<%BANNER%>







PAGE 1

It .Vfcr\TtN Le Malin Fortta-Prio-e Dpartements Etranger Les insertions eaux du Journal, ctine ABONNEMENTS TJi M'* 25 ?• sont rrues aux bu 1358. Rue Amriviets ni sont pas satisfaits du proje' des puissances pour le [tablissement de la Russie.tel est le bref sommaire Tenus de sources russes de i'opnior bokhvisie sur le memotanduta sur lequel les hommes d E .as europens ont travaill si laborieusement. Le fait que ce document ne recennai' 5 1s le gouvernement des Soviets ei ;no e la suggestion d emprunts gou vernementaux dplat beaucoup aux rh'fs communistes qui sont en corn muoication avec Moscou ce sujet Le mmorandum ne leur a t re mis qui 4 heures ce matin aprs qu'une tioape de secrtaires eut Wa taill toute la nuit a en fine la re diction oltkieile. Le document a t expdi a Santa Mugherita par auto mob.le et remis a Mr Rakovskv dt Us bonne heure le mati". La B lg que n'a pas s go le mmorandum e on a appris ce soir que U Franc avait dcid dappuyer l'a ti uie be ge i ftaes, on n'a encore reu aucu ne notification officielle de la dci tioa de la France. Rien n'indique que la B;lg ; qur soii satisfaite de la clause sur la pro riU prive dan le mmorandum la Russie rrme ivec l'am ndement franais. Mr laspar tait en tioite communication avec Bruxelles. Oi possde maimenant le texte complet de la clause sur la proprit prive qui a caus de si vives discussions. Elle dclare que la Russie a le droi d'organiser l'adminis ration de cette proprit comme elle l'entend, mais qu'eil doit tendre ou tnbiir la pro pnt pnve des lrrngers ou si elle ne le peut faire compenser tins lis intrts trangers pour toutes pertes ou dommagts quVs ont subis pai suite di la confiscationou pour la se %  MlUttioa de leurs proprits Tous les chefs des dlgations sont iatifaits de la sance plmie d'aujourd nui. Liste des passagers jA la Rue AmrrciioJ du Macoris SS&J& ? Sa travaux de la nouvelle voie terre qui iST^* lir au magasin central de l'Eut. A-t-> J aux inconvnients qui vont rsulter au aj^ ut des passages niveau devant tacilnerTeZ* Madame L-ofine, Landre Daniel, Mr et Brun Kavnaud, Mme L. Lifootait, Oisell Ttiserot, Louis Pescay. Germaine WUy, zanne Piscay, Numa Odene Chssagne, Coralie Simson, hmile BliBchet, Mme Numa Chassa gne, Cari Mlinchet, Dr Fourori, Soeurs BirchmacS'Fredu'phe.St Liy, Aderald, Marie de la Circoicisio -, Mme Dalsmar |n Joseph, Mme Al thon se Inloseph, Eugnie |a*|osepb, Vve Pascal Ehe, Mme Nord Jean-loseph.|Mme G. Edwo, Du-cksrabr, Lavallire Claude, Mme Richnd MeSuite, Cinette Me Suffi?, Vve |ohr Latoche, Philcrxne Fiert, Amlie Liauiaud, Mire Boulin, Ccile Piard. Fnncis l'Iurketi, Frre Jean-Marie Failli, Frte Jn-Loui Dion, Unes DiltDcour, Mme Dai'ncour, Gcnelia Eugne, Soeurs leanne de l'Assomp non, Ste Antoinette, Eiistie, Thr ie de St Pierre, leanne du S. -Sacre ment, St Rmy, Argle <Doints essentiels de ce code sont la limitation di 1 mission du papiermonnaii osant la pari avec l'or et conomisant l'or. Lts Etats Unis, d t sir Lamtag. qui possient plus de la mom de l'or ne pouvaient paiticiper l tude de ces problmes et atd.r ainsi l'Eu ropi La confrence conomique, sa seconde sance ploie d'au)o*rd'hut, a adopt le jappoit da la com mission financire et du transper qn ont t adopts par la cohrence internationale pour continuer I oet% re de la recoastruction europenne commence ici. La conf.enci ntat cre corapnadra les binques dmission des diffrentes nations el a a mis l'espoir que la banque l drale des rserves des E'ats 1ms y oerait reprsente. Celte confrence se tiendra Londres tandis que telle du transport pour la recoasiructioo t kola, do l'acatisn u Irit, das su 1 w 1 lu, dea piinrh,dn consomma! un bon (aue* de cet intressant quartier. H* Varits CE SOIR Le Tigre Sacr 0,50 Avis Office du Chef do la Polioi Port su Prince, le5 Mail Dana le bu' de dianiuuor la bre ries icciden's csuss le plus gt vent par la ngliguce des (M t'eui s et coch rs et qui stUipu nenauell ment le cb ifie aorat t5 ., le DpartemsiJt de la Itl • vise lis inireai-, qi pu tir | demain 0 Mai courant, I artied in rglementa de la circulatiio i vtbicuioa iini coru ; En cas d'i-iboi ration dl al prescriptions 1 q je tout eondutaw luit connat" ) la circulant)* dl on. %  hicnies asra arrte par les apaU Jd la Force pi blique .sans prljiAft le la coridain .Htio a I amenai pr vue par la Loi ara obierv i %  eltre tou es fins utiles. W.H RUHERTUS Chef de la Police —i—ii^— % %  —-TC Remerciement* Mr Jules Hrauz et u lillr, les familles Cadet, Mose, Uujour, Laleau, ouerrier m 1rs autres parents et allis, remercient UMI lo amis qui 4e loin ou 4c prs leur ont dona m tmoignages de sympathie I occasion dt U i Je leur regrette, Marie Claire Uujour, (y uks Hraux, enleve leur afiecuon le )• dernier, et les prient de croire leur puant] icconnaissaace, ion-au-F rince, le } Mai 192a. a PORT-AU-PRNCB Alr-.PKTKU; "Mrnuo ALBBR'l'IM rharaaola a-a omtm vi.u ni mi'rM le* honni" Pl.rtrmHeif C'est cet apia midi i 4 biama ond point de la Rue Dani. Destoi clic"! que la Compagnie des poa> liera fart devint le public l'tmtai s nouvelle pompe 4 vapsoret a contre mon ancien ot estimable pro mardi1 incr>yible fesaeur de droit international, mon qnpHe h*nre. iras sympathique confirf, qui a eu Que rhscun se passs cette souvent m rappeler "Qu'on peut nouvtl'e I tre ami de Csar, mis qu'on doit i-a-iii^ B ^^ iiii i ___ tie surtout celui de la Vrit ', et dan* l'espce celai du Droit. i \ussi bicn,atin que i ni oen ignore comme no-ia disons au Palais, ie vons saurai gr de faire inarpr la prsente dans votre plus pro^hiio numro, et d'agrer. Mr le Directeur, avec mes meilleurs remercia mrita, Mes Bincpres saliittiona, Antoine TBLEMAQUt Avoca; Membre Union Patriotique n importe borinj Rixe Deuil Les Frres de l'Instruction Chr tienne ont la la douleur. d pprdrei lp Frire CLAIR dont IPS funrsilles' liront liea ce soir 4 heures dsna la chapplie do l'I'.ihtitunoa St Loais! do Gotzignt. Le Frre Clair a consacr plus de • cinquante ana de aa via i ls )eunessej deAntilles. Hift>ver* 4 hpores ot dpmie d l'api midi.uoe explication ao> lion aux migetinl di Mr Hugo. Meva entre celui ci et M. Maurice Etoo, pronom dune dJff)oiltd provpnsnt d'une affaire d intrt. La discussion s'enveniment, les deux advorsnirea en vinrent aux maioa .M Meva reut | un coup de rasoir tu'brts tt Mr Etienne en sortit tvtc dt srieuses ; contusions. L'sffaire sert rgle ptr le juge de psix. %  Clyde Steamship C Foreign Services j Le steamer "Hati* venant de Nim Yo*k arrivera au Cap Haitien vr %  4 du courant laissant le mme /oijf p* la < apitale via tous les ports m Nord llseraici le 7 et laissera {e m#m* jour pnur tous les ports du Sud J** qu x Jacm i l d'o il retournera iw aumPrince vers le 13 en route N** York via les ports du Nord. Port au Prince le 2 Mai 1929 E. F. CLEMENTS, agent gnal TT1 Vendre Ll Goelettp KINEO doubla mo teurs en parfait tit dp fonctionne; ment construi'e aux Ktati-L'nis jau fpsot loo tonnes ne' d'une construc tien aol.de et l^antp, pour rsniti gaimentaet conditions. S adresser ANTOINE LABCO eut Ctvrs Msiti. Parisiaua PIMANCHE Un chef dœavra sansationnel de l'Aaiociatioi Cinmatographique des enfouis dramttiquei : Uapprentic Le clbre roman de OUS'BVP Qaoffroy avic la meilleurs, sefeu s da la li %  n go, Da L'AMBIGU du Th. VAUDBV1LI E tels gne Duqoeant, Ponee Sylvaira C est nnaetne qui SP pa<-p -n D*cpmbnl88j et Janvier 1871 Hsris SKsigKotre : 2 gourdes Balcon ; S |. 90 DISQUES COLUMBIA Amateurs de booae musique, accourez cbti\ L PreetzmannAggerholm Rue du Quai O vous trouverez de Superb *s Disques Columbia mor** dopera; One Step : hox-tnts,monolo


PAGE 1

Dn *nae flof JB0O 001011011 PROWtlETAIRI Clment Magloire RDMIR'J 20 c ^THiB PoH Prince, fiaiti Quotidien Vendredi 5 Mai tttft Nos don tes sont des Iraitres.quinous fontSperdre le bieir que/nous" pourrions faire, eu nous, dtournant de l'essayer. SHAKESPEARE REDACTION; Une Amricaine No, IX* nous faut du Ccuveneui scientifique [pioei rjouissons ,'aufc jour haititn noire ancienne lialise 1* forrat le lib raie piller et dcrie tjwoir aux plus rapabl s, et Le Pouvoi-, omb: libert de IPar Cabl e Jacmel Nouvelles iMoreusemtD par L fo ce na des choses ; et nous ajou |i'il devait se dgsg r de cette Mien no double devoir • de rfwr les administ es de se ra • rageux W p upir du temp<. se figure que cette 1 beri iui nuit et l'sxfilbt Rica n'est plu" 'aux, et nous en trouvons ta dmons ration dans l'hi^'oire mme du I b j alisme hatien. Jamais, au grand |l Hcouveau pouvoir ; et devoir mais, ni dans l'poque antiicur, n< celui-ci dt crer une admiois iaoderce des sfl ires hait en it telle soi te que les future* iimissions de pouvoirs puissem plir sans plus de dchance, contraire, avec le plus de chan et progrs. ifc au nouveau pouvoir, il y Itiiravec les anciens procds flsesernement, de faon a les ti ivec le daitiguenavisnv, qui H leur dernire incaro.tion. de prcision est ici ncestlD Du dans l'poque postrieure, ta presse 't la tribune n'ont t ch z n^us %  ussi libres que so .s les prsid-rces Uc NlSSSge — Il a - annonc au il-urs. duu margeaient jourd'bui apis le conseil des minis sunea femmes super .res auquel assistait Mr lluthou que e gouverne 'lient franais a dad d; ,'outenir la l'elg'qus dans son oppo sitiou aux conditions du iiienurindum des ail es *la Russie sut la qutitioa de la p-opnti Drive. Le commun que otheiel pub i apr. n progr; a G les ayant oour but Je transfrer des co n^agnies anoncessiooa exVOOiair piooitt'.aer tti tia.it que I te ttdle libral. o r ces deux praidenl" 1 ? 8e reaa %  a aait et ee dcidait a ces lurentoarticulirement marques' t SSSS^ii "SES? E%" ,ad l "? !1: __ i. 7*7.-. A. i , lepoqua ou dans une it.nosuha j ..arleigoe de la paix, relative >UVX!aut 3 d iWMlit)i e plue .nent. t>ieu entendu, — et si ce n'e b d li tinitiatives *sgvtalent et tiais .ait malheureuiemen. les complici aaieai j,ar uioa.ii'laute d une tute.no que ie conseil des ministres fat ajoir ions survenues a la fia de la prs*'cordiale. n est ainsi .oni : Mr Poincar.pr tence de Canal, on et t admis il Co i^^ate hureux qui nous peroitt sident du coase I, au no n de tous enier que ceite beii a garanti ie|da CoatampUr l'evoluuon uortaue les min stres a remet;i Mr Btithou pioites avant la K %  • ation par les' franc lis et belges. Les r.-prcsenta-ts di ces intrt fureni alarms des fai cih's don es par l'article du mecoiicesvouloni tout d'abord que la iJolatioD, le mensonge et la du iipataissent de nos snoeirs iwioemeatales ; cr c'est en face JwiBger que nous sommes au kkai paces, et il import: que %  e laissions pas plus longtemp< Imiter dans son esprit que tous 'nuiiens sont di s mu es, men o fourbes. Ca-, esprons-le, ^•Jfoovernemeot qui s'en va. le *ul*id des malentendus vo.ooia "Fp:l se dissiper. le dveloppement des vne Pi pu Mie que la formule es %  Mlle du ubralisme h4.iea pa *wraujourdhui u rl>satioa, le Httio gouvernement doit avo.r ^i-voir de faire entrer dansda Jjqai tant d'autres des, Jerata pour •Jli le P-rti hb raiHatien a %  *et lest Ja ci.fi. *premier iang e>t le rgime de %  las l.beits, Nous connaissons %  •tswle ds imprialisms et des JjniMts : la 1 bert, certes ; mais P* %  hetoce. Mais, comme c'est le t lui-mme qui se constitue 2 cas eu c'est la libeit et de M c'est la Lcence. il arrive rou ** Se. sous pi:exte de refrner iiHeace, on toufta la libert. tgime de loi m.rnale et de ? %  Pltales, si largement encou VP" le daniguenavisme, est, par T 8 "**. b en tait pour tent;r, par !ICUo a. it faite nflurir sur le sol cours normal et la dure de ces ad d aQe socit, f: co a (reuioue uu de l'euerce et de l'aatortt uu'il a ministrations. ,| f Br ho l lnla ; > P hjl1 P' 00 ; ers montres pour faciliter les travaux Aujourdhui que les risq.es morandum au iran-fert des sions au d riment des premiers pro oritaires ; dans ces conditions le cabi b net be'ge a approuv ci Gnes et en ml dfendre les intrts 3 m IOI, oti. tji q.ji qui (lenue. d coakrcice d^ j. aux lij.uiuda franchiles oo.t ae ce f e jcieaia idua ioaurmouvbi.i. Uatlme ^'"P' pour guerre civile ont comp iemeot du l-uPt i„ p ri a ttI Uj ^ 4 iCt t &vtlui franais. Ap l'esamea de la situ est pSftiCU|tf.| 1 £ U d d JVC siiv.p! a i timbra lloni e |OO v rnemeeit de h Repu exeicice d.aigentui, duos ua lxug>gi SOJ. J • %  %  '-" %  "• ; %  • ••' •, %  > %  :> i i i^i.iu ..d lujjjjiu uo u...q ia ,> 4 UJ totracoi l'adolasc iuca uo ceua .laAkUta ds bvllt — Il os. du nom JI j — a diu^Oii CJuOiiaei.ii dur SJ i fiMuie. ps oo.ubis i uo a o.ousji i s l'iclio* da d COJ y iBiai do a les se piq ia s ua m au l rdv.6a.ciar. uo wueie la a wiit, i aoia is a wiy respecter, A ceux qui eaa-vent que ltf| | UWd-1 JlCvJ1 A^.*.* t;buuO mpltement ce matin l'attitude de Mrjaspart et a mamienu ses instructions prc den ts de ne pas signer le dum. prc rmmoran paru, le terrain haitiea itreraient prpar pour a libert. Gela cre, a n'eu pas duu ter, uo devo i ts giave pour le noj veau pouvoir, et noas aimoas i a pr r q 'il ny fa Lira pas D:a comants dopinua soit ei ,iai.> de se cier dau> ie piy<, i la taveur ues ciscoastanjes aciue.lts". le tevoir au gjuverneme.it e>i de ie bliq^e a dcide 1 l'unanimit que la France ne s.se.merait pis de la Belgique. Mr Birthm retournera i G les veuiredi coucou.s des i£'.. L ,U .i ae>i pa> u ceataste a ce pays pour se ideeet • oui t il it de djig cm ut -y t u ique. le nouv.au ,uu. % %  r, — i lOttS tu ag eab e de le lui su^^ ier, — doit lepo.iiie, non p us p> a IOI m iltale. qui ue dj.t plus i.• _cn.deite que comme un cau.u mai du p*s--e ei ua lus rament d u 4auveru1.-a.eat d oo.cura. tis:ne et d ci:orisrn .^ ma s par le soai ie,p< ie calme et par la mise eu pratiqu Jes pioc.des scient tiques de gouve lemtut civilis, et non de gouveiu meut l'usage des sauvages il ut brigauis tel qu out pu le pratu|u< les Uail guenave, en hane de icv pays et ac leurs loacitoyeas. Il y a U tout un programme d action et de tolrance digne de tout des hommes de civilisation. I! y ivatl une r; grande agitation dans les milieux politiques autour d'ha par suite du tig amrae lanc h er par Mr UOU tl autoi J t.i.j.u Ua u .us un ; uiii^oia JJ luUia.e-t, do apaccu, t ctn. ti u. dj ma iq id liaaor uiia 1o ucie aa la Cerna idfM , toa: o Jiu 1 ie pa il oiaf a i ol.lJiu ^;>iil, Cal D.tf IUI p.e.a I lu. compkt P.^P^' 6 l n 8c eu Russie a.., es acus de la de.guoi faneuse eU "f1 Ju "> net au|ou;dfaui .ta.t icoii.eu.e Les mioiatres oat dua ^e vec grani intrlu :• 1-. ville et il'. tLi ndMe. Cet lient les ,,10 s d* la paroi s J qu ai ttait LOUO coiuculeiica ts: d'Inureut .,'..• o, car ou Jirat que mme 1 a a 1 1 peupla y participait eu aa .uV'irit par aen f-h s joyeux la ti i 'une %  rraur sociale M. Louis Buthu est arriv i Pans i to hrei } J ce matm et s'est r' n du immdiatement au miaisre des affines trangres pour sentretenir dv ; Mr 'oii-ar*, i ; assistera a une ruaior du cab us a beutei Mr B tua a tau u 1 np.ioit d ta eu l t xte du mmo anlum aux de g is --ovuis (Jund la d scuss on a e lerea Be,oa se?t rende co npte que ce qui parais .an re une divergeriez d'u, iniou provenait p us d'un mateo'eedu sur la mthoie d* proceiure q.re du principe par lui-mmt. Mr iia'.hou a d.rr re lui tout le ciDuivt ru rsUiant i toute usuipir foincu aux dlgus franc r.s a Gnes les priant de demander aux al.is de sarseo.r i la re mise du memjran iurn russe jusqu' ce que le cabinet franc lis ait t ofh civilement inform de soi contenu. Le t.gramme de Mr Poincir avait t interprt duu certains mi lieux ,0 nme ua dsiveu Je l'attitude iirihau sur la qu-stioa de Uqja ra btdfes de l'apis midi, \ i0a de P'op.i'. piive en Russie et MJ loviia voul .ui prouver par leur il a des inatractios de rester stricte .:.".[_ .' ^? €ntt <1 d dJ ca ;ouioi.jii ila odli ;raient de O 1 faisait toutefoisremarqutfdan* I s milieux officiels qu'une diffrence l'oni 1 ous entre M. Poincat et Mr lirth >u ne pouvait pas tre srieuse puisque IOUS les deux taient ab o lumeol da mne avii sur l'attitude g lrale i tenir i l'gird de la Imt BtedesSemti 0.1 s'a:teadait ce que le cabinet dcide de as tenir aras la Belgique sur la questoa de la res proprit pr.ive eu a'il trouve Uuag er ^edi*Ai< 1 a* riu k *." t* g*n*rl jun Vicente Goniei w Wr^n el ,f u BN Uni des deui btD| J|Ll5 meni Coyi:e craii retard*. "W Ei„„ J2^ Sur u proposition de Valer le ^ ''i^ft^^... ^' ur| e r*soluiion ordennani au* %  t'M' -.i i.1 M 1 M utDe'abar h sion d luil 1 r 1 I. r av c jutant d |[ %  -' l us ill lot JO rorn LONDRES Plus de 700 too ojvrie-s mci q lM d l^a .6. '• On • n SVC U 1 a Tire gO 1 nicrens sont actueltemeat .ok oui de J.rtrenJ ,, ,. &UBU Rrd ^^ ^ Wty'iaNuZ Y riaTti^^^tslV * ** Pou fini' mschroniqie LE MASQUE P wee weaasaei ae>ej iumi.ua v.u uu comme siiiaifi'ant qae ia aaaaturel ; r ,t * reunion d: la provisoire ue la dlgation tuoaiie 0 ^ '^^ ^ikt tu..es. sur ie memoraadu n de; Soviets est „ j J "' s nitMnbr oax ittl 4 une cessaire pour les d.g.tons iraru li* x ? "? omm ss 0l les attaues se et belge de se rne.tre d'accord sur ?",?f" 1 V n 'e f n : ,n npurdhui le ebaugement qu'a apport 1 article; ^ n,j u" le chef de Sa dlgiuoo 0 Un. changement qui ser /. 0 .^! J^ f^ par les dlgations b Italie ine av?.nt que 1 ,ient. irLT r '-' W4 c 5 i 1 , ; P Gr '"tes 'es proprits P o;--s appartenant 1 des frauC !.. GENES*— Les plnipoientiaina


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05663
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 05, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05663

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Dn *nae flof JB0O
001011011 PROWtlETAIRI
Clment Magloire
RDMIR'J 20c^THiB
PoH Prince, fiaiti
Quotidien
Vendredi 5 Mai tttft
Nos don tes sont des Irai-
tres.quinous fontSperdre
le bieir que/nous" pour-
rions faire, eu nous, d-
tournant de l'essayer.
SHAKESPEARE
REDACTION; Une Amricaine No, IX*
nous faut du
Ccuveneui scientifique
[pioei rjouissons ,'aufc jour haititn noire ancienne
lialise 1* forrat le lib raie piller et dcrie
tjwoir aux plus rapabl s, et Le Pouvoi-, omb:
libert de

IPar Cabl
e
Jacmel
Nouvelles
iMoreusemtD par L fo ce na
des choses ; et nous ajou
|i'il devait se dgsg r de cette
Mien no double devoir de
rfwr les administ es de se ra
rageux W p upir
du temp<. se figure que cette 1 beri
iui nuit et l'sxfilbt Rica n'est plu"
'aux, et nous en trouvons ta dmons
ration dans l'hi^'oire mme du I b
j alisme hatien. Jamais, au grand |l
Hcouveau pouvoir ; et devoir mais, ni dans l'poque antiicur, n<
- celui-ci dt crer une admiois
iaoderce des sfl ires hait en
it telle soi te que les future*
iimissions de pouvoirs puissem
plir sans plus de dchance,
contraire, avec le plus de chan
et progrs.
ifc au nouveau pouvoir, il y
Itiiravec les anciens procds
flsesernement, de faon a les ti
ivec le daitiguenavisnv, qui
H leur dernire incaro.tion.
de prcision est ici nces-
tlD
Du
dans l'poque postrieure, ta presse
't la tribune n'ont t ch z n^us
ussi libres que so .s les prsid-rces
Uc NlSSSge al, c'est-i*d re dans I. cours des.
^dmiaiMrations marques du cauj
Le cercle t La Camaraderie i i
Jacm?l a inaugur le 1er Mat ion
programma d* t'es dan* ace joytm
8fl dbauche da carillon et de dra
peaux, honorant en mme temps
quH St-I hilinpe e S Jacques Ifs
patro la de la p roi se, a fta de
l'Annenltuid tt du Tiavail.
Uh tut un spectacle rconfortant
qqi permit aiiv pjua scepti \n? de si
touir duu rve l heureux de le i i
not jacmiienoe mettant de i: ;
iea passions ab irdes, les diviai
iupida* pouf sa etandre ei ti i
contre une daagrgatiod taiaia.
Ua!is ce dcor magoid^ae d-i pal
nea *t da
des lie^
bs d uis
res
la imlnm de Geoei
Le
qu
Gourerneme r franais soutient la iielgi-
te.A propos du tlgramme de M. i oiu-
oan'.-L*vs Musses ne sont pas satisfaits
1/uvie de la recoustructioii
europenne
leur beaut crole, tou \.
P\Kl > Il a - annonc au
il-urs. duu margeaient jourd'bui apis le conseil des minis
sunea femmes super .res auquel assistait Mr lluthou que
e gouverne 'lient franais a dad d;
,'outenir la l'elg'qus dans son oppo
sitiou aux conditions du iiienurin-
dum des ail es *la Russie sut la
qutitioa de la p-opnti Drive. Le
commun que otheiel pub i apr.
n progr; a G les ayant oour but
Je transfrer des co n^agnies an-
oncessiooa ex-
VOOiair piooitt'.aer tti tia.it que I te
ttdle libral. or, ces deux praidenl"1? 8e reaaaaait et ee dcidait a
ces lurentoarticulirement marques'tSSSS^ii "SES? E%",adl"?!1:
__ i. 7*7.-. a. i , lepoqua ou dans une it.nosuha j
..arleigoe de la paix, relative >UVX!aut,3 d, iWMlit)i ,e, plue
.nent. t>ieu entendu, et si ce n'e bdlit- initiatives *sgvtalent et tiais
.ait malheureuiemen. les complici aaieai j,ar uioa.ii'laute d une tute.no que ie conseil des ministres fat ajoir
ions survenues a la fia de la prs*'cordiale. n est ainsi .oni : Mr Poincar.pr
tence de Canal, on et t admis il Co i^^ate hureux qui nous peroitt sident du coase I, au no n de tous
, enier que ceite beii a garanti ie|da CoatampUr l'evoluuon uortaue les min stres a remet;i Mr Btithou
pioites avant la K ation par les'
franc lis et belges. Les r.-prcsenta-ts
di ces intrt fureni alarms des fai
cih's don es par l'article du me-
coiices-
vouloni tout d'abord que la
iJolatioD, le mensonge et la du
iipataissent de nos snoeirs
iwioemeatales ; cr c'est en face
JwiBger que nous sommes au
kkai paces, et il import: que
e laissions pas plus longtemp<
Imiter dans son esprit que tous
'nuiiens sont di s mu es, men
o fourbes. Ca-, esprons-le,
^Jfoovernemeot qui s'en va. le
*ul*id des malentendus vo.ooia
"Fp:l se dissiper.
* le dveloppement des vne
Pi pu Mie que la formule es
Mlle du ubralisme h4.iea pa
*wraujourdhui u rl>satioa, le
Httio gouvernement doit avo.r
^i-voir de faire entrer dansda
Jjqai tant d'autres des, Jerata pour
Jli le P-rti hb rai- Hatien a
*et lest Jaci.fi.
*premier iang e>t le rgime de
las l.beits, Nous connaissons
tswle ds imprialisms et des
JjniMts : la 1 bert, certes ; mais
P* hetoce. Mais, comme c'est le
t lui-mme qui se constitue
2 cas eu c'est la libeit et de
M c'est la Lcence. il arrive rou
** Se. sous pi:exte de refrner
iiHeace, on toufta la libert.
tgime de loi m.rnale et de
? Pltales, si largement encou
VP" le daniguenavisme, est, par
T8"**. b en tait pour tent;r, par
!ICUoa. it faite nflurir sur le sol
cours normal et la dure de ces ad d'aQe_ socit, f: co a (reuioue uu de l'euerce et de l'aatortt uu'il a
ministrations. ,|fBr .hollnla;> P hjl1. P'00;ers montres pour faciliter les travaux
Aujourdhui que les risq.es
morandum au iran-fert des
sions au d riment des premiers pro
oritaires ; dans ces conditions le cabi
b net be'ge a approuv ci
Gnes et en ml
dfendre les intrts
-3 m ioi, oti. tji q.ji qui (lenue. d coakrcice d^
j. aux lij.uiuda franchi- les oo.t ae ce '
, fejcieaia idua ioaurmouvbi.i. Uatl- me ^'"P' pour
guerre civile ont comp iemeot du l-uPt i pri.a,ttI Uj ^4,iCt,t &vtlui franais. Ap l'esamea de la situ
est pSftiCU|tf.|1Udd jvc siiv.p! a i timbra lloni *e |OOvrnemeeit de h Repu
exeicice d.- aigentui, duos ua lxug>gi soj. ,
J- '-" " ;-' , > :> i i i^i.iu ..d lujjjjiu uo u...q ia ,> 4,
uj totracoi l'adolasc iuca uo ceua
.laAkUta ds bvllt Il os. du nom
ji j a diu^Oii CJuOiiaei.ii
dur sj i fiMuie. ps oo.ubis i uo a
o.ousji i s l'iclio* da d coj y
iBiai do a les se piq ias ua m au
l rdv.6a.ciar.
uo wueie la a wiit, i aoia is a wiy
respecter, a ceux qui eaa-vent que ltf| |UWd-1 JlCvJ1 a^.*.* t;buuO
mplte-
ment ce matin l'attitude de Mrjaspart
et a mamienu ses instructions prc
den ts de ne pas signer le
dum.
prc
rmmoran
paru, le terrain haitiea
itreraient prpar pour
a libert. Gela cre, a n'eu pas duu
ter, uo devo i ts giave pour le noj
veau pouvoir, et noas aimoas i a
pr r q 'il ny fa Lira pas
D:a comants dopinua soit ei
,iai.> de se cier dau> ie piy<, i la
taveur ues ciscoastanjes aciue.lts". le
tevoir au gjuverneme.it e>i de ie
bliq^e a dcide 1 l'unanimit que la
France ne s.- se.merait pis de la
Belgique. Mr Birthm retournera i
G les veuiredi
coucou.s des i'..l,- U .i ae>i pa> u
ceataste a ce pays pour se ideeet
oui t il it de djig cm ut -y t u
ique. le nouv.au ,uu. r, i
lOttS tu ag eab e de le lui su^^
ier, doit lepo.iiie, non p us p>
a ioi m iltale. qui ue dj.t plus i.
_cn.deite que comme un cau.u
mai du p*s--e ei ua lus rament d u
4auveru1.-a.eat d oo.cura. tis:ne et d
ci:orisrn .^ ma s par le soai ie,p<
ie calme et par la mise eu pratiqu
Jes pioc.des scient tiques de gouve
lemtut civilis, et non de gouveiu
meut l'usage des sauvages il ut
brigauis tel qu out pu le pratu|u<
les Uail guenave, en hane de icv
pays et ac leurs loacitoyeas.
Il y a U tout un programme d ac-
tion et de tolrance digne de tout
des hommes de civilisation.
I! y ivatl une r; grande agitation
dans les milieux politiques autour
d'ha par suite du tig amrae lanc
h er par
Mr
UOU tl autoi j t.i.j.u Ua u .us un ;
. uiii^oia Jj luUia.e-t, do apaccu,
t ctn. ti u. dj ma iq id
liaaor uiia 1- o ucie aa la Cerna
idfM , toa: o Jiu 1 ie pa il oiaf a i
ol.lJiu ^;>iil, Cal D.tf iui p.e.a
I lu.
compkt P.^P^'6, *l"n8c eu Russie a..,
es acus de la de.guoi faneuse 'eU "f-1 Ju "> net au|ou;dfaui .ta.t
icoii.eu.e Les mioiatres oat du- a ^e vec grani intrlu
:
1-. ville et il'. tLi ndMe. Cet lient les
, ,,10 s d* la paroi s j qu ai ttait
lOUo coiuculeiica ts: d'Inureut
.,'.. o, car ou Jirat que mme 1 a
a 1 1 peupla y participait eu aa
. .uV'irit par aen f-h s joyeux la ti i
'une rraur sociale
M. Louis Buthu est arriv i Pa-
ns i to hrei } j ce matm et s'est r' n
du immdiatement au miaisre des
affines trangres pour sentretenir
dv ; Mr 'oii-ar*, i; assistera a une
ruaior du cab us a beutei Mr
B tua a tau u 1 np.ioit
d
ta
eu l t xte du mmo anlum aux
de g is --ovuis (Jund la d scuss on
a e lerea Be,oa se?t rende co npte
que ce qui parais .an re une diver-
geriez d'u, iniou provenait p us d'un
mateo'eedu sur la mthoie d* pro-
ceiure q.re du principe par lui-m-
mt.
Mr iia'.hou a d.rr re lui tout le
ciDuivt ru rsUiant i toute usuipi-
r foincu aux dlgus
franc r.s a Gnes les priant de de-
mander aux al.is de sarseo.r i la re
mise du memjran iurn russe jusqu'
ce que le cabinet franc lis ait t ofh
civilement inform de soi contenu.
Le t.gramme de Mr Poincir
avait t interprt duu certains mi
lieux ,0 nme ua dsiveu Je l'attitude
iirihau sur la qu-stioa de
U- qja ra btdfes de l'apis midi, \i0a de P'op.i'. piive en Russie et
mj loviia voul .ui prouver par leur il a des inatractios de rester stricte .:.".[_ .' ^?ntt <1
d dJ ca ;ouioi.jii ila odli ;raient de
O 1 faisait toutefoisremarqutfdan*
I s milieux officiels qu'une diffrence
l'oni 1 ous entre M. Poincat et Mr
lirth >u ne pouvait pas tre srieuse
puisque ious les deux taient ab o
lumeol da mne avii sur l'attitude
g lrale i tenir i l'gird de la Imt
BtedesSemti 0.1 s'a:teadait ce
que le cabinet dcide de as tenir aras
la Belgique sur la questoa de la res
proprit pr.ive eu
a'il trouve
Uuag
er
^edi*Ai<
1 a* riuk*." t* g*n*rl jun Vicente Goniei
wWr^nel*,f u Bn Uni des deui bt-
D|J|Ll5 meni Coyi:e craii retard*.
"W Ei J2^Sur u proposition de Valer le
^,''i^ft^^...,^',* ur|e r*soluiion ordennani au*
*-w~" lcu 'mmdiaieiueol et
de conclure
?*5' o^t T ^ lf r m'ni5lre Maeken Zi Rio*
Jj o^Jj ie |ouernerncm avait limcauon
pi b,."".""'''"* canadien WisSn|tcn
UK^ 7* t ;ion. dipVMMttqtM mm
LONDRES M Chamberlain dclara aux
commune que le gouvernement italien avait in-
form le gouvernement anglais le 24 avril la
conclusion d'un accord avec le gouvernement
turc de Consiantinople par lequel ce dernier
consentait examiner les demandes italiennes
relatives certaines concessions, chemins de 1er,
mines, travaux publics, en Am Mineure
BRUXEU.RS M. Fletcher. nouvel ambis-
tadeur de* Etats-Unis a prsent ses lettres de
rtamec au roi.
PEKIN Le quartier gnral de Chang Tso
Lin annorce que le gnral Wou Pei aurait t
tu sur le iront mais la nouvelle n'est pas confir
me. Kn raison de la s.tuaiioi I-- gouvernement
abandonne le projet d'enqute 4s tutsvaices
trangres au sujet de 1 tx-raterritonalit dciJi
X Washington Les fais-Unis ont
de remettre une date ultrieure
du Commissaire
eU
usai' a la uec. aai.b do ca centra
n rcrations gainas, commenc
eut remplir le salla et la cour du
er 1 cuquetttmaui orna* da il us
1 de touillas mux tous |oyeux
L ca fut alors un vrai fut de lu
ours, reci'a'ione, cUsti s et mtisi
tu. Itien ue mauqua au programma
le la tte-eveut, 1 our parler comme
IOB snobs.
C'est le Dor'.eur Per?z avec a ra
noire prodigieuse et sa diction par rail .
faite qui nous tint frissonnants peu ;*,,'
1 mt une longue demi heure en nous f(a,. i
lisan LA V tll LKK de Copp; puis
Me B:rde son tour dc'ami avee
toutes lee trttu-i hjs de son ma d- h
nt^ un* charman'e posie; c'est
Gaston M chai tr.tp an Bur ai
c ari'iett', cet lootronao avec lqai
d flirt* ctinque mi'in aveo Pli b
ts qu'il vint* la vnaet dna s*
mat en harmoai- avec la dlgation ?Ucn m?y;a f**"Cei cite dci
oeigt. Li dcision du cab.net est in '"oa "ns ':ter le blarne sar Mr Bar
te.p te dans les m lieux ol&.iels \, P?,u:,n: sc e ?ai ,eiu aux ce
rcaave
: inlor n.
la nomination
garonnire lei Immortelle
Etlu < 'gni ~> t'M'-.i i- .1 M 1 m ut- De'abar h sion d luil 1
r 1 I. r av c jutant d |[ -' l us ill lot JO rorn
LONDRES Plus de 700 too ojvrie-s mci q lM d l^a .6. ' On n SVC U 1 a Tire gO1
nicrens sont actueltemeat .ok oui de J.rtrenJ ,, ,. &UBU ,Rrd ^^ ^ Wty'iaNuZ Y
riaTti^^^tslV * ** Pou fini' mschroniqie LE MASQUE
P wee weaasaei ae>ej iumi.ua v.u uu .
comme siiiaifi'ant qae ia aaaaturel ;r,*,t * reunion d: la
provisoire ue la dlgation tuoaiie 0^ '^^ ^ikt tu..es.
sur ie memoraadu n de; Soviets est jJ"'s nitMnbr nulle tt non avenue et qu il sera n!V.nJS } fa i>oax ittl 4 une
cessaire pour les d.g.tons iraru li* x ? "?omm ss 0l les attaues
se et belge de se rne.tre d'accord sur ?",?f"1 V n'-efn :',n* npurdhui
le ebaugement qu'a apport 1 article;, ^n,ju" le chef de Sa dlgiuoo
0......Un. changement qui se- r/.0.^! J^ f^
par les dlgations b
Italie ine av?.nt que 1
,ient. irLTr" '-'W4'c'5i ,grosse qu.stOB y rjQi
qence H vas tous les Jfi'MM ^Ox des autres
sont aplanis loreqet^ l* f r'Oprites
Mjnsiu f:ar apprit Mr Bu- ?" r, J,ll8I*pi 1 re nesomsat
t. j q e ngocia ioas etaiett '? m b " P*ni 'lment disait
1 ion tudu 1 e'ifl J Djouati a
1- '-cab,,. et risquerait
^F.aneenabando
acx indemni
, m, comme ils disent, par Mr Lovd
les b ogtL-rsiatirtsfracmdans les
jehimps pi roi fers, equ est une
D .
di l.r.
g. .
nations
PP t.- iaat
ant ses t. atnat n>
1 ,;PGr '"tes 'es proprits
P o;--s appartenant 1 des frau-
C !..
GENES* Les plnipoientiaina


It .Vfcr\TtN

'
Le Malin
Fortta-Prio-e
Dpartements
Etranger
Les insertions
eaux du Journal,
ctine
ABONNEMENTS
TJi M'*
25
?
sont rrues aux bu
1358. Rue Amri-
viets ni sont pas satisfaits du proje'
des puissances pour le [tablissement
de la Russie.tel est le bref sommaire
Tenus de sources russes de i'opnior
bokhvisie sur le memotanduta sur
lequel les hommes d E .as europens
ont travaill si laborieusement. Le
fait que ce document ne recennai'
51s le gouvernement des Soviets ei
;no e la suggestion d emprunts gou
vernementaux dplat beaucoup aux
rh'fs communistes qui sont en corn
muoication avec Moscou ce sujet
Le mmorandum ne leur a t re
mis qui 4 heures ce matin aprs
qu'une tioape de secrtaires eut Wa
taill toute la nuit a en fine la re
diction oltkieile. Le document a t
expdi a Santa Mugherita par auto
mob.le et remis a Mr Rakovskv dt
Us bonne heure le mati". La B lg
que n'a pas s go le mmorandum e
on a appris ce soir que U Franc
avait dcid dappuyer l'a ti uie be
ge i ftaes, on n'a encore reu aucu
ne notification officielle de la dci
tioa de la France.
Rien n'indique que la B;lg;qur
soii satisfaite de la clause sur la pro
riU prive dan le mmorandum
la Russie rrme ivec l'am ndement
franais. Mr laspar tait en tioite
communication avec Bruxelles. Oi
possde maimenant le texte complet
de la clause sur la proprit prive
qui a caus de si vives discussions.
Elle dclare que la Russie a le droi
d'organiser l'adminis ration de cette
proprit comme elle l'entend, mais
qu'eil doit tendre ou tnbiir la pro
pnt pnve des lrrngers ou si elle
ne le peut faire compenser tins lis
intrts trangers pour toutes pertes
ou dommagts quVs ont subis pai
suite di la confiscationou pour la se
MlUttioa de leurs proprits Tous
les chefs des dlgations sont iatifaits
de la sance plmie d'aujourd nui.
Liste des passagers jA la Rue AmrrciioJ
du Macoris ,SS&J&? Sa
travaux de la nouvelle voie terre qui iST^*
lir au magasin central de l'Eut. A-t-> J
aux inconvnients qui vont rsulter au aj^
ut des passages niveau devant tacilnerTeZ*
Madame
L-ofine,
Landre Daniel, Mr et
Brun Kavnaud, Mme L.
Lifootait, Oisell Ttiserot,
Louis Pescay. Germaine WUy,
zanne Piscay, Numa
Odene Chssagne, Coralie Simson,
hmile BliBchet, Mme Numa Chassa
gne, Cari Mlinchet, Dr Fourori,
Soeurs BirchmacS'Fredu'phe.St Liy,
Aderald, Marie de la Circoicisio -,
Mme Dalsmar |n Joseph, Mme Al
thon se In- loseph, Eugnie |a*|osepb,
Vve Pascal Ehe, Mme Nord Jean-lo-
seph.|Mme G. Edwo, Du-cksrabr,
Lavallire Claude, Mme Richnd Me-
Suite, Cinette Me Suffi?, Vve |ohr
Latoche, Philcrxne Fiert, Amlie
Liauiaud, Mire Boulin, Ccile Piard.
Fnncis l'Iurketi, Frre Jean-Marie
Failli, Frte Jn-Loui Dion, Unes
DiltDcour, Mme Dai'ncour, Gcnelia
Eugne, Soeurs leanne de l'Assomp
non, Ste Antoinette, Eiistie, Thr
ie de St Pierre, leanne du S.-Sacre
ment, St Rmy, Argle < Coeur, Pasteur, Benote, Yves de Si
osepk, Rayrrocde Foupard, Polv
dor Craykow.^k', Mme P Cr.ykosk ,
Mme T. Augusir, Maur ce Castera,
Mme Maurice Cssteta, Mr et Mmi
Paul 1-air.iy, S. ti. Mgr Morice, Pre
an, H. A. I.ibourg. G. Baussan,
vime Baussan, Jeanne B.ussao, M-i
tlleBau-sin; Ray mon le Baussan,
vlaiie Baussan. Aodie Bans.an, M.
Jame Th/ogne la lacqu-', Pres A
Hiniy, Hargy, L Vo sia, Alice |ic
^uot, Mme v.h Licombe, Vve Justin
AStiii Carmen Multbun h;, Edg
..accrrbr, Vve Fracci!, Raymoodt
Nauday,NomieAleite,Mme Georges
t'rice, Odette Price, Lucien Prtce,
R. L van Langendoack, C. Voigt.Lu
ctenne Me Uuifie.
\ 4 -, Jes miiMtti ** cetterue, car de la laoo Ajot*
,. j j a m c vaj| es, excut, il nous paraii aue les rails str
Su r0*** lout Pris ae Ca,erie- *oul ptroaT
ChaS*ne ile Dpartement de* travaux oublia a pis J
* les prcautions pour viter des ennuis iM
ents grraux; #720 Hue du Magasin de l'Etat
! loi te au Lettres
Le code financier a dclar Sir
Liming Ivoms, pisident de la com
mission des haaoces a t crit et i!
seia peut-tre aussi important que le
code de lustinien qui constitue la
base de jurisprudence du monde.Le>-
Doints essentiels de ce code sont la
limitation di 1 mission du papier-
monnaii osant la pari avec l'or et
conomisant l'or.
Lts Etats Unis, d t sir Lamtag.
qui possient plus de la mom de
l'or ne pouvaient paiticiper l tude
de ces problmes et atd.r ainsi l'Eu
ropi
La confrence conomique, sa
seconde sance ploie d'au)o*r-
d'hut, a adopt le jappoit da la com
mission financire et du transper
qn ont t adopts par la cohrence
internationale pour continuer I oet-
?re de la recoastruction europenne
commence ici. La conf.enci ntat
cre corapnadra les binques d-
mission des diffrentes nations el
a a mis l'espoir que la banque l
drale des rserves des E'ats 1ms y
oerait reprsente. Celte confrence
se tiendra Londres tandis que telle
du transport pour la recoasiructioo
iieu Palis
En plus de la confrence de Lon-
dres des banques dmission le rap
Tor'- financier recommandait la tenue
d une autre couvent 00 financire
-nteroatiooalc pour tudier la qnes
lion d adopt.on d'an talon or. Son
ii serait de centraliser et de coor
donner la demande pour l'or de ta ,
ou usage maiatenaat les lsetves!
:cus la terme des balances trange (
les ,
Les Cours
TARIS- Sterling 4863
Da''ar 10 * 1/2
Csyes, 'J Avril 1P22
Monsieur le Directeur,
Votre dilion du ?2 avril courant
s'est charge do me Uire lire l'adrea
se de flicitation- expdie Mon-
^ "in Louis Borno, au com de ceite
Ville.et signe de quelques c toyeos,
mme d trangers.
Elle contient une signature A T-
LiMQUI que je ne connais pss.
Pour qn il n'y ait pas d'quivoque,
je me suis empresse, par ma dp-
che de ce jour, de vous faire savoir,
que ce n'est pas moi qui sais plutt
parmi les protesta aires
Je regrette bien qoe mon devoir
civique m'oblige i prendre poaition
Vraiment
Je mi affirme!
M Liville a i.At^HA Cir Galan
on pe it ttb -s- m nt outrer' jo r p*
nuit 00 peu d 1 frais ou mange et
on boit.
L'ide est or ni itlt et sora annrcie
du pnblic cr La Quinausb tel
p^t le nom <1 I tablnemont ?
On tronve da] fruits gUcs. des
liruonad vsries. du Gifi, d>t kola,
do l'acatisn u Irit, das su 1 w 1 lu,
dea piinrh,dn consomma! un bon
(aue* de cet intressant quartier.
H*
Varits
CE SOIR
Le Tigre Sacr
0,50
Avis
Office du Chef do la Polioi
Port su Prince, le5 Mail
Dana le bu' de dianiuuor la
bre ries icciden's csuss le plus gt
vent par la ngliguce des (M
t'eui s et coch rs et qui stUipu
nenauell ment le cb ifie aorat
t5 ., le DpartemsiJt de la Itl
vise lis inireai-, qi pu tir |
demain 0 Mai courant, I artied
in rglementa de la circulatiio i
vtbicuioa iini coru ;
" En cas d'i-i- boi ration dl al
prescriptions 1 q je tout eondutaw
luit connat" ) la circulant)* dl on.
hicnies asra arrte par les apaU
Jd la Force pi blique .sans prljiAft
le la coridain .Htio a I amenai pr
vue par la Loi ara obierv i
eltre tou es fins utiles.
W.H RUHERTUS
Chef de la Police
iii^-TC
Remerciement*
Mr Jules Hrauz et u lillr, les familles
Cadet, Mose, Uujour, Laleau, ouerrier m
1rs autres parents et allis, remercient umi lo
amis qui 4e loin ou 4c prs leur ont dona m
tmoignages de sympathie I occasion dt U i
Je leur regrette, Marie Claire Uujour, (y
uks Hraux, enleve leur afiecuon le )
dernier, et les prient de croire leur puant]
icconnaissaace,
ion-au-F rince, le } Mai 192a.
a
PORT-AU-PRNCB
Alr-.PKTKU; "Mrnuo ALBBR'l'IM
rharaaola a-a o- mtm vi.u
ni mi'rM le* honni" Pl.rtrmHeif
C'est cet apia midi i 4 biama
ond point de la Rue Dani. Destoi
clic"! que la Compagnie des poa>
liera fart devint le public l'tmtai
s nouvelle pompe 4 vapsor-
et a
contre mon ancien ot estimable pro mardi-1 incr>yible
fesaeur de droit international, mon qnpHe h*nre.
iras sympathique confirf, qui a eu Que rhscun se passs cette
souvent m rappeler "Qu'on peut nouvtl'e I
tre ami de Csar, mis qu'on doit i-a-iii-^B^^iiii_i___
tie surtout celui de la Vrit ', et
dan* l'espce celai du Droit. i
\ussi bicn,atin que i ni oen ignore
comme no-ia disons au Palais, ie
vons saurai gr de faire inarpr la
prsente dans votre plus pro^hiio
numro, et d'agrer. Mr le Direc-
teur, avec mes meilleurs remercia
mrita,
Mes Bincpres saliittiona,
Antoine TBLEMAQUt
Avoca;
Membre Union Patriotique
n importe
borinj
Rixe
Deuil
Les Frres de l'Instruction Chr
tienne ont la la douleur. d pprdrei
lp Frire Clair dont Ips funrsilles'
liront liea ce soir 4 heures dsna
la chapplie do l'I'.ihtitunoa St Loais!
do Gotzignt.
Le Frre Clair a consacr plus de
cinquante ana de aa via i ls )eunessej
de- Antilles.
Hift>- ver* 4 hpores ot dpmie d
. l'api midi.uoe explication ao> lion
aux migetinl di Mr Hugo. Meva
entre celui ci et M. Maurice Etoo,
pronom dune dJff)oiltd provpnsnt
d'une affaire d intrt. La discussion
s'enveniment, les deux advorsnirea
en vinrent aux maioa .M Meva reut
| un coup de rasoir tu'brts tt Mr
Etienne en sortit tvtc dt srieuses
; contusions.
L'sffaire sert rgle ptr le juge de
psix.
Clyde Steamship C
Foreign Services j
Le steamer "Hati* venant de Nim
Yo*k arrivera au Cap Haitien vr
4 du courant laissant le mme /oijf
p* la < apitale via tous les ports m
Nord llseraici le 7 et laissera {e m#m*
jour pnur tous les ports du Sud J**
qux Jacmi,l d'o il retournera iw
aumPrince vers le 13 en route N**
York via les ports du Nord. -
Port au Prince le 2 Mai 1929
E. F. CLEMENTS, agent gnal
tt-
1 Vendre
Ll Goelettp KINEO doubla mo
teurs en parfait tit dp fonctionne;
ment construi'e aux Ktati-L'nis jau
fpsot loo tonnes ne' d'une construc
tien aol.de et l^antp, pour rsniti
gaimentaet conditions.
S adresser ANTOINE LABCO
eut Ctvrs Msiti.
Parisiaua
PIMANCHE
Un chef davra sansationnel
de l'Aaiociatioi Cinmatographique
des enfouis dramttiquei :
Uapprentic
Le clbre roman de Ous'bvp Qaof-
froy avic la meilleurs, sefeu s
da la li n go,
Da L'AMBIGU du Th. VAU-
DBV1LI E tels gne Duqoeant,
Ponee Sylvaira C est nn- aetne
qui sp pa<-p -n D*cpmbnl88j et
Janvier 1871 Hsris SKsig-
Kotre : 2 gourdes
Balcon ; S |. 90
DISQUES COLUMBIA
Amateurs de booae
musique, accourez cbti\
L Preetzmann- Aggerholm
Rue du Quai
O vous trouverez de Superb *s Disques Columbia mor**
dopera; One Step : hox-tnts,monolo {espagnols, etc, etc aux prix exceptonnelkment rduits di'.i
Ditquf de 10 Or 0,60


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM