<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN Nouvelles de la Russie BERLIN— le Freint organe ne cialiete indpendant, dclare miioui d'boi qu'un tiiarnvirst reraolarara la premier ministre I mue de la Uns PIP dea Soviet* pendant aon absence blige de Moscou de six semaines rcessite par ton tat de sant. As a sait qu'A une lieue de Mi agoane, ou traverse l'tang du me ne dire du Journal les .'{hommes qui, „ „ ,,, r i , ,,„ rrendront les rnes du Gouverne-( D om : ba, g Dai " ment sont J. V. stalin Lo Kameueff et A. Y. Bykoff. M V ^talin. d'eores l'srtic'e dn mme Journal est Bolcheviate. Geer fien, de nationalit Inique, est de rieiut comme tant autsritaire M. Kamrneff est prsident des soviet* •le Moscou et ept considr comme libral. M, Rynoff a t un des pr.= noiera champions de la nouvelle politique ecenomique. On croit qu'il des ides librales mais Le Frei liet i ajoute qu'il n'est pas autontai re. la nomination do trloutfira' n tb officienscrnent rapport par le p9rt> communiste. Dsns 1rs milieux polit" eues l'opinion Fetrble trt que ce inurevirat est form comme on I eu de la direction du tiio qui rest i ti entre i> g mains de Ksmeneff. Fall •UgDf d'tre signal : TrHzky n'ep lut ras partie, ce qui semble donner craoe a aux bruits qui tir nient en dehors rie la Russie qu'il i 'c.-t pins populaire parmi les cercKioolitai <-*n ramtrqaa la resprinblarice di: irloflDfirat %  itatl avec le trio m vira r*e la vieille Home t directoire fiai aie perdant la lvolmion. I es coir n pillai ursellen anripfcri djaun parallle liielo; i quo et font aussi reinm t aer que depareilIfRlransilions afin Missent invariBblemf nt les rpuhh tiues etlaisstmt l.i eoi te ouverte d'm portantes transformations La qna tion d'un succespfur poitil le Le" Dire revient aussi sur !e lapis st le i crivains de Berlin considrent le m istre des allaire9 iisn^i resTcliictiiinecomn.e leceadident le plus lo; iqne. Bans certains milieux on si ^riale le fait que les membres pro fnintnts soviets Berlin se -CM lceroroent n-ndt-s en hte Moi rou en raison de la maladie de !.• une. Tchiclterir.e seul et,: resta ici d'eu l'on ceaclut qu-il attend nr hppel poor preurite la direction di gouvernement de a soviets. Lu outra deTchictaeiii.u les autre' cstidie'ktH eonsiof re* comme prob kits BO&t ZfDOvLsfl Tro'zky Kayko\ ky et Raykovsky I opiaion est qut ZuMVltfl scia probal ement cart* en ipiaon ce tan extrme radicalis me qui ne s'ecrorde prjs avec II ou va Ile poliiioue des soviets. Li aadidatuie de Trotsky est consirii ia comme ( -ontestabie parce qa'i n'est pM de pure origine russe e Bjoli a eu outie des ides trs con munistes tout en ayant des lendai ces imprialistes. Tctoicherine set Jble-t'il serait l'homme de la fcif;iaioi *.< poirt de vue des relations intei nationales. hiv s nnons aujourd'hui qu'il' autie spcialiste allemsad avait et< rnai.u auprs de Lnine ,1e piotf aeur Flechaig uaa autorit dans le: maladies de cei veon a t pri de si rendre Laaariiaiement en Russie Dsns un communique publi pa> ie cabine' i soi'e ri one isen %  ion avec M Bergnann qui a reprf .-.<• la gouvernement a ia reoniui des bauquiersinterna ionaax a sjou n l'examea d un emprunt TAU snaene. Le gouvernement a annonequ'il va prendte de i,ouvertes mess re* pour placer les finances natu sales sur un pied plus ferme d< taan enrayer une plus ariens* dprciation de la mermaie. Si ee mesares ae russissent; pas l'Allerm gae saggeiera k la eommis^ion de raijparatious dappioaver telle i :o i iieajion du programme actuel de fjaieti-.Tits OD or qui paissent parai tre acessaiie a raffermir le mark OD Uen4 *f.i la proth.i a ngocia lion avec La comit alli qui tourm se. l'occasion ea chance'ier VTirtb et t au Miaittre daa Fiaai.ee* Hem. e Lcbangc-r l ni opiaiar^ sut le su ,et dea rformes finaneirea pioai *ea par le Gtouvaruemeut lors u< •ea rcente pourparler avec la aom %  aissiea dea laaraUcns ns de Letii'Gove et de MiragoAne. Ce qui peut-tre ne retient pas i ai tn'ion, c'est la grande prosprit agricole pouvant dcouler de l utile sa'ioa de cette nappe d'eau. A ma lonnaissance, i des poques li?criefl,uae compagnie d'ingnieurs Hatiens et trangers firent des tuies 1 ce sujet, tous furent unanimes i ie connatre le profit en tirer par '.agriculture. Ce problme de l'tang pourrait tire tudi par le Upacitii' !.t de l'Agriculture sous trois as>' cis diffrents ; 10— Asschement 2J— Arrosemcnt par l'tang 3 ;• %  i iosemer.1 par quelques sour ces alimentant l'tang et pou vant donner un fort dbit d'eau. ASSCHEMENT— L'fang enlevant bjque anne une grande quantit cteiie— il s'agiraait de la lui repren iiet par ainsi ramener l'eau i SCD lit naturel. Lette opration est juge facile et peu dispendieuse pour un ingnieur |ui v.s.U les lieux il y a enviro t'ux sn-. Son opinion ft que cettr ;aitie assche serait des plus fertiles t fournitait eu outre une quantit l'asphalte. Du fait de cet asschemeat, le Do naine tirera. I une quantit de terrt ;<>rour l'htat a faire l'irrigation de VI i raoaoe seule par l'tang. ARSOIBMBT PAR LBI SOURCES ALIMkNTANT L'ETANG — Far contre on e i<~re qu'il y aurait plus d'conomi i arroser Peiit-Gove par les sou :s. Les dpenses seraient relativi r.ent insignifiantes pou jee tiavail,dt aus >: :. i lugenuur. La c. p'atiois et 1 utilisation de ces oux couti. h ueraient a faciliter l'ass itment en diminuant le volume i tau de 1 tang, car le terrain a arts er serait approximativement d'au noms trois m.Ile carreaux de terre |'ai l'espoir que cet expos retien Ira l'attention du Dpartement d< .-Agticultuie et qu au moment op ouun i tudiera ce qui en fait l'ob etw Depuis environ deux ans, le mou • ement agricole est nettement cara. tlit dans notre commune. Des citadins ont commenc la cul me de leur terre ; de bons rsultaijnt t dj emsgistrs en-r'autres enulatioa et l'cncouragemeot que e geste donne aux paysans. l'orrb e de la pi dsormais et ;aine, et du programme du Gou\erleuuut du c uiici. ktoruo noue :ommune par ses avartagts naturels -st susceptible d'un dveloppement ;t d'une prosprit sans prcdent Notre terre es bonne et n'a besoin tue de l'irrigation en a;itndai.t l'ap j'icaiion d s reihodes modernes pour donner i excellents rendements wammmmmmmKmm x — %  — —— aawawaa wl %  —! L Rhumes. Toux, Bronchites, Laryngites, respiratoires, indiquent et autres affections des organes un affaiblissement de l'organisme. L'EMULSION SCOTT prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps tt augmente la force de rsistence contre les maladies. Varits CE SOIR Le Comte de Monte-Christo St La Faute de Georanita DIMANCHE Cont" iMti 1 IH srie da snccA lp nroprsmroe comporta fjpomort jeune Ruier An D'Apre* le clbre roman D'AInhoase BAUDET Eatre 2 gourdes sttra*ger Par cdble I i ,/ain LO\nitl ; S Dpche dRoms iu "Crnril Newi" annonce qyup dtcr.-i i.-'. 1 iraost* rerail U piO I | JI Je U IJ. ie I.yon Roms BUDAPEST— Le gouverne me |'0:iv .i Ica lnUlmiatei mol mes ti ia .han'bri ae runi'a le ti. (IIIIJAGO — Mr Inaaerand Jm> ui dsconrs -tononce aux c/rmonies de lin .! m 'e i l'Uni irersita de Cliicg ditendit l'tttkottt et la France iu sujet des rparations et par'Uipatk n cealeren :c de limita:iou des a'incment LA HATB — La crmonie de I •'tverrare in nuin j!.o:u'_de lUSUcC aura iieu .'.n n au l'a lais de la Paix Parisiana l)IM4.\3Hk Son r*l8 le plus difficile Drsmfl d'inirignes da conr^miai*, en scna grandiose au 2 partie.- Cinsna Cjlori la IIB umm jLe neuves parisien cbic et 3 Da ia Slsotion MON if DAN.S Geilt qu'on ahandouis Grand film 4mo>lru n IQ** 2V. ) % t u /'< p M*I S ourm Jeudi 12 JKII a 7 hs In U'ut'on S C7it /o tan vi***il pif. ( //u 1 e I ."'M' le •o aague Ven^tedi 2\ i 7lis !-".o'e de la Centrale Samedi 14 a 7 us e it S^mitiira Co'tg* Dimanche aj Me-M-s oa>ats > et i heures Messe chante a 7 ijj l.enji ao a $ hs 1,1 A-o.i t'Oii) dhom.iies 7 hs Beo'M libres de-filles 4 11J Ly e National Mardi 27 i 5 i|3 A d^ClM mi ie ^ 1 A r si s vanouit une nouvelle tnis I ombre de la (rosse forie e du Comte d'Ennery de Turyeau Une commit*t i d frquentation *cotaire la Saline Le Coraitf baitien da l'Alliance franaise marche vie l'o-ir taailite le 1..Tuti'!n> ni des elre* U non ; velle cole, il va %  li a r rgnatra six rersonnes claire- et •levouS' A hllc convien; eotr auties au eatt.lia Ssliae Rirae pour ui'er la fra canne sucre, au coton, au cam quentation scolaire, manioc, su La premire Prncesion de la l s Un u ai.r lieu "imirch.-. Elle sortira de l'Eglise 7 '|a, 1 sarrHira au 1er Rcpo ir chez Mret M ne Raou Rauzer, au 2e Heposjir cu.z Mei Mme Root y, •u )? Hi p soir dress a la Crcchpar Mi 1 Mme Sylvie La tn 'si,ue du Sminaire donneia son co 1 CSurs Au retour de la l'ro: ssion une me. sera clbre et U dnue iicndunou >c:< du ne:. La deuxime Prorgiaion clturera la Sole'nit de la Pftt du Sjci-Lost-, le Dimanche 2j Juin =^*^-~'-' T | xi 8 \ s mais, la b 11 V Nous sommes sollicits pa de stmbreniM (1milles de d manier au Cornue de dames patro. liesses de bien vo 1I0 r se reconsnu-r ari 1 de re dnnner une troi.n me reprs.niation de la bille C'est une ide pratiqua qii don p'ie • San s.ivador IHH des tsuHats. Les Cours NEW Y*RK-SUihi| 448 ,8 Franc ii.fi PARIS— Sterling SO6JS Bollar 1153 Tlei Tles A. % odra i la maison I. Preetz %  laan-AptarJraln des fsuillss da jles arjgiaiaaa. friche, au iane, i l'ananas, etc. L a ii de notre climat est salubrr, n. s sites merveilleux. Nous avons otre Ption-Ville ane heure nviron de cheval, de la ri.le, daos ev mot tagnes i l'endroit dnomm • Payan • o Ion y tiouve exactement la rrme 'empra'ure. Nous avons des mines, enir-autres t r-uivre. Nous avons du kolin. bi nous v a|ouioDS que notre por es dune lire t ptoveiba't. ollrant un a.11 le'out reros aux bateaux, in/ornir, ses cnenisqmi a iran* Due circula r* de le h Jrai mme par les plus violents cy.Iones, lr ton cabinet i la Rue du cenlr j i uc ,c ;**?* de 1 Advancc a M annue ei que les chargeurs ont des facil.ts l\o Ml\ en face du Cdblesous nu rSJoSSj^ ,Cri lrtrf *•*•*•• 4eœa:querrent qu'ils nr peuveol fin. I RL#nVfin%£a Consultations de I \0heum. * matin et de3 q,b aprs midi. Un commena par la persuasion; si no 1 on aura recours U relief, connu le veut la loiIl faut ebasser le tnbres qui r oua enveloppent et qui soi)t csus de notre dttestabls et ujatojss ai tuation actuelle. MeAug.ft.Hraux Avocat Informe, ses clients qu'il a tran' A uvit '>v Ce matin a commenc a h cliape'le de Siim Pranol*. tu Hil\r la ncuviive pn'p rato re .i la lte da Notre Daesc du FcfVetattl S o. s L*^ Snvirt t Hjrgi Ces un devair nour %  •u-, de tllcuar le Se v ced'Hyne IJUI a pu hier l.ij-e la t>et; con p|l< des r es de la \'i' t a la te mre lie "e Mr Vivens Ji'f.ii'n JI var|e,r>: v ai n,digne d''ones;. e-..i p .,,„ BC | e >e ,„ litl des <"quiri-s SUITCI lit i ce qu. IOUI se • ss. dans ua o dre pa tait. U diance" annonce Ce b s nr tcouyer nulle p^r', car les navires ac cosient ie qoai quelque soit leur ton nag-; on comprendra /acilenseLt que nous ne rous nou*'i ou poi 1usions si le Gouv'rBPmrnt, comtn • nous 1 esprons, jtlte les yeux sur notre (gon. A pippos du l'o'm. 1 ri yu un tcataniiilon, par l'obligiautt. d'au Nou de nain IB1I Je reviendrai a' besoin ur cr: im potlar.tes qi es'ions rvc d?s rr gntiflpnts s"ppm-n -ir.a Mi goA te, b \f |i i" osa Evrard IJ5GFR s avons rtu re matin la vis t c 1 et Agent des Cayes, I D.castro agrable sjour pari Nous lui souiu.tons u t ou-. H -.^ |,.. t ..gi.arlaonptrlos GlObUle ilebaui 1 B Mauttato t— ru c: fiepassiz vos tW ilebaui ra vulllaub aurr-n-it marna l'tt de li Le Cosait htil-s de F franaise a accompli m ( ^ en ouvrant une co't liai tiers oopuleux de U S.lioe,! uratioa a en lien ererafl Mr Lhrissoa.prsideat di \ adress une vive exhor notables prsenti du 01 (aire envoyer les ea'nti sxes i l'cole. Il a trac IL trice se; devoirs et lui 1 riglil gramme. V.r Lhris-.oa a re ara* viella et Mr l'abb Collia qgjj sist i l'ouverture de l'E:olal 3'ir qui a bni le iijiriei maison. Il a encore airtasii^ citations au Dr Louissiiataiij i l'installation de l'titlineaiaj Mr le sou-hspec'ur Dirai -0piment vir L.JI sson z'f et son dvonen:nt isn colsiiti* Ces* grce i lai %u\ bres vont faire place la I da*s ces ejua Mers abioaoi "eut compter sur l'inspection re. dit.il Le Dr I ouissaiat 1 de nommer n e commuiiatM e des no ab>s da quaniaf reerutemeat des lves qui | malheureux. 1< demande] de penser i vtir ce qui 1 ro' t l'cole. — Mme Diut 9'sideite, p.omet et dci n'.'-n'i d'aimer l'colela directrice, M.le L BODST met de mettte i la d 1 spositasaj Ecole S Josepha toot soaj i?entMr Lhrisson lui dit: b*et ice est une mre. VODI at as seulement instruire, < ser et civiliser. N'oublie psi fcommaudatioo. Soyez ios| elations avec les pa'ents est ^onnex souvnt des caniiili vous aimer d'eux. R nd iwp Pour commencer le progiaaai •cols est : Instruction iM morale et civique, lecture et :.c*l, Histoire et Gograpaje t, cha >t, hygine, conton* lve p ut (airesa tibeic' eulement une heure vrez les cours par la prlie, par la prire. Montrant U1 %  \ les couleurs nationales 1 'a faade principale, Mr ajoute : travaillez poar lesi vous do -m front la torce poor remplir notre Uckedn dilncile. Il y a J7 lves inscrit, j fillrs, qui ont t prsents. LI out son matriel: bancs, U*( a eaattresse, cahiers d'spse'J ^riptioo, cahiers d'criters, noirs, ardoises, dts csoiail labaires pour les coatsuD criersi crayons, des ,0 "J 1 | les accroche* dans.l'ceejmi isimea H ut', votre latrie--* US.M leVav.l. lorefre. U ez ton joui s anx f#dftesjci sat'ie ^imez beaucqap r peau, la dtapeau reug : si 1 emblme de la h"* Aimez Dieu^e MWI" L Iran, h se est nq| e|IW" De sucreries ont t, •'* a crmonie, servies anx si 1 sont contents d'avoir, r> mata, un syllabaire Ca*acflJ Er. juin de l'anne P re auront tous lire et '| 10ms grce su corn l 1 alliance fra - ise. et H •S



PAGE 1

Ll tAfflM OBONAL %  f i Grave !• Artrio Sclrose bait ii : :>i ci .'i men %  : T. -.-.t da '.'.-: S .*. i' '!'• Ail.'. •:,.,! • • > .•>! i i panlama, (.,. %  • %  ; i(t c.ty r~suiUr.t XTUUJOr.'A.. lave le sang kl i> ia %  LWci-'-n piAf Ait. daYi :e Mlttmer.i Je i .ifii.o .lef • i-, COI.*MJ avant lo'jt tmpeVnti la njistane> it le d<*eioppeiniTi'. .les lkloii artriel le A la priode Je prtclrose, Tac'.'i* urlque tant le seul fan.-ir d'htee' tension, on devra, avait toute utt chose, lutter ncnriqnemi r-t et frquemment contre >a rtention d*aci<3< urlOH d^ l'organisme en employant PTOfraeftUT rttTM t':3l ii !>u 10*. A I tniftr.-l'.• PsIlMr Eiabl Chi-i-in ( r Tllfllllrtmt Parte' et m si. >f l S IHLI ttv* Ul*d ttll <,!r,.i srierose. \ftuut I • rntaiou -. %  'aladie* o U femme i ai iixiiasini. CaruiopaUtitM. 1 I IfUVi^AI '*•"""• <•*-—.• %  nhvna; t i • l wv* l_ lllinct>, 0. MU : j-ubito. NA.UILU. k BOLET, Ajeila goraux ptu^laili |/|f | u d u Magasin de !'.* ii-ai'iiiiiiiiaia%i1a-k A Vfn*.r •* un ti< ban tat, mil f— Prix lduit. Wreieer aa Ne 1308 K-ja Ame". I0f. Auto mRsmsss M tout, rmnlo. a loi I'IBIII • ..ae. A % %  m I •...!,. D'M i • m d".....alur-.U Fi.•ktii.rarta.i%  •M min Ilr. NOUVEL LBua (IN • %  . %  rc | tre* • ff.; ".i-Ma Hkjr-lqx. imma-la IVUUI I„I l.a. L Uyf-ttt*m* .. JI*> •••• ri • fiulf. i nr %  Umit au-- elaiico OoMMa N.pa 1-i-ai.r uinyau ni If-Mt 1 loin- M • •> W-. UiV l'o.r nl-ux • %  ml*. |-ar M A %  -• MllUi mi l'anMM ar S. i ai* il> / %  ) %  t Mo—n.,.TwaA'l liiw i ilia>.nB*a<.r The Royal Mail Steam Racket Company | Le SjS Inrnor vrnant de Kingsln \ottt paar Toyiges on ponln88e JdCmel /c iS JttH COU^'I lj pOU^ KVui.1 ; s adre ""' b u / e* Cmye*, trtmto PtoH-wFHiiM. 71 ^81 attendu ici If 16 du courant l rpartira I* mme |'our, chargeant pour l'Eu o e via Peiit-Godva et les pot lu an Nord. Po t an IMnce, le 9 Ju u 1922 Roberis DuUou & Co 6ira\ Ag..ti Halian American Sug r Company La Hayini imericai Suy*-* (.o avise le publie que depuis l* ir juin courant P A g ence de vent*, d* Sucre Blanc est confie exclusivement Mr Ren Tancrde ALJUUSrbi Fort au Prince, • juin 1922 Avis •cor c3B-c de dpart ~ a mais.-n )" rrttc entre m liquidation et dfinitive ment dose le ici juil pirebain. Part ta Prlrre, le 15 inn 191a O. A IUND Pour gurir ou viter i • "lOUA'tUa CSI-iTIPATlQ., f8NatT on s s rOU-lOISSKMINTI KUCAR-tAa OAaTRIOUI IL SUFFIT de prendre •> l'Un et* voa repu ta lu. u-ua iour. aauUmanl me Pildi dii ir Dehaut %  tlM du Faub" St-Donn. Pari Pillant exiger les rWaMes W na' tout fait blanchet•'•ur ohasuna dist-uatlaa lea mata pBHAl?r A PARS8 -t-mm ••--> c irill bldnc analais & 'TBla n 9K *• |{or.p (P,,i A Vendre 4otrrB'bi' KBHPX, an ex elle-t et" I grn e balance 1 oue o.-uve, poir frit aia et anglais. 1 Coilrr'tort Ht ti cm A ctire|pf C bi et en eeier rdT ock t Bureaux Miniatrp, Tables, ettilaVl fouroitare* da eirrau ^tvprs O A LUND >**4r$ susre granul ^• Bl *"4lt Vw Hiob, ta Journaux de Paris Vtniir*ti{ d'irrtvT Numros du v au ^.5 aWai. L x /a Librairie 1 1 *1*! OM Ai*afin AVO,AT [t L,* •• cl.-ritt ooT t n-t 4 i t oi Cf J ;' el)a,,, r ^ thfs H-. ui< Buirk Fn trt bo tat T#ndraCondi tior" modr! S'adiciaer i Ilr Geo de Ieipi neea lafi Aai M fr*ag* Sei Fros l'onr remplacer la t Sa) l daoa la rtgieiai Le a>al Froi pea .r *u);< ] ry par loua at est mjiai e 1 .a.-at'a aai 1er rgi maa Ea NN ai No iJM da la Rot aiae *4*4**4444*H44Mmmm*tmmm*ammmm**i Chaque cherec et une petite plante e M fi: 1 1 %  1 t Barry'a Tricopharoua le nourrit. a Bt iaa cheveux ont beaoin de ncAirriaaaxtt o aoat attaque par la maladie, ila deTiaxment faible at meurent. v Barry 's Tricophcrous amollit le cuir chevelu, enlve '. lea pellicules qui touffeut les racine. Il diasout les accumulations graisseuses. a II dtruit las carma : qui causent les pellicules. V Finalement, il gurit et nourrit le cuir ehevere Aprs avoir employ Barry's Tricopherous pendant quelque temps les cheveux deviennent longs, forta et luisants. ( + y Demandes & votre marchand. Employe la rgulirement. Observes l'amlioration. afe. a Ce 3 Q a Sff ra Mi<< i i


PAGE 1

LB MA PIN Bire la pression ?u Grand Htel de France qui far sn titualion unique au cet-Ire de* affaires M recommande plus que l'Htm M .< jnitilv: tt 9n noo-bieuc et dut-n§us lient* pour ta I L'ISlNE Huants $i tout l confortable nfcesunre aux \oya fleurs d* Commerce et i>ail,culi r cirerd aux commerants d. passage Vort-M-Fntice. L'Htel l'Unie purgallngi a pir ba tlqm des Vins d HorJe tix Rouye ri Kiaiic C Vttil viennfm directement de R 4 BS'i C fi *wf 0r*M W Ag"" '" tt* ^ raisins, vous pouvons I" prouver rar des CKRTlVlCAid |tM H**! rfcflOfcl ci /a dispost/ton ies I ta In. Fost$p Wheelrigbt | and Papa Co BOSTON Foster Wb f'r cht s ad "*> on j) rom^-5 o-Mercha i V*" %  .-.'.Ag-ru SrciaHs ^ %  lp %  ftion oe iou.es loutni.uie tt aiti cl poui Cerdonn eu. Nus recomm^r^ns nn< ta Ml recov^frJi ro Cetlol#ide qui sont les piusl-gao's, f.b %  ifliss, en Ai que Pu meie eicuiiea des comman es. Pour conditions s'adresiet i os ^M^-;::^^^ p 151 1 UJ I nui •> Chropagiti tt Vins Mousseux, prix modrs Conservas alimentaires fmnaists, >Hrtroitr thtixAi M g' y m m %  r i 1 nen ^ % % %  .*... %  *,..,, Pharmacie Centrale PitCUtl* *i touif treuhem. — Kacutxon oroni>anies — Si'tctalilhtou,' Uiut rompagni" des h-min de Ft.r do la tUina du Cul deSac Il rai ror' I l connaiwaac* du pu blic qu'ai. t #fmlancolie.poufteco, // ..^yit V %  %  ; de chaleur don'" V .*' V J >'/. liant des niant /f^W^'^ ^-^ ? / ae ttes et %  >*.!focat ion. i'rencz soin de votre sant; si cette pt^rlode ci itiqoe peut tre terninco sans ennuis, elle sera suivie d'anin'esde peitiuM fente La Composition \ etftlle do Lydie E. l'inkhamest particuliror.u.iu adapte pour aide( ba femmes pendant le retour d'Ag. Son tofltteoce ^e fait sentir sur tout le systme qui ist renforciet elleeWe la nature pendant les |or mois ( ; e cette priode critique. Ce mdicament est prpa- avec dea herbea et racinea mdicinales et ne convient p.is ce narcotiques t dlOggea nuisiules. Son msritc est prouve pr.r doa lcttrce similaire* ;i celle ci: Valparel 0, Chili, S. A.—" Tendant t'.es aimes j'ai souffert de r'.ud s etokdouleun tor (Uleti isceteiva. — le* tsex-iol* Id*t Autw, de ilylft ODivIietU, eirpes et mous Loir toute lei oi"ca'Oiia. Le ccoibiLthwu L-VU. qui doer.tctde l'wlluie et de 1 aiastee a la tU' %  %  • %  11 l>i i-siet," PS n • '4 drtni'iorgueti> 11 npiiciablea en n tte ineon. I Alieii, Meilleur*. 4a cblc I Lktbi Re lui' 1 aa tct|oure le rr.oit.r, rxaif"'l aide souvent le diatuiguer. Peur les grandes vacances Occasions exceptionnelles h u Cjtnplair Franco-IIailien et du litntie No 11A tientiou Vnd# frrii. de tou^cc ccu'citi l'ounr Gcurdea Voile ray oie V -it l •"•" c Fleure te 4 l(. U..u. tic tll Elanine 'i'i iif v hy ex'ra eolidi poi r eofe.1 te \i>>e.'ia G non a Lanea r-ionrs blsrcs Ci^pp Ce soie Mariette Soie otiatall ne .Su u lit ta dtnrtg Pc f i.t le mois d< Rio tt l< m t. 9,50 :< H :J B : */ t .v> 2 50 I i DO : ' li y 10 .nriT' T m Haitiau American j Suyar selliny Arency Sucre otanal Vr 7,50 (ej fOO vrtff ^ar /• 7,00 ftVd j unsfi roi p*s 'I Mari 1^^ W iqt e Co |nn In e UM d %  (Tir g' n >' Co 4 utnhfi). Aro-^a ref iww4oan la su* dit* rntrque fOiurnej ini l n ailleurs, la p'ua "vii rgeug ment ettnnuaana Bli'P Cii lari poui sa sup-li ictrii ftsjii quf lour rpx'im' 1 rnodicr.a) de se prix., allai voir. Ch< l'agent g^n • I Napolon # t Pr ntfto lytNi (jr i d*R. "Place de. ia Paix fl/ V'iont de rrrevoir psr lee -ITH rs vei>*ue " prend "* or ^ SiifciBlilta fini gnisf", n- pirduita fhiwiijutb e uei drega frait lie ur • 11 • mardf. n) i. e>i s • t fi*iQaift. Eaui B'inie'ca d* Vihy. de \Ms. t de V.ttil. Eaux p'-ipB'lv. -• CarhD na ' llur.iedyjanos lluilfl de I'-IP dfl iro u tt' pr x exi ep ici DCl hxueiie d> vendp Li> b g t J .^ de viai-de pour les malades Oprulre II MMeii!', nnt-po? o"or io'ipj et diui iqre* V lolea e-i Sacchnrurr <^p Hl.omt el Rconatituini d#e coyw Pilule Keirncodyln Mdicatucrtodylique fcrrug'neane NBO Ai.\codyU. t uioMtiii ni') ;licaiur ui> la l'Uirt on ,. j e iflrfl t nmnnrp'a dt> Vth.ojiBe. raittuie l a,i'e tique complet veineuses. Jooonei"' 1 t'pir 1 Jodp i o n 6l peptoi isJ assur.il.bie < • i.oit. c 'fini i IP . Mn>u. U e.*-. '•''' r *"''' j'J 1-o.ir lue ftmtrilvM: S* 10 M gl c U t ^. r^aga lait, et Oiy^ti tstt.'WlitUlt Bl



PAGE 1

o** *** " 48i0 PortauPritca Hiti Votdwdi Itf Juin 1922 ajggfgUR pMJMBaTlalI Clment Magloire Etre envi, c'est se sentir grand, tre ha, c'est sa sentir fort .On n'envie pas un plus petit que soi ; ou ua hait pas le faible. Tardas VI L. Quotidien kUCDACT10N;:Roiiarlant NodlaSo ,'OEuvre les ctrconstactces qui portent l'opj HUM elle mme a prtendre que v io.no est aujourd'hui impos pu es Amricains eux mmes a un pus te bien au dessus du ministre des ta nance et de la lgation de Washiug oa ? Les Amricains ont-ils donc chan g vis vis de Mr E e et ont-ils ga icment ebang vis vis de M. dot no r Changent-us donc aussi facilement que cela ? Ah I les aveugles, qui comptaient sans le temps pour f-ire oeuvre dt lumere sur les tob es doat nous portons i peine ht qui peut .vinet les surprises 'que l'aveuir, — qui est le grand ven L.m du pass, — nous rserve peut%  No re confrre t L'Essor publie dans son dition de raercrii une i information alarmante d'aprs laquelle des nens s'ag lent, voulait soulever la masse contra le Gouvernement et font miroiter aux yeux les pmvres d ab es une priode de ooukversement. la sune de l'assassinat de l'actuel prsident... Le gou vernement est sur la piste du cou plot... etc. • Nous avons tsftil nous readre upres du Chef de l'Etat pour savoir lusqu' quel point l'ir.tormation de notre confrre avait quelque fonI j ment. Le PrsideQl nous a dit son exlrme surprise 1 la lecture de crtt • ansse nouvelle. Aucun tapport n'a t fait annonant i existence de quoi que ce soit signal par r.L'r.ssor CJ I cernant le prtendu complot. Noos sommes autorisas dmentir l'extra ordinaire iuformuion qui M m Ole n'avoir poat bise que la lantaiste et l'imagination. Une nos lecteurs donc se rassirent. Tout est pour le mieux dans te meilleur des mondes et notre co i (rre sera le premier s'amuser de l'ellet produit par s^ra sensationnel reportage qui a lait les frais des cou versatioas, en provoquant: des rire, lodiguauas et commentaires divers. Ouvrage de rdrio siiircelia En venta chez Frauoii Litelliar, ..res de l'tiotdi J J Franced Fle-ieu Ijoorne d'her a t ponr la •M Port au Priocc une journe *W cachet. la veille, U Baeilique No -Jl avait ri dcore Jitaoc *t di "aogfilL w carillon ioveox des clo I lisait Hasilique Notre Dsaae.—7 heures.lea binnirea aortent et le til se met en marche. Les corpa do musiqu" du lyce National, du Sminaire, de Saint Louia de Oonzague, de la Gendarmerie excutent alternativement duran tout le parcours do la procession les meilleurs airs de leurs rpertoire. Mgr l'Arle da a portant le Sant Sacrement ; deux haies de Gendarme l'escortent ; il est suivi sous des je a de f eura Monseigneur oouttuue au uiutCiti pif 10 rud dU ^antre po ir d'dae;er a i .-„ ; A "filii Uubois K)I\ y sent la travail de main H OS pertes. Do l'ioatitutloo ie St Loui w tU Be'aqu a p-sent un" je de Gonzagae la tue des Casernes UlssaQt de ct le prob. 100 drapeaux sont auapaiidus dans,K^ m * mm nnAm tu* .air l'aide dd cordai reliaut les uaisons voisines.Les grilles servant le clture Ittcjle sjnt dcores le trophes au couleur papales, franaises, belges, hattienaes, amti ainea et angUisus. A deux pa* db la bai r re et l'imriear de la cour si nui) re un coqnet petit nid blanc ( u'oiuurage uu chanuaiu paysan- destin reeevoirle Gjrpus Christi; aui duux mts piace.i l'un droite • %  L l'autre gauche flottent daux grande drapeaux : bdl^e et haitien. Une deuxime halte, hudictiun et toujours a/ec ordre le cortge autt les rues Casernes. Knterremeat, du Peuple et s arrte nue troisine Nouvelles i^iraiigres |dant l'anne courante i ;oo millions de marks or des capitalistes interna tionaux c ? est dire juste a;se/ rn r faire face aux demandes de la Balai que pour les rparations d'aprs son privilge de priorit. Ces projets.ajca te Pertinax. reprsentent la pro es< e 'certains eiifquss accuseat le gouver | n-'-nent franais d'avoir abandonn p>n l'ombre dans sa politique du tou' ou rien. La FraQce 11 lr.M ,; iiiirt cnafreaee PARIS 12 — Mr Charles Benois*. ministre de Franco I la Haye sera le ehol de la dlgatioa franaise a la orochaine cinfrence. Cstte dlga iou n assistera CtOtoiaot qu' la ru ioi prliminaire du IJ |uin les ex vrts ne devait arriver qu: plus tard vers le t) juin. Le prsident da c a seil a nom n exp.'tts r M; A Iphaed du ministre des aliaires trangre, ie co nte lassi-;li. sacrture da csn seil des a nbassadeurs ; \4r C-us es i, ii ii miaisteie des Finances ; Mr Eran D'aprs ce plan la Eraac auriit Lois PoOCOt directeur du ttareau des -u 75 millions de marks, m\is se ltudes conomiques et professeur We itrau engage a placer sur son terri '" ' A '' :oirt 7JO million de marks d'oblig nons de l'entrant Le aras projet celui du repr'sen tant de la France proposait de divi et les i)2 milliards de marks or lus par l'Allemagne en deux parties n laissant dcote pour le moment les 12 milliards marks des bons C, les so milliards d; marks restant au raiet t mis en bons A et B avec des versements s'tendant sur une priode dix ou douze aosiMr Morgan aurait rpondu qu'il tait impossible de placer mme la moiti d'une so n | me pareille pendant la priode indi !que et alors seulement condition 'que la France consente la rduc non de la dette allemande et rpudie oue ide de sanctions. Mr Delacroix, prsident reprsn ne me dans son ensembe ce projet propo sait que l'AHemigae obtienne pen PARIS n—ertinax dans l'Echo de Paris dclare que la commission internationale des banquiers qui viea de 3'ajourner sans que l'accord ait pu •e faire au suj-t d'un emprunt Accorder l'Allemagne a examin tr-i projets distincs. Le premier projet prsent par Mr lier^mann. reprsen ant l'Al'emagne prvoyant un en runt de / milliards de marks or t'mis par l'Allemagne en change du uel on lui laisserait le tenps de res pirer 2 ans pir exemple. Le montant de cet emprunt aurait t reparti de a faon suivant; : i }oo millions muks l'Allemagne, i milliard la BelRqu", i milliard aau Etats Unis oour fais d occupation de son arme en Allemagne, le reste aurait t r parti conformment aux propositions fixes la contrencede Spa. s ce Lapralelle de la "acuit de Droit de Paris. Mr Poincar demandera jeudi la chambre de lautjnser prle ver i ) oo j J de francs sur le reliquat des 500 000 franc vots pour la cou frence de G.-OJJ afin de couvrir les duense de la dlgation de la Uave Aprs un vif dbat au cours duquel quelques orateurs reprochrent au Trait de Versailles d'avoir muti l l'Autriche le snat vota une a ua ce de 50 millions de francs l'Au'ri che. Mr Poincar dclara qu'il tait ncessaire d'aider l'Antriche pour Tempe.h;r de tomber dans Us main; le l'Allemagne. 11 cita le rapport du ministre de France Vienne et une lettre du biron E n'rnft min s re'd'Au triche Paris montrant que ces diplomates s accorda en dire que l'a narcbie ou l'absorption par l'Aile* goe meiaut l'Autriche si elle ntatt pas seconrae immdiatement. (Voi: Suit: ea 2: page) dcore pour la ^jfKZK!S^^ Prs, lent lu.no "aogelus de 7 "***£?£' JS, tSinco. L Tout ;fait au faite de l'ddice a end Chefs d'tat 1 u l ioyoiX do. clo^T^^X^BT^VT.. une grande toile bleue couple bon pourv.^j dfil marche lentement, uni prn ici e siat n 0 lien 1 aog'e dea ru?' Fronta Fort* t du CntreC'esi l one se trouve un premier rpv •vahi les abords de I Eglise et soir dress par les noms d Mme *d'aatarifcii ft ?niir uesa^ Vva Gnubert, il est simple et d un ^ !" *Stof?\^V oat assez original.l'autel T e at plac ' ll 'ineur. beau dcor d'un fond vert blanc -, un arc form4 de feuilles !• palmier artificielles pques de flpu's urraontent lentre.on y lit : Cœur Scr de laus, jai confiance en vous. Le dais s arrte un .uouen, >n entonne des chants religieux, la onnerie des clairons, les tintements 1*000 clochatte, la prosternation de 4 foule recueillie aonooee qu'une eux fidles de se tenir JJJour | a grande solennit. C."" 1 h &f r pa c r de 3 lires ot 11 i mitin une foule compacta 1 -'-11 eire atte i heures, u y eoie deux autres messes lusses ^ heures et l'autre 0 tien^loorsde no.nbroi-x fidles m ft eures *t demie un soleil * e, raiunx.su r Port auP.in y** rayons de lumire ; le pi•ttiem de mai.ons offre un asJ, a,| ^ut. Les paroisse ooillid ,.%  '*• '•'vas de nos divers tabli* %  l scolaires, lea ordres roli•^ ^ranoeot uojit.oo devant "* nue grande toile bleue coastfl e 1 ci^uo ot SJUS laquelle on voit sur un petit 8o:le la statue de Notre Da ,ne ae Ljurdea. SJI le balcun on lit l'inscription suivante ; "(ialicera sain ; ,,r 1 s acctpiam et uomen Uomini la vocabo."L)evant la barrire est lev* m gentil reposoir auijuel des mof •tiepierta recouverts d'un tapis rou^^ donnent accs. Les voix mlo lieuses Je laciiorale de l'Cxletuat se font entendre, la bdtiu.ctio.i doon^e on regague la Basilique Notre Dama pour la messe Pootioele, il tait U Heures pres-tjjelque' instan's apri Boite aux lettres — ——— &f s^a-1 — Port-au-Priuco, la 10 Juia lli. Monsieur le Directeur, Je voua dsmaude de biuu vouloir reotitier la noie psrue daua le oum re de votre journal du mercredi 1* Jun courant me coaceruaot, dans laquelle voua annoncez que & l'OCCa aion de la fte da Saint-Antoine clbre le LU ai u, ma famille et moi neur de recevoir le comme tous les ont prcd. II eat bon pour v .i.") journal qui se dit loujo ira d.an U vru de savoir que 1: est 1 1 premire fois, depuis vingt ans q < ai lauais tait — Pourquoi le ano •' Je tisus vous dj.uind''. e.j.to leciitlccktioo a cause de la rectitod* que ja me uis toujours vartoi a garder dans ma ceaduua taat paau que que prive. Agre/, aioasiaur le U,recteur, mea n.-u. ;^res Civilits Charles Db'PLWSV r reraire bndiction lioo. Prjja <*uj.iauaaa. arrivaient lu frbiJe.it de la Kpubli d'Eiat.Lous mesaims peuvent attester lue et les miiistrea Suosancq et, l e fait. Pourtant en le faisant, y \u aurais rien t-.it de mal, le Chef d I (jfi matine de Dimanche Le Comit haitien de l'alliance franaise organiss pour Dimanche, itt Juin ds h res l|J une matin-' • littraire Pt artistique 'in l'h uaaac ds Molire. C'est une fta de-gaU nu nura ien sois la prvdeice de Mr le Ml> •liai 0 de KtanceMr \Fabius, fora OQOOOOtrocrSl Mur Molire et Molle -ZChraia', lOOtiratriOO, l'apologie a Louis XIV. prolecteur de Molio Da* 4tv>* de SeUosade Lima et doTEolo Normale et la fanfare du Lyce et) teront entendre. La matine ara brillante.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05693
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 16, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05693

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
o** *** " 48i0
PortauPritca Hiti
Votdwdi Itf Juin 1922
ajggfgUR pMJMBaTlalI
Clment Magloire
Etre envi, c'est se sentir
grand, tre ha, c'est sa
sentir fort .On n'envie pas
un plus petit que soi ;
ou ua hait pas le faible.
Tardas VIL.
Quotidien
kUCDACT10N;:Roiiarlant NodlaSo
,'OEuvre aime fidit
. Par Gakli
ntlmtble confrre I" tMou
a consicr quelques lignes
Cl flatteuses M. Emile
gtod mi. l'oc as on
loatio'* en qualit le p -
jt Coramss on spciale
[par le Conseil d Eta. p ur
l loi d'emp'unt.
Dt des hinong-s mn-
Jimptence et la parfaite
It du nouv-au Co is-i 1er
re confrre ne fait qu'ex.
itrit et nous reconnaissons
t devancs dans l'accom-
d'uae intention que nous
ioo-mmes coeur,
il nous a sembl que, en
itmps qu il tendait ces ho u-
il a mis une certaine in s-
upprler que M. Emile E te,
ses piecden s passages aux
avait pris, vis--vis de l'a:- ,
latricaine, une attitude plutt
j telie enseigne que :ette
l aurait t pour quelque
dans sa double retraite, d'-
ministre des finances, ea-
[iiConseil d'Etat lui mme,
piommes loin, trs loin de
mi notre honorable confrre
pstion de mettre dans l'embar
ytrsdent de la Comm ssion
. en rappelant ainsi ses senti
retendus anti amricains, jus
Mtnrat o il a en mains l'exa
i projet de loi propos du
liait systmatiquement appel
luments les plus exasprs,
reste. M. Emile Elle, qui est
de droiture et de conscience,
M aussi un paiitoie, s acquit
naturellement de sa tache
jk,- com.ne de toutes autres,
iptiant a ceite itiple source.
fie nous voulcns tout simple
autre aujourd'hui en viden
le tait mme du r toar au
il d Etat de 1 ancien Conseiller
iment rvoque par M D rti
I, sous te pteuxle, ip indu
lots daus ta presse veibaie
f^ qu'il utut plus dsirable
Vu des amricains et que sa
Jtoon avait cte lclamee par .
i C'est ub cho loign de U :e.
etf version que le Nouvelliste
lit ei tendre.
N'est il pas pttms d ara'Oder tl
rpachiavlis-ne du dernier gouver
rtent e s e si ? Car il est tifricil.-. qttfl | -
t dealr 1* 4i IJ itoo, e i'1
le probit4, d replaai dais les allai
(es,' M. Emile Elie, d' iraetlre,s'il
10 ^tut ainsi, que SA. Russe!!, haut
co nmissaire. serait rest indtrlrent
devant une personnalit qui avait pu
mouvoir i ce point le gnral Rus
selUchelde l'Occupatii .
Et voil comment le temps se
barge de dmasquer les dessous
d'une politique sur laquelle le dtr
nier mot est loin d'avoir t dit. El
vo ii /. vous ua nouveau te no goag*,
o olus clatant encore ?
Il isiite dans la prsence la tte
It gouvernement de A' Boruo, vlr
loroo lui mme.
En eilet, qui ne se rappelle les ck
constances particulirement difficiles
uns lesquelles eut heu la retraite de
M.Borno, du ministre des finances?
rit le prtendu fait d'avoir t retusi
Washington comme ministre pl
mpoten-iaire sous prtexte qu il ne
tait pas persona grata Comment
concilier tout cela avec i'aruve au
pouvoir de l'ancien ministre des h
uances et de l'ancien candidat au
,;ostc de Washington, et cela da i>
les ctrconstactces qui portent l'opj
HUM elle mme a prtendre que v
io.no est aujourd'hui impos pu
es Amricains eux mmes a un pus
te bien au dessus du ministre des ta
nance et de la lgation de Washiug
oa ?
Les Amricains ont-ils donc chan
g vis vis de Mr E e et ont-ils ga
icment ebang vis vis de M. dot no r
Changent-us donc aussi facilement
que cela ?
Ah I les aveugles, qui comptaient
sans le temps pour f-ire oeuvre dt
lumere sur les tob es doat nous
' portons i peine !
ht qui peut .vinet les surprises
'que l'aveuir, qui est le grand ven
L.m du pass, nous rserve peut-

No re confrre t L'Essor publie
dans son dition de raercrii une
i information alarmante d'aprs la-
quelle des nens s'ag lent, voulait
soulever la masse contra le Gouver-
nement et font miroiter aux yeux
les pmvres d ab es une priode de
ooukversement. la sune de l'assas-
sinat de l'actuel prsident... Le gou
vernement est sur la piste du cou
plot... etc.
Nous avons tsftil nous readre
upres du Chef de l'Etat pour savoir
lusqu' quel point l'ir.tormation de
notre confrre avait quelque fonIj-
ment. Le PrsideQl nous a dit son
exlrme surprise 1 la lecture de crtt
ansse nouvelle. Aucun tapport n'a
t fait annonant i existence de quoi
que ce soit signal par r.L'r.ssor cj i
cernant le prtendu complot. Noos
sommes autorisas dmentir l'extra
ordinaire iuformuion qui M m Ole
n'avoir poat bise que la lantaiste et
l'imagination.
Une nos lecteurs donc se rassi-
rent. Tout est pour le mieux dans
te meilleur des mondes et notre co i
(rre sera le premier s'amuser de
l'ellet produit par s^ra sensationnel
reportage qui a lait les frais des cou
versatioas, en provoquant: des rire,
lodiguauas et commentaires divers.
Ouvrage de
rdrio siiircelia
En venta chez Frauoii Litelliar,
..res de l'tiotdi J j France-
d Fle-ieu
Ijoorne d'her a t ponr la
m Port au Priocc une journe
*W cachet.
la veille, U Baeilique No
-Jl avait ri dcore
Jitaoc *t di "aogfilL
* w carillon ioveox des clo
I lisait
Hasilique Notre Dsaae.7 heures.lea
binnirea aortent et le til se met
en marche. Les corpa do musiqu"
du lyce National, du Sminaire,
de Saint Louia de Oonzague, de
la Gendarmerie excutent alter-
nativement duran tout le par-
cours do la procession les meilleurs
airs de leurs rpertoire. Mgr l'Ar-
le da a portant le
Sant Sacrement ; deux haies de
Gendarme l'escortent ; il est suivi
sous des je a de f eura Monseigneur
oouttuue au uiutCiti pif 10 rud dU
^antre po ir d'dae;er a i .- ; A "filii
Uubois "
k)i\ y sent la travail de main h os
pertes. Do l'ioatitutloo ie St Loui 'wtU Be'aqu a p-sent un" je
de Gonzagae la tue des Casernes UlssaQt de ct le prob.
100 drapeaux sont auapaiidus dans,K^ _.....m* mm nnAm tu*
.air l'aide dd cordai reliaut les
uaisons voisines.Les grilles servant
le clture Ittcjle sjnt dcores
le trophes au couleur papales,
franaises, belges, hattienaes, amti
ainea et angUisus. A deux pa* db la
bai r re et l'imriear de la cour si
nui) re un coqnet petit nid blanc
,(u'oiuurage uu chanuaiu paysan-
destin reeevoirle Gjrpus Christi;
aui duux mts piace.i l'un droite
l l'autre gauche flottent daux
grande drapeaux : bdl^e et haitien.
Une deuxime halte, hudictiun
et toujours a/ec ordre le cortge
autt les rues Casernes. Knterremeat,
du Peuple et s arrte nue troisine
Nouvelles i^iraiigres
|dant l'anne courante i ;oo millions
de marks or des capitalistes interna
tionaux c?est dire juste a;se/ rn r
faire face aux demandes de la Balai
que pour les rparations d'aprs son
privilge de priorit. Ces projets.ajca
te Pertinax. reprsentent la pro es< e
'certains eiifquss accuseat le gouver
| n-'-nent franais d'avoir abandonn
p>n l'ombre dans sa politique du
tou' ou rien.
La FraQce 11
lr.M,;iiiirt cnafreaee
PARIS 12 Mr Charles Benois*.
ministre de FrancoI la Haye sera le
ehol de la dlgatioa franaise a la
orochaine cinfrence. Cstte dlga
iou n assistera CtOtoiaot qu' la ru
ioi prliminaire du IJ |uin les ex
vrts ne devait arriver qu: plus tard
vers le t) juin. Le prsident da c a
seil a nom n exp.'tts r M; A Iphaed
du ministre des aliaires trangre,
ie co nte lassi-;li. sacrture da csn
seil des a nbassadeurs ; \4r C-us es
i, ii ii miaisteie des Finances ; Mr Eran
D'aprs ce plan la Eraac auriit Lois PoOCOt directeur du ttareau des
-u 75 millions de marks, m\is se ltudes conomiques et professeur We
itrau engage a placer sur son terri '" A' '' '
:oirt 7JO million de marks d'oblig
nons de l'entrant
Le aras projet celui du repr'sen
tant de la France proposait de divi
et les i)2 milliards de marks or
lus par l'Allemagne en deux parties
n laissant dcote pour le moment
les 12 milliards marks des bons C,
les so milliards d; marks restant au
raiet t mis en bons A et B avec
des versements s'tendant sur une
priode dix ou douze aosiMr Morgan
aurait rpondu qu'il tait impossible
de placer mme la moiti d'une so n
| me pareille pendant la priode indi
!que et alors seulement condition
'que la France consente la rduc
non de la dette allemande et rpudie
oue ide de sanctions.
Mr Delacroix, prsident reprsn
ne
me
dans son ensembe ce projet propo
sait que l'AHemigae obtienne pen
PARIS nertinax dans l'Echo
de Paris dclare que la commission
internationale des banquiers qui viea
de 3'ajourner sans que l'accord ait pu
e faire au suj-t d'un emprunt Ac-
corder l'Allemagne a examin tr-i
projets distincs. Le premier projet
prsent par Mr lier^mann. reprsen
ant l'Al'emagne prvoyant un en
runt de / milliards de marks or
t'mis par l'Allemagne en change du
uel on lui laisserait le tenps de res
pirer 2 ans pir exemple. Le montant
de cet emprunt aurait t reparti de
a faon suivant; : i }oo millions
muks l'Allemagne, i milliard la
BelRqu", i milliard aau Etats Unis
oour fais d occupation de son arme
en Allemagne, le reste aurait t r
parti conformment aux propositions
fixes la contrencede Spa.
s ce
Lapralelle de la "acuit de Droit de
Paris. Mr Poincar demandera jeudi
la chambre de lautjnser prle
ver i ) oo j j de francs sur le reliquat
des 500 000 franc vots pour la cou
frence de G.-ojj afin de couvrir les
duense de la dlgation de la Uave
Aprs un vif dbat au cours du-
quel quelques orateurs reprochrent
au Trait de Versailles d'avoir muti
l l'Autriche le snat vota une a ua
ce de 50 millions de francs l'Au'ri
che. Mr Poincar dclara qu'il tait
ncessaire d'aider l'Antriche pour
Tempe.h;r de tomber dans Us main;
le l'Allemagne. 11 cita le rapport du
ministre de France Vienne et une
lettre du biron E n'rnft min s re'd'Au
triche Paris montrant que ces di-
plomates s accorda en dire que l'a
narcbie ou l'absorption par l'Aile*
goe meiaut l'Autriche si elle ntatt
pas seconrae immdiatement.
(Voi: Suit: ea 2: page)
dcore pour la ^jfKZK!S^^ Prs, lent lu.no
"aogelus de 7 "***?' JS, tSinco. L Tout ;fait au faite de l'ddice a end Chefs d'tat 1 u l
ioyoiX do. clo- ^T^^X^bT^vt.. une grande toile bleue couple bon pourv.^j
dfil marche lentement, uni prn
ici e siat n 0 lien 1 aog'e dea
ru?' Fronta Fort* t du CntreC'esi
l one se trouve un premier rpv
vahi les abords de I Eglise et soir dress par les noms d Mme
*d'aatarifciift?niir uesa^ Vva Gnubert, il est simple et d un
^*Stof?\^V oat assez original.l'autel Teat plac
' ll 'ineur. beau dcor d'un fond vert
blanc -, un arc form4 de feuilles !
palmier artificielles pques de flpu's
urraontent lentre.on y lit : Cur
Scr de laus, jai confiance en
vous. Le dais s arrte un .uouen,
>n entonne des chants religieux, la
onnerie des clairons, les tintements
1*000 clochatte, la prosternation de
4 foule recueillie aonooee qu'une
, eux fidles de se tenir
JJJour |a grande solennit.
C."" 1 h ? r pa c r de 3 lires ot
11 i mitin une foule compacta
1 -'-11 eire atte i heures, u y
eoie deux autres messes lusses
^ heures et l'autre 0 tien-
^loorsde no.nbroi-x fidles
m fteures *t demie un soleil
*'e, raiunx.sur Port auP.in
y** rayons de lumire ; le pi-
ttiem de mai.ons offre un as-
J, ,a,|^ut. Les paroisse ooillid
,.- '* ''vas de nos divers tabli*
l scolaires, lea ordres roli-
^ ^ranoeot uojit.oo devant "*
nue grande toile bleue coastfl e
1 ci^uo ot sjus laquelle on voit sur
un petit 8o:le la statue de Notre Da
,ne ae Ljurdea. Sji le balcun on lit
l'inscription suivante ; "(ialicera sain
;,,r 1 s acctpiam et uomen Uomini la
vocabo."L)evant la barrire est lev*
m gentil reposoir auijuel des mof
tiepierta recouverts d'un tapis rou^^
donnent accs. Les voix mlo lieuses
Je laciiorale de l'Cxletuat se font
entendre, la bdtiu.ctio.i doon^e on
regague la Basilique Notre Dama
pour la messe Pootioele, il tait U
Heures pres-tjjelque' instan's apri
Boite aux lettres
?s^a--1-
Port-au-Priuco, la 10 Juia lli.
Monsieur le Directeur,
Je voua dsmaude de biuu vouloir
reotitier la noie psrue daua le oum
re de votre journal du mercredi 1*
Jun courant me coaceruaot, dans
laquelle voua annoncez que & l'OCCa
aion de la fte da Saint-Antoine c-
lbre le LU ai u, ma famille et moi
neur de recevoir le
comme tous les
ont prcd. II eat
bon pour v .i.") journal qui se dit
loujo ira d.an U vru de savoir
que 1: est 11 premire fois, depuis
vingt ans q Btftio, quo tua tami la et moi avons
eu l.ionuen de recevoir la visite
d'un Chef d E:at l'occasion de
cette fte de SaiBt-Antoine.
Vo n avez d'ailleurs mieux que
ieiH;iii' qua voira rdacteur en
ctiet. Monaieur Cernant Uagloire qui
a toi'jjuraet eue* moi les annaes
prc-Idooloi dan c^tte circoostao
ce, n'a jamais eu l'occasion de ren-
contrer dooa mes saioua aucun Chef
tat tant considr comme la plaa
naute autorit de la Nation. J.; n >
< ai lauais tait Pourquoi le ano '
Je tisus vous dj.uind''. e.j.to
leciitlccktioo a cause de la rectitod*
que ja me uis toujours vartoi a
garder dans ma ceaduua taat paau
que que prive.
Agre/, aioasiaur le U,recteur,
mea n.-u. ;^res Civilits
Charles Db'PLWSV
rreraire bndiction lioo. Prjja <*uj.iauaaa.
arrivaient lu frbiJe.it de la Kpubli d'Eiat.Lous mesaims peuvent attester
lue et les miiistrea Suosancq et,le fait. Pourtant en le faisant, y
\u aurais rien t-.it de mal, le Chef d I
(jfi matine de
Dimanche
Le Comit haitien de l'alliance
franaise organiss pour Dimanche,
itt Juin ds h res l|J une matin-'
littraire Pt artistique 'in l'h uaaac
ds Molire.
C'est une fta de-gaU nu nura
ien sois la prvdeice de Mr le Ml>
liai 0 de Ktance-
Mr \- Fabius, fora OQOOOOtrocrSl
Mur Molire et Molle -Z- Chraia',
lOOtiratriOO, l'apologie a Louis XIV.
prolecteur de Molio Da* 4tv>*
de SeUosade Lima et doTEolo
Normale et la fanfare du Lyce et)
teront entendre.
La matine ara brillante.


LE MATIN
Nouvelles de la Russie
BERLIN le Freint organe ne
cialiete indpendant, dclare miioui
d'boi qu'un tiiarnvirst reraolarara
la premier ministre I mue de la Uns
pip dea Soviet* pendant aon absence
blige de Moscou de six semaines
rcessite par ton tat de sant. As
a sait qu'A une lieue de Mi a-
goane, ou traverse l'tang du me ne
dire du Journal les .'{hommes qui, ,,,ri,, ,,
rrendront les rnes du Gouverne-(Dom: ba,gDai" "
ment sont J. V. stalin Lo Kameueff
et A. Y. Bykoff.
M V ^talin. d'eores l'srtic'e dn
mme Journal est Bolcheviate. Geer
fien, de nationalit Inique, est de
rieiut comme tant autsritaire M.
Kamrneff est prsident des soviet*
le Moscou et ept considr comme
libral. M, Rynoff a t un des pr.=
noiera champions de la nouvelle po-
litique ecenomique. On croit qu'il
des ides librales mais Le Frei
liet i ajoute qu'il n'est pas autontai
re.
la nomination do trloutfira' n tb
officienscrnent rapport par le p9rt>
communiste. Dsns 1rs milieux polit"
eues l'opinion Fetrble trt que ce
inurevirat est form comme on I
eu de la direction du tiio qui rest
i ti entre i> g mains de Ksmeneff. Fall
UgDf d'tre signal : TrHzky n'ep
lut ras partie, ce qui semble don-
ner craoea aux bruits qui tir-
nient en dehors rie la Russie qu'il
i 'c.-t pins populaire parmi les cerc-
Kioolitai
<-*n ramtrqaa la resprinblarice di:
irloflDfirat itatl avec le trio m vira
r*e la vieille Home t directoire fiai
aie perdant la lvolmion. I es coir
n pillai ursellen anripfcri djaun pa-
rallle liielo;iquo et font aussi reinm
t aer que depareilIfRlransilions afin
Missent invariBblemf nt les rpuhh
tiues etlaisstmt l.i eoi te ouverte d'm
portantes transformations La qna
tion d'un succespfur poitil le Le"
Dire revient aussi sur !e lapis st lei
crivains de Berlin considrent le m
istre des allaire9 iisn^i resTcliicti-
iinecomn.e leceadident le plus lo-
; iqne. Bans certains milieux on si
^riale le fait que les membres pro
fnintnts soviets Berlin se -cm
lceroroent n-ndt-s en hte Moi
rou en raison de la maladie de !.
une. Tchiclterir.e seul et,: resta ici
d'eu l'on ceaclut qu-il attend nr
hppel poor preurite la direction di
gouvernement de a soviets.
Lu outra deTchictaeiii.u les autre'
cstidie'ktH eonsiof re* comme prob
kits BO&t ZfDOvLsfl Tro'zky Kayko\
ky et Raykovsky I opiaion est qut
ZuMVltfl scia probal ement cart*
en ipiaon ce tan extrme radicalis
me qui ne s'ecrorde prjs avec II
ou va Ile poliiioue des soviets. Li
aadidatuie de Trotsky est consirii
ia comme (-ontestabie parce qa'i
n'est pM de pure origine russe e
Bjoli a eu outie des ides trs con
munistes tout en ayant des lendai
ces imprialistes. Tctoicherine set
Jble-t'il serait l'homme de la fcif;iaioi
*.< poirt de vue des relations intei
nationales.
hiv s nnons aujourd'hui qu'il'
autie spcialiste allemsad avait et<
rnai.u auprs de Lnine ,1e piotf
aeur Flechaig uaa autorit dans le:
maladies de cei veon a t pri de si
rendre Laaariiaiement en Russie
Dsns un communique publi pa>
ie cabine' i soi'e ri one isen
ion avec M Bergnann qui a reprf
.-.< la gouvernement a ia reoniui
des bauquiersinterna ionaax a sjou
n l'examea d un emprunt TAU
snaene. Le gouvernement a annone-
qu'il va prendte de i,ouvertes mess
re* pour placer les finances natu
sales sur un pied plus ferme d<
taan enrayer une plus ariens*
dprciation de la mermaie. Si ee
mesares ae russissent; pas l'Allerm
gae saggeiera k la eommis^ion de
raijparatious dappioaver telle i :o i
iieajion du programme actuel de
fjaieti-.Tits od or qui paissent parai
tre acessaiie a raffermir le mark
Od Uen4 *f.i la proth.i a ngocia
lion avec La comit alli qui tourm
se. l'occasion ea chance'ier VTirtb et
t au Miaittre daa Fiaai.ee* Hem. e
Lcbangc-r lni opiaiar^ sut le su
,et dea rformes finaneirea pioai
*ea par le Gtouvaruemeut lors u<
ea rcente pourparler avec la aom
aissiea dea laaraUcns
ns de Letii'Gove et de MiragoAne.
Ce qui peut-tre ne retient pas i ai
tn'ion, c'est la grande prosprit
agricole pouvant dcouler de l utile
sa'ioa de cette nappe d'eau.
A ma lonnaissance, i des poques
li?criefl,uae compagnie d'ingnieurs
Hatiens et trangers firent des tu-
ies 1 ce sujet, tous furent unanimes
i ie connatre le profit en tirer par
'.agriculture. Ce problme de l'tang
pourrait tire tudi par le Upacit-
ii' !.t de l'Agriculture sous trois as-
>' cis diffrents ;
10 Asschement
2J Arrosemcnt par l'tang
3 ;- - i iosemer.1 par quelques sour
ces alimentant l'tang et pou
vant donner un fort dbit
d'eau.
ASSCHEMENT L'fang enlevant
bjque anne une grande quantit
cteiie il s'agiraait de la lui repren
ii- et par ainsi ramener l'eau i scd
lit naturel.
Lette opration est juge facile et
peu dispendieuse pour un ingnieur
|ui v.s.U les lieux il y a enviro
t'ux sn-. Son opinion ft que cettr
;aitie assche serait des plus fertiles
t fournitait eu outre une quantit
l'asphalte.
Du fait de cet asschemeat, le Do
naine tirera.I une quantit de terrt
;<>r qualit.
akkusement par l'Etang* Or
pense qu' >our l'htat a faire l'irrigation de VIi
raoaoe seule par l'tang.
Arsoibmbt par LBI Sources ali-
MkNTANT l'Etang Far contre on e
i<~re qu'il y aurait plus d'conomi
i arroser Peiit-Gove par les sou
:s. Les dpenses seraient relativi
r.ent insignifiantes pou jee tiavail,dt
aus >: :.,i lugenuur.
La c. p'atiois et 1 utilisation de ces
oux couti.hueraient a faciliter l'ass
itment en diminuant le volume
i tau de 1 tang, car le terrain a arts
er serait approximativement d'au
noms trois m.Ile carreaux de terre
|'ai l'espoir que cet expos retien
Ira l'attention du Dpartement d<
.-Agticultuie et qu au moment op
ouun i tudiera ce qui en fait l'ob
etw
Depuis environ deux ans, le mou
ement agricole est nettement cara.
tlit dans notre commune.
Des citadins ont commenc la cul
me de leur terre ; de bons rsultai-
jnt t dj emsgistrs en-r'autres
enulatioa et l'cncouragemeot que
e geste donne aux paysans.
l'orrb e de la pi dsormais et
;aine, et du programme du Gou\er-
leuuut du c uiici. ktoruo noue
:ommune par ses avartagts naturels
-st susceptible d'un dveloppement
;t d'une prosprit sans prcdent
Notre terre es bonne et n'a besoin
tue de l'irrigation en a;itndai.t l'ap
j'icaiion d s reihodes modernes
pour donner i excellents rendements
wammmmmmmKmm x ...... aawawaawl........! l.
Rhumes. Toux,
Bronchites, Laryngites,
respiratoires, indiquent
et autres affections des organes
un affaiblissement de l'organisme.
L'EMULSION SCOTT
prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps tt
augmente la force de rsistence contre les maladies.
Varits
CE SOIR
Le Comte de
Monte-Christo
St
La Faute de Georanita
DIMANCHE
Cont" iMti1 Ih srie da snccA
lp nroprsmroe comporta
fjpomort jeune
Ruier An
D'Apre* le clbre roman
D'AInhoase BAUDET
Eatre 2 gourdes
sttra*ger
Par cdble I i ,/ain
LO\nitl;S Dpche d- Roms iu "Crn-
ril Newi" annonce qyup dtcr.-i i.-'. 1 iraost*
rerail U piO I | ji Je U Ij. ie I.yon
Roms
BUDAPEST Le gouverne me tigei a la chambre, l opposition 71 ei rtwiliati
de 7 drconictiption* ne tontras 1 connus
Itt tocislisicdfoctMM v""' '" '' de''op
icsmon avo. i\ <'*,'-". le ram \'i y ib le
i.irn A|>|'0:iv .i Ica lnUlmiatei mol mes ti ia
.han'bri ae runi'a le ti.
(IIIIJAGO Mr Inaaerand Jm> ui dsconrs
-tononce aux c/rmonies de lin .! m 'e i l'Uni
irersita de Cliicg ditendit l'tttkottt et la France
iu sujet des rparations et par'Uipatk n cealeren
:c de limita:iou des a'incment
LA HaTB La crmonie de I 'tverrare in
nuin j!.o:u'_- de lUSUcC aura iieu .'.n n au l'a
lais de la Paix
Parisiana
l)IM4.\3Hk
Son r*l8 le plus difficile
Drsmfl d'inirignes da conr^miai*,
en scna grandiose au 2 partie.-
Cinsna Cjlori
la Iib umm
jLe neuves parisien cbic
et
3
Da ia Slsotion MON if
DAN.S
Geilt qu'on ahandouis
Grand film 4mo las ''Sacrifies" rst I exprsssiou
exacte de In via r^slle
Entrw : g 1
m. 1 1 i. i
Hormire des p>>lru
n iq** 2V. )% t u
/'< p m*I S ourm
Jeudi 12 Jkii a 7 hs In U'ut'on S
C7it /o tan
vi***il pif.
(
//u 1 e
I ."'M' le
o aague
Ven^tedi 2\ i 7lis !-".o'e de la Centrale
Samedi 14 a 7 us e it S^mitiira Co'tg*
Dimanche aj Me-M-s oa>ats > et i heures
Messe chante a 7 ijj
l.enji ao a $ hs 1,1 A-o.it'Oii) dhom.iies
7 hs Beo'M libres de-filles
4 11J Ly e National
Mardi 27 i 5 i|3 A P-rjvraact
a 7 hs Pensionnit du Sict Coeur
4 112 lco'rs Nationtlca de K"ons
Mercredi H 7 hs E o'es nationalM de tilles
i 4 hs i;a Collge i.auvcriu;e et bct'e
Secondain
Jeudi 19 a 7 hs Eco'e des Ftres de la
ii .idr Rut
Vendredi }o i 7 hs Ecoles .1 s Sieurs
Sa-nedi t |u'let a 5 i|j Contrerai de Datre
i 7 lis Pen^i)iinat Se Mue de Lima
Orphelinat de la MiJelame.
Lf,s oransa'eurs de la touille du '' rsor du
Comte i'BnMry ont t ok | ( s| ur. o de se
J.-sintres.er de IcalrrorUe. polo- I fi t? iOf* /'TPII*
deurdes touilles aper sur la 9 4. c Cah "" "-'"'
Jrale 1 s n ni rien vu v.-i i-. Iv fin i h de 10 ce,
J attente il deo.r il se uni gnes a iem-
alaver cne immense on vas.e. a, il, nous atit ou,
leur a cote ili> d^ClM mi ie ^ 1 -
A rsi s vanouit une nouvelle tnis I ombre de
la (rosse forie e du Comte d'Ennery
de Turyeau
Une commit*t i d *
frquentation *co-
taire la Saline
Le Coraitf baitien da l'Alliance
franaise marche vie l'o-ir taailite
le 1..- Tuti'!n> ni des elre* U non
; velle cole, il va li a r rgnatra six
rersonnes claire- et levouS' A
hllc convien; eotr auties au eatt.lia Ssliae Rirae pour ui'er la fr-
a canne sucre, au coton, au cam quentation scolaire,
manioc, su
La premire Prncesion de la l s Un u ai.r
lieu "imirch.-. Elle sortira de l'Eglise 7 '|a, 1
sarrHira au 1er Rcpo ir chez Mret M ne Raou
Rauzer, au 2e Heposjir cu.z M- ei Mme Root y,
u )? Hi p soir dress a la Crcch- par Mi 1
Mme Sylvie
La tn 'si,ue du Sminaire donneia son co 1
CSurs Au retour de la l'ro: ssion une me.
sera clbre et U dnue iicndunou >c:< du
ne:.
La deuxime Prorgiaion clturera la Sole'-
nit de la Pftt du Sjci-Lost-, le Dimanche 2j
Juin
=^*^-~'-'-----T| _____
xi 8
\ s
mais, la b 1-
1 V
Nous sommes sollicits pa de stmbreniM (1-
milles de d manier au Cornue de dames patro.
liesses de bien vo 1I0 r se reconsnu-r ari 1 de re
dnnner une troi.n me reprs.niation de la bille
C'est une ide pratiqua qii don p'ie San s.ivador
ihh des tsuHats.
Les Cours
NEW Y*RK-SUihi| 448 ,8
Franc ii.fi
PARIS Sterling So6js
Bollar 1153
Tlei Tles
A. ? odra i la maison I. Preetz
laan-AptarJraln des fsuillss da
jles arjgiaiaaa.
friche, au
iane, i l'ananas, etc.
Laii de notre climat est salubrr,
n. s sites merveilleux. Nous avons
otre Ption-Ville ane heure
nviron de cheval, de la ri.le, daos
ev mot tagnes i l'endroit dnomm
Payan o Ion y tiouve exacte-
ment la rrme 'empra'ure.
Nous avons des mines, enir-autres
t r-uivre.
Nous avons du kolin.
bi nous v a|ouioDS que notre por
es dune lire t ptoveiba't. ollrant
un a.11 le'out reros aux bateaux, in/ornir, ses cnenisqmi a iran* Due circula r* de le h Jrai
mme par les plus violents cy.Iones, lr ton cabinet i la Rue du cenlrj iuc ,c;**?* de 1 Advancc a m annue .
ei que les chargeurs ont des facil.ts l\o Ml\ en face du Cdblesous nu rSJoSSj^ *,Crilrtrf' ***
4ea:querrent qu'ils nr peuveol fin. I RL#nVfin%a
Consultations de I \0heum. *
matin et de3 q,b aprs midi.
Un commena
par la persuasion; si no 1 on aura
recours U relief, connu le veut
la loi-
Il faut ebasser le tnbres qui
r oua enveloppent et qui soi)t csus
de notre dttestabls et ujatojss ai
tuation actuelle.
MeAug.ft.Hraux
Avocat
Informe, ses clients qu'il a tran'
A uvit '>v
Ce matin a commenc a h cliape'le de Siim
Pranol*. tu Hil\r la ncuviive pn'p rato re .i
la lte da Notre Daesc du FcfVetattl S o. s
L*^ Snvirt t Hjrgi
Ces un devair nour u-, de tllcuar le Se v
ced'Hyne ijui a pu hier l.ij-e la t>et; con
p|l< des r es de la \'i' t a la t- e mre lie "e
Mr Vivens Ji'f.ii'n J-I, var|e,r>: v ai n,-
digne d''ones;. e-..i p. .,,BC |e >e, litl
des <"quiri-s suitci lit i ce qu. ioui se ss.
dans ua o dre pa tait.
*
U diance"
annonce
Ce b
s nr
tcouyer nulle p^r', car les navires ac
cosient ie qoai quelque soit leur ton
nag-; on comprendra /acilenseLt que
nous ne rous nou*'i ou poi 1-
usions si le Gouv'rBPmrnt, comtn
nous 1 esprons, jtlte les yeux sur
notre (gon.
A pippos du l'o'm. 1 ri yu un
tcataniiilon, par l'obligiautt. d'au
Nou
de nain
IB1I
Je reviendrai a' besoin ur cr: im
potlar.tes qi es'ions rvc d?s rr
gntiflpnts s"ppm-n -ir.a
Mi goA te, b \f |i i" osa
Evrard IJ5GFR
s avons rtu re matin la vis tc
1 et Agent des Cayes, I D.castro
agrable sjour pari
Nous lui souiu.tons u
t ou-.
H -.^ |,..t..gi.arlaonptrlos
GlObUle ilebaui 1
B Mauttato
t ru c:
fiepassiz vos tW
ilebaui
ra vulllaub aurr-n-it marna
l'tt de li
Le Cosait htil-s de F
franaise a accompli m( ^
en ouvrant une co't liai
tiers oopuleux de U S.lioe,!
uratioa a en lien ererafl
Mr Lhrissoa.prsideat di
\ adress une vive exhor
notables prsenti du 01
(aire envoyer les ea'nti
sxes i l'cole. Il a trac IL
trice se; devoirs et lui 1 riglil
gramme.
V.r Lhris-.oa a re ara*
viella et Mr l'abb Collia qgjj
sist i l'ouverture de l'E:olal
3'ir qui a bni le iijiriei
maison. Il a encore airtasii^
citations au Dr Louissiiataiij
i l'installation de l'titlineaiaj
Mr le sou-hspec'ur Dirai
-0piment vir L.ji sson
z'f et son dvonen:nt isn
colsiiti* Ces* grce i lai %u\
bres vont faire place la I
da*s ces ejua Mers abioaoi
"eut compter sur l'inspection
re. dit.il Le Dr I ouissaiat 1
de nommer n e commuiiatM
e des no ab>s da quaniaf
reerutemeat des lves qui |
malheureux. 1< demande]
de penser i vtir ce qui1
ro' t l'cole. Mme Diut
9'sideite, p.omet et dci
n'.'-n'i d'aimer l'cole-
la directrice, M.le L Bodst
met de mettte i la d 1 spositasaj
Ecole S Josepha toot soaj
i?ent-
Mr Lhrisson lui dit: b*et
' ice est une mre. Vodi at
as seulement instruire, <
ser et civiliser. N'oublie psi
fcommaudatioo. Soyez ios|
elations avec les pa'ents est
^onnex souvnt des caniiili
vous aimer d'eux. R nd iwp
Pour commencer le progiaaai
cols est : Instruction iM
morale et civique, lecture et
:.c*l, Histoire et Gograpaje
t, cha >t, hygine, conton*
lve p ut (aire- sa tibeic'
eulement une heure
vrez les cours par la prlie,
par la prire. Montrant U1
\ les couleurs nationales 1
'a faade principale, Mr
ajoute : travaillez poar lesi
vous do -m front la torce
poor remplir notre Uckedn
dilncile.
Il y a J7 lves inscrit, j
fillrs, qui ont t prsents. LI
out son matriel: bancs, U*(
a eaattresse, cahiers d'spse'J
^riptioo, cahiers d'criters,
noirs, ardoises, dts csoiail
labaires pour les coatsuD
criersi crayons, des *,0"J1-|
les accroche* dans.l'ceejmi
isimea H ut', votre latrie--*
us.m leVav.l. lorefre. U
ez ton joui s anx f#dftesjci
sat'ie ^imez beaucqap r
peau, la dtapeau reug:
si 1 emblme de la h"*
Aimez Dieu- ^e mWI"
L Iran, h se est nq| e|IW"
De sucreries ont t, '*
a crmonie, servies anx si 1
sont contents d'avoir, r>
mata, un syllabaire Ca*acflJ
Er. juin de l'anne Pre'
auront tous lire et '|
10ms grce su corn l
1 alliance fra -!ise.
et H
S


Ll tAfflM

OBONAL
fi
Grave !
Artrio
Sclrose
bait
. ii ::>i ci .'i men
: t. -.-.t da
. '.'.-: S .*. i' '!' Ail.'. :,.,!
> .>! i i panlama,
(.,. ; i(t c.ty r~suiUr.t
XTUUJOr.'A..
lave le
sang
kl i> i-a
LWci-'-n piAf Ait. daYi :e
Mlttmer.i Je i .ifii.o .lef i-, coi.*Mj
avant lo'jt tmpeVnti la njistane> it
le d<*eioppeiniTi'. .les lkloii artriel
le A la priode Je prtclrose, Tac'.'i*
urlque tant le seul fan.-ir d'htee'
tension, on devra, avait toute utt
chose, lutter ncnriqnemi r-t et fr-
quemment contre >a rtention d*aci<3<
urlOH d^ l'organisme en employant
PTOfraeftUT rttTM
t':3l ii !>u 10*. A I tniftr.-l'.- PsIlMr
Eiabl Chi-i-in ( r Tllfllllrtmt Parte'
et m si. >f
l .
S
IHLI ttv* Ul*d ttll <,!r,.i srierose.
\ftuut I rntaiou -. 'aladie* o U femme
i aiiixiiasini. CaruiopaUtitM.
1 I IfUVi^AI '*""" <*-.' nhvna-
; t i l wv* l_ lllinct>, 0. MU : j-ubito. na-
.UILU. k BOLET, Ajeila goraux ptu^laili |/|f |u, du Magasin de !'.*
ii-ai'iiiiiiiiaia%i1a-k
A Vfn*.r
* un ti< ban tat, mil
f Prix lduit.
Wreieer aa Ne 1308 K-ja Ame".
I0f.
Auto
mRsmsss
M tout, rmnlo. a loi i'ibiii
..ae. a m I ...!,. D'M i m
d".....alur-.U Fi.ktii.rarta.i-
M min Ilr. nouvel LBua
(IN . rc | tre* f- f.;
".i-Ma Hkjr-lqx. imma-la
IVUUI ii l.a. L Uyf-ttt*m*
.. ji*> ri fiulf. i nr
Umit au-- elaiico OoMMa N.pa
------------1-i-ai.r uinyau ni If-Mt 1 loin- M
> W-. UiV l'o.r nl-ux ml*. |-ar m
A - MllUi mi l'anMM ar S. i ai* il> /)
t Mon.,.- TwaA'l
liiwiilia>.nB*a<.r
The Royal Mail Steam
Racket Company |
Le SjS Inrnor vrnant de Kingsln
\ottt paar Toyiges on ponln88e JdCmel /c iS JttH COU^'I lj pOU^
KVui.1 ;s'adre""'bu/e* Cmye*, trtmto PtoH-wFHiiM.
71 ^81 attendu ici If 16 du courant l
rpartira I* mme |'our, chargeant
pour l'Eu o e via Peiit-Godva et les
pot lu an Nord.
Po t an IMnce, le 9 Ju u 1922
Roberis DuUou & Co
6ira\ Ag..ti
Halian American
Sug r Company
La Hayini imericai Suy*-* (.o
avise le publie que depuis l* ir juin
courant PAgence de vent*, d* Sucre
Blanc est confie exclusivement Mr
Ren Tancrde ALJUUSrbi
Fort au Prince, juin 1922
Avis
cor c3B-c de dpart ~ a mais.-n
)" rrttc entre m liquidation et
dfinitive ment dose le ici juil
pirebain.
Part ta Prlrre, le 15 inn 191a
O. A IUND
Pour gurir ou viter i
"lOUA'tUa CSI-iTIPATlQ.,
f8NatT on s s rOU-lOISSKMINTI
KUCAR-tAa OAaTRIOUI
IL SUFFIT de prendre
> l'Un et* voa repu
ta lu. u-ua iour. aauUmanl
me Pildi dii ir Dehaut
tlM du Faub" St-Donn. Pari
Pillant exiger les rWaMes
W na' tout fait blanchet-
'ur ohasuna dist-uatlaa lea mata *
pBHAl?r a PARS8
-t-mm
--> c
irill bldnc analais &
'TBla

n9K * |{or.p (P,,i
A Vendre
4otrrB'bi' Kbhpx, an ex elle-t et"
I grn e balance 1 oue o.-uve, poir
frit aia et anglais.
1 Coilrr'tort
Ht ti cm A ctire-
|pf C bi et en eeier
rdT ock
t Bureaux Miniatrp, Tables, ettilaVl
fouroitare* da eirrau ^tvprs
O A LUND
>**4r$ susre granul
^Bl *"4lt Vw Hiob,
ta. Journaux de Paris
Vtniir*ti{ d'irrtvT Numros
du v au ^.5 aWai.
L x /a Librairie
11*1*! -
OM Ai*afin
AVO,AT
[t L,* cl.-ritt ooT t n-t4
itoiCfJ,;','el)a,,,r^thfs-
H-.
ui< Buirk
Fn trt bo tat T#ndra- Condi
tior" modr!
S'adiciaer i Ilr Geo de Ieipi
neea
lafi AaiMfr*ag*
Sei Fros
l'onr remplacer la t Sa) l daoa la
rtgieiai
Le a>al Froi pea .r *u);<]ry par
loua at est mjiai e 1 .a.-at'a aai 1er
rgi maa
Ea NN ai No iJM da la Rot
aiae
*4*4**4444*H44Mmmm*tmmm*ammmm**i
Chaque cherec et une petite plante
e
m
fi:
. 1
. 1
1
t
Barry'a Tricopharoua
le nourrit.
a
Bt iaa cheveux ont beaoin de ncAirriaaaxtt o aoat
attaque par la maladie, ila deTiaxment faible at
meurent.
. v
Barry 's Tricophcrous amollit le cuir chevelu, enlve '.
lea pellicules qui touffeut les racine. Il diasout
les accumulations graisseuses. a II dtruit las carma :
qui causent les pellicules.
V
Finalement, il gurit et nourrit le cuir ehevere
Aprs avoir employ Barry's Tricopherous pendant
quelque temps les cheveux deviennent longs, forta
et luisants. ( +y
Demandes & votre marchand. Employe la
rgulirement. Observes l'amlioration.
afe.
a
Ce
3
q a
Sff
raMi< B l G (i S
En vente chez
L. Prtstzmann- iOGKRHOLU
f UiM d i
La Maison H, Silvera
Annonce ses nombeux clients qu'elle
v^ent de recevoir par les derniers
bdtsnux les articles suiuants9d* toute
supriorit et meilleur march
que partout ailleurr*
Casimir aoglais Do-veauls,
Diagonal noir suprieur.
Alpaga Baptiste fine pur fil pour ( hemisea.
Colon draps an. lais <4|4,
Coton draps amricain M
Voile bliiic carreiux 8t i birres.
Voile uni blanc et ceuleur-
Organdi ceuleur
ferge noir et bleu marin pourjupts,
Ua uasse blanc e' ce .leur pour nappe
Toile maieia! sup.
Toi draps pur til (0i4.
Madras suprieur pour chemisea
Crpe anglais.
Tulle pour voile et pour moi s iqnaira.
lin le brodes suisse de tonir s les qualits par boites
Molletons couleur sup. et int.
Alolifions blancs suprieur.
Dock blanci kaki blanc.
Inll fi* blanc engleir Drill cotoa blanc aag sup*
Saiin chine pour tai'hurs-
Kaki jaune ang pxlta qulit
Percale klanc ext-a sud.
Calicot dn f in'll.v
Calicet pour jopona PiqiiM b'are aop.
l.'-n rine barifs pour tmll*nra
Crpon reul^ir finurarg
Oeoil noir sup. Tnanor rour )\ n.
Tatior pour cbtmisH -t pour r bes,
Voile brad coul
Xs met' bleneh et touleur fleura
Seyenx blanc *t rnetear aunariaur.
rtansoakv ba lele coul np
^ar*ittes de toilt^it blarceaet rootcar.
IietIle police peei himnip eao.
Bretellaa pour 1 fan s sup.
i-tia kse ceel po m- pijamsa A cheroiaee,
t'iqa an enr i banea poar ebemees hjraraaa A reb# k ete
Vents voir avant daller ailleurs *V
vous serez satisfaits.
TUHftES POSTE POUR COLLECTIONS-
J'arh^tP ,CS Jimbn* d'Htiti P* quantit. M au
Dlc mettre chantillons svec prix par 100 et par lot
Ttf0D32E CHAMPION. 13. rue Drount, Paris


LB MA PIN
Bire la pression
?u Grand Htel de France
qui far sn titualion unique au cet-Ire de* affaires M recommande
plus que l'Htm m .< jnitilv: tt 9n noo-bieuc et dut-nus lient*
pour ta I L'ISlNE Huants $i tout l confortable nfcesunre aux \oya
fleurs d* Commerce et i>ail,culircirerd aux commerants d. passage
Vort-M-Fntice.
L'Htel l'Unie purgallngi a pir ba tlqm
des Vins d HorJe tix Rouye ri Kiaiic
C Vttil viennfm directement de R 4 BS'i C fi *wf 0r*M W Ag"" '" '
tt* ^ raisins, vous pouvons I" prouver rar des CKRTlVlCAid |tM
H**! rfcflOfcl ci /a dispost/ton ies I ta In.
Fost$p Wheelrigbt
| and Papa Co
BOSTON
Foster Wb f'r cht s ad "*> on j)
rom^-5 o-Mercha i V*"
.-.'.Ag-ru SrciaHs ^ lp
ftion oe iou.es loutni.uie tt aiti
cl poui Cerdonn eu.
Nus recomm^r^ns nn< ta Ml
recov^frJi ro Cetlol#ide qui sont les
piusl-gao's, f.b ifliss, en Ai
que Pu meie eicuiiea des comman
es. Pour conditions s'adresiet i os
^M^-;::^^^
p
1511, Uj I nui >
Chropagiti tt Vins Mousseux, prix modrs
Conservas alimentaires fmnaists, >Hrtroitr thtix-
Ai M
g'y .' m
m ,! ri 1 nen----------^.*... - *,..,,
Pharmacie Centrale
PitCUtl* *i touif treuhem. Kacutxon
oroni>anies Si'tctalilhtou,' Uiut
rompagni" des h-min de
Ft.r do la tUina du Cul deSac
Il rai ror' I l connaiwaac* du pu
blic qu'ai. t BtftrttsJ< ltUrapgoe H vu ib
L'ge critique dent
la vie d'une femme
est gnrai!
entre 45 et 55 ans. Le
retour d'ge est i U-
vent accompagne' .le
ymptomes inquit-
ants tels que; irri-
tabilit, tat nerveux,
, seoef leinro lit" d<- M -seur v- d
promde et lesioignt's H!io rf T s Dr;giac rili
iiimaiiiaaev. enl Pl VicaPitideoi nu Coofi
--w^.
m m t i*
lue S)onne aubaine
Peur les Cenlta
d'Admiris'r t"0, v' ''h ^l. mm
Br< du d.t feisttl, i t if g"*
po0r rrovi* irement es "rnoa-er
Pott au rince, le laJttn '9*2,
Attention
Occa'.ion xc^ptionnclle
Cette -..,,.ne a, orne M IALAIIA& kor aK une occEiorf xcfiiion-l U b cfy. A md J tyjni qat
^TjW.l^nSf. e uni, ,.. -ffM ARBOW. de verii.blc. jjj^J LViVS^Slft
arutfies d'wi, too elytai t de pin DitUiquri.
critiou
.........-......^#>#f-
mlancolie.poufteco, // ..^yit V *";
de chaleur don- '" V!.*'VJ >'/. '
liant des niant /f^W^'^ ^-^
?...... /
ae ttes et >*.!-
focat ion.
i'rencz soin
de votre
sant; si
cette pt^rl-
ode ci itiqoe peut tre terninco sans ennuis, elle sera suivie
d'anin'esde peitiuM fente
La Composition \ etftlle do Lydie E. l'inkhamest par-
ticuliror.u.iu adapte pour aide( ba femmes pendant le
retour d'Ag. Son tofltteoce ^e fait sentir sur tout le sys-
tme qui ist renforciet elleeWe la nature pendant les
|or mois (;e cette priode critique. Ce mdicament est
prpa- avec dea herbea et racinea mdicinales et ne con-
vient p.is ce narcotiques t dlOggea nuisiules.
Son msritc est prouve pr.r doa lcttrce similaire*
;i celle ci:
Valparel 0, Chili, S. A." Tendant t'.es aimes j'ai souf-
fert de r'.ud s etokdouleun tor pannes de maux de-^omac. J'ai piis votre Composition
V( ;< tel el Ls 1 illulea ; er : I I-ydla F.. Pmkham
pendant trois m h. le r 01 im iwle votre mdicament h
mes ami'.-, en raison de i- tatfl obtenus. Vous pouvea
publier ce* teVnoignage.**- Pauuka Floms, calle Cajill
114, Valparaiso. Chili. S. A.
Pea lalliaa senia mlTs ri loflnaneaat les femmes
M la.iUjCl' la

te1
Composition \fegetale
de Lyclia E. PinkKam.
LTOIA : ...i.f.lAM MtOlClNC CO. L.VNN.MAM. U.B.A.
ai
6
X
l
nnvn-m'-
l.a confoitab'* H^jaumi Vaiaiiy, te* dia,.*iifcateur de iontj.t inlimf
en cet mois o> (Uleti isceteiva.
le* tsex-iol* Id*- t Autw, de ilylft ODivIietU, eirpes et mous
Loir toute lei oi"ca'Oiia.
Le ccoibiLthwu L-VU. qui doer.tctde l'wlluie et de 1 aiastee a la
tU' 11 '
l>i i-siet," ps n '4 drtni'iorgueti> 11 npiiciablea en n tte ineon.
* I Alieii, Meilleur*. 4a cblc I
Lktbi Re lui' 1 aa tct|oure le rr.oit.r, rxaif"'l aide souvent le diatui-
guer.
Peur les grandes vacances
Occasions exceptionnelles
h u
Cjtnplair Franco-IIailien
et du litntie No 11-
A tientiou
Vnd# frrii. de tou^cc ccu'citi l'ounr Gcurdea
Voile ray oie
V -it l ""
c Fleure te
4 l(. U..u. tic tll
Elanine
'i'i iif v hy ex'ra eolidi poi r eofe.1 te
\i>>e /. pliyia fiai *ia iavr
Heicales \i*\ Bi.e in^i i'n,et<
OlgSI c'y* ri* ii nie- iot.ki.ih qualit t >.'ia
G non a Lanea
r-ionrs blsrcs
Ci^pp Ce soie Mariette
Soie otiatall ne
.Su u lit ta dtnrtg
Pc f i.t le mois d< Rio tt l< m t.
9,50
:<
H
:j
B
:
*/
t
" .v>
2 50
I
i DO
:
'
li
y
10
.nriT' t m
Haitiau American j
Suyar selliny Arency
Sucre otanal Vr 7,50 (ej fOO vrtff
^ar au moi 8 (>/ 7,00
ftVd t hatemib'ond
Grand'Rii^.No 1941
Employez la
RROSIXE SUE1
Demande* ceux qui *'eu eri|
Lumire brillante- Sans odeur
San* fume j
la GASQL1SE SHELL
Donne un rendeme t f?()\0%df\
suprieur W'ir h'Uomlre
Tt en volatile, ne ne EhticiCltt
tar bonite uan
Asiutic relroleum ro j
Roberls, DuUon & C#|
I ort "U-Pr te
Aer. s Ck &ax povfcr Herti
Pharmacie W-
MoriHct vous to jours avant
dp fairp v e arrn's is iw* df
ra'eai Bl rkbo'l ) noii.> j unsfi
roi p*s 'I Mari 1^^ W iqt e Co
|nn In e um d (Tir g' n >'
Co4utnhfi). Aro-^a ref iww4oan
la su* dit* rntrque fOiurnej ini l
n ailleurs, la p'ua "vii rgeug
ment ettnnuaana Bli'P Cii lari
poui sa sup-li ictrii ftsjii quf
lour rpx'im'1 rnodicr.a) de se
prix., allai voir.
Ch< l'agent g^n I
Napolon #tPrntfto
lytNi (jr i d*R.
"Place de. ia Paix fl/
V'iont de rrrevoir psr lee -Ith rs vei>*ue " prend "*or ^
SiifciBlilta fini gnisf", n- pirduita fhiwiijutb e uei drega
frait lie ur 11 mardf. n) i. e>i s t fi*iQaift.
Eaui B'inie'ca d* Vihy. de \Ms. t de V.ttil.
Eaux p'-ipB'lv. - CarhD na ' llur.iedyjanos
lluilfl de I'-ip dfl iro u- tt' pr x exi ep ici DCl .
hxueiie d> vendp Li> b g t J .^ de viai-de pour les malades
Oprulre II MMeii!', nnt-po? o"or io'ipj et diui iqre* ,
V lolea e-i Sacchnrurr <^p Hl.omt el Rconatituini d#e coyw
Pilule Keirncodyln Mdicatu- crtodylique fcrrug'neane
Nbo Ai.\codyU. t uioMtiii ni') ;licaiur ui> la l'Uirt 'on,. je, iflrfl
t nmnnrp'a dt> Vth.ojiBe. raittuie l a,i'e tique complet
veineuses.
Jooonei"'1 t'pir1. Jodp i o n 6l peptoi isJ assur.il.bie
< i.oit. c 'fini i Ip Globule* R. band, Snc liqun contre I Aailnnp
m i.i*-- ifui c Hypitenia)B. ir #rio ftWfoaa
A'Hjr' S-!. I" r'' -f- i i"r ai H0 il'"B. ,,.- ; k
H "-etre"1 l'"' '' -i r r Ootd -rf r^or lie U'o"
ra ut. uti *' Loi it*ra u->. m- n>u. U e.*-. '''' r*"''' j'J
1-o.ir lue ftmtrilvM: S* 10 M gl c U t ^.
r^aga lait, et Oiy^ti tstt.'WlitUlt
Bl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM