<%BANNER%>







PAGE 1

LB 4\riN La Croix de* Ressaies llicite le conseil Coin mimai sortant Port au Princa. le 3/ Dc#m bre 1921 Monsieur le Magistrat, MM. le Conseilles, Nous, habitants et commerants du quartier de la Croix des Bossales, veons vous prsentei jvllai Jehan Ryko i Tpti ions $'ac est et la i de i amdi s*ia, s n en point I es rpti ions s'ac et soire de samedi sia, n en Jouter, an vrai (tors qui u'y m ; p s rcRii pour Uf ana-j larq icont : ment. nos hommanes a l'occ.sion du nou\*l an 19a].— ) I. 1 rflitP O.i tlt' bou 11. "' Atr.OUr; Nous ous joignons aux bons travailleurs et a et TArp'it' qu ntr I prft-|< n Of>* la population entiare pou' vous tiliciter de votre bonne gestion tl vous exprimer le vit rcf.ni • uc aot prouvons de voir arriver le ternit huai de vatre mandat.— Nous n'oublierons jamais que dans l'espace d'une anne, vous avez pu doter la Capitale d'un asile ce-mrnunal pour abutcr nos pauvres. CUC Hvrc qui el une attestation de votre bonne volont, de *tre desir de bien laite, suHit ample ment pont VCH dsigner la Postrit.— Quant nous qui avons t l'abjct de votre hante sellicitMdc ponr avoir agr MtrC deman de contenue dans notre putiou Un S Mars vous (ollicitant le rubin-enaent du March de la Croix des Bossale-, neus ne pouvons rsister au devoir de vous prsenter publiquement nos vives lelicita lions.— Bien plu, en rcompense de tant Je de services signals rendus a la population*, jious vous aurions acclam une nouvelle toi* si le> lois le permettais!.— t C'est sous l'empire de ces enrtanents que nous vous prsentons. Monsieur le Magistra*, MM. les Conseillers, l'hommage de notre admiration et %  otre vive reconnaissance.— Cinna Edmond, Lcspinasse Fteres, Justin Ne rctte. T. Jcrensic, Alexi-. Tassy, N. (jmllaunie, r-e u'tmmt Madiire ALIa.de Pr^di ns et Jehan R)ko, Le ir.arq ie a pas dn(ia r oi Ira M prologue des Cas qu'au ... en cas | qui • tant applaudi d|l et Madame de Pradines crera la )o ie ralaf sm timenta'e de Jehan Rjko : J ai soit de t-s baisers, accompagne ie vio ion violoncelle et piano Ou on n'y manque pas Ectie gnrale : 2 gourdes. r=3F Celui qui achte L'EMULSiOM DE SCOTT ifchte ie meilleur aliment mdicinal que !a science a produit en cinquante ans. Il n'est pas. possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Preniez garde d'obtenir toujours l'Emulsion tfO Scott) 1 M rn t F. Francisque, Nemours Thomas, L. Joseph. titr, Department de la Police %  %  %  %  Remerciements Monsieur le Dr St Lger Perrier, Vve D. Do.ia-, ne Ccilfl Per Mr et Mme Charles Fombiun curs eutants, Mt lo-tph Perrier Mi et Mme Charles Duplessy et leurs enfanis, MietMme |-stph aplessy, Mme Vve Georges Dupessy et ses Janvier 11, ld?2, entants, les tam.lies Perrier, Fom 11 est rappel aux cocbe.s tant pnvcs rue pu Ujniessv rem--icie.it S S l,cs aux propiuires autos, de L-.cyclencs, et u U" Ct ^ap.esiy, rem> lucni O de iotocycleues qu'a partir de cette date (.jiatldeur M*/ LioiiaP, le f're |an,lc!s U autos doivem avoir deux lumires. Viies du Sminaire, ks b res d 15 KciVtte^une seu.', lum.te. 1 instruction Ch tienne, les Fi les de Us Motocyclettes'• "* 11 b gose, les Heligitu>es de bt |o •1 oui vh.c-ic stationn sur une place ou me h de (j, ,, loUi ceux q ui | uuel*onaue oou avoir mme une lumire > r .1 U 'TETta i inobservance des reg ementi de Police leur Ot,l lui O g Llir sympatrut ! il sera pris contre eux telles mesures que df durant a m-Luie et iO-.aS10U de **' SHAhll( j a rrorl de leur regrttte Sous ctad de i'olice Tous 'i mu^iciens'et mu ic-e? de la vi e ST t revrofs i L'a iia m dema n v Ttcti. $ hr's ^o or, ou'prolT i h formation dt SynH'C-t prisa de Saloiu I L aiis i O.^r et ii*f t ive (.i '• a b/qqt et 0 ctea % Scipei p'odi c iou '!• %  la s t-i'. A'tia <| la d" h ran*e MUfiot I J de Jus Offre s an'c'es uni ••§ i l'ccat iir| \h o$ : Ch mrag'e Clia I .^ Il iils "fk ; 1 o '< %  n\-Q iinr ; D.ihonnftl; W'gkv ; Gordon (im; Verrucu h ; Cognac; l i lueurs 'HHMVS a-Ri*rtie t o"st;i es fie lmies sorus ; (i nGtinv. Clincola ; Lai f el FaMM %  A %  e VHS U> ; c CHO Pe is ; 61 if r \> i^lu: l'o l-r, Beurre Blua Ki lia • Lopptz ; I*. tu n ri j '( 14 irrei : Vit r a^e f b'anc en b irriq ie* et e. i c„\ s; ; V ns l'I-N i ^ %  ; Il e f. auiis •• danoisj al enu.iide; Cig i eues ngiaistt et nmritin6i. Extr il uhtra p mr liqueurs e Si o ^s Phoiographet el Dsiues Cotumbia Dlrui&ez radicalemcat les ltong^urs et .es Ncrologie Lts tunratlles de |ose?h H vecius Vil Lubin auront heu cet aptes m d Le coDvat patuia de la ma son nor tuaire, sise Rue du Peup'e pour se rtndie la Cathdrale. — Celles de Mme Vve Thlli mena Bouthereau. ne Heimanre Nune, auront lieu cet apit raidi.Le convoi partita de la maison nonuai;e, sise Avenue Charles Summer, Tttl geau. pour se reedre A 1 Eglise du baci Cœur. Nos condolances aux tarnille* prouves. le tajii M CaD aidt a Lt I Prsidence Me Joseph litsitn, ancien secietaue d'Etat des Relations Extneurs, a j.os sa candidature la puœirt magiatiatac de la RpubliqueAV^C l^ad-it ta 10 Julie vose Thema Duplessy t n j|j^ < Vvt i. St Lget Perrier I \j, t cartws e'ont m ; a o PU venta Ils vifcuuin. ici tes p.icr a'#grff ,d auj -tuidiibi le non bre en et .vxprtssioj mne de Uur protuudei un le* enr'^s d* b*lco 1 soit j y.*( t(H gratitude numro e6 et |rserves. t'oit au Piince, 5 lanvier 1922 N BL-a au. M. ura Font prli 'd ei liHii^ei l*" 1 "* CHIIPS en l'ndt-i jde Me feuiad V llud coivre de nou; IvelltB pour dimanche inse tes.nuisibles Produit* l -fin l< omis Les Officiera de l'Ecole Militaire Cesi lundi sou que les oltuiers de .'hcole militaire rtcavattot. a CineVaitts, leur cm.1 le Gnral M. UOUgil. Rception des plus charmantes rehausse par la p:escnce d invitas de distinction. Varits VENUKEIU To Let Large bire-troof Hall llaving up Blaira gdileiy, Btii able lut a banck 01 auy up-io-uate O/nce, Val y oL-acioua aa a Wure liuuse, toi 11 lOI llltlJH Hl ['\) 10 lleLii Si AhK Hae du Quai, v .ve A; No 1U17 op IpUtllla 10 .Ho UaliiUttU SLUuu. I';'i ; e ''Mo %  \" pour la d iS i u : 1O11 dt i at-. Sou ni, el . i'o nie. \vl irii',"po 1 1 '' %  •> ' •; '>'' %  1 Hui f Sourit, etc. / iquitte il > % %  t s• pour la des! uc ion d ia l* .nais -.% POJ< *\ e. ei^ U 1 .mi 6'pcial ttur i 1 p > ir a d si ucO i des Aljuchei. < ii Uortis p^fSr U ddstruc io i des Mo is iquee. lisul al merveilleux e elii ace inC IUJPI< b.e. fcans ode ir et sois a icuu dittff po f l^ au unux lo nes'q :e^ En Mit te L.he% Alphonse ilayiies 1.15 Hue u.iU-Foi %. Les Mystres de New York suite 1 nU'e : 50 centimes DLY1ANU1E t.itore-uii tiiu apte' d ide dcid :i.' 11. Vailelu uiMn.i ta icculd : fuya bon Cœur L>'a e ie ie ceiue luiUu ue Le'f.ublic et mes clier^t sent aviss que ie viens de luire encolj Maaiina Ue la Tour avec i.eou Bel u je g iaU o c rUUCUOQ bW luuS 1


PAGE 1

QaiaiilniB time No U7 4 Part to Prince, Haiw T**i 12 Jatot tfl22 DIRE6TEUR PROPRITAIRE Clmenl MAGLOIRE NUMERO '^0 CENTIMES' Quotidien Les actions exclusivement gostes sont des fruits pourrissant sur l'arbre plutt que de mrir. GUYAU REDACTION; Rot Amricaine No, t.ibb trrr^ff o-Jloiningo \ Nouvelles Etrangres m l'flt eut lieu avec i'iccuiauon nls vaern v o' l'ait clt lll du L'aBtre partie de la d*'fse domi"irvenir propose par les Etats Unis t adopte i la 3me Conf-e ie If • -rnptonjlp He la Hve ( f ) la P ii de IJP7 qui r'ferd I aegmen! internationale ( g ) l'objet et le bpl lien de itnr dtte PI bliqre, sa*jdc la Dortnnedi Monroe telle qu'elle consente mt nt d s Ets Unis. Ce -st interprte pat les F'-ls U's I la raison donae d>ns une p ( h ) le i5me rt>: ;.i jostHci t ioa oficiH'e dt Voici 1 accusation claire, cati'gori Les D tte dllemun ien Docvieilu et archives > BERLIN-* LeMnistredre Afflires tranS** e volurns>. CANNES La commission PARn pouvait bien fajtr |B-entd'acceid avec le tr,ii,et qP'.Caius Caigula, Torquenada et le dencit d a peu prs P. or 14 oco' matqu sdeSaie setourner dars leuis las le trsor national, la plumt ton. beaux avecenvie Spc fiquenaett, ls d lits sur le paiement des sol 1I1 muent sur la scne des tenions lu t d'aulirs 'onctionnaitfs du'qui tes'ifirent des maores et des [Dvernemeut, dficit amen par la habitudes d'un nomm Charles Fie mondiale, tait une ifljire puderick Merk'l. en dernier lieu capilent intrieure et qui, m aucun taine des U S.M.C A ceite me ail.n'afleciaitl'acco'd avec Us Ea-s m:ble, la cure d'< au n'lail qu'une 1. Ceci tait an plus une diren Ipetc rprimande. I4 n'irai pas dans Jdari l'ii-urpieunon de ce qui les hornb's dtails — i ls seron tous Ittrnefus dans | es mols dete j imprims dans le reco d officiel — Nique . Uu une telle diffrence'qui mritent une plus large lecture ^lon ucuLt aix htais Unis le qu'on leur accordera pobiblement I! sans se itfrer a l'aibtragisuffit de dre qu'i s comprennent le dars une discussion pilnn 'presqte touies!e>tormei de loitur-s le auc Je gouvernerrent coiruni Imaginables II n'tait ncestiire i ner d intervei 11 vitt armis et d abo sonne d'occepter mme le lrrogna kitl g uvtiitu. m aomir.icaiDJge de tmoin* dominicain* di' se ipresqu insoutenable^ |afl ir#, a*ussi convaincants q Entire a tLt imprtisiorjnan e tut itaitai' Le b uit des ex minctes Me icelience de la motale dominical C H blfic*rf s insinua aux quaitier^g I. En se tenant sur le teria.n itve niaux et une mvest-galion comrrjtn M'occcpation amricaine ta t .li l Le taonoit du m.jor R. S K l^s f, Us ont }/ri* une podium qui bnry corfi'me beaucoup d-s pus et qui continnera tre iutx^u graves accusations faites par les ioib.e. Des ailLSion* ceriaipes dit mimcau.* tv f ormrent la h. s-de ult^ mteiituie/ aux failli es de l'jrrest.lioj du capitaine Me kl.pfur lovtrnemenisauuiai.que o'une for tre jug pu la coui maitiihe.'ll S •0 d'une aune de piog ^, le ; s uicidu 4 jours plus laid, le 2 Oo o fcreni calmes Ceci, *lfi maient ,bre 1918 tait lurs propiei.ft ne*.' Et L'O-cupation naturelleme-1 (t Mae tmoin dominicain fi lit par,dioe toute responsabilit pour MM* dclaration eiprts>e de ctt e kel. 11 tut une exception, une brte, wn, formula son accusation de une dig-des au seivice et le lut Wms traiiements contre les fc at.squ il devait passer m .our martfels twetu demaede 'un ulou bans indique l'a titude olficieile. Maiheu liions a>; Im^pend. nce domi ieusement il lui fut permii dexcu>ne, sujette seulement, au tiaitjter ses kbominables ciuuu, pour iiaum dt 1907. E U cause tut i au moins 6 des rparations venant de Paris est arriv! i Cannes pour coalrer avec les dlgus al emands, CANNES L-; chef d? la deigat-on allemande arriva 3U|ourl'hui est le Docteur Walter Rith?nau. CANNES Les^ experts financiers, disparaif. oprations de crdit qui ne seront huctueuses que si PI!P soat prcdes d'un accord au sujet des dettes dccertaines nations vis-1-vis des au lies, la tension po'itique qui existe encore entre l'Allemagne et U France dans leur runion d'aujourd'hui, on dcid de proposai au conseil de fixer 1 700 mi'lious somme payer par l'Ai cmagne 1922 pour ies r^paa'ions, is ci te u'i-s f 'AR s Le journal Le T^mps pu b'ie une into.m t on de Cxnnes disant que M Loochsar, ministre des rgions Libres, prpa' un mmoi'e qui s j u loamsiM' L'oyl G-o gr au sujet du irai fran o-ing!ais. Les conversations entre 1 s mi pisttes se pouisu vent et prenne >' une tournuie s^li fiisan e. Le pacte de Gne remp ace a le irai t de V i mailles ROME L^s journaux ita ieas manifeateut leur joie pat£c que le conseil sup mt a dsigne u ville de Gne comme s;^e ac la confrence mieinalioa^ie couomique, la presse p dit'qu-. le commeice italien aura beaucoup igj^nci de celte coofeien ce. Leom/esncnen l'emand netrou vera i emprunter que s'il inspire coi de maiksor loftiOJice et une Allemagne qui passe 'Allemagne enjsoa temps se quereller avec la RI publique Franaise ne peut en inspi rer. La France et l'Kng'eierr doivent d abord guantir muiue ler.ient leur %  ecurn resoecti/een cas d'une nou velle agression allonande, ensuite le gouvernement du Reich doit adhrer %  iux stipulations franco britanniques et prendre des engagements au sujet •e la militarisation des territoires du K11 ', de mne qu'on lui donnera assurance que rien ne menace l'int gfit du R*icb. L*>& troupes britan nique abandonnent l'Irlande Littoupablei de fa iiuerrt* PARIS-D na les en CIP n 'iti iqnB K.-i'i'B on exprioii la cro vince MUV ien alli^ rbmdonmroot l'id^flj drt car i^iier Ien Doursiite ront"> Int coupab!e de la (i i-rrr. On BP bise pouixp nner cette opi ni vi BUT IP rpsuliatu d^ U rrjnicn de la Comaiition q ixininile8 Mnt4oca ; de lacinr de L*ii xig. A la runion d'anjoud li ti learuembrea Dlais et ittlhns d la ccmiiiiBBioii se sont dclma aatistai de ces en ter.ces les f anaia et les IJelges ont ont pxprnn un avis contraire. En prsnnee de cette diver^euce d'ouinioni on pense qu'on ne fera p* ie Dffetatoa pour la repme des pour BUIVB. O ) annonce otlcielleiaeut qus le roi et la reiue des bein. h irinre Laopold, la princ^as M11 y >t le Minia re des Aft^ire8 Etrangres M. Jaspard arriveront i Home le J Jan vier ils fe r oni nn vi>t •• Vatican pendant leur sjour Roaae: MADRID Li liaatanant Aioral LOII'B Ai/ nru cH'itt'io A.^r^i fje V^ieqce M **t a coutereace co, nomique de Gnes. eAKlS(. Dp.he de l'Uni versai; Service j L: pacte de Cnes rempli j cera le tiarte de Versaii.es et la cou velle association oc* uuiious du pr sident daidiug tcia de mme avec la ligue des nations Telle est l'opinion des dip oinaus au sujet des i£solu uons futures de la lonfeience de Cannes. Le glas a dj sonn sur le t-ait de Versailles les allis ont accept de venir s'associer autour de la lab'e de la confrence ou dans les mmes conditions d'galit dip'oma'iques viendioLt aussi s'A^stOlr les reprsen latls de 1 Allemagne et des soviets russes qui l'Europe entire avait jusqu' piesent lefus de .uanire :y:tecaalique le pam et le sel. Hil€CllOtl itu, trrCS'l rdiecotnais.-'ncedeadeteacontrac ii*t tl.' 1 J rm II if :8eB l'uwjwr pari'dDcien rgime. rfLW r^l TTA Li ,,rem, ^ r vimWl Plie,, 1 al.er. DUBLIN—te Uader (jrilhth a bonomi et i.-t dlgus Relues et ii pie^ideut de 1 Eut lb e d Irlande j Anglais atiieut aux dc'araiions par un vote du Di ly E eann cet d M. l.lo. G-ome. M. Briand y apii midi De Vilara et ses amis ont adhia en pi ucipe mais en insistant piotest contre cette lection, mais 8U ' •* %  K*' '•• q i I O.J doit exiger sins tsultat Cri ti h ne se 1 ouvrit de la Russie, ras da.is U salle qua id le vote a en lieu. • Lecabinl foim ptr M G 16 b s coni'Oc u-. .a o J suiv et A cruel, Coliioa, to g ove.B y t H g gin.s ci l'kh.r Mu cn y. t GVII Dulfy qui piend ic |Hna,vp 8 5l f h omaB, .ufller,4 u,,..' cn b H"ni! er!. S^Si. u hl P onr ' Pu" • ljolusiis.tj fuiirsilleuai-B tompl PB, pour uiurailleutt et 139 baiouiiti'.e. ecropens Port-ac-l'iince, le 9 aov'et 1953L greetanaanp Aggerhclm


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05571
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 12, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05571

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
QaiaiilniB time No U7 4
Part to Prince, Haiw
T**i 12 Jatot tfl22
DIRE6TEUR PROPRITAIRE
Clmenl MAGLOIRE
NUMERO '^0 CENTIMES'
Quotidien
Les actions exclusivement
gostes sont des fruits
pourrissant sur l'arbre
plutt que de mrir.

GUYAU
REDACTION; Rot Amricaine No, t.ibb
trrr^ff

o-Jloiningo
\
Nouvelles Etrangres
m
l'flt eut lieu avec i'iccuiauon
nls vaern v o' l'ait clt lll du
L'aBtre partie de la d*'fse domi"irvenir propose par les Etats Unis
t adopte i la 3me Conf-e ie If
-rnptonjlp He la Hve ( f ) la P
ii de ijp7 qui r'ferd I aegmen! internationale ( g ) l'objet et le bpl
lien de itnr dtte pi bliqre, sa*jdc la Dortnnedi Monroe telle qu'elle
consente mt nt d s Ets Unis. Ce -st interprte pat les F'-ls U's
I la raison donae d>ns une p ( h ) le i5me rt> iiranon par l'attirai Kpapp rt qui Wilfon.
>: ;.i jostHcitioa oficiH'e dt Voici 1 accusation claire, cati'gori
Les D
tte
dllemun ien
Docvieilu et archives
> BERLIN-* LeMnistredre Afflires
tranS** de, Mr* pnh'ier ltm rfoTrrninte de
B*<* nr hivfla * ronnerta-i 8 |a p0|j.
;finj-i jAiramr'p * ton 1.
d'Ki ne de 1871 h 191
ompl p comprendra 2
'hiflpfi
, ( (E iv>e
volurns>.
CANNES La commission
Par e programme eoral pour le paie-
ment des dettes dt l'Allemagne doit
allie comprendre ncessairement de vastes
lire occupation. Les Dominicain.'! que, complte. Elle re peu', malh-u
limrent que leur dclte publique h euemepi, eue r-'u'e avec surcs
fcvait pas \ augmente, que l'in-j Se tournant d-s r incipes aux d
Il et l'amortissement des errptunts, mis, les Dominicains firent une re
kiiitura svaienl t pays ri yuli prer hMon q>n pouvait bien fajtr
|B-entd'acceid avec le tr,ii,et qP'.Caius Caigula, Torquenada et le
dencit d a peu prs P. or 14 oco' matqu sdeSaie setourner dars leuis
las le trsor national, la plumt ton. beaux avecenvie Spc fiquenaett,
lsdlits sur le paiement des sol 1I1 muent sur la scne des tenions
lu t d'aulirs 'onctionnaitfs du'qui tes'ifirent des maores et des
[Dvernemeut, dficit amen par la habitudes d'un nomm Charles Fie
mondiale, tait une ifljire pu- derick Merk'l. en dernier lieu capi-
lent intrieure et qui, m aucun taine des U S.M.C A ceite me ai-
l.n'afleciaitl'acco'd avec Us Ea-s m:ble, la cure d'< au n'lail qu'une
1. Ceci tait an plus une diren Ipetc rprimande. I4 n'irai pas dans
Jdari l'ii-urpieunon de ce qui les hornb's dtailsils seron tous
Ittrnefus dans |es mols dete j imprims dans le reco d officiel
Nique . Uu une telle diffrence'qui mritent une plus large lecture
^lon ucuLt aix htais Unis le qu'on leur accordera pobiblement I!
sans se itfrer a l'aibtragi- suffit de dre qu'i s comprennent
le dars une discussion pilnn 'presqte touies!e>tormei de loitur-s
le auc Je gouvernerrent coiruni Imaginables II n'tait ncestiire i ner
d intervei 11 vitt armis et d abo sonne d'occepter mme le lrrogna
kitl g uvtiitu. m aomir.icaiDJge de tmoin* dominicain* di' se
ipresqu insoutenable- ^ |afl ir#, a*ussi convaincants q
Entire a tLt imprtisiorjnan e tut itaitai' Le b uit des ex minctesMe
icelience de la motale dominical ch blfic*rf s insinua aux quaitier^g
I. En se tenant sur le teria.n itve niaux et une mvest-galion comrrjtn
M'occcpation amricaine ta t .li l. Le taonoit du m.jor R. S K l^s
f, Us ont }/ri* une podium qui bnry corfi'me beaucoup d-s pus
et qui continnera tre iutx^u graves accusations faites par les io-
ib.e. Des ailLSion* ceriaipes dit mimcau.* tvformrent la h. s-- de
ult^ mteiituie/ aux failli es de l'jrrest.lioj du capitaine Me kl.pfur
lovtrnemenisauuiai.que o'une for tre jug pu la coui maitiihe.'ll S
0 d'une aune de piog ^, le ;suicidu 4 jours plus laid, le 2 Oo o
fcreni calmes Ceci, *lfi maient ,bre 1918
tait lurs propiei.ft ne*.' Et L'O-cupation naturelleme-1 (t
Mae tmoin dominicain fi lit par,dioe toute responsabilit pour Mm*
" dclaration eiprts>e de ctt e kel. 11 tut une exception, une brte,
wn, formula son accusation de une dig-des au seivice et le lut
Wms traiiements contre les fc at.s- qu il devait passer m .our martfels
twetu demaede 'un ulou bans indique l'a titude olficieile. Maiheu
liions a>; Im^pend. nce domi ieusement il lui fut permii dexcu-
>ne, sujette seulement, au tiaitjter ses kbominables ciuuu, pour
iiaum dt 1907. E U cause tut i au moins 6
des rparations venant de Paris est
arriv! i Cannes pour coalrer avec
les dlgus al emands,
CANNES L-; chef d? la deigat-on
allemande arriva 3U|ourl'hui est le
Docteur Walter Rith?nau.
CANNES Les^ experts financiers, disparaif.
oprations de crdit qui ne seront
huctueuses que si pI!p soat prc-
des d'un accord au sujet des dettes
dccertaines nations vis-1-vis des au
lies, la tension po'itique qui existe
encore entre l'Allemagne et U France
dans leur runion d'aujourd'hui,on
dcid de proposai au conseil de fi-
xer 1 700 mi'lious
somme payer par l'Ai cmagne
1922 pour ies r^paa'ions,
i- s ci te
u'i-s f
'ar s Le journal Le T^mps pu
b'ie une into.m t on de Cxnnes di-
sant que M Loochsar, ministre des
rgions Libres, prpa' un m-
moi'e qui sju loamsiM' L'oyl
G-o gr au sujet du irai fran o-in-
g!ais. Les conversations entre 1 s mi
pisttes se pouisu vent et prenne >'
une tournuie s^li fiisan e.
Le pacte de Gne
remp ace a le irai
t de Vi mailles
ROME L^s journaux ita ieas ma-
nifeateut leur joie patc que le con-
seil sup mt a dsigne u ville de
Gne comme s;^e ac la confrence
mieinalioa^ie couomique, la presse
p dit'qu-. le commeice italien aura
beaucoup igj^nci de celte coofeien
ce.
Leom/esncnen l'emand netrou
vera i emprunter que s'il inspire coi
de maiksor loftiOJice et une Allemagne qui passe
'Allemagne enjsoa temps se quereller avec la R-
I publique Franaise ne peut en inspi
rer.
La France et l'Kng'eierr doivent
d abord guantir muiue ler.ient leur
ecurn resoecti/een cas d'une nou
velle agression allonande, ensuite le
gouvernement du Reich doit adhrer
iux stipulations franco britanniques
et prendre des engagements au sujet
e la militarisation des territoires du
K11 ', de mne qu'on lui donnera
assurance que rien ne menace l'int
gfit du R*icb.
L*>& troupes britan
nique abandon-
nent l'Irlande
Littoupablei de fa
iiuerrt*
PARIS--Dna les en cIp n 'iti
iqnB K.-i'i'B on exprioii la cro
vince muv ien alli^ rbmdonmroot
l'id^flj drt car i^iier Ien Doursiite
ront"> Int coupab!e de la (i i-rrr.
On bp bise pou- ixp nner cette opi
ni vi but Ip rpsuliatu d^ U rrjnicn
de la Comaiition q ixininile8
Mnt4oca ; de lacinr de L*ii xig. A
la runion d'anjoud li ti learuembrea
Dlais et ittlhns d la ccmiiiiBBioii
se sont dclma aatistai de ces en
ter.ces les f anaia et les IJelges ont
ont pxprnn un avis contraire. En
prsnnee de cette diver^euce d'oui-
nioni on pense qu'on ne fera p*
ie Dffetatoa pour la repme des pour
BUIVB.
O ) annonce otlcielleiaeut qus le
roi et la reiue des bein. h irinre
Laopold, la princ^as M11 y >t le Mi-
nia re des Aft^ire8 Etrangres M.
Jaspard arriveront i Home le J Jan
vier ils feroni nn vi>t Vatican
pendant leur sjour Roaae:
MADRID Li liaatanant Aioral
Loii'b Ai/ nru cH'itt'io A.^r^i fje
V^ieqce m **t jor p remplic*roent du gnral Wey
1er duc de li.ibi dem<8iionnairej
allemands
CANNES 10- Les dlgus aile-
mands au nombre de 16 y compris
les expeats sont arrivs 1 Cannes au-
jourd'hui se tendant i l'invitation du
conseil alli
La siLu.il m coiiomi'
Wbleraeni nsunie quand l'elo
W Attuio Lcgtono cooclua afr
au moins 6 moi, 2 mois ap es que
des plaintes dfinitives avaient t
f.ites et upe enqute oidonn^e- U*
tait demeure aussi que les actes de
ces otfi.H rs, qu'ils soiei t i quelque
degr blmables, ce que personne ne
niera un instant, sont un hccompa
gneroent invitable de la sorti de
ampsgne de pacification que
nous avons mene i Santo-Domin
,0 et H.ui et en repuai?nt tardive
ment ou mme en jugeant par la
cour iiiaill.le un ctlenstui cccas'On
ici, cela ne restaure pas les vies de
irSjUaoi des troupes et en
g^. un acte de guerre sans
'* pralable contre une na-
"e et en spoliant sen gouvet
Ejeni les Etats-Unis ont viol (a;
l^oastituiion des Etats Unis (b) U
WNioijon de la Rpublique Dorn.
ne (C) les traites existants entie
fl*nx (d spcialement la conver
, ,97 cn remettant iUx ^.
"ttton a la Rpublique Dom cuis muoeentts victimes, ri udem
^ne la balance des revenus des uise leurs parents ou le survivant-
ns, apis en avoir retir les,'toitures
J amortissement et de peicep-l Docfeur CRUEN NG.
1 V ) la lsolution de ne pas il '
Extrait de THE NAllUN

For Sale Les Cours
y
fj* u Prince
y
Patll io-Ste.i!og io.S
Doiui iauiik2
New-Yok Ser.icg42 275
Franc ra.oj
LONDRESLes troupes britanni-
ques ont abandonn l'Irlande i I ex
ceptioa de 1 Ulster qui ne fait pas
parue du nouvel tat libre. Les trou-
RO.V.E Oa upo.ee qur le gouver EL^^TL^1'"1 ',60
nement itali.n a dciA d'.cvier par,hommeS l Undc'
l'in eimaiaucde la commission coin Ui('*1ltl&
mercule lusse qui se uouve en Italie
Nikolai I mne chef du bo!chvisme(
lusse .. assisUt a >a coutereace co,
nomique de Gnes.
eAKlS- (. Dp.he de l'Uni versai;
Service j L: pacte de Cnes rempli j
cera le tiarte de Versaii.es et la cou
velle association oc* uuiious du pr
sident daidiug tcia de mme avec la
ligue des nations Telle est l'opinion
des dip oinaus au sujet des isolu
uons futures de la lonfeience de
Cannes.
Le glas a dj sonn sur le t-ait
de Versailles les allis ont accept
de venir s'associer autour de la lab'e
de la confrence ou dans les mmes
conditions d'galit dip'oma'iques
viendioLt aussi s'A^stOlr les reprsen
latls de 1 Allemagne et des soviets
russes qui l'Europe entire avait
jusqu' piesent lefus de .uanire
:y:tecaalique le pam et le sel.

HilCllOtl itu, trrCS'l rdiecotnais.-'ncedeadeteacontrac
ii*t tl.' 1 J rm II if :8eB l'uwjwr pari'dDcien rgime.
rfLW r^lTTa Li ,,rem,^r vimWl Plie,, 1 al.er.
DUBLINte Uader (jrilhth a bonomi et i.-t dlgus Relues et
ii pie^ideut de 1 Eut lb e d Irlande j Anglais atiieut aux dc'araiions
par un vote du Di ly E eann cet d M. l.lo. G-ome. M. Briand y
apii midi De Vilara et ses amis ont adhia en pi ucipe mais en insistant
piotest contre cette lection, mais 8U' * K*' ' q i I o.j doit exiger
sins tsultat Cri ti h ne se 1 ouvrit de la Russie,
ras da.is U salle qua id le vote a en
lieu.
Lecabinl foim ptr M G 16 b
s coni'Oc u-. .a o j suiv et A
cruel, Coliioa, to g ove.B yt H g
gin.s ci l'kh.r Mu cn y. t Gvii
Dulfy qui piend ic |H EweUoni CominHoales
Siite
Patll Tr#u de Nipect
l'enc-Neuve
St Michel
Pt*n Ville
jrhiie
D-ii*c Marie
An* d'Hainault
Abftou
Tibron
Kme.iux
BelUdirei
MirebaU
Ptre l
Cabil
Vincent St liermain
Josaplut Gustave
1-i-irov Mnar
Lacrte
J Vijjoreu
ll mard Piou
TheMopkat Jean
B CalUt
T.(alocrt
Termlitt Pinrrt
Chutai Riniptl
Prudtni Uaitoa
l-ionce Bernard
Luc Malbreacka
ElectionscoHte.ites
Aux Cayes, les lections ont t
contestes pour O iictiard t)n st-
qiie (ie l'Allemagne tend dci8,CQ d" Bureau de recera
PARIS Dana un discours pro-j Aux Bar.dores Des prateata
nonce au Conseil de Cannes M. tatiions ont t faites avant le rotri
Lloyd Oeo'geadclar que la situa- menceroent des oprations Seul
lion conomique de r.\llraa|ne s'a s'est prsent l'urne llr iti. Paul.
meiioieraii si cne n'atioa pouvait
repreudre l i rafle s ec la Russie. La
France aossi attrait inti. a la repri-
se des relations commerciales dent
la premire consquence serait une
rtiuelioration de la capacit fioaicire
de I Allemigne et U lutittrart en me-
Hure de payer. Le premire Ministre
rV Veadre
BUGG parfait tat, et harnaii.
acglaia st'd'avis nanmoins o on s'adresser Ttirgeau, Ave rue Charles
vjpu exiger des garanties s^tieose* du Snmoer, 2I24
gouvernement a^ssovietB parmi ellea
ne ast tsimt
im
Le steamer Virginia venant Sa.nt Thomas aie Ji.cuel ri C*y+i
ser. loi vers le 19 c^nran. en iou;q
ailairu sii.LLc.s.
-- w -r
lin l)|t<'l .iulcsh'i
PAHlS Le. idtin annonce qn'on
a ducuiiveit diLS I v lie Allemande ,
de G,eiH z un de.,0; ciaadeatm de p0ur l, *T\G >na,vp.8' 5l fhomaB,
.ufller,4 u- ,,..' cnbH"ni! er!. S^Si.u hl Ponr ' Pu"
ljolusiis.tj fuiirsilleuai-B tompl pb,
pour uiurailleutt et 139
. baiouiiti'.e.
ecropens
Port-ac-l'iince, le 9 aov'et 1953-
L greetanaanp Aggerhclm


LB 4\riN
La Croix de* Ressaies
llicite le conseil Coin
mimai sortant
Port au Princa. le 3/ Dc#m
bre 1921
Monsieur le Magistrat,
MM. le Conseilles,
Nous, habitants et commerants du quartier de
la Croix des Bossales, veons vous prsentei
jvllai
Jehan Ryko
i Tpti ions $'ac est et la
i de iamdi s*ia, s n en point
I es rpti ions s'ac et
soire de samedi sia, n en
Jouter, an vrai
(tors qui u'y m;
p s
rcRii pour Uf ana-j
larq icont : ment.
nos hommanes a l'occ.sion du nou\*l an 19a]. ) I. 1 rflitP O.i tlt' bou 11. "' Atr.OUr;
Nous ous joignons aux bons travailleurs et a et TArp'it' qu ntrIprft-|< n Of>*
la population entiare pou' vous tiliciter de votre
bonne gestion tl vous exprimer le vit rcf.ni
uc aot prouvons de voir arriver le ternit
huai de vatre mandat.
Nous n'oublierons jamais que dans l'espace
d'une anne, vous avez pu doter la Capitale d'un
asile ce-mrnunal pour abutcr nos pauvres. CUC
Hvrc qui el une attestation de votre bonne
volont, de *tre desir de bien laite, suHit ample
ment pont vch dsigner la Postrit.
Quant nous qui avons t l'abjct de votre
hante sellicitMdc ponr avoir agr MtrC deman
de contenue dans notre putiou Un S Mars vous
(ollicitant le rubin-enaent du March de la Croix
des Bossale-, neus ne pouvons rsister au devoir
de vous prsenter publiquement nos vives lelicita
lions. Bien plu, en rcompense de tant Je
de services signals rendus a la population*, jious
vous aurions acclam une nouvelle toi* si le>
lois le permettais!. t
C'est sous l'empire de ces enrtanents que nous
vous prsentons. Monsieur le Magistra*, MM. les
Conseillers, l'hommage de notre admiration et
otre vive reconnaissance.
Cinna Edmond, Lcspinasse Fteres, Justin Ne
rctte. T. Jcrensic, Alexi-. Tassy, N. (jmllaunie,
r-e u'tmmt Madiire ALIa.de Pr^di
ns et Jehan R)ko, Le ir.arq ie a
pas d<- plairr- |
|fhin Rylo cla;ror>n(ia roi Ira m
prologue des Cas qu'au ... en cas |
qui tant applaudi d|l et Madame
de Pradines crera la )o ie ralaf sm
timenta'e de Jehan Rjko : J ai soit
de t-s baisers, accompagne ie vio
ion violoncelle et piano
Ou on n'y manque pas
Ectie gnrale : 2 gourdes.
r=3F
Celui qui achte
L'EMULSiOM de SCOTT
ifchte ie meilleur aliment mdicinal que
!a science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas. possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Preniez garde d'obtenir toujours l'Emulsion tfO Scott)
1
M rn t
F. Francisque, Nemours Thomas, L. Joseph. titr,
Department de la
Police
"!

Remerciements
Monsieur le Dr St Lger Perrier,
Vve D. Do.ia-, ne Ccilfl Per
Mr et Mme Charles Fombiun
curs eutants, Mt lo-tph Perrier
Mi et Mme Charles Duplessy et leurs
enfanis, MietMme |-stph aplessy,
Mme Vve Georges Dupessy et ses
Janvier 11, ld?2, entants, les tam.lies Perrier, Fom
11 est rappel aux cocbe.s tant pnvcs rue pu Ujniessv rem--icie.it S
Sl,cs aux propiuires autos, de L-.cyclencs, et u U" Ct ^ap.esiy, rem> lucni O
de iotocycleues qu'a partir de cette date (.jiatldeur M*/ LioiiaP, le f're |an,lc!s
U autos doivem avoir deux lumires. Viies du Sminaire, ks b res d
15 KciVtte^une seu.', lum.te. 1 instruction Ch tienne, les Fi les de
Us Motocyclettes' "* 11 b gose, les Heligitu>es de bt |o
1 oui vh.c-ic stationn sur une place ou me h de (j, ,, loUi ceux qui|
uuel*onaue oou avoir mme une lumire > r .1 U
'TETta i inobservance des reg ementi de Police leur Ot,l lui O g Llir sympatrut !
il sera pris contre eux telles mesures que df durant a m-Luie et iO-.aS10U de
**' SHAhll( j a rrorl de leur regrttte
Sous ctad de i'olice
Tous 'i mu^iciens'et mu ic-e?
de la vi e st t revrofs i L'a iia
m dema!n v Tt- cti. $ hr's ^o or,
ou'- prolT i h formation dt
SynH'C-t Nous f sois apprl tou'es !
bonnes vo'o r?
Teb-n UYKO.
L. ftmr ^]rl|
S
fS
Parisiana
UIViAN cm
\\ > prisa de
Saloiu I
L aiis i
O.^r et ii*f t- ive (.i '
a b/qqt et 0 ctea %
Scipei p'odi c iou '! la s t-i'.
A'tia <| la d" h ran*e
MUfiotIj de Jus
Offre s an'c'es uni i l'ccat iir| \h o$ :
Ch mrag'e Clia I .^ Il iils "fk ; 1 o '< n\-Q iinr ; D.ihonnftl; W'g-
kv ; Gordon (im; Verrucu h ; Cognac; l i lueurs 'hhmvS a-Ri*rtie
t o"st;i es fie lmies sorus ; (i nGtinv. Clincola ; Laif el FaMM
a e Vhs U> ; c cho Pe is ; 61 if r \> i^lu- : l'o l-r, Beurre Blua
Ki lia Lopptz ; I*. tu n rij '( 14 irrei : Vit r a^e f b'anc en
b irriq ie* et e. i c\ s; ; V ns l'I-N i ^ ; Il e f. auiis danoisj
al enu.iide; Cig i
eues ngiaistt et nmritin6i.
Extr il uhtra p mr liqueurs e Si o ^s
Phoiographet el Dsiues Cotumbia
Dlrui&ez radicalemcat
les ltong^urs et .es
Ncrologie
Lts tunratlles de |ose?h H vecius
Vil Lubin auront heu cet aptes m d
Le coDvat patuia de la ma son nor
tuaire, sise Rue du Peup'e pour se
rtndie la Cathdrale.
Celles de Mme Vve Thlli mena
Bouthereau. ne Heimanre Nune,
auront lieu cet apit raidi.Le convoi
partita de la maison nonuai;e, sise
Avenue Charles Summer, Tttl
geau. pour se reedre A 1 Eglise du
baci Cur.
Nos condolances aux tarnille*
prouves. ________
le tajii M
CaD aidt a Lt I
Prsidence
Me Joseph litsitn, ancien secietaue
d'Etat des Relations Extneurs, a
j.os sa candidature la puirt
magiatiatac de la Rpublique-
av^c l^ad-it ta 10
Julie vose Thema Duplessy t,n j|j^<
Vvt i. St Lget Perrier I \j,t cartws e'ont m;ao pu venta
Ils vifcuuin. ici tes p.icr a'#grff ,d auj -tuidiibi le non bre en et
' .vxprtssioj mne de Uur protuudei un le* enr'^s d* b*lco 1 soit j y.*( t(H
gratitude numro e6 et |rserves.
t'oit au Piince, 5 lanvier 1922 N B- L-a au. m. ura Font prli
'd ei liHii^ei l*"1"* ChiIps en l'ndt-i
jde Me feuiad V llud coivre de nou;
IvelltB pour dimanche
inse tes.nuisibles
Produit* l -fin l<
omis
Les Officiera de
l'Ecole Militaire
Cesi lundi sou que les oltuiers de
.'hcole militaire rtcavattot. a Cine-
Vaitts, leur cm.1 le Gnral M.
UOUgil.
Rception des plus charmantes re-
hausse par la p:escnce d invitas de
distinction.
Varits
VENUKEIU
To Let
Large bire-troof
Hall
llaving up Blaira gdileiy, Btii able
lut a banck 01 auy up-io-uate O/nce,
Val y oL-acioua aa a Wure liuuse,
toi 11 lOI llltlJH Hl ['\) 10 .
lleLii Si AhK
Hae du Quai, v.ve A; No 1U17 op
IpUtllla 10 .Ho UaliiUttU SLUuu.
I';'i;e ''Mo \" pour la d iS i u : 1O11 dt i at-. Sou ni, el .
i'o nie. \vl irii',"- po 1 1 '' > ' ; '>''' 1 Huif Sourit, etc.
/ iquitte il > t s pour la des! uc ion d ia l* .nais -.% Poj< *\ e. ei^
U 1 .mi 6'pcial ttur i1* p > ir a d si ucO i des Aljuchei.
< ii Uortis p^fSr U ddstruc io i des Mo is iquee.
lisul al merveilleux e elii ace inC iUjPi< b.e.
fcans ode ir et sois a icuu dittff po f l^ au unux lo nes'q :e^
En Mit te L.he%
Alphonse ilayiies
1.15 Hue u.iU-Foi
%.
Les Mystres de
New York suite
1 nU'e : 50 centimes
DLY1ANU1E
t.itore-uii tiiu apte'dide dcid
:i.' 11. Vailelu uiMn.i ta icculd :
fuya bon Cur
L>'aeie ie ceiue luiUu ue Le'f.ublic et mes clier^t sent aviss que ie viens de luire encolj
Maaiina Ue la Tour avec i.eou Bel u,je giaUoc rUUCUOQ bW luuS 1 u.rd. lagoiar, Dram Mma. buty tt our Ill0fi,er de ce'ie ^duc.iumls uoivhL s'adresser d r^ciemei
Uu comique biiauut ^ mjl tuur itur tommanue
do&iiii. yarauia^ et livr iso i praixiple/
.Henry Sia'.k
iiue du Quai, en face de la Gare.
La Nuit et les jours de tte, h'adi^ ser au dut' d a elier, Mr Flcl
Huaton, Hut desfiou Forts No bl5J eu face de 1 ancienne ca hdri
NU't- -.....'.....
CHLOROSE, D1LITE,
DE8CKBSNI
l'Hmoflloblii
* p uut* rtn tmg. prescrit pur l'lite mMIcils.
Suprieur I vlmndg cru <' aux f.u-vui/inm tx. Admit dana lea Hpitaux et **
"'. s( I .. .. H I' I I 1 U \. l'.M 1S l P........il..
Cin baiaiil
I
.Cin-lJopulo
ET
Grand drame
secret du
vieux foanoir
Drcme ii)0a\an in 4 artiea
L'
Vaillant $ Houet
Agents giniratyt yr tiaili^ 720. lu du lUpu d l'Etat
u
Monologue Salnave
.Kuliea 0.5U ctuliittea
Lundi IG. l'ami Mirceau 0*1
^ec le concouia de l'aitia' HD
Ryko, qui i ha- trra lea piaf
i o au du aon r^-per oire
tu Ciof l*o. nlo nue aoirJe ai PJ
ie lli i'1 Ouvrire-, efr. qu
d pu'ise Unancer le dpla''6"
de. dl^u^a qui doivent la rpf8
1er aa Cjn^ia de banto DO
Noua y raviendrons
E uree goer^if : ?J enin*l


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM