<%BANNER%>







PAGE 1

LB MATIN COLGATES RlBBOV DENTAL CREAM De telles dents propres et va garon en bonne sant. $8œ8fflmmim M &to>Ji£ iW ti> PRENEZ GARDE AUX IMITATIONS et produits similaires que Ton cherche substituer L'Emulsion Scott Aucun ne peut lui tre compar pour la puret de ses ingrdients et son efficacit en gnral. Etranger A propos du Circulaire du Prsident de la Rpublique Ce mot du s;g? savoir qu'en ce P'ut contenter tout le monde et so prra '• (o ?, re> Bor roatx P feia de la Herubliq"e, an l air <|r rour le peup'e qii oufre e ( ni e| re encore, un rconfort de p us pui sacts. 11 es dissidences pi %  titU*K ne s''aiert psi rrles de I paille. Il nous r arque a rous d ci ne gerfaut r— ivoncos le sir ce r'rr.er.t— d patriotisme, un patrto lismt sinlirts'i, il m'est permis dt parl.r ainsi. Ce*t ce qui a f;it no'r malheur. Nou m tons toujours >a passien audcssis des intrts sup neurs de la p'tii ; et pour pu q e rous ayons alfare un adversaire, le cnieu perlant au cou le clner dt il de bonne foi, rous le ermb t tons sans p t . PO-S le enir.bal'On| mme au f.vt de la ti m e. quit e laisser s'erg'ottir dans l'aMtM %  coil t* qui ven sauver |t b q:e en darger et la bi que elle mme. Par cble i J i in •NAN I I :•> — Mr Brian d a prononc us discours dans qu il tait la lte du gouvernement dont le devoir principal tait d'assurer la paix WASHINGTON — Le Dpartement d Etat rit rarventir i IOUS pays bordant le pacifique une in Vitarioa r participera a Cein.crencr Pan Pacifique sur 1; omiucrce Honolulu en octobre prochain GbNKS — TchiKhcrine quitta Gnes pour Mos cou samedi' LONURI-S Le duc d'York quitta Lordre* avec de nou.breus priSems de la fam Ile rovale COn dif, 6t les pauvres embauchas U'Angietrre pour la futur*, reine de Youo-1.1 /. HliULIN — Liv 1 tnol Radek et autres chefdes SOVKIS partirent pMcipitamsncot pour Mo cou Lnine souffrant d'une aitaque d apoplexie Les surv,vani de centaines de familles ru>ses luvant Odessa sont arrive Varna sur de petits bneaux et ridffSUl l n grand nombre p< rit au cours d une tentative d'vasion par suite du nautrage Je bar ques ; d autres pjr la laim, soil et typhus. Les so vieis s'opposent au dpart. POLKbSTOHrJ — Un aroplane franc il parti! de Croyaon pour Paris tomOa samedi il-iiu la Manche le pilote it 2 passagers furent tus. UtLFAST — Les oprations rrnli aires sut une vatM chelie ont commenc sur la Iront re t-'er m.ina n. Plusieurs m Mers d hommes de troupes avec ami enc et trams b inds v pariicipcnt les troupes anglaises s'empaiient hier de Pelit-Go et saisirent une gande quantit d'armes et de mu Sjnitions pui leur prisonnier:, rpublicains ont t captuts don: un commandant de l'arme tpub icjine et son Lit Major. Ku.M:. — le toi a confr le collier de lAnnonciade a Mr On.ndo VcRUUN — Au nom du Canjrs et pcup'a amricain M Hcru.ii aii.bis- de reffDp'e? Ri n. absolument rien. "I andis que nos poches d nos gous •11s'e mpli>-aiem du produit de so apiaes journalires et que nos la. hits (t..ieni garnies de mets et de tiilOditCI de toutes sortes, — insul 'sot p:r ainsi a misre des uns et 'rs au res — ; taud s eue les d< n es e?ier t i la mer^i des pr. f-.ss os t e s du pilnd 1681. a 11 faut que o la ces^e ; il fau ( une ce crime so iai disparaisse, i 1 fau'que chacun puis.e travailler e 1 s'lever ; il tant des roate.t et des l.ea Damea patronne^ses de U grande keimac-e qui doit avoir lien vu Perpe ucl Secouru, le jour de 1P fte, diraar cbe, 25 Juin, aoai piade ae runir caz Mme Flix Coicou. meyiM de Lanspott ; il tant que les h procha i D % heures, rr-s o ent a-roses il faut I .ol-, 1 enseignement profess o-ne'; i faut la tonne justi;r q n p r 'S c noires i soi tir ce cei t la' d' l n c d ci ORS H rs e §*••*, Le lififfO rr: c ils ne upis'.eut depu s P*7 d mar.de gti • l. us i a M > f's dun li le. Auto Buick En tia sun tat vendre, liona modre*. s di caser Mr Geo. de usure. Rue Amricaine. BUGGYS ] En vente chez L. PreetzmannAQGERHOU Rue da Quai. Cond leep Depuis apis G-fl a?d y irait on p-es? Ou proweit il b er morts t Hfivei.'M a cette mots* utCHusuitli qaaad il *c*-it ag de l'expie ter, de lui ra. f e | la m ain !t [a I Pa'ricidr. d" %  'arrr — 'e|!r> pr mu'e afiamet co ne aa Chef d'Eta dont HCttl .'• ;ae le tt p% rc-are pou' salutaire on aeapl qu'il aime e> k.Ovr matlre au ni. e*>a prrg'aan a e xc a' m. Le moment n est plus aux rc inv "••ioo, disait nagure un Chef d F e nom nru chip"*. m>>s 0 'i m'"'-tvs 'I anu contre CONSTIPATION prenes les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, axe, u. o(o-Auoio x*jajRxaa> tit dont -X n les C'EST LB MEILLEUR DES PURGATIFS la biaet'e cV r ,, ; J: i a J es cl>|oed de f^n' isjonrd'hui dit actes -t r-'en qa< prli iciens envieux et mcontents dt? aces. C'eut te ut. Li .. it se jouer toute Rasut RfcMY. pozaT-ATT-piaiTiTaia AJo.PITHUS; Pharmacia AI.BEHTINI C Pharmacia da DJustin VIARD a* oufaa laa bonnaa J'harmaoiaa. Lebo & Fink, Inc . Fonde en 1876 -rtaaal SUPRIORITu; B ?S PRIX PR014PTITUD Tous preduiia chimiques, pharraaceuliquea et attrei *ft lablea da s tire pharmari-. k ?icRE Km Ginne,,p Giro ^'8 'oilMuievta #{ Sr'tClAtrilCS ; /Marque pri?p/ Lyeol dsiofctan',ParfoestJ ^our birbifie, B-y Hnm, Chocolat en poudre, Huile de foi *) Emniitoe 1 Crld creem, Ex rails pour fai'e eaaercee et eau deijfjj le Quinine, Poudre conte IPB insectes Solution pour coaMrr*V 'sis Leit df Meg e^Bie, l'ondre ao P ri<>ore pour la toilette JJ -1 yr ce de t eut a Ean de Florrda, Miel poar la table. Mon'a^V i OUve poi r I* leblr, Broa-es dent-. Peprermin-, Hu le P 1 ee moustiques et autres iricectee, ReRulol : Huile contre eo'toublt-a des infea'ina clirociquea Tb*. C re pour lea prqao'*.aue, Elixir. Epic-e. S.ropedi?era. T'inturee divereee. ViaLe*' D< mardi z le retek g ur dea %  rlriah'a Cri fi n' vos comiuandea LEHN & FINE, Inc; vous rlH satiff.iia r? a.T ,e f ,eboo " ph?rmaciee du rive e'epprovi-ionoflot hf i.elon H Ihband A g*i.t fccciuMf aoo **



PAGE 1

aunfc fis* 4M Primai'"!?, Mard' fl Jain 1922 flOlflrVJ '20 CKWTim La science augmente le luen-trc de la population, non pas en|ppauvritsant le riche, mais en enrichissant le pauvre. BACON QuoUdifv FIXCION; Rat Amricaice Mo, ta b iprunt et le Couvernement actuel! Nouvelles Etrangres [toi no grand professeur de clini lard'Cile qui a laiss tomber dilime la factie suivante ; c Lu ;ns. ne pouvant arriver i gu do rbnme de cervrau, st .-ont icn loi donnant un nom : n. illcnt cor y sa > ilODS t.oas d humeur p'a's r juron sujd si grave, nous pouirappioch r le procd qui i o.i la uoiion du corysa de celui tiaucoup de nationalistes ess^ien lliquer i la question de IV m et remrquer que ces Mes ne pouvant nous indiquer up lr et efficace d'viter lem il,se vengent en disant que c'est itmpruDi politique. ysa, je eux ben ; mais cornt en gurir ? — Emprunt poli %  • jevtux b ta galement ; m.i • %  eut en so:tir r 11 y a ainsi dei pour que nous baissions, ples moyeijs que l'on ne nous in i point, i vivre avec 1 empiun fibioomeDt comme l'on est obli ar les mmui raisons, dr vivr fMa rhume, — avec la consola l4e savoir que 1 on sait ce qui I: DD coiysa. %  y %  ••• i intitulant c. article comme ci nous n'avons nullement l'ii de (aire sur ctite questioi Hedmarcation emre le gouvo ntpri c ;dci,t et 1: gouvernement H,—en vue d'accaber dmsu mie piemiet au bnfice du st i sommes obligs de faire ce dclaration, pour ladonbr M dune part, d: no te ressectint et de noire hostilit a l'gaid touvememtPt dfont,— que n'avons jamais bate i lu er i lu -n.me.de son vivant,— part, de notre amit 1 1 I du gouvernement actutl. coutr.ie, p us que peisonne. avons consiammeol, sur cet't IIOQ delempiunt, (ait :mif que, aux yeui du gauvemt II amricain, il n'y a p. s de solu B imJ, et c'est avec lui qnil faut causer des ittairei erttrr's avec M. Iriand. et just* au pont oei-s avaient t amen'et avec celui ci II n'y a pas en Haiti su re chose. Les dd versai'es du gouvernement actuel, — les amis de l'ancien pouvoir tout comme ses ennemis les plus prouvs, le comprennent si bien qae, ne pouvant prtendre que le gouvernemeat a:tuel ait cr j la question de l'emprunt, ni mme' qu'il dpende d: lui de ne pas se a oc:uper. imagine ,t de faire compren tre et admettre que le gouvernement Dart guemve avait refus 1 emprunt. De 11 i insmuer que s ei dfi litive a us finissons p>r lavoir, la rtspon s b lit devra ei retonb:r tout en tire sur le gouvernement de M Homo, — il ny a qu'un pas Nous >-e pen^ois pis au rest, quils hisi tnt le franchir. D ui Livies bleus ont paru njf la question de l'emprunt. Qjaod on oit de Lur lecture, c'es. avec ta conviction qu'il et imposa b e d ehapper lemprunt, et Cila pour deux raisons La prem et e l indiscu 'able : c'est l'insistance qu'y met le gouvernement des Etats-Ua's; las: coode. ce sont les engagements pris pu le gouvernement prcdent. Le moins prvenu g rie, aprs cette lec ure, 1 impression que tout a t en ecdu, et qu'il ne leste qu'a lilser. Le p us trange, c'esi qu, en rea tant pub iflot*, co itniiemeot au Un Mental! de la Frai ;J PARIS J — Mr Poincar dans un memoraedum adressa aux Duiiian ces qui onttn invites la confrence de la Hya sur les aff ires russes; y corajrii les Ktats Unis demande qu 'es B IHP8 re irent leur dernire note soumise la confi-en re d- Qaea et abandonnent l-mrs riclam itions pour les dominas raosa par la participa ion '1e* nis dans ha oprati ma tn ht tires contre 1 rfglma dea S vi^tg. Le prem er m > i tre dans MI raamoraodura.d 4 ciare qoe la r<>eo)natrnction de 'a Russie dpend de la reprise de la prod ic ion agricole. LA premire note de la llissit fit retire par la Russie prs que les allis eurent exprim leur objection L98 Kuaias' afii me air Poincar non jamais accept aucun des prin cipe* poss comme condi ions aux ng >ch*ioni pour la reconstruction do la Riasie a l'ex ep ion de la gtipu lajou que les diitireotea naioisne peuvent pas rclamer le droit de die ter un principe de po'i iqne in*rif>;i re Lt dette de goern Ruine, dit Mr Foiucai, tira irai e s r la mm i tendances de M politique, 1 s choies bi-e qu-s les dettes des allia'qu* 11 1 • at.vcs l'uiu ui 'i^t-iiioi dj ou procdera ta rglement mais n gjuvtn en-nt Dart gu ur a t faut que la lt isdie so isciva aux prciimeat de fane connatre les rnmeacaodl looaqaa les allis et il u.flrentes phases par lesquelles les ny a aucune raison pour qu'on I tractations ont pateLatta d. bi.*o wuexjj !" i r Ji? !" ! ?„ xce 5. ( i n persuader que, devant l'invitable il %  essay de dfendre au mieux les lui el dans la rduction de la de te de guerre cooime on l'avait su^gar Utnee, inti s de la i.atioa. | Hmemorm 'ura reiette font a f nt De sorte que ce doit tre encore | t rclamt o i rus-e de 5J milliards lu< le plus tonu, t'aa.iea gouverne de roubles or p>ur do u nages qui rae.it, deuiendre dire qu'il an;ait re tus iV-mprunt. Quand on refuse, ateepe t'on une .ongue discu s on de plus de deux annes sur des d de continuit, et que les c trac tails et des codes d'extutioa, aussi *a de l'emp:uo<, qui n'ont voir avec le changement poli (se survenu dans les affaites du 7*> sont au)ou'a'hai purement e %  pltment reprises au pointe elles t laisses le \$ nui der Ht 11 B M semble que c'est legique. lue le piocd est d ailleuis uni Hl. Pourqai suit avec int et et %  wn sens le ou s des choses ex n **it!,il ne peut y avoir aucune lratioa d: p.rsonoal t dans onvement des aiplorruier. Mr j* 1 **'* peut bia a\oir ses ides pwonelles sur les quest ois dont *^uon lui incombe ;pour le gou jJJJ" br.tannique. il rtsve es % %  iment le successeur ds M b en que sur la qualit du personna ge appel raliser ? — Non. n'sst j c pas? — Ht noa, c'est non.— Nous dfions personne de nous montrer aurai-mi tA oeaMl p^r la par leipa tion des alls aux oprations mili< lairea co ure le nv'i c des Sovi'td rclamations f indei sur une prt n tion inadrai4siL)!t< et de calculs u r plus, errons 11 ritre l'attitude i>" •a par la dlgatioi frsnnu U nea contre tout arrang-ru-nt qui per me trait au ouverr.einent des Sr vieti de disposer das biens possd 8 le gouvemement prcdeut dans une trn Rusaie paris '.rnu,"io n fa* telle attitude. j veur d'autres trangers. M-_. -' *..;,# *n mr Mr Poincar maintient que la pre No croyoaf %  *"*•' J J m e condition de la restauration de plus, deatrer dans qa.iques deuils, a u 18e|e m u -e ^ |ft prolu tant sur l'insistance du gouverne tion agricole et il ri .ri.ne I o pinion mtnt amricain et ser le cara.i e q, JlS c e st imposa ble juiju ce que politiqac de li.mpiuct, qu: sur les le gauvarueunnt des jvieta se d positions telies ser lesquelles ncus claie pit i donner aui i> y -min l'ae avons trouv le gouvernement am %  irance q 11 s pour ont jo dr d a f lit rie il et le gouvernement Dart gae ue lear travail. Le premiar minlsTd cave couchs au 15 mu dclare que la travail de U confeLehcteur vouau ben nou* Ifi r.nce de la Ilaye doit tre l prinvr. din< ces dtais nue. roui eut Ope dtne un p.ogrt umeclairetorn vrectans ces aesai s, que, £ %  •"• t auqj | M( i u lgM0( dsa sj. der sa marctie, naus i.hrons a< dairer le plus possu e. aat-il faire vieta devront aoueenre avant qu'on puisse reprendre les ogociatious evsc enx Mr^Poi ic r pensa que les eipertn n'auronc pas le leaups de la prparer entro le 15 jain, date fiso roua I ouverture d la confrence et dite de l 4 rriv a des dlgus d-s Nous rrlans qu^ cet tat (Je rh ) Soviets.ce qu'on na pas pu faire an?s nnxii'i*lle< i! a t adress. Une qeet'loe eaientiella noe par la couu' ision de* binquia a com misaio:i de* ritoara'ioas eat de lavoir q i'il et la valeur de l'A lem'Rie corama d'b t i oosiibln L* b n. quiera n'ont na fv f allusion 'a rdu lion des rpara'i 1 s ni la Oiia cit de paiera sot le l'alleraahpts r.e aoiet t'anmoiis les dnantes d 'j binqoiera 1 co n niaa >o dei rparati M gi^nifiint q 19 les b n q 11ers ne voient pia comment nn nprnnt put tre accorda l'Alix magne s'il-, ne connaiaa^nt pis 1 actif d* ce paya, en evg'gatn ints ven tuels Lv* force amricaines u Allemmjne COILENCEi-Dapra un c.ablog a orna • nv-y^ par le Dpartement le 1 Guelfe au H j U Gnral Allen luu 1 du au maximum l'AJU 1.111 -i 1 et tsous oltijiers d s forces atnri ns restai on: inJetiniment en Aile magna li en rsulta q 1e le Sme d in faufile moins un bataillon actuelle mmtaux tiatsUuis rea era en rhanapie. Le ricavt-1 ordrd occasionutiu un chsngament camplet dans'les projeta actuala et les oiii.-iera du I bl a: Al ijor recommanderont Was In g'o.i ie retour aux Ktata U.iis de UJ ulli.iera et de 4JO soldataLt 10 al dea forces amneiiooa est ae tull-' n • 1 de l.~>o oltijiers et 1599 ii.).11 n .-) %  Li uouvelle qu'une plus graude parue das ironpee nmricat ne* maiutenaut ici allait rester, rein pli Its 11 jin .1 ..-s de joie. Le nombre des nais sauces diminue en France PARIS 3 Daprs les cb.lires fouiuia pour du luit dpartements haui: ,-.• %  : ... ,i y a d un f!ll tiuieme de la pojuiauou* totale de la tiaace le M _>it:.' J dda uaaaauces a iimiuu tOi'te m ut pendant le lei m ni:; s ire iiel..iinee, pendant cet 1 je.iodi* les deeda out excd les jaisaauCcS denvnon U 010. Va me survit la mort M C mille Flammarion l'illustre As ronoins parlent de son dernier ouvrant atir la mi aphysiq ie dclare que l'a on survit au corps. Ja prouv< amure M. F'a omarion que l ffc fatare ex;s eJe ne sais pas qne l me est Immortelle J* saia seul mmt quelle survit la mort du corps Je ne fais pendant combina da tt^mps ma s dans certains capend iat 1 1 '-' • ,r s annes M Fleiu m Tion a e 1 %  4-HJO cas pendant u e pro'' dJ UIIB IU'MB dans ion ouvi. il a'aa piseute que quelques c. n uuss qu'il a vrifias Le Conseil d 1 Etat et le Conseiller Suirari Vil tard Le Conil d fc£ at auiavoir au "ni l Dcret du tvocaiion du ( : on?ailler Villa d rnnrae inomtitn lionoal avTjnomme) nue (Jommia ilon efCaqote pour faite rapport anr certains 1 ira ri p ocha Ile V llard.aetre au rei c si ai d av\r fait coirir t nig er une ptitioa deman dant au Praident Dartigueoava da p-endr des ma*urei i'o .t • la Co 1 ••ild'Btaet l'iujibilit ds M j Buno. L E iq n eomaaaaad hier par l'andition d > Dr Buteen q-.i a raoou tA d quelle fa M H lignai ire a t "lute, t mtae uu bis de celte ptition* A la Poste Par rornmisaion du Prfidaat Moa sieur Clment Dealaodea, a t •••<•< m. Directeur Gnral dea Poste--. Ce ma in le Mmistra du Finance a procd BOO installation. Nous prsantona nos tomllmeatl au nouveau D recteur et panioni qu'il fera de sou mieux pour donnaiun nouvele orieination cette brau cbe si importante des Xarvicea nu b ics. voie ferr ? vu? %  — % %  — ^F Di 'ele Dpatument des Tra harai n ,e soucie P a< de d t,... 1 */ 1 tne Anriraine de* mon ** de terre ses cause un pr/judi;e notre j te na 1 puijque les voi'ures ne peuv nt pas t'ave s r c IIrue et que ncs bt ldacicn sort en tat de G '< H en 6 a< m dues l exoerts de li Haye ne p tuvent pea prtendra le laite en cmq jours Le premier mmis're n a pa indiqi une extenson d< lem C3inme dsirable 1 raeomfflande eaalam a nt une plus lorgie dlibration. Oi qu'il y a lui mme en | F.uil eu -ppeler a Haut Com attend la rpou e ce tu^mjranJu u avc dsa auggeaUeaa par lea puis-eui de b oc s l*3i 'b,u sou uotua da! musaire. Sel Fros Po ir ramplx:er la i Sil ) lue la reg me-. u* Sel Fro* peu' re an >'ov nar lone at ait iolaleuaable daus le rg< m a F i vente au No /JiS de la Rue Amricaine Le y u i Aiiidiic Lea membres du Comit haitiea de l'Alliance franaise prennent loi tes les dispositions pour que le grand Bal du samedi 10 juin ait le ulus d clat possible. Logauisatioa de cette soire cal jaoofl le aui ma bres de la section le moi ia de cetta socit' Dapuii Dimanche a commenc a Siin a Anne la re raite | rparatoir la 1re ComsBOQton qnl aura liau leud La me>a sera dite ca jjur l 7 h.l(2,dana I aprs midi il y aura pro^ssion d*ns cartams quarti-ra du Morue Tuif. Met! d'lite ni Lea Btamaoa pour l-obtaitioi d^ certiileat d'todei o"mlres soitlxs au lundi 19 j i i prochain. L> Dparteme-u d I loi roctlo i puali qua n'a pa^ min ja dat:irer l'attau '.ion da I I-*;) ) :ti > i a^ ilaira iur la point luivant cbaaooadeaS ptrdaa de I prouva d9 la dicts ( ortlngra oba, question, criture ) revoit une nota aptiiale. La moyeaia ds cas 'J preuves donne la va ur de la cona pi-iiii d orthographeLe Cinqnmtenair de la R|)ibli(jue Ir^n^ aise U lpOea Ut hr.nce | Mft U| r c ru** ta raUtion des iA> $ d u ^t—....J !" M un eaiiie de U R4puktque t-r, w „ ,., l8;o 920 ,_ N),i 'VM. la avec int c; e b;au IHM fasaw4 i-htan par Mr M : er.nd Mliiasai d h K'fxihii'itr et des notes di;rsei sur l gou ve?neiii.-n: repuWkaln, la e-ia;ion de l'cmpira coioni.l, — etc. Nos re nerciernemi U L^agn it tnace pour s sa gtooeua, envoi. I


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05685
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 06, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05685

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
aunfc fis* 4M
Primai'"!?,
Mard' fl Jain 1922
flOlflrVJ '20 CKWTim
La science augmente le
luen-trc de la population,
non pas en|ppauvritsant
le riche, mais en enri-
chissant le pauvre.
BACON
QuoUdifv
FIXCION; Rat Amricaice Mo, ta b
iprunt et le Couvernement actuel! Nouvelles Etrangres
[toi no grand professeur de clini
lard'Cile qui a laiss tomber d-
ilime la factie suivante ; c Lu
;ns. ne pouvant arriver i gu
do rbnme de cervrau, st .-ont
icn loi donnant un nom : n.
illcnt cor y sa >
ilODS t.oas d humeur p'a's r
juron sujd si grave, nous pou-
irappioch r le procd qui i o.i
la uoiion du corysa de celui
tiaucoup de nationalistes ess^ien
lliquer i la question de IV m
et remrquer que ces Mes
, ne pouvant nous indiquer up
lr et efficace d'viter lem
il,se vengent en disant que c'est
itmpruDi politique.
ysa, je eux ben ; mais corn-
t en gurir ? Emprunt poli
jevtux b ta galement ; m.i
eut en so:tir r 11 y a ainsi de-
i pour que nous baissions,p-
les moyeijs que l'on ne nous in
i point, i vivre avec 1 empiun .
fibioomeDt comme l'on est obli
ar les mmui raisons, dr vivr
fMa rhume, avec la consola
l4e savoir que 1 on sait ce qui
I: dd coiysa.
y ,
i intitulant c. article comme ci
nous n'avons nullement l'ii
de (aire sur ctite questioi
Hedmarcation emre le gouvo
ntpric;dci,t et 1: gouvernement
H,en vue d'accaber dmsu
mie piemiet au bnfice du st
i sommes obligs de faire ce -
dclaration, pour ladonbr m
dune part, d: no te ressecti-
nt et de noire hostilit a l'gaid
touvememtPt dfont, que
n'avons jamais bate i lu
er i lu -n.me.de son vivant,
part, de notre amit 1 1
I du gouvernement actutl.
coutr.ie, p us que peisonne.
avons consiammeol, sur cet't
Iioq delempiunt, (ait :mif
que, aux yeui du gauvemt
II amricain, il n'y a p. s de solu
B imJ, et c'est avec lui qnil faut
causer des ittairei erttrr's avec M.
Iriand. et just* au pont oei-s
avaient t amen'et avec celui ci II
n'y a pas en Haiti su re chose.
Les dd versai'es du gouvernement
actuel, les amis de l'ancien pou-
voir tout comme ses ennemis
les plus prouvs, le comprennent
si bien qae, ne pouvant prtendre
que le gouvernemeat a:tuel ait cr j
la question de l'emprunt, ni mme'
qu'il dpende d: lui de ne pas se a
oc:uper. imagine ,t de faire compren
tre et admettre que le gouvernement
Dart guemve avait refus 1 emprunt.
De 11 i insmuer que s ei dfi litive
a us finissons p>r lavoir, la rtspon
s b lit devra ei retonb:r tout en
tire sur le gouvernement de M
Homo, il ny a qu'un pas Nous
>-e pen^ois pis au rest, quils hisi
tnt le franchir.
D ui Livies bleus ont paru njf la
question de l'emprunt. Qjaod on
oit de Lur lecture, c'es. avec ta
conviction qu'il et imposa b e d
ehapper lemprunt, et Cila pour
deux raisons La prem et e l indiscu
'able : c'est l'insistance qu'y met le
gouvernement des Etats-Ua's; las:
coode. ce sont les engagements pris
pu le gouvernement prcdent. Le
moins prvenu g rie, aprs cette lec
ure, 1 impression que tout a t en
ecdu, et qu'il ne leste qu'a lilser.
Le p us trange, c'esi qu, en rea
tant pub iflot*, co itniiemeot au
Un Mental!
de la Frai ;j
PARIS J Mr Poincar dans un
memoraedum adressa aux Duiiian
ces qui onttn invites la conf-
rence de la Hya sur les aff ires
russes; y corajrii les Ktats Unis de-
mande qu 'es B ihp8 re irent leur
dernire note soumise la confi-en
re d- Qaea et abandonnent l-mrs
riclam itions pour les dominas
raosa par la participa ion '1e* nis
dans ha oprati ma tn ht tires contre
1 rfglma dea S vi^tg. Le prem er
m > i tre dans mi raamoraodura.d4
ciare qoe la r<>eo)natrnction de 'a
Russie dpend de la reprise de la
prod ic ion agricole. La premire
note de la llissit fit retire par la
Russie prs que les allis eurent
exprim leur objection
L98 Kuaias' afii me air Poincar
non jamais accept aucun des prin
cipe* poss comme condi ions aux
ng >ch*ioni pour la reconstruction
do la Riasie a l'ex ep ion de la gtipu
lajou que les diitireotea naioisne
peuvent pas rclamer le droit de die
ter un principe de po'i iqne in*rif>;i
re Lt dette de goern Ruine, dit Mr
Foiucai, tira irai e s r la mm i
tendances de M politique, 1 s choies bi-e qu-s les dettes des allia'qu*11 1
at.vcs l'uiu ui 'i^t-iiioi dj ou procdera ta rglement mais n
gjuvtn en-nt Dart gu ur a t faut que la lt isdie so isciva aux
prciimeat de fane connatre les rnmeacaodl looaqaa les allis et il
u.flrentes phases par lesquelles les ny a aucune raison pour qu'on I
. tractations ont pateLatta d. bi.*o wuexjj irJi?! ?xce5.(in"
persuader que, devant l'invitable il
essay de dfendre au mieux les
lui
el
dans la rduction de la de te de
guerre cooime on l'avait su^gar
Utnee,
inti s de la i.atioa. | Hmemorm 'ura reiette font a f nt
De sorte que ce doit tre encore |t rclamt o i rus-e de 5J milliards
lu< le plus tonu, t'aa.iea gouverne de roubles or p>ur do u nages qui
rae.it, deuiendre dire qu'il an;ait re
tus iV-mprunt. Quand on refuse,
ateepe t'on une .ongue discu s on
de plus de deux annes sur des d
de continuit, et que les c trac tails et des codes d'extutioa, aussi
*a de l'emp:uo<, qui n'ont
voir avec le changement poli
(se survenu dans les affaites du
7*> sont au)ou'a'hai purement e
pltment reprises au pointe elles
t laisses le \$ nui der
Ht
11 bm semble que c'est legique.
lue le piocd est d ailleuis uni
Hl. Pourqai suit avec int et et
wn sens le ou s des choses ex
n**it!,il ne peut y avoir aucune
lratioa d: p.rsonoal t dans
' onvement des aiplorruier. Mr
j*1**'* peut bia a\oir ses ides
pwonelles sur les quest ois dont
*^uon lui incombe ;pour le gou
jJJJ" br.tannique. il rtsve es
"iment le successeur ds M
b en que sur la qualit du personna
ge appel raliser ? Non. n'sst j
c pas? Ht noa, c'est non. Nous
dfions personne de nous montrer
aurai-mi tA oeaMl p^r la par leipa
tion des alls aux oprations mili<
lairea co ure le nv'i c des Sovi'td
rclamations f indei sur une prt n
tion inadrai4siL)!t< et de calculs u r
plus, errons 11 ritre l'attitude i>"
a par la dlgatioi frsnnu U
nea contre tout arrang-ru-nt qui per
me trait au ouverr.einent des Sr
vieti de disposer das biens possd8
le gouvemement prcdeut dans une trn Rusaie paris '.rnu,"io n fa*
telle attitude. j veur d'autres trangers.
m-_. -'--------*..;,# *n mr Mr Poincar maintient que la pre
No croyoaf *"*' J J m e condition de la restauration de
plus, deatrer dans qa.iques deuils, ,a u 18e|e m u .-e ^ |ft prolu .
tant sur l'insistance du gouverne tion agricole et il ri .ri.ne Iopinion
mtnt amricain et ser le cara.i e q,JlS cest imposa ble juiju ce que
politiqac de li.mpiuct, qu: sur les le gauvarueunnt des jvieta se d
positions telies ser lesquelles ncus claie pit i donner aui i> y -min l'ae
avons trouv le gouvernement am irance q 11 s pour ont jo dr d a f lit
rie il et le gouvernement Dart gae ue lear travail. Le premiar minlsTd
cave couchs au 15 mu dclare que la travail de U confe-
Lehcteur vouau ben nou* Ifi r.nce de la Ilaye doit tre l prin-
vr. din< ces dtais nue. roui eut Ope dtne un p.ogrt umeclairetorn
vrectans ces aesai s, que, " t auqj |M(iu.lgM0( dsa sj.
der sa marctie, naus i.hrons a<
dairer le plus possu e.
aat-il faire
vieta devront aoueenre avant qu'on
puisse reprendre les ogociatious
evsc enx Mr^Poi ic r pensa que les
eipertn n'auronc pas le leaups de la
prparer entro le 15 jain, date fiso
roua I ouverture d la confrence et
dite de l4rriva des dlgus d-s
Nous rrlans qu^ cet tat (Je rh-) Soviets.ce qu'on na pas pu faire
an?s nnxii'i*lle< i! a t adress.
Une qeet'loe eaientiella noe par
la couu' ision de* binquia a com
misaio:i de* ritoara'ioas eat de lavoir
q i'il et la valeur de l'A lem'Rie
corama d'b t i oosiibln L* b n.
quiera n'ont na fvf allusion 'a r-
du lion des rpara'i 1 s ni la Oiia
cit de paiera sot le l'alleraahpts
r.e aoiet t'anmoiis les dnantes
d 'j binqoiera 1 co n niaa >o dei
rparati M gi^nifiint q 19 les b n
q 11ers ne voient pia comment nn
nprnnt put tre accorda l'Alix
magne s'il-, ne connaiaa^nt pis 1 actif
d* ce paya, en evg'gatn ints ven
tuels
Lv* force
amricaines u
Allemmjne
COILENCEi-Dapra un c.ablo-
g a orna nv-y^ par le Dpartement
le 1 Guelfe au H j u Gnral Allen
luu 1 du au maximum l'AJU 1.111 -i 1 -
et tsous oltijiers d s forces atnri
ns restai on: inJetiniment en Aile
magna li en rsulta q 1e le Sme d in
faufile moins un bataillon actuelle
mmtaux tiatsUuis rea era en rha-
napie. Le ricavt-1 ordrd occasionut-
iu un chsngament camplet dans'les
projeta actuala et les oiii.-iera du
I bl a: Al ijor recommanderont Was
In g'o.i ie retour aux Ktata U.iis de
UJ ulli.iera et de 4jO soldata- Lt
10 al dea forces amneiiooa est ae
tull-' n 1 de l.~>o oltijiers et 1599
ii.).11 n .-) Li uouvelle qu'une plus
graude parue das ironpee nmricat
ne* maiutenaut ici allait rester, rein
pli Its 11 jin .1 ..-s de joie.
Le nombre des nais
sauces diminue en
France
PARIS 3 Daprs les cb.lires
fouiuia pour du luit dpartements
haui: ,-. -. : ... ,i y a d un f!ll
tiuieme de la pojuiauou* totale de la
tiaace le m _>it:.' j dda uaaaauces a
iimiuu tOi'tem ut pendant le lei
m ni:; s ire iiel..iinee, pendant cet 1
je.iodi* les deeda out excd les
jaisaauCcS denvnon U 010.
Va me survit la
mort
M C mille Flammarion l'illustre
As ronoins parlent de son dernier
ouvrant atir la mi aphysiq ie dclare
que l'a on survit au corps. Ja prouv<
amure M. F'a omarion que l ffc
fatare ex;s e- Je ne sais pas qne l
me est Immortelle J* saia seul
mmt quelle survit la mort du
corps Je ne fais pendant combina
da tt^mps ma s dans certains ca-
pend iat 11 '-' ,rs annes M Fleiu
m Tion a e 1 ' 4-HJO cas pendant
u e pro'' dJ uiib iu'MB dans
ion ouvi. il a'aa piseute que
quelques c. n uuss qu'il a vrifias
Le Conseil d1 Etat et
le Conseiller
Suirari Vil tard
Le Conil d fc at aui- avoir au
"ni l Dcret du tvocaiion du
(:on?ailler Villa d rnnrae inomtitn
lionoal avTj- nomme) nue (Jommia
ilon efCaqote pour faite rapport
anr certains 1 ira ri p ocha Ile
V llard.aetre au rei c si ai d av- \r fait
coirir t nig er une ptitioa deman
dant au Praident Dartigueoava da
p-endr des ma*urei i'o .t la Co 1
ild'Btaet l'iujibilit ds M j Bu-
no.
L E iq n eomaaaaad hier par
l'andition d > Dr Buteen q-.i a raoou
tA d quelle fa m h lignai ire a t
"lute, t mtae uu bis de celte
ptition*
A la Poste
Par rornmisaion du Prfidaat Moa
sieur Clment Dealaodea, a t <<
m. Directeur Gnral dea Poste--.
Ce ma in le Mmistra du Finance
a procd boo installation.
Nous prsantona nos tomllmeatl
au nouveau D recteur et panioni
qu'il fera de sou mieux pour donnai-
un nouvele orieination cette brau
cbe si importante des Xarvicea nu
b ics.
voie ferr ?
vu?

^f
'Di'ele Dpatument des Tra
harai n* ,e soucie Pa< de d
t,...1*/1 tne Anriraine de* mon
** de terre
ses cause un pr/judi;e notre j te
na1, puijque les voi'ures ne peuv nt
pas t'ave s r c II- rue et que ncs bt
ldacicn sort en tat de
G '< h en 6 a< m dues l exoerts de
li Haye ne p tuvent pea prtendra le
laite en cmq jours
Le premier mmis're n a pa indi-
qi une extenson d< lem C3inme
dsirable 1 raeomfflande eaalamant
une plus lorgie dlibration. Oi
qu'il y a lui mme en | F.uil eu -ppeler a Haut Com attend la rpou e ce tu^mjranJu u
avc dsa auggeaUeaa par lea puis-
-eui de
b oc s
l*3i 'b,u sou uotua da! musaire.
Sel Fros
Po ir ramplx:er la i Sil ) lue la
reg me-.
u* Sel Fro* peu' re an >'ov nar
lone at ait iolaleuaable daus le
rg< m a
F i vente au No /JiS de la Rue
Amricaine
Le y u i Aiiidiic
Lea membres du Comit haitiea
de l'Alliance franaise prennent loi
tes les dispositions pour que le
grand Bal du samedi 10 juin ait le
ulus d clat possible. Logauisatioa
de cette soire cal jaoofl le aui ma
bres de la section le moi ia de cetta
socit'
Dapuii Dimanche a commenc a
Siin a Anne la re raite | rparatoir
la 1re ComsBOQton qnl aura liau
leud La me>a sera dite ca jjur l
7 h.l(2,dana I aprs midi il y aura
pro^ssion d*ns cartams quarti-ra
du Morue Tuif.
Met! d'lite
ni
Lea Btamaoa pour l-obtaitioi d^
certiileat d'todei o"mlres soi-
tlxs au lundi 19 j i i prochain. L>
Dparteme-u d I loi roctlo i puali
qua n'a pa^ min ja dat:irer l'attau
'.ion da I I-*;) ) :ti > i a^ ilaira iur la
point luivant cbaaooadeaS ptrdaa
de I prouva d9 la dicts ( ortlngra
oba, question, criture ) revoit une
nota aptiiale. La moyeaia ds cas 'J
preuves donne la va ur de la cona
pi-iiii d orthographe-
Le Cinqnmtenair de
la R|)ibli(jue Ir^n^
aise
U lpOea Ut hr.nce |MftU| rc ru**
ta raUtion des iA>$ du ^t....------j. ,
M un eaiiie de U R4-
puktque t-r,w,., l8;o ,920 ,_
N),i 'VM. la avec int c; e b;au Ihm
fasaw4 i-htan par Mr M : er.nd Mliiasai
d h K'fxihii'itr et des notes di;rsei sur l gou
ve?neiii.-n: repuWkaln, la e-ia;ion de l'cmpira
coioni.l, etc.
Nos re nerciernemi U L^agn it tnace
pour s sa gtooeua, envoi.
I
-


LB MATIN
COLGATES
RlBBOV DENTAL CREAM
De telles dents propres
et va garon en bonne
sant.
$88fflmmimM&to>JiiWti>
PRENEZ GARDE
AUX IMITATIONS
et produits similaires que Ton cherche
substituer
L'Emulsion Scott
Aucun ne peut lui tre compar
pour la puret de ses ingrdients et
son efficacit en gnral.
Etranger
A propos du Circulaire du
Prsident de la Rpublique
Ce mot du s;g? savoir qu'en ce
P'ut contenter tout le monde et so
prr- a ' (o ?, re La P? ice La o-cu'rire du 19 du
me;* dermer doajPl*ia'< n' lou>> Bor
roatx P feia de la Herubliq"e, an
lair <|r rour le peup'e qii oufre e
( ni e| re encore, un rconfort de
p us pui sacts. 11 es dissidences pi
titU*K ne s''aiert psi rrles de I
paille. Il nous r arque a rous d
ci ne gerfaut r ivoncos le sir ce
r'rr.er.t d patriotisme, un patrto
lismt sinlirts'i, il m'est permis dt
parl.r ainsi. Ce*t ce qui a f;it no'r
malheur. Nou m tons toujours >a
passien audcssis des intrts sup
neurs de la p'tii ; et pour pu q e
rous ayons alfare un adversaire, le cnieu perlant au cou le clner d-
t il de bonne foi, rous le ermb t
tons sans p t . po-s le enir.bal'On|
mme au f.vt de la ti m e. quit e
laisser s'erg'ottir dans l'aMtM
coil t* qui ven sauver |t b q:e
en darger et la bi que elle mme.
Par cble i Jiin
NANI I :> Mr Brian d a prononc us discours
dans vie lor>qu il tait la lte du gouvernement dont
le devoir principal tait d'assurer la paix
WASHINGTON Le Dpartement d Etat rit
rarventir i ious pays bordant le pacifique une in
Vitarioa r participera a Cein.crencr Pan Pacifique
sur 1; omiucrce Honolulu en octobre prochain
GbNKS TchiKhcrine quitta Gnes pour Mos
cou samedi'
LONURI-S Le duc d'York quitta Lordre*
avec de nou.breus priSems de la fam Ile rovale
COn dif, 6t les pauvres embauchas U'Angietrre pour la futur*, reine de Youo-1.1 /.
HliULIN Liv1tnol Radek et autres chef- des
Sovkis partirent pMcipitamsncot pour Mo cou
Lnine souffrant d'une aitaque d apoplexie Les
surv,vani de centaines de familles ru>ses luvant
Odessa sont arrive- Varna sur de petits bneaux
et ridffSUl l n grand nombre p< rit au cours d une
tentative d'vasion par suite du nautrage Je bar
ques ; d autres pjr la laim, soil et typhus. Les so
vieis s'opposent au dpart.
POLKbSTOHrJ Un aroplane franc il parti!
de Croyaon pour Paris tomOa samedi il-iiu la
Manche le pilote it 2 passagers furent tus.
UtLFAST Les oprations rrnli aires sut une
vatM chelie ont commenc sur la Iront re t-'er
m.ina n. Plusieurs m Mers d hommes de troupes
avec ami enc et trams b inds v pariicipcnt les
troupes anglaises s'empaiient hier de Pelit-Go
et saisirent une gande quantit d'armes et de mu
Sjnitions pui leur prisonnier:, rpublicains ont t
captuts don: un commandant de l'arme tpu-
b icjine et son Lit Major.
Ku.M:. le toi a confr le collier de lAn-
nonciade a Mr On.ndo
VcRUUN Au nom du Canjrs et pcup'a
amricain M Hcru.ii aii.bis- rit prsent a h vnl.- de Verdun de la premire
tt de la seule m* d .'lie qatat t acco.d.-e par
les Etats Lais a aucune ville du monde.
tau et quittes poir leur* frais.
. (Ju'avccs-nois fait, nous et nos
dttraodtri) poar amliorer ne s?
rah ce qu'uae minute le ;or> de
reffDp'e? Ri n. absolument rien.
"I andis que nos poches d nos gous
11- s'e mpli>-aiem du produit de so
apiaes journalires et que nos la.
hits (t..ieni garnies de mets et de
tiilOditCI de toutes sortes, insul
'sot p:r ainsi a misre des uns et
'rs au res ; taud s eue les d< n
es e?ier t i la mer^i des pr. f-.ss os
t e s du pil i"evaiicaieirs et que chaque 0rivile
pi, chaque combre pressa t sa pa
do u.^'i de la Repubi que t 1
Clyde Sleatnship 0
Foreign. Serviceg
Le SfS tBaracoa* venantdirettei
de New-York est atfendu Pori
Prince vers le 8 du courant et Uriu
le mme jour pour Kingston el
ports de la Colombie.
Pot au Pmte le 5 Juin i99
B. F. CL:HEM'S, g ni (jn<
on malne par con'te, le tambour
vjiiJou (.oatiiiuait comme de plus
b .lie a ^i(>nd par contre, Us bocors con iauaient
comme d- p us brl:e rgenter les
c fflp;gae<, et la masse paysaune ai
Ces* pour n'avo r jarrar voulu mai |* dan 1 ignorance et la sn er:M
cfcti la main dars la main que l'Aiioo, tait la couse du discrdit m
mricain est venu atjourd hui nous'uonal, des sarcasmts de l'etraager,
;pprepdieles bonres rran es.C'es'Ma cause que bous sommes cols au
pour avoir lotjoi f- jou leirisie i e )ourd hur pour j8 o,o d'il tis.
de geccui'le de la fab'e que nous a 11 n'est pw pos Mt, a dit Mon
pinons ibf plier, s'puisant en vai s eur borov, ab mnieu de la civlisa
crt faintottierr, tand s que d'au- non qui nous enveloppe de tonies
1res sont ttmil* par la faim en psrts, de continu.r a taler sous le
ficie i Lte mi; e t(cuv,nt.ble. rgard de ltrang r, ju^t-ment scan
(Jn rendit qu'api- le gouverne dil.s, la coexistence, cte i*e
j^eit de iVci sieur Sudie Darcguena dune pute bourgeoisie nstrarte,
ve noy. strions tou; communi lOQs levante tt raltine, et a'une imraen
le'/nimiS epc s poussant le p y se ma-se |opui.ire en guenill- s ne
i la loue, s il faut employer ici un sachant ni lire ni cnre, plonge
n ot heurtux du gnral Ru sel .M lit dans la superstition.
I.pg poux Ptrti Levelanet Ojnt pu
le bo'hfur d'avoir leur premier er
tant qui M nomm : Lionel.-
La moi e et l'eutaut ae i or ter:
bien.
Hiativenue
Nous avons M heureux de revoir nas sympa
thiques amis Mrs Eugne Marais et Lopold Hou
rser deux ngociants, bien connus, de la rille de
jtmie.
Nous leur adte sons cordialement la bienve-
nue.
Convocation
AvU omm*r< iaux
B. A. Wolff a naiven Haiti.
J'tii l'nunucur u aviser lu pub ic un
g-nrul, e le Co orae.ee en partie
i*r, l'ju vertu re sur cette place d*
ma maison de commerce aiae Rua
i.ouverture tieiUtK <1 import, d ex-
i oit de commi.-aion, el de reprseu
ation-
Gouaive-1. II-4UI. le Ur Juin 1 21
B. A YOUt*
Par euite de l'expiration de la du
re de la Socit Cotomerciule Saeaa
tob & Cie H est donn avis au pu
blic et au commerce que ceite aoie
6 a ceese f'eAia er dputa le Juin
courant.
Monsieur Elle Sjlomon a'eat retir
compltement de U socit el M
John Bouloa, qui a ta aaeum 1 actif
et le passif, continuera lea atfairew
aous le nom de John tioaios.
Port au Prtuuj, le D Juin l'J-22

Lt loueaigo fait Bavoir au public
et au commerce qu'il prend la aaite
des affaires de la sucet commer
ctale NtierutoL & Uie e' qu'il lea
continuera voue son nom pervonnel
Pori au Pioce. le 5 juin 92*.
___________John but) LUS
Kepassw vos cheveuT
S'adreBeer Mue Boieaouoie,
Rue au Mou'ila:! N> 1681.
a 11 faut que o la ces^e ; il fau(
une ce crime so iai disparaisse, i1
fau'que chacun puis.e travailler e1
s'lever ; il tant des roate.t et des
l.ea Damea patronne^ses de U
grande keimac-e qui doit avoir lien
vu Perpe ucl Secouru, le jour de 1p
fte, diraar cbe, 25 Juin, aoai pia-
de ae runir caz Mme Flix Coicou.
meyiM de Lanspott ; il tant que les h prochaiD. % heures,
rr-s o ent a-roses il faut I .ol-, .
1 enseignement profess o-ne'; i faut
la tonne justi;r q n pr<- g- le droit,
i li sauvegarde les fb*, il f.util
bonne po ice qui usure la cu'ii
de tous.
Paroles fo ts en-croisant dans
leur ensemb e lt borhear du peu
comme on ne p'Ut con en er trut 1
trende e' ron | e a la fo's et sa i ;
faire tnnme t mps rc us les ap.-"1
lits tt oues les srrbitons; ma*
comrre l'er jeu ou le ; o I n a pas t
fvon bit i une ra gori- dhoTirrc-
qui se taillsier I riji une situai en
laciative dans le niorrphe du candi
dal de leur choix et qui levaient d
]i J's ponefeuiiles ministriels ou
di s rostts l'tranger, maiscomm
tor-t ctla s'est ciou dans la nuit
au lo avul et qui ||n'y a plus ma
; i K r^tV^ZlT^50" .' r 1T. dr cet". este .rliu't Wdelaui Marc et Pinrop;
l'l L, i r? a '< ,,-'ol'1, qui-raienl pu ie-ndra-------------------
ov.clercni une cfL-osure, n imporl" i i, i r
k*"1 coules les li.ir-rs et las pa'Sioas en
s escrimer contre ve], ,, d.raol,r fouI lc, barnesdee
1 dtjlconsitaites oj en voiedc coas
i n.i'u ii, (cm.ne noas l'avons dit
plus haut, les diftifMfJ politiques
et le mot Imifsab'e ne a'taient pas
l'S dt I Dallit.
Mrseirvrt, non en so s ssz ie
Varits;
CE SOIR
Le Masque aux
Dents B/ft,
t
Le mariage
- de l'Ai
Entre U 50
Parisiai
1EUDI
Idille de
Chilfonm
Granl drame italien en 4
raine il
Episode d la guerre souii
doe la Mditerrane
Entro : 1 gourde
lloro Lae
L S,S e Waldrrut florn a venan'
de 114tiibu g via Curaao et Jacmel,
- s UrMidu ici Vf! ri le U courant*'
lepartira le mme jour pour Saia
: quelle, et mftme
ars rouir s vent r t
Chevalier de la triste fcgure.
la circulaire de Mons eur Borno,
disops-rcur, si e!?e dor- tre exco
.e i ia letne. irr prime ra. i cerr sr
'or direc ioa rtuveile in paya |
: icen Hin^ un ivcrif p;ochain n'-s
j icle'triies des \il'e dri plaine* ei fOi 'S
c noires i soi tir ce cei t la' d' l n c d ci ors H rs e **, Le
lififfO rr: c ils ne upis'.eut depu s P*7 d mar.de gti l. us i a M >
f's dun li le.
Auto Buick
En tia sun tat vendre,
liona modre*.
s di caser Mr Geo. de
usure.
Rue Amricaine.
BUGGYS ]
En vente chez
L. PreetzmannAQGERHOU
Rue da Quai.
Cond
leep
Depuis apis G-fl a?d y irait on
p-es?
Ou proweit il b er morts t
Hfivei.'M a cette mots* utCHusuitli
qaaad il *c*-it ag de l'expie ter, de
lui ra. f e | la main !t [a I Pa'rici-
dr. d" ' 'arrr 'e|!r> pr mu'e
afiamet co ne aa Chef d'Eta dont
HCttl .' ;ae le tt p% rc- -are pou'
salutaire on aeapl qu'il aime e>
k.Ovr matlre au ni. e*>a prrg'aan
a e xc a' m.
Le moment n est plus aux rc inv
"ioo, disait nagure un Chef d F
e nom nru chip"*. m>>s
0 'i m'"'-tvs 'I anu
contre
CONSTIPATION
prenes les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
axe, u. o(o-Auoio
x*jajRxaa>
tit dont '
-X n les
C'EST LB MEILLEUR
DES PURGATIFS
la biaet'e cVr,, ;j:'i a Jes cl>|oed de f^n' isjonrd'hui dit actes -t r-'en qa<
prli iciens envieux et mcontents dt? aces.
C'eut te ut. Li .. it se jouer toute
Rasut RfcMY.
pozaT-ATT-piaiTiTaia
AJo.PITHUS; Pharmacia AI.BEHTINI
C Pharmacia da D- Justin VIARD ,
a* oufaa laa bonnaa J'harmaoiaa.
Lebo & Fink, Inc
. Fonde en 1876 -rtaaal
SUPRIORITu; B ?S PRIX PR014PTITUD
Tous preduiia chimiques, pharraaceuliquea et attrei *ft
lablea da s tire pharmari-.
k?icRE Km Ginne,,p' Giro!- ^'8 'oilMuievta #-{
Sr'tClAtrilCS ; /Marque pri?p/ Lyeol dsiofctan',ParfoestJ
^our birbifie, B-y Hnm, Chocolat en poudre, Huile de foi *)
Emniitoe1, Crld creem, Ex rails pour fai'e eaaercee et eau deijfjj
le Quinine, Poudre conte Ipb insectes Solution pour coaMrr*V
'sis Leit df Meg e^Bie, l'ondre aoPri<>ore pour la toilette JJ -1
yr ce de t eut a Ean de Florrda, Miel poar la table. Mon'a^V
i OUve poi r I* leblr, Broa-es dent-. Peprermin-, Hu le P1
ee moustiques et autres iricectee, ReRulol : Huile contre eo't-
oublt-a des infea'ina clirociquea Tb*. C re pour lea prqao'*.-
aue, Elixir. Epic-e. S.ropedi?era. T'inturee divereee. ViaLe*'
D< mardi z le retekgur dea rlriah'a
Cri fi n' vos comiuandea LEHN & FINE, Inc; vous rlH
satiff.iia r?
a.T,ef ,eboo" ph?rmaciee du rive e'epprovi-ionoflot hf
i.elon H Ihband
Ag*i.t fccciuMf aoo **


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM