<%BANNER%>







PAGE 1

HMADII seule condition que des cidits rels soif'rt placs a leur disposi'ion et que les de'tes de guerre soient annu les. ce que ne fait pas le memooran dum alli par consquent la Rittit muntient ses rclamations. Le prambule la no r cn'iq 1 i-t l't itude des allis i l'gard du ton veraemem des Soviets di ce n'wt ,pas telle ou telle solution de 'a que* lion qui tera le capral affluer ei Russie, mus les garanties Que le z i reniement russe pouira fournir pour L'avenir et la consolidation de ce go i yernement dpendent de sa recoa nti^nce de jure. * Rk0 tvo IP' Si I • i( it,t r i • S td X • '. V H %  V t I'. ;l • MJTUUU i Util IU|| 11 • vw ——— M Secrtairere d'Etat d$ ty te aux i n<-<* l'Intrieur Port-au-Prince, le ij Mai 1921 Mon cher Clment, Communiqu A l'occssisoi du la ceremoii* d'ei quoique apparemment elle s'en t en Sflfi'fti 1 P J** i(i T \ t de J" J'ai lu les diatribes du Qmm HATI*. ne avec persistance aux clausfs ton p P un|, q u e> le U*partnment de I In M es vues tant tout autre que Isa siennes, et. a.—...i.lla . ._ _. 1 Wntar porte la Connaissance d' 1 n'ayant jamais Et* a la solde dauenn ministre damtntales concernant! argent et les public que. le lundi 15 Mai nr Chain cet daucun prvient aHaid, d'aucun che.de pa-acties insres dans le -rat dt tous les bureaux ft Versailles. On a appiis que la Franc publics chmeront et sts allis cherchent uu terrain d'en lintfl qui loignera toute ncessit d'action militaire par la France ce qui est considr comme tant ttl possible. administrotio Port ai Prince le 12 Mai 1922 es Lours Le Mini sire Bira>i la Commune des Verrat te* au Prtm Monsieur Rarau, Ministre de In Justice a invit lee loges de BO d f frends Tribunaux assister au Te dent Louis BORNO ^ u 1 m 1 m, i -'f. ra ch !" u • i canedrale le a Mai courant, I occasion de l'entre en fonction du Prsident Liber* F^n'iie Frattrrit Loaia Korao — mais il est arnv que soit par mprise ou de propo dlibr le Ministre n'a pas sign ci'RJCPUILIQUE D HATI Veirettes, le 13 Mai 1029 A" 119,ne de l'Iidpendince le Magistrat Communal de cette commune A Son Kxcellence .le Prsident lu de la Rpublique d'Haiti Louis liarno Port au Prince. Etcellerce, La commune dt-s Verreltes salue •vec joie Votre lection la proraie te Htgisirstnra de 1 Etst.— La popu lalion des Verrettes s< sent h^ureu andes ni de farceurs |e ne dois po ait m'occupe es vilenie* — Si l'on avait attaqu mes prinpes, j Mtaii rendu rponse, au contraire, ceprincipes sont rests debout et krnies. j'ai constamment dsir, depu!itique hatienne vers la vie et non vers la mort 'Avec de pare les Ides, monsieur Louis llorno qui reprsente ces principes tout comme Mr A S m __ l'irmin reprsentait la hau'e moralit dans notre • la O.Q*s le peu pie arrive marcher dans los voies del civilaiiou et Uu progrs ou uous convient les autrts u&tioi.s. Votre nobl carac'ro et Voire loyaut bien top.nus de tou*; le mon de, ont d p [ait ressentir I s bien taits qui ga a-maFent Vos droits ten dant If* conter ter intacte*, ce pour le hoob ut do Vos ci'uyens ii in g'o'tv de I Patrie Pour ma prl et au nom d-U po pulalion doul ;•• suai Maire, j* ne ne crains psi d me coi ni nei l lUMrl proie. E'U coupts A •tpra qui S ta Kxctllence ne inanajuara p H destines te la fa rie L" dfCHM mni de la Coesiooe des Vetrtttes VoiiB est acqnic. Que Votre EictHeoCfl digoe n et voir ies re>>p c uense>> talu snoi s de la population qin procUlDt s'liof h, le tno'iq ht* dd I tlu du lu ini m-: Silutatii np rep> cluetisoR gigOt— Eatilua . me. 1) Mate lin, \. l.-uoche, B zi'en. H Monoltltir, 1) J11 l.ouia ]• une, DuE. D iso ue, Ih-Biii n n Sylvain. B Bu.b.on, Beu Sai.oni, U M.rcmr, C Mastellon, B N MoncbOOtt. D Jn Jrme, Jus Mn 1. Bogot, 1 %  • Jeune, A Salomoa, h f i 11.1' l.oui.. Ch Manigst, OdOD Voltaire LtCit, U luellus. Dsinon. M Bt'LtMItS Alexandre, Camille Fils A il*. Louis Cbrstoihe, M Marcel l,t>. 'zi.il Ctjni't TU Jo Franois, C tyLiijux { MH^ietiut lomœuaal) Et qu-'iq'. PS autrts signatures illi iiWt". 1 Acrostiche d Vlinent M a g'-oire Lorsque l'on a bien en soi, I lmc d'Haiti, On veut tre tou|Ours trs fier de son parti. Une kafluence obscure, ne peut l'branler, I •: 11 1 de st nationalit. 01 sou pte 1 voila candidat, Film artistique et amoureux de Gaumcnl Erlit : 'ieoordss Balcon: '1 50 Lundi l Mai lirand g*la avec La Flambe TteE'fl&lHkH L*. sp? fV'-gin'a vinaati! ton sera ici vrs le i 1 ] CHU pi en d^ du fr' pour les st prns habituels et df pu destina'ion de Snt Tbo fl n. Port-au Prin r e. le \\ L. PREETZMANN AGGI Agpnt. Nof6371Vifc do h Ar'-icles da 1re Comt Mi ae's, cliioolets, ira, dailles. bourses etc Rub n pour linaorit • ttffetss 1 Chaussette, fils 1 c hn • dp 6 mo> 1 eoi Colliers gohltbj Vvis Bien que deux ou trois, blasph nent sur son tat. 0.ri' /.-vous taier ce smart Prsident, Revu/ de vos erreurs au moment prsent. Nota.uitutie rsi laite, croycr-moi messieurs. Oh OUI, ive Bo-110 nous aurons un grand mieux. :o t-au-frince, 9 mat rpia J. CHAbS.UNG Varits L a K cranciers de la Liquidation Jean Talamae sont invit -s M pr en er avec leuis titres ai Obin* le Me L^cn U jm, Rue Ft'r a N v e lu'i.n 'Il M ico ua t. dix he!' Kl du main, pour rtfavo'? I* v I eur qui leur revient pfOVtDOQt de e liquidation fort au Prince, le 12 Mai 1922 Le L'fpiiri" eni. F LAVELANET \VIS %  ;i en f r )p-i^ DIMANCHE Les trois Mousquetaires Ch pitre X et Papi HuIIn Musique • ylvsin Feters Intre ; 1 g. fVRKEVLOSB Trait pur Maieraoiselie %  %  ey Va doune avis eux notants d vea et oe cet^e juridiction dant soi -*ba< e *ll I MICaM p**' *" '•' ^ pour la v ntt des L suo e^-oon dna mre m\ toutes 6 s ra< vea con rel sera far au m-iuriH du srt Port au -rinre. 3Mi Meile Lucy VAN flORl le Stanioxyl TVBEHCV OSE Trait par le Gi Glyde Sleainship C Foreign Services Le S/S iHaith laissera Jacmelvers le l <(u (oura>it et sera Porf-auPrfctc* l iO H ptira le mme jour pour MewYork via Ivs ports du Nord Port mu Prine* *" 1^ E. F. CLKtBhTi Mai 929 MNil yktral. B L 6 a v s En vente chex !.. Pree znuinn AGGKHlwLM Hue


PAGE 1

**•* uftt Hle PAR S\NSF1L 12 Mai a t donn de lire ch z fit soulev, du eV ha'tei, n;e uns de nos aimables co • question de pcscanaM avec n<1 c itiines choses suscept bLs non tes nette que Pempiunt ne e charge sur les mobiles rai' pas r^li. avec la prs nce du ^tenions caches du Gouver Conse'ller-finaooer ; — comment dans la pense qu on ne pus maladroi'em nt lacore, le G u laisser s'aectdf r qui ro i va Bernent mit en quesfoi le p o'o nUie i fausser le'jugement d< cole de 1919 en mettant ave: force DOUS nous faisons le del'opinion que. sans son esprit, les lit signaler. diflrentes paries de c t acte taient l'Essor nous app'eod que.dan insparables duo emprunt de qu conseils du Gouvernement. I* unie mi lions —e'comme't, en imiK a ean: qui va t fia de corn'?, ces ngociations, qui rkotsjouroe'1* Conse.i dEta OT dur deui ane, no JS ont coi I nolifier h cor %  os 1 on 11 d.* st>ve la persoar.aitt du Conseiller l ainsi ie Co pen t^c l< tioi lomo a fia d revis on d doi m. Oa n'a q-'i lire le Livre bleu pour :e rendre comp'e que les intentions du gouvernement hatien taient m^ mt stenant a'.JottTOer de piu^ en idem de la Rpublique a vot pu; la ra i to 1 de l'eaiprun. su %  reteltconjbinaison.etdfUN 'que. nous 1 r.voos vu d'e > faire l> quune, puisque sa voix tgguvcr les coudrions et cest am pour deux.Cet incident bisi/j si qu'il a fiii r.laer les %  tftcia ioi> que le Chef do Gouvr|uoos duiant dux longues annes. l'aurait t pour rien dan 'en donnait aux ciroos.aaces ellesigns gouv r-icmet.ta'es di i ; mmes le lempa de s* modifier. Rie Pisident lu ,il n'en est liecTout le monde' Pouiquoi ces njanœuvies du Gou le ministre de Krai.ce ( • Mme Agel I lie toutes les intrigues sont par vernemeot? Etait i l contre l'em cha> ce lier honr lire de la UgltlO de lui et si, pour la premierprunt?— No 1, puisque, chaqu: Int d'lrcuon. Ht notre couf ci* II position, sur eue q .s %  ,dt ch que mm.b e duGoiv eut. 'ut liasi que pou-; tarons qu financier en naienant ,'trnp unt a qaaran.e le chiffre d< mitions d: Westti gtoi — En dtclerkttl que lei condi ions en Hati et a Saut; Dcmicgo ne sont pas satfisamaaent j ' compltement d'gccord ave: des FooreriOl do "ScaiJiu du Misa 1 eu libralisme il ait cra bon '< gouvrnemtnt amricain, le pivot tropo et du Mdecin malg lu publique 'une dlibration autour duquel levait se jouer la P K Entre1 tempo 11 pour leu'S propies concitoyens et Via lUflU d priver Chez Benoit Coiiba No 1713 Rua du Mag sin do 1 Etat foblaRbolota, G and -hou dv CadTM pool Photog.aphe, Bijoux ixe. Fil 0 ids'n, E beaucoup d'an tra petits articles Boa msrch. %  *ons moatr, Hu' rcem 'V dara deux ii o i-ux docu J 81 * ux sources olficelUs, com nu' 1 le ro et ini ''*' d em F rui %  > de [tttve eidasive du gouver : E| einca'i, a t de quirse mil mne au ornent Jddo.la„._ c omment leg.J ce te admis. rst.on s:n.sirf,iealitr, P^wt OM'en ""mme*,.s no^d u |-e a -sens duo s que ce rnontlnt ft rduit i ience dej-np th r I : PO^'J %  mande relative aux dommages eau ses par les expditions Denikine et autres rvolutionnaires, mais se d darent pr s i rgler la question i ti tre de rciprocit en coopration des rclamations coatre les dettes de guerre de la Russie. En rponse a la clause 7 du mmorandum, les russes disent que les pourparlers o .t t rendus plus diffi ciles encore par l'msistacce de cer tainl Etats 1 i.npo cr h Rus ie ai mcy.n de l'article 7 des obligation en dsaccord avec sou systme sociil et avec l'article les rsolutions d-. Canaaji La clause 7 commettes par un m\ gnifique pramba.e icconaaissant le dr^it •o.ivc.a.n de la Russie i orga aiser dans son propre territoire soi rgime de proprits, son svstm; conomique et son gouvernement, mais la clause eu elle mme est dia m riquement oppose au prasabi le. La rpin-c pousse le systme de tribunaux mixtes proposa par les al .es pour le rglement des rclan* 100s trangres Oe systme, est-il d t, n est psi compatible avec le sys lrae commut: Nous au-ions t heureux d'avoir, de k c ara de nomb cuse* vie imes. Accep'er autrement que comm? des t-iotes lemoovemtati q rH i clenche sur le dpt, l t de notre part calcul oa igioraice Naus ^W accept cette rducion; ^ malsaeoatre il lred dont non so nra s F a;ee les et an del ? La rponse IOU auxquelles ils n'attachent pas unejt ent que les droits ptfrentiels que grande sign ficalion 11 semble tou.ejla Rassie pro-jose d accorder aux sa fois rgner un dsir gnrai d'ariivei-.cieos piojritairas leur diuncraient i un accord pour tablir la paix ea 'a possibi. t de participer la recoas Eu J I es Russes oui tau appel i'. t iuctio 1 russe s-as .es tnbaaiuxmix Mi L oyd G:0 ge et aux natieas a'fio* tes. ope qui rclament la paix afin dob t Les diffrends fin ne ers entre la lenir leur appui pour le pacte de, R ussie et les puissances a Les, dnon agiessu-n et leur dsir de disar clare la rponse, ne sont pas un obs memeut. Nanmoins, ils refusent ab tacie au rglement immdiat des au solnment d accepter les p.oprations ires i>rc blmes soumis 1 la coatren alles au sujet desb.ta trangers e; ce. E le ritre les tdarnatiens rus rejetent 1 tablissement de la com ses pour les dommages occasionns m-sston saixlu d arbitrage propose par le blocus et les gutrres souleves qui ;erait charge de se prononcer ontre elle pat les etraiges citant an sujet des lclama'ioa dts tran l'appui de sa protestt ea les rc'i gers contre le gouvernement des Soma'ions de l'Albimt lors de la guer vi^ts re civile amrici w E'!e di% que le Mi Jcitehexine a remis la rpon-' S oviets cdera ent sa -om. iJ,a


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05670
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, May 13, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05670

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
***
uftt H Port m Pria*: Hffl
finirit 3 M5! !Wft
OBUCTIOR FROPRBCAflU
Clment Maqloire
Quotidien
REDACTION; Ru Amricaine No, IX*
En gnral, quand quel-
qu'un se singularise la
fois par sa valeur et ses
ridicules, les gens les
classent,, trs facilement
part pour ses ridicules et
trsAdiificilenientpoir sa
valeur.
Albert GVLM0N
ses qu'il ne faut pis
isser s'accrditer
i lue
La Ml
M
._
Gh>le
PAR S\NSF1L
12 Mai
a t donn de lire ch z fit soulev, du eV ha'tei, n;e
uns de nos aimables co question de pcscanaM avec n<1 c
itiines choses suscept bLs non tes nette que Pempiunt ne -
e charge sur les mobiles rai' pas r^li. avec la prs nce du
^tenions caches du Gouver Conse'ller-finaooer ; comment
dans la pense qu on ne pus maladroi'em nt lacore, le G u
laisser s'aectdf r qui ro i va Bernent mit en quesfoi le p o'o
nUie i fausser le'jugement d< cole de 1919 en mettant ave: force
dous nous faisons le de- l'opinion que. sans son esprit, les
lit signaler. diflrentes paries de c t acte taient
l'Essor nous app'eod que.dan insparables duo emprunt de qu
conseils du Gouvernement. I* unie mi lions e'comme't, en
imiK a ean: qui va t fia de corn'?, ces ngociations, qui
rkotsjouroe'1* Conse.i dEta ot dur deui an- e, no js ont coi
I nolifier h cor os 1 on 11 d.* st>ve la persoar.aitt du Conseiller
l ainsi ie Co p- en t^c l<
tioi lomo a fia d revis on d
doi m.
Oa n'a q-'i lire le Livre bleu pour
:e rendre comp'e que les intentions
du gouvernement hatien taient m^
mt stenant a'.JottTOer de piu^ en
idem de la Rpublique a vot pu; la ra i to 1 de l'eaiprun. su
reteltconjbinaison.etdfUN 'que. nous 1 r.voos vu d'e > faire
l> quune, puisque sa voix tgguvcr les coudrions et cest am
pour deux.Cet incident bisi/j si qu'il a fiii r.laer les tftcia
ioi> que le Chef do Gouvr|uoos duiant dux longues annes.
l'aurait t pour rien dan 'en donnait aux ciroos.aaces elles-
igns gouv r-icmet.ta'es di i ; mmes le lempa de s* modifier.
Rie Pisident lu
,il n'en est liecTout le monde' Pouiquoi ces njanuvies du Gou le ministre de Krai.ce ( Mme Agel I
lie toutes les intrigues sont par vernemeot? Etait-il contre l'em cha> ce lier honr lire de la UgltlO
de lui et si, pour la premier- prunt? No 1, puisque, chaqu:
Int d'lrcuon. Ht notre couf
ci* II position, sur eue q'-.s
,dt ch que mm.b e duGoiv
eut.
'ut liasi que pou-; tarons qu
financier en naienant
,'trnp unt a qaaran.e
le chiffre d<
mitions d:
Westti gtoi En dtclerkttl que
lei condi ions en Hati et a Saut;
Dcmicgo ne sont pas satfisamaaent j
'ion d teur K'ng de l'Ltah a donn ivis au
Snat IOJC urd boi que. quand le b 1
d'app-op iatioos de la Marine viendra
devant ce corps, il piieotera un
a-nendement prvoyant, que p-.s un
dollar qui y soit p vu ne sera d
pentpaor maintenir les maria* s am
ricain-. dans ces deux Rpa! ques
A St Louis do Gtnzape
Une charmante fte a au lieu hio<
l'instiiutiou de S; Louis ds Oonz
Uue, l'occasion du tricentenaire d-
Molire.Assistance distingue prm
laquelle nous avonx remarqu M
Fernand Hibbsrt,aecrtair d E at d
l'instruction piibliquntt Mil** Hibeit.
nouvelles Etrangres
la Confrence le Gnes
Rponse e I Russie. La France et la
Be giqiii mcontentes. La Confrence
prolonge indfiniment. Va appel des
Russe.--Les Rparations allemandes.
GENES 11Li rponse de fi R il r t ta me noraaium alli au
ie an mmorandum des allis qai n |Ourd'hui a Mr Scbarzet dans le ca-
remise aujourd'hui i Mr Scha^ bint de ce dsrnier au Palazzo Keale.
zer tsl gnralemeot considre com La seule personne prsente tait Mr
ne conciliante ou tout au moins Praacesco Giovanu', l'experl hnan
omme devint seivir de base de cier ua'ien Une conversation amicale
nouvelles ngcalions. Lu sugges- de 4$ minute a suivi au cours de
ion que tous les problmes fiaan- laquelle Mr T.hitcheriue a appuv:
.ers embrouills soient -.ouni i sur le fait que la rponse a t rel:
une coinaiission mixte d'exoertsnom ge d'aprs les instructions directes
rrs par la conlrence d<-* Gnes sem oe Moscou Mr Tchit herine a reno 1
ble tre un moyen d'chapper poui vl les assurances de sa bonne vo-
e moment i l'irtrnosphre su chauf-'lont et de ion dsir de cooprer
te qui parait .re dfavorable au i- avec les autres dlga'.ioas
g enaent de m-llieis de questions qui I Aprs le dpart du ministre de
dpendent de la situa ion ruse. Li Russie, Mt S lainsff a In la no e qui
G aade iritagne considre la rpoo,1 contient qnicsi p ges. La prennere
s: comme mod^rmen conciliant,' patie de la no a est augmen aive,
(Italie gileinrnt |naia la se^oude fait d s proposnons
(U Frence et Mme 1 .11. <
Hcuzier.
uu
uict s, pour la premier- F"- -; h- y-^- J -J- Kf55 my. commisauite u
(kpo.sson septennat, noussom ff^^^^iS^^ Gouvernement pr* le Tribunal d'A
minutieusement mis au cou des ago.ui 0.1s, il jfhr.oa.t la nt Dorsauviile, L.bef de d.vi
Jd'uoc dlibration do Conseil cessit ds cet emprunt et ion inten J^ ,u 0oai.Ie,0eut de l'iost.octio.
JSec aies d'Etat avec indication oa de le raliser. Publ que i9 Dr Hathon, Duvtel a,
niiculan-es si sec es, c'est qu- Pourquoi donc ce.te cep a 'oa Soug lllBp8tteur rienEcoles, V Get
pit.gutnave a pens p.udent, au d principe et mme de. conJition. Valg| professeur a I Ecole de Droitf
leent oe icotiei danj la vie pri ti cette maoeidvrj intermtnabU d Fjiix Cbriex, preldent de l'Associa
KU il peut avoir besoin de pro jou nement ? non fiauaiae us Seaour Mutuel* et
m, de faire une paix appire.i'e Les iceais vnements viennent de Bienfauaace, 1
le nouveau pouvoir - s^s ef dnous appoiter la tepoase i use
ipsur en ccutraiier lkv:ement idllb question : ceat que M. Darti
: choue. guenave a'taii propos da,nener les
n'est dore pas qu'il soit de ngociations juquaa seul de la
rni d'intention avre le nouvel pour la pisideaca de 1. Repu
Le on"ni.tre des affaiies tiacgres
d 1 alie a travaill nuit et jour pour
vitai use rup.ure qui semb'ait im
minente par suite de l'opposition de
a France et de la Belgique au rgle
qui traitent des quts ions financires
Une commis.ion compose d experts
examinerait les diffrends financier-
d visant la Russie et les autres puis
tances Les Russes se rservent toute
ment de la question des proprits*!libert d'actiou i l'gard de leur de
do Petit
Sminaire Collge St Maniai, Mer
maua liraux.directeur da Lyce M
tion etc et der* datt, en mez ^ 1 ai.0
nombre
Ap'* un substantielle corf^rract
. da Frre Yves qui fat trs gote or.
de cho es qui s'snnocce.encore b i\ e, daa% le bit de iatr de cette #ut ia plaisir d'aaaiater 1 reoreen
que, g ga totdain par le les qacsao 1 sur laquelle U aiait in j^Uon du quelques acn^a de l'Avare
de l'cpiuion publique et la pi Pur Loin^e>' compltement d'gccord ave: des FooreriOl do "ScaiJiu du Misa
1 eu libralisme il ait cra bon '< gouvrnemtnt amricain, le pivot tropo et du Mdecin malg lu
publique 'une dlibration autour duquel levait se jouer la Pk Entre1 tempo 11 \m du conseil des ministres te de U rikckon. ******* ion* airs excut,
lopiaion exprime de chacun Felicuatioa aux Fiera de St Lan
fmimbres du Gouvernement. l eit donc compltemeni fanx d : de Gouzague qu, om prpar eetie
confrre lie e Nouvelliste dire qae le gouvernement avait lelu MCe|UDU anime dont, lo succs fut
H. ii- it l'emprunt : il l'avait, au contra
Notre
. Il mt donc compltemeni fans d : JSS5T-5
isie dire que le gouvernement avait lefu gM^kUte mound
"re confire le 4 Courtier Bai- '-* l'empruni : il l'avait, au contra, graBa-
. jageanti lis svrement, su ijie, accept san i autres rserves qu'--------------------
le eeioier, les coadilioos de la personne de Mcliheany, d abord.
tt le protocole de 191e, eussiie.
iseiv.-s ayant pour Put de nous ara:
ner jusqu' la vlillfl da i) mai.
0 ,p t refuse par le gouverne
Daitiguenave, dans le but v si
le crer l'unpiession que le pro
Un gouvernement sera, en accep
l'emprunt, raoios scrupuleux ou
Pjftriote.
js savoss, par ailleuts, que le
Jj*11 de la Rpublique lui-miae
1er** c courant d'opinion i pai'ir
1 bornant o il ttu assui de l -
*de sa caodida;ure la prside;
Grand Bal National
Ce non, a li i d la Ma.Mdin.
grand bal nauoniil avoe orcheatre
Oj a't tromp dans 1rs espran do premier ordre,
ces conues et, eo mauvais joueur
on essaie de donner l< ching*. au d
triment du nouveau gouvernement,
sur la nouvelle tournure probable
des choses
M^nceavres macsvavi qaes sur
ma uvres machiavliques, telle
tt, du commencement i la Un, la
con'.exture du goavernemeni qu a
eu M1 Dartgue.iave poor ch f. Le
[voir l*** ,oa c a-tr* ettiloe est se
tromper gravement.
'
!'-%- *
que la Grande Bretagne e*. .es pentes
I uissances appronveut. La France nt
chiche pas son grand dsappointemenl
et la Belgiqsc est loin d'tre Mtisfai<
te.
Mr Kartbou, aprs avoir examin
le texte, a dclar que la rponse ne
signifiait rien et qu'elle n'tait relle
meut pas une rponse aux pioposi-
tious des aids.Il va par consquent
confrer avec le gouvernement de
Paris.Les piopositions russes seront
acceptes par la France pour servir
de base i la continuation de la dis-
cu;sion. En attendant l'avenir de la
.0 fei'jtK est des plus in erlain ;
quelques -unes des dlgations creient
que sa CiOturi est imminente et ne
peut rr,suait i mieux de due qu'u
en sera ainsi. D'autres prdisent qu-
elle durera six semaines de plus et
411e les questions financires raesci
eiont discutes dans tous leurs d-
tails. Cette dernire opinion semble
dominer et on disait mme ce soir
que la confrence pourrait b.en se
prolonger indfiniment.
La dlgation russe et toutes les
autres disent beaucoup de cho;c>
pour leu'S propies concitoyens et
Via lUflU d priver
Chez Benoit Coiiba
No 1713 Rua du Mag sin
do 1 Etat
foblaRbolota, G and -hou dv
CadTM pool Photog.aphe, Bijoux
ixe. Fil 0 ids'n, E beaucoup d'an
tra petits articles Boa msrch.
*ons moatr, Hu' rcem
'V dara deux ii o i-ux docu
J81* ux sources olficelUs, com
nu'1 le 'ro'et ini''*' d'emFrui"> de
[tttve eidasive du gouver
:E|einca'i, a t de quirse mil mne au ornent
Jddo.la._comment leg.J ce te admis. rst.on s:n.sirf,iealitr,
P^wt OM'en ""mme*,.- s no^d u |-e a -sens duo s
que ce rnontlnt ft rduit i ience dej-np th r I : po^'J '
mande relative aux dommages eau
ses par les expditions Denikine et
autres rvolutionnaires, mais se d
darent pr s i rgler la question i ti
tre de rciprocit en coopration des
rclamations coatre les dettes de
guerre de la Russie.
En rponse a la clause 7 du m-
morandum, les russes disent que les
pourparlers o .t t rendus plus diffi
ciles encore par l'msistacce de cer
tainl Etats 1 i.npo cr h Rus ie ai
mcy.n de l'article 7 des obligation
en dsaccord avec sou systme sociil
et avec l'article les rsolutions d-.
Canaaji
La clause 7 commettes par un m\
gnifique pramba.e icconaaissant le
dr^it o.ivc.a.n de la Russie i orga
aiser dans son propre territoire soi
rgime de proprits, son svstm;
conomique et son gouvernement,
mais la clause eu elle mme est dia
m riquement oppose au prasabi
le. La rpin-c pousse le systme de
tribunaux mixtes proposa par les al
.es pour le rglement des rclan*
100s trangres Oe systme, est-il
d t, n est psi compatible avec le sys
lrae commut:
Nous au-ions t heureux d'avoir,
de k c ara de
nomb cuse* vie imes.
Accep'er autrement que comm?
des t-iotes le- moovemtati q rH i
clenche sur le dpt, l t de
notre part calcul oa igioraice Naus
^W accept cette rducion;
^ malsaeoatre
il lred dont non so nra s Fa;ee
les et an del ?
La rponse IOU
auxquelles ils n'attachent pas unejt ent que les droits ptfrentiels que
grande sign ficalion 11 semble tou.ejla Rassie pro-jose d accorder aux sa
fois rgner un dsir gnrai d'ariivei-.cieos piojritairas leur diuncraient
i un accord pour tablir la paix ea 'a possibi. t de participer la recoas
Eu j I es Russes oui tau appel i'.tiuctio 1 russe s-as .es tnbaaiuxmix
Mi L oyd G:0 ge et aux natieas a'fio* tes.
ope qui rclament la paix afin dob t Les diffrends fin ne ers entre la
lenir leur appui pour le pacte de,Russie et les puissances a Les, d-
non agiessu-n et leur dsir de disar clare la rponse, ne sont pas un obs
memeut. Nanmoins, ils refusent ab tacie au rglement immdiat des au
solnment d accepter les p.oprations ires i>rc blmes soumis 1 la coatren
alles au sujet desb.ta trangers e; ce. E le ritre les tdarnatiens rus
rejetent 1 tablissement de la com ses pour les dommages occasionns
m-sston saixlu d arbitrage propose par le blocus et les gutrres souleves
qui ;erait charge de se prononcer ontre elle pat les etraiges citant
an sujet des lclama'ioa dts tran l'appui de sa protestt ea les rc'i
gers contre le gouvernement des So- ma'ions de l'Albimt lors de la guer
vi^ts re civile amrici w E'!e di% que le
Mi Jcitehexine a remis la rpon-'Soviets cdera ent sa -om. iJ,a


HMADII

seule condition que des cidits rels
soif'rt placs a leur disposi'ion et
que les de'tes de guerre soient annu
les. ce que ne fait pas le memooran
dum alli par consquent la Rittit
muntient ses rclamations.
, Le prambule la nor cn'iq 1 i-t
l't itude des allis i l'gard du ton
veraemem des Soviets di ce n'wt
,pas telle ou telle solution de 'a que*
lion qui tera le capral affluer ei
Russie, mus les garanties Que le z i
reniement russe pouira fournir pour
L'avenir et la consolidation de ce go i
yernement dpendent de sa recoa
nti^nce de jure.
conversations officieuses se poursni
viienl Gaes sur les questions des
rparations allemandes dans la pei- ______
?e que jusqu a ce qne la question *"*
oit rgle de faon srtisfaire le m1
nirrurn des demandes franaises,on ne
pourra compter sur une tranquillit
lelle en Europe.La France, dclare
l or, est prte a consentir quelques
amngements rela'ifs aux paiements
SS4B&SB
Rhumes, Toux,
Bronchites, Laryngites,
et autres affections des organet respiratoires, indiquent
un affaiblissement de l'organisme.
L'EMULSION SCOTT
prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps et
augmente la force de rsistence contre les maladies.
A. Vendri
,i Ooe,ett KlU10 dcohhi
rs en parfRjt fat de (ontt
L
tfB
m r- crt->*
Rk0 tvo '
IP' Si I
i( it,t r i
S td
X '. V H *
V t
. I'. ;l .
' mjtuuu i
Util
IU||
11
vw
M
Secrtairere d'Etat d$ ty te aux i n<-<*
l'Intrieur
Port-au-Prince, le ij Mai 1921
Mon cher Clment,
Communiqu
A l'occssisoi du la ceremoii* d'ei
quoique apparemment elle s'en t en Sflfi'fti1 PJ**i(iT\t de, J" J'ai lu les diatribes du Qmm Hati*.
ne avec persistance aux clausfs ton "pPun|,que> le U*partnment de I In Mes vues tant tout autre que Isa siennes, et.
a....i.lla_________..____, _. 1 Wntar porte la Connaissance d'1 n'ayant jamais Et* a la solde dauenn ministre
damtntales concernant! argent et les public que. le lundi 15 Mai nr Chain cet daucun prvient aHaid, d'aucun che.de
pa-acties insres dans le -rat dt tous les bureaux ft
Versailles. On a appiis que la Franc publics chmeront
et sts allis cherchent uu terrain d'en
lintfl qui loignera toute ncessit
d'action militaire par la France ce
qui est considr comme tant ttl
possible.
administrotio *
Port ai Prince le 12 Mai 1922
es Lours
Le Mini sire Bira>i
la Commune des
Verrat te* au Prtm
Monsieur Rarau, Ministre de In
Justice a invit lee loges de bo d f
frends Tribunaux assister au Te
dent Louis BORNO ^u1m1m,,i-'f.ra chu i cane-
drale le a Mai courant, I occasion
de l'entre en fonction du Prsident
Liber* F^n'iie- Frattrrit Loaia Korao mais il est arnv -
que soit par mprise ou de propo
dlibr le Ministre n'a pas sign ci'-
RJCPUILIQUE D HATI
Veirettes, le 13 Mai 1029
A" 119,ne de l'Iidpendince
le Magistrat Communal de cette
commune
A
Son Kxcellence .le Prsident lu de
la Rpublique d'Haiti Louis liarno
Port au Prince.
Etcellerce,
La commune dt-s Verreltes salue
vec joie Votre lection la proraie
te Htgisirstnra de 1 Etst. La popu
lalion des Verrettes s< sent h^ureu
andes ni de farceurs |e ne dois po ait m'occupe
es vilenie* Si l'on avait attaqu mes prin-
pes, j Mtaii rendu rponse, au contraire, ce-
principes sont rests debout et krnies.
j'ai constamment dsir, depu tion pour la masse, le travail rgulier pour tou'
et une nouvelle orientation de h ;K>!itique ha-
tienne vers la vie et non vers la mort
'Avec de pare les Ides, monsieur Louis llorno
qui reprsente ces principes tout comme Mr a
S m __ l'irmin reprsentait la hau'e moralit dans notre
la O.Q*s core moins cinq cents dollars.
Pour quels services/ Servir ma patrie! Aller
dC.
Je crois connatre plus que messieurs Joliboi
fils et Gurin la valeur de l'or. J'ai beaucoup
voyag, beaucoup vu, tt personne ne peut dire
que, ou dans des dillicults ou diai mon bonheur
1 en a eu me payer pour aucun acte de main.
Que l'on m en cite un seul ? Que l'on me dise
quell* poque j'ai t la solde d; quelqu'un
La politique de Mr Louis Borno tait la
mienne, j ai d faite le possible pour la taire tri-
ompher. Voila la vrit je ferai encore plus que
cela pour que le pays re dbarrasse de l'idiotisme
qui veut le tuer, malheureusement.
En attendant la loi pnale parlera pour que I
quitude revienne dans I esprit de tous, je reste
ce que |*uia et suis encore.
AtJectuej sment
LAVENTURE
invitaiions \ussi ce fait est divei
Bt-tient interprt par L-s Jug&3.
Le Tribunal de
Cassation et le Pr
sident Dartigue
nave.
j<
PARIS-^ li"R 4**5 T/2
Dollar ra.fl
NEW-TfORK St^r ing 4.4^4 8
Fianc 10 f8
Parisiaua
D1M NC1I
William Fox D'^ente :
Gatd^s Broekwell
La grande et clb"e toile
amric i"e dans
elle qu'on
ab inIx 1 M
Roman dramatique en 4 parties
Suzanne Graadais
La clbre parisienne dais
M
iUi t .lli| C0litre
bres pofte obli bien h^seti^B de la Hpvblia]
ni et des paye vesins, je vea|'
lierai dei caites postales iu||
de vues argl-iaestaBHuia,,*^
Miss Tee. Kia Ora, Stockw
drea, Angleterre-
ASTI
Opfrmlm, ]___
r*Mbm
TU -
CIGARETTES Cl
tu POUDRE
'J!
se auiourdliui de venir prsenter
l'lo du 1U Avril, ses hommages rea 8at.'n ont rendu \ 1
pectuaux e
es plus viv
contre
STIPATiON
prenez 7^s
COMPRMES
dei DLOT, Pha.TOcie,
lltt, ; I -(iit-An'Oia
I ATJI
C'EPT LB MF.'^LEUF.
DSS PUROa* t^ J
roT' tKXJ-i 3 x.cca
. ,ir.V'TI -.;.: * /.L.rKTini
/ v .-,. du 1 -1 *-'-'U m,
.. ,-.....' ' iir-in '"-
-..-.
Les Membres du Tribinal de (!a-
n*"la" priant de"recevoir 8deol DartigaenaveNoue CroyonI.Uji ce.
.....:es et lincrei salutions WiC que les Jugea de la Lour Su 3
C'est votre courage que chaque P* ont prsent des flicitnlion
famille aujourd'hui tranquillise ur au Prsident Darbguenave poj-
le sort de ses membres et la passes J*W l bun qu'il a [ait surtout da-.-
sion de ses biens, continuera jouir dans la Magistrature.
la raAiue scurit sans '.laquelle il__________________________
n'est pas de bonheur possible
C'est Votre cooitge q'> le peu
pie arrive marcher dans los voies
del civilaiiou et Uu progrs ou uous
convient les autrts u&tioi.s.
Votre nobl carac'ro et Voire
loyaut bien top.nus de tou*; le mon
de, ont d p [ait ressentir I s bien
taits qui ga a-maFent Vos droits ten
dant If* conter ter intacte*, ce
pour le hoob ut do Vos ci'uyens
ii in g'o'tv de I Patrie
Pour ma prl et au nom d-- U po
pulalion doul ; suai Maire, j* ne
ne crains psi d me coi ni nei l lUMrl
proie.
E'U coupts A tpra qui S ta
Kxctllence ne inanajuara p courager cne population laboiieur*
qui n'a tou|otirs lev que le travail
t-i le progra), !a l'ix et ucb Hati
1 iopeie
Qui le Trs Haut Vous pi t^ e eor.
prcieux appui i afin de mener
bonnes Aoi les lourdes responaabili
lia que le Conseil C91 s'.itu lonurllo
ment runi eu Assetuble Nationale
a eu Vous cottier pour d rtger les
i> h destines te la fa rie L" dfCHM
mni de la Coesiooe des Vetrtttes
VoiiB est acqnic.
Que Votre EictHeoCfl digoe n et
voir ies re>>p c uense>> talu snoi s de
la population qin procUlDt s'- liof
h, le tno'iq ht* dd I tlu du lu i- ni
m-:
Silutatii np rep> cluetisoR
gigOt Eatilua . me. 1) Mate lin,
\. l.-uoche, B zi'en. H Monoltltir,
1) J11 l.ouia ] une, Du- E. D iso ue,
Ih-Biii n n Sylvain. B Bu.b.on, Beu
Sai.oni, U M.rcmr, C Mastellon,
B N MoncbOOtt. D Jn Jrme, Jus
Mn 1. Bogot, 1 Jeune, A Salomoa,
h fi 11.1' l.oui.. Ch Manigst, OdOD
Voltaire LtCit, U luellus. Dsinon.
M Bt'LtMItS Alexandre, Camille Fils
A il*. Louis Cbrstoihe, M Marcel
l,t>. 'zi.il Ctjni't TU Jo Franois,
C tyLiijux { MH^ietiut lomuaal)
Et qu-'iq'. PS autrts signatures illi
iiWt". 1
Acrostiche
d Vlinent M a g'-oire
Lorsque l'on a bien en soi, I lmc d'Haiti,
On veut tre tou|Ours trs fier de son parti.
Une kafluence obscure, ne peut l'branler,
I : 11 1 de st nationalit.
01 sou pte 1 voila candidat,
Film artistique et amoureux
de Gaumcnl
Erlit : 'ieoordss
Balcon: '1 50
Lundi l Mai lirand g*la avec
La Flambe
TteE'fl&lHkH
L*. sp? fV'-gin'a vinaati!
ton sera ici vrs le i1] chu
pi en d^ du fr' pour les st
prns habituels et df pu
destina'ion de Snt Tbofln.
Port-au Prinre. le \\
L. PREETZMANN AGGI
Agpnt.
Nof6371Vifc do h
Ar'-icles da 1re Comt
Mi ae's, cliioolets, ira,
dailles. bourses etc
Rub n pour linaorit
ttffetss 1
Chaussette, fils
1 c hn
dp 6 mo>- 1 eoi
Colliers gohltbj
Vvis
Bien que deux ou trois, blasph nent sur son tat.
0.ri' /.-vous taier ce smart Prsident,
Revu/ de vos erreurs au moment prsent.
Nota- .uitutie rsi laite, croycr-moi messieurs.
Oh Oui, ive Bo-110 nous aurons un grand mieux.
:o t-au-frince, 9 mat rpia
J. CHAbS.UNG
Varits
LaK cranciers de la Liquidation
Jean Talamae sont invit -s M pr
en er avec leuis titres ai Obin*
le Me L^cn U jm, Rue Ft'r a N v
e lu'i.n 'Il M ico ua t. dix he!'
Kl du main, pour rtfavo'? I* v
I eur qui leur revient pfOVtDOQt de
e liquidation
fort au Prince, le 12 Mai 1922
' Le L'fpiiri" eni.
F LAVELANET
\VIS
;i en
f r )p-i^
DIMANCHE
Les trois Mousquetaires
Ch
pitre X
et
Papi HuIIn
Musique ylvsin Feters
Intre ; 1 g.
fVRKEVLOSB
Trait pur
Maieraoiselie . ey Va
doune avis eux notants d
vea et oe cet^e juridiction
dant soi -*ba< e *ll I
MICaM p**' *" '' ^
pour la v ntt des L
suo e^-oon d- na mre m\
toutes 6 s ra< vea con rel
sera far au m-iuriH du srt
Port au -rinre. 3Mi
Meile Lucy VAN flORl
le Stanioxyl
TVBEHCV OSE
Trait par le Gi
Glyde Sleainship C
Foreign Services
Le S/S iHaith laissera Jacmelvers
le l <(u (oura>it et sera Porf-au-
Prfctc* l iO H ptira le mme jour
pour MewYork via Ivs ports du Nord
Port mu Prine* *" 1^
E. F. CLKtBhTi
Mai 929
MNil yktral.
B L 6 a v s
En vente chex
!.. Pree znuinn AGGKHlwLM
Hue SYPHILIS
Traite, par le Novar Seni
En injections intraveineux
Dispost
En injections intramvswlaires
Dispositif pour injections S*US'CU**4
Par voie intestinal* SupP0
i Sl Ame Des labtrateir*
Robert & Carrire
37 Hue d Bour;,ogue Pari
Magnant Dupofl
37 Rue Pars D vioud
| Ageuis gnrt** pour Uaiti


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM