<%BANNER%>







PAGE 1

UUAi Gurit le rhumaism*? > ~ u*j*lni j .UMiw Ii-aine Thcd-. t ait ch. (bu du Dutrict, u le Dr A Nihampioo, eue! de l'Hygine Pub ique de lac nul, tendirent visite au Gaspe Ils fuient l'objet de la bienvenue la •lus coidiale de la part du Capn TiltoD.de Mr Elmtr Clif on, et ci; Mr Mc-Kee. aoeur principal de la Eimer Clit on Piodu lion .'o. BICL df s choses leur fuient mon nes, les vues splendides dj putes, 'e perfectionnement et la picis on des appareils photographiques, pu canf ainsi par Ji un avant got de merveilles que l'on aura biettt -; pliudir sur les crans des salles de .m, des pays plus fonuns que Hait;. .Notre lot ayant toujours t d'aUendie, nous a fendrons que les autres aient fini de bien se ussasier des vues des ctes de notre pays. Ce ta viendra rssurment si nous met tons toute rotte coi fi. i, ce dans le Bon Dieu qui eit bon. lacnael Avril 1622. ce. UMn • Noi C0Dd0, Avis Commercial, —Lei fnnr'raillM du j-ari Lo*i" Cy La Socit Commercii nilp, lve en Lyce NsHonal, dc Hollandaise Transatli d bier soir I ge de 17 eae auront lien cet api et mdi Le convoi parti ra du Poste Mtrcl-aad en fa a dn B'irean d' Arcb vea nonr se rendre la Beeiliqoe Notre Dame. Parisiana JEUDI Avant de* re'ourner eo France an ot en etockdetsee merveillpox filme, la Direction de l'ansiana oftre aaa cliente une nouvelle exhibition de Cft'o arie. Elle corn net r p. a Jeudi per : Idylle de Chiffonnette Filet d'au Italien en S parties Amoureux et sentimental. Entre gnrale : 1 g, 00 De Jacmel Union Patriotique" ratjrnq des r"*rn""ot des Nanrsen, des Peary. des Shack'eton et des Amundsen ? Nous oui vnynns j pe< ne les p'es fflets du flimbean df la civilisation,et resentms de faib'e secousses de l'intense acri vite humane, nous ne pouvons que prendre le parti du sage, nous agenouiller et ad mirer pour ne oa.s traiter d 'insenss I-dpendantede'oute politise de par! ceux qui veulent tout possder et'li ou de personDe.l'L/iijn/'a/no/t^uc' tout connatre. l ent a dclarer que les valeurs envo' [)ovv-n to the sea. . Dernirement y es par elle i N w Yoik ne sont pas n'avons-tous pas eu. en fvrier der de'tines ni employes i combattre nier, la visite du SS %  Dna > nous I lection de M Louis Borro, mais amenant un corps de savants de l'U srrvent uniquement aux frais de la niversit de Copenbageo venus pour d m pagne, commence depuis 18 tudier 'es plartes et les poissons Uo mois et pou r suivie aux Etats Unis ilrux ? en faveur de l'indpendance et de la Dewn to he sea .. Non seulement 'jcuveraieet de la Nation Haitienee. Nooa apprenona qu'o aa avance du 19 Avril cour-r t le Club Excel f> ; or e form aon bure* cornes euit : MU Edvard Volel, praident Paacal A. Brun, aecrotake Hnry Muzsc. trsorier B rnarri L<>moinf>, Marcel Denis, brid Wo (T Conseillers Gaaon Mictiel, admioiatretenr. A l'honneur d'annoncer I nombreux clieota, qu'elle vital ecevoir o*r le dernier vapeee, nerrbendiaea uivantea am p'ii( t-ieniflt 30 %  dn rnillld* d'atletllom U'.i monde mi T1 cal d : louiei Ici pwtlei dt U if tu prouvMt l VALEUR INCONTCS1ABLE I I* SUPRIORI1B de t'hcmoanc lartOtm) comme lertlfliil MM cbu le uleli de iionrTliieiilrite* leturpeeuM' %  iltrii, Kirtc Uilt, cilereee, fe ti H— %  I l lllll •OL'Bin, ne., tic. Il eorlthil el unUee i tu ut Ije.depun 1(1 lonrrti i eiteJiie.iadeiTkHUrdJ.il S d il le> cai d'utal '. %  E aiaf, augmente l'ippdHt el l'organUrne tout entier VINTt OANS TOUTES Lit fMAHMACin <|wa leaMu eeer it T m iiill. la C ll m lil t— m titille ( %  m i n a KHIIIII %  l e n e )ne ..WMtlndia A South-America Trading Company" ch WMt-Indlaa. i Curaao, Dutch imiiiilirmnniriiiiiikiiiiuiimiiMiii un i u aaai j rrcur des ludes qui peuvent paratre arides et sttiles i ceux qui n'ont pas t initis mais encore pour donner r p'iisit aux r ches comme aux ht b> c aux puissants comme aux mirab'es. au capitaliste comme l'on vrier. Ceux qui applaudissent aux htfs-d'ocuvre de 1 cran ne prsent Four le Comit central L'Administrateur dlgu George SYLVAIN Port au Prince !<, avril 1922 am 'I I il JX> %  4 DISQUES GOLUMBIA Amateurs de lionua musique, accourez cbeij L Preetzmann4jjer!ioliD Rue du Quai O vous trouverez de .Superbes Disques Columbia iiiiira*HlT d'opra; One Step : hox-lr-ns,monoloiue< : Chins, anglais, /rffl espagnols, etc, etc aux prix exceptionnellement reduUs de: Disques d$ 10 Or 0,60 • "'lit ]pj fri P (n.sdansle silece et les oiituhewa du Cha^p de M"ra.— Plu des d'S mers et des dsert. Pendant d 3f00 perao n npa re>mplif>aaii>nt laa de lotgs mois, ils doivent pa IOJIIi r *\nn. les divera numr^a dn pro Bon. 10 tkt set in Sbif) '! . Tel est le neaa d'un 61m cinmatnera phieue la maison a Hlnser Clifton Co de New Bedford, Mas, va bien tt produite. CamarYjes, ama'eur, ftrveeti des Salles d* Anima, p es que le iVrr ara fait le tour du monde et que les ceu'res plus (aveti es que rous %  'en seront rasas lis, vons vous > t %  -• siertz i Parisiana et Cin Varits am 1a bent de sites mari irnes ta-> ges les reur'wnt dans votre inuapina tion d'tie fan astiqves, de tochers et de pics mystrieux s'.U vant corn me dts obl'squt s du sein des mers, de glaciers incoanus pars de Bat de ae ges, de goufrres insondables. tontes lis Lofoden des sept mers coDsteiuaot d'effroi les plus haris navigateurs. Vous venez aussi se d iouier i vos yeux perdu?, aon sev. mioii pionniers nt e sont iii pas letneot les ctes crayeuses d'Albion u cuvs martyre de leur œuvre • r m _. -— %  % %  ipii l eiini i**^^ £ , etlessteppe, ....£.„ d. r Jo.e.t U ler/son.".^ . S SBS'KXlof JK?3L?S| l tfatr **SUCC *•*•. arctiques et antarctique s. ma. s encore Ucmons veiti recouverts des plis de le plua souvent poee.ble\a nobhc les ctes verdoyantes Jdes tropiques l'immense mer qui continue i drou ia priv de aaioca diitrectiona Et vous douterez peu queesder 1 on froid linceul sur leurs tom. mres sont celles de votre chre j b s < nices L'oubli et c'est tout-1 mu "" " "" Ljg *' Haiti qui vous troube t et vous en.Dina le cœur de quelques ares hd NtCflOitlm chantent de tant de lv s l, teur < Gaspe > est entr i lacmel ve Le c Gaspe Clyde Sleamship G* .„,a, S lD ,. D !" ,.,. ., ^f^^t'^^l&lP^'S^J^tffA foreign Services • V*^t*%*>>*t !" , rr MT 1.repnsta commerciales et roi'iiai ii revitndra i J.-m*l ,0111 meitre a U rr " B lh,,d< datant *> %  ** de 'i "**' H UfS ****SM [/Olir KltHJHlOil el resD^ns combien d'au'ies dormnes la voie pour N w-B eford, eu, le iactivik des navig.teuis ae se mjni vues seront igenceis e' h mes. La fcste t'tU'.p ? Qui ne peut songer, I a collection de ces vues est dj L S A KHI.I.IJI No 37 ...S.An i n"M e P 0r / S d N ''0/Om6fe. Port A aa famille K pnucpalemen UU ^'WCe lit 24 UVHl 192* exo, admtra i... aux entes exp o c onsid.able et ma^eue liMi .ou '^Cw^ZZ:^ E. b\ VLE*M* *> 1***1 &**£



PAGE 1

yM* *M Krt tut Prime*, iaifi PIMCTIUR FROPHŒTAIR* Clment Magloire PCMnD 20 C WTlllil Quotidien Mat* 25 Atri'tOtt des formes defgouverue-* niint bien diverses. Oe n'en citerait pas on seul, ayant prospr sans dis* cipliLe, respect des lais et dBviiiuieiu da devoir. Guttave LEBON KBDAflnOMUAM lm.' nciite H J. 136* e Chaut du Cvaue Le Malin I Varits' t %fett co^uai t/ tJ MARDI p "e MM D avanes Da' acour, 5p tirons rpondu hier point plot i l'interview de M. Barau %  MIS aurions pu intituler — si lm avons le droit : Le chant icyfoeou le Diable devenu ermi leiet, le chant du cygne, nous imd Larousse, se dit du demie%  dan gnie p's de s'ten CM peut tre facilement celui tM. Barau, p;; de scpser aps l Unes bleus, de drches tt tnemeranda clbres et coauteur le matre II. Dariguenave, < srie d'actes gouvernementaux lot) seul suffirait pour i-lustrer i prominent que M. Buau. Qtant au diable devenu ermite une le reconnatrait pas. mme si i M le montrions du doigt, souitraita de l'homme qui ae pose au iri'bai comme un ugide conatitt iliste, on svre inteipittteu i coati apis avoir gouvern, du i trois longuet annes aux te il> Drtiguenave, comme si i jamais exist ni consntut.on ni ABONNEMENTS Que devrait importer an Prsi dent ce que le Conseil d'Etat eut fait Port-au-Prince de son message du moment que,[Dpartements •ans son esprit, il aurait lui-mme Etranger montr son respect de la Constitu-j non ? S'il ne faisait pas, lui mme, | oeuvre de passion, pourquoi un tel calcul et une telle rlicence? M. Barau cache sous de prtendus prcdents ses demandes de renseignements i la Lg>toa de Fiance, en disant que ce sant li des choses courantesSans doute non, puisque le ministre de France n'a pas cru devoir rfrer une telle dtmande, parce que les cas auxquels M. Barau (ait allusion ne concernaient pas de Prsident lu et n'avaient rien 4 di mler avec la passion politique. M. Barau dit enfin que c ne dispo >ant pas de la force, le Prsident de A Rfpublique ne pourrait pas conraindre les Conseillers d'Etat res MCtei la Consutu ion Ah I ci 1 ce n'est pu aussi facile, que de dnoa M des gens l'o.cupation 1 Et le onseil d'Etat aura 4 mdie' ce cas d'attentat 4 la souveramet nationale. G. Un Mo ; s 2.0J 2.50 Lt film MERCREDI iMlSPfcS Les insertions sont reues aux bureaux du louraal, 1338. Ru: Amricaine. %  ayaot l demand i la Mtttiaia.ae.la D reclijn pour rpondre i de nom Jiriger cette note supplmentaire aux breuses demandes le reprend.a met allemande mais il n'tait pas certain ciedi. Le film seia expdi fin de mai ce soir si les franais y consentiQue ceux qui veulent voir le chefraient car ils sont extrmement m-jcToeuvre de Damas ne manquent fiants des documents allemands et; pas cette occasion de venir admirer selon toute apparence. le plus beau des films lraaais vu La dlgation tranuse Gnes' j U cq U ce j our et entendre la ruusi est activement pousse par Paris pour jq Ue exquisr qui chacune de ces re quelle soit rvise. Oa dit q ue M'j pisenlatous joueront Mr et Mme Prie MM D av.;nes Da! acour, 5p culateur en denres et Mme A. Parisien. Luc Lcvass.-ur, Tiilleur, !•seph Auguste. Cordonnier. Ltxi 1 ni ron, Chaipentifr, Gend: rm -, Jonathas B!is, Cordonnier, Jilut Lafon tant. Typographe, de l tri vouloir pisser 1 Htel Commu. al heures a. m. et 3 heurrs . iftaire qui les concerne. Port au trince, le 24 Avril 1922. entre p va. tour II.Barau essayant de jouer au 4 l'ermite dit qu'aux termes lit Constitution, le Prsident pour tttirer l'attention du Conseil lEttttir la nationalit du 1re de fth, c mais que ce serait peut tre Utile puisqu'une as'tanb'e polit I te joge en gnral que sous la politique. Barihou avait donn comme instruc lions Mr Jicques Sndoup, expert financier, de s'absteuir de participer 4 toute nouvelle runion des experts i la sous commission russe jusqu' ce qu'il ait reu des instruc ions de Pans. La dlgation tranuse a publi un commun que dclarant que les trois documenta rcemment publis, c'est-l-dire la rponse de l'Aile aux allis Sylvain Peteis. Pro'ogue et tie. Entre 2 Gdes 1er chapitre 4 parI magne et celle de la Russie Nous savons d/jl combien est aiQS1 ^ ue [ e mmorandum de la Rus diogtreux le gouvernement Duti guenave agissant en dehors de la constitution. Nous savons aujour J'hui,—on apprend tout le temps— combien il l'est davantage quand il nvoque, par hasard, la Con&tilu tioa| >0LX Gable Nouvelles trangres raient exprima GENIS— Les allemands et les rit ternirent hier leurs ?pon es au,? %  tmandei des allis.Lt oote tllemar 4c accepte la non participation aux •tfocisuoni cotre allis et russes barattes teceptent le paiement de *'tet russes trangres, la restaura ja des propiitt trangre natur •ta 4 condition que le gouverne %  tt det Soviets tera recennu de : it par let allis et qu'il lui nu %  * ce tide fi n an c re tulfistnte. Mr Binhou envoya une protesta fioi i Mr Facta parce qn'il avait cor | ,tt U iponse allemande par les roorniux et n'en avait pts teu l **il. G1NESLe journal C ttidino "••• %  a que l'Allemagne et la Russie *it mis d'accord avec lt Turquie ar un proirtmme commun de pooqne etnogre. Le roi arrivera ce %  a tt recevra les auiorttt la fitttetore et otfriit no djeuner tnx **!<|ai 4 bord du Dante Alif gbie K tarant la rnnioa de la commii•• %  nui apit midi MM. Bai ho *tTthiUhtnue discutunt lt quel ,c te U reconnaissante des Soviets Il fttmt tempe que ceux* accept* les dettes. Mr Lloyd George _i 1 tvit que si les Soviets rem plissaient Ici conditions n'tre fixes par les allis, ils devaient tre recon nns Let exper t d'Angleterre,de Frau ce.dlttlia.de Belg que, du lapon de la Hollande cl de la Tchcostova que discmeront avec les expeits russet demain la question de la Russ e. GENES— Lt crise souleve 4 la confrence conomique par l'object on de la France 4 la rponse aile mande relative i la note des dix puis tancta qui snggiait que la deiega tion allemande soit exclue de II dis cussion ayant trait tux affaires iu; ses n'ttit pas apaise jusqu' une neure avance ce soir.A une runoa sie en rponse au rapport des ex perts de Londres obligeaient la Fran ce 4 taire des rserves lormelles Le a:oins que l'on puisse dire en rpon C 4 la note allemande, dit le com a unique, et que loin de calmer les joues et soupons elle les confirme en raison de son caac re quivoque et ses contradic ions. Mr Wmh prtend que le trait russo-allemanU a t conclu ap..que les allemands euient compris que des ngociations officieuse .aient entames la villa Albenis qui pounaient bien eue hosties i leurs m'rts. Plus tari le chancelier allemand reconnat que le trait ait pratiquement con.lu avant la conte tence de Gnes Nous sommes donc justifies 4 penset que l'accord rus^o al.emand ttit en ralit une armr qu: ks dlgus russes et allemands ivaient apporte dans leurs b g-ges pjur eue utilise au p emier uao neot vena Danscescooiitionsquelle /aleur pouvons-nous attacher 4 la jrotestatioo de solidarit et sincrit aite par Mr Wuth qui faisant allu ion a la posiibilit que l'Allemagne participe aux dite; tiens des ques ions non comptes dans le trait us o allemand. Le communiqi i dit : Si par exam lia la confrence discute la formaion d'un con o.tium o 1 tablissement de xonts de reconstruction ls insisteraient sur la restitution 'e la proprit confisque ou sur une indemni' quivalente. A cela lea-fot-tes eut du Mexique et la aaieie d'eu poit jutqu'4 ce que le Gouvernement ait fait droit aux rclaaaatioui amricaiuea au aujet det pertet de Viea humaines at proprita. La i iiitiiiiet une qne dos milliera am ricains ont t tos ot laa dommagee rojie:ici.i s'lvent 4 5 Baillions do 11 parait vident' continue le com Y^mma maniqu, que la reconnaissance de jjJ J() ^ ? ^^ Le Dpartement d'Agrieultura anj uooee que la valeur des produits dot cCtats-Uiiis dtichaa dtpjui l'Jl:. Il paasu do JS liMJ 4 10,909, en Jure demande par le Gouvernement; !" lVs7-U COBit, de prottc les Saviets n ttl pas conforme aux' i l0a dtf!4 cal0 | iquai euf0 ya d,. teiesolutiofs de Canota que les Russes Igraaaaaea Churchill etCambarlam int acceptes. Sans conditions. Lejdnaut que les rathaliques taient communiqu tait remarquer que lejkjiadutliuiojm extermines et taient mmo aadum peut ne bien tre soumis uu traitement plut affreux qu'une propaginde mais il appelle que laa Armement et tiulgarea. Ha l a lentioa sur ce fait que les Russes onteonseni s'abitenir de toute propagande 4 Gnes et il conclut ainsi* il ressort de oui ceci que le jeu des Russes et Allemands a enve topp la confrence de Gaes dans ane atmosphre d'intrigues, de soup Les diffrents tendent une protection plut efUeace. i'.VIUSLe Coa8ei! des Aotbatsa deurs allis aou/oy unu ',ote an gouvernement allemaod demandant rsi'.tjtation imiuodia'.u da 11 parsoiiiids qu4 la commisiiou aluu on luuie S.idiH considre retponiabloa dus dsordres de l'eteradoif ou 1 det reprsentants de dix puissances h Allemagne apparemment compte y aid cette apis midi il a t conv,-par t C iper cep ni.nt c'est tout i fait nu qu'ont antre note arait envoye coo u e C e que les allis ont iadi allemands tab i saut que ion aux comprenait daat leur rponse transmise hier qu'ils se retireraient de ou tes discussions russes dans 1 commission polnique de lt cont tince. En fan les dlgnt britanniques et lt pluptrt des autres dlgations intresses ont ainsi interprte la r pense allemande mail les franais craignent que la note allemande lais se une rote ouverte par laquelle le allemands pourraient d s;u;er les que 4 l'Allem 'gae Les allis ont clai tentent et dVne faon absolue tait comprendre 4 l'Allemagne qu'elle euit dsormt s evelue des discussions des affaire! tusses. i\ lant de la rponse des Soviets aux ondit.ous des al i<, le commui,iq dclare que cette lponse con'iuss s liai. liant une quivoque et des contradic le navire et lions 11 faut de pus remarquer que laif le pN ons et co.nb naisons. iocuments publis donnent l'impcaslaodata franais fuient tus et 550 ion q a il s'est gliss un fruit que blessis Ly document rdig eu terGoeso'rira an monde et qui pour U- eneigiques laisse entendit que rail attela pommada discode. • OjuyernameBt allemsnd ne tait Geo ge T h.cheriot chef del d-g 1 ^'^^ P^ faire arrter lea ganou des Soviets 4 la confrence•i 0 SBSSgSfUn nouveau trait eco leooom qae MO seulement a assist BUtQique [ couclu g^jyg au dej.-uner aujomdhui avec le roi 6 t UK^publiqueS.bn. nue daChita; i'iUhe sur le f. Dreagnough. Dante PAISLa Commibaion latoroa Ali t hi r u g r ai.d meconfeaemeat nunale det bauquiert se tepara hier des commuaisiet italiens mais il a aprs avoir ;apii un projet do con eacoie endoss pour la circonstance aolidation de ta datte mexicaine et un h.bit d'ans coupe impeccable et des chemins de fer raexictint. chapeau h.ut dernier a-yle il a . BUENOi-AUES— L'lection do uns p*r les photographes du cinma %  • ** ^r-lUde A aar, candidat t% au moment o il donnait la main dual la P**WUJi serait it.urtej au monarque italien. L homme d Eut Balcheviste a au s si t photographe tandis qu'il do 1 oait la main 4 M Barihou chef de la dtigiisn franaise qui a t le men.br. cli s est oppose le plus ner giqi .n ux propositions russes lina tait tecompaga de •M La flambe M. 1 h [Leoaiu k iu qui 'nire tre-. C eat devant un publie auasi nom breux que choiti, que dimancha soir isstoe expert commercial Parisiana exhiba le beau Qlrn : 'iTtlr. ^ FLAMBEE unte. De tait U sentant du t, uvernement pro'laire Ko deliora d'une misa en tene .*. parmi les invits sur impeccable, des dcor* tomptueux' latent ceux qui avaien: une interprtation ti1l, 'e fil^n n fiargeon Pendant le aurtout plu pir l motiou qu'il sbnle es puissances avaient dit qu'elles ne djeuner M Tchicherin: tait assis pouvaient accepter les demandes d'ia p . de M > 1 gaeur Signjti Atcli: va dans i'aasittance. ~ r 1 .•_ J ci . "' llf, to r 'a Semcit des sfvut, quelles coasen que de G r 2tt!^j2£ tft* „. S q u, neson pas Ira, t n.itat.bmot 4 la rd.ctoa de, Ise dpcn.d.U Havatd. Gnt [oc^trpou'rT^m^^^^^ ?ees dans l'accora tusso alle-naod si deitet de guerre, queUa nt braient annonce que 1. Ru aie a reni le m8 ex h b.bon pour loa nouib-e atn *4Ricallo L s dlgus des dix uucuoe c^u.ess.oa iclative aui detmt.uuunduru qu el.e avait envoy pnraonnea IJUI oont pat nu net' r uiataacoa ta ruaireat demain pour tes prives et tnaleoaent qut lea lacomme rponse tux experts allis le premire, retenues ailleura.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05655
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, April 25, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05655

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
yM*
*M
Krt tut Prime*, iaifi
PIMCTIUR FROPHTAIR*
Clment Magloire
PCMnD 20CWTlllil
Quotidien
Mat* 25 Atri'tOtt
des formes defgouverue-*
niint bien diverses. Oe
n'en citerait pas on seul,
ayant prospr sans dis*
cipliLe, respect des lais
et dBviiiuieiu da devoir.
Guttave LEBON
KBDAflnOMUAM lm.' nciite H j. 136*
e Chaut du Cvaue Le Malin I Varits' t %fett co^uai
t/ tJ MARDI p"e MM Davanes Da' acour, 5p
tirons rpondu hier point
plot i l'interview de M. Barau
MIS aurions pu intituler si
lm avons le droit : Le chant
icyfoeou le Diable devenu ermi
leiet, le chant du cygne, nous
imd Larousse, se dit du demie-
dan gnie p's de s'ten
_ cm peut tre facilement celui
tM. Barau, p;; de scpser aps
l Unes bleus, de drches tt
tnemeranda clbres et coauteur
le matre II. Dariguenave,
< srie d'actes gouvernementaux
lot) seul suffirait pour i-lustrer
i prominent que M. Buau.
Qtant au diable devenu ermite
une le reconnatrait pas. mme si
i m le montrions du doigt, sou-
itraita de l'homme qui ae pose au
iri'bai comme un ugide conatitt
iliste, on svre inteipittteu
i coati apis avoir gouvern, du
i trois longuet annes aux te
il> Drtiguenave, comme si
i jamais exist ni consntut.on ni
ABONNEMENTS
Que devrait importer an Prsi
dent ce que le Conseil d'Etat eut fait Port-au-Prince
de son message du moment que,[Dpartements
ans son esprit, il aurait lui-mme Etranger
montr son respect de la Constitu-j
non ? S'il ne faisait pas, lui mme, |
oeuvre de passion, pourquoi un tel
calcul et une telle rlicence?
M. Barau cache sous de prtendus
prcdents ses demandes de rensei-
gnements i la Lg>toa de Fiance,
en disant que ce sant li des choses
courantes- Sans doute non, puisque
le ministre de France n'a pas cru
devoir rfrer une telle dtmande,
parce que les cas auxquels M. Barau
(ait allusion ne concernaient pas de
Prsident lu et n'avaient rien 4 di
mler avec la passion politique.
M. Barau dit enfin que c ne dispo
>ant pas de la force, le Prsident de
a Rfpublique ne pourrait pas con-
raindre les Conseillers d'Etat res
MCtei la Consutu ion Ah I ci 1 ce
n'est pu aussi facile, que de dnoa
M des gens l'o.cupation 1 Et le
onseil d'Etat aura 4 mdie' ce cas
d'attentat 4 la souveramet nationale.
G.
Un Mo;s
2.0J
2.50
Lt film
MERCREDI
iMlSPfcS
Les insertions sont reues aux bu-
reaux du louraal, 1338. Ru: Amri-
caine.
ayaot l demand i la Mtttiaia.ae.la
D reclijn pour rpondre i de nom
Jiriger cette note supplmentaire aux breuses demandes le reprend.a met
allemande mais il n'tait pas certain ciedi.Le film seia expdi fin de mai
ce soir si les franais y consenti- Que ceux qui veulent voir le chef-
raient car ils sont extrmement m-jcToeuvre de Damas ne manquent
fiants des documents allemands et; pas cette occasion de venir admirer
selon toute apparence. le plus beau des films lraaais vu
La dlgation tranuse Gnes'jUcqU ce jour et entendre la ruusi
est activement pousse par Paris pour jqUe exquisr qui chacune de ces re
quelle soit rvise. Oa dit q ue M'j pisenlatous joueront Mr et Mme
Prie MM Dav.;nes Da! acour, 5p
culateur en denres et Mme A. Pa-
risien. Luc Lcvass.-ur, Tiilleur, !-
seph Auguste. Cordonnier. Ltxi 1 ni
ron, Chaipentifr, Gend: rm -, Jona-
thas B!is, Cordonnier, Jilut Lafon
tant. Typographe, de l tri vouloir
pisser 1 Htel Commu. al
heures a. m. et 3 heurrs .
iftaire qui les concerne.
Port au trince, le 24 Avril 1922.
entre p
va. tour
II.Barau essayant de jouer au
4 l'ermite dit qu'aux termes
lit Constitution, le Prsident pour
tttirer l'attention du Conseil
lEttttir la nationalit du 1re de
fth, c mais que ce serait peut tre
Utile puisqu'une as'tanb'e polit
I te joge en gnral que sous la
politique.
Barihou avait donn comme instruc
lions Mr Jicques Sndoup, expert
financier, de s'absteuir de participer
4 toute nouvelle runion des experts
i la sous commission russe jusqu'
ce qu'il ait reu des instruc ions de
Pans. La dlgation tranuse a pu-
bli un commun que dclarant que
les trois documenta rcemment pu-
blis, c'est-l-dire la rponse de l'Aile
aux allis
Sylvain Peteis.
Pro'ogue et
tie.
Entre 2 Gdes
1er chapitre 4
par-
I magne et celle de la Russie
Nous savons d/jl combien est aiQS1 ^ue [e mmorandum de la Rus
diogtreux le gouvernement Duti
guenave agissant en dehors de la
constitution. Nous savons aujour
J'hui,on apprend tout le temps
combien il l'est davantage quand il
nvoque, par hasard, la Con&tilu
tioa|
>0lx Gable
Nouvelles trangres
raient
exprima
GENIS Les allemands et les rit
ternirent hier leurs ?pon es au,?
tmandei des allis.Lt oote tllemar
4c accepte la non participation aux
tfocisuoni cotre allis et russes
barattes teceptent le paiement de
*'tet russes trangres, la restaura
ja des propiitt trangre natur
ta 4 condition que le gouverne
tt det Soviets tera recennu de
:it par let allis et qu'il lui nu
'* ce tide fi n an c re tulfistnte.
Mr Binhou envoya une protesta
fioi i Mr Facta parce qn'il avait cor |
,tt U iponse allemande par les
roorniux et n'en avait pts teu l
**il.
G1NES- Le journal C ttidino
"a que l'Allemagne et la Russie
*it mis d'accord avec lt Turquie
ar un proirtmme commun de po-
oqne etnogre. Le roi arrivera ce
a tt recevra les auiorttt la
fitttetore et otfriit no djeuner tnx
**!<|ai 4 bord du Dante Alif gbie
K
tarant la rnnioa de la commii-
nui apit midi MM. Bai ho
*tTthiUhtnue discutunt lt quel
,c te U reconnaissante des Soviets
Il fttmt tempe que ceux* accept*
les dettes. Mr Lloyd George
_i 1 tvit que si les Soviets rem
plissaient Ici conditions n'tre fixes
par les allis, ils devaient tre recon
nns Let exper t d'Angleterre,de Frau
ce.dlttlia.de Belg que, du lapon
de la Hollande cl de la Tchcostova
que discmeront avec les expeits rus-
set demain la question de la Russ e.
GENES Lt crise souleve 4 la
confrence conomique par l'objec-
t on de la France 4 la rponse aile
mande relative i la note des dix puis
tancta qui snggiait que la deiega
tion allemande soit exclue de II dis
cussion ayant trait tux affaires iu;
ses n'ttit pas apaise jusqu' une
neure avance ce soir.A une runoa
sie en rponse au rapport des ex
perts de Londres obligeaient la Fran
ce 4 taire des rserves lormelles Le
a:oins que l'on puisse dire en rpon
C 4 la note allemande, dit le com
a unique, et que loin de calmer les
joues et soupons elle les confirme
en raison de son caac re quivo-
que et ses contradic ions.
Mr Wmh prtend que le trait
russo-allemanU a t conclu ap..-
que les allemands euient compris
que des ngociations officieuse
.aient entames la villa Albenis
qui pounaient bien eue hosties i
leurs m'rts. Plus tari le chancelier
allemand reconnat que le trait ait
pratiquement con.lu avant la conte
tence de Gnes Nous sommes donc
justifies 4 penset que l'accord rus^o
al.emand ttit en ralit une armr
qu: ks dlgus russes et allemands
ivaient apporte dans leurs b g-ges
pjur eue utilise au p emier uao
neot vena Danscescooiitionsquelle
/aleur pouvons-nous attacher 4 la
jrotestatioo de solidarit et sincrit
aite par Mr Wuth qui faisant allu
ion a la posiibilit que l'Allemagne
participe aux dite; tiens des ques
ions non comptes dans le trait
us o allemand.
Le communiqi i dit : Si par exam
lia la confrence discute la forma-
ion d'un con o.tium o 1 tablisse-
ment de xonts de reconstruction
ls insisteraient sur la restitution
'e la proprit confisque ou sur
une indemni' quivalente. A cela
lea-fot-tes non mais il est i remtxett
cette acceptation est suboraonr
une aide financire et reconnaissance
Je iure du gouvernement Soviet, [apicoles
'lortttiUBUt
pour les aaires russes. Dans les ntt
lieux allis de 'viv-s object.oas
avaieut t faites contre le ueaaoun
don
Nouvelle* Diwre*
WASHINGTON- Dana un dit-
cours sur la si uation waxiuains lo
Suateur Kiog recommanda le blo>
eut du Mexique et la aaieie d'eu
poit jutqu'4 ce que le Gouverne-
ment ait fait droit aux rclaaaatioui
amricaiuea au aujet det pertet de
Viea humaines at proprita. La i
iiitiiii- et une qne dos milliera am
ricains ont t tos ot laa dommagee
rojie:ici.i s'lvent 4 5 Baillions do
11 parait vident' continue le com Y^mma
maniqu, que la reconnaissance de jjJJ() ^ ? ^^
Le Dpartement d'Agrieultura anj
uooee que la valeur des produits
dot cCtats-Uiiis dtichaa
dtpjui l'Jl:. Il paasu do
js liMJ 4 10,909, en
Jure demande par le Gouvernement; lVs7-U COBit, de prottc
les Saviets n ttl pas conforme aux'il0a dtf!4 cal0|iquai euf0ya d,. teie-
solutiofs de Canota que les Russes Igraaaaaea Churchill etCambarlam
int acceptes. Sans conditions. Lejdnaut que les rathaliques taient
communiqu tait remarquer que lejkjiadutliuiojm extermines et taient
mmo aadum peut ne bien tre soumis uu traitement plut affreux
qu'une propaginde mais il appelle que laa Armement et tiulgarea. Ha
l a lentioa sur ce fait que les Russes
onteonseni s'abitenir de toute
propagande 4 Gnes et il conclut
ainsi* il ressort de oui ceci que le
jeu des Russes et Allemands a enve
topp la confrence de Gaes dans
ane atmosphre d'intrigues, de soup
Les diffrents
tendent une protection plut efUea-
ce.
i'.VIUS- Le Coa8ei! des Aotbatsa
deurs allis aou/oy unu ',ote an
gouvernement allemaod demandant
rsi'.tjtation imiuodia'.u da 11 par-
soiiiids qu4 la commisiiou aluu on
luuie S.idiH considre retponiabloa
dus dsordres de l'eteradoif ou 1
det reprsentants de dix puissances h Allemagne apparemment compte y
aid cette apis midi il a t conv,-- part Ciper cep ni.nt c'est tout i fait
nu qu'ont antre note arait envoye coo u ,e Ce que les allis ont iadi
allemands tab i saut que ion
aux
comprenait daat leur rponse trans-
mise hier qu'ils se retireraient de
ou tes discussions russes dans 1
commission polnique de lt cont
tince.
En fan les dlgnt britanniques
et lt pluptrt des autres dlgations
intresses ont ainsi interprte la r
pense allemande mail les franais
craignent que la note allemande lais
se une rote ouverte par laquelle le
allemands pourraient d s;u;er les
que 4 l'Allem 'gae Les allis ont clai
tentent et dVne faon absolue tait
comprendre 4 l'Allemagne qu'elle
euit dsormt s evelue des discus-
sions des affaire! tusses.
i\ lant de la rponse des Soviets
aux ondit.ous des al i<, le commu-
i,iq dclare que cette lponse con'iuss s liai.
liant une quivoque et des contradic le navire et
lions 11 faut de pus remarquer que laif le pN
ons et co.nb naisons.
iocuments publis donnent l'impcaslaodata franais fuient tus et 550
ion q a il s'est gliss un fruit que blessis Ly document rdig eu ter-
Goeso'rira an monde et qui pour U- eneigiques laisse entendit que
rail attela pommada discode. OjuyernameBt allemsnd ne tait
Geo ge T h.cheriot chef del d-g1 ^'^^ P^ faire arrter lea
ganou des Soviets 4 la confrencei0SBSSgSf- Un nouveau trait eco
leooom qae MO seulement a assist BUtQique [ couclu g^jyg
au dej.-uner aujomdhui avec le roi 6t UK^publiqueS.bn. nue daChita;
i'iUhe sur le f. Dreagnough. Dante paIS- La Commibaion latoroa
Alithi r u grai.d meconfeaemeat nunale det bauquiert se tepara hier
des commuaisiet italiens mais il a aprs avoir ;apii un projet do con
eacoie endoss pour la circonstance aolidation de ta datte mexicaine et
un h.bit d'ans coupe impeccable et des chemins de fer raexictint.
chapeau h.ut dernier a-yle il a . BUENOi-AUES L'lection do
uns p*r les photographes du cinma ** ^r-lUde A aar, candidat t%
au moment o il donnait la main dual la P**WUJi serait it.urtej
au monarque italien.
L homme d Eut Balcheviste a au s
si t photographe tandis qu'il do 1
oait la main 4 M Barihou chef de
la dtigiisn franaise qui a t le
men.br. c- li s est oppose le plus ner
giqi .n ux propositions russes
lina tait tecompaga de
m
La flambe
M. 1 h
[Leoaiu k
iu qui
'nire tre-.
C eat devant un publie auasi nom
breux que choiti, que dimancha soir
isstoe expert commercial Parisiana exhiba le beau Qlrn :
'iTtlr. ^ FLAMBEE
unte. De tait U
sentant du
t, uvernement pro'laire Ko deliora d'une misa en tene
.*. parmi les invits sur impeccable, des dcor* tomptueux'
latent ceux qui avaien: une interprtation ti1l, 'e fil^n n
fiargeon Pendant le aurtout plu pir l motiou qu'il sbnle
es puissances avaient dit qu'elles ne djeuner M Tchicherin: tait assis
pouvaient accepter les demandes d'ia p . de M > 1 gaeur Signjti Atcli:
va dans i'aasittance.
- ~ r 1 ._ j ci . "'llf,tor 'a
Semcit des sfvut, quelles coasen que de G r 2tt!^j2 tft*
.Squ, neson pas Ira, tn.itat.bmot 4 la rd.ctoa de, Ise dpcn.d.U Havatd. Gnt [oc^trpou'rT^m^^^^^
?ees dans l'accora tusso alle-naod si deitet de guerre, queUa nt braient annonce que 1. Ru aie a reni le m8 exh b.bon pour loa nouib-e atn
*4Ricallo L s dlgus des dix uucuoe c^u.ess.oa iclative aui det- mt.uuunduru qu el.e avait envoy pnraonnea ijui oont pat nu net' r
uiataacoa ta ruaireat demain pour tes prives et tnaleoaent qut lea la- comme rponse tux experts allis le premire, retenues ailleura.


UUAi
Gurit le rhumaism*?
> ~ u- *j*lni
j
.UMiw
rf''**#".t* w.
ifM^^I
'. H IMH
-..."%!-. jT\
Goutte
Rhumatismes
CraVel/e
A rrio^Sclrose
A igreurs
L'URODCVAL
est au rbumnl'si.i-t
oe qun la quir.i:'
est a la (iVf*. '
Varniit'nre a

****^

> . I

LUaODC ... \* m lt ; le rein.lave
lfol*9 t l*S ..'.CU.V' ',: : '. ma-
-.. ,-.,
Vaillau k Hou M : Agents gnraux ; /72) Hue du MagatiD atTEts
Rhumes, Toux
Bronchites, Laryngites,
et autres affections des organes respiratoires, indiquent
un affaiblissement de l'organisme.
L'EMULSION SCOTT
prise avec persvrance aprs les repas, fortifie le corps et
augmente la force de rsistence contre les maladies.
L Saint-Mare
Aujourd'hui est U fte de Siint-
Mc patron de la Ville de St-Marc.
Ce ma'io six heures une rroces
tien est sortie de la Basilique Notre*
Dame avec la Statu? du Sain! et s'est
rendue la chapelle de St Antoine
o une messe fut di'e.
i
l'habilet du photographe et do jeuphin
savant de Mt Mc-JC* , ainsi que
la prcision de 1 qnioement d'appa
(cils optiques et photographiques
qui se trouvent b nd du Gaspe.
Us autotits du Port, entte autres
Mr R. de Villers.de FallRiver.Mass.,
Collecteur et Capiaine du Pot, le
' >Ii-aine Thcd-. t ait ch. (bu du
Dutrict, u le Dr A Nihampioo,
eue! de l'Hygine Pub ique de lac
nul, tendirent visite au Gaspe Ils
fuient l'objet de la bienvenue la
lus coidiale de la part du Capn
TiltoD.de Mr Elmtr Clif on, et ci;
Mr Mc-Kee. aoeur principal de la
Eimer Clit on Piodu lion .'o.
Bicl df s choses leur fuient mon
nes, les vues splendides dj putes,
'e perfectionnement et la picis on
des appareils photographiques, pu
canf ainsi par Ji un avant got de
merveilles que l'on aura biettt
-; pliudir sur les crans des salles de
.m, des pays plus fonuns que
Hait;. .Notre lot ayant toujours t
d'aUendie, nous a fendrons que les
autres aient fini de bien se ussasier
des vues des ctes de notre pays. Ce
ta viendra rssurment si nous met
tons toute rotte coi fi.i,ce dans le
Bon Dieu qui eit bon.
lacnael Avril 1622.
ce. UMn* Noi C0Dd0," Avis Commercial,
Lei fnnr'raillM du j-ari Lo*i" Cy La Socit Commercii
nilp, lve en Lyce NsHonal, dc Hollandaise Transatli
d bier soir I ge de 17 eae auront
lien cet api et mdi Le convoi parti
ra du Poste Mtrcl-aad en fa a dn
B'irean d' Arcb vea nonr se rendre
la Beeiliqoe Notre Dame.
Parisiana
JEUDI
Avant de* re'ourner eo France an
ot en etockdetsee merveillpox filme,
la Direction de l'ansiana oftre aaa
cliente une nouvelle exhibition de
Cft'o arie.
Elle corn net r p. a Jeudi per :
Idylle de
Chiffonnette
Filet d'au Italien en S parties
Amoureux et sentimental.
Entre gnrale : 1 g, 00
De Jacmel
Union Patriotique"
ratjrnq des r"*rn""ot des Nanrsen,
des Peary. des Shack'eton et des
Amundsen ? Nous oui vnynns j pe<-
ne les p'es fflets du flimbean df
la civilisation,et resentms de faib'e
secousses de l'intense acrivite huma-
ne, nous ne pouvons que prendre le
parti du sage, nous agenouiller et ad
mirer pour ne oa.s traiter d'insenss I-dpendantede'oute politise de par!
ceux qui veulent tout possder et'li ou de personDe.l'L/iijn/'a/no/t^uc'
tout connatre. l ent a dclarer que les valeurs envo'
[)ovv-n to the sea. . Dernirement y es par elle i N w Yoik ne sont pas
n'avons-tous pas eu. en fvrier der de'tines ni employes i combattre
nier, la visite du SS Dna > nous I lection de M Louis Borro, mais
amenant un corps de savants de l'U srrvent uniquement aux frais de la
niversit de Copenbageo venus pour dmpagne, commence depuis 18
tudier 'es plartes et les poissons Uo mois et poursuivie aux Etats Unis
ilrux ? en faveur de l'indpendance et de la
Dewn to he sea .. Non seulement 'jcuveraieet de la Nation Haitienee.
Nooa apprenona qu'o aa avance
du 19 Avril cour-rt. le Club Excel
f>;or e form aon bure* cornes
euit :
MU Edvard Volel, praident
Paacal A. Brun, aecrotake
Hnry Muzsc. trsorier
B rnarri L<>moinf>, Marcel Denis,
brid Wo (T Conseillers
Gaaon Mictiel, admioiatretenr.
A l'honneur d'annoncer I
nombreux clieota, qu'elle vital
ecevoir o*r le dernier vapeee,
nerrbendiaea uivantea am
Bire Hollandeiae : floltraet 1
Beurre de Coiiirte < Windmilli
Fromage QOUDA
B tugiee a
bquenra etc.
Par le S,S I ne oona a
des Cigsrea hollandais, daa
^n barres, etc.
J. DALOER
mumi:iiii!iii'!niiHmrraimnniir.'Mi
lluilllllimihlUMUWMMUMMMMl
r>p'ii( t-ieniflt 30 dn rnillld*
d'atletllom U'.i monde mi T1 cal d
: louiei Ici pwtlei dt U if tu prouvMt
' l VALEUR INCONTCS1ABLE I I*
SUPRIORI1B de
t'hcmoanc
. lartOtm)
comme lertlfliil MM cbu le uleli de
iionrTliieiilrite*
. leturpeeuM'
iltrii, Kirtc
Uilt, cilereee, fetiH. Illllll
OL'Bin, ne., tic. Il eorlthil el unUee
i tu ut Ije.depun 1(1 lonrrti
i eiteJiie.iadeiTkHUrdJ.il
S d il le> cai d'utal '.
E aiaf, augmente l'ippdHt el
l'organUrne tout entier
VINTt OANS TOUTES Lit fMAHMACin
<|wa leaMu eeer it Tmiiill. la Cllmlil
t m titille ( mina khiiIii lene)-
ne ..WMtlndia A South-America
Trading Company"
- ch WMt-Indlaa.
i
Curaao, Dutch
imiiiilirmnniriiiiiikiiiiuiimiiMiii un i u
aaai
j
r-
rcur des ludes qui peuvent paratre
arides et sttiles i ceux qui n'ont pas
t initis mais encore pour donner
r p'iisit aux r ches comme aux ht
b>c, aux puissants comme aux mi-
rab'es. au capitaliste comme l'on
vrier. Ceux qui applaudissent aux
htfs-d'ocuvre de 1 cran ne prsent
Four le Comit central
L'Administrateur dlgu
George SYLVAIN
Port au Prince !<, avril 1922
am
' 'I I il JX- >
4 DISQUES GOLUMBIA .
Amateurs de lionua
musique, accourez cbeij
L Preetzmann4jjer!ioliD
Rue du Quai
O vous trouverez de .Superbes Disques Columbia iiiiira*HlT
d'opra; One Step : hox-lr-ns,monoloiue< : Chins, anglais, /rffl
espagnols, etc, etc aux prix exceptionnellement reduUs de:
Disques d$ 10 Or 0,60
"'lit
......... ]pj fri
p (n.sdansle silece et les oiitu- hewa du Cha^p de M"ra. Plu
des d'S mers et des dsert. Pendant d 3f00 peraonnpa re>mplif>aaii>nt laa
de lotgs mois, ils doivent pa iojiI- ir*\nn. les divera numr^a dn pro
Bon. 10 tkt set in Sbif) '! . Tel
est le neaa d'un 61m cinmatnera
phieue la maison a Hlnser Clifton
Co de New Bedford, Mas, va bien
tt produite.
CamarYjes, ama'eur, ftrveeti des
Salles d* Anima, p es que le iVrr
ara fait le tour du monde et que
les ceu'res plus (aveti es que rous
'en seront rasas lis, vons vous > t -
siertz i Parisiana et Cin Varits
am 1a bent de sites mari irnes ta->
ges les reur'wnt dans votre inuapina
tion d'tie fan astiqves, de tochers
et de pics mystrieux s'.U vant corn
me dts obl'squts du sein des mers,
de glaciers incoanus pars de Bat
de ae ges, de goufrres insondables.
tontes lis Lofoden des sept mers
coDsteiuaot d'effroi les plus haris
navigateurs. Vous venez aussi se d
iouier i vos yeux perdu?, aon sev. mioii pionniers nt e sont iii pas
letneot les ctes crayeuses d'Albion u cuvs martyre de leur uvre rm _. - ipiileiini i**^^ , ,
etlessteppe, ..... d. r Jo.e.t U ler/son.".^ . S SBS'KXlof JK?3L?S|ltfatr**- SUCC* **.
arctiques et antarctique s. ma.s encore Ucmons veiti recouverts des plis de le plua souvent poee.ble\a nobhc
les ctes verdoyantes Jdes tropiques l'immense mer qui continue i drou ia priv de aaioca diitrectiona
Et vous douterez peu queesder 1 on froid linceul sur leurs tom- .___________ ___________'
mres sont celles de votre chre j b s < nices L'oubli et c'est tout-1 mu "" """" Ljg-----*-'
Haiti qui vous troube t et vous en.Dina le cur de quelques ares hd NtCflOitlm
chantent de tant de lv s l Le 39 Ma s dernier le voi ier i mo que temos leurs souvenirs dfunts. Nou* tvon r*"t le fir#-part de
Pharmacie St-Jean
332, Rue dus Frout-Forls
FORT.AU PBJNCli
Remde touvtrmin contre le ver* *>,
teur < Gaspe > est entr i lacmel ve
Le c Gaspe *
Clyde Sleamship G*
.,a,SlD,.d,.,. .,.....^f^^t'^^l&lP^'S^J^tffA foreign Services
V*^ ^^KW'rt^,a^^^^^k^^V^xiS^^ ^.u Porr.ou-Frmce ou U ent attendu le *
Down to the sea 1 U Ole de la notes sur la pche de la baleine et -Il ro.i iat/g4lero'"-t fait part ** lUlHfiera, OU8HI f CLW l&
aune n'est p:s seulement dans les t\ d'autres co!o-es des mers ; del de la r 0" h'erelr 7 hor, de htimud>t*%*>>*t , rr MT
1.repnsta commerciales et roi'iiai ii revitndra i J.-m*l ,0111 meitre a U rr" B lh,,d< datant *>** de 'i "**' HUfS****SM [/Olir KltHJHlOil el
resD^ns combien d'au'ies dormnes la voie pour N w-B eford, eu, le
iactivik des navig.teuis ae se mjni vues seront igenceis e' h mes. La
fcste t'tU'.p ? Qui ne peut songer, I a collection de ces vues est dj
L > S a
Khi.i.iji No 37

...S.Anin"MeP0r/S d* N ''0/Om6fe.
Port
A aa famille K pnucpalemen UU ^'WCe lit 24 UVHl 192*
exo, admtra i... aux entes exp o c onsid.able et ma^eue liMi .ou '^Cw^ZZ:^ E. b\ VLE*M* *> 1***1 &**


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM