quelles g ran ira dom z
lii 4 Juillet vous ? Vous n'avci pis accord le
PARIS 4- le p vident Millerand oratoitam fut U rponse.
envoya un message au prsident Har
cirvg associant it peuple fianais au
Les Cour*
N7W YORK ;- Serltw| 44 S]
F arc 12-17
PARIS >- Sterlirg 14.ll
Dallai 12,19 Ma
Clyde Sleamship U
Boreign Services
Sud
Juste requte
Nous nou> assjrions la jnate
qu^'e d> nos co^fr^rpe 'L'Fssor"
t les NonveiWo" snx Directenrs de
" a rrincirala Baonne^ l*uf rlciriin
1 aut da changer le heures de bu
e" i-nridant 'a ssmon panicu'aiie.
Diaoni dore de : H heurp* du ma
I" n * Ifurfs d-- l'an ** muli
N us i ntnptons sur Mr Scurpa poir
,,,,,;. avec l'an.vc drs temps uou don er I exemple lui qui MM iant
teaux. que iharjger de modaliifs as (.es mova ions,
cales, en ure assiette de ilajt qui
mauuen' ^ncoie pmque seul le pio
ducteut sous la taxe isdliccla des
demees conomiques, sans que 1 bat
ne lui a jamais rien dccr. en cem
pens.Ucii, pos mw la wrvttUtmct ru
raie.
Si ce n'est point aujoud'hui que
1 Empire hatien et son lgne ncoi
laire, c'est tour de mme le rtablis
sment de ta Ppttb ique dibe IV. c
cet lments noriilert. par cr qu-
Uu
et Rouaei
Gala Ul u iical
Mr uanez non tianaftra d'A'ra
tn-iisrrer. Mai hisr soir pn paosant
par Paania d> ToKRet nom limss
rptpnn psr 'a douce et suave mlo
dia d nnp snrinnte de Mendelssob.
C''a C>st sirsi que debool riap '* r"p
nous avo ' Bavoor* tout le dlicieux
programmada 'a fAtp de cp soir la
liipnrt" rrola de J. Fila et la meio
die m v n iule au b>fd du Puis
Feau de Xb-lin roui ont ta'licol *
remet t 1 harma Nra couiuliments
aux arnst-a qui ce ai'r, vint faire
frmir d motions es'hiques le pu-
blic qui certainement vendra en
8/8 *< Hati venant des ports
eut attendu la Capital* vefi
0 courant et lastera le nim* J<
pour &ew*York via les port duN(
Il chargera pour New-York et il
les ports Europens via New York;
Los permis d'embarquement *ert
dlivrs sur demande f ine cet offl
E F. C L E W EN TS, agmt gnr*
Fort aulMoce, le 6 Juillet 192i
Mr loola SoUjrd ijNjjt Wj fouie donner aon'prVieax concourt
'^"SZttAl&J. S Valrie, on rad ,41*.
UP qui
tin'" nui sera tri-h blomalsire
tT>l nous avons t, rtit notrA cm
f.^n, iwi noua continuerons tre
ojonrd'h Ji : la loomal qui ne ait
nmicbander l vent* n pera^n.
K pourquoi n ras le dire '? Nou*
e
Eclairage Kl ciriqu
do Jaeinel
Nou ivonj appris avtc plaisir par ub ami de
|jcniel. de pa:sae en celte ville, que les trav.ius
V.ocun rtgio. pol.., M* cco, Znl>S jU I. M .vec le f.r **ttJS&%ttSZEi
tum daDS l ^ttll>D publique. ]U-i n,p p <> de Battra t OIB CereinB Messieurs Boucard & t> ei que sous peu. les mu
n'a Limiinucr invariablement un- rpaiu*-. an signs'Mn au pays ceux aMM, Ken*rlemcnt quelconques seront pied
t iinant la pcraonnslite di Cbff **"
de l:ttta, non* n'y l-isserons pas L |ffa^C <1
tooeliai' lpunraiBt, car noua ton
rrr* dcids decprdr dans certai
brave
ielie. aux .upots
vae perception montaiie qu' Ol
rue sensiblement las rcsNOurces d-
i'rital. en .f^^e d'uoe dlie n dete<
libres b'-'dJti.-o' iMUcalt 't '
dnit lei leinfcunoas ^les t
vt i- t.' a"? >sr vfii a'o ' ><-
y. ., i i loa I ci * ^ ca:p'.3
{ La tin i demain)
k*>
U
Commune
LOPE RIVEHA
r.rand'Hue No 1717 Port an l'doee
Agent Exclusif pou? la Rpublique d'Hati *|
B.4R10M G U EST i EH. n^
J. T. DEUEEIi^:Seh-edtm H''J
H 11G 4" // i JJmUeil Lo*#*L
tus vies, retBtuT lirptemeiit toute j_c iuge JHMlracHM avant irauvi des tait*
la nve*. et I livreur de certaines nouveau dans latw '- u Commm Jeu- ,co.-ive * m nie un; V mo fl* a
^Ui^icM annsscrps tout au long * m^d M901 < \ ir .Mon '
ie
1 malheur de ce nvs
Nos meilleure t 11 d9 tuccs a
cotre vaillant conbeie
ancien rrrplovc at: 1 \i du Kcre-
eur communal. Mr Isi iorc a cat c^ioue hier
Kaun.
Le juge Ben-voir poursuit son enqute.
S ,; -t a '
la Pi on r ce pou
'1
a t 1
d--
*cu'ion so'gne c r-
diouk bica lui .onb.. poBI a: MaOn
11
>nide I
, coim>
'11'


m *siw
lebn & Finis nc
Fonde en 1876
BAS PKJX
Le MVm
'A'.-o- ie ?nt
I jf< !
Port an Pr >
Fanarten-ieni
Ftranffpr
Insertion* i* 'i i.i i6i*i
bips d'p "
on..
_',J
I1 f
f
IjUPUiORlTt: BAS PlilX PmiMPTTTL'Dt:
rredi is f''"'Q'r? pharmaceutiques el a 1res ar'ieles ven
f^-Mi-e ihfiia'i .
iu- Poi-"\ <'ni.el!e, Giioi e, Anis foil Muscide ete etc.
TfE PAFHN
CIALITI'^ /M'q''erriv<'p/ I ygnl dfi'f cfan'.Parfiiroenp.Ar'icleB Jf/p fn
fhrb", B y hi n>, Chocolht fn pourra. Hu le de foie de A/orne. ra*,c .''
fcio". pl'1 rTprm' Fx'milii pour fai-* b<" ce et eau de toilette En J ; ^j a-/ f/OW /
Lire. Pondre f on e ' s irnrctpp. S h hn pour ronservf r Ips et1 h M ., ,
fiii^MPd *e l'<> dre npp-ripnrP pour I toilette dea enf-nta. WOOt ?loo ftot cbeotf floe -oni
'de t'em E n dp F'orida, Miel pour la i.bk Moo'arde, h .ie rreUO0!'1,e Vt DtP" dfs *u|0nr'1 h'".
-,nr H Ob' Un s. dent-, Prprermin Hu le pour rh b*< Kfw ..E;,a,r ailum l aWiroea
ijiqne e' mure* inerte, R^pulo! : Huila cootre constipa io a et [? Z,llari-
fid'f if1'*"1 ins r'"'riq ,p T1'*4. Cire nonr (en P"rquei. fc'o t-i. s"lii ll""
Bjjird. Km o<* N pu mvpr* f-**'titra diverses Vins etc. etc. etc.
nid' z ' r" p'' K,K> r*rp p*"^"inl'',
n vos cou.'U.aiidre & I EHN & FINK, Inc vous bt'Z tb -d-m-fnt
btt lebonofs vhaimacies di p^yj s'-ip >rovi-iiorinnt ctvz '/ U"
|,Icc
Lc?on H. Ihbqnd
AgtM x-- us f po r II ii
LelinetFinkic
(Maison fonder en 1876)
New-York, .U.A.
Laboratoires Bloomfield, N. J, . U. A.
Sans pareil. I.e douter c f st l'adop
er.
Ancien d*ini V* e II RIOB
Rue du t " t'p
ETRE EPATANT '
P2i)kd Cil Corporation
Ibricaliug Oils
il.- Nom
ki Mm
l&'AMUSER, RIME t Ta IRE 1.1*.C
n tout* 1 eu mon ou l'on kibiuh
iiiH Q* t. D'H iH
iaSiail.fialuFMl&5 FyDfBh.rarn,i
nv g o.uira In HOU VU ALBUM
1 i&O i>*g> et* g irr wMffanaJ
I lOM l'I.v lq r-iu. *N fa
d* iu't'*i MW. L !// <>iis>"*
*i.'-..- ki- .*( a* piuir*. 1 uui
njifimirt f aaji i j - d*- clan ce- <>>- h
tl-n. Scit- .1 Hfliar omit|i'am-ul CTWM l fou1. rf
MWMaJa i..u- m*>i*r l'ou cf-mna - lu S'i- % u-" i-iii..n<'u i'm-iw r >'- ''1* <* rout
<.hiiii~<)h. pi MosHWagu*. Tii4 if. Llht* le Pp^ci-.iv
.HamoAioM f Mn. UMhod* -mif ftprvndrt +0
f
Extraits liquides
Sirops Teintures
Onguents Liniments
Esprits Dsinfectants
Pastilles Spcialits
Produits pharmaceutiques
Herbes mdicinales
Lfino feMntt
Lon
Ji.
J libaud
lr* f^1 - *^. *-. ^~. ^-v ^ '* Wo*ioiremei>l ic
oc iircasGSK"id','Rrei),r
AVOCAT
ln'cnrp es di-nts qu'il r tnnsl*
on Cab'nt au
f"! Destouch-s
cm Sylvniii.
Huiles el Graisses
rix et qualits defian
louie concuiTence.
LEON H. IIIEHMJD
Agent exclusif pour llaili

foslma L. Baily & Co
Si j* n'rvBij que cinq miMp frn^rs
en poi h i our I nrpr une affaire,j en
emploierai sea roi quarts a la r-
clame
HARNUVi
La pnbl ci'*5 pst une timp|p q'i8
fion dfaire ; elle devrait formff es I ras de tonte entreprise industrielle '
du Commerce;
La publicit bien compris con-
duit la fortunp.
Lea plot p'osnArPi du monde
jlient chaqne snne plusieurs mil-
lious dans la rublicit-
Qol diopntn un l'ergent la pu
blicit ld dieput? pb prosprit.
VANDERBIlT
Pharmacie F. Sjourii
Don m' avis ft aa cllar t1e,tax mAc*ci^s *( au pib'ic iu''!e n
trasiioit' son Labor loir d'Urologie en un Laboriio e d
Biolofl e ; ppliqu sous 1 < Dirpction du
Dr Hici ef /'. Sjourn
Le |Shora'o m est omert oiis les jours de 7 h e$ du matin a
heures du soir pou- lovw les recherches et analyses pr*u*s dai s
'annon ci joint i, saut pour ld
Wass rmaiiu el ! 60Mtnti Ure Scrte
Seront reues que o mardi de chaque semaine.
S'adresser ta Pharmacie pour les rensaigieaitotr
purehtf Thomas Street*)Sew Yor Angto Continental
Sale* Company
Impottation. Exportaton, Commis
lune dm m mai ton* de 'issus aux Kta$* um du mjnion demno*
iwi,D(;niih*m Checks, G.miham. Tle commerant'Boy pr^vryBnt..,
lrft/ii -#^ i il vous voolti gtgner d iroa bo
|,iU|i ei( 9 eir* flCPg ; la rcol.e s'hnnnice be!iH,t ro
W meilleure source d'achats: Prix ^^^i^H^Ji
ffans avanlagtux. T^^r^Filt?^n
M*.principaux c mnvtuuonnuires en iw.qo.toiitjea****j;jo"
* perisienneH ; df mndtz ecliat Mllnii!*,
pu au 3:jiuISmIju -r-fSupp. ur sionaent priiti conjuion* *m ageoui
lu l,i wt u \> rort au rrince
F* Jothua L. Built n y (. o. a.mjva os
l *' 1 jil H i Lmarre
Raction de '-Vassermann
R^dion de Tri boulet,
Evamen du sng et du pus
EvJ'inen d s uiiUim lca'es,
Lxjjj.en <.e cracha'
4lbunnino racimr
Cona'an e Ur* Scricirn
fiecherr.he d* Smtnr.h.* *t * flnnorofus?, fttr k>.
111 ...........a______ .....
Dr JusSin Domiuiqu^
|k) N Facult Ane en ass stant des profa s un Oen.ke ef Deu'thmann Hourg
Office : Avenue Grgoire ft^S
il i rai d ^ Consultai ions : ? '> h"tiret <4 min
'45 o^Mftl i*t4
Le on K. Ti b ml
Agent exclusif poor Hai
fire la pression
?.u Grand Htel de France
W*M rituajon unique au cnr. de* of/aires se recommande
Pftoianiais'an fHbU<: d ses nomb-eux et distingue Clients
M UlM.NE toignle e' tout Ip, confortable ncessaire us \oya
?" ohnmtct a pat lurulufen'.eht aux commerante du passage
iH'^rtvce.
,lg,H dlijfe pargalloi a pr La-riques
** \'ins dft lon.e iix Uituy^ t Kl ie
7 v'"s w>Knw' rftrert. m"n/ d B \ ^S 4 T et sont garantis put
;rjs *om* po.vons / vrowrer pot rfes ERTlKIj4S tww la dis* Oiilxon des l lnU.
MeAug.A.Hsraux
Avocat
Informe ses chea'i W'il a tran
jr son cdn.et u la 'lue du centre
A'o I7i M l'ice du CbUsous ma
rin,
Otmtwtaimt dp. U \0'heures
n alin et de S aort nuit-
m Pour gurir eu viter
* MIGRAINFS CO:jCTI?ATIOfl
CONOCITIONt-CrOUROICSCMNTS
EMBARRAS Cs:r,IQl)E
IL SUFFIT de prnr.dro
. l'un c\o tos *c paja
tout !* dcu jouit, kculuntiit
^japne et Vins Mousseux nrix modrs
rl,ns alimeatrcs franaises, reaiep oiu
Une Combinaison Efficace
gnniMPCtot
t*7,ruodnFauL Bt-IN Parti
Maisiiaulc
qui :.t tout a M I bat
i I lit
** Mb a.
fi:
S
9m
A
fi, :;f /M las raua 4lt
i.itlle un poquilo i
Pour Produira
DE.1 ieauz cm;VEUX
Qulquengouttat\e Barry Trlcoi.herou plusieun foii pur mouim
t n inawiaKC rvpo 1p bout des doifeta.
l'np vive, tnfi pu svre l.romie Uua cheveux et du cuir obavalu
journclirn.i'il
Ce traitement fait rgulirement, rc.id Iw cheveux moue, Uwcr,
forts et magmliquee.
Aehi'". Barry'' Trieophtrout aujourd'hui cKtt voir pharinaein d
chez votre marchand. (
Employa U tout i* tuiu *( vtillu U* ritullaU. *
1
1


U MA UN
Rhwrnatsracc
Nvralgies
Goute
Gravele
Artrio
Sclrose
Obsit
Qui ?ut rester Jeune et viter
Itirlumilltmti.lcdurcluemtnl
et artres l'entablement des
reins, les varices et l'obsit doit
liminer l'eac** d'acide tirique.
ce polien en netre orcanieme,
t faire des cures rgulitre*
d'L'RODONAL.
A. & r t t-, .. rn, "
V-'V- nf ," ' arattnii
" a il 7 \ If
fi? '.-. **&

\c^'
1.1> ;n. en
c ; '
I t }!,-
i v.. :
i f6i i .. .
t I- I M
t........
DIAI
V'p i
LT2 *
JAILUM I 1131 Ll, AytDts gnrant ptur flaili 1/21, lu U .ayaata m l'Etal
' ...; i
i l "... .ui ,. >,; tfu;
^.-71 r ,r? ; --.-., -f is,'.::rz2~h,vry,
B U G G Y S
lii vente chez
I PreetzmannAGGERHOLl
Hue (hi Utt.i.
Attention
Pharmacie Centrale
Produt' a> latfla iraithmi. Eacution prompte fi huoignl .
wdonnwum &pn *Bu*
La Maison H. Silvera
/.NYionce &t8 nomtot/C clients qu'elle
vient de recevoir par le* derniers
bateaux tes articles suivant s9'te toufe
wprorif et meilleur march
que partout ailleurs*
Cat'mir inglai t o veaotf,
Dia 0il noir suprieur.
Alpaga Baptiste fioapur til pour chenisea.
Do'on ;'i draps au lais D/i,
I o on draps amricain j4
Vm|p blatte a carreaux H' bures.
Vr ile 'ni bliiic et couleur-
Or ga>*di Serge nnir h bl-umarn [ oui jupes,
il.* aysP blanc e' o leur rour u ppes
Toie tuaielas sup.
Toi'e dropi pur lil l044.
Madrs suprieur pour dcnisej
Crpe anglais
Tullf pour Voile ri pou moi S'iqiair*.
landebroderi aniaaa detoataa lesqualit^* pai Ladite
Molletons couleur su p. et m.
MollMona blancs a*ifr*ttatiF.
llock blanc K*ki b'ai c
Drill'fil blanc anglaii'UriMco^oa blanc ang ?up
Sa in dune peur lai |tira
K.ki jaune aun ira qui'itp.
Percale Me OC cjtt a sup.
Calicot d3 r m H*.
Cat'fO ronr inpona P que ;t>lnc 100.
LaaMrtna bun i p r latlltcra
l'rpOU i 01,1 ,1 A fleur ar g
Deoil Doir un. ToatOC popr jin*1.
Tawor nnr clipnuse et pour robe.
Voile brojf* cj-t'
Si'inette b'aoclie t contour I flfnr*
Sovux biwio H mi 'enr c> parieur.
NsmouK b* * cnl ip
e,n-v ^tfSili'U'ik' U' l.rti i h"*-t rnntri ;r.
Bretlu"'i po'ice pjur BOOUBM fup.
^reielles p |nr1in het-t coi'l pour pijarcas & chcml-es
Viqu* couleur binei pour cti raiie hjmme 1 rob- etc ete
Vene* noir avant daller ailleurs #
vous serez satisfaits.
Elles sont hereuses V-
et en bonne sant
Vous Devriez l'Etre Aussi ^^
Un grand nombre de maladies des femmes n'entrent pas
dans le domaine de la chirurgie. La chirurgie ns peut rien
changer de plice ni dplacer les organes-du moins tk:. ,'
semblable lu ix jusqj' maintenant.
Un pci.'t mcanisme d'une pendule peut dctMmr r lf.
pendule avance ou Mswd* Si le a>tfc*nim n'est
remis en place de suite il peut tomber et causer mages se'rieux. C'est eiactement la mme cho e
les maladies des femmes; elics commencent d'un rien
si l'on ne p.-:e attention clls produisent des ait
srieuses.
Aussitt que les premiers s> mptomes BPparaUsent pi
la Composition Vgtale de Lydia Jv 1 mkfa
aouJagei lo mahiM et pour vitt qu'il uc di&nie en
maladie plus sfieLe.

M
ayant obtenu des rsultat exce'lonts avec sotre ( orovosiMen
v. Mtala ot ma mia syai;t ca:. mont bnfici pur m i
pi?-, js me nuis H mviicamont tootes mes wrries. Jo lui doit." ma "gant et
a chiite les louanccH ch.u.je jcur."-ZoKAU>A IXIAJUM.
Ilumacao. Puer^> Ki;o. '
rineleurec IMaNa atHlBaWI prouvent les vertues ds U
Composition \fegetae
de Lydia E. RnkKftir
i k fM>a.SWIS:iSM MmciNK en. iv :.. o. *.


Meubles meubles meubles
Grand eboix de clnisf et Dodines,amiricainps et liant,!
pli une en bois Fauleuils. jaux de salon en oer. an imita
mfibrgany, en Noyer vii'able lemb^urrCuir verl LiUen
1er al uivrp. f u lou eu re Uiro rs biseai es en jolis eau1
t;q airrs Tapis de salon ei D^scent*1 d lit Mnt.les Table
Ion T-i is |our 'ablei ll--ps de lit Toiles dtap fil. fil et cote
coirn & rvieiips le t iktie.de a.*in,Servitt es damasses dm
'i'oilo r'an Biac pour nappes e^c.
| Chez Paul E. Auxill
Bue Traversire $ Magasin de l\
PAUL E AXILi
Rue Traversire &
Magasin de m
informez ffias ,0 J0,irs aYttn
de faire vo arhata. d< s prix dea
rates ( Blarkboll ) noir, jauraa ,
rouges et blanches Marque Co Vmjs d lunibus ttsnafi du Cirage no'r m"l(,' r 8onl Qu ,pn' d" recevoir p*r les tarnars baM
Columbus). A'ous recommandons "ng^rSatl assortiment est c mine iojjoirs t et vafe!JJ
la sus dite marque commelant la f* meilleure et les pin cortsciencieux.il taliafi.t tous Wg'
meilleure, la plus svanif.geuse nomima, Irmmeaet enpan's.
ment connue aux Etals Unis tant VltiiteZ Ce ni'lflasil, CLVCLUt M
pour sa superii intrinsque que -, anh/ttu
pour rexirm* modicita da saa vua "CliaiS.
prix... allez voir. /
Chez l'agent gnral s
Napolon I.B rancis ^ Voulez-vous tre confortablement1
lUOft Grand-Rue (a!/(s8 f
|
Adresse proviteirc i
joma^ f*W* qui visitez Port-an-Pi
I de Pari*] Prem* votre pension &
V Viennent d'arriver, 'flnerai du! LillOtCl (^601^1
Vimoent d'arriver. Kumrcs du
'!iS2--rie *'**] ChamP d^ M.rs; Vue sur la JJ"
I I O le service est rrprochaQV' .
Maurice tinn* PiU Pension.^Demi Pension. T*blefti
Aneja de Rms du Magaan u Vins fins de premier choix, Sa*""
Oorbtt. ttillard.
l'Etai ( i dts FroLis Porta
Morct;aJs Fraatisas


mlefNoUS/
l'on .ni tsoe fW
\
Jeudi 6 Ji.iW# 22
lm Wailo'^e
pou- .> 20centi|
Quotidien
Quel* sont les bats qui
sont en mme temps des
devoirs ? Ce sont lesper
fertionnemeots de nous.
mmes et les flicits des
autres
KANT
RCSnOHCHMi Avtrt attw M j 11
i cp Peliles EqutgIIcs On Ct
It plus loi* de cette ignominie s
cale, aprs les augmentations trif-;
tes sar le caf, en 1810, ce tio;< dol
p tirHlenr ronfrrn et mi
Rodicoutt a pubi, dena la
r Hatien", uu article tra
it tra intreaaan', nour pro
unlrt un ps"g<' du Bull--
journal oftic el de samedi
o, en parlant de i'raprunt
!tin a tappel que, depuia ail
cttte question tait en ma-
conclu que le vo'e qui vent
nia par e Conseil d'E-ct eat
fsbnnimipnaent de six anoea
atiooi".
^rutera* ion l'explique par le
aie bal'etin du journal offi-
taeaieqne, d* Itfl mme,
musiofi dlgu* Waabing
r rrglar avec le Dpartement
Ici tPiails de la m'ae en oa 1
IsCOGVpntion avait i'.u.'hih
ai pouvons,mission d* ngo
1 grand emprunt de 30 rail-
Oue Comm .Bon, on le sait
ceitt^osen oc >oioii Mnot>, mi
d Hati, pie-xident, Pierre Hudi
tugu* Mr Hudicourt, qui eat au|our
adveia-no d'un grand eiu
aaiicain, croie ncessaire de
point I a considrations
rt que, fii lu H, il en tait par
e qaan e e ngocia eut, nen
a naturel, t>i noua sommes lea
\ le lelicier de ue p*a vou
jWdana l'eu barra.
Tl appiec'aM U ur juste
IWflM rsiiuua exposes uar lui
'juiili-r la diliertnce d-attitude,
ittriiooa que, uiimn la plu-
d'entie nuui, Mr Hudicourt
|Mcontre le principe de l'eto-
l celai.c. devait ae taire dana
oditiona qui lui paraissent lea
lires,-ou poui le ujuiub que,
Reque dout il ngt, il n tait
tOLlie lu (illicite d'un glaud
textineui amricain,
icompieet ou n'envisageant la
qu'au point de vue au pnuci
M^iut aire que l'empru 11, eu
trs (eu d'adversaire*,
u, qui du avoir retuai ue le
Moue cepeudaut qu'il eat, e 1
t*>(avoraule l'eiupiuut, qui1.
aime ludiBpaiistbie.Soii au-
collgue dea nuance, l Ujuora
.tranger
Par tdbli 4 J i'1'et
BERLIN Le baron Leoarechting a t re-
ronnti coupable Je haute trahison et conda" n
la prison poui la vie, Munich, il avait ICCUM d avoir t en constante communication
avec le ministre franais, Dard a Munich et d'a-
voir cssive de r.ali er la sparation de I Allen
gne du sud avic 1 Allemagne du nord au moyin
des troupes Iraiia kSl d occua.tiati. La bgM de
division pi o pose d .prs I accusation devait su v e
le Mem
VAKSOVIH Des troubles ont clat* lier *
Vilna lu ,;ue le -ito.es polonais J eunnt cm
|>.li un coofiltCDCi r aiiti i.iaeite Je ptononcer
un discour i|u'tl BVak annonc L'argent d pa
lice a etc tue et deux priso uwi bleswl La po-
lice l'ait gardM les 11.Dilations des israeuus
IAKIi i.a recolie du ble eunt atiictaire
le gouvernement a t aiomO a lix:r par dcrit
le pourcentage de son et autres Wlftiinl dans
la tinue
DLdllN Us troupes rgulires prir nt d as
saut le uurcij Jt ,u n ,i,M.ri.ii ur.g ilires.
Les insurges sont iiiautuiant cerns uaus tiois
ntels bicsiiam, liranei.ie cl Crown
bl.r.LIN lj police a deiinitivc-m-nt iden-
tili Ici ISMIIini de M t on pense qu'il est mois de danger. Le traite Je lia
r.i.o i utre l'Mttmflnc et la Kussie lui taim
hier par le Reichstag
M.-s. \itbi.u une bombe Un e dans li
coui de i'cJm.e ucs syndicats ouvriers a blets* un
certain nombre Je t'Cisonucs el a cause des degJits
considrait.ic a I eJili.e
l'AKia L* projet d; dsarmement gn.al
de lotd itot.it CeU lut prsent en deuil a la
commission. Ce projet aurait t accue lit dv.irab c
ineiu par plupart Ucs dlgue*. Le u.ilieuxo li.uls
Iranais rcsti.nent ns juste et appuient le pnucipal
argument u'apri kq m le de;armement De peut
tro iticclu que s n est universel
lars les ceat livrer, et le
eat du droit territoru
1er cinquante centimes et
faut-il le dire e' le r#pl. i notr? tto^re^ chau^ura, et celiea !e leur 5*Sf?..tdd^ 'n.3.e,,es'
enfants rt celles oe leurs femmes
Keiin, tin pur l'ancien 'gime du
mtier* futd-nlt La libert ardva
au milif-u du neuiile de Franc* irK
un brin de conycei ce qui ate^f
nui au d ko s ;du "b asitr, s'ea
alla c'a-z d autres monaes se dveiou
per dans leurs ccears, aux ateliers e
rc.non Jme i l'effort qui vest fourni, dins les communauts publiques.Li
Que cett? moaoa i en soa un t paie changea en relativit de ce
d ses si.k>irisions l'appelle suivant qu'elle fut auparavant.
Isa contres. iratK, riilltun, naark, Dj* avaoi, sous llataeoci bien
pesetas, dollar oa ):ir.l,f, cette sen faisante de 1 di de 1776 rorian-
tBe rc nom que, au mpr.s des dans la gnaoeoMCt ouvrier frmct.s sous I orgao-sation du colo t
rard s -tdes Maint Pt*iaire. et d un* excution ian'. la
baUonnaJe abvint le
conc:pioi comme in" i*c>' uaiver
si'aire, qu'il n'es' pai^t d'iflccrtitad'
par les eiprieaces ralises, u<"* i' dust-i- et lagn ultur d'un P*vs d
n*o1uc"'ioT, *jr"nd ou oH ?. se diva
bppent autan; qie ses pro lu U 11
doi la valeur raarch nie re^te cor
rtablies
i ua dol
tant d'au
a collecta
vite laborieuse baitieone devat n
bir I* rgime du SancpoL du tt> Oc
lobre 184S qui recevait *o is !e vet
dguis, de 1 2 i;s op sur le pro
dait des vente* de ses denres e,ue
l'administration Mcaissait de cre
mire mua ea passant la mareban
dis; ainsi ralise pour co-npte, i qui
elle voulait ou i qui tait co nplu
samment dsign.
Et comme loi de protection d-s
agric Wieurs traits de Is so-'e, il fat
d fi le code Rural rtablissant U
plu< gra ides autorit?'echiqae-' le abolition
meure inluctable en son untver'ali
t et (n mme temps, ea sa haute ment des vieilles coutumes
j g ice. vail Le progrs imposa ses constitti
A'issi' i ct de tonte* les contro non et ses rglements, et vers la 6 i
, sen ressaisisse t rgan que bastonnade ebvint le graal lug. M
da Tra ce"ttue d'un rsine militaire atroce
et infernal, compltant la ruine des
cultures que la tempte de T'adpen
ver
:s e" d '
lig 'ces le
m l'a sao e
l comnentarres des mtel d-t .'il\me sicle, perarent ^e nin
plus sou/ent butes et breuses lois sociales lois de p- otec
i l' en e des fa s Jter t:on ou mme, de prvoyance et J, ouragement eavers aos travailleur!
dance n'avait pa achever. IV!les tu
rent les mesures de prote:tioue:d'en
minera en toutes m t ree him iaes,
CMi 9 ai
tt ces savantes dmorsTiions,
qu'elles mon en di pus p o'ond
c euset de la terre et des eaux ;
qu e les descendent des ci ea e des
airs en la plus biute en/o'e, i ira
vers les couches hum d s de a terre,
o'i laut dans le travail.
Cette minifeste rnancipiti'-n mit
les gouvernants en garde avec eux-
m ns. se survaillant dans la g- s 10
de la Chose l'ublique.
Ds 1 rs une nouvelle p'aie fo-me
gouvirnemen'ale, malgr les rb'nies
du sol
Suivant l'article s <* I* li du Ma
nopoli, l'Etat donnait a fernae les d i
aaaines des anciens colons contra
dei proluita agricoles ainsi class* -
le fermier s'obligeait lut renirc
pour chaque carreau plant da can
Al'LANll- U liste des morts i la suite du froid glacial dans le lo d b'cU des
de la catastio, lie du Midnighi h ver WmJ.ow
sur 1a ligne du r'ii.|.iJi.lr>nia aul Kcading est por
tec sept, le conducteur du iraiu | i". .Naceetaui
mon auiuurd liui
oaos et des ai s asphyxiants de
l'ether ar.u drs deux, elles rt bondi
root sur elles mm s pour se valoir
sur ces nouveaux principes- Ceitj
enrii, le triomphe du dernier sicle
sous le cachet d'une plus graaie |us
tice dans les nouvelles co nmuaiu
ts, dont tou.es lois sccialei, politi
*
u Lt lu le
autant quelles se rapprocfecool ou ., conomiques, avant qu'elles
Bekegnetont de la brutale ralit qui J|f |orM excu,0,re seront exami-
uLat cojo.ui
p oc ame ua tel i>
que.
Vous gagnerez votre rain la
su;ut de votre fro it liait le pre
imer an 1 LhoDin- i qui on par
lait, d v nt |omr un |onr d'une li
berc essentielle 1 son ftre, pe pou
vait supposer dans l'obscurit de
du pouvoir devint mondiale et fi^it ne. ceat iivrcs de 8"0P' ** "t, de
les atirbtioas des grants de 1 Hta *C1 coton, ciu-iuaote livrea
ecu:i e de ces denres. Au-des
ns te ci)3 carr ait, en sus de cette
snaerffciv le le mi.'i d;s*ait donner
deux tiers d; c-t'e orenire ^uaati
t, jusqu'i trente cirreiui ; et d'un
tiers au deli de trente.
Voudra t on se tappeler du Cm
ne^.mesares dans leur lustejport;, 9*** Prr,e,v * r lo'
en harmonie avec ceeue le matre a du M ^^ 51' lejnel doana
vou u lieu au plus grani seand-ie adminia
AujourJ hui, en tous pays consti- \n[lt 1ui -j6 6, M*** ptrptr dans
tus, on semble avo r compris ce la iaute ^ioistratioa du pavs >
tue hier on avait longtemps nglig B1n"ia,re.d1e b?n pnune rie la
e comprendre. La revendicauoo est faml,le ,tnPrule' doot '" dae:e
dants paraissent encore trs fia'iet
unanitne
toa sent, on peut ajouter aa cuti ne de
l'anciennet de ces temps, toutes ces
parce qu'elL est |uste Le ,
Noua avons annone que lea Hai- Prrmiers ,e,nPs tieuaae propoaeni d lever un mo- Ioi d* Mit rc* ' alUlt P,us tard tre ptoc'am g-and ; il devient le
nument Touaaaint Louverture, l'un fP^s le sceau dune justice saciei tien de l'htat dans ses charges com
d-H librairan de la Upubliqna E le sera un amendement i ce;te obii me dans ses devoiis les plus imm- me"res administra-ives qui devaient,
a>auir, at a peu (le du Noire. L excution 4e ce mo umsut g no laquel.e implarabla virendra diais envers la collectivit. en tout cas, plutt faciliter le pillage
u,quand il er*nt te nui suit .eu coutied a uu ai laie lianitn, M dans la souveraine.* d'une libert Dans le grand bass n del Antilles. ' deniers del Rpublique et de
1 Etpose eueral de 1^21. Neruiil Cliailaa.a faiia.et ara eleve ap nouiCi mesurer kj eflorts du la petite Rpub qiedHam. n: 4, Empire d Hati, i*-i t
coup de gna, et non dea
^it. a la Luuvuiie. qu'un graud
W allait tt.e realiae, croyaient
uir divtrier l'or du Pactole
wepay. Le rl.ul.at dei nn-
de 1670. I8.w0# lyiu u avait
ir la place ituee en face du Paiaia Travailleur, jusqu' taire de son tra
allouai, Po t-au Prnce. vail qui loi donnera .e pan. Une
U
sur
M
It est ddddd que I inauguratio 1
sera entoure du plu* g *ud clat
Ton '* natfig'r RATunnnaai d
la Rpublique d'iUiti dlLrout de
0)
qie
rectement de I -u> de ct'e minci
la masse laborieuse, et, mettre perp
Udonnrra ie pan. Une nation, sous la la-te, end .mrue de tuellement en grand dlfit U GatiN
Tolain celle du CaattaL.cn vise bbtrtiou la Mar/.td ,eodm..n pub,.que que seules m misa on
issanis fiction devant tre d un chambarie ne .t .0 .e de fcu iflrneesdupapier-moaoate fiaaimt
'tuiBi ieUr ouvrir les yeux U WfV10 0lJB'0 ^^ w*ud uo tux
JJ qi'ila ue comprenaient neu
JJWuei'eiupruDi. Un empruut
ww racleter la Dette eiiint-ure
! io moment o cette opra
l'ca au ciiarjge du f.anc, et
oire dette .u tien de 100
h joioinal. tait certes dai-
ata lea cooduioni qui noua
""*"'"*' ,ccepl" Z^T^Zi&ZiS* yo"V"''. ">: !"
t Um4nl.t*UiemaiiidelinauguraUo*. [^"'J* 1 humanit ent re aspi
pot dca piomenad 1 Of "
!o ce orr:
d'ui puissant
ens'mble dans l'intensit du labeur, et de .ang de l'aticiea rg n; des ait
n-is ^geai indispensables de la pro iilS, comment rcons 1 un elle e Ma,s "Pu,s Rl" aaM un "J"
4ac;aa travl. don l'aie M S .n-Dom.o ttiSl mal conduit. N aura avaota
A'aOMfoil, si dans les premires otie avec ses immenses niantati.-.na. BrseineQl traasform du recel des
chaque fois combler.
Mais depuis I Rien dans un
"rlerent, en principe, on ea
d accord c eat comme en
" nllle-eatcequifeil la beaut
lea pai'i-n a et aiuea ta Tou*ii<'t.
Louverture aeront g ilemeat inv t le;
les euqae d liaiu uni accep
faire u re ce jour une mrase
cuaquA paroiaan u la HipuOli
ea mmoire de Tousaaiut-Lauver
tare.
Le librateur dllsti fut un qq .
riux serviteur d, la fronce. U uu ***** ou *.wupi de trergequt Sole.
"P es qu allait pa'ir net duuloureusemeoi
ira '
D' i.ie po. t dca piomenad s aa Cette libert: une fois acquise ou d
vtis: i-jutetois, si dans les premires gue, avec ses immenses pi totatlnai, n**- "~ - -- ...
e d, poques du travail monopolise et r. tait devenu le grenier de U Mtro Pr oJe* mipriales haittiaoe* aax
dna ge i0us tes cenventions d apprea'is ple appaences dmocratiques de la R.
'N'* sage at de salaires contraires la lus Pouvons-noes rpondre crlte m Publ 1us d Haitl * dc noe*^
" tice divine, \'bomm falron ne mesu lerrogai.on sans frmir de honte et wtnpei. oui ua deip itis-ue aust
ra paa mme la ration a la corve d'm iign-tion, et nous voiler la face ? ,*B01r*Dt ^ dtri:teur. s appuyait
bert sur PIestlSe el lins'ru:'.ion des po
feron aux lieux marque par ie ne, ne tarda i lai.e une me
-- vat vu qui tait ib urjou'a ------ ------ -----' r
[lueipe et du patrioiiame. Ma- |>uveur di ciand hoame, nolam pat a l'a v an. lho.nm- d-
Jjwaaiinr. quaud il faut en arri ft801 >ur l'habitation Urda Un co dans la lmunraon jaste et
i lare
peme
qai
de 1801, auro e de
....., ..tpa!.r net douloureusement '" eQ "> ,at gouvern
ut une organisa-ion publique djnt le ans des erreurs es plus profondes
01 labour.ar de. champi reJevienJra d" C"M ,e.s P1"011"1 Ja?a
laisser inter/emr,a 1 comble de leurs
dsordres de toutes sortes, le gendar
*ot
r
ci
-------, ^uiii_l II nui Cli Bill
* PplicauoiiB. lea daaccorda U6 sera form auQap-laiiiea pour Uoie du ia-jeut fourai
aller loiagortc aur ce lieu de Dell Aprs tant ie sicles de s^lairs
linci de touasaint une plaque por duils^ous inviJ)b ,.
tnt celle m-ci 1 ition- Ici eat ue ., r -
Touiiaint Louvirtara.a " d "^"P' "JT" / "P;i''
tavec les progrs l^nt d;s ap ra
(Noovilliite di la Ouideloupe) I'00" humaines, dt na les an 1 -ns
rivilges Car dire il est vra1,
=---------------------- atenpe prenrseu'- d 1 7^^
,. rance, dans les cou -e; p ^ b < d
|/ft 00n Org'.l'tlSlC foyrrdelanoovle lum-i as
peimissioaa obtenir de l'amof
honifh1 Pr le fait de Ihoalilii
al i ,0U P" oel,i d ch'1
attn.i?aC,rCQQ,t"Dcea. ajit et lin
l^^er-tion des dtails de l'.f
,v"w vraiment dommage
< ne, sus un ne m qui
>rta it sur ses paules
"> des coups it f juet
a -, iei njuve*ux far
^^
4 vendre
.
hu'Qt* *tat oeuf, avec haruaiit
B"Oorffaniste-.baa r* es' dema-d
Ra ,"u-.7,u".':: r"'1-"0 dj,:e^e Po,t '"K,mc
11 fleuves. Bons appoioemenK
>g y dtsec au cur-
>l4lau
qui veut touv rige.ii 1 po ir por voir
.hanter, hors de la p tea e, tut pic
vr; ariette Le-= s.vctiers ne liront
(lus pris a partie d*vo (ait
la bie i- o
aura r 1 v > i v ,1
peine ce se, drs coopi aitaool me T0,$,Q P0dr ^ ^poser l ordre et
du pre n et ii -, ie* nouveaux far Paix*
deaux du 1 uval oi 1 x rgim: I Et aa milieu de cette paix doit
Av i-< n -Tim: ai i'l te njus resterons encore longtemps d;
de la b: te t le 'nl>- a KO, ce biteurs de la grande Rpublique Etoi
futdabo 1. 11 dji lu Quart imo/ le de l'Union, quel est le bilan qus
par le tcei du 7 t4 et nous ont laiss plus de cent anne
cet ag sient: d- h lo ri > : aie c'a a sep de tant de cynisme politique et d'il
lemb e iS.e prlcvaat au p.oh; du capacits administratives ?
l'un: E. t ep.;gtu.it la classe pi Aurons nous ici le tempe et la p'a
v.lg e, une (axe la sort e sur le* ce ncessaires de taire un rsum Je
produits cor-om qus du o' dcl tout ce qui semble plus a vu: m
mtn- le T fi etau tiapp d'ua droit 4 ros yeux d une situation nuuaale
d capa tat > I- Oa ju
e 1.
barr que. mais bon dnr i l'tfaf
eu. tage de la consommation locale.
aaaentable,mais au bout de lajue U
oa se co iso e de pouvoir tioaver
dans la matrise d'une cao
i-
auoe ceo<....u0j


leVKTlN
*.
!os Pompiers
Nous recevons la note suivante :
ijt Juillet courant > 1^.40 P. 11. l'alarie
fut donne la Caserne de Pompiers qu'us in-
cendie, lioni on Ignore la cause avait clat dans
une usine t sucre Carreleur Les pompiers r
rdirent l'appel immdiatement Arrivs sur
ieu du sinistre ils eurent une conduite admi-
rable
Le 4 Juillet courant a 12.50 . M l'alarme tait
donne a la caserne de. porooiers par le poste de
police du Sacr C.osur ou un incendie avait cla
t au rex-de chausse d'une maison de deux ta
ges situe au No 2S del rue Q. Dli mioutes
pre la compagnie des pompiers tau sur les
lieux et prenait toutes les mesures pour empcher
dt plus grands dommages
L'assistant Chel Je la liarde, Emmanuel Ro'm
guei conduisit ses hommes avec beaucoup d'in
ttUigence.
} esse: srsa:
^r^ST.-r3r3s:a
Faibles, Anmiques,
Convalescents
vous retrouvera les forces perdues en prenant
L'EMULSION SCOTT
aliment tonique par excellence, et trs facilement
a- -niable, proprit qui la recommande aux estomacs
y 1, las dlicats,
Fte redemanda
Soue ie giU an profit fa ,
'de laCr h- Simed' 8 luilVeti
V rits ( Tlphone p-> )
\ Entie a gourdes, place i W
gouid'S. ^B'
I.a direction de Varits toi
nrble nous informe que letU*
s'enlvent mme par t*iph2
qui nous tait prsager uo neti
SLCCj.
rrlitique.le rrrmier 'an d'en *ori'
Ce son, enfin, des braves et coura _
geux producteur ruraux lourdement
imposs, sur qui, de plus, la class;
privilgie, rcalcitiante des Ta>e ,
veut voi' encore maintenir 'es ta- .
ciens impts que de les partagr
avec eus ;
Des campafnf< me onte. aoan
doutes sjus le mo'cillemnt qu'a- |
vantase une loi agraire devenue par
iioe tolrance calcul*e et V aptitude
de l'admiotftraiioa comptente, p'u-
tt uni entrave au dveloppement
de 'a ptti e culture ;
||l.)es communes anciennement moins
pauvres, frappes d'inertie et incaDa*
bls de se rvler avtc la loi d> 1876
sur les contributions
placer par une nouvt
taies communales p
Des coles urbaines sans en/ants. ication de
et es entants ruraux sans coles re- a,t
lgus tn fille, d ns le serv ce de la
domestict et asservis au service du
Par Cable
Nouvelles trangres
"Petit Cecl'
Comit Hatien de
MJIitnceFrao^
Lb membres de l'Alliant
aiee et I"h Rtnis de la "
veulent 1 rendre part au
17 Juillet sont pris j
Chez Monsieur F. Fatton,
on l'Htel de. France
de Fru
Fr*see|
l aautene qui *nt l'en aaraedi an aura lien a l Htel
P UtOlok tonnec'onrr I* aaiann heures 1(8.
fut on vrai faMtf, on v paaaa des
momant* vraiment deviens. Ce fut
----------- --------------------une aoire de rve Le Preienr, r******! gV t?in\
------------------------------- ,vpc^n nrbani' habille, fit on Le O IIS NX tt Estai
, . -.____, .cruil des olia vnrlhiia-*a ae* a. I sance de demain serti
chambre '*;;- *< c,rf2! nombreux Invite qni entarstit re**. t e npp rt de la Cornuins^
*"**' *' T,""t 'tmo l '"'r '' f Le ft\ il *elt radieux et le ciel etair |a,l6 $ raid ?i'Iera.
ont rogeMU d-en hiat avec ans Qa eti que ce r-poortan
rrvl'iera d'yeux Dm* la vaste cour Tre du C mailler Ctiarlsi "
tenaent d' g-oooea d'exq rai a- L* f*ila, di la rappert,t
)ick, les marchaux !o!fre et Foch et
M Lon Bsurg'oi'.
PARIS 4 La commission
d'S rpara ions a envoy ?ujour'a'hii
an gouvernement 4* Uk aine
Ji LeS dljJUS SV )lt ~ i,V,a-qembUiant ra eone^nt,: il rMl, r.,Mfl
allie (lavanlll (i'im II SSOU li-er de beao', de grse *t d'lgan p a le dro t parlerDeatara.lf
ut vuu,ai wwwm ! invAiiV- rhanter et'e nnnt
ds Kparatious
appli
ce, en rou it, joyeux, chanter ete noneer ear le peine
voix an1* verb: du vent toile ant pareille matire
m^'i i profit la nuit, ce tombre ail-n ,> 1 1 ujj *-i
ce lu "OVeil DtBI un freie dcor de AV'H (1& tlRtl
, comni ttarz "* s-s .-ri^.i .or iv a^jsa'yray; **<***** -*..
a comm. sioi L,z no.e n HuM des reianat t-ir ov-ttent gate.reiit Ml acaorda nnil7?I{
que la commission a .ppr.. q, trjn,res cont,c |, RJssie L 'a.8 n.iaiqa" bareJOelMN on a, U m.Hj postale pou Na,
Alemagne mil accept va r^ vol.ptueuse-nent griser par >*>gQ|* T^"mi|?
'Ukraine la somme de 400 m'11 D< nir flU. df. chi,frM anroxiaiit ti lo otrlh-n qnl Ottatt dot nrig 8st '
rolportage.grossissant dmesurment ^f mjrk.et elle rann.lle au onfer ' q afS. c "F1 .. .n.AJ. i>httfvntM Le bal prit i
tciiiviu-if/-!, gouvernement ; qu'il faut rem no,c rropos ia tr;t4 p.rjf| tn. "
mil* assiette de tre l'Alema.ne et I Vk&Z trait ^ HA\B- La, dlgus lOfU
us t clives; dont les del J,, ont l port/s P inMW hier la coma ssion
M sans enfants. ltBllon de la commi,sioiP La BOte qae les exper *" hjftN
,,,M *rn!e re- ... .... _______Dissent 1 tat dtaill des rciana
fera
! i L'ejperi anglais rpon4't que les d
-om tails siraien. tiuras eu 'emps vou u
espoir dune moins faible rtribution Le ton ni es ministres
que celle que leur otire une monnaie a0,0urd'hui de soumettre lia.
oationale trop dprcie ; mission dea rpara'pas le projet r *" *** les So'
Un Commerce National actuelle c,mment soumis i Mr Poiacar par J,1fSilI
ment dans le p es extrme marasme
es Soviets au'aient anooi
de payer. Livitootf
srmmettrait plus tard la liste
Grand Rabais
Ceinturon en coUiera, eolliera de
NjuI apprenons d'jpri fa itiataji|i
crtiteur b.iunnique H. M. i. v< ** :
| 25 au al juillet
i.
f imn aille*
Nu avoni re'i II faite part dev
Mlle I ouloue M ranrtkrau ie< Ml
Meilleuri compliam
lietl en mime temps iccptoductive V3IIX dor, \f coat
i l'bta!. milliards de francs.
ono.ctsti'Htatha.tien lui-mme,
annihil sous une srie de mauvais La t VUHCe \Cle
s, en face d'une jeu- m *
gouvernenseuts,
re.tse nationale mielligente sans em
ploi et sans avenir quoique pleii.e
d'esprance, et d une masse inculte
et sans travail, pliant sous le poids \$m associant it peuple fianais au
d'anciennes obligations et des nces- peup|c amricain pour la clbration !
ce l'indpendance amri aine ; il y
Russie avat l'int'n ion d' payer les
intrts ? Mr Liv.motf rpondit ;
Nous ne sommes pis ici pour cela.
Accordant le moia orum dit Mr Al-
phand, quelles g un es doin-z
II* 4 JUlUet vous ? Vous n'avci pas accord le
PARIS 4- le p udent Millerand "" 'ul J" *P"-
envoya un message au prsident Har
su* les plus immdiates et dirigt
par un r.ouveau Cbt de Gouveri
ment dcid et rsolu i une raction
nationale bieolaisaote dont il se fait
le constant idal, raction qui tlll
lendue plus lente par les fautes et les
compromis des Administrations ant:
rieures que le Gouvcnement doi
d'abord attnuer, jusqu' leur com
plle rpaiation.
Donc, eu ce cou t exaaien fait an
y0\ d'tiseut. on peut bien se pen?
trer de la ralit de L'lit national d
aolant ^ la Rpub iqbe i, Impt tv
ritonal, I* Msnopole et le tnquiimt
de SoulOOqaVi s' vancement deafctmp n'ont rail, en
e> t plusieurs crmonies en France
cette occasion.Mr Poincar pronon
ci ua discours au dner doane par la
Les Cour*
N?W YORK i- Sering 44 |f
F arc 12T17
PARIS 3 Starlirg c4.fl
Dollar 12,lf lia
d nia Musical
Mr t,anez noue exruaeia d''re
indiarrpr. Mai hier aoir pn paeant
Junie requte
Noue nom aaajciona la jiate
'pqu'e.d nne confrAree ''L'EaBor'* ...,...,. ,,-. .... -.....K_ .--...
t les Nouvelle" ux Directeurs de par l'Avenue de Tnrgeau n juj limes
ira princiral9i Banques leur dero^n retenus par 'a douce et euave mlo
liant de chanyer-Ua heurea de hu di d unp n een rendent 'a fceiton caniculaire. C''ait raviseant.
Hisiiih dm c de : K heurea du ma C'fat ainsi qoe debout dans la rue
Un a ^ heures d" l'ai'e midi. noua avons savoura tout le dellciMix
,, ,, r Noue t emptons sur Mr Scarpa poir programme de 'a fte de Cf soir la
somme avec l'an veaux que changer d* modalits is iea mova ions. die m vr n inl au b"rd du Ruia
cale* en urr auiettt de JiiVtt eui ____________ 'eau rie Jblin roua ont rrttenU
SaiSea encore piMMi seul le pio -----------------\---------------------- mei-t iherma Noa comohmenta
mauiien t^ ,/,,,; tr,A,,crl. j.. rt .- aux anisi- qui ce bot, vint faire
ducteur scas la laxe icdiiccle des n. jl /{0Uqe> frmir d mot.ore eethiquee le pu
dnies conomiques, sans que 1 ; *! ^
Clyde Steainship Q
Foreign Services
I> 8j8 *' Hati venant des portai
Sud est attendu la Capital* vefll
9 courant et lai**era le mm* ;
pour heiVmYork via les ports du Ni
Il chargera pour NewYork et
les ports Europens via New Yorv^
Les permis d'embarquement n
dlivr sur demande fine cet o/|
E F. CLEHEISfTS, agent gni*|
Fort aul'aiuce, le 6 Juillet 1922
*
vifnt de fire
bli qui ceriainement vendra en
ne lui a jamais rien donc en com "Mr noie 3ell*rd Wjr M fjiri gj,^,^^ prceoxoopcoori
pens.ticu. pas mim la s^llanc, ru ^^^^1^^ " > V'not son gr,nd pt.
ra^- m. ,,.i,,i nui sera iri-hb1omadaira p
Si ce n est point aa,curdhu. que ^^ ", Mf rtlt notr. C0N
l'Empire hatien et sou .egne nobi (* ro0B cfinlmuernrB h 're
laire, c'est tour de mme le rtablis iBi0rd'hal : w inumnl qui ne lait
iement de la Kh-ub'ique dite av.c ni)MCaander la vArit* a oerrne. kouj a\on appri avtc plaisir par un ami ,d
ces ln->fnts n.oriiletca, par ce a,u<- _, roB ?.ncien rgime politique ae.it .ccou ZJSSkim d... a Itflo avec le fer ^^^^J^r^Z^
tum duC< Il ^tllB publique. \0* nie pr^POl de m mm' tcminuer invariablement on- n> i"-e. en eign'nr au p*ya teni chtnes Rin*riement quelconque nasal I ptad
T'me assiette conomique ItrMion uni a font qae l'expia t-r >, s 4uvre
Eclairage En triqu
d Jartnel
LOPE RIVERA
Grand'Itue No 1717 Port au P'ioee
Ajent Exclusif pour la Rpublique d'Haitl *j
UAR10M # QVBSTIER. Bdet
Vins C^"
J. T. BUVKERItSch'edim H"''l
Royal Cliit>w
HUG tS- U W Limi'eA Loodre;
It IhOieur de Ceitainea nouveaux dans lalt^-e 'e la Comuiunr s deii- .
.nha.prAoi tout BU lena '* un manJat de pot eon" Mr v ri ,ore marque tCOSi^e t < t m nde da0< le HIO O* ,c
, i- a ot ab seemeotmoi i ne lX|aUooea ennancreee ioui au long tncieB fn,plovc f ,.,- d., Rlie. 5, ,-, t ,., t K ^,,t v tOBCtiOl c. et eirplo $u malheur d* re .
veur communal. Mr Isi.iore a eie ecroue nier
hs n tiO
i i'
r,Vn
7 e fci.aic.
^ La tin a dea>im^
t.x d, enecs '--' "........- la Prince pou iVicn-ion soigne it rapide i > conmioi 1
cotre vailltui contieie. Lejuje Beauvoir poursuit >on enqute. diou. b;i.n lu; coaS-; ^.uur et: MiiiOM


B
Leho & Fink, lue
supriorit:
Fonde en 1876
BAS PltlX
ftOHPTITUDE
Le Malin
Ai 01 .ne. ?nt
l Mi il
Port un Vf * Jour. .>>
F>partprr ei t
Etrenger
Ioenion e abOiai le Ta p yi
bit* d'VR|)|-.
lac
.2.,j
bapredii* rliinVq- es pharmaceniiques ei h ..1res ariielea ven
||r^'SU'e |hrii.a-i .
jJTKS : Poivre. Cannelle, Giio'e. Anis toile.Muscade ete. etc.
Vre nmiN
IrlCIAIITE-* ,\U^rerrivVe/ Lyenl det.rf caot,Par,uraerP,Ariclea aTTTZTZZ f '
rbrbip", H y Hnm, Chocolal fo pourra. Huile de foie de Jforoe *tffflr|Ol ;
ait, Cold rrppro, Extraits poir fai-e nwi ces et eau de toilette Eii J 't>v\ t >'n>i f
(Wnioe, Pondre ron e Ira inaecte, Silntijo pour conserver le* un h ' r' '"' J
lut de Mej? ne. Perdre *op*rienre peur la toilette dea enfante Noae eelaoee dos cliente que r-ooe
I
ite leboooei phatmacies di ppyi a'ap>rovisionn*nt ch'z LES'
il, Icc
I Lon II. Ihbattd
Agewt eit-rue f povr H iti
[ Pard Cil Corporation
pbricaliug Oils
I & (reases
Hniles el Graisses
|rix et qualits defian
concurrence.
""ETREEPWNT:.'.Nr:
flC! AMUIER, RIME M TAIHL xl.B
M tout* rtuilloa O l'OD t'MlM*
hm .in li.. NOUVEL ALMNJ)
ilfl . r. i nt' .. a. i
I ! Pby-U|a rai.ww. (i
< lune lu'ln. L Hyf ullmt
mmi ni o- ! **rl Uf ptu*. I uuf
/r*nu> oh. mai u> - Uno*. Ocxia. HM.i,o-
il-in. S ci. ".iialiar mi|*i-i Ji-wi .1 ior a>
nain, du i.,u, nt'lir.. l-oui J-r-n.n. -m i,i. *.- ,., la
Mrt- i* 0 r BHfl tOiltloOou /iii-IK) r 5'' #1 '( Kiuf
k"*?!" ' McMio.nm.ii.. rn-4 i. Ufelml la IpWklv
MrCtaM.HMkMiMt.PIMM. HMwb PMT mmm7m#
LehnetFink
(Maiton fonde en 187b)
New-York, .U.A.
Laboratoires Bloomfield, N. J., . U. A.
Extraits liquides
Sirops
Teintures
Liniments
Dsinfectants
Spcialits
Produits pharmaceutiques
Herbes mdicinales
Onguents
(Esprits
Pastilles
Liio Um
Lon n. Jlibaud

-- Pharmacie F. Sjourn
! Donne avis a sa clier tle.aux mc>crj t au public qu'elle
ta .In .iii .^_ Il 111
AVOCAT
ln'cnne res clients qu'il
r provisoirement No 222 de la Rue Dtrtl Destouches.
Cabinet dp Me GpoaeaSvlvnio. tria itofm" m' ''X\* ^'""ViTT'"'" T "" ptwwl ""Tm
irisun nit son Lahor.ioir d Urologie en un Laborato e de
Retenez ceci:
toute
1
LEON R, HinUD
Ageui excluait Pour lUiti
loshua L. Baily & Co
jraap de toute entreprise industrielle
' du Cniotnerc;
La publicit bien compris con-
duit la fortune.
Lee plot proeprea du monde
jittent cbaq'ie anne plusieurs il*
liooa dana la publicit
Qi| diapnte de l'ergent i la pu
blicit le dlepot* ph proaprit.
VANDERKTi.T
'hurch $ Thomas Street)New Yorl Angto Continental
Sut en Company
J .,, Importation, Exportai on, Commte
Lune lie Ml* lllfUre* et d* nlllS for* iiooeomfrchndi8aaoralaa
w*m,.~ j se r Socit Anonyme eu Capital de
IHUISOHH tte ilHHUH fin.V Ctitt* [JtilH Dix millions de Etsoca.
yDcnimi*, Checks, Ginyham, TO le tJbmtnaraou'aayea prvoyante.
Tt} (>1 C ato ' vous vou,ez B"R^er Rro b?n
F c<1 > cet- flcag |a rODka a't P meilleure nourre d'arhnl* Pi ir fitezdf8 p1'* dt' l,Jb,1M" p,,r p,a
m. c eu'ti tt tt. ut ttf*i.> MTI la, wr VOi commandes. No. a reeem
f/OMrS (llHin t(l(H ILE* mandona roa incorai ar^blea or^an
kfl *' t dis et vcile# brode, blancl et cou
{ prmCipaUX Ci inm-HniOlinuires en leur, qui ont lea dermreB orea iona
liiwii.. i-c- fi > M pariaennes ; dfra.ndtz cbat tillouH.
*W5 UU UtHl8MUn)*,H app VV HlOmient prix pi condition nos Agents &
b Jobhuu L. BuiUy $ ( o. Porl 8UnlaZ benJAm,n c
i l 1 Hit- I IllHI I H
Biolou e ; ppltqu sous I* Direetioo du
Dr / L*. rtooralo r* est ouvrl tous les jours de 7 h ea du matin a 6
Si te a'twlj que cinq mille fr8nn9 CJ" ,s?ir P,,ur tou* ,e? reclierchts et analyses prvue dat.t
en po. he tour l/ncer une affaire en ai'i1r0Q ' ,01Qt, 8aut Pour le
emplorerais aes rois quarts a la r- H aSS nilUllQ el h COUSl Jl,te Ure SCrtO^e
BARNUM o. S9ron,< rPups que le mardi de chaque semaine.
La pabl ci'<* est une simple que oadrvgaer ia Fharmacia pour le rena^igiemeolr
fion deffaire ; file devrait former la Analesd'urines el&ue gasiriqu-,
faction de Wassermann
RiciioodeTriboule,
Eianien du stng et du pus
Kume d s maiires ica'ca,
xan:eo ve cracha*
A Ibiimino raclior
Conaaire Ur* Scrioira
Fiecnerche de SoiMehw H ii> ^onarofus*, '. #vr
r--------------------------'-------------------------------. '^a^?^^^^MMMM
Dr Justin Dominique
Ile h Faru'K <\ Mdee no d F'urii
An en ais>tanf des proie $ urs Den.keel Deu'eboiaua de liaaj
bourg
il
Office : afflua Grpoire 83R
res Je CoxisoUaiions : ? n Sb opeftaaff
.-
LCon R. Ti cl) nrl
Agent txclasif pour Har.i
ire la pression
au Grand Htel de France
'f?** tUuation unique au cnlte de% affaires se recommande
J**^JJ^m n public tt ses nombieux et distingus Clients
*ti f^-^ soigne el tout le confortable ncessaire aux \oya
U^ tmmerce M particulirement aux commetinls de passage
0,*l dbite par galloj et par banques
jlM'V8 d Hordiix Uiniqt* vi Hiat.e
H., n* vie*>neni direct mnU de B\RS*C et sont gii amit put
H, a,,u'f >ouf pouvons U prouver par des CERTlH'JHS que
*sla aisf osition des L lnts.
^japne et Vins Mousseux nrix modrs
MeAug.A.Hrauz
Avocat
Informe ses clients Qu'il a Iran
fir* son cabinet la Hue du centre
Ko 17^1 en face du Cble sous ma
rin.
Consultations de 'J 10'heures
n a'in et de S 5 aors midi.
i Pour gurir ou viter
MIORAINES eONtTIPATIOH
COKJHTiOtiJ IfOlidDlttMINTJ
IMBARNAS OASTRIOUC
IL SUFFIT de prendre
il l'un <* ->ro i peuB
tout lM d*ui jour uyi.mini
nie Pilule dn C Dskut
447,rue du Faub' ft-Denla, Paria
Mais0fautdctftoc' '
Une Combinaison Efficace
ton: tout d fr..t M -K.I

I t~'*il
BHvTT '. PARU
s

WUrHM i* lai raitu dit
i .!!! un foi/uilo Jt
Pour Produira
DE'- IEAUZ CotVEUX
quelque (touttw rl Barry'" Trieonherous plumun foi par i
t n maMaite avre le bout des doigta.
Une vive, inaiit paa avre broaaa daa cheveux t du cuir abat la
JoumelleiiKii!
Ce traitement fait rgulirement, rend le* cheveux moua, tonaSi
forta et uiuKniuquee.
Ach. ' Barry'' Tricopktrout aujourd'hui ehu noir phafnuxeitn t
tkrt vutn marchand. t.
Employa U tout de nil* tt onlUt Un rUuUalt. m
i
S
1
I
. *


n va un
i
Rhumatismes
Nvragieo
Goutto
Gravclle
Artrio
Sclrose
Obsit
Qui v*ut rester Jeune a 6vUrr
letrhumaHemea.ledurelseemrn
,i artre l'ensablement des
raina. lee *arlcea et robalt* doit
liminer l'*XO*e d'acioe ttrteju*.
ce po!i*n Je nntre orfan'tmc,
t faire 4e cure raulWfxe
VJRODONAL.
X ' f -ii '
V ( /i t 7 r ?/' .? i- ( >ij
- T .-' tfr t,-., ... : ,-


Cl:.
:
li; ml
.

r,,,,- -., , ? f \ Misa M r^r
t: Ha i
\M(-I '' '
| S'I.II.U*!''' !':
! LINY OLu
j w.
pgftt.''
JiILLAM A UJII, Ljata gueraux pour llaili 10, Bu in fc,aaia fatal
| |r> -'r-f..f-af.
Ji-u.
.l.,.V.,i.i
B L G G Y S
En vente chez
L. preetzmannAGGERUOLU
Hue di Uuii.
Pharmacie Centrale
Produits de toute, frauheni. Ezcuhon promue et hs.oxgn 't
c-wLonnantm $pe\n*bhspour unies HlilfciM*.
ta Maison H. Silvera
Annonce ses Bombe*m clients qu'elle
vient de recevoir par le* dernier*
bateaux les article* suivant*,de toute
supriorit et meilleur march
que partout ailleurs*
Cas mir angl.ds t n veants,
Dia oni nr>ir suprieur.
Alpaga Baptiste fifiplir 61 pour chenises.
Colon draps an lais 9|,
Co on adrapi amricain *|4
Vm> bln a cH'reaux ft barres.
Vt le nnJ bhnc tt couleur-
Orgtndi <*oulenr
Serpe tvoir ei bl-umarn pouijupes.
l)a i a?sr blanc e- 0 leur rour u> ppes
Toile maillas sup.
Toi'p drap* pot (il 10,4.
Madrai lopriDtir pour t l-cjusej
Crpe an guis
TuHf pour %oile ri pou mors'iq'iairr
|ao()ebrodf8 s"is*e detoatsa lea qualit P" tente-
Molletons couleur sup. et m,
atollelons blancs snpiirtiir.
Dock blanc Ekl b'arc
DrtHifilb^ne iiUw 1WM corot blanc artg *up'
* Sa in chine pour lai lu#e
ktki jaune non exltn qualit.
Percale lais ne *! a sut).
Calicot Joui II*.
ralirfll |iO1r ]"OOn* P i|-iA ;blnc ^.
lusrina b:rr s p or taliUnrs
" Crpod fioolauf flenr I
Deuil noir Mip. Tofior pour j.ip*.
ToPor nonr cttermse et pour rodes,
Voile hroitt COu'
gvtnart* blanche rt f.mleur n>n
Sovem bltnc r coulerf ip^rieor.
Namoi.K ba i"'0 COiil -no
gmleflri d ioleiia bltobt ronUur.
Bretelle-1 po'ice pour hommee PQp.
Bret>tlee p. indian hee-l cont poo piircaB & chemina
Wft JSnCin Ponrch- m,8es 4 hoiMM ft rob*. etc etc
Ffine* wi> auant d'alter ailleurs *
vous u^rei5 a(t/



a
Elles scmtlieretises ^
et en bonne sant

Ailentioii
Vous Devriez l'Etre Aussi
Un grand nombre de maladies des femmes n'entrent pas
dans le domaine de la chiruigie. La chirurgie ne peut rien
changer de place ni dplacer les organes-du moins rien de
semblable n'a . i..X jusqu' maintenant
Un petit mcanisme d'une pendule peut desserrer et la
pendule avance eu retarde. Si le mcanisme n'est -, as i '
remis en place ci mages srieux. Cent exactement la mrr.e chc;e avec
les maladies des (emmes; elles commencent d'un rien :
li l'on ne prt:e atWMloo tllej prcduient de* aituatkau
srieuses.
Aussittque les premiers s>mptomer.pi air.L ntp a i
la Composition Vgtale de Lydia h. i ait .
soulager le r.;a!a!?c ^i :^..:i .'iicr c^. d m .
maladie plus sticu:.s.
Hum^cio, Puerto Rico. "J'ai pris aCcn ; [l! '"'
di Lydia E. Hokhampottt rueguvrir d< ., bian
ie oufTrai^ depuis l-jir.r'jn pi. .'
J'avais cun^tacomcnt i as '; 'jlarr. Une t: i i
ayant obtenu li? r'*'i't,rt* axes ar.tsavee^ ; I
Vf6taie tt ma mra ayant |ra: rnant banerlti .
ploi je ma suis dcide * J' ;.-. '>,
muLamont ttes rtei amies. Je lui i
en ch : ite les loaan(rts oba^je jour." Zoiiaida L.:;.,
Homacao, Puert-> Rico.
Plusieuros lettres ulruil,.'rcs prouveu'. ISS vevtuci omposition VegtaJ i
pi Lydia E.KnkKai?
' \ tin s rmri \n Mcaiema c<
CVl. .. I'. A.
Meubles meubles
R
avan
Grand ehoil de cbatMl fl Dodines, amricaines e lirafiU
rliiue en bois Fanleuils. jux de Ion en oer. eo imilitt
rmlirg'iiy. en !V( y^r vii'able emb^irr Cuir ve-;l IA< en \
1er al uivre. pu loul eu vre Vliro rs biseau es e-i jolis catlrtM
t:q airfi Tapis de >alon et DMfenfo rli lit Pe-l les Tables M
Ion Tai is ruor 'ablej I) -ps de lit Toiles diap fil- fil et colM
coirn ^ rvieiips te u iletieje baiu.Servitl es dam^se* poorj
Toilo ran pour l>t| pet, etc.
| Chez Paul E. Auxili
Bue Iraversire $ Magasin de I
I PAULE^UXI
Rue Traversre &
\ Magasin de l'H
Informez vous to-jours
de faire vos arhats. df* prit de*
pales ( Blarkboll ) noires jaune* ^^ d rouge* et blanches "^^ mfl'.|e( r cortt qu il >\n* d- re.evo.r pr Ihs dernar* bi*
umbus. et aussi du Uraga nor .^ lSQ a.c0r,im9nt e*l e .mrne loujonr* t > vare.MJ
olumbua). A'ous recommandons consciencieux.il laliafa.t tous UH^
h^JA4%^ VUite* ce migasin, avant de
pour sa supni icinnsque que ~0g achat S.
pour l'extrme modicit de as J
prix... allez voir. ,,,......, ,..........m ,pm
Chez l'agent gnral i e|
Napolon t9f rancisi Voulez-vous treconfortablem^
A4r promut/* l ( A J
Passagers qui visitez Portau-rri
Prentx votre pension )
L'Htel Central
Journaux \
de Pari*
Viennent d'arriver,
i jl Mai su n luin.
< En vente la Librairie
ijt.8, Rue Amricaine.
Numros du
du Malin
. Champ d) Mtrs; Vue sur la ^
_____ \ O le service est irrprochable-^
Maurice BtUntt Fils PeH*ion.Demi Pension. Tf*d0
Anpv jesRut du MaK.sm ic Vins fins de premier choix, &*
*Vj5FJ2*m Sorbet*.- mllard.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM