<%BANNER%>







PAGE 1

LEMA73N Parisiana JEUDI Aubert Journal Mabfil au L'arc ( Conique ) Vn ours de l'Alaska Avec William Farnum Eotie Gle i,no jmmm* — %  I %  %  Bonne Occasion A vendra un Alambic neuf d* 3 poin'i *chpPOui rer.liioileu • Pour les oomi.lions s'*d r-sser au bureau du Journal Cin-Varits VENDREDI Le Masque aux dents blamhes Entre U.50 ttesmO.S., VYashiugu ii— Un ivertiiseaeai de lempw J'unur uni grande chelle. 70 pour cent des victime! nieurrii: Londres— Parlant au|Ourd liui a la l. des l.imu unes, le Premier L!o>J Cj-.uige a de ...aie que la confrence de rarruemeni a Washington CM un des plus grands travaux qui lien jamais M enicgistres dans l'iustoire du monde Ltt Angeles— l.'offie du blitrilt a annonce tard MJOurd'bul qu* l'arrestation d one femme serait laite sous l'accusation d'avoir tue William Desmond l'avior, directeur de cinma, lUCUf Noliat de loriunc et vtran de la guerre mon, tale— li est rapporte que la BMilM du Marv Miles Murer CM sous une illWM surveillanceDM lettres d autour passionneei ont t trouves parmi lesiflets-'dc laylor— Des lettres d'amour d'au.res a.aices prominentes oui tt aussi trou >iti dans ses cMets. washinRton— ; 01 liciers de second rang de la Marine 01.t et* condamns a uac anne d'emprisonnemeut et la rduction de leur lang a celui de matelot de *e classe et la perte da leurs appom trinnts jusqu' ce qn'ill soient dcshonor4ftitmenl deciurgs, pour avoir pris et garde de la queur a I ord du chasseur de sous marins Kewing a t dclar que ces hommes ont conspir poui mener MO< quantit oe liqueur de la baie de (iuatanamo. Cm Galant VavMDRED! GALA Franeesca de Raineie • ....ii.i .unie En 4 paries Srnea d amour MUeATALA DE P RADIN ES Pour la pitiii're fois cliuiteii Un duo CinA Galant avec uotrt B-ranger CANDIO Personne ne manquera cette a Iri pour tf.ndre la jolie voix de Madt %  elle Alala En'.re i 0,60 Un f one tionnalpo suspendu %  Noua avons appris la euspersion de Mr L. C. Lhensson, Inspeceui GnrH de ilustructioa Publique Celte mesure rvlant un caract e grave par le rang qu'occupe ee font uouneue, el ne voulant paa aiou.er toi aux raieona plutt mauvaiaes qui uoas ont - dnues noua noua te rond un devoir de donner de plus amplea reuBeiguementa dana notie numro 4e djoiain En tous oas nous ne pouvons que dplorer Cet e tore. me-a— m PRENEZ GARDE AUX IMITATIONS et produits similaires que Ton cherche substituer L'Emut s ion Scott Aucun* ne' peut lui tre compar pour la puret de ses ingrdients et son efficacit en gnral. m •BW? "*p.t Gable mni' rtfoiivelies Etrangres % oyez. Tat'e lettre, coma Nos le m'a ?d"sp par N \V m Les Cours PARISStfft ing Dollar II 84 1/2 New Yo k 7— S eilieg 4 J45 • Pianc II 8a de recommence r a admettre les con reui8 allemands dana lea courses quelle organise. Lmtnmation fan savoir qae les dlgues de Fianc Belgique el foitugal se lias a a vu er et lie J.uebiuii. nul l'flftarr d nt M Haec Do sio ville et le Directeur : Porfau-Piince, le 8 Fvrier 1022 A Monsieur Cbarli>a Annoual Membre du ConeeilCoinrnuniilAi nouai En ville Monsieur, \ ,,„,., Partroia foie dj. L'tajr* • sont abeiepos la question au Conseil Coramu jn-l qu'a pisia le Dr Aunoui 84! von ce qui etau advenu dea 500 dol UNE BOITE DE VRITABLES PASflLLES VftLDAl bien employe, u tili s e S propgi [ PRSERVERA votre Gorge, vos Bronchas, vos Poumons OOMBATTRA vos Rhumes, Bronchitaa, Grippe, Influenza, Asthme, Emphjame, eta. MAIS SURTOUT EXIGEZ. BIEN LE VRITABLES PASTILLES VALU vendues seulement BOITES portant le nom •n La orve i in BfeRLlN Ap es une copieuse chu e de neige et un (ici J intense la ytvi gnrale svit maintenant sui t capitale qui, ap:s avoir eu ses :ommunicaiions pu chemin de fei et tiamway coupes avec l'titneut, e trouve maintenant sans g z, sans lectricit ei s.ans eau. R. fusant d ac • p'ti l'aibiuage qui leur tait propos pour r.oud e la question des lalaireti les employas municipaux se sont mis en g ve rue-. Lant de* tumwayi i 9 htures lu s.ii laissa dts mil ers de Leisonu s au centre de la vme c se nou .•en' les indUes tt les spectacles • ans moyen de locomo'ion pour 1e jomdie leur domi:il<: l). > ceuta.nes Je dames en costume de soire lu icut apeiucs leulram chez elles i K ied malgr le vent tl lapiuie-Legou vernem-nt et la mu K p.w.te piaM sent impuissants manqcam dis mo yens ncessaires pu; laite dcule' leurs dcis.o is. il .**..,.*,! A ^ ;.. f M .... i'ara douua par M Brtioorno.t.h'trg Une acaaeimcienrie.a A f talie de u mpabitqaa de c ba ce. • Hiiti, a la Commune de l'oit au ren i s numros de l'Essor anaon PAltlS 7 Madame Curie qui a'.r*nnce, lora de l epid nie de Ttaau pnb [, c | es dnllreaies mrsarai decou/eii U radium a ete iue uieiuiP ,out da 'anne d n.ire. Aucune $es ?ar m0 i OTS de I pidmie oie ne l kcadeiuie de tuedeciue C M ..iefOu*e ne noua a i telle. Ia*tnn> Ignotau-il auiouid'huu u pieiu .e ftinme qui occupe ou * %  '• prestige du oonseil ComcommaQd e d^ tubes vaccio i-uteui, uau. uue acdcin.e tnFia.i uual auquel vous av.z appartenu, la c^oa? cb'e Nerl el pour I ho neur de la Ville de eie lancec P ar rao e V m wi( Por.-au Prince, slin aurtout dedlque des produits antiseptiqoei traira tou e lgeude fcheuse, vou ^sinlecianis ort t au^si detnai lez-voua uoua feue I bouueur de re 3= qu une quipe et 12 honmH poudre aux deux queatioua siuvan Eloje de la Conf reace de Washina tes : l w Savrz-vous que M-Bener mo avait remis au Magistrat Communal Annoual, .u doueia pour eider le commune ptotger U populauoo V 2 A quoi oui Li nttecta ces Bu\J dollars 1 Veilliez • gr>iei', M valeur nos ci ViIltdS eiup ••-s-^dn „ Henec DOU'lNVlLUC avocat. u ion. WASHINGTON Ji Bilfour-dit'g-b ii;i.unu.q ie a la coiitcreuce de WaaUiiLgtj.i geai eiub.iqae aupjui .1 liul pj.n I'.V. g utoi o Drnl dd ooquouo. \q U uAva.il de tem pi quei Mi Jiiio .1 a aeciere qje U (iviutarauue da \rV .etiiugioa e couiu bue a U v.c 01 e d J m uaix et au tiioiiipue dea principe toudaindii taux iln ia civ.uod nu un ai haut L o iui que l'ou peut ulhtmer que c'est a coite to.if letue q M ie mou d d via od oi. bi 1 t lui 10 LUNUith.S Le Hu. Geoige e c..u pegu de la* Hrlue a attaieta eojj.ilU ll.il a l'OUVuliuie d a pul mo. .1 e proauoet uu diBcouitt ni-, ato g:uux pour la eouCeftuta de Wdoh.ug >Oti' I,J Hoi a (ail a...-m aliusiou au .i -ac augu r'taucO ti. ge et a puue de la KU tlOU Uiloiua.iuuald de t 11* lande comme tal libre. Il v\ ni''. 7 — 1.6 conflit survenu •mire le personnel dea machine at celui dea chau i es bord du tran \dh il 1/'// f* * satiaotqai>Hacbtmbeau ae so.u iWii7yts5o tionD.Le navire apj panir pour les hiata Luia. Choses d'Allemagne I1LH1.1.N — Le Luuv.au iiiuiio.ie 1.0 chante .i*n^aies Docteur lisiioriau a lait ui.e v.biie a *l Lauieni, ainotiisaueui de Ftuce a B.iliu lui .aisam Savull qu'UUe ei.queie Urt aeneuse a ei uiduuueaui le regret %  Ole uci-em de feleiadoilt tl qu'elle se poursuit. Le comit qui umge le mouvemen iileviolo 11 deciJe d eleudie U g<nt 'a -'ace de As auh pies de la vd.e de Tripoli. Ou dit que la tsistance (u'opeose la garnrson de cette place at inelficace'et qu'rlie to.nbeia sa Di e,uoi s'agit-il en r al t ? d une mod .jue su mm de cinq ccatl dot lars, vi'eur autour de laquelle le jouiual 1 b'ssor asaaia, mpi an-on dit sui o ai 1 .h.tt u r.r uu scan lah dan I unique but, pour 01 D. e teu Mi H D i ajatiite, de continuer sa -.i n. |>u di itaaiies et de cal MD nies qu il a eutieur.Ne coatie moi Avant et suitom d pu s 1 6 rage, ds spoir /; soi .h.-c aux dtfoi as tltct.ois communales lo j.lauss u re en :iiture publique, despote aux patin pied", rleur ; trots milles de F Di ft e c, j n pa se cl d-s mciih u %  ••. Q ,e n a t mci mou aline r E cep d n plus que p.-rson 1 le D.ie.t-ui d l'E, 01 a au ait s depamr d.s ; n J. qu it me io >>o ] ju.ual y*gi eu de. faci lis de lo %  es sortes pouvant le reose gaer ira plemeot.Pour s en ctavailai le lec .eui n'auiait qu 1 parcourir les d ff i7iVe" fia~cloa ces soua lea ordres de Mr Cb Rivire a eu procda r pendant | d'un mois aux uettoyege,etarr des tues, desM.le .lions des ri| dea quartieiB populeux du Mormj 'l'i 11 o svia-ni particulirco la redoutable epiJmie; i s IB Comtuandhtit de la Cornpi dea pom^teis '1 a or-, Mr i U ga d eut me prter SOJ c9uis aveu un giMud uu nuredai Ii mines pour les travaux de di ti-i.ou aux lysol. gouai'on ete.| qui nc-SAit -ni des fi ia iul [ lut bien rduire le .0111 iundsal [ti'JO J, uuidbs envi 01 au ueti de 1.1 5 J que differen 8 access pompe* a b:as et \*\i d tuyaui) it eie ache es en I c*0 iiiataocsl J que d'8 iii-'dicun % %  .t< oui 1 1 et ib .fi' a uoub e d v.-i-'n UNI 'de* f-tini tes prevui,v.'.jt'ii> I . %  o us ct'ue uoiu eut 1 e f J p i u ce q u co ic 'eue 1 d J > lui dol ,u e air B^ comj. U 1 sait que la g .uroaiti ChaCiea Migi> sur uu n cideut qui, espioasll, 1 te A ces mot% on entendit un san nlot de lemme. La mre de Tiet ky pleutait, pu.s elle s'varouP. Tandis qu'on la taniraatt, 1a ci niom? continua. Les cieig-s, un a un rnat onale dea cyclistes a dcide! pouvoir des as-igeaats. %  1 1 a i l Autour du don de M. Bencomo Coudamnalio de l'Eiiipriiiit Uatiei Attsp .es motifs de McItM Conseiller tioancier V ii n f tOH 2 fvritr itaa. 0 us un discours fait devant el Un d'une 1 t u l'ums sur Pauie • Tous les \ l e Charg d Allaites de Cuba avait ver aeuls de BiOOftl, tour tour, ttjseV au \iJi^tr.U Communal lors dt l F dei niera, son r*' e f{ sa mie.v n p.Janu de la p M< v/roe Avant appris t dclarer aolennei'e uent : 'I qmnotn onfrrt • &•-< avm cru "y a plus 4e Leoa Brois ein Celui ;< chique matin ch* noire ami U Dr AnnoualVZl?K t *"' F Ur le Goavcr Aprs les prambules d usage, le Dr g.*?" 1 P" P eu P !e h Pro nous dit jfesseur Pierre Hud.court, membre dune mission d n'omitiaue huii^n arlam bruit a .i Ivl autour U cpte vobatiera de rpoidr e n e a mi, en doute la b?"u Sx 2 vjltttr de Cinq cents dollar i que aux que.t ons q ie pose Interview du DrAranoaal Ancien Aiayiitrat Communal bruit a .i fut autour wnien CC sei'ler communal s'Ieact ea u ci'COisuoc?, poir rait lre mal iatcf • f m 1 biea oi ce ^u'il ON rpjg lirait d; rpandre Existait sous ce oom, co^s ne le-pour leur d mander des tt di Jgtl outo'M ja*'| Li prolcss'ur H il o irt""dion Je?u s P lviS de JcUX ai soJ ^ ce la p aaocs de M; 1 h-nny i Wa s c ad iux queton, qie vous vou x m e |ohn M: llheony, conse lier finan-. n 8'8 1 t.b.issemeni du biJ Mat, bien quej -Dpenstus, cou cier p i de la Rpob ique d Hiiti 'oaalqa'l a dans s;s attriB n Le Mann a eu & 1 crira hier que num-n pale Piudeat Wilson >ubi,f b et qu'il au t n pseftstass-s! *•-a--are *n#i -P** S?? = W S 5 teiVasKS^ii



PAGE 1

' U UAJW & maison V CKEIDY roTi te %  • bienveillante Clientle & v.nir voir le r oaveau sssorPmant It p r ,e Jeroitr Bateau. unveau assort, msnt DO dt Soie tyon ramafa pour Kiuocoa* irdi ooi irxJi fl' u r s uni coHlPi'r iroolfur lient* i barre couleur blaoc >> barre blanc .dioe blanc rdin* ronl nouvpaut iope lier couleur c gecculeur % Hase rarreen Dernier gooil DOT eupacirarp. .. ooire & l-leua marin rrtr lavfbie couleur b'anr a' vert k< blarc 1 t ccoleor Waoe %  iaa'ta Se fai le plauir de porer 'a crn 'naissance d* ses enM qu il dliait T 0 i| ft J.._ .„ ., un petit stock d Huiin-LacUe. ali— • — § Simon Vieux Tbe Up—To^Date TireHepairsShop Harrj It. Kinncy,prop. ma rk \W Toile drap bla. c et cbi" ur ai T ia Dnw L**.*' ,efCm bjnessfe m...!., frar aj8 et 9n .** n atc pa r ,i d Faoirmtnt de tisinp fin tpl q U A : 0 rilr |.pj rnnlpui |IP birirg fVfJk'f'Pfrx TtJear "• ffrrnit 'lO" (le snjp |irdi u ri l'udi fleura Pj/arip tonrrh-mifer&.obes inirrru'fur • %  chrmife* 'une • M>r. k rn.>nr el blarc 'rrr mi n f r irj.jp "••'le i. et n v P t. dee r ri vr -peui •on fu P.ince, le B fvrier 1922 SHEMTOB tt Co drrnierF ta 0 B9mj ennl.ni ftb'anc rerprr D mpnf 4 rra'f !PS ^<'Vi'M*drtp ri|f|n (Vttftr dri-r Hinneiir fwiiroi FI r'leur PeirPin S r^c noire eb'ene t*rilri br,.^rp B np(* r 'enres R'ban rompadour T-Mrr • T'e ri Irdien Toile roui jupes Oifre Ie8ari cls suivants: ( h laragoe Chatlei Beidsieck ; Boideanx-Qjina ; Ihibonnai %  Ui Ua Mo s y : b0 i G lo; Ver,I1GQ h '• ^oac; Li meurs rtaiatf aiaortiaa Port.au-l'.ince G-a oi.srrvea de l ..les sorte j1 C ufiturv. CbocoU ; Uit ei Faune D n a. u menti 2 S o T ' l Ve8 ," e • : %  •IVteis, Bvy v .vng J>U. ra ; Porter, Beurre Bue Bra.gtr } J" bou Lopp.z ; P d lumciie beie l.ie: Ma rouge et blaoc eat Lts inaertionsamt r fU e 5a u X bub l an,, J ,je s * %  ca,s e: V 1S d'i^pagae Bire l.anf^e aoaidof. reauidu Jouraal, .358, Ri; mlii al ^ ni n dl : Cy? r e lies anglaises l amiicaiMf. came. ttUMi uiu'is pour liqueuis ei Snopa. %  %  : i Ijoargraphes et D.sqties Coitl jibta Pour gurir ou viter MIORAINES %  CONSTIPATION CONOCSTIONS-CTOURDItSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFT d* prendre . l'un ctd vos repas teut le Ssu ;.;urc seulement • i QUO Filiila ti$ MM t47,rue du Paul St-Dcnis. Paris Mais il faut exigsr les vrifies qui sont tout fait blanchcr et tur cliaoune desqucHst les mot* DEFAUT A PARIS •Ont ,'Ci llIDimit Imprime en noir gOOOOOOOOOOOOOOOOCXXDOOOOOOOOOOOOOOOOOOO S S r^. prppBPt fi et raMagere • SOCItTB COMMERCIALE DHAl'll Agent de ta bltiu OrUanttt' South American SC S Nous avons tous des "gants de trouble"— Constipation, Dyspepsie, IndigesUon, Foie Torpide, etc. Conqurez los avec les Petites Pillules Router, § petites et effectives, ils vous soulageront de tous ces maux,, sans colique o sans sensation O C-iante. Us Petites Pillules Router peuvent tre § achetes trs bas prix chez votre pharmacien a o votre marchand. œcoœcc)Oooooocooocx)Coocoooooocooooo t m %  I o> 3 Piilfra Sios Pa/isb Company Inc. Avis profssiobuel Le Docteuf Annoual s'empress de porter la connaisse d publ c Je ibre de Mr eu gnral et de Kl clie ts eu diat de Mr Car'oa ,ai.lculitr qu'i a rep, s i'eia.-,tice a'eamer Coa bta" do la l'gns Par.aaa, vn ant de N-wY'k est uriv Lier soi' v-c 600 toaies rt marchandise, 8 paa-gers et \9H !j dia correarjv; ggr/c. m vous voulez pwjtr la P J „ 4g Vo coaiiseurta, Si'•oui oil.z avoir ua KriHaoi I i>n t e t lurabl". ^i 'o 13 'oui. z -onser-er la couleur u kteo if phsede ces cli.ius tire pOri*nl I n^te.noa enoployez a rr : rque atONOC4aJ. r. britfoe ipctalomeot pour le darries • !.. s geoileoBeo du high life, cht" 6 P^Oi,g, le peau des rh,US8, rea con'ra rhumnl.io m ] % E'Ie en re ie'eur aoupl aje a' r.-nsere loorbrillioi J > ^£ ] !" <*"*iOKO


PAGE 1

l£*4liX Crme i donne un teint de lys A i> .* ; %  %  >.\ W M Ttit|drY '• <• \ S "rs •< %  • %  Lo Crime Tttndetys. euet. parfum*. conserve ta fra'chrur de la jeunesse, embellit, efface les rides Elle tien f la pondre Assure une carnation exquise La Crme. TFIN'DF.LYS. fi* oncueusr. neutre. e>\ incapable d'offenser en rien U peau, qu'elle adoucit, assouplit ci blanchit MM la lubrifier l'excs ou jamait la faire luire Parfume aux extraits de fleurs, la Crme TEINDELYS t le type le plus par fait de la crme de toiletter ton emploi vita le haie, let taches de rouseu< f le* irritation dut* 1 pomnrt ARYS 3, Rue de; U Paix, S PARIS TVuW Parfumerie et <>rand< M lfar -, i Mvwieor PARIZl, reieou dernirement dell 1 rince iyaj matriel toulrv z q-ia d-fl Ciia ge d • la \mncan ftkioa Holieti Coin pany Ghicanj, rjat conservent la fl naatM a le h illun' d*a chuaures Ils ro ent meilleur marrhe par leur btnne qualit que loo'ee let autres marqnae. KM vet le dan* Ira ho-n. a mtiiors A HKNJWIIN Co I..I' It ••• LausMire Ag LIS Exclusifs io i Hati Dtruisez radicalemei les Rongeurs et Id insectes nuisible! Avec les produits franais J Ple 'AlorriV' pour la dee'ruciiou des rat-, Searie elc. Poud-e • NWlis' pour la dasvrucron des Kits, Souris, etc. / iquide "H.ut s'* pour la destruction de* Punaise*. Paux.ety 1 iquide .Spcial Mor i* p >-ir la dviriictie-i des Moucheif t e M .riis pwr la dcrue ion d s Mois iques., Krop ir b'e. Sa s odeur et sins aucun diti(*r po ir 1 a aui naux iouwat^ En vente Lken Alphonse Haynes 115 Une lio.>ue-Foi To Ut Large F ire Proof Hall HSVPB nn alatra fi||pry. an'hlp fo' Ranrk nr any on o-da'a OfAœ. V -ry srisoJens sa VVir home, For information spply to : Hpnri STARK Il ip du Quai. Ave A 1 No 1U17 op poaite to iiia RailioadSUttoi e"S* ••* PB Pharmacie F. Sjourn Pomio vvis :• ^ clientle, BUS nuk'i c'ns et ^iu public, qu'elle • irstMtnm ann La^trutnlre dUroInge en, un., Laboratoire de PiolofJ I appliqu sous la Dr r'ien du D% t B ieo\tt t. Sjourn 1 e lai nraioire es' ouvert lous los jours de 7 lires du 011*10 0 br lises lfl sir pour loatcV les u cherches et analyses prvues dans l'aui oi.c ci jointe sauf pour j Massfiniann et \\ ennstaole Ure^crto'e Seront reues que le maidi de charnue semain. S'adresser i I berwicie rour les renselgoementr /l.t)us sfutinee ei^Suegrsiiique, Heaction de Wassennann n*sciion de TnbouleN Eismen du sang e du pus Et*ID*0 d. s matires fca'es, Examen ne craesn* LILHN & FINK 1\C foui produits phumcifuliqu* s et m articles vendable* dans u *c pharmi SPECULITES • Ljsol drs nleciau s*von Lvol, s aviHif j Lyw 1, frb cco ;dei lil ice incomparable '4J f'e ie rr r> u -, Kmulsioii, tx'rau (h ?co!at eu joudre de L & F. cVl exqui* 1 0 ide T4lcum L & Fi C est l'tx r e sui & ban march e c etc. DemaiiUtz le prix courant LYSDL : l m il eur et le plus couo ique d s .totufo iM Le dsii.lr-Llu.t empley da-is tous les g a • is hp lot. UNE petite cuillere d; L>sil d^ns une h. S, irethMt H de GmioeUM, ite, M Maris, Fiancs, Amoureux. Oui tes etr.b,iras8, JL-xit. Am Si Rue Lairajfl Jounaux de Paris



PAGE 1

QoiDiitnl hn N 4298 Port in Prince, liait) fllMCOLTM PAOPMUTAIRE flmeiitMAGUHRE NUMH9 20 CENTIMES Quotidien Jeudi y Fvrier 1922 Uuelle qae soit ve're caniie, ne ton* laisse/, pas atteindre par le scepticisme dnigrant et strile, ae vous laissez pas dcourager pai 1rs tristesses de certaines heures qni passent sur une Nation. PASTEUR KE0AC10N; Rot AmricaineNo.JI £>h La misere au sein des richesses Etf PASSANT ijseslnce elfes BaiifeDS soDlmiserames IL y a ua poirtnettemeat t.bl .yeux de tous ceui qui l'in tressent ou se sont intresss i Jrs, c'st celui-ci. qui rv' ilaaparemce d'une viii (v\ irJai.i est un pays richU et endmique que, lie que! tnemeat c,ail JU t fi I opinion,nation* e ou tran de se prou incer sur l'tat du la conclui a invitable a (ou qne les Hait eus constitue n %  pie railh oraux et mistatle. %  ment expliquer cette sorte d-n it? seail de toute explication, i' il. le de ne pas leocontier ce tuiilioa splendide du travail, que avons reocoulre sous la plu %  a de nos m.lues les plus le travail eale'aclon par la fie l'homme se met eu rapcoi Pil'Bl. le li u ma-, c'est dire le il le dt 6oit dans les termes pi m uv.nts ; cest l'endio-t dr c vu uns so.it • sol. -•ol, air, plantes et animaux c'e.t rc de l'action d e se par la oa ,i ce sont le condi ion) m, le preuve e, re.ees i .installa le cette i;o et soo existen JMI > uand on dit ainsi de notre pays st tiche, c'est la valeur de vritables matires premires qu k ailu>ion sou sel, son sou L'apprentissigs du mm$ mmm m Les pelim enfants n'ont pas l'ide de unntir Miis It-e aiul es ne tarlent PB l*i rendre exnarifl dnp lelr Ff.lt %  ioa air, ses plantes, ses an maux fines tous, nous autres tiait.ens '••tanis de ce lieu, pour quelque dans cette dhniuon ? Hlas noL pourrions) devenir les ar de cette richesse dveloppe. B*t' action app ique convena it i ce tb ne dicss (ar la na l'aveu fait ? Helas I nou enco ;*oi pouiquoi" les deux rro T* restent lucooles abiemeat [i notie pays e t t i riche ci liens sunt un peuple malheu 1 Bisiable. para" hui et apis le sicle •< ^indpendance que cous ve 'vivre, il n'est pas seulement dire que les II ntins sont mi il rtOfftflteoi pas insoluble Rien n'esl, en ei', plus clair que le problme hainea, dans sa torme essentielle^ abstraction fute, bien entendu, des comp'ications interna io laies et poli tiques Le pays est riche ; nous y sommes malheureux ; l'attractioa es', force : nous n'avons qu'a coa> approchei du li$u et i nous emparer de ses ri chessts Le moyen existe ; cest le tra vail, rapport ncessaire entre le lieu et l'homme Le preb me ionomi que se douille alors d un oioblme ;oc*al : sommes-nous dans les conditions de travailler le pays de inifnirs le sortir de ses dettes et i sortir nous-mmes de notre misre ? La solution du problme social est coid tioine par les disposttioos intimes i l'gard du travail,— car u taut commencer par le vouloir et le dsirer.— et aussi par un amnage ment de norc o gumaiioo SOCUll na pr la lgislation en vue de ceux qui sont disposs au travail ne •oient pas contraris et soient plulcu tncour gs da.is leurs disposons et que ceux qui n'y sont pas dispos voioivatremeLt puissent .ie toatuints elficacemeut. Nous ogligeions pour le moment ce doublt c. socia du p ob me Ce que nous sommes plus ptess d'tablir, ce sont les possibilits co comiques qui do vent nous encoura ger a attaquer de tic ut le probl.n de cesser cette vie de mitera au rui lieu de tant de richesses naturelles Nous sommes lo n d tre eu (aillite f si nous tablissons coo'sciencteo sment le bilan de notre siiuet.on par doit et axoir, nous vetroi. su a bondammeni que le pay non seule ment est au uissus de sa situt o conomique et li ianc< e ac u-1 e ; mais encore que ce dtbueui peut U ctlement, apis avoir pay toutes ses dettes p*r le trava I, deveuir prospre et conomiquement heureux. Ayons honte de laisser due que lt pays est en faillite, ei td.hoas de vant de prtexte, ils sont aujourd'hui moins matres chez eux. De tou es cesdr/hnies, il rsulte l'ensemble d'un problrr.e qu>, tant donne la clart des termes.n'cjt heu! lart de tromper. Dans 99 o,o des cas, le premier dclenchement d* la machins mentpries est l\euvr des sdultes, de< parents eux-mme* Jlos petits ne songent ^l^e se drober t 'ix consquence* ds leurs Mes. j Mali L'entourage les y excite et les y et courage inconsciemment. Hlne a MOIS an"; gauche clan ses mouvements, el'e renverse sa 'Hstse de lait; saisi' de frayeur la vus du liquida qui coule, del napje lche, du djenner erdu. elle tond en pleurs Si maintu de la eonsolar: Non, non, ce n'est DM fini lia qui a (ait cela, cest le*hd !-'Paul ses) empir du bonbon de sa lOBir. Et papa qui v.'ut pargner une acnf : tjpst le cliieu qui a mang le bon bon 1 M'cliint cinen I : Ainsi sap prend lart de jeter -m autrui la f*un commise, l'ait do PR tirar de* mauvaises postures parun expdient plus ou .noms prestement invent. Nou i HOiumes vonlontiers svras l'gard des entants menteurs. L" sommes-nous ave: nous-ino'js '.' Le sommes nous vis -vis de notre eatourag, j an'enda i ootouraga adul te t Le monda actuel avec ses cou ventiu, avec MI hypocrisie socia y a malheureusement %  jouter ; leur pays est endett nous persuader nous-mnes peu par ce lait ou ce fait ser contraire. Nous allons ressayer. |1W l'lection de Pie XI OMh— Toute l'Italie a accueilli joie l'lection de Monseigneu [h au supime pont. b eat apostoli cl toutes les institutions ont eo au Vatican des messages de l jutions exprimant l'espoir que du •e pont beat de Pe XI les tela en-re le Vatican et le Quirina at cordiales. ' nombreux ouviieisqui avaie il P5'"les installations pour le se des cardinaux au palai5 du V* [asoiieu train de tcut remettre ministration du Vaicin. le cardinal Gaspari conservera presque sr.emeni la sec tairerie o'tat Dans quelque?, jours la Cour du Vatus bjujaiuiiis uo le ou veut pas; et leurs excuaes eux semb.eut aussi valobles qaa les i.o res. Foui quoi u y recounaient ils pas aans remords quand des personnes qu'le .un %  •ut, respectdiit, adjurent, uou 1 les avis et les jugements so il coinIUJ 4eur propre conscience et lu voix di U.oii, se | e mnent de sem biuoiea ei.li ippatoiies, — ou leui pditaisseut beiublubies Je pense moins a la fameuse exe i a • : .JJ dollars pour aider la Commune .1 prouver la population con IN les ravages du l'a'.apiout ? ao A quoi ont t affects ces >oo dollars • j'tais aussi fkttaM de l'pidmie qui svissait lors de cette remise de subside Je n'ai su que par les quotidiens le geste de Mr Beneomo 1 1 gard del population de l'onauPrince. Je n'ai pas pris part a la dcision du Conseil concernant l'adectation de cette valeur, n'ayant t rtabli que bieo aprs. A tous les ennuis de la tonction da Conseiller Communal, vient encore s'en ajouter un autre il est vraiment pnible d'tre torc de s'expliquer sur une atbire de cette nature. Veuilles agrer, monsieur le D,recteur, mes civilits emprees. S. A. Sauf taire lui inm\ La sinciii ne s'apprend point par iivies, leons et dmonstrations. Elle s apprend comme maintes veitus. parmi les plus nobles dont l'bom me, dont le chrtien est capable, jtr 1 exemple et l action, par la vie. i.a franchise simple et joyeuse a be %  urage de I enfant. Ou s'tiab.tue irs vite au mensonge. On s bals ch.mb e des Corn nun s. f g des travaux d; la coniciesce d< ihirg'on il a dit que C'tat I oeuvre bitue aussi et c est bien n > ir.vu, tejf.s un peu pentliai-its de la socit!ns vite a la franchise. LHe est si d'aujourd bui s'toiiudioiit plutt du poche parente du aen'iment de contraire : de co.istater combieu ils honneur; elle rpimi aux aspira sont trai.es encore I Ou ment devant 'mus intime* et pro:o;ides dd l'eu eux On le. 11 meui eux, et ils ue •"' et de 1 adolescence; elle pro re.ua:' voque dans la conscience conme oup uw ensoleillement, uue joie, une U d' m ,uue ouverture Ue eooar, l'ous les regards taient tourns vers cet .i r ; est pus. Commeut le vieillard qui tait tomb sur ses getaut louis "Jonc peut ou pnver;de tels bienfaits genoux, ides, ea einbslissjpi leuis dues, "os .chers petite, qui ni d^man 1^a:| Il se'ut longtemps, il priait Puig il dit: ftaraij] TROTSKY ma Ut par son pr est excaummi dans la syasgp BF.IILIN-, \ jnvier. — T otsky, q li ^st avec Lniie l'a ne du guveraemerit des soviets, vient -l'tre chi's 1 de l'glise juive i la requte de soi vieux pre qui la dao.ic co.nm: 'i tlau de l'human t. Ce d^ame mouvant s'est produit, %  l'on en cro.t les renseignements iu correspondant du Daily Lxres*, 1 m ; la svnagogae d Lkitenaoslav o Moie rironstein, le p e de Lon Trotskj. la fin du service re igieu, s'cria : a Un isral te demande accuser un israiite. Dans le protond silence qui suivit, on vil un vieillard a longue barbe blanche, au ong caftan noir, suivant l'usag; des |ui(s dO ient, s'avancer vers 1 autel,' Son chapelet de prires en main, oresque aveugle, conduit par ses rils, ses gendres et ses petits fi's, il vint devant les fidles et dit, d'une voix tremblante ; t [apporte une ac usa ion contre Lon (3 onstein, nernb e de notre co nmunaut. t (J r elie est l'accusation i • dmandi le rabb.n. La voix du vieux pre devint alors plus ferme et il dif ; Lon BIO tein a trahi la croyaace de ses anc trs. Lon Brou. tein s'ist fait lenat mi du jodaltOM. Lon Broutais est levenu le -1 :.iu de l'humiait. Qami le silne; fut revenu, le rabbin dclara: < Laccusation eu londe. Q.ie dois )e faire ? • Mose Bioastem, levant le bras, et M, dans sa haine et sa foi. un pro phte de l'Ancien Testament, d;!* ra lentement: le demande que Lon Bronstein soit chiss de l'agliM juive. Rappelle sur lui la mildiction et la damnaton qui ne furent demandes, de puis le commencement du monde! que contre les enaemis de Dieu, la damnation sans ldrmption, ni sur trie, ni dans l'autre vie. La congrgation se leva alors, l'un mouvement unanime, et dit : c 11 sera expu'.s I II sera maudit / [[ sera damn • Un autre rabbin prit le "sauphar', la troupette sacre, et i l'esi. i l'ouest, au nord, au sui, sonna et chaque fois cr;a : Isral, cout;/ coute VOICI le nom de toa eanmi. Et chaque fois, il rpta U l>c mule de damnation. Puis le rabbin lut les sept prire; et les sept maldictions, et teignit es sept cierge iur l'autel, chissait linsi de l'guse juiiique l'aeiilai. < Moise Hroastein. dit le rabbin, Lon Bronstein est chas? de l'glise d maudit. Vous demandez pour lui une pun tion plus grave. La loi de Dieu m'ob'.ig* 1 demander si vous exigez pour lui la damnation cternelL l Lmot.on chez les iiiles devint j.1. tonde. Le silence se prolongea, onnoot pas tout au iBQini O.i men Kerei A? ;a leur propos, en les louant au.i uont *|chra# aunes, tu sxagreat leurs donc vu tr e J y re a c:ea, ea embsllissitu leuis dues, "os c... kaMuraooH %  r la plus or.llante ei la plus p.o.ab e., a mre meut au pte sur ce qu a 1"'* rester francrit.par la iMncliioe.'il se "va et d'Ka ii hi 0£e.„,. q n Y au" ? ^ -lue 1 on puisse earegi'trer dans 1 h i'tU leutau, elle tait tout au m u ius devenir si radieueemeot aimiblea i. i A'J I ,'fS^LS f !" ?.' %  *• — 4—•* •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05595
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 09, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05595

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
QoiDiitnl hn N 4298
Port in Prince, liait)

fllMCOLTM PAOPMUTAIRE
flmeiitMAGUHRE
NUMH9 20 CENTIMES
Quotidien
Jeudi y Fvrier 1922
Uuelle qae soit ve're caniie, ne ton*
laisse/, pas atteindre par le scepticisme
dnigrant et strile, ae vous laissez pas
dcourager pai 1rs tristesses de certaines
heures qni passent sur une Nation.
PASTEUR
KE0AC10N; Rot AmricaineNo.JI >h
La misere au sein des richesses
Etf PASSANT

ijseslnce elfes BaiifeDS soDlmiserames
IL y a ua poirtnettemeat t.bl
.yeux de tous ceui qui l'in
tressent ou se sont intresss i
Jrs, c'st celui-ci. qui rv'
ilaaparemce d'une viii (v\
irJai.i est un pays rich-
U et endmique que,
lie que! tnemeat c,ail ju t
fi I opinion,nation* e ou tran
de se prou incer sur l'tat du
la conclui a invitable a (ou
qne les Hait eus constitue n
pie railh oraux et mistatle.
ment expliquer cette sorte d-n
it?
seail de toute explication, i'
il.le de ne pas leocontier ce tu-
iilioa splendide du travail, que
avons reocoulre sous la plu
a de nos m.lues les plus
. le travail eale'aclon par la
fie l'homme se met eu rapcoi
Pil'Bl.
le li u ma-, c'est dire le
il le dt 6oit dans les termes pi
m uv.nts ; cest l'endio-t dr
c vu uns so.it sol.
-ol,air,plantes et animaux c'e.t
rc de l'action d e se par la oa
,i ce sont le condi ion) m, le
preuve e, re.ees i .installa
le cette i;o et soo existen
JMI >
uand on dit ainsi de notre pays
st tiche, c'est la valeur de
vritables matires premires quk
ailu>ion sou sel, son sou
L'apprentissigs
du mm$
- mmm m
Les pelim enfants n'ont pas l'ide
de unntir Miis It-e aiul es ne tar-
lent pb l*i rendre exnarifl dnp
lelr
Ff.lt
ioa air, ses plantes, ses an maux
fines tous, nous autres tiait.ens
'tanis de ce lieu,pour quelque
dans cette dhniuon ? Hlas !
noL pourrions) devenir les ar
de cette richesse dveloppe.
B*t' action app ique convena
it i ce tb ne dicss (ar la na
l'aveu fait ? Helas I nou enco
;*oi pouiquoi" les deux rro
T* restent lucooles abiemeat
[i notie pays e t t i riche ci
liens sunt un peuple malheu
1 Bisiable.
para" hui et apis le sicle <
^indpendance que cous ve
'vivre, il n'est pas seulement
dire que les II ntins sont mi
il
rtOfftflteoi pas insoluble Rien n'esl,
en ei', plus clair que le problme
hainea, dans sa torme essentielle^
abstraction fute, bien entendu, des
comp'ications interna io laies et poli
tiques
Le pays est riche ; nous y sommes
malheureux ; l'attractioa es', force :
nous n'avons qu'a coa> approchei
du li$u et i nous emparer de ses ri
chessts Le moyen existe ; cest le tra
vail, rapport ncessaire entre le lieu
et l'homme Le preb me ionomi
que se douille alors d un oioblme
;oc*al : sommes-nous dans les con-
ditions de travailler le pays de ini-
fnirs le sortir de ses dettes et i
sortir nous-mmes de notre misre ?
La solution du problme social
est coid tioine par les disposttioos
intimes i l'gard du travail, car u
taut commencer par le vouloir et le
dsirer. et aussi par un amnage
ment de norc o gumaiioo SOCUll
na pr la lgislation en vue de ceux
qui sont disposs au travail ne
oient pas contraris et soient plulcu
tncour gs da.is leurs disposons
et que ceux qui n'y sont pas dispos
voioivatremeLt puissent .ie toa-
tuints elficacemeut.
Nous ogligeions pour le moment
ce doublt c. socia du p ob me
Ce que nous sommes plus ptess
d'tablir, ce sont les possibilits co
comiques qui do vent nous encoura
ger a attaquer de tic ut le probl.n
de cesser cette vie de mitera au rui
lieu de tant de richesses naturelles
Nous sommes lo n d tre eu (ail-
lite .f si nous tablissons coo'sciencteo
sment le bilan de notre siiuet.on
par doit et axoir, nous vetroi. su a
bondammeni que le pay non seule
ment est au uissus de sa situt o
conomique et li ianc< e ac u-1 e ;
mais encore que ce dtbueui peut U
ctlement, apis avoir pay toutes ses
dettes p*r le trava I, deveuir prospre
et conomiquement heureux.
Ayons honte de laisser due que lt
pays est en faillite, ei td.hoas de
vant de prtexte, ils sont aujourd'hui
moins matres chez eux.
De tou es cesdr/hnies, il rsulte
l'ensemble d'un problrr.e qu>, tant
donne la clart des termes.n'cjt heu! lart de tromper. Dans 99 o,o des
cas, le premier dclenchement d* la
machins mentpries est l\euvr des
sdultes, de< parents eux-mme* Jlos
petits ne songent ^l^e se drober
t'ix consquence* ds leurs Mes.
j Mali L'entourage les y excite et les
y et courage inconsciemment.
Hlne a mois an"; gauche clan
ses mouvements, el'e renverse sa
'Hstse de lait; saisi' de frayeur la
vus du liquida qui coule,del napje
lche, du djenner erdu. elle tond
en pleurs Si maintu de la eonsolar:
Non, non, ce n'est dm fini lia qui a
(ait cela, cest le*hd !-'- Paul ses)
empir du bonbon de sa lOBir. Et
papa qui v.'ut pargner une acnf :
tjpst le cliieu qui a mang le bon
bon 1 M'cliint cinen I : Ainsi sap
prend lart de jeter -m autrui la
f*un commise, l'ait do pr tirar de*
mauvaises postures parun expdient
plus ou .noms prestement invent.
Nou i HOiumes vonlontiers svras
l'gard des entants menteurs. L"
sommes-nous ave: nous-ino'js '.'
Le sommes nous vis -vis de notre
eatourag, j an'enda i ootouraga adul
te t Le monda actuel avec ses cou
ventiu, avec mi hypocrisie socia
y a malheureusement
jouter ; leur pays est endett nous persuader nous-mnes
peu par ce lait ou ce fait ser contraire. Nous allons ressayer.
|1W l'lection
de Pie XI
OMh Toute l'Italie a accueilli
joie l'lection de Monseigneu
[h au supime pont.beat apostoli
cl toutes les institutions ont eo
au Vatican des messages de l
jutions exprimant l'espoir que du
e pont beat de Pe XI les tela
en-re le Vatican et le Quirina
at cordiales.
' nombreux ouviieisqui avaie il
P5'"les installations pour le se
des cardinaux au palai5 du V*
[asoiieu train de tcut remettre
ministration du Vaicin. le cardinal
Gaspari conservera presque sr.emeni
la sec tairerie o'tat Dans quelque?,
jours la Cour du Vat les so'ennitsofcieiles nu rrompu s
par la mort de ti^not XV.

Une uvre
brillante
LONDRES 7-Mr LUyJ GtOfa ai80nl Pdt sl B0 8 *&** ,le le ltf
ironooe aujourdhui uo discour* i,ctueDt Pin< u *uiit MJ* *
le, e-t noe tlti:icace ot fconde cole
le uieiiougj et de dissioifi attoti
Si is doute, uous, nous nu somin^
pas trompes Nous savmice que
signifijiil les fo.muies dites 3 *pol
t-jsse ei le excuses recjes. Mais
>us bjujaiuiiis uo le ou veut pas; et
leurs excuaes eux semb.eut aussi
valobles qaa les i.o res. Foui quoi
u y recounaient ils pas aans re-
mords quand des personnes qu'le
.unut, respectdiit, adjurent, uou1
les avis et les jugements so il coin-
iuj 4eur propre conscience et lu
voix di U.oii, se | e mnent de sem
biuoiea ei.li ippatoiies, ou leui
pditaisseut beiublubies
Je pense moins a la fameuse exe i
a : . qu miiu.es conversations de la
loua, de visites, d'altaiits, qu'*
mamts arrangement* de la venu
pour se detuuei lgamment qum
I iu exigence inoutlaue uj auto
jour se vantei et se fane valoir, q i-
ais-jd encore V Que de fois 1j ptti
Jean na-i'il paa euteodu sou port
a crier a l'aouonce de tel visiteur
c 11 me rase I et son eutre :
i Mais non, cuer Monsieur, vous ne
me dotaug i point du tout. Je suis
au contraire,eueban e de vous vont.
Si papa ment aussi carreineut, poui
quoi doau lui ,ieproch-j t ou a lui,
Jean, d'user de quelque libert avec
li vii. 1
Oui, oos eiiUuts vivent dans une
paisse attuospb.e de ineusoage.
Un ne saurai, donc n'tonner qu'us
mentent quelqueto.s. Les observa
Par sans fil
WASHINGTON: U Comit lu
Snat a repris l'inveslig-atioa sur
I occtnniioH amricaine en Hati
l i S*nlo _Domingo avec le !)
PierreHudicourt de l'oit an Prin
ce comme premer lmoin e'
qui dclara qu Hati a t Irono
riani sa eoofiana dans !ej Etats-
Unis.
liefour d'un don
de M. Beneomo
Mon cher Dirccieur.
Je viens de lire votre <*ntrciilet d'iiier : au-
tour d'un Jon de Monteur ll-nconi
Vw, trouve* uon que 1 affaire soit tire au
clair,
|e partage votre avis. Vous voudrez t'ien trou-
ver sous ce pli copie de ma lettre au Directeur
Je ' L'Lssor "
Cordialement a vous,
S. A. Sony
9 1 i u
Port-.iu-Prince, le 8 K'vrier 1911
Mr Hnec Uorsinvule,
Directeur dei journal "l'Essor"
L:i ville
Monsieur le Directeur,
Je vous accuse rception de votre lettre en date
du huit Kcvrier 19a' portant les deux questions :
i0 S.ive*-vous que Mr llencomo avait remis
au magistrat communal Anuoual >jj dollars pour
aider la Commune .1 prouver la population con
IN les ravages du l'a'.apiout ?
ao A quoi ont t affects ces >oo dollars
j'tais aussi fkttaM de l'pidmie qui svissait
lors de cette remise de subside
Je n'ai su que par les quotidiens le geste de
Mr Beneomo 1 1 gard del population de l'on-
au- Prince. Je n'ai pas pris part a la dcision du
Conseil concernant l'adectation de cette valeur,
n'ayant t rtabli que bieo aprs. ,
a tous les ennuis de la tonction da Conseiller
Communal, vient encore s'en ajouter un autre .
il est vraiment pnible d'tre torc de s'expliquer
sur une atbire de cette nature.
Veuilles agrer, monsieur le D,recteur, mes
civilits emprees.
S. A. Sauf
taire lui inm\
La sinciii ne s'apprend point par
iivies, leons et dmonstrations.Elle
s apprend comme maintes veitus.
parmi les plus nobles dont l'bom
me, dont le chrtien est capable,
jtr 1 exemple et l action, par la vie.
i.a franchise simple et joyeuse a be
1 uue atmospliie de sincrit, dans
a tsimlle d'abord et surtout entre le
tere et la mer 1, entre les parents et
les enfants, avec les donestiqjes,
ivec les visiteurs, dans les relations
lu monde et des affaires. L'enfant,
lev dans une telle ambiance claire
-t vraie, ressentira pour toujours uo
vit besoin de clarl et de vracit.
Le uiensontt* lui semblera dcid
ueni une tara, uue uoute et provu
queia en lui du malais* et du d
tout.
Ce point d'honneur de la f anck se,
qu'on le cre danB les jeux, parmi
es camarades, lcole, dans l'eu-
t >urage de I enfant. Ou s'tiab.-
tue irs vite au mensonge. On s ba-
ls ch.mb e des Corn nun s. f g
des travaux d; la coniciesce d<
ihirg'on il a dit que C'tat I oeuvre
bitue aussi et c est bien n > ir.vu,
tejf.s un peu pentliai-its de la socit!ns vite a la franchise. LHe est si
d'aujourd bui s'toiiudioiit plutt du poche parente du aen'iment de
contraire : de co.istater combieu ils honneur; elle rpimi aux aspira
sont trai.es encore I Ou ment devant 'mus intime* et pro:o;ides dd l'eu
eux On le.11 meui eux, et ils ue "' et de 1 adolescence; elle pro
re.ua:' voque dans la conscience conme
oup uw ensoleillement, uue joie, une U
d' m ,uue ouverture Ue eooar, l'ous les regards taient tourns vers
cet .ir; est pus. Commeut le vieillard qui tait tomb sur ses
getaut louis "Jonc peut ou pnver;de tels bienfaits genoux,
ides, ea einbslissjpi leuis dues, "os.chers petite, qui ni d^man 1^a:| Il se'ut longtemps, il priait Puig
il dit:
ftaraij]
TROTSKY
ma Ut par son pr
est excaummi
dans la syasgp
Bf.iilin-, \ jnvier. T otsky, q li
^st avec Lniie l'a ne du guverae-
merit des soviets, vient -l'tre chi's1!
de l'glise juive i la requte de soi
vieux pre qui la dao.ic co.nm:
'i tlau de l'human t.
Ce d^ame mouvant s'est produit,
l'on en cro.t les renseignements
iu correspondant du Daily Lxres*,
1 m ; la svnagogae d Lkitenaoslav
o Moie rironstein, le p e de Lon
Trotskj. la fin du service re igieu,
s'cria : a Un isral te demande
accuser un israiite. Dans le pro-
tond silence qui suivit, on vil un
vieillard a longue barbe blanche, au
ong caftan noir, suivant l'usag; des
|ui(s dO ient, s'avancer vers 1 autel,'
Son chapelet de prires en main,
oresque aveugle, conduit par ses
rils, ses gendres et ses petits fi's, il
vint devant les fidles et dit, d'une
voix tremblante ; t [apporte une ac
usa ion contre Lon (3 onstein,
nernb e de notre co nmunaut.
t (Jrelie est l'accusation i d-
mandi le rabb.n.
La voix du vieux pre devint alors
plus ferme et il dif ; Lon Bio
tein a trahi la croyaace de ses anc
trs. Lon Brou.tein s'ist fait lenat
mi du jodaltOM. Lon Broutais est
levenu le -1 :.iu de l'humiait.
Qami le silne; fut revenu, le
rabbin dclara: < Laccusation eu
londe. Q.ie dois )e faire ?
Mose Bioastem, levant le bras, et
M, dans sa haine et sa foi. un pro
phte de l'Ancien Testament, d;!*
ra lentement:
' le demande que Lon Bronstein
soit chiss de l'agliM juive. Rappelle
sur lui la mildiction et la damna-
ton qui ne furent demandes, de
puis le commencement du monde!
que contre les enaemis de Dieu, la
damnation sans ldrmption, ni sur
trie, ni dans l'autre vie.
La congrgation se leva alors,
l'un mouvement unanime, et dit :
c 11 sera expu'.s I II sera maudit / [[
sera damn
Un autre rabbin prit le "sauphar',
la troupette sacre, et i l'esi. i
l'ouest, au nord, au sui, sonna et
chaque fois cr;a : Isral, cout;/
coute Voici le nom de toa ean-
mi. Et chaque fois, il rpta U l>c
mule de damnation.
Puis le rabbin lut les sept prire;
et les sept maldictions, et teignit
es sept cierge iur l'autel, chissait
linsi de l'guse juiiique l'aeiilai.
< Moise Hroastein. dit le rabbin,
Lon Bronstein est chas? de l'glise
d maudit. Vous demandez pour lui
une pun tion plus grave. La loi de
Dieu m'ob'.ig* 1 demander si vous
exigez pour lui la damnation cter-
nelL l
Lmot.on chez les iiiles devint
j.1. tonde. Le silence se prolongea,
, onnoot pas tout au iBQini O.i men Kerei
* A? ;a leur propos, en les louant au.i uont
*|chra# aunes, tu sxagreat leurs donc
vu tr .e'Jyre,ac:ea, ea embsllissitu leuis dues, "os c...
kaMuraooH r la plus or.llante ei la plus p.o.ab e.,a mre meut au pte sur ce qu a 1"'* rester franc- rit.par la iMncliioe.'il se "va et d'Ka ii hi
0e.,.q n Y au" ? ^ -lue 1 on puisse earegi'trer dans 1 h i'tU leutau, elle tait tout au muius devenir si radieueemeot aimiblea i. i a'J I,'fS^LS f?.'
* 4*


LEMA73N
Parisiana
JEUDI
Aubert Journal
Mabfil au L'arc
( Conique )
Vn ours de l'Alaska
Avec William Farnum
Eotie Gle i,no
jmmm* I
Bonne Occasion
A vendra un Alambic neuf d*
3 poin'i *chpPOui rer.liioileu
Pour les oomi.lions s'*d r-sser
au bureau du Journal
Cin-Varits
VENDREDI
Le Masque aux
dents blamhes
Entre U.50
ttesm-
O.S.,
VYashiugu ii Un ivertiiseaeai de lempw J'un<-
inrensite icniarquaMc dont le centre ett prt\ du
dp Halttm ci qui 'eienJra ven le Nord k,N.
pendant k* prtcotlaei 54 seuie* eu imMw pu
le Weaini r Bureau
Moscou La maladie du sommeil est le dei
mer fltau qui doit paratre en Russie >ur uni
grande chelle. 70 pour cent des victime! nieurrii:
Londres Parlant au|Ourd liui a la l.
des l.imu unes, le Premier L!o>J Cj-.uige a de
...aie que la confrence de rarruemeni a Was-
hington cm un des plus grands travaux qui lien
jamais M enicgistres dans l'iustoire du monde
Ltt Angeles l.'offie du blitrilt a annonce
tard MJOurd'bul qu* l'arrestation d one femme
serait laite sous l'accusation d'avoir tue William
Desmond l'avior, directeur de cinma, lUCUf
Noliat de loriunc et vtran de la guerre mon,
tale li est rapporte que la BMilM du Marv
Miles Murer CM sous une illWM surveillance-
Dm lettres d autour passionneei ont t trouves
parmi lesiflets-'dc laylor Des lettres d'amour
d'au.res a.aices prominentes oui tt aussi trou
>iti dans ses cMets.
washinRton ; 01 liciers de second rang de la
Marine 01.t et* condamns a uac anne d'em-
prisonnemeut et la rduction de leur lang a celui
de matelot de *e classe et la perte da leurs appom
trinnts jusqu' ce qn'ill soient dcshonor4ftit-
menl deciurgs, pour avoir pris et garde de la
queur a I ord du chasseur de sous marins Kewing
a t dclar que ces hommes ont conspir poui
mener mo< quantit oe liqueur de la baie de
(iuatanamo.
Cm Galant
VavMDRED! GALA
Franeesca de Raineie
....ii.i .unie
En 4 paries
Srnea d amour
MUeATALA DE P RADIN ES
Pour la pitiii're fois cliuiteii
Un duo CinA Galant avec uotrt
B-ranger CANDIO
Personne ne manquera cette a Iri
pour tf.ndre la jolie voix de Madt
elle Alala
En'.re i 0,60
Un f one tionnalpo suspendu
Noua avons appris la euspersion
de Mr L. C. Lhensson, Inspeceui
GnrH de ilustructioa Publique
Celte mesure rvlant un caract e
grave par le rang qu'occupe ee font
uouneue, el ne voulant paa aiou.er
toi aux raieona plutt mauvaiaes qui
uoas ont - dnues noua noua te
rond un devoir de donner de plus
amplea reuBeiguementa dana notie
numro 4e djoiain En tous oas nous
ne pouvons que dplorer Cet e
tore.
me-
-a
m
PRENEZ GARDE
AUX IMITATIONS
et produits similaires que Ton cherche
substituer
L'Emut s ion Scott
Aucun* ne' peut lui tre compar
pour la puret de ses ingrdients et
son efficacit en gnral.
.........m
BW?
"*p.t Gable mni'
rtfoiivelies Etrangres
?oyez.
Tat'e lettre, coma Nos le
m'a ?d"sp par N \Vm
Les Cours
PARIS- Stfft ing
Dollar
ii 84 1/2
New Yo k 7 S eilieg 4 J45
Pianc II 8a
de recommence r a admettre les con
reui8 allemands dana lea courses
quelle organise. Lmtnmation fan
savoir qae les dlgues de Fianc
Belgique el foitugal se
lias a a vu er et lie J.uebiuii.
nul l'flftarr d nt M Haec Do sio
ville et le Directeur :
Porfau-Piince, le 8 Fvrier 1022
A
Monsieur Cbarli>a Annoual
Membre du ConeeilCoinrnuniil-
Ai nouai
En ville
Monsieur, \
,,,., Partroia foie dj. L'tajr*
sont abeie- pos la question au Conseil Coramu
jn-l qu'a pisia le Dr Aunoui 84-
! von ce qui etau advenu dea 500 dol
UNE BOITE
DE
VRITABLES
PASflLLES
VftLDAl
bien employe, utilise S propgi [
PRSERVERA
votre Gorge, vos Bronchas,
vos Poumons
OOMBATTRA
vos Rhumes, Bronchitaa,
Grippe, Influenza,
Asthme, Emphjame, eta.
MAIS SURTOUT
EXIGEZ. BIEN
LE VRITABLES
Pastilles VALU
vendues seulement
BOITES
portant le nom
n
La orve i in
BfeRLlN Ap es une copieuse chu
e de neige et un (ici J intense la
ytvi gnrale svit maintenant sui
t capitale qui, ap:s avoir eu ses
:ommunicaiions pu chemin de fei
et tiamway coupes avec l'titneut,
e trouve maintenant sans g z, sans
lectricit ei s.ans eau. R. fusant d ac
p'ti l'aibiuage qui leur tait pro-
pos pour r.oud e la question des
lalaireti les employas municipaux se
sont mis en g ve rue-.
Lant de* tumwayi i 9 htures
lu s.ii laissa dts mil ers de Leison-
u s au centre de la vme c se nou
.en' les indUes tt les spectacles
ans moyen de locomo'ion pour 1e
jomdie leur domi:il<: l). > ceuta.nes
Je dames en costume de soire lu
icut apeiucs leulram chez elles i
Kied malgr le vent tl lapiuie-Legou
vernem-nt et la mu k p.w.te piaM
sent impuissants manqcam dis mo
yens ncessaires pu; laite dcule'
leurs dcis.o is.
il .**..,.*,! a ^ ;.. fM .... i'ara douua par M Brtioorno.t.h'trg
Une acaaeimcienrie.a Aftaliede u mpabitqaa de c ba
ce.
Hiiti, a la Commune de l'oit au renis numros de l'Essor anaon
PAltlS 7 Madame Curie qui a'.r*nnce, lora de l epid nie de Tta- au pnb[,c |es dnllreaies mrsarai
decou/eii U radium a ete iue uieiuiP,out da 'anne d n.ire. Aucune $es ?ar m0, iOTS de Ipidmie
oie ne l kcadeiuie de tuedeciue C M..iefOu*e ne noua a i telle. Ia*tnn> Ignotau-il auiouid'huu
u pieiu .e ftinme qui occupe ou * ' prestige du oonseil Com- commaQde d^ tubes vaccio
i-uteui, uau. uue acdcin.e tnFia.i uual auquel vous av.z appartenu, lac^oa? cb'e Nerl
el pour I ho neur de la Ville de eie lancec Par rao e Vmwi(
Por.-au Prince, slin aurtout dedlque des produits antiseptiqoei
traira tou e lgeude fcheuse, vou ^sinlecianis ort t au^si detnai
lez-voua uoua feue I bouueur de re 3= qu une quipe et 12 honmH
poudre aux deux queatioua siuvan
Eloje de la Conf
reace de Washina tes :
" lw Savrz-vous que M-Bener mo
avait remis au Magistrat Communal
Annoual, .u doueia pour eider le
commune ptotger U populauoo V
2 A quoi oui Li nttecta ces
Bu\J dollars 1
Veilliez gr>iei', M valeur nos ci
ViIltdS eiup -s-^dn
Henec DOU'lNVlLUC
avocat.
u
ion.
WASHINGTON-Ji Bilfour-d-
it'g-b ii;i.unu.q ie a la coiitcreuce de
WaaUiiLgtj.i geai eiub.iqae aupjui
.1 liul pj.n i'.v. g utoi o Drnl dd
ooquouo. \q U u- Ava.il de tem
pi quei Mi Jiiio .1 a aeciere qje U
(iviutarauue da \rV .etiiugioa e couiu
bue a U v.c 01 e d j m uaix et au
tiioiiipue dea principe toudaindii
taux iln ia civ.uod nu un ai haut
loiui que l'ou peut ulhtmer que
c'est a coite to.if letue q m ie mou
d d via od oi. bi 1 t lui 10
LUNUith.S Le Hu. Geoige e c..u
pegu de la* Hrlue a attaieta eojj.il-
U ll.il a l'OUVuliuie d a pul mo. .1
e proauoet uu diBcouitt ni-, ato
g:uux pour la eouCeftuta de Wdoh.ug
>Oti' i,j Hoi a (ail a...-m aliusiou au
.i -ac augu r'taucO ti. ge et a puue
de la KU tlOU Uiloiua.iuuald de t 11*
lande comme tal libre.
Il v\ ni''. 7 1.6 conflit survenu
mire le personnel dea machine at .
celui dea chaui es bord du tran \dh il 1/'// f* *
satiaotqai>Hacbtmbeau ae so.u iWii7yts5o
tionD.Le navire apj panir pour les
hiata Luia.
Choses d'Allemagne
I1LH1.1.N Le Luuv.au iiiuiio.ie
1.0 chante .i*n^aies Docteur lis-
iioriau a lait ui.e v.biie a *l Lauieni,
ainotiisaueui de Ftuce a B.iliu lui
.aisam Savull qu'UUe ei.queie Urt
aeneuse a ei uiduuueaui le regret
Ole uci-em de feleiadoilt tl
qu'elle se poursuit.
Le comit qui umge le mouvemen
iileviolo 11 deciJe d eleudie U g< .u hci vice de goz cl de rt'la-U.c.ie
L*Union des
cycliste
PARIS Sur la prupoaiiion da
repieaauiania amricaine l'union in
Diverses
OPPKfclN- Le Directeur dea at
ueis du chemin de fcr o 'ureui
trouves dea arme caches a t
an t par ordie des autorits incer
allies;
LA HAVANE Les bydroplanes
qui depuis plusieais mois (ont un
ervice quotidien entie Keywest ei la
riivaoe ne sont pas arnvs i Cuba
u er i cause des ccditioas dplora*
bls du temps.
ROME- Ua tlgramme de Tri-
poli annonce que des fotees arabes
insurges ont cern et sssg>nt 'a
-'ace de As auh pies de la vd.e de
Tripoli. Ou dit que la tsistance
(u'opeose la garnrson de cette place
at inelficace'et qu'rlie to.nbeia sa
Di e,uoi s'agit-il en ral t ? d une
mod .jue su mm de cinq ccatl dot
lars, vi'eur autour de laquelle le
jouiual 1 b'ssor asaaia, mpi an-on dit
sui o ai 1 .h.tt u r.r uu scan lah
dan I unique but, pour 01 D. e -
teu Mi H D i ajatiite, de continuer
sa .-.i n. |>u di itaaiies et de cal md
nies qu il a eutieur.Ne coatie moi
Avant et suitom d pu s 1 6 rage,
ds spoir /; soi .h.-c aux dtfoi as
tltct.ois communales
loj.laussure en :iiture publique,
despote aux patin pied", rleur ;
trots milles de F Di ft e c, j n
pa se cl d-s mciih u . Q ,e n a t
mci mou aline r
E cep d n plus que p.-rson 1
le D.ie.t-ui d l'E, 01 a au ait s
depamr d.s ; n J. qu it me io >>o
] ju.ual y*gi eu de. faci lis de lo
es sortes pouvant le reose gaer ira
plemeot.Pour s en ctavailai le lec
.eui n'auiait qu 1 parcourir les d ff i7iVe" fia~cloa
ces soua lea ordres de Mr Cb
Rivire a eu procda r pendant |
d'un mois aux uettoyege,etarr
des tues, desM.le .lions des ri|
dea quartieiB populeux du Mormj
'l'i 11 o svia-ni particulirco
la redoutable epiJmie; is
Ib Comtuandhtit de la Cornpi
dea pom^teis '1 a or-, Mr i
U ga d eut me prter soj .
c9uis aveu un giMud uu nuredai
Ii mines pour les travaux de di
ti-i.ou aux lysol. gouai'on ete.|
qui nc-SAit -ni des fi ia iul
[ lut bien rduire le .0111 iundsal
[ti'JO j,uuidbs envi 01 au ueti de 1.1
- 5J que differen 8 access
pompe* a b:as et \*\i d tuyaui)
it eie ache es en I c*- 0 iiiataocsl
J que d'8 iii-'dicun .t< oui 1
1 et ib .fi' a uoub e d v.-i-'n uni
'de* f-tini tes prevui,v.'.jt'ii>
I . o us ct'ue uoiu eut 1 e fJ
p i u ce q u co ic 'eue 1 d j > lui
dol , f j union lijile iVvait e jtiu I
bieiiVeilUnce de .'hj.un >u e air B^
comj. U 1 sait que la g .uroaiti
Cha pe ni une valeur de ixJ doiia s jl
v. r-.ni 1 U ajuscriptiou u 1 U P4
an : IUJ Joli ma a l'Ksso; llXli
N juvdl.s e. M'U u Cjjn.er Uni
et IUJ a votre j jur-ai.
Voici les renaeigueme its qui
on t lo a irai. par .'a >Ciea Migi>
sur uu n cideut qui, espioasll,1
te
A ces mot% on entendit un san
nlot de lemme. La mre de Tiet ky
pleutait, pu.s elle s'varouP.
Tandis qu'on la taniraatt, 1a ci
niom? continua. Les cieig-s, un a un
rnat onale dea cyclistes a dcide! pouvoir des as-igeaats.
1........... 1 ail
Autour du don de M. Bencomo
Coudamnalio de
l'Eiiipriiiit Uatiei
Attsp .es motifs de McItM
Conseiller tioancier
ViinftOH 2 fvritr itaa.
0 us un discours fait devant el
Un
d'une
1 t ul'ums sur Pauie Tous les\le Charg d Allaites de Cuba avait ver
aeuls de BiOOftl, tour tour, ttjseV au \iJi^tr.U Communal lors dt l
F dei niera, son r*'e f{ sa mie.v n p.Janu de la p M< v/roe Avant appris
t dclarer aolennei'e uent : 'I qmnotn onfrrt &-< avm cru
"y a plus 4e Leoa Brois ein Celui ;< chique
matin ch* noire ami U Dr AnnoualVZl?Kt *"' FUr le,Goavcr
Aprs les prambules d usage, le Dr g.*?"1 P" PeuP!e. h Pro
nous dit jfesseur Pierre Hud.court, membre
dune mission d n'omitiaue huii^n
arlam bruit a .i Ivl autour U cpte vobatiera de rpoidre!ne a mi, en doute la b?"u Sx 2
vjltttr de Cinq cents dollar i que aux que.t ons q ie "
pose
Interview du DrAranoaal
Ancien Aiayiitrat Communal
bruit a .i fut autour
wnien CC sei'ler communal
s'Ieact ea u ci'COisuoc?, poir
rait lre mal iatcf f m 1 biea oi
ce ^u'il on rpjg lirait d; rpandre
Existait sous ce oom, co^s ne le-pour leur d mander des tt giatiwooi plus
.a
tiens ne veulent pas : il l'a *J
d? recevoir duGauvernemeat d'9l
un salaire acnuel de P or 10'
et P. or 6 000 de frais di vofl
pour accomplir un travail qu-
haitiios jugent tre abiolu-nJU*]
tile 11 la galement accu> di
Jgtl
outo'M
ja*'|
Li prolcss'ur H il o irt""dion Je?u s PlviS de JcUX ai soJ ^
ce la p aaocs de M; 1 h-nny i Was. "c ad-
iux queton, qie vous vou x me |ohn M: llheony, conse lier finan-.n8'8 1 t.b.issemeni du biJ
Mat, bien quej -Dpens- tus, cou cier p i de la Rpob ique d Hiiti 'oaalqa'l a dans s;s attriB
n Le Mann a eu & 1 crira hier que num-n pa- le Piudeat Wilson *>ubi,f. b et qu'il au t n
pseftstass-s! *-a--are *n#i -p** s??=wS5, teiVasKS^ii


'

U UAJW
& maison V CKEIDY
roTite bienveillante Clientle & v.nir voir le r oaveau sssorPmant
It pr ,e Jeroitr Bateau. unveau assort, msnt
DO dt Soie
tyon ramafa pour Kiuocoa*
irdi ooi
irxJi fl' urs
uni coHlPi'r
iroolfur lient*
i barre couleur
blaoc >> barre blanc
.dioe blanc
__rdin* ronl nouvpaut iope
lier couleur c
gecculeur %
Hase rarreen Dernier
gooil dot eup-
acirarp.
.. ooire & l-leua marin
rrtr lavfbie couleur
_ b'anr a' vert
k< blarc 1t ccoleor
Waoe
iaa'ta
Se fai le plauir de porer 'a crn
'naissance d* ses en-m* qu il dliait
T0i|ft j.._ . ., un petit stock d Huiin-LacUe. ali-
-
Simon Vieux Tbe UpTo^Date TireHepairsShop
Harrj It. Kinncy,prop.
ma
rk
\W
Toile drap bla. c et cbi" ur ai T ia Dnw L**.*' ,efCm
bjnessfe m...!., frar,aj8 et 9n.**n.atc. pa,r , |nH""-- '------ Il e la dentition
Indienne frartira
Toile pour cbera gel n Barroueet p,ur iope
Salin liberty bleJc
Crpe deCbine %
Crpe tSeoiftte
C'pf Metror
Baa de pie pour Dames
Bas ft| pour Dames
Baa oton ,
Cheu* aetes 11 poor boa ma
C ha caattte action ,
t la
os La Bsds-L?cUc *:
i l'poque du sevrage.
u-.disfti... b t
i ;t6 G' d'Rue. FV: au Prince Haiti
IlpdrM cvl clatement ou coupure
oisaced,. VNHl qu'il* ne se gonflent et s'lar*
yissent.
Quand vous avez nue fente rparer riant
votre pneu, ne la rapt z pas prfrde vieix
morceaux, mais taiUi-la rparer'de.la der-
nire faon la mode, t'est meilleur rairch
parce que nous yaraimssou* Le traviil %
Ruban popadoor
Serviette de bain
Kideaux Deotells
cio0nb.ur,;b<",y T-ffetM d# * L. fte de Jnudx e.t renvoye notre atelier.
Le Comit a le regret d'informer
Messieurs les Mtrr bies du*Cercle et
es iqvits que par sure d'un em
richement l'or.hejtre mondain re v
pourra jouer jeudi i Mariani.La ri tOU1 les ClleMS llC liOli'e 01 ti bliSSe lit 'H t
ceptioo projete pour ce jour aura
donc lieu a une d-.te qui sera fixe
ns piochainement.
Ie Comit
ftntfi au Habais comme toujours
Accommodements fa Us sur loin les
travaux. A*r comprime gratis pour
Carnaval Travestis
Cotillon
C'est au Comptoir Hatien
ue vous trouver/z le plus
and ehoix.
Le Maliu
ABONNEMENTS
L. Preet2mann-Aggeriolrn
a maison
S11IMT0B & C
InrorcM ra clirn'te qo'ell. vient de rrcevnir par !rp
t im r*>i d Faoirmtnt de tisinp fin tpl qUA :
0
rilr |.pj rnnlpui
|Ip birirg
fVfJk'f'Pfrx TtJear
" ffrrnit
'lO" (le snjp
|irdi u ri
l'udi fleura
Pj/arip tonrrh-mifer&.obes
inirrru'fur chrmife*
'une
M>r. k rn.>nr el blarc
'rrr mi n fr irj.jp
"'le i. et ,n vPt. dee rri vr -peui
on fu P.ince, le B fvrier 1922
SHEMTOB tt Co
drrnierF ta
0 B9mj ennl.ni ftb'anc rerprr
D mpnf4 rra'f !ps
^<'Vi'M*drtp ri|f|n
(Vttftr dri-r Hinneiir
fwiiroi fi r'leur
PeirPin
S r^c noire e- b'ene
t*rilri br,.^rp Bnp(*r'enres
R'ban rompadour
T-Mrr
T'e ri Irdien
Toile roui jupes
Oifre Ie8ari cls suivants:
' ( h laragoe Chatlei Beidsieck ; Boideanx-Qjina ; Ihibonnai Ui
Ua Mo s y : b0 i G.lo; Ver,I1GQ h ' ^oac; Li meurs rtaiatf aiaortiaa
Port.au-l'.ince G-a oi.srrvea de l ..les sorte j1 C ufiturv. CbocoU ; Uit ei Faune
Dn a. u menti 2 So T 'lVe8,"e ': *IVteis, Bvy v .vng j>u. ra ; Porter, Beurre Bue
Bra.gtr } J" bou Lopp.z ; Pd lumciie beie l.ie: Ma rouge et blaoc eat
Lts inaertionsamt rfUe5auX bu- blan,,J,je.s * ca,s*e: V1S. d'i^pagae Bire l.anf^e aoaidof.
reauidu Jouraal, .358, Ri; mlii al^ni'ndl : Cy?relies anglaises l amiicaiMf.
came. ttUMi uiu'is pour liqueuis ei Snopa.
,_____________- --------------- : i Ijoargraphes et D.sqties Coitl jibta
Pour gurir ou viter
MIORAINES CONSTIPATION
CONOCSTIONS-CTOURDItSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFT d* prendre
. l'un ctd vos repas
teut le Ssu ;.;urc seulement
i quo Filiila ti$ MM
t47,rue du Paul St-Dcnis. Paris
Mais il faut exigsr les vrifies
qui sont tout fait blanchcr
et tur cliaoune desqucHst les mot*
DEFAUT A PARIS
Ont ,'Ci llIDimit Imprime en noir
gOOOOOOOOOOOOOOOOCXXDOOOOOOOOOOOOOOOOOOO
S S r^ Goliath tait un Reant ennuycuxl
David le tua avec un Cailloul
ia t ?rpe Waihirglon
iMrro-gnri devant la Cemmis-
nalna'e dErqute ur Us
oos en Haii, a fan les d;!a
' niv^nifs :
l'ptejr-i demrrunt a t segg
'6ouv in.mrnt d Hati par la
jwioty Bank. Le montant en
*f p 01 14 000 000 sur lequel
Hliecs iecivrai-ot P. or la S80
"-lmissiou devant re taire i
apporter 7 / a 0,0 d'mtr s
/.C!,Pv,0r H.880 000-lche
jl National d Haut confr
'nbiBi, Vice Pisidea' de la
i?*' Cl y Brk. prlverait im-!
f**nt P or i,6ai joo en
W d'une dette ail dit chemin
ft les hatiens n'ont jamais
Jl'abiijsement.
Amricains qui ont envahi
-j01 gaiement Pin terni on de
u d.t.e traraisesevanti
wa980 t. toujours en
!? - or 1 6ai joo ,cla
chemin de fer, de payer
''S.'-oo reprsentant les int
f*'i de la de-te irtlieure
L .: sor,e w*, a" s p or 14
J-H ae resterai) qne P or 1,
nie b;tn, serait consacre i
miociiou de nouvelles loutes
'travaux deiingstroa qui ne
t\\il0t P"' ,M Hai,ie" '*
"tieu.a arxeiicsins de ter
[sou le joug petpTe, militaire fi
nujerer. de leurs matires.de Wal
, Sneer. Mon bol en venant ici rtt,
i cela DVMporable. d'ui.rher la
iaiia'icn de et picjn ei dt prote.
er contre If ti.il imios par la
fo ce aux Haiii-p<, trait qui fait de
nous ce que les Allemands ont tait
des Belges, ce que l actuel ement des gyptiens re que'
les I. poais fort en ( ore eUSh-ml
ung. v c cetre d fl4.e ce qu- j'en!
vab.neur d'H* i. t.'4 pas mme la
ju taue."
Du Evening Sun 2 fcvjier ieaa.
Tlgramme
funbre
,N .ua avors reu hier oe Bar^d
res la d| i. lie i.ous annonant In
mon de Mme Aulu Debroaae ne
uriihile Daidignac dcede a 1 hie
ou matio le 7 fvrier 192ut:
La dfgLle fin
Mi Eug. e |
Bfttr-
Nos sympathiques coedolancea
la famille.
Sance rcrative
Dmsr ure itant rcitive rfr're parles
!vei de I Fx'erra' S'e Rote de Lima
fu probt du grann'oiguc de la Cah
di^lp,
L r.'. l( p"j d'entre si df 2 gourde.
Wosa Line j
Noire vppeor le Co!on bia lais-
se New Orieaoa le 11 courent et bat
ait-ndu ici vers le 17 rouiar.t-
Il laissera 'e mme jour pour Sot
Domingo Dty, la Guadelojpe, la
Martinique et les ports d* la Colora
bie pour retourner ensuite iNtw
0'i*prr>. prppBPt fi et raMagere
SOCItTB COMMERCIALE DHAl'll
Agent de ta bltiu OrUanttt'
South American SC S
Nous avons tous des "gants de trouble"
Constipation, Dyspepsie, IndigesUon, Foie Tor-
pide, etc.
Conqurez los avec les Petites Pillules Router,
petites et effectives, ils vous soulageront de tous
ces maux,, sans colique o sans sensation
O C-iante.
Us Petites Pillules Router peuvent tre
achetes trs bas prix chez votre pharmacien
a o votre marchand.
cocc)Oooooocooocx)Coocoooooocooooo

t
m
I
o>
3
Piilfra Sios Pa/isb Company Inc.
Avis profssiobuel
Le Docteuf Annoual s'empress
de porter la connaisse d publ c
Je ibre de Mr eu gnral et de Kl clie ts eu
diat de Mr Car'oa ,ai.lculitr qu'i a rep, s i'eia.-,-
tice heures de consultation* .
Champ de Mars No '084
de 7 9. hret a n.
ti 1 anuur.ee n)idicochituraicale, rut du centre
de 11 hxet 1
A'eiaV York
I,'1' d"*n rossir fcicer
gj l but pnr siirple e$t
Ncrologie
Nrus arprerors la mort d' Mada
me W Peu ke, dcde sus Gocai
Vf s
La ugwt'e eVfnrtt 'a't rpparente
i un grard ronb'e de famtPrs
' Lu turrailles scioni riies l'ani
ve du corps.
Cojjdolajjct*
hrc
irrivf
1
L<> a'eamer Coa bta" do la l'gns
Par.aaa, vn ant de N-wY'k est
uriv Lier soi' v-c 600 toaies rt
marchandise, 8 paa-gers et \9H
!j dia correarjv; ggr/c.
m vous voulez pwjtr la Pj 4g Vo,
coaiiseurta,
Si'oui oil.z avoir ua KriHaoi I i>-nt et
lurabl".
, ^i 'o 13 'oui.z -onser-er la couleur u kteo i-
f phsede ces cli.ius tire pOri*nl I n^te.noa
enoployez a rr : rque atONOC4aJ.
r. britfoe ipctalomeot pour le
darries !.. s geoileoBeo du high life,
cht"6 P^Oi,g, le peau des rh,US8,rea con'ra rhumnl.io m ]%
E'Ie en re ie'eur aoupl aje a' r.-nsere loorbrillioi
J>^]*<*"*iOKO Geo. Jeamme
Agent pour Hati


l*4liX
Crme
i
donne un teint de lys
A
i> .* ; "-

>.\

W

M
Ttit|drY
'
< \
S
"rs
<
Lo Crime Tttndetys. euet. parfum*.
conserve ta fra'chrur de la jeunesse, embellit, efface les rides
Elle
tien f la pondre
Assure une
carnation exquise
La Crme. TFIN'DF.LYS. fi*
oncueusr. neutre. e>\ incapable
d'offenser en rien U peau, qu'elle
adoucit, assouplit ci blanchit MM la
lubrifier l'excs ou jamait la faire
luire Parfume aux extraits de
fleurs, la Crme TEINDELYS t
le type le plus par fait de la crme
de toiletter ton emploi vita le
haie, let taches de rouseu< f le*
irritation dut* 1 pomnrt
ARYS
3, Rue de; U Paix, S
PARIS
TVuW Parfumerie et <>rand< M Grand Iltel de Fram
VINS pro\maiH dinct mnnt de Brisae, p.]
tkrdeaax. T
R0U6K Gourde* 5 00 le ga%n
BLANC i Oo le gallon
VKNSeabout illes des ni d urs frut; ta Lniieaiu le
reo.Mu.er. L.que. rs fm^mi et Vin. d'Espace. Oiau,,
Vu. inoufceu des m iileures &MfHi> lfar-, i
Mvwieor PARIZl, reieou dernirement dell1 rince iyaj
matriel toul "m*que *: prix epci.ux seront nblu pimr du lr -
?'iepoar le* Pensiot's demi ' Pecuon-
VAILLANT!* 110UET, Agents gnraux 1720, lie.. lapais de l'Iui
PNEUS
lre*totte
De Tissu Ordinaire
Et De Tissu-De-Cordes
TE kilomtre voua revient au minimum de pria
quand vous roules sur paatU Klrestone.
____' Ceux que la maison oflie cett- anne pr-
Hentent encore davantage de qualit* que par I*
pass.
Dan les pneus rie tissu ordinaire, parois grises,
Il y a davantae de caoutchouc entre les couches
de tissu, un coafsiMt plu pais, st les talon* y
sont davantage renforces.
Les Pneus Flrestone a tlsstt-de-cordes prsentent
cette lasticit et cette vigueur qui produisent une
6rosse conomie dans la consommation d'essence.
a. que vous dsiriez des pneus tissu-de-
cordes ou des pneus tissu ordinaire, il est certain
qne vous voulu cecila marque qui procure
Le Maximum de Kilomtre!
par Franc
L
La maison Flrestons a pour rgis ds conduits de
donner satisfaction par le nombre de kilomtre
que couvrent ses pneus. Autrement dit, les auto-
mobiliste prfrent payer un tout petit peu pins
pour obtenir uo bisn plus gros rendement.
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince
Vtie ferr z -ino apprciable ^conomif
ai VI H r,rv z q-ia d-fl Ciia
ge d la \mncan ftkioa Holieti Coin
pany Ghicanj, rjat conservent la fl
naatM a le h illun' d*a chuaures
Ils ro ent meilleur marrhe par leur
btnne qualit que loo'ee let autres
marqnae.
Km vet le dan* Ira ho-n. a mtiiors
A HKNJWIIN Co
I..I' It LausMire Ag lis Exclusifs
io i Hati
Dtruisez radicalemei
les Rongeurs et Id
insectes nuisible!
Avec les produits franais J
Ple 'AlorriV' pour la dee'ruciiou des rat-, Searie elc.
Poud-e NWlis' pour la dasvrucron des Kits, Souris, etc.
/ iquide "H.ut s'* pour la destruction de* Punaise*. Paux.ety
1 iquide .Spcial Mor i* p >-ir la dviriictie-i des Moucheif
t e M .riis pwr la dcrue ion d s Mois iques.,
Krop ir b'e.
Sa s odeur et sins aucun diti(*r po ir 1 a aui naux iouwat^
En vente Lken
Alphonse Haynes
115 Une lio.>ue-Foi
To Ut
Large F ire
Proof Hall
Hsvpb nn alatra fi||pry. an'hlp
fo' Ranrk nr any on o-da'a OfA.
V -ry srisoJens sa VVir home,
For information spply to :
Hpnri STARK
Il ip du Quai. Ave A1 No 1U17 op
poaite to iiia RailioadSUttoi
e"S*
* PB
Pharmacie F. Sjourn
Pomio vvis : ^ clientle, bus nuk'i c'ns et ^iu public, qu'elle
irstMtnm ann La^trutnlre dUroInge en, un., Laboratoire de
PiolofJ I appliqu sous la Dr r'ien du
D%tBieo\tt t. Sjourn
1 e lai nraioire es' ouvert lous los jours de 7 lires du 011*10 0
br lises lfl sir pour loatcV les u cherches et analyses prvues dans
l'aui oi.c ci jointe sauf pour j
Massfiniann et \\ ennstaole Ure^crto'e
Seront reues que le maidi de charnue semain.
S'adresser i I berwicie rour les renselgoementr
/l.t)us sfutinee ei^Suegrsiiique,
Heaction de Wassennann
n*sciion de TnbouleN
Eismen du sang e du pus
Et*ID*0 d. s matires fca'es,
Examen ne craesn*
LILHN & FINK 1\C
foui produits phumcifuliqu* s et m
articles vendable* dans u *c pharmi
SPECULITES Ljsol drs nleciau s*von Lvol, s aviHifj
Lyw 1, frb cco ;dei lil ice incomparable '4J
f'- e ie rr r> u -, Kmulsioii, tx'rau
(h ?co!at eu joudre de L & F. cVl exqui*
10 ide T4lcum L & Fi C est l'tx r e sui
& ban march e c etc.
DemaiiUtz le prix courant
LYSDL : l m il eur et le plus couo ique d s .totufo iM
Le dsii.lr-Llu.t empley da-is tous les g a is hp lot.
UNE petite cuillere d; L>sil d^ns une la solu'i n 1 1
DEUX 2 oio
1KOIS ti ou
Ui.r piule re^rist.te eui on la eoJeniD e de. deux verie
naires) *
Li < ysol s'e n/lo epari:culirem m dB8 Us cas de : Al
men g, Tuberculose, Iniedoo, Aloistr s de chens, Piq rs
S'res d'in*e<:les Erupi.ocs di la p au. Blessur s. Plan s Bl
Ble. pourl bjfliLe persoiu.elle' la i i e e, le b in. Dans lu
N.csdee maitJes. ta cUaii.brti d) b.im h wa er closel les
Monsieur Heury Fqui.e, iou si ^vant el api U balijagf ; Pour dcai. issi les blesmres dt an:
gn,se voit dans la ncessit de (aire
1 " L! I ei
Avis important

Alliiimiuo raclioci
savoir ions rrux qu'il appartiendra,
qu'eo sa qualit d'ancien Hfsideni
De te F.oiUnte, il l'est der leur
d aucun t.tie on eftet ^nialement
quelconque, accept ou rejet par la
dite Commission*
Les dposants ou titulaires des ef
tts ttjeifl par U Commission ttqui,
i tort ou i droit, croiraient pouvoir
lemrer en possession de ces Htts,
\oudior.t bien s'adresser, ron Mon
sirui Fieuiy require, comme plus
d'un 1 ont tait par erreur, sans don
%', mais bien au Dpaitement des
F uancer,seul comptent en l'esj ce,
< t seul dtenteur de tout s les p-ces
que la Commisaion i eu vrifier.
Il nt dose absolument ii une que
es intresss continuent produire
de pareilles rclamaions ladres e
d- Monsieur Fitu y Fquire qu
et lu tenir prop es
Daos l s accoHcheme (s et le5 temps d'djtdfjmiei le L^so. atf
plus que dsns lo s autres c t
Ayez toujours uue soution de Lysol 1 eus c***!]
cti.uibre de voire s.pp.rteuitjtit.
( baque Hicon coniuni un prospectus
Lehn $ Fink Inc. Lon H. Thbat
MrV YORK Aent p*ur Hait
fUcherch >h. S, irethMt H de GmioeUM, ite, M
Maris, Fiancs,
Amoureux.
Oui tes etr.b,iras Cortin-eUi^Scrt^^ mrei crations de iM* lfaum d, la ,emme 'chic,
aurez un maximum de go'. et de luxe pour un minimum <*"
un :uue.
Foit au Pfince, se lancer je^a
F euiy FEQUIERE
Phrm;cie Centrale
ntt de ouU Jraioheuf- Es dition promvU 6
Demandez aussi la poudre de ru Divan Mu , en 'n*
une mervnll', ton vmie thet Gas'on H. Va Un Madame '.
rue Bonne toi, Mme Irow et Agnar,t Boit En sto k c/**
we Jardine derr <-e U Sminaire ._,
I l ou$ v trouver e? aussi des raisi \s pour Uureti.d** f'W^ l
da lard* $tu de \ogne, :..re/i, e. gfi*r. L M ti-, L- T^rrp-, T.e F g.,0 A- WNJeaUN H ClO
Produits de oui* Iraiehew Excution promut* el kOljnft Le lounal, enn vente U Lib auie / gmls k.xrtutits fifur Ha*
_______ Ci._uJJU. trtiiioe lv% j/ii !du iiirtr. Uj>8, JL-xit. Am Si Rue Lairajfl
Jounaux de Paris



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM