<%BANNER%>







PAGE 1

LIMAT Cable Nouvelles trangres tm • %  %  %  % %  %  !" —* ** — % %  •— %  — % %  aas Confrence de Gnes GENES 13— MM. Lloyd George et Butkou ont t eo confrence prive pendant deux heures cet aprsmidi et selon toute apparence sans s'tre entendus sur la solution des ac corda anglo-franais relatifs la cas tiouation de la discussion des problmes russes La sous commission sur les affaires russes s'est runie et a discut pendant plus de trois heu les sans rsultats dfinitifs. Mr Lloyd Gcoige aura une nonvelle confrence demain matin sa villa avec Mr Bmhou, le baron Hayr shi, Mr Sdaaazer et Mr Jaspar dans le but d arriver I une entente. Le.' Russes ont annonc qu'ils n'accepte root aucun prcjet les excluant des discussions Sui un point toutes les dlgations sont d'accord tant les tuissancei invites que la petite en ente, l'entente baluque et surtout les neutres ; c'tft que l'on persuadi les Eiats Unis de prendre part II corrm ssion mixte. Mr Cobrat, un membre de la dlgation fraa use, a inloim l'A russe de rejet sans quvoqued*ugw*s'ions des puissances Mr Baribou a fait alluso.) la putie de la rponse de la Russie qui accuse les puissances de ngliger les intits des petits poiteurs d'ob ,; g>t'.on rus ses et de se ra'lier aux grands capita listes. Le gouvernement 1 aos, dit la dclaration, n'a pas beson de la sollicitude de Mr T bitchetine pour les porteurs frariis d'nb'igit'ais russes;ceuxisivent ce qu'ils veulent et savint aussi que la Russie ne paie ja jamais. Des garanties ne lui sont pas demandes. STOCKHOLM — Plbiciste sur prohibition aura lieu le 27 Aot LISBONNE — Les aviateurs portugais quittrent Fermndo Noroiha hier raitin avec l'intention d^ voler de St Paul Rocks et retour soit Soi milles pour comoltet la 4me tape du voyape Lisbonne Rio Appareil tomba la mer, appareil fut recueilli par vapeur Faris et transport sur croiseur Rpublica on croit que 1 hydroplane sau v sera ramen Fernando Les aviateurs sont indemnes. Le s(i e Virginia vtait^ ion seta ici vers le 171 prendra dn fret pour les ; lens habituels et des des'ina'ion de Saint Tk Port-ao Prince, le L. PREETZM'NNAC Ag'Dt. L& ji)r Toussa M o&s *eiii iJ-.n.CalUM M*uie nui I >.re. FkM * IO-UI w . %  o I" *1 I mppnntlrt •••.. loala itumm Mm ll.m. BMTU d'aulier K*aeM Kainj d< luu %  : — L*on Diean, Relations ri ^S^S^GOIUMSS^ •aatnie ; l*^"^ w-York via les port H lien Publique — A. C. Sinsaricq, Intrieur si Traraux Publics — Louis Ethart Finances et Corn merce. i lent on du Goer.r aiment des Etats H-u" ccso r q uUUC f a,e,ll f p i Agriculture Unis. La ptil morale se fera uni suHJ* fvau M WUmt.e par la de L .ins..llati cin doute, dans le travail frucueux ••"? ""••• L ambassadeur a eu facilit a teutes les clas-es par la constitution la plus rotre outillage conomique, ei.e se fera par le culte fervent de la Patrie soigneusement entretenu dans tous les coeurs, par l'rasuuction publique gnreusement prodigue, par l'du catiou et l'enseignement prmqee des masses laborieuses, de la misse rurale surtout qui forme le plus so iae ; i C OIU P ns ."• large de, s u R6 re .^ — Arthur D. Ramem, Justice et: ation du Cibinet a eu lieu a p:opo.Mtion franc lise les Ii .us Unis si 1 invi tation est accepte auraient une voix pipondraaic dans la dcision de la! commssoa mais ne seraient pas 1 obliges par sa participation d'ace? ter les dcisions de la commission qu'ils n'approuveraient pas Si les, LU'vUnis acceptent la France pet| me trait que les Musses fassent re prsents a h commission. Il tranger Par cblt 14 Mai PARIS — l.es reprsentants des trois grandes associations de l'industrie du luxe restaurants et htels protestrent hier prs de M Myrton Herryck i contre la propagande hostile a la France faite aux elle souverains par erand nombre de la masse rurale, S" 4.--U mm ltaalamnfl aJhNbS— La S0U1 COSHaiSSIOO PO btats-Unis pour dtourner les amricains de voya SUr qui pse, depJlS trop eag em,S, .. . f .. ( i t( ..„ QM m r ter en Fr lace et dclarrent qu'ils faisaient tous \w orincinale charge de nos recettes l I,0 uc ae ta cearerence e.oaomqee r eurs efll)rU pour contemer i„ touristes ,,..,,.,,, -a, envers au< i ctl spie* avoir te IU deux sances au|our; BOULOGNELe roi Geo^e et la reine eg.td le tiouve.neme.? aoafeta dDUl P our !*• %  *• osjstpaul^y,SL! : n se tt'a le devoir spcial d'acqui ter la deile sacre de gratitede et de l paration— ispuis trop longtemps contracte par l'Etat. Ayons foi — MM. dans Isveuir meilleui Nous y atteindrons sure, ment — si — appliquant la UfSB puissante des Anctres l'oeuvre de pul "t 1 ""' 1 J*** m ~~ m ZZZJ£\ • r '* 1 *' P" lf %  ""H 1 ,m P eri 1 i Italie qui mior r.-.: A. i'i.atA M .dt. M nna aussi pour le pac^e de non agressioo \ m t le conieil quit pouvait p„ CO n>enir le contrle des affaires d'Albanie par la Socit sans litre assure que le* intrts vitaux de l-ltalie seLi version frati'.Se dC la run'On ront sauvegards Cette dcision surprit les rnemde U SOUS COmni'S Ol'kre du conseil qui se proposaient d'adopter la i. [rsolution nommant les experts pour surveiller le 1 dveloppement tMoaiquo et fteuacier 4 l'cgtnl oflicielle en i que. Le roi placera a-iiourd hui des couronnes sur russe au mmorandum des alli!£ t0lllbei K des $oMat> britanniques morts au l'est a|OUinee a huit heures pour St thtmp dhonneur au nord de la France. La reine runi, nouv... InndLApri ^o^^-^^^^^^T oement la dlgation a dclare quei, il0n i, heures pour l'Angleterre de "irands ptOJts avaient t tait BORDEAUX L'cole de Florence Nightinj •—~l A ., mr-~,A „i,i i \ i.lgalepour infirmires tut inaugure hier en prdsai le se-ib duo ac.eid re'at i i la */;.., reprsentant5 des nations allies. COfnnVSsiOU mixte projete dans tel GENEVE — La discussion du protectorat de li but d"tudier la question rUSSe ei Socit des Nations Albanie lut soudainement oint dans le sang et dans la haine i mais dans un* civilisation supneu te vritablement <.h tierne, BOUS d'aujourd hui lelisons en la Patrie aime, l'upion ser les affaires russes telles que aies ceiveaux .'uuio des cssuis. icmisc 1 la ptSJN c sair conraence;aA;ir.iuj. t J ort au Prines (13 H.U 19.MI E F. <:LEMEI\LS, agcit fl( BOROiMWLOSE Trait pir le Stannevyl TUBEHUULOSE Traite par le Goi SYPHILIS Traite pur le NovarsPMhet Ea injections intraveineM Dispostit En injections intramusculaire* i Gium Dispositif pour injections Soa8-ci*l Par voie intestinale Suppo St Anonyme des laborati Robert & Carrirl S7 Rue de Bourgogne Pari Vlagaanl DupotM 37 Hue Dvioiid Par.s Agauts g jraoi pour Haiti



PAGE 1

gjyiL anne Nos 4967 Pvt m Prince: Hast, MirJi 16 Mal P2 DIMCT1UR PROPRIETAIRE (Clment Magloire ROMEKJ 20 CEIVT1I *K 1/opuion publique est le thermomtre que doit sans cesse consulter un souverain. .NAIOLEON Quotidien RBCACriUK; Rr.e,40) ttCtic No, tds fi Une Grande journe Prsident LOUIS BORNO prte le Serment Constitutionnel POSiiWES MANIFESTATIONS •t mouvantes crmonies i celles qoi ont eu ieu I'OCMdi la transmission des poupriidentiela et euxquelks ivoni aasist.Cest I* premiie los DOS annales politiques qur illlci choses se sont proauitts e' ctuse. i lappioch rit de ces vaerr nti nooieriirs d un p*i encorj r ,c'et se demtnd-r vislmt-nt s IB'BLB. rv guily loin di JrtmoniHs d'inai gurniou pr* Ile ce' les dont noua tenon m tmoin surpris et ru %  dment, il y a q'i*iq ie ebo [tttoge dai.i a d m une de iet s8 hsmmeH de chsz ou iHn affliger.t q-islqoeindividu 1 set vite ambi • % % % % %  • ou I iqauB manoeuvres • uses b •t diu'riguss ont abouti m B, les manifestations qui se son Uses De ledteni pas uaoin* I. action d'un et-t dteuiit nm' entirement diff-reti d feiu. oui rnuit lamoa. h s esnpoi o uous avons croupi & l^Mps i M i %  visia patriote^ %  uun.u de ces gena-le mpris n est ce pss la preuv* •BS discipline nationale, torte ^ Hucuble, a in: m; li des lpre, nsiisiif-ni d'infecter :uui notr mime social Au onsoil d £.tat |rsod matin, une fouis COQBI ls s'SBt masse aux alsntouu nuis Je la Chambre des Repi i 'B o sige le Conseil d Etat, prendre part i I isapo r uu. •nie qui va avoir lies. 5 beures, le vaste ioca< co i emplir. Des matres d cl e iotiodui&eat dans l'enceinti %  viti. D un parterre maill d %  tt dames ci de demoiselle. %  tient des paifums eub'ils e ittta. euesillers d'Etat ayant rpoi '•Ppel, U sauce et dclare il'i P r c*-verbat de celbdu *' est lu et sanctionu. wuu Borno.dsns la voiture dl euce accompagne d'officier* "'jor et de gouda: mes che 1 !" diDB l As embias). un taille moyenne, sans em QL Lo maorno porte lgie son i g9 de 57 gns ij n frotl . %  tut sja'onabisgeut d^s cbi VU; sous te b nocif, des yeu •M lumire, eccadrs de sou pore soirs, uae bouche facor %  P taitiir pour 1 loqisnce, avec U*" !" # ou deu-iourire de b en jT^e. telles sont les grande* l ii V P Q y ,,i ooom l e. Ajoutons % %  Poiit-ss^ exi'ii-e 0 p rm t tser approebepar to s ijououce le serm me %  r istit i uoe voix clsire o perce tuepoioit d'motion Le Prsident de l'Assamble Nalio lj raie lui faitalot* DO discours auquel il rpond D ppplaudi&emfciit'. eniioua nsea l'interrompent f.qiein meni. Licure est ensuite donne du proos verbal d C9 joar qui estsanc bnn. Puis la sance es; love et out I ) monde se reud aU s rophes de l'hvme t om mon'eni vrs h T -Haut, l'on sen putef dans 'drr.e des assistants uo -oulfl: d: coafiance com-nuoe tt in able en celui qul caruc. % 1 Eglisa Pare gvr na? coai'n? une ha se, I'Efl" a revtu set ornemen iie Iheu e actuelle, le sentiment ie plu! ir et !e plu; avi; do U si^e'se po litique Ap es svott s.vour lu m uva tes b.au's du chirl l'turg que et les morceaux prestig coi de la mu i que du Palais.qu> semblaient son.i r un hosanoah'' magnifique, la f J egrand-jo-irs pour donner le P'US s '* coula lentement, dans te bruii des chaise! 'emue.*,d'.'s le r.usurremcn dfs compl.m nts fa t; sotlo voce.dms lespog-.'j de m>ns e;lts;aut. tiens. Ao Palais National rels i possible 1 la crmonie. Pa^ '.OUT, les on ru'lleot le choeur esirn de roses, d<* feuillages, de pereel d'argent, d'innombrables cier ^es baignent de clarts la vaste nef (ont tinceler les vitraux S. G. Mgi 'Archevque de Port au Prince, en, •>L"ft de nombreux digni'aire eccl 1 !• %  abords du Palais sont cou siastiqnes est son v ie ert8 d Otomobilet • t de voitures, Ucoionel |oha H. tassell, h^ut • tonle danse y stationnett tvg j J rmente sans c •• e zomm.ssa e. ambassadeur des Etrs. [J tfa B§tmi Praident Unis, le CoipN D,niomuque et con egl ann0licee par uoe sounene dr sulaire, MrA. I Maumus, receveuT 0 u, r0 ns. Au peiiatyle du talais, aO;l os la Gendarmerie, les qui lui repond, 'tficiers de la Gcniaimerie, 1rs fon: Puis, llij.ume d) l'Anse-V eau 'onnaires et autres invits, ha liens qji. pendant sept louguea an.ets si tranceis sont coadu ts aux sig s ila J*'"* la bouo l0 P'^Uge Latio lut leur sont ass gns par le .h f du ual en "cordar,t une peine .out i „ j j ce qui eat bas et r..fa u?. o Pre^i.rotocole. Beaucoup de dames et Ufag. Fo380ydU! bbaa donn de iemoselles, lormaot ane mosaque |iof> B < eaqu i V ant pieatement, reu tre dans l'ombre. Des hues vite r primes s'lvent de la fouie, tiadu; saut ses sentiments son gard. I. couleurs animes, se di>tingu ai les un.formes et ks htbt 14 wm. icir. Sur les c es de 1a Basilique tt }o \ .iu parvis.se presse une (oulc con sactt et recueillie, appartenaut t i t i 1rs classes sccialei,citadins et pay pans* %tgr Conan fait un magnifique dis cours, bien appropri la circontmee. Il adjur • le peuple de dentHr 1er i Dieu da lpandre ses b ndi• ion* sur le nouvel Elu. Il demanda au Prsident Borno que soo gouvei •emeat soit celui de tous, qu'il aoit eux plut levs comme aux \ l II humbles, ces humble* snrtou lei ab.tante des campagnes qui on 1 J'oit toute sa solicitudeEn des *,ternes levs, ploi s de persnssiori, il proche l'union, fondement nces saire luer. Le voix toute nation qui veat vo Te Deum est chant par des pieuses pour appeler les bndictions du C el sur 'es entreprises du ouv-1 Eu, de l'homme juste et droit dont la foi catholique, la patien ce, le dl*h d*s vanit; de ce mon de lui ont coeqaii l'jdnvration, >'c* lime de nomb x sm s -A n>i que !es c'assrs pnpu : i es. E tandis que nctBuiu.' en nuag s d'or que les voix de bionre retenusent et e,ue Api une %  uni hleoeption fait* levage suprieur, le Preoident i; • no, ac ompagn-i de ton Cab.net, du Gnrai Hus-iell, du Gnral Mae Dougal, de qu< Iques wltijieis de li Gendarmerie, dd certains membre^ du Corps Dip'omatique redescend iasiater i'une evue de la Oendar men cependant que la musique pue une de ses marchs les plu entraicantea. Dans l'apr .-mid ; i|2 h:ure i m Kiosque du Champ de Mars, uo superbe concert fut donn par le maestro O cide leaaty t 40 vliajs de la musique du Palais. Ce fut uu enchantement 1 Le public slect qui s'y trouvait, "se dlecta des morceaax \r h )VX dont il avait t sevr si brgtemps, l'on sait CMMsenl DUX bouquets furent remis i 0::i de au milieu de vifs applaudissementsprojet'T 'y r le rie! des irradiation,! aus cornb'' a : ons multiples. Cin-Varifts t f irit ur cinma pu) blic ci i et r""arcpup d? succs et B lira > ne feule norme. Des films rorolaies et trs intressante se d rourtrl \ 'a gf-and? satisfaction de notie hou popu'o qui marqua sou vent ia joie rar des apphudiss." ments enthoositstee et nourris. De? b0V|ttes rubliques attirrent au'si bon rombie de consommateuis qui osrent tt abusrent lar^e ment des mfraichissements ofiert*. Et sur tottf cela, trs tard dans la rut. se dressait, impavide, illumine i merveille, b'ouis-ante de feux mnltiroloret, 'a s'alue -'u Librateur qui seirb'iit aussi acclame! l'avne ment de Louis Boino .tt lui souh li ter la bienvenue. Le dpan con -ours pour lui 'auliter la tche/ Bier ', Haiti, par la grande exprience la capacit d'action politique et co nomique de l'lu du 10 Avril, era transforme en un vaste chantier de reconstiu.tion. Vtici tmfiscowrs bhatiqt entre Mr I M V.ruvuoit Prsii-">l -'u Ctnsiil it*Etat e! Mr f.ovl Roro Prftidevl le / %  / Hpubliifut, att COT •' lu tnt* prestation d$ $ettuim au (.'onteil l. %  I ; 11 r. DISCOURS du Prftrdent du Conseil d'Etat Nom I 1 r la Frtl lei t, L'A "semble Nationi %  • • t baoren p et liAro i\o Vous postdor n sen ^fin, <'ii vue (l'accomplir le VOLU de l'frtlclfl 7't de la Ccnatitiii on en vi • goeur. Au iiiompnt Biipiine et polnruel o il lui fallait donner uu nouveau cliei la Natior, HOP psptit s'eat 111 ri.nin t i\*|>o a *ur Vous. In voua levant a la Prsidence de la Rpublique, l'Assemble Natio i!Blo ne a'fbt elle pas fait l'cho dei \. (lient c-'t • confiance. Elle aime i iroire quevc.us travaillerez de toutea vos foi'ces consolider l'r noa relie inaugure le 10 Avril coul, en udonnaut la Nation toute sa viia lit ot eu faisant mitre les plus belles esprances pour l'avenir. Daus ce noble dessein, le COT 1 Lgislatif ne vous marebaudera pas sou coucourd loyal et sincre et vous apporta sa collaboration effi cace pour la solutiod des questions importauteu et stieuses dont votre Gouvernement sera saisi U souhaite que, fort de son appui, Votre ExcelSOOO aplaniRr-tr toutes les difficults, uimonta tous les obstacles suacep ible-i de paialyser le iriomphe de ses vued patriotiques. Puisque li Paix et dsormais assure ddius le Pays. l'Assemble Nag t.onale forme le vœu que, par une coopration franche, loyale t ad qua(e avec le Gouvernement Aiutr caiu, votre Gouvernement parvienre assurer dfinitivement la asarcbie Uu Paya daus iu voie du Progrs et de l:t Civilisation Le travail .ant la base de toste paix Bociale nul doute que, ds 1 instant o il sera bien et srieuse meut o gini- chez nous, il as con tnbue I ui ion tant dBire de touo les cœurs haitiens. Mair tenant, Mi le Prmdut que Vous avez pr le serment cooaiitu'ionuel.au nom dl 1% Nation, je vous dclare uvesti du Pouvoir excutif. aux flam 'e eccourj d'aut Dri' impressionnan d* A 6 i|2 neures, retraite musiques b^aux. avre !e concourj d'aur Ncus ne pouvons que prsenter nos meilleurs compliment* au Ch> t de U Gend.rmeiie, le Gnral Mac Dougal, pour la bonne tenue i: ses homnas CV.t la Gendairaerie qui s contribu pour la plus 1 K o part au succs de cette magnifique journe. Quant au service d ordre, il a * irrptochab'e ; assur, avec correction, var ls Major Rupe'tus, ass-s' du M. jor Brtwster. il a fait 1 admim tion ce toute la toule norme qui orit oa l i ces mamfcsUt oas. On n a eu > enregistrer aucun inciden' regret able I a ftr du Drapeau M. TimotMe Patet, prsident Je la Ligue du Drapeau, it Jerraie, a eu l'heureuse inuiative d'un comit aui doit orgjn u*oileUlipri i I u bais j g i, i3 Maii l'occasion du tfe 6oo g* diimet l'Une masse popi anniversaire d. la cration du Drapeau Hatien.— laire co de b e. ?U S de ll>ae ifi Noton 4 ue M manuestation a l'approbation laire co. ,.ae..o e. ru. ue u .g m du D( pv, t le dsarroi destins, devant Isa ira;'rudences (1< autre*, devant le pril lational cr PHI tche, un supimu devoir e'iejpo9aii ceitnn. a obstinations impopulaires, il me semblait qu'une nar-dq


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05671
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 16, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05671

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
gjyiL anne Nos 4967
Pvt m Prince: Hast,
MirJi 16 Mal P2
DIMCT1UR PROPRIETAIRE
(Clment Magloire
ROMEKJ 20 CEIVT1I*K
1/opuion publique est
le thermomtre que doit
sans cesse consulter un
souverain.
.nAIOLEON
Quotidien
RBCACriUK; Rr.e,40) ttCtic No, tds
fi
Une Grande journe
Prsident LOUIS BORNO prte
le Serment Constitutionnel

POSiiWES MANIFESTATIONS
t mouvantes crmonies
i celles qoi ont eu ieu I'ocm-
di la transmission des pou-
priidentiela et euxquelks
ivoni aasist.Cest I* premiie
los dos annales politiques qur
illlci choses se sont proauitts e'
ctuse.
ilappiochrit de ces vaerr nti
nooieriirs d un p*i encorj r
,c'et se demtnd-r vislmt-nt s
ib'blb. rv guily loin di
JrtmoniHs d'inai gurniou pr*
Ile ce'les dont noua tenon
m tmoin surpris et ru -
dment, il y a q'i*iq ie ebo
[tttoge dai.i a d m une de
iet s8 hsmmeH de chsz ou
iHn affliger.t q-islqoe- individu
1 set vite ambi ou I-
iqauB manoeuvres uses b
t diu'riguss ont abouti m
b, les manifestations qui se son
Uses De ledteni pas uaoin* i.
action d'un et-t dteuiit nm'
entirement diff-reti d feiu.
oui rnuit lamoa. h s esnpoi
o uous avons croupi &
l^Mps i m i visia patriote^
uun.u de ces gena-le
mpris n est ce pss la preuv*
bs discipline nationale, torte ^
Hucuble, a in:m; li des lpre,
nsiisiif-ni d'infecter :uui notr
mime social
Au onsoil d .tat
|rsod matin, une fouis coqbi
ls s'SBt masse aux alsntouu
nuis Je la Chambre des Repi i
'b o sige le Conseil d Etat,
prendre part i I isaporuu.
nie qui va avoir lies.
5 beures, le vaste ioca< co i
* emplir. Des matres d cl e
iotiodui&eat dans l'enceinti
'viti. D un parterre maill d
tt dames ci de demoiselle.
tient des paifums eub'ils e
ittta.
euesillers d'Etat ayant rpoi
'Ppel, U sauce et dclare
! il'i Prc*-verbat de celb- du
*' est lu et sanctionu.
wuu Borno.dsns la voiture dl
euce accompagne d'officier*
"'jor et de gouda: mes che
1* diDB l Asembias).
un" taille moyenne, sans em
QL Lom- aorno porte lgie
son ig9 de 57 gns ijn frotl
.tut sja'onabisgeut d^s cbi
VU; sous te b nocif, des yeu
M lumire, eccadrs de sou
pore soirs, uae bouche facor
Ptaitiir pour 1 loqisnce, avec
U*"# ou deu-iourire de b en
jT^e. telles sont les grande*
l ii V PQy,,iooomle. Ajoutons
Poiit-ss^ exi'ii-e '0 p rm t
tser approebe- par to s
ijououce le serm me r istit i
uoe voix clsire o perce
tuepoioit d'motion
Le Prsident de l'Assamble Nalio lj
raie lui faitalot* DO discours auquel
il rpond D ppplaudi&emfciit'.
eniioua nsea l'interrompent f.qiein
meni.
Licure est ensuite donne du
proos verbal d C9 joar qui estsanc
bnn. Puis la sance es; love et
out I ) monde se reud
aU
s rophes de l'hvme t om
mon'eni vrs h T -Haut, l'on sen
putef dans 'drr.e des assistants uo
-oulfl: d: coafiance com-nuoe tt
in able en celui qu- l'caruc.
? 1 Eglisa
Pare gvr na? coai'n? une ha
se, I'Efl" a revtu set ornemen
iie
Iheu e actuelle, le sentiment ie plu!
ir et !e plu; avi; do U si^e'se po
litique
Ap es svott s.vour lu m uva
tes b.au's du chirl l'turg que et
les morceaux prestig coi de la mu i
que du Palais.qu> semblaient son.i r
un hosanoah'' magnifique, la f j
e- grand-- jo-irs pour donner le p'us s'*coula lentement, dans te bruii des
chaise! 'emue.*,d'.'s le r.usurremcn
dfs compl.m nts fa t; sotlo voce.dms
lespog-.'j de m>ns e;lts;aut.
tiens.
Ao Palais National
rels i possible 1 la crmonie. Pa^
'.out, les on ru'lleot le choeur es-
irn de roses, d<* feuillages, de per-
e- el d'argent, d'innombrables cier
^es baignent de clarts la vaste nef
(ont tinceler les vitraux S. G. Mgi
'Archevque de Port au Prince, en,
>L"ft de nombreux digni'aire eccl1 ! abords du Palais sont cou
siastiqnes est son v ie ert8 d Otomobilet t de voitures,
Ucoionel |oha H. tassell, h^ut tonle danse y stationnett tvg
j j r- mente sans c e
zomm.ssa e. ambassadeur des Etrs. [J tfa Btmi Praident
Unis, le CoipN D,niomuque et con egl ann0licee par uoe sounene dr
sulaire, MrA. I Maumus, receveuT 0u,r0ns. Au peiiatyle du talais,
aO te la Convention, le gntsl Mac de MenveQM au nouveiu Pia;deat
)ougal, ch>;l os la Gendarmerie, les qui lui repond,
'tficiers de la Gcniaimerie, 1rs fon: Puis, llij.ume d) l'Anse--Veau
'onnaires et autres invits, ha liens qji. pendant sept louguea an.ets
si tranceis sont coadu ts aux sig s ila J*'"* la bouo l0 P'^Uge Latio
lut leur sont ass gns par le .h f du ual- en "cordar,t une peine .out
. i j j ce qui eat bas et r..fa u?. o Pre^i-
.rotocole. Beaucoup de dames et Ufag. Fo380ydU!, bbaadonn de
iemoselles, lormaot ane mosaque |iof> B tre dans l'ombre. Des hues vite r
primes s'lvent de la fouie, tiadu;
saut ses sentiments son gard.
I. couleurs animes, se di>tingu ai
les un.formes et ks htbt
14
wm.
icir.
Sur les c es de 1a Basilique tt }o
\ .iu parvis.se presse une (oulc con
sactt et recueillie, appartenaut t i
t i 1rs classes sccialei,citadins et pay
pans*
%tgr Conan fait un magnifique dis
cours, bien appropri la circon-
tmee. Il adjur le peuple de dentHr
1er i Dieu da lpandre ses b ndi-
ion* sur le nouvel Elu. Il demanda
au Prsident Borno que soo gouvei
emeat soit celui de tous, qu'il
aoit eux plut levs comme aux \ l II
humbles, ces humble* snrtou le-
i ab.tante des campagnes qui on1
J'oit toute sa solicitude- En des
*,ternes levs, ploi s de persnssiori,
il proche l'union, fondement nces
saire
luer.
Le
voix
toute nation qui veat vo
Te Deum est chant par des
pieuses pour appeler les bn-
dictions du C el sur 'es entreprises
du ouv-1 Eu, de l'homme juste et
droit dont la foi catholique, la patien
ce, le dl*h d*s vanit; de ce mon
de lui ont coeqaii l'jdnvration, >'c*
lime de nomb x sm s -a n>i que
!es c'assrs pnpu : i es. E tandis que
nctB- uiu.' en nuag s d'or que
les voix de bionre retenusent et e,ue
Api une uni h- leoeption fait*
levage suprieur, le Preoident i;
no, ac ompagn-i de ton Cab.net,
du Gnrai Hus-iell, du Gnral Mae
Dougal, de qu< Iques wltijieis de li
Gendarmerie, dd certains membre^
du Corps Dip'omatique redescend
iasiater i'une evue de la Oendar
men cependant que la musique
pue une de ses marchs les plu
entraicantea.
Dans l'apr .-mid!, ; i|2 h:ure i
m Kiosque du Champ de Mars, uo
superbe concert fut donn par le
maestro O cide leaaty t 40 vliajs
de la musique du Palais. Ce fut uu
enchantement 1 Le public slect
qui s'y trouvait, "se dlecta des mor-
ceaax \r h )VX dont il avait t se-
vr si brgtemps, l'on sait CMMsenl
Dux bouquets furent remis i 0::i
de au milieu de vifs applaudisse-
ments-
projet'T 'y r le rie! des irradiation,!
aus cornb'' a:ons multiples.
Cin-Varifts tfirit ur cinma pu)
blic ci i et r""arcpup d? succs et
B lira > ne feule norme. Des films
rorolaies et trs intressante se d
rourtrl \ 'a gf-and? satisfaction de
notie hou popu'o qui marqua sou
vent ia joie rar des apphudiss."
ments enthoositstee et nourris.
De? b0V|ttes rubliques attirrent
au'si bon rombie de consomma-
teuis qui osrent tt abusrent lar^e
ment des mfraichissements ofiert*.
Et sur tottf cela, trs tard dans la
rut. se dressait, impavide, illumi-
ne i merveille, b'ouis-ante de feux
mnltiroloret, 'a s'alue -'u Librateur
qui seirb'iit aussi acclame! l'avne
ment de Louis Boino .tt lui souh li
ter la bienvenue.
Le dpa t un borrib 1 danger, Au momen'
o i' va tcol'ti les haines et les mn
'd'etions qu'ils mes pat sa po'
t qu" de mensonges, de ruses, d'
fo'ber e=. de raine et de mort, toui
ron- non :v c co:.fiince vers Lnni'
Borro
Ce qi'il nous faut, i l'heure ac
iaelle,.c'e8t p us d 'oy-nt, moin?
ie dis la not on d'un but et des moyen,
qui 1 comrone, la marede en avant
sincie, laborieuse et tensce ; ce
sont des hommes de catactre qu'
-e r'pnisnr par?en f;'in'ises et en
mbides. qui aillent dro.t leur che-
m n. Q e le rouveau pouverneraen1
ut une politique et gouverne avec
le sent ment constant de s s devoirs
et de ses rssponssbilits, La vieille
routine gniaiice de tant de fi'bes
ses lOjp.'b'i's, a fair son temps, avec
le drapcmcnl de Dartiguenave. 11
nous faut d s hommes qui expii-
mtnt carrment ce qu ils pensent et
agissent comm ils parlent. Le sa'.ut
du P. ys est i ce prix I
Autour de Louis Bjrno dont la
franchise, la droiture, la grandeur
d me. la passion de la d scp'.ine et
de la justice sont g< ralement re-
connues et proc'ames. le Pays ,oul
en 1 r fermant l'creilleaux clameurs
intress's de quelques coquins de
a p! t que, doit se grouper. Qj[
loi f.sse conliaa e I Plus dquivo
ques et d' confusion/.. Louis Homo.
avec U fen iment prcis de sa puis
sancs et de la mthode i suivre va
gouverna | our tous I Que chaque
Citoyen lui apporte donc ;*>n con
-ours pour lui 'auliter la tche/ Bier
', Haiti, par la grande exprience
la capacit d'action politique et co
nomique de l'lu du 10 Avril, era
transforme en un vaste chantier de
reconstiu.tion.
Vtici tmfiscowrs bhatiqt entre Mr
I M V.ruvuoit Prsii-">l -'u Ctnsiil
it*Etat e! Mr f.ovl Roro Prftidevl
le // Hpubliifut, att cot ' lu tnt*
prestation d$ $ettuim au (.'onteil
l. ' I ; 11 r.
DISCOURS du Prftr-
dent du Conseil d'Etat
Nom I 1 r la Frtl lei t,
L'A "semble Nationi ! t baoren
p et liAro i\o Vous postdor n sen
^fin, <'ii vue (l'accomplir le volu de
l'frtlclfl 7't de la Ccnatitiii on en vi
goeur.
Au iiiompnt Biipiine et polnruel
o il lui fallait donner uu nouveau
cliei la Natior, hop psptit s'eat
111 ri.ni-nt i\*|>oa *ur Vous.
In voua levant a la Prsidence
de la Rpublique, l'Assemble Natio
i!Blo ne a'fbt elle pas fait l'cho dei
\ Les flicitations do tous les pointa
du pays atteaten et confit ment bu
temeut l'excellence de Bon choix.
Monsieur 1b Prsident
Lo pays, pet l'organe de l\\9sera
bleu Nationale, Vous alllrme qu'il
lace son entire confiance en votre
iviame, en votre patriotisme clsirj
Quoi qu'o puisse dire, quoi qu\n
puise ; : <, quoi qu on puisie
luiiv, l'Assemble Nationale a le fer
me espoir qje voua justifierez pbi
>.(lient c-'t confiance. Elle aime i
iroire quevc.us travaillerez de toutea
vos foi'ces consolider l'r noa
relie inaugure le 10 Avril coul, en
udonnaut la Nation toute sa viia
lit ot eu faisant mitre les plus belles
esprances pour l'avenir.
Daus ce noble dessein, le Cot 1
Lgislatif ne vous marebaudera pas
sou coucourd loyal et sincre et
vous apporta sa collaboration effi
cace pour la solutiod des questions
importauteu et stieuses dont votre
Gouvernement sera saisi U souhaite
que, fort de son appui, Votre Excel-
SOOO aplaniRr-tr toutes les difficults,
uimonta tous les obstacles suacep
ible-i de paialyser le iriomphe de
ses vued patriotiques.
Puisque li Paix et dsormais as-
sure ddius le Pays. l'Assemble Nag
t.onale forme le vu que, par une
coopration franche, loyale t ad
qua(e avec le Gouvernement Aiutr
caiu, votre Gouvernement parvienre
assurer dfinitivement la asarcbie
Uu Paya daus iu voie du Progrs et
de l:t Civilisation
Le travail .ant la base de tos-
te paix Bociale nul doute que, ds
1 instant o il sera bien et srieuse
meut o gini- chez nous, il as con
tnbue I ui ion tant dBire de touo
les curs haitiens.
Mair tenant, Mi le Prmdut que
Vous avez pr le serment cooaiitu-
'ionuel.au nom dl 1% Nation,je vous
dclare uvesti du Pouvoir excutif.
aux flam
'e eccourj d'aut
Dri' impressionnan d*
A 6 i|2 neures, retraite
musiques
b^aux. avre !e concourj d'aur
Ncus ne pouvons que prsenter
nos meilleurs compliment* au Ch> t
de U Gend.rmeiie, le Gnral Mac
Dougal, pour la bonne tenue i: ses
homnas CV.t la Gendairaerie qui s
contribu pour la plus 1 -Ko part au
succs de cette magnifique journe.
Quant au service d ordre, il a *
irrptochab'e ; assur, avec correc-
tion, var ls Major Rupe'tus, ass-s'
du M. jor Brtwster. il a fait 1 admim
tion ce toute la toule norme qui
orit oa l i ces mamfcsUt oas. On
n a eu > enregistrer aucun inciden'
regret able
I a ftr du Drapeau
M. TimotMe Patet, prsident Je la Ligue du
Drapeau, it Jerraie, a eu l'heureuse inuiative
d'un comit aui doit orgjn u*oileUlipri
i I u bais j g i, i3 Maii l'occasion du tfe
6oo g* diime- t l'Une masse popi anniversaire d. la cration du Drapeau Hatien.
laire co de b e. ?U S de ll>ae ifi Noton 4ue M manuestation a l'approbation
laire co. ,.ae..o e. ru. ue u .g m du D(.p ques ftjix dartincts furent lanc^lmii.
Boaso
Mr le Prsident,
L'Assemb'e Nationale.le 10 Avril
dernier. & un memeot critique de
notre histoire, m'a appel la Pre
mon Matrp'.rature de l'Etat.' Cet
honneur -la'ant et c^tte lourde ras
Don-abilit. {s les avaip moi mme
deraand -s ton patriotisme et as
libre volom.
Je les avais demands l'ose le dire,
iiarceq'ip.d">v, t le dsarroi destins,
devant Isa ira;'rudences (1< autre*,
devant le pril lational cr phi
tche, un supimu devoir e'iejpo9aii
ceitnn. a obstinations impopu-
laires, il me semblait qu'une nar-dq


LIMAT
Cable
Nouvelles trangres
tm * ** aas
Confrence de Gnes
GENES 13MM. Lloyd George et
Butkou ont t eo confrence pri-
ve pendant deux heures cet aprs-
midi et selon toute apparence sans
s'tre entendus sur la solution des ac
corda anglo-franais relatifs la cas
tiouation de la discussion des pro-
blmes russes La sous commission
sur les affaires russes s'est runie et
a discut pendant plus de trois heu
les sans rsultats dfinitifs.
Mr Lloyd Gcoige aura une non-
velle confrence demain matin sa
villa avec Mr Bmhou, le baron Hayr
shi, Mr Sdaaazer et Mr Jaspar dans
le but d arriver I une entente. Le.'
Russes ont annonc qu'ils n'accepte
root aucun prcjet les excluant des
discussions Sui un point toutes les
dlgations sont d'accord tant les
tuissancei invites que la petite en
ente, l'entente baluque et surtout
les neutres ; c'tft que l'on persuadi
les Eiats Unis de prendre part II
corrm ssion mixte. Mr Cobrat, un
membre de la dlgation fraa use, a
inloim l'A encore confiance dans l'accord.
La France se refuse toujours von
les Russes dis:uUr la question des fi
aances avec la commission m.\ e
mais on a propos qn'une commis
devouatuen
noue Pa rie
sion spciale d'experts russes soit fo
me qui serait convoque par la corn
mission mixte quand elle dsirera
des renseignements- Les Russes d-
clarent aussi qu'ils n'accepteront au-
cun arrangeaient de ce genre puis-
que dans ce cas ils ne traiteraient pas
sur un pied d'galit ; il est par coe
squent difficile aux dlgations de
trouver un programme qui so-t ac
ceptable aux franais et qui notfease
pas les russes. La runion la ous
commission de cet aptes nvdi a
servi surtout exposer les opinions
des puissan.es qui n'avaient p part la discussion de ce main
Le lapon, la Pologne, la Suisse, la
Sude, la France ei l'Angleterre opi
expos leurs points de vue le vicom
te Ishii a soutenu l'opinion anglais:
que les Russes devaient participera
ta commission mixte Mr Mj ta, ex
prsident de la Suisse;p frera.t que
la commission mixte fut nomme
par la confrence, mais il a dit que
es gouvernements participant} la
:onference pourraient nommer la
ommission en dehors de la sance
rguli e.
Il tait en faveur |de la pa ticipa-
tion russe et dit que la Sjisse ac-
cueillerait avec enthoasiasme la tr-
ve propose ; il a exprim l'espoir
que cette trve serait les prliminai-
les d'un trait de paix durable. Le
correspond tnt de l'agence Havas ici
lit qu'une commission d experts se
ra nomme plus tard par les diff
rents gouvernements pour exaaiincri
tes altaires russes, toutefois il y aura
de nouvelles discussions dimanche
entre les chefs des dlgations et
une tanion de la sous-commission
a dix heures yo lundi malin.
Mr Lloyd George, d'aprs ce m
me correspondant, a dit ce sair que
Faibles, Anmiques,
Convalescents
vous retrouverez les forces perdues en prenant
L'EMULSION SCOTT
aliment tonique par excellence, et trs facilement
assimilable, proprit qui la recommande aux estomacs
leb*plus dlicats.
.tftv-'tC"'^
par tes moti :Noui avons entendu! Moscou Les soviets ont prpar des i ,-. ,!;.. |A-;n:nn ,..v ii. c's reconnaissmt les droit de la proprit pn-
t Cet* r*..n,00 Q-vnon ang O l'a (ye pour Vm^ les produits industriels et agri-
lienne S0" la rponse russ; et auSS .cotes et autres bieos periomuli Le parie-vent
ce'le (raaeaUe qr sont trs diffre* 'rusw eM iBVi, *oter le d cret accordant aux
.__ T ji .1...,:.. .._..... j;. !P*VMn* ,a possession prolonge des terres qu ils
tes. La -f-Urttion frsnsne dit que5lennem ain%i que ,e droitVanermer |aM,.Tre
qnsnd Mr Lloyd George s'est lev certaines conditions.
S___Lit ------------------------ Ul
la fonction prsidentielle Vu donc
assumerait un mandat que ) voyais
ai grave ? Kieii ue l'indiquait dure
raeot. Util je n'ai pas voulu, si l'Ai
temble Nationale pouvait estimer
qu, ce ft moi,me soustraire cette
possibilit, pour redoutable quelle
lut. de mettre mon
baoln au service de
malheureuse.
Voua avez dcid, Messieurs les
Conseillers Mitt- En uae journe
mmorable, o se marqua dans tous
les esprits cette impreisioe trs nette L, .'accord complet intervenait sur
que votre haute Assemble iocarne.it -
vritablement les fu-jxet les aspira
lions du Peuple. Vwus ni avez dsi-
ttn par vos suffrages unanimes e1
dans votre pleine libert.
Je vons iemercie, MM. de t-
moignage de votre considra ion. le
vous remercie de cette manifestation
d'un poids immense poer mes pau-
les, et qui .fait de moi, dans l'htstoi
re qui s'ouvre devant nous, le messa
ger de votre conhmee, de vos esp
rances, de votre loi dans le relve-
ment national
BsprOQI' Messieurs, ayons foi
L'assurance que vous me donnez,
Monsieur le l'rsideut.de laide oyale
et smcie du Corps lgislatif m est
uni- garantie inappiciable du succs
de notre grands e ivre commune. Le
prob'me d'une Hati pacifique, heu
icuse et prospre commence de l i
se rsoudre La paix mater elle, pre
mier fondement de la prosprit, ist
dsormais assuie et c'est l un bien
tait niiment p-cieux dont bous
sommes redevables 1 amicale coo
pour parler en faveur d un- iepliq-1*
nergique faire la partie de la r
ponse russe qui est roisid'e cm
me une propagande Mr Bar hou s'el
gi'eTit lv son tour et a -\<:
que puisque la dlgation fr.n e
n'avait pis approuv le memora*
du i original aux ras*te, elle n d
lirait pas par'icip*r a la rpl que.
Aprs avoir trait le docume >
russe de rejet sans quvoqued-
*ugw*s'ions des puissances Mr Bar-
ibou a fait alluso.) la putie de la
rponse de la Russie qui accuse les
puissances de ngliger les intits
des petits poiteurs d'ob,;g>t'.on rus
ses et de se ra'lier aux grands capita
listes. Le gouvernement 1 aos, dit
la dclaration, n'a pas beson de la
sollicitude de Mr T bitchetine pour
les porteurs frariis d'nb'igit'ais
russes;ceux- isivent ce qu'ils veulent
et savint aussi que la Russie ne paie
ja jamais. Des garanties ne lui sont
pas demandes.
STOCKHOLM Plbiciste sur prohibition au-
ra lieu le 27 Aot
LISBONNE Les aviateurs portugais quitt-
rent Fermndo Noroiha hier raitin avec l'inten-
tion d^ voler de St Paul Rocks et retour soit Soi
milles pour comoltet la 4me tape du voyape
Lisbonne Rio Appareil tomba la mer, appareil
fut recueilli par vapeur Faris et transport sur
croiseur Rpublica on croit que 1 hydroplane sau
v sera ramen Fernando Les aviateurs sont
indemnes.
Le s(i e Virginia vtait^
ion seta ici vers le 171
prendra dn fret pour les ;
lens habituels et des
des'ina'ion de Saint Tk
Port-ao Prince, le
L. PREETZM'NNAC
Ag'Dt.
L& ji)r
Toussa M
o&s Lnufertam
faon dont la commission d'experts|
fonctionnerais il n'insisterait pas sa.
les autres points de son programme
que la confrence se terminerait par
une sance plni.t j;udi.;;i. une
conversation de plusieurs heures ea
tre MM. llarthou et Lloyd Geoige il
semble probab e que le point de vue
tanais sera accep. sur les 3 points
suivants :
10 La commission des experts ne
sera pas forme par la contrencs
mais par les divers gouveintmiuls,
30 La commission ne sera pas naix!
te les russes n'y participant pas
30 La commission ne prendra pas
de dcision eng tuent-, e le fera seulement des recom
mandat cas.
La France a demand aux E ats-
Unis de faire pntie de la commis
sion internationale proposs pour
faire uae enqute sur la sita.toa
tusse
L'ambassadeur amricain, Richird:
Wasbbuig Child, a inform l'Associa
ENTERITES
et MALADIE QATR0-INTE1TINALIS
I DU . ' \ r teti nourrliiona,Entrite muco- I
Ime.nbraiientse, tubrculeus ; Constipation,
I Aocutwntii uppendtciFalre, Fivre typboide, I
I Mb. i l'eau.Acn.LAi^nia, Furoncles, U, I
GUKRISON CERTAINE par .'usafie de I'
A
La PLUS POISSANT NTISEPTIQUEl
an* Maronre m Cuivro
R/alifai:i illrtm! I'Miiimii in'.ritinalt,
la dose de SO 100 goutts pr Jour
Id'ANIODOL INTKRNEl
dans une tasse de fleuri d'orenger
I S" de TAOTODOU33. Rue Cei Mtthurlni.ParII,
Elles commencent le 18 Mai prochain La Re
naissance en vue de h tuii,.ic inauguration du
mon imen- de Toussiint Louvertuie. ouvre 1
srie des le es en l'Iiamneur 1 Grand Homme
Jeudi lutr, 18 Mi, anniversaires de la cration
du Dra;' ; Hiit'ien, elle donne rVi'iana la
belle pice en vers de VenJ< n sse Ducasse. Tous
saint Louvenure au Fort de loi:'
Inutile ddire que ce soir la, il y aura toute
1 Parisiana d'aunnt que eut ee n'est iie au'a
deux goardes seulement.
Alliance franaise
Les Membre "ont prie de se ro
niren Aatembl Gnrale mercredi
17 corn an r, aalli de Cin Varits
& heures p ai
Varits
CE SOIR
Le Tigre Sacr i
HUWltlMil
pii>*eiii__
iJ-.n.CalUM
M*uie nui I
>.re. FkM
* IO-UI w .
.o I" *1 I
mppnntlrt .. loala itumm Mm
ll.m. BmtU d'aulier K*aeM
Kainj d< luu M . 1 ht ue pealUoaae l'enenenr. 1
Chaume Mono',,. Tbekira I
ia*,NM
elee,Fiate.. I
Bureau de l'Agent
Port au Prince le i; Ma
Hulletiu No 171
Les chargeurs sont pris
tue le s(s c COLON est 1
"ort au Prince de Cnstobs]
Zone, le Lundi matin sa
Les perm s d'emeirqueaei
Ithvrs pour le fret de*"
New-York et de? ports
ur la demande dite i
Ce bateau partira pour
iirecteraent, :1e midi du
O. B. THOMP
Agent
S^msp^mm
(,lyde Steainship r\
toreign Service*
Lf S/S iHn th Initiera Jacmftl
le 15 *iu courant et sera Port
Prince le 17.11 partira le mme
Le premier Cb nt du
Borne est ainsi fornn> :
L*on Diean, Relations
ri^s^s^Goiumss^ aatnie;l*^"^ w-York via les port H
lien Publique
A. C. Sinsaricq, Intrieur si
Traraux Publics
Louis Ethart Finances et Corn
merce. i
lent on du Goer.r aiment des Etats H-u" ccso*r.quUUC f'a,e,llf pi Agriculture
Unis. La ptil morale se fera uni suHJ* fvau M WUmt.e par la de L.ins..llati
cin doute, dans le travail frucueux "? "" L ambassadeur a .
eu
facilit a teutes les clas-es
par la constitution la plus
rotre outillage conomique, ei.e se
fera par le culte fervent de la Patrie
soigneusement entretenu dans tous
les coeurs, par l'rasuuction publique
gnreusement prodigue, par l'du
catiou et l'enseignement prmqee
des masses laborieuses, de la misse
rurale surtout qui forme le plus
so iae;iCOIUPns ."
large de,suR6re .^
Arthur D. Ramem, Justice et:
ation du Cibinet a eu lieu
a p:opo.Mtion franc lise
les Ii .us Unis si 1 invi
tation est accepte auraient une voix
pipondraaic dans la dcision de la!
commssoa mais ne seraient pas1
obliges par sa participation d'ace?
ter les dcisions de la commission
qu'ils n'approuveraient pas Si les,
LU'vUnis acceptent la France pet|
me trait que les Musses fassent re
prsents a h commission.
Il
tranger
Par cblt 14 Mai
PARIS l.es reprsentants des trois grandes
associations de l'industrie du luxe restaurants et
htels protestrent hier prs de M Myrton Herryck
i contre la propagande hostile a la France faite aux
elle
souverains par
erand nombre de la masse rurale,
S" 4.--U mm ltaalamnfl aJhNbS La S0U1 COSHaiSSIOO PO btats-Unis pour dtourner les amricains de voya
SUr qui pse, depJlS trop eag em,S, .. f..(it(.. QM_m r ter en Fr lace et dclarrent qu'ils faisaient tous
\w orincinale charge de nos recettes lI,0.uc ae ta cearerence e.oaomqee reursefll)rU pour contemer i touristes
,,..,,.,,, -a, envers au< i ctl spie* avoir te iu deux sances au|our; BOULOGNE- Le roi Geo^e et la reine
eg.td le tiouve.neme.? aoafeta dDUl Pour !** osjstpaul^y,- SL!: n
se tt'a le devoir spcial d'acqui ter !
la deile sacre de gratitede et de l
paration ispuis trop longtemps
contracte par l'Etat.
Ayons foi MM. dans Isveuir
meilleui Nous y atteindrons sure,
ment si appliquant la UfSB
puissante des Anctres l'oeuvre de pul "t1""'1 J***m'~~mZZZJ\r'*1*' P" lf ""H1 ,mPeri1 i Italie qui mior
r.-.:..... a. i'i.atAM.dt.M nna aussi pour le pac^e de non agressioo \mt le conieil quit pouvait p COn>enir le
contrle des affaires d'Albanie par la Socit sans
litre assure que le* intrts vitaux de l-ltalie se-
Li version frati'.Se dC la run'On ront sauvegards Cette dcision surprit les rnem-
de U SOUS COmni'S Ol'kre du conseil qui se proposaient d'adopter la
i. [rsolution nommant les experts pour surveiller le
1 dveloppement tMoaiquo et fteuacier 4 l'cgtnl
oflicielle en
. i que. Le roi placera a-iiourd hui des couronnes sur
russe au mmorandum des alli! t0lllbei Kdes $oMat> britanniques morts au
l'est a|OUinee a huit heures pour St thtmp dhonneur au nord de la France. La reine
runi, nouv... InndLApri ^o^^-^^^^^^T
oement la dlgation a dclare quei,il0n, i, heures pour l'Angleterre
de "irands ptOJts avaient t tait BORDEAUX L'cole de Florence Nightin-
j - ~l a ., mr-~,A i,i i \ i.lgalepour infirmires tut inaugure hier en pr-
dsai le se-ib duo ac.eid re'at i i la */;.., reprsentant5 des nations allies.
COfnnVSsiOU mixte projete dans tel GENEVE La discussion du protectorat de li
but d"tudier la question rUSSe ei Socit des Nations Albanie lut soudainement
oint dans le sang et dans la haine i '
mais dans un* civilisation supneu
te vritablement <.h tierne, bous d'aujourd hui
lelisons en la Patrie aime, l'upion ser les affaires russes telles que
aies ceiveaux .'uuio des cssuis. icmisc 1 la ptSJN c sair conraence;aA;ir.iuj.
tJort au Prines (13 H.U 19.MI
E F. <:lEMEi\ls, agcit fl(
BOROiMWLOSE
Trait pir le Stannevyl
TUBEHUULOSE
Traite par le Goi
SYPHILIS
Traite pur le NovarsPMhet
Ea injections intraveineM
Dispostit
En injections intramusculaire*
i Gium
Dispositif pour injections Soa8-ci*l
Par voie intestinale Suppo
St Anonyme des laborati
Robert & Carrirl
S7 Rue de Bourgogne Pari
Vlagaanl DupotM
37 Hue Dvioiid Par.s
Agauts g jraoi pour Haiti


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM