<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN ri Faibles, Anmiques, Convalescents vous retrouverez les forces perdues en prenant L'EMULSION SCOTT aliment tonique par excellence, et trs facilement 1 assimilable, proprit qui la recommande aux estomacs | let, fc p lus dlicats. f va*s( % %  %  • M.m Mort de Lnine \ ;o prcoce de l'opinion de la GriB le Bretagne qu la confrence prliminaire de U Haye era seulemen' une prparation le goarernemen M-amiKATAN Hnn im&m freosi* Pourrait bien abandonner ^^SSn\mlXJS& -n projet de se faire reprsenter par cnriirraela rumeur que Nicolas l %  %  l i, dans la a P ,U,e hoUa Dil e chef d Joviets russes avait 'aise Mr Benoit et pcarrait suivre incomb a une attaqua de paralysie l'exemple britannique de n'y envoyC lbrale. Tortefoi. le dpartement que des experts qui ssistaraient i o" tat et la SOel t des secours aux toutes les sances. Ri s&es D'oat reu aucune confirma t an de aa mort. D aprs eeite dp cas tant la monda sait a Moacou qn. L nine est mort il y a quelques urs il Hvait perdu la raison depuis di iours s la suite d'une attaqua de paralysietn dit qn'il se pouvait j< u parler depun le premier juinLes 0i Au Japon TOKIO— L'amiral Baron Kato s accepta la pr*nideac du Co ssil JOU raldnct qui n'ett nfo aucun \ t. rti prend le pou\oir avec l'ioten ne/, efaieater la lettre le accorde conclus la canfrecce de Weshinp • en L'Amiral mis une senle eondi lion i son acceptation : Uue dinainu l'on de '.U millions de Yen dans le budget de la guerre et l'adoption .Une politiqae fnral dcoaomie? l 4 mirai Kato aura l'appui la dieu du groupa Sevukai, par i da la maio rite at la ebaanbre des 'arda celui da iroopa Kaoyai qui aat la plaa i JJOIUUI. Les Cour PARIS ia -Sterling S.34 Dollar n,i9i NUW YORK i2-jSterling449 Franc 11,17 Lafrance, V A ngle £ ferre et la Conf* rene de la Haye PARIS 11— L. rponse britannique au meHBorandBBB de M. Poinca i< da 1er jaia exposant l'attitide trao,aise coaseat ce qne la contreuce de la Haye soit une consult-lion et vite le* questions politiqueet diplomatiques. La Grande Breti nf rst toutefois ea dsaccod avec ja demande de Mr Poincar pou que"le ^oBveinement des soviets re tire son eaemorandum du II m prtendant qu'il est remplac par le rceate dclarations des Soviet eU? tous les caslademanJedn retrai anraild tre laite avaat que les ruse eeaent invits la blaje. Le gouverneaaeat britannique estime que les conclusions de Cannes devraieni Ctre U base du programme et afrr me que U proprit prive en Russ e devrait tre restitue i ProUstatioa contre ii bombardMaiit de Sam s oun. GONSTANTINOPLCS IfpO Lna reprsentants dei aatioi alates tare de cette Villa ont prsent aux Haut Commissaires allis une protestation contra le bombardement da Samsoun sur la mer Noire par uas asca 'Ire gr-cque mercredi dernier. Le TON S disent eue 1, fiotie avait reu l'ordre de bombarder la ville dan* l'inten ion de provoquer en soulve ment ds la population grecque contre • gouvernement Turc. La communication demande anx allis d'em pcher toute nouvelle effusion de sang dans le proche Orient en te.isant vacuer k'Aoatolia. Le commandant d'un destroyer smticain moaill devant Samsoin tait connatre que lea pertes subie* psr les taies pendant le rcent beno bardament des grecs se montent 90 hommes. Le fort et une partie da a vi'le ont t dtraits, les dpots de munitions des turas situ* a I • kilomtres l'intrieur des terres n'out pas t endommags. Ces Mu fleignerneots ne concordent pas eiac lenieat avec le communiqu ofliciel grec qui prtend que les dpota de mutations ont t d r its airsi que la rsidence du gouverneur, le btiment des douauts la p etecture e> que la plupart des navires qui se roovsient dans le port ont t coul. L'encadre grecque vient de ren •rer uonstaotioople. L'amiral grec ,'iteod que le gouverneur de San lOOr) a rejet l'ultimatum grec sou. ortexta que Satnsjun est une ville ouverte' FaUli hsbituda qui a gagn toi a la paya, teutes les latitude et qu il e.t bien difficile de dtruire. Ha turte qui ae perptua dana la b9VlM pendant des aueceaeioas da gnraions et que nul ne pense combat tre parce que inutile cela date de t.op longtemps, c'est trop ancr.trjp ecrann, Ul point que le vrai nom -'efface conna une lettre sur la ab e que le vtnt empor e et q je kHN no retiouve pina. L'on cbeich. envain comment aa pilla une une telle : la v ace de Leopoldwe par exemple, ou trouve Didine, l place de Pauline, on trcove Liline.a ta place de Bais, de uooel u. Raymond,toua des nom exqu's, l on met Ninue, Nbnel. Monmoo Mms daes les actes lea plu se lieux de la vie les taira part de fia., .illes, de mariage, les petits uoais, tes aobriqaets remplacent le nom patrouyiniqj6-Maia I o la ebase ea I lus comique e eat quand les |euin gens se ma.ienl/ Un s attend v ai meut entendre appeler lea poui par leurs veutables uous. ftloaaMUi et Madame Ltville par exemple, en bien non. eest Monaieur et Mauam Vivile, Mr et Mme Laudnn.c'est M> et Mme— biiodno. Ces petites habi ludes que l'on appelle ieu4ressei, oalinenas ne aot pas ea alle meme| maavaisea, maie deteotueoses parce que i lies ne Changeai pa ooujpleteinoui Ltal civil Ces persoi. nts, maie ellea y inaltent un troubit pt un uuage qui, pereiaum a traver un grand nombre d'anne, I jnt qu: [ou ne e'v retrouva pluj. iUCE AR-BIN LA Y Hadootl & Do Woudi DISTRIBUTiN* AGENTS BA1TUWPBODVCTS } 1131 GrUVIFR ST NIWORLE4NL,LOU1 < UH\ JUNK 1, un Aux Commerants d'Hiiti Noua dsiriooa porter 4 vatra connaiaaauae . ie|ao.ia veaiaat da ft e„ ceua ville IIIBIMI commereiaie epcialpour Iscbu et Tta t on des p odoita dHaiti qui eoot en grande desn.ade non H^Sm t la Nouvlle Orlans ma.i dana tonte la Yille da Mun.sipl, m 4 cialeno notre place noua croyoca pourvoir en toute assurance atex aer excuter aussi ponctuellement at a des oondi oas aussi aaea,ao" ce aou lea comm.aeaioo qu il voue conviendrait da nos. caoaer. q Na Smrnee an relati.n/avec de. aaauoua dispos.at de ,J £ con.idrablia roo pas .aolement pour aoigaer legr iaUrU "'re aatufaatiou. mai. aussi ceux de .0. amn.at de faire lia, at l'ExDoriation aur ana large cbelie. ... L „ iou. P d.,rion. vivement qu. le. rapport, qo. pourra... rUMfcj votre msieao at la noire deviennent proltabla Puna t l autr. VanSe prendra not* de no a-gnaurea respective,* agrer Mi coi salutation, empre-sa. HADN0 TT ft DE WINDT W.CDBWBN1T Pndoit. Maitien dont noua vcoi prions de noua envoyer les eialtl gn.ntit, qualit et prix. Appioximatifi sujet, aux fluctuation da 1 cbe. Dividi T. 2240 II a Caf lb tri et la\ Crcao Miel en baril ou ea ferai.ne de gala. Pelure d'orange aschi gde quantit Capok J Lemon ( ou ritro^ vart ) la caisse euveloppi aveo papier la. j LignonjVitea T. t240 libs Ac.iau /spcifia tat bru on carr) loogusur targtur bauteur Campcba U jis de Chne T 22 lbs pour travaraa de charnu U lat Longueur larguer hauteur 8, u\ x 0 1/2 x 1 Qu.utit san. limite Cocoti.r par sac grande quantit La Casse '' *' Tamarip ' Jiojambra Peaux basuf et tout an're qualit, eech aal et ea mil Sabet par sac d< 101) lb etc, F. <>• IPart d'/mbarquement ou C I FNew Orleaat' arpoliaa Lnpfable dimension d.ire ptix, foi demande, sp-oifl longueur, largeur et N da dack. ttillii. MM Etr.naor Par table U Jaia Boite aux lettres Monsiear le Directeur On noue informe que le Petit Club devient u. tribunal. A la suite d'an querelle de famille le major Kupertuamit l'entente entre les deux parties; mais sur la demanda d> cinq merabrea "Je prsident de c* Cercle convoque l'Aeserable pou rgler l'affaire. C'est triste tout d> mme; car c'est pour la pienreVa fois qn'un cercle mondain s'occape des affaire, prives. Dans la sauc. ie tribonal a t form. Noos De manquerons pas de mettre le pub ic courant de beaucoup de doc CU l\ua v, au .— — r ,,^ res.uurr > ail tfaits ment concernant ee aeicle tribunal, rr.ent compenss, mail quanssi la •' -' ouveiainei de la Russie doit tre ie/pecta et qn'aucua programme rat dtar ne devrait lai tre impos d'avance i Von compte sir son m dispensante ceopration La Grande Jsretagn econsidre com ae ncessaire 0,pe les dettes de la R.ssie loieat en pirtie rdmtes, les nrts piivs sni lesquels on doit compter pour ouvrir des ttd ts aux soviet, dit la rponse, ex getaat des aramies et les gouvernamen s peu vent les aider i leur fournir ces g rantie.Ce n'est pas une quesii >n d capitalisation par t'aMMepe, continue la note, car lei b mm aEt^ qui participant la teoUtive He revaurt' U Russie ont tout tait tapib 1 k ce qu'il pai.it aa jag une affaire dj rgle au bureau, de po lice; par cenaquent il noua faut avoir des dtails. Noaa eroyon maintenant que I. titre de Pr ident d'aa cercle est devenu ofskiel et a plus da capacit pour mettre tin i certains vnement.. Qafrat ce dire f Yenillex ssrrer. etc, OBSERVATEUR ; Journaux de Paris \ienntint d'ir^iver Numros du Vf au 23 Mai. JL t; nie la Librairie de OlOtafei k|l f opte IB cit^ PARIS — Le prince Se Monica t opr ce niilia dam uac cliaique priv pour malade a'in estia. L opration a parUitement russie, iianmo' en raisan d l'ge du prince on cnierve une certaine apprliennoa U autant plu aa. cest la seconde op at on qu il uit depu s un an — Mr Maginat minire de la guerre lait connatre ^u 18,721 prisonnitrs de gutrre Irancais sont nions en Allemanne pendant la guerre URKNE — Les banquiers suisses ont adressa au gouvernement lderjl uae demande pour tre itfficMStec aux ttat-L'nis daas les ngociations (.•nceiaaat l'emprunt mexicain. Les banquier, lont ressortir que 200 raillions de Iranc saa dus II Suisse par le Mexique FAK1S — Dans un mat;n anal, Mesdemoiscllcb Lciglcen et Cochet ont cte dclares champion de France. La ldratioa Jrancaise du tennis de, gna mesdcraoselles Lcngleen et Cochet corann membres des quipes IraoaiKl devant participe au tournai de Wimbledoo IA HAYE — La reine et le Prince Consart et princesse |uliana soat partis en yacht paur le eaux norvgiennes Lb HAVuB— La preraire crmonie de la cieoratian du centenaire de I indpendance du Urc-sil eut lieu Met au coagrs des uai*rtations et exportations. BUCHAKbST — DUX aviateurs russet sont dtenus Kitchenev par les autorits militaires • ouatmes a I suite d'un atterrissage forc d'aoropUne en Bessarabie Les aviateurs ntucni teu a 1 appareil m|it les gendarmes eurent le temps de l'eicmdre et contatrent que la machine tait charge de manifestes bolchevistes imprims aa loumam probaolcmenr destins en fiessarahis — La commissioa mteral.ie 'des secourt en Russie acheta a la Ho .m mie /o.aoo tonnes de cdrakl dcstmce< soulager la lamine en Russie. Le dltgue envoya une lettre aux auiouts roimunes les remerciant de l aide efficace donne U commission LA riAYtt • Schevi.ingeaa attir la majorit des d.gus i la tnafreuee La d gatmn bulchcviste a rs-rve 1 aile en ire de l'htel Orange qui domine la Mer du Nord ; les britannique, danji, et japonais seront a 1 htel du Fala t ; les italiens au grand htel, les beiges au knrkana. L- dlgues ho:londais seront a riuigrougc iicu yckea UbLFAST — • iicendies clatreat samedi sett MADRID — ue viu des passeports entre la France et I Espagne sera aboli le 1 j Juia MJHA — La Bulgarie refuse d'accepter leon trole des inancis tel uu'il est propos par la co.unsi-sioa des rpaiat.o.is Le pr.mer ministre dit qu'il essayera de raavrir la qatstioa .a coaLa Maison H. Silvei Annonce ses nombeux flimt qtti vient de recevoir par le* dernteri bateaux les articles suivanis,d* JJJ supriorit et meilleur march que partout ailleurs* Casimir anglais nouveauts, DiaRonal noir suprieur. Alpaga Bapible fine pur lil pour cheaiiie*. Coton draps anylais^ 9(4, Coton draps amricain *i4Voile blanc carre IUX birras. Voile uui blanc et couleur* Organdi couleur •Serge noir et bleu marin pour-jupe*, Damase blanc e co-.leur pour nappe Toile matelas sup. Toile draps par lil iOj.4. Madras suprieur pour cbemisrs a. Crpe anglais, Tulle pour voile et pour mouitiqnaire, Ban lebrodes auisse de loates les qualits par boite* Molletoas coulfur sup. et int. H %  Molletans blancs suprieur. Dock blanc. Kaki blanc, lnll fil blanc anglais' Drilt coioe blaneiig-wP' Salin chine pour tailleurs* laU jaune ang extra qualit* Percale blanc extra sup Calicot de fam'lle, Calicat pour jupons Piqu [blanc sa. Loetriae barras pour tailleurs Crpon caoieor fleur aog. Deail noir sap. Tnssor pour inpaa. Tu si or poar ehsraise at pour robei. faite brod coul. >'a'met ta blaaeaa et conteur flean Soyeni b anc et eoalear suprieur. NaosoaK ba-ista coul. sap Ssrvietus da toiletta blaocbaet eonlear. firetellea palica pear basaniea sup. Bretelles pour enfant eup. laisa bead eut |oarpijsaiia ft chciniaoai #*J| Hieju ranlear barra poar cbe m hommes f r ^Il Venes voir avant d'aller aiW an vous serez satisfaits



PAGE 1

Ll I14£U< a*Ca GYRALDO peur' les soins intimes de la femme i gfKALSOK est rantlseptique laser • yge El'-* %  prsente en M etshles et homognes. Cha, jje dans deux Utrse d'eau 1 la olut lo parfum* qua la i a adopte pour lac soins rt^..personne. %  anmi-noaE et on produit antl-^oon tHtwcc daodortesnt t U, bas* d ajotUan. d'acide (M rtoignnetnyl*ne et d^aluTSttf • P""" 1 Ul,u " l Mlr l r !jPQB isuofeQM 6s ooii hygine. & tain, t, %  %  1 % AlrtldtnniH. L'tmtiseptii* a? f u'f Icrr.r : t'a.', avoir utr M UH d.toiTcf.**. —> — 1 m — Chaque) chars: art une petite) plante Sa*!* Mtiltlt^lM U GYR/.T.DOT l.ldlp! l.'.Lif n r It toiletta 'fin-.' •". les . et.m i i in ivan ri du cuir tiienlu. — 0lt m l* *v p. H.",, nu.-.i.<. ..idi.^tli.-j l.i.. l'eue Mit Vrllant et Bouet. tgent pour Htitt 171 ): Rua du Magasin TEtat I I IParisiana IEUDI _j et sompteeni Drogrnm i %  %  pa etrs exhib dimanche air Journal (trs rcent) loiirel indigestion Comique force du Destin e pit de la vie relle de itala filin Ea 5 parties Entrai. : y. 1 50 Varits CI SOIR luqai aix dents Manches ha |U dette du pass taiie ; 50 cent, est a ni gourdes d'amende Avis Compagnie des Chemins d e Fer 4a la Plaine du Cul de 3a c II est port a la coaaahsance du p u blic ei'inx termes de 1 article 17 de< s atns de la Compagnie et vu l'abs:ace temporaire de Messieurs C. Ed S r III10U et T. S. Brignac. Prs' ent et Vice Prsident da Conseil d'Administration, Mr Th.Paret, nem pte da dit Coaseil, a t asiga pnr provisoirement les remplacer Port aa Prince, le ioJnin/e22 eau POITRINE on deux mol* pu le PILULES ORIENTALES les cale qui dveloppent, raferminseut. rerunliturut le aeiu, •Ifaceut lei aillie MWM i— paule et donnent au buta Da irra"L''i;i oinhonpolut. Bl< n: iluDl'i pour la tant*. Aor>rixo*M oirtiictiibritit mtictiu. J.RATI.pn*,R (t\ Ethiqmer.ftrit, A Port-au-Prince: Ph.iriiiH.i-Mherlinl et %  ".!. bnnnta pharioacia Rapassw TOS theYiux S'adresser Mme Boissonnire, Rue du Moatalais Ne 1031. m tas onreux ont besoin de nourrissant 06. eoat attaqu par la maladie, ils deviennent faibles et meurent. Barry's Tricopberous smott le'cuir ehevelu, enlve lee pellicules qui touffent lee racinea. Il diasout lee accumulations graisseuses. A II dtruit lea germes qui oeutent les pellicules. a* .„••-• ^ Finalement, il gurit et nourrit la euir ehevelu. Apres avoir employ Barry's Trieopheroua pendant quelque tempe les cheveux deviennent long, fort et luisants. t Demande votre marchand. Employe le rgulirement. Observes l'amlioration. < • i i < << . %  <..< .. ,..*< -*^* + < %  < %  < < z~. B U G G Y S En vente chez L. PnetimannAGGERHOLU tkiat du Qpui. Clyde Sleamship G e Foreign Service* Le S\S Hati* venant de$ ports du Sud est attendu U Capitale vers le 11 du courant et laissera le mme jour pour NewmYork via les ports du Nord. 11 chargera pour Pilew-York et tous (es ports Europens via J\ew*Y. Les permis d'embarquement seront dlivrs sur demande faite cet office. Port au Prince le 10 Juin 199 M. F. CLEUEM\S, ageit gnralHaliau American Sugar Company La Haytian tmsrican Sugar Co avise le public que depuis l* lsr juin courant A* gence d vent? d* 8uer* Blanc est confie exclusivement Mr Ren Tancrde AUGUSTE Port au Priant. 9 juin 4922 %  t Voluire Monsuy, chauffeur, cc-nui1 wo No il a t condamn hier par la jus' tl une imcndt de cent gourde* • %  ^ %  oii de p. .on pour avoir, dans la jourae •e, caus sur la route de Bitoton, les 'suivants : 10 frapp une petite fille, a* ''wo du major Stone, )o tait des excs tte Dieu [is demain Jeudi aue 1 Eglise clbre leu. Des rncses basses seront dites a 1 > 'i 1 La procession sortira de la %  l t heures et demie et suivra les rue. *Jrts, Centre, ;i.acrae% Rvolution et '•posoirs reront dresss pour recevoir le 'wenient ches Mme Vve Gaubert. aniww " I1 Fons et ^" Centre chei les •t Ibcolt tlie Dubois, rue du cen're J" **•' le rgaternat, rue du Peuple. %  et I pieccssion il f aura osessc pontibanquiers amd. ^ioprconisant l'as station ou la rduc |Jn das dettes allie 'SJ.Y *~" '* luj '* u banquiers mieeits n*,] %  rfun 5 Washiagtnn sous les aus le kre •"' %  ercedes KutsUais, SU, u U D ,0 > exhort le gouvernement I iJ?S mt c 'ranger de l'Amrique sur I* salai U rt,bl1 "' conomique du moi *• lir '" -tu,$ coo " c,e e* P* r le A,lie i a-V n financiers se montrrent en Sj Mul i'on pure et simple tandis que r^comstreai seulement U rmission H* d> sommes dncs aux EtatsLehn & Fiuk, lue i. Auto H,.!!*' 1 peut voyages ou poer JJJ* tule S'adresse, anx no La grce et la beaut de U nouvelle boite dans laquelle le Horient (Fleurs de l'Orient) et le Clia Ming vous sont prsentes, l'exceptionnelle odeur suave et la finesse dlicate de la poudre cllc-mC-me, seront apprcies. Ces beites superbes coirtribuercat au cachot de 1a table de toilette C OLGATE Reer*f i %  'i' %  *r .1 SUFHlORITn; ronde en 187 BAS pan PHOUPT1TUDI Tous iredui chimiq fs pae-maceutique et a tire artje'ee Tt% dabl^datsu e l'hariua'i IPICES : PoiT. Cannelle. Girolle. KW% eili yuiej.le eta. nie. SaJCRE RAFFIN SPhClALITsiS ; /Marque prive/ Lysol dBiufecteet.Parfemerie.AfUelee pour berbi-rs, Bay Hora, Chocolat ea poudre, Huile de feie * Mers* Ernniaion, COU cream, Extraite pour fi-s eaaarcea t eea de teilette.BaM ds Quinine, Pondre con'-e les insectee Solution peor conserver lee sanm frsis Lait . misecce de Hauts. Eau da ninda, Miel pour la taille. Monttes, Bail* aSIite poar la tablr, Brosaee data. Papnermin', Ha le pear eaaeeer iee sDouatiqoe et aatrea insectea, Begulol : Huile contre ceaeupe'iane et roobli e des ibtes'ins rhrociqusa Th, Cirs pout Iss parqnet^, Cnnseeliqoe, EHiIre, Epica, Sirops divare. Teiataras diversss, Vins, te, ete. art aVrTiandtE le ratslrgee des apcislita. Coi Bfcnt vos comaundca l.tHN TINK, lac; vens arrsa absolnmaat eatiaMte. Toutes le aonnaa phatmaciea de paye a'appreviaieneeut chec LESN & PIM, Ioe Lion R. Ihbaud Asw.t evrtneir pour H*iA ......i Rfp'.-r ri lit FPANK MARTIN i : BOITE POST' '.F ?! p 0 OT .,.,., Lo K. TBEBAID To t4iuPrinee ( Hati ) Manufacturer s Agent Couiiuission Merchant •a— ••*r



PAGE 1

LE MATIN Bire la pression 4 vis au Grand Holei Frai '3 Qui par sa hitoalion umji.e au centre des affaires se reeommaxh MM que>amat*au puoiin ,t ses nombreux et distingus Clients pour ta CLIMiNL wjne m 'oui te con/orlable ncessaire aux $um TlV/.p n merce ^t.culi-ev.ent aux commerants de passe L'Illtl I dbile par cjallao et ptr barriques des Vins de Bordeaux Kouije et Blanc m <> luui, iraient. E.recul ion pro mot* i Peign n Uue bonne aubaine Pour fes Ceolbeo lAdainia ratien Meiftlt des Poste* •< tait la devoir d rapnl-r a ab ic, et toui xnditeer e* particnlipr. l'imprieuse na^aait qui o 8 inr cbaenn ifspjBoaef a non et prnon. lien de n>dmee, ptr, nu vero de 'eut pli reemmaan d oa imoie do n ; e rrvr elass* eonfh \ tes HO n, pour" te>te Iran* niiseion eie corr< >>po'H::>rp, ni a l'Iatrwer e*'* I *>xn*'i^wr. at ci r'Hfii IP bu' de faciliter, le ••• chjant, le retour au Bureau d'expd.tioa tt IH leiiiic-' par l'Adraiaistrstien i l'expditeur des lettres ou plis qai n'eut pu tre dlivrs [ oar :aoses diver C f H: lettres en rtbut, iniaT.6SDC6 d adreeee.dpart Bans adrssae, OR de cicfi e!etr. Pot au Piince, le 8 Joia H2. Attention Occa'.ion exceptionnelle •o bagty. A vesdre n'ayant qae deux s^nstoei de servions a vas IMIH accessoires. Adtess x vois is mai ton 4*UO#i %  rendre, l'huila de mai* A"B'H don KOM ddB fio .tsfjftB i et du lientre No \S> %  m lniWM Ylleutiuu tro ii Lfstr.aicurs d* l.pgfe (i 8 PI distingus Pont aviss Qtri partir de^ r defSth.r ?!! H V l A M AS lpi offl M cccae.on exception-! Hie oe rafraicb'r e peu de fraie leui garde-rrftc, Uu'iitj i. mtti.qi ei t pas oe voir totr : Ub auietlu-s cljMHi,c 8 a mille ili, marque ARRUW, de vritables 1 res de.t, .IH toua tlyl.s et de pnx modiques. iSSffff cM\ !" I,V. ,1,y ' e8 *— %  de -tfl inlim. P o^to f ;uVro'cra.on. AmW ^ 8!y,f8 m ,V "" le -Pft ffi0 fitetoe? 6iLnso b ll,V D qoidcmectdel'allura et de l'ai-ance la • /IUI^MII^ cette laiacn i Aiieos, Maatiets, du rbic 1 I.aiato. .-e tau us tociobials mol De, maisil aida acuvent i la diatinPour les grandes vacances Occasions exceplionnelles AU Comptoir Franco*Railien Vnfle fraraia de totes cculeun l'auns Gourdes l Voila rave , H .'i 90 ~T1 i-TTTTIT%  — %  ^X—. IT" T Haifian American Sugar selling Agency Sucre granulOr 7,50 les 100 livres Par quantit de 35 Macs au mmiti* 0/ # 7,00 Siidresser eu Dpt de l'Utine de Chateaublond Gvand'Rue No 1941 intormez-vos tcujouri atanl He Inire vos achais oei pnt def> pales ( Il K k iell ) 9tnm t jaunes roupes et blan h< s Marque Co lira bus e %  naff du Cirsge noir QlluiDi us). A'ourcrotiiinandoDB 'la su di ema q: e rommotar.t la meilleure, la p!us avan-geuse menl connue aux Etais Unis tani poui sa mpril itu*ina>qufl que pour l'exlimp tncdicil* de ses prix., allez veir. Cliez l'apent gnral Napolon f.Francis |]J08 Grat.d'Rue Adresse provisoire ^E*i-_ ^ V Trop fui We pour travailler La vie courante des femmps n'est souvent qu'un travail incessant. Combien plus ardue est la tche quand des malaises particuliers leur sexe rendent chaque mouvement pnibje. Le systme nerveux est drang et la vie est loin d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lisez Ce Que Cette Femme Dit Manzanillo, Oriente, Cuba.—" J'tais anmiqut et aoof* frais lors de mes rgles. Ces douleurs me foraient souvent rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas ventre, taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomissais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre sas avant de faire Connaissance par l'entremise d'un fascicule de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de mme malaise."—Srta. MARINA Mimir.Calle de Cahdad, 4, Manzanillo, Oriente, Cuba. Les tt'iuiiie* ioullrnntf s D Serraient pM feiiw i'tmui uiai doivent Insister pour In Composition Wgtale de Lydia E, Riikkam %  MA t. PINKHAM MKOlClt CO. UVI.N.MA. O.S.*. Employez la KEROSIVE SU Demandez ceux qui n'en fflj lumire brillanteSans odn San if fum^e la G'SQLINE SHELl Donne un rendement suprieur par kilomtre Tr volatile, ne se car bonite vas ECON0\ EFFlCiCli e Demandez de 'a 9*'**J* dam rfltii Asiatic Petroleum C*o Roberts, Dutton & Port-au-Prince A0*x*s Gsne esr psnar M*M A Vendre Harnais an (fiais Chez Alphonse 11 yaes % %  •nj* Convocation LPS Brisa! BAfreanesias d la frnnt k*rsipsrs a,ui doit ave rli# •"j r*rp* V r\ gn^ners, le jour dp la tte, dixa-ck '.!• J |n oat prifs da sa ree< ir ikn U>s* Piii Cei ou, jtodi prochjtir 5 b


PAGE 1

No 4*88 Part m f 'rince *Mti Mirdi f Juin ipfct DIMCTBUR VMfRIlTAIM Clment Magloire NOIMft'J 20cNTlkl Quotidien Soyons toujours ferme, mtnt dtermini ne pan abandonner iiotre tche, quelle qu'elle sait, avaat de finir pleinement aehe ve. CARLYLt REDACTION; R t amricaine fio..\Ab La Libration par l'Emprunt [S vous tommes partisans d'une >' amricaii.e loyale et progr* DODS devons dire, tou'efot< Bt rou somme s en principe m hItoent hostiles l'occupation mi'i li'-i', au reste, bi-n •' > ire te les Marine* en chair et >u bn'er par nos rues pour et s d que la paix publique bai [lie est sauvegarde ? Et }uand M. gnenave dclare que, sans l'Oc IU'OD militaire, il et t renvers !*fpouvoir plus d'une fois et que pouvoir mme, il et hsit i l'a: sans la prsence des marines fond il va jusqu' faire partage pries ofciers amricains les anpi fcneits du palais prsidents — n kiw-t'il pas supposer que sa .imp odtspiil gale sa oublnrd se t Userait bon de s'informer un p-i ment est garde la Ma son M i se, comment est sauvegarde la per %  memme du prsident amricain, •comment est .issur le raaintiejj pt amricain, ahn de se rencompte que le gouvernement) est loin d tre gard de la faon. laiahu. et la paix publique ha> lie one fois comp' emeot ta l,comme elle est voie ds l'tre, I ie des marines amricains, — i Mins aussi nombreuse et au&si •mbante qu'elle l'est depuis 5i~ ieMcrrt se justifier plus gteps, — si, bien entendu, I inreement ha tim lui men i ptcid d am< hoier une telle silo* 'V"^ ue Pr '** considratu-o. "rtts purement amricain!. r A tort on raison, on croit gn %  t qae le fut d avoir dbarqu %  unes en Hati, et le fai' d: .7 conserver, — maintenant que iuion des choses n'est pi es ce tait au moment du de bar ju* % cachent, de U part du gou dent amricain, des motifs J •Mt personnelle d'ordre naval. Bit il n y a pas de danger a jn amie le gouvernement JJ" Uai d prendre possession "tnciitmeat de territoire apparte %  u Ul indc peodant, comme (Jeu il Haiti. Mais gouverner Revoir; et la prsence mat es troupes amricaines d'occu peut iadieuer son intention oiir en rtaiti une action suscep lai assurer, le cas chant, M |e exclusif du domaine hai I terre et eaux, — et aussi une E? .P^Poo^rante dans le pays. gjw voie du trait, les buts taJJJ. eUn assurs, on aurait d M? A c e i ue p ea p eu l e %  V d 0ccu Pe ; * peut-tre ^'•oani l'intention du gouverne Ci. Ctir une ois "organisa ES 8 e ncarmerie entreprise, d* nW le ce 9" des pourparlers ^itarf s dtn$ ce sens 2ve jj l e gouvernement haitieo. s les dclarations de Mt Darti l ittie 0 C, t la -. l8COn decoacevo,r fiers an lieu d'un le trait tait ob t nu et '0\u a'ion continuait. AUjonrd'hui qu* les rsultats on 'l onstu* mauvais pont HLiant qunour le Bt's Unis e nui le problme hatien est pos de le monde entier, — en -t %  > rfsot que les rsultats dfinitifs d; I etqute entreprise viennent fixer les responsabilits sur ce qui s'est pass eo Haiti eotr_* cetle Occupation amricaine et le gouvernement Dar tiguenave, — le gouvenemeo am I 'icain se rend compte qu'il se ration ve, aprs ces sept annes de dartipienavismeamrican's.oresquedaas %  mme si'uation ber que qnen I91J: 'e trait finit dans UO's an< % %  lOc:uptioo est devenue icto 1 Le. S'ns !uo ni l'autre, com nent a ••rer l'aeion amricaine en Haiti, n vue d s fins suprieurs de d ftnse que nous venons de dire — H n'est pas os de penser que de l lit venue l'ide de l'emprunt. En dfinitive, l'objectif amricain tst de substituer une dette amricai ne i notre dette franaise, et un.* banque d'Etat amricaine a notr? banque d'Etat franaise, — cette de •re assurant le service de la pre m re, absolument comme sous le rgi m actuel. En d antres termes, le gouv? nement rpublicain des E at; Uni ivec le puissant esprit de suitqu'oui lui connat, arrive la ralis• iioi '^s vues exprimes par le secr Mire 1 Etat Knox lors de la signatute des contrats financiers d'empruat et de banque de iaio : i'intlueocs europenne limines au profit des Et t is-Unis. Ce rsultat nous par it assez appr viable et assez dfinitif, il nous pa r alt servir assez compltement les desiderata de l'action amricaine en Haiti, pou. que, en compensation et prenant le coatre-pied de la polit que anti-nationale de Dartiguenave, le gouvernement hatien actuel en prenne occasion pour desserrer par ailleurs les liens du contrle ame.i cain. ()', conttaiiement i la conception dartiguenaviste, ce n'est pas l'oppres sion civile qui est la plus intolrable pour la masse du peuple : c'est l'op pression militaire, quelque amliore qu'elle soit depuis que le cas hatien s'est rvl scandale. prsent comme tant le matre et le rossesseur d'esclaves ? Personne, de puis le if Mai ne peut le croire. La paix exjsie dans le pavs, et quand, depuis' 191 s.elle tait arrive i tre trouble. Dieu seul sait ave: quelles complicits nrobab'es! L'orm nisation militaire du pays gtrantit. rn 'ernns ordinaire, le maintien d <•<•!#' paix. Ft, en temps extrar'Hin: w,— il faut tout pvoir,— il faut 'e Hire qu'Hai'i n'e^t qu' une soi*ai 'F ioe d'heures des bises arariraine'^s nlns proches et qu'un ano"! la 'orce militaire amricne n'est ainsi ou'une affaire d'heures : on l'a vu r^ remmfnt pour Cuba. Une telle ventualit n'auKvi-jp rti i conserver des agents de PO:cn ration dans les bou'gaies intrieures e la Rpublique. Le plus press sr ''onc d'organiser une nr natioiaV rorii> t tu moins partie ,! '"rnnf et pour 'es heoins des places occupes nir 'les marines, qui puisse ner-n-*'r^, "fu -^p's le v. e de l'enivrait, k rapn^'er ces ma'P'qn : n doivent rotKtitaer qu'un quar ier gnral Port au-Prince Cette dsoccupation, intelHfem ^etr Gable 1 Nouvelles trangres Commission Internationale des Banquiers La Commission ne peut rien faire.— La solotion des problmes conomiques et la question des rparations;— Le cr lit de l'Allemagne PARIS 10 — Une de dcisions 1 oportai tes prise par la commisnon m-, rnationale des banquiers et i<>diqo4e daim leur rponse dfsnitivn 4 lu com million des rparations est q e bien qu'un emprunt interoatonul < l'Alletnegneinr une vaste ctialIni 1 niaae pae tre recoramaid l heure prtante, le injet pontrait tre piia piua lard an considrant ( mnt pou-suivie, arriveia avant 'ong ra p,,B piua ,a,d an coniidratn temns la S uh i i„ H„ Z **** em .^ UQl relativement mini temps la subtitution dune force nationale aux deux brigades amricaines qui occupent Haiti, et pour le peuple, rien ne reprsentera plus ma triellement Je recouvrement de l'i A dpendance. Une fois cette dsoccupation obt* nue, le gouvernement hatien s'eacn mera de son mieux avec le haut cn-n missaire et 'es fonctionnaires ovi'-j dn trait, jusqu'i expiration de U Convention. Ce sera qot r e anne; encore et voili. par consquent, d* ouo ; occuper les soucis patriotique; de M Borno. S'il peut nons tre permisse p"><; pec'er pins avant dans l'avenir, non* pouvons prvoir qu'ave; la fin du trait, le rg ; me des fonctionnaires amricains, mme civils, aura exist. Et vers 1926 par I*. nous serons uni qnement en face d'une dette amricaine et d'une banque d'Etat amricaine faisant le service de ce'te dette. n e pour prvenir une dbcle flnan ire en AUemsgne pourrait aussi tre combina ai les njesaitaa te rclainaier.t. Le document explique qu'un jugement collectif des banquiers est que pour diverses raisons dans les limites d H condition! auxquelles le sujat leur a t rapport et interprt dans son uni le plus restreint ils no pni vent pour l'iostaat eatrevoir un e 1 prurit extrieur, K.J rsum la com 1 issioo a dcid que pour 1 1 raoai nt actuel elle ne pouvait rien fera 1 our les raisons suivantes : I 3 La France est le principal cr ancier de l'Allemagne dans toutes lus questions des rparations, ses intrts doivent primer. Les membres de la coaamisaion avaient espr que le principal bnfice des con seila qui leur avaient t demands aurait t d'assarer le concours de la France. Ils sont trs anxieux ce qu'aucune de leur dcision ne lui porte tort. Si par consquent la ._ „. „ -..,,., UWIM mu. -J pat vULiequeui ia bera-ce su'fiiant pour le maintien en Fronts ne dsirs pas qu'aucuns en Haiti de l'ordre tant dans les ru-s qute ne soit faits pose la rtablis aement du crdit extrieur de l'\lij magne lacoinasission oe sa croit pai justifie eutieprendre pareille en e **vei7 5, i ccro '*ement de ion util a P ,l< l B ent comment l'atten Uic }\ n9 Jui se sjnt assur le k ; BtL^ IS P ri cipalement pour lii, l n ,? e ,eur action en Hati "'ctto* 10ccu Pton militaire au SSt 1 eU ilMi vecle 8 u i 26t Darti^Pfmv f/ Jeui bn !*u Que l'action amricaine S'exerce sur le Gouvernement d'Hati, rien de plus comprhensible, avec ou sans trait ; c'est la forme civile du con trle. et, bien ralise, elle pourrait produire de bons e tiers sur la m rche de notre politique gouvememsi taie. Mais que cette action s'exerce %  !< %  edement sur le people haitien.sojs a torme militaire que l'on sait, et malgr l'existence d un gouvern 1 ment national, c'est l un abus don* un gouvernement civilis ne do tp Nons n'hfitons pas rponfr^ oui.— si nous sommes sages. Oir.l l'ordre public matriel est attein'.oi si la marche de l'admmistration gn^ raie est mauvaise, le sirvks des chances de la dette sera gtlemeat compromis et ce critrium in i i^ne-nettement au gouvernement amti cain qu il se passe quelque chov en Haiti, et nous pouvons tre sa-; qu'il viendra voir. Il faut que nous nous disions qu c'est pure illusiou d'a'lendre, sot du gouvernement amricain, soi' du Se nat amricain, soit mme de hooi nion amticaine, qu'Haiti soit va cue purement et simplement, sans que, sons couvert d'intrt conomi que f de dfense ou mme humani'ai re,— on ne l'inquiet de savoir si sa marche normale est assur*. S'il y en a qui veulent reco-n-nen cer le pass, le patriotisme comman de ne pas les suivre Et si. an contrai le, il y en a qui soient d:id i marcher dans l'ordre et le progrs le patriotisme commande galement i savoir accepter les choses qui con ditionnent I ordre et le progrs. 5 blanc anglais I J pr< quteCa qui la coaflrma dans cae • opinion c'est que daua les eircoas tances actuelles Ile ne pourrait pas profiter de l'aide de son coll,: je Franois. I 2 Comme il s t dj expliqu la commission estime qu'un accord unanime est indispensable au succs de l'mission d'un emprunt. Les dif frentes opinions entre les divers membres ae le commission des r arations ont cr une straosphre dfavorable au succs d'une mis sion. Los banquiers ne peuvent pas le perdre de vue tant persual que s'ils conseillaient un emprunt il eocouuaieot une responsabilit rao raie, l'our taire tout en leur pou [ voir do faon a ce qu il abouussa pour ces raisons la comraissio 1 a dcid qu'elle suspendra ses travaux pour le momeut, se jugeant inc* pable Je proiiier da l invitation de la majorai de U comimsion des rp raliooe pour prolonger les dlibara lions. Klle estime que tel qu'il a t [.seote ds le dbut, h projet revtait la (orme la plu restreii te possible. Elle n'aban l . ne paa toutelois l'espoir da russir dans y% mission au fjr a meira que I-M vnements sa dvlop e ront • : est par consquent loin de 1er lu maucue aprs la cogna 1 elle journa .atiupleineul uu blmes conomiques europens, dit M. Morgan, en tant qu'elle doend d'un emprunt international l'Aile magne dans leqeel le capitaliste Amricain participerait n est pas possible sans un rglement ds ls • |u<8'ioe des rparations MMorgan a qui U commission des rparatieas H damanl conseil sar la soibdit d un emprunt international & l'Ail* magne dit qne d'aprs lui les dsex (onditions fondamentales la psi i cipation amricaine dans cette entre prise serait l'unanimit parmi les premirs et l'tablissement du si 4 dit de l'emprunteur. La commission des eanqniors dis ente toutes les questions relatives du cr dit 4 l'Allemagne et e claire ment indiqu que la premiers coedi bon us pourrsit pss tre sxeute. Les dclsratiens dss ossmbrss da 0 avernement franais faitss psa dant les dlibrations dss baneuisra relstives S la tentative faite psar 4* rniouer ls dette de l'AIIsmagns ont servi convaincre les bseauiers qne la seconde condition d'tablissement da crdit ds l'Allemsrns ne poavsit pas tre tudi. M. ACorgas a teate fois dclar que la commission n*a vait amaia cru qj'elle avuit aneae poavoir ds passer par dessus Iss dettes dass psr ls gouvernsmeet sllemand mais qs'elleetsit puremset et simplement prie de eesssillsr sur quelles bases un emprunt al • mand pouvait tre lanc. Il dit qui le msslant du capital du n'tait pas es discussion mais eauleraeat oa arrangement possible des sosaaass payables sonuellemant qa'slles ls peient en espces ou en natsreM. Morgan psrtirs pour Loadrve incessamment. Ls so m misais* des banquiers dont il s t ds le dbut un membre sssidu s'tsnt oficioll* ment ajourns. Il compte s'erotar quer pour New York ls semaine re ebaine. v u.'u..U' proebainEn vente : Chez Alphonse HAYNES Dans ls dclaration qui a li pu i!iSmS^t£Sl 1 UbRne Boe.roi, bhs ce soir, i* aolava des or 0 I VS^Z^JU^ i I i prp de ta nlioflsde roubles ae Oaudin de Viliainev xnstsur de i'iSV.?1 P08 ? UDa t > Ufl *io crit i Mr Laitevn demaodPnt que .ont devenus les 100 raillions le >JUDL or remis l'Allemagne r s la Ross"! conformment au trait 'e *": E tow.k t trsn.fei. .pr, l'arrii.t.vdus les caveaux de la Banquefranco. Si cet or est .acoreda 1, BS csvssnx, le snateur demsede t le gouvernement francsn ne devraipaa demander A la eont*reecs de • 4 iaye de l'aff„oter dieitivement a MJI?* W* Wr asx (rsnai.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05691
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 13, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05691

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
No 4*88
Part m f 'rince *Mti
Mirdi f Juin ipfct

DIMCTBUR VMfRIlTAIM
Clment Magloire
NOIMft'J 20cNTlkl
Quotidien
Soyons toujours ferme,
mtnt dtermini ne pan
abandonner iiotre tche,
quelle qu'elle sait, avaat
de finir pleinement aehe
ve.
CARLYLt
REDACTION; R t amricaine fio..\Ab
La Libration par l'Emprunt
[S vous tommes partisans d'une
>' amricaii.e loyale et progr*
dods devons dire, tou'efot<
Bt rou somme s en principe m h-
Itoent hostiles l'occupation mi'i
li'-i', au reste, bi-n ' > ire te
les Marine* en chair et >u
bn'er par nos rues pour et s
d que la paix publique bai -
[lie est sauvegarde ? Et }uand M.
gnenave dclare que, sans l'Oc
iu'od militaire, il et t renvers
!*fpouvoir plus d'une fois et que
pouvoir mme, il et hsit i l'a:
sans la prsence des marines ,
fond il va jusqu' faire partage
pries ofciers amricains les anpi
fcneits du palais prsidents n
kiw-t'il pas supposer que sa .imp
odtspiil gale sa oublnrd se t
Userait bon de s'informer un p-i '
ment est garde la Ma son M i
se, comment est sauvegarde la per
memme du prsident amricain,
comment est .issur le raaintiejj
pt amricain, ahn de se ren-
compte que le gouvernement)
est loin d tre gard de la
faon.
laiahu. et la paix publique ha>
lie one fois comp' emeot ta
l,comme elle est voie ds l'tre,I.,
ie des marines amricains, i
Mins aussi nombreuse et au&si
mbante qu'elle l'est depuis
5i~ ieMcrrt se justifier plus
gteps, si, bien entendu, I '
inreement ha tim lui men i
ptcid d am< hoier une telle silo*
'V"^ue P-r '** considratu-o.
"rtts purement amricain!.
r '
A tort on raison, on croit gn
t qae le fut d avoir dbarqu
unes en Hati, et le fai' d:
.7 conserver, maintenant que
iuion des choses n'est pi es ce
tait au moment du de bar ju*
% cachent, de U part du gou
dent amricain, des motifs J
Mt personnelle d'ordre naval.
Bit il n y a pas de danger a
jn amie le gouvernement
JJ" Uai* d prendre possession
"tnciitmeat de territoire apparte
u Ul indcpeodant, comme
(Jeu il Haiti. Mais gouverner
Revoir; et la prsence mat
es troupes amricaines d'occu
peut iadieuer son intention
oiir en rtaiti une action suscep
' lai assurer, le cas chant,
M|e exclusif du domaine hai
I terre et eaux, et aussi une
E? .P^Poo^rante dans le pays.
gjw voie du trait, les buts
taJJJ. eUn* assurs, on aurait d
m? Ace iue. pea peu-le
V d0ccuPe ; * peut-tre
^'oani l'intention du gouverne
Ci. Ctir' une ois "organisa
ES 8encarmerie entreprise, d*
nWle . ce 9" des pourparlers
^itarf s dtn$ ce sens 2ve
jjle gouvernement haitieo.
s les dclarations de Mt Darti
*littie0C,tla-.l8COn decoacevo,r
fiers an lieu d'un le trait tait ob
t nu et '0\u a'ion continuait.
AUjonrd'hui qu* les rsultats on
'l onstu* mauvais pont H-
Liant qu- nour le Bt's Unis e
nui le problme hatien est pos de
le monde entier, en -t >
rfsot que les rsultats dfinitifs d;
I etqute entreprise viennent fixer
les responsabilits sur ce qui s'est
pass eo Haiti eotr_* cetle Occupation
, amricaine et le gouvernement Dar
, tiguenave, le gouvenemeo am
I 'icain se rend compte qu'il se ration
ve, aprs ces sept annes de darti-
pienavismeamrican's.oresquedaas
mme si'uation ber que qnen
I91J: 'e trait finit dans UO's an<
lOc:uptioo est devenue icto
1 Le.
S'ns !uo ni l'autre, com nent a
rer l'aeion amricaine en Haiti,
* n vue d s fins suprieurs de d
ftnse que nous venons de dire
H n'est pas os de penser que de l
lit venue l'ide de l'emprunt.
En dfinitive, l'objectif amricain
tst de substituer une dette amricai
ne i notre dette franaise, et un.*
banque d'Etat amricaine a notr?
banque d'Etat franaise, cette de
re assurant le service de la pre
m re, absolument comme sous le
rgi m actuel. En d antres termes, le
gouv? nement rpublicain des E at;
Uni ivec le puissant esprit de suit-
qu'oui lui connat, arrive la ralis
iioi '^s vues exprimes par le secr
Mire 1 Etat Knox lors de la signatu-
te des contrats financiers d'empruat
et de banque de iaio : i'intlueocs
europenne limines au profit des
Et tis-Unis.
Ce rsultat nous par it assez appr
viable et assez dfinitif, il nous pa
ralt servir assez compltement les
desiderata de l'action amricaine en
Haiti, pou. que, en compensation et
prenant le coatre-pied de la polit -
que anti-nationale de Dartiguenave,
le gouvernement hatien actuel en
prenne occasion pour desserrer par
ailleurs les liens du contrle ame.i
cain.
()', conttaiiement i la conception
dartiguenaviste, ce n'est pas l'oppres
sion civile qui est la plus intolrable
pour la masse du peuple : c'est l'op
pression militaire, quelque amliore
qu'elle soit depuis que le cas hatien
s'est rvl scandale.
prsent comme tant le matre et le
rossesseur d'esclaves ? Personne, de
puis le if Mai ne peut le croire.
La paix exjsie dans le pavs, et
quand, depuis' 191 s.elle tait arrive
i tre trouble. Dieu seul sait ave:
quelles complicits nrobab'es! L'orm
nisation militaire du pays gtrantit.
rn 'ernns ordinaire, le maintien d
< w, il faut tout pvoir, il faut
'e Hire qu'Hai'i n'e^t qu' une soi*ai
'fioe d'heures des bises arariraine-
'^s nlns proches et qu'un ano"! la
'orce militaire amricne n'est ainsi
ou'une affaire d'heures : on l'a vu r^
remmfnt pour Cuba.
Une telle ventualit n'auKvi-jp
rti i conserver des agents de PO:cn
ration dans les bou'gaies intrieures
e la Rpublique. Le plus press sr
''onc d'organiser une nr natioiaV
rorii>ttu moins partie,!'"rnnf et pour
'es heoins des places occupes nir
'les marines, qui puisse ner-n-*'r^,
"fu -^p's le v. e de l'enivrait, k
rapn^'er ces ma'P'qn: n doivent
rotKtitaer qu'un quar ier gnral
Port au-Prince
Cette dsoccupation, intelHfem
^etr Gable
1 Nouvelles trangres
Commission Internatio-
nale des Banquiers
La Commission ne peut rien faire. La so-
lotion des problmes conomiques et la
question des rparations; Le cr lit
de l'Allemagne
PARIS 10 Une de dcisions
1 oportai tes prise par la commis-
non m-, rnationale des banquiers et
i<>diqo4e daim leur rponse dfsnitivn
4 lu com million des rparations est
q e bien qu'un emprunt interoato-
nul < l'Alletnegneinr une vaste ctial-
I- ni 1 niaae pae tre recoramaid
l heure prtante, le injet pontrait
tre piia piua lard an considrant (
mnt pou-suivie, arriveia avant 'ong ,ra p,,B piua ,a,d an coniidratn .
temns la Suh i i H Z **** em.^UQl relativement mini
temps la subtitution dune force
nationale aux deux brigades amri-
caines qui occupent Haiti, et pour le
peuple, rien ne reprsentera plus ma
triellement Je recouvrement de l'i a
dpendance.
Une fois cette dsoccupation obt*
nue, le gouvernement hatien s'eacn
mera de son mieux avec le haut cn-n
missaire et 'es fonctionnaires ovi'-j
dn trait, jusqu'i expiration de U
Convention. Ce sera qotre anne;
encore et voili. par consquent, d*
ouo; occuper les soucis patriotique;
de M Borno.
S'il peut nons tre permisse p"><;
pec'er pins avant dans l'avenir, non*
pouvons prvoir qu'ave; la fin du
trait, le rg;me des fonctionnaires
amricains, mme civils, aura exist.
Et vers 1926 par I*. nous serons uni
qnement en face d'une dette amri-
caine et d'une banque d'Etat amri-
caine faisant le service de ce'te dette.
n e pour prvenir une dbcle flnan
ire en AUemsgne pourrait aussi
tre combina ai les njesaitaa te r-
clainaier.t.
Le document explique qu'un juge-
ment collectif des banquiers est que
pour diverses raisons dans les limi-
tes d h condition! auxquelles le sujat
leur a t rapport et interprt
dans son uni le plus restreint ils
no pni vent pour l'iostaat eatrevoir
un e 1 prurit extrieur, k.j rsum la
com 1 issioo a dcid que pour 11
raoai nt actuel elle ne pouvait rien
fera 1 our les raisons suivantes :
I3 La France est le principal cr
ancier de l'Allemagne dans toutes
lus questions des rparations, ses in-
trts doivent primer. Les membres
de la coaamisaion avaient espr
que le principal bnfice des con
seila qui leur avaient t demands
aurait t d'assarer le concours de
la France. Ils sont trs anxieux
ce qu'aucune de leur dcision ne lui
porte tort. Si par consquent la
._ .------------- -..,,., uwim mu. -j pat vULiequeui ia
bera-ce su'fiiant pour le maintien en Fronts ne dsirs pas qu'aucuns en
Haiti de l'ordre tant dans les ru-s qute ne soit faits pose la rtablis
aement du crdit extrieur de l'\lij
magne lacoinasission oe sa croit pai
justifie eutieprendre pareille en
e
**vei7 5,i *ccro'*ement de ion
util aP,l Uic }\n9' Jui se sjnt assur le
k;BtL^IS, Pricipalement pour
lii, l n ,?e ,eur action en Hati
"'ctto* 10ccuPton militaire au
SSt1 eU ilMi' *vecle8ui
26t Darti^Pfmvf/ Jeui bn
!*u
Que l'action amricaine S'exerce
sur le Gouvernement d'Hati, rien de
plus comprhensible, avec ou sans
trait ; c'est la forme civile du con
trle. et, bien ralise, elle pourrait
produire de bons e tiers sur la m r-
che de notre politique gouvememsi
taie.
Mais que cette action s'exerce !<
edement sur le people haitien.sojs
a torme militaire que l'on sait, et
malgr l'existence d un gouvern 1
ment national, c'est l un abus don*
un gouvernement civilis ne do tp vouloir. Que des officiers amrica ns
haut grads aient et contrlent not -
organisation militaire en eaeri it
leur action dans le gonverneme t,
c'est admissible.
Est-il besoin pour cela de distri
buer des marines blancs dans tout i'i n
teneur du pays.livrant ausi la mass.
rurale l la discrtion persosnelh
d'un agent que dansl'adminis'rat on >
Nons n'hfitons pas rponfr^
oui. si nous sommes sages. Oir.l
l'ordre public matriel est attein'.oi
si la marche de l'admmistration gn^
raie est mauvaise, le sirvks des
chances de la dette sera gtlemeat
compromis et ce critrium inii^ne--
nettement au gouvernement amti
cain qu il se passe quelque chov en
Haiti, et nous pouvons tre sa-;
qu'il viendra voir.
Il faut que nous nous disions qu
c'est pure illusiou d'a'lendre, sot du
gouvernement amricain, soi' du Se
nat amricain, soit mme de hooi
nion amticaine, qu'Haiti soit va
cue purement et simplement, sans
que, sons couvert d'intrt conomi
quef de dfense ou mme humani'ai
re, on ne l'inquiet de savoir si
sa marche normale est assur*.
S'il y en a qui veulent reco-n-nen
cer le pass, le patriotisme comman
de ne pas les suivre Et si. an contrai
le, il y en a qui soient d:id i
marcher dans l'ordre et le progrs
le patriotisme commande galement
i savoir accepter les choses qui con
ditionnent I ordre et le progrs.
5
blanc anglais I
J pr<
qute- Ca qui la coaflrma dans cae
opinion c'est que daua les eircoas
tances actuelles Ile ne pourrait pas
profiter de l'aide de son coll,: je
Franois.
I 2 Comme il s t dj expliqu
la commission estime qu'un accord
unanime est indispensable au succs
de l'mission d'un emprunt. Les dif
frentes opinions entre les divers
membres ae le commission des r
arations ont cr une straosphre
dfavorable au succs d'une mis
sion. Los banquiers ne peuvent pas
le perdre de vue tant persual
que s'ils conseillaient un emprunt il
eocouuaieot une responsabilit rao
raie, l'our taire tout en leur pou [
voir do faon a ce qu il abouussa
pour ces raisons la comraissio 1 a
dcid qu'elle suspendra ses travaux
pour le momeut, se jugeant inc*
pable Je proiiier da l invitation de la
majorai de U comimsion des rp
raliooe pour prolonger les dlibara
lions. Klle estime que tel qu'il a
t [.seote ds le dbut, h
projet revtait la (orme la plu
restreii te possible. Elle n'aban l .
ne paa toutelois l'espoir da russir
dans y% mission au fjr a meira
que I-m vnements sa dvlop e
ront : est par consquent loin de
1er lu maucue aprs la cogna 1 elle
journa .atiupleineul uu
blmes conomiques europens, dit
M. Morgan, en tant qu'elle doend
d'un emprunt international l'Aile
magne dans leqeel le capitaliste
Amricain participerait n est pas
possible sans un rglement ds ls
|u<8'ioe des rparations M- Morgan
a qui U commission des rparatieas
h damanl conseil sar la soibdit
d un emprunt international & l'Ail*
magne dit qne d'aprs lui les dsex
(onditions fondamentales la psi i
cipation amricaine dans cette entre
prise serait l'unanimit parmi les
premirs et l'tablissement du si 4
dit de l'emprunteur.
La commission des eanqniors dis
ente toutes les questions relatives
du cr dit 4 l'Allemagne et e claire
ment indiqu que la premiers coedi
bon us pourrsit pss tre sxeute.
Les dclsratiens dss ossmbrss da
0 avernement franais faitss psa
dant les dlibrations dss baneuisra
relstives S la tentative faite psar 4*
rniouer ls dette de l'AIIsmagns ont
servi convaincre les bseauiers qne
la seconde condition d'tablissement
da crdit ds l'Allemsrns ne poavsit
pas tre tudi. M. ACorgas a teate
fois dclar que la commission n*a
vait amaia cru qj'elle avuit aneae
poavoir ds passer par dessus Iss
dettes dass psr ls gouvernsmeet
sllemand mais qs'elleetsit puremset
et simplement prie de eesssillsr
sur quelles bases un emprunt al
mand pouvait tre lanc. Il dit qui
le msslant du capital du n'tait pas
es discussion mais eauleraeat oa
arrangement possible des sosaaass
payables sonuellemant qa'slles ls
peient en espces ou en natsre-
M. Morgan psrtirs pour Loadrve
incessamment. Ls so m misais* des
banquiers dont il s t ds le dbut
un membre sssidu s'tsnt oficioll*
ment ajourns. Il compte s'erotar
quer pour New York ls semaine re
ebaine. v
- u.'u..U'
proebain-
En vente : Chez Alphonse HAYNES Dans ls dclaration qui a li pu i!iSmS^tSl 1
UbRne Boe.roi, bhs ce soir, i* aolava des or0 I VS^Z^JU^
i I i prp de ta n-
lioflsde roubles ae
Oaudin de Viliainev xnstsur de
i'iSV.?-1 P08? UDa t>Ufl*io crit
i Mr Laitevn demaodPnt que .ont
devenus les 100 raillions le >JudL
or remis l'Allemagne r s la Ross"!
conformment au trait 'e *": E -
tow.k t trsn.fei. .pr, l'arrii.t.v-
dus les caveaux de la Banque-
franco. Si cet or est .acoreda 1,
bs csvssnx, le snateur demsede t
le gouvernement francsn ne devrai-
paa demander A la eont*reecs de 4
iaye de l'affoter dieitivement a
mJI?* W* Wr asx (rsnai.


LE MATIN
ri
Faibles, Anmiques,
Convalescents
vous retrouverez les forces perdues en prenant
L'EMULSION SCOTT
aliment tonique par excellence, et trs facilement
1 assimilable, proprit qui la recommande aux estomacs
| let,fcplus dlicats. _____
f
va*s-
(*
M.m
Mort de Lnine \
;o prcoce de l'opinion de la GriB
le Bretagne qu la confrence prli-
minaire de U Haye era seulemen'
une prparation le goarernemen
M-amiKATAN Hnn im&m freosi* Pourrait bien abandonner
^^SSn\mlXJS& -n projet de se faire reprsenter par
cnriirraela rumeur que Nicolas l li, dans la -aP,U,e. hoUa
Dil e chef d Joviets russes avait 'aise Mr Benoit et pcarrait suivre
incomb a une attaqua de paralysie l'exemple britannique de n'y envoy-
C lbrale. Tortefoi. le dpartement que des experts qui ssistaraient i
o" tat et la SOel t des secours aux toutes les sances.
Ri s&es D'oat reu aucune confirma
t an de aa mort. D aprs eeite dp
cas tant la monda sait a Moacou qn.
L nine est mort il y a quelques
, urs il Hvait perdu la raison depuis
di iours s la suite d'une attaqua de
paralysie- tn dit qn'il se pouvait
j< u parler depun le premier juin-
Les 0i
Au Japon
TOKIO L'amiral Baron Kato s
accepta la pr*nideac du Co ssil jou
raldnct qui n'ett nfo aucun
\ t.rti prend le pou\oir avec l'ioten
ne/, efaieater la lettre le accorde
conclus la canfrecce de Weshinp
en L'Amiral mis une senle eondi
lion i son acceptation : Uue dinainu
l'on de '.U millions de Yen dans le
budget de la guerre et l'adoption
.Une politiqae fnral dcoaomie?
l4 mirai Kato aura l'appui la dieu
du groupa Sevukai, par i da la maio
rite at la ebaanbre des 'arda celui
da iroopa Kaoyai qui aat la plaa i
JJOIUUI.
Les Cour
PARIS ia -Sterling S.34
Dollar n,i9i
NUW YORK i2-jSterling449
Franc 11,17
Lafrance, VAngle
ferre et la Conf*
rene de la Haye
PARIS 11 L. rponse britanni-
que au meHBorandBBB de M. Poinca
i< da 1er jaia exposant l'attitide
trao,aise coaseat ce qne la cont-
reuce de la Haye soit une consult--
lion et vite le* questions politique-
et diplomatiques. La Grande Breti
nf rst toutefois ea dsaccod avec
ja demande de Mr Poincar pou
que"le ^oBveinement des soviets re
tire son eaemorandum du II m
prtendant qu'il est remplac par le
rceate dclarations des Soviet e-
U? tous les caslademanJedn retrai
anraild tre laite avaat que les ru-
se eeaent invits la blaje. Le gou-
verneaaeat britannique estime que
les conclusions de Cannes devraieni
Ctre U base du programme et afrr
me que U proprit prive en Russ e
devrait tre restitue i
ProUstatioa contre ii
bombardMaiit de Sam
soun. '
GONSTANTINOPLCS IfpO Lna
reprsentants dei aatioi alates tare
de cette Villa ont prsent aux Haut
Commissaires allis une protestation
contra le bombardement da Sam-
soun sur la mer Noire par uas asca
'Ire gr-cque mercredi dernier. Le
Ton s disent eue 1, fiotie avait reu
l'ordre de bombarder la ville dan*
l'inten ion de provoquer en soulve
ment ds la population grecque con-
tre gouvernement Turc. La com-
munication demande anx allis d'em
pcher toute nouvelle effusion de
sang dans le proche Orient en te.isant
vacuer k'Aoatolia.
Le commandant d'un destroyer
smticain moaill devant Samsoin
tait connatre que lea pertes subie*
psr les taies pendant le rcent beno
bardament des grecs se montent *
90 hommes. Le fort et une partie da
a vi'le ont t dtraits, les dpots
de munitions des turas situ* a I
kilomtres l'intrieur des terres
n'out pas t endommags. Ces Mu
fleignerneots ne concordent pas eiac
lenieat avec le communiqu ofliciel
grec qui prtend que les dpota de
mutations ont t d r its airsi que
la rsidence du gouverneur, le bti-
ment des douauts la p etecture e>
que la plupart des navires qui se
roovsient dans le port ont t cou-
l. L'encadre grecque vient de ren
rer uonstaotioople. L'amiral grec
,'iteod que le gouverneur de San
lOOr) a rejet l'ultimatum grec sou.
ortexta que Satnsjun est une ville
ouverte'
FaUli hsbituda qui a gagn toi a
la paya, teutes les latitude et qu il
e.t bien difficile de dtruire. Ha -
turte qui ae perptua dana la b9VlM
pendant des aueceaeioas da gnra-
ions et que nul ne pense combat
tre parce que inutile cela date de
t.op longtemps, c'est trop ancr.trjp
ecrann, Ul point que le vrai nom
-'efface conna une lettre sur la a-
b e que le vtnt empor e et q je kHN
no retiouve pina. L'on cbeich.
envain comment aa pilla une
une telle : la v ace de Leopoldwe
par exemple, ou trouve Didine, l
place de Pauline, on trcove Liline.a
ta place de Bais, de uooel u.
Raymond,toua des nom exqu's, l on
met Ninue, Nbnel. Monmoo !
Mms daes les actes lea plu se
lieux de la vie les taira part de fia.,
.illes, de mariage, les petits uoais,
tes aobriqaets remplacent le nom
patrouyiniqj6-Maia I o la ebase ea
I lus comique e eat quand les |euin
gens se ma.ienl/ Un s attend v ai
meut entendre appeler lea poui
par leurs veutables uous. ftloaaMUi
et Madame Ltville par exemple, en
bien non. eest Monaieur et Mauam
Vivile, Mr et Mme Laudnn.c'est M>
et Mme biiodno. Ces petites habi
ludes que l'on appelle ieu4ressei,
oalinenas ne aot pas ea alle me-
me| maavaisea, maie deteotueoses
parce que i lies ne Changeai pa
ooujpleteinoui Ltal civil Ces persoi.
nts, maie ellea y inaltent un troubit
pt un uuage qui, pereiaum a traver
un grand nombre d'anne, I jnt qu:
[ou ne e'v retrouva pluj.
iUCE AR-BIN LA Y
Hadootl & Do Woudi
DISTRIBUTiN* AGENTS
BA1TUWPBODVCTS }
1131 GrUVIFR ST
NIWORLE4NL,LOU1 JUNK 1, un
Aux Commerants d'Hiiti
Noua dsiriooa porter 4 vatra connaiaaauae . ie|ao.ia veaiaat da ft
e ceua ville iiibimi commereiaie epcial- pour Iscbu et Tta
t on des p odoita dHaiti qui eoot en grande desn.ade non H^Smt
la Nouvlle Orlans ma.i dana tonte la Yille da Mun.sipl, m 4
cialeno notre place noua croyoca pourvoir en toute assurance atex
aer excuter aussi ponctuellement at a des oondi oas aussi aaea,-
ao" ce aou lea comm.aeaioo qu il voue conviendrait da nos. caoaer.
q Na Smrnee an relati.n/avec de. aaauoua dispos.at de ,J
con.idrablia roo pas .aolement pour aoigaer legr iaUrU
"'re aatufaatiou. mai. aussi ceux de .0. amn.at de faire lia,
at l'ExDoriation aur ana large cbelie. ... L
iou.Pd.,rion. vivement qu. le. rapport, qo. pourra... rUMfcj
votre msieao at la noire deviennent proltabla Puna t l autr. -
VanSe prendra not* de no a-gnaurea respective,* agrer Mi
coi salutation, empre-sa. HADN0TT ft DE WINDT
W.CDBWBN1T
Pndoit. Maitien dont noua vcoi prions de noua envoyer les eialtl
gn.ntit, qualit et prix. Appioximatifi sujet, aux fluctuation da 1
cbe.
Dividi T. 2240 II a
Caf lb tri et la\
Crcao .
Miel en baril ou ea ferai.ne de gala.
Pelure d'orange aschi gde quantit
Capok J
Lemon ( ou ritro^ vart ) la caisse euveloppi aveo papier la. j
LignonjVitea T. t240 libs
Ac.iau /spcifia tat bru on carr)
loogusur targtur bauteur
Campcba
U jis de Chne T 22 lbs pour travaraa de charnu U lat
Longueur larguer hauteur
8, u\ x 0 1/2 x 1
Qu.utit san. limite
Cocoti.r par sac grande quantit
La Casse '' *'
Tamarip ' "
Jiojambra
Peaux basuf et tout an're qualit, eech aal et ea mil
Sabet par sac d< 101) lb etc,
F. <> I- Part d'/mbarquement ou C I F- New Orleaat'
arpoliaa Lnpfable dimension d.ire ptix, foi
demande, sp-oifl longueur, largeur et N da dack.
ttillii. MM
Etr.naor
Par table U Jaia
Boite aux lettres
Monsiear le Directeur
On noue informe que le Petit
Club devient u. tribunal. A la suite
d'an querelle de famille le major
Kupertuamit l'entente entre les deux
parties; mais sur la demanda d>
cinq merabrea "Je prsident de c*
Cercle convoque l'Aeserable pou
rgler l'affaire. C'est triste tout d>
mme; car c'est pour la pienreVa
fois qn'un cercle mondain s'occape
des affaire, prives. Dans la sauc.
ie tribonal a t form. Noos De
manquerons pas de mettre le pub ic
courant de beaucoup de doc
CU l\ua v, au .---------
r ,,^ res.uurr > ail tfaits ment concernant ee aeicle tribunal,
rr.ent compenss, mail quanssi la ' -'
ouveiainei de la Russie doit tre
ie/pecta et qn'aucua programme
rat dtar ne devrait lai tre impos
d'avance i Von compte sir son m
dispensante ceopration
La Grande Jsretagn econsidre com
ae ncessaire 0,pe les dettes de la
R.ssie loieat en pirtie rdmtes, les
nrts piivs sni lesquels on doit
compter pour ouvrir des ttd ts aux
soviet, dit la rponse, ex getaat des
aramies et les gouvernamen s peu
vent les aider i leur fournir ces g
rantie.- Ce n'est pas une quesii >n d
capitalisation par t'aMMepe, continue
la note, car lei b mm aEt^ qui
participant la teoUtive He revaurt'
U Russie ont tout tait tapib 1
k ce qu'il pai.it aa jag une
affaire dj rgle au bureau, de po
lice; par cenaquent il noua faut
avoir des dtails. Noaa eroyon
maintenant que I. titre de Pr ident
d'aa cercle est devenu ofskiel et a
plus da capacit pour mettre tin i
certains vnement..
Qafrat ce dire f
Yenillex ssrrer. etc,
OBSERVATEUR
; Journaux de Paris
\ienntint d'ir^iver Numros
du Vf au 23 Mai.
JL t; nie la Librairie
de OlOtafei k|l f opte ib cit^
PARIS Le prince Se Monica t opr
ce niilia dam uac cliaique priv pour malade
a'in estia. L opration a parUitement russie,
iianmo' en raisan d l'ge du prince on cn-
ierve une certaine apprliennoa U autant plu
aa. cest la seconde op at on qu il uit depu s
un an
Mr Maginat minire de la guerre lait con-
natre ^u 18,721 prisonnitrs de gutrre Irancais
sont nions en Allemanne pendant la guerre
URKNE Les banquiers suisses ont adressa
au gouvernement lderjl uae demande pour tre
itfficMStec aux ttat-L'nis daas les ngociations
(.nceiaaat l'emprunt mexicain. Les banquier,
lont ressortir que 200 raillions de Iranc saa
dus II Suisse par le Mexique
FAK1S Dans un mat;n anal, Mesdemoiscllcb
Lciglcen et Cochet ont cte dclares champion
de France. La ldratioa Jrancaise du tennis de,
gna mesdcraoselles Lcngleen et Cochet corann
membres des quipes IraoaiKl devant participe
au tournai de Wimbledoo
IA HAYE La reine et le Prince Consart
et princesse |uliana soat partis en yacht paur le
eaux norvgiennes
Lb HAVuB La preraire crmonie de la
cieoratian du centenaire de I indpendance du
Urc-sil eut lieu Met au coagrs des uai*rtations
et exportations.
BUCHAKbST Dux aviateurs russet sont
dtenus Kitchenev par les autorits militaires
ouatmes a I suite d'un atterrissage forc d'ao-
ropUne en Bessarabie Les aviateurs ntucni teu
a 1 appareil m|it les gendarmes eurent le temps
de l'eicmdre et contatrent que la machine tait
charge de manifestes bolchevistes imprims aa
loumam probaolcmenr destins en fiessarahis
La commissioa mteral.ie 'des secourt en
Russie acheta a la Ho .m mie /o.aoo tonnes de
cdrakl dcstmce< soulager la lamine en Russie.
Le dltgue envoya une lettre aux auiouts roi-
munes les remerciant de l aide efficace donne
U commission
LA riAYtt Schevi.ingeaa attir la majorit
des d.gus i la tnafreuee La d gatmn bul-
chcviste a rs-rve 1 aile en ire de l'htel Orange
qui domine la Mer du Nord ; les britannique,
danji, et japonais seront a 1 htel du Fala t ; les
italiens au grand htel, les beiges au knrkana.
L- dlgues ho:londais seront a riuigrougc iicu
yckea
UbLFAST iicendies clatreat samedi
sett
MADRID ue viu des passeports entre la
France et I Espagne sera aboli le 1 j Juia
MJHA La Bulgarie refuse d'accepter leon
trole des inancis tel uu'il est propos par la
co.unsi-sioa des rpaiat.o.is Le pr.mer ministre
dit qu'il essayera de raavrir la qatstioa .a coa-
La Maison H. Silvei
Annonce ses nombeux flimt qtti
vient de recevoir par le* dernteri
bateaux les articles suivanis,d* JJJ
supriorit et meilleur march
que partout ailleurs*
Casimir anglais nouveauts,
DiaRonal noir suprieur.
Alpaga Bapible fine pur lil pour cheaiiie*.
Coton draps anylais^ 9(4,
Coton draps amricain *i4-
Voile blanc carre iux birras.
Voile uui blanc et couleur*
Organdi couleur
Serge noir et bleu marin pour-jupe*,
Damase blanc e co-.leur pour nappe
Toile matelas sup.
Toile draps par lil iOj.4.
Madras suprieur pour cbemisrs
a. Crpe anglais,
Tulle pour voile et pour mouitiqnaire,
Ban lebrodes auisse de loates les qualits par boite*
Molletoas coulfur sup. et int.
H Molletans blancs suprieur.
Dock blanc. Kaki blanc,
lnll fil blanc anglais' Drilt coioe blaneiig-wP'
Salin chine pour tailleurs*
laU jaune ang extra qualit*
Percale blanc extra sup
Calicot de fam'lle,
Calicat pour jupons Piqu [blanc sa.
Loetriae barras pour tailleurs
Crpon caoieor fleur aog.
Deail noir sap. Tnssor pour inpaa.
Tu si or poar ehsraise at pour robei.
faite brod coul.
>'a'met ta blaaeaa et conteur flean
Soyeni b anc et eoalear suprieur.
NaosoaK ba-ista coul. sap
Ssrvietus da toiletta blaocbaet eonlear.
firetellea palica pear basaniea sup.
Bretelles pour enfant eup. ,
laisa bead eut |oarpijsaiia ft chciniaoai #*J|
Hieju ranlear barra poar cbe m hommes fr ^Il
Venes voir avant d'aller aiWan
vous serez satisfaits


Ll I14U<
a*Ca
GYRALDO
peur' les soins intimes de la femme

i
gfKALSOK est rantlseptique
laser yge El'-* * prsente en
M etshles et homognes. Cha-
, jje dans deux Utrse d'eau
1 la olut lo parfum* qua la
i a adopte pour lac soins rt-
^..personne.
anmi-noaE et on produit antl-
-^oon tHtwcc daodortesnt t
U, bas* d ajotUan. d'acide
(M rtoignnetnyl*ne et d^alu-
TSttf p"""1 Ul,u" "l Mlr l"r
!jPQB isuofeQM 6s ooii hygine.
&
tain, t,
1
?AlrtldtnniH.
L'tmtiseptii* a?
f u'f Icrr.r : t'a.',
avoir utr M UH
d.- toiTcf.**.
> 1 m
Chaque) chars: art une petite) plante
Sa*!* Mtiltlt^lM
U
GYR/.T.DOT
l.ldlp! l.'.Lif n r
It toiletta 'fin-.'
". les . et.m i i
in ivan ri du cuir
tiienlu.
0lt
m
j .w.. mmmmi
< au ti'.p,~ ir*-
i r. '.l-^!o d la
2
s
p
i
f
: .
Barry's Tricopheroun
le nourrit.
FA* DORITT1
arrte If h io rislrc. if" lr> l* *v
p. h.",, nu.-.i.<. ..idi.^tli.-j l.i.. l'eue
Mit
Vrllant et Bouet. tgent pour Htitt 171 ): Rua du Magasin TEtat
I
I
IParisiana
IEUDI
_j et sompteeni Drogrnm
i ' pa etrs exhib dimanche
air Journal
(trs rcent)
loiirel
indigestion
Comique
force du Destin
e pit de la vie relle de
itala filin
Ea 5 parties
_ ______Entrai. : y. 1 50
Varits
CI SOIR
luqai aix
dents Manches
ha
|U dette du pass
taiie ; 50 cent, est a
ni gourdes
d'amende
Avis
Compagnie des Chemins de
Fer 4a la Plaine du Cul de 3ac
II est port a la coaaahsance du pu
blic ei'inx termes de 1 article 17 de<
s atns de la Compagnie et vu l'ab-
s:ace temporaire de Messieurs C. Ed
Sr III10U et T. S. Brignac. Prs'
ent et Vice Prsident da Conseil
d'Administration, Mr Th.Paret, nem
pte da dit Coaseil, a t asiga
pnr provisoirement les remplacer
Port aa Prince, le ioJnin/e22
eau POITRINE
on deux mol* pu le
PILULES ORIENTALES
les cale qui dveloppent, rafer-
minseut. rerunliturut le aeiu,
Ifaceut lei aillie MWM i
paule et donnent au buta Da
irra"L''i;i oinhonpolut.
Bl< n: iluDl'i pour la tant*.
Aor>rixo*M oirtiictiibritit mtictiu.
J.RATI.pn- *,R (t\ Ethiqmer.ftrit,
A Port-au-Prince:
Ph.iriiiH.i-- Mherlinl
et !".!. bnnnta pharioacia
Rapassw tos theYiux
S'adresser Mme Boissonnire,
Rue du Moatalais Ne 1031.
m tas onreux ont besoin de nourrissant 06. eoat
attaqu par la maladie, ils deviennent faibles et
meurent.
Barry's Tricopberous smott le'cuir ehevelu, enlve
lee pellicules qui touffent lee racinea. Il diasout
lee accumulations graisseuses. A II dtruit lea germes
qui oeutent les pellicules. '
a* .-- ^
Finalement, il gurit et nourrit la euir ehevelu.
Apres avoir employ Barry's Trieopheroua pendant
quelque tempe les cheveux deviennent long, fort
et luisants. t
Demande votre marchand. Employe le
rgulirement. Observes l'amlioration.
<
ii <<< . <..<..,..*<-*^* +<<<< '
z~.
B U G G Y S
En vente chez
L. PnetimannAGGERHOLU
tkiat du Qpui. ,
Clyde Sleamship Ge
Foreign Service*
Le S\S Hati* venant de$ ports du
Sud est attendu U Capitale vers le 11
du courant et laissera le mme jour
pour NewmYork via les ports du Nord.
11 chargera pour Pilew-York et tous
(es ports Europens via J\ew*Y.
Les permis d'embarquement seront
dlivrs sur demande faite cet office.
Port au Prince le 10 Juin 199
M. F. CLEUEM\S, ageit gnral-
Haliau American
Sugar Company
La Haytian tmsrican Sugar Co
avise le public que depuis l* lsr juin
courant A* gence d vent? d* 8uer*
Blanc est confie exclusivement Mr
Ren Tancrde AUGUSTE
Port au Priant. 9 juin 4922
t Voluire Monsuy, chauffeur, cc-nui-
1 wo No il a t condamn hier par la jus'
* tl une imcndt de cent gourde*
^oii de p. .on pour avoir, dans la jourae
e, caus sur la route de Bitoton, les
'suivants : 10 frapp une petite fille, a* '
''wo du major Stone, )o tait des excs
tte Dieu ,
[is demain Jeudi aue 1 Eglise clbre
leu. Des rncses basses seront dites a
1 > 'i1- La procession sortira de la
l t heures et demie et suivra les rue.
*Jrts, Centre, ;i.acrae% Rvolution et
'posoirs reront dresss pour recevoir le
'wenient ches Mme Vve Gaubert. an-
iww "I1-Fons et ^" Centre chei les
t Ibcolt tlie Dubois, rue du cen're
J" **' le rgaternat, rue du Peuple.
et I pieccssion il f aura osessc ponti-
banquiers amd.
^ioprconisant l'as
station ou la rduc
|Jn das dettes allie
'Sj.y *~" '*luj'*u banquiers mieeits
n*,] rfun'5 Washiagtnn sous les aus
le kre "'ercedes KutsUais,
SU, uUD* ,0"> exhort le gouvernement
I iJ?Smt'c* 'ranger de l'Amrique sur
I*salai U rt,bl1"' conomique du moi
* lir '" -tu,$ coo"c,ee* P*r le* A,lie*
i a-V "n' financiers se montrrent en
Sj 'Muli'on pure et simple tandis que
r^comstreai seulement U rmission
H* d> sommes dncs aux Etats-
Lehn & Fiuk, lue
i.
Auto
H,.!!*'1 peut voyages ou poer
JJJ* tule- S'adresse, anx no
La grce et la beaut de U nouvelle boite dans
laquelle le Horient (Fleurs de l'Orient) et le Clia Ming vous
sont prsentes, l'exceptionnelle odeur suave et la finesse dlicate
de la poudre cllc-mC-me, seront apprcies.
Ces beites superbes coirtribuercat au cachot de 1a
table de toilette
COLGATE
* Reer*f i 'i' *r .1
SUFHlORITn;
ronde en 187
bas pan
PHOUPT1TUDI
Tous iredui chimiq fs pae-maceutique et a tire artje'ee Tt%
dabl^datsu e l'hariua'i .
IPICES : PoiT. Cannelle. Girolle. kw% eili yuiej.le eta. nie.
SaJCRE RAFFIN
SPhClALITsiS ; /Marque prive/ Lysol dBiufecteet.Parfemerie.AfUelee
pour berbi-rs, Bay Hora, Chocolat ea poudre, Huile de feie * Mers*
Ernniaion, COU cream, Extraite pour fi-s eaaarcea t eea de teilette.BaM
ds Quinine, Pondre con'-e les insectee Solution peor conserver lee sanm
frsis Lait .
misecce de Hauts. Eau da ninda, Miel pour la taille. Monttes, Bail*
aSIite poar la tablr, Brosaee data. Papnermin', Ha le pear eaaeeer
iee sDouatiqoe et aatrea insectea, Begulol : Huile contre ceaeupe'iane et
roobli e des ibtes'ins rhrociqusa Th, Cirs pout Iss parqnet^, Cnnseeli-
qoe, EHiIre, Epica, Sirops divare. Teiataras diversss, Vins, te, ete. art
aVrTiandtE le ratslrgee des apcislita.
Coi Bfcnt vos comaundca l.tHN TINK, lac; vens arrsa absolnmaat
eatiaMte.
Toutes le aonnaa phatmaciea de paye a'appreviaieneeut chec LESN
& PIM, Ioe
Lion R. Ihbaud
Asw.t evrtneir pour H*iA
......i
Rfp'.-r ri lit
FPANK MARTIN
i :
BOITE POST' '.F ?!
p0OT .,.,., ,
Lo K. TBEBAID
To t4iuPrinee ( Hati )
Manufacturer s Agent
Couiiuission Merchant
a
*r


LE MATIN
Bire la pression
4 vis
au Grand Holei Frai
'3
Qui par sa hitoalion umji.e au centre des affaires se reeommaxh
MM que>amat*au puoiin ,t ses nombreux et distingus Clients
pour ta CLIMiNL wjne m 'oui te con/orlable ncessaire aux $um
TlV/- .pnmerce ^t.culi-ev.ent aux commerants de passe
L'IlltlI dbile par cjallao et ptr barriques
des Vins de Bordeaux Kouije et Blanc
m notai ic-nows a /a auposinon des Clients.
Champagne et Vias taseux, prix modrs
Conserves alimentaires franaises, reraier choix-
Pharmacie Centrale
PfVtfif' ><> luui, iraient. E.recul ion pro mot* i Peign n
Uue bonne aubaine
Pour fes Ceolbeo
lAdainia ratien Meiftlt des
Poste* < tait la devoir d rapnl-r
a ab ic, et toui xnditeer e*
particnlipr. l'imprieuse na^aait
qui o8 inr cbaenn ifspjBoaef a
non et prnon. lien de n>- dmee,
ptr, nu vero de 'eut pli reemmaan
d oa imoie do n;errvr elass*
eonfh \ tes ho n, pour" te>te Iran*
niiseion eie corr<,>>po'H::>rp, ni a
l'Iatrwer e*'* I *>xn*'i^wr. at ci
r'Hfii Ip bu' de faciliter, le chj-
ant, le retour au Bureau d'expd.-
tioa tt Ih leiiiic-' par l'Adraiaistrstien
i l'expditeur des lettres ou plis qai
n'eut pu tre dlivrs [ oar :aoses
diverCfh: lettres en rtbut, iniaT.-
6SDC6 d adreeee.dpart Bans adrssae,
OR de cicfi e!- etr.
Pot au Piince, le 8 Joia H2.
Attention
Occa'.ion exceptionnelle
o bagty. A vesdre n'ayant qae
deux s^nstoei de servions a vas imih
accessoires. Adtess x vois is mai
ton 4*UO#i rendre, l'huila de
mai* A"b'h don KOM ddB fio .tsfjftB i
et du lientre No \S>
m lniWM
Ylleutiuu
tro
ii
Lf- str.aicurs d* l.pgfe (i 8 pi distingus Pont aviss Qtri partir de^
r defSth.r ?!! h VlAMAS lpi" offl M cccae.on exception-!
Hie oe rafraicb'r e peu de fraie leui garde-rrftc, '
Uu'iitj i. mtti.qi ei t pas oe voir totr : !
Ub auietlu-s cljMHi,c8 a mille ili, marque ARRUW, de vritables1
res de.t, .ih toua tlyl.s et de pnx modiques.
iSSffff cM\ I,V.,1,y' 'e8 * de -tfl inlim.
Po^tof;uVro'cra.on.AmW' ^ 8!y,f8 m-,V""le' -P- ft ffi0
fitetoe? 6iLnso"b ll,V D- qoidcmectdel'allura et de l'ai-ance la
/IuI^mII^ cette laiacn
i Aiieos, Maatiets, du rbic 1
I.aiato. .-e tau us tociobials mol De, maisil aida acuvent i la diatin-
Pour les grandes vacances
Occasions exceplionnelles
AU
Comptoir Franco*Railien
Vnfle fraraia de totes cculeun l'auns Gourdes l
Voila rave , \oilu IwriiaiBie
t Fleure Ih
< quadiill tram
Ktamioe
Toile Vicby exira tolida pour enfat ta
NanpoukH de toute rr oleura
Zphyrs traBali raya
t'eicalPB frtoaiaj inipr;mps
Orgaodyi de toutea couleurs jualit extra
Crpon a barres
Piqu blnocs
Crpe de aoie Mariette
roie cristalline
Soviiori dames
Peudant le moib de Juin seulement.
3
t
3

3
3
2 50
iO
\ 50
r>
H
.'i
90
~T1 i-TTTTIT-

^X.
IT" T
Haifian American
Sugar selling Agency
Sucre granul- Or 7,50 les 100 livres
Par quantit de 35 Macs
au mmiti* 0/# 7,00
Siidresser eu Dpt de l'Utine de
Chateaublond
Gvand'Rue No 1941
intormez-vos tcujouri atanl
He Inire vos achais oei pnt def>
pales ( Il k k iell ) 9tnmt jaunes
roupes et blan h< s Marque Co
lira bus e naff du Cirsge noir
QlluiDi us). A'ou- rcrotiiinandoDB
'la su di ema q: e rommotar.t la
meilleure, la p!us avan-geuse
menl connue aux Etais Unis tani
poui sa mpril itu*ina>qufl que
pour l'exlimp tncdicil* de ses
prix., allez veir.
Cliez l'apent gnral
Napolon f.Francis
|]J08 Grat.d'Rue
Adresse provisoire
^E*i-___^

V
Trop fui We
pour travailler
La vie courante des femmps n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
est la tche quand des malaises particuliers
leur sexe rendent chaque mouvement pnibje.
Le systme nerveux est drang et la vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que Cette Femme Dit
Manzanillo, Oriente, Cuba." J'tais anmiqut et aoof*
frais lors de mes rgles. Ces douleurs me foraient souvent
rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas ventre,
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomis-
sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre sas
avant de faire Connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je
l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir
de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de
mme malaise."Srta. Marina Mimir.Calle de Cahdad,
4, Manzanillo, Oriente, Cuba.
Les tt'iuiiie* ioullrnntf s d Serraient pM feiiw i'tmui
uiai doivent Insister pour In
Composition Wgtale
de Lydia E, Riikkam
MA t. PINKHAM MKOlClt CO. UVI.N.MA. O.S.*.
Employez la
KEROSIVE SU
Demandez ceux qui n'en fflj
lumire brillante- Sans odn
San if fum^e
la G'SQLINE SHELl
Donne un rendement
suprieur par kilomtre
Tr volatile, ne se
car bonite vas
ECON0\
EFFlCiCli
e
Demandez de 'a 9*'**J*
dam rfltii
Asiatic Petroleum C*o
Roberts, Dutton &
Port-au-Prince
A0*x*s Gsne esr psnar M*M
A Vendre
Harnais an (fiais
Chez Alphonse 11 yaes
nj*
Convocation
Lps Brisa! BAfreanesias d la
frnnt k*rsipsrs a,ui doit ave rli#
"j r*rp* Vr\ gn^ners, le jour dp la
tte, dixa-ck '.! J |n oat prifs
da sa ree< ir ikn U>s* Piii Cei ou,
jtodi prochjtir 5 b Pharmacie W BU<
4Place de la Paix
Vient de recevoir par les dera.ers vapeurs an grssd a
Spcialits franaiees, des produits cliiviquss s dai drogo
fracheur ail* msnds, amA-icains t ftacala
Eaux inraita de Vichy, de Vais, U de Viciai.
[SOI pprsativt-i Carabsna st Huaiadyisnos
Muile de ta de ran u* un prix excep icnnel
Elirai a de v-ande Lit big t Jua de viande pour Iss allai*
Lppanlfs E-iriciiae, anfBonococciaiiei et diur'iqnea
o . e.^ Saccharure d Rhomnel Reconsiitasnt dss aoyi*
lilules re.rocodyle Mdicatien cacodyliqus ferrufissaU
Mo Araycodyle, puisant motificaU'ur as la nutriiion ,
icaonms de Veisoine, irsiteaeut scf'e fitue eonplt W
veineuses. *
JnroBnol Ppin. Jode rortnal psptoois assimilable
r.rsule G Moduratt d mdure de potassium
G'cbaleiR.eaud, Spcifique contre I Aiihrae
Pi.nies Guipeire, HyPf..t,naiao. ar rio^elroie.
Arifcn SI, le plus nuissnt dea Diurtiques -.-i
Hmatogn Mommel Farine Goldeais pour Iss label. '**
Bj-nt(ssilirea, CjI iera d dentition, r ce re tlte, Pei|*-,
l'oar Isa Cui'.dlvea: Sa-cbnroatre baliing, Theraieaistr*,'
rwi lali, fl djvers iu.tr*i itidei.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM